Vous êtes sur la page 1sur 115

Ecole d’Ingénieurs

Centre de Recherche
Département Energétique Industrielle
IMT Lille Douai
Site de Douai
941 rue Charles Bourseul
CS 10838
59508 DOUAI Cedex
http://www.imt-lille-douai.fr

ENERGETIQUE DES MACHINES


Energétique des machines à fluide incompressible - Pompes,
ventilateurs, turbines hydrauliques, éoliennes, réseaux, problèmes
d’exploitation

Daniel BOUGEARD
daniel.bougeard@imt-lille-douai.fr

Utilisation interne 2018


IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Chapitre I - Machines à fluide incompressible ......................................................................... 10


I - 1 : Machines volumétriques.............................................................................................................. 10
I - 1.1 : Introduction ..................................................................................................................................... 10
I - 1.2 : Classification................................................................................................................................... 10
I - 1.2.a Machines volumétriques rotatives ..................................................................................................... 10
I - 1.2.b Machines volumétriques à pistons ..................................................................................................... 12
I - 1.3 : Paramètres de fonctionnement ........................................................................................................ 15
I - 1.3.a Grandeurs caractéristiques ............................................................................................................... 15
I - 1.3.b Caractéristique de fonctionnement .................................................................................................... 16
I - 2 : Généralités sur les turbomachines .............................................................................................. 17
I - 2.1 : Introduction ..................................................................................................................................... 17
I - 2.2 : Description ...................................................................................................................................... 17
I - 2.3 : Classification des turbomachines .................................................................................................... 18
I - 2.3.a Suivant la forme du rotor................................................................................................................... 18
I - 2.3.b Comportement du fluide .................................................................................................................... 18
I - 2.3.c Sens du transfert d’énergie ................................................................................................................ 18
I - 2.3.d Nombre d’éléments disposés en série ................................................................................................ 19
I - 2.3.e Mode d’action du fluide ..................................................................................................................... 19
I - 2.3.f Degré d’injection ................................................................................................................................ 19
I - 2.4 : Présentation de l’écoulement .......................................................................................................... 19
I - 2.5 : Mécanisme des échanges énergétiques ........................................................................................... 21
I - 2.5.a Couple échangé entre les aubages mobiles et le fluide ..................................................................... 21
I - 2.5.b Travail échangé à la traversée du rotor - travail indiqué. ................................................................ 22
I - 2.5.c Théorie élémentaire des turbomachines (théorie d’Euler Rateau) .................................................... 23
I - 3 : Thermodynamique des machines ................................................................................................ 25
I - 3.1 : Travail indiqué et travail net ........................................................................................................... 25
I - 3.1.a Pertes mécaniques ............................................................................................................................. 26
I - 3.1.b Machines génératrices ....................................................................................................................... 26
I - 3.1.c Machines réceptrices ......................................................................................................................... 27
I - 3.2 : Application du premier principe ..................................................................................................... 27
I - 3.2.a Equation générale de l’écoulement permanent ................................................................................. 28
I - 4 : Turbomachines hydrauliques...................................................................................................... 29
I - 4.1 : Rendement hydraulique ................................................................................................................... 29
I - 4.2 : Composantes de l’énergie transférée - degré de réaction ............................................................... 30
I - 4.2.a Autre forme de l’équation d’Euler ..................................................................................................... 30

2
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

I - 4.2.b Degré de réaction .............................................................................................................................. 31

Chapitre II - Turbopompes et turbosoufflantes ....................................................................... 32


II - 1 : POMPES CENTRIFUGES ....................................................................................................... 32
II - 1.1 : Description ...................................................................................................................................... 32
II - 1.2 : Installation sur un circuit ................................................................................................................ 33
II - 1.3 : Organes constitutifs......................................................................................................................... 35
II - 1.3.a Distributeur ...................................................................................................................................... 35
II - 1.3.b Roue ................................................................................................................................................. 35
II - 1.3.c Diffuseur et volute ............................................................................................................................ 35
II - 1.4 : Structure de l’écoulement dans la roue ........................................................................................... 37
II - 1.4.a Pompes radiales - Triangles des vitesses ........................................................................................ 38
II - 1.5 : Caractéristiques de fonctionnement ................................................................................................ 39
II - 1.5.a Caractéristiques idéales ................................................................................................................... 40
II - 1.5.b Influence de l’angle de sortie des aubages de la roue ..................................................................... 41
II - 1.5.c Influence du nombre d’aubages ....................................................................................................... 42
II - 1.6 : Fonctionnement réel ........................................................................................................................ 44
II - 1.6.a Conditions de fonctionnement. Pertes d’énergie .............................................................................. 44
II - 1.6.b Caractéristiques réelles .................................................................................................................... 45
II - 2 : Machines axiales. ....................................................................................................................... 48
II - 2.1 : Description. ..................................................................................................................................... 48
II - 2.2 : Particularités de l’écoulement. ....................................................................................................... 48
II - 2.1 : Diagramme des pressions ............................................................................................................... 49
II - 2.1 : Aérodynamisme des machines axiales............................................................................................. 50
II - 2.1.a Théorie de l’aile portante. ................................................................................................................ 50
II - 2.1.a Théorie des hélices. .......................................................................................................................... 51
II - 2.2 : Caractéristiques réelles. .................................................................................................................. 52
II - 2.2.a Courbe caractéristique ..................................................................................................................... 52
II - 2.2.b Décollement tournant ....................................................................................................................... 52
II - 3 : Ventilateurs ................................................................................................................................ 53
II - 3.1 : Introduction. .................................................................................................................................... 53
II - 3.2 : Ventilateurs centrifuges ................................................................................................................... 55
II - 3.3 : Ventilateur axiaux ou hélicoïdes ..................................................................................................... 56
II - 4 : Conclusions ................................................................................................................................ 56
Chapitre III - Similitude des turbomachines ............................................................................ 57
III - 1 : Introduction .............................................................................................................................. 57

3
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

III - 2 : Invariants de Rateau ................................................................................................................ 57


III - 2.1 : Analyse dimensionnelle ................................................................................................................... 57
III - 2.2 : Spécificité des ventilateurs .............................................................................................................. 58
III - 3 : Machines en fonctionnement semblable.................................................................................. 58
III - 3.1 : Application à la représentation des caractéristiques des machines ................................................ 59
III - 4 : Coefficient de vitesse angulaire et de rayon ............................................................................ 60
III - 4.1 : Coefficient de vitesse angulaire ...................................................................................................... 60
III - 4.2 : Coefficient de rayon ........................................................................................................................ 60
III - 4.3 : Application à la classification des turbomachines .......................................................................... 60
III - 5 : Limitations des lois de similitude ............................................................................................. 63
III - 5.1 : Influence du nombre de Reynolds.................................................................................................... 63
III - 5.2 : Effet d’échelle.................................................................................................................................. 63

Chapitre IV - Réseaux et Problèmes d’exploitation ................................................................. 64


IV - 1 : Introduction............................................................................................................................... 64
IV - 2 : Charge moyenne- coefficient d’énergie cinétique ................................................................... 64
IV - 3 : Pertes de charge ........................................................................................................................ 64
IV - 3.1 : Pertes de charge régulières ............................................................................................................. 64
IV - 3.2 : Diagramme de Moody ..................................................................................................................... 66
IV - 3.3 : Pertes de charge singulières ........................................................................................................... 68
IV - 3.3.a Définition ........................................................................................................................................ 68
IV - 3.3.b Elargissement brusque et rétrécissement brusque .......................................................................... 69
IV - 3.3.c Entrée et sortie d’un réservoir ........................................................................................................ 70
IV - 3.3.d Changement de section progressif .................................................................................................. 70
IV - 3.3.e Changement de direction ................................................................................................................. 71
IV - 3.3.f Longueur équivalente de conduite ................................................................................................... 72
IV - 4 : Réseau de conduites .................................................................................................................. 72
IV - 4.1 : Circuits fermés ................................................................................................................................ 72
IV - 4.2 : Circuits ouverts ............................................................................................................................... 72
IV - 4.3 : Réseau de conduite en série : .......................................................................................................... 72
IV - 4.4 : Réseau de conduite en parallèle : ................................................................................................... 73
IV - 4.5 : Caractéristique du réseau ............................................................................................................... 73
IV - 4.1 : Problème à trois réservoirs ............................................................................................................. 74
IV - 4.2 : Réseaux complexes .......................................................................................................................... 75
IV - 4.2.a Méthode simplifiée pour l’étude de réseau complexe – méthode de Hardy-cross .......................... 75
IV - 5 : Circuits avec machines- Théorème de Bernoulli généralisé ................................................... 77

4
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 5.1 : Machine ........................................................................................................................................... 77


IV - 5.2 : Circuit avec pompes ou turbines ..................................................................................................... 78
IV - 6 : Cavitation .................................................................................................................................. 78
IV - 6.1 : Définition......................................................................................................................................... 78
IV - 6.2 : Effets de la cavitation ...................................................................................................................... 78
IV - 6.3 : Concept de charge nette à l’aspiration ........................................................................................... 79
IV - 6.3.a Zone de pression minimale .............................................................................................................. 79
IV - 6.3.b Critère de non-cavitation ................................................................................................................ 79
IV - 6.3.c Pompe aspirant au-dessus d’un réservoir ....................................................................................... 80
IV - 6.3.d Détermination graphique de l’apparition de la cavitation ............................................................. 81
IV - 6.3.e Effets de la cavitation sur la caractéristique énergétique de la pompe ........................................... 81
IV - 7 : Point de fonctionnement d’une pompe .................................................................................... 82
IV - 7.1 : Caractéristique résistante d’un circuit ............................................................................................ 82
IV - 7.2 : Point de fonctionnement .................................................................................................................. 82
IV - 8 : Groupement de pompes............................................................................................................. 83
IV - 8.1 : Pompes fonctionnant en parallèle ................................................................................................... 83
IV - 8.2 : Pompes fonctionnant en série.......................................................................................................... 83
IV - 9 : Réglage ...................................................................................................................................... 84
IV - 9.1 : Réglage par vannage ....................................................................................................................... 84
IV - 9.2 : Réglage par recirculation ............................................................................................................... 84
IV - 9.3 : Réglage par variation de vitesse ..................................................................................................... 85
IV - 9.4 : Réglage par distributeurs à pales orientables ................................................................................. 85
IV - 10 : Amorçage................................................................................................................................. 87
IV - 10.1 : Clapet de pied ............................................................................................................................. 87
IV - 10.2 : Réservoir d’amorçage ................................................................................................................. 87
IV - 11 : Stabilité de fonctionnement .................................................................................................... 88
IV - 12 : Coups de bélier ........................................................................................................................ 89
IV - 13 : Réseaux hydrauliques ............................................................................................................. 90
IV - 13.1 : Introduction ................................................................................................................................. 90
IV - 13.2 : Éléments du réseau...................................................................................................................... 90
IV - 13.2.a Vitesse du fluide ............................................................................................................................ 90
IV - 13.2.b Pertes de charge des appareils ..................................................................................................... 90
IV - 13.2.c Vannes trois voies .......................................................................................................................... 91
IV - 13.3 : Régulation de puissance par variation de température ............................................................... 92
IV - 13.3.a Autorité de la vanne de régulation ................................................................................................ 92

5
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 13.4 : Répartition des pressions dans le réseau .................................................................................... 93


IV - 13.5 : Notion d'équilibrage de réseau ................................................................................................... 94

Chapitre V - Introduction sur les turbines hydrauliques et les éoliennes .............................. 97


V - 1 : Généralités .................................................................................................................................. 97
V - 2 : Turbines à réaction roue Francis .............................................................................................. 97
V - 2.1 : Généralités ...................................................................................................................................... 97
V - 2.2 : Caractéristique énergétique ............................................................................................................ 99
V - 2.3 : Autres turbines à réaction - roue Kaplan ........................................................................................ 99
V - 3 : Turbines à action - turbine Pelton ........................................................................................... 101
V - 3.1 : Description et théorie .................................................................................................................... 101
V - 4 : Classification ............................................................................................................................ 102
V - 5 : Eoliennes................................................................................................................................... 104
V - 5.1 : Généralités .................................................................................................................................... 104
V - 5.2 : Définitions ..................................................................................................................................... 104
V - 5.3 : Notions théoriques générales d’aérodynamisme des hélices d’éoliennes ..................................... 105
V - 5.3.a Théorie monodimensionnelles de Rankine-Froude ........................................................................ 105
V - 5.4 : Notions plus avancées – calculs aérodynamiques de pales d’éoliennes à axe horizontal............ 108
V - 5.4.a Caractéristiques géométriques ....................................................................................................... 108
V - 5.4.b Calculs aérodynamiques ................................................................................................................ 108
V - 5.4.c Sources de pertes – rendement des éoliennes ................................................................................. 110

Chapitre VI - Travaux cités...................................................................................................... 113


Chapitre VII - Références ayant inspirées l’ouvrage ............................................................. 113

6
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure I-1 : pompe à palette ........................................................................................................................................ 10


Figure I-2 : pompe à engrenage .................................................................................................................................. 11
Figure I-3 : pompe péristaltique .................................................................................................................................. 11
Figure I-4 : pompe à piston industrielle ....................................................................................................................... 12
Figure I-5 : pompe à piston simple effet et double effet ............................................................................................. 12
Figure I-6 : pompe à membrane .................................................................................................................................. 13
Figure I-7 : pompe à piston à la vitesse constante de rotation ................................................................................ 13
Figure I-8 (a) caractéristique de fonctionnement d’une machine volumétrique à vitesse de rotation constante.(b)
soupape de décharge sur une pompe à palette .......................................................................................................... 16
Figure I-9 : description des turbomachines ................................................................................................................. 17
Figure I-10: machine multicellulaire centrifuge de compression à trois étages .......................................................... 19
Figure I-11 : écoulement des particules fluides dans la roue ...................................................................................... 20
Figure I-12 : triangle des vitesses ................................................................................................................................ 20
Figure I-13 : domaine fluide entre deux aubages mobiles de la roue d’une turbomachine ........................................ 21
Figure I-14 : détail d’un tube de courant et du moment de la vitesse absolue ........................................................... 22
Figure I-15 : : a) Roue à passage radial. b) Roue à passage axial ........................................................ 24
Figure I-16 : machine ................................................................................................................................................... 25
Figure II-1 : pompe centrifuge ..................................................................................................................................... 32
Figure II-2 : installation de pompage .......................................................................................................................... 34
Figure II-3 : diffuseur à la sortie de la roue d’une turbomachine ................................................................................ 36
Figure II-4 : volute correctrice ..................................................................................................................................... 37
Figure II-5 : géométrie de la roue d’une pompe centrifuge ......................................................................................... 37
Figure II-6 : triangle de sortie des vitesses pour une pompe centrifuge avec un guidage parfait ............................... 40
Figure II-7 : caractéristiques énergétique et de puissance idéales .............................................................................. 40
Figure II-8 : influence de 2 sur le degré de réaction théorique .................................................................................. 42
Figure II-9 : déviation angulaire et coefficient de glissement ..................................................................................... 43
Figure II-10 : caractéristique de hauteur indiquée théorique avec glissement. .......................................................... 43
Figure II-11 : cascade énergétique. ............................................................................................................................. 44
Figure II-12 : allure de la caractéristique énergétique réelle d’une pompe centrifuge ............................................... 46
Figure II-13 : rendement global ................................................................................................................................... 46
Figure II-14 coupe d’une pompe d’un catalogue constructeur .................................................................................... 47
Figure II-15 : détail d’une pompe multicellulaire. ....................................................................................................... 47
Figure II-16 : turbomachine axiale (ventilateur axial) ................................................................................................. 48
Figure II-17 : triangle des vitesses et diagramme des pressions dans une machine axiale équipé d’une roue et d’un
redresseur. .................................................................................................................................................................. 49
Figure II-18 : Profil isolé – définition des efforts aérodynamiques – représentation graphiques Cx et Cz .................. 50
Figure II-19 : Définition des paramètres d’une hélice.................................................................................................. 51
Figure II-20 : (a) forme de l’hélice (b) et (c) aubage de turbomachine axiale montrant la torsion de la pale entre le
moyeu et l’extrémité ................................................................................................................................................... 51
Figure II-21 : développement des couches limites, et courbe caractéristique d’une machine axiale génératrice....... 52
Figure II-22 : décollement tournant dans une machine axiale – géométrie d’un profil .............................................. 53
Figure II-23 : différents types de ventilateurs .............................................................................................................. 54
Figure II-24 : exemple d’un ventilateur monté en aspiration (diagramme des pressions) .......................................... 54
Figure II-25 : ventilateurs centrifuges ......................................................................................................................... 55
Figure II-26 : ventilateur axial ou hélicoïde ................................................................................................................. 56
Figure III-2 : triangle des vitesses pour deux machines en fonctionnement semblable .............................................. 58
Figure III-3 : Caractéristique adimensionnée d’une pompe, et réseau de caractéristiques à différentes vitesses de
rotation. ...................................................................................................................................................................... 59
Figure III-4 : variation du rendement global d’une pompe en fonction de la vitesse de rotation ............................... 60
Figure III-5 : diagramme de Cordier ............................................................................................................................ 61

7
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure III-6 : classification des pompes en fonction de leur vitesse spécifique ............................................................ 62
Figure III-7 : influence du nombre de Reynolds sur les performances d’une pompe centrifuge .................................. 63
Figure IV-1 : perte de charge linéaire dans une conduite en régime établi ................................................................. 65
Figure IV-2 : abaque de Moody - coefficient de pertes de charge régulières de conduites circulaires rugueuses ...... 68
Figure IV-3 : écoulement dans un divergent – détail du décollement de la couche limite à la paroi .......................... 69
Figure IV-4 : phénomène de « veina contracta » dans un rétrécissement à bords vifs .............................................. 70
Figure IV-5 : pertes de charge singulières engendrées par des changements de sections (d’après (YUNUS A.
CENGELS, 2010) ........................................................................................................................................................... 71
Figure IV-6 : écoulement dans un coude .................................................................................................................... 71
Figure IV-7 : circuit fermé et circuit ouvert ................................................................................................................. 72
Figure IV-8 : caractéristique d’un réseau fermé .......................................................................................................... 73
Figure IV-9 : caractéristique d’un réseau a) conduites en série b) conduites en parallèle .......................................... 74
Figure IV-10 : problème à trois réservoirs .................................................................................................................. 75
Figure IV-11 : réseau complexe ................................................................................................................................... 75
Figure IV-12 : machine. ............................................................................................................................................... 77
Figure IV-13 : érosion de cavitation sur les aubages de la roue d’une pompe ............................................................ 78
Figure IV-14 : zone de pression minimale dans une pompe ........................................................................................ 79
Figure IV-15 : pompe aspirant au-dessus d’un réservoir ............................................................................................. 80
Figure IV-16 : critère de non-cavitation : méthode graphique .................................................................................... 81
Figure IV-17 : caractéristique de fonctionnement avec cavitation.............................................................................. 81
Figure IV-18 : point de fonctionnement ...................................................................................................................... 83
Figure IV-19 : Pompes en parallèle .............................................................................................................................. 83
Figure IV-20 : pompes en série .................................................................................................................................... 83
Figure IV-21 : régulation par vannage ........................................................................................................................ 84
Figure IV-22 : réglage par recirculation. ..................................................................................................................... 85
Figure IV-23 : ventilateur axial et centrifuge muni d’un distributeur ou inclineur ...................................................... 85
Figure IV-24 : modification de la courbe d’un ventilateur axial à l’aide d’un distributeur .......................................... 86
Figure IV-25 : pompe en aspiration – amorçage ......................................................................................................... 87
Figure IV-26 : réservoir d’amorçage ............................................................................................................................ 88
Figure IV-27 : stabilité de fonctionnement .................................................................................................................. 88
Figure IV-28 : protection contre les coups de bélier : cheminée d’équilibre- ballon d’air ........................................... 89
Figure IV-29 : circuit caloporteur ................................................................................................................................. 90
Figure IV-30 : circuit caloporteur avec vanne trois voies............................................................................................. 91
Figure IV-31 : Symbole d’une vanne de régulation à trois voies................................................................................. 92
Figure IV-32 : Vanne trois voies en mélange .............................................................................................................. 92
Figure IV-33 : Variation de température par une vanne à trois voies montée en « mélane » .................................... 92
Figure IV-34 : Incidence de l’autorité de la vanne de régulation sur l’évolution de la puissance émise (d’après
CIRCUITS HYDRAULIQUES Composants et règles de conception www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr)
.................................................................................................................................................................................... 93
Figure IV-35 : ballon d'expansion ................................................................................................................................ 94
Figure IV-36 : répartition des pressions dans le réseau ............................................................................................... 94
Figure IV-37 : réseau maillé ......................................................................................................................................... 95
Figure IV-38 : caractéristiques d'un réseau déséquilibré ............................................................................................. 95
Figure IV-39 : schéma d'un réseau muni de résistances variables 'équilibrage.......................................................... 96
Figure IV-40 : Organes d’équilibrage présents sur une installation de chauffage par radiateurs ............................... 96
Figure V-1 : plan d’installation d’une turbine Francis ................................................................................................. 97
Figure V-2 : turbine Francis : vue extérieure de la roue – allure schématique du trajet du fluide .............................. 98
Figure V-3 : turbine Francis - détail de la roue et du distributeur - triangles des vitesses........................................... 98
Figure V-4 : caractéristique de fonctionnement d’une turbine ................................................................................... 99
Figure V-5 : plan d’installation d’une turbine Kaplan. ............................................................................................... 100

8
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure V-6 : plan d’installation d’une turbine Pelton- vue de la roue ........................................................................ 101
Figure V-7 : schématisation d’une turbine Pelton ..................................................................................................... 101
Figure V-8 : triangles des vitesses ............................................................................................................................. 102
Figure V-9 : classification des turbines hydrauliques en fonction de leurs vitesses spécifiques ................................ 103
Figure V-10 : différents types d’éoliennes : axe horizontal – axe vertical (YUNUS A. CENGELS, 2010) ..................... 104
Figure V-11 : courbe de fonctionnement et de performance typique d’une éolienne ............................................... 105
Figure V-12 : volumes isolés dans l’application du théorème d’Euler : volume externe délimité par un tube de
courant axisymétrique divergent ; volume entourant l’hélice. Le schéma du bas représente l’évolution de la pression
(unidimensionnelle) et de la vitesse .......................................................................................................................... 105
Figure V-13 : Hélice d’une éolienne (d’après Said Chkir. Contribution à l'étude aérodynamique d'une éolienne par
une méthode de sillage libre.Thèse de Doctorat Arts et Métiers ParisTech, 2010. .................................................. 108
Figure V-14 : (a) triangle des vitesses (b) efforts aérodynamique au niveau de l’axe de la pale .............................. 109
Figure V-15 : courbes caractéristiques d’une éolienne rapide tripale ....................................................................... 110
Figure V-16 : variation de l’angle de calage et vrillage des pales (énergie) .............................................................. 111
Figure V-17 : (a) mise en évidence du mouvement de giration en aval (b) présentation des courbes théorique du
rendement des aérogénérateurs ............................................................................................................................... 111
Figure V-18 : aile de planeur et pale d’éolienne avec des allongements très importants afin de limiter la trainée
induite ....................................................................................................................................................................... 112
Figure V-19 : performances des capteurs éoliens...................................................................................................... 112

9
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Chapitre I - Machines à fluide incompressible

En fonction de leur conception on peut classer les machines en deux grandes catégories : les machines volumétriques
et les turbomachines. Le fonctionnement de la dernière catégorie étant plus complexe, nous détaillerons plus
précisément les turbomachines. La première catégorie sera juste évoquée en insistant sur les caractéristiques qui
diffèrent par rapport aux turbomachines.

I - 1 : Machines volumétriques

I - 1.1 : Introduction
Une machine volumétrique à fluide incompressible (cette catégorie de machine se réduit en fait en pratique aux
pompes volumétriques) est composée d’un espace hermétiquement clos (corps de pompe) dans lequel se déplace un
élément mobile ajusté, dont le déplacement engendre une dépression à l’aspiration et une surpression au
refoulement. Ces machines sont employées en général pour effectuer des tâches que l’on peut très difficilement
effectuer avec des turbopompes :
- Le pompage de liquides visqueux.
- Les problèmes de dosages précis instantanés.
- Le pompage de liquides « susceptibles ». Il s’agit de liquides fragiles qui s’accommodent mal des remous
(lait, bière...).

I - 1.2 : Classification

I - 1.2.a Machines volumétriques rotatives


Ces machines sont composées d’une enceinte cylindrique (corps) dans laquelle un rotor mobile permet le
transvasement d’un volume de fluide de l’entrée à la sortie.
Les types de pompes les plus connues utilisant ce principe sont :

 les pompes à palettes

Figure I-1 : pompe à palette

Dans ces pompes, le rotor et le corps de pompe ont des axes excentrés ce qui permet de délimiter à l’aide de
plaques (rigide ou souple) un volume de fluide qui est ensuite transvasé de l’entrée à la sortie. Les débits véhiculés

10
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

par ce type de pompe sont limités à quelques dizaines de m 3/h et la pression peut atteindre, pour les pompes
hydrauliques, plus de 150 bars.

 Les pompes à engrenages

(YUNUS A. CENGELS, 2010)

Figure I-2 : pompe à engrenage

Ce type de pompe, très employé, comporte de multiples variantes en fonction de la forme des engrenages et la
disposition de ceux ci. Les pressions moyennes au refoulement atteignent 50 bars.

 Les pompes péristaltiques

(YUNUS A. CENGELS, 2010)

Figure I-3 : pompe péristaltique

Dans ce type de pompe l’effet de pompage est réalisé par la déformation d’un tuyau souple par des sabots fixés sur
un rotor. Ces pompes de conception très simple ne comportent qu’une pièce d’usure, le tuyau, mais ont un débit très
saccadé.

11
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

I - 1.2.b Machines volumétriques à pistons

Figure I-4 : pompe à piston industrielle

Ces types de machines sont caractérisés par le mouvement alternatif qui anime un (ou des pistons) dans un (ou des )
cylindres. On distingue différents types (voir ci-dessous). Dans la configuration à « simple effet », le piston n’a qu’une
seule phase active. Ce type de pompe permet d’obtenir des pressions élevées, et la régularité du débit fourni peut
être améliorée en combinant plusieurs pistons. Dans la configuration « double effet », à chaque translation du piston
un volume de fluide est aspiré et un autre est refoulé.
Les pompes à piston simple effet Les pompes à piston double effet

aspiration
refoulement

Figure I-5 : pompe à piston simple effet et double effet

Les pompes à membranes : Le déplacement du piston est remplacé par la déformation d’une membrane. Ce type
de pompe permet de véhiculer n’importe quel type de fluide, cependant les débits maximum sont de l’ordre de 80
m3/h.

