Vous êtes sur la page 1sur 70

Ministère de l’Enseignement Supérieur REPUBLIQUE DU MALI

et de la Recherche Scientifique Un Peuple-Un But-Une Foi

Ecole Supérieure de Technologie et de Management ( ESTM )

ÉTUDES TECHNIQUES ET ENVIRONNEMENTALES D’UN BAS -


FOND A FALANI – WOLOKORO ET PERIMETRE MARAICHER A
DIEGNE (COMMUNE RURALE DE KEMEKAFO), ET D’UN BAS –
FOND A FALACONO (COMMUNE RURALE DE N’GARADOUGOU)

Département d’Enseignement et de Recherche (DER) en Génie Civil

PROJET DE FIN D’ETUDE POUR L’OBTENTION DU DIPLOME DE LICENCE


SPECIALITE : Génie civil mine environnement
-----------------------------------------------------------------------------------
Présenté et soutenu publiquement le -- Octobre 2019 par

Fatoumata SANOGO

Directeur de projet : Dr Sylla Bakary dit Dembo Sylla

Maître de stage : M. Ahmed Ag MOHAMED ALI, Ingénieur senior du Génie Rural à


BETICO Mali

Jury d’évaluation du stage :


Président :

Membres et correcteurs :

Promotion 2016/2019
Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

AVANT-PROPOS

L’Ecole Supérieure de Technologie et de Management (ESTM) dans sa mission de former des


ingénieurs compétents dans le domaine du génie Civil-Mine-Environnement, exige pour ses
étudiants du cycle licence, la réalisation d’un projet professionnel de fin de cycle pour
l’obtention du diplôme de licence.

Ce projet de projet de fin d’études permet à l’étudiant non seulement de mettre en pratique les
connaissances théoriques déjà acquises mais aussi d’acquérir d’autres compétences pratiques
en corrélation avec son profil de formation. En outre il donne à l’étudiant l’opportunité de
s’imprégner des aspects de la vie professionnelle.

C’est dans ce cadre que j’ai eu à effectuer ce stage portant sur le thème « Etudes Techniques
d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné dans la
commune rurale de N’Garadougou au Mali » au Bureau d’Etudes Techniques et
d’Ingénieurs Conseils (BETICO SARL) sis à Bamako au Mali.

Fatoumata SANOGO i Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

RESUME

Les barrages poids constituent dans certains cas une solution incontournable pour la définition
du profil type et ce en vue des conditions géologiques, topographiques et hydrologiques du site.
Le volume du béton sous l’angle coût et délais ainsi que les contraintes thermiques sont les
principales causes de leur substitution par d’autres conceptions.

Les critères de dimensionnement de l’ouvrage portent sur la répartition des contraintes normales
(limitation des tractions au niveau du parement amont et limitation des contraintes de
compression au pied aval) et sur l’excentricité et l’inclinaison de la résultante des sollicitations.

Les paramètres liés à cet aspect de stabilité mettent en évidence le rôle majeur des sous
pressions dans l’équilibre du barrage et donc l’importance du traitement des fondations par
l’injection et le drainage.

La stabilité de ce type d’ouvrage est souvent vérifiée pour le cas du glissement au niveau du
plan de contact du barrage et/ou ancrage avec ses fondations ainsi que le renversement par
rapport au pied aval.

Ce projet abordera le dimensionnement d’un barrage ; avec un déversoir poids ; sis sur un sol
sablo-argileux dans le village de Falacono. Sa construction est projetée pour pouvoir satisfaire
les besoins en eaux de la population environnante possédant plus de 5000 têtes de bêtes à
abreuver et 18,42 ha à irriguer. La conception a donné un barrage en digue de 160 m de long,
de 6 m de haut comprenant un déversoir en béton cyclopéen de 77 m de long pour 4 m de haut.
Le coût du projet est évalué à 84 696 150 HT.

Fatoumata SANOGO ii Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

DEDICACES

Je dédie ce projet de Fin d’Etude à

ma mère

Fatoumata SANOGO iii Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

REMERCIEMENT

En travaillant comme tout dépend de moi et en priant comme tout dépend du Seigneur, au terme
de ce projet je tiens à dire un sincère merci :

 au Nom du directeur, Directeur de l’Ecole Nationale d’Ingénieurs


Abderhamane Baba TOURE (ENI-ABT) et à toute l’administration de l’école ;
 au Dr Bakary dit Dembo SYLLA, mon directeur de projet qui m’a accordé son
entière disponibilité et ses apports pour la réalisation de ce mémoire ;

 à tout le corps professoral de l’Ecole Supérieure de Technologie et de


Management, qui nous ont assuré une bonne formation professionnelle avec efficacité et
rigueur;

 à Monsieur TOURE Mahamane directeur général de BETICO, pour m’avoir


permis de faire mon projet de fin de formation dans sa structure ;

 à Monsieur Ahmed AG Mohammed Ali Ingénieur aménageur, mon maître de


stage pour tout son dévouement et son attention durant ce travail ;

 à Monsieur Manssourou COULIBALY Ingénieur hydraulicien, mon maître de


stage délégué pour sa disponibilité, son appui informatique et toute la documentation qu’il m’a
fournie pour que je puisse rédiger ce mémoire ;

 à mes parents, ma mère Aminata TRAORE et spécialement mon père Feu


Tignougou Sanogo pour tous ses sacrifices ; ainsi qu’à Mr Ousmane MAÏGA;

Enfin je profite de l’occasion pour remercier l’ensemble du personnel du Bureau d’Etudes


BETICO-MALI qui constitue une équipe très accueillante et chaleureuse au sein de laquelle
je me suis senti rapidement intégré.

Fatoumata SANOGO iv Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

LISTE DES ABBREVIATIONS

APD Avant-projet détaillé

APS Avant-projet sommaire

ASACO Association de santé communautaire

BETICO Bureau d’études techniques d’ingénieurs conseils

CEMAGREF Centre d’étude du machinisme agricole et du génie rural des eaux et forêts

CIEH Chartered Institute of Environmental Health

CMDT Compagnie malienne pour le développement des textiles

FAO Food and agriculture organisation

IGM Institut Géographique du Mali

GPS Global positioning system

ONG Organisation non gouvernemental

ORSTOM Office de la recherche scientifique et technique d’outre-Mer

RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat

SCPC Service central de prévention de la corruption

TDR Termes de référence

Fatoumata SANOGO v Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

TABLE DES MATIERES

1. INTRODUCTION .................................................................................................. 9
1.1. Contexte et justification des études.................................................... 9
1.2. Objectif global ..................................................................................... 9
1.3. Objectifs spécifiques .......................................................................... 9
2. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE ..................................................... 10
2.1. Localisation du village de Falacono ................................................. 10
2.2. Milieux Physiques de la zone du projet ............................................ 11
2.2.1. Relief .................................................................................................................. 11
2.2.2. La végétation et les ressources en eau ................................................................ 11
2.2.3. L’agriculture ....................................................................................................... 12
2.2.4. L’élevage ............................................................................................................ 12
2.2.5. Milieu humain .................................................................................................... 13
2.2.6. Réceptivité des populations aux activités du projet ........................................... 14
2.2.7. Inquiétude /angoisses ......................................................................................... 15
2.2.8. Proposition de mise en œuvre ............................................................................ 15
2.2.9. Recommandations en vue de minimiser ou de lever les contraintes .................. 16
3. ETUDES DE BASE ............................................................................................ 18
3.1. Études socio-économiques .............................................................. 18
3.1.1. Donnée démographique ...................................................................................... 18
3.2. Études topographiques ................................................................................... 20
3.2.1. Prospection ......................................................................................................... 20
3.2.2. Données disponibles ........................................................................................... 20
3.2.3. Méthodologie adoptée ........................................................................................ 20
3.2.4. Levé de détails .................................................................................................... 21
3.2.5. Précision des levés ............................................................................................. 21
3.2.6. Résultats obtenus ................................................................................................ 22
3.2.7. Le répertoire des bornes implantées est fourni par village en annexe. .............. 22
3.3. Études pédologiques....................................................................................... 23
3.3.1. Méthodologie de travail ..................................................................................... 23
3.3.2. La justification de la méthode ............................................................................ 23
3.3.3. La recherche documentaire ................................................................................ 23
3.3.4. L’exécution des travaux ..................................................................................... 23
3.3.5. Bas fond de Falacono ......................................................................................... 24
3.4. Études géotechniques .................................................................................... 30
3.4.1. Méthodologie ..................................................................................................... 30
3.4.2. Reconnaissances sur le terrain ............................................................................ 30
3.4.3. Identification des sols ......................................................................................... 30
3.4.4. Essais en laboratoire ........................................................................................... 32
3.4.5. Description du sol............................................................................................... 32
3.4.6. Matériaux de viabilité......................................................................................... 34
3.4.7. Conclusion .......................................................................................................... 35

Fatoumata SANOGO vi Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

4. ÉTUDES TECHNIQUES D’AMENAGEMENT ............................................... 36


4.1. Proposition de variantes d’aménagement ........................................ 36
4.2. Études hydrologiques ....................................................................... 36
4.2.1. Documents et outils de base ............................................................................... 36
4.2.2. Caractéristiques physiques du bassin versant ..................................................... 36
4.2.3. La forme du Bassin versant ................................................................................ 38
4.2.4. Détermination du débit du projet ....................................................................... 42
4.3. Etude des besoins en eau ................................................................ 45
4.3.1. Evaluation des pertes par infiltration ................................................................. 45
4.3.2. Pertes en eau par évaporation ............................................................................. 45
4.3.3. Capacité de la retenue ........................................................................................ 46
4.4. Etudes hydrauliques ......................................................................... 46
4.5. Dimensionnement du barrage ....................................................................... 47
4.5.1. Revanche (R en m) ............................................................................................. 47
4.5.2. Hauteur de la digue (E) ...................................................................................... 47
4.5.3. Largeur en crête de la digue (lc en mètres) ........................................................ 47
4.5.4. Calculs de stabilité du barrage............................................................................ 48
4.5.5. Période des hautes eaux...................................................................................... 49
4.5.6. Calcul du bassin de ressaut................................................................................. 54
4.5.7. Calcul de la longueur du déversoir par la méthode de EIER-CIEH ................... 58
4.6. Devis quantitatif et estimatif ........................................................................... 60
4.7. Planning de l’exécution des travaux ............................................................. 62
5. CONCLUSION..................................................................................................... 64
Annexes ......................................................................................................................... 65

Fatoumata SANOGO vii Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : spéculations de la zone d’étude ............................................................................. 14
Tableau 2 : Situation des superficies ........................................................................................ 22
Tableau 3 : Caractéristiques chimiques .................................................................................... 26
Tableau 4 : Aptitudes culturales et potentialités ...................................................................... 29
Tableau 5 : Résultats des essais au pénétromètre dynamique – axe de l’ouvrage de Falacono33
Tableau 6 : Localisation des sites d'emprunt de Falacono ....................................................... 34
Tableau 7 : Caractéristique des bassins versants ...................................................................... 37
Tableau 8 : Données des courbes hauteur-surface et hauteur-volume de Falacono ................. 37
Tableau 9 : Surface cumulées en fonction de la côte du TN .................................................... 39
Tableau 10 : Calcul du débit de crue ........................................................................................ 43
Tableau 11 : Récapitulatif des besoins en eaux ........................................................................ 45
Tableau 12 : Caractéristiques de barrage ................................................................................. 47
Tableau 13 : caractéristiques du déversoir ............................................................................... 48
Tableau 14 : Formules utilisées pour le calcul de stabilité ...................................................... 48
Tableau 15 : Efforts verticaux et horizontaux, période de hautes eaux ................................... 50
Tableau 16 : Calcul de stabilité au renversement, période de hautes eaux .............................. 50
Tableau 17 : Calcul du moment par rapport au centre de la base, période des hautes eaux .... 52
Tableau 18 : Calculs d’itération pour l’obtention de la longueur du déversoir........................ 59
Tableau 19 : Devis quantitatif et estimatif du projet ................................................................ 60
Tableau 20 : Planning d’exécution des travaux ....................................................................... 62

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Carte de localisation des villages ............................................................................. 10
Figure 2 : Bassin versant du site de Falacono (source : APD Déf.) ......................................... 37
Figure 3 : Barrage en période de retenue normale ................................................................... 49
Figure 4 : Bassin de ressaut ...................................................................................................... 55
Figure 5 : Abaque 1 .................................................................................................................. 66
Figure 6 : Abaque 2 .................................................................................................................. 67
Figure 7 : Abaque 3 .................................................................................................................. 68
Figure 8 : Epures des contraintes ............................................................................................. 69

Fatoumata SANOGO viii Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

1. INTRODUCTION

1.1. Contexte et justification des études

Les pays en voie de développement se trouvent tous confrontés à certains problèmes comme
assurer l’autosuffisance alimentaire face aux changements climatiques et l’irrégularité des
pluies en saison sèche. La mise en œuvre de certains programmes de développement passe
obligatoirement par la construction des barrages permettant de cultiver à tout moment et de
satisfaire les besoins en eau du cheptel.

C’est ce dernier point qui fera l’objet de ce présent projet dans lequel nous dimensionnerons un
ouvrage de mobilisation des eaux de surface (barrage).

Le barrage est un ouvrage hydraulique qui barre, sur toute la largeur, une section d'une vallée
et qui créé ainsi une dépression topographique artificielle étanche à l'eau.

La retenue créée par le barrage peut stocker une part importante des apports d’eau lors des
crues.

Ce projet de fin d’étude s’articulera en trois grands titres :

 la présentation de la zone d’étude et celle du projet ;


 au deuxième les études hydrologiques ;
 et le troisième se consacrera aux études hydrauliques.

1.2. Objectif global

L’objectif général du projet est de contribuer à l’accroissement et à une meilleure accessibilité


des produits agricoles.

