Vous êtes sur la page 1sur 104

Manuel de Formation

sur le plaidoyer pour


la Résolution 1325

Un outil facile à utiliser pour renforcer l’apprentissage sur le plaidoyer en


faveur de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.
Manuel de Formation
sur le plaidoyer pour
la Résolution 1325
Première Publication 2016
Financé par le Minsitère Norvégien
des Affaires étrangères

Un outil facile à utiliser pour renforcer l’apprentissage sur le plaidoyer en


faveur de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Tel:+254-20-4452465/6/7, Fax: +254-20-4452468, AACC building off Waiyaki way, Westlands, Nairobi.
AVANT-PROPOS

impact plus important sur les communautés


puisque les droits sont réalisés à travers le
changement au niveau politique. Les acteurs
du développement ont développé des modules
et des activités de sensibilisation vis-à-vis des
titulaires de droits, toutefois les politiques
n’ont pas évolué de façon à intégrer les
recommandations de la Résolution 1325. En ce
qui concerne la participation des femmes aux
négociations de paix, la recherche mondiale
sur la mise en œuvre de la Résolution 1325
note que « les processus de paix qui ont inclut
des femmes comme témoins, signataires,
médiatrices, et/ou négociatrices ont démontré
une augmentation de 20% de la probabilité pour
que l’accord de paix dure au moins deux ans.
Ce pourcentage augmente avec le temps, avec
une augmentation de 35% de la probabilité que

L
a Résolution 1325 du Conseil de Sécurité l’accord de paix dure au moins 15 ans. » 1Il est
des Nations Unies, adoptée en l’an 2000, par conséquent nécessaire d’influencer les
est le premier document formel et légal décideurs afin qu’ils prennent des mesures
du Conseil de Sécurité requérant des parties concrètes pour mettre en œuvre la résolution.
à un conflit de prévenir toutes violations aux
droits des femmes, de soutenir la participation Ce manuel est développé par le Programme
des femmes aux négociations des paix et à la thématique de réduction des VBG dans
reconstruction post conflit et de protéger les les contextes de conflit et post conflit de
femmes et filles de toutes violences sexuelles Norwegian Church Aid, financé par le Ministre
au cours des conflits armés. C’est la pierre des Affaires Etrangères norvégien. Il est
de fondation de l’agenda Femmes, Paix et destiné à développer et renforcer les capacités
Sécurité. Malgré une large reconnaissance de en plaidoyer des organisations de la société
la résolution, sa mise en œuvre est loin d’être civile et des acteurs confessionnels afin de
réalisée, comme le souligne la recherche créer et renforcer des campagnes de plaidoyer
mondiale sur la mise en œuvre de la Résolution visant à la mise en œuvre de la Résolution 1325
1325 commissionnée par le Secrétaire Général aux niveaux national et régional. Le manuel
des Nations Unies et publiée en octobre 2015. Les comprend des outils pratiques pour développer
quatre piliers de la résolution, participation des et améliorer des stratégies de plaidoyer pour la
femmes, protection, prévention et relèvement, mise en œuvre de la Résolution 1325.
sont largement inachevés en raison du manque J’espère que vous trouverez ce manuel de
de volonté politique. formation sur le plaidoyer pour la résolution
1325 utile.
Norwegian Church Aid souhaite mettre la
Résolution 1325 en tête de l’agenda plaidoyer
à travers notre travail avec la société civile.
Intégrer le plaidoyer dans les programmes de
développement et humanitaires garantit un Jan Olav Baarøy
Directeur des Programmes Internationaux
1
Analyse statistique basée sur un ensemble de données de 181 accords de paix signés entre 1989 et 2011. Laurel Stone, « Quantitative Analysis of
Women’s Participation in Peace Processes », Annexe II dans « Reimagining Peacemaking: Women’s Roles in Peace Processes. »

1
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
C
e manuel met à la disposition des utilisateurs des outils faciles à
utiliser et pratiques pour renforcer les compétences en plaidoyer
des acteurs confessionnels pour plaider en faveur de la résolution
INTRODUCTION

1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, fondation de l’Agenda


Femmes, Paix et Sécurité (FPS). Cet outil profitera à tous les acteurs
confessionnels, en particulier à Norwegian Church Aid (NCA) et ses
partenaires, mais également aux autres intervenants dans le domaine du
plaidoyer et de la résolution 1325.
Ce manuel est structuré en cinq modules, du contenu de la résolution 1325
en passant par le développement d’une stratégie de plaidoyer relative à
la résolution au suivi/évaluation. Chaque module est divisé en sessions
à utiliser et disposer librement en fonction des objectifs de la formation.
Les sessions sont conçues autour d'exercices, d'outils, de documents et
de notes pratiques à destination du facilitateur.
Les exercices constituent le corps du manuel, permettant d'accompagner
les participants à travers un processus d’apprentissage interactif qui
favorise la compréhension et l’appropriation des connaissances. Les
outils sont conçus pour aider les utilisateurs à analyser et comprendre un
contexte, développer une stratégie de plaidoyer efficace avec un objectif
clair et assurer le suivi/évaluation des initiatives de plaidoyer. Tous les
outils sont présentés aux participants au moyen d’exercices car la mise
en pratique favorise la compréhension et l'appropriation. Les outils ainsi
que les documents d'appui sont annexés au manuel. Les documents
d'appui (DA) contiennent des informations essentielles et sont destinés
à être distribués aux participants. La plupart des documents d'appui sont
en annexe, mais certains doivent être développés par le facilitateur lui-
même avant la formation afin d'être adaptés à l’auditoire, au contexte et
au but de la formation.
Le manuel de formation sur la résolution 1325 est à la fois un outil pratique
à l'intention des formateurs mais également un outil à introduire au cours
d'une «formation des formateurs» ou encore un outil d'appui définissant
les lignes directrices pour plaider en faveur de la résolution 1325 à l'usage
de tout individu ou organisation travaillant sur la question.
Le manuel de formation est un outil qui peut être mis à jour et adapté au
contexte mondial et changeant. Il sera révisé après une année d'utilisation.

2
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Avant-propos............................................................................................................1
Introduction..............................................................................................................2
Abréviations.............................................................................................................4
Comment utiliser le manuel....................................................................................5
Session introductive.................................................................................................6
Module 1 | Résolution 1325.......................................................................................7
Session 1: Comprendre le système normatif international.....................................7
Session 2: Qu’est-ce que la résolution 1325?..........................................................8
Session 3: Résolution 1325 et enseignements du Christianisme............................9
Session 4: Résolution 1325 et enseignements de l’Islam........................................11
Module 2 | Plaidoyer en faveur de la résolution 1325..............................................13
Session 1: Qu’est-ce que le plaidoyer?....................................................................13
Mobilisation communautaire et changement de politique......................................14
CONTENU

Les différents niveaux de plaidoyer.........................................................................15


Session 2: Pourquoi plaider en faveur de la Résolution 1325?................................16
Module 3 | Evaluer l’Environnement Politique lié à la résolution 1325...................19
Session 1: Qu’est-ce qu’une évaluation des politiques?..........................................19
Session 2: Mise en œuvre de la résolution 1325......................................................20
Session 3: Les parties prenantes et l’analyse de pouvoir.......................................21
Module 4 | Elaborer une stratégie de plaidoyer en faveur de la résolution 1325....24
Session 1: Lier les différents niveaux de plaidoyer.................................................25
Session 2: Developpement des réseaux et coalitions.............................................26
Session 3: Identifier un but commun lié à la résolution 1325..................................27
Session 4: Identifier les Cibles................................................................................30
Séssion 5: Formuler et communiquer le message.................................................32
Formuler un Message..............................................................................................32
Faire Passer un Message........................................................................................33
Module 5 | Mise en oeuvre du plaidoyer..................................................................34
Session 1: Activités du plaidoyer..............................................................................34
Faire du lobbying.....................................................................................................35
Attention médiatique: orale ou verbale...................................................................36
Mobilisation..............................................................................................................36
Identifier les activités les plus adéquates...............................................................36
Session 2: Suivi du plaidoyer...................................................................................37
Suivi de la mise en œuvre des politiques................................................................37
Suivi de l’impact du plaidoyer..................................................................................37
Suivi et Evaluation....................................................................................................38
Module 6 | Surmonter les difficultés du plaidoyer..................................................41
Session 1: Plaidoyer dans un contexte difficile........................................................41
Session 2: Analyse de Risques................................................................................42
Session 3: Gerer les resistances.............................................................................43
Documents d’appui..................................................................................................47
Outils........................................................................................................................80

3
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
CS Conseil de Sécurité

CSNU Conseil de Sécurité des Nations Unies


ABRÉVIATIONS
DA Document d’Appui

DDR Désarmement, Démobilisation et Réintégration

FF Formation des Formateurs

FPS Femmes, Paix et Sécurité

NCA Norwegian Church Aid

NU Nations Unies

ONU Organisation des Nations Unies

OSC Organisations de la Société Civile

PAN Plan d’Action National

PAR Plan d’Action Régional

SC Société Civile

VBG Violences Basées sur le Genre

VS Violence Sexuelle

4
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
COMMENT
HOW TOUTILISER
USE THE LE
MANUAL
MANUEL

L
e manuel suivant est un outil simplifié
pour vous aider à organiser une
formation en matière de plaidoyer sur la
résolution 1325. Le manuel est constitué d’un
ensemble de modules, sessions et exercices
à sélectionner en fonction de l’objectif de la
formation.
Objectifs : chaque module débute par des
«objectifs d’apprentissage» qui doivent
être présentés au début du module et
réexaminés avec les participants à l'issue du
module pour évaluer leur réalisation. Chaque session débute par des « objectifs
d’apprentissage spécifiques » qui indiquent le but et le contenu de la séance. Les
objectifs d’apprentissage aident le facilitateur à choisir les modules et sessions
qui lui serviront lors de la formation. Afin de préparer une formation adaptée, il est
conseillé d’évaluer les besoins des participants au préalable.
Temps : un temps indicatif est donné au début de chaque module, de chaque session
et de chaque exercice. La temps des modules et des sessions est indicative car elle
peut varier selon les sessions et exercices choisis. Il est possible de choisir un
module sans utiliser toutes les sessions, et de la même manière il est possible de
choisir une session sans utiliser tous les exercices. La formation doit être adaptée
à l’objectif général et au temps imparti pour l'atelier. Seul le temps imparti aux
différents exercices reste inchangé quel que soit le format de la formation.
Exercices : ils sont la composante la plus importante de ce manuel. 32 exercices
permettent aux participants d'interagir avec le facilitateur et d'apprendre de façon
interactive et distrayante. Certains exercices exigent que le facilitateur prépare
des documents/recherche des informations à l’avance, ces cas sont indiqués dans
la sous-section intitulée «avant la formation».
Matériel : chaque exercice énumère le matériel nécessaire afin que le facilitateur
soit correctement préparé.
Notes pour le facilitateur : le manuel de formation est ponctué de «notes pour le
facilitateur» qui consistent en conseils et recommandations lors de la préparation
et de la facilitation de la formation.
Pour chaque formation organisée, il est conseillé que le facilitateur prépare un
document «ressources» qui rassemble des ressources utiles telles que sites web,
outils, livres, publications, journaux/revues, etc. liés au contenu de la formation
pour les participants.
Le facilitateur doit adapter la formation au contexte, au public et aux besoins. Il/
elle peut aussi décider d’ajouter des éléments non contenus dans le manuel à
sa formation tels que des présentations, discussions ou exercices s’il/elle le juge
utile.

5
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
SESSION INTRODUCTIVE

A
vant d'entrer dans le corps de la formation, il est important de prendre le
temps de faire une session introductive.

Il est possible que les participants à l’atelier ne se connaissent pas. Par conséquent,
il est recommandé que le facilitateur se présente brièvement et demande aux
participants de se présenter eux-mêmes, en disant leurs noms, l’organisation
qu’ils représentent, leur rôle au sein de l’organisation et d'éventuelles informations
complémentaires que le facilitateur juge pertinentes.

Dans un deuxième temps, le facilitateur présente l’atelier. Il est conseillé que le


facilitateur demande aux participants de partager leurs attentes vis-à-vis de la
formation et de les écrire sur une grande feuille de papier blanche qui restera
sur le mur tout le long de la formation. Idéalement, le facilitateur demande
aux participants de partager leurs attentes avant la formation afin d'orienter la
préparation de la formation. Ensuite, le facilitateur partage les objectifs de la
formation qu’il a préalablement préparés sur une feuille de papier blanche à côté
de la précédente. Tout au long de la formation, le facilitateur peut faire référence
aux attentes des participants et aux objectifs de la formation pour adapter sa
prestation.

La formation peut commencer.

6
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
MODULE 1 RESOLUTION 1325
Ce module met l’accent sur la compréhension de la résolution 1325.
Le module est divisé en 3 sessions:
Session 1 : Qu’est-ce que la résolution 1325 ?
Session 2 : Résolution 1325 et enseignements du Christianisme
Session 3 : Résolution 1325 et enseignements de l’Islam

Objectifs d’apprentissage :
• Comprendre la résolution 1325 et les résolutions suivantes
• Etre capable de se référer et d’expliquer la résolution 1325 et les résolutions
suivantes
• Identifier les racines des principes de la résolution 1325 dans les enseignements
religieux

Temps : 3 heures – 4 heures 30min.


Note pour le facilitateur : Dans le manuel de formation, résolution 1325 fait référence à la résolution
1325 du CSNU et aux résolutions suivantes. Faites le bien comprendre à tous les participants à la
formation.

SESSION 1: COMPRENDRE LE SYSTEME NORMATIF INTERNATIONAL

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Comprendre la valeur juridique des divers instruments normatifs internationaux
• Comprendre la valeur des divers instruments internationaux relatifs aux droits des femmes

Temps : 30-45 min.


Note pour le facilitateur : Alors qu’une variété d’instruments internationaux pour garantir les droits
des femmes ont été développés, notamment traités, déclarations, résolutions, etc., la force juridique de
chaque instrument varie. Compte tenu de la complexité du système normatif international relatif aux droits
humains, il est nécessaire de donner aux participants un
aperçu des différents instruments disponibles et de leurs
valeurs juridiques respectives, en particulier en ce qui
concerne les normes relatives aux droits des femmes.
Après ce bref aperçu, vous serez en mesure de discuter
plus spécifiquement de la résolution 1325 avec les
participants.

À travers l’exercice suivant, les participants


développeront et approfondiront leurs connaissances
du cadre juridique international relatif aux droits des
femmes.

Exercise 1: Women’ human rights international framework


7
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Exercice 1: Cadre international des droits humains des femmes
Matériel : flip chart, stylo marqueur, DA 1"Instruments normatifs internationaux"

Temps: 30-45 min.


1. Demandez aux participants d’identifier des instruments internationaux relatifs aux
droits des femmes;

2. Demandez aux participants d’écrire leurs réponses sur le flip chart à l'aide des
marqueurs;

3. Passez en revue chaque instrument écrit et demandez aux participants de donner des
détails complémentaires sur le contenu et la valeur juridique de l’instrument;
4. Distribuez le DA 1 "Instruments normatifs internationaux" et lisez-le à haute voix avec
les participants;

5. Demandez aux participants s’ils souhaitent corriger les détails qu’ils ont donnés sur
la valeur juridique des instruments identifiés.

SESSION 2: QU’EST-CE QUE LA RESOLUTION 1325?


Objectifs spécifiques d’apprentissage:
• Comprendre le contexte de la résolution 1325 (2000)
• Comprendre les piliers de la résolution 1325
• Comprendre la complémentarité des résolutions suivantes: résolutions 1820,
1888, 1889, 1960, 2106, 2122, 2242

Temps: 1 heure - 1 heure 45 min.


Pour
plus d’information sur la résolution 1325:
- «Mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU consacrées aux femmes,
à la paix et à la sécurité en Afrique» cours en ligne, ONU Femmes pour l’Institut de Formation
aux Opérations de Maintien de la Paix, 2ième édition 2014
- La résolution 1325 et les résolutions suivantes, les autres documents pertinents de l’ONU :
http://www.securitycouncilreport.org/un-documents/women-peace-and-security/

L’exercice suivant s’inspire du contexte qui a permis l'adoption de la résolution 1325 en 2000.

Exercice 2: Comprendre le contexte de la résolution 1325


Matériel : blu-tack ou scotch, tableau, stylo marqueur, DA 2 “Développement de l'agenda FPS ”
Temps: 45-60 min.
Avant la formation:
1. Inscrivez sur des cartes séparées chaque politique, traité ou événement qui se trouve
dans le DA 2 «Développement de l’agenda FPS» sans date ni description;
2. Inscrivez la date de chacune de ces normes ou événement sur des cartes séparés;
3. Afficher les cartes avec les dates dans l'ordre chronologique dans la salle de
formation.


Pendant la formation :
1. Distribuez les cartes avec les politiques, traités et évènements aux participants (selon
le nombre de participants présents, distribuez une carte par personne ou par groupe
de personnes);
2. Demandez aux participants un à un de lire leur carte à haute voix;
3. Demandez aux participants de mettre les cartes sous les dates correspondantes et de
décrire en quelques mots ce que ça représente;
8
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
4. Examinez et corrigez l’ordre chronologique avec les participants, en expliquant les
nouveaux aspects apportés par chaque traité, politique ou événement vers la mise en
place de l'agenda Femmes, Paix et Sécurité;
5. Distribuez le DA 2 «Développement de l’agenda FPS» et lisez-le avec les participants.
Répondez aux questions éventuelles.

L’exercice suivant permettra aux participants de discuter et cerner les différents aspects de la
résolution 1325 et des résolutions suivantes.

Exercice 3: Qu’est-ce que la résolution 1325 et les résolutions suivantes ?

Matériel: DA 3 "Résolution 1325 et les résolutions suivantes – version longue” ou DA 4


“Résolution 1325 et résolutions suivantes – version courte”, flipchart, stylo marqueur
Temps: 15-45 min.
1. Ecrivez «qu’est-ce que la résolution 1325» sur une feuille de papier blanche;

2. Demandez aux participants de donner des mots ou groupes de mots clés;

3. Ecrivez toutes les propositions sans discussion;



4. Soulignez les mots ou groupes de mots clés pertinents;

5. Distribuez un des DA «Résolution 1325 et résolutions suivantes» – version longue
ou courte selon les détails que vous souhaitez donner aux participants – et répondez
aux questions éventuelles.

Session 3: Resolution 1325 Et Enseignements Du Christianisme


Cette session a été développée par Révérend Lydia Mwaniki (Ph.D), directrice du département
théologie, vie de famille et justice de genre pour la Conférence des Eglises de Toute l’Afrique.

Objectifs spécifiques d’apprentissage :


• Identifier les similarités entre les enseignements bibliques et les principes de la
résolution 1325
• Être en mesure d’établir des correspondances entre la foi et la résolution 1325

Temps: 1 heure
Note pour le facilitateur: la résolution 1325
reflète les enseignements du Christianisme.
La Bible contient de nombreuses écritures qui
servent de fondement à la justice de genre, la
participation effective des femmes au leadership
et à la prise de décisions et la prévention et la
protection des femmes à l'encontre les VBG.
Les acteurs basés sur la foi peuvent utiliser
ces passages comme des outils de plaidoyer
en faveur de la résolution 1325. Cependant,
le facilitateur doit être conscient qu’il existe
également des passages bibliques établissant
la supériorité des hommes sur les femmes.
Ces textes, principalement dans le Nouveau
Testament, sont à remettre dans le contexte de

9
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
l'époque où cultures juive, grecque et romaine, soumettaient la femme. De tels exemples peuvent être
trouvés à 1 Corinthiens 11:3, 7 ; 1 Corinthiens 14: 34-35 ; 1 Timothée 2:11-12 ; et Éphésiens 5: 22-24,
entre autres. Jésus dans son ministère a brisé ces barrières sociales et culturelles dans son effort pour
créer une communauté d’égaux. Malheureusement, ces textes qui promeuvent l'inégalité de genre sont
fréquemment cités pour discriminer les femmes dans les milieux chrétiens, plutôt que les passages
libérateurs. Dans cette session, nous nous intéressons aux textes qui promeuvent la justice de genre et
reflètent l’esprit égalitaire de la résolution 1325.

À travers l’exercice suivant, les participants seront introduits aux textes religieux qui garantissent
l’égalité de genre, la participation des femmes et la protection contre les VBG.
Exercice 4: Textes bibliques promouvant la justice de genre.
Matériel: Bible (facultatif), DA 5 «Textes bibliques et égalité de genre», DA 6 «Textes
bibliques promouvant la participation des femmes aux structures de pouvoir» et DA 7
«Textes bibliques apportant protection vis-à-vis des VBG».

Temps: 60 min.
Le facilitateur peut décider de parcourir un texte pour chaque thème ou de se focaliser sur
un ou deux thèmes uniquement en fonction de l’auditoire et du temps. Il/elle peut aussi
décider de distribuer les DA à tous les participants ou non.

1. Identifiez un texte biblique qui vise à promouvoir l’égalité de genre et lisez-le avec les
participants. Discutez du texte avec les participants. Des exemples peuvent être
consultés dans le DA 5 «Textes bibliques et égalité de genre». Vous pouvez aussi
décider de laisser les participants identifier un/des textes bibliques par eux-mêmes.
2. Identifiez un texte biblique et/ou des personnages de la Bible qui favorisent la
participation des femmes aux structures du pouvoir et discutez-en avec les
participants. Des exemples se trouvent dans le DA 6 «Textes bibliques promouvant la
participation des femmes aux structures du pouvoir». Vous pouvez aussi décider de
laisser les participants identifier un/des textes bibliques par eux-mêmes.
3. Identifiez un passage de la Bible qui protège les femmes contre les VBG et l’expliquez
aux participants. Les exemples se trouvent dans le DA 7 "Textes bibliques apportant
protection vis-à-vis des VBG». Vous pouvez aussi décider de laisser les participants
identifier un/des textes bibliques par eux-mêmes.
4. Prévoyez un temps de discussion avec les participants. Facilitez la discussion afin
que les participants s’en tiennent au sujet, faites preuve de respect les uns envers les
autres et laissez les gens se parler. Gardez à l’esprit que ce genre d’exercice peut
susciter beaucoup de discussions, vous devez être capable de modérer les
participants.
5. Si vous avez identifié les textes vous-même, demandez aux participants s’ils
connaissent un ou plusieurs autres textes dans la Bible qui favorisent l’égalité
de genre, la participation des femmes et/ou protègent les femmes contre les VBG et
s’ils aimeraient partager ces textes avec le groupe

Ressources complémentaires relatives à l’égalité de


genre, la participation et la protection des femmes contre
les VBG dans le christianisme:
- Campagne Tamar
- Créé à l’image de Dieu

10
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
SESSION 4: RESOLUTION 1325 ET ENSEIGNEMENTS DE L’ISLAM

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Identifier les similarités entre les enseignements coraniques et les principes de la
résolution 1325
• Être en mesure d’établir des correspondances entre la foi et la résolution 1325

Temps: 1 heures
Note au facilitateur: La résolution 1325 reflète les
enseignements islamiques. Le Coran contient de nombreuses
Sourates qui servent de base islamique à la justice de genre,
à la participation des femmes dans le leadership et les forums
de prise de décisions, à la prévention et la protection des
femmes vis-à-vis des VBG. De nombreux Hadiths contribuent
également à la promotion de la justice de genre. Les acteurs
confessionnels peuvent utiliser certains de ces passages
comme des outils du plaidoyer pour la résolution 1325.
À travers l’exercice suivant, les participants seront introduits
aux textes religieux qui garantissent l’égalité de genre, la
participation des femmes et la protection contre les VBG.

