Vous êtes sur la page 1sur 21

La Perception tactile en marketing

Etat des lieux et perspectives de recherches

Rania Serhal

Doctorante

Université d’Angers

GRANEM (Groupe de Recherche Angevin en Economie et Management)

UFR de droit, d’Economie et de Gestion

13, Allée François Mitterrand

BP 13633

49036 Angers Cedex 01

Email : rania_serhal@hotmail.com

Tel : 0622424108

Gaëlle Pantin-Sohier

Maître de Conférences

Université d’Angers

Régis Dumoulin

Professeur des Universités

Université d’Angers
La Perception tactile en marketing : Etat des lieux et perspectives de recherche

Résumé :

Les résultats de recherche sur le sens du toucher soulignent le rôle déterminant de la modalité

haptique dans l’évaluation des produits et son impact sur le comportement du consommateur.

Cet article de synthèse présente les particularités de cette dimension sensorielle, recense les

recherches effectuées sur la perception tactile en marketing et soulève un grand nombre de

pistes de recherches encore non explorées dans ce champ.

Mots-clés : Toucher, haptique, perception, marketing sensoriel.

The tactile perception in marketing: Status and research perspectives

Abstract:

The results of research on the sense of touch emphasize the role of haptics in product

evaluation and its impact on consumer behavior. This article presents the characteristics of

this sensory dimension, identifies research on tactile perception in marketing and raises a

number of research avenues still unexplored in this field.

Key-words: Touch, haptics, perception, sensory marketing.


La Perception tactile en marketing

Etat des lieux et perspectives de recherche

Introduction

Depuis plus de cinquante ans, la texture très douce de la tablette de savon Dove, obtenue par

l’ajout d’un quart de crème hydratante dans sa formule, reste toujours le grand atout de la

marque. Ce toucher crémeux, associé à la promesse d’une peau qui ne dessèche pas, lui a

conféré une personnalité sensorielle auprès des consommateurs et lui a permis de s’étendre

sur le secteur de l’hygiène beauté. Ainsi, la dimension tactile du savon Dove est en mesure de

déclencher des émotions, elles-mêmes génératrices de plaisir et constitue dès lors sa signature

sensorielle tout comme la marque Play-Doh possède une signature olfactive et Apple une

signature sonore. Dans un contexte expérientiel et innovant, de nombreuses marques

explorent les capacités de cette variable sensorielle afin de surprendre et satisfaire le

consommateur. Ainsi, la marque de cosmétiques Lush propose, entre autres, des shampoings

solides et une pâte à modeler pour se laver le corps. D’autres révolutions tactiles émergent

dans l’univers agro-alimentaire, les experts scientifiques du groupe Mondelez

(commercialisant le chocolat de la marque Cadbury) ont mis au point un chocolat qui ne fond

pas jusqu’à 35°1 et Wikicells2 offre des produits dont l’emballage alimentaire est comestible

(conçus à partir de produits naturels). Néanmoins, cette dimension sensorielle impliquant

deux types de perception tactile3, cutanée et haptique, a donné lieu à des recherches de nature

différente (portant sur le toucher interpersonnel et sur la perception haptique). Ainsi, cet

article de synthèse a pour objectif de dresser un état des lieux des recherches sur la perception

tactile en présentant successivement les particularités de cette modalité sensorielle, puis

1
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/grande-consommation/actu/0203072284383-cadbury-
met-au-point-le-chocolat-qui-ne-fond-pas-618374.php
2
http://www.wikicelldesigns.fr/
3
Les différents types de toucher seront détaillés dans la partie qui suit.

1
l’impact de la dimension tactile en marketing pour finalement mettre en évidence le potentiel

encore non exploré de cette variable dans le cadre des recherches en marketing sensoriel par

le biais de la présentation de nombreuses voies de recherches.

1. Les différents types du toucher4

L’usage du toucher permet d’entrer en contact avec un élément extérieur, existant, réel. Il est

alors le pont entre notre imagination et le réel (Gallace et Spence, 2011). Le tactile est une

dimension sensorielle qui nous rapproche considérablement du produit contrairement à la

vision ou à l’audition qui constituent des rapports distanciés. La perception tactile est le

résultat de deux types de stimulation : le toucher cutané et le toucher haptique.

