Vous êtes sur la page 1sur 112

N°36 AVRIL - MAI - JUIN 2016 6,50€

HORS
RÉÉDITION MISE À JOUR ET ENRICHIE

SERIE
D’ADAM SMITH À THOMAS PIKETTY…

COMPRENDRE
L’ECONOMIE
AVEC SES 30 PLUS GRANDS GÉNIES
J. STIGLITZ

M. FRIEDMAN

T. PIKETTY J. LOCKE
T. MALTHUS

J. K. GALBRAITH
K. MARX A. SMITH

P. KRUGMAN

M. WEBER

J. TIROLE

F. HAYEK

J. M. KEYNES

M 03804 - 36H - F: 6,50 E - RD

3’:HIKNSA=YU[ZU[:?a@k@d@g@p";
BEL : 6,90 € - CH : 11 CHF – CAN : 9,50 CAD – D : 8,90 € - LUX : 6,90 €– DOM : Avion : 8 € ; Bateau : 6,90 € - MAY : 8 € - Maroc : 70 DH – Tunisie : 7,2 TND – Zone CFA Bateau : 5 000 XAF – Zone CFP Bateau : 900 XPF
Nordnet, SA immatriculée au RCS de Lille Métropole sous le numéro B 402 974 489.

Même sans ADSL, Nordnet connecte en Haut-Débit !


Vous êtes inéligible à un ADSL rapide ? Rassurez-vous… Pour vous, Nordnet tire parti des dernières avancées
technologiques pour proposer des modes de connexion alternatifs performants. L’Internet Satellite, le WiMAX
sont autant de technologies disponibles immédiatement, pour vous connecter en Haut-Débit même sans
ADSL.
Partout en France métropolitaine, nous proposons des offres conçues et développées pour satisfaire votre
expérience de navigation en Haut-Débit. Elles permettent également d’accéder à des services associés
comme le téléphone ou la télévision par exemple.
Quels que soient vos besoins de connexion en Haut-Débit, faites confiance à Nordnet, spécialiste de l’Internet
depuis 1995.

3420 (appel non surtaxé)


www.nordnet.com
Ce post est fictif. Toute ressemblance avec une personne réelle serait une pure #coïncidence.
HORS
SÉRIE
ÉDITORIAL
PHOTOS : DAMIEN GRENON POUR CAPITAL HORS-SÉRIE - F. LANCELOT / REUTERS - COLLECTION LEEMAGE - ULLSTEIN BILD / ROGER-VIOLLET - THE GRANGER COLLECTION NYC/RUE DES ARCHIVES - TIME LIFE PICTURES/MANSELL/THE LIFE PICTURE COLLECTION/GETTY IMAGES - R. RESSMEYER/CORBIS. ALL RIGHTS RE-

250 ans de théories éco


SERVED - O. ROLLER/FEDEPHOTO - E. JOURNEAU / VISUAL PRESS AGENCY - REG INNELL/TORONTO STAR VIA GETTY IMAGES - THE GRANGER COLLECTION NYC/RUE DES ARCHIVES - J. FAVRE/BLOOMBERG VIA GETTY IMAGES - BETTMANN ARCHIVE/GETTY IMAGES - COLLECTION DAGLI ORTI / BRITISH MUSEUM LONDRES

RÉDACTION
13, rue Henri-Barbusse, 92624 Gennevilliers Cedex.
Tél. : 01 73 05 45 45. Fax : 01 47 92 67 35.
Pour joindre vos correspondants, composez le 01 73 05 puis

pour comprendre l’actualité


les quatre chiffres entre parenthèses après chaque nom.
E-mail : composez la première lettre du prénom, puis le
nom suivi de @prismamedia.com.
RÉDACTEUR EN CHEF
François Genthial (4861)

O
RESPONSABLE ÉDITORIAL
Patrick Chabert (4891)
DIRECTEUR ARTISTIQUE
Frank Sérac (4593)
n ne peut plus allumer la radio ou la télé sans en-
CHEF DE STUDIO
Patrick Bordet (4874)
tendre parler de chômage, de dette, de Brexit,
SECRÉTARIAT DE RÉDACTION de cours du pétrole, d’uberisation ou de start-up,
Marie-Pascale Verny (1re SR, 4866), Fabien Morançais
(4867), Serge Bourguignon (réviseur, 4862). les nouvelles, ça n’est plus que de l’économie.
PHOTO
Nathalie François (5706) C’est ahurissant.» Cri du cœur d’un prof de philo exaspéré ?
ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO
Mathieu Carquain, Guillaume Denizo, Patrick Eveno, D’une ménagère de 50 ans débordée ? Raté, c’est Olivier
Eric Godeau, Julie Noesser, Patrice Piquard (rédaction),
Candice Meissonnier (maquette), Françoise Roux,
Christine Tambourin (secrétariat de rédaction),
Blanchard, ex-chef économiste du FMI, macroéconomiste
François Berland (révision). de renommée mondiale, qui témoigne ainsi de l’explosion
SECRÉTARIAT
Béatrice Boston (4801), Dounia Hadri (4853),
Franck Lemire (comptabilité, 4536).
de l’information économique dans les médias. Si l’écono-
FABRICATION mie a pris cette place centrale, c’est parce que le grand pu-
Jean-Bernard Domin (4950), Eric Zuddas (4951).
CAPITAL.FR – Directeur Internet blic, et plus seulement les experts, se pose des questions de
Eddy Murano (4893)
PUBLICITÉ plus en plus pointues pour tenter de comprendre la ma-
13, rue Henri-Barbusse, 92624 Gennevilliers Cedex.
Tél. : 01 73 05 45 45. Fax : 01 47 92 67 25. chine qui semble s’être détraquée, d’éclatements de bulles
Directeur exécutif Prisma Media Solutions : Philipp
Schmidt (5188). Directrice commerciale : Virginie Lubot en chocs variés. Une exigence de savoir qui explique, par
(6450). Directrice commerciale en charge des opérations
spéciales : Géraldine Pangrazzi (4749). Directrice de exemple, l’incroyable succès du livre de Thomas Piketty,
publicité : Camille Habra (6453). Directeur de clientèle :
Frédérique Anceau (6406), Magali Bode (4551), Nicolas
Serot-Almeras (6457). Directrice de publicité - Secteur
«Le Capital au XXIe siècle», un pavé de 1 000 pages sur le
Automobile et Luxe : Dominique Bellanger (4528).
Responsable Luxe Pôle Premium : Constance Dufour
développement des inégalités, publié à plus de 2 millions
(6423). Responsable Back Office : Gaëlle Kerleau (6455).
Responsable exécution : Sandra Missue (6479). Assistante
d’exemplaires dans le monde. Mieux comprendre l’actua-
commerciale : Corinne Prod’homme (6450).
MARKETING ET DIFFUSION
lité et les débats du moment en revenant aux sources de la
Directrice des études éditoriales : Isabelle Demailly
(5338). Dir. marketing client : Laurent Grolée (6025).
théorie, c’est l’objet de cette réédition enrichie et mise à jour
Dir. commercialisation réseau : Serge Hayek (6471).
Dir. des ventes : Bruno Recurt (5676). Dir. marketing de notre hors-série consacré aux grands penseurs de l’éco-
opérationnel : Béatrice Vannière (5342).
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Rolf Heinz nomie. Nous en avons sélectionné
ÉDITEUR : Martin Trautmann
Directrice marketing et business development
trente, d’Adam Smith, né en 1723,
adjointe : Dorothée Fluckiger (6876)
Chef de groupe : Hélène Coin (5189)
le philosophe devenu économiste,
Impression : Mohn Media Mohndruck GmbH, Carl
Bertelsmann Str. 161 M, 33311 Gutersloh - Allemagne.
considéré comme le père des
© Prisma Média 2016. Dépôt légal : avril 2016.
Diffusion Presstalis. Date de création: septembre 1991.
sciences économiques modernes, à
Commission paritaire: 0314 I 84390.
ABONNEMENTS
Thomas Piketty, donc, né en 1971,
Capital-Service Abonnements et anciens numéros,
62066 Arras Cedex 9.
l’économiste devenu auteur de
best-sellers, à qui nombre de collè-
Site : www.prismashop.capital.fr. gues ont déjà prédit le «Nobel».
Tarifs étranger et DOM-TOM : nous consulter.
Tarif France : 1 an – 12 numéros : 31,90 euros. John Kenneth Galbraith, ennemi
Notre publication adhère à l’ARPP et s’engage à suivre
ses recommandations en
faveur d’une publication loyale
des textes abscons et sûr de son sens
et respectueuse du public. de la pédagogie, assurait, lui, «qu’il
n’existait aucun processus ni pro-
13, rue Henri-Barbusse,
92624 Gennevilliers Cedex.
Tél. : 01 73 05 45 45.
blème économique qui ne puisse
Site Internet : www.prismamedia.com
Société en nom collectif au capital de 3 000 000 € être formulé en langage clair, et mis
ayant pour gérants Gruner + Jahr Communication
GmbH. Ses trois principaux associés sont Média
Communication SAS, Gruner und Jahr Commu-
ainsi à la portée du lecteur cultivé
nication GmbH et France Constanze-Verlag
GmbH & Co KG. La rédaction n’est pas respon-
et intéressé». Bonne lecture !
sable de la perte ou de la détérioration des textes
ou photos qui lui sont adressés pour appréciation.
La reproduction, même partielle, de tout matériel
publié dans le magazine est interdite.
Patrick Chabert,
responsable éditorial

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 3


#VWetMoi

Posté par Antoine P. le 14 mars 2016

Plus que nos voitures, vos histoires.


Partagez-les avec #VWetMoi ou sur VWetMoi.fr
Votre histoire deviendra peut-être notre prochaine publicité.

Volkswagen Group France - s.a. - R.C.S. Soissons B 602 025 538


HORS
SÉRIE

AMARTYA JOHN K. THOMAS


SEN GALBRAITH PIKETTY
Page 48 Page 78 Page 50

SOMMAIRE
FRÉDÉRIC
BASTIAT
Page 58

PAGE 6 INTERVIEW PAGE 44 WILLIAM BEVERIDGE PAGE 76 ALFRED SAUVY A long terme,
D’OLIVIER BLANCHARD «Les économistes L’inventeur de la Sécurité sociale le progrès est créateur d’emplois
sont davantage dans le réel aujourd’hui» PAGE 46 JAMES TOBIN PAGE 78 JOHN KENNETH GALBRAITH
PAGE 8 Aux premières Sa taxe sur les transactions financières Il a dénoncé l’excès de pouvoir des managers
loges d’une histoire chahutée agite l’Union européenne PAGE 82 GARY BECKER Son analyse
PAGE 12 LES HÉRAUTS PAGE 48 AMARTYA SEN Les fruits coût-bénéfice est devenue un classique
DU LIBÉRALISME de la croissance doivent être mieux répartis
PAGE 50 THOMAS PIKETTY
PAGE 84 LES INCLASSABLES
PHOTOS : RUE DES ARCHIVES / COLLECTION GRÉGOIRE - KAZAM MEDIA / REX FEATURES / SIPA - AP / SIPA - ED ALCOCK / 2014

PAGE 14 JOHN LOCKE On lui doit


le concept de propriété privée Son analyse des inégalités est en phase PAGE 86 THOMAS MALTHUS Il a mis
avec les préoccupations du public en garde contre l’explosion démographique
PAGE 16 ADAM SMITH Le marché
PAGE 90 VILFREDO PARETO
n’a besoin de personne pour fonctionner PAGE 52LES PENSEURS
PAGE 22 JEAN-BAPTISTE SAY DE LA MONDIALISATION Grâce à sa loi des 80/20, les entreprises
Avec sa loi de l’offre, un nouveau ont appris à doser leurs efforts
PAGE 54 DAVID RICARDO Il a codifié
produit trouve forcément un débouché PAGE 92 THORSTEIN VEBLEN
les pratiques du commerce international
PAGE 24 FRIEDRICH HAYEK Il a fustigé l’avènement de la classe bling bling
PAGE 58 FRÉDÉRIC BASTIAT Refuser
Ses idées néolibérales font fureur le libre-échange, c’est mourir à petit feu PAGE 94 JOHN MAYNARD KEYNES
chez les conservateurs du Tea Party Ce dandy a révolutionné le rôle de l’Etat
PAGE 60 FERNAND BRAUDEL Il a décrypté
PAGE 28 MILTON FRIEDMAN PAGE 100 JOSEPH SCHUMPETER
l’économie à l’échelle des millénaires
Il a prêché toute sa vie contre Il a vu dans l’innovation le moteur du business
PAGE 64 JOSEPH STIGLITZ
les méfaits de la dépense publique PAGE 104 NIKOLAÏ KONDRATIEV
PAGE 32 ARTHUR LAFFER
Le gourou préféré des altermondialistes
PAGE 66 PAUL KRUGMAN Il a formulé Pour lui, le capitalisme renaît toujours
Son «trop d’impôt tue l’impôt» de ses cendres
a influencé Reagan et… Sarkozy la nouvelle théorie du commerce international
PAGE 106 JOHN VON NEUMANN
PAGE 34 LES POURFENDEURS PAGE 68 LES OBSERVATEURS Sa théorie des jeux a changé les règles
DES INÉGALITÉS DE LA SOCIÉTÉ de la négociation
PAGE 36 CHARLES FOURIER PAGE 70 MAX WEBER Les croyances PAGE 108 JEAN TIROLE Il a imaginé
Il a jeté les bases du modèle coopératif des hommes influent sur la production des outils pour réguler les oligopoles
PAGE 38 KARL MARX Son œuvre donne PAGE 74 GUNNAR MYRDAL Il a démontré PAGE 110 Notre sélection d’ouvrages
des clés pour comprendre la crise que les inégalités ont des causes multiples pour aller plus loin

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 5


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE

Les économistes
sont davantage dans
le réel aujourd’hui
L’ex-chef économiste du Fonds monétaire international a étaient plutôt abstraits. Prenez le cas de
Gérard Debreu (distingué par le «prix No-
vu l’économie et les économistes envahir le débat public bel» en 1983), un Français enseignant a
au cours des dix dernières années. Un progrès, dit-il, mais Berkeley : il faisait de la théorie pure.
C’était un grand mathématicien. Il s’inter-
il va falloir apprendre à mieux communiquer. disait de parler de quoi que ce soit ayant
un rapport avec la politique économique,
ce n’était pas son truc. Edmond Malin-
CAPITAL : Depuis toujours les économistes Résultat : une cacophonie totale. Rétro- vaud, l’autre grand économiste français de
s’affrontent sur les remèdes à apporter. spectivement, je me dis qu’on aurait dû renommée internationale de l’époque,
On vient de voir les chercheurs français se discuter les uns avec les autres avant d’en- avait des idées, mais, en tant que haut fonc-
diviser en deux camps à propos de la loi voyer ces lettres. Elles auraient montré les tionnaire (il a notamment été directeur de
El Khomri. Qu’est-ce que cela dit de rôles respectifs de la demande et de la ré- la prévision au ministère de l’Economie et
l’usage de la science économique dans le forme. Là, on a un gros ratage de commu- directeur de l’Insee), il se refusait à les ex-
débat public ? nication, qui renforce l’image d’écono- primer en public. La tradition française
OLIVIER BLANCHARD : Cela va vous paraître mistes qui s’opposent tout le temps et sur était donc plus tournée vers la théorie et se
étonnant mais, malgré les apparences, je tout. On peut voir au passage que les éco- tenait éloignée des débats politiques. Au-
crois que, dans cette affaire, les deux nomistes ne sont pas de bons politiques… jourd’hui, à l’inverse, et je trouve que c’est
camps partagent le même point de vue à très intéressant, les meilleurs économistes,
95%. La perception par le public d’un CAPITAL : Est-ce que ce type d’affrontement comme Jean Tirole ou Thomas Piketty,
clash frontal m’a fait réaliser à quel point est un syndrome franco-français ? travaillent sur des sujets beaucoup plus
il est difficile pour les économistes de par- OLIVIER BLANCHARD : Pas vraiment. Je peux proches de la réalité. Et ils sont davantage
ticiper utilement au débat public. Car nous vous dire qu’aux Etats-Unis, cela fait long- prêts à participer au débat économique.
sommes tous d’accord sur le fait que, à la temps que les économistes s’empoignent Par exemple, au Conseil d’analyse écono-
marge, le taux de chômage de 10% en sur les grands sujets. Une semaine, vous mique, qui conseille le Premier ministre,
France provient non pas du marché du tra- trouvez dans le «New York Times» une tri- vous avez de bons chercheurs qui tra-
vail mais d’une demande trop faible. Et bune contre telle ou telle politique écono- vaillent sur la manière de réformer tel ou
nous sommes également tous d’accord sur mique signée par 100 chercheurs. Et la se- tel marché. Et les politiques s’inspirent de
le fait qu’il y a une limite au rôle de la de- maine suivante, 100 autres chercheurs leurs travaux pour changer les lois.
mande : pour faire baisser durablement le affirment la position inverse. Avec, des
taux de chômage au-dessous de 8%, ce qui deux côtés, des «Prix Nobel» pour faire CAPITAL : Peut-on imaginer qu’à l’avenir
ne s’est pas produit depuis très longtemps, bonne mesure. C’est une véritable tradi- l’exploitation de données massives permet-
il faut réformer le marché du travail. Pour tion. Mais j’avoue que cela ne contribue tra d’obtenir des modèles plus fiables ?
en revenir à la réforme El Khomri pre- pas à la clarté du débat. OLIVIER BLANCHARD : Oui, bien sûr. Avec les
mière version, le gouvernement semblait énormes bases de données dont on dispose
vouloir faire un pas dans la bonne direc- CAPITAL : On a l’impression que les écono- déjà, on peut enquêter sur des centaines de
PHOTO : BRUNO COUTIER / GNO / PICTURETANK

tion. Un certain nombre d’entre nous ont mistes sont plus présents que jamais dans milliers de cas. On peut étudier ainsi l’im-
pensé : «Ce n’est pas un projet génial, mais le débat. Pourquoi ? pact des changements d’une loi sur la po-
ça peut aider les jeunes.» On a écrit une OLIVIER BLANCHARD : Ce qui est évident, sition des gens sur le marché du travail.
lettre, relativement balancée, pour soute- c’est que l’économie est davantage dans la Mais on n’éliminera pas les désaccords
nir ce premier pas. Et les autres ont pu- vie des gens qu’il y a dix, vingt ou quarante entre chercheurs. L’économie est une
blié un texte qui affirmait en substance : ans. Probablement encore plus depuis la science sociale. Les opinions des écono-
«Vous savez, pour résoudre le chômage à crise. Et, par ailleurs, on note une évo- mistes sont un mélange de ce qu’ils ont ap-
court terme, ça ne marchera pas. Il faut lution, en particulier en France. Pendant pris en observant les faits et de ce qu’ils
faire une politique budgétaire plus active.» longtemps, les bons économistes français croient depuis toujours. Les faits parlent,
6 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
mais rarement assez clairement pour met­
tre tout le monde d’accord. C’est la nature
de la discipline même : c’est de l’économie,
pas de la physique (et même en physique,
il y a des désaccords…).

CAPITAL : Les économistes n’ont pas vu ar­


river la crise de 2008. Pourquoi ? Leurs
modèles étaient­ils caducs ?
OLIVIER BLANCHARD : C’est vrai, la grande
majorité des économistes – et moi, en par­
ticulier – n’avaient pas anticipé cette crise.
Mais on apprend. Demain, s’il advient des
problèmes dans le système financier, je
pense qu’on sera mieux préparé. Cepen­
dant, il est probable que la prochaine crise
viendra d’ailleurs, des effets du terrorisme,
par exemple, ou d’un phénomène auquel
on n’aura tout simplement pas pensé. Un
des problèmes de l’économie, c’est que ce
qu’on étudie évolue au cours du temps.
Même si on avait aujourd’hui un modèle
absolument parfait, il ne le serait plus la se­
maine prochaine. De plus, vous avez ce
qu’on appelle le paradoxe d’Heisenberg :
quand on étudie l’économie, on la change.
C’est­à­dire que nous, les économistes,
l’étudions, puis nous proposons des re­
mèdes aux politiques qui prennent (plus
ou moins) en compte nos recommanda­
tions, ce qui modifie la réalité. On est dans
un cercle continu. On n’arrivera jamais à
une connaissance totale de l’économie.

CAPITAL : Les Etats­Unis dominent aujour­


d’hui la discipline. D’où viendront les fu­
tures stars et les «Prix Nobel» de demain ?
OLIVIER BLANCHARD : Géographiquement,
probablement des Etats­Unis. Cela ne
veut pas dire qu’ils seront américains.
Vous savez, au MIT, la proportion de pro­
fesseurs non américains est de plus de
50%, et c’est la même chose chez les étu­
diants. Les Etats­Unis ont vraiment réussi
un tour de force qu’on peut leur envier :
celui de réussir à attirer les meilleurs
talents de la planète. Du coup, la force
actuelle du MIT dans le domaine de l’éco­
OLIVIER BLANCHARD, nomie, par exemple, vient aussi des nom­
L’AUTRE FRANÇAIS DU FMI breux Français qui y font de la recherche
Professeur au Massachusetts Institute of
et y enseignent. Comme Jean Tirole, qui
Technology (MIT), ce diplômé de l’ESCP a reçu le «Nobel» en 2014 pour ses travaux
Europe, de Paris Dauphine et du MIT est sur la régulation industrielle, ou encore
un macroéconomiste, spécialiste de Esther Duflo, qui y détient la chaire sur la
l’économie du travail. De 2008 à 2015, il a réduction de la pauvreté et l’économie du
été chef économiste au Fonds monétaire développement. Comme eux, les cerveaux
international aux côtés de Dominique du monde entier viennent ici s’affûter et
Strauss-Kahn, puis de Christine Lagarde. produire. Le résultat, c’est que les Etats­
Il a rejoint depuis le Peterson Institute for Unis détiennent une telle avance dans
International Economics, un prestigieux notre domaine qu’ils resteront en tête
centre de recherche de Washington. dans les années à venir.
Propos recueillis par Patrick Chabert◆
AVRIL-MAI 2016 HORS-SÉRIE CAPITAL 7
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE

Aux premières loges


d’une histoire chahutée
F
raîchement élu à la tête statistiques sur la production de 1821 NAPOLÉON I er

des Etats-Unis, John luzerne ou d’acier… Tous les théori- MEURT À SAINTE-HÉLÈNE
Fitzgerald Kennedy ciens de l’économie ont eu cette en- Le Royaume-Uni sort triomphant
invite en 1961 James vie à un moment de leur carrière. des guerres napoléoniennes. Mais les

PHOTOS : BRIDGEMAN COLL - KHARBINE / TAPABOR -DR - MONNAIE DE PARIS


Tobin, le père de la fa- Certains ont choisi l’engagement po- débuts de la Révolution industrielle
meuse taxe, à intégrer litique : Gunnar Myrdal et Joseph sont ponctués de révoltes d’ouvriers.
L’économie française aborde plus
son staff. «Vous savez, Schumpeter furent ministres, en tardivement le grand virage de la
Monsieur le Président, Suède et en Autriche. D’autres se machinisation qui transforme l’Europe.
je suis un économiste dans sa tour sont tournés vers les institutions
d’ivoire», lui répond un Tobin hési- internationales, comme la Banque
tant. «Ce sont les meilleurs !, ré-
torque JFK. Je suis moi-même un
mondiale pour Joseph Stiglitz, ou
l’ONU pour Amartya Sen. Lassés de 1824 LE ROYAUME-UNI
LÉGALISE SES SYNDICATS
président dans sa tour d’ivoire.» «Ce jouer les «visiteurs du soir» des diri-
Les trade-unions britanniques (unions
sont les meilleurs…», sourit l’autre. geants en place, ils sont passés du sta- de métier) sortent de la clandestinité
Ainsi le distingué professeur à Yale tut d’expert à celui d’acteur. Pour ne et se voient reconnaître une existence
devint-il conseiller du Prince. pas rater «le train de l’histoire», au- officielle. La France mettra soixante
Sortir de la recherche universi- rait dit Marx. En première classe ou ans avant d’en faire autant, avec la loi
taire, des colloques entre pairs, des sur un strapontin, c’est selon. Waldeck-Rousseau.

1790 Adam Smith, 1817 David Ricardo publie


le père du libéralisme, «Des principes de l’économie
meurt dans l’indifférence. politique et de l’impôt».

1780 1790 1800 1810 1820 1830

1798 Thomas Malthus 1825 Friedrich List s’exile


sort son «Essai sur le aux Etats-Unis et forge ses
principe de population». thèses protectionnistes.