12
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure I-6 : pompe à membrane

Analyse cinématique
Le fonctionnement alternatif d’une machine à piston entraine une irrégularité cyclique du débit.

   r  sin  
dx x
aspiration
dt refoulement

qv  S    r  sin  


   t

Figure I-7 : pompe à piston à la vitesse constante de rotation 

qv max  S    r

13
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

2  qv
T

S  r
refoulement
1 dx
qvmoy    S  dt
T dt
   2 
 t
 qv  2  3 
 q vmoy  S     r    sin   t     sin   t 
2  0  aspiration

 
  1   1 1 
qvmoy 2  S   r   cos  t   S    r      S  r
2   0 2     4
2 
 1   1 1 
qvmoy 2  S   r   cos  t  S   r      S  r
2    2    4

qv
S  r
refoulement
qvmoy qv max
qvmoy 
q 2
qvmoy  v max qv t
2 S  r
 2  3 

aspiration

Le débit instantané subi de fortes variations. Une possibilité pour diminuer ces variations est de concevoir des pompes
multicylindres.

Analyse énergétique

P  P2  P1
PB
2

 Z A  Z1   1  H A1
P1 Patm v

g g 2g
2
 B  Z B  Z 2   2  H 2 B
P2 P v
Z ② g g 2g

P P2  P1 PB  Patm
S Patm Ⓐ    Z  H 2 B  H A1
g g g

L : course

14
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Effort résistant sur un tour Le couple moyen qui doit être délivré sur l’arbre sur un
tour est donc directement lié à la différence de pression
entre l’admission et l’échappement. On définit le couple
P1  S Pendant un demi-tour sur l’arbre Ca le couple réel qui doit être délivré sur
P2  S Pendant un demi-tour l’arbre en tenant compte des divers frottements par
P2  P1   S  2  L  C m  2   l’intermédiaire d’un rendement mécanique m.
P  Cy  C m  2  
C y  P
Avec Cy la cylindrée c’est à dire le volume balayé sur un Cm 
tour 2
C y  P
Ca 
2  m
On définit le travail, le travail échangé entre le fluide et les parties mobiles de la machine sur un tour de l’arbre.

masse de fluide transportée sur 1 tour

2 temps pour faire


W  C y  p  Wn   Q v  1 tour

Travail sur un tour Travail pour un kg de fluide transporté

Le travail net Wn correspond au travail échangé pour une masse de 1 kg de fluide qui circule dans la machine. Celui-
ci est relié à la charge nette hn (exprimée en hauteur de fluide1) qui est égale à la différence de charge du fluide entre
Wn
l’entrée et la sortie de la machine : hn  H 2  H 1 
g

I - 1.3 : Paramètres de fonctionnement

I - 1.3.a Grandeurs caractéristiques


Nous définissons ci-dessous les grandeurs caractéristiques communes à tous les types de machines.

 Hauteur nette
La hauteur nette est la différence entre la charge à l’entrée et la charge à la sortie :

Wn
H 2  H1   hn eq I-1
g

Remarque : cette charge est exprimée en J/N (ou J/kg pour le travail net). A chaque tour du rotor de la pompe, le
travail net fournit au fluide qui a traversé la machine s’écrit :

2
W  Cy  p  Wn  Qv 

Dans cette équation Cy est la cylindrée de la machine, p est la variation de pression dans la machine.

 Le débit volumique

1 Appelé également hauteur manométrique

15
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

N
Qv   C y  v eq I-2
60

Il s’exprime en fonction de la cylindrée et du rendement volumétrique. Le rendement volumétrique sera défini un peu
plus loin.

 La puissance nette

Pn  Qv  p  ghn  Qv eq I-3

I - 1.3.b Caractéristique de fonctionnement


Pour l’étude du fonctionnement des machines, il est utile d’étudier la variation de la différence de charge entrée-
sortie de la machine en fonction du débit volumique fourni, à vitesse de rotation constante.2. Dans le cas d’une
machine volumétrique la caractéristique de fonctionnement que l’on obtient, à l’allure suivante (cf figure 1-8)
Soupape de décharge

Canal de décharge

(b)
(a)

Figure I-8 (a) caractéristique de fonctionnement d’une machine volumétrique à vitesse de rotation constante.(b) soupape de décharge sur
une pompe à palette

Elle a donc pratiquement l’allure d’une droite verticale. Le débit est quasiment constant (en moyenne) lorsque la
vitesse de rotation est constante comme le laisse prévoir l’équation 1-2 (la cylindrée étant constante). Lorsque la
charge (la différence de pression entrée sortie pour un compresseur) demandée à la pompe, par exemple, augmente,
le couple sur l’arbre et donc la puissance sur l’arbre de celle-ci augmente. Le moteur auquel est accouplée la pompe
doit donc fournir plus de puissance. La fuite interne (que nous définirons explicitement plus en avant dans ce chapitre)
augmente également diminuant le rendement volumétrique ce qui fait chuter légèrement le débit de la pompe
(WHITE, 2011) (voir l’allure de la courbe figure 1-7). La charge (ou différence de pression) fournie par la pompe est
donc directement limitée par la puissance et le couple fourni par le moteur qui lui est accouplé. Une soupape de
décharge permet de bypasser le fluide pour qu’il effectue un retour vers l’entrée (annulant de fait le débit fourni par
la pompe) lorsque la pression dépasse un certain seuil dépassant le fonctionnement normal de la pompe. Cette allure
de caractéristique des machines volumétriques est fondamentalement différente de celle des turbomachines que
nous allons étudier maintenant.

2 En effet la machine génératrice, par exemple une pompe, est entraînée par un moteur électrique (ou autre) qui fonctionne
souvent à vitesse fixe.

16
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

I - 2 : Généralités sur les turbomachines

I - 2.1 : Introduction
On appelle turbomachine un appareil dont le rôle est d’assurer un échange d’énergie mécanique entre un débit
permanent de fluide et un rotor tournant à vitesse constante autour d’un axe. Selon le sens de l’échange d’énergie,
la turbomachine sera dite génératrice lorsqu’elle communique de l’énergie au fluide3 et réceptrice lorsqu’elle en
reçoit de celui-ci. Puisqu’elle consomme ou recueille de l’énergie mécanique sur son arbre, elle doit nécessairement
être accouplée à une autre machine jouant un rôle de moteur dans le premier cas (moteur électrique, moteur diesel,
turbomachine réceptrice) ou de machine entraînée dans le second (dynamo, alternateur, turbomachine génératrice).
Le fluide utilisé est généralement de l’eau (d’où le nom de machines hydrauliques), mais il peut être un liquide
quelconque : pétrole, huile, ou un gaz comme l’air, pourvu que les variations de pression mises en jeu soient faibles
devant la valeur absolue de la pression.

I - 2.2 : Description
Une turbomachine comprend, outre la roue (ou rotor), organe spécifiquement moteur ou récepteur, des éléments
situés en amont ou en aval de celle-ci, destinés à amener et à évacuer le fluide.
Pour une turbine hydraulique on trouve, par exemple :
- à l’amont une bâche spirale (ou volute) aboutissant à un distributeur, formé d’aubes généralement orientables,
destiné à donner aux filets fluides une direction adéquate avant leur introduction dans la roue.
- à l’aval on trouve un diffuseur destiné à transformer en pression l’énergie cinétique et l’énergie piézométrique de
l’eau.
Pour une pompe on trouve :
- à l’amont un tube d’aspiration,
- à l’aval un diffuseur et une volute munis ou non d’aubages.
volute tube de refoulement
tube d'aspiration

aubages diffuseur Roue=

aubages roue

roue

trajectoire du fluide

Canal fixe

Canal mobile

Energétique des machines 14

Figure I-9 : description des turbomachines

3Il faut noter que cette définition n’est pas universelle, certains auteurs privilégiant la désignation inverse.

17
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

I - 2.3 : Classification des turbomachines


Il existe de nombreuses manières différentes de classer les turbomachines.

I - 2.3.a Suivant la forme du rotor


On distingue principalement trois grands types de machines suivant la manière dont la particule fluide traverse le
rotor de la machine :
Machines radiales :
L’écoulement s’effectue dans un plan perpendiculaire à
l’axe de rotation. On parle de machines centrifuges dans
le cas de machines génératrices, et de machines
centripètes dans le cas de machines réceptrices.

Machines axiales :
L’écoulement s’effectue dans un plan parallèle à l’axe de
rotatio.

Machines hélicoïdes :
Il s’agit de machines intermédiaires dans lesquelles
l’écoulement s’effectue dans des surfaces de révolutions
dont la méridienne est inclinée par rapport à l’axe de
rotation.

I - 2.3.b Comportement du fluide


Le fluide utilisé dans les turbomachines peut avoir un comportement incompressible (qui est le cas qui nous intéresse
dans cette partie) ou compressible. Dans ce dernier cas, l’étude est plus complexe et nécessite une analyse
thermodynamique propre à la mécanique des fluides compressibles.

I - 2.3.c Sens du transfert d’énergie


C’est-à-dire suivant s’il faut transformer l’énergie d’un fluide en énergie mécanique ou inversement. Comme nous
l’avons déjà précisé, dans le premier cas il s’agit des machines réceptrices telles que les turbines hydrauliques ; dans

18
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

le second cas il s’agit de machines génératrices comme les pompes, ventilateurs, etc. Les hélices aériennes et marines
rentrent dans cette catégorie. Enfin il existe des machines, les turbines-pompes qui peuvent jouer les deux rôles.

I - 2.3.d Nombre d’éléments disposés en série


Comme on le verra, et sauf cas particuliers, une turbomachine élémentaire ou monocellulaire, comporte en principe
deux séries d’aubages, les uns fixes, les autres mobiles. L’association d’un organe fixe et d’une roue mobile constitue
une cellule capable de caractéristiques déterminées. Dans certains cas, il est nécessaire de disposer plusieurs cellules
en série, le fluide parcourant successivement chacune d’elles, d’où l’appellation de machines multicellulaires.

aubages fixes sens de parcours du fluide

aubages mobiles

A.L. JAUMOTTE, P.DECOCK - Turbopompes, Techniques de l’ingénieur, Traité Mécanique et chaleur B470a

Figure I-10: machine multicellulaire centrifuge de compression à trois étages

I - 2.3.e Mode d’action du fluide


On distingue les machines dites à action et les machines dites à réaction. Nous verrons plus loin la signification exacte
de ces dénominations.

I - 2.3.f Degré d’injection


On distingue les machines à injection totale ou partielle suivant que tous les canaux ou certains d’entre eux seulement
sont remplis de fluide actif.

I - 2.4 : Présentation de l’écoulement


L’écoulement dans une couronne d’aubages peut être considéré, à des effets secondaires près, comme permanent
par rapport à un repère solidaire des aubes, que celles-ci soient fixes ou mobiles. Par conséquent, le champ
d’écoulement se trouve défini par la connaissance du vecteur vitesse en chaque point du domaine, et, selon que celui-
 
ci soit fixe ou mobile, on considère la vitesse absolue v ou la vitesse relative w .

19
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Pour passer du domaine fixe au domaine mobile ou inversement, on utilise la règle classique de composition
vectorielle des vitesses.
  
vuw eq I-4

avec u vitesse d’entraînement créée au point M considéré, par le mouvement de rotation autour de l’axe de rotation
OO’(cf figure 2-10 ); cette vitesse est perpendiculaire au plan défini par M et OO’, orientée dans le sens de rotation
et égale en valeur absolue à r avec  vitesse angulaire constante de rotation et r distance du point considéré à
l’axe OO’. Les diagrammes des vitesses (ou triangle des vitesses) à l’entrée et à la sortie de la roue jouent un rôle très
important; nous serons amenés à les tracer dans l’étude de chaque machine et nous affecterons l’indice 1 pour les
variables relatives à l’entrée de la roue, et l’indice 2 pour celles relatives à la sortie de la roue. On appellera  l’angle
   
que fait la vitesse v avec la vitesse u et  celui que fait la vitesse w avec la vitesse u (figure 1-11). Par la suite
 
nous serons amenés à introduire la projection de v sur u soit :

vu  v cos eq I-5

Appelée composante tangentielle de la vitesse absolue.


On aura également besoin pour les études de débit de la composante radiale de la vitesse absolue (appelée vitesse
débitante) soit :

vd  v sin   w sin eq I-6

v w trajectoire relative
M trajectoire absolue
u
r
OO'

Figure I-11 : écoulement des particules fluides dans la roue

v
vd w

 

u vu


v d : composante radiale de la vitesse absolue (appelée vitesse débitante).

vu : composante tangentielle de la vitesse absolue.
Figure I-12 : triangle des vitesses

20
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

I - 2.5 : Mécanisme des échanges énergétiques


Du fait de la symétrie des canaux mobiles autour de l’axe de rotation OO’, les efforts exercés par le rotor sur le fluide
se réduisent, dans le cas général de l’injection totale, et en négligeant les effets d’instationnarité, à :
- un moment résultant autour de l’axe OO’ dont la connaissance est essentielle puisque son travail s’identifie à
l’énergie échangée entre le fluide et le rotor.
- une résultante portée par OO’ et dont la réaction, appliquée au rotor, est appelée poussée. Cette force joue un rôle
important dans la conception des turbomachines et le concepteur devra prendre des dispositions spécifiques pour
maintenir le rotor en position fixe dans la direction axiale.

I - 2.5.a Couple échangé entre les aubages mobiles et le fluide

Figure I-13 : domaine fluide entre deux aubages mobiles de la roue d’une turbomachine

Pour évaluer le couple échangé entre le fluide et les aubages mobiles de la roue d’une turbomachine, nous allons
appliquer le théorème d’Euler (théorème explicité dans le cours de Dynamique des Ecoulements Industriels) au
domaine fluide situé entre deux aubages mobiles de la roue. Pour l’analyse énergétique de la machine, la valeur que
nous voulons évaluer est le couple par rapport à l’axe tournant de la machine ; c’est à dire dans notre exemple le
couple par rapport à l’axe Oz. Nous allons donc utiliser le théorème d’Euler selon la composante du couple par rapport
à l’axe Oz du torseur des efforts extérieurs.

 z  OM  vv  n ds   M


  
Oz eq I-7
S

Il s’agit bien dans cette dernière équation de la projection sur l’axe Oz de la roue, de la somme des moments par
rapport au centre de celle-ci.
De la même manière que pour l’exercice 2 du premier chapitre les seules surfaces d’intégration à considérer sont les
surfaces S1 et S2 pour lesquelles le vecteur vitesse est normal à la surface. Ainsi l’équation 1-7 devient :

    
qm z  OM2  v2  z  OM1  v1 
qm étant le débit massique de fluide dans le domaine considéré.

0  OM1x v1x 
 
Sur S1 on a : 0   OM1y  v1y   OM1x v1y  r1  v u1
 
1  OM1z v1z 

21
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

0  OM 2 x v 2 x 
 
Sur S2 on a : 0   OM 2 y  v 2 y
  OM 2 x v 2 y  OM 2 y v 2 x  r2 v u 2 (la dernière égalité est obtenue en changeant de
 
1  OM 2z v 2z 
repère pour se placer dans le repère local avec la direction tangentielle donnée par la vitesse v u perpendiculaire au
rayon r2).
Ainsi le couple échangé par les parties solides (aubages) et le fluide est égal à :

C  qm r2vu 2  r1vu1   qm r2v2 cos2  r1v1 cos1 eq I-8

Ce couple échangé, par les parties solides et le fluide, n’est fonction que de l’inclinaison des vitesses à l’entrée et à la
sortie du domaine fluide considéré. En outre, ces efforts sont équilibrés par la résultante des efforts sur les aubages
entourant le domaine fluide considéré ; qui eux-mêmes sont équilibrés par le couple résultant sur l’axe de la machine
fourni par exemple dans le cas d’une pompe par un moteur.

v2
u2 w2
v

u
r o' v1
u1
w1
o 

Figure I-14 : détail d’un tube de courant et du moment de la vitesse absolue

En appliquant l’étude précédente à l’ensemble des canaux de la roue on obtient l’expression du couple échangé. Ce
résultat porte le nom de théorème d’Euler-Rateau.

I - 2.5.b Travail échangé à la traversée du rotor - travail indiqué.


Chaque tube de courant de l’espace mobile peut être considéré comme un canal élémentaire figé dans l’écoulement
relatif à la roue. En le parcourant, le fluide reçoit une énergie égale au travail absolu des forces s’exerçant sur les
parois fictives de ce tube. Comme tout déplacement absolu se décompose en un déplacement relatif et un travail
d’entraînement, le travail dW reçu pendant le temps t par la masse du fluide dm=dqmt qui traverse simultanément
le tube de courant est lui même la somme :
- d’un travail d’entraînement dWent dû au déplacement des points d’application des forces dans le seul
mouvement de rotation du rotor;
- d’un travail relatif dWrel dû au déplacement de ces mêmes points sous le seul effet de l’écoulement
relatif.

22
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

 Les forces agissant sur les parois du tube de courant admettent dC comme moment résultant par rapport à l’axe
de rotation OO’ et pendant le temps t le rotor tourne de   t , on a donc pour le travail d’entraînement :

dWent  dC  r2 v 2 cos  2  rv1 cos 1 dq m t  21 u.vdm eq I-9

soit par unité de masse de fluide :


 21 u.v 
dWent
eq I-10
dm

 Dans l’écoulement relatif, les forces relatives aux pressions latérales au tube de courant ne travaillent pas, car elles
sont perpendiculaires au déplacement du fluide et seules les forces extérieures de frottements f produisent un travail
; ce travail peut s’exprimer entre l’entrée 1 et la sortie 2 du tube de courant par :

dWrel
 21Wf eq I-11
dm
Le travail échangé par le fluide à la traversée du rotor est par unité de masse égal à :


 21 u.v  21Wf
dW
eq I-12
dm
En intégrant ce travail à l’ensemble d’un canal mobile, le deuxième terme disparaît car il s’agit du travail des forces
de frottement sur les aubes mobiles du canal ; ce travail est nul puisque les particules fluides directement en contact
avec les aubes mobiles ont un mouvement (relatif) nul (vitesse égale à zéro à la paroi).
Ce travail rapporté à l’unité de masse sera appelé travail indiqué 4, il correspond à l’énergie transféré par les aubes
mobiles ; il correspond au travail reçu sur l’arbre en considérant que les pertes par frottements solides ou fluides dans
les paliers de la partie tournante de la machines sont nul (ou négligeable). Ce travail ne correspond pas tout à fait
(comme nous le verrons après) à la variation d’énergie utile du fluide à la traversée de la machine. Ainsi, en désignant
par 1 et 2 des états pris respectivement en amont et en aval de la roue sur le même filet relatif on écrit le travail
massique indiqué echangé par les aubes mobiles avec le fluide au cours de sa traversée de la roue par :

Wi  21 u.v eq I-13

Cette équation a reçu le nom d’équation d’Euler afin de l’associer au théorème permettant de calculer le couple.
Cette équation est valable en l’abscence ou en présence de frottements, qui dans ce dernier cas interviennent dans
les valeurs réelles de v1 et v2 .
Le travail massique Wi 5est algébrique c’est à dire que :
- pour une machine génératrice Wi >0
- et pour une machine réceptrice Wi <0 de sorte qu’en pratique on utilise la valeur absolue de cette
grandeur.

I - 2.5.c Théorie élémentaire des turbomachines (théorie d’Euler Rateau)


En supposant qu’en chaque point la vitesse w est tangente à la direction de l’aube qui y passe (ou y passerait), il est
facile de tracer les diagrammes de vitesse d’entrée et de sortie quand on connaît la forme de l’aube. Selon que l’on
considère une roue à passage radial ou une roue à passage axial, on est conduit aux figures 1-7a et 1-7 . Sur cette
figure, le premier schéma correspond à une section de roue par un plan perpendiculaire à l’axe. Le second au
développement en plan d’une section cylindrique parallèle à l’axe (figure 1-7b). Si on considère par exemple une

4Ce travail est également appelé travail sur l’arbre ou travail théorique, ou encore travail échangé dans la littérature.
5Exprimé en Joules par Kilogramme (ou mètre2 par seconde2)

23
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

turbine hydraulique correspondant au premier cas (roue à passage radial) et une surface de référence fixe contenant
la roue. Prenons par rapport à l’axe OO’ le moment des forces, et des débits de quantités de mouvement sortant de
cette surface, on obtient :

u1 v1
1 u1 w
1
 v1
w
1
u1 
1 w2
u2 plan de coupe
2  2
v2
r1
r2  w
u v 2
2 2

u1   r 1
u =u 2
u   r  1

Figure I-15 : : a) Roue à passage radial. b) Roue à passage axial

Ci  q m r1v1 cos 1  r2 v 2 cos  2  eq I-14

Cette équation n’est autre que le développement de l’équation 1-8 (dans le cas d’une machine réceptrice) dans
laquelle on suppose que les vitesses d’entrée et de sortie de la roue sont constantes. q m est le débit masse du fluide
traversant la roue, Ci est le couple mécanique échangé entre l’eau et la roue (dans le cas de la machine receptrice il
s’agit du couple des forces appliqué par l’eau à la roue).
A partir de cette dernière équation on peut définir la puissance recueillie par la roue :

Pi  Ci   q mr1v1co1  r2 v2 cos  2  eq I-15

Ainsi le couple exercé ou la puissance échangée ne dépendent que des angles d’entrée et de sortie du fluide ; ils sont
indépendants du tracé même des aubes. Des tracés différents qui donneraient aux filets fluides les mêmes angles
d’entrée et de sortie, correspondraient à la même puissance : seule la répartition des efforts sur les différentes parties
des aubes serait modifiée.
Le théorème des quantités de mouvement ne donne aucune indication sur la forme à donner aux aubes, c’est l’objet
de la cinématique et dynamique des fluides. C’est ainsi notamment que l’angle 2 de sortie du fluide dépend en réalité
de la forme entière de l’aubage, (surtout si les aubages sont fortement espacés).

24
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Remarque :

D’après la formule précédente les conditions de puissance maximale correspondent à cos : l’eau doit sortir
radialement. Comme r1=u1 et r2=u2 on peut encore écrire l’équation 1-16 sous la forme suivante :

Pi  q m u1v1 cos 1  u 2 v2 cos 2  eq I-16

Cette formule est applicable aux turbines axiales, il suffit d’y faire u1=u2.

I - 3 : Thermodynamique des machines

Les relations développées dans ce chapitre sont valables aussi bien pour les machines à fluide incompressible que
compressible. Dans cette partie nous allons établir les relations générales permettant de définir les différentes
quantités d’énergie échangée dans les machines. Ces relations seront établies en appliquant les théorèmes
fondamentaux de l’énergie cinétique (écoulement sans transfert de chaleur) et le premier principe de la
thermodynamique. Les relations faisant intervenir le second principe de la thermodynamique sont surtout utiles pour
faire intervenir les notions d’irréversibilité dans les machines à fluide compressible ; elles seront explicitées dans le
cours d’énergétique des machines de quatrième année.

I - 3.1 : Travail indiqué et travail net

Figure I-16 : machine

En considérant un fluide réel en écoulement permanent (figure 1-15), le travail nécessaire pour transvaser 1 kg de
fluide de l’entrée 1 de la machine (conditions p 1 v16) à la sortie 2 (conditions p2 v2) se divise en deux parties :
1) le travail des forces extérieures comprenant :
- le travail des forces de pression à l’amont et à l’aval : p 1v1 - p2v2. ( p 1 S 1 v 1 dt  p 2 S 2 v 2 dt en observant que
le travail n’est moteur qu’à l’amont)
- le travail des forces de pesanteur gz1 - gz2 (le signe venant du fait que la force est opposée au gradient)

6v est ici le volume massique du fluide .

25
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

- le travail des actions de contact normales et tangentielles de la partie mobile de la machine sur le fluide; ce
2
travail est le travail indiqué Wi1 (que nous avons déjà introduit)

2) le travail des forces intérieures :


2
- le travail des forces de pression intérieures :  p.dv ( ce travail est opposé au travail des forces extérieures
1

dans le cas d’un piston comprimant un gaz, d’où le signe positif.)


- le travail absorbé par les frottements (viscosité) à l’intérieur du fluide. Ce travail est toujours négatif et il est
noté Wf 12 .

En appliquant le théorème de l’énergie cinétique entre l’entrée et la sortie de la machine on a :


2

            
Wc 2  Wc1  p1v1  p 2v2  gz 1  gz 2  Wi12  pdv  Wf 12
1    
eq I-17

Wext12
Wint12

Cette équation peut s’écrire (en tenant compte de l’écriture de la différentielle

dpv   pdv  vdp  p2v2  p1v1 


2 2
 pdv   vdp ) :
1 1
7

2

Wi12  Wf 12  vdp  Wc2  Wc1  gz2  gz1  Wp12  Wc12  Wz12  Wn12
1
eq I-18

Wn 12 est le travail net. Ce travail est la somme des variations entre l’entrée et la sortie de la machine de toutes les
formes d’énergie du fluide ; il correspond à la somme du travail indiqué qui représente le travail échangé par les
parties mobiles de la machine et le travail irrémédiablement dissipé en perte de charge dans la machine Wf 12 (travail
finalement dissipé en chaleur comme toute irréversibilité mécanique).

I - 3.1.a Pertes mécaniques


Le travail indiqué représente le travail des actions de contact de la partie mobile de la machine sur le fluide. Il diffère
du travail sur l’arbre de la machine à cause de l’intervention des pertes mécaniques W m. ces pertes mécaniques sont
toujours négatives. On a donc les relations :

Wa12  Wm12  Wi12 eq I-19

I - 3.1.b Machines génératrices


Ce sont des machines qui reçoivent de l’énergie mécanique et fournissent de l’énergie au fluide (compresseur, pompes
ventilateurs). Dans ce cas les travaux indiqués, net, et sur l’arbre sont positifs, et les pertes de charge et les pertes
mécaniques sont négatives. Ce qui nous donne le tableau suivant :

7Cetravail est appelé travail de transvasement, il correspond au travail que doit fournir la machine pour vaincre à la fois les forces

de pression intérieures ( pdv ) et extérieures ( pv )

26
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

I - 3.1.c Machines réceptrices


Ce sont des machines qui enlèvent de l’énergie au fluide qui les traverse et fournissent de l’énergie mécanique sur
l’arbre (turbines, machines à vapeur, moteurs à combustion interne). Dans ce cas, les travaux indiqués, nest, et sur
l’arbre, sont négatifs, et les pertes de charge et les pertes mécaniques sont négatives. Ce qui nous donne le tableau
suivant :

I - 3.2 : Application du premier principe


Appliquons maintenant non pas le théorème de l’énergie cinétique comme précédemment, mais le premier principe
de la thermodynamique.

27
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Le travail des forces extérieures est toujours :

Wext12  p1v1  p2v2  Wz1  Wz 2  Wi12 eq I-20

La quantité de chaleur fournie par l’extérieur à travers les parois du stator est : Q e12 .

