Vous êtes sur la page 1sur 8

SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries

ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

CARACTERISTIQUES MECANIQUES DE BETONS


CONTENANT UNE POUZZOLANE NATURELLE FACE AUX
ATTAQUES A L’EAU DE MER ET AUX SULFATES

N. Kaid1, M. Cyr2, H. Khelafi3, N. Goufi4

T.4. Durability of Materials and Structures

RESUME

Les altérations chimiques du béton sont dues essentiellement aux acides, aux bases et aux solutions salines qui
entraînent presque toujours la dissolution de la chaux et le plus souvent, en association avec cette dissolution la
formation de nouveaux composés. La durabilité des bétons en milieu chargé en sulfate nécessite l'emploi d'un
ciment portland spécial à faible teneur en C3A et en sulfate SO3. Les ciments pouzzolaniques présentent ces
propriétés et favorisent en conséquence la durabilité des bétons exposés aux eaux sulfatés.
La valorisation de la pouzzolane de la région de Béni-Saf est un point essentiel, car elle entraîne la formation de
produits résistants aux sulfates en réduisant la perméabilité des bétons et permet ainsi une rentabilité meilleure
des cimenteries de l’Ouest Algérien par une augmentation de la production.

La durabilité des bétons dans différents milieux plus ou moins agressifs (eau de mer, eau séléniteuse) peut être
quantifiée par l’évolution de leurs résistances mécaniques. Dans cet article, nous présentons les résultats d'une
étude expérimentale portant sur l'évolution de l’effet de la pouzzolane naturelle de la région de Béni-Saf sur
l’évolution des résistances à la compression des bétons vis-à-vis d’une eau de mer méditerranéenne et d’une
solution des sulfates de sodium. La particularité de cette étude est d'utiliser une pouzzolane en remplacement
d'un ciment CEM II/A.
Les résultats des résistances à la compression montrent que le comportement des bétons pouzzolaniques à
l’action de l’eau de mer et les sulfates reste comparable à celui des bétons témoins. Ces résultats permettent ainsi
de monter que l’utilisation de la pouzzolane de Béni-Saf, utilisée en remplacement d'un ciment composé, permet
de conserver les propriétés mécaniques des bétons et conduit à l’obtention d’un nouveau matériau économique et
écologique.

MOTS CLES

Pouzzolane naturelle, eau de mer, sulfates, durabilité, compression simple.

1
Département de Génie Civil, LMST, USTMBOran, Algérie, s_kaidd2000@yahoo.fr
2
Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions, INSA de Toulouse France, Martin.Cyr@insa-toulouse.fr
3
Département de Génie Civil, LMST, USTMBOran, Algérie, khelafi@yahoo.fr
4
Département de Génie Civil, LMST, USTMBOran, Algérie, n_goufi@yahoo.fr
T4. Caracteristiques mecaniques de betons contenant une pouzzolane naturelle face aux attaques a l’eau de mer et aux
sulfates , N. Kaid1, M. Cyr1, H. Khelafi1, N. Goufi4
43
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

1. INTRODUCTION

Une grande variété de sulfates, provenant le plus souvent des sols, des eaux souterraines, de certaines
nappes aquifères, des eaux d’infiltration ou des eaux de mer, peut entrer en contact avec le béton et
réagir chimiquement avec les hydrates, en particulier avec les aluminates, et causer la fissuration et
l’éclatement des structures de génie civil. Les phénomènes à l’origine de l’attaque sulfatique peuvent
être décrits selon trois processus permettant d’évaluer l’agression [Planel 2002] :

 Le transfert dans le milieu poreux des ions sulfates qui est contrôlé par la perméabilité et la
diffusivité du matériau ;
 Les réactions chimiques entre les composants de la pâte de ciment, qui dépendent du ciment
utilisé, et les ions SO42 ;
 Le phénomène d’expansion, résultant de l’apparition de nouvelles phases cristallines et
conséquence des deux premiers processus.

