Vous êtes sur la page 1sur 4

Vidéosurveillance par des per sonnes privées: la boîte de

Pandore est-elle ouverte?


Les problématiques juridiques actuelles à l’aune de quelques jurisprudences contre cette ordonnance auprès vraisemblable qu’un acquitte-
de la Chambre pénale du Tribu- ment.
valaisannes. nal cantonal valaisan. S’agissant de la violation de
l’article 34 al. 2 lit. a LPD10, il a
1.2. Violation des articles été considéré que le prévenu

«R arement un outil de
prévention, de sur-
veillance, de super-
Les procédures en matière de
vidéosurveillance étant rares, il
nous est apparu intéressant de
tème d’enregistrement vidéo
miniaturisé intitulé «Kit vidéo-
surveillance antivandalisme vé-
179quater CP, 11a et 34 al.
2 lit. a LPD
Ce recours était motivé par le
n’avait pas procédé à une vidéo-
surveillance de l’espace public à
proprement parler, puisque le
DR

vision et de protection aura sus- présenter quelques jurispru- hicule longue autonomie». Le fait que la décision litigieuse ne champ de la caméra était limité
Sébastien Fanti, cité autant de débats et de dences cantonales en cette ma- micro-enregistreur DVR7 est en comportait aucune mention de à sa voiture et à son entourage
avocat à Sion1. remous autour de sa mise en tière, tout en les commentant, effet d’une taille extrêmement la violation alléguée de l’article direct. L’appareil ne pouvait,
œuvre. Comme si «1984» se respectivement en les mettant réduite (85 x 55 x 17 millimè­ 34 al. 2 lit. a LPD, ce qui cons­ en conséquence, enregistrer des
déclinait au jour le jour dans un en perspective avec la doctrine tres) et il fonctionne à la dé­ tituait, selon le recourant, une images d’un nombre indétermi-
univers orwellien hybridé avec la plus récente6. Nous aborde- tection de mouvement ou en violation de son droit d’être en- né de personnes ne pouvant pas
un jour sans fin. Rarement éga- rons donc, successivement, un enregistrement continu8. Ces tendu. Il ajoutait que la disposi- éviter l’espace surveillé et porter
lement un outil aussi contro- cas de surveillance par un privé investigations ont permis d’iden- tion précitée avait clairement ainsi atteinte à leurs droits de la 1
Egalement notaire et conseiller en pro-
versé aura connu un tel succès, de son véhicule dans un parking tifier Y comme l’auteur des dé- été violée, de même que l’article personnalité. D’ailleurs, aucun tection des données en entreprise HEIG-
VD, Sion.
un tel développement et, finale- public au moyen d’un kit anti- gâts. A la suite d’une plainte pé- 179quater CP, puisque la justice autre individu que le recourant 2
BAUER, Alain, FREYNET, François,
ment, un tel niveau de demande vandalisme (sous l’angle pénal), nale du propriétaire du véhicule privée était proscrite et qu’il n’a été filmé lors de la surveil- Vidéosurveillance et vidéoprotection,
des citoyens»2. celui d’une vidéosurveillance (X), pour dommages à la pro- n’existait aucun état de nécessi- lance. En outre, l’atteinte aux Que sais-je, Paris, PUF, p. 3.
Cette phrase introductive ré- portant sur l’entrée d’un cabi- priété, Y a été confronté à l’enre- té, dès lors que la police aurait droits de la personnalité causée 3
Désormais, c’est le terme «vidéoprotec-
sume parfaitement la dichotomie net médical (sous l’angle civil et gistrement vidéo. S’il a certes pu procéder, elle-même, à une par la vidéosurveillance apparaît tion» qui est couramment utilisé.
