Vous êtes sur la page 1sur 179

DU M~ME AUTEUR LE SYMBOLE DES APOTRES

AUX " ÉDITIONS SALVATOR •• MULliOUSE


CINQUI~ME PARTIE
Le Symbole des Apôtres :
INTRODUCTION: La Foi .... l'Existence de Dieu.
PREMIÈRE PARTIE: Dieu - La Providence.
DEUXIÈME PARTIIl: Jésus-Christ - Le Fils de Dieu .- Le Divin
Maftre.
LE SAINT-ESPRIT
TROISIÈME PARTIE : Les Souffrances du Christ - . La PaSSIon
de Jésus.
QUATRIÈME PARTIE: Là Résurrection - L'Ascension - La
LA SAINTE ÉGLISE
Vierge Marie.
CINQUIÈME PARTIE: L e Saint-Esprit - La Sainte Église Catho·
lique.
SIXIÈME PARTIE: La Communion des Saints - La Rémissiol!
CATHOLIQUE
des péchés .- La Vie éternelle.

Le Christ et les Problèmes de notre Temps. SERMONS


OUVRAGES PÉDAGOGiQUES prononcés dans l'église de l'Université de Budapest
La Chaste Adolescence. par Mgr TIHAf\-1ER TOTH
L'Éducation ' du Jeune Homme. ~vêq ue de Veszp rém
La Reli~ion et la Jeunesse.
Le Caractère du Jeune Honlme.
Traduits par l'Abbé Marcel GRANDCLAUDON
Dans la belle nature de Dieu. licencié ès Lettres

Autres ouvrages de Prédication.


COLLECTION" LA PRÉDiCATiON NOUVELLE»
Jnsta Opportune. Sermons pour tous les dimanches de
l'année, par le chanoine J . ENGEL. 4m. ~DITION Il m. MILLE
Gaudeamus omnes in Domino. Sermons pour les fêtes de
l'année, par le chanoine J. ENGEL.
Sous le Voile des Sacrements. Prix Tihamer Toth 1949.
Sermons sur les Sacrements, par Jean d'Avignon du
Clergé d'Orléans.

COLLECTION" LE PRÉDICATEUR DES ENFANTS.


In Terram Bonam, Ire partie. Sermon pour les enfants. ËDITIONS SALVATOR '
par l'abbé L. RUGER.
ln Terram Bonam, 2· partie. Sel'mons pour les enfants,
par l'abbé L. Ru GER.
1

QU'EST-CE QUE LE SAINT~ESPRIT


NIHIL OBSTAT

R. MICHEL, can.; libr. CeIIl.

MES FRÈRES,

IMPRIMATUR Lorsq1le l'apôtre saint Paul vint à Athènes, pour


prêcher aux Grecs le Christ crucifié et ressuscité,
Tornaci, 4a Nov. 1937 il remarqua parmi la foule d'autels et d'idoles un
autel portant une curieuse inscription. C'était l'in-
J. LIlCOUVBT, vic. gen. scription: « ArNQ~TQ 0EU », « au dieu inconnu ». Et
saint Paul commença habilement son sermon sur, le
Christ : « Celui que vous adorez sans le connaître,
je viens vous l'annoncer » (Actes, XVII, 23)'
Parlant devant les païens, saint Paul appelait Jésus
le Dieu inconnu; parlant devant les chrétiens, le
prédicateur actuel pourrait plutôt appeler ainsi le
Saint-Esprit. Les chrétiens en effet entendent beau-
coup parler et savent beaucoup de choses de Notre-
Seigneur Jésus-Christ. Mais si on les interrogeait sur
le Saint-Esprit, sur ce qu'Il donne aux hommes, sur
le rôle qu'II joue, de bien des lèvres peut-être sortirait
la réponse que l'apôtre saint Paul reçut de quelques
. , . ;. -.. '~ . :'
.~:

_,.r-.
'.
-.'.
6 LE SYMBOLE DES APÔTRES QU'EST-CE QUE LE SAINT-ESPRIT? "1
fidèles d'Éphèse. « Avez-vous reçu le Saint-Esprit? II Esprit est la ·troisième personne de la Sainte Trinité,
leur demandait l'apôtre. Mais ils lui répondirent: égale au Père et au Fils ll. Comment savons-nous qu'il
« Nous n'avons pas même entendu dire qu'il y ait un y a en Dieu réellement trois personnes et que la troi-
Saint-Esprit II (Actes, XIX, 2). sième personne est le Saint-Esprit, c'est-à-dire que
Quelle triste ignorance et quelle insuffisance nuisible le Saint-Esprit est réellement Dieu? Nous le savons,
si nous aussi nous étions obligés de faire une répons~ parce que Notre-Seigneur Jésus-Christ l'a enseigné
semblable au sujet du Saint-Esprit. et que le christianisme l'a toujours cru.
De l'explication du Symbole, que nous avons com- A) Notre-Seigneur Jésus-Christ a parlé souvent du
mencée il y a quatre ans, il nous reste la dernière Saint-Esprit,' c'est par ' son enseignement que nous
partie ~ui commence ainsi: « Je crois au Saint-Esprit ll. connaissons le Saint-Esprit et par son enseignement
Les trOIS sermons dans lesquels je veux à présent vous nous savons que de même que sans le Saint-Esprit la
parler du Saint-Esprit sont certainement loin de Sainte Trinité ne serait pas complète, de même sans
suffire pour dire tout ce qu'on pourrait dire du Saint- la foi au Saint-Esprit le christianisme ne serait pas
Espri~, je veux du moins obtenir que le Saint-Esprit complet.
ne SOI~ pas pour nous un « Dieu inconnu ll, mais au La volonté impénétrable de Dieu a décidé que
contraIre que nous puissions I:endre un culte de véné- l'œuvre rédemptrice accomplie par le Christ, la seconde
ration, de reconnaissance, d'amour et d'idoration à personne divine, serait mise en valeur en nous par
la troisième personne de la Très Sainte Trinité au le Saint-Esprit qui nous ferait part de ce trésor céleste.
Saint-Esprit. ' Notre-Seigneur Lui-même a signifié que s'o n œuvre
I. Le Saint-Esprit est vraiment Dieu, nous devons serait réalisée en nous, lorsque nous aurions reçu
L' ~dore~ ~ voilà l~ première idée qui nous occupera le Saint-Esprit. « Voici que je vais vous envoyer le
aUJourd hUl. EnsUlte, pour comprendre le mieux don promis par mon Père; restez donc dans la ville,
possible ce qu'est le Saint-Esprit, II. nous examinerons jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la force d'en
les attributs par lesquels l'Église personnifie l'action haut II (S. Luc, XXIV, 49). cc Et moi je prierai le Père,
du Saint-Esprit. et il vous donnera un autre Consolateur, pour qu'il
soit toujours avec vous; c'est l'Esprit de vérité Il
1 (S. Jean, XIV, 16).
B) Écoutons avec quelle joyeuse conviction les
LE SAINT-EsPRIT EST DIEu. premiers chrétiens croyaient à la divinité du Saint-Esprit.
Qu'est-ce que le Saint-Esprit? - telle est not~ Sur le , visage du christianisme n,aissant. rayonne
première question. Le catéchisme répond : c( Le Saint- l'enthousiasme d'une âme remplie du ·Saint-Esprit.
8 LE SYMBOLE DES APÔTRES Qu'r!ST-CE QUE LE SAINT-ESPRIT? 9
(( Tous ceux qui 'sont conduits par l'Esprit de Dieu Dans un autre passage encore nous lisons au sujet
sont fils de Dieu ... Cet Esprit Lui-même rend témoi- du Saint':Esprit qu'Il sait tout. (( L'Esprit pénètre tout,
gnage à notre esprit que nous sommes enfants de même les profondeurs de Dieu » (le Corinthiens,
. Dieu » (Romains, VIII, 14, 16). (( Dieu nous a donné II, 10), ~ mais Dieu seul peut connaître les profondeurs
en gage le Saint-Esprit dans nos cœurs» (Ile Corin- divines. Donc le Saint-Esprit est Dieu. -
thiens, l, 22). Mais il faut Jaussi que le Saint-Esprit soit Dieu, car
Un homme nommé Ananie a menti à saint Pierre qui autrement comment pourrait-Il opérer notre renais-
lui répond : (( Pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur sance et notre sanctification? Or Notre-Seigneur a dit:
au point que tu mentes au Saint-Esprit ?... Ce n'est (( Nul, s'il ne renaît de l'eau et de l'Esprit, ne peut
pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu » entrer dans le royaume de Dieu » (S. Jean, III, 5).
(Actes, V, 3, 4). Donc saint Pierre donne ouvertement Et saint Paul écrit aux Corinthiens qu'ils ont été
au Saint-Esprit le nom de Dieu. sanctifiés et Justifiés (( au nom de Notre-Seigneur
Saint Jean parle d'un triple témoignage en faveur Jésus-Christ et par l'Esprit de notre Dieu )) (le Corin-
du Christ : (( Il Y en a trois qui rendent témoignage thiens, VI, II).
dans le ciel : le Père, le Verbe et le Saint-Esprit, et II faut encore que le Saint-Esprit soit Dieu, car
ces trois sont un »'(le S. Jean, V, 7). Donc s~int Jean autrement comment pourrait-II nous communiquer
enseigne tout à fait catégoriquement que le Saint- l'amour de Dieu? Or saint Paul dit que (( l'amour
Esprit est un avec le Père et le Fils. de Dieu est répandu dans nos cœurs par l'Esprit-
Dans un autre passage, l'apôtre saint Paul énumère Saint» (Romains, V, 5).
divers attributs divins à propos du Saint-Esprit : Après tant de témoignages il ne peut rester en nous
(( A l'un est donné par l'Esprit le don de sagesse, le moindre doute que le Saint-Esprit soit réellement
à un autre le don de science suivant le même Esprit; Dieu, vrai Dieu avec le Père et avec le Fils.
à un autre la foi dans le même Esprit; à un autre le don
des guérisons par ce seul et même Esprit; à un autre
II
la puissance de faire des miracles; à un autre la pro-
phétie; à un autre le discernement des esprits; à un LES ATTRIBUTS DU SAINT-EsPRIT.
autre le don des langues; à un autre le don de les
expliquer.' Mais c'est le seul et même Esprit qui Qu'est-ce que le Saint-Esprit? La troisième personne
confère tous ces dons » (le Corinthiens, XII, 8- 1 1). de la Très Sainte Trinité. C'est vrai. Mais cette défi-
,~ , Or ce sont là des caractéristiques qui ne peuvent 'nition reste encore bien loin de notre puissance d'ima-
convenir qu'à Dieu. gination. Si nous n'en disions pas davantage, nous ' ne
i
1

.1
10 LE SYMBOLE DES APÔTRES QU'EST-CE QUE LE SAINT-ESPRIT? II
11

pourrions le rapprocher ni de notre raison ni de notre cet amour vivifiant, l'Esprit d'amour, le Saint-Esprit
monde sensible. en tout être vivant : dans le berceau du petit enfant,
Les Pères de l'Église et les théologiens se sont dans le gazouillement de l'oiseau, dans l'épanouis-
efforcés d'exprimer de manière plus expressive cette sement du bourgeon printanier, il perçoit le soufRe
idée. Le Père et le Fils se sont embrassés mutuellement de l'Esprit vivificateur.
et ce baiser très doux et très mystérieux c'est le Saint-' b) De même que le Saint-Esprit parachève en nous
Esprit - dit saint Bernard. Le Saint-Esprit est une la vie intime et mystérieuse divine, de même on Lui
émanation de la vie divine, la floraison et le parfum attribue l'accomplissement des actions extérieures
de la sainteté du Père et du Fils .- dit un théologien divines. Donc le Saint-Esprit est l'ordonnateur du monde.
(Scheeben). -C'est ce qu'a voulu marqùer déjà le premier livre
Paroles impuissantes, paroles humaines 1 Comme de la Sainte Écriture, lorsqu'il note au sujet de la
toute parole humaine reste bien loin derrière le Saint- création du monde que le Saint-Esprit planait au-dessus
Esprit! du monde créé, comme une force d'harmonieuse
Pour nous en rapprocher pourtant en quelque organisation (Genèse, l, 2). Nous pouvons faire la
manière, l'Église, dans les hymnes au Saint-Esprit, même réflexion en lisant dans un pSaume: « Les cieux
Lui donne diverses qualifications. Essayons d'en ont été établis par la parole du Seigneur, et toute leur
analyser quelques-unes; nous pénétrerons aussitôt plus splendeur vient du soufRe de sa bouche » (Psaume,
profondément dans la connaissance de l'Esprit-Saint. XXXII, 6).
A) Une des hymnes les plus magnifiques de l'Église Au premier stade de la création tout était dans le
commence ainsi « Veni Creator Spiritus », « Venez, chaos, et pèle-mêle; l'évolution régulière commença
Esprit Créateur ». Esprit Créateur! Que voulons-nous seulement, lorsque « l'Esprit de Dieu plana sur les
dire ,par là? eaux ». Le monde aujourd'hui encore continue et
a) Tout d'abord ceci, que ['amour de Dieu a créé continuera jusqu'à la fin ce développement magnifique.
le monde. Si Dieu n'était que science et connaissance, Mais de même que sans l'Esprit de Dieu il n'y aurait
Il n'aurait pas créé le monde. En effet le monde tiré pas eu dans l'univers d'évolution ordonnée et dirigée
du néant - si parfait fût-il- serait encore toujours vers un but, mais seulement un grand chaos, de même,
resté si loin derrière le Dieu infini, qu'il ne saurait sans le Saint-Esprit, aujourd'hui encore, le monde
être un objet digne de la volonté créatrice de Dieu. entier serait plongé dans les ténèbres. C'est pourquoi
Mais parce qlleDieu n'est pas seulement pensée et nous appelons « Créateur» le Saint-Esprit, parce qu'Il
volonté, mais aussi bonté, amour fécond, c'est cet a créé l'ordre et aujourd'hui encore crée de l'ordre
amour qui a créé le monde. L' œil du croyant aperçoit au-dessus des, flots du monde chaotique.
·1
12 LE SYMBOLE DES APÔTRES QU'EST-CE QUE LE SAINT-ESPRIT? 13

c) Nous appelons « Créateur» le Saint-Esprit pour Cette activité créatrice est magnifiquement sym-
.& •
une autre raison encore. bolisée par l'épanouissement des forces de la nature
La plus grande œuvre extérieure de Dieu est l'incar-

au moment de la Pentecôte. Regardez autour de vous
nation du Fils de Dieu, elle a eu lieu par la puissance les champs, les montagnes, les vallées au moment de la
du Saint-Esprit. « Qui a été conçu du Saint-Esprit, Pentecôte. Partout des bourgeons qui s'ouvrent, des
est né de la Vierge Marie » - récitons-nous chaque fleurs qui s'épanouissent, des forces vives qui prennent
jour dans le symbole des apôtres. Et l'ange aussi affirme leur essor. En vérité une telle b,eauté luxuriante, un
à saint Joseph: « Ne crains pas de prendre avec toi avenir 'si prometteur, une telle source de vie, voilà
Marie, ton épouse, car ce qui est formé en elle est la plus belle image de l'Esprit créateur.
l'ouvrage du Saint-Esprit» (S. Matthieu, l, 20). B) Ensuite, pour ainsi dire sans explication, nous
d) Mais le Saint-Esprit est encore « Créateur », comprenons un autre attribut de l'Esprit-Saint. Nous
parce qu'Il façonne et crée sans cesse des âmes chrétiennes disons en effet aussi du Saint-Esprit qu'Il est un Esprit
dans l'Église du Christ qui admiriistre l'œuvre de la de joie et de consolation.
rédemption. C'est ce qu'avait promis Notre-Seigneur. a) La foi au Saint-Esprit imprime sur toute notre
« Je prierai le Père et Il vous donnera un autre Conso- croyance une marque de joie.
lateur, pour qu'Il soit toujours avec vous, l'Esprit de
Alors le Saint-Esprit n'agit pas en nous, lorsque le
vérité » (S. Jean, XIV, 16).
cœur brisé nous déplorons nos péchés? Même alors.
Selon saint Paul, le Saint-Esprit établit ceux qui
Mais saint Paul mentionne d'autres choses parmi « les
dirigent l'Église (Actes, XX, 28).
fruits du Saint-Esprit ». « La charité, la joie, la paix,
C'est le Christ qui a mérité la grâce, mais c'est le
la patience, la mansuétude, la bonté, la fidélité, la
Saint-Esprit qui la distribue dans les sacrements. douceur, la foi, la modestie, la tempérance, la chasteté»
Avec quel amour mely eilleux Il nous accompagne par
(Galates, V, 22). Autant de mots, autant de prédications!
les sacrements du berceau à la mort. Non seulement
La charité, la joie, la paix...
Il nous accompagne, mais même Il habite en nous.
« Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Comme nous ' avons besoin de tout cela 1 L'âme
Saint-Esprit qui est en vous? » (le Corinthiens; VI, 19). humaine est attirée par la ,.joie comme le papillon
Il n'y a pas un jour, pas un instant où Il ne soit à côté nocturne par la lumière de la lampe. Elle la cherche,
de nous avec sa grâce. elle se jette sur elle, - mais comme cette joie est
Saint Augustin dit avec raison: « Ce que l'âme est trompeuse 1 On court après les fêtes, les amusements
..'",,: de jour et de nuit. Comme si l'on n'avait jamais entendu
dans notre corps, le Saint-Esprit l'est dans le corps
du Christ, l'Église ». l'avertissement de saint Paul: « Le royaume de Dieu,
1.
LE SYMBOLE DES APÔTRES QU'EST-CE QUE LE SAINT-ESPRIT? 15

ce n'est ni le manger ni le boire, mais la justice, la paix Que nous donne donc le Saint-Esprit? Une langue
et la joie dans l'Esprit-Saint » (Romains, XIV, 17). humaine ose à peine l'exprimer: Il nous fait enfants
de Dieu et participants de la n~ture divine. Si bou-
b) C'est pourquoi le Saint-Esprit est aussi l'Esprit leversante que soit cette pensée, nous devons la croire,
de consolation. « Consolator optime », est-il dit de Lui
car la Sainte Écriture répète bien des fois que réellement
dans une hymne de l'Église, « notre meilleur conso- « nous sommes participants de la nature divine »
lateur ». Et ce n'est que l'écho de la parole de Notre- c (Ile S. Pierre, l, 4). « Vous n'avez pas reçu un Esprit
Seigneur qui a promis à ses apôtres l'Esprit consolateur de servitude, pour être encore dans la crainte; mais
(S. Jean, XV, 26; XVI, 7).
vous avez reçu un Esprit d'adoption, en qui nous
Mais pourquoi le Sauveur a-t-Il appelé le Saint- crions : Abba! Père! » (Romains, VIII, 15)·
Esprit surtout Esprit consolateur? Certainement parce Le qualificatif le plus hardi, le degré le plus élevé
qu'Il savait combien nous avons besoin de consolation que nous attribuons au Saint-Esprit, c'est d'être un
durant notre vie terrestre. Que de souffrances, de Esprit qui nous élève jusqu'à la ressemblance divine.
privations, de déceptions, de séparations, de deuils! La vie chrétienne est une vie surnaturelle. La fuite
Et dans toutes nos faiblesses le Saint-Esprit nous donne du péché et de sa sombre domination, une élévation
la force et la consolation. C'est donc à bon droit que au-dessus du cadre de la nature jusqu'à un tel point
nous faisons cette prière le jour de la Pentecôte : « 0 que nous soyons déjà participants de la nature divine
Dieu qui en ce jour avez instruit les cœurs des fidèles et que nous puissions à bon droit crier vers Dieu :
par ·la lumière du Saint-Esprit, donnez-nous par ce Notre Père! Le Verbe divin est descendu dans le temps
même Esprit d'aimer ce qui est bien et de jouir sans et Il a donné sa vie pour nous; l' œuvre rédemptrice du
cesse· de ses consolations ». Christ et notre dignité d'enfant de Dieu obtenue par
e) Si nous recherchons en quoi consistent la joie la rédemption, tout cela en dernière analyse remonte
procurée par le Saint-Esprit et son ultime consolation, au Saint-Esprit. De sorte qu'elle est exacte cette parole
';.,

nous arrivons à un nouvel attribut du Saint-Esprit : de saint Paul: « Personne ne peut dire: Jésus est le
le Saint-Esprit est un Esprit d'enfant de Dieu. Le Saint- Seigneur, si ce n'est par l'Esprit-Saint» (le Corinthiens,
Esprit fait atteindre à la plus grande joie et au plus XII, 3). '
-grand honneur qu'un homme puisse obtenir : la C) Savez-vous encore ce qu'est pour nous le Saint-
sublime dignité d'enfant de Dieu. Le Père et le Fils Esprit? Notre éducateur. )
s'aiment l'un l'autre, et c'est le Saint-Esprit; à son tour Chaque famille ne peut pas avoir un précepteur
'",:
l~ l'Esprit-Saint a comme principale ambition de rendre pour ses enfants. Seules les familles aristocratiques
l'homme digne d'être aimé par le Père. en possèdent. Or Notre-Seigneur Jésus-Christ m'a
16 LE SYMBOLE DES APÔTRES QU'EST-CE QUE LE SAINT-ESPRIT? 17

introduit merveilleusement dans une fami1Ie aristocra- espérance 1)l -diront certains. « Envoyez-nous votre
tique - dans la société des enfants de Dieu - et Il Esprit? Ce ne sont donc pas les machines ni l'argenl
m'a envoyé un précepteur de première valeur : le ni la science qui amèneront notre renaissance? »
Saint-Esprit. Certainement non
Et l'éducation donnée par le Saint-Esprit fait fleurir.
Savez-vous quel serait le résultat, si l'âme humaine
dans l'Église du Christ une vie merveilleuse.
était de nouveau remplie du Saint-Esprit? Ce qui a eu
La vie de l'Église 1
lieu à la première Pentecôte. A la première Pentecôte
Qui oserait entreprendre de la décrire, de l'exposer,
des peuples divers se tenaient les uns à côté des autres
de la dépeindre! Analyse:t;, disséquez en détail ce
merveilleux tapis qui couvre le globt; terrestre du sur la grande place de Jérusalem, et après la descente
pôle nord au pôle sud; cette colonne du dogme, de du Saint-Esprit ils comprirent pourtant les paroles de
la morale et de la liturgie qui élève l'Église à un niveau saint Pierre et ceux qui se convertirent, de quelque
,......
sans exemple. nation qu'ils fussent, se comprenaient mutuellement.
Où bat cette vie? Mais aujourd'hui le Saint-Esprit fait défaut parmi les
Tout d'abord dans l'âme de ses membres, dans la vie peuples et c'est pourquOi non seulement les étrangers
~rivée des fidèles. Ah! il y a aussi le péché, mais il y a ne se comprennent pas entre eux, mazs bien souvent non
egalement beaucoup de vertus! Qui pourrait dire de plus les classes sociales d'un seul et même peuple.
quelle énergie morale, de quelle maîtrise de soi, de quels Où règne le Saint-Espnt sont en vigueur les paroles
sacrifices héroïques est tissée la vie cachée de tant de du Christ: « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout
chrétiens d'aujourd'hui! Et c'est le Saint-Esprit qui ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit..
nous aide en tout cela. Tu aimeras ton prochain comme toi-même )l
Ensuite cette vie merveilleuse bat aussi dans nos (S. Matthieu, XXII, 37, 39)·
églises. Dans nos églises la prédication n'est pas la chose Où règne le Saint-Esprit, aujourd'hui encore sont
principale, mais le sacrifice. Dans nos églises il n'y a en vigueur les paroles du Sauveur : « Ce que vous aurez
pas seulement de~ bancs, où on peut s'asseoir pendant fait au plus petit de mes frères c'est à moi que vous
le sermon, il y a aussi des marchettes sur lesquelles l'avez fait» (S. Matthieu, XXV, 40)' Oui, dans les nations
on doit se mettre à genoux pendant la messe. Et le où régnerait le Saint-Esprit, il n'y aurait pas de dis-
sacrifice de la messe nous le devons encore à la colla-
cordes, mais on pourrait leur appliquer_ cet éloge de
boration du Saint-Esprit. fi'
la Sainte Écriture au sujet des premiers chrétiens qui
'" (1 Envoyez-nous votre Esprit et tout sera créé » _
,"': n'avaient qu'un cœur et qu'une âme (Actes, IV, 32 ) ,
dit l'Église. « Quelle prière bizarre! Quelle curieuse
parce qu'ils étaient tous remplis du Saint-Esprit.
r,
,/
/
/

[8 LE SYMBOLE DES APÔTRES QU'FST-CE QUE LE SAINT-ESPRIT? 19


« Mais qu'y puis-je - dira-t-on - si ;les peuples pas cette perfection spirituelle que l'Église appelle
n'acceptent pas la domination du Saint-Esprit! » sainteté.
Si, vous pouvez quelque chose. Les peuples sont Prions donc avec une profonde humilité Dieu le
composés d'individus. Autant d'individus ouvriront Saint-Esprit, l'Esprit qui vivifie le monde entier. C'est
leur cœur au Saint-Esprit, autant de pas ferons-nous par Lui que le monde a été créé et. que su~siste . ce
en avant vers la rénovation morale des peuples et plus magnifique mécanisme. C'est par LUI que s ouvre le
tôt se réalisera l'ardente prière de l'Église : « Envoyez- bourgeon, que la fleur donne son parfum, que pousse la
nous votre Esprit et tout sera créé et vous renouvellere7 forêt, que mûrit le fruit. C'est par Lui que la vie avec
la face de la terre ». une force irrésistible perce le froid glacial et c'est par
Lui qu'après l'hiver s'épanouit le printemps. C'es~
par Lui que chantent les milliards d'oiseaux, c'est LUI
la source de vie de toutes les créatures. C'est par
Mes frères, le Saint-Esprit est l'alpha et l'omeg, Lui que chantent les anges, c'est par Lui que les morts
de toute l'existence. ' Ce n'est pas en vain que l'hymne s'éveillent à la vie. C'est par Lui que vient toute bonne
de l'Église l'appelle « le doigt de la droite du Père ») pensée, c'est en Lui que naît tout enthousiasme pour
(digitus paternae dexterae). En vérité, nou~ Lui sommes le beau et le bien et toute force de résistance contre le
redevables de tout ordre et de toute harmonie dans le péché et le mal. ..
monde, de toute beauté et de toute possibilité de C'est pour tout cela que je Vous adore, Dieu le
développement.
Saint-Esprit.
C'est à Lui que nous devons le parfum des fleurs et Mais par-dessus tout, je Vous adore, Dieu le Saint-
l'éclat mystérieux des étoiles, les cimes montagneuses Esprit, parce que c'est par Vous que j'existe, moi, votre
blanches de neige et les sources murmurantes. C'est
petit enfant qui lutte et palpite.
dans le regard du Saint-Esprit que les anges puisent
Esprit Créateur, créez-moi de nouveau! Esprit Con-
leur beauté. C'est à Lui que la Reine des anges doit
soLateur, consolez-moi! Esprit d'adoption des enfants de
sa pureté sans tache. C'est au Saint-Esprit que nous
Dieu, élevez-moil Amen.
devons l'incarnation du Christ, les livres de la Sainte
Écriture, le courage des apôtres, le mépris de la mort
de,~ martyrs, la victoire héroïque des âmes pures.
Sans le Saint-Esprit nous n'aurioils pas une prière
valable, pas une messe, pas un seul sacrement. Sans ,le
Saint-Esprit il n'y aurait pas d'effort vers les hauteurs,
21

Précisément la trOisième personne divine elle-même,


.. ..
le Saint-Esprit, a eu soin que des signes sous lesquels
Il est apparu parmi les hommes le jour de la Pentecôte
II nous puissions tirer certaines conclusions sur son être.
La Sainte Écriture rapporte entre autres ' choses à
propos de la venue du Saint-Esprit: « Le jour de la
LES SYMBOLES DU SAINT-ESPRIT Pentecôte étant arrivé, ils étaient tous ensemble en
un même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit
comme celui d'un vent qui souffie avec force et il
remplit toute la maison où ils étaient assis. Et ils virent
MES FRÈRES, paraître comme des langues de feu qui se posèrent sur
chacun d'eux. Et ils furent tous remplis du Saint-
Esprit» (Actes, II, 1-4)·
La foi au S~int-.E~prit nous parle du plus profond Un vent impétueux et des langues de feu! C'est à
mystère d~ la VIe dlvme. D'un mystère qui est immen- l'examen de ces symboles de la Pentecôte que je voudrais
sément lom de tout le monde visible, de tout ce que consacrer le sermon d'aujourd'hui. En effet nous avons
nous autres. hommes touchons, voyons, sentons, en vue, autant qu'il est possible à l'esprit humain borné,
mesurons. DIeu le Père, nous en avons du moins de nous rapprocher du mystère de l'Esprit-Saint. Or,
quelque idée; par . notre raison, par notre logique nous nous approcherons de cette connaissance de l'Esprit-
n?~s approchons de Lui. Le Fils, la seconde personne Saint, si nous étudions ce que veulent dire le vent impé-
dlvme, nous Le connaissons facilement, car la nuit de tueux et les langues de feu sous lesquels le jour de la
Noël II est venu Petit Enfant tout près de nous. Mais Pentecôte le Saint-Esprit est descendu sur les apôtres.
ce n'est pas là que s'arrête le christianisme; -1I nous
enseigne qu'il y a encore une troisième personne divine:
c'est le fleuve "d'amour qui vogue entre le Père et 1
le Fils, c'est le Saint-Esprit: « l'âme du Père et du Fils ».
Mais si mystérieuse que soit pour la raison humaine LE VENT IMPÉTUEUX

bornée la vie intime de Dieu, nous rencontrons cepen-


dant dans le monde matériel qui nous entoure des ana- Que veut dire le vent impétueux sous le symbole
log~es pleines de sens qui nous font soupçonner, du duquel est apparu le Saint-Esprit? II veut nous
moms un peu, ce qu'est l'Esprit de Dieu, le Saint-Esprit. signifier trois choses importantes.
t ',

LES SYMBOI;ES DU SAINT-ESPRIT


22 LE SYMBOLE DES APôTRES

A) Où soufj'le Le venl, s'écroule ce qui est vemwutu e~ du Saint-Esprit, comme les murs en ruines ne peuvent
s'envole ce qui est poussière et paille. Telle e&t la première résister à un vent impétueux. Sans doute il n'y avait
que quelques douzaines de disciples du Christ, mats.
grande leçon. Notre-Seigneur a dit à Nicodème :
la force du Saint-Esprit agissait en eux.
« Ne t'étonne pas de ce que je t'ai dit: il faut que vous ·
Quelle consolante pensée! quoi qu'il puisse arriver
naissiez de nouveau. Le vent souffle où il v~ut; et tu
à l'Église, quel que soit son sort, quelles que s?ie~t
entends sa voix, mais tu ne sais d'où il vient , ni où il va',
ses persécutions, s'il lui reste seulement une pOlgnee
ainsi en est-il de quiconque est né de l'Esprit» (8. Jean, .
de fidèles dans lesquels agit le souffie de la Pentecôte,
III, 7-8). C'est vrai : le vent souffle sur la terre tantôt
. ni terreur ni violence ne pourront en triompher.
ici, tantôt là, la force humaine n'est pas capable de lui Nous savons tous quelle persécution infernale
tracer une route, car il suit ses propres lois. Tout fait rage en Russie. M. Cullagh dans son livre
. comme l'amour véritable, qui est affranchi de toute « Persécutions contre le christianisme » rédigé après
contrainte extérieure, le fait uniquement poussé par son voyage au pays des Soviets a écrit entre autres
sa nature intime.
choses:
Il est donc naturel que, lorsque }' Amour le plus grand, « En Russie il n'y a qu'~n seul séminaire, mais
l'Esprit de Dieu descendit sur les apôtres, à cet instant parce qu'il ne peut fonctionner qu'en secret, illéga-
même s'écroula une foule de choses extérieures et que lement, je n'en parlerai pas plus en détail, tout ce que
les antiques cérémonies mosaïques, les prescriptions, je puis dire, c'est que ses membres sont officiellement
les opinions rabbiniques aient été frappées à mort inscrits comme ouvriers. Un jour, je suis entré en
par le vent impétueux du Saint-Esprit. conversation avec un jeune homme de 18- 19 ans, à
Il fallait que l'Évangile se répandît aussi vite que le la physionomie honnête, aux vêtements en loques, aux
vent. Comme par un vent impétueux toutes les idoles joues creusées par la faim, qui me confia qu'il était
du paganisme furent renversées. Comme un souffle diacre de l'Église catholique, en d'autres termes, qu'il
rafraîchissant, il purifia l'atmosphère morale. était du nombre de ces jeunes gens qui actuellement
B) La seconde leçon résulte de la nature du vent : se préparent à Moscou à la carrière ecclésiastique.
Où le . vent souffle [' atmosphere se purifie et la vie se Leurs conditions ressemblent grandement à celle des
ranime, comme si l'homme renaissait entièrement. candidats au sacerdoce à Rome au temps de Marc-
Le vent de la Pentecôte nous a réellement fait renaître, Aurèle. Ces théologiens ne peuvent consacrer que la
un homme nouveau est né avec un nouvel idéal, avec nuit à leurs études, car pendant le jour ils travaillent
des désirs nouveaux; un nouvèau monde est né, le comme employés des Soviets, ouvriers d'usine ou bien
monde chrétien. comme tailleurs ou commis de magasin. Ils vivent
Le monde antique ne pouvait pas résister à la force
LE SYMBOLE DES APÔTRES LES SYMBOLES DO SAIN1'-ESPRI1'

en commun, ils pnent en commun, mais il faut qu'ils (Jérémie,' XVIII, 2). Le prophète se hâta, l'âme obéis-
se. surveillent avec grande attention, parce que la loi sante, de se rendre chez le potier qu'il trouva précisé-
frappe avec une terrible sévérité leur activité et à ment en plein travail. D'une main habile il pétrissait,
Moscou les agents vigilants des soviets épient si l'on façonnait, lissait, maniait la matière flexible suivant ses
,.'. "
n'entend pas quelque part les accents de la prière. plans et sa volonté. Le bloc d'argile soumis à la main
Comment à vrai dire étudient-ils sans livres ni lumière de l'artisan devint un vase artistique; mais ce qui
ni chauffage - c'est pour moi, incompréhensible. s'entêta et ne voulut pas se laisser façonner, l'artisan
« Le christianisme est-il fini en Russie? )) Mais non . le broya et le jeta comme inutilisable.
Pourvu qu'il y ait seulement une poignée d'hommes Or, tandis que Jérémie contemplait sans mot dire le
en qui travaille le souffie de l'Esprit! Tout 'passe, seul .travail, il entendit ces paroles du Seigneur: « Comme
l'Esprit ne passe pas. l'argile dans la main du potier, voilà ce que vous êtes
Que de fois nous sommes sur le point de perdre dans ma main)) (Jérémie, XVIII, 6).
courage, à la vue du triomphe du mal! Que de fois nous Mes frères, n'attristons pas le Saint-Esprit en con-
sommes envahis par le pessimIsme, à quoi bon le trariant son action éducatrice, formatricè, sanctifica-
travail honnête, tout ce déploiement d'activité, on ne trice. Abandonnons-nous aux impulsions du Saint-
peut pourtant pas rendre meilleur ce monde mauvais Esprit et nous constaterons' quelle vie merveilleusement
- pourtant celui en qui vit l'Esprit, le souffie d~ délicate germe aujourd'hui encore dans l'âme qui '
Saint-Esprit, ne fléchira jamais, il ne tombera jamais ouvre toute large la porte à l'action du Saint-Esprit.
dans le doute, le pessimisme ne J'étouffera jamais De même que lorsque nous nous trouvons à la
. . dans ses bras . mer nous nous laissons soulever par les ' vagues,
e) Ici nous arrivons à la grande recommandation de même devons-nous abandonner notre âme àussi à
de saint Paul : « N'attristez pas le Saint-Esprit de l'action dll Saint-Esprit, de sorte que nous n'ayons pas
Dieu » (Éphésiens, IV, 30), et « N'éteignez pas "Esprit » d'autre pensée que la pensée de Dieu, que rien
(le Thessaloniciens, v, 19). Qu'est-ce qui offense le Saint- ne nous anime sinon le rythme divin, que nous ne
Esprit et qu'est-ce qui éteint en lui le Saint-Esprit? craignions rien d'autre que ce qui offense Dieu, que
demandera peut-être quelqu'un parmi vous. La réponse notre âme ne prête l'oreille à rien d'autre qu'aux
nous est déjà donnée par le prophète Jérémie. C'est paroles de Dieu. De celui qui peut atteindre à cette
à lui en effet que le Seigneur donna un jour c~t ordre hauteur, on dit qu'il est « la harpe du Saint-Esprit)),
,'. remarquable.
J,. que Dieu habite en lui, qu'en lui souffle la force du
'1 (C Lève-toi, dit-Il à Jérémie, va dans la ll).aison Saint-Esprit.
.."iJ du potier, et là fais attention à ce que je te dirai » D) «Mais un tel homme n'est pas fait pour lé monde

"
,
y

LE SYMBOLE DES APÔTRES LES SYMBOLES DU SAINT-ESPRIT 27


d'ici-bas - pourrait-on dire peut-être. La vie ne peut Comm~ le souffie du vent, va et vient le Saint-Esprit.

pas utiliser un tel homme. _Un jolir durant ma prière, une autre fois sur ma route,
Mais si, mais si. Plus la vie intime de quelqu'un est au chevet d'un malade aimé, dans la lutte d'une ten-
riche, plus sa façon de penser est pure, plus son âme tation pénible ... la force encourageante du Saint-Esprit
passe sur mon âme, comme le souffie vivifiant~'d'une
. .. est forte, plus il peut être un ouvrier précieux aussi pour
forêt en mai. Ah! qu'il est heureux celui qui d'une âme
le monde extérieur, pour la civilisation humaine. En
effet qu'est-ce que la civilisation? L'essor de l'homme sensible sait s'incliner sous les suggestions et les inspi-
au-dessus de la nature et la maîtrise des forces aveugles rations du Saint-Esprit. N'offensons pas le Saint-Esprit
de la nature pour ses propres buts. Or l' homme ne peut de Dieu et n'éteignons pas l'Esprit en nous.
pas donner au monde plus de biens qu'il n'en possède
lui-même. Celui donc qui vit en union intime avec Dieu,
qui rapporte tout à Dieu, qui porte en lui-même Dieu,
II
source première de la Vérité, de la Force et de la Beauté,
celui-là peut donner le plus au monde, celui-là peut le
mieux coopérer, soit comme chercheur de la vérité et LES LANGUES.
explorateur des forces de la nature, soit comme créateur
par un travail d'artiste de la beauté cachée dans le
monde. Le Saint-Esprit, le jour de la Pentecôte, s'est encore
Donc, « n'éteignez pas l'Esprit )J, cette intimité servi d'un autre symbole et après le vent impétueux
,. chaude et sainte avec Dieu. En effet l'existence de il est apparu sous forme de langues sur la tête des
celui en qui habite le Saint-Esprit est une route enso- apôtres. Que veut dire ce fait que les apôtres ont reçu
leillée, même si sa vie est traversée par les ténèbres le Saint-Esprit sous la forme de langues?
de l'épreuve. A) Il publie clairement la grande tâche qui attend
On peut dire de celui en qui habite le Saint-Esprit les apôtres. Le Christ n'a pas confié à la foule la prédi-
que sa vie est un chant, une hymne, même si la disso- cation de l'Évangile, mais seulement aux apôtres. Le
nance des rudes coups de l'existence grince au-dedans symbole du Saint-Esprit apparaissant sous forme de
de lui. langues expr.ime donc l:ordre du Christ: « Enseignez
On peut dire de celui en qui habite le Saint-Esprit toutes les nations» (S. Matthieu, XXVIII, 19). Le don
que sa vie est une fête tnomphale, même si cette vie des langues' était nécessaire, pour que l'Église pût
se passe dans une lutte perpétuellel sur la brèche et franchir les frontières nationales juives. Nous savons
dans le renonceinent. quel magnifique succès obtint le don des langues dès
1:
1
,) '1
i
28 LE SY1I1BOLE DES APÔTRES LES SYMBOLES DU SAINT-ESPRIT

la première Pentecôte. Quel peuple de tout pays se Saint-Esprit qui verse dans nos âmes le trésor des
pressait sur la place de Jérusalem, lorsque saint Pierre vertus, en particulier la charité (Romains, v, 5) et c'est
.~
prononça le jour de la Pentecôte son premier sermon! le Saint-Esprit qui habite dans les âmes justes, les
· 1
l)ierre ne parlait que dans une langue et pourtant transforme en temples vivants de Dieu. « Il vient en aide 1
1

chaque peuple l'entendait dans sa propre langue. Leurs à notre faibles.se ... l'Esprit lui-même prie pour nous
langues éfaient différentes, différents leurs vêtements, avec des gémissements ineffables» (Romains, VIII, 26).
différentes leurs civilisations, - mais le Saint-Esprit Le Saint-Esprit habite en nous! Combien d'hommes
les unissait. Là où les hommes se comprennent dans un d'aujourd'hui ne savent quoi faire · de cette pensée!
mutuel amour, là où les hommes par-dessus les cloisons Pourtant n'est-elle pas la réalisation la plus magnifique
et les obstacles linguistiques, culturels, matériels, de l'éternel désir de l'humanité: soumettre la matière
sociaux, font preuve réciproquement de bonne volonté, à la domination totale de l'esprit! En effet ne voyons-
d'indulgence, de compréhension, aujourd'hui encore le nous pas, ne sentons-nous pas dans notre propre corps,
Saint-Esprit agit. dans l'impuissance de notre époque si inquiète, que
B) Depuis la première Pentecôte le Saint-Esprit parle les plus grands progrès techniques ne rendent pas
constamment par la bouche de l'Église et le Saint-Esprit heureux, si les valeurs spirituelles échappent de nos
agit par la main de ['Église. mams.
Si le Saint-Esprit n'agissait pas dans l'Église, elle
aurait dû depuis longtemps déjà périr. D'une part ses
ennemis ont tout tenté, pour pouvoir effacer la marque III
du Christ, d'autre part chez ses propres membres se
sont manifestées tant d'imperfections humaines que LES LANGUES DE FEU.
si le Saint-Esprit ne vivait pas en elle, elle n'aurait
pas pu résister pendant dix-neuf siècles ~ une foule
d'assauts. Mais le symbole de la Pentecôte nous dit encore
La légende qui rapporte de sain~ Grégoire, que davantage, car le Saint-Esprit n'est pas descendu sur
quand il écrivait ses ouvrages, le Saint-Esprit planait au- les apôtres simplement en forme de langues, mais en
dessus de sa tête, s'est réalisée à la lettre pour l'Église. forme de langues de feu.
Par la force du Saint-Esprit l'homme devient membre Le feu est fréquemment utilisé comme symbole de
de l'Église, lorsqu'il renaît dans le baptême (S. Jean, la divinité.
III, 5), c'est par le Saint-Esprit qu'il est purifié dans C'est dans le buisson ardent que Dieu apparaît
ie sacrement de pénitence (S. Jean, xx, 22), c'est le à Moïse, c'est dans une colonne de feu qu'Il précède
LE SYMBOLE ·DES APôTRES LES SYMBOLES DU SAINT-ESPltIT 31
le peuple dans le désert. « Notre Dieu est un feu habite le Saint-Esprit sent s'enflammer en lui ce désir:
dévorant » (Hébreux, XII, 29), écrit saint Paul. Mais Seigneur, toujours davantage pour Vous, toujours
le feu est par excellence le symbole éloquent de davantage.
l'activité du Saint-Esprit. Car le feu réchauffe et b) Et c'est ainsi que nous comprenons les relations
fortifie. entre le culte dp Saint-Esprit et l'amour du prochain;
A) Le feu réchauffe. Dans le monde matériel on peut ainsi comprenons-nous comment le culte du Saint-
à peine trouver un symbole plus éloquent du Saint- Esprit est la source de premier ordre de l'amour du
Esprit que le feu, cette force féconde et bienfaisante, prochain.
qui réchauffe lorsqu'il fait froid, donne la lumière Chez nos ancêtres chrétiens le culte du Saint-Esprit
dans les ténèbres, éveille à la vie ce qui était engourdi. était beaucoup plus vivant. A cette époque, de la Sicile
Aussi appelle-t-on le Saint-Esprit, lumière des âmes, aux pays scandinaves, étaient dispersés à travers
« lumen cordium » et lumière bienheureuse « lux l'Europe des hôpitaux construits en l'honneur du
beatissima ». Saint-Esprit et portant son nom, et dans ces hôpitaux
a) De cette force du Saint-Esprit qui réchauffe, et dans les villes il y avait des Confréries du Saint-
écfaire, vivifie, jaillissent toute chaleur spirituelle, toute Esprit dont les membres se consacraient au service de
lumiere, toute vie de l'âme. Ce qu'il y a dans le monde leur prochain, parce que le feu du Saint-Esprit avait
de beauté et de joie, ce qu'il y a de chaleur et d'amour, brûlé en eux l'égoïsme et éveillé une secourable
ce qu'il y a d'amabilité et de sourire, tout cela provient compassion. "
du sourire de Dieu, de l'Esprit-Saint. Comme la vie B) En effet le feu donne aussi la force. Il brûle les
serait froide, désolée, sombre et stérile sans le souffle barrières élevées par l'égoïsme entre les hommes et
ardent du Saint-Esprit flamboyant éternellement dans allume en eux la flamme de l'amour de Dieu.
le ciel. . , De même que l'homme par l'électro-technique est
De même que le feu ne dit jam.ais : c'est assez, de capable de capter la foudre du ciel et de changer par
même le feu du Saint-Esprit déborde, s'étale avec une un simple contact l'obscurité de la nuit en lumière
abondance presque prodigue et chacun peut être sûr du jour, de mettre les moteurs en mouvement et de
que le Saint~Esprit habite en lui, s'il ne marchande soulever des poids énormes, de même l'âme sur laquelle
pas avec sa conscience d'une main avare: « c'est un se déverse le courant vivifiant du Saint-Esprit, - la
péché, je ne le ferai pas, ce n'est pas encore un péché, charité .- alors même qu'elle aurait été auparavant
je le ferai », « ce n'est pas commandé, je ne le fais pas» . dans les ténèbres; ' s'enflammera à la lumière de ce
balancer ainsi entre le péché et la vertu, c'est faire soleil, s'élèvera dans les hauteurs de l'amour de Dieu
œuvre de danseur de corde, - mais celui en qui et supportera le fardeau de la vie.
t.E SYMBOLÈ DES APÔTHES LES SYMBOLES DU SAINT-ESPRIT 33

Au moyen âge fut même érigé un ordre de chevalerie qui aura persévéré jusqu'à la fin sera sauvé Il

en l'honneur du Saint-Esprit : « Les Chevaliers du (S. Matthieu, x, 22).


Saint-Esprit )J. Cet ordre de chevalerie n'existe plus
aujourd'hui, mais aujourd'hui encore, tous il faut que '*' *
nous devenions les chevaliers du Saint-Esprit. A la Mes frèrys, le Saint-Esprit est descendu sur les
place des exercices militaires et des joutes intrépides apôtres avec un bruit d'orage et sous forme de langues
des chevaliers du moyen âge, un combat plus pénible de feu. Comme les apôtres avant la Pentecôte étaient .
nous attend : la confession courageuse de notr,e foi craintifs, désespérés et hésitants! Et' que devinrent-ils
et une vie conforme à notre foi. Que ne faut-il pas , après la Pentecôte? D es braves qui affrontèrent la mort.
supporter aujourd'hui, que de railleries, de plaisanteries, Enflammés du seul désir de prêcher le .Christ, les
d'objections, que de renoncements, de mortifications, souffrances, les tourments, le martyre furent impuis-
de sacrifices il doit endurer celui qui veut rester fidèle- sants contre eux, tous les efforts de la puissance et de
ment aux côtés du Christ! la /philosophie païennes furent impuissants; - et
En tramway et en autobus on voit partout cet avis : finalement ils furent victorieux, ces hommes fortifiés
« Descendre dans le sens de la marche de la voiture ». par le Saint-Esprit.
Eh! sans doute. Celui qui descendrait en sens inverse . Il n'y a eu qu'une Pentecôte dans le monde, mais
tomberait de tout son long. Mais dans la vie morale ce jour n'a pas eu de crépuscule. La Pentecôte doit
et religieuse aussi : Toujours en avant. On ne doit être perpétuelle. C'est la Pentecôte partout où quelqu'un
pas reculer. Hélas! comme elle est pénible cette persé- lutte contre le péché et remporte la victoire, où un
vérance jusqu'au bout! Ce n'est pas en vain que homme vient charitablement en aide à son prochain
saint Pal.!l compare la· . vie chrétienne à une course. dans la souffrance et où un homme sait sourire même
Elle l'est en réalité. Au départ tous se mettent ensemble au milieu des souffrances et de l'épreuve.
en marche - chacun a reçu le baptême. Tous suivent Si jamais, c'est maintenant que nous devons faire
la même route ' pendant leurs premières années. Mais cette prière : Venez, Esprit-Saint, donnez-nous la
ensuite tantôt l'un, tàntôt ,'autre commence déjà à grâce de la foi que la peste de l'incroyance s'efforce
rester en arrière. Quelques-uns dès les premiers mois chaquel jour de contaminer. Donnez-nous la grâce
"dè 'là jèunesse, d'autres à la fin de leur adolescence, de la constance et de la persévérance, à nous qui chaque
d'autres parvenus à l'âge mûr. Ils n'ont pas la force de jour sommes assaillis par le manque de foi et le décou-
persévérer. Eh bien! la grâce de la persévérance est ragement. Donnez-nous la grâce de la victoire, à nous
un don du Saint-Esprit. La grace de la persévérance qui sommes obligés de livrer des combats surhumains
finale est un présent du Saint-Esprit. Or "seul « celui pour la morale chrétienne. Venez, Esprit-Saint!
Symb. des Ap. - t. V 2
34 LE SYMBOLE DES APÔTRES

Venez, pour que nous ne soyons pas de frêles roseaux


qui s'inclinent à tous les vents. Venez, pour que nous
ne soyons pas des veilleuses clignotantes qui fument
et s'éteignent. Pour que nous ne soyons pas des esclaves
III
du péché et des passions.
Mais que nous soyons des rochers qui savent braver
le flot tumultueux des tentations. QUE NOUS DONNE LE SAINT-ESPRIT?
Que nous soyons un feu, une flamme dont la pure
lumière monte jusqu'à Vous.
Que nous soyons comme les apôtres au jour de la MES FRÈRES,
,
Pentecôte, avec pour cuirasse la force de l'amour de
Dieu qui nous défendra contre tout péché. Aux alentours de l'église de la grotte sur le mont
« Brûlez, Seigneur, du feu du Saint-Esprit nos reins Gérard à Bud.a on voit une foule de pigeons voleter
et nos cœurs, afin que nous puissions vous servir qvec un çà et là. Les passants ont l'habitude de s'arrêter avec
corps chaste et vous plaire par la pureté de notre vie Il. étonnement devant un homme qui est véritablement
Amen. un charmeur de pigeons. Il s'assied sur un banc, tire
de sa poche du blé ou du maïs ... et au même instant
la bande de pigeons vole vers lui, les uns se posent dans
le creux de sa main, les autres se tiennent sur ses
genoux ou voltigent sur ses épaules ... Les gens con-
templent avec admiration ce spectacle ravissant.
Qu'èst-ce qui les étonne? La puissance merveilleuse
de l'amour. Ce fait que devant cette bonté silencieuse
et bienfaisante la crainte instinctive de l'oiseau disparaît
et que les pigeons craintifs deviennent les convives
confiants de cet homme au bon cœur. La bonté fait
naître en eux la confiance et la nourriture leur donne
la force.
Dernièrement j'admirais moi aussi cet homme en
train de nourrir les pigeons et je me fis cette réflexion :
Ne sommes-nous · pas, nous aussi, pareillement les
.' .

LE SYMBOLE DES APÔTRES QUE NOUS DONNE LE SAINT-ESPRIT? 37


convives du Saint-Esprit? Dans l'Église chrétienne purifie tout notre être, comme le charmeur de pigeons
le Saint-Esprit distribue - non pas du blé ou du maïs - transforme la nature craintive de ces oiseaux.
mais d'abondantes sources de grâces. Il nous 'appelle, A) Nous sommes donc redevables au Saint-Espr~t
nous flatte, nous encourage, afin que nous allions à de notre foi. C'est-à-dire que nous pouvons VOIr
Lu~, nous appuyions sur son épaule, mangions dans sa au delà de la terre, c'est-à-dire que nous pouvons nous
mam - et Il dompte la nature inclinée vers le péché élever au-dessus du monde de la matière. En d'autres
de celui qui se donne à lui avec une entière confiance. termes, le Saint-Esprit donne à l'homme l'essor méta-
1
Il en forme un homme nouveau, au point qu'il devient physique. Il élargit notre horizon, Il dirige nos regards
un sujet d'admiration non seulement pour les hommes vers les collines éternelles. Qu'es-tu, Ô homme?
• A '
mats meme pour les anges du ciel. Pourquoi vis-tu sur la terre? Où vas-tu? Quel est le
Les convives du Saint-Esprit! Expression qui but de ta vie? Quel est le sens de ta vie? '
sonne d'une façon un peu étrange, mais pourtant Ah! oui, la difficile et décisive question : quel est le
parfaitement juste. Nous sommes des pigeons affamés sens de la vie?
et le Saint-Esprit nous nourrit. Avec quoi nous nourrit- Par un beau jour d'été - écrit un conteur suédois
Il.? En quoi consiste la nourriture du Saint-Esprit? _ un débat animé s'éleva entre les habitants de la
SI dans le sermon d'aujourd'hui nous examinons forêt sur ce problème angoissant: quel est le sens
comment le Saint-Esprit nourrit nos âmes affa~ées, de la vie?
nous arriverons à cette constatation, comme pour les Quel est le sens de la vie? - module le rossignol.
pigeons du mont Gérard : Il fait naître en nous la Quoi d'autre sinon le chant, - et il se mit à lancer ses
confiance, la foi et nous donne la force. En d'autres belles roulades.
termes nous pouvons dire : le Saint-Esprit alimente Ce n'est pas du tout le chant - grommela une taupe,
en nous 1. la foi et II. la vie morale. III. Sans le Saint- _ pas du tout. Une lutte perpétuelle avec les ténèbres,
Esprit nous n'arriverons donc à rien. c'est cela la vie.
Ce n'est pas cela non plus - répondit un papillon
multicolore. La jouissance et le plaisir, voilà la vie.
1 Tu n'as certainement pas raison - repartit une
laborieuse abeille, - la vie n'est pas seulement le
LA FOI EST UN DON DU SAINT-ESPRIT. plaisir, mais aussi le travail. .Plutôt le travail que
le plaisir. .
Quel est donc le premier don vivifiant du ·Saint- C'est vrai - soupira une fourmi - plutôt le travail
Esprit? La foi. La foi chrétienne qui transforme et et la peine que le plaisir.
LE . SYMBOLE DES APÔTRES QUE NOUS DONNE LE SAINT-ESPRIT? 39
Mais un aigle se mit à crier du haut du ciel : où habite le Sain" 'Esprit et elle commence à voir avec
Vous n'avez raison ni l'un ni l'autre. La vie c'est la des yeux surnaturels. (Catéchèse, XVI, 16).
il iberté et la faculté de s'envoler à tire-d'aile dans L'homme illuminé par le Saint-Esprit voit claire-
le ciel bleu. ment les droits de l~âme, or jamais il n'a été nécessaire
'. :C'est alors que les pIantes se mêlèrent aussi à ce de parler des droits de l'âme autant qu'aujourd'hui,
grand débat. Le pin élancé donna raison à l'aigle, la vie au siècle de la machine.
est une envolée, un effort vers les hauteurs. Le rhodo- Que d'efforts aujourd'hui sont faits pour « éteindre
dendron et le lichen tinrent pour la fourmi : la vie l'âme »1 Pour des millions d'hommes aujourd'hui
n'es: qu'une lutte et un combat. La rose épanouie et il n'y a plus autre chose qui leur en impose que le
le Ils blanc comme la neige affirmèrent que la vie cheval-vapeur, le muscle, la boxe. Quelles sommes
n'était que plaisir et charme. Mais le nuage laissa immenses demande un footballeur professionnel ou
tomber ces mots: certainement la vie n'est que larmes, . un boxeur 1 Comme les journaux, le cinéma, le public
amertume et pleurs. Les ruisseaux murmurèrent en fêtent les héros de la matière 1
passant à la hâte: la vie est un passage et un changement. Il faut l'essor métaphysique du Saint-Esprit, pour
Et lorsque l'indécision, la contradiction et la con- que nous le voyions: à quoi bon le progrès technique,
fusion furent à leur comble, tout à coup retentit la si nous restons spirituellement, moralement dans les
cloche de la Pentecôte et toute la troupe discutante ténèbres 1
philosophante, gazouillante se tut et dans le silenc~ C) Et si nous recherchons comment le Saint-Esprit
subit tous reconnurent que la seule réponse juste sur fait naître en nous cet essor, c'est-à-dire comment le Saint-
le sens véritable de la vie était : paix et joie, force et Esprit opère actuellement la renaissance de l' homme,
harmonie, ardeur, combativité, fidélité et pureté nous arrivons à ce résultat : exactement comme
suscitées. dans l'homme par la force de l'Esprit-Saint. autrefois.
B) Mais pour que nous puissions affirmer cela, le a) D'abord le Saint-Esprit est apparu le jour de la
Saint-Esprit nous donne un jugement exact, une com- création au-dessus du chaos; l'Esprit de Dieu planait
préhension exacte, c'est-à-dire qu'Il nous enseigne à au-dessus des eaux et · le chaos devint un monde
reconnaître les valeurs véritables. . organisé. Par la suite Il est apparu au-dessus de
Selon saint Cyrille de Jérusalem, le Saint-Esprit l'homme du chaos et de cet homme de chaos, de cet
agit sur les âmes, comme les rayons du soleil sur les homme anarchique il a fait un homme d'ordre, un
yeux. Lorsqu'on passe de l'obscurité à la lumière du chrétien.
jour, on aperçoit beaucoup de choses que l'on n'avait Aujourd'hui encore le Saint-Esprit travaille ainsr.
fi
pas vues auparavant. Pareillement est éclairée l'âme Jadis Il a insufflé la richesse de la vie dans la nature
LE SYMBOLE DES APÔTRES QUE NOUS DONNE LE SAINT-ESPRIT?

désDrdonnée, mais aujourd'hui Il forme du vieil homme f( Voici que je me tiens à la porte et je frappe - dit
désordonné « une nouvelle créature » (Ile Corinthiens, de Lui-même Notre-Seigneur - si quelqu'un entend
v, 15) spzrituelle. , ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai
b) « Envoyez votre Esprit et ils seront créés et Vous .~, avec lui et lui avec moi » (Apocalypse, Ill, 20).
renouvellerez la face de la terre )) - telle est la vrière Le Seigneur ne fait que frapper, II n'enfonce pas
de l'Église. ' la porte - il faut que nous l'ouvrions. Écoutons en?ore
Qu'est-ce que l' homme créé dans le Saint-Esprit? cet avertissement de saint Paul : cr. N'éteignez pas
En apparence tout reste extérieurement comme aupa- l'Esprit l) (le Thessaloniciens, v, 19), « Marchez selon
ravant, mais en réalité, il est tout autre: son œil, son l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les convoitises de
cœur, sa manière de penser sont changés. Elles sont la chair l) (Galates, v, 16).
réalisées à la lettre les paroles du Seigneur dans le Comme ces paroles s'appliquent à nous! Vivez
prophète Ézéchiel: « Je verserai sur vous une eau pure selon l'Esprit et non pas selon les passions! Ni selon
et vous serez purifiés... Je vous donnerai un cœur le corps! Ni selon les maximes du monde 1 Ni selon
nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau ' et l'argent 1 Ni selon la terre 1
j'ôterai de votre corps le cœur de pierre et vous donnerai Mais voici que se présente l'autre don du Saint-
un cœur de chair II (Ézéchiel, XXXVI, 25- 26 ). Esprit : la vie morale.
L'homme devenu le temple du Saint-Esprit se voit
lui-même autrement, il voit autrement sa propre vie, II
son prochain, le monde et toute son histoire. Il voit
autrement la souffrance et la désillusion.
LA VIE MORALE EST UN DON DU SAINT- ESPRIT.
Lorsque sous la révolution française les religieuses
d'un couvent de Vendée furent conduites à l'échafaud ,
en chemin elles chantèrent le « Veni Creator Spiritus ". Le .Saint-Esprit en ~ffet ne donne pas seulement
y a-t-il, au milieu du triomphe de la méchanceté et l'élan métaphysique, mais aussi l'élan moral, c'est-à-
des ténèbres, plus grande consolation que la foi en dire, Il n'ouvre pas seulement à nos yeux la vûe du
l'Esprit du bien et en l'Esprit de lumière? monde surnaturel, mais Il nous aide aussi à l'atteindre:
Que de charité, que de beauté, que de charme et A) Il nous donne la force de pouvoir vivre conformément
de délicatesse d'âme, que d'élan et de force abonderaient à notre foi, ou bien si nous nous sommes écartés de la
dans l'Égl~se, comme elle serait féconde et fleurie la route: B) Il nous ramène dans la bonne voie.
grande vigne du Seigneur, si chacun ouvrait large- A) La vie selon la foi exige la lutte et le Saint-Esprit
ment son âme à l'Esprit-Saint qui frappe à sa porte 1 en donne la force.
LE SYMBOLE DES APôTRES QUE NOUS DONNE LE SAINT-ESP.R IT? 43
a) Celui qui a lu le fameux roman de Sienkiewicz mes frères, nous pouvons tous par la force du Saint-
« Quo Va dis », n'oublie pas facilement le combat Esprit remporter la victoire. _
impressionnant de l'esclave athlétique Ursus avec le Le prophète Ézéchiel eut un jour une vision curieuse
taureau furieux. La bête se précipitant dans l'arène relative au règne futur · du Rédempteur. Il vit jaillir
du Colisée avec la jeune Lydia attachée sur ses cornes, du seuil du temple du Messie une · source qui coulait
pour faire une martyre de l'innocente jeune ·fille, de sur la pente de la montagne et devenait un fleuve, ce
la servante du Christ; le gigantesque U rsus · saisissant fleuve se jetait à travers le désert dans la mer Morte et
les cornes de l'animal ivre de sang et s'efforçant de en changeait l'eau amère en eau douce, si bien que la
le renverser; les muscles du fidèle serviteur tendus mer Morte était remplie de poissons, tandis que sur
presque à se briser, ses pieds s'enfonçant dans le sable ses rives fleurissaient des arbres auxquels les fruits
sous le poids de ses efforts surhumains, le lecteur en ne faisaient jamais défaut (Ézéchiel, XLVII, 2-42).
perd presque la respiration ... Pourrait-on trouver une image plus saisissante pour
Mais lorsque finalement le taureau est dompté et nous représenter l'action féconde que le Saint-Esprit
qu'Ursus sous le souffle de la fidélité et de l'esprit exerce dans l'âme humaine? Certainement la vie est
de sacrifice remporte cette victoire surhumaine et un grand désert à travers lequel nous devons tous
arrache des cornes du taureau terrassé la jeune fille passer. Certainement, si nous étions laissés à nous-
évanouie, on respire soulagé et on s'éèrie : Dieu soit mêmes, notre âme deviendrait une mer Morte. Mais
loué! il est vainqueur. si nous le voulons, le fleuve de grâces du Saint-Esprit
Depuis le péché originel l'humanité était pareil- se déverse sur notre vie et là où il passe naissent dans
lement attachée au péché et aux mauvais instincts nos âmes les fleurs magnifiques de la foi et de la vertu.
et jamais nous n'aurions pu nous en dégager, si nous Seulement nous ne ferons pas comme les livreurs
n'avions pas reçu cette force surhumaine que nous donne de houille en hiver dans les rues de Budapest.
le Saint-Esprit. On voit une chose singulière ·les jours d'hiver dans
b) En revanche c'est pour nous une grande conso- les rues de la capitale .. D'immenses camions chargés
lation et un grand encouragement que nous puissions de charbon circulent dans les rues et au-dessus des tas
compter sur la force du Saint-Esprit et que nous puissions de charbon sont assis les livreurs transis et grelottants.
tenir en bride la nature fougueuse et les passions indomptées. N'est ce pas bizarre : au-dessous d'eux une source
Ah! combien se lamentent : le combat spirituel est de chaleur, ils sont assis dessus et cependant ils gèlent!
extraordinairement pénible pour moi. J'ai hérité de Quelle image frappante de la foi glacée du monde sans
mes ancêtres une nature si sensuelle, si facilement le Saint-Esprit 1 Mais aussi des chrétiens à la foi glacée
portée à la colère, si égoïste, si dure .. . Peu importe, qui n'ont besoin que d'étendre la main vers la source
LE SYMBOLE DES APôTRES QUE NOUS DONNE LE SAINT-ESPRIT? 45
du Saint-Esprit, qui n'ont besoin que d'exposer comme un trait de lumièrt; devaÎ1t nous la grande
leur âme aux chauds rayons du Saint-Esprit, pour leçon de toute cette instruction :
puiser la force, se réch~uffer et - vaincre.
B) Non seulement le Saint-Esprit nous éclaire,
nous indique la route, mais Il nous aide à reprendre m
la vraie route, si nous nous en sommes écartés. Celui qui
est fatigué, Il le réconforte, celui en qui le feu de SANS LE SAINT-EsPRIT NOUS N'ARRIVERONS A RIEN.
l'amour de Dieu s'éteint, il le ranime et celui en qui il
est éteint tout à fait Il le rallume de nouveau.
Lorsque l'ennemi détruisit Jérusalem, les Juifs Si c'est réellement un don du Saint-Esprit que
.eurent pour principal souci de sauver le feu sacré nous soyons maîtres de nous-mêmes, que nous puis-
qui brûlait dans le Temple. Il fut donc caché dans sions commander à la nature humaine déchue, alors-
une citerne. Quand par la suite Néhémie voulut il est sûr aussi que le monde séparé du Saint-Esprit
consacrer le nouveau Temple de Jérusalem, il· envoya doit aller à la ruine, car sans le Saint-Esprit nouS
des prêtres chercher le feu qui avait été sauvé et caché. n'arrivons à rien.
Mais dans la citerne ils ne trouvèrent qu'une eau sale Ni la société ni [' indivMu ne peuvent mener une 7)ie
. et boueuse à la place du feu. Ceperidantils y puisèrent. morale sans le Saint-Esprit.
Et lorsque cette eau boueuse eut été versée sur l'autel A) La vie morale de la société ne peut pas subsister.
des holocaustes du nouveau Temple, les rayons du Jamais on n'a autant écrit de gros livres sur les
soleil percèrent les nuages, le feu s'alluma sur l'autel questions sociales qu'aujourd'hui et pourtant les
et consuma le sacrifice. prisons sont pleines d'individus antisociaux. Jamais
Combien d'ennemis ont déjà détruit dans notre n'ont paru autant d'ouvrages sur. la pédagogie et
âme le temple de Dieu et - hélas 1 - il n'a pas été jamais il n'y a eu autant d'hommes mal élevés. L'eugé-
possible de sauver le feu sacré. Que de fois les rayons nisme est à l'honneur et en même temps l'animal
enflammés du Saint-Esprit sont déjà tombés suri la devient de plus en plus audacieux dans_ l'homme.
mare boueuse et sale de l'autel de notre âme 1 Que ne' 'fait pas la science médicale pour ' sauver un
Mais il dépend uniquement de nous," de notre organisme humain usé et le conserver en vie au moins
collaboration que par"" la force du Saint-Esprit s'en- encore quelques semaines et en même temps les enfants
flamme de nouveau en nous le feu d'une vie agréable qui attendent d'entrer dans l'existence périssent par
à Dieu et généreuse et que notre âme puisse être de milliers, avant de voir le jour. Voilà ce qu'il advient
nouveau consacrée le temple de Dieu. Et ici passe de la morale de la société sans le Saint-Esprit!