Exercice 5: Textes islamiques promouvant


la justice de genre.
Matériel: Coran (facultatif), DA 8 «Textes
islamiques promouvant l’égalité de genre», DA 9
«Textes islamiques promouvant la participation des femmes aux structures de pouvoir» et
DA 10 «Textes islamiques apportant protection vis-à-vis des VBG».

Temps: 60 min.
The facilitator can decide to go through one text/story for each theme or to focus on one or
two themes only according the audience and the time. He/she can also decide to distribute
the handouts to all the participants or not.

Le facilitateur peut décider de parcourir un texte pour chaque thème ou de se focaliser sur
un ou deux thèmes uniquement en fonction de l’auditoire et du temps. Il/elle peut aussi
décider de distribuer les DA à tous les participants ou non.
1. Identifiez un texte islamique qui vise à promouvoir l’égalité de genre et lisez-le avec les
participants. Discutez du texte avec les participants. Des exemples peuvent être consultés
dans le DA 8 «Textes islamiques promouvant l’égalité de genre». Vous pouvez aussi
décider de laisser les participants identifier un/des textes islamiques par eux-mêmes.

2. Identifiez un texte islamique et/ou des personnages de l’histoire islamique qui favorisent
la participation des femmes aux structures du pouvoir et discutez-en avec les participants.
Des exemples se trouvent dans le DA 9 «Textes islamiques promouvant la participation
des femmes aux structures du pouvoir». Vous pouvez aussi décider de laisser les
participants identifier un/des textes islamiques par eux-mêmes.

3. Identifiez un passage dans les textes islamiques qui protège les femmes contre les
VBG et expliquez-le aux participants. Les exemples se trouvent dans le DA 10 "Textes
islamiques apportant protection vis-à-vis des VBG». Vous pouvez aussi décider de laisser

11
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
les participants identifier un/des textes islamiques par eux-mêmes.

4. Prévoyez un temps de discussion avec les participants. Facilitez la discussion afin que
les participants s’en tiennent au sujet, faites preuve de respect les uns envers les autres
et laissez les gens se parler. Gardez à l’esprit que ce genre d’exercice peut susciter
beaucoup de discussions, vous devez être capable de modérer les participants.

5. Si vous avez identifié les textes vous-même, demandez aux participants s’ils connaissent
un ou plusieurs autres textes islamiques qui favorisent l’égalité de genre, la participation
des femmes et/ou protègent les femmes contre les VBG et s’ils aimeraient partager ces
textes avec le groupe

À la fin du module, passez en revue les objectifs d’apprentissage du module avec les
participants et prévoyez un temps pour la discussion afin de s’assurer qu’ils ont été
atteints.

12
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
MODULE 2 PLAIDOYER
EN FAVEUR DE LA RESOLUTION 1325
Ce module met l’accent sur la compréhension du plaidoyer en général et du plaidoyer lié à la réso-
lution 1325 spécifiquement. Il est suggéré de diviser ce module en 2 sessions :

Session 1 : Qu’est-ce que le plaidoyer ?


Session 2 : Pourquoi plaider en faveur de la résolution 1325?

Objectifs d’apprentissage:
• Partager une compréhension commune du plaidoyer
• Comprendre la nécessité de plaider en faveur de la résolution 1325
• Renforcer les capacités de plaidoyer sur la résolution 1325

Temps: 2 – 3 heures

SESSION 1: QU’EST-CE QUE LE PLAIDOYER?


Objectifs spécifiques d’apprentissage:
• Partager une compréhension commune du plaidoyer
• Comprendre le «changement de politique» et la mise en œuvre des politiques comme
but final du plaidoyer
• Comprendre les différents niveaux du plaidoyer
• Comprendre l’importance de lier les différents niveaux de plaidoyer

Temps: 1 heure – 1 heure 15 min.


Note pour le facilitateur: La perception du plaidoyer peut varier d’un participant à l’autre et chaque
participant peut avoir plus ou moins de connaissances sur ce qu’est le plaidoyer. Malgré les nombreuses
définitions, il est important que tous les participants partagent une compréhension commune du
plaidoyer, en particulier si les participants élaborent une stratégie commune.

Exercice 6: Qu’est-ce que le plaidoyer?


Matériel: flipchart, marker pen

Temps: 15 min.
1. Ecrivez “Plaidoyer” sur un Le plaidoyer est le processus par lequel nous cher-
flip chart; chons à amener un changement dans les politiques,
2. Demandez aux partic- les lois et les pratiques des personnes, groupes et
ipants de partager les
institutions influents. Manuel de NCA sur le plaidoyer
mots ou groupes de mots
qui leur viennent à l’es-
prit lorsqu’ils pensent au
plaidoyer;
3. Inscrivez toutes les réponses sur le flip chart, sans discussion;
4. Identifiez et soulignez les mots ou groupes de mots clés correspondant à la définition que
vous avez prévu de partager avec les participants;
5. Partagez la définition du plaidoyer que vous avez choisie.
13
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
MOBILISATION COMMUNAUTAIRE ET CHANGEMENT DE POLITIQUE
Note pour le facilitateur: Le but du plaidoyer est toujours la recherche d’un changement. Il faut faire la
distinction entre les activités de plaidoyer et les objectifs de plaidoyer. Beaucoup ne font pas la différence
entre la mobilisation communautaire et le plaidoyer. Il est important de souligner le changement de
politique ou de lois comme but final du plaidoyer. Le renforcement des capacités et la mobilisation
communautaire, y compris les actions de sensibilisation et de partage d’information, entre autres,
sont des outils importants lorsqu’ils sont utilisés de façon stratégique. Ils peuvent être utilisés pour
équiper les titulaires de droits et modifier/influencer l’opinion publique, ce qui peut influencer à son
tour les décisions politiques, transformer les pratiques culturelles préjudiciables ou d’autres injustices
structurelles. Toutefois, ce ne sont pas des objectifs en soi.

L’exercice suivant aidera les participants à comprendre la différence entre la mobilisation


communautaire et le changement de politique et à questionner l’objectif de leurs activités de
plaidoyer– changement de politique ou pas ?

Exercice 7: De la mobilisation communautaire au changement de politique


Matériel: projecteur, tableau blanc ou noir, stylo

Temps: 45-60 min.


Cet exercice se fait à l’aide de l’outil 1 ci-dessous «Réflexion sur les pratiques de paix ».
1. Projetez l’outil comme indiqué ci-après sans explications et demandez aux participants de
remplir les cases avec les activités de plaidoyer liées à la résolution 1325 mises au point
par leurs programmes/organisations;
2. Après 15 min de réflexion, demandez à un volontaire de présenter son travail;
3. Facilitez les discussions entre les participants. Il est probable que les cases du bas,
«niveau socio-politique», soient peu ou pas remplies;
4. Expliquez l’outil et comment l’utiliser pour s’assurer que les initiatives de plaidoyer soient
efficaces.

OUTIL 1: RÉFLEXION SUR LES PRATIQUES DE PAIX

Comment utiliser l’outil?


1. Une bonne initiative de plaidoyer doit avoir des activités dans chacune des cases, en particulier
dans les cases « socio-politique » ;
2. Lisez attentivement les définitions de "plus d'individus", "personnes clés", "niveau personnel" et
"niveau socio-politique" ;
3. Les activités doivent être placées dans l’outil en fonction des changements qu’elles visent et du
public cible. Quatre combinaisons sont possibles:
a. Plus d'individus et niveau personnel : l’activité vise le changement des croyances, des
comportements et des attitudes d'un grand nombre de personnes ;
b. Personnes clés et niveau personnel : l’activité vise le changement des croyances, de
comportements et des attitudes d'individus jugés essentiels vis-à-vis du sujet du plaidoyer ;
c. Plus d'individus et niveau socio-politique : l’activité vise le changement des politiques et/ou des
institutions et vise un grand nombre de personnes, par exemple en ciblant le comportement de
vote, la signature de pétitions, la tenue de conférences sur l’aspect politique de la question, etc ;
d. Personnes clés et niveau socio-politique : l’activité vise le changement des politiques et/ou des
institutions et cible les personnes jugées essentielles par rapport à la question, par exemple
le lobbying pour une initiative politique concrète, la tenue d'un événement parallèle à un
processus politique international (side event), les documents de politique à diffuser parmi les

14
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
décideurs clé, etc. ;
4. Les flèches symbolisent les interactions et les liens entre les différentes cases, donc entre les
différentes activités de plaidoyer;
5. L’outil permet d'analyser la pertinence des activités de plaidoyer.

LES DIFFERENTS NIVEAUX DE PLAIDOYER

L’outil suivant doit être projeté et discuté avec les participants pour s’assurer qu’ils comprennent
les différents niveaux de plaidoyer et comment ils sont inter-reliés.

OUTIL 2: LES DIFFÉRENTS NIVEAUX DE PLAIDOYER2

Comment utiliser l’outil?


1. Le Manuel de NCA sur le Plaidoyer donne l’explication suivante: «Les gens dans les
communautés ressentent les effets des décisions prises à des niveaux plus élevés. Cependant,
les gens dans les communautés peuvent influencer ces décisions en votant et en faisant le
lobbying auprès des décideurs à un niveau supérieur dans la hiérarchie. Pour créer un
changement durable, une stratégie de plaidoyer doit prendre en compte l’impact que cela
pourrait avoir à différents niveaux.»
2. Pour illustrer l’outil, présentez une initiative pertinente de plaidoyer qui a eu un impact à
différents niveaux. Signalez chaque niveau qui a été touché et expliquez comment.

Adapté du Manuel de NCA sur le Plaidoyer


1

15
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
SESSION 2: POURQUOI PLAIDER EN FAVEUR DE LA RESOLUTION 1325?

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Comprendre la nécessité de plaider en faveur de la résolution 1325
• Comprendre la nécessité de plaider pour la mise en œuvre de la résolution 1325 et le
renforcement des mécanismes de responsabilité

Temps: 1 – 2 heures

L’exercice suivant permettra au facilitateur d’évaluer le niveau de compréhension de la nécessité


de plaider en faveur de la résolution 1325 des participants.

Exercice 8: Pourquoi plaider en faveur de la résolution 1325 ?


Matériel nécessaire: flipchart, marker pen

Temps: 15 min.
1. Ecrivez “Pourquoi plaider en faveur de la résolution 1325 ” sur un flip chart.

2. Demandez aux participants de partager des réponses.


3. Ecrivez toutes les réponses sur le flip chart sans discussion.

En dépit de quelques initiatives et changements dans le monde pour améliorer la


prévention des VBG, la protection des femmes et des filles, la participation et le
relèvement des femmes, la mise en œuvre de la résolution 1325 reste encore largement
insuffisante. Le fossé entre l’attention médiatique et les mesures prises reste très
16
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
important. Les politiques liées au genre se développent tous les jours dans le monde
entier mais s’accompagnent de peu de mise en œuvre. Malgré de nombreuses
déclarations et engagements, les questions de genre, en particulier la violence sexuelle et
la participation des femmes, sont toujours considérées comme des questions secondaires,
surtout dans les contextes de conflit et post-conflit.

Avec l’exercice suivant, les participants auront une compréhension commune de l’impact
disproportionné des conflits armés sur les femmes et les filles et le manque de participation
des femmes au processus de paix.

Exercice 9: Comprendre la vulnérabilité des femmes et des filles dans les conflits
et leur manque de participation aux processus de paix
Temps: 30-45 min.

Eléments/matériel nécessaires: projector

Avant la formation:
1. Cherchez les statistiques liées aux VBG et à la participation des femmes dans le
monde entier et dans les contextes spécifiques des participants.
2. Préparez une slide pour recueillir ces informations

Pendant la formation:
1. Projetez la diapositive et lisez-la entièrement avec les participants

2. Demandez aux participants de partager leurs points de vue sur la vulnérabilité des

femmes et des filles et la participation des femmes et des filles dans leur propre
contexte, liés à leurs propres expériences. Demandez aux participants s’ils peuvent
identifier les liens entre les VBG et le manque de participation. Facilitez les échanges/
discussions entre les participants.

À travers l’exercice suivant, les participants exploreront leurs contextes afin d’identifier le manque
de mise en œuvre des différents éléments de la résolution 1325 et d’en comprendre les causes.
Avec cet exercice, les participants identifieront les obstacles à la mise en œuvre et le manque
de redevabilité. Cela leur permettra de comprendre la nécessité d’entreprendre des activités de
plaidoyer pour surmonter les obstacles à la mise en oeuvre et responsabiliser les intervenants.

Exercice 10: Comprendre le potentiel du plaidoyer pour mettre en œuvre la


résolution 1325
Temps: 60 min.

Matériel nécessaire: flipchart, marker pen

1. Répartissez les participants en groupes de 4-6. Répartissez-les en fonction de leur


proximité géographique s’ils proviennent de différents pays. Donnez à chaque groupe
un tableau et un stylo marqueur.

2. Donnez à chaque groupe un problème lié à la résolution 1325 pour discuter de:
• La lutte contre l’impunité des auteurs de violences sexuelles (VS)
Responsable: Les États et les parties engagées dans un conflit armé
• Sensibiliser les autorités locales et nationales et les leaders traditionnels et
religieux sur les questions de VBG et de relèvement
Responsable: Les États
• La participation des femmes à tous les processus de paix, y compris le
Désarmement, la Démobilisation et la Réintégration (DDR), les mesures de
17
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
protection et de prévention, etc.
Responsable: tout le monde (les Etats, les parties engagés dans un conflit armé,
l’ONU, la SC)
• L’aide aux victimes: L’accès à des soins psychosociaux et aux soins de santé, la
justice et la réparation, la reprise économique
Responsable: Les États, la SC
• Plans d’Action Nationaux (mise en œuvre de la résolution 1325)
Responsable: Les États

3. Demandez à chaque groupe d’analyser la question dans leur contexte: quelles sont
les lacunes dans la mise en œuvre ? Quelles sont les causes de ces lacunes ? Qu’est-
ce qui pourrait être fait pour lutter contre ces causes ?

4. Après un débat de 30 minutes, demandez aux groupes de faire un débriefing
de leurs travaux en séance plénière en 3 minutes pour chaque groupe. Il est
prévu que parmi les causes, les obstacles à la mise en œuvre et le manque de
responsabilisation soient identifiés. Il est également prévu que le plaidoyer
soit proposé comme une activité pertinente pour s’attaquer aux causes.

5. Facilitez une discussion d’une dizaine de minutes. Mettez l’accent sur le rôle du
plaidoyer afin d’éliminer les obstacles à la mise en œuvre de la résolution 1325 et le
manque de redevabilité/responsabilisation.

Note pour le facilitateur: le fossé entre la législation progressive existante à l’égard des femmes et la
mise en œuvre effective et la responsabilisation doit apparaître de façon naturelle dans les discussions
de groupes.

Au cours de la discussion en plénière vous devez mettre l’accent sur le fait que:
- Les obstacles à la mise en œuvre sont variés, mais comprennent souvent: le manque de
volonté politique, les barrières récurrentes liées aux leaders traditionnels et religieux, les
croyances religieuses et traditionnelles néfastes (entre autres).
- La responsabilisation réside dans les mécanismes et les individus.

À la fin du module, passez en revue les objectifs d’apprentissage du module avec les
participants et accordez un temps de discussion pour s’assurer qu’ils ont été atteints.

18
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
MODULE 3
EVALUER L’ENVIRONNEMENT
POLITIQUE LIE A LA RESOLUTION 1325
Ce module porte sur l’évaluation de l’environnement politique lié à la résolution 1325. Il est
recommandé de diviser ce module en 2 sessions:
Session 1 : Qu’est-ce que l’évaluation des politiques ?
Session 2 : Les parties prenantes et l’analyse de pouvoir

Objectifs d’apprentissage:
• Renforcer les capacités pour évaluer l’environnement politique
• Comprendre l’environnement politique
• Renforcer les capacités pour identifier et évaluer l’influence et l’intérêt des parties prenantes

Temps: 3 – 5 heures

SESSION 1: QU’EST-CE QU’UNE EVALUATION DES POLITIQUES?


Objectifs spécifiques d’apprentissage:
• Comprendre le contexte et la situation liés aux droits et la participation des femmes
pour formuler une stratégie, un plan ou une initiative de plaidoyer adéquats.

Temps: 45 – 60 min.
Matériel nécessaire: (facultatif) DA “Mise en œuvre de la résolution 1325 à différents niveaux ”

Avant la formation (facultatif): Préparez un DA rassemblant les traités et les politiques liés à la mise
en œuvre de la résolution 1325 aux niveaux international, régional, sous régional et national adapté
aux pays représentés par les participants.

Pour être efficace, le plaidoyer doit être conçu de telle façon qu’il puisse comprendre et répondre
correctement à la situation et au contexte. Une évaluation préliminaire de l’environnement
politique est une étape nécessaire qui guidera et aidera dans l’élaboration de la stratégie de
plaidoyer. Tout en évaluant l’environnement politique, il est très important de faire la différence
entre le cadre normatif et sa mise en œuvre étant donné que les politiques progressistes à l’égard
des femmes peuvent être nombreuses et mises en avant mais sont souvent entravées par une
application peu efficace. Il est également important d’être conscient du manque de données
nécessaires désagrégées par sexe et par âge pour évaluer l’impact réel des politiques.
Le facilitateur peut décider de faire une courte présentation sur ce qu’est l’« évaluation des
politiques».

L’évaluation des politiques, c’est l’exercice qui consiste à identifier et analyser le cadre politique
existant lié à la résolution 1325 dans une certaine zone géographique. L’identification du cadre
politique doit inclure toutes les politiques, les déclarations, les traités, les lois, les décrets, mais
également les pratiques pertinentes vis-à-vis des VBG et de la participation des femmes. L’analyse
doit souligner la mise en œuvre et/ou l’absence de mise en œuvre du cadre politique, qui sont ou
quelles sont les institutions responsables de la mise en œuvre et si le cadre politique est approprié
aux normes internationales concernant les droits humains des femmes.

19
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Note pour le facilitateur: Les participants peuvent être confus vis-à-vis de l’évaluation des
politiques mais ils comprendront facilement ce que c’est en la réalisant eux-mêmes.

L’environnement politique doit être évalué sur trois niveaux:


a. Cartographie des législations internationales, régionales et locales, des politiques et
déclarations liées aux droits et à la participation des femmes

b. Cartographie de l’application et de l’inapplication des politiques

c. Cartographie des mécanismes de responsabilité

SESSION 2: MISE EN ŒUVRE DE LA RESOLUTION 1325

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Identifier la mise en œuvre de la résolution 1325
• Comprendre ce que sont les Plans d’Action de la résolution 1325
• Équiper la société civile pour participer à l’élaboration des plans d’action, la mise en
œuvre et le rapportage

Temps: 1heure 30 min - 2 heures


Note pour le facilitateur : Il est important de prendre temps de comprendre comment la résolution 1325
et les résolutions suivantes sont traduites dans les politiques à différents niveaux (international, régional,
national, local), incluant l’élaboration et la mise en œuvre des Plans d’action nationaux et/ou régionaux
de mise en œuvre de la résolution 1325. Il est fréquent que les participants aient des connaissances
générales de la résolution 1325, mais ces connaissances sont limitées, en particulier en ce qui concerne
la manière dont la résolution se traduit dans les politiques et en pratique.

L’exercice suivant aidera les participants à comprendre comment la résolution 1325 et les
résolutions suivantes sont traduites dans les politiques et adaptées aux contextes locaux, nationaux
et régionaux. Il permettra aussi aux participants de comprendre comment les organisations de la
société civile (OSC) peuvent participer à la mise en œuvre de la résolution 1325.

Exercice 11: Mise en œuvre de la résolution 1325


Matériel: flipchart, marker pen, handout “Implementation of UNSCR 1325 at various
levels”

Temps: 1 heure - 1 heures 30 min.

L’exercice porte sur l’identification des politiques aux niveaux local et national si les
participants proviennent d’un même pays et aux niveaux national et régional si les
participants proviennent de différents pays.

Avant la formation:
1. Préparez un document d'appui qui rassemble les traités et les politiques liés à la mise en
œuvre de la résolution 1325 aux niveaux international, régional, sous régional et national,
adapté au contexte des participants. N’oubliez pas les Plans d’actions nationaux (PAN) et
les Plans d’action régionaux (PAR), même s’ils ne sont pas mis en œuvre.

Pendant la formation:
2. Distribuez le DA que vous avez préparé et lisez-le avec les participants. Répondez aux
questions éventuelles.
20
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
3. Répartissez les participants en groupes de 4 à 6 et donnez à chaque groupe un flipchart
avec un stylo marqueur.
4. Demandez aux participants en groupes d’identifier les politiques, les lois et autres
règlements locaux, nationaux et régionaux, liés à la mise en œuvre de la résolution
1325 qui ne sont pas déjà dans le DA. Demandez-leur également d’identifier les
mécanismes de responsabilité ainsi que les activités des OSC participant à la mise en
œuvre de la résolution 1325.
5. Demandez aux groupes de présenter leurs travaux en séance plénière et prévoyez
quelques minutes pour les questions et échanges après chaque présentation.