1819 9 ANS ?
AU BOULOT
Le British Factory Act
relève de 8 à 9 ans
l’âge auquel les
bambins anglais
peuvent être
embauchés. Une fois
de plus, la France
est à la traîne : il faut
attendre 1841
pour qu’une loi fixe
enfin un âge minimum 1833 LA LIGNE LYON-
(8 ans) et encadre le SAINT-ÉTIENNE DÉMARRE
travail dominical. Après sept ans d’un chantier colossal,
incluant la construction de trois ponts
et de trois tunnels, un train à vapeur
relie enfin la gare de Lyon à celle de
Saint-Etienne. C’est le premier convoi
en France à mêler fret et passagers.

8 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


1871 LA COMMUNE
EMBRASE PARIS
Après la chute de Napoléon III, les
Parisiens élisent un gouvernement
local favorable à l’autogestion : le
Conseil de la Commune. Adolphe
Thiers, le futur président de la
IIIe République, mate l’insurrection 1883 BISMARCK CRÉE
dans le sang (20 000 fusillés). L’ASSURANCE-MALADIE
Le chancelier allemand institue
un droit aux soins gratuits et aux
indemnités journalières (pendant
treize semaines) pour les travailleurs
malades. Unique au monde, le
régime est financé par les cotisations
salariales (un tiers) et patronales
(deux tiers). Il est complété en 1891
par un système d’assurance-vieillesse.

1890 LES ÉTATS-UNIS


VOTENT UNE LOI ANTITRUST
Le Sherman Act – du nom du séna-
teur de l’Ohio John Sherman – vise
à contrer l’émergence dans l’indus-
trie américaine, et notamment dans
le pétrole, de quasi-monopoles.
En sanctionnant les ententes illicites
et les abus de position dominante,
il pose les premiers jalons du droit
de la concurrence moderne.

1843 Lancement 1877 En France, les 1883 Karl Marx,


en Grande-Bretagne premiers cours d’économie le père du socialisme,
de «The Economist». sont dispensés à la fac. meurt dans la misère.

1840 1850 1860 1870 1880 1890

1845 Frédéric Bastiat 1848 John Stuart Mill 1867 Parution du


rédige sa «Pétition des livre ses «Principes tome 1 du «Capital», de
fabricants de chandelles». d’économie politique». Marx (vingt ans de travail).

1838 SAMUEL MORSE


1845 L’EUROPE EST 1876 LA FRANCE MET
DÉVELOPPE LE TÉLÉGRAPHE
La transmission de messages par DÉCIMÉE PAR LA FAMINE FIN AUX PIÈCES EN ARGENT
voie électrique existait déjà. Mais ce L’épidémie de mildiou qui frappe les Les valeurs de l’or et de l’argent,
peintre américain conçoit la première récoltes de pommes de terre plonge qui sont les deux formes de
machine télégraphique pratique, le nord du continent dans une crise monnaie légale dans l’Hexagone
simple et bon marché, à laquelle il alimentaire sans précédent. L’Irlande, depuis 1803, fluctuent trop sur
ajoute le code qui porte son nom. Une avec 1 million de morts et autant le marché mondial des métaux
révolution commerciale et militaire. d’exilés, notamment vers les Etats- précieux. Il faut choisir un seul
Unis, est la plus durement touchée. étalon. C’est l’or qui l’emporte.

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 9


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE

Aux premières loges d’une histoire chahutée (suite)


1906 UN COUP DE
GRISOU FAIT 1100 MORTS
A Courrières, dans le Nord, une
catastrophe minière – la plus im-
portante en Europe – débouche
sur un vaste mouvement de grève, 1929 JEUDI
qui s’étend à tous les bassins NOIR À WALL STREET
houillers de France. La loi instau- Les achats massifs d’actions
rant un jour de repos hebdoma- à crédit et le ralentissement
daire est votée dans la foulée. de l’économie américaine
conduisent à l’explosion d’une
bulle spéculative le 24 octobre.
Le krach commence. En
quinze jours, 30 milliards de
dollars partent en fumée,
soit dix fois le budget total
du gouvernement fédéral.

PHOTOS : RUE DES ARCHIVES/PVDE - GETTY - AP / SIPA


1913 LA RÉSERVE 1914 LE CANAL DE 1926 UN ÉCOSSAIS
FÉDÉRALE VOIT LE JOUR PANAMA EST ACHEVÉ FILME LE PREMIER DIRECT
La Federal Reserve (ou Fed) est Après un siècle d’études, de plans, John Logie Baird, un ingénieur de
créée aux Etats-Unis pour unifier le de levées de fonds et de scandales, 38 ans, retransmet l’image animée
système monétaire national, éclaté ce cours d’eau artificiel long de d’un homme sur un petit écran noir
entre plusieurs banques régionales. 77 km raccorde enfin l’Atlantique et blanc, grâce à un émetteur situé
Le gouvernement fédéral a autorité au Pacifique. Désormais, un navire dans la pièce voisine. La télévision
sur elle mais ne lui verse aucun reliant New York à San Francisco est née. L’année suivante, il réussit
budget : elle vit des commissions parcourt 9 500 kilomètres, contre à faire transiter une image entre
qu’elle facture aux autres banques. 22 500 kilomètres par le cap Horn. Londres et Glasgow.

1909 Vilfredo Pareto 1919 Schumpeter 1936 Parution de «Théorie 1946 Keynes, le père
publie son «Manuel devient ministre des générale de l’emploi, de l’intérêt et de la relance, meurt
d’économie politique». Finances en Autriche. de la monnaie», de Keynes. dans son cottage.

1900 1910 1920 1930 1940 1950

1930 Création aux 1938 1944 Friedrich


Etats-Unis de la société Kondratiev est Hayek publie «La Route
d’économétrie. fusillé en URSS. de la servitude».

1918 LES ANGLAISES


ACCÈDENT À L’ISOLOIR
En Grande-Bretagne, les femmes
de 30 ans et plus se voient accor-
der le droit de vote. Dix ans plus
tard, leur majorité électorale est
abaissée à 21 ans. Les Françaises
devront, elles, patienter jusqu’en
1944 pour accéder au suffrage.
Soit un siècle après les hommes…

1914 L’ÉTALON-OR 1930 ON S’ARRACHE 1936


BLUM INSTAURE 1957 LE TRAITÉ
EST SUSPENDU LES PREMIERS SURGELÉS LES CONGÉS PAYÉS DE ROME CRÉE LA CEE
L’entrée en guerre des belligérants Le biologiste américain Clarence Le Front populaire de Léon Blum L’Allemagne, la France, l’Italie et
entraîne l’arrêt de la convertibilité Birdseye, détenteur de plusieurs vote plusieurs textes qui vont les trois Etats du Benelux donnent
des monnaies en or. Les banques brevets sur la chaîne du froid, durablement modifier le paysage naissance à la Communauté éco-
centrales ne sont plus obligées teste la vente de divers aliments social français : reconnaissance de nomique européenne. Le marché
d’échanger du papier contre du congelés (viande, poisson, fruits et la liberté syndicale, création des commun qui y est associé est
métal précieux. Elles font tourner légumes) dans 18 drugstores du conventions collectives, introduc- conçu comme un espace où cir-
«la planche à billets» pour financer Massachusetts. Le succès, immé- tion de la semaine de 40 heures et culeront librement marchandises,
l’effort militaire. L’inflation explose. diat, ouvre un nouveau business. des congés payés (2 semaines). personnes, capitaux et services.

10 HORS-SÉRIE CAPITAL AVRIL-MAI 2016


1995 MICROSOFT
LANCE SON NAVIGATEUR
Conçu par la firme de Redmond,
Internet Explorer 1.0 est livré
avec le pack Windows. Préinstallé
sur les ordinateurs équipés de
la suite logicielle, il devient très
vite la porte d’entrée numéro 1
du Web, alors balbutiant.

2002 L’EURO
S’INVITE DANS 17 PAYS
Utilisée jusqu’ici dans les opérations
financières, la monnaie unique
européenne apparaît enfin dans
le portefeuille des habitants de
la zone euro. Depuis 2006, c’est
la première au monde en nombre
de billets échangés (la 2e pour
le montant des transactions).

1952 Alfred Sauvy- 1981 Milton Friedman 2014 Jean Tirole


invente le mot devient conseiller économique est le troisième Français
«tiers-monde». de Ronald Reagan. à recevoir le «Nobel».

1960 1970 1980 1990 2000 2010

1969 Premier «prix Nobel» 2000 Joseph Stiglitz quitte


d’économie décerné à Ragnar la Banque mondiale et reçoit
Frisch et Jan Tinbergen. le «Nobel» l’année suivante.

1979 LE G7 DE TOKYO 1987 L’INDICE CAC 40 2008 PAS DE MIRACLE 2012 LA GRÈCE
TOURNE LA PAGE KEYNES DÉBOULE À LA BOURSE POUR LEHMAN BROTHERS ÉVITE LA BANQUEROUTE
Les dirigeants des sept premières Le système de cotation assistée Fondée en 1850 dans l’Alabama, L’Union européenne et le FMI vali-
puissances mondiales rejettent en continu des 40 premières capi- cette banque d’affaires autrefois dent un deuxième plan de soutien
l’idée d’une relance concertée de talisations boursières de la place florissante fait faillite, faute de re- aux Grecs. L’UE verse 130 milliards
l’économie après le deuxième choc de Paris fait son entrée dans le preneurs, dans le sillage de la crise d’euros, le FMI 18 milliards. Des
pétrolier. Le Japon, la France et langage quotidien des Français. des subprimes. Sa rivale, Merrill prêts qui s’ajoutent au premier
l’Allemagne imputent la responsa- Créé avec 1000 points de base, il Lynch, a plus de chance : elle est renflouement consenti en 2010
bilité de cette crise au laxisme des est monté à 6 944 points en 2000, sauvée par Bank of America, la plus (110 milliards) et à l’effacement
Etats-Unis en matière monétaire. au plus fort de la bulle Internet. grande banque de dépôt du pays. de 107 milliards de dette.

2015 COP 21: ACCORD


MONDIAL SUR LE CLIMAT
La 21e conférence Climat des Nations
unies mobilise 40 000 délégués
de 195 Etats à Paris. L’enjeu ? Rien
de moins que l’avenir de l’humanité.
Pour la première fois, tous les pays
ont accepté de limiter au-dessous
de 2 °C d’ici la fin du siècle
le réchauffement climatique.
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE

LES HÉRAUTS
DU LIBÉRALISME
A leurs yeux, l’appât du gain et la concurrence sont
les meilleurs carburants de la machine économique. Si le
gouvernement ne perturbe pas cette belle mécanique…

L
e premier théoricien de l’écono- le fonctionnement de l’économie. L’Ecossais y
mie s’appelle Adam. «Cela ne affirme sans détours le rôle bénéfique du mar-
s’invente pas, note avec malice ché et de la concurrence. Moins on les entrave
Denis Clerc dans “Comprendre – par des lois ou des taxes –, mieux c’est. Car
les économistes”. Certains y chaque individu a beau ne penser «qu’à son
verront sans doute la preuve propre gain», une «main invisible», nous dit
que Dieu a veillé à [leur] nais- Smith, assure in fine l’équilibre de ce Meccano
sance.» Adam Smith n’est pas à complexe. Le libéralisme est né. Posant en prin-
proprement parler un pionnier. D’autres avant cipe absolu la liberté pour l’homme d’échanger
lui, comme le philosophe anglais John Locke ce qu’il produit contre d’autres biens, il donne
ou le physiocrate français François Quesnay, lieu depuis deux siècles et demi à des contro-
ont développé des analyses pertinentes sur verses passionnées. Qu’on le déplore ou qu’on
les prix, la monnaie ou le commerce. Mais s’en réjouisse, c’est pourtant lui qui mène
«La Richesse des nations», publiée par Smith aujourd’hui le monde. Voici quelques-uns de
en 1776, est le premier traité d’ensemble sur ses plus fervents partisans.

SOMMAIRE
P. 14 JOHN LOCKE
P. 16 ADAM SMITH
P. 22 JEAN-BAPTISTE SAY
PHOTO : ANDY RAIN / EPA / CORBIS

P. 24 FRIEDRICH HAYEK
P. 28 MILTON FRIEDMAN
P. 32 ARTHUR LAFFER

12 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


Milton Friedman, les traders
de la City lui disent merci
L’école monétariste, incarnée par l’Américain
Milton Friedman, a milité dans les années
1980 pour la déréglementation des places
boursières. Cette «financiarisation de l’éco-
nomie» a permis aux Etats et aux entreprises
d’emprunter et de se développer. Mais les
bulles et autres scandales (Enron, Madoff…)
ont montré les limites du modèle néolibéral.

avril-mai 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 13


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES HÉRAUTS DU LIBÉRALISME

1632-1704
JOHN
le concept
U N SIÈCLE AVANT LA RÉVOLUTION
FRANÇAISE, CE PHILOSOPHE ANGLAIS SE
FAIT LE DÉFENSEUR ACHARNÉ DE LA
LIBERTÉ POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE.
PRÉCURSEUR DE L’IDÉAL DES LUMIÈRES,
IL PRÔNE LA SÉPARATION DES POUVOIRS
ET LA NEUTRALITÉ DE L’ÉTAT.

SA VIE Issu d’une famille de petits pro-


priétaires puritains de la région de Bristol,
Locke fait sa scolarité au Christ Church
College d’Oxford, où il étudie la médecine,
avant d’y enseigner successivement le grec,
la rhétorique et la philosophie. C’est tou-
tefois en tant que médecin qu’il est engagé
par l’un des hommes politiques les plus
influents du moment, lord Ashley, futur
comte de Shaftesbury et chef de file du
parti whig, opposé à la monarchie absolue.
Il en devient le secrétaire puis l’homme de
confiance et le suit en exil en Hollande
durant le règne de Jacques II, le cousin de
PHOTOS : THE METROPOLITAN MUSEUM OF ART / RMN

Louis XIV et dernier roi catholique de


Grande-Bretagne. Le retour en grâce sur-
vient six ans plus tard avec la Glorieuse
Révolution de 1688, qui rétablit la mo-
narchie parlementaire en Angleterre.
Locke acquiert alors le statut de penseur
respecté et écouté, à qui le nouveau souve-
rain Guillaume III d’Orange offre même
un poste d’ambassadeur. Refus poli du
philosophe, qui préfère se consacrer à ses

SEULS 6 FRANÇAIS SUR 10


John Locke a
HABITENT DANS LEURS MURS
été le premier
à définir le rôle Parts de propriétaires
(avec ou sans prêts en
du travail et de cours). Eurostat, 2010. 70 % 71 % 72 %
la monnaie dans 67 % 68 %
l’économie. 67 %
62 %
57 %
53 %

Allem A F Pays-B Dane L R U B


agne utriche rance as mark uxembour oyaume-U nion euro elgique
g ni péenn
14 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016 e
LOCKE On lui doit
de propriété privée
fonctions administratives (notamment au réserves : pour être acceptable et accepté, rente, alors que
Conseil pour le commerce et les planta- ce droit à la propriété ne doit pas priver les les banquiers Ses réflexions
tions). Ami intime de Newton, qui lui autres des biens nécessaires à leur survie, trouveront, eux, sont à l’origine des
confie ses angoisses relatives à sa santé ni donner lieu à du gaspillage. des astuces pour banques centrales
mentale, Locke s’enferme dans une exis- Disposer à sa guise du fruit de son tra- contourner la loi.
Locke a piloté la création
tence austère et solitaire, centrée sur ses vail est une chose. Mais qui en garantit la Comme il paraît de la Banque d’Angleterre
réflexions. C’est dans l’Essex, dans la pro- jouissance paisible ? C’est le rôle du pou- impensable de ré- en 1694. Ses missions ?
priété d’un de ses amis où il aura passé les voir exécutif, seul habilité à recourir à la glementer le loyer Emettre de la monnaie et
quinze dernières années de sa vie, qu’il force, estime le philosophe. A condition, des maisons ou – c’est nouveau – payer les
s’éteint le 28 octobre 1704. bien sûr, qu’il n’outrepasse pas ses préro- des bateaux, il effets de commerce remis
gatives et se soumette au pouvoir législatif, semble impos- par des tiers. Un rôle de
SES THÉORIES Très cohérente, la pen- dont les dépositaires, réunis en assemblée, sible à Locke de «prêteur en dernier ressort»
qui caractérise les banques
sée de Locke repose sur un principe simple : ont été élus par le peuple à la majorité des fixer arbitraire- centrales actuelles.
la défense de la liberté. En politique, il est voix. Dans l’approche lockéenne du ment le taux d’in-
le premier à prôner la séparation des pou- «contrat social», l’Etat n’exerce qu’un rôle térêt, qui n’est
voirs pour assurer une réelle démocratie. de gendarme : il n’est pas censé interférer que le loyer de
Dans son «Traité du gouvernement civil» dans les affaires commerciales. l’argent. D’après
(1690), il prend position contre l’absolu- Cette vision, qui passerait aujourd’hui lui, il existe un
tisme de droit divin et pour la protection pour ultralibérale, Locke l’élargit au taux naturel qui
des droits individuels. A contre-courant de champ de la monnaie, dont il fait le pivot s’impose à l’Etat.
son temps, il ose affirmer que la religion de sa réflexion économique. Dans l’Angle- Ce taux peut bais-
est une affaire privée, que le pouvoir n’a terre du XVIIe siècle, de nombreuses voix ser, mais seule-
pas à s’en mêler et que la liberté de culte s’élèvent pour réclamer à l’Etat d’abaisser ment si la quan-
doit être complète («Lettre sur la tolé- le taux d’intérêt maximal pour les prêts de tité de monnaie
rance», 1689). Opposant farouche à l’arbi- 6 à 4%. L’idée est de rendre les emprunts en circulation augmente. Comment ? Il suf-
traire, Locke soutient logiquement les moins chers pour favoriser l’investissement fit d’encourager les exportations, affirme le
mêmes thèses en économie. et stimuler l’activité économique. Mais penseur : plus l’excédent commercial du
A ses yeux, le droit à la propriété est un Locke et les libéraux s’opposent ferme- pays est élevé, plus le volume de pièces d’or
droit fondamental, lié à la nature intrin- ment à cette intervention de l’Etat. Leur ou d’argent qui servent à régler les mar-
sèque de l’être humain, au même titre que argumentation est triple. Primo, un taux chandises anglaises augmente. Dans ses
la vie ou la liberté. Si, au départ, la terre d’intérêt trop bas ne compense pas les «Considérations sur les conséquences de
appartient aux hommes de façon égale risques encourus par le prêteur qui, du la diminution de l’intérêt et de l’augmen-
– elle leur a été donnée par Dieu –, ceux-ci coup, va préférer garder son argent plutôt tation de la valeur de l’argent» (1691),
se l’approprient en y apportant la valeur que l’injecter dans l’économie. Secundo, Locke établit ainsi la toute première théo-
ajoutée de leurs efforts. Locke pose ainsi cette baisse va pousser les investisseurs rie quantitative de la monnaie.
les bases des futures théories de la «valeur étrangers à retirer les fonds qu’ils ont pla-
travail» développées par Adam Smith ou cés en Angleterre. Tertio, elle lèse les SON ACTUALITÉ Certains auteurs du
David Ricardo. Il émet tout de même deux veuves et les orphelins, qui vivent de leur XXe siècle, comme Friedrich Hayek, ont vu en
Locke le père fondateur du libéralisme in-
97 % tégral, du fait de sa dénonciation sans équi-

83 % 83 %
90 %
E n 2007, Nicolas Sarkozy rêvait
de faire de la France un pays
de propriétaires. On en est loin,
voque de l’interventionnisme étatique.
C’est aller un peu vite, car si Locke conçoit
qu’on puisse accumuler sans limites, il pré-
ainsi que le montrent les chiffres cise aussi que la richesse ne doit pas être
75 % publiés en 2010 par Eurostat,
73 %
le bureau statistique de la Com-
soustraite à l’économie, car elle devient
72 % alors moralement condamnable. Les dé-
mission européenne. Si 62%
des Français possèdent leur rési- rives de la spéculation – l’argent va unique-
dence principale, la moyenne ment à l’argent – constatées ces dernières
dans les 27 Etats de l’Union euro- années en sont l’illustration parfaite. Une
péenne atteint, elle, 71%. Les société de gestion «alternative» de porte-
«vrais» propriétaires, sans prêt en feuille s’est baptisée en 2001 «John Locke
cours ni hypothèque, sont encore Investments». Pas sûr que l’intéressé aurait
plus rares : un Français sur trois. apprécié… Julie Noesser ◆
Italie Irland Portu Espag Norvè Hong Roum
e gal ne ge rie anie
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 15
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES HÉRAUTS DU LIBÉRALISME

VIVANT,
ADULÉ DE SON LEURS
F
ENTERRÉ SANS
NI COURONNE
son village
Le jeune Adam quitte
1737 natal de Kirkc
s et de
ald
be
y
lle
Glasgow. Il a 14 anlgré son étourderie.
po
s
ur
dis
étudier à
po sitions
intellectuelles, ma
s une chaire
Il décroche à 28 an s rapidement
1751 de logiqu e, pu is trè
sophie morale. On
une chaire de philo e pour assister à ses cours.
vient
de toute l’Ang let err
héorie
Son premier livre, «Traux»,
1759 des sentime
rencontre un vif succ
nts mo
ès qui le positionneys.
s gr an ds penseurs du pa
comme l’un de
e, «La
Son œuvre maîtressns», révèle
1776 Richesse de
son autre talent : l’é
s na tio
conomie politique.
hommages :
Il meurt seul, sans nnaire française
1790 la flambé
qui menace l’Anglet
e rév olu tio
erre occupe trop les
esprits.

16 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


PHOTO : DR
1723-1790

ADAM SMITH
Le marché n’a
besoin de personne
pour fonctionner
U NE «MAIN INVISIBLE» TIRE LES FICELLES
DE L’ÉCONOMIE ET C’EST TRÈS BIEN AINSI,
SE FÉLICITE CE PROF DE MORALE ANGLAIS.
CETTE MÉTAPHORE, LA PLUS CÉLÈBRE
DE L’HISTOIRE ÉCONOMIQUE, A SERVI DE MOT
D’ORDRE AUX LIBÉRAUX DU MONDE ENTIER.

SA VIE Rien ne prédisposait Adam Smith homme politique d’envergure Charles


à une gloire posthume : il est le fils d’un Townshend. Ce dernier recrute Smith pour
douanier écossais, qui décède cinq mois qu’il devienne le précepteur du fils aîné
avant la naissance de son fils laissant une de son épouse, la veuve du très riche duc de
jeune veuve de 17 ans et un orphelin. Doté Buccleuch. En échange d’une grasse pen-
d’un physique ingrat et d’un bégaiement sion, Smith est chargé d’accompagner le
prononcé, le jeune Adam est un élève doué. jeune duc, âgé de 18 ans, dans son «grand
A 14 ans il entre au collège de Glasgow, tour» sur le Continent, comme il est alors
puis à 17 ans à Oxford, où il étudie la philo- d’usage dans l’aristocratie britannique.
sophie et la littérature. Après des études De 1764 à 1766, Adam Smith parcourt la
brillantes, il obtient en 1751 à l’université de France en compagnie de son protégé. Le
Glasgow la chaire de logique, puis celle de voyage s’achève dramatiquement lorsque
philosophie morale ; il enseigne également le jeune frère du duc est assassiné sous ses
l’économie politique. Fort apprécié de ses yeux dans une rue de Paris. Rentré précipi-
étudiants, il devient une célébrité locale et tamment en Ecosse, il se retire à Kirkcaldy
publie en 1759 un recueil de ses cours sous auprès de sa mère et se consacre alors à
le titre «Théorie des sentiments moraux». l’écriture de son maître livre, «Recherches
Le livre est commenté en Allemagne et sur la nature et les causes de la richesse des
en France, et remarqué par l’aristocrate et Suite page 18

AVRIL-MAI 2016 HORS-SÉRIE CAPITAL 17


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES HÉRAUTS DU LIBÉRALISME

Ce n’est pas de
la bienveillance
du boucher que KIRKCALDY

nous attendons
notre dîner, mais PARIS

de son intérêt
Suite de la page 17
nations», publié en 1776. Unanimement cé-
lébré, cet ouvrage lui vaut d’être nommé, en Turgot
1778, au poste lucratif de commissaire des Mirabeau
douanes à Edimbourg. Poursuivant sa vie Jean d’Alembert
de reclus auprès de sa mère, qui décède peu François Quesnay
après, il finit ses jours dans l’oubli en 1790.

