Vous êtes sur la page 1sur 19

Rapport de Stage

GEORET SARL
REALISE PAR :
Laboratoire EL BAKALI Mouhcin

des bâtiments ENCADRE PAR :


Mme HASNA
et travaux
publiques

Usine Tétouan
REMERCIEMENTS

J e tiens dans un premier temps à exprimer mon profonde appréciation et

mes vifs remerciements à Mr Abderahim BELKAID directeur du Georet sarl,


de m’avoir accepté au sein de son entreprise et bien sur mon encadrant Mme
Hasna qui m’a encadré durant toute la période de réalisation du stage, je le
remercie infiniment pour son encouragement, sa patience et ses conseils qui
m’ont permis de réaliser mon stage dans des bonnes conditions.
Je veux aussi remercier tous les techniciens qui m’ont venues en aide
alors que rien ne les y obligeait, ainsi que toute l’équipe du laboratoire pour
leur accompagnement, leur soutien et pour toute information utile fournie de
leurs parts

1
Table de matière

Presentation de Laboratoire ........................................................................................................................ 3.


Essais de recette ......................................................................................................................................... 4.
Un bref aperçu ...........................................................................................Error! Bookmark not defined.
La teneur en eau .........................................................................................Error! Bookmark not defined.
Analyse granulométrique par tamisage ................................................................................................. 5.
Tamisage pour le tout venant ....................................................................Error! Bookmark not defined.
Coefficient d'aplatissement ..................................................................................................................... 6.
Dureté à l’usure (Los Angeles) ...................................................................Error! Bookmark not defined.
Équivalent du sable .....................................................................................Error! Bookmark not defined.
Propreté des granulats .......................................................................................................................... 10.
Densité apparente ................................................................................................................................. 11.
Essais d'identification des sols ................................................................................................................... 12.
Limite d’Aterberg : Plasticité et liquidité ............................................................................................... 12.
Essai Proctor ....................................................................................................................................... 14.
Essais sur béton ........................................................................................................................................ 16.
Essai de compression ............................................................................................................................ 16.
Sorties sur terrain .................................................................................................................................... 17.

2
Présentation de laboratoire

GEORET est un laboratoire à vocation de réaliser des études, des essais, des expertises et des
conseils, du contrôle et de suivi dans le domaine du Bâtiment et des Travaux Publics. la date de sa
création est 1994 , GEORET considérée comme une entreprise anonyme mixte d’un capitale de 150 000 DH .
L’équipe de GEORET est constituée d’Ingénieurs conseils, techniciens spécialisés des opérateurs et
assistants ayant une formation solide et une expérience longue et diversifiée .

Dans le cadre de ma premier année génie civil à l’école national des sciences appliquées de Tétouan,
j’ai souhaité réaliser mon stage chez eux comme étant un technicien pendant le mois juillet .

GEORET a des collaborations avec des entreprises spécialisée dans la fabrication du béton prêt a
l’emploi comme ‘TIZIMAR’ et ‘Béton Tamuda’, ainsi des collaborations avec des projets de
logement sociaux comme ‘Kasbah Azahrae’ et ‘Diar Tamuda’.

Généralement les technicien de laboratoire est chargé de réaliser les essais qui les sont demandés par
le responsable du laboratoire d’essais. Il doit ensuite remplir une feuille d’essai qui constituera le
dossier remis aux responsables. Le technicien peut aussi s’occuper des prélèvements ou des contrôles.
Dans le premier cas il sera charger des mesures et de la rédaction des procès verbal, dans le second
cas il devra s’assurer de la bonne réception des échantillons.

3
Essais de recette

Les demandes d’essais, d’études ou de contrôles es clients sont reçu par le directeur du laboratoire, le
registre d’ouverture du dossier est tenu a jour par le service administratif. Le programme d’essais est
défini soit par le responsable du dossier, soit par le client lorsque sa demande définit explicitement les
essais à réaliser .