La variation d’énergie interne est : U2-U1.


La variation d’énergie cinétique est : Wc2-Wc1.
Le premier principe donne :

Wc2  Wc1  U2  U1  p1v1  p2v2  Wz1  Wz 2  Wi12  Qe12

d’où

Wc2  Wc1  U2  p2v2   U1  p1v1   Wz 2  Wz1  Wi12  Qe12

la fonction U+pv est une fonction d’état, elle est appelée enthalpie. On la désigne par H.
Ainsi :

H2  H1  Wc2  Wc1  Wz2  Wz1  Wi12  Qe12 eq I-21

ce qui donne sous forme différentielle :


dH  dWc  dWz  dWi  dQe eq I-22

Cette relation est valable dans tous les cas, que le fluide soit visqueux ou pas, et pour tous les types de machines avec
apport d’énergie mécanique et/ou calorifique.
Remarque :
Par rapport à l’équation 1-18 (où l’on n’avait pas de transfert de chaleur), le travail de transvasement, qui correspond
au travail des forces de pression, est remplacé par la variation d’enthalpie qui intègre la variation d’énergie interne
et les travaux des forces de pressions à l’amont et à l’aval de la machine (eq 1-21). Le travail des forces de frottement
se retrouve compris dans la variation de l’énergie interne.

I - 3.2.a Equation générale de l’écoulement permanent


L’équation 2.22 peut s’écrire (avec les notations explicites de la figure ci-dessous) :

p1 v21 p v2 2
 gz1   U1  Wi12  Qe12  2  gz2   U2 eq I-23
1 2 2 2

Q e2
1

machine

p z1 U1 2 p z2 U2
1
Wi 1 2
1 v1 2 v2

Remarque :

28
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Cette dernière équation s’écrit en considérant le cas particulier d’un écoulement de fluide incompressible sans
échange d’énergie mécanique et de chaleur avec l’extérieur :

1  2
p1 v21 p v22
  gz1  2   gz2  U 2  U1
1 2 2 2

Or dans ce cas, U2  U1  Qf 1 et on a donc :


2

p1 v21 p v22
  gz1  2   gz2  Qf 12
1 2 2 2

On retrouve l’équation de Bernoulli avec pertes de charge, dans laquelle la variation d’énergie interne correspond
uniquement à une élévation de température du fluide, inutilisable mécaniquement, et considérée comme une perte
de charge.

I - 4 : Turbomachines hydrauliques

Maintenant nous considérons le cas particulier des turbomachines à fluide incompressible sans apport de chaleur
avec l’extérieur.
Dans ce type de machine, la quantité de chaleur Q e échangée avec l’extérieur est nulle. Pour concrétiser l’énergie
d’un liquide sous la forme simple d’une hauteur de colonne, les hydrauliciens utilisent une convention (que nous avons
déjà explicité) qui consiste à rapporter l’énergie à la masse de fluide qui, placée dans le champ de pesanteur, pèse
l’unité de poids. Le travail du fluide W se trouve ainsi remplacé par une hauteur de fluide h, telle que :

h
W J
g N
 
 m

On emploiera donc les expressions de hauteur nette, hauteur indiquée,...

La hauteur de transvasement h T 
v
p 2  p1   p 2  p1 est la hauteur équivalente à la différence de pression du
g g
fluide, de part et d’autre de la machine.

I - 4.1 : Rendement hydraulique


Dans une machine hydraulique, nous avons vu que le transfert d’énergie entre les parties mobiles de la machine et le
fluide, s’effectue avec des pertes. De l’équation 2.18 on tire pour une machine génératrice (pompe) :

hi  h n  H eq I-24

pour une machine réceptrice :

H
h n  hi  eq I-25

dans ces équations le terme  H , représente les pertes de charge dans tous les canaux fixes ou mobiles de la
machine.
Rappelons que le théorème d’Euler (équation 1-14) permet de calculer la hauteur indiquée :

29
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

u 2 v u 2  u1v u1
hi  avec v u  v cos  8 eq I-26
g

et la puissance indiquée s’écrit :

Pi  qmghi  qvghi eq I-27

A partir de la définition de la hauteur indiquée et de la hauteur nette, on définit le rendement hydraulique (ou
aérodynamique si le fluide est gazeux) qui caractérise la qualité de l’échange d’énergie dans un turbomachine :

hn
h  pour une machine génératrice eq I-28
hi

et

hi
h  pour une machine réceptrice eq I-29
hn

Dans ces expressions on compare l’énergie utilement recueillie, figurant au numérateur, à celle qu’il a fallu
consommer, figurant au dénominateur. Ces expressions ne sont valables qu’en l’absence de fuites, c’est à dire que la
totalité du débit passe dans les aubages fixes et mobiles, il n’y a pas contournement du fluide dans les espaces étroits
entre stator et rotor.

I - 4.2 : Composantes de l’énergie transférée - degré de réaction

I - 4.2.a Autre forme de l’équation d’Euler


L’expression 1-26, peut se mettre sous une autre forme intéressante. Appliquons en effet aux triangles de vitesse la
relation classique (figure 1.3) :

w2  u 2  v2  2uvcos , on trouve :

hi 
v 2
2    
 v21  u 22  u 21  w 21  w 22  eq I-30
2g

Cette relation mérite quelque discussion, car au second membre apparaît une somme de différence de trois carrés.
Pour une pompe, hi doit être positif, par conséquent l’augmentation de la puissance de la machine peut être étudiée
en fonction des trois inégalités suivantes :
v2 > v1 il faut augmenter la vitesse absolue de sortie de l’eau.
u2 > u1 il faut placer la section de sortie plus éloignée de l’axe de rotation que la section d’entrée (machine centrifuge)
w2 < w1 il faut diminuer la vitesse relative de sortie de l’eau au cours de la traversée de la roue (aubages formant des
canalisations divergentes). Les pompes radiales centrifuges répondent à ces indications. Il est important de noter
qu’il n’est pas nécessaire, pour qu’une pompe fonctionne, que ces trois inégalités soient vérifiées simultanément, il
suffit que la somme des trois différences de carrés soit positive.
Remarque :

Pour les machines à passage axial, les formules que nous venons d’établir se simplifient (il suffit de faire u 2=u1= r=u)
On trouve donc pour une machine génératrice (ventilateur) :

8Dans cette expression hi est positif et il s’agit d’une machine génératrice.

30
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

u v 2 cos  2  v1 cos 1  u v u 2  v u1  uv u


hi    eq I-31
g g g

de même :

hi 
v 2
2  
 v21  w 21  w 22  eq I-32
2g

I - 4.2.b Degré de réaction


A la traversée de la roue mobile, le fluide subit une variation de charge qui par définition, et si les pertes internes
sont négligeables,9est égale à :

p v22   p1 v21 
h n  H2  H1   2  z 2    z1 
 g 2g   g 2g 

Si les pertes internes sont négligeables, on a:
H2  H1  h n  hi
Donc :
v 2 2  v 21  p 2
 
 p     
 v 2 2  v 21  u 2 2  u 21  w 21  w 2 2
 z 2    1  z1  

2g  g   g  2g
Dans cette dernière expression, on remarque que la première différence de carré dans le membre de droite
correspond à la variation de pression dynamique du fluide (exprimé en hauteur de fluide) ; les deux autres différences
correspondent donc à la variation de pression piézométrique du fluide à la traversée de la turbomachine.
Ainsi on définit le degré de réaction de la turbomachine comme étant le rapport de la variation de pression
piézométrique à la traversée de la roue par l’énergie totale transférée entre l’entrée et la sortie de la machine.
Pour une pompe ce rapport s’écrira :

p*2  p*1

g eq I-33

avec p  p  gz
*

Si p*1=p*2 on a et la machine est dite à action.

si p*1#p*2 on a et la machine est dite à réaction.

9c’est à dire que hn=hi , il y a transmission parfaite de l’énergie mécanique entre la roue mobile et le fluide ( h=1)

31
Chapitre II - Turbopompes et turbosoufflantes

II - 1 : POMPES CENTRIFUGES

Les turbopompes sont des turbomachines génératrices dont la rotation de la roue produit un régime de pressions et
de vitesses qui détermine la circulation d’un liquide dans un circuit. La grandeur du débit résulte (comme nous le
verrons après) de l’équilibre entre l’énergie délivrée par la pompe et l’énergie résistante (pertes de charge) du circuit.
Cette notion d’adaptation du régime de fonctionnement de la pompe en fonction de la résistance du circuit est
primordiale, et constitue une des grandes différences de fonctionnement des turbomachines avec les machines
volumétriques.
Notons également, que tout ce qui concerne les turbopompes sera applicable également, dans une très grande
mesure, aux machines de compression de fluides élastiques (gaz), pourvu que les variations de densité reste faibles
ou modérées ; ce qui est généralement le cas des ventilateurs.

II - 1.1 : Description

Figure II-1 : pompe centrifuge

La machine se raccorde à deux tuyauteries cylindriques : la conduite d’aspiration T1, qui sert à amener le fluide à
l’entrée de la pompe et s’y trouve fixée par la bride B1, et la conduite de refoulement T2, fixée à la pompe par la bride
B2. La partie active de la machine est constituée par la roue ou rotor R qui porte les aubages mobiles M appelés
encore aubes, pales ou ailettes, et tourne à vitesse constante autour de l’axe OO’. Ces aubages sont tous identiques
2
en forme et, se déduisent l’un de l’autre par une rotation autour de OO’ égale à , nr désignant le nombre total
nr
de pales ; l’espace compris entre deux aubages mobiles constitue un canal mobile. A partir de la bride d’aspiration
B1, le fluide se répartit régulièrement vers la section d’entrée C des canaux mobiles que l’on appelle l’ouïe
d’aspiration de la pompe.
Du fait du mouvement d’entraînement à vitesse angulaire constante imprimée par le rotor dans le sens indiqué par
la flèche f, les pales exercent des efforts de pression sur le fluide, qui se traduisent par l’existence d’une surpression
le long de leur extrados et d’une dépression sur leur intrados. Le travail de ces efforts demande un apport permanent
d’énergie mécanique par l’arbre de la pompe A. Ici réside donc le principe essentiel de fonctionnement d’une
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

turbomachine génératrice, puisque cette énergie se trouve communiquée au fluide. A l’intérieur d’un canal mobile
l’écoulement est permanent par rapport à un repère mobile solidaire du rotor R.
Dans le cas considéré, la machine est qualifiée de centrifuge parce que, à la traversée du rotor, le fluide s’écarte de
l’axe de rotation OO’, chaque particule s’écoulant sensiblement dans un plan perpendiculaire à cet axe.
Le stator S de la pompe, encore appelé corps ou enveloppe, porte une couronne d’aubages fixes F, en nombre égal à
nf, et cette couronne présente donc de manière analogue à celle des aubages mobiles une symétrie d’ordre nf par
rapport à l’axe OO’. L’espace compris entre deux aubages constitue un canal fixe. Les différents canaux fixes sont
alimentés de manière identique par le rotor et se trouvent parcourus par un écoulement permanent par rapport à un
repère absolu fixe.
L’énergie reçue par le fluide pendant la traversée des canaux mobiles se manifeste par une augmentation, d’une part
de sa pression et, d’autre part, de son énergie cinétique. En ralentissant le fluide la couronne d’aubages fixes, qui
porte également le nom de diffuseur, provoque une nouvelle augmentation de pression. Le diffuseur assure donc au
sein du fluide une conversion de l’énergie cinétique en énergie piézométrique.
A la sortie du diffuseur, le fluide doit être collecté et conduit vers la tuyauterie T2. Cette dernière fonction est remplie
par une capacité V qui s’enroule autour du diffuseur et qui doit à sa forme géométrique le nom de volute ; dans une
certaine mesure cet espace est utilisé à une transformation complémentaire de l’énergie cinétique en énergie
piézométrique.

II - 1.2 : Installation sur un circuit


Sur la figure 2-2 on a un diagramme de l’installation d’une pompe10 sur un réseau. Cette pompe transforme l’énergie
mécanique fournie par un moteur en énergie hydraulique, par l’intermédiaire d’un rotor. L’installation est composée
d’une pompe raccordée à deux éléments de tuyauterie, une tuyauterie d’aspiration (Lasp) raccordée à la pompe à la
section 0 et une tuyauterie de refoulement (Lr) raccordée à la pompe à la section 4.
On distingue la hauteur d’élévation statique (mesurée en m) qui est la différence des altitudes des plans d’eau des
deux réservoirs.

Hst  zB  zA eq II-1

Remarque : si le réservoir B est maintenu à une surpression p, la hauteur d’élévation statique s’écrit alors

p
H st  z B  z A  eq II-2
g

En écrivant le théorème de Bernoulli pour l’écoulement s’effectuant entre la surface du liquide du réservoir inférieur
(SA) et la section 0 on obtient :

PA vA 2 v 2
 H
P
  z A  0  0  z0  A 0 eq II-3
g 2g g 2g

En écrivant les différentes hypothèses habituelles concernant la vitesse du fluide au niveau du réservoir et en utilisant
les pressions en pression effectives (pression nulle au-dessus des réservoirs) on obtient :

10La pompe étant montée en aspiration

33
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

v4 2
2g
 H4-B B

P
4
g

0 4 H
st

P H
0 asp
2
A g v0
2g
 HA-0

Figure II-2 : installation de pompage

P0 v0 2
0   Hasp  H A  0 eq II-4
g 2g

Ce qui nous permet d’exprimer la pression p 0 à l’entrée de la pompe.

p0  v2 
  Hasp  0  H A 0  eq II-5
g  2g 
 
Dans cette équation, le signe moins indique que cette pression est inférieure à la pression qui règne au-dessus du
réservoir d’aspiration. Nous verrons ultérieurement les conséquences de cette dépression nécessaire à l’aspiration de
la pompe.
Dans la conduite de refoulement de la pompe (4-B), l’équation de Bernoulli nous donne :

p4 v 2
 Hst  Hasp  4  H 4  B eq II-6
g 2g

Si on écrit maintenant que l’énergie (par unité de poids de fluide) apportée par la pompe est égale à la différence de
charge entre la sortie et l’entrée de la machine (voir premier chapitre) on a :

E p v 2 p v 2 
 H 4  H0  4  4  z 4   0  0  z 0  eq II-7
g 2g  
g  g 2g 
En remplaçant les pressions par leurs expressions trouvées juste avant :

E   v 2  v 2    v 2  v 2 
 Hst  H asp  4  H 4  B   4  z 4      H asp  0  H A 1   0  z 0 
g   2g  2g

  
   2g  2g



En notant que z0=z4 on obtient :

 H
E
 H st  AB eq II-8
g

L’énergie apportée par la pompe permet de transporter le fluide du réservoir A au réservoir B et de vaincre toutes les
pertes de charge (régulières et singulières) pour passer de A à B.

34
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Cette énergie par unité de poids (joules/Newton) est égale à la hauteur nette de la pompe h n. Cette hauteur
représente l’énergie apportée par la pompe au fluide. La puissance apportée au fluide par la pompe s’exprime à
partie de cette hauteur, du débit et de la masse volumique de fluide qui s’écoule dans les conduites :

Pn  ghn Qv eq II-9

La totalité de la puissance fournie par la pompe n’est pas transmise au fluide. Des pertes, dont on détaillera l’origine,
diminuent la qualité du transfert d’énergie, cette dégradation s’exprime à l’aide du rendement global de la pompe g
. La puissance reçue par la pompe (sous forme électrique par exemple) est donc :

gQv
P eq II-10
g

II - 1.3 : Organes constitutifs


Afin de compléter la description des pompes, nous détaillons ci-après les différents organes constitutifs et les
principes de base de fonctionnement de ceux-ci.

II - 1.3.a Distributeur
Cet élément a pour but de conduire le liquide depuis la section d’entrée de la machine jusqu’à l’entrée de la roue tout
en assurant une répartition des vitesses aussi uniforme que possible. Une non-uniformité des vitesses affecte le
fonctionnement de la roue et diminue le rendement de la machine. Cet effet, moins marqué pour les pompes
centrifuges peut devenir très important pour les pompes axiales.

II - 1.3.b Roue
La fonction du rotor est de communiquer de l’énergie au liquide qui le traverse grâce aux aubages dont il est muni.
Ce transfert d’énergie s’effectue selon les lois que nous avons déjà établies au chapitre précèdent et que nous
détaillons dans les chapitres suivant.

II - 1.3.c Diffuseur et volute


La vitesse v2 à la sortie d’un rotor de pompe est toujours assez élevée et, sauf cas particulier, plus grande que la
vitesse v3 dans la section de sortie, elle-même sensiblement voisine de v0 la vitesse dans la section d’entrée. Il y a
donc à la sortie du rotor une certaine énergie cinétique disponible pour être transformée en énergie de pression,
généralement plus intéressante pour l’utilisateur. Dans une pompe centrifuge, cette transformation est effectuée
dans le diffuseur et la volute. Elle est régie par l’équation de l’énergie en mouvement absolu ; en supposant les
pressions mesurées par rapport au même niveau de référence, la relation de Bernoulli nous donne
p3  p2   v22  v32   H
2 3
g 2g

on qualifie cette transformation par un rendement de diffusion d défini par :

 p  p   v 2   
 3 2
  3   
 g  2g   H 2 3 
d     1 
2 
eq II-11
 v 22 
    v 2  
 2g    2g  
   

35
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

En général ce rendement est faible et ne dépasse pas 0.7.

volute
spirale logarithmique
v2
difuseur lisse
aubage d'un diffuseur ailetté
aube mobile

Figure II-3 : diffuseur à la sortie de la roue d’une turbomachine

Le diffuseur :
Situé entre le rotor et la volute le diffuseur est un organe de révolution offrant au fluide des sections croissantes. Il
existe des diffuseurs lisses, c’est à dire non ailettés, à parois parallèles ou divergentes et des diffuseurs ailettés.
Souvent pour les pompes monocellulaires, le diffuseur est inexistant, le rotor débouchant directement dans la volute.
En considérant l’écoulement dans un diffuseur lisse à parois parallèles ( cf figure), la continuité des débits et la relation
d’Euler impliquent que :

2r2b2vd2  2r3b3vd3 et donc rvd  cte et (équation d’Euler): r2vu 2  r3vu3 ce qui exprime que rvu  cte .En
combinant ces relations on obtient :
rv  cte et tg  cte

Ainsi en fluide parfait la trajectoire des particules fluides dans un diffuseur lisse à parois parallèles est une spirale
logarithmique, la décroissance des composantes débitantes et tangentielles de la vitesse étant équivalente. Pour
augmenter plus rapidement l’effet de diffusion et diminuer ainsi l’encombrement radial du diffuseur, on agit sur la
composante tangentielle de la vitesse en disposant des aubages (cf figure 2-3).

36
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

La volute :
La volute collecte le fluide à la sortie du diffuseur ou directement à la sortie du rotor si le diffuseur n’existe pas. Sa
forme est optimisée afin de transformer l’énergie cinétique résiduelle de sortie du rotor en énergie de pression et
d’amener progressivement la section de passage du fluide à la section circulaire de la bride de sortie.

roue

volute

Figure II-4 : volute correctrice

II - 1.4 : Structure de l’écoulement dans la roue

b2



 r2

b1 r1

Figure II-5 : géométrie de la roue d’une pompe centrifuge

La transformation de l’énergie dans les pompes centrifuges s’effectue dans la roue lors du passage du fluide dans les
aubages mobiles de la machine. Ainsi, le principal facteur caractérisant le travail fourni au fluide par ce type de
machine est déterminé par la structure de l’écoulement résultant de l’interaction du fluide sur les aubages mobiles.
Comme nous l’avons déjà explicité dans le chapitre précédent, l’étude des transferts d’énergie dans ce type de
machine s’effectue en décomposant le mouvement absolu en mouvement d’entraînement (rotation autour de l’axe
de la machine) et mouvement relatif (mouvement par rapport aux canaux formés par les aubages mobiles).

37
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

II - 1.4.a Pompes radiales - Triangles des vitesses


Les conditions dans lesquelles fonctionne la pompe sont définies par deux paramètres, la vitesse angulaire de rotation
et le débit volumique de fluide qui s’écoule dans celle-ci. A partir de ces données on peut définir les différentes
conditions de vitesse des fluides.
Entrée de la roue La vitesse v1 est purement radiale ( =90°); elle se
détermine à partir du débit volumique :
b2
Qv
w
1 v1 
2r1b1k1
v
1
 eq II-12

u1 k est un coefficient compris entre 0 et 1 caractérisant
b1 r1
l'encombrement des aubages limitant la section de
passage du fluide11.
w1
v1  La vitesse u1 se détermine à partir du rayon d’entrée
1
r1 et de la vitesse angulaire de rotation de la roue (cf
 u1 chapitre précédent) :
1
u1  r1

eq II-13

A partir de ces deux vitesses ont détermine la vitesse


relative w1 du fluide à l’entrée des canaux mobiles de
la roue à l’aide du triangle des vitesses représenté ci-
contre.
Sortie de la roue De même que précédemment, on détermine u 2 :

v2 u 2  r2
u2
eq II-14

En supposant que la direction de la vitesse relative à


la sortie de la roue est alignée avec l’angle de sortie
w2 des aubages12 on écrit :
r2
Qv
w2 
2r2 b 2 sin 2 k 2

eq II-15
v w2
2
Connaissant ces deux vitesses on peut tracer le
triangle des vitesses est déduire la vitesse v2 et l’angle
 u2 2
2 2.

11 Si kest égal à 1, la section de passage du fluide est égale à 2 r b, l’encombrement des aubages est négligeable.
12Ce qui signifie que les canaux mobiles formés par les aubages guident parfaitement l’écoulement de fluide. Ce qui revient à faire
l’égalité entre et voir figure 3-5

38
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Entrée diffuseur A l’entrée du diffuseur, l’incidence des aubages fixes


du diffuseur est déterminée par l’inclinaison de la
vitesse absolue à la sortie de la roue

v2
2

r2

A partir de ces triangles des vitesses on peut voir que les angles de construction de la roue et du diffuseur ne sont
convenables que pour un seul régime de fonctionnement de la pompe. Pour tout autre régime de fonctionnement, il
y aura une dégradation du fonctionnement avec une chute du rendement global de la pompe. Ce régime de
fonctionnement optimal est appelé régime d’adaptation.
Hors régime d’adaptation :
A l’entrée de la pompe si on s’éloigne du régime d’adaptation en faisant fonctionner la pompe à un débit Q v différent
du débit idéal QvN, on modifie alors le triangle des vitesses à l’entrée de la pompe de la manière suivante :
v1' ' A l’entrée de la roue, le débit est proportionnel à la vitesse v1.
Lorsqu’on fait varier le débit, l’inclinaison des aubages n’est plus
v1 adaptée à l’incidence (dans le mouvement relatif) de l’écoulement.
Autrement dit, la vitesse w1 n’est plus tangente à l’aubage.
w
1
''
v 1' 1
1

u1  '1

A la sortie de la roue, on peut admettre que le guidage des canaux


'' mobiles est efficace, et donc, que la vitesse relative est tangente à
v2 v2 w2 l’aubage quel que soit le débit (l’angle 2 ne varie pas). Comme la
v2 ' vitesse débitante (voir figure ci-contre) varie, l’angle  varie ce qui
vd2 entraîne que l’angle des aubages à l’entrée du diffuseur ne sera plus
adapté. Ce qui provoque donc des pertes d’origine hydrauliques (ou
''2 2 '2 u2 aérodynamiques).

II - 1.5 : Caractéristiques de fonctionnement


Afin de préciser les mécanismes d’échanges d’énergie dans une turbopompe, nous allons déterminer pour une pompe
donnée tournant à une vitesse de rotation donnée, la caractéristique énergétique de fonctionnement h i=f(Qv) et de
puissance Pi=f(Qv) et de rendement global g=f(Qv). Cette analyse sera fondée sur l’hypothèse d’un écoulement
unidimensionnel permanent. Dans un premier temps nous établirons les caractéristiques idéales, c’est à dire celles
que l’on obtiendrait en l’absence de pertes, le fluide étant parfaitement guidé dans les aubages. 13

13Cette
hypothèse conduit à admettre une transmission de l’énergie par un nombre infini d’aubages sans épaisseur (théorie
élémentaire des turbomachines).

39
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

II - 1.5.a Caractéristiques idéales

Equation de la caractéristique énergétique idéale


Considérons le triangle des vitesses à la sortie du rotor d’une pompe donnée, tournant à une vitesse de rotation
donnée pour un débit quelconque caractérisé par la vitesse débitante vd 2. Compte tenu de l’hypothèse du guidage
parfait, l’angle 2 de la vitesse relative est identique à l’angle *2 de sortie des aubages (angle de construction des
aubages voir figure 2-5).

w
v
vd 
  *

vu  u
Figure II-6 : triangle de sortie des vitesses pour une pompe centrifuge avec un guidage parfait

La formule d’Euler nous donne, pour la hauteur indiquée :

u 2 v u 2  u1v u1
hi  Comme vu1 est égal à 0, on a
g

u 2vu 2
hi  eq II-16
g

Compte tenu des propriétés géométriques du triangle des vitesses de sortie on obtient :

u 22 u2
hi   Qv
2r2b2gtg2 k 2
eq II-17
g

La caractéristique énergétique idéale est donc une droite dont la pente dépend de la valeur de l’angle *2 (cf figure).
On distingue les aubages courbés en avant (*2>90°) les aubages droits (*2=90°) et les aubages courbés en arrière
(*2<90°). On remarque qu’à débit égal, hi est une fonction croissante de l’angle *2.
Pi
hi

2
u2
g

Q
Q v
v
Figure II-7 : caractéristiques énergétique et de puissance idéales

40
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Equation de la caractéristique de puissance idéale


Compte tenu des relations 2-12 et 2-5, on a :

 u2 
Pi   u 2Qv  Qv 2  eq II-18
 2r2b 2gk2 
 

II - 1.5.b Influence de l’angle de sortie des aubages de la roue


La relation 2-17 qui, toutes autres choses égales par ailleurs, lie l’énergie par unité de poids à l’angle de sortie des
aubages * n'est pas la seuleà prendre en compte pour le choix de cet angle. En effet il est primordial d’étudier
l’influence de la valeur de cet angle sur le rendement de la pompe et également sur les mécanismes de transmission
de l’énergie.
Au niveau des mécanismes d’échanges énergétiques, à la sortie du rotor, l’énergie acquise par le fluide se retrouve
sous formes potentielle (énergie de pression) et cinétique. Cette énergie acquise par le fluide s’écrit donc :

E Ecin  epot  p2  p1   v22  v12 


   
g g  g   2g 

L’énergie de pression est (habituellement) celle qui intéresse l’utilisateur ; de plus, la transformation de l’énergie
cinétique en énergie de pression s’opérant dans le diffuseur et dans la volute, s‘effectue toujours avec un rendement
médiocre. Il est donc très intéressant de disposer dès la sortie du rotor d’une énergie potentielle aussi élevée que
possible. La qualité de la transformation énergétique du rotor s’exprime, de ce point de vue, avec le degré de réaction.
Celui-ci correspond au rapport entre l’énergie potentielle de pression et l’énergie totale transférée dans le rotor (cf
(p2  p1 )
chapitre précèdent). R 
E pot
 g
E total hi

Si on considère des rotors de pompes caractérisés par la même vitesse d’entraînement u2 et la même vitesse débitante
vd2 mais d’angles *2 différents, et trace le triangle des vitesses à la sortie pour quelques valeurs de *2 comprises
entre une valeur minimale *2min correspondant à une hauteur indiquée égale à 0 (triangle EAF) et une valeur
maximale correspondant à hi=2u22/g (triangle EDF). Dans la partie basse de la figure 2-6, on a porté les valeurs de hi
en fonction des différentes valeurs de *2 et ce pour la même vitesse débitante vd2. Nous avons également fait
apparaître sur ce diagramme les valeurs de l’énergie cinétique par unité de poids (E cin/g) ; celle-ci s’écrit :

Ecin v2  v2  
v2  v2   
v2  v2u 2  vd2 2 v2u 2
 h cin  2 1  2 d 2  d 2 
g 2g 2g 2g 2g

Lorsque le sommet du triangle des vitesses se déplace de A vers D, Ecin est donc représenté par la parabole A’’B’’C’’D’’.
La figure 3-6 montre comment l’énergie totale se répartit en énergie potentielle et cinétique lorsque l’angle *2 varie.
On remarque en particulier que lorsque les valeurs de *2 varient entre ses valeurs minimale et maximale, le degré
de réaction varie entre 0 et 1. Sur la figure 2-8 nous avons également schématisé l’allure de la roue d’une pompe
centrifuge avec des aubages courbés vers l’avant et vers l’arrière. La première conséquence de cette analyse et que
si l’on inverse le sens de rotation d’une machine centrifuge, le sens d’écoulement est inchangé mais les
caractéristiques de celle-ci changent.