L’exercice suivant aidera les participants à identifier l’efficacité des PAN et des PAR existants
dans leur contexte et les composantes essentielles d’un plan d’action efficace.

Exercice 12: Plans d’action régionaux et nationaux


Matériel: DA 11 “Mise en œuvre de la résolution 1325”, flip chart, stylos marqueurs

Temps: 30-45 min.


1. Répartissez les participants en groupes de 4-5 et demandez-leur de discuter les sujets
suivants:
• Votre pays a-t-il un PAN ? Est-il mis en œuvre ? Si non, pourquoi ?
• Votre région/sous-région a-t-elle un PAR ? Est-il mis en œuvre ? Si non, pourquoi ?
• Selon vous, quels sont les éléments essentiels d’un PAN efficace?

Demandez aux groupes d’écrire leurs réponses sur un papier que vous allez ramasser. Il
sera utile pour le reste de la formation et pour le développement de l’initiative ou stratégie
de plaidoyer.

2. Après 20 min, demandez à chaque groupe de restituer leur discussion de groupe en


plénière et d’écrire sur un flipchart les éléments essentiels qu’ils ont identifiés.

3. Distribuez le DA 11 «Mise en œuvre de la résolution 1325» et prenez le temps de répondre


aux questions éventuelles des participants.

SESSION 3: LES PARTIES PRENANTES ET L’ANALYSE DE POUVOIR

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Identifier les parties prenantes
• Analyser l’influence et les relations de pouvoir des parties prenantes

Temps: 1 – 2heures

Note pour le facilitateur: Les parties prenantes et l’analyse de pouvoir permettent l’identification des
soutiens et des barrières à l’application de la résolution 1325 et prépare l’étape de «l’identification des
cibles».

L’exercice suivant aidera les participants à identifier et évaluer l’influence et l’intérêt des parties
prenantes

21
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Exercice 13: Les parties prenantes et l’analyse de pouvoir
Temps: 1-2 heures
Matériel nécessaire: projecteur, flip chart, stylo marqueur

Pour cet exercice, le facilitateur utilisera un des deux outils suivants «Parties prenantes et
analyse de pouvoir».

1. Projetez, présentez et expliquez l’outil que vous souhaitez utiliser.

2. Mettez les participants en groupes de discussion de 4 à 6 participants réunis selon leur


proximité géographique. Donnez à chaque groupe un tableau et un stylo marqueur.

3. Les participants discutent avec les parties prenantes sur la prévention, la protection, la
participation et le relèvement et les placent dans les cases selon leur analyse de pouvoir.

4. Les participants présentent leurs travaux de groupe devant les autres participants.

5. Les présentations peuvent être suivies d’une courte discussion et/ou d’une séance de
questions-réponses en fonction du temps disponible.

6. Recueillez les travaux des différents groupes qui seront utilisés lors de l’élaboration de la
stratégie, du plan ou de l’initiative de plaidoyer.

Outil 3: Les parties prenantes et l’analyse de pouvoir, tableau


Comment utiliser l’outil?
- Les lignes de pouvoir sont liées au niveau du pouvoir des parties prenantes identifiées
- Les colonnes d’intérêt sont liées au niveau d’intérêt des parties prenantes identifiées
- Les parties prenantes doivent être placées dans les cases/boîtes correspondantes en fonction
de leurs niveaux de pouvoir et d’intérêt.
Faible Elevé
Pouvoir

Faible Elevé

Interêt

22
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 4: Les parties prenantes et l’analyse de pouvoir, diagramme
Comment utiliser l’outil?
- L’axe des abscisses du pouvoir est lié au niveau du pouvoir des parties prenantes identifiées
- L’axe des abscisses de l’intérêt est lié au niveau d’intérêt des parties prenantes identifiées
- Les parties prenantes doivent être placées sur l’outil en fonction de leur niveau de pouvoir et
d’intérêt

L’outil suivant peut être distribué aux participants comme un DA et examiné rapidement, mais ne
doit pas être utilisé dans un exercice.

Outil 5: Capacité, Responsabilité et Réponse3


Consultez l’outil en annexe.

Comment utiliser cet outil?


1. Cet outil permet à l’utilisateur d’aller plus en profondeur dans son évaluation de la politique
nationale.
2. Une fois le principal problème identifié, une série de questions liées à la capacité, la
responsabilité et la réponse du gouvernement donne un aperçu détaillé de la manière dont la
question est traitée dans un pays spécifique, en mettant en évidence les forces et les faiblesses.
3. Essayez de répondre à chaque question de l’outil.

À la fin du module, passez en revue les objectifs d’apprentissage du module avec les
participants et accordez un temps de discussion pour s’assurer qu’ils ont été atteints.

3
Adapté de Tear Fund Advocacy toolkit

23
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
MODULE 4 ELABORER UNE STRATEGIE
DE PLAIDOYER EN FAVEUR DE LA RES-
OLUTION 1325
Dans ce module, le facilitateur guidera les participants à travers l’élaboration d’une stratégie de
plaidoyer en faveur de la résolution 1325. C’est un module très important et central. Il est proposé
de diviser ce module en 7 sessions:

Session 1 : Lier les différents niveaux du plaidoyer


Session 2 : Développer des réseaux et alliances
Session 3 : Identifier un but commun lié à la résolution 1325
Session 4 : Identifier les cibles
Session 5 : Formuler et communiquer le message

Note pour le facilitateur: En raison du contexte politique changeant causé par l’extrémisme, l’instabilité
politique et/ou la pauvreté entre autres facteurs qui ont un impact différent sur les hommes et les
femmes, la stratégie de plaidoyer ne doit pas être un document statique mais une stratégie évolutive et
flexible qui peut être revue et adaptée au nouveau contexte politique.

Objectifs d’apprentissage:
• Comprendre les étapes de l’élaboration d’une stratégie de plaidoyer en faveur de la
résolution 1325
• Développer une bonne maîtrise de l’élaboration des étapes d’une stratégie de plaidoyer en
faveur de la résolution 1325
• Comprendre les avantages des alliances sur les questions de genre et comment les nouer

Le changement peut se faire et venir de différentes manières et c’est un réel défi que de
prédéterminer les résultats de nos actions. Choisir des stratégies ciblées sur les objectifs
clairs, basés sur l’analyse en continu est une condition sine qua non pour réussir. Pour
faire le suivi des réponses et des effets de nos actions et pour être ouvert au changement,
la stratégie est également essentielle, puisque les méthodes choisies peuvent ne pas avoir
l’effet que nous prévoyons ou bien le contexte peut changer.
Manuel de NCA sur le Plaidoyer

Temps: 1 jour
Le premier exercice de ce module aidera les participants à identifier les différentes étapes dans
l’élaboration d’une stratégie de plaidoyer.
Exercice 14: Etapes dans la conception d’une Stratégie de Plaidoyer en faveur de
la résolution 1325 4
Matériel nécessaires: flip chart, stylo, post-its ou cartes vierges et scotch, DA 12 “Le
Cycle du Plaidoyer”

Temps: 15-20 min.


1. Dessinez un grand cercle sur le flipchart.

2. Donnez aux participants 5 à 6 post-its ou des cartes vierges chacun.
4
Adapté de Tear Fund Advocacy toolkit
24
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
3. Demandez aux participants de réfléchir aux étapes clés intervenant dans le
développement d’une stratégie de plaidoyer en faveur de la résolution 1325, en écrivant
chaque étape sur un post-it ou une carte différent.

4. Une fois que cela a été fait, invitez les participants à placer leurs post-its ou cartes sur le
cercle dans un ordre logique, en groupant les post-its/cartes ensemble là où ils ont écrit
des mots identiques ou similaires aux autres participants.

5. Regroupez les principaux groupes de cartes qui représentent les étapes de


développement de la stratégie de plaidoyer. Distribuez le DA «Cycle du Plaidoyer».

Session 1: Lier Les Differents Niveaux De Plaidoyer


Objectifs spécifiques d’apprentissage:
• Comprendre la nécessité de lier les différents niveaux de plaidoyer
• Être capable d’élaborer une stratégie de plaidoyer liant les niveaux locaux, nationaux et
régionaux/internationaux

Faire le plaidoyer à différents niveaux et lier tous les niveaux ensemble


permet à la stratégie de plaidoyer d’avoir un impact structurel.

Temps: 45-60 min.


Lier les différents niveaux de plaidoyer est bénéfique pour les questions liées à la résolution 1325.
Bien qu’il existe un corpus de traités, déclarations et résolutions de l’ONU garantissant l’égalité
des sexes au niveau international, l’ignorance de ce cadre et les fortes croyances traditionnelles et
religieuses néfastes aux niveaux local et communautaire, couplées à l’absence de volonté politique
au niveau local et national pour réaliser l’égalité entre les sexes, sont des obstacles profondément
enracinés à la mise en œuvre de la résolution 1325. Une stratégie de plaidoyer à plusieurs niveaux
permet de supprimer ces obstacles en développant les liens entre les niveaux locaux, nationaux,
régionaux et internationaux. Elle offre également un moyen d’action aux niveaux régional et
international pour un impact au niveau national au cas où l’action de plaidoyer au niveau national ou
local est impossible ou trop risquée.

L’exercice suivant aidera les participants à comprendre les liens qui existent entre les différents
niveaux de plaidoyer et leur complémentarité. Il les aidera également à élaborer la stratégie de
plaidoyer.

Exercice 15: Relier les niveaux de plaidoyer au niveau local, national et régional/
international
Matériel nécessaire: Outil 6 “ Tableau de solutions”6 , projecteur, tableau, stylo marqueur

Temps: 45-60 min.


1. Répartissez les participants en groupes de discussion de 4 à 8 personnes. Donnez à
chaque participant un tableau et un stylo marqueur.

2. Projetez le tableau et demandez aux participants de le remplir.

Adapté de Advocacy Capacity Building: A Training Toolkit de Conciliation resources et Saferworld


5

25
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
3. Demandez aux rapporteurs de chaque groupe de discussion de présenter leurs travaux
de discussion, et en attendant remplissez une version plus grande du tableau que tous les
participants sont en mesure de voir.

4. Discutez avec les participants des interconnexions entre les différents niveaux (locaux,
nationaux et régionaux/internationaux).

5. Guidez les participants dans le choix du problème commun sur lequel leur stratégie,
initiative ou activité de plaidoyer portera.

Note pour le facilitateur: en outre, cet exercice est très utile pour préparer la prochaine session
«identification d’un but commun».

Outil 6: Le tableau des solutions6

Au niveau local Au niveau national Aux niveaux régional et


international

Quels sont les


problèmes, leurs
causes et
conséquences ?
(liés à la
résolution 1325)

Quels types de
changements
voulez-vous voir?

Qui a besoin de
changer ou d’agir
pour amener le
changement ?

Session 2: Developpement Des Reseaux Et Coalitions

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Comprendre les avantages et les inconvénients des coalitions lorsqu’on plaide en faveur de
la résolution 1325
• Être équipé pour développer des coalitions efficaces

Adapté de Advocacy Capacity Building: A Training Toolkit de Conciliation resources et Saferworld


6

26
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Temps: 1 heure – 1 heure 15 min.

L’exercice suivant permettra aux participants de comprendre et d’analyser les avantages et les
inconvénients de développer des coalitions pour élaborer une stratégie de plaidoyer conjointe sur la
résolution 1325.

Exercice 16: Avantages et inconvénients de développer des coalitions


Matériel: flip chart, stylo marquer, DA 13 “Pour et contre le plaidoyer conjoint”.

Temps: 45-60 min.

Cet exercice est basé sur un jeu de rôle.

1. Répartissez les participants en 4 groupes:


- Groupe 1: Dites-leur qu’ils sont une organisation confessionnelle nouvellement
engagée dans la résolution 1325
- Groupe 2: Dites-leur qu’ils sont une organisation confessionnelle expérimentée dans
la résolution 1325
- Groupe 3: Dites-leur qu’ils sont un groupe de femmes
- Groupe 4: Dites-leur qu’ils sont un groupe de jeunes travaillant sur la masculinité
positive.
Donnez à chaque groupe un tableau avec un stylo marqueur.
2. Demandez aux participants de dresser une liste des avantages et inconvénients des points
de vue de leur groupe pour développer une coalition avec chacun des autres groupes.
3. Demandez à chaque groupe de présenter leurs travaux en séance plénière et accordez du
temps pour les questions et la discussion.
4. Distribuez le DA «Pour et contre le plaidoyer conjoint».

L’exercice suivant aidera les participants à identifier les conditions pour développer une
coalition efficace.

Exercice 17: Développer une coalition efficace


Matériel: Flip chart, stylo marqueur, DA 14 «Checklist pour une coalition réussie»

Temps: 15 min.
1. Posez la question suivante aux participants et écrivez les réponses sans discussion:
que faut-il pour développer une coalition efficace?
2. Consacrez du temps à la discussion.
3. Mettez en évidence les bonnes réponses.
4. Distribuez le DA intitulé «Checklist pour une coalition réussie»

Session 3: Identifier Un But Commun Lie A La Resolution 1325

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Être capable d’identifier un problème commun lié à la résolution 1325 et de formuler un
objectif y relatif
• Être capable d’identifier et d’analyser les causes profondes et les conséquences d’un
problème

Temps: 1 – 3 heures

27
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
L’objectif commun doit apparaître comme une priorité, réalisable,
vendable et approprié.
Tear Fund toolkit

L’exercice suivant guidera tout d’abord les participants durant l’identification des causes et des
conséquences du problème et en deuxième lieu dans l’identification des solutions.

Exercice 18: Arbres à problèmes et à solutions7


Matériel nécessaires: flipcharts, marker pens (different colors), sticky notes

Temps: 45-90 min.

1. Mettez-vous d’accord avec les participants sur le problème lié à la résolution 1325 que vous
allez aborder.
2. Dessinez un arbre et écrivez le problème sur le tronc.
3. Pour commencer, demandez pourquoi cela est un problème. Chaque fois que les
participants trouvent une réponse, notez-la sur les branches et posez la même question
encore une fois.
4. Demandez quelles sont les causes du problème. Chaque fois que les participants trouvent
une réponse, notez-la sur la racine et posez la même question encore une fois.
5. Lorsque les causes profondes et les conséquences sont identifiées, demandez quelles en
sont les solutions. Chaque fois que les participants trouvent une réponse, écrivez-la sur
l’arbre à côté du problème correspondant dans une couleur différente ou utiliser les post-
its.

6. Demandez aux participants: laquelle


de ces solutions nécessite des efforts
de plaidoyer? Guidez les participants
et encerclez les solutions qui exigent
des efforts de plaidoyer dans une
couleur différente.
7. Les participants choisissent un
sujet de plaidoyer

Outil 7: Arbre à problèmes


Comment utiliser l’outil?

- Les branches sont les conséquences du


problème
- Les racines sont les causes du
problème

7
Adapté de Tear Fund Advocacy toolkit

28
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 8: Arbre à solutions
Comment utiliser l’outil?
- Trouvez une solution à chaque
problème (les conséquences
et les causes) identifié dans
l’arbre des problèmes
- Mettez la solution sur le
problème

Une fois que les solutions


nécessitant des efforts de
plaidoyer sont identifiées, les
grandes lignes de l’objectif de
la stratégie de plaidoyer seront
visibles.

L’exercice suivant permettra aux participants de formuler clairement et de s’entendre sur le but de
la stratégie de plaidoyer en faveur de la résolution 1325.

Exercice 19: Formuler un but commun


Matériel nécessaires: flip chart et stylos marquer

Temps:45-90 min.
1. Répartissez les participants en groupes de 4 à 8. Donnez à chaque groupe un flipchart
avec un stylo marqueur.

2. Demandez aux participants de formuler un objectif sur base des résultats des exercices
précédents (évaluation des politiques, lier les différents niveaux de plaidoyer et arbre à
problèmes et solutions).

3. Après 30-45 minutes, notez chaque objectif développé.

4. Guidez les participants dans toute la discussion pour s’entendre sur un but commun, sur
base des suggestions de chaque groupe.

Note au facilitateur : si vous êtes en train de développer une stratégie de plaidoyer, il est intéressant de
développer des jalons qui vous permettront d’atteindre votre but.
29
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Session 4: Identifier Les Cibles

Objectifs Spécifiques d’Apprentissage:


• Comprendre la différence entre les cibles, les alliés, les opposants et les communautés
• Être capable d’identifier les cibles pertinentes pour la stratégie de plaidoyer

Temps: 1 heure 30 min. - 2 heures 30 min.

Il est important d’identifier les individus dans les catégories/organisations plutôt que
seulement les institutions elles-mêmes. Nous influençons les individus et non pas les
institutions dans l’ensemble. Il importe, dès lors, d’analyser si les parties prenantes que
vous avez identifiées sont vos principaux décideurs (ou cibles), alliés (ou alliés potentiels),
opposants (ou opposants potentiels) ou des communautés.
Manuel de NCA sur le Plaidoyer

Note pour le facilitateur: cette session capitalisera sur le module précédent, session 3 sur parties
prenantes et analyse de pouvoir. Si vous n’avez pas fait l’exercice sur les parties prenantes et l’analyse de
pouvoir précédemment, faites-le maintenant (voir module 3 session 3).

Le facilitateur guidera les participants à travers les différentes parties prenantes liées à la
résolution 1325: les cibles, les alliés, les opposants et les communautés:8

Cibles: les décideurs; les gens qui ont le pouvoir d’apporter les changements nécessaires pour
prévenir et protéger à l’encontre des VBG, améliorer la participation des femmes et fournir les
services nécessaires pour le relèvement; les personnes qui ont une influence sur les décideurs.

Alliés: ceux qui partagent vos objectifs et peuvent aider à influencer ou à faire pression sur les
décideurs. Les premières dames, les éminentes citoyennes et les groupes de femmes influentes
sont souvent parmi les alliés. Néanmoins, les hommes peuvent également être des alliés forts, en
particulier lorsqu’ils sont familiers avec le concept de «masculinité positive».

Opposants: ceux qui s’opposent à votre but et qui essayeront de bloquer les changements que vous
souhaitez. Les autorités traditionnelles, les leaders religieux et les leaders des sociétés fortement
patriarcales se trouvent souvent parmi les opposants. Néanmoins, tous les représentants de ces
différents groupes ne sont pas systématiquement des opposants mais peuvent se révéler comme de
puissants alliés.

Communautés: les gens avec qui et pour lesquels vous travaillez; ceux qui doivent tirer profit de
votre plaidoyer.

L’exercice suivant aidera les participants à différencier les parties prenantes comme des cibles, des
alliés, des opposants ou des communautés.

Exercice 20: Faire la distinction entre les cibles, les alliés, les opposants et les
communautés
Elément nécessaires: Flip chart, stylo marqueur, projecteur

Temps: 45-60 min.

1. Dessinez quatre cases sur le flip chart: cibles, alliés, opposants, communautés. Projetez
les définitions de chaque catégorie pour les participants et lisez-les ensemble.

8
Définitions adaptées du Manuel de NCA sur le Plaidoyer
30
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
2. En capitalisant sur les «parties prenantes et l’analyse de pouvoir», demandez aux
participants de placer chaque partie prenante dans la case correspondante.

3. Demandez aux participants d’identifier les parties prenantes les plus pertinents en
fonction du but développé. Identifiez les cibles majeures pour passer à l’exercice suivant.

4. Permettez une discussion entre les participants et guidez-les si nécessaire.

Certaines cibles identifiées, comme par exemple les hauts responsables du gouvernement
ou les représentants des organisations internationales peuvent être difficiles à atteindre.
Dans ce cas, il est utile de procéder à une analyse d’influence. Cette analyse permettra aux
participants d’identifier les individus subsidiaires qui ont une influence sur les cibles
précédemment identifiées mais difficiles à atteindre. Certaines activités de plaidoyer
peuvent alors cibler ces personnes subsidiaires qui peuvent influencer la principale cible
identifiée.

L’exercice suivant aidera les participants à comprendre la carte d’influence autour des cibles
qu’ils ont identifiées précédemment.

Exercice 21: Analyser la carte d’influence


Matériel nécessaire: Outil 9 “carte d’influence”, flip chart, stylo marqueur

Temps: 60-90 min.


1. Projetez l’outil et présentez-le aux participants.

2. Répartissez les participants en autant de groupes que de cibles principales. Donnez à


chaque groupe un flipchart et un stylo marqueur.

3. Demandez aux groupes de dessiner une carte d’influence pour leur cible.

4. Chaque groupe présente son travail et les cibles subsidiaires qu’il a identifiées.

Outil 9: Carte d’Influence9


Comment utiliser l’outil?
- La principale cible identifiée est écrite au milieu du cercle.
- Les flèches indiquent qui a une influence sur qui.
- Les individus et les groupes identifiés (1) qui ont une influence sur la cible principale sont
placés autour du cercle.
- Les individus et les groupes identifiés (2) qui ont une influence sur les individus et les

Adapté de Renforcement des Capacités en matière de Plaidoyer: A Training Toolkit par Conciliation resources et Saferworld
9

31
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
groupes identifiés (1) entourent les individus et les groupes identifiés (1).
- Les individus et les groupes que vous avez la capacité d’atteindre sont mis en évidence.

Session 5: Formuler Et Communiquer Le Message

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Être capable d’élaborer un message court et clair lié au but du plaidoyer
• Être capable d’adapter le message aux cibles de plaidoyer tout en étant conscient de la
sensibilité de la question.
• Être capable d’identifier les meilleurs canaux pour faire passer le message.

Développer le bon message signifie abattre près de la moitié du travail.


L’autre moitié consiste à sélectionner les bons canaux de communication
et le bon messager pour que votre public reçoive le message.

Temps: 2h

FORMULER UN MESSAGE
L’exercice suivant aidera les participants à formuler un message court, concis et efficace.

Exercice 22: Pitch10


Aucun matériel n’est nécessaire
Temps: 45-60 min.

1. Demandez aux participants ce que signifie «pitch» et à quoi cela sert-il? Notez les
réponses sur le flip chart.

2. Choisissez un décideur parmi les cibles et demandez aux participants de développer un


pitch pour expliquer le problème et le but du plaidoyer. Pour développer un pitch, les
participants doivent mettre l’accent sur « Quel est le problème et quelle est la solution?»,
«Pourquoi est-ce important ?», « Que peut faire le décideur?». Rappelez aux participants
que les questions de genre peuvent être très sensibles et que le vocabulaire et le ton
doivent rester aussi neutres que possible.