1.3. Objectifs spécifiques

Cette étude a pour but de :

 déterminer le débit de crue ;


 pouvoir évaluer les besoins en eau du cheptel ;
 déterminer les caractéristiques du bassin versant ;
 faire le dimensionnement du barrage, de l’évacuateur de crue et de son bassin de ressaut;
 faire le devis quantitatif et estimatif du projet puis donner un planning d’exécution des
travaux.

Fatoumata SANOGO 9 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

2. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

2.1. Localisation du village de Falacono

Le village de Falacono est situé dans la commune rurale de N’Garadougou dans le cercle de
Dioila, région de Koulikoro. Il est distant de 40 km environ au sud-ouest de la ville Dioila et 25
km de N’Garadougou, chef-lieu de la commune. Son accès se fait sur une piste non carrossable
surtout pendant l’hivernage. Le site de Falacono est situé de part et d’autre du cours d’eau «
Faraka » à 1500 m environ au nord-est du village.

La commune est limitée :

 au Nord par la commune de Kaladougou ;


 au Sud par la commune de Kemekafo;
 à l’Ouest par le fleuve Baoulé qui la sépare de la commune de Tenindougou ;
 à l’Est par la commune de Degnekoro.

La figure ci-dessous illustre la localisation des deux villages.

Figure 1 : Carte de localisation des villages

Fatoumata SANOGO 10 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

2.2. Milieux Physiques de la zone du projet

2.2.1. Relief

Le relief se caractérise par des plaines et des plateaux. Dans les premières, l’agriculture et
l’élevage sont prépondérants, tandis que sur les plateaux on trouve les plus importantes aires de
pâturages.

Les sols sont assez variés et propices à l’agriculture : gravillonnaires, limoneux, sablonneux,
limono-sablonneux, argileux.

2.2.2. La végétation et les ressources en eau

L’étude de la flore s’est basée sur une analyse des principales unités phytographiques et des
sites remarquables suivant la visite de terrain. Bien que la zone d’étude renferme une
biodiversité abondante, le projet n’affecte aucune forêt classée ou massifs forestiers délimités
par la Direction Régionale des Eaux et Forêts.

De façon générale, les formations végétales rencontrées dans la zone se classent de la manière
suivante :

 paysages culturaux ou parcs agro écologiques;


 strate herbeuse ;
 savane arbustive/arborée;
 forêt galerie.

De nos jours, le braconnage, les feux de brousse et la transhumance semblent avoir dépeuplé la
zone d’étude de sa faune originelle. Les crottes et empreintes d’animaux identifiées en quelques
rares endroits ne permettant pas d’estimer l’abondance relative et la densité de la faune sauvage.
D’après les populations consultées, la faune sauvage est faiblement représentée ou a disparue
dans la zone à cause de toutes les raisons évoquées plus haut.

Pour la plupart, les animaux ont été décimés par le braconnage lié à l’arrivée massive des
populations et à l’apparition du fusil perfectionné. Le réseau hydrographique est constitué de
bassins versant de l’affluent du Niger « le Baoulé ».

Le réseau hydrographique est représenté par de multiples cours d’eau intermittents.

Fatoumata SANOGO 11 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

2.2.3. L’agriculture

Le coton, le riz, le sorgho et le maïs constituent les principales spéculations agricoles cultivées
dans la commune. Le système agricole se résume en grandes lignes d’une année de culture du
coton, suivie par deux années de culture de céréales. Ces dernières sont quelques fois
remplacées par des légumineuses. Traditionnellement cette rotation était suivie d’une jachère
de plusieurs années, la pression sur les bonnes terres a fait disparaitre aujourd’hui cette pratique.

Les contraintes de l’agriculture sont nombreuses. Pour les cultures sèches ce sont :

 la faiblesse et l’irrégularité des pluies et leur mauvaise répartition;


 la baisse de la fertilité des sols qui se traduit par une baisse continue des rendements ;
 la faible diversification des spéculations agricoles ;
 la persistance de systèmes vivriers de subsistance, très extensifs utilisant peu ou pas de
semences améliorées, d’engrais, de fumure organique, avec pour corollaire une insuffisance de
production pour couvrir les besoins alimentaires ;
 L’insuffisance de prise en compte des problématiques de développement agricole, de
promotion de filières, ou les besoins liés à la sécurité alimentaire dans la planification (en termes
de besoins d’infrastructures et de renforcement de capacités).

2.2.4. L’élevage

Le cheptel est composé de bovins ; d’ovins/caprins ; d’asins et de volailles second pilier de


l’économie familiale, l’élevage est pratiqué par les autochtones sous sa forme agro-pastorale où
l’élevage est combiné avec les activités agricoles.

L’élevage transhumant caractérisé par une migration saisonnière plus ou moins régulière des
animaux. Pendant la saison sèche, les transhumants des cercles de Koutiala, Ségou Barouéli
entrent dans la commune et vont en direction des cercles de Bougouni et Yanfolila zone de
climat pré-guinéen avec isohyète 1000 mm et > 1000 mm

Les éleveurs ont d’énormes contraintes à pratiquer leur activité :

 la non matérialisation des couloirs de passage d’animaux et des pistes de transhumance;


 la faiblesse des capacités des charges des pâturages par rapport à l’effectif des animaux;
 la vétusté des infrastructures vétérinaires ;
 les conditions précaires d’abreuvement en saison sèche ;
 le coût élevé de l’aliment bétail et des produits vétérinaires ;

Fatoumata SANOGO 12 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

 le faible niveau de formation des éleveurs, des agro- éleveurs et autres professionnels
de l’élevage ;
 les conflits liés à la divagation des animaux et au défrichement anarchique des champs;
 les vols des animaux.

2.2.5. Milieu humain


a. Situation démographique et les ethnies-caractéristiques de la population

Selon les chiffres du RGPH 2009 actualisés la population de Falacono en 2017 est de 5 798
habitants (soit 2 900 hommes et 2 898 femmes) au sein de cette population, la tranche d’âge de
15 à 59 ans constitue le groupe des actifs agricole compte 2 691 personnes dont 1345 hommes.

Pour le motif de chômage, l’exode des bras valides masculins est très accentué dans les familles.
Pendant 3 à 4 mois les garçons du village partent à Bamako, Kayes, Sénégal, Guinée et dans
différents sites d’orpaillage, et reviennent cultiver en hivernage.

Les filles partent à Bamako ou dans les sites d’orpaillage à la recherche de ressources
nécessaires pour leur besoins (habillement, trousseau de mariage etc.).

Même si les migrants apportent des ressources, leur départ impacte la production agricole, la
construction des maisons.

Les différentes familles du village ont les mêmes relations entre elles et entre elles et l’espace
social et physique. Le village s’organise pour le contrôle de la terre, la production de biens de
consommation. Peu hiérarchisée socialement, la gérontocratie est plus ou moins forte et les
personnes âgées occupent une place particulière dans la gestion de la famille, tandis que la
femme tient une place importante dans la production et la reproduction.

Ainsi donc au niveau du village, le pouvoir traditionnel est exercé par le conseil des anciens
composés de tous les hommes avancés en âge.

En tant qu’entité administrative, le village est dirigé par le chef de village, aidé dans sa tâche
par les conseillers, les responsables des associations, groupements. Les conseillers sont élus par
voie démocratique sous l’impulsion des autorités administratives de la sous-préfecture ou du
cercle. Les conseillers peuvent cumuler deux fonctions. En effet certains conseillers sont
membre du conseil des sages.

Fatoumata SANOGO 13 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Les femmes ne sont associées aux prises de décision par le conseil qu’en tant que dirigeantes
d’association et pour les questions qui les concernent directement et quant aux jeunes, ils sont
consultés quand la décision implique des travaux physiques à exécuter.

b. Les activités génératrices de revenus

La principale activité du village est l’agriculture. Les spéculations cultivées sont :

Tableau 1 : spéculations de la zone d’étude

Cultures Superficie cultivée (ha) Rendement


Sorgho 300 900kg/ha
Mil 200 900kg/ha
Maïs 1000 3T/ha
Riz 30 1,5 de paddy/ha
Coton 2000 1/ha

Les activités féminines sont axées sur la production agricole (arachide, gombo) et sur le
maraîchage (l’oignon, la tomate, l’aubergine).

Les principales contraintes des femmes sont le manque de matériels agricoles, le tarissement
des puisards, les difficultés d’accès aux intrants (semences et fertilisants), les dégâts des
animaux dans les jardins.

L’élevage constitue une activité secondaire. Les espèces animales élevées sont les bovins 2000
têtes, ovins/ caprins 3000 têtes. Les contraintes principales de l’élevage sont le manque de
nourriture pendant la saison sèche et les maladies.

2.2.6. Réceptivité des populations aux activités du projet

c. Attitudes

L’idée d’aménagement du micro barrage ou le pont barrage suscite surtout un sentiment


d’espoirs d’où une majorité espère la fin de tout leur tracas liés à l’exploitation de la terre et
l’insuffisance d’eau. Aussi peut-on relever le doute de quelques-uns sur la possibilité de faire
profiter tout le village des avantages agricoles du projet ?

Fatoumata SANOGO 14 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

d. Attentes /espoirs

De l’avis de toutes les populations de chacun des villages l’aménagement des barrages sont très
souhaitable en ce sens qu’ils pourront retenir plus longtemps l’eau et faire profiter les activités
agricoles donc par la suite améliorer leurs conditions de vie.

Avec les périmètres, les villageois espèrent sur un encadrement efficace permettant au
maximum de familles :

 de produire plus et mieux ;


 de faciliter leur accès aux crédits d’intrants ;
 d’accroitre leur niveau d’équipement ;
 d’accéder à la responsabilité du système d’attribution des terres pour préserver leurs
droits fonciers ;
 de rendre possible le franchissement de la rivière en période hivernale.

Quant aux maraîchers, ils espèrent que les puits ne tariront plus si vite et qu’ils ne seront plus
contraints d’abandonner leurs parcelles.

2.2.7. Inquiétude /angoisses

Aussi craignent-ils les difficultés d’accès aux intrants matériels agricoles appropriés pour une
exploitation agricole moderne et efficace ?

Les femmes particulièrement ne voient pas d’où viendront les solutions à leurs problèmes de
clôture des parcelles et de réalisation de puits à grand diamètre au même titre que les hommes.

2.2.8. Proposition de mise en œuvre

a. Concernant les travaux d’aménagement

Les villageois sont intéressés à participer effectivement aux travaux d’aménagement. Ils ont
donné leurs accords d’apporter une contribution en matériaux locaux (les agrégats de moellons
le sable et le gravier) pour les travaux de maçonnerie dans la mesure de leurs possibilités. Ils
peuvent aussi loger les travailleurs étrangers et préparer leur nourriture.

À propos, les organisations traditionnelles de jeunes pourront être mises à contribution.

Fatoumata SANOGO 15 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

b. Concernant la répartition des parcelles

L’avis du conseil est à ce sujet ouvert aux suggestions des intervenants pour les aider dans la
répartition en tenant compte de la taille des ménages. Les femmes préfèrent avoir chacune leur
propre parcelle clôturée par le projet avec l’eau à disposition. Elles n’ont pas d’objection à être
toutes dans une même grande parcelle à condition que chacune puisse avoir au moins 300 m2.

c. Concernant la gestion des ouvrages

Les villageois dans toutes ses composantes comptent prendre une part active dans la gestion de
l’ouvrage et sont ouverts à toute proposition allant dans ce sens. Ils sont prêts à y mettre des
sous et des efforts physiques. Le moment venu ils comptent tout mettre en œuvre pour le respect
strict des instructions techniques à travers leurs organisations.

2.2.9. Recommandations en vue de minimiser ou de lever les contraintes

La zone du projet recèle des potentialités agricoles importantes. Cependant eu égard aux
contraintes auxquelles les exploitants font face, les productions sont en deçà des résultats
escomptés. Au nombre de ces contraintes il y a :

 les aléas climatiques;


 la baisse certaine de la fertilité des sols ;
 la faible utilisation d’intrant agricole (semences et plants sélectionnés) aux potentiels de
production élevés;
 la faible utilisation de la fumure organique;
 le difficile accès aux intrants agricoles à cause de leur cherté et du difficile accès au
crédit pour l’acquisition de ces intrants et des équipements;
 l’incapacité des villageois à mobiliser les ressources et énergies nécessaires à la
résolution des problèmes d’approvisionnement en intrants d’entretien des
infrastructures de transport et de commercialisation ;

Dans ce qui suit nous proposons des éléments de réflexion qui s’ils sont pris en compte peuvent
fortement atténuer les impacts de ces contraintes :

 réalisation des ouvrages de retenu d’eau;


 proposer des semences adaptées aux faibles pluviométries;
 facilitation d’accès aux intrants agricoles ;
 une bonne utilisation des apports d’engrais industriels et en quantité suffisante;

Fatoumata SANOGO 16 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

 adoption correcte des intrants agricoles;


 régularisation de l’utilisation de la fumure organique;
 création d’un fond ou d’une banque d’intrants agricoles.

L’incapacité des villageois à mobiliser les ressources et énergies nécessaires à la résolution des
problèmes d’approvisionnement en intrants d’entretien des infrastructures de transport et de
commercialisation.

Fatoumata SANOGO 17 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

3. ETUDES DE BASE

3.1. Études socio-économiques

3.1.1. Donnée démographique

Selon les résultats du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de 2009


la population du village est estimée à 695 habitants dont 344 hommes et 351 femmes répartis
entre 101 ménages. Pas d’exode ni de migration mais sur la migration internationale l’Espagne,
Guinée Équatoriale, France, Angola, RDC sont sollicités.

Le nombre de migrant est de 60 personnes.

3.1.2. Organisation sociale

Il existe des organisations traditionnelles et des structures coutumières villageoises. Le pouvoir


coutumier villageois, présidé par le chef de village et ses conseillers, ils ont un rôle
d’administration et de gestion sur le terroir et les ressources naturelles du village. Nous n’avons
noté aucune dissidence entre le chef de village et son conseil.

