Vous êtes sur la page 1sur 6

La Presse (Paris.

1836)
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
La Presse (Paris. 1836). 1836-1952.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.


;~f.! année. S$ëe. i
~S-
Jeudi soir 8 mai.
~AJUER B? wmAGE. Scsnt. par exemplajre~ soSt'paran- ;`
tnmRE E-r PORT. M cent. par exemplaire, soit par M i Mfr
E6 ff~ t
fr.

~Mt/Fraisdecinq compositions,-de rédaction et d'ad~inistratioh ~WEM:


B élevant ensemble & près' de .400,000 francs f tg CMT!
par an.

'REDACTION ON _S'ABONNE i:~I?~Jt]<nt~AJt\~A*


~<' A. PAMS~-RUE-MONTMARTSR)! J -'j r
Aaresser&M.'t~EFfTZER tontes !ettres'et communierions 97 abOMMmens
relat~eaa~p, 5~ FRANCS –,SIX .MO!S, FRANCS TROIS MOIS, 'B'& ?RANC?'5C –~N NUMÉRO, "95 CENTIMES. Adresser & M. ROUY tctut~s le~ demandes et les rëciamationa feIativea'aMX
A- Sansaugmentatioliaeprix'pourIesdëp~rtentetiS. 'T; r :I; .R~e'Mon{ipartre,lS3.f/'raM<!Mt' t
..< Rue~fohtm:n'tre,123.7'?-aMcA!'r.
ABTÏOLES. K'OK tNtSERES: r.. Les Mucics Don insères ne sont pas h.k, r~B~Ë~Srû~ ZcFor< ~M pct~ MM ecTt~e pMt~ZM <!6oKKeme?:)!~eKt ~st~-dt IgdMMtOM. ArtMOKeES et AV!S PAYES P~ "de~tt ~so 1~
M~a~ CM ~oMf SMressef 4 M. PANIS (0: '?),

Pans~ jeudi son' 8 mai. lui-même, -mais aussi' les conséquence~ et les garan- iprd~aUon d'une nn.Uon corBmQro-i-ntd. C~st nous'qu{
transmet les dépèches On écrit de Berlin, t~es nouvelles qui 'en relient pour là p~x générale, ;ayona.- Ï.e plus gagné a ce changement,' par suife du-
L'ag~Ma~dbus le 6 mai, h t'agence Haras
suivantes: ~Sd.rëjouira'delà.'manJèré
g'réjôuira da`la maxiïdré dont
dont la
l'a "bue~re
guerre s'ést,tér-.ter-
s'est .quel pendant: toute cotte guerre nos relationacommë'J-
f On vient de recevoir la nouvelle'fâcheuse que ~la
BULLEt]fN BU JOUR.. «Bmxellcs,mercrednmai; santé d& l'impératrice douairière de Russie s'est con- minée. i cialas n'ont pas HouNert; et j'ai' connance que npus'au-
B Dai~s la Chambre des représentans, le mm!stre ~'J6i'a'ppéuer~'i',rapidement le? points garantis. La ~rbnsfait progrès :& la cause de .hu-,
sidérable ment ~a~trée .faii'eùntgrand
~ugavonssoasîestéaxT&disco~Mpap l€qa<~ des àn*a!res étrangères s~'yo~sg~Cïf AM~Bs~e Be a si nous parvenons
TépOnd'ant,'aux=iMe?peltàtions guerse jcoaun~nç~.p~r' 'l'invasipn'~ea Principautés, smànité, aa.bol'r~a.pratiqùe'd'ar-'
lord JPatmerston a dos le débat sur la paix/à trouve, par conséquent, ajourné. L'empereur a, par A ce moment,
la qui lui étaient adressées, a dit'que le discours pro- Beaucoup de'gècsseseratënteoirt
Chambre des communes. Le chef du, cabinet suite, également ajourné son voyage en Pologne.
an- noncé par le comte Walew~ki, dans la séance du Con- tés do la simple expulsion des. Russes des Principau- jîB~~c~rs~t:.de
.B J'arrive & l'Italie.H déUvrer,.de~.iett.KS'dë
était impossible au C~grës,
B On dit;, ajourd~hui que !e prince de Prusse doit
gtais a commenté et Justine, l'une~près l'autre, grès du 8 avril, n'avait pas encore été ofaciellement tés. Lorsque'noire notte estentrée dans la mer Noire, de ne s'en point préoccuper. Je croîs qu'il est grand
se rendre en Russie pour les fêtes du couronnement.
toutes les .stipuiations du traité de Paris; notiûé au gouvernement 'lorsque nos troupes Ee sont embarquées, on sedeman- temps que l'occupation étrangère cesse dans la Pë-'
mais, belge. Il a été souvent des du prince
question antipathies dait si nous allions fortiner les bardanelles.
après tout ce qui a été dit de la valeur et delà -D Quand cette hotinca'tion sera faite, Ie.gouverne- ninsule. Le.moyejfde la. faire cesser, c'est de mettre.
pour la cour de. Saint-Pétersbourg: on assure que
de: ce traité, ment a une réponse prête qui maintiendra énergi- t Voyons mainteaaBt ]a condition créée par le traite an aux causes qui'l'ont amenée. Ces causes, ce sont~
portée nous pouvons nous dispenser l'empereur de Russie a exprimé le désir formel de
de la comme in- d~paix. A l'égard des. Principautés, le ~Congrès n'a le mauvais gouvernement des seuverains des Etats-,
de résmner ici un discours dont on trouvera quement les droits Belgique nation voir le prince de Prusse à Saint-Pétersbourg', comme décidé
d'ailleurs dépendante. Aucune puissance, a ajouté le ministre, rien pour le présent, si ce' n'est qu'il a placé italiens.
ci-après !es principaux p&ssages, et nous pour démentir ces bruits mal fondas.
ces provinces mais ceux qui gou-,
n'a jamais réclamé une modiûcation de la loi sur la
B Des rumeurs sous le protectorat des puissances eu- B, Le pape était humain e.t''boB,
noueconieaterens de noterunoudeuxp~ims que inquiétantes s'étaient répandues Puis elles vont être appelées au nom de Sa Sainteté se rendaient
presse en Belgique, et jamais le pays ne se soumet- ropéennes. &prononcer verhaieut coupa–
tord Patmerston a mieux dans !a presse sur une prétendue, disette, dont serait
précisésqu'ils ne ba- trait aune pareille prétention, jamais I elles-mêmes sur leur sort. btes d'actes ae tyrannie. Lord Minto, -lors de sa mis-
menacée la Silésie on déclare ofnciellement
B Cette déclaration aujour- On a demandé dans le cours, avait donné de sages conseils
vaient eté'ju&qu'jci. Ainsi, nous apprenons.que les a ét&'accueillie par un immense d'hui que ces rumeurs de ces. débats a~ les sion en Italie, aux gou".
sont exagérées. les lors-
assemblées qoi doivent être convoquées dans les enthousiasme; des applaudissemena ont éclaté .sur D On dit, ici, que plusieurs assemblées,qui vont .être convoquées en Mpldo-V&la" vernemens, qui avaient commencé'a suivre
souverains étrangers, de
Principautés -danubiennes ne s<a'ont élues qu'après
tous les bancs; les tribunes étaient combles. chio délibérèrent sous le contrôle l'occupation au- que la révolution de Paris vint encourager tous les.
notamment l'empereur Napoléon, d'Au-
la retraite des Autrichiens, x La séance lovée immédiatement, e l'empereur trichienne. non. Il est impossible de< excès et forcer le pape a quitter sa capitale. Bien
tant
< parce, q~e, que a été.ensuite triche 'Assurément
et l'empereur deU Russie, aunont, cet été, -une
~durera des comtais- soir'?maj. supposer que, tandis que ces provinces sontr occupées que des atrocités aient Été commises, le gouverne-
inoccupation!, les élections a Turin, mercredi entrevue à Berlin.
M saires ne ppurraieDt parles troupes autrichiennea, les élections des com- ment provisoire de Rome s'est efforcé 'de les prévenir,.
avoir lieu en toute liberté. M x Aujourd'hui, la discussion sur les interpellations BLe service des vapeurs-postes, Stettin 41-
entre et missaires n'a jamais été mieux
Dourraient avoir lieu en. pleine liberté. 'et la vlHe.sainte go.uvêrnée que
Quant au hatt-i-humsïoua coacernantles chrétiecs, au gouvernement a continué.. Saint-Pétersbourg, qui avait été interrompu pendant Par le traité, l'évacuation
un brillant discours en fa- des territoires russe et durant l'absence du pape, qui B.e peut sa. maintenir
les orateurs qui ont critiqué le traite avaieat.ob- B M. Mamiapi a prononcé la guerre, sera repris le 17 mai prochain. N .turc doit commencer immédiatement après les ratin~ Rome qu'avec l'appui d'une fores étrangère.
le veur du gouvernement.'
jecté que sultan pourrait le révoquer quand il cations, et se poursuivre sans interruption. Comme du pape eat mau-
') M. de Cavour a donné lecture de la note remise BSilegouv.erne'nent'desEtats
lui plairait.-Lord Paimerston a répondu qué~Ia les Principautés touchent a la frontière autrichienne, vais, celui des Deux-SîeDesest encore pire. Les re-
aux puissances alliées sur les aS'a ires d'Italie, et il a Voici :(ë discours prononcé par lord Palmerston
.tnenûondùurman au traité sufnsait il eh résulte que leur évacuation aura lieu avant cella de la France et de' l'Angleterre ont doue
pburconfé- p.Eésentans
ajouté que le cabinet de Turin persistait dans sa poli- à la En de la séance de mardi, dans la Chambre des de.Crimée ou du territoire turc près de Çpnstantino-r raison de soulever dans le Congrès la
rei'n.ee CM, aux ailiés « le droit maral d'inter- eu'parfaitement
tique .vis-à-yis do la cour de Rome. communes. M. HadSeld avait d'introduire
venir pt défaire des remontrËnces.sufËsantea. )' proposé ple. Le premier poinc a donc été réglé d'une manière "question de l'Italie.
je Les députés déjà droite et de~ag-auche ont of- dans l'adresse le paragF~apiie suivant: satisfaisante.. BD.es discussions ont eu lieu égâlemen.t .au sujc~
Suria question itulieaae, lard Patmerstpna été fert leur appui au gouvernement si les. circonstances f Je passe maintenant a la libre navigation du Da- excès de la et l'on s'explique que le
.très sei il faut faire'cesser a Exprimer notre espoir que SaMajestéprontera .des presse belge,
fl'occupation étr~n- l'exigeaient.
.des sentimens nube. Le traité la France,
amicaux qui heureusement existent non-seulement restitue tout le cours gouvernemont~de trouvant que les jour-"
gëre dans la Péninsule, et on ne peat la faire ces- B La Chambre a adopté un ordre, du jour par lequel à
aujourd'hui entre la Grande-Bretagne et les autres du Danube l'empire turc, mais aussi 200 milles na- naux-d'un Etat voisin prêchent l'assassinat des sou-
ser qu'en mettant iiQ aux causes qui l'ont amenée. elle approuve la conduite de M. do Cavour. ?
puissances cont.ra.ct&ntea, pour négocier en faveur du yigablës 'du Pruth. Ennn, la Turquie rentre en pos- verains étrangers, ait exprimé le désir de voir met-
Ces causes, ce sont les mauvaises de .,< 'Lpndres,jeudi8mai. de. manière session des forteresses d'Ismaïi et .de tre un terme a une si odieuse
pratiques commerce, & servir non seulement les in- importantes, ,propagande. On peut
~Leiord-mafra
gouyernemeat qui se perpétuent dans certains a..dohn6son6MtquetaunueI~ni's- térêts de tous, ma~s aussi a rendra''la paix perma- Béni; de sort& qu'elle commandera désormais tout Je empêcher la presse de patroner des .crimes atrqces
Etats, ministres. L'ambassadeur de France, M. le comte de B. cours du Danube et aura une frontière sans restreindre
et notamment dans les Etats de l'Eglise et nente. protégée par sa liberté ~Iég}time..
Peraigny, a gloriné l'alliance anglo-française; lord de sérieuses défenses. D Je pense denc que, non seulement
dans le royaume dés Deux-Sicites. Lord Palmers- par le traité,
Palmerston, M. Musurus et le comte de Clarendon, Lord Palmerston s'est .exprimé en ces termes D Maintenant le gouvernement a mérité
ton a
été~usqù'à établir un pa~Uèle peu flatteur sa~présente le troisième point, la neu- mais par les négociations,
ont déclaré que les conditions de la paix étaient sa- «A l'égard de Irrésolution tralisation delà iner Noire. On a dit que cotte neu- de ~a Chambre et du pays. Le gouver-
pour le .de mon honorable a- l'approbation
gouveroementpontiScal entre ce gouver- tisfaisantes. était nement a fait la guerre taht qu'il l'a crue juste .et né-
nemeat et mi, M. Hadneld, je me permettrai de hu.faire obser- tralisation la limitation sous un autre nom;!
celuKielaRépubUque romaine (1848- a Le*5?oM:<M~ Pos~ annonce que lord 'Woodhouse est ver que, quelle que soit la sollicitude du gouverne- mais c'est la limitation sans contre-poids. Le danger cessaire. Aujourd'hui, quels que fussent les; succès
i849)._ nommé ambassadeur a Saint-Pétersbourg. )) de derniers
` ment pour. les intérêts du monde commercia], il ne que nous souhaitions d'éviter, c'étàit une grande qu'il pût se promettra' ses' ea'orta~ il eût
Sur la question de la presse belge, lord Pal- me paraît Sotte russe sans cesse d'un la méconnu les bienfaits de la Providence en
` ,[<Marseille,mercre<li'7ma;i. pas .que sa motion sera convenablement menaçant Sébàatopol' repoussant
ïnerston semble du gouver- de la Turquie. Ce danger n'existe la paix
s'être pins rapproché s Le Ca~me! apporte des nouvelles de Constantiho- placée dans u~e adresse a la reine touchant le traité capitale plus. quand tous les grands objets de la guerre
.BemeBt.fraBcaisque ne l'avait fait iord Ciareadon. ple, du'27 avril. de paix. Mais j'espère qu'on ne supposera pas a On parle do NiepMea'; mais nous avons l'assu- étaient accomplis..
qu'en
Le premier tout en BDsrvisch-Paeha et MoukIi-Pacha allaient opposant une fin dp. non-recevoir a la motion de mon du comte Orlon'que'ieczar ne fera "construire B A tous les points de vue, je ne vois que des cau-
ptén'potentiaired'Aogteterre, partir rance
formuiaat sar la polémique ann de régulariser la frontière, de Bessarabie. honorable ami, je.suisindinerent al'importanee'<ln dans cet arsenal'que le nombre de batimens .autorisé i ses de ednsolation"et d'espérance, et je crois le temps
de certains journaux
c L~s expropriations pour CMse d'utilité sujet sur lequel il a appelé ~attention de la chambre. par le traité, et il faut se ner aux nations où ce sera le lot d'un "ministre d'Angle-
belges une opinion, conforme a celle de M. le publique avec .les- bien'éloigné
B C'est satisfaisant sans doute' le quelles on négocie puis nous n'étions pas en posses- terre de venir,de nouveau demander à cette noble na-
comte Walewsld, au point de vue ontétéproc~ulguées. pour gouvernë-
avait opposé, de la diversité des opinions sion de NicolaïeS, à l'é- tion de recommencer la guerre. Je crois 'que ce mo-
ofScie!, une sorte de En denon-recevoir tirée des s Le. projet de traité conclu entre la Valachie et la menfqu'au milieu expri- et nous ne peuvions exiger
maison Hibert, de 'Vienne, pour la construction d'un mées, personne n'a eu de sérieuses objections faire gard de cet arsenal ce qui a. été fait pour Sébastopol. ment peut être longtemps dinéré, et que l'homme le
institutions anglaises. LordPalmerston, si toutefois B
chemin de fer, & été publié. à l'adresse. Je pense qu'il n'est pas moius satisfaisant On nous dit ensuite qu'il y a de grandes omis- plus jeune qui siégé dans cette Chambre pourrait bien
la version que nous avons sous les yeux est exacte B On dit-que d'Autriche à 'de voir que les honorables membres ont eu dès sions dans le traité, 'en ce qui concerne les peuples ne pas voir le temps où lesserviteurs responsables de
le drapeau consulaire qui
et complète, n'a pas fait cet~e réserve, et ses pa- Gaza a été renversé et que l'agent a été a sur des côtes orientâtes de la mer. Noire, la couronne devront appeler le peuple de ce.pays .&
autrichien critiques particulières présenter certains.-points que nous :a-
roles nous paraissent de nature ~à faire quelque menacé de mort.' du traité n'ont pas refasé.de donner leur assentiment vons poussé les Cireassiens à.se compromettre avec soutenir leur souverain dans nne nouve31e"gnerre. c
le gouverne- s Les Anglais envoient divisions ~général l'adresse. Je ne puis cependant leur g-ouvernement, et qu'ensuite nous les avons!
sensation en Betgique, où, du reste, décidément-deux qu'exprimer
méat ne semble pas dispose, d'autres ma surprise'de la conduite par le noble lord abandonnes lar Russie.' Mais' queUe est notre posi-
jusqu'à présent, à dé~ complètes au Canada; ils envoient aussi suivie AFFAIRES DOMENT.
dans leurs colonies de Golcuester tion dans Ie,pays? Nous n'avons jamais été en posses-
Jférerau vœu formulé dans le 23' protocole. troupes de la. Médi'terrauê~, dans représentant (tord J.Manner.s].
Les particulière do la JPt'MM.)
les Indes, en Australie et a.u Cap. e- t Le npbie'iijrd~a commencé par ndmettre que le sion de la Circassie les Russes eux-mêmes ont fait [Correspondance
iQterpeHations que nous avions annoncées octeu
traité a complètement .{tHeint, en ce qui .touche la sauter leurs torts sur la mer Noire. Nous avons pensé j a Constantinople, 28 avril.
lieu hier à la Chambre .des représectaBs, et M. ie tCopenha.gue.lmai.
Turquie d Europe, le bût de la guerre; mais il a pré- que notre premier but, c'était de prendre et détruire D On attend
M. Monrad a retiré sa proposition 37 contre 26 a- & toute heure la nouvelle de l'échange
'lëmiaistre des affaires étrangères, tout ea dé- s ef la n'~tte
en Certains actes du gouverne- Sébastopol russe, et que, jusque-la, nous
vaient refusé de la faire p~sër eh comité, e tendu, qu'il y avait desratiuca.tions et la publication des traités. Toute-
clarànt q~e le discours de M. te comte Watewc~i ment britannique, pendant la guerre, qui,"dans son ne. devions rien tenter d'un autre, côté.. cette
fois, publication n'apprendra pas grand'chose
n'avait pas encore été notifié of6ciel{ement au de dignité, dans le B Mais, dit-on, nous sommes entrée
.opinion, manquaient et des lacuues en, communi- de nouveau le texte a été lu ici par quelques per-
gouveraemeBt be)ge, a fait à ce discours une ré- transmet la traité qui l'empêchaient dp donner a l'adresse son as- cation avec les Circassiena. 11 est vrai qu'une person- la teneur u
L'agfBce LejoUvet nous dépêche sonnes, et, par elles, été plus ou moins
sentiment.' remède ne, a été
ponse anticipée qui se résume en~ un refus'formei, suivante: Le qu~il à proposé, 'c'est d'omet- envoyée ~Schamyl pour savoir quels étalent ndèlsment reproduite. D'après cette teneur les Gircas-
si nous acus t'n à !a dépêche «Londres, jeudi 8mai. tre dans ''adresse certaines expregs'jons, comme celles .ses desseins niais eile n'est jamais par~'ecue jusqu'à siens venus d'Anapa'sont fondes a croiret dë& a pré-
rappo~ons qui nous
< Le ~orK!'H~.Pos< de joie "et'de satisfaction. lui, et par conséquent rien ne peut lui'donner le droit
parvieni.. « Aucune puissERce, aurait.ditieminisire, annonce que le comte Rodolphe sent, a l'insuccès de leurs démarches. Les- jour.haux
est désigné le comte Col- t Sur quels .motifs s'~st-il fondé ? Le noble lord & d'élever des réclamations .cont.re nous. Nous n'avions
n'a jamais réclamé une modiucation de 1~ loi sur d'Appony poup-remplacer du pays nous donnent le texte'de l'adresse qu'ils ont
parle de certains dangers qu'il redoute des frontières aucune raison de demander la Russie la cession au caïmakan du grand-vizir,
loredo dans le poste d'ambassadeur d'Aa'richc a présentée avec des dou--
la presse eu Beigiqae; et jamais le pays ne se sou- d'une aus'9i considérable
Londres. asiatiques, parce que nous n'ayons pas insisté pour portion do ses possessions~ bles pour les a.mbassa.deurs de France et d'Angleter-
mettra à une paieUle prétention~ M Cet méridionales.
incident xM. le comte est attendue à _que les forts sur iea côtes orientales ds la.' mer Noire L'importance des forts sur ~Ja côte o-i re. Leurs demander ne sont guère à être
à Rodolphe d'Appony de nature
paraîtra grave nos lecteurs. Nous leur rappelle- ~ne fussent pas rétablis, 'at sur ce que nous n'avons rientale de la. mer Noire a été très exagérée, et que la
Londres.pojir la 6n de ce mois. a admises, surtout après la conclusion de la paix.
rons toutefois que les dépêches télégraphiques sont pas stipulé l'indépendance de la Circassit;. Russie les reconstruise on ne les reconstruise pas, cela je J'ai pu voir plusieurs de ces envoyés. C'est &'tort
toujours sujettes à caution, et que nous recevrons B Quelétait'Ie but de.In guerre ?-C'était de ropbus~ n'est d'aucune conséquence pour la Turquie. sous la dénomination
'qu'on les enveloppe collective
demain Le J!fortt!H<y Pcs! du 7 mai pub'ie ta cpt'respon- ser les .attaques diplomatiques et mi)itaires j) Quant au quatrième point, tout le monde
&euiemeat le discours complut dumimstre. qui étaient- .admet de Tcherkess ou.C;rcassiens tous sont Abases, de
dancesu~ante: dirigées contre l'indépendance du sultan et l'in~tÉ- quelenroian~st entièrement satisfaisant. Le, seul la grande et de la petittiAbasie.
Â!aCha!iibredesdeputés d3 Turin, "la discussion, <
deses E~-ts; Je .maintiens doute que j'aie entendu c'est
s'estlenainée hier, commeiifatiait ie prévoir, «Paris,lundi.' ,grité que ça but a été at- exprimer, que le sultan y B La députation arrivée appartient plusieurs peu-
par
un ordre du jour approbatif s J'ai reçu de P<u'e plusieurs communications.' Le teint, et que. le traité garantit, autant que .des con- puisse la révoquer demain et que le traité refuse aux les Pchuh, hauts et bas, les Ubiches, deux
de la poiittque de M. dé plades
nombre dea troupes autrichiennes va s'aug-mentant ventions politiques 'peuvent le fairè~, l'intégrité et puissances alliées le droit d'intervenir. Mais le traité a 'tribus d'une
Cavour. Le président du conseil a donnéiecture de guerrières grande réputation, qui ont été
grad~eHément,'quoique la journat oMciera.rnoace ta l'indépendante d& cet empire. mentionné ce ûrman, et il est parfaitement clair que, souvent en lutte avec les Russes. 'Voici-un trail; qui
sa fameuse note sur les affaires d'Itaue, dont les dans 1& duché ne à s'il était alliés auraient
contraire. E!.les arrivent par peutas f'Nous nous. engageons pas maintenir dans ce révoqué,,les moralement le vous fera apprécier le caractère de ces montagnards.
journaux deTurinnous apporterontparconséquent bandes. Un certain Ffahceschi, commissaire autri- la domination de telle race ou de telle autre, de droit d'intervenir et de faire des remontrances sufh-
paya JJne jeune fille, réputée pour sa beauté, était recher-
-le texte dans quelques jours. Cette note parait chien~ et un artiste nomme Roesi, grand favori de la tel ou de tel parti .noire but était de maintenir son sa.ntespour atteindre le but qu'on- se propose. chée en mariage. Elle déclara donnerait sa
qu'elle
avoir produit un effet décisif, car on annonce que duchesse, dirigent les aS'aires de PMme. Les prison- indépendance con'.rë les conquêtes de l'étranger et )f)Quant a la question turque, la paix es:, honorable main à celui qui lui rapporterait son ~eAaM (sorte
la droite, aussi bien la a soa niers politiques ne sont pas envoyas seulement & Man- 'son contre les infasions. Je maintiens que pour les alliés mais nous avons fait plus.-Nos ûottes noirci dans la gueula
que gauche, promis intégrité de voile blanc] après l'avoir
toue,m:uspnStyrip. ce but est rempli., ont détruit qui était le
appui au gouvernement, si les.circonstances l'exi- Bomarsund, destiné'a devenir d'un canon russe enlevé a l'ennemi; le fait devait sa
B Les Autrichiens forment un g'rahd "camp d'opé- B Les conventions-qui ODt été faites n'assurent Sébastopol de la Baltique. Nous avons exigé qu'il ne
gfaiect. M.deCavourayait déctaré cependant,
pas passer devant trois témoins. Un jeune chef se présen-
rations a Somma. On s'attend a ce que ]e gouverne- a ce pays.ces splëhdidea récompenses qui s'obtiennent serait pasi'établi et que les îles d'Aland ne serviraient' cette périlleuse
aux assertions de ta pour-tenter entreprise..
contra'rément 1' PmtTef's, que ie ment anglais soit im'ite-p&r celui ds Piémont & en- delà cessntio.idsia. de maritime ou Nocis avons donc
quelquefois lors guerre; mais, pas dépôt militaire. B Une nuit, un poste russe fut surpris, les canon-'
cabinet maintenait sa politique vis à vis de la cour
voyer une esca.drsda.'js le g'Q'.fe da la. Spezzia.-Les quoique des territoires nouveaux ne soient pas an- placé au nord une barrière contre la Russie. niers massacrés, et le canon, moins l'anut, entraîne
de Rome. reIstionaentrelePiémoBtet l'Antriehe ne sont rien nexés au territoire de l'Angleterre, tout homme im- aux de la
B Quant auxdroitjdea neutres, ce changementdans dans les montagnes et déposé pieds jeune
A. NEFFTZER~ -moins que paciSques.B partial qui voudra, étudier non pas seulement le traité la politiquo~est da nature, je le pense, a'obtenir l'ap- nlIe.'De grandes fêtes; des courses de 'chevaux, don-