En effet, la détérioration du béton due à l’attaque des sulfates a suscité beaucoup plus d'attention
comparée à tout autre [Baghabra Al-Amoudi 2002], [Duval & Hornain 1993]. La nature de la solution
de sulfate est importante, puisque l'influence d'autres produits chimiques peut affecter le mécanisme
de la réaction. C'est particulièrement vrai dans le cas de l'eau de mer, où la présence d'une
concentration très élevée de chlorures peut concerner l'action des sulfates. Les chlorures ont une
tendance de réagir avec les C3A dans le ciment pour produire les composés de chloroaluminate, tels
que le sel de Friedel, qui ne cause aucune expansion [Santhanam 2006]. L’attaque du béton par les
sulfates est un processus très complexe et plusieurs facteurs tels que le type de ciment, le type de
cation de sulfate, la concentration en sulfate, les ajouts minéraux utilisés et la période d’exposition
peuvent affecter la résistance des bétons [Neville 2004].

Les principales techniques de caractérisation de la dégradation sont au nombre de cinq : la


microscopie électronique à balayage (MEB), l’analyse à la microsonde (EDS), la diffraction aux
rayons X (DRX), la mesure de l’allongement (expansion) et la mesure de la résistance en compression
[Planel 2002]. Ainsi, la qualité du béton conçus dans des milieux agressifs devrait être spécifiée en
termes de durabilité, en plus de la maniabilité et de la résistance mécanique [Baghabra Al-Amoudi
2003]. Cette étude est limitée à la mesure des résistances à la compression des bétons pouzzolaniques
et leurs bétons témoins conservés dans deux milieux agressifs : eau de mer et solution au sulfate de
sodium (Na2SO4). Cette dernière compte parmi les sulfates qui peuvent être agressifs vis-à-vis le béton
[Duval & Hornain 1993] avec une concentration élevé de 5%.

L’objectif principal de cette étude est l’évaluation de la durabilité à l'eau de mer et aux sulfates des
bétons à base de la pouzzolane naturelle d’Algérie en comparaison à celle d’un béton témoin, en
s’appuyant sur l’une des techniques de caractérisation de la dégradation des bétons [Planel 2002] qui
constitue l’essai de résistance à la compression simple. Les bétons sont élaborés à partir d’un ajout
actif naturel très abondant à l’ouest de l’Algérie. La particularité de cette étude est d'utiliser une
pouzzolane en remplacement d'un ciment CEM II/A en mettant à profit les récents progrès
technologiques survenus dans le domaine du développement de nouveaux liants hydrauliques
résistants aux agents agressifs [Bleszynski et al. 2002].

2. MATERIAUX ET METHODES

2.1 Matériaux

La pouzzolane naturelle utilisée est une lave rougeâtre, extraite du gisement de Bouhamidi de la région
de Béni-Saf de l'Ouest de l'Algérie. L'analyse physico-chimique de la poudre résultante du broyage et
du tamisage est reportée dans les tableaux 1 et 2.

T4. Caracteristiques mecaniques de betons contenant une pouzzolane naturelle face aux attaques a l’eau de mer et aux
sulfates , N. Kaid1, M. Cyr1, H. Khelafi1, N. Goufi4
44
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

Tableau 1. Propriétés physiques de la pouzzolane de Béni-Saf [Kaid 2000].

Masse volumique absolue (kg/m3) Surface spécifique blaine (m2/kg)


2670 450

Tableau 2. Analyse chimique de la pouzzolane de Béni-Saf [Kaid 2000].

Composants SiO2 CaO MgO Al2O3 Fe2O3 Perte au feu


% 56.3 9.8 1.8 17.0 8.6 6.5

L’analyse de la diffraction aux rayons X (DRX) de cette pouzzolane ‘fig. 1’ montre qu’elle est
constituée de minéraux cristallins riches en silice, alumine, fer et magnésium (Feldspath plagioclase,
Pyroxène, quartz…) avec des minerais d’argile (montmorillonite, …) plongés dans une masse
amorphe (verre volcanique).
4000

P Q : Quartz
F : Feldspath plagoclase
3500 F
P : Pyroxène
I : Illite
H : Hematite
3000 M : Montmorillonite
F P C : Calcite
F Z : Zéolite
P
F F L : Laumontite
2500 V : Verre
Q H
Nombre de coups

2000 F
P
F
F C H
P M
1500 F G
Z F
Z I
I
M F Z
F P
H P
1000 F I
F P F
M H F P H
L P Z F Q F H
F F Q P F P
F I P C F F
I F P P F
I Q C
500 G Q G Q GC
F Q
V

0
4 10 16 22 28 34 40 46 52 58 64 70
2 Theta (Co)

Figure 1. Spectre de diffraction des rayons X de la pouzzolane naturelle de Béni-Saf.