1.1. Le toucher cutané

C’est un toucher passif qui est assimilé à la perception fondée uniquement sur la stimulation

cutanée (Gibson, 1962). Dans ce cas, seule la surface en contact avec le stimulus permet la

stimulation et l’échange alors que l’autre partie du corps reste immobile (Gentaz, Hatwell et

Streri, 2000). Il n’est donc pas intentionnel et n’a pas de finalité exploratoire. En

comportement du consommateur, la recherche sur le sujet s’est limitée au toucher

interpersonnel qui s’appuie sur le retour hédonique, affectif et relationnel du toucher.

1.2. L’haptique

L’haptique est un mot d’origine grecque qui signifie « toucher ». Il peut aussi signifier la

science du toucher comme l’optique est la science de la vision. Le système haptique est un

système de perception qui dépend de deux sous-systèmes : le système cutané et le système

kinesthésique et plus précisément le système « épaule-main ». Ainsi, les récepteurs de la

4
Voir Annexe 1, Tableau 1.

2
proprioception (muscles, tendons et articulations) sont impliqués dans la perception haptique

qui sollicite alors des processus plus complexes que la perception cutanée afin d’intégrer

simultanément les informations cutanées, proprioceptives et motrices (Gentaz, Hatwell et

Streri, 2000).

2. La recherche marketing

Les travaux réalisés en marketing traitent d’une part le toucher interpersonnel et d’autre part

la dimension haptique.

2.1. Le toucher interpersonnel5

La littérature suggère que le toucher interpersonnel suscite une attitude positive des sujets

envers la personne qui les touche (Stier et Hall, 1984 ; Rose, 1990) et augmente l’ouverture

aux autres (Jourard et Rubin, 1968 ; Pattison, 1973) mais il peut également générer un

sentiment d’anxiété et de malaise chez les sujets touchés (Walker, 1971). Les premiers

travaux sur le toucher interpersonnel ont été réalisé dans un contexte thérapeutique (Aguilera,

1967 ; Raiche, 1977). La recherche sur le toucher interpersonnel montre qu’il est en mesure

d’accroître la préférence (Fitzsimons et al., 1976) et d’inciter les individus à se conformer à

une demande. (Kleinke, 1977 ; Willis et Hamm, 1980 ; Hornik et Ellis, 1988). Smith, Gier et

Willis (1982) ont évalué l'effet du toucher impliquant une demande à déguster et acheter un

produit alimentaire (la moitié des clients ont été touchés lors de la demande et l'autre ne l’était

pas). Les résultats ont montré que le toucher a augmenté la probabilité de l'échantillon à la

fois d'essayer la nourriture et d’acheter le produit. En revanche, le toucher n’a pas eu d’effet

sur l’évaluation gustative du produit. Hornik (1992) explique que la stimulation tactile dans

différentes situations de consommation renforce l’évaluation positive à la fois des stimuli

5
Voir Annexe 1, Tableau2.

3
externes et de la source du toucher. Il montre que le toucher facilite la conformité du sujet à

une demande d’achat (Hornik, 1992).

2.2. La recherche haptique

De nos jours, l’attribut tactile peut constituer une variable de choix pour répondre aux attentes

des consommateurs en matière de nouveauté (Zampini, Mawhinney et Spence, 2006 ; Spence

et Gallace, 2011). L’exploration tactile joue un rôle essentiel dans l’évaluation des propriétés

matérielles par le consommateur et fournit des informations uniques qui ne peuvent être

acquises grâce à la reconnaissance visuelle (Lindauer, Stergiou et Penn, 1986) telles que

l’évaluation de la dureté, la rugosité, le poids et la température. Cependant, la recherche

marketing sur la modalité haptique a pris un vrai tournant avec les travaux de Peck et Childers

en 2003 et la validation de l’échelle « Need for touch (NFT) » ou « besoin de toucher ». Ainsi,

la recherche haptique s’est développée essentiellement autour de 3 axes : la saillance de

l’attribut tactile, la dimension hédonique du « besoin de toucher » et les interactions

multimodales entre l’haptique et les autres sens. L’étude du toucher virtuel est une nouvelle

voie de recherche qui est en train de se développer.

