Vous êtes sur la page 1sur 57

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah

Faculté Polydisciplinaire de Taza


Année universitaire : 2019 -2018

Projet de fin d’études présenté en vue


d’obtention du diplôme licence
fondamentale
Option : Ingénierie Mécanique
:
ETUDE ET CONCEPTION D'UN DISTILLATEUR
SOLAIRE A EFFET DE SERRE

Préparée par : Sous l’encadrement de :


Mohamed Tabernoust Pr HASSANE BOUSHABA
Abdelali Kanfoud
Soufiane Rabai
Mariem Lachkar

Soutenu publiquement, le 25 juillet 2019, devant le jury composé de :

M. X| Professeur à(votre établissement ou faculté) Président du


jury
M. W| responsable de …
M. Y| Professeur à(votre établissement ou faculté) Membre du jury

M. Z| Professeur à(votre établissement ou faculté) Membre du jury


Remerciements

Avant d’entamer ce travail, nous profitons de l’occasion pour remercier notre encadrant
Professeur HASSANE BOUSHABA, qui n’a pas cessé de nous encourager pour la réalisation
de ce projet, ainsi pour sa générosité en matière de formation et d’orientation. Nous le
remercions également pour l’aide et les conseils concernant les missions évoquées dans ce
rapport. Ainsi, Nous remercions vivement Mr. MOHAMED BOUHADA pour son aide
précieuse et ces conseils pour la bonne marche de notre programme de simulation.
Nous remercions vivement tous les enseignants de la filière Ingénierie Mécanique pour
les efforts qu’ils ont fournis pour notre formation durant cette année ainsi que toute personne
ayant contribuée de près ou de loin à l’aboutissement de ce rapport, dans l'espoir que ce
travail puisse être à leur hauteur.
Nous remercions particulièrement mes amis et tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à
l’élaboration de ce rapport.

Et finalement nous remercions chaleureusement les membres de jury qui ont accepté de
juger ce travail et pour leur contribution à l’amélioration de ce rapport.
Table Des Matières ……………………………………………………
Introduction générale............................................................................................................................... 1
Chapitre I : Généralité sur les techniques de dessalement....................................................................... 3
I.1 Le soleil [1] .................................................................................................................................... 3
I.1.1 Le rayonnement solaire ........................................................................................................... 3
I.1.1.1 Rayonnement direct ......................................................................................................... 3
I.1.1.2 Rayonnement diffus ......................................................................................................... 3
I.1.1.3 La puissance radie vers la terre ........................................................................................ 4
I.1.2 L’albédo .................................................................................................................................. 4
I.2 L’eau [2]......................................................................................................................................... 5
I.2.2.1 Problématique de l’eau dans le monde [3] ....................................................................... 6
I.2.2.3 L’eau salée [4] .................................................................................................................. 6
I.2.2.4 L’eau saumâtre [4] ........................................................................................................... 6
I.2.2.5 L’eau de mer [4] ............................................................................................................... 7
I.3 Techniques de dessalement d’eau .................................................................................................. 7
I.3.1 Procédés à membranes [5] ...................................................................................................... 8
I.3.1.1 Osmose inverse ................................................................................................................ 8
I.3.1.2 L’électrodialyse [6] .......................................................................................................... 9
I.3.2 Les procédés thermiques [7] ................................................................................................. 10
I.3.2.1 Distillation classique ...................................................................................................... 10
I.3.2.1.1 Distillation multi-flash ............................................................................................ 10
I.3.2.1.2 Distillation par compression de vapeur ................................................................... 10
I.3.2.2 Distillation solaire directe .............................................................................................. 11
I.3.2.2.1 Distillation à simple effet ........................................................................................ 11
I.3.2.2.2 Distillation à multiples effets .................................................................................. 12
I.3.2.2.3 Distillation solaire à effet de serre........................................................................... 12
I.3.2.2.3.1 Origine et historique du distillateur solaire [8] ................................................ 12
I.3.3 Types de distillateurs solaires [9] .......................................................................................... 13
I.3.3.1 Les distillateurs solaires passifs ..................................................................................... 14
I.3.3.1.1 Puit solaire ‘’ distillateur d’urgence’’ ..................................................................... 14
I.3.3.1.2 Le distillateur à simple vitrage ................................................................................ 14
I.3.3.1.3 Le distillateur sphérique à balayage ........................................................................ 15
I.3.3.1.4 Le distillateur solaire à mèche................................................................................. 15
I.3.3.2 Les distillateurs solaires actifs ....................................................................................... 16
I.3.4 Les capteurs solaires ............................................................................................................. 16
I.3.5 Comparaison entre distillateur solaire actif et passif ............................................................ 17
Chapitre II : Distillateur solaire à effet de serre .................................................................................... 18
II.1 Introduction................................................................................................................................. 18
II.2 Principe ....................................................................................................................................... 18
II.3 Fonctionnement de distillation solaire à effet de serre ............................................................... 19
II.4 Les composant d’un distillateur solaire à effet de serre .............................................................. 19
II.4.1 Bac absorbant....................................................................................................................... 20
II.4.2 Couverture verrière (verre) .................................................................................................. 20
II.4.3 L’isolation thermique ........................................................................................................... 20
II.4.4 Couverture extérieure .......................................................................................................... 21
II.4.5 Un canal de récupération de l’eau distillé ............................................................................ 21
II.4.6 Tuyauterie ............................................................................................................................ 21
II.5 Les paramètre influant sur le fonctionnement du distillateur solaire : ........................................ 21
II.5.1 Paramètre de construction .................................................................................................... 21
II.5.1.1 Couverture .................................................................................................................... 21
II.5.1.2 L’inclinaison ................................................................................................................. 21
II.5.1.3 L’absorbeur ................................................................................................................... 21
II.5.1.4 L’isolation des faces latérale du distillateur solaire ...................................................... 22
II.5.2 Paramètres métrologiques .................................................................................................... 22
II.5.3 Epaisseur de la saumure à distiller ....................................................................................... 22
II.5.4 Paramètre optique ................................................................................................................ 22
II.6 Conception objective pour un distillateur solaire efficace .......................................................... 22
II.7 Caractéristique d’un distillateur .................................................................................................. 23
II.7.1 Débit de l’eau distillée produite ........................................................................................... 23
II.7.2 L’efficacité ........................................................................................................................... 23
II.7.3 La performance .................................................................................................................... 24
Chapitre III : Étude théorique du distillateur solaire ............................................................................. 25
III.1 Bilans énergétiques dans un distillateur simple [10] ................................................................. 25
- Les transferts de chaleur externes : ............................................................................................ 25
- Les transferts de chaleur internes : ............................................................................................. 25
III.2 Modélisation mathématique ...................................................................................................... 25
III.2.1 Bilan du vitrage .................................................................................................................. 26
III.2.2 Bilan de l’eau (saumure) .................................................................................................... 29
III.2.3 Bilan de l’absorbeur ........................................................................................................... 30
III.2.4 Bilan de l’isolant................................................................................................................. 30
III.4 Calcul des puissances absorbées par les différents composants du distillateur ......................... 31
III.4.1 Puissance absorbée par la vitre ........................................................................................... 31
III.4.2Puissance absorbée par la nappe d’eau ................................................................................ 31
III.4.3 Puissance absorbée par le bac absorbant ............................................................................ 32
III.5 Résolution des équations du bilan énergétique en utilisant la méthode des différences finie : . 32
III.5.1Développement des équations du bilan ............................................................................... 32
III.5.1.1Bilan du vitrage ............................................................................................................ 32
III.5.1.2 Bilan de l’eau (saumure) ............................................................................................. 33
III.5.1.3 Bilan de l’absorbeur .................................................................................................... 33
III.5.1.4 Bilan de l’isolant.......................................................................................................... 34
III.6 La forme matricielle des équations du bilan .............................................................................. 35
III.7 Résolution numérique et résultats ............................................................................................. 35
III.7.1 Organigramme .................................................................................................................... 36
III.7.2 Résultats théorique ................................................................................................................. 37
Chapitre IV. REALISATION PRATIQUE D’UN DISTILLATEUR SOLAIRE A EFFET DESERRE
............................................................................................................................................................... 39
IV.1 CONCEPTION DU DISTILLATEUR SOLAIRE.................................................................... 39
IV.1.1 Bac absorbant ..................................................................................................................... 39
IV.1.2 Couverture (verre) .............................................................................................................. 39
IV.1.3 L’isolant thermique ............................................................................................................ 40
IV.1.4 Couverture extérieure ......................................................................................................... 40
IV.1.5 Tuyauterie .......................................................................................................................... 40
IV.2 Composants standards ............................................................................................................... 41
IV.3Etapes de la Réalisation des composants du distillateur solaire ................................................. 42
IV.3.1 Réalisation du coffre .......................................................................................................... 42
IV.3.2 Réalisation du bac absorbant .............................................................................................. 42
IV.4 Les étapes de montage : ............................................................................................................ 42
IV.5 Cahiers de charge : .................................................................................................................... 44
IV.6 Résultats expérimentaux ........................................................................................................... 44
IV.6.1 EXPERIENCES ................................................................................................................. 44
VI.6.1.1 Instrumentation générale ................................................................................................. 44
VI.6.1.1.1 Mesure de température ............................................................................................. 44
Thermocouples ...................................................................................................................... 44
Balançoire.............................................................................................................................. 44
VI.6.1.2 Comparaisons entre les résultats expérimentaux et théoriques ....................................... 46
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................................... 48
LISTES DES FIGURES ………………Numéros de pages
Figure I.1:Carte mondiale de l’irradiation solaire globale……………………………….

Figure I.2 : Les formes de l’eau sur la terre………………………………………….........

Figure I.3 : Image qui bien décrire le problème de l'eau dans le monde………………….

Figure I.4 : Schéma des procédés de dessalement industrialise……………………………

Figure I.5 : Schéma Phénomènes osmotiques à travers une membrane………………….

Figure I.6 : Dessalement- Principe de l’électrodialyse…………………………………….

FigureI.7 : Cellules d’électrodialyse……………………………………………………….


Figure I.8 : Distillation Flash (Vaillant J.R., 1970)……………………………………….

Figure I.9 : Procédé a compression mécanique de vapeur………………………………..

Figure I.10 : Schéma d’une Distillation a simple effet…………………………………….

Figure I.11 : Principe de construction d'un distillateur à multiple effets………………….

Figure I.12 : Premier distillateur en Las Salinas……………………………………………

Figure I.13 : Principe de fonctionnement d'un distillateur solaire simple………………….

Figure I.14 : Schéma descriptive d’un puit solaire…………………………………………

Figure I.14 : Puit solair en réel…………………………………………………………….

Figure I.15 : Schéma d’un distillateur solaire a double vitrage ……………………………

Figure I.16 : Distillateur solaire a double vitrage………………………………………….

Figure I.17 : Schéma d’un distillateur solaire sphérique a balayage……………………….

Figure I.18 : Distillateur solaire incliné à mèche………………………………………….

Figure I.19 : Capteur solaire en réel…………………………………………………………

Figure I.20 : Comparaison entre distillateur solaire actif et passif…………………………

Figure II.21 : Cycle de l’eau dans la nature............................................................................


Figure II.22 : Les composant du distillateur.........................................................................
Figure III.23 : Bilans énergétiques d’un distillateur solaire simple........................................
Figure III.26 : Evolution de température 2004......................................................................
Figure III.26 : Evolution de température 2005.....................................................................
Figure III.26 : Evolution de température 2006.....................................................................
FigureIII.27 : masse de l’eau condensée .............................................................................
Figure IV.28 : bac absorbant en CATIA .............................................................................
Figure IV.29 : Couverture en CATIA.....................................................................................
Figure IV. 30 : L’isolant thermique en CATIA......................................................................
Figure IV. 31 : Couverture extérieure en CATIA.....................................................................
Figure IV. 32 : Tuyauterie de la sortie d'eau distillat en CATIA............................................................

Figure IV. 33 : Tuyauterie d'entrée d'eau saumâtre en CATIA...............................................................

Figure IV. 35 : courbes d’évolution des températures des diffèrent composant du distillateur
(Journées 15 juillet 2019) ...........................................................................................................
Figure IV. 36 : courbes d’évolution de la quantité d’eau distillée en fonction du temps
(Journées 15 juillet 2019) ...........................................................................................................
Figure IV. 34 : Photo du distillateur solaire réalisé ...................................................................

