Vous êtes sur la page 1sur 48

HÔPITAL PSYCHIATRIQUE DE COLSON

ETUDE GEOLOGIQUE ET GEOTECHNIQUE


DES TERRAINS DE FONDATION DES NOUVEAUX BÂTIMENTS
DE L'HÔPITAL PSYCHIATRIQUE DE COLSON
A FORT_DE.FRANCE
( Martinique )

par

P . M .THIBAUT , ingénieur géologue

BUREAU DE RECHERCHES G E O L O G I Q U E S ET MINIÈRES


74, rue de la Federation - 75 Paris (l5emp) - Tel. 783 9 4 - 0 0

DIRECTION DES RECHERCHES MINIERES ET TRAVAUX A L' ÉTRANGER

Direction de Fort - d e - F r a n c e
3 rue Schoelcher MARTINIQUE Departement AMERIQUE
B P. 394 Tel 71-88-68 j _ Bpcherche9

Bureau de K P C Q ^
Géologiqucs
/O A N I O minnnTHBQlJK AVRIL 1973
B, R. G. M.
Hôpital Psychiatrique de Colson
Direction do
FORT DE FRANCE

Etude géologique et géotechnique des terrains de


fondation des nouveaux bâtinents de l'hôpital psychiatrique de
COLSON à TORT DE FRANCE (Martinique)

Par P.M. THIBAUT


Ingénieur-géologue

Bureau de Recherches
Géologiques et Minières

Rapport B.R,G.1J. n° 73. ANT. 8 EIBLiuTHEQiiß

Avril 1973
R E S U M E

En vue de l'extension de l'hôpital psychiatrique de COLSOÏÏ, à FORT DE FIlAl'T-r


CE, le Groupe Urbanisne Opérationnel et Construction de la Direction Départenentale
de 1'Equipement de la Martinique, a fait exécuter une reconnaissance géologique et
géotechnique des terrains de fondation des nouveaux bâtinents ( R de CH) au noyen
de 3 sondages nécaniques carottés, de 8 essais au pénétronètre statique lourd,
d'essais en laboratoire sur les 8 échantillons intacts prélevés et d'essais rou-
tiers en laboratoire.

Les travaux sur le terrain ont été exécutés par l'Entreprise BACIIY; les
travaux de laboratoire ont été exécutés par le C.E.B.T.P, le B.R.G.M. a été chargé
du contrôle géologique des travaux et de la synthèse et de l'interprétation de tous
les résultats acquis au cours de l'étude.

Sur le plan géologique, les sondages carottés ont nis en évidence la structure sui-
vante :

- couverture uniforne de tufs ponceux dacitiques argilisés, de 3,00 n à plus do


7,50 n d'épaisseur
- formation dacitique rocheuse très altérée représentée suivant les sites des son-r
dages soit par une brèche dacitique de coulée soit par une coulée dacitique pro-
prenient dite.
- substratum andésitique ancien très altéré et en partie argilisé, atteint unique-
nent au droit d'un sondage.

Sur le plan ^éotechnique, les essais au pénétronètre statique ont confirné cette
structure et ont montre qu'au niveau des tufs argilisés, la résistance de pointe
était inférieure ou égale à 5 "bars, et restait comprise errtnre 10 et 30 baofB environ
au niveau des horizons plus ou noins indurés,

Les analyses en laboratoire ont montré que les tufs argilisés étaient sa-
turés, doués de propriétés thixotropiques et compressibles (Ce moyen = 1,77).

La formation dacitique altérée correspond à un matériau moyennement compres-


sible (Ce = 0,40 à 0,48).

Dans l'hypothèse de fondations sur semelles filantes travaillant à 1 bar


et encastrées dans le sol à 1 n de profondeur, le calcul des tassements prévisibles
pour les constructions donne des valeurs comprises entre 25 et 40 en.

L'importance de ces tassements n'étant pas compatible avec le type de cons-


tructions envisagées, il est conseillé de fonder les bâtinents sur radiers travail-
lant à 0,15 bar environ et encastrés dans le sol à 1,20 m de profondeur environ par
rapport à la surface du terrain naturel.

Les essais routiers effeotuéa sur les tufs ponceux de couverture ont donné
des résultats médiocres dus à lathixotropie et àteneur en eau naturelle égale à
la teneur en eau de saturation. Par conséquent, les tufs ponceux ne pourront pas
être utilisés en remblai.
S O M M A I R E

I, Introduction,

1.1 - But et localisation de l'étude


1.2 - Travaux effectués
1.3 - Moyens ni s en oeuvre,

II. Résultats.

11.1 - Rappel du cadre géologique du site étudié


11.2 - Structure géologique du sous-sol dJaprèa les sondages effectués
11.2.1 - Structure géologique du sous-sol au droit du bâtiment
"Adninistration"
11.2.2 — Structure géologique du sous-sol au droit des autres
bâtinents,
II«3 - Résultats des essais pénétronétriques,

II.3*1 - Interprétation comparée des résultats de l'essai pénétro-


nétrique P.7 et du sondage mécanique S.3
II.3.2 - Résultats des autres essais pénétronétriques
II.3.J2.1 - Bâtiment "Administration" (site S.l - P.l)
11.3.2.2 - Bâtiment "Buanderie" (site S.2 - P.2)
11.3.2.3 - Bâtinents "Enfants" faite Pf3 - P.4)
11.3.2.4 - Bâtinents "Adultes" (site P.5 - P.6 - P.7 -
P.8 ~ S.3).

II.4 - Résultats des essais de laboratoire


II.4.1 - Résultats des essais de laboratoire sur les sols de fonda-
tion
II.4.1«1 - Formation supérieure - tufs ponceux argilisés
11.4,1.2 - Formation inférieure - brèche ou lave dacitique
altérée,

II.4»2 - Résultats des essais routiers de laboratoire,

III. Etude des fondations.

IV. Conclusions,
MHuXES JOBTTES AU RAPPORT

Annexe 1 - Plan de situation de la zone étudiée


échelle 1/23.000 EMD/AO/CAR : 2128

Plan d'inplantation des travaux de


Annexe 2 - reconnaissance effectués
échelle 1/500 RME/ÀO/CAR i a 29

Coupes géologiques des 3 sondages


Annexe 3 - nécaniques effectués
échelle 1/100 1173 - 25 à 27

Graphiques pénétronétriques des 8 essais RME/AO/CAR : 2L30 à


Annexe 4 - effectués ZL37

Graphiques des analyses granulonétriques RME/AO/CAR : ZL38 à


Annexe 5 — siir sols de fondation.

Graphiques des essais de conprossibilité RME/AO/CAR : 2141 à


Annexe 6 — à l'oedonètre (sol de fondation)

Tableau récapitulatif des essais de labo-


Annexe 7 - RME/AO/CAR : 2148
ratoire sur les sols de fondation.

Annexe 8.A - Coupe géologique structurale du site étudié


échelles des hauteurs : 1/500
- longueurs : 1/2.000 RME/AO/CAR : 2149
Annexe 8,B - Coupes géologiques et géotechniques
synthétiques au droit des bâtinents
échelle : 1/200

Annexe 9 - Graphiques des analyses granulonétriques


sur sols routiers RME/AO/CAR : 2150

Annexe 10 - Graphiques des essais Proctor nodifiés RME/AO/CAR : 2151 et


et des essais C B R. 215 2.
I. I I T S O í II C I I O II.

1,1 - But_et localisation_de l'étude.-

En vue de l'extension de l'hôpital jsychiâtrique de COLSON, situé sur le


territoire de la connune de PORT DE FRANCE, en bordure de la route nationale n° 3
qui relie Fort-de-France au Morne Rouge (cf. annexe l), le Groupe Urbanisme Opéra-
tionnel et Construction de la Direction Départementale de l'Equipement de la
Martinique, a fait exécuter une reconnaissance géologique - au moyen de sondages
carottés - et géotechnique - au moyen d'essais au penetrómetre statique et d'essais
en laboratoire - des terrains d'assiette des futurs bâtiments. Cette reconnaissance
de sol effectuée pour le compte de l'hôpital psychiatrique de Colson (Maître d'Ou-
vrage) a été commanditée par la D.D.I!, de la Martinique (Maître d'Oeuvre), suivant
le programme technique établi par l'Omnium Technique O.T.H. ( B . E . T . ) .

Lee travaux de sondages et pénétroLu'triques sur le terrain ont été.eonfiés


à l'Entreprise SIF BACHY ; les analyses en laboratoire sur les échantillons de sols
prélevés ont été effectuées par le C.E.B.T.P.

Le B.iî.G.l-,, pour sa part, a été chargé de la coordination et du contrôle


de ces travaux, ainsi que de la synthèse et de l'interprétation des résultats obte-
rus.

L'interprétation et la synthèse de tous les résultats acquis au cours de


cette étude font l'objet du présent rapport.

X X

I«2 - Travaux_effectués.-

Remarques préliminaires.
Un premier plan masse avait fait l'objet d'une implantation des travaux de
reconnaissance à effectuer, par le Bureau d'études techniques O.T.H., en date du
14 septembre 197 2.
A la suite d'une modification de ce plan masse, une nouvelle répartition
des travaux de reconnaissance a été effectuée par l'Architecte responsable du projet,
le 15 janvier 1973.

