Vous êtes sur la page 1sur 27

FSR Mécanique des Fluides UM5

René Descartes : (1596-1650)


René Descartes a écrit les principes de la philosophie en 1644, dont l’objectif est de « donner des fondements rigoureux à la philosophie». La
physique cartésienne est fondée sur l’identification de la matière avec la quantité géométrique : la pesanteur et le mouvement sont ramenés
à une explication mécaniste. Sa description du monde est essentiellement cinématique, le mouvement se transmettant de proche en proche
par contact. Dans les Principes de la Philosophie, Descartes distingue la cause première de tous les mouvements (Dieu, auteur de la
nature), des causes secondes appelées les lois de la nature, qui régissent le mouvement des parties de la matière.

Ebauche de cours de la
mécanique des Fluides pour
SMP-S6

Galilée : (1564-1642)
La philosophie est écrite dans ce grand livre, l'univers, qui ne cesse pas d'être ouvert devant nos yeux. Mais ce livre ne peut se lire si on ne
comprends pas le langage et on ne connaît pas les caractères avec lesquels il est écrit. Or, la langue est celle des mathématiques, et les caractères sont
triangles, cercles et d'autres figures géométriques. Si on ne les connaît pas, c'est humainement impossible d'en comprendre même pas un seul mot. Sans
eux, on ne peut qu'aller à la dérive dans un labyrinthe obscur et inextricable". G. Galilei, "Il Saggiatore", Rome, 1623
Sommaire
CINEMATIQUE DES FLUIDES...................................................................................................1
I. Généralités........................................................................................................................1
1. Définition d’un fluide ......................................................................................................1
2. Masse Volumique, Volume Spécifique, Compressibilité´ ............................................1
3. Vecteur tourbillon ...........................................................................................................1
4. Ligne de courant à un instant fixe .................................................................................1
5. Trajectoire ........................................................................................................................1
6. Ligne d’émission à un instant fixe .................................................................................2
7. Tube de courant ...............................................................................................................2
8. Ecoulement plan ..............................................................................................................2
9. Ecoulement uniforme ......................................................................................................2
10. Ecoulement irrotationnel ...........................................................................................2
11. Ecoulement permanent, dit stationnaire ..................................................................2
II. Description du mouvement ............................................................................................2
1. Description de Lagrange .................................................................................................2
2. Description d’Euler ..........................................................................................................2
3. Dérivée particulaire ........................................................................................................3
4. Accélération......................................................................................................................3
III. Conservation de La Masse ...........................................................................................3
1. Equation de continuité ....................................................................................................3
2. Fonction de courant pour un écoulement bidimensionnel ........................................4
IV. Déformation des Fluides .............................................................................................5
1. Champ gradient de vitesses et déformation .................................................................5
2. Etude du champ du vecteur tourbillon .........................................................................5
3. Théorème de Kelvin ........................................................................................................6
EQUATIONS DU MOUVEMENT ................................................................................................7
I. Equation de Navier Stokes ..............................................................................................7
1. Tenseur des contraintes .................................................................................................7
2. Loi de comportement des fluides Newtonniens ..........................................................7
3. Equation du mouvement.................................................................................................7
II. Discussion des équations de Navier-Stokes .................................................................7
1. Equation de Navier Stokes pour des fluides particuliers ...........................................7
2. Equation de Navier Stokes pour des mouvements particuliers ................................8
Cas particulier : ........................................................................................................................8
ETUDE ENERGETIQUE ........................................................................................................... 10
I. premier principe de la thermodynamique ................................................................. 10

A. Rtibi ii
1. Théorème de l’énergie cinétique ................................................................................. 10
2. Enoncé du premier principe......................................................................................... 10
3. Cas d’un fluide Newtonien ............................................................................................ 11
4. Fluide de stokes ............................................................................................................. 11
II. Second principe de la thermodynamique................................................................... 11
ECOULEMENTS EXTERNES ET INTERNES EN REGIME LAMINAIRE .................................. 13
A. Ecoulement en régime couche limite .......................................................................... 13
I. Introduction ................................................................................................................... 13
II. Ecoulement sur une plaque horizontale portée à une température constante..... 13
1. Ecoulements laminaires et turbulents ........................................................................ 13
2. Equations de conservation ........................................................................................... 14
III. Equations de la couche limite - théorie de Prandtl (1904)................................... 15
IV. Méthode intégrale (Von Karman et Pohlhausen) .................................................. 17
V. Solution de Blasius- Pohlhausen.................................................................................. 20
B. Ecoulements internes en convection forcée .............................................................. 22
I. Introduction ................................................................................................................... 22
II. Longueur d’entrée hydrodynamique et thermique .................................................. 22
III. Ecoulement complètement établi ................................................................................ 24

A. Rtibi iii
CINEMATIQUE DES FLUIDES
I. Généralités
1. Définition d’un fluide
Un fluide est un milieu matériel continu qui se déforme continuellement sous l’action de la
moindre force de cisaillement. Ce pourquoi on dit que le fluide s’écoule. Un fluide prend la forme
du récipient avec les parois duquel il est en contact. Le mot fluide est synonyme de substance
dont les éléments se mettent en mouvement avec une liberté totale (fluides idéaux, dits non
visqueux) ou une liberté restreinte (fluides réels, dits visqueux).
2. Masse Volumique, Volume Spécifique, Compressibilité´
𝛿𝑚
𝜌 = lim (𝐾𝑔 𝑚 3 )
𝛿𝑉 →0 𝛿𝑉
1
𝑉𝑠 = (𝑚 3 𝐾𝑔)
𝜌
1 𝜕𝑉 1 𝜕𝜌
𝐾=− = (𝑚 2 𝑁)
𝑉 𝜕𝑝 𝑇 𝜌 𝜕𝑝 𝑇
3. Vecteur tourbillon
1
𝑤 = 𝑟𝑜𝑡𝑣
2
4. Ligne de courant à un instant fixe
On appelle ligne de courant une courbe dont la direction tangente en chacun de ses
points est la direction du vecteur vitesse. L’équation d’une ligne de courant se calcule
par intégration des équations obtenues { l’aide de :
𝑑𝑥1 𝑑𝑥2 𝑑𝑥3
= =
𝑣1 𝑣2 𝑣3
5. Trajectoire
Ensemble des positions occupées par une particule fluide donnée
Exemples :

𝑣 𝑎𝑦, −𝑎𝑥, 0 𝑎∈ℝ

𝑥 = 𝑦0 𝑠𝑖𝑛𝑎𝑡 + 𝑥0 𝑐𝑜𝑠𝑎𝑡
𝑦 = 𝑦0 𝑐𝑜𝑠𝑎𝑡 − 𝑥0 𝑠𝑖𝑛𝑎𝑡
𝑧 = 𝑧0

𝑥2 + 𝑦2 = 𝑐2
𝑧 = 𝑧0

ce qui montre que la trajectoire est un cercle dans le plan 𝑧 = 𝑧0

𝑣 𝑎(𝑡)𝑥, −𝑎(𝑡)𝑦, 0

𝑥 = 𝑥0 𝑒 𝐴𝑡
𝑦 = 𝑦0 𝑒 −𝐴𝑡
𝑧 = 𝑧0

𝐴= a t dt
𝐴(0) = 0

A. Rtibi 1
6. Ligne d’émission à un instant fixe

On appelle lignes d’émission les courbe tracées, à un instant 𝑡, par toutes les particules
qui ont passé par un point P.

7. Tube de courant
Un tube de courant est un ensemble de lignes de courant s’appuyant sur un contour
fermé

Remarque :

A priori, les trajectoires, les lignes de courant et les lignes démission sont des entités différentes.
Toutefois ces concepts sont identiques dans le cas d'écoulements stationnaires.

8. Ecoulement plan
Un écoulement plan est un écoulement dont le champ de vitesse est, à tout instant, parallèle à un
même plan, et qui ne varie pas perpendiculairement au plan.
9. Ecoulement uniforme
L’écoulement du fluide est uniforme si ses composantes de vitesse sont indépendantes des
coordonnées d’espace
10. Ecoulement irrotationnel
𝐫𝐨𝐭𝐯 = 𝟎
Dans ce cas la vitesse dérive d’un potentiel scalaire
11. Ecoulement permanent, dit stationnaire
Dans un tel écoulement la vitesse, la masse volumique ainsi que les autres grandeurs physiques,
sont indépendantes de t.
II. Description du mouvement
1. Description de Lagrange 𝑓𝑡 0 ,𝑡
Soit 𝛀0 la configuration géométrique à 𝐭 0 choisit
𝑀0 𝑀
arbitrairement dite de référence.
La description de Lagrange consiste à donner la position à tout
instant de toutes les particules identifiées par leurs positions à 𝛀0 𝛀𝑡
𝐭0
𝑀 = 𝑓t 0 ,𝑡 M0 , 𝑡 ; M0 ∈ Ω0 ; 𝑡 ∈ ℝ+
Toute grandeur physique 𝓐 définie pour une particule, sa description de Lagrange est donnée
par la fonction 𝒜𝐿 M0 , 𝑡 .

2. Description d’Euler
Soit 𝛀 un domaine géométrique fixe traversé par un milieu matériel continu en mouvement.
Chaque point 𝑀 de 𝛀 est un point d’observation.

A. Rtibi 2
En un point d’observation 𝑀 donné, les vitesses qu’on observe au cours du temps sont des
vitesses de particules différentes mais qui passent par 𝑀 à des instants différents.
𝐕 = 𝐕𝐄 𝐌, 𝐭 ; 𝑀 ∈ 𝛀 ; 𝑡 ∈ ℝ+
Toute grandeur physique 𝓐 définie pour une particule, sa description d’Euler est donnée par la
fonction 𝓐𝑬 𝑴, 𝒕 .

3. Dérivée particulaire
On appelle dérivée particulaire d’une grandeur physique 𝓐 la dérivée par rapport au temps de
𝒅𝓐
cette grandeur quand on suit la particule dans son mouvement, 𝒅𝒕
- Dans la description de Lagrange
𝑑𝒜 𝜕𝒜𝐿 M0 , 𝑡
=
𝑑𝑡 𝜕𝑡
- Dans la description d’Euler
𝑑𝒜 𝒜𝐸 𝑀′ , 𝑡 ′ − 𝒜𝐸 𝑀, 𝑡
= lim
𝑑𝑡 𝑡 ′ →𝑡 𝑡′ − 𝑡
𝑑𝒜 𝒜𝐸 𝑀 , 𝑡 − 𝒜𝐸 𝑀, 𝑡 ′ + 𝒜𝐸 𝑀, 𝑡 ′ − 𝒜𝐸 𝑀, 𝑡
′ ′
= lim
𝑑𝑡 𝑡 ′ →𝑡 𝑡′ − 𝑡
′ ′ ′
𝑑𝒜 𝒜𝐸 𝑀 , 𝑡 − 𝒜𝐸 𝑀, 𝑡 𝒜𝐸 𝑀, 𝑡 ′ − 𝒜𝐸 𝑀, 𝑡
= lim + lim
𝑑𝑡 𝑡 ′ →𝑡 𝑡′ − 𝑡 𝑡 ′ →𝑡 𝑡′ − 𝑡
𝑑𝒜 𝑔𝑟𝑎𝑑𝒜𝐸 . 𝑑𝑀 𝜕𝒜𝐸 𝑀, 𝑡
= lim +
𝑑𝑡 𝑡 ′ →𝑡 𝑡′ − 𝑡 𝜕𝑡
𝑑𝒜 𝜕𝒜𝐸 𝑀, 𝑡
= 𝑔𝑟𝑎𝑑𝒜𝐸 . 𝑉 𝑀, 𝑡 +
𝑑𝑡 𝜕𝑡
𝜕𝒜𝐸 𝑀,𝑡
𝜕𝑡
, ce terme est dit dérivée propre ou dérivée eulérienne.
𝑔𝑟𝑎𝑑𝒜𝐸 . 𝑉 𝑀, 𝑡 , ce terme est dit dérivée convective.

