Vous êtes sur la page 1sur 25

Introduction à la comptabilité générale

(Rappel du cours)
Partie I

Pr. Abdelmoumen Berjaoui


FSJES, Kenitra

1
Plan

• Chapitre libre. Histoire, définition et rôle de la comptabilité

• Introduction. Notions sur les opérations et documents commerciaux

• Chapitre 1. Analyse des opérations en flux et en stocks. Notions sur les comptes

• Chapitre 2. Le mécanisme de la partie double. Les enregistrements et les contrôles


comptables: le journal, le grand livre, la balance et les comptes annuels

• Chapitre 3. Notion du bilan

2
Chapitre libre: histoire, définition et rôle de la comptabilité

1. Les origines de la comptabilité


2. Définition et rôle de la comptabilité
3. Les divers aspects de la comptabilité

3
1. Les origines de la comptabilité
• La comptabilité n ’est pas une activité nouvelle. Elle était pratiquée sous
une forme ou sous une autre, de façon plus au moins simpliste avant J.C.

• Mais c ’est en moyen âge qu’ apparait les notions de débit et de crédit,
d ’actif et du passif. Le débiteur est celui qui doit une somme d ’argent , le
créditeur est celui à qui cette somme est due.

• A partir du XVII siècle, un journal et un grand livre commence à être


utilisés, le compte de pertes et profits et le bilan sont établies tous les
ans.

• Au Maroc, la comptabilité générale est régie par le Code générale de


normalisation comptable CGNC ( texte de loi) qui est divisée en deux
partie : le plan comptable et la norme comptable générale.

4
2. Définition et rôle de la comptabilité

• La comptabilité générale est d’abord une obligation légale.

• Plusieurs définitions: est un moyen ( règles, techniques, langage


économique) permettant à une entreprise de traiter les informations
financière découlant de son activité.

• La comptabilité fournit des informations à plusieurs personnes intéressées


par la situation financière de l’ entreprise : les dirigeants, les actionnaires,
les banquiers, les clients, fournisseurs, l ’ Etat, etc.

5
3. Les divers aspects de la comptabilité ( travail de recherche)

• Aspect technique.
• Aspect fiscal.
• Aspect social.
• Aspect économique.
• Aspect juridique.
• Aspects mathématique.

6
Introduction. Notions sur les opérations et documents
commerciaux

1. Exemple : L’opération d’achat– vente et les documents


correspondants

7
A retenir

• Dans l ’opération d’achat – vente, interviennent le fournisseur (créditeur :


que doit être payé par le client) qui vend un bien ou un service, et le client
(débiteur : qui doit payer le fournisseur ) qui achète un bien ou un service.

• L ’opération se traduit par l’ établissement par le fournisseur d’un


document appelé « facture doit », envoyé au client.

• Les règlements au comptant sont effectué en espèces et par chèques ou


virement bancaire.

• Si le fournisseur donne un délais pour paiement au client, le règlement est


différé. On dit qu’il est à crédit. Le fournisseur établit donc et envoie à son
client ce qu’on appelle une lettre de change.

• Les règlements par chèque, virement ou traite (lettre de change) entraine:


pour le fournisseur, une augmentation de son avoir en banque ( son
compte bancaire), pour le client une diminution de son avoir en banque.
8
Chapitre 1. Analyse des opérations en flux et en stocks. Notions
sur les comptes

1. Rappel de la notion de flux


2. Traduction comptable des flux: les comptes
3. Les différentes catégories de comptes
4. Le fonctionnement des comptes
5. Application

9
Introduction
• L’ établissement des états comptables notamment le bilan et le CPC passe
nécessairement par l’enregistrement à la comptabilité des opérations
commerciales de l’entreprises, représentées par des flux monétaires ou des
flux réels dans des comptes:
• On distingue entre les comptes de situation ( ou compte du bilan) et les
comptes de gestion ( ou comptes de résultat : CPC).

Comptes de
Flux situation
monétaires (Bilan)
Opérations
Comptes
commerciales
Comptes de
Flux réels gestion
( CPC)

10
1. Rappel de la notion de flux

• On appelle flux le mouvement d’une chose qui est transférée d’un agent
économique à un autre agent économique. ( En comptabilité entre un
compte A et un compte B).

• Flux réels : il s’agit de flux de produits ( marchandise, matières premières,


etc.) ou de services ( transport, assurances, travail, etc.).