Enfin, compte-tenu d'une part des instructions du Bureau d'Etudes Techni-


ques O.T.H., en date du 31 octobre 1972, et d'autre part, du fait que certains
points d'investigation avaient été implantés en dehors de la zone d'emprise des fu-i
turs bâtiments, une implantation définitive sur plan a été effectuée par le B.R.G.II.
en accord avec le Groupe U.O.C. de la D.E.E.
Les travaux de reconnaissance ont été implantés sur le terrain, en partie par le
Cabinet de géomètre DECLAVEILLERE, en partie par le B.R.G.II. (pour ne pas arrêter
les travaux), mais ont tous fait l'objet d'un relevé et d'un nivellement par le
géomètre.

Le plan de§l'annexe n° 2 ne tient compte que de 1'implantation des travaux


réellement exécutés,
.••/ ...
- 2 -

La reconnaissance géologique et géotechnique du sous-sol a comporté


l'exécution des travaux suivants :

1) Bâtiment "Administration".

- un sondage mécanique carotté (s.l) de 20,20 m de profondeur, exécuté à la cote


+ 555, du 17 au 19 janvier 1975
- un essai au pénétromètre statique (P.l) de 19,30 m de profondeur, exécuté à
la cote + 55 2,90, le 19 janvier 1973.

Au cours du sondage carotté S.l, un échantillon intact de sol ( A P M . 7 8 ) a été


prélevé :
échantillon n° 1 : 2,00 - 2,50 m - 15 coups de mouton

2) Bâtiment "Buanderie".

- un sond .ge nécanique carotté (s.2), de 16,00 m de profondeur, exécuté à la


cote + 531,2, du 22 au 24 janvier 1973.
- un essai au pénétromètre statique (p.2), de 6,50 m de profondeur, exécuté le
20 janvier 1973, à la cote + 532,2.

Au cours du sondage carotté S.2, 3 échantillons intacts de sol (APM.78) ont


été prélevés :
échantillon n° 2 : 2,00 m à 2,50 m - 38 coups de mouton.
n° 3 : 4,20 m à 4,70 m - 44
n° 4 : 7,00 m à 7,50 m - 53

3) Bâtiments "Enfants".

Un pénétromètre statique a été exécuté au droit de chacun des 2 bâtiments : ,


- P . 3 , de 27,30 m de profondeur, exécuté le 7 février 1973, à la cote + 5 29,8
- P . 4 , de 13,20 m de profondeur, exécuté le 25 janvier 1973, à la cote + 529,8.

4) Bâtiments "Adultes".
- un sondage nécanique carotté (s.3) destiné à étalonner les essais pénétronétri-
ques effectués dans cette zone ; ce sondage S.3 de 19,00 m de profondeur a été
exécuté à la cote + 529,9, du 25 au 27 janvier 1973.

Au cours de l'exécution de ce sondage, 4 échantillons intacts de sol (APM.78)


ont été prélevés :

échantillon 5 : 2,00 m à 2,50 m - 52 coups de mouton


6 : 5,00 m à 5,50 m - 28
7 : 8,00 m à 8,50 m - 38
8 : 15,00 m à 15,50 m - 66
- quatre essais au pénétromètre statique :
. P . 5 , de 24,80 m de profondeur, exécuté le 5 février 7.?7? & la cote '+ 530,9.
, P . 6, de 26,30 m de profondeur, exécuté le 1er février 1973 à la cote + 5 29}O
. P . 7 , de 14,60 ni de profondeur, exécuté le 26 janvier 1973 à la cote + 5 29,7,
à proximité du sondage d'étalonnage S , 3 .
. P . 8 , de 23,70 ni de profondeur, exécuté le 29 janvier 1973 à la cote + 530,4.

• #•/•••
- 3 -

5) Prélèvement de deux échantillons superficiels de sols pour essais routiers en


laboratoire,

- R.l, à 0,50 ri de profondeur, entre les essais pénétrométriques P.3 et P . 4 .


- E , 2 , à 0,50 m de profondeur, à l'Est de l'essai pénétrométrique P . 7 .

Au total, la campagne de reconnaissance géologique et géotechnique a


comporté l'exécution de 3 sondages mécaniques carottés ayant fait l'objet du prélè-
vement de 8 échantillons intacts de sol, l'exécution de 8 essais au pénétromètre
statique, et le prélèvement de deux échantillons superficiels de sols pour essais
routiers de laboratoire.

Les travaux sur le terrain ont commencé le 17 janvier 1973 et se sont


achevés le 7 février 1973,

x
x x

1.3 - Moyens mis en oeuvre.-

Pour effectuer sur le terrain les travaux qui lui ont été confiés, l'En-
treprise BACHY a rd.s à la disposition du chantier t

- une sondeuse CPAELIUS du type XCH-60, à avance hydraulique, avec le personnel


correspondant.
Les sondages ont été exécutés dans les diamètres successifs de 116 et 96 mm (s.l)
ou entièrement en diamètre 116 mm (s.2 et S,3).
- un carottier spécial normalisé (APM.78) pour le prélèvement d'échantillons
intacts de sols par battage
- un pénétromètre statique lourd, du type PAREZ 45, monté sur châssis, et d'une
poussée totale de 11 tonnes.

En. outre, la surveillance géologique du chantier a été assurée par le


B.ïi.G.M. dont un ingénieur géologue a effectué áes visites régulières, sur le ter-
rain, au cours desquelles les coupes lithologiques des sondages ont été relevées.
II. RESULTATS.

II.1 - Rappel du cadre géologique du site étudié,-

D'après la carte géologique au 1/50.000 de la Martinique, le site étudié


serait constitué au-dessus d'un substratum andésitique ancien (coulées c<Jc et brè
ches <X J b ) , de coulées et de brèches dacitiques ( ¿Ct et ¿C t, ) provenant
des pitons du Carbct tout proches.

Plus récemment, au-dessus de ces formations altérées et erodées, se se-


ait mis en place une couverture générale de tufs dapitiques plus ou moins lités
o C p ) qui aurait également subi une très forte altération.

x
X X

11,2-
(cf, annexes 3 et 8 ) .

Compte-tenu d'une part, de 1'éloignèrent du bâtiment "Administration" par


rapport aux autres sites d'investigation, et d'autre part, do la structure géologi-
que particulière qui y a été rencontrée par le sondage S.l, nous avons jugé préfé-
rable pour la bonne compréhension de l'ensemble, de traiter séparément la structure
géologique au droit du bâtiment "Administration" de celle rencontrée généralement
au droit des autres bâtiments.

11.2,1 - Structure géologique du sous-sol au droit du bâtiment "Administra-,


tion".

Le soudage mécanique S.l a mis en évidence la structure géologique suivante,


de haut en bas :

I o ) une. ^ow_erture__d_e_ .tufsj£n£e^_d^c¿tiqu.e^_ ¿r^il^^é^, de 3,00 m d'épaisseur envi-


ron, se présentant sous forme d'argile limoneuse plastique brun-beige, de faible
consistance (coupression ru penetrómetre de poche = 0 , 5 bar environ)

2°) une_ £ouchj3_d_[_argil._e_ jaljasj^icjue^ _brune_, très_ £içhe_ _en £rains_d£ c|uart_z, £_
des_ joe^tijt-s_rognpn_s (jô qq cm) ¿e_lav£ and_é£iti_que_ al¿ér_é£ mais assez résistante.
Cette couche argileuse de 0,80 m d'épaisseur est probablement le résultat du mé-
lange, par glissement et Remaniement, des argiles d'altération des formations
dacitiques (grains de quartz) et des argiles d'altération du substratum andési-
tique (rognons andésitiques résiduels).

3°) un^sjibsjtratum ¿nâ_ési_ti_que_ trè_s_alpt_éré_, cn_ £ar^e_argilisé_, rencontré par le son-


dage S1 à partir de 3,80 m de m de profondeur environ "("cote 551,2 environ), et
dans lequel nous pouvons distinguer de haut en bas :
- une couche d'argile plastique violacée, de consistance faible (CPP = 0,75 à
1,2 bar), de 1,90 m d'épaisseur environ.
- une lave argilisée, plastique à grumeleuse, de teinte rouge violacé puis gri-
sâtre, de consistance moyenne (CPP = l à 1,5 bar), épaisse de 4,50 m, en gran-
de païtie désagrégée au forage à partir de 6,50 m de profondeur.
- une lave argileuse très fissurée et friable, gris-violacé, se débitant en
petits fragments de quelques centiiuètros, facîLes à écraser sous la pression
des doigts. Cette formation rencontrée de 10,¿D m à 19,50 m de profondeur sur

• • •/ » • •
9,30 n d'épaisseur, a été désagrégée au forage entre 11,50 n et 17,50 m de
profondeur. Par ailleurs, vers 11,40 n de profondeur et à partir de 17,30 m
la lave argileuse renferme des rognons encore assez résistants difficiles à
écraser sous les doigts.
- une brèche andésitique argilisée, nulticolore, rencontrée par le sondage à
partir de 19,50 ra detprofondeur et dont la base n'a pas été atteinte à l'arrêt
du sondage à 20,20 nu

II.2.2 - Structure géologique du sous-sol au droit des autres bâtinents.