4. Accélération
- Description de Lagrange
𝜕𝑉𝐿 M0 , 𝑡
Γ𝐿 =
𝜕𝑡
- Description d’Euler :
𝜕𝑉𝐸 𝑀, 𝑡
Γ𝐸 = 𝑉𝐸 𝑀, 𝑡 . 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑉𝐸 . +
𝜕𝑡
Exemple :
𝑥 = 𝑥0 𝑒 𝑎𝑡 𝑦 = 𝑦0 𝑒 −𝑎𝑡 𝑧 = 𝑧0
𝜕𝑟
𝑣= = 𝑎𝑥0 𝑒 𝑎𝑡 , −𝑎𝑦0 𝑒 −𝑎𝑡 , 0 𝑒𝑛 𝑐𝑜𝑜𝑟𝑑𝑜𝑛é𝑒𝑠 𝐿𝑎𝑔𝑟𝑎𝑛𝑔𝑖𝑒𝑛𝑛𝑒𝑠
𝜕𝑡 𝒓𝟎
𝑣 = 𝑎𝑥, −𝑎𝑦, 0 𝑒𝑛 𝑐𝑜𝑜𝑟𝑑𝑜𝑛é𝑒𝑠 𝐸𝑢𝑙é𝑟𝑖𝑒𝑛𝑛𝑒
𝜕𝑣
= 𝑎2 𝑥0 𝑒 𝑎𝑡 , 𝑎2 𝑦0 𝑒 −𝑎𝑡 , 0 = 𝑎2 𝑟 𝑒𝑛 𝐷𝑒𝑠𝑐𝑟𝑖𝑝𝑡𝑖𝑜𝑛 𝐿𝑎𝑔𝑟𝑎𝑛𝑔𝑖𝑒𝑛𝑛𝑒𝑠
𝜕𝑡 𝒓𝟎
𝜕𝑣
=0 𝑒𝑛 𝐷𝑒𝑠𝑐𝑟𝑖𝑝𝑡𝑖𝑜𝑛 𝐸𝑢𝑙é𝑟𝑖𝑒𝑛𝑛𝑒
𝜕𝑡 𝑟

III. Conservation de La Masse


1. Equation de continuité
La conservation de la masse est une loi fondamentale de la mécanique.
𝑣1 𝑆1 = 𝑣2 𝑆2 = 𝑣3 𝑆3
Cette équation montre que 𝑣1 > 𝑣2 > 𝑣3 car 𝑆1 < 𝑆2 < 𝑆3 .

A. Rtibi 3
Ecoulement dans une conduite à section variable de 𝑆1 à 𝑆3 avec 𝑆1 < 𝑆2 < 𝑆3 ; la vitesse étant supposée uniforme `a toute section S.

Pour exprimer cette loi sous forme différentielle, on considère maintenant un volume V fixe dans
l’espace et enfermé par une surface dérivable S. Le débit massique de fluide
entrant dans 𝑉 est :
− 𝜌 𝑣𝑑𝑠

Volume de contrôle 𝑉 fixe dans l’espace par rapport à un référentiel galiléen; 𝑛 est le vecteur
unitaire normale extérieur à S.

On a d’après la conservation de la masse:


𝑑
𝜌𝑑𝑉 = − 𝜌 𝑣𝑑𝑠
𝑑𝑡
et comme V est fixe dans l’espace on déduit que :
𝑑 𝜕𝜌
𝜌𝑑𝑉 = 𝑑𝑉
𝑑𝑡 𝜕𝑡
d’où :
𝜕𝜌
𝑑𝑉 = − 𝜌 𝑣 𝑑𝑠 = 𝑑𝑖𝑣(𝜌𝑣 )𝑑𝑉
𝜕𝑡
expression valable quelque soit 𝑉, ainsi on obtient l’équation de la continuité
𝜕𝜌
+ 𝑑𝑖𝑣 𝜌𝑣 = 0
𝜕𝑡
Compte tenu de la dérivée matérielle, on peut calculer le taux Lagrangienne (en suivant toute
particule dans son mouvement) en fonction des mesures Eulériennes, soit :
𝑑𝜌 𝜕𝜌
= + 𝑣. 𝑔𝑟𝑎𝑑 𝜌
𝑑𝑡 𝜕𝑡
𝑑𝜌
+ 𝜌𝑑𝑖𝑣𝑣 = 0
𝑑𝑡
𝑑𝜌
Ecoulement incompressible 𝑑𝑡 = 0:
𝜌𝑑𝑖𝑣𝑣 = 0
𝑑𝑖𝑣𝑣 𝑑𝑉 = 𝑣 𝑑𝑠 = 0
ainsi le débit volumique total à travers toute surface fermée est nul.
2. Fonction de courant pour un écoulement bidimensionnel

A. Rtibi 4
Pour un écoulement incompressible on a :
𝑑𝑖𝑣𝑣 = 0
Supposons le plan du mouvement (𝑒1 , 𝑒2 ) alors il existe un vecteur 𝜓𝑒3 tel que :
𝑣 = 𝑟𝑜𝑡(𝜓𝑒3 )
𝜓 est la fonction de courant de l’écoulement.
Calculons maintenant le débit par unité de hauteur à travers la surface 𝐴𝐵𝐶𝐷 :
𝑣 𝑑𝑠 = 𝑟𝑜𝑡(𝜓𝑒3 ) 𝑑𝑠 = 𝜓𝑒3 𝑑𝑙 = 𝑏 − 𝑎
Par conséquent, l’écoulement devient autant plus rapide que les lignes de courant s’approchent
l’une de l’autre.

IV. Déformation des Fluides


1. Champ gradient de vitesses et
déformation
Tout élément de fluide est soumis au cours de son 𝑓𝑡,𝑡+𝑑𝑡
𝑟 + 𝑑𝑟
mouvement à trois changements : une translation, 𝑟
une rotation, et une déformation. 𝑟
On a pour un 𝑑𝑡 suffisamment petit: 𝛀𝑡 𝛀𝑡+𝑑𝑡
𝑣 𝑟 + 𝑑𝑟 = 𝑣 𝑟 + ∇𝑣 . 𝑑𝑟
tel que pour 𝑟 = 𝑥1 , 𝑥2 , 𝑥3 𝑇 :
𝑣1,1 𝑣1,2 𝑣1,3
𝜕𝑣𝑖
∇𝑣 = 𝑣𝑖,𝑗 = = 𝑣2,1 𝑣2,2 𝑣2,3
𝜕𝑥𝑗 𝑣3,1 𝑣3,2 𝑣3,3
On décompose ce tenseur en tenseur symétrique et tenseur antisymétrique,
1 1
𝑣𝑖,𝑗 = 𝑣𝑖,𝑗 + 𝑣𝑗 ,𝑖 + 𝑣𝑖,𝑗 − 𝑣𝑗 ,𝑖 = 𝐷𝑖𝑗 + 𝑤𝑖𝑗
2 2
𝑣 𝑟 + 𝑑𝑟 = 𝑣 𝑟 + 𝑤𝑖𝑗 . 𝑑𝑟 + 𝐷𝑖𝑗 . 𝑑𝑟
Or 𝑤𝑖𝑗 est antisymétrique donc existe un vecteur 𝑤, dit vecteur adjoint de l’application relative
au tenseur 𝑤𝑖𝑗 tel que 𝑤𝑖𝑗 . 𝑑𝑟 = 𝑤 ∧ 𝑑𝑟
𝑣 𝑟 + 𝑑𝑟 = 𝑣 𝑟 + 𝑤 ∧ 𝑑𝑟 + 𝐷𝑖𝑗 . 𝑑𝑟
1
𝑤 ∧ 𝑑𝑟 : Changement dû à la rotation, 𝑤 = 2 𝑟𝑜𝑡𝑣 est dit vecteur rotation
𝐷𝑖𝑗 . 𝑑𝑟 : Changement dû à la déformation
Ω = 𝑟𝑜𝑡𝑣 : Vorticité
Exercice :
Considérons l’écoulement défini par : 𝑢 = 𝛽𝑦 𝑣=0
Calculer la fonction de courant pour cet écoulement et 𝑟𝑜𝑡𝑣.
En déduire le vecteur tourbillon
Donner les deux tenseurs taux déformation et taux de rotation.
Trouver les valeurs propres et vecteurs propres du tenseur taux de déformation
Quelle est la signification physique des signes de ces valeurs propres.
2. Etude du champ du vecteur tourbillon
On appelle ligne (ou fil) tourbillonnaire (ou une ligne de rotation) toute courbe dans l’espace
dont la tangente en chacun de ses points est parallèle, { tout instant t fixe, au ‘vecteur tourbillon’

A. Rtibi 5
𝑤. L’équation différentielle d’une telle ligne satisfait alors
𝑤 ∧ 𝑑𝑟 = 0 , 𝑑𝑟 est tangent à la courbe en coordonnées
curvilignes, soit

𝑑𝑥1 𝑑𝑥2 𝑑𝑥3


= = 𝑤
𝑤1 𝑤2 𝑤3
On définit les surfaces de rotation ou tourbillonnaires et les 𝑑𝑟
tubes de rotation ou tourbillonnaires à partir des lignes de 𝑓𝑖𝑙 𝑡𝑜𝑢𝑟𝑏𝑖𝑙𝑙𝑜𝑛𝑛𝑎𝑖𝑟𝑒 𝒞
rotation de la même manière que sont définies les surfaces et les
tubes de courant à partir des lignes de courant.
Puisque :
1
w = 𝑟𝑜𝑡𝑣 ⟹ 𝑑𝑖𝑣w = 0
2

𝑑𝑖𝑣w 𝑑𝑉 = 0 = w . 𝑛𝑑𝑠

0= w. 𝑛𝑖 𝑑𝑠𝑖

w. 𝑛1 𝑑𝑠1 = − w. 𝑛2 𝑑𝑠2

Ce qui montre que le débit tourbillonnaire est indépendant du choix de 𝑆 et de C .


3. Théorème de Kelvin
On définit la circulation de vecteur vitesse le long d’une courbe fermée 𝐶 (un circuit fermée) par
v . 𝑑𝑙 = 𝛤
𝑑 𝑑 𝑑𝑝
𝛤= v . 𝑑𝑙 = −
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜌

Cette dérivée est nul si la masse volumique est constante


𝑑
𝛤=0
𝑑𝑡

A. Rtibi 6
EQUATIONS DU MOUVEMENT
I. Equation de Navier Stokes
1. Tenseur des contraintes
L’expression du vecteur contrainte 𝑇 sur la surface élémentaire 𝑑𝑆𝑛
3
𝑇
𝑛= 𝑛𝑖 𝑒𝑖
𝑛
𝑖=1