1
/l~
1

1
LE SYMBOLE DES APÔTRES QUE NOUS DONNE LE SAINT- ESPRIT? 47
B) Mais si le Saint-Esprit est la lumière qui éclaire le microphone. C'est un morceau de marbre froid et
et le feu qui purifie et fortifie, qui conserve la vie, sans vie - s'il n'y passe pas de courant; mais quand
alors sans le Saint-Esprit la vie morale de l'individu ne il y en a, alors c'est un instrument incomparablement
peut pas non plus subsister. <- sensible qui vibre à la moindre parole que je prononce
Le Saint-Esprit est la lumière, donc je ne puis faire et la diffuse dans tout le pays, si bien que des centaines
un seul pas sans Lui, ou, si je le fais, je m'égare dans de milliers d'auditeurs l'entendent. Pouvons-nous
les ténèbres. Le Saint-Esprit est le feu, donc mon devenir des microphones du Saint-Esprit? De manière
âme a froid sans Lui. Le Saint-Esprit est la force, que mon âme réagisse 'avec joie à son plus léger contact:
donc mon âme est affaiblie sans Lui. En d'autres Seigneur, Seigneur, je suis à Vous; que voulez-Vous
termes : j'ai besoin du Saint-Esprz"t; je dois ouvrir de moi} Faites ce que Vous voulez.
mon âme et laisser pénétrer en moi les inspirations C'est seulement ainsi que nous serons vainqueurs
du Saint-Esprit, m'approcher avec joie, m'approcher de la vie, des luttes terrestres. Nous marchons sur la
souvent des sacrements, de la confession, de la com- terre, notre âme est enracinée dans la terre, nous avons
munion qui me communiqueront la force du Saint- à lutter contre des milliers de difficultés - et pourtant
Esprit. nous ne devons pas nous perdre dans les soucis ter-
Tous nous avons besoin des inspirations du Saint- restres, et même dans le travail servile des jours de
Esprit, tous nous recevons les inspirations du Saint- semaine nous devons entendre sans cesse l'hymne
Esprit et cependant que voyons-nous? Une âme se réconfortant de notre éternelle destinée, de la vie
sent illuminée, réchauffée, fortifiée au contact du éternelle, de notre vocation chrétienne.
Saint-Esprit; une autre demeure sombre, glacée, Savez-vous qui réussira? Savez-vous qui pourra
abattue, brisée, inerte. Regardez autour de vous dans chanter même au milieu des luttes terrestres des
ce monde affreux: quelle foule d'âmes glacées, brisées, mélodies célestes? Celui qui sait ouvrir largement
déguenillées circulent autour de nous 1 A qui la faute? son âme aux énergiès qui descendent du Saint-Esprit,
Au Saint-Esprit? Non, non 1 Cet esprit de feu ne' celui qui fréquemment reçoit en lui-même l'aliment
s'est pas manifesté seulement à la première Pentecôte, du Saint-Esprit, la grâce, par les instruments de la
aujourd'hui encore Il agit sur toute âme humaine; grâce, la récéption fréquente des sacrements.
seulement nous ne répondons pas, nous ne sommes Lorsqu'on veut entendre la radio, est-il suffisant
.pas des instruments dociles dans les mains du Saint- d'avoir un appareil? Non. Il faut aussi un fil qui le relie
Esprit. -s;' à la terre et un fil qui le relie à l'antenne pour recueillir
Bien souvent ' vous regardez le carreau d~ marbre les ondes. 'Œt c'est entre ces deux fils que je place
blanc qui est suspendu au-dessus de ma chaire; c'est l'appareil et alors j'entends: Allo, allo, ici Budapest,
LE SYMBOLE DES APôTRES QUE NOUS DO NNE LE SAINT-ESPRIT? 49
longueur d'onde 550 m. M~n âme aussi est un poste r:e feu qui produit la chaleur de l'amour. Le feu qui
de radio. La prise de terre - ah! la prise de terre est fait fondre les scories du péché. -)
chez nous tous très forte: nous sommes enlisés jusqu'au Prions donc souvent pour que le Saint-Esprit vienne
cou dans les soucis terrestres. Mais cela ne suffit pas. parmi nous. Car si ce n'est pas le Saint-Esprit qui vient
Pour qu'un chant, un concert, une vie humaine chré- parmi les hommes, ce sera le démon. Si ce n'est pas
tienne y résonnent, il faut aussi un fil vers le haut, le feu de la Pentecôte qui descend du ciel parmi nous, .
il faut aussi une âme tendue, assoiffée, sachant aspirer ce sera la flamme destructrice de l'enfer. Si ce n'est pas
les énergies qui jaillissent du Saint Esprit et dès que le souffie vivifiant du Saint-Esprit, ce sera l'haleine
cela est réalisé j'entends aussi ; Allo, allo, ici le Saint- destructrice de la révolution. Ne nous trompons pas:
Esprit, longueur d'onde, la vie chrétienne ... La vie ou bien nous nous efforcerons de devenir des saints
chrétienne qui est la foi. La vie chrétienne qui est la ou bien nous deviendrons des scélérats. Ou bien le
morale. La vie chrétienne qui est aussi une lutte Saint-Esprit allumera en nous le feu ardent de la foi
pénible. Mais : la vie chrétienne qui est seule la forme et de l'amour ou bien s'allumera dans l'humanité le
de vie capable d'assurer la paix et le bonheur. feu dévorant de l'impiété et de la haine.
Ah! venez, Esprit-Saint, donnez-nous la force de
r pouvoir croire. Donnez-nous la force de pouvoir vivre con-
formément à notre foi. Donnez-nous la force pour que
Mes frères, c'est sous la forme de langues de feu nous puissions tous être vos petits pigeons fidèles qui
que le Saint-Esprit est venu et aujourd'hui encoi'e 1 volent sur vos épaules, se serrent auprès de Vous, mangent
nous prions que son feu éclaire, réchauffe et fortifie . dans volfe main et un jour seront éternellement heureux
notre âme. Seigneur, donnez-nous le feu 1 1 près de votre Cœur. Amen.
Le feu? N'y a-t-il pas assez de feu sur la terre? 1

N'y a-t-il pas assez de feu dans les usines? Dans les i
forges? Dans les locomotives? Dans les .chaudières? !
Dans les usines électriques? A la bouche des canons?
Dans les passions? Dans les cœurs humains remplis
de haine? Oui, toute la terre brûle - mais ce n'est pas
du feu du Saint-Esprit. Et à ' côté de ce feu le cœur
reste froid, l'âme demeure dans les ténèbres, 'l'œil
reste aveugle. Seigneur, envoyez-nous Votre feu!
Le feu qui donne la lumière de la foi dans l'incrédulité.
,
QU'EST-CE QUE L'ÉGLISE? ' SI
) , ,

examine en détail chaque autel et chaque chapelle,


alors on devine pourquoi Saint-Pierre figure parmi les
premiers et les plus beaux édifices du m~~dell ' . , '
Il en va ainsi non seulement de la bas1l1que &111t-
IV Pierre mais aussi de celle qui l'a élevée : l'Église
catholiqu~. On entend, on sait, on lit bien des choses
sur elle. Nous savons que dans le monde entier il
QU'EST~ CE QUE L'ÉGLISE? n'existe pas une seule société aussi étendue, aussi
ancienne, aussi ' importante et aussi bienfaisante
que l'Église catholique. Mais pour que nous ne la
connaissions pas seulement en général, pour que nous
MES FRÈRES, connaissions aussi ses beautés, pour que nous l'aimions,
la suivions, la défendions et en soyons fiers, il ne
suffit pas d'un coup d' œil superficiel, nous avons
A Rome, centre de la chrétienté, se dresse la plus absolument besoin d'un guide expérimenté. , _ '
grande église du monde, la basilique Saint-Pierre. Ce .guide nous le trouvons dans cette phrase du
Vous en avez tous déjà entendu parler, vous avez Symbole que nous allons maintenant commenter :
tous lu quelque chose sur ses proportions gigantesques, cc Je crois à la Sainte Église Catholique ». Écoutez
sur ses incomparables beautés artistiques; mais lors- seulement attentivement quand · à la grand'messe le
qu'on va à Rome et que l'on regarde pour la première chœur chante le Credo, avec quel élan, avec quelle joie,
fois cette fameuse basilique, un cri de déception quelle conviction, quelle fierté il c~ante sur un t;o~ de
s'échappe des lèvres: cc Est-ce bien là ce merveilleux triomphe: «Unam, sançta~, cathohcam. et apostoh~am
chef-d'œuvre? Où sont ses gigantesques dimensions? Ecclesiam », cc Je crois en l'Eglise tine, samte, cathohque
Où est sa beauté sans pareille? Je n'y vois rien d'extra'- et apostolique ». ,
ordinaire ». En effet la première impression produit Quelle est donc la cause de cet enthous~ùsme, de
quelque déceptîon. Et cette impression décevante ne cette joie, de cette fierté et de cette conviction?
disparaît que lorsqu'on a circù!é pendant des heures Qu'est-ce que cette Église catholique à laquelle j'appar-
dans cet~e église. Quand quelques jours après on y tiens par ' une grâce particulière de Dieu? Que me
retourne, qu'on y entre dix fois, vingt fois, quind donne"'t~elle ? Pourquoi puis-je en être fier? Quels sont
on s'arrête à contempler une statue ou un tombeau, ses mérites?.. Autant de questions auxquelles nous
quand sous la conduite d'un guide au courant on commençons à répondre en détail avec l'instruction
.JiII
52 LE SYMBOLE DES APÔTRE~ QU'EST-CE QUE L'ÉGLISE? 53
truction d'aujourd'hui. Nous n'expédierons pas hâtive- un nom particulier, les instruisit en particufier, ~es
ment ce sujet. Vingt sermons seront consacrés à cet honora d'une affection spéciale, leur donna des pOUVOIrS
article. Pendant des mois je ne vais parler que d'une spéciaux et finalement au , moment , de. son ascension
chose : de l'Église catholique. Et lorsque nous aurons leur confia particulièrement la convérSlOn du monde.
considéré à fond ce gigantesque édifice, de nos lèvres Il y avait donc, des fidèles et des a~ôtre~. Mais parmi
s'échappera avec une joyeuse fierté et un cri de ces apôtres il y en eut un aussI qu Il plaça à la
reconnaissance cette profession de foi : « Credo unam, tête de tous les autres. L'Église catholique, au jour de
sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam )}. l'Ascension de N otre-Seigneur, était donc ainsi orga-
Dans le sermon de ce.jour nous devons nous occuper nisée : des jide/es, des apàtres, ,Pierre, - et leur chef
de cette question préalable : Qu'est-ce que l'Église? invisible le Christ.
II est tout naturel, n'est-ce pas, que nous commencions b) Le petit grain de sénevé des premiers jours est
par y répondre. Nous pouvons résumer cette réponse devenu après dix-neuf siècles l'arbre gigantesque de
en trois idées. Chacune d'elles indique que l'Église l' hglise catholique. Une institution si puissante •qu'elle
porte en elle-même toute beauté et toute force. Nous est incompréhensible aux 'yeux de quelques-uns. _
affirmons donc que l'Église 1. -est le Christ continuant Cette grande organisation qui embrasse le monde
à vivre ,parmi nous, II. qu'elle est l'épouse du Christ et que nous appelons l'Église est-elle nécessaire?
et III. le corps mystique du Christ. Chacun de ces trois demande-t-on. Quelle hiérarchie minutieusement
dogmes renferme des idées toutes plus belles les unes réglée se rencontre dans l'Église actuelle 1 A com-
que les autres,
mencer par le petit curé de village, les doyens, les
évêques, les arèhevêques jusqu'au pape de Rome.
l Quelle institution étonnamment organisée! Quel code
compliqué avec ses 2414 canons et ses innombrables
L'ÉGLISE EST LE CHRIST paragraphes! Quelles lois morales détaillées 1Ensuite que
CON'l'1NUANT A VIVRE PARMI NOUS. de traditions, que de cérémonies, que de rites 1 Et les
concordats, et l'Index,... et mille autres particularités 1
Bien des gens restent sans comprendre devant ces
A) Le fondateur du christianisme, Notre-Selgneur choses. Souvent des catholiques bient. disposés )ne
Jésus-Christ, est le fondateur de l'Église catholique. peuvent pas les comprendre. Dalils les vingt sermons
a) C'est un fait historique que Notre-Seigneur
qui nous attendent nous aurons l'occasion de nous
Jésus-Christ, dès le début de sa vie publique, choisit
occuper de tout cela en détail. Mais il y a une chose
parmi ses disciples quelques-uns d'entre eux, leur donna
que je dois vous dire dès maintenant; celui qui. verrait
54 LE SYMBOLE DES APÔTRES QU'EST-CE QUE L'ÉGLISE? 55
l'Église uniqu~ment d~ns ces choses, celui qui ne verrait façonner le Christ dans les âmes, de reproduire
,q~e. le. côté exté~i.eur de ~'Églisene .verrait pas ni ne la figure du ' Christ " dans les âmes. i ,;
~salslralt pas dernere le vIsage humam l'âme et la vie Écoutons seulement avec quelle conviction, avec
'~ntér~eure de l' Église, ~on visage divin, et ne pourrait quelle hardiesse, avec quelle assurance irréfutable elle
JamaIS comprendre l'Eglise du Christ. Car tout cela lance à ses ennemis : Qui peut me citer un seul cas
n'est pas l'essence de l'Église, ni l'âme de l'Église ni où j'aurais renié l'Évangile du Christ? Où je me serais
son visage caché. ' écartée, ne fût-ce que d'un cheveu, des vérités chré-
, B) Quelle est donc l'essence d~ l'Église? tiennes? Où j'aurais reculé devant le plus grand
. Tout d'a~o~d l' Églis~ est le Christ c(Jntinuant my sté- sacrifice pour ia défense de la morale chrétienne?
rzeusement a vtvre parmt nous, elle est l't'mage du Christ, c) Les choses extérieures, les cérémonies, le droit
l'Église est le Christ vivant parmi nous. .. canon, les fêtes, les statues, le jeûne, les vêtements
: a) Un JOUi' Notre-Seigneur dit à ses apôtres: « Qui de pourpre ... tout ' cela n'est pas l'essence de l'Église.
vous écoute m'écoute, qui vous méprise me méprise» Quelle est donc cette essence? L'accomplissement
(S. Luc, x, 16). Eh bien 1l'Église catholique peut dire: de l'unique, du grand, du saint désir du Christ :
Celui qui m'écoute écoute le Christ,' celui qui me regarde la propagation du royaume de Dieu parmi les hommes.
voit le Christ,' celui qui me suit marche sur les traces du Ce royaume est invisible, mais il est aussi visible.
Christ. Tout ce que prêche l'Église sort de la bouche Il est invisible, parce que, d'après le Christ, il est « en
d~ Christ. Ce qu'elle présente comme dogme de foi, nous» (S. Luc, XVII, 21), il consiste dans la justification
VIent de l'éternelle vérité divine. Ce qu'elle offre dans de l'homme intérieur (S. Matthieu, VI, 33).
Jes sacrements jaillit du cœur aimant de Jésus. M ais il est aussi visible, parce que le Christ a destiné
b) L'Église, n'a pas d'autre désir que de représenter cette Église à des hommes composés d'un corps et non
les t'ntérêts du Christ jusqu'aux extrémités du monde et pas à des anges purs esprits. Il est donc tout naturel
de sauver les âmes par la prédication de la vérité chré- qu'Il ait donné à l'Église invisible un cadre, une
'tienne. L'Église est le canal par lequel le Rédempteur org~!lisation, une forme de vie extérieurs et visibles.
veut amener aux hommes la grâce de la rédemption. En confiant le pouvoir de gouverner l'Église à des
L'Église est ''l'incarnation extérieure et visible du prêtres, Il a fondé en même temps une socié~~ extérieure
royaume invisible de la vérité etJ de la grâce que le visible : en faisant de Pierré le chef et le fondement
Christ a fondé sur la terre. C'est l'unique pourquoi, de l'Église (S. Matthieu, XVI, 18), en faisant des apôtres
l'unique désir;--l'unique ambition de l'Église, la seule un état-major - des pasteurs (S; Matthieu, XVIII, 17).
base légitime de son existence, c'est de représenter Il a donné le baptême comme marque de membre
perpétuellement le Christ sur la terre, c'est de de l'Église, et comme statuts les commandements de
LE SYMBOLE DES APÔTRES QU'EST-CE QUE L'ÉGLISE? 57
Dieu. Enfin Il a investi les chefs de l'Église d'un pouvoir « sancta mater Ecclesia » - quelle douce et gracieuse
presque incroyable, lorsqu'il leur a dit : « Qui vous expression 1 Que voulons-nous indiquer par là? La
écoute m'écoute» (S. Luc, x, 16). « Comme mon Père sollicitude maternelle qu'elle manifeste pour ses
m'a envoyé, moi aussi je vous envoie» (S. Jean, xx, 2r). enfants et- principalement pour les faibles, ceux qUI
C'est donc à bon droit que nous disons : l'Église souffrent et les pécheurs.
c'est le Christ continuant à vivre parmi nous. Quelle chaleur répand déjà de lui-même ce nom
notre mère l'Église!
Est-ce que l'Église est vraiment une mère? -
n pourrait-on demander. Oui, elle l'est. Elle est mère,
parce qu:elle a des enfants :nous sommes ses ~nfant~.
Et elle aime ses enfants, comme seule une mere salt
L'ÉGLISE EST L'ÉPOUSE DU CHRIST.
aimer.
« Ecclesia » - nom féminin. Et cela dans la plupart
C'est ainsi que nous comprenons aussi cette autre des langues Die Kirche, une Église, etc. Elle n'a pas
profonde et mystique pensée, suivant laquelle nous pris un nom masculin, comme (: roi », « emp~reur »j
appelons aussi l'Église l'Épouse du Christ. Saint Paul -,
parce que sa douceur, son affectIOn, ses attentIOns, sa
a écrit dans une de ses épîtres ces lignes enthousiastes sollicitude sont celles d'une mère à l'égard de ses
sur l'Église : « Le Christ a aimé son Église et s'est enfants.
livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier, après B) Involontairement se présente cette idée qu'il
l'avoir purifiée dans l'eau baptismale, pour la faire y a une comparaison entre Marie, la Mère de Jésus,
paraître devant lui, cette Église, glorieuse, san~ tache,
d'une part et ['Église, notre Mère, d'autre part.
sans ride ni rien de semblable, mais sainte et imma-
Celui que Marie a mis au monde à Bethléem, notre
culée » (Éphésiens, v, 25- 2 7).
Mère l'Église nous le donne chaque jour. A Bethléem,
L'Église est donc l'Épouse sainte et immaculée du
Christ.' '> on ne pouvait pas voir le Fils de Dieu, mais seulement
un petit enfant transi de froid; sur les autels de l'Égli~e
A) Si Tious poussons plus avant cette idée, nous
nous ne voyons rien d'autre que l'apparence du pam
comprendrons d'où nous tirons cette belle expression:
et du vin, - mais nous nous prosternons devant le
notre mère ['Église. Si en effet nous pouvons appeler
l'Église l'Épouse du Christ, nous pouvons à bon droit Très Saint Sacrement avec la même foi que les bergers
l'appeler la mère des enfants du Christ, c'est-à-dire de Bethléem devant le Petit Enfant de la crèche.
notre Mère. « L'Église catholique est notre Mère Il, Nous pouvons même pousser plus loin la comparai-
son. Les bergers de Bethléem adorèrent l'Enfant-Dieu,
58
.
LE SYMBOLE DES APÔTRES QU'EST-CE QUE L'ÉGLISE? 59

mais ils vénérèrent et aimèrent aussi sa mère; de même Cependant nous arrivons à une nou;e~le :xpressio?
aujourd'hui encore celui qui adore le Christ doit aill1ll:r que saint Paul emploie avec une predllectlOn partI-
avec un pieux respect son Épouse, notre sainte Mère culière à propos de l'Église : l'Église est le corps mystique
l'Église. du Christ.
Mais si je regarde vers l'Église comme vers une mère A) « De même que nous avons plusieurs membres
qui s'occupe de moi avec amour, alors je comprends dans un seul corps, et que tous les membres n'ont pas
tous ses commandements. Je ne la critiquerai pas à la même fonction, ainsi nous qui sommes plusieurs,
la légère. Ah! que de fois des catholiques même nous ne faisons qu'un seul corps dans le Christ; et chacun
. en compagnie de gens appartenant à .d'autres religions en particulier, nous sommes membres les uns des .
se permettent des jugements injustes, superficiels sur .autres» (Romains, XII, 4, 5). « De même que le corps
l'Église! Pour moi je ne me formaliserai pas de son est un et a plusieurs membres, et comme tous les
apparente sévérité, mais derrière chaque . comman- membres du corps, malgré leur nombre, ne forment
dement je tâcherai de découvrir l'amour maternel qui qu'un seul corps, ainsi est-il du Christ. Tous en effet
s'occupe de moi, qui veille sur mon âme, ma foi et nous avons été baptisés dans un seul Esprit pour former
l'intégrité de ma vie morale. un seul corps» (le Corinthiens, xiI, 13)·
Oui, derrière tous ses commandements. Elle met. Efforçons-nous de pénétrer plus avant dans les pro-
quelques livres à l'Index : tu ne dois pas les lire. Elle fondeurs de cette comparaison de la Sainte Écriture.
prescrit l'abstinence à certains jours : tu n'as pas le a) La volonté du Christ était que ses disciples
droit de manger de la viande ces jours-là. A cause de formassent une société religieuse indépendante et sur-
certains empêchements elle prohibe le mariage : tu naturelle et ainsi par l'application des fruits de la
n'as pas le droit de te marier, etc. Je ne comprends rédemption édifiassent le corps mystique du Christ.
peut-être pas pourquoi; mais j'accepte, j'observe ses L'Église a pour vocation première de réaliser l'union
ordres, ~ car c'est ma mere qui· parle. surnaturelle avec Dieu dans le Christ en transmettant
aux hommes les fruits de la rédemption. Mais c'est
aussi sa tâche de créer par l'union des fidèles le corps
III mystique du Christ, et ainsi de réaliser l'émouvante
prière que le Sauveur adressa à son Père à la dernière
L'ÉGLISE EST LE CORPS MYSTIQUE DU CHRIST. Cène: « Comme vous m'avez envoyé dans le monde,
je les ai envoyés dans le monde ... Je ne prie pas pour
Je crois, mes frères, que maintenant déjà nous eux ' seulement, mais aussi pour ceux qui, par leur
commençons à mieux connaître notre sainte Église. prédication, croiront en moi, pour que tous ils soi~nt
60 LE SYMBOLE DES APÔTRES QU'EST-CE QUE L'ÉGLISE? 61

un, comme Vous, mon Père, Vous êtes en moi, et moi « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du
en Vous, pour que eux aussi, ils soient un en nous»
(S. Jean, XVII, 18-21).
b) Le Christ vit donc dans un triple corps devant nous.
r Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de
Dieu, et que vous n'êtes plus à vous-mêmes? Car vous
avez été rachetés à grand prix. Glorifiez donc et portez
Il vit dans le corps qu'Il a reçu de la Vierge Marie par Dieu dans votre corps» (le Corinthiens, VI, 19-20).
sa naissance; Il vit dans le corps mystérieux qu'Il a b) Mais quel avertissement social en même temps :
revêtu dans le Très Saint Sacrement sous les apparences dans chacun de mes frères, les catholiques, je verrai et
du pain et du vin; et enfin Il vit dans le corps constitué estimerai un membre du corps mystique du Christ.
par l'union de ses enfants chéris et fidèles, l'Église Vu du dehors c'est 'seulement un faible enfant, un
catholique. ouvrier d'usine, un cultivateur, un pauvre, un malade,
Quel dogme merveilleux 1 L'Église catholique est un un vieillard impotent, - mais au dedans, eu réalité,
organisme gigantesque, formé des âmes et des corps c'est un membre du corps du Christ.
de millions et de centaines de millions d'homntes, Un couvent de religieuses avait reçu un nouvel
elle est le corps vivant du Christ... Un corps mystérieux aumônier qui apprit que parmi les religieuses se
dont le Chl:ist est la. tête, et le , cœur la sainte messe. trouvait une ancienne comtesse. « J'aurais pu facile-
Ce cœur à chaque minute verse le sang du Christ dans ment savoir - dit un jour l'aumônier - qui elle
les membres de sorte que si j'appartiens à l'Église, était, je ne le demandai pas. Mais quand n'importe
je suis constamment branché sur la circulation du sang quelle -religieuse venait me trouver, je la traitais avec
du Christ, la vie du Christ bat en moi, la grandeur du la même considération, la même délicatesse que si elle
Christ mûrit en moi, le bonheur du Christ coule dans 'était l'ancienne comtesse )). Oui, nous sommes tous
mon cœur. des nobles, des princes, des rois - les membres du
B) Mais si l'Église est le corps mystique du Christ, corps mystique du Christ. Lorsqu'un insti,n ct pécheur
alors quiconque appartient à l'Église est membre du corps se dresse impérieusement en toi, dis-lui: « Impossible 1
du Christ. Quel incomparable honneur pour moi 1 Mais Je suis membre du corps mystique du Christ 1)) Lorsque
quel avertissement social et quelle obligation filiale tu veux entraîner quelqu'un au péché, dis-toi bien :
aussi 1 « Je n'en ai pas le droit. C'est un membre du corps du
a) Je suis membre du corps du Christ! Quel incom- Christ lI.
parable honneur pour moi! « Ne savez-vous pas que c) Mais quelle obligation filiale aussi que cette vérité!
vos corps sont membres du Christ? Prendrai-je donc Le Christ a ordonné à l'Église d'enseigner toutes les
les membres du Christ pour en faire les membres nations (S. Matthieu, XXVIII, 19), d'où il résulte que
d'une prostituée? Loin delàl » (le Corinthiens, VI, 15). tous nous devons être les disciples dociles et obéissants de .
LE SYMBOLE DES APôTRES QU'EST-CE QUE L'ÉGLISE?

notre Église. Saint Paul a dit de l'Église qu'elle est pour cela d'appartenir à une église ». C'est la réflexion
« la colonne et la base de la vérité» (le Timothée, III, 15), de certains autres qui ainsi s'égarent sur un faux
d'où il résulte donc que je dois suivre l'Église aveu- . chemin. Le christianisme ne peut pas être séparé de
glément, avec confiance, persévérance et sans hésitation. l'Église. Toute idée, tout principe a besoin d'une forme
C) C'est précisément là ce qui choque certains. de vie, d'une personnification. La religion du Christ
Que de jugements superficiels, que de sophismes on entend n'est pas une abstraction suspendue en l'air, mais une
justement sur cette question! sainte réalité incorporée dans l'Église catholique
a) « Je trouve indigne de moi, indigne d'un homme romaine.
instruit, raisonnable, intelligent, d'accepter tel dogme « Pourquoi l'Église me tient~el1e en tutelle? J'ai de

que la religion catholique me présente - disent certains. la religion, mais je n'appartiens à aucune église. Je
Je veux y réfléchir, je veux découvrir moi-même ce que cherche Dieu ·par mes propres voies ».
je dois croire ou non, ce que je dois accepter ou non ». Combien cherchent et cherchent en vain! Combien
Or une minute de réflexion nous démontre que ce ont cherché Dieu à leur fantaisie et ne L'ont trouvé
sont là des mots vides de sens. Alors que dans le monde qu'après de longues années de faux pas. Lorsqu'ils
je suis sur tant de choses obligé de m'en rapporter aux retrouvèrent enfin le chemin de la vieille Église aban-
affirmations d'autrui, dans les questions les plus donnée, ils ont vu que vouloir avoir de la religion sans
difficiles je voudrais décider d'après ma propre tête? l'Église c'est marcher à tâtons par une nuit brumeuse
Je n'ai pas honte de ne pas avoir trouvé la table de le long d'un précipice. Ils ont vu la vérité d~ proverbe
multiplication ni l'électricité ni la machine à vapeur ni allemand suivant lequel une religion sans Église est
la radio; je n'ai pas honte d'avoir reçu tout cela d'autrui. un chaos : « Religion ohne Konfession ist Konfusion ».
Seulement je voudrais suivre ma propre route là où Par un après-midi d'automne je suis assis dans le
la réussite est le plus difficile : trouver Dieu avec la train. Il pleut. Je regarde les vitres : une goutte tombe
raison humaine laissée à elle-même? sur la vitre et y reste fixée. Elle voudrait bien couler,
b) « Pourquoi l'Église me lie-t-elle avec des dogmes? - mais elle ne peut pas. La profondeur l'attire, niais elle
c'est la plainte de quelques-uns. Est-ce que les marins n'en- trouve pas le chemin. Mais maintenant deux
se plaignent' de ce que les phares projettent leur gouttes tombent ensemble et à l'instant elles descendent.
lumière sur lamer houleuse et ainsi leur indiquent la Une petite 'raie, une petite route marque leur trace,
bonne direction? Nos dogmes sont des phares qui et lorsqu'une nouvelle goutte tombe, elle coule vite en
indiquent le chemin sur l'océan de la vie. bas vers son but; mais la goutte qui tombe à·côté du
c) « J'ai ma religion à moi, mais pas au sens de l'Église. chemin s'efforce en vain de poursuivre sa route. Mon
Je trouverai le Christ par moi-même, je n'ai pas besoin âme aussi 'est attirée par la profondeur divine; mais
QU'EST-CE QUE L'ÉGLISE r 65
LE SYMBOLE DES APÔTRES
. ". , .
(Isaïe, II, 2). Christ continuant a vtvre et a ensetgner .sur
tandis que laissé à moi-même je ne trouve pas Dieu, la terre - voilà ce que vous êtes pour moi, Église une, samte
j'arrive plus aisément à Lui, si je me tiens sur le chemin 1
et catholique!
commun des âmes. C'est l'Église catholique qui a
C'est dans cette foi que je suis né.. .
construit la route des âmes vers Dieu. Et s'il n'y avait C'est dans cette foi que je veux vivre .. .
pas d'Église catholique, le christianisme serait disparu Et avec ['aide cie Dieu, c'est par elle que je veux arriver
depuis longtemps de la surface de la terre. un jour dans l'Église du ciel. Amen.
Au chapitre IX des Actes des Apôtres il est question
de ·la merveilleuse conversion de Saul.
Saul voulait avec llue ardeur fanatique exterminer
l'Église commençante, la première chrétienté. Alors
qu'il se rendait à Damas pour emmener les chrétiens
de cette ville enchaînés à Jérusalem, une lumière
l'environna soudain sur la route et il entendit ces
p aroles : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? »
« Qui êtes-Vous, Seigneur? » - demanda Saul. « Je
suis Jésus que tu persécutes » - fut la réponse.
N'est-ce pas là une chose remarquable? Saul persé-
cutait l'Église et cependant il entend: « Je suis Jésus ---_.-
que tu persécutes ». Oh! oui c'est pour cela que je
vénère, que j'aime mon Église, parce qu'elle est le
Christ vivant parmi nous, l'Épouse du Christ, le corps
mystique du Christ.
Sainte Église catholique! Après la résurrection du
Christ, le plus grand miracle de ['histoire du monde!
Œuvre divine aux mains des hommes! Œuvre céleste
implantée SUI' la terre! Société étroitement unie de milliards
et de milliards d'hommes depuis dix-neuf ·siècles et dont
le Christ éternel est le chef invisible. Royaume céleste
descendu sur la terre, royaume terrestre devenu le vestibule
du ciel! Réalisation de la vision du prophète Isaïe sur les
peuples immenses qui affluent vers la montagne du Seigneur
Symb. des Ap. - t. V 3
. L'ÉGLISE DU CHRIST EST UNn

C'est avec une âme douloureusement émue que nous


devons apprendre par l'histoire que sur la doctrine du
Christ ont passé des luttes fratricides qui ont déchiré
v la robe sans couture du Christ et divisé la chrétienté.
Lorsque le Sauveur monta aux cieux et laissa des
disciples et des fidèles, membres de la primitive Église,
L'ÉGLISE DU CHRIST EST UNE alors il n'y avait réellement qu'une seule chrétienté,
il n'y avait qu'une seule Église. Mais dès · le temps
des apôtres nous voyons que çà et là surgissent des
hérétiques qui s'écartent de la véritable Église du
MES FRÈRES, Christ en attirant les fidèles sur les sentiers de l'erreur.
Et à mesure que s'avancent les siècles, des feuilles et
des branches de plus en plus nombreuses, parfois de très
Dans le sermon précédent nous avons abordé l'étude grands rameaux tombent de l'arbre de l'Église, et tous
de l'Église du Christ. affirment que bat en eux la force vivifiante du Christ.
Est-ce un fait certain que le Christ a fondé une Spectacle . douloureux et attristant des schismes et
société visible, organisée, qu'II a Lui-même appelée des hérésies. Et dans l'âme humaine se pose à bon droit
« Église »? Parfaitement. Il suffit de lire les paroles cette question, cette décisive question, qui attend une
adressées à saint Pierre à Philippe de Césarée: « Tu es réponse catégorique, claire, définitive : Où est donc
Pierre et sur cette pierre j'établirai mon Église et les aujourd' hui la v'tritable Église du Christ?
portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle ) Le Sauveur avait dit à saint Pierre : « Tu es Pierre
(S. Matthieu, XVI, 18). et sur cette pierre je bâtirai mon Église» (S. Matthieu,
Est-il certain aussi qu'une seule Église peut être la XVI, 18). Il n'a pas dit : « mes Églises », mais « mon
véritable Église' du Christ? Assurément. Car il n'y a Église ». Il n'yen a donc qu'une. Il n'y a pas plusieurs
qu'un seul Seigneur dont est issue l'Église et une seule Églises chrétiennes, mais une seule. Mais quelle est
vérité que le Christ a enseignée. Le Christ n'a pas cette seule Église? En effet à côté de l'immense religion
fondé plusieurs Églises, mais une seule, - cette vérité catholique il y a environ 300 sectes petites ou grandes

j
est certaine aussi bien historiquement que logiquement. qui s'appellent ·chrétiennes et qui prétendent suivre le
Mais. voici que se présente la grande, décisive et Christ. Pourtant il est clair que le Christ n'a pas fondé
importante question : Quelle est la véritable Église 300 religions, mais une seule.
du Christ? Mais quelle est cette seule religion? Qui a raison?
68 LE SYMBOLE DES APôTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST UNE

Est-ce « Nathan le Sage» qui a raison? Cet homme A) Pour découvrir les marques de la véritable
avait un anneau précieux et trois fils. II fit faire deux Église du Christ, il nous faut .tout d'abord tâcher de
anneaux en simili qui ressemblaient à s'y tromper au nous former une image totale et synthétique de l'ensei-
véritable et laissa en héritage un anneau à chacun de gnenient du Christ.
ses trois fils, si bien que jamais personne l).e put savoir a) N'entrons pas maintenant dans les détails, mais
quel était le ' véritable anneau. Ou bien Ruville, le considérons comme du haut d'un avion toute l'histoire
professeur d'histoire de l'Université de Halle qui, au de la civilisation humaine. De cette hauteur nous voyons
début du siècle, est revenu de la religion protestante non seulement le chi-Îstianisme, mais encore toutes
à l'Église catholique et a écrit sur sa conversion un les autres religions; tous les essais aussi par lesquels
livre intitulé : « Das Zeichen des echten Ringes .», l'homme, au cours des siècles, a voulu satisfaire ses
« Le signe du véritable anneau ». A-t-il raison lui et nous tendances les plus hautes, les plus nobles, les plus
qui affirmons que certainement on peut reconnaître saintes : le désir de Dieu.
parmi les 300 anneaux d'aujourd'hui le seul, le véritable Et de cette hauteur nous voyons précisément
anneau chrétien? On peut encore le reconnaître, parce l'immense supériorité du dogme chrétien, de la morale
que le vérita,ble anneau du Christ a des marques qui ne chrétienne et des formes du culte chrétien sur toutes les
t1'Ompent pas. En vérité il y a à peine une question plus autres religions. Comme elle a pu demeurer à l'abri des
angoissante et plus importante en ce qui concerne extrêmes : renier le monde et la jouissance avide;
toute notre vie spirituelle. comme elle est hardie dans ses idées et tendre dans ses
Examinons donc aujourd'hui : 1. quelles sont ces sentiments; comme elle est entièrement dirigée vers
marqùes par lesquelles on peut découvrir de façon l'autre monde et cependant comme elle rend heureux
certaine la véritable Église du Christ. II. Ensuite nous ses fidèles déjà en ce monde!
verrons que la première marque, l'unité, se rencontre b) Et encore nous voyons nettement, clairement,
dans l'Église catholique. que toute la religion chrétienne est issue de l'Etre
le plus saint, le meilleur, le plus sage, le plus parfait
1 parmi ceux qui ont jamais existé sur la terre. A son
sujet ses amis et ses disciples ont noté qu'Il s'est
LES MARQUES DE L'ÉGLISE DU CHRIST. appelé lui-même Fils de Dieu et qu'avec une conscience
claire, catégorique, Il est allé à la mort pour que ses
Quelles ' sont donc les marques grâce auxquelles on souffrances fussent la rançon de nos péchés.
peut découvrir de manière tout à fait certaine la seule Ils . ont noté ses 33 années de vie terrestre, remplies
et véritable religion du Christ? de paroles et d'œuvres qui n'auraient pas place dans le
Ln SYMBOLE DES APÔTlU1.3 L'ÉGLISE DU CHRIST EST UNE

cadre d'une vie humaine. 'Que trouvons-nous dans Le cœur se serre, à la vue des divisions du christia-
cette vie terrestre? Des pécheurs, des miracles, des nisme. Comme l'image du monde serait changée, com-
malades, des morts. Des pécheurs dont Il a pardonné bien de luttes maudites n'auraient pas lieu, comme
les péchés -;- un homme pardonne-t-il aux pécheurs? il pourrait plus fructueusement se défendre contre le
Des miracle~ qu'Il a accomplis sur la nature vivante terrible déluge de l'athéisme, combien de zizanies dans
et inanimée - est-ce qu'un homme commande aux les familles cesseraient, comme les nations seraient
vents et à la tempête? Des malades, qu'Il a guéris, plus fortes, si l'unité du christianisme n'était pas
des morts qu'Il a ressuscités. Qui pourrait renfermer déchirée par les schismes et les hérésies!
pareille vie dans le cadre d'une vie purement humaine? Mais quelle est la situation d'aujourd'hui?
Et qui pourrait surtout comprendre la résurrection Nous voyons se dresser devant nous le vieux tronc,
du Christ, si le Christ n'était pas plus qu'un homme 1 la vieille Église catholique à laquelle appartiennent
Or on ne peut éviter le témoignage de la résurrection. aujourd'hui environ 360 millions d'hommes dans le
Conclusion logique, naturelle, irréfutable de toute monde entier~ Un chiffre immense en soi. Mais comme
la vie terrestre du Christ. nous sommes peinés de savoir qu'à côté des 360 millions
13) Sans doute, .le Christ est ressuscité - mais de catholiques il y a encore 250 millions d'hommes
il y a longtemps. Et qui est avec le Christ aujourd'hui, qui se proclament chrétiens, et vivent dans 300 sectes
actuellement? Le Christ vit-Il aujourd'hui? Et ou vit-Il? ou même davantage.
Si je veux entrer en rapport personnel avec le Christ, Qui peut se reconnaître dans ce chaos?
alors il faut que toute la vie du Christ se retrouve C) Et maintenant se pose la question décisive: Est-il
aujourd'hui. Il faut que la vie du Christ continue tout à fait .sûr que l'Église catholique est la vraie religion
aujourd'hui encore. Car non seulement je veux admirer du Christ? En avons-nous une preuve formelle?
l'enseignement du Christ d'il y a 19 siècles, - je veux Oh! oui. Non pas une, mais quatre. Et parce que
aussi le vivre. Et non seulement je veux entendre cette question est si importante, nous traiterons de
parler de l'amo~r du Christ d'il y a 19 siècles,- je veux chacune de ces quatre preuves dans un sermon spécial.
aussi en jouir moi-même. Et non seulement je veux Quelles sont les quatre marques du véritable annea:u
entendre parler du pardon du Christ d'il y a 19 siècles, du Christ?
- je veux encore en bénéficier. a) Qu'est-ce que l'Église? La société visible des
Mais où vit aujourd'hui le Christ? Où est la com- chrétiens vivant sur la terre et formant ensemble le
munauté, où est la société dans laquelle Il continue corps mystique du Christ. Mais précisément parce
que l'Église n'est pas seulement une société fondée
à agir? Tant de sociétés religieuses se nomment
pour la satisfaction des besoins religieux des hommes
chrétiennes : dans la(~uelle le Christ vit-Il tout entier?
LE SYMBOLE DES APÔTRES i'ÉGUSE DU CHRIST EST UNE 73
ou pour r éducation morale de rhumanité, mais parce eux des choses qui Lui tenaient le plus à cœur, qui
qu'elle est la continuation de l'œuvre du Fils de Dieu constituaient une sorte de testament, Il adressa à son
fait homme, du Christ Lui-même continuant à vivre Père cette prière émouvante: « Je ne prie pas pour eux
parmi nous, parce que de même qu' « il n'y a qu'un seulem~nt, mais aussi pour ceux qui, par leur prédi-
Seigneur, une foi, un baptême » (Éphésiens~ IV, 5), cation,croiront en moi, pour que tous ils soient un,
de même il ne peut aussi y avoir qu'une Église. Combien comme Vous, mon Père, Vous êtes en moi et moi en
y a-t-il de Seigneurs? Un seul. Donc il faut que sa Vous » (S. Jean, XVII, 2 0-21).
véritable Église soit une. Voilà la première marque. La véritable Église du Christ doit donc avant tout
b) Quelle fut la vie du Christ? La sainteté incarnée. avoir l'unité. Que la religion catholique soit une, il ne
Qu'a voulu obtenir le Christ? Nous conduire à la faudrait pour ainsi dire pas en parIer. Tant il est notoire
sainteté. « Soyez parfaits, comme mon Père du ciel "est " que A) notre foi est une et B) notre idéal moral est un.
parfait» (S. Matthieu, V, 48). Donc il faut que sa véritable A ) L'unité de foi.
Église soit sainte. a) En quelque coin du monde où se rencontre un
c) Pour qui le Christ est-Il mort? Pour tout le catholique, blanc ou noir, jaune ou rouge, avec un
monde. Donc seule peut être sa véritable Église celle qui autre catholique, malgré la différence de leurs vêtements,
ne se limite pas à une ou deux races ou à une partie du de la couleur de leurs cheveux et de leurs yeux, de leur
monde, mais se tourne vers tous, qui embrasse le monde, langue, de leur nourriture, ils s'accordent "en une
c'est-à-dire qui est - d'un mot grec - catholique. chose: ils ont la même foi. Un "nègre catholique récite
d) A qui le Christ a-t-Il donné le pouvoir de propager mot pour mot le Credo comme un Esquimau, l'indien
sa foi et de distribuer les sacrements? Aux apôtres. Donc catholique, comme l'Anglais, le Français ou le Hongrois.
seule peut être sa véritable Église l'Église qui repose sur Chez nous on prêche dans chaque chaire la même foi,
la base des apôtres, c'est-à-dire qui est apostolique. non seulement dans les églises d'une même ville ou
Voilà les quatre marques qui ne trompent pas. Les d'un même pays, mais dans chaque église catholique
rencontrons-nous dans notre religion? du monde entier. "
b) "Et parce que nous avons une seule foi, nous avons
aussi une seule liturgie. Celui qui a fait de nombreux
II voyages à l'étranger, chez différents peuples, ne peut
se soustr&jre à cette impression profonde. Arrivé "dans
L'ÉGLISE CATHOLIQUE EST UNE.
une ville étrangère, il n'y connaît pas une flme. Mais
lorsqu'il entre dans une église catholique où un prêtre
Lorsque Notre-Seigneur Jésus-Christ à la dernière
Cène dit adieu à ses apôtres, lorsqu'Il s'entretint avec est en train de chanter la grand'messe, ilie voit habillé
74 LE SYMBOLE DES APôTRES L'ÉGLISE DU CHIUST EST UNE 75
J ,
comme dans son pays, il voit les fidèles agenouillés l3) Mais ' ce n'est pas seulement notre foi qui est
comme dans son pays, il entend chanter le Credo 1 une, nous avons aussi l'unité de l'idéal moral. Des lois
comme dans son pays. En dehors de l'Eglise catholique communes nous unissent et nous aident à atteindre
on ne rencontre jamais cela. Au Cours de l'été 1934, f un but moral commun. Dans le monde entier les
les scouts d'environ 40 nations étaient rassemblés
au jamboree de Godollo. Les pays non catholiques
avaient leurs ornces religieux séparés suivant les pays.
i
.\
mêmes sacrements nous aident à observer les mêmes
prescriptions morales. Cette unité morale catholique lie
petits et grands, pauvres et riches et on ne peut
Mais nous, nous invitâmes tous les scouts catholiques marchander avec elle.
du monde entier à la même messe et tous ensemble 1 L'Église a toujours gardé jalousement la doctrine

~
chantèrent, prièrent, communièrent - chacun se du Christ et ne s'en est jamais écartée ni laissée
sentait chez lui. détourner.
c) Oui, cette unité est un sentiment profondément Comme nous sommes plus hardis, n'est-ce pas,
émouvant; c'est alors que l'âme humaz'ne déborde d'acheter dans un magasin où esf accroché cet avis:
~
d'amour pour son Église. « Prix fixe! On ne marchande pas! »
Ah! comme j'aime cette maison. Pourquoi? Parce
qu'elle est la solide maison de famille pleine de précieux
trésors.
1 Parfois la morale catholique impose des exigences
pénibles aux instincts dépravés; parfois elle tranche
dans le vif, mais elle ne marchande pas. Des gens
Une maison solide! Bâtie sur le roc. Le flot ne peut
t viennent et se présentent pour se marier, - mais
rien contre le roc; ni une vague hostile, ni la tempête,
ni l'orage ne peuvent rien (contre elle. Quel bonheur ~ les premiers époux sont encore en vie. L'Église catho-
lique ne les marie pas. Ils abandonnent la foi par dépit.
d'habiter sur ce roc solide! Si je suis catholique _ L'Eglise les regarde tristement, - mais elle ne peut
je suis à l'abri . . céder : elle ne peut abandonner une seule lettre des
Une maison de famille! II s'y trouve un père : le commandements du Christ. Cette fidélité, cet atta-
Saint-Père. II s'y trouve d'antiques traditions : mes chement qui ne connaît pas d'abandon des principes,
ancêtres y ont vécu et y sont morts. Si je suis catholique - voilà ce qui en impose à tout homme qui pense
- je suis chez moi. sérieusement. L'Église a toléré que des pays entiers
Un trésor! Les sept sacrements, comme sept sources se séparassent d'elle, mais elle n'a rien cédé de la foi
abondantes, répandent leurs grâces précieuses. Partout ni de la morale chrétiennes. Elle n'a pas cédé un seul
où je mets les pieds dans cette maison je sens le Christ dogme de la foi: elle a préféré voir tout l'Orient se
invisiblement présent. II est saint l'air que je respire. séparer d'elle. Elle n'a pas renoncé à une seule lettre
Si je suis catholique - je suis riche. de sa morale : elle a préféré voir toute l'Angleterre se
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST UNE 77
séparer d'ene. Devant César, poètes et philosophes se même lang~~ maternelle de l'Église : « Pax vobis,
prosternaient dans la poussière, l'Église n'a jamais fratres in Christo ». Le prince de Saxe qui a tout quitté
été émue par une promesse nI n'a jamais tremblé ' pour devenir simple père jésuite baise la main d'un
devant une menace. évêque nègre qui peut-être n'~ laissé qu'une petite
C) « Mais de cette unité indiscutable ne découle-t-il barque de pêcheur comme les apôtres. Ils ne parlent
pas une rigidité, une routine et une uniformité dange- qu'une seule langue : la langue de la charité; un seul
reuses? » - telle est la question que se posent certains. cœur bat dans leur poitrine: le cœur du Christ vivant
Mais celui qui connaît la vie de l'Église catholique parmi eux. Montrez-moi une société répandue dans
dans les différents pays et les diverses races, peut le monde entier dont les membres aiment autant leur
facilement y répondre. En effet il est réellement admi- patrie et' qui cependant soient animés d'une même
rable qu'à côté de l'unité gardée rigoureusement dans idée : le missionnaire des Hottentots ou du Congo,
les choses essentielles, l'Église sait, dans les choses non le curé de grande ville ou le prêtre inconnu d'un petit
essentielles, s'adapter aux particularités de centaines village perdu. Nommez-moi une pareille société. Et si
de peuples. Le pape est vénéré avec le même amour vous la nommez, vous l'appelez l'Église catholique.
par le Hollandais comme par l'Espagnol, à la messe N'a-t-il pas entièrement raison saint Augustin,
l'Américain et le Français adorent avec la même lorsqu'il parle en ces termes de l'Église catholique 1
humilité le Christ descendant parmi nous, les bases « 0 grande et sainte Église catholique, vraie mère
dogmatiques du culte _de Marie sont les mêmes chez des chrétiens 1 A bon droit tu ne proclames pas seule-
les Polonais que ,chez les Allemands... et cependant ment que nous devons adorer Dieu qui eS,t pour nous
chaque peuple dans les manifestations de sa vie la vie éternelle, mais tu cultives encore un tel amour
religieuse sait montrer des traits individuels, sans pour les hommes que tu fournis ' des · remèdes aux
que l'unité fameuse de la foi ait subi la moindre brèche. maladies dont souffrent les âmes à cause du 'Péché.
Il y a actuellement dans le monde environ 300.000 « Tu enseignes aux enfants de manière enfantine;
prêtres catholiques. Tous sont prêtres du même Christ, tu donnes la patience aux vieillards; tu apprends aux
tous sont prêtres de la même Église et pourtant quelle femmes à tlbéir à leurs maris, non pas pour la satis-
immense diversité entre eux. Diversité de "caractère, faction de leur~ désirs, mais pour leurs enfants et pour
de cOJ;maissances, de langue, de visage. Et pourtant, qu'elles édifient la vie de famillè' sur une obéissance
voyez 'un '' 'congrès eucharistique international. Les pure et fidèle; tu amènes les enfants à obéir volontaire-
prêtres américains à la figure glabre, les prêtres africains, ment aux ordres de leurs parents, tu places les parents
les prêtres chinois et les autres prêtres indigènes sont par le règne de la bonté au-dessus de leurs enfants;
assis les uns à côté des autres et se saluent dans la tu unis les hommes entre eux par les liens de la l'eH,gion
LE SYMBOLE DES APôTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST UNE 79
qui sônt plus forts que les liens du sang; tu joins la sOus un seul pasteur et que soit réalisée la p~ière du
,parenté naturelle - en conservant les liens naturels - Seigneur à la dernière Cène : « Que tou~ SOlent .un,
dans l'amour surnaturel. .. Par le souvenir des ancêtres comme Vous, mon Père, Vous êtes en mOl, et mOl en
communs tu relies entre eux les citoyens, les peuples, Vous» (S. Jean, XVII, 21). • )
les hommes, de sorte qu'ils forment non seulement une Et vous, mes frères, qui, par la grâce de DIeu, êtes
communauté, mais aussi une fraternité )J. catholiques, ' c'est-à-dire membres de la véritable
Église du Christ, soyez pleins de joie et .d~ fierté.
Soyez joyeux, si l'Église ~st. dans la JOIe.
Soyez tristes, si votre Eghse souffre.
Mes frères, l'Église catholique est la véritable Église Soyez fiers, si votre Église triomphe. .
du Christ, car il y a en elle et seulement en elle cette Soyez empressés à travailler pour votre Éghse.,
unité pour laquelle le Sauveur à la dernière Cène a Soyez courageux pour prendre parti pour votre Église.
si ardemment PFié. L'Église catholique est heureuse Soyez inquiets, si vous n'avez rie:n fait pour elle.
d'être la seule Église- du Christ, mais en retour elle Et puissiez-vous un jour obtenir la récompense ét~rne~le
pense avec douleur combien est encore loin d'être pour avoir été un enfant fidèle de ,votre mère, 1 Égltse
réalisé le désir qui remplissait le cœur du Christ une, sainte, catholique et apostoltque. Amen.
« un seul troupeau et un seul pasteur ». Et lorsque, au
cours de son histoire, de petits ou de grands rameaux
se sont détachés de l'arbre de la véritable Église,
notre Église a regardé en pleurant ceux qui pa;taient,
comme une mère regarde en pleurant l'enfant qui
quitte par dépit le foyer familial. Avec quel amour
anxieux l'Église travaille à la propagation du christia-
nisme 1 Mais comme elle prie aussi pour ceux qui ne
sont plus à elle 1 Non pas par esprit de despotisme,
comme prétendent ses ennemis, mais par compré-
hension de la volonté du Christ demandant un seul
troupeau!
Prions donc souvent et d'un cœur fervent pour ceux
qui aujourd'hui sont encore hors de l'Église du Christ,
afin qu'eux aussi se retrouvent dans un seul troupeau
L'ÉGLISE DU CHRIST EST SAINTE 81

véritable Église du Christ : l'unité. Aujourd'hui nous


étudierons la seconde et nous demanderons : Avons-
nous le droit de dire que dans notre Église se trouve
VI aussi la seconde marque: la « sainteté li? Avons-nous
le droit d'appeler notre religion non pas simplement
L'ÉGLISE DU CHRIST EST SAINTE i l'Église », mais la « sainte Église»?

Nous donnerons trois réponses à cette question.


Nous appelons notre Église la sainte Église, parce que
MES FRÈRES, 1. son idéal moral est saint, II. les moyens avec lesquels
elie noùs aide à atteindre cet idéal sont saints et III. il y a
. La vie de Notre-Seigneur Jésus-Christ a été la toujours eu et il y aura toujours des saints parmi ses
sainteté incarnée, à tel point que ses ennemis les plus membreS.
acharnés n'ont pu lui reprocher même un seul défaut. 1
II a demandé le front haut à ses ennemis: « Qui de vous
me convaincra de péché? » (S. Jean, VIII, 46). Et tous L'IDÉAL MORAL DE L'ÉGLISE EST SAINT.
écoutèrent sans mot dire sa question.
Il est naturel que l'Église qui a eu un si saint Fon- « Soyez parfaits comme 'lotre Père céleste. est parfait»
dateur, doive être sainte elle aussi. II est naturel qu'il (S. Matthieu, v, 48), a dit N~tre-Seigneur, et le but
faille appliquer mot pour mot à la véritable Église du unique de l'Église catholique est d'aider les hommes à
Christ l'éloge enthousiaste prononcé par saint Paul au remplir ce commandement du Christ.
sujet de l'Église: « Le Christ a aimé l'Église et s'est A) Examinons si ce n'est pas le plus haut idéal de
livré lui-même pour elIe, afin de la sanctifier après sainteté de vie que l'Église enseigne et exige.
l'avoir purifiée dans l'eau baptismale, pour la faire a) Qu'exige l'Église catholique? Une vie morale
paraître devant lui, )glorieuse, sans tache, sans ride, pure. Une responsabilité personnelIe pour toutes nos
ni rien de semblable, mais sainte et immaculée » pensées, nos paroles, nos actions. Une vie éterneUe
(Éphésiens, v, 25-27). méri tée par une vie terrestre passée honnêtement.
Suivant les paroles de l'apôtre, l'Église du Christ La subordination de tous les intérêts terrestres à la
doit être « sainte ». Nous voici donc en présence de la vie éterneUe. Le refrènement des passions dans le
question : si les paroles de saint Paul conviennent à cadre des lois divines. Le respect du mariage, de la
l'Église catholique. Dans notre dernier sermon nous. femme, des enfants. Le travail et la fidélité au devoir.
nous sommes Qccupés de la première marque de la Le sentiment de .sa responsabilité, l'obéissance, le
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉG LISE DU CHIUST EST SAINTE

respect de l'autorité~ .. et ainsi de suite. Ces phrases prendre! Le monde actuel n'a pas une minute de repos
sont-elles autre chose que l'idéal moral le plus élevé? . dans son travail sans trêve. Découvertes, technique,
, b) Et quelle hardiesse - pour ainsi dire - quelle 1
1
industrie, commerce, travail acharné . .'. Dieu voit et
audace manifeste l' l!.glise catholique sur ce point! Comme entend ce travail énervant et fiévreux. Et pourtant ...
elle persiste imperturbable et sans 'compromission _ ne vous étonnez pas de -ce que je vais vous dire -
à côté des lois pénibles de l'idéal moral chrétien! nourtant
r
Dieu écarterait de Lui comme un vase brisé
Elle ose endosser à cause d'elles le reproche d' « obscu- la terre enti'ère, si un jour il ne s'y trouvait plus de saints.
rantisme ». Elle ose à cause d'elles être impopulaire. Car c'est pour eu,x que la terre existe.
Elle. ose n'être pas moderne. Notre-Seigneur Jésus- La terre en effet n'existe pas pour que des autos
Chnst ne 'permet pas la rupture d'un mariage valide, y circulent ni pour y faire mugir des sirènes ni pour
- et aUJourd'hui seule l'Église catholique ose le v faire passer des trains ni pour y faire trépider des
proclamer avec une fermeté parfaite. Elle ose défendre ~achines. Non. La terre existe pour que des saints
la vie ~e l'enfant qui n'est pas encore né, la pureté y vivent. Voilà pourquoi existe le monde.
de la VIe conjugale et le flot des maximes à la mode Mais comment peut-on affirmer pareille chose?
ne la fait pas renoncer à cette doctrine. Eh bien 1 c'est la Sainte Écriture qui l'affirme. C'est
B) Qu:est-ce qui en donne la force à l'Église? le dessein de Dieu que l'homme devienne un saint. « Ce
~a C?nSCIence de sa mission. La conscience qu'aujour- que Dieu veut, c'est votre san<:tificatioll» (le Thessaloni-
d hut. enc.oreelle a la même tâche qu'elle a eue toujours dens, IV, 3). .
depUIS dIx-neuf siècles: sanctlfiel' l' humanité. Cela et Le but de la rédemption est de rétablir l'état dans
pas autre chose. . kquel était l'homme avant la chute. Avant la chute,
.a) L'Église n'a donc pas pour but d'enseigner les l'homme était en état de grâce, il vivait dans la société
sczences, de protéger les arts, de construire des écoles de Dieu, donc il était saint. Faire à nouveau de l'homme
de. tracer un programme économique ... Sans doute ell; un saint - voilà le but de l'Église, voilà la tâche immense
:att cela aus~i; ~ais elle le fait seulement pour arriver qui nous attend.· « Il leur a donné le pouvoir de devenir
a s?n but prmclpal, ce que le premier pape a proclamé mfants de Dieu» (S. Jean, l, 12), dit saint Jean du
le Jour de .la première Pentecôte sur la place de J éru- Verbe incarné. Mais devenir enfant de Dieu, c'est
salem: Faltes pénitence, sauvez-vous du milieu de cette devenir saint. Aussi appelons-nous sainte notre Église,
génération perversevet recevez le Saint-Esprit. En parce qu'elle veut réaliser cela en nous.
un mot : Devenez des saints 1 e) Que l'Église ' catholique soit réellement sainte,
b~ Devenir 'des saints - quelle sublime pensée 1 nous en avons encore un autre signe intéressant.
MalS comme l'humanité actùelle refuse de la com- Regardez quels sont ceux qui quittent Z' b'glise catholique,
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST SAINTE 85
quels sont ceux qui apostasient. · Et quels sont ceux aider l'homme à l'atteindre. Et c'est ici que nous voyons
qui viennent à l'Église catholique, qui se convertissent? de nouveau que seule l'Église catholique dispose des
a) Qui sont ceux qui la quittent? Les meilleurs les moyens qui conduisent à la sainteté.
plus saints? Pas du tout. Ce sont justement les indi;idus A) Le premier moyen avec lequel l'Église aide
légers. ~eux que dépasse la sainteté de l'Église, l'homme à atteindre l'idéal moral c'est la pensée des
ce~x ~Ul ---: c~mm~nt dirai-je - n'admettent pas récompenses et des châtiments divins.
qu apres aVOIr. dlvorce une ou deux fois ils ne puissent L'Église enseigne que la volonté de Dieu est de
plus se ~emaner. La plupart du temps par dépit ou mettre en vigueur l'ordre moral dans le monde. Celui
bravade Ils abandonnent la religion catholique parce qui tr;lVaille au triomphe des lois morales - soit dans
qu ,el'1 e ref use de les marier une seconde ou ' une sa propre vie soit dans celle d'autrui - est réellement
troisième fois. _ le collaborateur de Dieu et recevra de Lui la récom-
b) Et voyez ceux qui viennent avec enthousiasme pense de son travail : le bonheur éternel. Celui qui au
à l'Église et sollicitent leur admission? Sont-ce les contraire viole la loi morale défie Dieu et recevra de
âmes vides, frivoles? Pas du tout. Ce sont justement Lui le châtiment mérité. Qui ne verrait combien de
les âmes les plus précieuses. Celles à qui la diyine force morale, combien de force de résistance et d'ardeur
Providence n'avait pas fait la grâce de naître dans la au combat découlent dans les luttes continuelles pour
religion . ca~h~li~ue, mais qui, recherchant une piété atteindre l'idéal moral de cette sainte conviction que
et une Vie mteneure plus profondes, ont étudié, scruté, ces luttes se livrent pour Dieu, pour l'accomplissement
ayec anxiété, jusqu'à ce qu'elles aient enfin trouyé la de sa volonté, pour notre propre bonheur éternel?
véritable et sainte religion du Christ. Elles viennent, B) Mais pour avoir plus facile de mener à bien cette
parce qu'elles sentent que se trouve ici la marque lutte, nous avons les sacrements de l'Église.
de la véritable Église du Christ: l'idéal de la sainteté. Certains ne comprennent rien aux sacrements; ils
ne savent qu'en penser ... « Pourquoi les sacrements?
se demandent-ils. Est-ce que le Christ ne nous a pas
II rachetés? Est-ce que ce sont les sacrements qui nous
rachètent? »
LES MOYENS EMPLOYÉS PAR L'ÉGLISE CATHOLIQUE Non, ce ne sont pas les sacrements. Il est évidènt que
SONT SAINTS. c'est le Christ. Mais vous avez déjà vu, n'est-ce pas,
des jardiniers arroser leurs terrains? Il n'y a qu'une
Mais nous VOICI en présence d'une autre question. fontaine dans le jardin, mais un grand nombre de
Il ne suffit pas de prêcher l'idéal moral, il faut encore rigoles et de raies grâce auxquelles l'eau fraîche et
86 LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST SAlNTB

vive de cette unique fontaine parvient à chacune des Il n'y a pas de plume capable de dépeindre digne-
plantes. Eh bien 1 l'unique fontaine du jardin de la vie ment les cimes élevées de l'héroïsme moral sur
morale chrétienne est la source qui jaillit du sacrifice lesquelles, sous la direction de l'Église, des foules
du Golgotha; mais pour que sa force vivifiante par- · d'hommes luttant contre leur nature fragile et portée
vienne à chaque âme humaine; les sacrements servent - au péché, sont parvenus et ont montré au monde le
de canaux. Qu'est-ce donc que les sacrements? Les prodige le plus surprenant : le type de la sainteté. Et
canaux qui transmettent les mérites rédempteurs du ici nous arrivons à la troisième marque de la sainteté
Christ à chaque âme. Ils nous amènent les mérites de la de notre Église.
rédemption et la force de la grâce qui en découle . rend
l'âme catholique plus belle et plus capable de vaincre.
Comment plus belle? Comment plus capable de III
vaincre? II Y a quelques jours j'ai reçu dans la foi de
ses ancêtres ' une jeune fille de dix-neuf ans. En été IL Y A DES SAINTS FARMI LES MEMBRES
elle avait passé son baccalauréat, et avait obtenu la DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE.
permissIon de devenir catholique. Il fallait voir la joie
qui brillait dans ses yeux, lorsqu'elle fit sa première A) Avant tout il faut avoir une idée claire de ce fait:
confession. Son visage rayonnait, comme les bougies une religion qui veut englober tous les groupes de
de l'arbre de Noël. Quelques jours plus tard un étu- l'humanité, dans les profondeurs de leur âme, une telle
diant en droit de troisième année s'est présenté à ,.elig;;n ne peut pas se passer des cimes éminentes de la
moi : lui aussi veut revenir à la foi de ses ancêtres, lui grandeur · humaine et de l' héroïsme moral.
aussi attend avec impatience le jour où il pourra se a) Sur terre il y a toute sorte de paysages: il y a de
confesser .pour la première fois. petits jardins tranquilles, il y a des prairies en fleurs,
Oh! oui, elle est sainte notre Église, car ils sont saints il y a des forêts peuplées d'oiseaux, il y a des plaines
les moyens dont elle dispose. De même que le Christ qui s'étendent jusqu'à l'horizon -:;;- et au delà de tout
·extérieurement apparaissait comme un homme, bien cela s'élèvent des chaînes de montagnes avec leurs
qu'Il fût Diep en,réalité, de même l'Église extérieure- cimes qui se dressent dans les nues, avec leurs lacs
ment n'apparaît que comme une série de millions sans ·" fond, avec leurs gorges vertigineuses ~d' où se
d'hommes, bien qu'en réalité elle soit la société des déverse sur toute la terre le soufRe frais et vivifiant
hommes mystérieusement unis à l'Homme-Dieu, le des montagnes. Il en est de même dans notre religion :
corps mystique du Christ qui depuis dix-neuf siècles les divers types humains s'entendent très bien mutuelle-
fait pousser les fleurs odorantes de la sainteté. ment: l'homme qui mène une vie paisible, l'homme
88 LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST SAINTE

qu.i s'avance dans les prés fleuris au chant des oiseaux qui sont réellement les véritables bienfaiteurs de
l:h?mme ..qui l~tte avec la monotonie de la vie quo~ l'humanité. Des hommes qui n'ont découvert ni les
tldlenne ... Mats à côté de ces hommes il fallait aussi gaz asphyxiants ni la mitrailleuse, des hommes qui
des « saints », c'est-à-dire des hommes qui ont suivi n'ont pas attisé les haines et n'ont pas foulé aux pieds
le même chemin de chaque jour avec une autr~ âme, leurs inférieurs, mais qui ont éteint les haines, se
avec un autre succès et auprès desquels nous puissions sont inclinés vers les pauvres, ont lavé les plaies des
nous réfugier, lorsque dans l'atmosphère poussiéreuse malades, et peuvent dire avec le livre de Job: « J'étais
de la lutte journalière notre pauvre âme devient l'œil de l'aveugle et le pied du boiteux. J'étais le père
asthmatique. des pauvres» (Job, XXIX, 15-16). Ce ne sont pas eux
b) Save7.-vous ce que sont les saints? Les héros de qui ont découvert la lampe électrique et cependant
l'imitat:on du Christ qui sont sortis des plaines, des sur leurs traces la vie est deVenue plus claire. Ce ne
gorges et des marais du péché par des sacrifices sont pas eux qui ont inventé l'aéroplane et cependant
héroïques pour atteindre les hauteurs pures d'une vie ils ont transporté l'humanité dans les hauteurs. Ce
chrétienne idéale. ne sont pas eux qui ont découvert la radio ' et pourtant
Les saints sont les héros de la force de volonté. à leur voix les hommes se comprennent mieux entre
De tous côtés on entend cette plainte que les hommes eux et se sont rapprochés mutuellement.
d'aujourd'hui n'ont pas assez de force de volonté ... B) Or en ce moment je ne pense pas en premier lieu
« Je ne commettrais pas le péché - gémissent des aux saints dont la vie morale héroïque est manifeste
malheureux - mais je n'ai pas de volonté. Alors je ne et que l'Église a canonisés, proclamés saints.
peux pas résister. Alors je ne peux pas y renoncer ». a) Ce n'est pas à ces saints que je pense en ce
Lamentations quotidiennes des petits hommes qui moment. Ah! qui pourrait en parler dignement? Des
se traînent dans les plaines de la vie. martyrs qui ont versé leur sang pour sceller leur foi.
Et maintenant levons les yeux vers un saint, comme Des vierges qui au milieu des ruines d'un monde
corrompu ont su demeurer les épouses du Christ.
ve~s un rocher qui se dresse jusqu'au ciel. Une mer-
. veIlleuse ferveur, une fierté et une émotion se déversent Des saints ermites qui ont abandonné fortune, carrière,
famille pour le Christ. Des pénitents, des religieuses
sur nous, chaque fois qu'apparaît devant les yeux de
qui soignent les malades, des moines qui ont favorisé
notre âme l'admirable galerie des saints. Quelles
la civilisation, les sciences et les arts, des missionnaires
valeurs! .Quelles beautés! Quels sacrifices surhumains 1
qui jouent avec leur vie.
Que de chârité, de force, d'abnégation! Les seuls
Non, je ne parle pas de tous ces saints actuellement,
hommes que réellement on n'oubliera jamais. Les seuls
- car la sainteté de leur vie est bien connue.
hommes qu'on bénira toujours. Les seuls hommes
9° LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST SAINTE

b) Mais je parle de ceux qui n'ont pas été canonisés, âmes peut vous affirmer qu'autour de nous, même au
de ceux dont personne ne connaît les noms, sauf Dieu milieu de la malpropreté ambiante et du marais moral
\
qui sait' tout, mais qui ont été et sont aujourd'hui pestilentiel actuel, de nombreux jeunes gens' et de
encore mille et mille fois plus nombreux "7'" aujourd'hui nombreux adultes s'avancent avec un cœur pur et une
dans ce monde à l'envers - que nous le croyons. blancheur immaculée que l'éducation et les sacrements
Je parle de ces saints qui vivent au milieu de nous de la sainte Église ont préservés des séductions du vice.
aujourd'hui encore, dans les buanderies, les magasins, Comm"e les premiers chrétiens qui s'avançaient le front
les bureaux, les fabriques, les familles, je parle des haut dans les rues de Rome p écheresse, de la Grèce,
saints enfants, des saintes épouses, des saintes mères, de l'Asie, les saints d'aujourd'hui circulent victorieuse-
des saints pères de famille qui luttent héroïquement ment autour de nous. Et lorsque nous sommes remplis
contre la nature humaine déchue et les tentations des d'amertume à cause de la méchanceté des hommes et
mœurs modernes corrompues, dont l'âme, le cœur et que nous désespérons presque du sort futur de l'huma-
les mains sont purs, qui remplissent avec un héroïsme nité, ces saints nous donnent espérance, consolation
muet les devoirs de la vie quotidienne et supportent et optimisme. Et si le monde pécheur est abominable,
dans leur fidélité envers Dieu le martyre non sanglant . à cause d'eux Dieu ne le détruira pas. Et lorsque de
mais réel de la vie. tous côtés nous apercevons la puissance des ténèbres
Dans les rues, sur les places publiques, dans les et le triomphe du péché, la légion des saints victorieux
cinémas et les théâtres partout le péché crie vers nous des ténèbres et du péché nous console. Et si l'histoire
et cependant nous pouvons dire avec fierté et joie du passé et la vie actuelle sont pleines de manques de
qu'aujourd'hui encore, au milieu de l'atmosphère conscience, de cruauté, d'égoïsme et de . dureté, alors
délétèrfl des grandes villes vivent des saints, des héros. les saints inconnus qui vivent aujourd'hui, les héros
Plus, beaucoup plus que vous ne le pensez. victorieux de la conscience, de la charité, de la sollicitude,
Oui, il y a aujourd'hui encore des saints; les con- du tact et de la compassion nous consolent et nous
fesseurs pourraient en parler à perdre haleine, s'il ne édifient. -
leur était pas ordonné de se taire . .Le monde actuel C) Maintenant j'arrive à cette grande leçon : Ne
n'est pas totalement mauvais. Seulement la méchanceté critiquons pas, ne nous scandalisons pas à cause de « ce
crie toujours plus fort que la bonté et les fleurs de la monde méchant », mais - travaillons. Travaillons à
belladone et de la jusquiame sont toujours plus belles rendre plus beau le visage de l'Église. De.• plus en
que les petites violettes 'au doux parfum. . plus beau, de plus en plus frais, de plus en plus saint.
M es frères, mon âme de prêtre à qui il a été permis Ivres frères. Nous sommes l'Église ... moi, vous,
cie pénétrer dans des miHiers.et des . milliers de jeunes nous tous ... et plus notre âme sera belle, plus not.re
92 LE SYMBOLE DES APÔTRE'S L' ÉGLISE DU CHRIST , EST SAINTE 93
vie sera sainte, plus aussi sera belle et sainte notre le côté du Vatican s'est ouverte et l'on aperçoit le pape.
Église. Et plus notre Église sera sainte, plus le saint Ce qui se passe alors, -la plume est încapable de
visage du Christ brillera plus beau, plus il attirera l'écrire. De milliers et de milliers de bouches sortent les:
fortement à lui l'âme humaine. Evviva il Papa! Vive le pape! Roch der Papst! Eljen
L'homme moderne a essayé de faire cette prière : a papa 1 Et au-dessus de la foule qui applaudit et agite
Je crois à l'argent, à l'or. Je crois à la machine, à la ses mouchoirs, apparaît comme une arche la sedia
technique. Je crois à la force du canon et de la mitrail- gestatoria sur laquelle est assis le Souverain Pontife.
leuse. Je crois à la diplomatie.,,, aux accords écono- On distingue sur son visage une sainte émotion,
miques. .. aux conférences internationales. " lorsqu'il s'approche de l'autel, pour y déposer l'enthou-
Aujourd'hui nous voyons que tout cela était une foi siasme, la jubilation, la reconnaissan'ce et l'amour de
sans fondement, une espérancè aveugle: _tous ces fidèles aux pieds de Celui à qui appartient
Essayons donc de faire à nouveau cette prière : toute gloire : aux pieds du Christ eucharistique.
Je crois en Dieu. Je crois au Saint-Esprit. Je crois Peut-être y en a-t-il pour hocher la tête avec froideur
à la sainte Église catholique. C'est ainsi que je prierai. en entendant cette description et dire : « Cela n'est
Et je travaillerai dans mon âme pour que tout cela se plus de mise à notre époque ». Mais celui qui se trouve
- réalise de plus en plus. Que mon Église soit sainte : lui-même dans cette foule n'a pas le temps de se livrer
de plus en plus sainte par la sainteté de ma vie. à ces réflexions, il est emporté par cette scène sublime
et émouvante. Tous les pays, tous les peuples, toutes '
# - '*' # les classes sociàles, laïques, prêtres, religieuses,
évêques sont agenouillés autour du successeur de
Mes frères, il a été question aujourd'hui de la saint Pierre et sur leurs têtes au-dessus des colonnes
sainteté de l'Église catholique. Pourrait-on terminer de marbre blanc de la plus belle église dü monde
plus dignement ce sermon qu'en décrivant une cano- s'étend à une hauteur vertigineuse la coupole de
nisation? Cette cérémonie sans exemple comme le Michel-Ange où sont écrites en lettres d'or les paroles
monde n'en connaît pas de plus sublime et de plus de la promesse du Christ : (( Tu es Petrus, et super
émouvante? hanc petram aedificabo ecclesiam meam »; et dans la
Des heures déjà avant le début de la cérémonie une basilique baignée dans un océan de lumière résonnent
foule i~mense se porte vers Saint-Pierre. L'énorme comme un.;-Jlant céleste les accents du chœur.. . oui,
basilique ouvre ses portes à des milliers de personnes. à cet instant on peut dire du fond du cœur, avec
L'air est rempli élu bruit de l'assistance impatiente. émotion: (( Je crois à la sainte Église catholique ».
Tout à coup le silence se fait, la porte qui donne sur Des hommes pleure.nt comme des enfants. D.es gens
94 LE SYMBOLE DES APÔTRES

appartenant à d'autres religions s'écrient: « Maintenant


je sais ce qu'est l'Église catholique ». Et des milliers
et des milliers disent tout bas, avec ferveur: « Seigneur,
je Vous remercie d'être catholique ».
Prêtres et laïques de tous les peuples, de toutes les VII
nations, de toutes les conditions entourent le succes-
seur de saint Pierre. Et au-dessus de l'Église rassemblée
se dressent les colonnes de marbre blanc, les arcs, L'ÉGLISE DU CHRIST EST CATHOLIQUE
sublimes qui se réunissent en une coupole d'une
hauteur vertigineuse - voilà la sainte Église, édu-
catrice de sainteté.
Comment pourrais-je ne pas t'aime!,", sainte Église . MES FRÈRES,
catholique qui rend saint celui qui se confie à toi.
Tu apprends à l'enfant innocent à joindre ses petites
mains pour prier. Les hommes grandissent et se développent. Dieu
Tu donnes la force au jeune homme qui lutte au ne grandit pas, ni ne se développe. Se développer
milieu des passions de son âge. veut dire se perfectionner. Comme Dieu est infiniment
Tu annonces force, persévérance, conscience à parfait, Il ne peut se développer. Mais l'homme n'est
l'homme qui se tient au milieu des mille tentations de pas parfait, il faut donc qu'il grandisse et se développe.
la vie. . L'Église est une, société composée d'hommes;
Tu donnes aux mères l'esprit de générosité et de l'Église doit donc grandir, comme le petit grain de
sacrifice. sénevé jeté en terre (S. Matthieu, XIII, 31). Si l'Église
Tu sanctifies nos premiers pas dans le monde, tu étends ta cessait de se développer, de grandir, de se perfectionner,
main protectrice sur notre existence, tu fermes n'os yeux elle s'approcherait de sa fin, tout comme l'homme
qui s'éteignent et tu plantes sur nos tombes la croix de la s'approche de la mort, lorsqu'il ne se développe plus
résurrection : une, sainte Église catholique. Amen. physiquement et spirituellement.
Lorsque le Sauveur quitta la terre, l'Église se com-
posait de quelques apôtres et peut-être de deux ~ents
fidèles . Il y avait Pierre, il y avait les apôtres; il y avait
aussi cet ordre: « Allez, enseignez toutes les nations ... ))
Le Christ avait jeté la semence, il fallait qu'elle grandît.
LE SYMBOLE DES APôTRES L'ÉGLISE DU CHRIs:r EST CATHOLIQUE 97
Le premier accroissement iinpOltant eut lieu le de territoire sur la terre où ·il n'ait pas étendu ses
dixième jour après l'ascension de Notre-Seigneur, racines. La volonté de Notre-Seigneur s'est réalisée:
lorsque saint Pierre, à la suite de son discours du jour Son Église est devenue « universelle », c'est-à-dire,
de la Pentecôte, baptisa 3000 hommes (Actes, III, 41). pour employer le mot grec, « catholique ».
Que de réflexions on peut faire sur les premiers jours 1. L'Église catholique doit être réellement catholique -
du christianisme naissant : Lorsque pour la première telle est la première idée qui nous occupera dans notre
fois retentirent à des oreilles humaines ce magnifique sermon d'aujourd'hui. Ensuite nous étudierons II. ce
avertissement de saint Paul : Maintenant il n'y a plus que signifie la catholicité de l'Église et Ill. ce qu'elle ne
ni juif ni grec ni homme ni femme ni homme libre signifie pas.
ni esclave - Jésus de Nazareth les a tous élevés au
même niveau. I
Et comme la nouvelle foi s'est répandue merveilleuse-
ment! Elle fut accueillie avec enthousiasme par les IL FAUT QUE L'ÉGLISE DU CHRIST
pauvres, les abandonnés, les simples, - mais aussi par SOIT CATHOLIQUE.
d'autres. A Antioche c'est l'ami d'Hérode, Manahen
qui se convertit. A Chypre c'est le proconsul Sergius Notre première question est donc celle-ci: Faut-il
Paulus. A Philippes c'est Lydie, la marchande de que le royaume du Christ soit réellement catholique
pourpre. A Athènes c'est Denys l'Aréopagite. Et dans c'est-à-dire universel?
les catacombes se multiplient les tombeaux des familles A) Nous trouvons la première réponse déjà chez
romaines les plus distinguées : les Cecilius, les Cor- les prophètes de l'Ancien Testament qui virent le royaume
nelius, les Pomponius, les Aemilius 1 les Acillius. La du futur Messie s'étendre .sur le monde entier.
plus belle des cata~ombes existant encore aujourd'hui Suivant Amos, le Seigneur réunira tous les peuples
est celle de DomitiIIa, l'épouse du consul Flavius dans le royaume du Messie (Amos, IX, II - IZ). C'est .
Clemens. Et si nous lisons les dernières lignes de la ce passage de la Sainte Écriture qu'invoquera plus tard
lettre écrite par saint Paul aux Philippiens à qui voyons- l'apôtre saint .Jacques, lorsqu'il proclamera que les
nous l'apôtre adresser ses salutations? Aux chrétiens païens aussi doivent entrer dans le royaume du Christ
vivant ·à la cour impériale. (Actes, XV, 16). .~
Et depuis, l'arbre de l'Église a grandi de pfus en Il est sublime le tableau que trace le prophète Isaie
plus. Il n'y a plus de pays au monde sur lequel il n'ait de l'universalité du royaume du Messie. Il voit sur une
pas étendu un rameau; il n'y a plus une race humaine haute montagne le royaume de Dieu vers lequel affiuent
où elle n'ait gagné des fidèles; il n'y a pas un pou~e tous les . peuples du monde (Isaïe, II, 2-4.). Dans le
.

