Vous êtes sur la page 1sur 6

La Presse (Paris.

1836)
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
La Presse (Paris. 1836). 1836-1952.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.


.cannée.JNSe.
Jfeudi aù~ S àvrB.
r~i~ER ET S cent. pae exeûipladre, soit paran:
TtBASE. ~t'.l~
n'~ERE ET M~T. 10 aeist;. par exemplaire, soifpay '&?' ? B*.

r<: Ms .'Frais de ciRq compositions,'de et d'a~muuBtr~ttoa


m ;waEm: tg .(M~
s'eIeVantensemble&'prës
redMtibn
de ~od,600'fr&n<;&par&~ ')'
–,1 !-T–
"t ;f) "t

..QN'S'ABOKNE A"P~:Si RUE.MONTMARTRE,;1~3, .ADmN)iSTRATïbN:


RËtyA'€lFtON~ ~t
TROIS MO~S, t.3 –UN NUMÉRO, US CENTIMES.. Adresser &M<ROUY toutes Ies,dema:)des et ies.rêclamatioM relatives aux abo~QM..
A.dressefàM.'NEFF~ZER toutes.lettres et coms~catic)ns
relatives-B
~JN AN, .5A.ï''RANca –.S'~ MO.S,. %? 1?B\'NCS FRANCS
S:Qisaufrmeiitatiouae prix pour'] es depar~emens, 'Rue Montmartre, 123.f!MMt' i
3t~e lltqnt~nartre,123.
~Rue'MRntmartre,.133.y?'attc<M'r. djjranchir. ~T~x
A;lreS~e,l" f<< ~ay! tK'~ cc/t~ ~M ]~ et 16<!M ?0~. etA'ïS'BATES p'~iresser n M. T'ANIS (0; ?.'?),
~~T!C~ES c e~ ~M~ p0! pos/a!. .a~oMM~p)~ ~tt~f<< ÀNKO~CES; ~1, de.laBp~ra~~
NON ï~SEB~: Le~~tidesBOt) insërëa'DesoBtpasrmdus{~s<M ) j~'po?'< <:cpë!'c

c :1

sèîp l'an~ièe; Jnstnueq~f Angleterre et la France chercheront désormais, autant qu'il est en hti~ sa' Eégënéra- gagemeas Nécessaires penrratteiadrë eHesOM~
~a~:s~ jeu~t S avfï!. n: -.dtusne, et/dt~
entravée deux clarerént leur uniba ïnêntë ëït d<<
48S8 n'y snfHra~p~Sre pas. R est-Nea évi~ penf e're b~atôt a faire; nUsparaître, < par ta yoië tiba inténeure. L'Europe, depuis përmaheate,
· cfipiuma~iqt'e, quelques uo<s8âda ïaé- ans parja gHe~re, peut reprendra M) développe- hors de l'objet actuel de la guerre, mè~è ~ap~MM"~ °
seront Mtena~ iJ:ms res, coateBtemRBt-popqtairp, qNe!ques'-Hne,s dfs iBk. mpBt.pacinqae de ses prospérités. Les préeccupa- conclusion de la 1MHX, et se garaBHM'K~ r~~è~~
.LS!<?' '~s~ap~s*;at!ie's,
.dte~, qag.~ ~~iel qui dev~~ë~r. apus la gard~
soit t~r- qH'tPS,g~)mes~ réTo!uti<'n, qui caractpnseBtIe tibas aceessoireë s'effac.ent devant' ce grand ~é- pour l'avenir, et l'intégri~dé~eur<P~
n's dépêchas d';S't)nt~P~t?rsb.<~r'~s?gh~ënt;!a',
':t pavs l"mtain" jusqn'a ce que l'opération
act~et de guuverBement dans les suitat.
~uemant,
rdrdre de choses étab!î
aminée. C't'sF ~Ms t!où!e systR't)'* 'presEta~et ~nflèa~
pi'!)'aUoa;d'u{][ nti?njfe!-t<' i)nj'érja\ aunonçiUt'h),! ,¡ ce séjour indi'speHsa!))e '~IWtx'Sic')'~ ') fût
c'h;t-li)<ioo H8i'r,)t d~S)r<~pes françaises, angtaiaesft sardes ({.t'oa a Nohs pouvons donc attendre avec patieace que soins enEurope. L'aliMnce cdndue 'ponmn~
.l~~apax. dttdaua ce inah;- Ls Chaobre d<j& dépntés de France a adopté M~r les dispositions du traité du 50 mars aient Mçu la ans, et devait être fpawelée; et N impbrf&~
pour uaë "ccnpafion tem!)o)'aire des pt'oym~-
i'ssto, dont il con\tt'ut au.surp)u-< d'attenirc le j pri9 le projet <ie toi qui frappe d'uae taxe municipatë" dt'Baitive d'une n'est pas de voir comment elle
!a
CfS tur~nes par )~s a''n)écsa)tié)i~, et c'est au~si sanction ratifit'atioh.qnr agit et se dëveloppa dans~eit~
~X! qn~ paix a ~é concju~, parce q~'Ih but j et ajourner les réneXtonaqu'eites feront v
les vdtfures et tes chevaux çircùJaQt dans Paris.. douteuse ~actes postérieurs.
dd ta guerre a é'é atteint ja reconaaissance j)pur'c~)a qu~leT<'4Mditencur'at!J')'(l'hui que,
par n'ea reste- -A. NEffTXER~ natt!'e; mais, ea dehors des grandes questions qu'il EUe amena d'abprd lit déclaration
et la garantie maigre t'ét'acuation ré~otup, tes atiiës de Vitry, ?
dudroitdfs chrétieijs. Sic'ë~t tes mars
ront pas.m~ins en mesure, s'il en est besoin, de résout, ce traite aura pour peuples et pour les 25 1814, qui en con&rma les principes, e~
sh'.si qua s'~x~rime le manit'cste. BOHs dirons le traîté du 11 avril,
'gouwt'nemens des conséquences supériearës à par lequel Napoléon I*
q~o le tour est adroM. Oa~ voit qne les choses ne
pr~erassistanceau sultan. L'ageoce~tavaaBeas transmet les. dépèches s
tous !es intérêts spéciaux qu'il embrasse. Il donne rënmca K pour lui, ses desceadans et SuccM-
80' à Saiat-Pétersbpurg absolu- Les décrets du suttan pour l'emanopation des suçantes::
pas prëspHtéHS UB notamment une sotutioa dënnitiye à uce question spurg, ainsi que'pour chacan' des membres de M
chrëttecs sont c&nsidérés comme acte spon- «Sâiht-P6tersbourg,l'avi'n.
meaL de la même manière; qu'à LoBdres et à Pa-
tané du gaavernemfnt ôttomaB; t!s ne seront point quin'a été ni posée, ni discutée dans tes confe- fataHie, a tout droit de domiaation/e souTë-~
ns. En Fi'aQce et eB ÂQgieterre, eîi a-été pubUéun.mahife8te. impéria! pour an-
on dit que i& but i~ n'en. ~reECes,.ni mentionnée dans leurs protocoles, mais raineté sur la France; puis la preauère
l
de !a gnert a a été atteinte parce que ta annexés an trmté de paix, feront point- noncer que la paix a été coùctue, le but dé Itt guerrer occupa-
à été tion de Paris et le traité du 50 maHS~: Cie trai~
Russie mais un'artMie du traité fait aHusioa à et's été atteint des droits qui domine, a nos yeux, tous ces act~s parla gran-
mise dans l'impossibilité de poursuivre partie ayant par la garantie reconnus
ses pro- deur desintérêtsmoraux et sou
actes et anx nouveUës concessions du sultan dans aux. chrétiens. Le manifeste, ajoute qu'il sera n~ces-* qui s'y rattachent sotenuel condu, le
but semMait àiteiat mais le
~s secntaires contre la torquie et l'équilibre eu- la ligne-froutière do de ta t
des termes tel& qu'Hen résnite pour le suifan un saire do'détermiaer de nouveau inQuence.ni6vitabte sur l'av<'Bir. Ce traité clô!, curaëtar<* permspeitt cMUt'pa nè'a'ea mon-.
ropéen. Mais il ne fautpa~ ouMi~rque le maa~ la Bessara.ié, toute collision. en Europe, là quadruple
de ne point revenir sur .ce qu'H a aûn d'éviter N ea effet, déSniiivMnent l'ère de la tra pas moins ouvertetTneatdaas at-
s'adresse moins engagement
festeimpërial beaucoup à l'ôpi-
fait, et pour ies chrétiens d'Orient !a garantie de K Marseille, mercredi S avril. Sainte-Alliance) ere.fatate depuis près d'un demi- nanee de Londres ~9 juin, 18~4), qu.ii'ma!
.mon de l'Europe qu'à l'opinion (Ïeja Russie, et ¡
toutes )es puissances B Lea nouvelles de Cocstantinople du 23, apporte.es siècle à l'indépendance des gouyern~mens et des tdusies engagemens dit traite de Gttaùaïoat, 'é~
qu'on ne peut pas demander~u czar, s'adressant it çohtrap~ntes.
que les Russes ayant à rester armée jusqu'à `
Le Congrès a, dit-oa, résolu dans le sens le plus par le\Bory.!<&eKe, annoncent peuples, et dont on nous permettra derappekr l'obUgea l'arrangement diS-"
son peuple, de présenter le& faits sou~ le jour le liberté à la navigation
Ce rendu une entière du Dauube brièvement leë principes et t'htstoire au moment naitif des:a{faires do
IibétraHa question de la navigation du Danube. de rEnrope au Coagrës~
p!s désuvantageux. Qa ne peut d'ailleurs que 123-naviMS chargés de blé'ont descendu le neuve et eB Europe
féttciter la Russie si eile trouve n'est pas seulement pour l'Aùtri€ho et ppnr l'Atte- on sa chute dénaiUve inaugure une po- Vienne. On sait ce qui arriva pendant les dé!ib~-
réeueinen~ dans sont entrés dans la mer'Noire. ¡
libre, ma's, litique nouvelle dont les destinées sont encore ratioBs du Congrès. Le S~mars trbuvaÏ'Enrdpt
de l'empire m~gne.qae cette Qayigation sera pour B-Dans la journéa du 23, un re D?M'M étéchanté,
lar~géQétatioo ottoman, la compen- debout
sa'iun des pertes et dM sacriSces toutes les mariBes marchan'Ies du monde. Ce à Constantinople, dans l'église Samt-Louis, à l'occa- inconnues de ceux-là même qui en précipitent par sespténipoteatia'rfs et par ses artnëés,
de la guerre. l'avènement. Là déclaration du 13 mars, le proton `
I! acte ofucieilemënt principe était, du reste, déjà contenu dans lea sion de la naissance du prince du Congrès
annoncé et rëpëté quel~ impérial.
uttérieur nxera t&ca- .? Eu Crimée, le thermomëtrocte Sébastopol est des- Oh se trompe gravement .quand on va chercher ~colë eMetraité da 2S ,mars 18~5 rènbnvul~rejQf
traite ne serait publié qu'après l'échange des ra quatre pointa unrég!emfnt
les engagemens `
racQn'ë n de ce qu'on du traité de Chaumont, et pMcttf-
et limitera l'étendue du'drdit, etcérégle- cendu jusqu'à degrés au-dessous de zéro aussi les la pensée et tes priacipes appelle en
tiËcation- "c'est-à-dire da~s un ~dëlai de iroi& depuis qaarante ans. la JSalOte~tianee merect la ferme résolution de f<Test'*r dani! les cçB~
des qa~tiens que le ar~teea re~taient-eMes entermées.dans leuFsbaraaues. Europe,
quatre sfoiaines. A~rs ~eulemeat !e pablic jaHM m~Rt ugufe atf.pj'ogramme
dB
une réelle ~les Congres st réserve de résoudre avMfde sp sépafnC Les jeuraaux ConstaatiTMpte dis~~n danstecéiètM'etraité signé à Pads, Ie.26 septfm- séqneaces du système'ihànguré par ce trai~
connaissance stipulatioas qui les mesurea sanitaires pnses par radministratibn les trois souverains de Le traité ûnal du 9 juin 1813,
La Constitution dënnitivë des Principautés reste que breiSiS.entrë d'Autriche, cont-BàBtIe non-~
ont readu la paix à l'Europe, et tout ce commençaient améliorer la situation. Malheureuse-
Prussé~t de Russie, et auquel accédèrent succes- veau systëmequelacoatition jurait de maintenir
aussi, dit-on,réservée aux délibérattonsuttérieurës
qui sera pub Hé d'ici la ne devra être accepté ment, deux médecins majors et deux aumôniers vo-'
des puissances chrétiennes de en Europe, fut signe à ia hâte, et la lutté
et on assure qu'aucun des systèmes qui lontaires sivement la plupart recom-
que sous beséRce d'inventaire. Nous éprouvons le duGongrès, ont succombé.
et le pape excep- le
eut été mis en avantn'a encore eu dénnitivement B Oanir-Pacha retourne commander en Asie. e l'Europe, !a~Grande-B)etagae mença contre pouvoiF qui en avait compromis
besoin de rappeler cette situation, avant d~ ré- tés (1). Le traité du 26 septembre fut un acte a part,
gatn de cause. En6a, si nous en croyons le JourM<~ a Hambourg', 2 avril. l'application.
sumer ce que certains journam de Paris et de l'é-
des D~a«, italienne n'a pas non p~s sans cottsëqueaces pratiques jnédiates ou immé- On connaît le résultat de cette lutte extrême
tranger se croient, à tort oa à raison, en mesure la question B Le gouvernenaent.anglais:a donné l'ordre, parle
été .déaMtivemeat écartée, «On seserait, dit cette diates, sans nu!'e efficacité réelle daBsl'eeuvre Eite amena laSecôhde occupatinn dé Paris, la
de réy fier dès aujourd'hui. télégraphe, au commo.doreWatson de sortir de la
montré fort alarmé de l'état de l'Itaiie toute son que poursuivait alors l'Europe contre !a France. chute déSnitive du premier empire .les traitég
Voici d'abord, d'après l'~MSttCtpattM de M feuille, Baltiqueet de retourner avec escadre en
et delà lutte Ce fut, si l'on veut, le rêve ou la poésie delà du20-novembrel815, et, par eux, l'abaissement
Bruxelles, l'énumération .exacte des signatures incessante que certains gouvernë- Angleterre. B~ `'
H mens soutiennRBt «Madrid, mercredis avril. i Sainte-Alliance; mais si l'on y cherche des prin- de !a France. L'acte Snal de Yleanese tronva cot-
doanées -14 signatures pour te traité généra);– contre tes partis populaires. On
et on se eLe a octroyé là Toison d'or au- cipes et une politique solidé 'dans toutes ses dispositions: Le but de~a
14 pour la convention des détroits; 14 pour aurait parlé des réformes nécessaires, gouvernement réellement applicables aux
prnjc& impérial français. Un haut fonctionnaire d'E- des coalition fut atteint et son œuvré
l'article additîoBnel l'évacuation ? serait demandé s'ilne serait pas plus sage et plus rapports supérieurs sociétés,modernes, OBh affermie. Ma~
qui règle aussi tat doit en porter
M h.ib'te de donuer aux peuples les insignëa a Paris. sera bien étonné des conséquences sociales, assu- elle n'en resta pas mains debout. Ce qu'avait fait,
prompte que possible des'territoires turc et spontanémfnt des le plan des
de s'ex- tLes-députéa'démocrates ont combattu ;rémeBt bica inattendues, auxquelles on se trouve- lu29juiBl8i4,Ia qnadraj)!g alliance de Loadrës:
russe par les' armées alliées et autriehienBe saUsfactions qu'on pourrait limiter q'!e nuahcos.
6 pottt la convention des iks d'Atand j[conven- pos!" a des moHvem<'ns révolutionnaires dont ta était;
ra conduit. Nousy reYieadrous bientôt. Puurlo après ie tra~ë du 30 mai, la quadruple aUtahce de
B Le bruH qui a couru quoJe général Concha
momeat, c'est dans de tout autres actes qu'il faut
tion iaitc entre ta France, l'Angleterre et la Rus- rcpressioB devient dejour en jour plus difn- .relevé du gouvernement de Cuba est sans fondement.
cMe. On assure oBt » chercher l'origine et les principes de ta Sainte-Al- Puris lejour:
même u!. le élis
20 novembL
ma~tint e de18Î5,nouveau
après lesa traite
~erma- d<!
sie) 4 signatures entin pour la convention des bâ- que ces graves questions B La tranquillité escgénérato.e
ct~ débattues dans le seinde )a contérence, et liance, de cette coalition formée en i8!5 pour nsBce etie Systems du {raitédeChauHMot.Ëile'
tinans ipgers nécessaires pour assurer la policé de
abaisser la l'étab'ir doana m~me des dëyeluppc'DPQs nouvfaux..h ce'
]g mer Noire (entre la Turqui&et la RussiM). Total, qoe ta conférence se proposait dy revenir. ` France, l'équilibre européen
I.cs se sentir des à L'agence LejpUvet aoug tMBsme~ ta dépêche sur des bases, nouvelles, et maintenir cr.ntrc cha- sysLètre, d'abord «en counrm~nt particuhêre-~
52 sigsatures eftfts de la pa~x font pré-
qui, muttipliées par. 7 (nombre'des )iH;Qt tes eagagËineiis
sent'. l/ARgletcrre v)ent de rappeler son escadre' suivante: cun par les forces de tous, l'ordre de choses sorti par lesquels Napoléon Bo-
piu'iies eB cause, qui devaient obtenir chacune un
aSaint-Pëtersbourg,mardil~avril. de ses résolutions. Un coup d'oeil et sa fa'niue avaient été, Mdus à .përpe~
jeté sur sapar~e
exeoapla'rc), donnent le chiffre de 364 signatures.
de~ta Baltique. Le blocus est ainsi supprimé, et rapide
J
~!e commcfee te s Un ManiFëate impérial annonçant la conclusion.
tes actes qui l'oaipréparée, affermie et misé en tuité du pouvou' suprême en France, ëxclusiM"
Q~ant au traité iui-ajéme, lé ZtMt~anBSBce pputitnmédtetemcat reprendre
L'A'ttrjichë'nreparH, com- de'Ia.paixyient.de.p~r.i~t.l'e. action, devient céfpssa're pour en bicacomp~'H-- que les puissances ;s'engHg~n<'EL a ~Buarcrr:r~
qu' 1 se compose d'un préambule et dt; 34 articit-s. cotu-s de scscpératums.
!'L'eŒpereurAles:!m~red]tq!jelebtitdelag'uerre dre tes principes avec toutes leurs
On a, di~U, inséré dausiep~'éa'nbuie me pous i'avt'ns déjà dit, uae noHyet'e réductMn et le but, ebpour apprécier toule besoin forces; entité eQ~HH'
quelques ~ëat atteint, les pmssaaees s'étant cnteud~es afinde
ta portée du changement que sa chute définitive gagedut à s'enteadre et' à s'a'i'iDër côtAre tout cl M;
m~ûatteurs pour l'etup~re.ir de Russste et pour de~on effectif. La Prhsse aussi va proféder àun le sort des chrft'ens d'Orient. Aûn d'éviter
garantir, dans la politique internatio- des priacipesrévo!u!:jo!mai!'es ~onri'eavcrser~t)!-
les D'a- déi-arttu'tnentt~at partiet.Vu ta part qu~-t'f~e~ ia R'siea:coMenti'_an nou- apporte aujourd'hui
ja~bru~oure qu'ontmumree troupes rus&es. ~<ncnvcnns1ioatHités,
aux on nale des~ puissances qui en avaient contracté les ~orRé dH souver'ain.tëg~iimé enau, en' convcn;
évéBpm<'n! qu'el~eût la de~essara-
ctes le Jo'ttMaï de~ De6o~, le préambuts contient trouvera peut-être veau tracé modiôaht frontière russe
de sèreua)rà
fiiissi < u~iti déct~ratioa touiaussi ëi<'n fait de ne'pa&arm~r du tout .bië. fngag"mens. desëpoques detertainées, ea !a'per-
qui é~t unhmtMnâge a la
de LpDdrfs m'us sigaateat, La Sainte-AHiance, ou, ea d'autres termes, la sonne dHS'souvpraiusbu de leurs ministres rëspt~
Frnr'e, a sua d~simét e&s~meat,.à sa loyauté; &' ? N"s cotTtSpondaas (
et
r gout;spritdfc~t)CtlmtioH.L~Europerëcottttattqt;e, etifmaeayaat~prud'titNBe certain; sem-attoa, un tA grande coalition de 1815 contr.; je premier em- ttf~.pour renouveler, étendre appliquer aa6e-/
arUcJH du et cft article efret SU~T~-ALUA~E ET LE TRAITÉ DU 30 eut pour base les traités d~ K~ish. ctJbr- sotn ie~ principes' et les consëqu"ij)('es do c(; sv.Mc-.
s'e&t surtoui aux pttO!'tspersoBHeis;der~j[npt-t ~r~n~ yaut~n MARS., pire,
la m~hticnaé. Le ~Mt con- Nous sommes forces d'att~ n'irë~ pour mula poHrta première fois sa pessëe et sesprin- me. Trois ans piua tard, ce système rMLit/eh'cffët'
eu!' dss F<anc:ns qu'un est tedavubie de la paix. la peineNeine d'être
d'ëtrcs mei7tionue
Jfpi''MtMgf
,Le 6ior~ing t'ôst çcüi- ;,I!
expl'qucr
state que ta ~rancee~ soat les de Paris et montrer jcip~s dans le traité~de Chaume~, du f'' mars dans les prolocô~~s, actes et (léciaratujii~' signes t~
t 0!'assure que lord Gtui'fodon a proposé cette l'Angleterre aujour- resolutions du Congres
< desf ser- i8i4. Le préambule de ce traité iui assigna pour IS~novembre 1818, à-Àix-ia-C.ha.peIte~~ëë eoî~~
E meatieH etqu'il ains~té pour qu'ëitc tût insétée d'hui.en situation df rendre a i'Et'rope comment ~e4 (Msposition~, encore inconnues, du
de l'Europe de j.
tdaBsieJraité. Yic"s immenses. On peut compter, dit-il, '1 traité du 50 mars ont résolnifs diverses questions but d'assurer le repos par le rétabiis- crjtionnonyëUe. ï apeasée du traité Ckaumo&f;
°
que les cabinets de Saint-James et des '~ulbries conf!it oriental et des inctdeQsqH) sesÔBt sement d'un juste équ~bre des pms~ances, etdé lat'-)ta1ite desdroits dérivant des actes qui <-H ava~iit
Parmi i~s pièces que nous venons dameh- neesdu
a en asstirer '`
ont rintentipBde ne pas mettre pendant 1a guerre, que 4€ texte, de ce déterfaincr les moyens de maintenir contre tonte été ia suite, les eBgagemeas ûëstines
~ioaDer d'après l~manc!pst!on,8gura un article en oubti < les!) ) produits
envers les pays attelatê l'ordre de choses issu dé ses efforts. Les ia solidité, y furent maintenus. La Fraace fut ap-
3ddiiioBnel devoirs qu'ils ont à rempl'r ou traita ait été oMcieUemeBtpuËUp, ou, du moins,
stipulaHtI'évacuatioa, aussi, prompte de ce n'aité furGNt combinées (ieida- et consëstit a coacounr
M il n'extste'aucuaehàrQionie sourceauthen- dispositions pelpe a'i'œuvred.ePat-
que possible, du territoire pttômaà. On ,as- entré les gQUvërne- qu'il nous soit~parvBnu de quelque
La paix est faite à des con- Ntère à faire coucourir de leur but liaoce, et il fut convenu dé nouveau qtM'des feu-'
suré, en effet, qu'aucune partie de ce terri toireae men~.et. les gouvernés, ou s ont vi plées to utes tique et noa contestée. à Ja poursuite
toutes les forces niom particutiéres entre !es soHVeratas ba ieurs
restera occupée, sous aucun prétexte, parles ar- les lois qui régissent le corps social.pù le moaar- ditions qui satisfont les puissances LëHigérantes et des quatre puissances coaiisées
à
que est le roi .d'une armée et non te souye- La paix
est assise sur des bases soUdes mais ces puissances ne se bornèrent pas aux en- Tn~iâtres auraien' lieu, l'avenuY chaque ~ôis
'mées alliées, et que ces armées évacueront les -l'Europe.
où elles sout établies aussitôt rain d'un peuple; 'Le MoirKt~Posfpense q"(', j et durables, ou qui, du moins, semblent tdiës aux qu'une occasion s~prést'uteraitd'eaappttqtfet'iëq~
points après i'ë– Ces réunions
si un 8ouveràin,.sé déaué~ i hommes d'Etat émiBens qui l'ont sigaée et aux (1)Le'pape, on ne sait. pourquoi', rA.ngIe'erre, pxptia principes. eurent lieu, en et'et, à
chauge des ratili~atioRS du tratté de paix. Cepen- mpBtre eomptéteuient
raison l'Mte du. 23 septembre, eta.ut conclu di- en
C'est l'essen- seule que en:1820; a Laybach, 1821;~ a yê-'
dant, {omaja les puissances alliées, prévoyant la go~vernemens qui Yout la ratiuer. rectement entre, les' souverains,'ne pouvait être signe
Ti~oppau,
~ro!)p. en d823, et ei'es eurent `
coatiBuatian de la guerre et son développement N decruet envers etceuxqu'il
princtp''s, qui l'eatoureBt,
persiste a êtrese; iBJuste~et
louant de ` tic!. Qae tontes les questions n'aient pas reçu a par ]e prince-régent saus violer.' la Constitution britan- pbarco~séqneacës
sur mouvemeas
toutes les lois divines et humaines, sr)n vbisin a tous les points de vue les solutions les meUlfùres, de minis- nationaux au pro-
um-ptusgrunde échelle, ont accumule dans les en- nique,'qui:ëxige pour Tout traite l'intfrYention la dés
compression des
et de'le mettre Qbtfiiu uue satis- tres responsables.. Le régent adhéra'de cœur aux prin- nt~ souverains lég!tTme9 en Sardaighe, ~Na-
é~blis autour.dë et dansit M tout autant te droit d'intervenir qup tous !es intérêts n'aifnt.pas
trepôis Coastantinople cipes du traité du S6 septembre, etrAngIetef'resig'na.le et en Espagcm; La famfu&e
de grands dans l'impuissance-de fatre le mal que-la.speiété faction complète! il faut un peu s'y attendre; c'est -p)es décia:'ation'de
Crimée apurovisionnemeasde.tout gen- résume qui en fut fait a. la nn de'ta déclaration d'Aii- mai atMthé'Tiatisa
a cétùi de l'enfermer comme un foa. » la part de l'imperfection humaine. Un grand point
la-Chapelle du 15 novembre 1818. Da 18iS à 1818. la plu- Laybach (12 1821) derechef les
re, itfauara beaucoup de temps pour trausporter -`
ce préambule hardi, le ~ornt~jPo~ reste as8nré:.i'0rient est mis pour longtemps à part des. puissance;! europëennjes ..accédèrent successiy~- pnnc' pes réyqluttpnnatres,, «éclara radicalement
de Nouveau cet immense matériel dans les maga- Après
de la Russie,<et peut procéder mentalaSainte-AUiaJice. naHe toute réforme qui n'émanerait pas de la vok-
sins de la France, de l'Angleterre et ,de la Sar- ~ardëimmédiatàmeatles atfairësdé Naplës, ë~ l'al)rr~es ihvàsions