𝜍11 𝜍12 𝜍13 𝑛1 𝜍1 𝑛1


𝑇 𝑀, 𝑛 = 𝜍21 𝜍22 𝜍23 𝑛2 = 𝜍2 𝑛2
𝜍31 𝜍32 𝜍33 𝑛3 𝜍3 𝑛3

𝜍 = 𝜍𝑖𝑗 , tenseur de contraintes au .point 𝑀


La décomposition du tenseur de contraintes en un tenseur sphérique (isotrope) et un tenseur dit
déviateur donne :
𝑇𝑟(𝜍) 𝑇𝑟 𝜍
𝜍= 𝐼+ 𝜍− 𝐼 = 𝑠𝑝𝑕𝜍 + 𝑑𝑒𝑣𝜍
3 3
La composante déviateur de contraintes doit s’annuler pour tout fluide au repos. Ainsi le tenseur
de contraintes se réduit à :
𝑇𝑟(𝜍)
𝜍= 𝐼 = −𝑝𝐼
3
où p est la pression de fluide et 𝐼 un tenseur unité.
La composante déviateur du tenseur des contraintes dépend du mouvement et lié à la viscosité
de fluide et aux forces de cisaillement. Ces forces s’annulent pour un fluide au repos.
𝜍𝑖𝑗 = −𝑝𝐼 + 𝜏𝑖𝑗 𝑇𝑟 𝜏𝑖𝑗 = 0
𝜏𝑖𝑗 ∶ 𝑡𝑒𝑛𝑠𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒𝑠 𝑣𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒𝑢𝑠𝑒𝑠
2. Loi de comportement des fluides Newtonniens
𝜍𝑖𝑗 = 2𝜇𝐷𝑖𝑗 + 𝜆𝐷𝑘𝑘 − 𝑝 𝛿𝑖𝑗 = 2𝜇𝐷𝑖𝑗 + 𝜆𝑑𝑖𝑣𝑣 − 𝑝 𝛿𝑖𝑗
𝜆 𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑 𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑣𝑖𝑠𝑐𝑜𝑠𝑖𝑡é
Si le fluide est incompressible : 𝒅𝒊𝒗𝒗 = 𝟎
𝜍𝑖𝑗 = 2𝜇𝐷𝑖𝑗 − 𝑝𝛿𝑖𝑗
Si le fluide est non visqueux : 𝝀 = 𝝁 = 𝟎
𝜍𝑖𝑗 = −𝑝𝛿𝑖𝑗
Le tenseur des contraintes est donc sphérique et la contraint dans une direction normale 𝑛 est :
𝜍. 𝑛 = −𝑝𝑛
Si le fluide est au repos : 𝒗 = 𝟎 ⇒ 𝑫 = 𝟎, la loi de comportement devient :
𝜍𝑖𝑗 = −𝑝𝛿𝑖𝑗
3. Equation du mouvement
𝜌𝛾 = 𝑓 + 𝑑𝑖𝑣𝜍
𝜌𝛾 = 𝑓 − 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 + 𝜇Δ𝑣 + 𝜆 + 𝜇 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑑𝑖𝑣𝑣
𝐸𝑞𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑁𝑎𝑣𝑖𝑒𝑟 − 𝑆𝑡𝑜𝑘𝑒𝑠 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛 𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑒 𝑁𝑒𝑤𝑡𝑜𝑛𝑛𝑖𝑒𝑛
II. Discussion des équations de Navier-Stokes
1. Equation de Navier Stokes pour des fluides particuliers
a. Fluide au repos
Pour un fluide au repos 𝑣 = 0 , l’équation du mouvement se réduit à l’équation hydrostatique,
𝑓 = 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝
b. Fluide incompressible
𝑑𝑣
𝜌 = 𝑓 − 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 + 𝜇Δ𝑣
𝑑𝑡

A. Rtibi 7
c. Fluide non-visqueux ou Fluide idéal (parfait)
𝑑𝑣
𝜌 = 𝑓 − 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 𝐸𝑞𝑢𝑎𝑡𝑖𝑛 𝑑′𝐸𝑢𝑙𝑒𝑟
𝑑𝑡
2. Equation de Navier Stokes pour des mouvements particuliers
a. Mouvement stationnaire
En variables d’Euler, un mouvement stationnaire est caractérisé par :
𝜕
=0
𝜕𝑡
Or
𝑑𝑣 𝜕𝑣
= + 𝑣. 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑣
𝑑𝑡 𝜕𝑡
L’équation de Navier Stokes devient :
𝜌𝑣 . 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑣 = 𝑓 − 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 + 𝜇Δ𝑣 + 𝜆 + 𝜇 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑑𝑖𝑣𝑣
b. Mouvement irrotationnel
On a : a :
𝑑𝑣 𝜕𝑣 1
= + 𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑣 2 + 𝑟𝑜𝑡𝑣 ∧ 𝑣
𝑑𝑡 𝜕𝑡 2
si 𝑟𝑜𝑡𝑣 = 0 alors :
𝜕𝑣 1
𝜌 + 𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑣 2 = 𝑓 − 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 + 𝜆 + 2𝜇 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑑𝑖𝑣𝑣
𝜕𝑡 2
Sachant qu’il existe un champs scalaire dit potentiel de vitesse 𝜑 tel que 𝑔𝑟𝑎𝑑𝜑 = 𝑣
𝜕𝜑 1
𝜌. 𝑔𝑟𝑎𝑑 + 𝜌. 𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑔𝑟𝑎𝑑𝜑 2 = 𝑓 − 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 + 𝜆 + 2𝜇 𝑔𝑟𝑎𝑑Δ𝜑
𝜕𝑡 2
Si 𝑓 dérive elle aussi d’un potentiel scalaire massique 𝑈 alors :
𝜕𝜑 1 1 𝜆 + 2𝜇
𝑔𝑟𝑎𝑑 + 𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑔𝑟𝑎𝑑𝜑 2 = −𝑔𝑟𝑎𝑑𝑈 − 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 + 𝑔𝑟𝑎𝑑Δ𝜑
𝜕𝑡 2 𝜌 𝜌
Pour un fluide non visqueux :
𝜕𝜑 1 1
𝑔𝑟𝑎𝑑 + 𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑔𝑟𝑎𝑑𝜑 2 = −𝑔𝑟𝑎𝑑𝑈 − 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝
𝜕𝑡 2 𝜌
𝜕𝜑 1 1
𝑔𝑟𝑎𝑑 + 𝑔𝑟𝑎𝑑𝜑 2 + 𝑈 + 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 = 0
𝜕𝑡 2 𝜌
𝜕𝜑 1 𝑑𝑝
𝑑 + 𝑔𝑟𝑎𝑑𝜑 2 + 𝑈 + =0
𝜕𝑡 2 𝜌
𝝏𝝋 𝟏 𝒅𝒑
+ 𝒈𝒓𝒂𝒅𝝋 𝟐 + 𝑼 + = 𝒄𝒐𝒏𝒔𝒕𝒂𝒏𝒕𝒆 𝒅𝒂𝒏𝒔 𝒍′𝒆𝒔𝒑𝒂𝒄𝒆
𝝏𝒕 𝟐 𝝆
𝐸𝑞𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝐵𝑒𝑟𝑛𝑜𝑢𝑙𝑙𝑖 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛 é𝑐𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑖𝑟𝑟𝑜𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑛𝑒𝑙
Cas particulier :
Fluide irrotationnel, incompressible stationnaire :
1 2
𝜌𝑣 + 𝑝 + 𝜌𝑈 = 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙 ′ 𝑒𝑠𝑝𝑎𝑐𝑒 𝑒𝑡 𝑙𝑒 𝑡𝑒𝑚𝑝𝑠
2
c. Equation de Bernoulli pour un écoulement rotationnel, stationnaire :
1 2 1
𝑔𝑟𝑎𝑑𝑣 + 𝑈 + 𝑟𝑜𝑡𝑣 ∧ 𝑣 + 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 = 0
2 𝜌
1 2 1
𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑣 + 𝑈 + 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 = 𝑣 ∧ 𝑟𝑜𝑡𝑣 = 𝑣 ∧ 𝜔
2 𝜌
𝑣
L’équation d’Euler peut s’intégrer le long des lignes de courant 𝑑𝑟 = 𝑑𝑟 𝑣
1 2 𝑝
𝑣 +𝑈+ = 𝑣 ∧ 𝜔 𝑑𝑟 = 𝑐𝑡𝑒
2 𝜌
On pose

A. Rtibi 8
𝟏 𝟐 𝒑
𝓗= 𝒗 +𝑼+ = 𝒄𝒕𝒆 (𝐬𝐮𝐢𝐯𝐚𝐧𝐭 𝐮𝐧𝐞 𝐥𝐢𝐠𝐧𝐞 𝐝𝐞 𝐜𝐨𝐮𝐫𝐚𝐧𝐭)
𝟐 𝝆
ℋ est une fonction scalaire dénommée fonction de Helmholtz qui change d’une ligne de courant
à une autre.
le vecteur 𝜔 ∧ 𝑣 , 𝜔 = 𝑟𝑜𝑡𝑣 est normal à la surface ℋ = 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 qui, lui même, est normal à
la fois à 𝑣 et 𝜔. Par conséquent toute surface 𝓗 = 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 contient les lignes de courant et
fils tourbillonnaires

𝑆𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 ℋ = 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒, 𝑙𝑖𝑔𝑛𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 𝑒𝑡 fi𝑙 𝑡𝑜𝑢𝑟𝑏𝑖𝑙𝑙𝑜𝑛𝑛𝑎𝑖𝑟𝑒:


𝐵𝑒𝑟𝑛𝑜𝑢𝑙𝑙𝑖 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛 é𝑐𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑟𝑜𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑛𝑒𝑙.
Exercice 1
Considérons l’écoulement d’un liquide débouchant d’un petit orifice situé { la parois (et près de
la base) d’un réservoir de grande dimension. L’écoulement { tout instant est presque
stationnaire, et si le tuyau n’est pas trop long et de diamètre pas trop petit, l’effet de viscosité
serait confiné { une petite région au voisinage immédiat des parois du tuyau dénommé couche
limite. Les lignes de courant commencent alors { la surface libre, et convergent en s’approchant
vers le tuyau.

𝐸𝑐𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑖𝑠𝑠𝑢 𝑑’𝑢𝑛 𝑟é𝑠𝑒𝑟𝑣𝑜𝑖𝑟


1- Donner le taux de variation temporelle de 𝑕
2- En déduire le temps nécessaire pour vider le réservoir si 𝑕 𝑡 = 0 = 𝑕0
Exercice 2
Le tourbillon (vortex) de Rankin
On appelle vortex de Rankin le champ de vitesse défini par
Ω
𝑟𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑟 < 𝑎
2 𝜃
Ωa2
𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑟 > 𝑎
2𝑟 𝜃
1- Donner l’expression de la fonction de courant.
2- Donner l’expression de la fonction de Helmholtz
3- En considérant la continuité de la pression en 𝑟 = 𝑎, trouver la constante.
4- En déduire 𝑧 en fonction de 𝑟 à la surface libre du tourbillon.

A. Rtibi 9
ETUDE ENERGETIQUE
I. premier principe de la thermodynamique
1. Théorème de l’énergie cinétique
Ce théorème est une conséquence du principe fondamentale de la mécanique:
𝑑𝑣
𝜌𝑣 . = 𝑣. 𝑑𝑖𝑣𝜍 + 𝜌𝑣. 𝑓
𝑑𝑡
Soit encore
𝑑 𝑣2 𝜹𝓓
𝜌 = 𝑣 . 𝑑𝑖𝑣𝜍 + 𝜌𝑣. 𝑓
𝑑𝑡 2 𝓓
En utilisant l’identité
𝑑𝑖𝑣 𝜍. 𝑣 = 𝑑𝑖𝑣𝜍. 𝑣 + 𝜍: 𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑡 𝑣 𝑑𝑣
𝑑 𝑣2
𝜌 = 𝑑𝑖𝑣 𝜍. 𝑣 − 𝜍: 𝐷 + 𝜌𝑣. 𝑓
𝑑𝑡 2
Pour un volume 𝑑𝑣 on a :
𝑑 𝑣2
𝜌 𝑑𝑣 = 𝑑𝑖𝑣 𝜍. 𝑣 − 𝜍: 𝐷 + 𝜌𝑣 . 𝑓 𝑑𝑣
𝑑𝑡 2
𝑑 𝑣2
𝑑𝑚 = 𝑑𝑖𝑣 𝜍. 𝑣 − 𝜍: 𝐷 + 𝜌𝑣. 𝑓 𝑑𝑣
𝑑𝑡 2
Dans un domaine 𝒟
𝑑 𝑣2
𝑑𝑚 = 𝑑𝑖𝑣 𝜍. 𝑣 − 𝜍: 𝐷 + 𝜌𝑣 . 𝑓 𝑑𝑣
𝑑𝑡 2
𝑑 𝑣2
𝑑𝑚 = −𝜍: 𝐷𝑑𝑣 + 𝑣 𝜍. 𝑛 𝑑𝑠 + 𝜌𝑣. 𝑓 𝑑𝑣
𝑑𝑡 2
𝑑𝐸𝑐
= 𝒫𝑚𝑒𝑐 𝑖𝑛𝑡 + 𝒫𝑚𝑒𝑐 𝑒𝑥𝑡
𝑑𝑡
𝒫𝑚𝑒𝑐 𝑖𝑛𝑡 = −𝜍: 𝐷𝑑𝑣