4
Cf. à cet égard l’excellent article du
inhérente à une technologie aussi procédural) et, finalement, celui admis être passé à côté du véhi- surveillance permettant de justifiée par l’intérêt prépondé-
Temps intitulé «Les drones civils loués par
vénérée qu’abhorrée. Preuve en d’une vidéosurveillance opérée cule, il a nié l’avoir rayé. Deux confondre l’auteur des dom- rant du prévenu à ce que sa voi- des start-up romandes se multiplient dans
est le fait que même son nom a au moyen d’un téléphone por- mois plus tard Y a déposé une mages. ture ne soit plus vandalisée le ciel»: http://www.letemps.ch/Page/
évolué3, pour tenter certaine- table en pleine phase de circula- plainte pénale contre les per- La Chambre pénale du Tribu- (principe de licéité) et se trouve, Uuid/361aba3c-e4f3-11e3-a23d-
ment de la dissocier du terme tion routière (sous l’angle pénal sonnes concernées pour avoir nal cantonal valaisan a rejeté le selon la Chambre pénale, dans 0c2455b964fc%7C1.
5
http://www.google.com/glass/start/
«surveillance» par nature liberti- et celui de la loi sur la circula- procédé à une surveillance privée recours déposé. un rapport proportionné com- 6
Notamment les avis émis lors du sémi-
cide. tion routière). en violation de l’article 179qua- Après avoir rappelé les condi- paré au but visé (principe de la naire du 21 novembre 2013 organisé par
En réalité, nous n’en sommes ter du Code pénal (CP) et de tions d’application de l’article proportionnalité), qui était le Cedidac sur la thématique «Vidéosur-
qu’aux prémices. Les labora- 1. Utilisation des kits l’article 34 al. 2 lit. a de la loi fé- 179quater CP et la jurispru- d’élucider l’acte de vandalisme. veillance et protection des données, li-
toires regorgent de caméras qui de vidéosurveillance dérale sur la protection des don- dence topique9, le tribunal a re- Conséquemment, le Tribunal mites légales et enjeux pratiques».
7
Abréviation de Digital Video Recorder,
permettent une surveillance antivandalisme nées du 19 juin 1992 (LPD). tenu que le recourant avait été considère qu’un acquittement
enregistreur vidéo numérique.
longue distance (plusieurs kilo- Le procureur a décidé de ne filmé alors qu’il se trouvait sur apparaissait plus vraisemblable
(Ordonnance du 27 novembre 8
Voici le lien vers le produit concerné:
mètres) et d’outils miniaturisés, pas entrer en matière au motif une place de stationnement pu- qu’une condamnation. Le défaut http://www.secutec.fr/kit-videosurveil-
2013 du Tribunal cantonal
dont le seul motif de la non- que la caméra de vidéosurveil- blique, de sorte qu’il pouvait de motivation mis en exergue lance-anti-vandalisme-vehicule-longue-
valaisan par sa Chambre autonomie-1841.html
commercialisation a trait à la lance avait filmé un fait relevant être observé par n’importe qui, par le recourant était au demeu-
pénale) 9
L’arrêt non publié 1B_28/2013 du
nécessité d’amortissement des du domaine public, que la sans difficulté, ce qui signifie rant réparé par cette décision.
28 mai 2013 c. 2.2.2 et la référence à
investissements réalisés. Les 1.1. Etat de fait preuve produite l’avait été aux que les faits ne relevaient pas du l’ATF 118 IV 41, c. 4e concernant les en-
drones se font toujours plus Dans le cadre d’un litige de voi- fins de se prémunir contre un domaine privé. En outre, l’enre- 1.3. De l’existence virons immédiats du domicile.
présents dans notre quotidien4 sinage et après avoir constaté à comportement pénalement ré- gistrement n’ayant pas révélé de d’un état de nécessité 10
Sont punies de l’amende les personnes
et les Google Glass5 vont pro- réitérées reprises des dépréda- préhensible et que l’auteur se détails ressortant de sa sphère probatoire? privées qui intentionnellement:
a. omettent d’informer le préposé, confor-
chainement générer des interro- tions sur son véhicule, Mon- trouvait donc dans une sorte intime, la probabilité d’une Le Procureur avait notamment
mément à l’art. 6, al. 3, de déclarer les fi-
gations juridiques complexes sieur X et son épouse, aidés d’état de nécessité dans le do- condamnation pour violation évoqué l’existence d’un état chiers visés à l’art. 11a ou donnent des
dont le spectre nous est encore d’un voisin, ont exercé des sur- maine de la preuve justifiant de l’article 179quater CP n’ap- de nécessité, dans le domaine ­indications inexactes lors de leur déclara-
inconnu. veillances en utilisant un sys- son comportement. Y a recouru paraissait pas clairement plus probatoire, pour justifier sa tion.

