Vous êtes sur la page 1sur 20

Sommaire

Introduction

Chapitre I : L’approche générale du centre de commerce international (ITC)


Section1 : La Mission, et objectifs du centre de commerce international (ITC)
Section2 : L‘organisation et Le fonctionnement du centre de commerce
international (ITC)
Chapitre II : Les domaines d'intervention de l'ITC
Section1 : L’apport de l'ITC
Section2 : les différents domaines d’intervention de l'ITC

Conclusion

1
Introduction

Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale en 1945, avec tous les changements que cela apportait, on
devait établir un nouvel ordre mondial. La création d'organisations spécialisées est due, en grande partie, à
la montée en flèche du commerce international à partir du milieu du 20e siècle. C'est par la création
d'organisations qu'on sera dorénavant en mesure de préserver la paix, promouvoir la justice et favoriser le
développement. L'Organisation des Nations Unies (ONU) est une institution majeure constituée d'une
multitude d'organisations connexes ou plus précisément d'organisations subsidiaires qui voient à
l'établissement et à la mise en application de ces buts et principes.

Afin de réglementer le commerce dans le monde, l'ONU a créé en 1964 le Centre de commerce
international (CCI). Cette organisation internationale a été mise sur pied pour aider les pays les moins
avancés ou qui sont en voie de développement. Dans les faits, le CCI ce préoccupe de développer la
compréhension, le fonctionnement du commerce international et les stratégies de marketing pour ces pays
dans le besoin.

Le CCI n'est cependant pas le seul organe des Nations Unies qui travaillent dans le secteur du commerce.
Puisque cet organisme travaille en coopération avec deux autres. La première, la Conférence des Nations
Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), est créée la même année que le CCI. Le deuxième
organisme est l'Organisation mondiale du commerce (OMC) créé le 1er janvier 1995.

Les membres du CCI sont les mêmes que les membres de l'ONU, c'est-à-dire les 191 États. Bien entendu,
ce ne sont pas les pays les plus développés, tels que les pays du G8, qui profiteront d'une aide du CCI, mais
plutôt les pays qui ont une économie moins avancée ou en voie de développement. En effet, les pays du G8
ont déjà des ressources à leur disposition pour comprendre le système multilatéral du commerce
international. L'action du CCI est dirigée afin que les pays qui maîtrisent déjà les règles internationales du
commerce puissent continuer leur commerce et ainsi faire bénéficier les pays où ils ont plus de difficultés à
comprendre les principes et les stratégies de la mise en marché dans le secteur du commerce international.

Alors quels sont les missions et objectifs du CCI, son domaine d’intervention, ainsi que son
fonctionnement ?
Pour répondre à ces questions on a devisé notre travail sur 3 parties :

- Objectifs et missions
- Les domaines d'intervention de l'CCI
- Le fonctionnement et les pays prioritaires

2
Chapitre I : L’approche générale du centre de commerce international (ITC)

A- Mission et Objectifs du CCI

I. Missions
Le mandat et les objectifs du CCI ont été élaborés en harmonie avec les buts et principes de la Charte des
Nations Unies. Ainsi, on peut lire à l'article 3 de la Charte qu'il est impératif de « réaliser la coopération
internationale en résolvant les problèmes internationaux d'ordre économique, social… »

Dans cet ordre d'idées, le CCI a défini son mandat et ses objectifs. On peut noter trois points majeurs qui
constituent le mandat du CCI. Dans un premier temps, il vise à faire comprendre la réglementation de
l'OMC. Deuxièmement, il met en place des outils qui permettent aux États d'être plus compétitifs et
finalement, il aide à développer le marketing.

Le CCI s'est donc engager à favoriser l'accroissement, de manière durable, des pays et des entreprises dans
lesquelles ils interviennent. C'est en faisant la promotion de leurs produits et en leur donnant un accès aux
marchés internationaux que les pays qui ont reçu une aide pourront participer davantage au système
commercial multilatéral et profiter de nouvelles opportunités commerciales.

C'est principalement en apportant une assistance technique dans les pays les moins avancés ou en voie de
développement que le CCI pourra concrétiser leurs objectifs.

a- Aide pour le commerce

Aide pour le commerce est une initiative qui aide les pays en développement (PED), en particulier les pays
moins avancés (PMA), à se doter des capacités d'approvisionnement et des infrastructures liées au
commerce nécessaires pour augmenter leurs opportunités commerciales et à mieux s'intégrer dans le
système commercial multilatéral réglementé. Lancée lors de la Conférence ministérielle de l'Organisation
mondiale du commerce (OMC) à Hong Kong en décembre 2005, Aide pour le commerce fait aujourd'hui
partie intégrante du travail de l'ITC. Les quatre piliers du programme sont directement liés aux trois
objectifs stratégiques de l'ITC, à savoir: rendre les environnements politiques nationaux plus favorables
aux exportateurs, renforcer les institutions nationales et régionales fournissant des services aux
exportateurs et aider les entreprises à devenir plus compétitives sur le marché mondial.

