Vous êtes sur la page 1sur 74

Machines Electriques

à courant alternatif

A. SAADI
Département AEEE

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 1


Introduction générale
L’utilisation et l’application de l’énergie électrique ont fait d’énormes
progrès depuis ces dernières années. Il est étonnant de constater à quel point
l’électronique de puissance a envahi tous les aspects de l’électrotechnique. Ainsi, il
n’est plus pertinent d’étudier isolément les machines à courant continu et à courant
alternatif sans traiter la commande électronique qui fait partie de l’entraînement
de ces machines
Ces changements importants

Insulated Gate Bipolar Gate Turn-Off Thyristor


Transistor GTO
IGBT
Fréquences élevées Courant de plusieurs KA et des
20KH tensions des KV

Puissances des ordinateurs et des


microprocesseurs: calcul en temps
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 2
réel à des vitesses prodigieuses
Introduction générale: Abandon de la Machine à courant Continu
La plupart des entraînement industriels couvrent la gamme des puissances
allant de 1KWà 500KW. Grace à la gamme de disponibilité de la commande par
IGBT, les coûts réduits d’entretien, les rendements supérieurs et la productivité
accrue ont contribué à une amélioration de la rentabilité. Par conséquent, les
systèmes d’entraînement à courant continu sont graduellement remplacés par des
commandes de moteurs asynchrones qui offrent une réponse dynamique tout aussi
performante. Tous les secteurs industriels et commerciaux sont touchés par cette
révolution technologique. Grues, ascenseurs, locomotives, ventilateurs, pompes,
compresseurs, lignes de production…etc, seront donc progressivement transformés.
L’essor des interrupteurs statiques de grande puissance, des
condensateurs à commande par thyristors et des convertisseurs pouvant remplacer
les transformateurs à déphasage variable, ces nouveaux appareils regroupés sous la
rubrique FACTS(flexible AC Transmission Systems), permettra aux lignes de
transport et de distribution de porter des puissances accrues. De plus, grâce à leur
réponse rapide, ces convertisseurs
30/09/2019
peuvent stabiliser un réseau menacé par3 une
ENSAM MEKNES Département AEEE

perturbation intempestive.
Introduction générale: Courant Fort
Il est rassurant de constater que ces innovations, couvrant un champ de
connaissances aussi vaste, reposent toutes sur une base commune. Ainsi, découvrira
t-on lors de cet élément de module que la technologie et les équations propres aux
machines synchrones sont semblables à celles ayant trait aux lignes de transport. A
leur tour, les lignes de transport impliquent une puissance réactive, laquelle
réapparaît dans l’étude des convertisseurs électroniques. Par conséquent, les
connaissances acquises dans un secteur sont renforcées et élargies lorsqu’on les
rencontre de nouveau dans un autre. L’étude de l’électrotechnique présente alors
une cohérence et un défi intellectuel enrichissant, en même temps qu’elle révèle un
sujet fascinant.

L’électrotechnique, domaine des courants forts, subit donc


des profonds changements, tout en continuant à s’appuyer sur
les grands principes de base découverts au siècle dernier.

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 4


Machine à Courant Alternatif Triphasé
Dans cette catégorie , on distingue deux grandes familles de machines à
courant alternatif triphasé: les machines Synchrones et les machines Asynchrones.

Tableau récapitulatif des applications industrielles :

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 5


Machines Synchrones

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 6


Machine Synchrone
Jadis, les machines synchrone était destinées pour la production de
l’énergie électrique pour des puissances allant de qq watts à qq centaines de
Mégawatts.
Leur caractéristique fondamentale d’avoir une fréquence de rotation
proportionnelle à la fréquence du réseau était mise au profit pour des applications
nécessitant des vitesses constantes.

Par rapport aux machines Asynchrone, qui est dénommé le moteur industriel par
excellence, les machine synchrone n’occupait qu’une minime partie dans les
applications industrielles, la plus répandue est le :
Compensateur synchrone
Mais grâce à l’évolution de l’électronique industrielle par le développement
des composants semi-conducteurs très performants en puissances et en temps de
commutations, le tissu industriel a connu une vraie évolution et a changé
complètement la classification des machines.