vous a. donne le droit de me défendre? Votre fol/amour, rut ala


M. dé Courte!. Lemisérable! le fat~! ~e' blanc-bec! 1 M. de Courte!, et mille fois pardon surtout pour la. porte avec sanUf~qu'elle rameBait.hIapen''
FEUELI.ETON DE LA PRESSE celui-ci.ëut 'mauvaise nuit que je voûtai fait passer. j. que je n'ai ~jamais autorise/et qui m'est cent fois plus fu- sion. (Oa se rappelle que u'atatt un lundi.):
s'écriait-il a.:chaqneinst:ant. Puis, quand
achevésonrécit: Vous ne me devez aucune excuse, mon, cuer neste que ne le serait votre haine, H neyous manque plus Je aùtB destinée avoir aujourd'hui toute la fa"
aS'aire de service le service ayant tout 1 maintenant que d'exposer une vie si preoeuse à toute mille, dit-eUe en saluant M. de Courtel;
cher monsieur, lui dit-ii, monsieur; ja viens d&;
DU JEOC! SOIS3 AYRHI8S6. Soyez tranqùille,;mon ou detuer semblable, en faisant re- sur !e
si M. le sub- Voua êtes le modèle des magistrats, continua votre famitle, votre ~'eneontror rempart de l'Ouest monsieur votre.
je fais de ceci mon araire personnelle, et toKtbër sur moila r~spousabinte
je. du sang verse. Sachez- ~)s eh compagnie de son inséparable (c'est. ainsi
stitut a"Ie malheur de se'battre, il lui en w cuira, M.deCourtel.enluiserrantIamaiu. mal-
je suisl'humble de Thémis, dit ~le bien, monsieur, .]e ne survivrais pas à un pareil qu'elle désignait le Ueuteaa.nt), et je
vous en répands! serviteur le pré- compte, cette
s'il tue mon nls sident un bâillement, heur. après-midi, rendre visite a votre.dame.;
–Hélas monsieur le président, en rënfonça.nt qui prouvait que
9 d'neure, '.il était aussi' l'humble servi-" s Si quelqu'un a droit à une reparution, c'est moi seu- Mais le pèra de Gastoa
punition? >. pour le quart ne~'eDtëhda~t plus, il .Sta.it'
en duel,a quoi m'âvancërasa
'le, et je l'attends de votre honneur, de v.otre humanité, da.ns ~a voiture et a. couliez:
d6 l'hon- 'teurde Morphéë. ° dp.jà criàH; son
A quoi? 'êtes-TonsdoBC si peu jaloux "d' Il m'a fait assez de m'ilpbur
M. de Courtel le surprit au passage et s'empressa de votre amour même que Mille francs pour toi slj'à''rive
neurdèla.justice? mais à. a temps au rËai-
et de la de prendre lasser achever sa nuit. j'aie le droit de l'exiger; je préféra limplurer g-e- part'del'Ouest! l
Je suis jaloux, a'7ant'tout,derhonneur congé poùr'lui
~ietdemon&ts. M. le président dutribanaln'êtsitpas le seù! qui; 'noux.carjevoussaisbonetgënéreux. Qu'a donc M. de Courtel, demanda Ja. dama~a
.B Ne vous battez pas; quittez cette ville jusqu'à ce.qùë Blanche, il a l'air tout agi té? 9
C'est justë.~mon'cher moBsifur, et d'ailleurs s'occupât a écrire, dans la petite vilie, a cettpTieure
innocente vous m'ayez oubliée ou que j'en sois moi-m~me partie, .Et comme
Que puis-je pour ~otre indue. La. jeuneveure; cause de'tout celle-~semt)l:titnepM'ravô!re)itëndue,
-voua n'etéspas magistrat.
ce brui~, aorès s'êtreyainëmenttonrneë. et retournée "et surtout ne prononcez jamais mon nnm.TeUe est'la ë~e se ha'.a de~oru)' pour savoir au moins quelle di- `
~service?'
ce dnel, en usant de votre autorité, en dans son-lit sàns~pouvoir trouver ie somtnejl,eut réparation qu'attend de votre honneur celle que votre rection prendrait la voiture. Quast à BtahGhë. à. 7
'Empêcner amour
en le BQeMcaat du g-arde- aus=.i ta pensée d'écrire une ttittîe;eUea)lufna.ur]e aperdue.' pe!ne fu.t-a'jle seule que la. force factice quiTa.vatt sou-
maUditut ici le substitut,
EN PROVENCE. bougie, prit dans un a.crét ife ce qu'il f&Uait pour a Lundi, 8 heures du matin, a .tt:nue jusque lal'abandoDiia touth coup, et cefut eo.
.de9T8ceaaxa'iI'donnesuiteàc(-ttèt).tT~ire.
dans son rm~chit une minute, pms, soLvant la muraitle qu'elle reg-Hg-na son~saloa. L~ eUe'
-r Aidjsi. ferai-je~ l'instant même dit le président écrijTt', rentra iit,
de son alcôve. Un do- son parti, eUeécKYitrapideaient ` Comme,Biauche. achevait, cette lettre, on :vint lu;. se jeta sur le premier siège qu'elle rencontra, et, ca-
;e& tirant Yivem~nt-htgonnet.te prepant bravement
anssitôt. dire que M. da~Courtsl l'attendait au sa.lon. Ëtle des- chant sa. tête entre sea deux mains, 'ëllë~ ret-ta.-lon~
mestiqua se présenta -cequi'sùit:"
cendit et tressatlUt en voyant l'alté- tesrips~TEiQsi'dans une immobilité de statue. Une dou-,
Andr6, allumez la lampe, et donnez-moi.de quoi «Monsieur,
précipitam[nent,
éveiller rati,OB du visage du pèra de Gaston. ce~ydiK qui l'appelait par son nom lui'atén6n ouvri: "I 4
ccri!re,.ptus vous~irez tout de,suite Jea~ 'coûtée dont j'ai'etë MmôindepuisJiieresttellement Où est mon nts, n'.ademoiseile? s'écria celui-ci Ies!y~Lrx. Mais quelle fut sa surprise~ en voyaht'd~
l'ndi3eier)de.seryicf,.et'mel'eGièherRz. en dehors de la-vie habituelle, qu.e vous ne serez pas
en courant a sa rencontre.. vant elle une femme inconnue qui lui tendait~-les-
Lp don~f;stique.&t ce que .lui ordonnait son maître.
trop' scandalisé, je.Tespére,.de .l'étrange démarche que –C'est a moi que voua ,1e demn.nc'ez.moBsieur? ré- HraE.! 7
Z.estfotetettfew. et;sBi'titlpoar exécuter iteatordres; pais- le président en ee.moment prës de..vous. La cramtemême
lui tombait jë'tente Blanche, b.!ess6e au eœur. a cette étrange .–Blanche, dit cette femme, qui-était jenna et-
s'assit le foulard qai en. pondit
suc san'lit,.reïeva. .de ~otre mauvaise opiniQ!L ne;m'arre!e pa.s, je. vous mais queUe eans le voutoir j'ai causé votre
~lume, ouvrit son buvard, haut àcette heu- question; opinion.avez-vous' donc de belle, malheur; je vied&
préviens, car ma conscience parletrop aMc vous]
mita. ~crire;en: se-dictant tout h~ut, ppurmet- de l'intérêt
l'interct mbH i pleurer
M. le président, surpris d'être réveillé à tme p!i- ~~sf
surJleayeLLx.'iKLiaiiune~ re, me laisser entendre les
les protestations
protestations Mais qui êtes-vous
être E~ les larmes donc ? dit
retHe heure, '.tre le:père de Sastonau fait sans obligé, de re- re~u.r~ur
-vinrent aux yeux de -la pauvre en- BiMicbe surprise.
reçut néanmoins le receveur particulier, -persjnnel. f&nt. Votre menibure amie, ditilajenhe femma {io&t-
6tlo.i diteu. luitendantlamain: 'lire; B Cette ûdéle conseiUère me crie .de 'réparer autant
–pardon, mademoiselie! mais je suis si. inquiet, si les yeux (-tait-nthumidea.
eiMMisïeur~le.sùbstttùt, laT'imté bien involontaire que j'ai cbm.- n'en demanda
qu'itest.enmot ma'h~ureuxl JUa. pauvre euf&rjt pas davantage, ,et.
H yous amve peu de courir quand on dort. 'H J'ai appris iivec auta.Bt de surprime que'd'ind!gQ!).tion m~se en provoquant par ma.cunosi.e lascetiëd'hiersoir,
–Hier/n l'église, j'~i aperçu M. Gaston pour.Ia sej.eta en sung-JottâTit sur c<cœur'ami que lui ett-
'Vous me paraissiez homme ia.d~plora.ble.Bcëneaant Yons avM ëté le héros, od plu- ann'de décharger ma conscie)tc<' de ia responsabilite-qui
si a propos lt Providence,'
~première fois depuis fa fat~ît.; journée du premier oc-, 'yoya.it :au''mofBent-ù.Bs~
A mieux user du temps destiné pour le'sommë. "{ôt ~indigne aeteHJ, dans ie salon de M. le receveur des pèserait sui'.ene. si (ce qu'à Di~u. ne plaide), vous~don-
ainsi 'tobre.ditBi.'ncQëave.odig'nit~. si~n ne pouvait p!us coittenir .les larmes-et les so~
~anat)Ct-g. Je m'abstiendrai de qùaliaer qu'~Ue le niez~ suite acettëdépiorabieaaa.ire. Fat&ié! bien 'fatale, on ea'et, s)ademoisbl!e,:car pirs qui l'oppressaient.'
Ce président était homme d'esprit par conspqnent, la conduite que. vou8-a.Yeztemtë en cette eircohs- c Advienne'que pourra, je suivrai ses conseils! Jevous
cet homme .mérite a- ieHt; me coûts peut-'êu'e en ce moment la vie de mon
il avait h) et relu La. Fontf.'ne, d'fsprit- t~na'pa,r respect pour le corps véNëritMe dant.yons de vous,
de vous,dans dans, Ie"C!is
le cas c,ü voua
où vons
de &fw. ceci .aia.
unioue 8:1 Een espèce, qui mérita le STirnom vez â'hoaneur de fa.ire .partie, mais retenez bien j même cece qu'elle eUe vous d~nne
dirai
sèr'ez:desireux
dü:a~mème qude elle savoir
p~;>irse
penseson opinion:
–(~a.=,ton! mais que faites-vous donc ici, mon-'
Monsieur le président, dit M.dëCourteId'un 1 monsieur, milis-MiS tort;.et..si vous. tenez ,&:moh tJn~oMtwaede,c.<)enif. -s;?.
.pourvotregouverne: · 1ort, courez rén-
sieur? Courez, donc! s'écria Blanche en
tou ~ra/ve qui coopa court-aux Telléitesr poétiques du e Sisyous donnez.la moindr.e suite.a. cette aSaire.-j'e-, estime, à mon amitié même, vous Mnoncerfz à~une rë-
vos 'traînaBtvers la porte. Puis, comme frappée d'une
iDa~isTra.t, javieus yous demander cocseils.èt TO' crirai~amonseigneur le garde-dés sceaux pour réclamer: paration à laquelte vous n'avez aucun droit (car vous êtes: Àtteudez-mordeux St-elle
tre aosui les idée subite secondes, Mille fra.Dcspour toi, avait ;.drt M. de Courte! &
pour protéger jours de mon fUs, tout eD non-seulement votre destitution, mais .encore ~voire.ex~ l'oûënseur); l'une et l'autre, monsieur,: vous t'ont à jamais
.ëns'e)a.:iÇâatdMisl'e--caUer. < son Gocher, si j'arrive a. tenaps aurem'~a.rt de'l'Oc'e~
préservant son honneur car voua seul avez ce pou- cluston.de la. mag)strature~d6n.t;uiM telle conduite, si a ce prix; il ne fant pour cela .qu'un bon mou-
"acquises même. instant, elle avec la. let- Rien ne stimule l'ardeur des chenaux- coui't~uKë"
''vous y persistiez/vous rendrait à jamais indigne de fa.i- de vous tenir 'Presque au reparut
voir. vement, dont mon coeur sera.. heureux
les
Et il lui raconta dacs tous ses détails la scène qui tre quelle venait d'écrire.. pareiDe promesse celui qui âing-e~ILRKist~"
re'partie. compte. Eortez-luii..eette iettre, et comme on le une;
s'était chez lui quelques heures ~auparavant. B Ayez-le pour entendu. D ESTELLE DE t:OîSROBERT,a n dit-elie, puissiez-vous sa't, grunda sympathie èntreD!)esL'
passée
était un arriver temps. Peut-êt'rs.a.ura.-t-eUe quelque .in- cheval ~t. l'homme, dont ie fouet sembfe-ëu-f! l~'c~a~'
Le préanient magistrat de la vie'Ue roche, 7.. ))IeprMtdeK< <W6M;m!,
'"MAUeOURT.B' » fut écrite nueDeësur sa. détermination, car vous savez qu'il ducteur électrique. Toujours est-il qu'ett eette'c!r-
qui regardait la magistrature comme un sacerdoce,et La troisi-èaie lettre par Btanchedansia
!es membres une régula- La voici m'aime, ajôut~-t-ëile aveôune- nobJe franchise, tan- constauce homme et chavH.Kirent.Mjbit-n kur dévoie~, `
exigeait de tous du parquet A l'hôtel de l<t Présidence, trois heures, du matin. N matinëe; e)le était adressée à Gaston.
rité de conduite dont ~.es subordonnés 'dis que son pâte viasgë se couvrait d'une subite roù- qun, lorsque la. yotture tourna. l'aug-le~du-jempartMiM
supportaient,
le Mais ils le savaient -gaur. l'Ouest, M.- de Courtel aperçut; lea témoins qnichar-*
assez impatiemment joug. –Jean, di-t, le prëstdeat'àl'huisaiër, qui se présenta a Monsieur,-
la destitution d'uu fonctionnaire, de là ~ptinet- à de- M. de Courtel, surpris, voulut ouvrir la lettre mais geaieut les pistolets..
homme a demander revêtu de son costume OfSciéI a. l'appel a J'apprends l'instant par Henriette, où plutôt je'
la _Dieu soit loué s'écria-t-il,
si sa conduite publique ou privée lui parais~it'devoir te, portezal'iBatant cette lettre a M. le substitut du' vine, d'après ce qu'elle me' dit, ce qui s'est passe hier elle l'futt-aîaa vers porte. j'arrive &.temps:
a la majesté de la justice, et ils ao ré- dans le salon mère. Ne perdez pas un instant vous lirez dans-vôtre Et, ordonnant au cocher de il
pofter atteinte procureBr du roi, et s'it était absent [ce .qui n'est oas soir de.madame, votre s'arrêter, s'étança. horftr
if.-dpsous. aliez de ma'part M. lecommissaire ))N'.était-ce donepas assez de m'avoir compromise, et t~voiture; courez !dit-'aMe. =. do !a voiture..
g'iaient < probnblp], chez
Le pré::i.dent "bondissait au récit de de police, et dites-lui, de fairë~a sorte qu'eHe soitre- TaHait-il encore tue perdre à jamais en vous constituant Mais où courir ? dit-il'aveo angoisse. Il n'est pas Monsieur, dit-il en abordant le substitut, qui. se
d'indig-nation
ma!M de M. le substitut n.vant. le jour. mon défenseur d'une façon si mte.upestive ? La femme chez le lieutenant, chez M. le Maître où le chercher, tenait un peu a l'écart, j'aime mon ûls pl;us que ma
mise
et Ecrrit. de César, dic-on. ne doit être Sachez mon Dieu? vie, mais son honneur m'est encore piua, cher
La reproduction est interdite. Voit la ffMM des 1"' L'huissier s'inclina, prit la lettre pas soupçonnée. que propre
foia merci, monsieur le s'écria la fille de mon père ne vent pas être défendue Qui donc Comme il disait ces mots, une dame de la ville pa- que la sienne même ne croyez donc pas qua je sois
8,,aTriI. -'Mille président
!ont< libre des ro!s légitimes, et prit de nouveau, B
t nouveau a eu Heu, & l'Académie Dans le centre, les rebelles ont abandonné leurs po-
pour les gouvernement et pour les peu- Aujourd'hui française, la dermsn et shérif. et leurs sous-shérifs, MM. gt-one et
de l'aisance, réception de M. le duc de Brogt.ie. C'est M.' Nisard sitions. après une occupation de 18 mais. Les troupes A. Ros~. arrivèrent~ In. prison. et ahuitbfures T'oir'H
aa nom de tons les membres l'enga" pples. L'acte ~nat du Couvres de Paris inaugurera-t-
qui a répondu au Noua rendrons impériales sont & leur poursuite. Mais une grande un quart. affompaa-rés du s-ouvfrneur et du rév~renr!
de faire~respecter i cette potitiquR
il si aous récipiendaire. compte
ornent ses principes en toute Bouv.elle ? Chose étrange de cette séance. ville,' située dans l'extrême nord de la province. et r)avi~ftta.pe~in de- iH. prison, ils se .redirent Mit
occasion. avions à rechercher en ce moment tes ponrainai dire au nanc de l'armée impéri~e, a été cellule dn cr.n'iamné. En entrant dans la cellule.
bases de mixte de 1.200 tonneaux ils
Telie?ut la tels furent ses prin- <
cette potitique, nous nf< ~consulterions sans –Le transport la.Duraiief attaqua par un parti de rebelips, qui a été d~ja vic- trouvèrent le. condamné asaia'snrnne chaise. et .co~
Sainte-Alliance, pas est parti de Toulon pour If Bosphore )e-31.mar3.–Le torieux sur plusieurs points delà province- dans-un état d~-
et ses actes durant de son 1 cet acte bizarre, tenu.par
cipes les dix années fruit acclamé avec tant d'enthou- transport la I.i'eo'-Mf a mouillé à Cherbourg. le 2 Du côté de de l'insurrec-
deux gardions, comptct
isiasme Pékin, le foyer principal prostration et presque moarant, ses-gardiens occupa
activité funeste à l'indépendance des gouverne- ou décrié avec tant d'acrimonie dans son avril, venant de Brest. La frégate T~Kf<roma- de la tranquillité est moins.
tion, le rétablissement constamment a essuyerla salive qui sortait de sps lè-
mens et des peuples ~Mget le transport mixte la ~Mr/Ae sont arrivés
en Europe~ Coalition perma- mysticisme inoffensif, ce traite du 26
septembre 'a Toulon les 30 mars et 1er avril, venant de la mer probable que jamais. On a eu la nouvelle de la pré- vres. mais sans qu'il fît entendre un mot où une
nente formée d'abord contre la France, contre s'adressèrent si toutes les sence de Yang a Hwui-Chau, dans le Ngàn-Hui, avec
i8i5, auquel injustement Noire.L'aviso & vapeur le ToKKe?fe est parti de plainte.
et contre un corps de 60,000 hommes. On annonce mninten<int minutes avant huit heures,
les principes de la révolution la famille admirations et toutes les colères qu'excita durant Cherbourg pour le Havre dans la nuit 1~ au 2 avril' Quelques Csicraft. le
que la province de Kiang-Si a été envahie par cette bourreau, et 5xa les mains du'pri~cnnier
à ses yeux la France et la ré- On peut y lire, en entra, der-
qui personniSait quinze ans la Sainte-AUiance. Tandis que M. Robinet le armée et par d'autres corps'de rebelles. rière iR dos. A ce moment, il parut si faible, que le
achève, en marbre,
volution, elle prit bientôt un caractère plus gé- effet, ces dispositions remarquables Conformé- buste de M'~e Emile de Girardin, un autre statuaire D'après une autre nouvelle, le pirate Ho-Aluh, un shérin'Kfrmedyn.t venirle docteur l'exa-
Gibsonpour
son amainte- ment aux paroles des Saintes-Ecritures en M. des chefs de l'expédition de Canton, l'hiver dernier. le
Béral.et résolut d'appliquer système qui. or- déjtt renom, Lfvêque. en commence un qu'il miner. Le médeoin lui trouva pouls extremempnt
des na- au foyer de lit a qirtré l~côtf e~t, et se dirige versie Kiacg-Sipour bus; mais la circulation artérit*!)e était
Bir~n Europe, contre la volonté propre donnent à tous les hommes de se regarder comme destine Comédie-Française. r<gui]è''e; on
se joindre aux insurgés de Canton. Un corps de ce3 lui donnf) une potion fortina.nte qui parut ne produire
tions tonv~raines, l'état de chose étabii en 1815 frères, les trois monarques cootractans demeure- L'{7t!oy:. de la Réolf. annonce que M. I<* nréfRt rebelioa s'est empara. i)'y a quelques mois, ~e la yii~ aucun enbtapnatMe.
aux Congrès de Vienne et d<* Paris, le9 juiaetle ront unis par les liens d'une /'ra<erMt(e~r!<c[6!ee( de la Gironde vient cte prendre plusieurs arrêtés qui offre M'est
doSin-Cha.u. et If~Kwaug-Tnng lui-même I) était alors nuit heures et l'ordre de départ dut
autoriafnt la formation de curetés l'un a Oaudrat,
20 a~yetabre. On peutréduire à trois propositions tndtMo~M6<e. et, se constderartt coMt~ecotnp~rto- etaunorddes~ymptô)')esalnrs)a~. être donné..Les arardiens..qui, jusqu'à ce mnmpnt, a-
sous la dénomination'de carctq de t'<7~M)?t, et l'autre ~M l'empire, d'autres troubles ont eu
eUe était fondée: 1° en se regardant D)tns l'oufst vaient soutenu le condamné sur sa chaire.
lesquels <e.< envers leurs sujets ft armées dans la commune essayèrpnt
iMpttneipessBr de Sainr.-Maixent prenant pour ti- lieu. Lf.s Si-JPàn out causé des désordres sur les fron- de le soulever et de le faire tenir sur ses jambes. mais
en tout Etat d'Europe, et au besoin comme pères de famiUe, i)s It'sdtr'gerontdans le tre Cercle ~M.4mMRe'MKM. et le bruit court dont les
comi)~t<ant tières, qu'un matentendu, sans succès; son état de faiblesse était
des cinq tel que. si
par j~tes les farces réunies grandes m&'ne esprit de fraternité dont-ils sont animés. Le G<o&<*annonce que le colonel Turr est arrivé conséquences sont on ne peut plus fâcheuses, s'est on l'avait abandonné a lui-inême. i) serait tfimbé com-
le 16 mars aCorfou il était accompagné élevé entre les ofûciers chinois et mandchoux. Les
pnisaapce~, le droit révo!ut,ion!!ah'e des peuples, (Art. 4), et plus loin, art. 2. les trois monarques par un gar- me une masse sur le carreau il devint évident qu'il
de autrichien qui l'a r~mis entre les maiaa de l'auto- détails da cette affaire ue sont qu'imparfaitement fallait l'écbafaud..
maiB~ir~a légitimité sur tous les troues 2''ga- s'engagent en conséquence, pour eux et leurs su- Importer jusqu'à
rité anglaise. Aussitôt aorèd sou arrivée, le colonel connus. Deux p-pôliers le prirent chacun
5° en6a, < à se témoigner, parunejamba.et
rmtiF. l'état territorial établi en 1815; jets, par une bienveiiïance in- est parti pour Constantiuople. un autre le soutint les épaules, et il fut trans-
Un duel, dit l'JS~/e~, a eu. lieu avant-hier, h par
< exi~ure.à perpétuité, en vertu d'une loi géné- altérable, l'affection mutueUe dont ils doivent ~tre dans cet état jusqu'au de
entre deux ofûciers des guides. porté pied l'échafaud.Lpa
On lit dans la Ga;M«e des C~t<(tM.r Saint-Germain, Etant,
rale ~sanctionnée par toute l'Europe, Napoléon animés, à ne se coKMdetW <OMSqMe comme M<;nt6res n On no.us assure qu'il est question <~e transporter à la la veille au à la pension, M. de A. shériS'aetsous~herijB's étaient entête du corté~-a fu-
soir, préteHdit
et sa famiDe du pouvoir en d'une même Ka<tOM, les trois princes aHié~ ne s'en- de devait tout entière venir & Pa- nèbre. M. Davis 1]sait l'ofnce des morts, et le glas de
Bonaparte suprême Chante la clinique chirurgicale de l'hôpital des Clini- que l'armée Lyon
la revue de l'empereur. M. d'E. la cloche de la prison annonçait a la foule que le der-
France (~. Tclie était la Sainte Alliance, tels visageant eux-mêmes que comme délégués par la ques. De cette façon, il n'y aurait plus que deux hôpi- ris pour y passer nier acte de ce drame allait finir.