Les sondages S.2 et S.3 ont été exécutés respectivement au droit du bâti-
ment "Buanderie" et du bâtiment "Adultes". Ils encadrent le bâtiment "Enfants" au
droit duquel l'homogénéité de la structure géologique superficielle rencontrée par
ces sondages nous permet d'interpoler leurs résultats.

Les sondages nécaniques S.2 et S.3 ont mis en évidence la structure géolo-
gique suivante, de haut en bas :

I o ) une couverture de tufs ponceux dacitiques plus ou moins ar&ilis_és_, de 6,80 m


d'épciiaseur au S.2 et de 7,50 m d'épaisseur au S.3.
Cette couverture tuffo-ponceuse brun clair à jaunâtre se présente en alternance
de couches stratifiées ; épaisses de quelques décimètres, tantôt totalement ar-
gilisées, limoneuses et plastiques, de co£Si&«fc8ace nolle (CPP = 0 , 5 à 0,7 bar
environ), tantôt indurées et relativement résistantes (CPP 7 4,5 bars).
Les principaux niveaux indurée plus résistants sont les suivants : entre 0,90 n
et 2,50 n - 3,00 n et 3,70 n - 4,00 n et 4,20 m, au droit du sondage S.2, et
entre 1,50 n et 2,00 n - 3,20 n et 4,60 n, au droit du sondage S.3»

^ q ^ £ p _ _ £ _ _ _ alt_érjáe_ ¿e_nature_ jiifj?¿re_nte_au_ drç_it_ d_es_


deux sondages :
. au droit du sondage S.2, la formation sous-jacente aux tufs ponceux superfi-
ciels est représentée par une brèche dacitique (flanc de la coulée dacitique),
dans laquelle nous avons pu distinguer cíe haut en bas :
- une argile d'altération compacte à raide, brun-violacé, riche en grains do
quartz résiduels, épaisse de 0,20 m seulement
- une brèche dacitique altérée, grise à violacée, dont les éléments sont ro-
cheux^, peu altérés et résistants, de quelques centimètres à un ou deux
deciriètres de diamètre, mais dont la matrice est argileuse, brun-rouge,
d'abord plastique puis gpirieleuse et granuleuse.
Le substratum andésitique n'a pas été atteint par le sondage à 16,00 m do
profondeur.

, au droit du sondage S.3, la formation sous-jacente aux tufs ponceux superfi-


ciels ^ost représentée par une lave "-citique massive (coulée dacitique), très
altérée mais non argileuse.
- de 7,50 m à 12,20 m de profondeur environ, la lave dacitique est gris-brun
puis gris-clair, tendre et friable, et s'écrase facilement sous les doigts
9D VXi sabla cramuettx:. Elle renferme toutefois des niveaux plus résistants
et moins friables, vers 9,80 m - 10,50 m et 12,00 n de profondeur
- A partir de 12,20 m de profondeur, la lave daoitiquo altérée devient plus
résistante dans l'ensemble ot donne au forage des tronçons de carottes do
10 à 20 centimètres de longueur.

Comme au droit du sondage S.2, le substratum andésitique n'a pas été atteint
par le sondage S.3 à 19,00 m de profondeur.
- 6 -

x
X X

II.3 - ï^sulj;a^s_â^s_essais pénétrométrigues (cf. annexe 4)

Au total 8 essais au pénétronètre statique lourd ont été effectués,


Le pénétronètre P.7, exécuté à proximité du sondage carotté S,3 était destiné à
étalonner l'ensenble des essais pénétronétriques par rapport à la succession litho
logique des terrains.

II.3.1 - Interprétation comparée des résultats de l'essai pénétronétrique


P.7 et du sondage mécanique S.3.

Dans le tableau suivant, nous avons regroupé les résultats enregistrés au


cours de l'essai pénétronétrique P.7 (notannent les résistances de pointe ) en fonc7
tion de la nature lithologique des formations rencontrées par le sondage voisin S.3.

!
nature : Profondeur de l'horizon
: géologique : Nature lithologique
Résistance de pointe
: de la : d'après'le
p sonda-» d'après le pénétro Rp (bars)
; fo m a t ion : ge S.3 (n) mètre P.7 (n)

0,00 0,80 tuf ponceux argilisé Rp 5


, tuf pon- ; o,OO - 1,50 0,80 1,80 plastique Rp 10
I ceux plus t¡¡.
: o u aoijas : 1,50 - 2,00 1,80 2,10 tuf ponceux 10 < Rp < 60
. altéré en : plus ou moins induré.
: alternance:
s de couches: o n _ tuf ponceux argilisé
- 3,20 3,20 Rp < 5
• argilisees* plastique
ou tuf ponceux
' grésifiéesj 3,20 ~ 4,60 3,20 - 4,50 10 < Rp
plus ou moins induré v

tuf ponceux argilisé


4,60 -;,5o plastique Rp < 5
à tuf ponceux
5, J0 - 9,40 10 <Rp < 30
plus ou moins induré.
7,50
tuf ponceux argilisé
5,40 - 8,80
: : plastique

lave ' 7,50 lave dacitique très


j 12,20 8,80 - 11,50 10 < Rp < 20
altérée, friable
jdacitique '.
j de - en - • lave dr.citique altérée 10 < Rp < 220
* . . . 12,20 - 19,00 11,50 - 14,60
rocheuse, résistante (moyenne 110 )
J altérée : ' '
i ! I_ ¡
vi/
arrêt du sondage butée mécanique

L'examen de ce tableau montre une assez bonne corrélation entre les résul-
tats apportés par le sondage carotté et l'essai au pénétronètre statique, conpte-temi
de la distance (environ 8 n ) séparant P . 7 et S . 3 , l'irrégularité et le pendage des
couches.

Dans les tufs ponceux argilisés et plastiques, la résistance de pointe


reste très faible et inférieure à 5 bars ; dans les horizons et plus ou
noins i&du4cós. t la résistance de pointe est plus forte et reste comprise entre 10
et 30 à 60 bars.
• »•/ • • •
- 7 -

Dans la lave dacitique sous-jacente, la résistance de pointe reste assez


faible et comprise entre 10 et 20 bars au niveau de l'horizon supérieur très altéré,
tendre et friable, mais augmente très rapidement jusqu'à plus de 200 bars au niveau
de l'horizon inférieur, rocheux, et de plus en plus résistant avec la profondeur.

Le frottement latéral, quant à lui, est d'abord très faible jusqu'à 2 m


environ, puis reste à peu près constant entre 2 m et 9 m de profondeur environ
(3 à 4 tonnes / ml pour des pieux JÔ 100 m m ) , augmente légèrement dans la lave daci-
tique friable entre 9 ni et 11,50 m environ (5 à 5,5 tonnes / ml pour des pieux JÔ
100 mm), puis croît très rapidement dans la lave dacitique rocheuse entre 11,50 m
et 14,60 m (5,5 à 16 tonnes / ml pour des pieux j6 100 m m ) .

II.3.2 - Résultats des autres essais pénétrométriques (cf. annexe 4 ) ,

A la lumière de ces résultats, il nous est possible d'interpréter l'ensem-


ble des graphiques des 7 autres essais pénétrométriques effectués, en tenant compte
pour chacun d'eux de la nature lithologique des terrains rencontrés dans les sonda-
ges mécaniques les plus proches.

Pour faciliter la lecture de ces résultats, nous les avons regroupés dans
les tableaux récapitulatifs suivants, compte-tenu de la distance qui sépare les
différents sites d'investigation.

II.3.2.1 -

• i

profondeur de l'horizon resistance de pointe nature lithologique probable d'après ]


au droit de P.l ' Rp (bars) ! s. i ;




I 0,00 - 3,00 : Rp ^ 5 : tuf ponceux argilisé :

argile plastique brune puis lave andési- :


J 3,00 - 7,00 ; RP ^ io tique argilisée :

| 7,00 - 12,70 i Up ^ 5 puis Rp ^ 1 0 ( lave andésitique argilisée ]

lave andésitique argileuse, friable, :


î 12,70 - 19,30 20 <Tlîp < 100
. à rognons plus ou moins résistants, :

L'examen de ce tableau montre donc que jusqu'à 12,70 m de profondeur environ,


la résistance de pointe reste très faiblo et généralement inférieure à 5 bars, avec
un niveau un peu plus résistant entre 3 et 7 m de profondeur.

. • • / . . r -
II.3.2.2 - Bâtinont "Buanderie"(site S.2 - P.2).

* Profondeur de l'horizon Résistance de pointe i


: Nature lithologique probable d'après
* au droit de P.2 .' Rp (bars) [ S. 2 i

: 0,00 - 2,80 Rp < 5 ! tuf ponceux argilisé plastique #


«

; 2,80 - 3,20 10 ou 20
tuf ponceux plus ou noins s
induré *

: 3,20 4,60 : Rp > 5 tuf ponceux argilisé plastique

î 4,60 - 6,50
Rp croît de 10 à brèche dacitique, altérée à fragnents [t
, plus de 200 , plus ou noins résistants.