3. Demandez aux participants de faire leur pitch pour la personne assiste à côté d’eux.

4. Les participants se donnent mutuellement du feedback.

5. Demandez à un ou à deux volontaires de présenter leur pitch à tous les participants.

6. Echangez avec les participants sur les difficultés rencontrées pendant l’exercice.
Prévoyez les questions et répondez-y.

Note pour le facilitateur: développer un message sur un problème lié à la résolution 1325 doit être fait
soigneusement car la résolution 1325 peut être un sujet sensible et un message erroné ou défectueux

Adapté du Manuel de NCA sur le Plaidoyer


10

32
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
peut être contre-productif et dangereux. Le message peut être perçu comme provocateur et causer de
l’inconfort parce que défiant les normes et pratiques sociales peu remis en question. Mais souvenez-
vous que vous plaidez en faveur d’une société meilleure !

FAIRE PASSER UN MESSAGE


Avec l’exercice suivant, les participants vont développer un message adapté au public et
réfléchiront sur les différents canaux qu’ils peuvent utiliser pour atteindre les cibles.

Exercice 23: Faire passer un message sur la résolution 1325 aux différentes
cibles
Matériel nécessaires: Outil 10 “Communiquer de façon effective”, flip chart, stylo marqueur.
Temps: 60 min

1. Répartissez les participants en trois groupes, un pour chaque audience: 1) les décideurs
et les leaders d’opinion, 2) les groupes et les individus qui s’intéressent à la résolution
1325 et 3) le grand public.

2. Demandez-leur de passer 30 min à réfléchir sur: a) que dire à ce groupe (quel type
d’information) et b) comment atteindre ce groupe (moyen de communication). En
attendant, dessinez le tableau ci-dessous.

3. Si vous estimez que les participants ne sont pas suffisamment conscients du caractère
sensible de la question, vous pouvez ajouter une colonne «types de message qu’il ne
serait pas approprié de communiquer à ces publics».

4. Demandez-leur de remplir le tableau avec leur travail de groupe. Revoyez le tableau en


plénière, facilitez la discussion entre les participants et complétez le tableau ou modifiez-
le si nécessaire.
5. Distribuez l’outil comme un DA.

Outil 10: Comuniquer de façon effective11

À la fin du module, consultez les objectifs d’apprentissage du module avec les participants
et prévoyez un temps de discussion pour s’assurer qu’ils ont été atteints.

Adapté de Advocacy Capacity Building: A Training Toolkit by Conciliation resources and Saferworld
11

33
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
MODULE 5
MISE EN OEUVRE DU PLAIDOYER
L’élaboration de la mise en œuvre comprend deux aspects: planification des activités et planification
du suivi. Par conséquent, ce module sera divisé en deux sessions:

Session 1 : Activités du plaidoyer


Session 2: Suivi du plaidoyer

Objectifs d’Apprentissage:
• Identifier les activités du plaidoyer pertinentes et réalisables répondant à la stratégie
de plaidoyer sur la résolution 1325
• Reconnaître et comprendre les trois types de suivi requis pour le plaidoyer: suivi de la
mise en œuvre de la politique, suivi de l’impact de plaidoyer et suivi et évaluation.

Temps: 2 - 3 heures

Session 1: Activites Du Plaidoyer

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Connaître les différents types d’activités du plaidoyer
• Identifier les activités les plus pertinentes du plaidoyer pour la résolution 1325

Temps: 1 heures 30 min. – 2 heures 30 min.

L’exercice suivant aidera les participants à identifier les différentes activités de plaidoyer.

Exercice 24: Activités de plaidoyer


Eléments nécessaires: flip chart et stylo marqueur

Temps: 20 min.

1. Demandez aux participants de donner des exemples d’activités de plaidoyer et les écrire
sans discussion.

2. Demandez aux participants d’expliquer en quelques mots en quoi consiste chaque activité
écrite sur le flip chart.
3. Guidez les participants et corrigez-les si nécessaire.

34
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
FAIRE DU LOBBYING
Faire du lobbying consiste à influencer directement le décideur. (…). Le
lobbying est une partie fondamentale et nécessaire d’un processus de
plaidoyer, car il facilite une explication plus approfondie de notre but
politique.
Manuel de NCA sur le Plaidoyer

Le lobbying peut être une activité très efficace lorsque votre cible a le pouvoir de changer les
choses, mais n’est pas intéressée de façon générale aux questions en rapport avec la résolution
1325. Une réunion de lobbying permet au décideur de se sentir plus à l’aise contrairement aux
réunions officielles et potentiellement d’être plus explicite sur son opinion. Comprendre son point
de vue vous aidera à concevoir le message pour mieux vous adresser à lui/elle.

Distribuez aux participants le DA 15 «Réunion de lobbying étape par étape». Répondez aux questions
éventuelles.

L’outil suivant peut être distribué comme DA aux participants ou simplement projeté et discuté.

Outil 11: Lobbying : adapter votre discours12


Comment utiliser l’outil?
• Grâce à la colonne des descriptions, vous pouvez dire si la cible de votre lobbying est un
champion, un allié, un indécis, un opposant modéré ou un adversaire de taille.
• Une fois que vous avez catégorisé votre cible, vous pouvez élaborer votre stratégie selon les
conseils donnés dans la colonne des stratégies.

Type Description Stratégie

Champi on Ceux qui parti ci pent Donnez aux champi ons des i nformati ons fi abl es
acti vement et travai l lent pour qu’i l s peuvent uti l i ser pour convai ncre l es
l a mi se en œuvre de l a autres.
résol uti on 1325.

Al l i é Quel qu’un qui est d’accord Essayez de convai ncre l es al l iés de s’i mpl i quer
avec l ’espri t de l a résol uti on davantage. Proposez des mesures spéci fi ques
1325, mai s n’a pas (encore) qu'i l s peuvent prendre.
pri s de mesures.

Indéci s Une parti e neutre, non Souvent l es pri nci pales ci bles pour nos efforts de
(encore) engagée dans un côté l obbyi ng. Défi ez l es champi ons et l es ami s,
quel conque. Les i ndéci s ne se sensi bi lisez l es i ndéci s aux questi ons l iées à l a
sentent pas concernés par l es résol uti on 1325, et faites-l es changer d’avi s pour
questi ons de l a résol uti on l es ral l ier à votre cause.
1325.

Adversai re modéré Un adversai re qui est en Essayez de préveni r que l es adversai res modérés
désaccord, mai s qui n’agi t pas. ne devi ennent pl us acti fs et pl us expressi fs. Dans
Il s sont souvent moti vés par l es soci étés fortement patri arcales, i l s peuvent
une perspecti ve tradi ti onnel l e faci l ement obteni r du souti en.
des rôl es de genre.

Adversai re de tai l l e Un adversai re de tai l l e Donnez des rai sons claires pour l esquel l es l es
s’empl oi era acti vement à saper autres acteurs ne devrai ent pas rejoi ndre
notre objecti f de pl ai doyer, en l ’adversai re de tai l l e. Trouvez un souti en
parti cul ier l es i ndi vidus qui ont régi onal et i nternati onal si l ’adversaire est très
une vi si on patri arcale écouté.
sol i dement ancrée.

Adapté de The ABC’s of Advocacy by Dann Church Aid


12

35
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
ATTENTION MEDIATIQUE: ORALE OU VERBALE
L’attention médiatique est souvent utilisée sur les questions liées à la résolution 1325. Même s’il
s’agit d’une activité importante, l’expérience a montré qu’elle ne suffit pas: il existe un fossé entre
l’attention médiatique et la mise en œuvre effective de la résolution. Les activités de l’attention
médiatique doivent accompagner d’autres types d’activités.

MOBILISATION

Le nombre de personnes qui soutiennent votre cause renforce votre travail


de plaidoyer, car il légitime vos efforts de lobbying, peut attirer l’attention des
médias et faire pression sur les décideurs. Pour créer une pression publique,
vous devez sensibiliser les gens et leur donner des possibilités d’agir.
Manuel de NCA sur le plaidoyer

Distribuez le DA 16 «Principes de mobilisation» et discutez-en avec les participants.

Exercice 25: Partage d’expérience


Eléments nécessaires
Temps: 1 - 2 heures.

1. Demandez aux participants de partager leurs expériences de l’utilisation de n’importe


laquelle des trois activités de plaidoyer
- Ce qu’ils pensent s’est bien passé
- Ce qu’ils pensent a mal tourné
- Efficace
- Inefficace

2. Demandez aux participants de réfléchir sur la pertinence de l’utilisation de chaque type


d’activité pour leur campagne.

IDENTIFIER LES ACTIVITES LES PLUS ADEQUATES


Note pour le facilitateur: Après avoir examiné les trois exemples d’activités de plaidoyer, aidez les
participants à identifier les exemples d’activités clés pour la mise en œuvre de leur stratégie. L’innovation
peut être un élément clé dans l’activité de plaidoyer en attirant l’attention des cibles.

L’exercice suivant aidera les participants à identifier des activités clés du plaidoyer pour la mise en
œuvre de leur stratégie.

Exercice 26: Identifiez des activités du plaidoyer


Eléments nécessaires: flip chart, stylo marqueur
Temps: 1 - 2 heures.

1. Divisez les participants en groupes. Donnez à chaque groupe un flipchart et un stylo


marqueur.

2. Demandez à chaque groupe de penser aux activités de plaidoyer les plus adéquates
à développer pour la stratégie en capitalisant sur l’expérience et les ressources des
participants.

3. Demandez à chaque groupe de présenter leurs travaux. Prévoyez un temps pour les
questions et les échanges.

36
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Session 2: Suivi Du Plaidoyer

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Comprendre le suivi de la politique de mise en œuvre
• Comprendre le suivi de l’impact du plaidoyer
• Comprendre le Suivi & Evaluation du plaidoyer

Temps: 30 min.

Lorsqu’on parle du suivi du plaidoyer, trois aspects doivent être considérés:


• Suivi de la mise en œuvre de la politique;
• Suivi des initiatives de plaidoyer; et
• Suivi et Evaluation

SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES


Lors de votre présentation, insistez sur le suivi de la mise en œuvre des politiques selon les
besoins tout au long du processus. Il est important de surveiller la mise en œuvre des politiques
avant l’élaboration de la stratégie de plaidoyer afin d’identifier le but et pendant le processus de
la stratégie de plaidoyer afin d’évaluer l’efficacité de la stratégie et après la stratégie de plaidoyer
pour évaluer l’impact.

OUTIL 12: MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES, OBJETS DE SUIVI13


 La préparation de la loi – avant qu’une loi ne soit adoptée, suivre le texte de loi tout au long du
processus législatif. Etablir une bonne relation avec la Commission Genre du Parlement s’il y
en a une.
 Si la loi est appliquée ou non. Si une loi qui bénéficie aux titulaires de droits n’est pas
appliquée, elle n’a aucune valeur pour les titulaires de droit. Ce problème est récurrent pour
les lois liées aux 4 piliers de 1325 : prévention et protection des VBG, participation des femmes
et relèvement.
 Comment la loi est-elle mise en œuvre. L’application est-elle juste ou non ?
 Suivi du budget – le budget est-il suffisant. Plusieurs Plans d’Actions Nationaux (PAN)
développés jusqu’à présent sont plus de l’ordre des documents politiques sans budget, par
conséquent impossibles à mettre en œuvre.
 Suivi du financement – les fonds sont-ils disponibles et correctement utilisés?

SUIVI DE L’IMPACT DU PLAIDOYER

Il est très important dans le plaidoyer d’être sensible aux changements


contextuels et d’évaluer continuellement l’impact de vos efforts de plaidoyer afin
de pouvoir modifier le plan de plaidoyer pour un meilleur impact.
Manuel de NCA sur le Plaidoyer

Outil 13: Elaborer un plan de suivi14


Comment utiliser cet outil?
- Remplissez les cases à l’aide de votre stratégie de plaidoyer

13
Adapté du Manuel de NCA sur le Plaidoyer
14
Adapté du Manuel de NCA sur le Plaidoyer
37
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Qu’est-ce qui va faire Comment va-t-on faire Quand va-t-on faire le Qui va faire en sorte
l’objet du suivi? le suivi? suivi? que le suivi ait lieu?

Pour plus d’informations sur le suivi de l’impact du plaidoyer, veuillez consulter le Manuel de NCA
sur le Plaidoyer.

SUIVI ET EVALUATION

Outil 14: Spécificités du Suivi et Evaluation en matière de Plaidoyer15


 Les calendriers peuvent être imprévisibles. La réalisation des objectifs de l’effort de
plaidoyer, notamment pour la promotion/défense des politiques, prend souvent de
nombreuses années. Cela est particulièrement vrai pour les questions liées aux pratiques
traditionnelles et/ou religieuses nuisibles dans des milieux très traditionnels et religieux.
 Changement des stratégies et des étapes. La stratégie de plaidoyer évolue au fil du temps et
les activités et les résultats souhaités peuvent changer rapidement. Les outils et approches
du suivi et évaluation doivent être pertinents et réalistes dans le contexte du plaidoyer.
 La démonstration de la contribution est prévue, et non pas l’attribution. Lorsque le but
d’évaluer le plaidoyer consiste à déterminer l’impact, l’attribution n’est pas possible. Par
conséquent, les évaluations visant à examiner le lien entre les efforts de plaidoyer et leurs
résultats ont adopté une norme de contribution à l’attribution.
 L’évaluation des progrès est importante, non seulement l’impact. Le Suivi & Evaluation du
plaidoyer met l’accent généralement sur le parcours du plaidoyer plutôt que la destination
seulement. En plus de la démonstration des progrès, cette approche réduit le risque que
l’évaluation conclura que l’effort global du plaidoyer a été un échec si les objectifs du
plaidoyer ne sont pas atteints dans les délais prévus de l’évaluation.
 Le contexte doit toujours être considéré. Le contexte est important lorsqu’on fait le choix
des stratégies de plaidoyer. Il est aussi important lorsqu’on choisit les approches du Suivi et
Evaluation et lorsqu’on fait l’interprétation des données de l’évaluation.

Outil 15: Les questions et options du suivi et évaluation16

QUESTION OPTIONS
S
1 Qui Les bureaux pays et/ou le siège de NCA
utilisera le Les alliés
suivi et
Les partenaires
évaluation
? Les donateurs/bailleurs externes
Autres utilisateurs externes comme les media

2 Responsabilisation/redevabilité
Comment
Informer le processus interne de prise de décisions
le suivi et
évaluation Apprentissage national et global
seront-ils
utilisés?

Adapté du Manuel de NCA sur le Plaidoyer


15

Adapté d’UNICEF
16

38
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
39
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
At the end of the module, review the general learning objectives with the participants and
allow a discussion time to ensure that they are complete.

40
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
MODULE 6
SURMONTER LES
DIFFICULTES DU PLAIDOYER
Session 1: Plaidoyer dans un contexte difficile
Session 2: Analyse de risques
Session 3: Gérer les résistances

Objectifs d’apprentissage:
• Être en mesure de reconnaître un contexte difficile et de comprendre les risques
• Être préparé pour faire le plaidoyer dans un contexte politique difficile
• Être équipé pour gérer les résistances

Temps: 4 - 5 heures

Session 1: Plaidoyer Dans Un Contexte Difficiles


Objectifs spécifiques d’apprentissage:
• Être capable de reconnaître un contexte difficile lié à la résolution 1325
• Comprendre les risques de faire du plaidoyer sur la résolution 1325 dans un contexte
politique difficile
• Être équipé pour préparer et mener un plaidoyer dans un contexte politique difficile

Temps: 1 heure 30 min.

L’exercice suivant permettra aux participants d’identifier les éventuels obstacles au plaidoyer sur la
résolution 1325.

Exercice 27: Reconnaître un contexte difficile


Eléments nécessaires: Flip chart et stylo marquer
Temps: 30 min.

1. Ecrivez sur le flip chart «contexte difficile lié à la résolution 1325 ?»

2. Demandez aux participants de donner des éléments de réponse.

3. Ecrivez chaque réponse sans discussion sur le flip chart.

4. Facilitez la discussion entre les participants.

L’exercice suivant permettra aux participants d’identifier et d’analyser les menaces liées
directement à des activités de plaidoyer dans un contexte politique difficile au moyen d’un
scénario.

41
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Exercice 28 : Faire une activité de plaidoyer dans un contexte politique difficile

Matériel nécessaire: Flip chart et stylo marqueur DA 17 « Check-list de préparation et


d’action dans les contextes difficiles »17
Temps: 60 min.

Scénario: plaidoyer sur le mariage des enfants dans un pays instable et sortant d’un conflit
avec un gouvernement très religieux. Forte présence étrangère: ONU & ONG. Certaines
ONG ont été expulsées du pays parce qu’elles ont aidé les jeunes mariées cherchant à
s’échapper de leurs familles à trouver refuge à l’étranger. Contexte tendu.

1. Répartissez les participants en groupes de 4 à 8.

2. Demandez aux participants de penser aux risques de faire le plaidoyer pour mettre fin au
mariage des enfants dans un tel contexte et comment les atténuer (avant et pendant les
activités de plaidoyer).

3. Donnez 3 minutes à chaque groupe pour présenter leurs travaux.

4. Distribuez le DA « Check-list de préparation et d’action dans les contextes difficiles ».


Veuillez lire tous les documents avec les participants.

Session 2: Analyse De Risques

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Comprendre la nécessité de mener une analyse des risques
• Être équipé pour mener une analyse des risques

Temps: 1 heure - 1 heure 30 min

Le travail de plaidoyer n’est pas sans risques parce que le pouvoir et les intérêts
particuliers sont en jeu. Pour cette raison, le plaidoyer consiste également à être
conscient des risques que vous prenez et à minimiser ces risques quand il s’agit
d’engager les décideurs et d’autres intervenants.
Manuel de NCA sur le Plaidoyer

Exercice 29: Analyse de risques


Temps: 60-90 min.
Matériel nécessaires: Projecteur, outil 16 “Analyse de risques du plaidoyer ”18 , DA 18
“Tableau d’analyse de risques”, DA 19 “ Astuces pour réduire les risques lorsqu'on influence
et soutient le changement dans des contextes complexes19” , flip chart et stylo marqueur

1. Répartissez les participants en groupes de 4 à 8.

17
Adapté de Tear Fund Advocacy Toolkit
18
Adapté de Tear Fund Advocacy toolkit
19
Adapté de Intrac présentation sur“ Gestion des risques lorsqu’il s’agit d’influencer et d’appuyer le changement dans des
contextes complexes”

42
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
2. Projetez l’outil «Analyse de risques du plaidoyer» et examinez-le avec les participants.

3. Demandez aux participants d’identifier les principaux risques liés à la stratégie de


plaidoyer qu’ils ont élaborée et écrivez-les sur un flip chart.

4. Distribuez à chaque groupe le DA 18 intitulé «Tableau d’Analyse des Risques».

5. Conformément au nombre de risques identifiés et au nombre de groupes formés, donnez


à chaque groupe 1-3 risques identifiés.
Donnez aux groupes 30 minutes pour discuter et remplir le tableau. Encouragez la créa-
tivité et la réflexion au-delà des sentiers battus !

6. Donnez à chaque groupe 5 minutes pour résumer et présenter leurs travaux.

7. Distribuez le DA 19 «Astuces pour réduire les risques lorsqu'on influence et soutient le


changement dans des contextes complexes »

Note pour le facilitateur: si le niveau de risques est élevé et qu’aucune stratégie satisfaisante de
gestion des risques n’a été mise au point, c’est une bonne raison de ne pas faire le plaidoyer. Il est très
important que les participants comprennent qu’un défenseur doit être bien conscient des risques qu’il
prend. En fin de compte, la vie avant tout.

Si vous avez une bonne étude de cas de gestion des risques du plaidoyer dans un contexte
complexe, présentez-le aux participants. Ça pourrait les aider à faire preuve de créativité et à
identifier des stratégies de gestion des risques dans leur propre contexte.

Outil 11: Analyse de risques du plaidoyer20

Session 3: Gerer Les Resistances


Plusieurs parties de cette session sont largement adaptées du manuel basé sur les droits inclusifs
du genre mis au point par ACT Alliance, module 5.1 «Faire face à la résistance aux droits humains et
à l’égalité des sexes».

Objectifs spécifiques d’apprentissage:


• Réduire la résistance des participants face aux questions de genre
• Équiper les participants pour qu’ils puissent faire face à la résistance extérieure aux
questions de genre

Temps: 2 - 3 heures
Adapté de Tear Fund Advocacy toolkit
20

43
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Note pour le facilitateur: les questions de genre – spécifiquement l’agenda Femmes, Paix et
Sécurité – sont un sujet sensible qui peut créer une forte résistance. Les principales objections à la
problématique du genre reposent sur des arguments patriarcaux qui sont assimilés à la culture, la
religion, les croyances locales et/ou aux modes traditionnels de faire face aux événements de la vie. La
résistance peut être consciente ou inconsciente et peut se faire aux niveaux individuel et organisationnel.
Par conséquent, il est important de consacrer du temps à la gestion de la résistance potentielle des
participants et d’équiper les participants pour qu’ils puissent faire face à la résistance dans leurs
organisations, communautés, contextes et dans leur vie quotidienne.

L’exercice suivant est fortement recommandé avec les participants qui ne travaillent pas
spécifiquement sur les questions de genre et/ou qui ne sont pas familiers des préoccupations de
genre afin d’identifier et de comprendre les constructions du genre.