SES THÉORIES Avec «La Richesse des


nations», à laquelle tous les penseurs font
référence depuis deux siècles, Adam Smith
Bien que ne
fonde l’école libérale classique. Les théori- parlant pas le
ciens du libéralisme économique, Thomas français, Adam
Robert Malthus, David Ricardo ou John Smith s’est vite
Stuart Mill, reprennent le texte, le commen- intégré dans les
tent et le complètent. Même Karl Marx cercles savants
s’en sert pour bâtir ses propres notions sur de l’Hexagone.
la plus-value ou l’exploitation.
L’analyse d’Adam Smith est nourrie du
contexte de l’époque, la révolution indus-
trielle anglaise. L’Angleterre, bientôt suivie Jean Calas
par la France, vit au XVIIIe siècle une trans-
TOULOUSE
PHOTO : RUE DES ARCHIVES

formation économique et sociale majeure.


Les famines disparaissent, la mortalité re- MONTPELLIER
cule, les enclosures favorisent la création
d’une agriculture spécialisée, l’industrie
textile entame sa mécanisation, la métallur-
gie produit toujours plus et de meilleure
qualité, la machine à vapeur triomphe bien-
tôt. A ces bouleversements qui vont entraî- cesse ses analyses aux statistiques et les
ner l’Europe, puis le monde, sur la voie du conforte par des exemples. Sa logique ?
développement, les précédentes théories Celle du bon père de famille. les économistes définissaient la valeur
économiques ne répondent qu’imparfaite- Dans ce gros ouvrage, Smith aborde des biens par leur utilité. Smith bouscule
ment. Adam Smith arrive à point nommé cinq thèmes majeurs (la division du travail, cette certitude en distinguant la «valeur
pour mettre un peu d’ordre dans le fouillis le capital, le progrès de l’opulence, le d’usage», liée à l’utilité de l’objet, et la «va-
des concepts encore en vigueur inspirés de marché et le commerce, l’action de l’Etat), leur d’échange» d’un bien, qui repose sur
l’Antiquité ou du Moyen Age. mais en les croisant systématiquement la capacité de son détenteur à se procurer
Cependant, l’Anglais n’est pas un théo- pour souligner les interdépendances entre d’autres biens sur le marché. «Rien n’est
ricien de l’économie ; Joseph Schumpeter les faits et les concepts. Dès la première plus utile que l’eau ; mais elle ne permet
le considère même comme un penseur mi- phrase, il introduit le travail comme valeur d’acheter presque rien ; presque rien ne
neur. «La Richesse des nations», en effet, cardinale de sa réflexion, tout en faisant peut être obtenu en échange d’elle. Un
est une synthèse qui n’exprime pas d’idées référence au marché : «Le travail annuel diamant au contraire n’a presque pas de
nouvelles, mais qui organise dans un sys- d’une nation est le fonds primitif qui four- valeur d’usage ; mais on peut fréquem-
tème cohérent, toutes les connaissances nit à sa consommation annuelle toutes les ment l’échanger contre une grande quan-
économiques déjà existantes autour d’un choses nécessaires et commodes à la vie ; tité d’autres marchandises.» La monnaie
concept majeur : la richesse nationale, ses et ces choses sont toujours ou le produit n’a pas de valeur d’usage, mais une valeur
causes et les moyens de la développer. immédiat de ce travail ou achetées des d’échange. Le prix d’un objet n’est pas seu-
Pragmatique, Adam Smith confronte sans autres nations avec ce produit.» Jusqu’ici, lement défini par la quantité et la qualité
18 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
les effets sont aussi peut-être toujours les
mêmes ou très approchants, n’a pas lieu de
SON PÉRIPLE EN FRANCE A DURÉ DEUX ANS ET DEMI développer son intelligence ni d’exercer son
imagination à chercher des expédients pour

E
n février 1764, Adam Hume et fait plus de écarter les difficultés qui ne se rencontrent
Smith traverse la mondanités pendant jamais ; il perd donc naturellement l’habi-
Manche accompagné ces quelques mois qu’il tude de déployer ou d’exercer ses facultés
du jeune duc de en fera jamais dans toute et devient, en général, aussi stupide et aussi
Buccleuch, dont il est le sa vie. Il participe à tous les ignorant qu’il soit possible à une créature
précepteur. Première étape salons littéraires en vue. humaine de le devenir.»
de ce tour de France : Parle économie avec Le deuxième apport essentiel de Smith
Toulouse, une cité prisée les physiocrates François concerne les échanges internationaux, qu’il
des Anglais. Un cousin du Quesnay, Mirabeau et juge indispensables à la bonne marche
philosophe David Hume, Turgot, dont il apprécie d’une économie. «Si un pays étranger peut
l’abbé Colbert, les accueille. les idées libérales, moins nous fournir une marchandise à meilleur
Smith assiste à l’affaire le culte de l’agriculture. marché que nous sommes en état de l’éta-
Jean Calas, ce protestant Il confronte aussi ses blir nous-mêmes, il vaut bien mieux que
condamné à mort sans positions philosophiques nous lui achetions avec quelque partie du
preuves pour le meurtre avec d’Alembert, va produit de notre industrie, employée dans
de son fils. Après huit au théâtre, à l’Opéra. La le genre dans lequel nous avons quelque
mois passés dans la Ville belle vie, quoi. Jusqu’en avantage.» A partir de ce constat sur les
rose, il part à Montpellier octobre 1766 où un événe- «avantages absolus» dont disposent les
GENÈVE quelques semaines. ment tragique précipite nations entre elles, Adam Smith introduit
Les Etats de Languedoc son retour en Angleterre : la notion de marché et son corollaire,
constituent à l’époque la le frère cadet du duc, le «laisser-faire»
province la plus autonome qui les avait rejoints, est cher aux libéraux.
du Royaume. L’économiste assassiné dans une rue Car, selon lui, La légende
Voltaire autour de son
anglais découvre les vertus de Paris. Revenu à la liberté indi-
de la «décentralisation», Kirkcaldy, il entame la viduelle de tra- enlèvement
qu’il approuve. La suite rédaction de «La Richesse vailler, d’entre- L’histoire veut qu’Adam
de son périple le mène à des nations», qui l’occu- prendre et de Smith ait été enlevé à
Genève, où il discute poli- pera dix longues années en commercer est 4 ans par des bohémiens,
tique avec Voltaire dans raison de ses problèmes un puissant fac- avant d’être retrouvé
son château de Ferney. de santé. «Le plus grand teur d’efficacité quelques heures plus
économique, no- tard dans les bois. John
Smith voue une grande livre jamais écrit sur Rae, son biographe,
admiration à l’auteur de l’économie», dira l’Indien tamment parce
que chacun, en n’y croit guère : «Il aurait
«Candide». «Ses écrits, Amartya Sen, «Prix Nobel» fait un piètre gitan.»
dit-il, sont faits pour tous d’économie en 1998… exprimant sa
et lus par tous.» A l’hiver et mari d’une des meil- volonté indivi-
1765, il remonte à Paris, leures spécialistes de duelle, concourt
y retrouve son ami David Smith, Emma Rothschild. à l’harmonie so-
ciale. «L’homme
a presque conti-
nuellement be-
de travail qui a servi à le fabriquer, mais Le tailleur ne cherche pas à faire ses sou- soin du secours
aussi par des facteurs tels que la terre, les liers, mais il les achète au cordonnier ; le de ses sembla-
matières premières et, surtout, le capital cordonnier ne tâche pas à faire ses habits, bles, et c’est en
nécessaire à sa réalisation. Quant aux mais il a recours au tailleur ; le fermier ne vain qu’il l’atten-
sources de revenus, nous dit Smith, elles se s’essaie point à faire ni les uns ni les autres, drait de l e u r
divisent en trois groupes : les salaires, les mais il s’adresse à ces deux artisans et les seule bienveillance. Il sera plus sûr de
profits et la rente foncière. Les salaires fait travailler.» A partir d’un exemple réussir s’il s’adresse à leur intérêt person-
dépendent des conditions du marché du concret extrait de l’«Encyclopédie», une nel.» L’intérêt, la chose la plus communé-
travail et sont donc flexibles, les profits fabrique d’épingles, il démontre que la ment partagée par l’humanité : voilà sur
résultent d’une partie de la valeur ajoutée division des tâches entres les ouvriers quoi Adam Smith fonde l’économie. «Ce
par les ouvriers à la matière brute qu’ils augmente l’efficacité du processus indus- n’est pas de la bienveillance du boucher,
travaillent, enfin, la rente foncière pro- triel, c’est-à-dire la productivité. du marchand de bière ou du boulanger
vient d’une combinaison entre le travail Pour autant, Adam Smith ne méconnaît que nous attendons notre dîner, mais bien
réalisé et le capital immobilisé. pas les dangers humains et sociaux liés au du soin qu’ils apportent à leurs intérêts.
La division du travail est le maître mot fractionnement du travail : «L’intelligence Nous ne nous adressons pas à leur huma-
de la pensée d’Adam Smith. «La maxime de la plupart des hommes se forme néces- nité, mais à leur égoïsme ; et ce n’est
de tout chef de famille prudent est de ne sairement par leurs occupations ordinaires. jamais de leurs besoins dont nous leur par-
jamais essayer de faire chez soi la chose qui Un homme qui passe toute sa vie à remplir lons, c’est toujours de leur avantage.»
lui coûtera moins cher à acheter qu’à faire. un petit nombre d’opérations simples, dont Suite page 20

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 19


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES HÉRAUTS DU LIBÉRALISME

La "main invisible", qui a fait sa renommée,


Suite de la page 19 Ainsi, la «main invisible» est celle du mar- certaines branches de commerce ou de tra-
Parmi les innombrables lectures de Smith, ché, et plus encore du libre-échange qui vail, qui fourniraient de l’occupation et des
«La Fable des abeilles», de Bernard Man- encourage la concurrence, de la division du moyens de subsistance à beaucoup de
deville, parue en 1705, tient une place à travail qui accroît la productivité, et de monde.» L’impôt, juge-t-il, est quasiment
part. Ce médecin hollandais y développe l’initiative individuelle qui profite à tous. frappé d’un péché originel : «Tandis que
une vision satirique de la nature humaine. Cette expression permet à la postérité de d’un côté il oblige le peuple à payer, de
Il estime que le vice contribue tout autant synthétiser la pensée d’Adam Smith. La l’autre il diminue, ou peut-être anéantit,
au bien public, si ce n’est plus, que l’al- formule sera débattue, honnie ou vantée à quelques-unes des sources qui pourraient
truisme. Le libertin, dit Mandeville, agit longueur de livres et de discours. Elle ex- le mettre plus aisément dans le cas de le
par simple jouissance égoïste, mais «sa prime bien le fait que le marché résulte faire.» Smith inaugure ainsi une longue
prodigalité donne du travail à des tailleurs, d’une multitude d’interactions indivi- lignée de penseurs libéraux, qui culminera
des serviteurs, des parfumeurs, des cuisi- duelles qui tissent le canevas économique avec l’Américain Arthur Laffer et son
niers et des femmes de mauvaise vie, qui, et social, sans que l’Etat puisse agir autre- fameux «trop d’impôt tue l’impôt».
à leur tour emploient des boulangers, des ment qu’à la marge.
charpentiers, etc.» Dans cette fable, l’An- Cependant, Adam Smith ne dénie pas SON ACTUALITÉ Placée par Adam Smith
gleterre est comparée à une ruche, cor- tout pouvoir à la puissance publique. au cœur de sa réflexion, la notion de divi-
rompue mais prospère, qui se plaint tou- L’objet du dernier livre de «La Richesse des sion du travail, nationale et internationale,
jours du manque de vertu. Mais dès que nations» («Du revenu du souverain ou de a connu des applications souvent contro-
Jupiter accorde aux Anglais la vertu qu’ils la République») est justement d’examiner
réclamaient, la richesse s’évanouit. Cette sa place dans l’économie. Outre les droits
idée que les actes privés bénéficient tou- régaliens – défense, justice, police – accor-
jours, par ricochet, à la collectivité a indu- dés par tous les économistes à l’Etat, Adam
bitablement inspiré Smith, même s’il s’en Smith considère que ce dernier doit, dans
défend, dans sa «Théorie des sentiments le cas des grosses infrastructures, se substi-
moraux», jugeant le raisonnement de tuer aux particuliers, qui ne sauraient les
Mandeville «entièrement pernicieux». financer faute de retour sur investissement La selle
Impossible, en revanche, de l’accuser de à l’échelle humaine. «Le troisième et der- ITALIE
plagiat à propos de la «main invisible». nier devoir du souverain est d’entretenir
L’expression n’est employée qu’une seule ces ouvrages ou ces établissements publics,
fois dans «La Richesse des nations», mais dont une grande société retire d’immenses
elle a fait la renommée de Smith. L’indi- avantages, mais qui sont néanmoins de na-
vidu, estime-t-il, n’a jamais pour inten- ture à ne pouvoir être entrepris ou
tion de «servir l’intérêt public et il ne entretenus par un ou plusieurs Les éclairages
sait même pas jusqu’à quel point particuliers, attendu que, FRANCE
il peut être utile à la société.» Il
s’efforce juste de faire en sorte
Il a vu juste pour ceux-ci, le profit ne
sau rait jamais leur en
«que son produit ait le plus de LA DIVISION DU rembourser la dépense.»
valeur possible» parce qu’«il ne TRAVAIL A ENTRAÎNÉ L’Anglais concède aussi
DES GAINS DE PRO-
pense qu’à son propre gain ; en DUCTIVITÉ MASSIFS à l’Etat un rôle imminent
cela, comme dans beaucoup DANS LES FIRMES dans l’éducation, car il
d’autres cas, il est conduit par peut «faciliter l’acquisi-
une main invisible à remplir tion des connaissances en
une fin qui n’entre nul- établissant dans chaque
lement dans ses inten-
tions» : l’enrichissement Il s’est trompé paroisse ou district une petite
école où les enfants [seraient]
de la nation. Smith MÊME LES PAYS LES instruits pour un salaire si
ajoute, caustique : «Tout MOINS DÉVELOPPÉS modique, que même un simple
en ne cherchant que son ONT INTÉRÊT À ouvrier puisse le donner ; le
intérêt personnel, il tra- COMMERCER AVEC LE maître étant en partie, mais non
RESTE DU MONDE
vaille souvent d’une ma- en totalité, payé par l’Etat.» La
nière bien plus efficace pour question des services publics et de
l’intérêt de la société, que s’il la protection sociale n’est pas non
avait réellement pour but d’y tra- plus absente de la pensée smithienne, ce
PHOTOS : DECATHLON - BALTEL / SIRA

vailler. Je n’ai jamais vu que ceux qui aspi- qui tend à nuancer le portrait caricatural Le dérailleur
raient, dans leurs entreprises de commerce, qu’on a parfois fait de lui. ÉTATS-UNIS
à travailler pour le bien général, ont fait A ces réserves près, Smith reste un libé-
beaucoup de bonnes choses. Il est vrai que ral bon teint, très soupçonneux vis-à-vis des IRLANDE
cette belle passion n’est pas très commune taxes, ponctions et autres prélèvements
parmi les marchands, et qu’il ne faudrait publics, qui peuvent «entraver l’industrie
pas de longs discours pour les en guérir.» du peuple et le détourner de s’adonner à
20 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
n’apparaît qu’une fois dans son livre majeur
versées. Le «taylorisme», conceptualisé Cette méthode a permis d’accroître consi- quantité. Et où l’individualisation des
par l’ingénieur américain Frederick Wins- dérablement la productivité dans les indus- produits – la «customisation» – devient un
low Taylor (1856-1915) en est sans doute tries de masse jusqu’à la fin des années argument marketing majeur. Enfin, sur le
l’avatar le plus accompli, avec le «for- 1960. Toutefois, le chronométrage omni- plan international, la logique d’acheter
disme», de son contemporain Henry Ford présent, la surveillance permanente, l’ab- ailleurs ce qui coûte trop cher à faire chez
(1863-1947), qui sence d’initiative soi a conduit à une désindustrialisation des
installa le travail à ouvrière et la par- pays développés, notamment d’une partie
la chaîne dans ses «ADAM SMITH A FINI SA VIE cellisation des de l’Europe, qui suscite aujourd’hui des
COMME DOUANIER, CE QUI EST
usines de Détroit. BIEN TRAGIQUE POUR UN tâches ont induit inquiétudes en termes de croissance.
Ces descendants THÉORICIEN DU LIBRE-ÉCHANGE» une souffrance David Ricardo, peu de temps après Smith,
de Smith préco- au travail que proposera une version plus aboutie de la
nisaient d’analy- Bernard Maris dénon ceront de théorie de «l’avantage absolu» en introdui-
ser finement les nombreux socio- sant l’idée que les pays doivent se spéciali-
modes et les techniques de production, logues, comme le Français Georges Fried- ser dans certains secteurs et en abandon-
notamment les gestes, les rythmes et les mann dans «Le Travail en miettes» (1956). ner d’autres pour rester dans la course. Le
cadences que devaient observer les ou- Taylorisme et fordisme trouvent aussi leurs problème, c’est qu’il y a aujourd’hui de
vriers, afin de déterminer l’organisation limites dans une société d’abondance où plus en plus de concurrents en piste.
optimale qui maximiserait le rendement. la qualité de la production prime sur la Patrick Eveno ◆

LE B’TWIN DE DECATHLON : UN VÉLO "MADE IN SMITH"

M
ake it or buy it. la journaliste Laurence
Fabrique-le ou Benhamou s’est amusée
Les leviers achète-le… si c’est à pister la provenance des
de freins moins cher ailleurs. pièces composant le B’Twin,
PORTUGAL Le conseil d’Adam Smith le vélo vedette du distribu-
aux entreprises désireuses teur Decathlon. Verdict :
d’optimiser leurs coûts de 30 pays d’origine différents.
Le cadre prodution est devenu une Un puzzle rendu possible
règle de base dans le busi- par le savoir-faire des 18
PORTUGAL ness. Dans «Le Grand Bazar bureaux d’achats du groupe
CHINE mondial», paru en 2005, éparpillés dans le monde.
TAÏWAN

Les jantes
BELGIQUE
ESPAGNE

Les garde-boue
FRANCE
Les pneus
THAÏLANDE

Les pédales
ITALIE Les rayons
PHOTO : DECATHLON

SUISSE

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 21


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES HÉRAUTS DU LIBÉRALISME

1767-1832
JEAN-BAPTISTE
un nouveau produit trouve
F IGURE DE L’ÉCOLE CLASSIQUE, CET INDUSTRIEL
DU COTON, QUI TRAVAILLA AUSSI DANS LES ASSURANCES IPHONE : LE BEST-SELLER
MONDIAL D’APPLE
OU LA PRESSE, AVAIT LU ADAM SMITH DANS LE TEXTE. Nombre
2014
700 millions
IL VOYAIT DANS LE CHEF D’ENTREPRISE LE MOTEUR DE d’exemplaires
vendus.
L’ÉCONOMIE. UN PIONNIER DE LA «PME ATTITUDE».

SA VIE Jean-Baptiste Say est un enfant de de siéger au Tribunat. L’entente entre


la Révolution de 1789. Elevé selon des prin- les deux hommes ne dure pas. Libéral
cipes protestants et libéraux (autrement convaincu, Say ne peut cautionner l’in- Lancement
dit, progressistes), ce fils d’un négociant terventionnisme bonapartiste. Lorsque 2007
en soieries lyonnais part en Angleterre Bonaparte se mue définitivement en
pendant deux ans pour y étudier la langue Napoléon et laisse éclater au grand jour
et le commerce. Il en revient convaincu ses ambitions impériales, Say aban-
qu’une remise à plat économique est indis- donne la politique et décide de se
pensable en France pour mettre fin aux lancer dans l’industrie. Tandis que
vieilles coutumes qui brident l’essor du l’un de ses frères, Louis, fonde une GOPRO :

PHOTOS: ALBERT HARLINGUE / ROGER VIOLLET - ABECASSIS / SIPA - SP


pays. Une relation de son père lui offre raffinerie de sucre promise à un bel LA CAMÉRA D'OR
alors un poste d’actuaire dans l’une des avenir (Béghin Say), Jean-Baptiste 2015
toutes premières compagnies d’assu- choisit le textile et s’installe dans le Nombre 5,2 millions
rances. A Paris, le jeune homme fréquente Pas-de-Calais. L’affaire démarre d'exemplaires
vendus.
les milieux girondins et devient un républi- bien : de 80 ouvriers elle passe à 400
cain convaincu : il s’engage dans les armées en moins de cinq ans. Say fait alors
de la République et combat à Valmy en figure de patron moderne, préoc-
1792. Il collabore un temps au «Courrier de cupé par la question sociale. Mais
Provence», le journal révolutionnaire de comme tant d’autres économistes
Mirabeau. C’est à avant et après lui, il se révèle piètre
cette époque qu’il gestionnaire et sa manufacture finit Lancement
La famille Say, lit pour la pre- par péricliter. Profitant du change- 2009
des économistes mière fois, grâce ment de régime après la chute de
de père en fils à sa maîtrise de l’Empire en 1815, il devient profes-
l’anglais, les seur d’économie industrielle au
Horace (1794-1860), le «Recherches sur Conservatoire des arts et métiers, avant réalise grâce à trois facteurs : le travail
fils de Jean-Baptiste Say, la nature et les d’occuper la toute première chaire d’éco- humain, le capital et les agents naturels
et Léon (1826-1896), son causes de la nomie politique au Collège de France, un (notamment la terre). Ces trois éléments
petit-fils, se sont eux aussi
passionnés pour l’écono- richesse des na- an seulement avant sa mort, en 1832. indispensables sont acquis à un prix fixé
mie politique. Leur thème tions», d’Adam par le jeu de l’offre et de la demande. Et
de prédilection ? La libre Smith. A la fin de SES THÉORIES «Adam Smith est mon c’est l’entrepreneur – à qui Say accorde
entreprise. Bon sang ne la Terreur, Say maître, avouait volontiers Jean-Baptiste une place centrale – qui les combine plus
saurait mentir… fonde une revue Say. Lorsque je fis mes premiers pas dans ou moins judicieusement. Hommes, ma-
et rédige divers l’économie politique […], il me montra la chines et matières premières sont donc
articles sur la bonne route. Appuyé sur sa “richesse des associés pour créer les produits nécessaires
culture et l’éco- nations”, qui nous découvre en même à la satisfaction des consommateurs. Les
nomie. Fort de temps la richesse de son génie, j’appris à salaires et les profits étant déterminés en
cette petite noto- marcher seul.» Car Say n’a pas fait que fonction de l’offre et de la demande, cha-
riété, il est remar- diffuser en France les idées de l’Ecossais. cun reçoit le juste salaire de sa participa-
Léon Say, qué en 1800 par On lui doit trois thèses majeures, qui s’éloi- tion à l’œuvre commune. Il y a conformité
le petit-fils. Bonaparte, alors gnent sensiblement de la pensée de Smith. entre la distribution naturelle des revenus
Premier Consul, La première est la théorie de la répartition. et la justice sociale. Dans une économie de
qui lui propose Say part de l’idée que la production se marché, affirme Say, tout se tient.
22 HORS-SÉRIE CAPITAL AVRIL-MAI 2016
SAY Avec sa loi de l’offre,
forcément un débouché
ON VIVAIT TRÈS BIEN à acheter un produit quelconque. On voit
SANS EUX. AUJOURD’HUI, ON donc que le fait seul de la formation d’un
produit ouvre, dès l’instant même, un dé-
NE PEUT PLUS S’EN PASSER. bouché à d’autres produits.» En résumé,
les produits s’échangent contre des pro-
D ’après Jean-Baptiste Say, tout produit
nouveau répond à un besoin et crée de
lui-même sa propre demande. Si le produit
duits. Ou, dit autrement : l’offre engendre
la demande, et non l’inverse. L’argent ga-
en question crée, en plus, ledit besoin gné en vendant un produit est dépensé
– grâce à un marketing habile doublé d’une pour en acheter d’autres. L’offre et la de-
rupture technologique –, c’est le jackpot mande s’équilibrent donc forcément, et il
pour son fabricant. Voici quatre exemples. ne peut y avoir de crise de surproduction
générale. On retrouve ici le credo de
Smith, pour qui le marché seul permet de
NESPRESSO : UN CAFÉ réguler l’activité. La fonction de l’Etat ?
QUI RAPPORTE GROS Réduite au strict minimum : garantir la
2014 protection des biens et des personnes,
3,2 milliards entretenir les réseaux de communication
Chiffre d’affaires, pour faciliter le transport des marchan-
en euros. dises et promouvoir l’éducation afin de
diffuser le progrès technique. Say apparaît
comme un incorrigible optimiste, partisan
du laisser-faire, qui balaie d’un revers de
main toutes les objections.