• Flux monétaires: il s’agit de de flux de monnaie, c’est-à-dire d’instrument


de paiement (espèces, chèque, virement, etc.) ou de créance et dette,
dans le cas d’opération de vente ou d’achat à crédit.

• Généralement une opération commerciale entre deux agents


économiques se traduit par deux flux de sens contraire.

11
• Exemple: le grossiste G vend au comptant des marchandises au détaillant D. Le
règlement a lieu par chèque bancaire:
Flux réel : marchandise
Grossiste Détaillant
G D
Flux monétaire : chèque

2. Traduction comptable des flux : les comptes


2.1. Principe
• Exemple : l’entreprise A règle par chèque bancaire son fournisseur B à qui elle
devait 2 500 DH, après un achat de marchandises payable à crédit:
Chèque de 2 500 DH
Entreprise Fournisseur
A B

 Plaçons nous dans la situation de l’entreprise A. il s’agit d’un flux


monétaire dont les caractéristiques sont les suivantes :

12
Origine du flux :
Destination du flux :
Le compte BANQUE de
Le FOURNISSEUR
l’entreprise A

Ressource : pour tirer ce


Emploi : l’entreprise A a
chèque, l’entreprise A
employé ces fonds pour régler
possédait un avoir en
son fournisseur
banque

Par convention

Le compte « Banque » est Le compte « FOURNISSEUR »


crédité de 2 500 DH est débité de 2 500 DH

13
 généralement, tout flux se traduit par le jeu de deux comptes ( au
moins):
Origine du flux : Ressource Crédit du compte correspondant

Destination du flux : Emploi Débit du compte correspondant

Débit d’un compte


Emploi = Ressource =
Crédit d’un autre compte

14
2.2. Présentation détaillée d’un compte
• Exemple : le 1er mars, l’avoir en banque appelé « solde à nouveau » de
l’entreprise Plastic de Gharb s’élève à 4 246 DH. Au cours du mois de mars N,
cette entreprise a effectuée les opérations suivantes:
- Le 05-03 : versement d’espèces ( caisse) en banque : 5 000 DH.
- Le 12-03 : remise à l’encaissement (auprès de la banque) d’un chèque du client
Alaoui en règlement d’une facture du 15 janvier : 2 430 DH.
- Le 15-03 : chèque bancaire n° 437603 adressé au fournisseur Alami en
règlement d’une facture du 20 février : 14 543.
- Le 20-03 : virement bancaire du client Chami en règlement d’une facture du 02
février : 19 349 DH.
- Le 23-03 : règlement de frais de transport par chèque n° 437604 : 645 DH.
- Le 30-03 : retrait d’espèces : 8 000 DH.
- Le 31-03 : frais divers retenus par la banque : 150 DH.
Travail à faire
On se propose de présenter uniquement le compte banque. Analyser les
opérations et les flux.

15
Date RESSOURCES EMPLOIS Le compte
Banque
05/03

12/03

15/03

20/03

23/03

30/03

31/03
Date RESSOURCES EMPLOIS Le compte
Banque
05/03 Caisse espèces Banque Débité
(espèces en caisse) (augmentation de (5 000 DH)
l’avoir en banque)
12/03 Client Alaoui chèque Banque Débité
( créance sur le client) (augmentation de ( 2 430 DH)
l’avoir en banque)
15/03 Banque chèque Fournisseur Alami Crédité
( avoir en banque) ( règlement du (14 543 DH)
fournisseur)
20/03 Client Chami virement Banque Débité
( créance sur le client) (augmentation de ( 19 349 DH)
l’avoir en banque)
23/03 Banque chèque Transport Crédité
( avoir en banque) ( service rendu par ( 645 DH)
le transporteur)
30/03 Banque retrait Caisse Crédité
( avoir en banque) (augmentation ( 8 000 DH)
espèces en caisse)
31/03 Banque Frais Bancaires Crédité
( avoir en banque) ( service rendu : tenue (150 DH)
du compte)
• Après les opérations évoquées, la présentation du compte banque s’effectue à
« colonne séparées » :

Débit Crédit
Banque
Dates Libellées Sommes Dates Libellées Sommes

01-03 Solde à nouveau 15-03


05-03 23-03
12-03 30-03
20-03 31-03
31-03 Solde débiteur

01-04 Solde à nouveau

18
Débit Crédit
Banque
Dates Libellées Sommes Dates Libellées Sommes

01-03 Solde à nouveau 4 246 15-03 Ch. n° 437603 14 543


05-03 Versement d’espèces 5 000 23-03 Ch. n° 437604 645
12-03 Ch. à l’encaissement 2 430 30-03 Retrait d’espèces 8 000
20-03 Virement Chami 19 349 31-03 F. de tenu de compte 150
31-03 Solde débiteur 7 687
31 025 31025
31 025
01-04 Solde à nouveau 7 687

19
• Terminologie et présentation des comptes sous format T:

 Débiter un compte, c’est inscrire une somme à son débit.


