Vous êtes sur la page 1sur 134

Mgr TIHAMER TOTH

Professeur à l'Université de Budapest

A la Jeunesse Catholique

LE CARACTÈRE
DU

JEU NE HOMME
TRADUIT DU HONGROIS
... par K. DE MARIASSY

ÉDITIONS SALVATOR
MULHOUSE (Haut-Rhin).
1938
REGULUS A CARTHAGE

NIHIL OBSTAT
Carthage devait envoyer une ambassade à Rome
É. DERUME, can., libr. cens. pour demander la paix. Un prisonnier de guerre
romain, du nom de Régulus, fut chargé de la conduire,
mais il dut jurer, avant de partir, que, si sa mission
venait à échouer, il reviendrait en captivité ... Imaginez-
vous son émotion en se retrouvant à Rome, sa ville
IMPRIMATUR bien-aimée! Il aurait pu y rester toujours, si' on avait
conclu la paix.
Tornaci, 14 Sept. 1937. Or, savez-vous ce qu'il fit?
De toute son éloquence il engagea le sénat à continuer
J. LECOUVET, vic. gen. la guerre, et, lorsqu'on: lui demanda de rester à Rome
en disant qu'un serment fait par contrainte ne pouvait
obliger, il répondit :
{( Voulez-vous donc à tout prix que je manque
à l'honneur? · Je sais bien que les tortures et la mort
m'attendent à mon retour. Mais tout cela n'est rien
en comparaison de la honte engendrée par une action
malhonnête et des blessures que l'âme reçoit du
péché. Il est vrai que je serai prisonnier des Cartha-
ginois, mais j'aurai au moins conservé mon caractère
de Romain dans toute sa pureté. J'ai juré de retourner
chez eux et je ferai mon devoir jusqu'au bout. Coppe;.>;
le reste alJX dieux, »
8 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 9

Et il revint à Carthage olt il mourut dans des tortures « La création» : (( Mon Dieu, est-ce bien moi qui ai fait
affreuses. cela? »
Cela, c'était le caractère romain! Selon le terme classique de saint Augustin, (( homines
Or, qu'est-ce donc que le caractère chrétien? sunt voluntates » - c'est-à-dire que la valeur de
Tout le monde ne saurait être riche, ni savant, l'homme est déterminée par sa volonté. De nos jours,
ni célèbre. Mais il y a une chose qu'on peut exiger on reconnaît de plus en plus que l'école moderne ,11
de chacun: c'est un caractère irréprochable. Conquérir s'occupe presque exclusivement de l'intelligence des
des royaumes terrestres est le fait d'hommes excep- jeunes gens, au détriment de leur caractère et de 1,1
tionnels, et la couronne royale est faite pour bien leur volonté qu'elle néglige de développer. De là ce
peu de fronts. Mais conquérir le royaume des trésors fait si triste que, parmi les adultes, il se trouve beau-
spirituels et placer la couronne d'un caractère viril coup plus de cerveaux cultivés que d'épaules d'acier,
sur notre front, c'est là une tâche sublime et sacrée beaucoup plus de savoir que de caractère. Pourtant,
qui doit nous préoccuper tous, sans exception. Tous, la base et le soutien moral de l'État, c'est la pureté morale ,
ai-je dit. Pourtant, beaucoup manquent de la remplir. et non la science - l' homme et non la fortune - le ~:,
Mais toi, mon fils, tu n'y manqueras pas, j'en suis sûr. caractère et non la lâcheté.
Seulement, un caractère irréprochable n'est pas un Ce livre n'a qu'un but : exhorter les jeunes gens
gros lot qu'on peut gagner sans aucun mérite per- à se façonner un caractère impeccable, les amener
sonnel. Ce n'est pas non plus un nom illustre qu'on à raisonner ainsi : (( Une responsabilité énorme pèse
apporte avec soi en naissant ou qu'on acquiert sans sur moi, car une tâche sérieuse m'attend et je dois
travail. Un caractère irréprochable est le résultat d'une employer ma vie à la remplir. Les germes de mon
lutte souvent dure, d'une guerre virile qu'on se fait avenir reposent en mon âme: il faut que je la réchauffe,
à soi-même et à ses penchants égoïstes, et qui demande que je la cultive et que je la développe pour qu'elle
\ beaucoup de conquêtes, beaucoup d'abnégation et de devienne une fleur exquise, digne de respirer son
discipline. Ce combat, chacun de nous doit se le livrer parfum devant le trône de Dieu pendant toute
à lui-même et en sortir victorieux. l'éternité. Et je ne peux obtenir cela qu'en faisant
Le résultat magnifique que tu obtiendras dans mon devoir en toute circonstance et en vivant une
cette lutte sera un caractère impeccable. Aujourd'hui, vie idéale. »
le sens profond de cette expression t'échappe encore, Ce livre voudrait donner aux jeunes hommes un
peut-être. Mais le jour olt l'œuvre principale de ta vie caractère d'acier, en ce temps olt le monde entier est
sera dévoilée devant la face de Dieu, et olt ton âme, bouleversé de fond en comble et paraît comme marcher
que tu auras formée avec tant de peine, apparaîtra dans sur la tête; à cette époque où la plus grande et peut-
toute son incomparable grandeur, tu t'écrieras, ébloui, être la seule maladie de l'humanité (qui est responsable
comme Haydn à la représentation de son œuvre de toutes ses erreurs et de tous ses vices) est le dépé-
10 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? II

j rissement effrayant de la volonté; en ces jours de même temps, veut t'encourager à te' mettre au rang
. veulerie presque générale où l'on se plaît à dire que des premiers, car c'est leur vie qui, seule, est digne .j

ce n'est que sagesse de se conformer aux circonstances, de l'homme. Je prétends en effet avec Schiller que !;
et à voir le salut public dans le reniement des principes c'est sa volonté qui rend l' homme petit ou grand. Et je i!1
de la politique réaliste et dans la recherche des intérêts donne raison au baron J. EOtvos, le grand penseur
personnels; aujourd'hui où la sensibilité, toujours à hongrois, qui dit :
i l'affût d'une offense, s'appelle dignité de soi, et où « La valeur réelle de l'homme ne dépend pas de son
l la jalousie prétend être le sens de la justice; aujourd'hui
1où l'on évite le travail un peu difficile sous prétexte
intelligence, mais de la force de sa volonté. Les grands
talents intellectuels ne font qu'affaiblir celui qui i,
! qu'il est impossible à faire, et où chacun recherche manque de fermeté; et un grand esprit dont le caractère
hi. vie aisée et ses jouissances ... Oui, ce livre voudrait n'est pas à la même hauteur est la plus malheureuse
'.façonner des jeunes hommes au caractère inattaquable, et souvent la plus méprisable des créatures. )}
aux principes justes et solides, - des jeunes hommes Au printemps, le paysan s'arrête près de son champ
dont la volonté ne recule point devant les difficultés, et promène son regard pensif tout le long des sillons
" \qui sont des chevaliers fanatiques du devoir quel muets.
qu'il soit, - des jeunes hommes solides comme l'acier, « Que me donneras-tu, cette année-ci, mon champ? )}
droits comme la vérité, lumineux comme un rayon semble-t-il dire. J
de soleil, limpides comme le ruisseau des montagnes, ... Mais le champ lui répond par une autre question: ï
des jeunes hommes purs de corps et d'âme. « Dis-moi d'abord ce que tu me donneras, toi? )}
Il voudrait qu'il n'y ait que des étudiants au - C'est ainsi que le jeune homme s'arrête à l'entrée
caractère d'une seule pièce, et qu'il ne s'en trouve mystérieuse de la vie :
plus aucun à l'âme basse et aux sentiments mesquins, « Que me réserves-tu, ô vie? Qu'est-ce qui m'attend
de ceux-là qui ne s'intéressent à aucun problème au cours des années? »
spirituel, qui ne pensent qu'à jouer un tour à leur Mais la vie, comme le champ, lui retourne sa
professeur, qu'à se soustraire aux leçons difficiles, question :
qu'à voir la nouvelle étoile du ciel du cinéma et qu'à « Cela dépend de ce que tu me donneras, toi! 1
se faire inviter à la réception de Mme X. Mais, hélas! Tu recevras ce que tu mériteras par ton travail. Tu '
il y en a tant de cette espèce-là! Et les jeunes gens au récolteras ce que tu auras semé. )}
caractère ferme sont si peu nombreux, en comparaison! Ce livre veut te faire connaître le grand moyen
"Eh bien! ce livre veut te démontrer que c'est pourtant de réussite dans ce grand travail: l'éducation de soi-
: cette minorité qui a raison, celle qui travaille et se même. Mais prends garde, mon fils, et ne te laisse pas
fatigue sur le chemin du caractère pendant que les tromper! Ce livre ne peut que te faire découvrir les
autres sont si insouciants et si gais. - Et ce livre, en ennemis aux aguets, que t'avertir contre les dangers,
12 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME

que te désigner les armes, - mais il ne peut pas com-


LE CARACTÈRE
battre à ta place! Si tu veux devenir un caractère
il faut que tu fasses ce travail spirituel toi-même, et DU JEU NE HOMME
toi seul.
\ L'expérience te montrera que le chemin du caractère
;' n'est pas un chemin facile. Il faut une volonté bien
\ forte pour combattre ses petits défauts et ne jamais
. pécher, une volonté qui ne connaît ni arrêt ni trêve:
tu le constateras souvent. Mais n'importe!
Oui, n'importe! Je veux, je veux! dois-tu te dire.
Et qu'est-ce que tu veux donc ainsi? PREMIÈRE PARTIE
- Je veux maîtriser mes sens et mes sentiments.
Je veux mettre de l'ordre dans le tohu-bohu de QU'EST-CE QUE LE CARACTERE?
mes pensées.
Je veux réfléchir avant de parler.
Je veux considérer les choses avant d'agir.
Je veux profiter des expériences du passé, je veux Qu'est-ce que le caractère?
penser à l'avenir, donc je veux faire le meilleur emploi
possible du présent.
Je veux travailler de bon cœur, souffrir sans me Qu'est-ce que le caractère? Et que voulons-nous
plaindre, vivre d'une manière irréprochable et, finale- dire lorsque nous disons de quelqu'un : voilà un
ment, mourir en paix, dans l'espoir de mon bonheur caractère? Le mot caractère désigne la volonté humaine '
éternel! fixée vers le bien; et un jeune homme est un caractère \
Peut-on s'imaginer un programme de vie plus élevé? s'il a des nobles principes et s'il n'en cède rien, même
Existe-t-il un but plus digne d'être réalisé que celui si cette constance lui impose des sacrifices. Celui qui, t

d'une vie sans tache? au contraire, change de principes selon les circonstan-
Puisse ce livre aider beaucoup de jeunes gens dans ces, la société ou les amis, qui abandonne une façon :.
ce travail sublime : la formation de leur camctere! d'agir reconnue jusqu'ici comme bonne sous le prétexte !
qu'il ne doit endurer le moindre désagrément pour elle,
- celui-là est versatile et peu sûr; il n'a qu'un caractère
--.+-<1>-- faible, ou, cas plus grave, il en manque entièrement. 1

CdJ. 5uŒt déjà pour te montrer en quoi consiste


l'éducation du caractère. D'abord, il faut t'animer de
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 15

',l' nobles principes; ensuite, par un exercice continu, il faut Sais-tu ce que c'est que l'éducation? C'est l'influence
~ t' habituer à agir selon ces principes en toutes circonstances. de notre volonté qui nous incite à suivre la bonne
La vie morale d'un homme sans principes est aussi voie en toute situation, sans hésiter et avec joie.
agitée qu'un roseau surpris par la bourrasque. Cet Sais-tu ce que c'est que le caractère? C'est l'action
homme agit aujourd'hui d'une façon et demain d'une en conformité avec nos principes fondamentaux; - ,
autre. La première nécessité est donc de former en c'est l'effort soutenu de notre âme dans la réalisation
nous des principes fermes, et, la seconde, d'acquérir de la noble conception qu'on s'est faite de la vie.
la force dont nous avons besoin pour suivre sans Tu peux déjà te rendre compte qu'en cette éduca-
'; broncher la voie que nous avons reconnue pour bonne. tion de soi ce n'est pas la formation du juste principe
Je le répète : Ta première tâche est de former en vital qui est difficile, mais l'effort qu'on doit faire
toi des principes justes. Or quel est le principe juste jour par jour pour s'y conformer. « Ceci est mon prin-
concernant les études, par exemple? « Il faut que cipe et je n'en démordrai pas; je lui serai fidèle coûte
1
j'étudie avec une application constante, car Dieu veut que coûte. » Et il faut dire que cela exige souvent r
\ que je cultive les talents qu'Il m'a donnés. » - Quel beaucoup de sacrifices; et voilà pourquoi on trouve a
',i est le principe juste concernant les camarades? « Je dois si peu de caractères dans le monde.
leur faire ce que je voudrais qu'ils me fassent. » Et « Rester toujours fidèle à ses principes », « ne jamais
ainsi de suite ... Il faut que tu aies des principes justes se départir de la vérité »,- qui ne s'exalterait pas pour
en toutes choses. ces belles pensées?... Ah! si ce n'était pas si difficile '
Ta seconde tâche est beaucoup plus difficile: c'est de convertir ces pensées en actions! Si ces beaux desseins ,
de suivre ces justes principes, c'est-à-dire de t'entraîner ne s'évanouissaient pas en nous si aisément sous
dans la voie du caractère. l'influence contraire de la société, des amis, de la
On ne reçoit pas un beau caractère en cadeau; on se mode ... de notre propre « moi» qui n'aime pas à être
le fait par un labeur solide et continu, en y travaillant gêné tout le temps!
pendant de longues années, des dizaines d'années Écoute ce que dit le poète là-dessus :
souvent. L'influence de l'entourage, les penchants
bons ou mauvais reçus en héritage peuvent produire Choisissez bien ce que vous faites;
une certaine impression sur notre caractère, mais, en N'imitez pas la girouette.
Ayant trouvé le bon chemin,
1: fin de compte, notre caractère est notre œuvre person-
Marchez-y droit jusqu'à la fin 1
t\, nelle, le résultat de notre travail d'éducation de nous-
: mêmes. Car c'est une double éducation que l'on reçoit: (REINICK).
J la première nous est donnée par nos parents et par

li. l'école; la seconde - et c'est la plus importante - Voilà ce que l'éducation de soi t'enseignera.
V' nous vient de nos propres efforts.
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 17

avec amour et respect; ne laisse jamais échapper une


Fais ton éducation toi-même! seule occasion de faire le bien; et, si telle action se
trouvait quelquefois contrarier ton désir ou ton avantage,
Former notre âme à l'image que Dieu s'est faite entraîne ta volonté à triompher de ceux-ci ... C'est
de nous, voilà l'ouvrage sublime que nous appelons ainsi que ton caractère deviendra apte à accomplir de
:: l'éducation de nous-mêmes. Ce travail, mon fils, grandes choses et à travailler pour le présent aussi
personne ne peut le faire pour toi; il doit être accompli bien que pour l'avenir. C'est ainsi que tu seras aimé
personnellement par chacun. Les autres peuvent te et honoré par tes contemporains. » (P. Kolcsey).
1 donner des conseils, t'indiquer le chemin à prendre; Mais il faut aussi que nous amenions notre volonté
II mais c'est toi qui dois sentir le besoin de faire ressortir à se confondre avec la volonté de Dieu. L'école la plus ;\
I en ton âme la magnifique image que Dieu y a cachée,
:1 c'est toi qui dois éprouver le désir de devenir noble,
sublime du caractère, c'est de pouvoir dire du fond
du cœur : « Seigneur, que votre volonté soit faite et
j fort et pur. Tu dois te connaître toi-même, savoir non la mienne! »
ce que ton âme a de nuisible et ce qui lui manque en La meilleure forme de l'éducation de soi est de se
1 bien. Tu dois faire toi-même cette éducation de ton demander aussi souvent que possible après nos actions,
II âme, sachant parfaitement que le succès te coûtera nos paroles, et même nos pensées: « Seigneur, est-ce
,j beaucoup d'efforts, d'abnégation et de maîtrise de soi. bien votre volonté que j'ai dite ou faite là? Avez-
, Il faudra que tu te refuses souvent cela même que vous bien voulu que je dise ou que je fasse cela? »
tu voudrais bien faire, que tu fasses aussi souvent ce Et c'est maintenant qu'il faut commencer cette
qui n'est pas de ton goût. Par-dessus tout, il te faudra éducation de ton caractère, mon fils, maintenant, pen-
serrer les lèvres et lever courageusement le front pour dant les années de ta jeunesse. Si tu attends d'être par-
rester ferme, même si tes bonnes intentions venaient venu à l'âge d'homme, il sera trop tard. Le caractère ne
à échouer plus d'une fois. se développe pas dans le chaos de la vie. Au contraire,
La formation de ton caractère, de toute ta vie, celui qui se plonge dans le trouble du monde sans
dépend de ces efforts. un caractère ferme perd facilement le peu qu'il en
« Semez une pensée, elle portera un désir; semez avait.
un désir, il portera une action; semez l'action, elle
" portera l'habitude; semez l'habitude, elle portera le Un cœur d'airain.
1 carac t'ere; semez le caractere,
"1 1 portera votre sort. »

Ton sort, vois-tu, en fin de compte, est tissé de Tu sais à présent, mon fils, de qui nous pouvons <'
ces pensées et de ces actions que tu croyais sans dire : voilà un beau caracterel Ce ne peut être que Il
importance. d'un jeune homme qui a des principes nobles, un idéal II
« Heure par heure, tourne ton regard vers la vertu bien haut, et qui sait y rester fidèle . Oui, rester fidèle il

L e Cnrn ctèrp. 2

li
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE?

à ce qu'il a reconnu être la vérité, même si personne « Jette de l'encens sur le feu et sacrifie à nos dieux! »
d'autre ne la professe, même si tout le monde autour lui dit-on. « Non! )) répond-il simplement.... On
de lui est, Sur ce point, insouciant et veule ... y rester commence à le torturer; il ne bronche pas. On élève
fidèle malgré mille exemples contraires, y rester fidele son bras de façon que sa main arrive exactement
en toute circonstance! - Mais, hélas! comme cela est au-dessus de la flamme, et on lui met de l'encens
difficile et pénible quelquefois! dedans. - « Fais tomber l'encens et tu es libre! )) -
Lorsque de méchants enfants s'amusent depuis une « Non! )) répond encore Barlaam. Et il reste là, immobile,
demi-heure déjà à agacer un camarade un peu mala- le bras étendu ... La flamme se dresse; elle commence
droit, et que celui-ci, tel un pauvre petit chevreuil à lécher sa main; l'encens fume déjà; mais l'homme
poursuivi par des chiens de chasse, implore en vain ne bouge pas ... La main est brûlée avec l'encens,
secours d'un regard suppliant, - détourner doucement mais Barlaam préfère le martyre au reniement de ,
l'attention de ces gamins pour leur faire cesser leur son Dieu. Un cœur d'airain!
cruauté, voilà de la tendresse, du courage, de la fidélité 0, mon cher enfant, qu'il y en a peu parmi nous,
aux principes! Un cœur d'airain! aujourd'hui, de ces caractères de martyrs! De ces
Lorsque des étudiants plus ou moins sceptiques caractères que le poète païen chantait déjà
commencent à se moquer, en plaisantant grossièrement,
des vérités les plus sacrées de la religion et essayent Justum-ac tenacem propositi virum
de ruiner les enseignements du prêtre avec des « argu- Si frac tus illabatur orbis,
lmpavidum ferient ruinae
ments » tirés de vieux livres trouvés je ne sais où, -
élever la voix en faveur de la vérité religieuse outragée,
dénoncer clairement les erreurs et les sophismes de ces Voici un autre exemple : ce soldat pompéen que
« arguments », et cela crânement, mais sans blesser l'éruption du Vésuve trouva à son poste. Tout, autour
personne, voilà un caractère héroïque! Un cœur d'airain! de lui, est réduit en cendres par la lave bouillante,
, Lorsque les rires insouciants de tes camarades te tout s'est écroulé, le monde semble fini, ... mais lui,
;' parviennent à travers ta fenêtre ouverte et te donnent il reste là, immobile, fidèle jusque dans la mort au
,1 envie de planter là l'ennuyeux problème d'algèbre que poste où le devoir l'avait placé.
li, tu devrais finir pour courir au jeu avec les autres, - Vois-tu, mon fils, c'est cette droiture, c'est cette '!
f rester fidèle au devoir et te dire : « non », tout court, fidélité aux principes, c'est ce front levé que nous
c'est encore la marque d'un caractère ferme, d'un appelons caractère!
cœur d'airain. Hélas! en jetant mes yeux sur la jeunesse contem-
Au cours des · persécutions sanglantes des premiers poraine, je vois des types si différents! Oh, tellement,
\ siècles du christianisme, un pauvre paysan fut arrêté tellement différents! Je vois des étudiants parfumés
l
1
et conduit devant la statue de Jupiter. arpenter la promenade à la mode. l'en vois qui ne

=
20 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
QU ' EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 21

sortent d'un cinéma que pour rentrer dans un autre, but, c'est d'obéir aux dieux afin de leur ressembler
qui ne recherchent que les distractions mondaines, un jour» (l, 13)' « L'âme ressemble à une ville assiégée ,
qui n'ont qu'un souci: celui de leur monocle ou de dont les défenseurs veillent derrière les murs. Si les '
leurs cigarettes, qui ne vivent que pour les sports. fondements sont assez résistants, la ville ne sera pas j
J'en vois de paresseuX'. Oui, je vois beaucoup, beau- prise» (IV, 5, 25). « Si tu veux devenir bon, crois-toi
coup d'étudiants qui n'étudient pas .. .
mauvais d'abord » (Gnom., 13, 488). « Retiens-toi
de mal faire et renie tes mauvais penchants» (Fragm.,
10, 411) .« L'âme pure qui a des principes élevés sera

Les paroles d'Épictète. sublime et inébranlable dans ses actions » (IV, 11,8,39)'
« En toutes choses, petites ou grandes, porte ton regard
sur Dieu » (II, 19, 31, 1'14). « Fais comprendre aux
Déjà à l' époque païenne, les penseurs honnêtes hommes que le bonheur ne se trouve pas là où ils le
tenaient pour vrai que l'on peut être un savant de cherchent dans leur misère aveugle. Le bonheur n'est
renom ou un grand artiste, un sportsman di stingué point dans la force, car Myro et Ofellius n'étaient pas
ou l'homme le plus riche du monde, et que, cependant, heureux; ni dans la puissance, car les consuls n'étaient
si on manque de caractère, tout cela ne vaut rien . pas heureux; ni dans les deux à la fois, car Néron,
Tiens, lis seulement les paroles tirées des œuvres Sardanapale et Agamemnon ont gémi et pleuré en
d'Épictète, un esclave païen :
s'arrachant les cheveux; ils furent les esclaves des
" « N e t'occupe pas de satisfaire les besoins de ton circonstances et de véritables déments. C'est au-dedans
estomac, mais contente ceux de ton âme ! » (G nomo- de toi que le bonheur se cache, dans la vraie liberté,
logium Epictetum 20, ed. Schenkel-T eubner Leipzi g dans le manque ou la suppression de toute basse frayeur,
1898-1899). « Plutôt la mort que de vivre ; lal mor; ~ dans la maîtrise parfaite de soi-même, dans la puissance
lement!» (Fragm ., 32, 422). « Le sort peut lier le corps, de la paix et du contentement ... » .
mais le mal seul a le pouvoir de lier l'âme .. . Celui qui Quelles idées sublimes sorties du cerveau d'un
est libre de corps, mais lié d'âme, est un esclave; celui esclave païen!
dont l'âme n'est pas liée par le mal est libre, fût-il lié
de son corps ») (Gnom., 32,470). « II vaut mieux pour
l'État que des âmes d'élite vivent dans de petites maisons La puissance d'un idéal.
que des gens à l'âme vile habitent dans des palais »
(Gnom., 60. 476). « Ton âme est le rayonnement Un jeune homme devrait toujours prendre la réso-
de la divinité, tu es fils de Dieu ; estime-toi en consé- lution de ne pas rester au niveau de la foule, d'atteindre
quence 1. .. Ne sais-tu point que tu nourris un dieu , un grand but dans la vie. Toi aussi, mon enfant,
quetu portes un dieu en toi? » (II, 8, 12, 12 5). « Notre choisis-toi donc un idéal; et cet idéal, ne l'oublie
'1

1
l
22
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
QU'EST- CE QUE LE CARACTÈRE?

jamais; cet idéal, mets toutes tes forces à le réaliser.


demandés : ils sont toujours en hausse à la bourse
J e ~e te promets pas que tu y réussiras en quelques
de la vie. »
mOlS, ou même en quelques années. Il est même
Oui, je voudrais trouver dans tous les jeune~ gens
possible que tu n'y parviennes jamais. Mais qu'importe!
la conviction profonde qu'ils doivent devenIr des
La concentration sur lui de tes pensées et de tes plans
grands hommes : des esprits cultivés, des caractères
t'en rapprochera certainement, même si au début
impeccables, des âmes d'une be~uté dé~or~ante. ~ou~
cet idéal semblait se dresser devant toi à ~ne hauteu:
ne pourront atteindre ce but, Je le saIS bIen; m~ls SI
ina~ordable. Celui qui met toute son énergie à
leurs pensées et leurs efforts, à l'exemple des algIes,
attemdre un but sublime se découvre de jour en jour
prennent toujours leur vol vers ce but ~uprême, ,~ls
des forces nouvelles, des forces qu'il ignorait lui-même
la veille. l'approcheront certainement de plus pres que sIls
se contentaient de voltiger au ras de la terre comme '
Pendant la guerre mondiale les incroyables privations
les hirondelles.
des tranchées nous ont révélé ce que le corps humain
« Mais alors tous les jeunes gens deviendront
~tait capable d'endurer. Tu apprendras que l'âme est
insupportables à force de se donner des grands airs »,
egalement capable d'accomplir des prodiges quand on
diras-tu peut-être ... Je suis sans crainte là-dessus.
met toute sa force et toute sa volonté au service
i' de l'idéal qu'on s'est fixé. Je suis même sûr que celui dont l'âme est réchauffée
par un idéal aussi élevé pourra vaincre plus facile~e.nt
Tu pourrais, par exemple, prendre la résolution
qu'un autre la tentation des pensées basses et des deslrs
de te déshabituer coûte que coûte du défaut que tu as
sensuels. Bien des jeunes gens se ruinent moralement,
reconnu prédominer dans ton âme .. . Cell~-ci : l'année
peu à peu, justement parce qu'ils n'ont pas fixé une
passée, ton certificat d'études était plutôt « médiocre» :
tâche élevée un but sublime à leur vie.
tu avais quatre 2 et un 3. Cette année-ci, tu n'auras
J'accepte ,pleinement la maxime que Carnegze, . l' un
que des I! N'importe ce qu'il t'en coûtera!... Celle-là,
des hommes les plus riches, mais aussi l'un des plus
encore : tu apprendras la langue anglaise à tes loisirs
laborieux de l'Amérique, recommande aux jeunes
une d~mi-heure par jour, - mais chaque jour, san~
exceptIOn!. .. Et ainsi de suite. gens : « My place is at the top!» - « Ma place est à la
tête! » Seulement, mon fils, essaye d'y parvenir par
Et je voudrais encore que tu te fixes un autre but
un travail assidu, en faisant ton devoir de tout ton cœur,
plus élevé. Les livres d'études anglais sont remplis
et non par protection, à l'aide de tes parents et de tes
de phrases comme celles-ci : « Commence le travail
amIS.
là où des millions l'ont abandonné. » « Sur les sommets
Je sais bien qu'il y a aussi des jeunes gens qui ne
il y a encore place pour beaucoup de braves ouvriers. );
se donnent aucune peine pour étudier et améliorer
« Les meilleures places du monde ne sont pas encore
leur situation, parce qu'ils sont « humbles », « modestes»
occupées. » « Le caractère et l'intelligence sont encore
et « contents de ce qu'ils ont» ... Halte-là, mon enfant!
24 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE?

La lâcheté est loin cl' être une vertu, et la paresse ne


L'étourderie insouciante, ce défaut de tant de jeunes
ressemble pas à l'humilité! La vraie humilité nous "
'gens, - se précipiter au-devant du danger en pensant:
fait di~e : «Je suis un rien, je n'ai aucune valeur propre »,
le bon Dieu me préservera, - répondre à tous les
--:- maiS elle nous fait ajouter tout de suite: « JI n'y a .
problèmes sans réfléchir, - déprécier la force des
nen au monde que je ne puisse faire avec l'aide de
Dieu. » séductions qui nous entourent et qui sont autant
d'occasions propices au péché: livres, cinémas, mau-
Répète Souvent cette magnifique phrase, cette
vaises compagnies, -les rechercher imprudemment, -
charmante prière d'un de nos saints : « Deus meus
se jeter sur une tâche et l'abandonner dès le lendemain.
Deus meus! Nihil SUin, sed tuis sum! » « Mon Dieu:
- Mais ici, mon fils, il faut que je te présente un de
mo? Dieu, je suis un rien; mais je suis à toi! » Oui,
mes jeunes amis.
redIs cel~ .souvent au Père Céleste. Et tu verras quelle
force spIrItuelle en jaillira. Il commence à apprendre l'anglais, mais, au bout
d'une semaine, il est complètement découragé par les
difficultés de la grammaire et il jette le livre dans un
coin ... Il se met à collectionner des timbres, mais, le
L'énergie active.
troisième jour, cela ne l'intéresse plus ... Le voilà qui
se jette sur les sports. Pendant deux semaines il
Rien peut-être n'en impose autant aux jeunes gens
s'entraîne du matin au soir à tous ceux que tu peux
que le courage et l'énergie active. Et cette admiration
imaginer, mais, la troisième semaine, ça l'ennuie et
n'est que juste, car c'est là l'une des plus belles démons-
il en reste là. - Tu admets bien que ce qu'il fait est
trations de la volonté de l'homme. Mais que nommons-
exactement le contraire de l'énergie active.
nous exactement énergie active? Ce n'est pas la rêvas-
serie. Je connais des garçons qui aiment à s'attribuer
« Erst wiigen, dann wagen ». - « Peser d'abord,
des actes héroïques. Ils racontent à leurs amis des
oser ensuite », dit un sage proverbe allemand ... Il te
aventures d'une audace à faire dresser les cheveux
faut commencer par regarder bien en face l'œuvre à
sur la tête, - mais qu'ils n'ont vécu qu'en rêve. Cela,
accomplir. Il te faut considérer ensuite les circon-
ce n'est pas du courage. Mais résoudre un problème
stances. Puis, sitôt que tu vois que la chose doit être
d'arithmétique difficile, traduire des phrases latines
faite, ou qu'elle vaut la peine d'être faite, ne te laisse
d'un mètre de long ( Livius! ) en bon français, com-
plus rebuter par aucun sacrifice ni aucune difficulté.
ba:t,re ses passions, en un mot agir et non pas rêver ;
Dis-toi : « N'importe; c'est mon devoir et je le ferai! »
voIla ce que j'appelle de l'énergie active.
Cela, vois-tu, c'est de l'énergie active, le fait d'un
~: ~oici encore toute une liste d'actes qui ne sont pas caractère viril.
preCIsement des actes de vaillance dont on doive se
glorifier:
i
1
l
1 1
26 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME 1
27
"

QU'EST- CE QUE LE CARACTÈRE?


~
sa ruine. C'est pourquoi nous voyons presque quoti-
1 1 Liberté. diennement ce fait déconcertant que beaucoup de

!
1

jeunes gens se perdent parce qu'ils comprennent


Liberté! Ce mot, plus que tous les autres, possède mal ' la liberté. Leurs instincts qui se dérobent au 1
un charme magique aux yeux de la jeunesse. Grandir contrôle du bon sens les emportent aveuglément vers
librement! Se développer librement! Vivre aussi libre des choses qui sont peut-être bonnes en apparence,
que l'oiseau! C'est un désir instinctif qui pousse les mais qui sont nuisibles en fait, et ils les font reculer
; 1 jeunes vers la liberté. Eh bien, si ce désir est instinctif, devant celles qui, si elles paraissent difficiles, seraient
c'est le Créateur qui le leur a donné; et si c'est Dieu pourtant nécessaires à l'harmonieux développement
qui le leur a donné, Il a certainement fixé des buts de leur âme. C'est cette pensée qu'un étudiant expri-
plus élevés à cet instinct. Le but de cet instinct de mait ainsi dans une lettre à son ami : (( Depuis
liberté inné dans la jeunesse ne peut être une chose que mon père m'a permis de fumer, j'y ai renoncé
aussi triviale que de faire le plus de bruit possible entièrement: je n'y trouve plus aucun goût. » Exemple
pendant la récréation, ou de se soustraire à la disci- frappant du désir de la liberté déformée qui regarde
" pline de l'école. Le but réel de ce désir dans les jeunes tous les ordres et toutes les défenses comme une
\1 âmes ne peut être que la force de résistance contre intervention arbitraire.
l', tout ce qui empêcherait le développement de leur A cet âge ~ à ton âge, mon enfant - le vœu le plus
''\"(1·d'ea.
1
ardent de tous les jeunes gens est de devenir libres et
Ton désir de liberté, mon fils, a donc pour but indépendants. Or, c'est exactement le but de leurs
d'assurer la possibilité de ton développement spirituel. parents et aussi de leurs professeurs. Il faut donc qu'ils
Il s'ensuit que tu ne dois pas lutter contre toutes les les comprennent et qu'ils travaillent en collaboration.
règles qui te lient, (cela, ce serait de la licence), mais Mais, hélas! beaucoup ne font pas ainsi. Ils veulent il
seulement contre les passions, les penchants, les être indépendants tout de suite, alors qu'ils devraient ~
obstacles qui pourraient barrer le chemin au développe- apprendre à le devenir d'abord. f
ment de ton caractère. Garde-toi donc bien de com- Pour eux, être indépendants consiste à se soustraire
battre les gênes, - même les difficultés - qui t'aident aux ordres de leurs parents et de leurs supérieurs.
dans ton progrès. La vigne ne doit pas rejeter l'échalas Ils n'ont aucune idée de la véritable indépendance
planté près du cep, car l'échalas n'est là que pour intérieure qui leur donnerait la force, la liberté et la
permettre aux jeunes pousses de s'élever en s'appuyant maîtrise sur leur mauvaise humeur, leurs caprices,
sur lui. leur paresse et les autres difformités de leur vie
Tout instinct laissé à lui-même est aveugle, l'instinct d'instinct.
de la liberté aussi bien que les autres; s'il échappe Comment peux-tu travailler sagement pour acquérir
à la direction du bon sens, il entraîne l'homme à ton indépendance spirituelle? En considérant les ordres 1
1
\
)
!
28 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE?

de tes parents, les prescriptions de ton collège et tes La contrainte te rend libre!
devoirs journaliers comme des moyens de vaincre Vois la vigne: on l'att2.che,
ta paresse, ta mauvaise humeur, tes caprices, ton Er, en la soulevant de terre,
travail trop superficiel, ton manque d'expérience, _ On la fa i t pousser plus droi te.
et non pas comme des limitations agaçantes de ta (VVEBER, Dreizehnlinden).
liberté que tu te promets de rejeter aussitôt que tu le
pourras. Celui qui regarde les ordres de cet œil et qui Comment resterions-nous en arrière, nous, chrétiens,
tient à son règlement pour cette raison, travaille des exigences de la conception romaine? Eh bien,
vraiment à la liberté de son âme. vois ce que Juvénal demandait déjà:
\ Deo servire regnare est, - dit le proverbe latin :
Orandum est, ut sit mens sana in corpore sano;
li\ « Servir Dieu, c'est régner. » L'idéal de l'éducation
Fortem posee animum, mortis terrore earentem,
chrétienne est que le jeune homme se développe
Qui spatium vitee extremum inter numera ponat.
harmonieusement dans son corps et dans son âme. Naturœ, qui ferre !jueat quoseumque la1wres,
Pour nous, le corps est aussi sacré que l'âme. Nous 1Vesciat irasci, cujJiat nihil, et jJotiores
croyons qu'il nous a été donné pour nous aider à Herculis œrU11lnas aedat sœvosque lahores
atteindre notre but éternel. Nous croyons que le corps Et venere et cD'mis et jJl1l1nis Sardanapali.
humain a été sanctifié par le Fils de Dieu Lui-même (JUVENALIS, Satyre X).
lorsqu'Il daigna le prendre sur Lui. Et nous croyons
qu'un jour notre corps aura sa part de notre bonheur Voilà: un corps sain, une âme forte, capable d'en-
éternel.
durer les plus lourdes fatigues, . .. de la discipline de
Tu vois bien que le Christianisme ne voit rien de soi, de la modestie, de la sobriété!
diabolique ni de mauvais dans le corps. Il ne veut ni Seules, les grandes âmes peuvent réaliser tout cela. \,
le ruiner ni l'affaiblir. Tous ses efforts tendent seule-
i. ment à en faire un collaborateur obéissant au service
Il'
des buts éternels. Les commandements de la religion
te lient sévèrement, il est vrai, mais ils ne nuisent Les grandes âmes.
pourtant pas à ta liberté. Bien au contraire, ils aident
et garantissent l'élan de ton âme vers les hauteurs. Quand je parle de grandes âmes, je ne pense pas
On attache les branches de la vigne à un échalas, aux héros dont j'action a ébranlé le monde, dont le
;~1 non pas pour entraver sa liberté, malS pOllr ai;lsllrer nom résonne partout et qui figurent dans tous les
1\ la droiture de sa croissance.
journaux. La plupart des hommes n'ont pas une seule
occasion, au cours de toute leur vie, de faire un acte
d'héroïsme. Les jeunes gens sont pleins cl' enthousiasme

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiîiiiiiiiiiiîiiiiiiiiiiiilliiiiliiiiiiiiiii_ __ _ _ _ __ _ _ __ _ _ .
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE?

,\ Ils racontent avec feu ce qu'ils feraient dans une grande surprise, dans l'hôpital de l'arrière où je servais?
1 expédition au pôle sud, ils affirment qu'ils mourraient Ces robustes gars, qui n'avaient pas sourcillé sous une
C volontiers pour leur foi, qu'ils aimeraient donner leur grêle d'obus, se mirent à trembler devant la petite
\,! vie pour le Christ dans les missions, qu'ils sont prêts seringue injectrice. Tu vois bien que l'enthousiasme
à verser leur sang pour la patrie, .. . et bien d'autres héroïque n'existe guère dans la vie journalière.
choses semblables. Certes, cet enthousiasme est très Je connais des hommes chez qui le courage est
beau; mais, s'il reste à l'état de rêverie, s'il n'est pas légèreté et vanité beaucoup plus que vertu. Il se peut
mûri, il ne vaut pas grand'chose dans la simple vie que ces hommes ne craignent pas même la mort, -
de tous les jours. Car un sacrifice pareil ne sera mais ce qu'ils craignent certaj!}ement, ce sont les
probablement jamais demandé à ces jeunes gens. souffrances que la vie' peut leur réserver; et cette
Ce qu'il faut, c'est essayer d'utiliser la force de ce crainte-là en fait des lâches et des pécheurs. C'est
brûlant enthousiasme en lui faisant enfler les voiles en tremblant que le public du cirque regarde les
des petits devoirs quotidiens. De cette manière, il repré- sauts périlleux des acrobates; mais ne crois-tu pas que
sentera déjà une énergie motrice considérable. Si tu ceux qui mettent ainsi leur vie si légèrement à l'enjeu
veux faire un trajet en tram, un billet de cent francs sont incapables, par exemple, de vaincre le mensonge
dans ta poche ne te sera d'aucune utilité. Si tu n'as quand celui-ci peut les aider à se tirer d'affaire en
pas de petite monnaie, le contrôleur te fera vite quelque circonstance peu importante? Il faut moins ~
descendre: il n'a que faire d'un si gros billet. Eh bien, de courage pour se baigner au mois de janvier dans ~
il en est exactement ainsi dans la vie morale. Si tu ne un fleuve glacé que pour rester fidèle à ses principes
changes pas en petite monnaie ton idéal du patriotisme de pureté morale dans une société mal pensante.
ou ton désir du martyre, tu ne pourras remplir con- Le courage de dire toujours la vérité! Le courage \\
venablement les commandements de notre religion de rester honnête! Le courage de ne jamais abandonner \1
ni tes devoirs patriotiques, - tous, jusqu'aux plus ses principes! - Voilà ce quil fait les grandes âmes. ,:
infimes, - avec une persévérance invincible. Aujour-
d'hui tu peux pratiquer ta foi sans crainte du martyre
et, probablement, tu n'auras pas à mourir en héros pour
« :Egoïste, va! »
la patrie. Mais ce que la religion et la nation atten-
dent de toi, c'est, dès aujourd'hui, une vie héroïque!
Et ceci est plus difficile que cela. Tu sais bien, par Ce n'est pas précisément flatteur de s'entendre
~. l'exemple de malheureux suicidés, que, souvent, dire : « Égoïste, va! » Car qu'est-ce que l'égoïsme,
~ il faut plus de courage pour vivre que pour mourir. sinon un faux amour de soi? L'amour de soi bien
Pendant la guerre, on dut vacciner nos soldats compris est commandé par Dieu. C'est un instinct
contre le choléra. Et sais-tu ce que je vis alors, à ma qu'Il a implanté Lui-même en nous, cet instinct-
QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 33
32 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME

là qui fait subsister l'individu, ... qui nous pousse à particulièrement égoïstes pendant les années de la 1

l' éviter tout ce qui pourrait nous nuire. Et l'égoïsme n'est puberté, - c'est-à-dire au temps où, justément, ils
; que la caricature de l'amour de soi bien compris. Le sont les plus fiers de leur esprit et de leur savoir.
[\jeune homme égoïste se croit le centre du monde' Aujourd'hui, si un garçon de 13 à 17 ans est insuppor- 1·
1 il est persuadé que tout le reste a été créé pour lui e~ table et irascible à la maison, s'il agace continuellement i 1
i que la seule raison d'être de l'humanité terrestre est ses parents et ses frères et sœurs, s'il bat les portes,
L d' . caprices. Il ne juge les grands s'il est toujours de mauvaise humeur, jamais satisfait de
'1 e serVIr ses trente-sIX
événements historiques eux-mêmes que d'après le rien, sans considération pour qui que ce soit, on dit: . l

profit qu'il peut en retirer. « Il est nerveux, le pauvre gamin! » Mais on se trompe

Plus l'enfant est petit, plus il est sujet à l'influence fort. Il est égoïste, « le pauvre gamin »,... voilà tout!
de ses sens; c'est-à-dire plus il est égoïste. Observe Si un jeune homme riche se vante devant des cama-
seulement un enfant de 4 ou 5 ans. Il veut avoir rades pauvres des magnifiques voyages qu'il a faits
tout ce qu'il voit. Il rassemble tous les jouets qui se pendant les vacances, c'est de l'égoïsme. Lâcher le
trouvent dans sa chambre et les range devant lui, dans battant de la porte quand on sait que quelqu'un vient
le seul but qu'il n'en reste aucun pour les autres. Il n'est derrière soi, c'est de l'égoïsme. Rire dans une famille • 1

jamais trop tôt pour commencer à habituer un enfant où un événement triste vient de se produire, c'est de
au désintéressement; mais il est vrai qu'avec un bébé l'égoïsme. Se moquer des autres et agacer son entou-
il faut avoir de l'indulgence. Et passe encore si un petit rage, c'est encore de l'égoïsme. Et je pourrais continuer
écolier, fraîchement arrivé au collège, écrit à sa maman sans fin!
vers la fin de septembre: Commence à t'exercer au renoncement pendant ta 1

« J'ai déjà trois amis à l'école: Jules pour le latin, jeunesse. Celui qui ne cherche qu'à se faire prévaloir \1
Jacques pour l'arithmétique et Paul pour la grammaire. » dans la vie, qui est toujours prêt à fouler aux pieds les t
Mais pour toi, mon fils, dont l'esprit se développe intérêts des autres, fait preuve d'un bien vilain égoïsme. 1
de plus en plus, il convient de reconnaître, à mesure Mais comment en est-il arrivé là? Peut-être a-t-il
que tu grandis, que le monde n'a pas été créé pour toi commencé, dans son enfance, par de petites choses
seul, que ta personne n'est pas précisément la plus bien futiles. Lorsqu'il explorait les broussailles ~vec
importante de toutes, et que, tout autour de toi, vivent ses amis, il marchait devant eux et lâchait les bran-
des millions d'hommes auxquels tu dois de la con- ches derrière lui. Peu lui importait qu'elles aillent
sidération. Il faut que tu le reconnaisses par toi-même, cingler leurs visages! Il était le premier et, pour lui,
comme si l'éducation familiale ne te l'avait pas appris ... •cela seul comptait.
Nous appelons égoïste celui qui ne veut pas comprendre Par contre, quel honneur pour un jeune homme si
cela. on dit de lui: « c'est un noble cœur! » Un noble cœur
Ce qui est singulier, c'est que les jeunes gens sont est le contraire de l'égoïste ... Si un malheur a frappé
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 35
ton camarade, essaye de le consoler par quelques Un jeune garçon, chaussé de ses skis, glisse rapide-
chaudes paroles: c'est d'un noble cœur. Si quelque ment sur une superbe piste à travers la forêt neigeuse.
il chose de joyeux lui est arrivé, réjouis-toi avec lui : Au bas de la pente se trouve un ravin profond. Ce
il c'est encore d'un noble cœur. L'égoïste, lui, en pâlirait jeune homme y court avec la rapidité d'une flèche;
'.J de jalousie ... Tu peux encore pratiquer l'abnégation en mais, à quelques mètres du ravin, il s'arrête net, d'un
1. partageant ton goûter avec un camarade pauvre, en mouvement exercé et sûr, et le voilà debout au bord
aidant un ami à faire son devoir, en t'efforçant de faire du précipice, immobile, comme une colonne de granit.
\ plaisir à un autre, en parlant poliment aux domestiques, « Bravo! Magnifique! Où as-tu appris cela? » lui
en ramassant le chapeau qu'un étranger vient de crie-t-on.
laisser tomber, etc., etc ... Tu vois combien d'âme, « Ce n'est pas ici que j'ai commencé, c'est certain )),
combien de pensées élevées et d'amour du prochain répond le jeune homme. « J'ai d'abord essayé, et
on peut mettre dans les événements les plus petits plus de cent fois, de m'arrêter sur des pentes moins
d'une vie d'étudiant! dangereuses. »
Le chemin de la vie est aussi une piste, avec beaucoup
de ravins. Et ceux qui n'essayent pas cent fois de
Sais-tu dire : non? s'arrêter sur la pente, comme un piquet, comme une
colonne de marbre, en disant bravement non à la
tempête des passions, finissent un jour par tomber
Un jeune homme ne peut pas se vanter d'avoir un dans l'abîme et par s'y perdre sans retour. Exêrcer Ul
r caractère ferme s'il ne sait jamais dire non. Lorsque
sa volonté, c'est maintenir constamment son esprit t
le tourbillon des passions et des désirs instinctifs te en état de lutte contre l'autorité dominatrice de son 1
saisit, - lorsque, à la suite d'une offense, la lave de la corps. L'âme de celui qui cède sans résistance au .
colère bout en toi et voudrait faire irruption par ta moindre désir instinctif manquera de fermeté, et un "\
bouche, - lorsque la tentation t'appelle au péché,- ~
chaos effrayant régnera.dans '1
ses pensees ... Ce a te rlera j1
sais-tu frapper du pied et dire: « Non », tout court, comprendre le mot du Seigneur : « Le royaume des .1
d'une façon définitive? - « Non! Pas d'irruption! cieux doit être conquis, et les violents seuls peuvent
,1 Pas d'étourderie! Pas de gifle! Pas de querelle! )) le saisir. »
César voulut se déshabituer de paroles irréfléchies La première conditiqn d'un caractère ferme, c'est J
en comptant jusqu'à vingt chaque fois qu'il avait à de lutter contre soi-même et de faire régner l'ordre li
répondre à des propos qui lui avaient déplu. Le moyen dans la forêt-vierge de ses forces instinctives déréglées. 1
est excellent. Pourquoi? Parce qu'il donne le temps Pendant la guerre mondiale on répétait souvent cette
d'intervenir à la réflexion, à notre meilleur moi, que maxime: « La meilleure défense, c'est l'attaqué. » Elle
l'explosion subite de nos sens ,a vait étouffé un moment. est fondée. Il est indéniable que celui qui commence
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 37
la lutte a déjà un certain avantage sur son ennemi. Et menaçait de se déchaîner en lui), puis il dit tranquil-
il en est de même dans le grand combat de l'âme. lement: « Vous venez de détruire le résultat de vingt-
Le meilleur moyen de préserver son caractère des deux ans de travail. Je vous prie de ne toucher' à
, défaites est de livrer jour par jour une petite bataille rien, à l'avenir, dans mon cabinet de travail. ))
1 à l'ennemi caché en soi et qui s'appelle : paresse, Essaye une seule fois de rester aussi calme en face Il\~,
q insouciance, égoïsme, caprice, gourmandise, curiosité d'une contrariété beaucoup plus insignifiante! J
\ ou autre. Sais-tu pourquoi un bon nombre de jeunes gens
Qui n'apprit p as à dire non prennent l'habitude de fumer? (Il y en a qui savent
A ses désirs, jeune garçon, parfaitement que c'est une passion tout à fait ridicule,
Et-qui ne résiste jam'lis mais cela ne les empêche pas de continuer). Crois-tu
A son égoïste volonté, que c'est parce qu'ils trouvent du goût au tabac?
S'attaque à lui comme à un ennemi. Pas du tout. Ils fument parce que les autres le font ...
Avant qu'il ait réflé chi, Pourquoi ce jeune homme critique-t-il tout et tous
Ses propres faits l'ont achevé. à tort et à travers? Pourquoi prend-il des allures
Le voilà vaincu, suicidé! légères? Parce qu'il voit les autres faire ainsi ... Il faut
(WEBER) . une âme bien forte pour oser défendre les vrais
\\
principes de morale dans une société aux vues toutes '
Je crains que tu ne puisses croire l'histoire que je différentes. Il faut un courage imposant pour ne jamais .
vais te raconter : il est tellement surprenant de voir céder un seul pas à personne sur ses convictions reli-
un homme se posséder à un tel degré de perfection! gieuses. Mais celui qui ne possède point ce courage
Mais écoute-la, pourtant: Un grand savant en histoire n'a encore qu'un caractère bien faible et loin d'être
naturelle, du nom d'Abauzit, demeurait à Genève. achevé.
Chaque jour il mesurait la pression de l'air et il la Hélas! je connais des jeunes"'gens qui se comporte- ~
notait soigneusement depuis vingt-deux ans. Un jour, raient en ,héros s'ils devaient ' se défendre dans une \,
une nouvelle femme de chambre commença son service bataille, mais qui sont gênés pour confesser leur foi J
par un grand nettoyage dans le cabinet de travail du en société, qui ont la plus grande peur du « qu'en ~
maître. Celui-ci lui demanda en rentrant: « Où avez- dira-t-on)) ? Il y en a un bon nombre qui, malgré leur 1
vous mis les papiers qui étaient ici, près du baromètre? )) noble conception morale, préfèrent rire des propos i
- « Je les ai brûlés, Monsieur; ils étaient tout sales. grossiers qu'ils entendent et en tenir eux-mêmes, ,\
Mais j'ai mis du papier propre à leur place.)) - Eh bien, uniquement parce que les autres font ainsi.
pense un peu àce que tu aurais répondu, toi, à ce:te Un jeune homme au caractère ferme ne demandera
femme!... Et que hIi répondit donc le savant? Il crOlsa jamais : « Comment font les autres, pour que je les
les bras (c'était peut-être pour répi'imer l'orage qui imite. Comment parlent les autres, pour que je parle
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 39
comme eux. )) La fleur ouvre son calice aux rayons du premier jour, et surtout depuis la fameuse leçon de
soleil levant et, sans s'occuper de ce que font les autres religion à la fin de laquelle il nous jeta d'une voix
fleurs, elle baigne sa petite tête parfumée dans le flot cymque:
tiède qui l'enveloppe. Face au soleil! L'aigle ne se « La religion? C'est bon pour les petits enfants,
retourne pas pour regarder craintivement autour de et non pas pour des jeunes gens! ))
lui et voir si les autres oiseaux le suivent dans son vol; Mais je commence par le commencement ... Je
il s'élance comme une flèche vers les cimes les plus sonne, et un domestique en livrée ouvre la porte.
élevées. Face au soleil! « Monsieur Paul étudie dans sa chambre )), me dit-il,
En haut, « ad astra )), face au soleil, - c'est aussi « Veuillez me suivre. ))
la maxime du jeune homme qui veut devenir un Je traverse un appartement luxueux, rempli de
caractère. tableaux et de tapis d'Orient, et je frappe à la porte de
C'est un grand bien, vois-tu, de savoir dire un non « Monsieur Paul )). Il a dû se boucher les oreilles pour
énergique quand l'occasion s'en présente. mieux étudier, car il ne répond pas. J'entre doucement.
Dis non à tes camarades lorsqu'ils t'incitent à faire Il est assis près de sa table, les coudes sur un journal
une action défendue. Crie non aux exigences aveugles illustré; mais il dort profondément. Sous le journal,
'1 de tes instincts, non à toutes les tentations qui essayent sa grammaire latine est ouverte. Dans le cas où son
de te prendre dans leur réseau de flatteries. père viendrait voir ce qu'il fait, d'un mouvement
rapide il la mettrait dessus ... Si le père fût venu à ma
place, le fils eût été joliment ennuyé!
Avant de réveiller l'étudiant laborieux, je regarde
Extrait d'un journal. autour de moi. Oh, cette chambre! Jamais de ma vie,
je n'avais vu un désordre pareil: on eût dit une friperie!
Sur la table de travail gisaient pêle-mêle les objets
Ici, je te livre quelques pages du journal d'un suivants : la doublure trouée d'un ballon de football
étudiant de 15 ans. Elles te feront connaître deux types tachée d'encre, un foret, des bouts de bois, une pompe
très différents de jeunes gens: l'un qui se laisse entraîner à bicyclette, un seul gant. Plus loin, une règle tailladée,
!~ par le courant de l'indolence et de la légèreté, et l'autre une gomme, une dizaine de boutons de grandeur
'1 qui sait dire non avec une fermeté d'airain. différente - c'est très amusant de les faire sauter -
« Hier, je suis allé faire visite à Duchêne; mais je et le cahier d'arithmétique. De l'autre côté, un pistolet
n'y retournerai pas de sitôt. Je n'en avais du reste d'alarme, un tire-bouchon, une boîte d'allumettes,
nulle envie; c'est Boireau qui m'a presque forcé à la moitié d'un dictionnaire latin - l'autre moitié
accepter les invitations pressantes de ce garçon pour est sous la table. Un bout de buvard, 40 à 50 timbres
qui je m'étais pris d'une antipathie étrange dès le étrangers, une clef de patin, une seule manchette, ces
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CAI~ACTÈRE?