Le ciment utilisé est un ciment Portland composé CEM II/A 42.5 conforme à la norme [NA 442
/2000]. Ce ciment provient de la cimenterie Algérienne ACC (Algerien cement company) de M’sila, il
contient 8 à 10% de fine calcaire comme ajout secondaire. Sa surface spécifique blaine est de 320
m2/kg et sa densité est de 3090 kg/m3. Sa composition chimique et minéralogique est donnée dans le
tableau 3.

Tableau 3. Composition chimique du ciment CEM II/A 42.5 de M’sila (%)

SiO2 Al2O3 Fe2O3 CaO MgO SO3 Perte au feu

23.3 5.1 3.7 63.3 0.2 1.5 2.0

Les granulats utilisés sont de nature calcaires concassés, composés d’un sable de carrière de classe
granulaire 0/3 caractérisé par un équivalent de sable de 86%, une masse volumique apparente de 1.8
g/cm3 contenant 2% de fines, et de deux types de graviers de classe granulaire 3/8 et 8/15 issus de la
carrière de Kristel (Oran) à prédominance de calcites et de masses volumiques apparentes respectives
de 1.9 et 2.1 g/cm3.

L’adjuvant utilisé est le SIKA FLUID superplastifiant haut réducteur d’eau fourni par la société SIKA.

T4. Caracteristiques mecaniques de betons contenant une pouzzolane naturelle face aux attaques a l’eau de mer et aux
sulfates , N. Kaid1, M. Cyr1, H. Khelafi1, N. Goufi4
45
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

2.2 Composition des bétons

Les compositions des bétons étudiés sont choisies sur la base de critères économiques et
environnementaux. La composition du béton témoin choisis dans cette étude est conçue pour des
ouvrages exposés aux milieux riches en sulfates dans la région d’Oran en Algérie. Ainsi six bétons ont
été fabriqués (tableau 4) en utilisant la méthode Dreux-Gorisse. La substitution de 10 et 20% du
ciment par la pouzzolane conduit à l’obtention de deux bétons pouzzolanique (B10, B20) optimaux. Le
choix de ces deux taux de substitution est exigé par le secteur cimentier algérien dans la fabrication
des ciments composés (critères mécaniques et économiques). Le superplastifiant est introduit à 1% du
poids du liant. Son utilisation permet de formuler deux autres bétons adjuvantés pouzzolanique notés
BA10 et BA20. Le béton témoin sans adjuvant et sans pouzzolane est noté B0, et celui avec l’adjuvant
uniquement est noté BA0.

Tableau 4. Composition des bétons dans 1m3 de béton

Désignation B0 B10 B20 BA0 BA10 BA20


Composants
Ciment (kg) 420 378 336 420 378 336
Pouzzolane (kg) 0 42 84 0 42 84
Sable 0/3 (kg) 422 415 408 448 444 437
Gravier 3/8 (kg) 140 138 136 149 147 145
Gravier 8/15 (kg) 762 749 737 809 801 788
SP/L (%) 0 0 0 1 1 1
Adjuvant (L) 0 0 0 4.2 4.2 4.2
Eau (L) 168 176 185 130 134 143
E/C 0.41 0.46 0.52 0.33 0.32 0.33
E/L 0.40 0.42 0.44 0.31 0.32 0.34

2.3 Méthodes

Les différentes éprouvettes de bétons préparées, sont conservées en salle humide (20°C, 95% HR)
pendant 24 heures. Après démoulage, les éprouvettes de béton obtenues sont conservées dans l’eau du
robinet pendant 45 jours. Après cette durée d’hydratation, une série d’éprouvettes de béton est
conservée dans l’eau de mer méditerranéenne, et une autre série est conservée dans une solution de 5%
en sulfates de sodium (Na2SO4). En parallèle, une autre série de la même composition reste conservée
dans l’eau du robinet afin d’effectuer une étude comparative. La durée de conservation est fixée à 3j,
7j, 14j, 28j, 45j, 3 mois, 6 mois et 9 mois. Les essais sont réalisés sur huit éprouvettes cubiques de
dimensions 10*10*10 cm3. Dans chaque bac, le volume de la solution est inférieur ou égal à 5 fois le
volume total des éprouvettes. Toutes les solutions de conservations sont renouvelées tous les 14 jours.