Symb. des Ap. - t. V 4


LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHHIST EST CATHOLIQUE 99
même prophète nous trouvons ces paroles du Seigneur: Notre-Seigneur : il en est de même du royaume de
« Ma maison sera une maison de prières pour tous les Dieu. Il est semblable aussi au petit grain de sénevé
peuples » (Isaïe, LVI, 7). qui devient un grand arbre et sert d'abri aux oiseaux
Le prophète Jonas est envoyé par Dieu prêcher aux du ciel. Dans une autre circonstance Il a fait cette
païens; c'est aussi une prophétie que le royaume du prophétie : ( Cet évangile sera prêché dans le monde
.Messie devait être universel, catholique. entier, pour être un témoignage à toutes les nations «
Saint Pierre, dans son sermon du jour de la Pentecôte (S. Matthieu, XXIV, 14). .
où il s'adressait à différents peuples, est persuadé Enfin Il a donné solennellement cet ordre à ses
que l'Esprit de Dieu, conformément à l'attente des apôtres: « Toute puissance m'a été donnée au ciel et
prophètes, se répand sur tous les hommes; il invoque sur la terre. Allez, enseignez toutes les nations ))
ces paroles de Joël : « Dans les derniers jours (dit le (S. Matthieu, XXVIII, 18-19)' En vérité nous pouvons
Seigneur) je répandrai de mon Esprit sur toute chair Il dire du Christ et de son royaume ce que disait le
(Actes, II, 17). vieillard Siméon: « Mes .yeux ont vu le salut que vous
B) Mais ce que les prophètes avaient annoncé, avez préparé pour tous les peuples II (S. Luc, II, 30-31).
Notre-Seigneur Jésus- Christ l'a enset'gné encore plus L'Église du Christ doit donc être réellement
clairement. Selon .Lui, pour entrer , dans le royaume catholique. .
de Dieu, ce qui importe ce n'est ni l'origine raciale ni Mais il nous faut examiner de plus près ce que
l'appartenance à la race juive, mais uniquement la signifie et ce que ne signifie pas la catholicité de
pureté de cœur. l'Église.
« Notre Père Il - ainsi commence la prière que le
Sauveur Lui-même nous a enseignée. Donc Dieu est II
iè Père de tout .homme et Il attend tous les hommes
dans son royaume. QUE SIGNIFIE LA CATHOLICITÉ DE L'ÉGLISE.
Selon lès paroles mêmes de Notre-Seigneur, « le Fils
de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était A) La véritable Église du Christ est catholique,
perdu » (S. Luc, XIX, 10); donc peut seule être Sa c'est-à-dire qu'elle n'est pas liée à tel ou tel endroit du
véritable Église celle qui cherche ses fidèles chez tous monde ni limitée à telle l'ace ou à telle classe sociale,
les peuples du monde entier et qui n'est limitée ni par mais qu'elle se tient au-dessus de toutes les classes, de toutes
. la langue ni par la race ni par les frontières. les races et de ·toutes les nations et ainsi est faite pour tous
De même les paraboles du Sauveur nous p~rlent les hommes. Saint Paul s'exprime ainsi à ce sujet: « Il
de catholicité. Le levain pénètre toute la masse, dit n'y a plus ni Grec ni Juif, ni circoncis ou incirconcis,
100 LE SYMBOLE DES APôTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST CATHOLIQUB 101

ni barbare ou Scythe, ni esclave ou homme libre; mais le passé et dans le présent sa préoccupation et son souci
le Christ est tout en tous » (Colossiens, III, II). le plus cher ont toujours été de prêcher la doctrine
Seule peut être la véritable Église du Christ celle du Christ jusqu'aux extrémités du monde et à la force
qui est catholique, c'est-à-dire se trouve dans le monde attirante qui découle des dogmes et des rites de notre
entier. Les paroles du Sauveur l'indiquent clairement. sainte religion aucune race ni aucune civilisation n'ont
« Allez, enseignez toutes les nations :~. Elle ne peut donc pu opposer de barrière. .
pas être la véritable Église du Christ, celle qui s'adresse L'Église catholique ne peut pas étouffer en elle
seulement à l'une ou l'autre race, se borne à des terri- cette force d'expansion. Perpétuellement active, elle
toires déterminés, car la véritable Église du Christ doit est poussée du saint désir de distribuer de plus en plus
se trouver sur tous les points du globe. Chez nous cette aux peuples le trésor de la vérité chrétienne qui les
catholicité existe réellement, car notre Église est capable rendra heureux. Cet instinct missionnaire, cette persuasion
de satisfaire pleinement les besoins religieux de tous de posséder la vérité sont les preuves que vit réellement
les temps, de tous les peuples et de toutes les civi- en elle l'ordre du Christ : « Allez, enseignez toutes les
lisations. Dieu a donné à notre religion la , capacité nations )l.

et le pouvoir de devenir catholique; mais c'est à nous n faudrait maintenant raconter toute l'histoire de la
qu'incombe la tâche par un travail missionnaire pour- propagation du christianisme, pour prouver mon
suivi pour notre propre formation spirituelle et affirmation. Mais qui pourrait entreprendre de résumer
l'avantage et le profit des autres que cette possibilité en quelques minutes cette masse de sacrifices d'argent
se- trap.sforme en réalité. et de vies, cet héroïsme et cette abnégation, ce sang,
Notre Église est catholique, c'est~à-dire qu'elle ces larmes et ces privations dont se composent les
est assez riche en biens spirituels pour devenir la patrie dix-neu( siècles d'activité missionnaire de l'Église
spirituelle des individus, de tous les peuples, et de catholique? Qui saurait, en dehors du Dieu qui sait
l'humanité tout entière. Elle fait des recrues, sans tout, combien il a fallu de sacrifices surhumains jusqu'à
employer la force; elle s'adapte sans rien abandonner ce que les hordes sauvages des invasions barbares
de ses principes; et partout où elle peut déployer eussent' courbé leur cou orgueilleux sous le joug suave
son activité, elle crée une atmosphère vivifiante où du Christ! Qu'a coûté à saint Patrice la conversion
s'épanouissent les fleurs de la plus haute humanité et de l'Irlande, à saint Augustin la conversion des Anglais.
de l'idéal moral. à saint Boniface la conversion 'des Allemands, à
B) Cette ,plénitude de vie et cette force d'expansion ' saint Étienn~" la conversion des Hongrois? L'histoire
qui doivent être la conséquence de la catholicité ont universelle consacre des pages d'éloges aux souverains
toujours ét,.é...,les caractéristiques de notre Église. Dans qui ont conquis des royaumes. Mais comme la conquête
102 LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST CATHOLIQUE J03

de continents entiers est peu de chose à côté de la fait de sévères reproches, parce que nous voulons
conquête des âmes que réalisent les missionnaires convertir les païens au christianisme, alors que les
catholiques 1 chrétiens sont plus mauvais qu'eux. Et il met en avant
C) Mais ne nous arrêtons pas à constater ce fait la dégradation morale qu'on peut voir dans nos grandes
grandiose; écoutons aussi l'avertissement qu'il nous fait villes.
entendre. JO Mes frères. Qui ne se sentirait pas ému à la l~cture
a) Mes frères, nous réjouissons-nous d'être catho- d'une pareille lettre! Savez-vous pourquoi on peut
liques? Sommes-nous fiers d'être catholiques? Très écrire de ces lettres? C'est parce que vivent parmi
bien; mais remercions-nous aussi Dieu d'être, suivant nous beaucoup de catholiques ·de surface auxquels on
le mot de saint Jean « les collaborateurs de la vérité » donne le nom de catholiques, mais dont la vie est une
(Ille S. Jean, 8), aidons-nous à répandre la foi catho- honte pour le catholicisme. Pourtant, selon Notre-
lique, aidons-nous les missions? Comment pouvons-nous Seigneur, de même que le levain fait lever toute la pâte,
favoriser le grand désir d~ cœur du Christ, sa pensée de même l'Évangile doit transformer toute la vie de
la plus chère, l'extension de son Église? l'homme. Les médecins prescrivent des pommades
Si nous lepouvons, aidons financièrement les missions. « pour l'usage externe », mais le catholicisme n'est pas
Si nous ne le pouvons pas, alors prions beaucoup pour seulement pour l'usage externe. Il doit agit sur l'inté-
les missions, faisons beaucoup de bonnes œuvres et rieur, sur toute notre âme.
2. Et voici le second avertissement. Ne soyez pas
de J;llortifications, offrons nos peines supportées d'une
âme forte, afin que l'Église du Christ se répande de des catholiques morts. L'Apocalypse nous parle d'un
plus en plus dans le monde entier et que le caractère état où les chrétiens croient vivre, alors qu'ils sont morts
catholique de l'Église soit mis de plus en plus en relief. (Apocalypse, IIi, 1). Qui ne voit à combien d'hommes
b) Mais nous devons aussi écouter un autre très aujourd 'hui s'applique cette constatation de la Sainte
grave avertissement : Soyons aussi les missionnaires Écriture 1
de nos âmes. Travaillons à instaurer de plus en plus le Celui qui croit tout ce que Dieu a révélé et que
règne du Christ dans nos âmes. I. Ne soyez pas des l'Église enseigne, - celui-là n'est pas encore un catho-
catholiques seulement à l'extérieur, mais aussi inté- lique vivant. Qu'est-ce donc que le catholique vivant?
rieurement. 2. Ne soyez pas des catholiques morts, Il Y a un livre de saint Augustin qui porte ce titre
mais des catholiques vivants. curieux « De agone christiano », « Le combat chrétien ».
.1. Ne soyez pas seulement cathoUques à la surface.
Notre vie est en effet une lutte, une guerre perpétuelle .
A la suite de mon dernier sermon j'ai reçu une longue Avec qui? Avec le monde et avec nous-mêmes. Seul
lettre d'un Indou de Calcutta. Dans cette lettre il nous .est un catholique vivant celui qui combat.
104 LE SYMBOLE DES APôTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST CATHOLIQUB lOS

Deux mondes luttent au dedans de nous. Et chaque


pas que nous faisons vers Dieu exige un effort. Plus III
nous allons vers Dieu, plus le sang, la chair, le corps
crient et pleurent en nous --:- ils sentent qu'ils sont CE QUE NE SIGNIFIE PAS LA CATHOLICITÉ
vaincus. DE L'ÉGLISE.
A la suite de ces réflexions nous pouvons déjà juger
ce que Notre-Seigneur Jésus-Christ pense du catho- Mais le sermon d'aujourd'hui resterait incomplet,
lique tiède. De celui qui ne renie pas la foi, mais ne la mes frères, si je n'évoquais pas encore une autre idée.
soutient pas. De celui qui est catholique par son extrait Notamment ce que ne signifie pas le mot catholique.
de baptême, mais ne le montre nulle part dans sa vie. A) Dans la vie matérielle toute force, tout déve-
« Je connai~ tes œuvres - lisons-nous dans l'Apocalypse loppement et toute vie dépendent du soleil, - et ni une
- tu n'es ni froid ni chaud. Si seulement tu étais froid race ni une classe sociale ne peuvent se réserver exclu-
ou chaud. Mais parce que tu es tiède et que tu n'es ni sivement le soleil. pe même la religion du Christ,
froid ni chaud, je vais te vomir de ma bouche» (Apo- soleil de la vie de l'âme, ne peut être regardée comme
calypse, III, IS-I6). la propriété de telle ou telle race, mais doit se tenir au-
Dante des cend dans l'enfer. Qui rencontre-t-il en
dessus de toutes les nations. Dès que quelqu'un parle
premier lieu parmi la « perdita gente» qui erre himen-
d'une « église nationale », il est donc en contradiction avec
tablement dans une nuit sans étoiles? Les anges qui
le dessein du Christ. La véritable Église du Christ ne
restèrent neutres, lorsque Lucifer se révolta contre _.
peut pas être nationale, elle ne peut pas être une Église
Dieu. Ils ne Lui furent pas infidèles, mais ils ne se
hongroise ou allemande ou suisse ou italienne, mais
rangèrent pas non plus aux côtés de Dieu. « Attendons
qui l'emportera )). Et Dante les place en premier lieu elle est simplement « catholique )), c'est-à-dire « uni-
dans l'enfer. Mais certainement il aurait pu mettre verselle ». C'est pourquoi nous autres, catholiques, nous
à côté d'eux les hommes qui sur la terre n'étaient pas ' ne disons pas que nous sommes la « religion hongroise )).
des incrédules, mais n'étaient pas non plus des catho- Nous ne sommes ni . une religion hongroise ni une
liques vivants et fervents, mais seulement des catho- religion italienne, - nous sommes simplement la
liques tièdes, de surface, de nom et qui ont été cause II. religion du ,Christ )).

que les non-chrétiens se sont fait des idées fausses « Alors vous autres catholiques, vous êtes inter-
de la religion du Christ. nationaux. Catholique veut dire international )) -
nous objecte-t-on. Or ce n'est pas exact. Catholique
veut dire « supranational J). Cela veut dire que la religion
du Christ n'est pas l'our une seule race! un seul peuple,
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST CATHOLIQUE 1°7
106

mais pour tous, pour l'humanité entière. La civilisation C) Après cela tout le monde devrait voir que c'est
hellénique était uniquement pour les Grecs, la religion perdre son temps et se livrer à un jeu de mots que de
juive uniquement pour la race juive, l'Islam ' pour les nous demander avec un air supérieur : « Vous autres
Turcs, la religion de Confucius pour les . Chinois ... catholiques, qu'êtes-vous d'abord ' : Hongrois ou catho-
mais la religion du Christ est pour tous les hommes. liques? Qu'aimez-vous le mieux ,: la patrie hongroise
Voilà ce que signifie le supernationalisme de l'Église ou bien l'Église catholique? » .
catholique. Quelle question frivole et vide! C'est comme si 'on'
B) Mais par contre nous devons ajouter que le me demandait: Qu'aimez-vous le mieux, votre père
supernationalisme de l'Église ca~holique ne supprime ou votre mère? QQel pied vous feriez-vous couper, le
pas les traits particuliers, les valeurs personnelles et droit ou le gaùche? .
caractéristiques des nations. Qu'il y ait tant d'hommes, Non. J'aime mes parents d'un même amour. Je ne
tant de peuples, tant de nations, répond au plan du voudrais pas non plus me faire couper un pied plutôt
Créateur, l'Église ne peut donc pas ne pas en tenir que l'autre.
compte. Bien loin de les supprimer, elle aide au Que de fois on doit entendre des gens superficiels
développement des véritables valeurs et du véritable nous faire ce reproche : « Vous autres, catholiques
patriotisme de chaque peuple. Je- peux donc être le hongrois, vous n'êtes pas de bons Hongrois, parce
meilleur hongrois et en ~ême temps ie meilleur que vous obéissez à un homme qui n'est pas hongrois,
catholique, à son tour mon prochain qui appartient à le pape ». C'est sûr, le pape n'est pas un Hongrois.
une autre race ou à une autre nation peut être le Notre-Seigneur Jésus-Christ non plus n'était pas
meilleur fils de son peuple et le meilleur membre de un Hongrois. Et c'est pourquoi je n'ai pas honte
l'Église catholique qui se tient au-dessus des peuples. d'obéir à Notre-Seigneur Jésus-Christ et à Son
Voyez une forêt immense. Comme il y a des arbres représentant.
de toute sorte! Des sapins élancés, des chênes touffus, N'est-ce pas une chose curieuse: on s'habille avec
de petits buissons, de l'herbe, des fleurs, et tous ont de la soie française et on fume des cigar~ttes turques,
leur tâche dans la vie de la nature, ils diffèrent dans on peut manger des raisins d'Espagne et des dattes
leur forme, leur croissance, leurs feuilles, leurs fleurs, d'Afrique, on peut obéir à la Grande-Loge maçonnique
leurs fruits, - mais sur eux tous brille avec le même de Paris - et on ne dira pas que vous êtes un mauvais
sourire le soleil vivifiant qui les aide à remplir leur tâche Hongrois. Mais si dans les questions 'religieuses nous
particulière. De même l'Eglise fait luire la "doctrine nous attachons à celui que le Christ a mis à la tête
du Christ sur l'immense diversité des peuples du monde de l'Église, alors nous devons en rougir, alors nous ne
et les nissembl~ tous dans la vaste unité du catholicisme. sommes plus de bons Hongrois 1
108 LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST CATHOLIQUE 1°9
\
Mais je n'aime pas le pape seulement parce que je suis sans morale; sans honnêteté, sans fidélité et sans amour
catholique; je le respecterais et l'estimerais même si du travail - or la source premiere et l'aliment de toutes
je ne l'étais pas/mais simplement comme citoyen ces vertus, c'est notre sainte religion catholique.
hongrois. Je le respecterais, parce que je connais l'histoire Faut-il avoir honte dù catholicisme ou plutôt ne
de mon pays et que je sais ce que la Hongrie doit au faut-il pas être fier de la sainte Église et répéter souvent
pap~ CI. non hongrois ». avec une fière conviction cette belle phrase de saint
Nous lui devons les premiers missionnaires à l'âme Cyprien qu'il écrivait au me siècle: « Christianus mihi
enflammée dont tes paroles firent courber les cous de nomen, catholicus cognomen », « chrétien est mon
nos fiers ancêtres sous le joug suave du Christ. nom de famille, et catholique mon nom de baptême ».
Nous lui dev.ons la sainte couronne que le pape
Silvestre envoya au premier de nos rois, saint Étienne,
et cette force constructive qui depuis près de mille ans
•••
rayonne sur nous de la sainte couronne.
Mes frères, nous récitons chaque 'jour dans le Credo:
Nous lui devons les ordres religieux qui habituèrent
« Je crois à l'Église catholique », mais nous eftorçons-
le Hongrois nomade à la vie sédentaire, à l'agriculture, nous aussi de comprendre ce que veut dire ' être
à l'industrie et lui donnèrent l'instruction. catholique?
Nous devons au pape l'aide pécuniaire et morale Que veuf di~è ~tre catholique? Cela veut dire que
inappréciable par laquelle il est venu seul à notre secours, je ne suis pas seul, que je ne prie pas seul, que je ne
lors du désastre national. Nous devrions avoir honte des combats pas seul.
papes dont la nation hongroise a reçu appui matériel Que veut dire être catholique? Cela veut dire que
et moral, argent, affection, consolation au cours des . je participe au corps mystique du Christ et à toutes
siècles comme elle n'en a jamais obtenu de personne? les forces vivifiantes que le Cœur du Christ répand
Nous leûr devons l'amour des parents et du prochain, sur Sa sainte Église.
la discipline morale, la pureté de cœur, la fidélité con- Que veut dire être catholique? Cela veut dire vivre
jugale, l'équité mutuelle, la soumission de notre volonté sur la terre avec le Christ vivant perpétuellement
. sous la volonté de Dieu, nous leur devons la morale, parmi nous sur la terre et que nous pouvons voir et
l'honllêteté, la fidélité au devoir, ' vertus que notre entendre dans l'Église.
saintè religion ne cesse d'enseigner à notre peuple, Que veut dire être catholique? Cela veut dire que
le ' fortifiant ainsi dans les sources de son énergie. nous pouvons appliquer à notre Église comme à nous-
Car n'Qublions pas une chose: un peuple peut vivre mêmes le XXIIe psaume tout entier: L'Église « me mène
sans canon et sans mitrailleuse, mais il ne le peut pas
/

//
IIO LE SYMBOLE DES APÔTHES /
/
et rien ne me fera défaut. Elle m'a placé au milieu des \
\
P âturages, elle m'a conduit près d'une eau 4 0rtifiante,
elle a ramené mon âme... Q uan d Je · marc
1 h eraiS
. au \
. 1 d .
milieu o'de3 ombres de la mort, Je ne cram raIS aucun
mal, car vous êtes avec moi JI. VIn
Sur la tombe du grand évêque de Genève, Mgr Mer-
millod, se trouvent ces simples mots : « DiIexit Eccle-
siam ", 1( Il a aimé l'Église ». Est-ce que j'aime aussi L'~GLISE DU CHRIST EST AP OSTOLIQUE
mon É:glise catholique? Suis-je un bon fils pour elle?
Un bon fils ne supporte pas que quelqu'un calomnie
sa mère, en parle mal et la critique sans respect. Un
bon fils ne résiste pas aux ordres de sa mère, mais MES FRfmES,
accomplit avec joie tous ses ordres, sans exception.
Est-ce que j'aime ainsi mon Église? Est-ce que
je lili obéis et me tiens courageusement à ses côtés ? Un ambas,sadeur de France en Angleterre était tombé
Est-ce que je revendique courageusement, . fièrement gravement malade à Londres. L'un après j'autre ses
mon nom de catholique? amis venaient le voir et le consoler. Un de ses amis
Les naturalistes ont fait ces jours derniers une anglicans lui posa cette curieuse question: « N'avez-
curieuse découverte: les lièvres s'accroissent, les lions vous pas peur de mourir id? Car si on vous enterre
diminuent. Mais nous, mes freres, nous ne voulons pas ici, on vous mettra dans un tombeau au milieu des
être des lièvres poltrons en reniant notre Église, nous hérétiques... »
voulons être des lions courageux en confessant jierement Mais le malade fit cette réponse magnifique : « Pas
notre catholicisme. Amen. du tout. , Je demanderai qu'on creuse ma tombe
un mètre plus bas : je serai alors au milieu des
catholiques ... »
En vérité une réponse bien juste. Aùjourd'hui _
hélas! - il Y a 300 sectes chrétiennes dans le monde
et chacune revendique le Christ; mais si nous creusons
seulement un peu plus profond dans l'histoire nous
rencontrerons partout l'Église catholique. Si nous
creusons 500 ans en arrière, nous trouvons qu'il n'y
IIZ LE SYMBOLE DES APÔTHES L'ÉGLISE DU CHRIST EST APOSTOLIQUE

avait pas alors 300 sortes de chrétiens, mais sJ lement sont le'f- successeurs des apôtres. B) Ensuite elle signifie
deux : celui qui était chrétien était ou bien éatholique que l'en'seignement de ['Église actuelle est le même que
romain ou bien grec oriental. Si nous leculons de celui de l'~glise apostolique. C) Enfin les sacrements
1000 ans alors nous ne rencontrons plut qu'un seul que nous utilisons at~iourd' hui sont les mêmes que ceux
christianisme : l'Église catholique rorla'ine. Il n'y a de [' Église aPo~tolique. .
pas d'autre religion chrétienne qui ; puisse reporter A) Le mot « apostolique » veut donc dire tout
son existen~e au delà de 1000 ans, et au delà de 1900 ans d'abord que Les chefs de notre Église sont les successeurs
jusqu'aux apôtres, jusqu'à Notre-Seigneur Jésus- des apôtres.
Christ. Aujourd'hui il y a sur la terre environ 300.000 a) Avant tout c'est une vérité historique indiscu-
prêtres catholiques, mais chacun .d'eux a reçu ses table que le Christ a donné à saint Pierre le gouver-
pouvoirs, sa dignité sacerdotale de son évêque lequel nement de l'Église, que saint Pierre est mort à Rome et
les a reçus lui-même de ses prédécesseurs et ainsi de que depuis ce temps les papes de Rome lui ont succédé
sans interruption. Depuis que le Christ a donné à
suite jusqu'aux apôtres. Actuellement c'est le 262e pape
saint Pierre les « clefs du royaume des ,Cieux », c'est-
qui règne sur la terre, mais ses pouvoirs remontent
" à-dire la puissance suprême, ces clefs, depuis 19 siècles,
par une chaîne ininterrompue jusqu'au premier pape
ont été transmises de main en main dans la série des
saint Pierre.
262 papes et continueront à l'être jusqu'à ce que,
Cette apostolicité est la force immense de l'Église
au jour du Jugement dernier, Notre-Seigneur reprenne
catholiquè, elle est la quatrième marque de la véritable au dernier pape le pouvoir ainsi confié. Le pape actuel
Église du Christ. 1. Qu'entendons-nous par apostolicité esi donc le successeur de saint Pierre.
de l'Église? - tirer au clair cette question sera la Mais de même que les papes sont les successeurs
première tâche du sermon d'aujourd'hui. II. Ensuite de saint Pierre, de même les évêques sont les successeurs
nous étudierons les difficultés qui peuvent surgir en des autres apôtres. « Comme mon Père m'a envoyé,
. connexion avec l'apostolicité de l'Église. moi aussi je vous envoie » - a dIt Notre-Seigneur
à ses apôtres (S. Jean, xx, 21). Les apôtres ont transmis
cette mission aux évêques en leur imposant les mains,
1 comme saint Paul le rappelle, dans ses épîtres (le Timo-
thée, v, 22; Ile Timothée, I, 6). Et par cette série
QU'ENTENDONS-NOUS PAR L'APOSTOLICITÉ DE L'ÉGLISE? ininterrompue d'impositions des mains les pouvoirs
de tous les évêques actuellement en vie remontent
L'expression « apostolicité » signifie trois choses. aux apôtres et au Christ qui a envoyé ces derniers.
A) Elle signifie que nos évêques et nos prêtres actuels
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST APOSTOLIQUE

A leur tour les évêques à l'ordination impo nt les Nazaréens, Quakers ... qui pourrait donner les noms
mains aux futurs prêtres, nous avons donc le droit de ,.ces .'300 sectes. Mais demandez-leur : Depuis
de dire - que toute l'autorité de notre Église remonte combien de temps existez-vous? Écoutez la réponse :
aux apôtres et des apôtres à Notre-Seigneur/ Jésus-Christ Depuis hier, depuis un mois ... depuis dix ans ... depuis
qui avait dit: « Comme mon Père m'a eny6yé, moi aussi cinquante. Seulement? Ce n'est pas assez. La véritable
je vous envoie II (S. Jean, xx, 21). Église du Chr~st doit avoir 1900 ans.
L'apostolicité de l'Église veut donc dire que le Christ Interrogez les confessions religieuses qui se sont
a conféré sa puissance \lUX apôtres, cette puissance ne écartées de l'arbre de l'Église lors de la tempête du
peut donc se trouver aujourd'hui que dans la religion XVIe siècle: « Depuis combien de temps existez-vous? II

dont les évêques et les prêtres peuvent faire remonter _ « Depuis {OO ans ». - « Seulement? ce n'est pas
leur arbre généalogique, jusqu'aux apôtres. assez. La véritable Église du Christ doit avoir 1 900 ans YI.
Or les évêques et les prêtres de l'Église catholique Interrogez les Grecs-Orientaux qui se sont séparés
ont reçu par une chaîne ininterrompue leurs pouvoirs de Rome au XIe siècle : « Quel âge avez-vous? » -
de leurs prédécesseurs et cette chaîne remonte jusqu'aux « Mille ans ». Seulement? Ce n'est pas suffisant ».
'premiers apôtres. Et maintenant interrogez · l'Église catholique. Elle
b) De ce fait découle une importante vérité. L'histoire ) seule ose dire: J'ai 1900 ans.
de l'Église débute avec les apôtres. « L'Église descend des apôtres, les apôtres du Christ
C'est une exigence naturelle à l'égard de la véritable et le Christ de Dieu » - disait déjà avec une concision
Église du Christ que son histoire remonte jusqu'au lapidaire Tertullien au u e siècle (De praescriptione, 37)·
Christ. Si le Christ ressuscité, lorsqu'il quitt~ la terre Lorsque le comte Stolberg revint à la foi catholique,
il y a 19 siècles, a dit à ses apôtres : « Allez, enseignez un prince allemand lui fit ce reproche: « Je n'aime pas
toutes les nations ll, alors il est clair que l'Église du ceux qui changent de religion ». - « Moi non plus -
Christ doit avoir 19 siècles. . . répondit le comte - car si mes ancêtres n'avaient pas
Interrogeons maintenant les 300 sectes chrétiennes abandonné leur vieille religion, je n'aurais pas été obligé
du monde qui prétend~ent toutes être la religion du maintenant d'y revenir ,).
Christ, si l'une d'elles ose affirmer qu'elle a 19 siècles. B) Mais le mot « apostolique 1) signifie encore
Il n'yen a pas une - sauf l'Église catholique. davantage. Il signifie que l'enseignement de l'Église
A chaque pas de nouvelles sectes chrétiennes dressent catholique est le même que celui de l'Église du temps des
ta tête autour de nous et par leurs doctrines contra- apôtres.
dictoires ·corrompent douloureusement la sainte fo Celui qui a visité les catacombes romaines, ces longs
chrétienne. Baptistes, Méthodistes, Adventistes couloirs souterrains où aux premiers siècles les chrétiens 1

r
1I6 LB SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST APOSTOLIQUE

enterraient leurs martyrs, n'a pas besoin de/ longues catholiqpe et apostolique garde sans altération ni
explications pour comprendre que notre foi ~st aujour- modification la doctrine originale du Christ. '.
d'hui la même- qu'au début. Là chaque pi~tre, chaque Elle donnait -donc une réponse exacte cette dame
tombe, chaque inscription proclament J'antiquité de devenue catholique à qui une amie disait : « Pour moi,
la religion catholique actuelle. je veux mourir dans la foi de mes pères ». - « Et moi
Nous , n'avons pas besoin de craindre devant ces dans la foi de mes ancêtres » fut la spirituelle réponse.
paroles sévères de saint Paul : « Quatid nous-mêmes, C) Mais le mot « apostolique » a encore un autre
ou un ange venu du ciel, vous annoncerait un autre sens. Il veut dire que non seulement notre foi est
évangile ,que celui que nous vous avons annoncé, la même que celle de l'Église des apôtres, mais aussi
qu'il soit anathème 1 » (Galates, I, 8). Que prêche que nos sacrements sont les mêmes:- Les sacrements
aujourd'hui encore l'Église catholique? Ce qu'il y Il que nous recevons aujourd'hui étment déjà donnés par
dans le Symbole des apôtres. Mais l'Église primitive [' Église apostolique. '
prêchait la même chose. En effet c'est la doctrine des a) Oui, nos sept sacrements sont les mêmes.
évangiles écrits par les apôtres du Christ. L'Église apostolique a-t-elle connu le baptême?
L'enseignement actuel de l'Église est essentiellement Qui oserait le nier? Le Christ n'a-t-il pas donné ce
le même que celui de l'Église des temps apostoliques. commandement : « Allez, enseignez toutes les nations,
Ce que nous y trouvons en plus, ce qui n'était pas dans baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-
l'Église primitive - par exemple la synthèse systé- Esprit» (S. Matthieu, XXVIII, 19)' Nous lisons au sujet
matique du dogme, les rites et les exercices de dévotion du diacre Philippe qu'il a donné le baptême à Samarie
- tout cela est le résultat d'un développement naturel (Actes, VIII, 12), qu'il a baptisé un fonctionnaire de la
et non pas d'une falsification, .si minime soit-elle, du reine d'Éthiopie (Actes, VIII, 38). Nous lisons encore
christianisme primitif, tout comme un chêne touffu dans les Actes des apôtres (IX, 18) que saint Paul a été
et centenaire n'est- pas la falsification, mais le déve- baptisé. « Nous tous qui avons été baptisés en Jésus-
loppement naturel d'un petit gland jeté dans la terre Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés»
cent ans: auparavant. En effet Notre-Seigneur. Lui- (Romains, VI, 3)' Et saint Paul baptisait lui-même ou
même l'avait annoncé en disant que le petit grain bien faisait baptiser ceux qui croyaient à sa prédication
de sénevé deviendrait un grand arbre sous lequel (Actes, XVI, 15, 33; XVIII, ' 8; XIX, 5; le Corinthiens,
seraient heureux de se reposer les oiseaux du ciel, XIV, 16).
c'est-à-dire les peuples de la terre. L'Église primitive a-t-elle connu la confirmation?
Tandis que tout change autour de nous, que tout ' f.Les apôtres qui étaient à Jérusalem, ayant appris que
chancelle, avec une immuabilité imposante, l'Église la Samarie avait reçu la parole de pieu, y envoyère,n t
Ils LE SYMBOLE DES APôTRES L'ÉGLISE DU CIIHIST EST APOSTOLIQUE

Pierre et Jean. Ceux-ci arrivés chez les Samaritains Pourquoi ne pourrais-je paS entrer en communication
., . '
pnerent pour eux, afin qu'ils reçussent le Saint-Esprit. avec Dieu sans intermédiaire, directement? »
... Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains et Parce que ce n'est pas à nous qu'il appartient, mais à
ils reçurent le Saint-Esprit» (Actes, VIII, 14- 1 7). Dieu de régler comment Il veut entrer en commu-
L'Église des apôtres a-t-elle'~ connu l'Eucharistie,
,
nication avec nous. Le Christ ne s'est incarné qu'une
la sainte messe et la communion? « Que chacun seule fois, le Saint-Esprit n'est descendu qu'une fois
s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange de ce pain; sous une forme visible sur les apôtres, aussi celui q\Ù
car celui qui mange et boit indignement, mange et veut maintenant vivre en union avec le Christ, avec
boit son propre jugement, parce qu'il ne discerne pas le Saint-Esprit doit se joindre à ceux qui ont vu le Christ
le corps d~ Seigneur» (le Corinthiens, XI, 28- 2 9). et reçu le Saint-Esprit. On pourrait de même demander
A-t-elle connu le sacrement de pénitence? Et pourquoi Dieli ne nous donne pas immédiatement
comment? Sous une forme bien pénible : sous la forme la vie. Dieu n'a créé directement que le premier couple
de la confession publique. humain, pour donner la vie aux autres hommes li
A-t-elle connu l'extrême-onction? « Quelqu'un demande la collaboration des parents; de même le
parmi vous est-il malade? qu'il appelle les prêtres de Christ et le Saint-Esprit ne se sont révélés directement
l'Église et ils prieront sur lui en l'oignant d'huile au qu'une seule fois aux apôtres, les autres hommes n'en
, nom du Seigneur. Et la prière de la foi sauvera le ont communication que par les apôtres.
malade, et le Seigneur le rétablira, et s'il a commis des Le Christ a donné aux apôtres divers pouvoirs ' et
péchés, ils lui seront pardonnés» (S. Jacques, V, ' 14- 15). personne ne les reçoit sinon ceux à qui les apôtres
A-t-elle connu le sacrement de l'ordre? « Ranime en les transmettent. Seule peut donc être la véritable
toi la grâce de Dieu que tu as reçue par l'imposition Église du Christ l'Église qui a reçu par les apôtres
de mes mains » (Ile Timothée, l, 6). le contact avec Dieu, avec le Christ et la force du
A-t-elle connu le sacrement de mariage? « L'homme Saint-Esprit.
quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, L'apostolicité de l'Église assure la continuité histo'-
et de deux ils deviendront une seule chair. Ce mystère rique de l'union dans le Christ, de sorte que notre
est grand » (Éphésiens, V, 3 1 -3 2 ). Église dans son développement paisible et organique
Voilà ce que signifie l' « apostolicité » de l'Église. peut puiser constamment dans le Christ une sève
Elle veùt dire qu'aujourd'hui encore les sacrements vivifiante.
sont les mêmes qu'au temps des apôtres.
b) CI. lVIais pourquoi y a-t-il besoin de sacrements et
d'intervention de l'Église? )l - pourrait-on demander.
(20 LE SYMBOLE DES APÔTRES
L'ÉGLISE DU CHRIST EST APOSTOLIQUE 121

b) Mais d'autre part il faut aussi que l'Église du


II Christ soit jeune, d'une _jeunesse pleine de force, car
le Christ a promis que son Église existerait jusqu'à.la
DIFFICULTÉS CONNEXES A r.' APOSTOLICITÉ fin du monde (S. Matthieu, XXVIII, 20). Et précisément
DE L'ÉGLISE.
parce que le Christ éternel vit dans l'Église, la vieillesse
de l'Église ne signifie pas manque de force et l'ap'Osto-
Mais en connexion avec l'apostolicité de l'Église
licité de l'Église ne signifie pas faiblesse.
peuvent surgir deux graves difficultés que nous n'avons
C'est la vérité que l'arbre de l'Église vieux de
pas le droit de laisser de côté dans notre sermon
1900 ans est plein de vie et que l'Église s'intéresse
d'aujourd'hui. L'une et l'autre peuvent causer du
aux questions angoissantes des problèmes les plus
trouble dans les âmes, il vaut mieux les regarder
en face. modernes, on pourrait en citer tine foule d'exemples,
si le temps ne faisait défaut .
.A) Si l'Église remonte entièrement à l'époque loin-
tame des apôtres, n'ont-ils pas raison ceux qui accusent Je citerais les plus récentes encycliques pontificales

-
l'Église d'être trop vieille, arriérée, ultra conservatrice, dans lesquelles l'Église projette la lumière éternelle
de ne pas savoir comprendre la vie humaine actuelle de l'évangile sur les problèmes moraux et sociaux
de n 'Aetre pas adaptée aux temps modernes? L'Église' les plus nouveaux; et non seulement elle prend position
n'est-elle pas trop vieille et incapable de résoudre les dans les questions les plus modernes, mais elle le fait
problèmes des temps modernes? avec une hardiesse et une décision qui ne peuvent
Notre réponse sera que la véritable religion du jaillir que de la pleine conviction de sa force
Christ doit être vieille et jeune à la foi~. invincible.
a) Il faut que la véritable Église du Christ soit vieille. L'Église sait qu'au cours de 19 siècles elle a soutenu
Les anciennes maisons de commerce inscrivent victorieusement tous les assauts possibles et cette
fièrement sur leur porte d'entrée la date de leur création. conviction lui donne cette tranquillité supérieure
« Fondée en 1900 )}, lit-on sur l'enseigne. Et les gens qu'elle manifeste même dans les situations les plus
se disent: « Cette maison existe depuis 50 ans, on peut critiques et nous fait sentir le soufRe du calme de
donc y acheter de confiance ». Mais savez-vous ce qui l'éternité qui surpasse les années. OUl, l'Église est
est inscrit à l'entrée de l'Église catholique. « Fondée conservatrice dans, les limites nécessaires, mais en
en l'an 33 )}. Elle existe donc depuis plus de 1900 ans; retour elle marche aussi avec le progrès là où il est
elle existe depuis l'époque de Notre-Seigneur Jésus- possible. Les missionnaires ne gagnent plus les terres
Christ; on peut donç avoir çonfiance çn elle. lointaines sur des vaisseaux à voiles, mais sur des
vapeurs ou en avion. Le pape se sert de la radio pour
122 . LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST APOSTOLIQUE 123

transmettre ses instructions aux nonciatures dans à l'époque du Christ. Comment l'Église catholique
tous les coins du monde. Et nos sermons au lieu de peut-elle dire qu'elle est apostolique? Il
s'adresser uniquement à l'assistance de cette vieille Que de fois on entend ce reproche, - qu'y répon-
église sont transmis par la radio à des centaines de dons-nous?
mille d'auditeurs. a) Naturellement nous devons reconnaître ce qu'il
Combien d'ordres religieux nouveaux en formation y a de vrai dans cette objection. Il est vrai que dans
. qui tiennent compte des besoins spirituels modernes! notre Église on peut trouver aujourd'hui bien des
Ainsi par exemple vient d'être fondée à Vienne une cérémonies, des dispositions disciplinaires et des insti-
congrégation tout à fait nouvelle « la Congrégation tutions qui réellement n'existaient pas au temps du
des victimes de Jésus » qui ne possède pas de couvent Christ mais qui sont le résultat d'une évolution. En
particulier mais dont les religieuses habitent par petits effet - et c'est le point capital dans la question "-
groupes dans les maisons à bon marché de la ville, dans toutes ces choses ne sont pas une construction artificielle,
les cités ouvrières, dans des baraques, au milieu des mais une évolution naturelle. Un développement naturel
ouvriers éloignés de la religion, soignent les enfants du grain de sénevé que le Christ avait semé et qui
et les pauvres et lèvent vers le ciel les yeux des hommes grandit et se développe depuis 19 siècles. Il croît
plongés dans la plus grande misère. et se développe dans les pays et che7, les peuples les
En vérité, bien que l'Église remonte au temps des plus divers, au milieu des circonstances culturelles et
apôtres et soit déjà vieille, elle n'est pas antique; bien politiques les plus variées et il s'adapte à elles. Il
qu'apostolique, elle n'est pas périmée. ne cède rien de son essence, mais il s'adapte aux
B) Mais on peut encore soulever relativement à choses extérieures. Et ce qui montre sa force vitale,
l'apostolicité de l'Église une difficulté plus importante c'est qu'il est capable à toute époque de satisfaire
.et que nous voulons envisager aussi aujourd'hui. Que les besoins spirituels changeants de toutes les nations,
de fois les ignorants nous font ce reproche que la sans être obligé de renier quoi que ce soit de son
religion , catholique actuelle n'est \.plus ce qu'elle était essence.
au temps de Notre-Seigneur Jésus-Christ. « Le Christ b) L'Église a rionc changé en bien des choses - disent
n'a pas connu cette immense hiérarchie qUI est main- certains.
tenant implantée dans le monde entier : les cardinaux, Changé? Dites seulement en quoi eUe a changé?
les archevêques, les évêques, les prêtres, les religieux, En bien des choses. Dans ses rites, dans ses
les religieuses n'existaient pas à l'époque du Christ. coutumes, dans ses lois. Le jeûne actuel est différent
Et les nombreuses fêtes, les reliques, les pèlerinages, de ce qu'il était autrefois, les fêtes aussi sont
!~s processions,- les cérémonies ... tout cela n'ex:is~ait pas, différentes.
124 LE SYMBOLE DES APôTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST APOSTOLIQUE 125

Tout cela est vrai. Mais ce n'est que l'enveloppe de L'Église a fortifié de même et agrandi au cours des
la religion. :etes-vous changés, quand vous avez endossé âges le symbole aux endroits où les hérétique~ avaient
un autre habit? . réussi à pénétrer.
c) Mais il y a aussi des changements dans la doctrine d) Mais' aujourd'hui nOl!S avons pourtant plus de
et non pas seulement dans son aspect -extérieur - dira- dogmes qu'autrefois - insiste-t-on. En réalité ils sont
t-on peut-être. Le symbole était plus court autrefois l'épanouissement de la foi chrétienne primitive, tout
qu'aujourd'hui. C'est plus tard qu'il s'est allongé. comme la fleur est l'épanouissement du bourgeon de
Et même celui que le prêtre dit à la messe est bien plus l'arbre.
long que celui récité par les fidèles. Il y a même ce que Quand un homme de 40 ans regarde une photo-
l'on appelle la profession de foi du concile de Trente graphie de son enfance, il joint les mains avec éton-
et qui est au moins cinq fois plus longue que le symbole nement : Est-ce bien moi? En réalité c'est ·bien lui tel
des apôtres. qu'il était autrefois. Son extérieur, ses traits, ses cheveux,
C'est ainsi que raisonnent certains. Et tout cela aussi ses vêtements sont différents d'il y a 40 ans, mais les
est vrai. Et pourtant il n'en résulte aucune altération parties essentielles sont les mêmes: le cœur est le même
ni aucune modification. qu'autrefois, mais un peu plus gros, les poumons, les
Que s'est-il donc produit? Il s'est produit que primi.; yeux, la bouche, le èerveau sont les mêmes, seulement
tivement il n'y avait que le symbole plus court que ils se sont complètement développés.
nous appelons maintenant .« symbole des apôtres ». Il en est de même pour notre Église âgée de 1900 ans.
Mais ensuite apparurent des hérétiques dont les Il y a 19 siècles, elle se composait seulement de deux
erreurs obligèrent l'Église à insister davantage sur tel ou trois cents hommes', aujourd'hui elle en a 360 mil-
ou tel dogme et à allonger le premier symbole plus lions. Il est donc naturel que l'Église qui a grandi
court. Ces accroissements portèrent précisément sur d'une manière immense soit différente dans son
les points attaqués par les hérétiques. extérieur, dans ses vêtements, dans ses fêtes,) dans ses
. Il s'est seulement produit ce qui est arrivé pour la rites, dans ses pratiques' de dévotion et dans une foule
place de Metz sous le commandement de Haeseler. de choses. de l'Église des apôtres qui ne comptait que
Cet officier avait affirmé à l'empereur que la place quelques centaines de fidèles, mais elle est restée la
n'était pas assez forte, l'empereur affirmait au contraire même dans son être : elle est bâtie sur la même pierre
que l'ennemi ne pourrait y pénétrer. Le commandant que jadis; elle a la même foi qu'alors; elle a les mêmes
organisa donc un exercice d'attaque et l'ennemi trouva sacrements. Et c'est ce que nous proclamons quand
un endroit pour pénétrer dans la place. Qu'en résulta- nous disons: « nous croyons à l'apostolicité de l'Église ll.
t-il? A cet endroit on construisit vite un nouveau fort.
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE DU CHRIST EST APOSTOLIQUE 12 7

j'entends au milieu du bruit des opinions passagères


les promesses de vie éternelle que Notre-Seigneur
Jésus-Christ a confiées à son Église, y conserve intactes
et nous fait parvenir à tous « (Discours à un Congrès
Mes frères, un jour au parlement anglais un adver- Catholique).
saire politique cria à Daniel O'Connel, le grand homme Seigneur, je Vous remercie de pouvoir lire un membre
d'état irlandais : « Papiste 1 JI de Votre Église une, sainte, catholique et apostolique.
Le héros de la liberté de l'Irlande répondit sur-Ie-. Amen.
champ: « Vous croyez m'avoir offensé en m'appelant
papiste et vous ne savez pas combien vous m'avez
honoré. En effet je suis un papiste et je suis heureux
de l'être : car ce mot de « papiste )) signifie pour moi
que ma religion remonte par la chaîne ininterrompue
des papes de Rome jusqu'à Jésus-Christ, tandis que
votre foi ne va pas plus loin que Henri VIII et Élisabeth )).
En vérité, mes frères : si je suis catholique, j'ai
19 siècles. Si je suis catholique, je me tiens sur le
rocher de Pierre. Si je suis catholique, je suis assuré
dans ma foi. Si je suis catholique, je peux redire
avec fierté et joie les magnifiques paroles prononcées
naguère à un congrès catholique par le comte Albert
Apponvi et qui ont été reproduites dans son annonce
mortuaire: « Je sens que par la grâce de Dieu j'habite
dans une forteresse dont les portes de l'enfer ne
pourront jamais triompher; je sens la: proximité de
la source inépuisable des grâc(\s qui élèvent la faiblesse
humaine, l'aident dans les combats de la vie et suppléent
à l'insuffisance des forces, "humaines; je sens; quand
tout chancelle autour de moi, Un terrain ferme sous
mes pieds; lorsque tout semble tomber dans les ténèbres,
je sens tomber sur nous les rayons de la vérité éternelle;
il -"ru ES piERRE~.. »

égal, vieux de 19 siècles, l'apparition la plus imposante


de l'histoire universelle. Ce phénomène unique que
depuis ie temps de Néron, ce trône se dresse au milieu
de nous ave.c une solidité inébranlab le, tandis que les
tempêtes de l'histoire élèvent et eilgloutissent les
IX peuples et les dynasties. Or la papauté a toujours
représenté une conception du monde qui a suscité
contre elle l'hostilité et les attaques réunies des méchants,
cc TU ES PIERRE ... »
. - et pourtant elle est encore debout. La papauté n'a
jamais rien cédé ni abandonné de ses principes, elle
n'a pas conclu de compromis - et cependant elle est
encore debout.
MES FRÈRES,
Elle est debout, parce que ce n'est pas un homme qui
l'a fondée, mais le Fils de Dieu qui lui a fixé les buts
pour lesquels elle doit subsister, tant qu'il y aura un
Dans nos quatre dernières instructions nous nous
homme sur la terre. I. Le Christ a-t-Il réellement fondé
sommes occupés des quatre marques de l'Église du
la papauté et II. dans quel but l'a-t-ll fondée, - telles
Christ et nous avons établi que la véritable Église du
sont les deux questions auxquelles nous chercherons
Christ devait être une, sainte, catholique et apostolique.
une réponse dans le sermon de ce jour. Car ces réponses
Mais notre Église ne s'appelle pas seulement Église
feront comprendre Ill. la grande vénéra~tz~·~filtlt:t!~t::::::--...
« catholique » nous l'appelons encore de Rome où
habite son chèf « catholique-romaine ». Et cette con-
sidération nous amène à la pierre angulaire, au r.ocher
témoignons à l'égard du jJape.
j
.
0'0'-'\. de Maria 'Ill",~c<-

POINTE 9LE~E
;

:-
de l'Église, c'est-à-dire à l'institution la plus remar- l
quable de l'histoire du monde: à l'étude de la papauté.
Ce que la papauté signifie pour l'Église catholique, LE CHRIST A FONDÉ LA PAPAUTÉ.
ce qu'elle lui apporte de force, d'assurance,d'unité
et de direction, il n'est pas nécessaire de le faire ressortir Notre-Seigneur Jésus-Christ a comparé l'Église à
devant nos fidèles. « une ville bâtie sur une montagne» (8. Matthieu, v, 14).
Mais même quelqu'un qui n'appartient pas à notre donc visible pour tout le monde, - mais une Église
sainte ' religion, s'il est un observateur impartial de visible a besoin d'un chef également visible. On ne peut
l'histoire, sera obligé de reconnaître sur ce trône sans
Symb. des Ap. - t. V 5
LE SYMBOLE DES APôTRES « TU ES PIERRE... JI 13 1

donc pas imaginer l'Église du Christ sans la papauté. Et Pierre jette le filet. Et ils prirent tant de poissons
A) Il en est déjà question lors de la pêche miraculeuse que les filets allaient se rompre. Tant de poissons qu'il
à Génésareth. B) Notre-Seigneur la promet à saint leur fallut appeler à l'aide la barque voisine. Tant de
Pierre, lors de sa profession de foi à Césarée et C) Il poissons que les deux barques furent remplies jusqu'au
la lui confère au cours de l'entretien qui suivit la bord et coulaient presque. )
résurrection. L'âme de Pierre est bouleversée. Il se prosterne devant
A) Le Sauveur fait allusion à la primauté du pape Jésus: Ah! Seigneur, comment ai-je pu douter un
lors de la pêche miraculeuse de Génésareth. Au chapitre V seul instant 1 J'hésitais, je manquais de confiance,
de son Évangile, saint Luc a rapporté le Q.ialogue je ne comprenais pas, j'étais dans le doute. Je ne
sublime et émouvant qui eut lieu entre Notre-Seigneur suis pas digne que Vous comptiez sur moi pour Votre
et saint Pierre. grande œuvre, d'être le guide de votre troupeau.
La scène se passe de grand matin. Le Sauveur est Éloignez-Vous de moi, Seigneur. Je suis un homme
debout sur la rive du lac de Génésareth, derrière Lui ordinaire, faible et pécheur, mais Vous avez besoin de
le peuple qui L'a suivi et veut L'entendre. Sur la rive héros.
se trouvent précisément Pierre et ses compagnons Sur les eaux du lac paisible glisse la confession
descendus de leur barque et en train de laver leurs de Pierre ému jusqu'au fond de son âme; les autres
filets. Le Christ monte dans la barque de Pierre et de l'écoutent en silence. Alors le Sauv.eur se lève, regarde
là enseigne le peuple, puis quand Il a terminé, Il parle Pierre dans les yeux et lui dit : Mais c'est toi justement
ainsi à Pierre: « Avancez en pleine mer et vous jetterez que je veux. C'est pourquoi je t'ai placé au gouvernail,
vos filet~. p<lur pêcher» (S. Luc, v, 4). Simon-Pierre c'est pourquoi je t'ai envoyé au large, pour que tu
/<;::,';." esffiès;' étorine ' ~e cet ordre étrange. Il connaît son sentes ta propre incertitude, ta propre faiblesse et
(:' métier, il pêche depuis des dizaines d'années, toute sa que tu saches avec l'aide de qui tu réaliseras la grande
,.
~

farhille et 'ses proches sont aussi des pêcheurs, mais pêche humaine. Regarde autour de toi, Pierre. Tu v?is
, :.':,(.il,n:a encore jamais entendu chose pareille: aller pêcher combien de pêcheurs travaillent sur le lac. Et combIen
,,en:: plein jour? Et au large? Bien sûr, le Maître n'est de pêcheurs sur la mer. Et sur toutes les mers du
pas né dans la région,- ni sur le . bord de l'eau, mais monde. Mais toi je t'établis pêcheur, pêcheur respon-
bien loin à Bethléem; rien d'étonnant s'Il ne s'y entend ,
sable du ~mon de entier.
. « N )'
e . crams pas., T
' useras
pas ..• Pourtant c'est l'ordre de notre bon Maître ..• désormais pêcheur d'hommes» (S. Luc, v, 10), non par
Il faut l'exécuter. Il sait ce qu'Il veut. « Maître, nous ta propre force, mais par ma force dont je te revêtirai ».
avons travaillé toute la nuit, sans rien prendre; mais Voilà la première fondation de l'institution la plus
sur votre parole je jetterai le filet ». merveilleuse de l'histoire du monde.
13 2 LE SYMBOLE DES APÔTRES « TU ES PIERRE... » 133
B) Ce que Notre-Seigneur vient seulement d'évo- nairement Simon, et c'est le Christ Lui-même qui lui
quer, Il le promet dans les termes les plus clairs à saint a donné le nom symbolique de Pierre, 10r~qu'Il le
Pierre lors de sa confession à Césarée. rencontra pour la première fois (S. Jean, 1,'''42). Il a
Vous connaissez tous cette scène sublirde. Dans le placé dans les mains de Pierre les clefs de l'édifice,
voisinage de Césaré~ll' Notre-Seigneur demande à ses ce qui signifie lui confier le pouvoir total de gouverner,
disciples ce que les hommes pensent de Lui. Les en vertu _4uquel il peut ouvrir ou fermer les portes du
disciples énumèrent les opinions du peuple. Certains ciel selo; les mérites des hommes. « Lier et délier »
parmi les Juifs croient que Jésus est saint Jean-Baptiste en hébreu éouivaut à défendre et permettre, condamner
ressuscité; d'autres pensent qu'Il est Élie que l'on ou acquitter: d'anc à porter des lois ecclésiastiques, à
attendàit avant l'arrivée du Messie ou bien Jérémie ordonner, à gouverner sur la base des lois divines.
ou ·un autre prophète. C) Ce que le Christ avait promis à Pierre, Il le lui a
Alors le Christ leur adresse cette question: « Et vous, donné réellement lors de l'entretien chaleureux et intime
que dites-vous de moi? Vous qui connaissez bien mes qui eut lieu entre Notre-Seigneur et Pierre après la
paroles et mes actes ». , résurrection. Par trois fois le divin Maître demande à
Les apôtres cette fois ne répondent plus, mais Pierre Pierre: « M'aimes-tu plus que ceux-ci? » Pierre répond
déclare en leur noin : « Vous êtes le Christ, le Fils du avec transport: « Seigneur, Vous savez tout, Vous savez
Dieu vivant ». - bien que je Vous aime ». ,Et par trois fois Notre-Seigneur
Maintenant Notre-Seigneur pronpnce les paroles lui dit : « Pais mes agneaux »... « Pais mes brebis»
éternellement mémorables : « Tu es heureux, Simon (S. Jean, XXI, 15-17). C'est-à-dire je te donne, je te
fils de Jean, car ce n'est pas la chair ni le sang qui te confie tous mes disciples et tous mes fidèles.
l'ont révélé, mais c'est mon Père qui est dans les cieux. N'y a-t-il pas là quelque chose de surprenant?
Et moi je te dis que tu es Pierre et sur cette pierre C'est saint Jean que Notre-Seigneur aimait le mieux
je bâtirai mon Église et les portes de l'enfer ne prévau- et cependant Il ne l'a pas fait chef de l'Église. L'apôtre
dront point contre elle. Et je te donnerai les clefs du saint Jacques était parent de Notre-Seigneur, Il ne l'a
royaume des cieux: et tout ce 'que tu lieras sur la terre pas choisi, saint Paul fut le plus savant des apôtres,
sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la Il ne l'a pas pris non plus pour chef de son Églisè.
terre sera délié dans les cieux» (S. Matthieu, XVI, 17- 1 9). C'est comme s'il avait voulu proclamer par là que ni
Est-ce que le divin Maître aurait pu parler plus l'amitié ni la parenté ni la science ne sont les bases
clairement? , de l'Église, mais seulement la protection de,la toute-
Le Christ compare l'Église à un édifice et il fait de puissance divine. Il a voulu proclamer que le pouvoir
Pierre la pierre fondamentale. Pierre s'appelait origi- suprême qu'Il donnait au pape ne dépend pas des
134 LE SYMBOLE DES APÔTRES « TU ES PlERRE.••• » 135
mérites personnels, des capacités et des vertus du pape. de Pale~tine? Qui a reçu dans l'Église le premier païen,
Il a voulu proclamer que de même que la grandeur et le centurion Corneille? Qui a dirigé le premier synode
la science humaines ne suffisent pas par elles.,.mêmes apostolique? Toujours saint Pierre. .
pour le gouvernement de l'Église, de même chez les Elle est particulièrement intéressante la marche
successeurs de saint Pierre ni faiblesses humaines ni de ce premier concile. Les paroles 'd'un Paul et d'un
défauts ni même péchés ne seront capables de faire Barnabé ne furent pas capables de terminer le débat,
_ chanceler la base de l'édifice, parce que c'est le Christ ce fut saint Pierre qui y mit fin.
qui l'a construit. Une controverse avait surgi en effet entre les premiers
D) Après l'institution de la papauté par le Christ chrétiens au sujet de la conversion des païens: fallait-il
il nous suffit d'indiquer qu'après l'ascension de Notre- d'abord faire passer par le judaïsme les païens convertis
Seigneur saint Pierre a réellement exercé ses droits et ensuite les admettre dans l'Église ou bien pouvait-on
souverains. Nous en avons des preuves abondantes. les baptiser ' immédiatement? Telle était la question
Il est clairement attesté que saint Pierre a dirigé sur laquelle les apôtres discutèrent au concile . de
l'Église et que dès les premiers jours il a exercé le Jérusalem. « Une longue discussion s'étant engagée,
pouvoir comme chef des apôtres. Après l'Ascension Pierre se leva et prit la parole » (Actes, XV, 7) - disent
du Sauveur, mais avant la descente du Saint-Esprit, les Actes des apôtres, - et « toute l'assemblée garda
« Pierre se leva au milieu des frères» (Actes, l, Is)et le silence » (Actes, xv, 12).
décida qu'on élirait un nouvel apôtre à la place du Il est donc compréhensible que l'Église du Christ
traître Judas. Et depuis on lit fréquemment dans les ait grandi depuis en union avec Pierre, car si Pierre est
Actes des apôtres (n, 14; IV, 8; XV, 7) qu'il est au premier la pierre de base, alors la maison ne peut être que là
rang, qu'il prend la parole au nom des apôtres et des où est la base et l'Église du Christ ne peut pas être là
fidèles et décide les mesures nécessaires au gouver- où n'est pas Pie:rre. Au me siècle déjà les chrétiens le
Iiement de l'Église. . reconnaissaient. En effet saint Cyprien écrivait alors :
Celui qui veut connaître l'activité pontifical~ de « De même que tout rayon vient du soleil et toute
saint Pierre n'a qu'à lire les Actes des apôtres. Qui a branche d'un arbre d'une racine, de même les com-
prêché le premier et reçu les premiers fidèles après munautés .chrétiennes dispersées dans le monde sont
l'ascension du Christ? Saint Pierre. Qui d'entre unies à l'Église ».
les apôtres a opéré le premier miracle, guéri le boiteux
de naissance? Saint Pierre. Qui a chassé de l'Église
le premier hérétique, Simon le Magicien? saint Pierre.
Qui a visité le premier les communautés chrétiennes .
LE SYMBOLE DES APÔTRES a. TU ES »
PIERRE... 137

