Vous êtes sur la page 1sur 12

Chapitre I :

Gisement Solaire
iversité de M’sila

Enseignant : Arslane M

2018/2019

Energie Renouvelable
Université de M’sila
Gisement solaire Université de M’sila

I. Introduction :

Les énergies renouvelables ont été longtemps exploitées, bien avant le XX e s pour certaines
d'entre elles, les énergies renouvelables sont devenues, en 1973, sujet d'actualité lors du
premier « choc pétrolier ». Bénéficiant de technologies plus performantes qu'autrefois, leur
extension se heurte toutefois aussi bien à de piètres rendements qu'à des coûts
d'exploitation trop élevés et des intérêts industriels bien installés.

Les énergies Renouvelables ; Comme leur nom l’indique ce sont des sources inépuisables
d’énergies offertes par la nature Elle-même et dont la maitrise garantirait largement
l’autonomie de la planète. On y trouve l’énergie solaire, l’énergie éolienne, l’énergie
géothermique, l’énergie marémotrice, l’énergie de la biomasse.la première source peut
trouver leur origine dans les différents flux énergétiques naturels incidents à la surface de la
terre, qui sont :
 Le rayonnement solaire qui fournit 99.97% de sa densité thermique.
 La chaleur interne terrestre qui fournit 0.03% de sa densité thermique.
 Le travail des forces de gravitation

Les énergies renouvelables s'opposent aux énergies non renouvelables (énergies fossile et
nucléaire).

Ces énergies fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la Terre, les chutes d’eau, les marées
ou encore la croissance des végétaux, leur exploitation n’engendre pas ou peu de déchets et
d’émissions polluantes. Ce sont les énergies de l’avenir. Aujourd’hui, elles sont sous-
exploitées par rapport à leur potentiel. Ainsi, les énergies renouvelables couvrent seulement
20 % de la consommation mondiale d’électricité.
Leur utilisation provoque :
 La lutte contre l’effet de serre, en réduisant notamment les rejets de gaz carbonique
dans l’atmosphère.
 Le développement dans le monde entier, les énergies renouvelables permettent de
gérer de façon intelligente les ressources locales et de créer des emplois.

II. Les différentes formes des énergies renouvelables :

Les énergies renouvelables peuvent se présentées sous les cinq formes suivantes ;

 L’énergie solaire ;
 L’énergie éolienne ;
 L’énergie hydraulique ;
 L’énergie géothermique ;
 L’énergie de la biomasse.

2
Gisement solaire Université de M’sila

3
Gisement solaire Université de M’sila

4
Gisement solaire Université de M’sila

Chapitre I : Gisement solaire

I. Introduction :

L’énergie solaire est la plus dominante de toutes les énergies renouvelables, elle est à
l’origine de la quasi-totalité des sources d’énergies utilisées par l’homme. Lorsque l’énergie
lumineuse (photons) rencontre de la matière, celle-ci transforme une partie en chaleur. C’est
ce qu’on appelle la conversion photo thermique, et c’est sur ce principe que sont basés les
procédés de capteur plan solaire.

La terre reçoit du soleil en une heure plus d’énergie que l’humanité consomme durant une
année entière. C’est la raison pour laquelle plusieurs payes dans le monde parient sur cette
énergie abondante, propre et renouvelable pour faire face aux enjeux environnementaux et
socio-économiques.

5
Gisement solaire Université de M’sila

II. L’énergie solaire ;


On désigne par énergie solaire le rayonnement émis dans toutes les directions par le Soleil,
et que la Terre reçoit à raison d'une puissance moyenne de 1,4 kW/m2, pour une surface
perpendiculaire à la direction Terre-Soleil. Ce flux solaire est atténué lors de la traversée de
l'atmosphère par absorption ou diffusion, suivant les conditions météorologiques et la
latitude du lieu ; au niveau du sol, la puissance restante est de l'ordre de 1 kW/m2.
Indirectement, l'énergie solaire est aussi la source de la plupart des énergies renouvelables
et des hydrocarbures fossiles. Elle est en effet responsable de la mise en mouvement des
masses d'eau (énergies marines) et d'air (énergie éolienne), du cycle de l'eau (énergie
hydraulique) et de la photosynthèse (biomasse et hydrocarbures). Seuls trois types
d'énergie ne dérivent pas de l'énergie solaire :
 l'énergie marémotrice ;
 l'énergie géothermique ;
 l'énergie nucléaire.