41
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

1 2

R1 > R 2
Figure II-8 : influence de  2 sur le degré de réaction théorique

Conclusions :

Le choix de valeurs de *2 supérieures à 90° conduit à une forme de canal rotorique peu favorable, et à un degré de
réaction faible et donc une importante énergie cinétique à transformer dans le diffuseur et la volute. Pour ces raisons,
en pratique on utilise des angles d’aubage de sortie *2 compris entre 15° et 30°. On dit que les aubages sont courbés
en avant.

II - 1.5.c Influence du nombre d’aubages

Déviation angulaire
Dans un rotor de pompe, l’énergie est effectivement communiquée au fluide par un nombre fini d’aubages. Il en
résulte, que contrairement à ce que nous avons admis jusqu’a présent, le fluide n’est pas parfaitement guidé. Si au
voisinage des surfaces des aubes le guidage est bon, il n’en est plus de même au sein des canaux rotoriques où les
filets ont tendance à acquérir d’autant moins d’énergie que ces canaux sont larges. On peut tenir compte de ce
mauvais guidage en remplaçant l’écoulement réel par un écoulement moyen fictif équivalent. Comme du fait, que de
l’imperfection de guidage par les aubages l’énergie réellement récupérée par le fluide est inférieure à l’énergie
théoriquement récupérable, le théorème d’Euler montre que l’écoulement moyen doit être caractérisé par une
composante tangentielle de la vitesse absolue de sortie vu2 inférieure à la vitesse idéale, et donc un angle moyen de
sortie 2 inférieur à l’angle à l’angle d’aubage *2. La différence angulaire 2 est appelée déviation angulaire ; cette

42
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

notion n’a pas d’existence physique, on ne peut pas mesurer directement cette déviation ; il s’agit juste d’un modèle
simplifié permettant de traduire la réalité. Il faut noter de plus, que cette déviation angulaire n’implique pas une
dissipation d’énergie mais seulement une énergie communiquée au fluide plus faible qu’elle pourrait être dans le cas
idéal. Cette déviation angulaire permet d’introduire le concept de coefficient de glissement.

Coefficient de glissement
On caractérise l’imperfection de guidage par un coefficient de glissement désigné par et qui vaut par définition :
vu 2
 eq II-19
v u 2idéal

Sur la figure ci dessous on présente le nouveau triangle de vitesse.

w 2réel

w
2théo  *
2

v
d2


v 2
d2

v v
u2 u2théo

Figure II-9 : déviation angulaire et coefficient de glissement

Un coefficient de glissement inférieur à 1 signifie que la hauteur indiquée réelle est inférieure à la hauteur indiquée
théorique si l’écoulement était parfaitement guidé c’est à dire que l’écoulement relatif à la sortie des aubages était
incliné de l’angle de construction des aubages *2. En règle générale on peut considérer que le coefficient de
glissement est indépendant du débit et vaut pour des pompes courantes de 0.70 à 0.80.

Caractéristique énergétique théorique réelle


Compte tenu de la définition du coefficient de glissement, et en supposant que celui-ci reste constant quand le débit
varie, l’équation donnant la hauteur indiquée (théorique réelle) en fonction du débit et de l’angle  s’écrit :

u 2 u2 
h i réel  h i théo   2  Qv  eq II-20
 g
 2r2b2gtg2 k 2 

La figure suivante présente l’allure de cette caractéristique pour une pompe avec des aubages courbés vers l’arrière.

hi
théo

hi
réel

Qv

Figure II-10 : caractéristique de hauteur indiquée théorique avec glissement.

43
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

II - 1.6 : Fonctionnement réel

II - 1.6.a Conditions de fonctionnement. Pertes d’énergie


L’écoulement, les transferts d’énergie et les transformations d’énergie ne peuvent s’effectuer sans pertes
énergétiques. Dans chaque machine il existe un point de fonctionnement optimal (ou normal) correspondant à un
débit Qv0 déterminé, où ces pertes sont minimales et le rendement maximal. Ce point, est très voisin de celui pour
lequel il y a entrée sans choc (régime d’adaptation), lequel correspond au débit Q va. Dans le cas des liquides, le
phénomène de cavitation peut intervenir et provoquer une baisse rapide du rendement (ce phénomène sera étudié
plus loin).
Si on analyse les différentes pertes, on peut les classer de la manière suivante :
- Pertes hydrauliques : causées par les chocs, les tourbillons, les frottements du liquide dans son passage à travers la
machine ;
- Pertes par frottements de disques : provoquées par le frottement de la roue sur le liquide qui l’entoure ;
- Pertes volumétriques : par fuite ou court-circuit de liquide à travers les jeux existant entre les éléments tournants et
les parties fixes ;
- Pertes mécaniques : dues aux frottements dans les joints d’étanchéités, paliers, roulements.
Une « cascade énergétique s’opère dans la machine elle peut se résumer ainsi :
hn
h hauteur transmise à l'arbre de transmission de la pompe.
a hauteur transmise au fluide

hi
hauteur transmise à la roue

pertes par frottements de disque pertes hydrauliques


pertes organiques
pertes mécaniques

pertes volumétriques

Figure II-11 : cascade énergétique.

De cette cascade énergétique, on définit les différents rendements :


rendement interne :
hn
int 
h a  pertesorganiques
rendement hydraulique (appelé également manométrique) :
h
h  n
hi
rendement externe :
h
ext  n
ha
rendement volumétrique :
Qv
v  (Qvf est le débit volumique correspondant aux fuites)
Qvf  Qv
rendement global :
P h Qv
g  n  n  ext v
Pa h a Q v  Qvf
si le rendement volumétrique est égal à un (les fuites sont négligeables) alors le rendement global s’écrit :
h
g  ext  n
ha

44
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

II - 1.6.b Caractéristiques réelles


A partir de la cascade énergétique que nous venons d’établir, le passage de la caractéristique h i=f(Qv) à la
caractéristique utile hn=f(qv) implique la connaissance des pertes de charges (pertes hydrauliques) en fonction du
débit. Nous déduirons de celles-ci la forme et les propriétés de la caractéristique énergétique réelle.

Pertes hydrauliques
Les pertes hydrauliques permettent donc le passage de la hauteur indiquée h i14 à la hauteur nette :

h n  hi  H eq II-21

Les pertes de charges se décomposent en deux termes :

 Les pertes de charge régulières et singulières le long des différents canaux de la machine.
Ces pertes de charge sont proportionnelles au carré du débit s’écoulant dans la machine (voir l’expression des pertes
de charge dans les conduites).

Hpdc  AQv 2

 Les pertes par choc ou déviation brusques localisées à l’entrée du rotor et à l’entrée du diffuseur si celui-ci est muni
d’aubages. Ces pertes sont minimales lorsque le débit est égal au débit d’adaptation ; elles s’expriment par :


Hchoc  B Qv  Qvadapt 2 
A partir de ces expressions on peut tracer la caractéristique énergétique utile. Les résultats sont illustrés sur la figure
ci-dessous. On remarque que la caractéristique hn=f(Qv) n’est plus une droite mais une parabole. Celle-ci peut ou non
présenter une partie ascendante suivant la valeur de l’angle *2. On remarque également que les pertes sont
minimales pour un débit légèrement inférieur au débit sans choc Q vadapt. Ce débit d’adaptation est fixé par l’angle des
aubages à l’entrée de la roue il vaut : Qvadapt  2k1r 21b1tg1 .

L’allure parabolique de la caractéristique énergétique réelle est bien vérifiée pour les pompes centrifuges même pour
les valeurs de faibles débits. L’allure de la caractéristique de rendement hydraulique (également portée sur la figure)
ne se vérifie pas expérimentalement pour la zone de faible débit. En particulier, la valeur à débit nul de ce rendement
est beaucoup plus faible que ne le prévoit la théorie unidimensionnelle que nous avons utilisée.
A débit nul, la hauteur de fluide que peut fournir la pompe est appelée hauteur vanne fermée H vf. A hauteur nulle, le
débit délivré par la pompe est maximal Qvmax ; on refoule à la même hauteur qu’à l’aspiration.

14 il s’agit ici de la hauteur indiquée réelle tenant compte du glissement.

45
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

150
hi hi
 Hpdc
hn
120  Hchoc
hn
somme des pertes hydrauliques
90
  rendement hydraulique
h h

60

30

0
0 20 40 60 80 100
Qv adapt

Qv rendement hydraulique maximal

Figure II-12 : allure de la caractéristique énergétique réelle d’une pompe centrifuge

Le rendement global de la machine se déduit en tenant compte de toutes les pertes énergétiques et du rendement
volumétrique, son allure est présentée sur le graphe ci-dessous ; on remarque expérimentalement que sa valeur
maximale est obtenue pour un débit légèrement plus élevé que pour le rendement hydraulique.

h
max
g
max

Qv Qv
N

Figure II-13 : rendement global

46
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure II-14 coupe d’une pompe d’un catalogue constructeur

Figure II-15 : détail d’une pompe multicellulaire.

47
II - 2 : Machines axiales.

II - 2.1 : Description.
La machine axiale est essentiellement constituée par une roue à aubes (rotor) tournant dans une enveloppe
cylindrique (virole). Dans les pompes, la roue possède 2 à 6 aubes, dans les ventilateurs il y en a 2 à 30. Le fluide
s’écoule dans un espace annulaire de révolution contenant également une série d’aubes fixes disposées en couronne
(stator) et appelée : distributeur en amont de la roue, redresseur en aval de celle-ci. 15
La roue est précédée d’un convergent qui uniformise les filets, et est suivie d’un diffuseur. Pour éviter les pertes de
charge consécutives aux brusques changements de section, le moyeu est profilé aussi bien vers l’avant que vers
l’arrière. Le rotor peut comporter plusieurs roues clavetées sur le même arbre et disposées en série, le stator
comprenant alors plusieurs couronnes d’aubages fixes intermédiaires. Cette disposition se retrouve surtout chez les
compresseurs à plusieurs étages.
Il existe également des ventilateurs dont l’enveloppe se réduit à une plaque plane au milieu de laquelle tourne la roue
(ventilateurs muraux) et d’autres qui n’ont pas du tout d’enveloppe (brasseur d’air).

CONVERGENT

ROUE

DISTRIBUTEUR REDRESSEUR

MOYEU

DIFFUSEUR

VIROLE

Figure II-16 : turbomachine axiale (ventilateur axial)

II - 2.2 : Particularités de l’écoulement.


Il existe plusieurs théories pour l’étude et la construction des machines axiales à enveloppe cylindriques ; les plus
précises sont aussi les plus complexes.
On peut cependant, dans une première approximation, supposer que chaque particule traverse la machine en restant
à la même distance de l’axe. Dans ces conditions on peut écrire : en se plaçant au rayon moyen de la machine
r r
r e i.
2
u1  u2  u  r

et d’après la théorie générale d’Euler, il vient :

hi 
v 2
2  
 v12  w12  w 22 
2g

15Lamachine peut posséder l’une de ces deux couronnes ou les deux. Elle peut aussi n’en posséder aucune (roue libre) mais alors,
à la sortie de l’appareil, le fluide est animé d'un intense mouvement de rotation.
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

hi 
u
v 2 cos  2  v1 cos 1   uv u
g g
eq II-22

r r r
e i

v v
1 3

v v2
1
v3
u
1 1 u2 2
2
 w v2
1 w2

p
p
3 théo
g h i
p
2 théo
g h
n p
3 réel
p
2 réel
p
1

Figure II-17 : triangle des vitesses et diagramme des pressions dans une machine axiale équipé d’une roue et d’un redresseur.

Sur la Figure II-17, on a représenté l’augmentation de la charge et de la pression lors du passage dans la roue de la
machine axiale. Cette augmentation de charge est directement liée à la variation Vu (eq II-23), la variation de la
vitesse u n’intervient plus (même rayon de roue à l’entrée et à la sortie). Cette augmentation de la charge est
théorique, en fait la charge en sortie de roue est plus faible du fait des pertes de charge (décollements) dans la roue.
D’une manière très significative la variation de charge (et donc de pression dans la machine axiale) est plus faible
que dans une machine radiale. Le redresseur que nous pouvons voir sur la Figure II-17, permet, en plus de redresser
l’écoulement tourbillonnaire à la sortie de la roue, une augmentation (légère) de la charge et donc de la pression à
la sortie de la machine, il ralentit l’écoulement, V2>V3, (augmentant la pression-théorème de Bernouilli).

II - 2.1 : Diagramme des pressions


En détaillant l’analyse précédente avec la théorie simplifiée des turbomachines (écoulement unidimensionnel, étude
sur un rayon constant à la traversée de la machine axiale), nous pouvons décrire qualitativement (la théorie
élémentaire des turbomachines est beaucoup moins précise pour les machines axiales que pour les machines
radiales) : la hauteur nette délivrée par la machine est égale à la hauteur indiquée moins les pertes de charge. Cette
hauteur nette se définit également en écrivant le théorème de Bernoulli entre l’entrée et la sortie de la machine :

p v2   p v2  p p
h n   3  3    1  1   3  1  h i  H13
 g 2g   g 2g  g g
   
u v uv  u v
  2 u 2  1 u1   H13  2 u 2  H13
 g g  g

49
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Dans la roue, la différence de pression entrée-sortie s’écrit :

p2  p1 w12  w 22
  H1 2
g 2g

On voit donc que l’augmentation de pression dans la roue est uniquement due au ralentissement de l’écoulement
relatif.
Dans le diffuseur, il y a également une augmentation de pression suite au ralentissement de l’écoulement absolu :

p3  p 2 v 22  v32
  H 2 3
g 2g

Le degré de réaction de la machine s’écrit donc par définition :

p 2  p1 w12  w 22 w12  w 22
  
ghi 2uv u 2u 2 v u 2

Sur la figure 2-17 on peut voir l’allure des variations de pression théorique et réelle se déroulant dans la machine.

II - 2.1 : Aérodynamisme des machines axiales.


Le fonctionnement aérodynamique des machines axiales repose sur la théorie des grilles d’aubes et des hélices. Pour
comprendre les phénomènes, il faut dans un premier temps rappeler (voir cours dynamique des écoulements
industriels) la théorie du profil d’aile isolé.

II - 2.1.a Théorie de l’aile portante.


Un profil isolé placé dans un écoulement de vitesse incidente V avec une incidence i provoque une force
perpendiculaire à la vitesse incidente Fp ou portance et FT ou Trainée. On définit les coefficients de portance et de
trainée proportionnels à la surface alaire (surface de l’aile).
𝐹𝑃 𝐹𝑇
𝐶𝐿 = 𝐶𝑍 = 1 et 𝐶𝐷 = 𝐶𝑋 = 1
⁄2𝜌𝑉 2 𝐴 ⁄2𝜌𝑉 2 𝐴

Ces coefficients varient en fonction de l’angle d’incidence i. Sur la Figure II-18, on visualise la variation de ces
coefficients en fonction de l’incidence. L’incidence optimale est définie par un coefficient de portance élevé mais avec
un coefficient de trainée minimum. Si l’incidence est trop élevée le profil décroche (décollement de la couche limite),
augmentant de manière exponentielle la trainée et diminuant drastiquement la portance.
surface
alaire, b.c Fp

Angle d’incidence
FT optimal
Envergure, b

angle corde, c
d’incidence
Angle d’incidence
portance écoulement décollé

i
V trainée

Figure II-18 : Profil isolé – définition des efforts aérodynamiques – représentation graphiques Cx et Cz

50
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

II - 2.1.a Théorie des hélices.

Définitions

Dans la théorie des hélices un écoulement incident est dirigé perpendiculairement au plan de rotation de l’hélice.
L’angle de calage est l'angle que fait la corde du profil avec le plan de rotation de l'hélice. En raison de la vitesse
d’entrainement U=r, la vitesse incidente relative qui arrive sur le profil (vitesse w), fait un angle d’incidence i avec
le profil. Le pas de l’hélice pour un profil situé à une distance r de l’axe de rotation est égal à la distance H dont
avancerait pour une rotation de 1 tour, une hélice à pas constant se vissant exactement dans l’air. On a 𝐻 =
2𝜋. 𝑟. 𝑡𝑔𝜃.
r Plan de rotation
de l’hélice
V1
i

U=r

V1

u1 
W1

Figure II-19 : Définition des paramètres d’une hélice

Vrillage des pales


D’une manière générale et comme on vient de le voir dans la présentation de l’hélice précédente, u et vu varient
quand on se déplace du centre vers la périphérie de la roue. Ainsi, que si on veut maintenir une hauteur indiquée hi
constante16, il faut que vu varie comme 1/u c’est à dire comme 1/r. En pratique cela signifie qu’il faut garder un
angle d’incidence i constant le long de la pale et pour cela on modifie l’angle de calage entre le début de la pale au
niveau du moyeu et le bout de la pale. LA pale est ainsi vrillée (voir Figure II-20).

(b) (YUNUS A. CENGELS, 2010)


(a)
(c)

Figure II-20 : (a) forme de l’hélice (b) et (c) aubage de turbomachine axiale montrant la torsion de la pale entre le moyeu et l’extrémité

16Pour un ventilateur cette condition signifie également que l’on veut avoir la même pression en périphérie ainsi qu’au moyeu à
la sortie de la roue.

51
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Comme la vitesse relative augmente également entre le moyeu et la périphérie, la pression dynamique augmente
également ainsi les hélices ont tendance à être plus étroites au niveau du moyeu (peu de pression) et à augmenter
de surface alaire avec le rayon de manière à utiliser au mieux les zones où les pressions engendrées sont importantes.
En revanche vers l’extrémité la pale diminue également de surface avec un bout arrondi de manière à limiter les
effets des tourbillons induits de bout de pale et la trainée induite (voir cours Dynamique des Ecoulements Industriels).

II - 2.2 : Caractéristiques réelles.

II - 2.2.a Courbe caractéristique


Les pertes d’énergie d’une machine axiale peuvent être détaillées comme dans le cas d’une machine radiale, mais il
est difficile de les exprimer quantitativement. En effet, la présence des parois, cylindriques ou plus ou moins coniques,
introduit dans les machines axiales un élément nouveau : en effet, la couche limite, qui se développe le long de ces
parois, ralentit le fluide au voisinage de celles-ci, ce qui a pour effet de donner à la veine une forme convergente et
de modifier la répartition des vitesses axiales dans une même section droite. Le profil des vitesses se renfle dans le
milieu, comme le montre la figure ci-après. A cause de ce phénomène, les vitesses ont des valeurs différentes de celles
qui ont pu être calculées et les triangles des vitesses sont modifiés en conséquence. L’angle de calage des diverses
sections d’une aube s’en trouvera également modifié. Au lieu d’être une parabole avec une variation monotone en
fonction du débit, la caractéristique hauteur-débit d’une machine axiale a l’allure donnée par la courbe hn de la Figure
II-21. La caractéristique de hauteur nette est à pente négative sauf dans une région où le régime est instable. Quand
en effet on réduit le débit Qv , l’angle d’incidence sur le profil des pales augmente jusqu’à une valeur critique où se
produisent des décollements (voir Figure II-22). A ce moment la hauteur hn et la puissance absorbée diminuent. Le
phénomène appelé « pompage » se produit surtout dans les machines axiales, du fait que l’augmentation de pression
est surtout due au ralentissement de l’écoulement relatif dans la roue (cf degré de réaction).
couches limites

h
n

Q
v

Figure II-21 : développement des couches limites, et courbe caractéristique d’une machine axiale génératrice

II - 2.2.b Décollement tournant


Le phénomène que nous venons de présenter précédemment, s’explique d’une manière plus complète en utilisant la
théorie de l’aile portante présenté précédemment avec les coefficients aérodynamiques de trainée et de portance.
Pour l’analyse qui nous intéresse nous avons placé sur le graphe du Cx et Cz en fonction de l’incidence deux points
d’incidence i1 et i2 correspondant à deux débits de fluide circulant dans la machine axiale (cf schéma explicatif Figure
II-22). Pour l’incidence i2 (lorsque le débit est faible) on observe un décollement des filets fluides sur le profil
entraînant une chute de la portance et donc pour le ventilateur une chute de la charge nette. Ce phénomène est
appelé décollement tournant car on peut démontrer que ce décollement ne s’effectue pas en même temps sur tous
les aubages mais avec un certain retard entraînant une vitesse de rotation du décollement en sens inverse de celle
de rotation de la machine.

52
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure II-22 : décollement tournant dans une machine axiale – géométrie d’un profil

II - 3 : Ventilateurs

II - 3.1 : Introduction.
Le rôle des ventilateurs (comme toute turbomachine génératrice) est de transférer au fluide la plus grande part de
l’énergie qui leur est fourni au rotor. Cette élévation d’énergie mécanique s’accompagne d’une élévation de pression
totale. Pour les ventilateurs on définira cette élévation d’énergie entre l’entrée et la sortie de la machine par la charge
nette (équivalent de la hauteur nette pour les pompes véhiculant un liquide).

Xn  p t 2  p t1    g  h n [Pa ]  [J / m3 ] eq II-24

Ces machines peuvent ne comporter qu’une roue brassant l’air d’un grand espace comme pour les ventilateurs de
table ou certains ventilateurs de four. Elles peuvent être placées dans une ouverture ménagée dans une cloison afin
d’assurer le renouvellement d’air d’une pièce par exemple (cf figure 3-21).
Le plus fréquemment le rotor tourne dans une enveloppe munie d’un orifice d’aspiration et de refoulement, l’un
d’entre eux étant relié à une conduite dans laquelle la machine fait circuler un fluide.

53
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure II-23 : différents types de ventilateurs

Figure II-24 : exemple d’un ventilateur monté en aspiration (diagramme des pressions)

54
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

II - 3.2 : Ventilateurs centrifuges


On distingue deux types de construction des ventilateurs centrifuges :
- les ventilateurs possédant une roue à réaction. Pour ce type de ventilateur les aubages sont couchés vers l’arrière
ce qui permet de mieux contrôler l’écoulement relatif dans la roue (éviter les décollements). Ce type de
ventilateur possède en général un rendement plus élevé et produit moins de bruit que celui possédant une roue
à action. En outre ce type de ventilateur est utilisé pour des applications nécessitant une grande différence de
pression entre la sortie et l’entrée du ventilateur (circuit avec de grandes pertes de charge)
- les ventilateurs à action (aubages courbés vers l’avant) sont intéressants car fournissant également une grande
variation de pression entrée–sortie, sur une plus grande gamme de variation de débit (voir courbe figure 4-23)
et pour un encombrement moindre. En revanche leur rendement est beaucoup plus faible (décollements dans la
roue) et le bruit généré plus important.
Les ventilateurs centrifuges possèdent des caractéristiques intéressantes (encombrement, variation de pression pour
les applications de climatisation.

Courtesy The New York Blower Company, Willowbrook, IL. Used by permission.

(YUNUS A. CENGELS, 2010)

Figure II-25 : Types de roues de ventilateur centrifuge avec allure des caractéristiques de fonctionnement

55
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

II - 3.3 : Ventilateur axiaux ou hélicoïdes


Dans un ventilateur axial l’aspiration et le refoulement de l’air ont lieu suivant l’axe de rotation de la machine. L’hélice
du ventilateur est composée de pales (entre 4 et 20) fixées sur un moyeu. Le rapport de moyeu est défini comme
d
étant le rapport du diamètre du moyeu d divisé par celui de l’hélice D ( R moyeu  ).
D
- les ventilateurs hélicoïdes de rapport de moyeu faible (0,25<Rmoyeu<0,4) sont utilisés pour faire circuler des débits
importants avec une élévation de pression faible
- les ventilateurs hélicoïdes de rapport de moyeu important (0,5<R moyeu<0,7) sont utilisés pour faire circuler des
débits modérés avec une élévation de pression moyenne
Ce type de ventilateur est utilisé en ventilation, désenfumage, ventilateur de batterie ailetté (échangeur)

(a) © Barry Blower, ASC LP. Used by


permission. (b) Photo courtesy of Howden

(YUNUS A. CENGELS, 2010)

Figure II-26 : ventilateur axial ou hélicoïde

II - 4 : Conclusions

Au cours de ce chapitre nous avons détaillé les divers éléments techniques des pompes et des ventilateurs, nous avons
explicité le fonctionnement de ces machines en fonction de leurs angles caractéristiques de construction, et nous
avons également détaillé leurs caractéristiques de fonctionnement en fonction du débit et pour une vitesse de
rotation de l’arbre de la machine constante.
Il est important maintenant de se demander comment varie ces différentes caractéristiques de fonctionnement
lorsque l’on fait varier la vitesse de rotation.