en Lui sur leurs paroles. Il prie « pour que tous ils


II soient un, comme vous, mon Père, vous êtes en moi,
et moi en vous» (S. Jean, XVII, 21). Si ce désir le plus
DANS QUEL BUT LE CHRIST A-T~IL FONDÉ
ardent du Christ, - l'unité - unité de foi, de sacre-
LA PAPAuTÉ?
ments, de chef - a été si grandiosement réalisé dans
la religion catholique, c'est le grand mérite de la papauté
Il ne nous suffit cependant pas de savoir que le qui veille, dirige et avertit. Par contre si les sectes qui
Christ a vraiment fondé la papauté. On ne comprendra
se sont séparées du catholicisme s'écartent de plus en
en effet notre grande vénération pour le pape que si
plus irrémédiablement de la foi et se partagent actuelle-
l'on connaît les intentions du Christ au sujet de la
ment en 300 groupes en contradiction les uns avec les
papauté. Pourquoi a-t-Il fondé la papauté? Quelles
autres, la cause principale en est qu'elles se sont
tâches le Christ a-t~Il confiées à la papauté?
séparées du fondement unificateur, du rocher de
A) Tout d'abord le pape devait être le premier
docteur dans l'Église. Le Christ voulait que l'Eglise l'unité, du pape.
fût « la colonne et la base de la vérité » (le Timothée, E) Cependant l'enseignement n'est pas la seule
III, 15), la messagère de la pure foi chrétienne intégrale. tâche de Pierre, il y a aussi le gouvernement de ['Église.
Or Pierre a reçu la promesse qu'il serait la base de Notre-Seigneur lui a dit: « Je te donnerai les clefs
l'unité et de la pureté de la foi. C'est à lui en effet que du royaume des cieux; et tout ce que tu lieras sur
le Sauveur a dit : « Simon, Simon, voici que Satan la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras
vous a réclamés pour vous cribler comme le froment· sur la terre sera délié dans les cieux» (S. Matthieu,
.. , . " , . ' XVI, 19). Il lui a dit également: « Pais mes agneaux ».
mars J ar pne pour tOI, afin que ta foi ne défaille point;
et t01, à ton tour, .affermis tes frères » (S. Luc, XXII, Pierre est donc non pas seulement le docteur de
31-3Z) .. Quelle sublime promesse 1 Le Seigneur prie liÉglise, mais aussi son premier pasteur, son guide, son
pour Plerre, afin que sa foi ne chancelle jamais, afin chef, sa tête. Partout où plusieurs vivent ensemble,
qu'il soit toujours assez fort pour pouvoir affermir il faut des présidents, des chefs, des juges, des gou-
la foi de l'Eglise. vernants, des rois. Comment ne faudrait-il ' pas un
Qu'est-ce donc que le pape dans l'Église' ? Le garant pouvoir indépendant, souverain, suprême pour con-
de l'unité de foi. Or le divin Maître a eu particulièrement duire,~ avec unité les 360 millions de cath~liques?
à cœur l'unité de ses disciples. Aussi prie-t-il ià la der- Voilà pourquoi le pape est le législateur suprême
nière Cène, lorsqu'Il implore son Père non seulement et le chef suprême de l'Église. -
pour les apôtres/ mais aussi pour ceux qui croiront Qu'est-ce que le pape dans l'Église? La personni-
fication du principe d'autorité. A celui qui a déjà vécu
,
LE SYMBOLE DES APôTRES CI TU ES PIERRE... » 139

en temps de révolution, il est inutile d'expliquer quel de l'Église, il est encore le souverain prêtre des mains
funeste danger signifie l'ébranlement de l'autorité, de qui découle et entre les mains de qui sont réunis
l'ébranlement du pouvoir qui exige une obéissance tout pouvoir et toute dignité sacerdotale. Quels sont
absolue et donne des directives. Comme nous devons les prêtres de l'Église? Ceux que les évêques ont
être reconnaissants à Notre-Seigneur de n'avoir pas ordonnés. Quels sont les évêques? Ceux, que le pape
laissé son héritage sacré en proie à de multiples inter- a choisis. Tout prêtre et tout évêque catholiques
prétations privées, de ne ""Ipas avoir laissé chacun reçoivent donc leurs pouvoirs du pape, l~ souverain
en discuter suivant son goût, mais au contraire de prêtre à qui Notre-Seigneur Jésus-Christ a donné cette
l'avoir confié au pape investi du pouvoir d'exiger mission : « Pais mes agneaux, pais mes brebis ».
l'obéissance absolue et de prononcer les décisions
définitives, afin que - comme écrit saint Paul « nous
ne soyons plus des enf~nts, flottants et emportés à tout III
vent de doctrine, par la tromperie des hommes et leur
astuce pour induire en erreur » (Éphésiens, IV, 14). NOTRE VÉNÉMTÎON POUR LE PAPE.
Les papes sont au~si devenus les plus hauts protecteurs il l
de l'ordre moral et social. Des épîtres du premier pape Celui qui sait tout ce que nous avons dit dans notre
saint Pierre jusqu'aux encycliques du pape actuel sermon d'aujourd'hui sur le pape, à savoir qu'il est le
Pie XI, on voit sans cesse que toujours les papes docteur suprême, le pasteur et le souverain prêtre
ont osé se dresser pour la défense courageuse des de l'Église; éeluiqui sait que le pape est le représentant
grandes vérités morales et sociales que les conceptions visible du Christ, le « 'dolce Cristo in terra» « le doux
anarchiques 'individuelles, les sophismes et les courants ,Christ sur terre» - pour employer l'expression enthou-
dangereux contemporains ont tant obscurcies. Il suffit siaste de sainte Catherine de Sienne - celui-là com-
de nommer l'encyclique « Rerum novarum » de prend - est même seul .à comprendre - cet enthou-
Léon XIII qui a attiré pour la première fois l'attention ' siasme sans borne, ce culte et cet attachement filial que
du monde sur l'importance de la question sociale, les les catholiques ont toujours portés à l'égard' du chef
courageuses déclarations de Benoît XV faites dans visible de l'Église.
l'intérêt de la paix pendant la grande guerre ou bien A) Le culte et l'attachement filial manifestés à l'égard
l,es magnifiques encycliques de Pie XI pour la pureté du pape ont toujours été les caractéristiques des fideles
du mariage (<< Çasti connubii ») et la justice sociale catholiques. Seuls comprennent le culte profond des
(<< Quadragesimo anno »). catholiques envers le pape ceux qui savent ce que nous
Enfin le pape n'est pas seulement le docteur, le chef lui devons. Nous ne voyons pas dans le pape un roi
LE SYMBOLE DES APÔTRES « TU ES PIERRE... »

au sens terrestre du mot, mais le père d'une immense peine connu, insignifiant, dans une localité cachée,
famille dont le cœur est également proche de tous ses que cet homme ait pu créer une· transformation mon-
enfant~ et qui exerce toujours ses pouvoirs de chef diale comme celle qu'a opéréJ ' et opère encore le
pour le bien de ses enfants. C'est pourquoi nous christianisme depuis 19 siècles. Et cet homme dit à un
l'appelons avec une ferveur pleine d'intimité le « Sainte de ses disciples, à un simple pêcheur sans instruction:
Père ». C'est ainsi seulement que nous comprenons « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église
l'usage - si étrange au premier abord - qui fait baiser
et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre
le pied de la statue de bronze de saint Pierre, érigée
elle » (S. Matthieu, XVI, 17). N'est-ce pas une chose
dès le VIe siècle, aux visiteurs de la Basilique Saint-
merveilleuse non pas qu'il ait prononcé ces paroles,
Pierre. Les doigts - des doigts de bronze - sont déjà
mais qu'elles se soient réalisées et se réalisent à la lettre.
usés par les baisers fervents de quatorze siècles.
Si le Christ était simplement un homme, il n'aurait
Vénérons-nous donc une statue de bronze? Ah! qui
oserait le soutenir? Alors vénérons-nous par là le pas pu fonder une telle institution. Mais s'Il est Dieu,
pape? Oui! c'est cela. Mais à travers lui nous vénérons alors tout notre culte, tout notre enthousiasme envers
quelqu'un d'autre: Notré-Seigneur Jésus-Christ. celui qui tient sa place, envers le pape, sont légitimes.
B) Nous voici maintenant arrivés à la seconde Saint Pierre a senti la dignité que le Christ lui avait
question : n'est-elle pas justifiée l'accusation portée conférée, mais elle ne l'a pas aveuglé, nous le voyons
contre nous que nous rendons un culte au pape plutôt constamment dans ses épîtres. Avec quelles paroles
qu'au Christ et que le culte du pape a rejeté dans l'ombre d'humilité il commence sa première épître : « Pierre,
et compt'omis le culte du Christ. Pour pouvoir répondre, apôtre de Jésus-Christ .» (le S. Pierre, l, 1). Il n'écrit
il nous faut voir clairement le fait dogmatique : toute pas que son travail a sauvé le monde, mais le sang
la vénération et l'enthousiasme que nous portons au précieux du Christ, de l'Agneau sans défaut et sans
pape prennent racine dans ce dogme : le pape est le tache » (le S. Pierre, l, 19), « par les meurtrissures
vicaire du Christ, mais le Christ est le Fils de Dieu. duquel vous avez été guéris» (le S. Pierre, II, 24). En
Lorsque je rends un cuIte au pape, à travers la personne vérité, on n'a rien à craindre de Pierre pour les intérêts
du pape je rends un culte au Christ, car sans le Christ du Christ.
il n'y a pas de papauté. Ni de ses successeurs non plus. Si prévenu que l'on
Est-il donc vrai que le pape nous écarte du Christ? puisse être contre la papauté, quelles que soient les
Au contraire, il nous mene à Lui. En effpt si le Christ fautes et faiblesses humaines qu'on puisse y découvrir,
n'était pas le Fils de Dieu, on ne comprendrait pas personne ne peut nier que le but dernier de son œuvre
qu'un simple Juif qui vivait dans un petit peuple à pendant vingt siècles ait été d'étendre le royaume
du Christ. Elle a toujours défendu les intérêts du
142 LE SYMBOLE DES APÔTRES . « TU ES PIERRE... » 143
( 1
Christ. Et si la sainte religion catholique est actuelle- fois par les anges dans la nuit de Noël « Annuntio
ment répandue dans le monde entier et si dans le vobis gaudium magnum : Habemus papam », « Je vous
tourbillon des peuples, des races, des langues et des annonce une grande joie : nous avons un pape »...
t~mps elle a conservé intacte son unité, c'est en premier Et la foule trépigne d'enthousiasme et les bureaux
heu le mérite du chef suprême de l'Église, le pape. de poste, les rédactions travaillent, plus qu'après une
bataille gagnée: la nouvelle s'envole à travers le monde
entier: Habemus papam ». Oui, le monde entier s'inté-
resse à cet événement - les uns par amour, les autres
par haine.
Mes frères, il y a à peine un événement pour enfiévrer Mes frères, il n'est pas vrai que nous adorions, que
autant le monde que l'élection d'un nouveau pape. Les nous divinisions le pape; il n'est pas vrai que nous
cardinaux qui élisent le pape se rendent à Rome mais _ voyions en lui un être surnaturel. Non, c'est un homme,
de tous les coins du monde une foule de journ~listes un homme fragile et capable de tomber comme nous.
se précipitent aussi vers Rome et assiègent les bureaux Mais un homme que le Christ a installé à sa place pour
télégraphiques et téléphoniques de la ville éternelle. être le chef visible de l'Église, pour exciter plus sûre-
Sur la place Saint-Pierre une foule énorme est massée ment et plus efficacement notre amour envers notre
et comme à la première- Pentecôte on peut entendre chef invisible, Notre-Seigneur Jésus'-Christ. « Suis-
toutes les langues. Les yeux de la foule guettent durant moi )l (S. Jean, XXI, 19) dit un jour le Sauveur à Pierre
des heures la cheminée du Vatican, pour voir s'il en et aussitôt il suivit le Christ. « Suivez-moi )l - a dit
sort de la fumée et de quelle couleur. En effet si le vote depuis saint Pierre et nous disent ses successeurs.
est sans résultat, on brûle avec les bulletins de vote une Et celui qui suit saint Pierre est tout à fait sûr de suivre
poignée de paille et les gens qui attendent reconnaissent le Sauveur Lui-même.
à la fumée noirâtre qu'il n'y a pas encore de nouveau « Pais mes agneaux» - avait dit Notre-Seigneur à
pap~. Et ils se tien~nt là pendant des heures, pendant saint Pierre. Et depuis, Pierre conduit le troupeau du
des JOurs, encore l:i fumée noire ... jusqu'à ce que de la Christ. Et celui qui se trouve dans le troupeau de Pierre
cheminé~ ~onte '--une mince fumée blanche; il n'y est tout à fait sûr d'être parmi les agneaux d~ Seigneur.
a pas de pallIe avec les bulletins, le vote a eu un résultat. Je tefais pêcheur d'hommes - a dit Notre-Seigneur
Alors, la foule s'écrie dans toutes les langues' du monde: à Pierre. Et Pierre,' depuis 19 siècles, pêche avec la
Ev.vi.va il papa! ~ive le pape! Hoch der Papst 1 Eljen 1 force du Christ. Et celui qui tombe dans son filet est tout
ZSIVlO 1 Un cardmal apparaît au balcon et de nouveau
retentissent les paroles prononcées pour la première
i à fait sûr de tomber dans les mains de Dieu. Amen.

1
L'INFAILLIBILITÉ nu PAPE

r homme à qui elle doit transmettre les trésors de la


rédemption. "
Si l'Église du Christ ne doit ni cesser ni se tromper,
certainement son chef non plus ne le peut pas. Car si
x le pilote pouvait se tromper et s'égarer, la barque
aussi se briserait contre un rocher perfide. Il faut que
le pilote de l'Église du Christ soit infaillible dans les
L'INFAILLIBILITÉ DU PAPE questions de foi et de morale.
L'infaillibilité du pape! Voilà un dogme qui est fré-
quemment l'objet des attaques de gens irréfléchis.
« Que faites-vous donc du pape? En faites-vous un
MES FRÈRES, Dieu? C'est une chose inouïel Dire d'un homme
qu'il est infaillible!... )
Il suffit pourtant d'examiner avec calme cette
Dans le sermon précédent nous nous sommes question pour que nous ne soyons pas choqués de ce
occupés du triple but de la papauté. Notre-Seigneur que Notre-Seigneur Jésus-Christ a constitué le pape
Jésus-Christ a institué saint Pierre et ses successeurs infaillible dans les questions ' de foi et de morale,
docteurs, chefs suprêmes et souverains prêtres de son mais pour qu'au contraire nous en soyons fiers et
Église c'est-à-dire qu'Il a placé entre les mains du pape reconnaissants à Dieu. Celui qui sait 1. que l'infaillibilité
le sort de l'Église. Le pape est donc le pilote respon- du pape est véritablement un don de Notre-Seigneur
sable du vaisseau de l'Église. Pour cette tâche sur- Jésus-Christ, II. qu'elle découle du but de l'Église et
humaine, il a besoin d'une aide surhumaine. En effet III. ce qu'il ne faut pas entendre par infaillibilité, ne peut
si le pape n'était pas assuré de l'assistance du Saint- vraiment' pas comprendre ceux qui partent en guerre
Esprit, s'il pouvait se tromper, lorsqu'il donne à contre ce dogme de notre foi.
l'Église du Christ des règles de foi ou de morale, alors
s'ouvrirait dans la vie de l'ÉgUse une blessure dont 1
tôt ou tard il lui faudrait périr.
Mais le Christ a voulu que son Église durât jusqu'à la L'INFAILLIBILITÉ EST UN DON DU CHRIS'r.

fin du monde. Les '« portes de l'enfer » n'ont pas le


droit de prévaloir sur l'Église du Christ. L'Église du L'infaillibilité du pape veut dire que, lorsque le pape
Christ ne doit pas cesser, tant que vivra sur la terre un en tarit que docteur suprême du christianisme, parle
LE SYMBOLE DES 'APÔTRES L'INFAILLIBILITÉ DU PAPE 147
officiellement à toute l'Église, il ne peut se tromper le texte grec indique un regard pénétrant jusqu'au
dans les questions de foi et de morale. Ce privilège fond de l'âme. Ce n'est ni « aspexit » ni « vidit )) mais
va tellement de pair avec la tâche de la papauté que si Il 'i ntuitus )), le Seigneur regarda profondément dans

elle ne l~ait pas, nous sentirions qu'une force essen- l'âme de Simon et lui donna un nom nouveau: « Tu es
tielle manque au rocher qui doit triompher de l'enfer. Simon, fils de Jean; tu seras appelé Céphas, ce qui
Mais il n'en est pas ainsi, nous le savons par les décla- signifie Pierre» (S. Jean, l, 42). . .
rations de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Le' Christ donne un nouveau nom à Simon 1 A qm
A) Elles sont intéressantes les circonstances dans Dieu donne un nouveau nom, Il donne aussi une
lesquelles l'Évangile rapporte la première rencontre qualité répondant à ce nom. Nous autres hommes
du Christ avec saint Pierre. C'était au début de la vie nous n'en sommes pas capables. On peut appeler
publique du Sauveur. Notre-Seigneur était venu une personne Blanche, bien qu'elle ne soit pas blanche,
trouver saint Jean-Baptiste qui à sa vue s'écria avec ou bien Rose, bien qu'elle ne soit pas belle, Constance,
enthousiasme « Voici l'agneau de Dieu» (S. Jean, l, 36). bien qu'elle ne soit pas ferme. Mais il n'en est pas de
Il Y avait là avec Jean deux de ses disciples André et même pour Dieu. Il a donné à Abraham le nom
Jean, les deux futurs apôtres. Tous deux allèrent d'Abraham, ce que signifiait ce nom nouveau s'est
trouver . le Sauveur, ensuite André en ·informa son réalisé : il est devenu le Père des croyants. Et s'Il a
frère Simon-Pierre: « Nous avons trouvé le Messie ». donné à Simon le nom nouveau de « Pierre », Il a donné
n n'en fallut pas davantage à Pierre: Quoi? Vous avez aussi à Simon la force de la pierre. Tu es Pierre.
trouvé le Messie? Où est-Il? - et ils se hâtèrent Est-ce qu'une pierre peut chanceler? Si la pierre, le
d'aller trouver Jésus: fondement est faible, tout l'édifice s'écroule.
Et maintenant l'Évangile fait une remarque impor- « Intuitus eum Jesus )), le Sauveur regarda Pierre
tante. Lorsque les deux premiers, André et Jean, comme Michel-Ange regarda le puissant bloc de
viennent trouver Jésus, l'Évangile ne mentionne rien marbre où il voulait sculpter son « Moïse )). Ce regard
d'extraordinaire. Pourtant Jésus a certainement regardé du Christ pénétrant jusqu'au fond fut le premier
dans les 'yeux de saint Jean à la pureté virginale qui coup de marteau dans la statue du Moïse du Nouveau
un jour s'attacheront au Christ pendu à la croix. Il Testament. En effet Pierre devait devenir le Moïse du
a regardé dans les yeux enflammés de saint André Nouveau Testament, qui conduirait, sans erreur, le
qui un jour mourra aussi sur une croix pour son peuple du Christ sur le bon chemin dans le désert de
Maître. Or l'Évargile ne parle pas de ces choses. la vie.
Mais maintenant que Simon arrive, l'Évangile écrit : On dit que Michel-Ange, après avoir achevé sa
« Intuitus autem eum Jesus ». Le texte latin comme puissante statue, fut comme enivré par la majesté de
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'INFAILLIBILITÉ DU PAPE 149

son œuvre, prit son marteau et frappa fortement sur aussi nous comprenons le rapport. « Tu es Simon et tu
les genoux de la statue en disant : « Parla, Mose » t'appelleras Pierre », « Tu es Joachim Pecci et tu t'appel-
« Parle,Moïse ». Mais la statue, si vivante fût-elle ne leras Léon XIII», « Tu es Joseph Sarto et tu t'appelleras
.
pOUVait pas parler. Mais Notre-Seigneur n'a pas formé
' Pie X», « tu es Jacqu~s della Chiesa et tu t'appelleras
u~ tel « Moïse » avec Pierre. « Parle, Pierre », « parle, Benoît XV», « tu es Achille Ratti et tu t'appelleras
Lm », « parle, Clet », « parle, Benoît », parle, Pie» - et Pie XI », « tu es Eugène Pacelli et tu t'appelleras Pie XII»,
ils parlent et ils enseignent et ils montrent la route Et « les portes de l'enfer ne prévaudront pas » contre
ils sont infaillibles, parce qu'ils sont aujourd'hui encor; l'Église dont tu es la pierre de base. Mais si tu pouvais
le rocher de l'Église. te tromper, alors elles l'emporteraient sur toi.
B) Après cette première rencontre, saint Pierre .Et « ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les
rentra chez lui. Certainement il se cassa la tête en se cieux ». Mais si tu pouvais te tromper, enseigner une
demandant ce que pouvait lui vouloir le divin Maître fausse doctrine, lier les hommes par des comman-
et pourquoi il lui avait donné un nouveau nom. Mais dements erronés, alors le Maître des cieux, Dieu
le Christ n'était pas pressé de s'expliquer. Il laissait approuverait une erreur.
mûrir l'âme de saint Pierre. Il attendit deux années. Et « ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les
Mais un jour dans une conversation près de Césarée cieux ». Mais si tu déliais par erreur la liberté de
Notre-Seigneur demanda à ses disciples ce que le~ l'homme dans des questions de foi et de mœurs, alors
hommes pensaient de Lui. Ils lui firent diverses le Maître du ciel Lui-même se tromperait.
ré~ons~s. Ils . dirent que certain,s Le prenaient pour C) Ajoutons les paroles ultérieures du Sauveur
Éhe, d autres pour Jean-Baptiste ou un autre prophète. qu'Il adressa à Pierre après sa résurrection : « Pais
« Et vous, qui dites-vous que je suis? » - leur demanda mes agneaux » (S. Jean, XXI, 15)' « Pais mes brebis »
le Sauveur. Pierre répondit au nom de tous et sur sa (S. Jean, XXI, 17).
réponse il reçut de Notre-Seigneur ces paroles gran- Ce fut la transmission solennelle des pouvoirs du
Magistère suprême. Faire paître signifie aussi conduire.
dioses : Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon
Fais-les paître c'est-à-dire conduis-les sur de bons
Église et les portes de l'enfer ne prévaud?'ont point contre
chemins; je te les confie pour qu'elles ne s'égarent
elle. Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux,'
pas. Mais si tu peux toi-même t'égarer; elles aussi
et tout ce que tu lieras su?' la terre sera lié dans les cieux,
pourront se perdre.
et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les
Si le pasteur peut se perdre, que deviennent alors
cieux» (S. Matthieu, XVI, 18- I9). ,
les agneaux? Si le pape pouvait errer dans son ensei-
Maintenant Pierre comprend clairement le chan-
gnement sur les choses de la foi et de la morale, com-
gement de nom d'il y a deux ans. Maintenant nous
ISO LE SYMBOLE DES APÔTRES L'INFAILLIBILITÉ DU PAPB

comment se ~éalisenlient les paroles de saint Paul


~uivant lesquelles, l'Église est « la colonne et la base TI
de la vérité Il (le Timothée, m,IS).
D) Mais s'il restait encore un doute sur la question L'INFAILLIBILITÉ DÉCOULE DES BUTS DE L'ÉGLISE.
de savoir si le Christ a réellement voulu conférer au
pape l'infaillibilité, une autre parole du Sauveur Si nous examinons les devoirs que Notre-Seigneur
dissipera tout doute. Le Christ regarde Pierre et lui Jésus-Ch~ist a imposés à son ~gli~e, n~us co~.stat?~s
dit d'une voix émue: « Simon, Simon Il commence-t-Il. que ces devoirs et les buts de 1 EglIse eXigent 1 mfatlh:
Que va-t-Il lui promettre maintenant? Qu'il ne sera bilité du pape. Ils exigent A) la pureté de la fOl,
jamais plus exposé à la tentation? Que la destinée B) l'unité.
lui sera facile? Oh! Non; En effet Il lui dit: « Simon A) La pureté de la foi exige l'infaillibil~té d~l pafe.
Simon! Voici que Satan vous a réclamés, pour vous Quel avantage y aurait-il eu que le Chnst aIt vecu
cribler comme le froment Il (S. Luc, XXII, 31): Notre- ici-bas ' sur la terre, qu'Il ait enseigné à connaître et à
Seigneur n'affranchit donc pas les apôtres d,e la ten- adorer Dieu convenablement, qu'Il soit mort pour nous
tation. A-t-Il du moins promis à Pierre que s'Il le et qu'Il nous ait acquis les trésors de la rédemption;
faisait une pierre et que les tentations surgissent à quoi bon tout cela, s'Il n'avait pas veillé aussi à ce
il ne' pêcherait jamais? Non, Il ne l'a pas promis. En que les hommes au cours des siècles ne falsifient pas
effet Il dit : « quand tu seras converti, affermis tes sa doctrine, n'y ajoutent ni n'en ôtent rien, c'est-à-dire
frères ll, donc toi aussi tu tomberas. Mais alors ' que s'Il n'avait pas donné à saint Pierre et à ses successeurs
promet-Il donc à Pierre? « Simon, Simon 1 Voici que le don qui les préserve de toute erreur dans l'enseigne-
Satan vous a réclamés pour vous cribler comme le froment; ment du dogme et de la morale?
mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point, La pureté de la foi exige que le magistère ecclé-
et loi, quand tu seras converti, affermis tes frères Il (S. Luc, siastique soit exempt de toute possibilité d'er:eur et
XXII, 31-32). C'est donc pour que tel foi ne défaille pas que s'il déclare guêlque chose comme doctnne du
que j'ai prié. Et si tu tombais toi-même, que ta foi soit Christ elle le soit certainement.
toujours pure et que tu puisses affermir tes frères Le monde cathnlique a toujours su que saint Pierre
dans cette foi pure. Est-ce autre chose, mes frères, et ses "'successeurs sont les docteurs infaillibles des
que la claire promesse de l'infaillibilité du pape sur vérités de la foi. Aussi chaque fois que surgissait un
les lèvres du Chnst? doute si une doctrine était conforme à l'enseignement
de l'Évangile, les plus grands savants et les Docteurs
de l'Église se tournaient vers Rome. C'est ce qui se
LE SYMBOLE DES APôTRES L' INFAILLIBILITÉ DU PAPE 153
produisit à Corinthe du vivant même de l'apôtre que le pape infaillible dont la sentence est sans appel.
saint Jean.' -Les fidèles de Corinthe ne s'adressèrent De quelle joie et de quelle paix nous remplit cette
pas à saint Jean qui vivait près d'eux à Éphèse pour idée que le pape infaillible tient en mains le gouvernail
obtenir une décision, mais au successeur de saint Pierre de l'Église! Qrdinairement nous n'y pensons même
à saint Clément, l'évêque de Rome qui restait bieri pas, nous voyageons tranquillement dans la ba?-que de
plus loin. Ils savaient en effet que le divin Maître avait l'Église vers la vie éternelle et il nous vient si rarement
prié pour Pierre et pour ses successeurs, pour qu'ils à l'esprit d'être reconnaissants pour le pilote robuste,
soient exempts de toute erreur, lorsqu'ils expliquent le vieillard du Vatican qui avec tant de sollicitude
et prêchent sa doctrine. et d'amour conduit l'Église nuit et jour.
B) De mé'me l'unité de joi exige l'infaillibilité du pape.
Si le Christ a réellement voulu conserver sa doctrine
jusqu'à la fin du monde, il était nécessaire d'instituer HI
un magistère doctrinal infaillible. En effet nous voyons
avec douleur ce que deviendrait toute la Sainte Écri- CE QUE NE SIGNIFIE PAS L'INFAILLIBILITÉ DU PAPE.
ture, sans une autorité officielle chargée de l'expliquer,
par les luttes des 3bO sectes chrétiennes actuelles qui Mais je sens, mes frères, que quelques-uns aimeraient
se réclament toutes de la Sainte Écriture, mais expli- à faire quelques objections. Des objections qu'ils ont
quent chacune différemment le même passage de nos entendues ou lues contre l'infaillibilité du pape. On ne
Saints Livœs. Pour la conservation de l'unité de la foi peut croire combien d'idées erronées circulent à propos
il est absolument besoin d'une autorité dont les déci- de ce dogme et combien il y a de gens pour soulever
sions soiem sans appel. Mais quelle sera cette autorité contre lui des objections, parce qu'ils ont sur l'infailli-
i~fa~llibl~? U? évêque? Non. II y a eu des évêques bilité du pape des idées que l'Église n'a jamais nulle
dlstmgues gm se Hont trompés et que le pape a dû part enseignées.
avertir de leurs erreurs. Quelle sera donc cette autorité Écoutons seulement ce que certains disent sur cette
i~f~iIli~l~? L'ensemble des évêques? Non plus : car question . .
SI mdlV1d~ellement ils ne sont pas infaillibles, 'pris A) « Tout ce que nous avons entendu jusqu'à
ensemble, Ils ne le sont pas non plus. Sans compter présent est certainement vrai. Il faut que cela soit
que du yoint de vue pratique, le Christ n'a pas fondé ainsi. Je n'en doute pas. Mais que le pape soit infaillible
ainsi l'Eglise. Il serait impossible de convoquer pour en tout, je ne veux pas le croire». (
chaque erreur ~OUq les évêques de tous les coins du Mais où l'Église enseigne-t-elle pareille ch~se, mes
monde. Il ne reste donc comme unique et dernier ressort frères? Où enseigne-t-elle que le pape est infaillible
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'INFAILLIBILITÉ DU PAPE 155
en tout? C'est uniquement dans les questions de foi fidèles . . S'il se trompe en histoire, non plus. Mais
et de morale et encore seulement s'il ne se prononce s'il déCide en matière de foi et de morale, il ne peut
pas comme homme privé, mais si, officiellement, pas se ' tromper. Mais même alors, seulement s'il prend
comme chef de l'Église il proclame une décision qui une décision applicable à l'Église universelle et en tant
oblige toute l'Église. C'est seulement alors -- et non que chef de toute l'Église.
pas autrement. B) D'autres . présentent une autre objection. Ils
Supposons par exemple que soit élu pape quelqu'un estiment inconvenant que le pape, en vertu de l'infail-
qui auparavant était un grand mathématicien. Et libilité « soit élevé à une gloire surhumaine », comme
voici que se présente à lui un professeur de mathé- s' « il cessait d'être un mortel », et même qu'il soit assuré
matiques qui lui dit :« Très Saint-Père, depuis des de son salut éternel, puisque - disent-ils - s'il est
années je creuse un problème, maintenant j'ai réussi infaillible, « alors il ne peut plus pécher ».
à le résoudre. Voyez donc si la solution est exacte ». Dois-je vous dire, mes frères, qu'il n'est pas du
Le pape l'examine. « Elle est exacte » - dit-il enfin. tout question de cela?
Et maintenant la solution est-elle certainement exacte, a) « Le pape est entouré d'une gloire surhumaine »?
parce que le « pape infaillible » l'a trouvée telle? Pas Lorsque le pape est couronné, il est conduit solennel-
du tout. Pourquoi? Parce que le Christ ne lui a pas lement en' procession à la Basilique Saint-Pierre. Mais
donné l'infaillibilité pour cela. Et pourquoi pas? Parce le maître des cérémonies arrête la procession et, allu-
que cela n'intéresse pas le salut des hommes et qu'elle mant une poignée d'étoupe, dit au pape: « Beatissime
n'est pas nécessaire en ce cas. Pater, sic transit gloria mundi » ••• « Saint-Père, c'est
Prenons un autre exemple. Le pape Pie XI était ain~i que passe la gloire de ce monde ». La vôtre
avant son pontificat le savant bibliothécaire de la passera aussi, - mais vous êtes infaillible, parce que
bibliothèque Ambrosienne à Milan., Supposons qu'un les deux choses sont indépendantes.
historien soit venu le trouver avec un vieux manuscrit: b) « Le pape cesse-t-il d'être un mortel? » Le mardi
« Très Saint-Père, j'ai découvert un manuscrit extrême- gras a lieu le célèbre car?aval italien. Mais le lendemain
ment important. Mais je ne puis décider s'il n'est les églises sont remplies de fidèles pour recevoir les
pas falsifié? » Le pape l'examine et répond : « Le cendres. Dans la chapelle du Vatican un vieux prêtre,
document est authentique ». Est-il maintenant sûre- habillé de blanc, est agenouillé devant l'autel, un autre
ment authentique, p'arce que le « pape infaillible » prêtre descend de l'autel 'et tandis qu'il impose les
l'a dit? Pas du tout. Pourquoi? Parce que le Christ cendres sur le front du pape et que le pape incline sa
ne lui a pas donné l'infaillibilité pour cela. Si le pape tête blanche, l'Église prononce sur lui la même formule
calcule mal, cela n'intéresse pas le salut éternel des que sur les millions de fidèles en ce jour: « Memento,
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'INFAILLIBILITÉ DU PAPE 157
homo, quia pulvis es et in pulverem reverteris lt, Le pape se confesse donc? Mais oui. Le pape infaillible
« souviens-toi, ô homme, que tu es poussière et que peut aussi pécher? Oui, il le peut, car les deux choses
tu retourneras en poussière ». Vous aussi, -Très Saint . d'ependantes: )
sont 111 ') .~/

Père, vou~ retournerez en poussière, - mais vous êtes Nous ne faisons donc pas du pape « un être surna-
infail1ibl~, parce que les deux choses sont indépendantes. turel », le pape ne cesse pas d'être « un homme mortel,
c) « Et le pape ne peut-il plus pécher? » L'infaillibilité capable de tomber et fragile », malgré ce que nous .
ne signifie pas cela. Il ne peut pas se tromper dans croyons et confessons à son sujet : nous croyons et
les questions de foi et de morale, mais il peut se tromper confessons que ce qu'il enseigne est l'enseignement
dans sa propre vie morale. Les faiblesses de la nature du Christ, que ce qu'il défend le Christ le défend et
humaine subsistent dans le pape, il peut aussi com- que ce qu'il ordonne le Christ l'ordonne aussi. Nous
mettre des péchés et - hélas! - l'histoire rappelle de croyons que ce qu'il lie sur la terre sera aussi lié dans
tristes chutes morales pour quelques-uns. Le Christ le ciel et que ce qu'il délie sur la terre sera aussi délié
qui a supporté même un Judas parmi ses apôtres n'a dans le ciel.
pas choisi les papes uniquement parmi les saints.
Oui, il y a eu parmi eux plus de saints et de personnages
zélés que dans aucune famille régnante; mais il' y a eu
- malheureusement - aussi un Alexandre VI. Et
t
.. * .
il n'y a pas de pape qui oserait s'approcher de l'autel, Mes frères, les voies de la Providence sont admi-
sans réciter lui aussi dans les prières du bas de l'autel rables. Que d'erreurs, que d'hérésies ont surgi dans
ce que tout prêtre récite : « Mea culpa, mea culpa, l'Église depuis dix-neuf siècles! Chaque siècle pour
mea maxima culpa ». ainsi dire a créé son hérésie et l'on peut voir même
. Un soir de chaque semaine, lorsque les derniers des évêques d'églises fondées par ' les apôtres -
rayons .du soleil couchant tombent sur les fenêtres des évêques de Jérusalem, d'Éphèse, d'Alexandrie,
du Vatican, derrière une de ces fenêtres, un prêtre d'Antioche - tomber.., dans l'hérésie ou le schisme,
aux vêtements blancs, aux cheveux blancs se lève de seul l'évêque de' Rome n'a jamais chancelé. Sans
sa table-Ùde travail. Il longe le corridor silencieux et doute l'histoire blâme quelques-uns ' ~es 26I'-'papes,
frappe à une porte. Un simple prêtre se lève à son certains d'entre eux ne se sont pas montrés dignes de
appel. ~« Je voudrais me confesser» et il s'agenouille leur haute fonction; mais jusqu'à présent il est impos~
au confessionnal. Et au bout de quelques minutes sible d'affirmer que même un seul se soit trompé dans
sur le pape agenouillé, sur le pape qui s'est confessé, l'enseignement de la foi. Ils ont pu se tromper dans
,~esce.l1dent les paroles de 1'absolution i « Ego te absolvo Il. leur vie privée - mais jamais dans les choses de la foi.,
LE SYMBOLE DES APôTRES

Aussi aujourd'hui encore tout catholique regarde


avec une âme obéissante vers Rome, car nous savons
que quand le Saint-Père nous parle, il nous parle
comme maître infaillible de tous les fidèles, des prêtres
et des évêques. Nous savons que, quand il nous en~eigne XI
dans les choses de la foi, la prière du divin Fondateur
de l'Église le protège, la grâce de l'Esprit-Saint le
conduit, si bien que dans son enseignement il ne peut LA COURONNE D'llpINES DU PAPE
dire que ce qui a sa racine dans la révélation divine
et il ne se trompe jamais dans ce cas-là.
Lorsqu'on va de Naples à Capri, on aperçoit sur
la mer orageuse un rocher qui se dresse à pic. Depuis MES FRÈRES,
des milliers d'années, ce rocher se dresse- au milieu
des flots écumants. De petites barques tournent autour
de lui et ne le regardent pas. Des vaisseaux lourdement Comme elles sont mystérieuses et pleines de sens
chargés, des vapeurs puissants et fiers passent à côté les paroles que je viens de lire dans l'Évangile et dans
de lui et n'y font pas attention. - lesquelles Notre-Seigneur Jésus-Christ a tracé sa
Et je me dis : c'est pourtant l'image de l'Église, route au premier pape. « En vérité, en vérité, je te
l'océan de la vie déferle autour de l'Église et les petites le dis - dit Notre-Seigneur à saint Pierre - quand
barques des destinées humaines de tous les jours, les tu étais plus jeune, tu te ceignais toi-même et tu allais
vaisseaux chargés des hommes d'argent, les orgueilleux où tu voulais; mais quand tu seras vieux, tu étendras
vapeurs des hommes de science passent fièrement les mains, et un autre te ceindra et te mènera où tu ne
à côté d'elle et ne jugent pas digne d'un regard le vieux voudras pas (S. Jean, XXI, 18).
rocher. Mais les années passent, les siècles passent ... Quelles curieuses et mystérieuses paroles! Saint Pierre
Et tandis que les flots depuis longtemps déjà jouent les a-t-il comprises? Vraisemblablement pas :l ce
avec les débris des orgueilleux vapeurs, ils frappent moment-là. Il n'avait pas encore devant. lui la croix
toujours~ en vain le vieux rocher qui reste debout qui, le 29 juin 67, sera dressée sur la colline du Vatican
et du haut dit- phare éternel bâti par le Christ le pape et où le premier pape sera attaché la tête en bas, pour
infaillible tient avec une force inébranloble au-dessus sceller de sa vie sa fidélité envers le Christ.
des peuples du monde le flambeau éclatant de la fat et de Or c'est à cela /que Jésus pensait . .JAu martyre du
la morale. Amen. premier pape et à celui des autres papes aussi.
160 LE SYMBOLE DES APÔTRES LA COURONNE D'ÉPINES DU PAPE 161

L'évangéliste saint Jean fait cette remarque: «lI disait Celui qui au contraire connaît ses obligations et ses
cela, indiquant par quelle mort il devait glorifier Dieu» travaux _ surhumains quotidiens, celui qui sait qu'il
(S. Jean, XXI, 19). Notre-Seigneur Jésus-Christ voyait est occù'p é sans trêve de bon matin jusque bien tard
bien que ses ennemis attaqueraient au cours des siècles le soir, celui qui sait que du' 1er janvier jusqu'au
cette institution avec la haine la plus acharnée et que 31 décembre, il reçoit chaque jour et expédie environ
le sort de l'Église dépendrait de la\. conservation de trois mille lettres, celui qui sait qu'au cours de J'année
la papauté. Il voyait bien que la triple couronne, la du jubilé il a prononcé plus de mille discours, celui qui
tiare que devaient porter les papes ne serait pas une 1 sait que jour pour jour il donne une foule d'audiences
couronne de souverain, mais une triple couronne dans lesquelles il reçoit les visiteurs les plus simples
d'épines qui percerait jusqu'au sang le front des papes. comme les plus distingués venus de tous les coins du
Puisque présentement nous étudions dans une série de monde, celui qui sait à combien de négociations et de
sermons l'importance' de la papauté, il vaut la peine délibérations il prend part et qu'il dirige non seulement
de s'arrêter sur cette vérité que la triple C01l1'onne du la vie spirituelle de- 360 millions de catholiques, mais
pape est à propremmt parler une triple couronne d'épinm:. encore indique les moyens de convertir les infidèles,
- celui qui sait tout cela, dis-je, n'envie pas naïvement
l « la vie de grand seigneur » du pape, mais le regarde
avec respect et émerveillement comme « le premier
« LA SOLLICITUDE DE TOUTES LES ÉGLISES Il ouvrier de l'œuvre du Christ ». « Le serviteur des
(Ile Corinthiens, ù, 28). serviteurs de Dieu » à qui conviennent parfaitement
ces paroles de saint Paul,. disant que pèse sur lui « la
La première couronne d'épines du pape est la masse sollicitude de toutes les églises ».
de travaux et de devoirs auxquels il doit faire face dans B) Et chose merveilleuse : les charges et les tâches
l'intérêt de la chose du Christ et que saint Paul exprime du pape s'accroissent de plus en plus de nos jours. En effet
par ces mots , : « la sollicitude de toutes les églises » son prestige grandit de plus en plus dans lé monde
(Ile Corinthiens, XI, 28). entier. Pleins de reconnaissance pour la divine Pro-
A) On entend çà et là cette puérile et naive réflexion vidence, nous constatons que tandis que dans les
que le pape a une existence princière : il y a des cen- bouleversements qui ont suivi la grande guerre des
taines de chambres au Vatican, il se promène, il mange, nations ont disparu, des trônes se sont écroulés et la
il boit, on s'incline devant lui, bref « il vit en grand foi des hommes dans les grands mots et les idées
seigneur ». C'est ainsi que raisonnent ceux qui n'ont philosophiques a pour ainsi dire été ébranlée, le son
jamais vu le pape. des trompettes d'argent de la basilique Saint~Pierre
Symb. des Ap. - t. V 6
LE SYMBOLE DEs APôTRES LA COURONNE D'ÉPINES DU PAPE

?ev.ie~t de plus en plus fort et de plus en plus les d'un ministère ou d'un état, mais de la plus grande
UldlVldus, les peuples et les États se tournent avec société du monde qui n'a pas mille ou cent mille
attention~ espérance, respect vers le Vatican d'où membres, mais 360 millions et dont l'activité n'est pas
retentit dans le monde : « Tu es Petrus... » « Tu es bornée à un village, un département ou un état, mais
Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église Il s'étend sur le monde entier de l'Orient à l'Occident
(S. Matthieu, XVI, 18). et du Nord au Midi.
Nous voyons avec joie et fierté que, surtout depuis Chaque jour le pape est inondé de nouvelles sur les
la guerre, le prestige du pape a sans cesse grandi dans événements mondiaux. et chacune de ces nouvelles
le monde entier. Des millions regardent vers Rome fait battre son cœur paternel. Chaque plainte, chaque
et écoutent les paroles du papé. Mais alors ayons douleur, chaque infortune de tous les pays du monde,
conscience du travail immense que représente cette émeut son âme de père. Les ennemis des principes
tâche de diriger le monde 1 chrétiens s'efforcent par la ruse et les intrigues d'extirper
la religion dans les âmes : c'est ce qui blesse le plus
le cœur du pape. Il n'y a pas d'époque où tantôt ici
II tantôt là dans le monde ne lève la tête une persécution
sanglante contre l'Église du Christ: et c'est ce qui fait
Il QUI EST FAIBLE QUE JE NE .sOIS FAIBLE AUSSI? Il
souffrir le plus le cœur du pape. Qui ne sentirait
quelle douleur remplit son cœur lors des persé-
(Ile Corinthiens, XI, 29).
cutions inhumaines en Russie soviétique : lors des
luttes contre l'Église au Mexique! Écoutez seulement
La seconde couronne d'épines du pape - plus
quand il reçoit les pèlerins de tel ou tel pays : queUe
pénible, plus douloureuse que la première - c'est
angoisse, queUe compassion, quel amour expriment
la .foule de soucis pour la cause du Christ, la foule de
ses paroles!
trzstesses et de chagrins à cause des persécutions contre
B) Mais celui qui sait tout cela s'efforce d'adoucir
le Christ. « Qui est faible qùe je ne sois faible aussi?
les soucis du pape, il convient en effet que les enfants
- dit le pape avec saint Paul -Qui vi~nt à tomber
adoucissent les soucis de leurs parents.
sans qu'un feu me dévore? (Ile Corinthiens, XI, 29):
Comment pouvons-nous les adoucir?
,A) ParfOIs ~ous rencontrons des gens fatigués, a) Tout d'abord par nos prieres. Prions aux inten-
decour~~es qUI se pl~ignent tristement. Je n'en puis tions du pape. QueUe belle coutume catholique de
plu~ .. ~ ai tant de travaIl, tant d'ennuis, tant de respon-
comprendre dans nos prières les mille soucis, angoisses,
sablhtes ... Mais que pourrait alors dire le pape qui n'a
tristesses du chef de la chrétienté pour que « le Seigneur
pas seulement à 's 'occuper d'une école, d'urie banque,
/

LE SYMBOLE DES APôTRES LA COURONNE D'ÉPINES DU PAPE

le conserve, et ne le livre pas aux mains de ses ennemis !l.


b) Ensuite les fideles ont coutume d'adoucir ses soucis III
par leur assistance matérielle. Je sais que cela sonne
étrangement dans notre monde actuel lui-même dans LE PAPE PERSÉCUTÉ.
le besoin. Je sais combien l'existence est )Jifficile
actuellement dans le monde entier. Et pourtant le Mais le pape a encore une troisième et bien doulou-
denier , de saint Pierre arrive au Souverain Pontife reuse couronne d'épines : les haines et les persécutions
du monde entier. incessantes auxquelles depuis 19 siècles la papauté a été
N'est-ce pas là une chose intéressante que nous constamment en butte et qui ne sont pas autre chose
envoyions au pape le « denier de saint Pierre» ? Ce n'est que la réalisation continuelle de trois prophéties de
pas le « denier de Benoît XV Il ni le « denier de Pie XI », Notre-Seigneur Jésus-Christ.
mais le « denier de saint Pierre Il. C'est de là que Quelles sont ces trois prophéties?
provient la grosse somme que le pape consacre à sa A) La première est celle que je viens de lire dans
nourriture? à son palais? à ses vêtements?... Oh 1 l'Évangile : « Un autre te ceindra et te menera là où
non. Il vit personnellement comme un simple religieux. tu ne veux pas aller Il (S. Jean, XXI, 18). Comme elle
Mais c'est de là que provient la grande somme avec s'est réalisée à la lettre dans toute l'histoire des papes!
laquelle le pape secourt dans le monde entier les Parcourons seulement la série des papes. Aux
indigents, les miséreux et les missionnaires. Là où premiers siècles devenir pape équivalait à devenir
l'amour envers le père suprême de la chrétienté est martyr. Jusqu'à Constantin le Grand il y a eu 32 papes
vivant on doit s'efforcer par quelques sacrifices maté- et 30 d'entre eux sont morts martyrs, deux autres
riels, avec générosité, de venir en aide au Saint.,Père finirent leur vie en exil. Où est la dynastie qui ait
qui porte le souci de la chrétienté du monde entier. commencé son règne avec 30 martyrs? En effet la
Et n'ayons pas peur que la valeur du change hongrois plupart n'ont même pas 30 membres.
pâtis$e du denier de saint Pierre. Certains ont l'habitude Mais même après Constantin combien de souffrances
de nous reprocher que le denier de saint Pierre nuit ont accompagné l'existence des papes! Il suffira peut-
à la monnaie hongroise. Je crois qu'on peut répondre être de citer quelques faits. Innocent 1 et saint Léon
d'un mot:-'Je ne sais pas tout à fait exactement ce que le Grand furent serrés de près par Alaric et les Van-
nous dépensons annuellement pour le denier de saint dales. Jean 1 mourut en prison. Agapit en exil. Sylvère
Pierre. Mais je sais une chose : il n'atteint pas le fut déporté dans une île et y mourut de faim. Virgile
dixième de ce que nous payons à l'étranger rien que fut exilé. Martin 1 porta ses chaînes jusqu'à la Mer
pour les oranges. Noire. Sergius 1 vécut 7 ans en exil. Étienne III put
166 LE SYMBOLE DES APôTRES LA ébURONNÈ j);ÉPINES DU PAPE

appeler les chefs fràncs à son secours. Léon III fut B) Mais une autre parole s'est réalisée elle aussi:
mis à la torture. Léon V mourut en prison. Jean X « Simon, Simon, vOlci que Satan vous a réclamés pour
fut étranglé. Benoît VI périt dans les souterrains du vous cribler comme le froment )) (S. Luc, XXII, 3 1 ).
Château Saint-Ange. Jean XIV mourut de faim en Lorsque Satan a vu que ce trône, malgré les persécu-
prison. Grégoire V fut chassé de Rome. Sylvestre Il tions sanglantes, restait debout, qu'après les révolutions,
fut empoisonné. Grégoire VII mourut en exil à Salerne. les hérésies, les bannissements ce trône était encore
Pascal II mourut dans la misère à Bénévent. Innocent II là, il choisit une autre voie, une voie encore plus
fut le prisonnier du duc Roger de Sicile. Lucius II dangereuse : .des papes indignes montèrent sur le
. fut blessé pendant une révolte. Alexandre II prit la trône au IXe et au xe siècles. Ce n'est ni par le sang ni
fuite devant Barberousse. Lucius III mourut en exil. par les hérésies, mais bien à ce moment-là que la
Grégoire IX vit les Sarrasins détruire les églises de papauté aurait dû succomber. Mais le rocher de granit
Rome. Innocent IV s'enfuit devant Frédéric II. ne chancela pas.
Alexandre IV mourut en exil ,à Viterbe. Boniface VIII a Satan vous a réclamés pour vous cribler comme
tomba aux mains de Philippe le Bel. Avec Clément V le froment ». Plusieurs fois s,e renouvela la plus triste
commence la captivité d'Avignon. Urbain VI provoque scène de la passion de Jésus, lorsqu'un de ses apôtres
le Grand Schisme d'Occident. Puis viennent les tristesses le trahit. Une autre institution aurait irrémédiablement
de la Réforme. Le jansénisme sous Urbain VIII, le péri. Mais ce n'est pas avec la création générale que
gallicanisme sous Alexandre VII. Sous Innocent XI Dieu l'a fondée, ce sont les paroles créatrices du Fils
le despotisme du Roi Soleil. Clément XI et Clément XII de Dieu : Tu es Petrus ...
endurent les vexations des souverains de Naples, de De nouvelles persécutions arrivent sans cesse.
Madrid, de Paris et de Vienne. Benoît XIV (le plus Le souverain le plus puissant de l'Europe, Frédéric
savant des papes) endure les railleries de Voltaire. Barberousse, assiège Rome et il semble que c'en est
Clément XIII et Clément XIV voient les persécutions fait de la papauté, rien ne peut plus la sauver! Mais
contre les Jésuites. Pie. VI est prisonnier à Valence, voici que d'énormes bûchers s'allument dans le camp
Pie VII à Fontainebleau. Pie IX est en exil à Gaète. autour de Rome. Qu'est-ce donc? Veut-on incendier
Sous Léon XIII sévit le Kulturkampf. 'Pie X dépJ.ore la ville? Non. La peste s'est déclarée dans le camp
la séparation en France et le modernisme. Pie XI voit et on brûle les cadavres par milliers pour pouvoir
les persécutions en Russie, au Mexique et en Espagne ... tout au moins rapporter leurs os dans leur patrie. Mais
« Un autre te ceindra et te mènera où tu ne veux pas les flammes ne suffisent plus: on les jette à la mer par
aller » - qui ne voit comme elles ont été réalisées les milliers. E~ bientôt Barberousse vient nu-pieds faire
paroles du Sauveur 1 pél1i~.~.l1~e.
168 LE SYMBOLE DES APÔTRES LA COURONNE D'gPINES DU PAPE

Le sultan Saladin écrit à Pie II : J'arrive pour faire La Rome païenne est disparue depuis lO~g1:emps,
de Saint-Pierre une mosquée. Le pape répond : La l'autel de Jupiter Capitolin est depuis longtemps démoli,
barque de l'Église"peut être secouée par les vagues, aujourd'hui il ne reste plus que le souvenir des empe-
mais elle ne coule pas. Et elle n'a pas sombré. reurs et des rois en lutte avec les papes, mais la papauté
Les autres en ont-ils tiré une leçon? Non. vit et rayonne de plus en plus. Le tombeau du pêcheur
Napoléon humilie Pie VI et lui crie d'un ton de galiléen, le ~ tombeau de saint Pierre, est demeuré
supériorité : Le pape croit-il que son excommunication comme une source inépuisable de valeurs spirituelles
fera tomber les fusils des mains de mes soldats? .. depuis 19 siècles; Il s'est toujours vérifié le proverbe
Mais ensuite arrive Moscou ... le feu ... le froid ... et au français « qur mange du pape, en meurt ».
sens littéral du mot les fusils sont tombés des mains Que n'a pas déjà vu et subi la papautél Elle a vu
glacées des soldats... puis est arrivé Waterloo, Sainte- la fureur des césars romains contre la je~me Église -
Hélène et la fin. La papauté est restée debout avec la et elle a vu la plupart d'entre eux noyés dans leur
triple cOuronne d'épines sur la tête.
propre sang.
Elle a vu les Germains aux cheveux blonds passel'
C) Elle reste debout, car il y a uIJ.e troisième pro-
victorieusement sous l'arc de triomphe de Titus et:
messe de Notre-Seigneur et elle s'est aussi réalisée:
ouvrir leurs yeux tout grands devant les splendeurs
« Et .les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle » ,
de Rome - et ~lle a vu la ruine des chefs germains
(S. Matthieu, XVI, 18). a) Elle s'est réalisée dans le
et entendu leur chant funèbre.
passé et b) elle se réalisera encore à l'avenir. Elle a vu Charlemagne avec la couronne impériale
a) La promesse du Christ s'est réalisée dans le passé. et elle a vu aussi la fin des Carolingiens. L'Église a été
Connaissez-vous le conte du lion malade? en guerre avec les Hohenstaufens et elle a vu la tête
Le lion était couché bien mal~de dans sa caverne. blonde du dernier Hohenstaufen tomber sous la hache.
L'un après l'autre les animaux venaient le visiter; le Elle a vu venir et disparaître toutes les familles régnantes
renard vint aussi. Mais il ·se tint devant la caverne et d'Europe. Elle a vu les Carolingiens, les Capétiens,
n'entra pas. On lui demanda pourquoi il restait dehors. les Valois, les souverains anglais," danois, normands;
~ Les traces me font peur - dit-il. Je vois que les les Plantagenets, les Lancastres, les Yorks, les Tudors,
animaux y entrent, mais je ne les vois pas sortir. les Stuarts, les chefs mongols et les tzars moscovites;
Ici s'arrête le conte. Manifestement le duc Rodolphe elle a vu les Romanofs, les maisons d'Arpa<1;d'Anjou
faisait allusion à ce conte lorsqu'on l'engageait à attaquer et de Habsbourg, les maisons d'Orléans, d'Angoulême
le pape et l'Église. Il se contenta de répondre: et de Bourbon. Elle a vu le Roi-Soleil dans sa gloire,
- Les traces me font peur. mais elle · a aussi entendu les p'a~()l~s qu'un grand
Et l'histoire apprend aussi qu'il avait raison.
LE SYMBOLE DES APôTRES LA COURONNE D'ÉPINES DU PAPE

évêque, Massillon, a prononcées devant son cercueil : encore, e~' dehors-de l'Église catholiqtie, une institution
« Dieu seul est grand, mes frères ». Elle a vu Napoléon qui puisse être regardée comme le ' témoin de l'époque
monter comme un météore et s'éteindre rapidement. où la fumée de l'encens montait~encore au Panthéon,'
Et la puissance des fusils n'a joué aucun rôle dans sa où les léopards et les tigres rugissaient dans l'amphi-
vie, derrière elle il n'y a ni canon ni baïonnette, mais théâtre des Flaviens? Les plus orgueilleuses dynasties
seulement une promesse, les paroles de son Fondateur: royales sont d'hier, quand on les met en parallèle avec
Les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle ». la série des papes. La république de Venise était par
b) La promesse du Christ se réalisera encore à l'âge la plus proche de la papauté. Mais la république
l'avenir. de Venise n'était qu'un enfant en comparaison de la
La papauté périra-t-elle? - pourrait-on demander. papauté. La république de Venise a disparu et la papauté
Et l'historien ne peut que faire cette réponse : Elle ne .est demeurée. La papauté n'est pas en décadence,
paraît pas vouloir périr. Dans le passé elle a résisté à elle n'est pas un reste du passé, mais elle est dans la
toutes les hérésies, aux schismes, aux révolutions, pleine vigueur ' d'une force juvénile. Et aujourd'hui
aux intrigues humaines; de nos jours elle grandit pour encore rien n'indique que la longue domination de
ainsi dire à vue d'œil et devient de plus en plus forte. l'Église catholique aille à sa fin. Cette Église a YU toutes
Plus les vagues de l'existence déferlent contre les les formes de gouvernement, toutes les institutions
peuples du monde, plus les hommes lèvent leurs yeux religieuses et l'on ignore si elle n'est pas appelée à
avec confiance vers le seul point ferme, la seule lumière survivre à la fin de toutes. Cette Église était déjà
sûre, la seule puissance qui ne chancelle pas. grande et respectée, avant que les Anglo-Saxons
Tout connaisseur de l'histoire est· obligé de se n'eussent mis les pieds en Grande-Bretagne, avant
demander quelle est donc cette force mystérieuse qui, que les Francs eussent passé le Rhin; elle était déjà
désavouant le calcul des probabilités, au milieu des grande et honorée, lorsque la rhétorique grecque
ruines des trônes et des royaumes, élève le trône fleurissait encore à Antioclle et que dans le temple de
pontifical dans une beauté intacte et avec une force La Mecque on adorait encore des idoles. Et il n'est pas
d'attraction de plus en plus grandissante. exclu qu'elle subsistât encore avec une fraîcheur
Si on peut parler de miracle dans l'histoire du monde, indestructible, lorsqu'un jour un voyageur venu de
alors c'est bien cette inébranlable institution de la la Nouvelle-Zélande, s'appuyant dans un désert
papauté et ce centre de l'esprit européen. contre les colonnes brisées du pont de Londres, dessi-
C'est\~ certainement: 'à cela que pensait le fameux nera les ruines de l'église Saint-Paul » (Macaulay,
historien, non catholique, Macaulay, lorsqu'il écrivit Critical and Historical Essays, IV, p. 98).
ces magnifiques parole.s ; « Où existe-t-il aujourd'hui Voilà , dans la lan gue cl' un historien célèbre l'écho
172 LE SYMBOLE DES APÔTRES LA COURONNE D'ÉPINES DU PAPE 173

des vieilles paroles" de la Bible : « Et les portes de le nourrit plonge '~i profondément da~~ le sol divin que
l'enfer ne prévaudront point contre elle ». le ver rongeur ne le détruira pas et la main qui le
soutient vient d'une telle hauteur dans le ciel que la
méchanceté humaine ne l'atteindra jamais. "
Le rocher est debout et sur son sommet se tient
son gardien portant la triple couronne d'épines.:
;,
Mes frères, qui pourrait, en dehors de Dieu qui sait Et quand le monde tournerait encore pendant des
tout, dire ce que réserve l'avenir? La papauté retrou- milliers d'années, le pape continuera à tenir le flambeau ,
vera-t-elle un jour le grand éclat extérieur et la puissance lumineux, tant que sa lueur ne se confond pas avec le
qu'elle avait au moyen âge ou bien peut-être le pape grand feu du jugement dernier et il continuera à faire
redeviendra-t-il aussi pauvre que l'était saint Pierre entendre sa parole directrice infaillible, tant qu'elle ne
et prêchera-t-il le Christ, vagabond sans abri? - nous se joindra pas au son des trompettes convoquant au
ne le savons pas. jugement dernier. :
Mais nous savons une chose. Car elles veillent sur lui les paroles immorlèlies du
Nous savons qu'il y aura toujours un pape, tant Christ : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je Mtirai mon
qu'un homme vivra sur ,la terre. Église. Et les portes de ['enfer ne . prévaudront point
Comment le savons-nous? contre elle ». Amen.
Parce que tant qu'il y aura un homme sur la terre,
il y aura un cœur humain qui aura besoin du bien et
du beau, ily aura une raison humaine qui aura besoin
de br vérité et il y aura une âme humaine que ni la
radiovni l'aviation ni la technique, quels que soient leurs
progrès, ne pourront satisfaire, mais qui toujours
aura soif de Dieu. Et(/. tant qu'il y aura sur terre un
homme ayant soif de ' Dieu, il y aura aussi l'Église
catholique qui révèle Dieu aux hommes et il y aura
aussi, sa pierreC fondamentale, la papauté. "-
Pendant dix-neuf siècles déjà tous les assauts ont
été lancés contre ce rocher, mais il reste inébranlable
et regarde les allées et venues des siècles, la naissance
et la~ü}e des dynasties et d~s nati?ns. La ,racine qui
LA PAPAUTÉ DANS L'HISTOIRE 175
monde dans l'intérêt de la civilisation intellectuelle
et matérielle, de la justice et du droit.
En vérité pour nous, catholiques, ce n'est pas là le
plus grand mérite de la papauté. Nous sommes recon-
naissants au pape tout. d'abord et avant tout, parce
XII qu'il conserve dans sa pureté, sans altération, la doc-
trine du Christ et parce qu'il est « la pierre II qui soutient
inébranlablement l'Église du Christ. Oui, voilà pourquoi
LA PAPAUTÉ DANS LA BALANCE nous lui sommes en premier lieu reconnaissants.
DE L'HISTOIRE Mais il vaut la peine que nous examinions aussi les
mérites du pape à l'égard du monde, afin d'accroître
par là notre respect à son égard. Il vaut la peine de
regarder aujourd'hui la papauté non pas seulement
MES FRÈRES, avec les yeux d'un catholique, mais encore de placer
et d'étudier ses mérites dans la balance de l'histoire,
pour envisager du point de we purement humain si
Quand un non-catholique veut insulter gravement c'est réellement une honte d'être appelé « papiste»
un catholique, quand il songe à la manière dont il le ou bien s'il ne faut pas plutôt nous frapper fièrement
touchera le plus vivement en plein cœur, il iui dit la poitrine en · disant : « Dieu soit loué que je suis
d'un ton de supériorité et avec un air de mépris : un papiste ".
« Papiste 1 » Et il croit ainsi avoir couvert de honte son C'est l'expression qui sortira réellement des lèvres
interlocuteur, il ne peut imaginer plus grande injure de quiconque examine les mérites que le pape s'est acquis
et offense; que de dire à quelqu'un qu'il est « papiste» par le développement l. du christianisme d'une part
c'est-à-dire un fidèle du pape. et II. de la civtlisation d'autre part.
En effet c'est ainsi que parle tout homme sans
cervelle. C'est ainsi que parle quiconque ne comprend l
rien de l'histoire. }VIais celui qui connaît, même seule-
ment dans les grandes lignes, l'histoire du monde _ LE PAPE ET LE CHRISTIANISME.