34 plaidoyer 4/14 plaidoyer 4/14 35


­ écision. Nonobstant le rejet du
d des exemples, dont celui d’un Il sied également de rappeler cueillie légalement? Comme le à des installations de surveillance
recours, la Chambre pénale a particulier qui, las des dom- que l’utilisation de moyens de relève opportunément Sylvain dont l’usage va se multiplier,
traité de cet aspect de la motiva- mages causés à sa maison, sou- preuve acquis en violation de la Métille23, les autorités pénales transformant chacun d’entre
tion de la décision querellée haite faire surveiller la rue de- sphère privée ne doit, par ail- admettent largement ces nous en «little brother», ce qui
dans un considérant spécifique, vant celle-ci par une caméra: leurs et selon la jurisprudence preuves, ce qui équivaut à vider est regrettable, car la sphère pri-
anticipant ainsi la probléma- «Une telle vidéosurveillance ne récente du Tribunal fédéral, être la LPD de son sens et peut vée s’en trouve réduite, alors que
tique de la licéité du moyen de peut pas être effectuée par le admise qu’avec une grande ré- pousser l’autorité à sous-traiter la police est à même d’accomplir
preuve qui demeure ouverte. Il propriétaire lui-même; c’est la serve18. S’il existe un moyen à des privés les mesures qu’elle cette tâche… légalement.
a considéré qu’il n’existait pas police qui est compétente.» Il moins invasif, c’est celui-ci qui ne peut pas ordonner elle-
d’état de nécessité (art. 17 CP), convient de mentionner une ex- doit être privilégié. Il en existait même. La solution préconisée, à
2. Vidéosurveillance
Monsieur X ne se trouvant pas ception, qui ne pourrait toute- un ici, puisque la police pouvait savoir le fait de solliciter par une
confronté à un danger im- fois trouver application dans un recueillir les mêmes preuves en procédure civile24, la destruc- portant sur l’entrée
minent et impossible à détour- cas tel que celui exposé ici: toute légalité et simplicité. tion, respectivement l’interdic- d’un cabinet médical
ner autrement, ni davantage de «Lorsque les portions d’espace En matière pénale, l’utilisa- tion de transmission des images – mesures
faits justificatifs (art. 14 CP), public sont petites et que la sur- tion de dispositifs techniques de est intéressante à plus d’un titre. provisionnelles
car le moyen utilisé n’était pas le veillance du terrain privé ne surveillance doit être ordonnée Elle pourrait constituer un fondées sur les
seul disponible pour atteindre le peut se faire par d’autres moyens, par le Ministère public19 et au- moyen de préserver le noyau in-
articles 28 CC et
but visé. Une surveillance poli- cette surveillance est générale- torisée par le Tribunal des me- tangible qu’est la protection des
cière était en effet possible11. La ment acceptée pour des raisons sures de contrainte20, lorsque données. Les autorités pénales 8 LPD
Chambre pénale du Tribunal de praticabilité16.» Il existe en l’action observée se déroule pourraient-elles de ce point de (Décision du 26 mars 2012 de
11
Cf. à cet égard les art. 282 al. 1er du
cantonal se refuse toutefois à effet et en l’occurrence une autre dans un endroit qui n’est pas vue être astreintes à détruire des Code de procédure pénale et l’art. 2 al. 2
la Cour civile II du Tribunal lit. c LPD.
qualifier ce moyen de preuve possibilité, soit celle de faire ap- public (habitations, chambre preuves figurant dans leur dos- cantonal valaisan) 12
ATF 131 I 272 c. 4.1; 130 I 126 c. 3.2.
d’illicite en se référant à la juris- pel à la police qui peut exercer d’hôtel, véhicules, etc). Cela si- sier avant même d’avoir procédé 13
Abrégé ci-après PFPDT.
prudence topique12: cela ne pré- une telle surveillance sans même gnifie qu’une personne privée à la pesée d’intérêts permettant 2.1. Etat de fait 14
Disponible à cette adresse: http://www.
