Vous êtes sur la page 1sur 25

NF EN 583-1

juillet 1999
AFNOR
Association Française
de Normalisation

www.afnor.fr

Ce document est à usage exclusif et non collectif des clients AFNOR SAGAWEB.
Toute mise en réseau, reproduction et rediffusion, sous quelque forme que ce soit,
même partielle, sont strictement interdites.

This document is intended for the exclusive and non collective use of AFNOR SAGAWEB.
(Standards on line) customers. All network exploitation, reproduction and re-dissemination,
even partial, whatever the form (hardcopy or other media), is strictly prohibited.

SAGAWEB

Pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE

Toute reproduction ou représentation


le 18/2/2004 - 16:37
intégrale ou partielle, par quelque
procédé que ce soit, des pages publiées
dans le présent document, faite sans
l'autorisation de l'éditeur est illicite et
constitue une contrefaçon. Seules sont
autorisées, d'une part, les reproductions
strictement réservées à l'usage privé
du copiste et non destinées à une
utilisation collective et, d'autre part,
les analyses et courtes citations Diffusé par
justifiées par le caractère scientifique
ou d'information de l'œuvre dans
laquelle elles sont incorporées (Loi du
1er juillet 1992 – art. L 122-4 et L 122-5,
et Code Pénal art. 425).
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37
FA024824 ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 583-1


Juillet 1999

Indice de classement : A 09-340-1

ICS : 19.100

Essais non destructifs


Contrôle ultrasonore
Partie 1 : Principes généraux

E : Non-destructive testing — Ultrasonic examination — Part 1 : General principles


D : Zerstörungsfreie Prüfung — Ultraschallprüfung — Teil 1 : Allgemeine
Grundsätze
© AFNOR 1999 — Tous droits réservés

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d’AFNOR le 5 juin 1999 pour prendre effet
le 5 juillet 1999.
Remplace, avec la norme NF EN 583-3 de novembre 1997, la norme expéri-
mentale A 09-340 d’octobre 1989.

Correspondance La norme européenne EN 583-1:1998 a le statut d’une norme française.

Analyse Le présent document décrit les principes généraux du contrôle par ultrasons des pro-
duits industriels (techniques utilisées, caractéristiques générales de l’appareillage,
réglages, préparation du contrôle et contrôle).

Descripteurs Thésaurus International Technique : essai non destructif, produit industriel, con-
trôle par ultrasons, principe, appareillage, réglage, préparation.

Modifications Par rapport au document remplacé, adoption de la norme européenne.

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR), Tour Europe 92049 Paris La Défense Cedex
Tél. : 01 42 91 55 55 — Tél. international : + 33 1 42 91 55 55

© AFNOR 1999 AFNOR 1999 1er tirage 99-07-F


SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Essais non destructifs — Moyens acoustiques AFNOR A09F

Membres de la commission de normalisation


Président : M WALASZEK
Secrétariat : MME VEROLLET — AFNOR

M ARMAGHANIAN KSB SA
M BARTHELEMY AIR LIQUIDE
M BEAUFILS CNS
M BINGLER SIRAC
M BOUTAULT CTIF
M BRAULT EURO PHYSICAL ACOUSTICS SA
M CARISTAN CITROEN INDUSTRIE
M CASTEL SOFRANEL
M CHARRIER SREM TECHNOLOGIES
M CHAY TECPHY DIV FIRMINY
M CHERFAOUI CETIM
M CHUFFART ABB BARRAS PROVENCE
M CORMIER GDF — DION PRODUCTION TANSPORT — DESM
M DE LA TULLAYE EURO PHYSICAL ACOUSTICS SA
M DESCOMBES CAST SA INS
M DIDIER SIRAC
M DUQUESNE FCB
M DYRLA GPAVE
M FALLOUEY SETVAL
M HERNANDEZ MARTIN RENAULT VI
M HORN APAVE NORMANDE
M JAEGY SGS QUALITEST
M KOZLOWSKI BNS
M LE GRANDAIS GDF — DION PRODUCTION TRANSPORT — CTO
M LELEU INTERCONTROLE
M LENAIN EURO PHYSICAL ACOUSTICS SA
M LIETVEAUX BNIF
M LIMAL SNCF — DION DU MATERIEL
M LUONG CNRS LMS — LABO MECANIQUE
M PADOY DASSAULT AVIATION
M PERDIJON CEA GRENOBLE
M PERPIGNAN CEP INDUSTRIE
M POUDRAI COFREND
M ROUSSEAU INSTITUT DE SOUDURE
M ROY PSA PEUGEOT CITROEN
M SALIN EDF — PRODUCTION TRANSPORT — GDL
M SALMON AINF
M TCHILIAN FRAMATOME SA
M THERON EDF — DION EQUIPEMENT — DMT
M TOMASINO EDF — PRODUCTION TRANSPORT
M WALASZECK CETIM
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