𝒫𝑚𝑒𝑐 𝑒𝑥𝑡 = 𝑣 𝜍. 𝑛𝑑𝑠 + 𝜌𝑣. 𝑓 𝑑𝑣


𝒫𝑚𝑒𝑐 𝑒𝑥𝑡 = 𝒫𝑚𝑒𝑐 𝑒𝑥𝑡 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑖𝑞𝑢𝑒 + 𝒫𝑚𝑒𝑐 𝑒𝑥𝑡 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒

2. Enoncé du premier principe


Soit 𝒟 un domaine matériel, dont le champ de vitesses en variables d’Euler est 𝑣(𝑀, 𝑡) et de
masse volumique 𝜌(𝑀, 𝑡).
Il existe une fonction d’état scalaire 𝑢 dite é𝑛𝑒𝑔𝑖𝑒 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑛𝑒 𝑚𝑎𝑠𝑠𝑖𝑞𝑢𝑒 telle que l’énergie interne
totale 𝑈 de 𝒟 est :

𝑈= 𝑢 𝑑𝑚
𝒟
On appelle énergie totale 𝐸 de 𝒟
𝐸 = 𝐸𝑐 + 𝑈
Le premier principe affirme que la variation de l’énergie totale de 𝒟 est due aux apports
extérieurs d’énergie et ce indépendamment du chemin suivi: 𝒒
𝚫𝑬 = 𝚫𝑬𝒄 + 𝚫𝑼 = 𝑾 + 𝑸
𝒅𝑬
= 𝓟𝒄𝒂𝒍 𝒆𝒙𝒕 + 𝓟𝒎𝒆𝒄 𝒆𝒙𝒕
𝒅𝒕 𝜹𝓓
𝒫𝑚𝑒𝑐 𝑒𝑥𝑡 = 𝑣 𝜍. 𝑛𝑑𝑠 + 𝜌𝑣. 𝑓 𝑑𝑣 𝓓

𝒫𝑐𝑎𝑙 𝑒𝑥𝑡 =− 𝑞. 𝑛𝑑𝑠 + 𝑟 𝑑𝑣 𝑑𝑣


𝒓
𝑟 (𝑤/𝑚 3 ) puissance calorifique volumique produite par l’extérieur
𝑞 (𝑤/𝑚 2 ) puissance calorifique massique produite par conduction à travers la frontière de 𝒟

A. Rtibi 10
𝑑𝐸
= 𝒫𝑐𝑎𝑙 𝑒𝑥𝑡 + 𝒫𝑚𝑒𝑐 𝑒𝑥𝑡
𝑑𝑡
𝑑𝑈 𝑑𝐸𝑐
+ = 𝑣𝜍. 𝑛𝑑𝑠 + 𝜌𝑣. 𝑓𝑑𝑣 − 𝑞. 𝑛𝑑𝑠 + 𝑟 𝑑𝑣
𝑑𝑡 𝑑𝑡
𝑑𝑈
= 𝜍: 𝐷𝑑𝑣 − 𝑞. 𝑛𝑑𝑠 + 𝑟 𝑑𝑣
𝑑𝑡
𝒅𝒖
𝝆 = 𝝈: 𝑫 − 𝒅𝒊𝒗𝒒 + 𝒓
𝒅𝒕
3. Cas d’un fluide Newtonien
𝝈: 𝑫 = 𝟐𝝁𝑫: 𝑫 + 𝝀𝑻𝒓𝑫 − 𝒑 𝑰: 𝑫 = 𝟐𝝁𝑫: 𝑫 + 𝝀(𝑻𝒓𝑫)𝟐 − 𝒑𝑻𝒓𝑫
= 𝝁 𝒈𝒓𝒂𝒅𝒗: 𝒈𝒓𝒂𝒅𝒗 + 𝒈𝒓𝒂𝒅𝒗: 𝒈𝒓𝒂𝒅𝒕 𝒗 + 𝝀 𝒅𝒊𝒗𝒗 𝟐 − 𝒑𝒅𝒊𝒗𝒗
Le terme −𝝁 𝒈𝒓𝒂𝒅𝒗: 𝒈𝒓𝒂𝒅𝒗 + 𝒈𝒓𝒂𝒅𝒗: 𝒈𝒓𝒂𝒅𝒕 𝒗 − 𝝀 𝒅𝒊𝒗𝒗 𝟐 est dit puissance mécanique
volumique des efforts intérieurs de viscosité.
Le terme 𝒑𝒅𝒊𝒗𝒗 est dit puissance mécanique volumique des efforts intérieurs de pression.
Remarques :
 Pour un fluide non visqueux
𝓟𝒎𝒆𝒄 𝒊𝒏𝒕/𝒗𝒐𝒍 = 𝒑𝒅𝒊𝒗𝒗
 Pour un fluide non visqueux et incompressible
𝓟𝒎𝒆𝒄 𝒊𝒏𝒕/𝒗𝒐𝒍 = −𝝈: 𝑫 = 𝟎
4. Fluide de stokes
On peut décomposer le tenseur des taux de déformation 𝐷 en partie sphérique et déviatorique
1
𝐷𝑠 = 𝑇𝑟𝐷. 𝐼 𝐷𝑑 = 𝐷 − 𝐷𝑠
3
𝐷𝑠 est un taux de déformation pour un mouvement de dilatation ou compression sphérique c.à.d.
dû à un changement de volume sans changement de forme.
𝐷𝑑 est un taux de déformation pour un mouvement sans changement de volume.
1
𝐷: 𝐷 = (𝑇𝑟𝐷)2 + 𝐷𝑑 : 𝐷𝑑
3
2𝜇
𝒫𝑚 𝑒𝑐 𝑖𝑛𝑡 /𝑣𝑜𝑙 = − 𝜆 + 𝑇𝑟𝐷 2 − 2𝜇𝐷𝑑 : 𝐷𝑑 + 𝑝𝑇𝑟𝐷
3
Cette décomposition permet de séparer la puissance mécanique volumique des efforts intérieurs
de viscosité en deux termes :
 La puissance mécanique volumique des efforts intérieurs de viscosité de volume :
2𝜇 2
− 𝜆+ 𝑇𝑟𝐷
3
2𝜇
𝜆+ ∶ 𝑣𝑖𝑠𝑐𝑜𝑠𝑖𝑡é 𝑑𝑒 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒
3
 La puissance mécanique volumique des efforts intérieurs de viscosité de
distorsion ou de cisaillement :
−2𝜇𝐷𝑑 : 𝐷𝑑
On appelle Fluide de Stokes un fluide tel que sa viscosité de volume est nulle :
𝟐𝝁
𝝀+ =𝟎
𝟑
Il n’a qu’un seul coefficient de viscosité
𝟐𝝁
𝓟𝒎𝒆𝒄 𝒊𝒏𝒕/𝒗𝒐𝒍 = −𝟐𝝁𝑫: 𝑫 + 𝒅𝒊𝒗𝒗 𝟐 + 𝒑𝒅𝒊𝒗𝒗
𝟑
II. Second principe de la thermodynamique
L’entropie du Domaine 𝒟 est:

𝑆= 𝑠 𝑑𝑚
𝒟
𝑆: 𝐸𝑛𝑡𝑟𝑜𝑝𝑖𝑒 𝑑𝑒 𝒟

A. Rtibi 11
𝑠: 𝐸𝑛𝑡𝑟𝑜𝑝𝑖𝑒 𝑚𝑎𝑠𝑠𝑖𝑞𝑢𝑒
Le taux de variation de l’entropie du domaine 𝒟 :
𝑑𝑆 𝑟 𝑞. 𝑛
≥ 𝑑𝑣 − 𝑑𝑠
𝑑𝑡 𝒟 𝑇 𝒟 𝑇
Localement cet expression devient :
𝒅𝒔 𝒓 𝒒
𝝆 ≥ − 𝒅𝒊𝒗
𝒅𝒕 𝑻 𝑻
Pour les transformations réversibles, on a l’égalité. Pour les transformations irréversibles, il y’a
une production supplémentaire non due { l’apport externe de la chaleur mais { un mécanisme
de production interne.

𝒅𝒔 𝒓 𝒒 𝚽
𝝆 = − 𝒅𝒊𝒗 +
𝒅𝒕 𝑻 𝑻 𝑻
3
𝚽 ∶ dissipation w m , elle est positive ou nulle

𝑑𝑠 𝑟 𝑞 Φ
𝜌= − 𝑑𝑖𝑣 +
𝑑𝑡 𝑇 𝑇 𝑇
𝑑𝑠 𝑟 1 𝑞 . 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑇 Φ
𝜌 = − 𝑑𝑖𝑣𝑞 + +
𝑑𝑡 𝑇 𝑇 𝑇2 𝑇
𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒒
𝝆 𝑻 − + 𝝈: 𝑫 − . 𝒈𝒓𝒂𝒅𝑻 = 𝚽 ≥ 𝟎
𝒅𝒕 𝒅𝒕 𝑻
𝛷 = 𝛷𝑡𝑕 + 𝛷𝑖𝑛𝑡
𝑞
𝛷𝑡𝑕 = − . 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑇 dissipation thermique
𝑇
𝑑𝑠 𝑑𝑢
𝛷𝑖𝑛𝑡 = 𝜌 𝑇 − + 𝜍: 𝐷 dissipation intrinsèque
𝑑𝑡 𝑑𝑡
Remarques :
 On admet généralement que les deux dissipation sont positives. On écrit donc le
deuxième principe :

𝜱𝒕𝒉 ≥ 𝟎 ; 𝜱𝒊𝒏𝒕 ≥ 𝟎

 On peut exprimer la relation de la dissipation en fonction de l’énergie libre


𝑒 = 𝑢 − 𝑠𝑇
𝑑𝑒 𝑑𝑢 𝑑𝑇 𝑑𝑠
= −𝑠 −𝑇
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡
𝒅𝒆 𝒅𝑻 𝒒
−𝝆 +𝒔 + 𝝈: 𝑫 − . 𝒈𝒓𝒂𝒅𝑻 = 𝚽 ≥ 𝟎
𝒅𝒕 𝒅𝒕 𝑻

A. Rtibi 12
ECOULEMENTS EXTERNES ET INTERNES EN REGIME LAMINAIRE
A. Ecoulement en régime couche limite
I. Introduction
Tout écoulement réel sur un corps imperméable quelconque doit satisfaire aux conditions
suivantes :
• Nul fluide ne peut pénétrer une frontière imperméable qui se traduit par

𝑣. 𝑛 = 𝑤. 𝑛

𝑤: 𝑣𝑖𝑡𝑒𝑠𝑠𝑒 𝑑𝑢 𝑐𝑜𝑟𝑝𝑠 𝑎𝑢 𝑝𝑜𝑖𝑛𝑡 𝑑𝑢 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑎𝑐𝑡


Cette condition traduit l’imperméabilité de frontière au fluide et dénommée condition de non-
pénétration.
• Compte tenu des forces de viscosité, toute particule fluide en contact avec la frontière d’un
corps imperméable est au repos relativement à cette dernière :

𝑣. 𝑡 = 𝑤. 𝑡

Cette condition traduit le non-glissement du fluide sur la paroi du corps sur lequel le fluide
s’écoule. La présence des forces de viscosité rend toute particule fluide en contact avec la
surface, immobile relativement à cette dernière : l’écoulement près de la paroi est ralenti, et on y
observe un fort gradient de vitesse normal à la paroi, ∂u ∂y. La zone où ces effets se produisent
est généralement “fine”, et dénommée couche limite. C’est au sein de la couche limite (CL) que la
transition d’une vitesse nulle (relativement à la paroi) à la vitesse de l’écoulement non perturbé
par la présence du corps s’effectue. Dans cette zone une petite viscosité de cisaillement exerce
un effet considérable sur la contrainte pariétale τp = 𝜇∂u/ ∂y paroi qui pourrait prendre des
valeurs très grandes

Schématisation d’un écoulement en régimes laminaire.