et ces principes ne restèrent l'Hëtel-Dieu et la Charité, soutint que cela était inexact, et de la discussion qui
étaient ses principes, Providence pour gouverner trois branches d'une taux, qui posséderaient des En arrivant a la porte connue autrefois
s'ensuivit le duel. M. de A. a été l'É- sous le nom
cliniques ofneielles, soit en médecine, soit en chirurgie. naquit tué
une vaine formule, puisque trois Mtëmc /amt~e. A coup sûr, les partisans tes plus s'est dans sa et de porte de la Dette, et où des degrés conduisent &
pa~longtëmps De cette façon aussi, les quatre pée de son adversaire brisée poitrine,
cliniques, qui autrefois l'échafaud, il se présenta une difficulté le
tois~airois ans, par les mains des gouvernemena exagérés de )a fusion des nationalités trouveraient étaient faites' par l~s quatre toute le bout de la lame, long d'environ vingt centimè- sur moyen
professeurs pendant de porter le condamné et de le placer
de ses décisions, est résté dans la blessure. La mort de M. d9 A. au dessous de
qui §e nren). les exécuteurs ils launexceUent point de départ. Quoi qu'il ensoit, l'année, se trouveraient réduites & deux, chacun des ti- tres, la poutre, pendant que le bourreau Bxcr~it la
tulaires ne professant un semestre. a été presque instantanée. corde
reçnMnt une application violente en ïta!le et en ce qui est certain aujourd'hui .c'est que, si quel- que pendant Nous fatala. Un des g~rdiena proposa qu'on mît le condam-
de ses actes demeurent doutons que les élèves aient à gagner à cette combinai- ces jours derniers, en continuant né sur une ']es derniers
Espagne, ones-uns encore. Une reste son.'s
;–On a trouvé, chaise pendant préparatifs.
resta suspendue comme une nen des principes de la Sainte~Al- les déblais de l'ancienne, poudrière de Lorette, des .Oa se procura une chaise élevée,
La Sainte-Alliance aujourd'hui surlaqueïïefutpla~
–En 1855, la ville de Paris a acquis 13 hectares 50 ossemens humains dont l'ensemble pouvait représen- cé le malheureux, toujours dans le même état de fai-
menace durantquinze ans sur l'indépendance des liance dont nous venons de voir l'origine vérita-
ares de terres au nord et à l'est du cimetière du Père- squelettes. blesse, et ilfut ainsi transporté
lui porta les pre- du sur la ptate-formepar'
peu~s en Europe. La France ble,et les déveioppemens, et qu'à cet égard, Lachaise, depuis Ménilmontant jusqu'à Charonue et ter Ce quatre
fait, dit l'~M~tMatre, de Rennes, a rappelé qu'en quatre gardiens de la prison et déposé sous la potence
étant une maison de
mieïs coups en 1850. Ea face de lacoaUtioa per- moins, le champ est libre pour l'avenir. l'enceinte des forhncations. Ces terrains, qui sont déj~ 1833, Loretto, campagne isolée, Calcraft, le baurr~au, qui n'avait cessé pendant tout
a mainte- clos de. murs. vont être ajoutés, du avait été louée un individu nommé Poulain de ce temps de donner évidens
maa~tte qui s'était tant de fois engagée ~J.-B.'LABtCHE'
au champ repo~. par des. signes de terreur et
Ouyert en 1804:. le o matière de l'E<t était d'"na é- Beauregard, qui vivait seul et excitait les supposi- d'anxiété nerveuse, ne perdit pas de temps
à combattre le droitrévotution- a mettre
nir Iptëgitimité et tendue de 13 hectares. Il fut porté en 1825 à 24 hec- tions les plus étranges. Un M. Turmel. de Saint-Malo, le bonnet et à former le nœuf fatal, et, dès qu'il eut
Dair~, eUe renversa, par une révolution, la legi-
tare?, puis à 33 hectares aujourd'hui il est d'environ s'était lié cependant avec lui et avait disparu. Des 6x6 la corde'& la chaîne suspendue à 'la potence i~
Le ~oMt~Mr reproduit l'extrait suivant du Jtffs-
iiouté restaHrée ep 1S1S, et, avec elle, le premier 52 hectares. bruits sinistresse répandirent, et, une)'enquête ayant descendit rapidement l'escalier, nt glisser la trappe,
Au milieu des terrains eu lieu a Lorette. on Snit par découvrir le corps du ,la chaise et le condamné resta
des.~cis principes de la Ssinte-AUiance, qui reçut { M~ef.jouraatde Baybnne: qui viennent, de nouveau tomba, suspendu.
d'être auuexés s~r le p~eau qui domine Charaane et' malheureux M. Tnrmel, enterrié dans la satte~ man- .Deux s'étaient pein~ écoulées,
échecs en Portugal et en Espa~ MjL'attention publique s'est vivement préoccupée, à secondes que le
bittB~~de nouveaux Ménilmontant, on a réservé un enctes d'un demi-tr- ger. –Pouiaiu de Benuregard l'avait tué d'un coupp snpplicté s'agita convulsivement, et qu'U déploya une
gae. EUe tit plus à côté d'elte, la Bffgique Sb: squln- Madrid, de la. conduite tenue par loKl Howden, am-
pent environ d'étendue, ayant la forme d'un carré ..de p,istolft, au milieu d'un souper, puis l'avait volé. force et une énergie incroyables pour tous ceux qrii.
bassadeur .d'Angleterre, qui n'a pas assisté, ainsi que
va centre les actes qui rattachaient, depuis t815, parfait, clos de murs,av~c porte au midi. Au-ceutre Ce misérable fut condamné a mort et exécuté mais l'avaient vn depuis quarante heures; il leva les bl'Hs
l'ont fait tous les membres du corps diplomatique, ce a construit maif-on de Lorette resta sans jeta ses ja.mb~s d~ns djfKrentos
au)! Pt'oYinces Umes, et la France intfrvint pour
au Ie0eMm chanté, le jour de Pâques, à de
de petit cimetière, ou un petit '?di8ce depuis, la charmante etiesépanles.
et réussit
direc-
toucher l'église dent les as!M<'s eu pterre blanche poiie et ea K'r&nit locataire et fut vendue a. vil pn~i,es ossemens trou- tions pour obtenir un appui, hjemot
man.Qtenir le droitde la Belgume. C'étatt ceux de victimes
Saint-Louis-des-Français; a l'occasion de la naissance rosé al'ernent- La forme e&t carréa lea joars sonttrëit vés dans le.3 décombres seraient-ils mettre son pied droit sur If rebord, de !a trappe
a'Tètés .er
au pFt'tnMrdes arrangemens territoriaux du prince impérial. étroits )e couronnement est & créneaux, et une cou- Inconnues de Poulain do Bc!anretraTd? L'on prétendit pH.r un nouvel eCortiuor~yttb~, vint y p'acer'gon
dans tes transactions de 1815, à cette œuvre ca- )) Les journaux cette ab- pole très baaao surmonte cet édifice de style a.rabe. dans le temps qu'il avait entrai chez lui desûues .second pied, se soutenant ainsi pendant
de Madrid, en signalant qnetques se-
du C'est uue mosqu~eet un etMetière pour les mahoi.aé- de mauvaise vie qui n'avaient pas reparu. coRde?~
pitale, du Cong'ès d« Viettaf, t'etabhssHtNent sence du représentant de l'Angleterre, font remar-
t&Ba que la. tuortpaurrtt frappera Paris. Ca~craft s'était élolp-né M?siiôt
des Pay~-Bjs, construit eomme bar- quer que déjà lord Howden n'était pas allé, comme Un meurtre a été commis, dimanche dernier. ü après a\roir retiré
royau'ne la trappe; i'un df-s gfôljers fut donc ob!i~é de
renverser la secon- tous les chefs des diverses et comme les mi- –La Société de Géographie tiendra sa première Jouy-Ie-Pothier. Le JoMfKa~ du to<re< dit, à ce sujet, mon-
rière contre la Frauce. C'était légations sur t'écha.faud. et de du
assemblée générale de ls56. le vendredi 4 avril, à sept qu'un vigneron, menacé par un de ses voisins armé ter repousser pied les deux
l'état nistres espagnols, complimenter M.
de dfs bases de la Sainte-Alliance, territe- personnellement
heures et dans le nouveau local de la d'une son en lui asse- pieds du supplicié, qui retomba dans le trou béaut
a propos de l'heureuse délivrance de l'impé- demie du soir, p oche, a prévenu adversaire
but de maintenir. Turgot, an-dessous de lui. La foule criait et sifaait
rialqu'eUe avait pour principal
ratrice. Société d'Encouragement, rue Bonapane, 44. nant un coup de la pioche dont u était porteur lui- d'une ma-
Ïa poittique sentimentale de et lui a brisé la tête. nière horrible.
Ces actes accpmpMs, même, L'anaire s'instruit.
)) Nous avons reçu un grand nombre de lettres par- –OnIitda.nsl't/~tMM': Le patient recommença sa lutte contre la mort
comme ses engagemens positifs Samedi et
la Sainte-Alliance ticulières. contenant toutes des vive- « .Mgr l'ëvëque de Pamiers a donne sa démission. Cette soir<- à Dublin, un grand nombre de per- il réussit de nouveau a mettre les dfux
appréciations pier!s sur'Ipa
dé maintenir le système de Chaumont et de Vien- sonnes éta'fnt réunies a l'étage supérieur d'une mai- côtés de la trappe.
jment conduitesenties du
sur. la représantant d'une nouvelle, transmise par le télégraphe, est aujourd'hui Les shérin's étaient giacés d'hor-
certaine. son dans Coleman street, à Çork le plancher a man- reur. Le bourreau ne voulait
ne né furent guère plus qu'un souven'r. L'Afg!e- nation nous unissent en ce moment ~des Le gouvernement, dit-on, assure au prélat une pas céder à leurs injonc-
h laquelle · maison s'est écroulée et dix-huit
qué~ la personnes ~ions, et ce ne lut que sur les instances
br.isé les uns et les amres depuis 4850, liens aussi forts que nombreux. Ces lettres contien- pension~convenable.f n j
ont-péri sur place. Dimanche, on a trouvé trois autres
du chapetain
terr&ava't qu'il revint au-dessous de l'échafaud. prit avec les
en ~aÏliant à la France révolutionnée, mais les neat toutes l'expression de la surprise excitée parmi On lit dans l'06Mft)<!<eMt' ca~oh'~M~ les décombres, ce qui porte à vingt-un le
corpssoùs mains les pieds dasuppticié, qui retombèrent
en les Espagnols et de l'étonnemeht douloureux « Le vieux scapulaire est menace d'une des pour la
uns et les autres se retrouvèrent un-moment produit concurrence nombre victimes. On craint qu'il n'y ait beau- troistème fois par la ytrappe. Le bourreau lâcha ~t
les conduite de lord Howd.en. redoutable. Nous avons remarque, a la maison, du mar- coup de blessés.
1848, dans la politique du gouvernement qui avait parmi Français par-la proie. La ~ie n'était pas éteinte pourtant.
Nous ne ces divers chand de vin du coin de la rue Saint-SuIpiee, derrière Un dernier de nouvelles
a la formation et aux réso- croyons pas devoir reproduire –Un établissement important, celui de M. Threl- effort, convulsions a;
pris la part principale de nos correspondances.)) n l'église, des scspMttttres 6iaKM de ~V.- D. de tft Sa!e«e. On (tne~pour la quatrième fois, le condamné
et qui s'en trouve si passages fal). Blateur. et manufacturier, Regent-Road. Salford, put omettre
lutions de laSainte-AIliance, nous assure que le vieux scapulaire noir sauvait infail- est devenu ces jours derniers la proie les pieds sur l'échafand-.Les les
III des Sammes. cris, )~
liblement ceux qui le portitient. Le nouveau scapulaire c~ieur~
récompensé aujourd'hui. M~gré le zète que les pompiers de Salford et da Man- imprécationsdelafoale étaient t6?Mbles
justement m&l devra nécessairement produire chose de mieux. C&~t.~
ne resta plus de la Sainte-Alliance e CORPS LÉGtSLATtF. quelque chester ont déploya tout a été détruit. C'est un mai- revintala.'har~e. Pour la quatrième
Beslors,il a fois, leçon
< l'exclusion à perpé-
Attendons qu'on nous l'apprenne, hfur d'autant vont se
Samnna!re de ta séance dm 2 :tvr!t. ptus grand qus 250 ouvriers datnEéfuttirédaasIa.trapa.lebourt-ean se
me ïe dernier principe,
Un touchant exempit' de to]éranse est tro'iver sans puvrag'e. de l'incendie est in- a ux j H.' n bes,~t -un e tutte s'eng-age~ e Ure ces n mi
rendit
sanctionnée religieuse L'origine
tuité ea vertu d'une loi générale par 'i Présidence de M. le comte BE MORNY.
)e CoMm~-r <~ Na.<At~ horumes.-lattehcrpiMe, lutte
rapporté par connue.' aareuss-e, qui dura
de Napoléon Bonaparte et de sa Ouverture de la séance à deux heures. de NeuwHer, canton m<KM~ A ia'.nn, le bourreau
tonte l'Europe, La commune de la Petite- remporta le ("i~
–Noas avons annoncé hier l'exécution de Bons- vra resta ..suspendu
famul~du Or, nous Trésentation de deux projets de ]oi relatifs, le pre- Pierre, d'une population a peu près égale de catho- sans Le conda!iin&
pouvoir suprême en France. .:flp,ld. eonita!niié,ii mort,-pa~i,
mirt'pa'' la jury de -Lniiilre,4, pour' était m~tt:'
dire ce qu'estdeyenue cette aux appets d--s jugemens des tribunaux correc- de perdre, :t un très mouvement.
n'avons pasbesoin de mier, liqueaetde pro,test<tnt!,vient ûeld.
avoir t)]é
conda.'nué'it
sa femme et ses trois
le enfaos.
jury de-Lfn;)reH Une. corres- pour
ce aux de et court int~rvaMe, et son curé, M. Vogt, et scn pasteur,
base de la Sainte-Alliance, en moment tiounels le deuxième, marques fabrique pondance particulière du .Orott donne sur cette exé- Pendant catta scène épouvantable, l'a~ituds del"
troisième M. ZwiHing. nn spectacle hbrribte à
de Paris de commerce. cution les détails suivans: fouia~t&it voM-, prë'-Q7~o -~i
où rËuropè, réunie au Congrès sous la Depuis vingt-npuf ans, les rapports leaplusbien- hornbte:.que
Adoption de quatre projets de loi d'intérêt local Le samedi, H rfcut la yisite des sbérifa, celui qui se passait sur cet éi-btt.Mcr rn
du ministre des affaires veiHans avaient ces deux ecclésiastiques qui le pré-
présidence étrangères existé entre ;t la mort. moment la potice.faiUit être forcée, -bien qu'e.le
q-~di.iLm. eût
concernant les villes du Havre et d'Eibeufetledé-, vinrëat qu'il eût à se préparfr Il ne leur
d'un Napoléon Bonaparte, après une guerre-de etentre'ieursparotssiensre~ppctife. rien et parut aussi triste et accablé etétnptéepourlaoirconatanca.'
partement de l'Eure {deux projets). Le cure est mort le premier, a trois semaines répondit que par
ses armées ont la il y On prétend,
deux ans dans laquelle pris part Suite dé ]adé)ibération du projet de loi relatif à environ. A cette occasion, le pasteur a fait sonner, les le passé. Vers midi, ses deux moeurs vlurent lui faire ponr'expliquRr l'étM.nge conduite da
vient d'arrêter les leurs derniers adieux; sont deux femmes fort~rcs- bourreanCatcr~ft, que samedi dernier il ava~ r.cn
principale et la plus glorieuse, l'établissement d'une taxe municipale sur les voitures cloches de son église en même temps que sonnaient jine lettre anonyme dans
pectables, qui ont manifesté un.j)rofohd chagrin; iaquelie onl'ena'aE'ea<ta~
conditions du rétablissement de l'équitibt-3 poHti- et les chevaux eircu)a.nt dans Paris. celles de l'église catholique. C'ei-.tle pasteur qui a con- rendre aux Horseguards, ann d'y emprunter
mais le condamné, même avec el)es, resta une cui-
ses hommes d'Etat les p)us D'scussion a laquelle &tM. lé vicomte duit le deuil du curé. Le cercueil était suivi par les impassibte. et .nn
aue, et desaluer par prennent part 'Vers quatre heures,~cé même joup, le obndamné rasse. casque, pour rexéeut'on, la canaile de8
enfansde~l'éf~e protestante, par leurs instituteurs
éminens,dans la naissance d'un prince impérial, Clary, Guyard-Delalain, 0'Qtiin. rapporteur, Devinck, était assis sur son lit,;en &.oe, mais quelque distan- Kent-stre~tfKent-street-R~ghs) ayant Msolu, dis~-
de et par leur institutrice. on, <t8 fasil pour mettre
de la perpétuité d'âne Dalioz, le baron Rayine~, et Baroche, président du ce du feu, toujours dans le même état de prostration Bn à tou-
« l'eepoir dynastie napo- Le 25 de ce mois, le pasteur mourait & son tour. Les tes les
de'iurtirer uncoup
Cette lettre
coaseil d'Etat.. et sous la garde d'un.geôlier, quand tout exécutions. ridicule eûraY~CaP-
léonienne. )' cloches de l'église catholique annoncèrent aussitôt apparente, craft, qui la montra au
au scrutin du projet de loi. a. coup il se du lit et se' jeta la tête la gouverneur et au révérend
encore daas Adoption cette nouvelle perte a là commune, en mêoie temps leva première
Les actes de 1815 peuvent durer dans le feu quibrûlait tête de calmer ses terreur~
les cloches de l'église dans l'âtre, la restant ~\P~
que protestante,' et, le jour de M. Davis au
certaines de leurs conséquences matérielles; mais le service tout entière au dessus des charbons incandéscens. Le faisait remarquer bourreau au']! svait
renterremënt, âpres dans l'égUse protes-
F&Hs dh'eM, se sur lui, ~'arracha a heaucoup plusde-dang-er a courir que IuL Calerai
l'ombre même de la Sainte-Alliance n'existe p!us. tante, le vicaire catholique, les sœurs et Iss enf~ns geôlier précipita immédiatement CM- il était plus gros que lui, et il devait
du foyer,.mais non bas assez rester bean~
de vue qu'on envisage ce grand OaIitdansleJMoM:~M)'~e~F~o~e: des écoles catholiques se sont joints .au cortège pour vivemeht,pour que~a sur
De, quelque point partie inférieure de la ngure et le cou n'eussent subi coup pl~Iangtempa l'échafaud mais CRicraft ne
au cimetière le corps du pasteur.
(ait accompli à quelque parti qu'on appartienne, «Plusieurs journaux étrangers ont publie, à propos j accompagner de fortes de l'embrasement de la pouvait s'empêcher de redouter une tentative
On eût dit, a voir l'afniction de la com- brûlures par suite contre
de il d'un événement déplorable s'est à profonde Im, et voulait s'_Èlaigner
hommes du passé, du présent ou l'avenir, qui passé Bavataube cravate. ~"7- 'L'- ~f'- immédiatement, crovant oua
cô!.ë ouest de Madagascar, des commentaires qui man- mune, dans ces douloureuses circonstances, qu'elle ne le supplicié était mort au premier moment."
car c'est l'aurore soua une .seu~e conduite Pendant ;iout~ la journée du dimanche, les plaies
faut. s'en féliciter hautement,
quent d'exactitude'; i!s ant parlé de l'intention où serait formait qu'un seul troupeau 'Le corps de iapoUceeëpëndant avait été au.~mpTWf:
furent baignées etiotionnées, et perdirent un peu de
d'une politique nouvelle pour l'Europe. Quelle ie de dinger nne expédition contre Ma- spirituelle. pourlaeircoBstanee, et une.
gouvernement leurapparenë.e'hideuse. Il r'eçut là visite de MM.Rose, Rvaitétô
De nous et été sur forte Mserve
sera cette poittique ? plus conaans que dagascar, ils ont jusqu'à donner des détails L'Ode~aM~ China JM<ï!'<, du 15. février, donne les le shério' et lo soùs-sbénf~.quile virMit aveé~'extré- .prison'; majs ii. e~ ~ut!le
de l'histoire ou dans les la composition de cette expédition. Lorsqu'il s'agit de détails mise.dansTinteneurae.Ia
de dire qu'aucune
dans les enseignemens 8u{va.M ëur l'état de la rébellion en Chine, au jmUé de la 6gure enveloppée de linges. Le condamné tentative, sérieuse de violehce
matières aussi STa/ves, il faut s'abstenir de toutes suppo- fat fMte par la foule,
de l'avenir surtout, Gomm.e~cemei.tt dp c~te année:, ) ne parut pas les recbnna~ra, et on ne put lui arra- qui s'est bornée à de~auv~
inspirations l'esprit, plus que sitions. On a: acquis, dans diverses occasions, \la preuve Imprécatmns, soulevées
Sur là gauche des rebelles, dans la province deHu- cher'une seule parote. tenta~ves pour lui psr- par l'incapacité du bourra
chargeroat de le dire; mais, à~éiaut reine Ranavalo ëi ait au cou- Joutes et lea souffrances
personne, se que le~gouveruemejitdela Pch, le'guuveruement paraît être maitre de toutes iès ler de religion avaient ces?é, et les ordres tjounps aux. prolan~s dn suppucié
du Jieo aujourd'hui brisé q')i régla si loagtemps rant de ce qui s'écrit', en Europe, et de pareils bt'nits s positions. L'ennemi'eccnnunit dans le sud de la surveillans se bornaient a ne pas le perdre de; vue un ~in~Tec~ud, Cal-
fie il un lien peuvent compromettre la seeurit.ë des Européens établis de à celle de et à Le cLaft
cr~r~ çpù~a'la c~rde.
tes rapports des Etats l'Europe, faut ~provmçe Yong-tsi-Ktang, contiguë instant !otio~iier;ses:plaiea. gouvernfuc.t:t un
sur le terFitoiredesHova.s.a' Sur leur droite, dn Ijes traits
-Kiang-Si. dans le Eiang-Su.i! paraît gtôiier pa:sèrënt;la nuit.près de 1m. A six he~r-esa~) dé6-
les maladies
(1) Voy. l'art. 8 du traite du 20 novembre 1815. et les « –M. a été élu t qno avaient grandemeitt an'a.ibli ia gâr- matin, le
lundi, "irdem§j~a un Yeïre'de'vjn, qui lui supplicié étalâtsoir horriblement
dans l'encKde
du conseil Dison de Chin-Keang, et la reprise ~entMre~
déclarations du. comte Capo-d'Istna dans~% ~ote du. 38 membre Gêry, candidat
général du de
gouvernement,
la H~ute-Vienne, dans g de cette = est
place fut-donné. I,:1~ pri~on.
~ecantond'Eymoutiers. dansl'ôîdredes'ctio~ispossib.ies.: "A sept heures et demie, MM. Kermedy al-
juillet précèdent.' > etRose,
ï .> ,T.~cour d'assises de la Haute-Garonne aura a ju-