Lancement SON ACTUALITÉ La loi des débouchés


1988 a suscité de nombreuses critiques, car elle
passait totalement sous silence le rôle de la
monnaie, vue comme un simple outil
d’échange (un «voile»). Marx et Keynes,
Deuxième théorie : celle de la valeur, fon- par exemple, ont montré qu’elle joue au
dée non pas sur le travail comme chez contraire un rôle actif dans le circuit éco-
Smith, mais sur l’utilité. Contrairement à nomique. Parce que ceux qui en disposent
son père spirituel qui ne s’intéressait qu’à peuvent thésauriser plutôt que d’acheter
l’industrie, Say élargit la notion de travail de nouveaux biens, ouvrant ainsi la voie à
productif à l’ensemble des services : le une crise de surproduction. Ou parce que
médecin, le militaire ou le fonctionnaire l’Etat, s’il augmente la quantité de mon-
participent comme l’ouvrier à la produc- naie en circulation, entraîne une baisse des
tion. Leur utilité sociale est équivalente. taux d’intérêts, qui stimule l’investissement
LIVEBOX : LA REINE Troisième théorie, de loin la plus cé- et la production. Longtemps oubliée,
DES FOYERS FRANÇAIS lèbre, la fameuse «loi des débouchés» (ou l’œuvre de Say a toutefois fait l’objet, ces
2014 «loi de Say», aux Etats-Unis).«Il est bon de dernières années, d’une relecture qui a mis
Abonnés Orange 10,4 millions remarquer, écrit-il, qu’un produit terminé en lumière sa vison très moderne de l’en-
au haut débit. offre, dès cet instant, un débouché à trepreneur. Pas le simple gestionnaire. Ce-
d’autres produits pour tout le montant de lui qui compose au quotidien avec l’incer-
sa valeur. En effet, lorsque le dernier pro- titude. «Un certain risque, disait ce grand
ducteur a terminé un produit, son plus libéral, accompagne toujours les entrepri-
grand désir est de le vendre, pour que la ses industrielles […] ; l’entrepreneur peut,
valeur de ce produit ne chôme pas entre sans qu’il y ait de sa faute, y compromettre
ses mains. Mais il n’est pas moins empressé sa fortune et, jusqu’à un certain point, son
Lancement de se défaire de l’argent que lui procure sa honneur.» Raison qui rend ses services «un
2004 vente, pour que la valeur de l’argent ne peu plus chers». De combien ? C’est tout
chôme pas non plus. Or on ne peut se l’enjeu du débat actuel sur le salaire de nos
défaire de son argent qu’en demandant grands patrons… Julie Noesser ◆
AVRIL-MAI 2016 HORS-SÉRIE CAPITAL 23
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES HÉRAUTS DU LIBÉRALISME

FRIEDRICH HAYEK
1899-1992 font fureur chez les
E N FUSTIGEANT L’INTERVENTION
DE L’ÉTAT ET L’ABSTRACTION DES
THÉORÈMES MATHÉMATIQUES APPLIQUÉS LAISSER LA
À L’ÉCONOMIE, CE CACIQUE DE L’ÉCOLE LOI AUX MAINS DE
AUTRICHIENNE S’EST TAILLÉ UNE LARGE
GOUVERNANTS ÉLUS,
AUDIENCE DANS LA FRANGE ÉLECTORALE
LA PLUS RADICALE DES ÉTATS-UNIS.
C’EST CONFIER LE
POT DE CRÈME À LA
SA VIE Hayek a longtemps traîné une ré- avancés par Keynes pour
GARDE DU CHAT
putation sulfureuse, notamment en France. sortir de la crise de 1929 :
Maître à penser du néolibéralisme qui a pour lui, vouloir rétablir le
triomphé dans les années 1980, de l’Angle- plein-emploi par une poli- Pour Hayek, un
terre aux Etats-Unis, en passant par le tique d’expansion monétaire gouvernement
Chili de Pinochet, son œuvre ne peut être fait courir le risque d’une démocratique
réduite à cette seule dimension : elle est le envolée des prix et crée les doit être doté de
fruit d’une vision hétérodoxe du monde, conditions d’un chômage futur. pouvoirs limités.
qui puise aussi bien dans le droit, la poli- Cette analyse le fait remarquer
tique et la philosophie des sciences que par la London School of Eco-
dans la théorie économique. nomics où il est recruté comme
Friedrich August von Hayek naît en 1899 professeur. En 1938, lors de l’annexion
à Vienne, dans une famille d’intellectuels. de l’Autriche par l’Allemagne nazie, il
A son retour du front italien en 1918, il en- demande puis obtient la nationalité britan-
tame des études nique. S’écartant un temps de la recherche
de droit et des- pure, il publie en 1944, «La Route de la
Le goût amer ciences politiques servitude», un ouvrage polémique dans
d’un best-seller à l’université de lequel il attaque avec force le socialisme et SES THÉORIES L’œuvre de Friedrich
inattendu Vienne, où il de- sa version «light», la planification d’Etat, Hayek est celle d’un lutteur, ponctuée de
viendra lui-même mais aussi le dirigisme des fascistes. succès et de revers mais toujours inspirée
Grâce à sa version abrégée enseignant après Face au keynésianisme triomphant des par la volonté d’ébranler les postulats de
publiée par le Reader’s avoir été l’élève Trente Glorieuses, Hayek s’est toujours Keynes – qui fut pourtant un ami – et les
Digest, «La Route de la du libéral Ludwig posé comme le promoteur inlassable des fondements du socialisme, dont il estime
servitude» est entrée dans
600 000 foyers américains von Mises. idées libérales. En 1947, il fonde la Société qu’ils reposent tous deux sur une erreur
en 1945 ! Un pamphlet à Meurtrie par du Mont-Pèlerin (Suisse), un think tank intellectuelle, une fausse conception du
succès dont Hayek dira l’explosion de favorable à l’économie de marché, qui monde. D’où cette triple réflexion, qu’il
plus tard qu’il l’a discrédité l’empire austro- compte à l’époque une trentaine de mène de front sur l’économie, les sciences
dans les milieux savants. hongrois, l’Au- membres dont les Français Maurice Allais et le rôle de la société et de l’Etat.
triche souffre («prix Nobel» d’économie) et Bertrand de Le point de départ est son aversion pour
alors d’une infla- Jouvenel. Trois ans plus tard, il devient l’inflation, «le mal économique absolu»,
tion galopante et professeur à l’université de Chicago. En qui le rapproche des monétaristes, notam-
d’une instabilité 1962, il rentre en Europe et donne des ment de Milton Friedman. Hayek affirme
politique qui in- cours à l’université de Fribourg-en-Brisgau qu’une politique monétaire expansionniste
quiètent le jeune (Allemagne), puis à celle de Salzbourg – un accroissement de la masse monétaire,
prof. En 1931, (Autriche), où il enseignera après sa re- par l’usage de la «planche à billets» ou
dans «Prix et pro- traite. «Nobélisé» sur le tard, en 1974, pour d’autres leviers – donne l’illusion d’un
duction», il réfute des travaux datant des années 1930, il retour à la croissance et d’une baisse du
les arguments s’éteint à l’âge respectable de 93 ans. chômage. Illusion, estime-t-il, car si la
24 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
Ses idées néolibérales
conservateurs du Tea Party
création monétaire entraîne effectivement
une baisse des taux d’intérêt, donc une
relance des investissements et de l’activité,
elle développe à terme plusieurs effets
pervers, comme des distorsions dans la
structure des prix qui, au final, déstabi-
lisent les entreprises et provoquent un
chômage encore plus massif qu’avant.
D’où vient cet aveuglement ? D’une
conception biaisée de l’économie, dénonce
Hayek dans «Scientisme et sciences so-
ciales, essai sur le mauvais usage de la rai-
son» (1952). Le scientisme, explique-t-il,
c’est «l’imitation servile de la méthode et
du langage des sciences». Or, selon lui, les
sciences dures – la physique, les maths – et
les sciences sociales – comme l’économie –
n’ont absolument rien à voir. «L’applica-
tion des méthodes des sciences exactes
aux sciences sociales en fait des disciplines
objectivistes qui ne prennent pas en
compte la diversité des interprétations
individuelles et la subjectivité des faits
sociaux», avance l’Autrichien. En clair, la
plupart des actes d’un citoyen-salarié-
consommateur ne sont pas des faits objec-
tifs qu’on peut réduire à des équations ou
à des formules mathématiques. Toutes les
tentations planificatrices, qu’elles soient
socialistes, fascistes ou interventionnistes,
sont donc vouées à l’échec parce qu’elles
ne sont que «l’application des principes de
la mécanique à l’ensemble de la société.»
Dans la pensée hayekienne, l’économie
n’est pas un monde clos où un organisme
d’Etat calcule la meilleure allocation
possible des ressources puis impose aux
entreprises et aux individus le résultat
de ses calculs. C’est un système ouvert où
de nouvelles demandes et offres se créent
sans cesse. Dans ces conditions, seul le
marché libre et concurrentiel, qui encou-
PHOTOS: DR - LEEMAGE - BRIAN SNYDER / REUTERS

rage l’initiative individuelle, peut favoriser


la croissance et déterminer la meilleure
Situés à la droite
distribution des revenus. Un autre penseur
du parti républicain, du libéralisme, Raymond Aron, disait :
les militants du Tea «Les hommes font leur histoire, même s’ils
Party sont hostiles ne savent pas l’histoire qu’ils font.» Sous
aux plans de relance la plume de Hayek, cela donne : «Les réa-
décidés par Obama. lisations économiques sont le résultat des
actions des hommes, mais non de leurs
Suite page 26

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 25


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES HÉRAUTS DU LIBÉRALISME

A quoi bon organiser le marché SON ACTUALITÉ L’Autrichien a regretté


si son mystère nous dépasse ? de ne pas avoir assez ferraillé avec Keynes,
«un homme de grande intelligence mais
aux connaissances limitées en théorie éco-
nomique», écrit-il en 1976. Eclipsé par son
Suite de la page 25 entre individus changent trop vite et trop rival pendant près de trente ans, Hayek n’est
intentions.» Conclusion : l’économie souvent pour qu’un gouvernement décide revenu sur le devant de la scène qu’à la fin
échappe nécessairement à la planification à un moment donné que tel plan est meil- des années 1970, quand la stagflation – in-
rationnelle, celle des Etats comme celle leur que tel autre. Seul le marché peut or- flation forte, croissance nulle et chômage
des hommes. Il développe cette thèse et, ganiser les activités humaines. Et comme élevé – a frappé la plupart des pays occiden-
plus largement, celle de la supériorité du son mystère et sa complexité nous dépas- taux, invalidant du coup les politiques key-
libéralisme dans «La Constitution de la li- sent, ne feignons pas de le mettre en nésiennes menées jusqu’ici. Reagan et
berté» (1960), l’une de ses œuvres ma- ordre : «La liberté laissée à chacun d’utili- Thatcher l’ont porté aux nues. Plus récem-
jeures. Mieux vaut privilégier, écrit-il, «une ser les informations dont il dispose pour ment, le Tea Party, ce mouvement ultra-
tradition qui a passé le test du temps poursuivre ses propres desseins est le seul conservateur américain qui s’oppose depuis
qu’une quelconque autorité politique.» système qui permette d’assurer la mobili- huit ans aux plans de relance budgétaire de
Mais Hayek va plus loin, en établissant sation la plus optimale possible de l’en- l’administration Obama, en a fait son héros.
un lien direct entre le fonctionnement semble des connaissances dispersées dans En 2010, Glenn Beck, un présentateur en
d’une économie libre et le système poli- le corps social», assure Hayek. Les régimes vue de la chaîne prorépublicaine Fox News,
tique. Dans «Droit, législation et liberté» communistes, dit-il encore, ont montré à a décrit «La Route de la servitude» comme
(trois volumes publiés entre 1973 et 1979), l’extrême cette impuissance de la raison. «le meilleur bouquin qui soit». Le lende-
il expose son idée maîtresse selon laquelle Dans l’un de ses derniers ouvrages, «La main, les librairies étaient prises d’assaut.
le marché est l’unique instrument non Présomption fatale, les erreurs du socia- Le livre figure toujours dans le top 20 des
contraignant qui permette de coordonner lisme» (1988), ce chantre du laisser-faire ouvrages économiques sur Amazon.com.
les actions d’individus qui ne se connais- dresse le bilan accablant de cette volonté Paradoxe : dans un long texte paru en 1960,
sent pas. L’ordre spontané qui en découle, de démiurge qui anime les planificateurs. Hayek avait pourtant pris soin d’expliquer
appelé «catallaxie» – du grec «katallatein», Selon lui, il ne suffit pas de défendre le li- qu’il n’était pas conservateur : «L’un des
qui signifie échanger –, constitue à ses béralisme : il faut œuvrer sans relâche pour traits fondamentaux du conservatisme, c’est
yeux le socle le plus solide d’une société affaiblir l’Etat. Car, «laisser la loi aux mains la peur du changement. Le libéralisme, lui,
libre. La raison des hommes ne suffit pas : de gouvernants élus, conclut Hayek, c’est veut aller quelque part, non pas faire du
les variables économiques et les rapports confier le pot de crème à la garde du chat». surplace.» Patrick Eveno ◆

QUAND "MAGGIE" ÉCRIVAIT À "FREDDIE"…

L
e 3 mai 1979, sociaux et économiques».
Margaret Thatcher Leur échange sur le Chili
remporte les élec- de Pinochet est étonnant.
tions législatives en «Je connaissais, écrit-elle,
Grande-Bretagne. Deux le succès remarquable
jours plus tard, Friedrich de l’économie chilienne
Hayek lui envoie le télé- dans la réduction de
gramme suivant : «Merci la part des dépenses du
pour le plus beau cadeau gouvernement […].
qu’aucun ait pu me faire Cependant, je suis cer-
pour mon quatre-ving- taine que vous convien-
tième anniversaire.» drez avec moi qu’en
La future Dame de fer lui Grande-Bretagne, avec
répond le 18 : «J’ai eu nos institutions démo-
un grand plaisir et je suis cratiques et la nécessité
très fière d’avoir tant d’un haut niveau de
appris de vous dans les consentement, quelques-
PHOTOS: HOOVER INSTITUTION ARCHIVES - REX / SIPA

dernières années.» unes des mesures adop-


Leur correspondance ne tées au Chili sont tout
va plus cesser. Hayek à fait inacceptables […]
la presse de passer ses Parfois, le processus peut
«Nous avons une
grande dette envers réformes en force, contre sembler très lent. Mais
vous», confessait l’avis des syndicats. Elle je suis certaine que nous
Thatcher à Hayek lui répond, comme en ferons nos réformes dans
à l’occasion de ses s’excusant, que «cela au- notre propre voie […]
dix ans de mandat. rait causé trop de troubles Alors, elles résisteront.»

26 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


COMMUNIQUE
PRIVÉ DE HAUT-DÉBIT ?
Découvrez les connexions alternatives !
Aujourd’hui, Nordnet (une société du groupe Orange) propose un éventail de
connexions Haut-Débit alternatives. Où que l’on soit en France métropolitaine,
il n’y a plus aucune raison de subir les inconvénients d’une connexion Internet
trop lente…

WiMAX et WifiMax :
la radio à la rescousse de zones ciblées.
Nordnet propose deux offres reposant sur des technologies «radio» : l’Internet
WiMAX et l’Internet WifiMax. Grâce à une simple antenne installée sur votre
habitation, vous pouvez capter les ondes émises depuis une station d’émission
située dans votre secteur géographique et ainsi, vous connecter en Haut-Débit.

Nordnet a déployé l’Internet WiMAX en Charente-Maritime, Corrèze, Creuse,


Hautes-Pyrénées, Haute-Vienne, Maine-et-Loire, Nièvre, Sarthe, et dans les
communautés de communes de Quimper et de Tours. Si votre habitation est
éligible, vous pouvez bénéficier d’une connexion Internet Haut-Débit jusqu’à
10 Mb/s. Quant à l’Internet WifiMax, cette offre est disponible dans les
départements de l’Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme,
pour les logements éligibles à cette technologie. Elle apporte des débits
jusqu’à 18 Mb/s.

Proposées à un tarif proche de l’ADSL, ces offres vous permettront non


seulement de profiter des ressources de l’Internet à grande vitesse, mais
aussi de téléphoner en illimité vers les fixes de France métropolitaine !

Internet par Satellite :


la puissance du Haut-Débit partout en France !
Nordnet est aujourd’hui un acteur de référence pour ses offres de connexion
satellitaire, proposées depuis 2008 partout en France métropolitaine.

Des milliers de foyers ont déjà choisi une offre Internet Satellite Nordnet !
Grâce à notre équipement de connexion, ces foyers privés d’un ADSL rapide
surfent en Haut-Débit (jusqu’à 22 Mb/s), profitent du téléphone par Internet et
de la réception des bouquets de chaînes satellite.

Toutes les données transitent par une parabole, proposée à l’achat ou mise
à disposition. De nombreuses collectivités territoriales facilitent l’accès à
l’Internet Satellite de Nordnet en proposant une aide financière pour l’achat
et/ou l’installation de ce matériel.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.nordnet.com ou appelez le 3420 (appel non surtaxé).
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES HÉRAUTS DU LIBÉRALISME

MILTON FRIEDMAN
1912-2006 contre les méfaits de
P ARCE QU’IL PLAÇAIT PLUS HAUT QUE TOUT
«LA LIBERTÉ DU CHOIX», TITRE DE SON LIVRE
LE PLUS CÉLÈBRE, LE FONDATEUR DE L’ÉCOLE
MONÉTARISTE DE CHICAGO A BATAILLÉ SANS
RELÂCHE CONTRE LES POLITIQUES DE L’ÉTAT
PROVIDENCE. LA «RÈGLE D’OR», C’ÉTAIT LUI…

SA VIE Milton Friedman naît en 1912 à SES THÉORIES Friedman est le chantre
Brooklyn, dans une famille juive d’origine de la liberté et du libéralisme, qu’il estime
modeste. Grâce à ses talents, il obtient mieux représentés par les républicains,
une bourse qui lui permet de poursuivre alors que les démocrates demeurent
ses études supérieures à l’université de fidèles à l’héritage keynésien. Toute la pen-
Chicago. Il commence par les mathéma- sée économique de Friedman s’est en effet
tiques, mais s’oriente très vite vers l’écono- construite contre Keynes et contre les po-
mie. A cette époque, il rencontre sa future litiques d’intervention publique que ce
épouse, Rose Director, qui sera aussi sa dernier a inspirées. Dans les années de
compagne intellectuelle. En 1935, Milton grande croissance, après la Seconde
Friedman intègre le National Bureau of Guerre mondiale et jusqu’à la crise des
Economic Research, qui met en musique années 1970, bien peu de politiques et de
les décisions de Roosevelt concernant le conseillers économiques remettaient en
New Deal. Il devient enseignant, d’abord à cause la gestion de l’Etat providence inspi-
l’université Columbia à New York, puis, en rée par l’Anglais. Milton Friedman se pas-
1946 avec son doctorat en poche, à celle sionne alors pour les questions monétaires
de Chicago, où il afin de démontrer, preuves à l’appui, que
fondera l’école les keynésiens font fausse route sur ce
Rose et Milton,
PHOTOS : ISMAEL ROLDAN - CORBIS

monétariste. Il y sujet. Il reprend la théorie quantitative de


couple à la ville restera trente an- la monnaie d’Irving Fisher, pour la com-
comme à la scène nées, jusqu’à sa pléter et en faire l’arme absolue contre son
retraite, avant de grand rival Keynes, (lire l’encadré page 29).
Diplômée en philosophie rejoindre la Hoo- Dès 1957, dans «Une théorie de la fonc-
de l’université de Chicago, ver Institution, à tion de consommation», Friedman con-
Rose participa à la rédac- l’université Stan- teste que l’augmentation des revenus en-
tion de deux œuvres phares
de son mari, «La Liberté ford en Califor- traîne automatiquement une croissance de
du choix» et «La Tyrannie nie, où il finira la consommation. Pour lui, en effet, le re-
du statu quo», ainsi sa vie. Parallèle- venu d’un agent économique est réparti que sur l’épargne, par l’endettement ou
qu’à l’écriture de leurs ment, il poursuit entre le «revenu permanent», celui qui est par l’investissement. En clair, les actions de
Mémoires communs. une carrière de déterminé par le patrimoine, la qualifica- relance de la consommation menées par
conseiller écono- tion professionnelle et la carrière prévi- l’Etat, en injectant par exemple du pouvoir
mique des répu- sible, et le «revenu accidentel», qui résulte d’achat grâce à une hausse des prestations
blicains amé ri- des modifications de l’environnement à sociales, se perdent dans l’horizon à long
cains, d’abord court terme (hausse ou baisse des impôts, terme des ménages. Si l’on augmente
au près du can- primes salariales, gains ou pertes excep- artificiellement leurs revenus, ils ne dépen-
didat Barry Gold- tionnels…). Un ménage cale sa consom- sent pas ce surplus, ils l’épargnent en vue
water, puis aux mation sur le revenu permanent et non sur de leur retraite. Les politiques de soutien
côtés des prési- l’effet d’aubaine ou de malchance résul- à la demande n’ont donc pas de sens.
dents Nixon et tant d’une politique économique ; le Parallèlement, Milton Friedman introduit
Reagan. revenu accidentel, lui, n’a d’effet majeur la notion de «chômage naturel» – nous
28 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
Il a prêché toute sa vie
la dépense publique
Pour Milton Friedman,
des allocations trop
généreuses risquent
de décourager les
chômeurs de chercher
un nouvel emploi.

