Vous êtes sur la page 1sur 11

Supervision des processus

Introduction

1
Introduction
La supervision industrielle, consiste à surveiller l’état de fonctionnement d’un
procédé pour l’amener et le maintenir à son point de fonctionnement optimal. (TI R7-
630)

Née du besoin d’un outil de visualisation des processus industriels, dans un contexte
économique de productivité et de flexibilité, la supervision a bénéficié d’une avancée
technologique exceptionnelle.

À ses débuts, elle se composait d’un grand tableau mural représentant la vision des
opérateurs du processus industriel.

Rapidement, avec l’essor de l'informatique, les voyants ont été remplacés par des écrans
et des claviers.

Le but restait le même : surveiller, contrôler et commander un processus industriel.

2
Introduction
Les tendances actuelles dans ce domaine font état d’une intégration de la gestion
de production dans le contrôle-commande, d’un regroupement des données de
l’atelier avec celles des bureaux, de manière directe et saine. Ainsi, chaque
personne de l’entreprise, quel que soit son niveau, peut bénéficier d’un accès
direct et en temps réel à toutes les données nécessaires à son travail.

3
Introduction

L’interconnexion des différents services d’un système industriel, GPAO


(gestion de production assistée par ordinateur), GMAO (gestion de
maintenance assistée par ordinateur),... Rendue indispensable par la
recherche d’une QUALITÉ GLOBALE, est une composante de plus à prendre
en compte.

Les flux de données de la gestion, de moins en moins statiques, doivent


aujourd’hui être corrélés avec les données de production, de manière à établir
une réactivité indispensable à la maîtrise de la qualité totale.

Le superviseur représente alors l’outil de mesure temps réel de la qualité


de production.

4
Introduction
La supervision industrielle est utilisée par de nombreux procédés :

 pour la surveillance d’équipements ou de locaux, on parlera alors de


GTC (gestion technique centralisée) ;

 pour le contrôle des procédés principalement de type continu : SNCC


(systèmes numériques de contrôle-commande) ; ou encore SCADA
(Supervisory Control and Data Acquisition) ;

 pour des systèmes manufacturiers, ces procédés regroupent


l’ensemble des fonctionnalités du superviseur.

5
Modèle CIM

La pyramide du CIM (Computer Integrated est une représentation conceptuelle très en


vogue dans le milieu industriel des années 1980, qui comporte 4 niveaux auxquels
correspondent des niveaux de décision. Plus on s'élève dans cette pyramide, plus le
niveau de décision/d'abstraction est important, plus la visibilité est globale et plus les
horizons et cycles opérationnels s'allongent.
6
Modèle CIM
D'un point de vue matériels :

PC client, CAO,
GPAO, ..

PC serveur

Les API

Les capteurs Les actionneurs


(entrées) (sorties) 7
Modèle CIM
D'un point de vue connexion entre composants ou entre niveaux :

8
Système de supervision
L’organisation générale d’un système automatisé

Visualisation

Traitement

Acquisition Commande

9
Système de supervision
Une installation industrielle automatisée s’organise autour de quelques modules principaux
prenant en charge différentes parties essentielles de l’automatisation. Un superviseur est
souvent constitué :

— d’un module d’acquisition et de traitement des signaux physiques du procédé ;

— d’un module de commande temps réel qui élabore les commandes en fonction des
consignes, des signaux acquis et selon des modèles de commande prédéfinis ;

— d’un module de contrôle qui permet de surveiller la commande, l’évolution du procédé,


de déclencher des procédures de sécurité (arrêts d’urgence) ou de prévenir l’opérateur
d’une situation anormale ;

— d’un module de visualisation-stockage, qui permet d’obtenir et de mettre à la


disposition des opérateurs des éléments d’évaluation du procédé par ses valeurs
instantanées et historiques.

10
Système de supervision
Dans ce cours,on va présenter les parties suivantes :

- Matériels et périphéries de supervision

- Réseaux industriels

- Logiciel de supervision

11