2.2.1. Le besoin de toucher6

« Le besoin de toucher » (Peck et Childers, 2003a) mesure les différences de sensibilité à

l’information tactile entre les individus. Cette échelle est définie comme une préférence pour

l'extraction et l'utilisation des informations obtenues par le système haptique. Ce construit

intègre deux dimensions de l’attribut produit dans le traitement de l’information haptique :

une dimension d’usage ou instrumentale et une dimension hédonique ou autotélique. Selon les

auteurs, l’exploration instrumentale conduit le consommateur à résoudre un problème grâce à

6
Voir annexe 1, Tableau 3 pour les échelles de mesure du besoin de toucher et du besoin d’entrée
tactile

4
une recherche d'informations lui permettant d’attribuer un jugement au produit final. Dans un

contact autotélique, le but est de profiter pleinement de l'expérience sensorielle, souvent sans

un objectif d'achat. Il implique une réponse hédonique orientée vers la recherche du plaisir et

de la stimulation sensorielle. Les sujets qui présentent un fort « besoin de toucher » peuvent

extraire l’information tactile plus facilement de la mémoire et seront capables de former des

représentations mentales plus riches des informations haptiques du produit. De plus, le besoin

de toucher joue un rôle modérateur entre l’expérience directe avec le produit et la confiance

dans le jugement (Peck et Childers, 2003a). Les auteurs ont prouvé que la confiance dans le

jugement est plus grande chez les individus qui ont la possibilité de toucher le produit (un

sweater) lors de son évaluation et qui présentent un niveau élevé du besoin de toucher.

Citrin et al. (2003) explorent quant à eux le besoin de toucher dans un environnement virtuel

et son impact sur le comportement d’achat sur Internet. Ils ont alors conceptualisé « le besoin

d’entrée tactile » qui influencerait négativement l'achat de produits en ligne. En outre, les

femmes ont montré un besoin plus élevé pour l'entrée tactile par rapport aux hommes lors de

l’évaluation de produits. Cette recherche montre le besoin de fournir des alternatives à

l’expérience tactile lors de la vente de produits nécessitant le toucher via Internet.

2.2.2. La saillance de l’attribut tactile

Peck et Childers (2003b) s’intéressent au traitement de l’information haptique et à son impact

sur le jugement du consommateur. Les auteurs montrent que la saillance de l'information

haptique diffère sensiblement entre les produits, les consommateurs, et les situations. Ils

essayent de mieux comprendre l'effet de la compensation de l'information haptique pour la

vente par correspondance et le commerce électronique. En effet, les barrières à l’entrée tactile

ont pour conséquence de diminuer la confiance envers les produits et d’augmenter le niveau

de frustration des consommateurs qui ont un besoin de toucher relativement élevé. En outre,

5
des descriptions écrites et des descriptions visuelles de produits peuvent partiellement

améliorer l'acquisition de certains types d'information tactile. McCabe et Nowlis (2003)

étudient l’impact de l’attribut tactile sur le comportement du consommateur et montrent que

les produits ayant des propriétés matérielles saillantes (vêtements et tapis) sont préférés dans

des environnements commerciaux qui permettent l'inspection physique de ces produits.

Grohmann, Spangenberg et Sprott (2007) confirment l’impact positif du toucher sur

l’évaluation des produits ayant des propriétés matérielles saillantes.

Zampini, Mawhinney et Spence (2006) essaient de savoir si la rugosité perçue de l'extrémité

d'un produit est influencée par la texture de la poignée permettant de le tenir (poignée d’un

déodorant stick), afin de mettre en avant l'effet de l'expérience haptique dans l'évaluation des

produits. Les résultats montrent que la rugosité de la poignée a un rôle légèrement modérateur

dans la perception de l’extrémité du déodorant.

Wolf, Arkes et Muhanna (2008) ont décrit le pouvoir du toucher et du contact physique sur les

intentions d'achat des consommateurs en indiquant que les détaillants peuvent augmenter la

valorisation des produits par les consommateurs en augmentant la durée de "toucher et sentir"

pendant l’évaluation. Peck et Shu (2009) ont montré que la possibilité de toucher un objet

augmente le sentiment d’appropriation perçue de l’objet et que sa valorisation augmente

également lorsque la valence du stimulus tactile est perçue comme neutre ou positive.