derniers objets autour de la petite lampe électrique. seulement par obéissance, c'est aussi par principe.
Des livres traînent de droite et de gauche: des romans Et je n'ai pas l'habitude de céder là-dessus. »
douteux pour la plupart. Ici, le manuel d'algèbre, là, Ensuite, Duchêne me parla longuement de ses
le livre de lecture anglais, à demi cachés sous des vacances qu'il venait de passer au bord de la mer; puis,
revues illustrées. Un bout de crayon, mâché jusqu'à de sa motocyclette. Il me raconta encore un tas de
en devenir informe, et quatre vieux billets de métro futilités.. . et aborda le terrain des grivoiseries. Je
complètent le tableau. Et, au beau milieu de ce chaos, ne riais plus : j'étais furieux. Bientôt, en se vantant
Duchêne dort paisiblement.. . Eh bien, si ce garçon de ses conquêtes, il voulut me montrer des photo-
est aussi désordre en dedans qu'en dehors, c'est du graphies représentant des actrices à peine vêtues.
joli! - pensai-je tout à coup. Mais je me levai alors d'un bond et je partis . Ma
A ce moment, « Monsieur Paul » se réveilla. D'un colère, longtemps retenue, allait éclater; et j'avais dû
mouvement instinctif, il saisit le journal illustré pour faire effort pour ne lui dire que ceci : « Je croyais
le faire glisser sous la grammaire latine; mais, lorsqu'il que tu m'avais invité pour une causerie digne d'un
s'aperçut que ce n'était pas son père qui venait homme. »
d'entrer, que c'était moi, il me tendit la main avec En sortant de chez lui, je me rendis au bord de la
une nonchalance qui voulait être élégante. rivière. Il me fallait de l'air pur à tout prix! C'était
« Ah! c'est toi! Bonjour, bonjour!... Prends place, une belle soirée d'hiver et les étoiles brillaient d'un
mon ami... Je vais t'offrir une cigarette d'Égypte : éclat incomparable. Je me promenais tout seul et mon
elles sont fines, celles-là!... » âme agitée s'éleva vers le ciel. « 0 étoiles! m'écriai-je
Il ouvrit un tiroir et fouilla dans ses profondeurs 1
avec ferveur, vous êtes si pures, si brillantes, et si
les plus secrètes pour en retirer une poignée de loin de tout ce qui pourrait vous ternir! Oh, comme \
cigarettes. la terre est sale, et comme les âmes sont entachées '
« Merci, je ne fume pas. Mais à toi, c'est permis! ... ici-bas!". Aidez-moi à vous ressembler!. .. » Longtemps,
De qui as-tu reçu ces cigarettes? longtemps j'errai sur la rive, laissant mes pensées se
- Je les ai prises chez Papa .. . c'est-à-dire qu'il plonger dans la pureté des choses éternelles.
me les a données ... enfin, je me les suis procurées ... Telle fut ma première visite chez Duchêne, ma
Toi, tu ne fumes pas encore? Tu fais le saint! Les première et ma dernière. »
petits enfants n'osent pas faire ce qui leur est défendu . »
Je sentis la colère monter en moi, mais je me contins
et je répondis tranquillement :
« C'est vrai que je ne fais jamais ce que mes parents
me défendent. Jusqu'ici, j'ai toujours reconnu qu'ils
avaient raison. Mais, si je ne fume pas, ce n'est pas
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 43
la ville apprit ainsi que le peintre n'était qu'un carac-
tère faible qui ne savait pas résister à son emportement.
Le cerf-volant sur le fil télégraphique.
Qui joue avec la vie, n'en finira pas net.
Qui n'est maître de soi, restera son valet.
;ï La maîtrise de soi est à la base de toutes les vertus.
(GŒTHE).
'1 Sitôt que l'on devient l'esclave de ses passions ou de
ses instincts, on perd la principale garantie de sa vie
morale : le commandement du « moi ». Celui qui, L'un de mes élèves, dans un cas semblable, agit
sans aucune résistance, cède à ses désirs sensuels n'est un jour d'une manière bien différente. Il avait poussé
pas un jeune homme de caractère; il ne mérite même un camarade sans le vouloir. Celui-ci se tourna vers
plus le nom d'homme, car être homme signifie que lui, en colère : « Tiens, tu es la plus grande bête du
l'on sait commander et résister aux exigences grossières monde! » lui dit-il. Et sais-tu ce que mon jeune ami
de son corps. Dans la vie, nous sommes souvent lui répondit, d'une voix calme et polie? « Mais, je t'en
consternés de voir combien non seulement les enfants, prie, comment peux-tu l'oublier à ce degré? »
chez qui l'attrait des sens est presque naturel, mais Il est indéniable qu'aujourd'hui la plupart des
aussi les adultes, agissent sous l'influence du premier hommes ont une manière de penser hideusement
1 moment, combien la maîtrise de soi est faible chez eux. matérialiste. C'est là un triste fait. Mais il arrive que
i. C'est cette maîtrise, pourtant, qui les inciterait, avant ces gens, empêtrés dans la boue, professent une admi-
d'agir, à se demander si leur action est juste et droite, ration profonde pour l'homme en qui l'esprit a triomphé
conforme au but, et quelles en seront les conséquences. de la matière. Avec quel enthousiasme le monde entier
Les vagues soudaines de la colère, de la fierté blessée, n'accueillit-il pas la bonne nouvelle, il y a quelques
du sensualisme et de l'orgueil les amènent à faire années, qu'Amundsen, l'explorateur intrépide qui
des actes qu'ils regrettent cinq mir.utes plus tard. avait souffert tant de privations, avait enfin atteint le
Un nombre considérable des péchés de ce monde ne pôle Sud! Et comme la compassion fut sincère et
serait jamais commis si les hommes s'exerçaient unanime à l'annonce que Shakleton était mort de
sérieusement à cette seule vertu : savoir se commander froid à quelques lieues de son but! etc. Or, qu'est-ce
1 à eux-mêmes. donc que l'humanité honore ainsi chez ces explorateurs
Au temps du paganisme, le peintre Nicodromus qui n'ont ni découvert des mines de diamants ni
donna un jour un brutal soufflet au philosophe Cratès. construit des machines nouvelles, sinon la victoire
Or, sais-tu comment Cratès se vengea? « Il lui rendit de l'esprit, de l'âme, sur le corps, la matière, les forces
son soufflet! » penses-tu. Eh bien non! Mais, sur sa de la nature?
joue enflée, il plaça un billet portant l'inscription sui- Un jour, dans une petite ville de province, je ren-
vante: « C'est Nicodromus qui m'a fait cela. » Et toute contrai un petit garçon tout en larmes. Il pleurait
44 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 45

parce que son cerf-volant, qu'il avait mis des journées et de chaque avant-garde sont notées avec un soin
entières à construire et à orner et qu'il venait de méticuleux. Dans la chambre voisine, c'est un va-et-
lâcher, s'était pris dans les fils télégraphiques. A chaque vient incroyable et continu. A chaque minute, le
soufRe du vent le magnifique cerf-volant s'agitait téléphone sonne ou le timbre du télégraphe retentit.
davantage, et l'enfant qui le voyait de minute en Des automobilistes et des motocyclistes arrivent et s'en
minute se déchirer de plus en plus sanglotait retournent presque aussitôt; les rapports se succèdent;
bruyamment. Il ne pouvait rien, absolument rien, des aviateurs annoncent le résultat de leurs raids',
pour empêcher la ruine du bel ouvrage qu'il avait - et rien de ce tohu-bohu ne doit arriver jusqu'au
façonné avec tant de soin. généralissime. Il a besoin de tranquillité et de tout
Chez les jeunes, l'âme est toujours prête à s'envoler son sang-froid pour réfléchir et rédiger clairement
vers les hauteurs; mais, hélas! elle se prend souvent ses ordres. Cet homme, dans cette chambre silencieuse,
ainsi sur les bancs de sable des sophismes, sur les rocs est comme une pierre immobile dans le torrent des
de la morale ou dans les filets des passions; et c'est en événements; il symbolise le caractère indépendant.
vain qu'elle se débat ensuite pour recouvrer la liberté. Le jeune homme qui sait rester fidèle à ses convic-
Le pauvre petit garçon se lamentait en regardant tions, sans se soucier du tapage et des moqueries de
son cerf-volant se détruire sur les fils qui l'avaient ses amis, est ce caractère. Contra torrentem! Contre
capté dans son premier vol. Prends garde, mon fils, le torrent!
que ton âme, dans son élan vers les cimes, ne soit Celui qui, au contraire, vit dans la peur continuelle !"
,1 de même retenue par les griffes de tes passions ou du « qu'en dira-t-on )), n'est pas encore affranchi; il est 1
1 embroussaillée dans la forêt-vi erge de tes forces l'esclave de ses propres craintes. !
~ instinctives! Le prophète Daniel, tombé prisonnier de Nabucho-
l,
donosor à l'âge de quatorze ans, fut emmené à la
Cour de ce prince. Tu peux t'imaginer à combien
Contre le torrent! de tentations il fut exposé dans ce milieu d'une pompe
incroyable! Or sais-tu ce qu'il se disait chaque matin?
« Je resterai fidèle à mon Dieu, et je ne goûterai pas à
Imagine-toi le généralissime d'une grande armée en la viande défendue. )) - La tentation dura trois ans,
temps de guerre. Il fait ses plans et il décide du sort de et Daniel ne manqua pas une seule fois à sa promesse.
centaines de milliers d'hommes dans une chambre Tous les appâts dont il fut entouré dans ce palais de
silencieuse, à l'arrière du front. Là, la moindre parole marbre ne purent l'en détourner. Quel caractère,
est interdite. Le chef de l'état-major est tout entier à n'est-ce pas?
l'étude de cartes gigantesques sur lesquelles chaque Veux-tu d'autres exemples ? .. Lis.
route, chaque source et la position de chaque batterie Voici une lettre écrite par un jeune homme qui dut
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE?
47

abandonner ses études pour la tranchée au cours de entré, commanda aux enfants de s'asseoir. Mais ceux-ci .
la grande guerre. restèrent debout. « Quoi? Qu'est-ce que c'est? Mais {.
« J'étais tombé dans une bien mauvaise compagnie. asseyez-vous donc! )) leur répéta-t-il. Et ses élèves .f:
Parmi mes camarades, je n'avais pas un ami qui pensait de lui répondre en chœur: « Nous n'avons pas encore t, {
,1

comme moi; j'étais seul, tout seul... Oh! ce n'était pas prié! Nous voulons le faire. )) - « Mais vous savez Ir
la gaieté qui manquait, mais on tournait tout en mal. bien ~~e la prière est interdite! )) cria le citoyen, les i~
On dénaturait le texte des chansons, en y mêlant des ye~,x etl~c~lants de colère. « Nous n'avons pas encore
grossièretés auxquelles il est même défendu de penser. pne! )) repeta le chœur. Et il n'y eut rien à faire. « Eh :
On lisait à haute voix des livres dans lesquels les pires bien, priez donc! )) cria le maître. - Cette classe se .
turpitudes étaient décrites avec force détails. Et on composait de jeunes héros.
, m'obligait à écouter des choses dont je ne me doutais Un homme à la volonté ferme se fraye un chemin
même pas ... Le plus enragé de tous était notre caporal partout, telle une chute d'eau parmi les rochers'
qui employait tout son mince savoir à ce genre de et les âmes courageuses, les caractères indépendant~
divertissements... Je disparaissais de la chambrée se dressent comme des pyramides dans le désert de
l'immoralité et de l'inconstance modernes. Tout le ,~
aussitôt que je le pouvais; mais, quelquefois, je ne
pouvais pas sortir. Alors, nous étions tous assis autour
de la table, et le caporal commençait ses grivoiseries.
~o~d~. n'a pas~'oc~asion de commettre un grand acte
d herOlsme. TOl-meme, tu ne l'auras probablement il
l
J'essayais de m'occuper d'autre chose et de ne pas pas non plus. Mais ta vie tout entière peut devenir ,.,
écouter. Mais, si on s'en apercevait, on m'y contrai- un exemple d'héroïsme si tu remplis tous tes petits ;i
gnait... De bonne heure, et à cause de cela, on s'en devoirs quotidiens avec un zèle et une fidélité sans r
prit à moi de tout. On me donnait toutes les corvées relâche. t
désagréables, et j'étais puni avec la plus grande Surtout, ne te laisse pas intimider par les beaux .
sévérité pour les moindres omissions, pour des choses parleurs! Si tu défends courageusement tes principes, f
qu'on ne reprochait même pas aux autres. N'y tenant tu verras souvent l'ennemi battre en retraite, tout 1
plus, j'allais porter plainte, lorsqu'on me changea de effrayé. D'ordinaire, il ressemblera beaucoup moins à
, place ... Aujourd'hui,je suis redevenu libre, et personne u,n taureau sauva~e irrité qu'à un gros escargot qui
ne m'oblige plus à écouter de vilaines choses. )) s empresse de retIrer ses cornes au premier contact
Quel héroïsme, quelle indépendance, n'est-ce pas, un peu dur.
dans ce jeune soldat qui eut le courage de lutter ainsi Nous - la génération de tes parents - nous consta-
contre le courant! Contra torrentem! t~ns avec bonheur que la jeunesse d'aujourd'hui est
Pendant la Commune, en Hongrie, il était défendu bIen plus religieuse que ne l'était celle d'il y a vingt ou
de prier en classe avant les leçons: Un jour, dans l'une trente ans. Mais c'est aussi d'une nécessité urgente;
des écoles de la capitale, le « citoyen-maître)), sitôt sinon la culture européenne est perdue.
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 49

Pendant son voyage en Occident, le poète indien obtenus à un examen de fin d'études, il fut poussé par
Rabindranath Tagore constata qu'en fait, d~ mor~le un de ses compagnons.
œurs de l'Europe dite chrétienne etalent blen Il s'en vantait avec un sérieux parfait et il était
1es m . , . r persuadé qu'il avait accompli une chose importante.
inférieures à celles de l'Orient païen. L'espnt matena lste
du XIXe siècle qui nie l'âme e~ sa destinée ét~rn:lle, Mais comme il se trompait 1. .. Il était de ceux qui n'osent .
qui rejette Dieu, nous a condUlts au bord de l.abime, pas lutter contre le courant. Son air pédant reflétait :
tous les sophismes et tous les préjugés auxquels !
en effet , et aucune puissance terrestre ne, saurait . nous recourt - bien à tort - . la société moderne pour ·
préserver de la chute, si ce. n'est celle ~ une jeunesse
profondément religieuse qUl a recouvre ses nobles essayer de défendre la notion de l'honneur. .
Il ne sera pas superflu pour toi, mon cher enfant,
enthousiasmes pour l'Idéal. .
Une jeunesse profondément religieuse! C'est-à.-dire de lire ici quelques réflexions relatives à cette erreur.
~. qu'elle ne doit pas être chrétienne sur le~ registres Car il m'est arrivé plus d'une fois d'entendre de tels
: seuletnent mais qu'elle doit l'être dans la Vie de tous propos de la bouche de jeunes gens (( bien pensants ».
, 'd (( Oui, le duel est une bêtise, si vous voulez. C'est une
les jours, qu'elle doit marquer les consequen~es e
cette pensée sublime : « Nous sommes des jeunes manière primitive de se faire justice qui nous est
gens chrétiens » dans le plus petit de ses gestes, restée du passé. Mais, en certains cas, il est impos-
dans toutes ses pensées, toutes ses paroles et toutes ses sible de l'éviter .. . En certaines circonstances, on est
actions ... Oui, mon fils, si tu appartiens à cette jeuness~, incapable de venger son honneur autrement. »
il faut que ta vie en fournisse le témoignage, - des C'est cela, parfaitement: venger son honneur. On
., maintenant, pendant tes années d'étude, et plus tard, dit que c'est le but du duel. Mais un homme qUl"a
sur le chemin de ta profession! Toujours et e~ tout, menti, qui m'a trompé ou calomnié, et à qui j'ai dit
il faut que tu sois fidèle à tes convictions religieuses! en face qu'il a fait cela, de quel droit vient-il me
demander réparation? Qu'il se corrige plutôt, qu'il se
repente de ses péchés : c'est le seul moyen pour lui
de racheter son honneur. N'est-ce pas risible de penser
Le duel. que, si un fripon saisit une épée ou un pistolet, il a
déjà prouvé son honnêteté. Ce qu'il a prouvé, c'est
qu'il sait exposer sa vie bien légèrement. Or, les
(( Prends garde, l'ami! Sais-tu bien à qui tu as affaire? voleurs, les assassins, les danseurs de corde et les
Il y a six minutes que je suis décidé à te prov~quer dompteurs de fauves ne font-ils pas de même?
en duel! » Tel était le fier discours tenu par un jeune Réfléchis seulement un peu, et tu seras obligé de
me bien intentionné par ailleurs, lorsque, cn constater que le duel est un moyen absolument impropre
110m , . d '1 t à donner satisfaction à un offensé. Dans un duel, trois
descendant l'escalier après la proclamatIOn es resu ta s
Le Caru,ctère. 4
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE?

cas peuvent se présenter : Les deux rivaux reçoivent et le pur bon sens, condamnent le duel, et qui n'osent
une blessure; et alors, lequel a l'honneur sauf? - pourtant pas s'y dérober en certaines occasions, se
L'offensé, l'innocent, est seul blessé; et alors, où est la trouvant alors, disent-ils, sous la pression de la con-
réparation qu'il paraissait exiger? - Et enfin, dernière trainte sociale. Mais comme ils ont tort!
possibilité, j'offenseur est vaincu; supposons même qu'il Ce qui fait l'honneur d'un homme, en effet, c'est
meurt des suites de ses blessures. Qu'arrive-t-il? .. sa loyauté, sa droiture. Et, dès lors, c'est l'homme
De nos jours, on entend retentir partout l'affirmation lui-même, tout seul, qui peut, en prévariquant, se
onctueuse que, devant la loi, nous sommes tous égaux. déshonorer. C'est se comporter en païen que de croire
Cela sonne bien, et nous en sommes tout fiers. Mais qu'une offense ou une injure qui vient du dehors
voilà: si deux jeunes paysans se donnent un coup de peut nuire à sa réputation. Les nobles romains ne se
couteau après s'être enivrés ensemble, on les met en battaient jamais en duel; ils portaient leurs offenses
prison pour de longs mois; ils étaient pourtant à peine devant le tribunal civil, et personne ne les qualifiait
responsables de leurs actes lors de leur querelle. Et la de lâches.
même loi se contente de trois jours de la même peine, « L'honneur et le courage sont deux nobles vertus
et avec quels adoucissements, s'il s'agit de deux de l'âme qu'on ne peut se procurer par les armes; et
« gentilshommes» qui, après un entraînement prépara- le manque d'honneur et la lâcheté sont deux souillures .c.

toire de plusieurs heures, se donnent des coups d'épée, de l'âme qui ne peuvent être lav~es dans le sang)) l
plus ou moins mortels peut-être, froidement, sciem- (J. Csernoch).
ment, devant témoins, et avec une technique artistique! Je ne peux pas nier que cette stupide conception
Ne crois-tu pas qu'elle est triste « l'égalité » du sociale qui préfère recourir au duel, ce moyen si peu
xxe siècle? Et ne penses-tu pas que le sens de la efficace quand il s'agit de représailles, que de soumettre
justice la plus primitive doit s'en trouver offensé? ses offenses à la loi, est encore bien vivante et continue
On se plaint partout que, dans le peuple, on ne sait chaque jour à faire de nombreuses victimes. J'avoue
plus respecter les lois. Mais comment pourrions-nous même qu'ii se trouve encore des hommes, au jugement
exiger ce respect des couches les plus basses de la étroit, pour accuser de lâcheté ceux qui ne se soumettent
société si, dans les hautes, on peut s'y soustraire pas à cet usage barbare. Mais c'est pour cela, préci-
impunément et de la manière la plus violente? sément, que le monde a besoin d'hommes courageux
Je voudrais que toi, mon fils, tu aies la volonté de dont la vie en impose par sa pureté et sa droiture,
ne jamais te battre ainsi lorsque tu seras adulte. Un d'hommes vaillants qui n'ont pas peur de rompre
caractère impeccable, entends-le bien, n'a que de ouvertement avec cette antique manière de pensée ...
l'aversion pour le duel. Je connais des hommes qui occupent de hautes positions
Je sais bien qu'il y a beaucoup d'hommes honnêtes politiques et sociales, que leur activité désigne pour les
qui, en conformité avec leurs convictions religieuses places les plus importantes de la vie et qui sont entourés
52 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 53
par tous du plus grand respect, bien qu'ils proclament
quelque grande idée, - c'est très bien. Mais que ce soit
hautement que, suivant leurs convictions religieuses,
pour une opinion aussi erronée que brutale, -
ils ne se battront jamais en duel. Je n'ai pas besoin
jamais! Le duel est un péché contre Dieu, contre soi-
de dire qu'en retour ils se font une regle sévere de ne
même et contre son prochain. De plus, c'est une folie.
jamais offenser personne. Car insulter quelqu'un et
Vois quelle magnifique preuve de courage nous
refuser ensuite de lui donner satisfaction, ce n'est pas
donne l'Église catholique en luttant depuis des siècles
du Christianisme, c'est de la lâcheté et du manque
contre cette stupide èoutume, en excluant de son
de caractère. Quand on s'y est laissé aller, ne fût-ce
giron les duellistes et leurs témoins, en tenant tête
que par étourderie - ce qui est bien humain après
ainsi à l'opinion publique et en s'avérant prête à
tout - il faut certainement plus de force morale pour
continuer cette opposition jusqu'au jour où les hommes
demander pardon de l'injure faite, en s'accusant soi-
seront revenus de leur erreur. Aujourd'hui, on sourit
~l même, que pour se battre en duel.
du moyen âge qui faisait brûler les « sorcières ».
Le duel était un moyen brutal de venger son honneur
Demain, on ne comprendra plus l'époque où les
dans un temps où les droits de la justice devaient se
hommes se battaient à l'épée pour sauver leur
conquérir personnellement et à coups d'épée. Mais,
honneur.
dans un monde cultivé, personne ne peut se faire
La principale question à te poser est celle-ci :
justice soi-même. Tâche donc de travailler, mon fils,
Que pourrais-tu faire, toi, contre le duel? Le supprimer
par ton exemple, à ce que cette coutume barbare
tout à fait? Cela n'est pas en ton pouvoir. Mais tu
disparaisse comme a disparu la notion, également très
peux y travailler. - Respecte l'honneur des autres
répandue jadis, qu'un meurtre ne pouvait se laver que
et tu n'auras pas l'occasion de les provoquer à ce
dans un autre meurtre. Il n'est pas du tout digne
genre de combat. Le jeune homme qui n'a pas l'habi-
d'un jeune homme courageux d'étouffer violemment
tude de donner à chacun le respect qui lui est dû, dans
ses plus nobles principes sous la pression sauvage et
ses paroles ou dans ses actes, recourra facilement à
terrifiante des préjugés d'une certaine classe sociale.
quelque expédient de ce genre. - Ne souffre pas qu'on
Tout récemment, j'entendais raconter l'histoire de
calomnie quelqu'un en ta présence et tu auras peut-être
deux jeunes gens qui se battirent en duel dès qu'ils
empêché que deux êtres se blessent sur le terrain. -
eurent atteint leur majorité. Ils s'étaient querellés à
Si ton camarade s'est querellé avec quelqu'un arrange
l'âge de seize ans et ils avaient nourri en eux l'idée de se
l'affaire dans l'intimité. Ce sont souvent les témoins
battre ainsi jusqu' au jour tant désiré où il leur fut permis
d'une offense qui sont cause de ce que le duel a lieu.
de la réaliser. .. Ciel! Est-ce possible que de jeunes
- Si la conversation tombe sur le duel, ne cache pas
imbéciles aussi ingénus soient déclarés « mûrs »?
ce que tu penses de ce moyen tout à fait impuissant
Qu'un jeune homme soit prêt à donner sa vie et son
à venger l'honneur, et annonce bravement que tu
sang pour la justice, pour sa patrie, pour sa foi, pour
doutes beaucoup que tous les visages sillonnés de coups
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 55
54
La maîtrise de soi n' es~ ni un silence indécis ni une
d'épée recouvrent une âme honnête .... On n'est pas
résignation passive; c'est la manifestation d'une volonté
un héros pour avoir blessé quelqu'un en duel. Le
. disciplinée qui reste toujours maîtresse de la situation
héros, ce n'est pas celui qui a vaincu son ennemi;
et qui sait toujours mesurer à l'avance le poids de la
c'est celui qui a triomphé de lui-même.
parole qu'on va prononcer.
Sur une pierre tombale j'ai lu ces mots: « Victor
La maîtrise de soi ne déplaît aux jeunes gens que
hostium et sui. » « Il a non seulement vaincu son ennemi ,
parce qu'ils donnent un sens erroné à ce mot. La maîtrise
mais il s'est vaincu lui-même. » Une simple phrase;
de soi ne signifie aucunement que l'on doive endurer
mais quel suprême éloge! Car si beaucoup de gens
tous les affronts avec la patience d'un mouton et
savent vaincre leurs ennemis, combien peu savent se
essuyer toutes les injures sans mot dire. Un homme .
vaincre eux-mêmes!
de volonté est parfaitement libre de répondre aux ;'
outrages qu'on lui fait; seulement, il évite de ne pas ;,
s'abaisser au niveau moral de son adversaire en se livrant ::
« Victor hostium et sui ». à de violentes querelles ou en échangeant des coups "
de poing. Par sa conduite invariablement digne et par .'
A I4 ou 16 ans, le système nerveux d'un jeune ses paroles réfléchies, il touche son rival à son point r.
homme ressemble à des fils chargés d'électricité, et le plus sensible. Au contraire, si on ne sait pas se
son sang à de la lave brûlante. Rien n'est donc plus maîtriser, c'est comme si on ne savait pas marcher;
difficile que de lui faire comprendre la sublime beauté on chancelle et se heurte aux gens à chaque minute.
de la possession et de la maîtrise de soi. Le plus bel exemple de la maîtrise de soi nous a été
« Comment? me diras-tu. Si un camarade me pousse donné par Notre-Seigneur Jésus-Christ lorsque, au "
pour me faire tomber, que je ne lui donne pas un coup cours de sa Passion, un soldat le souffleta. Il aurait pu, t.
de poing violent? Si quelqu'un me cherche querelle, que n'est-ce pas, punir ce sacrilège par la mort? Mais 1
je ne lui applique pas un magistral soufflet? Si un que fit-Il? Il répondit à son offenseur avec un calme (
ami se moque de moi, que je ne lui réponde pas imperturbable : « Si j'ai mal parlé, prouve-le; sinon, i
\
et bien franchement? ... C'est déj à terriblement difficile. pourquoi me faire un tel affront? »
Mais accepter, outre cela, que cette retenue, loin d'être
de la lâcheté, est la plus belle fleur de la volonté
humaine, c'est presque impossible! »
Et pourtant, rien n'est plus vrai. C'est ce qu'exprime
la célèbre parole de Goethe:
Celui-là est maître qui sait se borner;
Et c'est la loi qui rend la liberté.
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 57
de travailler sérieusement au développement de ton
caractère? Mais, n'est-ce pas? au bout de quelques
'0. Tour forte ou girouette? heures, de quelques jours tout au plus, la flamme
de ton enthousiasme tombait, ton ardeur disparaissait, }
et tu te retrouvais le même. Il fallut des années, des ;" ,
Dans les petites villes du moyen âge, on rencontre dizaines d'années peut-être, pour bâtir la tour; et toi, ]
souvent des vestiges de forteresses et de châteaux tu voudrais devenir un caractère en un seul jour! t'
forts; et, même là où les bâtiments sont réduits à Tu sais bien pourtant que, si le chemin du péché est
quelques pierres, il n'est pas rare de trouver presque agréable et semé de fleurs délicieuses au commen-
intacte la haute tour du vieux donjon. Or, ces tours cement, un dégrisement terrible y attend bientôt le
qui ont vu disparaître tant de siècles et qui contemplent, pécheur; - et que, s'il est difficile d'être vertueux
à leurs pieds, et de leur regard impassible, le tour- en débutant, ce chemin-là devient bientôt de moins
billon de la vie moderne, comme elles donnent bien en moins dur, et qu'on trouve toujours, à son terme,
une idée du caractère tenace! Au-dessous d'elles, la paix d'une conscience tranquille.
tout change, tout se transforme, tout évolue; on vend Mais qu'est-ce que j'aperçois là, à la cime de cette
et on achète; mais rien ni personne ne peut altérer vieille tour?.. cette chose qui ne reste jamais en
leur granit. place, qui tourne à droite et à gauche? .. Une girouette!
Ces anciennes tours sont le symbole du caractère Elle n'a ni direction fixe ni base stable. Je suis presque
inébranlable, de l'homme qui fait son devoir virilement. tenté de dire qu'elle n'a ni principes ni caractère. :.
Jadis, la tour était le meilleur refuge des habitants Car, si elle en avait, le vent aurait beau soufRer, elle
du château; aujourd'hui, l'homme au caractère ferme r ne lui obéirait pas. - Abandonner ses principes, agir
est le meilleur soutien de la société. « N'abandonne contre ses convictions, parce que c'est plus commode,
amais la place où ta vocation t'a placé et remplis-en parce que cela assur< une carrière meilleure, parce que,
toutes les charges )) - semblent nous dire ces pierres autour de soi, le vent soufRe d'un autre côté, - c'est
muettes. « Considère le nombre d'années exigées pour le fait d'une girouette. Mais dis-moi, mon ami, mérite- '
ma construction, combien de petites pierres il a fallu, t-il le nom d'homme celui qui se laisse guider par les
et combien de travail, de bonne volonté et de sueur! circonstances extérieures et par les avis de son entou-
Mais tout cela n'a pas été en vain. Je survis à des rage dans ses actions, dans ses principes et dans ses
centaines et des centaines d'années! )) convictions?
N'est-ce pas, mon enfant, que tu te laisses décou- Et pourtant, combien il y en a de ces jeunes gens-là!
rager facilement dans ta bonne volonté? Combien Tu en connais des douzaines, et moi aussi. Ce sont
de fois tu t'es élancé dans le bon chemin avec une tous ceux qui ne savent pas marcher sur leurs propres
i' ardeur juvénile? Combien de fois tu t'es promis pieds, qui sont encore mineurs spirituellement, qui
58 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE? 59
regardent toujours de droite et de gauche pour VOIr ment fidèle à tout ce que ta conscience te commande,
ce que fait le voisin. tu es un jeune homme au noble caractère.
En voici un que sa conscience avertit: « Ne lis pas Dans toute voiture il y a un petit clou qu'on remar-
ce livre: tu as entendu dire qu'il est plein d'ordures que à peine, mais qui a la plus grande importance :
morales. Pourquoi laisserais-tu la robe blanche de ton c'est celui de l'essieu. S'il vient à tomber, la voiture
âme traîner dans l'eau puante de cette mare infecte? » peut continuer à rouler encore un peu de temps. Mais
- Bon, il ne le lira pas. - Mais arrive un camarade : la roue ne tarde pas à s'abattre et le véhicule à se
« Oh! petit saint en miniature, que tu es donc enfant! » renverser.
raille-t-il. - « Moi, enfant? » et le voilà qui reprend Sur le chemin du caractère tu trouveras aussi un
\'
le livre, qui le lit jusqu'à la dernière ligne et qui salit petit principe un peu superficiel en apparence,
son âme dans la boue qu'il renferme. mais très important en fait: l'attachement sans réserve
En voici un autre à qui sa conscience dit encore : à la voix de ta conscience. Et il faut que, toi, tu devien-
« Neva pas à la représentation de telle pièce, de tel film! nes son serviteur soumis, son agneau docile.
Quitte telle compagnie dangereuse! » - « Comment Elle a deux ennemis, cette voix de ta conscience.
faire? Les autres y vont bien; les autres s'amusent D'abord, autour de toi, le monde qui la contredit
bien de cette façon. Serai-je seul à leur faire front? » presque toujours; ensuite, en toi, tes penchants désor-
Oui, mon fils, c'est exactement la manière de penser donnés, tes instincts qui s'éveillent et qui essayent
et d'agir des girouettes. de t'amener à lui faire la sourde oreille.
Eh bien, choisis, toi. Que préfères-tu être, une tour Il t'arrive quelquefois d'avoir des moments d'en-
forte ou bien une girouette? L'esclave de la peur du thousiasme où tu sembles flotter dans les hauteurs
qu'en dira-t-on, ou l'esclave de ta conscience? éthérées, bien au-dessus des brouillards terrestres, et tu
prends alors la ferme résolution de toujours suivre la
voix de ta conscience, de ne jamais abandonner le
chemin de l'honneur, de ne jamais penser, dire ou faire
L'esclave de sa conscience. une chose qui serait un péché. Dans ces moments-là,
tu te sens si léger, si bon, si heureux! - Mais une
heure plus tard, déjà, tu t'aperçois que tel et tel de
L'esclave de sa conscience! Ce titre se lit comme tes compagnons, et tel et tel encore, n'observent pas les
celui d'un roman de détectives, - penses-tu. Mais commandements de Dieu; que tel livre, telle pièce de
tu te trompes. Si on peut dire d'un jeune homme théâtre, tel film ne font que tourner en dérision tes
qu'il est maître de sa volonté et esclave de sa conscience, nobles principes, du premier jusqu'au dernier.
c'est le plus grand honneur qu'on puisse lui faire. C'est l'épreuve, la plus grande des épreuves peut-être;
Si tu es capable d'être invinciblement et continuelle- car, si le monde tout entier était mauvais, comment

1
\
QU'EST-CE QUE LE CARACTÈRE?
60 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME

et qui dit esclave de Dieu veut dire complètement libre.


saurais-tu rester ,b on? Si ton école était toute remplie
Je ne connais pas de louange comparable à celle qu'on
de jeunes gens sans caractère, comment saurais-tu
seul, rester fidèle à ton noble idéal? .. Alors qu~
fit un jour d'un député anglais, mort jeune: « Tout son
être semble être imprégné des dix commandements
tout le monde mentirait, il faut pourtant que tu ne
de Dieu. »
mentes jamais . . Alors que tous tes camarades, le
Ne crains personne ni rien au monde, sauf ta con-
dimanche, pendant la sainte messe, irai"T'\t rôder dans
science! Celui qui, de peur d'être raillé, omet les choses
les champs, il faut pourtant que tu ne les imites pas.
que sa conscience lui commande, est un caractère bien
Alors que tous seraient grossiers en langage, il faut
faible. Le jeune homme qui n'ose pas prier ou se
que, toi, tu restes réservé.
mettre à genoux à l'église, « parce que les gens le
Et tu rencontreras encore d'autres épreuves, car les
regardent », est l'esclave de sa lâcheté et non de sa
ennemis de ta conscience ne sont pas seulement à
conscience.
1 l'extérieur; il y en a aussi à l'intérieur, dans ton
Huxley a bien raison de dire : « La virilité bien 1
J~ propre cœur.
On aime à nommer la conscience: la voix de Dieu
entendue, c'est une volonté forte dirigée par une î
conscience délicate. »
: Et n'a-t-on pas raison? Qui ne l'a jamais entendue:
Celui qui, avant chacune de ses actions, se demande
"cette voix, dans son for intérieur?
craintivement ce qu'en diront les autres, n'a pas de
Chaque fois qu'un petit garçon voulait se battre, une
volonté, et son caractère est loin d'être mûr. Et celui
voix aussi douce que le son d'une petite clochette
qui agit selon ses instincts, sans écouter l'avis du bon
argentine se mettait à retentir en lui: « Ne le fais pas!
sens, qui place ses désirs agréables avant son strict
Ne le fais pas! » Lorsqu'il voulait toucher à ce qui ne
devoir, n'est pas un caractère ferme .
lui appartenait pas, la même voix se faisait entendre
encore. Et lorsqu'il était tenté de commettre un bien Le cœur te dira ses désirs,
plus gros péché, son bruit se changeait en celui d'une La conscience ton devoir!
grosse cloche qui bat des coups désespérés: « Ne le fais C'est à elle qu'il faut obéir '
pas! Ne le fais pas! » grondait-elle. Pour remporter la victoire!
Jete recommande encore une fois, et bien fort,
(F. W. WEBER).
mon fils, de t'habituer, dès maintenant et sans réserve ,
à écouter la voix de ta conscience. C'est ta jeunesse qui
décidera si, un jour, tu seras un homme consciencieux Les anciens rois de Perse faisaient mettre dans
ou non. Et tu sais bien que, pour la société, l'homme leur oreiller 5° .000 talents d'or, une somme énorme,
consciencieux est comme le pilier sur lequel repose afin de s'assurer un bon sommeil. L'empereur Caligula,
,1) l'édifice tout entier.
en plus de sa garde du corps, avait des bêtes sauvages
l Qui dit esclave de sa conscience dit esclave de Dieu' aux portes de son palais pour ne laisser pénétrer personne
" '

1
,
(
62 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME

jusqu'à lui pendant qu'il dormait. Artemon mettait


un bouclier au-dessus de sa tête pour empêcher le
plafond de l'écraser s'il était venu à tomber pendant
\1· la nuit. Mais qu'est-ce que tout cela?... Le meilleur
des oreillers est une conscience tranquille.
\1, Sois maître de ta volonté, esclave de ta conscience!
DEUXIÈME PARTIE
Pierre de Vérone souffrit le martyre pour sa foi. Il fut
frappé à coups de stylet. Après les premiers coups,
LES OBSTACLES A LA FORMATION
il cria bravement: « Credo! )) « Je crois! )) Et lorsqu'il
l, tomba à terre, ne pouvant plus parler, il trempa son DU CARACTERE
g, doigt dans son propre sang et écrivit sur le sol ce même
mot: « Credo )). C'était un caractère, un esclave de sa
conscience. Le chemin de la formation du caractère est semé
d'obstacles qui font trébucher et même tomber beau-
coup de jeunes gens ... Malheur à celui qui ne sait pas
se relever!
Un premier obstacle au développement du caractère
est celui dont je viens de parler: l'inquiétude constante
qui raisonne ainsi : « Faire telle chose? .. Il est vrai
que ce serait bien d'après mes principes. Mais qu'en
diront les autres? )) Celui qui veut plaire aux autres
- ++--
en tout, qui n'hésite même pas, dans ce but, à agir
contre ses convictions, ne sera jamais un caractère
ferme, car, un caractère ferme, c'est celui qui ne se
soucie nullement de l'opinion des autres, celui qui
n'écoute -et ne suit que l'opinion de sa conscience ...
Quel triste spectacle, par exemple, que de voir des
jeunes gens se laisser entraîner par leurs camarades
à tenir des propos et à commettre des actions qui
répugnent à leur âme honnête et qu'ils regrettent en
pleurant, dès qu'ils sont seuls!
D'autres obstacles à la formation du caractère,
ce sont les forces désordonnées de notre for intérieur.
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME ODSTACl.ES A LA PORMATION bU CARACTERE 65
On n'aboutira à aucun résultat tant qu'on n'aura pas ce procédé est dérangé, le cristal sera tout à fait difforme;
mis de l'ordre dans cette citadelle. C'est exactement de la même manière que la cristalli-
Tout jeune homme a une passion ou un défaut sation des âmes se produit. Si tu as soin d'entretenir
dominant. Reconnaître le tien, mon fils, et essayer de toujours des pensées nobles, sublimes, idéales, dans
toutes tes forces de le vaincre, voilà le chemin le plus ton « moi » conscient, celles-ci y engendreront nécessai-
\ sûr de la formation de ton caractère. Ne perds donc rement de nouvelles pensées du même genre. Il y a
pas ton temps à t'occuper de tes petits défauts. C'est similitude entre le chimique et le moral. Et, dès lors,
; le plus grand qu'il te faut prendre à la gorge, et le si tu peux persévérer dans cette façon de faire pendant
reste te sera facile. Pour tel jeune homme, le défaut la dizaine d'années de ta jeunesse, tes bons efforts se
dominant est la paresse ou l'oisiveté; pour tel autre, seront tellement amplifiés en toi qu'ils seront capables
c'est une gourmandise irrésistible, une loquacité d'éloigner de ton esprit toutes pensées malsaines, ou,
démesurée, une irritabilité excessive, le sentiment outré au moins, de ruiner leur prépondérance.
de sa propre importance, l'entêtement, etc .. Tous ces Cependant, les molécules de la perversité morale
défauts-là sont des sujets rebelles dans le royaume de tourbillonnent aussi, et nombreuses, autour de
ton âme, ,et, si tu ne les mets pas à la chaîne pendant notre « moi» conscient, et beaucoup de jeunes gens
qu'il est temps encore, tu pourras t'en repentir troublent la cristallisation de leurs qualités spirituelles
amèrement plus tard. par des chutes et des rechutes morales continuelles .
A vrai dire, le plus dangereux obstacle à la formation Les chutes morales, mon fils, attirent naturellement
du caractère est que cette formation ne se fait pas du les molécules du mal, et leurs victimes deviennent
jour au lendemain. S'éduquer soi-même demande un très souvent des « cristaux déformés », c'est-à-dire
travail patient de plusieurs années, de dizaines:d'années des êtres pervertis.
même.
As-tu déjà appris les lois de la cristallisation? Tu
dois savoir, alors, que, si l'on met un tout petit cristal
dans un liquide où des matières différentes ont été Feuilles d'automne dans le tourbillon.
dissoutes et dont les molécules sont maintenant toutes
mêlées, ce petit cristal exercera une attraction mysté-
rieuse sur les molécules de la même matière que lui, Un nouvel obstacle à la formation du caractère, c'est
et que ces molécules viendront se fixer sur sa surface, ,la vie agitée, la folle précipitation qui caractérise notre
- qu'il grossira de plus en plus, et que, si, pendant époque, les milliers d'impressions diverses qui se
des mois, rien ne vient troubler ce lent procédé de succèdent en nous et qui ne sont nullement propices à i
cristallisation, le petit caillou du premier jour deviendra un travail laborieux. Ah! heureux le jeune homme qui,
bientôt un cristal magnifique, - que si, au ' contraire, surtout aujourd'hui, consacre le plus de temps possible

Le Cfl.l'Il,ctèl'e.
tE CARActÈRE bU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE

à la grande œuvre de son développement spirituel, qui douteux ... Les Allemands s'étaient retirés dans une
sait prendre quelques minutes sur sa prière du soir pauvre hutte. L'officier ennemi les engagea à se rendre;
pour descendre au fond de son âme et contrôler si des mais un feu désespéré lui répondit. Les Russes com-
molécules indésirables, des grains du mal, voire même mencèrent alors une terrible canonnade qui se prolongea
des cailloux ou des pierres du péché ne se sont pas jusqu'à ce que les armes allemandes fussent devenues
fixés sur le cristal jalousement surveillé de son âme. muettes ... jusqu'à ce que la petite troupe eut tiré sa
Celui qui se laisse emporter par le courant, sans dernière balle. Après quoi, ils forcèrent la porte de
se soucier de rien, ne se connaîtra jamais lui-même. la chaumière, et ils furent profondément émus
Quelle pitié de penser que nombre d'étudiants connais- devant le spectacle qui s'offrit à leurs regards. Au milieu
sent à fond la contrée de l'Alaska, récitent sans de ses soldats morts gisait le lieutenant Griesheim, leur
faute le nom des fleuves latéraux du Yang-tsé-Kiang, commandant, tout couvert de sang, mais respirant
et ignorent complètement leur propre âme! Car, s'ils encore ... Il n'était plus l'ennemi, mais le camarade
la connaissaient, ils frémiraient d'horreur à la vue de souffrant. L'officier russe se pencha sur lui et lui
l'enchevêtrement de lianes qui étouffent les arbres de demanda avec compassion : « Vous saviez bien que
leur vie, et des rapaces bêtes fauves - qui ne sont nous étions cent contre un des vôtres. Pourquoi ne
autres que leurs passions effrénées - qui se nourrissent vous êtes-vous pas rendus? » Et, d'un effort suprême,
de leur sang et qui se multiplient dans la forêt vierge le lieutenant se souleva, et, montrant la croix de fer
de leurs idées désordonnées. Ces jeunes gens-là auront épinglé sur sa poitrine : « Chez nous, celui qui porte
souvent à payer de leur vie l'insouciance de leur cette distinction ne se rend pas », lui répondit-il.
jeunesse. Même adultes, ils ne seront pas indépendants. Eh bien, mon enfant, si tu avais des combats difficiles
Les vagues de leurs intérêts matériels, de leurs points à livrer sur le chemin de ton caractère, souviens-toi,
de vue trop humains et de leurs passions, les rejet- toi aussi, de la croix que le Seigneur a posée sur ton
teront sans cesse contre les rochers du péché, comme cœur le jour de ton baptême, et dis bien haut à ces
le vent piquant de novembre fait tourbillonner les moments-là :
feuilles mortes. Feuilles d'automne dans le tour-
billon! - Ames de feuilles mortes! Qu'importe le monde et ses feux d'artifice,
Ses chants et ses propos flatteurs? l,

Je porte la croix sur un front jeune et lisse, l'


Et le feu de cette croix dans mon cœur.
~:<' La croix de fer.
~:,
(EICHERT) .
Pendant la guerre mondiale, une patrouille de soldats
allemands fut encerclée un jour par toute une armée
1 russe. Le dénouement de la lutte ne pouvait être
68 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 69

il aime à chercher noise à ses camarades plus faibles'


~ , Le chardon dans le champ de blé. que lui. . . en un mot, il est insupportable. Le
malheureux! Sans plus de peine, il aurait pu devenir
Observe un champ de blé au mois de mai. Parmi
un jeune homme au caractère ferme et pur s'il s'était
les semailles, çà et là, un peu partout, le chardon fait
mis à arracher les chardons du champ de son âme,
son apparition. D'abord, ses jeunes pousses semblent
lorsqu'il était temps encore, au lieu d'abandonner au "
tout à fait inoffensives; mais, plus elles grandissent,
hasard son développement moral.
plus elles deviennent rugueuses et épineuses.
Prends garde, mon fils! Le chardon pousse dans
Ta vie, mon enfant, est aussi à son mois de mai, et
toutes les âmes, sans excepter la tienne. Mais le jeune
dans le jardin de ton âme, tu vois apparaître le chardon:
garçon qui a du bon sens ne le laisse pas grandir :
Tes impertinences et ton entêtement ne semblaient
il l'observe de très près et il l'arrache de ses deux mains.
pas bien graves lorsque tu étais petit enfant; mais, à
C'est cette lutte incessante que nous nommons le
me~u~e que tu grandis, ces défauts deviennent rugueux
combat de l'âme.
et e~meux, eux aussi, - et cela d'autant plus que tu
néglIges le noble labeur de l'éducation de « soi ».
Or, que devient le jeune homme qui n'a nul souci Le combat de ,'t2me.
de combattre ses défauts et de soigner son âme? Oui,
que devient-il, si ses jambes s'allongent, si ses
L'âme est donc le théâtre d'une lutte sans trêve entre
. poumons se développent, si son corps grandit d'année
le bien et le mal. Pendant les années de la jeunesse,
\ en année, et que son âme reste inculte?
cette lutte est particulièrement acharnée. Avec le
Eh bien, voici ce qui arrive : L'ivraie, le chardon
temps, elle devient moins dure; mais nous ne pouvons
et toutes les mauvaises herbes poussent librement
jamais dire avec certitude qu'elle a pris fin.
en lui - tu sais bien que ces plantes-là ne demandent
Et qui est-ce qui combat en nous, et contre qui? ..
aucun soin, qu'elles préfèrent, au contraire, une terre
A peine avais-tu atteint ta cinquième ou sixième
inculte - et les bonnes semailles dépérissent 'l'peu à
année, que l'ennemi s'annonça par je ne sais quel attrait,
pe~, étouffées par ces parasites ... Le jeune homme
jusqu'alors inconnu, qui te portait vers le mal. C'était
qUl en est là répond par une vilaine grimace quand
comme un poids invisible qui t'entraînait malgré toi
sa mère lui ordonne quelque chose; quand elle lui
vers les profondeurs vertigineuses du péché. - Cet ,
pose une question, il hausse les épaules d'un air
héritage néfaste,~ que notre religion compte parmi les "
mécontent; quand quelque chose lui déplaît, il ferme les
conséquences du péché originel, se nomme le penchant J
portes avec fracas; quand le lacet de son soulier se
au mal. .
rompt, il jette un juron; quand, au jeu, quelqu'un le
pousse par mégarde, il réplique aussitôt par un soufflet;
Il est bon de savoir cela, mon fils, que, par sa nature, r
l'homme penche vers le mal beaucoup plus que vers le 1
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 71

bien, Mais c'est une expérience que tu as dû déjà faire


toi-même et plus d'une fois, Que d'obstacles se dressent Sans sacrifices?
sur notre chemin quand nous voulons former notre âme
! selon les commandements de Dieu! Nous connaissons

l'idéal sublime que Notre-Seigneur a assigné à la vie Tout cela, j'en conviens, c'est très beau. Et, un
humaine - à la nôtre par conséquent, Nous sommes caractère d'airain, j'en veux avoir un, moi aussi.
tout émerveillés par sa doctrine; nous voudrions tant la Vivre une vie idéale, c'est exactement mon désir ...
réaliser dans notre vie", Mais, hélas! quel partage Mais ne pourrait-on pas trouver un moyen plus facile
tragique nous constatons en nous! Si le bien nous plaît, pour y arriver? N'yen a-t-il vraiment pas d'autres?
et il nous plaît certainement, le péché nous allèche Ne pourrait-on se procurer ce caractère irréprochable
encore plus, Si la vertu nous attire vers les hauteurs, à meilleur marché, sans sacrifices?
le vice nous maintient dans les bas-fonds, Nous - Non, mon ami; sur ce point, impossible de
, voudrions voler bien haut vers les cimes neigeuses tergiverser. « Celui qui veut venir après moi, qu'il se
de la perfection, et la tentation accroche à nos ailes un renie lui-même, qu'il prenne sur lui sa croix et qu'il ,.
poids de plomb ... Dis-moi, mon fils, n'as-tu pas encore me suive! II a dit Notre-Seigneur. Qui veut être près de
senti en toi cette lutte, ce combat acharné qu'un petit Lui dans son royaume des Cieux, ne peut pas L'aban-
garçon de huit ans exprimait si naïvement en ces donner non plus sur le chemin pierreux du Calvaire ...
termes: « Pourquoi est-ce donc si bon d'être méchant Et puis, réponds-moi, que donne-t-on gratuitement en
et si mauvais d'être bon? II ce monde où nous vivons? Rien, absolument rien. l'
Eh bien! vois-tu, celui qui reste vainqueur dans Vois comme les hommes s'évertuent jour et nuit au
ce combat est un héros. travail, quelle peine ils se donnent pour acquérir
y a-t-il donc des jeunes gens qui succombent ? .. les biens éphémères de la vie terrestre! Comment
Hélas! oui. Et combien encore! Un écolier se promène voudrais-tu donc te procurer ce trésor incomparable
dans la rue; un camarade se met à le taquiner; et les qu'est un caractère sans en payer le prix?
voilà qui se battent à coups de pieds et de poings. « Oh! qu'il est heureux! II soupires-tu peut-être,
Cela, ce n'est pas de l'héroïsme. L'héroïsme, c'est en voyant ton ami s'amuser. « Comme cela doit être
la maîtrise de sa nature et de ses mauvais penchants. bon de vivre ainsi à la légère, de se distraire à sa
Il faut de l'héroïsme pour détourner brusquement ses guise! II
yeux d'une annonce immorale ou d'une image indécente Comme tu t'illusionnes, comme tu te trompes, mon
aperçues à l'étalage d'un magasin; il en faut pour enfant! Si tu pouvais jeter un regard dans ce cœur
demander pardon tout de suite quand on a offensé qui ne fait que rêver aux jouissances de la terre, qu'y
~'. quelqu'un; mais il en faut surtout pour demeurer verrais-tu? « De la joie et du contentement ll, penses-
r fidèle à Dieu dans toutes les occasions du péché. tu. Ah! non; mais un grand vide et un sOI,n ire forçé,
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 73

