Vous êtes sur la page 1sur 6

J.

M -GENERALITES SUR LES FONCTIONS NUMERIQUES- 1bac SMI

Rappel sur le signe de ax + b et du Trinôme,et le discriminant réduit.

0.1 La parité d’une fonction


Activités

Exercice 1. .
Etudier la parité de la fonction f dans les cas suivants :
1
(1)-f (x) = x2 + 3
x
x3
(2)- f (x) = 2x2 − |x + 3| − |x − 3| ; (3)- f (x) = 2 .
x − 2|x| + 3
Exercice 2. .
Soit f une fonction paire définie sur R, par (∀x ∈ R+ ) : f (x) = 3 − 2x.

− → −
a)- Construire Cf , la courbe représentative de f sur un repère orthonormé (O, i , j ).
b)- Calculer f (x) en fonction de x pour tout élément x de R− .

Exercice 3. .
Soit g une fonction impaire définie sur R par :

 −2x si − 1 ≤ x ≤ 0
g(x) =
x + 3 si x ≤ −1


− → −
a)- Construire Cg , la courbe représentative de g sur un repère orthonormé (O, i , j ).
b)-Calculer g(x) en fonction de x pour tout élément x de R+ .

Définition 0.1.1. .
Soit f une fonction numérique de domaine de définition Df .
 dit que f est une fonction paire si on a :
On
 ∀x ∈ Df ; −x ∈ Df

∀x ∈ Df : f (−x) = f (x)

On dit que f est une fonction impaire si on a :



 ∀x ∈ Df ; −x ∈ Df

∀x ∈ Df : f (−x) = −f (x)

Proposition 0.1.1. .

− →−
Soit Cf le graphe de la fonction numérique f dans un repère orthonormé (O, i , j ).Alors.
f est une fonction paire si et seulement si le graphe Cf est symétrique par rapport à l’axe des ordonés.
f est une fonction impaire si et seulement si le graphe Cf est symétrique par rapport au point O (origine

− → −
du repère (O, i , j )).

0.2 Comparaison de deux fonctions numériques


0.2.1 La fonction positive-La fonction négative
Activités
On considère la fonction numérique définie par : f (x) = −x3 − 2x + 1.
-Determiner une racine évidente pour le polynôme f et dresser un tableau de signe de f (x) pour tout x
de R.
Définition 0.2.1. .
On dit qu’une fonction f est strictement positive sur une partie I de Df , si on a :
(∀x ∈ I), f (x) > 0. Et on écrit : f > 0 sur I
On dit qu’une fonction f est strictement négative sur une partie I de Df , si on a :
(∀x ∈ I), f (x) < 0. Et on écrit : f < 0 sur I
.
Proposition 0.2.1. .

− →−
Soit Cf le graphe de la fonction numérique dans un repère orthnormé (O, i , j ).
-f est une fonction positive si et seulement si le graphe Cf de f est au dessus de l’axe des abcisse (OX).
-f est une fonction négative si et seulement si le graphe Cf de f est au dessous de l’axe des ordonés
(OY ).
Exercice 4. .
x2 − 6x + 5
On considère la fonction numérique f définie par : f (x) =
−x2 + x + 3
-Determiner le domaine de définition Df de f , et dresser un tableau de signe de f (x) pour tout x de Df .
x2 − 6x + 5
- Résoudre dans R l’inéquation : ≤ 0.
−x2 + x + 3

0.2.2 Comparaison de deux fonctions


Définition 0.2.2. .
Soient f et g deux fonctions numériques et Df et Dg sont respectivement leurs domaines de définitions,
et D ⊂ Df ∩ Dg .
On dit que f est plus petit ou égale à g et on écrit f ≤ g sur D, si f − g ≤ 0 sur D.
On dit que f est plus grand ou égale à g et écrit f ≥ g sur D, si f − g ≥ 0 sur D.
Exemple 0.2.1. .
Comparer les deux fonctions numériques
 dans les cas suivants :
3
 x + x2 − 1
 f (x) = x3 − 3x2 + 2x − 1  f (x) =


x2 − 1
g(x) = −x2 + x − 1
 

 g(x) = x + 1

Exercice 5. .
1, 0000004 (0, 9999995)2
On considère les deux nombres réeles A = et B = et soient les fonctions f et
(1, 0000006)2 0, 9999998
g définies par :
1 + 4x (1 − 5x)2
f (x) = ; g(x) = .
(1 + 6x)2 1 − 2x
a)- Determiner D = Df ∩ Dg , et comparer sur D les dux fonctions numériques f et g.
b)- Calculer f (10−7 ) , et g(10−7 ) ; puis comparer les nombres A et B.
Proposition 0.2.2. .
Soient f et g deux fonctions numériques définies sur un ensembles D ; et Cf ; Cg sont respectivement les