juge toutefois pas du caractère avoir besoin d’une décision du ne saurait être autorisée à mettre de qualifier la preuve de licite ou Deux médecins exploitent un edoeb.admin.ch/datenschutz /00628/
illicite ou non du moyen de Ministère public, respective- en place une surveillance et que d’illicite? Seraient-elles liées par cabinet dans un immeuble sou- 00653/00654/index.html?lang=fr
15
Cf. http://www.edoeb.admin.ch/datens-
preuve recueilli. ment du Tribunal des mesures les preuves recueillies seront une décision d’un tribunal civil? mis à la propriété par étages. A
chutz/00625/00729/00738/index.
de contrainte, ainsi qu’il sera inexploitables en vertu de l’ar- Autant de questions irrésolues à la suite d’actes de vandalisme html?lang=fr
1.4. Analyse exposé ci-après. La surveillance ticle 277 al. 2 du Code de pro- l’heure actuelle, mais qui mé- commis dans les parties com- 16
Une banque équipe un distributeur
et commentaire par un privé du domaine public cédure pénale21. La surveillance ritent une réflexion. munes accessibles au public, les d’argent d’une caméra vidéo qui filme,
Il convient d’exposer, à titre li- s’avérera, en définitive, rarement au moyen de caméras vidéo S’agissant finalement de l’as- propriétaires d’étages de l’im- outre le distributeur, de petites portions
de trottoir. Cette situation est licite dans
minaire, que le préposé à la pro- licite à l’aune des normes appli- d’événements de nature privée pect fondamental de la déci- meuble, dans le sous-sol duquel
la mesure où il existe un intérêt privé pré-
tection des données et à la cables en matière de protection qui se déroulent dans un lieu sion, on ne peut qu’être surpris se trouve un parking public, ont pondérant à la surveillance du distribu-
transparence13 a traité de la pro- des données. En l’espèce, elle ouvert au public ne nécessite en de lire que l’article 34 al. 2 lit. a décidé de recourir à la vidéosur- teur et que cette surveillance est impos-
blématique de la surveillance ne l’est pas. L’intérêt d’une revanche aucune formalité par- LPD n’a pas été violé. Le tribu- veillance, sur conseil de la police sible sans qu’une portion de trottoir entre
opérée par des privés dans un personne privée à éviter des
­ ticulière, dès lors que ces espaces nal a développé un raisonne- municipale et du responsable de dans le champ de la caméra.
17
ATF 133 I 77.
feuillet thématique14. Il y men- dommages sur son véhicule ne sont librement accessibles, car il ment semblable à celui du la sécurité de l’Etat du Valais. 18
ATF 139 II 7 résumé dans la SJ 2013 I
tionne la nécessité de respecter saurait, en termes de propor- s’agit d’une observation (art. PFPDT, pour parvenir à une L’installation du système a été 179.
les principes de licéité et de pro- tionnalité, permettre à celle-ci 282 CPP)22. En clair, la police conclusion singulièrement in- confiée à X SA, entreprise spé- 19
Cf. art. 280 ss CPP.
portionnalité. Comme il est de se substituer à la police qui peut y procéder, aisément, ce verse. Il n’est, à cet égard, pas cialisée en la matière. Une des 20
Cf. art. 281 CPP.
impossible, en pratique, de sol- peut aisément accomplir une qui justifie d’autant moins un sérieux de prétendre qu’aucune caméras, située face à l’entrée du
21
A cet égard, le soussigné partage le point
de vue développé par Me Sylvain Métille,
liciter l’accord préalable de telle tâche. En sus, la probléma- acte de justice privée, précédé vidéosurveillance de l’espace cabinet médical a été démontée
chargé de cours à l’UNIL, lors du sémi-
toutes les personnes filmées, il tique du délai de conservation17 d’une récolte de preuve s’exoné- public n’est intervenue, car le à la suite d’une transaction naire du 21 novembre 2013 organisé par
convient de vérifier qu’un inté- des données est difficile à appré- rant d’un recours aux agents as- champ de la caméra était limité conclue devant le juge du dis- le Cedidac sur la thématique «Vidéosur-
rêt privé ou public prépondé- hender pour un quidam, dont le sermentés de la police. à la voiture et à son entourage, trict entre le couple de méde- veillance et protection des données, li-
rant, à des fins de sécurité, but est d’apporter la preuve de Ce moyen licite et facile à alors que cette voiture se trou- cins, d’une part, et la commu- mites légales et enjeux pratiques».