L’énergie solaire présente les avantages suivants :


 Énergie renouvelable ;
 Disponible toute l’année ;
 Facile à installer ;
 Technologie qui évolue rapidement.

Comme elle présente également les désavantages suivants :


 Fabrication et recyclage des panneaux peu écologiques ;
 Production qui dépend des conditions d’ensoleillement ;
 Durée de vie limitée (env. 20 ans) ;
 Rendement assez faible (15%).

On peut rencontrer deux exploitations de l’énergie solaire ; le solaire thermique et le solaire


photovoltaïque.

III. L’origine de l’énergie solaire :

L’astre solaire est une étoile de forme pseudo-sphérique comparable à une immense boule
de gaz très chauds (1 400 000 km de diamètre , 110 fois celui de la Terre), au sein du
quel se produit une réaction de fusion (fusion d’hydrogène en hélium) générant d’énormes
quantités d’énergie, qui se compose de 80% d’hydrogène et de 19% d’hélium, le 1% restant
étant un mélange de plus de 100 éléments, soit pratiquement tous les éléments chimiques
connus
Une toute petite partie de cette énergie arrive sur la Terre, par rayonnement
électromagnétique.

Bien que le soleil soit une étoile de taille moyenne, il représente à lui seul 99.9% de la masse
du système solaire qui est dominé par les effets gravitationnels de l’importante masse du
soleil.

6
Gisement solaire Université de M’sila

Les caractéristiques principales du soleil sont regroupées dans le tableau I.1

Diamètre (km) 1392000


Masse (kg) 2.1030
Surface (km2) 6.09.1012
Volume (km3) 1.41.1018
Masse volumique moyenne (kg/m3) 1408
Vitesse (km/s) 217
Distance du centre de la voie lactée (km) 2.5.1017

IV. Puissance dégagée par un astre :

Loi de Stefan-Boltzmann :
La puissance dégagée par un astre est proportionnelle à sa température de surface à la
puissance 4 :

é é = × ×

S : Aire de l’astre.
∶ Constante de Stefan − Boltzmann
≃ 5,67 ⋅ 10−8 ⋅ −2 ⋅ −4
IV.1 Puissance dégagée par le soleil :


=
Avec = 696 342 000
é ∶
= 5778 (5505 °C)

é é par le Soleil ≃ 3,85⋅ 1026

IV.2 L'énergie solaire reçue en un point du globe :

L'énergie solaire reçue en un point du globe dépend de :


 l'énergie solaire envoyée par le Soleil (fluctuations décennales, saisonnières, et
ponctuelles).
 la nébulosité (nuages, brouillards, etc.).
 la latitude, la saison et l'heure, qui influent sur la hauteur du Soleil et donc sur
l'énergie reçue au sol par unité de surface.
7
Gisement solaire Université de M’sila

IV.3 L’intensité du rayonnement au niveau de la Terre :

L’intensité par m² du rayonnement au niveau de la terre est la puissance du soleil / l’aire de


surface de la sphère de rayon Terre-soleil :

é =3,85× 1026/
(4 ×1496000000002) ≃ W/m²

IV.4 Puissance captée par la terre

Pour calculer la puissance totale reçue par la surface de la terre, on considère que le
rayonnement solaire intercepté par la terre est approximativement le même que celui
intercepté par un disque de même rayon que la terre et qui ferait face au rayonnement :

P é = × × 2= , ∙ W

C’est la puissance captée par la terre avant de traverser l’atmosphère (Air Mass 0).

P é << é é _ ≃ 3,85⋅1026 .