II. Ecoulement sur une plaque horizontale portée à une température constante
1. Ecoulements laminaires et turbulents

Schématisation de l’écoulement en régimes laminaires et turbulent

Dans la couche limite laminaire, le mouvement du fluide est très ordonné. Il est ainsi possible de
définir des lignes de courant qui caractérisent les trajectoires des particules. A l’intérieur de la

A. Rtibi 13
couche limite, la composante normale 𝑣 de la vitesse contribue significativement au transfert
de la quantité de mouvement et de l’énergie.
A une distance 𝑥𝑐 du bord de la plaque, des petites perturbations naissent et s’amplifient; la
transition vers un écoulement turbulent apparaît. La couche limite devient par la suite
complètement turbulente. Dans la région turbulente, c’est le hasard qui caractérise les
conditions de l’écoulement.
L’épaisseur de la couche limite de vitesse croit de manière significative dans la zone turbulente
ainsi que les contraintes de cisaillement et les coefficients de convection au niveau de la plaque.
Dans la couche limite turbulente, on distingue 3 régions :
 Une sous-couche laminaire où le transfert est dominé pour la diffusion ;
 Une sous-couche tampon où les effets de la diffusion et du mélange turbulent sont
comparables ;
 Une région turbulente où le transfert est dominé par le mélange turbulent.
Dans le traitement du comportement de la couche limite développée au dessus d’une plaque
plane, la zone de transition apparaît { partir d’un abscisse 𝑥𝑐 . Ce dernier est lié à un groupement
adimensionnel appelé nombre de Reynolds défini par :
𝜌𝑈∞ 𝑥
𝑅𝑒𝑥 =
𝜇
où 𝜇 est la viscosité dynamique du fluide et 𝜌 est sa masse volumique.
Le nombre de Reynolds critique est la valeur de 𝑅𝑒𝑥 pour laquelle la transition apparaît : 𝑅𝑒𝑥 𝑐
Pour une plaque plane, 𝑅𝑒𝑥 𝑐 ∈]105 , 3. 106 [. La valeur critique de Reynolds dépend de la nature
de la surface (rugosité) et du niveau de la turbulence dans l’écoulement libre.
Une valeur représentative, très utilisée dans la littérature est :
𝜌𝑈∞ 𝑥𝑐
𝑅𝑒𝑥 𝑐 = 5. 105 =
𝜇
2. Equations de conservation
Les équations de conservation de la masse, quantité de mouvement et de l’énergie sont :
𝑑𝜌
+ 𝜌𝑑𝑖𝑣𝑣 = 0
𝑑𝑡
𝑑𝑣
𝜌 = 𝑓 − 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 + 𝜇Δ𝑣 + 𝜇 + 𝜆 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑑𝑖𝑣𝑣
𝑑𝑡
𝑑𝑒
𝜌 = 2𝜇𝐷: 𝐷 + 𝜆 𝑑𝑖𝑣𝑣 2 − 𝑝𝑑𝑖𝑣𝑣 − 𝑑𝑖𝑣𝑞 + 𝑟
𝑑𝑡
𝑒: 𝑒𝑛𝑒𝑟𝑔𝑖𝑒 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑛𝑒 𝑝𝑎𝑟 𝑢𝑛𝑖𝑡é 𝑑𝑒 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒.
or ; 𝑕 = 𝑒 + 𝑝𝑣 = 𝑒 + 𝑝 𝜌
𝑑𝑝 𝑑𝑝 𝑑𝜌
𝑑𝑒 = 𝑑𝑕 − 𝑑 𝑝 𝜌 = 𝑇𝑑𝑠 + − +𝑝 2 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑓𝑜𝑟𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑟𝑒𝑣𝑒𝑟𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒
𝜌 𝜌 𝜌
𝑑𝜌 𝜕𝑠 𝜕𝑠 𝑑𝜌
𝑑𝑒 = 𝑇𝑑𝑠 + 𝑝 2 = 𝑇 𝑑𝑇 + 𝑇 𝑑𝑝 + 𝑝 2
𝜌 𝜕𝑇 𝑝 𝜕𝑝 𝑇 𝜌
𝜕𝑠 𝜕𝜌
D’après la relation de Maxwell on a: 𝜕𝑝 = 𝜌 2 𝜕𝑇
𝑇 𝑝
𝜕𝜌 𝜕𝜌 𝑑𝜌
𝑑𝑒 = 𝑐𝑝 𝑑𝑇 − 𝑇 2 𝑑𝑝 − 𝑝𝑑𝑖𝑣𝑣 = 𝑐𝑝 𝑑𝑇 + 𝑇 2 𝑑𝑝 + 𝑝 2
𝜌 𝜕𝑇 𝑝 𝜌 𝜕𝑇 𝑝 𝜌
𝑑𝑒 𝑑𝑇 𝑑𝑝 𝑝 𝑑𝜌
𝜌 = 𝜌𝑐𝑝 − 𝑇𝛽 +
𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜌 𝑑𝑡
𝒅𝑻 𝟐𝝁 𝒅𝒑
𝝆𝒄𝒑 = 𝟐𝝁𝑫: 𝑫 − 𝒅𝒊𝒗𝒗 𝟐 − 𝒅𝒊𝒗𝒒 + 𝒓 + 𝑻𝜷
𝒅𝒕 𝟑 𝒅𝒕
Pour un écoulement incompressible sans source volumique de chaleur et en négligeant les
dissipations internes on a :
𝒅𝒊𝒗𝒗 = 𝟎
𝒅𝒗 𝝏𝒗 𝝏𝒗 𝝏𝒗
𝝆 =𝝆 + 𝝆𝒖 + 𝝆𝒗 = 𝒇 − 𝒈𝒓𝒂𝒅𝒑 + 𝝁𝚫𝒗
𝒅𝒕 𝝏𝒕 𝝏𝒙 𝝏𝒚

A. Rtibi 14
𝒅𝑻 𝝏𝑻 𝝏𝑻 𝝏𝑻
𝝆𝒄𝒑 = 𝝆𝒄𝒑 + 𝝆𝒄𝒑 𝒖 + 𝝆𝒄𝒑 𝒗 = −𝒅𝒊𝒗𝒒 = 𝝀𝚫𝑻
𝒅𝒕 𝝏𝒕 𝝏𝒙 𝝏𝒚
𝜆, 𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑕𝑒𝑟𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒.
On s’intéresse { l’écoulement bidimensionnel.

𝑦 𝑇∞
𝑈∞
𝑈∞ , 𝑇∞ ,𝑝∞
𝛿𝑇
𝛿
𝑥
𝑇0 𝐿
Couche limite dynamique et thermique

Conditions aux limites :


𝑢 = 𝑣 = 0, 𝑇 = 𝑇0 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑑 ′ 𝑎𝑑𝑕𝑒𝑟𝑒𝑛𝑐𝑒𝑒𝑡 𝑑′ 𝑖𝑚𝑝𝑒𝑟𝑚é𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑡é 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑎 𝑝𝑙𝑎𝑞𝑢𝑒
𝑢 = 𝑈∞ , 𝑣 = 0, 𝑇 = 𝑇∞ 𝑙𝑜𝑖𝑛 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑙𝑎𝑞𝑢𝑒
On définit la couche limite dynamique 𝛿 comme la dimension de l’espace au dessus de l’obstacle
(plaque) tel que :
𝑢
= 0.99
𝑈∞
De même on définit la couche limite thermique 𝛿𝑇 comme la dimension de l’espace au dessus de
l’obstacle (plaque) tel que :
𝑇 − 𝑇∞
= 0.99
𝑇0 − 𝑇∞
Historiquement on s’est intéressé au coefficient de convection et au coefficient de friction au
niveau de cette dernière.
τp
𝑕 = 𝑄/ 𝑇0 − 𝑇∞ 𝐶𝑓 = 𝜌 2
𝑈
2 ∞
𝑄 quantité de chaleur transférée au fluide par la plaque (par convection)
III. Equations de la couche limite - théorie de Prandtl (1904)
Supposons qu’on est en régime stationnaire. On pose :
𝑓 − 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑝 = −𝑔𝑟𝑎𝑑𝑃 𝑃 𝑑𝑖𝑡𝑒 𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑎𝑐𝑡𝑖𝑣𝑒
Grandeurs caractéristiques de la couche limite dynamique
𝑥~𝐿 𝑦~𝛿 𝑢~ 𝑈∞
Les ordres de grandeur des termes de l’équation de continuité et de la conservation de la
quantité de mouvement sont:
- Equation de continuité
𝜕𝑢 𝑈∞ 𝜕𝑣 𝑣
~ 𝑒𝑡 ~
𝜕𝑥 𝐿 𝜕𝑦 𝛿
𝛿𝑈∞
𝑣~
𝐿
- termes d’inertie :
2 2
𝜕𝑢 𝑈∞ 𝜕𝑢 𝑈∞ 𝑈∞
𝑢~ 𝑒𝑡 𝑣 ~𝑣 =
𝜕𝑥 𝐿 𝜕𝑦 𝛿 𝐿
2 2
𝜕𝑣 𝑈∞ 𝜕𝑣 𝑈∞ 𝛿
𝑢 ~𝛿 2 𝑒𝑡 𝑣 ~𝛿 2 2 = 2 𝑈∞ 2
𝜕𝑥 𝐿 𝜕𝑦 𝛿𝐿 𝐿
- Termes de friction :

A. Rtibi 15
𝜕2𝑢 𝑈∞ 𝜕2𝑢 𝑈∞
𝜇2
~𝜇 2 𝑒𝑡 𝜇 2
~𝜇 2
𝜕𝑥 𝐿 𝜕𝑦 𝛿
𝜕2𝑣 𝛿𝑈∞ 𝜕2𝑣 𝛿𝑈∞
𝜇 2 ~𝜇 3 𝑒𝑡 𝜇 2 ~𝜇 2
𝜕𝑥 𝐿 𝜕𝑦 𝐿𝛿
- Termes de pression
𝜕𝑃 𝑃 𝜕𝑃 𝑃
~ 𝑒𝑡 ~
𝜕𝑥 𝐿 𝜕𝑦 𝛿

Pour 𝛿 ≪ 𝐿 les termes prépondérants sont :


𝜕𝑢 𝜕𝑢 1 𝜕𝑃 𝜕2𝑢
𝑢 + 𝑣 =− +𝜈 2
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜌 𝜕𝑥 𝜕𝑦
1 𝜕𝑝
=0
𝜌 𝜕𝑦
En régime CL l’équation de CQM se réduit donc :
𝝏𝒖 𝝏𝒖 𝟏 𝒅𝑷∞ 𝝏𝟐 𝒖
𝒖 + 𝒗 =− +𝝂 𝟐
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝆 𝒅𝒙 𝝏𝒚
Grandeurs caractéristiques de la couche limite thermique

𝑥~𝐿 𝑦~𝛿𝑇 𝑇~Δ𝑇 = 𝑇0 − 𝑇∞

𝜕𝑇 𝜕𝑇
𝜌𝑐𝑝 𝑢
+ 𝜌𝑐𝑝 𝑣 = −𝑑𝑖𝑣𝑞 = 𝜆Δ𝑇
𝜕𝑥 𝜕𝑦
𝝏𝑻 𝝏𝑻 𝝏𝟐 𝑻
𝒖 +𝒗 =𝜶 𝟐
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒚
𝛼, 𝐶𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑑𝑖𝑓𝑓𝑢𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑕𝑒𝑟𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒.
Le terme représentant les forces d’inerties rapporté au terme des forces visqueuses donne :
2
𝑈∞ 2 2
𝐿 𝑈∞ 𝛿 𝐿𝑈∞ 𝛿
𝑈∞ = 𝛿2 = = 𝑅𝑒𝐿 ~1
𝜈 𝜈𝐿 𝐿 𝜈 𝐿
𝛿2
𝜹 −𝟏/𝟐
~𝑹𝒆𝑳
𝑳
𝑅𝑒𝐿 : 𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑅𝑒𝑦𝑛𝑜𝑙𝑑𝑠 𝑏𝑎𝑠é 𝑠𝑢𝑟 𝐿.
Calcul du coefficient de friction et coefficient d’échange de chaleur local:
𝜌𝜈𝑈∞ 𝐿𝜈 1/2
𝜏𝑝 ~ = 𝜌𝑈∞ 2
= 𝜌𝑈∞2
𝑅𝑒𝐿 𝑅𝑒𝐿−1
𝛿 𝛿𝐿𝑈∞
𝝉𝒑 −𝟏/𝟐
𝑪𝒇 = 𝝆 𝟐 ~𝑹𝒆𝑳
𝑼
𝟐 ∞
𝝀 𝝏𝑻 𝝏𝒚 𝒑 𝝀 ∆𝑻 𝜹𝑻
𝒉= ~ = 𝝀 𝜹𝑻
𝑻𝟎 − 𝑻∞ ∆𝑻
Calcul de 𝜹𝑻 =?
On distingue 2 cas :
 𝜹 ≪ 𝜹𝑻 , (𝑷𝒓 ≪ 𝟏).
Dans ce cas, { l’intérieur de la couche limite thermique, 𝑢 = 𝑈∞ .
𝛼𝐿 1 2 𝛼 1 2
𝛿𝑇 = 𝑈∞
=𝐿
𝑈∞ 𝐿
𝛿𝑇 −1 2
Donc 𝐿 ~𝑃𝑒𝐿 ~𝑃𝑟−1 2 . 𝑅𝑒𝐿−1 2
𝛿 −1/2
Or 𝐿 ~𝑅𝑒𝐿
𝛿𝑇
~𝑃𝑟 −1 2
≫1 𝑐𝑎𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑚é𝑡𝑎𝑢𝑥 𝑙𝑖𝑞𝑢𝑖𝑑𝑒𝑠
𝛿