Des regroupements professionnels ou sociaux, informels ou même formels existent :

 L’association des femmes : Horonia ;


 L’association mixte au nom du village : en des SCPC pour le coton il y a plusieurs autres
associations dans le village.

Ces associations ont un but de production et de cohésion sociale. Le village n’a aucun rapport
conflictuel avec les villages limitrophes.

3.1.3. Infrastructures de base

Le village possède une école de de 1er cycle (crée en 1963 par les ressortissants du village), et
un second cycle en 2005 une œuvre du village géré par un comité de gestion scolaire.

La couverture sanitaire est assurée par un centre de santé construit par l’ONG ONDY et géré
par un médecin et une matrone, le dit centre est devenu ASACO en 2011.

Sur le plan hydraulique, le village dispose de 04 forages équipés et de quelques petits puits (une
quinzaine) constituent les principales sources d’approvisionnement en eau de la communauté.

Fatoumata SANOGO 18 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

3.1.4. Adhésion de la population et leur capacité d’exploitation

La communauté est prête à s’engager physiquement pour la réalisation et la gestion des


infrastructures. En ce qui concerne spécifiquement les travaux : le débroussaillage et la
préparation du terrain, la fourniture de la main d’œuvre non qualifiée à la demande.

De l’avis des membres de l’assemblée, leurs investissements (physique et monétaire) ne feront


pas défaut au su des avantages liés à l’aménagement qui d’ailleurs permettra de fixer les jeunes
qui n’iront plus en exode et ne feront pas l’orpaillage.

Ces engagements peuvent être considérés comme très solides vu le degré de cohésion et la
qualité du leadership local.

3.1.5. Système foncier

Les terres appartiennent à certaine notabilité du village. L’acquisition des terres pour usage
d’exploitation se fait par simple demande orale et aucune contribution symbolique n’est exigée.

De l’avis de la communauté, il n’y a pas de conflit autour du foncier ni au sein du village, ni


entre le village et ses voisins.

Il faudra cependant noter que des conflits peuvent parfois éclater entre les agriculteurs et les
éleveurs surtout en saison hivernale bien que les exploitants agricoles soient eux-mêmes
propriétaires d’animaux.

Les quelques cas de conflits isolés sont en général résolus dans le cadre des mécanismes
traditionnels de gestion des conflits.

3.1.6. Situations sanitaires, éducatives et d’encadrement agricole

Santé : 02 personnels sanitaires à l’ASACO.

Éducation : le personnel enseignant pour le 1er cycle et le second cycle de l’enseignement


fondamental est au nombre de 09 dont 08 hommes et 01 femme, encadrent les 120 élèves dont
55 filles et 65 garçons dans 05 salles de classe.

Service technique agricole : La CMDT assure l’encadrement de la zone sur le plan agro-sylvo-
pastoral.

Situation de foire : le lundi est le jour de la foire hebdomadaire du village.

Fatoumata SANOGO 19 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

3.2. Études topographiques

3.2.1. Prospection

En référence à la note méthodologique s’appuyant sur les TDR les travaux topographiques ont
porté sur la mise en place d’une polygonale de base permettant la restitution du fond de plan
des sites pour donner des coupes transversales plus fidèles de l’ouvrage ; à cela des semis de
points plus serrés dont le maillage varie de 20 à 30 m ont été effectués.

Le dossier topographique établi comprend :

 le levé du bas fond au 1/2 000e ;


 le profil en long au 1/2 000e (longueur) et 1/200e en hauteur;
 le profil en travers à tous 10 m et au droit des points particuliers;
 un plan de situation à l’échelle de 1/1 000 000e.

Tous les dessins font apparaître :

 le terrain naturel,
 les courbes de niveau,
 l’implantation avec le bornage suivant les données prédéfinies dans le TDR,
 les cotes des bornes rattachées,
 ainsi que les détails des sites (marigots ; thalwegs jardin etc.…).

3.2.2. Données disponibles

Les données topographiques disponibles pour la réalisation des études sont les cartes au

1/200 000ème que le Consultant, a pu se procurer auprès de l’IGM (Institut Géographique du

Mali) ; et autre image raster de la zone du projet.

3.2.3. Méthodologie adoptée

a. Reconnaissance du terrain

La reconnaissance préliminaire a permis :

 d’apprécier les contraintes de terrain afin de mieux organiser les travaux topographiques
d’une part,

Fatoumata SANOGO 20 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

 et de rechercher les options d’amélioration des sites existants d’autre part l’implantation
et les levés topographiques.

Les travaux de terrain ont été effectués à l’aide d’un (01) GPS et de la station totale « LEICAz"

TC 407 ». Le transfert des données a été effectué à l’aide du logiciel « Leica Survey office ».

b. Implantation et polygonation de base

Après la reconnaissance, l’équipe mobilisée a procédé à la mise en place d’une polygonation


de base servant d’ossature aux levés de détails. La polygonale a été observée à la station totale
et au distance mètre à infrarouge. Les angles horizontaux ont été observés deux fois, ainsi que
les distances, l’une << en coup d’avant >>, et l’autre << en coup d’arrière >>. Chaque angle
zénithal est pris quatre fois ; deux fois << coup arrière >> et de la même façon.

Des bornes en béton ont été implantées de part et autre de la polygonale de manière à ce qu’elles
soient bien visibles l’une de l’autre. Elles ont été nivelées en nivellement direct à l’aide d’un
niveau automatique de précision (type NAK2).

Les nivellements ont été rattachés au système de nivellement local.

3.2.4. Levé de détails

Il s’agissait de faire un levé exhaustif du bas-fond ; des coupes transversales sur les sites des
plaines. Il a été procédé à un maillage de 10 à 20 mètres dans les différents sites. Ce maillage a
été serré au fur et à mesure que l’on s’approche du fond. Les contours extérieurs ont été nivelés
jusqu’au point de changement significatif de pente sur une distance permettant d’atteindre les
franges hautes de la fermeture des courbes de niveau. Le contour intérieur, le nivellement a été
fait de façon à faire des mailles plus serrées pour ressortir la forme du bassin.

Ces levés ont concerné :

 les autres ouvrages existants,


 les exutoires des bas-fonds,
 les lits mineurs,
 les axes d’alimentation et de drainage des plaines

3.2.5. Précision des levés

 En planimétrie

Fatoumata SANOGO 21 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

L’ensemble des levés topographiques a été exécuté avec une précision planimétrique inférieure
ou égale à l’ordre de +/- 2 cm.

 En altimétrie

Les levés étant réalisés sur le site, les points levés sont reportés à trois dimensions et les bornes
sont implantées à la précision de 0.3 cm/Km sur les côtes.

3.2.6. Résultats obtenus

Au regard des TdR, les études topographiques menées ont permis :

 la mise en place d’une polygonale de base sur laquelle a été réalisée l’ensemble des
levés topographiques ;
 le report des informations recueillies sur terrain en coordonnées x, y, z (terrain naturel,
bornes de déport, sommets de la polygonale, courbes de niveau, ouvrages existants,) ;
 la section transversale des sites des différentes mares.

L’ensemble des résultats figure sous forme de tableau et plan en annexes.

3.2.7. Le répertoire des bornes implantées est fourni par village en annexe.

A l’issue des travaux, il a été produit :

 Un plan d’état des lieux dressant les détails du terrain (bornes, ouvrages existant, puits
géotechniques) ;
 Un plan topographique avec les courbes de niveau et les points côtés.

La situation des superficies levées et contractuelles est présenté dans le tableau ci-dessous :

Tableau 2 : Situation des superficies

Type Superficies (ha) Superficies levées Pourcentage (%)


Sites
d’aménagement suivants les TdR (ha) (S lévée / S TdR)

Aménagement
Falacono 100,00 58,04 58,04
hydro-agricole

Nous constatons que les travaux topographiques ont été étendus à environ 58,04 % de la
superficie contractuelle soit 58,05 ha levées contre 100 ha demandées en fonction de la
configuration du terrain naturel.

Fatoumata SANOGO 22 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

3.3. Études pédologiques

3.3.1. Méthodologie de travail

La méthodologie appliquée au cours de la prospection a été celle devant aboutir à l’élaboration


d’une carte d’aptitude des sols à l’irrigation par submersion.

Pour cela il a été question d’identifier et d’analyser les caractéristiques physico-chimiques et


leurs contraintes écologiques.

De ce point de vue l’étude a procédé à :

3.3.2. La justification de la méthode

La méthodologie se justifie par le fait que l’élaboration de la carte d’aptitude des sols à
l’irrigation, met en évidence les interactions dynamiques entre les différents facteurs
écologiques (sols, eau, plantes).

Elle permet ainsi de proposer un aménagement approprié des terres agricoles.

3.3.3. La recherche documentaire

Cette recherche a consisté à collecter des données physiques, techniques et socioéconomiques


consignées dans des documents d’études effectuées dans les zones d’intervention, auprès des
Autorités administratives, Communales, Techniques et des personnes ressources.

Ces données devant permettre de mieux comprendre et cerner les changements survenus dans
ces zones d’étude à travers l’historique des milieux : physique, climatiques, édaphiques et
socio-économiques.

3.3.4. L’exécution des travaux

Les travaux ont été exécutés selon les normes suivantes :

 L’étude a été réalisée à l’échelle 1/2000 sur la base des cartes topographiques établies
par l’équipe.
 Les unités cartographiques ont été délimitées sur la base des observations sur les fosses
qui ont été confirmées par la suite confirmées par les résultats d’analyses chimiques et
physico-chimiques. Les facteurs pris en compte pour l’établissement des unités sont :
 La texture et l’épaisseur des différentes couches du profil
 La présence éventuelle de couches filtrantes ou indurées ou de concrétions.

Fatoumata SANOGO 23 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

 L’échantillonnage de 1 à 2 profils représentatifs des types de sols de chaque unité


cartographique et en tenant compte de la précision souhaitée à l’échelle de l’étude
et pour répondre aux besoins de l’aménagement ; soit environ 1 profil décrit pour
5 hectares. Les fosses ont fait l’objet d’une description morphologique complète :
épaisseur des horizons, couleur, texture structure, consistance (fragilité,
adhésivité, plasticité, compacité), taches d’oxydation ou de réduction, porosité,
racines. Pour chaque unité cartographique 1 fosse a été décrite et échantillonnée
pour l’analyse au laboratoire.

3.3.5. Bas fond de Falacono

On distingue deux grandes unités de sol :

(1) La dépression inondable

Elle présente une topographie généralement plane et une pente faible. Le bas fond est constitué
de dépôts alluvionnaires très épais accusant une hétérogénéité verticale. Ses sols possèdent un
drainage généralement imparfait. La superficie cartographiée est de 18.82 et se situe dans la
partie centrale du bas fond. Ce sont des Sols hydro morphes peu humifères à gley d’ensemble.

o Brève Description Générale du Profil

Profil de texture uniforme (limon argileux fin), jusqu’à 110 cm. Surmontant des limons fins,
presque uniforme (brun foncé). De profondeur avec des taches jaunes rougeâtre ou rouge
jaunâtre distinctes et moyens indiquant condition de drainage interne imparfait. Structure
moyennement développée prismatique grossière se divisant en polyédrique subangulaire. Dans
le profil on y trouve des fentes de retraite dont l’ouverture est de 1 cm à la surface et qui se
prolongent jusqu’à 1 cm de profondeur. Peu nombreux petits nodules Ferro-manganeux
s’observent dans le profil.

Les photos ci-dessous illustrent les observations effectuées dans l’unité.

o Description du Profil

Fatoumata SANOGO 24 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Profil État de surface Végétation

- 0-10 cm : Brun grisâtre très foncé (10 YR 3/2) à l’état frais et brun foncé (10 YR 3/3) à l’état
sec ; limon argileux fin ; moyennement polyédrique subangulaire moyen et grossier ; collant,
plastique peu ferme à l’état frais, très dur à l’état sec ; peu nombreux pores fins ; peu nombreuses
fines racines ; limite graduelle régulière.

- 10-25 cm : Brun foncé (7.5 YR 3/2) à l’état frais et brun foncé (10 YR 3/3) à l’état sec ; limon
argileux fin ; moyennement prismatique moyen et grossier se divisant en polyédrique
subangulaire et angulaire ; très collant, peu ferme à l’état frais, très dur à l’état sec ; peu
nombreux pores fins et moyens ; peu nombreuses fines et grosses racines ; peu nombreux petits
nodules ferrugineux ; limite graduelle régulière.

- 25-70 cm : Brun à brun foncé (7.5 YR 4/3) à l’état frais et (7.5 YR 4/4) à l’état sec ; peu
nombreuses taches rouge jaunâtre (5 YR 4/6) frais, moyennes, distinctes ; limon argileux fin ;
moyennement prismatique grossier se divisant en polyédrique angulaire ; très collant, très ferme
à l’état frais ; peu nombreux pores fins ; peu nombreuses fines racines ; peu nombreux petits
nodules ferro-maganeux ; limite graduelle régulière.

- 70-95 cm : Brun à brun foncé (7.5 YR 4/3) à l’état frais et (7.5 YR 4/4) à l’état sec ; peu
nombreuses taches rouge jaunâtre (5 YR 4/8) frais, moyennes, distinctes ; limon argileux fin ;
moyennement prismatique moyen et grossier se divisant en polyédrique subangulaire et
angulaire ; très collant, très ferme à l’état frais ; peu nombreux pores fins ; peu nombreuses
fines racines ; peu nombreux petits nodules ferro-maganeux ; limite graduelle régulière.