Les échantillons sont identifiés grâce à une étiquette, la feuille d’essai est renseignée par
l’opérateur lors de la réalisation de l’essai. Il appose son nom et son visa sur la feuille d’essai
après l’achèvent de l’essai. Enfin, le responsable du
laboratoire d’essais procède à la vérification des données figurant sur les feuilles d’essais sur
lesquelles il appose ensuite son nom et son visa.

Détermination de la teneur en eau

But de l’essai

Généralement , un échantillon de sol contient 3 éléments principales :


 Grains solides
 L’eau
 L’air
Donc on a pour but de déterminer la quantité d’eau contenue dans un sol..

Mode opératoire

 Peser le matériau humide (𝑚ℎ )


 séchage à l’étuve à105° pendant 24h
 peser le materiau sec (𝑚𝑠 )

(1) (2) (3)

4
L'essai consiste à déterminer la masse (mw ) de l'eau contenue dans un échantillon de sol en
pesant le matériau en état, puis après l'avoir sécher pour éliminer toute l'eau. On obtient alors
(ms ), la masse des grains solides (la masse de l'air étant Supposé nulle).
Finalement , on trouve la masse de l’eau par l’expression suivant :

𝒎𝒉 −𝒎𝒔
𝒎𝒘 = ×100
𝒎𝒔

Analyse granulométrique par tamissage

But de l’essai
L’analyse granulométrique permet, à l'aide de différents tamis, de déterminer précisément la
composition d’un matériau afin d’en déduire ses caractéristiques mécaniques. Elle permet également
de vérifier un matériaux élaboré en carrière, en comparant sa courbe granulométrique

Principe de l’essai :
L’analyse granulométrique se déroule en trois phases :

( 1 ) Prélever un échantillon de matériaux et le préparer pour l’analyse .


( 2 )Procéder à l’examen du matériau : étuvage, tamisage, refus…
( 3 )Tracer la courbe granulométrique du matériau

Figure1 : les tamis de labo


et voila un exemple de la courbe granulométrique

Figure2 : Exemple d’une courbe granulometrique

5
Des tamis dont les ouvertures carrées, de dimension normalisée, sont réalisés à partir d'un maillage
métallique de dimensions :
0.08 - 0.16 - 0.315 - 0.63 - 1.6 – 2 – 2.5 – 3.15 – 5– 6.3 – 8 – 10 – 12.5 – 15 – 16
–20 – 25-31.5 –50 – 63 – 80 – 100.

Tamisage pour le tout venant

But de l’essai

le tout venant c'est-à-dire l’échantillon contient tous les dimensions possibles .


Même principe d’analyse granulométrique par tamisage (appart la méthode de fractionnement).
Principe de l’essai

 Si le Dmax<25mm, après lavage sur tamis de 80µm et mis en étuve, on


procède comme l’analyse granulométrique par tamisage mentionné avant.
 Si le Dmax>25mm, on doit fractionner l’échantillon par un tamis dite de partage (noté dc) et
on traite le refus et passant séparément.
 La masse du passant au tamis dc doit être plus que le double de celui mentionné ay tableau de
la norme (exemple : pour Dmax=16, la masse correspondante est 2Kg, donc la masse du
passant doit être plus que 4Kg pour que l’essai soit valable)
 Le remplissage de la fiche technique se fait pour cet essai d’une façon cumulé contrairement à
l’essai standard d’analyse granulométrique.

Coefficient d’aplatissement
But et principe de l’essai

La mesure du coefficient d’aplatissement (CA) caractérise la forme des granulats. Le CA s’obtient en faisant
une double analyse granulométrique par voie sèche, en utilisant successivement, et pour le même échantillon
de granulats : une série de tamis normalisés à mailles carrées, une série de tamis (grille) à fentes parallèles
de largeurs normalisées. Plus les gravillons sont plats, moins leur mise en place dans la route ou dans les
bétons est facile et plus ils sont fragiles. Il est donc important de contrôler le coefficient d’aplatissement de
chaque granulométrie.

Figure3 : Exemple d’une grille

6
Dureté à l’usure (Los Angeles)

But de l’essai

Déterminer la résistance à la fragmentation des granulats.

