Vous êtes sur la page 1sur 62

Ce document a été acheté par :

Jean-Marc Kodja
Ce fichier PDF peut être utilisé seulement par la personne qui en
a acquis les droits. Il est strictement défendu de le donner, en totalité ou en partie,
à toute autre personne.

Il est également interdit de le placer dans un centre de documentation ou


une bibliothèque et d'en faire des copies illicites sans payer les droits
de reproduction qui y sont rattachés.

C.P. 1202
Lévis (Québec) G6V 6R8
CANADA
Tél. : 418 833-5607
Téléc. : 418 833-9723
info@envolee.com
www.envolee.com

Ce document PDF a été généré le : 2018-10-30 à 09:32:47


2013-06-26

Annie St-Amand
Case postale 1202
Lévis (Québec) G6V 6R8
ANNÉES Téléphone : 418 833-5607
5 6 S 1 S 2 S 3 S 4 S5 Télécopieur : 418 833-9723
www.envolee.com / info@envolee.com
Ce document peut être reproduit seulement
par l’enseignante ou l’enseignant qui en a
acquis les droits de reproduction. Ces droits
lui permettent de le reproduire uniquement
pour ses élèves. Il est strictement défendu
de donner ce document, ou une partie de ce
document, à d’autres enseignantes ou
enseignants.

Il est également interdit de le placer dans un


centre de documentation ou une bibliothèque et
d’en faire des copies illicites sans payer les
droits de reproduction qui y sont rattachés.

Les homophones s’emmêlent — Corrigé

© 2013, Éditions « À Reproduire »


Tous droits réservés

Dépôt légal — Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013


Dépôt légal — Bibliothèque et Archives Canada, 2013

ISBN 978-2-89672-335-5

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre
du Canada pour nos activités d’édition.

Ce document appartient à Jean-Marc Kodja


Table des matières

Les homophones à, a et as . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
Les homophones ce et se . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Les homophones ces et ses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Les homophones c’est et s’est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Les homophones la, là, l’a et l’as . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Les homophones leur et leurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Les homophones quel, quelle et qu’elle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Les homophones ou et où . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Les homophones on et ont . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Les homophones sans, sang, cent, s’en, sent et sens . . . . . . . . . 19
Les homophones cour, cours, court, courent et coure . . . . . . . . 21
Les homophones cet, cette et sept . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Les homophones voix, voie, vois, voit et voient . . . . . . . . . . . . 25
Les homophones tant, temps et t’en . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
Les homophones pain, pin, peins et peint . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Les homophones peu, peux et peut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Les homophones faim et fin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Les homophones dans, dent et d’en . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Les homophones au, aux, eau, eaux et haut . . . . . . . . . . . . . . . 37
Les homophones prêt, prêts et près . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Les homophones ses, ces, c’est, s’est, sais et sait . . . . . . . . . . . . 41
Les homophones mer, maire et mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
Les homophones paire, perds, perd, père, pers, pair . . . . . . . . . 45
Les homophones amande et amende . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
Les homophones air, airs, aire, ère, erre, erres et errent . . . . . . 49
Les homophones verre, vert, vers et ver . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Annexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
à, a et as
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones à, a et as.
L’acteur
La cérémonie de remise des prix a connu un succès grandiose. L’acteur qui l’animait a su
nous en mettre plein la vue avec ses cascades audacieuses exécutées comme dans les films
d’action dans lesquels il tient la vedette. Il a d’ailleurs remporté le titre du meilleur acteur
grâce à son immense talent. Sans aucun doute, cet homme est un comédien-né ! Depuis
sa tendre enfance, chaque occasion est pour lui une chance d’amuser les invités. Tu as
s­urement compris que, pour exceller dans son domaine, il faut travailler avec a­rdeur. Mais tu
peux y arriver, si tu as de la volonté. Comme on le dit si bien : « Tu le peux, si tu le veux ! »

Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones à, a et as.
à : C’est une préposition. On ne peut pas remplacer à par avait dans la phrase. Il y a
une action, un mouvement… Se dit à.

a :  Verbe avoir, 3e pers. sing. (il, elle, on). On peut remplacer a dans la phrase en
disant avait. Se dit â.

as : Verbe avoir, 2e pers. sing. As est accompagné du pronom « tu ».

3. Complète les phrases à l’aide de à, a ou as.


a) Il a tenté de le joindre à plusieurs reprises, mais sans succès.

b) Chaque fois, c’est la même chose. Tu me dis que tu as oublié l’heure.

c) Tu as de la chance d’avoir une piscine, j’espère que tu en profites !

d) Tu as gagné une médaille au championnat de motocross. Je te félicite, tu as


beaucoup de talent.

e) Le concours « L’été est à nos portes » s’est terminé hier.

f) Grâce à l’aide que tu m’ as apportée, j’ai réussi ce test. Merci !

g)  À l’école, c’est difficile dans les différentes matières. Par contre, je réussis à
bien briller dans les sports.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 1


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
à, a et as (suite)

h) La persévérance nous mène à la réussite et à l’atteinte de nos objectifs.

i) Je voulais y aller à


pied, mais la mère de Courtney a tenu à nous
accompagner. Son rendez-vous n’était qu’ à vingt heures.

j) Le carnaval a reçu des milliers de visiteurs grâce à de nombreuses


nouveautés qui étaient mises en valeur.

4. Complète le texte à l’aide des homophones à, a ou as.


L’Italie
Avec ses architectures magnifiques, l’Italie est considérée comme un majestueux pays. On
peut y visiter de nombreuses villes. Je suis allé, entre autres, à Venise, à Rome,
à Florence et à Naples. La tour de Pise a une belle apparence malgré le
fait qu’elle soit penchée. Je l’ai trouvée si impressionnante ! De style roman, son architec-
ture est grandiose. Elle a longtemps été interdite au public parce qu’on appréhendait
qu’elle ne s’effondre. Son inclinaison est due à une erreur dans la construction de ses
fondations. Lors de mon séjour, j’ai fait mes visites à bord d’un autobus. Les paysages
que j’ai pu admirer étaient tout à fait sublimes. Une fois arrivé à destination,
je partais à pied pour découvrir les environs. Que dire de Rome ? Cette ville est d’une
grande beauté. J’ai adoré ma visite du Colisée. Je me suis ensuite rendu à Venise.
Il m’ a fallu m’y arrêter pour faire un tour de gondole. Tout le monde m’en parlait.
Je voulais absolument avoir l’occasion de me laisser conduire à travers cette ville
romantique, avec mon amoureuse, où chaque rue est un canal. Durant tout mon voyag­e,
il a fait beau et chaud. À partir de cette année, lorsque je planifierai mes
vacances estivales, je choisirai toujours une nouvelle destination à visiter. Je ne veux
plus v­isiter deux fois le même endroit. Il y a tant de choses superbes à voir
à t­ravers le monde. L’an prochain, il y a
fort à parier que j’irai visiter les iles
grecques. Je ne peux pas vous dire maintenant ce qu’il y a à voir, mais je vais
vite me r­enseigner pour e­ntreprendre prochainement la planification de ce fabuleux voyage.
C’est long à préparer; alors il vaut mieux s’y prendre à l’avance.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 2


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
ce et se
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones ce et se.
La compétition
Ce fut courageux de la part de mon amie. Malgré une mauvaise nouvelle, elle a pris la dé-
cision de se rendre aux compétitions des derniers Jeux du Québec. Il y a quelques jours,
elle a appris le décès de son grand-père au moment où elle s’entrainait au complexe sportif.
Depuis, il ne se passe pas un jour sans qu’elle ne pense à lui. Par contre, elle se dit que
c’est important pour elle de continuer malgré tout à s’entrainer puisque participer aux Jeux
du Québec constitue un rêve qu’elle chérit depuis tellement longtemps. Ce soir, elle a une
pensée pour sa grand-mère qui a accompagné ses parents pour venir la voir compétitionne­r.
« Ce ne sera pas facile pour ma grand-mère, me disait-elle, mais nous allons l’aider. » Sa
mère a aussi eu l’idée de l’inviter, dès ce soir, à venir vivre à la maison. J’espère que sa grand-
mère acceptera. En attendant, mon amie doit se concentrer, car un grand défi l’attend. Les
meilleurs sportifs de la province sont réunis. Mais moi, je sais que ce soir, ce sera elle, la
championne.

Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones ce et se.
ce :  Déterminant, il démontre une chose, une personne, un animal… Il accompagne
un nom dans le groupe du nom, il peut donc se retrouver devant un adjectif
(ce beau garçon). Pronom, il se place devant le verbe être au futur simple et au
présent de l’indicatif, au présent du subjonctif (ce sera, ce sont, que ce soit).
Il peut se retrouver devant que ou qui.

se :  Pronom personnel réfléchi, il s’utilise avec un autre verbe sauf le verbe être.
C’est un pronom personnel placé devant un verbe à la 3e personne du singulier
ou du pluriel et à l’infinitif et ainsi de suite. On peut le remplacer par « nous
nous ». Nous nous regardons, etc.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones ce ou se.


a)  Ce sera une vraie surprise pour elle. Il se peut qu’elle soit étonnée, elle ne
se doute pas que c’est une fête surprise.

b) Le lendemain, elle doit se rendre à l’agence de voyages pour se faire


rembourser. Elle ne pourra pas partir ce soir, à cause des inondations au pays.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 3


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
ce et se (suite)

c) Ce sport est dangereux. Il faut se protéger la tête pour éviter les blessures.

d) Ce que je peux te dire, c’est qu’elle est hors de danger.

e) Elle a gagné ce prix, mais il faut qu’elle aille le chercher. Elle est trop énervée
alors, il faut qu’elle se calme.

f) J’aime rendre service. J’ai aidé ce garçon à retrouver son chemin.

g) J’ai vu plusieurs fois ce spectacle. L’été prochain, l’artiste se produira à Québec.

h) Il faut se lever très tôt pour ne pas rater ce match nocturne.

i) Le cavalier fera, ce soir, sa dernière compétition. Grâce à ce magnifique


cheval, il a été consacré champion à dix reprises.

4. Complète le texte à l’aide des homophones ce et se.


Le festival
Ce spectacle sera présenté à guichets fermés. Les billets ont été vendus en un temps
r­ecord. Il se peut qu’une seconde représentation soit offerte. Les organisateurs du
festival doivent se consulter ce soir lors d’un rendez-vous téléphonique. Les
c­itoyens souhaitent qu’un spectacle supplémentaire soit offert, puisque plusieurs d’entre eux
n’ont pu acheter de billets. Devant ce fait, les organisateurs n’auront d’autres choix
que de se plier aux demandes des citoyens insistants. Les gens sont allés à tour de
rôle sefaire entendre lors de la dernière rencontre du comité organisateur. Il faut aussi
mentionner que c’est la première fois que cet artiste se produira ici et que c’est l’unique
fois qu’il présentera un spectacle au Québec. Ce
chanteur country, si populaire dans
son pays, n’est jamais venu en sol québécois. Si les billets de ce spectacle se sont
vendus si rapidement, il se peut que ce soit aussi le cas pour la seconde représen-
tation. Il faut attendre jusqu’à demain pour savoir ce que les organisateurs décideront.
En attendant, je vais faire du camping devant la billetterie pour être de ceux qui auront la
chance d’acheter les nouveaux billets puisque je suis un fervent admirateur de cet artiste.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 4


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
ces et ses
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones ces et ses.
De la chance
Ces adolescents ont eu beaucoup de chance. Grâce à la vigilance de ces pêcheurs, ils ont été
secourus rapidement sur l’ile. Les jeunes se sont amusés à jouer sur les berges accidentées
de l’ile. Justin a enlevé ses vêtements pour se baigner. Pier-Luc a fait de même, mais il avait
également apporté ses palmes pour nager plus vite. « Vous ne devriez pas vous aventurer là.
C’est très dangereux », leur avaient dit ces pêcheurs depuis leur embarcation. « C’est grâce
à ces bonnes gens que ces gamins ont été sauvés, affirma un témoin. Si ces pêcheurs ne leur
étaient pas venus en aide, il serait peut-être arrivé un malheur », conclut-il. Les parents de
ces jeunes sont très reconnaissants. De plus, ces hommes recevront la médaille de bravoure
pour avoir secouru ces jeunes.

Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones ces et ses.
ces :  Déterminant démonstratif, il démontre une chose, une personne, un animal…
Il accompagne un nom dans le groupe du nom et il peut donc se retrouver
devant un adjectif. Tu peux ajouter « là » après le nom (ces garçons-là).

ses :  Déterminant possessif, il précise l’appartenance à… Il accompagne un nom


dans le groupe du nom et il peut donc se retrouver devant l’adjectif. Tu peux
ajouter les mots « à lui », « à elle » après le nom.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones ces et ses.


a) Le cavalier a mis ses gants pour ne pas abimer ses mains.

b) J’aimerais que tu apportes ces vêtements aux gens démunis.

c) Lors de ces jours de pluie, j’en profiterai pour lire ces livres que j’ai
empruntés depuis longtemps.

d)  Ces paniers sont en solde. Je les achèterai pour les donner à ces écoles
défavorisées qu’on trouve près d’ici.

e)  Ces chevaux-là sont entrainés pour faire des compétitions même si ces gens
semblent inquiets de leur condition physique.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 5


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
ces et ses (suite)

f) Je sais que tu as travaillé très fort pour avoir ces résultats. Bravo, je suis fière
de toi !

g) Je pense que ces ateliers pourront les intéresser. Il a fallu calmer ces
citoyens, car ils voulaient tous y inscrire leurs enfants.

h) Pierre attend ses vacances avant de faire ces rénovations.

i) Il a mis ses jeux vidéo à vendre. Avec cet argent, il ira acheter ces
nouveaux jeux qu’ils ont présentés lors de l’émission télé du matin.

j) Lucie a dit à ses frères de ne pas la déranger pendant ses répétitions de


guitare.