quelle que soit sa religion, qu'il soit juif ou musulman


- celui-là ne peut pas refuser son respect à la papauté, A) A quoi sert la papauté? Pourquoi y a-t-il des
à cette institution qui a fait plus que personne au papes? - « Pour faire les despotes, pour faire les
LE SYMBOLE DES APôTRES LA PAPAUTÉ DANS L'HISTOIRE 177
maîtres » répondent les mal intentionnés. Non ce « Pais mes agneaux, pais mes brebis ». Tout pape qui a
n'est pas pour cela. Mais c'est pour donner le Christ été uri digne représentant du Christ a vu là son unique
à l'humanité. C'est pour cela et uniquement pour cela. devoir. _. _ ('>
Saint Pierre est venu à Rome pour prêcher le Christ a) Que de mérites ont les papes comnte pàsteurs du
et c'est pour cela aussi qu'il est mort. Les papes ont troupeau du Christ! Les sanglantes persécutions des
envoyé des missionnaires dans le monde entier pour premiers siècles ont déchiré le troupeau du Christ .
. prêcher le Christ. Ils ont livrés de pénibles combats, Où était le pasteur? Le mercenaire prendrait la fuite,
.
'
_ ils ont édicté des peines très sensibles, pour protéger
la doctrine du Christ. Ils ont accepté la gloire exté-
mais la place du bon pasteur est près de son troupeau .
Et les papes ont réellement été avec lui dans les cata-
rieure, les hommages et le respect pour utiliser tout combes pour fortifier sa foi et ils sont allés avec lui au
cela au service du développement du royaume du martyre, pour sceller de leur sang la doctrine du Christ. '
Christ. ' - Aujourd'hui encore existe la liste des papes et elle est
Les papes ont toujours conservé d'une âme émue particulièrement émouvante. Pierre, Lin, Clet, Clément,
le souvenir de la triple protestation d'amour à la Évariste ... et après chacun d'eux: « martyr », « martyr».
suite de laquelle le premier pape -a reçu du Christ Poursuivons notre lecture : Alexandre, Hygin, Pie,
ses pouvoirs. « Simon, fils de Jean, m'aimes-tu plus que Anaclet, Soter, Éleuthère, Victor... et après chacun
ceux-ci»? - demanda Notre-Seigneur à saint Pierre. de ces noms nous trouvons : « martyr », « martyr »,
Et Pierre répondit: « Oui, Seigneur, vous savez que vingt-neuf fois l'un derrière l'autre le refrain émouvant:
je vous aime ». Et le Christ lui dit: « Pais mes agneaux» « martyr », « martyr ». En vérité la papauté a toujours
(S. Jean, XXI, 15), Et 11 lui fit répéter une seconde et une été la force, l'encouragement, le cœur de la chr.étienté.
troisième fois cette protestation d'amour. Les papes b) Et depuis, la papauté a servi dé phare pour
auraient-ils pu oublier qu'ils ont reçu le pouvoir de montrer la route et partout où passe la barque de Pierre,
triompher du monde à cause de cet amoûr, qu'ils sur son sillage naissent les bénédictions. L'enseignement
doivent être auprès de l'humanité les prédicateurs de de dix-neuf siècles fortifie encore cette vérité. Rome
l'amour du Christ, de la paix, de ses bénédictions, de est à la fois le point de départ et le centre de la foi
la bonne nouvelle, qu'ils doivent malgré la méchanceté chrétienne ô et de la civilisation chrétienne;) Que de
humaine, la haine et l'hostilité, aider au triomphe de fois s'est renouvelé dans l'histoire des papes l'épisode
l'amour du Christ fort, généreux, désintéressé. que saint Pierre a vécu sur la cime des vagues, lorsqu'il
B) Si l'on voulait résumer en une seule' phrase sauta de la barque de Jean et commença à enfoncer
l'histoire dix-neuf fois centenaire des 261 papes, on à son grand effroi. Cduiqui connaît l'histoire connaît
pourrait le faire .avec ces paroles du divin Sauveur : des époques de réelle consternation. Nous y voyons
LE SYMBOLE DES APôTRES LA PAPAU1'É DANS L'HISTOIRE 179
J

qu'au temps de l'arianisme, le pape seul défendit la foi Est-ce que son divin regard ne s'abaisserait pas
en la divinité du Christ et peu de chrétiens restèrent tristeirient sur l'un ou l'autre ou ne s'enflammerait-il
fidèles et pour ainsi dire le monde entier était devenu pas de colère?
arien. Nous y voyons la persécution perfide de Julien Oui, il s'enflammerait de colère.
l'Apostat,'ldes schismes, des révolutions, le despotisme Mais cependant ... Même en appliquant aux 261 papes
de . Napoléon ... Mais si souvent qu'apparemment les la mesure la plus sévère, à combien pourrait-on
vagues se joignissent au-dessus du pape, s'est renouvelée reprocher l' o~bli de leurs devoirs, la mondanité ou des
encore la fin de l'histoire de saint Pierre ·sur le point défectuosités morales? A six ou sept au plus. Les autres ,
d'enfoncer: « Aussitôt Jésus étendant la main le saisit ont tous été des hommes éminents, des caractères
et lui dit : Homme de peu de foi, pourquoi as-tu imposants, beaucoup ont été martyrs et ont été cano-
douté?» (S. Matthieu, XIV, 3 1 ). nisés. Si le divin regard de Notre-Seigneur descendait
Si l'enseignement de Notre-Seigneur Jésus-Christ est donc sur eux et si son œil qui voit tout scrutait les
resté intact au cours de dix-neuf siècles, c'est en tout lois de l'évolution de l'histoire et les faiblesses de la
premier lieu le mérite des papes. Si le pénible travail nature humaine, de façon aussi pénétrante que jamais j
des missionnaires a gagné au Christ des continents ni historien ni psychologue n'ont pu le faire, et s'Hi
entiers, c'est le mérite du pape. « Si la propagation du voyait alors le petit grain de sénevé semé par Lui'
christianisme est un mérite - écrit le protestant Herder devenu, même du simple point de vue nature!, l'arbre
(Ideen zur Philosophie der Geschichte, Il, 35 0 ) _ immense de l'Église aux feuilles et aux fleurs magni-
alors les papes y ont une grande part )J. Si l'Europe fiques et s'Il posait de nouveau au Pape Pie XI la même
n'est pas devenue la proie finale des Huns, des question qu'à saint Pierre: pour qui les hommes me
Sarrasins, des Tartares et des Turcs, c'est en tiennent-ils? Pie XI se jetterait à ses genoux et L'adorant
premier lieu le mérite des papes. . . Lui répéterait les paroles immortelles : « Vous êtes le
C) Mais ici se présente à l'esprit une idée curieuse: Christ, le Fils du Dieu vivant» : il est tout à fait sûr,
Si actuellement le Christ revenait sur terre et allait mes frères, que Notre-Seigneur ne trouverait rien à
au Vatican ... Ah! oui. Qu'arriverait-il alors? Que ferait critiquer ni à reprocher à la papauté actuelle, mais qu'Il
le Christ? S'il plongeait ses yeux qui voient tout dans redirait les paroles bénies : « Tu es heureux, Pierre,
la vie des 261 papes, n'y trouverait-il pas aussi des parce que mon Église repose solidement sur toi ... ».
ombres, - pes taches? Chez ceux qui, tout en étant Voilà le premier mérite historique du pape: c'est sur
revêtus du pouvoir suprême dans l'Église, ont été lui que repose l'Église du Christ.
pourtant des hommes. En trouverait-Il?
Oui , Il en trouverait.
180 LE SYMBOLE DES APÔTRES LA PAPAUTÉ DANS L'HISTOIRE

vénération à l'égard du représentant du Christ soit


II d'autant plus motivée. _
A) Pour esq~isser seulement ce que la civilisation
LES PAPES ET LA CIVILISATION. - matérielle et spirituelle - doit aux papes, il faudrait
des volumes.
Ce que nous venons d'entendre sur les mérites des a) Tout d'abord il faudrait présenter toute Ithi'Stoire
papes n'a de valeur qu'auprès de ceux qui aiment et de la conversion des peuples. '
honorent le christianisme et le regardent comme le plus La papauté étend sa puissance sur le monde etttier, i
grand bienfait pour l'humanité. Mais dans la balance mais elle n'a ni canons ni mitrailleuses. Comme elle a i
de l'histoire se montrent aussi tant de mérites des papes conquis rapidement le monde entier! ElleéÎève la voix!
qu'à cause d'eux même les non-chrétiens ne peuvent devant 'le Romain orgueilleux maître du monde et'
envisager qu'avec le plus grand respect la papauté. il courbe son front devant le Christ. Elle élève la voix
Ceux qui ne sont pas bien au courant de l'histoire de devant le peuple grec élevé dans la philosophie de
la civilisation portent facilement sur la papauté un Platon et d'Aristot,e et il fait sien l'idéal chrétien. '
jugement réprobateur à cause de l'indignité de l'un Elle élève la voix devant les tribus des invasions
ou l'autre pape. Mais nous pouvons croire le célèbre barbares et ils courbent le cou sous le joug du Christ.
historien non-catholique G'régorovius, quand il dit : Et partout où se dresse la croix surgit un nouvel essor
« L'histoire n'a pas suffisamment de titres d'honneur terrestre, les tribus dispersées s'organisent en états, les
à sa disposition pour pouvoir même approximativement peuples nomades et turbulents deviennent de pais~;bles
signaler les hauts faits des papes et leur gloire qui ne citoyens. . . ... . . ,
,passera pas ». La papauté a assuré par l'unité de f6i et desm&Ùfs
Quels sont les grands mérites des p~pes à l'égard de l'union des idées et de volonté des peuples, l'ennoblis-
la civilisation? sement des cœurs et des âmes qui sont d~venlls la base
Ce sont les mérites qu'ils ont acquis sur le terrain de notre civilisation actuelle.
A) de la civilisation, B) de la vérité et C) de la défense b) Mais à côté de la conversion des peuples il nous
du droit. (. faut mentionner la libéralité sans exemple et la protection _
J'insiste â nouveau sur le fait qu'à nos yeux ce n'est inégalée que les papes ont apportées aux arts et aux
pas leurs mérites les plus grands. Pour nous, leur plus sciences. "
grand mérite, c'est qu'ils sont le rocher de l'Église du Celui qui est allé à Rome et y a vu à chaque pas les
. Christ. Mais il n'est pas superflu de passer rapidement magnifiques édifices, les statues, les fontaines élevés
en revue aussileu~'s mérites hI~19fiques, afin que notre par les papesl. celui qui a parcouru les m~l~y~il~eus~s
LE SYMBOLE DES APôTRES LA PAPAUTÉ DANS L'HISTOIRE

salles du Vatican et les musées d'art, celuI qui a seule- a) La solution des problèmes terrestres dépend
ment passé une paire d'heures dans l'immense biblio- toujours de la manière d'envisager les choses éternelles.
thèque vaticane ou dans les archives, celui-là n'a pas La politique, l'éducation, la vie sociale, la vie juridique
besoin qu'on lui explique ce que la civilisation humaine et morale sont en relations avec les réponses que nous
la plus raffinée doit à la papauté. donnons aux questions dernières. Aussi est-ce un mérite
! Toutes les histoires de l'art proclament éloquem- impérissable des ~apes qu'en maintenant la pureté
ment la gloire des papes, grands protecteurs de Bra- des vérités du christianisme ils aient élevé l'Occident
mante, de Raphaël, de Michel-Ange, du Bernin, de chrétien dans une tradition culturelle unie, forte et sûre.
Maderno. Ce furent toujours les papes qui proclamèrent et défen-
t Celui qui a parcouru les collections antiques du dirent dans le monde la supériorité de l'esprit sur la
Vatican a remarqué avec étonnement que ces musées matière, la supériorité de l'âme sur le corps, de la
ont sauvé de la destruction les bases de toute notre morale sur le profit, du droit sur la force, de la vérité
science et de toutes nos connaissances classiques. Ce sur le mensonge. Mais qui ne verrait que la vie humaine
que nous connaissons par les images de nos livres de ordonnée dure ou disparaît selon le degré de certitude
collège, nous pouvons le voir là en original : le groupe de ces vérités? Qui ne verrait que la défense de la
de Laocoon, Ariane dormant dans sa robe aux magni- vérité a fait de la papauté le premier facteur civilisateur
fiques draperies, l'Apollon du Belvédère, etc. de l'humanité?
C'est avec raison que le pape Pie XI a pu indiquer b) C'est seulement aujourd'hui que nous pouvons
dans son encyclique « Deus scientiarum Dominus » réellement pleinement apprécier par les gémissements
parue en 1931 une foule d'universités qui doivent . de l'humanité égarée à la poursuite du feu follet d'une
l'existence à la papauté. Beaucoup s'étonneront d'en- philosophie erronée ce que signifie pour la civilisation
tendre que les papes ont fondé les universités sui- la proclamation de la vérité. Tous les plans, tous les
vantes: Bologne, Paris, Oxford, Salamanque, Toulouse, désirs, tout l'être de l'homme d'autrefois étaient étroite-
Rome, Padoue, Cambridge, Pise, Pérouse, Florence, ment unis avec le surnaturel. L'homme d'aujourd'hui
Pavie, Lisbonne, Sienne, Grenoble, Prague, Vienne, a voulu s'en affranchir, croyant qu'il se suffirait à lui-
Cologne, Heidelberg, Leipzig, Montpellier, Ferrare, même et pourrait se sauver lui-même. Mais après les
Louvain, Bâle, Cracovie, Vilna, Graz, Valladolid, bouleversements sociaux continuels et les révolutions
Mexico, Alcala, Manille, Santa-Fé, Lima, Guatemala; perpétuelles, aujourd'hui, déjà, il voit de nouveau
Cagliari, Lemberg et Varsovie. que la reconnaissance du monde surnaturel est la seule
B) Mais ils ne sont pas mOIndres les mérites acquis nar garantie certaine" de l'ordre dans la vie terrestre.
les papes pour la propagation et la défense de La vénté. Seule peut jeter un pont entre les contrastes, écarter les
LE SYMBOLE DES APôTRES LA PAPAUTÉ DANS L'HISTOIRE

incertitudes, donner UIie réponse satisfaisante la sagesse pouvoir de l'État. Jamais ils n'ont manqué de faire
que la papauté enseigne depuis dix-neuf siècles. Et si ressortir -ie lien existant entre le droit et la morale et
les papes n'avaient pas fait autre chose que d'élever par là ils ont empêché que des questions de droit
le flambeau de la vérité au-dessus de l'humanité, ils deviennent des questions de force. Le' -« droit » est ce
seraient déjà les premiers bienfaiteurs de l'humanité. qui est « juste »; mais ce qui est juste est déterminé par
C) Mais à côté de la prédication de la vérité ils se les lois éternelles de Dieu et non par le bon plaisir de
sont acquis des mhites éminents sur le terrain de la l'homme. Celui qui aime Dieu respecte aussi le droit :
défense du droit. " _' l'homme religieux est donc aussi le meilleur citoyen.
a) On peut voir au Vatican un tableau célèbre de Du fait que les papes prêchèrent et défendirent
Raphaël : la rencontre d'Attila et de Léon I. Les cette idée, ils rendirent au droit un service incom-
hordes dévastatrices des Huns se précipitent de Venise mensurable. Lorsque les plus fortes crises se déchaî-
vers Rome et menacent de balayer le monde civilisé. nèrent dans l'existence des peuples, les papes ne
Dans cette détresse le pape Léon alla au-devant d'Attila manquèrent pas d'élever la voix dans l'intérêt de l'auto-
pour lui demander d'avoir pitié. Cette rencontre rité la plus haute, du devoir social et du droit et
historique eut lieu à Mantoue en 452. SUl: le tableau ainsi de sauvegarder les bases de la vie sociale humaine
à côté du pape un vieillard aux cheveux gris (saint organisée. « Au moyen âge les papes ont été les véri-
Pierre) menace de son glaive le prince dévastateur. tables remparts du droit », dit l'historien non-catholique
Cette peinture symbolique représent~ le courage Heinrich Leo. Cette attitude courageuse exigeait un
intrépide avec lequel les papes ont toujours élevé la tel désintéressement et de tels sacrifices que pour
voix pour la défense du droit; et c'est à cela que ainsi dire chaque pape aurait pu dire ce que le pape
pensait certainement le célèbre publiciste français Grégoire VII disait avant sa mort en exil: « J'ai aimé
Veuillot, lorsqu'il écrivait : {( Erilevez saint Pierre au la justice et haï l'iniquité, c'est pourquoi, je meurs
monde et c'est la nuit dans laquelle un Néron se lève, en exil ».
grandit et parvient au trône ». -) Quand le célèbre historien de Rome, Grégorovius
Les papes n'ont pas seulement proclamé la pensée écrit : « La religion chrétienne fut l'unique rempart
de saint Paul que l'autorité légale vient de Dieu contre lequel vinrent se briser les flots des barbares »,
(Romain~, XIII, 1), mais ils se sont efforcés en retour nous comprenons aussi son autre affirmation : « Le
de proclamer la vérité en façe des empiétements de culte des peuples du moyen âge pour la ville de Rome
l'État. Les papes ont coa"damné la démagogie, cette était sans bornes ». Oui, car l'humanité avait trouvé
doctrine qui fait dériver tout pouvoir du peuple, dans la papauté la garantie d'un jugement impartial
comme ils ont cOl~~alllné l'~tatismê qui fait venir tout ct juste.
LA PAPÀUTÉ DANS L'HISTOIRE
186 LE SYMBOLE DES APÔTRES
(

b)Aujourd'hui encore beaucoup combattent le foi soit bâtie sude rocher d'une institution unique ou
pape. Pourquoi? Parce que la foi chrétienne les gêne? bien n'est-ce pas plutôt une honte que certains n'aient
Pas du tout. Mais ils 'le combattent parce que la papauté aucune notion des mérites historiques impérissables
est la plus haute personnification de l'idée d'autorité. pour lesquels tout homme cultivé doit une reconnais-
Ce fut toujours la cause dernière des attaques contre sance éternelle à la papauté?
le pape. Les tendances révolutionnaires sentaient bien Ce que le monde doit à la papauté, il n'est pas facile
qu'il est le seul bastion à, prendre àu sérieux. de le résumer. Il lui doit la conservation intégrale de
Et si la papauté est la marque de la civilisation et la foi chrétienne. Il lui doit la prédication intégrale
de l'humanité, alors nous comprenons ce que serait et sans compromis de la morale chrétienne. Il lui doit
devenue l'humanité sans la papauté. Que serait-il la propagation du royaume du Christ. Il lui doit toute
advenu de l'Europe, si elle avait été privée de cette la civilisation chrétienne, les arts et les sciences. Il
puissante protectrice de la civilisation, de la vérité lui doit la garde courageuse des trésors les plus précieux
et du droit, de cette représentante de la supériorité de l'humanité: la vie familiale, l'éducation, la justice
intellectuelle et de cette personnification de l'autorité? mutuelle.
Ce n'est pas moi qui répondrai à cette question, mai~ C'est justement pendant les deux dernières dizaines
l'illustre disoiple de Kant, Herder qui a écrit dans son
livre « Ideen zur Philosophie der Geschichte der
, Menscheit » : « Si les Huns, les Sarrasins, les Tartares,
les Turcs et les Mongols n'ont pas absorbé l'Europe
r
'/
d'années que l'hqmanité a tourné fréquemment les
yeux vers Rome: dans les océans d'amertume de la
grande guerre et des temps qui l'ont suivie. Comme
le rocher au-dessus des vagues, le trône du pape se
pour ,toujours, c"est l'œuvre de la papauté. Sans la tient ferme et avec une autorité grandissante dans
hiérarchie romaine l'Europe serait vraisemblablement \ le monde où des trônes vieux de plusieurs siècles se
devenue la proie des despotes, le théâtre de discordes sont écroulés et où toute autre autorité semble dispa-
ét,ernelles ou b~en aur~it é,té~ ~hangée en désert mongol ». raître. La tiare du pape resplendit, quand les couronnes
des souverains tombent par douzaines dans la poussière.
Et si l'humanité devient assez insensée pour se
déchirer elle-même et si elle continue à suivre des
philosophies séduisantes et le feu follet des mots
Mes frères, maintenant, je pose de nouveau la trompeurs et si elle dilapide les trésors et les valeurs
question : faut-il nous regarder comme insultés, spirituelles gagnés autrefois, alors dans le chaos des
lorsque des gens bornés nous traitent dédaigneusement sociétés en ruines et des débris des civilisations réduites
,~~" C( papi~!~s__ »? Est~ce une, ~onte pour nous que notre en poussière, la papauté restera debout et les dominera,
188 LE SYMBOLE DES APôTHES

comme les pyrûmides d'Égypte restent debout et dominent


les plaines de sable étendues à leur pied par les siècles.
Mes frères,' )rendons grdce à Dieu d'être nous aussi
des « papistes ». Amen.
XIII

SALUT, ROME SAINTE!

MES FRÈRES,

.__ ._~
Les fidèles qui assistent aux offices dans cette
église ont dû certainement être frappés de la grande
diminution du nombre de nos séminaristes ces jours
derniers. Nos élèves de cinquième année sont bien
loin de nous sur le chemin de Rome pour que ceux
qui dans un avenir prochain seront ordonnés pl-êtres,
reviennent sous l'impression de ce saint pèlerinage.
L'année sainte a attiré des centaines de milliers de
pèlerins vers la ville éternelle; mais on ne peut pas non
plus s'y rendre en autre temps sans s'y rencontrer
avec des pèlerins arrivés de tous les coins du monde.
En effet, en dehors de la Terre Sainte;'Jdont le sol a
été foulé par le Fils de , Dieu et, en dehors de notre
terre natale dans Je sein 'de laquelle reposent les restes
de nos ancêtres; il n'y a pas dans le vaste monde un
endroit aussi saint pour les chrétiens que ,le sol de
. Rome. ~"~'
LE SYMBOLE DES APôTRES
SALUT, ROMll SAINTE 1

Mais ce n'est pas l'ancienne capitale du monde


antique qui nous enthousiasme. Ni non plus la ville l
aux incomparables chefs-d'œuvre qui nous enflamme.
Mais nous aimons la pierre fondamentale.~qui est C'EST A ROME QUE BAT LE CŒUR DE L'ÉGLISE.
~ Rome et sur laquelle ' le Christ a bâti son Église.
Nous aimons 1e cœur qui bat à Rome et fait circuler Tout d'abord, nous nous reconnaissons comme
la vie chrétienne dans les membres de l'Église uni- catholiques-romains et nous aimons Rome parce que
verselle. Nous aimons la tête qui, de Rome, donne ses là bat le cœur de l'Église et A) de même que cette
directives et promulgue la doctrine chrétienne dans ville a été la gloire du christianisme dans le passé, B) de
le monde entier. Nous aimons la main paternelle qui, même elle est encore la source vitale de son épanouis-
de Rome, s'élève bénissante sur le monde entier. sement actuel.
C'est en cela que consiste l'attrait mystérieux de A) Le glorieux passé du christianisme est insépara-
la cc Rome éternelle ». blement uni au nom de Rome.
cc Salut, Rome sainte 1 », s'écriaient avec enthousiasme
en 1300, les pèlerins venus pour le premier jubilé
de l'année sainte, lorsque, après un long et fatigant
voyage, du haut du monte Mario, ils apercevaient aux
l a) La vieille Rome païenne a pu aussi être grandiose,
- mais comme l'âme humaine y était misérable! Les
.Romains distingués habitaient dans des palais de
marbre doré, ils lisaient Homère, Horace, Virgile,
derniers rayons de soleil la ville sainte devant eUx. le Forum était plein de vie, les temples païens se
cc Salut, Rome sainte 1 », s'écrie aujourd'hui encore touchaient, - mais ensuite les portes de l'arène
tout bon chrétien qui réfléchit consciencieusement à s'ouvraient et dans le Colisée empereurs, politiciens,
ce que l'âme chrétienne doit à Rome. L'amour enthou- chefs d'armée, écrivains, poètes et vestales con-
siaste de Rome a toujours été la marque des bons templaient de tous leurs yeux les combats à la vie
catholiques dans le monde entier. C'est un fait si et à la mort des gladiateurs. Et cette foule de go.ooo-
connu qu'il n'est pas nécessaire d'en parler davantage. personnes réunies dans le Colisée < , hurlait et
Mais il sera d'autant plus instructif dans le sermon de trépignait d'indignation, quand les gladiateurs se
ce jour d'étudier les causes de ce fait et de poser la ques- ménageaient entre eux ou s'achevaient trop rapidement,
tion pourquoi nous nous appelons nous-mêmes catho- en effet,,_les spectateurs voulaient voir du sang, du
liques-romains, c'~st-à-dire,pourquoi aimons-nous Rome? sang humain coulant lon?temps : elles les vestales,
Notre -léponse sera double. 1. Nous aimons Rome, eux les grands hommes d'Etat. Et lorsque le gladiateur
parce que c'est là que bat le cœur de l'Église et II. nous vainqueur regardait vers la loge impériale implorant
aimons Rome parce que c'est là que vit le chef de l'Église. la vie sauve pour son adversaire tombé à terre blessé,
LE SYMBOLE DES APôTRES SALUT, ROME SAINTE!

la main délicate de l'empereur tournait le pouce vers jeunes filles, · d'enfants, de vieillards. Ils sont morts
le sol dans un geste sanguinaire: pas de grâce. Tue-le, pour le triomphe de la croix, pour le triomphe de
tue-le 1 ./ l'âme, pour la cause du Christ. De leurs tombeaux est
C'était cela la Rome païenne. sortie une autre Reime, Rome la sainte, Rome l'éternelle.
b) Mais un jour, un pêcheur de Bethsaide s'approch.a B) Mais de même que Rome a été la scène du passé
de Rome en suivant la voie impériale : il s'appelalt glorieux du christianisme, de même elle est encore
jadis Simon, mais à présent, il se nommaitPier:--e. la source. vivifiante de son épanouissement actuel.
Sur une autre voie impériale des soldats romams a) L'Italie et Rome ont depuis des siècles exercé
conduisaient un prisonnier que le gouverneur Festus une puissante attraction sur les peuples et les individus.
avait envoyé de Judée; il se nommait Paul de Tarse. Les Cimbres, les Teutons, les Celtes furent peut-être
Et lorsque Pierre et · Paul franchirent les portes de la plutôt attirés hors de leur patrie nordique et froide
grande ville païenne, à l'instant l'histoire du m~nde . par la chaleur du ciel méridional et beaucoup de
fut transformée. Cette Rome qui jusqu'alors étalt le voyageurs aujourd'hui sont peut-être seulement attirés
par les trésors artistiques de l'Italie.
nid et la pépinière de la sensùalité, des combats de
Mais on peut affirmer ayec certitude que la plus
gladiateurs, des idoles, commença à être le point de
grande partie des voyageurs des rapides et des longs
départ et la pépinzêre d'une nouvelle, sainte et noble
trains de pèlerinage se dirigeant vers Rome ne vont
civilisation, de · la spiritualité chrétienne : Rome devint
pas à Rome en premier lieu pour jouir de la chaleur
le cœur de l'Église. Et de même que des veines du corps
du soleil ni pour voir des chefs-d'œuvre. Mais, de
tout le sang affiue au cœur, de même Rome est devenue
même que les peuples affiuaient du monde entier dans
le centre mopdial de pèlerinage, la plus vieille ville
l'ancienne Rome païenne pour s'y procurer l'orientation
touristique où depuis dix siècles, lorsque personne juridique, politique, artistique et économique, et
ne parlait de tourisme, les peuples accouraient en retourner dans leur patrie lointaine avec une nou-
foule : ils étaient attirés par les battements du cœur velle ardeur au travail, de même les chrétiens vont
. de l'Église. C'est ainsi que Rome est devenue la « ville visiter dans la nouvelle Rome le centre du christia-
éternelle )J. Mais il n'y a d'éternel en elle que ce qui nisme, et ayant rajeuni leur âme au contact du cœur de
vient de ·saint Pierre et de saint Paul. l'Église, ils rentrent chez eux ·plus forts pour leur tâche
Depuis, Rome est devenue pour nous un lieu saint, quotidienne.
parce qu'au Colisée, nos frères, les premiers chrétiens, On dit de Gœthe que lorsqu'il fit son fameux voyage
ont souffert par dizaines de mille, sous la dent des en. Italie et gagna Rome presque sans arrêt,ce fut à
lions et des tigres, des panthères et des ours : des proprement parler une fuite hors d'un milieu familial
dizaines de mille de prêtres, d'évêques, de mères, de
Symb. des Ap. - t. V 7
SALUT, nOME SAINTE 1 195
194 LE SYMBOLE DES AP{)TIŒS

c) Et ici je voudrais encore vous indiquer une idée


étroit, mesquin, pesant, loin du brouillard du doute
intéressante : Rome est devenue la mère commune de tous
et ~~ l'incertitude vers la lumière d'une philosophie
les chrétiens, sans qu'aucun soit obligé de renier sa natio-
pOSitIve, et aux larges vues.
nalité. C'est la vérité. En effet, quand nous allons à
C'est ce que ressent tout pèlerin de Rome; il sent
Rome, 'ce n'est pas la capitale de l'Italie que nous
son âme transformée, remplie de grandes et sublimes
voulons visiter, mais le cœur du monde chrétien.
pensées, par la contemplation des valeurs absolues et
Ainsi peut-on comprendre ce fait particulier, qu'à
de principes éternell:ment valables. O~ ne vient pas
Rome les pèlerins, malgré leur enthousiasme, n'oublient
à Rome comme touriste, mais en pénitent en pèlerin
pas du tout leur propre patrie, mais ne pensent nulle
en voyageur altéré, en homme faible qui 'cherche de~
part avec autant d'amour à leur patrie, ne compatissent
forces pour son âme. En effet, celui qui viendrait
nulle pàrt autant à ses . souffrances, ne chantent nulle
u.niquem.ent à Rome pour voir des chefs-d'œuvre, y
part avec autant d'ardeur leurs hymnes nationaux
~lrculeralt en aveugle et en prisonnier spirituel. Quelle
qu'ici dans la ville éternelle.
Importance peuvent bien avoir les richesses passagères
de la Rome artistique à côté des problèmes éternels
auxquels l'autre Rome, la Rome sainte, la Rome
éternelle donne la réponse. II
b) Il est impossible de décrire les sentiments qui
C'EST A ROME QUE VIT LE CHEF DE L'tGLISE.
envahissent l'âme du visiteur à Rome, il faut les avoir
éprouvés. On se trouve là à côté du tombeau de celui
Mais nous n'aimons pas seulement Rome, parce que
qui a parlé avec Notre-Seigneur Jésus-Christ. On se
là bat le cœur du christianisme, mais aussi parce que
t;ouve ?ans la :rille où a été continuellement prêché
chez elle vit le chef du christianisme, parce que là vit :
1 ÉvangIle depUis que le premier pape y a pénétré.
A) le pape, B) notre Saint-Pere le pape .
On est dans la Rome chrétienne qui n'a pas été
A) Nous aWlUllS Rome, parce que le pape habite
. fondée par Romulus et Remus, comme la Rome
à Rome.
païenne, mais par saint Pierre et saint Paul. Là on
a) Qu'est-ce que le pape? Que pense de lui ['Église
resp.ire ~~e atmosph,ère chrétienne, là .on goûte le
catholique?
levam VIVIfiant de l'Evangile qui a christianisé l'âme
Ce 'que pense le monde, nous le voyons à chaque
~~ïe~ne, tout comme le Panthéon païen est devenu
élection d'un pape. La presse mondiale publie de
1 egllse des martyrs, le temple de Minerve J'église
~~nt.a Maria sopra Minerval le temple d~ Diane, gigantesques articles, elle fait des conjectures pour
savoir quel sera le nouveau pape, ce qu'on pourra
leghse Sainte-Sabine.
196 LE SYM'DOLE DES APôTRES SAUlT, RO ME SAINTE 1 197
attendre de lui, quelle ligne politique il adoptera ... conséquence; J'obéissance ardente,pleinl' rie 'vénération
Voilà ce que le monde en pense. filiale que les états et les peuples menant. une vie
Et l' ~glise? Elle ordonne une messe spéciale pour véritablement chrétienne ont toujours montrée envers
le moment où a lieu l'élection du pape, - Missa pro le pape: En effet, si le Christ a commandé au pape
eligendo Summo Pontifice - et la ' collecte de cette d'affermir se~ frères clans la foi, il nous ,a ordonné
messe montrt~ magnifiquement ce que l'Église attend aussi en retour cl' êtrf.' ·qe~ fiJs obéissants et souillis, quand
du ·pape. 1..i8on8 l'oraison de cette messe. Quel pape il veut nous conduire et nous dirigér danf< notre foi .
l'Église' demande-t-elle à , Dieu? Un grand ami des « Devons-nous obéi\( awuglément aux paroles du
arts? Un grand bâtisseur? Un grand politique, un pape »? Mais oui. 'l'".nt COI\\me , un homme raison-
diplomate? Rien de tout cela. Mais un pape qui par nable a coutume d' obéir. ~veHglément à sa. tête, - et
sa sollicitude pour nos âmes (<< pio in nos studio ») non pas à sa m:dn 01\? P?l l:mgue. En, effet. nous, les
soit toujours agréable à Dieu et digne de respect pour fidèles, nous somme·' les m?i.Ds, les pieds et le corps
son peuple. de l'Église. Mais la t~tc, c'est le Christ et son repré-
Voilà' comment l'Église prie pour le pape. C'est la sentant, le pape.
prière qu'elle a apprise de Notre-Seigneur Jésus-Christ Lisez ce que saint Paul dnl: de Notre-Seigneur Jésus-
qui a dit un jour à saint Pierre: « Simon, Simon, voici Christ dans son épître aux Éphésiens : « Il a tout mis
que Satan vous a réclamé pour vous cribler comme sous ses pieds et il l'a dount: pour chef suprême à
le froment; ,mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne toute l'Église qui est sun coq)!;, la plénitude de celui
défaille point et toi, quand tu seras converti, affermis qui remplit tout en tous » (Éphésien8, l, 22-23).
tes frères» (S. Luc, XXII, 32-31). Le Christ est donc la tête de l'Église, mais le pape
Quelles paroles extraordinaires, le Christ a prié est le représentant du Christ sur la terre; et nous
pour Pierre. Le Christ prie pour le pape, car Il sait aimons Rome, parce que c'est là qu'habite le pape, le
quelle tâche lui incombe : le sort éternel de milliards représentant de Notre .. Seiglleur sur la terre.
d'âmes humaines immortelles dépend de son infail- B) Mais notre ~mour a en ..ore 'me source plus
libilité, de la fermeté de sa foi. profonde. Non seulement la tête, If' chef suprême de
Les chrétiens ont appris du Christ à prier eux l'Église, habite à Rome. maj~ c'est aussi le père au
aussi beaucoup pour le pape. On lit déjà des premiers cœur aimant de toute la chrétie.nté, Notre Saint-Pere,
chrétiens que, pendant que Pierre était en prison, .et seule cette expression peut p16nement traduire
« l'Église ne cessait' d'adresser pour lui des prières l'amour profond qui a toujours attiré vers Rome les
à Dieu" (Actes, XII, 5). fidèles.
b) Ces paroles du Christ ont encore une autre a) En , effet même les non·catholiques sont saisis d'un
LE SYMBOLE DES APÔTRES SALUT, ROME SAINTEI 199
respect et d'une émotion toute particulière lorsqu'ils la voftte de l'Église universelle. Vous êtes la tête qui nous
sont en présence du Saint-Père, à l'occasion d'une indique le chemin. Vous êtes le cœur qui bat pour nous.
audience. A combien est arrivé quelque chose d'ana- Mais cette expression indique aussi un grand amour.
logue à ce qui s'est passé pour le puissant ministre Vous êtes le chef de famille et chacun se sent chez
du roi Louis-Philippe, Thiers, qui pendant son séjour soi près de vous. Vous êtes le père et de tous les coins
à Rome, sollicita une audience du pape, mais demanda, du monde vos enfants accourent vers vous. Vous
en qualité de protestant, de ne pas être obligé de êtes cc la patrie des âmes ll, comme Sienkiewicz a appelé
s'agenouiller devant le pape ni de lui baiser la main. un jour Rome.
Quand on présenta cette demande à Grégoire XVI, . Il n'y a pas au monde un seul royaume aussi varié
il répondit en souriant que Thiers pourrait faire dans sa langue, dans son histoire, dans l'aspect extérieur
comme il voudrait. de ses membres, dans la nature spirituelle et culturelle
Et le président du conseil français s'avança. Mais que l'Église catholique. Et un seul point maintient
quand il fut devant le pape, un sentiment singulier merveilleusement unie cette diversité, le centre de
s'empara de lui: il s'agenouilla devant lui et lui baisa l'Église, le pape. Il est le législateur suprême, le guide,
le pied. le rocher, la base, le point central - le représentant
Le pape lui demanda aimablement : « Monsieur le du Christ.
ministre, auriez-vous fait un faux pas? II c) On lit au chapitre LX du prophète Isaïe la des-
Le spirituel français répliqua adroitement: « C'est la cription d'une vision sublime: cc Lève-toi, Jérusalem,
vérité, nous trébuchons tous devant la grandeur de la et resplendis. Car ta lumière paraît et la gloire du
papauté ll. Seigneur s'est levée sur toi. Les ténèbres couvraient
Voilà ce que sent même un non-catholique devant la terre et une sombre obscurité les peuples; mais sur
le pape. toi le Seigneur se lèvera et sa gloire resplendira sur
b) Que ressentent donc les fidèles catholiques, quand toi. Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois
r:ls prononcent ces deux mots : « Notre Saint-Père! II vers la clarté de ton lever. Porte tes regards alentour et
Quel terme plein de ferveur et de vénération! Quel vois : ils se rassemblent tous et viennent à toi; tes fils
respect, quelle confiance d'enfant en rayonnent 1 Que viennent de loin, et tes fIlles sont portées sur les bras»
ne disent pas ces deux mots « Le Saint-Père III (Isaïe, LX, 1-5).
D'abord. ce sont des paroles de confiance. Vous êtes la Quand on lit ces lignes, on songe à une grande
pierre sur laquelle repose notre foi. Vous êtes la base audience pontificale pour un pèlerinage de ['année sainte.
sur laquelle s'élève notre maison de famille à tous, Il semble qu'Isaïe lui ait emprunté littéralement ses
l'Église catholique. Vous êtes la colonne qui supporte vivantes couleurs.
200 I,E SYMROLF DES APôTRES SALUT, ROME SAINtE 1 201

Les antiques et magnifiques salles du Vatican sont Domine? » « Où allez-vous, Seigneur? » Et le Sauveur
remplies· de pèlerins venus de tous les points du lui fit cette réponse inoubliable : « Je vais à Rome,
monde; ils se tiennent les uns à côté des autres com- ,pour m!y faire crucifier ». Pierre comprit le Christ,
muniant dans la même' prière comme frères dans le il s'en retourna aussitôt et travailla pour le Christ,
Christ et attendant leur père commun à tous, le pape. plein .. <je mépris pour la mort, jusqu'à ce que le
Blancs et Jaunes, Européens, Asiatiques, Égyptiens, 29 juin 67, dans le cirque de Néron, non loin de la'
Indiens, llont les uns à côté des autres. Leurs langues, basilique Saint-Pierre où se trouve aujourd'hui son
leurs vêtements, la forme de leurs yeux, leur éducation tombeau, il fut crucifié la tête en bas.
diffèrent, - mais ils ont la même foi, le même Christ C'est à Rome que le premier pape a donné sa vie
et le même Vicaire du ChriRt qui s'approche d'eux dans pour le Christ, c'est à Rome que vit aujourd'hui encore
ses vêtements blancs ... les gens s'agenouillent, baisent le 26x e successeur du premier pape.
la main bénissallte de leur père, à peine y en a-t-il Et depuis, « ubi Petrus, ibi Ecclesia, ubi Ecclesia,
pour ne pas avoir les larmes ~mx yeux... A présent ibi vita aeterna», « où est Piene, là est l'bglise, où
chacun sent quelle joie il y a à être catholique. Quelle est l'Église, là est la 'oie ,éternelle». Ces parolés
fierté il y a à appartenir à la véritable Église t Quelle éternellement belles du grand évêque de Milan, saint
tranquillité de savoir que ma foi aujourd'hui encure Ambroise, ne sont pas · seulement inscrites en lettres
repose sur la pierre sur laquelle le Christ l'a jadis d'or sur la coupole de la cathédrale de Milan,
pusée et à laquelle il Il. f ...it cette promesse . {( les portes mais elles vivent ineffaçables dans l'âme de tous les
de l'enfer ne prévaudrollt point contre elle Il. chrétiens.
Et maintenant nous comprenons pourquoi les foules

... .'
Mes frères, Une des plus célèhres voies impériales
de pèlerins affiuent vers Rome et pourquoi, dès qu'ils
aperçoivent le dôme de Saint-Pierre, s'échappe de leurs
lèvres ce cri enthousiaste : « Salut, Rome sainte! ».
Salut, Rome Sainte! Sous tes pieds s'étendent les
de Rome s'appellt: la Voie Appienne. Une route désolée, galeries souterraines des catacombes avec les tombes
le long de laquelle ,sont rangés des tombeaux ombragés des martyrs chrétiens, qui ont donné leur vie pour
de pins et de cyprès. A un croisement une petite leur Maître. Elles sont saintes ces galeries parce que
chapelle rappelle la place où Ruivant la tradition l'apôtre leurs images bibliques et leurs scènes .liturgiques
sàint Pierre échappé de la prison mamertine et s'en- peintes en traits anguleux ' et seulement ébauchés
fuyant de Rome la nuit, rencontra le Christ ensanglanté enseignent hautement qu'aujourd'hui encore notre foi
et lui demanda d'une âme bouleversée ~ « Quo vadis, est la même que celle des premiers chrétiens et parce

",
202 LE SYMBOLE DES APôTRES

que dans ces galeries trempées du sang des martyrs


notre religion actuelle a pris racine.
Salut, Rome sainte! C'est chez toi que s'élève au-
dessus du tombeau de Pierre la basilique Saint-Pierre.
Salut, "Rome sainte! C'est chez toi que s'élève la XIV
basilique Saint-Jean avec cette fière inscription à son
fronton : « Mère et tête de toutes les églises ».
Salut, Rome sainte! C'est chez toi que se dresse sur LE VISAGE TERRESTRE DE L'tGLISE
la place Saint-Pierre le puissant obélisque qui proclame
à la face du monde : « Christus vincit, Christus regnat,
Christus imperat », (( le Christ est vainqueur, le Christ
règne, le Christ commande ». MES FRÈRES,
Salut, Rome sainte! C'est en toi que bat le cœur de
l'Église, en toi que vit le chef de l'Église. Et c'est
pourquoi du fond de notre âme nous faisons monter Ce que j'ai dit jusqu'à présent dans mes instructions
vers le ciel cette prière : de l'Église catholique n'a été qu'éloge et glorification.
(( Seigneur, protége~ le Saint-Père, le vicaire du Christ». Comme elle est belle, l'Église du Christ 1 Comme elle
Amen. est pleine de sollicitude, notre mère l'Église! Comme
elle est sainte l'Église 1 Quel enthousiasme, quel amour
pour l'Église 1
Mais l'image que nous avons dessinée de l'Église'
catholique dans nos sermons ne serait pas complète,
si à côté des accents de reconnaissance et des éloges ne
se faisaient pas entendre les reproches, les contra-
dictions, les difficultés qui surgissent contre l'Église
tantôt ici, tantôt là. Surtout pour une société indiffé-
rente ou pour les gens frivoles la découverte d'un cancan
.ou d'un scandale est le dessert pimenté quotidien
que doit leur offrir un habile éditeur.
Certains sont choqués par la hiérarchie prodigieuse-
. ment développée de l'Église et le dédale compliqué
LE SYMBOLE DES APÔTRES LE VISAGE TEHRESTRE DE L'ÉGLISE 20 5

des articles du droit canonique. D'autres ne peuvent En effet, que de fois même les meilleurs de nos fidèles
se réconcilier avec la manière de vivre et de faire sont dans l'embarras, lorsque de:; membres d'autres
de l'Église.'_ religions leur glissent à l'oreille triomphalement tel
Certains sont choqués par l'éclat extérieur et la 'ou tel fait scandaleux du passé ou du présent: « Eh
pompe de la papauté. « Le Christ était pauvre et allait bien 1 vous voyez. Voilà votre religion catholique'l
nu-pieds. Mais voyez dans quelle splendeur habite son Voilà votre sainte Église 1 Voilà votre belle Église! »
représentant! » - disent-ils. Les autres - qui ne Et nos frères déconcertés restent muets; ils ne savent
connaissent pas l'histoire - critiquent les papes qui pas répondre; ils ne savent quoi dire.
ont été en lutte avec les rois, ont nommé des princes Mais tout cela s'explique si nous examinons l'idée
ou les ont déposés de leurs trônes. dont je veux m'occuper dans le sermon de ce jour,
L'un n'arrête pas de parler sur « les mauvais papes ». à savoir 1. que ['Église a un double visage, non seulement
L'autre trouve bien des choses à reprendre dans la un visage divin, mais aussi un visage humain; il n'y a
vie des catholiques. donc pas lieu de s'étonner si le visage de l'Église
Que dire de cela, mes frères? Éviterons-nous ces vieux de dix-neuf siècles présente des rides et II. s'il
questions embarrassantes? Pas le moins du monde. y a aussi des pages bien tristes dans l'histoire de l'Église.
Allons-nous nier des cas regrettables? Dieu m'en
garde. On n'a jamais le droit, dans n'importe quel but,
de nier la vérité. Oui, il est vrai que dans les livres l
hostiles de parti-pris ou sur les plages ou en jouant
aux cartes on raconte des scandales dont pas même un LE DOUBLE VISAGE DE L'ÉGLISE.
dixième ne repose sur la vérité. Mais d'autre part
il nous faut franchement reconnaître que dans l'histoire Toutes les objections, toutes les difficultés, tous les
de l'Église - malheureusement - il Y a eu dans le incidents douloureux s'expliquent par le fait que
passé des incidents et il y a actuellement encore des l'Église a un double visage. Tout comme le. Christ qui
faits qui sont bien douloureux, pénibles et attristants vit en elle est le Fils de Dieu, - mais aussi le fils de
pour le peuple chrétien. l'homme; il a vécu dans la gloire et aussi dans l'humi-
C',est- malheureusement - ainsi, on ne peut le liation; il était le Verbe éternel, et aussi le petit enfant
nier; mais il nous faut chercher à l'expliquer. Non pas de Bethléem, 11 en est de même de l'Église du Ch~ist.
à excùser, mais à comprendre. Corps mystique du Christ, elle est un royaume céleste
C'est à cela que je veux consacrer le sermon d'au- et aussi un royaume terrestre; elle mène au ciel, mais
jourd'hui et même aussi les deux sermons suivants. elle a aussi besoin des formes et des moyens des
LE VISAGE TERRESTRE DE L'ÉGLISE 207
206 LE SYMBOLE DES APôTRES

partout où se produit quelque chose de triste panni


sociétés terrestres; « elle n'est pas de ce monde »
les membres de l'Église. Faiblesse humaine faute,
(S. Jean, XVIII, 36), mais elle vit dans le monde: elle a
faux pas, péché... les gens demande?t avec effroi :
donc un visage divin et un autre visage humain.
Est-il possible? En effet on dit que l'Eglise est sainte.
De là résulte pour l'Église un avantage, mais aussi par
contre un désavantage. Est-il possible alors que tel ou tel de ses membres. mène
A) Quel avantage Tésulte-t-il du fait que deux éléments pareille vie, que la nature humaine corr~~pue aIt t~nt
exercent leur activité dans l'Église? de force sur lui. Que dire d'un tel qUI Joue un role
de chef dans la vie catholique. D'un autre qui est si
Ces deux éléments ne se rencontrent pas à côté
l'un de l'autre, mais ils sont unis entre eux, o'nt grandi dévot à l'église. D'un autre encore qui est même
ensemble, ils sont amalgamés, assemblés oTganiquement. prêtre ...
On ne peut pas séparer l'un de l'autre, l'un ne peut Comment peut-on comprendre cela, mes frères?
pas se passer de l'autre et c'est précisément l'existence b) La plus haute qualité de l' homme est sa . volont~
de ces deux éléments qui introduit dans la vie de libTe. C'est un grand honneur pour nous, malS aUSSI
un grand danger. Dieu ne s'immisce pas dans son
l'Église ce contraste particulier qui assure l'activité
débordante de l'Église, comme par exemple loi et fonctionnement, Il ne la supprime pas, même quand
liberté, droit et charité, individualité et vie commune, quelqu'un s'en sert pour le mal. Il ne la supprime pas,
conservatisme et progrès, cérémonies extérieures et même quand l'homme cesse d'être « un homme».
recueillement intérieur. Malheureusement, dans l'histoire de l'Église, les
B) Mais par contre l'activité de ces deux éléments puissances ténébreuses de la nature hu.ma~ne déch~e
se font jour: la soif de l'argent, la SOIf au pOUVOIr,
a aussi un désavantage. Une conséquence regrettable
l'égoïsme, la sensualité ont levé la tête chez les membres
qui en découle est celle que Notre-Seigneur Lui-même
et même les chefs de l'Église, chez les laïques et même
a indiquée dans une de ses paraboles, à savoir que dans
l'Église il y a des méchants à côté des bons et qu'à côté chez les prêtres, et la conscience perpétuellement vivante
de la lumière il y a aussi des ombres. de l'Église n'a pas réussi à les vaincre. Hélas! il Y a
a) Un cultivateur avait semé du bon grain dans
aussi de tristes pages dans l'histoire de l'Église, 10;sq~Ie
son champ, mais son ennemi pendant la nuit sema en les vagues des ténèbres ont b,alayé les murs de l'EglIse
secret de l'ivraie. Les serviteurs lui demandent avec et que leurs ombres se sont répandues sur elle. ;
émoi: «Maître,· est-ce que vous n'avez pas semé du La parabole du Sauveur aurait pu nous préparer
h ,.
bon grain dans le champ? d'où vient donc qu'il s'y trouve à ce fait que dans le champ de l'Église l'ivraie pous.s;ra
de l'ivraie? » (S. Matthieu, XIII, 27). à côté du froment: dans toute famille, dans toute socICté,
Que de fois a été entendue depuis cette question! dans toute paroisse) il y a aussi de l'ivraie. Nous en
2c8 LE SYMBOLE DES APÔTRES · LE VISAGE TERRF,STRE DE L'ÉGLISE 2°9
gémissons, nous en pleurons et . nous travaillons pour est aussl~ composée d'un corps et d'une âme. Le corps
que l'ivraie diminue de plus en plus, - seulement de l'Église, c'est nous, I~s membres; l'âme c'est le
notre foi ne doit pas sombrer. En effet Notre-Seigneur Saint-Esprit. L'homme n'est pas responsable de ce
n'a-t-Il pas dit aussi : « Malheur à l'homme par qui que fait le corps contre la volonté de l'âme, sans son
le scàndale arrive! » (S. Matthieu, XVIII, 7). Et n'a-t-IJ autorisation; l'homme est seulement responsable des
pas dit encore : « Au temps de la moisson je dirai aux actes où il y a eu consentement de l'âme. Or il en
moissonneurs : cueillez d'abord l'ivraie et liez-la en est de même pour l'Église. Elle n'est pas responsable
gerbes pour la brûler )l (S. Matthieu, XIII, 30 ). de ce que fait son corps, de ce que font ses membres,
C) Mais ainsi nous comprenons bien des choses. contre la volonté de son âme, le Saint-Esprit. C'est
a) Nous comprenons que l'Église ait des prières ainsi que l'Église reste pure et immaculée même aux
délicieuses mais qu'il y ait aussi des gens dont toutes époques les plus tristes. Ce que nous trouvons en elle
les prières ne soient qu'un mouvement des lèvres sans d'immondices ne vient pas d'elle, mais lui a été apporté
âme. Elle est noble et émouvante la liturgie de l'Église, du dehors.
mais certains prêtres par leur précipitation la trans- Nous devons nous en souvenir, quand nous lisons
forment en gestes ridicules. Suivant les désirs et dans l'histoire de l'Église et que nous y trouvons des pages
. la pensée de l'Église ses prêtres sont les combattants noires. Nous devons nous souvenir que l'Église a
valeureux de la pensée du Christ, mais il ya aussi parmi deux histoires. L'une, la véritable histoire, mais que
eux des âmes faibles, des hommes mesquins et grossiers. des yeux humains ne peuvent percevoir : l'histoire
Certains fidèles peuvent être fervents, pieux, con- de la vie de la grâce qui jaillit des sept sacrements,
sciencieux, mais ils peuvent aussi être en même temps et de la divinisation des âmes. L'autre qui se déroule
insupportables et capricieux. sous nos yeux, l'histoire du corps de l'Église où il y a
A-t-on le droit de s'en scandaliser? Seul en a le sûrement des fautes, des faux pas et des péchés de
droit celui qui ne voit pas que l'Église est éternelle, toute sorte : même l'arbre le plus sain a des fruits
mais que ses membres et ses prêtres naissent et meurent, tombés et l'armée la meilleure a aussi ses déserteurs.
qu'ensuite en arrivent des nouveaux et qu'il faut tout
recommencer depuis le début : guérir leurs nouvelles
faiblesses, leurs mesquineries terre à terre, leurs II
nouveaux défauts.
LES PAGES LAMENTABLES DE L'HISTOIRE DE L'ÉGLISE.
b) Oui, l'Église reste sainte, immaculée et sans ride ,
malgré tout cela, bien que · ses membres commettent Si nous considérons sans parti pris ce que nous
des fautes ou des péchés. Car comme l'hommel l'Église venons de dire, notre foi ne fera pas naufrage à cause
,
210 LE SYMBOLE DES APÔTHES LE VISAGE TEHRESTRE DE L'ÉGLISE 2II

des tristes pages de l'histoire de l'Église que les ennemis fierté, que chez le plus grand nombre des papes
de l'Église catholique ont l'habitude de montrer avec l'expression « Très Saint Père » ne convient pas se~~e­
un air de méchanceté triomphante. ment à la dignité, mais aussi à la personne, la venté
A) Qui, par exemple, n'aurait pas encore entendu nous oblige cependant à reconnaîtr.:: avec douleur
parler des « mauvais papes»? Que devons-nous penser que, tout comme parmi les douze apôtre~, il y a eu un
de la question? Est-il vrai qu'il y a eu aussi des mauvais Judas, de même parmi les 261 papes 11.y en a eu
papes ?Et s'il y en a eu, quel doit être notre jugement? aussi quelques-uns - qui ne fUl'ent pas dignes de leur
a) Les catholiques appellent le pape: « Saint-Père ». charge.
Et quand ils parlent de lui, ils disent : « Sa Sainteté ». Si pénible que soit cette co~statation, elle ne peut
Cette expression magnifique s'applique-t-elle à la pourtant pas ébranler notre foi. Les papes aux noms
personne ou à la dignité? Voulons-nous dire par là desquels s'attachent de tristes souvenirs, furent surtout
que quand quelqu'un devient pape, il ést déjà un en lutte les uns avec les autres, soumis à l'influence
saint? de partis puissants et por~és sur le trône ~ontifical
Eh bien! non. C'est ta charge, la dignité qu'il revêt, par l'ambition de leur famille ou de leur natlOn.
qui est sainte. Et cette dignité en fait l'oblige à s'efforcer Il y a donc eu aussi des mauvais papes? Malheureu-
d'atteindre lui aussi à la plus grande sainteté de vie. sement oui.
Et nous voyons en réalité que parmi les 261 papes En résulte-t-il pour cela que le Christ n'ait pas
il y a eu 81 saints canonisés, 33 martyrs et 7 bien- fondé la papauté? Pas du tout. .
heureux, sans compter ceux qui ont mené une vie véri- En effet, le Christ a prédit que l'enfer déchaînerait
tablement sainte, mais n'ont pas encore été canonisés toutes les attaques contre l'Église. Et aurait-il pu
par exemple un des papes les plus récents, Pie X. songer à une attaque plus dangereuse que celle qui
Chose étrange, il y a des hommes qui dans cette atteindrait l'Église dans son chef?
magnifique histoire de dix-neuf siècles n'aperçoivent Les mauvais papes sont donc aussi une preuve de
que les quelques années ou dizaines d'années couvertes l'origine divine de l'Église. Car si la religion catholique
d'ombres. Le soleil a aussi des taches. Mais y a-t-il était une création humaine, alors elle aurait été irrémé-
quelqu'un pour en être choqué et tourner le dos au diablement ruinée\ par 1es mauvats. papes. ~
soleil? Et à cause des quelques pages sombres et B) Précisément cette idée ouvre de nouveaux po~nts
brumeuses de l'histoire des papes allons-nous oublier de vue qui éclairent encore davantage la questlOn.
les nombreuses pages lumineuses et édifiantes, en Le rôle de la divine Providence dans l'Église.
parcourant le volume tout entier? Lorsque Notre-Seigneur Jésus- Christ plaça son
b) Mais s'il est vrai, et si nous pouvons affirmer avec Église dans le monde, il la munit de ce viatique :
212 LE SYMBOLE DES APÔTRES LE VISAGE TERRESTRE DE L'ÉGl ,ISE 21:)

« Voici que je suis avec vous tous' les jours jusqu'à la Et si les . évêques 'au moyen âge galopaient sur des
fin du monde» (S. Matthieu, XXVIII, 20). Et Notre- coursiers fougueux et défilaient devant leurs peuples
Seigneur a réellement toujours protégé son Église et suivis d'une escorte éblouissante, s'ils résidaient dans
a été avec elle dans toutes les luttes et les épreuves des châteaux, comme « des 'princes de l'Église »...
qu'elle a dù souffrir jusqu'à présent dans le monde. tout cela évidemment nous paraît actuellement inima-
a) Avec quelle sollicitude la Providence a guidé son ginable. Mais ne soyons pas choqués qu'il en fût ainsi
Église! autrefois. En effet, on n'aùrait pas pu gàgner au Christ
D'abord, il y a eu' trois siècles de persécutions un peuple habitué à l'éclat, aux pompes extérieures
,sanglantes. Lcur but était de faire mùrir l'Église du et au faste avec des moines allant nu-pieds, mais il
Christ en vue de la domination spirituelle et de prouver fallait des princes de l'Église passant sur des coursiers
que la vérité ne serait vaincue par aucune terreur écumants en vêtements d'or et d'argent.
sanglante. Et voilà pourquoi au moyen âge les évêques allaient
Aussitôt après la victoire de la vérité, l'Église put à cheval et étaient aussi de riches seigneurs ...
entreprendre une nouvelle tâche : l'éducation des Seulement ...
peuples. Mais maintenant, à côté du triomphe des force8 b) Seulement la divine Providence sait bien quand
de la vérité devait prendre place la victoire morale de l'Église a besoin de la puissance extérieure pour
la cgnquête des nations barbares; par une patience et réaliser son but et aussi quand elle n'en a pas besoin.
une charité sans exemple, ou par une sévérité et une Et quand elle n'en a pas besoin et quand il vaut mieux
discipline paternelles, ou même par l'éclat de ses ' qu'elle en soit privée pour la direction des âmeR;
pompes extérieures. alors Dieu a soin de l'ôter des mains de l'Église et de
Combien se scandaliseraient aujourd'hui de la sévérité la remplacer par autre chose.
et des pompes de l'Église au moyen âge! Pourtant si Pour dompter les peuples barbares du moyen âge,
l'Église - dans l'intérêt du salut de l'âme de ses enfants l'Église avait aussi besoin de la force extérieure, tempo-
- a combattu, a frappé de l'excommunication, a puni relle. Mais aujourd'hui, il semble que la divine Provi-
les obstinés, seul peut s'en scandaliser celui qui n'a dence veuille rapprocher l'Église des âmes sans la
pas encore vu une mère en train de punir ou les yeux puissance politique, sans les biens terrestres, en dehors
chargés de menace d'un père, lorsqu'ils élèvent des de l'influence de l'État, uniquement par la force de
enfants indisciplinés ou cherchent à les protéger dans l'amour et de la charité. Quoi qu'il en soit, tout arrive
les dangers. Il ne nous faut pas envisager tout cela comme le veut la Providence. Mais il est sûr .que,
du point de vue actuel, mais d'après la manière de quels que soient les changements que l'avenir réserve,
penser de cette époque. l'humanité ne pourra jamais se passer de l'amour des.
LE SYMBOLE DES APÔTRES LE VISAGE TERRESTRE DE L'ÉGLISE 21 5

prédicateu lS du Christ ni de la force qui prêche la d'argent. En quoi sera celle du dernier pape? Qui
fidélité au devoir et la pureté des mœurs) dans ses pourrait le dire?
institutions politiques et sociales. a) Si Notre-Seigneur Jésus-Christ venait actuellement
Tant ' que les enfants sont encore en bas âge, ils ont au Vatican et y recevait les hommages du pape descendu
fréquemment besoin des avertissements de leurs de son trône et prosterné devant Lui dans la poussière,
parents et méritent parfois même de sérieuses punitions. très certainement, il n'enlèverait rien à sa puissance~
C'est pourquoi dans les siècles ancieu's sortaient fré- ni à son champ d'activité, mais rien non plus à son
quemment des lèvres de l'Église des paroles de blâme, train de cour, à son habitation, à ses ornements d'or.
et même si cela ne suffisait pas, elle frappait de l'excom- En effet, c'est la divine Providence qui a voulu
munication les gouvernants et les peuples. que durant les trois premiers siècles, les papes ne
Aujourd'hui lea peuples sont devenus majeurs. fussent pas sur ·un trône, mais en prison et que des
L'Église ne cesse évidemment pas de demeurer leur 32 premiers papes, 30 mourussent martyrs. C'est
mère, mais elle leur parle comme les parents font la divine Providence qui a voulu qu'au moyen âge,
avec leurs enfants devenus grands, - aujourd'hui les papes et les évêques fussent sur des trônes, entourés
encore elle fait des reproches, quand il le faut, non plus de splendeJlr et de faste pour conduire le troupeau
sur le ton sévère d'autrefois, mais bien plutôt avec les du Christ. Mais de même la divine Providence pourrait
accents d'un amour inquiet. Aujourd'hui encore il aussi vouloir qu'un jour le vicaire du Christ fût obligé
y a parmi vous des évêques et des prêtres, mais ils de redescendre dans la nudité des catacombes.
n'ont plus le droit de vivre en seigneurs derrière les b) Nous ne connaissons pas l'avenir. Nous ne savons
fenêtres grillagées des évêchés, ils compatissent dans pas ce que la Providence réserve à l'Église.
leur âme aux souffrances de corps et d'âme de leurs Mais nous savons une chose. Nous savons que l'Église
fidèles. a deux visages, humain et divin. Nous savons que
Mais de même que le Christ était avec l'Église, l'activité de l'Église est composée de ces éléments
quand elle était entourée de cet éclat mondain, de humain et divin et seuls ceux qui n'y songent pas se
cette puissance et de cette splendeur, il sera aussi avec scandalisent des fautes et des poussières qui s'attachent
l'Église, si un jour, peut-ftre, elle est obligée, dépouillée à l'Église.
de toute puissance et de tout éclat extérieur, de continuer Précisément parce que l'Église est composée
sa sainte mission de prêcher à ses fide/es la doctrine du d'hommes, toujours des faiblesses humaines y pénètrent.
Christ. N'ayons pas honte de reconnaître avec l'apôtre saint
Saint Pierre, le premier pape, avait un bâton pastoral Jacques que « nous péchons tous en beaucoup de
en bois. Pie XI) le 26l e pape, a une crosse- d'or et choses If (S. Jacques, III, 2). N'ayons pas honte de
1

LE SYMDOLE DES APôTRES LE VISAGE TERRESTRE DE L'ÉGLISE 21 7

1
reconnaître que nous avons nos défauts et que pèsent pas faciiement aux railleurs et ne jugez-vous pas aussi
sur nous les imperfections de milliards de chrétiens rapidement que le savetier de Venise?
depuis dix-neuf siècles. Mais à côté des petitesses Que faisait donc ce brave savetier? Il se tenait en
humaines, il faut aussi songer à la grandeur divine. badaud devant le tableau d'un célèbre peintre italien
Sur le visage de l'Église, il ne faut pas voir seulement et quand on lui demanda si le tableau lui plaisait,
les tr~its humains, mais aussi les traits divins, de sorte il répondit en haussant les épaules: « C'est beau, c'est
qu'il est impossible de ne pas songer à une sollicitude beau. Mais un crochet de la chaussure d'un des person-
manifeste de la divine Providence. nages n'a pas été peint à la bonne place ».
Celui qui regarde sans parti pris l'Église, même Mes frères, notre Église suit la routé de l'histoire
derrière ses rides de dix-neuf siècles, s'aperçoit combien depuis dix-neuf siècles. Cette route est certainement
le Saint-Esprit agit inlassablement en elle avec une poussiéreuse, raboteuse, - serai-je scandalisé de ce
force qui ne décroît pas. que ses pieds sont aussi couverts de poussière? Serai-je
Celui qui voit tout cela est aujourd'hui encore scandalisé de ce que l'idéal et la réalité ne se recouvrent
obligé de s'écrier, comme Jacob, lorsqu'il se réveilla pas toujours exactement, comme ils ne se recouvrent
après son songe : « Certainement le Seigneur est en jamais nulle part, là où intervient une main humaine.
ce lieu et je ne le savais pas » (Genèse, XXVIII, 16). L'Église a deux visages. Et je t'aime, Église catholique,
Il est obligé de rendre le témoignage que N otre- ma Mère, malgré les rides de ton visage, je t'aime malgré
Seigneur a rendu de Lui-même : « Les aveugles les quelques défauts de ta vie extérieure, car j'aime ton
voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéri5, visage intérieur, ton âme, la source de ta vie intime :
les sourds entendent, les morts ressuscitent ... Heureux i' aime Notre-Seigneur Jésus-Christ. Amen.
celui qui ne se scandalisera pas à mon sujet »
(S. Matthieu, XI, 5-6).

Et maintenant, mes frères, répondez à une question:


Pouvez-vous regarder ainsi l'Église, avec l'enthousiasme
d'une piété filiale? Ou bien, lorsque sur la plage ou
dans une atmosphère viciée par la fumée des cigarettes,
on calomnie notre sainte religion, ne vous joignez-vous
L' « INTOLÉRANCE » DE L'ÉGLISE 2i9

double visage de l'Église, avec sa double nature, divine


et humaine, comme il en a été question dans le sermon
précédent. ,
Mais il y a eu aussi dans l'Église des qualités, il y
xv a eu dans sa vie des manifestations que certains
regardent comme des défauts, des lacunes et des
imperfections, mais qu'il est impossible d'appeler
L' « INTOLÉRANCE» DE L'ÉGLISE ainsi. Nous entendons à chaque instant des allégations
lancées à la légère par des gens frivoles ou mal disposés;
il vaut donc la peine d'examiner en détail ces prétendus
défauts de notre Église, pour nous rendre compte si
ce sont des défauts ou plutôt des vertus, si nous devons
nous en scandaliser ou bien plutôt y reconnaître les
marques de la véritable Église.
Le sermon de ce jour sera ]a suite logique de celùi Et pour pouvoir examiner en face ces difficultés,
de dimanche dernier. Pour formuler un jugement j'y consacrerai non seulement le sermon d'aujourd'hui,
impartial, il est nécessaire que nous regardions en mais encore celui de dimanche prochain.
face les objections que soulèvent contre notre Église
les esprits superficiels; celles qui concernent des
défauts réels de la vi~ de l'Église, et celles aussi qui 1
concernent des défauts apparents et qui ne peuvent
être appelés ainsi qu'à la suite d'un jugement précipité
et partial. L' « INTOLÉRANCE » DE NOTRE ÉGLISE A L'ÉGARD
DES AUTRES RELIGIONS.
Il y a eu dans l'histoire de l'Église des pages réelle-
ment tristes et il y a eu aussi dans la vie de l'Église
des événements dans lesquels le côté humain de Parmi les (! défauts » que certains nous reprochent
l'Église est malheureusement trop accusé. Nous les si aisément le courage et la franchise de l'Église catholique
regrettons et nous travaillons pour que l'élément jouent peut-être le premier rôle; c'est pourquoi nous
humain soit de plus en plus rejeté à l'arrière-plan sommes obligés d'entendre la plupart de ces reproches
dans l'Église. Il ne sera donc jamais possible d'écarter c'est pourquoi on dit de notre Église qu'elle est (( into-
otalement ces défauts, car ils vont de pair avec le lérante » à l'égard des autres religions.
L' « ' INTOLÉRANCE » DE L'ÉGLISE 221
220 LE SYMBOLE DES APÔTRES

contredit déjà cette affirmation que « toutes les religions


« Comment l'Église catholique peut-elle être aussi
sont bonnes ).
intolérante! entend-on dire à chaque instaht. Elle
b) ]\lIais la saine raison aussi la contredit. Admettons
proclame qu'elle seule est la religion du salut. Or,
que les représentants des diverses religions sment dans
n'est-il pas indifférent que Dieu soit adoré dans telle
la même salle les uns à côté des autres : quelle confusion
église plutôt q'ue dans telle autre? Les autres confes-
il y aurait! Brahma, Mahomet, Mars, Jupiter, Luther,
sions chrétiennes du moins reconnaissent la légitimité
Calvin, les idoles, Bouddha, les dieux de l'Olympe -,
des autres religions; mais l'Église catholique ne le
sont-ils tous également dignes de notre culte? L'un '
fait pas. Elle dit qu'en dehors d'elle il n'y a pas de
enseigne une chose totalement opposée à la doctrine
salut. N'est-ce pas épouvantable? Serait-il possible que
de l'autre. L'un adore ce que l'autre , rejette.
quiconque n'est pas catholique soit damné »?
« Toutes les religions sont bonnes ;) - cette maxime
C'est ainsi qu'on se révolte souvent contre l'Église,
a déjà pénétré dans le peuple, mais a-t-elle rendu les
qu'on s'indigne et se scandalise, mais seulement
hommes plus religieux? Pas du tout. Elle les a rendus
parce que A) d'une part, on ne réfléchit pas à ce que
irréligieux. Car c'est la suite logique. Si toutes les
l'on ~it, B) d'ilUtre part, on ne connaît pas là doctrine
religions sont bonnes, alors chacune, en particulier,
de l'Eglise ou bien on ne la connaît qu'à moitié.
n'est pas bonne. « Toutes les religions sont bonnes » -
A) Il convient à un homme raisonnable, lorsqu'il
ceux qui le d:'lent sont ceux qui n'ont plus de religion.
affirme quelque chose, de réfléçhir aussi à toutes ses
c) Mais cette affirmation est aussi contraire à la morale.
conséquences. Eh bien! réfléchissons à ce qui résulte
La religion pénètre profondément la vie de l'homme.
de cette affirmation que chacun peut adorer Dieu
C'est elle qui crée la civilisation et la culture morale. '
dans n'importe quelle religion, c'est-à-dire que toutes
Si le fondement religieux est faux, la formation du
les religions sont également bonnes.
~euple est fausse aussi. Les dieux de l'Olympe sont
a) Si toutes les religions sont également bonnes,
Immoraux : les peuples grec et romain sont sans
alors nous ne comprenons pas pourquoi chaque religion
moralité. Les statues de Bouddha sont inertes : ses
s'efforce de gagner à soi les hommes. A quoi bon alors
serviteurs sont inertes, sans énergie. Oui, telle religion,
tous ces grands efforts pour faire des conversions?
tel peuple. Elle n'est donc pas indifférente la nature
Si toutes les religions sont également bonnes, alors
de la religion. ' .
pourquoi des centaines de sectes, les Baptistes, le~
Dans l'Hindoustan, on se jetait sous les roues des
Nazaréens, les Méthodistes, les Adventistes, les Sabba-
voitures des dieux. A Carthage, on tuait des enfants.
tistes, les Salutistes, etc., montrent-elles tant d'activité
A La Mecque, on faisait des hécatombes humaines -
parmi nous?
Eh bien! n'est-ce pas, l'expérience quotidienne et tout cela est indifférent à Dieu? Tout cela est égale~
222 LE SYMBOLE DES APÔTRES L' « INTOLÉRANCE )) DE L'ÉGLISB 223

ment agréable devant Dieu? La vie d'un saint Louis pU1~sse nous sauver et en dehors d'elle il n'y a pas de
de Gonzague aurait la même valeur pour Dieu que salut. Que de difficultés, que d'objections sommes-
celle d'un sultan turc avec son harem de cent cinquante nous obligés d'entendre de ceux qui ne comprennent
femmes? La charité héroïque d'un saint Vincent de pas bien ce dogme de foi 1 « Comment peut-on être
Paul serait 'équivalente à l'attendrissement sentimen'jal aussi intolérant, aussi arrogant 1 )) - disent-ils.
dont se contentent certaines religions? Or, il suffirait de bien comprendre ce dogme et tous
Le païen idolâtre prie de cette manière : « Taureau, les malentendus disparaîtraient.
c'est toi qui es dieu; cigogne, ibis, chat, c'est toi Qui a) Lorsque notre religion proclame qu'elle est la
es dieu, je t'adore ». Et qu'est-ce que Dieu en dit t seule Église qui puisse procurer le salut - car c'est
Il approuve, il trouve cela bien, puisque « toutes les ce qu'elle proclame réellement - elle dit par là qu'elle
religions sont bonnes ». est seule en possession des pouvoirs donnés par le Christ
Les anciens Romains priaient ainsi : « Vénus, tu es à son Église et qu'elle seule conserve la totalité de la
une déesse, la déesse de l'impureté, moi aussi je serai révélation et la plénitude des instruments de grdce.
impur. Mercu~e, tu es un escroc, moi aussi je le serai. Oui, c'est ce qu'elle enseigne.
Mars, tu es un emporté, moi aussi je le serai. Mais Quoi donc?
le catholique fait cette prière : « Seigneur, Vous ête~ Que le Christ n'a donné qu'une barque sur laquelle
la pureté, aidez-moi à être pur. Seigneur, Vous êtes la on peut traverser la vie de manière à aborder sur les
justice, aidez-moi à être juste. Seigneur, Vous êtes la rives de l'éternité bienheureuse. Que le Christ n'a
douceur, aidez-moi à être doux ». Est-ce que cela est fondé qu'une seule Église et c'est l'Église catholique.
indifférent à Dieu? Mais si « toutes les religions sont Qu'elle seule conserve la doctrine que le Christ
bonnes )) alors cela doit Lui être indifférent. Vous a prêchée, les pouvoirs qu'Il a donnés. les instruments
voyez, mes frères, il suffit de réfléchir aux consé~uences de grâce qu'Il a institués pour fortIfier et guider
de cette affirmation jetée à la légère que « peu Importe les âmes.
l'église où nous adorons Dieu )). Mais ils se scandalisent Mais comment l'Église ose-t-elle affirmer cela?
facilement ceux qui ne réfléchissent pas à ce qu'ils N'y a-t-il pas d'orgueil à affirmer qu'en dehors de
disent. l'Église il n'y a pas de salut jl
B) Ils se scandalisent pareillement ceux qui ne Mais ce n'est pas nous qui l'affirmons. c'est Notre-
connaissent pas exactement ou ne connaissent qu'à Seigneur Jésus-Christ qui en a ainSI décidé. Dieu est
moitié la doctrine de l'Église. Notre Église soutient le souverain Maître de ses créatures. Il a le droit de
réellement qu'elle seule est la véritable Église du leur prescrire la route à suivre. « Nul, s'il ne renaît
Christ, donc l'Église catholique est la seule Église qui de l'eau et de l'Esprit, ne peut entrer dans le royaume
LE SYMBOLE DES APôTRES L' « INTOLÉRANCE » DE L'J~GLrSE
224

de Dieu» (S. Jean, III, 5). « Je suis la voie, ta vérité, celui qui n'appartient pas à l'Église catholique sera
la vie» (S. Jean, XIV, 16), celui qui ne suit pas cette damné. Mais on peut appartenir à l'Église catholique
voie périra. c Celui qui c~oira et sera baptisé sera de deux manieres. On lui appartient, quand on a été
sauvé; celui qui ne croira pas sera condamné» (S. Marc, baptisé catholiquement et que p'1r là on a été admis
XVI, 16). parmi les membres de l'Église: il y a au monde environ
Ces paroles sont décisives, impossible de tergiverser 360 millions de catholiques de ce genre. Mais nous
et de leur donner un autre sens. comptons aussi parmi les catholiques cette foule
b) On reproche à notre Ég!ise d'être « intolérante », d'hommes de bonne volonté, quelle que soit la religion
parce qu'elle ne reconnait pas les autres confessions dans laquelle ils sont nés, qui, sans qu'il y ait faute
comme véritables religions du Christ. Mais ce n'est de. leur part, ne connaissent pas l'Église catholique,
pas ['Église qui est intolérante, c'est la vérité elle-même. qUI sont persuadés de la vérité de leur religion et en
La vérité est intolérante, parce qu'elle ne supporte pas observent les préceptes. Ils sont membres en âme et
l'erreur à côté d'elle. Le rayon de soleil est intolérant, en désir de l'Église; en conséquence ils participent aussi
parce qu'il ne supporte pas de glace à côté de lui. à la vérité et aux grâces du Christ.
Les mathématiques sont intolérantes, ' parce qu'elles Il y a donc dans le monde environ 360 millions de
ne supportent pas que 2 X 2 = 5. Enfin l'Église catho- catholiques - dans les registres de baptêmes de la
lique est intolérante, parce que le Christ n'a fondé terre; mais dans le . registre de baptêmes du ciel -
qu'une seule Église, une seul~ religion. Si elle croit être c'est-à-dire devant Dieu qui sait tout - ils sont
la véritable Église du Chnst, dès cet instant elle est beaucoup plus. En effet l'Église catholique regarde
obligée d'affirmer que les autres confessions ne sont comme ses enfants - quelle sublime doctrine! -
pas len possession de toute la doctrine du Christ, c'est- tous ceux même d'une autre religion, qui, comme
à-dire que celui qui n'est pas membre de l'Église l'enfant prodigue, se trouvent en route vers la maison
catholique, ne peut être sauvé. de leur Père, mais à cause du brouillard et des ténèbres
c) « Ah! Voilà préèisément l'orgueil! - s'exclame-t-on. n'ont pas encore pu la trouver. Notre Église ne peut
Comment peut-on dire pareille chose? Que le protestant, pas oublier ces paroles du Sauveur : « J'ai encore
le juif, le musulman, le païen sont tous damnés? d'autres brebis qui ne sontl .. pas de cette bergerie »
Mais qui dit cela? - demanderai-je à ceux qui (S. Jean, X, 16) et de même que nous n'enseignons
s'indignent ainsi. pas que tous les catholiques seront sauvés, de même nous
n'enseignons pas que tous les membres des autres reli-
C'est vous qui venez de le dire! Celui qui n'est pas
gions seront damnés. En effet le païen de bonne foi ou
membre de l'Église catholique sera damné.
Oui~ oui!.. . malI; attendez un peu. C'est. vrai que
i' égaré de bonne foi appartient d'âme et de désir à i' Église.