3
II. Objectifs :

L'ITC a pour but d'aider les pays en développement et en transition à parvenir au développement durable
grâce aux exportations. Notre objectif est d'accroître et d'améliorer le commerce en vue de la création
d'emplois, d'opportunités entrepreneuriales et de revenus pour les plus vulnérables.

Des progrès considérables ont été faits vers la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement
(OMD). Les huit objectifs du Millénaire pour le développement tirés de la Déclaration du Millénaire sont
interdépendants et doivent être considérés comme un tout. Ils représentent un partenariat entre les pays en
développement et les pays développés, tous résolus à créer - tant au niveau national que mondial - un
climat propice au développement et à l'élimination de la pauvreté. Le but, les cibles et les indicateurs
servent de référence pour l’évaluation des multiples facettes de la réduction de la pauvreté et au suivi des
progrès accomplis par la communauté internationale pour tenir la promesse des OMD à l'échéance prévue,
en 2015.

Dans la perspective de cette échéance, le travail de l'ITC sera axé sur le soutien aux pays partenaires afin
qu'ils réalisent leurs OMD: réduire la pauvreté à travers l’autonomisation économique et la création
d’emplois, et aider les plus vulnérables à se hisser sur les marchés. Cependant, plusieurs pays en
développement ne pourront pas réaliser leurs OMD d'ici à 2015.

L'ITC est activement engagé en tant que membre de l'équipe spéciale des Nations Unies en fournissant des
conseils techniques afin de soutenir le travail accompli par les États membres dans l'élaboration de l'agenda
du développement pour l'après-2015. L'ITC continue à être de l'Aide pour le commerce à 100% et, en
travaillant autant avec le secteur public qu'avec le secteur privé dans le cadre de son mandat, il est un
partenaire de choix dans la prestation d'assistance technique liée au commerce pour la réalisation des
objectifs du développement.

4
- L'après-2015: le commerce au cœur de l'agenda pour le développement
Les petites et moyennes entreprises (PME) sont la plus importante source inexploitée de croissance. L'ITC
aide les pays en développement et les pays en transition à favoriser la compétitivité des PME en tant que
source d'emplois décents et de meilleurs revenus pour lutter contre la pauvreté. L'approche inclusive du
développement économique, utilisée en tenant compte des questions environnementales, contribue à
l'éradication de la pauvreté et au développement durable - éléments importants des OMD et d'une vie digne
pour tous, comme envisagé dans le nouvel agenda du développement pour l'après-2015.
Les piliers du développement économique, l'inclusion sociale et la durabilité de l'environnement, sont
interreliés. Conscient du fait que les PME sont l'épine dorsale d'un grand nombre d'économies en tant que
créatrices d'opportunités et d'emplois pour les femmes et les jeunes et de vectrices de l'innovation dans les
produits verts, l'ITC canalise l'Aide pour le commerce afin de:

renforcer les capacités commerciales des PME: en travaillant avec les décideurs politiques pour réduire les
obstacles non tarifaires;

améliorer la compétitivité des PME: en renforçant les institutions d'appui au commerce qui à leur tour
renforcent les capacités et la compétitivité de leurs membres.

Diversifier les exportations et la valeur ajoutée: en intégrant des offres plus nombreuses et améliorées dans
le secteur des services.

En plus de ses principaux programmes en Afrique, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, l'ITC aide les
États membres des Nations Unies à remplir leurs engagements en vue de la réalisation des OMD à travers
des programmes thématiques tels que:
Le Programme communautés défavorisées et commerce;
Le Programme sur les femmes et le commerce;
Le Programme sur le commerce et l'environnement.

Comment le commerce peut-il aider à maintenir les promesses du Millénaire


Les exportations peuvent générer des emplois et des revenus plus élevés, augmenter les revenus des
gouvernements pour la prestation de plus de services, contribuer à l'autonomisation économique et aider à
affronter les défis environnementaux.

Pour s'assurer que le commerce contribue avec tout son potentiel au développement et à la réduction de la
pauvreté, le renforcement des capacités liées au commerce, la défense d'une conclusion ambitieuse et axée
sur le développement du Cycle de Doha de discussions sur le commerce mondial et la gouvernance
économique basée sur l'inclusivité, la transparence et les approches participatives sont essentiels.