L'Écriture Sainte a bien raison de"'dire : « L'impie Tous les grands succès terrestres demandent du
ressemble à la mer en tempête» ( Is., 27, 20 ). Il est renoncement et des sacrifices; et tu voudrais arriver ;-
ballotté par l'ouragan des passions et, quand l'orage au plus grand des succès : à la noblesse du caractère, ,':'
s'apaise un peu, il se berce dans un rêve amer. assis sur de doux coussins! "
Écoute l'avis du grand philosophe anglais John Tu sais bien que si quelqu'un veut s'entraîner
Stuart Mill : « On ne peut attendre d'un homme qui pour un concours, son entraînement doit porter sur
ne se refuse jamais une chose permise qu'il renonce deux points bien différents. D'une part, il doit
à toutes les choses défendues. Le temps viendra, je exercer quotidiennement ses muscles. Supposons qu'il
n'en doute pas, où l'on entraînera les enfants et les veuille prendre part à un concours de rameurs. Il se
jeunes gens à l'ascétisme et à l'abnégation, et où on lève de bon matin et se rend à pied au port de la société.
leur enseignera, comme aux temps antiques, à renoncer Il saute dans un skiff et se met à ramer. Trois heures
leurs désirs, à tenir tête aux dangers, et à s'imposer plus tard il aborde, tout baigné de sueur, brûlé par
des souffrances volontaires. » le soleil, tombant de fatigue. Et il recommence le
C'est pour cela même que le Catholicisme prescrit lendemain, et le lendemain encore, et cela pendant
l'abnégation, l'ascétisme et la formation de la volonté. des semaines et des mois. - D'autre part, il vit aussi
« L'ascétisme? .. Brrr!.. » penses-tu peut-être, car on sobrement que possible et se prive de tout plaisir
t'a dit et répété souvent que, pour pratiquer l'ascétisme, amollissant. Il surveille sa nourriture pour ne pas
il fallait se martyriser soi-même, renoncer à tous les augmenter son poids. Les cigarettes lui sont interdites;
plaisirs et à toutes les joies de la vie. , l'alcool aussi, à plus forte raison. Il se couche tôt, et
Eh bien, écoute un peu : La signification originale à la même heure toujours, etc. Et pourquoi tous ces
du mot grec dont cette expression dérive est celle-ci : renoncements? Pour une petite médaille d'argent,
i « travail fin, minutieux », - et les Grecs entendaient pour la gloire d'arriver premier .. . Et la lutte te semble
'r par là l'entraînement et la sobriété auxquels se con- trop dure lorsqu'il s'agit de gagner un caractere!
traignaient les concurrents qui se préparaient à la Et puis, voici encore un point de vue intéressant.
lutte, en vue de mettre en action, le jour venu, le plus Dans la vie, tout le monde fait des sacrifices; celui-ci
possible des forces latentes de leur corps. pour une chose, celui-là pour une autre. Vois l'avare:
Le caractère, lui aussi, est le résultat de bien des Il se prive de tout bien-être et s'impose une vie de
luttes et d'un long entraînement. Nous ne réussirons misère. Il mange à peine et ne porte que des habits
jamais à faire « du travail fin » en nous-mêmes si déguenillés. Il ne se promène jamais de crainte d'user
nous ne nous y exerçons pas, et ce sont précisément ses chaussures. Il réfrène ses moindres désirs. Il vit
des exercices d'abnégation que notre sainte religion sans joies et sans amis. Et pourquoi tout ceci? Pour
\ nous prescrit pour nous aider dans la formation de amasser des richesses. L'avare sacrifie sa personnalité,
notre caractère. sa dignité, son honneur même, à l'argent. C'est assez
74 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 75

de privations, n'est-ce pas ?. Et des buts cent fois plus


élevés et plus sublimes ne mériteraient pas aussi Le moine dompteur d'animaux.
qudques sacrifices?
Oui, l'avare s'évertue, jour et nuit, sans arrêt ni
trêve, pour acquérir une fortune, - la plus grande Beaucoup de jeunes gens seraient prêts à tuer le
fortune possible. Le vaniteux est prêt à risquer sa dragon dans les bois comme Siegfried; mais, lorsqu'il
vie pour se faire un nom. Le jeune homme en quête s'agit du dragon de leurs mauvais penchants, ils n'ont
de plaisirs sacrifie son sommeil pour courir de bal en pas la patience de lui livrer combat. Ils préfèrent .
bal; il sue, il s'agite nuit après nuit ... Se donneraient- renoncer à ce saint travail.
ils la moitié seulement de toute cette peine pour aider Un soir, l'abbé d'un monastère demanda à l'un de
leur prochain? ses moines: c( Qu'as-tu fait aujourd'hui? » - « Moi,
cc Un saint et un malfaiteur se cachent dans tout répondit le moine, comme tous les autres jours, j'ai ~i
être humain » disait Lacordaire, le grand orateur été si occupé que mes faibles forces n'y auraient jamais
français ... Le malfaiteur, en toi, n'a pas besoin d'être suffi sans l'aide de la grâce divine. Tous les jours, je
bien soigné, il grandit tout seul. Mais il te faut un dois garder deux faucons, retenir deux cerfs, contraindre
entraînement perpétuel et bien pénible souvent pour deux éperviers à faire ma volonté, vaincre un ver,
assurer le règne du saint dans ton âme. dompter un ours et soigner un malade. » 1
Cette chose-là, en effet, ne peut se faire sans lutte. - « Que racontes-tu? interrogea l'abbé, en riant.
Le sculpteur qui veut produire un chef-d'œuvre doit De tels travaux ne se font pas dans notre monastère! »
tailler le marbre brut avec une patience indicible, et - c( C'est ainsi, pourtant, répliqua le moine. Les
1
celui qui veut rendre parfaite son âme doit la tailler deux faucons sont mes yeux, que je dois surveiller
de même. Une belle statue demande du temps et un continuellement pour qu'ils ne s'arrêtent pas sur
travail ardu, l'artiste devant toujours avoir son idéal un objet défendu. Les deux cerfs sont mes pieds,
devant les yeux. Combien plus le caractère! Jete dont j'ai à ordonner la marche si je ne veux pas qu'ils '
conseille, mon fils, d'adopter la maxime de Charles V: me conduisent sur le sentier du mal. Les deux éperviers
cc Plus! Ultra! » cc Plus! Outre! » sont mes mains, qu'il me faut contraindre à travailler
Lorsqu'on demandait à ZEUXIS pourquoi il travaillait et à faire du bien. Le ver est ma langue, qui a besoin '
si minutieusement à ses tableaux, il répondait: cc Parce d'être réfrénée cent fois le jour pour ne pas tenir
que je travaille pour l'éternité! » Eh bien, mon enfant, des propos vains et superficiels. L'ours est mon cœur,
c'est"exactement ce que tu dois faire. Tu dois travailler dont il me faut dompter l'égoïsme et la vanité. Et le
pour l'éternité. Un tel travail pourrait-il être payé malade est mon corps, dont il me faut prendre un soin "
trop cher? incessant pour que la sensualité ne s'en empare pas. »
Et ce moine avait bien raison. La lutte contre nos
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 77

instincts désordonnés ressemble au travail du dompteur; On ne peut accomplir de :grandes choses, devenir
et tous ceux qui veulent développer leur caractère un grand homme, un grand saint, qu'avec une grande
doivent se livrer journellement à ce travail... Toi aussi, passion. Une passion est comme le vent qui souffie
mon fils. au-dessus de la mer. A défaut de vent, les?ateaux
Le jeune homme qui a souci de devenir un caractère sont réduits à l'immobilité et leurs voiles pendent
1 n'excusera jamais ses défauts, en disant: « Il n'y a rien lamentablement. Mais il ne suffit pas non plus que le
; à faire, je suis né ainsi, c'est ma nature »; mais il travail- vent se mette à souffier. Tout dépend du pouvoir qu'a
.,1. lera sans répit à perfectionner son âme ... Redis-toi le marin de le capter dans les voiles et de l'utiliser.
, donc souvent: Si mon âme est remplie de bêtes sau- Si le marin ne faisait pas cela, le vent ne manquerait
vages, je les dompterai! Je ne resterai pas comme je pas de renverser son bateau. Ainsi, dans la formation 'q
i suis né, je deviendrai ce que je veux être! de ' ton caractère, on ne te demande pas d'arracher tes *
cc Nous ne sommes pas nés pour être, mais pour devenir» passions, mais d'en tirer habilement parti, d'en faire i)
(Sailer). tes alliés, tes compagnons d'armes. N'écoute pas les
On raconte une charmante légende au sujet de conseils qu'elles te donnent, mais sers-toi de leurs
saint Colombin, l'apôtre des Bavarois. Ce saint était forces. Si les passions sont mauvaises conseillères, elles
très pauvre; il ne possédait qu'un âne, une bête naturel- sont des aides inappréciables.
lement calme et patiente qui portait l'humble bagage C'est justement la passion bien asservie qui rend la
du missionnaire au cours de ses voyages apostoliques. volonté ferme. On ne peut vaincre tous les obstacles
Un jour qu'ils traversaient une forêt épaisse, un ours que si l'on poursuit passionnément un noble but. Tes
sortit des broussailles, se jeta sur l'animal et le déchira. passions sont des chevaux fougueux attelés au char de
Et que fit le saint? Sans l'ombre d'une crainte, il ta vie; si tu les laisses galoper à leur guise, ils le feront
s'approcha de l'ours et lui mit son bagage sur le dos. verser; mais, si tu tiens leurs guides d'une main ferme,
(c Frère, lui dit-il, puisque tu as tué mon pauvre ils l'entraîneront à grand train vers l'idéal désiré. La
âne, il faut que tu portes toi-même mon paquet. » passion ressemble au feu: elle peut être une bénédiction
Et la bête féroce, encore trempée de sang, lui offrit ou une malédiction, comme Schiller le dit si bien
le dos sans résistance et le servit dorénavant avec la dans son cc Chant de la cloche » :
douceur et la soumission d'une brebis. Si l'homme lui a mis un frein,
Ne te plains jamais, mon fils, d'être vif, irritable, Le feu est puissant pour le bien.
passionné, avide de gloire, etc. Applique-toi, au COfi-
traire, à dompter les ours sauvages que sont tes passions, Ne te décourage donc pas et ne te plains plus si :r
et à les atteler à ta voiture. Une passion, en elle-même, tu as un ;tempérament 'passionné, et même si tu as }
. n'est pas un malheur; mais, r;i tu ne la maîtrises pas, elle -hérité de quelques mauvais penchants; il n'y a pas de ~
j peut le devenir. ta faute en cela. Mais fais tout ton possible pour '1
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 79

ennoblir ton âme, te souvenant de cette grande et négligeons les devoirs de notre profession chaque fois
consolante vérité : « Facienti quod est in se Deus non que le travail ne nous dit rien? .. Toi, mon enfant, quand •
denegat gratiam. )) « A celui qui fait tout ce qui est tu n'es pas dispos pour une chose que tu dois faire,
en son pouvoir, Dieu ne refusera jamais sa grâce. )) essaye quand même de la faire. Livre-toi au travail,
qu'il soit de ton goût ou non. Dis-toi: « N'importe!
c'est mon devoir, et je le ferai. ))
- « Un travail pareil ne vaudra pas grand'chose )),
Il s'est levé du pied gauche. m'objecteras-tu. Au contraire, il aura l'immense avan-
tage de t'habituer à faire ton devoir, à ne pas obéir .
à tes caprices, à leur commander. '
Ton âme, comme le temps, est sujette à la variation. Et puis, ce n'est pas seulement dans son travail qu'il
Parfois elle est inondée de soleil, et tu te sens gai comme faut savoir maîtriser son humeur; c'est aussi dans ses
un pinson. D'autrefois, par contre, et sans que tu en relations sociales et dans toute sa conduite! Si tu es .
saches la raison, elle est enveloppée d'un épais brouillard de mauvaise humeur, il ne faut pas que tu le fasses
humide. Il y a des jours où tu es de bonne humeur et où sentir à ta famille par des bouderies, des réponses
le travail te semble facile. Et il y a en d'autres où sèches, un visage renfrogné. Que de fois on a à regretter
le temps pluvieux, quelque désagrément, un mal de des paroles blessantes et des actes irréfléchis auxquels
tête, etc. t'attristent au point de te brouiller avec le on s'était laissé aller sous l'influence d'une mauvaise .
monde entier. disposition! Que de fois après avoir parlé avec légèreté, '
« Il s'est levé du pied gauche )), dit-on de toi, ces sans songer à offenser quelqu'un, nous nous écrions,
jours-là. Et toi, de ton côté, tu dis : « Je ne suis pas en constatant que nous avons mal agi : « Mon Dieu,
dans mon assiette. )) je ne le voulais pas! Je ne pensais pas à mal! )) Mais
Ces états ne dépendent pas de nous;I nous n'en voilà : le repentir vient trop tard!
sommes donc pas responsables. Mais il dépend de La vraie grandeur de l'âme se révèle dans l'adversité,
nous que nous nous efforcions de nous rendre maîtres aux heures de danger ou de revers. Rester confiant .'
de ces mauvaises dispositions et de ne pas nous laisser pendant les jours sombres, braver le malheur sans
ballotter çà et là, au gré de notre caprice, dans l'accom- broncher, ne pas se laisser écraser par le sort, - c'est '
plissement de nos devoirs. Quand nous sommes de là la vertu des chênes, des rochers, des grandes âmes! _
bonne humeur, profitons-en autant que nous le pouvons; Et c'est celle, aussi, de ceux qui savent vaincre leur
le travail marche cent fois mieux à ces heures-là. Mais mauvaise humeur.
si nous n'étudions ' que lorsque nous sommes bien Dans les profondeurs de la mer où les rayons du
disposés, nous ·ne ferons jamais de bonne besogne. soleil n'arrivent jamais, où la nature n'a plus de cou-
Et, surtout, que deviendrons-nous plus tard si nous leurs, où la température se maintient invariablement
80 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 81

autour de zéro, où le peu d'air que l'océan contient se


raréfie, où le poids démesuré des eaux devrait tout
J
écraser, dans ce cimetière obscur des ondes - ô Je n'ai pas de chance!
merveille l - vivent des poissons lumineux. Rien
n'arrive là de l'énergie rayonnante du soleil, de cette Les jeunes gens s'écrient souvent en recevant une
source unique de la lumière terrestre; une obscurité mauvaise note: « Je n'ai vraiment pas de chance! »
accablante et glacée s'étend sous les flots; mais la Et si quelqu'un de leurs camarades fait de rapides
" sagesse du Créateur a eu soin de ces sombres lieux et progrès, ils ont vite fait de le juger: (1 Il a toujours de
'; elle a créé des poissons qui se promènent dans 'ces la chance, cet imbécile-là! »
il ténèbres, semblables à des lanternes vivantes. Quelques- Pourtant, le succès n'est pas seulement affaire de
uns ont sur le flanc des glandes qui brillent comme chance; et celui-là qui ne compte que sur elle ressemble
des perles; d'autres portent, en outre, sur le sommet même à cet autre qui attendait bouche bée qu'un rôti
de la tête, comme une sorte de lentille qui reçoit la lui tombât du ciel dans le gosier. Oui, si l'on veut
lu~ière de ces mêmes glandes, qui l'intensifie et qui la arriver à quelque chose dans la vie, il ne faut pas se ,',
projette en avant comme ferait un réflecteur. confier à la chance, mais la saisir au passage et la ~'
Or, mon fils, si les obscures profondeurs de l'océan retenir d'une main ferme.
recèlent elles-mêmes toute une vie rayonnante tu n'as Est-ce que tu n'as pas à ton service toute','une troupe ~'
nulle raison, si le bon ordre règne dans t~n âme d'ouvriers? Tes deux bras bien musclés, tes dix doigts .~
de te laisser abattre par des idées noires, nulle raiso~ si agiles, tes pieds infatigables, tes yeux à la vue si
de te lever du pied gauche ... Oui, tâche d'être gai perçante, tes oreilles si attentives ne sont-ils pas
comme l'oiseau, et la force lumineuse de ton âme toujours prêts à t'obéir? Et puis, c'est ton cerveau
vaincra ta mauvaise humeur. Sois toujours, à la maison, plein de lucidité, ce cabinet de travail muni d'un
une source de vie, de joie, de gaieté et de lumière, admirable réseau de fils télégraphiques et téléphoniques,
surtout aux heures où le sombre voile de la tristesse où parviennent et sont classifiées les opérations de tes
des soucis matériels et des maux multiples de la vi~ cinq sens, à plus de cent à la minute. Quel besoin
recouvre l'âme de tes parents. as-tu donc d'un secours étranger? Tu dis que Louis
, « Pos~ tene~ras spero l~~em! » (Job, 17, 12). Après te soufflera ta leçon d'histoire? Tu affirmes que, à la
1 obscurIté VIent la lumIere; après la pluie, le beau fin ·de tes études, le cousin de ta marraine te trouvera
temps!
une situation? Crois-moi, un homme qui raisonne
ainsi dans sa jeunesse ne contribuera guère à la gloire \
de sa patrie et au bonheur de la société.
Les Musulmans citent souvent ce proverbe: (( Le ~
monde entier appartient à Dieu, mais Il le donne en bail

TJ 8 Caractère. 6
82 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE

aux vaillants. » Ce qui veut dire qu'il ne sied nullement meilleur! Que de fois j'ai voulu faire ceci ou cela!..
au jeune homme d'attendre la chance les mains jointes, Mais ça n'allait pas! »
ni de courir après les protections, mais qu'il lui importe Eh bien, ces jeunes gens-là n'ont ni réellement i.
" de se faire lui-même son avenir par un travail assidu. voulu ni sérieusement essayé. Ils ont seulement pensé t
« Multa tulit fecitque puer, sudavit et alsit », nous qu'à l'avenir ils seraient meilleurs parce qu'ils « vou- ,
recommande Horace. Dans le combat de la vie, on laient » l'être; et. il~ n' ont rie~ f,ait pour attei~dre ce 1:
ne peut rester vainqueur que si on a pris la résolution but. Il y a une dlfference conSIderable entre « Je vou- '
opiniâtre de triompher, et que si on se remet à l'ouvrage drais » et « je veux ». Le premier est un soldat de papier '
de plus belle après chaque essai infructueux. mâché qui n'intimidera personne et ses défauts encore
Un échec ne doit jamais décourager nos cœurs,
moins. Le second, au contraire, est une puissance
Ni un succès banal affaiblir nos efforts; capable de vaincre le monde, et qui saura écraser
D'un passé en retard héritant les labeurs, tous ses défauts.
". Nous espérons en Dieu et nous bravons le sort. Par un radieux après-midi de mai, un jeune homme 'l
étudiait près de sa fenêtre ouverte. Tout à coup, un ::
(JÉKAI).
hanneton pénétra dans sa chambre et s'abattit sur :
Oui, ce qui importe le plus, ce n'est ni la chance sa table. ' Le pauvre insecte était tombé sur le dos
ni même les talents personnels; c'est le goût du travail et l'étudiant se mit à l'observer. Qu'allait-il faire? ,
consciencieux et opiniâtre. Les rivages de l'océan de la Le hanneton tournoya; il battit l'air de ses pattes, mais
vie sont peuplés de tristes naufragés qui, avec de sans réussir à se redresser. C'est le « je voudrais ». -
remarquables talents, ont manqué de courage, de « Si je reste ainsi, je mourrai de faim, ou quelqu'un
volonté et de persévérance, pendant que d'autres, risquera de m'écraser », doit-il penser. - Mais le voilà
beaucoup moins doués, mais d'une volonté tenace et qui parvient, après beaucoup de peine, à disjoindre les
continuelle, s'en allaient à toutes voiles vers le port. lamelles de ses ailes sur lesquelles il était couché et
à étendre celles-ci. Il bourdonne furieusement, il se \
débat de toutes ses forces ... , et le voici sur le côté. -
« Ce n'est pas le moment de me reposer. Si je le faisais,
J'ai essayé, mais ça n'allait pas! je serais perdu », se dit-il alors. - Et il se remet au
travaiL .. , il retombe sur ses pattes .. . , il reprend son
L'accablement et le découragement viennent souvent vol 'vers un but nouveau, dans le bl:u du ciel; Cel~, 1.
de ce que les jeunes gens ne savent pas distinguer c'est le « je veux ll . • . Le hanneton s est envole, malS J
l'effort persévérant du simple désir. Ils se plaignent il t'a enseigné la différence entre le « je voudrais » 1
volontiers, en disant: « Que de fois j'ai essayé de me lamentable et le « je veux » triomphant!
, défaire de tel défaut! Que de fois j'ai essayé de devenir « J'ai essayé, ça n'allait pas!» - Pardon, mon amI,
84- LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 85
;' il faut que je te dise franchement mon opinion : Ce
i: n'est pas vrai, tu n'as pas essayé. Tu t'es seulement dit Tu ferais bien d'adopter la devise de cette île de
'~. que ce serait bon d'essayer. Tu es de ces faibles, de la Hollande nommée Seeland. La plus grande partie
. ces inconstants - il y en a tant dans le monde! -'--- de cette île est située au-dessous du niveau de la mer,
qui n'osent pas prendre leurs passions à la gorge, avec et ce n'est qu'au prix de travaux continuels qu'elle
une fermeté inexorable. Ce serait le seul moyen, peut se défendre contre l'invasion des eaux. Plus d'une
pourtant, de t'affranchir de leur emprise sur toi. fois, pourtant, elle échoua dans cette lutte contre la
« J'ai essayé». - Mais alors pourquoi t'es-tu retourné mer, et l'océan l'envahit ... Mais elle porte néanmoins
pour revoir le fruit auquel tu ne voulais plus toucher?. dans son blason la fière et célèbre sentence: « Luctor
Tu savais, par ta propre expérience, que l'arrière-goût et emergo! » « Je lutte, mais j'émerge! »
de ce fruit est bien amer, et, pourtant, tu voulais le
connaître de nouveau ... Oui, pourquoi fléchissais-tu
un peu chaque jour dans la bonne résolution que tu
Vouloir beaucoup.
avais prise avec un si grand enthousiasme?
Crois-tu que Christophe Colomb eût jamais décou -
vert l'Amérique s'il s'était laissé décourager par ses « V aide velle! » « Vouloir beaucoup! » Quelle force i{
premiers échecs? Ne dut-il pas jusqu'à solliciter des dans cette expression latine! Et comme elle résume Ît\.
secours en différents pays pour subvenir aux frais bien le chemin du caractère! Car on ne fait pas son
de son voyage? On se moqua de lui, on l'appela coureur caractère avec des soupirs craintifs, des « je voudrais» .
)' d'aventures, on le traita de fanatique, Mais il se cram" doucereux, de faibles efforts sporadiques, mais seule-
'~ ponnait passionnément à son projet. N'avait-il pas ment avec un travail persévérant, une volonté toujours
toutes les raisons de croire qu'au-delà des mers, comme dirigée vers le but, et l'activité de toutes ses forces ;
tout ne pouvait pas être l'océan, il devait y avoir un morales et spirituelles.
continent inconnu ? .. Et il entreprit son grand voyage Quand saint François de Sales apprit que saint
d'exploration dont ses contemporains ne croyaient pas François Xavier venait d'être canonisé, il s'écria :
le voir revenir. « C'est le troisième François qui est proclamé saint.
« Nil tam difficile, quod non solertia vincit. » « Il n'y Je serai le quatrième! » Et il tint parole. Mais un accès
a pas d'obstacle que l'habileté ne peut vamcre, » de zèle n'y aurait pas suffi, n'est-ce pas ?. Souvent, les
jeunes gens voudra~ent bien ceci et cela. « Comme ce
Lève-toi donc, et en avant!
serait bon si c'était ainsi », disent-ils. Mais ils ne font
Tu es un jeune cœur.
pas le plus petit effort pour approcher de la chose
i, Et serais-tu seul contre cent,
:0 Il faut que tu sois le vainqueur!
désirée. Réfléchir à fond, se mettre au travail avec
(GOETHE).
courage et persévérer jusqu'au bout, - VQil~ le chemin
du caractère.
86 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE

Peut-on imaginer un plus bel éloge que l'épitaphe route du Simplon à travers un pays qui, précédemment, ':;
du major Dominik à Kribi dans le Cameroun: n'avait aucun chemin praticable. Quelle volonté de r
Au NOM DU SEIGNEUR ET PAR TOUS LES VENTS, fer! Si, à cette force exceptionnelle de volonté, s'était
NI A DROITE, NI A GAUCHE, MAIS EN AVANT, trouvée jointe en lui une aussi grande bonté d'âme,
Au BUT! si Napoléon avait su vaincre son égoïsme sans limite,
ce grand génie, très certainement, n'aurait jamais
L'homme qui possède une volonté ferme et résolue connu sa fin tragique.
, est capable d'accomplir des choses incroyables. Quoi qu'il en soit, en fait de volonté, tu peux bien
! De grandes forces latentes sont cachées en notre le prendre comme modèle.
t âme, - des forces plus grandes que nous ne pensons. Sur le portail d'un vieux château fort du moyen
Ces forces y sont comme enchaînées, mais il suffit que âge, se trouve gravé ce seul mot: cc Decrevi! » cc J'en ai
nous croyions fortement en elles pour qu'elles soient décidé ainsi! » Quelle volonté d'acier devait avoir le
délivrées de leurs chaînes. Dis-toi donc toujours en seigneur-maître de ce château pour s'être choisi une
commençant un travail : cc J'atteindrai certainement telle devise! J'en ai décidé ainsi, et, désormais, tout est
mon but. » Celui qui ne croit pas à la victoire, d'une bien réglé. Advienne que pourra, je le ferai! - Toi
foi inébranlable, n'a qu'une volonté faible et super- aussi, mon fils, commence par voir clairement le but
ficielle qui ne le mènera jamais au succès. Tu es parfaite- que tu veux atteindre. Puis, quand tu es bien fixé, ..
ment capable de faire tout ce qui est ton devoir. que ce soit la mort ou la victoire! .
Veux-tu rester un ver qui rampe à terre ou devenir
un aigle qui s'élève dans l'azur? Veux-tu traîner toute
ta vie dans la poussière du cc je voudrais », de la honteuse
A bas les Alpes! impuissance? Ou bien veux-tu t'élancer dans le ciel,
d'un geste décidé, comme font les oiseaux de proie? .j.
La vie réserve ses couronnes aux héros seulement. Pour
La vie de Napoléon nous offre un exemple magni- les rêveurs et les lâches, elle n'a que des bonnets de
fique de la volonté humaine capable de vaincre les plus polichinelle.
1 grands obstacles. L'empereur des Français venait de Ad augusta per angusta. Ce sont les chemins étroits
t
" faire la conquête de plusieurs pays et d'asservir de qui conduisent vers les hauteurs.
f nombreux peuples, lorsqu'on osa dire devant lui qu'il Lorsqu'au printemps de l'an 1848 le grand poète
1 ne parviendrait jamais à franchir les Alpes avec son hongrois Petofi préparait son célèbre poème intitulé
armée; ce qui l'empêcherait dc poursuivre sa marche cc Debout, Magyars! », dans son manuscrit original il
I triomphale. cc S'il en est ainsi, à bas les Alpes! » répondit avait d'abord écrit: cc En avant, Magyars! » - Un ami
I tranquillement Napoléon. Et il fit construire la célèbre du poète lui dit alors: cc Ce n'est pas bien ainsi. Il faut
88 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE

commencer par mettre la nation debout. Ensuite tu Et l'hiver le plus rigoureux devra céder le pas au ,~
pourras l'encourager à aller de l'avant et à travailler printemps!
pour la patrie. » Et Petüfi modifia immédiatement Un jeune homme ne doit jamais se laisser briser. f
le titre de son magnifique poème. Le travail est aux jeunes, le repos aux vieux. Pas de
Toi aussi, mon fils, commence par te mettre debout frayeurs, surtout! Et à l'assaut contre les difficultés!
au milieu des faciles « je voudrais ». Puis, en avant! La plupart des tâches semblent plus difficiles qu'elles ne
,'i Tends ta volonté, agis, travaille! Un point important, le sont réellement. Le proverbe anglais a bien raison :
~l
\ c'est de ne plus jamais te dire comme autrefois: « Hélas! « Il ne pleut jamais aussi fort qu'on le voit à travers la
je suis si faible, je ne réussirai sûrement pas. » vitre! »
Hésiter, lâches, Au malheur blême
Considère un peu comment Sénèque, tout païen qu'il t',
Chercher sa tâche, Dire: Quand même! était, pensait déjà sagement là-dessus : « Adversarum fi
Douter, se plaindre, Et tenir tête impetus rerum viri fortis non vertit animum » écrit-il %
Pleurer et geindre, A la tempête : (Prov. 2). « Le malheur ne peut briser un homme ~,
Cela n'apporte Cela appelle courageux. » - « Calamitas virtutis occasio est »
Jamais de mieux. L'aide des Dieux 1 (Prov. 4, 6). « La calamité peut faire naître la vertu. » ~
(GOETHE).
- « Ignis aurum probat, miseria fortes viros » ( prov. ;
5, 8). « Le feu éprouve l'or, et la misère l'homme fort. » ~:
L'histoire des grands hommes contient une foule
d'exemples de nature à nous encourager. Souvent .;'
Face au destin ! le destin lui-même semblait s'être mis contre eux. Les ~,
obstacles surgissaient en masse devant leurs projets. ;:
Mais ils prenaient un noble plaisir à leur opposer leur ;
Sous le portrait de tout grand homme, on pourrait vouloir et ils finissaient par les vaincre. C'est là où la
écrire : Il sut vouloir! Un jour, la sœur de saint Thomas nature est toujours propice - aux pays du printemps
r d'Aquin lui demanda : « Que faut-il faire pour gagner éternel - que l'on trouve des hommes mous et sans
,~. son salut éternel? » - « Il faut le vouloir! » répondit énergie.
:1 simplement le saint. Je t'ai parlé plus haut des pénibles angoisses que
Il ne sied pas au jeune homme de baisser la tête, Christophe Colomb dut endurer avant de réaliser ses
d'un air abattu, devant les obstacles; il lui sied, projets. Pendant dix-huit ans il arpenta les cours de
i au contraire, de regarder courageusement, bien en l'Europe où, partout, la calomnie travaillait contre lui.
:\ face, les difficultés qui se dressent sur son chemin. Mais son noble enthousiasme et sa volonté tenace
i Le ciel peut être tout noir de nuages, - peu importe. finirent par triompher de toutes les intrigues, et il put
Un jour viendra certainement où le soleil reparaîtra. enfin exécuter le~grand rêve de sa vie : s'en aller à la
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE

recherche d'un continent nouveau. Sais-tu quel ' âge il tromper, on s'enrichit bien vite. » - Il se garderait bien
avait à ce moment? Cinquante-huit ans! D'ordinaire, de reconnaître que son concurrent se donne plus de peine
!. on prend sa retraite à cet âge-là. Lui, c'est seule- que lui, qu'il est plus adroit, qu'il est plus sérieux.
ment alors qu'il put commencer la tâche qu'il s'était Il n'avouera jamais qu'il doit sa prospérité, non à ses .
;\
imposée. - Beethoven, le célèbre compositeur, était vices, mais à ses vertus, à son goût obstiné pour le h
. presque complètement sourd lorsqu'il créa son plus travail, à son habileté, à son énergie infatigable, à sa . .
\,
beau chef-d'œuvre. - Moïse, le grand libérateur des prévoyance; et que, s'il ne réussit pas lui-même, ce
Israélites, parlait en bégayant; avec l'aide de Dieu et n'est pas parce qu'il est honnête, mais parce qu'il est 1
en reconnaissant humblement son imperfection, il maladroit, trop relâché, parce qu'il a la dépense trop :
devint pourtant le chef de son peuple. facile et qu'il ne se soucie guère de ses propres affaires . •
Ne sois donc pas pessimiste! Ne gémis pas: « Moi,
c'est en vain que je commence quelque chose; le destin
me persécute; je ne réussirai jamais rien. » Ne dis pas,
comme disent tant d'autres: « Si j'ai de la chance, les Les treize braves.
cailloux eux-mêmes se changeront en or; si je n'en ai
pas, je me casserai fatalement le cou. » - Mais, si
le sort te persécute, fais-lui face et regarde-le dans François Pizarre, le conquérant du Pérou, se trouva •
les yeux. Surtout, ne reste pas inactif! Les paresseux un moment, au cours de son voyage d'exploration,
et les incapables, seuls, se consolent, en disant que dans une situation particulièrement pénible: l'équipage
« la chance favorise les imbéciles »; cela leur donne du navire était révolté contre lui et exigeait le retour.
, la satisfaction de se croire très intelligents. Les hommes Mais Pizarre prit la parole : « Au nord de cette ligne,
sont tellement vains qu'ils accusent toujours les 'autres dit-il, une vie facile et exempte de dangers nous attend,
aux heures de revers. - mais ce serait pour nous l'échec et la misère. Au sud,
Sais-tu comment un élève paresseux se lamentait au contraire, il nous faudra faire des efforts inouïs,
un jour que son camarade plus appliqué venait de engager une lutte difficile, endurer des privations,
faire une belle réponse? « Bah! sa mère a envoyé un mais ce sera le succès, l'honneur, la richesse et la
jambon au professeur, pas plus tard qu'hier! Ah! si gloire! .. . Choisissez donc vous-mêmes! » Et l'équipage,
nous avions des jambons à perdre, nous aussi !... » presque au complet, choisit le nord. Il ne se trouva
Et, pour tout l'or du monde, il n'aurait reconnu que que douze hommes, avec le commandant, pour mettre
son camarade était plus studieux que lui et que c'est le pied de l'autre côté de la ligne tracée par Pizarre
pour cela qu'il faisait des progrès. sur le pont du bateau. Et ces treize braves, au prix
Regarde encore ce commerçant qui calomnie son sans doute de bien des privations, mais sans se laisser
collègue : « Quand on ne se gêne pas pour voler et rebuter par les difficultés, firent triompher l'entreprise.
OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 93
92 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
Et quelle extravagante folie de se donner la mort
Il ne faut jamais perdre la tête sous les mauvais pour éviter les épreuves de l'existence! Aussi longtemps
coups de la fortune. Il y a des gens qui ont une foule qu'on est vivant, on peut toujours espérer l'occasion
d'épreuves à supporter au cours de leur vie; on dirait de se relever d'une catastrophe, de réparer une chute
presque qu'ils sont poursuivis par le malheur. Si cela honteuse. Par contre, le malheureux qui se tue se prive
i,te tombait en partage, ne te décourage pas, ne te laisse lui-même de cette unique possibilité de réparation,
pas briser! Au contraire, résiste de toutes tes forces, et, de plus, il ajoute l'horrible péché du suicide à ses
travaille dur et ne désespère jamais! autres péchés non expiés". « Palma sub onere crescit. ))
,'. Ceux qui remplissent leur devoir l'âme joyeuse et les « C'est la charge qui fait pousser le palmier. » J'ignore
lèvres souriantes font toujours leur chemin dans la si cette vieille sentence est juste; mais je sais parfaite- i'
vie. Ils sont calmes quand tout leur sourit, et braves ment qu'un homme à la volonté ferme, loin de se laisser !,
quand tout leur résiste, selon le conseil du poète latin: briser par les malheurs, s'en fait souvent une échelle t,
Aequam, memento, rebus in arduis, pour monter plus haut.
Servare mentem, non secus in bonis. Jules César, en débarquant en Mrique, trébucha
à sa descente de bateau et tomba à terre. Tout effrayé,
Admettons que tu perdes ton emploi, ta posltlOn. son entourage superstitieux chuchota que c'était un
1: Ce serait un bien grand malheur. Mais il ne faudrait mauvais présage. Mais César se ressaisit sur-le-champ.
:' pas te laisser aller au désespoir, comme s'il n'y avait « Je t'embrasse, Afrique!» cria-t-il d'une voix théâtrale,
:' pas d'autre place ailleurs, dans le monde, pour toi! Tu en étendant les bras. Et (( l'amen du mal » lui porta
ne peux pas savoir quelle est l'intention de Dieu rela- bonheur.
tivement à cette interruption subite de la carrière que La lutte et les privations ne sont pas seulement "
tu t'étais choisie. Peut-être que, par cela, justement, (; du mal »; elles sont aussi la source de vertus héroïques.
Il voudrait te diriger vers ta vraie carrière, ta vraie Sans la tentation, pas de maîtrise de soi. Sans l'épreuve, '
vocation, comme Il le fit un jour pour le bienheureux pas de solidité. Celui qui lutte devient plus fort. ~Î
Edmond Campion, le favori de la reine Élisabeth C'est en exil, alors qu'il était dans la plus grande misère,
d'Angleterre. Al' occasion d'une fête brillante, Campion que Dante écrivit son chef-d'œuvre : (( La divine
devait se produire à cheval: il montait admirablement. comédie ». C'est pendant une grave maladie que
Mais, cette fois-ci, il tomba de son coursier et, au lieu Schiller composa ses meilleurs drames; et c'est peu
des acclamations accoutumées, il ne connut que des avant sa mort que Mozart acheva son (( Requiem ». Il i:
railleries. Campion profita de la leçon ... Il se repentit ne serait pas bon pour le fleuve que chaque œuf de i
de ses péchés, se sentit appelé au sacerdoce, se fit poisson se développât, ni pour le jardin que chaque i
jésuite, devint missionnaire et donna sa vie pour le fleur portât son fruit. Il ne serait pas bon, surtout, (:
Christ. Sans son « malheur », peut-être aurÇli~-il payé pour l'homme que toutes ses entreprises réussissent. fr
sa haute situation au prix de son âme. .
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 95
94
' -\
" Le succès constant nous enorgueillirait facilement; J'ignore si tu as déjà couru le danger des éloges
l'insuccès,au contraire, nous enseigne l'humilité. abusifs, si on ne t'a jamais salué comme le grand
L'homme peut tout supporter ici-bas, excepté le pianiste ou le grand peintre de l'avenir. Mais je te 1
1
t' bien-être continuel. demande instamment, mon fils, si Dieu t'a réellement l

donné quelque talent artistique, de le cultiver autant !