22
SCHMID, Niklaus, Praxiskommentar,
existe. Le PFPDT spécifie: «Il l’identité de celui qui a endom- mettre en œuvre disqualifie vait sur un parking public. Le nauté des propriétaires d’étages
CPP 280 N 3.
faut en outre tenir compte du magé son véhicule. Le moyen de l’option de la surveillance opé- fait qu’aucune autre personne de l’immeuble. Une requête de 23
MÉTILLE, Sylvain, Vidéosurveillance
fait qu’un système de vidéosur- preuve devrait donc, en toute rée par une personne privée n’ait été filmée n’est également mesures provisionnelles a été sur le domaine privé, séminaire du 21 no-
veillance privé qui filme un es- logique, être qualifié d’illicite, dans le cas d’espèce. Reste à sa- pas relevant, car, à suivre un déposée devant le juge de dis- vembre 2013 organisé par le Cedidac sur
pace public enfreint générale- bien que la Chambre pénale du voir si cette preuve qualifiée tel raisonnement, le comporte- trict contre la société ayant pro- la thématique «Vidéosurveillance et pro-
tection des données, limites légales et en-
ment les principes de licéité et Tribunal cantonal valaisan ne d’illicite à l’aune de la LPD eût ment devrait être qualifié de li- cédé à l’installation, requête au
jeux pratiques».
de la proportionnalité et est tranche pas formellement cette été admissible en procédure, cite ou d’illicite en fonction du terme de laquelle les conclu- 24
En invoquant la LPD et les normes en
donc interdit.» Différentes pré- question, se limitant à un renvoi après une pesée d’intérêts. Cette nombre de personnes filmées. sions suivantes ont, entre autres, matière de droit de la personnalité (art. 28
cisions sont apportées15, avec à la jurisprudence. preuve aurait-elle pu être re- Cette décision légitime le recours été prises: ss CC).

36 plaidoyer 4/14 plaidoyer 4/14 37


• faire interdiction à X SA, sous 2.2. Violation des art. 28 toute référence à l’art. 8 LPD 2.3. Analyse De plus, c’est l’entreprise de
commination des sanctions de CC (protection de la prévoyant un droit d’accès à ce et commentaire ­sécurité qui se voit attraite de-
l’article 292 CPS, de détruire les personnalité contre des fichier est vaine et ne saurait dès Cet arrêt est désappointant, à vant le Tribunal, en lieu et place
images déjà prises; atteintes) et 8 LPD (droit lors fonder le prononcé de me- plus d’un titre. Il s’inscrit tout du maître du fichier, avec pour
• ordonner à X SA, sous com- d’accès) sures provisionnelles. d’abord dans une tendance rendre la chose encore plus com-
mination des sanctions de l’ar- En appel, les deux médecins Ensuite, même s’il s’agissait marquée à accepter plus aisé- pliquée, une modification en
ticle 292 CPS, de conserver ont soulevé de nouveaux d’un fichier, les intéressés n’ont, ment la vidéosurveillance dans cours de procédure des conclu-
toutes les données déjà collec- moyens de droit, fondés pour selon la Cour, pas rendu plau- un but préventif, nonobstant les sions (respectivement une ré-
tées; partie, sur des faits nouveaux. sible le fait que l’auteur du trai- inconvénients factuels et les at- duction des conclusions) et l’in-
• ordonner à X SA de mention- En tant que titulaires d’un tement entendait détruire ou teintes juridiques qui peuvent, vocation de faits nouveaux, et
ner par quelles mesures les droit d’accès selon l’art. 8 al. 1 modifier les données litigieuses, objectivement, en résulter. A non des moindres34. Tous ces 25
En appel, ils ont renoncé à faire interdire
données sont protégées; LPD, ils se plaignent du refus ou encore qu’ils avaient des rai- titre exemplatif, citons l’arrêt éléments concourent à générer l’exploitation du système de surveillance
et à exiger l’indication tant de l’identité
• ordonner à X SA d’indiquer d’accéder au fichier depuis la sons de penser qu’un traitement relatif à la vidéosurveillance des une décision qui ne répond que des personnes pouvant visionner les don-
par qui les données peuvent être mise en service des caméras et de ces données pouvait engen- collèges de la Municipalité de partiellement à la probléma- nées que des mesures prises pour protéger
visionnées et à quelles condi- craignent que la société X SA, drer une atteinte à leur person- Lutry30, où le Tribunal cantonal tique concernant la surveillance celles-ci.