A. Rtibi 16
Enfin :
𝝀 𝝀 𝟏𝟐 𝟏 𝟐
𝒉~ ~ 𝑷𝒓 . 𝑹𝒆𝑳
𝜹𝑻 𝑳
De même le taux de transfert de chaleur local représenté par le nombre de Nusselt, 𝑁𝑢
𝒉𝑳 𝟏 𝟐
𝑵𝒖 = ~𝑷𝒓𝟏 𝟐 . 𝑹𝒆𝑳
𝝀
 𝜹 ≫ 𝜹𝑻 , (𝑷𝒓 ≫ 𝟏)
Géométriquement, en utilisant des relations de triangles semblables, on voit que :
𝛿
𝑢~ 𝛿𝑇 𝑈∞
𝛿𝑇
~𝑃𝑟 −1 3 . 𝑅𝑒𝐿−1 2
𝐿
𝛿𝑇
~𝑃𝑟 −1 3 ≫ 1 𝑒𝑥𝑒𝑚𝑝𝑙𝑒 𝐸𝑎𝑢, 𝐻𝑢𝑖𝑙𝑒 …
𝛿
𝝀 𝝀 𝒉𝑳
𝒉~ ~ 𝑷𝒓𝟏 𝟑 . 𝑹𝒆𝟏𝑳 𝟐 𝑵𝒖 = ~𝑷𝒓𝟏 𝟑 . 𝑹𝒆𝟏𝑳 𝟐
𝜹𝑻 𝑳 𝝀
IV. Méthode intégrale (Von Karman et Pohlhausen)
C’est une méthode analytique approximative qui permet de répondre aux deux questions
fondamentales dans le cas de la plaque plane horizontale de température Ts et placée dans un
écoulement libre caractérisé par (U∞ , T∞ , P∞ ) :
τp = 𝜇∂u/ ∂y paroi ? (contrainte de cisaillement surfacique)
𝜆 𝜕𝑇 𝜕𝑦 𝑝𝑎𝑟𝑜𝑖
𝑕= ? (𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑’é𝑐𝑕𝑎𝑛𝑔𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑕𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑙𝑜𝑐𝑎𝑙)
𝑇0 − 𝑇∞
La méthode intégrale est une méthode d’analyse importante développée durant les premières
décades du siècle passé par Von Karman et Pohlhausen. En fait, l’examen des expressions de τp
et 𝑕 permet de voir qu’une solution complète 𝑢(𝑥, 𝑦) et 𝑇(𝑥, 𝑦) au voisinage de la plaque n’est
pas indispensable et la connaissance des gradients ∂u/ ∂y paroi et 𝜕𝑇 𝜕𝑦 𝑝𝑎𝑟𝑜𝑖 est suffisante.
Du moment que les variations des champs 𝑢(𝑥, 𝑦) et 𝑇(𝑥, 𝑦) pour 𝑦 > 0 ne sont pas les plus
pertinentes pour évaluer et 𝑕, ceci offre l’opportunité de simplifier les équations de la couche
limite en éliminant 𝑦 comme variable.
Les équations de la couche limite :
𝜕𝑢 𝜕𝑣
+ =0
𝜕𝑥 𝜕𝑦
𝜕𝑢 𝜕𝑢 1 𝑑𝑃∞ 𝜕2𝑢
𝑢 + 𝑣 =− +𝜈 2
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜌 𝑑𝑥 𝜕𝑦
𝜕𝑇 𝜕𝑇 𝜕2𝑇
𝑢 +𝑣 =𝛼 2
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑦
Sous forme conservative :
𝜕 𝑢𝑢 𝜕 𝑣𝑢 1 𝑑𝑃∞ 𝜕2𝑢
+ =− +𝜈 2
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜌 𝑑𝑥 𝜕𝑦
2
𝜕 𝑢𝑇 𝜕 𝑣𝑇 𝜕 𝑇
+ =𝛼 2
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑦
On pose 𝑚𝑎𝑥 𝛿, 𝛿𝑇 = 𝑌 et on intègre les 3 équations de conservation par rapport à 𝑦 en
𝑢 = 𝑈∞ , 𝑇 = 𝑇∞ 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑦 = 𝑌
considérant les conditions aux limites suivantes :
𝑢=𝑣=0 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑦 = 0
 Equation de continuité
𝑌 𝑌
𝜕𝑢 𝜕𝑣
𝑑𝑦 + 𝑑𝑦 = 0
0 𝜕𝑥 0 𝜕𝑦

𝑌
𝑑
𝑣𝑌 = − 𝑢 𝑑𝑦
𝑑𝑥 0

A. Rtibi 17
 Equation de CQM
𝑌 𝑌
𝑑 2
1 𝑑𝑃∞ 𝑌 𝑌 2
𝜕 𝑢
𝑢 𝑑𝑦 + 𝑑 𝑣𝑢 𝑑𝑦 = − 𝑑𝑦 + 𝜈 2
𝑑𝑦
𝑑𝑥 0 0 𝜌 𝑑𝑥 0 0 𝜕𝑦
𝑑 𝑌 2 𝑑 𝑌 1 𝑑𝑃∞ 𝜕𝑢
𝑢 𝑑𝑦 − 𝑈∞ 𝑢 𝑑𝑦 = − 𝑌+𝜈
𝑑𝑥 0 𝑑𝑥 0 𝜌 𝑑𝑥 𝜕𝑦 𝑝
𝑌 𝑌 𝑌
𝑑 𝑑 𝑑 1 𝑑𝑃∞ 𝜕𝑢
𝑢2 𝑑𝑦 − 𝑢 𝑈∞ 𝑑𝑦 + 𝑈∞ 𝑢 𝑑𝑦 = − 𝑌+𝜈
𝑑𝑥 0 𝑑𝑥 0 𝑑𝑥 0 𝜌 𝑑𝑥 𝜕𝑦 𝑝
𝒅 𝒀 𝒅𝑼∞ 𝒀 𝟏 𝒅𝑷∞ 𝝏𝒖
𝑼∞ − 𝒖 𝒖 𝒅𝒚 = 𝒖 𝒅𝒚 + 𝒀+𝝂
𝒅𝒙 𝟎 𝒅𝒙 𝟎 𝝆 𝒅𝒙 𝝏𝒚 𝒑
C’est l’équation intégrale de la quantité de mouvement ; elle rend compte de la conservation de
la quantité de mouvement dans n’importe quelle tranche d’épaisseur 𝑑𝑥 et de hauteur 𝑌.
 Equation de CE
𝑌
𝑑 𝜕𝑇 𝜕𝑇
𝑢 𝑇𝑑𝑦 + 𝑇𝑌 𝑣𝑌 − 𝑇𝑠 𝑣0 = 𝛼 −
𝑑𝑥 0 𝑌
𝜕𝑦 𝜕𝑦 𝑝
𝑌 𝑌
𝑑 𝑑 𝜕𝑇
𝑢 𝑇𝑑𝑦 − 𝑇∞ 𝑢 𝑑𝑦 = −𝛼
𝑑𝑥 0 𝑑𝑥 0 𝜕𝑦 𝑝
𝒅 𝒀 𝝏𝑻
𝑻∞ − 𝑻 𝒖 𝒅𝒚 = 𝜶
𝒅𝒙 𝟎 𝝏𝒚 𝒑
C’est la forme intégrale de l’équation de l’énergie ; elle exprime la conservation de l’énergie dans
une mince couche de dimension 𝑑𝑥 × 𝑌.
L’approche intégrale est basée sur les hypothèses suivantes :
𝑼∞ = 𝒄𝒕𝒆

𝑷∞ = 𝒄𝒕𝒆
 Le profil longitudinal de la vitesse est de la forme
𝒖 = 𝑼∞ 𝒇 𝜼 𝜼𝝐 𝟎, 𝟏
𝒖 = 𝑼∞ 𝜼≥𝟏
 Le profil longitudinal de la température est de la forme.
𝑻𝒔 − 𝑻 = 𝑻𝒔 − 𝑻∞ 𝒇 𝜻 𝜻𝝐 𝟎, 𝟏
𝑻 = 𝑻∞ 𝜻≥𝟏
𝒚 𝒚
où 𝑓 est une fonction de profil non spécifiée tel que 𝜼 = 𝜹 et 𝜻 = 𝜹
𝒕
Equation dynamique:
1
𝑑 𝜈𝑈∞ 𝑑𝑓
𝛿𝑈∞ 𝑈∞ 1 − 𝑓 𝑓 𝑑𝜂 =
𝑑𝑥 0 𝛿 𝑑𝜂 𝜂=0
𝑑𝑓
𝛿 2 𝜈𝑥 𝑑𝜂 𝜂 =0
= 1
2 𝑈∞ 1 − 𝑓 𝑓 𝑑𝜂
0
𝑑𝑓 1 2
2
𝑑𝜂 𝜂=0
𝛿= 1 . 𝑥𝑅𝑒𝑥−1 2
= 𝐶1 𝑥𝑅𝑒𝑥−1 2

0
1 − 𝑓 𝑓 𝑑𝜂
Calcul du coefficient de friction :
𝜌𝜈 𝑈∞ 𝑑𝑓
𝜏𝑝 𝛿 𝑑𝜂 𝜂 =0 2𝜈 𝑥 𝑑𝑓 −1 2
𝐶𝑓 𝑥 = 𝜌 = 𝜌 = = 𝐶2 𝑅𝑒𝑥
𝑈2 𝑈2 𝑥𝑈∞ 𝛿 𝑑𝜂
2 ∞ 2 ∞ 𝜂 =0
1 2
1
𝑑𝑓
𝐶2 = 2 1 − 𝑓(𝜂) 𝑓(𝜂) 𝑑𝜂
𝑑𝜂 𝜂 =0 0