K~~TMtitit~M.t!M~)!!LMCMntBmBSEe~~M.T'aS~a:S~

ici penr mettre obstacle a vos projets par une scène Des excusea repêtait-H des excuses a ce misé- –-Ëst-î! donc en si grdhd danger? demanda le ton, qui. habitait, le paviUôh opposé faisant sâ~lUe sur chance de plus à. celtes qui menant déjà la vie da
de désespoir. Si vous tuez mon enfant, j'en rable lune réparation, à lui! l substitut. le corps de logis principal. Une lumière brillait & la mon enfant.
peut être, et Bit mère eu mourra cfrtainement Pour- Non pas a. lui, dttle vieillard, mais a e~e! à elle, Assez commecëla, dit ledootenr d'au ton bour- fenëtt'e de la chambre a coucher dû jeune homme,-et "Tandis qu'on transportait le jeune homme à su
mourrai
sauver sa. vie aux
tant~ & Dieu ne plaise que je vemtle qui, ainsi qu'elle vous récrit, a le droit de l'exiger. ru j'aimerais autant que vous lai eussiez lo;-é une ''la. pauvre mère, absorbée dans ses pensées, resta.; chambre, elle s'informa d~ ce qu'était devenu son
de son honneur. Je suis~ci le messager d'une Mon Dieu! mon.Dieu s'écria le .pauvre jeune; bidte n'importe où. excepté pourtant aucoe~r ou longtemps appuyée .'sur le balcon, les yeux.ûxêa sur. mari.
dépens
antre personne; je m'ubstipndrai de tout cohsei), etje hoaime,jenepour)'aijan]ais! dans la cervelle, ajouta-t-il comme ~arrénexion. Ah! 1 cette faible lueur, comme le matelot sur le phare qui H revient à pied avpc M. Dupont, dit le lie-u~-
souMria d'avance a ce qu'auront décidé vos témoins et a. votre mère, dit po.ur, là troi- vous riietîez un nomme d'honneur dans la nécessité lui indique, dans les horreurs d'une nant, car la voiture
Gaston, oens~z ~huit'brà~euse, ne.pouvait nous conreuh-tous
les siens. sième fois M. de Courtel pensez a votre pauvre père de vous-fiiire des Yeuses.' et''vous croyez que cela ~e co'm de terre où.l'a.ttehd'cëllë qu'il aime et. d'alHeurs c'était un tërt-ib'te'spëetacie
.q" pour un père
–Ainsi ferai-je, monsieur, répondit le substitut en qui vous prie genoux Et il voulait joindre l'action- passera comme'un réquisitoire!, –It veille, se disait-ëMë,' car; d'ordinaire il n'a de sone que le docteur t'a engagé à me laisser
En ce moment, pren-
le saluant avec upe froide politesse. alaparole. <t' le père de~àston, qui revenait, a .point dé lumière la ûuif. ~dre sa place, afin de'soutenir mon pauvre ami pen-
Mon père que faites-vous? s'écria lé jeune hom- lui, aperçut le malencontreux substitut, et, s'àrra- lui donnerait
JM. de Courtel le quitta pour courir vers'G&stoh, qui L'on~était a~mois dé~féyrier, etie jour venàittard;. _dant qu'il ses so:ns.
à extrémité du me en le retenant dans ses bras. chantdes bras qui le soutenaient mais, si longue .Mme de Courtel n'en'demanda
Mt€naH l'autte rempart. .que soit une nuit d'hiver,, on unit pas davantage, et
Lisez cette mon fils, lui dit-il en lui don- Puis se~tournant vers ses témoins: '–Assassin de mon Sis, s'écria-t-il, ôte-toi de mes .toujoj~rs par en~voir la..nh. :.Â.u moment pu ~iM.pre-. ~suiv~en. silence le triste
lettre, cortége.
–AHons, mes amis. nt-U en leur tendant ses deux~ yeux Ah tu oses braver le père de ta victime! SI tu du matin ëclatrèlètit Gaston
nant la lettre de Blanche, et si votre amour a laissé m'iëres'iûeurs la'cour~deux'cris ,-rLorsque fut-étendu sur son lit. le dociëm-
mâms; lieutenant, vous me dicterez la formule ? restes un instant de.plus, je te brûie la cervelle-! de
dans votre cœur un sentiment qui- lui soit étranger, d'apg'pisse poussés par. le pore et la~merë 'do Gaston .demanda la moutarde et du hnge.poumon
Je vais vous la~dire, répondit le lieutenant. Et .il cherchait .à ramasser :un des .pistolets restés àa retentirent L'un, 'inquiet'
pensez a votre pauvre mère. dah8_ l'iiotHl.. du, sitënce -des~ sinapismes. Les-.domestiques, consternps'cou-
~~Nonpas non pas! Si vous me laissez cinq se- M. le Maître lui retint le bras.
Gaston-prit la lettre en' tremblant et se mit a la terre~prsque
dit alors: le lieutenant,
qui~ régnait daus'IachHmbre do;son.,nls,'ëtnepOH.- .raien~; ça, et la sans savoir/ou donner de la tête
condes de rénexton,c~!a me sera impossible. Mar- Monsieur, qui avait peine vaht plus do'juinër hon inquiétude, avait ~nfoucé; ,ma)s la mÈre sufnsait' à topt. HI'e ouvrit
lire, tandis que son père s'entretenait voix basse à- un~ pon~
chons 1 h maîtriser sa colère, 'la
Tec ses deux meilleurs amis, M.:le Maître et le iieu- la patience'humaine a des .bor- d'un coup de pied porte 'fermée au verrou, a-.la- .mode, y prit une chemise, la d~C!iira, pui$ ej) Rt des
'Et il s'avança vers son ..adversaire entre ses deux, nes, et je vous préviens que je n'en ai plus que pour queUe li àyait va! uemem frappé, l'autre avait aperçu,' ..banaes et des compresses,
tenant. qui lui aervajent de témoins. Bientôt ils nrent qu'elfe présenta au doc-
témoins qui Bentaient ses mains t''pmb!er.ëntre les cinq minutes. a la lueur du crépuscule, une .paifë teur. La moutarde
tigno a ceux du substitut, et se mirent a conférer a- dé draps_ qui ae atrive~.e~e'Rt.eiie-même d"s ~i
leurs. Arrivé u. trois pas de distance, il s'arrêta.: Furt bien, monsieur, S,t le. substitut avec hau-. a la fenêtre Mfta te 'docteur'
-veo eux, tandis que M. de Courtel le plus batançait du cabinet d'études de sou ni.s~ .napiarnes, a les poser, puis c~ nat
Gaston uni
eut gardait, –Vite,dit-ilaulieutenant.' teur; je me retire par rfspact pour la douleur d'un M. de Cour!et courue lui-même, chez.le~concierg'e, immobile au pied du lit, comme la mère du OhrM
prcfond silence. Qaahd sa lecture, jl dit a demi-yoix ~L,~ "u
la Monsieur, celui-ci, tandis que père, mais je serai toujours a vos ordres.. '8'en'.jUfinfdt)j'hëureQÙGaston~et;'il,sprti. pied de la croix.
ïijit les rejoindre, et, leur. tendant lettre:
Gaston répétait ses paroles d'un ton ferme et quelque –Etmoijene suis pas aux vôtres, dit lé jaune. docteur Riait assis, tenant
leur dit-il, et conse'Hez-moi, Uue heure aprea le départ;de moBsieur en ca- la maija du mala~,
–.Li~ez, mes amis, étevé en en face son adversaire, d'a- homme en lui tournti.L't le dos.
peu regardant bi't<:)let,'fut.)a de cet i _.ft l'âme de la niëre était pat&ëe dans ses veux
car jB me vois entre deux déshonneurs, et je n'ai pas, conseil ds mes d'être in- –Monsieur le sub-utut! réponse homme. ~1~
près'ie témoins, je regrette monsieur lOBubat.ïtut! 1
Oh s'il ne fallait Ca*fut!aiot's le &pmit hur- la physionomie de l'nomn.e de la sc~m'e
'le ceuragë de choisir. que ma vie 1 hier a'u soir dans une cotiVtirsat.ou qui m'é- s'écrièrent ëh ce momfnt df.u.xhommes que pauvre.pôfe commença..ses
tervenu qui 'arci valent
la viile. Il se'fendit d'abord chez .~es impressions -qui s'y renétaient,
Mon nls, dit doucement M. de Courtel, pensez a tait étrangère., et d'avoir, rien ne m'y auto- dans deux directions recherches ~p:tr et.ma.iijaut-eu~-
lorsque opposées une tettrë, a ia main.
Celui-ci était sorti fuent cet examen n'était de nature
votre mère! l ia d'une L'un était le'lieutenant de gendarmerie. guère & r~sr'rcr
risait, pris d~tensë personne qui n'avait~pas un envuyé du commissaire de'po'.icë, qui .son'pauvrecœ~r, car ledo<;tt..ur,.Ies
depuis une demi-heure, et r l'on ne put' ou l'on- scurcils frouc~
Et vou8, mon bon père, dit le jeune homme at- bssoin d'être défendue. Craig'nànt d offenser cette tui tenait la lettre du président, ~l'autre son proprt!. la lèvre bouueuser,
f .'ne'voulut pas lui dire s'il :étaitaccompa~a6 de semblât aUeuOre nufju.ic
terdri.quemeconseiUez-vous? personne en poussant ptus loin tes choses, j'ai pris la domestique, qui le cherchait depuis le matin pour lui tome qu' ne se manifestait
~n-L
a la décision de vos amis Ga.stun.IL..courut chez M/le Maître. La il ,ap<- p!f?. T..)Ut a coup sesT.ts.
–De vous en rapporter résolution de ne pas me battre, et je vous prie de re-, remettre ceue de la beUe veuve t
prit que le professeur, dont les mouvemens étaient se.detHndirent.;
l'aSaire m'est trop personnelle pour que j'ose ,me fier cevoir mes excuses.
.rég'ié~ comme ceux d'une horloge, avait quitté sa I~pouls se règle, dit-il cntro ses dmics.
& mon propre jugement. Le substitut salua avec une grande politesse, sans
maison deux heurea plus tôt que de coutume, et pous _I1 sent une minute do sitence,
Qu'ila <~cident donc! iv prononcer'un mot. Gaston lui rendit son salut, puis Les éptmès <jte ta cenfeame
pendant IhGuel'e
tMatermeMe. savons comment, apréo-sa visite à.ia pension, 11 nnit ~P.d.e Courtel, qui était tomb~a
Mon ami, dit le lieutenant qui prit le premier la il se retourna, vivement pour rejoindre son père; genoux
vous savez si si je tiens a votre parr.eirpuyersoa'a.issurloterrain.. ~.iR'
je vous aime, mais il n'avait pas fait trois pas que, prononçant quel- ':pauvre
p~~e': mère:,
eh bten je vous mon honneur de mots il tomba, de Lorsqua.la nièfe de Gaston aperçut:sa voiture qui
parbï<
honneur jure, sur ques entrecoupés, toute sa hauteur -Tandis que ces evénemens -se passaient, M~s de
me battrais revcn~t au pas, une horrible douleur la saMit,i et elle –Espérer lui dit-il avec un sourire
qu'a votre place je ne pas. avant que son amis. eussent pu le retenir.. Caurtel attendait dans une mortelle le re- d'encourag~-
angoisse dans la rue au 'ment.
aeldat, Que feriez-vous donc ? demanda ,G&ston surpris, Mon iils mon enfant il me l'a' tué 1 se précipita! moment où les chevaux
pauvre tour de son n:s et de son mari. La pauvre femme ne
Des excuses à ce Robin .que le ci~l confonde I s'arrêtaient devant la parte. Mais lorsqu'elle vit son~ 7'CeH.e-ci, tout à l'heure si forte contre la doulpn!-
s'écria M. de pourtel en accourant. s'étaitpas coucliée .elle~ portait encore le même cos- Dp
êtes-vous fou? Sis etne donnant aucun put supporter la.joie que lui causèrent cea Mro~
Des excuses! –Non, dit un médecin que le lieutenant avait ame- tume que la veille, et, debout devant une fenêtre, mondédesang signede'vie,
M. Dupont, elle se j: et, portant convulsivement son mouchoir
–NoD, mon ami; consultez il vous dira né et qui se trouvait être justement celui de la famille elle restait les yeux nxés sur l'extrémité de la rue mit;apeusser;des cris perçana.
la chambre
~s)p-
au cerveau 11 e&t mort 1 ~'écria-t-elle, mort' assassiné Et eUes'e.nfuit~e en
CMMMBMI" de Courtel, c'est une congestion causée 'd'où devait lui arriver là vie ou la mort. étoua-antse~san~ ots'
Mon cher enfant, dit le professeur, faite. vous, ~iit-elio vous l'avez Un quartdheure après, M.deCourtel
je vous reg'ar" par la violence qu'il s'est M. de Courtel, en rentrant de sa visite nocturne au au lieutenant qui pleurait,,
tenu par M.le Maître et-par le frère
arrivai~=ou~
de coYBoae mon nia, c'est vous dire assez, je crois, que Quand je disais que ce misérable a tué mon nts! l'avait trouvée dans la pièce qui précédait laissé' tuer sans'le défendre. Voila donc cette amitié dEste. e <m?n'e
président, l'avait pas.quitté, ~ait
jamais une bassesse. J'aimo- M. de Courtel hors de lui.' `v dont on faisait tant'de bruit-~ pale comme un sD'gc~~
je ne vous conseillerais criait l'appartement de son nls, et par laquelle illui fallait
vous de main. 'Vous con- e est à. Reine MLpouvait marcher avec leuy Mde
tais autant taer ma propre Tout n'est pas désespéré, reprit le médecin, mais nécessairementpasser pour sortir de lamaison. Après Madame, dit alors le docteur, personne que moi
idées sur le duel; eh bien! je vous immédiatement criâ le
B&issf'zdeplusmos il faut pratiquer une saignée. lui avoir rendu compte du succès de sa démarche, il n'a répandu leSang de votre nls; il ne s'est pa~ même >
p.n~X~ fenétré
parla
conséiMe les excuses! Et, tirant de sa poche ce était nécessaire, il pr<~ exigea qu'elle allât prendre quelque repos dans &on b~ttu. Pourtant, je na vous caoh~ra~ pas que te .cas
lui Cesmots'semblÈMnt lui doancr une nouvel~
Sasto~ p&lit,ctu'son ancien précepteur céda sans retard a l'opération. qui Le substitut .'s'avança appartement. est~ortg'rave,etj'.aibeso;n de tout mon'-sahgfroid vja
avait et. s arrachant des 'bras qui-Ie il i.,on~
ditcemtfMS vers le groupe au moment où il posait la bande, pour –Soyez tranquille, lui dit-il, je va!s traîner un pour parer aux àccidens qui peuvent se produire. souquent,
en courant d'escalier
ses témoins, s'étaient le qui conduisait
a Le duel eat un assassinat prémédité dont les té- interroger lesquels empressés fauteuil devant '~a porte, et, s'il veut sortir, il me Permettez donc'qu'on transporte & sa chambre.
r son tus*
a la. chambre de
moins sont lea complices. Faites tout ce que vous d'offrir leurs services, et dont l'un, qui était justement trouvera en travers de son chemin. 8urtout-point"Qe"bruit Ses organes sont eiioei&o-
-po&rfez poor 1 évjter; mais Titje fois sur le terrain, ne le frère d'Estelle, s&utena.it entre ses bras M. de Gour- .–J'y consens, avait-eUe répondu, mais ne faites ment d'une excessive sensibilité, et. les plus grands
reculez jamais car, tel'e est la f&ree du préjugé, tel H demi évanoui. pas détruit; je crois qu'il dortmainten.Hit, carde-. ménagemens sont nécessaires.
que 'f.
ma'gré toutes les meilleures raisons du monde, on Qu'e~t-il donc arrive? lui.deBaanda-t-Htôut bas. puisunqT.iart-d'heureje c" ne l'entends plusBtarsher ~oyez :tranquhle, docteur, dit aussitôt ~4 ?)dU< ANTOINETTE.
au chambré.
voua soupçonnerait 'toujours d'avoir eu peur au der~ Allez diable! s'écria le docteur, qui l'enten- .danssa mère a voix basse en refoulant p~r un supr&me e~ort
dit, et que le pauvre enfant ~e'voie pas Y.otro chienna Rentrée chez eue, son premier soin fut 'd'ouvrir sa. 'de volonté l'explosion de sa. douleur,
Yderjaloment.w ce n'<~t,pas
il rouvre les yeu~; d
GtMton était attéré. < ~de face, si jamais fënêtre,ën face de laquelle ss'trouva.ient celles Ne Gas- qui vous troublerai, cen'es~pas HLQi duiajd~~e!~ '(i.a~a <f~maif:.)
ger, dans ta session du deuxième trimestre, l'araire Prix du pain d'après la taxe:
Le le Juan et M"e G. une a tf tAMûLAM établit la rupture
docteur la rassure; il counnalt, dit-il, dans ingénue, une Agnès On que, après et dans le
des nommés Cambou'ive et Parayre, condamnés à la l''e qualité, 50 c. le kil.; 2e qualité, 42 c. le kil. bien même où
même passage, un pharmacien dont la boutique audacieusement trompé mon, contradicteur. mois l'assignation a été donnée, M. le doc-