LISTE DES TABLEAUX...........................Numéros de pages

Tableau 1.1 : Albedo des différant type de du surface......................................................


Tableau I.2 : Salinité des différentes Mers.........................................................................
Tableau II.3 : Type d’absorbant..........................................................................................
Tableau II.4 : Type d’isolant................................................................................................
Tableau IV.5 : cahiers de charge........................................................................................
Tableau IV.6 : Les mesure de température et l’eau distillat (Journées 15 juillet 2019)..
Nomenclature :

Symbole Désignation Unité


𝑷𝑺 Puissance rayonnée par le soleil W
𝑷𝑻 Puissance reçue sur terre W
𝒎̇𝒅 Débit de l’eau distillée produite Kg/s
𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅 La densité de flux thermique par conduction W/m2
𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗 La densité de flux thermique par convection W/m2
𝐐𝒓𝒂𝒅 La densité de flux thermique par rayonnement W/m2
𝑸𝒆𝒗𝒂𝒑 La quantité d’énergie évaporée W/m2
𝑳𝒗 La Chaleur latente KJ /kg
𝑻𝒊 La Température K
𝑫𝒘 La quantité d’eau distillée accumulée Kg
𝜼𝒊 L’efficacité /
𝑷𝒈 Le flux solaire global reçu par m² W/m2
𝑴𝒊 La Masse Kg
𝑪𝒑𝒊 La Chaleur spécifique J/Kg. K
𝑨𝒊 La Surface m²
𝑷𝒊 La densité de flux thermique absorbé W/m2
𝒆𝒊 L’épaisseur m
𝒉𝒊 Le coefficient d’échange thermique W/ (m2 .K)
G Puissance solaire incidente W/m²
𝑷𝒆𝒂𝒖 Pression de vaporisation à Teau W/m2
𝑷𝒗.𝒊 Pression de vaporisation à Tv.i W/m2
FP Facteur de Performance Kg/J
V Vitesse moyenne de l’air m/s
g Accélération m²/s

Lettres grecques :
Symbole Désignation Unité
Β Coefficient de dilatation de l’eau a pression cste 𝐾 −1
ρ La masse volumique de l’eau Kg/𝑚3
𝜇 La viscosité dynamique Kg/m. s
𝝀𝒊 Conductivité thermique W/(m. K)
R Coefficients de réflexion /
𝝉 Coefficients de transmission /
𝜶 Coefficients d’absorption /
𝜺𝒊 Émissivité /
σ Constant de Stephane-Boltzmane W/(m2 .K 4 )
Nombres adimensionnels :

Symbole Désignation
Nu Nombre de Nusselt
Gr Nombre de Grashof
Pr Nombre de Prandtl
Ra Nombre de Rayleigh
Introduction générale
L’eau est un élément essentiel pour la continuité et le développement de l’humanité.
Mais quelle est le futur de cette importante ressource ? Au plan mondial, la question de
l'approvisionnement en eau devient chaque jour plus préoccupante

Le dessalement de l’eau de mer est connu depuis l’Antiquité et constitue une solution
fiable utilisée par de nombreux pays côtiers notamment au Moyen-Orient. Deux grandes
familles de procédés sont utilisées désormais pour le dessalement de l’eau de mer : les
procédés thermiques et les procédés membranaires. Les procédés thermiques sont largement
utilisés dans les pays où une source énergétique abondante et/ou peu chère est disponible
(pétrole ou énergie solaire) ; et la distillation solaire est considère la plus utilisable dans ce
procède pour résoudre le problème de l’eau saumâtre dans les régions éloignées ou isolées.
Le dessalement des eaux saumâtres et/ou de l'eau de mer par distillation solaire peut
répondre à l'approvisionnement en eau potable particulièrement dans à l’échelle d’une famille
ou même d’un petit village.
Depuis l’antiquité, plusieurs types de distillateurs solaires ont été réalisés, les plus
répandus sont ceux du type à effet de serre :
La distillation par effet de serre est l'une des applications énergétiques du solaire
thermique à basse température qui consiste à la conversion de l'énergie solaire (rayonnement)
en énergie thermique pour produire de l'eau à partir d'une eau saline il présente l’avantage
d’être simple, facile à réaliser et peu coûteux. Ils présentent néanmoins le gros inconvénient
d’une production très faible.

Dans le cadre de cette étude, on s’intéresse à la simulation numérique du comportement


thermique, en régime transitoire, d’un distillateur solaire simple pente. Un modèle thermique
a été développé sur la base des équations du bilan énergétique des principaux composants du
distillateur ainsi que des corrélations appropriées les phénomènes de transfert de chaleur et de
masse ayant lieu dans le distillateur solaire, enfin on fait une réalisation du distillateur solaire
a simple pente pour avoir expérimentalement la variation de la température des différent
composant du distillateur et la production horaire.
Organisation du travail
- Le premier chapitre présente une étude bibliographique concernant les différentes
méthodes de dessalement, suivi par un bref historique sur la distillation solaire ainsi que sur
les différents types de distillateurs utilisés.
- Le deuxième chapitre est consacré à la présentation des composantes du distillateur
solaire à effet de serre ; les paramètres influant sur leur fonctionnement et leur caractéristique.
- Le troisième chapitre est une présentation du distillateur solaire à étudier, des
hypothèses simplificatrices, les bilans énergétiques pour chaque partie du distillateur solaire,
ainsi que les expressions des coefficients de transfert de chaleur. Le chapitre se termine par un
organigramme des différentes étapes de calcul. Suivi d’un programme de calcul qui est

1
élaboré en Matlab afin de simuler le comportement thermique du distillateur en régime
transitoire.
- Le quatrième chapitre on présente la réalisation du distillateur solaire simple pente
en détail par des photos et aussi les résultats expérimentaux et les résultats des calculs. Ces
résultats concernent essentiellement la variation des différentes températures au cours du
temps, la production journalière.
Les résultats sont présentés sous forme de graphes.

2
Chapitre I : Généralité sur les techniques de dessalement

I.1 Le soleil [1]

Le Soleil est une fantastique boule de feu qui brûle depuis 4,55 milliards d’années. C’est
une Etoile si grande et si chaude que, même si nous en sommes très éloignés, nous
bénéficions encore de sa chaleur et de sa lumière. Le Soleil est 1’300’000 fois plus gros que la
Terre, et la chaleur dans son cœur peut atteindre 15 millions de degrés. Notre atmosphère
nous protège de la puissance de ses rayons qui s’éloigne par 150 millions de kilomètres de
cette formidable source d’énergie

À chaque seconde 9 × 10 ˆ37 protons se fusionnent ainsi pour libérer 3,9 ×10ˆ26 joules
d’Energie.

Le Soleil est essentiellement composé d’hydrogène a 73,5 % (en Masse) et d’hélium a


24,9 %, le reste soit environ 1,6 % est compose d’autres atomes.

I.1.1 Le rayonnement solaire

Le rayonnement est le transfert d’énergie par ondes électromagnétiques le rayonnement


se produit directement de la source vers l’extérieur dans toutes les directions. Ces ondes n’ont
pas besoin d’un milieu matériel pour se propager, elles peuvent traverser l’espace
interplanétaire et atteindre la terre depuis le soleil.
La longueur d’onde et la fréquence des ondes électromagnétiques sont importantes pour
déterminer leur énergie, leur visibilité et leur pouvoir de pénétration. Toutes les ondes
électromagnétiques se déplacent dans le vide à une vitesse de 299,792km/s.

I.1.1.1 Rayonnement direct

Le rayonnement direct est le rayonnement solaire atteignant directement la surface


terrestre depuis le soleil par ciel clair. Il dépend de l'épaisseur de l'atmosphère que la radiation
solaire doit traverser et de l'inclination des rayons par rapport au sol.

I.1.1.2 Rayonnement diffus

Le rayonnement diffus se manifeste lorsque le rayonnement solaire direct se disperse


dans les nuages et les particules atmosphériques. Le rayonnement diffus résulte de la
diffraction de la lumière par les nuages et les molécules diverses en suspension dans
l’atmosphère, et de sa réfraction par le sol. Il s’agit donc d’un rayonnement qui ne suit pas une
direction définie par le soleil en direction du point d’observation à la surface de la Terre.

3
I.1.1.3 La puissance radie vers la terre

L’Energie rayonnée par le soleil est 𝐸𝑆 tandis que celle reçue sur terre est𝐸𝑇 . Ces
énergies se calculent à partir des puissances suivantes :
• Puissance rayonnée quotidiennement par le soleil dans l’espace :
𝑃𝑆 = 3,86.10^26 Watts
• Puissance reçue sur terre : 𝑃𝑇 = 17,4476.10^16 Watts
•Energie solaire reçue sur terre en 24 heures : 𝐸𝑇 = 4,19.10^15 KW

En une année ; l’humanité toute entière consomme une énergie qui représente moins de
3% de ce que le soleil rayonne chaque jour.

Cette énergie est inégalement répartie sur la surface terrestre. Il faut donc faire une
évaluation de l’énergie solaire disponible sur chaque site.
L’Afrique est le continent le plus ensoleillé avec des éclairements qui dépassent en
moyenne 700 Watts par m². L’irradiation journalière varie en moyenne de 4,5 à plus de 6
Kwh/m²/jour. Le rayonnement solaire annuel dans le monde est donné sur la carte ci-dessous

Figure I.1 : Carte mondiale de l’irradiation globale

Cette carte, qui montre les ressources annuelles d’énergie solaire dans le monde, indique bien
que le gisement solaire en Afrique est le plus abondant, avec des ressources variant de 1700 à
plus de 2300 KWh/m²/an.

I.1.2 L’albédo

L’albédo est une valeur physique qui exprime la part de rayonnement solaire qui va être
renvoyée par l’atmosphère et la surface terrestre vers l’espace, et qui ne servira donc pas à
chauffer la planète. L’albédo c’est la fraction d’énergie réfléchie par la terre et absorbée par
l’atmosphère.

4
𝑟𝑎𝑦𝑜𝑛𝑛𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒𝑓𝑙𝑒𝑐ℎ𝑖
𝐴𝑙𝑏é𝑑𝑜 =
𝑟𝑎𝑦𝑜𝑛𝑛𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡𝑖𝑛𝑐𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡

Les éléments qui contribuent le plus à l'albédo de la terre sont : les nuages, les surfaces
de neige et de glace.

Type de surface Albedo de bond (0 à 1)

Neige fraîche ou glace 80-95%

Neige fondante 40-70%

Nuages 40-90%

Sable du désert 30-50%

Terre 5-30%

Forêts 10-20%

Eau 10-60%
Tableau I.1 : Albedo des différant type de du surface

I.2 L’eau [2]

De nos jours, environ 70,9 % de la surface de la Terre sont recouverts d'eau. Le débat
actuel porte sur l'apport relatif de chaque source.

Figure I.2 : Les formes de l’eau sur la terre

5
I.2.2.1 Problématique de l’eau dans le monde [3]

Figure I.3 : Image qui bien décrire le problème de l'eau dans les pauvres payes

Les besoins en eau potable dans le monde augmentent d’une manière continue, alors
que les réserves souterraines se trouent constamment diminuées. Plus d’un tiers de
l’humanité, appartenant généralement aux pays du tiers monde, n’a pas accès à l’eau potable.
Pour remédier à ce problème crucial, et augmenter les potentialités en eau dans le monde il
faut envisager de produire de l’eau potable par le dessalement d’eau de mer ou d’eau
saumâtre.
Mais le dessalement de ces eaux par des unités classiques de traitement nécessite
beaucoup d’énergie électrique et /ou calorifique.

I.2.2.3 L’eau salée [4]

L’Eau salée est une eau contenant une quantité sensible de sels dissous, plus
particulièrement de chlorure de sodium par opposition à une eau douce. La plus grande partie
des ressources mondiales d’eau sont des eaux salines dont la teneur excessive en sel rend leur
utilisation impropre aux exigences des activités humaines, ce qui nécessite l’élimination des
sels. Les eaux salées comprennent l’eau de mer et les eaux saumâtres.