A. Rtibi 18
Les valeurs de 𝐶1 et 𝐶2 dépendent des profils donnés à𝑓. Tant que le choix de ces profils reste
raisonnable, il sera sans influence appréciable sur l’évaluation de 𝛿, 𝜏 et 𝐶𝑓 𝑥 .
Quelques exemples de profils utilisés dans la littérature :
 𝑓 𝜂 =𝜂 (𝑝𝑟𝑜𝑓𝑖𝑙 𝑙𝑖𝑛é𝑎𝑖𝑟𝑒)
𝜂
 𝑓 𝜂 = 2 3 − 𝜂2 (𝑝𝑟𝑜𝑓𝑖𝑙 𝑐𝑢𝑏𝑖𝑞𝑢𝑒)
𝜂
 𝑓 𝜂 = 𝑠𝑖𝑛 𝜋 (𝑝𝑟𝑜𝑓𝑖𝑙 𝑠𝑖𝑛𝑢𝑠𝑜ï𝑑𝑎𝑙)
2
Equation thermique:
𝜂 𝜹
Soit Γ = 𝜁 = 𝛿𝒕 = Γ(Pr)
1er cas : 𝜹𝒕 < 𝛿 (Pr>1)
𝑑 1 𝛼 𝑇𝑠 − 𝑇∞ 𝑑𝑓
𝑈∞ 𝑇∞ − 𝑇𝑠 + 𝑇𝑠 − 𝑇∞ 𝑓 𝜁 𝑓 𝜂 𝛿𝑡 𝑑𝜁 =
𝑑𝑥 0 𝛿𝑡 𝑑𝜁 𝜁 =0
1
𝑑 𝑑𝑓
𝑈∞ 𝛿𝑡 𝛿𝑡 1 − 𝑓 𝜁 𝑓 Γ𝜁 𝑑𝜁 = 𝛼
𝑑𝑥 0 𝑑𝜁 𝜁 =0
𝑑𝑓
2𝛼𝑥 𝑑𝜁 𝜁=0
𝛿𝑡2 = 1
𝑈∞ 1 − 𝑓 𝜁 𝑓 Γ𝜁 𝑑𝜁
0
𝑑𝑓 𝑑𝑓
2 𝑑𝜁 2 𝑑𝜁
𝛿𝑡2 𝛼 𝜈 𝜁=0 𝜁=0
= 1 = 𝑃𝑟 −1 𝑅𝑒𝑥−1 1
𝑥 2 𝜈 𝑥𝑈∞ 1 − 𝑓 𝜁 𝑓 Γ𝜁 𝑑𝜁 1 − 𝑓 𝜁 𝑓 Γ𝜁 𝑑𝜁
0 0
𝛿𝑡 −1 2
= 𝐶3 𝑃𝑟 −1 2 𝑅𝑒𝑥
𝑥
Calcul de 𝒉
−𝜆 𝜕𝑇 𝜕𝑦 𝑝 𝑑𝑓
𝑕= = 𝜆 𝛿𝑇
𝑇𝑠 − 𝑇∞ 𝑑𝜁 𝜁 =0
Il suffit de connaître le profil de 𝑓(𝜁) pour déduire 𝑕.
2ème cas : 𝜹𝒕 > 𝛿 (Pr<1)

𝑢 = 𝑈∞ 𝑓 𝜂 𝑦𝜖 0, 𝛿
On a :
𝑢 = 𝑈∞ 𝑦𝜖 𝛿, 𝛿𝑡
1 Γ 1
𝑑 𝑑𝑓
𝑈∞ 𝛿𝑡 𝛿 1 − 𝑓 𝜁 𝑓 Γ𝜁 𝑑𝜁 + 1 − 𝑓 𝜁 𝑑𝜁 = 𝛼
𝑑𝑥 𝑡 0 1 Γ 𝑑𝜁 𝜁 =0

𝑑𝑓
2𝛼𝑥 𝑑𝜁 𝜁=0
𝛿𝑡2 = 1 Γ 1
𝑈∞ 1 − 𝑓 𝜁 𝑓 Γ𝜁 𝑑𝜁 + 1 − 𝑓 𝜁 𝑑𝜁
0 1 Γ
𝑑𝑓 1 2
2 𝑑𝜁
𝛿𝑡 𝜁 =0
= 𝑃𝑟 −1 2 𝑅𝑒𝑥−1 2
1 Γ 1
𝑥 1 − 𝑓 𝜁 𝑓 Γ𝜁 𝑑𝜁 + 1 − 𝑓 𝜁 𝑑𝜁
0 1 Γ
Exercice
1. Montrer que dans le cas des fluides (eau, huile), la forme intégrale de l’équation
de l’énergie conduit { :
𝑑𝑓 𝑑𝑓 (𝜂 )
2 𝑑𝜁 𝑑𝜂
𝜁 =0 𝜂=0
𝑃𝑟 = (𝐶1 Γ)−2 1 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐶1 = 1
0
1 − 𝑓 𝜁 𝑓 Γ𝜁 𝑑𝜁 0
1 − 𝑓(𝜂) 𝑓(𝜂) 𝑑𝜂
2. En admettant un profil linéaire pour la température (f = 𝜁), déduire que :

A. Rtibi 19
𝜂 𝜹𝒕
Γ= = = Γ Pr = 𝑃𝑟 −1 3
𝜁 𝛿
𝜁
3. En admettant un profil cubique pour la température (f = 2 (3 − 𝜁2 )), déduire que :
𝜂 𝜹𝒕
Γ = = = Γ Pr = 0.999𝑃𝑟 −1 3
𝜁 𝛿
4. Montrer que dans le cas des fluides (métaux liquides) et en admettant un profil
linéaire pour la température (f = 𝜁), on trouve :
𝛿𝑡
= 2𝑃𝑟 −1 2 𝑅𝑒𝑥−1 2
𝑥
𝜆 𝜆 1 2
𝑕= = 𝑃𝑟 1 2 𝑅𝑒𝑥
𝛿𝑡 2𝑥
𝑕𝑥
𝑁𝑢 = = 0.5𝑃𝑟 1 2 𝑅𝑒𝑥1 2
𝜆

V. Solution de Blasius- Pohlhausen


Blasius et Pohlhausen ont proposé une solution semi-analytique des équations de conservation
qui s’apprête aisément { la résolution par voie numérique.
Pour un écoulement incompressible stationnaire et bidimensionnel, on adopte la formulation
fonction de courant . L’utilisation de 𝜓 présente l’avantage de satisfaire de manière automatique
l’équation de continuité.
𝜕𝜓 𝜕 2 𝜓 𝜕𝜓 𝜕 2 𝜓 𝜕3𝜓
− = 𝜈
𝜕𝑦 𝜕𝑥𝜕𝑦 𝜕𝑥 𝜕𝑦 2 𝜕𝑦 3
2
𝜕𝜓 𝜕𝑇 𝜕𝜓 𝜕𝑇 𝜕 𝑇
− =𝛼 2
𝜕𝑦 𝜕𝑥 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑦
Conditions aux limites :
𝜕𝜓
lim = 𝑈∞ , lim 𝑇 = 𝑇∞
𝑦 →∞ 𝜕𝑦 𝑦→∞
𝜕𝜓 𝜕𝜓
= = 0, 𝜓 = 0 𝑒𝑡 𝑇 = 𝑇𝑠 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑦 = 0
𝜕𝑦 𝜕𝑥
Les profils longitudinaux de la vitesse et de la température sont de la forme
𝑢 = 𝑈∞ 𝑓 ′ 𝜂 , 𝑇𝑠 − 𝑇 = 𝑇𝑠 − 𝑇∞ θ 𝜂 = Δ𝑇 θ 𝜂 𝜂𝜖 0,1
𝑦 𝑦 𝑥𝜈 −1 2

où 𝑓 et θ sont des fonctions de profil tel que 𝜂 = 𝛿(𝑥) = 𝑥
𝑅𝑒𝑥1 2 =𝑦 𝑈∞
Calcul des différents termes des équations de conservation :
𝜕𝜓
= 𝑢 = 𝑈∞ 𝑓 ′ 𝜂
𝜕𝑦
𝜕𝜓 𝜕𝜓 𝜕𝜂 𝑅𝑒𝑥1 2 𝜕𝜓 𝑈∞ 1 2 𝜕𝜓
= = =
𝜕𝑦 𝜕𝜂 𝜕𝑦 𝑥 𝜕𝜂 𝜈𝑥 𝜕𝜂
𝜓 = 𝑈∞ 𝑥𝜈 1 2 𝑓(𝜂)
𝜕𝜓 1 𝑈∞ 𝜈 1 2 𝜕𝑓 𝜕𝜂
= 𝑓 + 𝑈∞ 𝑥𝜈 1 2
𝜕𝑥 2 𝑥 𝜕𝜂 𝜕𝑥
𝑦 𝑈∞ 𝑥 1 2
𝜕
𝑦 1 2
𝑅𝑒𝑥 𝜕 1 2
𝜕𝜂 𝑥 𝜈 −1 𝑈∞ −𝜂
𝑥
Or, 𝜕𝑥
= 𝜕𝑥
= 𝜕𝑥
= 2
𝑦 𝜈𝑥 3
= 2𝑥

1 2 1 2 1 2
𝜕𝜓 1 𝑈∞ 𝜈 𝜂 𝑈∞ 𝜈 𝜕𝑓 1 𝑈∞ 𝜈
= 𝑓− = 𝑓 − 𝜂𝑓 ′
𝜕𝑥 2 𝑥 2 𝑥 𝜕𝜂 2 𝑥

A. Rtibi 20
𝜕2𝜓 𝜕𝑢 𝜕𝑢 𝜕𝜂 −𝜂
= = = 𝑈 𝑓 ′′ 𝜂
𝜕𝑥𝜕𝑦 𝜕𝑥 𝜕𝜂 𝜕𝑥 2𝑥 ∞
𝜕 2 𝜓 𝜕𝑢 𝜕𝑢 𝜕𝜂 𝑥𝜈 −1 2
= = = 𝑈∞ 𝑓 ′′
𝜕𝑦 2 𝜕𝑦 𝜕𝜂 𝜕𝑦 𝑈∞
𝜕 3 𝜓 𝜕 2 𝑢 𝑈∞ 2
= = 𝑓 ′′′
𝜕𝑦 3 𝜕𝑦 2 𝑥𝜈
𝜕𝑇 𝜕θ 𝜂 𝜕𝜂 Δ𝑇 ′
= −Δ𝑇 = 𝜂θ
𝜕𝑥 𝜕𝜂 𝜕𝑥 2𝑥
𝜕𝑇 𝜕θ 𝜂 𝜕𝜂 𝑥𝜈 −1 2 ′
= −Δ𝑇 = −Δ𝑇 θ
𝜕𝑦 𝜕𝜂 𝜕𝑦 𝑈∞
𝜕2𝑇 𝑥𝜈 −1 2 𝑥𝜈 −1 2 ′′ 𝑈∞ ′′
2
= −Δ𝑇 θ = −Δ𝑇 θ
𝜕𝑦 𝑈∞ 𝑈∞ 𝑥𝜈

En substituant toutes les expressions obtenues dans les deux équations de conservation, on
obtient :
𝟐𝒇′′′ + 𝒇𝒇′′ = 𝟎 é𝒒𝒖𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒆 𝑩𝒍𝒂𝒔𝒊𝒖𝒔
𝑷𝒓 ′
𝛉′′ + 𝒇𝛉 = 𝟎 é𝒒𝒖𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒆 𝐏𝐨𝐡𝐥𝐡𝐚𝐮𝐬𝐞𝐧
𝟐
Conditions aux limites :
𝐥𝐢𝐦 𝒇′ = 𝟏 , 𝐥𝐢𝐦 𝛉 = 𝟏
𝜼→∞ 𝜼→∞
𝒇′ = 𝒇 = 𝟎 𝒆𝒕 𝛉 = 𝟎 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝜼 = 𝟎
Calcul du coefficient de friction :
La solution numérique de l’équation de Blasius selon Howarth (L. Howarth. Published 18
February 1938.DOI: 10.1098/rspa.1938.0037.) est proposée dans le tableau suivant:

𝑢
Numériquement, on trouve 𝑓′ = = 0.99 pour 𝜂 = 4.92
𝑈∞
Or :
𝑦 𝑦
𝜂= = 𝑅𝑒𝑥1 2
𝛿(𝑥) 𝑥
𝛿(𝑥)
= 4.92𝑅𝑒𝑥−1 2
(𝑟é𝑠𝑢𝑙𝑡𝑎𝑡 𝑐𝑜𝑛𝑓𝑜𝑟𝑚𝑒 𝑎𝑢𝑥 𝑝𝑟é𝑑𝑖𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑑𝑒 𝑙’𝑎𝑛𝑎𝑙𝑦𝑠𝑒 𝑑’é𝑐𝑕𝑒𝑙𝑙𝑒)
𝑥
𝜌𝜈 𝑈∞
𝜏𝑝 𝑓 ′′ (0) 2𝜈 𝑥 ′′
𝐶𝑓 𝑥 = 𝜌 = 𝛿
𝜌 = 𝑓 (0) = 2𝑓 ′′ (0)𝑅𝑒𝑥−1 2
𝑈2 𝑈2 𝑥𝑈∞ 𝛿
2 ∞ 2 ∞
′′
Numériquement, on trouve 𝑓 (0) = 0.332