- 95-110 cm : Brun rougeâtre (5 YR 4/4) à l’état frais ; nombreuses taches jaune rougeâtre (7.5
YR 8/6) à l’état frais, grandes, très distinctes ; limon argileux fin ; faiblement polyédrique
subangulaire grossier ; très collant, ferme à l’état frais ; peu nombreux pores fins et moyens ;
peu nombreux petits nodules Ferro-manganeux ; limite distincte irrégulière.

Fatoumata SANOGO 25 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Tableau 3 : Caractéristiques chimiques

Granulométrie %
Profondeur
SD SF STF L A Texture

0-20 3.5 11.8 13.2 44.8 26.6 L

20-50 2.3 2.1 11.0 38.8 46.1 A

50-110 3.7 2 10.1 36.2 48.0 A

Les réactions des sols sont très acides. Les valeurs extrêmes des PH (dans tous les horizons)
sont comprises entre 4,95 et 5,96. Dans les horizons moyens et profonds, les valeurs de PH
varient de 5,29 à 5,96 avec une moyenne de 5,59. La perméabilité est faible 0.7 à 1.1 cm/h.

 Contraintes

Les contraintes pour la mise en valeur sont essentiellement liées à la position topographique
basse qui induit une submersion très profonde et prolongée dans le temps, donc de
l’engorgement permanent.

Si cette contrainte peut être résolue par un drainage efficace, les sols seront alors d’excellente
qualité.

 Aptitudes culturales

Dans le cadre des aménagements, ces terres ont de bonnes potentialités, d’où ce classement
(classe d’aptitude S2D).

 Aménagement foncier

Apport de fumier de ferme (5 à 10 tonnes/ha) pour améliorer la fertilité.

Apport du PNT comme engrais de fond à 300kg/ha.

Mise en place des techniques appropriées de drainage et de lutte contre l’érosion hydrique.

Le nivellement, le labour moyen et le planage léger sont souhaités.

Fatoumata SANOGO 26 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

(2) Le glacis d’épandage

Les sols sont peu à moyennement profonds et sont constitués de matériaux légers. La superficie
cartographiée est de 48.53 hectares et se situe de part et d’autre de la dépression inondable. Ce
sont des Sols peu évolués d’apport alluvial

o Brève Description Générale du Profil

Horizon superficiel brun (très) foncé à brun grisâtre de limon sableux surmontant un horizon
de sable limoneux brun foncé, de taches jaune rougeâtres et gris rosâtres, indiquant des
conditions de drainage imparfait. L’enracinement est normal et ces sols sont assez nombreuses
galeries d’animaux.

o Description du Profil

Présentation des photos réalisées sur l’unité

Végétation État de surface Profil

Sous un mince horizon de nature sableuse (apport récent) de couleur brun pale, apparaissent les
horizons suivants :

- 0-10 cm : Brun très foncé (9 YR 2/2) à l’état frais et brun (10 YR 5/3) à l’état sec ; limon
sableux ; très faiblement polyédrique subangulaire (et feuilleté dans la partie supérieure) moyen
et grossier ; tendre à peu dur à l’état sec ; nombreux de pores très fins ; peu nombreuses racines
très fines ; limite graduelle ondulée.

- 10 -31 cm : Brun foncé à brun grisâtre très foncé (9 YR 3/2) à l’état frais et brun à brun foncé
(10 YR 4/3) à l’état sec ; limon sableux ; faiblement polyédrique subangulaire grossier ; tendre
à peu dur à l’état sec ; nombreux de pores fins et moyens ; assez nombreuses racines très fines
et fines ; limite graduelle régulière.

Fatoumata SANOGO 27 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

- 31-75 cm : Brun foncé (7.5 YR ¾) à l’état frais et brun jaunâtre foncé (10 YR 4/4) à l’état sec
; peu nombreuses taches jaune rougeâtre (7.5 YR 7/8) à l’état frais, fines, distinct ; sable
limoneux ; faiblement polyédrique subangulaire grossier ; peu dur à l’état sec ; nombreux de
pores très fins et fins ; peu nombreuses racines fines et très peu nombreuses grosses racines ;
limite diffuse

- 75-100 cm : Brun à brun foncé (7.5 YR 4/4) à l’état frais et brun vif (7.5 YR 4/6) à l’état sec
; nombreuses taches jaune rougeâtre (7.5 YR 6/6) grandes, vagues et très peu nombreuses taches
rose à gris rosâtres (7.5 YR 7/3) ; sable limoneux ; non structuré, massive ; dur à très dur à l’état
sec ; peu nombreux de pores fins et nombreux de pores très fins ; peu nombreuses fines racines
; limite diffuse.

- 100-120 cm : Brun (7.5 YR 5/4) à l’état frais et brun vif (7.5 YR 4/6) à l’état sec ; nombreuses
taches gris rosâtres, grandes, vagues et très peu nombreuses taches brunes fines, distinctes ;
sable limoneux ; non structuré, massive ; très dur à l’état sec ; nombreux pores très fins ; peu
nombreuses racines fines et très peu nombreuses racines moyennes.

 Caractéristiques chimiques
Ils sont principalement constitués de limon (53 à 61%) et de sable (30 à 35%). La teneur en
argile est faible, elle varie de 4 en surface à 17% en profondeur. La perméabilité est élevée

3.3à 4.1 cm/h.

Les réactions des sols sont très acides. Les valeurs extrêmes des PH (dans tous les horizons)
sont comprises entre 4,80 et 5,23

 Contraintes
- Niveau topographique ;
- Texture grossière,
- Perméabilité élevée;
- Érosion éolienne.
- Aptitudes culturales

Toutefois, suite à une combinaison de faibles contraintes liées à la texture, au drainage interne
(infiltration rapide), à la sensibilité à l’érosion hydrique (e), à la taille et à la position
topographique haute (t), conduit cette unité à la classe moyennement apte à l’irrigation car ils
s'intègrent moins bien dans une irrigation d'ensemble. L’aptitude à la mise en valeur est
déclassée en S3ste (conditionnellement apte).

Fatoumata SANOGO 28 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Tableau 4 : Aptitudes culturales et potentialités


Unités Aptitudes à la culture irriguée Exigences
Classe Superficie
géomorphologiques Sol Matériau
d’aptitudes Contraintes Potentialités cultures (hectare)
Symboles

Sols hydromorphes Alluvions limono- Submersion et drainage mal Riz inondé et Drainage
peu humifères à gley argilo-argileuses à assurés. Une forte maraîchage en
Dépression (unité D- Amendements.
d’ensemble limono-argileuses compacité
M) contre saison.
Classe Drainage déficient.
18.82
S2d Carence en NPK.

Alluvions Texture grossière, Irrigable Irrigation


limoneuses à Amendements
Sols peu évolués Inondation très temporaire, Marginalement apte
limono-argilo-
d’apport alluvial au riz. Moyennement
Glacis d’épandage sableuse Perméabilité élevée, risque
apte au maraîchage
d’érosion,
(G-M) et à l’arboriculture
Topographie très peu exigeante, au
Classe S3ste irrégulière, reboisement 48.53

moyennant une
Carence en NPK.
bonne maîtrise de
l’eau

Fatoumata SANOGO 29 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Les symboles suivants ont été employés :

(s) limitation due à la texture grossière ;


(d) drainage modéré, temporairement excès d’eau dans le sol, démontré par l’apparition de
taches d’hydromorphie ;
(t) limitation due à la topographie ;
(e) limitation due l’érosion.

3.4. Études géotechniques

3.4.1. Méthodologie

Les études géotechniques ont été menées conformément aux règles de l’art et aux besoins
exprimés par le client.

Les investigations entreprises dans le cadre de la présente étude se sont déroulées en deux étapes
distinctes.

 1ère étape :

Cette étape a concerné toutes les investigations réalisées in situ.

Sur le terrain, des sondages au pénétromètre dynamique et sondages par puits manuel ont été
exécutés sur chaque site.

 2ème étape :

Cette étape a concerné les essais et analyse réalisés au laboratoire, leur interprétation et la
rédaction du présent rapport.

3.4.2. Reconnaissances sur le terrain

Cette étape a concerné à la mise en œuvre des investigations in situ (sur place) comme suite :

 l’exécution de trois (03) sondages à l’aide des puits manuels jusqu’au niveau dur repartis
dans le lit mineur de l’axe ;
 l’exécution de trois (03) sondages au pénétromètre dynamique.

3.4.3. Identification des sols

Les sondages par puits manuels ont été exécutés aux axes des ouvrages et dans les cuvettes afin
de déterminer la nature des couches rencontrées.
Fatoumata SANOGO 30 Projet de Fin d’Etude
Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Essai de pénétration dynamique

- Principe

Le sondage au pénétromètre dynamique est un essai réalisé in situ (sur place) qui permet
d’apprécier la résistance du sol en fonction de la profondeur.

La méthode consiste à enfoncer dans le sol un train de tige muni d’une pointe à l’extrémité par
battage et à compter le nombre de coup nécessaire pour pénétrer tous les 10 (ou 20) centimètres.

C’est un moyen d’estimation approximative de la résistance du sol et doit être suivi d’une étude
détaillée avant le démarrage des travaux de réalisation.

La résistance à la rupture sous la pointe du pénétromètre s’exprime par la formule des

"HOLLANDAIS", de la façon suivante :

𝐌𝟐 ∗ 𝐇 𝟏 𝐧
𝐑𝐝 = 𝐐𝐝 = ∗ ∗
(𝐌 + 𝐂𝐭) 𝐒 𝐞

Rd = Qd = Résistance à la rupture (105 Pa ou bars)

M = Poids du mouton (Kg)

H = Hauteur de chute (cm)

Ct = Poids du pénétromètre (Corps de l’appareil + tiges)

S = Section de la pointe (cm2)

n = Nombre de coups de mouton correspondant à l’enfoncement e

e = Enfoncement (cm).

L’estimation de la contrainte admissible du sol est donnée par les formules suivantes :

 Rd/20 pour les fondations superficielles


 Rd/12 pour les fondations semi profondes
 Rd/6 pour les fondations profondes.

Comme indiqué dans la méthodologie, cette reconnaissance a consisté en l’exécution des


sondages au pénétromètre dynamique sur les axes des ouvrages.

Les valeurs des contraintes admissibles obtenues pour chaque site sont consignées dans les
tableaux ci-après et les graphiques sont joints à l’annexe du présent rapport.

Fatoumata SANOGO 31 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

3.4.4. Essais en laboratoire

Les échantillons de sols prélevés in situ ont été acheminés au laboratoire pour être soumis aux
essais d’identification, de Proctor Normal.

Les essais d’identification et de Proctor Normal permettent de déterminer, sur la base des
caractéristiques physiques, la nature des sols et leur comportement aux compactages.

Les paramètres ainsi déterminés en laboratoire sont :

 la répartition granulométrique des sols par l’analyse granulométrique ;


 les limites de liquidité et l’indice de plasticité (limites d’Atterberg) ;
 le Proctor normal.

3.4.5. Description du sol

Dans le cadre de cette reconnaissance, il a été exécuté trois (3) sondages par puits manuels.

Ces sondages ont permis de mettre en évidence la succession de différentes couches de sols
traversées et de prélever des échantillons pour les différentes analyses. La succession
lithologique des sols se présente comme suit :

La succession lithologique des sols du bas fond de Falacono se présente comme suit :
 Sondage N°1 : Coordonnée : X= 0713208 ; Y= 1371553
0.00 m à 0.40 m : argile limoneuse ;
0.40 m à 3.00 m : argile bariolée.
 Sondage N°2 : Coordonnée : X= 0713220 ; Y=1371550
0.00 m à 0.30 m : argile limoneuse ;
0.40 m à 1.80 m : argile bariolée ;
1.80 m au-delà : carapace latéritique ;
Nappe d’eau à 1.70m.
 Sondage N°3 : Coordonnée : X= 0713246 ; Y=1371554
0.00 à 0.10 m : terre végétale ;
0.10m à 0.70m : argile jaunâtre ;
0.70m à 1.90 : argile limoneuse ;
1.90m à 3.00 : argile bariolée.

Fatoumata SANOGO 32 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Essais au pénétromètre dynamique de l’axe de l’ouvrage


Il a été exécuté deux (2) points de sondages au pénétromètre dynamique repartis sur l’axe de
l’ouvrage. Les résultats des essais sont consignés dans le tableau n°5 ci-dessous présenté.

Tableau 5 : Résultats des essais au pénétromètre dynamique – axe de


l’ouvrage de Falacono
Contrainte Admissibles par sondage (bar)
Profondeur (m)
Essai 1 Essai 2
0.1 0.32 0.65
0.2 0.31 0.47
0.3 0.46 0.46
0.4 0.60 0.30
0.5 0.87 0.44
0.6 0.71 0.71
0.7 0.41 0.83
0.8 0.68 0.81
0.9 0.40 1.06
1 0.52 1.29
1.1 0.76 1.39
1.2 0.37 1.36
1.3 0.48 1.21
1.4 0.47 1.18
1.5 0.58 1.16
1.6 0.57 1.25
1.7 0.45 6.68
1.8 0.76 Refus
1.9 0.75
2 0.95
2.1 1.03
2.2 1.01
2.3 1.00
2.4 1.08
2.5 1.06
2.6 1.80
2.7 1.40
2.8 1.46
2.9 1.17
3 1.33
3.1 1.31
3.2 1.12
3.3 1.02
3.4 1.42
3.5 1.23
3.6 1.14
3.7 1.04
3.8 0.95
3.9 0.78
4 3.84
4.1 Refus

Fatoumata SANOGO 33 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Interprétation :
Au regard des résultats obtenus à l’issu des essais au pénétromètre dynamique réalisés sur le
site, on constate une variation des contraintes comme suite :

 Essai 1 :
 De 0.00 à 3.90 m de profondeur, la contrainte varie de 0.31 bar à 1.80 bar ;
 Le refus est rencontré à 4.00 m.
 Essai 2 :
 De 0.00 à 1.60 m de profondeur, la contrainte varie 0.31 bar à 1.39 bars ;
 Le refus est rencontré à 1.80 m.