On voit donc que dans les tufs argilisés superficiels, jusqu'à 4,60 n de profondeur
environ, la résistance de pointe reste très faible et généralenent inférieure ou
égale à 5 bars, avec un petit niveau plus résistant vers 2,80 - 3,20 n»

11.3.2,3 - Batinents "Enfants" (site P.3 - P.4)

Profondeur de l'horizon Résistance de pointa Nature lithologique probable


au droit de PJ.au droit de P.4 Rp (bars) d'après S.3

0,00 - 4,00 0,00 2,40 Rp <C 5 tuf ponceux argilisé plastique

2,40 3,00 5 < Rp < 15 tuf ponceux induré

4,00 - 7,40 10 ^ Rp < 25 tuf ponceux induré

3,00 5,60 tuf ponceux argilisé plastique

5,60 7,80 Rp ff 10 tuf ponceux induré

7,80 - 9, CO Rp # 5 tuf ponceux argilisé plastique

7,40 8*60 Rp tuf ponceux argilisé plastique


Rarascsïs

8,60 9,80 - 12,50 10 < Rp < 25 lave dacitique très altérée fjriablc
11,80
11,80 Rp = 30 à 60 lave daoitique oltérée rocheuse,
27,30
résistante

12,50 - 13,20 Rp = 25 à 240 lave dacitique altérée rocheuse


résistance

Encore une fois, la résistance do pointe reste très faible, généralement


inférieure ou peu différente de 5 bars, dans les tufs argilisés plastiques d<£ cou-
verture, avec quelques niveaux un peu plus résistants, indurés, à peine grési.fiés,
dans lesquels la résistance de pointe varie de 10 à 25 bars.
- 9 -

II.3.2.4 - Bâtiments "Adultes" (site P.5 - P.6 - P.7 - P.8 - S.3)

L'analyse de l'essai pénétronétrique P,7 a été effectuée dans le paragraphe


II.3.1

S de Résistance de •
Profondeur l'horizon
Nature lithologique proba- •*
¡au droit du P.5- au droit du P.6 au droit du P.8 ble d'aprèss S. 3
Ep (bars)

: 0,00 - 3,00 5 •< Rp < 15 ' tuf.poneeux induré :

: 3,00 - 7,00 . 15 < Rp < 25 erres intercalations :

; 7,00 - 10,00 25 < Rp < 40 argilisées

: 0,00 - 4 ,00 Rp < 5 S tuf ponceux argilisé :

! 4,00 - 4,60 5 < Rp < 20 - tuf ponceux induré ;

: 4,60 - 5 ,00 ' Rp # 5 : tuf ponceux argilisé î

! 5,00 - 6,60 ! Rp = 10 à 20 tuf ponceux induré :

: 6,60 - 7,40 RP > 100 î tuf ponceux grésifié :

: 7,40 - 9 ,20 Rp = 20 à 40 tuf ponceux induré ;

9,20 - 12 ,00 Rp tuf ponceux argilisé :

0,00 - 5,40 Rp < 5 : tuf ponceux argilisé }

5,40 - 11, 20 Rp it 10 : tuf ponceux + induré :

: 10,00 - 22, 60 20 < Rp < 100 î lave dacitique très altérée :


12,00 - 26 >30. 10 < Rp < 90; friable

11,20 - ZL,00 10 < Rp < 80:

: 22,60 - 24, 80 100 < Rp < 170 : lave dacitique altérée :

: rocheuse, résistante.
21,00 - 23,70 : 80 < Rp < 250:
t S : 1

Ces résultats confiment ceux obtenus à partir des autres essais pénétronétriques à
savoir : Rp ^ 5 bars dans les tufs ponceux argilisés et Rp — 10 à 40 dans les
tufs ponceux indurés,

II est à renarquer que l'essai pénétronétrique P.5 semble avoir rencontré


au contraire des autres, une fornation ponceuse, plus ou noins indurée, avec quelques
niñees intercalations argilisées.

x
x x
- 10 -

II.4 - 5êË^Î5ÎË_£!:2§ essais de laboratoire.-

Deux types d'essais de laboratoire ont été effectués sur les échantillons
de sols prélevés :

- des essais sur dos sols de fondation (échantillons intacts - APM.78)


- des essais sur des sols routiers (prélèvenents superficiels),

11,4.1 - Résultats des essais de laboratoire sur les sols de fondation.

Les 8 échantillons intacts prélevés au cours des sondages ont été analysés
par le C.E.B.T.P, II s'agit des prélèvenents suivants :

:
Profondeur nunérc) du sondage
Nature lithologique ,!
! (n) . S. 1 S. 2 ¡ S. 3 <

: 2,00 - 2,50 ; X X X

: 4,20 - 4,70 X tuf argilisé plastique

t 5,00 - 5,50 X
ï 7,00 - 7,50 < ï X
brèche et lave dacitique
: £,00 - 8,50 X
altérée,
* 15,00 - 15,50 : : -À.

: : : : :

Les échantillons ont été sounis aux essais de laboratoire sui-


vants :

- Identification - Classification, comprenant :

, teneur en eau naturelle


. poids spécifique apparent hunide
. poids spécifique apparent sec
, poids spécifique des grains
. teneur en eau de saturation
. granulonétrie
. li: lites d'Atterberg

- Essai de cisaillenent rectiligne rapide à la boite (non consolidé,


non drainé")
- Essai de conpressibilité à l'oedoriètre.

On trouvera en annexe u° 5 les graphiques des analyses granulonétriq.ues,


et en annexe n° 6 les graphiques des essais de conpressibilité à l'oedonètre.

Tous les résultats des essais ont été consignés dans le tableau de 1.'an-
nexe n° 7.

Confoménent aux descriptions lithologiques des terrains établies dans les


coupes des sondages (cf. annexe 3 ) , les échantillons étudiés doivent être classés
en deux groupes :
• ••/ • •, «
- 11 -

1) la fornation supérieure correspondant à la couverture do tufs ponceux argilisés


(5échantillons)
2) la fornation inférieure correspondant à la roche dacitiguc altérée (lave ou
brèche suivant les points).

11.4.1,1 - Po m a t ion supérieure - tufs ponceux £ £ f

• Identification - classification.

La teneur en eau naturelle est très élevée (ïï = 122 à 15 2 %) et correspond h


la teneur en eau de saturation (';7O = 122 à 150 ap).
Le poids spécifique apparent hunide % est conpris entre 1,30 et 1,38 5 le poids* •
Bpéoifique apparent sec "îfoi est d'environ 0,60.
Le poids spécifique des grains Z# est conpris entre 2,34 et 2,40.
En granulonétrie, le pourcentage de natériau dont le dianètre des grains est in-
férieur à 0,08 nn est conpris entre 50 et 8 2 % ,
D'après le laboratoire, "Ces sols sont vraiscnblablenent constitués esscntiello-
nent d'allophane : gel silico - alunineux".
Par ailleurs, "conpte-tenu des propriétés thixotropiques de ce natériau, les
licites de plasticité doivent être interprétées avec prudence". On constate en
effet une grande dispersion dans les résultats des unites de liquidité (W'_. con-
pris entre 49 et 13l) et dans les indices de plasticité (i P conpris entre 7 et
38).
En outre, et toujours selon le laboratoire, "la dispersion des particules fines
s'est avérée très difficile par les méthodes usuelles : les pourcentages d'alé-
ñente fins mesurés doivent être considérés corme des valeurs nini,noies".
Conpte-tenu de ces résultats, les sols analysés doivent être classés, selon la
classification LPC, parni les linons très plastiques ( L t) ou les linons plasti-
ques ( L p ) .

, riécanique des sols.

La résistance au cisp.illenont (ou cohésion) sur les échantillons non consolidés


et non drainés (Cuu) varie de 0,200 à 0,880 bar (noyenne représentative : O,24O),
tandis que l'angle do frottenent interne ( ^ uu) varie de 17° à 35° (noyenne
représentative : 25°),
Les résultats des essais de conpressibilité à l'oedonètre montrent que pour un
indice des vides initial très élevé et conpris entre 3,55 et 4,6 (e 0 noyen = 4#l)
correspond un indice de compression conpris entre 1,10 et 2,60 (c c moyen = 1,77;.
Toutefois, l'indice relatif à la zone des faibles pressions (inférieures à 0,3 bar)
est beaucoup plus faible : de l'ordre de 0,1.

II,4»1»2 - Pornation inférieure - Brèche ou lave dacitique altérée.

, Identification - classification.

La teneur en eau naturelle \7 est comprise entre 40.30 % et 49,60 fo et correspond


encore pratiquement à la teneur en eau do saturation (w s = 40,8 % a 58,2 % ) .