4. Complète le texte à l’aide des homophones ces et ses.


Attention à ces animaux !
Regarde ces chiens. Ils sont si beaux ! Il faut être prudent avec ces races de
chiens parce qu’elles sont craintives. Il faut d’abord approcher ses mains lentement
pour se faire sentir. Même si ces chiens sont adorables avec les enfants, il faut quand
même observer ces petites consignes de sécurité. Le Jack Russell est un terrier. Comme
ces bêtes conservent leur instinct de chasse, il ne faut pas être brusque. Ces
animaux sont d’excellents chiens de chasse. Avec leur caractère et leurs compétences, ils
peuvent suivre une piste et indiquer à leur maitre où se trouve la proie. C’est épatant de voir
ces animaux en action. Ils sont si agiles ! Les parents de Lucas et ses sœurs
m’ont gentiment offert de les accompagner à une compétition canine. J’étais emballée à
l’idée de les accompagner. Je n’en revenais pas de voir tous ces chiens si calmes. Ils
attendaient, assis à côté de leur maitre, le signal de départ. Ces
entraineurs chevronnés
n’en sont pas à leur début. Quatre fois par semaine, ils s’entrainent sur ces parcours
qui sont spécialement élaborés pour qu’ils s’exercent dans des circonstances semblables à
celles vécues lors des compétitions.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 6


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
c’est et s’est
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones c’est et s’est.
Les métiers
C’est en allant au Cosmodôme que j’ai découvert les possibilités sur des métiers captivants.
C’est là que j’ai fait de belles découvertes. Il s’est passé des heures et des heures sans que
je ne m’en aperçoive tellement j’étais fasciné. Mon meilleur ami, qui m’accompagnait, s’est
fracturé un poignet la semaine dernière. Il n’a pas pu essayer le module d’entrainement.
Pauvre lui… C’est vraiment sensationnel ! Alors, j’ai le temps de réfléchir à mon avenir et de
voir si un métier spatial me conviendrait.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones c’est et s’est.
c’est :  Pronom démonstratif plus le verbe être au présent de l’indicatif. On le place en
début d’une phrase, après la virgule, après ou avant « que ». On peut aussi
remplacer « c’est » par « cela est » dans la phrase.

s’est :  Pronom personnel réfléchi et l’auxiliaire être au présent de l’indicatif. Il est


accompagné d’un sujet à la 3e personne du singulier et d’un autre verbe au
participe passé (l’homme s’est blessé, elle s’est souvenue, etc.).

3. Complète les phrases à l’aide des homophones c’est ou s’est.


a) Le taureau s’est cassé une patte lors de la finale du rodéo. La monte des taureaux
sauvages, c’est ma catégorie préférée.

b) La finale de la coupe Stanley s’est déroulée sans grabuge cette fois-ci.
C’est une bonne nouvelle pour tous.

c) Les autorités ont sécurisé les rues. C’est une bonne chose pour les commerçants.
L’amphithéâtre s’est vidé rapidement après ce spectacle d’envergure.

d) La campagne de vaccination s’est passée comme prévu. C’est une mesure
de protection émise par le ministère de la Santé.

e) L’hiver, c’est une saison que j’aime, parce que je peux faire de la planche à neige.
Ma saison s’est terminée sans accident cette année.

f) La principale source de contamination pour la transmission du rhume, c’est


lorsqu’on oublie de bien se laver les mains. C’est pourtant si simple.
Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 7
Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
c’est et s’est (suite)

g)  C’est ce matin qu’il a reçu la bonne nouvelle. Il s’est dit que c’est
une bonne chose d’être persévérant.

h) La campagne de financement bat son plein. C’est un énorme succès. Les
organisateurs se disent que c’est une expérience à recommencer.

i) Le festival s’est vu dans l’obligation d’annuler le spectacle à cause des orages
violents. C’est la semaine entière qui est compromise à cause de ces intempéries.

j)  C’est avec enthousiasme que cette bonne nouvelle a été accueillie. Ces gens
l’attendaient impatiemment. Cet homme s’est empressé d’en informer son
contact au journal local.

4. Complète le texte à l’aide des homophones c’est ou s’est.


Voyage sur la Lune
C’est en posant les pieds sur la Lune que Neil Armstrong a dit : «  C’est un
petit pas pour l’homme, mais un pas de géant pour l’humanité. » Mais qui aurait pensé
que ce serait quelques années plus tard que seraient offerts, pour des citoyens comme
moi, des voyages pour aller sur la Lune ? Qui aurait vraiment pensé que cela se produirait ?
C’est l’homme aux multiples talents qui s’est vu offrir le privilège de pouvoir
y participer. Après qu’il s’est entrainé, comme un astronaute, à cette expérience, il a
finalement entrepris son voyage sur la Lune. Il s’est dit enchanté de cette expérience.
Il ne s’est pas contenté de faire le voyage, il s’est aussi donné comme mandat
d’établir des communications pour fournir des nouvelles de l’expérience qu’il vivait au fur
et à mesure. «  C’est une expérience à vivre ! » a-t-il dit à son retour. Quant à moi, je
ne sais pas si je serais prête à y aller. Je trouve que c’est risqué de se retrouver dans
l’atmosphère. C’est même un peu irréaliste de m’imaginer être en apesanteur tout
en portant une combinaison pour marcher sur la Lune. C’est certain que je pour-
rais me renseigner et voir si ce serait une expérience que je pourrais me permettre. Ce qui
est f­ascinant, c’est de constater que l’on peut, avec la science et les technologies,
repousser les limites. Tout s’est développé à un rythme fou. Il s’est passé
beaucoup de temps depuis l’invention de la première télévision, du premier téléphone, de la
première automobile.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 8


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
la, là, l’a et l’as
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones la, là, l’a et l’as.
Hôtel de luxe pour animaux
C’est la semaine dernière, en lisant la rubrique des faits divers, que j’ai appris cette informa-
tion concernant les animaux de compagnie. Peut-être l’as-tu lue aussi ? On y dit qu’il est
possible de loger les petites bêtes dans un hôtel de luxe tout près de Walt Disney World. Là,
tout près du parc d’attractions, pendant que leurs maîtres vont s’amuser. Apparemment, il n’y
aurait pas là de quoi s’étonner. Pourtant, je le suis ! De plus, ce ne serait pas le seul hôtel du
genre dans le monde à proposer ce type de service. Ma mère me l’a déjà pourtant dit que ça
allait arriver. Je ne la croyais pas du tout. Je suis demeurée stupéfaite, mais c’est maintenant
une réalité. Je crois que la sœur de ma grand-mère utilisera ces services. Elle qui aime tant
voyager et qui ne veut pas laisser sa petite chienne à la maison en son absence, et ce, même
si de gentilles personnes se sont offertes pour en prendre soin.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones la, là, l’a et l’as.
la :  Déterminant défini, accompagne le nom. Pronom, il se place devant un verbe
(je la regarde, nous la questionnons). On dit « a », « la ».

là :  Adverbe, désigne un endroit. On dit : « là ».

l’a :  Verbe avoir accompagné du pronom personnel « le ou la ». Le pronom


personnel n’est pas « le » ou « la », c’est « l’ ». On peut remplacer « l’a » dans la
phrase en disant « l’avait ».

l’as :  Verbe avoir à la 2e personne du singulier accompagné du pronom personnel « l ».

3. Complète les phrases à l’aide des homophones la, là, l’a ou l’as.
a) Comme tu l’as si bien dit, la fille devrait être plus polie. Elle l’a rabroué
sans aucune raison apparente.

b) C’est à Montréal que j’irai faire ma compétition et c’est aussi là que mes parents
me rejoindront pour aller voir l’exposition.

c) J’irai à la représentation de vingt-et-une heures parce que celle de dix-neuf heures


est déjà commencée.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 9


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
la, là, l’a et l’as (suite)

d)  La faim dans le monde ne devrait pas exister. La mère de mon amie milite
contre la pauvreté et la famine.

e) Peux-tu me donner mon comprimé qui est là  ? Je l’ai laissé tomber, et il a atterri
sur la boite.

f) Mon frère l’a dit que ça pouvait prendre du temps sur la route, car les
travaux sur le pont ne sont pas terminés. Après un effondrement, il vaut mieux le
sécuriser.

g) Regarde là -bas. Il y a un écureuil qui veut descendre, mais la chienne le


surveille de près.

h) Est-ce que la vérification mécanique sur la voiture est terminée pour ce


client ? Il attend depuis une heure déjà.

i) Le montage de la scène s’est bien déroulé. Il l’a fait en un temps record.

j) Tu l’as dit à la direction que cet élève trichait ?

4. Complète le texte à l’aide des homophones la, là, l’a ou l’as.


La troupe de cirque
On apprenait que la
tournée du Cirque des Corneilles était en ville pour la
s­emaine. Le journal nous a rapporté cette information et l’a dite à de nombreuses
reprises. « C’est là la preuve qu’il faut parfois user de patience », a affirmé le
journaliste. La Ville avait annoncé la nouvelle plus tôt dans la soirée lors
de l’assemblée citoyenne. Elle avait fait la demande, il y a plus d’une année, de les
recevoir en ville. « Ils ont finalement choisi notre ville », a poursuivi le journaliste. Un homme,
heureux de la nouvelle, dit à son collègue : « Tu l’as enfin su la nouvelle ! » Les
citoyens accueilleront donc la
tournée avec enthousiasme dès la semaine pro-
chaine. Le journaliste a remercié le promoteur de la tournée de lui avoir confié les
informations qui lui ont permis d’étoffer sa nouvelle.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 10


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
leur et leurs
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones leur et leurs.
Être parent
Leurs garçons se connaissent depuis le préscolaire. Dans trois ans, ce sera enfin leur bal de
fin d’études pour souligner la fin de leurs études secondaires. Il leur a fallu beaucoup de
patience à ces parents parce que l’adolescence n’est pas toujours une période facile. Pour
leurs fils, c’est la persévérance qui leur a permis d’arriver avec succès à la fin de leurs études
secondaires. Ce sera un chapitre de leur vie qui se terminera. Ils auront de nouveaux projets
et ils seront fiers de leur réussite. Il pourra s’avérer parfois difficile de poursuivre leurs études,
mais pour avoir un emploi qui leur plaira, il faudra qu’ils les poursuivent malgré tout.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones leur et leurs.
leur : Déterminant possessif s’il accompagne le nom. On peut le remplacer par un
autre déterminant singulier : notre, votre, le, la. Pronom personnel s’il précède
un verbe et suit le pronom personnel. On peut le remplacer par vous, nous, me,
te, lui.

leurs : Déterminant possessif, on peut le remplacer par un autre déterminant pluriel :


nos, vos, les.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones leur ou leurs.


a) Les autorités leur avaient dit de ne pas s’approcher de la zone sinistrée parce que
c’était risqué pour leur vie.

b) Leurs résultats ont été à la hauteur du temps consacré à leurs études.

c) Ils leur arrivent de dépenser tout leur argent pour s’acheter des jeux
vidéo. Leurs parents leur ont dit de travailler pour essayer de gagner de
l’argent pour s’en acheter d’autres.

d) Leur patron leur a interdit de travailler par cette chaleur. Il leur a


dit d’aller plutôt se rafraichir.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 11


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
leur et leurs (suite)

e) Leur recette de côtes levées est succulente. Je la leur recommande.

f) Leurs vacances dans les Caraïbes ont été fabuleuses.

g) Il ne faut pas se faire de mauvais sang; ils font leurs expériences.

h) Ils ont remis leurs travaux en retard; cela leur a valu la perte de quelques
points.

i) Je ne peux pas leur en vouloir; ils n’avaient pas l’intention de te faire tomber.

j) Ils méritent ce qui leur arrive. Ils ont travaillé fort pour gagner leur
dernier match de la saison.

4. Complète le texte à l’aide des homophones leur et leurs.


L’amitié
Leur amitié dure depuis l’enfance. Il leur est arrivé de se quereller, mais
les jeunes adolescents se sont toujours réconciliés. Quoi qu’il arrive, ils seront toujours là
l’un pour l’autre. Ils pensent se revoir chaque année durant leurs vacances estivales.
Leurs projets de vie sont parfois diamétralement opposés, mais ils ont suffisamment
de maturité pour respecter leurs choix respectifs. Je pense que leurs parents
leur ont inculqué de belles valeurs et qu’à leur tour, ils les appliquent dans
leur vie. Alors, il ne faut pas s’étonner de leur grande complicité parce qu’ils
se ressemblent même dans leurs idées. Ils sont heureux de pouvoir compter l’un sur
l’autre dans les moments difficiles comme le décès de leur grand-mère. C’était dif-
ficile de les voir comme ça. Il m’est arrivé de voir leurs
larmes couler en cachette. Ils
prenaient un mouchoir pour s’éponger sans que personne ne voie leur visage. Même
dans les épreuves, ces cousins s’épaulent. Ils se sont dit qu’ils seraient là l’un pour l’autre, à
la vie à la mort. Dans leur(s) discours pour rendre hommage à leur grand-mère,
les mots qu’ils avaient choisis étaient très émouvants. Ils ont parlé avec leur cœur et
ils ont fini en s’étreignant l’un et l’autre.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 12


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
quel, quelle et qu’elle
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones quel, quelle et qu’elle.
Les choix
Quels que soient tes choix dans la vie, il te faudra les assumer. Tu as des droits et des devoirs.
Tu as le droit de voter, mais tu as le devoir de respecter les lois. Que tu le veuilles ou non,
c’est comme ça. Nous avons toujours la possibilité de choisir quelles actions nous poserons.
La liberté de l’un ou l’une se termine là où la liberté de l’autre commence. Sais-tu quels sont
tes droits et devoirs en tant que citoyen ou citoyenne ? Nous avons de la chance de vivre
ici, nous avons la liberté de penser et d’agir. Quelle liberté ! Certains pays n’ont pas cette
chance. Quelle chance nous avons de vivre ici ! Justement, as-tu vu le geste que cette jeune
fille a fait ? Quelle bonne action ! Elle a aidé des gens sinistrés en les logeant dans le chalet
qu’elle avait loué pour elle et ses amies. Quel soulagement pour ces gens !
Réponses variables

2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones quel(s), quelle(s) et qu’elle(s).
quel(s) :  Déterminant interrogatif ou exclamatif. Masculin.

quelle(s) :  Déterminant interrogatif ou exclamatif. Féminin.

qu’elle(s) :  Pronom relatif ou conjonction + pronom personnel.