LA FORMULE MAGIQUE
QUI, SELON LUI,
EXPLIQUE L’INFLATION

L
a théorie quantitative de la monnaie pose
que la masse monétaire M (la quantité
de monnaie dans un pays) multipliée par
sa vitesse de circulation V (le nombre de
fois où une unité de cette monnaie permet de
régler des transactions) est égale au niveau
des prix P multiplié par la quantité Q de biens
vendus dans le pays. L’école monétariste,
incarnée par Milton Friedman, en conclut que
toute augmentation de la quantité de monnaie
se traduit par une hausse des prix.
En d’autres termes, les politiques d’inspiration
keynésienne, que Friedman combat, consis-
tant à augmenter M pour faire baisser les taux
d’intérêt et faciliter le crédit, donc l’activité,
produisent mécaniquement de l’inflation.

dirions aujourd’hui «structurel» –, qui ne Mais au-delà de ces considérations d’éco- faire baisser durablement le chômage.
peut être réduit par des décisions conjonc- nomie générale, les principaux travaux de «La cause immédiate de l’inflation est tou-
turelles du gouvernement, lesquelles ont Milton Friedman portent d’abord sur la jours et partout la même : un accroissement
pour inconvénient de brutaliser le marché monnaie et l’inflation. En 1963, il publie anormalement rapide de la quantité de
du travail et d’engendrer des effets pervers avec Anna Schwartz «Une histoire moné- monnaie par rapport au volume de la
tels que le refus d’embaucher pour les em- taire des États-Unis, 1867-1960», monu- production» («Inflation et systèmes mo-
ployeurs. A l’en croire, un système d’indem- mentale étude historique dans laquelle il nétaires», 1976). Il y voit le péché capital
nisation trop généreux peut freiner la moti- affirme que «l’inflation est toujours un phé- des politiques économiques d’inspiration
vation des chômeurs à rechercher un nomène monétaire», que l’augmentation keynésienne qui, en privilégiant le déficit
emploi. Le chômage structurel ne peut être de la masse monétaire conduit inéluctable- budgétaire et les stratégies de relance,
combattu que par des réformes de structure, ment à des tensions inflationnistes et que, préparent des lendemains funestes pour le
comme l’introduction d’une plus grande par conséquent, la création monétaire («les porte-monnaie des ménages.
flexibilité sur le marché de l’emploi. manipulations keynésiennes») ne peut pas Suite page 30

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 29


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES HÉRAUTS DU LIBÉRALISME

"Une société qui place l’égalité devant la liberté


n’aura aucune des deux", affirmait-il en 1990
Suite de la page 29 Mais Friedman n’en a cure et poursuit son A charge ensuite pour les particuliers de
Pour Friedman, l’intervention de l’Etat combat en faveur du libéralisme, préfi- gérer leurs assurances sociales en choi-
perturbe l’économie de marché au lieu de gurant ainsi la croisade des libertariens sissant le niveau de couverture souhaitée.
la réguler. La monnaie étant une marchan- américains, dont son fils David est l’un des Dans la même logique, il se prononcera
dise comme une autre, il faut refuser les penseurs, ou celle du Tea Party. En 1996, il pour la dépénalisation des drogues. Une
taux de change fixes, hérités du système de fonde, avec son épouse Rose, la Milton & manière selon lui de responsabiliser les
Bretton Woods (1944), et accepter les taux Rose D. Friedman Foundation, devenue individus et d’éviter la criminalité inévi-
de change flottants qui font varier la valeur The Foundation for Educational Choice, tablement liée à la prohibition.
des monnaies au jour le jour, sans réfé- qui milite contre le système de carte sco-
rence à un étalon métallique. Cependant, laire aux Etats-Unis au nom de la liberté SON ACTUALITÉ Le débat en cours sur
pour construire une certaine stabilité de choix des parents. En 1998, ils publient le rôle des banques centrales remet sur la
internationale, l’économiste préconise de ensemble leurs Mémoires, sous le titre table bon nombre d’arguments «friedma-
«livrer la conduite de la politique «Two Lucky People». Quelques niens». Toute sa vie, l’intéressé a défendu
monétaire non plus à des individus années plus tôt, le petit gars l’idée que les banquiers centraux devaient,
mais à des lois, en instituant des de Brooklyn avait résumé en temps de crise, «injecter des liquidités»
dispositions législatives» («Infla- Il a vu juste sa pensée dans une bro- dans l’économie. Autrement dit, créer arti-
tion et systèmes monétaires», LA STAGFLATION chure tirée de ses nom- ficiellement de la monnaie pour soutenir
1976). Il convient donc d’enca- (INFLATION ET breuses conférences, la production et protéger les établisse-
drer la gestion des déficits et CHÔMAGE) DES «Economic Freedom, ments bancaires de la faillite. Faute de
des taux de change par une ANNÉES 1970 A VALIDÉ H u m a n Fr e e d o m , quoi, il existe un risque non nul qu’une
stricte législation et d’inscrire SES PROPHÉTIES Political Freedom». Il récession prolongée s’installe. Friedman
dans les constitutions des y invitait les citoyens à voyait d’ailleurs dans l’inertie
différents Etats une «règle faire toujours plus pression de la Réserve fédérale amé-
d’or» budgétaire. sur les politiques dans le but ricaine l’une des explications
Durant les Trente
Glorieuses, l’influence
Il s’est trompé d'accroître leurs libertés.
«Le point central au sujet du
essentielles à la crise de 1929.
Ben Bernanke, l’ex-patron
de Milton Friedman LE «MIRACLE CHILIEN» marché libre, dit-il, est qu’au- de la Fed, lui dira un jour :
sur les politiques écono- DONT IL GRATIFIA cun échange ne peut se faire «Milton, vous aviez raison,
PINOCHET N’A EN FAIT
miques demeure mar- DÉBUTÉ QU’APRÈS sans que les deux parties en c’était nous les responsables.
ginale. Mais les années LA CHUTE DU TYRAN tirent bénéfice. La plupart des Nous sommes vraiment dé-
1970 signent la revanche du dérives économiques, provenant solés. Mais grâce à vous, nous
fondateur de l’école monéta- de l’idée que la richesse est un gâ- ne recommencerons pas.»
riste. La stagflation (inflation et teau de taille fixe, font qu’une partie La crise de 2008 a récem-
stagnation engendrant le chômage) lui ne peut gagner qu’en spoliant une autre ment montré la pertinence
donne enfin raison. En 1973, après l’aban- partie. La seule voie qui ait jamais existé des recommandations de
don de l’étalon-or pour le dollar, les taux pour faire coopérer les gens volontaire- Milton Friedman puisqu’elle
de change flottants s’imposent et les ment est le marché libre. C’est pourquoi il a entraîné une réaction sans
accords de la Jamaïque, signés en 1976 est essentiel de préserver la liberté indivi- précédent de la part de la
entre les vingt ministres des Finances des duelle. L’histoire enseigne que le capita- Fed et de la Banque centrale
principaux pays, entérinent ce nouveau lisme est une condition nécessaire de la européenne et, c’est un fait
système monétaire international. liberté politique. Mais elle n’est pas suffi- nouveau, de manière coor-
Consacré la même année par le «prix sante. Une société qui place l’égalité de- donnée. Les deux insti-
Nobel» d’économie, Milton Friedman vant la liberté n’aura aucune des deux. Une tutions ont accepté de s’af-
savoure sa victoire intellectuelle. Même société qui place la liberté devant l’égalité franchir de leur cadre
le président démocrate Jimmy Carter est aura une grande partie des deux. Mais les réglementaire pour adopter
contraint de lancer des plans de lutte gouvernements n’apprennent jamais rien, les «mesures non conven-
contre l’inflation. En 1979, Margaret seuls les peuples apprennent.» Conclusion : tionnelles» que l’urgence de
Thatcher gagne les élections législatives c’est à l’individu de se battre pour préserver la situation exigeait. Elles
en Grande-Bretagne sur un programme sa liberté individuelle et rogner, du même ont ainsi mis sur le marché
monétariste et libéral qu’elle applique coup, les pouvoirs de l’Etat. des montants de liquidités
avec vigueur, tandis que Ronald Reagan En dépit de son grand âge – il meurt en bien plus importants que
suit les mêmes recettes aux Etats-Unis à novembre 2006 à 94 ans –, Friedman prévu et à plus long terme,
partir de 1981, avec pour conseiller un poursuivra le combat jusqu’à son dernier ce qui a permis d’éviter un
certain… Friedman. Le Chili de Pinochet souffle. Ainsi, peu de temps avant sa dis- gel total du crédit aux
s’inspire également de ses théories, ce qui parition, il proposera que les prestations entreprises et des faillites
vaudra à l’économiste une rancœur tenace sociales soient versées directement par en cascade. Merci qui ?
des gauches américaine et européennes. l’Etat sous la forme d’un impôt négatif. Patrick Eveno◆
30 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
IL RACONTAIT "SON" ÉCONOMIE À LA TÉLÉVISION

U
niversitaire, chercheur est diffusée en 1980 sur PBS, Ils critiquent ensuite le sys- émissions seront reprises en
rigoureux et auteur la chaîne éducative publique tème public d’éducation («Ce 1990, légèrement modifiées,
prolixe, Friedman in- américaine. Un livre éponyme qui ne va pas avec nos écoles»), mais avec un ajout important,
tervient également est édité la même année. Dans expliquent la protection des une émission sur la «faillite
dans le champ des médias. leurs émissions, d’une heure consommateurs et des travail- du socialisme» dont Milton
Proche des milieux républi- chacune, Rose et Milton Fried- leurs par les vertus du marché Friedman ne pouvait que se
cains, il se fait polémiste dans man expliquent le fonctionne- libre et de la concurrence réjouir. Dans leurs Mémoires,
les nombreuses chroniques ment du marché («Qui protège le Rose Friedman explique leur
qu’il publie dans «Newsweek» et ses bienfaits Best-seller de consommateur ?» motivation : «Milton et moi
ou «The Wall Street Journal». («Le Pouvoir du l’année 1980, et «Qui protège avons passé une grande partie
Il est également interviewé à marché»), puis "La Liberté le travailleur ?»), de notre vie à persuader nos
de nombreuses reprises à la stigmatisent les du choix" sera reprennent les amis des dangers d’un gouver-
radio et à la télévision. A partir systèmes dirigistes traduit en douze mécanismes de nement interventionniste et du
de 1977, il travaille avec son («La Tyrannie du langues l’inflation et ses rôle clé qu’une économie de
épouse Rose sur le projet contrôle»). Ils re- remèdes moné- libre concurrence joue dans la
PHOTOS : DR - TIME - SMUKI / FOTOLIA

d’une émission télévisée dans viennent sur la crise de 1929 et taristes («Comment soigner possibilité de l’existence d’une
laquelle il présenterait ses sur les erreurs de la Réserve l’inflation ?»). Enfin, ils insis- société libre. Promouvoir ces
théories économiques et sa fédérale («Anatomie de la tent sur la nécessaire liberté idées auprès d’une large au-
philosophie de la liberté. «Free crise»), puis sur la vie écono- («Comment rester libre ?»), dience par un documentaire
to Choose» («La Liberté du mique et sociale («Du berceau dont ils contribuent à pro- télévisé nous paraissait une
choix»), série de dix émissions, à la tombe» et «Créés égaux»). mouvoir tous les aspects. Les idée excitante.»

Chroniqueur dans
de nombreux journaux
et conférencier à la
télévision, à la manière
d’un Alain Decaux
en France, Friedman
avait un goût prononcé
pour la pédagogie.

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 31


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES HÉRAUTS DU LIBÉRALISME

Né en 1941
ARTHUR LAFFER
l’impôt" a influencé Reagan
L E RAISONNEMENT DE CET EX-CONSEILLER
À LA MAISON BLANCHE EST IMPARABLE :
SI L’ÉTAT PRÉLÈVE PEU, IL Y PERD. S’IL PRÉLÈVE
TOUT, LES GENS ARRÊTENT DE TRAVAILLER
ET LES RECETTES DU FISC S’EFFONDRENT… BIEN
MALIN QUI PEUT DIRE OÙ EST LE JUSTE MILIEU.

SA VIE Arthur Laffer naît en 1941 à Youngs- il devient conseiller du président Reagan et
town, dans l’Ohio. Il suit des études d’éco- l’incite à réduire fortement les prélève-
nomie à Yale, puis à Stanford, où il obtient ments obligatoires. Margaret Thatcher suit
son doctorat en 1972. Puis il devient profes- la même politique et, dans une certaine me-
seur à l’université de Californie Sud, dirige sure, le gouvernement de Jacques Chirac
en parallèle un cabinet de consultants et sous la première cohabitation, qui décide
adhère au Parti républicain. D’après ce de diminuer l’impôt sur les sociétés de 50 à
qu’il a lui-même raconté, c’est en 1974, lors 33,33% en 1987. En 2007, la philosophie
d’un dîner avec Jude Wanniski (éditoria- du bouclier fiscal de Nicolas Sarkozy, qui li-
liste au «Wall Street Journal») Donald mite la ponction à 50% des revenus des par-
Rumsfeld (qui dirigeait le staff du président ticuliers, est en quelque sorte «lafferienne».
par intérim Gerald Ford) et Dick Cheney
(à l’époque, professeur à l’université de SES THÉORIES En août 1981, Laffer est
Chicago) que Laffer aurait proposé une à l’origine de l’Economic Recovery Tax Act
baisse des impôts. Mesure qui, selon lui, (ERTA) qui baisse notamment l’impôt sur le
susciterait une relance de la consommation revenu de 25% en trois ans aux Etats-Unis. En 1974, Arthur
PHOTOS : ABACCA - BETTMAN CORBIS

et de l’investissement et donc, à moyen Le plus haut taux sur les revenus du pa- Laffer conseille
terme, une aug- trimoine passe de 70 à 50% et celui sur aux républicains,
humiliés par le
mentation du les plus-values de 28 à 20%. Les résultats Watergate, de se
And the winner rendement fiscal de cette politique sont controversés, car réconcilier avec
grâce à un rebond personne n’a jamais réussi à déterminer le l’opinion en bais-
of the «bouclier de l’activité. Pour taux d’imposition optimal au-delà duquel sant les impôts.
fiscal» is… illustrer son pro- le travail, trop pénalisé, se dérobe au fisc.
En plafonnant les impôts pos, il aurait tracé Vauban en parlait déjà au début du
directs à 50% des revenus sur la nappe une XVIIIe siècle ; il l’évaluait alors à 30%. En
entre 2007 et 2011, Nicolas courbe en U ren- 1758, François Quesnay reprend l’idée anticipations, et postule d’emblée qu’ils
Sarkozy a permis à Liliane versé, qui allait dans son «Tableau économique», mais le agissent rationnellement : quand les impôts
Bettencourt, la première devenir la fa- ramène à 20%. Adam Smith y fait allusion sont trop lourds, on se met à frauder, on
actionnaire de L’Oréal, de
récupérer 100 millions meuse «courbe dans «La Richesse des nations» : «L’impôt s’exile ou on arrête de travailler, ce qui,
d’euros au total. Elle peut de Laffer». peut entraver l’industrie du peuple et le dé- inévitablement, réduit les rentrées pour
remercier Laffer d’avoir L’homme passe tourner de s’adonner à certaines branches l’Etat. Ces comportements sont certes
inspiré l’Elysée… ensuite à la pra- de commerce ou de travail.» Même son de observables, mais ils ne sont en rien auto-
tique : en 1978, cloche chez Jean-Baptiste Say qui, à pro- matiques. Car l’ampleur de la fraude fiscale
il rédige la «pro- pos des taxes sur les marchandises, souli- dépend surtout de la capacité de contrôle
100 position 13», gnait «qu’un impôt exagéré détruit la base de l’administration. Dans les pays forte-
millions € une loi adoptée sur laquelle il porte» («Traité d’économie ment corrompus, la théorie de Laffer fonc-
d’impôts en en Californie politique», 1803). John Maynard Keynes tionne : les pays baltes et la Russie, qui s’en
moins pour qui prévoit une défendait, lui, un taux idéal de 30%. sont inspirés en réduisant les impôts, ont
Liliane réduction de La courbe de Laffer ne tient pas compte augmenté leurs rentrées fiscales avec une
Bettencourt 30% de l’impôt des circonstances économiques, de la certaine réussite, mais dans un contexte
foncier. En 1981, mémoire fiscale des citoyens, de leurs particulier – la sortie du communisme –,
32 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
Son "trop d’impôt tue
et… Sarkozy LE RENDEMENT FISCAL SUIT
UNE COURBE EN U INVERSÉ
Rentrées Le sommet de la
fiscales courbe correspond
au taux optimal
d’imposition qui
garantit à l’Etat le
maximum de recettes.

Taux trop Taux


faibles dissuasifs Taux
d’imposition
0% 100 %

Ll’impôt
a «courbe de Laffer» modélise une idée ancienne selon
laquelle «les hauts taux tuent les totaux». Plus le taux de
sur le revenu augmente, plus l’Etat remplit ses caisses.
Mais, passé un certain seuil, les contribuables sont découragés
et cessent de travailler. Le hic, c’est qu’aucune étude empirique
n’a jamais pu établir quel est le taux idéal : 40%, 50%, 80% ?

et avec une administration peu fiable et d’inciter le gouvernement fédéral à dépen- en réalité : cette mesure symbolique a rap-
sous-dimensionnée qui ne leur permettait ser moins en limitant ses recettes, ce qui porté 420 millions d’euros au total durant
pas de lutter efficacement contre les tri- rejoint les thèses conservatrices sur le les deux ans où elle a été appliquée avant
cheurs. En outre, l’ouverture des frontières «moins d’Etat». En France, la proposition d’être finalement enterrée sans bruit.
favorisait l’évasion fiscale de bon nombre de François Hollande d’imposer à 75% la Beaucoup plus instructive est la lecture
d’oligarques qui s’installaient à Londres, à tranche des revenus se situant au-dessus de d’un rapport du Sénat sur le projet de loi
Monaco ou en Suisse. De là à en faire un 1 million d’euros a relancé en 2012 le dé- de finances 2012. On y apprend que les 1%
modèle pour toutes les démocraties… bat sur l’efficacité de l’impôt. Contraire- des foyers les plus riches font l’objet d’un
ment aux raccourcis qui ont pu être faits ici taux moyen de prélèvement de 18,3%. Les
SON ACTUALITÉ Le slogan de Laffer ou là, il ne s’agissait pas de ponctionner les 0,001% – ceux qui déclarent plus de 4 mil-
«trop d’impôt tue l’impôt» est toujours très trois quarts des revenus des contribuables lions d’euros par an – s’en tirent encore
en vogue aujourd’hui chez les républicains les plus fortunés, mais de taxer plus forte- mieux avec un taux moyen de 15%. La
candidats à la Maison Blanche, qui prô- ment tout ce qui dépassait le million d’eu- faute aux niches fiscales et aux trésors d’op-
nent la «Flat Tax», une taxe sur les revenus ros. «Confiscation fiscale», «marxisation timisation que déploient, le plus légale-
au taux unique (de 20%). L’idée n’est pas du PS», ont dénoncé les ténors de l’UMP. ment du monde, ces contribuables malins
tant d’améliorer le rendement fiscal que Beaucoup de bruit pour pas grand-chose, et cousus d’or. Patrick Eveno ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 33
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE

Karl Marx, le sort des ouvriers


chinois le ferait bondir
Le paradoxe est vertigineux : c’est en Chine,
bastion historique du marxisme-léninisme,
que les ouvriers sont les plus pressurés par
la logique capitaliste du «toujours plus». Un
«lumpenproletariat», dont les grèves chez
Honda et la vague de suicides chez Foxconn
en 2010 ont révélé l’ampleur du mal-être.

LES POURFENDEURS
DES INÉGALITÉS
Hier, ils s’indignaient de la misère ouvrière en Europe.
Aujourd’hui, c’est la pauvreté des pays du Sud qui
les alarme. Les inégalités, elles, augmentent partout.

C
’est avec la révolution de 1848 de travail de quinze heures pour un salaire quo-
que le mot «socialiste» entre tidien de 2 francs, l’équivalent d’un kilo de
dans le langage courant. Saint- sucre. Pour ces tenants de la cause ouvrière, la
Simon et Charles Fourier in- «main invisible» d’Adam Smith ne sert qu’à
carnent son versant utopique prendre à la gorge des millions de «Misérables»
en proposant une refonte to- (Victor Hugo, 1862). Un siècle et demi plus tard,
tale – et parfois loufoque – de où en est-on ? A en croire Branko Milanovic,
la société. Karl Marx reven- économiste à la Banque mondiale, «les inégali-
dique, lui, une approche scientifique, dans sa tés de revenus dans le monde sont aujourd’hui
critique radicale de l’économie capitaliste. Mais plus élevées qu’à l’époque de la Révolution in-
leur réflexion part du même constat : l’indus- dustrielle». Elles sont surtout moins liées à la
trialisation de la France, de l’Angleterre ou de classe sociale qu’au pays de naissance. «Les plus
l’Allemagne au XIXe siècle a vidé les campagnes pauvres des Etats-Unis font partie des 30% les
et fait naître une pauvreté dans les villes propre- plus riches du monde», rappelle cet expert.
ment insupportable. C’est l’époque des journées Pas sûr qu’ils s’en réjouissent.
34 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
SOMMAIRE
P. 36 CHARLES FOURIER
P. 38 KARL MARX
P. 44 WILLIAM BEVERIDGE
PHOTO : PATRICK ZACHMANN / MAGNUM

P. 46 JAMES TOBIN
P. 48 AMARTYA SEN
P. 50 THOMAS PIKETTY

avril-mai 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 35


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES POURFENDEURS DES INÉGALITÉS

CHARLES FOURIER
1772-1837 Il a jeté les bases
du modèle coopératif
C HEF DE FILE DU MOUVEMENT UTOPISTE
APPARU AU XIXe SIÈCLE, CE SOLITAIRE
appel aux dons et désireux de financer ses
projets. Hélas, personne ne viendra ja-
mais… Dans les années 1830, un groupe
de disciples, dont le plus connu est Victor
PLAIDAIT POUR UNE GESTION COLLECTIVE DES Considérant, diffuse peu à peu les pré-
MOYENS DE PRODUCTION ET UN MEILLEUR ceptes du «fouriérisme». Fourier meurt
en 1837, laissant derrière lui une œuvre
PARTAGE DES BÉNÉFICES. DÉJÀ. foisonnante, où sa critique du capitalisme
naissant et sa réflexion poussée sur les
fondements d’une société idéale côtoient
SA VIE «Sans la liberté de rêver, l’aventure dans des magasins à Marseille, Rouen, des idées franchement délirantes.
humaine s’abandonne à la monotonie.» Lyon et enfin Paris, où il finit par s’installer
Difficile d’imaginer que derrière ces mots en 1826. Pour tuer l’ennui, il fréquente les SES THÉORIES Car Fourier a beaucoup
se cache un modeste représentant de com- cabinets de lecture et écrit frénétiquement. d’imagination, trop parfois. Il est convaincu
merce dont la vie personnelle fut une Le quotidien de ce passionné de défilés par exemple de l’existence d’extraterres-
longue suite d’échecs et de déceptions. Né militaires est réglé comme du papier à tres, les Solariens, dotés d’une «force gigan-
à Besançon en 1772, Charles Fourier est le musique : chaque jour, il s’astreint à noir- tesque». Selon lui, la Terre a une durée de
fils d’un marchand de draps aisé à qui il cir le même nombre de pages et, au cours vie de 80 000 ans, scindée en 40 000 ans
succède sans enthousiasme. Peu doué pour des dernières années de sa vie, rentre chez de vibrations ascendantes et 40 000 ans de
le business, il coule l’affaire familiale en six lui à midi pile pour y attendre la visite de vibrations descendantes. L’humanité,
ans et se retrouve caissier puis commis quelque riche mécène ayant entendu son pense-t-il, est sur le point d’assister à des

LA RUE COUVERTE
Sur le modèle de la Grande
Galerie du Louvre, elle irrigue
l’ensemble du phalanstère.

LE CARAVANSÉRAIL
Pour préserver la quiétude
des 1 620 habitants, une aile
entière du bâtiment est
Fourier a décrit dédiée à l’accueil des étran-
avec un étonnant gers et des curieux, avec
luxe de détails salles de bal et de réunion.
ce palais imagi-
naire censé
abriter riches
et pauvres.

36 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


phénomènes étonnants : l’eau des océans travaux des champs sont privilégiés et la péricliter les unes
va se changer en limonade, de nouvelles es- spécialisation maximale. Les «choutistes» après les autres. Les Scop,
pèces animales, toutes domesticables, vont côtoient les «cerisistes», et des compéti- Après un long dignes héritières
faire leur apparition, tels l’anti-lion et l’anti- tions sont organisées pour départager les passage à vide, du fouriérisme
ours, serviables et dociles, ou encore l’anti- meilleurs cultivateurs de poires ou les l’idée d’associer
La France compte plus de
baleine, très pratique pour remorquer les meilleurs embouteilleurs de champagne… davantage les sa- 2 000 sociétés coopératives
navires. Enfin, les hommes vivront 144 ans Quant aux tâches dont personne ne veut, lariés à la bonne et participatives (Scop),
exactement, dont 120 consacrés à la pra- la question est vite résolue. Qui aime se marche de l’en- qui vont de la PME – les
tique intensive de la fornication… Manière salir ? Les enfants, bien sûr. C’est donc à treprise est très jouets Moulin Roty – à la
pour Fourier, par ailleurs auteur d’une eux que reviendra la collecte des ordures récemment reve- multinationale – le groupe
«Hiérarchie du cocuage» (où sont scrupu- ou le nettoyage des abattoirs… Le système, nue dans le dé- Chèque Déjeuner. Elles
leusement répertoriées les soixante-dix à en croire son inventeur, se révélera fort bat. Le socialiste emploient au total plus de
40 000 salariés, dont une
sortes de cocus !), d’exprimer sa foi en rentable, avec un taux de croissance annuel Arnaud Monte- majorité sont associés.
l’amour libre et son refus des conventions. des profits de 30% ! Et puisqu’il n’y a plus bourg en a fait
Aussi farfelu qu’il paraisse au premier de salariés au sens strict mais des associés sa martingale et
abord, ce célibataire endurci n’en reste pas partie prenante de l’entreprise, tout le 2012 a été décla-
moins un grand analyste de l’âme humaine. monde y gagnera. Les paysans percevront rée «année inter-
Et sa remise en cause de la société indus- 5/12e des bénéfices, les cadres 3/12e et les nationale des
trielle, dans laquelle il ne voit que malheur 4/12e restants viendront grossir le capital. coopératives» par
et chaos, débouche sur une vraie réflexion Fourier n’est pourtant pas un collectiviste l’ONU, qui voit
économique et sociale. Afin d’éradiquer pur et dur : dans ce «palais social», riches dans celles-ci un
la misère, il préconise de construire des et pauvres se côtoient, et la hiérarchie et la modèle commer-
phalanstères, de vastes bâtiments associant propriété privée sont conservées. cial utile pour
PHOTOS : BRIDGEMAN -THE GRANGER COLL / RUE DES ARCHIVES - DR

logement et travail, lesquels pourront contrebalancer


accueillir 400 familles, soit une «phalange» SON ACTUALITÉ Certains fouriéristes les excès du capitalisme. En France, la Scop
d’environ 1 600 personnes. Grâce aux ont tenté de populariser le phalanstère, sans (société coopérative et participative) appa-
économies d’échelle, tous les habitants grand succès. Le seul essai concluant sera raît souvent comme le dernier recours
bénéficieront de services collectifs élabo- le Familistère de Guise, dans l’Aisne. avant le licenciement. Dans le dossier Sea
rés : cantine, chauffage, éclairage, bains, Construit en 1859 par Jean-Baptiste André France, une Scop a été créée en 2012 avec
jardin d’enfants, bibliothèque… Quant au Godin, il n’avait pas de vocation agricole, 487 salariés (sur 880), mais après bien des
travail – consenti, varié et allégé – il sera mais industrielle : la fabrication d’appareils rebondissements, l’affaire a capoté et la
source de plaisir et d’émulation. Chacun de chauffage (les fameux poêles Godin, compagnie de ferries fut placée en liquida-
mettra la main à la pâte, mais seulement qui existent toujours). Devenu coopérative tion en 2015. Contrairement à ce que pen-
quelques heures par jour, en choisissant ce ouvrière en 1880, il finira par se muer en sait Fourier, la coopérative n’est pas la so-
qui lui plaît le plus et en passant autant que société anonyme en 1968. Aux Etats-Unis, lution miracle à la «vicieuse concurrence».
possible d’une activité à l’autre pour casser une trentaine de communautés de ce Mais, au cas par cas, c’est une alternative
la routine. Dans l’utopie fouriériste, les type ont vu le jour au XIXe siècle, avant de qui mérite d’être étudiée. Julie Noesser ◆

LA TOUR D’ORDRE LES APPARTEMENTS LES ATELIERS


Dominant la place centrale, Leur loyer varie dans une Une autre aile du bâtiment
dite place de Parade, elle per- fourchette de 1 à 20, selon est réservée aux activités les
met de rythmer les travaux leur taille. Mais les plus beaux plus bruyantes : charpenterie,
des champs au son du tocsin. jouxtent les plus modestes, forge… et leçons de musique
afin de favoriser l’«engrenage destinées aux enfants.
des diverses classes».