Le poids spécifique apparent hunide ( ^ ) est conpris entre 1,53 et 1,74


(moyenne : 1,65). Le poids spécifique apparent sec ( X d ) est conpris entre 1,03
et 1,24 (moyenne : 1,13).. Le poids spécifique des grains ( ^ s) est conpris entre
2,5 2 et 2,58 (noyenne : 2,56).

* • •/ • • •
- 12 -

Le pourcentage dos particules de dianètrc inférieur à 0,08 nn est conpris entre


58 % et 81,4 %',•
La limite de liquidité W L varie de 43 à 51,(noyenne : 48) et l'indice de plas-
ticité ip est de 14 à 21 (moyenne : 17).
Conpte-tenu de ces résultats, les sols correspondants quoique de nature très dif-
férente des précédents, doivent encore être classés paroi les linons plastiques
(L P) O U les lirions très plastiques (L t), selon la classification L P C.

• Mécanique des sols.

Les essais n'ont pu être réalisés que sur 2 échantillons sur les 3 prélevés,
du fait do l'inpossibilité de tailler une éprouvette dans le troisiène échantil-
lon.
La cohésion (cuu) du natériau varie de 0,480 à 0,520 bar(noyenne de 0,500),
pour un angle de frottenent interne ( \f$ uu) de 26° à 29°,
A l'oedonètre, l'indice de compression Ce est çonpris entre 0,40 et 0,48 pour
un indice dos vides initial e 0 voisin de 1,45.

II.4«2 - Résultats des essais routiers de laboratoire.

Deux échantillons de sols ont été prélevés à 0,50 n de profondeur aux enpla-
cenenta indiqués sur le plan de l'annexe n° 2 au présent rapport.

Ces échantillons appartiennent par conséquent au groupe de terrains dfis . '•


tufs poneeux axgilisés.

Ces deux échantillons ont été sounis aux essais de laboratoire suivants :

. Analyse granulonétrique
. Essai Proctor nodifié
. Essai C.B«R. à 6 points (3 à sec, 3 après inhibition).

- Résultats des essais.

On trouvera en annexe n° 9 > les diagrannes granulonétriques correspondant


aux 2 échantillons, et en annexe n° 10 les diagrannes des essais Proctor modifiés
et C.B.E*

• les doux courbes granulonétriques révèlent des natériaux linono-sableux : 83 à


86 Í° de particules de diamètre inférieur à 1 on - 50 à 63 % de particules do dia-
nètre inférieur à 0,4 nn - 12,5 à 31 % de grains de diamètre inférieur à 0,1 nn.»
, Essais Proctor nodifiés. La teneur en eau naturelle est de l'ordre de 120 %
(= teneur en eau de saturation) ; la teneur en eau optinale Proctor est 33 i°
pour l'échantillon n° 1 et 19 % pour l'échantillon n° 2, Les densités sèches
optimales obtenues sont respeetivenent : 1,08 et 1,19.
. Essais C.B.'î.
Les moulages réalisés à partir des teneurs en eau optimales ont donné les indices
C.3.IÎ. suivants :
- 13 -


Indice C.B.2. Indice G.B.R. \
: n° de 1'échantillon
, (à sec) . (après 4 jours d1 inhibition) 'j

: 1 6 ï 4 i


. 2 : 8 4 ':

Renarques

Les résultats obtenus sriit insuffisants pour des sols de plate-fome.


Il est certain, on outre, que la densité optimale Proctor ne pourra être obtenue
sur le chantier, car il sera iripossible de ranener la teneur en eau naturelle à la
teneur en eau requise.

En outre, conpte-tenu des propriétés thixotropiques de ces sols, la.


nise en oeuvre serait srxis doute délicate,

II convient donc de ne pas utiliser ces natériaux en renblai.


III. ETUDE DES FONDATIONS.

A partir des résultats des essais oedoriétriques, on calcule les tassements


en appliquant la f o m u l e suivante:

S II Ce ' .-,-AV. Po + ÛP
C
1 + eo Po

où S = la vaJ.eur de la conpression de la couche considérée.

Ce = l'indice de conpression
Qo = l'indice des vides du terrain sous la pression initiale
Po = la pression initiale (poids des terres sus-jacentes)

£>p = l'augmentation de pression.

Pour évaluer l'ordre de grandeur des tassements provoqués par la construc-


tion d'un bâtiment sur serielles filantes nous nous sonnes fixés les hypothèses sui-
vantes :

- semelles d'l n de largeur travaillant à 1 bar


- encastreilent do 1 ri à partir de la surface du terrain naturel.

En choisissant à partir des courbes pénétronétriques et des coupes des


sondages les échantillons les plus représentatifs des terrains rencontrés au droit
des 3 bâtiments ayant fait l'objet de prélèvements de sols, on obtient les résultats
suivants :

Bâtiment •* Administration •" Buanderie ' Adultes


J : : : '•
: : : : :
: tassements : 26,5 cm ': 34,5 cm : -11 en ':
J : ; ; - ;

En comparant les diagrammes pénétronétriques des essais effectués au droit


des bâtiments n'ayant pas fait l'objet de sondages de reconnaissance, avec ceux ef-
fectués à proximité de sondages carottés (P.l - P.2 et P.7 notamment), on constate
comme on l'a vu plus haut, une grande homogénéité dans la couverture de 1ufs ponceux.
On peut donc étendre ces résultats aux autres bâtiments.

L'importance des tassements à prévoir 25 à 40 en environ, avec les hypothè-


ses de calcul énoncées prcce'dennent, est due aux mauvaises qualités géotechniques
des terrains de couverture correspondant à

- la saturation de ces tufs (\7 = 122 à 15 2/?)


- un indice des vides très élevé (4 environ)
- un indice de compression très élevé (l,30 à 1,95).

Compte-tenu de ces résultats et si l'on veut se soustraire des désordres


graves qu'entraîneraient de tels tassements pour les constructions, il faut aban-i
donner la solution fondation sur semelles filantes et adopter la solution radier •
IV. C O N C L U S I O N

La rGconnri.isao.ncG géologique et géotechnique des terrains de fondation


des nouveaux bâtinents rie l'hôpital psychiatrique de Colson p e m e t de tirer les
conclusions suivrait es :

I o ) sur le plan géologique, les trois sondages carottés ont ni s en évidence 1P.
structure géologique suivante, de haut on bas :

- une. _coiiV£rt>ur_o_unifo<me_ d_e_tufs jDpnj2£U3ç ¿a^ijaquesj_ généralenent argilisés,


nais renfermant des intercalations plus ou no ins indurées, dont l'épaisseur
varie de 3,00 n (sondage S.l) à 7,50 n (S.3).
- _une_ f_omati_ori ^-¿iti_que_rc_ciieius_£,_t^è_s_ ^j^ér_ée_, relativenent résistante, re-
présentée au droit du sondage S.2 par une brèche dacitique de coulée« et au
droit du sondage S.3 par une coulée dacitique proprenent dite.
- m_s_ubstrntun and^ési^ti^u^ ¿nç_i^n.j_ très altéré et on partie argilisé, rencontré
directenent sous les tufs ponceux de couverture au droit du sondage S,l, nais
non atteint à 16 — 19 n de profondeur au droit des sondages S.2 et S.3»

2°) sur le plan géotechnique, les analyses de laboratoire réalisées sur huit échan-
tillons intacts prélevés au cours des sondages ont nontré que :

- les tufs ponceux sont des sols saturés (v/ nat conpris entre 120 et 150 fo)
doués de propriétés thixotropiques qui leur confèrent une grande fragilité»
Les essais oedonétriques ont prouvé la grande conpressibilité de ces sols
due à un indice des vides initial élevé, de l'ordre de 4yet à un indice de
compression égal orient fort, de l'ordre de 1,8.
- la formation dacitique très altérée est à rattacher au groupe des linons
plastiques à très plastiques. Les caractéristiques géotechniques des naté-
riaux constituant cette formation sont meilleures que celles des tufs pon-
ceux, nais on note néannoins un indice des vides initial de l'ordre de 1,45
et un indice de conpression de 0,45.

Ces essais de laboratoire ont permis de calculer les tassenents qu r entraî-


nerait la construction des bâtinents à un niveau, sur serielles filantes de 1 n de
largeur, travaillant à 1 bar, et encastrées de 1 n dans le terrain naturel. Les
calculs indiquent des tassements conpris entre 25 et 40 en, ce qui exclut l'adop-
tion d'un tel procédé de fondation.

On est donc amené à préconiser un radier travaillant à 0,15 ba± environ


pour chaque bâtinent. Pour éviter tout risque de tassenent, il suffit de décaper
le terrain au droit de chaque bâtinent de 1,2 n, la pression des terres excavées
correspondant à 0,15 bar.

Les essais routiers effectués sur deux échantillons de tufs ponceux ont
confirné la mauvaise qualité de ees tufs. En effet, la teneur optimale Proctor est
de 20 à 30 %r alors que la teneur en eau naturelle du matériau étudié est de l'or-
dre de 120 %, II ne sera pas possible de frire "sécher" le matériau avant de l'uti-
liser comme remblai, donc ce matériau ponceux est inutilisable en remblai.