Exercice 30: Identifier les stéréotypes liés au genre21


Temps: 45-60 min.
Matériel nécessaire: rien si ce n’est un grand espace libre. Si nécessaire, demandez aux
participants de libérer l’espace en mettant les tables de côté.
1. Demandez aux participants de se disperser dans l’espace
2. Demandez aux participants de «marcher comme une femme». Après quelques minutes,
demandez aux participants de «marcher comme un homme». Demandez aux participants
de partager leurs ressentis: qu’ont-ils ressenti en «marchant comme une femme» ? «en
marchant comme un homme» ?
3. Demandez aux participants de saluer autant d’autres participants que possible «comme
des hommes», puis «comme des femmes». Demandez aux participants de partager leurs
ressentis: qu’ont-ils ressenti quand ils ont «salué comme des hommes» ? Quand ils ont
«salué comme des femmes?»
4. Demandez aux participants de constituer des paires et de compter jusqu’à trois, comme
suit: individu A «un», individu B «deux», individu A «trois», individu B «un», individu A
«deux», etc. Après quelques minutes, demandez aux participants de remplacer «un»
par un geste et un son qu’ils pensent caractéristiques du genre féminin. Après quelques
minutes, demandez aux participants d’ajouter en remplaçant «deux» par un geste et
un son qu’ils pensent caractéristiques du genre masculin. Après quelques minutes,
demandez aux participants d’ajouter en remplaçant «trois» par un geste et un son qu’ils
pensent adaptés aux genre féminin et masculin. Les comptages «un», «deux» et «trois»
sont tous remplacés par le geste et le son. Demandez aux participants de partager leurs
ressentis: à quel point était-il facile ou difficile de trouver un geste/son « typiquement »
féminin ? un geste/son « typiquement » masculin? un geste/son adapté aux deux genres?
Ces combinaisons de geste-son reflètent-t-elles des perceptions positives ou négatives
du genre?
5. Demandez aux participants de discuter en paires ce que l’autre genre (masculin si c’est
féminin, féminin si c’est masculin) peut faire et ce qu’il aimerait faire, mais ne peut pas en
raison de leur affiliation à tel ou tel genre. Demandez à des volontaires de partager des
éléments de leur discussion.
6. Revenez sur les exercices et les pensées et réflexions des participants, expliquez et
discutez avec les participants comment les comportements et les attitudes sont définis
par les constructions de genre, elles-mêmes définies par la culture, les traditions et
les interprétations religieuses. Soulignez que le genre est une construction et que les
perceptions de genre peuvent être modélisées et changées, en veillant à adapter votre
langage et utilisation du concept théorique pour qu’il soit accessible aux participants, en
fonction de leur niveau de connaissance préalable des concepts de genre.
21
Adapté du théâtre forum utilisé par PartecipArte en Italie
44
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
L’exercice suivant aidera les participants à identifier la résistance et les stratégies pour y
faire face.

Exercice 31: Identifier et gérer les résistances22


Temps: 45-60 min.
Matériels: DA 20 “Gérer les résistance”, flipchart, stylo marqueurs

1. Demandez aux participants de s’asseoir en paires et de discuter d’une situation où ils


ont rencontré une résistance à la question de la promotion des droits des femmes ou de
l’égalité de genre dans leur vie personnelle ou dans leur travail. Donnez-leur 10 minutes.
Préparez les flipchart avec les catégories suivantes – écrivez 4 catégories sur chaque flip
chart: déni, ridiculisation, relativisme culturel, relativisme religieux, action symbolique,
paroles sans action, étager/placer par ordre de grandeur, confrontation, colère,
compartimentage, désignation d’une personne symbolique.

2. Réunissez les participants. Demandez-leur de partager les éléments clés de leurs


discussions avec le reste du groupe.

3. Mettez les flipchart/tableaux avec les catégories sur le mur et expliquez chaque catégorie
aux participants. Demandez aux participants d’identifier à quelle catégorie appartiennent
les résistances qu’ils ont rencontrées. Une résistance peut appartenir à plusieurs
catégories.

4. En séance plénière, et en examinant les flipchart, demandez aux participants de suggérer


des stratégies pour gérer les différentes catégories de résistance, catégorie par
catégorie. Donnez-leur les marqueurs et demandez-leur d’écrire leurs réponses.

5. Distribuez aux participants le DA 20 « Gérer les résistances».

L’exercice suivant aidera les participants à mettre en pratique ce qu’ils apprennent et à


élaborer des stratégies pour faire face aux résistances.

Exercice 32: Jeu de rôle23


Temps: 60 min.
Matériel nécessaire: rien d’autre qu’un grand espace vide – le cas échéant, demandez aux
participants de dégager l’espace en mettant les tables sur le côté.

1. Répartissez les participants en groupes de 5 à 8 personnes. Demandez à chaque


groupe d’identifier un problème de genre lié à leur contexte (culturel, religieux,
politique, etc.) et de créer un sketch de 3-4 min pour retracer le problème, le sommet
de la crise et la catastrophe finale. Donnez 15 minutes aux participants.

2. Demandez à un groupe de présenter son sketch. À la fin du sketch, demandez aux


autres participants d’expliquer ce qu’ils ont vu. Après cela, demandez aux autres
participants de réfléchir à une stratégie visant à changer le dénouement du sketch sur
base de ce qu’ils ont appris avec l’exercice précédent. Demandez à un volontaire de
jouer un rôle dans le sketch en essayant sa stratégie pour faire face à la résistance.
Par conséquent, le groupe doit recommencer le sketch mais le dénouement pourrait
être différent. Si le volontaire ne réussit pas à changer la situation, demandez à un
autre volontaire d’essayer une stratégie différente.

3. Chaque groupe doit avoir le temps de présenter son sketch.

Adapté du manuel basé sur les droits inclusifs du genre élaboré par ACT Alliance
22

Adapté du théâtre forum utilisé par PartecipArte en Italie


23

45
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
DOCUMENTS D’APPUI
DA 1– Instruments normatifs internationaux
DA 2 – Développement de l’agenda Femmes, Paix et Sécurité
DA 3 – Résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies 1325 (2000) et suivantes - VL
DA 4 – Résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies 1325 (2000) et suivantes - VC
DA 5 – Textes bibliques et égalité de genre
DA 6 – Textes bibliques et participation des femmes dans les structures de pouvoir
DA 7 – Textes bibliques apportant protection vis-à-vis des VBG
DA 8 – Textes islamiques et égalité de genre
DA 9 – Textes coraniques et participation des femmes dans les structures de pouvoir
DA 10 – Textes coraniques apportant protection vis-à-vis des VBG
DA 11 – Mise en œuvre de la résolution 1325
DA 12 – Le cycle du plaidoyer
DA 13 – Pour et contre le plaidoyer conjoint
DA 14 – Checklist pour une coalition réussie
DA 15 – Réunion de lobbying étape par étape
DA 16 – Principes pour la mobilisation
DA 17 – Check-list de préparation et d’action dans les contextes difficiles
DA 18 – Tableau d’analyse de risques
DA 19 – Astuces pour réduire les risques lorsqu'on influence et soutient le changement dans des
contextes complexes
DA 20 – Gérer les résistances
DA 21 – Formulaire d’évaluation

OUTILS
Outil 1: Réflexion sur les pratiques de paix
Outil 2: Les différents niveaux de plaidoyer
Outil 3: Les parties prenantes et l’analyse du pouvoir, tableau
Outil 4: Les parties prenantes et l’analyse du pouvoir, diagramme
Outil 5: Capacité, Responsabilité et Réponse
Outil 6: Tableau des solutions
Outil 7: Arbre à problèmes
Outil 8: Arbre à solutions
Outil 9: Carte d’influence
Outil 10: Communiquer de manière efficace
Outil 11: Lobbying – adapter votre discours
Outil 12: Mise en œuvre des politiques, objets de suivi
Outil 13: Faire un plan de suivi
Outil 14: Spécificités du Suivi et Evaluation en matière de Plaidoyer
Outil 15: Questions et options du suivi et évaluation
Outil 16: Analyse de risques liés au plaidoyer

46
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
ANEXXES

DOCUMENTS D’APPUI

47
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 1

Instruments normatifs internationaux


1. Traité international
Un Etat est juridiquement lié aux dispositions d’un traité ou d’une convention1 international(e) à
partir du moment où il le/la ratifie. Il a l’obligation d’incorporer les dispositions du traité dans son
cadre juridique national à travers l’adoption d’une ou de plusieurs loi(s) de transposition. Dans le
même temps, un organe (généralement un comité) est mis en place pour revoir périodiquement la
mise en œuvre et le respect des dispositions de la convention par chacun des Etats parties et pour
assister les Etats dans la mise en œuvre du traité. Après revue, le comité fait des recommandations
à l’Etat. Malgré l’absence d’instrument coercitif pour forcer un Etat à mettre en œuvre et respecter
les dispositions d’un traité, il peut être mis sous pression et tenu responsable par la communauté
internationale dans toute sa diversité : Etats pairs, organisations et organes internationaux, société
civile internationale, opinion internationale, institutions internationales, etc. La force relative d’un
traité dépend de la légitimité qui lui est reconnue et de la volonté de la communauté internationale
d’utiliser les outils à sa disposition pour pressurer l’Etat partie qui ne respecte pas le traité. Il est
à noter qu’un traité peut prévoir la possibilité pour les Etats de faire des réserves sur certaines
dispositions à la condition que ces réserves soient conciliables avec l’objectif du traité.

2. Résolution des Nations Unies (NU)


Résolution de l’Assemblée Générale (AG) : les résolutions passées par l’Assemblée Générale ont
soit valeur de « recommandation » soit de « décision » en fonction du processus choisi pour le vote
: une décision nécessite une majorité plus forte qu’une recommandation. La plupart des résolutions
de l’AG ont une valeur de recommandation.

Résolution du Conseil de Sécurité : les résolutions adoptées par le Conseil de Sécurité ont une
valeur de « décision » et devraient, en principe, avoir force obligatoire. Toutefois, en pratique, les
résolutions qui ne peuvent être mises en œuvre que par l’intervention d’un sujet actif ou l’action
d’un ou de plusieurs Etats – appelées résolutions à effet médiat par opposition à résolutions à effet
immédiat – dépendent largement de la volonté politique.

En réalité, la force d’une résolution dépend du nombre d’Etats et de quels Etats la soutiennent,
mais également de la volonté politique de la mettre en œuvre, selon la même logique que la force
relative d’un traité. Le développement et la mise en œuvre d’une résolution sont fortement soumis
aux relations de pouvoir. De plus, il n’existe pas de mécanisme pour tenir les Etats responsables de
la mise en œuvre ou de l’absence de mise en œuvre des résolutions.

3. Déclaration
Une déclaration internationale n’a par essence pas de valeur légale. Elle est un instrument par lequel
un ou plusieurs Etats déclarent leur engagement à agir pour ou contre quelque chose. Toutefois, une
déclaration peut revêtir une valeur juridique si les Etats déclarants le spécifient dans le document.
Certaines déclarations peuvent également gagner une valeur morale forte avec le temps, telle que la
Déclaration universelle des droits de l’homme. De telles déclarations, ou tout au moins certains de
leurs aspects, peuvent avec le temps obtenir le statut de loi coutumière internationale. Un Etat peut
également décider de donner une valeur juridique à une déclaration à travers son système juridique
national.

1
Les termes traité et convention peuvent être utilisés de façon interchangeable. Ils renvoient au même type d’instrument juridique
international.
48
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 2

Développement de l’agenda
Femmes, Paix et Sécurité
Charte des Nations Unies, 1945:
• Assurer et protéger des droits égaux pour les hommes et les femmes
• Non-discrimination à l’encontre des femmes et des filles
• Promotion de l’égalité, l’équilibre et l’équité de genre

Commission sur le Statut des Femmes (CSW), créée en 1946:


Il s’agit d’une commission fonctionnelle d’ECOSOC (bureau des affaires économiques et sociales),
dédiée exclusivement à la promotion de l’égalité des genres et à l’avancement des droits des femmes.
La commission se réunit chaque année au mois de mars et débat des progrès pour l’égalité des
genres et l’autonomisation (empowerment) des femmes.

Le corpus international des Droits Humains :


Leur mandat est souvent critiqué pour ne pas prendre en compte les droits des femmes et des filles
sérieusement en excluant certains aspects tels que ceux relatifs à la sphère privée:
• Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (1948)
• Pacte International relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels (1966)
• Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques (1966).

1ère Conférence Mondiale sur les Femmes, Mexico, 1975:


• La discrimination à l’encontre des femmes et des filles est un problème persistant dans le
monde,
• Besoin de développer des objectifs, des stratégies effectives et des plans d’action pour
l’avancement des femmes et des filles,
• Identification de trois objectifs clés : 1. Egalité de genre pleine et entière et élimination de la
discrimination de genre, 2. Intégration et participation pleine et entière des femmes dans le
développement, 3. Contribution accrue des femmes dans le renforcement de la paix mondiale.

Convention pour l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’encontre des Femmes
(CEDEF), 1979 :
Il s’agit du premier instrument international des droits humains qui définit explicitement toutes les
formes de discrimination à l’encontre des femmes comme des violations fondamentales des droits
humains. Les pays suivants n’ont pas ratifié la convention : Etats-Unis, Iran, Somalie, Soudan et deux
petits pays des îles pacifiques, Palau et Tonga.

2ème Conférence Mondiale sur les Femmes, Copenhague, 1980:


Les Nations Unies ont commencé à intégrer les droits des femmes et l’égalité de genre comme
composantes importantes de leur travail sur la paix et la sécurité.

3ème Conférence Mondiale sur les Femmes, Nairobi, 1985 :


La conférence a adopté les Stratégies prospectives d'action de Nairobi pour l’avancement des
femmes, avec comme plan d’action d’ici à l’an 2000 les objectifs d’égalité, de développement et de
paix. Ce document fait clairement le lien entre la promotion et le maintien de la paix et l’éradication
de la violence contre les femmes à tous les niveaux de la société.

Rapporteur Spécial sur les Violences contre les Femmes, 1994:


Le mandat du rapporteur spécial est de chercher et de recevoir des informations de la part des
Etats parties, des organes des traités, des autres rapporteurs spéciaux et de la société civile et de
répondre à ces informations avec des recommandations pour éliminer toutes les formes de violence
contre les femmes.

4ème Conférence sur les Femmes et Déclaration et Programme d’action de Beijing, 1995 :
La déclaration engage les gouvernements à mettre en œuvre les stratégies décidées à Nairobi en
49
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
1985 avant la fin du 20ème siècle et de mobiliser les ressources pour la mise en œuvre du Programme
d’action. Le Programme d’action de Beijing a identifié la thématique des femmes et des conflits armés
comme l’un des 12 thèmes critiques. Au sein de ce thème, six objectifs stratégiques ont été identifiés :
1. Accroître la participation des femmes dans la résolution de conflit au niveau de la prise de
décision et protéger les femmes vivant dans des contextes de conflits armés et non armés ou
sous occupation étrangère,
2. Réduire les dépenses militaires excessives et contrôler la disponibilité de l’armement,
3. Promouvoir les formes non violentes de résolution de conflit et réduire les cas d’abus des droits
humains dans les situations de conflit,
4. Promouvoir les contributions des femmes pour promouvoir une culture de paix,
5. Fournir protection, assistance et formation aux femmes réfugiées, déplacées internes et autres
déplacées en besoin de protection internationale, et,
6. Fournir assistance aux femmes des colonies et des territoires sous dépendance.

Réunion de la Commission sur le Statut des Femmes, 1998:


La Commission s’est saisie de la thématique Femmes, Paix et Sécurité (FPS) et a discuté des
obstacles pour la mise en œuvre de cette thématique critique du Programme d’action de Beijing. Le
réseau d’ONG FPS a commencé à prendre forme, et l’idée de faire le plaidoyer pour l’adoption d’une
résolution au niveau du Conseil de Sécurité des NU a été soulevée pour la première fois. Après la
Commission, le Groupe de Travail FPS des ONG s’est officiellement formé et s’est mis d’accord pour
poursuivre deux recommandations émises par la Commission sur le Statut des Femmes : encourager
la participation des femmes dans les accords de paix et demander et obtenir la convocation d’une
session spéciale su Conseil de Sécurité sur la thématique FPS.

Protocole Optionnel à CEDEF, 2000:


Il renforce le régime d’égalité des genres en mettant en place des procédures et des mécanismes
pour tenir les Etats responsables vis-à-vis de CEDEF. En ratifiant le Protocole Optionnel, un Etat
reconnaît la compétence du Comité pour l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination contre
les Femmes – le Comité en charge de suivre la mise en œuvre de la Convention par les Etats – pour
recevoir et étudier les plaintes d’individus et de groupes issus de sa juridiction.

Discours d’Anwarul Chowdhury, 8 mars 2000:


Au cours de la Journée Internationale des Femmes de l’an 2000, Anwarul Chowdhury (Bangladesh),
alors Président du Conseil de Sécurité, a fait un discours historique :
• Première fois qu’un Président du Conseil de Sécurité fait une adresse au cours de la Journée
Internationale des Femmes,
• Les droits des femmes et l’égalité des genres sont part entière du cadre de sécurité, par
conséquent sont des problématiques qui doivent être traitées par le Conseil de Sécurité et non
plus seulement par l’Assemblée Générale.

Intégration de la Perspective Genre dans les Opérations de Soutien de la Paix Multidimensionnelles,


séminaire des Nations Unies, mai 2000:
• Déclaration de Windhoek : « Les principes d’égalité des genres doivent être inclus dans tous
les aspects de la mission (opération de paix), à tous les niveaux, et assurer la participation des
femmes et des hommes en tant que partenaires et bénéficiaires égaux dans tous les aspects du
processus de paix (…) »
• Plan d’action de Namibie : il établit plusieurs objectifs pour l’intégration du genre dans les
missions de paix des Nations Unies, ainsi que le besoin de leadership pour l’intégration de la
perspective genre de la part du siège des Nations Unies.
Réunion du Conseil de Sécurité selon la « formule Arria » et adoption de la résolution 1325, octobre
2000: La résolution est passée le jour suivant le meeting selon la formule ARRIA.
Les réunions selon la « formule Arria » sont informelles, et sont des rencontres confidentielles qui permettent aux membres du Conseil de
1

Sécurité d’avoir un échange d’opinion franc et privé, dans le cadre d’une procédure flexible, avec des personnes conviées par les membres du
Conseil (qui agissent également comme facilitateurs) ou les membres invités du Conseil soit pour entendre leurs vues, soit pour leur faire passer
un message. Ces réunions offrent aux membres du Conseil intéressés l’opportunité d’engager un dialogue direct avec les hauts représentants
des gouvernements et les organisations internationales – souvent à leur demande – ainsi qu’avec des Etats non parties, sur des sujets qu’ils
considèrent importants et qui font partie du mandat du Conseil de Sécurité.
50
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 3

Résolution du Conseil de Sécurité des Nations


Unies 1325 (2000) et suivantes1 - VL
Femmes, Paix, Sécurité (FPS)
La résolution 1325 passée en 2000 par le Conseil de Sécurité des Nations Unies fonde le premier
cadre de mise en œuvre de l’agenda Paix, Femmes et Sécurité des Nations Unies qui reconnait le
rôle crucial de la participation des femmes dans tous les efforts visant à la mise en place d’une paix
durable et l’impact disproportionné des conflits armés sur les femmes. Ce cadre, renforcé au fur et à
mesure des années, repose sur 4 piliers : prévention, protection, participation et relèvement.

La résolution 1325 reconnaît que la paix est inextricablement liée avec l’égalité entre hommes et
femmes. Seule la participation des femmes sur un pied d’égalité à tous les efforts de maintien et de
promotion de la paix et de la sécurité garantit une paix durable. La participation et la représentation
des femmes doit être accrue à tous les niveaux de la prise de décisions politiques et économiques
dans tous les mécanismes et institutions nationaux, régionaux et internationaux, y compris dans
les opérations de maintien de la paix. Les femmes doivent également participer tout au long des
processus de décisions et de mise en place relatifs au DDR, aux réformes du secteur de la justice
et des forces de sécurité, mais également aux préparatifs électoraux, aux processus politiques et
aux dispositifs de relèvement du pays. La mobilisation des hommes et des garçons doit participer
à l’autonomisation politique, sociale et économique des femmes et se révèle particulièrement
importante dans le cadre de la prévention et la lutte contre les violences sexuelles et/ou sexistes.

Le cadre normatif souligne que les femmes et les enfants – en particulier les petites filles – sont des
populations particulièrement vulnérables dans les contextes de conflit et d’après conflit. Il faut leur
assurer protection (en particulier contre les actes de violence sexuelle et/ou sexiste), respect de leurs
droits et examiner leurs besoins particuliers. La violence sexuelle peut exacerber considérablement
tout conflit armé et faire obstacle au rétablissement de la paix et de la sécurité internationales.
L’analyse et l’évaluation des besoins spécifiques des femmes et des enfants doit précéder la mise
en place de stratégies concrètes de prévention et de protection qui incluent la sécurité physique, de
meilleures conditions socioéconomiques, l’éducation, des activités productrices de revenus et un
accès aux services de base (services de santé physique et mentale, connaissance de leurs droits,
services de police et services judiciaires). Les femmes doivent être associées à toutes les mesures
de prévention et de protection et les problèmes de violence sexuelle doivent être inclus dès le début
des processus de paix et de médiation, puis au sein de tous les processus consécutifs. Les Nations
Unies ont adopté une politique de tolérance zéro vis-à-vis de l’exploitation et de la violence sexuelle
et une série de mesures pour y faire face, engageant les Etats à faire de même. Les organisations
et réseaux de la société civile sont engagés à assister les personnes victimes de violences sexuelles
et à interférer auprès des groupes armés pour lutter contre ces violences. Les dirigeants locaux
et nationaux, y compris les chefs religieux et traditionnels sont également incités à jouer un rôle
plus actif dans la sensibilisation pour éviter marginalisation et stigmatisation des victimes, faciliter
leur réinsertion sociale et combattre l’impunité. Tous devraient être mobilisés dans la lutte contre
l’impunité et contre les idées fausses selon lesquelles les violences sexuelles sont un phénomène
culturel, une conséquence inévitable de la guerre ou encore un délit mineur.