3. Résultats

3.1. Maniabilité des bétons

La maniabilité, propriété du béton caractérisée par des mesures de consistance est indispensable pour
la mise en œuvre du béton. Il s’agit de constater l’affaissement d’un cône de béton sous l’effet de son
propre poids selon la norme européenne EN 12350-2, afin de maintenir une maniabilité constante pour
un béton plastique. Pour tous les bétons étudiés, l’incorporation de la pouzzolane naturelle provoque
une augmentation du dosage en eau à consistance égale. Cette augmentation atteint 5% et 9% pour un
taux de substitution de 10 et 20% en pouzzolane respectivement ‘Fig. 2’. Le besoin en eau est diminué
à 15% pour les bétons à base de 20% de pouzzolane et 1% d’adjuvant par rapport au béton témoin B0
sans adjuvant

T4. Caracteristiques mecaniques de betons contenant une pouzzolane naturelle face aux attaques a l’eau de mer et aux
sulfates , N. Kaid1, M. Cyr1, H. Khelafi1, N. Goufi4
46
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

E/L 0,45
0,43
0,41
SP/L=0%
0,39
SP/L=1%
0,37
0,35
0,33
0,31
0,29
0% 10% 20%
Taux de substitution en pouzzolane (%)

Figure 2. Influence du taux de substitution en pouzzolane sur la variation du rapport E/L


.
3.2. Résistances à la compression des bétons conservés dans l’eau du robinet

Les résultats de la variation de la résistance en compression des bétons d’étude en fonction du temps
sont représentés sur la figure 3. L’analyse des courbes montre que ces résistances sont d’autant plus
faibles que le taux de la substitution de la pouzzolane est élevé ‘fig.3a’ [Khelafi et al. 1997] [Belas et
al. 2003]. En effet, il est nécessaire de mettre plus d’eau dans les mélanges des bétons pouzzolaniques.

3 Jours 3 Jours
80 Eau de robinet 0%SP 80 Eau de robinet 1%SP
75 7 Jours 75 7 Jours
70 14 Jours 70 14 Jours
65 28 Jours 65
28 Jours
60 60
45 Jours 55 45 Jours
55
50 90 Jours 50 90 Jours
45 180 Jours 45
40 180 Jours
40
270 Jours 35
35 270 Jours
30 30
P Z/L PZ/L
0% 10% 20% 0% 10% 20%

a) b)

Figure 3. Résistances à la compression des bétons (a : B0, B10, B20) ; (b: BA0, BA10, BA20)
A 9 mois d’hydratation sous l’eau, un surplus de la quantité d’eau de 9% dans le cas des bétons B20
entraîne une baisse dans la résistance à la compression de 10 MPa. L’utilisation d’un adjuvant
superplastifiant contribue à la diminution du surplus d’eau en défloculant les grains du liant ‘ciment-
pouzzolane’ et en maintenant le même affaissement. Les résistances des bétons pouzzolaniques
‘fig.3b’s’améliorent et augmentent de plus de 12 MPa par rapport au béton témoin B0. L’incorporation
de 1% d’adjuvant augmente la résistance des bétons B20 de 30%. Cette amélioration dans la résistance
est due à la défloculation des grains fins en suspension dans l’eau. Cette meilleure dispersion des
grains fins est traduite par une diminution de la quantité d’eau de gâchage nécessaire pour obtenir un
béton d’affaissement donné.

3.3. Résistances à la compression des bétons conservés dans l’eau de mer

Il y a lieu de constater une chute de résistance assez faible pour les éprouvettes de béton conservées
dans l’eau de mer comparées à celles conservées dans l’eau du robinet ‘Figs. 3a et 4a’.