Pour les parties prenantes de l'ITC, y compris les institutions d'appui au commerce ainsi que les PME dans
les pays en développement, le renforcement des capacités de production est essentiel pour atteindre un
développement et une croissance axés sur le commerce. L'entrepreneuriat, le commerce et la croissance
durable doivent être reconnus comme un élément clé de l'agenda du développement pour l'après-2015.

5
B- Le Fonctionnement du centre de commerce international (ITC)

L’ITC est l’agence conjointe de l’Organisation mondiale du commerce et des Nations-Unies.

L’objectif de L’ITC est de faire en sorte que les entreprises des pays en développement deviennent plus
compétitives sur les marchés mondiaux, en accélérant leur développement économique et en contribuant à
la réalisation « des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ».

Contribuer à la réduction de la pauvreté en dopant le commerce est un objectif clé de l’assistance


technique liée au commerce (ATLC). Tel est aussi l’objectif du « programme d’Aide pour le
commerce » qui sous-tend les activités de l’ITC et répond aux « besoins en développement des
pays » avec lesquels s’articule le travail.

L’ITC collabore activement avec le secteur privé dans le système commercial multilatéral. Il est engagé à
assurer le succès à l’exportation des petites et moyennes entreprises (PME) des pays en développement et
en transition. Et faciliter le développement des exportations qui garantit la viabilité commerciale des
entreprises, rend les femmes économiquement indépendantes, et participe de la durabilité économique,
sociale et environnementale pour tous.

Fort de plus de 40 ans d’expérience pratique du commerce et des entreprises des pays en développement,
l’ITC cible son intervention sur la réduction de la pauvreté par l’exportation. C’est ainsi qu’il obtient «
Des exportations pour un développement durable »1.

I- La Structure de l'ITC
Le devise « Des exportations pour un développement durable » repose sur cinq secteurs d’activité
complémentaires : politiques commerciales et secteur privé, stratégies d’exportation, renforcement des
institutions d’appui au commerce, intelligence commerciale et compétitivité des exportateurs.

 Faire le lien entre les compétences clés de l’ITC et un développement


durable

1
http://www.intracen.org/itc/a-propos-de-l-itc/fonctionnement-de-l-itc/

6
Par le biais d’un développement stratégique axé sur ces secteurs d’activité, l’ITC fait le lien entre les
entreprises et les marchés. Il obtient ainsi des résultats tangibles à long terme, et ce au plan régional,
national et communautaire.

L’ITC est dirigé par une Directrice exécutive, lequel rend compte au Secrétaire général de la Conférence
des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ainsi qu’au Directeur général de
l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Le Comité de direction(SMC) de l’ITC se compose des
deux chefs de l’exécutif ainsi que des responsables des quatre divisions de l’ITC2.

L’organisation de L’ITC est structurée autour des bureaux du Directeur exécutif et du Directeur exécutif
adjoint, ainsi que des quatre divisions et Directeurs de division qui sont à leur tête.

 Le Bureau du Directeur exécutif est responsable de la planification stratégique, des relations


extérieures et de la communication.

 La Division des programmes pays coordonne les projets de l’ITC au niveau des pays et fait office
de point de référence pour la coordination avec les pays clients.

 La Division du développement des marchés fournit des analyses et des études de marchés, des
services d’information commerciale et coordonne les actions sectorielles de l’ITC.

 La Division du support aux entreprises et institutions s’attache au renforcement de la compétitivité


des exportateurs et à l’efficacité des institutions d’appui au commerce.

 La Division de l’appui aux programmes propose des activités d’appui administratif telles que la
préparation de budgets et de contrôle de leur exécution, la comptabilité, la gestion des ressources
humaines, la gestion des bâtiments, des achats, et fournit à l’organisation des services de voyage
et d’enregistrement ainsi que de ceux liés aux technologies de l’information.

2
http://www.intracen.org/itc/a-propos-de-l-itc/fonctionnement-de-l-itc/la-direction/

7
Cliquer sur la vignette ci-dessous pour consulter l’organigramme complet.

Au 31 octobre 2013, l’effectif de l’ITC se composait de 283 personnes représentant 72 nationalités. En


outre, 602 consultants et sous-traitants ont mis leurs compétences techniques au service des projets
réalisés par le Centre en 2009. Le personnel se compose de 46% d’hommes et de 54% de femmes, avec
une égale représentation des deux sexes au niveau de la direction3.

II- Rôle de l'ITC au sein de l'ONU et de l'OMC

Créé en 1964, l’ITC est le point focal du système des Nations Unies en matière d’assistance technique
liée au commerce (ATLC)4.