Lorsque quel, quelle, quels, quelles, sont utilisés dans « quel que soit », par exemple, ils
deviennent des déterminants relatifs.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones quel(s), quelle(s) ou qu’elle(s).


a) As-tu vu de quel courage ce jeune a fait preuve ?

b) Quel est ton film préféré ?

c) Quelle que soit ta décision, je t’appuierai.

d) Je n’ai pas de problème avec le fait qu’elle arrive à l’avance.

e) Les épreuves qu’elles ont vécues ont été difficiles, mais, grâce à leur famille, ça
va beaucoup mieux.

f) Quel sera ton choix entre le football et le basketball ?

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 13


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
quel, quelle et qu’elle (suite)

g) Le match s’est terminé tardivement. Mais quelle partie enlevante !

h) Les inondations ont détruit de nombreuses résidences. «  Quel gâchis ! » ont


rapporté les journaux.

i) Quel dommage qu’elles n’aient pu venir au spectacle. J’espère


qu’elles pourront se reprendre une autre fois.

j) Pourriez-vous me dire quelles personnes n’ont pas reçu ce mémo ?

k) Quelle perte de temps que ces discussions futiles.

l) Quel est ton point de vue sur cette question ?

m) Ce fut une grande perte pour cette famille. De quel drame parles-tu ?

n) Ces jeunes adolescentes ont droit à leur point de vue, malgré l’avis de ces femmes, et ce,
qu’elles soient en accord ou non.

o) Je pense que les jeunes filles de ma génération sont ouvertes sur le monde et
qu’elles soient rabaissées dans leurs opinions à cause de leur âge, c’est un
manque de respect.

4. Complète le texte à l’aide des homophones quel(s), quelle(s) ou qu’elle(s).


Un accident
Dans quelles circonstances cet accident a-t-il eu lieu ? La fille a dit qu’elle
se bai­gnait avec ses amies quand l’une d’elles est tombée. Elle avait de la difficulté à se
remettre debout. Une fois qu’elle fut sortie de l’eau, elle disait qu’elle
avait mal à la cheville, mais on ne voyait rien. C’est lorsque sa cheville s’est mise à enfler que
l’on a compris qu’elle se l’était foulée. Nos parents nous avaient donné quelques
r­ecommandations, mais nous ne les avions pas suivies parce qu’elles nous semblaient
ridicules. Nous aurions dû être plus vigilantes. Quelle fin de journée moche à
a­ttendre que le médecin puisse la voir ! Nous sommes restées des heures à attendre. Quand
finalement le docteur a pu la recevoir, notre amie se demandait quel bandage elle
allait choisir. Au retour, nos parents étaient heureux de nous revoir. Nous leur avons fait une
blague en leur disant : «  La prochaine fois quels seront nos choix ? Être pru­dentes
ou être imprudentes ? » Ils ont dit tous en chœur : « Être prudentes ! ». Quelle
aventure !

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 14


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
ou et où
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones ou et où.
Le centre des sciences
Je suis allé dernièrement avec mon amie d’enfance au centre des sciences où se tenait une
exposition sur l’histoire de l’exploration spatiale. Que tu sois un amateur ou une amatrice
ou non, l’exposition propose des activités pour tous les goûts. Le centre offre deux ou trois
camps différents. Tu peux choisir entre une journée, trois journées ou une semaine complète
d’activités. Je ne sais pas encore si j’aimerais devenir pilote de ligne ou astronaute, mais je
suis en pleine exploration. Alors, je fais plusieurs recherches afin de faire de nouvelles trou-
vailles qui pourront me renseigner sur le sujet. Si tu veux y aller, c’est facile de s’y rendre, et
ce, peu importe où tu habites.

Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones ou et où.
ou :  Coordonnant (conjonction de coordination), désigne un choix entre deux
possibilités. On peut aussi le remplacer dans la phrase en disant « ou bien ».

où :  Adverbe ou pronom relatif, désigne un lieu, un endroit.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones ou ou où.


a) C’est maintenant que cette occasion se présente. Ou tu la saisis ou tu rates ta
chance.

b) Quelle destination as-tu choisie ? L’Europe ou l’Asie ?

c) Les organisateurs de la foire hésitent entre le terrain de soccer ou encore le quartier


des Marquis.

d) Dis-moi où tu es, et j’irai te chercher.

e) Le joueur est blessé. Le soigneur de l’équipe pense que c’est une fracture ou une
foulure.

f) Où se trouve le stade de baseball ? Dans l’est ou dans l’ouest de la ville ?

g) Mon père veut aller en vacances et il se demande s’il va aller dans l’Ouest canadien
ou dans les Maritimes.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 15


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
ou et où (suite)

h) Tu peux me rapporter un livre sur les sciences ou encore une revue.

i) As-tu eu le temps de voir sur l’affiche où se déroule la vente ?

j) Le Festival a dû changer ses dates de spectacles. Ou il changeait les dates ou


l’évènement n’avait tout simplement pas lieu.

k) Où que tu sois, donne signe de vie.

l) Que tu sois un garçon ou une fille, tu peux très bien réussir à l’école.

m) Je dois apprendre à garder le silence sur la question ou apprendre à le dire


autrement.

n) Le tournoi a lieu à 6 h ou à 7 h ?

o) J’aimerais savoir où se situe cette ville.

4. Complète le texte à l’aide des homophones ou ou où.


Des choix d’avenir
Cet été, mon grand frère a eu à réfléchir à de multiples choix quant à son avenir. Il a demandé
conseil à ma mère : « Connais-tu un endroit où je pourrais me renseigner ? » Elle lui
a dit qu’il pouvait directement contacter son université ou encore l’un de nos cousins
parce que ce dernier a habité à Montréal, puis à Québec. Comme notre cousin était absent,
il a laissé ce message sur son répondeur. «  Où es-tu, cousin ? Appelle-moi, je dois
choisir si je f­erai mes études dans la ville de Québec ou celle de Montréal. » Il a donc
le choix d’aller étudier à Québec ou à Montréal. « Peu importe où tu iras, il y a
plusieurs activités à y faire », lui répondit ma mère. Après y avoir pensé, il a finalement opté
pour Montréal. Il devait aussi choisir entre acheter une voiture, voyager en métro ou
en autobus. Ma mère lui a dit que ça dépendrait de l’endroit où il choisirait de vivre,
parce que, dans cette ville, il y a plusieurs stations de métro et il y a un service d’autobus qui
est offert entre les stations. « Encore une autre histoire », finit-il par répondre. Il n’avait pas
envie de se déplacer en autobus, alors il lui restait le métro ou la voiture. S’il choisit
la voiture, mes parents ne pourront pas l’aider à assumer les frais pour la location de son
a­ppartement. Ils lui ont dit de choisir. C’est la voiture ou l’appartement !

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 16


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
on et ont
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones on et ont.
Hésitation
Mes parents nous ont toujours laissés libres de nos choix. Ils nous ont donné de bonnes
valeurs et soutenus dans nos apprentissages, mais dans la vie, on peut choisir de suivre le
modèle qu’ils nous ont donné ou non. En ce moment, mon copain et moi, nous pensons à
faire un voyage, mais hésitons encore sur la destination. Nous hésitons entre l’Italie, la France
et les États-Unis. Nous avons fait plusieurs recherches sur ces pays. On dit que l’Italie est
réputée pour ses illustres monuments alors que la France l’est pour son art de vivre. Quant
aux États-Unis, on en dit aussi beaucoup de bien. Il parait que c’est l’endroit rêvé pour voir
des paysages de toutes sortes. Quant à nous, nous aimerions beaucoup visiter des volcans.
On affirme, dans plusieurs guides touristiques, que l’Italie et les États-Unis sont réputés pour
ce type de relief. Bref, nos parents nous ont aussi conseillés. Avec de la chance, cela nous
aidera à orienter notre choix.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones on et ont.
on :  Pronom personnel, 3e pers. sing. On peut le remplacer par « Léon ».

ont :  Verbe avoir, 3e pers. plur. Il accompagne le pronom ils ou elles ou un groupe du
nom masculin ou féminin pluriel. On peut aussi le remplacer par « avaient ».

3. Complète les phrases à l’aide des homophones on ou ont.


a) Les tortues de mer ont besoin d’être sur la terre ferme pour déposer leurs œufs.

b) On a reçu de nombreuses lettres de félicitations de la part de nos admirateurs.

c) Les plongeurs ont pris des précautions pour faire une belle plongée.

d) Dans d’autres pays, on appelle les policiers, des gendarmes.

e) À cette école, les élèves ont reçu un bon encadrement scolaire.

f) Les sports parascolaires ont fait le bonheur de bien des jeunes.

g) Les recherches n’ ont pas donné les résultats escomptés. Ces chiots n’ ont pas
tout ce qu’il faut comme compétences pour faire des recherches en forêt.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 17


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
on et ont (suite)

h) On a raison de se méfier des ours en camping sauvage. On doit ramasser tous


les déchets.

i) Les policiers ont mis la main sur ces voleurs incorrigibles.

j) Le conférencier a mis du temps à débuter. On a failli quitter la salle.

4. Complète le texte à l’aide des homophones on et ont.


Des festivités attendues
L’an dernier, lors des festivités, les autorités locales ont
dénombré plusieurs incidents
qui auraient pu être évités. Les organisateurs de cette nouvelle édition ont donc
i­mposé d’importantes mesures de sécurité afin de rassurer la population. De plus, on
a s­ouvent mentionné dans les médias qu’il manquait d’effectifs. Alors, on a procédé à
l’engagement de centaines de policiers et d’agents de sécurité pour éviter que les incidents
de l’an dernier ne se reproduisent. Le maire de la ville et ses conseillers ont promis de
participer à la tâche. Les fêtes ont nécessité de nombreux changements. On a tout
mis en œuvre pour que tout le monde y trouve son compte. Les activités proposées ont
permis de répondre aux désirs des différents participants. On pense que nous a­llons
enre­gistrer, cette année encore, des records de participation. On attend la visite d’une
c­hanteuse très populaire. On en a parlé dans les journaux et les revues à de n­ombreuses
reprises. Au salon de la famille, on présentera des ateliers avec des conférenciers
de grande répu­tation. On a même prévu une halte-garderie. Les parents ont
reçu cette a­nnonce avec enthousiasme. Ils pourront ainsi assister aux acti­vités tout en étant
assurés de la sécurité de leurs enfants. Les organisateurs ont aussi pensé à la popula-
tion en général. Ils ont convié les habitants à un spectacle qui sera offert aux frais de
l’organisation. On peut dire que le comité organisateur s’est une fois de plus surpassé.
Avec cette p­rogrammation, on pourra lire dans les journaux que cette édition est l’une
des plus réussie et, qu’une fois de plus, on peut dire : « Mission accomplie ! »

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 18


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
sans, sang, cent, s’en, sent et sens
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones sans, sang, cent, s’en,
sent et sens.
L’accident
L’accident est arrivé sans que je ne m’y attende. Le sang coulait sur mon front parce que je
m’étais coupée sous la force de l’impact. Lors de l’arrivée des ambulanciers, ils m’ont dit
que j’aurais besoin de cent points de suture. Il s’en est fallu de peu que nous entrions en
collision avec un autre véhicule. L’orignal a traversé la route, et nous l’avons évité de jus­
tesse. Je sens que la prochaine fois, nous serons plus prudents. L’animal ne va sans doute pas
s’en tirer. Il y avait aussi du sang sur la chaussée et dans le parebrise avant de notre voiture.
Mon amoureux s’en tire avec une bonne frousse. Il sent que plus jamais il ne conduira de la
même façon. Cent kilomètres à l’heure sur cette route, je pense que c’est trop rapide.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones sans, sang, cent, s’en, sent
et sens.
sans :  Préposition, désigne l’absence de quelque chose. Sans rien. On peut mettre la
phrase à la forme négative.

sang :  Nom, liquide qui coule dans les veines. Il est employé dans diverses expressions.

cent :  Déterminant numéral, désigne le nombre.

s’en :  Pronom personnel réfléchi + en. Se place avant un verbe. Remplace un groupe
de mots, mais dans les cas présents, « en » ne représente rien.

sent :  Verbe sentir, 3e pers. sing. Au présent de l’indicatif.

sens :  Verbe sentir, 1re et 2e pers. sing. Au présent de l’indicatif.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones sans, sang, cent, s’en, sent
ou sens.
a) Le sang giclait de partout. Mais grâce au sang -froid de cet homme, cette
femme va s’en tirer sans trop de blessures.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 19


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
sans, sang, cent, s’en, sent et sens (suite)

b) Le jeune homme sent qu’il a réussi son examen sans avoir fait beaucoup
d’erreurs.

c) Ce cheval est un pur sang . Il a remporté plus de cent courses.

d) Je sens les odeurs nauséabondes. Les sens -tu, toi aussi ?

e) Il s’en va à Gatineau. Il part vers dix heures. Penses-tu pouvoir venir le chercher
sans faire de détour ?

f) Mon grand-père a eu cent ans hier. Il dit qu’il se sent encore jeune.

g) Le compétiteur s’en tire sans aucune blessure. Un peu de sang sur


sa chemise, mais sans plus.

h) Quand il y aura eu cent visiteurs, le suivant recevra un cadeau-surprise.

i) Est-ce que tu sens mon cœur battre ? J’ai eu tellement peur qu’il ne s’en
remette pas.

j) Le sang de ces innocents a été répandu sans que personne ne s’en


préoccupe.

