Vous êtes sur la page 1sur 1

Biafra : la " guerre d e la famine»

çais a prévu d e longue d ate la sécession biafraise. D ès 1963 , un offI -


cier supérieur du Sdece a été d étaché à Abidjan , en Côte d ' Ivoi re. Sa
miss io n : surve ill e r de u ès près la s ituation au N ige ri a Ct e n re ndre
co mpte régulièrement à Jacques Foccart. Cela signifie-t-i l qu'à Paris les
autorités o nt enco uragé la sécess ion biafraise? Certainement. D ès le
début d e la guerre en ju ill et 1967, d es Français sOnt à pied d'œuvre.
Directement télégu idés par l'Élysée, d es mercenaires co mbatte nt sur
le terrain et entraîn ent les Biafrais. Ils so nt légion à l'époque: soldats
perdus, o rphe lin s des g ue rres co lo nial es. beaucoup ont déjà sév i au
Katanga. Ces « affreux» se trouvent alo rs sur le marché et sont prêts à
s'engage r dans une no uve lle aventure. Surto ut s' il y a beaucoup d'ar-
ge n t à gagne r!
L'homme qui recrute ces cent cinquante mercenaires - et parmi eux
Faulques, Steiner et l' in év itable Bob D enard - es t connu , da ns les
milieux barbouzards, sous le sobriquet de « Monsieur Jean ». Baroudeur,
ce gaulliste histo rique a fait partie des services secrets de la Fran ce li bre
et vénère le Général. Lorsque se présentent des coups tordus qu'on ne
peut co nfier au Sdece, c'est à « Mons ieur Jean » qu'on rait appe l. Quant
à r argen t, il prov ient directement des fond s secrets .

Jean-Claude R.I, mercenaire 2 :

L'engagement se faisait en deux temps: on passait tout


d'abord avenue Pierre-l"·-de-Serbie où le filtrage était fait
par des gars du SA C3, notamment V et P, qui examinaient
le passé et les antécédents des candidats, leurs" parraim " éga-
lement, ce qui était très important. .. Si le gars était agréé, on
fenvoyaitpasser une visite médicale, un (( check-up » très com-
plet, chez un praticien membre du SAC dont le cabinet se
trouve rue de Berri ... Le candidat gagnait ensuite un bureau

1. Pour des raiso ns év identes, les noms évoqu és SO ll t rem placés par des initiales .
2 . C ité par Parri ce C hai roff dan s B... comme Barbouzes, édirions Alain Moreau,
1975. Un livre sulfure ux et parfu is suj et à cauti on.
3 . Vo ir dan s la même co ll ectio n Morts suspectes sous la. V'" République, collection
<e L.es Doss iers sec re ts de Mon sieur X », Nouveau Monde éditio ns, 2008.

31

Vous aimerez peut-être aussi