Les investigations et essais réalisés in situ ont permis de mettre en évidence la nature des sols
et leur consistance sur la profondeur sondée (1.50 m). Les sols sont constitués essentiellement
d’argile et carapace latéritique localisée.

 Terre végétale ;
 Argile jaunâtre;
 Argile limoneuse
 Argile bariolée.

3.4.6. Matériaux de viabilité

Des recherches ont permis la prospection des matériaux de construction. Les résultats des
recherches sont récapitulés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 6 : Localisation des sites d'emprunt de Falacono


Désignation Position géographique Observations
Toutes les zones potentielles
d’emprunt argileux sont dans un
Emprunt argileux X : 713 549 ; Y : 1 372 150. rayon d’au moins 1 km du site. La
couche d’argile est d’environ 1,30
m.
Carrière de graveleux latéritique X : 711 286 ; Y : 1 371 208. Localisé à moins de 3 km du site.
Carrière de moellon de ramassage X : 707 725 ; Y : 1375 245 Localisé à 6 km su site vers le sud.
Les sables disponibles dans la
zone sont d’origine éolienne et
sont fin.
X : 704 005 ; Y : 1375 584 Les graviers disponibles dans la
Sable et gravier
Fleuve Baoulé zone sont d’origine latéritique. Ils
sont friables.
Ils sont à une distance de 10 km
du site.
Deux (02) pompes à motricité
Le point d’eau humaine et deux (02) puits à
diamètre moyen.

Fatoumata SANOGO 34 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

3.4.7. Conclusion

Au regard des investigations géotechniques et des essais in situ réalisés sur le site, nous
remarquons que les sols sont essentiellement constitués d’argile limoneuse, argile bariolée et
carapace latéritique en profondeur.

Les recherches des matériaux de viabilité ont permis de repérer, des carrières d’argile, de
graveleux latéritique. Compte tenu des caractéristiques du sable local et du gravier sauvage, il
est conseillé d’utiliser le sable et le gravier provenant du fleuve Baoulé à 11 km du site.

Fatoumata SANOGO 35 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

4. ÉTUDES TECHNIQUES D’AMENAGEMENT

4.1. Proposition de variantes d’aménagement

Conformément aux termes de références et aux souhaits des bénéficiaires, il sera proposé la
réalisation d’un ouvrage permettant la pratique d’activités génératrices de revenus comme la
riziculture et le maraichage et d’autre part le désenclavement des villages. Dans le souci de
mieux maîtriser la pratique de ces activités génératrices, nous nous proposons de faire des
études hydrologiques pour avoir la maîtrise sur les besoins en eau dont aura besoin l’ouvrage à
réaliser puis les études hydrauliques pour non seulement avoir une nette idée sur les dimensions
de l’ouvrage à réaliser mais aussi faire sortir un devis estimatif de ce projet.

4.2. Études hydrologiques

Elles ont pour objectifs la détermination des débits de projet (débit de crue centennale) qui est
celui de dimensionnement de l’ouvrage ; la vérification du remplissage de la retenue et la
satisfaction des différents besoins eu égard aux objectifs de l’aménagement.

4.2.1. Documents et outils de base

En plus des informations récoltées sur le terrain, les documents et outils ci-après ont servi de
base pour l’étude hydrologique :

 la cartes topographique (IGM) au 1/200.000ème de la région de Koulikoro,


 les cartes des isohyètes de pluies annuelles et journalières de fréquence décennale
(CIEH),
 les données pluviométriques de la station de Koulikoro ville,
 les logiciels Hydrolab et Map info,
 le manuel des Crues et des Apports pour l’estimation des crues (ORSTOM,
CEMAGREF et FAO).

4.2.2. Caractéristiques physiques du bassin versant

Les bassins versants ont été délimités sur la carte IGM au 200 000ème après son calage dans le
logiciel MapInfo et sur Global Mapper 15. Il se caractérise par un relief accidenté avec un
réseau hydrologique en forme radial. Les cartes ont été géo-référencées par ses cordonnées X
et Y qui ont été confirmées par les relevées au GPS effectués sur le terrain.

La délimitation des bassins versants a permis de dégager ses caractéristiques qui sont :

Fatoumata SANOGO 36 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Tableau 7 : Caractéristique des bassins versants


Longueur
Bassins versants Superficie (km2) Périmètre (km)
hydraulique (km)

Falacono 218,30 130,87 6,190


Source : APD / BETICO

Les cartes ci-dessous illustrent le bassin versant du bas-fond.

Figure 2 : Bassin versant du site de Falacono (source : APD Déf.)

L’exploitation du fond topographique des sites ont permis d’obtenir les courbes hauteur-surface
et hauteur-volume ci-dessous.

Tableau 8 : Données des courbes hauteur-surface et hauteur-volume de


Falacono

Site de Falacono

H (m) Cote (m) Surface (m²) Surface (ha) Volume partiel (m3) Volume cumulé (m3)

- 309,50 - - - -

0,50 310,00 3 443,75 0,34 1 721,88 1 721,88

1,00 310,50 6 734,67 0,67 2 544,61 4 266,48

Fatoumata SANOGO 37 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

1,50 311,00 35 060,58 3,51 10 448,81 14 715,29

2,00 311,50 19 105,50 1,91 13 541,52 28 256,81

2,50 312,00 82 249,32 8,22 25 338,71 53 595,52

3,00 312,50 104 829,86 10,48 46 769,80 100 365,31

3,50 313,00 132 740,15 13,27 59 392,50 159 757,82

4,00 313,50 166 221,18 16,62 74 740,33 234 498,15

5,00 314,00 210 538,81 21,05 94 190,00 328 688,15

Source : APD Déf

4.2.3. La forme du Bassin versant

La forme du bassin versant est déterminée par le coefficient de compacité de Gravelius KG


définit comme suit :
𝐏
𝐊𝐠 =
𝟐√𝛑𝐬

130,87
Kg =
2√π × 230,18

𝐊𝐠 = 𝟐, 𝟒
On classe la forme des bassins suivant le coefficient de compacité de Gravelius KG
Ainsi on a :
Bassin ramassé KG = 1
Bassin allongé KG > 1
Dans notre cas il s’agit d’un bassin allongé.
a. Pluie maximale journalière

C’est le débit minimum garanti pendant l’année afin de vérifier si la cuvette retenue pour notre
ouvrage se remplit ou non.

Notre site se trouve dans des régimes sahéliens et des régimes subdésertiques. La hauteur de
l’averse décennale (P10) dans cette zone varie de 90 à 100 mm Avec une interpolation entre
ces deux courbes nous obtenons comme valeur de précipitation décennale ponctuelle 𝐏𝟏𝟎 =
95,03 𝐦𝐦.

Fatoumata SANOGO 38 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

b. Indice globale de pente


Elle se détermine à partir de la formule suivante :
𝐇5% − 𝐇95%
𝐈𝐠 =
𝐋
Avec L : la longueur du rectangle équivalent et Hi% la côte de courbe de niveau
correspondant à la surface cumulée i% .
𝐏 + √𝐏𝟐 − 𝟏𝟔𝐒
𝐋=
𝟒
130,87 + √130,872 − 16 × 7,69
L=
4
𝐋 = 𝟔𝟓, 𝟑𝟏 𝐦
Tableau 9 : Surface cumulées en fonction de la côte du TN
H 300,50 310 310,5 311 311,5 312 312,5 313 313,5 314
S 0 0,34 0,67 3,51 1,91 8,22 10,48 13,27 16,62 21,05
Sc 0 0,34 1,01 4,52 6,43 14,65 25,13 38,4 55,02 76,07
%sc 0 0,45 1,8 5,94 8,45 19,26 33,04 50,48 72,33 100

On aura donc
𝐇𝟗𝟓% − 𝐇𝟓%
𝐈𝐠 =
𝐋
313,89 − 310,76
Ig =
65,31

𝐈𝐠 = 𝟎, 𝟎𝟒𝟖 𝐦/𝐤𝐦

c. Dénivelé spécifique

Elle s’exprime en mètre et est en théorie dépendante de l’aire du bassin.


𝐃𝐬 = 𝐈𝐠 × √𝐒
Ds = 0,048 × √218,30
𝐃𝐬 = 𝟎, 𝟕m

En fonction de DS on a un relief :
R1 : extrêmement faible, si DS < 10 m ;

Fatoumata SANOGO 39 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

R2 : faible, si DS est entre 10 m et 25 m ;


R3 : assez faible si DS est entre 25 m et 50 m ;
R4 : modéré si DS est entre 50 m et 100 m ;
R5 : assez fort si DS est entre 100 m et 250 m ;
R6 : fort si DS est entre 250 m et 500 m ;
R7 : très fort si DS > 500 m

0,7 𝒎 < 10 𝑚 , alors le relief (ici R1) de notre bassin versant est assez faible.
d. Densité de drainage

C’est le rapport à la superficie d’un bassin versant (B.V), de la longueur totale (ΣLi) de
cours d’eau de tous ordres à l’intérieur du B.V :

∑𝐋𝐢
𝐃𝐝 =
𝐒
6,19
Dd =
218,3
𝐃𝐝 = 𝟎, 𝟎𝟑 𝐤𝐦−𝟏

Si Dd > 1, le cours d’eau a une bonne affluence

Si Dd < 1, le cours d’eau a une faible affluence


Dd = 0,03 < 1 le cours d’eau de notre bassin versant a une faible affluence.
e. Débit de ruissellement kr10

Vu qu’à chaque Ig correspond une valeur du Kr10, nous avons obtenu la nôtre en faisant une
interpolation.
Ig7 → 19,34
Ig4,8 → x?
Ig3 → 15,63
(7 − 4,8)(19,34 − 15,63)
x = 19,34 −
7−3
x = 17,30 %
D’où Kr10 = 17,30 %

Fatoumata SANOGO 40 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

f. Temps de base décennal (Tb10)

Il a aussi été obtenu en faisant une interpolation entre deux valeurs connues de l’Ig corrigé
(Igcor). L’Igcor s’obtient par la formule suivante :
(𝐧 − 𝟏)𝐈𝐠 + 𝐈𝐭
𝐈𝐠 𝐜𝐨𝐫 =
𝐧

Où It est la pente transversale du bassin versant et


n = 2 si L < 5 km
n = 3 si 5 km < L< 25 km
n = 4 si 25 km < L< 50 km
n = 5 si L > 50 km
Alors avec n = 5 et It = 14,58 m/km on a :
(5 − 1) × 4,8 + 14,58
Ig cor =
5

Puisque :
Igcor7 → Tb10 = 126 × S 0,35 + 100
Ig6,8 → x?
Igcor3 → Tb10 = 250 × S 0,35 + 300
Alors :
Ig7 → Tb10 = 928,9
Ig6,8 → x?
Ig3 → Tb10 = 1946,67

(7 − 6,8)(928 − 1946,67)
x = 928,9 −
7−3

x = 979,83
D’où Tb10 = 𝟗𝟕𝟗, 𝟖𝟑 min

Fatoumata SANOGO 41 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

4.2.4. Détermination du débit du projet

La détermination de la crue de projet consiste à déterminer le débit de crue pour lequel on


souhaite protéger l’ouvrage.
Dans le cas de notre ouvrage nous avons choisi le débit de crue centennal (Q100) pour aller
dans le sens de la sécurité même si cela engendre un coût important que l’utilisation du débit
décennale pour le dimensionnement. Nous avons fait appel à deux célèbres formules, celle
d’ORSTOM et celle de CIEH.
a. Méthode d’ORSTOM

Cette méthode permet l’estimation des débits de crues décennales pour les bassins versant de
superficie inférieure à 200 km2 en Afrique Occidentale.
𝐒
𝐐𝐫𝟏𝟎 = 𝐚 ∙ 𝐤𝐚 ∙ 𝐊𝐫𝟏𝟎 ∙ 𝐏𝟏𝟎 ∙
𝐓𝐛𝟏𝟎
Avec :
a = le coefficient de pointe de la crue décennale (généralement = 2,6)
ka : le coefficient d’abattement
P10 : la pluie décennale journalière (190 mm)
Kr10 : le coefficient de ruissellement décennal
Tb10 : temps de base de la crue décennale
S : Superficie du bassin versant
On a :
161 − 0,042Pan
ka = 1 − [ logS]
1000

161 − 0,042 × 932,32


ka = 1 − [ log218,3]
1000
ka = 0,72
D’où :
218,3
Qr10 = 2,6 ∙ 0,72 ∙ 0,17 ∙ 95,03 ∙
979,89 × 60
𝟑
𝐐𝐫𝟏𝟎 = 𝟏𝟏𝟒, 𝟐𝟕 𝐦 ⁄𝐬

b. Méthode de CIEH

La formule du débit de pointe décennal Q10 est basée sur un schéma de régressions multiples et
se présente sous la forme :
𝐤
𝐐𝟏𝟎 = 𝐚 × 𝐒 𝐬 × 𝐏𝐚𝐧𝐩 × 𝐈𝐠 𝐢 × 𝐊𝐫𝟏𝟎 × 𝐃𝐝𝐝

Fatoumata SANOGO 42 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

où : a, s, p, i, k, d ... sont des coefficients à déterminer et,


Q10 : le débit de crue décennale (m3/s) ;
S : superficie du bassin (km2) ;

Ig : indice global de pente (m/km) ;


Pan : pluie annuelle moyenne (mm) ;
Kr10 : coefficient de ruissellement décennal (%) ;
Dd : densité de drainage (km-1).
NB : la liste des paramètres à inclure dans le modèle n’est pas limitative.