Actuellement, la possibilité de réaliser le principe d’autopilotage, allait


conduire à la mise au point des dispositifs d’entrainement à vitesse variable tels
que:
Pompage, ventilation, TGV,….. etc.
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 7
Introduction
Les machines synchrones sont des machines tournantes à
courant alternatif :
Alternateurs
Moteurs

Le principe fondamental de fonctionnement de ces machines


est très simple.
étaient (années 80-90) peu demandé à cause de la
complexité de leurs commandes.

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 8


Construction et principe fondamental de
fonctionnement

• Générateur synchrone:
Enroulement du rotor est une bobine alimenté en courant
continu: inducteur.
Enroulement du stator est un ensemble de bobines
permettant d’obtenir une tension triphasé: induit.

Objectif:

A partir de la mise en rotation d’un champ continu, recueillir un


système de tension triphasé.

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 9


• Moteur synchrone:
Le rotor est toujours alimenté en courant
continu.
L’enroulement du stator est alimenté avec un
système de tension triphasé équilibré.

Objectif:

Arranger le champ crée par l’induit et celui crée par


l’inducteur afin de produire un couple permettant la
rotation de ce dernier

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 10


Vue de coupe d’un alternateur de puissance

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 11


Exemple de gros générateur
hydraulique

Stator triphasé d’une puissance de 190MVA 12KV-350tr/mn.


Refroidissement par circulation de l’eau froide des les
30/09/2019
conducteurs
ENSAM MEKNES Département AEEE 12
Rotor à pôle saillant : refroidissement
avec circulation de l’eau froide

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 13


Structure des rotors des machines synchrones

Rotor à pôle saillant Rotor à pôle lisse

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 14


Structure des stators des machines synchrones

Encoches

bobinage

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 15


Position du problème
• Comment peut-on mettre la disposition des
bobines du stator pour produire un système
de tension triphasé.

•Cette disposition produira t-elle un champ


magnétique permettant de développer un
couple sur l’arbre de la machine.

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 16


Principe des machines AC
Disposition de l’enroulement du stator
Y

a’
b
c

c’
b’

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 17


Principe des machines AC
Création du champ électrique
Y

a’
b
c
Haa’(t)
X
Baa’(t)
c’
b’

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 18


Alimentation des bobines par un système
triphasé équilibré
Y

à ωt=0°

a’
b
c

X
Bcc’ Bbb’
c’
b’
Bt

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 19


Alimentation des bobines par un système
triphasé équilibré
Y

à ωt=90°

a’
b
c Bcc’
Baa’ Bt
X
Bbb’
c’
b’

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 20


Alimentation des bobines par un système
triphasé équilibré

à ωt=210°

a’
b
Bbb’
c
Bcc’
X
Baa’
c’
b’

Conclusion : le vecteur champ total est tournant


30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 21
Etude analytique du champ
• Le système de courant alimentant l’induit est :

iaa ' (t ) = iM sin(ωt )


ibb ' (t ) = iM sin(ωt − 2π 3) A
icc ' (t ) = iM sin(ωt − 4π 3)

Ces courant produisent les champs magnétiques suivants:

H aa ' (t ) = H M sin(ωt ) 0°
H bb ' (t ) = H M sin(ωt − 2π 3) 120° A. tr/m
H cc ' (t ) = H M sin(ωt − 4π 3) 240°

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 22


Etude analytique du champ
L’induction magnétique est donnée par :
B = µH T
Par la suite on a:

Baa ' (t ) = BM sin(ωt ) 0°


Bbb ' (t ) = BM sin(ωt − 2π 3) 120°
T
Bcc ' (t ) = BM sin(ωt − 4π 3) 240°

Le champ total à l’intérieur du stator est:

BS = Baa ' + Bbb ' + Bcc ' T

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 23


Etude analytique du champ
Projetons cette équation sur les axes X et Y
ρ  ρ 3 ρ
BS (t ) = BM sin(ωt ) x + − 0.5 BM sin(ωt − 120°) x + BM sin(ωt − 120°) y 
 2 
 ρ 3 ρ
+ − 0.5 BM sin(ωt − 240°) x − BM sin(ωt − 240°) y 
 2  T

On trouve :

ρ ρ T
BS (t ) = 1.5 BM sin(ωt ) x − 1.5BM cos(ωt ) y

Conclusion : l’induction magnétique créée à l’intérieur de


30/09/2019
la machine est tournante.
ENSAM MEKNES Département AEEE 24
Etude analytique du champ
a’
b
c
BS
N S

ω c’
b’

La vitesse de rotation du champ magnétique est égale à


la pulsation du réseau d’alimentation:

ωe=ωm
fe=fm Deux pôles
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 25
Action d’un champ tournant sur un aimant
Hypothèse :

M0 est le moment magnétique de l’aimant tournant à la vitesse


ω.
H est le champ tournant à la vitesse ω0.

a’
ω0
b
c
ω
H0
α
M0 c’
b’

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 26


Action d’un champ tournant sur un aimant
Le couple électromagnétique produit par l’interaction des deux
champs est :
ρ ρ ρ
Γ = MΛH
Soit : ρ ρ
Γ = MH sin(M , H )
On a:
ρ ρ ρ ρ ρ ρ
(M 0 , H 0 ) = α ( H 0 , H ) = ω0 t ( M 0 , M ) = ωt

Donc :
ρ ρ ρ ρ ρ ρ ρ ρ
( M , H ) = ( M , M 0 ) + ( M 0 , H 0 ) + ( H 0 , H ) = (ω0 − ω )t + α
Par la suite :
Γ = MH sin((ω0 − ω)t + α )
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 27
Techniques de réalisation de deux p pôles

Tasser sur un pième de la surface interne du stator l pour la


création du champ bipolaire.

Reproduire cette bobine p-1 fois.

C/C:

p bobines pour chaque phase.


Ouverture de la bobine est π/p.
Les bobines sont décalées de 2π/3p.

Définition : une machine synchrone est caractérisée par le


nombre m représentant le nombre d’encoches par pôles et par
phase.
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 28
Exemple de réalisation d’un champ de quatre pôles

c’1 b1

a1
a’1

b2 c’2 X

c1 b’1
a2 b’2
c2 a’2

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 29


Exemple de réalisation d’un champ de quatre pôles

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 30


Nombre de pôles
La machine possède donc 4 pôles
Y

S N


N
S

La fréquence du réseau est 2 fois la fréquence du champ.


C/C: fchamp=fréseau/2
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 31
Nombre de pôle

fchamp=fréseau/p
Exemple : Une turbine hydraulique tournant à une vitesse de 200tr/mn est
raccordée à un alternateur. Si la fréquence de la tension induite est de 60Hz,
combien de pôles le rotor comporte -t-il?

On fchamp= 200/60=3.333 Hz

Par la suite le nombre de paire de pôles est : Soit donc 36 pôles


p=fréseau/fchamp
30/09/2019 p=60/3.333=18 ENSAM MEKNES Département AEEE 32
Alternateurs triphasé

Les alternateurs commerciaux sont réalisé


avec des alimentations d’inducteurs fixes ou
rotatif.
Les machines synchrones à inducteur fixe ne
dépassent pas les 50KVA.

Leurs apparences extérieure est celle d’une MCC.

Il est plus sécuritaire et économique et plus


pratique d’utiliser l’inducteur tournant pour des
puissances élevées.
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 33
Création de F.E.M. dans l’induit
L’induction magnétique créée à l’intérieur de l’entrefer
possède la caractéristique d’être périodique non sinusoïdale,
son développement en série de Fourier est:

B j (θ ) = B1 cos( pθ ) + B3 cos(3 pθ ) + B5 cos(5 pθ )


+ ..... + Bh cos((hpθ ) + ...