4. Complète le texte à l’aide des homophones sans, sang, cent, s’en, sent
ou sens.
Le centre équestre
Depuis toujours, mon père me dit que je fais les cent pas lorsque j’ai une chose à
demander. Il ajoute même en riant que ça se sent à plein nez. Ça fait au moins
cent fois que je demande à mes parents de m’inscrire à des leçons d’équitation,
mais jusqu’à aujourd’hui, le centre équestre était à plus de cent kilomètres de chez
moi. A­lors sans
détour, je leur ai demandé de m’inscrire à celui qui vient d’ouvrir
récemment dans la région. Sans que je ne m’y attende, ils m’y avaient déjà inscrit.
Je sens que je vais bien m’amuser. Alors sans attendre, je suis allé acheter
mon équipement et, au retour, mes parents m’ont proposé d’aller le déposer au centre. Il
s’en est passé du temps avant que je puisse m’inscrire, alors je vais m’entrainer tous
les jours pour pouvoir participer au championnat des cent meilleurs cavaliers. Mon
entraineur sent que je pourrai y participer. Je le sais parce qu’il l’a dit à l’entraineur
suppléant. J’ai surpris leur conversation sans qu’ils ne me voient.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 20


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
cour, cours, court, courent et coure
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones cour, cours
et court.
À la course
Je suis arrivée à mon cours bien essoufflée parce que j’ai couru. Je suis partie en courant de
mon dernier cours à l’école. J’avais du temps à reprendre parce que j’ai perdu mon temps sur
le court de tennis. Comme la cour d’école est grande, je suis arrivée en retard à mon dernier
cours de l’après-midi. Pour bien faire, c’était celui de français, et nous avions à réciter le
verbe courir. Je suis toujours confuse et je me demande chaque fois si je dois conjuguer ce
verbe avec un ou deux « r ». En plus, tout le monde a ri parce que je me suis trompée en
m’habillant. Je porte mon pantalon trop court pour une journée froide comme aujourd’hui.
Belle journée !
Réponses variables

2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones cour, cours, court, courent
et coure.
cour : Nom féminin, désigne le lieu de la justice, un espace clos à l’extérieur.

cours : Nom masculin, désigne un cours à l’école et le fil de la vie, le mouvement,


le courant (un cours d’eau). Il s’utilise avec un déterminant. Verbe courir à la
1re et 2e pers. sing. au présent de l’indicatif. Il s’utilise avec les pronoms
personnels je et tu.

court : Adjectif, il accompagne un nom : des cheveux courts. Nom masculin, terrain
de tennis. Verbe courir, 3e pers. sing. au présent de l’indicatif et est
accompagné d’un pronom ou d’un groupe du nom sujet.

courent : Verbe courir, 3e pers. plur. au présent de l’indicatif ou au présent du subjonc-


tif. Il est accompagné d’un pronom ou d’un groupe du nom sujet.

coure : Verbe courir, subjonctif présent, 1re et 3e pers. sing. Il est accompagné d’un
pronom ou d’un groupe du nom sujet, « que je, qu’il ou qu’elle».

3. Complète les phrases à l’aide des homophones cour, cours, ou court.


Accorde l’homophone correctement si c’est celui du verbe courir.
a) La cour de justice, un cours de musique et mon pantalon court .
Quelle est la différence entre ces trois mots s’ils se prononcent de la même façon ?

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 21


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
cour, cours, court, courent et coure (suite)

b) Un court de tennis, c’est un terrain pour jouer au tennis.

c) Mon chien court plus rapidement que mon frère.

d) Les élèves courent un kilomètre lors de tous les entrainements de football.

e) Tu cours plus vite que moi ou je cours plus vite que toi ?

f) Que je coure plus rapidement, ça ne changera rien.

g) En Angleterre, les courts de tennis sont populaires.

h) Si je cours encore, je vais tomber, car je suis épuisée.

i) J’ai changé le cours de mon histoire. Ma nouvelle version est beaucoup plus
cocasse.

j) Tu as coupé court à ton message sur mon répondeur. Une chance que j’ai
reconnu ta voix.

4. Complète le texte à l’aide des homophones cour, cours ou court. Accorde les
homophones correctement.
Souvenir d’université
Ma mère me racontait qu’un jour, ses amies et elle s’amusaient pendant un cours à
trouver des drôles de noms par exemple : Martin Martineau, Simon Simoneau, etc. Elles ont
tellement ri qu’elles ont été exclues du cours ce soir-là. Quand elles sont sorties, il
s’est mis à pleuvoir abondamment. Il pleuvait si fort que son amie lui criait : «  Cours
plus vite ! » « Que je coure plus vite ? lui répondit ma mère, je ne suis pas capable,
je vais glisser dans la cour de l’école. » Alors, pour couper court , elle a pris
un raccourci entre les bâtiments de l’université. Heureusement, elle avait mis ses pantalons
courts , car le terrain était détrempé. Comme ses amies courent apparemment
plus vite qu’elle, elles sont revenues sur leurs pas pour lui donner un parapluie. Une fois
qu’elle fut séchée, elle retourna chez elle pour regarder son émission préférée qui se dérou-
lait dans une cour de justice, l’émission s’appelait La cour de Beverly Hills,
je crois. Ensuite, elle s’est endormie, car elle avait un cours tôt le lendemain matin.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 22


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
cet, cette et sept
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones cet, cette
et sept.
La planche à neige
Cette fois, il faudra que tu paies ta planche. Ça fait déjà sept fois que tu la brises et que je
dois la faire réparer. Cet hiver, je ne vais pas en acheter une autre, ce sera à toi de le faire.
Nous en reparlerons cet après-midi, je veux voir la dernière manche de cette partie de tennis
qui passe à la télévision.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones cet, cette et sept.
cet : Déterminant démonstratif masculin devant une voyelle ou un h aspiré. On peut
le remplacer par un autre déterminant tel que « l’ » ou « un ».

cette : Déterminant démonstratif féminin. On peut le remplacer par un autre


déterminant tel que « la ».

sept : Déterminant numéral et nom, chiffre.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones cet, cette et sept.


a) La championne de tennis a bien joué dans cette partie qui passera à l’histoire.
Elle a gagné sept à deux lors de la dernière manche.

b) Le sept de chaque mois, nous allons au cinéma.

c) Cet ou cette après-midi, je pars en compétition de motocross.

d) Sais-tu combien il y a de sept dans cent-soixante-dix- sept  ?

e) Il y a cette fille au loin. Elle a cet air triste depuis une heure déjà.

f) La partie se termine dans sept minutes. Laisse-moi finir cette partie.

g) Cet enfant est tombé. Allons l’aider à se relever.

h) Dans sept ans, mon frère aura terminé ses études.

i) Cet homme et cette femme semblent amoureux.

j) Cet homme et cette femme ont eu une bonne discussion.


Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 23
Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
cet, cette et sept (suite)

k) Cette assemblée était indignée du choix du maire.

l) Il y avait sept pour et sept contre.

m) Cet accident aurait pu être évité.

n) Cet enfant est maintenant hors de danger.

o) Ils ont mis de l’essence à cette station.

4. Complète le texte à l’aide des homophones cet, cette et sept.


Un champion de tennis
Le champion de tennis a terminé la dernière partie bien épuisé. Il a donné tout ce qu’il pou-
vait après avoir demandé un temps d’arrêt de sept minutes et sept secondes.
Il faut dire que c’est déjà formidable qu’il se soit rendu à ce stade de la compétition après
qu’il ait subi cet accident dont on a tant parlé dans les médias. Bref, un temps d’arrêt
a­ssez long pour lui permettre de reprendre un peu son souffle et ses esprits. Il faut croire que
le chiffre sept est son chiffre chanceux. La partie s’est même terminée sept
à quatre et elle a duré sept minutes. Cet homme s’est toujours entrainé très
fort. Il s’entrainait sept soirs par semaine, après la classe et même les fins de semaine.
Aussi, grâce à cetentraineur dévoué, ce champion peut aujourd’hui se dire qu’il a
remporté une importante partie. Merci à cet homme qui est nul autre que son père.
Le sept juillet mille-neuf-cent-soixante-dix- sept , il a été couronné champion
du tournoi. Aujourd’hui, on parle encore de lui comme étant le plus brillant athlète de sa
génération et le plus persévérant. L’accident tant médiatisé est survenu, un soir d’été où le
joueur revenait de son entrainement. Il s’est fait renverser par cet individu qui s’était
endormi au volant. On a cru qu’après cet accident malheureux, il ne pourrait pas
r­eprendre l’entrainement. Il a dû subir sept chirurgies et aussi passer sept
mois en réhabilitation dans un centre spécialisé. Cet athlète est un exemple de
c­ourage et de détermination.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 24


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
voix, voie, vois, voit et voient
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones voix, voie,
vois, voit et voient.
La voix
La voix est l’ensemble des sons émis par les cordes vocales et il faut en prendre soin, surtout
lorsque ton métier est de chanter. Si je souhaite chanter, il me faudra suivre cette voie. Un
rêve demande à être réalisé. Ma mère voit à ce que je suive des cours de chant avec les meil-
leurs professionnels. De mon côté, il faut aussi que je voie à mon régime de vie. Quant à
mes parents, eux, ils voient avec mes professeurs ce qu’ils peuvent faire pour me soutenir et
m’encadrer. C’est un métier difficile. Si je veux rester sur la bonne voie, j’ai besoin d’eux.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones voix, voie, vois, voit et
voient.
voix : Nom féminin, ensemble des sons émis par les cordes vocales.

voie : Nom féminin, une direction, un chemin à suivre, la route, chemin de fer. Verbe
voir au présent du subjonctif à la 1re et 3e pers. du sing. (que je, qu’il ou qu’elle).

vois : Verbe voir, présent de l’indicatif, 1re ou 2e pers. sing. Il est accompagné du
pronom personnel je ou tu.

voit : Verbe voir, présent de l’indicatif, 3e pers. sing. Il est accompagné d’un
pronom ou d’un groupe du nom sujet.

voient : Verbe voir, présent de l’indicatif ou présent du subjonctif, 3e pers. plur. Il est
accompagné d’un pronom ou d’un groupe du nom sujet.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones voix, voie, vois, voit et voient.
a) Cette voie est le chemin à suivre.

b) Si tu cries comme cela, tu vas t’abimer la voix .

c) Attention ! Il y a un chevreuil sur la voie .

d) Ces animaux voient très bien la nuit.

e) Le train est arrêté sur la voie ferrée à cause de l’accident.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 25


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
voix, voie, vois, voit et voient (suite)

f) As-tu vu mes lunettes de soleil ? Oui, je les vois , elles sont sur la tablette de la
cuisine.

g) Que je voie à tes intérêts démontre que je tiens à toi. Je ne veux pas que tu te
fasses avoir.

h) Le petit garçon pleure parce qu’il ne voit plus sa mère.

i) Quelle voie as-tu choisie pour tes études ?

j) La voix est l’ensemble des sons émis par les cordes vocales que les chanteurs,
acteurs et humoristes doivent préserver.

4. Complète le texte à l’aide des homophones voix, voie, vois, voit et voient.
La célébrité
Regarde au loin qui je vois  ! C’est cette chanteuse à la voix d’or. Tu sais
qu’elle repose sa voix en ne parlant pas pendant des jours. Je me vois mal
faire cela, moi qui parle tant. Les médecins voient cela d’un très bon œil. Son mari
voit à ce qu’elle se repose avec sa famille. J’adore cette chanteuse. J’aimerais avoir
une aussi belle voix
pour chanter moi aussi. Mais ce n’est pas la voie que
j’ai décidé de suivre dans la vie. J’ai choisi plutôt de faire des voix pour le cinéma.
Je double les voix des acteurs dans les films. Même si je ne chante pas, je dois
aussi faire attention à ma voix . Je vois le médecin rapidement lorsque
je fais de la fièvre parce qu’il m’arrive de perdre la voix . Je me vois mal parler
avec la voix enrouée pour doubler la voix d’une actrice connue. Qu’en
penseraient les spec­tateurs ? Je ne voudrais pas qu’ils pensent que leur actrice favorite a
changé de voix . Sachez que si je vois l’actrice pour laquelle je double la
voix , je lui demanderai son autographe. On se voit lors de la projection
de son prochain film qui prendra l’affiche la semaine prochaine dans tous les cinémas de la
région.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 26


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
tant, temps et t’en
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones tant, temps
et t’en.
Un temps orageux
Le temps est lourd. La météo annonce des cellules orageuses dans l’air pour une période
de temps indéterminée. Le tonnerre gronde et les éclairs fusent de toutes parts. Tant que le
temps sera à l’orage, il est préférable de rester à l’intérieur. Mon frère est rentré juste à temps
à la maison quand un bruit assourdissant s’est fait entendre. Je lui ai dit : « Il t’en a fallu du
temps pour que tu rentres ! » La sonnette a retenti. C’est un homme qui a eu un incident
avec sa voiture. Le tonnerre semble avoir percuté sa voiture au même moment. Le temps
qu’il s’en rende compte, un pneu de sa voiture s’est affaissé. Alors, tant qu’à y être, je lui ai
gentiment offert d’entrer téléphoner au garagiste et de prendre un café.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones tant, temps et t’en.
tant : Adverbe, on peut dire « autant », « tellement ».

temps : Nom masculin, la température ou une certaine durée, s’utilise dans des
expressions.

t’en : Pronom personnel + en pronom. Précède un verbe.