3
http://www.intracen.org/itc/a-propos-de-l-itc/fonctionnement-de-l-itc/structure-de-l-itc/
4
http://www.intracen.org/itc/a-propos-de-l-itc/role-de-l-itc-au-sein-de-l-onu-et-de-l-omc/

8
Conformément au mandat qui a été est donné par « l’Organisation mondiale du commerce
(OMC) » et « les Nations Unies » par le biais de « la Conférence des Nations Unies sur le commerce et
le développement (CNUCED »), L’ITC appuyé les stratégies réglementaires, de recherche et de politique
générale de nos organisations mères. Son action s’articule autour de la mise en œuvre de projets d’ATLC
concrets.

Collaboration

Le travail est axé sur les domaines de compétences dans lesquels l’ITC peut avoir le plus d’impact :

 améliorer la capacité des petites et moyennes entreprises (PME) de s’intégrer au système


commercial mondial ;
 renforcer les capacités des institutions d’appui au commerce pour leur permettre de mieux les
soutenir ;
 accroître les capacités du secteur privé de défendre leurs priorités auprès des décideurs
politiques, et de faire en sorte qu’elles soient reflétées dans la politique commerciale.

Au côté de la famille onusienne et des organisations partenaires, le centre de commerce international


continue de faire le lien entre les projets et les programmes de l’ITC et les efforts déployés à l’échelle
mondiale pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement et le programme de l’Aide pour
le commerce. L’ITC reste la seule organisation internationale qui œuvre exclusivement au développement
du commerce pour les économies en développement et en transition. Offrir une ATLC 5 efficace parvenir à
accroître les exportations exigent de tous les protagonistes principaux, dont l’ITC, qu’ils constituent des
partenariats efficaces et améliorent la cohérence et la coordination de leurs interventions. L’ objectif est
d'appuyer les capacités sur celles des partenaires pour accroître encore l’impact sur le développement.

5
activités d'assistance technique liée au commerce

9
10
L’apport de l’ITC
L’ITC soutient les pays les moins avancés (PMA) en vue d’augmenter leur participation dans l’économie
mondiale et de s’assurer que leurs objectifs économiques soient atteints à travers les exportations. L’ITC
contribue activement à la réalisation des objectifs inscrits dans le Programme d’action en faveur des pays
moins développés pour la décennie 2011-2020 (Programme d’action d’Istanbul) dans les domaines du
développement du commerce et de l’assistance technique, avec un accent particulier sur le succès des
exportations pour les entreprises. En 2011-2012, les PMA correspondaient à 55% des bénéficiaires des
prestations de l’ITC, qui souhaite augmenter ce pourcentage dans les années à venir6.

Les défis économiques des PMA


Les PMA peinent à se remettre de la crise mondiale de 2008; en effet, des facteurs économiques externes
continuent à ralentir leurs performances. La croissance économique de tous les PMA réunis était pire dans
les trois dernières années que dans la période avant la crise ; en effet, ces pays montraient une croissance
moyenne de 7.9% entre 2002 et 2008. Malgré une récupération positive en 2010, lorsque le produit
intérieur brut (PIB) a atteint 5.6%, les PMA ont montré un ralentissement en 2011, où la croissance n’a
été que de 4.2%.

Les tendances générales dans le commerce international montrent que le bilan déficitaire global des PMA
est passé de 6.1% % du PIB en 2010 à 5.7% du PIB en 2011. La valeur des biens exportés par les pays les
plus sévèrement touchés par la crise de 2009 a dépassé le niveau d’avant la crise, augmentant de 20% en
2011. Cependant, l’amélioration de la croissance des exportations a été largement attribuée aux quelques
PMA exportateurs de pétrole, leur performance globale devenant par conséquent moins impressionnante
lorsque le pétrole est exclu des paramètres de calcul.

L’économie des PMA étant moins diversifiée, ces derniers dépendent d’une palette limitée d’exportations,
souvent de matières premières. Alors que les pays exportateurs nets de produits de base ont bénéficié
d’une augmentation des prix durant la période 2009-2011, la volatilité des prix de certains produits reste
un problème majeur et crée une vulnérabilité considérable pour la performance des exportateurs.
Les PMA représentent seulement 1.12% du commerce mondial. Une plus grande intégration de ces pays
dans l’économie mondiale continue à être compromise par une série de contraintes liées à l’offre.

L’augmentation des revenus de source étrangère à travers l’exportation de biens à valeur ajoutée s’est
montrée difficile. Typiquement, pour la plupart des pays, le manque d’accès à la technologie et la
difficulté à respecter les critères de qualité des pays développés les empêchent d’évoluer dans la chaîne

6
http://www.intracen.org/itc/a-propos-de-l-itc/pays-prioritaires/pays-les-moins-avances/

11
des exportations. L’aide au développement peut améliorer leurs capacités et réduire les contraintes sur le
secteur privé des PMA. Selon le Système de notification des pays créanciers (SNPC) de l'Organisation de
coopération et de développement économiques (OCDE) les PMA étaient les bénéficiaires de 31% des
Fonds d’aide pour le commerce versés en 2011.