2.2.3. La dimension autotélique du NFT

Peck et Childers examinent la relation entre l'achat d'impulsion et la composante autotélique

du toucher (Peck et Childers, 2006). Conformément aux attentes, les individus avec un besoin

de toucher autotélique élevé achètent plus impulsivement que ceux qui présentent un niveau

autotélique inferieur. En revanche, un environnement qui met en évidence la saillance des

informations tactiles permet d’accroître le comportement d'achat d'impulsion chez les deux.

6
De ce fait, l'accessibilité et l’encouragement du contact autotélique peut inciter à l'achat

d'impulsion voir même le provoquer.

Peck et Wiggins (2006) étudient l'influence persuasive de l’information tactile en l'absence de

renseignements utiles sur les produits et montrent que les aspects hédoniques du toucher

peuvent augmenter la persuasion, notamment chez les individus qui présentent un niveau

élevé du besoin de toucher autotélique. Ainsi, pour les individus qui sont motivés pour

toucher parce que c'est amusant, une communication qui intègre une information tactile

conduit à une réponse affective accrue et à une plus grande persuasion, en particulier lorsque

le toucher fournit une réponse sensorielle neutre ou positive. En 2011, Peck et Wiggins

montrent que la présence d’un élément haptique influence la persuasion selon l’implication

envers le message et les produits. Krishna et Morrin (2008) examinent l’impact de la

dimension haptique ou tactile de contenants ou d’emballages de produits sur l’évaluation des

produits (c'est-à-dire le contenu). Les résultats montrent que la fermeté du gobelet contenant

l’eau affecte le jugement du consommateur envers l'eau elle-même. Mais, ces indices non

diagnostiques sont plus susceptible d’influencer les consommateurs qui ne sont pas très

tactiles (NFT autotélique faible) plutôt que ceux qui sont haptiquement motivés (niveaux

élevés du besoin autotélique).

2.2.4. Les interactions multimodales : l’haptique et les autres sens

Une stimulation tactile se traduit par l’activation, l’interaction et la mesure de plusieurs

signaux sensoriels :

Audition et toucher : Zampini, Guest et Spence (2003) ont étudié l’impact du retour sonore

lors de l'utilisation d’un produit sur les perceptions haptiques des consommateurs. Ainsi les

variations sonores induites par l’action de brossage ont modifié systématiquement la

perception d’agrément et de rugosité d’une brosse à dent électrique. Ces résultats mettent en

7
évidence le rôle important que peut jouer la modulation des retours sonores dans l’évaluation

de produits de consommation courante ainsi que le besoin d’approfondir cette voie de

recherche.

Vision et toucher : Krishna (2006) examine les interactions bimodales entre la vision et le

toucher envers la perception de l’allongement d’un produit. Dans le cas du jugement bimodal

volume, les résultats indiquent que la dimension visuelle prédomine. En revanche, lorsque les

consommateurs doivent évaluer le produit selon un jugement monomodal tactile, les résultats

révèlent la perception d’un biais d’élongation inverse. Dans ce contexte bimodal, Boyd et

Marlow (2007) montrent que la dimension tactile peut jouer un rôle plus important que la

dimension visuelle lorsque les individus évaluent la qualité esthétique d’un produit,

notamment en fonction de l’indice tactile manipulé (trois textures différentes dans ce cas).

Little. et Orth (2013) ont testé l’impact de l’interaction bimodale sur la perception de la

marque et notamment sa personnalité. Les résultats montrent qu’à l'exception de la dimension

de l'excitation, les évaluations de la marque sont plus positives dans des conditions de forte

plutôt que faible congruence multisensorielle.

Odorat et toucher : En 2010, Krishna, Elder et Caldara montrent que la congruence

multisensorielle entre l’odorat et le toucher d'un stimulus améliore la perception haptique et

l'évaluation du produit.