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 34


Y Rdθ

L’ouverture d’une bobine est


2π/2p=π/p

R N
π/p

Pour une position de la spire quelconque α, la spire occupe la position -π/2p-α à


30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 35
π/2p-α
Le flux à travers un élément de surface de la spire

d ϕ = B j (θ ) ds
ds = L . R .d θ

Le flux total à travers la spire est :


π
−α
2p
2 LR 1
ϕ =
−π
∫ B J (θ ) L . R .d θ =
p
( B1 cos( p α ) − B 3 cos( 3 p α )
3
−α
2p

1
+ ..... ± B h cos( hp α ) µ .......)
h
La f.e.m créée dans la bobine de ns spires en tenant compte de α=ωt/p :

2 LR
e s (t ) = n s ω ( B1 sin( ω t ) − B 3 sin( 3ω t )
p
+ ..... ± B h sin( h ω t ) µ .......)
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 36
Détermination de la fondamentale

Le flux sous un pôle φJ est :

Wb
2 RL
φ J == B1
p
Ce qui donne :
pφ J
B1 = T
2 RL
La f.e.m. fondamentale par phase est:

E1 = 2π n s fφ V

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 37


Exemple illustratif
Dans un générateur à deux pôles le maximum de champ magnétique du rotor est 0.2
T, la vitesse de rotation de l’arbre est de 3000tr/mn. Le diamètre du stator est de
0.5m, ces bobines ont une longueur de 0.3m, et chaque bobine contient 15 spires. La
machine est connectée en étoile.
a) Déterminer la tension triphasé instantanées aux bornes des bobines à la sortie du
générateur.
b)En déduire les tensions en ligne
Le flux dans la machine est :

La vitesse de rotation du rotor en rad/s est :

L’amplitude maximale de la tension aux bornes d’une bobine est :

Le système des trois tension triphasé instantanées est :

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 38


Ouverture des bobines: Pitch coils
Effet de l’enroulement à pas raccourci
Y

SS

ρp
N
N NN X

’ S

Définitions :
ρp est l’angle polaire représentant la distance angulaire entre
deux pôles adjacents :
Exemple
180 °
ρp = ρ p = 90 °
30/09/2019 p ENSAM MEKNES Département AEEE 39
Ouverture des bobines: Pitch coils
ρ est l’angle électrique représentant la distance angulaire
entre deux côtés d’une section. ρ = θ m . 180 °
ρp
Y Référence Angle

Avec θm est l’ouverture ω


mécanique de la bobine
a2
90°-ρ/2 BM

ρ
X

90°-ρ/2

a1

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 40


Le champ magnétique à l’entrefer pour une position θ :

B ( t , θ ) = B M cos( ω t − θ )
La tension induite dans les conducteurs actifs de la spire
est :
e ind = ( v × B ) • l
V vitesse du conducteur par rapport au champ magnétique.
B est le vecteur induction magnétique .
l longueur du conducteur dans le champ magnétique

Les segments actifs de la spire a1 et a2 sont situés à


des postions telles que:

θ = 90 ° + ρ 2
Segment a1 :

θ = 90 ° − ρ 2
Segment a2 :

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 41


Donc la force électromotrice pour les deux segments :

e inda 1 = − vBl e inda 2 = vBl

Le développement pour les angles considérés :

e inda 1 = − vB M l cos( ω t − 90 ° − ρ )
2
e inda 2 = vB M l cos( ω t − 90 ° + ρ )
2

La fem totale est :

eind = einda 1 + einda 2 = vB M l ( − cos( ω t − 90 ° − ρ ) + cos( ω t − 90 ° + ρ ))


2 2

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 42


Par la suite :

e ind = 2 vB M l sin( ρ ) cos( ω t )


2
Où :
2 vB M l = φω
Soit la fem pour une spire :

e ind = φω sin( ρ ) cos( ω t )


2

On note le facteur de raccourcissement (Coil pitch factor Kp) :


ρ
k p = sin( 2 )

La fem totale dans la phase :

e ind = n s k p φω cos( ω t )
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 43
Ouverture des bobines: Coil Pitch