Enfin, l’accent est mis sur la transversalité de la question hommes-femmes qui se traduit par la
mise en place de conseillers et d’experts au sein des différentes agences et/ou déployés dans les
différentes missions, la multiplication d’analyses et d’évaluations et la nécessité pour toutes les
contributions à l’aide de refléter un intérêt pour cette question. La transversalité de la problématique
hommes-femmes doit se retrouver dans tous les processus et tous les secteurs concourant à la
consolidation de la paix, y compris dans les initiatives relatives aux armes légères et de petit calibre
et plus récemment à la lutte contre le terrorisme.
UNSCR 1820, 1888, 1889, 1960, 2106, 2122, 2242
1

51
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Women,Peace,Security

Femmes, Paix, Sécurité

Résolution Contenu / responsabilités par acteurs

1325 (2000) SGNU :


¬ Accroître le nombre de femmes aux NU au sein des instances de prise de décisions
¬ S’assurer que les femmes participent aux négociations de paix
¬ Inclure des données relatives à la thématique « femmes et conflits armés » dans les rapports nationaux présentés au CS
Etats :
¬ Assurer une formation sur les questions de genre (personnel déployé dans les missions de maintien de la paix)
¬ Intégrer les perspectives de genre dans les DDR
Parties à un conflit armé :
¬ Protéger les femmes contre les violences sexuelles
¬ Respecter le caractère civil des camps de réfugiés et PDI
¬ Mettre fin à l’impunité pour les auteurs de violence sexiste – exclure du bénéfice de l’amnistie les cas de crimes de guerre commis contre les
femmes
CSNU :
¬ Tenir compte des effets de ses actions sur filles et femmes
¬ Veiller à ce que ses missions tiennent des consultations avec des groupes locaux de femmes.
1820 (2008) SGNU :
Violence sexuelle ¬ S’assurer que la violence sexuelle est prise en compte lors du règlement d’un conflit ainsi que lors des efforts de redressement post conflit
¬ Soulever la question de la violence sexuelle lors des échanges avec les parties à un conflit armé

52
¬ S’assurer que les femmes sont représentées dans les institutions de consolidation de la paix
¬ S’assurer que la violence sexuelle est bien prise en compte lors des processus de DDR et de réforme des secteurs de la justice et de la sécurité
soutenus par l’ONU
Parties à un conflit armé :
¬ Mettre fin à la VS, responsabiliser les supérieurs dans la chaîne de commandement et protéger les civils contre la violence sexuelle,
notamment en soumettant les militaires qui en sont les auteurs présumés à un processus de lustration et en évacuant les civils vulnérables
¬ Exclure du bénéfice d’amnistie les crimes de guerre commis contre des femmes
Etats :
¬ Sensibiliser à la VS et prendre des mesures pour la prévenir, notamment grâce au personnel féminin de maintien de la paix

Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325


¬ Fournir aux forces armées une formation spécialisée à la prévention de la VS
¬ Appliquer une politique de tolérance 0 aux actes d’exploitation et d’abus sexuels commis par les forces de maintien de la paix
¬ Mettre au point des mesures pour améliorer la protection et l’assistance, en particulier en ce qui concerne la justice et les systèmes de santé
CSNU :
¬ Etudier les causes profondes de la VS afin de dénoncer le mythe selon lequel la VS durant une guerre serait inévitable
¬ Inclure, le cas échéant, la VS comme critère dans le régime de sanctions visant un pays particulier
Commission de consolidation de la paix :
¬ Faire des recommandations sur la manière d’appréhender la violence sexuelle
1888 (2009) SGNU :
Violence sexuelle ¬ Nommer un RSSG chargé de la lutte contre les VS dans les conflits armés
¬ Nommer des conseillers pour la protection des femmes au sein des missions de maintien de la paix dans les situations de VS généralisée
¬ Créer une équipe d’intervention rapide composée d’experts judiciaires
Women,Peace,Security

Femmes, Paix, Sécurité

¬ S’assurer que les pourparlers de paix abordent la VS


¬ Nommer davantage de femmes médiatrices
¬ Proposer au CS des moyens d’améliorer le suivi et la notification sur la VS en temps de conflit
¬ Améliorer la qualité des données sur les tendances et les formes de VS
¬ Soumettre des renseignements au CS sur les parties à un conflit armé sérieusement soupçonnées de se livrer à des VS
2
UN Action – Action des NU contre la VS en temps de conflit :
¬ Assurer la cohérence de l’intervention des NU
Etats :
¬ Améliorer les cadres juridiques nationaux et le fonctionnement du système judiciaire afin de mettre un terme à l’impunité
¬ Principe de la responsabilité du supérieur hiérarchique et prise de sanctions disciplinaires au sein des forces armées et des forces de sécurité.
Exclure les individus coupables de commission de VS
¬ Améliorer les services d’appui aux victimes de VS : services de soins de santé, de soutien psychosocial, d’assistance juridique et de réinsertion
socioéconomique
¬ S’assurer que les dirigeants locaux/nationaux, les chefs traditionnels/religieux contribuent à sensibiliser : lutte contre la stigmatisation et la
marginalisation des victimes, facilitation de la réinsertion sociale, lutte contre l’impunité
¬ Soutenir les stratégies globales conjointes gouvernement-NU destinées à mettre fin à la VS
CSNU :
¬ Attirer l’attention des comités de sanctions sur la VS en ce qui concerne les critères de désignation
1889 (2009) SGNU :
Participation des femmes ¬ Elaborer une stratégie pour accroître le nombre de femmes décideuses
aux processus de paix ¬ Veiller à ce que l’ensemble des rapports de pays traitent les questions relatives au genre, à la consolidation de la paix et à la résolution des

53
conflits
¬ Produire un rapport sur la participation des femmes à la consolidation de la paix
¬ Aider les organismes des NU à recueillir des données sur la situation des femmes après un conflit
¬ Inclure dans les missions de maintien de la paix des conseilleurs sur les problématiques de genre et/ou sur la protection des femmes
¬ Produire un ensemble d’indicateurs globaux sur la mise en œuvre de la résolution 1325
¬ Proposer un mécanisme permettant au CS de suivre la mise en œuvre de la résolution 1325
Etats :
¬ Favoriser la participation des femmes dans les prises de décisions politiques et économiques dès les premières phases de la consolidation de la
paix (s’applique également aux OI et OR)
¬ Suivre les dépenses consacrées aux femmes dans l’après-conflit et les opérations de redressement et investir, à leur avantage, dans la sécurité

Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325


physique et économique, la santé, l’éducation, la justice et la participation politique
CSNU :
¬ Inclure des dispositions visant l’autonomisation des femmes lors du renouvellement des mandats des missions de l’ONU
Commission de consolidation de la paix :
¬ Examiner la question de l’engagement des femmes dans la consolidation de la paix
1960 (2010) SGNU :
Violence sexuelle ¬ Fournir, en annexe de ses rapports annuels, une liste des parties soupçonnées d’avoir commis des formes de VS ou d’en être responsables dans
des situations de conflit armé dont le CS est saisi
¬ Arrêter des mesures de suivi, d’analyse et de communication de l’information sur la VS liée à un conflit

2
Organisme de coordination composé de 13 entités des NU
Women,Peace,Security

Femmes, Paix, Sécurité

¬ Nommer des conseillers pour la protection des femmes au sein des missions de maintien de la paix dans les situations de VS généralisée (cf
1888)
¬ Soumettre des rapports annuels, notamment un plan stratégique et coordonné pour une collecte de données à brève échéance et conforme à
la déontologie de l’information
RSSG VS :
¬ Fournir des rapports au CS
¬ Informer les comités de sanction et les groupes d’experts
Etats :
¬ Etablir un dialogue avec les parties en conflit armé afin de suivre et de surveiller la tenue de leurs engagements en matière de protection
¬ Dispenser à tout le personnel militaire et de police une formation adéquate en matière de VS et sexiste, d’exploitation et de sévices sexuels
¬ Déployer davantage de femmes parmi les militaires et les fonctionnaires de la police dans le cadre des opérations de maintien de la paix
Parties à un conflit armé :
¬ Prendre et tenir des engagements précis assortis de délais contre la VS, comprenant notamment la diffusion par les voies hiérarchiques
d’ordres clairs interdisant la VS, l’interdiction de celle-ci dans les codes de conduite, les manuels de campagne militaires ou autres documents
semblables, et le lancement à brève échéance d’enquêtes sur les violations présumées
CSNU :
¬ Tenir dûment compte de la VS lorsqu’il établit ou renouvelle des mandats
¬ Envisager le recours à des sanctions contre les parties
2106 (2013) SGNU & autres institutions NU compétentes :
Violence sexuelle ¬ Accélérer l'établissement et mise en œuvre des procédures de suivi, d'analyse et de communication de l'information concernant la VS
¬ Evaluer de façon systématique la nécessité de prévoir le déploiement de conseillers protection, prévoir une formation adéquate et un

54
déploiement rapide
¬ Faire dispenser à tout le personnel de maintien de la paix une formation approfondie sur la problématique hommes-femmes et sur la VS et
sexiste
¬ Aider les autorités nationales à lutter contre la VS dans les processus de DDR, de réforme des secteurs de la sécurité et de la justice
¬ Allouer des ressources accrues à la lutte contre les VS
¬ Appuyer les systèmes de santé nationaux et réseaux de la SC pour assister les femmes infectées par le VIH
Etats :
¬ Prendre des mesures pour s'attaquer aux causes profondes des VS et aux idées fausses selon lesquelles les VS sont un phénomène culturel,
une conséquence inévitable de la guerre ou un délit mineur

Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325


¬ Prendre des mesures efficaces de prévention et répression des actes de VS, lutter contre l'impunité, mener des enquêtes et engager des
poursuites, faire comparaître leurs ressortissants coupables d'exploitation et d'agressions sexuelles devant leurs tribunaux
¬ Inclure l'ensemble des crimes de VS dans les législations pénales nationales
¬ Associer les femmes à toutes les mesures de prévention & protection
¬ Veiller à ce que le commerce des armes classiques ne serve pas à commettre ou à faciliter la commission de VS (Traité sur le commerce des
armes)
¬ Soutenir les efforts des commissions d'enquête
¬ Faire appel aux compétences de l'Equipe d'experts des NU pour renforcer la lutte contre les VS
¬ Recruter et déployer un plus grand nombre de femmes dans les opérations de paix
Parties à un conflit armé :
¬ Désigner un représentant de haut niveau chargé de veiller à la mise en œuvre des engagements pris vàv de la VS
¬ Recenser et libérer les femmes et enfants enrôlés
CSNU :
Women,Peace,Security

Femmes, Paix, Sécurité

¬ Assurer la participation des femmes à tous les processus de paix et de lutte contre les VS dans le cadre de toutes les activités qui lui incombent
(mandats des missions de maintien de la paix, déclarations publiques, visites dans les pays, etc)
¬ Adopter des sanctions ciblées contre quiconque commet ou fait commettre des VS
Femmes & SC :
¬ Influer auprès des parties à un conflit armé pour lutter contre la VS
¬ Participer au dialogue engagé sur la question des VS
¬ Aider les victimes de VS à accéder à la justice et obtenir réparation
2122 (2013) Institutions des NU & Etats :
Participation ¬ Assurer que l'aide et le financement humanitaires couvrent tout l'éventail des services médicaux, juridiques et psychosociaux et l'aide à la
subsistance dont les femmes ont besoin
¬ Ménager un accès sans discrimination aux services de santé sexuelle et procréative, y compris dans les cas de grossesse résultant d'un viol
¬ Faire en sorte que les femmes participent aux initiatives de lutte et élimination de transfert illicite et de détournement d'armes légères et de
petit calibre
SGNU & RSSG :
¬ Présenter des informations actualisées sur l'application de 1325 lors des exposés périodiques au CSNU et proposer des recommandations
¬ Renforcer la connaissance de la problématique hommes-femmes des équipes de pourparlers et de médiation
¬ Appuyer la nomination de femmes médiatrices des NU
¬ Réaliser une étude mondiale sur l'application de 1325
Responsables de missions de maintien de la paix :
¬ Evaluer les violations des droits des femmes
¬ Parer aux problèmes de sécurité et de protection des femmes et des filles

55
¬ Organiser des consultations avec des organisations de femmes, des dirigeantes et des groupes de femmes marginalisées
Etats :
¬ Mettre au point des mécanismes de financement pour appuyer les organisations qui soutiennent le renforcement des capacités de direction
des femmes et leur participation à la prise de décisions; augmenter les contributions apportées aux OSC locales
¬ Evaluer les progrès accomplis, se préparer à arrêter de nouveaux objectifs avant l'examen de haut niveau de l'application de 1325 prévu pour
2015
CSNU :
¬ Mettre davantage l'accent sur FPS dans ses travaux thématiques
¬ Inclure dans les mandats de missions de paix des dispositions sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes; prévoir la nomination de
conseillers pour les questions touchant les femmes

Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325


¬ Prévoir des dispositions pour favoriser la protection et la participation des femmes aux processus électoraux, politiques, DDR, réformes du
secteur de la sécurité et de la justice, dispositifs de relèvement
¬ Prévoir des séances de dialogues avec les femmes et organisation féminines lors de ses visites dans les zones de conflit
2242 (2015) ¬ Etats membres : accroître le financement des activités relatives à FPS. Resserrement de la coopération internationale pour l’autonomisation
des femmes et l’égalité entre les sexes. Toutes les contributions à l’aide doivent refléter un intérêt pour la problématique hommes-femmes
¬ Missions de maintien de la paix : ajouts d’objectifs relatifs à la parité des sexes, analyse des disparités entre les sexes et expertise technique en
la matière incluses dans toutes les étapes de la planification, l’élaboration, l’exécution et l’examen des mandats et du retrait des missions. Mise
en place d’une stratégie pour doubler le nombre de femmes dans les contingents militaires et les effectifs de police au cours des 5 ans à venir.
¬ Mieux intégrer 1325 dans les travaux du CS : groupe informel d’experts & consultations périodiques sur la situation de tel ou tel pays (avec
exposés de la SC).
¬ Inclure la problématique transversale hommes-femmes dans le travail sur le terrorisme.
¬ Renforcement des capacités pour permettre aux femmes de participer à la conception et mise en œuvre d’initiatives relatives aux armes
Women,Peace,Security

Femmes, Paix, Sécurité

légères et de petit calibre.

56
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 4

Résolution du Conseil de Sécurité des Nations


Unies 1325 (2000) et suivantes1 - VC
Femmes, Paix, Sécurité (FPS)
La résolution 1325 passée en 2000 par le Conseil de Sécurité des Nations Unies fonde le premier
cadre de mise en œuvre de l’agenda Paix, Femmes et Sécurité des Nations Unies qui reconnait le
rôle crucial de la participation des femmes dans tous les efforts visant à la mise en place d’une paix
durable et l’impact disproportionné des conflits armés sur les femmes. Ce cadre, renforcé au fur et
à mesure des années, repose sur 4 piliers : prévention, protection, participation et relèvement.

La résolution 1325 reconnaît que la paix est inextricablement liée avec l’égalité entre hommes et
femmes. Seule la participation des femmes sur un pied d’égalité à tous les efforts de maintien et de
promotion de la paix et de la sécurité garantit une paix durable. La participation et la représentation
des femmes doit être accrue à tous les niveaux de la prise de décisions politiques et économiques
dans tous les mécanismes et institutions nationaux, régionaux et internationaux, y compris dans
les opérations de maintien de la paix. Les femmes doivent également participer tout au long des
processus de décisions et de mise en place relatifs au DDR, aux réformes du secteur de la justice
et des forces de sécurité, mais également aux préparatifs électoraux, aux processus politiques et
aux dispositifs de relèvement du pays. La mobilisation des hommes et des garçons doit participer
à l’autonomisation politique, sociale et économique des femmes et se révèle particulièrement
importante dans le cadre de la prévention et la lutte contre les violences sexuelles et/ou sexistes.

Le cadre normatif souligne que les femmes et les enfants – en particulier les petites filles
– sont des populations particulièrement vulnérables dans les contextes de conflit et d’après
conflit. Il faut leur assurer protection (en particulier contre les actes de violence sexuelle et/ou
sexiste), respect de leurs droits et examiner leurs besoins particuliers. La violence sexuelle peut
exacerber considérablement tout conflit armé et faire obstacle au rétablissement de la paix et
de la sécurité internationales. L’analyse et l’évaluation des besoins spécifiques des femmes et
des enfants doit précéder la mise en place de stratégies concrètes de prévention et de protection
qui incluent la sécurité physique, de meilleures conditions socioéconomiques, l’éducation, des
activités productrices de revenus et un accès aux services de base (services de santé physique
et mentale, connaissance de leurs droits, services de police et services judiciaires). Les femmes
doivent être associées à toutes les mesures de prévention et de protection et les problèmes de
violence sexuelle doivent être inclus dès le début des processus de paix et de médiation, puis au
sein de tous les processus consécutifs. Les Nations Unies ont adopté une politique de tolérance
zéro vis-à-vis de l’exploitation et de la violence sexuelle et une série de mesures pour y faire face,
engageant les Etats à faire de même. Les organisations et réseaux de la société civile sont engagés
à assister les personnes victimes de violences sexuelles et à interférer auprès des groupes armés
pour lutter contre ces violences. Les dirigeants locaux et nationaux, y compris les chefs religieux
et traditionnels sont également incités à jouer un rôle plus actif dans la sensibilisation pour éviter
marginalisation et stigmatisation des victimes, faciliter leur réinsertion sociale et combattre
l’impunité. Tous devraient être mobilisés dans la lutte contre l’impunité et contre les idées fausses
selon lesquelles les violences sexuelles sont un phénomène culturel, une conséquence inévitable
de la guerre ou encore un délit mineur.

Enfin, l’accent est mis sur la transversalité de la question hommes-femmes qui se traduit par
la mise en place de conseillers et d’experts au sein des différentes agences et/ou déployés
dans les différentes missions, la multiplication d’analyses et d’évaluations et la nécessité pour
toutes les contributions à l’aide de refléter un intérêt pour cette question. La transversalité de la
problématique hommes-femmes doit se retrouver dans tous les processus et tous les secteurs
concourant à la consolidation de la paix, y compris dans les initiatives relatives aux armes légères
et de petit calibre et plus récemment à la lutte contre le terrorisme.
1UNSCR 1820, 1888, 1889, 1960, 2106, 2122, 2242
57
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 5

Textes bibliques et égalité de genre

Genèse 1:27
“Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme.”

Galates 3:28
“Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous
vous êtes un en Jésus-Christ.”

1 Corinthiens 11:11-12
“Toutefois, dans le Seigneur, la femme n'est point sans l'homme, ni l'homme sans la femme. Car, de
même que la femme a été tirée de l'homme, de même l'homme existe par la femme, et tout vient de
Dieu.”

Ephésiens 5:21
“Vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.”

58
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 6

Textes bibliques et participation des femmes


dans les structures de pouvoir

1. Engagement politique des femmes dans l’Ancien Testament


Dans l’Ancien Testament, les femmes ont joué des rôles clés sur la scène politique. L’une des
femmes les plus exceptionnelles était Déborah. Déborah était une prophétesse, juge, conseillère
militaire et dirigeante. Elle était douée dans ce qu’elle faisait comme il est écrit dans Juges 4 :5 «
Elle siégeait sous le palmier de Déborah, entre Rama et Béthel, dans la montagne d'Ephraïm; et
les enfants d'Israël montaient vers elle pour être jugés. » Elle était une bonne conseillère militaire
comme il est écrit dans Juges 4 :14 où elle a conseillé à Israël d’aller en guerre contre Canaan parce
que Dieu allait donner la victoire aux Israelites. Israël a effectivement gagné la bataille.

Un aspect de l’engagement politique des femmes réside dans le fait que certaines ont défié des ordres
politiques pour affirmer leur intégrité et l’intégrité de leur peuple. Des femmes telles que Jocabed
(Exo 6), Shiprah et Puah (Exo 1) ont défié l’ordre du Roi Pharaon de tuer tous les garçons nouveaux
nés de la communauté d’Israël en dissimulant Moïse. Cet acte n’a pas seulement sauvé Moïse mais a
également permis de permettre à la nation d’Israël d’être délivrée des mains de Pharaon par Moïse.

Abigaïl (2 Sam 25); Bethsabée (1 Rois 2); Esther et Vasthi dans le Livre d’Esther ont défié leurs maris
lorsqu’elles ont estimé que leur volonté était en contradiction avec la volonté de Dieu, bien qu’ils
soient rois. Esther a également sauvé les Juifs de l’anéantissement quand elle a conquis seule
Haman, l’homme qui haïssait les Juifs avec passion. Elle s’est battue pour la liberté des Juifs.

2. La participation des femmes dans des rôles publics dans le Nouveau Testament
Plusieurs passages du Nouveau Testament, et en particulier dans Actes et Pauline Epîtres, évoquent
des femmes jouant des rôles clés de leadership au sein de l’église. Les femmes par exemple ont
ouvert leurs maisons pour les confréries. Dans le temps, l’église se rencontrait dans les maisons
des Chrétiens. Ce rôle a permis de développer la communauté chrétienne à la fois spirituellement et
socialement. Les exemples de femmes patronnes incluent Marie, mère de Jean Marc (Actes 12 :12-
27) ; Lydie de la ville de Thyatire, marchande de pourpre (Actes 16 :14-15, 40); Nympha de Colosses
(Col. 4:15) ; et Priscilla et Aquila (Actes 18 :2-3, I Cor. 16:19), (Rom 16:3-5). Parmi les autres femmes
occupant des postes de leadership il y avait : Phoebe (Rom 16:1-2) qui était la leader principale de
l’assemblée (église) à Cenchrées comme diaconesse, Euodia et Syntyche qui étaient probablement
leaders de l’église à Philippi étant donné que Paul a vu leurs querelles comme une menace à l’unité
de l’Eglise. Elles étaient les collègues de Paul (Phil. 4 :2-3). Dans 1 Timothé 5 :16 l’auteur encourage
les femmes à jouer un rôle de patronage envers les veuves. Paul attend également des femmes
qu’elles prient et prophétisent (1 Corinthiens 11 :3-16) à l’église, ce qui est un rôle public.

3. Les femmes comme promotrices des messages de paix dans le Nouveau Testament
Jésus a reconnu que les femmes constituaient une ressource inutilisée dans le service public de la
société juive. Il les a appelées à le servir dans son ministère de façons spécifiques. En particulier,
Jésus a appelé les femmes à proclamer le message de PAIX. Par exemple, Jésus s’est révélé aux
femmes qui ont visité sa tombe le troisième jour après sa crucifixion et enterrement (Marc 16). Ces
femmes sont devenues les premiers témoins de sa résurrection. Bien que les femmes témoins ne
soient pas crues dans la culture juive car les femmes étaient dites être des menteuses, Jésus a
envoyé ces femmes rencontrer les 11 disciples qui se cachaient à Jérusalem pour porter le message
de sa résurrection. Le message de la résurrection de Jésus est un message de paix. C’est d’abord et
avant tout car Jésus et le Prince de la paix (Isaïe 9 :6). Sa mort et résurrection ont pour signification
d’apporter la réconciliation entre les êtres humains et Dieu et entre les êtres humains entre eux. Par
conséquent, lorsque les individus croient en Jésus, on attend d’eux qu’ils proclament ce message de
59
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
réconciliation avec Dieu et entre tous, et qu’ils vivent dans cette attente. Dans ce sens, la paix peut
être promue dans le monde.