tions; au vu de son comportement nalité. Une saisie provisionnelle a clairement privilégié l’aspect de cabinets médicaux. En clair, 26
Lorsque le participant défendeur à l’ac-
• ordonner à X SA, sous commi- antérieur, ne cache ou ne rende des données et/ou un droit d’ac- sécuritaire par rapport aux at- la Cour civile s’est prononcée tion n’est pas le maître du fichier et ne
peut conséquemment procéder lui-même
nation des sanctions de l’article inaccessibles les données col- cès provisionnel hors des condi- teintes limitées à la liberté per- sur la base d’un état de fait in- à la destruction ou à la rectification des
292 CPS, de ne plus exploiter lectées. tions des art. 8 ss LPD ne sau- sonnelle des enseignants et des complet et des moyens de preuve données, le jugement ne peut que lui or-
le système de vidéo­surveillance La Cour civile a examiné la raient dès lors être ordonnés. élèves, à l’aune du fait que les produits en première instance. donner d’intervenir auprès du maître du
jusqu’à droit connu… question de la qualité pour dé- Les instants n’ont, en outre, pas enregistrements sont effacés Ce faisant, la décision est logi- fichier non partie à la procédure, pour ré-
Le juge de district a rejeté fendre de la société X SA. Elle a rendu vraisemblable qu’ils après 48 heures31. En l’occur- quement insatisfaisante. Sur la clamer cette rectification, cf. MEIER,
Philippe, Protection des données, Fonde-
la requête considérant que les considéré que, au stade des me- avaient, sans succès, sollicité le rence, la Cour civile du Tribu- base d’un état de fait complet et ments principes généraux et droit privé,
deux médecins invoquaient les sures provisionnelles, il était maître du fichier de communi- nal cantonal a également mis en des preuves dont disposaient les Berne 2011, n. 1816).
droits de la personnalité de leurs possible d’agir contre le tiers quer, dans les 30 jours dès ré- exergue le fait que le système de recourants, il eût été intéressant 27
Au sens de l’art. 3 lit. g LPD: fichier,
patients, de sorte que la légiti- délégataire qui exploite le sys- ception de la demande, les ren- surveillance respecte le principe de savoir si le tribunal aurait tout ensemble de données personnelles
mation active leur faisait défaut. tème de surveillance, car celui- seignements litigieux, en sorte de proportionnalité, qui exige également considéré que l’inté- dont la structure permet de rechercher les
données par personne concernée.
De surcroît, ils n’avaient ni allé- ci peut prendre les mesures qu’une action en exécution du un effacement des données per- rêt à prévenir le vandalisme 28
Cf. à cet égard le message de la LPD: FF
gué ni rendu vraisemblable de conservation des données droit d’accès n’apparaît pas re- sonnelles dans un délai particu- l’emportait sur celui des per- 1988 II 455.
qu’ils étaient eux-mêmes vic- jusqu’à droit connu sur les mo- cevable. lièrement bref. On pourrait être sonnes concernées à l’intégrité 29
A cet égard, il est fait référence à l’ATF
times d’une atteinte d’une gra- dalités d’exercice du droit d’ac- Enfin, en toutes hypothèses, tenté d’en inférer que plus le de leur personnalité. On peut 133 I 77 c. 5 ainsi qu’au feuillet théma-
vité justifiant le prononcé de cès. En outre, ils peuvent, à titre le système de surveillance mis délai de conservation des don- légitimement s’interroger lors­ tique du PFPDT intitulé «Vidéosurveil-
lance par des particuliers» dont il a déjà
mesures provisionnelles. Le fait provisionnel et à certaines en cause respecte le principe de nées est bref, plus la latitude est que, comme en l’espèce, les mé- été question auparavant.