peine de mort par !a cour d'asHses du Tarn, pour cri- On lit dans le MoMt~Mr donnant sur une rue voisine lut de rentrer C'est en 84*7 le docteur alors teurX. est venu au secours do
r~~ftCMKMre permettra que X. qui était M"s Ida .toutes les
me ~l'assassinat. La cour suprême avait cassé l'arrêt a connu M"e
MERCttEM.–F(tr<nM.–La vente des farines chez elle, etiajeuneulle reste encore auprès du mou- étudiant, & Elle est née à Versailles, fois qu'elle s'est si
de la cour d'assises du Tarn, et renvoyé les deux ac- publique adressée a. lui, et sans rechercher
rant. On se et le la reconduit, en 182(3; elle avait donc 21 ans. n'ai aucun bien à
de la. a commence à deux heures et demie le résultat obtenu retire ennn, docteur Je les besoins étaient ou non réels. Abordant la question
cusés devant celle Haute-Garonne.
a été peu satisfaisant dans reconnaissante des déranEremons qu'elle lui cause. dire de cette femme cependant il y a une chose dont
Camboulive et sont arrivés l'ensemble. de droit, il prouve que le simple fait de séduction ne
Parayre depuis quel- arrivé a la il est saisi teut a je lui tiens compte, et qui la rend à mes yeux moins
& la dR e Les farines des 4 marques adjugées se sont Mais, porte du passade, confère
ques jours maison justice de Toulouse. payées blâmable pas d'action; que la faute est commune, et
87 fr., ce qui, avec les conditions coup d'un scrupule étrange; il craint de la compro- qu'une autre c'est son origine et le malheur
Par suite des révelationa faites par ce dernier, dit d'argentcomptant, sans' de sa naissance. Elle a été privée de tendresse que la doctrine contraire serait une véritable
escompte, prises fn magasins, et autres menus mettre s')l réveille à cette heure avancée le pharma- et oe prime
l'At~ de Toulouse, la fille Galinier, sœur de la vic- frais, a
les font fipn, son voisin; il lui en montre les incouvéniens, il protection dès le berceau, et fat une pauvre enfant donnée l'inconduitp.
time, est impUqnée dans l'aSaire, comme ressortir a, bien près. de 88 fr.
complice. » Une partie lui oS're un asile doit la rassurer, il lui propose qu'on déposa aux Enfans-Trouvés. -Le tribunal, adoptant ces
des autres provenances a été payée de 90 à qui principes, a débouté
de l'assassinat. EUe eat en ce moment détenue a la de la conduire lui la Elle débuta, à être fille de chez M"s Ida de sa
80 fr., prix extrêmes. Le peu d'entrain des acheteurs a chezsamère;c'estcbez qu'il Paris, par boutique demande.
maison d'arrêt. une marchande
fait retirer plusieurs lots.. conduit, et la. abusant de l'ascendant qu'il avaittou- de. chapeaux de paille. M"e& sor-
Bristol a été mis en émoi, il y a quelques jours exerce sur fette enfant, les yeux encore humi- tie de là, fut recueillie
jours, La boulangerie reste complètement en dehors des a- par lafemmed'un taileur, qal Kéc)roteg!e.
une formidabte a comme un et ne se des des avait versées au chevet du avait été élevée, comme elle, Elle au-
par explosion qui retenti chats, livre à aucune opération pour son comp- pleurs qu'elle aux. Orphelines. 'Viennent de mourir Mme Moreau-Sainti,
11. rait pu trouver
de tonnerre. Les magasins elle recherche mourant. le cœur brisé de ces émotions, là de l'occupation ces braves artiste
coup de MM. H)UieretCe, te les marches à cuisson seulement. encore gens à de
lui en offraient; dramatique, l'âge 44 ans; M. le docteur Am-
fabricans de produits Peter étaient < Dans le commerce. les farines des 4 marques se sont HCfomplit sa séduction. mais cette vie de travail ne lui con-
venait brosch, professeur de philologie & l'Université
en feu l'incendie avait chimiques,
gagné )e compartiment Street, des faites en 3 mois d'avril à 88 fr. le sac. Alors commence pour Ida G. une existence nou- pas, et elle préféra être employée dans ces à l'â.?e
de
maisons Breslau, de 51 ans Sir Ch. Hotham,
et l'avait nombre le docteur lui prodigue les protestations où l'on aim'),; à montrer de jolies gou-
poudres fait sauter. Un grand de )) On tient le disponible à 8~ fr., offert. velle les au comptoir verneur de Victoria M. J.-C.
ont été D La marque h la rassurer il continue à lui promet- ngures. Jensen, peintre de
maisons voisines, ébranlées par la secousse, hors ligne est tenue à 89 fr. plus propres neurs, membre de l'Académi&danoise des
ont » Les ventes tre qu'une uuion doit Intimer C'est ainsi d'abord chez un mar- Beaux-Arts-
plus ou moins endommagée: quelques personnes ofncielles par facteurs s'élèvent & 1,545 qx
leurs, rapports ses qu'elle a'demeuré M. Juan Subercase, .député
lettres le respect méritait encore chand d'eau de Cologne. On ne au~Cortes espagnoles.
été blessées, et. ptiaieurs magasins ont été détruits 3'! kil. ? indiquent qu'elle l'y grarda pas long- ,J
temps. Il y avait tant de sorties le soir, tant de par- --7777=,r
les eiforts tentés malgré sa faute. Il exige qu'elle,
par tes niimmes.Toua pour borner porte son nom. it la ties de
le dommage & la maison de MM. HUlier et C? ent été CMtMtdestnMnenNes. présente comme sa femme, mais en môme temps il la campagne et de spectacle bref, il était si vi- L'undesgeraBS,Bo!ty.
sans résultat. contraint, sa correspondance le prouve, a quitter sa sible qu'elle faisait autre chose que vendre do l'eau de
AUDIENCE'DES CRIÉES MISES pmx
place; et qu'on ne dise pas qu'elle cédait au désir de Cologne, qu'on la congédia. COMPAGNIE DE 1/HOTEL ET MS*tMBBCBMS DE LA RUE
Le Muséum d'hietoire naturelle de Paris vient de Du ,'avril
~2<~1856. 6. d'eau
prix: dicat~on vivre dans l'onulence et l'oisiveté; non, c'était d'elle De la boutique de Cologne.'M"e Ida, car elle DE Mvou. .BMre~M
recevoir deux moutons de petite taille, ET MTUATtON fES tMHBCBMS. ~oea<tOM, i51,.fue St-Honoré
maisa assez NÀTCM que venaient les sacrifices le docteur était bien ob- avait remplacé son nom de Mathilde ça nom de & louer
ils Tien- par présentement grands.et petits appartemens.
beUe laine, remarquables par leur origine Maison a Paris, boulevard Bonne- scur alors, guerre, pas:;a dans les coulisses
sa c'ientèle ne lui était pas encore venue, d'un petit théâtre.
ne!~ de Bomarsund .et sont donnés par M. de Sërcey. Nouvelle,35, et et Ida dut s'imposer Rfater-dans ce
rueSaint-Etienne, les plus dures et les plus cruel- les coulisses, n'élit pas l'aS'aire de
17. Théâtres. Spectacles~ 4 avril.
L'~<heK<et<m annonce en n. Revenu,
Reyenu, par
L baux et locations les'.rivations. M"elda; elle n'y tint pas. et quand M. le docteur vendredi:soir
qu'on vient de couler OPÉRA. –Mc~ Mme Laborde),
verbales, 23,400 fr. 230,000 295,500 Sa conduite X. la vif, pow la première fais, elle brillait et trô- (Roger, Bonnehëe, la
zinc, a Berlin, les quatre statues allégoriques qui doi- cependant fut toujours irréprochable,~
nait Corsage
Ont été a le fait Bst attesté &u (Segarelii.MmëRosati).
vent servir à l'ornementation du aulséede~cette ville, ajournes, défaut d'enchères, la salle Martel, par les amis eux-mêmes du docteur, comptoir d'un marchand de gants et de par-
FRA~Ats_- Les
les château et et les ne fumfrie. ~M/aKs tt'~oMftrd '(Beauvallet, Mlle
et qui représentent l'Art, la Paix, la Fortune et~a parcdeThury-Hareourt (Calvados), le bois docump.ns produits peuvent être contestés Gélme Hugon,.
Prusse. deMille-Harts. les fermes du 6reuil et de Beauvoir, la par lui. Bientôt un enfant *7int au monde. M. X. :M"e Ida avait là comme une petite cour, dont elle
était la OM:RAComou.LeC~~«trd'Mp?-« (Ricquier, Mlle
forêt des Cinglais (divisée en deux et la terre de refu"a de le que c'était dans reine; M. le docteur X. lui et elle le Boulart), la Borne 6t(mc~
lots), raconnaltre, déclarant plut, ~Barbot, Mlle Rev)
M. le docteur P. Durozier, lauréat de la Faculté et que d'ailleurs pnt.Voil~ la séduction; et voua voyez Mën ODEOM.– JKtchei Cef~K!e~ (TisSerttnt,
Foupendant toutes propriétés situées dans le même dé- l'intérêt même de l'enfant, son ma- toute Kime, Laray ~cs Mmea
de médecine, est Bommé chef do clinique de la Facul. partement. avec rendrait une reconnaissance que, pou? Bn,raconter les ruses et les il n'est Berengére, Toscan).' >
riage la mère préa- perndies,
teal'hôpitatdela.Charité. mais ce fut lui nt de l'é- pas besoin de refaire les de TBBATREi.ïRtouE. –j~am~eHe Gen<t)f~<'(MeiIlet Mme'
laNe inutile qui a l'ofncier 20 volumes C~rMM ~r-
CmuM) et Tr:bnnMtX. tat civil la déclaration de la naissance, et pour per- Maintenant, s'il faut MeiIlRt),a~K<~MMt-C.
La brillante rëpréaehfation qui devait avoir lieu '~î payer d<-a dommages-in- ~s ~mo~M
Le tere.s à de ~M ~ô!e (P61.x.
hier soir, au théâtre au d'une nommé Tribolet, ouvrier lamineur à Montlueon sonne il n'y eut-doute sur la paternité. 'propos toutes.Cfs histoires, qui commen- ~n' Mlle Luther). T
Italien, bénénee artiste, cent
(Allier), a été condamné à un mois de cette époque, et pour augmenter leurs res- par des œillades aux vitres des marchandss de -Ma<MoM J!:MMH« '(Lassagne, `
a été contremandêa a~ dernier moment, par s~ite de prison, par ju- Vers VAM~TE8. MUe Soriva~
du tribunal de cette Ida chercha une ce fat le gains et qui se continuent, le a. la
l'annonce tout à fait imprévue d'une.ihdiEposition de gement ville du moia de mars sources, nouvelle place; soir, clarté des é- M~<J~), Do~M-~
pour propagation de fausse nouveHe.- docteur la entrer dans une maison de librairie vous prédis que vous ne chômerez de la ~~lere')'
Paix (Leelére).
M. Graziani. EH~ost remise au- H.- svrU. Nba~'îndi- qui fit pas
où elle gagna 80 fr. par mois; ]a. encore il la présen- ~toiles, je
procès. 6YMNASE.-FraKi;0!'M (Berton, Mines Rosé Chéri,
querons le nouveau programme en temps Dupuis,
opportun.- Le journal le JF~aro était hier traduit en police M. le docteur Lesueur),
ta sous son nom. et il anBonçait formellemeB.t au X. se jeta dans cette liaison avec
éditeur des BfemotfM du roi JoM~A, rue correctionnelle sous prévention d'outra~saux mœurs. la PALAM-ROYAt.
Perrotin, propriétaire de l'établissement son ferme désir de ré- i entraînement de passion et de la jeunesse. Hélas 1 P.ORTE-ST-MARTÏN.–
L-'auteur de l'article incriminé, M. Maurice u faut bien le dire, il y persévéra Le SaMj)' m~M (Fechter,
Fontaine-Moliôre, 41, vient de mettre en venta le Albert; le gulariser sa position; le peu d'argent que la jeune aussi avec aveugle-' Boutia'
volume de l'msTOiRE 'édacteur en chef du journal,'M. de Ville'messant, .ment. Baron, Schey, Mmes Page, A~on~
deuxième CE MON T~Mes-Pre- et femme gagnait ]ui était remis par e)le fidèlement, On avait beau l'avertir, lui dire était Ulric).
le qu'il Deshayes,
sine,
mière série Rëgne de Louis-Philippe; 1830-1851, par imp~meur, M. Dubuisson, étaient- compris dans les docteur le conservait un soin trompé on lui citait des il ne
avec avare, et ce n'était noms; croyait pas; il
le vicomte de Beaumont-Vassy. 4 forts volumes in-8". poursuites. aimait, cela tout.
qu'a grand'peine et a force de demandes qu'elle obte- explique ~pialA~a~
Naptal Arnault).
en .Voici le jugement qui est intervenu
ChaquevQl.6fr.Le deuxième vente. nait les sommes les plus minimes et les plus insigni- Cependant, si grande que fut l'intimité, elle n'alla
Attendu.que, dans le numéro du 24 février 1856, jamais domicile rice Costé, Mllè Périgakj.
~~ostM~
est Santes. jusqu'au commun jamais. Non M"s
–Contp~tMe <!<? c&e'Kw.<!< /er<!e ~'E~,Tue et et dans un article intitulé de toH~e, Ida continua C!RQUE mpERtAL. La ~tne
CoMrr/er empot- Cependant la réputation du docteur & à demeurer chez elle et continua aussi ~<tr<?o< (ClareDee La-
place de Strasbourg. Le conseil d'administration MMKeMt~ et e~peMo~nM, le journal .commençait son
Figaro a, sans la fortune allait état. Je pourrais bien dire ses états,
des chemina s'établir, luisourire,'son ambition car c'est une
do fer de l'Est a l'honneur do prévenir aucune transition, publié quelques lia-nes relatives & terrible Person).'
~~ere,Bresn,TaiUade,BoiIeau,~
s'augmenta avec elle; son amour, d'ailleurs, avait voyageusequoM"eG.ElIe change de profes-
MM. les actjonhtdrea qu'un appel: de 150 fr,. est fait -.oIa.Montè?, commençant par ces mots Ma afoKtM, et il n'eut dès-lors but sions, elle change de domiciles, elle BOUFFES ~RifStENS. ~OM&MM! ies Deux ~M.
créées par suite du droit de déjà cessé, plus qu'un aban- change d'an'ec- ~te~, ~'<KttCMM.
sur ]es actions uouve)les et nniasant par ceux-ci 0~ M'eH e.~ pa. Mto~t AoMnte/ donner la compagne de ses mauvais jours, chercher ~loas, avec la mobilité de l'eau qui coule. Je vous ai ~K)t.Ëorf.-Tous
concession dunf août 1853. et en exécution dea sta- e Att''nda cet l'auteur a dit les soirs. ~ercicMequcB-'
que dans articie dépassé ou inventer le Aux Eolii- ce.'qu'elle était avant le docteur X.
de de premier prétexte po'ir cela. Eh bien, pen- <~ comiques, etc.-Les Bêtes fëroces~
tuts )a Gompagtue l'Est, promulgoés le 81: jan- oa limites dans lesquelles les 'écriva.ins doivent se dant le règne de ce dernier, ROBERT HOUUM, bcul~ard des
citations de la femme quHeCONJure d'exécuter euSa je pourrais vous la mon- Itaiiens, ~Prestidi-
vier 1854.- renfermer, et que l'épisode.auquelit fait allusion est trer chez une marchande gitation, Magie. Tous les soirs. & huit
ses promesses, de donner~ùnaomasonnia.'de lut de lingerie, chez un hem-(~
Les versemens seront rec~s à la caisse de la Compa- de nature, pâtis-
par l'imas-e qu'il présente, ~porter at- rendre des sier, au d'un ûlle coMCERT~McsARn.–Tous les soirs, de 7 & 11 Iietm-e
l'honneur, il-répond par paroles évasives comptoir café, de boutique chez un'
gnie. a la ~'aro. du 6 au 19 avril prochain, tous les teinte à la morale pubiiqne un' refas ensuite et en l'engageant ibraire, et renvoyée, et congédiée de partout, ~~rt, PrpmeMda. !Prix d'entrée ~fr. et a~"
dix d'abord, par a ettou-
jours, les dimanches et fêtes exceptés, de a trois: ~.Attendu cependant qu'il existe dans la cause des ours! 1
contracter mariage avec une autre personne; des
heures.. 0 circonatancps atténuantes Je note OPERA. Demain vendredi, S2' représentation du CM-- <
scènes pénibles ont lieu, et M"e Ida, dans une lettre encore un fait en passant. Dans le coura de
Passé le 9-avril et conformément a l'article 16 des B EncR qui toucht; Dubuisson, cette liaison, Mëdora.'On
d'une convenance parfaite, en est ënnn réduite a lui un enfant survint. Ce ne fut pas dans commenceraMr