—3— NF EN 583-1:1999

Avant-propos national
Références aux normes françaises
La correspondance entre les normes mentionnées à l’article «Références normatives» et les normes françaises
identiques est la suivante :
EN 473 : NF EN 473 (indice de classement : A 09-010)
EN 27963 : NF EN 27963 (indice de classement : A 89-611)
prEN 583-2 : NF EN 583-2 (indice de classement : A 09-340-2) 1)

EN 583-3 : NF EN 583-3 (indice de classement : A 09-340-3)


prEN 12223 : NF EN 12223 (indice de classement : A 09-311) 1)
prEN 12668-1 : NF EN 12668-1 (indice de classement : A 09-320-1) 1)
prEN 12668-2 : NF EN 12668-2 (indice de classement : A 09-320-2) 1)
prEN 12668-3 : NF EN 12668-3 (indice de classement : A 09-320-3) 1)

1) Actuellement, à l’étude.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

NORME EUROPÉENNE EN 583-1


EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Novembre 1998

ICS 19.100
Descripteurs : essai non destructif, produit industriel, contrôle par ultrasons, principe, appareillage, réglage, pré-
paration.

Version française

Essais non destructifs — Contrôle ultrasonore —


Partie 1 : Principes généraux

Zerstörungsfreie Prüfung — Ultraschallprüfung — Non-destructive testing — Ultrasonic examination —


Teil 1 : Allgemeine Grundsätze Part 1 : General principles

La présente norme européenne a été adoptée par le CEN le 14 octobre 1998.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être obtenues
auprès du Secrétariat Central ou auprès des membres du CEN.

La présente norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version faite
dans une autre langue par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue nationale, et
notifiée au Secrétariat Central, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne, Autriche,
Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-
Bas, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 1998 Tous droits d’exploitation sous quelque forme et de quelque manière que ce soit réservés dans le monde
entier aux membres nationaux du CEN.
Réf. n° EN 583-1:1998 F
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 2
EN 583-1:1998

Sommaire
Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... 3

1 Domaine d’application ...................................................................................................................... 4

2 Références normatives .................................................................................................................... 4

3 Qualification et certification du personnel ..................................................................................... 4

4 Informations nécessaires avant le contrôle ................................................................................... 5

5 Principes du contrôle ultrasonore .................................................................................................. 5

6 Appareillage ...................................................................................................................................... 6

7 Réglages ............................................................................................................................................ 8

8 Préparation pour contrôle ................................................................................................................ 9

9 Contrôle ........................................................................................................................................... 10

10 Caractérisation des défauts ........................................................................................................... 11

11 Procédure de contrôle .................................................................................................................... 11

12 Rapport d’essai ............................................................................................................................... 12

Annexe ZA (informative) Articles de la présente norme européenne concernant les prescriptions


essentielles ou d’autres dispositions des Directives UE ............................................................ 13
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 3
EN 583-1:1998