Trois équations sont retenues :

Equation N° 26 :
𝐐𝟏𝟎 = 𝟏𝟒𝟔 × 𝐒 𝟎,𝟒𝟕𝟗 × 𝐏𝐦 −𝟎,𝟗𝟔𝟗 × 𝐊 𝟎,𝟒𝟓𝟕
𝐫𝟏𝟎

(Afrique de l’ouest entre 10° E et 10°W)


Equation N° 42 :
𝐐𝟏𝟎 = 𝟎, 𝟎𝟗𝟏𝟐 × 𝐒 𝟎,𝟑𝟗𝟗 × 𝐈𝐠 𝟎,𝟑𝟗𝟗 × 𝐊 𝟏,𝟎𝟏𝟗
𝐫𝟏𝟎

(Burkina Faso + Mali + Niger)


Equation N° 44 :
𝐐𝟏𝟎 = 𝟐𝟎𝟑 × 𝐒 𝟎,𝟒𝟓𝟗 × 𝐏𝐦 −𝟏,𝟑𝟎𝟏 × 𝐊 𝟎,𝟖𝟏𝟑
𝐫𝟏𝟎

(Burkina Faso + Mali + Niger)


avec
Q10 : Le débit décennal (m3 /s)
S : La superficie du bassin versant (Km2)
Ig : L'indice global de pente (m/km)
Kr10 : Le coefficient de ruissellement décennal (%)
Pm10 : La pluie journalière décennale (mm).
Les résultats des calculs sont résumés dans le tableau 10.
Tableau 10 : Calcul du débit de crue
CIEH ORSTOM Débits
Sites Q10 Af.Ouest Q10 Mali+BF retenu
Q10 Mali (m3/s) Q10 (m3/s) (m3/s)
(m3/s) (m3/s)

Falacono 85,9 99,40 65,23 114,27 91,2

Fatoumata SANOGO 43 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Le dépôt des solides


Durant la saison pluvieuse, les particules arrachées (terre, troncs d’arbres, branchage
etc.) pendant le ruissellement aboutissent au barrage et s’y déposent entraînant à la
longue le comblement de la retenue. La détermination des pertes par dépôts solides a
pour but de déterminer la quantité de matériaux susceptibles d’arriver annuellement dans
la retenue, correspondant à la dégradation spécifique annuelle.

Le volume d’envasement est le produit de la dégradation spécifique annuelle par la


superficie du bassin versant. La détermination de la dégradation spécifique peut se faire
soit par la formule de GOTTSCHALK, soit par la formule du CIEH-EIER
(GRESILLON).

Formule de GOTTSCHALK
𝐃 = 𝟐𝟔𝟎 × 𝐒 −𝟎,𝟏

D = 260 × 218,30−0,1

𝟐
𝐃 = 𝟏𝟓𝟏, 𝟕𝟑 𝐦𝟑 /𝐤𝐦 /𝐚𝐧

Formule du CIEH-EIER
𝐏𝐚𝐧 −𝟐,𝟐
𝐃 = 𝟕𝟎𝟎( ) × 𝐒 −𝟎,𝟏
𝟓𝟎𝟎

932,32 −2,2
D = 700( ) × 218,30−0,1
500
2
D = 103,73 m3 /km /an
Il convient de retenir la moyenne des résultats obtenus à partir des deux méthodes, soit:

151,73 + 103,73
𝐃=
2
𝟐
𝐃 = 𝟏𝟐𝟕, 𝟕𝟑 𝐦𝟑 /𝐤𝐦 /𝐚𝐧

Le volume annuel des dépôts solides qui correspond au volume déposé dans la cuvette
pendant la saison pluvieuse est :
𝐕𝐃 = 𝐃 × 𝐒

VD = 127,73 × 218,30
𝐕𝐃 = 𝟐𝟕𝟖𝟖𝟐, 𝟗𝟐 𝐦𝟑 /𝐚𝐧

Fatoumata SANOGO 44 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

4.3. Etude des besoins en eau

Le barrage est érigé en vue de constituer une réserve qui puisse satisfaire les besoins surtout
dans les périodes de sèches généralement du mois de Novembre au mois de Mai soit au moins
pendant 7 mois (214 jours).
Les besoins dans le cadre du présent projet sont d’ordre agricole et animal.
Les normes à prendre en compte selon l’APD sont :

l’abreuvement de :

2000 têtes de bovins et la norme prévoit 30 à 40 l/j/tête.

3000 têtes de petits ruminants et la norme prévoit 5 l/j/tête.

Pour la culture du riz : soit 160 m3/j/ ha

Et les cultures maraîchères : soit 100 m3/j/ ha

Tableau 11 : Récapitulatif des besoins en eaux


nombre de volume d'eau
bétail nombre norme quantité
jours consommé (L)
bovins 2000 40 80000 214 17120000
Petits ruminants 3000 5 15000 214 3210000
Volume abreuvement = 20330000 L
BESOIN AGRICOL
surface nombre de volume d'eau
cultures norme quantité
cultivée jours consommé (L)
Riz 30 160 4800 214 1027200
maraîchères 1500 100 150000 214 32100000
volume agricole = 33127200 L

Le volume total est :


𝐕𝐭 = 53 457,2 𝐦3

4.3.1. Evaluation des pertes par infiltration

Avec une perméabilité du sol de l’ordre de 1.1 cm/h, les pertes par infiltration auront une valeur
environ 1,1 x 10 x 8760 = 96 360 mm par année soit 9636 x 7,96 x 0,01 = 767 m3

4.3.2. Pertes en eau par évaporation


Ces pertes par évaporation sont liées à la surface du plan d’eau et dépendent de :
 la durée de l’ensoleillement
 l’exposition au vent,

Fatoumata SANOGO 45 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

 le déficit de saturation de l’air,


 la présence de végétation aquatique,
 la profondeur de la retenue.

En l’absence des données à l’évapotranspiromètre de pioche, on estime les pertes à


l’évaporation à 15% du volume de la réserve utile.

Soit Ve le volume des pertes par évaporation.


𝐕𝐞 = 𝟏𝟓% 𝐕𝐓

𝑉𝑒 = 0,15 × 53457,2 m3

𝑽𝒆 = 8018,58 𝐦𝟑

4.3.3. Capacité de la retenue

Pour avoir la capacité de la retenue il faut additionner les différents volumes calculés ci-dessus
avec celui des dépôts solides afin de permettre une exploitation convenablement de la retenue.
𝑽 = 𝑽𝑻 + 𝑽𝑰 + 𝑽𝒆

𝑉 = 53457,2 + 767 + 8018,58

𝑽 = 62 242,78 𝐦3

4.4. Etudes hydrauliques

Pour cette partie de l’étude, il s’agira de vérifier la stabilité de l’évacuateur de crue incorporé
dans le barrage et de dimensionner ses ouvrages annexes.

Le choix d’un barrage en digue pour surélever le plan d’eau a été fait avec les critères suivants :

 la topo-morphologie du bas fond ;


 la disponibilité des matériaux (blocs de roche ou de cuirasse, de gravier et de sable) ;
 le coût de réalisation de l’ouvrage.

Il sera adopté un évacuateur de crue en béton cyclopéen comprenant essentiellement trois


parties :

 un déversoir central ;
 un chenal ;
 un bassin de ressaut pour dissiper l’énergie des eaux de déversement.

Fatoumata SANOGO 46 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

4.5. Dimensionnement du barrage

4.5.1. Revanche (R en m)
La revanche est la tranche comprise entre le niveau des plus hautes eaux et la crête du barrage.
Elle a pour but de prévenir toute submersion du barrage dans des conditions de crues
exceptionnelles et de tempête la plus défavorable. Elle se calcul par la formule de GAILLARD :

𝐕𝟐
𝐑 = 𝟎, 𝟕𝟓𝐡 +
𝟐𝐠
Avec :
ℎ: la hauteur des vagues (m) donnée par la formule de formule de Mallet et Pacquant
𝟏
𝐡 = 𝟎, 𝟓𝟎 + √𝐅
𝟑
𝐹: la longueur de Fetch, (lu dans le tableau de l’Américan Society of civil engineers (1,61 Km) ;
𝑔: la pesanteur (10 N/Kg) ;
𝑉: la vitesse des vagues (m/s) donnée par :
𝑽 = 𝟏, 𝟓 + 𝟐𝒉 ;

Les valeurs sont résumées dans le tableau suivant :

Tableau 12 : Caractéristiques de barrage


Caractéristiques Valeurs
Hauteur des vagues (h) 0,92 𝑚
Vitesse des vagues (V) 3,35 𝑚/𝑠
Revanche (R) 1,25 𝑚

4.5.2. Hauteur de la digue (E)


La hauteur du barrage est égale à la hauteur normale de la retenue (H) des eaux majorée de la
charge maximale (h) au-dessus du déversoir de crue et de la revanche (R) :
𝐄=𝐇+𝐡+𝐑
𝐄 = 𝟒 + 𝟎, 𝟔𝟖 + 𝟏, 𝟐𝟓 𝐝′ 𝐨ù 𝐄 = 𝟓, 𝟗𝟑 𝐦

4.5.3. Largeur en crête de la digue (lc en mètres)


Elle permettra la circulation des engins au-dessus de la digue. Elle est calculée par la formule
de KNAPPEN :
𝐥𝐜 = 𝟏, 𝟔𝟓√𝐄
𝐥𝐜 = 𝟏, 𝟔𝟓√𝟓, 𝟗𝟑 d’où 𝐥𝐜 = 𝟒 𝐦
Les caractéristiques du déversoir sont résumées dans le tableau suivant :

Fatoumata SANOGO 47 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Tableau 13 : caractéristiques du déversoir


Caractéristiques Valeurs
Niveau de l’eau à l’amont (H1) 4𝑚
Niveau de l’eau à l’aval (H2) 1𝑚
Hauteur (Hb) 4𝑚
Largeur au plafond (B) 4,8 m
Pente aval (m2) 1/1
Pente amont (m1) 0
Lame d’eau déversante (h) 0,68 𝑚
Ancrage par rapport au fond du bassin de dissipation (e) 1𝑚
Largeur de la crête (bcr) 0,8 𝑚
Coefficient de cohésion (C) 0,3
Sous pression (w) Diagramme c
Coefficient de frottement (f) 0,7
Poids volumique du béton (𝛾𝑏) 2,4 𝑡/𝑚3
Poids volumique immergé des sédiments (𝛾𝑖) 1 𝑡/𝑚3
Angle de frottement interne des sédiments (ϕ) 320
Poids volumique de l’eau (𝛾𝑤) 1 𝑡/𝑚3
Epaisseur de la couche de sédiment (hs) 1,2 𝑚
Epaisseur de la couche de sédiment en période des hautes eaux (hc) 1,6 𝑚
4.5.4. Calculs de stabilité du barrage
Il s’agira ici de vérifier pendant la période des hautes eaux si :
 la stabilité au glissement ;
 la stabilité au renversement ;
 la stabilité au poinçonnement et
 la stabilité interne du barrage ;
Sont respectées.

Les formules utilisées sont résumées dans le tableau suivant.


Tableau 14 : Formules utilisées pour le calcul de stabilité
Formules
Forces verticales (N) Forces horizontales (T)
𝑵 = 𝑮𝟏 + 𝑮𝟐 + 𝑮𝟑 + 𝑷′𝟐 − 𝑾𝟏 − 𝑾𝟐 𝑻 = 𝑷𝟏 + 𝑷𝒕 + 𝑷′𝟏 − 𝑷𝟐
𝐺1 = 𝑏𝑐𝑟 × 𝛾𝑏 × 𝐻𝑏 1
𝑃1 = × 𝛾𝑤 × 𝐻𝑏 2
2
𝐺2 = 0,5(𝑏 × 𝛾𝑏 × 𝐻𝑏 ) 𝑃1 ′ = 𝛾𝑤 × 𝐻𝑏 × ℎ
𝐺3 = 𝐵 × 𝛾𝑏 × 𝑒 1 𝜋 𝜑
𝑃𝑡 = × 𝛾𝑖 × ℎ𝑐 2 × tan2 ( − )
2 4 2
1
× 𝑚 × 𝛾𝑤 × 𝐻2 2
𝑃2 ′ =
2
1 2
𝑊1 = × 𝐵 × × 𝛾𝑤 (𝐻1 − 𝐻2 )
2 3
𝑊2 = 𝐵 × 𝛾𝑤 𝐻2

Fatoumata SANOGO 48 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Avec :
𝐺 = poids du barrage ;
𝑃1 = pression hydrostatique amont (triangulaire) ;
𝑊 = sous-pression de l’eau ;
𝑃1 ′= pression hydrostatique amont (rectangulaire) ;
𝑃2 ′ = poids de l’eau sur le talus aval ;

4.5.5. Période des hautes eaux.

Ici, la hauteur d’eau en amont va équivaloir à la hauteur du barrage (𝐻𝑏 ), et la hauteur en aval
existera. Les calculs se feront en suivant le schéma suivant :

Figure 3 : Barrage en période de retenue normale


 stabilité au glissement
Elle est calculée par :
𝑩𝑪 × 𝑵𝒇
𝒇𝒔 =
𝑻

Fatoumata SANOGO 49 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

En se basant sur les formules énumérées ci-dessus nous obtenons les valeurs suivantes :

Tableau 15 : Efforts verticaux et horizontaux, période de hautes eaux


Forces (t)
Verticales Horizontales
𝑮𝟏 = 𝟕, 𝟔𝟖 𝑷𝟏 = 𝟖

𝑮𝟐 = 𝟏𝟗, 𝟐 𝑷𝟏 = 𝟐, 𝟕𝟐
𝑮𝟑 = 𝟏𝟏, 𝟓𝟐 𝑷𝟐 = 𝟎, 𝟓
𝑾𝟏 = 𝟒, 𝟖𝟐
𝑾𝟐 = 𝟒, 𝟖 𝑷𝒕 = 𝟎, 𝟒
𝑷′𝟐 = 𝟎, 𝟓
𝑵 = 38,9 − 9,62 = 𝟐𝟗, 𝟐𝟖 𝑻 = 11,12 + 0,5 = 𝟏𝟎, 𝟔𝟐
On aura donc :
𝟒, 𝟖 × 𝟎, 𝟑 + 𝟎, 𝟕 × 𝟐𝟗; 𝟐𝟖
𝒇𝒔 = = 𝟐, 𝟎𝟕
𝟏𝟎, 𝟔𝟐