Les essais C.B.Pi, ont donné un indice à sec de 6 à 8ytandis qu'après in-
hibition cet indice n'était plus que de 4. Ceci montre que s'il avait été possible
de compacter ^ e natériau à la teneur optimale Proctor, on aurait obtenu ta indice
CBIÏ médiocre.
B. R G. M.
ETUDE GEOLOGIQUE ET 6E0TECHNIQUE DES TERRAINS DE FONDATION DES NOUVEAUX
BÂTIMENTS DE L'HÔPITAL PSYCHIATRIQUE DE COLSON A FORT _ DE -FRANCE

(Martinique)

PLAN DE SITUATION DE LA ZONE ETUDIEE


ECHELLE 1/ 20000

D U

1109

H«?1 Psychiôtriqu
de Colson

ZONE ETUDIEE

ANNEXE I vers Fort-de- France RME/AQ/CAR 2128


DÉP' : 97 2 C O M M U N E : POHT DE 7RASCÊ
• Hôpital Psychiatrique de Colson S.l *,x Y -
3/100 établie par B . L 8 . ^ Interprétée par : B * H . CL M« 555.00
DESCRIPTION GEOLOGIQUE
*****
argile limoneuse, plastique & grumeleusef
eu consistante (CFF « 0 , 5 bar; brun-beige,
chargée en grains de quart« vers la base«
• tuf» ponoeux argiliaéa.

argile brune pi etique, tres^


langée à,des petits rognons • ça) cela-»
•v ve andes i tique altérée mais
\griaitres ou vi oléeos.
résistante/ -
argile plastique à grumeleuse, yiolacée, de
f^
consistance faible (CPP » 0,75 à 1,2 bar) -
lave andée itique totalement argilieée.
andésltique argilioée, oxydée, plasti«
lue à grumeleuse, de consistance moyenne
"""P.* 1 à 1,5 bar) rouge violacé à plages

idem, de teinte grise, très friable, grume-•


leuse, en grande partier*déeagrégée au forage.

lave argileuse très fissurée, gris-violaoé


friable, se débitant en petits fragments de
q. ca s'écrasant sou» la pression des doigtn
? OTT « 1 , 2 à 1,7 bar). Présence vero 11,40 m
"^y-Vli de qq. rognons de lave très altérée mais en-
' » /-r, \ core assez résistants.

formation analoge, désagrégée au forage«

lave argileuse très fissurée, gris-violacé,


friable, se débitant en petits fragments
difficiles à écraser sous la pression des
doigts«
Brèohe andésitique argilis ée i^û.tlcolor« a'é-
crasant sous,la pression des'doigts en une
farine rrumeleuse.
Ntvaaw
OBSfRVATIONS
•nm'lMur«

Bxécut du I7 au 19 Janvier 1973.


TIMtU* IM MILLIOKAMMia PA« kIT.C
R«ldu MC
so«
Indi« da
DÉPT' :972 COMMUNE : FORT DE FRANCE citucmant [11731/1 26
D4»ijnati«fi : Honital Psychiatrique de Colson S.2 v.
Coup« au : 1/100 éMbi..Mr: B.R.G.M. Interprété« par ; B.R.G.M. Ziel 531.20
N.pp.1 Strati-
flötend. D.mi-coup* tachniqu« Coup« OeSCRIPTION CeOLOCIQUE
tt plan d i m •raphia

tuf ponceux, altéré, plus ou moins orgi-


100 V .
leux suivant les niveaux, brun-jaune, stra-
1.00
tifié, se présentant en alternance de cou-
100 Val ches très argileuses et limoneuses, assez |
2.00 plastiques mais peu consistantes (CPP =
100 V . !
2.50
0,5 bar environ), et de couches de tuf co-I
hérent, plus ou moins grésifié, et assez
100 V . ;
résistant. (CPP > 4,5 bars).
3.50
Niveaux résistants entre 0,90 m et 2,50 m,
100 V .
4.2 0 4.2 0 3,00 m à 3,70 m - 4,00 m à 4,20 nu
100
4.7 - t-
tuf ponceux argiiisé, limoneux, plastique.
assez peu consistant (CPP = 0,5 à 0,7 bar),
100 V . brun-jaune. ;
rgile.compacte à.raide, brun-violacé, \¡ A,/
res riche en grains de quartz limpide.^^
brèche dacitique altérée/, jrise à brun-
violet, renfermant des éléments (jZ) qq cm à
100 V . For . 0 116
1 dm) encore peu altérés et relativement
1.70 résistants, mais une matrice dacitique très
argilisée, brun-rouge.
j 100V.

10.50 1
10.101 L 1100'"
¡100 V .
brèche dacitique analogue à la précédente
11.70 \
mais renfermant des éléments rocheux très
peu altérés et très résistants, violacés
! 100 V .
ou gris de qq cm à 1 dm de diamètre,
i I matrice dacitique argileuseplus ou moins
13.4 0 i i abondante, donnant une farine grumeleuse
! «o«/. i sous la pression des doigts.
14.50!

15.00
brèche dacitique rocheuse altérée, dont
50 V . jj ¡15.50^ seule la matrice est argileuse, donnant des
., tronçons et blocs de dacite rocheuse,
1(00
~j peu altérée (0 qq cm à 1 ou 2 dm) mélan-
¡gée à une argile granuleuse. _____

Exécuté du 22 au 24 janvier 1973

Niv«aa Cota Dibit NivaMl


Dtf Horizon capté OBSERVATIONS
piéiomtrtqw« •a m ' kwri

TIMlUt IN MILLI9HAMHIS M * LIT««


To .H* »éndu «ce N«+K a so*
Indie« d *
DÉP* : 972 C O M M U N E : FORT DE FRANCE cWMnwtt 27
D4*i(n»tion : Hôpital Psychiatrrçuede Colson - S . 3 Y i

C o w au: i / l O O établi« par: â . R . G . M . Interprétée par : B.R.G.M. Ztol 529.9Q


Napp« Stnti-
Prtlood. Demi coup* t*chniqu* DESCRIPTION GÉOIOCIOUC
•t plan d tau »raphia

" "'I'
100 V .
tuf ponceux, altéré, plus ou moins argi-
leux, brun clair à jaunâtre, stratifié,se
1 .20 ! 1
présentant sous forme d'alternance de cou-
100 V . '
ches épaisses de quelques décimètres tota-{
2.001- 4
100 V . lement argilisées, limoneuses, tendre
2 .SO
(CPP : 0,5 à 0,7 bar; ou cohérentes - gré-*
100V. sifiées, et relativement résistantes |
3.5 0 - (CPP> 4,5 bars). j
¡niveaux cohérents et relativement résis- j oCP
«O V . tants entre 1,50 m - 2,00 m - 3,20 m à |
4,00 m.
5.00- V
5.50
100 V
"J
100 V .
!T T
7.50
• 00 ?.oo lave dacitique très altérée, non argileu-
K»V.
I .50 se, assez tendre et friable, gris-brun
For . p 11. puis gris-clair, s'écrasant sous les doigi
WO V . A en un sable granuleux mais renfermant des
A niveaux plus résistants, cohérents, non
1000 (2)10.00« écrasables sous les doigts, vers 9,80 m,
A A
100 V . 10,50 m et 12 m. (Ouartz et biotite bien
* exprimés).
11001
A A

A
100V.
• A
12.20^
12.50-

¡100 V . ' A A lave dacitique altérée, analogue à la pré-4


cédente, gris-clair, rocheuse, moins fria-
100 V .
A A
ble, plus résistante, en petits tronçons Sec
de carottes de 10 à 20 cm de longueur,
1500r — , 1500
, 100 V .
mais renfermant encore des passées légère-t
15.50} A A ment friables.
! loo v .
16.20 U
(Drésence de biotite dans la dacite).-
A A
A
90 V .
17.50.
A A
11.00 A

100 V . A
A
19.00

Exécuté du 25 au 27 janvier 1973.-


Dat« Horizon capte
Niveau Cou Débit RatacteiMRt OBSERVATIONS
ptéiomatriqu* ptéfom*trlqit* •n m> Heur«

RcMittvité TINiU» IN MH.LIOMAMMS« PA* LITM


ii H «
• SO- Résidu tec
a $0*
Chantier: HÔPITAL COLSON
PÉNÉTROMÈTRE 45 s.iócnv P. 14cm
P1 (19.1.73) Pression sous la pointe
¡20 •ib 240 3 CC 36Ü • 42C 54C 600 en bars(1 bar 1.02kg/cm?)
'.0 1.5 2.5 3.C, 41 bü 6fi Í.O 8,0 10 '0 Effort en tonnes

Remarque
courbes réduites a partir
iques de l'unlrepnse P, B4CHY

Echelle du frottement latéral en tonnes pour pieu o 100mm


ANN F XE t, <?v<f 'à 0 / CAk 2130
i ' Chantier HÔPITAL
PÉNÉTROMÈTRE 45 P- 14cm
P2 ( 20 . 1 . 73 ) Pression sous la pointe
i, ö 60 120 180 240 300 361! 4?0 48U 540 60b en bars(1bar1.O2kg/cm2)
I •
05 11! IS 2.0 25 3.f DC so 60 /.0 Rf 9.G '" Effort en tonnes