I.2.2.4 L’eau saumâtre [4]

L’eau saumâtre désigne l'eau dont la teneur en sel est sensiblement inférieure à
celle de l'eau de mer. La concentration totale de sels dissouts est généralement
comprise entre 1.000 et 10.000 mg/l. La composition chimique de ces eaux varie non
seulement d’une région à une, mais aussi pour une même région d’une saison à une
autre, et ces variations sont dépendantes de plusieurs paramètres entre autres :
- La structure physique des roches traversées par les eaux ;
- La vitesse de circulation de l’eau dans les roches, donc c’est le temps de contact
- La matière déjà dissoute ;
- Les phénomènes d’évaporation.

6
I.2.2.5 L’eau de mer [4]

L’eau de mer est l'eau salée des mers et des océans de la terre. Ceux-ci occupent
un volume estimé à 1340 millions de km³, ce qui représente 96,4 % de la capacité des
grands réservoirs d'eau à la surface de la terre. La salinité moyenne de l'eau de mer est
de 35 g/l, et reste généralement comprise entre 30 g/l et 40 g/l (Tableau ci-dessous).

Mers Salinité en g/litre


Mer Baltique 7,5
Mer Caspienne 13,5
Mer Noir 20
Mer Adriatique 25
Océan Pacifique 33,5
Océan Indien 33,8
Océan Atlantique 36
Mer Méditerranée 39
Golf Arabique 43
Mer Rouge 43
Mer Morte 270
Tableau I.2 : Salinité des différentes mers

I.3 Techniques de dessalement d’eau

Le dessalement est un procédé de déminéralisation. Il a pour but l’obtention d’eau de


salinité voisine de celle des eaux douces naturelles à partir d’eau de mer ou d’eau saumâtre.
Dans cette partie, nous nous attacherons à présenter les différentes techniques de dessalement
existantes et à les décrire brièvement puisqu’elles ne feront pas l’objet de notre étude.

Les principaux procédés industriels actuellement utilisés, se classent en deux


catégories : les procédés thermiques et les procédés membranaires.

7
Figure I.4 : Schéma des procédés de dessalement industrialise

I.3.1 Procédés à membranes [5]

Les membranes jouent un rôle important pour séparer les sels, les processus de dialyse
et d’osmose se produisent dans les organismes vivants.
Les membranes sont utilisées sur le marché dans deux procédés importants : l’osmose
inverse (OI) et l’électrodialyse (ED).

I.3.1.1 Osmose inverse

L’osmose inverse est industrialisée à partir des années 70.


L’osmose inverse consiste à filtrer l'eau par son passage à travers une membrane
semiperméable d'une extrême finesse dont sont séparées deux solutions de concentrations
différentes.

8
Elle consiste à placer de l'eau salée et de l'eau douce, séparée par une membrane
semiperméable dans un récipient (normalement c'est l'eau pure qui migre vers la solution
concentrée appelé saumure), mais si on exerce une pression sur l'eau salée supérieure à la
pression osmotique, le processus est inverse. Alors, elle est appelée osmose inverse, parmi les
avantages de l'osmose inverse

Figure I.5 : Phénomènes osmotiques à travers une membrane

La pression osmotique est donnée par la relation suivant (Equation hydrostatique du fluide) :

𝜋 = 𝜌𝑔ℎ
I.3.1.2 L’électrodialyse [6]
Le principe de l'électrolyse est bien connu. Les ions d'un sel dissous dans l'eau, comme
le chlore de sodium par exemple, déplacent sous l'action d'un champ électrique créé par deux
électrodes trempant dans le liquide.
Les ions positifs ou cations (par Na + sont attirés par l'électrode négative (ou cathode)
tandis que les ions négatifs (Cl-) sont par l'électrode positive.
Dans l’électrodialyse, on intercale alternativement des membranes filtrantes soit
imperméables aux anions et perméables aux cations, soit imperméables aux cations et
perméables aux anions.
On obtient ainsi une série de compartiments à forte concentration de sels et d'autres à
faible concentration.

Figure I.6 : Dessalement- Principe de Figure I.7: Cellules d’électrodialyse


l’électrodialyse

9
I.3.2 Les procédés thermiques [7]

Les procédés thermiques ou (séparation par distillation) consistent en un simple


changement de phase d’une solution d’eau salée qui passe, de l’état liquide à l’état gazeux en
agissant sur l’élévation de la température et/ou la diminution de la pression.
L’eau chauffée s’évapore, les sels vont précipiter, puis par une condensation de cette
vapeur d’eau et un recueillement avec des organes spéciaux on obtient de l’eau douce. La
séparation par distillation repose donc sur la technique de vaporisation.

I.3.2.1 Distillation classique


I.3.2.1.1 Distillation multi-flash
Cette technique est illustrée par la figure (5) ; où l'eau salée subit un préchauffage
progressif lors de son passage à travers les différents condenseurs, puis un chauffage de 90°c
par vapeur et entre dans une série de chambres de distillation où règne une faible pression (par
rapport à la pression atmosphérique)

Figure I.8: Distillation Flash (Vaillant J.R., 1970)

I.3.2.1.2 Distillation par compression de vapeur

Le dessalement par compression de vapeur consiste à mettre sous pression la vapeur d’eau de
mer, pour la réchauffer, avant de la réintroduire dans la même enceinte pour la condenser en
faisant évaporer une autre quantité d’eau de mer.
La compression peut être obtenue par de la vapeur issue d’un générateur de vapeur en utilisant
un éjecteur (thermocompression), ou bien en utilisant un compresseur et on fait alors du
dessalement par compression mécanique de vapeur. La condensation de la vapeur provoque le
réchauffement de l’eau salée qui se vaporise sous l’effet d’une diminution de pression

10
Figure I.9: Procédé a compression mécanique de vapeur

I.3.2.2 Distillation solaire directe


I.3.2.2.1 Distillation à simple effet
L’eau de mer est portée à ébullition jusqu’à évaporation dans une enceinte où la
pression est réduite (la température d’ébullition de l’eau diminue avec la pression). On
récupère ensuite la vapeur d’eau qui se condense en se refroidissant. Les gouttelettes d’eau
douce sont alors recueillies. Ce procédé consomme beaucoup d’énergie. C’est pourquoi il
n’est rentable que dans les régions où l’énergie est bon marché (les pays du Golfe, par
exemple, qui ont du pétrole mais peu de ressources d’eau douce).

Le fluide caloporteur peut être couplé à un capteur solaire. Le système tire alors son
énergie du soleil.

Figure I.10: Schéma d’une distillation a simple effet

11
I.3.2.2.2 Distillation à multiples effets
Ce procédé permet d’améliorer la consommation spécifique de l’évaporateur à simple
effet afin d’en augmenter le rendement en récupérant la chaleur d’apport pour une nouvelle
distillation et le processus s’effectue comme suit :

Ce procédé est basé sur le principe de l'évaporation, sous pression réduite, d'une partie
de l'eau de mer préchauffée à une température variant entre 70 et 80 °C. L'évaporation de l'eau
a lieu sur une surface d'échange. La vapeur ainsi produite dans le premier effet est condensée
pour produire de l'eau douce dans le deuxième effet, où règne une pression inférieure, ainsi la
chaleur de condensation qu'elle cède permet d'évaporer une partie de l'eau de mer contenue
dans le deuxième effet et ainsi de suite.

Le fluide caloporteur peut être couplé à un capteur solaire. Le système tire alors son
énergie du soleil.

Figure I.11: Principe de construction d'un distillateur à multiple effets

I.3.2.2.3 Distillation solaire à effet de serre


I.3.2.2.3.1 Origine et historique du distillateur solaire [8]

Figure I.12 : Premier distillateur en Las Salinas

12
La distillation solaire est une technologie d’une très grande histoire. L’utilisation
moderne de l’énergie solaire pour la distillation de l’eau salée ou saumâtre a commencé en
1872, dans le nord de chili par l’installation d’un distillateur solaire de types bassin, qui a
permis de satisfaire les besoins de la communauté, pendant plusieurs années tel que décrite
par les références.
L’ingénieur anglais WILSON dirigeant une exploitation minière à Las Salinas au Chili, eut à
résoudre un problème d’abreuvement de 4000 mules qui transportaient en convois les
minerais de nitrate. Ne disposant que d’eau ayant une salinité égale à 140 g/l soit environ 4
fois supérieure à celle de l’eau de mer, il décida de construire un distillateur solaire en bois de
4460 m2 qui devait fournir environ 20 m3/jour d’eau douce. Il faut reconnaître que les
conditions étaient particulièrement favorables si l’on tient compte de la latitude du lieu, de son
altitude (1400 mètres) et de la pureté de l’atmosphère. Cette installation resta en exploitation
jusqu’en 1908 soit plus de 40 ans.
Le principe de fonctionnement d'un distillateur solaire est le suivant :
✓ Le rayonnement solaire chauffe l'eau salée qui se trouve dans le distillateur.
✓ L'eau salée s'évapore.
✓ Cette vapeur se transporte par convection naturelle vers le toit du distillateur (verre)
✓ Elle se condense sur le verre et s'écoule suivant un film mince.

Figure I.13: Principe de fonctionnement d'un distillateur solaire simple

I.3.3 Types de distillateurs solaires [9]

Il existe plusieurs types de distillateurs solaires utilisant le même principe de


fonctionnement, mais ils peuvent être différents en termes de conception et en termes de
matériaux utilisés.

✓ PASSIF : Le distillateur solaire passif utilise l'énergie radiative et il est la seule


source pour faire évaporer la masse d'eau maintenue à l'intérieur du bassin
✓ ACTIF : l'énergie thermique supplémentaire est introduit dans l'eau du bassin au
moyen de certains dispositifs externes tels que le collecteur en forme de plaque, le
collecteur de tube sous vide, des concentrateurs paraboliques et V-cuvette, bassin
solaire, les systèmes photovoltaïques / thermiques, etc.

13
I.3.3.1 Les distillateurs solaires passifs
I.3.3.1.1 Puit solaire ‘’ distillateur d’urgence’’
Dans le puits solaire, l’eau présente dans le sol s’évapore, chauffée par les rayons du
soleil traversant un film en plastique. La vapeur d’eau (inclus dans le sol) se condense sur la
face interne du film, plus froide, et s’écoule vers son point bas central tendu par un poids. Elle
est ensuite collectée dans un récipient placé en dessous. L’eau distillée est récupérable par un
petit tuyau qui permet de l’extraire à l’extérieur du puits. Le puits solaire est utilisé comme
système de survie.

Figure I.13 : Schéma descriptive d’un puit Figure I.14 : Puit solair en réel
solaire

I.3.3.1.2 Le distillateur à simple vitrage


Les deux distillateurs (simple vitrage et double vitrage) ont la même surface
d’évaporation mais des surfaces de condensation différentes. L’avantage du distillateur a
double vitrage, est d’exposer un capteur au soleil et un autre à l’ombre pour accélérer la
condensation.

Figure I.15 : Schéma d’un distillateur solaire a Figure I.16 : Distillateur solaire a double vitrage
double vitrage

14
I.3.3.1.3 Le distillateur sphérique à balayage
C’est un distillateur en plexiglas transparent, à bac horizontal, et à surface de
condensation demi - sphérique (Fig.17). Le rayonnement incident transmis par la demi -
sphère supérieure pénètre dans le bac et sert, à chauffer la masse d’eau contenue dans celui-ci.
Une partie de l’eau s’évapore, et la vapeur dégagée vient se condenser sur la face intérieure de
la vitre. Le distillat passe dans le demi - sphère inférieure à travers l’espace annulaire entre le
bac et la sphère. Le balayage de la surface de condensation est réalisé au moyen d’un essuie -
glace entraîné par un moteur. L’avantage de ce système de balayage est de maintenir la
surface de condensation, constamment transparente au rayonnement, et d’assurer un drainage
rapide des gouttelettes

Figure I.17 : Schéma d’un distillateur solaire


sphérique à balayage

I.3.3.1.4 Le distillateur solaire à mèche


Dans un distillateur à mèche, l’eau d’alimentation coule lentement à travers une
garniture poreuse, absorbant les rayonnements (mèche). Deux avantages sont revendiqués sur
les distillateurs de bassin. D’abord, la mèche peut être inclinée de sorte que l’eau
d’alimentation présente un meilleur angle avec le soleil (réduisant la réflexion et présentant
une grande surface efficace). En second lieu, moins d’eau d’alimentation est dans le
distillateur à tout moment donc l’eau est chauffée plus rapidement et à une température
élevée.

15
Les distillateurs simples à mèche sont plus efficaces que les distillateurs à bassin et
quelques conceptions sont prétendues pour coûter moins qu’un distillateur à bassin du même
rendement.