Avant-propos

La présente norme européenne a été élaborée par le Comité Technique CEN/TC 138 «Essais non destructifs»
dont le secrétariat est tenu par l’AFNOR.
La présente norme européenne a été élaborée dans le cadre d’un mandat donné au CEN par la Commission Euro-
péenne et l’Association Européenne de Libre Échange et vient à l’appui des exigences essentielles de la (de)
Directive(s) UE.
Pour la relation avec la (les) Directive(s) UE, voir l’annexe ZA, informative, qui fait partie intégrante de la présente
norme.
Cette norme européenne devra recevoir le statut de norme nationale soit par publication d’un texte identique, soit
par entérinement au plus tard en mai 1999, et toutes les normes nationales en contradiction devront être retirées
au plus tard en mai 1999.
Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants sont
tenus de mettre cette norme européenne en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne,
Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchè-
que, Royaume-Uni, Suède et Suisse.
La présente norme comprend les parties suivantes :
EN 583-1 Essais non destructifs — Contrôle ultrasonore — Partie 1 : Principes généraux.
EN 583-2 Essais non destructifs — Contrôle ultrasonore — Partie 2 : Réglage de la sensibilité et de la base
de temps.
EN 583-3 Essais non destructifs — Contrôle ultrasonore — Partie 3 : Technique par transmission.
EN 583-4 Essais non destructifs — Contrôle ultrasonore — Partie 4: Contrôle des discontinuités perpendi-
culaires à la surface.
EN 583-5 Essais non destructifs — Contrôle ultrasonore — Partie 5 : Caractérisation et dimensionnement
des discontinuités.
ENV 583-6 Essais non destructifs — Contrôle ultrasonore — Partie 6 : Technique du temps de vol comme
méthode de détection et de dimensionnement des discontinuités.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 4
EN 583-1:1998

1 Domaine d’application
La présente norme définit les principes généraux du contrôle ultrasonore des produits industriels perméables aux
ondes ultrasonores.
Les conditions particulières d’application et d’utilisation des contrôles ultrasonores, qui dépendent du type de pro-
duit examiné, font l’objet de documents tels que :
— normes de produit ;
— spécifications ;
— codes ;
— documents contractuels ;
— procédures écrites.
Sauf spécification contraire dans ces documents de référence, les prescriptions minimales de la présente norme
sont applicables.
La présente norme ne définit pas :
— l’étendue des essais et des plans de contrôle ;
— des critères d’acceptation.

2 Références normatives
Cette norme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d’autres publications. Ces
références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-
après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l’une quelconque de ces publica-
tions ne s’appliquent à cette norme que s’ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour les références
non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s’applique.
EN 473 Qualification et certification du personnel en essais non destructifs — Principes généraux.
EN 27963 Soudures sur acier — Bloc d’étalonnage n° 2 pour l’examen par ultrasons des soudures
(ISO 7963:1985).
prEN 583-2 1) Essais non destructifs — Contrôle ultrasonore — Partie 2 : Réglage de la sensibilité et de la
base de temps.
EN 583-3 Essais non destructifs — Contrôle ultrasonore — Partie 3 : Techniques de transmission.
1)
prEN 12223 Essais non destructifs — Contrôle ultrasonore — Spécifications relatives au bloc d’étalonnage
n° 1.
prEN 12668-1 1) Essais non destructifs — Caractérisation et vérification de l’appareillage de contrôle par ultra-
sons — Partie 1 : Appareils.
prEN 12668-2 1) Essais non destructifs — Caractérisation et vérification de l’appareillage de contrôle par ultra-
sons — Partie 2 : Traducteurs.
prEN 12668-3 1) Essais non destructifs — Caractérisation et vérification de l’appareillage de contrôle par ultra-
sons — Partie 3 : Équipement complet.

3 Qualification et certification du personnel


Le contrôle doit être effectué par un personnel qualifié selon la norme EN 473.
Les conditions de qualification et de certification doivent être spécifiées dans les normes de produits et/ou autres
documents applicables.

1) En préparation.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 5
EN 583-1:1998

4 Informations nécessaires avant le contrôle


Avant contrôle et quand elles s’appliquent, les informations suivantes doivent être disponibles :
— objet du contrôle ;
— qualification et certification du personnel ;
— conditions d’environnement et état de l’objet à contrôler ;
— prescriptions relatives à une procédure de contrôle écrite ;
— prescriptions particulières concernant la préparation de la surface ;
— volume du contrôle ;
— sensibilité du contrôle et méthode de réglage de celle-ci ;
— prescriptions relatives aux conditions d’évaluation et au niveau d’enregistrement ;
— critères d’acceptation ;
— étendue du contrôle, plan de sondage compris ;
— prescriptions relatives à un rapport de contrôle écrit.