il L'homme supporte tout dans la vie,
que tu pourras, mais sans perdre pour cela ton juge- \
Sauf les bons jours en longue série. 11
ment sain. Ne t'imagine pas trop facilement que
(GOETHE).
tu deviendras un poète célèbre ou un musicien de
renom, et que, pour cette raison, tu n'as plus besoin
d'étudier d'autre matière. Certainement, tu dois soigner
Le danger du succès.
le talent que Dieu t'a donné, mais cela ne doit pas
t'empêcher d'obtenir un diplôme ou d'apprendre un ,
Je sais bien que le succès est un grand encouragement
métier qui pourra te faire vivre. Ce serait une grande
pour l'homme, qu'il l'aide à persévérer dans ses efforts,
faute de vouloir se fier uniquement à ses compétences.
et que nous sommes vite démoralisés quand rien ne
Dès que tu seras devenu adulte, tu te rendras compte
nous réussit. Je comprends parfaitement aussi que les
que le marché des talents est plein de talents médiocres,
succès et les éloges fassent plaisir à un jeune homme.
et que ceux-là n'arrivent presque jamais à rien dans
" Et pourtant, mon fils, je voudrais t'exhorter à ne jamais
l'existence qui ont fondé toutes leurs espérances sur
te laisser séduire par ces avantages. Car, s'il est vrai que
leurs œuvres artistiques. Et puis, avoue-le-toi encore,
, la non-réussite peut parfois briser l'énergie, il arrive
on se rend plus utile à l'humanité en confectionnant une
; bien plus souvent encore que les louanges reçues trop
paire de bottes bien cousues qu'en écrivant un volume
vite ou imaginées seulement causent la ruine des talents
entier de vers confus ou en barbouillant quelques
les plus sérieux.
mauvaises croûtes.
Voici un jeune homme qui commence à jouer du
violon ou à faire de la peinture. A un grand dîner,
ses parents et ses amis l'applaudissent comme un
Où est l'Asie?
nouveau Mozart ou un nouveau Munk:lcsy, Il ne lui
en faut pas davantage : il se prend sur-le-champ pour
un génie capable d'ébranler le monde, pour un
S'il ne nous est pas permis d'exagérer les talents que
« surhomme », et il commence à se conduire comme
Dieu nous a donnés, que dirons-nous des jeunes gens
il s'imagine que cela sied à un maître. Il devient pédant,
qui se vantent continuellement de « leur science »?
original. Rien ne fait plus impression sur lui. Il critique
Rien n'est plus grotesque que ces gamins de seize ou
à tort et à travers. Et, surtout, il n'étudie plus. « C'est
dix-sept ans qui s'enflent de leur savoir comme la
mon talent qui me fera vivre », dit-il.
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 97
grenouille de La Fontaine. C'est incroyable tout ce
sances humaines qui pouvaient bien se nicher dans la
qu'ils savent déjà! Pour eux, le professeur n'est qu' « un
tête de ce gamin si fier de lui! Et compare ses réflexions
être inutile », et le livre d'études qu'une stupidité ...
avec celles que faisait lYewton, le grand savant en
i. Ils ont déjà tant appris qu'ils peuvent se permettre
histoire naturelle, après les brillants résultats de ses
d'être incroyants. Et ... si la poudre n'eût pas déjà
recherches. Son travail, écrivait-il, ressemblait à celui
j; été trouvée, il y a longtemps qu'ils l'auraient découverte!
du petit enfant qui ramasse des coquillages sur la
Je ris encore en me rappelant une certaine leçon de
rive de l'océan immense :
latin qui tourna bien mal pour un jeune homme qui
« J'ignore ce que le monde pense de mon travail;
se vantait de tout savoir. Le professeur dictait des
mais, pour moi, dans toutes mes recherches scienti-
textes que ses élèves, après quelques instants de
fiques, je n'ai jamais été qu'un enfant qui joue s~r la
réflexion, devaient écrire en français sur leur cahier.
plage. Quelquefois, peut-être, j'ai trouvé un cal~lou
Et le devoir de mon savant jeune homme était plein
plus rond ou un coquillage plus joli que n'en trouvaient ·
de phrases comme celles-ci :
mes compagnons; mais l'océan de la vérité est toujours .
Hannibal ante portas = Annibal qui était précédem-
resté un mystère à mes yeux. »
ment portier; ... Caesar militibus omnibus in Galliam venit
La jeunesse d'aujourd'hui ferait bien de se rappeler
= César et ses soldats allèrent en Gaule en omnibus, etc.
aussi les paroles du grand écrivain anglais If~lter
Et puis, il y avait une ligne que le professeur lui'-
Scott qui disait modestement après un travail assidu
même ne parvenait pas à s'expliquer. Il s'agissait
d~ piusieurs dizaines d'années : « Tout le long de ;'
de l'ode connue d'Horace adressée à Mécène, qui
ma carrière, ma propre ignorance m'arrêtait et me ;~
commence ainsi : « Mecenas, atavis edite regibus! »
tourmentait. »
« 0 Mécène, toi qui comptes des rois parmi tes
Tu vois que plus on sait, plus on est humble. Plus
ancêtres! » Or, savez-vous ce qu'il y avait d'écrit sur le
on apprend, en effet, mieux on se rend compte que le
cahier? « Tu me mangeras pour souper, mais l'oiseau
plus savant des hommes ignore beaucoup encore . .
mangera des rois.»
Socrate disait avec raison : « Le plus haut degré dU )l
« Ah çà, Dupont, qu'est-ce que tu as écrit là?
~~~oi~ humain est de se rendre compte que nous ne ~
demanda le professeur.
savons rien. » Et Sénèque a écrit : « Beaucoup de gens
- Mais, Monsieur, j'ai traduit votre texte!
seraient devenus sàges s'ils ne s'étaient pas imaginés !\
- Quel texte?
l'être déjà. » Et le proverbe hongrois n'a p.as tort: •.
- Mais celui que vous avez dicté, Monsieur le
« Si tu avais de l'esprit, tu ne t'en vanteraiS pas. » \
professeur. Me cenas, at avis edit e regibus! »
On a l'habitude de dire que les poules qui caquettent .
Un fou rire secoua toute la classe. Et notre élève
beaucoup pondent peu : « Poule crie pour deux;
ne se vanta plus jamais de son savoir.
où restent les œufs? » Et c'est cette même pensée
Pense un peu, mon fils, au petit nombre de connais-
qu'un vieux prédicateur allemand, Abraham a Santa

Le Caractère. 7
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 99
'.'\ Clara, exprimait ainsi: « La bêtise et l'orgueil regardent ton existence, de ne jamais être contraint d'emprunter; i
\ du même œil. » il est toujours difficile de rendre. Mais prends garde
Un jour, Alcibiade se vantait devant Socrate, son surtout de ne faire aucune dette tant que tu ne gagneras .;
maître, de ses immenses domaines des environs toi-même de l'argent, tant que tu vivras du travail de .
d'Athènes. Socrate étendit alors devant lui une grande tes parents. Un jeune homme qui s'endette prépare
carte géographique. « Montre-moi où est l'Asie! » sa propre ruine. « Les dettes engendrent une progé-
lui demanda-t-il. Et Alcibiade lui indiqua le vaste niture terrible; le mensonge, la bassesse, l'avilissement,
continent. - « Bien! Et maintenant, où est la Grèce? » la fourberie en naissent facilement. Les dettes creusent
Et Alcibiade lui montra la Grèce. Mais qu'elle était des rides précoces sur des visages jusque-là loyaux
petite en comparaison de l'Asie! - « Et où est le et sincères. Elles taillent le cœur d'un honnête homme
Péloponèse? » Alcibiade eut de la peine à tro:uver le comme avec un couteau » (Jerrold).
petit point sur la carte. - « Et où est l'Attique? » En faisant des dettes, on devient esclave, dans une
L'Attique y était presque invisible. - « Eh bien, certaine mesure, car on vend sa liberté. Si on ne peut
conclut Socrate, montre-moi à présent où sont tes payer au jour fixé, on tremble de rencontrer son .créan-
propriétés si étendues? » Elles n'étaient nulle part cier. Et si on ne peut pas l'éviter, ou bien on lm ment
sur la carte. effrontément, ou bien on est obligé de baisser la tête et
Ne crois donc pas, mon fils, que tu as de grandes de s'humilier. Il vaut mieux se coucher sans manger que
propriétés spirituelles. Le plus grand savant lui-même de se réveiller avec des dettes, car le proverbe a bien
ne possède qu'un tout petit grain des immenses trésors raison de dire : « Sac vide ne reste pas debout. » De
de la science du monde . .. Ne te conduis pas comme plus, l'argent emprunté porte rarement bonheur. C'est
si tu étais le centre de l'univers; tu n'es qu'un tout un fait ratifié par l'expérience qu'on le dépense plus
petit point microscopique dans l'œuvre de la création ... facilement que celui qu'on a gagné soi-même par son
1 Et si l'un de tes camarades se vante devant toi de son travail. .. Garde-toi de faire des dettes. Et ne prête
• j
grand savoir, demande-lui modestement: « Mon ami, pas ton argent à autrui. ,
dis-moi où est l'Asie? » Dans certains cas, lorsque tu te trouves en presence
d'un besoin réel, tu peux sans doute te départir de
cette règle; mais, le plus souvent, tu fais du bien à
Veux-tu me prêter? celui qui te demande un prêt en le lui refu~ant. S'il
se fâche contre toi à cause de cela, ne t'en attnste pas : (,
Il est très facile de se faire une idée du caractère d'un ce n'est pas un véritable ami... De ton côté, si t~
jeune homme en observant 'les moyens qu'il emploie dois toi-même emprunter, ne t'adresse pas à un aml;
pour se procurer de l'argent, et sa manière de l'épargner la relation de créancier à débiteur créerait inévita-
ou de le dépenser... Fais en sorte, toi, au cours de blement une tension désagréable entre vous.
lOb LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 101

Fais ton profit de cette réponse faite par un sage de vivre pour l'argent seulement est indigne d'un homme. "
Perse à un derviche qui lui posait un jour la question Courir après l'argent ne peut être un but digne d'une i
suivante : {( Que dois-je faire? On me dérange conti- existence humaine; l'argent n'est qu'un moyen pour :
nuellement. Les visiteurs gâtent mes moments les se procurer des biens plus nécessaires à la vie. Et si, 1
'1 plus précieux. » Et le sage de lui répondre : {( Prête un hélas! le veau d'or a encore autant d'adorateurs que ·
: peu d'argent aux pauvres, et demande un prêt aux jadis, au temps où les Juifs se prosternaient devant lui
riches : tu verras que les uns et les autres ne repa- dans le désert, - si, aujourd'hui encore, on estime !
. raîtront plus. » souvent les gens d'après leur automobile ou leurs '
" Que de vols, de tricheries, de fraudes, de faiblesses propriétés, - je te demande instamment à toi de ne ;\
morales et de suicides auraient pu être évités si les les juger que sur l'honneur! "
malfaiteurs avaient appris dans leur jeunesse à manier Un jour, un homme extrêmement riche déclara sur
l'argent avec prudence! son lit de mort: {( Pendant quarante ans, j'ai travaillé
comme un esclave pour amasser ma fortune; le reste
dé ma vie a été employé à la garder comme l'aurait
fait un détective; et qu'ai-je reçu pour tout cela?
Le démon de l'argent. Ma nourriture, mon logement et mes habits .. , rien
de plus. )) Saint Bernard a eu bien raison de dire : r
Jadis, avant la guerre mondiale, un étudiant ne
{( On amasse la fortune avec peine, on la garde avec
inquiétude et on la perd avec douleur, ))
l
disposait que de très peu d'argent. Ses parents lui
donnaient tout au plus quelques francs comme argent
Le bonheur n'est pas dû à la puissance,
de poche qu'il pouvait dépenser à son gré. Et il s'en Ni au luxe, à la splendeur et à la gloire;
contentait. Mais aujourd'hui, en ce temps anormal Et l'océan, dans sa magnificence,
où nous vivons, la soif de l'argent, le « auri sacra fames», Ne vaut pas le ruisseau pour qui veut boire.
trouble bien des âmes de jeunes gens. Il n'est pas
(REVICZKY)
rare d'en voir spéculer, jouer déjà à la Bourse. Il n'y
a que très peu de temps, un jeune homme de dix-
N'est-il donc pas permis d'amasser de la fortune,
:( sept ans ne se suicidait-il pas parce qu'il ne pouvait
même par des ,moyens honnêtes? Mais si. Seulement
t payer les pertes qu'il venait de faire à ce jeu? Quelle
la fortune a ses obligations, et un homme riche qui
l affreuse tragédie! Il ne sera donc pas inutile de parler
néglige de faire autant de bien qu'il peut pèche grave-
un peu ici de ce sujet.
ment. Selon l'enseignement sublime de Notre-Seigneur,
{ Je voudrais, mon fils, que tu eusses des vues très
il n'est permis d'amasser des richesses que si on les
i nettes sur la valeur de l'argent. Sans doute, on ne peut emploie à faire la charité. Oh! il ne faut pas être com-
~ vivre sans argentj mais il est tout · aussi certain que
102 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 103

muniste, ni nier le droit de propriété; mais il faut recon- vivras toi-même de cette autre pensée, si méconnue,
naître que les énormes fortunes privées qui existent hélas! par tant de gens riches, que Dieu t'a seulement
encore aujourd'hui n'ont pas été amassées par le seul prêté ta grande fortune, et que, à ton dernier jour, tu
propriétaire, que des centaines d'ouvriers les ont arro- auras à lui rendre un compte exact de son emploi.
sées de la sueur de leur front, - et que, par conséquent, Crois-moi, si tous les gens riches vivaient ainsi - et
ces fortunes, en partie du moins, doivent être c'est cela que notre religion chrétienne leur demande
utilisées pour le bien public, le bien de l'humanité de faire - la question sociale, qui recèle tant de dangers i

tout entière. et qui menace le monde d'un profond bouleversement,


« Noblesse oblige JJ dit une devise bien connue. pourrait être résolue en un seul jour.
Mais la fortune oblige, elle aussi! Elle oblige à aider,
à faire la charité ... N'oublie jamais les graves paroles Ta fortune et tes larges revenus
Seront pour toi une bénédiction s'ils te servent à donner plus.
de Constantin le Grand : « :Ëtre empereur, c'est
l'affaire du sort; mais, si le sort t'a mis sur le trône, (KAZINCZY).
tâche de remplir dignement tes fonctions! JJ - Jete
demande, mon fils, surtout si Dieu t'a donné des Oui, donne à ton prochain, donne à ta patrie!... On
parents riches, de cultiver en toi le sens social et de
1,'/\ demandait un jour à quelqu'un, devenu puissamment
te pénétrer de bonne heure de la conception chrétienne riche après avoir été excessivement pauvre, comment il
) de la charité. « La richesse durcit le cœur plus vite avait fait pour amasser une telle fortune? « Mon père,
, que l'eau bouillante durcit l'œuf JJ, dit Borne. répondit-il, m'a appris à ne jamais aller jouer avant
Si tu es le fils d'un industriel ou d'un négociant, d'avoir fini mon travail et à ne jamais dépenser
songe un peu au nombre de mineurs qui suent et l'argent avant de l'avoir gagné. JJ Ces paroles si simples
peinent dans les entrailles de la terre à la lueur d'une cachent la plus grande sagesse. Ne pas dépenser à la
petite lanterne clignotante, - à celui des ouvriers qui légère l'argent que d'autres ont gagné! On n'est pas
travaillent près des forges brûlantes et des locomotives indépendant, on n'est pas homme, aussi longtemps
lancées à toute vapeur, - à celui des accidents dont qu'on dépense l'argent des autres ... Et, même pour un
ils peuvent être les victimes dans leur dure besogne. étudiant, il ne pourrait en être autrement. Il est naturel,
C'est tout cela pourtant qui apporte des revenus sans doute, qu'il dépense l'argent de ses parents. Mais
, énormes dans le coffre-fort de ton père. Tous ces qu'il se garde bien de dépenser ne fût-ce qu'un centime
pauvres gens ont une famille : une femme, des enfants en superfluités !... De même, qu'il n'achète jamais
i - des enfants comme toi - qui n'ont souvent rien à crédit; c'est-à-dire qu'il ne dépense jamais
pas de quoi manger!.. Si ces pensées trouvent le chemin l'argent dont il n'entrera en possession que le lendemain
de ton cœur, tu sauras les aider, ces petits, selon tes ou le surlendemain!
moyens. Mais, ce qui est plus important encore, tu Dépense toujours moins que tu possèdes. Combien
,r
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 105

sont mécontents de leur sort, non pas parce qu'ils retirer sa main ... Regarde-le s'approchant de l'arbre,
manquent de ressources, mais parce qu'ils se croient mettant sa main dans le sac et saisissant une poignée
dans l'impossibilité de réduire leurs dépenses? Combien de son aliment favori. Quand il se rend compte qu'il
de grands propriétaires, maîtres de fortunes immenses, ne peut plus retirer son poing, il grimace et s'agite;
sont tombés dans la pauvreté pour n'avoir pas obéi il hurle, se débat, fait les mouvements les plus violents.
à cette seule règle. Ils n'ont pas voulu croire ce que Mais c'est en vain. Le nègre s'approche et le capture ...
Walter Scott fait dire à l'un de ses héros historiques: Qu'il est bête, n'est-ce pas? ce pauvre singe. Il n'avait
« Plus d'âmes ont été mises à mort par l'argent que de qu'à desserrer le poing et à lâcher le riz pour recouvrer
corps par le fil des épées. » - Des gens aux revenus sa liberté! Mais voilà : plutôt la captivité, plutôt la
moyens, par contre, vivent tranquilles et sans soucis mort que de renoncer à son butin! ,
en économisant. Prends garde, mon fils, que l'amour déréglé de !{
Beaucoup de jeunes gens ne savent pas manier l'argent ne te captive de la même manière et ne te jette :;
l'argent. Je parle de ceux qui sont incapables de passer dans la prison des plus noires passions! .
devant une confiserie, un magasin de photo ou d'articles On ne peut pas vivre sans argent, je le répète. Mais
sportifs, une exposition de timbres ou un cinéma, il y a une chose que nous devons nous garder d'oublier:
chacun selon ses penchants, sans y entrer aussitôt, s'ils c'est que nous ne devons jamais être les esclaves de
ont quelques sous dans leur poche. Ces jeunes gens-là l'argent, c'est que l'argent, au contraire, doit être notre "
auront beau manier des revenus immenses quand ils serviteur. L'argent n'est qu'un moyen, et il importe
seront hommes, ils ne seront jamais satisfaits; ils ne de ne pas en faire un but.
seront même jamais riches, car la fortune fondra entre Oui, si tu ne le laisses pas régner en maître sur
leurs mains comme la neige au soleil. ton âme, l'argent peut être pour toi un bon serviteur.
Il peut augmenter tes valeurs spirituelles, te donner
le droit de premier-né des fils de Dieu en échange du
plat de lentilles des avantages matériels. A la mort de
Comment capture-t-on les singes? quelqu'un on se demande souvent : Combien a-t-il
laissé de fortune? Cela n'a pourtant aucune impor-
tance. Ce qu'il faudrait plutôt demander, c'est ceci:
Sais-tu comment les nègres capturent les singes? Combien d'aumônes a-t-il faites ?. 0 dives, dives! Non
D'une manière très spirituelle. Ils attachent solidement omni tempore vives! Si riche que tu sois, tu ne vivras '
à un arbre un sac de cuir rempli de riz, le mets préféré pas éternellement!
des singes. Ce sac a une ouverture tout juste assez L'intelligence de l'homme a su vaincre et subjuguer
grande pour laisser passer la main de l'animal, et bien des forces de la nature; elle a courbé l'électricité,
celui-ci, s'il ferme le poing sur le riz, ne peut plus en le feu, la vapeur sous son joug. L'âme chrétienne
106 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 107

est également capable de faire servir ses nobles buts ainsi un argent qui a coûté aux siens tant de travail
par le démon de l'argent. et de privations!... Essaie, toi, de toujours mesurer
Je veux encore te dire - tout en espérant que tu n'as tes plaisirs à tes moyens. Si tu dépenses plus que tu
pas besoin de ce conseil-là - que les jeux d'argent gagnes, ton malheur est tout prêt.
ont une très mauvaise influence sur la vie morale. -
Les jeux de cartes ne te conviennent pas, même si tu
jouais sans argent. C'est une distraction qui ne procure
aucun délassement aux étudiants. Après être restés Vivre selon ses moyens.
assis une grande partie de la journée, ils ont besoin de
prendre du mouvement. Quant aux jeux à l'argent,
on ne saurait en aucune circonstance les approuver Tu ne me croiras peut-être pas, mais je t'assure
pour eux. La compagnie de tels joueurs, se com- que, si tu veux devenir riche, la première question .
posât-elle de capitaines de hussards et de jeunes que tu dois te poser n'est pas celle-ci : « Combien r
comtes, n'est jamais bonne pour un jeune homme puis-je gagner? »••• mais cette autre : « Est-ce que je \
au caractère sérieux. Le ton et le genre des discussions sais économiser? »
au cours des parties, l'ambiance, la surexcitation des « Qui est le plus riche? » demandait-on un jour à
nerfs sont de nature à ébranler la finesse d'une âme; un sage de la Grèce du nom de Cléanthe. « Celui qui
et ne pourrait-on pas citer le nom de nombreux jeunes se contente du moins », répondit-il. Des prétentions
gens à qui souriait un brillant avenir et dont la ruine modestes, mon fils, sont le meilleur moyen de faire
physique et morale commença à la table de jeu, continua progresser ses affaires matérielles et, plus tard, d'établir
entre les bras des usuriers, et finit dans le suicide?. son indépendance: PI,us on sait rétrécir ses prétentions, 1
Oui, on pourrait en citer de ces cas tragiques, et jusque plus on gagne d'mdependance sous tous les rapports. i
dans les classes les plus élevées. Or, la civilisation moderne a précisément le grand tort \
Et ne crois pas que le danger de cette passion de de créer en nous des désirs toujours nouveaux. Et
l'or n'existe que pour les adultes! Un jeune homme qu'arrive-t-il? Il arrive ceci, que, de deux jeunes
pauvre peut toujours avoir un camarade d'école riche, gens qui se lancent dans la vie, doués des mêmes talents
pour qui les études ne sont qu'une occupation secon- et animés d'un même zèle, c'est toujours le moins
daire auprès de toutes sortes de distractions qu'il ambitieux qui fait la plus belle carrière. Oui, l'absence
met au premier plan. Mais, malheur à lui si « l'amitié d'ambitions est déjà une source de revenus.
flatteuse » de ce compagnon lui tourne la tête et si, Plus on a de prétentions, en effet, plus on est l'esclave
pour lui plaire, il commence, lui aussi, à dissiper des jouissances. D'où viennent tous ces vols, toutes
l'argent que ses parents peu fortunés ont gagné avec ces escroqueries, toutes ces fraudes que nos journaux
tant de peine! Il n'est qu'un sans-cœur pour gaspiller relatent presque tous les jours? De ce que les hommes
108 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 109

pratiquent le renoncement? Oh! non, et cent fois non. vaniteux : que de dépenses inutiles il fait, sous le
Mais seulement de ce qu'ils veulent jouir. .. Et d'où seul prétexte que « les autres» font de même : tabac,
'i\ ces millions dc mécontents? De ce qu'ils dépensent habits à la mode, futilités de toutes sortes, con-
1 plus qu'ils n'ont ... Et d'où encore tous ces suicides? fiserie, etc. Mais le vaniteux jouit à peine de ce luxe,
De ce qu'ils n'ont que des désirs et ne veulent pas car il ne le fait que pour plaire aux autres. Que
connaître leurs devoirs. d'hommes ne se sont ruinés que parce qu'ils avaient
Si pauvre que l'on soit, on devrait toujours mettre voulu se procurer des habits, des chapeaux, des diver-
quelques sous de côté pour se constituer une petite tissements, des chevaux et des automobiles, « comme
f réserve, si nécessaire aux jours de maladie, d'accident les autres »!
! ou de vieillesse, en ces temps où on ne peut plus Efforce-toi surtout de dépenser le moins possible
compter sur son travail. L'homme qui gagne beaucoup, tant que tu ne disposeras que de l'argent de tes parents. 1

i
mais dépense tout ce qu'il gagne, n'est jamais loin - Lorsque tu gagneras ta vie toi-même, je n'aurai
de la pauvreté. Il n'a pas le sentiment de la sécurité plus besoin de t'exhorter à modérer tes désirs. -
de soi que donne le capital épargné, si mince soit-il. - Je te dirai, d'ailleurs, que je ne suis nullement satisfait

l~
Et on peut toujours faire cela, même lorsqu'on n'a de cette expression : gagner de l'argent. Elle semble
qu'un revenu modeste. Et celui qui ne le fait pas se dire que c'est chose facile. L'Anglais « fait» de l'argent
condamne, matériellement parlant, à toujours végéter. (to make money). L'Allemand le « mérite » (geld
f, Et c'est dès l'enfance qu'il faut apprendre à écono- verdienen). Nous, nous le « gagnons ». C'est pourquoi,
miser. L'économie fortifie notre caractère et élève notre peut-être aussi, nous le dépensons si facilement!
sentiment d'indépendance. Au contraire, l'habitude de L'économie a toujours un grand avantage. Grâce
1 dépenser nous rend légers et nous conduit à la ruine ... à elle, le jeune homme le plus pauvre se met en état 1
Pourquoi donc est-ce si rare de trouver un jeune d'aider ceux qui sont encore plus indigents que lui;
J
homme économe? Parce que l'économie est une chose et c'est là un bonheur spirituel dont personne ne :
plutôt difficile. devrait se priver. C'est déjà si beau de voir un étudiant i ;1

« Mais je suis un étudiant pauvre, et comment, dès donner à l'un de ses camarades pauvres ce qu'il ne tient r
i

lors, puis-je commencer à économiser? » demandes-tu que de ses parents riches; - mais prélever quelque
peut-être. chose sur ce qu'on a gagné soi-même et faire un Il,
'.1 Commence par noter exactement, chaque jour, tes sacrifice personnel pour venir en aide à une vraie
revenus et tes dépenses, et ne dépense jamais plus misère, quelle joie sublime cela procure, et, pour l'édu-
que tes revenus. Ensuite, ne perds jamais un sou cation d'un caractère, quel appoint cela représente!
\, à des achats superflus. Quand on achète des choses Celui qui sait en rabattre sur ses prétentions,
dont on n'a pas besoin, on est bientôt obligé de vendre c'est .. à-dire celui qui sait économiser, saura toujours
celles dont on a besoin. Observe le jeune homme faire du bien, même avec un revenu modeste, Il en
110 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE II 1

fera plus peut-être que cet autre qui a une grande tf Et qu'est-ce donc qui lui manque, à cet homme qui J
fortune et de grandes ambitions. ne fait rien du tout? La joie du travail. Le travail est Jq
Summae opes inopia cupiditatum, dit Sénèque. « La un excellent éducateur pour le caractère; il nous habitue .
i plus grande richesse, c'est de ne pas avoir de à la maîtrise de nous-mêmes, à l'abnégation, à la
prétentions. » persévérance, à la réflexion.
Celui qui a été contraint à l'inaction pendant un
temps plus ou moins long - pour cause de maladie,
par exemple - sait seul estimer à sa juste valeur le
Les joies du travail.
bienfàit du travail. En interdisant à un prisonnier tout
travail, on augmente la rigueur de sa punition, on le
Si tu aimes ta patrie, réfléchis un peu à ce que le torture atrocement. Rester des heures, des jours, des
comte Istvcm Széchényi, « le plus grand des Magyars ", semaines, sans rien faire, dans une cellule étroite, -
écrit dans l'un de ses livres: « La vraie puissance d'une cela peut conduire à la folie.
nation est dans le nombre de ses citoyens cultivés ... En l'année 211, l'empereur romain, Septime Sévère,
; Ce ne sont pas les plaines fertiles et les montagnes riches était gravement malade, en Bretagne. Le tribun vint
" en minéraux qui rendent fort un État, c'est l'esprit lui demander le mot d'ordre de l'armée. « Laboremus II
" qui sait les utiliser sagement. » « Travaillons ", répondit l'empereur, - l'empereur
Ne crois pas qu'un jeune homme paresseux et malade. Il savait que pour chacun le devoir naît avec .\/
indolent devienne jamais un membre utile de la société? la vie et qu'il ne prend fin que lorsqu'on cloue sur 1,1
Ne crois pas qu'une jeunesse sans principes et ennemie lui le couvercle du cercueil. ~
du travail puisse jamais assurer l'avenir de sa patrie? Sans travail, la vie n'est qu'un songe vain et inutile.
Comment pourrait-il remplir son devoir à l'âge mûr, L'esprit de l'homme paresseux perd sa lucidité, et
celui qui, jeune homme, ne fait que ce qu'on l'oblige sa volonté dépérit. Car, pour développer la volonté,
à faire? rien n'égale le travail, rien ne vaut les petits efforts
i Pourtant, le paresseux n'est pas tranquille; il est continus. Celui qui travaille n'a pas le temps d'être
, le pire ennemi de son propre « moi ". On ne peut mécontent et de ronchonner contre le sort. Le travail
j s'imaginer, en effet, un sort plus affreux que celui de que nous faisons avec plaisir peut nous absorber si '
: toujours trouver prêt ce dont on a besoin, de ne complètement qu'il réussit parfois à nous faire oublier
manquer jamais de rien, de se voir entouré de serviteurs momentanément de petits malaises physiques, comme
épiant ses moindres désirs. Pour celui qui travaille, un mal de dents ou un peu de fièvre. Un travail
le temps s'envole; pour l'oisif, les minutes elles- appliqué et soutenu peut même nous en débarrasser
mêmes sont longues. Perdre son temps, c'est le travail complètement.
le plus pénible du monde. Je voudrais que les étudiants paresseux, ceux qui
II2 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 113

aiment à perdre leur temps et à manquer leurs leçons,


réfléchissent une seule fois à fond sur ce sujet. Ils « Excusez-moi, Monsieur,
seraient obligés de reconnaître que l'étude serait une
grande distraction pour eux. - Les autres, les travail-,
j'avais mal à la tête. »
N leurs manuels, ceux qui passent leurs journées à l'usine,

l à l'atelier, à la charrue, pour se procurer leur pain


.' quotidien, ignoreront toute leur vie une foule de choses
intéressantes. Et eux pourraient si facilement s'en
Maintenant, c'est du caractère mou que je vais
te parler,... du plus antipathique de tous les types
d'étudiants: Dehors élégant, pardessus à la dernière
instruire en lisant et en étudiant! Les héros et les coupe, souliers jaunes à la semelle élastique, mouchoir
sages de tous les siècles passés sortent pour ainsi dire parfumé, ... et, dans l'âme, un vide insondable. Sur son
de leurs tombeaux pour leur parler, les poètes cahier, il a bien mis son nom, avec, au-dessous, « élève
leur racontent leurs rêves, les historiens leur font de VIe »; mais, s'il avait voulu être franc, il aurait dû i
revivre les peuples disparus, les plus grands esprits écrire : « N. N. fainéant de VIe ». Car cet élève-là
les initient à leurs plans et à leurs réalisations. - Les fait tout, excepté s'instruire.
autres, qui n'ont pas les loisirs d'apprendre, ne sauront Il est toujours pénible pour un professeur d'entendre
, jamais rien de tout cela! Et eux n'ont qu'à ouvrir les un jeune « paon » de cette trempe lui faire cette réponse: l,

, yeux pour voir les prodiges des océans profonds, de « Excusez-moi, Monsieur le Professeur, je n'ai pas pu
" l'immensité du ciel étoilé, des lois merveilleuses de apprendre ma leçon, j'avais mal à la tête. »
la nature ... Comme tu devrais être reconnaissant d'être Il avait mal à la tête? C'est un mensonge effronté.
1
à même d'étudier! Il était paresseux, tout simplement.
L'étudiant sérieux est conscient de cet avantage. Il se Je voudrais lui montrer, à ce garçon-là, des douzaines
réjouit de pouvoir travailler et ne s'effraye pas de la de jeunes gens bien doués que leurs désirs, leur zèle
durée de ses études. Il apprend autant qu'il peut. Et et leur volonté conduiraient vers l'étude, et qui doivent
'. lorsque l'après-midi consacré à ses livres est achevé - y renoncer faute d'argent ... , ou, s'ils trouvent le moyen
, même si, à l'heure du dîner, il est brisé de fatigue - de poursuivre quand même leurs études, quelles
il se réjouit dans son âme du travail qu'il a fourni. incroyables privations ils doivent s'imposer pour cela.
Car, comme Schiller l'exprime si bien dans son Et lui qui a toujours « mal à la tête »! La paresse a
« Chant de la cloche » : déjà si bien usé sa volonté, que se lever de son divan
et prendre un livre de classe sur sa table est presque
Si l'ouvrage est bon,
déjà pour lui une souffrance physique. S'il travaille
La sueur du front
Doit couler en abondance .. .
une petite demi-heure, c'est le soir, après son souper,
et il ne le fait qu'en caressant sa chevelure toute relui-
sante de brillantine, - son cher « moi», évidemment,

Le Caractère,

, 1
1
114 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE Il5

demeurant toujours au premier plan. Le lendemain, toujours la sagesse; Virgile, Dante, Shakespeare nous
il ne sait pas sa leçon; et rien de plus naturel, car, remuent toujours, et ils sont morts depuis bien des
comme le dit encore si bien Schiller: siècles. Le fruit du travail est un monument « plus ii\

A l'effort seul que rien ne fait pâlir


durable que l'airain », monumentum aere perennius ... lil

S'ouvrent les sources de la vérité;


Ah 1 si les étudiants qui ont toujours mal à la tête
Le marbre ne consent à obéir voulaient bien méditer sur ce sujet 1
Que sous les coups du sculpteur inspiré.

Chacun de nous a constamment besoin des biens de


ce monde: aliments, vêtements, etc., et il faut que nous L'abeille et le bourdon.
en payions le prix. Or c'est grâce à notre travail que
nous pouvons le faire. Celui qui ne travaille pas est
donc une charge pour la société; il consomme continuel ~ Ce n'est pas sans raison qu'on aime à citer l'abeille li
lement sans jamais remplacer ce qu'il use ou détruit. comme un modèle de diligence. L'application soutenue r
C'est ce que saint Paul nous dit si simplement et si dai- avec laquelle elle recueille le miel de fleur en fleur est 1
M rement dans sa lettre aux Thessaloniciens : « Celui qui une chose admirable. L'abeille affairée et l'étudiant
t ne travaille pas ne mérite pas de manger. » studieux se ressemblent. Nous autres, humains, - à
Le travail est une obligation pour tous, et non pas l'âge d'étudiants surtout - nous devons tirer de
seulement pour ceux que leur gagne-pain y oblige. bien des livres, de beaucoup d'observations et d'expé-
Oui, mon fils, il faut que tu travailles, même si tu es riences, les connaissances qui nous seront nécessaires
riche, même si tu as à profusion les biens de ce monde, dans la vie, et cela réclame de nous une persévérance
car l'oisiveté engendre la ruine morale et le dépéris- infatigable.
sement spirituel. Si on n'étudie pas, on ne peut pas Mais cette ressemblance entre l'abeille et l'étudiant
juger le monde d'une façon équitable et on devient s'étend encore plus loin. Tous les deux ont une parenté
vite l'esclave des hommes plus instruits que soi, fût-on, peu honorable. L'abeille a un cousin dégénéré : le
en apparence" assis sur un trône royal. bourdon. Il a des traits communs avec sa cousine;
L'homme qui travaille beaucoup, au contraire, ne il ronronne exactement de la même façon, même plus
tarde pas à être pris pour ùn sage de l'humanité. Sa fort; il vole de fleur en fleur comme elle. Parfois, il
voix retentit à travers les siècles pour montrer aux se pose sur un rocher avec un sérieux parfait, comme
autres le bon chemin, longtemps après que son corps s'il voulait dire : « Moi, je tire du miel même de la
est redevenu poussière. Les grands poètes classiques pierre. » Mais, après toute une journée d'activité, il
nous parlent encore, dans leurs chefs-d'œuvre, avec revient toujours sans miel à la maison.
une fraîcheur toujours vivante. Platon nous enseigne Et comment fait le bourdon-étudiant? Il se tient
J 16 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE Il7
assi!; devant son livre ouvert, exactement comme ses
camarades. Il le feuiHette tout autant, même plus. des ciseaux et un tire-bouton, mais dont tous ces outils
Il écarquille les yeux avec un sérieuy parfait, comme s'il sont de très médiocre qualité.
disait lui au~si : « Moi, je tire de la science jusque de la . Q.u
e je te plains, pauvre étudiantgbourdon, qui perds
couverture de mon livre. » Sa maman le caresse avec amsl les meIlleures années de ta jeunesse!
compassion: « Mon pauvre enfant, tu te donnes vrai-
ment trop de peine 1 » Mais il fait seulement semblant
de s'appliquer à étudier. Car, si les idées se succèdent
dans son esprit, elles n 'ont, la plupart du temps, aucun La grue qui avait perdu sa queue.
rapport avec la leçon ... Et cela passerait encore; mais
il arrive aussi que des images et des représentations
malsaines trouvent asile sous ce crâne d'enfant. Et Nombre de jeunes gens déploient ainsi un véritable
alors la ressemblance avec le bourdon devient complète: talent à perdre leur temps pendant les huit années si
c'est sur le fumier que les larves de cet insecte se importantes de leurs études secondaires, dont ils ne
développent le plus souvent. profitent que très peu. Ils ne vont au collège que parce
Le livre des Proverbes de l'Ancien Testament qu'on les y contraint, et la moitié de leur cœur et de
ébauche un excellent portrait de l'homme paresseux qui leur esprit, leurs yeux et leurs oreilles sont toujours
« veut et ne veut pas» (13, 4), qui meurt « tué par ailleurs. C'est très distraitement qu'ils écoutent les
ses propres désirs» (21, 25). Sa vie tout entière explications de leur professeur : ils sont presque tout
n'est-elle pas qu'un enchaînement c~ntinuel de soupirs entiers à la partie de football à laquelle ils se livreront à
et de désirs infructueux? leur sortie de classe. Ils reviennent bien à la réalité de
Le paresseux ne peut jamais se résoudre à rien; il te~ps en ~emps, mais c'est seulement pour quelques
'aperçoit dans un travail dix fois plus de difficultés mmutes : Ils sont vite replongés dans les « Mirifiques
\ qu'il n'yen a réellement; îl a le frisson devant le aventures de M. Hercule» qu'ils lisent sous la table. ,.
moindre labeur et il finit presque toujours par s'y Leur maître vient-il à quitter sa place, ils se ressaisissent
dérober. « Un lion se promène dehors, il pourrait subitement pour le suivre d'un regard aussi intelli-
m'égorger dans la ruel » (22, 13), se dit-il, tout effaré. gent que s'ils avaient découvert la cire à cacheter.
« Cette leçon d'algèbre 'est ' hor,riblemerit difficile: il . Oui. je les plains de tout mon cœur, ces pauvres
m'est impossible de l'apprendre », et il fetmeson livre Jeune~ gens. Je les plains parce que ce qu'ils font n'a pas
) avant même !l'avoir commencé àla lire. It
essay~ _de la momdre valeur. Ils ont beau prétendre être capables
,) ~u~; il 3:, une petite ~d.ée ,de', t9ut: m,' ai,s il ".ne, sa,it rien à de faire les deux choses, de prêter attention à la fois
, .,fond. 11 ressemble , à~esgro~cap.1fs qUI, en plus ' du. à l'enseignement qu'on leur donne et à la lecture de
cou~eau, p'Qrtentun:: tix"ê~1Jo1Jc~pn, ~.në. c~il1ei: minuscule' leur roman, la psychologie réfute leur affirmation.
Le 'temps passe pour ~ux comme il passe pour
118 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 1 19

les élèves laborieux; mais alors que ceux-ci savent déjà - Fais toujours à ton prochain ce que tu voudrais
leur leçon après l'explication . de leur professeur, qu'il te fît.
ceux-là ont vite fait, sitôt arrivés à la maison, de se - Ne remets pas à demain ce que tu peux faire
débarrasser , de leurs livres parce qu'ils n'y compren- aujourd'hui .
nent rien de rien. .' - Ne confie jamais à d'autres le travail que tu
Par une belle journée d'automne, une troupe de peux faire toi-même.
grues passait dans le ciel au-dessus de nos têtes. Elles - N'envie jamais ce qui est à autrui.
filaient en forme de V et semblaient couper l'air - Attache de l'importance aux plus petites choses,
de leur vol majèstueux et sûr. Mais, à une certaine - Ne dépense pas ce que tu n'as pas encore gagné.
distance derrière elles, une pauvre retardataire battait - Ne laisse pas ton revenu diminuer, essaye plutôt
désespérément des ailes. Elle avait perdu, celle-ci, de l'augmenter.
les longues plumes de sa queue qui lui servaient jadis de - Toutes tes actions doivent être ordonnées
gouvernail, et elle avait beau s'agiter deux fois autant sévèrement.
que ses compagnes, elle ne parvenait pas à les rejoindre. - Pré(~ccupe-toi de faire le plus de bien possible
L'étudiant dont je viens de parler ressemble à cette . pendant ta vie.
grue qui a perdu sa queue : il travaille, mais sans faire - Ne te prive pas des commoditès de l'existence;
de progrès. mais mène une vie simple, honnête et économe.
Dans « Peer Gynt », Ibsen décrit l'état d'un tel jeune - Et, pour accomplir tout cela, ne cesse pas de
homme. Il lui fait adresser des reproches par les talents travailler jusqu'à ton dernier jour. ))
et les heures qu'il a gaspillés : « Nous sommes les Si tu aimes le miel, ne te laisse pas rebuter par les
pensées que tu aurais dû penser, lui disent-ils. abeilles. Car le poète hongrois, Gergely Czuczor,
Nous sommes les chants que tu aurais dû chanter. a bien raison de dire :
Nous sommes les larmes que tu aurais dû répandre. On dit qu'en l'ancien temps - mais cela me paraît louche-
Nous sommes les actions que tu aurais dû accomplir. » Un poulet tout rÔti vous volait dans la bouche ...
Je voudrais que tous les jeunes gens prissent la peine
de copier les graves paroles suivantes, qu'un riche
marchand fit graver sur sa pierre tombale - ils feraient
bien même de les encadrer et de les mettre' bien en La flamme vacillante d'une bougie
vue sur leur table de travail :
« N'oublie jamais que le travail est une des tâches Je connais des jeunes gens, d'une nature singulière,
r les plus importantes de la vie. qui travaillent toute la journée, qui touchent à tout,
, - Le temps est de l'argent; n'en dépense aucune et qui sont, malgré leurs efforts, les victimes lamen-
minute en folie; tiens compte de chacune. tables de leur manque de volonté. Ils sont incapables
ut LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE Ul

de s'occuper de la même chose pendant plus de suivie; et, de plus, il n'a aucune valeur, car l'esprit
dix minutes. Au fond, ils ne font que dissimuler leur de l'homme est incapable de se fixer avec attention sur
oisiveté, avec une adresse incomparable, en se donnant plusieurs choses à la fois. Donc, rien d'étonnant que
l'apparence d'une activité fiévreuse. l'étudiant quj touche à tout, en changeant continuelle-
Considère un peu l'après-midi d un tel jeune homme. ment d'occupation, ne puisse aboutir qu'à des résultats
Après dîner, il commence à chercher ses mots de latin • 1 médiocres. Ce garçon-là, même s'il étudie, n'apprend

dans le dictionnaire. Trois minutes plus tard, il repro- rien à fond, et ne retient rie~ des choses sérieuse~. Étudier
duit un modèle de dessin. Bientôt, étendu sur son attentivement pendant trois heures, pour jouer ensuite,
divan, il lit à haute voix les campagnes de Napoléon. la conscience tranquille, pendant trois autres heures,
Tout à coup il ferme son livre : il vient de se rappeler cela vaut cent fois mieux que de rester assis devant
que des épreuves de photographie sont exposées au ses livres pendant six heures, les coudes sur la table,
soleil depuis midi, et il court retirer ses cadres. Il prénd rêvant et bâillant, sans jouer ni apprendre. On ne se
ensuite un roman, en lit dix-sept pages et l'abandonne relève que désabusé, comme on l'est toujours après
pour se mettre à résoudre un problème de physique. " tout travail fait à demi. Le meilleur étudiant, celui qui
Il a à peine commencé ce travail qu'une mouche vient deviendra un jour un homme utile à son pays, est celui
se promener sur son cahier. Il l'attrape avec une qui, pendant le temps de ses études, 9\}blie son
adresse merveilleuse, lui arrache une aile et la place entourage, le temps, ses propres soucis - le monde
sous son petit microscope ... Et l'après-midi est achevé. entier en un mot - pour fixer toute son attention
Sa maman le plaint : « Mon pauvre garçon, comme sur la tâche qu'il a devant lui.
tu as bien travaillé! » - Elle se trompe : son fils a Laisse-moi supposer que tu ne me blâmeras pas de
seulement fait semblant de travailler. soutenir que, si l'on se prend à méditer sur le principe
L'histoire raconte que J'empereur Domitien s'enfer- de Carnot tout en dansant le quadrille, on risque de
mait souvent dans sa chambre sous le prétexte d'étudier glisser et de tomber sur le parquet:. Et dès lors comment
les affaires d'État les plus graves, et qu'il défendait veux-tu que celui qui a pensé à sa leçon de danse de
de le déranger. Mais, en réalité, c'était pour s'amuser la soirée tout le temps qu'il aurait dû consacrer à
à attraper des mouches et à les piquer sur des épin- ses devoirs, ne reçoive pas une mauvaise note
gles .... Tout comme l'étudiant qui, en présence de sa d'arithmétique?
mère, se tient assis, avec la gravité d'un juge, devant Ne te mêle pas de tout, toi, et ne fais jamais qu'une
son cc De Viris ", et qui, dès que sa maman s'est seule chose à la fois. Mais, ce que tu as commencé,
éloignée, déploie (c Le 'sport national » et en fait sa mène-le à bien et fais-le de tout ton cœur. Age quod
distraction. agis!iC Ce que tu fais, fais-le à fond 1 II
Par ailleurs, un travail qui manque de continuité Une opinion aussi moderne qu'erronée nomme
. $!~ 4e méthode est bien plus fatigant qu'une étude les gens qui sautent d'une entreprise à l'autre comme
\
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME onSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 123

des âmes en peine : {( hommes actifs », {( esprits créa- encore c'est du courage 1 Quand il te déplaît de faire
teurs ». QueUe monstruosité 1 Les grandes découvertes une chose et que tu la fais quand même de bon cœur,
et les grandes inventions, celles qui ont vraiment parce que c'est le commandement de Dieu, c'est
marqué un progrès de l'humanité dans le champ de toujours du courage, toujours de l'héroïsme 1
la culture spirituelle ou technique, sont toutes nées
.d'études laborieuses faites dans le silence fertile des
laboratoires, des bibliothèques et des cabinets de
travail. Les grands maîtres de l'histoire, de la science, Le lièvre et l'escargot.
.de la littérature, de l'art ou de l'industrie, doivent tous
leurs succès à leur application assidue qu'un long
travail concentré n'a jamais su rebuter. Si l'on pouvait Un beau jour, le lièvre et l'escargot décidèrent de
gagner les hautes cimes d'un seul élan héroïque, bien rivaliser à la course. Le but était l'orée d'un bois, en
des jeunes gens seraient prêts à le tenter; mais c'est .face d'eux. L'escargot se mit en chemin avec ardeur;
seulement après des centaines et des milliers de petits il suait, il peinait. Le lièvre se roulait par terre au soleil,
pas, après des efforts inlassables qu'on y parvient. content de lui et certain de sa victoire. « Pauvre bête,
Avant de les atteindre, il faut éviter bien des obstacles, va 1 pensait-il, pourquoi te donner tant de peine?
escala.der de nombreux rochers, se hisser sur les pics ... Un saut ou deux, et je t'aurai si bien dépassé que tu
les redescendre parfois. Surtout, il faut toujours n'apercevras même plus ma queue 1 » Mais l'escargot
travailler. travaillait, rampait, glissait, avançait; - et lorsque le
Crois-moi~ mon fils, ce n'est pas l'homme capable lièvre s'arracha enfin à son agréable rêverie, son rival
d'agir audacieusement quand l'occasion s'en présente n'était plus qu'à quelques centimètres du bois. « Oh,
qui mérite le nom de héros, c'est celui qui sait exécuter là, là: mon amil Allons-y, à présentl » cria-t-il. Un
fidèlement toutes les petites actions de sa vie. Quand, saut - àeux sauts, - mais, avant qu'il eût fait le
après ton dîner, le repos t'apparaît doux et qu'au troisième, l'escargot était arrivé au but ...
lieu de céder au sommeil tu prends en main ton /:
1"
La .persévérance et l'application peuvent primer le
livre d'algèbre, tu fais preuve de courage! Lorsque, talent.
le matin, il ferait si bon rester encore un peu de temps La première condition du travail intellectuel est
sous ta couverture bien chaude, et que l'heure de ég~lement la persévérance. ' ..,
tori lever arrive et que tu sautes à bas de ton lit sans , Le proverbe français affirmant que « le génie est
retard, tu fais montre de courage! Quand le soleil une longue patience» n'est pas tout à fait exact, mais il
de mlli te sourit du dehors et que tu voudrais bien est loin d'avoir tout à fait tort. Je pourrais te fournir
sortir pour t'amuser, si tu n'as pas fini tes devoirs une longue liste de jeunes gens bien doués qui furent
et que tut'ob'iges ' à rester près de ton livre, cela les victimes de leurs trop grandes aptitudes. Ils avaient
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FOR~lATION DU CARACTÈRE 125
terminé brillamment leurs études secondaires, sans se assidue,.. un but qu'il ne devra jamais perdre de vue
donner la moindre peine; mais, lancés ensuite dans et qui sera eOmme l'ossature, l'épine dorsale de son
la vie, ils n'ont rien produit parce qu'ils ne s'étaient activité. Le génie lui-même est contraint à cette loi :
jamais habitués à un travail ardu; ils ne sont parvenus il doit s'attacher profondément et passionnément à une
à rien. - Par contre, nombre de nos hommes les plus certaine branche de l'art ou de la science.
éminents n'avaient que des dons moyens au temps de Les œuvres d'art et les résultats scientifiques qui
leurs études, mais ils surent suppléer à leurs talents font le plus grand honneur à l'esprit humain ne sont
par un zèle intrépide et un travail inlassable. pas le fruit d'une inspiration passagère du génie,
L'étude facile peut devenir ,très dangereuse . pour mais celui d'une patience inlassable, pareille à celle
beaucoup de jeunes gens. « Moi, je peux me passer des fourmis. En conséquence, les jeunes gens d'un
d'apprendre, je suis si intelligent! .» se disent-ils. talent moyen peuvent prétendre, eux aussi, à des
Pourtant -- même si cela était - l'intelligence n'est résultats étonnants s'ils ont une volonté active et
pas le savoir, c'est seulement le moyen de se le procurer! persévérante, car, le secret du succès en ce monde,
Et j'ai connu bien des étudiants très intelligents qui c'est de nous attacher, avec un « je veux» tenace, à
n'ont même pas fini leurs études parce qu'ils se 'quelque but sublime. La seule différence entre un
refusaient à utiliser les talents que Dieu leur avait grand homme et un homme insignifiant n'est très
donnés. souvent qu'une énergie toute-puissante et une volonté
« Le travail opiniâtre vient à bout de tout. » « LaboT implacable, qui manque à celui-ci et qui caractérise
omnia vincit improbus », dit Virgile. - L'escargot celui-là, 'au service d'un but commun. La persévérance,
peut dépasser le lièvre! l'application et le travail ont fait incomparablement plus
de bien au monde que le génie avec ses dons les
plus brillants.
Sans application soutenue, pas de récompense. Le
Génie ou persévérance. travail inspire toujours le respect. - « Vite, vite;
finissons-en au plus tôt! » c'est là la devise de bien des
étudiants. Eh bien, sais-tu combien de temps Dante
Un travail opiniâtre, soutenu pendant un long temps, a mis pour finir son œuvre immortelle : « La divine
ressemble à l'eau qui coule paisiblement depuis des comédie»? Juste trente ans. Dickens, le grand écrivain
siècles: il se creuse u~ lit profond. anglais, a dit que chacun de ses livres lui avait coûté un
Tout le monde ne peut pas devenir un génie : cela- travail énorme. L'historien américain Preseott était
n'est donné qu'à un tout petit nombre, Mais tout déjà presque complètement aveugle lorsque, poux:.~
homme doit se choisir un but sublime qu'il poursuivra terminer son gr~"d ouvrage: « Ferdinand et Isabelle
ensuite pendant toute sa vie avec une persévérance d'Espagne )J, il trouva indispensable d'apprendre les
126 LB cARACTÈRE DU JEUNE HOMME. OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTERE'" 127

langues modernes, et il y consacra dix ans. Neœton, rance et l'application sont· une aide puissante
le célèbre astronome, recommença quinze fois son pour les plus grands génies eux-mêmes. Lorsqu'on
« Arithmétique Universelle» avant d'en être enfin de~andait à Newton, qui était doué, certes, d'un
satisfait. Titien, le peintre immortel, en envoyant son esprit exceptionnel, comment il était arrivé à faire
tableau « La dernière Cène » à l'empereur Charles V~ ses grandes découvertes, il répondait modestement :
~~~ écriv~it : « Sire, je vous envoie un tableau auquel « En y pensant toujours. » On est presque tenté de
J ru travatllé presque chaque jouret souvent même la nuit dire qu'il était d'une application exagérée, car, pour se
pendant sept ans.» Virgile mit vingt ans à composer son reposer, il ne faisait que changer l'objet de ses études.
«. Énéide » et, avant sa mort, il voulait détruire ce Nous trouvons un magnifique exemple illustrant
poème, ne le trouvant pas assez bon. Fénekm recopia les brillants résultats dus à des exercices précoces et
dix-huit fois son livre si célèbre sur l'éducation, intitulé à la discipline dans la vie de Robert Peel, un des plus
« Télémaque », et la dernière fois encore il y faisait grands orateurs du parlement anglais, qui réfutait les
beaucoup de retouches. Edison était à peine sorti de arguments de ses adversaires politiques les uns après
l'enfance lorsqu'il passait déjà une partie de ses nuits à les autres avec une mémoire admirable. Ses talents,
lire - non pas des romans - mais des ouvrages scien- pourtant, n'étaient pas au-dessus de la moyenne.
tifiques sur la mécanique, la chimie et l'électricité. D'où lui venait donc cette excellente mémoire? Tout
Tolstoï était le plus sévèré des critiques pour ses enfant encore, son' père le faisait monter sur une
propres livres. Il aimait à dire qu'il fallait les laver et les 'table, chaque dimanche, en revenant de l'église, et lui
passer bien des fois au van pour en retirer les grains faisait répéter le sermon qu'il venait d'entendre.
d'or; il en corrigeait non seulement les brouillons mais D'abord, cela n'alla guère; mais, plus tard, l'exercice
aussi les copies, ne prenant toujou;s que la troisième .a ffinasi bien son esprit que Peel pouvait répéter le 1
seulement pour son texte définitif, et encore n'était-il ser~on presque mot à mot. Et c'est à ce dur travail
pas rare qu'il la retouchât, elle aussi. Stephenson qu'il dut ses grands succès de politicien. i
travailla quinze ans à perfectionner sa locomotive avant Stephenson, l'inventeur de la machine à vapeur, i
de connaître la gloire. Watt se ,cassa la tête pendant était fils de parents tellement pauvres qu'ils ne purent
trente· ans avant de trouver la machine à vapeur pas l'envoyer à l'école. Quand il avait travaillé douze
condensée. Herschelvoulut construire un miroir coti"; heures par jour près de ses machines, il passait une
cave pour l'un de ses télescopes. Le premier ne le satisfit pàrt~e de ses nuits à apprendre à lire et à écrire. A
pas; le second, pas davantage. 11 en fit un troisième,un dix-neuf ans seulement, il sut écrire son nom. Son seul
quatrième, ... un ceritième qu'il rejeta comme' les plaisir était de s'instruire, et il s'y livrait même
autres. Il construisit plus de deux cents miroirs concaves pendant son dîner. Il n'était pas rare de le voir
avant d'èn produire un qui 'fo.t absolument· parfait· résoudre des problèmes d'arithmétique en les écrivant
mais il resta vainqueur 1 Tu vois bien que .1a persévé~ à la craie sur le côté des voitures noires de charbon.
128 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
OBS1'ACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE Ug-
Vôrosmarthy, demande à Dieu de faire .de ses
compatriotes des travailleurs qui persévèrent ..:
Dans la tranchée.
Aide-nous, Dieu!... 0 Dieu des nations,
Fais que nous soyons de bons travailleurs;
Chez beaucoup de gens, le naturel ne favorise guère Qu'une fois commencés, nous puissions
ce travail tenace et sans relâche. Je parle de ceux qui Mener à bien nos plus importants labeurs;
s'enflamment facilement, comme un feu de paille, et Que nous n'attendions jamais de nos frères
qui ne savent pas rester tranquillement assis près d'un Ce que nos mains, nos esprits peuvent faire.
travail méthodique. Pendant la guerre mondiale, les (Hymne national) .
hommes de ce tempérament-là partaient à l'attaque
avec un héroïsme invincible, sans le moindre souc~ Et le grand compositeur Haydn avait bien raison
d'y perdre leur vie; mais rester inactifs pendant des de dire: « Le secret de l'art consiste à concentrer toutes
semaines entières au fond d'une tranchée n'était pas ses forces sur ce que nous avons résolu de faire. YI
du tout de leur goût. Finalement, c'est pourtant la On fait mieux de ne rien commencer du tout que
méthode des tranchées qui nous assura la victoire. de sauter d'un projet ou d'un travail à un autre projet
De même, dans la vie, ce ne sont ni les élans héroïques ou à un autre travail.
ni les enthousiasmes subits qui nous font atteindre Pour un jeune homme, c'est un très grand malheur
le succès, c'est le travail persévérant et continu pendant s'il est incapable de travailler méthodiquement et
des années et des dizaines d'années. Un tel travail ! inlassablement; c~r c'est l'effort modéré, mais ~o~ti~?,
peut te paraître ardu au premier abord, mais il faut que 1qui est à la base de tout progrès, et non l'enthousIasme
tu t'y entraînes coûte que coûte. C'est cette patience qui dure le temps d'un feu de paille.
inébranlable qui a élevé les pyramides de l'Égypte au Avec quelle énergie l'étudiant paresseux se met à ses
prix d'un travail incroyable; c'est elle qui fit écrire et études avant un examen 1 Mais que vaut cet élan. de
recopier aux moines du moyen âge les œuvres des quelques jours après dix mois de paresse? •• Tu ferais
classiques grecs et latins, à la pâle lueur de leurs bien, toi, de suivre la devise d'un ordre de chevaliers
veilleuses, tout le long de leur vie; c'est elle encore polonais du XVIIe siècle : « Vicisti,vince! » Tu as
qui, après des essais infructueux de plusieurs siècles, vaincu? Très bien 1 Réjouis-t'en 1 Mais n~en tire pas
finit par découvrir. les lois des forces de .la nature un orgueil exagéré 1 Continue à lutter et à vaincre 1
et qui les mit au service de l'humanité, les unes après
les autres. Le
. savoir, l'instruction,.1a
". science,
.
le progrès
. _.
sont des fruits de la pat~I.H~.Ç.
Ce n'estp~ en vain que le grand poète hongrois,

Car. J . llDnu:n... - 9.
13° LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION DU CARACTÈRE 13~

T'es-tu éveillé de mauvaise humeur? N'importe 1


L'éducation de la volonté. Tâche de sourire et de chanter, et tu seras déjà
victorieux, en partie du moins.
. Trois choses ont une grande influence sur la volonté: Tu as un devoir d'algèbre à faire. Ton imagination
.le sentiment, l'imagination et le tempérament. Nous te le peint sous des images effrayantes : « Écoute,
ne sommes pas tout à fait maîtres 'de l'un ni de l'autre; te dit-elle, ce problème est si difficile .que tu vas
le « libre arbitre» de l'homme n'est donc pas complet suer comme un cheval1 » Eh bien, contredis-la 1 Dis-
en nous. Tu as dû remarquer toi-même que, tel jour, lui: « Ce n'est pas vrai 1Tu es une trompeuse, ma chère
tu te lèves tout triste .e t abattu, et que le lendemain, imagination! La solution n'est pas si terrible que tu me
par contre, tu es si gai que tu aurais presque envie de la montres; tu grossis les difficultés; tu voudrais me
danser; et tu ne pourrais dire la raison ni de l'abattement les faire paraître plus grandes qU'elles ne sont ... je
d'lùer ni de la gaieté d'aujourd'hui. les affronte. »
C'est la même chose pour ton imagination. Tout d'un Tu le vois, l'éducation de la volonté est un travail
coup, et sans cause aucune, les souvenirs d'un événe- opiniâtre en vue d'assujettir toutes les facultés
ment passé émergent dans ta mémoire, ou bien des intellectuelles qui ont une influence sur son action,
idées absurdes et des images trompeuses se dessinent tels: l'inteU:gence, le sentiment, la mémoire, l'imagi-
sous les plis de ton front. D'où viennent-elles? Pour- 'nation, etc. Il ne suffit donc pas d'exercer et de fortifier
quoi se présentent-elles à cette minute précise? Tu ne. sa volonté; il faut surtout s'efforcer de la mettre aussi
saurais le dire ... Et c'est souvent que notre imagination \ complètement que possible au service des buts spirituels
nous joue ainsi de bien mauvais tours, souvent qu'elle . k s plus élevés, c'est-à-dire de la mettre sans réserve
nous montre des difficultés énormes et des obstacles "sous l'empire de son âme.
insurmontables sur le chemin de nos travaux pour Celui qui Vèut devenir un caractère ferme doit
nous en dégoûter. Si tu as une mauvaise dent à faire s'entraîner à commander à ses sentiments dans toute
extraire ou soigner, ce n'est pas le travail du dentiste la me<)ure qu'il le peut. La cause de bien des péchés :
qui est le plus douloureux; c'est la demi-heure que dureté, pensées jalouses et · méchantes, offenses irré-
tu ·passes dans la salle d'attente, laissant libre champ fléchies, querelles - querelles surtout - n'est pas
à ton imagination qui te montre, en l'exagérant dans une màuvaise volonté, mais dans une volonté
atrocement, la souffrance qui t'attend. faible qui ne sait pas encore se dresser devant des
Eh bien, mon fils, si nous ne sommes pas tout à fait sentiments qui surgissent à l'improviste. C'est sans
les maîtres de nos sentiments et de notre imagination, efforts extraordinaires qu'on peut vaincre une. petite
il n0US faut pourtant essayer d'étendre le règne de notre mauvaise humeur, par exemple; et pourtant combien
volonté jusque sur leur activité; il nous faut veiller préfèrent en souffrir, trop paresseux qu'ils sont pour
~ur ceux-ci et prendre en main les rênes de celle-là. se livrer à ce petit travaill
13 2 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME OBSTACLES A LA FORMATION .DU CARACTÈRE 133

L'entraînement des sentiments est donc en même te brûle les lèvres, mais dis-toi tout bas: « Cette petite
temps l'entraînement de la volonté. L'influence du douleur. me vaut au moins un peu de maîtrise de
sentiment sur la volonté ne consiste pas seulement à moi-même. »
la déterminer à l'action; elle se fait sentir jusque sur .' Veux-tu être un roi tout-puissant?
1 •
son entrain et sa persévérance. Qui donc oserait nier • Règne sur toi-même en attendant 1
qu'un bienfait jaillit cent fois mieux de la chaleur du
cœur que d'une froide lueur de' la raison? Et un motif Rester toujours maître de ses sentiments. ct ne jamais
de plus, encore, pour éduquer tes sentiments, c'est que se laisser entraîner par eux, voilà un b{en haut degré
ta volonté, travaillant sans ton cœur, pourrait facilement de la perfection spirituelle.
se changer en une machine à vouloir, insensible, égoïste Mais ceci nous a conduits au chapitre le plus impor-
et têtue; ce qui ne ferait de toi qu'une vilaine cari- tant de ce livre : Comment soumettre son caractère à
cature du jeune homme au caractère impeccable que l'entraînement? .
tu veux devenir.
L'homme raisonnable s'efforce non seulement de
vaincre ses sentiments moroses et de les remplacer
par d'autres plus joyeux, - mais aussi de toujours
garder la paix de son âme.
Le corps et l'âme sont en conjonction étroite en.
nous ... Quand tu te sens découragé, quandtu vois la
tristesse envahir ton âme saris que tu saches pourquoi,
essaye de mettre un sourire sur tes lèvres, frotte-toi --.........-
gaiement les mains, et tu verras ·que ta tristesse dispa-
raîtra. Quand tu souffres d'une douleur physique,
occupe ton esprit avec des pensées enjouées, et tu
oublieras en partie tes souffrances.
Même si un malheur te frappe, essaye d'en tirer
un profit spirituel. Deficiendo discamus - Profitons
même de 1UJS fautes. T'a-t-on volé ton porte.-monnaie
dans l'autobus? Ne te metS pas èn colère, mais réfléchis
un peu : . Comment as-~u pu être si distrait pour ne
pas le remarquer" et quels sOÎDSprendras-tu à'l'avenir
pour que cela ne t'arriVé plus ?T'a-t-on marché sur le
pied? Ne laisse pas échapper le « Aie! »' furieux -qui
COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? i35

boisée. Il faisait si beau que mes enfants jouèrent,


coururent et s'ébattirent au point que nous en oubliâmes
l'heure du retour et que, quand je regardai enfin ma
montre, il était six heures et demie du soir. Notre
TROISIÈME PARTIE ville était à deux bonnes heures de là, et mes enfants
avaient promis à leurs parents de rentrer à huit heures.
Comment faire?
COMMENT ENTRAINER Au coup strident de mon sifflet, la troupe se ras-
SON CARACTtRE? sembla en moins de deux minutes. « Mes enfants,
leur dis-je, nous sommes en retard. Il est six heures
et demie; vous avez promis de rentrer pour huit heures,
et il nous en faudrait bien deux de marche pour
Les moyens d'éduquer regagner la ville. Voulez-vous cependant être à la
son caractère c
maison à l'heure convenue? »
« Oui, oui, nous le voulons », crièrent-ils.
Je veux! Quelle force irrésistible se dégage de cette « C'est bien. Alors, pressons-nous!.. Louis Préault
expression 1 Avec elle, l'impossible devient possible ... en tête... Tous les autres, alignez-vous!.. A droite,
En voyant les Alpes toutes couvertes de neige et de Marche! »
glace, on s'écrie presque malgré soi : « Impossible A cet ordre, vingt~huit paires de semelles frappèrent
de les franchir. » Or Annibal et Napoléon se dirent : gaiement le sol. « Droite, gauche, droite, gauche ...
« Je le veux! Il le faut! Je les franchirai! » et ils les
Ne parlez pas!.. Ne sortez pas du' rang!.. Droite, gauche,
franchirent avec des armées entières. - droite, gauche. » - La chaussée en retentissait.
En 1866, avant la bataille de Lissa, l'amiral autrichien Au bout d'une demi-heure, l'élan commençait
Tegethoff voulut donner à sa flotte cette devise : à faiblir. Les garçons avaient tant couru toute
« Muss der Sieg von Lissa werden » « Il faut que la la journée! « Oh, oh! pensai-je, c'est le moment de
bataille de Lissa devienne une victoire. » Mais à peine faire quelque chose. )) Et je criai : « Chantez, mes
avait-on commencé à en dicter les deux premiers -enfants! Je commence : Allons, allons, le soleil est
mots que le combat s'engagea. La devise en resta au levé ... » Jacques Monfort, qui avait la plus belle voix,
« Il faut » mystérieux, et la force de ce mot conduisit
tt:üuva tout de suite la note et se mit à battre la mesure
les Autrichiens au triomphe ... « Ille faut ! Je le veux! » en marchant. Les autres suivirent son exemple. Après
Quelles puissantes paroles! une première chanson, nous en entonnâmes une
Il y a quelques années, j'étais en excursion avec de seconde ... , une dixième ... , une vingtième ... Personne
Jeunes élèves dans une belle contrée montagneuse et ne traînait_ plus; personne ne sortait du rang. Et la
LE CARACTÈRE DU JEUNB HOMME COMMENT ENTRAîNER SON cARACTÈRE? 137
cloche avait à peine sonné huit heures que la troupe Caligula, le tyran de Rome, s'exclamait un jour: « Je
joyeuse des écoliers atteignait la ville, couverte de voudrais que tous les Romains réunis n'eussent qu'une
poussière et aussi de fleurs. Nous avions fait un chemin
r
seule tête, pour la faire abattre d'un seul coup! »
de deux heures en une heure et demie. Et comment -- Eh bien 1 tu n'as qu'une seule tête à abattre, toi
cela? A l'aide d'un petit mot magique. Mes enfants aussi; et cette tête, c~est la faiblesse de ta volonté.
avaient dit : « Je veux! II J'entends souvent des jeunes gens me dire : « Mais
Je voudrais que, pour toi aussi, mon fils, ce mot ait je pourrais bien faire ceci et cela, si je voulais. » -
la même puissance, que tu comprennes bien quelle Si je voulais ... Toujours ce « si ll.
sou~ce d'énergie il renferme. Or, ces jeunes gens qui prétendent avoir une volonté
1 Je veux 1. .. Qu'il a de force, n'essayent jamais de s'en servir. C'est cet essai, pourtant,
1 Ce mot lancé tout court 1 qui témoignerait qu'ils en ont vraiment. Et ces jeunes
Il aspire aux étoiles gens, dès lors, ressemblent à·ces caricatures de soldats
Et les atteint toujours. qui tiennent toujours leur fusil en joue, avec un visage
(Fr HALM) terrible, comme pour dire: « Je tire de suite! » et dont
personne ne s'effraye car ils ne tirent jamais. -
~Sais-tu vouloir? ... Sans doute, il t'arrive souvent de Je pourrais si je voulais. » Si ... si ... Ah! si seulement
, C(

dire : « Si je voulais, je pourrais faire ceci ou cela ... ce si n'était pas là!
Si je voulais, je pourrais être le premier de la classe. , Aucun art ne réclame de la sagacité comme celui
Si je voulais, je pourrais toujours être .- à l'heure ... de la formation de notre âme, car notre âme est plus
Si je voulais, je pourrais toujours faire ma prière du noble que le marbre le plus pur et que le métal le
matin et du soir... II plus précieux.
Quid quisque possif, nisi tentando nesciat, dit le pro- On t'a parfois parlé du libre arbitre de l'homme. Je
verbe latin. Tu ne vois ce que tu peux faire que lorsque crains même qu'on ne l'ait fait trop souvent. Eh bien,
tu t'y essayes. Mettons que c'est toujours comme tu oui, la volonté humaine est libre, mais elle est faible
dis. Essaye donc au moins une fois de vouloir! aussi; et la tienne comme celle des autres, à moins que
... ' tu ne l'entraînes depuis longtemps. Une volonté ferme
n'est pas un cadeau du ciel que nous trouvons dans
notre berceau; c'est un trésor d'une grande rareté
«( Je pourrais, si Je voulais. »)
que chacun de nous doit acheter au prix de luttes
incessantes. Il serait donc ridicule de nous imaginer
Notre volonté n'est pas assez ferme; et c'est cela que la nôtre peut devenir telle du jour àu lendemain ... .
qui est l'origine de presque tous nos défauts. Si elle ridicule de nous écrier dans un moment d'enthou-
l'était davantage, nous serions bien yiteparfaits ... siasme : « A partir ,d'aujourd'hui. ie veux avoir une
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 139

, volonté de fer 1.. » Cette volonté de fer, nous ne l'attein- de nuire; il ne les lâche que lorsqu'il a atteint son but.
drons jamais que par un travail pénible et assidu. Et comment cela se fait-il? Exactement comme nous
- La force de volonté se mesure aux efforts déployés l'avons dit plus haut. Jete pose, par exemple, la question
par chacun pour se procurer ce trésor, aux violences suivante : « Veux-tu être le premier de ta classe? l) -
! qu'il se fait pour se soustraire à l'empire de ses sens . « Je le veux! »me réponds-tu. Eh bien, dis-toi donc
. Elle consiste dans la discipline de soi, dans le règne tout de suite: « En avant 1» c'est-à-dire: « Je commence
des sentiments élevés de l'âme sur les désirs matériels immédiatement à apprendre ma leçon de demain! »
du corps. Ta volonté ressemble à une graine semée Mais immédiatement, sans délai, sans attendre la semaine
dans ton âme. Si tu la soignes, si tu l'aides à se déve- prochaine!.. Et puis, droite, gauche, droite, ~auc,he,
lopper, elle deviendra un chêne puissant qui résistera à l'assaut de ladite leçon. Ta table de travaIl, c est
à toutes les tempêtes. Mais, si tu la négliges, les fourmis l'enclume sur laquelle tu forges ta bonne ou ta mauvaise
de tes petits défauts la rongeront et la feront pourrir. fortune pour l'avenir.
La liberté morale ne peut être que la récompense de Veux-tu être fidèle à tes prières? « Je le veux! »
petits efforts inlassables, d'un travail lent, d'un amen- Alors, tu commenceras dès aujourd'hui, dès ce soir. -
dement continu. La plupart des hommes reculent
devant ce travail austère qui exige des efforts quotidiens.
. .,
peux toujours prendre cinq mmutes sur ta Journee. -
,
« Mais j'ai tant de devoirs à faire! » N'importe 1 Tu

Plutôt que de l'entreprendre, ils préfèrent rester sous « Et le matin, il faut que je me presse pour ne pas
le joug du péché. arriver en retard à l'école! » Tu ne me feras jamais
\\ « Je pourrais, si je voulais ... II Mais essaye donc de croire que tu ne peux te lever dix minutes plus tôt!
vouloir I.Si tu veux devenir un homme sérieux, c: est par
1 là qu'il faut commencer. Le « je voudrais » et le « je
veux» diffèrent l'un de l'autre comme les petits chiens
dorlotés sur les genoux des vieilles dames diffèrent Le jeune homme volontaire .
des bons chiens de garde. Les premiers ne savent ni
, ,
aboyer, ni . mordre, ni se rendre utiles de quelque ~
façon que ce soit; ils ne font que manger et gémir; et, r Un jeune homme volontaire!.. Aujourd'hui, c'est
avec cela, ils coûtent cher d'entretien. Les seconds ne un sens tout à fait étrange qu'on donne à ces mots.
gémissent point, mais 'ils aboient de toute leur force, Ils ne servent guère à désigner que quelqu'un d'agressif,
et,s'il le faut, ils n'hésitent pas à planter leurs crocs de têtu, de désobéissant. Mais moi, j'en reviens au
dans les mollets du visiteur importun. Ainsi, le jeune sens original de cette expression. Par un jeune homme
homme qui a de la volonté ne se plaint pas, mais il volontaire, j'entends un jeune homme qui a une
aboie bien haut contre les tentations du péché; il les volonté de fer. L'entêtement et l'obstination ne sont
mord. même de toutes ses dents pour les empêcher pas le fait d'une volonté de fer, ils ne sont qu'une
LI! CARACTÈRn DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 14-1

crampe de la volonté. Un jeune homme volontaire, ' Les malheureux! Et quel est donc le défaut qui les a
dans le sens vrai du mot, est celui qui sait commander menés là? C'est la faiblesse de leur volonté.
à ses muscles faciaux, à ses yeux, à ses oreilles et à
son estomac. 1 20 Passvns à un autre type; à celui du jeune homme
Examinons de plus près quel malheur c'est pour ,' dont la volonté n'est pas disciplinée... Celui-là est
quelqu'un de n'avoir qu'une volonté faible, et quelle \ absolum;;;t i~capable d'observer une chose à fond.
bénédiction, au_ contraire, cc serait d'en avoir une Quiconque, pourtant, veut augmenter le nombre de
de fer. ses connaissances ou coimaître le succès, se doit de
s'habituer à une observation rapide et juste des
' 1° ~elui qui n'a pas une volonté bien entraînée et choses. Et il faut nécessairement une volonté parfai-
tement disciplinée pour en arriver là ... , pour en venir
rbien docile est incapable d'accomplir une tâche sérieuse,
.' quelle qu'elle soit. Tu connais sûrement des étudiants à distinguer impartialement ce qui est plus important
qu'on ne peut pas accuser d'oisiveté, et qui, malgré de ce qui l'est moins, pour se faire -une idée exacte
cela, ne font aucun progrès dans leurs études. Je les de la situation dans laquelle on se trouve et pour
ai baptisés plus haut : « étudiants-bourdons ». Ils , agir en conséquence ... Une volonté disciplinée n'est
, travaillent beaucoup, ces malheureux, - plus peut-, pas seulement à notre service quand il s'agit pour nous
être que les autres - mais sans aucun résultat. Ils ne de voir, d'entendre, de dire ou de faire quelque
savent pas ce que c'est qu'étudier attentivement, et , chose; elle nous obéit encore et nous préserve de bien
ils s'occupent de tout, sans jamais s'attacher franche.., des péchés quand il nous faut ne pas regarder, ne
ment à rien. Ils ont toujours un livre d'étude pas écouter, ne pas dire et ne pas faire ce que nos sens
devant eux, mais ils le changent chaque quart d'heure, dépravés voudraient et que les lois de la morale nous
le trouvant déjà « horriblement ennuyeux Il! Ils sont défendent.
toujours au travail, mais ils se gardent bien de faire
le plus petit effort; et, sans efforts, il n'y a pas de 30 Je vais plus loin: Celui qui n'a pas une volonté
travail efficace. En somme, ils ne font que dissimuler disciplinée ne peut ni ,réfléchir ni développer SOIl
adroitement leur paresse en lui donnant l'apparence esprit. Pour rencontrer la vérité, il faut travailler ferme.
d'une activité fiévreuse. Mais vienne la fin de l'année, Un jeune homme de nature instable est impatient,
comme ils se plaignent amèrement! « J'ai tant travaillé, même en lisant. Il tourne les pages de sbnlivre d'une
disent-ils, et j'ai quand même manqué mon examen. ' )1 main agitée. Il se presse pour arriver à la dernière
Et que deviennent-ils, unefois sortis de leur collège? ... le plus vite possi~le. Et cela ne lui profiteen-ri:n. L.e
Les victimes de leurs impressions du moment, des jeune homme àla volonté docile, aucontrau:e,c lit
hommes sans principes, qui oublient facilement leurs lentement et attentivement; il s'arrête aux phtases
devoirs. qui traînent leur existence sans plan -ni but. les plus importantes; il n'accepte pas au hasard les
142 · LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 143