Figure I.18 : Distillateur solaire incliné à mèche

I.3.3.2 Les distillateurs solaires actifs

Pour un rendement meilleur, plusieurs types de distillateurs solaires sont construits et


testés par différents auteurs. La production du distillateur dépend du gradient de température
qui existe entre la température de l’eau à l’intérieur du bassin et la couverture transparente.
Cependant plusieurs techniques sont testées et adoptées pour l’augmentation de la température
de l’eau dans le bassin et à l’abaissement de la température de la couverture transparente. La
production nocturne du distillateur, est définie comme le fonctionnement du distillateur
solaire dans l’absence du rayonnement solaire, comme source directe de l’énergie. L’énergie
solaire calorifique stockée par la masse d’eau durant le rayonnement du soleil sera utilisée
dans la nuit.

I.3.4 Les capteurs solaires

Figure I.19 : Capteurs solaires en réel

16
Le capteur solaire plan est un système thermique qui permet la conversion de l’énergie
solaire en énergie calorifique, la chaleur reçue de cette conversion est soit utilisée directement
(cas de chauffage), soit elle-même convertie en énergie mécanique par l’intermédiaire des
cycles thermodynamiques. Son principe de fonctionnement est basé sur l’effet de serre qui
consiste à piéger le rayonnement solaire, ce dernier arrive au niveau de la couverture et le
traversé pour atteindre une surface revêtue d’une peinture noire, appelée absorbeur

I.3.5 Comparaison entre distillateur solaire actif et passif

Il s’agit donc de trouver un mode de fonctionnement permettant au distillateur d’obtenir


le meilleur rendement, lorsque l’énergie thermique est plusieurs fois récupérée. Cette méthode
de récupération et d’utilisation de plusieurs fois la même quantité d’énergie solaire captée a
pour but de baisser sensiblement la consommation énergétique. L’expérience montre que, le
système fournit un bon rendement.

Figure I.20 : Comparaison entre distillateur solaire actif et passif

17
Chapitre II : Distillateur solaire à effet de serre
II.1 Introduction

Le dessalement de l’eau de mer et des eaux saumâtres est désormais envisageable pour
répondre à la demande en eau potable. Parmi les différents procédés, la distillation solaire est
une solution intéressante pour les régions isolées et/ ou éloignées.

II.2 Principe

La distillation solaire est l’une des techniques utilisées pour la production de l’eau
douce à partir d’eau saumâtre et d’eau de mer grâce à l’énergie solaire. Il s’agit de réaliser
artificiellement et à petite échelle ce que la nature fait journalière et à grande échelle et qui
consiste en, l’absorption de la radiation solaire, par les océans, les lacs, les rivières,
provoquant l’évaporation de l’eau. La vapeur produite est transportée, vers des régions plus
froides par l’intermédiaire du vent. Quand la vapeur est refroidie, la condensation commence
à provoquer des précipitations de pluies et éventuellement de la neige. L’homme a reproduit,
en un modèle miniaturisé, ce cycle naturel.
Il faut distinguer deux catégories de procédés : la distillation solaire par « effet de serre
» et la distillation par application d’un des procédés industriels de distillation thermique, la
vapeur étant produite non par une chaudière classique, mais par une chaudière solaire. Dans le
cadre de ce travail, notre intérêt portera, sur la première catégorie

Figure II.21 : Cycle de l’eau dans la nature

18
II.3 Fonctionnement de distillation solaire à effet de serre

Le distillateur solaire à effet de serre est le procédé de dessalement le plus ancien et le


plus simple puisqu'il utilise l'énergie du soleil pour distiller l'eau. Ce procédé élimine
également les impuretés telles que le sel, les métaux lourds et les micro-organismes. Le
distillateur solaire est composé d'une serre de verre fermée et exposée au soleil. L'eau à
dessaler est conduite dans la serre, l'épaisseur de l'eau étant de quelques centimètres. Le
rayonnement « UV » solaire traverse le toit de verre et est absorbé en grande partie par l’eau
et le fond du bac, pour être converti en énergie thermique. L’intérieur de la serre s’échauffe et
émet un rayonnement « IR ». Le verre étant opaque aux rayons « IR », ce rayonnement ne
peut pas sortir et son énergie fait élever la température de l'air intérieur de la serre, surchauffé
et saturé en vapeur d'eau qui finit par se condenser au contact de la paroi en verre. Le
condensat (eau douce) descend par gravité le long de la paroi pour être recueilli en bas du
vitrage.

II.4 Les composant d’un distillateur solaire à effet de serre

Le distillateur utilisé dans nos expériences à une conception très simple. Il s’agit de
distillateur solaire simple, qui présente l’avantage d’être facile à construire et surtout à
maintenir.
Un distillateur se compose de :
1. Un bac absorbant.
2. Une couverture verrière.
3. Une isolation thermique.
4. Une couverture extérieure
5. Un canal de récupération de l’eau distillée.
6. Une tuyauterie

Figure II.22 : Les composant du distillateur

19
II.4.1 Bac absorbant
Le rôle du bac absorbant est d’absorber le maximum de rayonnement solaire global et
transmettre la chaleur produite par cette absorption vers la saumure, c’est pour cette raison
qu’il est peint en noir mat (coefficient d’absorption α=0.92 et coefficient d’émission ε=0.92).
Il est obtenu par soudage et est essentiellement en fer galvanisé. L’absorbeur a un coefficient
de conduction thermique faible.

Type d’absorbant Conductivité thermique (𝑊. 𝑚−1 . 𝑘 −1 ) à


20℃.

Cuivre 390

Aluminium 273

Tableau II.3 : Type d’absorbant

II.4.2 Couverture verrière (verre)

Une couverture verrière (la vitre) sur la face interne de la quelle, s’effectue la
condensation de l’eau, elle est inclinée par rapport à l’horizon d’un angle de 30°.
On a choisi un verre ordinaire pour leur bonne conductivité thermique ; leur bonne
transmission du rayonnement visible et leur mouillabilité.
La conductivité thermique d'un verre à la température ambiante est relativement faible
elle est d'environ : 2.926à 5.434 𝑲𝑱⁄𝒎. 𝒔. 𝒄 .

II.4.3 L’isolation thermique

Généralement, l’isolation thermique du distillateur est en laine de verre ou laine de


roche ou en polystyrène expansé. L’épaisseur varie de 5 à 10 cm. Il faut que les produits
utilisés résistent aux températures de fonctionnement.

Type d’isolant Conductivité thermique (𝑊. 𝑚−1 . 𝑘 −1) à


20℃.
Laine de verre 0,030 - 0,040
Laine de roche 0,033 - 0,040
Polystyrène expansé 0.036

Tableau II.4 : Type d’isolant

20
II.4.4 Couverture extérieure

Le coffre du distillateur renferme les différents éléments actifs. Il devra donc assure une
protection efficace aux agents atmosphériques. Le coffre du distillateur est réalisé en bois de
conductivité thermique égale à 0.04 W.𝑚−1.𝑘 −1 .

II.4.5 Un canal de récupération de l’eau distillé

Un canal de récupération de l’eau distillée qui se trouve au niveau de la couverture en


bois et qui est liée par un tube en plastique pour récupérer séparément l’eau distillée à
l’extérieur du distillateur.

II.4.6 Tuyauterie

La tuyauterie utilisée entre le bac absorbant et la cuve de récupération est en matière


plastique de nom commercial « Tigre ».

II.5 Les paramètre influant sur le fonctionnement du distillateur solaire :

On peut classer les paramètres qui influent sur le fonctionnement du distillateur comme
suit :
• Les paramètres de constructions ;
• Les paramètres métrologiques ;
• Epaisseur de l’eau ou de la saumure à distiller ;
• Paramètres optiques

II.5.1 Paramètre de construction


II.5.1.1 Couverture

La couverture verrière intervient essentiellement par sa nature, tel que transmette le


maximum de rayonnement solaire et qu’elle soit opaque à l’infra-rouge. Il faut qu’elle soit
non hydrophobe elle doit aussi résister aux attaques du vent et des particules solides.

II.5.1.2 L’inclinaison

Son inclinaison par rapport à l’horizontale, pour déterminer la quantité d’énergie solaire
introduite dans le distillateur et pour minimiser la distance entre saumure et vitre l’angle
d’inclinaison doit faire l’objet d’un choix judicieux.

II.5.1.3 L’absorbeur

Il est appelé aussi plan noir ; il est construit généralement en métal peint en noir, et se
caractérise principalement par une absorptivité aussi voisine que possible de l’unité, une
bonne inertie thermique ainsi qu’une bonne résistance chimique à l’oxydation par les dépôts

21
minéraux de la saumure. Il est recouvert d'une mince couche de peinture noir mat, et il est
généralement choisit en aluminium ou en cuivre.

II.5.1.4 L’isolation des faces latérale du distillateur solaire

L’isolation des faces latérales a pour but d’éliminées les pertes (transfert de chaleur
avec le milieu extérieur).

II.5.2 Paramètres métrologiques


Les études faites par plusieurs chercheurs ont montré que les paramètres les plus
fréquemment retenus sont :
-L’intermittence des nuages ;
-La variation du rayonnement global incident et le rayonnement diffus ;
-Le vent et la température ambiante ;

II.5.3 Epaisseur de la saumure à distiller


L’épaisseur de l’eau ou de la saumure à distiller joue un grand rôle dans la production,
cette dernière est d’autant plus importante que l’épaisseur est faible, cependant plus
l’épaisseur est grande plus la distillation dure.

II.5.4 Paramètre optique

Ce sont les paramètres optiques (l’émissivité, l’absorptivité, la réflectivité et la


transitivité) de la surface de la couverture et de la surface absorbante.

II.6 Conception objective pour un distillateur solaire efficace

Pour un rendement élevé, le distillateur solaire devrait maintenir :


➢ Une température d’eau d’alimentation élevée.
➢ Une grande différence de température entre l’eau d’alimentation et la surface de
condensation.
➢ Une faible fuite de la vapeur.

En plus on doit surveiller les éléments suivants :


➢ Emplacement
➢ La facilité de nettoyage

22
II.7 Caractéristique d’un distillateur

En fonction de plusieurs grandeurs, un distillateur solaire peut se caractériser par :

II.7.1 Débit de l’eau distillée produite

C’est la production horaire du distillateur, qui représente la quantité d’eau distillée


produite par m2 de surface d’évaporation. Il est donné par la relation suivante :
𝑸𝒆𝒗𝒂𝒑
𝒎̇𝒅 = 𝟑𝟔𝟎𝟎
𝑳𝒗
𝑳𝒗 : Chaleur latente de vaporisation se calcule comme suit :

𝑻𝒊𝒊 =0.5× (𝐓𝐞𝐚𝐮 + 𝐓𝐯𝐢 )

Si 𝑻𝒊𝒊 ≤ 70

𝑳𝒗 =2493500 × (1-(9.5×10−4 × 𝑻𝒊𝒊 ) + (1.32× 10−7 × 𝑻𝒊𝒊 2 ) + (4.8× 10−9 ×𝑻𝒊𝒊 3 ))

Si 𝑻𝒊𝒊 >70

𝑳𝒗 =3161500 × (𝟏 – (7.6×10−4 × 𝑻𝒊𝒊 )) × (𝐓𝐞𝐚𝐮 − 𝐓𝐯𝐢 )× 𝐒𝐞𝐚𝐮

La quantité d’eau distillée accumulée après (𝑛) heures est obtenue par la somme de
̇
(𝑚𝑑) comme suit :
𝒏
𝑫𝒘 = ∑ 𝒎̇𝒅
𝟏

II.7.2 L’efficacité

➢ L’efficacité globale :
Elle représente le rapport entre la quantité d’énergie évaporée par m2 et la quantité
d’énergie globale incidente et est calculée comme suit :
𝑸𝒆𝒗𝒂𝒑
𝜼𝒊 =
𝑷𝒗

➢ L’efficacité interne :
Elle représente le rapport entre la quantité d’énergie évaporée par m2 et la quantité
d’énergie effectivement absorbée par la saumure par m2 de surface incidente et est
calculée comme suit :
𝑸𝒆𝒗𝒂𝒑
𝜼𝒊 =
𝜶𝒕 .𝑷𝒈

Avec :

23
𝑸𝒆𝒗𝒂𝒑 : Quantité de chaleur évaporée par m2 et par unité de temps.
𝑷𝒈 : Le flux solaire global reçu par mètre carré de surface horizontale, par unité de temps.
𝜶𝒕 : Le coefficient d'absorption global du distillateur.
Avec
𝜶𝒕= 𝜏𝑣.𝑒 + 𝜏𝑣 ∙ 𝜏𝑒 ∙ 𝑏
𝑒,𝑏 sont respectivement le facteur total d’absorption de l’eau et du fond du distillateur.
𝜏𝑒, 𝜏𝑣 sont respectivement le facteur de transmission de l’eau et de la vitre.