3. Complète les phrases à l’aide des tant, temps et t’en.


a) Le temps est maussade. Je vais aller au cinéma.

b) Passe-moi ton chandail. Tant qu’à faire la lessive, je vais le laver.

c) Prends ton temps , je ne suis pas pressé.

d) Il ne me faut pas tant de livres. Je dois quand même prendre le


temps de les lire.

e) Il ne faut pas t’en faire pour cela. Je trouverai une solution.

f) Il y a tant de possibilités que tu peux prendre ton temps pour te


décider.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 27


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
tant, temps et t’en (suite)

g) Le temps que tu passes à perdre ton temps , il t’en restera


peu pour sortir.

h) Dépêche-toi et tu auras plus de temps  !

i) Tu es juste à temps pour la représentation du film.

j) Il y a tant à faire. Je t’en prie, donne-moi un coup de main


et ça prendra moins de temps .

4. Complète le texte à l’aide des homophones tant, temps et t’en.


Les sucreries
C’est déjà le temps des sucres. Miam ! J’adore le temps que l’on passe en
compagnie de mon grand-père à recueillir de l’eau d’érable. Autant vous le dire, j’aime tout
ce qui porte le mot érable, je suis plutôt gourmand. On fait de la tire, du sucre, du beurre,
des bonbons et tant qu’à tous les énumérer, du sirop d’érable. Tant
qu’à faire, je garde un peu d’eau d’érable pour mon petit frère. Il adore en boire, mais il est
trop petit pour nous accompagner. Ma mère me demande souvent : « S’il t’en
reste un peu, j’aimerais aussi en avoir. » La prochaine fois, je prendrai du temps
pour en ramasser plus. Le temps que je passe avec mon grand-père est un moment
précieux que j’affectionne particulièrement. Je sais qu’il n’est pas aussi rapide, comme il dit,
que dans son jeune temps , mais il est encore capable, je le sais. Je profiterai du
temps avec lui parce que je sais que le temps ne revient jamais. Quand je
raconte à ma mère et à mon petit frère mes journées passées avec grand-père, ma mère me dit
toujours : « Est-ce que de temps en temps , tu n’en inventerais pas un petit
peu par hasard ? » J’avoue que j’aime bien ajouter des détails à mes histoires. Tant
qu’à les faire rire, aussi bien ajouter des détails qui les feront rigoler davantage. «  Je te dis
que ton grand-père t’en raconte de belles histoires inventées. » Bon voilà, il est
temps pour moi de revenir aider mon grand-papa, je pense que j’ai assez rêvassé
pour la journée.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 28


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
pain, pin, peins et peint
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones pain, pin,
peins et peint.
La décoration
Je veux repeindre ma chambre et y mettre du papier peint. Je peins le mur du lit d’un rose
éclatant et les autres murs, de couleur crème. Ma mère a peint sa chambre dans les teintes
de gris. Mon père, lui, il peint son garage en gris et noir pour créer une harmonie avec son
établi. Ma famille et moi, nous allons enlever le pin qui est devant la maison. Nous allons
mettre plutôt des fleurs colorées. Après une dure journée de travail, j’aime bien me faire
cuire du pain aux raisins nappé de sirop d’érable. C’est succulent.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones pain, pin, peins et peint.
pain :  Nom masculin, aliment.

pin :  Nom masculin, conifère, une noix.




peins :  Verbe peindre, 1re et 2e pers. sing., indicatif présent. Il s’utilise avec le pronom
je ou tu. 

peint :  Verbe peindre, 3e pers. sing., indicatif présent. Il s’utilise avec un pronom ou
un groupe du nom sujet. 

3. Complète les phrases à l’aide des homophones pain, pin, peins et peint.
a) Le pin et le sapin sont appelés des conifères à cause de leurs aiguilles.

b) Tous les matins, je sors acheter du pain frais à la boulangerie.

c) Je peins la véranda parce que la peinture est défraichie.

d) Ma mère met des noix de pin dans la salade.

e) Ma mère utilise de la mie de pain pour faire du pouding au pain .

f) L’huile de pin a des propriétés thérapeutiques.

g) Le pain aux épices et le pain aux raisins, j’adore.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 29


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
pain, pin, peins et peint (suite)

h) As-tu vu le voisin ? Il peint sa voiture de course.

i) Il faut couper le pin parce que ses racines vont briser les fondations de la
maison.

j) Peux-tu trancher le pain , s’il te plait ?

k) Est-ce que de l’huile essentielle à l’odeur de pin ça existe ?

l) Je peins les murs de mon bureau.

m) Rapporte du pain frais de la boulangerie.

n) Il a peint la terrasse parce qu’elle était défraichie.

o) Il faut écrire pain pour l’aliment confectionné chez le boulanger.

4. Complète le texte à l’aide des homophones pain, pin, peins et peint.


La coopérative
Les emplois d’été ne sont pas toujours faciles à trouver selon la région où l’on habite. Comme
j’habite à la campagne, j’ai eu l’idée de créer une coopérative jeunesse. Ainsi, je fais main-
tenant partie d’une coop de jeunes. On offre aux gens de faire plusieurs travaux à petits prix.
Dans mon cas, je peins des clôtures ou des galeries de maison. Je me concentre
sur la peinture extérieure. Luc, lui, peint
plutôt les murs intérieurs, dans les mai-
sons. Quant à Océane, elle cuisine des petits plats comme du pain aux raisins, du
pain aux bananes ou, encore, des salades dans lesquelles elle ajoute un ingré­dient
secret, les noix de pin . Robert, lui, coupe les arbustes, les conifères comme il le
fait à la pépinière « Le petit pin vert ». On a décidé de donner un nom à cette
partie de la coopérative puisqu’il s’agit d’un ensemble de travaux qui touche l’aménagement
paysager. Nous formons une belle équipe. Comme chacun a déjà ses tâches, il faudra penser
à engager d’autres personnes parce que nous sommes très populaires cette année. Avec la
température chaude, plusieurs personnes âgées restent à l’intérieur parce que, dehors, c’est
beaucoup trop suffocant. Alors, si vous avez un pin à faire couper, du délicieux
pain auquel vous aimeriez goûter ou des travaux de peinture à exécuter, nous
s­ommes là pour vous aider à la coop « Les pouces verts ».

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 30


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
peu, peux et peut
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones peu, peux et peut.
En voiture
Tu peux assister à ce concert si tu le souhaites. Ton père peut aller te reconduire si tu le
d­ésires plutôt que d’utiliser le transport en commun. Il dispose de peu de temps pour te
m­ener là-bas ce soir, mais je peux comprendre que c’est plus rapide de cette façon. Par
c­ontre, il se peut que j’aie besoin que tu me rendes un service avant de partir.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones peu, peux et peut.
peu :  Adverbe, désigne une quantité, dans le sens de « pas beaucoup ».

peux :  Verbe pouvoir, 1re et 2e pers. sing. au présent de l’indicatif. Accompagne le


pronom je ou tu.

peut :  Verbe pouvoir, 3e pers. sing. au présent de l’indicatif. Accompagne le pronom


ou un groupe du nom sujet.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones peu, peux et peut.


a) Tu as passé peu de temps avec nous. Peux -tu revenir demain ?

b) Tu peux y arriver si tu veux. Prends un peu plus de temps et tu y


arriveras.

c) Le cheval ne peut se passer de ses fers. S’il n’en porte pas, il peut
se blesser sérieusement.

d) Il y a peu de temps que tu es revenu. Reste un peu plus longtemps


si tu veux.

e) Peux -tu apporter ton passeport pour vérifier s’il est encore valide ?

f) Je peux passer te prendre avant d’aller à la danse. Peux - tu juste


m’attendre dehors pour que je te repère plus aisément ? Je ne me souviens plus de ta
maison.

g) J’aimerais que tu m’aides pour le peu que je te demande.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 31


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
peu, peux et peut (suite)

h) Il peut se passer bien des choses agréables.

i) On a eu si peu de temps pour faire des courses.

j) Je voudrais encore un peu de cette lasagne.

k) Pour le peu d’informations que j’ai reçues, j’ai pris la meilleure décision.

l) Je ne peux pas me présenter à ce rendez-vous.

m) Il se peut que j’aie un retard à cause de la circulation.

n) Ajoute un peu de sel dans cette recette.

o) Peut -il arriver un peu plus tôt que prévu ?

4. Complète le texte à l’aide des homophones peu, peux et peut.


Ma grand-mère
Il y a peu de temps, ma grand-mère a fait une chute dans son salon. Elle
peut à peine marcher à cause de sa hanche qui lui fait mal. Je peux
l’aider un peu quand je vais chez elle, mais malgré mon offre, elle insiste pour se
déplacer seule. Heureusement, sa chute a fait peu de dommages sur son corps.
Elle a eu un peu d’ecchymoses sur les jambes, mais aucune fracture. Par chance,
parce que, quand cela arrive, les personnes âgées peuvent en garder des séquelles. Plus on
vieillit, plus nos os sont fragiles. La bonne nouvelle, c’est que dans peu de temps,
elle viendra habiter avec nous. Ce sera plus sécuritaire pour elle. Évidemment, il faudra faire
un peu de travaux dans la maison pour lui aménager un petit coin à elle. Ce sera
un peu comme si elle était dans un appartement. Ce sera une annexe à la maison.
On lui avait suggéré d’habiter dans une résidence pour les personnes du troisième âge, mais
elle ne veut pas y aller. Alors, c’est pour cette raison que nous lui avons fait cette proposi-
tion. Le déménagement aura lieu sous peu . Je peux déjà m’imaginer
passer mes fins de journées avec elle. Je sens déjà les bonnes odeurs du pain aux bananes.
Ma grand-mère peut faire plusieurs desserts en même temps, elle est comme une
petite pieuvre à l’œuvre. Je peux dire que je suis heureux de cette situation, car
même si elle vieillit, je veux pouvoir profiter du temps qu’il me reste avec elle et l’écouter
raconter ses belles histoires.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 32


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
faim et fin
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones faim et fin.
Affamé
J’aimerais aller manger à la fin de la représentation parce que j’ai très faim. J’ai pourtant bien
mangé ce soir, mais manger de la salade de poulet ça me donne encore plus faim. De retour
à la maison, j’aimerais regarder encore une fois le film Une histoire sans fin.

Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones faim et fin.
faim :  Nom féminin, signifie le besoin de manger, avoir faim.

fin :  Nom féminin, désigne que quelque chose se termine, la finale.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones faim et fin.


a) La fin de ce conte est magnifique.

b) C’est épouvantable de constater qu’il y a autant de gens qui ont faim dans le
monde.

c) Il faut partir avant la fin parce que j’aimerais éviter les embouteillages.

d) Fin de la route. Ça veut dire que c’est une route sans issue.

e) Il y a le club des déjeuners pour les enfants qui ne mangent pas à leur faim .

f) Il faut que tu poursuives ta lecture jusqu’à la fin du livre, tu seras surpris.

g) Le mot faim est-il un mot de la même famille que famine ?

h) As-tu vu la fin de la partie ? Quel match enlevant !

i) Cet enfant pleure parce qu’il a faim .

j) Je n’ai pas vu la fin du film, je me suis endormie sur le fauteuil.

k) C’est la fin d’une grande série télévisuelle.

l) Il faut prendre un bon déjeuner pour ne pas avoir faim avant l’heure du diner.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 33


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
faim et fin (suite)

m) Pourquoi écrit-on fin à la fin de certaines représentations


cinématographiques ?

n) Il reste cinq minutes avant la fin de la partie.

o) À la fin du film, il est mort de faim .

4. Complète le texte à l’aide des homophones faim et fin.


La campagne de financement
Comme projet de classe, mon équipe et moi avons décidé d’amasser des fonds pour ceux qui
ont faim . Notre projet doit être terminé un peu avant la fin de l’année
scolaire pour permettre à notre enseignant de nous attribuer une note. On appelle cela un
projet intégrateur. La faimdans le monde, ça ne devrait pas exister. Je trouve ça
vraiment injuste de savoir que des personnes ont faim . Ce n’est pas de leur faute si
à la fin du mois, il leur reste peu d’argent pour se nourrir. C’est pourquoi l’argent
recueilli servira aux familles dans le besoin. Un responsable se rendra, avec la famille, faire
une épicerie. Cette initiative évitera que les enfants aient faim quand ils vont à
l’école. Il reste cinq semaines avant la fin
de notre projet et tout va bien. Nous
avons organisé une conférence de presse, à notre école, peu avant la fin de
l’heure du diner. Nous avons envoyé des invitations aux médias de la région pour qu’ils
p­arlent de notre projet à la radio et à la télévision locales. À la fin de notre
discours, les gens se sont levés pour nous applaudir comme si c’était la fin
d’un grand spectacle. Nous étions heureux de voir que les gens ont bien répondu à cette
i­nvitation. Nous s­ommes des gars engagés dans notre école. Notre message disait ceci :
« B­ienvenue à vous tous, chers membres du personnel de l’école, représentants des médias,
élèves et à vous tous qui assistez à cette conférence. Notre projet se veut un petit pas pour
mettre fin à la faim autour de nous. Nous voulons faire un peu de
bien et rendre un peu du plus que nous avons et que les autres n’ont peut-être pas la chance
d’avoir. Nous ferons plusieurs campagnes de financement dans les semaines à venir dans les
commerces de la région et nous déposerons des boites pour amasser des sous et des denrées
non périssables. Merci de votre écoute, et soyez assurés qu’à la fin , personne
n’aura plus faim  !  »

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 34


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
dans, dent et d’en
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones dans, dent
et d’en.
L’Australie
Dans six mois, je partirai en Australie afin d’en découvrir les richesses. Mon oncle m’a dit
de faire attention pour éviter que les kangourous aient une dent contre moi. Il me taquine,
car il sait que j’aime faire de nouvelles expériences. Comme c’est un long trajet en avion,
j’ai prévu apporter quelques livres, un jeu de cartes et de la musique pour m’occuper à bord
de l’appareil. Avant de partir, je dois me faire réparer une dent cariée, sinon je pourrais avoir
mal durant le vol. Dans quelque temps, j’aurai beaucoup de souvenirs à vous raconter.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones dans, dent et d’en.
dans :  Préposition, désigne à l’intérieur de, dedans.

dent :  Nom féminin, os de la bouche, la dentition de la bouche.

d’en :  Préposition + pronom personnel en. Précède un verbe. Signifie « de cela ».