Bifurque
courbes réduites à partir its
grjiliii)ue!> de ¡'

Echelle du frottement lateral en tonnes pour pieu o 100m»


ANNEXE 4 RME/AQ/CAR 2W
Chantier: HÔPITAL COLSON
PÉNÉTROMÈTRE 45 s: 16cm? P: 14cm
P3 (7-2-73) Pression sous la pointe
G 60 120 ! 80 240 300 360 480 540 60U en bars(1 bar 1.02kg/cm?)
420
0.5 1.0 1.5 2.D 2b 10 5.0 6.0 Effort en tonnes
10

Total

Pointe

Latéral —

Arrachage + +

cmrbes reinitas i pulir fos


graphiques de l'entreprise P. B A C H Y

-4 -^h: }- r:r -r--

Echelle du frottement latéral en tonnes pour pieu o


ANNEXE A »Mt/4 -- 21X2
Chantier HÔPITAL COLSQN
P É N É T R O M È T R E 45 s.iócm p: 14cm
{ 25 _ 1 _ 73) Pression sous la pointe
i'A en bars(lbar1.02Kg/cm<)

Btmarquc
courtes réduites à iwrti
eri|iliigiii:s se i'i-i'-«<\' . .' h-

l 11:-'!.", e1- ¡mur ni^ii o lOOmit


Chantier: HÔPITAL COLSON
PÉNÉTROMÈTRE 45 sriócm? P . 14cm
P5 Pression sous la pointe
600 en bars(1bar1.02kg/cmO
I m
0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 10 Etfort en tonnes

Total —

Pointe —

Latéral --

Arrachage + -

liiwqu«
cwrties réduites a partir des
graphiques de l'enlrepnv P B

C M H K S réduites a pulir îles


graphiques de ¡'entreprise P, B A L H Y

Echelle du frottement latéral en tonnes pour pieu e 100»a


ANNEXEU . RMB/AO/CAR 213*
Chantier: HÔPITAL COLSON
PÉNÉTROMÈTRE 45 S:i6cm> p: Ucm
P6 (1.2.73) Pression sous la pointe
0 60 120 i8C 60C en bars(1 bar 1.62kg/ciîv)

0.5 I.D l.b ?0 25 3.(1 '0 Effort en tonnes

^ . ._

Lateral —

Arrachage +

• . ^ I i 1 ^ _ ^

CMiiies réduites «partir its


graphiques it. ¡'sntreprisf P. 8 4 C H Y

courbes refales i partir tes


s lie i'efUrf.pn se P BACri Y

Echelle du frottement latéral en tonnes pour pieu o 100m»


2135
Chantier: HÔPITAL COLSON
PÉNÉTROMÈTRE 45 s: 16cm? p: 14cm
Pression sous la pointe
60 520 180 B00 en bars(1bar1.02kg/crt£)

0.5 l.O I5 .'.0 25 3.(1

Remarqua
courtes réduites a partir itts
graphiques de l'entreprise P. B Í C H Y

Echelle du frottement lateral en tonnes pour pieu o 100m»


ANNEXE 4 RME/AQ/CAR 2136
Chantier: HÔPITAL COLSOH
PÉNÉTROMÈTRE 45 s: 16cm? p: 14cm
(29_1_73l Pression sous la pointe
4SI1 540 600 en bars(1bar1.02kg/crtv)

Effort en tonnes

H Total

Pointe

Latéral —

Arrachage + +

Simif(|ui
cwríies rtdwiis i furtir dts
graphiques de l'entreprise P. BACHY

Biimrqa
cwrtus réduites a partir its
gripluques de l'entreprise P. BACHY

Echelle du frottement latéral en tonnes pour pieu o IOO«n


L _
c. E. B T P Dossier
HOl'IT COLSON

Sondage :. S 1 -- --
ANALYSE GRANULOMETRIQUE Echantillon '
Profondeur. 2 , OQ / 2,50 m

Tamisage Sédimentation
CAILLOUX GRAVIER SABLE SILT ARGILE

1 00
:! î T- " • 1
| j \ í I Í
1
—- t. M -t

t ;
: i
\ 1
-
: r
t
t f í : t
\ \
t - i
-. 1 —

\ ¡ ;
; 1
j
i
:
i
t
i i
i i -
i

.4 - -tí
i.

\ |
I
i
- I -- { -
i
i r
1 J
; - :. • í .
: I

h--
- i
\ Í

T
:
—j-- -í—--
"I ! t-
N ' ''
i" +
<n so
i r ! r4 -i i-.
-4-4-
< 50
;
î \ 1 —
" î T" 7 t"
Ll-i-t-kj
\/
\
' -" i "i -
••/>

9 40
l-
\
v_
-4— '-__' ;
; -~ ;
-4- 4
r
1- -1

o
o.
-
- --1 ] i- -
\ \ —
í
-J-
j
*-
-S. •
U 1.1-
t r
i r j
; l --j - - ; -1 \
H -i- f t- i • -

30
; : : :
4

"t
i
{ l t
t ; j V i -1 - - - - -
-" t - -
î
- -,
1 i y \ i
20 r
: . : -: : - -
1——
î \ — —
—f —

t —
—i 1 t

CL

o l 0
y ;
: •
—>
— —
1 Í..1—I— -.
i i
^r~^
1
—h—
:
î

¡ |
-
v\L ...
r—

-
- 1—i - -
- }.
í
— -


km - - — -—
-,

-
r _-

- •

i • Î
t i- t .
tîi"
I
t
il! , t l î 1 t t t 1 T : _-_ _- _

100 so 20 10 0,5 0.2 0,1 0,05 0,02 0,01 Si».

j I j i i , MODULES A F N O R
50 49 47 46 43 40 39 37 33 30 27 23 20
o
I i l i i 1 1 i 1 1 1 i
^"~rni m 100 80 SO 40 30 20 10 8 0,2 0,t
A S T . M c
1
3 2' i'/2 I' 3/4' 1/2' 10 40 100 200

ANNEXE 5 HME/AO/CAR 2138


C.E.B.TP Dossier 71.-NA .-T;'. HOPITAL COLSON

Sondage : S 2
ANALYSE GRANULOMETRIQUE Echantillon: Koche altéré
Profondeur :

Tamisage Sédimentation
CAILLOUX GRAVIER SABLE SILT ARGILE
i oo

lto s
i - px f- j
4 --i-.í- ! i 11
f
. Í' - . 2!,!opy ,5)0 j - î • ;

:: - : :
i 1 i i r i- ! T } f)
t T I - [_
it
1
1 \- • ~ ,
i i
NV -r I
f •

} * j
i » i \ J -
j
1 •

sk \ - 4-

m--i
— T

70
•j i S\ 20/ p 7 ) tr t -.--•"•y--

s. S» f ""T
-H

:
l 4 -î-
•i
-. L i, -.- î"
: : ;
4 1 T-
• - T "I
j " 4 - •- . - ] • -
« 50 4 s, j
- :i-_.
11 1
V 1 Í h-
: '- I ' "^
•si
l - t

¡ Í ¡s .
+ -
t
t-
tM
-r

i—
- + — - - - - -

t ' r ::~.
t

î ¿d- + - + -

30 -
'_ _l
- -T - t
f
t
S - }•
: 1
* i--
1- " * I j
1-4-
-: -
- r
4- i i
1 - J ]
: - i f - - --i - - Pi ; ; -- —
v> îÍ
-
20 • ï • -f - -
"Í f- - t • -i t -t -
-. l- - 4 i t j i
• t

4 •
-f.. T -t. s --
- f i
-
-M-
- - -f - -

o l 0 -- -t
r :r
-f T" - 1
•-" -- i

7TÎ' _ t j [M
I
j >
I
1 •}
;-

- _j
- . - -

-' " 4 -
-4— •

i ! î Í [ i
t " Í i 11 f \ i i m MI

100 50 20 10 0,5 0.2 0,1 0,05 0,02 0,01

j I j I j i i i MODULES A FN 0 R
20 O
50 49 «7 40 39 37 33 30 27 23
-i
O
l i i l •a
m 100 80 50 40 30 20 10 8 0.5 0,2 0,1 •y,
£k
AST.M. C

3' 21 •' 3/* 1 1/2' 10 100 200
3
• •

ANNEXE S RME/AQ/CAR 2133


C . E . B T. P Dossie. 73v?í'.'T6.5F.6 HOPITAL COLSON

Sondage : S3
ANALYSE GRANULOMETRIQUE Echantillon : Roche altérée
Profondeur :

Tamisage Sédimentation
CAILLOUX GRAVIER SABLE SILT ARGILE

00 1 j 1 :
iiii-l . i • —-•= =:
I
1
\j X !
! :
j
Ml i t
ï
!
_L
• j

¡
tI
1 J
-H -
1 1 1
1 1
il h !