80 3 Jours 80
Eau de mer 0%SP Eau de mer 1%SP 3 Jours
75 7 Jours 75
7 Jours
70 14 Jours 70
14 Jours
65 65
28 Jours 28 Jours
60 60
55 45 Jours 55 45 Jours
50 90 Jours 50 90 Jours
45 45
180 Jours 180 Jours
40 40
35 270 Jours 35 270 Jours
30 30
0% 10% 20% PZ/L PZ/L
0% 10% 20%

a) b)

Figure 4. Résistances à la compression des bétons (a : B0, B10, B20) ; (b: BA0, BA10, BA20)
T4. Caracteristiques mecaniques de betons contenant une pouzzolane naturelle face aux attaques a l’eau de mer et aux
sulfates , N. Kaid1, M. Cyr1, H. Khelafi1, N. Goufi4
47
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

Par contre, l’emploi du superplastifiant dans ces bétons contribue à améliorer les résistances des
bétons pouzzolaniques ‘Figs 4b et 3b’. Ces résistances passent plus rapidement au-dessus de celles du
béton témoin pour un taux de 20% de pouzzolane. Néanmoins, les résultats montrent que la
pouzzolane a une action non négligeable sur les résistances à la compression simple. La conservation
dans l’eau de mer retarde le déclenchement de cette réaction qui se produit au-delà du 28éme jour, alors
qu’elle se produit dés le 14éme jour pour les bétons conservés dans l’eau du robinet. Donc, avant cet
âge, les résistances évoluaient comme si le liant était constitué du ciment seul. Par contre, après six
mois de conservation dans l’eau de mer, les résistances commencent à chuter. Cette chute de
résistance est due probablement à une détérioration du béton provoquée par l'expansion, suivie par une
perte progressif de la masse et du volume de béton.

3.4. Résistances à la compression des bétons conservés dans la solution des sulfates de sodium

La figure 5 représente l’évolution des résistances à la compression des bétons conservés dans une
solution de 5% Na2SO4. Elle est comparable pour toutes les compositions de bétons étudiées.

80 5% Na2SO4 3 Jours 80 5% Na2SO4 3 Jours


0% SP 7 Jours 1% SP 7 Jours
70 70
60 14 Jours 60 14 Jours
50 28 Jours 50 28 Jours
40 45 Jours 40 45 Jours
30 90 Jours 30 90 Jours
20 180 Jours 20 180 Jours
10 270 Jours 10 270 Jours
0 0
0% 10% 20% PZ/L 0% 10% 20% PZ/L

a) b)

Figure 5. Résistances à la compression des bétons (a : B0, B10, B20) ; (b: BA0, BA10, BA20)

Par contre, le superplastifiant intervient à l’amélioration de la résistance des bétons pouzzolanique.


L’incorporation de la pouzzolane dans la composition des bétons contribue à élaborer des bétons de
même classe de résistance que celle du béton témoin. L’utilisation combinée de la pouzzolane et du
superplastifiant améliorent ces résistances. Cependant, à partir du sixième mois les résistances de
toutes ces compositions de bétons commencent à diminuer. Cette diminution est du à la diffusion des
ions sulfates à travers la matrice cimentaire qui réagissent avec les produits d’hydratation en
produisant de nouveaux cristaux expansifs et qui font diminuer cette résistance.

3.5. Comparaison des résistances à la compression dans les différents milieux de conservation

Les résistances des bétons conservés dans l’eau de robinet évoluent progressivement dans le temps.
Par contre ceux des bétons conservés dans l’eau de mer et dans la solution des sulfates de sodium
évoluent jusqu’à une échéance de trois mois. Au-delà de cet âge, une chute de résistances peut être
notée. Elle est plus importante pour les bétons conservés dans la solution de 5 % Na2SO4. Les bétons
se dégradent plus facilement dans une solution au sulfate de sodium avec un taux élevé [Huseyin et al.,
2007].
.
80 80
PZ/L=0%, E. Robinet PZ/L=0%, E. Robinet
Résistance en compression

70 70
Résistance en compression

60 PZ/L=20%, E. Robinet 60 PZ/L=20%, E. Robinet

50 PZ/L=0%, E. Mer 50 PZ/L=0%, E. Mer


(MPa)

(MPa)