FEUEM~ON DE LA PRESSE que. Aujourd'hui, j'ai quarante ans et trois millions. Sur un regard de Mma'd&Fougeray, il continua: 'V' je ne m'occupais pas dé lui. Mais il est certain que
Voitamonparactère. –Vous .m'abhorrez, allons! c'est entendu! Moi, ja presque tous les-jours il partait des le matin pourra
l'embarras et peut être de sa po- vous aime Vous troublez mon repos. En vous atta- Le lendemain, ou plutôt
DU JBCN SMR,8 MAt 1856. Malgré le danger le matin, U faisait à peine rentrer qu'à. la. nuit tombante. Au temps delà chasse,
sition, Mme de Fougeray dissimula un faible sourire. quant, je me défends! C'est logique, n'est-ce pas? jour quand la jeune femme quitta l'hôtel, prit une il avait du moins ce prétexte. Je dis prétexté, car il
Remarquez que je suis très logique de caractère. voiture de remise et se Ht conduire île Saint~Louis, ne tuait
–Il y a trois .ans, je vous ~i vue a Milan. Vous jamais rien.
Voua. ne m'accuserez de porter pas le trouble dans vo- de Lerme ? dit-elle un homme
.m'avez plu~. je hs sais pas pourquoi. Je vous ai écrit quai d'Orléans'Mme au portier.– Qu'est-c.a que je voua disais ?C'est a-
tre ménage, il y est déjà. J'aime mieux ne n'en veut qu'à votre fortune
'j'ai voulu arriver jusqu'à vous; j'ai gagn6 vos domes- ça, je Montez, madam?, bominable qui et qui
dans voua le cache pas. Js suis pour la morale. Or, le peu Cette Mms de Lerme était la dame de compagnie si vous n'y mettez bon ordre.
1 tiqups a force'd'arg-ent. Je suis généreux; c'est 'vous ruinera,
mon caractère. Et fout cein en pure. que'je sais est déjà sufnsaut pour que vous m'écou- qui l'avait Oh j'ai saviez-vous
perte. Au~si, c'é- suivie en Italie, et qui, depuis longtemps mon,projet. Mais, dites-moi,
1E PORTRA!
l, ?0!LË. tait une sottise'de maparf,une~gro~iè!etp;jevous
tiez, bien qasifg pieds vous brûtent. n'est-M pas ?: attachée a sa famille, l'avait en quelque sorte vu naî- queM.'Websterét&itaPariSt
Ja lis dans vos yeux Je suis no Eh bien ma Au?si M'as de Fougeray, en se séparant –Vous l'avez vu?
en desaBde pardon. tre. d'elfe,
chère dii.me, vous comprendrez que'je vgmUe en' sa- 'lai .av&it-elte assuré une honnête aisance,
.–J'avais oublie. Hier, chez moi,
présenté par <;e fou do -Gérard.
'voir davantage..Oh'pas'pour en abusera m pour douillette
e~ sa xo~~M~e, selon un peu violent,
C'est dit Mme de Lerme très-pai-
c'était de mariage, Rondelette, et~M'~e
Oui, trop tôt; après. six moia
voua effrayer. Vous ne me supposez pensée. .pss cette -l'expression de Montaigno, la bonne siblement et en roulant ses pouces, ce qui était chez
c'étaittroptût. dame, surprise
Je suis trop gentleman. Mais, quand ce ne serait que; d'unH visita aussi matinale.,
vous m'insnitpz chez moi dit passa une robe de.cham- elle la. marqua d'Émotion la plus vive.
Mais, m.onsieur,
pour. que, vous me receviez un peu amicalement,' bre et. accourut d'un a,ir inquiet,
IV. Mme de Fougeray, faisant un nouveau mouvement en mettant ses ba- En ce moment, la bonne apporta sûr un plat&au.
comme un confident. J'aurai au moins le temps de deux tasses de café au laii;. Dans les plus grands
gues.. mal-
~pourseretirer. me faire aime", m ? je su's raisonnable et psu exi- Q~e.se passe-t-il, mon enfant, Yous voir ù Mme de Lerme n'oubliait aucun détail.
pour heurs,
Vous dit –Aimez-vous Yotré.mar), ou neTaisez-vouspas.?!
ici, monsieur M~s de Fongers.y a.veo. g'eant une heure pareille? Prenez, ma chère il .fan!; vous soutenir.
Amélie,
Ge mot arrêta la jeune'femme,
unvisagesévère. Aprèsuninst&ntde silencH,. voyant que M"'e de: J'ai besoin de vous, mon .amie. La situation que J'espère bien qu'il ne pense plus son amour.
moi! M. en Vous'ne
l'aimez pas, pourguivitM. H y~ 'Weoster. restait il reprit:
–Oui, ma.dame, répondit Webs~er Fougeray muette, nous avions prévue se présente.. Je ne sais, répondit Mme de Fougeray, qui pour
d'un air guindé, a.tro.isans, vous l'aimiez,-js suppose.
s'asseyant mais résolu. Q.u'est-c~qus~ –Voy~z-vous, be'de dame, j'ai un principe c'est. Q)Mi! il a osé le moment ne jugea a propos ds pousser
pas plus loin
–J'a.Ua.18 sonner. Vous permettez?. j'ni d.'t? Pas autre cbos". Nd faites pas attention a lai ce qui est tout simplement
qu'on appelle impossible –'C'est hier après la. so!rée Nous avon. ea uns ex, la conndencef– peut-être ann d'obtenir une réponsa
Oh! fanes,! Seulement, a~ec 'ua mou-. forme. Je ne suis pas un. lord~d'Angleterre jasuis~ trè~cher.Je suis riche!
ajoata-t-i) je suis généreux! je décou- p!isation terrible.~ plus franche à une question qu'elle avait a'faire.
un homme -positif,, un citoyen libre Li'franchise,
Tementpour'Iu' retenir ia.ma.m, r,'ïl~{ggez &)pa,ra-' votre secret.
hein ? C'est positif. Et elle raconta mot
vrirai pour mot la scène de la veille. Pourvu qu'H ne se remette pas a. vous persécuter
c'est mon fort. Depuis tt'oia ans, je v'jU3 avais ou-
-yantsijesuis maintenant un Toujours mê'ne 6i!en<;e et même immobilité de la: –A'h bùnté da ciel !6jria
homms qu'on-puisse~ Mme de Lerme, {out. de ses lettres.
bliée ;~mst,;vou3 voyez, js ne YOUB.Ms
pas de gran-
mettre&laporte. part de la. jeune femme. en se mirant dans la glace où elle se trouva un teint! -Oh! il n'est pas bien dangereux. A propos da
des phra-ses. Mai~, un de cea jo~rs,'Je: vous ai revue
–En vérité, moM'eur,'jone comprends p-dit la: A moinspourtant,ajouta M. Webstor. en prenant charmant. Je vous ai_ toujours dit que ce]a arrive-~ lettres, ajQjita,-t'eUe,d'un\toa I~g'er. je n'ai jamais
.-aubois deBoutog-M.-st cela m'a repria. Mo faire pré-
jeune femùie en souriant,'Vous Tous'ê'eH'p.ndormi~ un aif eentimental, moins que vous ne me laissiez rait j'ai homme-là C'est un
toujours mal jugéçat pensé a vous demaoder-
.sansdoutedansun senter ici était facHe à un homme posé'comme moi.'
fa~tLU:I.j8 veux bien qu'on: l'espoir de le savoir un jour de vous-même. Ce qui et si vous saviez ce que j'ai encore –A me demander?.
monstre appris'
Je voûtais une espli'ation je comptais un peu sur 1~
n'y soit pas trop ma). h la r'gdeur. M~is' vous ne .serait une bien douce faveur, et, do plus, une éco- sur son –-Vous êtes bien sûre ans
compte qu'il y -a quatre les.
hasard, et le hasa-rd m' ~ervi,'comme H doit servir~ ·
comptez pas y phgger 'a nuit, jo suppute: ei: je sonne nomie', ajonta.-t-il presque ihvol.ontair-ement. –Qu'est-ce c'est? `! l'ps papiers aient été brûlés?
que
Iss gens qui ont trois millions. C'esS; ctair, c'est caté-
-pour 'vous fidjG accompagner. Tenez, monsieur, je commence acroiro que vous Ma chère petite, il est .joueur, 1 mon enfant, je. ré-
libertin, teùs les. –Dame! oui, sans-doute,
–Je me douhua gorique. Je suis nu homme positif.~
qu'il y avait un 'mys'èrs entre' <~es l'ou. défiuits Pendant que nous étions à Milan, Mme de Lerme toute
comment; pondit troublée.
Yous et YOtrë mnri, dit M. We't<'r e'i hi. Mai?, monsieur, chaque instant mon mari. –Alors, c't'st
la guerre? 1- sa vie a. Rome ? Dans
r~ir'-iant pa.=sait-i) l'ig'nofuinie, mon en- Son trouble fut môme si grand, qu'elle;fourra coup
'fixement, et sans daigner repondi'ë. –It se proiLejq 'là-hau! entendez-vous?. ce qu'it mais déli- Avec des artistes!
Fai'e?, monsieur, voas plaira fant Tous les huit. jours une.maî- sur coup.dcux nouveaux morceaux de sucre dans 8&
–Monsieur! D'ailleurs, en trois mots j'ai Qui. Ja parle-peu,, muis vrez-moi de votre présence. tresse nouvelle! Les dernières des .dernières! tasse.
–Lequel? Je n'pn sais rien pucore, !sa~jslcsau- bien. Voyons, parlons raison. J'Hi écouté tout h .ËMe sonna violemment. –Qaiyousa.ditcela' –Vous les avez vu brûter?
.rai. l'heure de toutes mes oren!es. Un autre eût. f;nt de Vous ctv'z tort. Je suis bon, mais. Je le sais d'hier, ce n'est pas vieux. C"estle -ne- –Oui. c'est-dire, paspositiTement. mais.
–C'~tmoia~orsqui nM retire, mo~s'eur. même,'mais no l'e dirait p'A$; moi, je .le dis, je suis Un domestiqua veu du propriétaire,
parut. coj.etitbojihommequi fait des Pourtant, vous me l'avez dit.
Pas avant ds m'~Toir entendu. Oh j.j ffai bref. fra.t:<c.Vous êtes donc brouUlée avec vctre mari? reconduisez, monsieur. ma
–André, 'opéra?.. Ecoutez-dom, mignonne; dans ce moment'
Je suis un homme 'po~i'tif, inc~ A d~x-huit n.cF, ja peut-âtre bien parce que voja en a.i'.rez un autre?. Madame la baronne, j'ai bien l'hoBB-eur as vous ceUi. devait
Oui, êtrp; il n'y a rien I:t.d'étonnant, là, il f'iihut bsëu vous tranTiRliser un peu.
D'ayai's pas un dollar je travaillais dans une fubri- Oh'! c'est indigne! murmura Mme do Foug'e:)y. -saluer.. et e3rtainpment nous ne savons pas iout. Je-me rap- –Ainsi, ces papiers existent..
Non Ce!a veut dire non –Tant mieux ~.artt sortit du maintenant des çircons.t&nces de notre, à Oh je ne'le crois Non
~Mx~.de Fpugeray_s'inclma '.leg'eremënt'et pelle séjour pas. 1 ils
certainement
Ea. reprcdaetion est interdite. Voir la f!M d'hier. 'mieu~ Alors, pourquoi ne m'aimeriez-voua pas? 'salon.. la campagner Je n'y avais pas fait grande attention n'existent plua' <
ïièrent a la noce les proportiona d'un triomphe natio- B'On et mern-~
parle beaucoup Ici des troubles qui ont éclaté faftK~MjRoMMM.–LéonGozIan. < juste, &t cependant naître, parmi la populace de no- De BreyM, bourgmestre de Dixmude
cal. Ce" n'est pas là. une légende, comme on serait à Magnésie, mais on n'a aucuns détails encore à ce Les CapWcM de ~cfMKKe. De Musset. tre viDe, une'certaine exaspération contre. les gen- bre de la Chambre des rëprésentans.
porté a. le croji'e le f:ut s'est passe en 1851. on sait seulement doift un grand se trou- membre du conseil d'admis
Parmi sujet que les faits sont assez sé- J&M~<oK.s~o«SK~Liadièrea. darmes, nombre, lorsqu'ils Joseph Oppenheim,
de
les chefs, on voit des renommés rieux pour que Suleyman-Pacha, jMa~/tM~tMjRe~Mer.–F.Dugué. L vaient isolés dans les rues ou dans les'iieux publics, nistration du chemin de fer du Pays 'Wa.es~
encore Cimpsuhs, le gouverneur gé-
'i.eD~Kter~6<'Meera~e.–Beauvallet. furent insultés ou. en butte à des railleries. Cette Louis d'Outreligne, administrateur de la Banque
pour l'élégance do leurs costumes, .leurs fantaisies néral de Smyrne, ait cru nécessaire de de sa.
~e porter et Carré.
et pour leur valeur les Alâui, vi- il pou- jLMDefMMf~adMMa;Barbier, exaspération s'augmenta beaucoup depuis lund~ der- de Flandre.
presque artistiques personne sur les lieux avec les troupes dont dont la supplique a Fûmes,
et braves; JM"e de la S~h'ere. J. Sandeau et Régnier. nier,'jour ou José Buendia, eNLgra- La section de Lichtervelde pour laquelle
goureux les Nadhogoiich, voisins. d'Anapa, vait disposer. est le premier
ce avait été rejetée, fut mis en chapelle pour subir le a lieu la/souscription actuelle, aimea.u,
plus familiarisés nvec les Russes, mais toujours leurs B On s'est entretenu aussi de graves sur- j.852. la
désordres lendemain la peine de la garrotte. unit la Belgique a l'Angleterre, Hollande et
ennemis. venus h Damas, .jEe: Z)/p~otta<M dMJtfg'KO~e.–MmeBerton, née Sarnson. qui
viDe réputée comme très fanatique Mardi, de grand matin, on dressa l'échafaud~il l'Allemagne. Elle se relie a la France par Dnnkerque
? Deux ou trois familles, doivent être re- mais n'est produite à la suite Le ~oMr e~ CaK<rc. Lantto et Nyon. tombait une pluie torrentielle, ce qui n'empêchera et Calais. Elle abrége de 45 kilomètres la distance en-
surtout, aucune'correspondance
marquées les Marchauia, lea Chanalels de ces rumeurs. DMMe.–Augiër. ]a foule de se porter an lieu de l'exécution. A midi et tre Londres et Bruxelles; de 40 kilomètres la'distance
les Pitchani,
et quelques Les yro! ~M!OMMde T:&M! A; Tailhand.. demi, Buendia fut extrait de la chapelle on le con- entre Londres et Rotterdam de 5~ kilom. la distance
autres. Ces familles, très puissantes, la B On ne sait rien de nouveau sur l'affaire de Varna.
L'CM et r~iM~e. M"M Roger de Beauvoir. duisit au supplice monté sur un âne et entouré d'un entre Londres et Cologne. Elle est, par conséquent,
première surtout, se vantent avec orgueil de leur o- Les habitans de cette ville croient que Salik-Pacha a ~.e.SoHAomMeJadM.–Mnrger et Carré. fort détachement de cavalerie un' prêtre marchait da destiné" absorber la plus grande partie du transit
rigme franquo, génoise disent les uns, française di- été transféré à Constantinople. et vers
et le tenait sa mon- de l'Allemagne vers l'Angleterre
sent les autres. Tous descendraient d'un chevalier Si- e Hier-dimanche,
t/M~Ponsard. chaque côté de lui, par la main qui se dirige
c'était ]a Pâque grecque. Péra Le Sage e< /e Ft?M. ture était un aide de l'exécuteur des l'Océan sous ce rapport, elle est-appelée
Méry et Lopez. conduite par atlantique;
TEMR Marchand, d'un Pisau!, d'un Chanaleilles (ce était envahi par les hammals, les portefaix, les séis, hautes-œuvres. avenir.
Sf~a.–F.'Wey. au plua'brillant
dernier nom est celui d'une grande famille da Fran-" qui, suivant l'usage, se sont rendus au Grand-Champ ~MMtt)a~Mélesvillo. Dès que le patient apparut sùr la plate-forme de La Société est constituée MMS ? pa~oNa~e de ~Ba~
ce). A quelle époque précise ces hommes, soldats, des Morts en dansant aux sons du tambourin et LeCœm-~aOot.–MalleaiIe.~ l'échafaud, un sourd frémissement se fit entendre o'M~ de J~aMdrc.
ou aventuriers sont-ils venus d'une façon de biniou. dans la multitude. Buendia était on ne peut plus ré- Les entrepreneurs fait a la Compagnie une
marchands dans-le L& se sont renouvelées, sur lea 1853. ayant
ne le Sait. il écouta attentivement les exhortations des remisede500.000.fr.8ur le montant de leur forfait,
pays ? Nul Mais ils y ont laisse des traces' tombes du cimetière catholique, les scènes scanda- signé
curieuses de leur séjour. il est Lad:/ Te~M~'f. Mwo Emile de Girardin. deux ecclésiastiques qui l'assistaient, puis il s'assit LES PREMIERS SOUSCRIPTEURS p)'0/t<<t'OK< de C~6 &OM~-
leuses dont je vous ai entretenu l'an dernier; L<t JMa!'aft<t. –-De Belloy. 'sur lasallètte se signa, et donna le baiser d'u- 450 fr./iis recevront T~e ac-
B Dans dos montagnes, vraiment fatale, cation, et. moyennant
l'intérieur il existe des for- déplorable qu'on n'y mette pas un terme. SoMtjeKtM ds Foyo~e. Am. Aehard. sage, au bpurreau. tion libérée de 500 fr. `
tins, des châteaux, ornés sur la porto d'un blason, ou" Aujourd'hui et demain, les nations et armé- Le.! LMMOM ~e Madame. d'un anNiMUM
grecque AUard. Au moment où celui-ci remplissait son triste mi- Les actions ainsi libérées jouiront
d'inscriptions que personne dans le pays ne sait plus nienne sont encore en fête. Le L< ~SM~ Fa~e'c.–T. Barrière et A. de Beauplan. en tournant là vis du garrot, GARANTI par le gouverne-
nistère qui dévait opé- D'INTÉRÊT de A t/% ~/0
lire. Ces grandes familles possèdent des armes anti- BLeJoMfMa!<~ CoH~:M<!Kop~ a prétendu que la Fy~Aias e~ DamoM. De Belloy. rer la strangulation du patient, cris reten- ment belge.
` des aigus
ques, de l'époque, du moyen-âge, avec des lames por- journée .du dimanche avait été choisie .MtH't~o.–Ferdinand Langlé. -tirent dans la foule. Un nouveau crime venait d'être Pendant l'exécution des travaux, un <M~r<~ de 5 C/0
pour l'exé-
tant des devises et des gardes des armoiries. cution d'un Grec qui avait ~~r!'ppsg'~M6<yM<Ed. Poussier. commis. Un ouvrier avait porté un coup de couteau à est payé sur les versemens eSectués. Cet intérêt est
portant capitale assassiné un ca-
La Fterre de ~Me~s. et Sandeau.
L'un d'eux montre une usée dont on ne peut vas. Cette feuille annoncé en ajoutant Augier un gendarme, qui aussitôt était tombé sans connais- garanti par un dépôt a la Banque dé Flandre.
garde l'avait que ce' demande de n'est admise si
le blason, mais dont la devise, en sance sur le pavé. Aucune souscription
distinguer gravée jour avait été désigné aan de donner plus de solennité .1854.
dehors de la partie à l'expiation. Les témoins oculaires 'de cet assassinat ont déclaré 'elle n'est accompagnée d'un versement de 100 fr. par
bombée, porte ces mots Pro D~o Cette note a produit le plus déplorable BomM~Bumas..
que l'ouvrier s'était approché du militaire et lui avait action.
~jo~r~. en'et sur la population, le gouvernement et les am- ~oM,E/o:Scriba. dit d'un ton moqueur c Eh bien t es-tu consent de Les souscripteurs seront avisés dunoTibreu actions
a-t-il pas la. un sujet d'études historiques cu- bassades. Za ~ot'e /'a!'< ~eMr. Mme EmSe de Girardin. x
N'y voir José Buendia mourir au gjbet (pa~tSM~o) ? Puis, qui leur seront attribuées.
Tleùx.?Jo a ce & Jamais JM"9 jlM~d. P. Foucher, A. Delaverg'ne.
recueille sujet d'autres renseignemens. le ministère n'avait eu la pensée d'attris- sans attendre la riposte du gendarme, il lui avait en- 50 fr. devront être versés dans les Jiuit jours qui
Ces montagnards se montrent, ter cette fète par un si douloureux Le SoM~ed'MHe nuit d'At~f.–Plouvier.
comme je Tous le di- spectacle c'était foncé dans le bas-ventre un couteau pointu qui y pé- suivront l'avis de répartition.
La Bct'He c!g'Les6(M. P. Juillerat. n'auront lieu que de mois en
sais, très ners de cette origine. méconnaître ses intentions tolérantes. Ne le voyons-- nétra jusqu'au manche. Le meurtrier est sous la main Les autres versemens