Symb. de. Ap. t. V Il


226 LE SYMBOLE DES ,ApôTRES L' « INTOLÉllANCE » DE L'ÉGLISE 227

C) Mais je crois, mes frères, que nous pouvons autres vérités. 2 X 2 ne « tolèrent II pas qu'ils fassent 5.
maintenant répondre à la question, notre religion Le jardinier ne « tc(ère » pas l'herbe dans un parterre
est-elle vraiment intolérante? de fleurs. Le maître ne « tolère» pas une réponse fausse,
La réponse est simple et claire : Certainement le médecin ne « tolère » pas la maladie ni le juge le
dans nos dogmes, nous sommes intolérants; mais nous criminel. Dès que je suis persuadé qu'une chose
ne le sommes pas dans la vie civique et sociale. est vraie, dès cet instant, je suis intolérant à l'égard
a) Nous sommes intolérants dans les questions dogma- de celui qui s'oppose à ma conviction.
tiques. Il n'y a qu'une religion qui puisse être la vraie: Et c'est juste. Seulement je ne dois pas exiger que
c'est le catholicisme. Nous en sommes persuadés. celui qui est d'une autre opinion soit obligé de courber
Une religion qui n'ose pas affirmer cela d'elle-même la tête.
commet un suicide. Mais notre Église ose l'affirmer. b) C'est pourquoi, si nous proclamons l'intolérance
Et elle ose aussi en tirer les dernières conséquences. dans les questions dogmatiques, nous ne la proclamons
Aussi ne peut-elle permettre que nous participions pas également dans la vie civique. Sans doute, nous
à un culte d'une autre religion, car ce serait de l'apos- sommes en guerre avec l'erreur, mais nous voulons
tasie. Aussi ne peut-elle permettre que les enfants être en paix avec les hérétiques.
d'un mariage mixte soient d'une autre religion, car M éprisons-nous donc les autres religions ? Oh! non.
ce serait une apostasie. Ce dogme est-il sévère? Bien que nous regrettions qu'ils ne soient pas parmi
Il l'est. Mais si l'Église cédait, on pourrait dire : nous et bien que nous priions ardemment pour que se
l'Église elle-même ne croit pas à sa vérité. réalise l'ardent désir du cœur de Notre-Seigneur
L'Église catholique est-elle intolérante? Oui, mais qu'il n'y ait qu'un troupeau et qu'un pasteur, nous
Notre-Seigneur Jésus-Christ l'était aussi, quand il a dit savons respecter les convictions' des autres. Mais
que celui qui n'écoute pas l'Église « soit pour toi nous ne pouvons rien céder des principes de notre foi
comme un païen et un publicain» (S. Matthieu, XVIII, 17). et nous ne pouvons pas dire « toutes les religions
Ils l'étaient aussi les apôtres, lorsqu'ils excom- ·sont bonnes », car cela équivaudrait à dire que « toutes
muniaient les hérétiques : « Quand nous-mêmes ou les religions ne valent rien ».
un ange venu du ciel vous annoncerait un autre Évangile Je pense, . mes frères, qu'après ces explications
que celui que vous avez reçu qu'il soit anathème » je n'ai plus rien à dire sur les objections qu'on nous
(Galates, l, 8). adresse constamment.
Dans ·les questions dogmatiques nous sommes donc « Celui qui n'est pas membre de l'Église ne sera pas
réellement intolérants, tout comme sont intolérantes sauvé ». A première vue une phrase réellement sévère.
non seulement les vérités de foi, mais aussi toutes les Mais quand on sait que l'Église catholique range parmi
228 LE SYMBOLE DES APôTRES L' « INTOLÉRANCE » DE L'ÉGLISE 229

ses membres tout homme de bonne volonté qui croit soient les prescriptions de l'Église, si profondément
inébranlablement que sa religion est la bonne et qui qu'elles pénètrent dans la vie privée et familiale, il faut
utilise tous les moyens de cette religion pour servir lui obéir comme à la parole de Dieu ». '
Dieu, alors réellement il n'y a rien de « terrible» dans a) Et c'est la vérité: De mfme que l'Église obéit à
ce dogme. L'Église pourrait-elle être plus libérale - Dieu; de m§me elle réclame l'obéissance de ses jùIèles
donc non pas « intolérante », mais au contraire « indul- envers elle-même. Aussi l'obéissance est-elle la vertu
gente » - que lorsqu'elle proclame que celui qui caractéristique du catholique, c'est ce que saint Paul
extérieurement est bien loin de la véritable religion fait ressortir le plus de la vie du Christ: « Il s'est abaissé
du Christ et même peut-être n'a jamais entendu parler lui-même, se faisant obéissant jusqu'à la mort, et la
du Christ, peut aussi appartenir à l'Église catholique. mort de la croix )~ (PhiIippiens, II, 8).
Ainsi comprenons-nous que l'Église reconnaisse comme L'Église demande de nous une obéissance sans
siens les hommes qui ayant vécu avant le Christ, ont condition, parce que le Christ lui a confié avec le soin
aimé et servi Dieu sérieusement et enseigne qu'eux du salut de nos âmes une grande responsabilité. C'est
aussi pouvaient être sauvés par les mérites du futur de l'Église que dépendent l'extension du vrai culte de
Rédempteur. Dieu et l'extension des effets de la rédemption. C'est
à elle que s'adresse en premier lieu l'avertissement de
saint Paul : « prêche la parole, insiste à temps et à
II
contre-temps, reprends, menace, exhorte, avec une
entière patience et toujours en instruisant » (Ile Timo-
L' « INTOLÉRANCE » DE NOTRE ÉGLISE
thée, IV, 2).
A L'ÉGARD DE sÈs PROPRES FIDÈLES.
b) Si nous considérons ces choses, nous comprendrons
mieux la psychologie de l'ÉgHse. Nous comprendrons
- Mais l'Église catholique est encore obligée d'entendre pourquoi elle est si susceptible dans les questions de
des critiques ,d'un autre genre. Certains lui reprochent respect de l'autorité : elle représente parmi nous
d'être intolérante à l'égard des autres religions. Mais l'autorité divine. Si quelqu'un l'attaque, ce n'est pas
d'autres l'accusent d'une autre extrémité : d'être elle qu'elle sent attaquer, mais les droits de Dieu.
intolérante mfme envers ses pmpres fidèles. C'est ce sentiment de responsabilité que nous devons
A) Il Y a des gens qui ne peuvent 'supporter le découvrir dans il'attitude de l'Église exigeant une
principe d'autorité, la soumission, l'obéissance qui ne obéissance inflexible, sans compromis.
supporte pas l'opportunisme, que l'Église exige de ses Est-elle exagérée cette conviction qu'a l'Église que
pro2~es fidèles. « C'est trop - disent-ils. Quelles que ~errière toutes ses prescripti9ns se trouve l'autorité
LE SYMBOLE DES APÔTHES L' « INTOLÉRANCE » DE L'ÉGLISE 23 1
23°
de Dieu, alors que le Fils de Dieu a prononcé ce~ paroles déclare: Du moment que tu n'as pas ~bservé mes règles
extrêmement significatives : « Celui qui vous écoute fondamentales et que tu m'as tourné le dos, il ne me
m'écoute, et celui qui vous méprise me méprise; or reste plus autre chose que d'en tirer les conséquences:
celui qui me méprise, méprise Celui qui m'a envoyé» je t'exclus de la liste de mes membres et naturellement
(8. Luc, x, 16). Et dans une autre circonstance: « En aussi de la jouissance de leurs droits. Voilà cette
vérité je vous le dis, tout ce que vous lierez sur la terre « excommunication » si fréquemment évoquée.
sera lié dans le ciel, et tout ce que vousdélierei sur b) Mais croyez bien que notre Église ne se décide
la terre sera délié dans le ciel» (8. Matthieu, XVIII, 18). à cette peine douloureuse qu'à la dernière extrémité.
B) A la lumière de ces idées nous pouvons aussi Prenons un cas précis. Un mariage mixte se prépare,
repondre à une autre objection. « De même gue l'Église mais la partie non-catholique ne veut pas signer l'enga-
est intolérante à l'égard des membres des autres reli- gement de faire élever catholiquement les enfants.
gions, de même elle est parfois trop sévère pour ses L'Église catholique ne peut pas admettre que même
propres fidèles et semble bien dure dans ses comman- un seul des enfants de ses membres soit élevé dans
dements. Il y a des hommes qu'elle excommunie. une autre religion et c'est pourquoi, si l'engagement
Aux uns elle ne permet pas de se confesser ni de com- n'est pas signé, elle ne procède pas au mariage. Les
munier. D'autres voudraient se marier et l'Église catho- gens vont alors se marier dans l'église d'une autre
lique ne les marie pas. C'est exagéré. religion. Mais dès cet instant la partie catholique a bravé
Mais il suffit d'examiner un peu plus à fond ces l'Église et s'est exclue de l'Église. Quelques années
allégations et on comprend le bien-fondé de l'attitude après, sa conscience ne lui laisse plus de repos elle
de l'Église. voudrait se confesser, mais elle ne peut pas recevoir
a) D'abord l'Église ne « maudit » personne. L'Église l'absolution, parce qu'elle vit dans un mariage qui n'est
du Christ a l'habitude de bénir, jamais de maudire. pas valide pour l'Église et ne , veut pas changer de
Dans les cercles on ne « maudit » pas les membres situation.
indignes mais on les « exclut ». L'Église aussi ne fait Mais alors survient la récrimination habituelle,
que les exclure. Et si la dernière association d'un village « l'Église est « cruelle », « sans cœur », elle ne laisse
a le droit d'exclure ceux de ses membres qui n'obéissent même pas les gens se confesser ».'..,
pas aux statuts de l'association, peut-pn refuser ce Pourtant, mes frères, dites-moi, qui s'est avancé en
droit à la plus grande association du monde, l'Église un geste de défi sur la route d'où il ne peut pas revenir?
catholique. L'Église souffre d'être obligée de sévir contre certains
Mais d'abord il a fallu que quelqu'un ait gravement de ses enfants; mais elle ne peut pas faire autrement,
transgressé un ordre de l'Église, pour que l'Église lui ,sans devenir infidèle au mandat du Christ. '
LE SYMBOLE DES APôTRES L' « INTOLÉRANCE » DE L'ÉGLISE 233
de saint Paul: « Je vous exhorte, mes frères, à prendre
garde à ceux qui causent les divisions et les scandales,
s • .. en s'écartant de l'enseignement que vous avez reçu;
éloignez-vous d'eux. Car de tels hommes ne servent
Mes frères, sans le Christ il n'y a pas de salut. Mais point le Christ Notre-Seigneur ... Le Dieu de paix
sans l'Église non plus, car l'Église est le Christ vivant écrasera bientôt Satan sous vos pieds. Que la grâce
parmi nous. « Il ne peut avoir Dieu pour Père, celui qui de Notre-Seigneur Jésus-Christ - soit avec vous!
n'a pas l'Église pour Mère» (S. Cyprien). C'est ce qu'a (Romains, XVI, 17-20). Amen.
toujours affirmé le christianisme, aurait-on maintenant
le droit de le nier? La religion du Christ, c'est la religion
catholique - nous ne cédons rien de cette croyance.
Mais si nous affirmons que notre religion est la vraie, .
nous ne faisons pas tort à une autre; nous savons que
l'autre est dans l'erreur, cependant nous respectons ses
convictions religieuses. Mais nous ne cessons jamais
de prier pour qu'arrive le jour où se réalisera la plus
grande joie de Notre-Seigneur, qu'il n'y ait qu'un
troupeau et qu'un pasteur.
Chaque fois qu'on critique à la légère devant nous
la . sainte Église, rappelons-nous ces paroles de saint
Augustin (Enarratio in psalm. LXXXVIII) : Ct Aimons le
Seigneur, notre Dieu, aimons aussi son Église. Dieu
comme notre Père, l'Église comme notre Mère ...
A quoi bon confesser le Seigneur, vénérer et glorifier
Dieu, confesser aussi son Fils et reconnaître qu'Il est
assis à la droite de Dieu, si en même temps vous
méprisez son Église ?... C'est pourquoi; mes frères,
tenez-vous tous unanimement et courageusement près
de Dieu; notre Père et de l'Église, notre Mère ». Et
chaque fois que dans une société légère on offense
notre sainte religion" souvenons-nous de l'avertissement
LA ( MONDANITÉ » DE L'ÉGLISE 235

non pas seulement sur son écorce fendillée qui


porte des cicatrices centenaires - mais aussi sur son
abondant feuillage, ses fleurs et ses fruits, et qui peut
regarder ainsi le christianisme sans reconnaître sa
XVI grandiose bienfaisance? »
Dans notre dernier serlnon nous avons considéré
quelques-unes des critiques ·que des esprits superficiels
LA {( MONDANITE Il DE L'ÉGLISE adressent gratuitement à l'Église et nous avons vu que
les choses ainsi reprochées n'étaient pas des défauts,
mais au contraire des vertus. Mais je ne voudrais pas
qu'il restât dans l'âme de mes chers auditeurs trace du
MES FRbms, moindre doute. Aussi dans le sermon d'aujourd'hui je
continuerai à répondre à d'autres objections.

La sainte Église du Christ n'a rien à dissimuler. Dans le sermon de dimanche dernier il a été question
Son histoire dix-neuf fois centenaire est une suite si de la soi-disant « intolérance » de l'Église, dans celui
ininterrompue d'activité grandiose et bénie que nous d'aujourd'hui il sera question cie la soi-disant «( mon-
apercevons tranquillement, sans épouvante, sur son danité » de l'Église. Je voudrais m'occuper aujourd'hui
visage, quelques rides accidentelles et que nous lisons du reproche que des gens adressent à la légère sous
sans déception dans les gros et magnifiques volumes le nom de sécularisation de l'Église. Qui n'a pas entendu
de son histoire les quelques pages déplorables où des phrases de ce genre: L'Église catholique est aujour-
l'élément humain apparaît douloureusement sur sa d'hui bien éloignée du christianisme antique, elle n'est
face, tandis que s'obscurcissent les traits divins. plus la vieille Église du Christ. Le Christ avait dit :
Le grand penseur hongrois, Joseph E6tv6s a raison « Mon royaume n'est pas de ce monde» (S. Jean, XVIII,
d'écrire: « Dans une histoire de près de deux mille ans 36), mais l'Église catholique avec la: fortune de ses
nous trouvons sans doute bien des choses qui semblent papes et de ses prêtres, avec son luxe, sa puissance
viles. Les siècles, comme les eaux, ne déposent pas sur extérieure, la tiare d'or, ses ornements précieux ~st
leur passage leurs éléments les plus purs et si nous certainement beaucoup de ce monde. PourquoI ce
considérons le long passé de la civilisation chrétienne, puissant palais du Vatican, ces grands appartements,
réellement nous ne nous étonnons d'aucune de ces ces trésors, alors que le Christ et ses apôtres n'avaient
excroissances, mais n'oublions pas de juger l'arbre pas où reposer leur tête. Pourquoi cette foule
LE SYMBOLE DES APôTRES LA « :MONVANITÉ )) DE L'ÉGLISE 237
d'employés, pourquoi le denier de saint Pierre, alors que a) C'est bien vrai: à l'époque du Christ il n'y avait
le Christ était pauvre et marchait nu-pieds. Pourquoi rien de tout cela. Parce qu'il n'en était auctinement
ces nombreuses cérémonies, ces ornements sacrés d'or besoin.
et d'argent, ces pierreries et les richesses artistiques Mais nous devons reconnaître que si Notre-Seigneur
des églises, alors qu'on pourrait aussi adorer Dieu Jésus-Christ a réellement voulu étendre son Église
dans .le silence , d'une simple petite chambre. Voilà dans le monde entier, il lui fallait pour cela une grande
dans quelle large mesure l'Église catholique ·s'est organisation. A mesure que grandissait l'Église, il a
mondanisée. fallu que grandît aussi cette organisation. A l'époque
Mes frères, qui n'a pas entendu des critiques, des du Christ il y avait 12 apôtres et 72 disciples; mais
reproches, des objections de ce genre ou analogues? actuellement les 12 apôtres sont devenus 1500 évêques
Qu'allons-nous faire? En avons-nous peur? et les 72 disciples 300.000 prêtres.
Pas du tout. -Lorsque le Christ atteignit l'âge de trente ans, il ne
Envisageons-les courageusement. Regardons tran- . portait plus les vêtements qu'Il avait à trois ans, de
quillement ces affirmations. même le gouvernement d'une Église de 360 millions
de membres exige cette foule de paroisses et de diocèses
et les congrégations romaines c'est-à-dire ces ministères
variés qui en vérité n'existaient pas autrefois, parce
1
qu'ils étaient superflus dans l'Église primitive qui
comptait quelques centaines ou milliers de membres .
. L'ÉCLAT EXTÉRIEUR ET LA RICHESSH DE L'ÉGLISE. Mais on n'a pas le droit à cause de cela de dire que
l'ltglise catholique s'est mondanisée.
Tout d'abor~ on nous reproche l'éclat extérieur de b) En outre;' si le Christ a réellement voulu étendre
la papauté et la richesse matérielle de l'Église comme sa religion dans le monde entier, certainement on ne se
des signes certains de la « mondanité » de l'Église. scandalisera pas si chez les peuples occidentaux les
A) On reproche au pape le magnifique palais du fidèles et les prêtres portent d'autres vêtements que
Vatican, ses grands appartements,~es fonctionnaires, chez les orientaux, s'ils vivent dans d'autres logements,
ses secrétaires, tout cet immense appareil administratif dans d'autres formes sociales, se nourrissent différem-
avec lequel il dirige les affaires de l'Église universelle. ment et suivant les changements de temps. et les
« Pourquoi tout 'cet immense organisme de direction? progrès des époques, ne marchent pas' nu-pieds, ne
demande-t-on sur un ton d'indignation. Il n'y avait s'habillent pas de bure, ne mangent pas de sauterelles
-rien de tout cela à l'époque du Christ lI. ni de miel s~uvage ... On n'a pas le droit à c~~se de
LE SYMBOLE DES APôTRES LA « MONDANITÉ )J DE L'ÉGLISE 239
{j<

cela de les accuser de s'être mondanisés et de s'être mais je n'oserais pas affirmer pour cela qu'ils s'écartent
éloignés du Christ. du Christ.
Sans doute le Christ a dit à ses apôtres : « Suivez- B) « Mais je vous en prie - réplique-t-on - il n'est
moi )J, mais Il n'a pas dit: « Copiez-moi )J. Oui, copions pas seulement question de choses pareilles. Dites-nous
son âme, son esprit, mais non son aspect extérieur. donc pourquoi l'Église a-t-elle besoin de biens terrestres
Notre-Seigneur, vraisemblablement, marchait en et pourquoi le pape a-t-il besoin de tant d'argent
sandales ou peut-être nu-pieds, mais nous ne lisons qui lui est envoyé du monde entier sous le no.m de
nulle part qu'Il ait dit: « Apprenez à marcher nu-pieds denier de saint Pierre? Lorsque le Saint-Siège falt une
à mon exemple », Il a dit: « Apprenez de moi que je suis nomination ou confère une distinction, lorsqu'il donne
doux et humble de cœur» (S. Matthieu, XI, 29). uné dispense, par exemple à l'occasion d'un mariage
Notre-Seigneur mangeait du pain, du poisson, des mixte, il faut payer une taxe, une compensation.
dattes, du miel, et allait à pied, mais Il n'a jamais dit: Actuellement on frappe même des monnaies du pape.
« si vous n'allez pas à pied comme moi et si vous ne N'est-ce pas un signe de sécularisation? )) - demandent
mangez pas comme moi, vous ne pouvez pas être certains.
, ., h
mes disciples )J. Et pour montrer que nous n avons nen a cac el'
Notre-Seigneur avait vraisemblablement les cheveux relativement à notre Église je ne veux pas esquiver
longs et portait la barbe, mais les prêtres actuels ne se ces questions.
sont pas éloignés de Lui, parce qu'ils se font couper a) L'Église du Christ sans doute n'est pas de ce
les cheveux et la barbe. monde, mais elle exerce son action dans le monde. Elle
Notre-Seigneur naviguait sur un canot à rames, ne peut donc pas s'affranchir de cette loi générale
le missionnaire actuel voyage sur un transatlantique; qui l'oblige à utiliser pOUl' son œuvre des moyens
le Christ est entré à Jérusalem sur une ânesse, le succes- matériels. En effet elle doit aussi payer ses employés,
seur actuel des apôtres ' circule en auto chez ses fidèles, on ne lui donne pas gratis le papier, les timbres, l'encre
- et cependant il ne s'écarte pas du Christ. En effet et la lumière, elle ne peut non plus sans argent bâtir
le Christ :,J voyagé, s'est habillé, a mangé et a parlé des églises, secourir les pauvres, aider les missionnaires.
comme les hommes de son époque; et on ne peut Notre-Seigneur Lui-même avait une caisse commune
reproch'u à son Église et à ses prêtres de suivre exté- avec ses apôtl'es qui était tenue pal' le malheureux
rieurement les usages des différents peuples et époques. Judas (S. Jean, XII, 6); le Christ ne se scandalise donc
En Chine, les missionnaires portent la natte et j'ai vu certainement pas si son Église possède aussi une caisse.
personnellement un évêque catholique indien portant b) Le ga~llvernement de l'Église universelle exige
sur la tête la magnifique parure de plumes de sa tribu, de l'argent, beaucoup d'argent et les catht)liql~es du
LE SYMBOLE DES APÔTRES LA « MONDANITÉ » DE L'ÉGLISE

monde entier le fournissent sous le nom de denier de Mais je répète avec insistance que tout cela n'est
saint Pierre. Le denier de saint Pierre est la contribution pas chose essentielle pour l'Église. Et si un jour un
versée à l'Église dans un but ecclésiastique. Mais c'est terrible tremblement de terre secouait le sol de Rome,
une contribution volontaire - jamais personne ne vient si tous les murs de la basilique Saint-Pierre s'écrou-
la recouvrer. C'est le seul impôt au monde que chacun laient, si le feu consumait tous les musées, les œuvres
verse avec joie et de grand cœur. Car celui qui ne le d'art et les appartements luxueux du Vatican, l'Église
verserait pas avec joie ne le verse pas. 1"' ne perdrait aucune de ses valeurs vivantes. Il lui suffit
Mais - laissez-moi vous parler franchement -..,. le que subsiste le tombeau de saint Pierre, le tombeau
pape ne dépense pas cet argent pour sa cuisine. Je ne de ce Pierre qui est le prédécesseur de tous les papes
sais pas s'il y a une famille de la classe moyenne dont et la pierre de base de l'Église éternelle.
la table ne soit pas de beaucoup supérieure à la table Voilà ce dont nous devons nous souvenir, lorsque
du pape. J'en ai déjà parlé dans un de mes derniers des esprits superficiels reprochent à l'Église de s'être
sermons; mais je suis forcé d'y revenir, parce qu'il y a écartée de son antique simplicité et soutiennent que
toujours des gens qui se figurent que le pape, quand il le luxe et la puissance ont mondanisé la papauté.
s'assied pour déjeuner, porte une couronne d'or sur la tête. Rappelons-nous le grand éloge que Schiller a fait des
Où va donc le denier de ' saint Pierre? Il va aux papes, lorsqu'il écrivait d'une manière bien propre
œuvres charitables du pape, il va aux œuvres de bien- à imposer silence à ceux qui ignorent l'histoire : « On a
faisance du pape qui secourent les fidèles frappés par vu des empereurs et des rois, des hommes d'état
le sort dans toutes les parties du monde, il va aux éclairés et des guerriers indomptables, sous la poussée
œuvres missionnaires. des circonstances, sacrifier des droits, devenir infidèles
La basilique Saint-Pierre au marbre étincelant à leurs principes et céder à la nécessité; on n'a rencontré
n'existe pas pour le pape, mais pour toute l'Église que rarement ou même jamais pareille chose chez le
catholique. Dans les magnifiques appartements du pape. Même quand il errait dans la détresse, qu'il
Vatican ne vit pas un particulier fort riche' -- par n'avait plus un pouce de territoire en Italie et qu'il
exemple un grand banquier - mais le chef de 360 mil- vivait de la charité des étrangers, il a toujours tenu
lions de catholiques. Et si un petit royaume de ,~ ou fermement pour les privilèges du Saint-Siège et de
5 millions d'habitants attache de l'importance à ce que l'Église ... Si différents qu'aient pu être les papes dans
le chef de l'état vive somptueusement dans un palais leur tempérament, leur manière de penser et leurs
grandiose, qui pourrait faire un grief à l'Église de capacités, leur politique a été aussi ferme, aussi iden-
360 millions de catholiques s'il lui plaît de voir son chef tique, aussi immuable. Leurs capacités, leur tempé-
dans les splendides salles du Vatican? rament, leur manière de penser semblent n'avoir eu
LE SYMBOLE DES APÔTRES LA « MONDANITÉ » DE L'ÉGLISH 243

aucune influence sur leurs fonctions; leur personnalité, Vous voyez, mes frères, nous n'esquivons pas ces
pourrait-on dire, disparaissait dans leur dignité et les reproches.
. "o. . 0
A) Tout d'abord n'oublions pas que derrière la
paSSIOns s etelgnatent sous la tnple couronI}e. Dien
que, à chaque pape qui meurt, la chaîne de succession liturgie actuelle et les vêtements liturgiques il y a de
soit brisée et renouée avec chaque nouveau pape, bien longs siècles, le legs précieux des vieilles .générations
que dans...,Ie monde aucun trône n'ait autant changé chrétiennes, de nos ancêtres chrétiens.
de ma~tre, n'~it été occupé et quitté parfois brusque- a) Je suis moi-même persuadé que si l'Église réglait
ment, Il a touJours été l'unique trône du monde chrétien auJourd' hui ses vêtements et ses cérémonies liturgiques,
qui ait paru ne jamais changer de possesseur, parce elle le ferait autrement et sous une forme beaucoup plus
qu.e s~ul,s :es. papes mouraient, mais l'esprit qui les simple.
ammaIt etait unmortel » (Schiller, Universalhistorische Mais ces vêtements et ces cérémonies, ces rites
Ubersicht der merkwürdigsten Staat~begebenheiten et ces gestes ont été introduits, il y a bien des siècles,
zur Zeit Friedrichs 1). . à une époque où les gens vivaient eux-mêmes avec
un tel cérémonial et où les gens, aux jours de fêtes,
s'avançaient revêtus d'habits somptueux et couverts
II de pierreries.
b) Mais alors pourquoi ne pas les simplifier con-
L'ÉCLAT DE NOS CÉRÉMONIES. formément aux idées actuelles? pourrait-on
demander.
On ne peut donc pas reprocher à ' notre Église de Il n'y a pas bien longtemps circulait à travers l'huma-
s'être mondanisée parce que, pour son immense activité, nité aveuglée par les progrès techniques ce mot d'ordre:
elle a besoin d'une vaste hiérarchie et de nombreux Débarrassons-nous du pas!lé! Oublions le passé!
en:ployés. Mais elles sont aussi peu solides les objections Rien que le progrès, le progrès!
qUl veulent nous accuser de mondanité à cause des Mais actuellement nous commençons à nous dégriser.
splendeurs de notre liturgie et de la richesse des vêlements Nous - commençons à découvrir que de même que
et des objets liturgiques. l'avenir sort du présent, de même le présent aussi ne
« Pourquoi cette foule de cérémonies qui ont lieu, peut se construire que sur le passé. On commence
par exemple, à une messe pontificale? On se lève, on partout à apprçcier le passé et sous tous ses aspects. La
s'assoit, on va ici, on va là, on encense, on sonne, famille estime ses ancêtres et accroche fièrement leurs
on chante ... Et ces riches ornements de velours ou de images dans la chambre. La nation estime son histoire
soie, ces calices en or.. . Il et l'enseigne fièrement à la nouvelle génération. Dans
LE SYMBOLE DES APôTRES LA « MONDANITÉ » DE L'ÉGLISE 245
le peuple on estime les anciens costumes aux mnO'ni- b
messe? Pourquoi critique-t-on l'Église de ce qu'elle
figue~ couleurs et les anciennes cérémonies; on les les revêt d'un uniforme de cérémonie, lorsqu'ils s'avan-
recueille dans le folklore et on ·Ies préserve de la dispa- cent vers l'autel, alors qu'elle indique parees vêtements
rition. M~is alors peut-on raisonnablement s'indigner, qu'ils ne s'avancent pas comme particuliers, mais
si notre Eglise catholique est fière de son passé dix- comme serviteurs de Dieu? ;
neuf fois centenaire et si sa piété respectueuse du passé B) Et nous voici arrivés à la seconde partie de la
la détourne de simplifier même aujourd'hui ses antiques réponse.
et pittoresques cérémonies. Ceux qui se scandalisent de nos riches ornements,
Nos ancêtres étaient vêtus de velours noir et de des calices en or, des églises décorées oublient que tout
manteaux de fourrure bordés de soutaches, ils portaient ee luxe ne s'adresse pas à ceux qui le portent. mais à
des pantalons lacés et des bottes aux éperons sonores. Dieu dont le culte réclame à bOll droit les choses les plus .
Aujourd'hui ce n'est plus la mode. Mais peut-on belles et les plus précieuses.
trouver choquant qu'à l'occasion d'une grande fête a) Celui qui ne croirait pas que tout cet éclat et
nationale, pour un événement notable de la vie publique, toutes ces pompes liturgiques ne s'adressent pas à
on ne revête pas ses habits ordinaires, mais sa tenue de l'homme, n'a qu'à assister au couronnement du llouveau.
gala? Mais si nous comprenons très bien cette attitude pape; il remarquera que, lorsque le pape entre dans la
à l'occasion d'un concours d'élégance ou d'une fête basilique Saint-Pierre, au milieu des plus grandioses
nationale, pourquoi ne comprenons-nous pas de même solennités on brûle devant lui une poignée d'étoupe et
les plus grands événements de la vie religieuse et les on lui dit à l'oreille : « Beatissime Pater, sic transit
rites les plus solennels, la sainte messe et les autres gloria mundi », « Très Saint-Père, c'est ainsi que passe
cérémonies ecclésiastiques? la gloire de ce monde ».
Les soldats aussi portent un uniforme et dans les L'éclat et la pompe de nos cérémonies n'existent
circonstances plus solennelles une tenue de parade, donc pas pour le prêtre ou l'évêque qui célèbre la
d'étoffe plus fine et garnie de soutaches d'or. Pourquoi messe, mais uniquement pour Dieu. Et très certaine-
portent-ils un uniforme, alors qu'ils ·pourraient tout ment on pourrait regarder bien plus comme de la
aussi bien faire leur service en tenue de travail ou en mondanité si, au lieu de l'aube blanche et des ornements
costume touriste? C'est pour que chacun s'aperçoive de soie imposés par une habitude millénaire, ils s'avan-
qu'ils ·ne- sont pas de simples particuliers, mais des çaient vers l'autel pour célébrer le saint, sacrifice en
serviteurs du pays. Personne ne reproche aux soldats frac ou en smoking - pour ne pas dire f en pyjama.
leur uniforme. Mais alors pourquoi n'apporte-t-on pas Faites vous-mêmes la réponse, l'Église servirait-elle
la même compréhension pour les prêtres célébrant la mieux la cause .de Dieu, faciliterait-elle le cul~e divin,
LE SYMBOLE DES APÔTRES LA «( MONDANITÉ » DE L' ÉGLISE 247

si elle vendait aux marchands d'antiquités les ornements ment il y a longtemps ~ pour nous, pour des hom~es.
brochés d'or hérités de nos pieux ancêtres, pour en Mais devant Dieu «( mille ans sont comme le JOur
faire des dessus de canapé dans de riches salons? d'hier qui n'est plus » (Psaume LXXXIX, 4)· ,
Aurait-elle raison? Et si on enlevait des églises toute Depuis, la vie terrestre a certainement change. ~~s
ornementation, toute image sainte et toute statue de habits étaient différents des tiens. Mon logement etalt
sorte qu'elles fussent comme des greniers blanchis à différent du tien. Ma langue était différe~te .de la
la chaux, le culte divin en serait-il favorisé? tienne... Beaucoup de choses sont aujourd h~l t~ut
Mais si quelqu'un disait - comme on a coutume autres que de mon temps. Dans une seule cho~e il n y a
de dire - « le Christ était pauvre, il vivait simplement entre nous aucune différence : dans not1~e f~l. C~ q~~
et le luxe et la splendeur lui étaient choses étrangères », tu enseignes sur Notre-Seigneur Jésus-Chns~, Je l al
qu'il se rappelle que dans nos cérémonies nous n'hono- eigné moi aussi. Ce que tu prêches au sUJét de la
enS . . l" h'
rédemption dans tes lettres apostoliques, Je, al p~ec e,
A
rons pas seulement le Christ vivant dans une pauvreté
volontaire sur la terre, mais aussi le Christ-Roi qui par moi aussi. Les sacrements que tu conferes, Je les .
ses souffrances volontaires a mérité les splendeurs du ciel : ai conférés moi aussi. ,
qu'il se rappelle que lorsque Judas murmura, à cause Nous avons une même foi; Nous avons ausSl un
du parfum précieux versé sur les pieds du Sauveur, . même amour. J'ai comparu devant Né~on à caus~ du
Notre-Seigneur Lui-même prit la défense de l'amour Christ tu te dresses aussi contre les Nérons du Mexlq~e,
généreux de Madeleine. de Ru'ssie ... Ce que je vois aujourd'hui dans l'Éghse
b) Il est donc vrai que nos cérémonies sont riches catholique, les cérémonies, les bea~x ornements, les
et fastueuses. Il ·est vrai aussi que du temps de saint fêtes, les pèlerinages, si je ne les al pas connus, tout
Pierre il n'y avait ni Vatican aux murs de marbre ni cela est un développement naturel de la semence
salle d'audiences tapissée de Gobelins. Mais si ,saint qu'a semée Notre-Seigneur Jésus-Christ. .
Pierre ressuscitait un jour et sortait de son tombeau avec Voilà à peu près comment saint Pierre parleralt au
l'auréole de la gloire éternelle, s'il pénétrait sous les pape actuel et ensuite il retournerait dan~ ,son .tombeau.
voûtes de la basilique Saint-Pierre, s'il entrait au Et il est sûr qu'il n'irait pas se reposer nt a Wlttemberg
Vatican et dan~ le cabinet de travail de Pie XI... . , Genève ni à Oxford ni à Pétrograd; ni à Constan-
il est certain qu'il ne regarderait pas Pie Xl sans com- 111 a . h" . 1
t' le mais tout simplement 11 c .00Slralt encore a
. •1110p ,
prendre, qu'il ne serait pas saisi d'étonnement, mais que Rome catholique pour son tombeau.
plutôt il s'exprimerait ainsi:
Frère, je te sallie, toi qui es la pierre fondamentale
que j'ai été autrefois, Il y a dix-neuf cents ans! Certaine-
LE SYMBOLE DES APÔTRES

Mes Frères, tes un~ reprochent à l'Église de s'être


mondanisée; d'autres, par contre, l'attaquent parce
XVII
qu'elle s'est écartée du monde, parce qu'elle n'avance
pas suffisamment avec son siècle, parce qu'elle ne
LES MÉRITES DE L'ÉGLISE (1)
comprend pas le langage des temps nouveaux. L'Église
ne s'est réellement pas mondanisée; le fait que le
monde a toujours persécuté et hai l'Église catholique
le prouve mieux que tout raisonnement. Notre-Seigneur
MES FRÈRES,
n'a-t-Il pas prédit à ses disciples: «Si vous étiez du
monde, le monde aimerait ce qui lui appartiendrait en
. propre, mais parce que vous n'êtes pas du monde ...
Les Actes des apôtres ont résumé avec une concision
le monde vous hait» (S. Jean, xv, 19). La haine inces-
i1\égalable l'activité terrestre de Notre-Seigneur Jésus-
sante dont le « monde » poursuit aujourd'hui encore
Christ, en disant de Lui : « Il allait ge lieu en lieu,
l'Église du Christ est la preuve la plus éclatante que
faisant du bien» (Actes, x, 38). Toute sa vie terrestre
l'Église ne s'est réellement pas « mondanisée ».
n'a été que bénédiction et bienfait.. . _ .
Malheureusement, il y a aussi de tristes pages dans L'Église catholique est le corps mystIque du Chnst,
l'histoire de l'Église - comme nous l'avons vu dans
le Christ continuant à vivre parmi nous. Il est donc
la précécjente instruction; il Y en a eu, parce que
tout naturel qu'on puisse appliquer à son activité
Notre-Seigneur a mis la destinée terrestre de l'Église
les mêmes paroles de la sainte Écriture "/" Elle passe
divine entre les mains d'hommes fragiles et portés
en faisant le bien ». .
au péché. Mais celui qui lit sans parti pris l'histoire On entend si SQuvent parler de « culttÏre chrétienne JI
de, l'Église est obligé de -faire cette constatation ' :
et de « civilisation chrétienne », qu'à présent - en
Le corps del'Église est de la terre, son âme est du ciel,
connexion avec mes instructions sur l'Église - je
mais moi, je veux être à l'Église catholique tout entihe.
voudrais examiner plus à fond les bénédictions, les
Je veux être l'enfant fidèle de mon Église maintenant
bienfaits et les mérites de l'Église relativement à la
sur la terre, pour pouvoir être un jour l' heureux enfant
civilisation. Le. pape"" Léon XIII dans son encyclique
de Dieu dans le ciel. Amen. -
« Inscrutabili » a appelé l'Église catholique la " _mère
LE SYMBOLE DES APÔTRES }.E.'i MÉRITES DE L'tGLISB

de la ' civilisation ». N'est-ce pas un enthousiasme sa pureté absolue au cours des te11ljYétes des siècles passés
exagéré, n'est-ce pas une exagération sans fondement? le précieux héritage du Christ.
Est-il réellement vrai qu'il n'y ait pas une seule insti- a) Sans le Christ pas de christianisme. Mais regardons
tution dans le monde pour avoir fait, même approxi- autour de nous dans le monde entier : ou trouvons-nous
mativement, autant de bien à l'humanité sur le terrain le visage du Christ sans déformation? Uniquement daus
de la véritable civilisation que l'Église catholique? l'Église catholique. Partout où nous portons nos regards,
N'a-t-il pas ex~géré l'écrivain qui a fait cette consta- 1'image de Notre-Seigneur Jésus-Christ est défectueuse:
tation : « Qu'on tourne la question comme on veut, il ou bien on lui a ôté quelque chose ou bien on a déformé
reste vrai que l'Europe occidentale est essentiellement ses traits. Arius nie la divinité du Christ, Nestorius nie
une création de l'Église latine, du Saint-Siège, de la l'unité de sa personne, Eutychès nie la coexistence
papauté romaine )) (Jakob Philipp Fallmerayer : d'une nature divine et d'une nature humaine. Sergius
Gesammelte Schriften, II, 202). ' a nié que le Christ ait une volonté libre. Apollinaire
Si nous examinons de près dans le sermon d'aujour- a nié qu'il ait une âme humaine, Basilide nie la réalité
d'hui et dans le sermon suivant les mérites de l'Église" du corps humain du Christ. Quelles luttes acharnées
nous le faisons pour faire monter plus haut la flamme a livrées l'Église pour défendre la personne du Christ
de notre amour envers notre sainte Église catholique. contre les anciens hérétiques.
Quels sont donc les mérites de l'Église qui obligent Puis arrivèrent de nouveaux adversaires, plus dan-
toute l'humanité à lui vouer une reconnaissance éternelle? gereux que les anciens. L'un enseignait que le Christ
n'avait jamais existé, que ce n'était qu'une légende.
Un autre enseigna que le Christ était un habile hypno-
tiseur. Un troisième, qu'Il était un rêveur, un idéo-
1
logue. Un quatrième, qu'Il a été le premier socialiste ...
Il est effrayant d'imaginer ce qui serait resté du Christ,
L'ÉGLISE EST LA GARDIENNE DE L'ENSEIGNEMENT si, au milieu des vagues écumantes de la haine et de la
DU CI UUST. méchanceté, l'Église catholique n'avait pas tenu bien
haut pour la défendre l'image bénie du Christ.
Le premier mérite de l'Église catholique - et qui b) Mais c'est de nos jours qu'est survenu l'adversaire
rejette dans l'ombre tout autre mérite - c'est qu'elle le plus dangereux, cent fois plus dangereux que tous
garde dans sa pureté intégrale l'enseignement du Christ. les précédents ~ J'incrédulité, l'athéisme organisé.
A) Personne ne peut dénier à l'Église catholique Qui n'a pas encore entendu parler des assauts de
le grand mérite d'avoir conservé intégralement et",dans l'athéisme organisé! Quand deux .braves Hongrois se
LE SYMBOLE DES APÔTRES LES MÉRITES · DE L'ÉGLISB 253
' ..
rencontrent, ils se saluent réciproquement en disant : vivant toujours parmi nous.c Or l'incarnation du Christ
« Dieu vous bénisse» et l'autre répond: « Dieu vous avait pour but d'élever les hommes jusqu'à Dieu, de
le rende ». Mais aujourd'hui chez les Soviets quand un les sanctifier. Voilà pourquoi prie l'Église, voilà pour-
Russe en rencontre un autre, il doit lui dire : « Il n'y quoi elle prêche la parole de Dieu, voilà pourquoi
a pas de Dieu ». Et l'autre répond: « Il n'yen a pas eu cHe offre le saint sacrifice de la messe, voilà pourquoi
et il n'yen aura pas ». . eHe administre les sacrements. C'est que le Christ
Feuilletons les revues de ces sans-Dieu, qui attaquentM est venu pour que les hommes « aient la vie et l'aient
elles avec la haine la plus implacable? Le pape de Rorne. en abondance »(S. Jean, x, 10).
Il suffit de jeter Ull coup d'œil dans les livres de lecture b) Si nous voulons décrire avec plus de précision
des écoles primaires russes : Sur qui lancent-ils le les mérites religieux de l'Église, il nous suffit de nous
plus de bave, de boue, de calomnies? Sur l'Église représenter ce que serait le monde, sans l'Église, ce
catholique romaine. Et pourquoi? Parce qu'ils sentent qu'il deviendrait, si l'Église disparaissait.
qu'elle est le seul obstacle sérieux à leur succès. Ils C'est épouvantable d'y penser .. ~ Que deviendrait
sentent que le Christ - qu'ils veulent extirper de l'humanité, si la foi disparaissait des âmes? La foi en
l'âme humaine - vit et agit dans l'Église catholique, un Dieu qui a créé et conserve le monde. La foi en
que c'est là qu'on peut trouver le Christ tout entier, la divine Providence. La foi en la justice et la miséri-
sans falsification, le Christ qui a été prédit par les corde de Dieu. La foi en la bonté et en l'amour divins.
prophètes, le Christ dont parlent les évangiles, le Qu'arriverait-il si Notre-Seigneur Jésus-Christ dispa-
Christ tout entier avec sa divinité et son humanité, raissait du milieu de nous? S'il n'y avait plus l'Église
avec ses commandements et ses sacrements, avec ses qui prêche constamment le Christ, son image serait
mains bénissantes et son · cœur miséricordieux, le recouverte de la poussière des siècles, tout comme
Christ qui le jour de son ascension a dit à son Église: l'histoire recouvre de sa poussière tant de ses acteurs.
« Allez, enseignez toutes les nations, baptisez-les au Et qu'arriverait-il si les sept sources qui nous
nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, leur appre M amènent par l'Église la grâce de la rédemption
·nant à garder tout ce que je vous ai .commandé » tarissaient?
(S. Matthieu, 'XXVIII, 19-20). . .' Quelle aridité, guel gouffre béant, quel vide spirituel
B) Et c'est précisément en cela que consistent le autour ~e nous! Et le plus grand mérite de l'Église
plus haut bienfait et le plus grand mérite de l'Église : est de dous avoir conservé tout cela. Et c'est pourquoi
Elle apprend aux hommes à observer les commandements elle mérite en premier lieu ces paroles de la sainte
du Christ, eUe les sanctifie et les conduit à la vie éternelle. Écriture: « Elle a passé en faisant le bi'en JI.
, a) L'Église continue la rédemption, elle est le Çhrist.
LE SYMBOLE DES APôTRES LES MÉRITES DE L'ÉGLISE 255
la morale du Christ, n'a jamais marchandé avec elle
II mais elle a regardé en face les fautes des tyrans et de~
révolutionnaires, des Nérons et des Césars, des Napo.
l,ES MÉRITES DE L'ÉGLISE DANS LA DÉFENSE DE léons, des Henris et des Philippes avec la même
L'ORDRE MOHAL. hardiesse que saint Jean-Baptiste jetant à la face du
puissant Hérode: « Non licet tibi », « il ne t'est pas
Mais si réellement Je premier but et le plus haut permis» (8. Marc, VI, 18) de faire ceci ou cela.
mérite de l'Église résident en ce qu'elle a gardé sans Soit qu'une fausse philosophie veuille bercer le
altération la doctrine du Christ et veillé à l'éducation monde dans ses fausses idées, soit qu'elle propage de
spirituelle des enfants 'du Christ, elle a encore distribué dangereuses doctrines morales, l'Église élèvera aussitôt
d'autres bienfaits que nous n'avons pas signalés en la voix. Malheureusement, souvent on ne l'écoute pas,
premier lieu, mais qu'il serait injuste de passer sous mais du moins on ne peut pas dire que personne ne
, silence. nous a avertis.
Avant tout,je pense à la défense inébranlable de l'ordre b) Et par là l'Église est devenue le tout premier facteur
moral. de la civilisation. Il n'est pas facile de donner une
A) Toute l'idée de l'Église catholique, toute l'histoire .définition exacte et précise de ce terme de civilisation,
de ses dix-neuf siècles garantissent que si la base de mais tout , le monde est d'accord pour reconnaître
l'ordre moral a pu vaciller partout dans le monde, si que la civilisation signifie le perfectionnement,
les philosophes, les hommes de guerre, les hommes l'élévation, l'ennoblissement de la nature humaine ,
politiques, les hommes d'argent ont pu trahir l'hon- l'épanouissement des valeurs qui sont en germe au
nêteté et la moralité, il y a dans le monde un rocher dedans de nous.
qui se dresse inébranlable au-dessus des flots écumants Mais si cela est vrai, alors le catholicisme est le
et changeants : le rocher de l'Église. plus haut, le plus fort, le plus précieux facteur de
a) L'Église n'a pas pour vocation de se mêler de civilisation, car son fondateur, le Fils de Dieu, a fait
la politique des États; triais sa sainte vocation et son naître en nous le désir des hauteurs spirituelles. Le
'"\
devoir sont d'assurer les fondements moraux sans Christ est venu pour que les hommes « aient la vie
lesquels il n'y a pas de vie sociale humainement et l'aient en abondance» (S. Jean, x, 10). Il n'a pas
organisée. Tout le monde a pu chanceler, tout le monde seulement donné aux hommes ce commandement :
a pu tomber dans le désordre, tout le monde a pu avoir « Soyez parfaits, comme votre Père du ciel est parfait»
des instants de faiblesse, dans lesquels il était infidèle (S. Matthieu, v, 48), - mais Il leur a aussi donné
à la morale, seule l'Église catholique n'a jamais_renié le pouvoir de «~~~enir enfants de Dieu» (S. Jean,.!! 12).
LE SYMBOLE DES APôTRES tES MERITES DE L'ÉGLISÈ '

C'est dans ce terrain magnifique qu'ont grandi les condamner cet ~mpressement sans ~~emple avec· iequel:
saints qui, grâce à la force. divine qui découle des l'homme actuel travaille au progrès de la civilisation.!
sacrements de l'Église, ont élevé jusqu'aux hauteurs Mais le christianisme élève sa protestation contre cet
vertigineuses de l'union aveè Dieu la nature humaine exclusivisme exagéré qui dans l'activité continuelle
si faible et si portée au péché. On pourrait consacrer extérieure oublie ·le Moi intime, comme si l'homme
un sermon spécial à exposer les mérites de l'Église de' existait pour la civilisation et non pas inversement.
donner des saints à l'humanité et de les avoir tirés Aujourd'hui déjà nous voyons que l'Église a grande-'
des plaines de la vie terrestre pour les placer sur les ment raison de prescrire le repos du dimanche; car
montagnes, afin que leur vue nous encourage et nous si on n'imprègne pas de christianisme la civilisation,
fortifie, lorsque l'amertume et un abattement désespéré elle se change en malédiction qui sous son vernis
nous saisissent devant les profondeurs insondables de extérieur cache une misère effrayante. .
la méchanceté humaine. b) D'autres regardent comme une sévérité exàgérée
B) Comprenons donc la sévért"té morale sans compro- l'affirmation sans compromis du VIe commandement,
mission de l'Église. Il y en a eu parfois qui à cause de parce que par là l'Église prive l'homme de la jouissance,
cela lui ont reproché d'être l'ennemie de la civilis~tion: de la sensualité, Mais la foule de misères physiques et
et de la vie terrestre. Mais aujourd'hui, les historiens morales, de maladies, d'hospices d'aliénés et d'hôpitaux
non-catholiques découvrent de plus en plus que les montrent bien ce que deviendrait l'humanité saD§ les
commandements de l'Église favorisént la vraie civili- obligations du VIe commandement.
sation, ces commandements qui apparemment s'op- c) D'autres encore ne comprennent pas la loi du
posent à la jouissance de la civilisation terrestre ou jeûne. A quoi bon? demandent-ils avec indignation.
des biens terrestres. . Pourquoi l'Église ne permet-elle pas de profiter des
a) Il y a eu une époque où, par exemple, on reprochait plaisirs i~noce nts de la terre?
à l'Église de gêner par l'obligation du repos du dimanche Je n'ai pas besoin de vous dire que de nos jours le
le développement de l'activité humaine. Mais aujour- jeûne est si--facile qu'il n'empêche plus personne
d'hui, il n'y a personne qui n~ voit que l'homme n'est d'accomplir ses obligations prfoessionnelles. Mais je
pas unémachine qui peut travailler sans arrêt, mais dois insister sur l'avantage que le commandement du
un être vivant qui a une âme et que cette âme a besoin jeûne signifie pour parvenir à la maîtrise des valeurs
du fortifiant religieux du dimanche et en même spirituelles . . En effet, l'homme s'attache tellement à
temps 'que ce repos physique seul rend plus suppor- la terre, il gémit tellement sous la tyrannie des sens,
table et plus intéressant le travail de la semaine. qu 'il faudrait réellement se réjouir quand arrive le
, Bien loin de nous, bien loin du christianis1ll.e de vendredi ou un autre jour d'abstinen·ce et qu'on doit

Symb. des Ap. - t. V 9


· LE SYMBOLE DES APÔTRES LES MÉRITES DE L'ÉGLISE 259'

alors réfuser à ses sens telle ou telle chose que nous que Dieu l'a ordonné - il proclame par là une si
aimons tant sur le moment, et ainsi -pouvoir assurer grande culture que personne ne pourrait l'atteindre,
la maîtrise de l'âme sur la matière. , sinon en suivant la route du christianisme» (GŒTHE,
Vous le voyez, mes frères, l'Église ne veut jamais Gesprache mit Reimer, Nov. 1806)i..~F~glise catholique
détruire, mais construire et même là où en apparence est proverbialement la première gardienne du respect
elle gêne, réfrène ou comprime, en réalité elle favorise de l'autorité, mais du respect de l'autorité qui, lorsque
les plus nobles idéals de l'humanité. Et c'est en cela nous nous humilions devant elle, nous élève spirituel-
que consiste sa grande valeur culturelle. Car « nous lement et lorsque 'nous nous inclinons devant elle, rend
ignorons si l'automobile et l'avion marquent un notre âme plus grande.
progrès; mais il 'est sûr que l'affranchissement du b) Il n'y a pas une seule religion où les fidèles entourent
péché et des passions e~t un progrès réel» (Foerster). leurs pïêtres, leurs évêques et le pape d'un respect aussi
profo~ld que la nôtre, car ils savent bien que leur pouvoir
spirituel et leur dignité remontent aux apôtres. Lorsque
III les fidèles respectent leurs prêtres, ils respectent en
eux les successeurs des apôtres du Christ et quand ils
LES MÉR~TES
"~
DE L'ÉGLISE DANS LE ,DOMAINE SOCIAL. 's'agenouillent devant le pape, ils s'agenouillent devant
le successeur de saint Pierre.
Et let nous arrivons à un gi'oupe tout nouveau de Ce que signifie pour nous l'autorité du pape, on le
mérites de l'Église, à l'activité de l'Église sur le terrain comprend seulement quand on voit ce que son; devenu.s
social. ceux qui ont bravé le pape et se sont sépares de ~Ul.
, A) Entre autres mérites, il nous faut citer en premier « Qui mange du pape, en meurt» - constate la philo-
lieu le p,-incipe d'autm'ité. sophie de l'histoire. L'une des sectes séparées s'est
a) Sans le respect de l'autorité, il n'y a pas de vie figée et traîne une vie languissante; les autres 300 sectes
sociale possible; mais par contre, l'Église catholique a ont été englouties et disséininées par la vie, - mais
toujours défendu et garanti le principe d'autorité, celui qui se tient sur le rocher de Pierre brave les siècles.
conformément à ces paroles de saint Paul: « Que chacun Celui qui est au courant de la mission -divine de
soit soumis aux autorités supérieures. Car il n'y a l'Église'~ trouvera' tout naturel de s'incliner devant
point d'autorité qui ne vienne de Dieu;- et celles qui l'autorité de l'Église. L'étroitesse et les erreurs de la
· .') d
existent ont été instituées par Lui » (Romains, XIII, 1). raison humaine ne peuvent que nous remp 1lr e
Et nous pouvons Croire Gœthe, quand il écrit : modestie et nous préparer à écouter d'autant plus facile-
~ I.,orsque Paul dit : Obéissez à vos supéïieurs, ~arce ment les paroles de l'autorité de~rière laquelle nous
LE SYl\1:BOLE DÈS APôTRES LES MÉRITES DE LJÉGLISE i61"
...... i
savons que se trouve l'3:-ppui de Dieu qui la préserve: l'Église répond toujours comme le Christ a répo~d~!
de l'erreur. à Pilate : « Je sUIS venu dans le monde pour rendre
i: L'accord de l'aùtorîté et de la liberté est pour l'hu~à-' témoignage à la vérité » (S. Jean, XVIII, 37). De même
;riité un problème qui monte constamm,ent à la surface. que saint Ambroise osa s'opposer à Théodose qui ne
iMais on ne le résout pas en rejetant la première; faisait pas pénitence, de même que Léon l osa affronter:
:détruire ne serait pas une solution. Mais faisons comme Attila, de même l'Église a toujours défendu<S\l'ordre'
l'Église : elle commande et réclame pour elle-même moral, la justice, le droit, l' équit~ contre toute tyrannie. '
fautorité, mais comme nous sommes contents de savoir Lorsque, à notre époque, la grande industrie et les
que celui qui commande ob#t lui-rp.ême au :mêl'l;\e grandes entreprises ont abaissé la vie de millions de
:instant : il obéit à Dieu~ ' ". ' .... ' ..' ._. .' . travailleurs à un niveau inhumain, n'est-ce pas le
.. : B ) A cette occasion il nous 'faut rappeler un a~tre pape Léon XIII qui dans sa magnifique encyclique
ï~érite de l'Église auquel généralement on n'a pas « Rerum novarum » a élevé la voix en faveur des oppri-
l'habitude de penser, mais qui n'est pas inférieur aux més? Et n'est-ce pas le pape Pie XI qui dans son ency-
précédents : l'Église, qui d'une part est la plus forte' clique « Quadragesimo anno» a renouvelé avec insistance'
personnification du principe d'autorité, est d'autre l'avertissement de l'Église? . " ..
part la première à défendre les droits de l'individu devant C) Enfin je rappellerai en passant qUe par te dogme
les exagérations du pouvoir de l'État. Aussi a-t-elle lutté de la communion des saints - le dogme le plus social
contre l'esclavage, aussi a-t-elle proclamé l'égalité et de l'Église - l'Église proclame la grandiose fraternité
la fraternité entre les hommes de toute race. Aussi entre les hommes. Un catholique ou un peuple catholique
proclame-t-elle et exige-t-elle la liberté de conscience. n'est jamais seul, car chaque individu est membre du
L'Église défend les droits de l'individu contre les corps mystique du Christ. Qui ne verrait comme cette
empiétements éventuels du pouvoir civil. Pour ne citer doctrine apaise magnifiquement les contrastes natio-
que l'exemple le plus récent, qùi a élevé la voix contre naux, raciaux, sociaux ou politiques! De fait, l'histoire,
la propagande en faveur de la stérilisation eugénique prouve que tant que les royaumes chrétiens d'Europe
qui était une agression contre les droits d~ l'individu l ont été unis par la même foi et la même philosophie,
Personne sauf le pape de Rome. on n'a pas entendu résonner sur l'Europe la cloche
. On entend fréquemment sur les lèvres des hommes funèbre du « Déclin de l'Occident ». '-' ._~._.
au pouvoir les . paroles prononcées par l'orgueilleux Quand nous lisons jusqu'au bout i'hist~i~e de 1~
Pharaon, l'6rsque)Moïse, au nom du Seigneur, lui civilisation européenne chrétienne et que nous voyons
'demanda la lihération des Juifs: « Qui est le Seigneur les résultats prodigieux que le monde a obtenus de la
pour que j'bbé.is"s~ à sa voi?,? » (Exode, v, 2). Mais ciyilis~~~qp. ocçide_
ntale., on a l~ _.~r?~t _~~_~~. pos_~r ~~tte
LE~:YM:BOLE DES APô'(RES LES MÉRITES DE L'ÉGLISE

,qùestiQn : Mais quï donc a créé toute cette civilisation (Gœthe: Gesprache mit Eeckermann. Reclam's Ausg.'
:occidentale? A qui le mérite d'avoir amenéJes tribus III, 24").
barbares des ténèbres de la barbarie au foyer de
lumière de l'Évangile ? A qui le mérite d'avoir fait des
'peuples nomades qui se massacraient les uns les autres, • ••
des nations organisées et civilisées? A qui le mérite?
Certainement pas à l'arianisme ni au gnosticisme, Mes frères, un voyageur las de corps et d'âme frappa
non plus au pro~estaIl:tisme, mais uniquement à l'Église un soir à la porte d'un couvent italien et demanda à
'catholique. - ' - entrer. « Que demandes-tu?» interrogea le frère portier. '
,- L« :La religiori 'êst le sel qui préserve la science de la « La paix » répondit le malheureux, le fameux poète
-ë6~ption »~ - a affirmé Bacon lui-même. Cette le Tasse. Actuellement toute l'humanité est devenue
'affirmation vaut ' non seulement pour la science, mais semblable au Tasse, elle cherche la paix. Où la trou-
aussi pour les diverses activités de l'esprit humain et verons-nous? Nulle part ailleurs que dans l'Église du
doit ' s'entendre tout particulièrement de la religion' Christ. Car c'est à elle que le Sauveur a fait cette'
'1.des religicins,. du catholicisme. ~ .,
'
;".... , . «:F
...-~,
.', promesse : « Je vous laisse la paix; je vous donne
:, Ces mérites que j'ai indiqués dans la seconde partie ma paix; je ne la donne pas comme la~orllle le mollde »,
'd ll sermon de ce jour ne sont pas les tout premiers' '(S. Jean, XIV, 27).
mérites de l'Église du Christ. Son premier mérite - Dieu ne pourrait-Il pas nous dire ce qu'Il a dit au
comme je l'ai dit ' au début de cette instruction - peuple élu par le prophète Aggée : Vous avez semé
est de prêcher la religion du Christ, de la préserver de beaucoup et peu recueilli; vous mangez et- vous n'êtes
toute altération et _..........
ainsi
~
d'assurer le salut éternel de
-"- -. - . ...
pas rassasiés; vous êtes vêtus, mais vous n'~tes pas ,
nos âmes. ' -' _ réchauffés; vous avez amassé de l'argent, malS votre
'- ! Mais 'nous né~ dév6ns" pàs moins être reèônûàissants bourse était trouée (Cf. Aggée, l, 6). Ne faisons-nous
à notre sainte Église de ce que, à côté du soin des pas sur nous-mêmes l'expérience de ce passage du
intérêts de notre vie éternelle elle rend plus facile, livrJ ' de Job : (( Durant le jour ils rencontrent les
plus supportable, plus ordonnée la vie terrestre. Elle ténèbres; en plein midi ils tâtonnent comme dans la
reste toujours vraie cette constatation de Gœthe : nuit» (Job, 'v, 14). .
« Quels que soient les progrès de la culture intellectuelle, Aujourd'hui chacun voit bien que ni les perpétuelles
des sciences --naturelles et de l'esprit humain)jamais conférences des sages de ce monde ni ce flot d'ordon-
!ils ne dépasseront les sommets de culture morale du nances économiques et politiques ne sont cap_ab~es
christianisme, telle qu'elle bl~ille dans les évangiles « d'assurer un avenir meilleur. C'est près de l'Eihs~

:'
264 tE SYMBOLE DES APÔTRES
, "

'catholique ' qu'il nous faut apprendre la justice et


l'amour, le droit et la paix. Auprès de l'Église à qui
s'appliquaient déjà il Y a dix-neuf siècles ces paroles
de la sainte Écriture : « Elle a passé - comme le
Christ a passé sur la terre - en faisant le bien ».0 XVIII
, Ne nous faisons pas d'illusions: cette terre ne sera
jamais plus un paradis : on y trouvera toujours des
luttes, des privations, des guerres et des souffrances; LES MÉRITES DE L 'l!:GLISE (II)
il n'y aura de paix éternelle que dans le royaume
éternel de Dieu. Mais pour pouvoir supporter ce~ luttes,
pour ne pas nous écrouler sur la route, pour que l'égoïsme,
MES FRÈRES,
la haine, la cupidité, la soi] du pouvoir et la soi] des
iouissances ne submergent pas la terre, pour que les races
et les peuples puissent travailler en commun, comme des Le divin Fondateür de notre religion donna un jour
frères, pour faire progresser la civilisation de ['humanité, à ses disciples ce commandement éternellement mémo-
pour atteindre tout cela, il nous faut ltre des enfants plus l'able: « Cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa
dociles, plus obéissants et plus fidèles de notre sainte justice» (S. Matthieu, VI, 33) et le l'este vous sera donné
et bénie Église catholique. Amen. , par surcroît. L'Église catholique a toujours gardé sous
ses yeux cette règle de conduite : Le Seigneur m'a
envoyée pour sauver les âmes. Donc non pas pOUl'
développer la civilisation? Non. Ni pour fonder
le bonheur sur la terre ?Non plus. Fonder le royaume
de Dieu dans les âmes - voilà la première et la plus
haute tâche de l'Église catholique. ',_ _ ,_. _
Mais~si l'Église a toujours cherché uniquement à
remplir -;ette tâche; conformément à la promesse de
son divin Fondateur, les autres choses lùi ont été
données par surcroît.- Si par son enseignement, sa
législation, ses commandements, son culte divin, elle a
réellement visé à sauver les âmes pour la vie de l'autre
,~c)llde, elle a donnéel1 nlê~et~mps un~~~.~E , :s~~~,
,1

.,
LE SYMBOLE DES APÔTRES LES MÉRITES DE L'ÉGLISE
"

exemple au bonheur terrestre de ' l'humanité, elle est . Il Y a dix-neuf siècles retentit aux' oreilles de la
devenue la source de toute la civilisation européenne malheureuse humanité un son inconnu : la voix du
que nous appelons avec raison « civilisation chrétienne ». christianisme; et cette voix commença à tracer au centre
; Dans le sermon d'aujourd'hui je veux compléter ce de la société païenne corrompue et menaçapt ruine au
que j'ai dit précédemment des mérites de l'Église. dehors et au dedans le contour d'un monde nouveau
Dans mon dernier sermon j'ai parlé des mérites religieux dans les âmes. ' ,."
et moraux de notre Église, aujourd'hui je vais parler a) Au temps du paganisme, la compassionët la -pitié
de ses mérites par rapport à la civilisation. Au point étaient regardées comme une honte et l'amour du prochain
de vue religieux le mérite de l'Église réside dans ce fait était inconnu, on ne connaissait ni orphelinats ni hôpi-
qu'elle nous a conservé sans altéràtion la doctrine de taux ni asiles de vieillards, - c'est seulement depuis
Notre-Seigneur Jésus-Christ; au point de vue moral, le christianisme, c'est seulement depuis la doctrine
par la défense du respect de l'autorité, de la justice et du Christ que tendre à un malheureux un simple verre
des droits des individus, elle a rendu possible la vie d'eau est considéré comme une œuvre méritoire.
sociale de l'homme. Voilà ce que j'ai démontré dimanche b) Le paganisme ne regardait pas la femme comme
dernier. égale en droits avec l' homme, car l'homme chassait sa
Aujourd'hui je continue le développement de ma femme, quand il voulait. ,
dernière pensée et je voudrais montrer à grands traits Écoutez seulement ce que des écrivains classiques
les mérites de l'Église par rapport à la civilisation. Je pensaient des femmes, Hésiode écrit : « Les femmes
voudrais raconter comment l'Église n'a pas seulement sont une race maudite, le plus lourd fléau des mortels»
rendu possible une vie sociale ordonnée, mais a encore (Théogonie, v. 584, 589, 601). Eschyle dit des femmes:
rendu plus belle, plus facile, plus agréable la vie « Vous êtes à la ville et à la maison les pires fléaux »
humaine par le développement sur une large échelle (Sept contre Thèbes, v. 165, 169, 172). Caton prenait
l, de la civilisationl II. des sciences et III, des arts, ' feu contre elles: « Voulez-vous peut-être ôt,er les liens
à ces animaux indomptables et vous livrer à l'espérance
qu'ils dompteront leurs propres rejetons? » '(Tite-
1 Live, Rist. XXXIV, 2). Les Romains parlaient à côté de
la « majesté des hommes » (( majestas virorum ») du
L'ÉGLISE ET LA CIVILlSATION, sexe féminin comme du sexe « faible» (sexus imbecillis),
léger (levis), incapable de travail (impar laboribus).
Tout d'abord nous allons poser cette question Mais lé- ~-ci1fistianisme arriva, et retira la femme de
Qu'est-ce que la civilisation doit au christianisme? ,cette situation humiliée, lorsqu'il procl~ma que le
-1