II.7.3 La performance [10]

On définit deux types de facteurs de performance : Facteur de Performance Brute


(F.P.B) et Facteur de Performance Horaire (F.P.H).

𝒒𝒖𝒂𝒏𝒕𝒊𝒕é 𝒅′ 𝒆𝒂𝒖 𝒑𝒓𝒐𝒅𝒖𝒊𝒕𝒆 𝒂𝒖 𝒃𝒐𝒖𝒕 𝒅𝒆 𝟐𝟒 𝒉𝒆𝒖𝒓𝒆𝒔


FPB =
𝒒𝒖𝒂𝒏𝒕𝒊𝒕é 𝒅′ é𝒏𝒆𝒓𝒈𝒊𝒆 𝒂𝒖 𝒃𝒐𝒖𝒕 𝒅𝒆 𝟐𝟒 𝒉𝒆𝒖𝒓𝒆𝒔

𝒒𝒖𝒂𝒏𝒕𝒊𝒕é 𝒅′ 𝒆𝒂𝒖𝒑𝒓𝒐𝒅𝒖𝒊𝒕𝒆𝒂𝒖𝒃𝒐𝒖𝒕𝒅′ 𝒖𝒏𝒆𝒉𝒆𝒖𝒓𝒆


FPH =
𝒒𝒖𝒂𝒏𝒕𝒊𝒕é 𝒅′ 𝒆𝒏𝒆𝒓𝒈𝒊𝒆𝒂𝒖𝒃𝒐𝒖𝒕𝒅′ 𝒖𝒏𝒆𝒉𝒆𝒖𝒓𝒆

24
Chapitre III : Étude théorique du distillateur solaire
III.1 Bilans énergétiques dans un distillateur simple [11]

Les modes de transferts de chaleur les plus connus sont par conduction, par
rayonnement, par convection, et parfois suivi par évaporation au niveau de la saumure, se
déroulant simultanément lors de la mise en marche de la machine de distillation.
Cependant, nous allons mettre en évidence deux catégories de transferts de chaleur qui
s’appliquent pour chaque unité de distillation, constituant ainsi le bilan énergétique qui sont :

- Les transferts de chaleur externes :


Les échanges de chaleur entre l’enveloppe du distillateur et le milieu ambiant suscitant un
bilan thermique global extérieur.

- Les transferts de chaleur internes :


Les échanges de chaleur à l’intérieur de la chambre du distillateur solaire constituent le bilan
thermique intérieur.

III.2 Modélisation mathématique

Figure III.23 : Bilans énergétiques d’un distillateur solaire simple

L’étude d’un distillateur solaire à effet de serre nécessite une analyse thermique
détaillée. Cette modélisation est possible si on fait certaines hypothèses et simplification.

Dans notre présent rapport les hypothèses suivantes ont été faites :

- La couverture est propre.


- Régime d’écoulement est considéré transitoire.

25
- La température de chaque composant est uniforme.
- Le soleil est assimilé à un corps noir.
- La chaleur perdue par addition d’eau d’appoint et celle emportée par le distillat sont
supposées négligeables.
- Les parois latérales sont supposées adiabatiques.
- Les propriétés physiques des matériaux sont considérées constantes.
- La condensation se fait uniquement sur la couverture (il n’y a pas de condensation
sur les parois latérales).
- La condensation de l’eau sur la couverture est homogène et continue (le verre
possède une bonne mouillabilité) et elle se fait uniquement sur la vitre.
- La chaleur perdue par addition d’eau d’appoint et celle emportée par le distillat sont
supposées négligeables.

En prenant en compte les hypothèses citées nous avons établi les échanges thermiques
au niveau de chaque partie du distillateur.

Nous approchons le fonctionnement réel du distillateur par l’utilisation de la méthode


dite des nœuds (Loi de Kirchhoff). Cette méthode nous permet de découper notre système de
distillateur en plusieurs sous-systèmes. Nous écrivons donc, pour chaque nœud du distillateur,
l’équation du bilan de puissance lui correspondant, puis nous simulons le fonctionnement
selon la méthode dite « pas à pas », ceci nécessite l’écriture des équations en régime
transitoire.
Considérons une section quelconque du système à l’instant t, soit (i) l’un des milieux
représentés dans cette section, (𝑴𝒊 ) sa masse en [Kg], (𝑪𝒑𝒊 ) sa chaleur spécifique en [J/Kg.
°C], et sa température en [°C].

Le bilan au nœud (i) donné par :


𝑴𝒊 ×𝑪𝒑𝒊 𝒅𝑻𝒊
× = ∑𝒏𝒊=𝟏 𝑸𝒊𝒋 + 𝑷𝒊
𝑨𝒊 𝒅𝒕

En régime transitoire, les équations régissant le bilan thermique au niveau de chaque


partie du distillateur, s’écrivent comme ceci :

III.2.1 Bilan du vitrage

Au niveau de la vitre ; la fraction absorber de la densité de flux incident 𝑃𝑣 est


également répartis entre la face intérieure est extérieure ; l’équation s’écrit comme ceci :

- A la face extérieure :

𝑴𝒗 ×𝑪𝒑𝒗 𝒅𝑻𝒗,𝒆 𝑷𝒗
× =𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅:𝒗.𝒆− 𝒗.𝒊 − 𝐐𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒆−𝒄𝒊𝒆𝒍 − 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒂 +
𝟐𝑨𝒗 𝒅𝒕 𝟐

26
• 𝑴𝒗 : La masse de la vitre
• 𝑪𝒑𝒗 : Chaleur massique à pression constante
• 𝑨𝒗 :la surface de la vitre
• 𝑻𝒗,𝒆 :la température de la vitre extérieure
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅:𝒗.𝒆− 𝒗.𝒊: La densité de flux thermique par conduction perdu par le sous-système
(face extérieure de la vitre) ; à cause de la diffèrent de température entre la face
extérieure et intérieure.
• 𝐐𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒆−𝒄𝒊𝒆𝒍 : La densité de flux thermique par rayonnement perdu par la vitre vers
l’extérieur.
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒂 : La densité de flux thermique par convection perdu par la vitre vers
l’extérieur.
• 𝑷𝑣 : La densité de flux thermique absorbé par la vitre du distillateur solaire
𝝀𝐯
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅:𝒗.𝒆− 𝒗.𝒊 =− 𝒆𝒗
×( 𝑻𝒗,𝒆 − 𝑻𝒗,𝒊 )
- 𝝀𝑎𝑏𝑠 : Conductivité thermique de l’absorbeur.
- 𝒆𝒂𝒃𝒔 : Épaisseur de l’absorbeur.

• 𝐐𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒆−𝒄𝒊𝒆𝒍 = 𝒉𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒆−𝒄𝒊𝒆𝒍 ×( 𝑻𝒗.𝒆 − 𝑻𝒄𝒊𝒆𝒍 )


• 𝒉𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒆−𝒄𝒊𝒆𝒍 : Coefficient d’échange de chaleur par rayonnement entre la
face de la vitre extérieure et le ciel
• 𝑻𝒄𝒊𝒆𝒍 : Température du ciel il est approché par la relation suivante :

𝑻𝒄𝒊𝒆𝒍 = 0.0552 𝑇𝑎 1.5

𝒉𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒆−𝒄𝒊𝒆𝒍 = 𝑣 ×σ×( 𝑇²𝑣.𝑒 + 𝑇²𝑐𝑖𝑒𝑙 )×( 𝑇𝑣.𝑒 + 𝑇𝑐𝑖𝑒𝑙 )

- σ : Constant de Stephane-Boltzmane = 5.6697×10−8W/ (m2 .K 4 )


- 𝑇𝑎 : 𝑒𝑠𝑡 𝑙𝑎 𝑡𝑒𝑚𝑝 𝑑𝑒 𝑎𝑚𝑏𝑖𝑎𝑡
- 𝑣 : Emissivité de la vitre
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒂 = 𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒂 ×(𝑻𝒗.𝒆 − 𝑻𝒂 )

• 𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒂 : Le coefficient d’échange par convection entre la faceexterne


de la vitre et l’air ; il est donné par la relation suivante :
𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒂 =5.7 + 3.8 ∙ 𝑉

Avec V : la vitesse moyenne de l’air

- A la face intérieure :

𝑴𝒗 ×𝑪𝒑𝒗 𝒅𝑻𝒗,𝒊 𝑷𝒗
× = −𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅:𝒗.𝒆− 𝒗.𝒊 + 𝐐𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒊−𝒆𝒂𝒖 + 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒆𝒂𝒖 + 𝑸𝒆𝒗𝒂𝒑 +
𝟐𝑨𝒗 𝒅𝒕 𝟐

• 𝑻𝒗,𝒊 : la température de la vitre intérieure

27
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅:𝒗.𝒆− 𝒗.𝒊 : La densité de flux thermique par conduction reçu par le sous-système
(face intérieure de la vitre)
• 𝑸𝒆𝒗𝒂𝒑 : la densité de flux thermique par évaporation perdu par l’eau et reçu par la
vitre
• 𝐐𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒊−𝒆𝒂𝒖 : La densité de flux thermique par rayonnement perdu par la face
intérieure de la vitre vers l’eau
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒆𝒂𝒖 : La densité de flux thermique par convection perdu à cause de la
condensation de l’eau sur la face intérieure de la vitre

• 𝐐𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒊−𝒆𝒂𝒖 = 𝒉𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒊−𝒆𝒂𝒖 ×( 𝑻𝒆𝒂𝒖 − 𝑻𝒗.𝒊 )

- 𝒉𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒊−𝒆𝒂𝒖 : Coefficient d’échange de chaleur par rayonnement entre la


face de la vitre intérieure et l’eau
σ×( 𝑇²𝑒𝑎𝑢 + 𝑇²𝑣.𝑖 ) ×( 𝑇𝑒𝑎𝑢 +𝑇𝑣.𝑖 )
𝒉𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒊−𝒆𝒂𝒖 = 1 1
+ −1
𝜀𝑒𝑎𝑢 𝜀𝑔

- 𝜺𝒆𝒂𝒖 : Émissivité de l’eau.