La Corner a Ferttey. Lurine et Second.
D On n'a pas caché aux Abases, *n@us pas défendre de la justice. mois a raison de 25 fr. chacun.
dit-on, qu'ils ne de- qu'on mène en justice les'chrétiens .L66~Vt6:tM.–Mazères.
vaient s'en prendre La foule s'est dispersée assez tranquillement. On souscrit
qu'a. eux du silence qu'on a gardé pendant les fêtes~de Pâques, ordonner qu'on mette jRosemoKde. Latour Saint-Ybars. boulevard
A Paris, chez M. M. 'WoH'r, banquier,
~laur sujet dans le traité. On leur reproche d'avoir en liberté sous caution, pendant trois jours, les con- La Dot de <Ks /e. Samson. Dans le cours de l'avant-dernière nuit, entre
des Italiens, 26
été indécis, de n'avoir jamais fait connaître ouverte- damnés pour dettes ou pour de petits délita, de façon deux et trois heures du matin, un voisin de M. Do9-
'1855. A Anvers, chez le baron de TERWAGNE v
ment leurs sympathies, et de n'avoir point a leur permettre leurs devoirs forges, chapelier, rue des Amandiers, à Belleville,
coopéré à d'accomplir religieux?. A Gand, a la BANQUE DE FLANDRE
Us objectent )' On a fort La C~WMe.–Scribe. ayant aperçu des nammes dans la chambre a 'coucher
la campagne dirigée par Omer-Pacba. ét<~ irrité à la Porto de cette publication, A Cologne, chez MM. de ROTHSCHILD et ELTZEACHER.
L'~MSt du J~afta~e. Mery. de ce dernier, se hâta de donner l'alarme. On enfonça
qu'ils se sont rendus à l'appel d'Omer-Pacha, et s'ils et les foudres dont avait été déjà menacé le Journal la porte, et l'on parvint à éteindre le feu qui consu-
Les souscripteurs des départemens pouvant adres-
n'ont point pris part à la_campagne,' c'est de CoM~a~Kop~e LMJ<'MttMGe?M.–E.Laya. ser les fonds eK M~e~
que le gé- & la suite de ses nouvelles sur Kars Pe'rt! eK demeMre. Feuillet. mait le -mobilier et menaçait ëM MpfCM par les messageries;
néralissime ne voulut l'étage supérieur. de 66tK~M~ ou eK~tsn~N~ a; t)He sur Paris,
point tenir compte des sages sont tombées sur lui il a été suspendu pour deux fut trouvé en- par lettres
Far~-ot~decoM~Me~Legouvé. Le cadavre do M. Desforges presque verser à une succursale de
observations d'un prince chargées a la poste, ou les
d'Abasio, Hamed-Bey. mois; puis, par suite d'intercessions et d'interven- JMMaK~AfopM e< ~{epeN<!r [traduction tièrement carbonisé, au milieu des débris du lit. On
nouvelle). la Banque de France, au crédit de M. M. Wot.FF. f
B Ces tribus entre Anapa, la a été commuée en un avertissement Gérard'de est porté à croire,
habitent-l'espace compris tions, peine N.ervaL ajoute le Dro:t, qu'il a voulu. lire
la grande chaîne du Caucase et Soukhoum-Kaleh. ofncieux. Tant'mieux Le 6a<eaM d~ jR~KM.– de et
~qu'ILen soit ainsi. La presse lo- L. Gozian. avant s'endormir, que, surpris par le sommeil,
Les Chapsuhs et les Nadhogoitch sont en grande cale a trop peu de liberté ne lui L'~moMr e~ ~o~ train. Lacroix. il a laissé br&ler la bougie qui a mis le feu aux ri- Châles cb&les tis-
par- pour qu'on ~isse cachemire français, de .-laine,
tie musulmans ils le sont devenus La JocoKde.–P. Foucher et Régnier. deaux.
dans le cours du pas au moins celle de vivre. sus cachemire pour robes, et châles unis pour deuil.
eux qu'un a Notre autre journal Maison Biétry, boulevard des Capucines, .4l..
,dernier'siècle;iln'yaparmi nombre res- français la Presse d'OrieM< est -1856.. Par suite d'un éboulemont survenu dans les tra-
treint M. Biétry, fouritiEseur breveté de LL. MM.'II., est
dé chrétiens. Dans l'Abasie propre, au contrai- menacé aussi; mais moins gravement. IL s'ag-it, dit- E~~ Piéges dofM. A. de Beauplan. vaux du chemin de fer de Mulhouse, sur le territoire
B.la.teur et fabricant; chaque objet qui sort de sa mai-
re, l'élément chrétien prédomine. on, d'un avertissement demandé par le gouvernement 6Mt~er:About. de Chaumes (Seine-et-Marnej, un ouvrier terrassier a
d'un numéro
son est revêtu d'ordre, d'une étiquette.
B Avant ces chefs, était venu h Constantinople un au sujet de lettres d'Athènes très inté- Comme :7ooM~a!ra.–Q.Sa.nd. été hier grièvement blessé. On craint pour ses jours.
hellénique du prix nxe, et de la garantie de la désignation.
émissaire des grandes familles du Samourzakan, fort' ressantes et qu'on dit plus exactes que n'en veut con- –Le préfetde police vient de rendre deux ordonnan- Quatre personnes ont été tuées et_plusieurs au- Sur demande, on expédie en province. Seule mai-
inquiètes de leur sort à cause du concours et surtout venir la légation grecque. f ces l'une, concernant la. suppression des tarifs spé- tres blessées d'une le 38 son Biétry, boulevard des
par l'explosion chaudière, 41, C&pucines.
des preuves de sympathie qu'ils données aux ciaux pour le transport a 'petite vitesea des sucres et avril dernier, dans une usine située à Bilston, comté
avaient Pour extrait
Turcs. Les Tchervachizé du Samourzakan p.vM~AM). des mélasses sur les chemins de fer de l'Est; l'autre, de StaSbrd. On attribue cet accident à de l'eau froide
avaient
concernant une modincatioa aux tarifs de banlieue versée dans le récipient, qui avait alors atteint un de-
quelque peu subi la dominatioh'russ~; cependant, a- COMPAGNIE
Faits pour le transport des voyageurs sur les chemins de gré de chaleur extrême. Il résulte de l'examen de la des
PARISIENNE
près le départ forcé dosgarnispns de la côte, leur pre- Ai~epa.
fer de l'Ouest. En vertu da cette dernière chaudière morcelée
mier acte avait été de faire sauter russe. L'é- ordonnance, qu'on l'avait laissée se vider près- ÉQCIPA&ES DE 6RANDE REMISE.
l'église Nous aujourd'hui en entier le program- les prix à percevoir
missaire de cette tribu publions pour le transport des voyag'eura que entièrement., de frauca,
est reparti la semaine derniè- me du" nouveau concours de la Société des gens de Pans à Chatou, Capital social 8,000,000 divisé an ?0~00
de et ot'ee versâ, sonirnxês ainsi qu'il
ce, rassuré, sur le sort qui l'atten'd, en raison de l'am- lettres: suit P-e classe, 1 fr. 10 c.; 2" classe, '75 c. –C'est samedi 10 duo le pubifc sera. admis a visi- actions au porteur de 100 francs chacune.
nistie annoncée solennellement dans le traité de Paris, ter, pour la première fois, l'oracle mystérieux renfer-
.a Une nouvelle donation anonyme de 10,0~0 fr. ayant Le vaisseau le J~are~o CoMtTË DE SCRYEHLA]<CE le Comte de.ScHRAMM,
y B J'aurai sans douta le de compléter et'là-frégate .StreMe mé dans le nouveau salen d'Hamilton et de Robert g'é-
moyen bientôt été mise à la disposition du Comité de la SoctËi'E DES ont mouillé a Toulon néral de division le baron ACHARD, g-énéral de divi-
les 5 et 7 mai, après avoir dé- Houdin.
ces intéressans renseignemens. D GENS DE LETTRES, le Comité a pris ~es décisions suivan- btA'qué a Porquerolles des troupes venant de Crimée. sion ;DoNJuAN DE FpANOSCo MARti~ ministre de
tes La frégate ~a jRetne-.Bj'<Mte/te a mouillé –Le tome XIII de l'BM<o!'re du Consulat et de Guate-nala. a Paris; comte de LANTivv, ancien préfet;
au Friou .le
<:ConstMitmople,S8. )) Cette somme de 10,000 fr. sera. repartie ainsi qu'il 6 mai, venant de Crimée, et ayant A. est en vente. Ce volume de Rosï'AK&intandant
des troupe& abord. TjEtHptfc, par M. Thiora, militaire.
B Les nouvelles de la Crimée ne B'occupent que des suit est divisé en trais livres
La frégate i'a CoMsM<<t/MM est partie de Toulon pour m coa'ciLË, TARRAGONE, LE
préparatifs de l'évacuation. B 1 o Une médaille de la valeur de 1,600 fr. sera. décernée le 6 mai. PASSAGE Du mÉMEN. Il contient 1& résit du baptême la Société
r Const.tntinople La corvette FEM?' BMquier~de MM. Ardoih, Rieardo et Ce.
B Jusqu'à ce jour, on n'a expédié au meilleur discours sur ce sujet: ee est partie de Toulon du roi de Rome, des an'aires et
que les zouaves et pour MarseiUe le 6 mai.– de l'Eglise des mesu-
le ST~ de ligne, depuis le départ do la division de' B Ift Ct'tH~Me e( !M Cr«t'9MM aM ,C/.P~<ec!e. La bombarde à vapeur le TeMare est entrée a Mar- res de tout genre prises par l'empereur avant d'en- La Compa~Mi' ~ar~MM?:~ ~M e'yMtpayes de grande
Failly. seille I@ 6 mai, venant de Porquerolies avec des trou- treprendre la funeste campagne de 1812 pu,is vient reMi. qui a pour objet exclusif l'exploitation des
N2" Une médaille de la valeur de 1,500 fr. sera décernée
s Les Russes pes à bord. le tableau de la situation de nos armes en Espagne, voitures louées ).nnée,-a.u iho;s ou à la journée, as-
abondent toujoura dans les camps. & la. meilleure étude sur ce sujet
,.et enfin les préparatifs de laeampagne~de.Russieet simiices aux équipag-es de iDaitre, et non celle
Leur armée des Girafdt'K. point
u. beaucoup soun'ert maladies'. A .MadanM.Emtte~e –OnIitdansleCoK~<MMoNM<'r: le passage du Niémen en juin 1812. A partir de ce des Toitures de rog'ie, dites de peM<e re~Me,
l'heure et B-3" Une médaille de la valeur de 1,500 fr. sera décer- <: M~ Be~at,, actrice des Folies-Nouvelles, qui mar-
qu'il est.Simphéropol Baqtchi-Séraïsont vient de se la dit et
de 300 jour, a: gloire, l'auteur, c'est par ces mots chent a. l'heure, est déjà. on possession, par ses traités
ravagés par le typhus. Des ofnciers et tourktes née à la meilleure pièce 300. vers sur ce sujet donner la mort a. Versigny (Aisne). La note suivante a le du tome la gloire, les
· qu'il annonce sujet suivant, avec presqùetous étaj)lissemens particuliers, de
été cPan'SMOMMStt. ëte.trouvëe dans ses papiers:
français ont visiter .ces viles et n'ont pu y sé- nous la trouverons à chaque pas; le bonheur, hélas t 890 voitures (service d'été et service d'hiver) ~t de
Les B 4° Une médaille de là valeur de 1,500 Jr. sera décernée « Je ne puis plus vivre ainsi j'ai trop'da chagrin. faut renoncer au-delà du
journer. ~fûciers russes, entre autres un prince il y Niémen, x 1,100 che?a.ux. Le nombre des voitures sera: porta h`
a. la meilleure nouvelle B Je vais tâcher de mourir. Que Dieu et mon père me et celui des à
Troubetskoï, dans un banquet récemment donné a 1,000 chevaux 1,500.
B pardonnent! C/M!Mt?t de fer <~ Pari.; s ZyoK.–Correspondance
Eamiesch, les oNiciars a ;) Su)' !M fHte.s cot)<empqra.t7!M dfjPat' ou de !tt pt-o~KM. J~e cA;t-e fZM prp~M!~ (tC<M6~JM.M .NMM!~ CM 0'
engageait fruDçais venir vi- directe avec la Suisse par Dôle. Service matin et soir
.siter ces vlHes; x La sonime )~Je n'ai pas le courag-e d'aller embrasser mon. petit pt<a! focta! «K &gMe'/tce co.'M<de)'a& qui doit encore
majs IL sjoutait a Nous n'osons vous restante, 4,000 fr.; sera divisée et repartie. a enfant. Paris à Lausanne en 2<: heures Paris Neuchatel
d'examen entre aura s'aceroUre des économies qui décoitMnt'detoutsv?.
B presser d'y venir cependant nos sont en- par le jury lespieces'qu'il jugées )) Je désire que ma mère ne sache pas .que j'M-m~'an en 2l heures ;–Paris a Berne en 2'! heures. S'adresser
hôpitaux terne de concentranon bien
cambrés de malades, et lo s~jonry~st dignes de seconds prix,-d'accessits ou même de'~men- )) à mes jours. r&nseignemens, en France, dans les bureaux entendu, ainsi que des
daHg-ereux en pour améUoratiaas et du développement
tioEshonorable- succursales et bureaux du chemin que l'exploitation
D ce moment, x K Elle etiut bonne, ma mère, elle m'aimait bien, elle! de.corre~pondance est encore susceptible de rece?oir à l'aide de capitaux
Les manuscrits des ouvrages destinés au Concours )) Si je ne l'avais pas quittée, je n'aurais de Lyon, et en Suisse dans tous les bureaux
s L'état sanitaire coDtinùe s'améliorer du côté de pas ani-'a.insi. da poste
devront être déposés du 1~ au 31 décembre 1856, au se- de la Confédération. intelU~-emment employée.
l'intensité. )) Je ne sais pas si le poison sera assez violent dans
crétariat de la SocuÉTE nES GENS DE LETTRES (Cité Trë- tousies si
t)Le commerce da Kamiesch a cas, je .-meurs, que 'l'on n'accuse'que moi –Par décret en date du 29 mars 1836, On délivre des prospectus a.u siège
se relève. L'inten- vise, 14, de siidi à quatre heures, et franc de port.) impérial, provisoire de la.
)) seule. B
dance lui a fait des achats en vins considérables manuscrit devra et être
BJLOUtSE BEGAT.x Me Carré a été nommé notaire à Paris, sur la présen- Compagnie, place Veudôme, 8..
les B Chaque porter-une épigraphe
On écrit de Madrid, tation et en remplacement de Ma VaHée.
Russes feront le reste. Quelques-uns expédient sur a.ccompag'né d'une lettre cachetée rappelant la même épi- 3 mai, a la Ga~s~g f'M Tri- r p
Odessa. < et indiquan< le nom de l'auteur. 6MK<n/;K, que, le § avril, daux gardes urbains condui- four tous les faits divers non signes La. souscription aux actions est ouverte,
graphe jusqu'au
'B Le commerce t Les manuscrits ne seront pas rendus.. saient un mendiant à la prison du Saladero. En tra- Le secrétaire de la rMaction, P. VINCARB. 20 courant,
s'est emparé déjà de la mer Noire. chezMM.Ardoin,Ricardo etCs, banquiers,
o Les personnes étrangères à la Société seront admises. versant la petite place de ia. Cebada, i)s furent insul- rue de la Chausaée-d'Antin, 44.
Nous avons des services de bateaux à vapeur entre' au concours. tés par deux ouvriers nommés Valentin Buendia et des actions
et Le montant intégral doit être versé
Consfantinople Odessa. Le commerce maritime spm- José Martinez. Les militair.es'arrêtèrent
B Les auteursconserveront la propriété de leurs œuvres ces individus comptant.
blé devoir prendre élan considérable. SOUSCRIPTION,
un On a reçir et ieront seulement abandon à la Caisse de-secours de et les emmenèrent avec le mendiant au Saladero.
hier une bonne nouvelle dès bouches Aux'actions
du Danube. la Société d'un prélèvement de 5 p. 0/0 sur le prix qu'ils Quelques jours' après, les deux ouvriers furent en-
DU CHEMIN DE FER INTERNATIONAL DES FLANDRES. Aetea dtt genverNemett:.
f Les travaux entrepris par les Ingénieurs .autri- retireront de la première publication.' voyés, sous l'escorte de plusieurs àlguazils, a la pri-
chiens pour débarrasser les bouches de Sulina de la )) La soc~E DES GENS DE LETTRES se réserve de publier son civile. Pendant le trajet,'José Buendia, frère dé ~oc~eaKOKt/me, COMMERCE.–Le .Monter publie le le décret char-
en calleetion, au profit de s& Caisse de secours, les pièces 'Valentin, que l'on transférait a.la prison, somma les geant la Chambre de commerce dé Saint-Etienne de
vase, du sable et des rochers qui'l'encombrent s'ac- Autorisée pour une durée'de 99 ans, par décret
couronnées. alguazils de lui )ivrer .son frère; sur leur refus, José l'&dministration du bureau établi dans cette ville
des chambres belges.
complissent, très heureusement, Buendia tire de dessous des armes a feu destinées au commer-
a Une commission spéciale, comme dernière l'ample manteau dont il était pour l'épreuve
On est parvenu a drag-uer avec succès dans l'en- .rËnnëe
sera'instituée l'examen de toutes ~es pièces enveloppé une grande carabine, l'arme et l'ajuste con- ce 2" le décret nxant la composition conseil de
pour en-' du
droit le phM favorable au passage desbàtimens on tre les aignazils. crient au secours. CAPITAL sociAL 5,000,000 de fr. du
voyées au concours. lesquels Deux gen- prud'hommes Puy.
a gagné jusqu'ici, un quart darmes
pied~un sur. le fond on B La liste des membres de cette commission sera'pu- accourent, ;mais aussitôt José Buendia se pré- Divisé en 10,000 actions de 500 fr. émises à 450 fr.
INTÉRIEUR.–Un du 26 avril nomina-.
trois fois plus, ce qui permettrait décret, porte
espère gagner a de bliëe.)' n -Mpita au-devant d'eux, leur dit < Arrière! B et en (6,000 actions sont~souscrites en Belgique 4;000 ont tion de plusieurs prés~lona de sociétés de secours mu-
forts navires de franchir les bouches sans être obligés même temps il décharge sa carabine; l'un d& ces mi- été réservées la
-Voici le tableau des pièces nouvelles France.) tuets..
de subir représentées, au cœur la tombe
des pertes de temps considérables et des le 1er la scène de la Comédie- litaires," frappé par balle, par terre MiNmcM D'INTÉRÊT de 4 t/X 0/0 sur le prix d'é-
janvier 1851, sur baigné dans son sang'
transbord-emens très coûteux. depuis mission', GAttANTi-paj le gouvernement belge.
Française: Les passans s'emparèrent du forcené et le livrèrent A!!tNeatatt<m pabli~Me
? Le gouvernement va pronter de l'évacuation de 185i.
]8&1. CoMMt! d'ad'mMM~ah'oM
à la ju-itice.'Le gendarme fut transporté àl'hôpital, où pro!)MO!'re Ca~~e ~e
!a Crimée et de la Miagrélie pour expédier des trou- et J. Lacroix. 6aM~M.yerM, 8 mai 1856. Farines.
FfïMfM. A. Maquet il expira dans la journée même.. MM. Ch. de Meùlemeëster, de la Banque de Cours moyen
où président du jour, 54 3T; cours de taxa du jour,
pes partout besoin sera. Immédiatement, plusieurs C?!?-taM-e< ~ar~Mert~Mercier etFourmer. Le tribunal criminel de Madrid, après une procédù- Flandre,àGand. S4 35; taxe de la veitle, 54 34; hausse, 01 c.
bataillons vont partir pour la Syrie. Us sont dirigés J~a~e~e.Dame.Scribe et-Legouvé. re sommaire, a condamné Buendia ala peine de mert. ancien ministre 'des
H. Rolin, ira-vaux publics, Halle ~e Pat~M, '7 mai.–Farines.–Cours du
sur Naplouse JaSa. ~M ~art. Mme E. de.&irardm. La condamnation moyen
directement par C'est ~/NM!e de cet individu, qui certes était -aGand. 53 64.
jour,