A. Rtibi 21
𝐶𝑓 𝑥 = 2𝑓 ′′ 0 𝑅𝑒𝑥−1 2
= 0.664𝑅𝑒𝑥−1 2

Calcul de 𝒉
−𝜆 𝜕𝑇 𝜕𝑦 𝑝 𝜕𝜂 𝜆θ′ 0 1 2
𝑕= = 𝜆θ′ 0 = 𝑅𝑒𝑥
𝑇𝑠 − 𝑇∞ 𝜕𝑦 𝑦=0
𝑥
Calcul du nombre de Nusselt
𝑕𝑥
𝑁𝑢 = = θ′ 0 𝑅𝑒𝑥1 2
𝜆
θ′ 0 dépend de 𝑃𝑟, Pohlausen a calculé un certain nombre de valeurs de θ′ 0 qui sont
corrélées pour 𝑃𝑟 > 0.5 par la relation:

θ′ 0 = 0.33𝑃𝑟1 3 0.5 < 𝑃𝑟 < 50


La corrélation proposée a été validée numériquement pour 𝑃𝑟 > 0.5
En définitive, le nombre de Nusselt local est de la forme :
𝑕𝑥
𝑁𝑢 = = 0.33𝑃𝑟 1 3 𝑅𝑒𝑥1 2 0.5 < 𝑃𝑟 < 50
𝜆
Pour les fluides dont les nombres de Prandtl sont très petits (𝑃𝑟 << 1) comme c’est le cas des
métaux liquides, la corrélation proposée par l’équation préczdente n’est plus valable. On montre
dans ce cas que :
𝑕𝑥 1 2
𝑁𝑢 = = 0.564𝑃𝑟 1 3 𝑃𝑒𝑥 𝑃𝑟 ≤ 0.5; 𝑃𝑒𝑥 ≥ 100 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑃𝑒𝑥 = 𝑅𝑒𝑥 𝑃𝑟
𝜆
Une seule équation permettant de corréler le nombre de Nusselt local et valable pour tous les
nombres de Prandtl a été proposée par Churchill et Ozoe :
0.564𝑃𝑟 1 3 𝑅𝑒𝑥1 2
𝑁𝑢 = (𝑐𝑜𝑟𝑟é𝑙𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣𝑎𝑙𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑃𝑒𝑥 ≥ 100)
1 + 0.0468 𝑃𝑟 2 3 1 4

B. Ecoulements internes en convection forcée

I. Introduction
Considérons un conduit construit de deux plaques planes parallèles horizontales, { l’entrée
duquel l’écoulement est uniforme de vitesse 𝑈. On s’intéressera aux forces de friction exercées
par le fluide sur les deux plaques et à la variation de 𝑢(𝑥, 𝑦) avec la position longitudinale 𝑥 le
long du conduit.
A l’entrée du conduit on assiste au développement de
deux couche limites, chacune au voisinage d’une plaque,
dont l’épaisseur augmente avec 𝑥. Comme chacune des
deux couches limites est permise à croître jusqu'à une
épaisseur 𝐷/2 avant de se mélanger avec l’autre couche ;
l’écoulement peut être divisé en deux régions distinctes.
La première région, appelée région d’entrée ou région de
développement dans laquelle deux couches limites
distinctes coexistent. Entre ces deux couches (partie
centrale du conduit) se trouve un fluide non encore affecté par les effets visqueux des deux
plaques. Dans la deuxième région, tout l’écoulement est affecté par la présence des deux plaques
et il n’y a plus de limite entre les deux couches limites (écoulement complètement développé ou
établi).
II. Longueur d’entrée hydrodynamique et thermique
1. Calcul approché
Par utilisation des résultats de Blasius relatifs { l’épaisseur de la couche limite au dessus d’une
plaque plane et en prenant 𝛿 𝑙𝑒 = 𝐷 2 on peut estimer d’une façon approchée la longueur
d’entrée 𝑙𝑒 = 𝑋
𝛿(𝑋) −1 2
= 4.92𝑅𝑒𝑋
𝑋
A. Rtibi 22
𝐷 𝑈𝑋 −1 2 𝑈𝐷 −1 2
𝑋 −1 2
= 4.92 = 4.92
2𝑋 𝜈 𝜈 𝐷
𝑋 = 0.0103𝐷𝑅𝑒𝐷
2. Solution intégrale proposée par Sparrow
Cette solution prend en considération le fait que le fluide se trouvant dans le milieu du conduit
est pressé par les deux couches limites ; il est donc accéléré dans la direction de l’écoulement.
Comme de plus en plus le fluide est retardé dans la région de la couche limite, la vitesse 𝑈𝑐 du
fluide dans la zone non visqueuse doit croître de façon à satisfaire la conservation de la quantité
de matière qui traverse chaque section droite du conduit (la relation 𝜌𝑈𝐷 = 𝑐𝑡𝑒) doit être
satisfaite).
Equation de CQM suivant 𝒙 :
𝑑 𝑌 𝑑𝑈𝑐 𝑌 1 𝑑𝑝 𝜕𝑢
𝑈𝑐 − 𝑢 𝑢 𝑑𝑦 = 𝑢 𝑑𝑦 + 𝑌+𝜈
𝑑𝑥 0 𝑑𝑥 0 𝜌 𝑑𝑥 𝜕𝑦 𝑦 =0
Comme l’écoulement est non visqueux entre les deux couches limites, la pression 𝑝 et la vitesse
𝑈𝑐 (𝑥) sont reliées par l’équation de Bernoulli :
1 2
𝜌𝑈 + 𝑝 = 𝑐𝑡𝑒
2 𝑐
𝑑𝑈𝑐 1 𝑑𝑝
𝑈𝑐 + =0
𝑑𝑥 𝜌 𝑑𝑥
Pour 𝑌 = 𝛿(𝑥)
𝑑 𝛿 𝑑𝑈𝑐 𝛿 𝜕𝑢
𝑈𝑐 − 𝑢 𝑢 𝑑𝑦 + 𝑈𝑐 − 𝑢 𝑑𝑦 = 𝜈
𝑑𝑥 0 𝑑𝑥 0 𝜕𝑦 𝑦=0
Or la conservation de la masse entre 𝑦 = 0 et 𝑦 = 𝐷/2 donne :
𝛿 𝐷/2
𝑈𝐷
𝜌𝑢 𝑑𝑦 + 𝜌𝑈𝑐 𝑑𝑦 = 𝜌
0 𝛿 2
𝑦
En utilisant le profil de vitesse parabolique, 𝑢 = 𝑈𝑐 𝑓 𝜂 = 𝑈𝑐 2𝜂 − 𝜂2 , 𝜂= , Sparrow
𝛿(𝑥 )
trouve :
3 𝑈𝑐 𝑈 𝑈𝑐
𝑥= 9 − 7 − 16𝑙𝑛 − 2 𝐷𝑅𝑒𝐷
160 𝑈 𝑈𝑐 𝑈
et
𝛿(𝑥) 𝑈
=3 1−
𝐷 2 𝑈𝑐 (𝑥)
𝐷
Pour 𝑥 = 𝑋, abscisse où les deux couches limites se rencontrent, 𝛿(𝑥) = 2 On a :
3𝑈
𝑋 = 0.0065𝐷𝑅𝑒𝐷 𝑒𝑡 𝑈𝑐 𝑥 =
2
Ainsi, la longueur d’entrée laminaire prédite par la solution de Sparrow est 37 % plus faible que
l’estimation simpliste qui prédit 0.0103 au lieu de 0.0065.
L’importante contribution de ces deux analyses est le fait qu’elles montrent analytiquement que
l’étendue de la région de développement laminaire X est proportionnelle { 𝐷𝑅𝑒𝐷 et le coefficient
de proportionnalité est de l’ordre de 10−2 .
De même le coefficient de friction :
𝜏𝑝 3𝑈𝑐 𝑈𝑐 −1
𝐶𝑓 𝑥 = 𝜌 = 1−
2
𝑈 2 8𝑈𝑅𝑒𝐷 𝑈
3. Longueur d’entrée thermique
On s’intéresse au cas d’un tube de diamètre 𝐷 = 2𝑟0 . Si
le fluide entre dans le tube à une température 𝑇(𝑟, 0)
inférieure à la température de surface du tube, il y
aura un transfert de chaleur par convection et un
développement d’une couche limite thermique. Pour
un écoulement laminaire, la longueur d’entrée, d’après Kays, peut être exprimée par :

A. Rtibi 23
𝑋 ≈ 0.05𝐷𝑅𝑒𝐷 𝑃𝑟
III. Ecoulement complètement établi
Généralement, l’écoulement devient établi suffisamment loin de
l’entrée du conduit et la vitesse transversale est nulle.
Les équations de conservation de la masse et de la quantité de
mouvement du régime stationnaire en cordonnées cylindriques
sont :
𝜕𝑢
=0
𝜕𝑥
𝜕𝑢 1 𝑑𝑝 𝜈 𝜕 𝜕𝑢
𝑢 =0=− + 𝑟 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑢 𝑟0 = 0
𝜕𝑥 𝜌 𝑑𝑥 𝑟 𝜕𝑟 𝜕𝑟
𝜕𝑇
𝜌𝑐𝑝 𝑢 = −𝑑𝑖𝑣𝑞 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑇 𝑟0 = 𝑇𝑠
𝜕𝑥
1 𝑑𝑝 2
𝑢= 𝑟 + 𝑐1 𝑙𝑛𝑟 + 𝑐2
4𝜇 𝑑𝑥
𝜕 𝑢𝑇
𝜌𝑐𝑝 𝑑𝜏 = −𝑑𝑖𝑣𝑞𝑑𝜏 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑒 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝜏 = 𝑠𝑏 𝑑𝑥
𝜕𝑥
1 𝑑𝑝 2
𝑢= 𝑟 + 𝑐1 𝑙𝑛𝑟 + 𝑐2
4𝜇 𝑑𝑥
𝜕 𝑢𝑇
𝜌𝑐𝑝 𝑑𝑠𝑏 = 𝑞 𝑑𝑠𝑙
𝜕𝑥
1 𝑑𝑝 2
𝑢= 𝑟 − 𝑟02
4𝜇 𝑑𝑥
𝑑
𝜌𝑐𝑝 𝑢𝑇 𝑑𝑠𝑏 = 𝑞 𝑑𝑠𝑙
𝑑𝑥
𝑑 𝐷 2
𝜌𝑐𝑝 𝑈𝑇𝑚 𝜋 𝑑𝑥 = 𝑞𝑐𝑜𝑛 𝜋𝐷𝑑𝑥
𝑑𝑥 2
𝑇𝑚 température moyenne sur la surface 𝑠𝑏
Or le débit massique dans le conduit est :
𝐷 2
𝑚 = 𝜌𝑈𝜋
2
𝑑 𝑞𝑐𝑜𝑛
𝑇𝑚 = 𝜋𝐷
𝑑𝑥 𝑚 𝑐𝑝
D’après la loi de Newton, 𝑇𝑚 joue le rôle d’une température de référence convenable pour les
écoulements internes, 𝑇∞ de l’écoulement libre pour les l’écoulements externes. La différence de
température 𝑇𝑠 − 𝑇𝑚 est conventionnellement sélectionnée comme étant le différence de
𝜕𝑇
température paroi-fluide. La densité de flux 𝑞𝑐𝑜𝑛 = 𝑕 𝑇𝑠 − 𝑇𝑚 = 𝜆
𝜕𝑟 𝑟0
𝑑𝑇𝑚 𝑕(𝑇𝑠 − 𝑇𝑚 )
= 𝜋𝐷
𝑑𝑥 𝑚 𝑐𝑝

A. Rtibi 24