− → −
courbes représentatives des fonctions f et g sur un repère orthonormé (O, i , j )
f est plus petit ou égale à g sur D si et seulement si Cf est sous Cg .
Exercice 6. .
Determiner
√ la position de la courbe représentative de la fonction numérique f définie par :
1 + x2 − 1 x
f (x) = par rapport à la droite (D) d équation y = .
x 2

0.2.3 La fonction majorée- la fonction minorée


Exemple 0.2.2. . √
x2 − 3x
On considère la fonction f définie sur R par :f (x) = .
x2 + 1
1 3
a)- Montrer que : (∀x ∈ R); − ≤ f (x) ≤ .
2 2
b)- Interpréter géométriquement le résultat précédent.
Définition 0.2.3. .
Soit f une fonction numérique et Df son domaine de définition, et M et m deux nombres réels.
On dit que la fonction f est majorée par M si : (∀x ∈ Df ), On a f (x) ≤ M .
On dit que la fonction f est minorée par m si : (∀x ∈ Df ), On a f (x) ≥ m.
On dit que la fonction f est bornée si elle est majorée et minorée.

Remarque 0.2.1. .
Les fonctions positives sont minorées par 0, et les fonctions négatives sont majorées par 0.

Proposition 0.2.3. .
Une fonction numérique est bornée si et seulement s’il éxiste un nombre α de ]0, +∞[ tel que :
(∀x ∈ Df ), |f (x)| ≤ α

Proposition 0.2.4. .

− →−
Soit Cf la courbe représentative d’une fonction numérique f dans un repère orthonormé (O, i , j ).
- f est majorée par M si et seulement si Cf est au dessous de la droite (D) d’équation : y = M .
- f est minorée par m si et seulement si Cf est au dessus de la droite (∆) d’équation : y = m.

Exercice 7. .
On considère les fonctions f et g définies sur R par :
x x2 − 4x
f (x) = 2 et g(x) = 2
x +4 x +4
1
a)-Montrer que : (∀x ∈ Df ), |f (x)| ≤ ,puis interpréter géométriquement ce résultat
4
b)- Montrer que g est une fonction majorée et en déduire que sa courbe représentative Cg se trouve entre
deux droites parallèles à l’axe des abscisses.

0.2.4 Exremum d’une fonction numérique


Activité
1)-Montrer que la fonction numérique : f : x 7−→ −x2 + x + 6 admet une valeur maximale absolue à
2
determiner. Et que la fonction numérique g : x 7−→ 4x − 12x + 5 admet une valeur mnimale absolue.
 f (x) = 1 − x, si x ≤ −1
2)- Soit f une fonction numérique définie sur R par : x + 3, si − 1 ≤ x ≤ 2
2x + 9 si x ≥ 2

- Construire dans un repère orthonormé la courbe Cf , puis dterminer ces extremums et sa nature.

Définition 0.2.4. .
Soit f une fonction numı̈érique et Df son domaine de définition, et x0 un élément de Df .
On dit que f admet au point x0 un maximun relatif, s’il éxiste un itervale ouvert I tel que x0 ∈ I et
(∀x ∈ I), f (x) ≤ f (x0 ).
On dit que f admet au point x0 un minimun relatif, s’il éxiste un itervale ouvert I tel que x0 ∈ I et
(∀x ∈ I), f (x) ≥ f (x0 ).

0.2.5 La monotonie d’une fonction numérique


Activités

Exercice 8. .
1)- On considèe la fonction numérique g définie sur R par :g(x) = x2 − 3|x|.
a)- Calculer le taux de variation de f sur R+ , puis étudier sa monotonie sur cet intervale.
b)- Déduire la monotonie de f sur R− ; puis dresser son tableau de variation sur R.
c)- Determiner les extremums de f et sa nature.