La valeur efficace de la fondamentale est:

E = 2π n s k pφ f
On peut montrer par récurrence que Kp dépend de l’ordre h de
l’harmonique:

k p = sin( h ρ )
2

Traitons par l’exemple l’effet du facteur Kp :

Une machine triphasée à stator bipolaire, contient des bobines avec 5/6
d’angle d’ouverture. Quelles sont les facteurs de raccourcissement pour les
harmoniques présentes dans les bobines de la machine? Ce
raccourcissement aide t-il à supprimer les harmoniques contenues dans la
tension générée.
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 44
Solution :
L’angle mécanique d’ouverture des pôles en degrés pour cette machine est :

360 °
ρp = = 180
2p
Par la suite l’angle mécanique de ces bobines est cinq-sixième de
l’angle polaire 180°,soit 150°.
L’ouverture électrique des bobines est :
θm 150 °
ρ = 180 ° = ∗ 180 ° = 150 °
ρp 180 °
Remarque : l’angle mécanique est égale à l’angle électrique.
Détermination du facteur de raccourcissement pour les différentes
harmoniques sont : 7 ∗ 150 °
150 ° Septième harmonique k p = sin = 0 . 259
fondamental k p = sin = 0 . 966 2
2
3 ∗ 150 ° 9 ∗ 150 °
Troisième harmonique k p = sin = − 0 . 707 Neuvième harmonique k p = sin = − 0 . 707
2 2
5 ∗ 150 ° Coil pitch a l’effet de rendre le champ sinusoïdal
Cinquième harmonique k p = sin = 0 . 259 en réduisant les harmoniques
30/09/2019 2 ENSAM MEKNES Département AEEE 45
Analyse quantitative des propriétés de bobinage

Effet des encoches : effet de la distributions des bobines

Fmm (AT) β
ni/2

ni/3
ni/6

π/2p π/p θ

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 46


L’écart entre deux encoches consécutives est noté β :

β =
nombre .d ' encohes .total
2π π
β = =
6 pm 3 pm
L’écart électrique est:
π
pβ =
3m
Définition :
Le coefficient de bobinage kh est le rapport entre
l’amplitude du rang h de la f.m.m du bobinage réel et le
même rang de la f.m.m obtenue, si tous les conducteurs
d’une phase pour une paire de pôles étaient regroupés dans
deux encoches.
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 47
Calcul du coefficient kh

Pour l’harmonique d’espace de rang h, les m sinusoïdes à


additionner sont décalées de hpβ les unes par rapport aux
autres. O D1

hpβ


mpβ Encoche d’ordre m
Dm

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 48


On a:
OD OD m
kh = m
m
=
mOD 1

i =1
OD i

Or :
OD 1 OD m
2 = 2
sin( ph β ) sin( mph β )
2 2

Par la suite
OD sin( mph β )
m
= 2
OD 1 sin( ph β )
2

Or : π
pβ =
3m
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 49
Ce qui donne :
sin( hπ )
kh = 6
m sin(hπ
6 m)
Évaluons ce coefficient de bobinage :

m 1 2 3 4 5 6 7
k1 1
0.966 0.960 0.958 1 1 1
k3 1
1 1 0.653 1 1 1
1
K5 1 1 0.205 1 1
1 -
K7 1 1 0.157 1 1 1

C/C: l’augmentation de m réduit le taux des divers harmoniques


et rend la forme de l’onde de la f.m.m créée par chaque phase
sinusoïdale.
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 50
Modélisation des encoches et spécification des notations

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 51


Circuit équivalent d’un générateur synchrone

Caractéristique interne d’un alternateur

EA
ω=ωsyn

Zone
linéaire
Zone de
saturation

IF

Courbe de magnétisation d’un générateur synchrone


30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 52
Circuit équivalent d’un générateur synchrone :
Alternateur en charge

Charge
triphasé

excitation
Induit
C/C : la tension de sortie Vφ de chaque phase est différente à la tension mesurée à
vide EA.