)dée~ qu'elles renferment, mais ily réfléchit sérieu- n'a pas lutté contre cette habitude d'oublier les choses,
sement pour1bien se rendre compte si l'auteur a tort il reste oublieux quand il a grandi, on hésite ·à lui
ou raison; il prend des notes aux passages les plus demander quelques services, et il a toujours des désa-
intéressants, etc ... C'est seulement ainsi qu'on peut gréments. Entre-t-il dans les chemins de fer et lui :
s'approprier des connaissances nouvelles. Et cela aussi confie-t-on la surveillance de la voie ferrée? Il omettra
suppose une volonté ferme. un jour ou l'autre quelque signal et le train déraillera.
_ Devient-il professeur? il négligera de donner sa
r 4° Il faut encore une volonté forte pour se rappeler leçon. - Avocat? d'aller à la plaidoirie. - Il pourra
, les choses. Il est des élèves qui se croient sortis d'em- même se faire qu'il oublie le jour de son propre
barras quand, au lieu de réciter leur leçon, ils ont mariage!
affirmé hautement: « Je sais, Monsieur le professeur;
seulement ça m'échappe en ce moment »... ou bien,
si on leur a confié une tâche et qu'ils l'oublient, qui L'exemple de Démosthène.
s'imaginent que « l'oubli» est une excuse acceptable ...
Pourtant - à part le cas de maladies de nerfs -
l'habitude d'oublier les choses doit être inscrite le plus Démosthène n'avait que sept ans lorsque son père
souvent au chapitre de la volonté indisciplinée. Si un mourut, et son peu scrupuleux tuteur le dépouilla
mot, un nom ou un événement ne te viennent pas à de toute sa fortune ... Se trouvant un jour au Palais de
l'esprit, ne regarde pas tout de suite dans ton livre -- Justice au moment d'une audience, il fut enthousiasmé
c'est ce que font les étudiants paresseux, - mais · par le magnifique discours d'un avocat; et, en voyant
donne-toi de la peine pour te les rappeler toi-même le peuple porter celui-ci en triomphe, il lui vint l'idée
et pour affermir ainsi ta volonté. Si l'on te confie de se faire orateur, lui aussi.
quelque commission, ne te contente pas de nouer le A partir de ce moment, il n'eut pius, jour et nuit, que
coin de ton mouchoir pour te la rappeler, mais cet unique but devant les yeux ... Mais ses premiers
penses-y fréquemment, plusieurs fois le jour, et tu débuts ne furent pas très heureux. Son premier discours
verras que tû ne l'oublieras pas. fut étouffé par les rires et les cris de la foule; il ne
L'oublieux qui fait cela se guérira facilement de put même pas le finir. Découragé, il rôdait dans les
sa mauvaise habitude. L'homme peut se rendre maître rues depuis plusieurs semaines, quand un vieillard,
de sa volonté au point de ne perdre son autorité sur ranimant son énergie, le pressa de reprendre son
elle à aucun moment, pas même en dormant. Je connais entraînement. Démosthène se remit à ses travaux avec
des gens qui se sont entraînés à s'éveiller tout seuls une nouvelle ardeur, et, quand ses adversaires se j
1
à la minute exacte qu'ils s'étaient fixée à l'instant moquaient de Id, il n'y prêtait pas attention. De temps
de leur coucher. ~ Si, au contraire, un jeune homme en temps, il se retirait complètement du monde et passait
144 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
horriblement affaibti~ . · et quYils · nous l'al'Port~rent.
des journées entières à parler devant les murs de quel- C'était le septième jour qu'il n'avait mangé ~ que de
que grotte souterraine. Comme il bégayait un peu, il l'herbe 1. Voilà ce dont un homme est, capable t
plaçait un petit caillou sous sa langue pour la mieux Peut-être a-t-on déjà cité devant toi. de ces: cas <;le
faire remuer. Pendant ses longues promenades solitaires mourants dont, seule, la forte volonté retenait leur âme
au bord de la mer, il s'exerçait à crier fort - ses dans leur corps affaissé, ... parce qu'ils voulaient revoir
poumons étaient plutôt faibles - et à déclamer ainsi, encore une fois, par exemple, leur femme ou leur enfant
en plein air, des vers et des discours. Chaque fois qui revenait en hâte vers eux. Oui, une forte· volonté
qu'il avait été témoin d'une grave querelle, il se est le meilleur des remèdes pour un· corps malade;
retirait bien vite dans sa chambre, et, là, il pesait et et, dès lors , garde-toi donc bien, mon fils, de te laisser
~. ,
repesait les arguments des deux adversaires, essayant aller à la tristesse, même si la Providence ne t a
de bien voir lequel avait raison . Et grâce à ces efforts de donné qu'un co~ps faible et maladif!
volonté continuels et inlassables, il triompha de toutes Un grand seigneur hongrois, le comte Géza Zichy,
ses faiblesses et il devint ce maître de l'éloquence mort il y a quelques années, avait perdu un bras à la
dont tous ceux qui préténdent aljX succès oratoires sont chasse, dans sa jeunesse. Avec une seule main, il devint
obligés, aujourd'hui encore, deux mille trois cents ans pourtant l'un des plus éminents virtuoses de pian~ de
après sa mort, d'étudier les discours. Ah! quel exemple son temps... Combien de jeunes gens se seraient
nous donne là un pauvre petit orphelin bégayant! Et écroulés sous un coup pareil! Perdre un bras, dans
quelles forces merveilleuses se trouvent cachées au sa plus belle jeunesse! Vois donc ce que peut la force
fond de l'âme humaine!
Parfois, ce sont les souffrances corporelles les plus
de la volonté, même dans un corps mutilé! .
Tu serais bien plus reconnaissant envers la PrOVi-
àtroces qui nous montrent ce que l'homme est capable dence de tes plus petits talents, si tu voulais te rappeler
d'endurer. que les plus grands hommes de tous les siècles ont
Pendant les premiers mois de la grande guerré, je souvent dû lutter contre de tout petits défauts,contre les
servais au front de Serbie. Un jour, on nous apporta calamités, voire même contre des maladies héréditaires!
un hussard qu'on venait de trouver dans un marécage. Wallenstein, le célèbre chef de l'armée allemande
Sa formation, tombée aux mains de l'ennemi, avait pendant la guerre de trente ans, avait les nerfs tellement
disparu tout entière sous la mitraille. Lui seul avait malades qu'il ne pouvait pas même entendre un c~q
échappé aux balles en se cachant dans les eaux boueuses chanter. Richelieu, l'éminent homme d'état français,
d'un marais. Mais il avait dû prolonger son séjour pâlissait de frayeur à la seule vue d'un écureuil. Bayle
dans le marécage, car, montés dans les arbres voisins, ne pouvait supporter d'entendre l'eau s'égoutter.L' odeur
les soldats serbes avaient ' continué, pendant plusieurs du poisson donnait la fièvre à Érasme de Rotterdam.
jours, à inspecter les environs. Ce ne fut qu'après leur Scaliger se mettait à trembler de tous ses membres
départ que les nôtres trouvèrent ce pauvre hussard,

.
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAîNER .SON CARACTÈRE? 147
quand il voyait du lait. Gœthe souffrait indiciblement enthousiasme. Le puissant courant d'un accumulateut
de la fumée de tabac. se compose de mille petites étincelles électriques réunies.
Et voici des cas plus surprenants encore. L'lùstoire Celui qui veut devenir agile à la barre fixe doit faire
a conservé le nom de bien des hommes qui portèrent d'abord, et pendant des années, les exercices de gym-
une âme de génie dans un corps faible et maladif. nastique les plus simples. Pour devenir un bon pianiste,
Helmholz, le physicien célèbre, avait la tête énorme ilfaut répéter longtemps, et sans se lasser, les morceaux
des imbéciles. Le philosophe Spinoza et le poète clas- les plus ennuyeux. On ne peut commencer par jouer
sique Schiller étaient atteints de tuberculose. Descartes, du Beethoven; cela demande des doigts exercés et
Kant, Milton, n'avaient qu'une très petite santé; inlassables.
ce dernier était même aveugle. Pourtant, quel nom Eh bien, il est plus difficile encore de se faire une
éclatant ils se sont fait par leur travail! ... Voilà ce volonté ferme sans de petits exercices de la volonté,
que peut la volonté ferme! Oui, l'âme est certainement répétés sans cesse, indéfiniment, car nulle leçon de
capable de remédier, en partie du moins, à la faiblesse piano ou de gymnastique n'est plus ardue que la tâche
corporelle. qu'on s'impose en se proposant de vaincre son penchant
Il arrive souvent que des jeunes gens chétifs se au mal. Comment voudrais-tu jouer aux échecs si tu
lamentent en voyant leurs camarades rayonnants de ne connais même pas la marche des différentes pièces?
santé. Ne t'afflige pas, toi, mon enfant, si cela était l' Et, de même, comment pourrais-tu avoir une volonté
ton cas. Si tu n'as reçu,en naissant qu'une faible santé ferme dans des combats importants, si tu ne sais
et qu'un corps débile, ce n'est pas de ta faute. Et cela même pas te commander dans les petites choses?
ne saurait t'empêcher, d'ailleurs, de mener une vie 1 Non, personne ne doit se soustraire à cette grande
utile et vraiment grande. leçon de gymnastique qu'est l'éducation de la volonté.
1
1 .' Je dirai même que plus une volonté est faible, plus elle
en a besoin. - .
Les germes d'une foule de qualités et de défauts
La grande leçon de gymnastique. sont en chacun de nous à l'état latent; et chacun de
nous ést . responsable de laisser la prépondérance à
reux-ci oü' à-ceii~s-Ïà. Qu'on traîne une voiture à droite
Veux-tu connaître le premier principe de l'éducation ou à gauche, n'importe, au départ; mais, plus tard,
de la volonté? "Exerce-'tol êliaquë jour à quelque petii c'est sur un chemin battu qu'elle roulera le plus
"renoncement, et, en quelques années, tu auras une facilement. Ne te plains donc pas si tu as une nature
. volonté aussi ferme que le roc. Une volonté forte difficile; car, si la nature ne se laisse pas complètement
demande d'innombrables petits efforts. Il ne suffit détruire, on peut toujours l'activer ou la freiner.
pas d'une résolution, fût-elle prise avec le plus grand Tu dis, peut-être, que tu es sujet à la colère subite
148 LE CA~CTÈRE DU JEUNE HOMME
COMMENl ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 149
et que tu n'y peux rien, ... que, lorsque ton camarade
te tire la langue ou que ton paquet de livres s'échappe
de ton bras, tu es furieux malgré toi. Cela"peut être. Le Jeune indien et le gibier.
vrai en partie. Que, dans ces occasions-là,.tu deviennes
' "

rouge comme une pivoine, évidemment, tu n'y p~ux


rien. Que ton cœur se mette à battre bien fort , tu. Il est donc bien inutile d'admirer l'homme qui,
n'y peux rien encore. Mais écoute un peu. Tu serres à la moindre occasion, devient rouge de colère, serre
aussi les poings, n'est-ce pas? Tu peux très bien les les poings et commence à se quereller, voire même
desserrer. Tu fais une grimace furieuse, n'est-ce pas? à se battre. L'irritation et les discussions sont deux
Tu peux très bien essayer de la remplacer par un signes d'une volonté faible.
sourire - et tout de suite, tout furieux que tu es. Et Et pourquoi donc rencontre-t-on ce caractère si
des paroles rien moins que polies voudraient bien souvent, sinon parce qu'il ne coûte aucune peine,
sortir de ta bouche, n'est-ce pas? Tu peux très bien aucun effort. Dans une vive querelle, on laisse les
fermer les lèvres et te taire, tout fâché que tu es ... choses aller à leur gré, les petites et les grandes. La
Essaye un peu de faire cela. . . maîtrise de soi, au contraire, demande un travail
Sais-tu demeurer tranquille et poursuivre tes recher- laborieux; des marais de l'instinct, il faut monter à
ches avec calme quand les mots latins ou anglais ne la cime de la volonté qui triomphe de tout.
te sautent pas tout de suite aux yeux dans le diction- r ~a vraie maîtrise de soi n'est donc ni la patience

naire? Sais-tu relire trois ou quatre fois une phrase d'une brebis, ni une lâcheté ' efféminée; elle J uppose
que tu .ne comprends pas à première lecture? 'de la force, <;lu courage, de la persévérance! Souffres-tu
La colère a besoin du poing serré, du regard furieux, " d'une désillusion cruelle? T'ennuies-tu? Es-tu mécon-
de paroles grossières. Si tu la prives de cela - ce que tent ou découragé? N'importe 1N'en laisse rien paraître
tu peux très bien faire - ta nature brutale, ne trouvant sur ton visage, dans tes paroles et dans ta conduite.
plus sa nourriture, s'adoucira de plus en plus. Vois C'est là de la maîtrise de soi! - Un jeune camarade,
donc comment tu peux la freiner sur tel point comme depuis un grand quart d'heure déjà, prend plaisir à
sur tous les autres. t'agacer. Tu pourrais le jeter à terre d'un revers de
Qu'est-ce qu'un flocon de neige? Une petite chose main. Mais tu ne le fais pas. Ta main, au contraire, tu
bien jolie et bien innocente 1 Mais si les flocons de la poses bien doucement sur ses épaules, et tu lui dis:
neige se réunissent en masse, ils peuvent devenir une « Écoute, je suis beaucoup plus fort que toi. Laisse-
ravine capable de déraciner les arbres et de faire écrouler moi tranquille, veux-tu? » C'est là de la maîtrise
les maisons! de soi 1
L'irritation, par contre, est toujours une marque
de faiblesse. Les instincts qui nous poussent à agir
s~s réflexion sont ceux de l'animal; et il impC!.rte
LE CARACTÈRE mi JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE?
J
à l'homme de les mettre sous le contrôle de sa raison sait que la maîtrise de soi est la meilleur~ préparation
et de sa volonté, Plus un enfant est petit, plus il est aux luttes de la vie et le plus beau signe de virilité,
irritable; tu peux le constater par toi-même. Il s'obstine, alQrs que chez nous, Européens efféminés, nous y
il trépigne, il crie. Mais, lui, il est incapable encore prenons à peine garde.
de se servir de sa raison et de sa volonté, il est soumis Cependant, ce qui importe ce n'est pas de lire et
à ses instincts de petit animal, et on le supporte, de savoir beauc~up sur la maîtrise de soi et de sa volonté,
tandis qu'on ne supporte pas un jeune homme QU, ç'est de s'y exercer. Le savoir n'est que de l'action en
à plus forte raison, un adulte qui est l'esclave de ses théorie,' mais l'action est le savoir mis en pratique. Il faut
instincts et qui le témoigne par un visage rouge et fortifier, ennoblir sa volonté par tous les moyens pos-
boursouflé, par des paroles grossières et même par sibles, et en commençant ,dès sa jeunesse. Ce 'sont
des coups. les jeunes pousses du rosier sauvage qu'on greffe pour .
Toi, mon enfant, tu ne veux pas rester l'esclave leur faire produire de nobles fleurs. Vn vieux rosier
de tes instincts, n'est-ce pas? Observe donc de très sauvage n'est plus bon à rien.
près ce qui a tendance à t'agiter, à te faire mettre en C'est un bien triste spectacle que celui qui nous est
colère. Puis, sans rètard, CQmmence à lutter contre donné par un jeune homme sans volonté qui ne peut se
toute étourderie et tout mQuvement irréfléchi. C'est résoudre, sans un très grand effort de Sa part, à mur-
là un excellent moyen de te faire éviter bien des murer un simple « oui » ou un simple « non ». Pour lui,
jugements téméraires, bien · des parQles légères et bien commencer une tâche qu'il vient de décider est presque
des actions dont tu te repentirais plus tard. une chQse impQssible. Même à seize et dix-sept ans, il
\ Dans certaines tribus d'Indiens, il est d'usage ne peut se résoudre à réfléchir en pleine indépendance
d'envoyer les jeunes gens qui viennent d'atteindre et à se choisir des principes, et il en sera so:uvent
l'âge de la puberté et qu'on veut initier à l'existence, incapable toute sa vie. D'un œil anxieux, il observe la
dans un endroit gibQyeux où ils resteront deux conduite des autres pour les imiter. Vn tel jeune
sem:ainesentières. On les a préalablement munis d'un homme n'est qu'une marionnette sans volonté, qu'un
arc et de flèches; mais, en même temps, on leur a bébé en grands pantalons.
dQnné un Qrdre étrange : « Défense de tirer 1 Défense
de tQucher au gibier 1 » Les lièvres fourmillent autQur
d'eux; les cerfs et les chevreuils paissent en toute
liberté ... Ils SQnt fous du désir de tirer, et cela leur Hélas! je n'ai pas de volonté.
est défendu. Leur séjQur 'én pleine fQrêt est CQmme
Ule SQrte de jeftne. Et, seuls, ceux qui obéiSient Qu'est-ce donc qui anéantit une vQIQnté d'une manière
jusqu'au bQut SQnt déclarés hommes ... Comme il est si pitoyable? C'est une vie trop facile. Vnjeune homme
triste d~ penser qu'au milieu des tribus sauvages o.n qu'on met à l'abri de tQutes les difficultés, qui n'a qu'à
- LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 153
désirer quelque chose pour l'avoir, qui ne sait jamais l'étude et le jeu. La gymnastique était une véritable
tien sc refuser, qu'on n'a pas entraîné à l'obéissance, ... torture pour lui. Il somnolait devant sa table pendant
n'aura jamais qu'ùne vol~nté déformée, amollie, falote ' des journées entières. Ce garçon-là avait pourtant
et doucereuse. de la volonté, mais il ne la dirigeait que sur un seul
Oh! ce jeune homme-là, je le sais bien, n'est pas point: il entendait ne pas être dérangé dans sa paresse.
incapable de tout élan. Il lui arrive même de s'emporter Sa mère le grondait, son père le punissait, ses camarades
violemment, .. de tyranniser les siens parfois. Mais riaient de lui; il s'en moquait. Rien ne pouvait le faire
ce n'est pas sa volonté qui se manifeste alors en lui; sortir de son inaction. Il déployait une volonté obstinée
ce n'est que le trépignement des instincts inassouvis à ne rien céder à sa somnolence de Turc ... Oui, il avait
d'un jeune animal. lui aussi de la volonté, ... mais seulement pour la paresse.
La question de la force de volonté est extrêmement Tu vois par ces deux exemples que la volonté ne
complexe et mystérieuse... Prenons-en quelques doit pas être entraînée de la même manière chez tous
exemples. les jeunes gens. On peut même distinguer trois genres
Voici le cas d'un enfant de douze ans qui était aussi d'éducation de cette faculté, bien différents les uns des
gourmand qu'un chat. On ne pouvait rien laisser devant l" autres. Pour les garçons vifs, gais et, facilement enthou-
lui sur la table que cela ne disparût immédiatement siastes, qui ne savent ni réfléchir dans le calme ni agir
dans son estomac. Ses parents le ,-grondaient tous les posément, la meilleure école de la volonté consiste à
jours. Lui-même, sincèrement honteux de son défaut, s'exercer a.~l renoncement et à la maîtrise de soi.
,
avait promis plus de cent fois de se corriger. Néanmoins, .' Ceux qui sont un peu frivoles, qui s'essayent à tout,
à la première occasion il recommençait, et il se plaignait mais qui n'ont pas la patience de terminer une tâche
ensuite à sa mère en pleurant : « Je n'y peux rien, commencée, doivent fortifier leur volonté en s'obligeant
je n'ai pas de volonté! » ~ ne jamais laisser inachevé un travail et en s'exerçant
, Pourtant, ce même garçon s'entraînait chaque jour, " ~ la patience et à la persévérance. D'autres sont rêveurs
pendant l'lusieurs heures, à toutes sortes de sports. ou trop silencieux: pour ceux-là, ce ser~ l'action qui
II courait à perdre haleine, il sautait comme un chat, rendra plus ferme leur volonté. D'où trois principaux
il faisait de l'escrime, il nageait, il jouait surtout~au moyens de former sa volonté, que nous résumerons
football. Tout cela lui demandait beaucoupld'abrié-, en ces trois mots: Abstine! Sustine! Aggredere! Apprends
gation, beaucoup d'efforts, une grande persévérance. à· te renoncer 1 Apprends il persévérer! Apprends à
Il savait donc vouloir à ses heures! agir l,
Voilà le cas d'un autre enfant qui était horriblernent
paresseux. Il semblait avoir toujours sommeil et ne
s'intéressait à rien; on aurait dit qu'il avait dans ,
les veines de l'eau sucrée au lieu de sang. Il détestait'
154 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT FNTRAÎNER SON CARACTÈRE? 155

de t'imposer souvent de petits sacrifices, quand


je te dis, par exemple : « Fais toujours ton devoir
Absfine! joyeusement, même quand il ne te plaît pas. Renonc.e
'parfois à une distraction, à un plaisir, à un plat favon,
Au cours des longues années que j'ai consacrées même quand il t'en coûte beaucoup J), c'est pour
à l'éducation religieuse des jeunes gens, j'ai eu de un motif très grave que je le fais. L'abnégation doit
nombreuses et douloureuses désillusions. Dans les nous aider à atteindre un but sublime: celui de donner
classes inférieures, j'avais toujours un très grand des ailes à notre âme, de substituer en nous le règne
nombre d'élèves dont le regard brillant et la vive de l'esprit à celui du corps.
intelligence me promettaient une belle moisson pour Je sais bien que ces exercices ne sont que l'entraîne-
,l'avenir; mais les astucieux ennemis de leur âge : ment de la volonté; mais cet entraînement de la volonté
1 les passions,' la frivolité, ~ le manque d'expérience et nous conduit à une vie morale plus digne. Ce n'est
t
les ' mauvais désirs détruisaient bien vite, à mesure pas sans une grande clairvoyance que les Latins don;.
qu'ils passaient dans les classes plus élevées, les belles nèrent le même nom de ({ virtus J) à la vertu et à la force.
espérances que j'avais fondées sur eux. Combien de Ils voulaient signifier par là que, sans efforts et sans
fois j'ai dû voir, d'un cœur serré, la plante de cette les victoires que nous gagnons sur nous-mêmes, il n'y a
bonne volonté enthousiaste qui pousse dans l'âme de point de vertu.
presque tous les enfants de dix à douze ans dépérir La théorie et la pratique justifient chaque jour les
d'année en année sous l'action de ces quatre ennemis! paroles de Notre-Seigneur Jésus-Christ : {{ Celui
Le plus puissant d'entre eux était toujours le qui veut me suivre, qu'il se renonce lui-même, qu'il prenne
premier ... Oui, mon fils, le plus grand écueil pour la sur lui sa croix et qu'il me suive! J
jeunesse, c'est cette honteuse mollesse qui entraîne C'est un mauvais jardinier celui qui, s'apitoyant
tant de jeunes gens d'aujourd'hui à satisfaire leurs sur le rosier, ne coupe pas inexorablement ses pousses
passions, à obéir, presque sans résistance, aux instincts sauvages. Le rosier ménagé ainsi par le sécateur ne
de leur nature animale. 1 portera point de roses ... Le jeune homme qui ne s'est

Aujourd'hui, on ne veut plus qu'une chose: «jouir)), j,amais rien refusé n'aura jamais non plus une volonté
se divertir JJ. Et c'est précisément pour cela que je ferme.
mentionne la maîtrise de soi et le renoncement comme Qu'est-ce donc qui fait marcher l'horloge? C'est la
le premier moyen d'exercer sa volonté. force comprimée dans le ressort. Eh bien, la maîtrise de
La maîtrise de nos sens, la soumission à certaines nos passions est une force semblable. Ne va donc pas
règles, l'abnégation, la restriction de nos désirs ne 1
t'imaginer que cette maîtrise parfaite que j'exige de
sont pas un but, ce sont des moyens pour affranchir toi te nuira de quelque façon, sera un obstacle à ton
notre âme. Donc, quand je te conseille avec instance bonheur. Bien au contraire, c'est elle qui te sa1}vera
COMMEN'f ENTRAÎNER SON CARACTèRE? r 57
156 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
mon Sauveur sur sa croix. Et je veux être son disciple. Il
du dépérissement de la volonté et de mille autres La grappe fit ainsi tout le tour du monastère . .:
maladies spirituelles. Vers le soir, quelqu'un la présenta de nouvea~ .a
Qui sait se dompter s'affrmchit du joug Macaire. Et le vieil ermite versa des larmes de JOIe
Que la nature il mis à notre cou. en voyant de quels compagnons mortifiés il était
(GOETH E) . entouré,
Vois-tu, mon enfant, cela, c'était de la force de
Il n'y a que cette maîtrise de nous-mêmes qui peut volonté! Ces moines-là savaient se renoncer et se
nous donner la vraie liberté; et cette maîtrise ne renier eux-mêmes! Essaye, toi aussi, au moins une fois, .
s'obtient que par le renoncement. C'est cette idée de faire quelque chose de pareil. - Nulla dies sine
profonde que Thomas a Kempis aime à· nous rappeler li1lea! Pas un seul jour sans écrire au moins une ligne!
dans son « Imitation de Jésus-Christ » : « Autant tu c'était la devise de bien des savants. Adopte-la en la
pourras vaincre ta volonté, autant de progrès tu feras modifiant ainsi : « Pas un seul jour sans faire un
dans le bien. 1) petit exercice de renonc<:ment. » Oui, fais tous le.s
, -jOttrS quelqu"e chose qui te déplaît; c'est là, pour tOI,
le meilleur des entraînements. Ce n'est pas sans
raison que le baron Joseph Eôivôs, ce grand génie
Les raisins de l'ermite. hongrois, disait un jour: « Nous ne possédons que ce
à quoi nous pouvons renoncer le cas échéant. Car nous
Un jour, un paysan frappa à la porte de l'ermite ne sommes pas les maîtres, mais les esclaves de ce que
Macaire qui vivait dans le désert. « Père, lui dit-il, nous croyons indispensable ... Celui qui veut enseigner
je t'apporte une magnifique grappe de raisin. Accepte- les hommes ou régner sur eux. doit d'abord se vaincre
la et rafraîchis-toi avec elle. » Macaire prit le raisin, lui-même et maîtriser ses propres passions ... La religion
remercia le paysan et le bénit; mais, en regardant de chrétienne, en nous demandant le renoncement,
plus près la superbe grappe, il se dit : « Je crois que ne fait qu'énoncer un principe qui est à la base de
l'humble vieillard dont la cellule est près de la mienne toute saine Philosophie. ))
en aurait plus besoin que moi. » Et il lui porta la
grappe. Celui-ci la reçut avec reconnaissance et joie;
mais, à son tour, il se mit à réfléchir. « Comme ce fruit Diem p.e rdidi.
ferait du bien au pauvre frère Nazaire qui est
malade 1 » - et le voilà déjà en route vers la cellule. On dit que le noble empereur romain Titus a~ait
de ce dernier. Mais Nazaire ne voulut rien entendre. pris la résolution de faire chaque jour un peu de. bien,
« Comment mangerais-je ce magnifique raisin? s'écria- ' et que, la nuit venue, lorsqu'il estimâit n'av~ir pas
t-il. C'est du fieLbien amer qu'on donna à boire à
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 159

tenu cette résolution, il se le reprochait en ces, jamais ce qui peut éveiller inutilement ta curiosité.
termes: « Diem perdidi. » « J'ai perdu ma journée. » Vois-tu une grande foule rassemblée dans la rue, et
Toi aussi, exerce ta volonté chaque jour, sans en meurs-tu d'envie de t'y joindre? Dis-toi: « Je n'irai pas. »
excepter . a~cuI2 ' Non pas seulement 'quèiquef ois, et Reste maître de ta langue aussi! C'est incroyable-
liU"hasard, mais~'après un plan préconçu, et d'heure en ment difficile, je le sais bien; mais ce n'est pas impos-
heure. Tu n'as pas beaucoup à en rechercher les occa- sible. Donc, ne trahis jamais le secret qu'on t'a confié.
sions; elles se présentent toutes seules, et par centaines Ne parle jamais des défauts des autres avec une joie
chaque jour, même dans la vie d'un étudiant. Ainsi, maligne. Ne leur cause jamais d'ennui. Ne fais pas des
quand tu ne peux pas éviter un mal, une épreuve, remarques désobligeantes ou ironiques sur les personnes
une souffrance quelconque, ne grince pas des dents, présentes. Ne critique pas les absents. Ne sois pas le
mais essaye de le ~upporter sans te plaindre. Ne gémis seul à parler en société, mais laisse souvent la parole
pas: « Que j'ai soif! » - - « Ah! que j'ai mal à la tête! » aux autres. Ne dis jamais rien sans avoir réfléchi
- « Ouf, je n'en peux plus, mes souliers sont trop à ce que tu vas dire. Et, surtout, ne te vante jamais ...
étroits! » mais essaye de te soulager; et, si tu n'y réussis Et puis, ~outiens toujours la vérité, même à ton propre
pas, jette un regard sur le Christ crucifié et efforce-toi détriment. Ne mens jamais, même en choses peu
de souffrir en silence comme Lui. T u dois faire aussi, "importantes: pas même si un petit mensonge devait te
,coûte que coûte, ~e que tu as décidé. Tu dois persé- procurer un grand avantage.
vérer dans ce que tu as commencé, et ne pas imiter Et ce n'est pas seulement la table de travail qui
ces jeunes gens que je connais et qui changent d'occu- fournit d'excellentes occasions à ces exercices de renon-
pation chaque quart d'heure. Tu dois remplir tes cement, c'est au~si celle du dîner. Ne sois pas difficile,
devoirs journaliers avec fidélité et exactitude, même et mange de tout. Ne sois pas trop avide de desserts,
les moins importants, car, si une chose vaut la peine et ne t'en gave pas à en être malade. C'est dans le
d'être faite, elle vaut aussi la peine d'être bien faite. manger que bien des gens perdent la maîtrise sur leur
Il ne faut pas, le matin, que tu t'amollisses sur ton volonté.
oreiller, mais il faut te lever dès que l'heure en est Vois-tu comme elles se multiplient les occasions
venue ... Combien de jeunes gens succombent ici 1 - d'exercer ta volonté? Mais il ne te suffit pas de t'instruire
Il faut que tu sois le maître non seulement de ta de ces exercices, il faut encore que tu les fasses toi-
mauvaise, mais encore de ta bonne humeur, que tu .même. Tune saura's pas nager pour avoir lu un traité
gardes la juste mesure dans ta gaieté et tes enthou- - de natation, mais pour avoir pratiqué les mouvements
siasmes, dans tes paroles comme dans ton silence. du nageur. On aura eu beau t'expliquer quelque
Pour fortifier sa volonté, rien ne vaut les efforts que évolution à la barre fixe, tu ne sauras vraiment la faire
l'on fait pour dompter !tes sens. Ne promène: donc qu'après l'avoir essayée bien des fois.
pas constamment tes yeux autour de toi. Ne regarde C'est là une vérité profonde que saint Paul .nous a
160 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAîNER SON .CARACTÈRE? 161

soulignée dans sa lettre aux Galates, V, 16- 1 7: cc Marchez philistins entre Jérusalem et Bethléem et que la chaleur
selon l'esprit et vous n'accomplirez pas les convoitises accablante avait tari tous les ruisseaux et toutes les
de la chair. Car les désirs de la chair sont contraires à sources, le roi soupira: « Ah 1 si je pouvais boire une
ceux de l'esprit et ceux de l'esprit contraires à ceux gorgée seulement à la source fraîche qui jaillit aux
du corps. » Et dans sa lettre aux Romains, il écrit, portes de Bethléem! » Trois de ·ses hommes parmi les
VI~, .22, 23 : . cc Selo~ l'homme intérieur, je prends plus braves l'entendirent. Ils se frayèrent un chemin
plaIsIr aux IOl~ d.e ?leu; mais dans mes membres, je à travers les rangs des Philistins, risquant leur vie à
trouve une 101 dlfferente, qui lutte contre les lois de chacun de leurs pas, et ils puisèrent de l'eau qu'ils
mon esprit et qui me rend captif de la loi du péché rapportèrent à David. Celui-ci, tout mourant de soif
qui est dans mes membres. »
qu'il était, ne voulut pas la boire, mais il en fit une
Chacun de nous a certainement senti en lui-même libation au Seigneur, en disant : « N'est-ce pas là le
ce partage tragique de sa triste nature à double face sang de ces hommes qui ont risqué leur vie pour moi?
cette lutte du mal contre le bien; et il a compris tou~ Comment donc le boirais-je? » (Livre des Rois, II,
le biert"fondé de l'ancien proverbe : Video meliora :23, 14.- 1 7).
prohoque, deteriora sequor.
Oui, c'est cela surtout qui me plaît en David ...
. Si donc tu veux te faire une âme libre et virile Au fait, qu'a-t-il sacrifié? Une petite gorgée d'eau.
n 'hé'sIte pas, mon fils, à lutter violemment contre tes, Et qu'a-t-il perdu? Un tout petit instant de jouissance.
p~opres aises .et ta propre mollesse. Chaque jour Et qu'a-t-il gagné par ce noble geste? Le respect
faIS quelque bIen et pratique quelque renoncement. fanatique de ses soldats, une volonté fortifiée, et, par-
Tu as certainement entendu parler. de l'héroïsme dessus tout, la grâce de Dieu, car il avait répandu
du roi David, dont tu as lu l'histoire dans l'Ancien l'eau en sacrifice au Seigneur.
Testament. Encore tout enfant, lorsqu'il gardait les Vois ..tu, on peut se montrer héroïque, on peut faire
troupeaux de son père et qu'un OUrs ou un lion ravissait un sacrifice à.Dieu - même en se refusant une gorgée
une de ses brebis, il le poursuivait, le tuait et lui d'eau!
arrachait la mâchoire. cc Quel héros! » disent les enfants Les disciples de Pythagore avaient coutume de
de douze ans. '- Plus tard, avec sa fronde il tua le s'asseoir, à jeun, devant des tables sur lesquelles on
géant Goliath. c( Quel héros! » s'écrient les j:unes gens avait déposé les mets les plus succulents. Et ils restaient
de quatorze ans. - Plus tard encore, il triompha dans là, à les regarder, pendant des heures entières. Et ils
nombre de batailles contre les Philistins. « Quel héros! » se retiraieritsans avoir touchéàùn seul. ,
répètent ceux de quinze ans.
« Quels imbéciles 1» s'écrieraient des enfant$. Mais toi,
Eh bien, mon fils, tout cela ne me dit pas grand'chose mon fils, ~ il réfléchiSSant attentivement et longue-
à moi. Mais sais-tu ce qui me plaît en David? C'es; nient, tu ressentiras certainement cette émotion respec-
ceci: Un jour que son armée se trouvait en face des tueuse que, la vu~ de l'héroïsme inspire toujo~Jrs ...
'èar,J. ltotn'Yle:,- 11.
162 LE CARACTÈRE DU JEUNE: HOM~ COMMENT~.ENTRAïNER SON CARACTÈRE?

Ces païens comprènaient parfaitement l'importance ouvrage d'un quart d'heure », et il lui tint de violents
du renoncement, de la maîtrise de soi, de l'entraînement propos. Mais l'artiste, lui montrant le volumineux
de la volonté. amas de papiers qui atteignait presque le plafond de
Fais-en, toi aussi, de ces exercices d'abnégation, et son atelier et dont toutes les pages étaient couvertes
tu connaîtras ces douces joies de l'âme que seul le d'images de coqs : « Voilà, lui dit-il, mon travail de
renoncement peut procurer et que tant de jeunes gens, trois ans 1 Ce n'est qu'à lui que je dois d'avoir pu
hélas 1 ne ressentent pas, ces joies si ,pures ef si faire aujourd'hui cet excellent tableau en si peu de
profondes, si durables aussi, qui jailliront en foi, e~ temps. Il est donc juste que je sois payé non seulement
t'inondant de gracieuses délices, toutes les fois que tu pour le tableau, mais pour mes esquisses de ces trois
auras triomphé d'un désir ou d'un penchant mauvais, années. » Et le marchand se rendit aux raisons du
toutes les fois que tu auras fait un sacrifice, que tu auras peintre et il lui paya la grosse somme sur-le-champ.
rempli tœ devoirs, que tu auras été gé,néreux pour les C'est exactement ce que nous constatons dans la
autre~. question de l'entraînement de la volonté.
Si nous voulons arriver à ce que notre volonté
nous obéisse docilement en toutes choses, qu'elle
Le coq du peintre japonais. exécute toujours fidèlement et d'une "manière parfaite
le bien que nous avons projeté de faire, il nous faut
nécessairement l'y entraîner pendant les années de
Une tradition japonaise nous raconte qu'un jour notre jeunesse. Il nous faut travailler ferme et longtemps
un riche marchand confia à un peintre l'exécution au développement du caractère idéal que nous voulons
d'un étrange tableau ... Il devait représenter un coq être le nôtre. Il nous faut la patience du peintre qui ne
- et rien de ,plus, -mais ce coq devait être aussi se repose que lorsqu'il.a reproduit trait pour trait sur
parfait que possible. " la toile l'image qui était dans son esprit.
Sa commande faite, ie marchand iut plusieurs Et ne te laisse pas effrayer par cette tâche 1 A chaque
années sans recevoir aucune ,nouvelle de l'artiste, et, nouveau dessin le peintre trouvait une difficulté de
surpris de ce long silence, il se décida enfin à retourner moins, et son dernier tableau ne lui demanda que
le voir... Le tableau n'était même pas ébauché; mais . quelques rninutes de travail. De même, dans l'entraÎne-
le peintre, après avoir fait asseoir son visiteur, se mit , ment, dans l'éducation de la volonté, _~e sont toujours
immédiatement à l'exécuter et ' il le teqnina en ' quel- les commencements qui sont les plus difficiles .. . .Plus
ques minutes. C'était un véritable chef-d'œuvre qui, . tu t'exercenls au bien, plus le bien te deviendra aisé.
combla de joie le marchand. Lorsque ce1ui~ci voulut Je me rappelle ' qu'étant jeune homme je trouvais
payer, il faillit tomber à la renverse en entendant le beaucoup de difficulté à . réussir certain e,xercice de
peintre lui demander une' somme énorme pour« cet gy mnastiqu,e., Pendant des mois 'mcs efforts fUJent ,
164 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
COMMENT ENTRAîNER SON CARACTÈRE? 16 5

presque vains, quand, un beau jour, rassemblant tout


mon courage, je m'en tirai parfaitement, et, depuis parents, ils ne sauront pas que je suis sorti. .. Et mes
ce moment-là, l'évolution ne fut plus qu'un jeu pour , problèmes de mathématiques?. . Ah! j'ai trouvé!
moi. Il en est exactement ainsi dans la vie spirituelle. Demain, j'oublierai tout simplement d'emporter mon
Au premier abord tout semble horriblement pénible; cahier à l'école ... Mais ce n'est pas honnête, tout ça ... »
il en coûte beaucoup pour se renoncer et pour lutter; Et c'est ainsi que le pour et le contre se répondent
mais, avec le temps, on n'y trouve plus aucune difficulté. dans ta pauvre tête. Et tes camarades s'impatientent ..
Chaque jour, mon fils, pour fortifier ta volonté, Enfin, après un dur combat avec toi-même, tu leur
, exerce-la donc un peu, te privant, à l'occasion, même dis : « Excusez-moi, mes amis, je ne peux pas sortir
.de petites choses per~ises. Le matin, quitte ton lit aujourd'hui. » Et ils s'en vont, et tu restes seul. Au
promptement, en te disant: « Un petit renoncement! » premier moment, tu regrettes peut-être de ne pas
- Si tu as mal aux deJits, ne te plains pas, mais répète: être allé avec eux. Mais bientôt le sentiment du devoir
« Un petit renoncement 1 » - Lis-tu un livre qui t'in- honorablement rempli inonde de joie ton âme. 'Si
téresse beaucoup? Ferme-le à la page la plus attrayante. la chose se renouvelle le lendemain, ta décision te sera
« Un petit renoncement 1» - As-tu grand faim? Attends déjà plus facile; et si elle se répète encore, tu trouveras
cinq minutes avant de toucher au plat qu'on te présente. tout naturel bientôt de préférer tout de suite le devoir
« Un petit renoncement! » au jeu... Le peintre japonais, rappelle-toi, en vint
Et tu peux trouver mille autres petites choses comme à peindre ses coqs d'un seul coup de pinceau.
celles-ci pour exercer ta volonté. Et plus tu te renon- .P fau!_~tl_e_.~~.~Eriy~s..~. faire_ l~. ~ien .!2ut ,nattlrelle-
! ceras dans ces petites choses, plus t u' resteras maître l
ment sans hésitation, sans réflexion même. Tu seras
' ...... ~., _....... • ..... _...... ~. . .

, de toi dans les grandes. --"-- vraiment récompensé de tes efforts lorsque tu ne devras
, Encore un autre exemple : Tes parents sont allés faire plus peser le pour et le contre avant chacune de tes
une visite et tu leur as promis de rester .à la maison actions, lorsqu'une longue habitude aura déposé en
pour terminer tes devoirs d'écolier. Quelques minutes toi gn réel penchant .pour, le bien e! 1Jn~ véritable
plus tard, ton ami Jean frappe à la porte: « François, aversion pour le mal. Tu seras récompensé, dis-je, non
viens jouer au football avec nous! Tous les camarades . pas en argent, mais par la promptitude, par la facilité,
sont là! » Dehors, .il fait un soleil radieux. Ici, dans par la joie avec lesquelles désormais tu pourras toujours
tà . chambre, des problèmes d'algèbre attendent leurs agir selon tes bons principes; c'est-à-dire que tu seras
solutio~.Et voici qu'en toi la lutte s'engage ... Diras- devenu un· jeune homme de caractèreJ
,tu : oui? Diràs-tu : non ? - « J'ai prooûs de rester à la
maîson~ Mais les camarades se moqueront de moisi
je gâte leur plaisir... Ce $erait si bon de sortir, mal8
j~ai~ p~, .d.·~tr~ gft>ndé ••. Si ,je reviens avant mes
166 LB CARACTÈRE DU JEUNE HOMMB COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE?

encore 1~ patience active, je veux dire 'la persévérance.


:Sustinè 1 - Notre-Sé1gneur'ïïous donne un avertissement bien
ii I grave lorsqu'il nous dit: (( .Qelui-l~ seul qui persévère,

,
Le second moyen pour entraîner sa volonté c'est
'
t. jusqu'à la ~' sera sauvé. » Ces pa.roles sont profo~-
l
. endurance, la persévérance. - James, l'un des plus ' dément vraIes non seulement du pomt de vue de la VIe
célèbres psychologues américains, recommande aux éternelle, mais aussi de celui des succès terrestres.
jeunes gens de faire tous les jours quelque chose qui Le manque de persévérance fait souvent s'écrouler au
leur répugne, pour le seul motif de pouvoir rester dernier moment le résultat d'un long travail. Il aurait
fermes avec eux-mêmes. Dans un collège allemand suffi parfois d'un jour de plus, d'une heure seulement
on en parla un jour aux élèves; et sais-tu ce qu'ils peut-être, pour mener la chose à bien; mais ce jour,
firent? Ils allèrent au jardin et mangèrent des han- cette heure a manqué. Chavez fut le premier pilote
netons tout vifs, parce que ce n'était « pas du tout de qui survola le Simplon, mais en atterrissant il se brisa
leur goût » 1 ... C'était là un zèle bien exagéré et bien les jambes. Il avait su vaincre la tempête glaciale et
enfantin; mais c'était aussi un sacrifice qui comptait les terribles tourbillons de l'atmosphère. Son but
comme entraînement de leur volonté. -- - était presque atteint. Il voyait la foule l'acclamer;
Je ne te demande pas d'imiter cet expmple, et tu n'as fêter son retour. Mais il manqua de persévérance.
nullement besoin non plus de faire brûler vif ton bras Il ne voulut pas attendre cinq minutes de plus pour
comme le fit Mucius Scévola. La vie journalière d'un se laisser glisser lentement sur le sol. Il voulut descendre
étudiant est remplie d'occasions dont tu peux profiter tout de suite. Et son avion heurta le rocher. Et le choc
pour t'exercer à une patience héroïque. Tu peux causa la mort de Chavez... Cinq minutes seulement
endurer, sans te plaindre, tes petits malaises quotidiens. de persévérance l'auraient sauvé 1
Tu peux apprendre tes leçons sans nervosité et sans Tu ferais bien de toujours voir plus loin ou plus haut
colère. Tu peux parler poliment à la maison, ne jamais que ton devoir. Quand tu veux faire une marche
r~pondre à tes parents, ne jamais leur faire de grimaces de trois heures, prépare-toi pour une marche de
fil leur montrer de la mauvaise humeur. Si quelqu'un quatre heures. Si tu veux étudier pendant deux heures,
te fait souffrir, t'ennuie ou te contrarie, tu peux fixe à ta volonté deux heures et demie. Ainsi, tu te
étouffer tes sentiments, te taire un moment, et, pendant réserves toujours un peu de force.
ce temps, écouter ce que te dit la raison. Tu peux ne Persévérance 1 Persévérance 1
pas commettre des actions dont tu aurais à te repentir Par une magnifique matinée de juillet, deux jeunes
peu après. (Cette dernièi:e consigne a une importance étudiants commençaient l'ascension d'une haute cime.
spéciale pour les jeunes, gens fougueux et étourdis.) Tous deux venaient de la plaine, et ils n'avaient jamais
Etce n'est pas seulement la patience passive, l'endu- vu de montagne aussi grandiose. Ils s'en allaient d'un
rance silencieusè que je te recommanne: c'est plus pas leste et le cœur gai. A un certain moment. ils
168 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON -CARACTÈRE?

dépassèrent un vieillard et sourirent de le voir monter que les jours cnso.leillés. Qui di~ vivre, ~it souff.rir.
à pas si lents et si mesurés. « Comment, à cette allure Dans la vie d'un Jeune homme, Il y a déJà des dIffi-
d'escargot, pourrait-il bien atteindre le sommet de la cultés, des épreuve:) plus ou moins dures, des ins1.lccès, .
crête? » pensèrent nos jeunes gens, qui, se retournant des malen!endus, des maladies, des souffrances phy-
dix minutes plus tard, .ne le virent guère plus gros siques ct morales. Et là où son caractère se x:évèle
qu'une fourmi, ... loin, très loin au-dessous d'eux ... le _mieux, c'est précisément dans sa façon d'endurer
Mais les poumons de nos deux étudiants commen- les coups qui le frappent. Sustine! ,
cèrent à se fatiguer, et, bientôt, ils durent faire Souvent, les indigents regardent les riches d'un q!il
de petites haltes chaque demi-heure,... et, bientôt jaloux et les écoliers pauvres envient leurs camarades
encore, multiplier et prolonger leurs arrêts. Vers plus fortunés. Ils ne semblent pas croire que chacun
midi, complètement exténués, et couchés à même sur la terre a sa part d'affiictions, d'une manière o~
le rocher près d'une petite chute d'eau, ils aperçurent d'une autre.
tout à coup l'homme-escargot qui débouchait au 11 y a des hommes qui serrent furieusement le poing
tournant du chemin. Il passa près d'eux, du même pas ct qui blasphèment contre le sort au temps de la
tranquille et posé que le matin. Il les dépassa, ... souffrance; ils n'ont que des âmes grossières. Il y en à
montant toujours, ... et toujours plus haut, . .. si haut · . d'autres qui, tête basse et la mort dans l'âme, pleurent
que, de nouveau, il n'apparut guère plus gros qu'une sur leur destin avec une résignation impuissante;
fourmi à nos deux écoliers qui s'étiraient sur la mousseJ ils n'ont que des âmes faibles. Et il y en a encore qui,
tellement las qu'il leur était impossible de continuer tout en souffrant aux heures d'épreuves ou de maladie,
l'ascension. Eh bien, vois-tu, pour monter dans la tout en pleurant la mort d'un être cher, savent que la
vie, pour atteindre l'idéal qu'on s'est fixé, il ne suffit souffrance virilement endurée est le feu qui donne la
pas de l'élan de la jeunesse ni d'un enthousiasme de plus belle trempe à l'acier du caractère. On peut être
la durée d'un feu de paille; il faut en plus une grande, pauvre ct heureux, riche ct malheureux en même
une patiente, une continuelle persévérance. temps. On peut être heureux avec un corps maladif,
et malheureux avec une santé de fer. On peut être '
aveugle et joyeux à la fois, comme mélancolique avec
r des yeux d'aigle. Tout dépend de la .manière d~nt
nous laissons la souffrance opérer dans notre âri1c.
Souffrir sans se plaindre.
Utilise-la donc, mon fils, dans l'éducation de ton. carac-
tère. Rappelle-toi toujours qu'une douleur endurée
La vie humaine n'est qu'une suite mmterrompue patiemment accroît la valeur d'un homme, que celui
de joies et de tristesses; et, pour beaucoup d'entre qui se fait petit se grandit, que celui qui sait s'humilier
nous, les j9urs . sombres sont bien plus nombreu~ s'élève, que la colère ·étouffée rend plus fort; en ,un
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 17 1

mot, que la souffrance supportée avec Dieu rend l'âme pour fortifier ta volonté. L'âme à la volonté faible se
plus pure et le caractère plus noble. laisse réduire en poussière sous les coups de mar~eau
Un tableau a toujours sa lumière et ses ombres.
d e la souffrance. Le caractère viril, au contraire, Jette
Le talent de l'artiste consiste précisément à fondre eut-être des étincelles, mais, ainsi que aCier, 11
l"
ces deux contrastes et à en faire sortir le beau. - ~evient ensuite plus résistant. « On peut montrer tout
Dieu, qui est notre Père céleste, connaît nos difficultés. tant d'héroïsme sur un lit de malade que sur un
C'est Lui qui a permis que tel malheur nous arrive. au . . 'fi
champ de bataille », dit Sénèque; ce qUl Slgnl e que
Tel malheur fait donc partie de son dessein sur nous. la souffrance est la Ineilleure école du caractère.
Quel est ce dessein? Comment le saurions-nous , Si t~ es d~;"s la peine, rappelle-toi les paroles du
avec notre petite cervelle humaine? Nous punit-Il baron J. EOtvos : « Les épreuves de la vie n'ont pas le
pour nos péchés passés? Veut-Il nous rendre plus forts pouvoir d'abattre celui qui sait, au :nilieu d'atroc~s
en vue de l'avenir? nous purifier? nous tendre plus tortures, garder confiance dans la PrOVidence. )l Et pn;
sérieux? Veut-Il nous donner l'occasion de faire de toute ton âme avec lui : « Donnez aux autres, 0
provision de mérites? Nous ne le savons pas. Mais Seigneur, les chemins unis sur lesquels on peut marcher
il y a une chose que nous savons: c'est que notre âme longtemps sans beaucoup de fatigue. Donne~-l.eur le~;
doit sortir plus pure, plus profonde, plus grave, biens qu'ils désirent le plus. Mais, pour mOl, Je V011f;
meilleure, en un mot, du feu de la souffrance. Notre demande un sentier raboteux, avec une belle vue pour-
prière, en ces jours sombres, sera celle-ci : tant, qui me conduise toujours .pl~s haut e: que
Seigneur, que votre volonté soit faite je puisse suivre avec la convictIOn que Je ne
A travers les bons jours, à travers la tempête! m'égarerai pas ll. •

Seigneur, que votre volonté soit faite! Si les Romains disaient que « c'est une vertu romame
S'il faut souffrir, je courberai la tête; que d'accomplir de grandes choses » - jortia agere
Seigneur, que votre volonté soit faite! romanum est, - ajoutes-y, toi, que « c'est une. vertu.
Vous savez pourquoi, et mon âme est prête! chrétienne que de souffrir beaucoup II - fortta patt
christianum est. .
La souffrance endurée sans se plaindre est un Sonac un peu à la tristesse sans nom, au noir pessl-
b
excellent moyen pour développer son caractère et misme à la mélancolie indicible qui inondaient les âmes
fortifier sa volonté. Que l'homme essaye de se délivrer les plu~ nobles au temps du paganisme. Aujourd'hui je
de la souffrance, c'est naturel. Mais, s'il' n'y réussit ne trouve pas un seul être qui, à leur place, n'eùt préféré
pas, qu'il cherche à se soulager en se lamentant et en la mort à cette existence. Les jouissances déréglées des
pleurant, cela est un tort ... Essaye, toi, de toutes tes sens leur donnaient le dégoùt du monde; et ils n'avaient
forces, à te résigner à ce que tu ne peux pas changer, pourtant d'autres désirs que ceux-là. Un oU deux.se.u-
à mettre la paix dans ton âme, et tu auras fait beaucoup lement eurent comme un pressentiment du Chnstla-
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE! 173

nis~e; ce .'qui les éleva dans des régions plus pures. la grande pènsée unifiante, est dans la main de 'Dieu.
VOlS, par exemple, les Furies danR les drames d'Eschyle; e'est le Dieu Éternel Lui-même qui tisse le tapis de
elles n'inspirent qu'une désespérante tristesse. Quand notre existence, et notre esprit limité ne peut saisir
ils sont dans l'épreuve, le païen et l'incroyant ne ses intentions. Ses pensées ne sont pas nos pensées
sa~ent que grincer des dents; tandis que le chrétien, et ses chemins ne sont pas nos chemins.
lUI, supporte sa douleur patiemment, et non avec leur
Cessez, reproches humains!
fatalisme aveugle. Oh! sans doute, le Christianisme ne
.L'Éternei sait ce qu'II doit faire,
peut faire d.isparaître de ce monde la misère, la souf. Et l'honune aveugle ignore ses desseinl!.
france et les tentations multiples qui conduisent au Lui demander raison est défendu.
~éc~é, mais il sait au moins en fournir l'explication,
JustIfier les vues de Dieu. (PETOFl).

