Vous êtes sur la page 1sur 13

1ère partie de l’épreuve

Dossier.

DATATIONS ABSOLUES ET DATATIONS


RELATIVES
DATATIONS ABSOLUE ET DATATIONS RELATIVE

Niveau: Terminale S

Extrait du programme:
Documents:

Document 1: Données géochimiques des isotopes du


Rubidium et du Strontium du granite de St
Sylvestre.

Document 2: Image d’un affleurement théorique illustrant


les principes de datations relative.

Document 3: Paléogréographie simplifiée du Bassin


Subalpin au Mésozoïque et localisation de la
coupe d’Angles (haut). Echelle
biostratigraphique: lithologie et répartition
des principales espèces d’Ammonites du
Valanginien – Hautérivien basal de la coupe
d’Angles (bas)

Document 4– support concret: - Carte géologique de la France au 10-6 (ou


photo)
- Détail du massif de la chartreuse et log
stratigraphique associé
- Lame mince (ou photo) d’un calcaire à
Orbitolines.
Document 1:

Données géochimiques des isotopes du Rubidium et du Strontium du granite de St Sylvestre.


 = 1.42 x 10-11 an-1 et T1/2 = 48.8Ga.
Document 1: interprétations

Interprétation scientifique (niveau Master)

Analyses Rb/Sr en vue de calculer un âge absolu :

et - 1 = 0,71171. Donc t =

Didactisation du document et utilisation en classe de TS

Programme de TS : « On utilise aussi le couple rubidium-strontium (Rb-Sr). Pour trouver


l’âge d’une roche il est alors nécessaire de mesurer les rapports isotopiques de plusieurs
minéraux de la même roche ayant cristallisé au même moment (les quantités initiales des
éléments et le moment de la fermeture du système étant inconnus).»

Ce genre d’exercice est à proposer dans le cadre d’un support d’activité dans le cadre du
programme de Terminale S.
Document 2 :

Image d’un affleurement théorique illustrant les principes de datations relative.


Document 2: interprétations

Interprétation scientifique (niveau Master)

Les quatre principes de la chronologie relative permettent de décomposer cet affleurement :

- la superposition : lorsque des sédiments se déposent, ou qu'il y a une succession de


coulées volcaniques, la strate située le plus bas sera plus vieille que celle qui se trouve
au-dessus (a-b-c-d ; g-h-i ; a-aa-bb-cc,…)
- la continuité : Bien que la base d'une strate soit plus âgée que son sommet, on
considère qu'elle a le même âge sur toute son étendue même si sa composition change.
(17a – 17b)
- le recoupement : Tout événement géologique qui en recoupe un autre lui est postérieur
(surface discordance k-j, recoupement du dyke dd-ee,…)
- L’inclusion :

Conclusion : énoncé des 4 premiers principes de la datation relative.

Didactisation du document et utilisation en classe de TS

Rentre tout à fait dans le programme de TS : « La datation relative permet d’ordonner les uns
par rapport aux autres des structures (strates, plis, failles, minéraux) et des événements
géologiques variés (discordance, sédimentation, intrusion, orogenèse). La datation relative
repose sur les principes de la chronologie relative qui ont permis d’établir l’échelle
stratigraphique des temps géologiques. Ces principes sont : - superposition, - continuité, -
recoupement, - identité paléontologique. La reconstitution de l’histoire géologique d’une
région n’est pas au programme, on se limitera à l’étude de successions simples d’événements
géologiques ».

Ce genre d’exercice est à proposer dans le cadre d’un support d’activité dans le cadre du
programme de Terminale S.
Document 3

Paléogréographie simplifiée du Bassin Subalpin au Mésozoïque et localisation de la coupe


d’Angles (haut). Echelle biostratigraphique: lithologie et répartition des principales espèces
d’Ammonites du Valanginien – Hautérivien basal de la coupe d’Angles (bas)
Document 3: interprétations

Interprétation scientifique (niveau Master)

Les espèces appartenant aux Bochianitidae, Phylloceratidae, Lytocertidae et Haploceratidae


ont le plus souvent une extension verticale importante, ce qui traduit une évolution
relativement lente au sein de ces familles (document B). Par contre, chez les Neocomitidae et
les Olcostephanidae, l'extension verticale des espèces est généralement plus courte, ce qui
témoigne d'une évolution relativement rapide au sein de ces familles. Les Neocomitidae et les
Olcostephanidae, bien représentés et évoluant rapidement, constituent donc un matériel de
choix pour l'établissement d'une zonation précise.

Conclusion : 5ème principe : l’identité paléontologique. Permet de définir des étages, qui sont
la base de l’échelle des temps géologiques.

Didactisation du document et utilisation en classe de TS

Programme de TS : « identité paléontologique »


Le détail des espèces est par contre hors programme. Prendre ce document comme support
d’activité pour définir le notion d’identité paléontologique sans insister sur les différentes
espèces.
Document 4 – support concret.

- Carte géologique de la France au 10-6 (ou photo)


Document 4 – support concret (suite) :

- Détail du massif de la chartreuse et log stratigraphique associé


Document 4 – support concret (suite) :

- Lame mince (ou photo) d’un calcaire à Orbitolines.


Document 4: interprétations

Interprétation scientifique (niveau Master)

Intégrer ce document dans le sujet «Datations relative » : faire de la chronologie relative entre
les événements du massif de la chartreuse.
- log stratigraphique – principe de superposition et de continuité + datations absolue des
différents événements.
- Carte géologique simplifiée : redondance de certaines couleurs = plissement des séries
après leur dépôt.
- Carte géologique de la France au 10-6 : chevauchement des unités crétacé sur la
molasse miocène = principe de recoupement, le chevauchement est post-miocène
- Cartes géologiques : failles E-W qui recoupent les chevauchements et les unités
lithologiques = postérieures à tout.
- Cependant : propagation des chevauchements de l’Est vers l’Ouest = la chronologie
relative du massif n’est pas si simple.

Orbitolines: "Grands" foraminifères. Sommet Crétacé à Paléocène. Divisés en chambres


soutenues par des piliers. Possèdent un épiderme formé par un grillage de chambres
secondaires, tertiaires, quaternaires. Cet épiderme est agglutiné. Plate-forme carbonatée peu
profonde, faciès récifal, péri-récifal, côtier agité.
- Vire à Orbitolinesà la fin de l’Urgonnien: bon marqueur stratigraphique.

Didactisation du document et utilisation en classe de TS

Document d’appel possible, surtout si un terrain est fait dans les Alpes pour illustrer. La vire à
Obitolines est un exemple très concret d’un bon marqueur stratigraphique.