La stabilité au glissement est assurée quand 𝒇𝒔 > 𝟏, 𝟓, vu que cette condition est respectée
alors la stabilité au glissement est respectée.

 la stabilité au renversement

Elle est calculée par :

∑ 𝑴𝒔𝒕𝒂/𝑩
𝒇𝒔 =
∑ 𝑴𝒓𝒆𝒗/𝑩

Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 16 : Calcul de stabilité au renversement, période de hautes eaux


Forces (t) Bras de levier (m) Moment/B (t.m)
𝐺1 = 7,68 𝑏𝑐𝑟 33,79
+ 𝑏 = 4,4
2
𝐺2 = 19,2 2𝑏 51,2
= 2,67
3
𝐺3 = 11,52 𝐵 27,65
= 2,4
2
𝑃2 = 0,5 𝐻2 0,67
+ 𝑒 = 1,33
3
𝑃2 ′ = 0,5 𝐻2 × 𝑚2 0,17
= 0,33
3
𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑡𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠 = 113,48 𝑡. 𝑚

Fatoumata SANOGO 50 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

𝑃1 = 8 𝐻𝑏 17,76
+ 𝑒 = 2,22
3
𝑃1 ′ = 2,72 𝐻𝑏 8,16
+ 𝑒 = 2,63
2
𝑃𝑡 = 0,4 ℎ 0,61
+ 𝑒 = 1,53
3
𝑊1 = 4,82 2𝐵 15,44
= 3,2
3
𝑊2 = 4,8 𝐵 11,52
= 2,4
2
𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑟𝑒𝑛𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠 = 53,49 𝑡. 𝑚

On aura donc :
113,48
𝑓𝑠 = = 2,12
53,49

La stabilité au renversement est assurée quand 𝒇𝒔 > 𝟏, 𝟓, vu que cette condition est respectée
alors la stabilité au renversement est respectée.

 la stabilité au poinçonnement :

On aura besoin de faire ces calculs :

1
𝑞𝑎𝑑𝑚 = (0,5𝛾𝐵𝑁𝛾 + 𝐶𝑁𝑐 + 𝛾𝐷𝑁𝑞 )
𝐹𝑠

𝑁 6𝑒 𝐵
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (1 + ) Si 0<𝑒<
𝐵 𝐵 6

2𝑁 1 𝐵 𝐵
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (𝐵 ) 𝑠𝑖 <𝑒<
3 −𝑒 6 2
2

|𝑀/0 |
𝑒=
𝑁

Avec :

𝑁𝛾 , 𝑁𝑐 , 𝑁𝑞 : les facteurs de capacité portantes lues dans le tableau de Hansen

𝑒: L’excentricité

𝐹𝑠 : facteur de sécurité pris égal à 3

𝛾: poids volumique immergé du sol

Fatoumata SANOGO 51 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

𝐷: profondeur d’ancrage du barrage

𝐶, 𝐵, 𝑁, 𝑀/0 : les mêmes significations précitées à partir du tableau 3.2

La seule valeur manquant est 𝑀/0 , les calculs de ce moment sont résumés dans le tableau
suivant :

Tableau 17 : Calcul du moment par rapport au centre de la base, période des


hautes eaux
Forces (t) Bras de levier (m) Signe Moment/o (t.m)
𝐵 𝑏𝑐𝑟
𝐺1 = 7,68 − =2 - 5,33
2 2
𝐵 𝑏
− (𝑏𝑐𝑟 + )
𝐺2 = 19,2 2 3 - 0,64
= 0,64
𝐺3 = 11,52 0 0
𝐻2
𝑃2 = 0,5 + 𝑒 = 1,33 - 0,5
3
𝐵 𝐻2 × 𝑚2
𝑃2 ′ = 0,5 − = 2,07 + 1,03
2 3
𝐻𝑏
𝑃1 = 8 + 𝑒 = 2,33 + 18,67
3

𝑃𝑡 = 0,39 + 𝑒 = 1,53 + 0,61
3
𝐻𝑏
𝑃1 ′ = 2,72 +𝑒 =3 + 8,16
2
𝐵 𝐵
𝑊1 = 4,82 − = 0,8 + 3,86
2 3
𝑊2 = 4,8 0 0
De ce tableau on a : 𝑀/0 = 25,85 𝑡. 𝑚.

Avec un angle de frottement interne 𝜑 = 32 0 , nous avons pu lire sur le tableau de Mansen :
𝑁𝑐 = 35,5 ; 𝑁𝑞 = 23,2 ; 𝑁𝛾 = 20,8

Ainsi nous avons les valeurs de 𝜎𝑟é𝑒𝑙 𝑒𝑡 𝑞𝑎𝑑𝑚 .

1
𝑞𝑎𝑑𝑚 = (0,5 × 1 × 4,8 × 20,8 + 0,3 × 35,5 + 1 × 2,8 × 23,2)
3

𝒒𝒂𝒅𝒎 = 𝟒𝟏, 𝟖𝟒 𝒕/𝒎𝟐

25,85 𝐵 4,8 𝐵 4,8


𝑒= = 0,88 𝑚 ; = = 0,8 ; = = 2,4
𝟐𝟗,𝟐𝟖 6 6 2 2

𝐵 𝐵
Donc <𝑒< , alors
6 2

Fatoumata SANOGO 52 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

2𝑁 2 × 29,28
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = = = 𝟏𝟐, 𝟖𝟒 𝒕/𝒎𝟐 < 𝒒𝒂𝒅𝒎
𝐵 4,8
3 ( 2 − 𝑒) 3 (
2 − 0,88)

La stabilité au poinçonnement est assurée quand 𝝈𝒓é𝒆𝒍 < 𝒒𝒂𝒅𝒎 , vu que cette condition est
respectée alors la stabilité au poinçonnement est respectée.

 stabilité interne du barrage


- contraintes normales dans le corps du barrage et dans les fondations

N ∑|M/O | N ∑|M/O|
𝜎𝑚𝑖𝑛 = −6 et 𝜎𝑚𝑎𝑥 = +6
𝐵 𝐵2 𝐵 𝐵2

𝝈𝒎𝒊𝒏 𝝈𝒎𝒂𝒙
29,28 25,85 29,28 25,85
−6 +6
4,8 4,82 4,8 4,82
−𝟎, 𝟔𝟑 𝟏𝟐, 𝟖𝟑

- contraintes à l’arête sur les sections horizontales

𝝈𝒂𝒎
𝒚 = 𝜎𝑚𝑖𝑛 et 𝝈𝒂𝒗
𝒚 = 𝜎𝑚𝑎𝑥

𝝈𝒂𝒎
𝒚 𝝈𝒂𝒗
𝒚

29,28 25,85 29,28 25,85


−6 +6
4,8 4,82 4,8 4,82
𝟎, 𝟔𝟑 𝟏𝟐, 𝟖𝟑

- contraintes à l’arête sur les sections verticales

𝝈𝒂𝒎 𝒂𝒎 2 2
𝒙 = 𝝈𝒚 𝑚1 + 𝛾𝑤 𝐻1 (1 − 𝑚1 ) et 𝝈𝒂𝒎 𝒂𝒗 2 2
𝒙 = 𝝈𝒚 𝑚2 + 𝛾𝑤 𝐻2 (1 − 𝑚2 )

𝝈𝒂𝒎
𝒙 𝝈𝒂𝒗
𝒙

−0,63 × 02 + 1 × 4 × (1 − 02 ) 12,83 × 12 + 1 × 1(1 − 12 )

𝟒 𝟏𝟐, 𝟖𝟑

- contraintes tangentielles dans le corps du barrage

𝝉𝒂𝒎 𝒂𝒎
𝒙𝒚 = (𝛾𝑤 𝐻1 − 𝝈𝒚 )𝑚1 et 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒗
𝒙𝒚 = (𝝈𝒚 − 𝛾𝑤 𝐻2 )𝑚2

𝝉𝒂𝒎
𝒙𝒚 𝝉𝒂𝒗
𝒙𝒚

(1 × 4 − 4) × 0 (12,83 − 1 × 1) × 1

𝟎 𝟏𝟏, 𝟖𝟑

Fatoumata SANOGO 53 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

- contraintes principales

Maximum à l’arête amont (t/m2) 𝝈𝒂𝒎


𝟏 = 𝛾𝑤 𝐻1 𝟒
Maximum à l’arête aval (t/m2) 2
𝝈𝒂𝒗 𝒂𝒗 2
𝟏 = 𝝈𝒚 (1 + 𝑚2 ) − 𝛾𝑤 𝐻2 𝑚2 )
𝟐𝟒, 𝟔𝟔

Minimum à l’arête amont (t/m2) 2


𝝈𝒂𝒎 𝒂𝒎 2
𝟐 = 𝝈𝒚 (1 + 𝑚1 ) − 𝛾𝑤 𝐻1 𝑚1 )
𝟎, 𝟔𝟑

Minimum à l’arête aval (t/m2) 𝝈𝒂𝒗


𝟐 = 𝛾𝑤 𝐻2 𝟏

- épures des contraintes sur les sections horizontales et verticales


𝑥 𝒂𝒗 𝑥 𝑥 𝒂𝒗 𝑥
𝝈𝒙 = 𝝈𝒙 + (1 − ) 𝝈𝒂𝒎 𝝈𝒚 = 𝝈𝒚 + (1 − ) 𝝈𝒂𝒎
𝐵 𝐵 𝒙 𝐵 𝐵 𝒚
𝑥 𝑥 𝑥 𝑥 𝑇 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒎
𝒙𝒚 +𝝉𝒙𝒚
𝝉𝒙𝒚 = 𝐵 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒎
𝒙𝒚 + (1 − 𝐵) 𝝉𝒙𝒚 + 𝟔 (1 − 𝐵) 𝐵 × (𝐵 − )
2

𝝈𝒙 = 1,84 𝑥 + 4 𝝈𝒚 = 2,8 𝑥 − 0,63


𝝉𝒙𝒚 = 0,89 𝑥 2 − 2,21𝑥

La stabilité dans le corps du barrage est assurée quand toutes les contraintes sont supérieures à
zéro, vu que cette condition est respectée alors la stabilité dans le corps du barrage est
respectée.
Les épures seront tracées et données en annexe.

4.5.6. Calcul du bassin de ressaut

Il y a nécessité de réaliser un bassin de ressaut quand l’écoulement est torrentiel. Au pied du


déversoir poids, les eaux arrivent avec une énergie cinétique importante ce qui à la longue
entrainerait un déchaussement de l’ouvrage évacuateur.

Le dimensionnement du bassin de dissipation revient donc à donner une longueur supérieure à


la longueur L du ressaut et une profondeur D telle que 𝒚𝟐 − 𝑫 ≤ 𝒚𝒏 . Le problème revient donc
à déterminer ; y2 ; yn ; L

Fatoumata SANOGO 54 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Figure 4 : Bassin de ressaut

 longueur déversante L

Elle est donnée par la formule suivante :

𝑄 91,2
𝐿= =
𝑚. ℎ3/2 . √2𝑔 0.40 × 𝑂, 683/2 × √2 ∗ 9,81

𝐋 = 𝟗𝟏, 𝟕𝟗 𝐦

 Détermination de la profondeur du bassin 𝒀𝟐

La profondeur du bassin peut être déterminée par abaque. La méthodologie est la suivante :

- Calculer 𝐻/𝑃 ;
- Calculer 𝐷/𝑃 ;
- Lire sur l'abaque 2 (en annexe) la valeur correspondante de 𝑌𝑛 /𝑃 et en déduire 𝑌𝑛 =
𝑥. 𝑃

Application :

𝑯𝑶 = 4 𝒎 𝒉 = 𝟎, 𝟔𝟖 𝒎

Supposons D = 0,50 m

𝐷 0,50 𝐷 ℎ 0,68 ℎ
= = 0,125 = = 0,17
𝐻𝑂 4 𝐻𝑂 𝐻𝑂 4 𝐻𝑂

Fatoumata SANOGO 55 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

La lecture sur l'abaque ci-contre nous donne

𝑦𝑛
= 0,35 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑦𝑛 = 0,35𝐻0 𝒚𝒏 = 𝟏, 𝟒 𝒎
𝐻𝑂

 Largeur et autres caractéristiques du bassin

La largeur du bassin de dissipation doit être au moins égale à la longueur du ressaut. Celle-ci
est déterminée par abaques en fonction du nombre de Froude à l'entrée du bassin (𝐹).

𝐕𝟏
𝐅= v1 et y1 représentent respectivement la vitesse en m/s et le tirant d’eau en m
√𝐠.𝐲𝟏

𝑉1 et 𝑦1 Peuvent être calculés en résolvant le système d'équations suivant :

𝑽𝟏 = √𝟐𝒈(𝟎, 𝟗(𝑯 + 𝒉) − 𝒚𝟏 ) Avec 𝑯 = 𝑯𝑶 + 𝑫

𝑸𝑷𝒓𝒐𝒋𝒆𝒕
𝒚𝟏 = 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐿: 𝑙𝑎 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑑é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒
𝑳 × 𝑽𝟏

Donc

91,2
𝑉1 = √2 × 9,81(0,9(4 + 0,68) − )
91,79 × 𝑉1

Nous avons ainsi une équation du troisième degré à résoudre :

Après interpolations on obtient :

19,62𝑦1 3 − 82,60 𝑦1 2 + 1 = 0

𝑦1 = 0,11 𝑚 → 𝑉1 = 9,03 𝑚/𝑠

𝑦1 < 𝐻𝑜 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑦1 = 0,11 𝑚

 Calcul du nombre de Froude

𝑉1 9,03
𝐹= 𝐹=
√𝑔 × 𝑦1 √9,81 × 0,11

𝐅 = 𝟖, 𝟔𝟗

𝐹 = 8,69 > 4,5 et la vitesse d’entrée inférieure à 15 m/s il est recommandé d’utiliser le bassin
de type II.