Sou.ffres-tu beaucoup, mon enfant? Es-tu pauvre~


maladIf? Tes parents sont-ils dans la misère? Ren-, Un jour, sainte Catherine de Sienne eut à lutter
contres-tu de dures épreuves? Demande-toi où Dieu contre une tentation extrêmement violente. L'ayant
veut en venir. Peut-être te punit-Il pour tes péchés vaincue à grand'peine, elle se plaignait tristement :
passés 1 Peut-être veut-Il mûrir ton âme pour une vie « Où étais-tu, mon Jésus, pendant .que l'obscurité
~lu~ fervente, Atremper ta volonté comme le feu trempe envahissait mon cœur? » - « J'étais en ton âme,
1 aCIer 1 Peut-etre encore veut-Il accroître tes mérites répondit le Rédempteur. Si je n'eusse été , là, les
pour la vie éternelle! Peut-être te conduit-Il à travers pensées qui assiégeaient ton esprit eussent pénétré ,
l'existence comme le guide de la montagne conduit le dans ta volonté et causé la mort de ton âme. » Lorsque
~our.iste ! - « Pourquoi choisis-tu ces sentiers escarpés, tu souffres, ne t'effraye donc pas, mon e'nfant. La force
etrOlts, rocheux et incommodes? » demande celui-ci. de tout un océan déchaîné peut se briser contre un
- « Il ~e faut bien, répond celui-là, car il n'y a que seul rocher!
ces sentIers qui conduisent au site merveilleux que ,nous' N'imite pas les plantes qui portent haut la tête tant ,
voulons voir. Par les grands et larges chemins, nous que le soleil les caresse, mais qui se ferment et selaissent '
serions bientôt redescendus dans la plaine. il - cc Pour- faner dès que le crépuscule.est venu. La souffrance '
quoi dois-je tant souffrir? » t'écries-tu de même. est une œuvre d'art de Dieu taillée dans le marbre de
Mais que peux-tu en savoir? C'est Dieu seul qui le sait. ton âme. Cé que Dieu voudrait trouver dans ton âme.
Observe seulement un beau tapis de Perse. Quelle c'est de l'or. Et l'or, tu le sais bien, ne gît paS 'à
magnifique unité dans ses lignes et ses couleurs! Mais la surface; il faut sonder les profondeurs pour Je
retourne-le: à l'envers, tu ne verras qu'un enchevê- rencontrer.
trement de fils. Eh bien, il en est de même de la vie. Le marbre doit étouffer plus d'un sanglot sou~ ,tee
Nous n'en voyons que l'envers. L'endroit, c'est-à-dire coups de marteau ,du sculpteur. Mais. n'est-ce paslJ
I74 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAîNER SON CARACTÈRE ? I75
si rartiste y prenait garde, il ne pourrait jamais en faire que ce soit? C'est celui qui se donnerait lui-même
une belle statue, ... un chef-d'œuvre ... la vie, qui se mettrait au berceau et se nourrirait lui-
D?nc, ne recherche pas la souffrance; mais, si elle même, qui grandirait à la hauteur qu'il a décidée, qui
survIent, regarde-la bien en face. n'aurait besoin d'aucun bien terrestre, qui, en mourant,
se coucherait tout seul dans son cercueil, creuserait
Remercie Dieu lorsqu'II t'afflige.
Remercie-Le quand II te sourit. sa propre tombe et s'enterrerait lui-même. - Tu ris?
Tu dis qu'un tel homme n'existe pas? Tu as parfaite-
(GOETHE). ment raison. Tu viens de constater par toi-même
qu'un homme parfaitement indépendant ne se trouve
pas sur: la terre.
Ensuite, il faut obéir parce que c'est l'obéissance
Obéir sans murmurer. qui nous rend parfaitement libres. - « N'est-ce pas
plutôt la désobéissance? » penses-tu. Non, mon ami. La
Un autre moyen de former son caractère c'est désobéissance ouvre la porte aux excès et à la licence.
l'obéi~sance ... Il est pénible d'obéir quand ~n est Observe le cheval qui, déchirant son harnais et brisan1
jeune. Mais, en y réfléchissant bien à ton âge où l'esprit ses rênes, se précipite en avant d'un galop rapide.
commence à mûrir, tu verras que l'obéissance est Est-il libre ? Non. Il ne sait pas 011 il va. Il peut se tuer.
.If': pase indispensable de ta propre liberté et de toute Il faut encore obéir pour apprendre à commander. -
la vie sociale. -- . , " La volonté humaine ne s'incline volontiers que devant
Comme c'est beau de voir une troupe de scouts une forte personnalité; et plus tu te soumettras de.,bon
emboîtant le même pas d'un même élan magnifique, et gré à la volonté légitime des autres, plus ton âme
restant cloués sur place à un seul mot de comman- gagnera en force. Lè chemin qui conduit à la liberté
dementl
i. .
Mais qu'est-ce donc qui nous donne cette spirituelle porte le ~'~t « obéissance » en guise d'enseigne.
ImpresslOI?- ag;-éable, sinon leur obéissance parfaite? ( ' Mon âmè était le plus complètement libre lorsque
Et pourquOl faut-il que tu obéisses? D'abord, parce j'obéissais )), fait dire Gœthe à son Iphigénie (V, 3)'
que tu n'es pas un être indépendant. L'obéissance est un excellent moyen de fortifier
« Q~oi? Je ne suis pas indépendant? De qui, ... sa volonté. Tu sais bien que ceux qui te commandent
de qUOI donc est-ce que je dépends? l> - tes parents, tes professeurs - ne le font ~~,"p0tlr
,Tu dépends, mon ami, d'une foule de personnes ' ton bien,
t'-~"._~- ' pas dans l'intention d~ t'agacer ou de
..., et non
et de choses. Tu es loin d'être le centre du monde te faire enrager. Tu avoueras toi-même qu'un écolier
et tu ne peux pas vivre comme si tu n'avais be~oin de quatorze ou de seize, ans ne p'e ut avoir uI,le expé~
de personne. Sais-tu qui pourrait vivre ainsi, indé- rience et un jugement aussi sages que son père qui en
pendant de tout, sans se .soucier de qui et de quoi ' a quarante ou cinquante. Si donc tes parents ou tes
176 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 177
maîtres t'ordonnent quelque chose, fais-le immédiate- convenablement. « En vérité, je vous le dis, au jour
ment, sans murmures et sans mécontentement, - du jugement, les hommes rendront compte de chaqu~
même iil te semble que, cette fois, ils sont durs à parole inutile qu'ils auront prononcée >l, a ~éclare
ton égard. Songe que tu es encore bien étourdi et bien \
Notre-Seigneur (Matth., XII, 36). Et Notre-SeIgneur
inexpérimenté, que tu éprouves encore bien des diffi- ne se contenta pas d'enseigner cette vérité, il en donna
cultés à te soustraire à l'influence des dehors trompeurs Lui-même l'exemple. En lisant les Évangiles, tu ne peux
et des impulsions aveuglantes de tes sens. Je n'ai jamais pas ne pas remarquer la pondération, la dignité et la
encore entendu quelqu'un, parvenu à l'âge d'homme, noblesse des paroles qui sortaient de Ses lèvres.
se plaindre de la sévérité de ses parents pendant son L'animal hurle, piaille, crie, mais il ne parle pas.
enfance. Mais j'en connais beaucoup qui, plus tard, Sa voix est un corps sans âme. La parole humaine,
ont amèrement regretté de ne pas leur avoir mieux obéi elle a une âme, quelque chose qui fait du mal ou du
lorsqu'ils étaient jeunes. bie~, qui gâte ou qui répare, qui offense ou qui plaît,
Je sais que toi, mon cher enfant, tu es obéissant. - et c'est ce qui fait l~énorme ,responsabilité de la
Reste-le toujours, non parce qu'il le faut, , rnai~ parole prononcée. Celui qui ne réfléchit pas avant
parc..~.fl11:.e~.!1f le, :p~,.l!, X, parce que tu sais que c'est pour 'i.' de parler est bien loin d'être un caractère. !.-'idéal de -
ton bien. Entraîne-toi à vouloir faire ce que tu dois " l'éducation chrétienne, c'est de former un jeune homme
faire; cela te profitera doublement. Répète souvent qui sait êtrë' poli sans flatterie, franc sans grossièreté,
la sublime prière de saint Augustin : « Seigneur, ' honnête sans maladresse, dévoué sans inconstance
pèrmettez que je fasse votre volonté, et ensuite ordon- et fidèle à ses principes sans offenser autrui. Le soleil
nez-moi ce que vous voudrez. >l accomplit sa course céleste avec une splendeur sans
tache et une régularité sans .mystère; le visage des
hommes se déride en se tournant vers lui et y puise la
Ne jamais mentir! force, la gaieté et la vie. Le juste est un soleil vivifiant
pour la société; cela nous fait du bie? de le voir et .nous
pouvons toujours compter sur lUI sans la momdre
Ne jamais mentir 1Voici encore un devoir important crainte d'être déçus.
et qui demande beaucoup de fermeté. - Seul de toutes Peut-on mieux louer un jeune homme que de dire
les créatures, l'homme a reçu le don de la parole. de lui: « Il est parfaitement conscient de la respon-
Le perroquet sait imiter les mots humains, tRais sabilité de chacune de ses paroles. Il ne joue jamais
l'homme seul èst capable de les créer. avec sa langue. On peut toujours se fier à ce qu'il dit 1
Ne sens-tu pas déjà la responsabilité que cette faculté Il parle toujours avec douceur et ne se départ jamais
éxceptionnelle donne à l'homme? Car, si la parole de la vérité!
est son droit exclusif, c'est aussi son devoir d'en use,
LBèARACTÈRE DU JEUNE HOMME
COMMENT ENl'RAÎNER SON CJ\RACTÈRE? 179

r moquer. Ce serait le moment de se mettre ouvertement


Pourquoi mentir? du côté de Dieu et de l'Église; mais on n'ose pas,
on a peur des regards ironiques, on préfère mentir.
Pg1,1rtant, ··beaucoup de jeunes gens mentent. _ C'est de la lâcheté!
Et pourquoi? Par frayeur, très souvent ... Ils ont fait li y en a q~i le font parjalousie. Loue-t-on devant ·
quelque chose -qûn~ür était défendu et ils ont peur eux un de leurs camarades? « Oh! il ne le mérite pas!
d'être punis. Ils font la sottise de vouloir effacer une Il a tel défaut! » disent-ils, et ils le calomnient. -
faute en en commettant une autre ..Souvent leur « faute » Pour se procurer des avantages : « Ce n'était pas un
n'était qu'une maladresse: ils ont cassé un verre ou « goal », ce n'est pas vrai, la balle n'a pas touché! J)
renversé leur café, et maintenant ils ne disent pas la - Par~fidélité.mal comprise, quand, par exemple, on
vérité pour ne pas être réprimandés. Ils ressemblent à veut aider un ami à sortir d'une mauvaise passe. -
celui qui, pour effacer une tache de boue sur son habit Pour se vanter: « Oh! si tu avais vu la belle voiture
blanc, se roulerait dans une mare? Ne serait-ce pas plus que nous avions cet été 1» ou bien: «Quelles magnifiques
sage de se dire : « C'est vrai que j'ai commis aventures j'ai eues 1 » alors que rien ou presque rien de
une faute, et que, si je l'avoue, je serai grondé. Mais tout cela n'est vrai. - A l'école, on ment en récitant
après? Je l'ai bien mérité, je crois ... Demain, la punition une leçon qu'un. camarade nous soufRe ou en copiant
sera oubliée et je me réjouirai d'avoir été franc et le devoir d'un autre, car on fait parade alors de quelque
honnête. Si, au contraire, je réussis, par un mensonge, chose qui ne nous appartient pas. En ces occasions-là,
à éviter la réprimande, ce mensonge fera dans mon âme le jeune homme au caractère ferme répond à la
une profonde blessure dont il me faudra longtemps tentation : ft. Je suis bien trop fier pour essayer de
souffrir parce qu'elle aura ôté la paix à mon cœur. m'avantager par des moyens malhonnêtes. »
J'aime bien mieux avouer franchement ma faute : J'en ai même vu le faire par pu!.~}~g~'Ë~' Ceux-là
« Mère chérie, j'ai été bien maladroit, j'ai été grossier, ne mentent pas au sens strict du mot; mais leur étour-
j'ai commis une étourderie; mais je tâcherai de ne plus derie leur joue parfois de bien vilains tours. On ne peut
recommencer; punissez-moi! » Vois-tu, ainsi l'honneur pas se fier à eux, car ils ont pris l'habitude d'être
est sauf; et j~ suis même persuadé qu'après un aveu imprécis et de jouer sur les mots. Relis sur ce point
. pareil il n'y aura pas de punition. Et si, pourtant, il y le chapitre précédent. - Et puis, prends garde aussi,
enavait une? II faudrait dire alors : «( J'aime mieux mon fils! Si le jeune homme au caractère droit
$auffrir pour la justice que. de faire sauffrir la justice par s'abstient toujours des gros mensonges, il s'en permet
ma/autel» parfois des petits et cela, encore, gâte son caractère.
D'autres mentent pa~ -!~~~,~té.,~ Voici des jeunes Un jeune homme honnête ne dira jamais: « Ce n'était
gens qui parIent cntre eux de religion, de principes pas moi 1» quand c'était lui; mais il lui arrivera de dire: :
moraux, d'idéal; et quelques-uns commencent à s'en « Je suis allé parfois avec tel camarade », alors qu'il
180 'LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
COMMENT ENTRAîNER SON CARACTÈRE? 181

devrait avouer qu'il est coutumier du fait; - ou bien ':


songé à ce qu'on répondra à telle ou telle question
« J'irai certa1nement», quand il devrait dire: « J'irai
qui pourra nous être posée, on ne peut manquer de
si je le peux. » - Ne fais pas ainsi, toi!
réussir.» ,
Tout ce qui est contraire à la vérité et à la droiture
Mettons que cela réussisse une fois. Cela ne réussira
est un mensonge. On peut donc mentir non seulement
certainement pas toujours, certainement pas longtemps,
par des paroles, mais aussi par un silence de circon-
crois-moi. « L'âne a beau se câcher derrière la porte,
stance, par une' condùite hypocrite, etc.
Un homme avec qui on ne sait jamais où l'on enest~
ses oreilles dépassent toujours < dit un proverbe. Et
c'est en vain qu'un autre proverbe latin avertit le
qui ne dit jamais que la moitié de ce qu'il pense, qui a' menteur d'avoir une bonne mémoire - cc mendacem
toujours recours à de faux-fuyants, ment tout aussi
oportet esse memorem» - tôt ou tard, le menteur
bien que s'il soutenait une chose erronée.
s'embrouillera dans ses contradictions; il lui faudra
Tu vois quelle forêt vierge est le mensonge!
nourrir un mensonge avec un autre mensonge pour
que ce premier reste un peu véridique; et ,ce second
mensonge en appellera un troisième, et le troisième
un quatrième, et ainsi de suite. Celui qui abandon~e
Est-ce que cela vaut la peine de mentir? le chemin de la vérité se trouve vite sur un terram.
marécageux et il s'y enfonce de plus en plus~ Dès le
lendemain il a oublié le sujet de son mensonge de la
« Dis-moi, est-ce que cela vaut la peine de mentir? »
veille, et c'est bientôt la honte et le déshonneur. Le
demandai-je, un jour, à un' écolier. - cc Nonl » me mensonge n'est qu'un monstre enfanté par la langue;
répondit-il avec fermeté. - cc Et pourquoi donc? II _
et les monstres-nés n'ont jamais longue vie.
« Parce que tôt ou tard le mensonge est découvert; Et puis, supposons que le mensonge reste caché.
et, alors, c' c;:t est fait de l'honneur!» ,
Il y a des gens assez habiles pour ne pas se laisser'
Ceci encore est un argument. On ne peut s'imaginer prendre. Réfléchis encore un peu à ce qui s'ensllivr~.
une situation ' plus h9nteuse que celle d'un jeune Il sied au jeune homme sérieux non seulement de vOIr
homme qui jusqu'ici était entouré de considération lef; résultats immédiats de ses faits et gestes, mais aussi
et de respect, qu'on croyait sur parole, et qui vient de peser leurs effets les plus éloignés. .
d'être pris en flagrant délit de men.songe. Et il est très Don,;, le menteur n'est pas découvert. Mais, lorsqu'j~ ,
vrai aussi que tôt ou tard tout menteur est connu est seul à la maison, la voix plaintive du remords lUI
pour tel.
parle au fond de lui-même: « Tu n'as pas de caractère.
Bah! dit un autre, qu'on ne mente pas si l'on est
'C(
On ne peut pas se fier à toi! » Et cette voix qui l'accuse '
si maladroit que cela 1 Mais on peut très bien mentir lui fait passer des moments bien. amers. - Oui, mon
quand on est intelligent. Lorsqu'on a préalablement fils, malheur à celui qui se laisse aller à me~tir 1 Le

.,..------,~
18z LE _c~ctÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAiNER SON CARACTÈRE?

mensonge vient de ces profondeurs obscures où le qui essaye de se préserver d'un mal par un mensonge
diable à sa demèure, et c'est pourquoi n assombrit fait bien pis: il ronge son propre honneur, son propre
l'âme, c'est pourquoi il assombrit-jùsqu'au visage du caractère.
menteur. Celui-ci a une peur extrême que son regard ~entir, c'est de la lâcheté 1 Rester fidèle à la vérite
troublé le trahisse. à tout prix, c'est de l'héroïsme 1
Lis seulement la plainte d'Iphigénie : As-tu réussi à tirer profit d'un mensonge? Tu l'as
payé trop cher. - As-tu évité un mal quelconque par
f Malheur au mensongel Il n'allège PM, un mensonge? Tu es tombé dans un mal bien plus
Comme le font les paroles de vérité ; grand. - As-tu gagné le respect des autres par un
Le cœur se serre sous son poids.
mensonge? A tes propres yeux tu as perdu l'honneur.
(GOBTtm).

Aujourd'hui, les médecins n'ordonnent plus aussi


fréquemment qu'autrefois des poisons en guise de Un seul homme, une seule parole /
remèdes, car ils savent que, si les poisons gUérissent
certaines maladies, ils peuvent en causer d'autres,
et de bien plus graves que celles qu'ils ont guéries. MalS il Y a pourtant des cas où il est permis de
C'est exactement le cas du mensonge. Au premier mentir, penses-tu. Tu as des camarades qui ont
moment, il semble nous avoir délivrés d'un désagré- vite fait de s'excuser: « J'ai menti par plaisanterie, ...
ment; mais son effet désastreux ne tarde pas à se faire ça ne peut pas être un péché! ça n'a fait de mal à
sentir à de multiples points de vue. personne! x
Et réussirait-on à étouffer la voix de sa ';onscience, il Dans ce cas, le mensonge n'est pas un péché bien
viendra un jour, celui du Jugement dernier, où le gros, c'est vrai; mais il est toujours une faute. S'il n'a
Dieu l'Éternel, que le plus habile des menteurs n'aura fait de mal à personne, il en a fait à son auteur. Le men-
jamais su tromper, produira en pleine lumière tous songe est toujours une tromperie. - Le grand mal de
les mensonges, tout-es les hypocrisies et toutes les ruses ces mensonges innocents est de conduire à des men-
de la terre. ({ Les lèvres menteuses sont en horreur songes plus pervers. Les grands hommes de tous les
devant le Seigneur » dit l'Écriture Sainte, (Proverbes, temps les redoutaient plus que tout. Nous en trouvons
XII, 22). Dieu est la Vérité même; à chaque mensonge de beaux exemples chez les païens eux-mêmes. Tu
nous renions, nous défigurons donc la ressemblance as appris à l'école qu'Aristide ne mentait jamais,
de notre âme avec Lui. pas même pour plaisanter : « Aristides adeo fuit
On prétend que le renard pris au piège ronge son veritatis diligensut ne joco quidem ment-iretur. »
propre pied ou sa propre queue pour se sauver. Celui .Sans doute. il faut avoir une notion exacte d'l
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
COMMENT ENTRAîNER SON CARACTÈRE?

mensonge. ~entir, c'est dire ce qui e~t faux dans le


sont si fiers de leur intelligence, de leur courage et de
but d'induire quelqu'un en erreur. Donc, s'il est
leur honneur? Comme il est triste de les voir mentir
évident qu'on ne fait que jouer, folâtrer pour amuser
lkhement, grossièrement, pour s'épargner une punitIOn
les autres, ce n'est pas un mensonge. Mais il n'est
bien méritée ou pour se tirer d'une situation un peu
jamais permis d'amener quelqu'un à croire ce qui n'est
pas vrai. J'avoue qu'on peut se trouver parfois _ gênante? . .
Comme il en impose, au contraire, le Jeune homme
et cela nous est très pénible - dans une situation telle
qui ne permet jamais au mensonge de so~i1~er se~ lèvres
que l'on soit obligé de choisir entre un désagrément
et qui se tient toujours du côté de la vénte, coute que
sérieux et le mensonge. Mais le principe : « Je ne
coûte, pour la raison qu'il est incapable de mentir! Aucune
mentirai jamais» doit rester intact coûte que coûte.
situation ne peut le contraindre à manquer de loyauté.
Et, pourtant, si le désagrément qui menace est grave,
Quelle joie de le rencontrer! Chacune de ses paroles
que faire? - Dans ce cas, le meilleur moyen de résoudre
est aussi vraie que chaque m,ot des saintes Écritures.,
le problème, c'est de ne pas répondre. Ton silence
Et comme on est heureux ,de pouvoir compter et se
montrera à ton interlocuteur que le sujet t'est désa.
reposer sur lui en toutecÎrconstance !... Un seul
gréable, et, peut-être, ne te poussera·t-il pas à bout ...
hqmme, une seule parole!
Si tu es habile, tu peux donner une réponse évasive,
L'homme rougit lorsqu'il ment. Dieu l'a créé ainsi
« parler .à côté du sujet », « détourner la conversation »,
'
pour lui rendre le mensonge plus odi:ux .. Il est
toujours sans mentir, bien entendu l... Mais
vrai qu'à force de s'y exercer on peut s habituer à
souvent cela ne réussit ·pas et il ne reste alors qu'à
mentir tout naturellement et sans rougir, comme si on
accepter les conséquences éventuellement déplaisantes
lisait son mensonge dans un livre, mais c'est là une
d'une
, façon héroïque, pour l'amour de la vérité ,
l une des plus belles vertus qu'on puisse trouver chose bien triste.
dans un homme. ' Toi, mon fils, aie à cœur de ne jamais mentir! Et vous
tous, mes enfants, qui donnez la plus grande importance
Oui, évite les désagréments si tu peux; mais, si tu
à votre honneur, à votre virilité, à votre caractère, ne
ne le peux pas, ne te départis jamais de la vérité, même
vous départez jamais de la vérité, fût-ce d'un se~l mot.
si cela devait te faire tort. « Fiat justitia et pereat
Le jeune homme qui prend l'habitude de mentir met
mundus. » Dire la vérité, toujours, en toute circonstance,
ce n'est pas facile; c'est une vertu héroïque! lui·même la pioche au fondement ' de son caractère,
et s'en va , court au-devant de sa propre déchéance, ,.,
Il est facile de pardonner a un petit enfant quand,
sans espoir de retour. Celui qui manque à la vente
dans sa frayeur de la baguette, il a laissé échapper
ne se fera aucun scrupule de manquer aussi à ses
un mensonge. Un petit enfant n'est pas un caractère,
un être parfaitement raisonnable. autres devoirs. S'il sait tirer paÎti de paroles équivoques,
il voudra faire son chemin dans la vie par des moyens
Mais que dire des jeunes gens qui, trop souvent,
tout aussi douteux. S'il devient fonctionnaire, il se
186 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE?

laissera corrompre. S'il se fait négociant, il fraudera.


Quoi qu'il fasse, il ne sera qu'un misérable. « Celui cc Jure-le! »
qui commence par le mensonge finira par le gibet Il,
dit un proverbe. Il va un peu loin; mais, au fond, il
. exprime une grande vérité. Celui qui dit toujours la vérité n'aura jamais .
La première devise d'un jeune homme de caractère, besoin de recourir à l'expédient dont se servent tant 1
c'est: « La vérité à tout prix! » « Celui qui ne manque d'étudiants de caractère faible, aux serments prononcés
pas à sa parole est un homme parfait », dit l'Écriture à la légère. . .
Sainte (Jacques, III, 2). Renier la vérité, c'est renoncer « Viendras-tu jouer au football cet après-nudl? » -
à sa dignité d'homme, trahir son devoir le plus sacré. « J'irai! » - « Jure-leI »... « Veux-tu me prêt~r ;on
Je ne connais aucune occasion où il serait permis dictionnaire? » - « Oui. » - (! Jure-le 1»... Et ams.t de
de mentir, de jouer avec la vérité. Aucun motif n'est suite. Ces jeunes étourdis jurent à tort et à. travers,
une excuse suffisante pour cela. Je sais bien que les et pour les choses les plus insignifiantes.
jeunes gens aiment à expliquer la chose : « Cette Toi, ne te laisse pas influencer par tes camarades
fois-ci, j'ai été obligé de mentir »; mais voilà : on S'ils te pressent, réponds-leur avec calme et ferm~té :
n'y est jamais obligé! Je dirai plus : si l'on admettait « C'est promis, et je n'ai pas l'habitude de me~tlr. »
que la chose pût parfois se faire, c'en serait bientôt Faut-il te l'avouer, mon fils, si j'entends un Jeune
fait de toutes les autres observances. « Cette fois-ci, homme faire des serments à tout moment, cela me
je ne pouvais faire autrement », dirait-on après chaque fait penser tout de suite: « Ce garçon doit .avoi~ l'h.abi-
transgression. tude de mentir. Cette fois-ci, par exceptlOn, il dlt la
Et que deviendrait la société si le mensonge gagnait vérité' mais il a peur qu'on ne le croie pas, et c'est
du terrain? On ne pourrait plus avoir foi en personne. pour~uoi il jure. » Celui qui n'a .pas l'habit.ude de,
L'enfant ne croirait pas à ses parents, ni les parents mentir n'a pas besoin de prendre Dleu à témom pour
à leurs enfants. A chaque moment, on serait en droit des futilités. 1
de penser : « C'est faux, ce qu'on me dit » •.. Je Sois toujours fidèle à ta parole et à tes promesses.
n'oserais pas manger ma soupe de peur d'être empoi- Réfléchis bien avant de promettre quelque chose. ~e
sonné par la cuisinière. Je n'oserais pas faire venir un donne pas ta parole à la légère; mais, si tu as promls
médecin, car il . pourrait me tuer, etc. Et il serait quelque chose, tiens-la coûte que coûte. Tu n'aura~
impossible de vivre ainsi. Tu le vois, le mensonge est un caractère ferme que lorsqu'on pourra se fier à to~
l'ennemi de la société. en toute circonstance. Falsus ore caret honore. Celu~
qui trompe les autres se déshonore. Par con~re, celU1
qui reste toujours fidèle à ses ~romesses. frut preuve
d'une imposante maîtrise de SOI. La soclété S écrou-
188 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE?
lerait si elle ne se composait que d'hommes qui jouent
avec leur langue. conduire. Tu te rendrais ridicule en voulant imiter les
adultes dans leur tenue ou dans leurs distractions.
« Un seul homme, une seule parole », dit une ancienne
Ne critique pas à tort et à travers et ne juge pas de haut
et fière devise. Elle a raison 1 Celui qui joue avec
sa parole n'est pas digne du nom d'homme. _ ' ce que tu ne connais pas ,et ~e. peux pas encore
connaître car le jugement et 1 expenence te manquent.
Quoi qu'il t'arrive dans la vie, console~toi comme
notre roi François 1er en répétant après lui : cc Tout Ne crois ~as tout comprendre - e~ très bi~n ~ncor~ ­
ni qu'il soit bon pour toi de tout hre et d lmlter n lm-
est perdu, fors l'honneur. » Omnia si perdes, famant
servare memento. porte qui en n'importe quoi. Tu es jeune; tu ne peAux
donc pas exiger pour toi ce que des hommes mu~s
Et je voudrais encore ici attirer ton attention Sur
n'ont acquis, bien souvent, que par un dur travall.
un point du plus haut intérêt : ce n'est pas seulement
Tu ne gagnes pas encore ta vic; ne ~épense don~ pas
avec les autres que tu dois être t>incère, c'est aussi
avec toi-même 1 en bagatelles l'argent gagné par d autres ... VOls-tu,
Comment cela? c'est autant de choses dans lesquelles tu dois être franc!
Et par-dessus tout, mon enfant, ,sois toujours sincère
Quoi que tu aies fait, demande à ta conscience si tu
as bien fait. Mais ne ~trompc ' pas toi-même 1 Si avec Dieu' Pour chaque battement de ton cœur, pour
chacune de tes respirations, et à chaque minute, tu
tu osais être franc avec toi-même, tu devrais t'avouer
bien Souvent que ton excuse de tel matin: (c Je n'ai dépends de Lui. Quelle aberration ce serait .si un
pas eu le temps de faire mes devoirs », n'était pas jeune homme essayait de se persuader q~e la f~rce
fondée, que ce que tu as fait passer pour un acte de sa jeunesse lui suffit et qu'il n'a pas beSOin ~e Dle~'
généreux n'était au fond que de l'égoïsme, qu'en Comme il se férait du mal en vivant selon ce fol sentl-
regardant telle nudité, ce n'était pas la beauté artistique ment d'orgueil? .. Peut-on le dire sincère, cet étudiant
que tu étudiais, comme tu le disais avec tant d'aplomb, qui a la foi, qui èroit en sa religion, mais qui n'en
et que, l'autre jour, lorsque tu t'f'S mêlé à telle vit pas ou qui les renie lâchement devant les autres?
conversation malsaine, tu as menti en disant que « tu f Le jeune homme dissimulé néglige facilement ses
n~tais plus un petit enfant », car tu es loin d'être devoirs religieux pendant les vacanc~s. So~ cam~ade
un homme, tu n'es qu'un lâche qui n'ose pas défendre plus ouvert, au contraire, fait ses pnères Journ~hèr~s
ses principes 1 avec une ferveur redoublée. Il ne manque Jam31s
Ah 1si tu voulais toujours être franc avec .toi-même 1... la sainte messe et fréquente d'autant plus volontiers
Essaye donc de t'examiner Souvent dans un tête-à-tête les sacrements qu'il a maintenant .plus de loisir pour
silencieux pour te connaître davantage 1 le faire. Il ne voudrait à aucun prix se dérober à ses
Avoue-toi, aussi, que tu es encore bien jeune et que 1 grands devoirs envers Dieu' Et il se l~isse . attirer
i . vers le Tabernacle par l'amour pur de son Jeune cœur.
c'est en jeune homme, par conséquent, que tu dois te
Dieu est la V~rité éternelle. Le' culte de la vérité.
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAîNER SON CARACTÈRE?

de la sincérité est donc un culte que nous Lui devons. favorise les audacieux. - Je connais des jeunes gens
La 'gloire de Dieu se manifeste dans la parole de celui qui n'ont aucune difficulté à pratiquer le renoncement
qui dit vrai, et elle apparaît également dans les actes ct la persévérance, mais qui n'aiment pas le travail
de celui qui s'est mis au service d'un sublime idéal actif, positif. Ce n'est pas la perfection. Par « jeune \
sans ruse ni arrière-pensée. Oui, quand les paroles et homme de caractère» nous n'entendons pas le lâche
les actes d'un homme sont aussi purs et aussi calmes qui baisse lEt .tête et ne sort pas de son coin. Le renon-
que le ruisseau des montagnes, dans sa vie, ouverte cement est loin d'être facile, et la vie chrétienne ne
comme un livre, le règne de Dieu est établi. consiste aucunement dans ùn repos calme et tranquille;
Vois-tu, mon enfant, la tâche magnifique qui nous elle est plutôt faite d'une activité débordante. Ne
incombe, c'est d'être justes et de propager le règne de nommons-nous pas la félicité céleste la «sù éternelle» ?
la vérité; c'est, en un mot, de préparer la demeure Notre religion n'a pas seulement des commandements
de la Vérité et de la Justice parmi les hommes 1 qui nous disent ce que nous ne devons pas faire,
Regarde autour de toi. Tu verras, hélas 1 un peu elle en a tout autant qui nous montrent çe que nous
partout, les taches sombres du mensonge. Que de devons faire.· Donc : « Aggrede1'e! II - « Agis! Il
fraudes, que de duperies, de ruses, de fausses appa- On dit que le sort a un poing de fer qui peut
rences, de choses superficielles 1 Tout cela, c'est de assommer l'univers. N'importe 1 Car, toi, tu as une âme
l'obscurité; ce n'est pas le règne de Dieu. Que pourrais- qui peut te rendre plus persévérant, plus résistant
tu faire pour y remédier?.. Prêcher contre le men- et plus souple que le monde matériel tout entier.
songe? Cela ne t'avancerait pas beaucoup. Mais si « Si tu veux quelque chose, mets-y la m.ain ll, dit le
toi-même tu es fanatiquement partisan de la vérité, proverbe. La lame d'acier plie, mais elle est résistante
si tu mets toujours la justice dans tes paroles, dans tes quand même. Et qui donc lui adonné cette souplesse
actions et dans ta vie, alors, chacun de tes actes est et cette solidité extrêmes? C'est la trempe de feu,
comme un coup d'épée pour l'avènement du règne de Dieu! l'ardeur des flammes.
La vie humaine n'est qu'un enchaînement de petits
incidents. Considérés un à un, ils semblent bien
insignifiants, mais, au fond, c'est d'eux qu'est faite
Aggredere! la vie tout entière. Le plus grand édifice n'est qu'un
amas de petites pierres; la plus longue vie n'est qu'une
suite de petits événements; et, les plus grandes chutes
Pour se former un caractère, il ne suffit pas du morales n'ont commencé que par de petits écarts.
renoncement, de l' « Abstine ll, ni de la persévérance, 1 Ne les craignons donc pas, ces grandes chutes morales,
du Cl Sustine ». Il faut, de plus, l'action courageuse si nous savop.s nous mettre en garde contre les
de la volonté active : Ji « Aggredere ». La chance petites fautes. Qu'est-ce qui fait tomber les gens
COMMENT ENTRAîNER SON CARACTÈRE?
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME

dans la rue? Ce ne sont pas les grosses pierres qu'ils mais, « c'est si bon d'être avec eux!» Et dès latroisième,
aperçoivent de loin, c'est un noyau de cerise qui fait dès la quatrième fois, cela est devenu déjà si facile de
glisser leur pied. céder à l'entraînement, si commode d'étouffer la voix
« On m'agace tant avec toutes sortes de petits riens!» de sa conscience 1
s'écrient souvent les jeunes gens, et par ce mot
« riens » ils entendent tous les petits ordres qu'ils
reçoivent et auxquels ils n'attachent aucune importance.
Pourtant, est-ce un rien si les roues d'une splendide La puissance des petites choses.
machine ne s'accordent pas à un centimètre près?
Est-ce un rien si, au violon, tu prends une demi-note
seulement plus haut qu'il ne faudrait? Est-ce un rien D'où vient-elle, cette puissance des petites choses? ...
si, en allemand, tu appliques la conjugaison faible à Rien au monde ne se perd sans laisser de trace. Chaque
un verbe fort? Demande donc à ceux qui se connaissent petit incident - ne serait-il qu'une fraction infime
en chevaux quelle . énorme différence de prix il de l'unité constituée par notre vie - concourt de
peut y avoir entre deux de ces animaux également son petit tantième à former nos habitudes. On peut
racés, également fougueux, également noirs, si l'un s'habituer à agir saintement tout aussi bien qu'à se
a une petite, une toute petite tache blanche seulement laisser aller au péché. Après un certain nombre de
sur le front? petites actions vertueuses, la vertu devient plus aisée;
Les plus petites choses ont de même une très grande mais le péché attire aussi, et irrésistiblement, tous ceux
influence dans la vie morale. Napoléon était un grand qui se sont habitués à une vie pécheresse.
génie et il aurait pu rendre d'immenses services à Plus une chose est parfaite, plus elle est soignée
l'humanité. 'Mais l'unique défaut qu'il avait, un orgueil dans les moindres détails. Les hommes de l'ancien temps
~ démesuré, l'entraîna à la ruine. Souvent, aussi, la
ne connaissaient l'univers que très vaguement, mais
1 perte d'un jeune homme ne commence que par de petits ils entrevoyaient déjà ses proportions gigantesques
; ',manquements, bien innocents en apparence. A l'école, et celles-ci les faisaient tomber à genoux devant le
il viole un point du règlement, - il ment une ou deux Créateur. Combien plus ferme est l'hommage que
fois pour excuser sa paresse, - il s'en va jouer avec nous rerdons à Dieu, depuis que, à l'aide des télescopes
de mauvais camarades au lieu de faire ses devoirs, - ce et des microscopes, nous sommes capables de pénétrer
n'est pas tellement si affreux! Mais les actions répétées dans les détails du mécanisme merveilleux de la
deviernient vite des habitudes; les bonnes, de bonnes Création, et que notre raison s'arrête, muette d'éton-
habitudes; les mauvais~s. de mauvaises habitudes. nement, devant l'incroyable perfection de l'ordre, de
Au début, sa conscience lui reproche de renier ses bons l'harmonie et de l'enchaînement ·qui y règnent. Que
principes pour plaire à de mauvais condisciples, cette précision de tous tes détails qui caractérise lçs
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAINER SON CARACTERE? 195
œuvres de Dieu soit aussi le modèle de notre caractère! était mal ferré; il manquait un clou à l'un de ses fers.
Considérée à ce point de vue, la plus' petite chose Or il arriva qu'un autre clou se détacha; que l'animal,
trouvera dans ton esprit l'importance qu'elle mérite. énervé, heurta quelque obstacle; que l'officier, ayant
Et, dès lors, tu vois déjà la force éducatrice de l'obser- fait une mauvaise chute, fut pris par l'ennemi et fusillé;
vation d'un précepte qui pouvait te sembler jusqu'ici et que ses troupes, faute de chef, perdirent la bataille ...
de peu de gravité, comme, par exemple, celui du jeûne Oui, une défaite pour ... un vil clou à ferrer!
que nous fait notre sainte religion. Et, dès lors aussi,
tu auras plus d'estime pour les petites choses. Au
cours . d'une excursion, tu essayeras de rester un peu
de temps assis près d'une source avant d'étancher ta Gulliver garrotté.
soif. Si tu as appris quelque chose d'intéressant et
que tu brûles du désir d'en informer tes camarades,
tu t'imposeras de ne pas aIler le leur raconter tout de Le chemin de l'âme ressemble à la glace qui, l'hiver,
suite. Tu ne te précipiteras pas vers la foule assemblée recouvre nos étangs et sur laquelle les écoliers s'amusent
dans la rue pour satisfaire ta curiosité. En te contraignant à glisser. Cette glace est bjen raboteuse tout d'abord;
à cela, tu auras accompli un travail sérieux dans le but mais, après chaque glissade, elle devient plus lisse;
de libérer ta volonté de l'esclavage de tes actes instinctifs. et, bientôt, ,nos jeunes patineurs peuvent la franchir
Mais tu peux aussi te rendre compte dès maintenant d'un seul élan. II en est ainsi pour nos actions. Plus
que si la religion catholique te parle tant du renoncement souvent nous en répétons une bonne ou une mauvaise,
et de la maîtrise de soi, elle est loin de contrecarrer plus elle nous devient aisée .
tes succès et ta réussite dans la vie. Elle ne veut, au . Tu connais bien l'histoire de Gulliver, n'est-ce pas?
contraire, que t'aider à mener une vie vraiment digne Au pays des nains, quel géant c'était! Et pourtant, les
\ d'un homme, que te procurer la vraie liberté. Celui Lilliputiens réussirent à le garrotter. Lui qui, jusqu'ici,
qui ne s'exerce pas au renoncement ne peut être brisait toutes leurs cordes d'un tour de main, fut
vraiment pieux, car les âmes vraiment pieuses doivent ligoté, une nuit, pendant son sommeil, avec mille et
chaque jour triompher de la matière, de leur corps. mille petits brins de fil qu'il fut impuissant à rompre
« Toute chose reçoit le SCeau de la grandeur ou de la quand il se réveilla..
petitesse de ses conséquences et de ses effets, dit le Cela te fera comprendre, mon fils, pourquoi les
.baron Wesselényi, et une chose qui produit des hommes sages essayent de se défaire jusque de leurs
résultats importants n'est jamais une bagatelle, si plus petits défauts. Celui qui cède à ses penchants
petite qu'elle soit. » désordonnés dans des choses peu importantes en appa-
Me Croiras-tu si je te dis qu'une bataille fut un jour rence ne demandera plus conseil bientôt à sa conscience
perdue... à cause d'un clou? Le cheval du général dans les grandes non plus. On reste frappé d'épouvante
-
196 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 197

r devant le nombre de jeunes gens qui dôiment les disparu. Et ils se mettent à le chercher. Ils jettent et
plus belles espérances pendant les années de leur rejettent tous les objets qui leur tombent sous la main
adolescence, et qui, plus tard, se trouvent entraînés sur dans le chaos indescriptible qui règne sur leur bureau.
la pente du péché uniquement parce . qu'ils sont Et toujours pas de cahier ... Le voilà, enfin,.. sous
, négligents et relâchés dans les petites choses. Oh! ils. la table, près d'une décrotteuse, sous une boîte remplie
grandissent eux aussi, ces garçons-là; ils deviennent. de clous... Mais il est huit heures cinq et il faut
des hommes; mais. à vrai dire, ils ne seront toujours courir maintenant!. .. En retard et une mauvaise note,
qu'une caricature de l'homme véritable; ils ressembleront voilà le résultat du désordre! Et cette fois-ci, passe
au « bonhomme de neige » qui lui aussi a des yeux, encore; ce n'est qu'à l'école qu'ils sont arrivés trop
une bouche, et un bonnet sur la tête. · Il leur man- , tard. Mais lorsque ce sera à la sainte messe? lorsque
quera toujours un caractère et une volonté ferme. ce sera là où les appellent les plus importants devoirs
Je me suis souvent écrié, le cœur rempli de tristesse, d'état? Médecins, ils causeront la mort de plus d'un
en voyant la chambre ou la tabie de travaîl de tel. où malade en oubliant de noter sur leur ordonnance une
tel de mes élèves: « Mon Dieu, Seigneur, si cet enfant-là toute petite dose d'un certain médicament. Pharmaciens,
avait un semblable désordre dans son âme aussi!... » ils prépareront mal leur mixture pour n'avoir parcouru
La brosse à souliers, le dictionnaire latin, une pompe l'ordonnance que d'un œil distrait.
à gonfler les ballons, le cahier de mathématiques, Et ces cahiers de devoirs? Quel griffonnage! Les
de mauvais boutons, une règle, un morc.eau de pain lignes se querellent, les caractères s'emmêlent, le
sec, la pâte dentifrice, tout cela, pêle-mêle, l'un tout est richement décoré de taches d'encre. Et ces
sur l'autre... te livres marqués de caricatures au crayon? On prétend
Mets de l'ordre, toi, sur ta table, dans ton armoire~ que lorsqu'un négociant a fait faillite, la vérification
dans ta chambre. D'abord, parce que l'ordre extérieur ' de ses livres prouve presque toujours la négligence
n'est pas seulement l'expression du recueillement ou la mauvaise m.éthode de ses comptes. A ce point
intérieur, mais aussi le meilleur moyen de l'encourager; de vue, aussi, il ne serait pas sans intérêt d'examiner
celui qui tient ses affaires en bon ordre saura mieux les livres des étudiants faillis 1
qu'un autre ordonner ses pensées. Ensuite, parce que Prends garde, mon fils, de ne pas laisser ton caractère
l'homme ordonné, seul, peut être exact et ponctuel; se garrotter lui-même avec les fils de petites mauvaises
celui qui ne l'est pas perd beaucoup trop de temps à habitudes, de petites négligences, de petites légèretés!
chercher ce dont il à besoin, ce qui, presque ~oujours~ Et pour cela, tiens toujours en ordre tes affaires
le met plus ou moins en retard. Toi, n'est-ce pas? ' matérielles et sointuelles, les petites aussi bien que
tu n'es pas ain$i.Mais avoue que tu connais plus d'un ! les grandes:-- Ne'laisse jamai'~ ton crayo~ manquer de
étudiant qui, dix minutes seulement avant la classe, point é. ,lIfe tolère pas que ta règle reste tachée d'encre.
constatent avec terre}.!f ·que leur cahier d'allemand a Ne.c"Ob:serve sur ta table de travail que le nécessaire, ce
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAINl!R SON CAiAcrËRE? 199
dont tu as besoin pour apprendre, avec, tout au plus, dans sa hâte de sortir, avait oublié d'attacher une des
un ou deux objets décoratifs. Que chaque livre, chaque vaches; elle fit un saut, se prit le pied dans la crèche
cahier, chaque plume aient leur place pour que tu et se le cassa. Et tout ce dommage ... pour un malheu-
puisses les trouver même dans l'obscurité. Chaque reux verrou qu'on avait négligé de réparer!
matin, mets ta montre à l'heure exacte. Prends un l'arfois, le plus petit détail a une importance capitale
soin tout spécial des objets qu'on te prête: livres, ,dans la vie humaine. Est-il chose apparemment plus
dictionnaire, compas, etc.. Ne les prête jamais à insignifiante qu'un brin de varech adhérant au flanc
d'autres. N'attends pas qu'on te les redemande, malS d'un bateau, en plein océan? Pourtant, lorsque les
rends-les dès que tu n'en as plus besoin. marins de Christophe Colomb voulurent se révolter
contre lui à cause du long voyage resté jusque là
sans résultat, le célèbre navigateur leur répondit .
« Voici déjà les varechs, la côte ne peut être loin. »
Le verrou hors d'usage. Songe aux grands musiciens. Il faut qu'ils s'exercent
chaque jour pendant de longues heures s'ils veulent
Une petite négligence peut causer de grands dom- devenir habiles dans les m~indres détails de la technique.
mages; c'est la morale de l'histoire suivante, racontée François Liszt disait: « Si un seul jour je ne fais pas
par Say, le grand économiste français : mes exercices, je m'en aperçois; et si je ne les fais pas
Dans une ferme, le verrou d'une étable était hors pendant trois jours, le public s'en rend compte à son
d'usage. On aurait pu le réparer par un travail de tour. »
quelques minutes, mais le propriétaire. qualifiait la Sais-tu ce qui constitue les fameux « rochers blancs»
chose de bagatelle et le verro].! restait tel. Comme de l'Angleterre? Ils sont faits entièrement de coquillages
on devait s'y attendre, poulets et canards sortaient de mollusques si petits qu'on ne les aperçoit qu'au
comme ils le voulaient. Mais il arriva un jour qu'un microscope. - Et qu'est-ce qui meut les machines
porc réussit à s'échapper et qu'il se mit à courir à à vapeur, ces monstres effrayants? Ce sont de simples
travers la campagne. C'était trop fort! Tout le monde gouttelettes d'eau qui se changent en vapeur. - Quelle
s'élança à sa poursuite: les propriétaires, le jardinier, chose merveilleuse que le télégraphe 1 Or, sais-tu ce qui
le vacher et la laveuse. Ce fut le jardinier qui l'aperçut donna la première idée de cette étonnante découverte?
le premier. Il voulut sauter un fossé pour lui couper Ce furent les observations de Galvani qui s'aperçut
le chemin; mais il manqua son coup, et le voilà qui de ce fàit, sans intérêt au premier abord, qu'au contact
se fit une vilaine entorse qui le retint au lit pendant de divers métaux, la cuisse coupée · d'une grenouille
.plusieurs semaines. En regagnant son travail, la laveuse se mettait à faire des mouvements convulsifs.
jetta des cris désespérés: le' linge qu'elle avais mis prends rhabitude, toi, de ne jamais rien qualifier
à sécher près du four était tout brûlé. Le vacher. d'insignifiant dans ton travail.
200 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTHAÎNER SON CARACTÈtl.l:: 201

n'alcool, le « deliri~m trem,ens » .~!'~~l!l~~~e!lt au p.~~~l,w


verre d'eau de VIe (on devraIt dU'e : « eau de mort »
Les cheveux d'Absalon. plutÔt). Le point de départ de l'escroquerie, c'est la
cupidité qui s'empare d'un jeune homme à son premier
Un roman de, Bjortlson est intitulé « Les cheveux gain d'argent aux cartes. Le faussaire de lettres de
d'Absalon ». Les personnages qui y sont décrits n'ont change copiait, au collège, les devoirs de ses camarades.
pas de grands défauts de caractère, mais ils se perdent Et l'homme perdu de mœurs qui passe ses nuits dans
tous à cause de leur mépris continuel des petites choses .. les lieux de débauche n'en est venu là qu'en regardant
Seul, en effet, celui qui sait se discipliner dans les des images indécentes, qu'en lisant des livres immoraux,
petites choses saura le faire aussi dans les grandes; qu'en s'amusant, tout jeune encore, avec des camarades
et seul celui qui sait utiliser les plus courts instants 1 dépravés. Oui, on ne peut attendre d'un jeune homme
saura se rendre maître du temps. Comment pourrait- qu'il se garde de grands écarts que s'il se corrige de
on accomplir de grandes actions héroïques quand on ses petits défauts. On ne peut être sûr qu'il restera
néglige celles qui sont insignifiantes? loyal en toutes circonstances que s'il évite fidèlement
Essaye, toi, d'être toujours exact et ponctuel dans tes les plus petits mensonges,... qu'il restera honnête
devoirs, ceux-ci te sembleraient-ils mesquins. Si tu es en toutes occasions que s'il l'est dans les moindres
dans un pensionnat où, à six heures précises, chaque détails de la vie quotidienne. C'est ce que nous dit
I?atin, on sonne le réveil, ne reste pas une minute de Notre-Seigneur Jésus-Christ Lui-même: (( Celui qui
plus dans ton lit bien chaud, alors même que tu le est fidèle dans les petites choses, le sera aussi dans
pourrais. Mais lève-toi sur-le-champ et cours à ta les grandes; et celui qui est infidèle dans les petites
t~lette. (( C'est là une bagatelle », dis-tu. En apparence choses, 'le sera dans les grandes également. »
seulement. En réalité, c'est un excellent exercice Tu dois comprendre maintenant la parole de
pour tremper ton caractère; car, chaque jour, c'est une saint Augustin : (( Quod minimum est, minimum est; sed
nouvelle victoire sur la paresse~ - , in minima fidelem esse, maximum est. » « Ce qui eS,t une
, Si c'est l'heure de l'étude, ne bâille pas, ne tourne petite chose est une petite chose; mais être fidèle
pas les pages de ton livre d'un air à moitié endormi dans les petites choses est une chose considérable. »
" . .. . ,
Si tu veux devenir un bon escrimeur, il faut que
ne t etlre pas; malS faIS une petite prière confiante
et fervente, et mets-toi au travail! - « C'est encore tu apprennes tout d'abord à tenir l'épée ou le fleuret,
une bagatelle, cela! » - - Non, non! C'est une victoire que tu t'exerces aux positions de la main, aux parades,
du renoncement, c'est la trempe de ton caractère. aux tenues de garde, etc, ... aux petits détails de
D'aucun criminel, d'aucun condamné à mort on l'escrime, en un mot. Au piano, tu ne joueras
n'aurait pu dire, dans sa plus tendre jeunesse, qu'il vraiment bien les sonates de Beethoven qu'après avoir
finirait sur l'échafaud. Mais les funestes suites de acquis un excellent doigté au prix d'un patient et
LE CARACTÈRE DU JEUNe HOMME COMMENT ENTRAlNER SON CARACT~RE?

laborieux travail de plusieurs années. - As-tu vu \', Pour les Indiens, un brin d'herbe piétiné, des pas
des soldats faire l'exercice? Tu as dû remarquer alors presque effacés dans le sable sont. comme un livre
quels mouvements de pieds et de mains presque ouvert. Les astrologues arabes de l'ancien temps,
grotesques on leur commande. Mais ces exercices qui ne connaissaient pas encore le télescope, avaient
ne sont grotesques et inutiles qu'en apparence; en cependant de profondes connaissances sur la marche
fait, ils sont absolument indispensables en vue de des étoiles. Les peintres chinois rendaient les mouve-
mouvements d'ensemble plus compliqués. ments de l'oiseau avec une fidélité incroyable. Tous,
, « Nous dépensons notre fortune par florins et notre ils avaient une 'excellente faculté d'observation. ," ,
vie par heures; notre conscience s'émousse quand Ce ne sont pas seulement les pilotes d'avions et les
nous cédons aux petites choses; et, de même que, équipages de sous-marins qui ont besoin de présence
d'après les découvertes modernes de la science, des d'esprit et d'expérience pour prendre des décisions
chaînes entières de montagnes ne sont formées que promptes et précises, ce sont tous ceux qui veulent
de débris d'animaux invisibles à l'œil nu, ainsi les voyager en sécurité sur le grand océan de la vie.
plus grandes difficultés de la vie ne sont constituées Le jeu scout appelé « Kim » est extrêmement utile
que par une foule de bagatelles que nous remarquons pour développer la faculté d'observation. Au préalable,
à peine prises une à une » (Baron J. Eotvos). on place trente à quarante objets divers sur une table.
Les joueurs peuvent les observer pendant quelques
minutes; puis, leur tournant le dos, ils doivent les
énumérer les uns après les autres. Essaye urt peu, ...
tu verras qu'en commençant tu n'en nommeras guère
La lampe du sanctuaire que la moitié.
de la cathédrale de Pise. Un autre exercice de ce genre peut consister à se
raconter, un soir d'excursion ou le lendemain', un
événement dont plusieurs qui sont présents ont été
En général, on attache peu d'Importance à une bonne les témoins. Tous, sois-en assuré, le feront d'une façon
faculté d'observation. Pourtant, cette faculté nous différente. - Ou bien, encore, on s'aligne les uns
' est un excellent moyen d'augmenter nos connaissances, derrière les autres; le premier dit une phrase quelconque
de favoriser notre réussite dans la vie, et, aussi, de à l'oreille de son voisin; celui-ci la répète au suivant,
forti1,iernotre caractère. et ainsi de suite. Lorsqu'elle sera transmise au dernier,
Apprends donc à bien te servir <le tes sens, à tenir ce ne sera plus du tout la même. - Elle est bien faible,
tes yeux fixés 'sur 'les événements de la vie, en d'autres notre faculté d'observation! Si faible qu'elle se trompe
termes à développer sciemment ta faculté d'observation. même sur les choses que nous voyons tous les jours.
Les yeux ne font que regarder, mais l'âme (jbserve. Demande à ton ami: « As-tu déjà vu une montre?
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COM1'l'l ENT ENTRAîNER SON CARACTÈRE?