5 Principes du contrôle ultrasonore

5.1 Généralités
Un contrôle ultrasonore est basé sur la propagation d’ondes ultrasonores dans la pièce à examiner et à la sur-
veillance du signal transmis (technique dite par transmission), ou du signal réfléchi ou diffracté par une surface ou
une discontinuité quelconque (technique dite du contrôle par réflexion).
Ces deux techniques peuvent employer soit un seul traducteur jouant le rôle à la fois d’émetteur et de récepteur,
soit un traducteur double, soit encore des traducteurs émetteurs et récepteurs séparés. De la même manière, ces
deux techniques peuvent impliquer une réflexion intermédiaire sur une ou plusieurs surfaces de la pièce contrôlée.
Le contrôle peut être réalisé manuellement ou à l’aide d’appareils semi-automatiques ou entièrement automati-
ques, et un balayage avec contact ou sans contact ou en immersion, ou encore par toute autre méthode de cou-
plage adaptée au problème considéré.

5.2 Mode de vibration et sens de propagation du son


Les ondes les plus communément utilisées sont les ondes longitudinales et les ondes transversales, leur sens de
propagation étant soit perpendiculaire soit oblique par rapport à la surface balayée. D’autres types d’ondes, par
exemple de Lamb ou de Rayleigh, peuvent également être utilisés dans le cas d’applications spéciales.
Le choix du type d’onde et de son sens de propagation dépendra de l’objet du contrôle ; il convient de prendre en
compte la nature spéculaire de la réflexion provenant des réflecteurs plans. Sauf avec les ondes de Lamb, en con-
trôle par réflexion avec traducteur émetteur-récepteur, il convient que la direction de propagation soit autant que
possible perpendiculaire au plan du réflecteur.

5.3 Contrôle par transmission


Cette technique de contrôle repose sur un mesurage de l’atténuation du signal après le passage d’une onde ultra-
sonore à travers la pièce contrôlée.
Le signal servant à la mesure peut être :
a) un écho de fond, ou bien ;
b) tout autre signal transmis, soit directement, soit après réflexion intermédiaire sur les parois de la pièce.
Une description détaillée de cette technique est donnée dans l’EN 583-3.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 6
EN 583-1:1998

5.4 Contrôle par réflexion


Cette technique de contrôle utilise le signal réfléchi ou diffracté provenant de toute interface d’intérêt dans l’objet
contrôlé. Ce signal se caractérise par son amplitude et sa position sur la base de temps, cette dernière étant fonc-
tion de la distance entre le réflecteur et le traducteur. L’emplacement du réflecteur est défini par la connaissance
de cette distance, de la direction de propagation de l’onde et de la position du traducteur.
Il est recommandé de mesurer l’amplitude du signal par comparaison avec l’un des éléments suivants :
a) une courbe de correction amplitude-distance (CAD) ou une série de courbes CAD obtenues à partir de
réflecteurs artificiels (Génératrices de trous, trous à fond plats, entailles, etc.) situés dans un ou plusieurs blocs
de référence ;
b) un diagramme de réflecteur équivalent (système DGS) ;
c) les échos d’entailles appropriées ; ou
d) les échos de réflecteurs plans de grandes dimensions, perpendiculaires à l’axe du faisceau (exemple : écho
de fond).
Ces techniques sont décrites dans le prEN 583-2.
D’autres techniques peuvent être utilisées pour obtenir des informations complémentaires sur la forme et la taille
des réflecteurs. Ces techniques reposent, par exemple, sur des variations de l’amplitude du signal avec le dépla-
cement du traducteur, une mesure du parcours ultrasonore ou une analyse de fréquence.

6 Appareillage

6.1 Appareil de contrôle ultrasonore


L’appareil de contrôle ultrasonore doit répondre aux prescriptions du prEN 12668-1.

6.2 Traducteurs
Le traducteur doit répondre aux prescriptions du prEN 12668-2.

6.2.1 Choix du traducteur


Le traducteur choisi dépend de l’objet du contrôle et des prescriptions de la norme ou de la spécification de réfé-
rence. Il dépend :
— de l’épaisseur, de la forme et de l’état de surface du matériau ;
— du type et de l’état métallurgique du matériau contrôlé ;
— du type, de la position et de l’orientation des défauts à identifier.
Les paramètres des traducteurs énumérés en 6.2.2, 6.2.3 et 6.2.4 doivent être pris en compte en fonction des
caractéristiques de la pièce à contrôler définies ci-dessus.