LES COURS
Agrémentées d’arbres, de jets
d’eau et de bassins, elles sont
censées faciliter le rapproche-
ment entre les familles.

LE PHALANSTÈRE :
UN FANTASME SOCIAL
INSPIRÉ DE VERSAILLES
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES POURFENDEURS DES INÉGALITÉS

Karl Marx prophétisait


l’effondrement du
capitalisme. Il est
toujours debout, mais
plutôt mal en point…
1818-1883

KARL MARX
Son œuvre donne des clés
pour comprendre la crise
É CRIVAIN FLEUVE, PENSEUR PROLIFIQUE, PHILOSOPHE,
HISTORIEN, ÉCONOMISTE, SOCIOLOGUE, PROPAGANDISTE…
EXALTÉ PAR LES UNS, DÉCRIÉ PAR LES AUTRES, IL REVIENT
SUR LE DEVANT DE LA SCÈNE DEPUIS PEU. MARX IS BACK ?

SA VIE Karl Marx voit le jour en 1818 à s’installe à Paris. Engels l’y croise en 1844,
Trèves (Rhénanie), alors sous domination c’est le début d’une amitié inaltérable. Ce fils
prussienne. Il est le deuxième d’une fratrie d’un riche industriel mettra régulièrement
de huit enfants. Après avoir obtenu son ses connaissances du monde économique et
baccalauréat, il entre à la fac, d’abord à ses moyens financiers au service de son ami.
Bonn, puis à Berlin à l’université Friedrich- Marx fréquente avec lui les cercles d’ouvriers
Wilhelm, où il se consacre à la philosophie. socialistes, français et allemands émigrés,
En 1841, il soutient une thèse de doctorat imprégnés des idées de Pierre-Joseph Proud-
et appartient alors au cercle des «jeunes hon. Dès lors, sa vie débordante se partage
hégéliens» qui cherchent à vider la philoso- entre l’activisme révolutionnaire, la re-
phie de leur maître, Hegel, de ses aspects cherche en économie et la quête d’argent,
métaphysiques. Il publie anonymement qui fait toujours défaut dans cette grande
avec Bruno Bauer un pamphlet : «La Trom- famille – le couple élèvera six enfants. Sous
pette du jugement dernier contre Hegel, la pression du gouvernement prussien, le
l’athée et l’antéchrist.» En avril 1842, Marx ministre de l’Intérieur, Guizot, ordonne
s’installe à Bonn et écrit pour le «Rhei- l’expulsion du fauteur de troubles en 1845.
nische Zeitung», un quotidien où il ren- La tribu s’installe alors à Bruxelles. Engels
contre Friedrich Engels et dont il démis- le rejoint et ensemble, ils commencent la
sionne un an plus tard. A 25 ans, il épouse rédaction de «L’Idéologie allemande», dont
Jenny von Westphalen, une amie d’enfance aucun éditeur ne veut. A la veille de la
de noble ascendance. Le jeune couple Suite page 40

LE PRINCIPE DE L’ÉCHANGE CAPITALISTE


DANS LA VISION LIBÉRALE DANS LA VISION
PHOTO : JOE SCHILLING / TIME & LIFE PICTURES / GETTY IMAGES

CLASSIQUE MARXISTE

Marchandises Argent Marchandises Argent Marchandises Plus d’argent

P our Adam Smith et David Ricardo, l’argent


est un simple intermédiaire qui permet à M arx renverse totalement la logique. D’après
lui, le but essentiel du capitaliste est
d’amasser de l’argent. Pour cela, il s’approprie
la production de s’écouler d’un bord à l’autre
du marché. La monnaie, affirme Jean-Baptiste une partie du travail du salarié qu’il emploie
Say, n’est qu’un «voile posé sur l’économie.» sous forme de plus-value. C’est l’exploitation.

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 39


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES POURFENDEURS DES INÉGALITÉS

"Le prolétariat est le groupe social le plus aliéné :


Suite de la page 39 économique. En 1859, il publie une voit dans leur Conseil l’ébauche de la dic-
révolution de février 1848, en France, les «Contribution à la critique de l’économie tature du prolétariat. L’AIT se déchire
deux compères parviennent cette fois à pu- politique», où sont présents les éléments entre partisans de Bakounine – qui refu-
blier «Le Manifeste du parti communiste», essentiels du «Capital». «Je ne pense pas sent tout rapprochement avec un gouver-
qui deviendra l’un des livres les plus traduits qu’on ait jamais écrit sur l’argent tout en en nement, fût-il partisan de l’autogestion – et
et les plus lus dans le monde. Illico, Marx manquant à ce point», note-t-il à l’époque. soutiens de Marx. Le conflit conduit à la
est expulsé de Belgique avec sa famille pour La situation matérielle du foyer s’améliore dissolution de l’Association.
avoir manqué à sa promesse de ne pas se quelque peu après le décès de la mère de La santé du couple Marx est de plus en
mêler de la vie politique. Il retourne à Paris, Karl, dont il hérite. Le 28 septembre 1864, plus fragile ; en 1881, Jenny décède d’un
peu de temps, Marx assiste au cancer. Deux ans plus tard, c’est au tour de
avant de partir à meeting ouvrier Karl. Engels poursuit l’œuvre de son ami
Londres, où il ré- «MARX EST UN ABSOLU CHANTRE international de à partir des documents et textes qu’il a
DU CAPITALISME, DE LA
side jusqu’à la fin BOURGEOISIE, DU LIBÉRALISME, St Martin’s Hall, retrouvés : le Livre II du «Capital» est pu-
de ses jours. L’exil DE LA MONDIALISATION…» à Londres, où se blié en 1885, le Livre III en 1894. En hom-
est difficile et les décide la fonda- mage à son compagnon de route, il unifie
centaines d’arti- Jacques Attali tion de l’Associa- enfin le mouvement ouvrier en fondant la
cles que ce bour- tion internatio- IIe Internationale en 1889.
reau de travail rédige pendant cette période nale des travailleurs (AIT), la première
suffisent à peine à nourrir les siens. «Ma Internationale, dont il rédige le préambule SES THÉORIES L’œuvre de Marx est
femme est malade, la petite Jenny est ma- et les statuts, adoptés à l’unanimité. Les pu- fondée sur la lecture critique de trois pen-
lade. Je ne peux appeler le médecin, faute blications s’enchaînent alors : «Salaire, prix sées : la philosophie de Friedrich Hegel,
d’argent pour les médicaments», écrit-il. et profit», en 1865, et surtout le Livre I du l’économie politique anglaise d’Adam
Tenace, il fréquente assidûment la biblio- «Capital», qui paraît à Hambourg en 1867. Smith et David Ricardo, et le socialisme
thèque du British Museum pour avancer Durant la Commune de Paris (1871), Marx «utopique» français. Il bâtit une philoso-
dans ses recherches et peaufiner son œuvre se range du côté des Communards, car il phie de l’histoire en empruntant à Hegel la
PHOTOS : KCN A / XINHUA PRESS / CORBIS - PASCAL SITTLER / REA - DR

40 HORS-SÉRIE CAPITAL AVRIL-MAI 2016


Aucune
par le travail, l’argent ou la religion" pommade n’arrivait
à le soulager
«La bourgeoisie se sou-
méthode dialectique, «qui marchait sur la satisfaire des besoins primaires, qui ne re- de la division ma- viendra longtemps de mes
tête», mais qu’il «remet sur ses pieds». Des flètent pas sa nature humaine : manger, nufacturière du furoncles», écrit un jour
classiques anglais, il reprend la division du boire, dormir, se vêtir et procréer. L’argent travail, création Marx, perclus de douleur
travail et la valeur travail, mais en révélant aliène parce qu’il transforme un bien réel spécifique du par ses crises à répétition.
l’opposition des intérêts entre la bourgeoi- en une valeur abstraite à l’aune de laquelle mode de produc- L’hygiène précaire de son
sie et le prolétariat, et en analysant les dys- tout est pesé, évalué, disséqué. Il crée des tion capitaliste. foyer londonien et les
fonctionnements du capitalisme. Quant au besoins artificiels, affirme Marx, qui ren- «La productivité nuits qu’il passe assis à
travailler n’arrangent rien.
socialisme français, qualifié de «petit-bour- dent dépendant l’individu. Quant à l’alié- du travail tient
geois», il n’aura de cesse de le combattre nation par la religion, elle est, comme avant tout à une
pour mieux l’abattre et faire triompher sa l’aliénation par la politique, un dérivatif : division du travail
thèse de la dictature du prolétariat, de la «La misère religieuse est, d’une part, l’ex- plus poussée, à la
révolution nécessaire et du communisme pression de la misère réelle et, d’autre part, généralisation et
comme inéluctable avenir d’une humanité la protestation contre la misère réelle, le au perfectionne-
enfin débarrassée de la lutte des classes. soupir de la créature accablée, le cœur ment constant du
Le concept d’aliénation est central dans d’un monde sans cœur, comme elle est machinisme. A
la première partie de l’œuvre de Marx l’esprit d’un temps sans esprit. Elle est mesure que gran-
(«Manuscrits de 1844»). C’est un proces- l’opium du peuple.» C’est sur cette idée dit l’armée des
sus de dépossession, de séparation. Le pro- d’asservissement que Marx bâtit son cor- travailleurs entre
létariat est le groupe social de l’aliénation pus doctrinal : seule la société communiste lesquels le travail
maximale par le travail, par l’argent, par la en viendra à bout et affranchira les est réparti […], les frais de production di-
religion, par la politique. Le prolétaire ne hommes, qui seront enfin libres. Mais pour minuent proportionnellement et le travail
s’appartient pas, il est devenu étranger en arriver là, il faut analyser le système devient plus fructueux» («Travail salarié et
– «alienus», en latin – à lui-même. Certes, capitaliste, afin de mieux le combattre. capital», 1849). Dépossédé de son savoir-
le travail est le propre de l’homme, mais Revenant sur les analyses d’Adam Smith, faire, l’ouvrier n’est plus qu’un rouage dans
le prolétaire ne cherche à travers lui qu’à Marx sépare la division sociale du travail Suite page 42

LES DERNIERS BASTIONS DU MARXISME

Q
uelques pays dans le lointain de l’abolition de la en dépit de discours révolu-
monde se réclament propriété privée souhaitée tionnaires et populaires, que
encore du marxisme : par Marx. Ce dernier ne goû- de se maintenir au pouvoir
la Chine, le Vietnam, tait guère l’idée de collectivi- et de continuer à profiter de
la Corée du Nord et Cuba ser les grands entreprises. ses prébendes. Toutefois,
s’affichent comme les héri- Dans une lettre à la socialiste le système a évolué dans des
tiers du penseur de la révolu- allemande Clara Zetkin, il directions différentes. Ainsi,
tion mondiale. Cependant, écrivait : «Si les nationalisa- la Corée du Nord, et dans
c’est plutôt la version mise au tions étaient le socialisme, une moindre mesure Cuba,
point par Lénine et Staline, Bismarck serait le premier restent figés dans le stalinisme
le marxisme-léninisme, qui socialiste d’Europe pour avoir des années 1950, fait de
domine. Deux «innovations» nationalisé la Poste.» Pas sûr surveillance policière et de
ont été introduites : le parti non plus que le parti unique, prisons, de parades militaires
unique, censé être l’incarna- tel qu’il fonctionne dans et de discours agressifs visant
tion de la dictature du prolé- ces pays, l’aurait beaucoup à masquer la grande misère
tariat, qui à ce titre ne doit séduit : son Bureau politique du peuple. En revanche, en
subir aucune contestation, et décide de tout et constitue Chine et au Vietnam, l’intro-
les nationalisations, avatar avec la hiérarchie policière, duction du «socialisme de
militaire et administrative marché» et la modernisation
En Corée du Nord, un une oligarchie qui accapare à marche forcée ont permis
Kim (Jong-un) a chassé les privilèges tout en mainte- d’abandonner partiellement
l’autre (Jong-il) en nant le peuple sous une férule la propriété collective au pro-
décembre 2011. Sans féroce et stérilisante. L’appa- fit d’un modèle mi-capitaliste,
inflexion politique
majeure : le fils marche reil d’Etat gère la propriété mi-communiste. La tutelle
en bon tyran dans les nationale en fonction de ses du parti et de l’armée reste
traces de son père. intérêts, sans autre objectif, malgré tout implacable.

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 41


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES POURFENDEURS DES INÉGALITÉS

En 1857, le krach boursier venu


des Etats-Unis le faisait piaffer. LA LUTTE DES
Qu’aurait-il pensé en 2008 ?
Suite de la page 41 drales gothiques, elle a mené à bien de tout
la production : «L’introduction des ma- autres expéditions que les invasions et les
chines et la division du travail, dépouillant croisades. C’est elle qui, la première, a fait
l’ouvrier de son caractère individuel, lui voir ce dont est capable l’activité humaine.»
ont enlevé tout attrait. Le producteur de- Il n’empêche : «Un spectre hante l’Europe :
vient un simple appendice de la machine, le spectre du communisme.»
on n’exige de lui que l’opération la plus Les analyses et les théories de Marx – le
simple, la plus monotone, la plus vite «marxisme» – ont connu des fortunes di-
apprise.» («Le Capital», 1867) verses dans lesquelles le principal intéressé
Le deuxième argument décisif, l’exploita- ne s’est jamais reconnu («Je ne suis pas
tion, repose sur une habile déconstruction marxiste», dira Marx à la fin de sa vie). Elles
de la valeur travail. Pour Ricardo, son in- ont parfois été infléchies dans le sens de la
venteur, la valeur d’une marchandise est dé- social-démocratie, en France avec Jaurès
terminée par la quantité totale de travail qui et Blum, en Allemagne avec Bebel, débou-
a servi à la produire. Mais la force de travail chant même sur l’abandon de la notion de
est une marchandise comme les autres, ré- dictature du prolétariat et l’acceptation de
torque Marx. Il y a même un marché spé- la démocratie, comme au Congrès
cifique pour elle. Or, constate-t-il, le du SPD à Bad Godesberg en
prolétaire travaille une partie du 1959. Inversement, Lénine
temps pour lui-même, pour ga-
gner son «salaire de subsis-
Il a vu juste et l’URSS ont durci les
concepts d’exploitation et
tance», et une autre partie du LE CHÔMAGE EST de lutte des classes,
temps pour rémunérer son em- BEL ET BIEN UNE transformant le régime
CONSÉQUENCE
ployeur ; c’est le sur-travail, qui INÉLUCTABLE DU communiste en un vaste
produit une sur-valeur ou plus- CAPITALISME Goulag. Mao Zedong, à
value. De là, Marx oppose les la suite de Staline, condui-
deux classes, celle qui pos- sit la Chine sur la même
sède les moyens de produc- voie. Cependant, les limites
tion et les prolétaires qui
ne possèdent que leurs Il s’est trompé économiques et sociales du
régime soviétique, qui menait le
bras. La classe ouvrière LE SYSTÈME pays à la ruine et le peuple à la
affronte la classe bour- NE S’EST JAMAIS misère, furent de plus en plus
geoise comme les serfs EFFONDRÉ, QUELLE manifestes. Finalement, le co-
affrontaient les seigneurs QU’AIT ÉTÉ L’AMPLEUR losse s’écroula de lui-même, en
DE LA CRISE
à l’époque médiévale ou dépit des tentatives de réformes
les esclaves, les maîtres dans lancées par Mikhaïl Gorbatchev.
l’Antiquité. «Ce n’est pas la Et avec lui, l’idée communiste elle-
conscience des hommes qui déter- même. Et puis vint la crise de 2008, qui
mine leur être ; c’est inversement leur être provoqua, à défaut de «retour», un regain
social qui détermine leur conscience», d’intérêt autour de Marx.
soutient Marx dans sa «Contribution à la
critique de l’économie politique». Ainsi se SON ACTUALITÉ Si Marx et Engels ne
succèdent des «modes de production» cessent de lutter contre la société capita-
caractérisés par une tension plus ou moins liste en tentant d’encadrer et d’organiser
grande entre les classes – les rapports les travailleurs, ils comptent aussi sur les
sociaux. Tension qui ne disparaîtra que contradictions internes du capitalisme
lorsque le prolétariat, n’ayant personne en pour l’abattre. Ils se réjouissent notam-
dessous de lui à exploiter, aura brisé ses ment de la panique boursière de 1857
chaînes et établi la société communiste. venue des Etats-Unis – tiens donc… – suite
Cependant, dans «Le Manifeste du parti à la faillite d’une banque de l’Ohio et qui,
communiste», Marx et Engels recon- par ricochet, frappe rapidement l’Angle-
naissent l’apport de la bourgeoisie à l’essor terre. Pour Marx et Engels, qui lui en fait
de l’humanité : «La bourgeoisie a créé de le récit détaillé depuis Manchester, ce pre-
tout autres merveilles que les pyramides mier krach est le signe manifeste que
d’Egypte, les aqueducs romains, les cathé- l’accumulation du capital entraîne une
42 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
baisse du taux de profit qui conduit à l’en-
volée des investissements purement spécu-
CLASSES EN POCHE, EN BULLES ET EN COULEURS latifs, ces derniers entraînant inévitable-
ment une crise financière, prélude au

M
arx attaque. En librairie, soulèvement des masses. En ce sens, la
en tout cas. Jusqu’ici, crise actuelle peut être lue comme une
les ventes restaient confi- «crise marxiste», dont les enchaînements
dentielles. Grâce à la semblent correspondre à la théorie. Ne
crise, elles décollent. Depuis 2008, manque que la révolution, dont plus grand
les rééditions en livre de poche du monde à dire vrai ne pense, comme le
«Capital» se sont succédé, atteignant
plus de 20 000 exemplaires en cumul,
selon les chiffres relevés «JE SUIS LE DERNIER
fin janvier par le service MARXISTE FRANÇAIS…
Edistat. La palme revient À CERTAINS ÉGARDS»
au manga «Le Capital», Alain Minc
publié en deux tomes par
Soleil, avec une préface
d’Olivier Besancenot. croyait l’optimiste Marx, qu’elle surgit iné-
Une reprise d’un éditeur luctablement de «l’effondrement final».
japonais, East Press, A cette – grosse – nuance près, il n’est pas
qui a fait paraître égale- incongru d’appliquer une grille de lecture
ment «Guerre et Paix» «marxiste» au bourbier dont les pays occi-
et… «Mein Kampf». Avec 28 000 dentaux essaient aujourd’hui de s’extraire.
exemplaires écoulés, les Français ont A partir des années 1980, la hausse des
visiblement adoré voir le barbu mis prix des matières premières et la concur-
en bulles. Ils se régaleront sûrement à rence des pays émergents font chuter la
la lecture du «Manifeste rentabilité du capital. Pour lutter contre
du parti communiste» cette tendance, les actionnaires et les
qui vient tout juste de gestionnaires capitalistes accroissent les
débouler, toujours chez inégalités dans le partage des revenus au
Soleil, dans le même détriment des salariés, ce qui veut dire, en
format. Le «Karl Marx termes marxistes, qu’ils augmentent la
ou l’esprit du monde» de plus-value prélevée sur le travail. Cette
Jacques Attali affiche lui situation conduit à un affaiblissement de
aussi un joli score : plus la demande – les salariés ont moins d’ar-
de 20 000 acheteurs pour gent à dépenser – et à une hausse des pro-
sa version poche, sortie fits. Mais ces derniers ne peuvent plus être
en 2007. Même les enfants ont droit à investis dans l’outil de production puisque
leurs cours illustré sur le matérialisme la demande est anémique. Ils sont donc
historique. Signé Ronan de Calan, redirigés vers des produits financiers
maître de conférences à la Sorbonne, spéculatifs (dérivés de crédit, «subprimes»
«Le Fantôme de Karl et autres). L’engouement autour de ces
PHOTOS : DAS KAPITAL © VARIETY ART WORKS, EAST PRESS- JP GUILLOTTEAU / EXPRESS-REA - DR

Marx» a trouvé plus de instruments dont on ne sait plus, au final,


2 600 capitalistes prêts ce qu’ils recouvrent conduit à la débâcle
à débourser 13,5 euros du système que nous connaissons aujour-
pour élever la conscience d’hui et à la révélation de la faiblesse de la
sociale de leurs chères demande. Cette analyse s’applique parfai-
têtes blondes… tement à l’Europe et, dans une moindre
Beaucoup plus sérieux, mesure, aux Etats-Unis. Par contre, elle
«Marx, prénom : Karl» est moins recevable pour les pays émer-
(Pierre Dardot et Chris- gents, où la consommation continue de
tian Laval) et «Entretien tirer l’investissement.
avec Karl Marx» (Henri Pena-Ruiz) se Marx a donc fourni des clés pour la com-
sont ajoutés en mars à la «Marxmania» préhension du monde capitaliste qui,
littéraire. Lecteurs de tous les pays, 150 plus tard, n’ont rien perdu de leur
unissez-vous ! Ou cotisez-vous… pertinence. Le foisonnement d’ouvrages
qui lui sont consacrés en témoigne. Cepen-
«Le Capital» est l’œuvre majeure de dant, sa vision politique qui, il n’y a pas si
Marx. Elle est aussi la moins lue, car longtemps, fascinait une bonne moitié de
la plus ardue. L’expliquer en images, l’humanité, semble condamnée à n’être
un pari audacieux et réussi ! plus qu’une relique de l’histoire.
Patrick Eveno◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 43
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES POURFENDEURS DES INÉGALITÉS

WILLIAM
1879-1963

BEVERIDGE
L’inventeur de
la Sécurité sociale
A LLOCATIONS CHÔMAGE ET MALADIE, SOINS
MÉDICAUX GRATUITS, PENSIONS DE RETRAITE…
LA RÉFORME PORTÉE EN 1942 PAR LE PATRON
DE LA LONDON SCHOOL OF ECONOMICS
A CHANGÉ LE DESTIN DES SALARIÉS EUROPÉENS.