–Mats vous n'en savez rien. Bu. reste, j'en parle Estelle, dit-aile & sa. femme de chambre, priez N'a-t-il pas accompag-né son maître? ces. Peu vous importe évidemment de savoir –Elle
lesquelles, dort, se disait-il, elle fh rt paisiblement f
M. le baron de -venir me parler." il est la. et vous ne tenez sans doute
à apprendre si je réus-
maintenant, je ne sais pas pourquoi. :–Non, madame; pas Pas un regret, sans doute [' pas un souvenir;
sirai ou non. Mais ce qui vous touche pas une
Ni moi non plus N'allez-vous pas vous trou- Comment madame n'est donc pa,s'prévenue?~ –Qu'ilvienne! particuliéreirent, seule pensée qui trouble son sommeil Elle doit mê-
c'est cette déclaration qu'a. l'avenir je ne serai plus à
bler la tête de ces papiers ? C'est bien assez de votre –PrévenueTde~uoi? ?- Mais, au mSme instant, André parut annonçant M. me trouver sa position bien meilleure et respirer
votre charge. plus
mari. A votre place, mon enfant (c'est étonnant com- –M. le baron est parti. Lefèvre. a l'aise. La voilà seule, maîtresse
"J'emportefort peu'd'objets à mon usage; de ses actions; ma
me ce sucre-la sucre peu !) votre place, je'ne reste- Parti ? Comment Eh bien 1 quand il rentre- ce que je
–.M.Lefèvre!Ah!je vais savoir quelque chose, ne puis me dispenser présence lui était odieuse comme, celte d'un étranger
d'emporter. Quant à l'argent, j'ai
rais pas vingt-quatre heures déplus sous le mê:ne ra, priez-le de monter chez moi. pensa la jeuue femme. Et elle ajouta Faites entrer! 1 eu le bonheur de gagner hier au jeu une somme assez qu'on est obligé de supporter chez soi Qui sait? mon
toit. Mais il est parti eu 'voyage. Ce M. Lefèvre était l'homme d'affaires, ou plutôt, forte que je crois pouvoir considérer lui un
comme mienne, ce regard était peut-être remords! Un remords? v
Oh! vous Dansez que bien c'est mon
intention~ En -voyage ? carc~ n'est pas la même chose, l'homme
de confiance qui me dispense d'un emprunt, m'eu!; elle a trop,d'orgueil;
qu'il été, vous le non, mais une gêne.
j~t a ça sujet aussi j'ai a vous consulter. Croyez-vous –Oui, madame.. deIa~familledeRéze.- -comprendrez, bien
pénible d'avoir à vo'us faire. Ah ça, continua-t-il un moment
après de médi-
mille livres de rente me suturaient, avec .–Vous D Il me~reste à vous rendre de la gestion
que quinze rêvez. Vous avez vu M. de Foug'eray.ce matin ? dit-ella compte de
tation,exa.minonabienles choses
>. >' Suis-je raisonna-
votre fortune ces quatre années.
Henri. Non, madame. I). paraHrait qu'il a reçu quelque ,dèsqu'il parut. pendant Heureusement, ble, ou suis-je fou? Que penseraient de moi les habites,
n'a pas averti madame. mes notes étaient à peu prés en règle. Je les ai revues
–Sans doute/mais. nouvelle bien subite, puisqu'il –Non, madame là baronne; je venais précisément ceux qui prétendent à fond l'art de dompter
cette nuit, et vous trouverez une sorte de rapport posséder
J'en ai quarante-cinq, mille, je crois; eh bien! 1 Qu'est-ce que tout cela veut dire? Qu'est-ce qui le consulter au sujet de l'affaire de votre domaine de général
dans letiroir de gauche la femme, en me voyant ici dans la rue, transi et
de mon bureau, sous une enve-
~'en'gardërai quinze et je lui lai~ei'ai la jouissance s'est passé? .LaYonnerie. comme un
loppe non cachetée, à l'adresse de M. Lefèvre. Ce rapport grelatant vagabond sans feu ni lieu Ne
du reste. Oh mon Dieu, madame venait de sortir, quand –Comment! il n'est pas passé chez vous?~ donc
constate, je crois, un ët~t de choses satisfaisant. Vous suis-je qu'un niais qu'un de ces misérables,
–Comment? 2 monsieur a sonné Philippe et lui a dit do l'aider h aurez à l'envoyer
–Non,madame. à son adresse, en .en demandant venus au monde
une tout exprès pour être bânbués, bous-
A condition qu'il consente a ce qu'on le. fasse faire sa malle. C'est étrang-e H est parti subitement en voyag'e copie que je n'ai pas eu le temps de faire. cules, foulés aux pieds par les autres) I
nommer quelque chose. quelque part. dans une A faire sa malie ? et je pensais bien qu'il avait été vous demander de ? Vous pourrez, dans les premiers dire que je; 'H s'arrêta tout à coup devant
temps, l'hôtel.
ja resterai ici a cause de la_santé il a emporté très suis en Touraine. Je crois que le domaine
ambassade.Moi Oai mais pau de choses; .il pa- l'argent. de la Yonne- –Si je voulais pourtant, a cette
rie vous vaudra heure, et vêtu
d'Henri. Les apparences seront sauvées. raîtrait qu'il ne sera. pas longtemps absent. ~-Justement, j'en apporte. un procès, que vous gagnerez seïontou-.
Cepen-, comme je le suis, j'entrerais là, dans cette maison, et
dant Philippe dit que M. le baron tes probabilités. Comme c'est une très grosse affaire et
JMaia, mon entant, c'est tout ce qu'il demande! l était tré3 ag-ité et Mais il en av&it peut-être.
j'y commanderais .en maître. Cette vie que j'aban-
qu'une partie de votre fortune en dépend, ellé peut fort
Je le sais bien et j'ai. parfaitement compté sur qu'il ne s'est pas couche. Oh il ne devait pas être bien riche pour le mo- cette richesse, os luxe qui si longtemps
bien motiver ma présence sur les lieux.' Ce sera sumsant' donne, ont été
sa cupidité. Ah!–Etcetie malle, quand elle a été faite. ? ment, deux ou trois mille francs peut-être. mon ambition,
pour éviter le plus gros du scandale. Peu a, peu .on s'ac-' je retrouverais tout. Js n'aurais fait
–Mais c'est, un meurtre une abomination!. 1 Il faut M. le baron a fait descendre des cartons,, des C'est suffusant po.ur se mettre en route. Je suis si coutumera à mon absence, et vous trouverez bien enco- qu'un mauvais rêve et demain.
plaider. boîtes qui étaient au grenier; et puis il a dit à Phi- surprise. voua permettez. re un prétexte ou deux pour prolonger la situation. Plus Et demain le regard d'Amélie' Non, non, 'je
Jamais Vous savez bien que mon frère me tue- lippe d'aller chercher un nacra. Et e'ie sonna le va.!et de chambre, qui accourut tard ennn, vous aviserez. ne le ferai pasj je ne Je veux pas! Allons, c'est ce-
Vous le con- –-Ensuite? M Vous avez été bien cruelle
rait plutôt qua do spunrir ce'acandale aussitôt. pour moi, madame, et la du cœur! du'cœ'ar! Eh bien! oui, la misère,
naissez bien. j'a.Ua.is dans la chambre du petit .? vous avouerez que, si ;pai été coupable, je suis terrible-
,–Ensuite, pour '–Quevoùsadit.pourmcjiM.lobaron? l'horrible misère !J'ai déjà passé
ment n'ai rien à par la, je n'en suis
Il y eut ici un moment de silence voir s'il était M. le ba.ron a puni. D'ailleurs, je vous dire que ces
pénible pendant éveillé, quand. passe si Rien, madame. pas mort Et il y des pères,
simples mots vous pouvez me haïr, me désespérer, me en a tant'd'autres !Et
lequel M'"s de Lerme se mit a rouler ses pouces. près de .moi qu'il, m'a touchée. mais je crois bien –Rien?. avec de pauvres enfans aSamési. Et moi, je
faire souffrir mille'fois la mort.; muisvous ne me mé- petits
–Eunn/je suis résolue! dit Mme deFougeray d'un qu'il ne m'a pas vue. Et il est entr.é dans là cham- Rien Ah mais il y a une lettre sur le bureau suis seul, et je suis jeune
priserez pas. Et je sens 1~ au cœur côm- e
ton qui ne souS'rait pas. la réplique, surtout de la brs, et il s'est approché du berceau-. 11 faut vous dire darnadame. madame. Oublier vous me une namme Oh'î.si réussir
B Adieu, donc, sera facile je pouvais mon
aussi amie de son repos que l'é- que le petit dormait; alors monsieur l'a embrassé sur M"~ de Foageray 33 mit a rire.–Ils
.part d'une personne sont étpnnans; moi, j'égaierai. Dieu Si mon projet~'est pas insensé /si je né me
tait la bonne dame. le'ffontsansle.réveilier.~Et je crois qn'il pleurait, dit-elie en parlant du valet tous du sang de Jocris- B VICTOR DE FOUGEHAt. )i. trompe pas horriblement sur moi-même! si ennn.ce
–A ce soir, ajouta la jeune femme; venez savoir madame; et moi, en le voyant pleurer, je me suis se.' Restez donc, monsieur Lefèvre, cette lettre ne peut
jour de triompu.é pouvait arriver Quelte joie
le résultat de là conférence. mise apleurer aussi. rienavpird'importaut. demeura pensive et dit a demi-voix
Amélie Et qui sait
quel délire-! quelle vengeance ?.
–Oh! il va. voua prendra au mot! Soyez tran- La bonne ûHe pleurait encore en faisant son récit. Je reviendrai dit l'homme Voita une lettre bien singulière.
demain, d'an'aires, Ici nous devons avouer qu'une rondo de
vu)gaire
Vous aurez rêvé cela. Pour une absence de quel- qui, mieux inspiré que la ..jeune femme,
quille devinait une police vint mettre nn'a ce monologue et forcer M. de
–A ce soir donc. ques jours, ce n'est pas possible. M. le baron n'est
catastrophe.. YI1.. Fougeray à gagner un domicile quelconque, a défaut
Et elle prit congé deMn~ de -qui, après son pas ridicule! M~edeFoug'eray paasa dans sa. chambre à coucher
Lerme du~sien; car, en'ce temps d'extrême civilisation, l'a-
départ, poussa deux ou trois gros soupirs de commi- Cela n'empêcha.pas, .madame. j'ai bien v.u. et trouva, en endt, une lettre placée ostensiblement nuit une même et la folle doivent
La suivante, -vers heure du matin, par un mour prendre des~Iîurea
.,sérË..tion, puis se renfonç').' avec un doux sentiment Ennn, dit M'"s do Foug'eray impatientse, ne m'a- sur un petit bureau de bois da rosé.
épais broa.iUard, un homme, coiB'é d'une casquette et régulières et dormir paisiblement leurs sept où-huit
de bien-être dans sa bergère, t-il pas demandée ? E!le l'ouvrit et lat d'un
ce qui suit: enveloppé caban, rôdait au coin de la-petiierua heures,ou tout au moins en faire semblant,
Non, madame. Je pensais que M. le baron sa- en face l'hôtel
Chana.leiUes, presque d'Amélie, dont
VI.. vait où était madame, et qu'il irait là rejoindre.
r "Madame, toutes les fenêtres étaient sombres.
–Et savez-vous où se rendait la voiture? a Apres ce qui s'est passe hier, je prends la seul parti Nnl sans doute n'aurait eu l'idée de deviner M. de LOUIS DE FARELLES.
Vers onze heures) Mme de~Fougeray r<mtrait che~ Oui, madame; je crois bien qne c'est au chemin ce
` qui'me'oohviehne, je m'éloigne. Fougeray sous costume. C'était pourtant lui.
'?; de fer d'Orléans.MaisAndre vous dira cela. H J'espère, là où je vais, pouvoir tne créer des r~sour- IL se promenait avec Ha<M~d<!eN!<!tHj
agitation.
Prix du pain d'après la. mercuriale: 18 du décret du 1T février 1852, condamne Vinçard, de cetta des indices qu'il Noua recommandons a noalecteura la Compacta PAtATS-ROYA~. –JtfOMf~Uf M au Cëfe~ (Hyacinthe),
negoc!a.tion, qui prouvent
1~ qualité, 45 e. le kilog.; 38 c. à 50 fr. d'amende et solldai- savait a quel fait il prêtait son concours. l'Bomme de Robe (Lugaet), le .BoMrn'aM,
Se qualité, Rony et Serriere chacun aKy~aMe J!rt<MA CommercM~, H-, rue des FiIles-Saint- un JtipK-
Prix du pain d'après ]a taxe NT. JORANB, substitut, des Rentes aux taux ~Mf (Ravel)..
mentauxfrais.B a soutenu !a prévention. Thomag, qui constitue viagères FORTE ST-MART!N. Sa:t)<t~of Bosa (McIiBgue, Latou-
l?~ qualité, 48 c. le kilôg.;2e qualité, 40 c. le kilog. Semblable jugement a été rendu l'égard des jour- M~ EHNEST DE CNANCEL, avocat, a 'présenté ta défen- les plus avantageux..
che, Mme Marie Laurent)..
naux la 7ert<e et la Fo?.r de Ja Fer~e. se de Marie Lamarque, et ? GUHfARD, celle du sieur A 62 ans, 10 fr. 13 c.- pour cent francs déposés; T3 GAtTË. Prem. représ. des ~fe<t<M)'es de JKaK~r~.
–OnlitdansTBe~9syr<co~: M. ans, 15 fr. 67; 82 ans, 20 fr. 15, etc. (Fotf aMa? j4MK.) AMB!su. Le JParacKs pe~dtt (Dumaine, Mau-
Castellano,
MEKCREM. J~WKM. Les déclarations a. la Caisse Le tribunal a reniu son jugement a l'audience de rice Coste, Mlle Përigat).
TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE BORDEAUX. –5,000 CHAPEAUX de Panama & 25 fr. et au-
de service, dans la journée du 3 mai, ont été de 1,229 sacs mardi dernier 29 avril. H a déclaré les prévenus cmQCE tMp~uAi,LesMaye'c/tttMa: de !'EH:p<r<'(Saint-
de farines premières qualités livrables dans les trente Présidence do M. MUVET DEPATY, 'vice-président coupables des délits qui leur étaient reprochés. En dessus.–Gibus neveu, 3, place des Victoires. <[ Ernest, Lacressouniëre, Clarence, Taillade j Edmond
jours, et 36H sacs à ourson; prix. moyen, 85 fr. 39' les 157 29 a!)rt/. conséquence, 11 a condamné Marie à cinq Ga.Iand.MmesLacressonniére.Person).
~M~Hcgs~es 2~,25~~ Lamarque NAVIGATION BOUFFES PARistEKS.
et le sieur M. a six mois TRANSATLANTIQUE.. 2'romt)-eu~a! les PanMMS de
~il.(54fr.31]esl001;:ilog.). PERTE DE 80,000 années d'emprisonnement, la
C!~ .FEMME EXECUTEE A LA. BOURSE. de la même peine COMF~6A~ F~~CO-AM~CJLJ~E. F<o~< ~!('!oMeMa', ~foMt)pa;!c. 6
BLes facteurs aux farines ont déclare aujourd'hui 3,113 et 50 fr. d'amende. Tous les soirs, exercices
FRANCS. ABCS DE COKFIANCE ET ESCROQUERIES.– CtnQUE ]~APOLÈor< éques-
sacs.m (6'a~e~e des M&MMNM.r.] GAUTHIER MÈRES ET CO-~PAGNtE. tres, –Dernières représentations.
COMfUCITË D'UN AKCtEN cÔ5tM!SSA!RE DE POLICE. Incessamment l'ou-
`
SERVICE de NEW-YORK et 'du BRESIL verture .du Cirque de l'Impératrice.
Cettoanaire a excité très vivement l'opinion pu- L'un des g-erans, H. JRo«! ROBERT HOCMK boulevard des Italiens, 8. PrestMi-
CeHfs et TribMnaax. Par les steamers naufs suîvans pitation, Ma.~Ie. Tous les soirs, a huit heures.
blique, a. raison.:des scandales qu'elle a. soulevés un
MM. Rony, de la PrM. P. Vinçard, secré- CONCERTS MUSARD. Tous les soirs, de à 11 heures,
gérant peu partout.'et notamment dans le monde des jeux Plusieurs de nouveautés ont ~fpCtrM Stt HAYREpOMr NEW-TORK~
grandes maisons Concert, Promenade. Prix.d'entrëe, 1 fr. et 2 fr.
taire de la rédaction, et Serriere, imprimeur du jour- do Bourse et de l'agiotage. Par FAlma.. le3juiii.
annoncé depuis quelque temps la mise en vente de
nal, étaientt raduits hier devant le tribunal correc- Sur le banc des prévenus est assise une femme qui dizaines ou centaines à Pa.rleBarec.lone. le 3 sillet.
tionnel plusieurs do mille mouchoirs
(6e chambre), présidé par M. Dnbarle, pour.la a eulongfemps la conÊance absolue d'une-maisonho- valant 8 et 9 fr., au prix fabuleux de 3 fr. 60. JTJpNf~ <<MUAYKE pOMr RtO-JANEIRO,
du écuason, FORTE~SATNT-MARTfN. 5a!!)<:<0f J:OSC[ est un SUCCeS
reproduction, faite dans le numéro 6 avril, d'une nora'ble de Bordeaux, et'qui, sous'le couvert de cette Touchant à Lisbonne,
H est bon que le public sache que ces mouchoirs Madère, Sa-inte-Croix-dc- d'argent. Le talent immense déployé par MëiiB~ue et ses
'noie empruntée l'JMfpeKdanee M~ Cette note a a fait des opérations de bourse considéra- T'Mn~riffp. Pf<mHnihllf''n pt ï~ah~o
réputation, ne valent pas plus 8 et 9 fr. que 3 fr. 60, puisque de- ~.yw. partenaires, la maErnincence de la mise en scène et des
été considérée, par le ministère public, comme consti- bles c'est la. femme MarieLamarque.~quiaété, en décorations de M. Poisson donnent à cette tout
puis longtemps Us sont vendus 2 fr. 40 au dépôt des Par le Cadix. le 6 juin. reprise
tuant un compte-rendu d'une séance du Sénat. exécutée a la Bourse, il y a quelques l'attrait et le piquant d'une œuvre nouvelle.
langage d'agio, fabriques toiles de Lille et Lizieux, 13, faubourg Par le Lyonnais. le 6 juillet.
M~ l'abbé Migne, propriétaire, gérant et imprimeur mois, pour une perte de 80,000 fr. A côté d'elle, et de Il -1- 1- 1 soir les f<MKtM~ d
Montmartre. Nous rappelons que cette maison possè- suivant ja, naïu.reaes BOUFFES rAMStENs.–Ce jeudi,
des journaux la 7ër:M et la. Fo<a; de !a'Fe'n'fd, j't't~NM/TMpour.riew-ior.n
était comme son complice pour un fait particulier, est tra- de des assortimens considérables en toiles, calicots, ~<ote«e, opéra-comique d'A. Adam, et la 40° représenta-
traduit pour avoir, dans ces deux commissaire de police de Bordeaux, le m&rchandises 20 dollars,–15 dollars,–10 dollars, et tion de TroN!&-J.!ca~(!t', cette bouiîoiinerio
journaux, repro- duit un ancien et s'adresser à elle c'est s'adresser au fa- excentrique
la Presse, l'article incriminé. lingerie, que musicale.
dcit,. d'après sieur M. chevalier de la Légion d'Honneur et de 1~ bricant et par conséquent obtenir un a- 10 0/0 par tonneau..
Les deux affaires lui-m&me, C~steamera sont d'une marche supérieure .et sont
étaient distinctes, et le tribunal Couronnede'Fer.
deux vantag'e de 15 à 20 0/0 sur ses achats. aussi les plus beaux et les mieux aménagés qui
a prononcé jugemens. Les témoins nombreux entendus a la première au- F&UUtes.–Paris,7 mai 1856.
Nous a la Gazette des T?'!6M'MM;E le MINES D'AIX-LA-CHAPELLE. soient sortis des chantiers du célèbre John Laird, de
empruntons dience sont presque tous les dnpes multipliées de la Verger (François), marchand de vins et logeur, rue de
texte de celui relatif a la PrcsM Liverpool ils ?ont divisés en sept eompartimens par
femme Marie Lamarque. Ils ont, avec une crédulité MM. les actionnaires sont prévenus qu'a partir'du Jouy, 16. J. c., M. Drouin s. p., M. Quatremére, quaj
K Attendu que la reproduction, dans les colonnes livré leurs économies seront six cloisons étanches, qui les rendent insubmersibles. des Grands-Augustins, 55.
déplorable, celle-ci, qui, de- 27 courant, les-récêp'ssês provisoires échangés
d'un journal, d'une discussion qui aurait eu lieu dans a été établi a la Bourse de Bor- contre les actions au porteur et contre le dernier ver- S'adresser, pour fret et passage en toiles et
frères et Os,-14, rue 'ide la
puis qu'un parquet Dolive-Caquelard (Jean-Pierre), négociant
l'intérieur du Sénat, doit être coasidérée comme un les fonds sement francs action à la caisse de A Paris A MM. Gauthier
deaux, et qu'on peut y négocier publics, de cinquante par articles'de Lille, rue Saint-Martin, 160.– J. c., M. Caille-
alors surtout Grange-Ba.teliÈre a l'Agence maritime des Message-
compte-rendu, qu'il y'est question des avait organisé un système complet d'agiotage a l'u- M. Paul Poictevia, btthquier, 4, boulevard des Italiens. botte; p., M. Sergent, rue de Choiseul, G.
coBciusions du rapporteur, de ia discussion ries générales de France, Caillard et C", boulevard
qui en a sage des domestiques, cochers, facteurs et autres. Jouanneau (Adolphe-Gaspard), mëgissier à façon, à. la
été la suite et du.vote MM. 'Vergniolle et Ce, banquiers à Paris, rue Ri" des Italiens, 4; a M. C. Farrenc, agent maritime, rue `
par, lequel elle a été terminée, Cpmme.'eDe ne pouvait plus jouer en son nom depuis Cour-Neuve, près Samt-I'tenis. J. c., M. Ca.illeootte; s.
quand bien même la date du fait et les nom s des sa catastrophe a. la Bourse, les agens de change chelieu, 108, informent le public que c'est par erreur Notre-Dame-des-Victoires, 40;. M. rue 8.
p., Lacoste, Chabanais,
membres qui auraient pris part a'la discussion ne se- et sans leur autorisation, qu'il_aparu. dans divers A Lyon, au siège de la. Compagnie, rue d'Oran, 2';
l'ayant mise en interdit, .elle avait loué une chambre
T'aient pas reproduits; journaux l'annonce qu'une souscription .était ouverte Au Havre, a MM. Barbe et Morisse
rue Dieu, et de la elle expédiait des commissionnaires
B Attendu dans. leurs* bureaux, pour les actions d'une Société A New-York, à MM. ~m. et Ed. Poirier et C"; Sfatmo et Far!nes. Paris, '? mai 18S6.
que l'article émané du journal l'jMe- pour transmettre ses ordres. Le sieur M. y allait
et dans le journal désignée sous le titre de CoMp~HM ~e'Hera~ eMro- Et pour fre~ a toutes les maisons d'expédition du la
peKda?:ce 6e~e, reproduit la Pt-fMe très souvent, faisait les bordereaux, écrivait les or- (itn quint. meir. aa luu Ku.j iMmarqmu &u au &6 05
dans son numéro du 6 avril 1856, ledit article com- les bénénces. p~MKe~'em~r~M~et~eco~ow'KtMoK. Havre. Arrivages. 4,n9 q. 81k. 3' M fx )~ to 0) cH
dres, réglait les comptes, partageait
mençant par ces mots a On parle B et à gagner en bons de Ventes. 4,3n .22 3' 10058 3S 95 44 60
beaucoup. Mais ce que le ministère public reproche a 'Marie -300,000 avec~lOfr. adressés
unissant ceux-ci Restant. 81,5~3 oe 4~ a "a Ba fa oB ))H
par « De plus fortes prérogatives Lamarque,cesont plus de v<Egt abusdeconûance poste aM.'Norbert-Estibal-et B.ls, fermiers d'annon-~
en cette circonstance. CoMr< mo~ett., Cuisson.188 40 M aa M sn
). a tous les caractères du ou escroqueries caractérisés, au moyen ces, 12, p'àce de la Bourse, & Paris, qui expédient
parfaitement du vendredi soir 9 mai. Du jour. 53 fr. 64c. Relevé.. 64 31 B* M te
compte-rendu des séances ou d'une partie de séance elle s'est approprié des sommes considéra- aussitôt 10 b~ltets des loteries &!Mt<-Roc~, SdMi!8MMf:tM, TM&trea. Spectacles se Ba
09
desquels Delaquinzaine. ~7'
du Sénat; T<'K<M<iKt!
bles qui lui avaient été con&ées pour des achats d'ac- OAmac~pouvant gagner 20 fois (le'' tirage le 12 mai); OPÉRA.. –Le .PMKrc (Massol. Dërivis, Boulo, Mlle Dussy, J'<M?~«'p<HK,lekil.. SO
e Attendu, que cette publication lots en espèces de 100,000 fr.,
constitue une con- tions, ou qu'elle s'était fait remettre/en employant. 50,000 fr. De plus, on a –leCot'sat!'e(Segarelli,MIleRosati). arquai. .4S 42 Alivr. 8~39,5220 5780
travention aux dispositions de~ l'article 16 du décret des manœuvres frauduleuses. en prime la PAix Du MONDE, 30 mars 1856, belle gra- FRAK~Ais. 6a6Wette.- –la, Joie /'?!< peut- (Régnier). ~t(M eM <ttSpOMf6!e. Cuisson BH )))) DB BB, Bo BB
du n février OFERA-coMtQUE. JMoHOK ~esc(tM( (Puget Faure Mme Gruau.. 1 57 66 85 M M Revente. 944 8S 43 05 S4 75
1852, lequel interdit de rendre compte Le sieur M. est prévenu de, complicité dans un vure (Om.TO) ou les 7 souverains sont d'une parfaite 1
des séances du Sénat autrement que par '.a reproduc- abus de confiance commis par Marfe Lamarque au ressembtancë. En ajoutant 2 fr., on reçoit' franco la ~îa.riC&bel).
La Bourse
tion des articles ODËort. (Tisserant, Laferriëre, Mlle Thuil-
insérés au journal dje la poste. Celui-ci prime et
ofnciel; préjudice d'un, facteur, avait re- la liste des numéros gagnans. lier).
HaMhRmdises.– Paris, mai 1856.
Attendu que cette contravention est commise mis a Marie trois actions du Crédit mobilier
aussi bien par pour en Constitutions de BeK<M CM~t'M, assurances de THÉÂTRE LYRIQUE.– La fo;Kc~ottM«e(Monjauze, Mme mjn.E. Colza disponible., en tonnes,
118 NN & tae e?,
l'imprimeur qui prête ses presses au toucher les dividendes., Marie les donna, à M. pour Capitaux payables au de'eM aveç~par~tCtpa~'oM dans les Miolan-Carvalho). id., tous fûts. 119SOa.))M))!
journal que-par le gérant duditjournaret celui des les négocier. M. les a fait vendre, et en a remis le VAUDEvn.t.E.– Le CoHi'er.–les j!)('c:<m~Ies7t)/:d~<s. 163 M à. Boa BB ecru's.nt du.
MKe'cM, par la Compagnie d'~MMraMCM ~'Ke'ra~ sur EspMT. S/6 disponible,
rédacteurs qui à signé l'article, tt qu'elle est prévue a Marie. Le ministère VARtETM. L'e f!e Robinson, Danses espagnoles, mois, BB BN à TM)BM. Betterave, e))!)à ssa.
prix. public soutient que M. la vie, qui a été fondée en France depuis bientôt 40 Ma~ott ~~caM<.
et punie par l'article 18 du décret, alors même le détournement celle-ci se jKnM Roger BoK<emps, SAVON.– Disponible, belle quai., 93 M à M M bcRne
que connaissait dont rendait' a~M,etdont le capital de 28 mt'Ht'oMS, entièremen
n'est ni ni GYBtpfASE.–Le DeMt:-fMo?<de (Berton, Dupuis, Mmes Rosé qual.,90M))à))B.
l'article argué d'inndêlité de mauvaise foi; coupable, détournement devenu nécessaire pour faire, est employé en immeubles et valeurs sur
a Le tribunal, réalisa, Chéri, Désirée), le Camp des BoM'9eoMM (Geoffroy), sucM:. –Exotique, bODnS\qT.~triôme, :)B &p sm M;
faisant application des articles 16 et une couverture; a
qu'il y dans ses actes/a l'occasion l'Etat. S'adt'MMf sra~!HtMs()'ft~'OM,<Mt'c~HeM,8'7. –J~(<;Mec~Mm(!tK~. j.nd:g'éM,id.,))))B)'t'~))!)9.