6.2.2 Fréquence et dimensions du traducteur


La fréquence et les dimensions du traducteur déterminent la forme du faisceau (champ proche et divergence du
faisceau). Le choix effectué doit garantir que les caractéristiques du faisceau seront optimales pour le contrôle,
en réalisant un compromis entre :
— la longueur du champ proche qui doit rester, si possible, inférieure à l’épaisseur de la pièce examinée ;

NOTE : Il est possible de détecter des défauts dans le champ proche, mais leur caractérisation est moins
précise et moins reproductible.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 7
EN 583-1:1998

— la largeur du faisceau qui doit être suffisamment faible dans la zone de contrôle la plus éloignée du traduc-
teur pour conserver un niveau suffisant de détection ;
— la divergence du faisceau qui doit être suffisamment grande pour permettre de détecter des défauts plans
dont l’orientation n’est pas favorable.
Outre les considérations ci-dessus, le choix de la fréquence doit tenir compte de l’atténuation ultrasonore dans le
matériau et de la réflectivité des défauts. Plus la fréquence est élevée et plus le pouvoir de résolution sera grand
mais les ondes ultrasonores seront plus atténuées (ou les signaux parasites dus à la structure seront augmentés).
Le choix de la fréquence représente ainsi un compromis entre ces deux facteurs. La majeure partie des contrôles
s’effectue à des fréquences comprises entre 1 MHz et 10 MHz.

6.2.3 Zone morte


Le choix du traducteur doit tenir compte de la zone morte en fonction du volume à contrôler.

6.2.4 Amortissement
Le choix du traducteur doit également tenir compte de l’amortissement qui influence le pouvoir de résolution aussi
bien que le spectre de fréquences.

6.2.5 Traducteurs focalisés


Les traducteurs focalisés sont principalement utilisés pour la détection des petits défauts et pour le dimensionne-
ment des réflecteurs. Leur faisceau ultrasonore est généralement décrit par la tache focale et le diamètre focal.
Par rapport aux traducteurs non focalisés à émetteur-récepteur, ils ont l’avantage d’un pouvoir de résolution laté-
rale amélioré et d’un plus grand rapport signal sur bruit. Leur sensibilité doit être réglée à l’aide de réflecteurs de
référence.

6.3 Milieux de couplage


Différents milieux de couplage peuvent être utilisés, mais leur type doit être compatible avec les matériaux à
contrôler, par exemple :
— eau contenant éventuellement un agent (mouillant, antigel, inhibiteur de corrosion,...) ;
— pâte de contact ;
— huile ;
— graisse ;
— pâte cellulosique à base d’eau, etc.
Les caractéristiques du milieu de couplage doivent demeurer constantes pendant la vérification, les opérations
d’étalonnage et le contrôle. Le milieu de couplage doit être adapté à la plage de température d’utilisation.
Si cette constante ne peut pas être garantie entre l’étalonnage et le contrôle, une correction de transfert peut être
faite. Une méthode de détermination de la correction nécessaire est décrite dans le prEN 583-2.
Après que le contrôle ait été effectué, le milieu de couplage doit être éliminé si sa présence peut affecter les opé-
rations ultérieures, l’inspection ou l’utilisation de la pièce.

6.4 Blocs d’étalonnage


Les blocs d’étalonnage utilisés sont définis dans le prEN 12223 et l’EN 27963.
La stabilité de l’étalonnage peut être vérifiée à l’aide des blocs ci-dessus.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 8
EN 583-1:1998