3. Complète les phrases à l’aide des homophones dans, dent et d’en.


a) Passe me prendre dans dix minutes.

b) Histoire d’en profiter, essaie de partir plus tôt pour t’y rendre.

c) Il faut se brosser les dents au moins trois fois par jour.

d) Il faut éviter d’en faire toute une histoire.

e) Dans cette aventure, il n’y a pas eu que des chanceux.

f) Le festival a lieu dans deux mois.

g) Dis-moi si mon foulard est dans l’auto.

h) Le chien est à l’étroit dans sa niche. Je crois qu’elle est devenue trop petite
pour lui.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 35


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
dans, dent et d’en (suite)

i) Je me suis cassé une dent en tombant à vélo.

j) Il faut essayer d’en parler plus calmement parce que je ne comprends pas ce
que tu racontes.

k) Il y a des moments dans la vie où les épreuves nous font grandir.

l) Connais-tu l’expression « As-tu une dent contre moi ? ».

m) Il suffit d’en parler.

n) L’expression : « Il en a dans le casque » veut dire qu’il ne donne pas sa place.

o) Vue d’en haut, ça ne paraissait pas si haut.

4. Complète le texte à l’aide des homophones dans, dent et d’en.


Une poursuite dans la ville
Dans la nuit de mardi à mercredi, il y a eu une poursuite policière dans
les rues de la ville. Un suspect semble avoir volé de la marchandise en vue d’en
faire la revente. Un citoyen, revenant de son travail durant la nuit, a alerté les policiers.
En couran­ t, le voleur s’est cassé une dent lorsqu’il est tombé sur le trottoir
dans la rue d’en face. Heureusement, cela a permis aux policiers de
le rattraper. Par la suite, il a été conduit dans la salle d’interrogatoire. Il n’a pas
voulu coopérer alors les agents n’ont pu le laisser partir. Le lendemain matin, un enquêteur
réputé l’a invité au café d’en face pour faire une autre tentative. L’enquêteur était
en train de manger son déjeuner et, comme le prévenu avait faim, ce dernier lui a offert
d’en prendre un peu en échange de sa coopération. Ainsi, le prévenu a décidé
de tout avouer et d’admettre qu’il était dans le pétrin. Il a décidé de son plein gré
de signer des aveux. Dans cette histoire, on a appris qu’il n’opérait pas seul. Ses
c­omplices avaient eux aussi été appréhendés plus tôt dans la matinée. Les mal-
faiteurs criaient que ce n’était pas la peine d’en faire tout un plat. Ils ont même
demandé si les policiers n’avaient pas une dent contre eux.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 36


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
au, aux, eau, eaux et haut
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones au, aux, eau,
eaux et haut.
Les gaz à effet de serre
Au cours des années, les scientifiques ont demandé aux gouvernements ainsi qu’aux c­itoyens
de faire preuve de bonne volonté en vue de faire des efforts concernant les gaz à effet de
serre. Les municipalités, en période estivale, sont invitées à demander à la population
de diminuer leur consommation d’eau parce que le réservoir est au plus bas. Le règlement
s­tipule que le citoyen peut avoir une amende si la loi n’est pas respectée. Cette note apparait
tout en haut du règlement. Veuillez vous y référer !
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones au, aux, eau, eaux et haut.
au : Déterminant défini contracté masculin singulier (à + le).

aux : Déterminant défini contracté masculin ou féminin pluriel (à + les).

eau : Nom féminin singulier, étendue d’eau.

eaux : Nom féminin pluriel, étendue d’eau.

haut : Adjectif, adverbe et nom, vient du mot de la même famille que « hauteur ».

3. Complète les phrases à l’aide des homophones au, aux, eau, eaux et haut.
a) Le haut du mur d’escalade est endommagé.

b) Les eaux du Saint-Laurent sont polluées.

c) Le corps a un grand besoin en eau . Il en est constitué à près de 80 %.

d) Ma chienne marche au pied grâce à son entrainement au centre


canin.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 37


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
au, aux, eau, eaux et haut (suite)

e) Les chiens qui sont de la race des terriers sont entrainés à la chasse aux
renards.

f) Peux-tu me donner une tranche de melon d’ eau  ?

g) Inscrivez votre prénom et votre nom dans le haut de la feuille, à droite.

h) J’aime le riz au beurre et aux champignons.

i) Ton haut de maillot est taché.

j) Ma bouteille d’ eau est demeurée sur le comptoir.

4. Complète le texte à l’aide des homophones au, aux, eau, eaux et haut.
L’eau, une richesse naturelle
L’ eau est une ressource naturelle. Il faut la préserver. Sans eau , on ne
peut pas vivre très longtemps. Au temps où il n’y avait pas de système d’aqueduc,
les gens devaient aller chercher l’ eau à pied. Certaines personnes, dans c­ertains
pays, doivent encore faire de nombreux kilomètres pour aller puiser l’ eau . C’est
pourquoi il ne faut pas la gaspiller. On traite les eaux usées, mais cela n’est pas
une raison pour laver son entrée en asphalte avec le boyau d’arrosoir. Ma voisine crie
s­ouvent, du haut de son balcon aux voisins qui osent le faire, que leur
a­sphalte ne va pas pousser. « Cessez de gaspiller, s’il vous plait », leur crie-t-elle. Malgré ce
que les gens semblent penser, l’ eau est une ressource naturelle épuisable. Vous
avez proba­blement dû le constater l’été dernier. Avec les longues périodes de canicule,
le niveau des cours d’ eau a largement diminué, si bien que les embarcations à
moteur devaient se promener beaucoup plus au centre pour éviter de heurter
le haut des roches. Par ailleurs, les municipalités ont même envoyé aux citoyens
des mesures de r­estriction concernant l’utilisation de l’ eau pendant la période
estivale. Les h­abitations dont le numéro civique est impair doivent arroser leur pelouse,
leurs fleurs, leur p­otager ainsi que pourvoir au remplissage de la piscine en se
limitant à une heure seulement d’utilisation, et ce, entre sept et neuf heures le soir, seulement
les jours impairs. Sans quoi, ils sont passibles d’une amende. Même fonctionnement pour
les habitations dont le numéro civique est pair, elles doivent arroser un jour pair. Je pense
que c’est une bonne façon de se responsabiliser quant à l’utilisation que l’on fait de notre
eau potable.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 38


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
prêt, prêts et près
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones prêt, prêts
et près.
Le camping
Enfin, je suis prêt à partir. Les bagages sont prêts. Je les ai donc déposés près de la porte. J’ai
enfin obtenu mon prêt pour acheter ma roulotte. Ça fait près de cinq ans que je rêve de faire
du camping. J’irai camper près de la rivière Saint-François. Finalement, je ne suis pas près
d’arriver parce que le pont est bloqué à cause de la circulation. Comme le camping n’est pas
près de chez moi, il me reste une longue route à faire.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones prêt, prêts et près.
prêt :  Nom masculin singulier. Signifie « somme d’argent empruntée ». Adjectif
masculin. Signifie « préparé pour, disposé à ».

près :  Adverbe, veut dire « proche ».




prêts :  Nom masculin pluriel. Adjectif masculin pluriel.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones prêt, prêts et près.


a) Près de cinq mois plus tard, sa demande de prêt lui a été accordée.

b) Dépèche-toi parce que tu ne seras pas prêt quand ton ami Maxime viendra te
chercher.

c) Je suis prêt à partir. Toi, est-ce que tu es prêt  ?

d) Va chercher la chaise qui est près du buisson.

e) Le cheval est prêt à être monté par le cavalier.

f) L’autoroute est près de chez moi.

g) Le colis est prêt à poster. Peux-tu aller le porter ?

h) Le policier est près du lieu du crime. Il sera prêt à s’y rendre


à votre signal, mon inspecteur.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 39


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
prêt, prêts et près (suite)

i) Il y a plusieurs mois, j’étais près de réussir.

j) Ma grand-mère habite tout près du parc situé près de chez moi.

k) Je suis prêt à escalader le mont Everest.

l) Après tous ces efforts, je suis près du but.

m) Il est prêt pour la chasse.

n) Les marathoniens sont prêts pour la course.

o) Être près ou avoir quelqu’un de proche qui nous écoute, ça vaut son pesant d’or.

4. Complète le texte à l’aide des homophones prêt, prêts et près.


Prêt pas prêt j’y vais !
J’attends depuis longtemps ce moment. Je suis prêt à passer cet examen. Je suis
tout près de réussir, mais avant il faut que je sois prêt alors, je dois
réviser. J’étais près du bureau de l’examen quand un véhicule lourd a passé tout
près de moi. Il a failli accidenter mon véhicule. Heureusement, je suis toujours
prêt à toutes les éventualités. Je l’ai donc évité de justesse. J’étais si bien préparé
que j’ai finalement réussi. J’étais prêt . Dans nos cours de conduite automobile,
on nous enseigne à faire face à ce genre de situation. Je me souviens aussi que mon oncle
m’a expliqué que c’était aussi le cas pour la conduite d’une motocyclette. Il faut vraiment se
sentir prêt parce qu’il m’a dit que, durant l’examen, il y avait un freinage d’urgence
à exécuter. Il faut s’immobiliser sur une distance très courte. Il roulait à près de
25 kilomètres à l’heure lorsque l’évaluatrice a cru qu’il allait le rater. Heureusement, il était
prêt . Alors, durant mon examen, j’ai eu une petite frousse et cela aurait pu être
catastrophique. Par contre, mes réflexes ont bien répondu lors de cette situation. Par la suite,
j’avais rendez-vous pour demander un prêt bancaire pour faire l’achat de ma pre-
mière voiture. Je suis près de mon collège, mais il faut quand même que je me
rende dans cette ville avec autre chose que mes souliers.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 40


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
ses, ces, c’est, s’est, sais et sait
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones ses, ces, c’est, s’est,
sais et sait.
Une histoire tirée par les cheveux
— Est-ce que tu sais que ce n’est pas bien de mentir ? Tu sais, ton histoire est rocambolesque
et c’est plutôt surprenant tout ce qui semble s’être produit. Pourrais-tu me dire plutôt ce qui
s’est vraiment passé ?
— Gabrielle avait ses patins à roues alignées quand ces gens sont passés derrière elle pour la
faire tomber. Elle sait qu’elle doit porter son casque, mais elle l’avait oublié. Alors, elle s’est
retournée pour regarder qui arrivait derrière elle, et elle est tombée sur la tête. Les secours sont
arrivés et voilà ! C’est ce qui s’est passé. Ces spectateurs de la scène, postés de l’autre côté de
la rue, étaient horrifiés. Heureusement, les nouvelles sont bonnes, elle s’en est sortie indemne.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones ses, ces, c’est, s’est, sais et sait.
ses :  Déterminant possessif, il précise la possession d’une chose, d’une personne,
d’un animal…

ces :  Déterminant démonstratif, il démontre une chose, une personne, un animal…


Il accompagne un nom. Tu peux ajouter « là » après le nom.

c’est :  Pronom démonstratif + le verbe être. On le place en début d’une phrase, après
la virgule, après ou avant « que ». On peut aussi remplacer « c’est » par « cela
est » dans la phrase.

s’est :  Pronom personnel + le verbe être. Il est suivi d’un autre verbe au
participe passé.

sais :  Verbe savoir, 1re et 2e pers. sing. Indicatif présent. Il accompagne le pronom
je ou tu.

sait :  Verbe savoir, 3e pers. sing. Indicatif présent. Il accompagne le pronom ou le


groupe du nom sujet.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones ses, ces, c’est, s’est, sais ou sait.
a) C’est un cas litigieux. La cour devra trancher.

b) Ces gens sont venus t’encourager.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 41


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
ses, ces, c’est, s’est, sais et sait (suite)

c) Le jeune joueur était heureux de voir ses partisans.

d) Il s’est passé deux semaines depuis ton accident.

e) Le cavalier sait comment diriger sa monture.

f) Je sais que tu as de la peine, mais il reviendra demain.

g) Tu sais bien que tu prends des risques inutiles.

h) Je pense que tu as les compétences et c’est toi que j’engage.

i) Il s’est fracturé le fémur.

j) C’est un temps très humide et ses amis sont venus se baigner.