SA VIE Issu de la bonne société anglaise, vement réformateur anglais du début du


William Beveridge n’avait rien qui le pré- siècle. C’est elle qui le présente à Winston
destinait à devenir un grand réformateur. Churchill en 1908. Quand ce dernier est
Fils d’un haut fonctionnaire colonial (son nommé ministre de l’Economie dans le
PHOTOS : ROGER VIOLLET - GETTY

père est juge à l’Indian Civil Service), il gouvernement libéral d’Asquith, il recrute
naît en 1879 au Bengale, dans la partie Beveridge et lui confie l’organisation de
orientale de l’Empire des Indes. Logique- l’assurance chômage. Ses idées novatrices
ment, il est envoyé à Oxford pour faire son sont reprises par le Premier ministre de
droit. Mais la carrière de juriste qui s’ouvre l’époque, Lloyd George, et mènent au
à lui ne le passionne guère. En 1902, il se vote du National Insurance Act de 1911,
fait embaucher au qui préconise la création du premier sys-
Toynbee Hall, une tème de Sécurité sociale.
Le chancelier institution chari- Le conflit de 1914-1918 interrompt la SES THÉORIES En exigeant la mise en
qu’il a étudié table de l’East dynamique. En 1919, Beveridge quitte la sommeil de la lutte des classes face à la
dans le texte End. En contact fonction publique pour prendre la direc- menace nazie, le gouvernement anglais
quotidien avec la tion de la toute nouvelle London School of provoque une attente immense dans la po-
Elevé par une gouvernante misère, il s’inté- Economics (LSE), poste qu’il occupera pulation. La réponse, au lendemain de la
allemande et parfaitement resse très vite aux jusqu’en 1937. Durant cette période, il se victoire, doit être révolutionnaire. Elle
bilingue, Beveridge s’est questions sociales consacre à l’écriture d’ouvrages sur l’his- l’est. Pour bâtir «une nouvelle Jérusalem»
rendu en 1907 sur les terres
de Bismarck pour analyser et commence à toire des prix. La Seconde Guerre mon- où tout le monde vivra à l’abri du besoin
en détail le système de écrire des articles diale va lui offrir l’occasion de faire – «from womb to tomb» («du ventre de la
protection sociale mis en pour le quotidien connaître ses idées et, surtout, de les voir mère à la tombe») –, Beveridge préconise
place dix-huit ans plus «Morning Post». se concrétiser. Alors que la Grande-Bre- de s’attaquer en même temps à tous les
tôt par le Prussien. Sans s’afficher so- tagne est le seul pays d’Europe à résister maux de la société. «La misère n’est que
cialiste, Beveridge au Reich, il est chargé par le gouvernement l’un des cinq obstacles que nous ren-
reprend les idées de réfléchir à un modèle social propice à la contrerons sur la route de la reconstruc-
du milieu intellec- reconstruction d’après-guerre. Publié en tion, affirme-t-il en 1942, et en un sens,
tuel progressiste 1942, le «Rapport Beveridge» promet à c’est le plus facile à combattre. Restent
dans lequel il évo- chaque citoyen d’être protégé contre les la maladie, l’ignorance, l’oisiveté et l’insa-
lue, en particulier risques de l’existence. Son auteur, anobli lubrité.» De 1946 à 1948, le gouvernement
celles de Beatrice en 1946, prendra ensuite la tête du parti travailliste de Clement Attlee suit à la
Webb, figure de la libéral à la Chambre des lords et poursui- lettre ces préceptes : le National Insurance
Fabian Society, le vra en parallèle ses travaux d’économie Act accorde à tous les travailleurs, salariés
très influent mou- jusqu’à sa mort en 1963. ou indépendants, ainsi qu’à leurs familles,
44 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
IL FAUT
LIBÉRER
L’HOMME DU
BESOIN ET
DU RISQUE
Les fameux modèles
suédois ou danois
doivent beaucoup
aux réflexions de
ce lord anglais.

financer le système par des cotisations


(patronales et salariales) et d’en confier la
gestion à des organismes paritaires.
Les maternités
(ici dans la banlieue SON ACTUALITÉ Sécurité sociale et
de Londres) et les plein-emploi doivent aller de pair, avait pré-
allocations familiales venu Beveridge. Car l’Etat providence n’a
étaient au cœur de de sens que dans le cadre d’une croissance
l’Etat providence forte, soutenue par la dépense publique.
voulu par Beveridge. Une vision partagée alors par Keynes, son
compatriote. Mais si la conjoncture écono-
mique se dégrade, comment maintenir le
navire à flot ? Cette question est au cœur
une couverture contre le chômage et la d’attente… Dès la première année, la dé- des débats depuis la fin des Trente Glo-
maladie, des allocations de maternité, de pense publique grimpe à 400 millions de rieuses. La France a fait un choix médian :
retraite, et aux veuves des pensions de livres, soit 3,5% du PNB ! Mais la Grande- notre Sécu penchait à l’origine du côté de
reversion. Le National Assistance Act Bretagne peut dès lors se targuer de dispo- Bismarck – le montant des prestations est
complète le système par un minimum vital ser du meilleur système de santé au monde. déterminé par celui des cotisations – mais
garanti pour les plus démunis, avec à la clé Elle va d’ailleurs servir d’exemple à de elle a, au fil des années, dérivé vers Beve-
la suppression des tests humiliants qui nombreux pays européens (Danemark, ridge, avec l’instauration des CSG et CRDS
prévalaient jusqu’alors pour justifier l’aide Suède, Norvège, Finlande, Irlande) où (impôts qui la financent), du RMI, du RSA
demandée. Pour finir, le National Health s’impose l’idée d’un Etat interventionniste. ou de la CMU (filets de sécurité qui la com-
Service Act instaure la gratuité totale des Ce «Welfare State» (ou «Etat provi- plètent). L’aggravation continue du fameux
soins et des médicaments. Inutile de dire dence») n’est pas un rafistolage des vieux «trou» – 12,8 milliards d’euros de déficit
que cette réforme suscite dans un premier systèmes d’assistance publique d’avant- en 2015 pour le seul régime général – a
temps une levée de boucliers de la part des guerre. Conformément à la philosophie de montré les limites de ce «ni-ni».
médecins, tous fonctionnarisés après la Beveridge, il vise à offrir à tous les citoyens, «Réjouissons-nous que la France n’ait
nationalisation massive des hôpitaux. Des quel que soit le montant de leurs revenus, pas suivi à la lettre les recommandations
concessions sont faites (quotas de lits les mêmes avantages. Quitte à reprendre du rapport Beveridge», écrivait en 2012 un
payants, indemnisation des praticiens pro- par le biais de l’impôt autant – voire davan- ténor politique français. Nicolas Sarkozy ?
priétaires de leur cabinet…) et le système tage – que ce qui a été donné par la soli- Perdu. C’est François Hollande, parlant au
se met en place dans une atmosphère darité. C’est la différence majeure avec nom de la défense du «modèle français» et
euphorique. Surconsommation de lunet- l’autre modèle de protection sociale de «la place qu’il réserve aux acteurs so-
tes, multiplication des consultations chez imaginé au XIXe siècle par le chancelier ciaux». Les bismarckiens ne sont pas tou-
les spécialistes, engorgement des salles allemand Bismarck, qui proposait de jours ceux que l’on croit. Julie Noesser ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 45
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES POURFENDEURS DES INÉGALITÉS

JAMES TOBIN
financières
James Tobin
voulait mettre
un peu de
sable dans
1918-2002
l’engrenage

C
de la finance
mondiale.
E KEYNÉSIEN PROPOSAIT, DANS LES ANNÉES 1970,
DE PONCTIONNER UNE PART INFIME DES MILLIARDS DE
DOLLARS QUI S’ÉCHANGEAIENT SUR LE MARCHÉ DES
DEVISES. L’IDÉE A FAIT SON CHEMIN. ET SA POSTÉRITÉ.
SA VIE James Tobin est né dans l’Illinois dont on connaît à l’époque les effets dévas- et de la monnaie», de taxer les mouvements
d’un père journaliste et d’une mère assis- tateurs sur les économies. Elle doit aussi de capitaux afin de lier durablement les
tante sociale qu’il voit combattre la pau- encourager les investissements à long investisseurs à leurs actifs ? Problème : l’en-
vreté dans un pays touché par la terrible terme, les plus à même de stabiliser le sys- trée dans l’ère de l’informatique au début
dépression des années 1930. Après un doc- tème monétaire international. Vite écartée, des années 1970 s’accompagne d’un formi-
torat d’économie à Harvard, le jeune cette proposition, censée «jeter quelques dable accroissement de la vitesse et du
homme rejoint l’université Yale pour y en- grains de sable dans les rouages de la fi- nombre des opérations financières. Com-
seigner, entre 1950 et 1988. Conseiller de nance internationale», est certes auda- ment les suivre et trier le bon grain de
John Kennedy entre 1961 et 1962, il parti- cieuse, mais pas si originale pour ce disciple l’ivraie ? Si l’idée n’a jamais soulevé l’en-
cipe à la mise en place de la politique de de Keynes : le bon maître ne proposait-il thousiasme des secrétaires américains au
«tax-cut», qui consiste à amorcer la relance pas, dès 1936, dans le chapitre 12 de sa Trésor ou des gouverneurs des banques
économique par une réduction des prélè- «Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt centrales européennes, elle a tout de même
vements obligatoires. En 1971, il revient à
la Maison Blanche auprès de Richard
Nixon pour l’aider à affronter la crise éco-

OUI OUI OUI


nomique naissante. Le 15 août 1971, le pré-
sident américain décide de renoncer à la
parité or-dollar pour limiter l’inflation et
éviter l’épuisement du stock aurifère des COMMISSION FRANCE Nicolas Sarkozy ESPAGNE Mariano
Etats-Unis. S’ouvre alors une ère de flotte- EUROPÉENNE J.-M. est prêt à faire cavalier Rajoy, le nouveau Premier
ment généralisé des monnaies. Barroso propose de verser seul sur cette taxe. Votée ministre, y est favorable,
C’est dans ce contexte d’abandon pro- les deux tiers des recettes par l’Assemblée, elle est même s’il admet qu’il faut
au budget de l’Union. entrée en vigueur mi-2012. «étudier certains détails».
gressif du principe des taux de change fixes
– le système de Bretton Woods prendra dé-
finitivement fin en 1976 – que le conseiller
Tobin propose, en 1972, de taxer les mou-
vements à court terme sur les devises.
Membre de la gauche réformiste, il pro-
meut un libéralisme «soft» et milite en fa-
veur de politiques économiques interven-
tionnistes. A ce titre, il bataille ferme contre
la feuille de route de Ronald Reagan dans
les années 1980, largement inspirée du mo-
nétarisme de Milton Friedman. Sa «théorie
du portefeuille optimal», qui permet de
comprendre comment les investisseurs
– ménages ou entreprises – décident d’in- EN 2012, L’EUROPE
PHOTOS : AP / SIPA - JOHN THYS / AFP - DR

vestir dans les actifs financiers ou réels et


de s’endetter, lui vaut de recevoir le «prix SE DEMANDE SI ELLE DOIT
Nobel» d’économie en 1981.
ADOPTER LA "TTF"
SES THÉORIES La taxe sur les achats et
ventes de monnaie, dont Tobin situe la four-
chette entre 0,05 et 0,2%, vise à limiter les
«allers-retours» sur le marché des changes,
46 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
Sa taxe sur les transactions
agite l’Union européenne
séduit certains hommes politiques français. narquois : «Leurs intentions sont bonnes, suggéré qu’elles puissent être versées à la
Evoquée par François Mitterrand puis par j’imagine, mais les propositions qu’ils font Banque mondiale et mises au service des
Jacques Chirac et son Premier ministre manquent de réflexion. A moins que sim- pays les plus pauvres, il n’avait, à dire vrai,
Lionel Jospin en 2001, il a fallu attendre plement je ne comprenne pas. Je suis éco- pas franchement planché sur le sujet.
janvier 2012 pour que Nicolas Sarkozy la nomiste, et comme la plupart des écono-
juge «techniquement possible, financière- mistes, je défends le libre-échange. De SON ACTUALITÉ Conçue à l’origine pour
ment indispensable, moralement incon- plus, je soutiens le Fonds monétaire inter- régler un strict problème de devises, la taxe
tournable» et la fasse voter à l’Assemblée national (FMI), la Banque mondiale et Tobin a vu son champ d’action modifié par
dans le projet de budget rectificatif 2012. l’Organisation mondiale du commerce Nicolas Sarkozy, qui l’a fait porter, à hau-
Le paradoxe, c’est que cette taxe, qui a (OMC), tout ce à quoi ces mouvements teur de 0,1%, sur les échanges d’actions
fait connaître James Tobin au grand public, s’en prennent. On détourne mon nom.» entre sociétés dont la capitalisation bour-
n’était guère au centre de ses préoccupa- Pour les altermondialistes, l’idée d’une sière dépasse le
tions. Pire : la récupération de ce keynésien taxe sur les opérations financières permet milliard d’euros.
tranquille par le courant altermondialiste de poser sur la table la question des place- Et à hauteur de Il a découvert
n’a jamais cessé d’étonner l’intéressé, ments spéculatifs, mais elle ouvre surtout la 0,01% sur les «cre- la Méditerranée à
encombré par cette soudaine notoriété. voie à une réflexion sur la redistribution des dit default swaps» bord d’un destroyer
«Je n’ai rien de commun avec les praticiens richesses à l’échelle de la planète. Tobin, lui, (CDS), des pro- L’attaque japonaise sur la
de cette révolution contre la mondialisa- ne songeait qu’à ralentir les transactions. duits financiers base américaine de Pearl
tion», déclarait-il à l’hebdomadaire alle- «Les recettes ne sont, pour moi, que secon- très spéculatifs Harbor en 1941 a poussé
mand «Der Spiegel» en 2001. Et d’ajouter, daires», disait-il. Et s’il avait lui-même qu’on accuse Tobin à s’engager dans la
d’avoir entraîné la Navy. Officier sur le «USS
crise bancaire de Kearny», il prendra une
2007 et, par rico- part active à la campagne

RÉSERVÉE RÉSERVÉ NON


chet, celle de la d’Afrique du Nord, puis au
débarquement en Provence.
dette dans la zone
euro. Le président
ALLEMAGNE Angela ITALIE Mario Monti ROYAUME-UNI David français s’est ef-
Merkel souhaite un accord ne l’envisage que si les Cameron y voit «une folie» forcé ensuite de
global de l’Union. Mais son 17 pays de la zone euro se d’essence bureaucratique convaincre les
opposition – Verts et SPD – mettent d’accord. Ce qui qui pourrait coûter 500 000 autres Etats euro-
la presse de passer outre. est loin d’être le cas. emplois à l’Europe.
péens de le suivre
dans cette voie.
Sans grand succès.
Impossible à 27
puisque la Suède,
le Royaume-Uni
et la République tchèque y sont hostiles,
le consensus peine aussi à émerger parmi
les 17 membres de la zone euro. En mars
2012, les ministres des Finances, réunis à
Bruxelles, ne sont pas parvenus à se mettre
d’accord. Rebelote en décembre 2015.
Ironie de l’histoire : en 2001, une taxe frap-
Les partenaires de la pant «les transactions sur les devises» avait
France sont divisés déjà été votée par l’Assemblée nationale.
quant à l’idée de taxer, Mais, faute de décret fixant son taux, elle
même à la marge, n’a jamais été appliquée. Son dernier alinéa
les flux de capitaux. précisait qu’elle ne prendrait effet qu’à
«la date à laquelle les Etats membres de la
Communauté européenne» l’auraient
eux-mêmes intégrée dans leur législation.
Ce qui, évidemment, n’est pas arrivé. Bis
repetita ? Eric Godeau ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 47
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES POURFENDEURS DES INÉGALITÉS

AMARTYA SEN LES PLUS RICHES


SONT-ILS LES
PLUS HEUREUX ?

Les fruits de
Né en 1933 LA MESURE CLASSIQUE
DES PAYS DÉVELOPPÉS…

la croissance doivent
LE PIB PAR HABITANT
EN
RANG PAYS DOLLARS
1. Luxembourg 115 542

être mieux répartis


2. Qatar 105 637
3. Norvège 102 331
4. Suisse 82 971
5. Australie 62 127
6. Danemark 602 56

S
7. Suède 59 595
8. Etats-Unis 54 609
ES TRAVAUX SUR LA FAMINE ET LA PAUVRETÉ 9. Singapour 53 671
10.
ONT RÉSONNÉ BIEN AU-DELÀ DES FRONTIÈRES Canada 53 118
19. France 44 730
DE L’INDE, SON PAYS NATAL. GRÂCE À LUI,

+
LES CAMPAGNES INTERNATIONALES D’AIDE AU E n 2014, le Luxembourg était
le pays le plus riche, selon
le FMI. En termes de produit in-
DÉVELOPPEMENT ONT GAGNÉ EN EFFICACITÉ. térieur brut rapporté au nombre
d’habitants, le Qatar a dépassé
MÊME S’IL RESTE BEAUCOUP À FAIRE… la Norvège. L’Allemagne (18e)
est devant la France.

SA VIE Amartya Sen est né en 1933 en son pays dont il a conservé la nationalité.
Inde, dans une famille de la classe moyenne Ses nombreux voyages et ses trois mariages … ET L’INDICE CONÇU
supérieure. Son père était professeur de ne l’ont jamais coupé de ses racines. Acca- PAR AMARTYA SEN
chimie, son grand-père enseignait le sans- blé par la misère qu’il a côtoyée de si près,
krit et la philosophie dans une école fon- il a consacré son existence et ses travaux à LE DÉVELOPPEMENT HUMAIN
VALEUR DE
dée par Tagore. Ce grand romancier, figure la question des inégalités. RANG PAYS L’INDICE
de l’indépendance de l’Inde et premier
Asiatique prix Nobel de littérature, aurait SES THÉORIES Le souvenir de la famine 1. Norvège 0,944
0,935
soufflé aux Sen le prénom Amartya, qui si- dont il fut le témoin à 10 ans, au Bengale, 2. Australie
gnifie «immortel». Elève brillant, le jeune hante son œuvre. Faute de pouvoir oublier 3. Suisse 0,930
homme étudie à Calcutta – il est diplômé le «défilé innombrable de gens qui traver- 4. Pays-Bas 0,922
en mathématiques du Presidency College saient [son] village, ces êtres émaciés aux Etats-Unis 0,915
5.
en 1953 –, puis en Angleterre, au Trinity joues creuses, aux yeux hagards, qui sou- 0,914
College de Cambridge. vent portaient dans leurs bras des enfants 6. Allemagne
7. Nouvelle Zélande 0,913
Bien qu’épris d’équations, c’est finale- n’ayant plus que la peau sur les os», Amar-
ment vers la philosophie et l’économie tya Sen en fait un objet de recherche à la fin 8. Canada 0,913
qu’il se tourne, influencé dans ce choix des années 1970. Pour lui, les problèmes 9. Singapour 0,912
par son professeur à Cambridge, Amiya socio-économiques majeurs, comme la 10. Danemark 0,908
Dasgupta, à qui il dédiera son livre phare sous-nutrition, sont de nature politique. Le
«Pauvreté et famines» (1982). A 23 ans, il drame bengalais de 1943 – dont le bilan est 20. France 0,888
devient lui-même professeur d’économie estimé à 3 millions de morts – et, plus gé- développement
Là 1’indi ce de
PHOTOS : KAZAM MEDIA / REX FEATURES /SIPA

à l’université Jadavpur de Calcutta, puis à néralement, les tragédies de cet ordre ne humain – de 0 (exécrable)
la Delhi School of Economics, à la London doivent rien aux mauvaises récoltes ou à la (excellent) – intègre, en
School of Economics, et enfin à Oxford où fatalité. «La famine apparaît seulement là plus du revenu, l’espérance de
il entre en 1977. Depuis 2004, il enseigne à où il n’y a pas de démocratie», martèle-t-il, vie et le niveau d’éducation.
Harvard, où, fait exceptionnel, il cumule prenant exemple sur l’Inde qui n’a plus Les pays du Golfe dégringolent,
une chaire en philosophie et une en écono- connu ce fléau depuis l’instauration d’un l’Union européenne remonte.
mie. Loin de tout dogmatisme, ce penseur régime parlementaire en 1947. Au fil des
cosmopolite a quitté l’Inde en 1971, mais années, Sen se spécialise dans l’étude des
intervient fréquemment dans les débats de inégalités au sens large : entre le Nord et le
48 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
La thèse de cet
Indien ? On ne
peut pas juger
du développe-
ment d’un Etat
à partir de son Sud, entre les hommes et les femmes, les est nécessaire, c’est une répartition plus
seul PIB. riches et les pauvres, mais aussi dans l’accès équitable de ses fruits.» Et c’est d’abord en
aux établissements de santé ou à la justice. direction des femmes que cette exigence
Avec son ancien camarade de Cambridge, d’équité doit, selon lui, être dirigée. Vic-
le Pakistanais Mahbub ul Haq, haut fonc- times de violences et de discriminations,
tionnaire à l’ONU, il invente en 1990 moins scolarisées que les hommes et plus
l’indice de développement humain (IDH), frappées qu’eux par l’exclusion et la pau-
un nouvel indicateur censé mieux rendre vreté, elles ont vocation à devenir la cible
compte de la qualité de vie d’un pays que prioritaire de toutes les politiques de déve-
le PIB par habitant. Calculé chaque année loppement. Pour des raisons éthiques.
par le Programme des Nations unies pour Mais économiques aussi. Car l’émancipa-
le développement, cet indice repose sur tion des femmes,
trois critères : le taux d’alphabétisation et par l’école et le
de scolarisation, l’espérance de vie à la travail, a un effet Le "Nobel des
naissance et le niveau de vie (le revenu immédiat sur la pauvres" a épousé
national brut par habitant, pondéré par la réduction du taux une Rothschild
parité de pouvoir d’achat). L’élaboration de natalité. Sen y La troisième femme
de l’IDH fut pour Sen l’occasion de mettre voit l’une des rai- de Sen, Emma Georgina
à profit ses études théoriques sur le bien- sons majeures du Rothschild, appartient
être : l’important en économie n’est pas la décollage de la à la branche anglaise de
valeur absolue mais la valeur relative. La Chine à partir des la richissime dynastie
richesse ou la pauvreté ne se mesurent années 1980. «On de banquiers. Economiste
pas seulement en termes de revenus, elles accordait trop de et prof à Harvard, c’est
doivent être évaluées dans un contexte crédit, dit-il, à la une spécialiste reconnue
de l’école libérale et de son
socioculturel donné. Dit autrement, un politique de l’en- inspirateur, Adam Smith.
berger peul de l’Afrique de l’Ouest a beau fant unique, alors
vivre en dessous du seuil de pauvreté, il ne que les program-
se considère pas comme pauvre tant qu’il mes en faveur de
possède quelques bêtes. l’éducation des
Malgré certaines limites, dont Sen femmes et de leur
convient d’ailleurs, l’IDH a pour principal accès à l’emploi

+
mérite de permettre des comparaisons à ont certainement
long terme entre pays émergents : Chine, fait autant pour
Brésil, Inde… Et de montrer l’urgence à la maîtrise de la
intervenir dans les pays qui «décrochent». croissance démo-
Les dix plus mal classés sont tous situés en graphique.» Mais
Afrique subsaharienne, Burundi, Niger et le boom chinois est aussi lié à une coer-
République démocratique du Congo cition politique qu’il désapprouve. Car si
fermant la marche. «L’essentiel n’est pas de la croissance du PIB est une très bonne
mesurer, souligneAmartya Sen, c’est de re- chose, «l’obsession de la croissance n’en
connaître que ni l’économie de marché ni est pas une, affirme-t-il. Nous devons sa-
la société ne sont des processus autorégu- voir ce que nous faisons et pourquoi nous
lés. Nous avons besoin de l’intervention le faisons – définir, notamment, les valeurs
raisonnée de l’être humain.» que nous défendons en ce qui concerne la
vie, la liberté et l’environnement.»
SON ACTUALITÉ Méfiant à l’égard du En 2012, le Premier ministre indien a
libéralisme, le «Nobel» 1998 d’économie, qualifié de «honte nationale» les conclu-
président honoraire de l’ONG Oxfam, est sions d’une vaste enquête de terrain menée
devenu une figure tutélaire des courants par une ONG. On y apprenait que 42 %
altermondialistes. Parce qu’il plaide pour des enfants indiens étaient malnutris alors
une meilleure représentation des pays du même que le sous-continent rêve de deve-
Sud dans les instances de gouvernance nir une superpuissance. Le gouvernement
internationale que sont l’ONU, le FMI ou a alors promis une loi, la Food Security
l’OMC. Et parce qu’il veut casser la logi- Bill, qui vise à fournir de la nourriture aux
que de charité mise en place au lendemain 800 millions de personnes (!), sur 1,2 mil-
de la Seconde Guerre mondiale en renfor- liard, qui ne mangent pas suffisamment.
çant «la coopération et le partage des res- En 2007, dans «L’Inde : Histoire, culture
ponsabilités entre ceux qui donnent et ceux et identité», Sen pointait déjà du doigt
qui reçoivent». Pour autant, il ne condamne la myopie des autorités sur ce sujet.
pas la mondialisation, qui «n’est pas en soi «Même l’Afrique fait mieux», écrivait-il.
une folie. Elle a enrichi la planète du point Son appel à un recentrage des politiques
de vue scientifique et culturel, et a profité publiques vers ces «invisibles» sera-t-il
à beaucoup sur le plan économique. Ce qui un jour entendu ? Eric Godeau◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 49
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES POURFENDEURS DES INÉGALITÉS