IV.5 Energie annuelle reçue par les continents

Presque la moitié du rayonnement initial est soit absorbé soit réfléchi atteignent la surface
de la Terre.
Seulement 29 % ( . * ) arrive au plancher des vaches (terre ferme constituée par les
continents).

8
Gisement solaire Université de M’sila

Energie annuelle reçue par les continents = . × × ×


≃ ×

Le soleil "rayonne" à la Terre chaque année 40 000 fois les besoins énergétiques que
l'humanité consomme sous forme d'énergie fossile. Il existe 3 utilisations de l'énergie solaire
- La production de chaleur : le "solaire thermique"
- La production d'électricité : le "solaire photovoltaïque"
- La production d'un mouvement : le "solaire mécanique"
De nombreuses recherches sont en cours dans ces 3 domaines, essentiellement pour le
photovoltaïque. En effet, le rendement des cellules photovoltaïques étant assez faible, de
l'ordre de 20% maximum pour les utilisations militaires et de 10 à 15% (grand maximum)
pour les utilisations civiles, la porte reste ouverte à de nombreuses améliorations. Le solaire
thermique est plus commun que le photovoltaïque, les tarifs et donc la rentabilité du
photovoltaïque étant si faibles (sans parler des problèmes de stockage de l'énergie) qu'il se
limite généralement aux sites isolés. Un système énergétique solaire est donc mis en place en
un lieu donné pour fournir de l’énergie sous une forme ou une autre, (mécanique, thermique
et électrique). D’une façon générale sa structure est peut être schématisée de la façon
suivante :
Une entrée :
Le gisement solaire local ;
L’environnement géographique ;
Le ou les sources énergétiques d’appoint.
Un transfert
Dispositif de captation du rayonnement solaire avec ou sans concentration ;
Elément de conversion d’énergie d’une forme à une autre ;
Des organes de pilotage et de régulation.
Un stockage :
Dispositifs tels que : des réservoirs d’eau, des masses calorifiques à chaleur sensible ou latente,
des batteries électriques...etc.

Exemples d’applications:
Fourniture d’eau chaude ou d’air chaud (chauffage des locaux)
Pompage d’eau
Centrale électrique
Séchage des produits agro alimentaires
Dessalement de l’eau

9
Gisement solaire Université de M’sila

Le solaire thermique :
Les capteurs solaires produisent de l’eau chaude sanitaire. Ils peuvent être aussi utilisés
pour le chauffage, idéalement par le sol. Plusieurs dizaines de millions de mètres carrés de
capteurs sont installés dans le monde. Les capteurs solaires dits “haute température”
produisent de l’électricité par vapeur interposée : quelques grandes centrales de ce type
existent dans le monde.
Le thermique solaire est un procède de transformation de l’énergie solaire en une forme
thermique, qu’on peut utiliser :
 En usage direct de la chaleur : chauffe-eau solaire, chauffage solaire, cuisinière et
séchoir solaire.
 En usage indirect où la chaleur sert pour un autre usage : centrales solaires
thermodynamiques, froid solaire.

Le solaire photovoltaïque :
Des modules solaires produisent de l’électricité à partir de la lumière du soleil. Ils alimentent
des sites isolés ou le réseau de distribution général. L’intégration à l’architecture est l’avenir
du photovoltaïque dans les pays industrialisés. Cette technique permet de produire de
l'électricité produite par transformation d'une partie du rayonnement solaire avec une
cellule photovoltaïque.
Les photopiles utilisent l’effet photovoltaïque, elles sont formées d'une couche d'un matériau
semi-conducteur et d'une jonction semi-conductrice. Le silicium est le plus employé ;
cependant, l'arséniure de gallium offre des meilleures performances, mais reste beaucoup
plus onéreux.
Trois types principaux de centrales sont utilisés:
 Les centrales à capteurs cylindro-paraboliques pour atteindre des températures
entre 300 et 350 °C.
 Les centrales à capteurs paraboliques pour atteindre des températures de 1000°C ou
plus.
 Les centrales à tour pour atteindre 1000 °C.