4. Complète le texte à l’aide des homophones ses, ces, c’est, s’est, sais ou sait.
La Volvo
« Arrête de mentir ! Tu sais que je sais
pour l’accident de voiture. Ton
père, oui, il le sait que tu l’as égratignée. Ne dis pas que tu ne le sais pas.
Ces réparations couteront des milliers de dollars. Alors c’est avec ton argent
que tu les rembourseras. Pourquoi est-ce que je le sais  ?
qu’un ami deC’est
ton père vous a vus, tes amis et toi. Est-ce que, par hasard, ton ami aurait oublié ses
lunettes et ses écouteurs ? Si c’est le cas, tu peux lui dire de les oublier, car
ils sont tombés par terre et ton petit frère les a écrasés en passant avec son cyclomoteur. Il
n’avait qu’à ramasser ses affaires. Et puis, je ne comprends pas tous ces
mensonges. » Ma mère était vraiment en colère. Il s’est passé beaucoup de temps
avant qu’elle ne me fasse à nouveau confiance. Comme elle le dit souvent, la confiance, ça
se gagne. C’est difficile à gagner, mais c’est facile à perdre. C’est ce
que j’ai retiré de cette leçon. Je sais que j’aurais dû lui dire avant, mais j’avais peur
de me faire réprimander. En même temps, cela n’a fait que retarder la dispute. J’avoue que si
ça avait été à moi, j’aurais peut-être réagi de la même manière. Pourtant, je ne sais
pas ce qui m’arrive, mais mes parents m’ont appris ces valeurs. Je parle du respect,
de la franchise, de l’honnêteté… J’ai même entendu ma mère dire : «  Ce n’est pas dans
ses habitudes, à John, d’agir ainsi, qu’est-ce qu’il lui a pris ? » J’ai promis à mes pa­
rents de ne pas refaire ces bêtises. Je serai plus prudent à l’avenir. Faire des courses
automobiles, ça peut nous coûter la vie lorsque nous ne sommes pas sur des pistes prévues à
cet effet. Au moins, dans ces endroits-là, c’est mieux encadré.
Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 42
Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
mer, maire et mère
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones mer, maire et mère.
L’inquiétude
Le maire de la ville est très inquiet pour cette mère. Elle a vu un homme disparaitre dans la
mer sous une très grosse vague. Le maire a tenté de rassurer la mère, mais il n’y avait rien à
faire. Les secours ont tenté de localiser l’homme dans la mer. À la dernière minute, ils l’ont
aperçu au loin qui tentait de revenir vers la plage. Ils l’ont finalement secouru.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones mer, maire et mère.
mer :  Nom féminin, désigne l’étendue d’eau.

maire :  Nom masculin, désigne la personne qui a été élue dans une municipalité.

mère :  Nom féminin, désigne la personne qui nous a mis au monde ou adopté.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones mer, maire ou mère.


a) Le maire a fait son allocution devant l’assemblée qui s’impatientait.

b) Il ne faut pas s’aventurer trop loin dans la mer . C’est risquer sa vie pour rien.

c) La mère de cet enfant est heureuse de l’avoir retrouvé près de la


mer .

d) Le conseiller et le maire discutaient de la solution idéale.

e) Ma tante m’a dit que sa mère avait eu un malaise dans la mer .

f) Quand le niveau de la mer est bas, c’est la marée basse.

g) Le cheval de mer est aussi appelé « hippocampe ».

h) Le maire et la mère de ce jeune ont tenté de trouver un compromis


pour effacer les graffitis que l’adolescent a peints sur les murs de l’immeuble.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 43


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
mer, maire et mère (suite)

i) Cette année, le maire ne s’est pas représenté parce que sa mère est
subitement tombée malade.

j) J’irai en croisière dans la mer des Caraïbes.

k) Le vent s’est levé et la mer est devenue houleuse.

l) Sa mère l’a soutenu tout au long des olympiques.

m) L’étendue d’eau s’écrit mer .

n) Celle qui m’a mise au monde, c’est ma mère .

o) Le maire , c’est celui qui voit à la gestion d’une municipalité.

4. Complète le texte à l’aide des homophones mer, maire ou mère.


Le maire de la ville
Un maire ou un autre, pour moi, c’est pareil. Ma mère pense que
celui-là a vraiment de bonnes intentions. La mère du maire est v­enue
l’encourager le jour du scrutin. Elle revenait d’un voyage à la mer . Quelle
chance ! Ma mère rêve d’y aller depuis longtemps. Alors, elle a entamé une
longue discussion sur le sujet avec la mère du futur maire de notre ville.
Elles ont discuté longuement. Finalement, la mère du maire pense que
la mère de ma mère serait parente avec la sienne. Quelle coïncidence !
Alors, la mère du maire nous a invités à venir passer du temps à leur
chalet au bord de la mer . Vous imaginez bien à quel point ma mère
était heureuse de cette invitation. Alors, dès que nous sommes revenus des élections, ma
mère s’est empressée d’annoncer la nouvelle à mon père. Alors, nous avons com-
mencé à préparer nos valises pour aller passer nos vacances à la mer . J’avoue
que j’étais aussi excité. Deux jours après notre arrivée, le maire est arrivé. Je peux
le prénommer, monsieur le maire maintenant parce qu’il a été élu pour les quatre
prochaines années.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 44


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
paire, perds, perd, père, pers, pair
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones paire, perds,
perd, père, pers et pair.
Un drôle de moineau
Le père de mon amie Élisabeth est coureur automobile. Chaque fois, avant de partir pour
la compétition, il cherche ses clés. Il les perd si souvent que sa mère le menace de les lui
a­ttacher au cou. Comme il a les yeux de couleur pers et qu’elle les adore, il lui fait toujours
un clin d’œil qui la fait sourire. Elle lui dit quand même que s’il les perd encore, elle mettra
sa menace à exécution avec les cordons de sa vieille paire de chaussures de marche. Son
père conduit la voiture portant le numéro deux, qui est un nombre pair.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones paire, perds, perd, père,
pers et pair.
paire :  Nom féminin, désigne un ensemble de deux choses identiques.

perds :  Verbe perdre, 1re et 2e pers. sing., indicatif présent. Accompagne le pronom
je ou tu.

perd :  Verbe perdre, 3e pers. sing., indicatif présent. Accompagne le pronom ou le


groupe du nom sujet.

père :  Nom masculin, une personne, un homme qui a un ou plusieurs enfants.

pers :  Adjectif, une couleur entre le bleu et le vert.

pair :  Adjectif, désigne un nombre divisible par deux (2 - 4 - 6 - 8…) sans reste.
Nom masculin, un camarade.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones paire, perds, perd, père, pers
et pair.
a) Le père de Maude a les yeux pers .

b) Le nombre cent-mille-quarante-quatre est-il un nombre pair  ?

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 45


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
paire, perds, perd, père, pers, pair (suite)

c) Ces deux-là, on dit qu’ils font une belle paire .

d) Je perds de deux points encore une fois.

e) Où est passée ma paire d’espadrilles ?

f) Tu perds beaucoup de poids. Félicitations !

g) Les gens qui possèdent un billet ayant un nombre pair doivent passer de ce
côté.

h) Mon père a encore perdu sa paire de gants.

i) Dommage, il perd vraiment son temps avec cette futile histoire.

j) J’aurais besoin d’une paire de chaussures.

4. Complète le texte à l’aide des homophones paire, perds, perd, père, pers
ou pair.
Les jumeaux
Ces deux garçons font la paire parce qu’ils sont jumeaux. Ils font les mêmes choses
tout le temps. Il arrive parfois à notre père de virer au vert parce que, lorsque l’un
perd un objet, l’autre aussi souvent l’a perdu. Drôle de hasard ! Ils lui répondent
qu’il perd son temps à leur demander où ils les ont mis, car ils ne s’en souviennent
jamais. De plus, ils ont tous les deux les yeux pers . Aujourd’hui ils ont encore
perdu une paire d’espadrilles et une paire de bas. Ma mère voulait
essayer, mais il lui a dit : « Tu perds ton temps, mais tu ne perds rien à
e­ssayer ». « Je vais essayer avec une devinette qui comporte des nombres pairs , lui
répondit ma mère, ça marchera peut-être. » Je trouve que ma mère a parfois de drôles d’idées
et qu’elle perd la boule, mais si ça marche, au moins, mon père n’aura
plus besoin de se mettre en colère. Quand ma mère eut terminé de faire ses de­vinettes,
elle a dit à cette paire de petits garçons de venir la rejoindre dans le salon. Mon
père était déjà prêt à se rouler par terre, tellement il trouvait l’idée folle. Pourtant,
croyez-le ou non, elle a fonctionné !

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 46


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
amande et amende
1. Lis le texte et tente de déduire le sens des homophones amande et amende.
Une langue bien compliquée
Il y plusieurs mots dans la langue française qui s’écrivent différemment, mais qui ont la même
prononciation. Encre ou ancre, peau ou pot, etc. C’est aussi le cas des mots amende et
amande. Je vais te donner quelques exemples. Je fais une allergie aux amandes. Le policier
donne des amendes pour des excès de vitesse.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones amande et amende.
amande :  Nom féminin, aliment auquel certaines personnes sont allergiques, une noix.

amende :  Nom féminin, une contravention.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones amande ou amende.


a) As-tu reçu une amende , je veux dire une contravention ?

b) Passe-moi le pot avec les amandes .

c) Est-ce que tu préfères les amandes salées ou sans sel ?

d) Cette amende est salée, cent dollars plus les frais.

e) Le policier lui a remis son amende pour avoir fait un excès de vitesse.

f) Je mets des amandes autour de mon gâteau, c’est succulent.

g) Il a reçu une seconde amende parce qu’il avait oublié de payer la


première.

h) Le jeune a reçu une amende pour avoir volé des amandes dans
le magasin.

i) Apporte les amandes ; je vais en mettre dans la salade.

j) Le juge a donné une amende au jeune contrevenant pour avoir commis


ce délit.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 47


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
amande et amende (suite)

k) Il y a divers degrés de sévérité pour une allergie aux amandes .

l) Une contravention, c’est une amende .

m) L’été, j’aime boire un café au lait avec des amandes glacées.

n) Une amande , la noix, s’écrit de quelle manière ?

o) Il a reçu une amende pour ne pas avoir respecté les heures de stationnement
indiquées par la ville.

4. Complète le texte à l’aide des homophones amande ou amende.


Les allergies
Je me suis esclaffé parce que ma mère a dit qu’elle était allergique aux amandes
et mon père a dit : « Bien moi aussi. Mais je suis allergique aux amendes , tu sais,
celles que les policiers nous remettent lorsqu’on roule trop vite. » Il était hors de lui parce
que notre voisin, qui est policier, venait de lui remettre une amende pour avoir
oublié de faire son arrêt complet. Pour en rajouter, ma mère lui a demandé s’il voulait des
amandes dans la salade pour le repas. Elle riait. Elle aime bien faire des jeux
de mots. Pourtant, blague à part, les gens qui sont allergiques aux noix sont, entre autres,
allergiques aux amandes . Ce n’est pas drôle parce que quelqu’un peut vraiment
en mourir. J’espère que, si, dans ces circonstances, une personne était prise à rouler trop
vite, elle ne recevrait pas une amende . J’imagine que le mieux serait que la
personne contacte les services d’urgence pour éviter ainsi de prendre le risque de recevoir
une amende par la poste. Justement, en parlant de cela, vous savez que vous
pourriez recevoir une amende par courrier si vous vous faites prendre à rouler
de manière excessive sur les routes où il y a des radars photographiques ? Ma tante roulait
un peu rapidement sur le pont et elle espère que sa voiture n’a pas été captée par la caméra
parce que sinon, elle pourrait recevoir une amende par la poste.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 48


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
air, airs, aire, ère, erre, erres et errent
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones air, airs, aire,
ère, erre, erres et errent.
Un air triste
Cette enfant affiche un air triste tandis que cet autre a l’air d’être heureux sur sa bicyclette.
La fillette semble perdue dans ses pensées et erre en donnant un coup de pied sur un caillou.
Elle répète à voix basse qu’elle aurait aimé vivre à l’ère des dinosaures parce qu’elle se serait
approchée pour qu’un dinosaure la soulève dans les airs. Elle aurait pu glisser sur son dos
et sa queue. En attendant, elle est allée voir à l’aire de repos du parc si le jeune garçon à
bicyclette voulait jouer avec elle.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones air, airs, aire, ère, erre, erres
et errent.
air et airs :  Nom masculin, ce que l’on respire, une mélodie ou une manière d’être.

aire :  Nom féminin, surface, zone.

ère :  Nom féminin, époque.

erre :  Verbe errer, indicatif présent ou subjonctif présent, 1re ou 3e pers. sing.
Il accompagne le pronom ou le groupe du nom sujet.

erres :  Verbe errer, indicatif présent ou subjonctif présent, 2e pers. sing.


Il accompagne le pronom « tu ».

errent :  Verbe errer, indicatif présent ou subjonctif présent, 3e pers. plur.


Il accompagne le pronom ou le groupe du nom sujet.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones air, airs, aire, ère, erre, erres
et errent.
a) L’ air est suffocant, je dois sortir.

b) L’ ère correspond à une époque.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 49


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
air, airs, aire, ère, erre, erres et errent (suite)

c) Le périmètre délimite le tour d’une figure tandis que l’ aire correspond à


la surface.

d) À l’aéroport, il y a une aire de repos où attendre avant l’embarquement.

e) Il roule vite, il a l’ air d’aller bien.

f) J’ erre dans les rues à la recherche de mon baladeur numérique.

g) Cet homme esseulé erre tous les jours dans cette rue déserte.

h) Arrête de m’obstiner, ça me pompe sérieusement l’ air .

i) Calcule l’ aire des murs de ta chambre, et nous achèterons la quantité


de peinture qu’il te faut.

j) Les chevaliers ont vécu à l’ ère médiévale.

k) Tout l’après-midi, ces vieillards errent dans le parc.

