Vous êtes sur la page 1sur 2

Lien entre le MEDAF et la droite de marché

RETOUR AU MENU FINANCE

Rappel de la formule du MEDAF : Ri =  i   i RM   i

1. Le beta d’un portefeuille est la moyenne pondérée des betas des actifs qui le
composent

On considère un portefeuille P composé de n actifs i entrant chacun pour une proportion X i


dans sa composition. Soit R p son rendement.

n
Rp = X
i 1
i Ri

n n
On peut alors calculer cov ( R p , RM ) = cov (  X i Ri , RM ) = X i cov( Ri , RM ).
i 1 i 1

cov( R p , RM ) X 1 cov(R1 , RM ) X 2 cov(R2 , RM ) X cov( Rn , RM )


Dès lors  p = =   ...  n
V ( RM ) V ( RM ) V ( RM ) V ( RM )

Soit encore :  p = X 1  1  X 2  2  ...  X n  n

2. Le rendement d’un titre est égal au taux sans risque augmenté d’une prime de
risque

Soit un portefeuille composé d’un contrat sur indice de marché (par exemple : contrats à
terme sur CAC 40) et de titres non risqués (par exemple : OAT).
Soit :
 X M la proportion des contrats sur indice de marché dans le
portefeuille ;
  M le beta des contrats sur indice de marché ;
  F le beta des titres non risqués ;
 R F le taux sans risque.
D’après la formule du beta pondéré (cf. : 1), le beta de ce portefeuille est :

 p = X M  M +(1- X M )  F

Comme  M est le beta des contrats sur indice de marché,  M = 1.


En outre, comme  F est le beta des titres non risqués,  F = 0.

Dès lors :  p = X M .1+(1- X M )0 soit X M =  p


Finalement, comme R p = X M RM +(1- X M ) R F , on en déduit que :

Rp =  p R M +(1-  p ) R F = R F +  p ( R M - R F ).

Ainsi, en posant p=i (portefeuille réduit à l’actif i) :

Ri = R F +  i ( R M - R F ).

3. Autre application de la formule du beta d’un portefeuille : lien entre le beta


endetté et le beta désendetté en l’absence de fiscalité.

Les actifs d’une entreprise sont financés par capitaux propres et par endettement,
respectivement représentés par des actions et des obligations.

Soit :
  A le beta des actifs ;
  CP le beta des actions ;
  D le beta des obligations.

D’après la formule du beta pondéré (cf. : 1), le beta du portefeuille composé de la totalité des
actions et des obligations de la société est :

CP D
 A =  CP .  D.
CP  D CP  D

Supposons (hypothèse régulièrement faite dans la pratique) que la dette est non risquée. Dans
ce cas :  D = 0. Ainsi :

1
CP  CP .
 A =  CP . = D soit finalement :
CP  D 1
CP

D
 CP =  A (1  )
CP

avec  A = beta des actifs = beta des actions de la société si celle-ci était financée
exclusivement par capitaux propres. En d’autres termes, il s’agit du beta désendetté.

RETOUR EN HAUT
RETOUR AU MENU FINANCE

Vous aimerez peut-être aussi