PR!X NE &A I.5SKE B'AK~M€B.S:La CK EmAaf,C VSK~T


Presse ~a~m~ €:?$ CEMTaNES~-la~MSseeo~MM~iM~~ avec le ComaMtMMomtte:, le JfotH'nat des Bébats, le Pays/le Siècle BN CRANC/

ActjiutUeattoMa. f< TT~~ I! ? ir~rueBarbet- a m a ?C


ArAM.iO T~RRA~Q~~ ~iM?V M? ~TfBFD'Sj' TtT~I T~'T!?tMtj' ~T~j demande un bon valet de chambre, natif
~nANniiiN.M.Alili
plante de beaux
déJouy.
tenant à droite à l'hô-
-i.BMie.li.ii~tJ
avenue de Neuilly,
TRtfCTIUNSA i~.BjUi~jLlL') i'~LAiSJNliDEMjl! ETiJ D'ETAPE
M~~Jrii w< d'Espagne, parlant le bon espagnol. c
TfaKës de BMdee!Ba, Remèdes, CassaêttqtMS.
44, à vendre sur une seule
~EAM .E 5~ HECT. tel de M" de P.
arbres,
et au fond aux jardins du Sa- .enchère, en la chambre ~es notaires de Paris,
Nouvell.oment
zemmes-lés-LiIle
et solidement
(Nord),
construite,
2.SOO broches,
à Wa-
tontes
S'ad. au bureau de M°'s Louis, rue Mandar, 4.
'composé de la ferme de Mitounin et des métai- cre-Coeur. sur une seule enchère, le2'7mail~56. de
Adjudication préparations et accessoires, dans les meilleures 'Tl!R ~Wn~E't?~ un
u~ capital ~rt'B~'B? MECUM.Traitédesmal~ Ifr. contagieuses.
ries de~Mareon~t
d'habitation
de l'Ethiveau,
et d'exploitation, terres,
avec bâtimens
près, bois-
le 20 mai 1856. à la chambre
lots qui pourront être reunis.
des notaires, en 3 Lots contenances
l" 492 m. Sgc.
Mises à prix conditions et venant des premiers construc- P0~1~ ~P~~T~R
jr~K ~~M Lmi.~ta. s.ooo.ooo dans
~AiFiJ
rueSaintonge,
fre~r~R~'oK. Prix,
68. Consultations
Dostr
gratuits;
LESEL,
<t
30,003 fr.. teurs, avec 3 maisons, sùpurucie totale 33 ares une affaire de premier ordre et de première gà-
taillis et étangs,"situé communes de Villemur- fr lot, 1,068 métrés SO c. Mise à prix, ~6,9no fr. 2~ 200 m.-85 c. on
15,COO fr. à vendre publiquement~ le mardi 20 mai rantie, donnant de 20 à 30 0,0 de bénéfices,
lin et de Gerdon, canton de Sully-sur-Loire,
rondissement de~Grien (Loiret).
ar- 2? lot, r,056 mètres
S'adres. à
70 c. Mise à prix, 16,000 fr.
rREST~T, notaire, r. de Rivoli, TL « .raire à Paris,
S'adresser sur les lieux,
de
et à M" ~-HOUAnu,
9
no- 58_c à 3 h., par ministère
1856, de M"~ Coustenobleet demande 500,000 6\, en une ou plusieurs som- y~~ M<~t7~?C?H7?t?~?nOTT
~Wett
boulevard Sëbastopol, (rue de Lefebvre, notaires à Lille, dépositaires du plan mes.– Franco poste restante aux initiales Q. Y. MM&~iiiiBDr
~~él~ du M~fi~~i.
én clle ltea
~c~M
Adjudication'même sur une seule enchère, Rivoli, 98). M et de l'état du matériel.
chambre des notaires,de S'adresser, pour détails, ~op!fafa?t'<;Ke~eKSCt.vilset militaires. Le meil-
Paris, le 10 juin 1856, auxdits sans enfans, leur remède des maladies
s. Paris et B ~TT't~JC notaires. t~t? ?~ MtC veuve, parlant anciennes et récentes,
sur la mise & prix de 10:. ,000 fr. ~MMIM 'E'8 eji~û iFÂmi~ l'altcmand et le français, dë-
imMil Sj BitËtS en DE SELLE ET D'ATTELAGE, guérit: en 3 ou 6 jours. 4 fr. le Bacon. Dépôt,
Chassesur~T2autreshectares. province. -A~ i i~i<! 0 sire se de cônnance ou
Etude de M" ncKMx, avoue 'UM~
fH~~A?ÏY jM.9JA vonrunEs ET HARMAis. placer comme femme ~'ournier,ph.86,r. d'Anjou-St-Honorë;a Paris,
S'ad. a M" FREsTAT, notaire, r. de Rivoli, 77. « à..Paris, MMTUM DE mjRRE DE §(? femme de charge
rue de Choiseul, 21. Vente de 20 chevaux de seUe et d'attelage, auprès d'une personne seule, et a Lyon, Richard, ph., 2, r.ue de la Gerbe. B
A vendre a l'amiable, en totalité ou en partie,
Vente sur licitation, le samedi 31 mai 1856, voiture et harnais. pour rester à la campagne ou pour voyager.
DE CAEN 3,600 broches, Filature bourre de soie eh activité, 2.
t~M ï ~P~R~TN~~S en l'audience des criées du tnbunal'd& Aux écuries de M. Chéri, directeur de réta- S'ad. à M" Kall,r. de l'Oratoiré-du-RouIe,
Gastrite, Castrai-
HBjLJjjMM~fM.&MM (Calvados). la Seine composée de peigneuses, cardes étirage, bancs pénibles,
lo D'une Maison a.Paris. rueJoubert, 23. blissement spécial pour la vente des chevaux, a broches ~t métiers ~TfK'CTi'~I~S
i~I.~J'jOiHJisSgie_, Gastro-entérite, etc..
Vente par adjudication volontaire, en l'étude à n)er. Ces machines neu-
de M~ MOJSAKT, Produit environ francs. rue de Ponthieu, 49. ?W~ I~K' 'FKAKCAtSEayant reçu une bon- guéries et EAT'x
notaire à Caen,- le samedi 24 10,600 ves et provenant d'Angleterre peuvent servir aJi'6 E; i~~T.jMf;
lJl'~ ~~`ll. ne deux parlesrAs'DLt.ES, CHOCOLAT
Mise à prix Le mercredi 14 mai 1856, à deux heures," né éàucation
éducation parlant
ma.i.àmidi, 120,000 francs. pour la filature de coton. S'adresser rue des et par position habituée dé-
mmër~s~ alcalines ,'nat"del'Etabliss.Therjm. de
2" D'une Ferme dans le Pas-de-Calais, Par le ministère de Me poucHET, commissai- langues, à'voyager,
D'une belle terre et- ferme sises à Sa.int-Con- dite la Bouchers, cour du Mulet, à » sire entrer comme dame de compagnie dans seule Succursale, MAïsorf DES rvRA-
ferme de~Malnance,comm. à successeur Lille.s
test. à 5 kilomètres de la ville (chemin de fer de Fauquembergue,, J re-priseur, Paris, de M. Ridel, rue
U,% avec beau jardin,
jardin, une maison riche. Demander l'adresse chez W?f!]!V
Wi~M E MtDES,lS7. rueSt-Honoré, à Paris.–
de l'Ouest), exp.oitëe par M. de Basty, arrondissement de Saint-Omer, louée 2,800 fr. Saint-Honoré.Sn ~ancien 333). ~jtT~~ à 'UB'f~M~au le concierge, jNe(.ta!<<el''s c!ttsse. ~os!'KOHMK:'Mi'seHel855.<!
éleveur On pourra SiM8~ t~i A WjEd.Wiu&a.Versailles,3&:s,
~jE~TDZp~; 45, rue de Provence.
et maMhand de chevaux, un ferma- Miseà.prix:CO,Ot)Oirancs. visiter les chevaux et harnais chez
moyennant Il M. rue des Missionnaires. Prix, n,OCO francs.
annuel de 8,000 fr., les impositions et répa- 3" De T? hectares dans la plaine de Cazou, pro- Chéri, les lundi 12 et mardi 13 mai 1856, de désire avoir une place, soit de
ge
rations a la charge du fermier. Maison de maî- venant
ensemble.
de la Compagnie d'Arcachon (Gironde); midi a 5 heures, 'TTM~]H 1 ?fM a vendre, 650 métrés, q. Valmy,
?fM F?~M~.?~7
~i~M~Ma.M chasseur, soit .de valet de t't~M
mABL Tn~Rt'SM~'TïY
iMamMt? n.iiSii~Ê.aJ~
tre, bâtimens d'exploitation, 60 boxs, jardins, ~n~p,ü~l~
mi.6,MAi~ 125, prés
135, prés la rue
rue d'Angoulëme.
d'Angoulême. »)! pied. Ecrire franco a L. F., poste reste, à. Paris. DuMartouret-Die(DrômR).
De 14 actions des rizières dg La Teste. de PENDULES, CANDELABJŒS
bosquets taillis, futaie, petits herbages garnis GCERtSOK BU Rm'MAT!SME ET DU CATARMK*.
Mise francs. ~~M
IH.~iJ'ijJLjûO ~6 et Objets de fantaisie, de la fa-
'de boxs pour les jeunes poulains et à prix 10,000
de B!b!!o)E!'R!*Ma,– ?a~t!eat:<!n's <!ÎTer'.ss. OMtx~ttre c!e ~(t~OK. le''jMtn 1836.
nières, terre de première S'adresser audit M" Lacroix; brique M. Ricbond fils, rue Chariot, n" 53, à Ïa~ttatF!s. Commerce. BN~eatiomt. Les résultats merveilleuxde cette r cuvé!
en labour, terre qua- e mé-
hectares les pouli- A M° Ci ri pou, notaire à Paris, rue 'vendre les 14 et 15 mai I85S, à 1 heure.
lité. Contenance, 36 environ. Bel accès. Vivienne, 22, dication, placent ce moYen bien au-dessus cin
Et à M" Gosseîtn, notaire à Fauquembergne.' Exposition publique les 11, '12 et 13 mai a journal
Trottoir pour la. monte des chevaux. Hippo- l~H
T iU~l~ i~? tous les remèdes propospsjusqu'âcejotu'Du) M
drome. 1 midi.. M~ iji~TTT~'R
i i jiMAiim ~t~I7 illustré, du tiaitement. 20 a 25 jours..
Me MOUMN..commissaire-prieur, ~lll9. d' V~llfAll9OJ~6J~ lt::lT.'Fli~ ET~Ce, moyenne
à Caen, à M. L. Bourdon, manda- rue Neuve- rédigé par l'élite des écrivains mode; nés, produi- S'ad. à M. Benoit, doct'' de la Faculrë de Parif.
S'adresser
sant 6 numéros 4, Fosses-Montmartre, cl.
taire des propriétaires,
Moisant.notaire..
rue Eeuyère, 15, et à Me NAi'S~
»
Mj6TS~f A FAMO
TB~a~tTSrueSaint-Andrë-des-
Arts, 27, et rue Su-
'Saint-Augustin,
le catalogue.
no 5.'chez lequel se distribue
an, illustrés
par semaine,
de 1,000 gravures
312
et numéros
contenant
par
la Vêtemens imperméables
4. (M. 1~
de tontes
Exp. univ.)
formes et
à Die
M. Benoit.
(DrOme'),
prop''e et direct''
B]s, jusqu'à la nn d'aYril,
de l'etub'is.c.,
hô~s) du
.ger, 9, d'un revenu net de 13,000 fr., à vendre, matière de 150 volumes: Il donne en prime gra- très légers, et articles divers eto
pour voyages, Globe, r. Croix*'des-P.-Champs, M
même sur une seule enchère, le 20 mai 1856, en tuite les meilleurs ALEX. de midi a h,
la chambre de ouvrages de'B.ULSAC, Ia,mpes;feux.
des notaires Paris, par H° UNDET, A-5'!s d'Actionnaire!:).. m3~~J~t76 pendules, lustres,
MMNE DE WIESBECQ. notaire, rue de là Harpe, 49.
DUMAS, G. SAND, vicT. Hu&o, MËRY, etc. Abonne-
ment de 6 mois. Paris,'7 fr. Départ., lOfr.Un an:
~~f~l~d~lG~9
iM~i~&t.fÛ~
porcelaine.
suspension
Med. 1855. v.ujvRAY.f:
pl' salle
p'' sa~lle à,à manger,
n~ànger,
r.Marais-Stf-
Etude de M" ))E DOUCHER, notaire, à Bruxel- Mise à prix 190,000 francs. H ~ie DU Paris, ISfr., départ., fr. fo un mandat MMjmO~i~ 3 jours desmalsdiescoata-
CHEMtK ~n~JC~MaTNtIM 18 Envoyer Martin, 31. Chiffres connus. Détail. Exp. pub. ftII7'~?ST6t~sn g-ieusesles plus rebelles. Pn.
les, rue. des Hirondelles, J4. DE FER Wi~i~U'HiMMAl~~jUjL à M. Jay, r. d'Enfer, 53. On s'abonne aussi pour med. 3~4. au. S'' ëM
5 fr. (Adolphe, r.Consts.n'iue,
M<' de Dohcker vendra publiquement, dans MM. les actionnaires sont prévenus que le se- Paris, à la librairie g'ënëra)e, r. de la Pourse, 1. )) ? fMM'B)(a.IaVilIede)~ec AT~rFt~') ge.Gons'-ut. de midi à. 4 heures. EcrJT3 fr~.ico."
les salons au premier étage de l'estaminet ensei- mestre d'intérêts 4 1/a 0/0 l'an, garanti parle
M<5
iMAiS~ M~f RUEDUFAUBOURG-
-SAINT-DENIS, a Ai-AMiS
t)a -ntc i~.A.t<BiiM. M G, rue de la. t< A~! 1. ii~
gné aux ï'roM-~tMtt'ds, tenu par le sieur Kaekel- de M' avoué à rue gouvernement sarde (soit 3 fr. 40 e.), sera payé succès. 8 livr. Châtes Indes, France.Achats cchg~, reparat~.a ~C ~t«')f6'0!-
Etude i~cnoix, Paris, de MN?!~J?t7S ~0!/Ct)SKOU!;eOM~;
Wo?lensnosa2;r,auvdesegué;ursoi-
hors et près de la porte d'AndwrIecht, à à partir du 29 mai courant, sur la présentation HftaJOi~aJ~àSoc.
M~nS?~m?7~~rseUe.Grandsonten vente. Abonn. d'un
Choiseul, no 21. MNH.i<mO.
x~iaT~ même, par le d'' C~MOK ~t-M~.
herghs,
Bruxelles,
csnt sur la
avec bénéfice
somme
d'une
de l'adjudication
prime d'un pour
prépara-
Vente en l'audience des criées du tribunal des
siège
titres,
de
de 10
l'administration,
heures à 2
48
heures,
bis, rue
à Paris, au an,8fr.(S6Iiv.)Paris,Choudens,r.St-HoDOi-ë,265. ~ËS' TA(mS 5, r. de la 1 v. av. pl., 4 fr. et 5 fr. par la
civil de la Sfine. le samedi 3i. mai t856. Basse-du- Sur la soie, le velours, -la laine, sur toutes les poste.–Cons. Banque,
de 8 à 5 h.; trait, par corr. (Aar.~ M
toire Rempart les de la
D'une MAISON sise a. Paris, rue du. Faubourg- Hompagades d'Assar~asea. ëtoS'es et sur gants peau par
LE SCFERBÈ DOMAINE SEIGNEURIAL DEMIES n° 100. A Chambéry, à la banque de Savoie;
Saint-Denis, ~'s nacon, rue
BECQ, situé sous les communes de Sa.int-Re- Produit A Londres, chez' M. S. W. Morgan, 38, Throg- t~M~în~ f~? f%S Château de
net, 4,926 E3~19~
ëiii~AMM'JLitA~Dau4~hine,
~19~~t1~L~ Dauphine Raris.
8 ~I;ârise
8,
jieldeetdeBierges.sur-laroute de Bruxelles à Mise à prix, 40,000 francs.. francs. morton street.. nVF~~TrHt~~MM
Mj.i~RuiM~iiAriM Longc~êne par
Ath, Tournai et Lille. MM.. les actionnaires sont également
<uAiOOJ6j
f~ï~Q~ 1~
iFJJO W~aJ
~~?IWi<'Q Wilij CONSTITUÉE
par la ~j!~t<at~e a !Tpost<!Ott Mt!tee?'MHe. K
~aint-Genis-Layat, prés Lyon.
S'adresser 1° à M** LACROIX, avoue poursui- prévenus Position exeep.
Cette belle propriété, d'une contenance totale conseil d'administration a décidé C° ANONYME L'ÏMMMAJ.E, 58, rue de FfOUeMM. de soiegarantis tionnelie. Soins médicaux bases sur.une
vant, rue de Choiseul, no-31; que le qu'un a Passage ~Chapea.t.ix expë-
de 2T6 hectares, n'est éloignée .du chemin de fer rue versement de cent francs (100 fr.)par action de- Moyennant une prime minime, on paie a. tou- ~n~T6
%?iLHi.a.A\ riencede 12 années. Le plus complet de tous l.es