On distingue un nombre de facteur causant la différence entre EA et Vφ :

La distorsion du champ magnétique dans l’entrefer due au courant du stator,


appelée réaction magnétique d’induit.

Inductance propre des bobines d’induit.

Résistance des bobines de l’induit.

Effet de la forme saillantes des pôles du rotor.


30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 53
Distribution des flux mutuel et de fuite

pôle saillant pôle lisse

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 54


Réaction magnétique d’induit:
Etude du rotor à pôles lisses
Y

Imax

EAmax

a’
BR
b
c ωm Btot

BS c’
b’

B tot = B R + B stat a
Estat
V φ = E A + E stat
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 55
Fonctionnement dans la zone linéaire
On exprime :
E stat = − jXI A

De même la bobine est modélisée par une résistance RA et son inductance


propre LA (XA sa réactance).
Alors la différence entre EA et VΦ s’écrit:

V φ = E A − jXI A − jX A I A − R A I A

les deux réactances sont parcourues par le même courant IA, il est
d’ordinaire de les combiner en une seule écriture notée Xs et appelée
réactance synchrone.

XS = X + X A

Enfin l’équation décrivant le potentiel d’une phase est :

V φ = E A − jX S I A − R A I A
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 56
Circuit équivalent d’un générateur synchrone triphasé

jXs

EA1
VΦ1

jXs

EA2 VΦ2

jXs

excitation
EA3 VΦ3

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 57


Circuit équivalent d’un générateur synchrone triphasé
Le générateur synchrone peut être monté en étoile ou bien en triangle

Tension s de sortie :

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 58


Diagramme de phase

Considérons une charge à facteur de puissance unité.

EA
jXs IA

VΦ RA I A
IA

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 59


Charge inductive

EA

jXs IA

IA
RA I A

Charge capacitive
jXs IA
EA

IA
RA I A

C/C : pour une tension de phase constante et un courant induit


donné, la fem demandée pour une charge inductive est plus grande
que celle demandée pour une charge capacitive.
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 60
Puissance et couple dans un générateur synchrone

L’énergie mécanique nécessaire pour faire tourner le rotor des


alternateurs, peut être produite en général par un moteur diesel, turbine à
vapeur, turbine hydraulique, etc ….

La propriété basique de cette source d’énergie, est qu’elle soit capable de


garder une vitesse constante quelque soit la puissance demandée.

Diagramme de puissance d’une machine synchrone est :


Pconv

Puissance
Pin=τm ωm τelmωm el de sortie
électrique

Pertes mécaniques Pertes


30/09/2019 cuivre AEEE
ENSAM MEKNES Département 61
Puissance dans un générateur synchrone: Pertes dans
la machine
Les pertes des enroulements (pertes de cuivre).
Pertes joules stator
Pertes joules rotor
Pertes par courant de Foucault et hystérésis

Pertes mécaniques:
Les perte de frottement.
Les pertes de ventilateurs pour refroidissement du rotor et du stator.
Les pertes dans les paliers.

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 62


Puissance électromagnétique

Pelm = τ elm ω m

= 3 E A I A cos( γ )
γ est l’angle entre EA et IA

Puissance active de sortie :

Ps = 3V φ I A cos( θ )

Puissance réactive de sortie

Q s = 3V φ I A sin( θ )

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 63


En général la réactance synchrone Xs est plus grande que RA

Le diagramme de phase devient :

θ
E A sin( δ )
EA
= X S I A cos( θ )
jXs IA

δ
θ VΦ
IA γ

Par la suite :

E A sin( δ )
I A cos( θ ) =
XS

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 64


La puissance de sortie devient:

3V φ E sin( δ )
Ps = A

X s

C/C : la puissance produite par un générateur synchrone dépend de l’angle δ


entre Vφ et EA: appelé angle de couple, angle interne.

La puissance maximale que peut fournir le générateur synchrone est


obtenue pour δ=90°; elle est appelée la limite statique de stabilité:

3V φ E
P max = A

X s

En réalité les générateurs synchrone n’atteignent jamais cette limite; les


valeurs usuelles de l’angle de couples en plein charge sont de 15 à 20°.