40 PZ/L=20%, E. Mer 40 PZ/L=20%, E. Mer

30 PZ/L=0%, 5% Na2SO4 30 PZ/L=0%, 5% Na2SO4


F/L=0% F/L=1%
20 PZ/L=20%, 5% Na2SO4 20 PZ/L=20%, 5% Na2SO4

10 10
0 90 180 270 0 90 180 270
Age en jours Age en jours

Figure 6. Evolution des résistances à la compression des bétons dans les solutions de conservation
T4. Caracteristiques mecaniques de betons contenant une pouzzolane naturelle face aux attaques a l’eau de mer et aux
sulfates , N. Kaid1, M. Cyr1, H. Khelafi1, N. Goufi4
48
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

Une autre fois l’effet bénéfique de l’adjuvant est prouvé pour les bétons à la pouzzolane. Il améliore
les résistances de 50% pour les bétons composés à partir de 20% de pouzzolane.

3.6. Evolution de la perte en résistance à la compression des bétons

Les Figures 7 et 8 montrent l’évolution de la résistance à la compression des bétons sous l’effet de
l'attaque de l’eau de mer méditerranéenne et les sulfates de sodium, relatives à la résistance à la
compression des bétons conservés dans l'eau de robinet. Ces résultats montrent que l'incorporation de
la pouzzolane sans superplastifiant mène à une perte en résistance voisine voir même identique à celle
du béton témoin B0. Cette perte devient plus importante dans le cas de l’utilisation du superplastifiant
comparée à celles des bétons témoin BA0, indépendamment des solutions d’attaque.

40 SP/L = 0% 40 SP/L = 1%
PZ/L = 0% PZ/L = 0%
30 PZ/L = 10% 30 PZ/L = 10%
(Rcr-Rcm)/Rcr (%)

PZ/L = 20% PZ/L = 20%

(Rcr-Rcm)/Rcr (%)
20 20

10 10

0 0
0 45 90 135 180 225 270 0 45 90 135 180 225 270
-10 -10

-20 -20
Temps d'im merssion (jours ) Temps d'imm ers sion (jours )

Figure 7. Evolution de la perte en résistance à la compression des bétons conservés dans l’eau de mer

La perte en résistance des bétons est de l’ordre de 30% pour les bétons conservés dans l’eau de mer
‘fig.7’. Par contre pour ceux conservées dans la solution des sulfates de sodium, cette perte est
augmentée à 70% pour les bétons (B10 et B20) et 50% pour les bétons BA10 et BA20.

80 SP/L = 0% 80 SP/L = 1%
70 PZ/L = 0% 70 PZ/L = 0%
60 PZ/L = 10% 60 PZ/L = 10%
(Rcr-Rcs)/Rcr (%)

(Rcr-Rcs/Rcr (%)

50 PZ/L = 20% 50 PZ/L = 20%


40 40
30 30
20 20
10 10
0 0
-10 0 45 90 135 180 225 270 -10 0 45 90 135 180 225 270
-20 -20
Temps d'immerssion (jours) Temps d'immerssion (jours)

Figure 8. Evolution de la perte en résistance à la compression des bétons conservés dans 5% Na2SO4

L'attaque du béton par les sulfates résulte d'une réaction chimique qui se produit en présence d'eau
entre l'ion sulfate et l'aluminate de calcium hydraté, ou les éléments constitutifs de l'hydrate de
calcium de la pâte de ciment durcie. Les produits qui résultent de ces réactions sont l'hydrate de
sulfoaluminate de calcium communément appelé ettringite et l'hydrate de calcium mieux connu sous le
nom de gypse. Les volumes de ces solides sont beaucoup plus grands que ceux des corps qui leur ont
donné naissance ; il en résulte des contraintes qui peuvent détériorer la pâte et finalement désintégrer
le béton.