Principe de l’essai

L'essai consiste mesurer la masse m’ d'éléments inférieurs 1,6 mm, produits par la fragmentation du
matériau testé (diamètres compris entre 4 et 50 mm) et que l'on soumet aux chocs de boulets
normalisés, dans le cylindre de la machine Los Angeles en 500 rotations, une vitesse entre 30Tr/min-
33Tr/min

Figure4 : Machine de LA.

Mode opératoire

 Tamiser l’échantillon à sec sur chaque une des tamis, de la classe granulaire
choisie en commençant par le tamis le plus grand, laver le matériau, tamiser et
le sécher.
 La masse de l’échantillon pour l’essai sera de 5000g à 5g.
 Introduire avec précaution la charge des boulets correspondante la classe
granulaire

Le tableau suivant résume quelques données :

7
Classes granulaires d/D Nombres Masse de la charge Nombres de
de rotations
boulets
4 / 6.3 7 3080 500
6.3 / 10 9 3960 500
10 / 14 11 4840 500
10 / 25 (avec 60% de 10/16) 11 4840 500
16 / 31.5 (avec 60% de 12 5280 500
16/25)
25 / 50 (avec 60% de 12 5280 500
25/40)

 Faire effectuer la machine 500 rotations, sauf pour la classe 25/50mm , l’on
effectue 1000 rotations.
 Recueillir les granulats dans un bac et éviter les pertes du matériau.
 Tamiser le matériau contenu dans le bac sur le tamis de 1.6mm.
 laver le refus au tamis de 1.6mm et sécher l’étuve puis le peser ce refus.
 Le résultat de la pesée est m’.

Le coefficient Los Angeles est :

8
Equivalent du sable

But de l’essai

Permet d’évaluer la proportion des éléments fins de l’échantillon, c'est-à- dire la propreté de
l’échantillon.
Comment on prepare l’echantillon pour l’essai ?

 On prépare une masse comprise entre 500 et 700g de la fraction 0/5mm,


l’humidifie afin d’éviter la perte d’éléments fins. Après, on prépare trois
échantillons comme suit :
 Le 1er échantillon dont sa masse comprise entre 100 et 200 sert à déterminer la teneur en eau
 Le reste diviser sur l’échantillonneur a fin de calculer la masse prise à l’essai des deux autres
échantillons et qui est égale à :

M=120× (1+/100)
Mode opératoire

 Séchage de l’echantillon preparé à l’étuve à105° pendant 24h


 Tamisage sur le tamis de 2 mm.
 Ajoute d’une quantité d’eau tel que la teneur en eau (W) soit entre 0 et 2
 On remplit les deux éprouvettes avec la solution lavante jusqu’au repère
inférieur.
 On verse l’échantillon préparé à l’aide de l’entonnoir en frappant la base de
l’éprouvette par la paume de la main pour éliminer les bulles d'air.
 On laisse les éprouvettes reposer pendant 10min.
 on bouche les éprouvettes et on les agite par des mouvements rectilignes,
pendant 30 seconds a laide d’un agitateur.
 Laver et remplir les éprouvettes jusqu’au 2eme trait repère, avec le tube
plongeur.
 on laisse les éprouvettes décanter à nouveau pendant 20min en évitant toute
vibration.
 Mesurer a vue l’hauteur h1, à l’aide d’une règle métallique.
 Descendre le piston taré dans le liquide à travers le floculat, le manchon
prenant appui sur le bord supérieur de l'éprouvette, et l'immobiliser au contact
du sable. Mesurer alors h2.
 Ces opérations sont identiques pour les 2 éprouvettes réalisées sur chaque
sable.
 Les mesures h1, h2 doivent être faites avec la précision du mm.
 la hauteur h1 : sable propre + éléments fins
- la hauteur h2 : sable propre seulement

9
Remarques

- Cette methode de travail est valable seulement pour la sable de mer .


- Pour la sable concassé , La différence ici, c’est la notion du teneur c'est-à-dire on ajoute
quantité d’eau tel que la teneur en eau (W) soit entre 2 et 3.