Le rôle unique joué par l’ITC dans les PMA

En tant qu’agence soutenant pleinement l’aide pour le commerce, L’ITC vise à augmenter la capacité des
secteurs privés dans les PMA afin que ces pays puissant bénéficier du système commercial mondial.
L’objectif premier de l’ITC est de venir en aide aux économies vulnérables afin que ces dernières
atteignent un développement durable à travers les exportations, et ce par la mise en place, le soutien et
l’assistance technique dans les domaines liés au développement des exportations.

L’ITC a pour priorité de fournir aux PMA des solutions durables et inclusives pour le développement des
exportations, afin de les aider à construire et diversifier leur base d’exportation. A travers des projets
innovateurs et spécifiques à un pays donné et des programmes régionaux, la coopération de l’ITC se
concentre sur :

 la mise en place de capacités d’exportation des petites et moyennes entreprises (PME);


 la mise en place de capacités de soutien au secteur privé des organismes de soutien au commerce;
 l’amélioration de l’accès à l’intelligence commerciale;
 la promotion de l’intégration économique et le développement du commerce intra régional;
 l’élaboration de stratégies d’exportation sur le plan national et sectoriel;
 l’amélioration de la compréhension des mesures non tarifaires subies par les entreprises.

Pour plus d’informations sur les activités en cours de l’ITC, veuillez consulter la page Projets en cours de
l’ITC. L’ITC collabore étroitement avec d’autres partenaires tels que la Conférence des Nations Unies sur
le commerce et le développement (CNUCED), l’Organisation mondiale du commerce (OMC) le
Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Organisation des Nations Unies pour le
développement industriel (ONUDI), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, ainsi
que les Organisations non-gouvernementales (ONG), les donateurs et les banques de développement afin
de mettre en œuvre le programme d’aide pour le commerce de manière coordonnée. L’ITC apporte un
complément aux efforts des agences partenaires en soutenant les PMA pour qu’ils deviennent membres de
l’OMC, en s’attaquant aux contraintes liées à l’offre à travers les CIR et en soutenant le tourisme en
partenariat avec le Comité directeur de l’ONU sur le tourisme pour le développement (CDTD).

12
Chapitre 2- Les domaines d'intervention de l'CCI :
Les six domaines d'intervention de l'CCI

L'CCI fournit des solutions intégrées autour d'un noyau constitué de six domaines d'intervention. Ces
domaines constituent un ensemble cohérent d'interventions et de programmes correspondants qui sont
adaptés et personnalisés pour fournir des solutions orientées client. Tous les programmes au sein de ces six
domaines d'intervention contribuent aux objectifs de l'CCI.

- Veille économique pour l'amélioration de la compétitivité des PME


- Appui à l'intégration économique régionale et aux relations Sud-Sud
- Connexion aux chaînes de valeur : compétitivité des PME, diversification et accès aux marchés
d’exportation
- Renforcement des institutions d’appui au commerce et à l’investissement
- Promotion et intégration d’un commerce inclusif et vert
- Création d'un environnement propice aux affaires

A- Veille économique pour l'amélioration de la compétitivité des PME

L'accès aux informations sur les marchés et le commerce est essentiel pour le succès du commerce
international. La fourniture d'information innovante et pointue sur les marchés, afin de permettre aux
entreprises d'améliorer leur prise de décision, est au cœur du mandat de l'CCI depuis sa fondation en 1964.

Le travail de l'CCI dans le domaine de la veille économique est axé sur :

 L'amélioration des biens publics mondiaux en tant que fondement de la veille économique ;
 Le renforcement des compétences des partenaires locaux pour qu'ils utilisent efficacement la veille
économique lors de leur prise de décision ;
 La collaboration avec les institutions locales d'appui au commerce et à l'investissement afin
d'améliorer leur portefeuille de services en lien avec la veille économique ;
 Le développement de nouvelles approches innovantes de la veille économique, y compris la veille
concurrentielle ; et
 La facilitation de réformes politiques éclairées, avec une attention portée à la levée des obstacles
non tarifaires qui freinent le commerce des biens et services.

