Vous êtes sur la page 1sur 26

Ecole Normale Supérieure de

l’Enseignement Technique de
Mohammedia

Le solaire thermodynamique
CSP

Préparé par :
Ibtissam AMMARI

1
Gisement solaire
Les composantes du rayonnement solaire

2
Gisement solaire
Les composantes du rayonnement solaire

GHI (Global Horizantal Irradiance)


GHI est la quantité totale de rayonnement à ondes courtes provenant du
soleil par une surface horizontale au sol. Cette valeur est particulièrement
importante pour les installations photovoltaïques et comprend à la fois le
DHI et DNI. GHI= αDNI+βdhi*cos(z)
DNI (Direct Normal Irradiance)
DNI est la quantité de rayonnement solaire reçue par unité de surface qui est
toujours perpendiculaire aux rayons qui sont mis en ligne droite par rapport
à la direction du soleil par rapport à sa position actuelle dans le ciel.
DHI (Diffuse Horizantal Irradiance)
DHI est la quantité de rayonnement reçue par unité de surface par une
surface qui n'arrive pas directement du soleil, mais plutôt elle a été dispersée
par des molécules et des particules dans l'atmosphère (Aérosol), typiquement
c'est l'illumination qui parvient des nuages ​et du ciel bleu.
3
Gisement solaire
Les appareils de mesure du potentiel solaire

4
Gisement solaire
potentiel solaire du Maroc

5
Énergie solaire

Soleil

Solaire Solaire CSP


Solaire thermique Ou
Photovoltaïque
thermodynamique

6
Principe de fonctionnement
Énergie Énergie
DNI CSP mécanique Électrique

Énergie
GHI* PV
Électrique

* : certaine technologie PV convertit que le DNI


7
Principe de fonctionnement

Les champs de miroir concentrent les rayons du soleil pour


chauffer un récepteur à des températures élevées. Cette
chaleur est transformée d'abord en énergie mécanique (par
des turbines ou des moteurs), puis en électricité grâce à des
alternateurs.
8
Les technologies CSP

9
Les technologies CSP
Les quatre principales technologies CSP peuvent être
divisées en deux catégories :
 Les technologies à concentration linéaire qui concentrent
les rayons du soleil sur un tube linéaire.
 Les technologies à concentration ponctuelle qui
concentrent les rayons solaires sur un point.

Les termes fixes et mobiles se rapportent au récepteur qui


est, soit fixe, soit lié au miroir et donc se déplace avec lui

10
Le cylindro-parabolique (parabolic
trough)
Ces centrales solaires utilisent des
miroirs de forme cylindro-
parabolique qui concentrent les
rayons du soleil vers un tube
absorbeur sous vide situé sur l’axe
focal où circule un fluide
caloporteur. Ce fluide, en général
une huile de synthèse, est chauffée
à des températures d’environ 400° C.

11
Le cylindro-parabolique
L’huile synthétique chauffée circule à
travers une série d’échangeurs de
chaleur permettant la vaporisation du
fluide de travail (l’eau) pour produire
de la vapeur surchauffée à la
température de 390°C sous une pression
de 100 bars. C’est le traditionnel cycle
de Rankine. L’eau sous pression qui
s'est vaporisé dans l'évaporateur est
injectée dans une turbine. La vapeur est
ensuite détendue dans la turbine,
condensée et comprimée puis renvoyée
dans l’évaporateur
12
Le cylindro-parabolique
Unité de production
Champ solaire Unité de Stockage

13
Le cylindro-parabolique
NOOR I :
Ce projet fait partie du complexe de NOOR Ouarzazate, constitué
d’un champ de 480 hectares de miroirs cylindro-paraboliques, avec
une capacité pouvant atteindre 160 MW et une capacité de
stockage thermique de 3 heures à pleine puissance.

Emplacement Ouarzazate, Maroc


Puissance électrique 160 MW
Superficie du terrain 480 hectares
Statut de la centrale Opérationnelle
Capacité de stockage thermique 3 heures
Matériau du stockage Sel fondu
thermique
Source : NREL (National Renewable Energy Laboratory) 14
Le cylindro-parabolique
NOOR II :
Ce projet fait partie du complexe de NOOR Ouarzazate, avec une
capacité pouvant atteindre 200 MW et une capacité de stockage
thermique prévu à 7 heures à pleine puissance.