56
Chapitre III - Similitude des turbomachines

III - 1 : Introduction

Dans ce chapitre nous appliquons la théorie de la similitude aux turbomachines. Cette application est
particulièrement importante dans l’étude des turbomachines car elle peut apporter des solutions aux problèmes
suivants :
- La conception d’une nouvelle machine est une opération très difficile au vu de la complexité des phénomènes
physiques intervenant dans les performances de celles-ci (écoulement tridimensionnel instationnaire, écoulements
décollés par endroit, écoulement turbulents en général, phénomènes diphasiques dans certaines circonstances...).
Pour simplifier cette conception on peut procéder par comparaison avec des machines existantes, ce qui nécessite
des critères de comparaison adimensionnels.
- Il est important de posséder des informations sur la variation des propriétés d’une machine lorsque l’on fait varier
certains paramètres comme la vitesse de rotation.
- Il est primordial également de posséder une procédure permettant d’extrapoler les performances d’une machine à
partir d’un essai sur une maquette de dimension réduite.
Pour toutes ces raisons une analyse dimensionnelle des turbomachines s’impose.

III - 2 : Invariants de Rateau

III - 2.1 : Analyse dimensionnelle


On considère une série de machines géométriquement semblables. C’est à dire que toutes les dimensions de celles-ci
D b
sont dans un certain rapport ( 2  2  ...  cte ), et l’on veut caractériser le travail net de ces différentes machines.
D1 b1
Le fonctionnement des ces machines sera caractérisé par les grandeurs influentes suivantes : r 2 rayon extérieur de la
roue,  vitesse angulaire de la roue Qv débit volumique de fluide,  viscosité dynamique du fluide,  sa masse
volumique, Wn le travail net 17fourni ou récupéré par le fluide. L’analyse dimensionnelle permet à partir de ces
grandeurs, de réécrire la relation existant entre ces différentes grandeurs par une relation entre des produits
adimensionnels formés à partir de ces grandeurs :

Wn  f , , , r2 , Qv ,  Wn  F1, 2 , 3 

Les produits adimensionnels 1 ,  2 ,  3 trouvés, s’expriment par :

1est le coefficient de travail net noté :


Wn Wn
  eq III-1
2r22 u2

2est le coefficient de débit noté :

17W est bien sûr égal à ghn


n
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Qv Q
  v2 eq III-2
r2 ur2
3

3est l’inverse du nombre de Reynolds :


1 
 eq III-3
R e ur2

 et  sont appelés coefficient de Rateau.


On définit également le coefficient de puissance nette.

Pn Pn
n     eq III-4
3r25 u 3r22

III - 2.2 : Spécificité des ventilateurs


Dans une machine axiale l’énergie mécanique échangée peut s’exprimer par la variation de pression totale entre
l’entrée et la sortie de la machine18. La pression totale étant la somme de la pression statique et de la pression
v2
dynamique résultant de la vitesse de l’écoulement : p t  p  
2
Les coefficients de Rateau s’expriment alors par :

p t

u 2

Qv

ur22

III - 3 : Machines en fonctionnement semblable.

A partir de l’analyse dimensionnelle précédente, on considère que deux machines différentes ont un fonctionnement
semblable, si elles sont géométriquement semblables et que les coefficients sans dimensions sont égaux.
Au niveau du triangle des vitesses de ces deux machines on obtient le résultat suivant : les triangles des vitesses sont
semblables .

Figure III-1 : triangle des vitesses pour deux machines en fonctionnement semblable

De ce qui précède on déduit à partir des remarques précédentes que pour deux machines en fonctionnement
semblables :

 le débit Qv est proportionnel à et r23


 la hauteur nette proportionnelle à : 2et r22
 la puissance nette est proportionnelle à : 3et r25 et 

18la pression totale est l’expression d’une énergie par unité de volume.

58
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

S’il s’agit de la même machine, véhiculant le même fluide, mais tournant à des vitesses de rotation différentes, on a:

 le débit Qv est proportionnel à 


 la hauteur nette proportionnelle à : 2
 la puissance nette est proportionnelle à : 3

III - 3.1 : Application à la représentation des caractéristiques des machines


avec l’analyse dimensionnelle, la relation Wn  f , r2 , Qv , ,  devient   FR e ,  .

le plus souvent, lors du fonctionnement des turbomachines dans un type d’écoulement turbulent rugueux (R e>105),
l’expérience montre que les variations du nombre de Reynolds n’ont peu d’influence 19. On peut donc écrire en
première approximation :

  F

Pour une machine donnée (R2 fixé) véhiculant un fluide donné (fixé) la caractéristique adimensionnée de cette
machine est représenté sur la figure 3-3.

 hn

A h a3
3

h 2
a
2

h1 a1


Figure III-2 : Caractéristique adimensionnée d’une pompe, et réseau de caractéristiques à différentes vitesses de rotation.

Sur cette figure on a un point de fonctionnement caractérisé par le point A sur la courbe adimensionnée, ce point
correspond aux points a1, a2, a3 des courbes de la même pompe pour trois vitesses de rotation différentes. On
remarque que les points a1, a2, a3 se situent sur une parabole passant par 0 puisque l’on a les relations suivantes :
Qv1 Qv 2 Qv 3
 
1 2 3
hn1 hn 2 hn 3
 
 2
1  2
2 32

On voit qu’un des avantages de la similitude est de condenser en une seule courbe un ensemble de caractéristiques
de fonctionnement pour des vitesses de rotation différentes ou pour des rayons de roue différents.

Au niveau du rendement global, celui-ci est considéré comme étant une fonction de  et il est constant pour des
points de fonctionnement correspondant à des fonctionnements semblables (parabole de similitude). C’est ce que
nous voyons à la figure 3-4 où les points a1 , a2 ont même rendement global.

19ce qui revient à négliger la viscosité de l’écoulement ; ceci ne veut pas dire que la viscosité ne joue aucun rôle, il y a toujours des
pertes de charge mais elles sont simplement proportionnelles à v2.

59
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

h
n


2


1


 2
1

Qv

Figure III-3 : variation du rendement global d’une pompe en fonction de la vitesse de rotation

III - 4 : Coefficient de vitesse angulaire et de rayon

III - 4.1 : Coefficient de vitesse angulaire


On peut définir d’autres coefficients sans dimensions. Par exemple le coefficient sans dimension qui ne fait pas
intervenir le rayon r2 de la machine sera particulièrement intéressant dans la construction des turbomachines.
Ce coefficient s’exprime par combinaison linéaire des coefficients de Rateau :
1


2 1
Qv 2
   eq III-5

3 3
Wn 4 4

Ce coefficient est appelé coefficient de vitesse angulaire. Il correspond physiquement, à la vitesse de rotation d’une
machine géométriquement semblable à une machine donnée fonctionnant en similitude et fournissant un travail net
de 1J/Kg pour un débit de 1 m3/s.

III - 4.2 : Coefficient de rayon


De la même manière on définit le coefficient de rayon  :
1

1
Wn 4 4
  r2 1
 1 eq III-6
Qv 2
 2

III - 4.3 : Application à la classification des turbomachines


On peut caractériser une famille géométrique de turbomachines par la valeur prise par au rendement maximum
de la turbomachine. Le diagramme de Cordier rassemble sur une même courbe les couples ( ) pour l’ensemble
des turbomachines. Les points obtenus forment une courbe unique appelée diagramme de Cordier. Ce diagramme
constitue une référence de bon fonctionnement des turbomachines. Il existe cependant des machines dont le point
figuratif ne se place pas sur le diagramme ; c’est le cas lorsque le rendement n’est pas le seul critère pris en compte
pour la construction de la turbomachine (prix, bruit ...).

60
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Lors d’un avant projet de construction de turbomachine, le diagramme de Cordier permet de rapidement déterminer
les dimensions principales de la turbomachine. Le cahier des charges fournit le débit volumique et la hauteur nette
que doit fournir la pompe; on choisit la vitesse de rotation de la pompe (multiple de 1500 t/min). A partir de ces
données on calcule la vitesse spécifique de la machine et le diagramme de Cordier nous donne le rayon spécifique et
donc le rayon extérieur de la roue de la machine.
La valeur de la vitesse spécifique (prise au point de rendement maximum), constitue un véritable coefficient
caractéristique de la forme générale de la pompe. On montre en effet, qu’il existe une corrélation entre la forme du
rotor et la valeur de Globalement on peut affirmer que :
- les petits coefficients de vitesse spécifique, qui se rapportent aux pompes de faible débit de grande énergie
massique, correspondent aux pompes centrifuges pures.
- lorsque la vitesse spécifique augmente, on passe progressivement aux pompes hélico-centrifuges puis aux pompes
axiales.
la figure 3-6 donnent des valeurs de vitesses spécifiques pour différents types de pompes.

Figure III-4 : diagramme de Cordier

61
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure III-5 : classification des pompes en fonction de leur vitesse spécifique

62
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

III - 5 : Limitations des lois de similitude

III - 5.1 : Influence du nombre de Reynolds


Dans l’étude précédente nous avons effectué une similitude restreinte lorsque nous étudions des machines en
fonctionnement semblables car le nombre de Reynolds est différent dans les deux fonctionnements. Quelle est
l’influence d’une telle approximation ? Si l’écoulement de fluide dans la turbomachine s’effectue en régime turbulent
rugueux nous avons vu que les pertes hydrauliques (coefficient de pertes de charge) sont indépendantes du nombre
de Reynolds. Dans ce régime particulier on peut donc considérer que la similitude restreinte est valide car le nombre
de Reynolds n’influe pas sur les performances de la machine (hypothèse prise dans l’étude précédente). En revanche
en régime turbulent lisse, les pertes hydrauliques sont bien fonction du nombre de Reynolds. En fait si on diminue
celui-ci, les pertes de charge (en valeur relative) augmentent (voir la variation de la courbe du coefficient de pertes
de charge linéaire  en fonction du Reynolds pour une même rugosité relative), diminuant le rendement hydraulique
(et donc le rendement global de la maquette à échelle réduite). De même lorsque l’on véhiculera des fluides à viscosité
importante (huile, produits pétroliers) les caractéristiques de la machine seront différentes. Sur la figure suivante
nous avons représenté la modification des caractéristiques d’une pompe centrifuge en fonction d’une modification
du nombre de Reynolds.

Figure III-6 : influence du nombre de Reynolds sur les performances d’une pompe centrifuge

III - 5.2 : Effet d’échelle


Les raisonnements précédents ont été établis en considérant que la rugosité relative était constante (puisque les
maquettes sont géométriquement semblables). En réalité, les dimensions diminuant alors que la rugosité absolue de
la maquette reste constante (déterminée par l’état de surface donné par l’usinage à la machine outil), la rugosité
relative augmente, favorisant le passage au régime turbulent lisse de la maquette. Ainsi notre similitude n’est pas
complète et il faut effectuer des corrections lorsque l’on travaille sur des maquettes de dimensions réduites. Ces lois
de corrections peuvent s’exprimer de la manière suivante. Nous avons vu que le coefficient de perte de charge sera
plus important pour la maquette (régime turbulent lisse) et donc que le rendement hydraulique sera inférieur. Le
 
b

coefficient de perte de charge linéaire peut s’exprimer de la manière suivante :   k Re a  


D
H
le rendement hydraulique s’exprime en fonction des pertes de charge : h  1  et donc nous pouvons trouver
hn
des lois de correction de la forme suivante permettant de passer de la machine réelle (indice 2) à la maquette (indice
1) :

b
1  h1  Re 1 
a 
  D1 
  
1  h 2  Re 2 
 D2 
Les paramètres de ces lois de correction sont déterminés expérimentalement.

63
Chapitre IV - Réseaux et Problèmes d’exploitation

IV - 1 : Introduction

Dans ce chapitre nous allons décrire les problèmes liés à l’utilisation des pompes. Nous verrons les problèmes liés à
une mauvaise adaptation des pompes à un circuit, et les procédures utilisées pour éviter ces problèmes.
Dans un premier temps nous effectuons des rappels sur l’écoulement dans les réseaux de conduites.

IV - 2 : Charge moyenne- coefficient d’énergie cinétique

La vitesse n’étant pas constante dans une section droite20, il faut maintenant remplacer l’expression de la charge par
une charge moyenne. On écrit la charge moyenne par :

vm2 p
H   z eq IV-1
2 g g
Dans cette expression, est un coefficient qui tient compte de la répartition des vitesses dans la section. Celles-ci
Qv
fluctuent autour d’une vitesse moyenne vm (ou vitesse débitante) définie par .
S

L’expression de ce coefficient s’établit en considérant le débit de charge qui s’écoule à travers la section S considérée :
3
 p v2   p  v3  p  1 3  v  dS
   g  z  2 g vdS  qv    g  z    2 g dS  qv    g  z   2 g vm S    v  S
S    S   S   m  

La dernière intégrale est posée égale à appelé coefficient d’énergie cinétique dont la valeur n’est fonction que de
la forme géométrique de la section et de la répartition des vitesses.

Pour les écoulements laminaires, on a =2, et pour les écoulements turbulents 1.04< en conduite
circulaire).21.

IV - 3 : Pertes de charge

IV - 3.1 : Pertes de charge régulières


Le fluide considéré étant visqueux, il y a une perte d’énergie due aux frottements visqueux. Cette perte d’énergie se
traduira par une perte de charge que l’on est capable d’estimer entre deux sections de conduite.
On distingue deux types de pertes de charge :

 les pertes de charge régulières provoquées par le frottement du fluide sur une longueur droite de
canalisation de diamètre constant.

20 Pour plus d’information sur le profil de vitesse en conduite on pourra se reporter au polycopié de cours « Dynamique des
Ecoulements Industriels »
21 Dans beaucoup d’applications, ainsi que dans plusieurs parties de ce polycopié de cours on arrondit la valeur de ce coefficient
en régime turbulent à =1 (sauf indication contraire)
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

 les pertes de charge singulières provoquées par les singularités de la conduite (élargissement,
rétrécissement, changement de direction, robinetterie...).

Figure IV-1 : perte de charge linéaire dans une conduite en régime établi

La perte de charge régulière entre deux sections droite 1 et 2 espacées d’une longueur L d’une conduite circulaire
droite s’écrit :

v12  v22 p1  p2
H1 2  H1  H 2     z1  z2 eq IV-2
2g g
Comme v1=v2, la perte de charge régulière est donc une perte de pression piézométrique.
Par des critères d’analyse dimensionnelle, on peut exprimer la perte de charge régulière en fonction de la vitesse au
carré :

L v2
H1 2   eq IV-3
D 2g

est un coefficient adimensionnel de perte de charge régulière. Il est en général fonction du nombre de Reynolds et
de l’état de surface de la conduite.  (encore désigné par k chez certains auteurs) est la hauteur moyenne des
aspérités, on l’appelle rugosité absolue. L’expression /D est la rugosité relative. Le coefficient  est une fonction de :

 
  f  Re ,  eq IV-4
 D

Différentes formules (la plupart empiriques) permettent de déterminer la fonction f.


On peut distinguer :
 Re<2000 (régime laminaire) :

=64/Re.
formule valable pour une conduite circulaire et quelle que soit la rugosité de la paroi.

 4000<Re<23/(D) (régime turbulent lisse) 22:


On est dans un régime où la turbulence est modérée. L’épaisseur de la sous couche limite laminaire est
suffisante pour englober toutes les aspérités de la conduite. Ce régime est le régime turbulent lisse.

On a deux formules de détermination de  :


- formule de Blasius

22 Entre les nombres de Reynolds 2000 et 4000 l’écoulement est dans une zone de régime de transition et il n’existe pas de formules.

65
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

 14
  0.316 Re eq IV-5

- formule de Prandtl-Karman

1  2.51 
 2 log  eq IV-6
  Re  

 23/(/D):<Re<560//D) (régime turbulent mixte) :


Ce domaine d’écoulement correspond à la majorité des écoulements industriels. Il correspond à une zone
délimitée par deux courbes Re=f(/D). Certaines aspérités de la paroi sont de hauteur plus importante que la
sous couche laminaire ce qui augmente considérablement les pertes de charge par rapport au régime
précédent du fait de la traînée tourbillonnaire provoquée par ces aspérités. Notons que c’est dans ce domaine
d’écoulement que les résultats expérimentaux obtenus avec des conduites de rugosités homogènes
caractérisées par une taille quasi constante des aspérités (du type « grain de sable ») différent totalement des
conduites « industrielles » pour lesquelles la taille, la forme la répartition des aspérités est aléatoire. Les
formules découvertes par différents chercheurs concernent donc des conduites industrielles.
Colebrook :
2
  2.51  
   2 log    eq IV-7
  Re  3.7 D 

Altschoul :
2
 
 Re 
  1.8 log  eq IV-8
 Re 
 7
 10 D 

 Re>560//D) régime turbulent rugueux :

La turbulence devient très importante et  devient exclusivement dépendant de /D. Tous les points sont
alignés sur des droites parallèles à l’axe des abscisses. La perte de charge devient indépendante du nombre
de Reynolds. Nikuraze a proposé la loi suivante en effectuant une étude expérimentale sur des conduites à
rugosité homogène.
Nikuradze :
2
  3.7D 
  2 log  eq IV-9
   

à partir de ces résultats obtenus dans le régime turbulent rugueux pour des conduites à rugosité homogènes
que l’on a pu définir une rugosité équivalente pour les conduites industrielles. La rugosité des conduites
industrielles est celle qui coïncide avec la rugosité homogène des résultats expérimentaux de Nikuradze pour
le régime turbulent rugueux.
Cette dernière formule est difficile d’emploi (car implicite) on lui préfère donc la loi de Blench :
Blench :


  0.790 eq IV-10
D

IV - 3.2 : Diagramme de Moody

66
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Le diagramme de Colebrook permet de déterminer le coefficient de perte de charge en fonction du Reynolds et de la


rugosité relative quel que soit le régime d’écoulement. Ce diagramme a été réalisé à partir d’expériences menées
avec des conduites dont les parois étaient recouvertes d’un revêtement spécifiques avec des rugosités calibrées
permettant d’établir les différentes courbes dépendant de la taille de la rugosité relative 23. La formule de Colebrook
suivante est une formule implicite qui permet de tracer les courbes sur le diagramme .

 
1,11

1  6,9  D  
 1,8  log  eq IV-11
 Re  3,7  
   

Une formule explicite approximant la relation de Colebrook permet de déterminer directement le coefficient il s’agit
de la formule de Haaland :
2
  6,9   1,11 
   1,8 log     eq IV-12
  Re  3.7 D  
 

On peut également utiliser un abaque de Moody (voir figure) avec lequel on détermine le coefficient  en fonction
du nombre de Reynolds et de la rugosité relative. Le diagramme de Moody est un abaque particulier qui a été établi
à partir d’expériences réalisées avec des conduites industrielles réelles.
Toutes ces méthodes de détermination restent toutefois approchées et il faut considérer une incertitude de l’ordre
de +/-15% sur le résultat.
Remarque : Le domaine de validité des différentes formules n’est pas très bien défini et il apparaît des discontinuités
(valeurs différentes suivant la formule utilisée) si on applique ces formules sur la totalité des domaines définis dans
notre exposé (FALEMPE, 1995).
Pour des calculs plus précis certains constructeurs de conduites donnent les valeurs de pertes de charge de leurs
tuyaux j exprimées en mètre de colonne de fluide par mètre linéaire de conduites (M. A. MOREL, 1994)

23 La rugosité est réalisée par le collage de micro sphères sur les parois (rugosité grain de sable)

67
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure IV-2 : abaque de Moody - coefficient de pertes de charge régulières de conduites circulaires rugueuses

IV - 3.3 : Pertes de charge singulières

IV - 3.3.a Définition
Comme nous l’avons déjà signalé, les pertes de charge, qu’elles soient régulières ou singulières sont dues à la viscosité
du fluide. Mais le mécanisme de dissipation d’énergie est différent dans l’un et l’autre cas : pour les pertes de charge

68
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

régulières, les lignes de courant restant rectilignes et parallèles, la dissipation laminaire est entièrement due au
cisaillement au sein du fluide tandis que la dissipation turbulente correspond au cisaillement au voisinage de la paroi
dans la zone de couche limite, et aussi à l’alimentation de la turbulence. Pour les pertes de charge singulières, il en
est tout autrement : lorsque l’écoulement est décéléré, les lignes de courant peuvent « décoller ». Ce terme de
décollement se réfère à la couche limite que l’on a brièvement introduite précédemment et qui est détaillé au chapitre
Erreur ! Source du renvoi introuvable.page Erreur ! Signet non défini.. Dans une conduite rectiligne ou sur une
plaque les effets de viscosité entraînent la formation d’une couche de faible épaisseur où les vitesses sont faibles. Si
l’écoulement est décéléré c’est à dire si on est en présence d’un gradient de pression positif dans le sens de
l’écoulement, la couche limite va totalement changer de structure, elle va décoller (voir Erreur ! Source du renvoi
ntrouvable.) entraînant la formation d’un écoulement de sens contraire ainsi que des structures turbulentes. Ces
grosses structures tourbillonnaires (voir figure) s’établissent dans des « zones mortes » et dissipent l’énergie en
alimentant la turbulence par un phénomène de cascade énergétique : les quantités de mouvement des gros
tourbillons étant transmises aux plus petits jusqu’à dissipation visqueuse (et transformées en énergie thermique).

Figure IV-3 : écoulement dans un divergent – détail du décollement de la couche limite à la paroi

La perte de charge singulière d’un composant « statique » (pas d’arbre de sortie de machine) dont les sections de
sortie sont les sections 1 et 2 s’exprime par :

p1  p2 1vm2 1   2vm2 2
H1 2   24

g 2g

L’analyse dimensionnelle propose pour l’expression de la perte de charge singulière l’expression :

v2
H   eq IV-13
2g

étant le coefficient de pertes de charge singulières. Il dépend en règle générale du Reynolds et de la géométrie. Si
les vitesses sont différentes de part et d’autre de la singularité, sera toujours exprimé en fonction de la vitesse la
plus grande.

IV - 3.3.b Elargissement brusque et rétrécissement brusque


En utilisant le théorème des quantités de mouvement et en supposant que l’écoulement est suffisamment turbulent
on démontre que la perte de charge dans un élargissement brusque peut prendre la valeur particulière donnée par
la formule de Bélanger-Carnot :

24La différence d’altitude entre les deux sections d’une perte de charge singulière est en général négligeable.

69
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

2
vm2 1  S1 
H  1   eq IV-14
2g  S2 

En se plaçant dans le cas de conduite circulaire et en tenant compte du coefficient d’énergie cinétique on obtient :
2
 d2 
   1   eq IV-15
 D2 

Dans le cas d’un rétrécissement brusque le coefficient de perte de charge est plus faible car le gradient de pression
favorable limite les phénomènes de décollement. Toutefois dans le cas d’un rétrécissement à bords vifs on a un
phénomène d’accélération de l’écoulement dans la partie centrale de la conduite de plus petit diamètre avec la
formation de deux tourbillons dans la zone d’entrée (voir Erreur ! Source du renvoi introuvable.). Ce
rétrécissement » de la section de passage de l’écoulement est appelé veina contracta et produit une perte d’énergie
mécanique (par la formation des deux cellules tourbillonnaires). Dans le cas où on effectue un rétrécissement avec
des bords arrondis ce phénomène disparaît et on diminue très fortement la perte de charge.

Rétrecissement Rétrecissement
À bords vif arrondi
Vena contracta

tourbillons

Figure IV-4 : phénomène de « veina contracta » dans un rétrécissement à bords vifs

IV - 3.3.c Entrée et sortie d’un réservoir


Dans le cas du raccordement d’une conduite avec un réservoir de grande dimension. La formule précédente se
simplifie et le coefficient de pertes de charge singulières devient pratiquement égal à l’unité en régime turbulent. Ce
qui est équivalant à dire que toute l’énergie cinétique du fluide sortant de la conduite se dissipe en chaleur dans le
réservoir. Plus précisément ce coefficient prendra donc la valeur du coefficient d’énergie cinétique qui est très proche
de 1 en régime turbulent et égal à 2 en régime laminaire.
Dans le cas contraire (rétrécissement brusque) du raccordement d’un réservoir de grande dimension avec une
conduite, le coefficient de perte de charge dépend de la géométrie du raccordement (bords arrondis, saillants...) ;
une valeur moyenne pour un raccordement brut non profilé (bords droits) on a =0,5.

IV - 3.3.d Changement de section progressif


Dans le cas du changement de section progressif, pour un élargissement, le décollement de la couche limite a un effet
très important sur la perte de charge. Il faut donc utiliser des cônes d’élargissements avec un angle assez faible pour
limiter la perte de charge. Pour le rétrécissement, les valeurs de perte de charge sont plus faibles (gradient de pression
favorable) mais le phénomène de « veina contracta » entraîne également des coefficients importants pour les cônes
de rétrécissement avec un angle important. La Erreur ! Source du renvoi introuvable. donne des valeurs des
oefficients de pertes de charge singulières dans les différents cas que nous venons d’évoquer.

70
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure IV-5 : pertes de charge singulières engendrées par des changements de sections (d’après (YUNUS A. CENGELS, 2010)

IV - 3.3.e Changement de direction


L’écoulement dans une conduite coudée est complexe. Du fait du gradient de pression (cf théorème de Bernoulli
perpendiculaire aux lignes de courant (Erreur ! Source du renvoi introuvable.) existant entre les différentes lignes de
ourant un écoulement tourbillonnaire existe au niveau du coude. Une formule empirique (M. A. MOREL, 1994) permet
de déterminer le coefficient de pertes de charge en fonction de différents paramètres :

 7

  D 2  
  0.13  1.85    eq IV-16
  2 R0   90
 

Figure IV-6 : écoulement dans un coude

Les pertes de charges que nous venons de citer concernent ce que l’on appelle des composants passifs (changement
de section, de direction, embranchements, diaphragmes, filtre...). Il existe aussi des composants actifs tels que les
vannes, les soupapes etc... Afin de pouvoir dimensionner des circuits hydrauliques, certains auteurs donnent des
abaques reportant les pertes de charge des différents types de composants. (IDELCIK, 1968)

71
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 3.3.f Longueur équivalente de conduite


Dans les ouvrages techniques, les résistances hydrauliques installées sur une conduite de diamètre D sont parfois
Le
caractérisées par leur longueur Le telle que :    . L’avantage est de comparer directement la valeur des pertes
D
de charges singulières d’un circuit par rapport aux pertes régulières et également de faciliter les calculs. Ainsi lorsque
toutes les conduites sont de même diamètre on a :

L   Le vm2
H   H r   H s   eq IV-17
D 2g

IV - 4 : Réseau de conduites

IV - 4.1 : Circuits fermés


Un circuit fermé se caractérise par un remplissage total et une absence de contact entre le liquide en circulation et
l’extérieur du circuit (air ambiant). C'est le cas courant du circuit de fluide caloporteur d’une installation de chauffage.
Dans un circuit fermé, la gravité et les hauteurs n'interviennent pas. La seule énergie à fournir au fluide pour le faire
circuler correspond aux pertes de charge. Du fait de l'expression des pertes de charge régulières et singulières, on
montre aisément que la perte de charge H (encore appelée J dans certains ouvrages) varie proportionnellement au
carré du débit volumique.