Que dis-tu? Mais je vois la mienne tous les jours! fut le premier qui approfondit ce phénomène etii
- Eh bien! dessine-moi son cadran. Je parie que découvrit le principe de la machine à vapeur. ~
tu ne sauras pas le faire. Rontaelt trouva une plaque gâtée dans son appareil
- Je ne sauraI.pas....
? T u veux nre
. 1.. .. » phot~graphique. Tu crois qu'il la rejeta avec colè.~e?
Et le voilà qui se met à dessiner, et dans son dessin Pas ' du tout. Mais il se demanda comment la lumlere
il commet deux fautes: il écrit la quatrième heure ainsi: avait pu pénétrer dans la chambre noire de son apparei~
IV, et sur sa montre c'est. IIII, et il note le signe VI, et il découvrit les rayons, appelés de son nom, qUl
,qui ne figure pas sur le cadran ,car l'aiguille qui marque traversent même les solides ... Voilà les résultats d'une
les secondes le remplace. - Voilà comment nous observation attentive! ,
pouvons nous fier à la précision de notre observation! Le capitaine Bro'lPn, fort préoccupé de trouver un
Oui, exerce-toi à observer les choses à fond. On moyen de bâtir à peu de frais un pont sur le Tweed,
peut faire des découvertes très intéressantes en obser- se promenait un jour dans son jardin lorsqu'il aperçut
vant la vie des ammaux, par exemple. Note comment tout à coup une toile d'araignée qui, de ses fils soyeux,
l'écureuil casse la noisette; comment mangent le chien, reliait deux buissons l'un à l'antre. « Mais voilà ce qu'il
le chat, l'oie; comment on donne à manger aux poules; me faut! s'écria-t-il. Un pont soutenu par des
comment l'oiseau de proie déchire son butin; comment chaînes de fer, d'après ce plan! » Et, bientôt, le premier
rampent l'escargot, le serpent et la chenille; etc ... pont suspendu était construit. .
Tu vois tous les jours des chevaux aller au pas, au trot Ce fut de cette même manière que l'idée d'un tunnel
et au galop, mais pourrais-tu me dire cc qui carac- vint à l'esprit de l'ingénieur Brunei. Il fixa son attention
térise le mouvement de leurs pieds à chacune de ces sur un petit insecte qui forait le bois d'un bateau,
allures? d'un côté d'abord, puis de l'autre, pour se frayer un
Un badaud aurait-il les moyens de faire d,e grands passage. Et cette observation fut le point de départ
voyages à l'étranger, il n'en tirerait aucun profit d'une des œuvres les plus merveilleuses de la technique.
1
:parce qu'il ne sait pas observer. Il regarde, mais 'il le tunnel sous la Tamise.
,ne voit pas. Celui qui sait observer se plaît. au contraire, Et sais-tu comment Galilée découvrit la loi du pen-
à analyser tout ce qu'il aperçoit. - dule ? ' En observant le sacristain du dôme de Pise
La faculté d'observation bien entraînée a déjà aidé verser de l'huile dans la lampe du sanctuaire, qui.
l'humanité à faire des découvertes me.rveilleuses .. ' suspendue à la voûte par une longue corde, brûlait
Que d'hommes avaient vu', une pomme' tomber du devant l'autel. Combien de fois avait-on versé de
pommier avant Newton !Mais il fut le premier' à, Y l'huile ainsi dans cette lampe depuis des sièclesl Et
réfléchir et il le fit si profondément qu'il trouva ,la loi que de gens avaient w cette opération si sim~le!
de la gravitation. - Que ,d'hommes avalent vu la vapeur' Mais il fallait l'œil attentif, la faculté d'observatIon
soulever ' le couvercle d'une marmite! Mais PaPin de Galilée pour lui fairé ren:.arquer le mouvement
206 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME

oscillatoire si régulier qu'un tout petit choc venait. ,8:S leçons ~haque jour, ~egU1ièrement, ~e bon cœur,
d'imprimer à la lampe. Et Galilée se mit à réfléchir et aux heures fixées. Fais-toi donc uri programme bien
sur ce phénomène; et, après un travail assidu de cin- précis pour chacune de tes journées, et, quand le
quante années, il trouvait la loi du pendule qui, depuis, moment de l'étude est venu, ne laisse aucune autre
lors, joue un rôle si important dans la mesure du temps .' occupation t'en détourner. Que le divan te promette
et dans les calculs sidéraux. . un bon petit somme, que tu aies trouvé un roman
très intéressant à lire, que tes camarades t'appellent
pour jouer, n'importel Le devoir avant tout! Pr~nds
joyeusement ton livre de classe. Le devoir accompli
Travailler avec aine. avec âme recèle une immense force éducatrice
...:r ...
pour la volonté. Mais c'est seulement le vrai travail,
le travail sérieux, qui a cette valeur éducatrice, celui
Un· nouveau moyen ~~ -tout preniier 'ordre -po~r qui nous assure une véritable victoire sur nos caprices,
. entraîner sa volonté et former son caractère, c'est le notre inconstance et l'amour de nos aises, et non le
1 _ travail, l~ devoir quotidien qu'on fait avec' joie 'et de bricolage, ce travail auquel on ne se livre que pour faire
tout son C<l!ur. Les païens trouvaient le travail dégra- passer le temps. Oui, fais-toi un principe d'accomplir
le
dant, indigne d'un homme libre. C'est Christianisme tous tes travaux l~_ mieux possible. '.
. J'ignore si tu as eu l'occasiort de voyager à l'étranger
qui en fit une vertu en enseignant précisément qu'il
ennoblit celui qui s'y adonne, et en montrant en lui et d'admirer les magnifiques églises et les autres
l'une des plus grandes puissances formatrices du splendides édifices que le moyen âge nous a légués.
caractère. Le travail,' en effet, fortifie grandement la Mais veux-tu savoir ce qui m'impressionne le plus,
volonté, car il demande de la maîtrise' de soi, du moi, quand je m'arrête sous les voûtes élancées du
renoncement et de la persévérance. Celui' qui poS$ède dôme de Cologne ou au milieu des saints en marbre
une volonté assez forte pour travailler sans relâche et blanc de la cathédrale de Milan? C'est la pensée que
avec une exactitude consciencieuse se montrera: plus i les artistes d'autrefois: architectes, sculpteurs, peintres,
courageux dans la maîtrise de ses passions que le : qui ont donné ici le meilleur de leur travail, qui ont
paresseux. qui est négligent et capricieux dans son 1 mis toute leur force et toute leur âme dans ces
travail. Le travail 00116 rend sai1l6 et dispos de corps· œuvres, ont dû sérieusement ennoblir leur caractère!
et d'âmè, tandis que l'inactioo et l'oisiveté . nous Aujourd'hui, hélas! le travail humain est si précipité,
lassent et mous affaiblissent. Le travail $Outenu fonne si superficiel, si mercenaire!
des hommes sérieux, honnêtes et patients.. . Tu goûteras un réel et grand plaisir en apprenant à
• Tu ne croirais pas, mon fils, combieri ceci ,fortifie" travailler avec dme, c'est-à-dire en faisant le moindre
une volonté d'étudiant: faire ..ses devoirs et apprendre travail avec bonne humeur, avec joie, de tout ton cœur.
,,-.. ~ . .... __ .-.. - , " ,--- ..
208 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 2°9
Peu importe que ce travail soit très important ' ou marbre blanc d'une incomparable beauté. Les tourelles
, tout à fait insignifiant; ce qui importe, c'est que tu y qui surmontent le toit sont ciselées dans le même
mettes auta7!:! ._~e_t.C!.n_ â.me que possible. marbre, comme, également, les statues de saints,
Peut-être as-tu déjà entendu citer le nom de Carlyle, toutes plus belles les unes que les autres, qui « habitent »
le grand philosophe-historien anglais. Un jour , que dans les niches de ces tourelles. On raconte que, lors
son épouse faisait cuire du pain pour lui, elle dut de la construction de cette partie du dôme, quelqu'un
rester près du four toute la nuit, le pain ne cuisant pas. demanda un jour au sculpteur: cc Pourquoi cet immense
A un moment, elle perdit courage et s'écria : « Pour- travail? D'en bas, personne ne verra ces statues. » -
quoi suis-je obligée de m'occuper d'un tel travail? » « Non, d'en bas, on ne verra rien, répondit l'artiste;
Mais elle se reprit tout de suite et continua : « Est-ce " mais Dieu les verra! »... Dieu voit mon travail et
que Benvénuto Cellini ne veilla pas une nuit entière cela me suffit! Que d'âme il y a dans un travail fait
'près du four où l'on faisait cuire sa célèbre « Persée»? , ' avec ce sentiment?
Or, quelle est la différence entre Cellini qui fait cuire Oui, le devoir rempli de tout cœur ennoblit l'âme;
sa statue et une femme qui fait cuire du pain pour mais le travail négligé et superficiel lui est nuisible
son mari?» Voilà comment on peut faire cuire du pain dan.s la même mesure. Le travail fait sans âme, sans
avec âme! - Celui qui se comporte dans les petites plaisir, à contre cœur, est pire que l'oisiveté la plus
choses aussi consciencieusement que dans les grandes grande: il donne l'illusion du travail honnête, il n'est
est seul digne de respect. qu'un mensonge.
Ce qui mérite d'être fait mérite d'être bien fait. Est-on profane dans un ' art et veut-on s'y livrer
Quand tu ne voudras pas bien faire une chose, tu feras quand 'même, on ne fait que des caricatures avec cette
mieux de ne pas y toucher du tout. même matière qui sert à l'artiste pour créer des chefs-
Un ami de Michel-Ange, venant le visiter, s'étonna d'œuvre. De même on peut avoir l'amour du travail
de le trouver toujours à son même travail. « Mais votre et s'en servir pour polir son caractère, comme on peut
travail n'avance pas du tout! » lui dit-il. - cc Au aussi ne s'y adonner que servilement et fléchir
contraire, répondit l'artiste, je l'ai beaucoup corrigé. sous son joug.
Ici, j'ai ôté un peu d'argile; là, j'ai accentué cette ride. L'homme est né pour travailler. Si donc tu dois le
Ici encore, j'ai adouci les traits; et là, j'ai modifié faire nécessairement, que ce soit de bon cœur, et la
l'expression de la bouche.» - cc Mais ce ne sont 'que tâche la plus dure te deviendra douce.
des llÛnuties, ces retouches 1 » reprit le visiteur. (C C'est
vrai, riposta le maître, mais ce sont les minuties qui'
font la perfection, et la: perfection n'est pas une minutie 1»
Au cours d'un voyage à Milan, je montai sui' le toit
de sa magnifique cathédrale, faite tout entière d'un
210 _ LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMËNT ENTMiNER SON CARACrÈRE?

délnnier, A tout moment, j'entends des jeunes gens


Le devoir. me dire; en se lamentant : « Je ne sais quelle carrière
choisir! Il y il trop de monde partout! » - Ne cràins
rien, toi, mon fils! Dans toutes les carrières, il y a toujours
Le-devoir 1Quelle force magique a ce mot 1Le dèvoir pénurie d' hommes habiles, laborieux et fidèles à leur devoir!
bi~il rempli enrichit l'individu et les nations; le devoir Une fidélité inébranlable à son devoir recèle une
négligé peut les ruiner. Les peuples qui font leur devoir grande force éducatrice. Fais toujours ce que ta situation
sont toujours victorieux de leurs ennemis; et ceux qui est en droit J'attendre de toi, et, surtout, tout ce que
sont nonchalants sont appelés à disparaître. Dans une tu n'aimes pas faire. Crois le poète' qui nous assure
vieille église d'un pays étranger, j'ai vu, un jour, une que la valeur de la vie ne se mesure pas aux désirs
image fort intéressante qui représentait les diverses satisfaits, mais aux devoirs accomplis :
vocations qui attendent les hommes. On y voyait
le pape dans toute sa pompe, avec cette inscription t Ton vrai bonheur, ô genre humain,
1 •
au-dessous: « C'est moi qui vous enseigne tous »... Dans cette pauvre VIC,
un empereur avec cette autre mcntion : « C'est moi N'est pas dans les désirs atteints
' l ' épce
' Mais dans les tâches remplies,
qUI. vous gouverne tous »... un gcncn\, , 1 d' armee,
à la main, qui annonœ : « C'est moi qui vous défends
Une vie sans travail ressemble à un cadre,sans image.
tous )) ... un laboureur qui creuse un long sillon avec
Pendant la guerre mondiale, les deux occupants d'un
sa charrue ct qui dit: « C'est moi qui vous nourris
avion furent at,teints par un obus au moment où ils
tom; JI ... ct, tout au bas du tableau, un diable grimaçant
rentraient après un « raid » d'observation. L'officier
qui ricane : « Et moi, je vous emporte tous, si \'Cms
chargé de notifier les positions de l'ennemi fut tué
Ile faites pas votre devoir. » .
sur le coup, mais le pilote, malgré ses blessures mor-
Quelle idée profond~ se cache derrière ces couleurs!
telles, réussit à atterrir à l'arrière de ses propres lignes.
Que tu sois empereur ou ' bboureur sur cette terre,
On se précipita vers lui. Et sais-tu ce que furent ses
qu'importe, si tu fais ton devoir! La vie humaine est
dernières paroles? Par phrases entrecoupées il décrivit
une immense pièce de théâtre, et ~'.est Dieu Lui-même
les positions ennemies enregistrées dans l'appareil
qui en distribue les rôles. Il ne dépend pas de toi de
photographique que son compagnon serrait encore dans
recevoir celui-ci ou celui-là, mais il dépend de toi de
sa main crispée. Et, à l'heure où on les enterrait tous
bien jouer ou de mal jouer le tien. Ce qui est important
deux, on prenait les dites positions. Quel héros du
c'est comm~nt on joue, et ,llon ce qu'on joue. Il peut
devoir rempli jusqu'au bou,.!!
arrive~ qu'on siffle celui qui remplit le rôle de l'empereur '
parce qu'il a mal joué; et qu'on acclame, au contraire,
celui qui tient le rôle plus modeste d'un apprenti cor-
212 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME cœ,'!MENT ENTRAîNER SON CARACTÈRE? 21 3

oublié de le relever; et, par devoir, il continuait sa


faction ... La lave descendait vers lui en bouillonnant,
({ Je ne suis pas disposé aujourd'hui! » et les vapeurs sulfureuses qui s'en dégageaient n'allaient
plus tarder désormais à l'asphyxier. C'était un véritable
enfer qui le menaçait ... Mais le soldat resta fidèle à
L'étude et le succès dépendent en premier lieu de la sa consigne. Il se laissa enterrer vivant dans les cendres
volonté et non des dispositions du moment. Pour- brùlantes, ainsi que l'attestent des fouilles faites
tant, j'entends souvent des écoliers s'excuser ainsi : récemment. (Aujourd'hui, le casque, la lance et la
" Je suis incapable d'apprendre aujourd'hui. Je ne cuirasse de ce soldat sont conservés au musée Barbo-
suis pas disposé. Ce serait peine perdue d'essayer. nico à Naples). Fidèle à son devoir jusqu'au bout, il
Demain, je travaillerai pOl~r deux.;. se laissa brûler par la lave plutôt que d'entacher
N'oublie pas, toi, que le travail remis au lendemain l'honneur du soldat romain. -
est toujours plus difficile qu'il ne l'eût été le jour même . Peut-être, mon fils, les obligations militaires ne
.~c fais jamais dépcn.~re tes devoirs det~s ,dispositions. seront-elles jamais les tiennes; mais d'autres, non moins
Un devoir remis est comme un revenant: il est pJu'~ grandes, t'attendent à coup sûr! Tu en as envers Dieu,
menaçant d'heure en heure, il en vient à gâter nos envers ton prochain, envers l'Église, envers ta patrie.
plaisirs ... Si l'on a des dettes, on fait bien de s'en Ce que je vais te dire maintenant te semblera dur
acquitter au plus t0t. - N'oublie jamais cctt~ r':gle peut-être; mais je dois le faire, car il ne s'agit de rien
si simple : ,Le devoir avant le plaisir! 'Il moins que de ta dignité d'homme. Ce n'est pas pour

J'en entcnch souvent d'antres me dire: « Je suis \~ y être heureux ni pour y prendre le plus de
un oiH'au de m:llhcur. » - « Le professeur m'à pris en i! jouissances possible que nous sommes sur la terre,
f
gïÏppc. )) - (C Je n'"i pas de chance ), etc ... La plupart J mais pour j faire notre devoir, pour y accomplir la tâche
~:

de l'CS jeunes gens n'ont qu'un l'cul déff\ut : chez eux, Il que Dieu nous a confiée. « Ma nourriture, c'est d'ac-

c'est le plaisir qui vient au premier rang; après le complir la volonté de mon Père », a dit le Rédempteur
plaisir, c;'('st nn gr:lnd rien; ct puis, bien loin par du monde, et c'est ce que nous devons répéter
derri':~rc, c'er,t enfin1e devoir. après Lui.
Tu a::: certainem·:nt entendu raconter l'histoire du Beaucoup de jeunes gens passent tout leur temps
soldat de Pomp0i. Lorsqu'cn l'an 79 J'éruption du à attendre de meilleures dispositions, une humeur plus
Vésuve inonda la contrée de lave et de cendres brûlantes, favorable pour étudier. Pourtant, comme le dit Horace,
et que les habitaIlts de la région, désespérés, affolés, celui qui s'est mis au travail l'a déjà accompli à
s'enfuyaient dans le plus grand désordre pour échapper moitié; et celui qui tarde toujours à mettre en pratique
à la mort, ce soldat romain resta à son poste, debout, ses bonnes résolutions ressemble fort au paysan qui
sans broncher. Dans le désarroi général, on avait se tiendrait les bras croisés tant que les eaux qui
COMMENT ENTRAIN ER SON CARACTÈRE? 2JS
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMM,E

inondent ses terres ne se sont pas retirées, alors qu~fl, n est né trop tard!
pourrait les empêcher de monter, empêcher surtout
l'action néfaste de leurs vagues.
Di'llidium facti, qui cœpit, habet; sapere aude. Cela pourra te sembler étra.nge, et p~ut-êtrene me
lncipe! Qui recte vivendi prorogat horam, croiras-tu pas en ce moment, si je te dis .que l'homme
Rusticus expectat, dum defiuat amnis, at ille inactif ne peut pas être heureux, Le travail est néces-
Labitur et labetur ill omnc volubilis alVllm.
saire même pour assurer la santé physique. Si la charrue
Toute ' créature, au ciel et sur la terre, est soumise traîne dans un coin, elle rouille; mais ell~brille au
à la volonté éternelle et divine du Créateur. Les lois soleil si elle sert au labour. Eh bien, clest là même
de la nature Lui obéissent avec une fidélité et une chose pour les hommes; l'esprit du fainéant se rouille
exactitude minutieuses. Les étoiles font leur révolution et les yeux de l'homme laborieux brillent de joie.
ct les planètes tournent ' autour de leurs soleils, non' Car on ne peut changer la condition de l'homme, qui
par leur volonté propre, mais parce qu'elles y sont Jest de manger son pain à la sueur de son front. La

contraintes. Seul, l'homme n'est pas contraint d'obéir nature elle-même confirme cçtte loi par ce fait très
aux lois de Dieu, car Dieu Lui-même lui a donné le curieux que les hommes inactifs n'ont pas ~ne longue.,
libre arbitre. Il peut s'opposer à sa sainte volonté, et vie, et que, par contre, les hommes qui atteignent l'âge
c'est précisément cela que nous nommons le péché. le plus avancé sont précisément ceuX qui ont passé
Mais s'il ne veut pas vine dans les ténèbres, s'il ne veut leur vie entière à travailler. La peur du trava11 est
pas se perdre et périr, il doit pourtant se soumettre une maladie moderne. Ici, encore, l'absence de fermeté
aux lois divines - tout aussi bien que le moindre dans les décisions se fait sentir, car il est indéniable que.
insecte ou le plus petit brin d'herbe. - Toi, mon fils, le travail demande de la maîtrise de soi, de la discipline,
sois donc bien fidèle à tous tes devoirs, aux plus insi- 'une volonté forte, en un mot. Personne n'est travailleur
gnifiants eux-mêmes, et accomplis-les toujours le plus par nature. De même que la loi de la gravitation attire 1
scrupuleusement possible afin que l'on puisse répéter la matière vers la terre, de. même la nature molle de.
de toi l'éloge que l'on faisait un jour d'un simple maçon: l'homme nous porte à ne rien faire. Si, po,:rtant,<'
(1A chaque tuile qu'il posait sur la tuile précédente, on d'un noble élan, on réussit à vaincre cette paresse umée"
pouvait voir comme il était consciencieux. Il on jouira plus tard avec bonheur des bénédictions du
Nelsou, le célèbre amiral anglais, mourut en disant: travail.
" Dieu soit loué, j'ai fait mon devoir! Il Quelle immense Le secret du succès, c'est de toujours prendre goût
f
ct sublime consolation, au terme d'une vie passée dans au travail! Je connais des jeunes gens qui se préparent
le travail! J'aimerais qu'un jour tu puisses en dire à i'étude penùant une heure avant de se ~écider .à
autant de toi-même. commencer, mais ils ne sont pas au travail depU1S
'une demi-heure qu'ils en ont déjà assez.
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 2 17

« Mais si mon travail ne va pas 1 Mais si mon devoir peux attendre à demain matin, qu'il fait un beau
m'ennuie 1» N'importe 1Une volonté énergique et virile soleil aujourd'hui ... ne te laisse pas fléchir! Le devoir
est capable de vaincre cet obstacle comme les autres. avant toutl
Commence-le toujoursl Tu verras qu'une fois à l'ou- Tu t'apercevras qu'en distribuant bien ton temps
vrage tout ira bien malgré ta mauvaise humeur du tu feras bien plus de choses qu'en voltigeant d'une
début. Mais si tu bâilles pendant une demi-heure, tâche à l'autre sans plan bien arrêté. La vie est si
si tu t'étires sans fin, si tu remues tes livres et tes cahiers courte, et il y a tant de choses dignes d'être apprises 1...
avec dégoût avant de commencer d'apprendre, tu as Économise donc bien le peu de temps qui t'est
déjà créé une atmosphère défavorable au travail. Et accordé. Le proverbe anglais dit avec raison :
puis, observe un certain ordre, même dans tes études.
Serva ordinem et ordo te servabit. « Sers l'ordre et l'ordre ·'f Pour devenir riche, sage et sain,
Couche-toi tôt
te servira )J, disaient les anciens. Les devoirs accomplis Et lève-toi toujours de bon matin!
méthodiquement ont une double valeur. Par le travail i /

désordonné, sans but, et fait au hasard, on ne peut, J'ai connu un écolier qui, invariablement, était
au contraire, que perdre son temps. Les occupations toujours en retard. Il ne lui arrivait même pas par
dispersées ne valent guère plus que l'inaction. exception d'être exact. Ses compagnons le plaisantaient
Les biographes de beaucoup de grands hommes nous continuellement. « Il est né cinq minutes trop tard,
font constater que, chaque soir, ceux-ci se faisaient disaient-ils, et il n'a jamais pu rattraper ces cinq
pour le lendemain un ordre du jour où chaque travail et minute~-là. )) A l'âge d'homme, il devint absolument
chaque occupation avaient leur place bien déterminée. incorrigible. Üans sa profession, il avait des désagré-
Essaye d'en faire autant, au moins dans les grandes ments journàliers à cause de son retard habituel...
lignes. Mais alors n'en cède rien 1 Par exemple : A une N'arrivera-t-il pas en retard au ciel? En retard de
heure, je reviens de l'école; c'est l'heure du dîner. Je \ cinq minutes seulement 1. ..
me repose jusqu'à deu" heures et demie. Ensuite,
jusqu'à cinq heures, je fais mes devoirs; de cinq à six,
je joue ou je sors; de six à sept, je fais de la musique
ou bien je prends une leçon d'anglais; après souper, cc Notre horloge retarde. })
je lis; ~ neuf heures du soir, je fais ma prière et je
me couche.
Quand l'heure -du -travail est arrivée, il faut t'y Un homme se précipite dans la salle d'attente, hors
mettre de suite. Mais là, tout de suite, à la minute, d'haleine. « De grâce, laissez-moi Basser; il faut que
inexorablement. Même si une petite voix intime te je prenne le train de XI ... » - « Il vient de partir », lui
. murmure à l'oreille que tu as bien le temps, que tu répond le contrôleur avec calme. - « Mais c'est
218 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMME.~T ENTRAINER SON CARACTÈRE? 21 9

affreux!... Que faire à présent?.. Il faut de toute en écolier exact, n'oublie à la maison ni ton cahier ni
nécessité qùe je parte ce matin! ... Cela va me causer ton livre; et, quand tu en reviens, ne les jette pas pêle-
une perte immense! » se lamente le voyageur navré. mêle dans ta chambre. Tu n'auras pas ensuite à
A vrai dire, il n'a pas le droit de se plaindre; le train t'excuser, en disant: « Je ne s:lÎs pas oùje les ai mis ... »
était parti à la minute précise. C'est lui qui n'était On peut toujours se fier à un jeune homme exact qui
pas à l'heure. En général, les choses de la vie sont tient ses affaires en ordre, car il prouve tous les jours
toujours exactes, ce sont les hommes qui ne le sont pas. la fermeté de son caractère.
Je crois vraiment que cet homme qui vient de ttre exact 1 quels mots sans éclat, n'est-cc pas?
manquer son train se levait à huit heures moins cinq Pourtant, l'exactitude a une importance inccmparable
lorsqu'il était écolier et qu'il est toujours arrivé en dans l'éducation du caractère. Etre fidèle à son deyoir
retard à l'école. Ces premières petites inexactitudes cent fois par jour, autant de fois que le tra\'ail l'exige,
ont probablement engendré sa manière · de penser si être consciencieux jusque dans les plus petits détails,
légère et si superficielle d'aujourd'hui. il travailler a'1Jec âme, même si personne ne nous voit.
Au juste, qu'est-ce qu'être exact? Une chose très peut-on imaginer un appui plus efficace pour arriver à
simple, en somme : «( commencer tout de suite une la grandeur morale et à la gravité dignes de toute
chose dès que le temps en est venu, et la cesser tout confiance? Le proverbe a bien raison de dire que
de suite dès que le temps en est passé. » Celui qui s'en « l'exactitude est la politesse des rois ), car il faut
tient à cette règle si simple fera tout ce qu'il doit faire vraiment une grandeur royale, un courage et une per-
et, de plus, il fera tout à temps. L'exactitude com- sévérance héroïques pour vaincre tous les obstacles et
mence de bon matin. Voici le moment de te lever, ce rendre toujours à l'appel sacré du devoir sans jamais
disons 6 heures. Aussitôt, il te faut sentir clairement chercher à s'y soustraire. Les grandes tâches de la vie
que le temps du repos est fini et sortir du lit d'un ne peuvent être confiées qu'aux hommes qui savent être
bond héroïque. Si tu fais cela, tu n'auras pas lieu de exacts toujours et partout. Le jeune homme exact est
te plaindre que tu n'as pas le temps de faire ta prière presque toujours plus riche que son camarade inexact,
du matin. Ce n'est que lorsqu'on se retourne de l'autre même si celui-ci reçoit plus d'argent de poche de ses
côté et qu'on s'attarde sur son oreiller pendant un parents. Comment cela se fait-il? C'est bien simple.
quart d'heure que le temps fait défaut pour prier. L'un ne le dépense que pour les choses dont il a vrai-
Vient l'heure de l'étude. Quel bonheur si tu peux ment besoin et après avoir pris l'avis de ses parents;
être exact ici encore, si tu peux commencer tout de Fautre, au contraire, achète tout ce qui lui plaît dans le
suite, sans t'y préparer pendant une demi-heure en premier magasin venu. Celui qui connaît la vakur du
bâillant, en t'étirant, en comptant les boutons de ton temps est toujours exact. Celui qui ne se fait pas
habit, en murmurant: « Dois-je commencer ou non? attendre témoigne qu'il sait apprécier son temps et celui
Dois-je apprendre ou non? » - En partant à l'écQle, des autres. Par contre, l'homme qui s'habitue à être
220
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 221
fan~que et inexact deviendra peu à peu incorrigible
et fi111ra par manquer à sa parole. point. Le jeune homme apprenait bien; il était très
, On ne peut guère se fier à la parole d'un homm appliqué. Il se levait tôt pour avoir le temps de faire
mexact; et l'homme inexact qui manque à sa parole fai; ses propres devoirs et d'instruire un camarade plus
L auta~t de mal à la société qu'un violent agitateur
e Jeune h ' .
omme qUI, au contraire, est exact dans
.
jeune. Il ne déjeunait pas le matin, et, le midi, prenait
son repas dans une famille compatissante. Son habit
toutes ses occupations prouve ch ' était rapiécé. L'hiver, sa chambre n'était pas chauffée.
, , ' aque Jour sa volonté
sa probIte et son caractère. - Sais-tu ce qui est enco ' lin étudiant élégant et parfumé était son voisin de
un effet du caractère? Si tu as dit « oui» il faut ~e classe. Celui-ci avait un col de fourrure à son manteau
ta parole soit inébranlable' et SI' tu d . d" q e 'd'hiver et, pendant la récréation de dix heures, il débal
'1 f ' OIS 1re « non» o

1 aut q~e tu aies le courage de le dire franchement' . lait· avec nonchalance un petit pain beurré avec du
l' C( MonslCu~ le professeur, notre horloge retarde» c'es~ jambon en canapé. Mon pauvre jeune ami le regardait
excuse habItuelle des écoliers en retard M" "1 faire et les larmes lui venaient presque aux yeux.
voulaie t At f . aIS, SIS
n e re. rancs, ils devraient dire : « Monsieur «(Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi dois-je lutter si
le profess~ur, Je suis en retard parce que je suis négli- amèrement?.. ;) disait-il.
gent et desordonné. » Ta montre retarde ~ S' Écoute, mon fils, si tu es un de ces étudiants pauvres,
ce W. h' .... aIs-tu
, que . ~s l.ngton répondit à l'un de ses clercs ui je voudrais te consoler. La pauvreté n'est pas une honte.
s eXcusaIt amSI de son retard? ( Eh b' q Et puis, les années d'études passées dans la lutte ont une
une autre . (Ien, proc/urez-vous
L' '. montre, ou Je me procurerai un autre clerc» immense valeur ' éducatrice. Ton camarade riche, qui
amIral Nelson disait: « Je dois tous mes .succè . , grandit dans le bien-être, gaspillera facilement le temps
ce que J"ai t ' fi . s a
, OUJours 111 meg tâches un quart d'heure précieux de' sa jeunesse, qui ne reviendra pas, dans les
avant 1heure convenue. » Je le crois volontiers. divertissements, les plaisirs, les distractions continuelles,
dans les sports poussés à l'extrême, ce qui serait
encore le moindre mal. Pour lui, l'école dérange ses
distractions habituelles, tandis que pour le pauvre
L'étudiant pauvre. l'étude est un plaisir, un rafraîchissement, une conso-
lation, l'espoir d'un avenir meilleur. Je connais
beaucoup de jeunes gens chez qui le manque d'idées
J~ sui~ toujours ému quand je vois la lutte presque . sérieuses et l'absence de goût pour le travail sont
sur umame. que q~elques jeunes gens ont à soutenir justement motivés par un trop grand bien-être. En
pour pOUvoIr contmuer leurs études J'e . 'compagnie d'amis également légers, ils perdent leur
d t1 . n reVOIS un
on . es parents très pauvres vivaient à 1 temps à jouer des tours, à se promener dans les rues
. . a campagne
e t étaIent mcapables de l'aider effi élégantes, à danser et à flirter. Oh t je ne veux pas nier
. cacement sur ce
que la pauvreté puisse nous donner bien des moments
COMMENT ENTRAINER SON CARACTÈRE? 223
, LECARAÇ!tÈRE DU iEUNE HOMME
refusa, en disant que pour cet ouvrage-là il avait
-ame.~s, qù'elIe' puis~e mê'me couper les ailes à plus d'un besoin d'hommes et non de jeunes garçons; .
tal~nt; mais. je . suis sûr qù'un beaucoup plus grand « Et si le .jeune garçon peut faire l'ouvrage d'un
nO!D-?re Ade talent~ ct de caractères se sont dans noyés homme, ne vaut-il pas tout autant? )) lui demanda
le. blen-etre. Le Jeune homme très riche .n'a aucune Garfield d'un ton respectueux, mais ferme. Et la
raIson pour travailler. Pour le piùvre, au contraire, réponse plut au maître qui gagea le jeune homme
le m.on~e est comme un magasin où, grâce à son
sur-le-champ.
traAvall, Il pe\lt ,s'ac~eter ce qu'il veut; et si, à l'âge Le lendemain, le fermier l'envoya faucher avec
mur, s~n travaIl lUl 'procure un~ bonne position il quatre hommes dans la force de l'âge, q~i, après avoi.r
verra 1.Ul-même combien il est redevable aùx privati~ns plaisanté le nouveau moissonneur, se mIrent au travaIl
de sa Jeunesse. . avec vigueur, croyant bien que leur jeune compagnon
Le je~ne h?mme riche. - même s'il n'a que de perdrait vite haleine. Mais ils se trompaient. Celui-ci
, bonnes ~ntentlOns .- ~e se procure qu'un diplôme les suivit si bien qu'ils furent bien contents tous les
par ses etudes; malS le Jeune homme pauvre acquiert, quatre de se reposer à midi. Les mains de Garfield
en outre, en souffrant de la faim et du froid au cours étaient pleines d'ampoules, mais il ne se plai~nait pas.
de ses années de collège, la confiance en lui-même la Après dîner il pria même les autres de le laIsser con..
fermeté, la promptitude dans la décision et la fac~lté ,
duire la moisson: il voulait montrer au maître qu 1
"1
d~ se dominer dans toutes les situations. Sans doute savait travailler en homme. Les moissonneurs Y consen-
ble? ~es ~alents se perdent dans la besace de la pauvreté, tirent, muis ils le regrettèrent bientôt car Garfield mena
malS 11 s en perd l-ien plus encore dans le bien-être le travail à une telle allure que ces quatre hommes,
que procure la richesse. - --- qui ' se piqüaient de ne pas rester en arrière, étaien~,
« Les d~eux vende~t tou~es leurs marchandises pour de quand vint le soir, complètement fourbus. Garfield, lUI,
la monnaIe de travall)J, dIt un proverbe grec. Et André ne semblait pas du tout fatigué; et, lorsque les autres
Carné?ie, le milliardaire ôien connu, nous donne toute furent couchés, il demanda même une chandelle au
une ltste de grands industriels américains qui com- fermier. _ « Pourquoi faire? )J s'étonna celui~ci. -
me~cèrent le.ur carrière comme simples ouvriers ou « Je voudrais étudier un peu, répondit Garfield, car,
petlts commIS sans fortune : Wanamaker Claflin pendant la journée, je n'en ~i pas eu l~ tem,ps. ':-:
FO,rd, Field, Barr, Rockefeller, Gould, S~ligmanri:. « IVlais, mon garçon, tu as travaIlle pour trOIS aUJourd hUI"
Wllson, etc. . tu as besoin de repos. Au fait, comment t'appelles-tu?))
a.arfi;el~ q~i, plus tard, devint président des États- _ « Je m'appelle James Abraham Garfield», répondit-il
U?IS, etaIt SI pauvre dans sa jeunesse qu'à l'â e de
~l
en prenant sa chandelle. Et il monta dans sa chambre,
seIze ans, quand l'idée lui vint de s'embarquer, dut et il étudia une bonne partie de la nuit. Ce pauvre
se présenter comme moissonneur chez un fermier l
étudiant devint le président des États-Unis
p~ur gagner les frais de son voyage. Le fermier le
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAi NER SON CARACTÈRE? 225

Et je pourrais t'en écrire des pages et des pages de forgeron. Lui-même fut ouvrier-reheur jusqu'à l'âge de
ces histoires-là. La vie est pleine de ces exemples vingt-deux ans. - Copernic était fils d'un boulanger
encourageants. polonais; - Kepler, celui d'un aubergiste allemand. -
Newton et Laplace appartenaient à de simples familles
de paysans. Et qui sait? S'ils n'avaient eu à soutenir
une lutte aussi pénible avec les circonstances, peut-être
Les jeunes gens pauvres n'auraient-ils pas réussi aussi bien à faire valoir leur
qui sont devenus des grands Ilommes. talent et leur application. Quels exemples magnifiques
et consolants, n'est-ce pas? pour illustrer ce fait que le
vrai talent et le travail soutenu peuvent vamcre les
Stephenson, l'inventeur de la machine à vapeur, plus grands obstacles!
naquit dans une misérable cabane de mineur. Son père Mais continuons.
passait ses jours à surveiller la machine qui remontait Les poètes hongrois GrégOlre Czuczor, Jean Arany
le charbon de la mine. Lui-même fut d'abord employé et Michel Tompa étaient fils de simples paysans. -
à trier le charbon; puis, plus tard, à conduire le cheval Le père de Michel Vorosmarthy, poète également,
qui tirait la machine. - Watt fabriquait des orgues, était un pauvre intendant qui mourut tôt, laissant
des flûtes et des boussoles pour pourvoir à sa subsis- beaucoup d'orphelins; et Michel dut gagner sa vie,
tance alors qu'il se cassait la tête à ses grandes décou- à partir de seize ans, en instmisant des camarades plus
vertes. - Herschel, le célèbre astronome, était musicien jeunes. - Le grand peintre hongrois Munkdcsy com-
dans un orchestre. Pendant les entractes, il s'empressait mença sa carrière comme apprenti-menuisier; - - et
de sortir pour observer les étoiles avec son télescope; Joseph Kàtona, écrivain hongrois, dut aider son
après quoi, il s'en retournait faire de la musique. Il père dans son métier de tisserand.
n'était qu'un petit musicien inconnu lorsqu'il décou- La vie de Shakespeare nous est inconnue; mais nous
vrit la planète Uranus, ce qui le rendit célèbre d'un savons qu'i! était fils de parents pauvres. Johnson,
seul coup. ,- . Franldin vécut longtemps de travaux plus tard Président des États-Unis, fut ouvrier-tailleur
typographiques et de la vente de livres. - Fergusso1Z dans sa jeunesse. - Un autre Président du même pays,
était portraitiste. - Canova, le sculpteur incompa- Lincoln, était fils d'un journalier, et lui-même fut
rable, était carrier comme son père et son grand-père;
bûcheron, puis charpentier, pendant dix ans~
et c'est tout en travaillant à cet humble métier qu'il
Continuons encore.
développa son grand talent. - Tintoret était tein-
Nulle part les circonstances ne sont aUSSI .propices
turier; - Caravage, aide-maçon; - Giotto, pâtre. -
aux jeunes talents que dans l'Église Catholique. T out
Le père de Haydn était maître-charron, et très
le monde sait que les hommes élevés aux plus hautes
pauvre. - Celui du grand physicien Faraday était
dignités ecc1tt~astiques sortent très souvent deR familles
226 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAINER SON CARACTERE?

les plus simples. Le célèbre cardinal Georges Frater de De nos jours, le temps gagne continuellement en
1I1artinuzzi était si pauvre au temps de sa jeunesse qu'il importance. La vie devient si agitée que ce n'est plus
devait gagner son pain en chauffant des fours; il avait que dans les tout petits villages qu'on peut se permettre
seize ans passés lorsqu'il commença ses études. - Jean de causer de la pluie, de la condition des semailles et
Vitéz, archevêque d'Esztergem, était fils d'un pauvre de la santé de toute la famille, avant d'en venir au fait
paysan slave. - Et voici toute une lignée d'archevêques ou de conclure un marché.
qui viennent d'en-bas : Szelepcsényi était si indigent Dans les bazars d'Orient, il est encore d'usage que le
qu'un évêque dut subvenir aux frais de ses études' marchand - en vue de tromper son client - vante sa
Scitovszky était fils d'un modeste maître d'école; le~ marchandise, fasse des compliments, assure que tel article
parents de Jean Csernoch étaient de simples paysans.- lui a coûté à lui-même plus cher qu'il ne le vend,
Même parmi les papes, voici Grégoire VII, l'un des plus qu'il est incapable de céder sur le prix, etc. Il parle
grands, qui était fils de charpentier; Sixte V, fils de tellement que, le temps de conclure une affaire, il
berger. Le père d'Adrien XIV était un batelier aurait pu en traiter dix. Mais dans les pays avancés en
tellement miséreux qu'il ne pouvait pas même acheter économie sociale, négociants, clients, hommes d'affaires
une bougie pour éclairer sa chambre le soir; et son fils et fonctionnaires parlent peu. En Angleterre et en
qui plus tard devint pape dut apprendre ses leçons Amérique surtout, il n'est pas rare de voir des inscrip-
à la lueur des lampes de la rue. tions comme celles-ci, suspendues aux murs des maga-
Et quel est donc le secret de toutes ces carrières sins : « Si vous avez fini vos achats, allez-vous en,
merveilleuses? Le talent? Oh 1 oui, sans aucun doute. s'il vous plaît. » - « When you have done your business,
Mai~,. plus encore, une volonté de fer, la persévérance, please trot» ou : « Nous voyons nous-mêmes quel
la dilIgence, un bon emploi du temps. temps il fait. » - « We know aU about the weather »
ou bien encore: « Nous avons lu tous les journaux» -
« We have read aU papers. »
Dans les grandes bibliothèques, je m'arrête souvent,
La valeur du temps. étonné, devant les nombreuses œuvres de saint
Augustin, de saint Bonaventure, de saint Thomas
d'Aquin, etc. Comment ces saints qui furent si occupés
Les anglaison,t un proverbe très court quet9utle pendant leur existence ont-ils trouvé le temps d'écrire
monde connaît : « Time is money » - : « Le temps"c'est toutes ces pages? Pour la plupart, ils n'ont eu qu'une
de l'argent, » Mais il ne dit pas assez. Le temps est plus vie relativement courte,. p<:>urtant.
que l'argellt : il est l'étoffe clans laquelle nous taillons Je contemple, par exemple, les ' œuvres de ûiint
notre vie~Celui qui veut réussir dans la vie doit con- Thomas d'Aqùin : trente-quatre volumesin-f61io!
naître la valeur du temps et n'en perdre aucune minute: Comment cet hOl1).me, qui. pendant sa vie de tiri';
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE?

quante-deux ans seulement, prêcha et enseigna beau- travail au dernier jour, à la dernière heure, et il écrit
coup, a-t-il pu trouver le temps d'écrire tout cela? son devoir de français pendant la nuit qui précède
Et puis, ce ne sont pas des romans qu'il a publi~s, la classe. Et puis, crois-tu que ce sont les gens riches,
mais des traités sur les plus graves problèmes de la vivant sans soucis, qui travaillent-le plus pour le bien
philosophie et de la théologie. public, pour l'humanité, ou qui écrivent les meilleurs
Oui, où prenaient-ils tout ce temps, les saints ?. livres scientifiques? Non, mon ami. Le plus souvent,
Ils le gagnaient en ne gaspillant jamais une seule minute ce sont justement ceux dont les journées sont occupées
de leur vie. Celui qui veut créer quelque chose du matin au soir. - Elle est vraiment bien grande,
de grand doit concentrer toutes ses forces jusque la valeur du temps t
dans les plus petites choses;
Le secret des grands hommes, c'était le bon emploi
de leur temps. L'heure est faite de minutes, et celui
qui sait utiliser toutes les minutes finit par gagner 20 minutes = 12.000.000 de dollars !
des heures et des journées entières. « Tempus omnia
fert, sed et aufert omnia tempus. » - « Le temps amène Évidemment, le temps est une chose bien précieuse!
tout, mais il emmène tout aussi. » C'est une grande Mais, après tout, combien vaut-il? Ceci : vingt
science que de tirer profit de chaque minute. Un minutes valent 12.000.000 de dollars! Comment cela?
moine de l'ancien temps écrivit sur l'horloge du demandes-tu. - Entre Buffalo et New-York, la voie
couvent de Hamersleben : ferrée contournait originairement une vallée profonde,
Prœteritum effiuxit, nonclum venereIutura;
la vallée de Tuckhannock. Plus tard, les Américains
PK.:2SenS in puncto vertitur, illud habes; construisirent au-dessus de la vallée, pour y faire
Pllnctum illud prœsentis habes, recte utere; merttf passer le chemin de fer, un viaduc gigantesque qui
Virtuti, vitio pœlla superstes erit. coûta 12.000.000 de dollars. Ce viaduc raccourcit le
voyage de New-York à Buffalo de vingt minutes.
- Le passé s'est enfui, l'avenir n'est pas encore venu;
Les Américains donnèrent donc 12.000.000 de dollars
Le présent est un point dont tu es le maître; .
Ce point du présent qui t'appartient, utilise-le parfaitement;
pour gagner vingt minutes!
Une récompense pour la vertu, et pour le vice un châtiment;
C'est très vrai ce que Gœthe écrit dans son « Faust »,
C'est tout ce qui en survivra. même en le faisant dire à Méphistophélès :
Usez de votre temps vite écoulé,
Il avait parfaitement raiscm!
C'est l'ordre seul qui aide à en gagner.
Mais on peut aussi faire l'expérience contraire. Très
fréquemment, ce sont justement les oisifs qui n'ont Ce .qui importe surtout, c'est que tu profites des
pas le temps. L'étudiant paresseux remet toujours: son · . années de ta jeunesse pour étudier et pour travail\Fr:
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME CPMMENTENTRAINER SON CARACTÈRE? 23 1
car ces années sont précisément celles où tu dois ciable vers la seconde moitié de la vingtaine. L'intel-
te préparer à la vie, faire provision de savoir et de ligence est alors plus apte à produire qu'à reèevoir.
capitaux ~pi~itueJs en vue de l'avenir. Siron ne possède pas une chose à fond à cette date, on
Les sociétés d'assurance ne demandent qu'une ne la saura probablement jamais qu'imparfaitement.
somme excessivement petite ame jeunes gens qui n'ont Je n'ai pas besoin de te dire que je n'ai nullement
pas encore atteint leur vingtième année pour les assurer l'intention de tendre les gens malades à force de
sur la vie; car elles savent bien que la plus petite somme trayait Tout le monde a besoin de délassement, je
mise de côté dans la jeunesse, grandie par les intérêts, le sais bien; et le repos lui-même doit avoir son temps.
deviendra importante au cours des années. Or cette Mais n'essaye pas de mêler le travail et la distraction;
règle est également valable pour le capital spirituel cela nuirait à tous les deux. Si tu travailles, fais-le de
amassé dans la jeunesse. Celui, par exemple, qui toute ton âme~ et si tu te reposes, ne donne plus aucune
apprend l'allemand à quarante ans, en profitera pendant pensée au travail, mais ris, amuse-toi, goûte aux joies
vingt ou trente ans, selon les probabilités humaines; pures de la vie. Surtout, ne perds jamais ton temps à
mais celui qui l'a appris à vingt ans, en profitera pendant rêvasser et à ne rien faire!
quarante à cinquante ans. Et non seulement pourra-t-il
s'en servir deux fois aussi longtemps, mais il en aura
le bénéfice à l'âge où il choisira sa carrière, et cela ne
sera pas sans utilité pour lui dans sa détermination. cC' Transeunt et imputantur ! »
Retiens bien, mon fils, qu'il ne dépend que de toi
d'amasser ainsi des capitaux spirituels pour ton avenir.
Et n'oublie pas que tout le savoir que tu auras acquis Jadis, on aimait à inscrire sur les grandes horloges
au temps de ta jeunesse te rapportera de réels intérêts de sages maximes qui rappelaient la rapidité du temps.
tout le long de ta vie. L'une d'elles porte l'inscription suivante: « 1'ranseunt
'., L'organisme humain lui-même démontre cette thèse. t, et imputantur. » Ce qui signifie à peu près : « Les
On ne fait pas aussi bien les exercices de gymnastique à minutes s'écoulent les unes après les autres, mais de
l'âge mûr que dans la jeunesse; l'organisme complète- Joutes tu devras rendre compte. » Est-ce que cela
ment développé n'en a pas alors, du reste, aussi grand ne, te d()nne pas une idée de la soup1esse des heures,
besoin. De même, on n'apprend pas aussi facilement ,de'J'agilité des minutes, de leur hâte à défiler et à
lorsqu'on a grandi que lorsqu'on est jeune: nos facultés 4isp~raître? Ne sens-tu pas .la brise du te~ps qui
intellectuelles n'ont plus la même élasticité. Si l'on n'a l'ass~ ,e n ,te frappant au visage?
pas terminé ses études à l'âge de vingt-quatre ou vingt- , ·.'Tran$~nt et imputantur! Le sotivenir de cet avertis-
cinq ans, il est bien probable qu'on ne les finira jamais. ..$e,~en(n'e ferilit certainement , pas de mai à la plupart
Les dispositions à l'étude diminuent d'une façon appré- dçs.1eunê$~1t~),1~. 11 Y,en a tant qui excellent dans Vârt
LE CARACTÈRE DU JEUNB HOMM! COM!\'IENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE? 233
de voler le temps, qui ne veulent pas comprendre que
1 le travaille plus important e§t celui qu'on fait dans sa Quand le passé redeviendra présent.
jeunesse parce que c'est alors qu'il faut se créer un
'fonds pour toute la ... ie. . Pourquoi donc ne t'est-il pas permis de gaspiller
'. ,
Le travail est le sel de toute vie, ton temps dans l'oisiveté ou dans des distractions
Qui la préserve de toute avarie; inutiles?
r On ne peut s'attendre à l'aide de Dieu 1 La première raison, c'est que !e temps et , la vi.e .
Que si l'on a travaillé de son mieux. terrestre ne t'appartiennent pas! :qieu te le~ ~ a prêtés
(TOMPA) , seulement et, un jour, tu devras Lui en rendre un compte
1,exact.-'Quand~ ë(;la? T'u l'ignores. .
Tu. sais seulement
A un certain moment de leur adolescence, les jeunes que tu peux mourir à chaque minute, et qu'alors ton
gens deviennent facilement rêveurs. Dieu prendra en main le grand livre de ta vie, et qu'à
Ils font des vers sur le clair de lune; ils tissent le '\ ce moment-là ton passé redeviendra présent. !l fau!
roman de leur avenir; leur imagination leur montre \ '
" \) donc que tu te tiennes prêt il. chaque ins~nt. Cela
les situations les plus brillantes et, pendant ce temps, \ 'ne te ferait aucun mal d'y perrser quelquefois ... « Mais
ils négligent tout travail sérieux. Un tel travail j'en suis si loin encore », dis-tu. Bon; admettons que
leur demanderait bien plus de volonté que le roman cela soit vrai. Il est non moins vrai que chaque heure
ébauché dans leur imagination; et ils n'ont pas de de ta vie t'en rapproche un peu!.. Et qui sait si tu en
volonté ... Ils sont capables, ces rêveurs-là, de passer es aussi loin que tu le penses? Le vieillard doit mourir,
des semaines entières à contempler le héros de leur mais le jeune homme peut mourir aussi. J'en ai déjà
roman favori et à murmurer à son adresse les mots les; tant vu disparaître de douze, quinze, dix-huit et
plus tendres ... Et le temps s'envole sans qu'ils en aie~t vingt ans.
profité. Une idée étrange me vient ici. Que ferais-tu si un
« !-a rêverie indolente corrompt la vie », dit le poète grand médecin te disait, après t'avoir examiné à fond,
hongrois Vorosmarthy. Peut-on s'étonner sile jeune que tu n'as plus que huit jours à vivre? Comment
homme qui s'y adonne a de la peine à quitter ce monde. emploierais-tu ces huit jours, dis? N'aurais-tu pas bien
aux couleurs sentimentales pour descendre dans le des choses à réparer? Ne devrais-tu pas demander
grave domaine du devoir et du travail? Si on l'y oblige, pardon à celui-ci et à celui-là? Ne devrais-tu pas te
il travaille sans ambition, sans bonne volonté, sans défaire de bien des défauts et laver ton âme de bien
entrain. C'est surtout à celui-là que je voudrais crier des péchés?
l'avertissement de l'horloge: Transeunt et imputantur/ Qui que tu sois, Je suis persuadé que tu utiliserais
cette dernière semaine de ta vie bien mieux que tu n'as
utilisé les autres. Pourtant, l'expérience donne cent fois
234 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRA!NER SON CARACTÈRE? 235
raison au proverbe allemand: « H.eute rot, morgen toto Il dans l'océan du temps ! Le quart des enfants qui naissent
- Sur les joues, aujourd'hui la rougeur de la vic, et meurent avant l'âge de sept ' ans; la moitié n'atteint
demain la pâleur de la mort. pas les dix-sept; un seul homme sur cent vit jusqu'à
Écoute comment Michel-Ange, le célèbre artiste soixante; et un seul sur cinq cents arrive à quatre-
du XVIe siècle, qui, pourtant, avait créé des chefs- vingts. Chaque jour, 120.000 hommes meurent sur la
d'œuvre d'une beauté incomparable, se plaint, sur ses terre et je ne compte pas dans ce nombre les victimes
"ieux jours, d'avoir perdu son temps : de la guerre. Cela fait cinq mille par heure, et quatre-
Malheur, malheur à moi 1 Ils m'ont trompé, vingts par minute. Représente-toi cela : jour et nuit,
Les jours fuyants et le miroir si franc quatre-vingts hommes meurent à la minute!.. Puis-
Qui, pourtant, dit la vérité toujours qu'elle est si courte que cela, notre vie, comment nous
A ceux qui le regardent dans les yeux. serait-il donc permis de la gaspiller à ne rien faire?
N'hésitez pas, hâtez-vous, mes amis! Profite autant que tu le peux du temps qui t'e,s t
Le temps s'enfuit, et, comme il m'arriva, donné! Comme elles sont tristes ces paroles du sage
Vous vous réveillerez un j our vieillards. Sénèque: « La plus grande partie de la vie des hommes
Repentir, bon vouloir et bons conseils
se passe à faire du mal, une autre grande partie à ne
Viennent trop tard. Je sens la mort de près.
Et, mon propre ennemi, rien faire, et presque tout le 1'este à faire autre chose
Je verse en vain les larmes de mon cœur que ce qu'on devrait faire. »
La pire des pertes est la perte du temps 'l Pour vivre sagement, il faut savoir que nous mourons
1 continuelleruent. C'est là une idée bien grave! Tu as
Et voici la même pensée dans les beaux vers de beau tirer en arrière l'aiguille de l'horloge, la mort
Rückert· la pousse en avant malgré toi ... , et le temps s'envole ... ,
"Le temps Il'arrête pas, mais l'mstant a disparu. vite, très vite ... , et les années que tu as vécues jusqu'ici
S'il ne t'a pas servi, ru ne l'as pas vécu appartiennent déjà à la mort ... Et combien t'en reste-t-il
Il n'y a pas d'arrêt pour toi nOn plus, jamais' encore à vivre? Qui le sait, hormis le Tout-Puissant?
Si tu ne deviens pas meilleur, tu deviens plus mauvais . C'est là une excellente raison pour bien employer
Si tu omets un j our ce que tu devrais faire, chacune de leurs heures. - Le passé n'est plus tien;
:ru refuses la grâce accordée p2r ton Père. l'avenir ne l'est pas encore; seul, l'instant présent est
à toi. Utilise-le donc aussi bien que tu peux. Quand tu
« Vulnerant omne$, ~,Itima llecat. J) « Chacun de ses
auras vieilli, tu te rappelleras avec joie tes jeunes
coups te blesse, le dernier te tuera )J, . . . encore une années passées dans un travail honnête.
inscription trouvée Sur une vieiiIe horloge. Réfléchis-y
Pendant qu'il en est temps, profite de tes jours;
un peu : Comme la vie humaine est courte 1On compte Les instants envolés sont perdus pour toujours.
à peu près trente ans pour une génétation : une goutte
dit le poète hongrois Czuczer.
'
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMM[NT ENTRAÎNER soN" CARACTÈRE? 237
Les jeunes gens sont souvent prodigues de leur le présent , ('1 1,, :, :' (" <~ «1,,1 ,,,1 "f'~ ' i' ·, ' If' "ernps (":c,nL
temps. « J'ai tant d'années encore à vivre !)) pensent-ils. ne revient plus jan\.I;·L~. _, t, 1 1~ \."-.~ l e.r..L de penser
La pensée des grandes éventualités qui les attendent qu'un seul ins tant dçmt nous avons mal profité peut
dans la vie les laisse insouciants et légers; ils s'enivrent avoir une influence décisive sur notre vie tout enti ère.
de leur perspective comme le fait celui qui aperçoit - Un petit train local ne retarde-t~il que d'une
l'immensité de l'océan pour la première fois. Pourtant, minute seulement, cette seuJ.e minute peut nous faire
l'océan a aussi ses côtes, et, si jeune que tu sois, l'océan manquer le départ du rapide.
de ta vie n'est pas infini non plus. I( l\'Ionsieur perd une heure chaque matin, et il
Aujourd'hui, l'homme sait mesurer la vitesse des ne la retrouve plus de la jouL1ée n, disait un serviteur
atomes, compter les centaines et les milliers de vibra- de son maître qui était trop paresseux pour se lever à
tions qu'ils font à la seconde, mais il est incapable de temps. C'est, dans le cas, une observation bien juste !
mesurer le temps lui-même car le temps s'enfuit encore «( Il vécut vingt ans )), dit une inscripti,on sur la
plus vite que cela. - « Mais nous avons des horloges pierre tombale d'un jeune homme. « Comme c'est
d'une finesse et d'une sensibilité extrêmes! )) dira-t-on. peu!)) dit quelqu'un à côté de moi. Peu? Non. S'il a
Non, le temps ne se mesure pas. La plus .fine des vécu ses vingt ans, c'est-à-dire s'il les a utilisés selon
horloges ne montre qu'une chose: que le temps la volonté de Dieu, s'il a profité de chacune de leurs
s'envole avec une rapidité incroyable! minutes, il a rempli un temps immense en peu d'années.
( Non numerantur, sed ponderantur. Dieu ne compte
pas les années, il les pèse.
Les hommès Îisent volontiers les l~vres qui ont des
Non numerantur .•• titres comme ceux-ci: «( Le secret d'une longue vie. ))
« Que faire pour vivre longtemps ?)) etc. C'est un désir
bien naturel de vouloir prolonger sa vie ici-bas, et je
Du temps, seule la minute présente nous appartient ... te conseille, mon fils, de tout faire dans l'intérêt de
Oui, tâchons de l'utiliser aussi bien que possible. ta santé. Mais n'oublie jamais ceci: la plus longue vie
Le temps a trois allures tour à tour : a
terrestre ~rrive bien vite satin; et"i l es~ sage, dès
Le pas de l'avenir est hésitant, iôrs, pour se procurer le droit à la vIe "éternelle - à
Le présent s'échappe en une seule seconde, une vie éternellement heureuse - de l'employer tout
Et le passé reste fixé pour toujours. èntière au service de la vertu. . '
(SCHILLER).; Celui qui se souvient que la vie terrestre est bien
éphémère ne fait pas d'écarts et ne perd pas son temps .
Au fond, nos horloges et nos montres nous illu- . Celui qui pense souvent à la mort ·devient de plus en
sionnent. En recommençant chaque j our à nous indiquer plus ,!érieux. En face de la mort toutes)es sottes
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAINER SON CARACTÈRE? 239

vanités, toutes les avidités et tous les soucis matériels Que de mourants j'ai vu ainsi pleurer, à leur dernière
s'évanouissent. heure, sur la légèreté insouciante de leur jeunesse 1
La plus importante de nos luttes avec le sort, ... Mais je n'en ai jamais rencontré aucun qui se soit
Le plus grand de nos actes, c'est la mort. , repenti, à cet instant suprême, d'avoir été le fils pieux
En récompense de ce fait si grand, et obéissant de son Créateur. .,
La couronne céleste nous attend.
(WElS, Sagesse de la vie).

A la pensée de la mort, la chaleur de notre sang sc


refroidit d'un seul coup. Nous posons la plume et,
Ars longa~ vita brevis.
passant la main sur notre front couvert de sueur,
nous nous demandons: « Mon Dieu, en fin de compte,
Les proverbes ne so~t pas toujours justes, mais
pourquoi toute cette agitation, tous ces soucis, si, au
celui-ci a cent fois raison: « Ars longa, vita brevis.»)
bout du chemin, le tombeau nous attend? » Et c'est
« Nous en avons long à apprendre et la vie est courte. »
ici que Notre-Seigneur Jésus-Christ nous console en
Je dirai même qu'il devient de plus en plus vrai car
nous parlant de la vie éternelle qu'Il nous réserve .1 d ' ,
SI a. urée moyenne de la vie humaine ne diminue pas
par-delà le tombeau.
senSiblement, le champ d'action de l'esprit s'élargit
Si la pensée de la mort fait pâlir l'ambitieux et
de jour en jour en des proportions immenses. Les
l'égoïste, elle ne paralyse nullement le travail humain
connaissances que nous pouvons nous app,roprier par
bien compris. Vivit Christianus ut aliquando motiturus,
l'étude augmente continuellement, et la courte durée
moritur ut semper victurus. Çelui qui cherche encore
de la vie terrestre n'y suffit plus.
!a vie au-delà de la tombe ne craint pas de regarder la
« Si nous ne pouvons pas apprendre tout, il serait
Tort en face. Il sait qüe « si toute chose passe, la
plus sage de ne rien apprendre », remarque Jean-
valeur de la vie vertueuse reste éternellement. » « Om1lia
le-paresseux. Et il se réjouit d'avance de cette belle
cumpereunt, est virtus sola perennis. »
perspective.
Quand la vie éternelle projette en avant ses premiers
Mais comme il se trompe!.. Parce que c'est un terrain
rayons, déjà le moribond voit sa vie terrestre dans une
impossible -à mesurer que nous avons à exploiter, il
lumière toute différente. Ah! Plaise à Dieuqu.e per-
nous faut précisément utiliser chaque minute de notre
sonne, absolument personne, ne se voie contraint de
.temps; .habilement et sérieu~eP1ent . •Celui qui . sait
prononcer sur son lit de mort, de Ses lèvres décolorées,
cette terrible phrase : {(J'ai vécu en .vainl Oui, en vain!
éco~onùser son tempspeut~ accomplir ' une ' foule de
J'ai toujours poursuivi des choses viles et passagères. choses ici-bas, ne vivrait-il . que quelques années.
Réfléchis un peu à ceci, qu'on entend souvent dire:
Et, maintenant, je dois me présenter devant mon Juge
« Bah! pour dix minutes, pour un quart d'heure,
les mains vides! )

, 1
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE?