Figure5 : cylindre contenant une quantité de Figure6 : Cylindre contenant une quantité de sable
sabledemeret solution lavéejusqu'àpremiertrait de mer et solution lavée jusqu'à deuxième trait

Et Finalement :

ℎ1
ES = × 100
ℎ2
Propreté des granulats
But de l’essai

Déterminer la propreté (le pourcentage des fins) dans un échantillon de granulats.


Principe de l’essai

On lave une quantité d’une masse bien déterminé sur un tamis de


500µm (jusqu’à ce que l’eau qui traverse le tamis soit claire), et on
mesure la nouvelle masse après séchage.
: Il n’y a pas de règle qui précis la masse pris de l’échantillon, donc
le choix est personnel (On choisissait 1Kg pour que le calcule soit
plus facile).

10
Densité apparente

But de l’essai

On a pour but de déterminer la densité apparente d’un echantillon .


Principe de l’essai

 On vide soigneusement un echantillon ( granulats , sable ….) dans un moule dont le volume
est connu.
 Peser le moule +l’echantillon
 On refait l’essai 3 fois .
Remarques

Generalement l’ecart entre les 3 experiences ne doit pasdepasser 100 g pour les granulats et 10 g pour
les sables .

Figure7 :peser un Moule contenant des granulats Figure8: On vide un echantillon dans un moule

11
Essais d’identification des sols

il s’agit de classer un sol selon les normes francaises. Pour cela, il faut déterminer les limites
d’élasticité et de plasticité de la partie fine de ce sol.

Limite d’Aterberg : Plasticité et liquidité

But de l’essai

Les limites d’Atterberg sont des essais qui permettent de définir des indicateurs qualifiant la plasticité
d’un sol, et plus précisément de prévoir le comportement des sols pendant les opérations de
terrassement, en particulier sous l'action des variations de teneur en eau. Notons que cet essai se fait
uniquement sur les éléments fins du sol et il consiste à faire varier la teneur en eau de l'élément en
observant sa consistance, ce qui permet de faire une classification du sol.

Wp : représente la limite de plasticité, veut dire la transition entre état solide et état plastique .
Wl : représente la limite de liquidité , veut dire la transition entre état plastique et état liquide .
On peut calculer l’indice de plasticité Ip par la relation suivante :

Ip = Wl –Wp
Principe de l’essai

 La liquidité

Tout d’abord On lave l’échantillon sur un tamis de 400µm avant siphonage

12
 On prend une partie du l’échantillon préparé et on ajoute une quantité d’eau quelconque (ni
trop ni peu, les résultats d’enfoncement doivent être dans un intervalle précis de 12mm à
25mm).
 On malaxe l’échantillon jusqu'à ce qu’il soit homogène et on remplit le récipient d’une façon a
ne pas laisser du vide dedans, puis on position le récipient sous le cône et on le libère, après
5sec on détermine l’enfoncement. On prend une masse connu de cette échantillon dans une
tare (la tare doit avoir un étiquète ou symbole pour se différencier des autres) et on le met en
étuve.
 On répète ces étapes 4 fois (chaque fois une teneur en eau différente, a condition de ne pas
sortir de l’intervalle mentionné avant et il faut que l’écart entre 2 expériences successives
dépasse 2 mm )

Figure9 Figure10 Figure11

Les figures 9,10,11 représente les étapes qui on a déjà mentionné.


 Finalement , on détermine la teneur en eau pour les 4 expériences et on trace la courbe représentant
la densité en fonction de la teneur en eau .

 La plasticité

 On forme une boulette à partir de la pâte préparé, puis on roule la boulette pour faire un cylindre de
diamètre 3mm et de longueur 10cm.
 Une fois que les fissures sont apparues, prélever la partie centrale du rouleau et le placer dans une
capsule ou boite de Pétri de masse connue. La peser immédiatement et l’introduire dans l’étuve
pour déterminer la teneur en eau .
 Effectuer une deuxième essai sur une nouvelle boulette .

13
Figure12 2 rouleaux de 3 mm et de longueur 10 mm
Important :

Généralement , la limite de plasticité c’est la moyenne de valeurs qui on a trouvé pour les deux essais .