2.2.5. Les interfaces haptiques

L’utilisation des interfaces haptiques qui permettent aux consommateurs de sentir et

manipuler en trois dimensions des produits virtuels se développe afin de restituer les

sensations haptiques. Jin (2010) examine le toucher virtuel en trois dimensions créé par les

8
interfaces haptiques « Novint Falcon7 » et son impact sur le comportement des

consommateurs dans le marketing interactif de l'automobile. Les résultats montrent que

l’intégration du retour de force dans l’expérience haptique augmente le sentiment de présence

physique et influence la perception de la personnalité de la marque. Ainsi l’auteur souligne le

rôle important que peut jouer l’information haptique dans la perception des produits et des

marques. Dans le même contexte expérimental automobile avec les interfaces haptiques

Falcon, l’auteur (2011) montre le rôle modérateur de la dimension instrumentale du besoin de

toucher. Les consommateurs qui présentent un niveau élevé du besoin de toucher instrumental

évaluent les produits de façon plus positive et profitent plus de l'expérience de conduite

virtuelle. Les résultats fournissent des indications pratiques et prometteuses concernant le

commerce en ligne et le shopping dans des environnements 3D virtuels et surtout pour les

produits possédant des propriétés matérielles saillantes tels que les vêtements et les tapis

(Citrin et al., 2003 ; McCabe et Nowlis, 2003). D’autres dispositifs haptiques existent

permettant aux utilisateurs de toucher et de manipuler des objets virtuels, tels que le

PHANTOM produit par Sensable Technologies et Omega par Force Dimension.

3. Les voies futures de recherche

La synthèse ci-dessus nous permet de suggérer différentes voies de recherche ainsi que des

moyens d’optimisation du potentiel de l’attribut tactile.

3.1. Approfondir les recherches sur les interactions multimodales

Les études menées reposent en majorité sur les résultats des recherches en sciences

neurocognitives. Ces résultats, qui représentent les fondements des études sur le marketing

tactile, se sont opérés dans un environnement expérimental loin du contexte commercial et

7
Le Falcon est un périphérique haptique qui permet de ressentir le retour d’effort et donc la texture, la
résistance des objets et leur poids

9
marchand. Il serait ainsi très intéressant d’élargir les recherches portant sur la dominance de la

vision sur le toucher concernant la perception des attributs tactiles et des propriétés spatiales

(Jones et O’Neil, 1985 ; Klatzky et Lederman, 1995). Il s’agirait, entre autres, d’approfondir

les travaux de Krishna (2006) en incluant l’estimation du volume ou du diamètre des

contenants par exemple, afin de vérifier s’il est possible d’optimiser la perception des

propriétés spatiales et matérielles des produits par le biais des attributs tactiles. Il serait

également intéressant d’étudier l’impact des matériaux présentant un caractère innovant par

rapport à la catégorie du produit sur le comportement exploratoire du consommateur et la

saillance des attributs haptiques (Klatzky, Lederman et Reed, 1987) ainsi que les interactions

multisensorielles conséquentes.

3.2. L’attribut tactile et la catégorie de produits

La recherche haptique jusque-là s’est concentrée sur l’étude de la texture au niveau de

l’attribut et surtout la rugosité (Zampini, Mawhinney et Spence, 2006). La viscosité et la

friction, qui pourront être très spécifiques à certaines catégories de produits comme les

produits de beauté ou certaines catégories alimentaires par exemple, n’ont pas été sujets à des

recherches sur la modalité haptique. D’autres propriétés matérielles sont aussi intéressantes

pour l’étude des produits agroalimentaires comme l’exploration haptique de la dureté des

produits, la température et le poids et leur impact sur la perception et le comportement. Il

serait donc intéressant de tester l’impact de la manipulation de ces attributs sur la préférence

et l’acceptation du produit pour le consommateur dans un cadre novateur. On peut aussi

supposer que l’intensité de l’investissement de l’individu dans un effort actif pour la

découverte du produit (fréquence des mouvements, temps de l’exploration) dépend du signal

tactile et de sa nature, diagnostique ou hédonique. Par ailleurs, la saillance des propriétés

matérielles varie considérablement selon la catégorie de produit (Grohmann, Spangenberg et

10
Sprott, 2007). Il convient dès lors de comprendre les différences de comportement face à un

repère tactile dans les différentes catégories de produits avant de s’engager dans une stratégie

qui encourage l’interaction tactile.

3.3. Les variables individuelles psychologiques et physiologiques

Jusqu’à présent, les recherches permettent de comprendre l’impact de la modalité tactile sur le

comportement du consommateur mais peu de variables individuelles ont été étudiées afin de

distinguer les individus pour lesquels la modalité tactile est plus importante que pour d’autres.