- 𝜺𝒈 : Émissivité de la vitre.
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒆𝒂𝒖 =𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒆𝒂𝒖 ×(𝑻𝒆𝒂𝒖 − 𝑻𝒗.𝒊 )

- 𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒆𝒂𝒖 : Coefficient d’échange de chaleur par convection entre


l’eau et la face interne de la vitre ; il est donné par la relation suivante :
1
(𝑃𝑒𝑎𝑢 − 𝑃𝑣.𝑖 )(𝑇𝑣.𝑖 ) 3
𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒆𝒂𝒖 = 0.884 [𝑇𝑒𝑎𝑢 − 𝑇𝑣.𝑖 + ]
268.9 103 − 𝑃𝑒𝑎𝑢

- 𝑃𝑒𝑎𝑢 : Pression de vaporisation à 𝑇𝑒𝑎𝑢


- 𝑃𝑣.𝑖 : Pression de vaporisation à 𝑇𝑣.𝑖

Pour une plage de température comprise entre 283°K et 263°K ; la pression de


vaporisation au niveau de de l’eau (saumure) et la face intérieure de la vitre sont donné par la
relation suivante :
5144
𝑷𝒆𝒂𝒖 = exp( 25.317 − )
𝑇𝑒𝑎𝑢

5144
𝑷𝒗.𝒊 = exp( 25.317 − )
𝑇𝑣.𝑖

• 𝑸𝒆𝒗𝒂𝒑 =𝒉𝒆𝒗𝒂𝒑 ×(𝑻𝒆𝒂𝒖 − 𝑻𝒗.𝒊 )

- 𝒉𝒆𝒗𝒂𝒑 : Coefficient d’échange de chaleur par évaporation de l’eau

𝑃𝑒𝑎𝑢 − 𝑃𝑣.𝑖
𝒉𝒆𝒗𝒂𝒑 = 16.273.10−3 ×ℎ𝑐𝑜𝑛𝑣:𝑣−𝑒𝑎𝑢 ×
𝑇𝑒𝑎𝑢 −𝑇𝑣.𝑖

28
III.2.2 Bilan de l’eau (saumure)

𝑴𝒆 ×𝑪𝒑𝒆 𝒅𝑻𝒆
× = 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗 :𝒂𝒃𝒔−𝒆𝒂𝒖 − 𝐐𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒊−𝒆𝒂𝒖 − 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗 :𝒗.𝒊−𝒆𝒂𝒖 − 𝑸𝒆𝒗𝒂𝒑 + 𝑷𝒆
𝑨𝒆 𝒅𝒕

• 𝑻𝒆 : Température de l’eau (saumure)


• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒂𝒃𝒔−𝒆𝒂𝒖 : La densité de flux thermique par convection entre l’eau et l’absorbeur
• 𝐐𝒓𝒂𝒅∶𝒗.𝒊−𝒆𝒂𝒖 : la densité de flux thermique par rayonnement entre le film d’eau et le
vitrage.
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒆𝒂𝒖 : la densité de flux thermique par convection entre le film d’eau et le
vitrage.
• 𝑷𝒆 : La densité de flux thermique absorbé par l’eau
La chaleur échangée entre la saumure et le bac absorbant de la longueur caractéristique
𝐿𝑐 ; se fait par convection naturelle.
(Convection naturel : la corrélation de transfert de chaleur est généralement exprimée en
termes de nombre de Rayleigh à la puissance n multiplie par une autre constante C ; qui sont
tous les deux déterminer expérimentalement)

• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒂𝒃𝒔−𝒆𝒂𝒖 =𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒂𝒃𝒔−𝒆𝒂𝒖 ×( 𝑻𝒂𝒃𝒔 − 𝑻𝒆𝒂𝒖 )


𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒂𝒃𝒔−𝒆𝒂𝒖 : Coefficient d’échange de chaleur par convection entre l’absorbeur et l’eau.
Dans ce type de problème, les corrélations expérimentales aboutissent à des relations de la
forme :
Nu=C (𝐺𝑟 × 𝑃𝑟)𝑛 = C (𝑅𝑎)𝑛

Les constant C & n dépend généralement du régime laminaire ou turbulent et du type


d’écoulement (interne ou externe).

𝝀e
𝟏 × ; 𝑠𝑖 𝐺𝑟 ≤ 105
𝐿𝑐
𝝀e 𝝀e
𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒂𝒃𝒔−𝒆𝒂𝒖 = 𝑵𝒖 × = 𝟎. 𝟓𝟒 × 𝑹𝒂𝟎.𝟐𝟓 × 𝐿𝑐
; 𝑠𝑖 105 < 𝐺𝑟 ≤ 2.107
𝐿𝑐
𝝀e
{ 𝟎. 𝟏𝟒 × 𝑹𝒂𝟎.𝟑𝟑 × ; 𝑠𝑖 𝐺𝑟 > 2.107
𝐿𝑐

Avec Gr ; Nu et Pr sont respectivement les nombres adimensionnels nommé comme suit


nombre de Grashof ; nombre Nusselt et nombre de Prandtl.

𝛽.𝑔.𝐿3 .𝜌2 .Δ 𝑇
𝐺𝑟 : 𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒𝑑𝑒𝐺𝑅𝐴𝑆𝐻𝑂𝐹⇒ 𝐺𝑟 =
µ2
• β : Coefficient de dilatation de l’eau a pression cste en 𝐾 −1 .
• L : Longueur du bac absorbant en (m).
• ρ: La masse volumique de l’eau en (Kg/𝑚3 ).
29
• g : L’accélération en (𝑚2 /s).
• 𝜇 : La viscosité dynamique en (Kg/m. s).
• Δ 𝑇= 𝑻𝒂𝒃𝒔 − 𝑻𝒆𝒂𝒖

Les valeurs C et n sont en fonction du nombre de Grashoff :

Pour un débit laminaire 𝑠𝑖 105 < 𝐺𝑟 ≤ 2.107 C = (0,54λ) /L n=1/4


Pour un débit turbulent 𝑠𝑖 𝐺𝑟 > 2.107 C=0,14 n=1/3

µ.𝐶𝑝
𝑃𝑟 : 𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒𝑑𝑒 PRANDTL ⇒𝑃𝑟 = 𝜆
Notons que Ra= Gr. Pr est appelé nombre de Rayleigh

III.2.3 Bilan de l’absorbeur

𝑴𝒂𝒃𝒔×𝑪𝒑𝒂𝒃𝒔 𝒅𝑻𝒂𝒃𝒔
× = 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅:𝒂𝒃𝒔−𝒊𝒔𝒐.𝒊 − 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒂𝒃𝒔−𝒆𝒂𝒖 + 𝑷𝒂𝒃𝒔
𝑨𝒂𝒃𝒔 𝒅𝒕

• 𝑻𝒂𝒃𝒔 : Température de l’absorbeur


• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅:𝒂𝒃𝒔−𝒊𝒔𝒐.𝒊 : La densité de flux thermique par conduction perdu par l’absorbeur est
reçue par isolant.
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒂𝒃𝒔−𝒆𝒂𝒖 : La densité de flux thermique par convection perdu par l’absorbeur
vers l’eau.
• 𝑷𝒂𝒃𝒔 : La densité de flux thermique absorbé par l’absorbeur.
𝝀 abs
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅:𝒂𝒃𝒔−𝒊𝒔𝒐.𝒊 =− ×( 𝑻𝒂𝒃𝒔 − 𝑻𝒊𝒔𝒐.𝒊 )
𝒆𝒂𝒃𝒔
- 𝝀𝑎𝑏𝑠 : Conductivité thermique de l’absorbeur.
- 𝒆𝒂𝒃𝒔 : Épaisseur de l’absorbeur.

III.2.4 Bilan de l’isolant

Pour réduire les pertes de chaleur à travers la base, nous utilisons un isolant thermique.
Le côté intérieur du distillateur reçoit la chaleur perdue de l’absorbeur et le coté extérieur cède
de la chaleur vers l’extérieur par rayonnement et par convection, d’où l’équation :

- Au niveau de la face intérieure :

𝑴𝒊𝒔𝒐 ×𝑪𝒑𝒊𝒔𝒐 𝒅𝑻𝒊𝒔𝒐.𝒊


× =−𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅:𝒂𝒃𝒔−𝒊𝒔𝒐.𝒊 − 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅∶𝒊𝒔𝒐.𝒊−𝒊𝒔𝒐.𝒆
𝟐𝑨𝒊𝒔𝒐 𝒅𝒕

• 𝑻𝒊𝒔𝒐.𝒊 : Température intérieure de l’isolant

30
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅∶𝒊𝒔𝒐.𝒊−𝒊𝒔𝒐.𝒆 : La densité de flux thermique par conduction perdu par le sous-
système (face extérieure de l’isolant) ; à cause de la diffèrent de température entre la
face extérieure et intérieure.
𝝀 iso
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅∶𝒊𝒔𝒐.𝒊−𝒊𝒔𝒐.𝒆 = − ×(𝑻𝒊𝒔𝒐.𝒆 − 𝑻𝒊𝒔𝒐.𝒊 )
𝒆𝒊𝒔𝒐
- 𝝀𝑖𝑠𝑜 : Conductivité thermique de l’isolant.
- 𝒆𝒊𝒔𝒐 : Épaisseur de l’isolant.

- Au niveau de la face extérieure :

𝑴𝒊𝒔𝒐 ×𝑪𝒑𝒊𝒔𝒐 𝒅𝑻𝒊𝒔𝒐.𝒆


× =𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅∶𝒊𝒔𝒐.𝒊−𝒊𝒔𝒐.𝒆 − 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒂 − 𝐐𝒓𝒂𝒅:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒔𝒐𝒍𝒍
𝟐𝑨𝒊𝒔𝒐 𝒅𝒕

• 𝑻𝒊𝒔𝒐.𝒆 : Température extérieure de l’isolant


• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒅∶𝒊𝒔𝒐.𝒊−𝒊𝒔𝒐.𝒆 : La densité de flux thermique par conduction reçu par la face
extérieure de l’isolant
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒂 : La densité de flux thermique par convection perdu par la face extérieure
de l’isolant vers ambiance.
• 𝐐𝒓𝒂𝒅:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒔𝒐𝒍 : La densité de flux thermique par rayonnement perdu par l’isolant vers
le sol
• 𝐐𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒂 = 𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒂 ×( 𝑻𝒊𝒔𝒐.𝒆 − 𝑻𝒂 )

- 𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒂 : Coefficient d’échange de chaleur par convection entre


l’isolant et l’air ambiant
Avec : 𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒂 = 𝒉𝒄𝒐𝒏𝒗:𝒗−𝒂 = 5.7 + 3.8 ∙ 𝑉

• 𝐐𝒓𝒂𝒅:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒔𝒐𝒍 = 𝐡𝒓𝒂𝒅:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒔𝒐𝒍 ×( 𝑻𝒊𝒔𝒐.𝒆 − 𝑻𝒔𝒐𝒍 )

- 𝐡𝒓𝒂𝒅:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒔𝒐𝒍 : Coefficient d’échange de chaleur par rayonnement entre


la face extérieure de l’isolant et le sol.
- 𝜺𝒊𝒔𝒐 : Émissivité de l’isolant.

𝐡𝒓𝒂𝒅:𝒊𝒔𝒐.𝒆−𝒔𝒐𝒍 = 𝜺𝒊𝒔𝒐×σ×( 𝑻²𝒊𝒔𝒐.𝒆 + 𝑻²𝒔𝒐𝒍 )×( 𝑻𝒊𝒔𝒐.𝒆 + 𝑻𝒔𝒐𝒍 )

III.4 Calcul des puissances absorbées par les différents composants du


distillateur
III.4.1 Puissance absorbée par la vitre

𝐏𝒗 =R ×𝝉𝒗 × G

III.4.2Puissance absorbée par la nappe d’eau

𝐏𝒆𝒂𝒖 = 𝐆(𝝉𝒗 𝜶𝒆𝒂𝒖 + 𝝉𝒗 𝜶𝒂𝒃𝒔 𝝉𝒆𝒂𝒖 )

31
III.4.3 Puissance absorbée par le bac absorbant

𝐏𝒂𝒃𝒔 = 𝐆𝝉𝒆𝒂𝒖 𝜶𝒂𝒃𝒔 (𝟏 − 𝜶𝒆𝒂𝒖 )


Avec G ; R ; 𝝉𝒗 ; 𝒆𝒂𝒖 &𝜶𝒂𝒃𝒔 ;𝒆𝒂𝒖 sont respectivement : Puissance solaire incidente ; les
coefficients de réflexion ; transmission et d’absorption

III.5 Résolution des équations du bilan énergétique en utilisant la méthode


des différences finie :

III.5.1Développement des équations du bilan

Si en remplaçant les expressions des chaleurs dans les équations du bilan et considéré
tous les systèmes à l’instant (t - 𝒅𝒕) et (t) <approximation à gauche pour la dérivée
temporelle > (schéma implicite) ; on obtient les relations suivantes :

III.5.1.1Bilan du vitrage

Au niveau de la face extérieure :

t t−dt
Mv × Cpv Tve − Tve λv t t t t
Pv
× = − × (Tve – Tvi ) − hrad.v.e_ciel (Tve − Tciel ) − hconv:v−a (Tve − Ta ) +
2Av Δt ev 2

Après développement on obtient :

t )
Mv × cpv λv λv t
(Tve ×( + + hrad.v.e_ciel + hconv:v.e_a ) − × (Tvi )
2Av Δt ev ev
mv × cpv t−dt
Pv
= × (Tve ) + hrad:v.e_ciel × (Tciel ) + hconv:v.e_a × (Ta ) +
2Av Δt 2

Soit :

• 𝐭 )
𝜶𝟏𝟏 (𝐓𝐯𝐞 𝐭
+ 𝜶𝟏𝟐 (𝐓𝐯𝐢 ) = 𝜷𝟏 (1)
Mv ×cpv λ
• 𝜶𝟏𝟏 = 2A + ev + hrad:v.e_ciel + hconv:v.e_a
v Δt v
λv
• 𝜶𝟏𝟐 = − e
v
Mv ×cpv Pv
• 𝜷𝟏 = 2A Δt × (Tve t−dt
) + hrad:v.e_ciel × (Tciel ) + hconv:v.e_a × (Ta ) + 2
v