Exercice 9. .
On considère la fonction g défine sur R par : g(x) = x(3 − |x|).
1)- Montrer que g est une fonction paire, puis étudier sa monotonie sur R+ .
2)-En déduire la monotonie de g sur R− , puis dresser son tableau de variation sur R.
3)- Determiner les exremums de g et sa nature.
0.2.6 La monotonie et le taux de variation
Soient f une fonction numérique et Df son domaine de définition et I un intervale de Df (I ⊂ Df ).
- f est une fonction croissante (strictement croissante) si et seulement si
f (x) − f (y)  f (x) − f (y) 
≥ 0, > 0 pour tout x et y de I tels que x 6= y .
x−y x−y
f (x) − f (y)
- f est une fonction décroissante (strictement décroissante) si et seulement si ≤ 0,
x−y
 f (x) − f (y) 
< 0 pour tout x et y de I tels que x 6= y .
x−y

0.2.7 Etude des fonctions usuelles


Etudes des polynomes de degré 2 et des fonctions homographiques
Exemple 0.2.3. .
- La monotonie de x 7−→ ax2 + bx + c avec a ∈ R∗ .
ax + b
- La monotonie de x 7−→ avec c ∈ R∗ .
cx + d
Exercice 10. .
−x + 1
On considère les fonctions f et g définies par :f (x) = −x2 − 2x + 3 et g(x) = .
x+1
1)- determiner les abssices des points d’intersection des graphes Cf et Cg de f et g respectivement.

− → −
2)-Construire dans un même repère orthonormé (O, i , j ) de f et g.
x3 + 3x2 − 2x − 2
3)- Résoudre graphiquement dans R, l’inéquation .
x+1
3 ∗
Etude des fonctions : x 7−→ ax
√ telles que a ∈ R .
Etude des fonctions : x 7−→ x + a telles que a ∈ R.
Image d’un intervale par une fonction numérique

Définition 0.2.5. .
Soit f une fonction numérique de domaine de définition Df , et I un intervale de Df .
On appelle image de l’intervale I par la fonction f , l’ensemble {f (x)/x ∈ I} qu’ on note f (I), donc
f (I) = {f (x)/x ∈ I} .

Exemple 0.2.4. .
- Determiner les imges des intervales suivants I = [1, 3], etJ = [−1, 1] et K = [0, 2] par la fonction
définie par : f (x) = x2 − 2x.

Exercice 11. .
- Determiner les imges des intervales suivants I = [−4, −3[, et J =]0, 4] et K =] − 32 , − 21 [ par la fonction
x
définie par :g(x) = .
x+2

0.2.8 Fonction la partie entière


Définition 0.2.6. Soit x un nombre réel, le plus grand nombre entier relatif qui est plus petit ou égale à
x est appelé la partie entière du nombre x et on le désigne par E(x) ou [x].
3
Exemple 0.2.5. E(1, 2) = 1 et E(−3, 42) = −4 et E = 0.
4
Applications
15 π n n+1
Determiner la partie entière des nombres suivants : et et et ; ∀n ∈ N∗ .
4 3 n+1 n
Proposition 0.2.5. • (∀x ∈ R), E(x) ≤ x < E(x) + 1 • (∀x ∈ Z), E(x) = x.
• (∀x ∈ R)(∀n ∈ Z) E(x + n) = E(x) + n.
1
Exemple 0.2.6. Calculons E(3 + ).
n
La fonction : x 7−→ E(x).
Soit k ∈ Z.
Si k ≤ x < k + 1 alors E(x) = k, par la suite la fonction E est constante sur l’intervale Ik = [k, k + 1[.
Construire le graphe de la fonction entière.

0.2.9 La monotonie du composé de deux fonctions numériques


La fonction composée de deux fonctions numériques
Définition 0.2.7. .
Soient f et g deux fonctions numériques définies respectivement sur les intervalles I et J telles que
f (I) ⊂ J.
La fonction composée des fonctions f et g dans cet ordre est la fonction h définie sur I par :
(∀x ∈ I), h(x) = g f (x) .
La fonction h est notée par gof et se lit (g rond f ) :
f g
I −−−−→ J −−−−→ R 
x 7−→ f (x) 7−→ g f (x) .
gof
−−−−−−−−−−−−−−−−→.