Il s’agit désormais d’étudier et de comprendre les processus psychologiques sous-jacents du

toucher et les motivations qui le sous-tendent. Ainsi, il serait aussi intéressant de relier le

« NFT » (besoin de toucher) à d’autres traits de personnalité afin de pouvoir dresser un profil

psychologique du consommateur face à un signal tactile. Enfin, notons que l'interaction tactile

avec un produit ne crée pas simplement une réponse psychologique mais aussi physiologique.

Ainsi mesurer l’impact tactile sur les battements de cœur ou la dilatation de la pupille sont

autant de voies de recherches à explorer en neuromarketing.

3.4. L’identité tactile

La dimension tactile des produits permet d’envisager certaines applications commerciales

telles que l’identité tactile (signature tactile). Les questions portent ici sur le renforcement de

l’identité tactile et l’ancrage de ses qualités sensorielles dans la mémoire du consommateur. Il

s’agit d’identifier des repères sensoriels (et tactiles) associés aux produits auxquels le

consommateur adhère.

3.5. La fidélisation par le toucher

11
L’exiguïté du champ de perception dans la modalité haptique permet une certaine proximité

avec le produit. Cette intimité temporaire entre le consommateur et le produit (Gentaz,

Hatwell et Streri, 2000) se prolonge le temps de l’exploration haptique. Par conséquent une

proximité psychologique pourra se créer entre les deux comme le lien que crée le toucher

entre les personnes (Guerrero et Andersen, 1991). D’où l’intérêt de bien penser la conception

haptique du produit afin de permettre une plus grande interaction et une exploration guidée

vers la fidélisation du client. Pour les produits dont l’utilisation (non seulement l’exploration)

permet un contact prolongé avec le consommateur, il est important de travailler la conception

tactile du produit même. Pour la recherche tactile, il serait important d’approfondir la

compréhension de ce lien, du rôle des repères tactiles dans son renforcement et surtout sa

contribution (selon la catégorie de produit) à la fidélisation.

De nos jours, les innovations technologiques et sensorielles sont devenues presque

indissociables. Ainsi la stimulation tactile s’avère un recours important pour la création et la

consolidation d’une relation avec les produits de haute technologie telles que les tablettes

tactiles. Il s’agit ici de mieux comprendre « le pouvoir tactile » des propriétés matérielles et de

savoir jusqu’où peut-on pousser l’innovation tactile afin d’améliorer la relation entre le

consommateur et la marque. Il sera intéressant aussi de mesurer l’intensité de l’investissement

de l’individu dans un effort actif (fréquence des mouvements, temps de l’exploration) pour la

découverte du produit face à une série de stimulations de différents niveaux de l’innovation

tactile, que ce soit de nature diagnostique ou hédonique et l’impact sur la valorisation du

produit (Wolf, Arkes et Muhanna, 2008).

Conclusion

Dans cet article nous avons mis en exergue l’importance du toucher et notamment de la

modalité haptique dans l’évaluation du produit et son rôle dans la réussite de l’expérience de

12
consommation. De nos jours, la valeur affective du produit joue un rôle déterminant dans

l’acte d’achat aussi bien que sa valeur utilitaire. Il est donc recommandé, afin d’optimiser les

efforts d’innovation et de différentiation, d’exploiter au mieux le potentiel hédonique tactile

du produit, en identifiant les repères autotéliques saillants et en les présentant dans une

situation marchande favorable. Aussi, afin d’optimiser au maximum l’environnement

commercial en ligne, le recours à des descriptions verbales et visuelles des attributs tactiles ou

à des interfaces haptiques sont, en outre, des outils que les professionnels devront optimiser

afin de compenser les limites sensorielles de ce genre de circuits qui s’avère particulièrement

prometteur.

Bibliographie

Aguilera D. C. (1967), Relationships between physical contact and verbal interaction in

nurses and patients, Journal of Psychiatric Nursing, 5, 5-21.

Boyd J. C. et Marlow N. (2007), Not only in the eye of the beholder: Tactile information can

affect aesthetic evaluation, Psychology of Aesthetics, Creativity, and the Arts, 1, 3, 170-173.