ça ne vaut pas la peine de commencer quelque chose 1 » étrangère. Tu verr!ls quels progrès étonnants tu peux
Si on commençait quand même, on pourrait gagner faire en quelques mois seulement en ne .t'y livrant
des heures, des jours, voire même des semaines en une guère que quelques minutes par jour.
seule année. Et combien cela en ferait-il au cours d'une Tu peux très bien, aussi, profiter de ces petits
existence! Et qu.elle en serait la valeur? - Ah! quelle instants pour faire quelque travail qui ne demande pas
folie de laisser tous ces quarts d'heure se noyer dans une attention très fixe ou qui ne . requière pas un
la mer sans fond de l'éternité, sans en avoir profité! entraînement préalable de l'esprit dans une certaine
Personne ne peut savoir combien de temps lui est direction; par exemple, pour écrire une lettre, pour
accordé ici-bas; mais cette pensée doit nous inciter recopier le brouillon d'un devoir, pour mettre de l'ordre
d'autant plus à bien utiliser celui dont nous disposons. dans tes notes, etc. Les écoliers qui demeurent en ville
Celui qui aime à profiter de son temps ne dira jamais peUvent gagner beaucoup de temps en se livrant à une
que, dans le quart d'heure qui vient, il est vain de lecture facile pendant les trajets qu'ils doivent faire
commencer quelque chose. Gœthe a bien raison de en autobus ou en tramway. Ceux que le bruit de la
dire: « Il vaut mieux faire une chose de toute petite ville et le vacarme des rues ne gênent pas peuvent
importance que d'estimer une demi-heure sans même utiliser ce temps d'une manière plus sérieuse. 11
importance. » m'arrive souvent de voir des jeunes gens, des étudiants
J'ai lu quelque part que la femme d'un écrivain lui de l'université, apprendre de l'anatomie, des mots
servait habituellement ses repas avec un quart d'heure anglais ou des mathématiques en se rendant à leur
de retard, et que, pendant ces quarts d'heure, il écrivit cours. C'est bien, cela! Cela fait gagner un bon nombre
l'un de ses livres. - « Le temps est de l'argent. » On de quarts d'heure qui, autrement, seraient perdus.
ne peut rien acheter avec de la petite monnaie, m.ais
on ne la jette pas à cause de cela; on peut très blen
la placer à la caisse d'épargne. De même, il ne faut pas
gaspiller les petits fragments de notre temps, mais les cc Quieti, non otio. )}
utiliser habilement. Il est vrai que pour utiliser ces
petits bouts de temps - cinq minutes, dix minutes -
il faut non seulement de l'intelligence, mais encore une Sans doute il faut aussi se reposer, se délasser du
volonté ferme! Et, par contre, il ne faut vraiment pas travail. L'arc toujours tendu perd son élasticité, ' sa
avoir une volonté bien forte pour prendre la résolu- force de tension. Mais il faut que le repos succède au
tion, au mois de septembre, d'être bien appliqué à ses travail et non à la paresse. Seul, l' homme qui a précé-
études « à partir du mois de mai prochain ». demment travaillé se repose. Celui qui « se repose »
Tâche donc,mon fils, d'utiliser tes moindres ins- sans avoir travaillé est un fainéant.
tants. Consacre-les, par exemple, à l'étude d'une langue Les Romains inscrivaient , sur le portail de leurs 1

Cal', ,J, Homme, - 16


LE CARACTÈRE. DU · JEUNE HOMME
COMMENT ENTRAINER SON CARACTÈRE?

villas d'été : cc Quieti, non otio. » « Pour le repos et santé bien plus ·que le travail, que celui qui s'ennuie
non pour l'oisiveté. » C'était une devise d'une grande raccourcit sa propre vie. Cela, tu ne l'aurais pas cru,
sagesse. Le repos et la paresse sont deux notions qui n'est-ce pas? cc C'est justement pour ménager mes
s'excluent mutuellement. Ne permets donc jamais, toi, forces que je reste inactif », me diras-tu. Eh bien, {
que le repos prenne dans ton esprit la signification de ' écoute un peu. Celui qui 's'ennuie commence à bâiller.
l'oisiveté. Sois toujours occupé à quelque chose. Si tu Or, sais-tu quelle est la cause d'un bâillement? C'est
n'étudies pas, livre-toi à un exercice quelconque. que le sang, à la suite d'un ennui, ne se répand pas
Je ne vois aucun mal à ce que, pendant tes vacances, librement à travers les poumons parce que, alors, le
tu délaisses la stéréométrie, la trigonométrie, les bons cœur et les vaisseaux sanguins ne travaillent pas suffi-
vieux Thucydide, Euripide, Tacite et Salluste. Mais ... samment. Si notre oisiveté et notre ennui durent
. n'oublie jamais ce que dit un poète allemand _ longtemps, la circulation de notre sang sera troublée,
Dans le repos, on fait bien quelque chose;
nos organes digestifs deviendront paresseux, et ceci
Et, au travail, un peu on se repose. entraînera une langueur et une anémie générales,
en un mot, certains désordres dans la r~gularité de
(LOGAU) notre vie corporelle.
Observe un peu en quel temps les hommes com-
Même si tu n'habites pas dans une belle contrée mettent le plus de péchés, sc laissent aller aux querelles
pittoresque, tu peux toujours faire de jolies excursions et aux assassinats. C'est dans leur temps libre et non
qui serviront non seulement à tremper ta force phy- pendant celui de leur travail.
sique, mais aussi à recréer ton âme. Si tu appartiens Tu as dû en faire l'expérience toi-même, il t'est
à une troupe de scouts bien conduite - je souligne le cent fois plus facile de garder ton âme contre les
mot: bien conduite - ta vie de camp sera une distrac- mauvaises pensées et les mauvaises actions pendant
tion d'une grande valeur qui remplira très profita- les mois d'études, lorsque tu es chargé de travail, que
blement une partie de tes loisirs. Tu peux te distraire pendant les vacances, alors que tu n'as rien de très
aussi en travaillant à tel ouvrage manuel qui te fait pressant à faire. La langue allemande a la même
plaisir, . ou en pratiquant tel exercice physique dans expression pour dire (c paresseux » et cc pourri » : (c faul. »
lequel tu veux te perfectionner. Promenades, excur- Est-ce une coïncidence seulement? Quoi qu'il en soit,
sîons, ouvrages manuels, lecture, tout cela est parfait elle semble affirmer que l'âme du par,eSseux commence
en guise de repos pendant les vacances. à se gâter, à pourrir. c( Never to he doing nothing » était
Fais n'importe quoi, mais ne t'ennuie pas! A l'excellente devise de Walter Scott: « Ne jamais rester
Je voudrais te prouver maintenant que l'ennui est \' sans faire quelque chose. » .
dangereux non seulement pour l'âme mais encore pour , Tdus les écoliers attendent impatiemment les grandes
le corps, que la paresse et l'oisiveté endommagent la vacances, et il fattt avouer que ceux q,ui on~ vraiment

'.
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAÎNER SON CARACTÈRE?
245
travaillé pendant dix mois en ont un réel besoin. Après de te confesser régulièrement, etc. Mais, en vacances,
ces dix mois d'études presque ininterrompues, ils personne ne t'y contraint, personne n'est là pour te
peuvent enfin fermer leurs livres et prolonger leur contrôler; et si, en ces circonstances, tu négliges tes
sommeil; mais cela ne veut pas dire qu'ils doivent devoirs religieux, tu n'es pas un beau caractère.
rester au lit, par paresse, longtemps après leur réveil, Tu vois bien que les vacances ont leur réelle impor-
car c'est le corps seulement qui est paresseux. L'esprit tance malgré qu'elles soient un temps de repos pour
ne se repose pas, il produit continuellement des les études ... A l'automne, les arbres paraissent cesser
pensées; et quand ces pensées ne sont pas de la bonne tout travail mais, en réalité, ils ne restent pas oisif:;;
graine, elles sont des chardons, des mauvaises herbes, à cette époque et pendant tout l'hiver, ils ra~semblent
de l'ivraie. L'âme humaine ne cesse pas de travailler, leurs forces pour le bourgeonnement du printemps
elle ressemble à un moulin. Si on lui sert du bon prochain. Eh bien, les vacances sont aussi le temps où
grain, elle fournit de la farine bien blanche; mais si tu dois faire provision de forces pour les études de
on ne lui donne rien à moudre, c'est-à-dire si on la l'année qui va commencer bientôt.
laisse paresser, elle se broie elle-même.
Mets en pratique l'excellent conseil que saint Jérôme
donnait au jeune Népotien : « Semper te diabo/us occu-
patum inveniat. » « Q~ue le diable te trouve toujours
La chose la plus difficile du monde?
( occupé », et tu n'auras jamais rien à craindre de lui!
. Si ton jardin est bien entretenu, le chardon et les On sourit malgré soi en regardant ces anciennes cartes
mauvaises herbes ne pourront guère y prendre rHcine; géographiques où figurent de vastes territoires inconnus
mais ils l'auraient vite recouvert si tu le laissais inculte. marqués par des taches blanches sur lesquelles se
\ De même, si tu ne fais « rien du tout » pendant le:; trouve écrit . : « Hic sunt ieones » « Ici, demeurent des
vacances, les mauvaises herbes morales se multiplieront lions. »
dans ton âme. Eh bien, beaucoup d'étudiants qui savent par cœur
Encore une excellente distracuun pour le temps des quels minéraux se trouvent dans les mines des Monta-
vacances : la lecture. Tu ne pourras jamais réaliser gnes-Rocheuses et quelles bêtes fauves habitent dans
aussi bien ce que je t'ai recommandé sur ce sujet dans les forêts vierges du Congo, ignorent complètement les
mon livre « 'L'instruction du jeune homme » que valeurs latentes de leur âme et n'ont aucune idée
pendant ces jours de liberté, des passions farouches qui dévastent leur propre cœur.
Et puis, que les vacances éprouvent aussi la force Déjà, le païen Pythagore recommandait à ses disciples
dè tes sentiments religieux! C'est pendant leur durée de se poser les questions suivantes deux fois par jour,
que tu montreras si la piété de ton âme est sérieuse ou ';1 avant midiet dans la soirée: « Qu'ai-je fait? Comment,
1
non. Au c~llège, tu es obligé d'assister à la messe, ,\ L'ai-je fait ?, Ai-je fait tout ce que je devâis faire? » _
LE CARACTÈRE DU JEUNE · HOMME COMMENT ENTRAIN ER SON CARACTÊRE? 247

Sextius se demandait chaque soir: cc A quelles faiblesses que le temple de Delphes portait Cette inscription :
de mon caractère ai-je cherché remède aujourd'hui?( ccConnais-toi toi-même! »
Quels défauts ai-je combattus? En quoi suis-je devenu Un jO,ur, on demandait au sage Thalès quelle était
meilleur? » - Sénèque, païen également, écrit : c( J'ai la chose la plus difficile du monde? (c La chose la plus
l'habitude de m'examiner chaque jour. Le soir, après difficile, c'est de nous connaître nous-mêmes, répon-
a voir éteint la lumière, je parcours ma journée en pensée dit-il, et la plus facile, c'est de médire des autres. »
et je mets toutes mes paroles et toutes mes actions sur l' Nous connaître nous-mêmes est une tâche difficile, mais
le plateau de la balance. » l . ~ndispensa.ble! Pose-toi donc souvent ces questions :
Ils avaient raison. On ne peut être maître de /Soi- ccQuelle est ma véritable nature? Quels sont les désirs,
même que si on se connaît à fond. Le mécanicien n'est les forces, les tendances qui se trouvent en moi?
maître de sa machine que s'il la connaît jusqu'à la Tel livre, telle musique, telle chanson sont du goût
dernière vis, que s'il sait exactement le degré de tension des autres; qu'est-ce qui me plaît à moi? Les choses
que la chaudière peut supporter, que s'il sait régler attrayantes ou sévères, sérieuses ou gaies? - Les autres
les soupapes, etc. se comportent de telle façon en société; quel y est
Mais sais-tu pourquoi les hommes n'aiment pas mon maintien, à moi? Suis-je timide ou hardi? -
pénétrer jusqu'au fond de leur âme? Parce qu'ils ont Quelle est mon occupation favorite? Vaut-elle la peine
peur du spectacle qui les y attend, de la multitude que je lui consacre tant de temps, peut-être tant
de défauts, de faiblesses, de sentiments égoïstes et de d'argent? - Pour quelle fin ai-je été créé par Dieu?
manquements à la charité qui s'y trouvent. Peut-être II a donné un but spécial à toutes ses créatures: quel
t'es-tu déjà trouvé toi-même dans une telle situation, est le mien? - Quel est mon principal talent ?. (
as-tu dit et fait des choses dont les hommes t'ont mon défaut dominant? - Qu'est-ce qui me réussit
vanté, mais que tu reconnais, en y réfléchissant sérieu- le mieux? - Quelles sont mes vertus, mes qualités ? ..
sement, n'avoir dites que par vanité, n'avoir faites que J'en ai si peu, et il ne dépend pourtant que de moi
par égoïsme, n'avoir omises que par entêtement. d'en avoir davantage! - Quels sont mes défauts?
Celui qui ne connaît pas sa propre âme aime à J'en ai tant, et il ne dépend que de moi, encore, d'en
rendre les autres ou les circonstances responsables de avoir moins! etc. ·»
ses propres fautes. « Il n'y a rien à faire, je n'ai pas Nomme-moi celui qui t'en impose, celui qui sait
de 'chance! » affirme un jeune garçon qui a échoué en soulever ton enthousiasme, et je te dirai qui tu es.
latin. S'il voulait être franc, il devrait dire: « Je ne Si tu es en admiration devant les riches, tu as une
me suis pas appliqué. » - (c On m'agace toujours à mentalité de matérialiste. Si tu te plais à te frotter aux
la maison », ajoute un autre, alors qu'il devrait parler hommes élevés aux dignités, tu es vaniteux et ambi-
àinsi:« Une autre fois, je tâcherai. de. ne pas être si tieux. Si l'homme honnête, probe; sérieux, est ton
insupportable et si capricieux. »çe n'est pas en vain idéal, c'est que tu l'es toi-mê~e. ~
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAîNER SON . CARACT~RE? 249

Vois-tu, mon fils, le jeune homme qui se pose au milieu de ta prière du soir, avant de te' co~cher.
fréquemment de telles questions met chaque jour un pour reparcourir ta journée en pensée et te poser la
peu plus de lumière en son âme, et, au bout de question : ~( AU right? » « Tout est-il bien? Qu'ai-je
quelques années, se connaît parfaitement. Il connaît ses fait aujourd'hui? Qu'ai-je omis de ce que je devais
aptitudes, ses dispositions, et, ses examens passés bril- faire? Ai-je bien fait ce que j'ai fait? » Et si tu trouves
lamment, il n'hésite pas un seul instant à choisir sa que tu as commis une faute ou un péché, que tu as
carrière. omis un devoir, lève les yeux vers ton Crucifix et prie
ainsi : « Seigneur, je suis coupable. Pardonnez-moi.
Je ferai mieux demain. »
Tout va bien! Benjamin Franklin, ce grand fils des États-Unis,
l'inventeur du paratonnerre, travaillait avec un sérieux
admirable à purifier son âme de ses moindres défauts.
A bord des grands paquebots transatlantiques, il Il savait quel pouvoir les choses les plus insignifiantes ,
est d'usage, à l'heure du crépuscule, avant que les ont sur nous, et il composa pour son usage personnel
passagers se retirent, de faire monter un matelot à la un tableau-statistique qui devait beaucoup faciliter le
vue perçante dans la hune de vigie. Il promène len- contrôle quotidien de ses actes. Il groupa toutes les
tement ses regards sur les eaux qui s'étendent à perte 1 vertus en treize principales sur lesquelles il ne
de vue tout autour de lui; puis, d'une voix haute et manquait jamais de s'examiner avant de prendre son
grave, il prononce ces mots: « Ail right! » « Tout va sommeil: sobriété, discrétion, ordre, décision, ingénio- .
bien!" - Reposez-vous en paix. - C'est ce même sité, application, franchise, justice, modération, pureté,
regard scrutateur que je voudrais, mon fils, te voir paix du cœur, chasteté, humilité. Et, chaque -soir, _il.
jeter sur ta journée, chaque soir, à _~~n examen de se réjouissait de ses victoires ou pleurait sur ses
conscience. omissions.
Si nous voulons charger des accumulateurs élec- « J'ai désiré vivre de manière à ne jamais commettre.
triques, il nous faut tout d'abord les isoler; autrement, de faute, écrivait-il un jour. J'ai résolu de combattre
le ' courant se répandrait partout. De même, tu dois toutes les faiblesses, sachant, ou du moins cr.oyant
isoler. ton âme des impressions du dehors dont les savoir ce qui est bien et ce qui est mal. Je ne pouv~is
ondes tourbillonnent tumultueusement dans le monde, pas m'imaginer que je ne serais pas capable de toujours
et, le soir venu,réfléchir avec calme et faire la lumière faire le premier et de toujours éviter le second. » .
dans ' ta conscience. Il était très sévère avec lui-même. -Chaque soir il
Des champignons vénéneux et des mauvaises herbes notait par de petites croix dans son tableau-statistique
<le tO'utes sortes ont. vite fait de croître là où le soleil s'il avait péché contre telle ou telle ' vertu. Voici l'un
p:e pénèt~tpas. Je. te con.seille donc. de t'arrêter, de ses comptes rendus d'une semaine
250 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAIN ER SON CARACTÈRE ?

D L M M J V S as le courage de ne pas te mentir, tu pourras souvent


- DiSCRETION............
- - - - - - -1-+- - + ---- - + - - - répéter l'aveu de Franklin après un examen de con-
- - - - - - - - -- -- -- - - -- -- -- science rigoureux: « Je voyais avec horreur que j'avais
ORDRE .................. + + + +
11- -- - -- - - -- - - -- - - -- -+- -+- bien plus de défauts que je ne pensais; mais j'avais
DÉCiSION •••.•..•.•. ••.•
la satisfaction qu'ils allaient toujours diminuant.
f:coNOMIE .......... ..
11-- -- - - -- -- - - _. - - r-- -- - "- Souvent, j'ai été tenté de cesser mes examens de con-
ApPLICATION ......... science de chaque jour; cette exactitude minutieuse que
11- - - - - - - - - 1 -- - - - -- -- - - -- - -
SOBRIÉTÉ ..... .. ... . ... . j'exigais de moi-même me semblait u~~ m~s~~iner~e
ETC ... . ................. . morale. Je continuais cependant. Et SI Je n al Jamais
pu atteindre la perfection que je recherchais avec tant
d'enthousiasme - à dire vrai, je suis même resté
Ne pourrais-tu pas pratiquer toi-même, mon fils, bien loin derrière elle - ces efforts m'ont néanmoins
pendant quelques années, cet excellent moyen de aidé à devenir meilleur et m'ont rendu plus heureux
t'éduquer toi-même ?... Si tu trouves trop ennuyeux sur tous les points. »
, ce contrôle par le tableau, ?u moins n'omets Au cours de cette enquête intime, tu remarqueras
.lamais ton examen de conscience au cours de ta prière que tu es naturellement porté à la colère, à la paresse,
du soir. au mensonge, à une sensibilité exagérée, à la gourman-
Chaque fois qu'on enterre un Président des États- dise, à la moquerie, etc. Neva pas te rassurer comme
Unis, tout travail et tout commerce s'arrêtent pendant tant d'autres, en disant: « Je n'y peux rien. C'est
cinq minutes au moment de la sépulture. On ferme ma nature, et on ne change pas sa nature. » C'est
les magasins fourmillants de monde; les trains station- exactement ici que commence le travail de ton éducation
nent en pleine campagne; les piétons s'arrêtent dans personnelle. On ne peut pas étouffer sa nature, c'est
les rues .. . Pendant cinq minutes, c'est une pause silen- vrai, ni la détruire; mais on peut très bien l'ennoblir,
cieuse qui doit rappeler le grand événem~nt. -- la grandir,~ 'en un mot: l'entraîner. On peut pratiquer
L'éducation de ton âme est une tâche assez importante, les vertus contraires à ses défauts; c'est même un
je pense, pour que tu t'imposes chaque soir un momellt excellent moyen de mettre de l'ordre dans ses penchants
de silence, pour que tu fermes ton esprit aux impres- instinctifs désordonnés.
sions du dehors et que tu fasses sérieusement un Et puis, mon enfant, dans l'éd~cation de ton ~aract~re
retour sur toi-même. il faut que tu observes un certam ordre. Examme bien
Mais sois inflexiblement f~~~ëdans cet examen? On tes défauts les uns après les autres, et commence par
ne trompe p ersonne aussi facilement que soi-même. combattre ceux auxquels tu as l'habitude de céder.
Que trouveras-tu au fond de ton âme? -" sciemment et volontairement, les yeux ouverts,ét en
Des choses qui te surprendront parfois. Mais si tu dépit ,des "protestations de ta conscience. ~Ceu~-ci
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
COMMENT ENtRAÎNER SON CARACTÈRE? 253
vaincus, continue par tes ,étourderies et tes légèretés; Notre examen de conscience ne doit pas être un banal
puis, après avoir triomphé ici encore, par tes petites compte rendu de nos actes de la journée, mais il doit
imperfections. . Ichercher à découvrir la cause de chacune de nos fautes.
Celui qui ne salt pas se maîtriser n'est pas encore l' , '. , """"
INe te contente donc pas de déterminer le mal, mais
un caractère parfait. Mais il est clair que pour savoir :essaye encore de répondre à cette autre question :
se maîtriser il faut d'abord se connaître. - Quel degré « Quelle peut être la cause de mon péché? .. de ce que
de tension telle chaudière peut-elle supporter? Combien
1j'ai été capable de renier mes convictions? » La cause,
de combustible demande-t-elle? Laquelle de ses sou- ' )la racine de ta déficience, c'est cela qu'il te faut trouver,
papes travaille le plus? Où montre-t-elle trace d'usur~ ? !cela qu'il te faut détruire!
Où doit-on graisser le plus souvent? .. Seul, le méca- Sur ce sujet tu pourras faire plus d'une découverte
nicien qui connaît à fond cette machine est capable de intéressante. « Aujourd'hui je me suis mis en colère
répondre à ces questions, n'est-ce pas? - Je te recom- plusieurs fois. Pourquoi? Une fois parce que l'un
"mande donc de te poser non seulement la question : des mets, au dîner, n'était pas de mon goût et que
« Quels gros péchés ai-je commis aujourd'hui? » - l'on m'a contraint à le manger; une seconde fois
car, Dieu en soit loué, beaucoup de jeunes gens vivent parce qu'on m'a dérangé dans mes jeux de l'après-midi
pendant des mois sans commettre de gros ,péchés - en m'envoyant travailler; et une troisième parce que
, mais de te demander aussi: « Comment ai-je pu être j'ai perdu mon cahier de latin et que j'ai dû fouiller
assez lâche pour renier tel de mes nobles principes par partout pour le retrouver. » - Eh bien, de quoi te
crainte d'un petit sourire ironique? Comment ai-je pu repentiras-tu, en ce cas? Quelle résolution prendras-tu?
manquer de délicatesse au point de dire du mal d'un De te tenir sur tes gardes contre quoi? Promettras-tu
ami pour plaire à quelques camarades? En quoi de ne plus te mettre en colère? Pas du tout. Tu te
aurais-je pu être plus aimable, plus prévenant, plus promettras de te corriger de tes manies d'enfant gâté.
exact, plus sobre, plus indulgent? Ai-je travaillé si peu C'est là la racine de tes fautes. C'est elle qu'il faut
que ce soit à propager le royaume de Dieu dans mon arracher. ",
âme ou dans celle des ' autres? etc. » Quelques-unes de ({ Je me SUIS querellé aujourd'hui. » Pourquoi? « Parce
ces déficiences, qui ne sont pas des péchés, sont pour- qu'un de mes camarades a raconté à mon père que
tant des imperfections capables d'altérer la beauté de ce matin, en classe, j'avais mal répondu en algèbre, •• ,
ton âme. parce qu'un garçon cordonnier s'est moqué de moi.»-
Surtout, ne crains pas de descendre jusqu'au tréfonds De quoi vas-tu te repentir? De t'être querellé? Non.
de toi-même, même si tu devais y découvrir un grouil- Mais d'avoir été paresseux et égoïste.
lement de vices plus ou moins honteux. Plus souvent ·Et ainsi de suite; pou!' tous tes défauts. Toujours
tu les éclaireras avec le réflecteur de ton examen de en chercher la racine 1
conscience, plus vite ils périront. Souv~ni: l,es jeunes gens se aécouragent parce qUe
254 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME COMMENT ENTRAINERSON CARACTÈRE? 255
le développement de leur caractère ne se fait pas prière, arrête-toi un moment et essaye de te représenter
du jour au lendemain. Beaucoup seraient prêts à d'une manière tout à fait concrète à quel moment de
faire un grand effort, à prendre une grande résolution: 1 la journée et dans quel endroit tu pourras bien te j
« V a pour le caractère sans peur et sans reproche 1 )l trouver dans une situation telle que tu te mettras en
Mais quant au travail simple, minutieux et continuel, colère, par exemple, ... à l'école pendant la récréation, 1
qui, seul, pourrait modeler leur caractère, ce serait au jeu avec tes frères et tes sœurs. Quelques minu.tes !,
trop leur demander. suffisent à cet examen. Puis, prends une résolutlOn
Pourtant, iCi, cc ne sont pas les grandes résolutions bien ferme : « Quoi qu'il arrive, je ne me laisserai
qui importent, mais les petites victoires remportées pas aller à l'emportement; je ne commettrai pas un
chaque jour. acte irréfléchi. Mon Dieu, aidez-moi! » ,Et renouvelle
, Tu rendras ton examen de conscience encore plus cette bonne résolution plusieurs fois au cours de la
fructueux en te mettant, pendant quelques mois, quand journée. Enfin, pendant ta prière du soir. tu examineras
tu auras bien déterminé la racine de tes fautes, à lutter si tu as réussi à tenir ta parole et en quelle mesure. -
surtout contre ton défaut dominant. Oui, mon fils, Tu n'y as pas réussi? Tu seras plus fort demain. -
la première et la plus importante de tes tâches, c'est Tu y as réussi? Réjouis-toi et remercie Dieu.
,~I'{l' abattre Jon d{faut dominant. Dans certains monastères on a coutume de s'avertir
Te souviens-tu de ce ' que Goliath criait à l'armée publiquement et mutuellement de ses négligences. ':
juive? « Choisissez un homme parmi vous, et qu'il certains jours, les moines se rassemblent ct chacun dOIt
vienne se battre en duel avec moi. S'il reste vainqueur, dire quelles fautes il a remarquées dans l'un ou l'autre
nous serons vos sujets; mais si je triomphe sur lui, c'est de ses confrères. - Si tu possèdes un ami intime et
vous qui serez nos esclaves. » Eh bien, ton défaut dévoué, tu peux lui demander de t'avertir ainsi; ce
principal joue exactement le rôle de Goliath. Quand serait un moyen très efficace pour l'entraînement de,
tu auras réussi à le vaincre, tu ne tarderas plus à ton caractère. Là où l'amour de nous-mêmes nous
triompher des autres: montre tout en blanc, l'œil plus perspicace d'un ami
Tous. les jeunes gens ont un défaut dominant qui peut trouver quelque tache. Réjouis-toi 'si tu en trouves
est à la base' de toutes leurs faiblesses. L'un est sujet un qui veuille bien te prévenir de tes fautes avec 'une
à la colère subite; l'autre ment, facilement, exagère affection sincère.
toujours, se laisse entraîner pat son imagination;éelui-ci
est fort paresseux, et relâché; celui-là, enclin à la
sensualité, etc.' Aux pieds du Seigneur.
Eh bien, ce qu'il le~r faut faire en tout premier
lieu, c'est ceci: déclarer la 'g uerre à ce défaut dominant 1
Mon livre touche à sa fin et tu dois certainement
Une guerre inexorable ! - Chaque matin, pendant ta
être surpris de ce que, après t'avoir indiqué tant de
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME
COMMENT . ENTRAINER SON CARACTb~?

moyens de former ton caractère, je ne te parle qu'ici, Devant les hommes, un aigle- fier;·
en tout dernier lieu, du plus excellent de tous : Mais, devant Dieu, un pauvre Ver.
Il J'imitation de Notl'e-Seigneur Jésus-Christ, ce modèle ,Celui qui devant Jésus s'humilie
J; incomparable de tout caractère humain. lEst seul puissant en cette vie.
Mais ne crois pas pourtant, mon fils, que je voudrais
le reléguer à la dernière place dans mon exposé. D'une La prière est.une aile puissante de la volonté, et. la vie
part, la nécessité d'3imer Dieu, de mener une vie profon- profondément religieuse le meilleur stimulant de
dément religieuse brûle, comme un feu sacré, derrière l'éducation du caractère. Il suffit de lire les premières
chaque ligne de ce livre. Et d'autre part, si je n'en lignes du catéchisme pour y voir mentionné le but le
ai pas parlé plus longuement jusqu'ici. c'est que « Le plus sublime que l'homme puisse atteindre, et pour
caractère du jeune homme» sera prochainement suivi trouver l'encouragement le plus efficacè à travailler
de deux autres volumes, intitulés « La religion du ferr"e à le réaliser en nous: (e Nous sommes sur la
jeune homme », qui traiteront exclusivement des rela; terre pour apprendre à connaître Dieu, pour l'aimer,
tions d'une jeune âme avec Dieu. le servir, et, par ce moyen, mériter la vie éternelle., 1)
Du reste, tu as dû voir par toi-même, à chaque page Chaque jour, tu avanceras autant Sl,lI' le chenun
de cet ouvrage, que le choix de justes principes vitaux , de ton caractère que tu réussiras à rapprocher ton
et le fait de les suivre fidèlement, c'est-à-dire la âme du modèle sublime de totit caractère : Le Ch,;,t,
formation d'un caractère impeccable, n'est vraiment
facilité que par la religion. En ces pages, je t'ai cent
fois recommandé de te choisir une directive, des
principes, une manière de voir le monde, en un mot:
Gaudeamus t~tur•...
un but, un idéal, et de t'y tenir coûte que coûte.
« Ceci est la directive de ma vie, et ni les livres ni mes

amis ni mes épreuves ne m'en détourneront jamais!


Gaudeamus igitur ju'VentS dum sumus. «( Réjouissons-
Je sais bien que ma vie ne deviendra belle et heureuse { nous d'être jeunes encore Il, dit un vieux refrain d'étu.-
que si moi-même je deviens - selon les paroles de
diants. Il a bien raison, ce refrain. La joie pure est
saint Paul - un vinctus Christi, c'est-à-dire que si
encore. un moyen de fortifier .sa volonté, Elle .est une
fattache complètement ma volonté au Christ. »
source d'énergie active et un préservatif du péché.
On ne peut être un caractère vraimerÏt-f~rme que
On trouve toujours facile ce qu'on fait avec plaisir..
si l'on a pris sa racine en Dieu, que si l'on a édifié sa .
La joie est un rayon de soleil, et le rayon de soleil
vie sur Lui. C'est ce que le poète allemand Arndt
est toujours porteur d'énergie vitale; il chasse te moisi,.
exprime si bien dans ces beaux vers :
la pourriture, le renfermé . . Une noble· joie fait taire
les bas instinct~qui voudraient nous porter au p6ché.

C&r. J. H'·~e. - 17.


•LE :CARACTÈRE . DU -JEUNE HOMME COMMENT ENTRAINER SON CARACTÈRE? 259'
Mais;"mondus, prends bien soin de ne'pas confondre crapula, quam' adpetere MX 'coepit ' fi (Epist. mOT , 105).
la « joie » ayec le plaisir )1. Il est curieux c!e voir com-
(1 Je ne suis pas ,bien sûr qu'on ne puisse en dire autant
ment les conceptions des hommes ' diffèrent sur ce de bien' des jeunes' gens d'aujourd'hui 1
1 point. La joie, pour beaucoup, c'est l'ivresse, le café 1 ) Ces jeunes gens sont vraiment dignes de pitié , qui
noyé dans la fumée de tabac, la débauche,.la paresse, passent leurs années d'études 'à s'àmuser jour et- nuit,
1
la promenade à la mode. Je tapage, etc. Mais ne •
prends quise privent ainsi des joies les plus, pures, qui n'ont
pas modUe sur eux. Pour toi, la joie, ce doit être les aucun · noble', enthousiasme; qui gaspillent un temps
1 bois où chant(~nt les oiseaux, les prés flel,.lris, le devoir précieux et qUI dépensent ' follement l'argent gagné
accompli consciencieusement et suivi de jeux innocents, par leurs parents dans ,un travail bien'! dur parfois. Et
:' toutes ces petites ,occasions de se recueillir dont la vie combien y 'en a-t-il de ces Jeunes gen!\ sur qui on était
, d:un jeune homme est parsemée comme la prairie en droit de . fonder les ' plus belles ' espérance; et qui
est jçmchée de fleurettes. L'abeille suce le miel dans ont ruiné leur talent en se donnant à la boisson
mille p,etits calices. SuC\':r le miel de mille petites joies et, à, la débauche pendant leurs années d'université?
dans mille petites occasions est l'une des , plus belles Saint' Jérôme nous affirme que le ' jeune homme qui
tâches de l'art de. vivre. boit 'se ruiile inévitablement ·: «, Vinum' et adolescentia
" . ,Une vraie et rayonnante gaieté' !le peut jaillir que duplex , incendium voluptatis; » , (Epist. ad Eust.) « Le
d'une conscience pure. Celui qui a quelque chose sur vin et :la jeunesse ' sont un double ' fouet pour exciter
la conscience essaye en vain d'être gai. A celui qui les' désirs sensuels: » Et , c'est pour ' cela que' Salvien ,
trouve plaisir aux choses défendues, au péché, je déslraÎt itant écrire en,guise d'épitaphe sur les ruines -de ,
recommande de retenir cette épitaphe qui se trouve l'empire' romain jadis si puissant: «' Sola nos morum
sur un. tombeau , d'étudiant dans un cimetière de Mstrorum vitia vicerunt »è (De, gubernatt'one mundi, ,
Bologne: « 0 quam fragilis, nosce teipsum, ruit voluptas. » 1"7;' c;~, 23);,· « La cause unique 'de notre chute fu,t ·.n otre
- « Apprends combien la volupté est éphémère. » immoralité. » ~
, Le: jeune homme qui s'adonne ~f l'ivresse, aux Neute:J méprends pas: sur ' mes ,paroles, mon: fils. Je,
débauches . qui durent toute une nuit, au sommeil ' qui suis' loin ' de:, vouloir t'.aigrir ' et : te ,rendre ', m.orose. Ce~
se' prolonge jusqu'au soir; . qui jette, l'argent par la que·je vaudrais; au contraire, c'est :tevoir gai, joyeux;
feirêtre~, qui reste. oisif, ne contribuera· jàmais, à' la'
• t ;, c ''est .que, tu : ne ' 8OuLpas,
sounan . . un' petlt. .
,maD.81eur,
prospérité,i dè', son' pa~ Le~ paién Sénèque, reproche , léger. , pat~ew" inutilei qui perd .tout SOn~. temps:, àl
à', san" tempscte, prOdUire;, des · hommes' qui', Îiltetver- s'amuser•. Je~ ne te:, cons~le . p8S ' de; courir,. au~devant
tissent-:1es~ occupations; du jauret œllès de' là nuit , et des dangers avec une folle audace;'maÎ$ je serais!hanteux,;
qui; le · 8OÎtvenu,8e\ frottent ,les yeux après l'iVresse pour toi si tu te mettais à sifiler par peur dans une
du, jour' qui, $:'achève. «: Sunt qui,:ojJicià lacis, noctisque: chambre obscure. Je ne désire nullement te voi,r
~ nec: ante.' didùcant · oculos ,Nestema graves' a~bate; mais je serais content de te voir nager comme
• • '• •- . ~ ~--- .~ ' . . ... .. ·. _ .... J·1H · - •.
COMMENT ENTRAINER SON · CARACTÈRE? 261
~6o I.E CARACTÈRE DU -JEUNE HOMME ·

un poisson et tourner sur la barre fixe avec vigueur J

et adresse. Je ne veux pas te voir le visage sombre; Reviens, 8 Jeunesse 1


mais, lorsque tu ris, je voudrais que tu le fasses toujours
de tout ton cœur. Une chose qu'on se rappelle toujours très volontiers
Autant j'aime les étudiants gais, joyeux, remuants, lorsqu'on a vieilli, c'est le temps de sa jeunesse. J'ai
autant je suis inquiet quand j'en trouve de tristes, vu des hom~es mûrs ~t réservés s'émouvoir dès que
d'inoccupés, de vieillis avant l'âge. Un jeune homme la conversatiOn tombaIt sur leurs premières années.
qui s'assied tristement dans un coin a l'âme ou le corps Pourquoi cela: Parce que l~ jeunesse est le plus beau
malade. Tâche, toi, d'être toujours gai, de sourire temps de la VIe. Parmi les saisons, le printemps est la
et de chanter, comme cela convient à quelqu'un de plus agréable; c'est l'époquè du développement et de la
jeune et de bien' portant. Montre-toi de bonne humeur floraison, des p!antes. Eh bien, la jeunesse est le prin-
par pure prévenance pour les autres, même quand ton tem~s d une VIe. Regarde un jeune arbre; il est plein
cœur saigne, et même si cela te demandait une force de VIgueur, avide de croissance, bouillonnant de sève!
de volonté peu commune. Et, ce qui est encore plus Contemple un jeune homme; pour lui le monde a
imposant, reste calme et d'une grande sérénité d'âme, chaque jour des aperçus nouveaux; son imagination
même' quand tu voudrais bien céder à la tristesse. est fraîche,. sa mémoire est vive; il se réjouit du présent
Te laisser aller à la tristesse? Ah! ~aisnon. Je ne te tout en faIsant des projets mirifiques pour l'avenir!
le permets pas. La tristesse ne doit pas être un élément L'un et l'autre se ressemblent; ils s6nt tous deux
de ta vie. Tu dois avoir assez de volonté, toujours, gonflés de vie et en pleine floraison printanière!
pour remettre le .baromètre de ton âme au temps qui ,Et puis, la jeunesse est belle, aussi, parce que les
te plaît! Tu ne te lamenteras jamais. Non, jamais! mille soucis de l'existence n'ont pas encore effleuré
Jamais? Et si tu as mal fait? Si tu as commis Un son âme. « Comment? t'écries-tu, mais j'ai mes
péché? Si tu dois susciter le repentir dans ton âme, propres soucis aussi bien que les autres! Ce sont mes
te confesser? Eh bien,même alors, tu ne te conten- problèmes de mathématiques, mes devoirs de latin,
teras pas d'une pure lamentation. Une vie meilleure mes .... » - Ah! mon fils, si tu n'avais jamais d'autres
ne pourrait pas germer dans un sol pareil. Si tu veux sou.CtS que ce.ux-là sur la terre, ce seràit le paradis 1
que ta lamentation ne . soit pas inefficace, mais l'arc- OUt, le ~ar~dls! Car tu n'as pas le droit de dire que
en.. ciel d'une vie vraiment nouvelle et plus ·noble, . tu con~aI~ 1 amertume de la vie, que tu as déjà goûté à
il faut que tu mettes une certaine note joyeuse jusque ses afflictIOns et à ses tourments. Mais quand je te
dans tes .larmes de repentir,! ,. p:u-Ie . d'u~e jeunesse sans soucis, je n'entends pas
dire une · Jeunesse insouciante. Absence de soucis et
insouciance sont deux termes qui ne signifient . nulle-
. LE : CARACTÈRED,U JEUNE HOMME COMMENT ENTRAlNER SON C~Cl'ÈRE?

ment, comme beaucoup de jeunes gens se l'imaginent,


' une seule et inêmeèhose. Et cc sont ceux-là qui le
pensent qui utilisent mal leur jeunesse, qui gaspillent Que veux-tu 'devenir'
avec une légèreté incroyable des années qui nerevien-
; drontplus jamais. Pourtant,si on ne ' tire pas profit Oui, que veux-tu devenir? Au premier abord,
de sa jeunesse selon le plande Dieu qui veut qu'elle tu crois peut-être , que je m'intéresse au choix de ta
soit up temps de .préparation à l'âge mûr, celui des carrière. Non; .ce n'est pas cela. Je ne te demande pas
fruits, cette ·jeunesse ne .sera qu'un rêve confus; si .tu_veux devenir médecin ou négociant, ingénieur
embrouillé,qui" plus tard, sera suivi d'un bien doulou- ou prêtre, avocat ou industriel. ' Où · que tu ailles, où
reux réveil. N'oublie donc pas, toi, mon enfant, que te conduisent tes talents, ta .vocation, les circon-
que la jeunesse passe aus'sivite que l'ouragan et la stances, ton rang social, cela m'importe peu ici. Mais
fleur: « Ut fios veZ ventus, sic transit nostra juventus. Il ce qui m'importe .beaucoup, c'est que tu deviennes un
,Je sais bien que ,« même le juste tombe sept fois . homme et que tufasses ton devoir dans la situation que
par jour» et qu'un jeune homme connaît bien des chutes tu auras choisie.
et bien des rechutes de l'ordre moral. Cela est bien Oui, que veux-tu devenir? Si je te pose cette question
triste; mais c'est le sort de l'humanité, et il n'y apas en gUIse d'adieu, c'est que je voudrais savoir si tu t'es
lieu, à caUse de cela, de parler d'une jeunesse corrompue. jamais demandé quel était' le vrai but, la vraie tâche de
Je ne désespère que du caractère qui recule lâchement, l'homme ici-bas? Car tout, en ce monde, jusqu'à
, sans lutter, devant les mauvais penchants dont aucun l'insecte le plus minuscule, jusqu'au moindre grain
homme n'est exempt, qui, bien que conscient de l'im- de poussière, a un sens, une signification, · un enchaî-
!perfection de son âme, 'n'a aucun souci de l'améliorer, nement étroit avec l'univers tout entier. Souvent ce
J qui ne prend pas au sérieux l'éducation de soi. Mon but, cette fin des choses est à peine discernable, mais
idéaJ, c'est le jeune homme au caractère noble et pur elle existe néanmoins pour tout.
qui sait .concentrer sa volonté . pour la lutte,tenir la Et l'homme .seul n'aurait pas la sienne? La sienne,
btide de ses sens, vaincre la lâcheté et la mollesse, qui, au contraire, est la plus sublime de toutes.
connaissant la valeur de son âme, unique et immortelle, Et quelle est-elle donc, cette fin de l'homme?..
rie craint pas de combattre pour la conserver pure, qui La glorification de Dieu et son propre bonheur.
cùltive sqn' cœur et son intelligence et qui sait sOllrire Qu'est-ce que cela signifie? Cela signifie que tu dois
joyeusement devant les labeurs les plus difficiles. Mon employer toutes tes forces à réaliser ton. être essentiel.
,l
\( idéal, c'est l'étudiant le plus appliqué à ses devoirs, le la substance de ta vie dans sa totalité entière. En
It Plus fervent à lapn'ère et le plus ardent au jeu.
Toi, que veux-tu devenir?
d'autres mots, que tu dois devenir un homme de
caractère, un chrétien et un .patriote au caractère
irrép~ochable.!
LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME. COMMENT ENTRAINER SON CARACTÈRE?

Et qui est un homme de caractère? Celui qui ose braver .pousse et s'écrase .pour avancer, tu te trouveras bien
la corruption morale sous toutes ses formes. .vite devant un panthéon d'erreurs et de préjugés
Et qui est un chrétien et un patriote au caractère irré- malsains devant lesquels tant de tes compatriotes seront
prochable? Celui qui ne joue pas au patriote avec des à genoux et comme en extase, un panthéon où, seule,
paroles théâtrales, mais qui sert sa patrie par une vie l'àdoration du ,vrai Dieu n'aura pas sa place.
honnête et une fidélité inviolable à son devoir. Et - que tu le veuilles ou non - tu seras obligé
Mes fils, de toute l'énergie indomptable de vos de pénétrer dans ce panthéon, de rester dans cet entou-
jeunes âmes, travaillez à devenir des chrétiens qui font ~. rage de paganisme nouveau. Ce qui importera alors,
honneur à leur patrie! \ ce sera de bien te garder de devenir païen toi-même. -
La grande nation des temps anciens édifia à Rome Si tu portes la croix de Notre-Seigneur sur ta poitrine
un temple magnifique. On le nomma « Panthéon » et et dans ton cœur, si tu vis selon les principes chrétiens,
on y apporta tous les dieux des peuples assujettis. 'Si tu ne rougis pas de ton crucifix, toi non plus, dans
Des idoles plus étranges les unes que les autres trou- :ton entourage, au milieu de tes compagnons et de tes
vèrent leur place dans ce temple bâti avec un art 1 amis, dans l'exercice de ta profe<;sion, dans la société,
incomparable, et ces images grotesques - signes \ ·et. cela tout le long de ta carrière, tu resteras chrétien,
des tâtonnements confus de l'âme humaine - don- \ tu, rayonneras la lumière, la joie, le bon exemple. Et,
naient une note triste et dissonante au milieu des 1 ainsi, « d'adolescent de caractère Il tu deviendras un
riches trésors accumulés sous les merveilleuses .arcades '\ « homme de caractère l).
des colonnes corinthiennes. '.~
Un jour, au début du Ive siècle, des voyageurs
étrangers arrivèrent dans cette ville : c'étaient des
Chrétiens venus de bien loin. Ils entrèrent au Panthéon,
Une triste nuit de Saint- Sylvestre.
et, à la vue de toutes ces divinités païennes aux faces
étranges, ils furent saisis d'une tristesse sans nom. L'un N'oublie jamais, mon fils, la vérité qui vient de te
d'eux prit alors le petit crucifix qu'il portait sur sa sauter aux yeux à chaque page de ce livre : en toi est
poitrine et, l'ayant posé au pied de l'énorme statue \ caché 1<? "plus grand des trésors, u~e âme ùn:ique et
d'un dieu, il se retira en silence avec ses compagnons. 1 immortelle. La grande tâche de ta vie terrestre, c'est

Vois-tu, mon fils, cette petite scène ressemble , de rendre "cette â~è" aussi belle, ~ussi sublime, aussi
beaucoup à la lutte qu'un jeune homme chrétien riche que possible en nobles qualités. P.Q.'!!L.é~~~n de
, doit soutenir aujourd'hui dans le panthéon des idoles nous, ' le bonheur de la vie éternelle dél?.end du ~.éri~x
1 modernes. Sitôt sorti de l'école, tu sentiras, toi aussi, avec lequel nous 'travaillons ici-bas à perfectionner
le souffie glacé du paganisme contemporain passer ' ~~tre Ame. "-1 ~, " - ,- - ' - ,
sur l'idéal de ta jeune âme. Dans le monde où on se ' Tu asS'Ûl'ement entendu parler de l'agavé, cette
266 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMMB COMMENT ENTRAINER SON CARACTÈRE?

plante étrange qui ne :fleurit qùetous les cent ans Un grand écrivain allemand, Jean Paul, nous donne
mais qui donne une fleur d'une , beauté merveilleuse. ' un tableau poignant de l'état d'âme désespéré d'un
Pendant tout un siècle, elle se prépare . pour ce . beau naufragé de la foi.
jour, elle rassemble ses forces,.elle .se pare, ,s'embellit Une nuit de Saint-Sylvestre, un vieillard rêvait près
par un travail invisible et· secret. Un .siècle tout'entier! de sa fenêtre. Son regard 'craintif et sombre s'élevait
Et, lorsque le temps en est arrivé,.elle ouvre ses corolles vers le ciel semé d'étoiles étincelantes, puis s'abaissait
toutes blanches pour , en charmer ceux qui viennent sur la terre silencieuse enveloppée d'un linceul de neige.
voir le prodige. Ses yeux brûlés par l'insomnie et son cœur d~sabus.é
Eh bien, mon 'fils, tu dois devenir, toi .aussi, un ne connaissaient plus de repos. La tombe s ouvr~lt
agavé fleuri. Tu dois déployer , toutes tes .forces pour devant lui. Il en approchait chaque jour et, ~lel~
atteindre cet unique et grand but : faire , épanouir la d'épouvante, il s'apercevait que, de toute savlC SI
fleur de ton caractère! Tu es .un jeune arbre en pleine longue, il n'avait rapporté qu'une foule d'erre~rs,
croissance ... un bouton qui cherche à s'entrouvrir ...
i de péchés et de maladies, un corps ruiné et une. ame
une semence qui doit mûrir. Pendant ta jeunesse, tra- empoisonnée par les jouissances. Les beaux .Jours
vaille sans. relâ€he à . former ' ton âme, à , en couper les de sa jeunesse qui surgissaient dans sa mémOire le
pousses sauvages; rassemble toutes tes énergies pour faisaient trembler comme devant des revenants. Il se
devenir un homme au caractère si · pur . et si ferme revoyait jeune homme, par un délicieux matin de ~ai,
que même les anges du ciel puissent s'en réjouir. quand son père le laissa partir, seul four la pre~lere
Toute
\ .
âme demande à être conquise, et.toute conquête fois, sur le chemin inconnu de la vie. Il revoyait le
se paye par des luttes. Les désirs de la chair ne moment fatal "où ruinant d'un seul coup les belles
s'accordent guère avec les nobles aspirations de l'âme, espérances qûe ~es parents avaient fondées .sur lui,
et voilà le combat qui s'engage. C'est la lutte de l'âme et tournant le dos au chemin raboteux qUI assure
pour conquérir sa liberté. Qui doit régner sur moi, la paix du cœur, celui de la vertu, de l'honneur, du
le corps ou l'âme? Qui doit commander, le maître ou devoir et du travail, il mettait le pied sur la grand.e
le serviteur? Qui doit tenir le gouvernail, le capitaine route des jouissances grossières et d~ ?éché ~UI,
du navire ou le mécanicien? Quel chemin prendra-t-il, tout en lui promettant la joie, le condUIsait astucieu-
le vaisseau de ma vie? Voyagera-t-il à l'aventure parmi sement à sa perte. Et le cœur du vieillard aux blancs
les bancs de sable et les rochers : sous-marins, sans cheveux était déchiré par une plainte inexprimable.
cesse avarié, ou bien ira-t-il droit vers le port natal? Et le sanglot douloureux qui lui échappait semblait
Où .abordera-t-il, . mon vaisseau? .. Sur les rivages du crier au ciel: « Ah ! si les années de ma jeunesse pouvaient
bonheur éternel, .. ; ou bien dans l'ét~rnelle damnation? (!
revenir! 0 Père, donnez-moi encore une fois la possi-
· .Ne trouves-tu pas qu'il vaut la peine de lutter pour bilité du choix afin que je puisse choisir autrement 1 »
.un but ·pareil ? . Mais le . silence glacé de la nuit engloutissait la
~

268 LE CARACTÈRE DU JEUNE HOMME


TABLE DES MATIÈRES
plainte du vieillard sanglotant. Et t de répons.et il nty1
en avait point. Pour luit la possibilité du choix était1
l'as sée - sans retour ...
PREMI:ERE PARTIE
• •• Qu'est-ce que le caractère?
Toit mon fils, tu peux encore choisir. Et tu peux
bien choisir. Régulus à Carthage ............ :............ .................... 7
Un printemps sans fleurs, Qu'est-ce que le caractère ?.................................... J3
Fais ton éducation toi-même !.......................... ....... 16
Un ciel sans étoiles, Un cœur à toute épreuve ............................... · .. ·· .. · 17'
Un jeune homme sans noble idéal, Les paroles d'Épictète.................. .............. .......... 20
La puissance d'un idéaL......... ........ .. .. ........ .... ....... 21
Non, tu ne le seras pas! L'énergie active ................................ · .... · .. · .. ·· .. ···· 24
Liberté ............................ .................................. 26
Les grandes Ames ......... , .. ................. · .... ! ........ ·· .. • 29
• •• Egoïste, va 1.......................................... •.. · .. ·•· .. •·
Sais-tu dire .: non ?..............................................
3J
34
J'ai le choix? Extrait 'd'un journal ................................... · .... · .. ·· 38
Le cerf-volant sur le fil télégraphique....................... 42
Eh bien, voici: j'ai choisi. Contre le torrent! .......................... ··.. ................... 44
Je veux être un jeune homme au caractère impeccable. Le.duel ....................................................... ·.. ·.·· 48
VictOr hostium et sui. .......................... .......... ... .... S4
Je veux vivre de telle sorte que mes actions, mes Tour forte ou girouette?...................................... S6
paroles et mes pensées, nobles et pures, puissent L'esclave de sa conscience...................... ........ ....... S8
voltiger autour "'de moi comme des oiseaux joyeux.
Je veux que chacune de mes actions et chacune de
mes pensées soient pour mon meilleur Ami, mon DEUXI:aME PARTIE
Seigneur et mon Père, pour le Christ qui m'attirera
Les obstacles à la formation du caractèr~?
doucement vers Lui et qui me baisera sur le front
en guise de récompense. FeUilles d'automne dans le tourbillon ....................... · 6:;
Oui, je me range au côté de Jésus-Christ, et rien La crobr de fer ...... ~.... ........................................ 66
ne pourra jamais plus me séparer de Lui. Lec.hardon dans le champ de blé.: .... ..................... · 68
Jamais 1 jamais 1 Le combat de l'âme ................................. ·· .... · .... · 69

•••
TABLE DES MATIÈRI!S ' TABLE DES MATIÈRES

Sans sacrifices? ................................ ......... .. ...... .. 71 Souffrir sans se plaindre........ .. . ........................... J68
Le moine dompteur d·animau ............................... .. 75 Obéir sans murmurer .............. . ......................... ..
Il s'est levé du pied gauche ......... . .. ... .. ... .. .. .. ........ .. 78 Ne jamais mentir 1. ............................................. .
Je n'ai pas de chancel ..... ~ .................................... .. 81 Pourquoi mentir?............. ... ........... .. .............. ..
J'ai essayé, mais çao·allaii ,pas!.. '" .............. .......... . 8a Est-ce que cela vaut la peine de mentir ? ................. .
Vouloir beaucoup ......................... .. . ..... .. ............ . 85 . Un seul ,homme, une seule parole 1.. ....................... .
A bas les Alpes "-............................ , ... .. .............. . 86 Jure-le 1................................. .......................... .
Face au destin l. ................................................ .. 88 Aggredere 1...................................................... ..
Les treize braves ........ . .......... .. ...... .................... . . 91 La puissance des petites choses..................... .. ..... ..
Le danger du succès.............. .............................. . 94 Gulliver garrotté ......... .. .................................. ..
Où est -l'Asie? .................................................. .. 95. Le"verrou hors d·usage ....................................... ..
Veux-tu me prêter·?; .......................................... . 98' Les cheveux d' Absalon........................................ . 200
Le démon de·l'argent ;......................................... . 100 · La lampe du sanctuaire de la cathédrale de Pise......... 20Z
Comment ·capture.t-on·les singes?' ......................... . J04 Travailler avec âme.............................................. 206
Vivre selon 'ses moyens ........................................ . 107 Le devoir ............ .. ........................ .................. 210
Les joies du ·travail ................... . ................. . ..... .. : JJO Je ne suis"pas disposé aujourd'hui 1.......................... 212
Excusez'-moi, Monsieur,.j'avais mal à ·la ·tête.............. .. JJ3 Il est né t~op tard !............................................... 215
L'abeille et -lc ·bourdon ........... .............. . ..... ........... . J'IS, Notre horloge retarde.................................... ....... 217
La grue qui avait perdu sa queue.......................... .. JJ7 ' L'étudiant pauvre... ... ............ .............................. 2ao
La flamme ' vacillante-d ·une·bGugie............ . ............ .. II9 Les jeunes gens pauvres qui sont devenus des grands
Le lièvre et"l'escargot' ............................... . ....... . . . 123 hommes ........................................................ 224-
Génie ou persévérance~ ........................................ .. 124 La valeur du temps............................................. 226
Dans la tranchée ·........................... .. ................... . u8 20 minutes = 12.000.000 de dollars 1 ...................... 229
L'éducation de la volonté , ....................... .. ... ... .... .. 130 Transeunt et imputantur !.............. ...................... 231
Quand le passé redeviendra présent......................... 233
l'kin numerantur............... ................................. 236
Ar~ l~nga, viÜl; brevis...... .. ............................ ........ '2'39
TROISItME PARTIE Qweu, non ouo.............. ...... ... ............................ 241,
La chose la plus difficile du monde?.. ..................... . 245
Tout va bien 1...................... ...................... ........ 248
Aux pieds du Seigneur........ ................................... 2SS
Gaudeamus igitur............................................ ..... 257
Lea moY~' ~:éduque~son èaractè1'e.................... .. 134 Reviens, Ô jeunesse 1... ........ ......... .. .......... .. ............ ~6,1'
Je poU1T8JS, 81 Je voullUs......... .. ................... .. ....... . 136 Que ve\U:-tu devenir? ..... .. .................................. ,,, '263
Lejeune homme volontaire................... ............. ...... . 139: Une triste nuit de Saint-Sylvestre................ .......... . 265'
L"extllllple de Démosthètle ..................................... . 143 '
La,grande leçon de gymnastique ............ : ................ .. 14(1:
Lejeune indièn.et le.gibier.... :................................ . .149,
Hélaalje o'ai pas de volonté ..... , .......................... .. 151
Abstin.el•••••••••••••• :••·•• p ...... . ............ ~ .......................... . 154
Les raisins de l'e,rmite ...................... ..... ........ ..... .. JS6
Djem pudid.i••••••••••• •••..•·....... _............... .-••• : ••••.•••.. •.. 157
)Le ~ du ~trejaponais ... ~ ..................... ; ........... : J6a
~I........................................ ~ .•..•..•.•.•.•••.• 4 •• • •• 166