Exemple 0.2.7. On considère les fonctions f et g définies sur R par :


f (x) = x2 + 2x et g(x) = x2 − 2x.
- Determiner gof et f og puis faire une comparaison ; et donner les expressions de f of et gog.

Remarque 0.2.2. En général gof 6= f og c’est à dire que l’opération de composition n’est pas
commutative.

En général si f et g deux fonctions de domaine de définition respectifs Df et Dg , alors :


Dgof = {x ∈ Df /f (x) ∈ Dg } et on a :
f g
Dgof −−−−→ Dg −−−−→R
x 7−→ f (x) 7−→ g f (x) .
gof
−−−−−−−−−−−−−−−−→.

Exemple 0.2.8. On considère deux fonctions numériques définies par : f (x) = x2 + x et g(x) = x − 6.
-determiner Dgof et Df og puis donner l’expression de gof et f og

Monotonie de la fonction composée de deux fonctions


Proposition 0.2.6. Soient f et g deux fonctions numériques définies respectivements sur les intervales
I et J avec f (I) ⊆ J.
Si les deux fonctions f et g ont respectivement la même monotonie sur I et J alors la fonction composée
gof est croissante sur I.
Si les deux fonctions f et g ont respectivement une monotonie différente sur I et J alors la fonction
composée gof est décroissante sur I.
1
Exemple 0.2.9. On considère les deux fonctions f et h définies respectivements par : f (x) = et
x
4x − 1
h(x) = .
x2
a)- Determiner un polynôme g de degré 2 et vérifiant gof = h.
1 1
b)- Déduire la monotonie de la fonction h sur les intervales ] − ∞, 0[ et ]0, ] et [ , +∞[, puis dresser
2 2
son tableau de variation.
0.2.10 Fonction périodique
Définition 0.2.8. Soit f une fonction numérique de domaine de définition Df .
On dit que f est une fonction périodique s’il éxiste un nombre réel T strictement positif tel que pour tout
élément x de Df on a :
• x − T ∈ Df et x + T ∈ Df .
• f (x + T ) = f (x).
Le nombre réel T est appellé période de la fonction f

Exemple 0.2.10. Les fonctions x 7−→ cos(x) et x 7−→ sin(x) sont périodiques de période T = 2π.
La fonction x 7−→ tan(x) est périodique de période T = π.
La fonction x 7−→ sin(2x) est périodique de période T = π.

La fonction x 7−→ cos(3x + 5) est périodique de période T = .
5
Applications
Soient f et g deux fonctions définies par f (x) = cos(ax + b) et g(x) = sin(ax + b) telles que a et b des
éléments de R avec a 6= 0.

- Montrer que T = est une période des fonctions f et g.
|a|
Proposition 0.2.7. Si f est une fonction périodique de période T , alors :
(∀x ∈ Df ), (∀k ∈ Z), f (x + kT ) = f (x).

Preuve 0.2.8.

0.2.11 Repérentation graphique et variation d’une fonction périodique


Soit f une fonction périodique de période T et soient a ∈ Df et k ∈ Z.
On pose I0 = [a, a + T [∩Df et Ik = [a + kT, a + (k + 1)T [∩Df (Remarqer que le diamètre des segments
I0 et Ik est de longueur T .
soit C0 le graphe de f sur I0 , et Ck le graphe de f sur Ik .


Proposition 0.2.9. •- Ck est l’image de C0 par la translation de vecteur →

u = kT i .
•- Les variations de f sur I0 et Ik sont identiques.

Preuve 0.2.10.

Applications
Soit f une fonction définie sur R et périodique de péropde T = 3 telle que ∀x ∈ I0 = [0, 3], f (x) = |x − 2|.
1)- Représenter graphiqement la fonction f sur l’intervalle I = [−6, 9].
2)- Calculer f (9, 78), et f (−8, 75) et f (2016).
3)- Calculer f (x) en fonction de x et k pour x ∈ [3k, 3(k + 1)[.
 
Exercice 12. On considère la fonction f définie par : f (x) = x − E(x) E(x) − x − 2 .
1)- Montrer que f est périodique de période T = 2.
2)- Représenter le graphe de la restriction de f sur l’intervalle [0, 1[ puis l’intervalle [−4, 4[.