Jésus a également envoyé la Samaritaine pour proclamer le message à propos de lui. Elle avait déjà
trouvé la paix avec Dieu dans sa conversation avec Jésus, lorsqu’elle a découvert que Jésus était le
Messie promis. En allant proclamer le message à propos de Jésus dans son village, elle a promu la
paix avec soi-même, avec Dieu et les uns avec les autres (Jean 4 :4-26).

Marie, la mère de Jésus, a porté en elle le Prince de la paix. De plus, Jean 2 montre que les femmes
ont une influence positive sur leurs enfants qu’elles peuvent utiliser pour les conseiller de changer
les situations pour le mieux. Cela est exemplifié par Marie qui a demandé à son fils d’agir dans une
situation où le vin était épuisé au cours d’une fête de mariage. Jésus a sauvé la situation en changeant
l’eau en vin.

Toutefois, les femmes peuvent également servir comme promotrices de la violence. On peut citer l’exemple
de la Reine Jézabel, femme du Roi Achab. Elle a donné le vil conseil à son mari de tuer Naboth afin de
s’accaparer son vignoble (1 Rois 21).

60
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 7

Textes bibliques apportant


protection vis-à-vis des VBG
La Bible condamne catégoriquement l’immoralité sexuelle:
1 Corinthiens 6:18 “Fuyez l'impudicité. Quelque autre péché qu'un homme commette, ce péché est
hors du corps; mais celui qui se livre à l'impudicité pèche contre son propre corps.”

Paul dans 1 Corinthiens 7: 4-7 dit au mari et à la femme de satisfaire les désirs sexuels l’un de
l’autre (versets 3-5). Paul indique que ni le mari ni la femme ne devrait dominer l’autre en matière de
relations sexuelles, les deux devraient jouir d’une satisfaction sexuelle de façon égale. La femme ne
doit pas être instrumentalisée comme objet sexuel pour la satisfaction sexuelle de l’homme.

1 Corinthiens 7: 4-7 “La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari; et
pareillement, le mari n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est la femme. 5Ne vous privez
point l'un de l'autre, si ce n'est d'un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière;
puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. 6Je dis cela par
condescendance, je n'en fais pas un ordre. 7Je voudrais que tous les hommes fussent comme moi;
mais chacun tient de Dieu un don particulier, l'un d'une manière, l'autre d'une autre.”

Lorsqu’un acte de VBG est commis – et c’est particulièrement le cas pour les cas de viol – la femme
est celle qui subit le blâme/l’opprobre tandis que l’homme n’est pas inquiété. Un cas similaire se
trouve dans la Bible dans Jean 8 :1-11. Les enseignants du droit et les Pharisses (qui sont tous des
hommes) amènent une femme coupable d’adultère devant Jésus pour entendre son jugement, mais
pas l’homme qui a commis l’adultère avec la femme. Jésus, peut-être a-t-il identifié un cas de VBG,
accuse ceux ont amené la femme d’avoir eux-mêmes commis des péchés (similaires). En tenant les
hommes responsables de leurs péchés et en empêchant la femme d’être lapidée, il la protège d’être
la victime d’autres VBG.

Jean 8:1-11 « Jésus se rendit au mont des Oliviers. 2 Mais dès le matin il revint dans le temple et
tout le peuple s'approcha de lui. Il s'assit et se mit à les enseigner. Alors les spécialistes de la loi et
les pharisiens amenèrent une femme surprise en train de commettre un adultère. Ils la placèrent au
milieu de la foule et dirent à Jésus: «Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère.
Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes. Et toi, que dis-tu?» Ils disaient cela
pour lui tendre un piège, afin de pouvoir l'accuser. Mais Jésus se baissa et se mit à écrire avec le
doigt sur le sol. Comme ils continuaient à l'interroger, il se redressa et leur dit: «Que celui d'entre
vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.» Puis il se baissa de nouveau et se
remit à écrire sur le sol. Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience ils se retirèrent
un à un, à commencer par les plus âgés et jusqu'aux derniers; Jésus resta seul avec la femme qui
était là au milieu. Alors il se redressa et, ne voyant plus qu'elle, il lui dit: «Femme, où sont ceux qui
t'accusaient? Personne ne t'a donc condamnée?» Elle répondit: «Personne, Seigneur.» Jésus lui dit:
«Moi non plus, je ne te condamne pas; vas-y et désormais ne pèche plus. »

61
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 8

Textes islamiques et égalité de genre

I. Sourate Al-Hujurat vers 13 (49:13): “Ô hommes! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une
femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-
connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes
Omniscient et Grand Connaisseur.”

II. Sourate Al-Isra vers 70 (17:70): “Certes, Nous avons honoré les fils d’Adam. Nous les avons
transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture,
et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures.”

III. Sourate Al-Nisa vers 35 (4:35): “Si vous craignez le désaccord entre les deux [époux],
envoyez alors un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux
veulent la réconciliation, Allah rétablira l’entente entre eux. Allah est certes, Omniscient et
Parfaitement Connaisseur.”

IV. Sourate Al Nisa vers 19 (4:19): “Ô les croyants! Il ne vous est pas licite d’hériter des femmes
contre leur gré.”

V. Sourate Al Nisa vers 1 (4:1): " Ô hommes! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul
être, et a créé de celui-ci son épouse(2), et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre)
beaucoup d’hommes et de femmes. "

VI. Sourate Al Nisa vers 10 (4:10): “Ceux qui mangent [disposent] injustement des biens des
orphelins ne font que manger du feu dans leurs ventres. Ils brûleront bientôt dans les
flammes de l’Enfer.”

Aspect économique
L’islam a formulé un droit dont les femmes étaient dépourvues avant et jusque tard dans le même
siècle, le droit à la possession indépendante. Selon la Loi Islamique, le droit des femmes de posséder
de l’argent, de l’immobilier ou toute autre propriété est reconnu. Le droit ne change pas selon que
la femme est mariée ou célibataire. Elle conserve ses droits pleins et entiers d’acheter, vendre,
hypothéquer ou louer une ou toutes ses propriétés. Il n’est suggéré nulle part que les femmes sont
considérées comme mineures du simple fait d’être femmes. Ces droits s’appliquent aussi bien avant
le mariage que pour les biens acquis après le mariage.

Il n’y a pas de décret dans l’islam interdisant aux femmes de chercher un emploi. Il n’y a pas non plus
de restriction pour les femmes de travailler dans certains domaines. Des érudits musulmans tels
que Abu-Hanifah et At-Tabari ont affirmé qu’il n’y a pas de problème à ce qu’une femme soit juge. De
plus, l’Islam a restauré le droit à l’héritage pour les femmes. Sa part lui appartient de façon pleine et
entière et personne ne peut la lui prendre, ni son père, ni son mari.

Sa part est dans la plupart des cas la moitié de la part de l’homme, sans implication que la femme
a la moitié de la valeur d’un homme! Cela serait incorrect après toutes les preuves du traitement
équitable des femmes dans l’Islam de faire une telle déclaration. Cette différence dans les droits
à l’héritage provient seulement du fait des variations qui existent entre l’homme et les femmes
quant aux responsabilités financières selon la Loi Islamique. L’homme dans l’Islam est entièrement
responsable de l’entretien de sa femme, ses enfants et dans certains cas les autres membres de sa
famille dans le besoin. Cette responsabilité n’est ni écartée ni réduite en raison de la fortune de sa
femme ou parce qu’elle accède à des revenus personnels de par son travail, une rente, un profit ou
tout autre moyen légal.
62
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Les femmes, de leur côté, sont plus sécurisés financièrement et n’ont pas le même fardeau de
responsabilités financières. Ses possessions avant le mariage ne sont pas transférées à son mari et
elle conserve son nom de jeune fille. Elle n’a aucune obligation de dépenser ses propres ressources
pour sa famille après le mariage. Elle a le droit au « Mahr » qu’elle reçoit de son mari au moment du
mariage. Si elle divorce, elle peut recevoir une pension de la part de son ancien mari.

Un examen de la loi relative à l’héritage dans le cadre de la Loi Islamique révèle justice et grande
compassion envers la femme.

63
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 9

Textes coraniques et participation des femmes


dans les structures de pouvoir
I. Sourate Al-Ahqaf vers 15 (46:15): “Nous avons enjoint à l’homme de la bonté envers ses
père et mère: sa mère l’a péniblement porté et en a péniblement accouché; et sa gestation et
sevrage durent trente mois; puis quand il atteint ses pleines forces et atteint quarante ans il
dit: «Ô Seigneur! Inspire-moi pour que je rende grâce au bienfait dont Tu m’as comblé ainsi
qu’à mes père et mère, et pour que je fasse une bonne œuvre que Tu agrées.”
Toute enquête juste des enseignements de l’islam dans l’histoire de la civilisation islamique
montrera de façon évidente l’égalité des femmes avec les hommes dans ce que nous appelons
aujourd’hui les droits politiques.
Cela inclut le droit à l’élection et à la nomination à des postes politiques. Cela inclut également
la participation des femmes aux affaires publiques. A la fois dans le Coran et dans l’histoire
islamique on peut trouver des exemples des femmes qui ont participé à des discussions sérieuses
et ont formulé des arguments même avec le Prophète lui-même (voir le noble Coran 58 :14 et
60 :10-12).
Au cours du Caliphat d’Umar Ibn al-Khattab, une femme a discuté et argumenté avec le Prophète
dans la mosquée, prouvé son argument, ce qui l’a poussé à déclarer au milieu des autres
personnes présentes « Une femme a raison et Umar a tort”.
II. Khadīja b. Khuwaylid (d. 620): Même avant son mariage avec le Prophète, elle était une figure
importante, étant une marchande prospère et une des figures d’élite de la Mecque. Elle a joué
un rôle central dans le soutien et la propagation de la nouvelle foi qu’était l’Islam et elle est la
première musulmane. Le Prophète aurait lui-même dit dans un hadith préservé dans Sahih
Musulman : “ Par Allah, elle a cru en moi quand les gens se montraient impies. Elle a tenu
pour vrai ce que je disais au moment où les gens me traitaient de menteur. Elle m’a secouru
avec ses biens quand les gens m’en privaient. Elle a été la femme qui m’a donné un garçon.”
Une autre figure feminine importante des débuts de l’Islam est Fātima al-Zahrā’, la fille du
Prophète et de Khadija. C’est seulement à travers Fatima (en particulier à travers ses deux fils
al-Hasan et al-Husayn) que la lignée du Prophète est préservée. Ces faits fonts de Fatima et
Khadija parmi les personnages féminins les plus vénérés de l’histoire islamique.
III. Ā’isha b. Abī Bakr (d. 678): Une figure qui ne nécessite Presque pas d’introduction, ‘Ā’isha était
la femme du Prophète qui a probablement eu le plus d’influence au sein de la communauté
musulmane après sa mort. Elle a joué un rôle central dans l’opposition politique aux troisième
et quatrième califes Uthmān ibn ‘Affān et ‘Alī ibn Abī Tālib, menant même l’armée contre ce
dernier à Basra en 656. Bien qu’elle se soit retirée de la vie politique après sa défaite, elle a
continué à jouer un rôle majeur en transmettant les enseignements de l’Islam. Elle est l’une
des plus grandes narratrices d’hadith dans la tradition sunnite. Elle est parmi les figures les
plus intéressantes (et controversées) des débuts de l’Islam, en particulier en raison de son
implication pour la participation des femmes dans les études, la vie politique et la sphère
publique.
IV. Al Shikhah Zainab Abi Al Barakat : En Egypte par exemple, Durant la période Mamlook (684H)
Al Shikhah a travaillé avec la fille de Al-Zahir Bibars (le Sultan d’Egypte à l’époque) pour
établit « Ribat » qui est aujourd’hui l’équivalent d’un refuge pour les femmes. Le « Ribat » a
été établit pour promouvoir les services d’éducation, spirituels et sociaux aux femmes. Les
femmes qui ont cherché la paix et la sécurité face à un environnement familial troublé où
elles étaient abusées et menacées étaient toujours accueillies au « Ribat ». Shikhah et ses
assistants ont aidé les femmes à surmonter leurs problèmes à travers des sessions intenses
de conseil, en se focalisant sur la spiritualité et la prière. Ils ont offert des programmes de
formation pour enseigner aux femmes leurs droits, rôles et responsabilités tels qu’établis par
le Coran et les Sourates. Ils leur ont également enseigné des techniques efficaces et pratiques
pour surmonter leurs difficultés.
64
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 10

Textes coraniques apportant


protection vis-à-vis des VBG
Il est impossible à qui que ce soit de justifier tout mauvais traitement à l’encontre d’une femme en
se basant sur les textes islamiques. Personne ne peut oser annuler, réduire ou distordre les droits
clairs donnés aux femmes dans les textes religieux islamiques.

I. Sourate Al-Hujurat vers 11(49:11): “Vous qui avez cru! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre
groupe: ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se raillent pas d’autres
femmes: celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez
pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que «perversion» lorsqu’on a déjà
la foi.(4) Et quiconque ne se repent pas... Ceux-là sont les injustes.”

II. Sourate Al-Mulki vers 3 (67:3): “Celui qui a créé sept cieux superposés sans que tu voies de
disproportion en la création du Tout Miséricordieux. Ramène [sur elle] le regard. Y vois-tu une
brèche quelconque?”

III. Sourate Al Takwir vers 8-9 (81:8-9): “et qu’on demandera à la fillette enterrée vivante pour
quel péché elle a été tuée."

IV. Sourate Al-Baqara vers 228 (2:228): “Quant à elles (femmes), elles ont des droits équivalents
à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une
prédominance sur elles. Et Allah est Puissant et Sage.” (Un tel degré est Quiwama (entretien
et protection). Cela réfère à la différence naturelle entre les sexes qui donne droit aux femmes
à la protection. Cela n’implique aucune supériorité ou avantage devant la loi. Le rôle de
leadership des hommes dans leur famille ne veut pas dire dictature des hommes sur leurs
femmes. L’Islam souligne l’importance de discuter entre époux et de prendre les décisions
concernant la famille de commun accord. Le Coran nous donne des exemples.)

V. Sourate Al-Baqara vers 233 (2:233): “Et si, après s’être consultés (mari et femme), tous deux
tombent d’accord pour décider le sevrage, nul grief à leur faire.” Le Coran souligne et le
Prophète (Paix et Bénédictions sur lui) recommande gentillesse et compagnonnage entre les
époux.

VI. Le Prophète Mahomet (Paix et Bénédictions soient sur lui) a dit : « Le meilleur d’entre vous
est le meilleur avec sa famille et je suis le meilleur avec ma famille. Le croyant qui a la foi la
plus complète est celui qui a le meilleur comportement et les meilleurs d’entre vous sont les
meilleurs avec leurs femmes. » [Ibn-Hanbal, No. 7396]

65
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 11

Mise en œuvre de la résolution 1325


Mise en œuvre par les autorités publiques:
En signant la résolution 1325, les États s’engagent à l’appliquer. Il existe plusieurs manières d’y arriver:

• Les mécanismes les plus répandus sont les Plans d’Action Nationaux. ONU Femmes peut
apporter son soutien et a mis au point des outils pour aider les États à élaborer des Plans
d’Action Nationaux (PAN). Un bon PAN doit impliquer des ministères puissants, avoir un budget
ainsi que des fonds disponibles.

• Localisation des plans d’Action Nationaux: pour avoir un impact au niveau communautaire,
un PAN doit avoir un impact au niveau des communautés à l’échelle locale. La localisation
fait partie de la mise en œuvre du PAN et doit être intégrée dans le plan de mise en œuvre.
La localisation peut se faire en collaboration avec les organisations de la société civile en
organisant des ateliers, des conférences, des activités de sensibilisation etc. à l’intention
des communautés et des autorités locales– y compris les forces de sécurité, les autorités
administratives, les autorités judiciaires, etc.

• Les Plans d’Action Régionaux (PAR) sont élaborés par les organisations régionales. Les PAR
mettent en œuvre la résolution 1325 au niveau régional et aident les États à l’appliquer au
niveau national.

Le rôle des organisations de la société civile dans la mise en œuvre de la résolution 1325:
La société civile et son rôle crucial dans la mise en œuvre des résolutions 1325 et suivantes sont
mentionnés plusieurs fois dans les résolutions. Elle est en mesure de diffuser et de sensibiliser sur la
résolution 1325, de participer à l’élaboration des plans d’action nationaux et régionaux et de participer
au suivi et au rapportage sur la mise en œuvre de la résolution 1325.

Ressources en ligne:
 « Opération 1325.se»: L’opération 1325 est une organisation Suédoise spécialisée dans la
formation et la sensibilisation sur la résolution 1325. Le site web offre quelques ressources, y
compris une boîte à outils sur la mise en œuvre de la résolution 1325 appelée «You make the
difference» (Vous faites la différence).

 «Peacewomen.org»: initiative de WILF, c’est un espace ressource pour se mobiliser sur


l’agenda Femmes, Paix et Sécurité, y compris sur la résolution 1325.

66
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 12

Le cycle du plaidoyer
(adapté de Tear Fund toolkit)

67
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 13

Pour et contre le plaidoyer conjoint


(Tear Fund toolkit)

68
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 14

Checklist pour une coalition réussie


NCA Advocacy Handbook

Lorsque les coalitions réussissent elles sont basées sur la confiance, le respect et l’engagement, y
compris :

 Buts et objectifs clairs


 Adhésion diverse
 Processus participatifs dans la planification
 Compréhension partagées des termes
 Leadership qualifié et prise de decision juste
 Relations basées sur la confiance
 Systèmes de communication et de résolution de conflit fiables
 Equilibre entre l’identité de la campagne et l’autonomie de l’organisation

69
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 15

Réunion de lobbying étape par étape

1. Mettez-vous d’accord avec le décideur. Vous pouvez appeler le secrétaire ou envoyer un email.
La correspondance doit être polie mais insistante, vous avez un message important à donner !
Après avoir pris rendez-vous, il peut être utile d’envoyer un email avec confirmation de l’heure,
du lieu et du sujet de discussion. Cela aidera le décideur à se souvenir et se préparer.

2. Habituellement, une à trois personnes sont suffisantes pour se rendre au rendez-vous.


Surpasser en nombre le côté du décideur peut créer une situation déséquilibrée. Soyez
certains que vos participants sont bien préparés et se sont mis d’accord sur qui sera
l’interlocuteur principal et qui donnera des commentaires supplémentaires. Il est utile de
préparer un support papier court (pas plus d’une page) contenant votre message principal,
c’est-à-dire votre but et vos arguments les plus importants.

3. Faites en sorte d’arriver à l’heure. Le support que vous avez préparé peut être utilisé à la
fois comme notes pour vous-mêmes ou peut être donné au décideur. Vous pouvez également
lui montrer des photos ou vidéos si la qualité est bonne et si vous êtes certain que l’aspect
technique ne va pas vous prendre trop de temps. Bien utilisées, les photos et vidéos peuvent se
révéler des supports convaincants. En général, au cours d’une réunion, vous devriez essayer
d’établir un sentiment de confiance mutuelle et vous devriez agir avec assurance. Même s’il/
elle est en désaccord, le décideur devrait comprendre que vous êtes un acteur professionnel
sérieux.

4. Vous devriez essayer de présenter une situation gagnant-gagnant ; démontrer quel est le
gain pour le décideur de réaliser votre but politique. Au cours de la réunion, vous devriez faire
comprendre au décideur ce qu’il/elle a à y gagner. Servez-vous également de cette opportunité
pour écouter ce que le décideur a à dire ; quelles sont les considérations qu’il/elle estime les
plus importantes. Comprendre son/sa position vous permettra d’affiner votre argumentaire
pour de prochaines occasions. Il est également important de saisir les signaux et promesses
positifs au cours d’une réunion afin que vous puissiez plus tard tenir le décideur responsable
pour ce qu’il/elle a dit.

5. A la fin, vous devriez essayer de vous mettre d’accord sur des points d’action de suivi et rester
en contact. Vous pouvez également l’inviter à un voyage d’immersion.

6. Après la réunion, envoyez un email bref pour remercier le décideur.

70
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 16

Principes pour la mobilisation


(Source : Manuel de NCA sur le Plaidoyer)

• Incluez ceux qui sont affectés par le problème. Les défenseurs les plus puissants
sont ceux qui souffrent des conséquences du problème.

• Clarifiez les objectifs que vous voulez atteindre en mobilisant les gens, en
développant une action stratégique.

• Choisissez soigneusement vos méthodes. Elles doivent être efficaces, adaptées et


réalistes.

• Ayez un message clair, utilisez des slogans le cas échéant.

• Encouragez des actions simples, pour que les gens s’impliquent et agissent.

• Rendez les événements amusants. Les activités stimulantes vont renforcer la


solidarité et le soutien.

• Évitez la violence, car elle discréditera votre message et ne correspond pas à du


plaidoyer pacifique.

71
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 17

Check-list de préparation et d’action dans les


contextes difficiles
Source TearFund

Préparer le plaidoyer dans un contexte difficile


l Construisez-vous des relations intentionnelles et stratégiques avec les officiels appropriés du
gouvernement, suffisamment à l’avance, sans aucun agenda pré-conçu?

l Quelles opportunités potentielles de plaidoyer devez-vous reconnaître et saisir, si le timing


vous le permet?

l Êtes-vous informé des normes et visions du monde culturelles qui sont communes dans votre
contexte ? Si oui, quelles sont-elles, et comment vont-elles impacter votre capacité à faire du
plaidoyer sur 1325 ?

l A quel degré craignez-vous le travail de plaidoyer? Comment allez-vous reconnaître,


confronter et atténuer votre peur ?

l Avez-vous été avisé et sélectif dans votre choix du problème pour lequel faire du plaidoyer?
Cela s’aligne-t-il avec la vision de votre organisation ? A quel point est-ce un problème
controversé ?

l Savez-vous ce que vous voulez dire et comment le dire? Allez-vous être capable de le
communiquer clairement et de façon concise ?

l Comprenez-vous comment le gouvernement prend des décisions et comment influencer le


processus de prise de décisions?