statuts, les veraomens en retard devront un intérêt de e Attendu n'est P~ Mme Labor<te
qu'il pas suffisamment établi qu'il interdire sa porte. 1 les premiers mois, pas même dans les premières MM.~o~
5 pour 100 a partir du 6 avril, époque ûxée la ait-eu de l'article
an- Bo~neheofe~ etc.
Bonnehée,
pour connaissance incriminé, il y a de cela nées non, ce fut en 1850, trois ans après lë'commen-
Le tribunal Depuis ce.temps, deux ans, elle a
mise'en recouvrement de l'appel, a le renvoie des fins de la plainte FORTE-SAOT-MARTB). –Demain
·, vécu courageusement et résignée, de la liaison. vendredi'lo<~M
< En ce qui touche Maurice obscure occupée cement et Al-
La Compagnie de Crédit en Espagne Alber.t et Villemessa.nt, tout entière de son fils; mais ses ressources se sont M. le docteur X. se garda bien de le reconnaître.' -phonsine:
phons~y~
générale e tribunal, leur faisant application des dispositions Pourtant on le lui donne
(A.. Prest) vient d'obtenir-° la concession du chemin de de l'art épuisées elle aurait supporté pour eUe la misère, elle dans l'assignation,, et l'ad-
8. de la loi du n mai 1819, et les modifiant SAiTE.–Demain vendredi, une des trois dernièrssi-f
fer de Sévillo à Jerez. ne peut se résoudre a voir sous ses yeux son enfant versaire tient le fait pour constant. On à l'en- présentations
par l'art. 463 du Code pénal, en vertu du dirait, de.JSr~ joué par MM. 'Mde'L~
décret du des choses les plus nécessaires, et dont la que c'était le meilleur,
Pour tous les faits divers non signés: 11 août ..manquer tendre. ménage, un vrai nid:
Le secrétaire de la TÉd&ction. P. V!N~ABD. n_ 1848, vie est menacée par les privâtipns de tous les jours. de moineaux. L'opinion du docteur est toute diffé- maître
tation et Lafernere.
de
l'~K/-M<pro~Me,'drame
Lundi procNain; première rëbresen-
~uuuamne Maurice ALoert et viliemessant chacun e~cuiq~es.
EUe sait que M. le docteur X. a aujourd'hui une reiite, et il a bien se~raisons. 11 a été cré-
àr 100 fr.,d'amende, et ordonne la saisie du numéro Longtemps s.AmEBERz.-Jeudin avril, notre
position des plus dule et c'est mais de mste charmant violo-
brillantes, un somptueux apparte- aveugle, vrai; il a.cessé l'être -9 Léon Reynier, donnera un magniSque
du24féyrierl856; rt des chevaux il s'est informé, avec de plusieurs Concert
ÉTOFFES DE SOIE NOUVELLES. )" Les condamne ment, et des équipages, et elle s'est a- il a recherché, et Dieu sait tout ce le~oncours
solidairement frais. s autres de célébrités musicales, sntr&<
aux dressée à lui. qu'il a découvert! 1 l'émment pianiste Henri Herz
La-tnaison Framais et Grama~nac, 82, rue Riche- Par autorisation
Mre la de ses nou-
Sa demande a été repoussée; les amis du. docteur Ah si l'adversaire tient à bien savoir ce qu'est sa spéciale, la seconde partie du Confar<- v
lieu, 'vient de paraître noUection TRIBUNAL CIVIL DE LA SEINE.
sera. consaoree à la représentation
:(5e Chambre.) qu'elle avait connus autrefois ont voulu, tenter auprë3 cliente, ne fat-ce que comme étude de mœurs, cela d'undelicSu~~
TeUesétoffea de soie unies et façonnées pour robes. opéra des Bounes Pansiens le DM~
Présidence de lui de nouvelie~ ils ont été repoussés lui sera bien facile. Je puis lui indiquer les adresses
-Cette coUection se compose des asaortimens les p~s de M. PcissArf. démarches, orchestre, costumes et décors, joue parîesmemM `
a une demande lui des ou maisons a habitées. 'tes tout artis-
considérables et les plus va.ri.s d'ét.oa'es au mètre et EN qu'on adressait en suppliant, il a quinze vingt qu'elle Son qui récemment se sont
DEMANDE DOMMAGE&-INTÉRÊTS POUR CAUSE DE faitentmd?e~~ui~
de robes à. volans. rénnissant au bon répondu par les plus indignes calomnies, il a parlé souvenir n'y est pas perdu, tant s'en faut; on fait sur
goût des des- SÉDUCTION. d'une A cet égard, des médisances m~'ique~
matrqu® ~r~~e et~~dS~
grossesse récente. voici le témoi- son compte munies; etsi la moitié
sins l'excellente qualité des tissna. du médecin Avec de tels elëmens et la 'sympathie
A~nombre de ces belles étoffes spMates, on eu re- Cette'.aS'aire dévoile quelques-uns des mystères les gnage qui l'a soignée, encore un ami du' seulement de ce qu'on dit est vrai, M"a Ida ressemble- touiours frn~
à sante qu'inspire notre
tristes la vie parisienne. M"" P1n.G. docteur, et ii atteste que cette matadie a été causée rait bien un peu l'héroïne de l'abbé Prévost. jeune Mnëao~ire, n~ ~et
ma:'(')uë d'une richesse sup~rieùEe .a' tbut.ce qui avait pbjs de prétea- prévoir quel sera le
été séduite par les chagrina et les plus dures privations, et M. le docteur X. a la liste de ses succès decette ath-a~
été fabriqué jusqu'à ce jour. dantavo'r par le docteur X. puis aban- qu'un connaissances;
régimefortinant est le seul remède. elle est longue, et il a la modestie de croire ~sS~ tous
Cette maison, si connue pour ses g'raBds aasorti- donnée, demandait comme réparation une qu'il n'a ~dS~ dilettanti.
qos
pension Au de défense
mens de McAettttTM d<.< jF~fs e~~e efM~t~n'eu dp. 2 000 fr. 9t 12,000 fr. de provisions système dont on a menacé M"s Ida, pas réussi a se la procurer complète. Eh bien 111 y en
a ja- viag'èra CONC~,RTS ~IUgARD; Demain on
un seul mot de. réponse suffira elle n'a. pas trente a de tous lés états, de toutes lea nations il y'a un.a- entendrFs
mais possède d'aussi considér&bles qu'en ce moment. de M"e Ida. & a
-MecHA!X~D'ESTANGE/ avocat ans, elle a encore toute sa beauté, et cependant elle gent d'affaires, un ancien garde du corps, un com- i~X~ de Weber,ctd
ainsi exposelesfaits: ~T vit dans un quartier désert de dans un un un la T. 1 ~~tion a la valse,
appar- mis-voyageur, Anglais, d,uc espagnol, le por-- a.produit hier et avant-hier un ëa'et immense.
tement maisam et à bas prix, Paris,
et elle est dans le dé- d'un régiment de UgM Voila 5 avril, Samedi
octmem
Actes'!Ng<m~et)aenM!tt. M''s.lda ~est-née a. -Versainea~en 1826 ;-sa nais- te.drapeau l'ingénue deuxième Fête de nuit.
sance ~tait ]e résultat d'une fat placée nuement le pics coi:pret. Les aHêgatious de M. X. qui demande qu'on lui fasse 3,000 fr. da rente
du 2 avril 1~56, faute, et.etie viag'e- ROBERT a"UDM.-Dimanohe~pro(!li!;m, dernière
~TRA~cÈRES.
& la ma~aon des La, con- nës.srur'mt donc qu'a inMtr&r sa conduite, s~us un re~et .qu'on lui paie 12,000' fr. parca qu'elle a de sëancs
été pro~'us.âaas P~r ta.
décret OrpheHr'e~. ton!; c~us: qui!a ne''du jour a, deux Heures, sans préjudice de celle du soir.
AFfjURES
out. l'ordre de Lé~ion-'i'Honneur nuraht se rappellent odieux. La question dou- son ptutl I
eucôfs .les grâces de son enfan' jour plus de droit n'est pas
~M ~a<~e de coiawMttdew :MM.Benedet.ti, directeur
co.l'amabHitéde son caractère.; teuse ici, ou plutôt il n'en existe pas. Ce n'~st pas une
é- Une*Fa.miHe respfota- J'ai parlé jusqu'à prient de Ja séduction. Voyons FatUiteo. 2 avril
dsa affaires po~tjaues~u département des aS'aires recherche c'est Paris, 18E6.
'b'e',i laq~fUe la Providence avait refusé de:t sufans, de..puternité, une action. f'oudÈsour JË"e Ida. prend à l'audience des airs de vic-
Feuillet de Coucher; sons-directeur,. l'abandon. Farvacques (Désiré); confectionneur
trang&res; la jeune: nl'.e lui fut remise.. l'article 1'~ du Code Napoléon. Sans doute, rn<
chef du bureau du pïotocoie a~ même dépaTte~eat. ;se"ch~r~ea: de son sort lorsqu'il tifne; on dirait d'Agar délassée avec son entant. Eh
a faute la fdinmo J. c., d'habiUemacs
fut continuer' ma's, au bout de y commuup, notent s'en fuifo une bien! elle manque d9 mémoire. P" 1
~M yra<!<' d'~c~f M. de BilUng'chef du cabinet etpOn'ëd.u(Mt;tioa y
tous' les attestent-, a
r~S~
rue'Saint-Itlerc, d,
vinrent arme mais ici faits qu'il y eu On était en 185~, et o'ast en 184T qu'on s'était Martmole (Antoine-Marie), marchand de tissus
et du secrétariat au même département. Quelques j'.ahneea.'des~éTé~emens.imprévHa & BeIIe-
éprouver 'crueU~meot'cè~te famille, jadis opulente, et séduction, qu'U y a eu promesse de mariage, qu'il y connus. Le docteur ne savait mais il savait
pas tout, s:g:, ùL.Isbert;
MARmE.–Par une décision du ~.avril 1856, ont été eUedutséséparerdel'enfaut.qu'eUeavaitàdbptéeetqui a. eu abus de l'ascendant que donnaient au docteur et cette via lui pesait. M"e Ida alla d'elle-. fauboCrg
~~rg-~Se~ Montmart~e,'54
beaucoup,
nommés M. le capitaine de vaisseau Pichon, au com- conserva toujours pour elle un respect tout 61iàl. C'était sur la jeune orpheline, et sa supériorité d'âge et son même au-devant de son désir. M. le docteur X s'était la
mandement de la corvette l'~Mrydice; M. ja, lieute- daM cette maison qu'Ida avait connu m$me de médecin qui le rend-plus ;cpapable moBtré elle la~~des~t&?,T~~
Eerme-des-Mathurins, 9. ,J_ M, Trelon g,,
leriocteur~ il titre généreux avait uns toilette brillante, de Bourbon~ 39. T; 17
était rue Richer,
na.nt de vaisseau Gërvaiae au commandement da Fa- le médecin et l'ami de la maison; 11 lui avait en~Qr<t.. l'&gent, un mobilier très beau c'est le moment o~ Lëvy-Salomon, négociant en draps'et .ruee
viso a vapeur le C~~ca! M. le lieutenant de vaisseau donné ses soin! il lui témoig-nait beaucoup d'amitié Me ,r. t~NGLAts, avocat d~ docteur ces femmes-là donnent les congés, et appellent des Fosses-Montmartre. nouveautés
3~ ? ~épundu d'au- D
s-
du cutter le Cope~H. la maison a rencontré, 7. -J.c.,M.Berthier~s P-.
M M~
Sou~ry, au commandement et d'intérêt, cependant des Orphelines, qui M.ledûGMUfX. pendant sa-vie d'é- tres c~sauxvoyageura. Ledoc.teurreoatlesien; on Bourbon/rue Richer, 39.
avait conser~-avsc sa protégée les rapports les plus: tudiant, une r-acon~n. l'éternelio histoire du parti avantageux,
INSTRUCTION puBUQUE. Un arrêté du 23 mai 1855 j<~me Ulte, pour laquelle: il .a'est pris et le
des Facultés anoctueux, et qui savait c&mbiep elle en était di~'ne, d'une passion très vive et qu'il a eu iongtemps-ia naï- docteur do répondre qu'elle avait bipn raison. SfaiBs et Fap!me!).–
a~ait conféré provisoirement aux doyens S avril 1SS6
s'occupa activement de lui. assurer veté de croire Cette liaison' s'est Paris
de médecine de. Paris, de Montp~I!er et de Stt'as- une posifton, C'est partagée. rompue. Hé! as le éoear humain est ainsi fait qu'il s'en alla
La femme a couru a d'autres 1rn masq. 342 69
de réduire a un mois, en faveur ainsi qu'elle f.ntt'&biento!, pour tenir !a. comptabilité aventures. Le docteur a troublé et tout chagrin. Rentré chaulai, il eut la Ma- 95
bourg' l'autprisation renoncé a. Arrivag8s.
~i~ 1.549 q:46 k, 2e nn u.u rb aD un nn.
-a ~dansune_maisou de.commeFce..d8. Pari~elle-y était cette vie de je~ue homme, ii a travaillé ladie ordinaire' Ventes.
des étudians qui aspiraient .a.entrer.-da)33 -la-cairu)' il prit une plume et écrivit une lettre, l Qt
a un examen, logée et nourrie, elle recevait de plus 60 francs par courageusement; et il est devenu un médecin très bpnne, celle d'un l~omme'biën
~ie mUitaire, le délai d'ajournement très loyal et ~ea gé- 4:.
aJt% si;~
:&xé a trois mois'au 6 de' l'arfêté ntQis ;'e'ét~t pauF elt@ .Hn avenir modeste, mais assu- diatingu~; néreux. Puis, le lendemain soir, 11 retourna ,C<Mf~ m. Omsaon.
mains par l'article .l, et les !a ctiës eîle. M
-du 26 septembre fé e~ hpao!'ab!e, v~eux da pauvre orphetin~ Jamais mon. client u'a. revu une seute 'fois M~ G. La pïétexte nm
1837. ~u'alla.it-ilyfaire~ (car Ïea amoureux
n'allaient pas ail-dela.. depuis la rapturé mais il .ne oublier ~~umz~
Dé la quinzaino.. n»
.Par suite de la conclusion de la paix, le ministre pavait Ip pas- en ont toujours des prétextes), c'était de lui rendre ~er,tes .4 d3i»~r.
V!eM!M'!Hw~f.
De temps en le .ioctear X. la ces rfM;e<M<p<t<M.lel:~ S9c. 1
de l~aetrucuon yient de'rapparter l'arrêté temps, venait voi! sé, et, dans. les mauvais Jours, car femmes-là pa.E- une cle.de Eûn appar~uieut, qu'elle lui avait donnée.
publique
° 'elte le'voyait sent subitement 2<qu<IM 42 5350
aussi quelquefois dans ]a fatnille qui du luxe a la misore, il lui a tendu la il entre et ne trouve Alivrerl&TOM 58 CO
du23ii?ail855. personne, C~
» avait veiné sut' ses premières années et a. laquelle il maia généreusement. M"s G. ~n~?~
a appris que le doc- 11 était 1~ depuis quelque la porte 1 65 54 ~5 M
de teur se c'est ce moment qu'elle temps, qu~aa ~T~; R9V6R~,
jHontin~ai~ se~ geins. Au commencement 184T.' Ida altait marier; a choisi s'ouvre. Ce n'estpaa
AUMent&ttompttbM~tMt. I~'e Ha, c~ésf' un monsieur qui
vemMtd'a.tt&indM aj* m&jsrité lé docteur X. arrive pour lui dire Vous allez me payer, ou bien je'fais Yr
se présenta.–Voilà la guerre allumée t Il toise le doc-
Caisse de la 6oM~<ïHyerte, ler avril 1856. Cours ttû soir et Ju~ aHUonce que son père adoptif est en du bruit et du scauda'e. La. menace s'est yeatisee, Na''chamd~ses.–Paris,Savrill8&6,
et teur,, et avec lès airs de ce personnage de comédie
moyen du jour, 55 33 cours de ~c,d~ mo.ft qua fa. science'est i~Ruis~anfa. npugsommes'cievaut te tribunal. BuiLE.- Colza disponible, ea tonnes, US B,, & ~i,
° tax&dujoar, 55 37: trop connu, ii lui dit Que faites-vous
la veille, 55 64; baisse, ~9~r l'ac- L'adversaire part de ce point que M. le docteur X. ici? Qa'y la.. tous futs,H5 BN a KHx Mt,
~c: Ida
Ma~empres~ s'empre~~ .`~ ~P'
aut;r~~ da lnj, le faites-vous vous-même ? bien diïîérent,
~octaur da de sa. Mai; c'est: .EspRrr.-S/e disponible, 169 M '& M.. M coaram
Ba~e t<<' ~ft. c'octèur fnc- 1 ~busé l'inexpérience cliente.'Odrteg,~em'ût utie clé Gu
Farines.2 avril. Cours moyen compagne; l&doutou~ j ai Moi, j'ai une cté' aussi On aurait mois, B3))Ba. Betterave, oca à M!
du jour, 54 59. rieurs fois Ida manifeste pratouge~l~ esc hardi; et quand M. le docteur"&l'a.' la dans l'as- ~mumu
Tintent ~t.n-e~e'le du. rire, et quitter bons amis pays où naurissaient
Prix du paia d'Après la mercuriale I sig'uation, U en a été comme
craint que la maison qa'ei!ehftbtt9, située au ~~en stupëfmteii-~ pouvait les camélias ou se fâcha, on cese dit des gios mot, et qüad,; 90 na $ nn.
qu~M)~?°~°'
Ire.quàlité, 49 c. te kil~ 2~qualité, 42c.!ekil. ne se trouve fermée a son retour. cucr~rS~~ux, Q'loif .lui, un séducteur! un don le docteur s'en alla, très bien guéri, bonne quatrième,
d'un passage, cette fois t sccRE. –Exotique, eM 0~ ry
tndigene. id., xaB Ma Bix. BD.