B- Appui à l'intégration économique régionale et aux relations Sud-Sud

Les marchés émergents ont joué un rôle moteur dans la récente croissance de l'économie mondiale, et sont
en train de devenir des marchés de plus en plus importants pour les biens intermédiaires et finaux des
autres pays en développement. Leur rôle en tant que sources d'investissement étranger direct et de

13
technologie augmente aussi. La dernière décennie a également vu s'accélérer le rythme de l'intégration
économique régionale dans toutes les régions du monde, offrant de nouvelles opportunités aux entreprises
des pays à bas revenus. Afin de renforcer les relations d'affaire Sud-Sud, l'CCI travaille avec des
économies émergentes telles que l'Inde, la Chine, le Brésil, la Turquie et d'autres encore, afin de
promouvoir des échanges à valeur ajoutée, des investissements et des transferts de technologie entre ces
marchés et d'autres pays en développement, y compris avec les pays les moins avancés (PMA). En
particulier, et de plus en plus, l'CCI va aider les sociétés des pays à bas revenus pour qu'elles s'intègrent
aux chaînes de valeur menées par les entreprises des marchés émergents.

L'aide de l'CCI contribue à renforcer l'intégration économique régionale et les relations Sud-Sud grâce aux
activités suivantes :

 Renforcer l'infrastructure institutionnelle pour l'intégration régionale, avec une attention particulière
portée à l'Afrique subsaharienne ;
 Connecter la demande et l'offre entre les marchés émergents ; et
 Explorer de nouveaux modes de partenariat pour que la croissance des marchés favorise le
développement des échanges avec d'autres pays en développement.

C- Connexion aux chaînes de valeur : compétitivité des PME, diversification et accès aux
marchés d’exportation

Le besoin de générer une croissance durable et des emplois décents au travers du commerce demeure un
objectif politique important pour de nombreux pays en développement. On estime que 80 % des échanges
mondiaux se font au sein des chaînes de valeur, et que 60 % du commerce mondiale des marchandises
consistent en des biens intermédiaires. L'intégration aux chaînes de valeur permet aux petites et moyennes
entreprises (PME) des pays en développement de tirer des bénéfices de leur participation au commerce
mondial. Les institutions d'appui au commerce et à l'investissement fournissent des services d'appui
cruciaux qui facilitent l'intégration des PME au sein de ces chaînes de valeur, et les aident à évoluer en leur
sein.

L'CCI appuie les pays en développement dans l'élaboration de stratégies commerciales qui mènent aux
changements nécessaires pour que les PME soient plus compétitives à l'international, ce qui facilite la
croissance et l'emploi.

Le programme de l'CCI Valeur ajoutée au commerce offre des ensembles de solutions pour aider les PME
à fournir une offre différenciée et à valeur ajoutée, et s'attaque aux difficultés en matière de production et
de logistique qui empêchent les produits d'arriver sur les marchés. Les solutions offertes par le programme
sont modulaires par nature et s'adaptent pour répondre aux besoins des clients. Les principaux éléments du
programme sont :

14
- La logistique et la chaîne d'approvisionnement : Se conformer aux exigences des clients en matière
de produit ou de service, grâce à une gestion efficace et efficiente de la production, des opérations,
des achats, de l'approvisionnement en équipement, des inventaires, ainsi que de la logistique
entrante, sortante et interne.
- Le marketing d'exportation : Concevoir des services aux caractéristiques différenciées au travers du
marketing, de l'image de marque, de produits/services innovants, et de modèles d'emballage.
- La conformité aux exigences technique et exigences de qualité : Se conformer aux normes, aux
réglementations techniques, et aux mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS), organiser des
services après-vente, et obtenir une certification reconnue internationalement.
- Favoriser l'accès aux marchés : Communiquer avec les clients actuels et potentiels par le biais de
campagnes, identifier les canaux de distribution adéquats et les modes de pénétration des marchés
étrangers, identifier et conclure les opportunités de vente, et développer des partenariats avec des
sociétés plus importantes afin d'intégrer leur base de fournisseurs. Les solutions et plateformes
numériques jouent un rôle important dans l'expansion de l'accès aux marchés.

Cette approche intégrée est axée sur les secteurs prioritaires, dont ceux de l'agroalimentaire, des services (y
compris le tourisme) et de la manufacture légère. L'organisation adopte une approche dictée par les
marchés afin de développer les secteurs, en insistant sur la diversification, des accès améliorés vers les
segments à plus forte valeur ajoutée au sein des chaînes de valeur régionales et mondiales, et la promotion
de l'investissement.

D- Renforcement des institutions d’appui au commerce et à l’investissement

Afin d'établir un commerce pour le bien de tous, l'CCI repose sur un réseau d'institutions d'appui au
commerce (IAC), qui sont à la fois les bénéficiaires du travail de l'organisation et ses partenaires de mise
en œuvre, fournissant des services qui améliorent la compétitivité à l'international des PME. Les IAC sont
des organisations qui soutiennent le commerce, comme les organisations de promotion du commerce, les
chambres du commerce, les associations sectorielles, les agences de développement des entreprises, les
organisations de gestion des chaînes d'approvisionnement, et d'autres encore.