Fatoumata SANOGO 56 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

 Détermination de l’épaisseur du bassin à ressaut

Cette épaisseur est donnée par :

𝑬𝒓𝒂𝒅𝒊𝒆𝒓 = 𝟎, 𝟏𝟓𝑽𝟏 √𝒚𝟏

Nous obtenons donc :

𝐸𝑟𝑎𝑑𝑖𝑒𝑟 = 0,15 × 9,03√0,11 = 0,45 𝑚

 Tirant d’eau aval minimum

Il est donné par :

𝒚𝟐 𝟏
= (√𝟏 + 𝟖𝑭𝟐 − 𝟏)
𝒚𝟏 𝟐

Nous obtenons donc :

𝑦2 1
= (√1 + 8 × 8,692 − 1) = 11,8
𝑦1 2

𝑑 ′ 𝑜ù 𝑦2 = 11,8𝑦1

𝒚𝟐 = 𝟏, 𝟑 𝒎

 longueur du bassin l

𝑙
Elle est exprimée par la relation qui se lit sur un abaque 1 (voir annexe). La lecture de ce
𝑦2
rapport sur l’abaque nous donne :

𝑙
= 2,70 ↔ l = 2,7𝑦2 = 2,7 × 1,3 = 3,5 𝑚
𝑦2

 dimensions des blocs chicanes ℎ2

ℎ2
Leur hauteur est exprimée par la relation qui se lit sur un abaque 1 (voir annexe). La lecture
𝑦1
de ce rapport sur l’abaque nous donne :

ℎ2
=2 ↔ ℎ2 = 1,8𝑦1 = 2 × 0,11 = 0,22 𝑚
𝑦1

Les autres dimensions sont résumées dans le tableau suivant :

Fatoumata SANOGO 57 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Largeur du bloc 0,75ℎ2 0,17 m


Espacement entre deux blocs chicanes 0,75ℎ2 0,17 m
Espacement de rive 0,375ℎ2 0,08 m
Distance par rapport au pied du déversoir 0,8ℎ2 0,18 m
Tête du bloc 0,2ℎ2 0,04 m

 dimensions des blocs de chute

Largeur du bloc 𝑦1 0,11 m


Espacement entre deux blocs chicanes 𝑦1 0,11 m
Espacement de rive 0,5𝑦1 0,06 m
Tête du bloc 𝑦1 0,11 m

 hauteur du seuil terminal


ℎ4
Elle est exprimée par la relation qui se lit sur un abaque 1 (voir annexe). La lecture de ce
𝑦1
rapport sur l’abaque nous donne :

ℎ4
= 1,6 ↔ ℎ4 = 1,6𝑦1 = 1,6 × 0,11 = 0,018 𝑚
𝑦1

Vérification : 𝐲𝟐 − 𝑫 ≤ 𝒚𝒏  𝟏, 𝟑 − 𝟎, 𝟓 ≤ 𝟏, 𝟒

Nous pouvons dire que la longueur donnée au bassin de dissipation est convenable puisque
𝒚𝟐 − 𝑫 ≤ 𝒚𝒏

4.5.7. Calcul de la longueur du déversoir par la méthode de EIER-CIEH

Il s’agira de déterminer ici la longueur nécessaire du déversoir afin de pouvoir assurer un bon
laminage des crues. La méthodologie à suivre est la suivante :

 Calculer L1 sans tenir compte de l’effet de laminage :

𝐐𝐜𝐦𝐚𝐱 = 𝐦 × 𝐋𝟏 × √𝟐𝐠 × 𝐡𝟑/𝟐

 Calculer X01 puis log10 X01 :


𝐦𝟐 𝐠𝐋𝟏 𝟐 𝐐𝐜𝐦𝐚𝐱 𝐭 𝟑
𝐗 𝟎𝟏 =
𝑺𝟑
 Lire 1 sur l’abaque 3 et calculer :

Fatoumata SANOGO 58 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

𝐐𝐞𝐦𝐚𝐱 = 𝟏 𝐐𝐜𝐦𝐚𝐱
 Calculer L2 avec:
𝟏 𝐐𝐜𝐦𝐚𝐱 = 𝐦 × 𝐋𝟐 × √𝟐𝐠 × 𝐡𝟑/𝟐
 Recommencer le calcul avec L2 , 𝐗 𝟎𝟐 , log10 X02, 𝟐 𝐐𝐜𝐦𝐚𝐱 et L3 et ainsi de suite par
itérations successives, jusqu’à obtenir une valeur convergente de L
𝟏 𝐐𝐜𝐦𝐚𝐱 = 𝐦 × 𝐋𝟐 × √𝟐𝐠 × 𝐡𝟑/𝟐
Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 18 : Calculs d’itération pour l’obtention de la longueur du déversoir

L(m) S(m2) m tm(s) Qcmax(m3/s) g(m/s2) X0 log10 X0 B Qemax


91,80 79600 0,4 19400,634 91,20 9,81 17463,7034 4,24 88,0% 80,3
80,78 79600 0,4 19400,634 91,20 9,81 13523,8919 4,13 86,0% 78,4
78,94 79600 0,4 19400,634 91,20 9,81 12916,155 4,11 85,0% 77,5
78,03 79600 0,4 19400,634 91,20 9,81 12617,5257 4,10 84,5% 77,1
77,57 79600 0,4 19400,634 91,20 9,81 12469,5208 4,10 84,0% 76,6
77,11 79600 0,4 19400,634 91,20 9,81 12322,3891 4,09 84,0% 76,6
77,11 79600 0,4 19400,634 91,20 9,81 12322,3891 4,09 84,0% 76,6
77,11 79600 0,4 19400,634 91,20 9,81 12322,3891 4,09 84,0% 76,6

On pourra donc retenir une longueur de 77,11 m pour notre déversoir.

Fatoumata SANOGO 59 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

4.6. Devis quantitatif et estimatif

Tableau 19 : Devis quantitatif et estimatif du projet

Barrage en béton cyclopéen 313,50 m et 160 ml de long)


Montant du
N° Désignation Unités Quantités P. U
Contrat
I Amenée-repli du chantier
2 800
1.1 Amenée installation et repli du chantier FF 1,00 2 800 000
000
1.2 Élaboration des plans d'exécution FF 1,00 300 000 300 000
1.3 Implantation des ouvrages FF 1,00 300 000 300 000
Terrassement
Débroussaillage et nettoyage de l'emprise de
1.3 m2 1 800,00 150 270 000
l'ouvrage
1.4 Fouille pour fondations du mur d'étanchéité m3 319,00 2 500 797 500
Fouille pour fondations du bassin de dissipation
1.5 m3 423,90 2 500 1 059 750
et les berges d'ancrage
1.6 Fouille pour l'empierrement aval m3 150,00 2 500 375 000
SOUS TOTAL I 5 902 250
II Travaux de béton et d'équipement
2.1 BETON
2.1. Béton de propreté dosé à 150 Kg /m3 (le mur
m3 10,80 40 000 432 000
1 d'étanchéité et les berges d'ancrage)
2.1. Béton armé dosé à 350 Kg /m3 pour les dallettes
m3 1,80 110 000 198 000
2 de traversé au niveau du pertuis
Béton armé dosé à 400 kg/m3 pour les poteaux
2.1. jumelés au niveau des joints water stop dans le
m3 51,30 110 000 5 643 000
3 mur d'étanchéité et passerelle du pertuis y
compris sikalite
2.2 MAÇONNERIE
2.2. Béton cyclopéen dosé à 350 Kg /m3 pour les
m3 384,00 55 000 21 120 000
1 murs d'étanchéité y compris Sikalite
2.2. Béton cyclopéen dosé à 350 Kg /m3 pour le
m3 236,00 55 000 12 980 000
2 blocage du mur d'étanchéité y compris Sikalite
2.2. Béton cyclopéen dosé à 350 Kg /m3 pour le
m3 278,50 55 000 15 317 500
3 contrefort y compris Sikalite
Béton cyclopéen dosé à 350 Kg /m3 pour le
2.2.
bassin de dissipation et les chites et chicanes y m3 179,58 55 000 9 876 900
4
compris Sikalite
Béton cyclopéen dosé à 350 Kg /m3 pour le buté
2.2.
d'ancrage de la protection de l'empierrement m3 22,80 55 000 1 254 000
5
libre
2.2. Béton cyclopéen dosé à 350 Kg /m3 pour les
m3 44,80 55 000 2 464 000
6 piliers du pertuis y compris sikalite et sikalatex
Enduit dosé à 400 kg/m3 sur le corps de
2.2.
l'ouvrage (mur d'étanchéité, pertuis, m2 876,00 3 000 2 628 000
7
contrefort et berges)
2.3 PERRES SECS
2.3. Filtre en sable sous le bassin de dissipation ép. 5
m3 48,00 10 000 480 000
1 cm
2.3. Filtre en gravier sous le bassin de dissipation
m3 48,00 12 000 576 000
2 ép. 5 cm

Fatoumata SANOGO 60 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Barrage en béton cyclopéen 313,50 m et 160 ml de long)


Montant du
N° Désignation Unités Quantités P. U
Contrat
2.3.
Gabion pour la protection de l'aval du pertuis m3 40,00 15 000 600 000
3
2.3. Empierrement libre pour le prolongement du
m3 144,00 6 500 936 000
4 bassin de dissipation
2.3. F et P de barbacanes en PVC 40 dispose en
ml 30,00 1 000 30 000
5 carrée
2.4 EQUIPEMENTS HYDROMECANIQUES :
F et P de batardeaux métallique en éléments de
2.4. 1,50x0,25x0,05 y compris peinture antirouille
U 36,00 75 000 2 700 000
1 avec rainure en UPN 10 et fourniture de tige de
démontage
2.4. Joint Water stop dans le mur d'étanchéité à
ml 70,00 10 000 700 000
2 chaque 10 m
2.4. Traitement de joint en polystyrène à chaque 10
m2 318,50 1 000 318 500
3 m
DISPOSITIF DE SUIVI HYDRAULIQUE ET
2.5
HYDROMETRIQUE
2.5. F et P échelle d'accès aux batardeaux en tube
U 6,00 70 000 420 000
1 rond Ø 30 mm, H=4,00 m
2.5.
F et P échelle limnimétrique de crue U 2,00 60 000 120 000
2
SOUS TOTAL II 78 793 900
TOTAL GENERAL 84 696 150

Fatoumata SANOGO 61 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

4.7. Planning de l’exécution des travaux

Tableau 20 : Planning d’exécution des travaux

Période de 16 semaines
N° DESIGNATION Février 2020 Mars 2020 Avril 2020 Mai 2020
1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4
I- Conception et études
1- Etudes géotechniques  
2- Note de calcul
II- Installation du chantier
1- Construction baraques
2- Délimitation domaine et nettoyage
3- Amenée matériels
III- Terrassement
1- Implantation et fouille
IV- Maçonnerie
1- Préfabrication
2- Fondation
3- Mur d'étanchéité
4- Talus aval
5- Bassin à ressaut

Fatoumata SANOGO 62 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

V- Accessoires
1- Joint water - stop
1- Drains galerie le long du barrage
2- Drains verticaux
3- Préfabrication batardeau
VI- Enduits
1- Revêtement des parois et bassin
VII- Nettoyage et repli
VIII- Auto réception et corrections

Fatoumata SANOGO 63 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

5. CONCLUSION

L’élaboration du travail devrait impérativement être précédée de certains aspects liés à la


maitrise technique des éléments liés à la conception et à la stabilité des barrages poids. En effet
la contribution bibliographique avait pour objectif capital de cerner l’ensemble des critères liés:

au choix du type de barrages d’une manière générale en fonction des paramètres
topographiques, géologiques, hydrologiques, géotechniques et économiques,

au choix du type de barrages en béton lié à l’incorporation des évacuateurs des crues, aux
spécificités des fondations et appuis et à la disponibilité des carrières pour la réalisation du
barrage,

à l’analyse des critères de stabilité de ce type d’ouvrage par :

La définition de sollicitations agissantes sur l’ouvrage,

La manifestation de ces actions et les paramètres d’évaluation,

Les critères de conception généraux en termes de combinaisons d’actions, de


stabilité interne et de l’influence du mode de traitement des fondations sur les sous pressions,

Les procédés d’amélioration de la stabilité de l’ouvrage.

Une part importante du travail a été réservée à l’analyse paramétrée de la stabilité. La définition
des variantes de conception étudiées s’est articulée autour de :

 l’influence des critères relatifs au mode de traitement et à l’inertie des fondations, de


 l’influence des sous pressions et des dispositions permettant l’augmentation des forces
participantes à la résistance du barrage au glissement et au renversement.

Le coût du projet est estimé à quatre-vingt-quatre millions six cents quatre-vingt-seize mille
cent cinquante (84 696 150) FCFA TTC, exécutable en 16 semaines.

Fatoumata SANOGO 64 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Annexes

Fatoumata SANOGO 65 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Figure 5 : Abaque 1

Fatoumata SANOGO 66 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Figure 6 : Abaque 2

Fatoumata SANOGO 67 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Figure 7 : Abaque 3

Fatoumata SANOGO 68 Projet de Fin d’Etude


Etudes Techniques d’aménagement d’un bas-fond à Falacono et d’un périmètre maraîcher à Diègné
dans la commune rurale de N’Garadougou au Mali

Figure 8 : Epures des contraintes

Fatoumata SANOGO 69 Projet de Fin d’Etude