H  R  QV
2
eq IV-18

R est appelée la résistance hydraulique du circuit.

IV - 4.2 : Circuits ouverts


Un circuit ouvert est un circuit où le liquide qui circule dans le réseau est en contact avec l'air extérieur. C'est le cas
par exemple d'un réseau de conduite reliant deux réservoirs. L'équation précédente qui définissait la résistance
hydraulique est alors à modifier, car en plus de la résistance qui s'oppose au déplacement du fluide pour transférer
l'eau d'un réservoir à l'autre il faut aussi "vaincre" la hauteur géométrique h qui est égale à la différence d'altitude
entre les deux réservoirs.

H  h  R  QV
2
eq IV-19

Figure IV-7 : circuit fermé et circuit ouvert

IV - 4.3 : Réseau de conduite en série :


Dans le cas d'un circuit fermé, on constate que tous les tronçons placés en série sont traversés par le même débit et
que la perte de charge du circuit équivalent aux deux circuits en série est égale à la somme de ces pertes de charge.

72
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

L v2 v2
H     eq IV-20
D 2g 2g

H 1  R1  Qv1   Qv  Qv1  Qv 2
2


2 
H 2  R2  Qv 2 et H  H1  H 2
2  
eq IV-21
H  R  Qv  
R  R1  R2

IV - 4.4 : Réseau de conduite en parallèle :


Pour des conduites en parallèle, on observe que tous les tronçons ont la même perte de charge et que le débit dans
le réseau équivalent est égal à la somme des débits dans chaque tronçon.

H1 
H1  R1  Qv1  Qv1 
2

R1 
  Qv  Qv1  Qv 2
H 2  
H 2  R2  Qv 2  Qv 2  et H  H1  H 2
2

R2  
  eq IV-22
H 
H  R  Qv  Qv 
2

R 

H H H 1 1 1 R1 R2
     R
R R1 R2 R R1 R2  R1  R2 
2

La résistance équivalente à plusieurs tronçons en parallèle est donc toujours inférieure à la plus petite des résistances.
Réseau de conduite comportant des nœuds :
Le problème est plus complexe. Les relations dont on dispose sont :
- l’équation de conservation du débit à chaque nœud
- l’expression des pertes de charge dans chaque tronçon de conduite
- l’égalité de la charge à l’extrémité des conduites aboutissant à un même nœud
Le problème peut également se simplifier en effectuant une résolution graphique à l’aide des caractéristiques des
conduites du réseau.

IV - 4.5 : Caractéristique du réseau


Dans l’expression de l’équation 1-32 si on remplace la vitesse v par le débit q v qui lui est proportionnel, la courbe
donnant les variations de H en fonction du débit est appelée caractéristique de la conduite. Si les coefficients de
pertes de charge (régulière et singulière) ne changent pas en fonction du débit cette courbe est une parabole.

Figure IV-8 : caractéristique d’un réseau fermé

conduites en série :

73
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Le débit qui passe dans chaque conduite étant constant la caractéristique équivalente s’obtient en additionnant les
pertes de charge pour un débit donné (cf figure).
Conduites en parallèle :
Pour des conduites en parallèle, la perte de charge est la même pour chaque conduite mais le débit total est la somme
des débits partiels. Ainsi il suffit pour chaque perte de charge d’additionner les débits partiels pour avoir la nouvelle
caractéristique (cf figure).

a) b)

Figure IV-9 : caractéristique d’un réseau a) conduites en série b) conduites en parallèle

IV - 4.1 : Problème à trois réservoirs


Si on considère le problème présenté Figure IV-10, en prenant comme convention que si le débit va vers le nœud il
est positif, on a :

Q1  Q2  Q3  0
Équation 1

Dans cet exemple il est donc évident qu’un ou deux débits doivent être négatifs (s’éloigne du nœud). En outre au
nœud j, la pression est unique (la même pour toutes les arrivées des trois conduites). Ceci revient à dire que la charge
pj
au point j est égale à : h j  z j  avec p la pression effective. Ainsi la perte de charge, dans chaque tronçon doit
g
observer les relations :

v12 L1
h1   z1  h j
2 g D1
v22 L2
h2   z2  h j
2 g D2
v32 L3
h3   z3  h j
2 g D3
Équation 2

Pour résoudre le système, il faut fixer une valeur de la charge h j puis résoudre les équations du système (Équation
2). Pour déterminer les débits Q1, Q2, Q3 (à partir de la valeur des vitesses) et itérer jusqu'à que l’Équation 1Erreur !

74
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Source du renvoi introuvable. soit respectée. Si la l’estimation de h j est trop faible alors la somme des débits sera
négative (Équation 1) et il faudra diminuer la prochaine estimation de h j dans le processus itératif et vice versa.

z2

z3
C2
z1
Q2
C1 C3
Q3

Q1 zg

Figure IV-10 : problème à trois réservoirs

IV - 4.2 : Réseaux complexes


Dans le cas des réseaux industriels complexes comme sur la Figure IV-11, le problème est beaucoup plus ardu mais
est résolu à partir de règles simples :
- A chaque nœud la somme algébrique des débits est nulle
- Le long d’un parcours orienté et fermé la somme algébrique des pertes de charge est nulle (ce qui revient à
dire que la charge est unique à chaque nœud)
Pour la résolution on commence à se fixer dans chaque maille une répartition arbitraire de débits ainsi qu’un sens
supposé d’écoulement. La deuxième règle permet alors de modifier de manière itérative les débits supposés pour
faire respecter la deuxième règle et faire converger les calculs. La méthode de résolution est identique aux techniques
employées dans les réseaux électriques et est effectuée à l’aide de logiciels. Néanmoins le problème de convergence
peut être plus difficile que dans le cas des circuits électriques car les équations ne sont pas linéaires.

A Q1
B Q2
C

Q4 Q5
Q3 maille 1 maille 2
Q6 E
F D
Q10
Q8 maille 3 Q9 maille 4

I
G Q11 Q12
H
Figure IV-11 : réseau complexe

IV - 4.2.a Méthode simplifiée pour l’étude de réseau complexe – méthode de


Hardy-cross
La méthode de Hardy Cross est une méthode itérative pour déterminer les débits dans un réseau complexe
où les entrées et les sorties sont connues, mais la répartition des débits dans le réseau est inconnue. La
méthode a été publiée pour la première fois en novembre 1936 par Hardy Cross, professeur de structure à

75
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

l'Université d’Illinois à Urbana-Champaign25. L'introduction de la méthode Hardy Cross pour l'analyse des
réseaux u a révolutionné la conception des réseaux d’adduction d’eau. Avant l'introduction de la méthode,
résoudre des réseaux complexes pour la distribution était extrêmement difficile en raison de la relation non
linéaire entre la perte de charge et le débit. La méthode est devenue plus tard obsolète par les algorithmes
de résolution d'ordinateur employant la méthode de Newton-Raphson ou d'autres méthodes de résolution
qui empêchent la nécessité de résoudre les systèmes d'équations non linéaires à la main.
La méthode de Hardy Cross est une méthode itérative qui utilise la loi de continuité des débits au
niveau des nœuds et la loi d’égalité des pressions au niveau des mailles du réseau. Dans le cas d'un
écoulement dans des conduites, la conservation du débit signifie qu’au niveau d’un nœud du réseau la
somme des débits entrants est égale à la somme des débits sortants. L’égalité des pressions signifie que la
perte de charge directionnelle totale le long d'une maille dans le système est nulle. La méthode de Hardy
Cross suppose que le débit entrant et sortant du système est connu et que la longueur du tuyau, le diamètre,
la rugosité et toutes les caractéristiques des conduites sont également connues ou peuvent être supposées.
La méthode suppose également que la relation entre débit et la perte de la tête est connue, mais la méthode
ne nécessite aucune relation particulière à utiliser. Pour le cas d’écoulement hydraulique nous pouvons
utiliser la relation générale déjà présentée : H  R  QV 2 .

Le principe général de la méthode utilise une estimation initiale qui vérifie la continuité des débits à
chaque nœud, puis équilibre les débits jusqu'à atteindre la continuité des pressions sur chaque maille du
système. Si la supposition initiale des débits dans chaque conduite est correcte, la somme des pertes de
charge (tenant compte du sens de l’écoulement) dans la maille du réseau sera égale à zéro
 H   R  QV  0 . Cependant, si la supposition initiale n'est pas correcte, la perte de charge totale
2

sur la maille sera non nulle et une correction de débit Q devra être appliquée. Le nouveau débit,
Q  Q0  Q est la somme de l'ancien débit et une certaine variation du débit de telle sorte que la perte
de charge totale sur la maille soit nulle. La somme de la perte de charge totale sur la boucle avec ce
changement de débit sera alors égale à sera alors  R  Q0  Q  .Pour connaitre la correction de débit
2

Q qu’il faut appliquer il faut résoudre l’équation  R  Q0  Q 2  0 . En utilisant un développement



limité cette équation peut être approximée par l’équation suivante  R Q0  2Q0 Q  0 26. Ainsi la
2

correction de débit à appliquer est égale à :

 RQ0
2

Q  
2   RQ0

Cette correction est toutefois une approximation due au fait que nous avons négligée des termes
dans le développement limité. Néanmoins avec cette corrections la perte de charge va fortement se
rapprocher de zéro et il suffira de réitéré l’opération pour faire converger le système et obtenir la répartition
de débit exacte dans le réseau.

La méthode de Hardy Cross est une méthode précise et puissante permettant de résoudre à la main
des réseaux complexes avec seulement quelques itérations. En résumé le process de résolution est le
suivant :

25 Cross, H. (November 1936)." Analysis of flow in networks of conduits or conductors " Engineering Experiment Station. Bulletin
No. 286.
26 Développement de Taylor au premier ordre:  R  Q0  Q 
n

 0   R  Q0  n  1Q0
n n 1

Q  ...  0

76
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

1. Etablir une première estimation des débits dans chaque conduite en utilisant la continuité des
débits à chaque nœuds. (Plus l’estimation est proche de la solution plus la résolution itérative sera courte).
2. Identifier chaque maille (boucle fermée) du réseau.
3. Pour chaque maille, déterminez les pertes de charge dans le sens horaire et les pertes de charge
dans le sens antihoraire. H  R  QV 2
4. Déterminer la perte de charge totale dans la boucle en soustrayant la perte de charge dans le sens
 R  QV
2
antihoraire des pertes de charge du sens horaire.
5. Pour chaque maille, trouver : 2   RQ sans référence à la direction (toutes les valeurs doivent
être positives).
 RQ0 .
2

6. la correction de débit à appliquer est : Q 


2   RQ0
7. Si la correction de débit est positive, ajoutez sa valeur absolue à toutes les conduites de la maille
dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Si la correction de débit est négative, ajoutez sa valeur
absolue à tous les conduites de la maille dans le sens des aiguilles d'une montre (on doit bien sur tenir
compte du sens de l’écoulement dans les conduites pour faire cette correction).
8. Continuez à partir de l'étape 3 jusqu'à ce que la correction de débit soit suffisamment faible pour
être négligée

IV - 5 : Circuits avec machines- Théorème de Bernoulli généralisé

IV - 5.1 : Machine

machine

section 1 section 2
Figure IV-12 : machine.

Le rôle d’une machine est de fournir ou prélever de l’énergie au fluide qui la traverse. Si on considère les sections 1 et
2 d’entrée et de sortie de la machine, la variation de l’énergie lors du passage du fluide dans la machine, est égale à
la différence de charge entre l’entrée et la sortie de la machine. Autrement dit, si on appelle W n l’énergie massique
fournie ou prélevée au fluide lors de son passage dans la machine, on a :

Wn
H 2  H1   hn
g

hn est la hauteur nette de la machine. Il faut bien garder à l’esprit que dans cette dernière relation, W n/g est une
valeur algébrique. En fait, on a deux cas :

 H2>H1 on a donc Wn/g et hn qui sont positifs ; ce qui signifie que de l’énergie est fournie au système fluide. C’est le
cas des machines génératrices comme les pompes.

 H2<H1 Wn/g et hn sont alors négatifs; ce qui signifie que de l’énergie sort du système fluide. C’est le cas par exemple
des turbines.

77
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 5.2 : Circuit avec pompes ou turbines


L’équation de Bernoulli généralisée permet d’exprimer la charge d’un écoulement dans un circuit comprenant des
machines (génératrices ou réceptrices) et des pertes de charge (régulières ou singulières).
* pour une machine génératrice (pompe) ce théorème s’écrit entre deux sections A et B d’un circuit comprenant une
machine génératrice et des pertes de charge27 de la manière suivante :

p A v A2 p v2
  z A  hn  B  B  z B  H A  B
g 2 g g 2 g
* pour une machine réceptrice (turbine), on a :

p A v A2 p v2
  z A  B  B  z B  H A  B  hn
g 2 g g 2 g

IV - 6 : Cavitation

IV - 6.1 : Définition
Dans un écoulement de liquide, on entend par cavitation, la formation de bulles ou de poches de vapeur due à une
ébullition provoquée par une chute de pression locale.
La pression d’initiation du phénomène est égale à la pression de vapeur saturante. A son début, la cavitation est
caractérisée par la naissance de bulles qui se déplacent et implosent dans le liquide lorsque la pression remonte. Dans
une situation de cavitation plus avancée, on aura formation de véritables poches de vapeur.

IV - 6.2 : Effets de la cavitation


La cavitation perturbe profondément le fonctionnement des turbopompes. Ses effets se marquent à la fois sur les
caractéristiques de fonctionnement et sur la tenue mécanique. Du point de vue mécanique, ils sont essentiellement
liés à la recondensation qui se produit lorsque la pression remonte. Des mesures de pression locales ont montré que
dans les zones de recondensation, on observe des variations de pression très importantes (200 à 300 bar) et de
fréquence élevée (20 à 25 Khz). La recondensation est un phénomène d’implosion brutale conduisant à la création
locale de jets liquides de grande vitesse. A ces implosions sont associés une érosion, un bruit, et des vibrations
caractéristiques. Tous ces effets sont nocifs, il est donc impératif d’éviter ce phénomène.

Figure IV-13 : érosion de cavitation sur les aubages de la roue d’une pompe

27Les pertes de charge concernent uniquement le circuit, les pertes de charge de la machine sont comprises dans son rendement.

78
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 6.3 : Concept de charge nette à l’aspiration

IV - 6.3.a Zone de pression minimale


Si on considère l’évolution de la pression moyenne dans une pompe (cf. figure ci-dessous), on constate que la pression
moyenne la plus faible est la pression p1 qui règne bien évidemment à l’entrée du rotor, lorsqu’ aucune énergie n’a
été encore transmise au fluide. Néanmoins cette pression n’est pas la plus faible qui règne dans la pompe. En effet
lors de la transmission d’énergie dans les aubages rotoriques, les pressions évoluent différemment sur les deux faces
des aubages et en particulier il règne une forte dépression sur les faces arrière des aubages au niveau du bord
d’entrée (voir figure). C’est dans cette zone que naît la cavitation.
diffuseur
p2 p3
rotor
+
-
distributeur p min

p0 p1

 p=p1-p min

Figure IV-14 : zone de pression minimale dans une pompe

Cette valeur de dépression peut être exprimée en fonction de la vitesse relative à l’entrée du rotor et d’un paramètre


w12
p   
2
Le coefficient de dépression  dépend du point de fonctionnement ; il est minimal au point d’adaptation pour les
pompes centrifuge ce coefficient est compris entre 0.16 et 0.30.

IV - 6.3.b Critère de non-cavitation


Dans la pompe il y aura cavitation, si la pression p min devient inférieure à la pression de vapeur saturante p vs. La
pression minimum pmin, est égale à p1-p. Ainsi il y aura cavitation dès que la différence de pression (p 1-p) sera
inférieure à pvs.
cette relation se transforme en :
 p1  p  pvs  p1  pvs  p
Le membre de gauche de cette dernière inégalité est fonction de l’utilisation28, alors que le membre de droite dépend
de la construction de la pompe. Cette dernière expression peut s’exprimer en hauteur de fluide on a :

p1  pvs v12 p v12


  
g 2 g g 2 g

28Eneffet la pression p1 dépend de l’aspiration nécessaire à l’entrée de la pompe pour véhiculer un fluide, et la pression de vapeur
saturante est une fonction de la température du fluide véhiculé.

79
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

en remplaçant p par son expression en fonction du coefficient de dépression, on obtient la relation suivante
définissant la condition d’apparition de la cavitation :

p1  pvs v12 w2 v 2
  1  1 eq IV-23
g 2g 2g 2g

Le premier membre de cette expression représente la charge disponible à l’aspiration notée NPSH dispo.29 Le deuxième
membre correspond à la charge requise à l’aspiration en dessous de laquelle il y aura cavitation (NPSH requis).
La condition de non-cavitation est donc défint par la relation suivante :

NPSHdispo  NPSHrequis eq IV-24

IV - 6.3.c Pompe aspirant au-dessus d’un réservoir


0 4

h
g

Figure IV-15 : pompe aspirant au-dessus d’un réservoir

NPSHdispo :
En appliquant le théorème de Bernoulli entre les sections A et 1 (entrée de la roue) on a :

p1 v12 p
  A  hg  H A1
g 2 g g

D’où le NPSHdispo s’écrit :

p A  pvs
NPSH dispo   hg  H A 1
g

Le NPSHdispo est une caractéristique du circuit d’aspiration de la pompe. Il sera en particulier une fonction décroissante
de la pression régnant au-dessus du réservoir, de la température du fluide véhiculé puisque la pression de vapeur
saturante croît avec la température, de la hauteur d’aspiration h g et des pertes de charge. Pour un circuit et une
température de liquide donnée, la perte de charge augmentant comme le carré du débit, le NPSHdispo est une fonction
décroissante d’allure parabolique (cf. Figure 4-4).
NPSHrequis :
A l’opposé du NPSHdipo ,le NPSHrequis est une caractéristique intrinsèque d’une pompe; pour une pompe donnée
tournant à une vitesse de rotation donnée, elle ne dépend en effet que du débit, c’est à dire du point de
fonctionnement. L’allure de cette variation en fonction du débit est représentée sur la figure 4-4, sa valeur minimale
se trouvant aux alentours du régime d’adaptation.

29Cette désignation fait référence à la terminologie anglaise Net Positive Suction Head.

80
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 6.3.d Détermination graphique de l’apparition de la cavitation


Considérons le fonctionnement d’une pompe à vitesse de rotation constante et débit variable ; Le circuit d’aspiration,
la nature du liquide pompé et la température de fonctionnement étant connue ; le critère de non-cavitation que nous
avons exprimé (eq 4-2) permet de déterminer le point d’apparition de la cavitation sur la caractéristique de la pompe.
Cette construction est présentée sur la figure ci-dessous. Dans cette figure on a tracé la courbe de variation du
NPSHrequis en fonction du débit, deux courbes de NPSHdispo pour deux hauteurs d’aspiration, et la caractéristique
énergétique de la pompe. Notons que la hauteur d’aspiration est plus importante pour la courbe du NPSH dispo noté 2.
La cavitation apparaît à partir du débit QvA (intersection NPSHdispo et NPSHrequis). La cavitation n’apparaît pas pour la
hauteur d’aspiration la plus faible (l’intersection s’effectuant en dehors de la zone des débits fournis par la pompe).
h
n NPSH (pour deux hauteurs d'aspiration)
dispo

1 NPSH
requis

2 A

Q
Q v
vA

Figure IV-16 : critère de non-cavitation : méthode graphique

IV - 6.3.e Effets de la cavitation sur la caractéristique énergétique de la pompe


Pour la pompe de la figure 4-4, on a cavitation à partir du point A. Si on augmente le débit en ouvrant la vanne de
réglage de la pompe, l’énergie par unité de poids fourni par la pompe (autrement dit sa hauteur nette h n), chute très
rapidement comme on peut le voir sur la figure 4-5.
hn

fonctionnement avec cavitation

Qv

Figure IV-17 : caractéristique de fonctionnement avec cavitation.

81
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 7 : Point de fonctionnement d’une pompe

IV - 7.1 : Caractéristique résistante d’un circuit


Considérons la pompe du chapitre 2 qui permet le transvasement d’un liquide entre deux réservoirs situés à des
altitudes différentes (cf. figure 2-2 chap II). Si nous écrivons la relation de Bernoulli pour le circuit d’aspiration A-0 et
de refoulement 4-B ; on obtient :

p A v A2 p v2
  z A  0  0  z0  H A 0
g 2 g g 2 g

p4 v42 p v2
  z4  B  B  z0  H 4  B
g 2 g g 2 g
si nous regroupons les différents termes de la manière suivante :

p4  p0 v4  v0 p  p A vB2  vA2
  z4  z0  B   zB  z A  H A 0  H 4  B
g 2g g 2g

Dans cette dernière expression, le premier terme correspond à la hauteur nette fournie par la pompe, le second terme
correspond à la caractéristique résistante du circuit. Ce dernier est composé d’une partie statique z B  z A et d’une
vB2  vA2
partie dynamique  H A 0  H 4  B . La partie dynamique est proportionnelle au carré du débit volumique et
2g
a donc une allure parabolique.30

IV - 7.2 : Point de fonctionnement


Sur le graphique 4-6 on a représenté la caractéristique de la pompe et du circuit, ainsi que le point de fonctionnement
qui n’est autre que l’intersection des deux courbes. Sur ce graphique nous avons également porté la caractéristique
de rendement de la pompe ; la pompe sera bien adaptée à son circuit, si le point de fonctionnement se situe aux
alentours du rendement maximum.

h
n courbe de rendement global

caractéristique de la pompe

point de fonctionnement

partie statique
caractéristique du circuit
hauteur géométrique

Q
v

30Dans certains circuits la partie statique peut être nulle, notamment pour un circuit fermé.

82
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure IV-18 : point de fonctionnement

IV - 8 : Groupement de pompes

IV - 8.1 : Pompes fonctionnant en parallèle


On dit que plusieurs pompes fonctionnent en parallèle si leurs entrées et leurs sorties sont respectivement reliées
entre elles. Pour cet ensemble de machines, la hauteur nette est la même à chaque instant, et le débit résultant est
la somme des débits partiels. La courbe caractéristique hauteur-débit de l’ensemble s’obtient en faisant la somme
des abscisses correspondant à une même ordonnée.
hn
pompe 1 pompe 1 et 2 en parallèle

pompe 2

Qv Qv Qv + Qv2 Q
1 2 1 v

Figure IV-19 : Pompes en parallèle

IV - 8.2 : Pompes fonctionnant en série


On dit que deux ou plusieurs pompes sont en série si l’orifice de refoulement de l’une est relié à l’orifice d’aspiration
de la suivante. Les différentes pompes ont par conséquent le même débit et les hauteurs nettes s’ajoutent. La courbe
caractéristique hauteur-débit de l’ensemble s’obtient en faisant la somme des ordonnées correspondant à une même
abscisse. Cette disposition est celle que l’on trouve dans les pompes multicellulaires.
hn

hn +h n pompe 1 et 2 en série
1 2

pompe 1
hn
1
hn
2
pompe 2

Qv

Figure IV-20 : pompes en série

83
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 9 : Réglage

Le but du réglage d’une pompe est d’adapter son débit à la valeur demandée dans le circuit d’utilisation. On distingue
les réglages par action sur la vitesse du moteur d’entraînement, par action hydraulique sur le circuit, et par action
sur la géométrie de la pompe.

IV - 9.1 : Réglage par vannage


La procédure consiste à placer sur le circuit de refoulement une vanne de réglage. En variant l’ouverture de celle-ci,
on modifie la caractéristique résistante du circuit, et on déplace donc le point de fonctionnement. Considérons la
figure 4-9, sur laquelle on fait varier l’ouverture de la vanne ce qui modifie la caractéristique du circuit et déplace le
point de fonctionnement A en A’ au débit réduit Q v’. L’énergie utile (par unité de poids) hA’=aA’ créée par la pompe
peut être divisée en deux parties, la première aA’’ est l’énergie indispensable pour assurer la circulation du débit Q v’
dans le circuit primitif, la seconde A’’ A’ correspond à la perte par étranglement dans la vanne de réglage. On peut
définir un rendement utile de ce dispositif u égal au produit du rendement global de la pompe par le rapport aA’’/aA’.
La courbe correspondant à ce rendement a été tracée sur la figure 4-9. On constate, que bien que la puissance
absorbée diminue, le réglage par étranglement peut diminuer considérablement l’économie d’exploitation d’une
pompe.
En général la vanne de réglage ne se place pas sur le circuit d’aspiration afin de ne pas augmenter les risques
d’apparition de la cavitation.

h
n

circuit avec vanne partiellement fermée


vanne de réglage
'
A

circuit primitif pompe


A
''
A

g
u

a
Q'v Qv Qv
Figure IV-21 : régulation par vannage

IV - 9.2 : Réglage par recirculation


Ce système consiste à établir un by-pass muni d’une vanne de réglage entre le refoulement et l’aspiration de la pompe
dont on veut régler le débit et à renvoyer directement à l’aspiration une partie du débit refoulé. Considérons la figure
4-10, et supposons que le débit QA traversant le circuit d’une pompe doit être réduit à la valeur QB par recirculation.
Pour ce faire, on diminue la résistance du circuit de la pompe en ouvrant la vanne de dérivation et ce jusqu’à ce que
la pompe fonctionne au point C tel que la hauteur nette soit exactement égale à celle nécessaire pour faire circuler
le débit réduit QB dans le circuit initial. Le débit QC fourni par la pompe se divise en une partie utile Q B, et une partie

84
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

recyclée (QC-QB). On constate que le réglage par recirculation a donc comme inconvénient d’augmenter le débit fourni
par la pompe et donc d’augmenter la puissance absorbée par celle-ci.
Le réglage par recirculation sera utilisé pour les pompes axiales si de grandes variations de débit doivent être
obtenues ; on évitera ainsi le phénomène de pompage à faible débit dont sont sujettes ces machines.
Q
h
n B Q - QB
C

A pompe
Q
C

C
B

Q
B

Q Q
B A QC Q
v

Figure IV-22 : réglage par recirculation.

IV - 9.3 : Réglage par variation de vitesse


Dans ce cas la caractéristique du circuit change ce qui modifie le point de fonctionnement (cf. chapitre similitude). Ce
type de réglage est très favorable d’un point de vue énergétique puisque nous avons vu dans le chapitre sur la
similitude que pour des points de fonctionnements semblables, le rendement global était quasiment inchangé. Les
pompes étant souvent entraînées par des moteurs électriques, le système de réglage de la vitesse de rotation fait
appel à des techniques d’ingénierie électrique du type variateur de vitesse, réglage rhéostatique...