S" Et à M<=CAROK, avoue, Richelieu, no 45. del~ /contrelatranspirationpar
de l'Etat que de quelques kilomètres 5 kilo- vra être eneotuë du 10 au 20 juin prochain. te femme survivant a son mari, dés le jour du un nouv. prô'c. castor gris 30<. mécanique. 1S i. « ëtablisseméns de ce genre. Demander le Pro?-
mètres la séparent de la station de Tubise et 6 A défaut de paiement dans les délais prescrits, décès de celui-ci, à quelqu'ëpoque qu'il survien- ,peetus au directeur (franco). Consulter les ou-
de la station de Hal. l'intérêt un ~??ï& ?)?M~'?6~S PONDRE garantie du docteur Lubunski.–De P.iris a l'Eta-
sera dû pour ~chaque jour de retard à ne,–soit capital déterminé, soit um vrages
Elle se compose d'un beau et vaste Château, MMS~ A PAMS. raison de 5 0/0 l'an., rente viagère.
ans peut assurera
~a-empic: Un mari âgé de 3'J
rJsUJô
Dumontell,
DE i-aJi~A.ioiib.
r. N<=-Bourg-l'Abbë,
in~ilubte.
9. P. blissement, 11 heures, chemin de fer de Lyon. o
de belles Orangerie et Serres, d'une grande Etude d3 MecHACVEA.u, avoué à Paris, rue de Css versemens devront s'effectuer aux adres- sa-femme agëe de 20 ans dans 1 fr. la.bmte.
Faisanderie, de belles et grandes Ecuries et Rivoli, n° 84. ses ci-dessus.
e le cas où elle lui survivrait,' une somme de neufs, vieux et autres
'BJ'P~ipi~jo objets
d'Etables spacieuses.
Son parc ~st remarquable- par la variété de en
Vente
l'audience
sur limitation,
des criées
le samedi
du tribunal
24 mai 1856,
civil de la
Par ordre du'conseil,
Le secrétaire, L. LE pnovosT.
1,000 fr..par le
16 c. Un mari âgé de 40 ans,
versement annuel de
moyennant
19 fr.
un
Wi~i'iM'ii~1~ )3 achetës-a bon prix.GoLDN~
r.de j'Arbr~-Seo.34.Herirn.ii Ra rfin.-] arJoTni~i'!R a
j~. MOm.aJl'i!!jli~i.ttfMu
i~~TïTnT' ~fP~f 1' ELECTHO-BM-
memtjjE ET
ses plantations, son jardin entouré de Seine, au Palais de Justice, à 2 heures versement annuel de 29 fr.'63 c., constituera au Bîo-DYpfAjnQUE, 69, boul. de Strasbourg', Paria.
légumier, a Paris,
hautes et garni d'arbres fruitiers de relevée, de sa femme de 30' ~fr.M~~imtt'ijje ~97ByHj'g'Mantie SI~MT~ EOCRnoNNEMENs. Guérisou
murailles, de t <6'HM~ Tr~?IiR Les actionnaires
'Les actionnaires de la, la proût âgée ans, pour le cas
SURDITE K: d-t,uleurs,
choix.
De grands oifrent les plaisirs de la pè-
D-'une Maison,
de la rue
a Paris, rue Montorgueil,
sur
38, à JL ~EMiAimJMt
elle
L'r~T~~J>'1~ Com.pagniesesontrën- oueUe lui.survivrait, une rente viagère de 100 fr. 1
par abonn.
M~~ i
De dames,
MM E~ ~N.iiiMM~O
35 fr.; a, cyUndre, plates
ans
4
OSJMIj'im~
la Nou-veUe Méthode
sf~sopeni~ojM
sai~ts opérations ni
éteotro-pathique
~M~M~s, par
de M. J. T,
pai,
étangs l'angle Mauconsei], laquelle nis en assemblée générale le 3 mai courant, ils ci-deYant.à
et le est très no rubis,55fr. Chaînes. 6 fr.; Réveil, ISfr. (Nouv. et GUERIN, Bruxelles. De nombreux
che, gibier, qui y abondant, assure porte'le 42. ont accepté la démission du gérant, et ont nom- .C&sdtiE.sdoFMtds.–&v:s<i~e?s. certincats attestent son efacacitê.
be'aujnëtai), or inaltérable). Lebon,fa.brio.,r.Ma- Coas. et trait.
su chasseur un délassement continuel. Revenu brut par bail principal, susceptible me à l'unanimité, pour son successeur, M. Gus- 1 L Envoi un mandat. « de 10 à 4 h. (exe.
deë 5.4ÛO fr. rie-Stuart, franco contre le dimanche), et par corr. (ANr.)
Plusieurs.-belles-fermes, métairies, des d'augmentation, tave Détente, capitaine au long cours. Chacun
moulins a eau et à vent forment son ensemble 'Mise a prix. 11 avenue des peut venir voir a l'inst. mëdic. un des
50,0~0 fr. A Champs-
les terres et les prps sont des. meilleurs du S'adresser.a.' M* Chauveau et Devant, avoués A '~E'f?WN'
WjuiM~iM~ KrMtde
E!ysëes,charmanthëtel entre ~.«catiiMM. Q~?~§3?m'T~erispar
très bien sont cour et j ai-) in. 1,430 mètres de terrain?. O~~JR.iFô°Ëi&JË i & cette nouv. mëthooe.~
.pays
Tapport.
les bois, plantés, d'un bon à Paris;
Ec a Me Morel-Darleux, notaire a Par's..
S'GMEMLE.~ASTMMMiE A la maison spéciale, pour la vente des pro- Maison de campagne meublée
La gérance de la Société a l'honneur de donner rue PURGATIVE
L'adjudication préparatoire aura lieu le lundi priétés, Neuve-des-Petits-Champs, 95.; aA. ?JL'U'%JJuiîa.
<MrE'~ ou non m"u.blêe, avec ou sans I?~~a~~
avis a. MM. les actionnaires que leur magnifique ijM&'Ut.~Ai~it !)E M.i';
mai 1858, à onze heures précises du matin. a. G et 8 à Montfort-l'A.maury(Seme-et-Oise),v'je
26 n~~ït~tETN'S t!RS?ti'S ébranlé jardin,
Des afuches,
tionnant la division
avec plans
de cette
lithographies men-
en plu-
i. P~5®PRI~&~l7R~1~A~~1~
~~rMiË<mO NtJMANjmo kil.' des des
établissement,
si fâcheusement accomplis,
par les faits
reprend
qui ont été
son essor;
à WSS
A~iB)
U~s souscription
chezMM.deRothschild
ayant' ëtë ouverte
etEitzbacher.
superbe, foret de Rambouillet. Chemin -de fer ~pproM~eepar
D'après
r~.c6[~em:c :a:pe)':<t:e
) e rapport insère au i!ULM'nn
tfc AMt<<'eft:c.
propriété stations de Salbris et Nonan, chemin de fer du le nombre des consommateurs de l'Ouest S'adresser a, M. Ernser, à Montfort- OFFïCtEL
et petits ]ots. seront distribuées augmente cha- à Cologne, pois'un chemin internai ional des de l'Académie, cette limonade est ag-rêable
sieurs grands Centre, à vendre par adjudication et sur une La Gastronomie a traité au.
où sont )e cahier des que jour. pour les ban- Flandres, MM. de Rothschild frères ontl'lion- l'Amaury. bien que l'eau
dans l'étude, déposés seule enchère, en la chambre des notaires de'Pa- goût, purge aussi deSedUtz et
de propriété. quets des artistes; le dîner Taylor, de 150 cou- nem- d'informer le public n'existe aucun suite, avenue de l'Impëratri- M. Rogë, a qui appartientl'idëe
charges de la vente et les titres rii-, et par H~ roTCUER, le-a'7 mai 1856, à midi. qu'il < T n~? R première d'utili-
verts, aura lieu le 15 courant. de de entre cette A ~~4JijM.C3,joli appartement, avec jar- ser le Citrate
.M. Cossou, régisseur du domaine, Habitant l<Iot.Le'.iouetetla Grand-Maison, conte- rapport pa)'entë,ni commerce de Magnésie, a Heu] déterminé les
le La subvention de 10 centimes par action, vo- maison et les leurs.. din, 450 ir. S'adresser à M. Périer, 69, rue
a.u château, ainsi que garde Léopold Rester. nant 291heob. Rev. net, 3,405 fr.Chepte),3,OOOfr. de» circonstanceslesplusfavoraNesdesa dissolution
tée par l'assemblée du 5 avril dernier, se paie Paris, barrière
accompagneront les amateurs qui désireront Mise a prix, 85~000 fr.–2'' lot-Ferme de la Bar- Monceaux.B SEUL BËFOT A LA rHARMAC'tE !)E L'M~'EN-TEU~.
de cette B lentement. Ce retard, que rien ne Justine, a placé a ~?~~?~ même a. l'essai, fonds de comM-
visiter l'ensemble propriété. billonnerie. conten. 82 hect. Revenu net, 8H fr. ~'6C HUE VtVJENNE, 13.. «
la gérance dans la nécessité de prendre des me- A ~Ë~HM'! f!6f<M et vins uns avec volailles, T~? V~? 'R~?I'?S'~?~ appartement,
Cheptel. 1,(!JU ir. Mise à prix, 20,000 fr. –3<' lot. ont conjuré les dangers ~9~~itl~J~ i)~~i.Mgt)&
J~M&
E?f SEtNe- surës'qui qui, bien faisa,nt200fr. derëcettesparjour. Prix, IS.OOOfr. avec appartement,
sitaëedanslequar~
~7t~Min 'FM? T i?0<S6T7 Ferme des Petites Bichetiêres. cont. ~8 heot. Rev. ne entièrement M. Desgranties, rue Chabanais, 10. tier de la Bourse, a, louer de suite..
FMnMii M.& JLA. SaWMii ET-MARNEnet, 828 fr. Cheptel, 800 fr. Mise à prix, 20,000 fr. qu'amoindris, si la subvention
disparaîtront
promise est Nous
que
en
courtier,
S'adresser à M. Denis, rue.Montmartre, 52. » -'MMB!ES~ R.ES .~i'MMEsT'
sur une seule enchère) payée.
Adiudication (même Ontraneraità.l'amiabte. à l'intérêt bien entendu des porteurs céder. Traitement par M'" LACUATEUE, maîtresse
en la chambre des notaires de Paris, M'' à Sa).bris, à M~ Foue-eu, et à M. appelons ~'V~'K'D'~HT'~ Produit, 3,000 fr.;
par S'ad notaire, se hâtent de verser le complé- J&Âii&MMi.. 950 fr. Prix, sage-femme, professeur d'accouchement, conçu p
l'un d'eux, le mardi S7 mai 1856, à midi, rue de Pro- d'actions qu'ils loyer, 65,000 H-. Xa~'iM'icnchm'go..
jozoN, Beaubois; Paris, audit Me Foacher, ment des !0 centimes votés, notre bel établis- par ses succes dans le traitement des' maladies
à Fourches, ei: M. Cerf, rue Croix-dps-Pet.its-~Champs, 25.
De la ferme de là-Brosse, sise vence, &6, et a M. Bergeron avocat, r.Villedo, sement entrera dans la voie de prospérité utérines; guérison prompte et radicale rsans re-
à la-
pos ni régime) des inSammations
Canton
de la contenance
dë.Brie-Comte-Robert
d" 83 hectares
(Seine-et-Marne),
13 ares 52 cent. quelle il est appelé.
se proposant de réunir
lucratif,
Ti'B?~? JUM ~9 .mise
juisai de
facile
ionds, dans
à. gérer,
chaque
sans
vilte
PAR LE'mm~ ulcérations, pertes, abaissement,
cancéreuses
déplacement,
net 8,403 fr. 40 c. (indé- prochaine- rouR .causes
Fermage d'Impots, VE~TE DOMAINE ~MRO. La'gêrance
ment MM. les actionnaires, ëUe serait heureuse ou canton de France. Ecrire /rancoa, M fréquentes ettoujouj's iKnorëes de la sté-
damment du droit de chasse). L'ÉTAT DE BUENOS-AYRES.' rilité, des langueurs, tai-
Etude de M~ TOR~EZY, notaire, à Bordeaux. de leur apprendre que le paiement des 10 centi- Normand, 123, rue Monimai'tre, à l'aris. M palpitations;' débilites,
Mise à. prix 240.CCO ir. mes est. euectuë élis serait ainsi am'a lieu le 25 mai. blesses, mslaisë nerveux, maigreur, d'un. a'hmd
en là chambre des notaires' dispensée de Un second départ
Licitation, de Bor- nombre de maladies
S'adresser audit.M''Joxon, notaire, a'Paris,
provoquer des mesures juste;! et légitimes contre MâM~~J S&~T~ entre cour et jar- S'adresser au Ma.~r.c, à la Ch:mce]lerie du `'I, réputées, incurables Le.°
boulevard Saint-Martin,,61. a deaux, le mercredi 21 mat 1856, à midi, 'mAM~~ 1~ bAiMjM moyens employëa 'r Mm"
les retardataires qui, par leur mauvais vouloir,. din, SO, r. de l'.on- consulat de Buenos'Ayres; Lar',}ia~e]'e. ~ucsi
Du Domaine de Garro, situé prés. Mont-de- simples au'infaiihble~, sontjf résultat dn 35
font courir de sérieux dangers à !a chose dres. Spécialité. MaMiesde poitrineetde peau. Jt Psr~, a M. Chateauneuf, agent des bateaux
Marsau et Roquefort (Landes), comprenant 510 assurée des couperoses.Ch<'s,gd''apps.B années d'ëtu.des et d'observation
commune. uuërison de Saint-Pétersbourg, Hambourg-, etc., 8, bou- j dans i'. pratiques
~MMETBKLMMAiSO~~s, hectares en un tenant, traversés par la rivière le traitement spécial de cea au'eetions.
levard Montmartre.
rue Richer, 4, à vendre, par adjudication (même la Douze, et par trois cours d'eau, susceptibles °~~ ~s départ, Consultations .tous les jours, de 3 à 5 heures~
en la chambre des no- d'alimenier ~.s&ats es 's'asatea ë'f!asa'a!Mas .se à Mt à ?Q~ P°~' rue du MOhthabor,
sur une seule enchère) Œimportantes usines terras labou- (pi'& gsf..
i9iA.âij~i~
A~S9ïl~ ~~P~,EE~
i~UiM!? 'cube
riche mobilier
cause de aaa. ven-
ien'' 2'?, prés les Tuileries. «
le mardi ET mai 1.856. et bois en parfait cer-
'& Sfcss~esH, iEeaMes, Chet'sc-Xt '?e!ttsTeM.
taires, rables, prés ëtat-.Prôduit dre et appartement à céder, 3, rne LafRtts:.
Produit net, susceptible d'augmentation, tain (résines et bois), d'un avenir immense.
M~'RH'S' DIV.NE Ca.ë4 4't-~ueril 1
25,200 fr. Mise à prix, 3ëO,OCO fr. Revenu net 13,000 fr:– Mise à prix 100,000 fr ~H~MB~tH
M~AoMâMiEj A W:M~~Mi
~MiJ'sune: ville im- ru~ de Va.ugirard,-6'7, un jeune ?~ï ~~tt)?l~tort léger, a. 4 roues, et J~EiM.M; DE O~M~
a. M~LEFORT, notaire à Paris, rue On traitera de gré à gré. S'adresser audit M~ portante du du Nora. homme
~19 demande
~~j sortant d'une école d'arts et.më- iiijmJ.M'i enSjours
S'adresser département tUi~ .UN COUPEâ. vendre, pour lmaladiea.rek~élles
Imaladies~rebëlles a.t'
a~ copa.hu,
3. « à Bordeaux, p:a.ce de la Bourse, a M'' MORE~u, notaire à Douait. « le dessin et la. tenue des livres. ccg's~ha cüb~ha en nitnak
et!b~o..pt,iuti'at
de Grenelle-Sa.int-fjermam, Tornozy, n" 1. S'adresser tiers.connaissant cause de dcpart, rue Saint-Honore, 350. d'argenf..3AMpsa,phs.r., 40, r.B.amh'.Lt.ën.~Sxp.)