LE SYMBOLE DES APÔTRES ' LES MÉRITES DE L'ÉGLISE

mârYage est un sacrement qüi ne peut ja~ais être romp~ comme des animaux. On examif\ait leurs dents, on
et lorsqu'il plaça sur les autels la vierge Marie et depuis, retroussait leurs lèvres, on tâtait leurs muscles, puis
chez les hommes, ne s'est jamais éteint un tel respect on versait le prix et on les emmenait chez soi comme
envers la femme qu'après dix-neuf siècles la frivolité des animaux. Le propriétaire les frappait avec un fouet
de l'époque moderne seule a pu lui chercher noise. La et s'il lui plaisait, les jetait dans son vivier, et nourrissait
famille est la ba!le de la société humaine, or la conso- ses poissons avec le corps de ses esclaves. « Tout est
lidation de la vie familiale est l'immense mérite du permis à l'égard des esclaves »\,. (omnia in servum
christianisme. - . licent), - si un noble caractère tel que Sénèque peut
: c) Du temps du pag~nis";'e - le sort de r ;njant étaii dire pareille chose (De c1ementia, l, 18), nous pouvons
déplorable. Il dépendait de son père qu'il fût gardé en imaginer quel pouvait être le sort de ces malheureux.
vie ou bien qu'il fût précipité de la roche tarpéienne. Si le maître de la maison venait à être assassiné tous
Dans la « Loi des Douze Tables » par exemple, il est les esclaves de cette maison étaient mis à mort (Tacite:
dit : « On noiera les enfants débiles et difformes » Annales, XIV, 42) . Et tandis que la noble Romaine
(Liberos si debiles monstrosique sunt mergimus). se fardait ou conversait avec ses amies, elle s'amusait
« L'enfant n'est pas encore un être humain» «< Infans à piquer avec une aiguille l'esclave qui la servait
homo nondum est ») - tel était l'axiome de la juris- (Ovide: Art d'aimer, III, 239). .
prudence romaine. Le Christ au contraire embrassait Mais .le christianisme vint et proclama que devant
les enfants et enseignait que même dans l'enfant le plus Dieu il n'y 'avait pas de différence entre l'homme
abandonné vit une âme immortelle. De même que le libre et l'esclave, car quiconque a un visage d'homme
culte de la Vierge Marie a été la première loi de pro- possède une âme à l'image de Dieu; c'est le christia-
tection de la femme, de même le Christ a porté la nisme qui a fondé des ordres religieux pour le rachat
première loi de protection de l'enfance, quand Il a dit: des esclaves, dont les membres devaient mettre tout
« Celui qui scandalisera un de ces petits qui croient en œuvre pour les libérer, au point que s'ils ne pouvaient
en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on lui attachât pas y réussir autrement, ils se donnaient eux-mêmes en
'h ange. '. r
ec __ .. .- _ , _. "; "
au cou une meule de moulin et qu'on le précipitât
au fond de la mer Il (S. Matthieu, XVIII, 6). . . .- . e) L'Europe fut au moyen ~ge envahie pa; les p~uple;'
d) Mentionnerai-je encore les longs siècles de lutt~s barbares et c'est le christianisme qui les convertit. Les
que ltf christianisme a soutenues pOUT la suppressiolt moines missionnaires s'en allèrent'-jJartout pour leur
de l'esclavage, cette honte de l'humanité? -... "', apporter la lumière de l'Évangile; et en même temps
Aujourd'hui nous avons peine à croire que- 'p~nda-nî qu'ils leur prêchaient le Christ, ils apprirent à ces
dei3 .siècte.s .qe§. homme13.QAt ~t~ YJ?!t..dgsll\lr les rnilrç4~s. peuples 'luiv.iy~i_el?-t . ~~~~ un aveuglefP-.ent de ~orpse~i
LE SYMBOLE DES APôTRES LES MÉRITES DE L'ÉGLISE

'd'âm~ l'agriculture, l'architecture, le défrichement en Suisse, en France, en Hollande ..'. à chaque pas,
du sol, l'industrie et la vie paisible, en un mot, la aujourd'hui encore, ou bien existent ou bien survi-
1civilisation. A Pannonhalma se dresseJaujourd'hui vent dans Jes appellations de villes ou de villages,
:encore le cloître d'où est sortie toute la civilisation des milliers d'abbayes, de collégiales, d'églises, de
hongroise et de même que dans saint Adalbert, dans cloîtres, centres de la civilisation de leur époque. La
saint Gérard et dans les ordres religieux nous vénérons plupart des anciennes villes de l'étranger ont eu popr
non seulement les messagers de la foi, mais aussi les noyau un cloître autour duquel se sont bâties les maisons
fondateurs de la culture hongroise, de même chaque de la ville.
peuple européen moderne vénère dans tel ou tel prêtre Et non seulement le christianisme dut créer cette
à l'âme héroïque, dans tel ou tel saint, dans tel ou tel civilisation, mais il dut aussi la sauvegarder. D'abord
martyr de l'Église catholique le créateur de sa propre les Vandales, les Goths, les Huns, les Lombards, les
civilisation: pour les Français c'est saint Remi, pour Avares, les Magyars, puis les Arabes, les Tartares,
les Irlandais saint Patrice, pour les Écossais saint les Turcs menacèrent la civilisation chrétienne. Et qui
Colomban, pour les Allemands saint Boniface, pour les la défendit? Toujours l'Église. A commencer par
Slaves saint Cyrille et saint Méthode, etc. saint Léon le Grand qui affronta Attila jusqu'à
Seul peut apprécier convenablement l'œuvre 'civi- Innocent XI qui réussit à chasser les Turcs de la
lisatrice incommensurable de l'Église catholique, celui Hongrie. Sur le champ de bataille de Mohacs, il y a
qui connaît la nature sauvage et indomptée de ces quatre cents ans, évêques et archevêques avaient trouvé
peuples qu'il fallut dompter. Ce que par éxemple les la mort et lorsque les Turcs eurent instauré leur
moines ont réalisé en défrichant les forêts vierges, tyrannie dans le pays et que le peuple hongrois fut
en enseignant l'agriculture, en transformant en peuples opprimé, quels furent pour ainsi dire les seuls appuis
sédentaires ces peuples nomades et en fondant des du peuple? Les religieux franciscains qui circulaient
écoles fut réellement un travail surhumain sous un déguisement dans le pays. Ils furent les
Que serait devenu le monde sans l'inla:sable travail seuls amis de ce peuple martyr; depuis on leur a
culturel des moines du moyen âge? Lat<. conversion donné le nom d' « amis ».
des peuples fut partout suivie par la civilisation maté-
rielle. Chez nous, dans nos pays ravagés par les Tartares
et les Tùrcs, c'est seulement ici ou là que subsistent
quelque souvenir; quelque ruine ou quelque déno-
mination' qui rappellent l'œuvre des anciens moines.
Mais dans nos voyages en Autriche, en Allemagne,
272 LE SYMBOLE DES APôTRES LES MÉRITES DE L'ÉGLISE 2'tS
remplir Pâme de l'homme moderne si fier de sa science,'
II lorsqu'il songe que jadis, il y a des siècles, lorsque les
gens les plus distingués se souciaient davantage de
L'ÉGLISE ET LA SCIENCE. l'épée que de la science et qu'il était courant de voir
même des rois ne savoir ni lire ni écrire, l'Église
A côté du développement de la civilisation matérielle, fondait d~jà des ,universités!
le christianisme a encore un autre mérite: le dévelop- Aujourd'hui encore, il ya chez nous autant d'écoles
pement de la culture intellectuelle. confessionnelles que d'écoles officielles et il est notoire
A) Tout d'abord, il me faudrait parler dans un que si quelqu'un veut donner une bonne éducation à
chapitre spécial du rôle du catholicisme à l'égard de sa jeune fille, il la place chez les Dames Anglaises,
l'enseignement. Mais c'est un fait trop connu pour au Sacré-Cœur, à Saint-Vincent de Paul ou à Sion.
qu'il me faille en parIer longuement. C'est un fait Il est notoire qu'aujourd'hui encore nos premiers
notoire que ce qui nous reste des chefs-d'œuvre clas- collèges sont aux mains des Bénédictins, des Cisterciens,
siques du paganisme nous le devons au labeur des des Piaristcs, des Jésuites et des Prémontrés.
moines du moyen âge qui passaient leurs nuits à les B) Mais peut-être ne connaît-on pas autant, il faut
copier. « Si la nation anglaise surpasse n'importe quel donc que je le relève spécialement, le travail immense
peuple de l'Europe par l'abondance de ses annales et accompli par l'Église non seulement pour la divulgation,
de ses souvenirs historiques, elle le doit exclusive- mais aussi pour l'avancement de la science.
ment au sacerdoce catholique qui nous a conservé La foi et la science, la vie religieuse et un savoir
ces trésors )l (David Hume, Richard III, ch. 23). très étendu sont regardés par certains commeincom-
L'Église, dès le ne siècle, avait fondé des écoles patibles. Hélas! notre jeunesse actuelle qui a soif de
florissantes à Alexandrie, Edesse, Antioche, Nisibe. la science se trouve fréquemment devant ce di.lemme :
Ensuite furent créées par milliers les écoles claustrales « Ou bien rester bon catholique ou bien devenir un
et paroissiales. Et enfin les universités. C'est un fait savant ». Disons bien franchement que cette opposition
bien connu que l'idée d'université est en elle-même est sans fondement. Nous pouvons montrer des savants
une idée purement ecclésiastique et les plus célèbres éminents qui étaient, en même temps~ des enfants
et les plus anciennes universités se sont développées fidèles de notre religion. '
avec l'appui de l'Église. Avant le xv e siècle, ~n connaît S'il y a parmi vous un philosophe, je lui demanderai
déjà cinquante-deux -.universités. Vingt-neuf d'entre s'il peut se représenter la philosophie sans saint
elles furent fondées par les papes, dix autres conjoin- Augustin, Pierrl Lombard, saint Albert le Grand,
.t ement par leE .rapes et les souverains. Quelle joie doit , saint Thomas cl' Aquin1. saint Bonaventure et Duns
LE SYMBOLE DES APôTRES LES MlilliTES DÉ L'ÉGLISE 275:
- (,
Scot ?Non ?' Eh bien 1 ils n'étaient pas seulement de ' beautés infinies de l'autre vie, il fait naître en même
grands philosophes, mais en même temps des catho- temps dans l'âme de l'artiste la plus belle inspiration
liques vivant selon leur foi. créatrice. Il n'est pas étonnant que l'Église catholique
': S'il y a parmi vous un physiCien, je lui demanderai qui n'a toujours regardé que le plus beau comme
s'il peut se représenter la physique sans Galvani, digne de la louange divine, soit devenue la protectrice
Volta, Ampère, Fraunhofer, Fizeau, Foucault, Siemens, incomparable des arts de la terre. C "
Hertz, Ruhmkorff, Rontgen, Marconi? Non? N'oub1iez a) Que doit ['architecture à l'Église cath_olique? Il
pas qu'ils étaient tous catholiques sincères. suffit d'interroger n'importe quel historien de l'art
, Et s'il y a parmi vous un mathématicien, je lui si les styles roman, gothique, renaissance et baroque
demanderai s'il peut se représenter les mathématiques ne sont pas autre chose que la traduction des efforts de
sans Cauchy, Descartes, Pascal, Leibnitz, Euler et l'Église catholique voulant glorifier Dieu par la pierre.
Gauss? Ou bien l'astronomie sans Copernic, Kepler, S'il n'y avait pas d'Église catholique, alors il n'y
Newton, Herschel, Leverrier? Ou la chimie sans aurait pas Sainte-Sophie à Constantinople, il n'y
Liebig, Pasteur, Dalton, Bequerel? Non? Eh bien 1 aurait pas à Worms, Mayence, Bamb,erg, Spire et
non seulement ce furent des savants illustres, mais Pise les ,cathédrales romanes. S'il n'y avait pas d'Église
aussi des enfants fidèles de notre Église. catholique, on ne verrait pas s'élancer vers le ciel les
cathédrales de Rouen et de Reims, ni Notre-Dame
de Paris, ni le dôme de Milan, ni les cathédrales de
III Sévil.1e et de Tolède, ni le dôme de Cologne, ni l'église
Saint-Étienne de Vienne, ni Sainte-Élisabeth, de Kassai,
L'ÉGLISE ET LES ARTS. ni Saint-Mathias de Buda. S'il n'y avait pas d'Église
catholique, alors il n'y aurait pas non plus, ni Donatello
A) Mais je ne puis continuer davantage cette énu- et Çcllini, ni Bernin et Maderno, ni la basilique
mération, car un autre terrain, presque incommen- s:,;iAt-Pierre de Michel-Ange, ni mille autres trésors
surable, m'attend : l'influence du christianisme sur les d'architecture.
arts. J'avoue",qu'il n'est pas possible de se mesurer b) Et après l'architecture faut-il dire un mot aussi de
avec cette question dans le cadre d'un sermon. Il me la peinture? On voyage à l'étranger, on visite les
faudrait présenter toute l'histoire de l'art, si je voulais premières galeries de tableaux du monde : les galeries
montrer l'influence féconde que le ' ,christianisme a de Munich et de Dresde, le Louvre à Paris, le musée
exercée _dans toutes ~ les branches de l'art. En effet, de l'État à Amsterdam, la galerie des Offices à Florence,
lorsque le catholicisme présente devant les âmes les les collections du Vatican ... qu'en resterait-il, si on
LE SYMBOLE DES APÔTRES l.ES MÉRItES DE L'ÉGLISB

en ôtait les tableaux religieux? Des pPemiers musées de' c'est la généreuse aide matérielle des papes et des
peinture du monde il ne resterait que des murs vides. évêaues, qui furent de vrais Mécènes. ['
Oui, qu'on essaye de se représenter la peinture sans b)' A côté de cètte cause externe, il y en a une interne
Guido Reni;-Giotto, fra Angelico, Ghirlandaio, Filippo plus importante: l'optimisme qui baigne tout le catho-
Lippi, Botticelli, fra Bartolomeo, le Titien, Léonard licisme, cette sérénité et cette joie intérieures qui
de Vinci, Michel-Ange et Raphaël, sans van Eyck, constituent l'atmosphère vivifiante de tous les arts.
Memling, Rubens, van Dyck, Murillo! Or, tous ces La vie est certes pénible et austère et la tâche la plus
artistes ont puisé leur inspiration dans le catholicisme noble de l'art consiste à dorer, à embeUir, à auréoler
et ont trouvé dans le catholicisme un généreux Mé .ène. de lumière cette vie austère et même parfois bien morne.
c) Parlerai-je aussi de la musique? Dirai-je que la Et c'est le soleil d y l'Évangile qui l'en rend capable.
musique et la musique d'église ont été longtemps c) L'art a besoin d'idéal et de sujets. Mais où l'art
identiques? Dirai-je que la notation musicale a été pourrait-il trouver un idéal plus élevé et des sujets
inventée par les moines? .Que la préface que l'Église plus puissants que dans le catholicisme? Aussi n'est-ce
chante à chaque messe n'est composée que sur quatre pas par hasard que de l'idéal sublime du culte de
notes et que néanmoins Mozart « était prêt à sacrifier Marie soie.n t issues par milliers des images plus beUes
toutes ses compositions pour elle ». Parlerai-je de les unes que les autres et qu'il ait fourni par dizaines de
Palestrina, de l'Ave Maria de Gounod, des messes de milliers les sujets à la musique et à la poésie. Il n'y avait
Hrendel, de Haydn et de Liszt, du Requiem de Mozart? pas et il n'y aura jamais de thème plus sublime, plus
En vérité, même ceux gui ne veulent rien savoir de émouvant et plus capable de stimuler l'âme des plus
Dieu et de la religion et pour quine compte pas l'activité grands artistes que l'Enfant-Dieu dans les bras de la
religieuse de l'Église catholique, même ceux-là sont sainte Vierge. Or ce n'est qu'un épisode de la vie de
contraints · de reconnaître que depuis dix-neuf siècles la Bienheureuse Vierge. Ajoutons toute cette foule de
le catholicisme est la source inépuisable de la plus sujets que sa vie met à la disposition de l'art - depuis
vivante création artistique et que l'Église dans toutes la Mère qui se réjouit près de la crèche de Bethléem
les branches de l'art s'est acquis un mérite impérissable jusqu'à la Mère des Douleurs au pied de la croix -
par sa protection inégalable de l'architecture, de la et noUs trouvons une source pour ainsi dire inépuisable
peinture, de la sculpture, de la m'U'sique et de la poésie. d'inspirations artistiques. .
B) Mais il vaut également la peine de rechercher Rappellerai-je combien de thèmes offrent d'eux-
queUe peut en être la cause? Quelle peut être l'expli- mêmes aux arts les saints qui sont les chefs-d' œuvre
~ation de la grande influence de l'Église sur la civilisation? vivants du Saint-Esprit et dont la vie reflète la source
a) Vue. 4.e ces c<lus.es -:-::- m'lis n()!l la prerlli.~+e ~ dernière de tOlite b~auté, };\j()tre~ ~~Jgn~uE Jé~lIs:..Çhrist.
LE SYMBOLE DES APôTRES , LES MÉRITES DE L'ÉGLISE 279

Autant il Y a de saints dans l'Église, autant de thèmes fait du catholicisme la source la plus haute des arts.
et de sujets nouveaux pour les arts. Cette cause, c'est que l'Église elle-même est le Christ
d) Mais si le catholicisme est devenu la serre chaude continuant à vivre parmi nous, qu'elle est la source
des plus hautes créations artistiques, en dehors des dernière, éternelle et unique de toute beauté. Il a
causes én'umérées jusqu'ici, la raison en est aussi dans fallu que l'Église devienne la mère des arts, parce que
la profondeur de vie intérieure .de l'Église. Les grandes tout son être est baigné dms la beauté de son divin
idées ne naissent pas dans le bruit de la rue; les con- Fondateur. -
ceptions artistiques ont besoin de recueillement, de
silence et de- paix de l'âme. Or le catholicisme nous
donne ces dispositions et cette paix de l'âme. Par les
sacrements il communique la grâce de Dieu, pour Mes frères, li Église catholique a enseigné aux
que nous puissions dire avec saint Paul: « Ce n'est plus Européens ce travail ardent d'où est sortie toute
moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi » (Galates, notre civilisation et c'est pourquoi je ne puis pas me
II, 20). C'est Dieu Lui-même qui vit dans l'âme de représenter comment un Européen pourrait devenir
cet « homme nouveau » et celui qui descend avec une bouddhiste, bien que certains, après la Grande Guerre,
âme méditative dans les profondeurs mystérieuses de aient essayé de nous gagner au bouddhisme. Il y a
cette sublime réalité s'aperçoit que plus les yeux de des âmes paressèuses qui flirtent avec les brouillards
son corps se ferment pour le monde, plus son génie du Nirvana, il y a des âmes séduites par une mode
commence à voir clairement des beautés surnaturelles insensée qui, au lieu du crucifix, au lieu de la ' croix
insoupçonnées. Les chefs-d'œuvre d'une grâce et du Christ souffrant et mourant pour nous et nous
d'une finesse inégalables des artistes religieux du rachetant, placent sur leur bureau une statue de
moyen âge sont la preuve de cette dépendance entre Bouddha obèse se prélassant paresseusement, éteignant
l'art et la mystique. en lui tout sentiment ... Mais quand personne d'autre
L'histoire de l'art montre que l'art d'un peuple est ne contredirait cette aberration d'esprit, l'âme imagi..,
toujours le reflet de sa religiosité. C'est donc seulement native et perpétuellement l~quiète du travailleur euro-
ainsi qu'on peut comprendre que doit être le plus beau péens'y ., opposerait. Où est l'Européen qui )ferait
l'art dans lequel se reflète ll,l seule véritable religion, sien le dogme .bouddhiste de la lâcheté et du froid de
la religion' du Christ. La bÈ:auté se nourrit de la vérité la mort :« Il ~aut mieux être debout que marcher; il
et c'est pourquoi la religion qui prêche la vérité parfaite vaut mieux être assis que debout; il. vaut mieux être
est devenue la sourcè de la plus parfaite beauté. couché qu'assis; il vaut mieux dorIJlir 'que d'être éveillé
'. Nous voici maintenant à la cause dernière qui a et il vaut mieux mourir que vivre ».
1
1

l 280 LE SYMBOLE DES APÔTRES

Quel tombeau 1 QueUe léthargie!


En revanche, son histoire dix-neuf fois centenaire
parle pour notre Église. En sa faveur parle le fait
qu'elle ,vit encore après une foule d'attaques. En sa
faveur parle le fait que des millions et des millions
de martyrs ont donné leur vie pour elle. Parlent encore XIX
en sa faveur son unité, sa sainteté, son apostolicité et
sa civilisation. Enfin parlent en sa faveur ces innom- LES PRttTRES DE L'ÉGLISE (1)
brables bénédictions qu'elle a répandues sur l'individu
et la famille, la vie privée et la vie sociale, les peuples
et les pays, les sciences et les arts et à cause desquelles
le pape Léon XIII a nommé à juste titre l'Église « la
Mère de la civilisation ». MES FRÈRES.

Je crois donc en cette Église. Sans doute, c'est le


Christ seulement que je cherche, mais je demande à
Le jeudi soir, du 15 mars 1934, les trois cent mille
l"
l'Église de me mener à Lui par un chemin sûr. Je veux
prêtres catholiques du monde ont célébré une fête
observer les commandemen~s du Christ, mais je sans exemple peut-être dans l'histoire,
demande à l':f:glise ce qui est un péché et ce qui n'en
Nous étions arrivés à la dernière semaine de
est pas un. Je crois à mon Église et je la suis pour l' « année sainte » que le pape Pie XI a promulguée
pouvoir vivre dans la lumière, la force, le progrès et
à. l'occasion du dix-neuvième . centenaire de la
la tranquillité d'âme.
Rédemption. En cette année sainte nous avons remercié
Voilà ma sainte Église catholique, « qui est l'Eglise
d'un cœur reconnaissant Notre-Seigneur Jésus-Christ
du Dieu vivant, la colonne et la · base de la vérité»
pour tous ses dons : pour son amour, ses souffrances,
(le Timothée, III, 15). CI Je n'en ai pas honte, car je
sa mort sur la croix, le saint sacrifice de la messe ...
sais en qui j'ai mis ma confiance» (Ile Timothée; l, 12).
Car il y a actuellement dix-neuf siècles que nous avons
Cette foi me donne le calme dans l'agüation de la vie.
reçu- tout cela.
Elle me donne la lumière dans les ténèbres de,la vie.
Actuellement aussi il y a dix-neuf siècles qu'a été
Blle me donne la force dans les combats de la vie.
institué le sacerdoce chrétien. Ne vous étonnez donc
Et - je le crois - elle me donnera un jour la couronne
pas si parmi les fidèles qui ont célébré la rédemption,
éterlzelle, après que j'aurai soutenu victorieusement les
luttes de la vie. Amen. le sacerdoce fut spécialement en fête et si tous les
prêtres catholiques du monde, à la même heure, ont
LE SYMBOLE DES APÔTRES LES PRÊTRES DI! L'ÉGLISE

exposé le Très Saint Sacrement, pour remercier de 'J,


(
mais ne peut-Il pas me donner tout cela sans les
l'institution du sacerdoce le divin Cœur qui brûle sans prêtres ?... »
cesse d'amour pour nous. Voilà des idées qui surgissent constamment en
N'est-il pas tout naturel dès lors de parler aujourd'hui société tantôt ici tantôt là, il convient donc que nous
du sacerdoce? tirions aussi au clair cette question. Est-ce que Notre-
En effet, dans la série de sermons consacrés à l'Église, Seigneur Jésus-Christ a 1"tellement institué le sacerdoce?
il me faut bien parler des prêtres de l'Église, car on - Nous allons chercher à répondre à cette question
ne peut se représenter l'Église sans ses prêtres. dans le sermon d'aujourd'hui. Et que pmse l'Église de
Dans l'Église, il y a des fidèles et il y a des chefs : ses prêtres? sera le sujet du prochain sermon.
les prêtres, les évêques et le pape. Il y a un sacerdoce
qui prêche la parole de Dieu, offre le sacrifice du Christ,
dont les prières servent de lien entre Dieu et les fidèles 1
et qui par les sacrements communique aux fidèles
la grâce du Christ. LE CUL~E DU SACERDOCE.
Le sacerdoce catholique! Cible de combien de
railleries et de calomnies de la part des esprits frivoles! Pour résoudre la question que nous avons soulevée,
Motif à combien d'idées et de jugements erronés de je voudrais rappeler en guise d'introduction quelques
la part de gens de bonne volonté! Mais aussi objet de faits de l'histoire de la civilisation. je voudrais montrer
quel chaleureux et pieux respect de la part du peuple rapidement ce fait intéressant que chez tous les peuples
chrétien croyant! on rencontre le respect du sacerdoce, que chez les païens
Le sacerdoce catholique! En a-t-on vraiment besoin? comme chez les chrétiens, ce respect il toujours été
Le Christ a-t-Il vraiment voulu que dans son Église l'indice du niveau de la moralité d'un peuple.
ily eût une classe spéciale, une classe d'hommes A) Je irappellerai seulement brièvement quelques
choisis, séparés du peuple, portant un costume spécial? exemples du monde grec et romain.
Le Christ a-t-Il organisé le sacerdoce? N'ont-ils pas Dès la première page de l'Iliade d'Homère, le prêtre
raison ceux qui disent qu'ils sont ({ croyants », apparaît comme une puissance inorale · dominant toute
« chrétiens » ou même ({ bons catholiques », mais qu'ils
autre chose. Dans les théâtres à Athènes les prêtres
({ n'ont besoin ni d'églises, ni de la messe, ni · de la avaient les premières places, c'étaient des prêtres qui
confession, ni surtout des prêtres? Car ceux-ci se gardaient le sanctuaire des mystères d'Éleusis, sans
mettent entre Dieu et l'homme. Je prie Dieu de me les prêtres n'avait lieu aucun acte officiel: ni traité de
pardonner mes péchés et de me donner la grâce - paix, ni réconciliation des partis politiques. On peut
LE SYMBOLE DES APÔTRES LES PRÊTRF"s DE L'ÉGLISE

réellement dire que l'État grec antique était foncièrement christianisme a-t-il besoin aussi d'un sacerdoce?
fi. clérical », Le Christ a-t-Il réellement fondé le sacerdoce et
Il en était de même chez les Romains. Toute activité pourquoi l'a-t-Il fondé?
politique ou publique était sous l'influence des prêtres. Voilà les importantes questions qui attendent à
On apporta de Grèce les oracles sybillins et on fonda présent une réponse,
un collège spécial de prêtres pour les interpréter.
. Le tout-puissant Auguste n'osait même pas déposer .
II
le grand prêtre, le « Pontifex Maximus »,
B) Cette conception du sacerdoce s'est naturellement
intensifiée dans une mesure notable dans la doctrin,e LE CHRIST A FONDÉ LE SACERDOCE,

chrétienne. Dans les pays chrétiens les prêtres font


l'objet' d'u~ grand respect à cause de leurs mérites Nous affirmons donc que Notre-Seigneur Jésus·· Christ
moraux et culturels sans exemple. C'est le sacerdoce a institué dans l'Église un sacerdoce spécial, et l'a chargé
qui a propagé la civilisation parmi les peuples convertis de communiquer aux hommes les bienfaits de la
et sans son œuvre toute l'Europe aurait été submergée Rédemption. Le ' Christ n'a pas voulu - comme
par les flots de la barbarie. Sans son action conser- certains l'affirment par erreur - que les âmes com-
vatrice il ne serait peut-être resté qu'un souvenir de muniquent sans intermédiaire avec Dieu, qu'elles
la civilisation antique. C'est le travail patient des . \Soient reliées « en ligne directe » avec Dieu. Mais Il a
moines copistes qui nous a conservé la base de nos ' voulu créer dans le sacerdoce une grande centrale
'connaissances classiques actuelles : les anciens manus- téléphonique à la disposition des hommes, pour que
crits grecs et romains. Architecture, musique, peinture, les hommes, grâce à elle, soient mis en communication
écoles, universités, nous devons tout cela au sacerdoce. avec la ligne du ciel. .
Et tout l'ordre public, le respect de la morale, le triom- Comment le savons-nous?
phe du droit et de la justice 1 Rien d'étonnant, si les A) Par l'enseignement très clair des Évangiles. Nous
états qui en bénéficièrent honorèrent le sacerdoce, ' y lisons ces belles paroles que le Sauveur a adressées
Sans doute je sais bien que ce que je viens de dire à ceux qu'Il avait spécialement choisis: « Je ne vous
jusqu'ici ,est plutôt destiné à étayer les preuves que appelle plus serv:iteurs, parce que le serviteur ne sait
j'exposerai par la suite, mais ne constitue pas la réponse pas ce que fait son maître; mais je vous ai appelés
à la question soulevée. Si les peuples ont partout honoré amis, parce que tout ce que j'ai entendu de mon Père,
leurs prêtres, c'est tout au plus un fait historiqu~, je vous l'ai fait connaître. Ce n'est pas vous qui m'avez
mais non pas une réponse à la grande questio~; Le choisij mais c'est moi qui vous ai choisis et qui v<:>.~s ai
286 LE SYMBOLE DES APôTRES LES PRÊTRES DE L'ÉGLISE

établis, pour que -vous alliez et que vous portiez du Oui, le sacerdoce catholique représente la pensée
fruit et que votre fruit demeure» (S. Jean, xv, 15-16). du Christ.
Notre-Seigneur Jésus-Christ a aussi ordonné que B) Mais, mes frères, quand nous réfléchissons
quiconque veut entrer dans son royaume doit être à la tâche immense que Notre-Seigneur Jésus-Christ
baptisé pour renaître de nouveau."" Mais c'est aux a donnée à ses prêtres, nous sommes presque obligés
apôtres et à leurs successeurs qu'Il a confié la charge de dire que Notre-Seigneur - humainement parlant
d'administrer le baptême (S. Matthieu, XXVIII, '19). - a commencé une entreprise désespérée, lorsqu'Il a réalisé
A celui qui, après le baptême, commet le péché, cette chose étonnante.
Il donne l'absolution, mais ce pouvoir Il l'a mis encore a) Mettre aux mains des hommes les forces, les mérites,
entre les mains des apôtres (S. Jean, XX, 22). le sort de la Rédemption! Aux mains d'hommes qui,
Il nous a rachetés par sa mort. Mais le renouvellement même après avoir . reçu cette mission, demeureraient
de sa mort rédemptrice Il l'a encore confié à ses apôtres. toujours des hommes, avec une nature humaine portée
Le gage de la vie éternelle est la réception du corps et au péché et avec le fardeau des faiblesses humaines 1
du sang du Christ; mais ce pouvoir aussi Il ne l'a donné Ensuite obliger les autres hommes à se tourner pour
qu'aux prêtres (S. Luc, XXII, 19). les affaires de leurs âmes vers cette petite troupe
De même Il leur a fait un devoir de prêcher la doctrine d'élus, même quand ces membres ne seraient pas
chrétienne: « Allez, enseignez tous les peuples, baptisez- des saints ou des génies, même quand leur âme à eux
les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit» serait peut-être dans un pénible éloignement du Christ.
(S. Matthieu, XXVIII, 19). - Le sacerdoce a deux visages : il vit sur la terre,
En vérité, celui qui a lu les Évangiles ne peut s'em- mais il n'a pas le droit d'être du monde. Le prêtre est
pêcher de faire cette constatation : le Christ, pour notre compatriote, fait partie de nos connaissances, est
assurer -l'extension du royaume de Dieu sur la terre, l'enfant de telle ou telle famille, - et pourtant, depuis
a choisi quelques hommes en particulier, les a délégués son ordination, il est plus que cela, bien plus. Il faut
et les a revêtus de son pouvoir. ;.J que son amour s'étende aussi loin que l'humanité. Il
Ceux qu'Il a envoyés ont la sainte obligation de doit aller sans hésitation là où Dieu l'a appelé: dans
travailler pour le royaume de Dieu, ceux à qui Il les a un petit village, dans une grande ville, près des enfants
envoyés ont la 'sainte obligation de les écouter. Car Il dans une école, ---des malades dans un hôpital, des
leura dit également: (c Qui vous écoute m'écoute l) pauvres dans un hospice, près des étrangers, chez les
(S. Luc, X, 16). Le Christ a lui-même organisé Il! païens. Nulle part il n'a le droit de s'arrêter définitive-
troupe des « envoyés » en plaçant à leur tête, comme ment, de se lier définitivement avec quelqu'un, il doit
son représentant visible, un chef monarchique. _ être un voyageur perpétuel sur la terre et se rendre
tE SYMBOLE DES APÔTRE:i LES PRÊTRES DE L'ÉGLISn

immédiatement et avec empressement là où Dieu Maître et lorsque nous savons que les apôtres ont
l'appelle. Il faut qu'il vive dans le monde pour pouvoir lâchement abandonné le Sauveur le jour même de
le sauver et cependant en dehors du monde -pour ne leur ordination. .~ ,
pas périr avec lui. Notre-Seigneur avait prévu tout cela. Et néanmoins
b) Tâche à donne1· le vertige. En effet même si chaque Il a institué le sacerdoce, certainement lI1'a fait pour
prêtre était un saint et un génie, même alors on ne de graves raisons. Efforçons-nous de rechercher avec
comprendrait pas la mystérieuse décision du Christ humilité ces raisons: Pourquoi Notre-Seigneur a-t-Il
qui a attaché la répartition de ses . grâces à des inter- établi cet intermédiaire, ce trait d'union entre Dieu et
médiaires humains. Du fait qu'Il a laissé dans ses les hommes? Pourquoi a-t-Il institué le sacerdoce?
prêtres la faiblesse humaine, il est sûr que notre foi
est fréquemment mise à une très lourde épreuve.
Il serait plus facile d'écarter de notre foi n'importe
III
quel autre obstacle que èle guérir cette plaie douloureuse
que nous infligent les fautes humaines des prêtres
élus et délégués par le Christ. Elle est si terrible cette POURQUOI LE CHRIST A-T- IL INSTITUÉ LE SACERDOCE?
épreuve de notre foi que beaucoup ne peuvent la
supporter. Théoriquement on pourrait se représenter la rédemp-
Vous savez, n'est-ce pas, ce à quoi je pense actuelle- tion de telle manière que nous participions à ses grâces
ment. A la plus grandédouleur de Notre-Seigneur . sans intennédiaire d'aucune sorte. Si Dieu voulait,
Jésus-Christ. Mais une douleur que le Sauveur avait il suffirait de dire « Je crois en Vous, Seigneur» et l'on
pour ainsi dire prévue - et néanmoins Il ne renonça deviendrait chrétien sans réception extérieure du
pas à fonder le sacerdoce. Partout où il y ades hommes, baptême. Dieu pouvait faire qu'en nous' agenouillant
la faiblesse humaine aussi se rencontre. C'est vrai : et na'lS frappant la poitrine « Seigneur, ayez pitié de
nous devons travailler de toutes nos forces pour que moi> pauvre pécheur » immédiatement nous soyons
les traits humains disparaissent de plus en plus du pardonnés de nos péchés sans confession et absolution
sacerdoce de l'Église. Mais si cela ne réussit pas com- du prêtre. .
plètement, si çà et là se présentent de déplorables Mais en réalité Dieu ne ['a pas voulu. Le' Christ a
défauts, des faiblessès et même des péchés, nous ordonné que pour la transmission de ses grâces il nous
n'avons pas le droit de chanceler dans notre foi, lorsque faudrait recourir à des signes extérieurs visibles et à
nous savons que saint ' Pierre, le jour de sa première des gestes détem\inés, or ce n'est pas n'importe qui
communion et le jour de son ordination) a renié son qui peut accomplir ces gestesl mais seulement ceux qu'Il

r
.1
Symb . des Ap, - t, V 10

1
LE SYMBOLE DES APÔTRES LES PRÊTRES DE L'ÉGLISE

en a chargés. En d'autres termes, le Christ a établi des phare qui montre à autrui le chemin du port tandis
intermédiaires pour la grâce - ces intermédiaires nous que lui-même ne suit pas le bon chemin. Il n'a pas le
les appelons les prêtres. droit de prêcher théoriquement le Christ et de marcher
•. Mais surgit en nous cette question: Pourquoi fallait-il lui-même pratiquement sur une autre route. Il n'a pas
des intermédiaires? Pourquoi Dieu ne donne-t-Il jJas le droit de mériter la parole prononcée par Notre-
directement ses grdces? Seigneur à propos des Pharisiens : « Faites donc et
i Il suffit de réfléchir I.Jfl peu pour pouvoir donner observez tout ce qu'ils vous disent; mais nlmitez pas
la réponse. - leurs œuvres» (S. Matthieu, XXIII, 3). ..
A) Disons-nous bien tout d'abord que ['homme Les prêtres ne sont donc pas pour régner sur les
n'est pas seulement esprit mais aussi· matzëre. fidèles? Pas du tout. En effet ils lisent assez souvent
i a) Il est tout à fait conforme à notre nature maté- ces paroles du Christ: « Le plus grand parmi vous sera
rielle que Dieu, pour nous donner sa grâce invisible, votre serviteur» (S. M; tthieu, XXIII, II). Et ces mots
se serve de signes et de gestes extérieurs visibles. C'est de saint Paul: « Nous Le prétendons pas dominer sur
pour cela qu'il faut le sacerdoce, un sacerdoce choisi votre foi, mais nous con tribuons à votre joie » (Ile
dans le monde mais vivant uniquement pour le service · Corinthiens, 1, 23). Et cet avertissement de saint
de Dieu. En effet la sainteté de Dieu est aujourd'hui Pierre : « Paissez le troupeau de Dieu qui vous est
la même qu'à l'époque de Moïse. Et si Moïse a été confié, veillant sur lui, non pal' contrainte, mais de
profondément troublé d'entendre les paroles venant bon gré, non dans un intérêt sordide, mais par dévoue-
du buisson ardent : « Ote les sandales de tes pieds, ment; non en dominateurs des églises, mais en devenant
car le lieu sur lequel tu te tiens est uile terre sainte » les modèles du troupeau» (le S. Pierre, v, 2-3).
(Exode, . III, ,5) - aujourd'hui encore il en est de B) Mais la chose devient encore plus claire, quand
même: aucun homme ne peut s'approcher des sources nous songeons que Dieu a attaché notre redemption
de la grâce divine sinon celui que Dieu a choisi pour à la personne de Notre-Seigneur Jésus-Christ et que
y puiser et donner à boire à son peuple. Et ainsi nous nous sommes rachetés dans la mesure où nous réus-
comprenons exactement l'essence du sacerdoce catho- sissons à devenir membres du corps mystique du
lique, son essence intime et sa raison d'être:~ A quoi Christ.
sert le prêtre? A servir Dieu. A conduire les âmes à a) Devenir membre du corps du Christ! - voilà
Dieu. A être l'intermédiaire entre Dieu et l'homme. l'essence du christianisme : le reste, la liturgie, les
b) Et il faut que le prêtre sache très bien que c~tte commandements, les fêtes, les formes de dévotion,
dignité et cette sainte fonction comportent une grande tout cela n'est pas l'essentiel. Sans doute, nous ne
responsabilité. Il n'a pas le droit d'être seulement un pouvons pas, sans les sacrements de l'Églisel . devenir
LE SYMBOLE DES APôTRES LES PRÊTRES DE L'ÉGLISE 293
l ,. ,

membres du Christ et pour administrer les sacrements les faibles hommes 1 Est-ce que le Christ a dit :
il faut le sacerdoce. C'est pàr l'activité sacramentelle « Repentez-vous de vos péchés et alors le Père voùs
du sacerdoce que nous devenons membres du corps du les pardonnera à cause de mes mérites»? Non. Mais
Christ. ) . il a dit à ses apôtres : « Les péchés seront remis à ceux
b) « Alors je ne pourrais pas de moi-même participer à qui vous les remettrez Il (S. Jean, xx, 23). Donc c'est
aux mérites du Christ? Par une communication directe . vous qui les remettrez. J.
entre mon âme et le Christ? Le Dieu éternel et mon Il est tout à fait sûr que le Christ n'a confié qu'aux
âme ne suffisent-ils pas? Pourquoi donc le sacerdoce '? » apôtres et à leurs successeurs l'administration . des
C'est le Christ Lui-même qui donne la réponse. sacrements, et non pas à tous ses fidèles et à tous ses
, Avec quelle clarté il a donné cet ordre à ses apôtres: disciples. En effet Il leur a dit : « Comme mon Père
"

a Allez, enseignez tous les peuples, baptisez-les » m'a envoyé, moi aussi, je vous envoie Il (S. Jean, XX, 21) •
... .
(S. Matthieu, XXVIII, 19), donc c'est vous qui donnez le Et seuls les apôtres ont pu dire à ceux qu'eux-mêmes
baptême. « Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé » choisirent : « Comme le Christ nous a envoyés, nous
(S. Marc, XVI, 16), donc « sera baptisé» et non pas:
se baptisera lui-même. Nicodème s'entretient toute
aussi, nous vous envoyons ».
Et c'est ainsi que le pouvoir d'administrer les sacre-
..
une nuit avec le Christ sur la justification. Et le Christ ments donné par le Christ aux apôtres continue chez
ne lui dit pas « il suffit de Dieu éternel et de ton âme », les successeurs des apôtres, c'est ainsi qu'il continue
mais Il lui parle de sa mort sur la croix et lui dit : dans l'Église, depuis dix-neuf siècles, pour faire des
« si quelqu'un ne renaît de l'eau et de l'Esprit il ne peut hommes qui aspirent au salut éternel les membres
entrer dans le royaume de Dieu» (S. Jean, III, 5). du corps mystique du Christ.
Il y a ensuite la Sainte Eucharistie. La vie divine
peut-elle sans elle exister en nous ? Non. Vous connaissez
les paroles du Sauveur: « Si vous ne mangez la chair du
• "" •
Fils de l'homme et si vous ne buvez son sang, vous Mes frères, l'tglise a vécu au cours de ces dix-neuf
n'aurez pas la vie en vous Il (S. Jean, VI, 54). Mais siècles des moments terribles, mais jamais les prêtres
comment nous approcherions-nous aujourd'hui du 'ne lui ont manqué. Le Christ en a toujours appelé à
corps du Christ, s'il n'y avait pas de prêtres qui, à la l'œuvre autant qu'il était nécessaire. Le Christ sait que
messe, le~l'fassent descendre du ciel parmi nous? Or l'Église a besoin de prêtres, qu'il faut des ouvriers
nous n'avons pas "le droit, de croire que le Christ a pour la moisson et Il dépose toujours sur le front de
donné à tous les hommes le pouvoir ,de consacrer. nouveaux jeunes gens le baiser invisible qui les appelle
Et la pénitence! Quel sacrement indi~pensablepour au travail
294 LE SYMBOLE DES APÔTRES LES PRÊTRES DE L'ÉGLISE

Il n'est pas possible de dire en quoi consiste cet appel cette dignité surhumaine. Nous ne vous demandons
du Christ. Comment des profondeurs de l'âme d'un qu'une seule chose : de pouvoir être des prêtres selon
jeune homme surgit le désir mystérieux de donner votre saint Cœur. .'
sa vie entière au Christ, de sorte qu'il n'y a plus un D'être des flambeaux qui brûlent pour Vous.
seul instant, un seul battement du cœur, un seul D'être un foyer qui réchauffe seulement par Vous.
projet, un seul désir, une seule pensée, une seule D'être une route qui conduit seulement à Vous.
minute qui ne soit pas pour le Christ et les âmes D'être un bras robuste qui élève vers Vous.
immortelles. D'être une colonne qui ne vacille pas, un chêne
Et bien que, d'après les calculs humains, il paraisse auquel se cramponnent les âmes. _ _ _
une entreprise néfaste de confier à de frêles épaules D'être des prêtres qui n'aient pas un battement de
humaines les valeurs éternelles, on voit cependant cœur, pas un regard, pas une pulsation - qui ne soit
que l'eXpérience a montré l'inanité de toute crainte. pour Vous et les âmes immortelles. . - .
On voit que malgré d'humaines faiblesses qui D'être des prêtres qui n'attendent rien sur la terre
existent malheureusement, le sacerdoce est devenu pour leur travail - ni confort, ni plaisir, ni bien-être,
le robuste soutien de l'Église. Il n'y a rien de com- ni richesses, ni distinctions, ni honneurs - absolument
parable à l'amour pieux que les fidèles manifestent rien, parce que nous avons beaucoup plus que cela,
envers leurs prêtres, car au-delà de toutes les faiblesses la promesse de saÎnt Pierre : « Quand le Prince ~es
humaines ils voient sur eux l'auréole de l'ordination pasteurs paraîtra, vous recevrez la couronne de glOIre,
et baissent humblement leur front devant la bénédiction qui ne se flétrit jamais» (le S. Pierre, v, 4)· _ - -
des mains qui donnent l'absolution et élèvent le : Seigneur. donnez-nous des prêtres avec cet idéal qui
Saint Sacrement. fassent la joie de Votre Très Sacré. Cœur et le salut du
Mes frères, lorsque les prêtres du monde entier troupeau qui leur est confié. Amen.
se sont agenouillés devant le Sacré-Cœur de Jésus '
et l'ont remercié de la dignité surhumaine à laquelle
Il les a appelés, sans qu'ils l'aient méritée, vous aussi,
nous tous, nous avons fait monter vers Dieu une prière
fervente pour ses prêtres.
Ce fut une soirée splendide. .. Trois cent mille
prêtres catholiques s'agenouillèrent devant le Sacré-
Cœur et ont fait cette prière : « Seigneur Jésus, nous
vous remercions humblement de nous avoir appelés à
I,.ES PRÊTRES DE L'ÉGLISE 297
tiennent leU'rs mains étendues.~ En vérité, seul ce
silence émouvant qui accompagne la cérémonie, seul
ce grand silence peut exprimer dignement ce qui se
passe alors: une faible créature devient à cet instant une
xx reproduction vivante de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
En effet le prêtre est aux yeux de l'Église un « alter
Christus» « un autre Christ ». Depuis dix-neuf siècles
LES PRitTRES DE L'ÉGLISE (II) le prêtre catholique vit sur la terre et y vivra, tant que
vivra l'Église. tant qu'il y aura des hommes sur la
terre. Les nations vont et viennent, mais les serviteurs
du Christ se renouvellent parmi elles. Les prêtres
MES FRÈRES, aussi meurent, mais le sacerdoce ne meurt pas, -
il est éternel.
Deu~ traits caractéristiques apparaissent spéciale-
Il a été question des prêtres de l'Église dans le ment sur l'image de ce sacerdoce éternel. Tous deux
isermon précédent : il a été dit que Notre-Seigneur sont des particularités sans lesquelles ne peut exister
Jésus-Christ a véritablement institué le sacerdoce le prêtre idéal, mais aussi des particularités qui font
chrétien. J'ai indiqué alors que je consacrerais encore naître le respect fervent et sans exemple des fidèles
un autre sermon au sacerdoce, à montrer ce que l'Église catholiques pour leurs prêtres. J. Le premier c'est:
pense de ses prêtres et ce qu'elle en attend. Et cela l'amour des âmes. II. Le second c'est: la responsabilité
rious ne pouvons peut-être jamais le sentir plus pro- devant le Pasteur suprême des âmes. Voilà les deux
fondément que dans les sublimes cérémonies de traits les plus caractéristiques sur le visage du sacer-
l'ordination. ' doce éternel. Je m'efforcerai dans le sermon d'aujour-
.- Vêtus de l'aube blanche, les futurs prêtres sont d'hui de peindre sous ces deux aspects le sacerdoce
étendus comme des morts sur le sol, tandis que l'évêque catholique. Seulement que personne ne dise à la fin :
récite sur eux les litanies des saints. « Kyrie eleison! « Ah! Comme la réalité reste bien éloignée de cet
Christe eleison! Kyrie eleison! » Les litanies s'a~hèvent. idéal! » Hélas! elle en reste loin c'est vrai; tout comme
Ensuite l'évêque étend ses deux mains sur la tête des l'idéal et la 'réalité sont loin l'un de l'autre partout
ordinands et les laisse étendues un instant sans mot où intervient une main humaine. Mais il nous faut
dire dans un silence complet. En même temps aussi, pourtant savoir comment l'Église du Christ se repré-
1
silencieusement, les prêtres qui assistent l'évêque
· . .,. , ' . i ISente ses prêtres : et nous, prêtres, nous devons savoir
LE SYMBOLE DES APÔTRES LES PRÊTRES DE L'ÉGLISE 299
comment nous devons être; il faut enfin que nous allons avecvous)). Nous savons bienq~e seul peut devenir
et les fidèles sachions que nous devons prier pour les prêtre celui que le Seigneur a choisi, appelé et envoyé.
prêtres. b) Mais nous savons aussi autre chose. Nous savons
aussi que le Sauveur, lorsqu'Il choisit le premier pape,
saint Pierre, et lui donna le pouvoir suprême, ne lui
1
parla pas ainsi en ce jour mémorable : Pierre, as-tu
,1 beaucoup étudié? Pierr~, es-tu savant? Pierre, es-tu
L'AMOUR DES AMES.
bon organisateur? Es-tu un grand juriste? Non.
n ne lui a rien demandé de tout cela. Mais 11 lui a dit:
La première caractéristique d'une âme sacerdotale Simon, fils de Jean, m'aimes-tu plus que ceux-ci? (S. Jean,
doit être celle-ci : un amour sans borne pour les âmes XXI, 15). Et Pierre reçut les pOJlvoirs de pasteur suprême
A) C'est chose bien connue que le sacerdoce catho- après avoir trois fois affirmé son amour. Depuis, nous
lique se présente devant nous dans une hiérarchie gran- devons aussi savoir que le baiser du Christ qui consacre
diosement organisée. prêtre l'aspirant au sacerdoce oblige le prêtre à aimer
a) Les prêtres n'obtiennent pas d'eux-mêmes leurs le Christ et son corps mystique, les fidèles de l'Église.
pouvoirs, mais ils sont envoyés par les évêques, les c) A son ordination il reçoit cette mission du Christ"
évêques par le pape, et les papes par le Christ. On peut cette dignité sacramentelle et le pouvoir qui y es~
dire, pour employer une expression banale, que les annexé - voilà la marque la plus importante du 1

prêtres de l'Église ne travaillent pas ({ à leur compte », prêtre de l'Église. Cette mission sublime, ces pouvoirs
sous leur propre responsabilité, mais comme investis sacerdotaux sont indépendants des capacités individuelles.
de la plus haute mission. C'est ce qui rend si digne de respect devant les fidèles
Nous sentons aussi la force que nous donne notre le plus simple prêtre, car derrière cette forme humaine
union avec le chef de l'Église, le pape. ({ Je vais pêcher )) défectueuse, )fragile, mesquine, brille la grandeur du
(S. Jean, XXI, 3), dit un jour Simon-Pierre, le premier Christ. Que le prêtre qui célèbre la messe soit un grand
pape, près du lac de Génésareth. Et les apôtres qui savant ou un homme ordinaire, que le --<:onfesseur soi(
étaient avec lui dirent unanimement: II: Nous allons un vieux directeur--plein d'expérience ou un prêtre"
avec toi )) (S. Jean. XXI, 3). Et ils prirent part ensemble ordonné il y a une paire de jours, /un jeune homme de
au dm; ,travail de la nuit, à sa riche pêche au matin et 22 ans, peu importe :, c'est le Christ le principal, c'est
ils virent ensemblele i>~eigneur. ({ Je vais pê~her ))- le Christ qui compte, c'est le Christ que nous cherchons, I
ont dit depuis 261 papes, et des centaines et 'des cen- c'est le Christ qui les a envoyés, c'est le Christ qui leur
taines de milliers de prêt~es ont répon~u : « Nous a donné ses pouvoirs. '" ",' ---"

, ".
LES PRÊTRES DE L'ÉGLISE :;01
300 LE SYMBOLÈDES APÔTRES
, ,

B) Et maintenant le prêtre catholique commence savoir de tout 'cela: elle se dresse dans sa blancheur
déjà à prendre devant nous une forme concrète : Quel éternelle vers le ciel pur.
être merveilleux que le prêtre catholique 1 r
Dans l'âme du prêtre aussi il faut qu'il y ait une
hauteur, une cime blanche comme la neige où le
a) C'est u'n homme qui n'a pas de famille et qui a tumulte de la vie n'a pas le droit de pénétrer, mêm e
pourtant les centaines et les milliers de familles de sa si la vie fourmillante suit son cours sur les pentes de
paroisse. Un horrime vers qui les autres hommes se la montagne.
tournent aux jours les plus joyeux et les plus tristes Mais certainement il faut que son cœur batte d'une
de leur vie. Un homme que des inconnus appellent grande vie. La vie actuelle appelle souvent le pasteur
« mon père ». Un homme à qui on raconte avec con- d'âmes hors de la chaire, hors de l'église, à l'école, dans
fiance les secrets fIes plus pénibles et anxieusement les œuvres, dans la société. Je dois aussi connaître
i' .
cachés qu'on ne dirait jamais à personne : ni à ses les questions économiques, la politique, - mais
meilleurs amis, ni à son époux ou à son épouse, ni à ses il me faut être en contact avec tout cela de manière à
parents. Un homme vers qui - pour chercher un ne pas m'y attacher et qùe le bruit de la vie ne pénètre
soulagement dans la détresse physique et morale - pas dans le silence des cimes blanches de neige; .
chacun se tourne avec confiance, car on sait qu'être c) Mais précisément parce que les prêtres de l'Eghse
prêtre c'est être dispensateur de l'amour divin, c'est doivent répondre à tant de choses, il faut qu'ils soient
redire .à toute âme épuisée, malade, souffrante et célibataires. C'est seulement ainsi qu'ils peuvent
luttante les paroles éternellement mémorables du réaliser ces paroles de saint Paul : « Celui qui n'est
Souverain Prêtre : « Vepez à moi, vous tous qui . êtes pas marié a souci des choses du Seigneur, il cherche
fatigués et chargés et je vous soulagerai» (S. Matthieu, à plaire au Seigneur» (le Corinthiens, VII, 32 ).
XI, 28). ' Voilà pourquoi les prêtres ne se marient pas.
b) Le sacerdoce est pour nous comme les hautes mon- Ou plutôt ils se marient dans un sens spécial : au
tagnes aux sommets couverts de neige : de quèlque côté moment sublime de l'ordination, lorsque irrévocable-
que nous les regardions, chaque fois gue nous avançons ment le prêtre s'unit au Christ. Le rite de la con-
d'un pas, nous éprouvons sans cesse une nouvelle sécration épiscopale le montre aussi très clairement,
impression qui change constamment. Ici c'est une lorsque - tout à fait comme au mariage - le nouvel
cime .qui surgit devant nous, là c'est un ruisseau, évêque reçoit l'anneau bénit avec ces mots: Prenez
là-bas c'est un troupeau en train de paître, ailleurs une cet anneau, signe de fidélité; car vous devrez gar.der
petite cabane, un charnois bondissant ou une cascade intacte avec une fidélité inviolable l'épouse de DIeu,
rapide, - mais la cime la plus haute semble ne rien 1'Église. « Oui, l'Église et ses membres ·sont la famille
//
/
3°2 LE SYMBOI,E DES APÔTRES
/
/

'"
'" LES PRÊTRES DE L'ÉGLISE 30 3'
,':~
/
, \ . ,
7t'
'J /

du p:être, ses e~f3m~s et son ~pouse. le prêtre doit b) NIais nous comprenons aUSSI à present ce respect
travaIller pour 1 EglIse au pnx de tous les sacrifices chaleureux et ·~lial que les fidèles manifestent envers
comme la mère pour sa famille. Et Îa joie du prêtre' leurs pretres. N ous
A \ comprenons qu ,aUJour. d'h' Ul encore,
c'est la vie de l'Église, commel l'homme marié s; à une époque de fr~i<~e objectivité, les fidèles célèbrent
réjouit de l'ép.anouissement de sa famille. Il se réjouit, avec un enthousiasme incroyable l'entrée du pape à
qua~d son églIse est comble: il se réjouit, quand il peut Saint-Pierre. Et même il suffit qu'un légat ,du pape
à peme suffire aux nombreuses confessions; il se réjouit, apparaisse quelque part, par exemple à un congrès
quand à la table de communion la foule s'empresse eucharistique international, ou chez nous pour le jubilé
vers Notre-Seigneur. de saint Emeric : quelle joie et quel accueil triomphal
, C) Cet amour des âmes est un élément essentiel, i~dis­ l'accompagnent partout. ,
pensable de l'âme sacerdotale: faire rayonner l'amour c) Sans doute, il y a aussi des hommes qui ne sont pas
éternel de. Dieu - voilà le but d'une âme de prêtre. pour les prêtres, qui pensent d'eux tout le mal possible.
a) « Dzeu ne peut pas être partout, c'est pou;quoi C'est vrai, suivant l'évangéliste saint Matthieu il y en
Il a créé la mère de famille », disent les Arabes. Il faudrait avait déjà pour dire de Notre-Seigneur Jésus-Christ:
dir~ plus exa~tement : on ne peut pas voir Dieu partout, « C'est un homme qui aime la bonne chère et le vin, un
maIS pour faIre sentir partout son amour, Il a créé le ami des publicains et des pécheurs » (S. Matthieu,
cœur maternel. ' XI, 19). Il Y a des messieurs bien habillés et des dames
C'est ~?tir ~ela aussi qu'Il a créé le cœur du prêtre. distinguées qui - lorsqu'ils rencontrent un , prêtre
Pour qu Il SOIt par un amour surnaturel des âmes dans la rue - saisissent, épouvantés, un bouton de
l~ pr~uve ~e l'amour de Dieu. « Reliquit nos tanquam leur manteau et bégayent avec des lèvres tremblantes :
Vlcanos sUl am oris » - écrit saint Ambroise avec une « Ah! il va m'arriver malheur ».
- concision classique; « Il nous a laissés comme les Ne soyez pas surpris de ce que je vais vous dire:
représentants de son amour ». Le cœur du père, le cœur Nous autres, prêtres, nous sommes fiers que le monde
de la mère, le cœur· de prêtre sont les trois sources tombé dans le péché soit inquiet et troublé à la vue
desquelles Jjaillit l'eau fertilisante de la vie la force du prêtre. Ç)ui, c'est aussi un des devoirs du prêtre
mystérieuse de la vie: l'amour de Dieu. ' d'inquiéter l'homme qui vit tranquillement dans ses
Et maintenant je comprends qu'un t~l cœur doive péchés. Lorsque dans le chaos des réclames électriques
demeurer libre : pour pouvoir aimer tous les fidèles. flamboyantes, dans le tumulte des rues animées, passe
Je comprends'-'que personne ne doive lier une telle à côté de vous un prêtre avec sa longue soutane noire,
ma.in. Oui, le prêtre contracte une unionJ une sainte involontairement, malgré vous, vous songez à l'autre
,unIOn avec l'amour éternel de Dieu. vie, à la seule vie véritable, à la vie éternelle que l'on
/

3"4 LB SYMBOLE DES APôTRES / \ LES PRÊTRES DE L'ÉGLISE

oublie si facilement dans la lutte pour le pain quotidien. ses mains. Que le royaume de Dieu ne peut s'étendre
La mission du prêtre est analogu)-'à celle du soleil parmi les hommes que si le visage de Notre-Seigneur
dans le ciel : il doit répandre ses r~yons avec la même Jésus-Christ rayonne brillant de l'âme des prêtres eux-
chaleur sur les bons et les méch?nts. Et ce soleil doit mêmes; que si leur genre de vie rend témoignage pour
luire avec sérénité, même quand il sait que l'espace - le Christ; que s'ils montrent dans leur vie c~ qu'ils
glacé et ténébreux absorbe toute sa chaleur, que ses prêchent dans leurs discours. _
intentions les plus saintes ne rencontrent fréquemment Nous sentons que nous devons être des porteurs de
qu'insensibilité, incompréhension, calomnie. lumière dans les nuits orageuses et que nous devons
En effet celui qui n'aime pas les âmes, les agneaux élever nos flambeaux allumés au feu du ciel au-dessus
du Christ, ne peut pas être un digne prêtre du Christ. des routes terrestres enveloppées dans les ténèbres.
Nous sentons qu'il nous faut une main robuste, des
bras gonflés de la force divine pour les tendre à tous
II ceux qui sont tombés. -
Nous sentons que nous devons avoir un cœur ardent,
RESPONSABILITÉ DEVANT LE PASTEUR SUPRÊME DES Al\IES. un cœur enflammé auprès du divin Cœur de Jésus qui
avec un amour compatissant travaille à délivrer toutes
Mais - de l'amour généreux des âmes immortelles les brebis qui se débattent au milieu des épines.
découle un second trait bien visible de l'âme du prêtre: Voilà ce que sent l'âme sacerdotale. Elle le sent -
l'émouvante conviction de sa -responsabilité envers le et en frémit.
Pasteur suprême des âmes. b) Oui, nous sentons bien que le sacerdoce est la
A) Tout homme doit avoir le sentiment de sa plus sublime vocation qui puisse échoir à l'homme sur
responsabilité, mais personne ne l'a plus fortement la terre, mais en même temps la plus difficile. Ne peut lui
que le prêtre. B) Tout homme doit faire son examen appartenir que celui qui sait s'affranchir de tout ce qui
de conscience, mais personne ne doit le faire plus signifie argent, carrière, bien-être et vie de famille.
sévèrement que -le prêtre. Ne peut lui appartenir que celui en qui vit la flamme
A) Les -'prêtres du Christ savent quelle immense inextinguible avec toutes ses pensées, tous ses desseins,
responsabilité va de pair avec leurs pouvoirs. Ils savent ses ambitions, toutes ses ardeurs de réaliser l'œuvre
qu'un mauvais prêtre peut accumuler plus de ruines du Christ, le salut des âmes, l'extension du royaume
que dix anges ne peuvent en réparer. de Dieu. »
a) Quel prêtre ne tremblerait pas à la pensée de sa Peut seul devenir prêtre celui qui sait, qui comprend,
,esponsabilité, du fait que le sort de ['Église est entre . qu'il n'y a pas dans le monde de joie plus saune, plus
( - -
LE SYMBOLE DES APôTRES LES PRÊTRES DE L'ÉGLISE

élevée, plus féconde que d'être pou~ es frères qui Les hommes ,nous appellent « mon père )J. C'est le
: ! cherchent leur route dans les tén,res un flambeau titre le plus noble que puisse recevoir un prêtre. Mais
allumé au cœur du Christ, d'être l~pasteur qui ramène en meme• temps \c'est aUSSI. un grand '
avertlssemen t
au Christ les brebis perdues dani les épines. pour nous/: sommes-~ous réellement tels toujours et
Seul peut devenir prêtre celui qui peut dire avec le dans toutes nos actions? Sans doute ce titre accompagne
saint curé d'Ars: « Si j'avais déjà un pied dans le la fonction et non pas la personne. Mais nous n'avons
paradis et que je puisse encore sauver un seul pécheur pas le droit de nous tromper nous-mêmes : si tout
sur la terre, je n'hésiterais pas un seul instant à retourner chrétien doit être « alter Christus », combien plus le
sur terre ». prêtre doit-il l'être. Il faut que nous montrions nous-
Seul peut devenir prêtre celui qui peut dire de lui- mêmes tout ce qui est visible du Christ sur la terre.
même ces paroles du Sauveur : « Je suis venu apporter b) Mais si nous voulons être tels qu'on nous appelle,
.le feu sur la terre et que désirai-je sinon qu'il soit il faut que petit à petit nous arrivions à ce que le Çhrist
allumé» (S. Luc, ,XII, 49). paraisse à la place de notre moi, que nos désirs, nos
Seul peut être prêtre celui qui n'est pas comme projets, nos ambitions fassent place aux désirs, aux
le fil électrique qui amènè aux hommes le courant projets, aux ambitions du Christ. Il faut que nous disions
vivifiant, mais demeure lui-même glacé; mais celui qui ce que saint Jean-Baptiste a dit du Sauveur: « Il faut
peut dire aux fidèles ces mots de saint .Paul : « Soyez qu'il croisse et que je diminue » (S. Jean, III, 30).
mes imitateurs, comme je le suis du Christ» (le Corin- Il faut que nous arrivions à un tel point que s'applique
thiens, IV, 16). Seul peut l'être celui à qui s'appliquent à nous cette phrase de saint Paul: « Ce n'est plus moi
ces paroles de saint Paul : « Jerne suis fait tout à tous, qui vis, c'est le Christ qui vit en moi » (Galates, II, 20).
afin de les sauver tous » (le Corinthiens, IX, 22); ou Il faut que nous devenions comme les saintes espèces
encore celui qui peut dire ces paroles de l'apôtre dans le Très Saint Sacrement: tout ce qu'il y a en moi
pleines d'un- amour enthousiaste du prochain : « Je n'est qu'une apparence extérieure, un ·accessoire, mais
souhaiterais d'être moi-même anathème loin du Christ l'essentiel en moi c'est le Christ. Ce dépouillement de
pour mes frère~ » (Romains, IX, 3). l'âme sacerdotale, cette « exinanitio » est un exemple
B) Et parce que le prêtre doit sentir cette immense de cettecinort mystique qui est en vérité le plus bel
responsabilité il a besoin d'un examen de conscience accroissement de vie.
continuel et rigoureux. Et tout prêtre doit sentir que sa sainte vocation lui
a) S'il est ' vrai que les mots ont un sens en eux- impose cette o'bligation.
mêmes, alors notre mot « saœrdos » veut dire un saint Par le temps qui court, les hommes n'ont que de
cadeau de Dieu. faibles petits récepteurs pour percevoir les idées éter-
/

/
-'
LE SYMBOLE DES APôTRES / LES PRÊTRES DE L'~GLISB
- ,'

neHes. Ils n'ont pas d'autre secours que si nous, prêtres, pourrai-je remplir Votre sainte volonté, - le royaume
nous augmentons de plus en plus f9Itement en nous- de Dieu, malgré toutes les attaques et les.persécutious,
m êmes les énergies de la station émettrice. Il faut aujour- continuera à vivre et à prospérer. ,
d'hui que nous fassions rayonner les beautés de la vie L'Église du Christ continuera à faire des conquêtes'
chrétienne avec une telle supériorité qu'elles trouvent et à s'étendre, tant qu'il y aura des prêtres qui chaque
un écho même dans les âmes qui possèdent le plus jour se poseront à eux-mêmes cette question de l'apôtre:
faible appareil récepteur. « Qui nous séparera de l'amour du Christ? La tribu-
C'est ce sentiment profond de sa responsabilité qui lation ou l'angoisse? La persécution, la faim, la nudité,
apparaît comme second trait caractéristique sur le le péril ou l'épée? (Romains, VIII, 35). Ils se posent
visage des prêtres de l'Église. cette question et y répondent immédiatement avec
C'est l'éternel avertissement que font sans cesse saint Paul: « J'ai l'assurance que ni la mort, ni la vie,
résonner à nos oreilles ces paroles du Pasteur suprême: ni les anges, ni les principautés, ni les choses présentes,
i« Vous êtes le sel de la terre. Si le sel s'affadit, avec quoi ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la
lui rendra-t-on sa saveur? Il n'est plus bon à rien qu'à profondeur, ni aucune autre créature, ne pourra ' nous
'être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes. séparer de l'amour de Dieu en Jésus-Christ Notre-
Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur Seigneur li (Romains, VIII, 38-39).
une montagne ne peut être cachée .•• Qu'ainsi votre Il n'est pas vrai qu'aujourd'hui l'humanité n'ait
lumière brille devant les hommes; afin que, voyant vos plus besoin de prêtres. Oui, il en faut, - mais se~lement
bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans ka de saints prêtres. Il ne faut pas de prêtres à l'âme
cieux» (S. Matthieu, v.. 13- 16). glacée, il ne faut pas de prêtres au caractère faible, il ne
... !
faut pas de prêtres fonctionnaires. Mais aujourd'hui
encore les âmes qui aspirent à la lumière éternelle
affiuent vers les prêtres dont l'âme brûle de l'amour
du Christ, vers les prêtres dont le cœur bat à l'unisson
avec le cœur du Christ, comme par un calme soir
Mes frères, personne ne peut prédire combien de d'été les papillo~s qui cherchent la lumière volent
jours doit encore durer le royaume de Dieu... Mais vers la douce lueur de la lampe sur ma table de travail.
il est sûr que tant qu'il y aura un sacerdoce qui, chaque Ah! mes frères, priez pour de tels prêtres. Car, nous
matin avant de commencer son travail, contemplera aussi, nous prions ainsi pour nous-mêmes; « Seigneur,
pendant sa méditation Notre-Seigneur Jésus-Christ faites que je sois un tel prêtre.
et Lui demandera ; Seigueur, conunent aujourd'hui Que je sois le sel qui prése~ve ~e la corrup_!i?~~
3 10 LE SYMBOLE DES APÔTRES

Que je sois la lumière du monde qui montre le


chemin vers Vous.
Que je sois la ville placée sur la montagne dont on
aperçoit de loin les exemples. ,
Que je sois un cierge qui Vous éclaire.
XXI
Que je sois un flambeau ardent que Vous teniez dans
Votre main.
Que je sois un prttre selon Votre Saint Cœur, dont
L'ÉGLISE PERSÉCUTÉE
vos fidèles et vos agneaux puissent dire : il est véritablement
la lumière qui nous conduit vers Dieu ». Amen.