IV - 9.4 : Réglage par distributeurs à pales orientables


Ce type de réglage se rencontre assez souvent pour les ventilateurs axiaux de tailles moyennes ou grandes, mais on
peut aussi le rencontrer pour des ventilateurs centrifuges (voir figure ci après). Il s‘agit de placer à l’amont du
ventilateur un distributeur qui va orienter l’écoulement avant son entrée dans la roue.

Figure IV-23 : ventilateur axial et centrifuge muni d’un distributeur ou inclineur

85
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Sur la figure suivante nous avons représenté une vue en développée d’une roue de ventilateur axial munie d’un
distributeur ; les vecteurs vitesses sont représentés ainsi que le diagramme (théorique) des pressions avec et sans
distributeur. On s’aperçoit que le distributeur modifie la composante de la vitesse absolue à l’entrée du ventilateur
modifiant ainsi, en raison de l’équation nous donnant la charge indiquée du ventilateur, l’énergie (ou l’augmentation
de pression) fournie au fluide lors de sa traversée de la machine.

X i   u2vu 2  u1vu1  avecvu  v cos eq IV-25

En fonction de l’angle d’inclinaison des pales du ventilateur, on obtient une modification de la courbe de
fonctionnement du ventilateur (voir figure suivante).

Figure IV-24 : modification de la courbe d’un ventilateur axial à l’aide d’un distributeur

86
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 10 : Amorçage

Si on considère une pompe aspirant au-dessus d’un réservoir (montage en aspiration). Que se passe–t-il si la conduite
d’aspiration est à l’origine vide de liquide (remplie d’air) ? La pompe en fonctionnant va créer une aspiration, (une
dépression dans la conduite). La valeur de cette dépression se détermine à partir de la différence de pression entrée
sortie de la pompe et donc de la hauteur nette fournie par la pompe lorsqu’il n’y pas de débit entraîné par celle-ci
(hauteur nette vanne fermée).

p entréesortie  airghnVF eq IV-26

hnVF est donc la hauteur vanne fermée, et air est la masse volumique de l’air contenue dans la conduite d’aspiration.
La masse volumique de l’air étant 860 plus faible que celle de l’eau on s’aperçoit immédiatement que, lorsque la
conduite sera remplie d’air, l’aspiration fournie par la pompe sera très faible. En fait la valeur de l’aspiration donnée
par la pompe dans le cas d’un amorçage est difficile à connaître et ne peut pas se calculer directement avec l’équation
précédente. Dans [1] l’auteur propose une valeur approchée de cette valeur en considérant le triangle des vitesses
en sortie de roue complètement plat (vitesse débitante nulle) et en considérant que le rendement global dans ces
conditions est de tout au plus 50 %. Ce qui nous donne pour le calcul de la différence de pression entrée sortie :

u 2 vu 2 u 22 u2
hi    p   2 eq IV-27
g g 2

IV - 10.1 : Clapet de pied


Une solution au problème d’amorçage est d’incorporer dans la conduite d’aspiration un clapet afin de retenir l’eau
dans la conduite d’aspiration lorsque la pompe ne tourne pas (voir figure).

Figure IV-25 : pompe en aspiration – amorçage

IV - 10.2 : Réservoir d’amorçage


Une autre solution est d’intercaler dans le circuit d’aspiration de la pompe un réservoir. Au démarrage le réservoir
est rempli d’eau. La pompe débite donc directement comme si elle était en charge. Lors de la vidange du réservoir,
une dépression se crée dans le réservoir permettant l’aspiration de l’eau dans la conduite d’aspiration. Le volume du
réservoir est calculé de telle manière qu’il ne soit pas totalement vidé d’eau avant que l’eau du circuit d’aspiration
pénètre dans le réservoir.

87
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure IV-26 : réservoir d’amorçage

IV - 11 : Stabilité de fonctionnement

Pour certains circuits comportant des pompes ou des ventilateurs, il peut s’établir des points de fonctionnement qui
seront instables, c’est à dire qu’une perturbation faible du système engendrera une modification importante du
régime de la turbomachine. Ce phénomène se rencontrera par exemple pour un ventilateur ayant une caractéristique
de fonctionnement telle que définie sur la figure suivante. Ce ventilateur débite dans un réservoir. Considérons la
caractéristique du circuit C1. Si le circuit rencontre une perturbation qui augmente momentanément la pression
règnant dans le réservoir (point B). Dans ce cas le point de fonctionnement s’établit en A avec un débit Qv A tandis
que le réservoir va débiter vers l’aval un débit plus important Qv B. On a donc QvA< Qv1< QvB. Le réservoir va donc se
vider pendant un certain temps puis le régime va se rétablir pour revenir au point 1. Considérons maintenant un
circuit plus résistant possédant une caractéristique C2 coupant la courbe du ventilateur en 2. Si la pression augmente
de nouveau dans le réservoir, le débit dans le circuit sera donner par Qv D et le débit dans le ventilateur va être donné
par QvC. On aura QvD< Qv2< QvC. Ce débit plus important fourni par le ventilateur va avoir tendance à augmenter la
pression du réservoir et va donc amplifier la perturbation initiale. Le point 2 est donc un point de fonctionnement
instable.

Figure IV-27 : stabilité de fonctionnement

88
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 12 : Coups de bélier

Les coups de bélier, sont des variations de pression provoquées par la modification brusque du régime d’écoulement
dans une conduite. Le phénomène est relativement complexe à mettre en équation car il faut tenir compte de la
compressibilité du fluide, la déformation des conduites et des pertes de charge dans le réseau. Pour de plus amples
développements le lecteur pourra consulter les ouvrages [1], [2], [3]. Néanmoins une première explication du
phénomène peut être apportée par l’étude en fluide incompressible.
Considérons le système suivant où un réservoir est vidangé par une conduite muni d’une vanne de réglage de débit.
Si on considère que la propagation des ondes dans la conduite est très importante, les variations de débit imposée
par la vanne se transmettent instantanément dans la conduite. C’est ce que l’on appelle les coups de bélier en masse.
Le tuyau a une section constante S, une longueur L et le réservoir est à niveau constant. A l’instant initial la vanne est
totalement ouverte et l’écoulement est permanent établi, à la vitesse v. On ferme la vanne ; la durée de fermeture
étant égale à T. Pendant ce temps T, la quantité de mouvement de la masse d’eau contenue dans la conduite varie
de SLv à zéro. La dérivée par rapport au temps de cette quantité de mouvement est égale à la force moyenne F
exercée sur la vanne par le liquide :

LSv
F , la surpression engendrée à l’extrémité de la conduite est :
T
F Lv
p   eq IV-28
S T
Ainsi pour les installations comportant des conduites de grandes longueurs la surpression due aux coups de bélier
peut être très importante (même si on effectue des variations lentes de débits) et provoquer la rupture des conduites.
Pour un circuit de pompage le danger est l’arrêt brutal de la pompe. Pour des conduites de barrage hydrauliques
pour des raisons de sécurité on peut être amené à diminuer rapidement le régime de la turbine et donc fermer la
conduite gravitaire. Les solutions à envisager pour résoudre ce problème sont le montage d’une cheminée d’équilibre
ou de réservoir muni d’un volume d’air.

Figure IV-28 : protection contre les coups de bélier : cheminée d’équilibre- ballon d’air

89
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

IV - 13 : Réseaux hydrauliques

IV - 13.1 : Introduction
Ce chapitre aborde les problèmes rencontrés en pratique par l'ingénieur lors de la conception des réseaux
hydrauliques. La conception de ces circuits faisant appel à de nombreuses notions (courbes de pompes, pertes de
charge, échanges de chaleur, dilatation, régulation...), nous ne traiterons ici arbitrairement que quelques notions,
le lecteur pourra se reporter aux références [6] et [7] pour plus de précisions.
Dans le domaine du génie climatique, l'ingénieur doit souvent concevoir des circuits caloporteurs afin de distribuer
les demandes d'énergie thermique. Cela regroupe les installations de chauffage à eau chaude, les installations d'eau
glacée, les circuits de refroidissement de machines, les circuits de récupération de chaleur etc. Dans ces circuits, le
liquide parcourt un réseau fermé de tuyauteries entre une production d'énergie thermique (dans le cas d'une
installation à eau chaude il s'agira de la chaudière) ou celui-ci sera chauffé, et une utilisation de la chaleur (radiateur
ou ventilo-convecteur). On appelle conventionnellement "canalisation aller" celle ou le fluide circule de la production
vers l'utilisation ; Et "canalisation retour" celle ou le fluide circule des utilisations vers la production. Sur le schéma ci-
dessous, le liquide est chauffé dans la chaudière d'une température  à une température  (puissance échangée
P=qm.c.()); puis le liquide est transporté (quasiment à température constante) vers l'utilisation de cette
chaleur, le radiateur ; dans cet élément, la température chute de à; ensuite le fluide est déplacé à température
constante vers la production. Le transport du fluide s'effectue grâce à une pompe (centrifuge la plupart du temps)
appelé circulateur.

Figure IV-29 : circuit caloporteur

IV - 13.2 : Éléments du réseau

IV - 13.2.a Vitesse du fluide


Pour des raisons de coût de fonctionnement le diamètre du tube est choisi en pratique pour que la perte de charge
linéaire reste inférieure à 20 mm/m. Ainsi ce dimensionnement conduit à des vitesses de fluide inférieures à 0,5 m/s
dans les tubes de petit diamètre (10-30 mm) et des vitesses de l'ordre de 0,5 à 2 m/s dans les tubes de diamètre
important (30-400 mm).

IV - 13.2.b Pertes de charge des appareils


Dans les chapitres précédents nous avons vu comment déterminer les pertes de charges engendrées par les
tuyauteries et les éléments de tuyauteries (coudes, élargissement...). Pour les autres appareils tels que les chaudières
les échangeurs, les tours de refroidissement il faut se reporter aux données du constructeur. Souvent celui-ci fournit
une seule indication de perte de charge J (en m) en fonction du débit nominal Qv 0. En dehors de ce débit nominal on
peut déterminer la perte de charge au débit Qv à l'aide de l'équation suivante :

90
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

2
 qv 
J  J 0   

 qv0  eq IV-29

Cas des vannes


Les constructeurs ont l'habitude de présenter les caractéristiques de leurs vannes à l'aide de leur Kv ou Kvs. Le
coefficient Kv d'une vanne représente le débit d'eau (exprimé en m3/h) qui circule dans la vanne pour "qu'elle crée"
une perte de charge (on devrait dire perte de pression) égale à 1 bar.

qv
Kv 
P eq IV-30

2
100  qv 
Avec J   
g  Kv 

avec J perte de charge en m


g accélération de la pesanteur en m/s2
qv débit en m3/h
p perte de pression en bar
 masse volumique du fluide en kg/dm3

IV - 13.2.c Vannes trois voies


Afin de réguler la puissance de chauffage d'un radiateur, on peut faire (par exemple) varier le débit circulant dans
celui-ci. Pour cela on réalise un circuit comportant une conduite de contournement du radiateur (également appelé
émetteur) et une vanne trois voies (voir figure ci-dessous). En fonction de son ouverture une telle vanne fait varier le
débit circulant dans le radiateur et dans le by-pass sans (pratiquement) faire varier le débit circulant dans la
chaudière,. La figure suivante présente une vanne trois voies montée en mélange (c'est à dire que le fluide rentre par
les deux entrées et sort par une sortie commune après mélange dans la vanne). Il existe aussi des vannes trois voies
en répartition où le fluide rentre par une voie commune et sort "réparti" dans deux sorties.

.
Figure IV-30 : circuit caloporteur avec vanne trois voies

La vanne à trois voies comporte une voie directe, une voie bipasse et une voie commune. La voie commune est
repérée par un triangle blanc sur le symbole (voir figure). Elle est parcourue par un débit constant et placée en série
avec le circulateur. La position d’ouverture de la vanne est donnée en référence à l’ouverture de la voie directe, qui
assure la régulation. C’est pour cette voie qu’est définie sa caractéristique (égal pourcentage ou linéaire). La voie
bipasse est complémentaire de la voie directe. Une vanne à trois voies est dite « ouverte » lorsque la voie directe est
grande ouverte et la voie bipasse fermée. Elle est dite « fermée » lorsque la voie directe est fermée et la voie bipasse

91
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

grande ouverte. Par exemple, une vanne ouverte à 40 % correspond à une ouverture de 40 % de la voie directe et de
60 % de la voie bipasse.

Figure IV-31 : Symbole d’une vanne de régulation à trois voies

Figure IV-32 : Vanne trois voies en mélange

IV - 13.3 : Régulation de puissance par variation de température


Une des technique de montage pour une régulation de puissance de chauffe avec la vanne 3 voies est le principe de
la vanne trois voies montée en mélange comme présenté sur la figure suivante.

Figure IV-33 : Variation de température par une vanne à trois voies montée en « mélane »

La vanne à trois voies soutire un débit constant au réseau de distribution. La variation de la température est obtenue
par un mélange entre le débit d’eau en provenance de la production et le débit d’eau de retour de l’émetteur.
L’émetteur est alimenté à débit constant, par un circulateur en série.

IV - 13.3.a Autorité de la vanne de régulation


Lorsque la vanne est en place sur le réseau permettant la régulation de température, elle doit avoir une perte de
charge suffisante afin que sa caractéristique ne soit pas déformée. En effet, l’évolution du débit en fonction du Kv
doit être proche d’une droite. Cet impératif est obtenu par une vanne présentant une perte de charge suffisante par
rapport au réseau dont elle règle le débit. La vanne doit s’imposer, être « autoritaire ». L’autorité d’une vanne de
régulation, définie à son ouverture maximale, s’exprime par (Figure 2-13)

p v100
a
p v100  p r100
eq IV-31

Avec

 a, l’autorité de la vanne (comprise entre 0 et 1) ;


 Δpv100 , la perte de charge dans la vanne ouverte à 100 % ;
 Δpr100 , la perte de charge des éléments du réseau parcourus par le débit variable, pour la vanne ouverte à
100%

92
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

L’autorité d’une vanne influence la progressivité de la variation de débit et donc de puissance. Comme le montrent
les tracés (Figure suivante) pour différentes valeurs d’autorité, la courbe d’émission s’éloigne d’autant plus d’une
droite que l’autorité de la vanne est faible.

Figure IV-34 : Incidence de l’autorité de la vanne de régulation sur l’évolution de la puissance émise (d’après CIRCUITS HYDRAULIQUES
Composants et règles de conception www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr)

On constate ainsi que :


• pour une autorité supérieure à 0,5, la progressivité du réglage n’est pas notablement améliorée. De plus,
l’augmentation de l’autorité de la vanne engendre une augmentation de sa perte de charge et donc des coûts de
circulation plus importants ;
• une autorité égale à 0,33 doit a minima être assurée pour avoir une régulation de puissance satisfaisante. En
dessous, la concavité de la courbe est trop prononcée pour garantir une régulation de l’émission de puissance
satisfaisante.
L’autorité d’une vanne doit être comprise entre 0,33 et 0,5 pour garantir une régulation satisfaisante. Le choix d’une
autorité supérieure à 0,5 augmentera inutilement le coût de la vanne et la consommation du circulateur. Une autorité
inférieure à 0,33 dégradera trop fortement la progressivité de la régulation du débit.

IV - 13.4 : Répartition des pressions dans le réseau


Vase d'expansion
Dans les circuits fermés il est impératif de prévoir dans l'installation un système permettant de gérer les variations
de volume du liquide lors de sa dilatation sous l'action de la variation de température. Le système le plus courant est
le vase d'expansion ; il s'agit d'une cavité contenant à l'intérieur un réservoir de volume variable grâce à la
déformation d'une membrane souple ; le réservoir contient un gaz sous pression qui va se comprimer ou se dilater
suivant les variations de volume du liquide contenu dans le réseau. Le vase est fixé sur la conduite du réseau puis on
"gonfle" le réseau en introduisant un surplus d'eau qui va déformer la membrane et augmenter la pression dans le
réseau.

93
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure IV-35 : ballon d'expansion

Le vase d'expansion va donc imposer une pression égale à la pression du gaz (pg) au niveau de son raccordement
avec le réseau. Ce point est appelé point neutre (N) car, que la pompe soit en fonctionnement, ou pas, la pression
reste constante égale à la pression du gaz (pg). Lorsque la pompe est arrêtée, les pressions à chaque point du réseau
vont varier en fonction de l'altitude en raison des lois de l'hydrostatique. Lorsque la pompe sera en fonctionnement,
en plus de cette pression hydrostatique, la pression statique variera en fonction de la hauteur manométrique fournie
par la pompe et des pertes de charge du réseau. L'exemple suivant montre sur un réseau très simple la variation des
pressions pompe arrêtée (pointillé) et pompe en fonctionnement trait plein.

Figure IV-36 : répartition des pressions dans le réseau

Il ressort de l'analyse de ces courbes que lorsque le ballon d'expansion se trouve sur le refoulement de la pompe. Des
zones de dépression (inférieure à la pression atmosphérique) peuvent ainsi apparaître créant des rentrées d'air
possibles dans le réseau et une susceptibilité plus importante aux problèmes de cavitation.

IV - 13.5 : Notion d'équilibrage de réseau


Lorsqu'un réseau muni d'une production de chaleur (chaudière) comporte plusieurs "mailles" permettant de chauffer
différents locaux, il est important de pouvoir prédire et régler les différents débits circulant dans les branches. En
effet nous avons vu précédemment que le débit de fluide influence la puissance échangée dans les appareils de
chauffage (radiateur, échangeur...). Il est donc primordial "d'équilibrer" le réseau c'est à dire adapter les débits dans
chaque branche aux besoins.
Etudions par exemple le réseau présenté sur la figure suivante.

94
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure IV-37 : réseau maillé

Sur le premier schéma nos avons présenté le réseau composé d'une chaudière et de deux radiateurs, (muni d'un
robinet de réglage), placés en parallèle. Les radiateurs étant identiques et désirant obtenir la même puissance
échangée dans chacun deux, nous avons besoin d'avoir le même débit dans les deux branches pour avoir un réseau
équilibré. Le second schéma nous présente le réseau hydraulique associé à ce problème avec les résistances
hydrauliques associées à chacun des circuits. Ces résistances représentent les pertes de charge dans les appareils et
les pertes de charge dans les conduites. Du fait que la tuyauterie du réseau entre le point A et A' est plus longue pour
le deuxième échangeur, la résistance R2 est supérieure à la résistance R1. Ainsi comme la différence de charge est la
même pour les deux branches des circuits, il en résulte un débit qv 2 inférieur au débit qv1; le réseau est déséquilibré.
Les différents débits se déduisent à partir de la courbe de la pompe et des courbes de perte de charge des circuits
comme présenté sur le schéma suivant.

Figure IV-38 : caractéristiques d'un réseau déséquilibré

Pour équilibrer le réseau il faut placer sur une ou plusieurs branches, des résistances hydrauliques variables, qui
vont permettre d'adapter les différents débits. Ces résistances variables sont obtenues en utilisant des robinets de
réglage, qui vont faire varier leur Kv (donc le coefficient de perte de charge singulière) en fonction du nombre de
tours d'ouverture.

95
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure IV-39 : schéma d'un réseau muni de résistances variables 'équilibrage

En pratique pour l’équilibrage d’un système de chauffage central par radiateur, les règles de l’art 31impose que le
réseau de chauffage doit comporter des organes d’équilibrage:

 sur la distribution principale afin de pouvoir éventuellement ajuster le point de fonctionnement du


circulateur : prévoir une vanne à mesure de débit afin de vérifier que le débit circulant dans l’installation
est proche du débit calculé ;
 en pied de colonne : afin de permettre une bonne répartition du débit entre colonnes ;
 au niveau des émetteurs (té ou coude de réglage sur les radiateurs) pour permettre une bonne répartition
des débits dans la colonne.

Figure IV-40 : Organes d’équilibrage présents sur une installation de chauffage par radiateurs

31 Voir le guide « CIRCUITS HYDRAULIQUES Composants et règles de conception » document partagé en ligne faisant parti du
PROGRAMME D ’ACCOMPAGNEMENT DES PROFESSIONNELS www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr « Règles de
l’Art Grenelle Environnement 2012 »

96
Chapitre V - Introduction sur les turbines hydrauliques et les éoliennes

L’installation d’une turbine est beaucoup plus rare qu’une pompe. Il n’existe pas de catalogues de caractéristiques
de turbines, chaque cas fait l’objet d’une étude spécifique. Néanmoins, il existe des types de turbines différents qui
dépendent du type de chute sur laquelle est montée la turbine. En outre l’utilisation de l’énergie hydroélectrique en
France est loin d’être négligeable puisqu’elle représente 10% de la consommation globale.

V - 1 : Généralités

A l’entrée d’une turbine hydraulique, l’eau est animée d’une faible vitesse. Son énergie est essentiellement une
énergie de pression. Dans un moteur hydraulique volumétrique, on utilise cette pression pour pousser un piston. Dans
le cas de la turbine, cette énergie de pression est d’abord transformée, soit en totalité, soit en partie en énergie
cinétique.
L’eau pénètre donc d’abord dans un distributeur. Cet organe ne tourne pas mais est réglable et il a pour fonction :
- de transformer totalement (turbine à action) ou partiellement (turbines à réaction), l’énergie de pression en énergie
cinétique.
- de modifier le débit. Il offre pour cela au passage de l’eau une section variable qui peut être réduite pratiquement
à zéro.
- de diriger l’eau sur la roue dans une direction convenable.
Suivant l’ouverture du distributeur, la turbine absorbe un débit plus ou moins grand, donc fournit une puissance plus
ou moins élevée.

V - 2 : Turbines à réaction roue Francis

V - 2.1 : Généralités
Dans ce type de machine, l’écoulement s’effectue de manière radiale. On parle de machine centripète. Le
fonctionnement d’une telle machine ressemble fortement au fonctionnement « inverse » d’une pompe centrifuge. La
figure 6-2 montre une schématisation des principaux organes d’une turbine Francis.

Figure V-1 : plan d’installation d’une turbine Francis


IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

(YUNUS A. CENGELS, 2010)


axe de la turbine
roue

3 2

distributeur orientable

trajectoire d'une particule fluide diffuseur

4 canal de fuite

Figure V-2 : turbine Francis : vue extérieure de la roue – allure schématique du trajet du fluide

L’eau arrivant par la conduite forcée est mise en pré-rotation dans la bâche spirale comportant des directrices
orientables (cf figure 5.2). Le fluide traverse ensuite la roue puis un diffuseur, qui à la forme d’un cône légèrement
divergent, avant de retrouver le canal de fuite.

1
2
distributeur
3

triangle des vitesses


u2 2

w2 v2

u 3
3
3
w v
3 3

Figure V-3 : turbine Francis - détail de la roue et du distributeur - triangles des vitesses

Les conditions en 1 et la hauteur nette sont calculées en étudiant la conduite gravitaire. Dans le distributeur, il y a
transformation de l’énergie de pression en énergie cinétique. La position des directrices fixe le débit.
Dans la roue, le théorème d’Euler permet d’écrire :

98
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

u 2 vu 2  u3vu 3
hi   hn   H14 32 eq V-1
g

Le rendement hydraulique de la turbine s’écrit :

hi
h 
hn

V - 2.2 : Caractéristique énergétique


De la même manière que pour les pompes, on peut tracer les triangles des vitesses à l’entrée et à la sortie de la roue
de la turbine Francis. Ces triangles sont représentés sur la figure 5-3. Ils permettent d’exprimer la hauteur indiquée
fournie par la turbine pour une vitesse constante en fonction du débit volumique qui s’écoule à travers elle:

u 2 vu 2  u 3 vu 3 1  v v 
hi    u 2 d 2  u32  u3 d 3 
g g  tg  2 tg  3 
 u32  vd 2 v 
hi   u 2  u3 d 3 
g  tg  2 tg  3 
Les vitesses débitantes étant proportionnelles au débit, on obtient une courbe de la forme :

hi   A  BQv eq V-2

La variation de hi est donc linéaire en fonction du débit volumique. Pour avoir la caractéristique h n (qui représente ici
la charge absorbée par la turbine), il faut ajouter toutes les pertes de charge. On obtient alors la courbe de la figure
5-4. Sur cette figure, Q0 représente le débit minimum de fluide devant s’écouler dans la machine pour que celle-ci
commence à débiter une certaine puissance. La puissance po  gQv0 H 0 représente donc la puissance à vide
entièrement dissipée en pertes de charge dans la turbine.

h
h
n

hi

H
0
Qv

Figure V-4 : caractéristique de fonctionnement d’une turbine

V - 2.3 : Autres turbines à réaction - roue Kaplan

32Attention
dans cette partie hi est une valeur absolue. On considère la puissance récupérée au niveau de la roue de notre
turbomachine. On n’a pas gardé la convention du premier chapitre qui consiste à compter négativement l’énergie puisée sur le
fluide.

99
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Ces turbines sont des turbines hélices ou l’écoulement est axial. En règle générale, la roue possède des pales réglables
et le distributeur des directrices également réglables. La figure suivante présente l’installation d’une telle turbine.

Figure V-5 : plan d’installation d’une turbine Kaplan.

100
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

V - 3 : Turbines à action - turbine Pelton

V - 3.1 : Description et théorie

(YUNUS A. CENGELS, 2010)

Figure V-6 : plan d’installation d’une turbine Pelton- vue de la roue

Les turbines à action, ou turbines Pelton, sont utilisées quand on dispose d’une chute d’eau de grande hauteur
(supérieure à 300 m par exemple). Le distributeur est formé par un ou plusieurs injecteurs (ou tuyères) dans lesquels
l’énergie potentielle est entièrement transformée en énergie cinétique (figure 5-7 )

injecteur roue

auget

1 23
4 canal de fuite
0

aiguille

Figure V-7 : schématisation d’une turbine Pelton

A la sortie de chaque injecteur, il se forme un jet libre, de section circulaire, qui frappe sur des aubes en forme de
coquilles symétriques appelées augets, séparées par une nervure affûtée. L’eau s’échappe latéralement après avoir
été déviée de près de 180°.
La vitesse de l’eau au niveau de l’injecteur est déterminée par l’écriture de la relation de Bernoulli entre le point 0 et
le point 1.

v12  p 0 v2  p  
   z 0  0   1  z1   H 01 
2 g  g 2 g  g  

La pression en 1 est égale à la pression en 4 et l’altitude du point 1 et peu différente de l’altitude du point 4 (comparée
à la hauteur de chute). Ceci permet d’écrire la relation précédente de la manière suivante :

101
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

v12  p 0 v2  p 
  z 0  0   4  z 4   H 01
2 g  g 2 g  g 

La grandeur entre crochets n’est autre que la hauteur nette de la machine (variation de toutes les composantes
énergétiques dans la machine). Donc, si on néglige les pertes de charge, la vitesse d’éjection s’écrit :

v  2 g  hn eq V-3

Etude de la roue :
Si on suppose que l’écoulement sur l’auget s’effectue sans pertes de charge, on a : w 1=w2.
Si nous considérons des augets sans angles d’ouverture, les triangles des vitesses sont totalement aplatis et nous
v  u1  w1
avons les relations : 1
v2  w2  u 2

On obtient finalement :
u1 v1  u 2 v 2 u
 v u1  v u 2   v1  v 2   1
u uw
hi 
g g g g

hi 
u
v1  u  eq V-4
g

triangle des vitesses à l'entrée

v
1

u w
v1 u 1
triangle des vitesses à la sortie

u
v 2
v w
2 2

Figure V-8 : triangles des vitesses

v1
On peut démontrer également que la condition de puissance maximale récupérée sur la turbine est : u  . Pour
2
observer cette condition quand la puissance demandée à la machine varie, on agit sur le débit volumique au moyen
de l’aiguille qui traverse l’injecteur.