~?~r~?~?T?S~BBM~Se~3~-M~tJ'a~aM~E~aMa~~3a'Nq~

.Es vente !e même j<MH* .j Mise eM ves~e, teSmai iëâ@, à-i~ B~5~FaBi!'Be;P'AaJ~a]~ée5Me~î',MBC B&SchcBaeM; @~ à'Pat'BS/ JEm vernie'te mtè~mè ~OHB' i..
LA
JLAFfE~VtÈMEUVRAtSO~DE
.~U.TMSEXMÎ ~E ~MSTM~E BOt)ZIÈMEHYR;4!SON DE
LA ÇOLLMTM~
BE5

t'Tirn?
LÂiLAs
Ep ~ïf'fSPTTP~t"~ D~BTEt?'
?ibHMit~M -JruniMHj'
r

mEB.'NBSTrOBRE mm .P~tJR.M.'mSTMRE

f~N~M~ t~MP!
M~uiMH!jHETBElj
MrmH
T T Mr D E EMPIRE
M.~i~~ ~l~ô~
KENFERMAKT 4 CARTES:
1~R ® TE ï_ ~o HeMFemse
REKF!EM!AKT5r~ANCHHS.
décoM~erte dn gëmêB-at BîMmtb?nn
ioCa)Fte~e~RMSs!eA'Emrope.
~~Mme ~8° ~e 6(M) ~~c~. jPr~ a 30 ce~m~ w. S" BSataiUo <? Fcemtes
%o carte de la rente <!e~VHna à Moscau. f~mc~' 3o!~es EtittMM<tc
d'OMOt'o.
Paris au
v
eombat de
AVIS. En remplacement du dernier volume qui devait être délivré treizième sera porté irrévocablement
go ptam dt~champ de b~tatHe de 9a Mosito~m. gratis, cetteépoque, le prixdecetome a cinq frases. \Vitcps!t.
deux volumes, le treizième et le dernier (tome d7), seront donnas à moi!ié prix Lis éditeurs ayant. actnelteméat te manuscrit tout entier dans leurs
40 pians des bet'd'9 de !a B6t<&!na, de mams, et pou- 4°~eH.:nFëcha!Rfey. j
et de S:aotens!t. à tous les souscripteurs;'et, vu la difficulté de distinguer entre les souscripteurs vant enappî'éc'er exactement l'ëteodue, prenneal: rengagement
MoBtfen formel de ne pas 5" Passage de !a B<;rcx!ms.
des différentes époques, cette faveur ne sera accordée que pendant un déiai qui dépusserle nombre.del7 tînmes.–Le tome quatorztème sera publié dans le mois
ne dépassera pas trois mois. En conséquence, la souscription pour le <ome <re!MetH<' de juitiet prochain; les autres volumes successivement de-trois mois €B
paraîtront
Prix ~e cette Hwaisea i fraae. sera fermée le 8 août prochain. Les souscripteurs sont doac avertis que, passé 'trois mois., Pï'k: i ù'O ceH~
1 1
COMPTOIR
T Es -0~PÉRATIONS
DES
PES-

.ACTIONNAIRES RÊUNIS.
IIENSIJEJjLI~So
Il'Ei
C'D Llip

~Àm c
crêlte

'-de 'd'el itresetde et, ue a


iltr, es,
p

Tous les titres cotés à ia au cour~ les


Bourse moyen'du Jour~et capitaux sont reçus en comptes-courans; ils~prennent part aux bënences

de savoir: Ceux verses avant le iS à 'versés du ia un


ropération, de chaque mois et ceux i~.à du mois
compter dudit jour, a compter
du~er du mois suivant. est de
~Ee~minimumde chaque y~sement iCOfr.; iL peut :étre aussi ëievéqu'on-te voudra.

~La iiqmdationest. 1 e -fer de et à chacuu des intéressés au marc le


chaque mois~ et ies~Bénénces en~résuttaBt sont ~repartis payes
iranc de du6 du
son apport, à compter méme;mois. répartition aura.Ueu au icrj~n~ prochain..
HquMation ou

Chaque intéressé p~ut à chaque liquidation, et en Rn de retirer tout ou de son.


prévenant i~ jours ayaiit ta chaque mois-, partie apport.

'BT~ T~M% ~T~T~ ~T~P' =


& ~~a &B~m~. i. &~m ~A i~A~F~~S i. t~M~ ~'&~Ëam~Ij~a~

Les !es valeurs ~5 attnbués aux intéressés daDs les béneËces nets.
opera~onscoïisi&tent en acha~et~entes de toutes 1 p. @/isont' Un Comité composé 'de'trois'administrateurs exnerfs dansées
eotees à la Hoursede Paris, en souscriptions au en
pair et reports. Un.compte-rendu des opérations du mois précédent sera adressé affaires de Bourse, décidera l'unanimité toutes les
à r, opérations qui
a~~s
&em&tsct<omÉ€sve~es~decc6M-eB'É~~ danslespremiersjours du moissuivantàchaque intéressé, devront être faites.

~re~~ ~M~ M.
~?éc~ F~E~E~banquier, le boulevard et ia rue MchelieH.
rHe~d'Amboise~ 5, près
"°*<

F
Bas)' t& SaS~BST~ ])Z
~Ea~sSES J
AUX Li ,1 eSSSBBM~aB~Ea ta
de l'Impuissance ou Ejpuisement nerveux des organes générateurs, sune des excës-dela.
TRÀrrË jeunesse.–Dé l'ana.lMissement dû~ux' ma-
ladies du cerveau, de la moelle ep.mere des poumons, du cœur, du foie. d~ l'estomac, desintestins, delà Yëss~e et dépeins ~M~
memoLre.-Varicocele, sarcocele retrecissëmens, pertes nocturnes, paralysies,\louléurs, scrofules, dartres~em~e~ons:
?nercure. -lllaladies iemmes.-Conseils aux vieillards.-n~uT
7tlt,srT~ni~nT vérde~ad, dé~uradz(, râ(razchissa~at~ anté-nerveu, M~sur.les'. a~ntages d'un
R- MI]Àa%m iM:Btm~mun~EM~~MLAu CARO
t'Mg BoKs-EM/a'M, 30, ~Paris.
~Doc~rBE~MOS,, (Tt-a~m~ par eot-t-MpoK~M~.) ÂS'ranëbir.
planclie anatoàüqiiè ° .~cile sous enveloppe, contre un mandat sur
la poste.
l~e~c~D~ A Pans,chez Dr\TU; libraire, Palais-Royal, et chez 1 Auteur. ABMMmPARLEMMME&IPOCtMMC~ l0~RS8ILLR,
Sous le patronage de ?' C.-J.-E. de MAZENOD, évêque de MarseiHe, pr6sideBtdt! Comité de surYci!tance,
Compose de MM. a.ttCEO~,prësMeatduTi'ibuDalc)-vn;–CÂKAPB.E député tm Corps Législatif; maire
T ~TPSTF
LUiMijj ~-Mft?
nu~n. jQmesi
p~ iTtPS~TPB
iJMmM JmA~b.
T?S A~P de Marseille PASTRË ?'; président de la'Chambre de commerce..
!KKX!~R.~B'

€BMSté de B~aa'ee~om MM. ips AdBmSMEStB'a.~eïaps dM S&me~a.Sa'e.


cApmL i ~M, m.i ~~?0 'MAm M n8 Mis.
SAVOIR: g

OT- g
g
l!ot
-t
de.fr.
de.
100,000
50,000
2 lots
5 s
de.
de.
10,000
5,000
20
40
lots de <
de
SOO
2SO M
CL .1 de.25,000 10. .» d.e. '000 100 D de 100. 3
Les Lots seroMt délivrés en numéraire, et sont déposés à ta Caisse des dépôts et consignations~
2/acci/e! dan.! <OM<e ?a Fmucse~SMr !e H«ora~??Mdi<erraHeen ee«e ZoferM,
'f M-FEMtSSm MS~m~ <!m~?'M~gM~)'mco~re ~rm~ad'~c~M~
S .~Sa~A~ES :-Ié i." TBMA~E Be 15 À~F PB§~CM.M~i' ';i
S'adrps~er, A MARSE!H.E, !?BM..MAtS.B.ET ? (b~rea.ux du ~oMM/~M~), rue Sa.int-FerrM,2T'ANB'StÉ, a.Tonê, rue Mazade, 4;–
NSJSES.T, liég'ociant, r.CrtaDdf~ès. ~.admimstl'ateurduSaDctaatre (/t/t-t:?te/M')-) –A pARis.chez MM.~AMB'E'E, BBJ~MEB&etC'
ruederaBan(,u-20;–chezMSS.S~JSSEf!è.es.p~cedelaBoiu'-)e,31,'et ch'-z tous tes carës de France.' .1

T~W1TT!'T~T~~T~
s'

$!Hî!M-MM!!M!~imîMMrn~
t i ?i' i S ~ï~ Ph s B&

~~H n'~MRT~~s' arrête la citute etja


MD U UDijUl dëf.otoraticn des cheveux etias
1.n.5,'·p' Ÿ
f'
~y>2`. 'ith repousser sur les têtes devermes chauves des
cAMAt. ANGLAISEB'ÂSSUMNSES SURM
m ËA~m = COMPAGNIE
~uiËlonRuesHBHêo?.–3 et6 f. lpF~A!'< Cott- V!E ÉTABLI ~i82$
iS,000,~ FR..
p
· .n <?r<M'<Mdn i0a4h ,pr.rM.OBERT.ch!mis- ,p~p~:
n :e, auteur d'uu 'i''r<c.«?' .'M .tHu'N'jtc.tdMC/ts- ~E§. 3~ e~H~ Mfe')'<,66,)'M''R'r/:e/9-n.e/l!.)'ife;'e);x'-r.f.m:c. j
,i~ifa-, R.VIVIE~<~E. AU ]c' Ou expédie. (AKr.)
~W~-
d'M m~~ ~7~. ~c. ASSmMCES EN CAS' B'E DËCËS. RENTES VLMËRE§. DOTATMNS.
~T~~L~i~

POMMàBEssD~ALM~ ) i¡
Etabiie depuis trente-six !)në, in Compagnie BRtT~H COM!ERCS&L payé,
COXTRE!.EP!TYR!AS!SBnCtittiCnKYEH) t
pm' gUii.C de décès, la snmmi"de YtKGTEr CNMILLMNS DEUX CË~T Ct.~QUAKTËMILLE rBASCS.
l'ossÉdan't au'ptus tiaut degrÉ !a propriëtë d'arrêter
I~chutc des cheveux causëe par l'altération deia peau · Lps assures du ~RiT!SH COM~ERC!A!q"ipat'ticipen!.n)!x trois quai'b-des
;!H'J);GF.Un!nSMAXf.HAtSO~S,PE!.t.iCL'[.KS,ÈCA)U.E:),et~
ci! bcséScGS, on~ reçu a ia deraièrc répartition 55 0/0 du moLiiont ~(''Jeut'a :p.!nues.
GROS p de faYoriserteur reproduction rend,nUaucu!rche-~
LO-)T.9 1 .0 ~o~ooorl NCS se~ primitiYes dH saute.–Pru
conditions 3
&
yOu

A ta rniRMACtE ALAtX, HL'E DE BctjEnos~E, !9. :r. 6< Le directenr-sépant fondé de pouvoirs Le J. LËANDER STARR.
'~Js 'M ~@-@~ de Tyewo~i çrleurlLp~oductioncmend
,u~r: rtwcurclie~~
H, rue d~s Fines-St-Thom.~g,
Lcs-bureeux, situés
près de ia B(~H~s' sont ouverts
Cprs,ceils de pei'Jj-ix~oi- fous les jours
au pubUc de 10 heures
{, a 4 i.f'tu'os,. d'iniaad.i's e! j'tps. csccptcg, pour
'a~,M~– UB (!e~g~(~i'-de ~nons.,duriHons sont
ris ('n peu de jours avec
gué-
i.
!'ensdgaer:]PBspttHstnbdUonddp!'<pccitis.
de ~(M. etc. ~e 'fCMtj't'Ë SA'SSAC: 'fiiutes dcmMiJe~J'Agentcs paar ia proYince'doH'entêtre adressées fraoco ~a tlirectsur, M. j. L. STARU,
–€iHq;.4ie i,(~ ~leillèYeladoulearaesu.i-
a.
mit dans-er. r'hMrrcaoe rueFontniuc-Mo 'erf, 18:.