MES FRÈRES,

t.
Nous -avons coutume d'app~ler l'Église du Christ( J
i
l'Église catholique, selon l'expression de saint Paul

~----
« le corps mystique du Christ », du Christ continuant
à vivre d'une manière mystérieuse parmi nous. Mais
s'il en est ainsi, alors nous ne pouvons p lS nous étonner
l
1

l
que l'histoire de l'Église soit la répétition, l'édition
augmentée de l'histoire de la vie terrestre du Christ et
i' que l'Église soit obligée de supporter toutes les souf-
frances qui ont été le lot du Christ. '~
Au cours des siècles, seuls ont changé les noms, les
lieux\t les dates, mais non pas le fond des événemenls.
Le Christ a été persécuté par Hérode et Judas, Caïphe
et Pilate, les Phari&,iens et les Scribes, l'Église a été
persécutée par les' empereurs romains, les despotes
byzantins, des princes grands et petits, 'les francs-

l mâçons et les bolchevistes - mais la persécution est


essentiellement la même, c'est toujours le même cri:

'~
LE SYMBOLE DES APÔTRES
L' ÉGLISE PERSÉCUTÉB

« Nous ne voulons pas qu'il règne stl'r nouS» (S. Luc, -


XIX,14), « crucifiez-le» (S. Marc, xv, 13).
1
La digne épouse du Christ persécuté . ne pouvait
véritablement être que l'Église persécutée.
LES P ERSÉCUTIONS CONTRE L' É GLISE.
L'Église "'persécutée! Quels douloureux souvenirs,
mais en même temps quelles consolantes pensées
A) Les premiers persécuteurs de l'Église ont été les
s'éveillent en ·nous, lorsque nous prononçons simple-
ment ces quelques mots: l'Église persécutée! A peine Juifs. .. '
N otre-Seigneur avait-Il quitté la terre qu'éclatait Les apôtres prêchaient que le Chnst était le M eSSIe
déjà à Jérusalem la première persécution contre les promis, non pas un libérateur politique, comme
chrétiens et cette flamme dévastatrice ne devait plus l'attendaient les Juifs, mais le sauveur des âmes. Cela
s'éteindre, mais tantôt ici tantôt là continuera à s'élancer, ne plaisait pas aux Juifs, aussi convoquère~t-ils les
tant que l'Église catholique subsistera sur terre, tant apôtres devant le Sanhédrin pour les contramdre au
qu'il y aura un homme dans le monde. silence. Mais le docteur de la loi, Gamaliel, adressa
Ce sera une méditation sans doute bien douloureuse, alors aux membres du Sanhédrin ces paroles mémo-
mais aussi bien instructive, réconfortante et propre à rables : ({ Ne vous occupez pas de ces gens-là et laissez-
fortifier notre foi, si 1. dans la première partie de notre les aller. Si cette idée ou cette œuvre vient des hommes, .
sermon d'aujourd'hui nous passons rapidement en elle tombera d'elle-même; mais si elle vient de Dieu,
revue les persécutions sanglantes que l'Église a été vous ne pourrez pas la détruire » (Actes, v, 38-39).
obligée d'endurer depuis dix~neuf siècles; si ensuite Paroles magnifiques; mais les Juifs ne les écout~rent
II. nous nous efforçons d'apercevoir le but que la divine pas et la première persécution. conti~u~. Le dIa~re
Providence veut atteindre par cette épreuve. Aujourd'hui saint Étienne en ' fut la premIère VIctIme, ensUIte
je vais parler de ({ l'Église persécutée », dans le sermon saint Pierre fut jeté en prison. Suivant Justin, les Juifs
suivant je traiterai de « l'Église invincible )), c'est-à-dire avaient chargé des émissaires de suivre pas à pas l~s
que nous tirerons la grande leçon que l'Église proclame apôtres et de chercher à affaiblir la fo rce de leur prédI-
avec une force indestructible. cation en les accusant d'impiété et d'athéisme. Mais tout
celan~ put nùire à l'Église : la semence jetée par les
apôtres grandit à vue d'œil et devint plus f~r\te de
jour en jour. ( , •
B) La persécution juive fut suivie d'une persé~utlOn
beaucoup plus dangereuse: ['intervention de la p umance
omaine contl'e le christianisme.
L'ÉGLISE PERSÉCUTÉE
LE SYMBOLll DES APôTRES
et où avait été préparée la plus sanglante persécution,
a) La perséclltt:on romaine contre ies chrétiens fut d'lflle se dresserait un jour la Basilique de Latran avec cette
cruauté sans exemple et particulierement sanglante. inscription : cc Mère et maîtresse de toutes les églises »,
C'est une énigme humainement inexplicable de l'histoire et qu'à l'endroit où se trouvait son trône s'élèverait
du monde que le christianisme ait pu tenir tête aux le trône d'une dynastie impérissable: le trône du pape.
violences de la puissance romaine, à la défense déses- Certainement Agnès, la jeune martyre de 14 ans,
pérée de la gigantesque civilisation païenne, aux lorsqu'on la traîna violemment dans l'antre du vice,
calomnies, aux injures, aux sarcasmes et à la violence n'aurait pas pensé à ce que deviendrait un jour ce lieu
ouverte. de péché. En effet c'est là que se dresse à présent
Quelles calomnies inouïes furent lancées contre les l'église Sainte-Agnès, _une des plus belles églises de
chrétiens! Le culte spirituel d'un Dieu spirituel fut Rome, sur la Piazza Navona.
traité d'athéisme; le repas eucharistique fut traité de Vous parlerai-je du jeune martyr saint Pancrace?
repas de Thyeste; les réunions des chrétiens dans les ,
Sa mère, Lucina, prie pour lui avec angoisse : son fils
catacombes furent traitées de complots; l'amour du sera-t-il un confesseur de la foi aussi intrépide que
prochain passa pour. de- la débauche ... et tout cela .ne l'a été son époux qui a donné sa vie pour le Christ.
put anéantir le christianisme. Des centaines de mIlle 1i
Le fils - l'âme enflammée - estassis sur les genoux
donnèrent leur vie pour la foi chrétienne. de sa mère. A quoi pense-t-il? Pas à la magnifique
Et quels moyens inouIs furent mis en œuvre contre basiliq'fe que, mille six cents ans plus tard, la foule des \
eux! L'empereur Hadrien fit élever une statue de pèlerins viendra visiter à Rome et qui portera son nom.
Vénus sur le Calvaire et une de Jupiter sur le tombeau Il ne voit pas le reliquaire d'argent dans lequel le pape
du Rédempteur, · - mais en vain. Sévère interdit de Honorius 1 déposera ses restes. Il ne songe pas que des 1
se faire chrétien «( Judaeos fieri vetuit, idem etiam de milliers liront un jour son nom au martyrologe et que
christianis sanxit ») - mais en vain. Dioclétien, après sur un autel son image auréolée de gloire brillera comme
une cruelle persécution, fit élever un monument com- c~lle de l'enfant-martyr du christianisme primitif.
mémoratif avec cette orgueilleuse inscription: « Nomine Il ne pense pas à tout cela, le jeune enfant. Seul l'a
christianorum deleto », cc en souvenir de la destruction prévu le Christ, son bon Rédempteur qui a donné sa
du nom chrétien », - mais en vain. vie pour lui et pour qui lui aussi donnera sa jeune vie.
b) Même la _ persécution la plus sanglante fut c) La puissance romaine n'a pas pu triompher de cet
. inutil~ : la jeune épouse du Christ, l'Église, essuya esprit. Lorsque Dioclétien descendit de son trône de
son visage baigné de sang et reprit sa marche plus pourpre et mourut en vieillard morose; lorsque
forte qu'avant les persécutions. Certainement Maximien Galère mourut dévoré par les vers et reconnut l'injustice
n'aurait jamais pensé qu'à la place où s'élev~it son palais
1 ~
LE SYMBOLE nES APÔTRES L'ÉGLISE PERSÉCUTÉB

de son édit de persécution; lorsque Maximien Hercule de !'enfer ne prévalent point. Nous voyons ce qu'il en
'"
se suicida, que Maxence se noya dans le Tibre, que est advenu. Qu'est-ce qui est arrivé ?L'Église n'a pas
Maximin expira dans des souffrances aussi atroces accepté cet esprit sauvage, mais ce sont les peuples
que celles qu'il avait préparées aux chrétiens, que barbares qui ont accepté le joug suave du Christ.
Licinius succomba sous l'épée de Constantin - b) · L'assaut est venu d'un autre côté: l'idéal du monde
l'épouse du Christ était toujours là : couverte de sang, païen est revenu à la surface avec la R enaissance. La
mais pleine de force et d'ardeur au combat. Renaissance contamine la vie et les mœurs chrétiennes
A la fin de ces trois cents ans de persécutions la jeune jusque dans leurs chefs, jusque dans les plus) haUtes
Église essuya son visage ensanglanté et, plus belle et plus autorités. A cette époque, des sources de ruines se
jeune, continua son œuvre: les portes de l'enfer avaient sont insinuées dans la vie de l'Église. En vérité elle
lutté contre elle et les portes de l'enfer n'avaient pas aurait dû périr, si elle avait été une œuvre humaine.
pu l'emporter sur elle. Et quel fut le résultat? La puissance de vie de
C) Mais après les persécutions ouvertes des Romains l'Église a rejeté loin d'elle l'infection et a triomphé
un assaut plus dangereux fut lancé contre l'Église : des assauts désespérés de l'idéal païen.
les attaques spirituelles. Lucifer changeait de tactique. Puis sont venus les hérauts du « philosophisme »,
Il n'attaque plus ouvertement, mais il agit comme puis la révolution française. « Je suis las d'entendre ,
un adversaire trop faible; il empoisonne les puits de toujours dire - déclarait Voltaire - qu'il a suffi de
l'ennemi. douze hommes pour fonder le christianisme. Il me plaît
a) Les schismes surgissent dans l'Église et le danger de vous certifier qu'il en suffira d'un seul pour le
des invasions barbares hors de ['Église. A chaque siècle détruire ». Et il lança ce mot d'ordre: « Écrasez l'in-
les hérétiques attaquent l'Église de tous les côtés. fâme ». Mais l'Église catholique est toujours là.
Parfois un petit rameau seulement se brise, d'autre fois c) Après tout cela sont arri~JÜs les persécutions actuelles.
c'est une grosse branche, et même il y eut un temps L'athéisme déclaré des Soviets . russes qui veulent par
où pour ainsi dire « le monde entier » se trouva dans la terreur, le sang, le feu , le fer, la raillerie, la dynamite
l'hérésie. Et pourtant : l'Église pleura sans doute ses l'exil,C>arracher de l'âme humaine la foi en Dieu. Pui~
fils separés,. les fruits véreux tombés de l'arbre de ~. est arrivé un autre assaut non moins dangereux qui ne
l'Église, mais ensuite avec une force nouvelle elle a combat pas contre Dieu ouvertement comme les Soviets,
poursuivi son chemin dans le ~fhamp de l'histoire. mais veut créer . avec les'~ légendes · fantastiques des
1
Viennent les invasions barbares. Des forces brutales religions païennes primitives une nouvelle religion et
1
déferlent sur l'Europe. Et au centre de ce gra~d mou ... ainsi amener l'homme à l'irréligion totale.
vement se tient debout le rocher contre lequel les portes
1 Ces luttes durent encore, la persécution ne cesse

l
I
1
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE PERSÉCUTÉE

pas, mais qui sera vainqueur : Dieu ou l'athéisme, de nos cheveux ne tombe sans que le sache notre Père
J ésus-Christ ou . Satan? le témoignage de l'histoire du ciel. Dieu a donc de grands desseins lorsqu'Il permet
jusqu'ici ne permet pas de douter ~n seul instant du que son Église soit persécutée. .
résultat. ' Lorsque le feu de la souffrance brûlait les fidèles
En effet il n'y a pas un terrain de la civilisation du Christ, ils ne savaient certainement pas ce que leur
humaine où l'on ne soit allé chercher jusqu'ici des . voulait la Providence. Ceux qui vivaient dans la tempête
arguments contre l'Église - et aucun n'a réussi. des persécutions n'ont pas aperçu les desseins de Dieu.
Un jour c'est l'astronomie qu'on oppose aux dogmes. Mais aujourd'hui nous voyons tout dans une autre
une autre fois c'est la biologie. Un jour on part en clarté. - Tout répond à un plan de Dieu, quoi qu'il
guerre contre elle au nom de la géologie, une autre arrive à une nation ou à sa propre Église.
fois au nom de la philosophie. On recourt aux inscrip- Aujourd'hui déjà nous voyons clairement qué la
tions des temps préhistoriques, aux coutumes des persécution réalise un double but entre les mains de
peuples primitifs ... Et à la fin de tous ces efforts il reste la Providence.
qu'il n'y a pas une seule vérité scientifique certaine A) Les persécutions contribuent à l'affermissement et
pour être en contradiction avec nos dogmes j et après à l'extension de l'Église. De même qu'un vent violent
des persécutions sans trêves l'Église catholique n'a secoue en tous sens les branches de l'arbre et, en
jamais eu autant de fidèles qu'actuellement, n'a jamais détachant les fruits, porte à longue distance la semence
eu autant d'églises qu'aujourd'hui. Quand on commence de nouveaux arbres, de même les· persécutions ont
à la persécuter dans un pays, elle s'épa·n ouit plus forte propagé l'Église du Christ.
dans une autre partie du monde et l'on voit se réaliser A peine Notre-Seigneur avait-Il quitté la terre '
en elle de façon tangible et visible les paroles que le qu'éclatait à Jérusalem la première persécution et les
Sauveur adressait à saint Pierre, lorsqu'Il fonda apôtres étaient obligés d'abandonner la capitale juive.
l'Église: « Les portes de l'enfer ne prévaudront point Il est sûr que cela leur fut pénible et qu'ils en souffrirent.
contre elle ". Mais nous voyons à présent combien cela a servi les
desseins de la divine Providence. En effet cette persé-
II cution a contribué à l'accomplissement du comman-
dement divin: « Vous serez mes témoins ... jusqu'aux
LA DIVINE PROVIDENCE ET LES PERSÉCUTIONS. extrémités . . de la terre» (Actes, l, 8).
Le christianisme prend pied à Rome. Là s'allument

l
Mais, mes frères, ne nous contentons pas de constater la persécution de Néron et ensuite les persécutions les
simplement les faits. Nous croyons que pas un seul plus sanglantes pendant trois siècles, mais - plus le

,\
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE PERSÉCUTÉE 3 21
sang chrétien coule, plus la croix du Christ se dresse opprimée; elle progresse quand elle est méprisée; elle
victorieusement. « Sanguis martyrum semen chris- reste debout, quand elle semble vaincue )J. « Ecclesia,
tianorum )J, du sang des martyrs naît une nouvelle vie dum persecutionem patitur, floret; dum opprimitur, vin-
chrétienne, comme après une pluie de mai commence cit; dum contemnitur, proficit; stat, cumsuperari videtur )1.
à lever la moisson et comme du grain de sable qui B) Mais la divine Providence a encore un autre but,
torturè- le coquillage naît la perle précieuse. ; lorsqu'elle permet les persécutions de son Église. Non
La route de l'Église du Christ a été, tout au long seulement elle veut la fortifier au milieu des tempêtes
de son histoire, un chemin de croix continuel. Chose des persécutions, mais elle veut aussi la consoler et
remarquable, les pages les plus éclatantes de son l'encourager. Le fait que l'Église sans cesse dans la
histoire n'ont pas été écrites aux époques où l'humanité lutte a toujours triomphé est pour nous une grande
s'inclinait devant la grandeur de l'Église, mais quand consolation et un réconfort en même temps qu'une
l'Église a le plus souffert, - car la marque la plus chère certitude de la vérité de la promesse du Christ suivant
à l'Église c'est la croix. Personne ne saisit aussi pro- laquelle les portes de l'enfer ne prévaudront point
fondément le sens et l'utilité de la souffrance que contre l'Église )J.
l'Église du Christ qui sait que sous les coups de marteau a) Le chapitre XIV de l'évangile de saint Matthieu
1
de la souffrance s'ouvrent dans l'âme humaine des nous montre Notre-Seigneur marchant sur les eaux. Il
" était trois . heures du matin. La barque des apôtres était
profondeurs insoupçonnées et que nos yeux perçoivent
davantage la véritable signification des choses. Les jetée de côté et d'autre par les vagues ... tout à coup
temps de persécutions ont toujours été les époques le Sauveur apparaît marchant sur les eaux et appelant
les plus glol:ieuses de l'Église, car celui qui avance sur Pierre à Lui. Lorsque Pierre à l'âme de feu s'entend
le chemin de la croix doit inévitablement se rencontrer appeler par le divin Maître, il n'a pas un instant
avec le Christ portant sa croix. <
d'hésitation : . il saute à l'eau et s'avance vers Notre-
« Otez les persécutions et les perles de l'Église dispa- Seigneur.
raîtront Il - disait saint Ambroise, entendant le martyre Mais l'eau était agitée. Les vagues se dressaient bien
sous le nom de perle. « S'il n'y avait pas eu d'hérétiques, haut et Pierre eut peur. Et à mesure que sa foi et sa
dit saint Thomas, la science des saints n'aurait pas confiance diminuaient: il commença à enfoncer ' dans ,
fleuri )J . Ainsi les hérésies et les persécutions, les forces les flots. « Seigneur, sauvez-moi Il, s'écria-t-il avec
extérieures et les résistances intellectuelles ont préparé désespoir. Et atissitôt Jésus étendant la main le saisit
le triomphe de l'Église. Elles sont bien vraies, ces et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu
douté? Et lorsqu'ils furent montés dans la barque, le
paroles de saint Hilaire : « L'Église fleurit, quand
vent s'apaisa Il (S. Matthieu, XIV, 31-32).
elle est persécutée; elle triomphe~ quand elle est

Symb. des Ap. - t. V , 11


LIt SYMBOLE DFS AP6TRFS
rr L'ÉGLISE PERSÉCUTÉE

: Image frappante de l'Église du Christ 1 Le Seigneur ~) de dix-neuf siècles souffre, quand des révoltés he~rt~nt
ne l'a pas épargnée dans le passé et ne lui épargnera , 1 avec rage leur tête contre le rocher de l'Église?
' pas dans l'avenir les vagues de la persécution, mais Chaque demi-siècle apparaît ici ou là sur la terre
nous n'avons pas le droit de manquer de foi ni de un personnage à la mode qui prononce 1'01'$on
nous désespérer, parce que le Seigneur ne laissera pas funèbre de l'Église, - et cependant c'est l'Église qui a
sombrer la barque de Pierre. ' enterré celui qui la traitait avec tant de supériorité. ,
b) Que de fois des tempêtes en apparence irrésistibles Que d'accusations ona portées contre elle au nom de
ont fait rage autour de la barque de l'Église, dans la philosophie moderne et de la science qui soi-disant
les luttes intérieures que l'Église a dû endurer au ne peuvent s'accorder avec les dogmes de l'Église!
moment des hérésies : arianisme, nestorianisme, Et l'Église n'a jamais eu peur des railleries ni n'a
monophysisme, pélagianisme... Quel danger a signifié jamais rien retiré de ses enseignements, car elle avait
pour l'Église le byzantinisme qui cherchait à la réduire le temps d'attendre que les résultats certains des
en esclavage, puis le schisme de l'Église d'Orient. chercheurs sérieux démentis.sent les accJ.l~atiQJ!s
Puis comme un nouveau spectre dévastateur le maho- frivoles des incrédules.
métisme se jette sur l'Europe. Puis arrive le douloureux L'Église est debout. A côté d'elle se ~on~ 'é~touIés
schisme d'Occident ... Et aujourd'hui? Un danger plus
'r
1
l' d'immenses empires qui disposaient de puissants .
terrible que toutes les hérésies et tous les schismes : moyens pour leur défense. Et l'Église est debout sans
l'athéisme organisé, scientifique, muni de moyens canons, sans baïonnettes, sans forteresses, sans avions,
puissants ... Et malgré tant de persécutions sanglantes, 1 sans tanks, s'appuyant simplement sur deux phrases,
comme par un miracle perpétuel l'Église catholique deux petites phrases mais qui sont plus fortes que toutes
reste debout avec une force qui ne faiblit pas depuis les armées, que la franc-maçonnerie et les lîgues des
dix-neuf siècles. « Les portes de l'enfer ne prévaudront « sans-Dieu », parce que c'est le Fils de Dieu qui les a
point contre elle 1. 1
prononcées. « Les portes de l'enfer ne prévaudront
Elle a vu se liguer contre elle les indi~idu~, lès point contre elle D (S. Matthieu, XVI, 18) et· « Voici
institutions. les souverains, les courants d'idées, la 1 que je suis avec vous" jusqu'à la fin dy,1ponde JI
science, la philosophie, les forces des états... Depuis (S. Matthieu, XXVUJ, 20). ' .
des siècles, démagogues et révolutionnaires ont eu
1
constamment à la bouche « à bas l'Église Il. Et ils

1
·n'ont rten obtenu., Est-ce qu'une cathédrale millénaire
souffre, -~quand un gamin mal élevé gratte ses murs Mes frères, l~glise est le Christ c~ntinuailt à vivre
avec un couteau? Est-ce que l'Église catholi~ue vieille parmi nous; dans son histoire se renouvelle donc
'1
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE PERSÉCUTÉE

l'histôire terrestre de Notre-Seigneur Jésus-Christ . Oh! oui, elle brûle aussi en moi la flamme du patrio-
ses ' souffrances - mais aussi son triomphe.- ' tisme - seulement je sais qu'elle ne peut pas remplacer
, Depuis que l'Église existe, elle est sans cesse en le feu sacré de nos autels. '
lutte, mais le témoignage de dix-neuf siècles crie à nos Oui, je suis hongrois, moi aussi, - seulement je ne
oreilles: De même que le Christ n'a été vaincu qu'en veux pas être plus hongrois que ne l'était saint Étienne
apparence par ses ennemis, de même que le vendredi qui savait bien pourquoi il dressait la croix du Christ
sâint a fait place à la gloire du jour de Pâques, de même au-dessus des têtes des Hongrois païens.
les blessures infligées à l'Église par ses ennemis sont Je sais que je ne tra~)aille pas seuleme1ltpour le salut
devenues les marques de son triomphe. Chaque défaite de mon âme, mais que je sers le mieux les intérêts de ma
qu'elle a subie est devenue la source d'un nouvel patrie, quand je m'efforce d'être un enfant obéissant,
accroissement et sur son étendard victorieux brille dévoué et fidèle de 1'É'glise cathoUque sans cesse persécutée,
continuellement ,la réalisation de la promesse , du mais sans cesse victorieuse. Amen.
Christ: « Je vis et vous vivrez» (S. Jean, XIV, 19).
C'est la seule barque dont on ait le droit de dire :
« Fluctuat nec mergitur», « elle flotte et n'enfonce pas »;
c'est un rocher contre lequel se brisent les assauts des
vagues, mais le rocher lui-même ne bouge pas.
Et je crois à l'Église catholique. C'était le cri de foi
des premiers chrétiens il y a dix-neuf siècles, ce sera
la croyance des l10mmes rachetés, tant qu'un homme
vivra sur la terre, jusqu'à ce que le Christ revienne
pour juger les vivants et les morts.
Et je resterai avec tout mon amour jusqu'à mon
dernier soupir aux côtés de l'Église chrétienne persé-
cutée. Et si chez nous des hommes à l'intelligence
brumeuse se présentaient pour vouloir faire parmi
nous de la propagande pour quelque religion païenne
- comme si le peuple hongrois n'avait pas d'autre souci
- si de teUes attaques insensées se lançaient contre la
vieille foi ~hrétienne, alors je ' me tiendrais avec un
amour encore plus fort aux côtés de ma sainte religion
catholique•.
'u '

L'ÉGLISn INVINCIBLE

Que de fois les ennemis de l'Église ont-ils crié que


demain ce serait fini d'elle et voilà qu'elle est toujours là.
Demain c'est fini de l'Église - disait Dioclétien
qui faisait verser à flots le sang chrétien. Et Dioclétien '
XXII est mort, dépoùillé de sa pourpre et de la cou:onne;
mais l'Éalise
o
avec le triomphe de Constantm .
est
montée sur le trône impéri:!l : elle n'étaIt pas morte.
L'ÉGLISE INViNCIBLE
Demain c'est fini de l'Église - disait Julien l'Apostat.
Et Julien mourut avec un dernier blasphème sur les
lèvres et combien d'autres après lui, combien y a-t-il
MES FRÈRES, de ces apostats orgueilleux et blasphémateurs : mais
l'Église n'est pas morte.
Demain c'est fini de l'Église - disait Robe~pierre,
, LOfsqu'ausiècle dernier faisait rage en Allemagne
le chef de la révolution française, qui envoya à la
'la persécution déclenchée par Bismarck contre l'Église ,
guillotine des centaines de serviteurs de. l'É.glise; et
catholique, « le Kulturkampf », on voyait aux devantures,
bientôt il dut lui-même monter sur la gmllotme et sa,
de certains magasins une curieuse affiche destinée à
êonsoler les catholiques. tête tomba dans le panier de son: mais l'Église n'était
Cette affiche représentait un gros rocher sur le bord pas morte. .. . .
Demain c'est fini de l'Église - dIsmt Ganbaldl,
de la mer, des vagues furieuses écumaient autour de lui,
le conquérant de Rome; et l'Église n'était pas finie:
tandis qu'un groupe d'hommes en bras de chemise
elle vit et est en pleine vigueur.
s'efforçaient de le précipiter dans les flots ... à l'arrière-
Demain c'est fini de l'Église - s'écrient actuellement
plan on voyait le diable qui disait avec une figure
les bolchevistes, les socialistes et les francs-maçons.
grimaçante : « Voilà deux mille ans que je travaille en
Et l'Église, comme auparavant, ne périra pas, ~a:s fera
vain avec toute la puissance de J'enfer à renverser ce
de nouvelles conquêtes et cet arbre touffu qUl s étend
rocher. Aussi suis-je obligé de rire de,s otre travail ».
sur l'univers continuera à grandir.
En vérité, mes frères, celui qui connaît les persé-
Tout cela est un fait historique dont il a été question
cutions que l'Église du Christ a dû endurer depuis
dans mon dernier sermon, - aujoun!1'hui je voudrais
dix-neuf siècles - et que j'ai rappelées dans mon
essayer de résoudre ce problème singulier et d.'e~ tir~r
sermon de dimanche dernier, - donnera raison à cette
curieuse image. les conclusions qui en découlent. 1. PourquOI 1 Égltse
est-elle invincible et II. quelles conséque,!ces peut- oJ~
LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE INVINCIBLE

en tirer - il vaut certainement la peine de consacrer ment avec un cœur plein d'amertume les blessures que
à la solution de ces deux questions le sermon l'Église a reçues bien souvent à cause de ses richesses
d'aujourd'hui. terrestres.
Il nou~ faut donc dire que l'Église subsiste, non pas
à cause de ses richesses, mais - malgré ses richesses.
1
b) Il faut alors chercher ailleurs la source de la force
de l'Église. Peut-être dans le fait qu'elle flatte la natll1'e
POURQUOI L'ÉGLISE EST-ELLE INVINCIBLE? humaine corrompue, qu'elle est complaisante et indulgente
pour elle?
Il est très naturel que la merveilleuse force vitale de Eh bien 1 je ne sais pas qui oserait le soutenir. Qui
l'Église qui .a triomphé de toutes les persécutions ne connaît en effet les renoncements rigoureux, la
demande une explication. sévérité morale qui ne supporte aucune compromission,
A) Avant tout il faut bien noter que ce serait une les nombreux sacrifices, la droiture de consciènce
explication absolument fri1)ole que de chercher la solution que la religion catholique a toujours exigé~ et exig~
de .ce mystère dans les moyens extérieurs, les richesses ou aujourd'hui encore de ses membres, attItude qUl
la complaisance montrée dans des questions de principe. légitime cette réputation que la religion catholique est
Il y a eu des gens pour chercher sur cette voie l'expli- la religion « la plus sévère », « la plus difficil.e ». C'e~t
cation, mais ils n'ont jamais pu la trouver; . ainsi. 11 n'y a pas de religion pour oser autant mtervemr
a) Une institution terrestre ne peut évidemment dans les affaires les plus intimes des hommes, dans
pas atteindre son but sans des moyens terrestres : leurs plans, dans leurs projets, dans leur vie familiale,
il a donc fallu que l'Église se ser~!ît de la richesse comme dans leurs pensées, dans leur nourriture, dans leurs .1
d'un moyen terl·estre. distractions... Si la religion catholique a soutenu
Les biens terrestres ne sont pas seulement des victorieusement une lutte de dix-neuf siècles, ce n'est
moyens qui facilitent un but, mais aussi un danger. certainement pas parce qu'elle a une nature portée
Pour les particuliers et aussi pour l'Église. Si l'Église aux compromissions. Nous devons donc répéter que
a disposé de grands biens dans le passé, cela n'a pas l'Église subsiste non pas à cause de ~o~ in~ulgence;
seulement favorisé sa tâche, mais a peut-être été l;lussi mais - au contraire - parce qu'elle n a JamaiS adopte
le plus grand danger avec lequel el1e~ait dû lutter. une attitude de lâcheté.
La richesse terrestre est un terrain très favorable pour B) Mais où est donc la soùrce où l'É,glise. p~ise
le développement des façons de penser terre à terre et sa force? Nous avons cherché en vain 1 exphcatlOn
celui qui connaît l'histoire de l'Église regarde certaine- .dans les causes extérieures, il ne nous reste qu'une
0'0
"

33 0 LE SYMBOLE DES APÔTRF.c; L'ÉGLISE' INVINCIBLE 33 1


;,'[
Il '1
,-
0 ' cause interne : l'Église est le corps mysiique du Christ, c'est en même temps la source des leçons et des
,- -
or le Christ ne peut plus mourir. conclusions que nous devons tirer de l'invincibilité
a) L'invincibilité de l'Église est la conséquence de sa de l'Église~
constitution intime. Du fait que l'Église est le Christ
continuant à vivre parmi nous, or « nous savons que II
le Christ regsuscité des morts, ne meurt plus; la mort
n'a plus d'empire sur lui» (Romains, VI, 9). QUELLES SONT LES LEÇONS DE L'INVINCIBILITÉ
L'invincibilité de l'Église résulte de ce que l'Église DE L'ÉGLISE?
garde les trésors de la rédemption et les communique
de génération en génération à l'humanité, elle ,devra L'invincibilité de l'Église est pour nous une grande
donc subsister aussi longtemps qu'il y aura un homme preuve qui donne naissance à la tranquillité inébranlable
sur la terre. de la conscience catholique.
Elle résulte aussi des paroles de Notre-Seigneur A) L'invincibilité de l'Église qui lui a fait surmonter
," Jésus-Christ à saint Pierre: « Les portes de l'enfer de perpétuelles persécutions est avant tout pour nous
ne prévaudront point contre elle» (S. Matthieu, XVI, 18), une grande preuve.
0'
or il faut que les paroles du Sauveur se réalisent, car a) La preuve que ['Église catholique est réellement
r Il a dit Lui-même : « Le ciel et la terre passeront, la 'véritable Église du Christ.
mais mes paroles ne passeront pas » (S. Matthieu, Un protestant sollicitait un jour son admission
XXIV, 35). 'dans l'Église catholique. Le curé lui demanda qu'est-ce
b) Après cela nous ne pouvons pas nous étonner de qui l'amenait vers nous. -Cet homme répondit: Depuis
ce que nous apprend l'histoire : le Christ et l'Église des années je lis attentivement la Bible et j'ai été frappé
souffrent ensemble, mais les persécuteurs de l'Église de voir le Christ prédire à ses disciples beaucoup de
finissent aussi comme ont fini les ennemis du Christ. souffrances et de persécutions. Mais quand je regarde
, ~
De même que Judas a fini au bout d'une corde, le monde, je ne vois pas d'autre religion perséc~tée
qu'Hérode, le meurtrier des enfants de Bèthléein, a été sinon le catholicisme. Quand les journaux publIent
dévoré par les vers, 'que Pilate est mort en exil, que quelque diffamation sur les prêtres ~t les religieuses,
Jérusalem a été détruite, de même celui qui déchire il s'agit toujours d'un prêtre ou d'une religieuse catho-
à belles dents l'Église du Christ ou son chef, ira à sa lique. On attaque tantôt le paIJe; tantôt les évêques.
ruine, lui et non pas l'Église. Tantôt on se moque des cérémonies catholiques, tantôt
Voilà le véritable secret de l'invincibilité de l'Église. on expulse d'un pays les religieux. Lorsque j'eus
Voilà la base de la force inébranlable de l'Église. Mais réfléchi tranquillement à cela, je fus obligé de conclure
33 2 LE SYMBOLE DES APôTRES L'ÉGLISE INVINCIBLE 333

que la véritable religion du Christ se trouvait dans On dit qu'il y a des perles qu'il faut plonger de temps
le catholicisme, car il souffre cette persécution que le en temps au fond de la mer, pour qu'elles retrouvent
Christ a prédite à ses disciples. leur ancien éclat. Il faut de même que l'Église de temps
Quelle intéressante conclusion 1 N'en est-il pas ainsi en temps ~oit plongée dans un océan de ·souffrances,
en réalité? Ne se réalisent-elles pas dans notre Église pour qu'ensuite sur son visage rayonne plus pure
les paroles si claires de Notre-Seigneur: « Si le monde la beauté divine.
vous hait, sachez qu'il m'a halle premier. Si vous étiez B) Mais l'invincibilité de l'Église donne aussi
du monde, le monde aimerait ce qui lui appartiendrait; naissance à la véritable conscience catholique.
mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous a) Pourquoi apprenons··nous à l'école l'histoire de notre
ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde patrie? Pour apprendre à aimer notre chère patrie avec
vous hait ») (S. Jean, xv, 18-19). une généreuse fierté à cause des guerres difficiles, des
b) Ainsi je puis aussi répondre à la question qui luttes héroïques et du sang versé pour elle.
certainement surgit dans la pensée de tel ou tel chrétien: Mais il en est de même pour notre sainte Église.
« Si l'Église catholique est réellement la véritable Notre patrie a mille ans d'existence, notre Église catho-
Église du Christ; pourquoi Vieu tolère-t-ll, pourquoi lique en a deux mille. J'aime ma patrie, je suis prêt à
permet-Il qu'elle soit continuellement persécutée? Ne me sacrifier pour elle et je reconnais avec fierté que
pourrait-Il pas empêcher cela? » je suis hongrois. Mais j'aime aussi mon Église catho-
. Mais si. Seulement Il ne veut pas. lique et je reconnais avec fierté que je suis catholique.
Lorsque saint Pierre au jardin des Oliviers coupa Je reconnais avec saint Augustin: « Le· Saint-!,:sprit vit
l'oreille à l'un des soldats, Notre-Seigneur lui dit: en vous dans la mesure où vous aimez l'Eglise ».
« Crois-tu que je ne puisse pas prier mon Père qui me « Quantu~ quisque amat ecclesiam Dei, tantum habet
donnerait plus de douze légions d'anges? Comment Spiritum Sanctum » (In Jo. XXXII, 8). Je reconnais
donc s'accompliraient les Écritures qui attestent qu'il avec saint Cyprien : « Il ne peut pas avoir Dieu pour
en doit être ainsi? » (S. Matthieu, XXVI, 53-54). Il agit Père, celui qui n'a pas l'Église pour Mère» (De unit.
de même envers son Église: Il n'écarte pas d'elle les Eccl. Vi).
épreuves, afin que son origine divine se présente b) Est-ce que vit en nous cette courageuse et f erme
d'autant plus clairement devant nous, lorsque de siècle conscience catholique?
en siècle nous constatons que les choses devaient se On raconte une histoire intéressante sur la princesse
passer comme Notre-Seigneur l'avait dit, c'est-à-dire russe Rostopchine qui était née dans la religion grecque
que les portes de l'enfer ne prévaudraient point contre schismatique, mais quand elle eut connu la vérité
elle.
"1 catholique, elle se fit catholique et pratiqua courageuse-

1
, 334
'. LE SYMBOLE DES APÔTRES
L'ÉGLISE INVINCIBLB 335
ment sa foi. Tous les dimanches, sa voiture s'arrêtait une mrsswn à remplir? Ne devons-nous pas craindre
devant l'église Saint-François à Moscou et chacun
qu'elle périsse? Mais elles valent aussi pour l'avenir
savait que la princesse était à la messe. Mais les autorités les paroles du Christ: « Ne craignez point, petit trou-
orthodoxes ne voyaient pas cela d'un bon œil et
peau, car il a plu à votre Père de vous donner le
le gouverneur , lui fit savoir qu'il était obligé de faire
. '" royaume» (S. Luc, XII, 32) .
connaître la chose au tsar. Mais la princesse écrivit L'Église toujours persécutée et toujours invincible
une lettre au tsar avant le gouverneur. Elle y disait :
nous donne la réponse, une réponse apaisante et
« Majesté, le gouverneur de Moscou me menace
réconfortante.
d'écrire à la plus haute autorité que je suis catholique A Rome se trouvent tout à côté l'un de l'autre deux
et ,~~e ~e prat~que ~a religion. Et ce que j'ai fait jus- puissants monuments: le Colisée et l'arc de triomphe
qu ICI, Jecontmueral à le faire. Votre Majesté, si elle
de Constantin. Le Colisée, pour ainsi dire le tombeau
le veut, peut me faire arrêter comme une criminelle
de l'immense puissance des empereurs, est en ruines,
me dépouiller de toute ma fortune, m'exiler en Sibérie: l'arc de triomphe de Constantin, le symbole de la
Il y a une seule chose qu'elle ne peut pas: enchaîner liberté donnée au christianisme, est encore debout.
ma conscience et m'empêcher de servir Dieu ».
Qu'était-ce donc jadis que ce Colisée aux gigan-
Ne sentez-vous pas, mes frètes, comme cette lettre tesques proportions? Il était la personnification de la
déverse sur nos âmes le souffie vivifiant de la foi
puissance et de l'esprit de Rome. Quatre-vingt-
intrépide et du calme inébranlable des premiers sept mille hommes étaient assis sur ses gradins, de
chrétiens?
l'empereur au dernier esclave, lorsque les chrétiens
C) Et cette sainte tranquillité d' dme est une autre condamnés à mort - hommes, femmes, enfants --
co~séquence de l'invincibilité de l'Église. L'espérance s'avançaient dans l'arène en chantant des hymnes,
qUI ne tremble pas et qui ne doute pas de la destinée pour être déchirés par des fauves affamés, rendant
de l'Église, quelles que soient les épreuves et les témoignage au Christ, au Fils de Dieu crucifié.
pe.rsécutions que lui réserve l'avenir. Quelles que Mais après trois siècles de persécutions sanglantes,
SOIent les persé;cutions qui attendent notre Église, le sénat et le peuple romain élevèrent à côté du Colisée
nous pouvons dIre tranquillement : « Alios jam vidi l'arc de triomphe de Constantin et ce mémorial de la
ventos », « j'ai déjà vu de bien plus grands dangers ». liberté de l'Église est encore debout après seize siècles,
• a) Les ennemis de l'Église ne dorment pas de nos
mais le Colisée est tombé en ruines.
J ours, et quand on pense à leurs efforts criminels , « J'ai cessé depuis longtemps - dit Heine - de
contre l'avenir de l'Église, dans bien des âmes peut
combattre l'Église catholique. Je connais la mesure de
surgir l'angoissante question : L'Église a-t-elle encore 1 mes forces intellectuelles et je sais que jamais les assauts
f\
"
',r

LE SYMBOLE DES APÔTRES


L'ÉGLISE INVINCIBLE 337
les plus furieux ne pourront faire de brèche dans ce du cercle de l'Église commençante et que, devant ses
puissant colosse qu'est l'Église de saint Pierre. Plus yeux qui voient tout, passent les tempêtes des siècles
d'une tête légère se brisera encore contre ce roc ». à venir, -c'est cette paix que nous admirons. Après
C'est de cette force invincible que naît notre calme avoir contemplé cette suite de tempêtes Il donne avec
confiance. En effet si le chemin de l'Église passe toujours un calme divin ce dernier ordre : « Allez, enseignez
' près du Golgotha, il y aura toujours des prêtres qui toutes les nations» (S. Matthieu, XXVIII, 19).
diront avec saint Paul : « L'Esprit-Saint m'assure Allez! - dit Notre-Seigneur.
que de ville en ville des chaînes et des persécutions Seigneur,où irons-nous? .
m'attendent. Mais je n'en tiens pas compte et je Partout. De ville en ville, de pays en pays, de con-
n'attache pour moi-même aucun prix à la vie, pourvu tinenten continent. Il n'y aura ni mort, ni fin, ni arrêt,
que je consomme ma course et que j'accomplisse le ni obstacle. Allez! Les persécutions sanglantes des
ministère que j'ai reçu du Seigneur Jésus (Actes, XX, empereurs romains ne peuvent pas être un obstacle.
23-24). Et il y aura toujours de~ fidèies qui, avec foi Le flot envahisseur des peuples barbares ne peut pas
et patience et, s'il le faut, en versant leur sang, rediront être un obstacle. Je suis avec vous. Au-dessus de la
de même ces paroles de saint Paul : « Qui nous séparera puissance musulmane, au-dessus des schismes, au-
de l'amour du Christ? ... Ni la mort, ni la vie, ni les dessus des violences ouvertes, au-dessus des sourdes
anges, ni les principautés, ni les choses présentes, ni les menées des francs-maçons, au milièu des atrocités des
choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la sans-Dieu. Moi je suis avec vous. Allez, baptisez,
profondeur, ni aucune autre créature, ne pourra nous' confessez, dites la messe, prêchez, consolez, 'relevez
séparer de l'amour de Dieu en Jésus- Christ Notre- vers le ciel les têtes fatiguées... et quoi qui puisse
Seigneur » (Romains, VIII, 35-39). ' arriver, ne craignez pas, ·car « le ciel et la terre
b) Ceux qui ont pris part à une audience pontificale passeront, mais mes paroles ne passeront pas ».
à Rome ont constaté avec étonnement la douce sérénité (S. Matthieu, XXIV, 35).
et la paix qui rayonnent SU1' le visage du pape. Regardez Et cette assurance, cette sainte tranquillité d'âme sont
n'importe quel portrait de pape, la même tranquillité les plus beaux effets de ['invincibilité de i' lf.'glùe.
s'y révèle.
Nous ne nous étonnons pas du visage paisible du
Christ; or le visage plein de sérénité du pape est le reflet
de la sérénité du Christ. Nous admirons spécialement
.. .. .
Mes frères, dans la salle du Vatican où les papes
le calme du visage du Sauveur, lorsque le jour de signaient les actes d'une importance capitale pour le sort
l'Ascension il est là debout sur la montagne au milieu ' de l'humanité, - dans la « Stanza delle segnatura » -
:"

S~mb. des Ap. - t. V


"

LE SYMBOLE DES APÔTRES L'ÉGLISE INVINCIBLB 339

le pape' Jules II a fait peindre par Raphaël quatre Je regarde avec amour notre Église, parce que son
fresques fameuses. Elles représentent la théologie, la invincibilité m'apprend à avoir une foi inébranlable
philosophie, la poésie et le droit, c'est-à-dire la vérité dans son avenir.
en tant que révélation, en tant que travail de la raison, Je crois que le rocher sur lequel elle est bâtie ne
en tant que beauté et en tant qu'ordre chrétien. Ces chancellera pas.
quatre peintures sont un magnifique symbole : elles ' Je crois que la barque sur laquelle je rame ne coulera
veulent dire : l'humanité ne trouvera le bonheur, la ~L _
satisfaction, l'ordre et la civilisation que si les diverses Je crois que le pêcheur aux vêtements blancs qUI est
formes de l'unique Vérité travaillent en harmonie assis au gouvernail ne peut pas se tr'Ûmper.
en s'aidant mutuellement. Je crois que, tout en ne s'écartant pas d'un iota de
C'est ainsi qu'agit et travaille l'Église du Christ l'enseignement du Christ, tout en ne s'écartant pas
depuis déjà dix.:.neuf siècles. d'un pas de la morale du Christ, elle triomphera
Et voilà pourquoi je suis fier de cette Église. glorieusement, elle subsistera et conduira les. hommes
Mais à quoi me servirait-il d'en être fier, si je ne jusqu'au dernier jour où elle cessera ... car la VIe cessera
m'efforçais pas à devenir pour elle de jour en jour un sur la terre ... et tous ceux qui auront eu pleine confiance
fils meilleur. en ['Église du Christ sur la terre entreront en vainfJUeurs
. Que faut-il pour être un bon fils de l'Église? Il faut dans l'Église éternelle de Dieu. Amen.
quatre choses: la foi - la fidélité - l'obéissance -
la grâce.
La foi. Le Christ a imposé à l'Église le devoir
d'enseigner toutes les nations; mais alors Il m'a imposé,
~, 1
à moi, l'obligation d'écouter l'Églîse : j'accepte donc
et je crois avec empressement ce qu'elle enseigne.
La fidélité. Je suis à ses côtés avec un amour filial :
celui qui l'offense m'offense moi aussi.
L'obéissance. Quoi qu'elle demande, quoi qu'elle
prescrive, je ne la critique pas, je ne la dénigre pas,
je sais qu'elle veut mon bien: je fais ce qu'elle demande.
Mais pour avoir en moi la foi, la fidélité et l'obéis-
sance, il me faut la grâce, il me faut en kbondance
les moyens de grâce que mon Église offre_à pleines mains.

" ,

.,'

"
JE SUIS CATHOLIQUE

Mais après ces dix mois il se présenta chez les


Oratoriens de Londres et demanda à être reçu dans
l'Église catholique.
Ce fut une immense surprise.
XXIII Comment? - lui demanda-t-on, Vous, membre de
la noblesse anglicane, grand-maître de la franc-maçon-
nerie, vous voulez devenir catholique? Qu'est-ce qui
JE SUIS CATHOLIQUE vous est arrivé?
Le marquis répondit: « J'ai trouvé dans l'Église
catholique trois choses qui obIlgent tout homme sans
parti pris à reconnaître que cette Église - et elle seule
MES FRÈRES, - est l'Église de Jésus-Christ. Dans l'Église catholique
il y a un rocher, un confessionnal et un tabernacle »,
Et le marquis devint réellement catholique et vécut
A D:~s la, secon~e ,moitié du siècle dernier vivait un le reste de sa vie 'en membre fervent de notre Église.
g Quand on lit des cas semblables et quand on voit
le n : tres. culttve, le marquis de Ripon, qui était
g d-~altre de la franc-maçonnerie anglaise et comment des hommes sérieux et réfléchis, qui n'étaient
:~'àe~nemt acharné de l'Église catholique. Il y avait pas nés dans le catholicisme, sont enfin parvenus, après
'u; ~ ors u~ fort mouvement de conversions qui dura de longues recherches et de longues inquiétudes, au
Jd' qu ,à nos Jours et qui a ramené une l'coule d'a nglcans
l' port de notre mère l'Église catholique, alors nous nous
annee en année au sein du catholicisme, Les francs- posons cette question: est-ce que nous, qui sommes nés
maçons, pour paralyser ce mouvement de conversions . par une grâce spéciale de Dieu dans la vraie religion,
voulurent publl'er un ouvrage Important
' et d' ' r, nous en sommes heureux et fiers, est-ce que nous avons
contre le catholicisme. .eClSl conscience d'être membres de cette Église? Est-ce
~a rédaction de l'ouvrage fut confiée au grand-maître que nous sentons cet honneur, mais en même temps
qUI acc~pt~ .cette tâche de grand cœur, aussi .notre responsabilité, lorsque nous prononçons
« Mals SI Je d?is écrire contre le catholicisme, il Fau! ces mots : « Je suis catholique ».
aup~ravant ~ue Je le connaisse» - pensa-t-il à part lui' Lorsqu'au début de l'année universitaire j'ai com-
et il . se mIt à r 1redes ouvrages traitant de la ' f ,' mencé 'à parler de l'Église du Christ, j'ai indiqué
catholtque. 01
que je donnerais vingt instructions sur ce sujet, C'est
Il en lut pendant dix mois. aujourd'hui la vingtième. Je termine donc en ce

",
LE SYMBOI,E DES APÔTRES
JE SUIS CATHOLIQUE 343
) moment la série que j'ai consacrée à l'explication de
l'article du Symbole Sur « l'Église catholique ». Pourrait- dans un sol aux traditions dix-neuf fois centenai~es. Où
on la terminer plus utilement, pourrait-on résumer y a-t-il au monde, une s~uch~ noble ,de dIx-neuf
avec plus de profit la matière 'déjà traitée, qu'en mon- cents ans? Notre arbre génealoglque à nous catho-
tra?t la triple idée que renferme en eUe cette phrase lique!; a cet âge. Ainsi comprenons-nous la p~rase
" pleIne de fierté et de gratitude : « Je vous remercie qu'un jour Montalembert lança aux cathohques
Seigneur, d'être catholique. )J, ' français : t( Mes frères, vous n'êtes . pas assez fiers,
Qu:.l1~s sont c~ trois pensées? 1. Je suis catholique, vous n'aimez pas assez ta vieille noblesse de notre
donc J.,at u~e ,consCIence .catholique. II. Je suis catholique, catholicisme ». •
~o~c J obéts a man Égltse. Ill. Je suis catholique, donc B) Une autre caractéristique d~ la co~s~le~ce
1 aune mon Église. catholique c'est la joie dibordante - qUI pour aInSI d~re
éclate au dehors et cherche à montrer au monde entier
1 le bonheur qu'il y a d'être catholique.
a) Ah! si nous savions tous ce ~ c'est que d'Itre
J'AI UNE CONSCIENCE CATHOLIQUB. catholiques, comme notre cœur battrait, com~e nos ye~x
brilleraient de joie! Comme nOus marchenons la tete
Je suis catholique, donc il faut que vive en moi la haute au milieu des attaques, comme nous nous
conscience catholique. Qu'est-ce que cela signifie? tiendrions avec fermeté et assurance dans . la tempête 1
De quels éléments se compose la véritable conscience Chaque fois que nous. récitons. dans le Symbole
catholique? « Je crois en la sainte Éghse cathoh~ue )J, un cour~nt
A) Le premier élément est avant tout une sainte et 'lectrique devrait passer dans nos veInes et nous faire
humble .fierté qui prend conscience d'elle-même. ;elever la tête : u Je vous' remercie, Seigneur, d'être
a) Une humble fierté, car ce n'est pas la fierté de catholique ». • ,.
bien des gens, Il nous faut reconnaître la sublimité de Savez-vous quelle fête nous célébrons aUJourd h~l ?
l'idéal que nous présente le catholicisme et combien _ C'est la fête de saint Pierre de Vérone ~29 avnl).
hélas 1 - nous en sommes éloignés. Nous combattons Alors qu'il était encore petit élève, son oncle lUI demanda
pour cet idéal, nous tâchons de l'atteindre, plus nous ce qu'il apprenait à l'école. Il J'ai appris le Symbole des
marchons vers lui, plus il demeure loin de nous _ apôtres »' - répondit fièrement l'enfant. Cet enfant
c'est ce qui éveille en nous l'humilité grandit -et devint prêtre et lor~q~'il ~ut ~ercé de coups
b) Mais à côté de cette humilité vit aussi en nous de poignard à cause de sa fOl, Il s lécn~ : I~ Credo !l,
une sainte fierté de ce que nous plongeons nos racines . )J. Et lorsqu'il arriva à ses uermers Instants • et
t( J e crOlS

qu'il n'eut plus la force de parler, il trempa un dOlgt

1.
:1' " .---

JE SUIS CATHOLIQUE 345


344 LE SYMBOLE DES APÔTRES
avec la parole de vie, pour la faire paraître devant lui,
dans son sang ' et écrivit ce seul mot sur la terre . cette Église, 'glorieuse, sans tache, sans ride, ni rien
« Credo ». S~int Pierre de Vérone est pour nous tou~ de semblable, mais sainte et immaculée » (Éphésiens,
u.n exemple Immortel de la manière dont noys devons v, 25- 2 7). Comment ne serait-elle pas belle cette Église
aImer notre foi et la confei?ser avec joie et fierté. qui est le corps mystique du Christ! Comment ne
b) M~is pourquoi mè r~iouir et pourquoi être heureux? serait-elle pas bene, cette Église qui est le temple du
..
"
~
Je dOlS. me réjouir et être heureux, parce que ma Saint-Esprit, « l'Église du Dieu vivant, la colonne
mère est rIche,. parce que ma mère est belle, parce que et la base de la vérité I l (le Timothée, III, 15)? Et ses
ma mère ,est m,mable : cette mère c'est l'Église. enfants sont-ils aussi beaux, sont-ils sans tache? Ah!
Ma , mere, 1 Église, est riche. Que de trésors elle non, malheureusement. Ils peuvent commettre des
possède! De l'or, des diamants? Ohl non. Mais le sang fautes _ mais leur Mère ne peut pas.
du Christ à la sainte messe. Le corps du Christ dans la Et comme elle est aimable, l'Église, ma Mère! Elle est
blanche hostie. Chaque parole du Christ dans l'Évangile. aimable, parce que mon Église est l'amour même.
", Chaque grâce du Christ dans les sacrements Elle reflète sans cesse l'amour divin. Avec cet amour
Le cardinal Newman était avant sa ~onversion généreux elle a conquis les peuples au joug suave du
p,~steu~ de l'église anglicane. Son revenu annuel Christ, avec cet amour plein de sollicitude elle surveille
s elevatt à ql~a~re mille livres sterling. Il étudia long- chacun de nos pas. y a-t-il une mère pour ,s'attrister
temps ,l~ rel~gl~n .catholique. Finalement il ne put davantage des faux pas de ses enfants que l'Eglise qui
plus reslster a 1 attirance de la Sainte Eucharistie. pleure sur ceux qu'urt écart de conduite ou de croyance
Quel~ues jours avant sa conversion, ùn de ses amis
a séparés d'elle?
cherchatt à le détourner de cette démarche: Lorsque je réfléchis à tout cela, il est impossible
Songez donc à ce que vous faites. Si vous devenez Cj.ue ma conscience catholique ne soit pas f~rtifi~e. et
catholique, vous perdez un revenu de quatre mille que ne iaillisse ?as du fond de mon âme ce CrI de .lote:
livres. « Je vous remercie, Seigneur, d'être catholique ».
Newman fit cette réponse : '
" Et qu'est-ce que quatre mille livres en comparaison
Il
d'une seule communion?
Oh! oui, elle est riche mon Église. J'OBÉIS A MON ÉGLISE.
" Comm.e elle es.t belle l'Église, ma mère! Avec que!
e~thouslas~e samt Paul a-t-il écrit : « Le Christ a Mais, comme je l'ai rappelé, être catholique n:est
aimé l'~gltse et s'est livré lui-même pour elle, afin de pas seulement une source de joie, mais aussi de salfits
la sanctifier, après l'avoir purifiée dans l'eau baptismale, 1
, ~

ii
1
,LE SYMBOLE DES APÔTRES JE SUIS CATHOLIQUE 347

devoirs. Si je suis catholique, j'obéis à mon tglise. L'homme naturel est celui dont le corps renferme une
Je lui obéis A) en confessant sa doctrine et B) en obsérvant âme, le catholique est celui dont l'âme. est la d~meure
ses commandements. de Dieu. Si l'âme quitte mon corps, Je ne SUIS plus
A) Je suis' catholique, je mets donc le catholicisme un homme , mais un cadavre qui s'en va en poussière,
, 1
à la base de ma vie. de même si Dieu quitte mon âme, cette âme n a p us
a) Je suis cathoNque, donc je crois à la valeur du la vie.
surnaturel. Je reconnais franchement que cette vie Donc, 1\ je suis catholique» veut dire: je suis un
terrestre ne peut parvenir au bonheur que par les homme bienfaisant, un homme bon»? Beaucoup plus.
(1 Je suis catholique» veut dire « je vais à la messe,
moyen surnaturels, la prière et les sacrements.
Je suis un homme moderne, j'apprécie donc aussi je jeûne et je prie? Il Beaucoup plus.
le génie, l'énergie et le travail humains. Je suis un Qu'est-ce que cela signifie donc? '
homme moderne, j'estime donc la machine, la technique, Cela signifie l'étincelle de vie surnaturelle et divine
l'industrie et le commerce. Je suis un homme moderne, qui en moi devient une flamme. II. A tous c~ux qui l'ont
j'honor~ donc la science, les arts, l'activité sociale. re~u, il leur a donné le pouvoir de devemr enfants de
"
Mais je ne suis pas assez aveugle pour regarder tout Dieu, à ceux qui croient en son nom» (S. Jean, l, 12).
cela comme suffisant pour lui-même, pour ne p~s Cette vie divine nouvelle implantée dans l'homme,
adorer et prier par-dessus et au delà Celui qui a dit cette II. participation à la nature divine» (Ile S. Pier~e,
de Lui-même : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » l, 4), saint Pierre nous dit que c'est l'essence du ~hns­
(S. Jean, xv, 5) et dont les paroles conservent toute tianisme. Ce que le christianisme a donné à la SCience,
leur vérité même à l'époque des conquêtes scienti- à l'économie politique, aux arts et à la civilisation est
fiques : les ruines spirituelles de notre époque en sont un mérite de second ordre à côté de ce fait qu'il a
\. la triste preuve. donné Dieu à l'âme.
c) Quel est donc le véritabl~ catholique? L~ho:nm~ à
<"
b) Je suis catholique. Donc je ne suis plus un homme?
Comment? Si, je suis un honune composé d'un corps qui s'applique l'inscription profondém~nt slgmficatlve
et d'une âme mais je suis encore da~lantage 1 du portail de l'église Saint-Jacques d'Alx-la-Chapelle :
A ma naissance, j'étais seulement un homme: l'homme « A Deo - per Deum - ad Deum Il je viens de Dieu
naturel. Mais après ma naissance, je suis né une seconde et avec sa grâce je_vais vers Lui. .
.,
l,..
fois, comme le Christ l'a ordonné, je suis né de nouveau Qu'est-ce que le vrai catholique? L'homme en qUI
vit Dieu. L'homme qui vit de Dieu et pour Dieu.
« de l'eau et de l'Esprit» (S. Jean, III, 5), et depuis
je suis un catholique. L'homme dont toute l'âme est remplie d'une vie
Est-~e quelque chose de plus que l'homme naturel? surnaturelle.
~ .' .
LE SYMBOLE DES APÔTRES JE SUIS CATHOLIQUE 349

~. :.
Vous dites peut-être en gémissant: «Mais ce sont puissante du prophète Élie: « Jusques à quan~ c1och~rez­
les saints? » vous des deux côtés? Si le Seigneur est DICu, SUlvez-
Et je vous réponds: Oui, ce sont les saints. Et tout Le )1 (le Rois, XVIII, 21).
'\!,
'1 vrai catholique est en même temps un saint. Aussi la Eh bien! chaque commandement et chaque pres-
Sainte Écriture appelle-t-elle les premiers chrétiens cription morale de l'Église demandent que nous ne
simplement les « saints II.
, clochions pas.
" « Ah! comme j'en suis loin! 1) -dites-vou:;; avec Le vrai catholique ne cloche pas. '
effroi. Pourtant vous n'avez pas le droit d'avoir peur. C'est un fait curieux que les gens raillent facilem~nt
Si vous êtes loin de l'idéal, vous êtes à la meilleure la boiterie physique, et ne prennent pas en mauvaise
école. Qu'est-ce que l'Église catholique? L'école de part la boiterie morale, mais même la regardent comm:
'l " , la sainteté. A cette école, tout, tout ne sert qu'à faire un avantage. Celui qui ne boite pas m~raleme~t, ~elUl
des élèves des saints. qui est fidèle à ses principes et les sUlt, CelUl qUI ne
B) Et comment deviendrons-nous des saints? _ prat,ique pas la duplicité, celui qui n~ to~rne pas co~me
demandez-vous peut-être. Eh bien 1 en obéissant à une girouette à tous les vents, celu~ q~l confesse fiere-
l'Église, en ne clochant pas de droite à gauche, mais ment sa , foi et vit sans compromisSIOn, en un , mot,
en observant les commandements de notre É'gHse. 1,' celui qui est un vrai catholique, les gens l'appel1~nt
a) CI Ne pas clocher? » savez-vous ce que signifie ce t facilement aujourd'hui : intolérant, être à part, enteté,
mot de la Sainte Écriture? bigot, esprit étroit, arriéré. .
Dans le chapitre XVIII du 1er Livre des Rois on lit Quand quelqu'un veut avancer rapld~men~ sur u~e
de tristes choses sur la corruption morale et religieuse r oute , certainement il ne faut pas qu 11 bOite. MalS
du peuple juif à cette époque. La maison royale mon- d '
si l'on veut avancer rapidement sur la route u sucees,
trait l'exemple dans cette dépravation. L'idolâtrie était 1 on avance davantage; en boitant, en faisant des cou~­
élevée au rang de religion officielle, les fame prophètes bettes de côté et d'autre qu'en suivant son chemm
étaient reçus à la table royale, tandis que le culte du
dro~ .
vrai Dieu était de plus en plus relégué à l'arrière-plan. Les avantages de cette claudication morale son~ SI
. ""
Il y avait encore des Israélites pieux et fidèles, mais évidents pour une certaine op!nion ~~'on estime
ils se tenaient à l'écart, craintifs et découragés. qu'actuellement un catholique séneux qUl Ign?fC to~te
Et voici que dans ce monde dégénéré et découragé, compromission et ne sait pas fermer les yeux à l.occaslO.n
dans ce monde sans caractère et sans morale, au milieu ne peut ni diriger un commerce ou une mdustne
de ces gens à la recherche des flatteries et des avantages ni réussir en politique ou en littérature.' ,
matériels retentit tout à coup une voix tonnante. La voix Ne voit.. on pas combien il y a un besom urgent
350 LE SYMBOLE DES APÔ!!ŒS JE SUIS CATHOLIQUE 35 1
de catholiques sérieux, marchant droit devant eux, elle. Et j'obéis à toutes ses paroles et je ne la critique
lorsque peu à peu chacun se met à clocher et qu'on pas. « Je suis catholique» c'est-à-dire j'ai une conscience
commence à s'étonner de voir quelqu'un marcher catholique et j'obéis à mon Église.
droit? .'
b) A,u jourd'hui c'est devenu une mode de veiller
à la pureté de la race. « Ne mêlons pas de sang étranger m
dans la race Il. Très bien. Mais mettons pareillement
à .la frontière de nos convictions religieuses et de notre J'AIME MON P.:GLISB.
VIe morale un poteau portant cette défense : Restez
catholiques sans mélange et ne laissez pas vos convictions Mais cela veut encore dire autre chose. Non seule-
catholiques se délayer et se contaminer dans les maximes ment j'obéis à mon Église, mais je l'aime.
à la mode. Ne soyez pas catholiques à demi comme ce Comment montrer mon amour? A) en me faisant
chef barbare qui extérieurement se prosternait devant son apôtre et B) s'il le faut, en me faisant son défenseur.
le Christ, mais offrait aussi des sacrifices à ses dieux . A) Si je suis catholique et si j'aime mon Église, je me
païens: Ah! c~mbien d'hommf'.g que l'on appelle réjouis de pouvoir être son apôtre, de sentir en moi
ca.thohques s~cnfient aujourd'hui encore par leur vie l'esprit d'apostQlat.
fnvole aux Idoles du paganisme? a) Celui qui se réjouit de pouvoir être membre de
~) Archimè~e disait: « Donnez-moi un point d'appui la véritable Église du Christ, ne se contente pas de
et ~e soulèveraI le monde ». Eh bien! il Y a un dogme participer lui-même à cette vérité, mais il s'efforce de
qUI soulève le monde, c'est celui-ci : le Christ était faire participer les autres à ce bonJutur. Celui qui possède
, Dieu. En effet si je le crois, dès cet instant je m'attache la lumière s'efforce d'éclairer aussi les autres; celui qui
"" à tout ce qu'Il a enseigné ou prescrit. possède de la chaleur, s'efforce de réchauffer aussi les
~e suis catholique, donc je ne choisis pas parmi les autres.
artl~l~s d~ .foi ~t les lois morales, car je ne puis pas Actuellement le travail du prêtre ne suffit plus à la
chOIsIr. SI Je SUIS un catholique conscient, alors je suis propagation de la vérité chrétienne. La vie actuelle est
fier de toutes les manifestations de mon Église. Je suis si compliquée, que la parole du prêtre ne parvient plus
fier de ses dogmes et je les confesse. Je suis fier de ses à beaucoup d'endroits. Quel magnifique champ d'action
,. cérémonies et j'y participe. Je suis fier de sa hiérarchie s'offre là à l'apostolat des laïques!
et je la respecte. b) Mais n'oublions pas que le meilleur apostolat
Ou bien mon Église est infaillible ou bien elle ne vaut est l'exemple de notre propre vie. Noblesse oblige. On
rien. Mais si elle est infaillible, alors j'ai confiance en demandait un jour à un petit collégien: « Qu'est-ce

j
!
Il
f,
35 2 LE SYMBOLE DES APÔTR.ES JE SUIS CATHOLIQUE 353
1
l '
que fait ton père? » « Il est menuisier, mais il ne travaille '1 les catholiques était une recommandation de la vérité
1',' pas » - fut la réponse Cela passe encore. Mais quand 1
de la doctrine du Christ.
on demande de quelqu'un quelle est sa religion, quelle B) Mais c;i je suis catholique et si j'aime mon Église,
douleur d'entendre cette réponse: (c Il est catholique, r je serai aussi son défenseur et je n'écouterai pas lâche-
mais il ne pratique pas ... » Si je suis" catholique, il faut ment, sans mot dire, quand on l'attaque et qu'on
que je sente la responsabilité qui s'attache à ce nom. l, l'insulte. Y a-t-il un homme qui puisse entendre, sans
Soyons-en bien persuadés, bien que la vérité du mot dire, insulter sa mère? Et cependant il y en a qui '
catholicisme soit plus claire que le jour, quand bien supportent qu'on injurie notre Mère l'Égli~e.
même les arguments par lesquels nous prouvons Que d'attaques chaque jour! Dans les journaux,
l'origine divine de notre foi seraient encore plus dans les réunions, au café, en société. Certains ne
puissants que ceux d'aujourd'hui, la force de recru- tarissent pas, quand il s'agit de critiquer l'Église. Mais
1
tement du catholicisme ne pourra pas se déployer , si avons-nous le courage de défendre notre Église?
à côté des preuves théoriques ne se présente pas En ces circonstances songeons-nous aux paroles du '
"
comme argument efficace la vie irréprochable, digne de Christ: « Celui qui aura rougi de moi et de mes paroles
\1 respect, et admirable des ftdèles. au milieu de cette génération pécheresse, le Fils de
!
Beaucoup ne se doutent pas de la force persuasive l'homme aussi rougira de lui, lorsqu'il viendra dans la
qu'exercent sur ceux du dehors, sur les non-catholiques gloire de son Père » (S. Marc, VIII, 38). Savons-nous
les observations qu'ils font con:.tamment parmi nous. alors nous écrier courageusement avec saint Paul:
Cette femme a perdu son mari et l-ependant avec quelle « Je n'ai point honte de l'Évangile, c'est une force divine
force d'âme elle supporte le coup du sort, quand pour le salut de tout homme qui cr?it» (Romains,' I, 16).
elle se relève après avoir prié devant l'image de Notre- Mais je crois. « Credo in unam, sanctam, catholicam
Dame des Sept Douleurs; cet homme est si gai en et apostolicam Ecclesiam ». « Je crois à ma mù'el'É,glise,
société, mais pendant la messe, quel recueillement, c'est une, sainte, catholique et apostolique ».
comme s'il oubliait le monde entier; œlui-ci vit plutôt
dans la gêne, et pourtant il fait beaucoup de bien;
comme les yeux de cet autre brillent, quand il sort du
confessionnal e~ l'â~e purifiée, commence aveL élan
une vie nouvelle ... Ah! oui, mes frères, voilà le sentiment Et maintenant, prenons congé de cet article de foi
catholique de la responsabilité, magnifique instrument que nous avons médité dans vingt sermons, mais ne
d'apostolat; et c'est ma sainte convic~ion que la con- prenons pas congé de notre Église que nous avons appris
version du monde serait plus proche, 'si la vie de tous à aimer de plus en plus au cours de ces instructions.
1

.!
1

1
354 LE SYMBOLE DES APôTRES

En effet c'est maintenant seulement que je puis


remercier Dieu en pleine connaissance de cause de la
grâce qu'Il m'a faite d'être catholique.
Je suis catholique, donc membre de cette Él?lise à
qui le Christ a confié la prédication de sa doctrlOe.
Je suis catholique, donc membre de cette Église
qui a répandu dans le monde la foi chrétienne. TABLE DES MATIERES
Je sui& catholique, donc membre de cette Église qui
garde intact l'héritage du Christ et aujourd'hui encore
envoie des missionnaires enthousiastes vers les peuples
les plus lointains, tout comme elle prêche le Christ
avec un amour infatigable au milieu du bruit et des
trépidations de notre civilisation industrielle et au
milieu de nos grandes villes modernes. 1. - Qu'est-ce que ]e Saint-Esprit?............ ...... S
Je suis fier de vous, ma Mère, la sainte Église catho- II. - Les symboles du Saint-Esprit.............. ..... 20

lique. Et je vous applique ces paroles des psaumes : III. - Què nous donne le Saint-Esprit ?............... 3S
« Si je t'oublie, Jérusalem, que mon bras se dessèche.
Que ma la~gue s'attache à mon palais, si je ne me
IV. - Qu'est-ce que l'Église ?........................... 50

souviens pas de toi » (Ps. CXXXVI, 5-6). V. - L'Église du Christ est une.... .................... 66
Je sais que le monde pécheur ne hait personne VI. - L'Égiise du Christ est saipte..................... 80
autant que vous. Mais le monde sait aussi que plus il vous VII. - L'Église du Christ est catholique...... .... ..... 95
hait, plus je vous aime et plus s'échappe triomphalement
VIII. - L'Église du Christ est apostolique............ 1 II
de mes lè"res ce cri de foi : Je suis catholique. Je vous
remercie, Seigneur, de ce que je suis catholiq!le. Amen. IX. - «Tu es Pierre ... » .......... ~ ...................... 128
X. - L'infaillibilité du pape.. .......................... 144
XI. - La couronne d'épines du pape.................. 159
XII. - La papauté dans la balance de l'histoire...... 174
XIII. - Salut, Rome sainte 1.......... .................... 189
XIV. - Le visage terrestre de l'Église .................. 203

XV. - L' « intolérance» de l'Église ..................... 218


"
TABLE DES MATIÈRES

XVI. La • mond~nité » de l'Église .................... . 234


XVII. - Les mérites de l'Église li),. ; .............. : .... . 249
XVIII. - Les mérites de l'Église (II) ...... ; .. : ........... 265
XIX. - Les prêtres de l~Église (1) ........................ 281

XX. - Les prêtres de l'Église (II) ..................... 296


. XXI. -L'Église persécutée...... .. .... . .................... 3 I I
XXII. - L'Église invincible . ...... .......................... 326 .
XXIII. - Je suis catholique .. ... .............................. 340

[mprlmé en Belgique. - Prlnted in Belgium. D 133.


•.

Vous aimerez peut-être aussi