V - 4 : Classification

D’une manière similaire à l’étude des pompes, on peut classer les différents types de turbines en fonction d’un nombre
adimensionnel faisant intervenir la vitesse de rotation de la roue (la vitesse spécifique). Néanmoins la vitesse
spécifique utilisée dans l’étude des pompes est un peu différente de celle des pompes. Elle est définie par l’équation
suivante :
1
Pn 2
  eq V-5
 ghn 
1 5
2 4

102
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Dans la figure suivante on donne l’abaque des types de turbines en fonction de la valeur de  au point de meilleur
rendement.

Figure V-9 : classification des turbines hydrauliques en fonction de leurs vitesses spécifiques

103
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

V - 5 : Eoliennes

V - 5.1 : Généralités

Un grand nombre de types d’éoliennes différentes existent. On peut les classer en deux grandes catégories :
- Axe de rotation vertical
- Axe de rotation horizontal
Sur la figure suivante plusieurs types d’éoliennes sont représentés schématiquement :

Figure V-10 : différents types d’éoliennes : axe horizontal – axe vertical (YUNUS A. CENGELS, 2010)

V - 5.2 : Définitions
La figure 5-11, présente l’allure de la courbe de performance d’une éolienne : puissance électrique fournie en fonction
de la vitesse du vent. Sur la courbe sont placés plusieurs points particuliers correspondant à une vitesse spécifique du
vent. On distingue :
- La vitesse minimale de démarrage (Cut-in speed) : vitesse minimale du vent pour laquelle une puissance utile est
fournie au réseau
- La vitesse nominale (Rated speed) : vitesse du vent donnant la puissance nominale de l’éolienne. En principe
cette puissance correspond également à la puissance maximale que peut délivrer la turbine.
- La vitesse d’arrêt (Cut-out speed) : vitesse maximale du vent pour laquelle la turbine reste en fonctionnement.
Au-delà de cette vitesse un système de freinage arrête les pales de l’éolienne pour éviter une détérioration de
l’appareil.

104
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018


W electrique

Figure V-11 : courbe de fonctionnement et de performance typique d’une éolienne

V - 5.3 : Notions théoriques générales d’aérodynamisme des hélices d’éoliennes

V - 5.3.a Théorie monodimensionnelles de Rankine-Froude


La théorie unidimensionnelle des hélices ou également appelée théorie de Rankine-Froude permet d’exprimer les
différentes grandeurs suivantes :
 Puissance apportée par le vent à travers la surface de l’éolienne
1 
d  mV 2 

2  1 2 dm 1 2 1
W vent  dispo   V  V  qm  V 2  VA
dt 2 dt 2 2
 1
W vent  dispo  V 3 A
2

Densité de puissance apportée par le vent Densité de puissance moyenne annuelle apportée par le vent

 V 3 W 2 
W vent dispo 1 
A 2  m  W vent dispo 1 3
 V  K e
A 2

Coefficient de puissance
(rendement) de l’éolienne
 
Wa Wa
Cp  

1 3
W vent dispo V A
2

Figure V-12 : volumes isolés dans l’application du théorème d’Euler : volume externe
délimité par un tube de courant axisymétrique divergent ; volume entourant l’hélice. Le
schéma du bas représente l’évolution de la pression (unidimensionnelle) et de la vitesse

105
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Théorie de Betz
Théorème d’Euler
 
FR  qm V2  V1  qmV2  V1 
FR  P3 A  P4 A  0  FR  P4  P3 A
V3  V4
P3  P4

Bernouilli 1=>3 Bernouilli 4=>2


2 2
P1 V P V
  z1  3 
1
z 3
g 2 g g 2 g 3 => P3  P4 V12  V22
=> 
Patm V12 P3 V32 g 2g
  
g 2 g g 2 g
P4 V42 P V2
  z4  2  2  z2
g 2 g g 2 g
P3 Patm V12  V32 => P4 Patm V22  V42
  P4 V42 Patm V22  
g g 2g    g g 2g
g 2 g g 2 g

Ainsi, on montre que la vitesse qui traverse le disque est égale à la vitesse moyenne entrée sortie du volume fluide
isolé :
qm  V2  V1   AV3  V2  V1   V3  V2  V1   P4  P3 
=>
FR  P4  P3 A

V22  V12 V  V1
V3  V2  V1    V3  2
et donc : 2 2

A l’aide de ces différentes relations précédentes nous définissons deux paramètres fondamentaux :
V1  V3
Coefficient de perte de vitesse : a 
V1

V3  V1 1  a  Patm V3= V4 Patm

V2  2V3  V1  2V1 1  a   V1  V1 1  2a  V1 3 4
A
V2

qm  AV3  AV1 1  a  1 2
 V V 2 2
V  V 1  2a  2 2 2 V V
W théo  qm   AV1 1  a 
1 2 1 1 V3  2 1
2 2 2

 AV13 1  a   AV1 1  a   V12 1  2a 


1 1 2

2 2
 AV1 1  a   AV13 1  a 1  2a 
1 3 1 2

2 2
 AV13 1  a   AV13 1  a  1  4a  4a 2
1
2
1
2
 

Wthéo  2 AV13 a1  a 
2

Le coefficient de perte de vitesse est donc directement lié à l’énergie théorique maximale récupérée sur le capteur
éolien :

106
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018


Wa,m ax
Coefficient de puissance (rendement : C p 
1
2 V13 A
Patm V3= V4 Patm
 
2 AV a1  a 
3 2
Wa ,max Wthéo V1 3 4 V2
Cp    1
A
1
2 V1 A 3 1
2 V1 A 3 1
2 V1 A3

1 2
 4a1  a 
2
V2  V1
V3 
2
La théorie de Betz nous indique également que le rendement maximal de l’aéromoteur est limité théoriquement
par une valeur bien inférieure à 1 que l’on peut déterminer théoriquement de la manière suivante :
Valeur du coefficient perte de vitesse donnant le coefficient de vitesse maximal :
dC p


d 4a  8a 2  4a 3
 12a 2  16a  4

da da
 4 4
dC p  a  1
 0 3a 2  4a  1  0   6
da a  4  4  1
 6 3
D’où le coefficient de puissance maximal appelé Limite de Betz

C p  4a1  a 
2

2
4 1 16 V1  V3
Cmax  1     0,5926 a
3 3 27 V1

Le rendement maximal pour une éolienne idéale est approximativement 59,3 %. Dans la pratique, ce rendement
n’est jamais réalisé à cause des effets suivants :
 L’écoulement de l’air a une composante rotative due à la rotation du rotor.
 La force de traînée n’est jamais nulle à cause des frottements.
 L’hélice contient un nombre fini de pales.
Ce modèle simple unidimensionnel ne décrit pas l’écoulement rotatif de l’air, cependant il permet de définir
certains concepts fondamentaux dans le fonctionnent des éoliennes.
Pour que l’hélice extraie l’énergie du vent, la vitesse de ce dernier doit diminuer lorsqu’il traverse l’hélice. Une
machine idéale doit ralentir la vitesse du vent de 2/3.
D’après l’équation de continuité, la section de tube de courant augmente de l’amont vers l’aval. Pour une
éolienne idéale, l’aire de la section de l’écoulement à l’amont est de 2/3 celui du rotor, et ce dernier est la moitié
de celui de la section en aval. Finalement, l’extraction de toute l’énergie disponible du vent est pratiquement
impossible, dans la pratique, le rendement des éoliennes ne dépasse pas les 45 %.

107
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

V - 5.4 : Notions plus avancées – calculs aérodynamiques de pales d’éoliennes à


axe horizontal
La théorie précédente ne nous indique pas comment construire les éléments tournant d’une éolienne. Pour cela il
faut étudier l’élément le plus important de l’éolienne qu’il s’agisse du moulin à vent le plus ancien à l’éolienne la plus
moderne, il s’agit de la pale. Dans ce chapitre nous allons retreindre le propos à l’étude des éoliennes à axe horizontal
dite rapide. Ce type d’éolienne utilisé comme aérogénérateur (générateur électrique) constituée de deux ou trois
pales, est le type d’éolienne le plus commun actuellement car fournissant le rendement le plus élevé. L’étude de la
pale fait appel à la théorie des hélices que nous avons commencé à aborder au chapitre II - 2.1.a .

V - 5.4.a Caractéristiques géométriques


On considère les paramètres suivants :

- Axe de l’hélice : axe de rotation tournant à la vitesse 


- Axe de la pale : axe longitudinal autour duquel on peut faire varier l’angle de calage de l’hélice.
- Profil de la pale : section de la pale coupée par un cylindre de rayon r ayant pour axe l’axe de l’hélice.
- L’angle de calage : angle que fait la corde du profil avec le plan de rotation de l’hélice

Figure V-13 : Hélice d’une éolienne (d’après Said Chkir. Contribution à l'étude aérodynamique d'une éolienne par une méthode de sillage
libre.Thèse de Doctorat Arts et Métiers ParisTech, 2010.33

V - 5.4.b Calculs aérodynamiques


L’étude des actions aérodynamique sur le profil de la pale (au rayon r) est indiquée sur la Figure V-14. Comme pour
l’étude des turbomachines axiales lorsque l’hélice tourne à la vitesse le profil qui se déplace à la vitesse
tangentielle d’entrainement u, « voit », pour une vitesse d’arrivée du vent v sur l’hélice, une vitesse incidente du vent
(relative) w. Cette vitesse est inclinée par rapport au plan de l’hélice d’un angle I = + i. avec l’angle de calage et i
l’angle d’incidence de l’écoulement relatif. Les efforts de portance Fp et de trainée FT générés par le profil sont
indiqués sur la Figure V-14. Deux efforts principaux sont créés par le profil tournant :
 La poussée axiale du vent sur l’hélice de l’éolienne (effort perpendiculaire à la surface balayée par l’hélice).
Cet effort permet de dimensionner le mat de l’éolienne.
 Le moment par rapport à l’axe de l’hélice. Ce moment va permettre de déterminer la puissance mécanique
fournie par l’éolienne.

33 Disponible gratuitement à l’adresse : https://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00510801

108
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

i

w i
u
-u FT
w
v
v
v Fp
-u w

Figure V-14 : (a) triangle des vitesses (b) efforts aérodynamique au niveau de l’axe de la pale

La contribution des efforts dans la poussée axiale s’obtient en projetant les efforts sur l’axe porté par la vitesse v du
vent :
𝑑𝐹 = 𝑑𝐹𝑝 𝑐𝑜𝑠(𝜃 + 𝑖) + 𝑑𝐹𝑇 𝑠𝑖𝑛(𝜃 + 𝑖)

La contribution des efforts dans le moment par rapport à l’axe est égale :

𝑑𝑀 = 𝑟. (𝑑𝐹𝑝 𝑠𝑖𝑛(𝜃 + 𝑖) − 𝑑𝐹𝑇 𝑐𝑜𝑠(𝜃 + 𝑖))

Ce moment est la partie la plus importante qui va nous permettre de déterminer la puissance récupérée par
l’éolienne. La puissance élémentaire s’exerçant sur l’élément de pale de surface dS situé à la distance r s’exprime
par :
𝑑𝑃 = 𝜔. 𝑑𝑀
En remplaçant les efforts Fp et FT par leur expression en fonction des coefficients aérodynamique et de la vitesse
incidente (relative) du vent w, on a :
1
𝑑𝑃 = 𝜔. 𝜌𝑤 2 . 𝑟. 𝑑𝑆(𝐶𝑧 𝑠𝑖𝑛(𝜃 + 𝑖) − 𝐶𝑥 𝑐𝑜𝑠(𝜃 + 𝑖))
2
Compte tenu des relations suivantes dans le triangle des vitesses : 𝑤 2 = 𝑣 2 + 𝜔2 𝑟 2 𝑒𝑡 𝜔𝑟 = 𝑣. 𝑐𝑜𝑡𝑔(𝑖 + 𝜃),
l’expression précédente peut s’écrire :

1
𝑑𝑃 = 𝜌𝑣 3 𝑑𝑆. 𝑐𝑜𝑡𝑔(𝜃 + 𝑖). (1 + 𝑐𝑜𝑡𝑔2 (𝜃 + 𝑖)). (𝐶𝑧 𝑠𝑖𝑛(𝜃 + 𝑖) − 𝐶𝑥 𝑐𝑜𝑠(𝜃 + 𝑖))
2
Cette expression montre que la trainée (Cx) a un effet de diminution de la puissance récupéré sur l’hélice de l’éolienne.
Les valeurs de Cx et Cz sont à relever sur la courbe polaire du profil à l’incidente i. Il faut également tenir compte sur
cette courbe polaire du profil des effets induits des tourbillons de bouts d’aile (trainée induite). Il faut également
indiquer que la vitesse v désigne la vitesse axiale du vent à la traversée de l’hélice (vitesse V 3 dans la théorie de
Betz).Pour calculer la puissance totale récupérée par l’hélice il suffit ensuite d’intégrer de 0 à R (rayon de l’hélice) ces
puissances élémentaires.
Dans cette étude nous avons négligé certains paramètres comme l’interaction entre pales. Il est indispensable pour
tenir de paramètres de ce genre d’avoir recours à l’expérimentation. Ces maquettes sont géométriquement
semblables au prototype et testé en soufflerie avec des écoulements qui respectent les angles du triangle des vitesses

109
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

du prototype (similitude cinématique). C’est par rapport aux vitesses amont qui représentent l’intensité du vent réel
non perturbé par l’installation que sont évaluée les performances de l’éolienne. En pratique on représente les courbes
de variation des quantités :
2𝑀 2𝑃
𝐶𝑀 = 𝑒𝑡 𝐶𝑝 =
𝜌𝑆𝑅𝑉 2 𝜌𝑆𝑉 3
𝑈0
Ces paramètres sont tracés sous forme de courbe en fonction du rapport 𝜆0 = qui correspond à la vitesse
𝑉
tangentielle de rotation en bout de pale normé par la vitesse du vent en amont de l’éolienne. Ce rapport est appelé
vitesse spécifique (ou turbine bade tip speed per wind speed ratio).
Pour une machine de caractéristiques géométriques déterminées et pour une vitesse de vent donnée à chaque valeur
de 0 correspond une valeur de CM et Cp et par voie de conséquence de couple M et de puissance P fourni par
l’éolienne.
Les éoliennes rapides ont un nombre restreint de pales. Elles présentent l’inconvénient de démarrer difficilement
(couple de démarrage élevé). Il faut un vent de l’ordre de 5 m/s pour qu’elles se mettent à tourner. La Figure V-15
présente les courbes caractéristiques d’une éolienne rapide tripale.
CM Cp
0,4

0,06

0,2
0,03

2 4 6 8 10 12 0 2 4 6 8 10 12 0

Figure V-15 : courbes caractéristiques d’une éolienne rapide tripale

Le rendement maximal est obtenu pour 0 = 7 ce qui correspond à une vitesse de rotation en tour par minutes 𝑁 =
60
. 𝑉 et à une valeur de Cp égale à 0,4.
𝜋.𝐷

D’après (Gouriérès, 2008), pour les éoliennes rapides la puissance maximale peut être obtenue par la relation
approchée suivante avec D en m et V en m/s:
𝑃 = 0,20. 𝐷2 . 𝑉 3

V - 5.4.c Sources de pertes – rendement des éoliennes


Afin de s’adapter à la vitesse du vent l’angle de calage de pales de l’éolienne peut se régler avec des actionneurs (voir
Figure V-16).En outre de la même manière que ce que nous avons expliqué au chapitre sur les machines axiales (page
51) les pales sont vrillées pour tenir compte de la variation de la vitesse tangentielle d’entrainement le long de la
pale.

110
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure V-16 : variation de l’angle de calage et vrillage des pales (énergie)34

Si on analyse les différentes sources de pertes à partir de la limite de rendement imposé par la limite de Betz, nous
avons tout d’abord une source liée à la mise en giration de l’écoulement à la sortie de l’éolienne. Ensuite, les courbes
de rendement obtenu pour une éolienne rapide à axe horizontal vont dépendre de la finesse du profil (voir Figure
V-17). La finesse du profil correspond au rapport Cp/CT ; plus ce rapport sera élevé plus le rendement sera élevé.
Cp Puissance du vent incident
1

Limite de Betz
Perte due à la giration
0,5 Cp pour une éolienne rapide avec
coefficient de trainée nul
Cp pour une éolienne rapide avec
Cp/CT=100
Cp pour une éolienne rapide avec
0,25 Cp/CT=50

Cp pour une éolienne rapide avec


Cp/CT=25

2 4 6 8 10 12 0

(b)
(a)

Figure V-17 : (a) mise en évidence du mouvement de giration en aval (b) présentation des courbes théorique du rendement des
aérogénérateurs

Une dernière source de perte correspond aux tourbillons de bout d’aile qui ajoute une trainée supplémentaire appelée
trainée induite. La trainée induite est une trainée supplémentaire qui ‘s’ajoute à la trainée déterminé par le profil
d’aile bidimensionnel voir (Bougeard, 2017). Cette trainée est due à la forme tridimensionnelle de l’aile qui crée des
tourbillons à l’extrémité de l’aile ; ce qui veut dire en bout de pale pour l’éolienne. Le coefficient de trainée induite
qui s’ajoute au coefficient de trainée est fonction du coefficient de portance et de l’allongement de la pale : rapport
de la longueur de la pale sur la corde du profil (voir équation suivante).
𝐶𝑝
𝐶𝑇𝑖𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡𝑒 =
𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑎𝑙𝑒
𝜋. 0,75.
𝑐𝑜𝑟𝑑𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑎𝑙𝑒
Ainsi les pales d’éolienne sont très allongées (comme les ailes d’un planeur afin de limiter au maximum cette trainée
induite (voir Figure V-18).

34 https://www.energieplus-lesite.be/index.php?id=16662#c20347

111
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Figure V-18 : aile de planeur et pale d’éolienne avec des allongements très importants afin de limiter la trainée induite

Sur la figure suivante nous avons représenté les différents types de turbine éolienne et leurs performances en
fonction de la vitesse de rotation du rotor adimensionnée. La courbe du capteur idéal ainsi que la courbe de
l’éolienne rapide à axe horizontal de grandes dimensions qui correspondent à l’heure actuelle au capteur le plus
efficient sont représentés.

Limite théorique de Betz

Turbine à axe
Capteur éolien
horizontal
idéal

Figure V-19 : performances des capteurs éoliens

112
Références bibliographiques

Chapitre VI - Travaux cités

WHITE, FRANK M. 2011. FLUID MECHANICS Seventh edition in SI units. s.l. : McGraw-Hill, 2011.
YUNUS A. CENGELS, JOHN M. CIMBALA. 2010. FLUID MECHANICS - fundamentals and applications second edition
in SI units. s.l. : McGraw-Hill, 2010.

Chapitre VII - Références ayant inspirées l’ouvrage

Chapitre 1 Machines à fluide incompressible


[1] R. OUZIAUX, J. Perrier – Mécanique des fluides appliquées (3ème édition), Dunod, 1978.
[2] J. GAUTHERIN – Mécanique des fluides (M5), publication du CNED.
[3] M. SEDILLE – turbo-machines hydrauliques et thermiques, tome II, Masson 1967.
[4] G. RIOLLET – théorie générale des turbomachines, Techniques de l’ingénieur, Traité Mécanique et chaleur
B4400.
[5] Krivchenko, G.I.- Hydraulic machines : turbines and pumps/2nd ed. ISBN 1-56670-001-9, CRC press 1994
[7] M. A. MOREL, JP. Laborde – exercices de mécanique des fluides tome 2, Eyrolles 1993.
[8] R. COMOLET – Mécanique expérimentale des fluides (4ème édition), tome II, Masson 1994.
[9] B. CHARGERES – pompes volumétriques pour liquides, Techniques de l’ingénieur, traité Mécanique et Chaleur,
B 4320.
Chapitres 2 et 3 Turbopompes et turbosoufflantes - similitude des turbomachines
[1] M. SEDILLE – turbo-machines hydrauliques et thermiques, tome II, Masson 1967.
[2] A.L. JAUMOTTE, P.DECOCK - Turbopompes, Techniques de l’ingénieur, Traité Mécanique et chaleur B470a
[3] Krivchenko, G.I.- Hydraulic machines : turbines and pumps/2nd ed. ISBN 1-56670-001-9, CRC press 1994
[4] M. A. MOREL, JP. Laborde – exercices de mécanique des fluides tome 2, Eyrolles 1993.
[5] R. COMOLET – Mécanique expérimentale des fluides (4ème édition), tome II, Masson 1994.
[6] A. JUDET DE LA COMBE – Manuel des turbo machines, tome I, Etablissement NEU, 1978.
[7] B. DESMET – Cours manuscrit Conservatoire National des Arts et Métiers, 1987.
[8] J.P. BARRAND – Cours manuscrit Ecole Nationale des Arts et Métiers, 1988.
[9] A.L. JAUMOTTE, P.DECOCK - Turbopompes, Techniques de l’ingénieur, Traité Mécanique et chaleur B470a
[10] A.L. JAUMOTTE, P.DECOCK – Caractéristiques et similitude des turbomachines hydrauliques, Techniques de
l’ingénieur, Traité Mécanique et chaleur B4402
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

Chapitres 4 et 5 Problèmes d’exploitation - Introduction sur les turbines hydrauliques et les éoliennes
[1] R. COMOLET – Mécanique expérimentale des fluides (4ème édition), tome II, Masson 1994.
[2] R. OUZIAUX, J. Perrier – Mécanique des fluides appliquées (3ème édition), Dunod, 1978.
[3] M. SEDILLE – turbo-machines hydrauliques et thermiques, tome II, Masson 1967.
[4] A.L. JAUMOTTE, P.DECOCK – Turbopompes – conditions de fonctionnement – cavitation- , Techniques de
l’ingénieur, Traité Mécanique et chaleur B470a
[5] TH. BOVET – Feuilles de cours illustrées – Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Institut de machines
hydrauliques, 2nd édition.
[6] J. BOUTELOUP, M. LE GUAY, J. LIGEN Climatisation Conditionnement d'air - 3.2 Distribution des fluides -
hydraulique et aéraulique. EDIPA - editions parisiennes, 6 passage Tenaille 75014 PARIS, ISBN 2 - 86243 - 062 - 5
[7] Guide de conception des installations de climatisation et de conditionnement de l'air. tertiaire et industrie. cuide
n° 10 de l'AICVF - Editions PYC LIVRES - ISBN 2 911008-29-4 1999
[8] YUNUS A. CENGELS, JOHN M. CIMBALA. 2010. FLUID MECHANICS - fundamentals and applications second edition
in SI units. s.l. : McGraw-Hill, 2010
Amiroudine, Sakir et Battaglia, Jean-Luc. 2011. MECANIQUE DES FLUIDES. s.l. : DUNOD, 2011.
Bougeard, Daniel. 2017. Dynamique des écoulements industriels (polycopié de cours). 2017.
CHASSAING, P. 1997. MECANIQUE DES FLUIDES. Eléments d'un premier parcours. s.l. : Cépaduès-éditions, 1997.
COMOLET, R. 1990. MECANIQUE EXPERIMENTALE DES FLUIDES Tome 1 Statique et dynamique des fluides non
visqueux 5ème édition. s.l. : MASSON, 1990.
—. 1994. Mécanique expérimentale des fluides. tome II Dynamique des fluides réels, turbomachines 4e edition. s.l. :
MASSON, 1994.
énergie, plus. aérodynamique des éoliennes. énergie plus. [En ligne] https://www.energieplus-
lesite.be/index.php?id=16662#c20347. © Architecture et Climat - Faculté d'architecture, d'ingénierie architecturale,
d'urbanisme (LOCI) – Université catholique de Louvain (Belgique)..
FALEMPE, M. 1995. Synthèse des réseaux de fluides et de leurs méthodes d'étude,aspects pédagogiques,
expérimentaux et industriels. Thèse de doctorat de l'UVHC. 1995.
Faure, Thierry. 2008. Dynamique des fluides appliquée : Applications à l'Aérodynamique. s.l. : Dunod, 2008.
Gouriérès, Le. 2008. LES EOLIENNES, Théorie, conception et calcul pratique. s.l. : Editions du Moulin Cadiou Diffusion
EYROLLES - GEODIF/SODIS, 2008. ISBN 978-2-9530041-0-6.
IDELCIK, I.E. 1968. Mémento des pertes de charge . s.l. : Eyrolles, 1968.
LALLEMAND, André. Écoulement des fluides - Étude physique et cinématique. s.l. : Techniques de l’Ingénieur, traité
Génie énergétique - BE 8 151.
M. A. MOREL, JP. LABORDE. 1994. exercices de mécanique des fluides. s.l. : Eyrolles, 1994.
NEVEU, P. MECANIQUE DES FLUIDES. s.l. : polycopié de cours IUP Perpignan.
OUZIAUX, R. et PERRIER, J. 1978. MECANIQUE DES FLUIDES APPLIQUEES (3ème édition). s.l. : DUNOD, 1978.
Rjucsh K. Kundu, Ira M. Cohen. 1990. Fluid Mechanics, Second Edition. s.l. : Academic Press, 1990.
RYHMING, INGE L. 1985. DYNAMIQUE DES FLUIDES. s.l. : Presses polytechniques et universitaires romandes, 1985.
WHITE, FRANK M. 2011. FLUID MECHANICS Seventh edition in SI units. s.l. : McGraw-Hill, 2011.

114
IMT Lille Douai Energétique des machines Daniel Bougeard - 2018

YUNUS A. CENGELS, JOHN M. CIMBALA. 2010. FLUID MECHANICS - fundamentals and applications second edition
in SI units. s.l. : McGraw-Hill, 2010.
ZIKANOV, Oleg. 2010. ESSENTIAL COMPUTATIONAL FLUID DYNAMICS. s.l. : John Wiley, 2010.

115