4. CONCLUSION

Cette étude présente les résultats de l’effet du remplacement du ciment par la pouzzolane naturelle de
Béni-Saf sur la résistance des bétons aux attaques de l’eau de mer et les sulfates de sodium. Les
résultats obtenus aux cours de cette étude ont montré que cette pouzzolane, utilisé en remplacment
d'un ciment de type CEM II/A, permet de maintenir les mêmes performances que lorsque ce ciment est
utilisé seul. Ces performances sont probablement dues à plusieurs phénomènes :

T4. Caracteristiques mecaniques de betons contenant une pouzzolane naturelle face aux attaques a l’eau de mer et aux
sulfates , N. Kaid1, M. Cyr1, H. Khelafi1, N. Goufi4
49
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

-dilution de la partie clinker du ciment avec réduction de la teneur en aluminates et silicates de


calcium du ciment ;
-consommation de la chaux issue de l’hydratation du clinker. Il en résulte une réduction de la teneur en
portlandite, composé vulnérable vis-à-vis des solutions sulfatiques, la production d’une plus grande
quantité de C-S-H de rapport CaO/SiO2 plus faible et de structure plus dense;
-modification de la microstructure de la pâte de ciment dans le sens d’un accroissement de compacité;
-accroissement de la compacité du béton par optimisation de l’étendue granulaire du mélange avec
réduction corrélative de la perméabilité et de la diffusivité, indicateurs majeurs de durabilité.
Les résultats de notre étude est un premier pas montrant la possibilité d’utiliser la pouzzolane naturelle
de Béni-Saf en substitution de ciment de type CEM II/A vu que, les performances mécaniques des
bétons dans lesquels elle a été incorporée deviennent comparables à celles d’un béton témoin. Ceci
constitue un avantage économique considérable.

REMERCIEMENT

Les auteurs sont reconnaissants pour l’aide financière reçu pour effectuer cette recherche, dans le
cadre du partenariat Hubert Curien-Tassili 2008 entre le laboratoire Matériaux et Durabilité des
constructions (L.M.D.C) de l’INSA de Toulouse et le Laboratoire LABMAT de L’ENSET d’Oran.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Baghabra Al-Amoudi OS., ‘Attack on plain and blended cements exposed to aggressive sulphate
environments’. Cement and Concrete Composites 2002; 24 (3-4): 305-16.

Baghabra Al-Amoudi OS, Maslehuddin M, Lashari AN, & Almusallam AA., ‘Effectiveness of
corrosion inhibitors in contaminated concrete’. Cement and Concrete Composites 2003; 25:439 – 49.

Belas Belaribi N, Semcha M. & Laoufi L., ‘Influence of the Beni-Saf pozzolana on the mechanical
characteristics of the concretes’. Canadian journal of civil engineering 2003; 30 (3): 580-84.

Bleszynski, R., Hooton, R. D., Thomas, M.D.A. and Rogers, C.A., ‘Durability of ternary blend
concrete with silica fume and blast-furnace slag: Laboratory and outdoor exposure site studies’, ACI
Materials Journal, Vol. 99, 2002

Duval R., Hornain H., ‘La durabilité du béton vis-à-vis des eaux agressives’. La durabilité des bétons
1993.

Huseyin Yigiter, Halit Yazici & Serdar Aydin., ‘Effects of cement type, water/cement ratio and
cement content on sea water resistance of concrete’. Building and Environment 42 (2007) 1770–1776

Kaid N., ‘Contribution à l’étude des caractéristiques physico-chimiques et mécaniques des mortiers
pouzzolaniques’. Mémoire de magister U.S.T.MB d’Oran. Département de génie civil 2000.

Khelafi H, Rahal D, Frih M & Rahmani MC., ‘Vers un béton de haute résistance élaboré à partir de
matériaux locaux’. Revue Marocaine du génie civil August-September 1997; 70 : 33-39.

Neville A., ‘The confused world of sulfate attack on concrete’, Review, Cement and Concrete
Research 34, 2004. 1275-1296.

Planel D., ‘Les effets couplés de la précipitation d’espèces secondaires sur le comportement
mécanique et la dégradation chimique des Bétons’. Thèse de doctorat en Génie Civil, 2002 Spécialité:
Physico-Chimie des matériaux. Université de Marne La Vallée U.F.R de Sciences et Technologies.

Santhanam M, Cohen M, Olek J., ‘Differentiating seawater and groundwater sulfate attack in
Portland cement mortars’. Cement and Concrete Research 36. 2006, 2132–2137.
T4. Caracteristiques mecaniques de betons contenant une pouzzolane naturelle face aux attaques a l’eau de mer et aux
sulfates , N. Kaid1, M. Cyr1, H. Khelafi1, N. Goufi4
50