L'amélioration de la performance des institutions d'appui au commerce et à l'investissement, afin qu'elles


fournissent des services plus pertinents et plus efficaces pour améliorer la compétitivité des PME, demeure
une pierre angulaire de la mission de l'CCI. Grâce au programme Réponses en diagnostique et amélioration
des résultats (R-DAR), l'CCI évalue l'efficience organisationnelle des IAC en fonction des pratiques et
références des secteurs, et les aide à améliorer leurs performances en gestion, opérations et fourniture de
services par le biais de plans pluriannuels, complets et personnalisés, pour l'amélioration de leur
performance. Au travers de ce programme, l'CCI s'efforce aussi d'aider les IAC à mesurer les résultats de
leurs activités en vue de pouvoir adopter des actions correctives.

15
L'CCI travaille avec les IAC aux niveaux national et régional, en particulier au sein des PMA, afin
d'améliorer leurs capacités à formuler et gérer des programmes de développement du commerce. Ancrer
l'appropriation par les pays au sein des institutions locales contribue au succès à long terme de l'assistance
technique.

Les associations sectorielles de services sont des organisations faîtières qui regroupent les associations de
services autour de partenariats avec des feuilles de route claires, afin de développer une voix cohérente
pour le secteur des services et de faciliter la croissance de cette industrie. L'CCI soutient la création ou le
renforcement des associations sectorielles nationales de services en tant que IAC spécialisées, afin
d'appuyer la croissance du secteur des services, d'attirer les investissements et de faire croître le commerce
des services.

Vu l'importance des chaînes de valeur dans le commerce international, l'CCI s'efforce de plus en plus
d'aider les IAC, et travaille avec les fournisseurs de services commerciaux afin de faciliter concrètement la
participation des PME aux chaînes de valeur. Cela inclut les services en lien avec la promotion des
investissements.

L'CCI encourage et active les réseaux régionaux et internationaux entre les IAC de différents pays, et inclut
la promotion des relations commerciales Sud-Sud.

E- Promotion et intégration d’un commerce inclusif et vert

L'augmentation des échanges ne suffit pas à elle seule pour améliorer les moyens de subsistance. Les
avantages de la croissance du commerce n'atteignent pas nécessairement les groupes vulnérables tels que
les femmes, les jeunes ou les communautés marginalisées, et des coûts excessifs peuvent être imposés à
l'environnement. Le CCI collabore avec ses clients pour intégrer les objectifs de développement durable
dans tous ses programmes de développement du commerce, tout en restant centré sur les initiatives axées
sur la demande. L'agence met en œuvre des programmes spécifiques axés sur l'autonomisation économique
des femmes, la promotion de l'esprit d'entreprise chez les jeunes, la connexion des communautés pauvres
aux chaînes de valeur et la promotion du commerce vert. L'CCI intègre également les objectifs de
durabilité environnementale et d'égalité des sexes dans l'ensemble de son portefeuille.

En ce qui concerne la durabilité environnementale, l’accent sera davantage mis sur la durabilité des sources
d’approvisionnement, les MNT liées à l’environnement, les impacts du changement climatique sur le
développement et le rôle du commerce dans l’atténuation et l’adaptation, ainsi que la perte de biodiversité
liée au commerce.

Le programme Commerce et communautés pauvres de l'CCI vise à réduire la pauvreté dans le monde en
renforçant les capacités des micro-entrepreneurs, entreprises sociales et concepteurs émergents des pays en

16
développement, grâce à un modèle commercial inclusif les mettant en contact avec des acheteurs
internationaux dans les chaînes de valeur mondiales.

L'autonomisation économique des femmes est un aspect particulier du travail de l'CCI dans les pays en
développement, les entreprises appartenant à des femmes représentant près de 40% de toutes les PME. Le
programme Femmes et commerce de l'CCI travaille directement avec les femmes entrepreneurs et les STI
dans certaines chaînes de valeur pour les aider à tirer parti des possibilités offertes par le commerce
international.

L'CCI a lancé son programme Jeunesse et commerce en 2014 avec une initiative pilote au Maroc axée sur
l'entrepreneuriat des jeunes et les incubateurs. Les leçons tirées du projet pilote serviront à affiner et à
étendre le programme en 2015.

F- Création d'un environnement propice aux affaires

Les choix politiques et en matière de réglementation ont un impact significatif sur la compétitivité des
PME, et jouent un rôle crucial dans la détermination de leur aptitude à se lier aux chaînes de valeur. L'CCI
soutient les pays en développement pour qu'ils favorisent un environnement des affaires qui soit propice à
la croissance des échanges, en facilitant l'inclusion de la perspective du secteur privé dans les processus
d'élaboration des politiques. L'organisation aide à institutionnaliser le dialogue public-privé afin de
formuler des stratégies et politiques commerciales aux niveaux national et régional.