-mHm'tf.
~~E=!BESStEaaae t<E)E'q .~x.

Att)u<HcaHoBs. Exposition de [ a 4 heures: par M~ Bouss~to~, Ceso~ms de f<Mt4s.


,:c –Âv~dt~M),
-1 MMMBMS"
111HLil'i7UIDL~7U

Etude: d~]~
A~ D ETnPL~iSih('.glnaItD
p!CARD, avoué a. Paris, rue de
commissaire-priseur,'
43, assiste
rue
de M. Godefroy,
des Petites-Ecuries,
expert', rue Be!le-
CmmATS, TRES. CACAOS ~~T~F~~ JEUKEs
WAMH maI'contagi~uses.Métiiode
GE-<s, traité
préserva
des

Grammont,2o.. Cabinet littéraire, ~,060 vo- DE LA COMPAGNIE FRANÇAISE. tivecertameCh. lib~s. p~


TSAVCf~N
iMAMUi~.
B~ CAOn'AGNE
L; A FOKTENAY-ATJX-ROSES.
ET DE PRODUIT
Vente sur lieitation le samedi 19 avril 1856,
fond, 20, chez lesquels se distribue )e catalogue.' 'A
A tUiti~ilH
<f1E'tM?S .lûmes,.produit. 6 a. "000 fr.
2 médailles à l'Exposition-universelle de .1855.
toutes
A.L.,r.Saintonge,.68.:co!'<fsuLTAT~RA'fUt-rt:8.a-
i~

enS&Jots, Prix 13,000 fr.; Sa Hôtels, Cafés,


Adjudication, même sur une_ seu!e enchère, Afts matx A<'ttonna:rea. lnstitutions,Lin. C~oco!a<<, 1 SO, 1 ~5, S fr., 2 50, 3ir.es, Sou-
l". D'une grande Propriété sise àBa~neux, gerie,.Bains, Parfumeries, etc. chong, 6 fr. Pecco-Souchong-, de
-en la chambre des notaires de Paris, le mardi 10 fr.; mélange
lieu. dit; !es A?ot!cc<t'/a', .servant a l'exploitation M. Bou~iUier-Demoatiet'es, rue Richelieu, 15. la C<1 fr.-Caean~.af. 250,3 f. ~?~G~erison radi~
15 avril 1859, a midi, pa.r M~ HA.T.nf, l'un d'eux, l/Sko.Rem~, 1/2 RA~mM cale dès-hernies, ne
-d'une carriéEe de pierre à plâtre; d'une Maison ko sur 6ko'. M" pjELLETfER, fondée mti~AW~ se trouve
r. St-
D'une Maison
grëmeht, sise
de campagne,
a Fontf'nay-aux-Roses,
de produit etd'a~
Grande-~ d'Habitation; ensemble les immeubles par des- SAm-RâmmT~GMmBM~ ,4 représentant à Paris d'une maison im- Denis, àParis. Succurs~~
enmo.
en France, ch* les
que chez
le seal.de
BtOKDMTi DE THOMts,
~ce nom qui ait obtenu,
r. Vivienne
des médailles,
48
dans lont le matériel ser- (CHEMIN'DE f&'<t?) porta.rne, .se cJiargerait a..
Rue, n" 54, place de Trëmëmont. FER; DE')'r. au placement march:act!onn"!s.deIaSocietë. x
et remise, a l'an- tination,:consi$tant
vant de la carrière et de diver; Le Conseil d'administration delà Compagnie d'un article d'un usage usuel, que s<-s relations
Ecurie grand jardin, partie
seapiècesdeterre.
.a. l'exploita.tion de~Saint-Bambert a Grenoble a ~honneur de rendent, facile.–Ecrire fo, Paris, upste restante.
glaise.'partie~n potager. ?
Mise a. prix. 40,GOOfr. fI' prévenir MM. les actionnaires. que, conformé- S~TIP~~iT 41, chaussée d'Antin, de au l",
caclie-
Miseàprîx.36.000fr.- à Bagneux, de et .MAGEE~REPtoEETi~
du 80 D'âne MaisoB. sise rue d'Ar- ment a l'art. 31 des statuts, l'assemblée générale NB
niires e~ ~JiFrance
~i's i de veste
l'Inde. et échange
REpA.RATtOFt. 'a ptlaux~;énér'tens" contre 1es malu,diesi
On pourra
mobilier.
traiter a l'amiable d'une partie
ahnueUe se réunira le maL'di'S!avril!f56,'a. BEUE
CabiBÈt
AFFÂi~EA TMFM. ~~T:
eouveraEnes
~Fôulniex, 26, r.
Daud. Miseà,prix.8,'00fr. 8,° OO fr. trois heures, salle Hfrz, rue de la..Victoire; 48. à luterau'e céder (Faubourg-St-Ho- d'An;(M-St-Hon.;
S'adresser, sur les lieux, de midi a "4 heures
3" D'une vA Pt~
iui6.fB.\
H! A de 1
Passage \Chapea.ux de soie garantis
Lyon, Richard; S, r~ia~be~
Maison'avec terrain y attenant/sis L'assemMëe gënérule se compose de no'rë).' ~,000 volumes. Produit net 2 000 fr. Prix ycontl'ela.transpirationpar
Et à ~M? Hatin, nota.ire a. Paris, rue Neuve- tous,les
à Bagneux,.Uen dit. le Ctos-CKt-e, rne des Plâ- actionnaires de vingt au 4,~fr. MM. Wolf et Ce, rue Montmartre, 161. unnonv. proc. castor n_oir 20{~ qiëcanique~ 12 t.B Le
des-Petits Champs, n. «- propriétaires actions' D'- AchiUe HoFF~4fm
triers. r-
Mise à prix.. 3,000 fr..
moins, déposées,
ciété gënërate
a Paris, .a ia,' ea.iss'é'dn Ta So-
ExceUent PIANO VfTK'%SE'r!n5~vieux et ttutres objets
')RPttt'P~tf
~riJLRrMU., ru,e de la Paix
a; ~eSt
de Crëdif mobilier/place Vendô- 'M~t 9 H i JCtiM ~11
9:d~ t&i~ 0 aeheté's.'abon cette même aneienne, avec ce~ude
40 D'une Maisan- sise a. Vaugirard, rue Dutot, chez MM. ~'TM~M octaves, achetês.abon prix.Got.DNEa
pria.GoGnnEa je,
j", af~ction.
et sans danger.
miSO~ s~ A PAMS.' me, 18, .et aGrenebIe, MmiJ~EtUtt~ASi~j neuf, r. de I'Arbre-SHe.54; Ecrire. ilMreOd&ftomit'Sle.' Consultations de 1 h.
2, à l'angle la Procession. à très bas prix, rue 1~4 h~
Adjudication, 'le 8 avril 1856, en la chambre delaTuede Sts.et camps, banquiers trois Gainard~jM.re,
jours au moS's. de Louvois, 2.« Visitea, Traitement facile par correspondance~
~esnotairesde par Me AttMOKT-TtuÉVtM.E, Misea'prix. 800(jfr. avant l'époque ~xee. pour là réunion.
Paris, !s D'une si'-e a 'Plaisance, COMPLET'
Maison .commuJie SSt~JM''5?M B7eff a~ijjtgt~'
A'und'eux,
D'urne Maison .sise à Paris, rue Saint-Sau- deVaugirard,rueSaint-Mëdard,32.
&<!tt)B!s,e< croates d'tm'nMCiMea <~ RtR & ~fe..
mAi~itiNL DE. MLAUJUJ~' L<tcat!om~ <
~if~Rï~~ jours des ai&ladiesoonta-.
Mise~prix; 4,600fr. de l~inepe!g'nëe, en parfait.état, à vendre. ~P~
5
vem',9. 6oEt de diverses sur frJAdolphe, med.j r. Constantin, 34, au éta~
fr.–Mise
Pieces'de terre situées S'adresser à MM.' Perrehet' et Ronssel, a Lèn- .ge. Cons~.dejTu~
Produti.,5.9'70 apri~, &0;00(~fr. le territoire e ~s su.<te 15Q métrés .d'aciers 'et a 4 he~s.~crire~a~oo~
Une seule enchère d'l!iconimun& de Bagneux. clos,p);ésEar-sur-Se}Ge'(Aube). ~i.
A ij~tL'JDM,
? ~?'fB'R
adjugera. Le tout subd~ise en 20 lots et. sur des mises A 'SfK'~Uttf'' de'magasins, 8, rne:Ca~settë.
à. ~'o's minutes
Wi'Jl.ltSMm 17 deS~int-Cloud, 4SeJoUes
:la. station
Mai- '.<- des paies
.S'adresser Aumont-Thiëville, 19, boulc- de sui'te, ~Ït'RS~~ couleurs, pertes~
-àprix<t)iîvarit:ntde50al.<3tÂ)tr. sons do campa.g'ne, situées Route .Impériale,.à- ouvrières,
yaTdSaint-Denis. 6~M 4
MBiMAi't!~'i~ss~ chez M. E. Cha.rton, & '? Mïf ~°~ appart:~u 1~ avecta]c6n. <]r:J:J6M.UiD.suppressions,
S'adresser
l" A M'' Picard,
potiF tes renseignemens
a'vouë poursuivant, rue de
i.a Marche,
Momretout.–Ala
et au-dessus
maisoti
des terrains
soëci/de
du. parc 'U'ia
rist~, 1~, rue
!)'&
Montmartre, maison du
Beu-
journal
A~itIUJPJ~`chamb
A
.~U~Jui~cKamb.3,eOOf.r\(iel'OratQirp;3a.<<
3,600f.rïdelOratoir~22.a 'parles piLm~
an'a.iMissempsa
UEpuoTEMEFEnjn~
~!S, FËM~
PR~PMETË,
A. Eve~quemoht. à Yendrs. même sur une seule
Gra)nmont,S5,~jPaNs:t
A Me Castaign&t.svouë, rue de Hanovre,
et la-location
France, rue ,N euve
des propriétés,
d es-l'ëats-Cham
pourTa vente'
dans toute
ps, ?.
la la/'PM~
A ? ~M~R
A jLt~UBii
~~de la .yerterie,vÏs-a~s
Clqttre-gamt-Mcry, po.~r }e terme
le
de LEPu~T, pharm., ruelMontholon, à Paris.e

de M'' 21,.&Paris; ~~s.une.oper.


'enchère,
'à Meulan
en ~'etufte
(Seihe-et'Oise);
Schlesinger,
Je dimanche
notairH
m avrM ,3~ A M. Gr'ardin, notaire a Bourg-la-Reine;
SH.'Hogs'u~a e: 4's!!Ït:a,t9ans dSwe~ea.
M~?MW ou
heront ouubiësdans
iv?uV~ ration industt-ieUe,
le tielaici'un'~n.Combjnai
dejmllet. Cour'
182 meLres eav~Qn,
couverte .d'~e.enanoe
e.ta~e au.dessus (concierge).
de MAtADiES BES~SiS"
belle a Evecquemont,' .4" Et ourles lieux, pour les visiter. p~ Traitement
1856, à midi, proprietë son très simple M°" LA.CHApËHE, ma.'ttresse
.qui sera expliquée pa.r M. J~u- a LOUERr. Richelieu, 13 bis, pourletermad'a-
près Meutan, à 3 kil. de la station,. beUes eaux;
Souvenirs doin, bouiévard de Strasbourg', 10, Franco. )' ~i. v~,6
sage-femme.professeur
appartem.;aul<
.par ses succès dans le traitement
d'accouchement,
et au 2' fraîchement connua
des mala.d~
'vuemagninque.' M~ft! SPC CURIOSITÉS. TABLEAUX. ~E' M97H?~T' dramatiques,' décores, avec S chamb. à coucher
Ir.' · CURIUDE1E DENTELLES. ~.iP~BËMi~i.. 13 livraisons 'de duos utérines; ~ueriaorn prompte et radicale (concierg'ë).
Mise&prix:35,000fr. 1llUüD~rLR
atUMMUfit,~ LLLE.LE~1UF, (sana j-a
Le bois des Fermes, & AYernes (Seine-et-Oise), Vente après décès d'un très bf'nu mobilier, pour piano et Yjolon sur les plus. beaux opéras pos m régime:) des innammations
Hote!s. Naisons tnenMëes.– RostaNraNs. cane~sas
kil.'de contenant ~3 hect. meubles en marqueterie, bois doré, palissandre italiens et allemands, ninsi que son 8" concerto, ulcerattons, pertes, abaissement,
a 12 Meulan; 'Oecas~Ba. aeaMes~ehe-~ax dëp~Mment
net: fr. fantaisie et Kir'varie. Rue Louis-le-Grand, 1. « et, ~<HttOfea.
..Rapport 3~00 et acajou, belles garnitures'de cheminées, lus- .eauses~cuentesettquiom-signor~~S:
tres, dorures, de curiosité, an- nlita, des langueurs, palpitationa faî-
'Mi6eaprix:55,000fr.,t objets tableaux 'débilites
S'ad.
jEt à
& M~ Sehtcsihger,
5 :bis,
notaire
rue
a Meulan
a Faris
(
«
ciens.
Garde robe de femme~ cachemires, dentelles.
CompKgRies d'A'is~pàaccs.
1~ maison,
AVE~M.-mL'~PEMTRM, 1" 'a,Yri],
A. ~RW'~
W~iMiEt,
Chaussee-d'Antin,
mitgmaque Victoria Aune
neuve
e Nesses,
nombre
malaisenerY.e.ux,ma~.Tëur,
de m~àdies. ~p.ji.iées
d'un
incurables
grand
M. Laurent, Martel a'droite.Réouverture,
Glacés, eouGhers;'tapis, rideaux, porcelaines, .etunPhaeto.nd'occa~iQn~ moyens employa, p~ Lachapelle,
du re~oMrMtt: Naoe!, MpNSROLLË, successeur. <t aussi-
B~.MVARB- cristaux,eto.,etc. f~TQQ~ ~NQ ~6 CONSTITtJRE~ Simples qu'm~ilhbtes sont le résultat; dé'25
~Mt~e~L Çn~
..BE SËBASTOPOI., J'5.a i.P~'OM ARi3, r Rue Drouot, n" S, salle nf 1, les lundis et ~AMiJM ~Ho wj~aj S'~O -par la toute années ~'é&des et d'observations
NM~~
Adiudt~n.tion .(même sur une seule enchère) ma)'di8avrili8jG,à.mMi.' C~ AKOKYME L'J)Mj['E!ttAL~, 58, ~g <ff ~t-qMttM. .ïmdash'!es.t!ota!aer<'<ÎM~a~a!Ra;. tALM~tiB sorts.de,.OiiWJiH, f'%T~~B]}<?.&:8
neuve res-)?t%j~-tnit)
~ns
le tr~~ment spécial
Matiaues
de ces a~otion~
en la. cha.cabre'des nbta.iresde-Pii.ris, par,M< ~Pa.r le nunistëre de ~t" pôccHET, eommissairë- Moyennantnne tou- ~onsuttatïoNS tous les jours, de 3 & 5 heures
prime minime; onpaiea. AjVENDRE,54,.rue<les Petites-Ecur~.
!e ayrit 1855, te fenime survivahta t pULeduMoNthabor, SI,
FOUCHEB, l'un d'eux, mard~l5 priseur,!a.Paris,rue Saint-Honoré. SH, assiste é son p.Mi'i.desie'jonr du
H~Y ~~V~ f f?ïS! e cao~~ouc prés les.Tuileries.t Dn
D'une grande Maison, nouvel'sment construi- pour les tableaux de M. ttEMiticotj~tN. expert. dëcëB deceiLti-ei, Traites de N~d~'tRS, RemëtM"),
aauelqu'ëpoque qu'iisurvien- AfA- WUiA~RLtMO. RA.TTtEM~ETC~ CosMëttqnes.
te, sise à PariR. beujeva.rd de Sëbactopoi,n"8, 23, rue Oïlivier-Saint-.Geoj'g'es, chez lesquels se- t)3, sp!t un capual déTef)u)n9,goit une
faisant l'aB~le du bo'~yard et de la rue ëamt- distribuela.nottce. reute viagère. /~cn'p.'f.: Uu muri âge (le 30
4. Fosses-Montmartre,
Vëtemens hnpermëables
4. (M. 1~ cl. Exp. univ.)
de toutes formes et i'iULiJ~H'Jtaao' LA
Vtt'QQtN
WHOiSiLtt
~s
urinairM
voies 9ÎAT,A~
Laurent, loùëe 19.0W tr. pat- b~ principal pour JE'?~'oM?u6'f~ele6avritde midiaolieùre. ans'peut assuter a sa femme~g'ét'de So ans dans
25 années, à partfr'<Lu i~j'utl~et et exempte le cas où"éJle lui survivrait, une .somme de très légers, et a.i'Ucles divers
.iT"~TËA:TESCATAMCTES
pour voyages, etc
tMM-a~tCS, omaMt-osM, SANS
guehesparlesirondebourgeondesapinaub.de
Toi)'). SfetSfr.Ia bouteille, chezBlayn.ph
),000"fr.'pa.r lejversement annuel do 19 fr etc.; operattOTx cA'
d'impS[sppndanf3ans. ~S. '16 e. Un mari'âge %?~?ï~? S'S~ .'F-A M?CCNB)t<7P MA'soN, ~tt<<ca<M. 36 Marehe-St-Honoré,?,en~ceceUeSt-TjyaSn&~
Produit J9.000 fr. -a. partir
et 15,000 fr. jusqu'à cette
du
époque.
t' ~"i~t de
t itaîlenne,
tta'laen,nerrove~ânt
provenant de la coHeetion
de collection du ~u
prince
pomcé versement annuel
de 40 :ans, moyennant
de 2~ fr. 63 o., constituera
un
au
Ni~J~iLM.BtiAt'&SOEjM'Bi&SoMONT velles~
ëdit.,
p3rsonnes
appuyée de guërisons
<~eMgtes om'rees ~'MM~œH sans
nou-

vendre & l'hôtel salle~n" fg- St-Antoine, 3~Grande d'ameuble-


-Mi9e'a.prix.a80,000û'. ~s "a Drouot, 4-; le pront de :sa femme âgée de 3'J ans, pour le cas spécialité ~uceM, ou qui ?t~ t)o.{<(Hettt p~~ Kfe.ert'reRMM
S mens,palissandre,Bouleet bois de rosé. Grand vol., 6 fr., Dai-'Iè aocteur DRouoi.
Ë'adr. auditM''Foucher, ruede~rovence, 56.~ {isap!~ 5 ~4
avril` heures précises.' l j où elle-lui&uTYtyrait, une rënt~ viagère de 100 fr cfMtd.~re.–l Jk ~âB~;DID~ç.~i~U ell 4 t~ ~oe~p
~p~a~u ~.9 heures,rec.ises, choix de tables à ouvrage.mëd.tU'Exp;del85S. ~a rebelles au c<)paha,'eubébo et nitr~a
Chez l'auteur, 35frùé ~e~,q~embpgc~~ j~ja.
t d'argent. SAMPSO, phaf,, 40, r.Rambuteau (Sxp.
Chezl'auteur,35, rue de~uxembpurg-, ~Ï~ria~-
Sans
'DMttTC~ i~gifj)ttMM~C'csuseespa.rl6s&!ig, -Ifrimir~CC
'W.fUMttMtouâ
Baa sans couture,
sens. FLAMET j~,
élastiques
?onda.t'
en
MNTS S pL~uEs MVAB(~R.
mo~pWiB
douleur,
etpourl&
des dents
guêriso))
malades,
instantanée,
par l'e:ec!?'ep(t<Me. CMmTAT~r CHEVEUM M
m. tMÉ'CMât~M
UJûMKAHVUE~par ~dec.-dentiste.posë
MK procë~ A LUI,
d'una
tL~~DBjHUtLAMM'plexle~pa.r&ty-- en une seànce,des pièces INALTERABLES
Ide~eiM industrie enT886.–RtieSt-!tisrtm, 143.a 1CO pottf 100 d'économe. Succès prodigieux. –11, 6oM!ecard jtfoM<m6tr<re, par la potmA.DE de Dupuytren, reconnue etncace
écrite d8 10 ans
sie, congestion, etourdissement, oppresaion,,etc. de 9 a 5 heures. en arrêMa chute et {t 6 dents, avec garantie pour lea
enusantdeï'eàu des Jacobinsde Rouen. Dep. MAi.-
maison passage des Panoramas, 1 pr faire repbuaa~ les cheveux, 6 dents de devant seulement. 154, Palais Royale
Ces dents, d'une composition <<tMsa6!e, placées la décoloration. Ma~lard~ph.,r.d'A.rgenteuil,a5.<t
tjt.Rn,r.<t'Ar8'e&teùi!,35;Paris:léû.3f.;les616f. ni ont sur les anciens
sans extractions ligatures,
reiorment, l'<n;aM<ace de he
t'ÈA.cdut~o~ËARA
systèmes,
-point blesser
qu'elles
les gencives, et d'éviter, par leur POMMADE doc~r MPtMRE~ qui nous. n'eiiIeTMis pas les
libre déplacement, toute mauvaise odeur à la pour le prévenir des grisonnement cheveux,
la
SÏR~ iNcisip BEHARAMBmE, MAtfV
jttfUJABEMjCj~tO. Tf\'BtM~C
plus f<M <toM!eMf, arrête
calme
et gnérit
&. l'instant
la. cane. La bouche. Garantie écrite de 10 ans et rembourse- arrêter leur chute, les fortiaer, les embellir, DENTS MTEMERS" de la 1'~
t) A A A un
t<Wuf'H.'
ou suites
TACHES de ROUSSEUR, masques,
de couches avec n.oneEAUFAMStEK!
~iixMite annéès de succès prouvent qu'il est le ment des honoraires en cas d'altération de préparée à'ia violPtte. a la rosé, au jasmin.– K,t.TTUTE-ntJHAND, cilirurgien dentiste
FOt]D«E DEKTïFRïCE, du même, blanchit les division imiitilirë. RADIALE des ADEEot C', r. Ri~oli, 31, a. Paria (Aftr.) Dépôt
meilleur remède pour guérir les rhumes, toux, coM!eto- ou de M<MtM'f. :CEVADOUR, inventeur, Le pot 3 fr. PiMumacîe Laroze, rue Neuve- G~JEtttSo?!
mal. do dents sa.ns en a!iercr l'émail. D dans tous les dëpartemena et a l'étranger.
cata.rrhcs, et toutes les poi- pents carriëes, 13, passade Vivienne.
coqueluches
44, Paris. honoré de médailles/connu pour ses dentiers a. des-Petits-Champs,n.26,&Paris.
trine; r. St-Kfartin, 3S4, et dansles princ. Yillea.o e Pharmacie, rue Richelieu,

