Vous êtes sur la page 1sur 2

Relation Hôte-Bactérie

 Généralités – Définition
 Types de survie des bactéries :
- Saprophytisme = un organisme se nourrit des matières organiques en décomposition
- Symbiose = association physique entre des organismes différents, que la relation soit : mutualisme ;
commensalisme ou parasitisme
 Notions de pouvoir pathogène et de virulence
- Bactérie pathogène : capable de provoquer une maladie chez un sujet dont les moyens de défense sont
normaux
- Bactérie opportuniste : des bactéries deviennent pathogènes lorsque les défenses de l’hôte sont affaiblies
- Virulence : mesure quantitative du capacité du pathogène à provoquer une maladie ; définie par la dose
infectante
- Pouvoir pathogène (pathogénicité) : notion qualitative = ensemble des mécanismes conditionnant le type de
maladie dépendant d’une bactérie
 Classification des interactions hôte – Bactérie :
- Transit : présence mais sans implantation durable de la bactérie sur l’hôte
- Colonisation : implantation sur le revêtement cutanéo muqueux sans provoquer des lésions (bactéries des
flores commensales ++)
- Maladie infectieuse : le résultat du conflit hôte-bactérie aboutissant à des lésions chez l’hôte (maladie) et
dont l’agent pathogène est transmissible entre individus (infection)

 Physiopathologie de l’infection :
 Etapes de l’infection :
- Adhésion : ‘adhésines’ ; ex : pili d’Escherichia coli
- Invasion bactérienne : par phagocytose et facilitée par les ‘invasines’ ; peut être suivie par une 3° étape de
dissémination
- Croissance et multiplication chez l’hôte
- Echappement à la réponse immunitaire de l’hôte
- Lésions chez l’hôte et production de symptômes
 Différents modes d’infection :
- Toxi infection simple = toxine préformée à l’extérieur de l’organisme (aliment) ou produite dans la lumière
intestinale (la bactérie est à l’extérieur de l’organisme ou en transit dans la lumière intestinale : pas de
colonisation de l’hôte) ; exp : toxi infections alimentaires
- Colonisation suivie d’une toxi infection :
adhésion de la bactérie et colonisation (multiplication) sans pénétration au-delà du revêtement CM →
sécrétion des toxines responsables du pouvoir pathogène
- Colonisation suivie d’une invasion bactérienne : invasion du Ts sous épithélial (la plus part des bactéries sont
des bactéries invasives)
 Moyens de défense de l’hôte contre l’infection bactérienne :
 Barrière non spécifique = barrière cutanéo muqueuse :
- Epithéliums : cellules polarisées, caractéristiques particulières (cils, kératine, mucus)
- Défense de la peau :
Barrière physique = 2 couches (épiderme, derme), épithélium stratifié, kératinisation, desquamation
superficielle
Barrière chimique : pH acide et sécheresse de la peau, sécrétion des lipides toxiques et lysozymes
Barrière biologique : flore commensale cutanée normale empêchant le colonisation par des bactéries
pathogènes (compétition au niveau des sites et de l’utilisation des nutriments)
- Défense des muqueuses :
Barrière physique : mucus +++
Barrière chimique : pH acide ; sécrétion de produits antibactériens (lysozyme, lactoferrine) ; peptides toxiques
ou défensines ; IgA sécrétoires
Barrière biologique : flore microbienne commensale
 Immunité innée ou non spécifique : 2° ligne de défense
Phagocytose ; complément ; réponse inflammatoire
 Immunité acquise spécifique : anticorps (immunité humorale : LB), et immunité à médiation cellulaire (LT) qui
aboutit au développement de cellules mémoires

 Stratégies de la bactérie pour échapper aux défenses de l’hôte


 Facteurs facilitants la colonisation et l’invasion :
- Pénétration au niveau des muqueuses : mobilité des bactéries ; sécrétion d’Ig As protéases
- Adhésion bactérienne : adhésines (pili, fimbriae, protéines : fibronectine) ; formation d’un biofilm
- Mécanismes d’acquisition du fer : sidérophores (chélateurs de fer)
 Facteurs d’échappement aux défenses (complément, phagocytose, réponse anticorps)
- capsule bactérienne (contre l’activation du complément)
- facteurs de résistance au complément : modification du LPS (antigène O), synthèse de C5a peptidase
- Echappement à la réponse anticorps : variation antigénique ; camouflage avec des molécules ressemblant à
celles de l’hôte
 Enzymes endommageant l’hôte :
- enzymes hydrolytiques : hyaluronidase, protéases, DNAses …
- toxines bactériennes :
protéiques (exotoxines / bactéries G+ ; peuvent être détoxifiées : anatoxine = vaccins) ;
glucido lipido protéique (LPS, endotoxine / G - ; choc endotoxinique ! )