Emplacement Ouarzazate, Maroc


Puissance électrique 200 MW
Capacité de stockage thermique 7 heures
Matériau du stockage Sel fondu
thermique

Source : NREL (National Renewable Energy Laboratory)

15
Tour solaire
Les centrales solaires à tour sont constituées de
nombreux miroirs concentrant les rayons
solaires vers un récepteur situé au sommet
d'une tour. Les miroirs uniformément répartis
sont appelés héliostats. Chaque héliostat est
orientable, et suit le soleil individuellement et
le réfléchit précisément en direction du
récepteur au sommet de la tour solaire. Le
rayonnement solaire concentré sur le récepteur
permettrait de chauffer un fluide caloporteur
intermédiaire, avec des températures
importantes varie de 250 °C à 565 °C. dans ce
dernier cas le liquide caloporteur est ensuite
envoyé dans une chaudière et la vapeur générée
actionne des turbines. Dans tous les cas, les
turbines entraînent des alternateurs produisant
de l'électricité
16
Tour solaire

17
Tour solaire
NOOR III :
La centrale NOOR III est basé la technologie CSP à tour avec une
puissance de 150 MW et une capacité de stockage supérieure à 7
heures. Elle est étalée sur une surface maximum de 750 hectares.

Emplacement Ouarzazate, Maroc

Puissance électrique 150 MW

Type de HTF (Heat-Transfer Fluid) Sel fondu

Superficie du terrain 750 hectares

Capacité de stockage thermique > 7h

Matériau du stockage thermique Sel fondu

Dimensions de la tour Hauteur :225 m Diamètre : 21.3 m

Source : NREL 18
Les miroirs de Fresnel
Le principe de génération
d’électricité est similaire à
celui des centrales cylindro-
parabolique mais dans les
centrales à miroirs de
Fresnel, on utilise l’eau
comme fluide caloporteur et
fluide de travail. La
génération de vapeur est donc
.Les températures ne
dépassent pas les 300 °C.

19
Parabolique
La technologie du Dish Stirling
consiste en un système constitué
d’un concentrateur solaire en
forme de parabole qui suit le
soleil tout au long de la journée et
concentre la radiation sur l’unité
d’absorption de chaleur du
moteur Stirling, placé au point
focal de la parabole. L’énergie
solaire thermique ainsi
concentrée est transformée en
électricité directement injectable
sur le réseau.
20
Panorama des technologies

21
Cycle Rankine
Le cycle de Rankine est un cycle thermodynamique
moteur qui convertit la chaleur en travail mécanique.
C’est le cycle thermodynamique le plus utilisé pour la
génération d’électricité (notamment dans le cas des
centrales CSP). La chaleur est fournie extérieurement à
une boucle fermée qui utilise l’eau comme fluide de
travail. Les moteurs à vapeur d’eau génèrent environ 90
% d’électricité consommée dans le monde.

22
Cycle Rankine

23
Critères de choix d’un site CSP
 Direct Normal Irradiance (DNI)
 Ressources en eau locales
 Superficie et topographie disponibles
 Profil météo
 Accessibilité (Raccordement au réseau, route …)

24
SAM
SAM (System Advisor Model), à l'origine appelé "Solar
Advisor Model" a été développé par le Laboratoire
National des Energies Renouvelables (NREL) en
collaboration avec Sandia National Laboratories en 2005.
C’est un logiciel de modélisation de performances et de
coûts conçu pour faciliter la prise de décision pour les
personnes impliquées dans l'industrie de l'énergie
renouvelable, allant des gestionnaires de projets et
ingénieurs aux concepteurs de programmes, en passant
par les développeurs de technologies et les chercheurs.

25
multiple Solaire
 Le multiple solaire SM est un paramètre de
conception qui normalise la taille du champ
solaire par rapport au bloc de la puissance

26