Le solaire mécanique ou thermodynamique :

Le solaire mécanique concerne les appareils qui transforment un rayonnement solaire


"directement" en mouvement mécanique qui soit, pourra servir directement, soit sera
transformé en électricité. Le solaire mécanique est une technique rare et très particulière.
Chaque "moteur solaire" a des caractéristiques singulières pour ne pas dire uniques. Il est
donc très difficile, contrairement aux deux autres utilisations du solaire, de présenter un
principe de fonctionnement. Un seul point commun : la concentration de l'énergie solaire via
des concentrateurs solaires (héliostats, miroirs...).
Pour présenter cette technique, on peut citer deux exemples pratiques : le moteur Stirling
solaire et les centrales solaires thermiques (en réalité : le mot thermodynamiques serait un
terme plus adéquat) produisant de l'électricité.

10
Gisement solaire Université de M’sila

Moteur Stirling solaire


Le moteur Stirling, ou moteur à air chaud, est un moteur à combustion externe, le fluide
principal est un gaz soumis à un cycle comprenant 4 phases : chauffage isochore (à volume
constant), détente isotherme (à température constante), refroidissement isochore puis
compression isotherme. La source chaude du moteur peut être alimentée par l’énergie
solaire.

Moteur stirling solaire à Almeria en Espagne (Plataforma Solar)

Centrales solaires
Ce sont les projets de solaire mécanique les plus aboutis. Une centrale solaire thermique est
constituée d'un champ de capteurs solaires spéciaux appelés héliostats qui concentrent les
rayons du soleil sur un tuyau dans lequel circule un caloporteur qui actionne une turbine qui
produit de l'électricité.

La plus grande centrale du monde, Désert de Mojave, Californie, USA

11
Gisement solaire Université de M’sila

IV.6 Unités utilisées :

a) L’éclairement : est défini comme une puissance reçue par une surface. Il s'exprime
en W/m2 (watt par mètre carré). Le S.I. (système international d’unités) recommande
d’utiliser le symbole E.

b) L'irradiation ou rayonnement : est l'énergie reçue par une surface. Elle s'exprime
En J/m2 (joule par mètre carré). L'ISES (International Solar Energie Society)
recommande le Symbole H. D'autres unités plus courantes sont le Wh/m 2 (wattheure
par mètre carré).

Le soleil décharge continuellement une énorme quantité d'énergie radiante dans le système
solaire, la terre intercepte une toute petite partie de l’énergie solaire rayonnée dans l’espace.
Une moyenne de 1367 watts atteint chaque mètre carré du bord externe de l'atmosphère
terrestre (pour une distance moyenne Terre-soleil de 150 Millions de km), c’est ce que l’on
appelle la constante solaire égale à 1367 W/m².
La part d'énergie reçue sur la surface de la terre dépend de l'épaisseur de l’atmosphère à
traverser. Celle-ci est caractérisée par le nombre de masse d'air AM.

c) Constante solaire: Une surface plane d’un mètre carré perpendiculaire au


rayonnement solaire et située à la limite de l’atmosphère terrestre reçoit une
puissance rayonnée fonction de la distance solaire terre. Cette distance varie quelque
peu au cours de l’année, compte tenu de la légère excentricité de l’orbite terrestre, il
en est de même de la puissance reçue par la surface en Question.
On appelle la constante solaire noté C*, la valeur moyenne du flux solaire reçu à la limite de
l’atmosphère terrestre. Ou : C’est la quantité d’énergie totale envoyée par le soleil à la limite de
l’atmosphère terrestre sur une surface unité perpendiculaire au rayonnement solaire.

La variation de la constante solaire suit la relation suivante :

C* = C0* + 0.033 x cos (0.948 x n)


C* : la constante solaire.
On a : C0* =1353 W/m2 est la valeur moyenne de la constante solaire actuellement retenue.
n: le numéro du jour de l’année.

12