6.5 Blocs de référence


Si les échos de la pièce sont comparés avec ceux d’un bloc de référence, on doit observer certaines prescriptions
relatives au matériau, à l’état de surface, à la géométrie et à la température de la pièce.
Le bloc de référence doit, si possible, être réalisé en un matériau ayant des propriétés acoustiques se situant dans
des limites spécifiées par rapport à celles du matériau à examiner et avoir un état de surface comparable à celui
de la pièce à contrôler. Si ces caractéristiques ne sont pas les mêmes, une correction de transfert doit être faite.
Une méthode de détermination de la correction nécessaire est décrite dans le prEN 583-2.
Les conditions géométriques du bloc de référence et de la pièce à contrôler doivent être prises en compte. Pour
de plus amples détails, voir prEN 583-2.
La géométrie du bloc de référence, ses dimensions et la position de tous les réflecteurs est généralement indiquée
au cas par cas dans les normes et codes spécifiques. La position et le nombre de réflecteurs sont généralement
en rapport avec le balayage de la totalité de la zone à contrôler.
Les réflecteurs les plus communément utilisés sont :
a) les réflecteurs plans de grande taille par rapport à la largeur du faisceau, perpendiculaires à l’axe acousti-
que (exemple : fond de la pièce) ;
b) les trous à fond plat ;
c) les génératrices de trou ;
d) les rainures ou entailles de diverses sections.
Lorsque les blocs de référence sont utilisés pour un contrôle en immersion, l’effet de l’eau doit être pris en consi-
dération ou les extrémités des trous doivent être bouchées.
Les conséquences de différences de température entre la pièce à contrôler, les traducteurs et les blocs de réfé-
rences doivent être prises en considération et comparées aux prescriptions de précision de contrôle. Pendant le
contrôle, les blocs de références doivent, si nécessaire, être maintenus dans une plage de température spécifiée.

6.6 Blocs spécifiques


Dans certains cas, des blocs spécifiques, par exemple, renfermant des défauts naturels identifiés, peuvent être
utilisés pour finaliser l’examen et vérifier la stabilité de la sensibilité.

7 Réglages

7.1 Réglages généraux


En l’absence d’instructions définies dans les normes ou les spécifications détaillées, il est essentiel de vérifier que :
— le seuil de rejet ne peut être utilisé que si spécifié dans les documents de référence ;
— l’amplificateur est utilisé dans une bande de fréquence appropriée ;
— le filtrage est réglé pour donner un pouvoir de résolution optimal ;
— l’adaptation d’impédance du système de contrôle est ajustée, si nécessaire, de manière à obtenir une hau-
teur d’écho maximale tout en préservant le pouvoir de résolution ;
— le réglage de l’énergie d’impulsion est aussi faible que possible compte tenu de la réserve d’amplification.
Ces réglages doivent être conservés durant tout le contrôle.
Les réglages doivent être effectués en début de chaque séquence de contrôle, puis être vérifiés périodiquement
à intervalles de temps établis ainsi qu’à chaque modification d’un paramètre du système ou quand l’opérateur
soupçonne une dérive (voir prEN 12688-3).
Un maximum de la dérive de l’amplitude et de la base de temps doit être établi. En cas de dépassement des maxi-
mums, de nouveaux réglages sont exigés ou des actions correctives agréées sont nécessaires.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 9
EN 583-1:1998

7.2 Réglage de la base de temps


Chaque étendue de la base de temps doit être choisie pour couvrir la zone de contrôle définie dans la norme, la
procédure ou la spécification détaillée.
Les réglages de la base de temps et du retard doivent être effectués à l’aide d’un bloc d’étalonnage ou par le
calcul. Ils doivent être vérifiés par le contrôle ultrasonore de l’emplacement des réflecteurs dans la pièce de
référence.

7.3 Amplification
Les réglages d’amplification et d’énergie d’impulsion doivent être effectués à partir des échos de réflecteurs arti-
ficiels ou de la surface opposée de la pièce de référence ou de la pièce examinée. Ils doivent permettre :
— de détecter tous les défauts dont le signal dépasse le seuil de notation ou tout autre signal intéressant défini
dans les documents de référence ;
— d’évaluer toutes les indications de défauts ou autres signaux intéressants par l’une des méthodes décrites
dans la norme correspondante ou toute autre méthode décrite dans les spécifications particulières associées
au produit à contrôler.
Les réglages d’amplification peuvent être différents pendant le contrôle de détection et pendant l’évaluation.
Pour la détection de défauts par contrôle manuel, le réglage doit être tel que tous les signaux dépassant le seuil
de prise en compte, jusqu’au maximum de la distance contrôlée, s’affichent à une hauteur minimale de 20 % de
la hauteur d’écran, ou comme spécifié dans les documents de référence. Les méthodes de réglage de la sensibi-
lité sont décrites dans le prEN 583-2.