L'CCI aide les pays en développement et les économies en transition à construire un environnement qui
soit plus propice aux affaires :

- En soutenant les responsables politiques, les IAC et le secteur privé pour qu'ils mettent en œuvre
l'Accord de facilitation des échanges de l'OMC ;
- En appuyant les partenaires des secteurs public et privé pour qu'ils mènent le développement de
stratégies d'exportation et de plans de gestion pour leur mise en œuvre afin de traduire ces stratégies
en actions concrètes ;
- En facilitant le développement d'une voix forte du secteur privé qui puisse être entendue dans les
processus d'élaboration des politiques, y compris le processus d'adhésion à l'OMC ; et
- En renforçant les institutions locales en faveur d'une approche durable et enracinée localement, qui
intègre les partenariats publics-privés dans les processus politiques.

Les réalisations de l’CCI en 2017 :

Les chiffres ci-dessous fournissent un aperçu de la manière dont l'CCI a accompli sa mission de promotion
d'un commerce inclusif en 2017. Un grand nombre d'objectifs et d'indicateurs sont tirés du cadre

17
stratégique 2016 - 2017 de l'ITC aligné sur les cycles biennaux de planification et de budgétisation du
système des Nations Unies.

Les objectifs initiaux ont été définis dans le Plan stratégique 2015 - 2017 de l'CCI mais ils ont été ensuite
mis à niveau, souvent de manière assez substantielle, pour s'assurer de ne pas rester à la traîne par rapport
aux tendances de prestation en cours.

 Renforcement de l'intégration du secteur des entreprises dans l'économie mondiale :


157 000nouveaux utilisateurs d'informations de veille économique et commerciale sont plus
sensibilisés au commerce international grâce au soutien de l’CCI (Objectif biennal : 175 000).
 Amélioration de la performance des institutions d'appui au commerce et à l'investissement
(IACI)pour en faire bénéficier les entreprises :
219Les IACI ont rapporté que le soutien de l'CCI leur a permis d'améliorer les performances
opérationnelles et / ou managériales (Objectif biennal : 400).
 Amélioration de la compétitivité internationale des entreprises :
15 200entreprises supplémentaires ont été soutenues pour améliorer leur compétitivité
internationale ou pour rencontrer des acheteurs avec lesquels elles ont ensuite mené des transactions
(Objectif biennal : 14 000).
27 000Participants aux cours de formation de l'CCI (Objectif biennal : 20 000)
 Autonomiser les femmes dans l'économie mondiale :
41 %des 15 200 entreprises supplémentaires mentionnées ci-dessus étaient détenues, exploitées et
contrôlées par des femmes(Objectif biennal : 40 %).
980 000signataires de l'initiative SheTrades ont promis de relier 980 000 femmes entrepreneures
aux marchés internationaux d'ici à 2021(Objectif 2021 : 3 million).
 Tirer parti du financement dans le commerce :
L'CCI a réalisé une estimation de la valeur des transactions commerciales internationales générées
par ses interventions en 2017. La projection est fondée sur trois volets : les commentaires
d'utilisateurs des outils de veille économique et de marché de l'CCI ; la documentation des
débouchés et offres d'affaires ; et les exportations supplémentaires générées grâce aux gains
d'efficacité opérationnels et de gestion réalisés parles 18 IACI qui ont collaboré étroitement avec
l'CCI.
$646 millions Prestations de l'CCI à travers tous les budgets : En valeur estimative d'exportation et
d'investissement résultant de la veille économique et commerciale de l'CCI, des connexions
commerciales et du soutien aux IACI.
$1 $14 :L'ITC tire parti de chaque dollar de financement extrabudgétaire,$14 en transactions
commerciales internationales.
 Principaux indicateurs de performance :

18
Les indicateurs ci-dessous suivent les services d'assistance technique fournis par l'CCI et les
mesures prises pour améliorer l’efficacité.
- $85,6 millions : Prestations de l'CCI à travers tous les budgets
- $170 millions pour les projets en cours posant les jalons d'une croissance future(Objectif : $175
millions)
- $137 millions : Fonds de ressources extrabudgétaires garantis pour 2018 et au-delà(Objectif :
$90 millions)
- 86 % de l'appui spécifique au pays était destiné aux pays prioritaires (Objectif : 80 %)
- 96 % de clients : Services de l'CCI évalués positivement (Objectif : 85 %)
- $1 $22 : Chaque dollar investi dans le Fonds de développement des entreprises de l'CCI a
permis d'obtenir un financement extrabudgétaire de $22 (En réalité $21 en 2016)

19
Bibliographie

Webogaphie
 http://www.intracen.org

20