d’être filmés permettait unique- conditions26, requérir de l’ex- la proportionnalité qui exige grande d’installer des caméras decins sont des spécialistes, ce 30
Arrêt du 1er mars 2013 du Tribunal can-
ment de constater qu’ils se ren- ploitant technique la sauvegarde que les données personnelles en nombre et permettant une qui permet d’inférer de la fré- tonal vaudois par sa Cour de droit admi-
daient quotidiennement à leur des données en vue d’une de- enregistrées par une caméra surveillance à large spectre. quentation de leur cabinet nistratif et public.
travail, dont l’entrée se situait mande d’accès au fichier, au soient effacées dans un délai Ce qui est singulier et influe l’existence d’une affection spéci-
31
Pour une comparaison intercantonale,
cf. l’avis du préposé à la protection des
au demeurant sur un lieu privé maître de celui­-ci, ou de l’ou- particulièrement bref, afin de évidemment sur le sort du litige, fique. Le cas extrême serait par données et à la transparence Jura Neuchâ-
largement fréquenté par le pu- verture subséquente d’une ac- limiter l’atteinte à la sphère c’est l’absence de référence de- exemple celui d’un médecin se tel du 17 juin 2013 consultable à cette
blic (sortie de parking souter- tion pour atteinte à la personna- ­privée des personnes filmées29. vant le juge de district32 à la de- consacrant exclusivement à des adresse: http://www.ppdt-june.ch/fr/Cas-
rain) qui avait dès lors accès aux lité. La requête n’a pas, pour La Cour ajoute que les deux mande liminaire d’accès formu- patients atteints d’alcoolisme ou traites/Anciens-cas-JU-NE/2010-2013/
informations que les requérants autant, été considérée comme médecins n’ont pas remis en lée au maître du fichier33, d’une maladie infectieuse. Dans Videosurveillance-installee-dans-un-
centre-sportif-20110237.html
souhaitaient protéger. Enfin, fondée pour les motifs suivants. cause les faits, ni l’argumenta- laquelle aurait, à l’évidence, pu une telle hypothèse pourrait-on 32
Soit le juge de première instance.
l’intérêt à prévenir les actes de La Cour civile a retenu que tion juridique tant principale influer sur le sort de la cause. encore prétendre que la préven- 33
Les deux médecins ont complété en ap-
vandalisme dont se plaignaient les deux médecins n’avaient pas concernant l’absence de légiti- Cette démarche doit précéder tion d’actes de vandalisme l’em- pel l’état de fait en alléguant les faits rela-
les copropriétaires l’emportait rendu vraisemblable l’existence mation active, que subsidiaire, toute autre et permettre de dé- porte sur le secret auquel a droit tifs à leur vaine demande d’accès au fi-
sur celui des requérants. Les d’un fichier27, les images étant relative à la gravité de l’atteinte, terminer l’action la plus efficace chaque patient lorsqu’il opte chier.
34
Les deux médecins ont ajouté dans leur
deux médecins ont interjeté ap- simplement enregistrées tempo- au fait que les événements fil- à entreprendre. Celui qui n’a pour un médecin spécialiste? mémoire d’appel qu’eux-mêmes étaient
pel à l’encontre de cette déci- rairement, jusqu’à l’effacement més, dans un rayon déterminé, pas obtenu satisfaction lors de quotidiennement dans le champ d’enre-
sion, concluant à ce qu’il soit automatique lorsque la capacité étaient ­largement visibles par le sa requête d’accès doit l’indi- gistrement de plusieurs caméras et qu’ils
fait interdiction à X SA de de stockage est atteinte. On public et que l’intérêt à prévenir quer immédiatement au juge, avaient demandé en vain au maître du fi-
­détruire les images prises et qu’il peut dès lors parler d’un agrégat le ­vandalisme l’emportait sur car une telle attitude est suscep- chier de savoir précisément si le fichier
contenait des données les concernant et,
lui soit ordonné de conserver de données que l’on ne peut re- l’intérêt des personnes concer- tible d’emporter sa conviction, le cas échéant, d’en connaître l’étendue, le
les données collectées25. chercher par personne concer- nées à l’intégrité de leur surtout lorsque des mesures but du traitement ainsi que l’identité de
née28. En l’absence de fichier, personna­lité. provisionnelles sont requises. leur destinataire.