7.4 Fréquence de récurrence


Lorsqu’elle est réglable, il convient que la fréquence de récurrence soit suffisamment élevée pour donner une
brillance appropriée de l’écran et permette de détecter tous les signaux pertinents, mais toutefois en étant suffi-
samment basse pour éviter la production d’échos fantômes pour des longs trajets acoustiques, notamment avec
les matériaux à faible atténuation. Voir aussi 9.9.2.

8 Préparation pour contrôle

8.1 Préparation de la surface


Toutes les surfaces à contrôler doivent être exemptes de salissures, calamine libre, perles de soudures, etc. Elles
doivent être suffisamment uniformes et lisses pour maintenir un couplage acoustique satisfaisant. De plus, tous
les aspects de surface de la pièce qui peuvent augmenter les erreurs d’interprétation doivent être éliminés avant
le contrôle. Voir le prEN 583-2.

8.2 Identification et points de repère


Lorsque le relevé des imperfections et autres indications locales est prescrit dans les documents de référence,
chaque pièce à contrôler doit être identifiée de façon individuelle et une méthode convenue de repérage doit être
utilisée pour localiser clairement toutes les imperfections à rapporter. Cette méthode peut s’appuyer sur la
détermination de coordonnées convenables et permanentes ou sur l’utilisation de caractéristiques géométriques
appropriées.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 10
EN 583-1:1998

8.3 Application des corrections de transfert


Lors de l’évaluation des signaux à l’aide de blocs de référence, ceux-ci doivent présenter une atténuation des
ondes ultrasonores et des pertes en surface équivalentes à celles de la pièce à contrôler.
Dans le cas contraire, une correction de transfert doit être appliquée pour compenser la différence des pertes en
surface et d’atténuation du matériau. Des méthodes simples sont proposées dans le prEN 583-2.
Pour certaines pièces de forme complexe, des pièces revêtues, des pièces en acier austénitique, etc., il peut
s’avérer difficile, voir impossible, de mettre au point une méthode industrielle de vérification de l’équivalence. Dans
ce cas, une procédure spécifique doit être mise en œuvre.
Lorsque le contrôle porte sur des produits spécifiques d’épaisseur relativement faible ou dont l’atténuation est
négligeable, la correction de transfert peut être omise.

9 Contrôle

9.1 Étendue du contrôle


Le balayage doit être fait conformément aux prescriptions du ou des documents de référence. Ces prescriptions
doivent concerner la zone à balayer, la direction de balayage, et éventuellement le type, la dimension, la fré-
quence et l’angle de faisceau du ou des traducteurs à utiliser.

9.2 Recouvrement et vitesse de balayage


9.2.1 Recouvrement
Pour un contrôle à 100 %, l’intervalle entre deux lignes de balayage successives ne doit pas être supérieur à la
largeur du faisceau à – 6 dB, à toute profondeur du volume contrôlé.

9.2.2 Vitesse de balayage


Le choix de la vitesse de balayage doit tenir compte de la fréquence de récurrence et de la capacité de l’opérateur,
ou de l’appareil, à reconnaître ou à enregistrer un signal.
En contrôle semi-automatique ou automatique, la vitesse de balayage maximale (Vmax) est déterminée par le pas-
sage d’un bloc de référence sous le capteur, ou est calculée à partir des paramètres suivants :
d × f rep
V max = ------------------ ( mm ⁄ s )
n
où :
d est la largeur minimale du faisceau à – 6 dB en millimètres applicable au contrôle ;
frep est la fréquence de récurrence (en hertz) ;
n est le nombre de signaux consécutifs d’une indication avant le déclenchement de l’alarme.

9.3 Seuils de prise en compte et de notation


Les seuils de prise en compte et de notation sont définis dans les normes correspondantes. Lorsqu’ils ne sont pas
définis, les valeurs utilisées pendant le contrôle doivent être consignées dans le rapport d’essai.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 11
EN 583-1:1998

9.3.1 Contrôle par réflexion


Si l’amplitude d’un écho dépasse le seuil de prise en compte, le signal doit être évalué par rapport aux critères
d’acceptation.