Citrin A. V., Stem D. E., Spangenberg E. R. et Clark, M.J. (2003), Consumer need for tactile

input: An internet retailing challenge, Journal of Business Research, 56, 11, 915-922.

Fitzsimons G. J., Hutchinson, Fisher J. D., Rytting, M. et Heslin, R. (1976), Hands touching

hands: Affective and evaluative effects of an interpersonal touch, Sociometry, 39, 4, 416-421.

Gallace A. et Spence C. (2011), To what extent do Gestalt principles influence tactile

perception?, Psychological Bulletin, 137, 4, 538-561.

Gentaz E., Hatwell Y. et Streri A. (2000), Toucher pour connaitre : Psychologie cognitive de

la perception tactile manuelle, Paris, Presses universitaires de France.

Gibson J. J. (1962), Observations on active touch, Psychological Review, 69, 6, 477-491.

13
Grohmann B., Spangenberg E. R. et Sprott D. E. (2007), The influence of tactile input on the

evaluation of retail product offerings, Journal of Retailing, 83, 2, 237-245.

Guerrero L. K. et Andersen P. A. (1991), The waxing and waning of relational intimacy:

Touch as a function of relational stage, gender and touch avoidance, Journal of Social and

Personal Relationships, 8, 147-166.

Hornik J. (1992), Tactile stimulation and consumer response, Journal of Consumer Research,

19, 3, 449-458.

Hornik J. et Ellis, S. (1988), Strategies to secure compliance for a mall intercept interview,

Public Opinion Quarterly, 52, 4, 539-551.

Jin S. A. (2010), Effects of 3D virtual haptics force feedback on brand personality perception:

the mediating role of physical presence in Advergames, CyberPsychology, Behavior, and

Social Networking, 13, 3, 307-311.

Jin S. A. (2011), The impact of 3D virtual haptics in marketing, Psychology & Marketing, 28,

3, 240-255.

Jones B. et O’Neil S. (1985), Combining vision and touch in texture perception, Perception &

Psychophysics, 37, 1, 66-72.

Jourard S. M. et Rubin J. (1968), Physical contact and self disclosure, Journal of Humanistic

Psychology, 7, 38-48.

Klatzky R. L. et Lederman S. J. (1995), Identifying objects from a haptic glance, Perception

and Psychophysics, 57, 8, 1111-1123.

Klatzky R. L., Lederman S. J. et Reed C. (1987), There’s more to touch than meets the eye:

The salience of object attributes for haptics with and without vision, Journal of Experimental

Psychology, 116, 4, 356-369.

Kleinke C. L. (1977), Compliance to requests made by touching experimenters in field

settings, Journal of Experimental Social Psychology, 13, 2, 218-223.

14
Krishna A. (2006), Interaction of senses: The effect of vision versus touch on the elongation

bias, Journal of Consumer Research, 32, 4, 557-566.

Krishna A., Elder R.S. et Caldara C. (2010), Feminine to smell but masculine to touch?

Multisensory congruence and its effect on the aesthetic experience, Journal of Consumer

Psychology, 20,4, 410-418.

Krishna A. et Morrin M. (2008), Does touch affect taste? Transfer of product container haptic

cues, Journal of Consumer Research, 34, 6, 807-818.

Lindauer M. S., Stergiou E. A. et Penn D. L. (1986), Seeing and touching aesthetic objects: I.

judgments, Bulletin of the Psychonomic Society, 24, 2, 121–124.

Little S. et Orth U.R. (2013), Effects of package visuals and haptics on brand evaluations,

European Journal of Marketing, 47, 1, 198- 217.

Marlow N. et Jansson-Boyd C. V. (2011), To touch or not to touch: That is the Question.

Should consumers always be encouraged to touch products, and does it always alter product

perception? Psychology & Marketing, 28, 3, 256-266.

McCabe D. B. et Nowlis S. M. (2003), The effect of examining actual products or product

descriptions on consumer preference, Journal of Consumer Psychology, 13, 4, 431-439.

Pattison J. E. (1973), Effects of touch on self-exploration and the therapeutic relationship,

Journal of Consulting and Clinical Psychology, 40, 2, 170-175.

Peck J. et Childers T. L. (2003a), Individual differences in haptic information processing: The

“Need for Touch” scale”, Journal of Consumer Research, 30, 3, 430-442.