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 65


Application : Calculer le couple électromagnétique en moyennant le
calcul par champ; montrer que l’angle interne représente bien l’angle de
couple ( Dans le cas du moteur).

solution
Y
Imax
τ elm = kB R × B S
EAmax Vφ
a’
τ elm = kB R × ( B Tot − B R )
BR Btot b
c ωm
τ elm = kB R × B Tot X
Or : c
b BS ’
( B R , B Tot ) = δ ’
Estat
a
Donc :

τ elm = kB R B Tot sin( δ )


C/C : δ représente bien l’angle de couple
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 66
Le couple peut donc être exprimé par deux quantités: magnétiques et
électriques :

τ elm = kB R B Tot sin( δ )


3V φ E A sin( δ )
τ elm =
ωm X S
Caractéristique du couple en fonction de l’angle δ : pôles lisses

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 67


Mesure des paramètres du modèle du générateur synchrone

Le circuit équivalent du générateur synchrone contient trois paramètres


qui doivent être déterminées pour décrire le modèle de la machine
synchrone.

1) Relation entre EA et le courant d’excitation J: appelée caractéristique à


circuit ouvert (caractéristique à vide (OCC)).

2) Réactance synchrone

VS=0 V

3) Résistance de la bobine inductrice


30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 68
Caractéristiques OCC & SCC

Tension à vide EA

circuit de l’induit(A)
Courant de court-
Vnominale

(V)
Courant d’excitation
(A)

Quand la sortie est court-circuitée, on obtient l’équation :

E A = R A I A + jX S I A
RA est en générale négligée, on a:
EA
XS =
30/09/2019
I
ENSAM MEKNES DépartementAAEEE 69
Machine synchrone à pôle saillant
Introduction

Le rotor cylindrique des machines synchrones a un entrefer uniforme, par


conséquent, sa réactance reste le même, quelle que soit la position du rotor.
Cependant, une machine synchrone à pôles saillants a entrefer non uniforme. Par
conséquent, la réactance varie avec la position du rotor.
En conséquence, une machine à rotor cylindrique possède un seul axe de symétrie
(axe polaire ou un axe direct) tandis que la machine à pôles saillants possède deux
axes de symétrie:

1) Axe des pôles de champ, appelé


axe direct ou d-axe.
2) L'axe passant par le centre
de l'espace inter-polaire, appelé en
quadrature ou les q- axes, comme
représenté
30/09/2019
sur la Figure suivante:
ENSAM MEKNES Département AEEE 70
Machine synchrone à pôle saillant

De toute évidence, deux fmms agissent sur l'axe d d’une machine


synchrone à pôles saillants à savoir la fmm créée par le champ du rotor et la fmm
créée par l'armature. alors qu'une seul fmm, à savoir celle de l'armature qui agit
sur le q-axe, parce que le champ du rotor n'a pas de composante et il est colinéaire
avec l’axe d. Sa réluctance est faible le long de l'axe d, et elle est élevé le long de
l'axe q.

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 71


Etude du rotor à pôles saillants
Plan du courant en Axe direct
quadrature

Imax

EAmax

a’
BR
b
c ωm
Bq
Axe
quadrature
BS c’
Bd Plan du courant direct
b’

B tot = B R + B stat a Plan Champ du stator

Vφ = E A + E d + E q
30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 72
Mise en équation du rotor à pôles saillants
La réaction de l’induit s’exprime par :

On introduit maintenant la résistance et la réactance de l’induit soit , en posant :

L’expression finale de la tension aux bornes du générateurs synchrone est :

Diagramme de phase correspondant est :

30/09/2019 ENSAM MEKNES Département AEEE 73


Diagramme de phase du rotor à pôles saillants
Représenter le vecteur jXqIA

q
D

EA
jXqIq
Iq jXqIA Référence
δ de tension

ϕ

Id RAIA
jXdId
IA

Le point D devient un point très intéressant, pour la détermination de l’angle du


30/09/2019d ENSAM MEKNES Département AEEE 74
couple