Au niveau de la face intérieure :

t t−dt
Mv × cpv (Tvi − Tvi )
×
2Av Δt
λv t t t t t t
= × (Tve − Tvi ) − hrad:eau−vi × (Tvi − Teau ) − hconv:eau−vi × (Tvi − Teau )
ev
t t
Pv
− hévap × (Tvi − Teau )+
2
32
Après développement on obtient :

t Mv × cpv λv
Tvi ×( + + hrad:eau−vi + hconv:eau−vi + hévap )
2Av Δt ev
t t )
λv
− Teau × (hrad:eau−vi + hconv:eau−vi + hévap ) − (Tve ×
ev
t−dt mv × cpv Pv
= (Tvi )× +
2Av Δt 2

Soit :

• 𝐭 )
𝜶𝟐𝟏 (𝐓𝐯𝐞 𝐭
+ 𝜶𝟐𝟐 (𝐓𝐯𝐢 t
) + 𝜶𝟐𝟑 (Teau ) = 𝜷𝟐 (2)

λv
• 𝜶𝟐𝟏 =− ev
Mv ×cpv λv
• 𝜶𝟐𝟐 = + + hrad:eau−vi + hconv:eau−vi + hévap
2AvΔt ev
• 𝜶𝟐𝟑 = −(hrad:eau−vi + hconv:eau−vi + hévap )

Mv ×cpv Pv
• t−dt
𝜷𝟐 = (Tvi )× 2Av Δt
+ 2

III.5.1.2 Bilan de l’eau (saumure)

t t−dt
Meau ×cpeau
Aeau
× Teau−ΔtTeau = t
hconv:abs.eau × (Tabs t
− Teau t
) − hconv:eau.vi × (Teau t
− T𝑣𝑖 )−
t t t t
hévap × (Teau − Tvi ) − hrad.e.vi × (Teau − Tvi ) + 𝑃𝑒𝑎𝑢

Après développement :

t
Me × cpe
Teau ( + hconv:abs.eau + hconv:eau.vi + hévap + hrad:eau.vi )
Ae Δt
t t
− Tvi (hconv:eau.vi + hévap + hrad.eau.vi ) − Tabs × hconv:abs.eau
t−dt
M eau × cp eau
= Teau ×( ) + Peau
Aeau Δt

Soit :

• 𝐭
𝜶𝟑𝟐 (𝐓𝐯𝐢 𝐭 )
) + 𝜶𝟑𝟑 (𝐓𝐞𝐚𝐮 t
+ 𝜶𝟑𝟒 (Tabs ) = 𝜷𝟑 (3)
• 𝜶𝟑𝟐 =− (hconv:eau.vi + hévap + hrad.eau.vi)
Me ×cpe
• 𝜶𝟑𝟑 = Ae Δt
+ hconv:abs.eau + hconv:eau.vi + hévap + hrad:eau.vi
• 𝜶𝟑𝟒 = −hconv:abs.eau
M ×cpeau
• t−dt
𝜷𝟑 = Teau × ( eau
A Δt
) + Peau
eau

III.5.1.3 Bilan de l’absorbeur

t t−dt
Mabs × cpabs (Tabs − Tabs ) t t
λabs t t
× = −hconv:abs−eau × (Tabs − Teau )− × (Tabs − Tiso.i ) + Pabs
Aabs Δt eabs

33
Après développement :

t Mabs × cpabs λabs t ) t λabs


Tabs ×( + hconv:abs−eau + ) − (Teau × hcond:abs−eau − (Tiso.i )×
Aabs Δt δabs eabs
t−dt M abs × cp abs
= Pabs + Tabs ×( )
Aabs × Δt

Soit :

• 𝐭 )
𝜶𝟒𝟑 (𝐓𝐞𝐚𝐮 𝐭
+ 𝜶𝟒𝟒 (𝐓𝐚𝐛𝐬 t
) + 𝜶𝟒𝟓 (Tiso.i ) = 𝜷𝟒 (4)
• 𝜶𝟒𝟑 : −hconv :abs−eau
M ×cp λ
• 𝜶𝟒𝟒 ∶ abs abs + hconv:abs−eau + abs
Aabs Δt eabs
λabs
• 𝜶𝟒𝟓 : −
eabs
Mabs ×cpabs
• t−dt
𝜷𝟒 : Pabs + Tabs ×( Aabs ×Δt
)

III.5.1.4 Bilan de l’isolant


Au niveau de la face intérieure :

t
Miso.i × cpiso.i Tiso.i − Tiso.i
t−dt
λabs t t λiso t t
× = × (Tabs − Tiso.i )+ × (Tiso.e − Tiso.i )
2Aiso Δ𝑡 eabs eiso
Après développement :

t Miso.i × cpiso.i λiso λabs t λiso t λabs t−dt Miso.i × cpiso.i


Tiso.i ×( + + ) − Tiso.e ×( ) − Tabs ×( ) = Tiso.i ×( )
2Aiso Δt eiso eabs δiso eabs 2Aiso Δt

Soit :
𝐭 𝐭 t
𝜶𝟓𝟒 (𝐓𝐚𝐛𝐬 ) + 𝜶𝟓𝟓 (𝐓𝐢𝐬𝐨.𝐢 ) + 𝜶𝟓𝟔 (Tiso.e ) = 𝜷𝟓 (5)
λ
• 𝜶𝟓𝟒 = − eabs
abs
λ
• 𝜶𝟓𝟔 = − eiso
iso
Miso.i ×cpiso.i λ λ
• 𝜶𝟓𝟓 = 2Aiso Δt
+ eiso + eabs
iso abs
Miso.i ×cpiso.i
• 𝜷𝟓 = t−dt
Tiso.i × ( 2A Δt )
iso

Au niveau de la face extérieure :


t
Miso.e × cpiso.e Tiso.e − Tiso.e
t−dt
×
2Aiso Δ𝑡
λiso t t t
=− × (Tiso.e − Tiso.i ) − hrad:iso.e_sol × (Tiso.e − Tsol )
eiso
t
− hconv.iso_a × (Tiso.e − Ta )

34
Après développement :

t Miso.e × cpiso.e λiso λiso t


Tiso.e ×( + + hrad;iso.e_sol + hconv:iso_a ) − × Tiso.i
2Aiso Δt eiso eiso
t−dt Miso.e × cpiso.e
= Tiso.e ×( ) + Tsol × hrad:iso.e_sol + Ta × hconv:iso_a
2Aiso Δt

Soit :

• 𝐭
𝜶𝟔𝟓 (𝐓𝐢𝐬𝐨.𝐢 t
) + 𝜶𝟔𝟔 (Tiso.e ) = 𝜷𝟔 (6)
λ
• 𝜶𝟔𝟓 = − iso
eiso
Miso.e ×cpiso.e λ
• 𝜶𝟔𝟔 = 2A Δt + eiso + hrad:iso.e−𝑠𝑜𝑙 + hconv:iso−𝑎
iso iso
M ×cpiso.e
• t−dt
𝜷𝟔 = Tiso.e × ( iso.e
2Aiso Δt
) + Tsol × hrad:iso.e_sol + Ta × hconv:iso_a

III.6 La forme matricielle des équations du bilan


Depuis les relations (1) ; (2) ; (3) ; (4) ; (5) & (6) ; le système peut s’écrire sous la
forme matricielle suivant :

𝛼𝑋=β
Avec :

• 𝛼: Matrice tri-diagonale de composent 𝛼𝒊𝒋


• 𝜷 ∶Vecteur de composant (𝜷𝒊 ) ; 1≤ i ≤ 6
• X : Vecteur de composant𝑻𝒕 𝒔𝒐𝒖𝒔−𝒔𝒚𝒔𝒕 ; Le sous-système : (v.e ; v.i ; eau ; abs ; iso.i ;
iso.e).
La matrice est donnée comme se suit :
t
Tv.e 𝜷𝟏
𝜶𝟏𝟏 𝜶𝟏𝟐 0 0 0 0
t
Tv.i 𝜷𝟐
𝜶𝟐𝟏 𝜶𝟐𝟐 𝜶𝟐𝟑 0 0 0
0 𝜶𝟑𝟐 𝜶𝟑𝟑 𝜶𝟑𝟒 0 0 t
Teau 𝜷𝟑
× t =
0 0 𝜶𝟒𝟑 𝜶𝟒𝟒 𝜶𝟒𝟓 0 Tabs 𝜷𝟒
0 0 0 𝜶𝟓𝟒 𝜶𝟓𝟓 𝜶𝟓𝟔 t
Tiso.i 𝜷𝟓
( 0 0 0 0 𝜶𝟔𝟓 𝜶𝟔𝟔 ) t
(Tiso.e ) (𝜷𝟔 )

Finalement on va trouver les (𝑻𝒕 𝒔𝒐𝒖𝒔−𝒔𝒚𝒔𝒕 ) à partir des (𝑻𝒕−𝒅𝒕 𝒔𝒐𝒖𝒔−𝒔𝒚𝒔𝒕 ) (les condition
initiale) nécessite ici la résolution d’un système. Le système est ici tri-diagonal on peut le
résoudre facilement par l’algorithme de Thomas, spécialement adapté aux matrices bandes

III.7 Résolution numérique et résultats


Dans notre système, nous avons utilisé un programme de simulation numérique
développé en langage Matlab, dont le principe consiste à mettre en valeur l’évolution des
températures des différents composants du distillateur solaire dans les temps considérés soit à
partir de 1 heures jusqu’à 24 heures de la journée choisie.

35
Les calculs sont effectués à partir d’un temps initial « t0 », pour lequel est affectée une
température initiale pour chaque composant du distillateur solaire avec un pas de temps égale
à une heure.
Les paramètres qui interviennent dans un premier lieu, sont les données
météorologiques de la journée considérée.
Par ailleurs, on peut citer les paramètres les plus importants tels que :
• La température ambiante.
• La vitesse du vent.
• La température du ciel qui est fonction de la température ambiante.
III.7.1Organigramme
initilation des
lecture des
Début vecteur
donnée
solution

temp i=1

FIN calcule des coeff.


i≤24 d'achange de
chaleur

calcule des
temp i=i+1 puissance &
pression

mise a jour des calcule les element


vecteure solution de matrice

resolution de la
matrice

36
III.7.2 Résultats théorique
Les figures suivantes présentes la variation des températures en fonction des données
métrologiques de TAZA durant le (15/07/2004 ; 15/07/2005 &15/072006). La température du
bac atteint une valeur maximale respectivement 327 ºK, 331 ºK & 332 ºK, ceci s’explique par
le coefficient d’absorption assez élevée de la peinture noir. La température de l’eau est proche
de celle du bac, cette dernière est chauffée surtout par convection. La faiblesse de la
température de la vitre à celle de l’eau s’explique par l’échange convectif avec l’ambiant, ceci
permet à la vapeur d’eau de se condenser sur la face intérieure de la vitre.

Figure III.24 : Evolution de température 2004

Figure III.25 : Evolution de température 2005

37
Figure III.26 : Evolution de température 2006

Le débit de condensat varie de la même manière que le rayonnement solaire pour les années
2004 ;2005 & 2006 comme montre la figure suivante :

FigureIII.27 : masse de l’eau condensée

38
Chapitre IV. REALISATION PRATIQUE D’UN
DISTILLATEUR SOLAIRE A EFFET DESERRE

Dans ce chapitre, on va exposer les étapes de réalisation de notre maquette d’un


distillateur solaire à effet de serre. Et par la suite en va tester notre dispositif expérimental
dans le site de Taza à savoir :
- Mesure de la température de l’absorbeur, eau et vitrage journalier ;
- Mesure du taux d’eau distillé d’une seule journée.

IV.1 CONCEPTION DU DISTILLATEUR SOLAIRE


Le distillateur solaire utilisé est d’une conception très simple. Il s’agit d’un distillateur
simple à effet de serre ; il présente l’avantage d’être facile à construire et surtout à maintenir.