Peck J. et Childers T. L. (2003b), To have and to hold: The influence of haptic information on

product judgments”, Journal of Marketing, 67, 2, 35-48.

Peck J. et Childers T. L. (2006), If I touch it I have to have it: individual and environmental

influences on impulse purchasing, Journal of Business Research, 59, 6, 765-69.

15
Peck J. et Shu S. (2009), The effect of mere touch on perceived ownership, Journal of

Consumer Research, 36, 3, 434-447.

Peck J. et Wiggins J. (2006), It just feels good: Consumers’ affective response to touch and its

influence on persuasion, Journal of Marketing, 70, 4, 56-69.

Peck J. et Wiggins J. (2011), Autotellic need for touch, Haptics, and persuasion: The role of

involvement, Psychology & Marketing, 28, 3, 222-39.

Raiche B. M. (1977), The effects of touch on counselor portrayal of empathy and regard, and

the promotion of self-disclosure, as measured by video-tape simulation, Dissertation

Abstracts International, 38, 4-A, 1902-1903.

Rose Susan A. (1990), The sense of touch, in touch: the foundation of experience, ed. Kathryn

Bernard and T. Barry Brazelton, Madison, WI: International Universities Press.

Smith D., Gier J. et Willis F. (1982), Interpersonal touch and compliance with a marketing

request, Basic and Applied Social Psychology, 3, 1, 35-38.

Spence C. et Gallace A. (2011), Multisensory design: Reaching out to touch the consumer,

Psychology and Marketing, 28, 3, 267-308.

Stier D. et Hall J. (1984), Gender differences in touch: an empirical and theoretical review,

Journal of Personality and Social Psychology, 47, 2, 440-459.

Walker D. N. (1971), Openness to touching: A study of strangers in nonverbal interaction,

Doctoral dissertation, University of Connecticut. Ann Arbor, Mich.: University Microfilms,

71-18, 454.

Willis F. et Hamm H. (1980), The value of interpersonal touch in securing compliance,

Journal of Nonverbal Behavior, 5, 1, 49-55.

Wolf J. R., Arkes H. R. et Muhanna W. A. (2008), The power of touch: An examination of

the effect of duration of physical contact on the valuation of objects, Judgment and Decision

Making, 3, 6, 476-482.

16
Zampini M., Guest S. et Spence C. (2003), The role of auditory cues in modulating the

perception of electronic toothbrushes, Journal of Dental Research, 82, 929-932.

Zampini M., Mawhinney S. et Spence C. (2006), Tactile perception of the roughness of the

end of a tool: What role does tool handle roughness play?, Neuroscience Letters, 400, 235-

239.

17
Annexe 1:

Toucher Type d’activité Système de perception Mouvements Finalité


exploratoires perceptive

Cutané Passif Cutané - -

non intentionnel

Haptique Actif intentionnel Cutané+kinéstésique+ + +

proprioception

Tableau 1. Les types du toucher

Auteurs Variables Variables Résultats statistiquement

dépendantes indépendantes significatifs

Smith, Dégustation du Toucher -Impact positif sur la volonté de

Gier et produit, achat, goût interpersonnel déguster et l’achat

Willis,
-Pas d’impact sur le goût
1982

Hornik Temps d’achat, Toucher -Impact positif sur le temps

(1992) montant d’achat, interpersonnel d’achat, le montant d’achat, le

évaluation du point point de vente, le toucheur et la

de vente et du conformité à une demande

toucheur, conformité d’achat

à une demande

d’achat

Tableau 2. Le toucher interpersonnel en marketing

18
Echelle Auteurs Résultats statistiquement significatifs

« Need for touch » Peck et -Validation de l’échelle « besoin de toucher »

Childers(2003) (NFT)
(Besoin de toucher)

-Rôle modérateur du NFT entre l’expérience

directe et la confiance dans le jugement

«Need for tactile Citrin et al. (2003) -Validation de l’échelle « besoin d’entrée

input» tactile »

(Besoin d’entrée -Influence négative sur l’achat de produits sur

tactile) internet, surtout les individus qui ont besoin

d’indices tactiles pour l’évaluation du produit

-Un plus grand besoin d'entrée tactile chez les

femmes pour les évaluations de produits

Tableau 3 : Les échelles de mesure

19