Faire du plaidoyer dans un contexte difficile

l Avez-vous décidé quels mots et phrases sont les plus appropriés au contexte pour décrire
‘plaidoyer’ et d’autres mots relatifs au plaidoyer, les utilisez-vous?

l Êtes-vous collaboratif, plutôt que chercher la confrontation, et cherchez-vous un terrain


d’entente plutôt que des différences, dans votre travail de plaidoyer ?

l Êtes-vous transparent, et faites-vous tout votre possible pour éviter la corruption ?


l Avez-vous utilisé tous les moyens et contacts, directs et indirects, afin d’accéder aux cibles de
votre plaidoyer?

l Y a-t-il une reconnaissance pour votre travail programmatique sur le problème, afin de vous
donner de la crédibilité dans votre travail de plaidoyer? Etes-vous enclin à et capable d’inviter
les officiels du gouvernement pour voir par eux-mêmes l’étendue du problème ?

l Êtes-vous clair sur ce que vous souhaitez voir changer et le communiquez-vous d’une telle
façon que les officiels du gouvernement pensent que c’est leur idée?

l Marquez-vous les jours internationaux qui mettent en avant le problème que vous avez choisi
pour votre travail de plaidoyer?

l Est-il approprié de demander à vos contacts en-dehors du pays de s’exprimer en votre nom?
l Est-il approprié de rechercher le changement en utilisant la résistance civile et des actions
non violentes?
72
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Menaces identifiées Estimation du risque Gérer le risque

Probabilité (faible, Impact (faible, Niveau du risque Méthode de gérance Plan de contingence
intermédiaire, intermédiaire, élevé) du risque
élevée) (acceptation,
Document d'appui 18

évitement, gérer)

73
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Tableau d’analyse de risques
Document d'appui 19

Astuces pour réduire les risques lorsqu'on


influence et soutient le changement dans des
contextes complexes1

Astuce 1: Trouvez les fissures dans l’édifice (c’est quasiment toujours possible)

Astuce 2: Suivez et analysez le contexte externe – constamment! Comprenez les intérêts de vos
opposants.
Astuce 3: Développez des alliances – localement, nationalement et internationalement.

Astuce 4: Utilisez les mécanismes internationaux et l’influence des donneurs: droit international,
politiques et lois déterminant les relations de pouvoir des gouvernements puissants avec
les tierces parties, etc.

Astuce 5: Répondez aux attaques de façon à réduire le risque de futures attaques

Astuce 6: Développez des relations étroites et transparentes, basées sur la confiance mutuelle,
avec des organisations partenaires.

Astuce 7: Développez des politiques et procédures internes pour réduire les risques physiques
pour le personnel et pour une réponse rapide.

Astuce 8: Développez des politiques adéquates pour l’utilisation des moyens de communication et
pour gérer le flux d’information.

Astuce 9: Planifiez sur le long terme. Le changement dans les contextes complexes peut être lent.

Adapted from Intrac presentation on “Managing risks when influencing and supporting change in complex contexts”
1

74
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 20

Gérer les résistances1


Mots clés: ECOUTER, APPRENDRE, DIALOGUE, RESPECT,
Formes de résistance Contrer les résistances

Déni Déclarer que l’égalité des genres ou autres Présenter des preuves empiriques (statistiques,
droits ne sont pas un problème pour le pays recherche) qui documentent les disparités de genres
(ou région ou communauté) ou qu’un et les pratiques discriminatoires ou les violations
programme particulier ne discrimine pas. Nier spécifiques dans le contexte dans lequel vous
l’existence de violations des droits des travaillez.
femmes.
Ridicule Rire du problème ou dire que vous ne Présenter des preuves empiriques (statistiques,
comprenez pas la situation. C’est un concept recherche) qui documentent les disparités de genres
occidental, etc. et les pratiques discriminatoires ou les violations
spécifiques dans le contexte dans lequel vous
travaillez.
Relativisme Minimiser le problème en disant que c’est la Présenter des preuves empiriques basées sur
culturel façon de faire culturelle. l’anthropologie qui montrent que la culture n’est pas
statique mais évolue et change afin de s’adapter à la
société qui évolue.
Relativisme Minimiser le problème en disant que c’est Expliquer que les interprétations religieuses
religieux dicté par la religion. montrent une voie différente. Vous pouvez référer à
des instruments tels que la campagne Tamar.
Action Reconnaître que quelque chose devrait être Attirer l’attention sur les résultats de l’initiative.
symbolique fait, mais sélectionner une action avec un Poser des questions sur la façon dont le projet va
impact faible (un petit ajout dans un projet ou changer la façon dont le partenaire sert son public – y
une composante d’un projet) ou se focaliser a-t’il une opportunité dans le projet pour améliorer
sur la participation des femmes dans un les impacts sur l’égalité des genres et améliorer la
projet (plutôt que sur l’impact du projet sur situation des droits ?
l’égalité des genres ou les droits humains).
Paroles sans Reconnaître les problems au niveau de la Inclure l’égalité des genres et la perspective des
action rhétorique, mais échouer à prendre des droits dans le cycle de projet et dans les actions et
actions concrètes. résultats du suivi.
Etager/placer Développer un document politique ou un Inclure une perspective de droits inclusive du genre
par ordre de document similaire sans aucun plan pour la dans le cycle de planification, surtout le plan
grandeur mise en œuvre. stratégique organisationnel et le suivi des actions et
résultats.

Confrontation Ne pas être d’accord et fournir des Ecouter attentivement et essayer de comprendre,
arguments. peut-être que le changement intervient trop
rapidement ou qu’il y a des barrières ou situations
spécifiques qui nécessitent d’être réglées. Engager un
dialogue et chercher des solutions.
Colère Exprimer des arguments clairs contre le Ecouter attentivement et essayer de comprendre,
problème et de façon aggressive. peut-être que le changement intervient trop
rapidement ou qu’il y a des barrières ou situations
spécifiques qui nécessitent d’être réglées. Engager un
dialogue et chercher des solutions. Si l’agression
persiste, parler à d’autres personnes pour obtenir
de l’assistance pour résoudre la situation.
Compartiment Référer tous les problems liés aux approches Montrer concrètement comment la perspective
age basées sur les droits et à l’égalité des genres basée sur les droits et inclusive du genre peut être
aux personnes officiellement responsables incluse dans le travail de l’agence ou dans ce projet
Désigner une Résoudre le besoin d’agir en nommant une Si vous rencontrez une “personne symbolique” dans
personne personne dans un comité ou un processus de une réunion, joignez la dans l’identification et la
symbolique prise de decision. poursuite des problèmes de genre et de droits et
encouragez les autres à participer. Si vous êtes une
“personne symbolique”, chercher des alliés et
réseaux.

Adapted from the Gender Inclusive Rights based manual developed by ACT Alliance and from DAC (Development Assistance Committee) book on
1

concepts and approaches linked to gender equality Paris: OECD/DAC 1998

75
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Document d'appui 21

Formulaire d’évaluation1

MANUEL DE FORMATION EN PLAIDOYER SUR LA RESOLUTION 1325

1. De façon générale, l’atelier a-t-il satisfait vos attentes? Dans quelle(s) mesure(s)?

2. Qu’avez-vous appris de nouveau?

3. Que pensez-vous faire différemment dans le cadre de votre travail suite à l’atelier ?

4. Quelle est votre évaluation générale de la facilitation? Quelles sont les forces et faiblesses de
l’équipe facilitatrice ? Soyez aussi spécifique que possible.

5. Quelle est la leçon la plus importante que vous avez apprise des autres participants?

6. Que pensez-vous des aspects organisationnels (information fournie à l’avance, documentation,


matériel, documents d’appui) ?

7. Veuillez donner votre évaluation du contenu et de la méthodologie de chaque session.

1 = TRES MAUVAIS 2 = MAUVAIS 3 = OK 4 = BON 5 = TRES BON

76
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Intitulé de la session Contenu Méthodologie Suggestions

1 2 3 4 5 1 2 3 4 5

M1S1: COMPRENDRE LE
SYSTEME NORMATIF
INTERNATIONAL

M1S2: QU’EST-CE QUE LA


RESOLUTION 1325?

M1S3: RESOLUTION 1325 ET


ENSEIGNEMENTS DU
CHRISTIANISME

M1S4: RESOLUTION 1325 ET


ENSEIGNEMENTS DE L’ISLAM

M2S1: QU’EST-CE QUE LE


PLAIDOYER?

M2S2: POURQUOI PLAIDER EN


FAVEUR DE LA RESOLUTION
1325?

M3S1: QU’EST-CE QU’UNE


EVALUATION DES POLITIQUES?

M3S2: MISE EN ŒUVRE DE LA


RESOLUTION 1325

77
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
M3S2: MISE EN ŒUVRE DE LA
RESOLUTION 1325

M3S3: LES PARTIES


PRENANTES ET L’ANALYSE DE
POUVOIR

M4S1: LIER LES DIFFERENTS


NIVEAUX DE PLAIDOYER

M4S2: DEVELOPPEMENT DES


RESEAUX ET COALITIONS

M4S3: IDENTIFIER UN BUT


COMMUN LIE A LA
RESOLUTION 1325

M4S4: IDENTIFIER LES CIBLES

M4S5: FORMULER ET
COMMUNIQUER LE MESSAGE

M5S1: ACTIVITES DU
PLAIDOYER

M5S2: SUIVI DU PLAIDOYER

78
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
M5S2: SUIVI DU PLAIDOYER

M6S1: PLAIDOYER DANS UN


CONTEXTE DIFFICILE

M6S2: ANALYSE DE RISQUES

M6S3: GERER LES RESISTANCES

8. Autres suggestions ?

79
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
ANEXXES

Outils

80
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 1

“Réfléchir sur les pratiques de paix”

Plus d’individus Individus clés

Niveau
individuel
/personnel

Niveau socio
politique

Notes :
Plus d’individus : approches cherchant à engager un nombre important d’individus dans les actions.

Individus clés : approches se focalisant sur l’implication d’individus ou de groupes d’individus


particuliers, jugés clés vis-à-vis du problème visé.

Niveau individuel/personnel : cherche à changer les attitudes, valeurs et perceptions des individus
en se basant sur la croyance que les droits des femmes et la participation des femmes sont possibles
seulement si les cœurs, les esprits et le comportement des individus ont changé.

Niveau socio-politique poursuit des changements socio-politiques ou institutionnels. De telles activités


visent à soutenir la création ou la réforme des institutions qui adressent les droits et la participation
des femmes.

81
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 2

Les différents niveaux du plaidoyer

82
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 3

Les parties prenantes et l’analyse


de pouvoir, tableau
Faible Elevé
Pouvoir

Faible Elevé
Interêt

83
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 4

Les parties prenantes et l’analyse de pouvoir

Diagramme

84
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 5

Capacité, responsabilité et réponse

(TearFund)

CAPACITE

Questions clés Réponses

Quels sont les engagements internationaux pris par le


gouvernement sur la question?

Le gouvernement a-t-il une politique nationale et une stratégie


de mise en œuvre du problème?

Le problème est-il inclus dans d’autres documents de stratégie du


gouvernement?

Quels sont les objectifs que s’est fixé le gouvernement vis-à-vis


du problème ? Quels sont les progrès qu’il a réalisés pour les
achever ?

Les systèmes d’enregistrement et de suivi du problème sont-ils


adéquats ? Les données sont-elles précises ? Jusqu’à quel point?
Sont-elles disponibles au public ?

Quels sont les ministères, départements et entreprises impliqués


dans le problème aux niveaux national et local et comment les
responsabilités sont-elles réparties? Quel est le ministère de tête
sur le problème ?

Y a-t-il un mécanisme de coordination sectoriel sur le problème?

Quel est le rôle joué par les autres secteurs en relation avec le
problème?

Le gouvernement a-t-il des ressources humaines adéquates et


disponibles pour s’adresser au problème?

Y a-t-il décentralisation en cours? Si c’est le cas, comment cela


impacte-t-il le problème?

Quelle est la part du budget gouvernemental alloué au


problème? Comment cela a-t-il évolué dans le temps ?

Où passe la majeure partie de ces fonds? Les projets visent-ils les


individus vivant dans la pauvreté?

Qui d’autre s’adresse au problème en plus du gouvernement?


Quelle est la relation entre eux et le gouvernement vis-à-vis du
problème?

85
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 6
RESPONSABILITE

Questions clés Réponses

La société civile a-t-elle la liberté d’information et d’association?

La société civile est-elle en mesure de participer au planning, à la


budgétisation, au suivi et à l’évaluation de la performance du
gouvernement sur le problème?

Les medias sont-ils utiles pour permettre de responsabiliser le


gouvernement? De quelle façon ?

Y a-t-il des mécanismes de plaintes et de réparation en lien avec


le problème ?

Le gouvernement a-t-il discuté du problème au cours de l’année


passée ?

Quelle information est disponible sur les droits des citoyens en


lien avec le problème?

Quels sont les mécanismes en place pour traquer les flux de


capitaux en lien avec le problème?

Quels sont, s’il y en a, les acteurs qui mettent en place des


activités pour stimuler la responsabilisation en lien avec le
problème ?

REPONSE

Questions clés Réponses

Le gouvernement promeut-il des politiques pro-pauvres en lien


avec le problème?

Le gouvernement utilise-t-il une approche qui augmente la


demande de la part des personnes pauvres pour des services
gouvernementaux adéquats et abordables?

Quelles sont les lois et régulations en place pour préserver et


réguler la délivrance de services du gouvernement?

A quel point le gouvernement est-il prêt à apprendre des autres ?

Les politiques du gouvernement sur le problème sont-elles


sensibles au genre et aux enfants ?

Les officiels gouvernementaux participent-ils à des événements


organisés par des ONG qui portent sur le problème?

Y a-t-il des processus en place pour s’adresser à la mauvaise


allocation et à la diversion des ressources destinées aux services
gouvernementaux ?

Le gouvernement priorise-t-il un agenda anti-corruption?

86
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 7

Tableau des solutions


(Conciliation Resources Conciliation)

Au niveau local Au niveau national Aux niveaux régional


et international

Quels sont les


problèmes, leurs
causes et leurs
conséquences?
(liés à la résolution
1325)

Quels types de
changements
souhaitez-vous
voir?

Qui doit changer?

87
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 8

Arbre à problèmes

88
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 9

Arbre à solutions

89
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 10

ONG

Médias

ONG
Conciliation resources & Saferworld

Représentant

de l'industrie de la défense ONG Partenaires

Universitaires/ Internationaux
Chercheurs Universitaires/

90
Chercheurs Cible: Cadres supérieurs Médias
Ministre des Affaires des autres
ministères ONG
Médias Etrangères
Carte d’influence

Parlementaires UE Universitaires/

Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325


Chercheurs

Partenaires
Médias ONG
Internationaux
Outil 11

Peu d’individus Brève Types de message Exemples de bonnes façons


description des appropriés pour de faire parvenir les
différentes communiquer avec ces messages aux différentes
Conciliation resources

audiences audiences audiences

Décideurs Arguments détaillés, A travers des documents


politiques et fondés sur preuves, ou politiques détaillés, des
leaders autres qui montrent lettres plus simples ou des
d’opinion comment le problème meetings pour établir
est lié à leur pouvoir et l’importance du problème
statut pour eux

Groupes et Expliquer ce que vous A travers des newsletters,

91
individus demandez et pourquoi, feuillets et articles de
intéressés par le identifier les barrières journaux ; fournir plus
problème au changement mais d’information détaillée à
sans entrer trop dans ceux qui le demandent

Différentes audiences, différents messages


les détails

Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325


De nombreux Le public plus Histoires simples et A travers le recours à des
individus large émouvantes et célébrités ou des
messages simples qui témoignages de personnes
Communiquer de façon effective

rendent le problème qui ont été directement


simple à comprendre et affectées par le problème
à adresser
Outil 12

Lobbying: adapter votre discours


The ABC’s of Advocacy, Dann Church Aid

Type Description Stratégie

Champion Ceux qui participent Donnez aux champions des informations


activement et travaillent fiables qu’ils peuvent utiliser pour
pour la mise en œuvre de la convaincre les autres.
résolution 1325.

Allié Quelqu’un qui est d’accord Essayez de convaincre les alliés de


avec l’esprit de la résolution s’impliquer davantage. Proposez des
1325, mais n’a pas (encore) mesures spécifiques qu'ils peuvent prendre.
pris de mesures.

Indécis Une partie neutre, non Souvent les principales cibles pour nos
(encore) engagée dans un efforts de lobbying. Défiez les champions et
côté quelconque. Les indécis les amis, sensibilisez les indécis aux
ne se sentent pas concernés questions liées à la résolution 1325, et
par les questions de la faites-les changer d’avis pour les rallier à
résolution 1325. votre cause.

Adversaire modéré Un adversaire qui est en Essayez de prévenir que les adversaires
désaccord, mais qui n’agit modérés ne deviennent plus actifs et plus
pas. Ils sont souvent motivés expressifs. Dans les sociétés fortement
par une perspective patriarcales, ils peuvent facilement obtenir
traditionnelle des rôles de du soutien.
genre.

Adversaire de taille Un adversaire de taille Donnez des raisons claires pour lesquelles
s’emploiera activement à les autres acteurs ne devraient pas rejoindre
saper notre objectif de l’adversaire de taille. Trouvez un soutien
plaidoyer, en particulier les régional et international si l’adversaire est
individus qui ont une vision très écouté.
patriarcale solidement
ancrée.

92
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 13

Mise en œuvre des politiques, objets de suivi


Adapté de NCA Advocacy Handbook

 La préparation de la loi – avant qu’une loi ne soit adoptée, suivre le texte de loi tout au long du
processus législatif. Etablir une bonne relation avec la Commission Genre du Parlement s’il y
en a une.

 Si la loi est appliquée ou non. Si une loi qui bénéficie aux titulaires de droits n’est pas appliquée,
elle n’a aucune valeur pour les titulaires de droit. Ce problème est récurrent pour les lois
liées aux 4 piliers de 1325 : prévention et protection des VBG, participation des femmes et
relèvement.
 Comment la loi est-elle mise en œuvre. L’application est-elle juste ou non ?

 Suivi du budget – le budget est-il suffisant. Plusieurs Plans d’Actions Nationaux (PAN)
développés jusqu’à présent sont plus de l’ordre des documents politiques sans budget, par
conséquent impossibles à mettre en œuvre.

 Suivi du financement – les fonds sont-ils disponibles et correctement utilises?

93
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 14

Elaborer un plan de suivi


Adapté de NCA Advocacy Handbook

Qu’est-ce qui va faire Comment va-t-on faire Quand va-t-on faire le Qui va faire en sorte
l’objet du suivi? le suivi? suivi? que le suivi ait lieu?

94
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 15

Les spécificités du Suivi et Evaluation en


matière de plaidoyer
Temps : 30-45 minutes

Adapté du Manuel de NCA sur le Plaidoyer

 Les calendriers peuvent être imprévisibles. La réalisation des objectifs de l’effort


de plaidoyer, notamment pour la promotion/défense des politiques, prend souvent de
nombreuses années. Cela est particulièrement vrai pour les questions liées aux pratiques
traditionnelles et/ou religieuses nuisibles dans des milieux très traditionnels et religieux.

 Changement des stratégies et des étapes. La stratégie de plaidoyer évolue au fil du


temps et les activités et les résultats souhaités peuvent changer rapidement. Les outils
et approches du suivi et évaluation doivent être pertinents et réalistes dans le contexte du
plaidoyer.

 La démonstration de la contribution est prévue, et non pas l’attribution. Lorsque le but


d’évaluer le plaidoyer consiste à déterminer l’impact, l’attribution n’est pas possible. Par
conséquent, les évaluations visant à examiner le lien entre les efforts de plaidoyer et leurs
résultats ont adopté une norme de contribution à l’attribution.

 L’évaluation des progrès est importante, non seulement l’impact. Le Suivi & Evaluation
du plaidoyer met l’accent généralement sur le parcours du plaidoyer plutôt que la
destination seulement. En plus de la démonstration des progrès, cette approche réduit
le risque que l’évaluation conclura que l’effort global du plaidoyer a été un échec si les
objectifs du plaidoyer ne sont pas atteints dans les délais prévus de l’évaluation.

 Le contexte doit toujours être considéré. Le contexte est important lorsqu’on fait le choix
des stratégies de plaidoyer. Il est aussi important lorsqu’on choisit les approches du Suivi
et Evaluation et lorsqu’on fait l’interprétation des données de l’évaluation.

95
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 16

Questions et options en matière de Suivi et


Evaluation.
Adapté d’UNICEF

QUESTIO OPTIONS
NS
Les bureaux pays et/ou le siège de NCA
1 Qui
Les alliés
utilisera
Les partenaires
le suivi et
Les donateurs/bailleurs externes
évaluatio
n? Autres utilisateurs externes comme les media

2 Responsabilisation/redevabilité
Comment
Informer le processus interne de prise de décisions
le suivi et
évaluatio Apprentissage national et global
n seront-
ils
utilisés?
3 Quelle Pour la Pour informer le Pour l’apprentissage national et global
est la Responsabilisation/redeva processus interne
conceptio bilité de prise de
n de décisions
l’évaluati
on qui
doit être Études de cas unique ou Évaluation Etudes des cas de succès (ou échec)
utilisée? multiples évolutive
Évaluation en
Méthode d’élimination
temps réel/
générale
Évaluation rapide
Analyse des contributions
Histoire de performance
participative
Rapportage
Analyse coûts-avantages
Suivi des performances.
4 Qu’est- Activités Résultats provisoi Objectifs de plaidoyer Impacts
ce qui res
doit être
Diffusion/vulgarisation Capacité Développement/Élabora Systèmes
mesuré
numérique organisationnelle tion des politiques et services
? en matière de améliorés
Couverture médiatique Mise en place sur
plaidoyer
l’agenda politique Conditions
Les partenariats
Partenariats physiques
médiatiques Adoption des politiques
et sociales
Nouveaux
Développement des Blocage des politiques positives
coalitions défenseurs
Mise en œuvre des
Organisation des Nouveaux politiques
rallyes/marches
champions Suivi et Evaluation des
Éducation des électeurs Politiques
Visibilité des
96
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Outil 17

Analyse de risques du plaidoyer


Tearfund Advocacy Toolkit

97
Manuel de formation sur le plaidoyer pour la Résolution 1325
Tel:+254-20-4452465/6/7, Fax: +254-20-4452468, AACC building off Waiyaki way, Westlands, Nairobi.