IV.1.1 Bac absorbant


Les dimensions de la surface de
l’absorbeur sont :
Longueur : 94.9 cm
Largeur : 64.9 cm
Epaisseur : 1mm
Hauteur : 47.9 cm & 15.9 cm

Figure IV.28 : bac absorbant en CATIA

IV.1.2 Couverture (verre)


Les dimensions de la vitre sont :
Longueur : 103 cm
Largeur : 68.5 cm
L’épaisseur : 5.5 mm

Figure IV.29 : Couverture en CATIA

On a choisi un verre ordinaire pour son bonne conductivité thermique ; sa bonne


transmission du rayonnement visible et sa mouillabilité.
Pour assurer une bonne étanchéité entre la vitre et les autres constituants du distillateur
on a utilisé du silicone.

39
IV.1.3 L’isolant thermique
L’isolation thermique du distillateur est en laine de roche
Les dimensions de l’isolant
thermique sont :
Longueur : 90 cm
Largeur : 60 cm
Epaisseur : 5 cm
Hauteur : 48 cm & 16 cm

Figure IV. 30 : L’isolant thermique en CATIA

IV.1.4 Couverture extérieure


Le coffre du distillateur est réalisé en bois. Les dimensions de la couverture extérieure
sont :
Longueur : 100 cm
Largeur : 70 cm
Epaisseur : 1.5 cm
Hauteur : 53 cm & 21 cm

Figure IV. 31 : Couverture extérieure en CATIA


IV.1.5Tuyauterie
Matière : plastique
Les dimensions :
Diamètre : 3.2cm& 65cm
Longueur :1m & 500cm

Figure IV. 32 : Tuyauterie de la sortie d'eau distillat en Figure IV. 33 : Tuyauterie d'entrée d'eau saumâtre en
CATIA CATIA
40
IV.2 Composants standards
Ces composants ont été choisi selon la disponibilité sur le marché. Ces composants sont
résumés dans le tableau suivant :

Matière Quantité Observation

Laine de roche 4 plaques 1,2 m &


0,60 m

Verre ordinaire 1 (1,03m & 0,7m)

7 plaques 40cm
&51cm
Tôle aluminium

Bois 4 plaques 1m & 1m

Thermocouple type K 5 câbles

1 MINI LCD
DIGITAL;
Thermometer 2-Channel 50~1300°C/-
Type K/J 58~2372°F DATA
HOLD FUNCTION

Silicone

41
4

Peinture noire

Colle

Scotch d’aluminium

Tuyau 2

IV.3Etapes de la Réalisation des composants du distillateur solaire

IV.3.1 Réalisation du coffre


Ce bac est immergé à l’intérieur d’une couche de laine de roche et recouvert d’un coffre en
bois, découpés en morceaux assemblés à l’aide d’une colle spéciale bois et fixés avec des vis.
IV.3.2 Réalisation du bac absorbant
Pour la réalisation du bac absorbant, il a suffi des papier aluminium on obtient la structure
qui est présentée dans la figure ci-dessous
IV.4Les étapes de montage :

42
Figure IV. 34 : Photo du distillateur solaire réalisé

43
IV.5 Cahiers de charge :
L'estimation du coût pour les différents composants est donnée dans le Tableau suivant.

Matériaux Coût (DH)


Bois 500 DH
Verre 95DH
Scotch d’aluminium 25DH
Tôle aluminium 5×16DH
Silicone 8×20DH
Peinture noire 5×20DH
Rouleau de peinture 10DH
Tuyau 15DH
Colle 5×8DH
Laine de roche 100DH
Thermometer + Cable type K +Transport 500DH
Totale 1625 DH
Tableau IV.5 : cahiers de charge
Le coût de fabrication est de 1625,00 DH,

IV.6 Résultats expérimentaux


IV.6.1 EXPERIENCES
Les essais ont été réalisés à FP de Taza université sidi Mohamed Ibn Abdellah Fès. Le
distillateur est dirigé vers le sud avec un angle de 20 dégrée.
Au cours des différents essais étalées sur 1 jours du mois de juillet, on a mesuré les
grandeurs suivantes :
• Les températures des différentes parties du distillateur et la température ambiante ;
• La production du distillat.
VI.6.1.1 Instrumentation générale
Les différentes mesures sont réalisées à l’aide des appareils suivants :
VI.6.1.1.1 Mesure de température
Thermocouples
Les différentes températures ont été mesurées par un thermocouple. Les thermocouples
sont de type K, fixés sur les parties du distillateur comme suit :
• Vitre intérieure
• L’eau
• Absorbeur
• Isolant intérieure
• Isolant extérieure

Balançoire
L’eau saumâtre utilisée est synthétique. Elle est préparée en dissolvant une quantité
connue de sel de cuisine ordinaire dans une quantité connue d’eau distillée C=10g/l.
La hauteur en eau saumâtre dans le bassin est 1cm qui correspondant à un volume de 5
litres d’eau saumâtre.

44
Tableau IV.6 : Les mesure de température et l’eau distillat (Journées 15 juillet
2019)
Heure 𝑻𝒗𝒊 𝑻𝒆𝒂𝒖 𝑻𝒂𝒃𝒔 𝑻𝒊𝒔𝒊 𝑻𝒊𝒔𝒆 𝑻𝒂𝒎𝒃 Masse d’eau
08 :00 302,30 301,20 302,40 300,60 300,60 296,00 0,00560 kg
09 :00 310,40 311,70 309,30 307,50 301,20 297,00 0,01360 kg
10 :00 321,70 326,20 327,10 322,20 304,00 301,00 0,06160 kg
11 :00 340,70 343,10 350,30 344,00 311,00 305,00 0,16360 kg
12 :00 343,60 349,00 353,70 350,60 316,40 305,00 0,35200 kg
13 :00 345,50 351,00 353,00 352,70 315,20 308,00 0,52060 kg
14 :00 348,10 351,40 355,30 354,00 317,70 309,00 0,47360 kg
15 :00 349,60 351,50 357,30 353,70 319,80 308,00 0,39860 kg
16 :00 345,50 348,00 352,20 350,30 320,80 307,00 0,28460 kg
17 :00 340,30 337,70 340,00 338,50 317,50 309,00 0,18560 kg
18 :00 333,50 328,00 328,50 327,70 315,90 310,00 0,10260 kg
19 :00 325,00 316,50 316,50 318,40 313,60 310,00 0,00560 kg

Masse totale de l’eau distillée : 2,5620 kg

Les deux figures suivantes montrent l’évolution des différentes températures de notre
distillateur et la quantité de distillat produite en fonction du temps, durant le 15 juillet 2019

Figure IV. 35 : courbes d’évolution des températures des diffèrent composant du distillateur
(Journées 15 juillet 2019)
Les valeurs de température maximale (vitre, nappe d’eau, absorbeur et isolant)
enregistrées entre 14h00 et 15h00.

45
Figure IV. 36 : courbes d’évolution de la quantité d’eau distillée en fonction du temps
(Journées 15 juillet 2019)
Aussi la production de l’eau distillée atteint la valeur maximale entre 14h00 et 15h00
qui correspondent au temps optimal dans lequel l’intensité de rayonnement solaire augmente.

VI.6.1.2 Comparaisons entre les résultats expérimentaux et théoriques


La comparaison entre la théorie et l’expérience a été faite pendant la période allant de
8h :00 à 19h :00 dans laquelle on a pu constater l’allure des courbes des températures de
l’absorbeur et l’eau des diffèrent année (2004, 2005&2006) par rapport au température
expérimentale du 2019 de la même journée (15 juillet) en fonction du temps.

D’après les courbes, on observe qu’il y a un écart entre les valeurs numériques et
expérimentales, cet écart est probablement dû aux hypothèses faites au chapitre 3, et aussi que
le thermocouple n’est pas étalonné.

46
Aussi on voit que la production expérimentale fait au (15 juillet2019) est grand comparent au
résultat théorique des année (2004, 2005&2006) de la même journée (15 juillet).

47
CONCLUSION GENERALE

Dans notre étude a visé principalement la distillatrice solaire conventionnel, ce dernier


est basé sur le principe de l’effet de serre.
Le distillateur se compose d’un bassin recouvert d’une couche noire absorbante et d’un
couvert transparent en verre ordinaire ou parfois en plastique mis en pente.
L’augmentation de la température due à l’effet de serre fait réchauffer l’eau qui
s’évapore.
Cette capacité d’évaporation grandit au fur et à mesure que la température augmente
jusqu’à ce que l’air atteigne sa saturation en vapeur d’eau.
La vapeur d’eau ainsi obtenue se condense sous le vitrage.
Les gouttelettes d’eau s’écoulent vers la partie inférieure du vitrage dans une gouttière
conduisant à un réservoir de stockage de récupération du distillat.
On constate également un fort gradient de température entre la nappe d’eau et la vitre,
ce qui favorise la condensation et l’évaporation.
Notre travail est composé de deux axes : un modèle de calcul numérique du distillateur
a été proposé ainsi que la conception et la réalisation d’un prototype à faible coût destiné
surtout pour les communautés rurales et pauvres.
Par ailleurs, une compagne de mesures expérimentales à un lieu durant une journée
ensoleillé au 15/07/2019 Aussi, L’outil choisit pour la résolution numérique est la méthode de
différence finie bien adaptée à ce genre de problème.
La validité de notre travail a été appréciée en comparant les résultats expérimentaux
avec ceux donnés par la simulation numérique des diffèrent année du mois juillet
(15/07/2004 ; 15/07/2005 ; 15/07/2006)
Les variations des températures nous suggèrent à dire que la production d’eau distillée
dépend évidemment de l’énergie solaire incidente et aussi de la surface absorbante ; entre
autres un volume de 2.5 litres de distillat de très bonne qualité a pu être récupéré en fin de
journée.
L’acquisition des différents éléments de l’appareil a été très difficile à cause de manque
des moyens.

48
BIBLIOGRAPHIE
[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Soleil ; Rayonnement (D.Wilgenbus," L’énergie solaire», La
main à la pâte, société française de physique, vol.14, pp:7, 9.)
[2]https://junior.universalis.fr/encyclopedie/eau/)
[3] Fatimi "Système hybride thermique photovoltaïque pour la production de l'eau distillée ;
magister en physique Université Mantouri, Constantine (2012) p2

[4](O.Halloufi"étude de la performance d’un distillateur solaire par un system depréchauffage


solaire de l’eau saumâtre ";magister en génie climatique Université Mantouri Constantine
(2010) pp: 4, 5, 6, 8, 22, 23,24.),
(Z.A .Benarima,"Amélioration de la capacité de l'absorbeur d'un distillateur solaire simple
par l'ajout d'une couche de sable "master en génie chimique Université d'Ouargla,2012,vol.52
, p3)

[5] (A. Maurel, livre "Dessalement de l'eau de mer et des eaux saumâtres, et autres procédés
non conventionnels d'approvisionnement en eau douce " 2006, vol.273, pp:24,25.)

[6] (J.Dunglas," "le dessalement de l'eau de mer une nouvelle méthode pour accroître la
ressource en eau ", membre de l’académie d’agriculture de France, manuscrit publié en février
2014, vol.10, pp:2,3.) ;
(H.Boyé, "Eau, énergie, dessalement et changement climatique en méditerranée", conseil
général de l’environnement et du développement durable ministère de l’écologie, de l’énergie,
France," août 2008, vol.35, pp:6, 7, 8, 9.)

[7]A.Boutreaà, M.Mekhermeche,"L'influence d'une surface réfléchissante sur le rendement


d'un distillateur solaire simple ", ingénieur d'état en génie des procédés, Université
KasdiMerbah, Ouargla, 2006, vol.84, pp20, 22.
( http://hmf.enseeiht.fr/travaux/CD0910/bei/beiere/groupe2/node/75.html )
https://www.encyclopedie-energie.org/le-dessalement-deau-de-mer-et-des-eaux-saumatres/ )

[8] S.Fedali," Modélisation et conception d'un distillateur solaire des eaux saumâtres a
bascoût pour les communautés rurales", magister en mécanique, Université de Batna
2008,vol.112, pp44, 45, 46.

[9] Renewable and Sustainable Energy Reviews journal homepage


:www.elsevier.com/locate/rser

[10] M.P.Thekaekara, Solar radiation measurement : Technique and instrumentation, Solar


Energy 18 (1976) 309-325.
[11]Desalinationwww.elsevier.com/locate/desalhttps://www.researchgate.net/publication/313
678949Etude d’un distillateur solaire à effet de serre Zarrit Rida

• Resource-Efficient Technologies journal home page : www.elsevier.com/locate/reffit


• Energy Conversion and Management journal homepage:
www.elsevier.com/locate/enconman
49