H7 ET.. -S t~
R~E BtONfTBfAETRE~

de ce bet EtabMssémeMt (mt rhoBReMr .de préveBtf !tctu*s~nûm~@m


~1~p~prtetai~ës
t~rmHtê teMfs achats datîs tes d:~reMtes viNe& de fabfiqu~~ Ms Mtt om~Ft
etiens qu'ayant
am~ard'hm 3 À~ML) dans tenFS vastes gaieries, !a veate 'des arti<es'<~ :ta sa~
JLes pr~pNëta~es d Magasms deMmveaMtés.de SAt~T-J~SEPH KC s'éteM~ pas:
dans ~és'e~NNes sap~~l'c~t~°~77z~ ~o~~G~ti~ de ~eMrs prix'. Hs prê~reat s'eM.rappoi'-
~te)' à; rappréem~n dti .pttbMc~ aM~Met Ms.tMBMeMt à prôner qse,soMsaiiCM!is rapports~
!eMr maîscB a-'a de eeMCNri'ence à redoMteF., ? )
Au moment où le percement de l'isthme, S~'z et

M'luOMAMIEPMSCOMPMT
QCtAITETËPCBHÈ'est donné A TO~TE ~EBSOMME la. paix en faveur
vers l'Orient, le
du monde
volume
entier
inédit du
ramènent ')
R._P.,La(?:v-H..dgi,
i-ion ~P~~ S FRANCS

CE
JUSQU'A JOUR, QMPREKmSA
~AMVeMME
intitule:
peut-être
rj?~p(e. aura
celui de ~~t'c,
à sa 40~ édition.– Quand
un grand
du mëtne
succès,

on songe quR.
qui d.'posera.
auteur,
ce bol
parvenu
ouvrage

B~AU VOLUME tJïtBiUet de Série de S francs v BB TE €& eS-E S! est donné~raKsparla to'e~ede &ttK/<M's(MK-e <t fase d~r-

~I~
un billet de 5 francs, poMtja?t< e'ogMef 9.OCO
deSo'0pages.
~ttt pour
/'r~Mc. U est'impossible de douter de l'empressement
DE POUVOtR

RËDÏGË ET LA CHANCE
public.
M S!I MEROS M LA
COMPOSE Pour recevoir les 6 numéros de la fo~n'e Jt< t'ase

surdes '<r<t~<')t<. plus l'E~p'e .en prime envoyer fmhmt de

-p~ ~m~MEHSr ,¿
~TttCHT~UES,, 'fois S' fr., a M. Bolls-LasaiIe;
<!n T~M'd'argenf, boule-Vard
agent général
Montmartre,
de ia
qu'on
~<<<e.
dé-

e~-OM,~!e cA~
~roN<:e
~Mure,
sire" de billets. Âdi'fsser~ fr. '50'c.. en
32~
sus pour l'uf-

LE R ~t-~S~t. ,<tM< francliissement


du volume,

3 fr. t fr:
'M.Fi5VKK,t-H'~S:u.nrB§<tnttrc,3~
ME i9.mFMGË. le dac.; e i/9
e.
50~e~a
rtinrne~Taxc,
Aerziicher Rathg-ëber in
'3~.MédaiUes: Or, Argent, Bronze.–as ans do succès.. 1 ï;OQUELUCüB;~
mpEmm Enrouements-
üvanklzeifen.' nament- )esmâtM)iës'du de
~E pour guérir sang, depoitrîne,
~.OU'~EA'S'. SELTZO@EN~Ë'~R33- r
~f~i~V~ lichmSc~)''aecyM~!M<ae!t- l'estomac et des Ht<Mh'!M :'les hémorragies, pertes, j
~AÏT ANT&PHËtïC~~
Pour préparer-soi-mem'e-deM boutelUes (~EÂU DE SELTZ ou de Yn:!); Ï U'Umiit/t deK.etcHeraus~pgebeu AMaEttt; diarrhées, etc. Broch. Alaph. 35, r..Lamartme. J( teetttt~e~oateMtt.fnpeudëjMirs, ))
Limonade est facr.e, VOn ~UMMftUS iQ ~t'p- &ue)Mbiat-~<trteM,'i:96. ..tins) que t~ ttChcsproYeMant de cmjohM.
gazeuse, VIN MOUSSEUX,etc., gracieux, solide, a, MUMSCHMGyERStECELT
D~<!t'daMS ici! tc)tHC< ;;<Mrmac'M ~ns<:tj)<!iM t<M<t.
j) jt
rEau de Seitz en TM.'5. ~.lM.jLM/mit 60 er- H~Bdude~t~td'f'~u. purNe )a peau des iiot~tons
porter,~ embatter. a'man<Buyrer, a rafraîchir; ëst'.piqu:rito,
f~t TOUf!eurs,<tertrtS,emore!mhct:s,rug<)S)M!! '/y
ie'in blanc y-prend la mousso Iseuternden ana.tomis- h ptus un<
d'nce saveur fMhch&'et.sàns arrière-goût; ~donneauy)Mte.tetEinttep)Ut.e)!iir, ,<y.
r, chen.A.'bbildungen in. Stahistich.' Dièses Werk d~uft te(të''n'<i'dt.s fpheM.s et dfs~ip(;
eUepétinementqui'fontie'chMme.du Champagne. hî~ ~dés ptëDt&t.u:
de Londres,h; MMaiiie a Il 'j'M .s?'&e~B(Htd t'en 233 Se<!e'K _)Ht'(.ëO o.)M- A,
'LA MËM.ÏLLE B'OR à' 1~ Sdcteté"UDiverseUe c. 'S~7t., ~cLir;
A <om!ScAeK ~66!'Mt:K9'~ tM ~ahb~c/t–dessen
(LA PLUS HAUTE RËG0M.PE!!SË ACCORDEE CETTE SPËC:AUTi':), i!,
auerictnnt ist und daher kei- LE TT E
l~acero!ssëmentcohU;'u de ta vonic et Werth al!gemein V ) N A R
i EG 0' H Y G ) E
È N ET D E TO t ~C.
~rEYp6sition-'UhiverséUë''ae'Paris, !t
d'avoil' ennn ner weiteren EmpfehIu.ng'inœfFentlichen Blœt- Rt'ntx:t<s'!e et raS.s!cht).<.4:<!<' 'xSt.
iesféUcitations de. nos clients, tontnousdonnë'1'espoir t-Miù- appranréeparldcadémiedeMddecfne
p~.<P~appronf<epar)'Aca()<miedeM<Seeine~
PRix: ~5 franGS;~ 00 charges pour ~00 ho~i- tern mehr bedarf, se vend a Paris, chez st eeuTf seu)e Boite, en
di6 a tous les tn'conYenienfs. ~est qu'uite n~enne ~t~'
Fr.wc/f, rue Richelieu, &7. Prix,'en enveloppe I~StEDESA~NMCES~~ANBSJOBRM~
teiHes, <5 francs. j~ nt cotique~. b'anchM Montmartte.tot
cachetée :.Fr. 5. D~pôt
maiiidie:f:én.,ph. et desPsnoramM.r.
pertes
~)6H~i~ EMsertoujouM~CacitetetiasisnatareG.tomn.
tsna naus<'<o~*
Paris.–Imp. SERRIERE, rue Montmartre, 133. PIa(~dela.Bdurse,,10.

I~T~iyAI~-t 'A ne DEi FJ;R;


S~ S B ~N~ "E'" .(SEPT HOUÏ~.m. CON"CE'SPMB,i~R~ ~K~, 'PYRlTES
1 EèT~R,ES\ J
-'M-
\J~M: 'l'~TE'' "S"H' "0" "A< du -B~'J~ ~~m~
i -p' ,.E" ':L'" "L."

'LA~CLOTURE ~DE LA ACT~ LE S.- PROCHAINI 1


BO~~PTmN- BES

BE t.A S~~BÈTTÈ chez M s~Nsea~t à S~a~ M. P~aja.. a~~aCTEWB~ hoMteva.B'd[ aléa ÏÉaiBsms & Aix-i~-ChApeile, -M. -WI~~T~E~S-~BtES;
~AM$~BE~S ies~Meis
(TActions.
Ponr tes sMScnptMBS des dépaftemens~HMfât d'écrire à ?. PAUL ~ÏCTËVJN, qm fera toucher, au domicile des souscripteurs, te i< versement de~O fr. par Action, contre ~mise des récépissés

~!M_R-=*a°- r
n~~s,- S ` FFETSPUBUES "rem. P~s Ptus Dern.
''°"
utto-Mr-'t-B~
''S!.EbML.R&ES
-Oem..Prëe.
cours. c!ôt.
S § <iimURSO)WkM~t.:)
M)Ft)R<n)UFR~~

~s
,?'
Ctoturr
s
g
i vA 94" jesi'. Bearse df Paris et BaUetmSBaBcier~B jeudi seir 3 awil ~56.
e 'S' g
5 h h.d

S9. au début-d& la.1a SAeu~s.–La. rente reste calme a ~385, maislecomp-


..t~~ J(l/20/e.fmt.9t:. -9t.9375''93-75
Fomdaétt-anKcrs. S~.<fM.– La'rentëëtait demandée
!-f/2070fraBMisancien. hmt a.eié-trè~' recherché pendant toute la Bourse, et il
:4~~maM: Bhc.95..40/Offanc.J'marMept. 8S-M B~.5_0/0_1852.J.nov.tulJ. Bourss. La spéculation semblait tout _a. fait remise, de
CatMM. 3250 41/20/O.J.nOY. 971/2 "I"* I -r
Hypothécaire. de la liquidation de la'rente e~K~ea~M~r:
-Bëcbet ·/· 761/4 l'aguation.produite lé jour L Le cours'moyen
.D«o.lMEmpruntl855.)cpt.
J. M mars.janc.i"BanqùedeDarnn.tadt.
-30,'O.J.aoQt.{-
-<- sa trouve Sxë .sur la rente 3 0/0 à 73
730. -21~8,'<î. par l'élévation'des reports.
Ouatre-Canaux M80 1080 EtjBH~Me.Biff.SO/O.J.janY 't. 2<. 3/4 M,etsurla.re:Qte41/20/Oa93871/2.
On prétendait que la'Caisse des dëpôts et consigna-
936<t, .B«o.2..Empruntl8S5:('cpt. ~jdu~ MO. -pas~-e!)OUYet)c. 73/8 'Le Credit'mdbUMr était recherche de 1695 à n00 les,
tions avait d'importans capitaux a placer en rente et
JA de chemiRs.de fer: autrichiens à 928 lo.
'7.73~ 7310 ~& 401. i4
qu'elle devait commencer' ses achats à partir du.
72
~~r~
Lësàctionsd'Orlëahs étaient demandées A 1332 50 et on
~-72 7U gp .~e~
:3T~.em~1:
Napte,s.Bec:BOthsch.J.lan
~t~ll3-
113 lt3 cemois. leatenMtàl340.'
Centre de la c d7750 contribuait surtout a. soutenir les pre-
72 C 901]2 90
..A. .Ma.is ce qui
.m~~prunt\855.pt. ~c. de hausse
T90. miers cours de'a lente, e'étaine mouvement C~Loàdres, S53'l/a &.v~e,a4 93 l/S&gO jours;.
Gr~d'C~ 90
J,d6cemb.-e.taDC. ~94 sur le Crédit mobilier et surlesprin– Francfort, SU. ~/N a vue, 209 1/3 & iours; Amsterdam,
7~ .M;10 ~tn. M~M~ e. ~0~; 30(O..J. ~T: 61 SO .M,W. qui se prononçait
7a ~mprmitl~rcpt..
Bmprunt1a55~ -J -cpt.ï 74 â5 74 q4·~
74- .05 V:16 por · d&00 ::n. o janvier. .92 cipaleslignes'dechemin'sdefer. âll ~/8 & va.e.'SlO l/2&90jou.rs;Anye'rs,)M.')&?ue,)'~
J.22d<;cembra. )iinc. 'o~9M.AYeyron.<-50/0aug)o~ .7.~M,
La Ba'u.sse's'est.cependantarrêtêe dès que les premiers à 90 joura; Berlin, "m 90 J; Hambourg. 188 i'/B a vae,
35C. ~d~ 1 ~'l&T::
Id18b9.J, ~~0
8y~ 5 ..J. à
4 iW Ï~,· ¡ Citâttllon < oct cours ont été côtes. La Rente, qui avait monté de 73 ~0 1851/3 &90 j.; Naples..410 vue, 465~/)) a 99-j., Vienne,
ï 725
725 .r 900
7.5.<
~ue~ 75 (Belgique).
00_ Lot~
Lot/œ à 'M 80. vient de rétrograder, à "!3 65 et ~3 60. ~Les prîmes 843 4/S a 90 j.: Petersboarg, DM o/B ~a. 90 jours;' Madrid
2:)<
25 168a i895 ·: 1883 3fHX1 9D. 98 nn à de faiblesLëcarts.. 53&)'/Nairue;585<t/«&90jours. ')
t6S9
16"0' Cr~<~a<K~ Ï c _A1ais.°.?. MUO. 50/Autrich.en' M sont oSertes pour d'avril L
!6Sà.5. 1 rllt.
J.ianY.-50()f.-LiMr~.)aul5~<)a- P~MM.Septëmps. ,.SO– NouYeiempruntSMO. "-<- 67'~ Le~ dr.ux cotes tetë~ra~hiqùes de-Londres sont -venues –AtiP.-t.A'CYRATf.
645.
(Hn ~M f~'i" 6<5 Ca;t. 2j;3û/OhM).J.jafrner. 621/2
6M. 5..Contp<o<r<MCO!Kp<e.fcpt.. °"SS-CaYÉ. 75~ ti'/ao/Orusse.J.jaov.921/4 avec 1/8 de baisse a.9363 1/8.
.J.juiN.-6Mf.m)ërës..)M-15~ Mmea. Emprmtt-Turc.J.a.Yrit. 91't/2 Les achats étaient encore nombrëux.au début sur:&s
tWt M KrM~M,lrLeàns: 1325 à50 35D et qui
1345 20 ·: .) <rnt
c t.. 339"t335 l335
13.A :ï ~t3a5.5 32r` Z<?!C.ycMonfa<!lO'd'àct
zt nc.V e: >Bontag.lD B dact 350.. 350., phEi 8 s OMigaMema.<
aonHï. actions du. Crédit mobilier, qui ont ouvert a. 1690
13;ü- 1322.50
~0:5:: ~.e~'5M~LiMr~{~ i9zé50 ~50 ObI~ci~l.O~f~om 9~ ont atteint nO<X Mais ce cours a provoque des'réalisa-
~erg.de735~
MO 95, M:
1005. 15 ~o'-(!L.)-cpt.. X}3" M~ ~Mouzaf'a: 34 M: Kl. f.'30/( OjO tions de bénêSeës, eU'bti est revemi' à. '),690.
t0t5 M. ~;JMY.MO{.–Lib.)aul5Mia.lo25..tM5..M~ –Tenez. 475650 M.Id. 500 f.46/0 445.
II puraït qu'on a levé en liquidation.'beaucoup .de ti'tres.
cyM!f6ont!ooe~ Loire"" .800. M., !d. 500 f. 30/0
fcpt' MM 405.. 4)0. de cette valeur. BOtJRSES ËTBAKGÈBES.
twa rJO.:
1U00 9`raL' 55
1000.. :J.MY.-MOf.-Ltb$r~)aul5 tB0.5
1005 1~
1000 ',1005.: S.dePacis5UJDt8G9J.arr.fU
J:nôv. `-500,t.-LiLgrés.l ~··' au tOOa!5C
15 t~~ 51 --Chazutte,
M~e.-se!. -nonY.50/01852J.janY.1080 Les actions de la Caisse de.s chemins de fer se 'placent
840.. H. 250
mn 10
10. C dal,Bst.
Ce~r~<Act.nauY..y(cpt. 84g,e.M.2:5C'.S40.. ,s,w.. C~Mt.OiKnies.1200. 1855.â87503H5.250 facilement a SS~codpon détache (54 90).' Le Crédit'ton,
830" ,8t2:00
'5 325
J.naY.<3~Jyes{& Act.neuv.{cPt.. cif'r est'calme, mais il se soutenai~S5. Le Comptoir,
~peUe. ~5. -Narseil
~y~y~ 50/O.I:janv 1020. w
8~5: Montluéon: 215.. 'Bermer !Pr<'c6dente' ë"- 3
2D 1U70 nationaraSSO.
t275;. 129â. B50
·. 100t1 .f, ~g_ a 9
t~5C~5. :Y.er~ ·· t~ 1~'JO" · 550 Liste cis: ~OJO. J J.
'anv. nov.
Les actions se tenaient ,J ,MMrs.cMt)i,-a-
P u r~ à ~'i.
Lyon cpi.. '=84
4 · f29 j2gD; Li~a: Fi!aiurpdp')a.~rp~p'
6laùeily, · Nouv.J.]a!lYier.r. 990.. des Petites yo'itures & 116 85. Jl ~,i~r· s
't05' a
~75.<<<e~eMet.fept. HotetëYoHJianvi~
295.. 29250 250 se présentait beaucoup de demandes .sur. des actions de
U7M –30/Ot854.J.janY. a aTrit.3e/a 7~ 25. ..t
t590.: `55.. J.~t.r.-tMpay~sul5tM~t59750~ -5::
5~ ryop7ÔrMMS,-Gr.CeBtraI 2~25 l'hôtel Rivoliain 50.. Mos, àt' sa g
1590- paYé~_iaul5 1.- C~.C~pag:~fenM
Gâz: Cômpag.hartétenne, StO::BI0 g~815 Lÿor;6rlé~its, .Cc tral 2S~
920 9~3,75 .3 25
760.. [LGuen.J.janyter. 82a. -SOc~të~utricMenne.
75D
'<n ~0 HMf <cnt t.: 75950:760 ~750.. UniôBdesGaz. 3t5.3t5.
9~5 On recherchait aussi les actions d<s Verreries'à 110, 1270~ :t273 M .3 M
7~5 ·· Lits militaires: J: avnl" 980 Nouv, J: janvier: -ycm.
p 15~ 5 757 50 sur la, nouvelle cette venait 78 73 30. ge
io: i98:: Î97:: .-i::
J2â que compagnie -de~veRdre MABSEnnE,t'raYrit–30/8àt'
son brevet SocMMautrichiettDè. 92~ 50 922 SO
pour l'ërranger.'
9iô:: tNr·5U –Lyonàterme. 1275
11111 t~ :Ct; au:1 91 b0 ,915 LaCompagnië.maritime était calme àS95;Ia Compa- ? 90 1275 ~73 56 60
Paia)SdH)!ndustr)e/ 7750 75 25050 30/O.J.j~n\ jUU .OU MBMAM,l"MrU–39/Oàt'
.< aan
"1~ 240.. 240.ord.J.janv.
29a.. ~a. gnie franco américaine a 580 les.clippers français à Sa. –Lyon. <M'5 .1~9: ~5
?5.85.fdeMMM:}cpt.. "M~MM Comp.desHaux.J.janYier 756 25
6<m50 62756 60759 990., 5. Docks 198 a.9825. –Nidiàterme. 76~.75.1 ,50
6M.. 1750 t.Janv-500f.-250<.payës)ant5 M7SO cMsseetJldesCh.'defer. 595.. 640. 010 )'urtsaLyon.J.aYnL. 9s5_ Les'actions'des ëtaientferities de
~<h,.Bn'tM~t.r.t Caissecentr.del'Indust.. 14250 14250 M. 30/0.].a\Ti. 2ii0' 29125 25 –SocKiMantrich.àttrme. 915: :926i.5
.vaMa{:M~B;O.J.r6Y!')er.)ept. )'ansàStMsbourt;.j.d<ic. 480 <S5. Nous avons dit hier que .les chemins de fer'autrichiens s
caoutchouodurci 100
650.. 910.: 900.. 10 Bom-bonnais_30/0. 290.?50 250 avaient ëtë'recherohës a la fin de la Bourse.. tet[6Ms;a ayril-Conso)id.9<l/Sl/4 931/8't/t .t.
?0 efoMa!-Cen<ra<)anT..)cpt.. 655}.655.. 6M_ comp-igniedesOinnibus. ~6.t/2
:175- 47.