.mai. 1{
enproY'.ïice. ~nnstputes e.-sbofincf: ph!u'r;~eies
t. j! MiS~N MS EAM i .8~. ~uver~urc~c f
~u ijVi~
faisan} cR8cmbtct!ït~{af~ i~9~!j~M~~ 1 j~
%L!S L'administrRtion n'a rien nëg-tigë~pour que cotte P.a~onFO'tau.~sibrHIante~
que les précédentes. fois par jour
Pn demandant DIX BiUcts
D~~i~ t
S
f!
JesPronien~desonàlaRedoun-,
La, ML's:iE ~e fera entetjdrd d':ux
sutvantletemps.–J.ndépenditmmcnt'desg
dans g

d.irc.cmen~ au ~ég~ ~c rEAU CE L0;i ~ARRËrH g' S g );.4LS ordinaires de chaque semnine, p!u.Heurs a-rM~dfS
'A qu: COUVERA que pas;!a {! FHT'setdiS'erentes j
t!T! aurcBt. ]ieu .0 cours d;' ceUu R.n'ûu
ou CHUTE des choYcu~em'en fait pas Mpoitsscr sur dos tê- ~.J pendant t;)les i~ëroMt inau- N
S'AeiBMissES~'a~S~M, à. SN~M~peiMeE', à M. ËJM~TSMESJ~. tes chauves. ËK:IRA!1'KT 0!<PAtS- APRES SCCCEB~ ~a<a/ssaM g~g pMr un grand STEEt'LH-c'ns:;doMtIe-pr:x principal est de 6.t.00f! et §
de '!a Lo~r'e à s'adresser a LËOPOLP LOC, chimiste, ru.e Scft:<-Honore, les redu'its.qui
a~eKt P~as. SS, p~s I~ess~és-E~c~B~s- qui nura lieulH )6juin.–SpaYient estde compris dans ci''ë'[)aticn,a. prix << .e.<f-ft' g
)7i,à l'iris.–Fr.ACO~~H.5st *« t-'RAXCg. UX Sijt'i'H. Paris' à Spa eh')!) bilMs'de
h. I/2.y.T.'c)'c;<6' ~a
C'is~Btsps~ on reccTra .a~s {~ LisLe d~s K'"
gag'nans.(A;ffr.) p:trAdo!pne
se deilv'f'nf J.ounne, donne '-ur
à Puris.–On cettadeUcjeuse peti't~vilie tous les rënsë'ignemeBS dës:rab'es.
~os?,

EMrn!/< tKC<~sp/ en tMn:?a~ ~i' ou


~o. cr; ra?f:;M n ~He s';)- ~)-i'.s.

par.,I;-IBAU de
Prix: 6eH9 des Panoramas.
ff. Hj-WtPh.
CLERET ~t~' SS!t8NRS!~ < pour arrêter <en
B ifox'nMr~,
N IBANDAGP~s A P!WOT) 1
'ouratesue,.na,asPEasneu,
FHARMACtEN.BU~S~ § -'9~ t<<'151. Preuves
excenlr)9ueetbrisarei)pont.deBCBAT.etC',m6dec)nt-chi- 1
DÉPURATtF A t.OMUHE UM POTASSIUM. rur~ten~'hermatres ue ta m~nne imMnate. Au moyen du pivot au c~rtt/e ats /'f~ 'lLECIIELLE
tn!aUtib)e contre tes Maiadies excentnaue, on peutsat-mSma donner &)at)eiotet')ndiBais9n g~T~exMtt.'sirop
Spéciftq. Secrètes. Syphitia- euele point fes matadtes du sang,
pomt de deccm~ressiun oaiconTienneBtt à la bernie,.()n
tahernie.-Onne ne pour gaërîr depoitrine, ds
ques anc. et Tecentes, Dartreuses, ScroMeuses, tes Goitres, let tM.trouTe me compression quiId.
r. Mandar.
d.,e O.Médeit)e A t'E~.
(.).e.te6!nTont., ~I
.t'e~oarac et des w{Mt(M ies h&mprragies, pertes,
Tumears btanches, Exostoses et Rhumatismes chroniques, BBivereeUe de Londres, n SEUM donBeo & cette industrie. Conasittat.aul~5etborr.LnYOlSBnfCl7lb.-DÉYURA7)P
~M~enS~Sl~ J&uoS<tiut-JMarttn,~i}g. AsTUMES.
~M'M.<tar(rM. otn~. 5 f. H. Bien décrire sa maia<i~ cdiarrbëe9,etc.BTbob.'A)apb.3Ë,r.Laniartme. ) tant <M tmMMrAormocfM
D~< <<<! prmt~atM .t/fj.
>
Ii rrëced
l'réced s;¡s il! EFFETS
EFFETS PUBDCS
PUBLICS Prem.
prcm. Plus P]ns 'T
Plus Viiis~, Dern.
De~n ,“),<. nn.r~ rern Dern,
P;eri "cM ..CCt;d S 'S '~r"*V
-S VAl "URS
"A'.EURSO)'Ei~. \'r: "r:" 'i! .IJel'll' p'Ó '1- -,5; 1;¡..
etthe.minsdefc! cours, haut. bas.'cours. S S"
–Bourse de Paris et Ba!tetin
cours. elOture VALEURSS!i;ERSES.
Ooture
-=-~ _a
'd'~ t29'jour. nnancier du jeudi soir 8 mai 1856. j)
cours,. clôture
[-
.r
9~ tu
;mai-s;1~ J. 22
mars, 1 flue, C. 9ÎAO 40 aisô~?~ ~ancai~.ncien.0Fo~gcrJ
2 AetM'M. a éprouve de- CentrecfeIaSuiSEe6ta.ittenua.610..
-"MtO/Ofranc.J.mars-scpi. In,~r- sept U ~0
86=-0 88
°G MbD B!e50/Ot852.J.ov- I t01
M< J.
La'rente peu de mouvement
L'_id0 l~r.Elttprlllltl&)J ..4rtit r 1J20J0. J. r.ov. puisledebutde la Bourse. 3 A''t)fM. La Sn de la. Bourse est très bonne. Toute
J.?amars,
:ar~,J. lin
:.iLnc c. Recltet. dbD
J. 30~a~
30;0..1.aoüt.
7G 114
.j· :/r Les cours, d'abord faib'és par su:to d'une baissa de les Ya'eurs se sont raG'ermies. La. rente 3 0/0 s'est rele-
Ballqu("
EanquctleDarmstadt: (le yit rio 7:r0 `31 1D;0 a · 53- .J..
1/4 sur les conselidës qui ëiaient aujourd'hui eu liquida- vées'75 4\
.runtl855. -a'e.Urne. ~~S~
-Joutgsance. ~BM "D -rassiveuouveHe. ) 7' ..tion, ont repris sur la nouvelle que les chiiires du-bilao Le Crédit mobilier était demande de 1845 à 1850: Le
7485--C5 7~70 ~SOgne. 975. -30/O.J.janvier. mensuel de la. Banque seraient
.~010
.10.
.q'0/0.
.3 J,
<mt 7j.SO 7'7n 7:%
^-c 754D 7a..O Joutssauce f5D J.Jaurier 4.1
satisfaisans et que l'en- Grand-CPMtr:ls'estreIevëà';55.
7590
7~
7a36 j.{~ 22déc. Gne.c. i5'~
,5""
.~7~~ 7b S0
7a,.0 ra `9 I ~ettentteu. 41 caisse nvait obtenu 'une nouvelle monte en quelques minutes à. 1,445,-
75~ Clrercn9n® de Per.
fer. ·. ~cc"
t et. enupy'es. J. janr .j. 111 ~o-i 1/2 .l. · i. augmentation impor- L'0rlëans,-qaia
80 D.if 1, E 'tl" Clieitiiiif3 de ('>fi 6 0 11'aptes.ltec.ltotl7sclr.J 1u fil tantesui'iemoisdernier. était demande à la. clôttu'c de I'J30 a. 1435. Les autres che-
:u~ J. · & S~ J*. J· 11 les ·
déc. ( fiuc. Centredetltahe. -~Dans tous cas les.aS'âires en rentes ont ëtë si peu mins étaient fermes..
I 5t7
Dito. ~Emprunt lloïti. Em t.
Piéntont, J:
f8t'o-: nombreuses jusqu'à présent, l'oa a touche à Le cours du. co nptinit rassort, sur le 3 0/0, à '74
8~ Emprunt 185J.
1855.icpt.' 1 cpt, 75.
~75 Tarra g on e A Reus. sk,2a0
2a3a0 83U J. Jancier.
mzi, 93 que à..peine moyen
7555 7555 7560 7555 et
J.Ndëc.nc: c: 75(i6 ~Rcus. -30/O.J.Janvier: 6D '15 75 30, que l'on se tient depuis un quart d'heure a.~5 SO. 80,etsurle41/a'00a.838')l/2.
tiâi·9nllurr~ic.
3950 Banque de France. J. ~c..)
J. dée., cpt. CI)t .» 395.
3950 50OanQlo-sarde 9J., ..[ Cette reprise de 10 c. a ëte attriouë~à. la deuxième 25 3~ 1/3 a Tue, Sa':)) ))/)) à 80 jou.rs;
Forges. Avevroii 50f81 ~Mtï~ Ji~~
iDlS C~ftKs'f~Londres,
Sambre.. Id. IB>9. J. awil. cote de Londres, qui présentait 1/8 d'amélioration sur la Francfort,
5(p =: 9UD 212 e/e à Tue, 210')/))~90'jours; Amsterdam,
~J.ma.Hnc. première.
1820.. 212 lys à vue, 210 1/8 s 93 jours: Anvers, "))o a vue, ))B~ à
;CM<<Mo6tHM- f(.pt.i0..18{5.. 1835
..tM5.. -.Phenix(Prussë). 775" Lots~'Autriche. La première eo!e de Londres
i'M)17 fiO J. J8nL-;¡OO portait les Consolides eu a 90
1890..
1&30.. J.janv.-KOOf.-Libëres.jaulolMC..1850..
r.Llbérés:c, 1840 1850 1835
1835 18,1,7
..1M7 50 50- MonceaaiBe)giquc). ''1500'~ SU/Oautrichicn. 38 .j,
''?'< 90 jours; Bf.rim, aK): B/c jours;. Hambourg-, 188 ]/4
Alais 1.500 Non% CI Pl~ipi,tiiit'5 010. ~}9 liquidation à 92 3/4 7/8 avec 1/1'de baisse, et pour la, .li- a.vue,1851/2s.90j.;Naples,4()lBKa&Yue,455))))Ba.90
7.0.
700 ~5..
69.5 7M-
700~ 695
695.. 7()o
T~ usines.
Cortiptoii- a-escoi)?Ple 1 Cpt.. Septèn~es 90
9U 1/2 (;.2 .¡, quidation de juiti a 80 3/8 1/3 avec S/3 de report.
'J'Wt.–LiDetes.~aula Cait. 6t5
0,'0
~t/SO/Crusse.J.janvier
l~bll J. ,¡, "j, j.; VieGno, 244 B/N a'9J j;Pëtersbourg-, Mo) a. 83 j.; Ma-
~i/{. .Suria seconde cote,~ les cours avaieut monte en liqui-
H10.. Sa., .OrMatt.r. fppt.;n-:o ~.35 MM H35 135 -C~ 70:: ÏMrc.Emprunt. :13 '1 drid,&SOa/)!tvue,525.Bà90jours.~
dation de 1/8 à !j2 1/8 9J, mKis les prix u'm'aieRt pus
l.it5.. 20. t~M!~UMœ5u~'l~MM~l~" M~
=.
-MM
,I aM.gati~.
r", ~9.1, change pour la liquidation de m'n, et étaient encore à
Zt'tteY~fo.[itaf)!)-<)'if.(
1125 Cb).foncières.1000f30/f) 830.. a.933/8~2.
ii!o:; J. Jow.-500
~lailv.-àw f.f. -Libdj:(i~.
Ltbetes. ji au 15
15 jji-7
3l3i àU 1~U Id. ld. '5:: 95
1130- J. ~"O 112ï 113D Silesie:. f8a 7Wf
~0 UJ0
3 Les actions du .Crédit –MS*B- ALP.iLÂ)evn~Y.
au
1» *1 1139- silosie 185 Id. ~](1. 4:j,o ex ~io mobilier donnaiennieu à d'im-
H850 M,f 3 0/0
1905. S5uC<~r~Actionsanc..jcpt..lOOO 1002501000-.100~50 50 ~Mouzaïa. ~2~\ 5tl portantes agaires. Les titres de cette Yaleur ont presque
100750
~0 -J.ma.SOOf.-Li,51010- 1010?'1000..Io05~ Chazotte, 8Oü..
8UL :Y.50:-01~ 15~ entièrement disparu sur la place, et on a monte au début
9f25Û 7SO J10'I\' r. 1~"2' JJ'aII 1()"'] 10""
750 .<<fer~K;tnoùv.(cpt.9.!250920
J. avril.-500 91250 930 -iBi~
firedrr. -!)ouv.50/01S52.J.janl080..t080.; a.1850. SOURSESËTRAKSÈRES.
912
91.5. 50 f. i~5 payés 15 au 912 50 92:) 911.1 50 Id. 185a 38î 5U 38T 5U
J.a~500f.paye~a.l5~509~50~50~ 920
c~e" .1: ':1~ -Jja~r- ~0~ Ce coursa a amené quelques ventes a 1815 et ISM mais
H65:. H55.. H65..M55.. ij65 190.. 1020:: on demandait les prunes
~i/o~(cpt::
1~7 aO MaO5U
-Chr.peUe. 1SO. -MarseîUeoS/oj.janv: à.dgs écarts considërabSes.
~janv.)<?).-Libères. )aul5H60. U70, 1!<'O..M70" T. Mo"t'on. S65. Listeciv. 50/0. J. mai .1055. Dernier .S -.g ¡z
Les anaires étaient 'presque nulles sur'ies valeurs iu-
.1707 50 7 50 ~o~a .cours, Précédente
clôture. ~S
170250 250
~<M<cpt.. ,700 5.6 slo" ~i" dustrielies, dont les prix ont éprouve {)Ai de change- <.
J.ect-500f.paye6.ia~l5i705:: 1705:; -~redc.aBresie:
1700:: i705:' ~75 ~~0~ ~OO" ment..
55.tfM:<cpt
"'1' IlÔtel
"otctRivoIt.J.janvier. 1. 11.5
H5.. 1115
'115. f.yon.Mëans.Gr.CentratC-r. Ceiitr~,il
Orléitns,
825. t 822 50 8-'5835 8-~0 8?U
82250 8 RM 830 ordres
8 â
5 .ki di; W Ï .) cpt.: Gaz: Com., panstenrie. 875 8TD Quelques d'uehat~ sont venus de Lyon pour les t.Yox,7)ti!t).–39/ûaterme. M 25 M S
~.0 822 ,U 83U 822 itôueu: J. J anrier. 8a5
.f.s..JaSl5~~ 50 Union des Gaz 3~JD 395 actions de la Compagnie –Sociëtëautrichienne' 94250 945.50
'"5-?~ franco-américaine~ qui étaient
950.. 5.. 950. -Lyon. MM l:<i0
-Ot<e~< (cpt.. 9M 955 950 t~ f''ts'tld!ta!resJ.avri! Havre50,'0].sept. SM-" demandëes.aLH45et65J. MM 7410.1
955.
p55 -2SaO J.avri[.seOt-UMMs.{aul5
i!O i au 15 955"
955 '960
960:: '95250
952 50a0 95750
957 ~~P°' 20625 20725'
~725 1 ~iidi; ~25 25 29~50 i25
l~a MABSEti.LK,6mai.–30/Oàt<
Télé,
Megraptneelectnque.
ectriqtie a5 La Compa~ni. maritimR était ferme & Hë.) les Clippers –Société autrichientie. 9!5 93C25 .875.
M. LyGn.-Medterr.50/Ojavr
Lyori-31éditerr. 5 O/Qj a~,r. 495
i95 190
.{SO.
–i.yonàterme. 1455 m9 M
~f~Pl. 690.. CompaM;emaritime. 590.. 590. -30/OJ.janv; 235 '295 provoqua.ientdesaaairessuiviesdelu0a.l05.
'< 15 69250 5~ 75 55 75 CO. ?
~.jan\6C9f.2.)Of.p.)anl5 6<x); 615;~ 685 Pa):tsdeI'[ndustriH. 987575 77505U 125 ki Xord.J.janvier. 390 Lès Omnibus étaient demandés à 835, le Gaz ~risien BORDKAux,6mai.–39/Oàt*
Çomp. desEattx,J..ianv. 24T 50 l'arisàhyun. J. avril. û3i
300 ~Lyon. 'M65-. 1460 .5.
'Il' fUDD 5
.C.
~0~ ~tlSU!ô. ë~5, l'Union des gaz à 333, les Verreries de 145 à M EO. –MitHàtenïLe. S~5 825.
~C~ 9M 9t5 .5
760
760. 5..CMHft-C<'n~a~J..janY..icpt. ,r,.W
7~ ha
755 7~
rai La'sseccntN!edeI')ndust.
750
'750 H375 H375 ParisàStrasbourg.J.dec. 500.. 490.: 5.. Les actions des Docl:s étaient faibles, elies ont. nëchi .<' –Sociëteautrichienneute..
757
7575050 5~1
375
375 500
f.-350f.
L
500f.-350f. f. L véls
payés.aul5v ail j
15 Caoulchoucdurci. J3 92SO0 Uourbonnais
Hourbonnais. 2Jr
~750 ~U 300.
30U 2 250
5p
75756 75750 50
7.57 75375 750"
~o~choucdurc.
'Lompagmeue.s0mn.bus.935.. 9M. 5 StrasbHurKatiâie.-J.janv <775050 ~'i5-5'aiseIleËonti'eprisa2(lS2~. LO!i!)nES,7nMi.–ConsoHdM. 93 931/8 927/8 93.)/.S
825
?5.. 5.. 820.. 'denavjgat!onBaz!n. 11375 11375"
Les chemins de fer autrichiens sont toujours' faiMes, -H3/4 4}l,'2..t/t.
5.on&C~et;f.–J.janvier(cpt.. '830
-S20'820.. 8t750
8r750 8~0
820.. 1~375' Ouest.].jannvier. ',95 5U '3t.;eespagnoi
81875 125 c:e,d~n;ÍViga¡¡f.JIl~a,zin"11375 `.: 30,0. J. janvier. 'on les a cotes 94u et 935 ~.cependant 30/f)differe.25. 243/4.1/
LYOnitGenèVe,J.janVier{Cpt..
500f.-250payës. {aula 82t).' 830.. 81750 81750 ~geti.desYOituresdepL 7(.0~ 397 50 ~756 de nouveaux :)cli:tts
MM ..15;
c<A~ C''desChppers,franeais. 105.. MM 750 Srand-CentraiJ. janvier. 295 28625 125 ont eu li-.ù depuis.un CyxMt.~e/'o'rN~cstjt.–Nerc 1H5..
725., Comp.fratico-amer.caine.6{7506M.. 7505D -No..veHes.J.janv.. 295' S95
qu'n't d'heure a, 03'! 50. Est,1055.. 105~50.250.
7~S<a~toMe.cpt Notre marche des chcmms de fer était -un peu lourd. 8S5..
J.jan\ter.–a()0f.–300p.t!tul5 730.. 730.. 725 730.. Messa~enes)mp6riatcs. mo R'tOne.30/O.J.janvier 28625 25 –nofiv.act.. !?<).. 15.
G~O. 85DGraissessac' Saçiete atmospitertque. 100 50;D.'J.-Janviet. 4T5.. Les actions du. Grand-Central ont f~.it ~5~ 50, et ont ré- Ortmns. 1425 1.425.
6 tO a 8ésieïs. ) ept., G35 63T 50 G32 50 G37 50 Stearine (hottgtes) H60.. 1450..10 10
1 05 Cvon à Uenèv e J. I 'tnv _Ja a,- LYon.
s:: s'" ë s-" ~Ë~
H'og't'adeà.'750. 85.
s. S~ VtEXXE,7mai.–5C/0.
.ss::
9M.. 250 .?~ ~o~ete~esdcux Cirques. S05:
Cet'.e reaction paraît proluite uniquement par des réa- –Mobilierautricitien. 3<'1.
9:0 9{3()s 937 o 9K!50 Cit.autrict)ims30;O.J.ja]i 28750 ?8875 i25
9M. .C/teHMMaM<r!'eMeM.(cpt.. lisations on disait'que ]es arrang'emeus de cette com- –Chcminsatitrifhiens. 2{it1/4
J.janv.-a00f.2~pay.;aul5 937~0 9~935.. SiO..
–Omngesur Paris. liSl/3
t<")HMCOMCt~OMK)!fcpt pairnieserHit'nfsig'nës.dcma.in. M. Hurijondres. MM
~a50f. payes.)aul5 Le Nord était demandé de 11~ KO a.' 1130 l'Ust ancien B!RL)!<,6mtU.40/0. 1131,'t t H31/4.
PRtNES. MPORTS.
7jn -<!ï'es<e. tcDt .à 1010; l'Est nouveau a SiO; 'l'Orléans à 1455. i'tnxcFORT.6.n)ai.–5e/0. 8;!l/a1/â !t<)1.2
Ci 7565a ?5S5 il 40/0. 7.1/4 /.i 741/a
·~ S<-Mt~
Seeav,r
dtM 7570&. 7590 31/2finproch..a L'Ouest était recherche à Sao et 5~ !e Midi de 820 .1/4
ept" )t,!u'LEL[.E'7mai.tl/ !<73/4 973/8, 3/8.
I cpt.cpt,. Gn courant. fin courant. dt 11 dt 50 à
t OJOGn 1 vocit.. itt i it t ;i
3larwpe a Erquediranes.
Jlanayeà,Erq~~linnes.lept.. ept Nord f0 a~l5 15
au 1155:
115j
1155 u a'u3ÎSI 31.
au â .àS~5;Bëxiersarecuies.635. AXYERs,7mni.4t/2: -971/4. 971/4
7~
7ôo :îord.au
~?~~
~ord,au1:; 1:r a
Strasbourg
Strasbourg.elt titiD
10 au 15 a au 31 i< la
:i1
~L'appel de fonds de 100 fr. sur les actions du Victor- AMTKRDA'n.Cmai.–il/3. 623/4 ..5/t<
cpt Rst.au MA.cmn,5maL.iO/0. 631/tS
H ? 39SO~.i 45.
G~ ,G57 5D 65Z 50 SS7 bU f~yon: .dt H70::a: au~
6575<) 250 J.150f. payes.iaul5 Orléans.dt-10 "'1 EmmMiuel a' 'produit. pSu d'eftot sur cette valeur qui -3C/'8dif. S32o :ü M..
(Ho.. 660 ~(i.,o.. ,660.: nu 1515 H75..à. tiu.31 A: ~(nterran~M 1;; MJS--
"? ëtaittrèsfermede6a":50àS~5.. '5.
5 au 15, 765 a 7GD au 81 7T~
àl~
615.5.M~.J.janv.tcpt.. Central
Cerctrad dé la.
dêdaS2at,tte:J:janv: l ept" 640
600.. 620
620.. 600
600.. 630
620..
620 Grand-Céntral.dt-fD d "r60. rléans.au 15 il a
~o a~5 -9ÎO::a ~50 au~ ~i 960"' ~r" Les actions de de la Suisse ont ûdshi a. 6) Lt
!lobitier.tttl0- 10- au la, lS85..àl895.. à 18J5
1885 au
l'Ouest t aris. itmprimerië SEHR)ERE e! C', rue ~'ontmartre, 123'.
',tohilicr.dt 15. au31 31 fOni
1985:: il
it à 1950:
1950. Iitobil.ier:àu
MoM[ier.aul5 té n