4. Complète le texte à l’aide des homophones air, airs, aire, ère, erre et erres.
À l’ère de la technologie
Quand mes parents étaient jeunes, il n’y avait pas autant de gadgets électroniques. Ce qui
est loin d’être le cas pour notre génération. Alors, quand je suis un peu de mauvaise humeur,
mon père me demande de changer d’ air , sinon il me retirera mon jeu vidéo.
A­lors, je pars prendre l’ air avant de me fâcher et j’ erre dans tous les
coins pour tenter de me calmer. Je finis toujours par aller me recroqueviller à la même place.
C’est dans le jardin, là où mes parents ont aménagé une belle aire de repos.
L’ air est pur et apaisant. Je ne sais pas ce qu’il y a dans l’ air , mais je
me sens si impatiente ces jours-ci. J’ai toujours l’ air en colère, mais ce n’est
pas toujours le cas. On dirait que, quand je me lève le matin, tout va de travers. J’ai
l’ air d’un chien qui erre partout. On dirait que je ne sais pas quoi
faire de ma journée. Je pense que je vais téléphoner à une amie pour voir si elle vien­drait
prendre l’ air avec moi. En passant, nous pourrions aller manger une crème
g­lacée et, ensuite, nous pourrions aller au cinéma. Ce matin, on aurait dit qu’il y avait dans
l’ air des cellules orageuses. C’est vrai que le ciel est plutôt noir, mais si les vents
soufflent assez fort, le soleil reviendra.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 50


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Les homophones
verre, vert, vers et ver
1. Lis le texte suivant et tente de déduire le sens des homophones verre, vert,
vers et ver.
Un voyage de pêche
Paul et Carlos vont tous les ans à la pêche vers le mois de juin. Il faut dire que chacun
a­pporte des vers même s’il les partage dans un verre. Paul est rigolo, parce qu’il porte le
même chandail vert tous les ans. Carlos, grand blagueur, est un sacré joueur de tours. Il a
une fois de plus fait rire son ami en se mettant un ver au-dessus des yeux en guise de sourcils.
Une fois revenus au chalet, nos deux compagnons se sont servi un verre de limonade pour
se rafraichir.
Réponses variables
2. Écris tes hypothèses sur le sens des homophones verre, vert, vers et ver.
verre :  Nom masculin, matière solide transparente, un contenant pour boire.

vert :  Adjectif et nom, la couleur.

vers :  Préposition, dans le sens de se diriger vers un endroit, une direction, près de
(heure, date); nom masculin, élément de la poésie.

ver :  Nom masculin, animal invertébré.

3. Complète les phrases à l’aide des homophones verre, vert, vers et ver.
a) Il faut vite ranger les vers parce qu’ils deviendront trop secs pour pêcher.

b) Le vert te va à ravir. C’est une couleur éclatante avec ta chevelure.

c) Pourrais-tu me servir un verre de jus d’orange, s’il te plait ?

d) Je passerai te prendre vers midi.

e) Je déteste les vers parce qu’ils sont gluants.

f) J’aime le vert de sa robe.

g) Il faut passer par Québec pour aller vers le Nouveau-Brunswick.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 51


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
verre, vert, vers et ver (suite)

h) Attention ! Trop tard, le verre est brisé.

i) Il faut s’inscrire vers le 30 juin.

j) Sois calme, une moufette vient vers toi. Détends-toi parce que tu as le teint
vert .

k) Les vers de ce jeune poète sont bien groupés en strophes.

l) Va consulter un médecin, car tu as le teint vert .

m) Prends la direction vers le nord.

n) J’ai besoin de faire changer les verres de mes lunettes.

o) Je suis capable d’accrocher seul mon ver sur l’hameçon.

4. Complète le texte à l’aide des homophones verre, vert, vers et ver.


Le voyage en train
Chaque année, nous choisissons, avec ma famille, vers quelle région nous par-
tirons en vacances à bord d’un train. Nous prenons ce moyen de transport parce que l’on
entend souvent parler de virage vert . Comme nous voulons faire notre part, nous
pensons que c’est une façon écologique, rapide et sécuritaire de voyager. Il faut dire que
nous pouvons regarder le paysage vert qui nous entoure. Vers midi,
nous allons prendre un léger repas au wagon-restaurant du train. Puis, la lasagne n’est pas
piquée des vers comme ma mère aime bien le répéter. Une fois arrivés à la gare,
nous nous rendons vers les toilettes pour nous rafraichir un peu avant de prendre
un taxi qui nous amènera vers notre hôtel. Puis, je mets mon maillot de bain
vert et, tous ensemble, nous allons faire une baignade dans la piscine où il n’y a
aucun ver , soyez rassurés. Par la suite, nous retournons à la chambre nous pré-
parer pour le souper qui a lieu généralement vers
les sept heures au restaurant de
l’hôtel. Ils servent d’excellents fruits de mer, et ma mère aime bien prendre un verre
de pina colada. Vers la fin du repas, nous commandons toujours une tisane ou un
verre de lait pour accompagner leur succulent gâteau de mousse au chocolat. Le
serveur nous l’avait recommandé, et j’avoue qu’il est succulent.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 52


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Annexe
Explications complémentaires
• à, a et as
à : Préposition (à l’école). On ne peut pas remplacer « à » par « avait ».
a : Verbe avoir, 3e personne du singulier (il, elle, on), présent de l’indicatif. On peut le
remplacer par « avait ».
as : Verbe avoir, 2e personne du singulier (tu), présent de l’indicatif.

• ce et se
ce : Déterminant démonstratif qui accompagne un nom. Il peut se remplacer par « le ».
Pronom démonstratif, il se place devant le verbe être (ce sera lui, ce sont de belles
plages, que ce soit lui ou non). Il se place aussi devant que ou qui.
se : Pronom personnel réfléchi, il se place devant un verbe (Ils se rassemblent à Paris, il
se fait croire des choses).

• ces et ses
ces : Déterminant démonstratif. Désigne un groupe d’objets, de personnes d’animaux.
ses : Déterminant possessif. Indique la possession, l’appartenance.

• c’est et s’est
c’est : Peut être remplacé par « cela était ». Il débute une phrase ou il se place après un
« et » (Il marche et c’est tant mieux… C’est lui qui me l’a dit.).
s’est : Il est suivi d’un autre verbe (Il s’est emporté devant cette femme ingrate.).

• la, là, l’a et l’as


la : Déterminant défini (La fille de Paul) ou pronom personnel (Il la voit ce soir.).
là : Adverbe, désigne un lieu (À Montréal, oui, il est là.).
l’a : Pronom + verbe avoir, à la 3e personne du singulier, au présent de l’indicatif : il, elle, on.
On peut le remplacer par « l’avait ».
l’as : Pronom + verbe avoir, à la 2e personne du singulier, au présent de l’indicatif : tu.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 53


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Explications complémentaire (suite)

• leur et leurs
leur : Déterminant possessif, féminin ou masculin, singulier (Leur fille est polie).
leur : Pronom personnel, placé devant un verbe (Il leur a dit de se taire).
leurs : Déterminant possessif, féminin ou masculin, pluriel. On peut le remplacer par
« les » pour savoir si on parle d’un groupe pluriel (Leurs cahiers étaient restés à la
maison, ils ont félicité leurs enfants).

• quel, quelle et qu’elle


quel : Déterminant, masculin, singulier. On peut le remplacer par un autre déterminant
masculin singulier, par exemple « le ».
quels : Déterminant, masculin, pluriel. On peut le remplacer par un autre déterminant
masculin pluriel, par exemple « les ».
quelle : Déterminant, féminin, singulier. On peut le remplacer par un autre déterminant
féminin singulier, par exemple « la ».
quelles : Déterminant féminin pluriel. On peut le remplacer par un autre déterminant féminin
pluriel, par exemple « les ».
qu’elle : Pronom, il est employé devant un verbe tel que le subjonctif présent par exemple, à
la 3e personne du singulier (Elle a une plus belle blouse qu’elle.).
qu’elles : Pronom, s’utilise au subjonctif présent, à la 3e personne du pluriel.

• ou et où
ou : Conjonction, annonce un choix. On peut le remplacer par « ou bien ».
où : Adverbe interrogatif, pronom relatif désigne un lieu sous forme d’interrogation
(Où veux-tu que j’aille ?).

• on et ont
on : Pronom, 3e personne du singulier. On peut le remplacer par un nom de personne
comme Léon.
ont : Verbe avoir, 3e personne du pluriel (ils, elles), au présent de l’indicatif. On peut le
remplacer par « avaient ».

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 54


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Explications complémentaires (suite)

• sans, sang, cent, s’en, sent et sens


sans : désigne une absence de quelque chose ou de quelqu’un.
sang : désigne ce qui circule dans le corps humain.
cent : désigne le nombre (100).
s’en : pronom + préposition. Il accompagne un verbe (Il s’en va).
sent : verbe sentir, 3e personne du singulier (il, elle, on).
sens : verbe sentir, 1re ou 2e personne du singulier (je, tu).

• cour, cours et court


cour : nom commun. Désigne l’espace derrière une maison, une école, etc.
cours : nom commun. Désigne une matière scolaire ou un apprentissage
(un cours de peinture).
court : adjectif (contraire de long). Désigne aussi l’endroit où l’on joue au tennis.
cours, court, coure, courent, etc. : verbe courir.

• cet, cette et sept


cet : déterminant, masculin, singulier. Accompagne le nom ou l’adjectif. Il peut être
remplacé par un autre déterminant masculin, singulier comme « le ».
cette : déterminant, féminin, singulier. Accompagne le nom ou l’adjectif. Il peut être
remplacé par un autre déterminant féminin, singulier comme « la ».
sept : le chiffre (7).

• voix, voie, vois, voit et voient


voix : son qui sort de la gorge.
voie : un chemin, une route. Une direction suivie pour atteindre un but.
vois : verbe voir, 1re et 2e personnes du singulier du présent de l’indicatif.
voit : verbe voir, 3e personne du singulier du présent de l’indicatif.
voient : verbe voir, 3e personne du pluriel au présent et au subjonctif de l’indicatif.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 55


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Explications complémentaires (suite)

• tant, temps et t’en


tant : on peut le remplacer par autant.
temps : durée.
t’en : pronom + préposition qui accompagne un verbe (Est-ce qu’il t’en reste ?).
Le pronom « en » désigne quelque chose. Il remplace un groupe de mots.

• pain, pin, peins et peint


pain : aliment.
pin : un arbre de la famille des conifères.
peins : verbe peindre, 1re et 2e personnes du singulier, au présent de l’indicatif.
peint : verbe peindre, 3e personne du singulier, au présent de l’indicatif.

• peu, peux et peut


peu : quantité, dans le sens de « pas beaucoup ».
peux : verbe pouvoir, 1re et 2e personnes du singulier, au présent de l’indicatif.
peut : verbe pouvoir, 3e personne du singulier, présent de l’indicatif.

• faim et fin
faim : sensation ressentie quand on doit se nourrir.
fin : désigne une chose qui se termine.

• dans, dent et d’en


dans : désigne à l’intérieur.
dent : Petit os, dur et blanc, qui sert à mâcher les aliments.
d’en : préposition + pronom qui accompagne un verbe. Le « en » remplace un groupe de
mots.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 56


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Explications complémentaires (suite)

• au, aux, eau, et haut


au : déterminant singulier.
aux : déterminant pluriel. Tu peux le remplacer par un autre déterminant comme « les ».
eau : liquide pour boire. Ce nom peut être mis au pluriel.
(Les eaux du fleuve sont polluées.)
haut : contraire de bas.

• prêt, prêts et près


prêt : nom ou adjectif, singulier ou pluriel. Le nom désigne un contrat par lequel une somme
d’argent est prêtée. L’adjectif désigne que l’on est disposé à faire quelque chose.
près : contraire de loin.

• ses, ces, c’est, s’est, sais et sait


ses : Déterminant possessif. Indique la possession, l’appartenance.
ces : Déterminant démonstratif. Désigne un groupe d’objets, de personnes d’animaux.
c’est : peut être remplacé par « cela était ». Il débute une phrase ou il se place après un
« et » (Il marche et c’est tant mieux… C’est lui qui me l’a dit).
s’est : Il est suivi d’un autre verbe (Il s’est emporté devant cette femme ingrate).
sais : verbe savoir, 1re et 2e personnes du singulier, au présent de l’indicatif.
sait : verbe savoir, 3e personne du singulier, au présent de l’indicatif.

• mer, maire et mère


mer : étendue d’eau (la mer des Caraïbes).
maire : titre de la personne élue pour être à la tête d’une ville ou d’un village.
mère : contraire de père.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 57


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja
Explications complémentaires (suite)

• paire, perds, perd, père, pers et pair


paire : désigne un groupe de deux éléments identiques (une paire de chaussures).
père : contraire de mère.
pers : désigne une couleur des yeux.
pair : désigne un chiffre ou un nombre qui se divisé par deux, sans reste.
perds : verbe perdre, 1re et 2e personnes du singulier, au présent de l’indicatif.
perd : verbe perdre, 3e personne du singulier, au présent de l’indicatif.

• amande et amende
amande : désigne une noix.
amende : désigne une contravention donnée par un agent ou une agente de la paix.

• air, airs, aire, ère, erre, erres, errent


air : désigne ce que l’on respire. Une mélodie ou une manière d’être.
aire : désigne la surface d’un objet.
ère : désigne une époque.
erre : verbe errer, 1re et 3e personnes du singulier, au présent et au subjonctif de l’indicatif.
erres : verbe errer, 2e personne du singulier, au présent et au subjonctif de l’indicatif.
errent : verbe errer, 3e personne du pluriel, au présent et au subjonctif de l’indicatif.

• verre, vert, vers et ver


verre : désigne un récipient pour boire.
vert : désigne une couleur.
vers : désigne le sens d’une direction, d’un temps ou un assemblage de mots dans
un poème.
ver : désigne un petit animal vivant dans la terre.

Éditions « À Reproduire » Internet : www.envolee.com 58


Les homophones s’emmêlent
Ce document appartient à Jean-Marc Kodja