^*
r Svj- "f—^^ t 1-

i
{ ri"" 1 "
- r,
i : j i 2I do/, 2f[50 p j - t

. r î
t

,— f \ \ 'î *
7û I^ : • •

>
1

iÀ /Q
t)Q/O f 3
[ i

-
] ii\ xi
«0
'•,:'• f 1
-t ¡
í , --N 1 r-j- - r i .;

: r : ; it ; 4
: y

r •
_í_ s. t

50
• ; r •: '• l ; " ; l 4-
"1
"T" - tîfr
/^ S i N iin r i

40
; ; n "ü/1 ^ » ^ ;

_ i- - -
X \
_ . " .

-+

1 í. Í l^
j--i- t--
-4-

5x00/5 , 5 0 /
1
1
} i ¿ rsj ^_ ! t - J
Í--
30 • - + • " • -

I
i _:
j 1 f i.j ]J } t

• ;; fy
f :l ; {4- } S :

>
20 }

4-t— ^~t
r
Í
* 4 -
1 T - "i i - L 4-=T~- rr M - L-- . - - f—1-
••r--'
- " - - -


i *- t - -
0
: :
" i
- -*- 1 t J-- 4 ..

' - — t- - -

x i

•-4

f- - t
t
- -- r "
] •
-
-t—

n ; f '• -
100
ï
20
i ¡ i ¡
! 1 í. i
i" •' M
10
- t! 1 I 1
0,5 0.2
1" 0,1 0,05 0,02 0,01
1i 1

so

J_ I I I i I i ! MODULES AF N O R
50 49 Í7 46 40 39 37 33 30 27 23 20 o
o
I i i i l •o
m 100 80 50 40 30 20 10 8 0.5 0.2 0,1

A S T M
3' 2' r'/2 1' 3/4' 1/2' 10 100 200

ANNEXE S RME/AO/CAÑ 2140


HOPITAL COLSON

S1

2,00 / 2,50 _.

v»on cm S

,'itf 1
hl

v
;: J||fü' . -Z-i:

^ ^ v ^

I
CE.BT. 73.MA.X6.SE.6
RQPITAl COLSON (MARTINIQUE)
S 2

2,00 / 2,50 m

0,03
,Í-T ,.*(* ^ .**•«•?,•••> .? '-Í

* ; • - ' : • • • • . -» -n,-i

?v í

1.-. í , ::"- :::.


et 'J'í••4iOi ! r
73.MA.J6.SP.6j HOPITAL COLSON

i Sondage : S2

:r-<t../ B I L J T E u

% » ^cv.......3í. J - ;

. , ^—4 4- j ^ . . ; -j s. . . . . . . , .

tu

i
C.E.B r HOPITAL COLSON (MARTINIQUE)
y. •:•.,,. S 2

. •-• ' - : , . • • 7,00 / Q:

0,0 5
3
lu
' V - ' . ' •

'^ '
Ce:» Of4B
•Y-!''

r : f
- p- i ' , _

-"4" ; -•

}~ ;
kl

as

0,05
m -. î "
73.MA-.I6.-SF.6 HOPITAL COLSON

S 3

2,00 / 2,50 m

2
o

Ce = 2,60

f • lu

Ü.Ü6
C.E.B ! 73/MA#I6.g£.6_ HOPITAL COLSON

S 3
•—" j fcchantiison : ,
-MLABÍUTE _j Profondeur. 5 t OQ / 5 t 5 O m
o
U , ü -,
'i'....'-iT-S::rü:'í A lu

le
C.E.b Dossier. \r) 73.MA , 1 6 . S P , HOPITAL COLSON
Sondage : S 3
COMHRbobiBlüTE
Echantillon;
RMLABIUTE Profondeur: fi^ûû
0 , 0 •> ai ùj 0.4

mwm

Ï E^^^^r

Ul

0.05 S.O -<i,Û *:,.


TAHJSAU HECAPimATIF DBS ESSAIS DE LABORATOIRE SUR LES SOLS DE FONDATIOIT

T U F P O N C E U X A R G I L I S É P L A S T I Q U E R O C H E D A C I T I Q U E A L T É R É E
NUMERO DU SONDAGE S1 S2 S2 S3 S3 S2 S3 S3
PROFONDEUR DE PRÉLÈVEMENT (m) 2,00/ 2,50 a 2,00 / 2,50 » 4,20 / 4,70 a 2,00 / 2,50 m 5,00 / 5,50 B 7,00 / 7 , 5 0 a 8,00 / 8,50 a 1 5 , 0 0 / 15,50 a

DESCRIPTION

Nature ni)h* o^+iérée roohe slt^T^e roche alt4rée ippphfi altérée roohe altéx^ée rocht altérée ntetM Altérée

Couleur. 4 « i gift jftUfif foncé jaune foncé jaune jeune gria vert
raide, très
ConviçtanrQ

Inclusions

Symbol» L PC Lt Lt Lt L, Lt L, I*

CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES

Teneur en eau naturelle. W % 1 2 9 io 1 2 3 , 5 îS 152 55 122 ^ 122,0 g 40,30 % 48t7©#

Poids spécifique apparent humide. Y 152 1,56 132 1,35 1.74 1.53

x
Poids spécifique apparent sec. Yd 0,60 1 2 1,05

Poids spécifique des grains. Ys 2,54 2 40 2 52 2,58 2.58

Teneur en eau de saturation. Ws 150 * 150^ 125$ 122 ¿ 40,8 g 58, 2 £ 42f4*

Granulométrie < 0.08mm •»7 % fiO^ 90 % 58 £ 81,4*

WL 57 131 et 51 43 50

IP 7 13 21 14 16

CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES

Résistance au cisaillement Cuu (bars) 0,240 0,220 0,200 0,680 0,300 0,520 0.480
iapoaaible
Frottement interne *P (d»gris ) 230 35° 26° 17° 26° 26* 29»

COMPRESSIBILITÉ OEDOMÉTRIQUE

Indice des vides initial. 9o 4 3,55 4,56 4,53 3,82 1,53

Pression de préconsolidation. afc (bars) 0 62 1 0

Indice de compression. Ce 1 50 1 10 1 00 2.60 1 QÇ 0,4fi 0,40

ANNEXE 7 HME/AO/CÂk 2U9


C.E B . T P Dossier 7 Ä . . M A . 1 Z . SR JL
GR, 1
Sondage H<?pi Jal COLSON
ANALYSE GRANULOMETRIQUE Echantillon 1 ef 2
Profondeur : 0 5 0 m

Tamisage Sédimentation
CAILLOUX GRAVIER SABLE SILT ARGILE
1 00
î t[ î 1 — i t ! t i F
î ! { íÍ !
î 1 i \ .
•in
-r r f - ¡
i !"
k: ] !
í i
1
i J
\ i t
il f t 1 -
k. ;
¡ 1
í ! i
t
I h -4—

S 1 i
j-
N

l
\
—- 1 , : Î"

55 70
.: î .
V\ i _ j
— •


—í — —
u
10 S
\ 1
-4~
:
< 50
\/
——— —
— — -T- -
10

g ¿o
o — — — - • •
- --•
a. É <Pl"
* 30
- .—, -f- — —

z 20 i
•* } í -
S
O | 0
—Í-- i
; :

• i
I
-i i í -- í

i .

il
1
r i
- -
( î '

!: : ! í .i i
"t i i^<t r- i i! 1
1 1
} i i
\ -
t
_¿_ J J t i • | ]
:
t
:
t
i
t i t ¡ !i j iÍÍi
! M t
<x. 100 50 20 10 0,5 - 0,2 0,1

,
0,05

MODULES
0,02

A F N O R
0,01 IM

1 1
50 49 47 46 43 40 39 37 33 30 27 23 20
O
o
l j i 1 _j _J _j I n
AJX\\ m 100 80 50 40 30 20 10 8 0.5 0,2 0,1 -y
A S T M

3' 2' r'/2 I' 3/4' 1/2' 10 100 200

ANNEXE S RME/AO/CAR 2150


* o

u — a. Z
tO M a
«t —
B •
m

>«• u
u •» B
m S
B
e
a 1,00
1,09
M -a

to
e m a
e
M
33,2
33,2
33,2

B
Lifindt

e 4 G

• &
t- a

o
o s m
«M
tn
m
m m

CN

CO

Z C9 m
ai
o
|
m B
O
u OE

h-
U

—' U
LU
1-
L E=Htfü MîHfÎHtfîH H :Ï1 :
Q_

o
I

/ 1 ut 9 4 3 1 s 8 I 1 S U 8 P ir.títótt:

O
B
• O

• t.

Sl
::i«¿f:[í:it£-r|Egi:
C

C
o

1,0 9
Houlogo

-a

M o O
o? o"
; : j^^r'ii ;i : :T T
li n\ ;í ¡ ji, ;} ; :
Lógondo

e Q
*
' ** " ! *""* *" : T * • ' ' • ""-*- " ^ ^ *""J *~* " H i rT i
O O. M O —
do coupt
Noabro

s m
«M
«rs
m

t|

mtwiiz-nir: îf:.;-.:-; ';::

O O • •-.:::::.r;rrt:rxttti -r-

O B B

O <N m ta.

Si
O

L.
CL
O
O I
o iíltfti - U J / 1 III 84D8S B )I

Vous aimerez peut-être aussi