38 plaidoyer 4/14 plaidoyer 4/14 39


3. Vidéosurveillance 3.2. Violation des art. 141 par le Tribunal fédéral, ouvrirait
opérée au moyen CPP, 29 Cst. et 6 CEDH inexorablement la voie à une
Le Tribunal de district de justice privée dont le champ
d’un téléphone
Loèche a considéré que la vidéo d’application est infini à l’aune
portable en pleine litigieuse n’était pas un moyen des nouveaux outils connectés,
phase de circulation de preuve illicite et qu’il pouvait tels que les Google Glass.
routière en conséquence en être tenu
compte dans le cadre de la pro-
(Jugement du Tribunal cédure diligentée par le Minis-
du district de Loèche du tère public, dès lors que le mo-
12 novembre 2013 dont il a été niteur d’autoécole a filmé une
appelé devant le Tribunal séquence de conduite que tout
cantonal35) un chacun pouvait voir. Il a
donc rejeté la requête de la dé-
3.1. Etat de fait fense tendant au retrait de cette
Un conducteur, Monsieur X, vidéo du dossier, laquelle a, de
circulait sur la route cantonale surcroît, emporté sa conviction
T9 en direction de Viège. Le vé- dès lors qu’il n’existait ni d’autre
hicule qui le précédait était témoin ni d’autre preuve maté-
conduit par un élève conducteur, rielle.
tandis que le professeur d’autoé-
cole était assis sur le siège passa- 3.3. Analyse
ger à l’avant du véhicule. Pour et commentaire
des motifs inconnus de Mon- Selon la jurisprudence, l’utilisa-
sieur X, le moniteur d’autoécole tion de moyens de preuve ac-
est passé à l’arrière du véhicule et quis en violation de la sphère
a commencé à le filmer au privée ne doit être admise
moyen d’un téléphone portable, qu’avec une grande réserve36.
laissant ainsi son élève seul au En l’occurrence, il est évident
volant, sans possibilité effective que le conducteur n’a jamais
de contrôle ni d’intervention en consenti à être filmé durant plu-
cas de difficulté. Cette phase sieurs minutes, de sorte que
durant laquelle Monsieur X a été l’atteinte à ses droits de la per-
filmé a duré plusieurs minutes. sonnalité est établie. Le PFPDT
Le moniteur d’autoécole, se considère que tout enregistre-
prévalant des séquences vidéo
­ ment sur lequel des personnes
en sa possession, a immédiate- ou des matricules de véhicules
ment dénoncé téléphonique- sont reconnaissables constitue
ment Monsieur X à la police, de fait un traitement de don-
pour ne pas avoir respecté les nées personnelles37. De surcroît,
distances de sécurité. La police selon son analyse, la sécurité
l’a alors interpellé et interrogé à routière est l’affaire de la police
Viège, avant de le dénoncer au et non des particuliers, qui ne
Ministère public, qui l’a sanc- peuvent en aucun cas l’invoquer
tionné par ordonnance pénale comme motif. Même l’argu-
pour violation grave d’une règle ment, du reste compréhensible, 35
L’issue de la procédure d’appel est in-
de la circulation routière au sens de la collecte de preuves en cas
connue à l’heure de l’écriture de ces
de l’art. 90 al. 2 LCR, en lien d’accident ne permet pas de jus- lignes.
avec l’art. 34 al. 4 LCR et 12 al. tifier une infraction à la protec- 36
ATF 139 II 7 = SJ 2013 I 179.
1er OCR. Après que Monsieur X tion de la personnalité. De plus, 37
cf. préposé à la protection des données
a formé opposition à l’ordon- la plupart du temps, les enregis- et à la transparence, Explications sur la vi-
déosurveillance au moyen de caméras em-
nance pénale, le dossier a été ren- trements présentent une version
barquées, disponibles à l’adresse
voyé en jugement devant le Tri- imprécise des incidents en ques- http://www.edoeb.admin.ch/
bunal de district de Loèche, qui tion. Ce jugement, s’il devait datenschutz/00625/00729/01075/index.
a confirmé la condamnation. être confirmé en appel, voire html?lang=fr

40 plaidoyer 4/14 plaidoyer 4/14 41