Essai Proctor

Généralement, Le « compactage » est le procédé le plus économique toujours utilisé dans la


construction des remblais pour améliorer la densité sèche du sol ( γd ).
L’étude du compactage s ‘effectue à l’aide d’un damage normalisé connu sous le nom de « l’essai
Proctor ».

But de l’essai :

On a pour but d’améliorer les propriétés géotechniques de sol .


Principe de l’essai :

L’essai Proctor consiste à compacter dans un moule standard, à l’aide d’une dame standard et selon un
processus bien déterminé, un échantillon du sol à étudier et à déterminer le teneur en eau du sol et sa
densité sèche après le compactage.

L’essai Proctor est répété plusieurs fois de suite sur des échantillons portés à des teneurs en eau croissant ,
(4% ,6% ,8% ,10%,12% ,14%,16%).

On détermine ainsi plusieurs points de la courbe représentative des densités sèches en fonction des teneurs
en eau. On trace alors la courbe en interpolant entre les points expérimentaux. Elle représente un maximum
dont l’abscisse est « la teneur en eau optimum Proctor », et l’ordonnée « la densité sèche

14
 Proctor normal

Il s’effectue en trois couches avec « la dame Proctor normal », l’énergie de


compactage est de :

-25 coups par couche dans le moule Proctor normal.

 Proctor modifié Figure13 : le moule Proctor normal


le compactage est beaucoup plus intense ;il correspond en principe au
compactage maximum que l’on peut obtenir sur chantier avec les rouleaux à
pieds de mouton ou les rouleaux à pneus lourds modernes.
C’est ordinairement par l’essai Proctor modifié que l’on détermine les
caractéristiques de compactage (teneur en eau optimal, densité sèche
maximal) des matériaux destinés à constituer la fondation ou le corps de
chaussée des routes et des pistes d’aérodromes.
Le compactage dans ce cas la s’effectue en cinq couches successives avec
« la dame Proctor modifié » l’énergie de compactage est de :

-56 coups par couche dans le moule Proctor

Figure14 : le moule Proctor modifié

15
Essais de sur béton ( compression )

But de l’essai :

Avoir une idée sur la qualité de l’échantillon (béton ou brique) selon la charge qu’il peut supporter
avant la rupture.

Préparation des éprouvettes :

Après démoulage et conservation des éprouvettes dans l'eau à une température de (20±2) °C, ces
derniers sont transportés pour être rectifiées dans la machine de rectification. Dans ce cas, La
rectification joue le rôle du surfaçage c'est-à-dire elle consiste à aplanir les surfaces des éprouvettes
et assurer l’orthogonalité de le surface supérieure avec la surface latérale. On utilise dans cet essai
des éprouvettes cylindriques âgées de 7 jours ou 28 jours.

Figure15 : les éprouvettes préparées


Principe de l’essai :

 L’essai consiste d’abord de déterminer la masse volumique des éprouvettes en béton, ensuite, les
éprouvettes sont soumises à des charges pour déterminer leurs résistances à la compression.
 Les éprouvettes doivent être cylindrique, obtenu dans des moles, ou prélever par carottage du béton
durci.
 Les extrémités des éprouvettes doivent être rectifiées par souffre.
 Déterminer d’abord la masse M de l’éprouvette en béton.
 Les extrémités des éprouvettes doivent être rectifiées par surfaçage.
 Il faut nettoyer les faces des plateaux de la presse et que le contact soit bien uniforme.
 Appliquer la charge d’une manière continue et sans choc jusqu’à rupture de l’éprouvette, la vitesse
de chargement doit être constante pendant toute la durée de l’essai

16
Sorties sur terrain
Essai de carottage

But de l’essai

Essai de carottage sur fondation . L’échantillon prit est appelé carotte.


L’étude de ce dernier donne la qualité du travaux qui on a construit.

Principe de l’essai :

Figure 16 Figure 17 Figure 18

(16) : La machine est bien fixé

(17) : La machine est en train de creuser le sol

(18) : un des des échantillons extrait

17
18