9.3.2 Contrôle par transmission


Si l’amplitude du signal transmis est inférieure au seuil de prise en compte, le signal doit être évalué par rapport
aux critères d’acceptation.

10 Caractérisation des défauts

10.1 Contrôle par réflexion


Les défauts sont caractérisés au minimum par :
— leur emplacement dans l’objet (coordonnées x, y, z) ;
— leur réflectivité déterminée en mesurant l’amplitude maximale de l’écho par l’une des méthodes décrites
dans le prEN 583-2.
D’autres caractéristiques peuvent également être déterminées comme :
— l’orientation ;
— la dimension déterminée par la méthode à – 6 dB, ou d’autres techniques de déplacement du traducteur ;
— le caractère plan ou non plan.

10.2 Contrôle par transmission


Les défauts sont caractérisés au minimum par :
— leur emplacement dans l’objet (coordonnées x, y) ;
— la réduction maximale du signal transmis.
D’autres caractéristiques peuvent également être déterminées comme l’étendue de la zone des signaux réduits.

11 Procédure de contrôle
Une procédure de contrôle doit être établie pour tout contrôle ultrasonore. Outre les prescriptions indiquées dans
la présente norme générale, elle doit comprendre, dans la mesure du possible, au moins les renseignements
suivants :
— description des produits à contrôler ;
— documents de référence ;
— qualification et certification du personnel de contrôle ;
— état de la pièce à contrôler ;
— zones à contrôler ;
— préparation des surfaces à balayer ;
— milieu de couplage ;
— description de l’appareillage de contrôle ;
— conditions ambiantes ;
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 12
EN 583-1:1998

— étalonnage et réglages ;
— plan de balayage ;
— description et ordre des opérations de contrôle ;
— seuils de prise en compte et de notation ;
— caractérisation des discontinuités ;
— critères d’acceptation ;
— rapport d’essai.
Une norme de produit ou une norme décrivant une technique spécifique peut servir de procédure de contrôle si
elle est autosuffisante par rapport au contrôle. Si des documents de référence prescrivent une procédure écrite,
celle-ci doit comporter au minimum les informations ci-dessus.

12 Rapport d’essai
Le rapport d’essai doit contenir au minimum les informations suivantes :
a) identification du fabricant et/ou de la commande ;
b) identification complète de la pièce examinée ;
c) lieu de contrôle ;
d) état de la pièce à contrôler ;
e) identification de l’appareillage de contrôle utilisé ;
f) référence aux documents contractuels (normes, etc.) ;
g) référence à la procédure de contrôle ;
h) nom, qualification et signature du contrôleur ou de toute autre personne responsable du contrôle ;
i) date du contrôle ;
j) résultats et évaluation du contrôle ;
k) tout écart par rapport à la procédure de contrôle.
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37

Page 13
EN 583-1:1998

Annexe ZA
(informative)
Articles de la présente norme européenne concernant les prescriptions essentielles
ou d’autres dispositions des Directives UE

Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!

La présente norme européenne a été élaborée dans le cadre d’un Mandat donné au CEN par la Commission Euro-
péenne et l’Association de Libre Échange et vient à l’appui des prescriptions essentielles de la Directive UE rela-
tive aux équipements sous pression (Directive 97/23/EC du 29 mai 1997).
La conformité avec les essais décrits dans la présente norme fournit, au fabricant d’équipements sous pression,
un moyen de démontrer que l’équipement satisfait aux exigences essentielles ou aux dispositions ci-après de la
Directive concernée.

Tableau ZA.1 : Correspondance entre la présente norme européenne


et la Directive «Équipements sous pression» (PED)

Exigences essentielles ou dispositions


Articles de l’EN 583-1 Remarques
de la Directive

Article 3 Qualification et Annexe I, paragraphe 3.1.3


certification du personnel Essais non destructifs

Tous les articles Annexe I, paragraphe 3.1


Procédés de fabrication
Annexe I, paragraphe 3.2.1
Examen final
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37
SAGAWEB pour : IS - INSTITUT DE SOUDURE le 18/2/2004 - 16:37