 Créditer un compte, c’est inscrire une somme à son crédit.
 Le solde est la différence entre le total des sommes inscrites au débit du
compte et le total des sommes inscrites au crédit du compte.
 Si : Total des débits > Total des crédits, on dit que le solde est débiteur.
 Si : Total des crédits > Total des débits, on dit que le solde est créditeur.
 À l’arrêté du compte, le respect de l’ égalité « Total des débits = Total des
crédits » entraine l’inscription du solde du coté le plus faible:

est inscrit au
Solde débiteur Crédit

est inscrit au
Solde créditeur Débit

20
 A l’ouverture du compte, le solde dit « à nouveau » est inscrit du coté
indiqué par son qualificatif:
est inscrit au
Solde débiteur Débit
est inscrit au
Solde créditeur Crédit

 Dans ce cours, les comptes seront présenté sous forme schématique ( les
comptes en T):
D Banque C
4 246 14 543
5 000 645
2 430 8 000
19 349 150
31 025 23 338
7 687 SD
31 025 31 025
21
3. Les différentes catégories de comptes
3.1. Les comptes de situation ou comptes de bilan
• Ces comptes traduisent, à un moment donné, la situation patrimoniale de
l’entreprise. On distingue entre:
 les comptes de l’actif représentant les biens et les créances de l’entreprise:

Comptes d’actif Emplois Solde débiteur

 Les comptes de passif représentant les capitaux propres et les dettes de


l’entreprise:

Comptes de passif Ressources Solde créditeur

• Certains comptes peuvent figurer, suivant le cas, à l’actif ou au passif du bilan. Il


s’agit par exemple du compte banque ( avoir ou découvert).

22
3.2. Les comptes de gestion ou comptes de résultat ( CPC)

• Les comptes de gestion enregistrent les opérations qui sont :


 Sources d’enrichissement : les produits
 Source d’appauvrissement : les charges

Résultat = Produits ( source de bénéfice) – Charges ( source de perte)

• On peut rappeler que le bénéfice constitue une ressources et la perte un


emploi pour l’entreprise:

Comptes de charges Emplois Solde débiteur

Comptes de produits Ressources Solde créditeur

23
4. Le fonctionnement des comptes
Comptes de bilan
en + ou en -
Comptes d’actif Comptes de passif
Comptes de charges Compte Résultat Comptes de produits

Comptes de gestion
EMPLOIS RESSOURCES

Solde débiteur à Solde créditeur à


l’ouverture et l’ouverture et
augmentation au augmentation au
débit, crédit,
diminution au diminution au
crédit débit

• Les comptes d’actifs et les comptes de charges sont des emplois. Ils sont
ouverts ( soldes) et augmenté au débit et diminué au crédit.
• Les comptes de passif et les comptes produits sont des ressources. Ils sont
ouverts ( soldes) et augmenté au crédit et diminués au débit. 24
A retenir
• Une opération commerciale est un flux d’un compte à un autre.
• Bien noter l’origine ( ressource) du flux et la destination du flux ( emploi).
• Bien noter la différence entre un flux réel et un flux financier.
• Pour enregistrer une somme à un compte, utiliser l’un ou l’autre des procédés
suivants ( pour les débutants, il est intéressant d’utiliser les deux à titre de
contrôle) :
 Raisonner à partir des principes de bases :
Ressources compte correspondant crédité ( coté droite)
Emploi compte correspondant débité ( coté gauche)
 Appliquer les règles de fonctionnement des comptes ( section 4) après avoir
bien compris la manière de les établir.
• Une opération est représentée par le débit d’un ou de plusieurs comptes et du
crédit d’un ou de plusieurs comptes. ( total débit= total crédit).
• À l’arrêté d’un compte : le solde débiteur est inscrit au crédit et le solde créditeur
est inscrit au débit et ce pour respecter l’égalité (total débit= total crédit).
• Retenir les principaux comptes de situation (établissement du bilan) et ceux de
gestion ( établissement du CPC).
25