THOMAS PIKETTY
Né en 1971 est en phase avec les
À CONTRE-COURANT
DE L’IDÉE QUE LA
premier directeur en 2006, puis le prof le
plus médiatique en 2014, en même temps
que l’économiste français le plus connu au
les années 1950, avait établi que la crois-
sance, la concurrence et le progrès tech-
nique conduisaient spontanément à une
monde quand son pavé de 976 pages, «Le réduction des inégalités. Faux, rétorque
CROISSANCE RÉDUIT LES Capital au XXIe siècle», fracasse tous les re- Piketty. En Europe au XXe siècle, les des-
INÉGALITÉS, SON ÉTUDE cords de l’édition universitaire avec plus de tructions et l’inflation provoquées par les
2,2 millions d’exemplaires vendus dans le deux guerres mondiales ont masqué le phé-
HISTORIQUE MONTRE monde. Le «Nobel» Paul Krugman se fend nomène (r > g), rappelle-t-il, car on avait à
d’un hommage enthousiaste : «Piketty a la fois des niveaux bas de rendement du ca-
QUE LE XXe SIÈCLE ÉTAIT transformé notre discours économique. pital et des taux de croissance exceptionnel-
UNE PARENTHÈSE DORÉE. Nous ne parlerons plus jamais de richesse lement élevés liés à la reconstruction. Mais
et d’inégalité de la même manière», écrit-il depuis trente ans, on voit que le taux de
dans sa tribune du «New York Times». croissance, aux Etats-Unis comme en Eu-
SA VIE Né en 1971 à Clichy, dans la ban- L’ex-conseiller économique de Ségolène rope, est beaucoup plus faible (entre 1 et
lieue nord de Paris, Thomas Piketty est un Royal durant sa campagne de 2007 se re- 1,5% par an), proche des niveaux atteints
enfant de… Mai 1968. Ses parents, jeunes trouve invité à la Maison Blanche, inspire au XIXe siècle. A l’inverse, le rendement du
militants trotskistes, ont défendu les barri- une réforme au Chili, est accueilli les bras capital est, lui, remonté autour de 4 ou 5%.
cades du Quartier latin avant de tout pla- ouverts comme professeur à la London On est donc revenu à une situation que l’on
quer pour aller élever des chèvres dans School of Economics. Mais, à Paris, l’ac- croyait dépassée, où c’est le patrimoine qui
l’Aude. Le petit Thomas fera donc des cueil est moins chaleureux : il faut dire que fait la différence et non les revenus. Pour
va-et-vient entre son mode de vie plutôt ce proche du Parti socialiste qui avait sou- corriger cette tendance, Piketty propose
spartiate et celui très bourgeois de ses tenu le candidat Hollande s’est très vite l’intervention de la puissance publique à
grands-parents parisiens. Un grand écart montré de plus en plus critique, avouant travers la création d’un impôt progressif et
qui a peut-être alimenté son intérêt pour «sa consternation devant le degré d’impro- mondial (européen dans un premier
l’analyse des inégalités. En 1993, la thèse visation de la politique économique et fis- temps) sur le capital. «Une utopie utile»,
du jeune normalien préparée à l’EHESS cale du gouvernement». Un étrillage en dit-il. En 2011, il avait déjà préconisé une
et à la London School of Economics porte règle à suivre sur son blog publié par «révolution fiscale» en France, un nouvel
déjà sur la «théorie de la redistribution des «Le Monde» : Piketty.blog.lemonde.fr. impôt prélevé à la source, sorte de super
richesses». Dans la foulée, il se retrouve à CSG dotée d’un barème progressif et sans
22 ans professeur assistant d’économie au SES THÉORIES Le succès phénoménal niches pour remplacer l’IR et la CSG.
MIT, comme Stiglitz et Krugman avant lui. de son «Capital» a probablement placé
Mais il ne reste que deux ans aux Etats- Piketty en haut de la liste des futurs «prix SON ACTUALITÉ Plus encore que la
Unis. De retour à Paris, il intègre le CNRS Nobel». Jamais un livre d’économie n’était Pikettymania née dans le sillage de son livre,
et publie à nouveau sur les inégalités. Le entré ainsi en résonance avec les préoccu- c’est bien son engagement contre les iné-
chercheur surdoué n’accepte de se laisser pations du public : la question des inéga- galités et les politiques d’austérité qui ont
distraire de son lités est en effet au cœur des débats en fait de Piketty le gourou de la gauche amé-
sujet de prédilec- Europe, aux Etats-Unis et dans nombre ricaine (d’Occupy Wall Street à Krugman),
Le jour où il a refusé tion qu’au milieu d’économies émergentes. La théorie de le conseiller économique de Podemos en
la Légion d’honneur des années 2000 Piketty est construite à partir d’une base Espagne et plus récemment celui du La-
lorsque, avec statistique unique sur les revenus et les bour britannique. Pour Podemos, Piketty
Le 1 janvier 2015, Piketty
er
Daniel Cohen, il patrimoines, couvrant trois siècles et vingt a travaillé aux côtés de Pablo Iglesias sur le
a fait savoir qu’il refusait bataille afin de pays, et constituée au cours de quinze ans plan de lutte contre les inégalités, pierre
sa nomination au grade
de chevalier de la Légion rassembler les de recherches en collaboration avec d’au- angulaire du programme du parti anti-
d’honneur. «Je ne pense meilleurs de ses tres chercheurs, dont Anthony Atkinson, austérité espagnol. Les travaillistes britan-
pas que cela soit le rôle collègues au sein son professeur à la London School of Eco- niques, eux, lui ont proposé fin 2015 de
d’un gouver- de l’Ecole d’éco- nomics, et Emmanuel Saez, professeur à faire partie d’un tout nouveau comité
nement de nomie de Paris, Berkeley, son complice depuis des années. consultatif sur l’économie, aux côtés du
décider qui est (alias la Paris Sa principale conclusion ? Le capitalisme «Nobel» Joseph Stiglitz, afin de conseiller
honorable. School of Econo- est une machine à produire de l’inégalité. Jeremy Corbyn et ses troupes. Un engage-
L’Etat ferait
bien de se mics), dans l’idée Car, sur une longue période, le rendement ment politique «pour démocratiser la zone
consacrer à de concurrencer du capital (r) est durablement supérieur au euro», explique ce partisan d’un «mini-
la relance de la prestigieuse taux de croissance économique (g), ce qui mum d’union budgétaire et fiscale en Eu-
la croissance.» London School entraîne mécaniquement des inégalités rope», qui défend depuis des années la
Et toc. of Economics. croissantes. Il remet ainsi en cause les tra- création d’un Parlement de la zone euro.
Il en devient le vaux du «Nobel» Simon Kuznets qui, dans Patrick Chabert◆
50 HORS-SÉRIE CAPITAL AVRIL-MAI 2016
Son analyse des inégalités
préoccupations du public
50%
L’ÉVOLUTION DES REVENUS
AUX ÉTATS-UNIS ENTRE 1910 ET 2010
45%
2010

40%
1910 1950
1970
35%
Part du décile supérieur
dans le revenu national
aux Etats-Unis.

S ur ce graphique (publié dans son livre), on constate


que la part du décile supérieur dans le revenu national
américain est passée de 45-50% dans les années 1910-
1920 à moins de 35% dans les années 1950, avant de
remonter à son niveau initial dans les années 2000-2010.
C’est la conséquence mécanique du fait que, hors périodes
exceptionnelles (les deux guerres puis les reconstructions),
le rendement du capital est supérieur au taux de croissance.
PHOTOS : ED ALCOCK / M.Y.O.P. 2014 - MONNAIE DE PARIS

A 45 ans,
cet économiste
français est l’un
des rares à s’être
fait un nom dans
le monde entier.
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE

SOMMAIRE
P. 54 DAVID RICARDO
P. 58 FRÉDÉRIC BASTIAT

PHOTO : ANDY KROPA / REDUX / REA


P. 60 FERNAND BRAUDEL
P. 64 JOSEPH STIGLITZ
P. 66 PAUL KRUGMAN

LES PENSEURS DE
LA MONDIALISATION «Circulez, y a rien à voir», disent les uns. «La finance et
la sous-traitance internationales s’emballent», répondent
les autres. Dans le «village» planétaire, le débat fait rage.

O
n s’interroge sur ses vices et nement d’un bout à l’autre du «village global»
ses vertus depuis les années décrit en 1967 par le sociologue canadien Mar-
1960. Mais dès le début du shall McLuhan. Et pourtant… La mondialisa-
XIXe siècle, un Anglais en tion a plutôt mauvaise presse ces temps-ci.
pose l’enjeu : contre les Parce qu’elle uniformise nos modes de vie, ac-
droits de douane sur les im- cusent ses détracteurs, menace nos emplois et
portations de blé qui aug- creuse le fossé des inégalités entre le Nord, qui
mentent le prix du pain en donne les ordres, et le Sud, qui les exécute. Les
Grande-Bretagne, David Ricardo se fait partisans du libre-échange rétorquent, au
l’apôtre d’une mondialisation des relations contraire, qu’elle améliore le pouvoir d’achat
commerciales. Dès lors qu’elles se spécialisent des ménages occidentaux, accélère le dévelop-
dans les produits où elles excellent, les nations, pement des pays émergents et facilite la circu-
estime-t-il, ont tout intérêt à ouvrir leurs éco- lation de tous les salariés un tant soit peu qua-
nomies. Hommes, marchandises, capitaux ou lifiés. Le match entre le plombier polonais et
informations transitent aujourd’hui quotidien- l’ingénieur indien n’est pas près de se clore.
52 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
Joseph Stiglitz,
les Indignés en ont fait
leur porte-drapeau
«La mondialisation, ça ne marche
pas», professe depuis dix ans
Joseph Stiglitz. Venu soutenir le
mouvement Occupy Wall Street
en octobre 2011, cet économiste
très écouté chez les altermondia-
listes a lancé une autre de ces
formules choc dont il a le secret :
«Nous vivons dans un système
qui a collectivisé les pertes et
privatisé les gains.»

AVRIL-MAI 2016 HORS-SÉRIE CAPITAL 53


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES PENSEURS DE LA MONDIALISATION

1772-1823
DAVID RICARDO
du commerce international
C E «TRADER» AVANT L’HEURE A FAIT FORTUNE
DANS LA SPÉCULATION. UNE AISANCE QUI LUI
marchandise est égale à la quantité de tra-
vail nécessaire pour la produire, qui, elle,
est invariable. Distinguant ensuite le travail
direct (pour le coton, le labeur du cultiva-
A PERMIS DE SE CONCENTRER SUR SON GRAND teur, du fileur et du détaillant) et indirect
(«une partie du travail de l’ingénieur et du
DESSEIN : MONTRER QUE LA CROISSANCE DES charpentier qui ont construit les bâtiments,
ÉCONOMIES N’EST POSSIBLE QU’EN SUPPRIMANT les machines et le navire transportant le co-
ton»), il en conclut qu’une part de cette va-
TOUTES LES TAXES SUR L’IMPORT-EXPORT. leur provient aussi de l’utilisation du capital.
Puis il détermine la rémunération des
acteurs de l’économie. Selon lui, le travail
SA VIE Né à Londres en 1772, Ricardo ne d’émission des billets soit limité à l’encaisse est payé à un niveau qui permet la subsis-
va pas à l’école, dont l’influence chrétienne en or de la banque centrale. En 1817 pa- tance du paysan ou de l’ouvrier. En re-
est jugée néfaste par sa riche famille juive. raissent «Des principes de l’économie po- vanche, la rente des propriétaires louant
Il étudie chez lui, puis entre à 14 ans dans litique et de l’impôt», ouvrage si influent leurs terres varie, elle, selon les rende-
la firme de courtage de son père. Il s’y dis- qu’il fera dire à Keynes : «Ricardo a conquis ments agricoles. Une terre très fertile en
tingue comme négociateur pour l’arbitrage l’Angleterre comme la Sainte Inquisition Angleterre rapporte 100 unités de blé, une
sur devises et les transactions sur titres avait conquis l’Espagne.» Il y expose ses moins fertile en Ecosse 70. Dans les deux
d’Etat. A 21 ans, il épouse une Quaker et théories sur la valeur travail, la répartition cas, le travail est le même. Admettons que
se convertit au protestantisme. Son père le des revenus et les avantages comparatifs. les coûts d’exploitation, incluant les sa-
chasse et le déshérite. Il emprunte 800 livres Cette dernière thèse servira de socle intel- laires des ouvriers et la rémunération des
et fonde sa maison de courtage. Cinq ans lectuel à tous les partisans du libre-échange. fermiers, soient équivalents à 50 unités.
après, son train de vie lui permet de collec- En 1819, désireux de faire profiter son Il en reste donc 50 aux rentiers anglais,
tionner les pierres rares et de se construire pays de ses lumières, Ricardo achète un 20 aux écossais. Mais comme la population
un laboratoire pour mener des expériences. siège à la Chambre des communes, une augmente, il faut défricher de nouvelles
A 27 ans, lors pratique courante à l’époque. Non affilié à terres, encore moins fertiles, par exemple
d’un séjour aux un parti, il s’oppose au protectionnisme et en Irlande, où le rendement n’est plus que
Napoléon lui a thermes de Bath exprime ses vues sur la politique agricole, de 40 unités. Ce niveau tire mécanique-
offert son plus beau avec sa femme, il
tombe sur «La
monétaire et fiscale. Trois ans plus tard, il
embarque sa famille dans un voyage à tra-
ment les coûts d’exploitations vers le bas,
disons à 30 unités. Les fermiers anglais et
coup en Bourse Richesse des na- vers l’Europe. A son retour, il envisage de écossais sont obligés de s’aligner, concur-
Ricardo, qui détenait des tions», d’Adam visiter sa circonscription irlandaise, où il rence oblige. Et les propriétaires voient
bons du Trésor britan- Smith. C’est la n’a jamais mis les pieds, mais contracte une leurs profits respectifs bondir à 70 et 40.
nique, apprit avant tout le révélation. Dès otite, qui provoque son décès à 51 ans. Ricardo s’oppose à cette hausse méca-
monde la victoire anglaise
à Waterloo. Il se rendit lors, il se consacre Avec Smith et Marx, Ricardo fait partie de nique des rentes provoquée par la décrois-
à la Bourse de Londres… à l’économie et la Sainte Trinité de l’économie classique. sance inéluctable des rendements agricoles,
pour vendre. Paniqués, les fréquente les et plaide pour la suppression des Corn
autres courtiers firent de grands esprits SES THÉORIES Analytique, Ricardo s’in- Laws, ces lois protectionnistes qui restrei-
même. «L’initié» racheta anglais du temps, téresse aux grandes lois de fonctionnement gnent les achats de blé à l’étranger. Selon
au plus bas et rafla la mise. dont Thomas de l’économie. Il s’efforce d’abord de cer- lui, pouvoir importer librement des céréales
Malthus. Ayant ner la valeur des biens. Eliminant «les ta- limiterait l’enrichissement des rentiers. Et
amassé 1 million bleaux précieux, statues, livres et médailles ferait aussi baisser le prix des aliments, et
de livres (10 mil- rares, vins d’une qualité exquise…», dont donc les salaires, ce qui provoquerait une
lions d’euros la valeur dépend de la rareté et donc «de la hausse des profits. Au final, les capitalistes
actuels), il liquide fortune, du goût et du caprice de ceux qui pourraient davantage investir et accélérer
sa firme à l’âge ont envie de les posséder», il se concentre ainsi la diffusion du progrès technique.
PHOTOS : DR - RUE DES ARCHIVES

de 36 ans et com- sur les «fruits de l’industrie, qu’on peut Si le libre-échange permet de réduire les
mence à publier. multiplier». Réfutant Adam Smith, qui a rentes et d’augmenter les profits, comment
Il traite d’abord choisi des «mesures variables, comme le blé optimiser le commerce international ?
de l’offre de et le coût du travail, dont la valeur est mo- Adam Smith considérait qu’un pays a
monnaie et prône difiée par le rapport entre l’offre et la de- intérêt à exporter un bien s’il le produit de
que le volume mande», il estime que la valeur d’une Suite page 56

54 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


ll a codifié les pratiques
SON CONSEIL :
SE CONCENTRER SUR
CE QU’ON SAIT FAIRE
SANS LE LIBRE-ÉCHANGE
En (x) heures de travail, En (x) heures de travail,
les Portugais produisent les Anglais produisent
300 bouteilles de vin 100 bouteilles de vin
ou 20 chemises ou 10 chemises

300 = 20 100 = 10
S’ILS SE SPÉCIALISENT…
En (x) heures de travail,
les Portugais produisent
En (x) heures de travail,
les Anglais produisent E n 1817, Ricardo
prouve que tous
les pays ont intérêt
600 bouteilles de vin 20 chemises
à commercer avec
leurs voisins, dès
lors qu’ils se spécia-
600 20 lisent dans le produit
où ils ont un avan-
tage relatif. Selon le
… ET S’ILS PRATIQUENT LE LIBRE-ÉCHANGE schéma suivant, en
Angleterre, 9 che-
mises équivalent à
Les Portugais exportent 90 bouteilles. Mais
300 bouteilles… au Portugal, elles en
300 valent 135. L’Angle-
… et obtiennent en échange terre a donc intérêt à
30 chemises anglaises vendre ses chemises
30 au Portugal. Idem
pour le vin, mais
dans l’autre sens :
Les Anglais exportent 300 bouteilles valent
9 chemises… 20 chemises au
9 Portugal, mais 30 en
Angleterre. CQFD.
… et obtiennent en échange
135 bouteilles portugaises
135
ILS DÉTIENNENT DONC PLUS DE RICHESSES
David Ricardo Les Portugais détiennent Les Anglais détiennent
a démonté avec 300 bouteilles et 11 chemises et 135
brio la thèse 30 chemises anglaises bouteilles portugaises
d’Adam Smith,
qui préconisait
l’autarcie pour
les pays les moins
compétitifs.
300 + 30 135 + 11

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 55


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES PENSEURS DE LA MONDIALISATION

Faut-il, si l’on
suit Ricardo,
laisser la Chine
devenir l’usine
du monde ?
Suite de la page 54
manière plus efficiente que les autres
(avantage absolu). Ricardo démontre au
contraire que tous les pays peuvent tirer
bénéfice du commerce s’ils se concentrent
sur les biens qu’ils produisent le mieux re-
lativement aux autres pays (avantage com-
paratif). Il élabore ainsi son schéma entre
le Portugal et l’Angleterre (voir page pré-
cédente). Sa conclusion ? Bien que moins
productifs en valeur absolue que leurs voi-
sins, les Anglais ont intérêt à se spécialiser
dans les chemises, et les Portugais dans le
vin, car, in fine, les échanges entre les deux La production automobile (ici
PHOTO : VOLKSWAGEN

chez Volkswagen, à Hanovre)


nations leur seront profitables. dope depuis longtemps le
commerce extérieur allemand.
SON ACTUALITÉ La diffusion de l’ou-
vrage phare de Ricardo (trois éditions de
son vivant) a eu une double influence. Sur
le plan politique, ses thèses en faveur de LES ALLEMANDS EXCELLENT DANS TROIS SECTEURS
l’étalon-or, de l’investissement et du libre-

L
échange ont été reprises par William a mondialisation occupe une place inter- chimie. Le secteur manu-
Gladstone, deux fois chancelier de l’Echi- remet en lumière médiaire : la mécanique, facturier italien performe
quier et quatre fois Premier ministre l’idée de Ricardo la chimie et l’automobile, bien lui aussi depuis
entre 1852 et 1894. Elles ont contribué à selon laquelle plus mais aussi les services 1990. Quant à la France,
définir la politique libérale d’une Angle- un pays se spécialise, (financiers ou aux entre- elle n’est pas assez ex-
terre au faîte de sa puissance. plus il renforce sa puis- prises) y restent des perte : l’aéronautique, les
Sur le plan théorique, son œuvre forme sance commerciale. Pour atouts. Plus en détail, boissons et les médica-
le socle des premiers enseignements de mesurer son avantage l’Allemagne possède une ments sont ses principaux
l’économie. L’étude de la valeur travail comparatif, le Centre spécialisation industrielle points forts. Mais avec
menée par Ricardo est aussi à l’origine des d’études prospectives et très forte, avec de gros des ratios de spécialisa-
recherches de Marx sur le sujet : seul le d’informations interna- excédents dans l’automo- tion nettement inférieurs
travail est productif, donc toute valeur tionales (CEPII) fait le bile, la mécanique et la à ceux des Allemands.
marchande résulte du travail, affirmera raisonnement suivant :
l’auteur du «Capital», qui dénoncera, dans si les exportations d’un LES AVANTAGES COMPARATIFS DE LA FRANCE
le même temps, la plus-value réalisée par produit par un pays ET DE L’ALLEMAGNE DANS L’AUTOMOBILE
le capitaliste sur le dos de l’ouvrier. Quant constituent 30% de ses
à la loi des avantages comparatifs, elle est
au cœur de tous les débats relatifs à la
libéralisation des échanges. Faut-il laisser
exportations totales alors
que ce même produit ne
représente que 20% des
LatoutesRenault
exportations de PSA et de
ne sont plus qu’un maigre
pour l’économie française.
2014
31

la Chine devenir «l’usine du monde» parce exportations mondiales,


qu’elle produit tout moins cher ? L’Améri- ce pays dispose d’un
cain Paul Samuelson, qui fut pourtant l’un avantage comparatif. ALLEMAGNE
1996
des grands commentateurs de Ricardo, a Avec cette méthode, on 12
mis en garde contre le risque de voir les constate que les Etats- En millièmes
de point du PIB.
Chinois, spécialisés dans les marchandises Unis ont des positions FRANCE
à faible contenu technologique, se mettre fortes dans tous les ser- 1996 2014
à fabriquer des produits high-tech. «Il nous vices (hormis les assu- 3 1
restera toujours la R & D», entend-on sou- rances) et le Japon dans
vent. Mais en Chine aussi, on commence à l’industrie. L’Europe
phosphorer. Patrice Piquard ◆ Source : CEPII

56 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


Harvard Business Review présente
LE MUST DE L’INNOVATION

En vente chez votre marchand de journaux Également disponible sur :


pour trouver le plus proche, téléchargez
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES PENSEURS DE LA MONDIALISATION

FRÉDÉRIC BASTIAT
1801-1850 Refuser le libre-échange,
c’est mourir à petit feu
CE POLÉMISTE À LA PLUME LIBÉRALE BIEN TREMPÉE S’EST ÉLEVÉ
DÈS LES ANNÉES 1840 CONTRE LA FERMETURE DES FRONTIÈRES.
LONGTEMPS OUBLIÉ, IL FAIT DÉSORMAIS L’OBJET D’UN VÉRITABLE CULTE
DE LA PART DE LA DROITE AMÉRICAINE POUR SA CRITIQUE DE L’ÉTAT.

SA VIE Né à Bayonne en 1801, Frédéric nomiques, font s’esclaffer le Tout-Paris. Madrid, un certain Simiot exige une inter-
Bastiat appartient à une famille de notables Hostile aux lois et règlements qui augmen- ruption à Bordeaux, qui permettrait aux
originaire des Landes. Orphelin à 9 ans, il tent les taxes à l’importation pour protéger mariniers et autres entrepreneurs de faire
est élevé par ses grands-parents et arrête l’industrie française, Bastiat, devenu dé- tourner l’économie locale, et donc, par ri-
l’école avant le bac pour travailler avec l’un puté des Landes, riposte en 1845 avec un cochet, l’économie nationale. Bastiat
de ses oncles dans le négoce. Peu emballé, bijou de second degré, connu sous le nom prend un malin plaisir à tailler en pièces
il prend ensuite les rênes d’une exploita- de «Pétition des fabricants de chandelles». l’argument de son adversaire : «Si Bor-
tion agricole. Là encore, le résultat n’est La révolution de 1848, qui établit la IIe Ré- deaux a le droit de profiter d’une interrup-
pas très probant. publique, va lui fournir un nouveau cheval tion […], Angoulême, Poitiers, Tours, Or-
Bastiat n’a déci- de bataille : les socialistes, auxquels il s’op- léans devraient également en demander
Un défenseur dément pas l’âme pose par voie de presse. Ni de droite ni de une au nom de l’intérêt général […]. Ainsi
d’un gestionnaire. gauche, Bastiat s’intéresse peu à la poli- nous aurons un chemin de fer composé
surprise de la Ce qui le pas- tique politicienne ; il revendique sa liberté d’interruptions successives qui, au lieu de
cause syndicale sionne, c’est l’éco- de ton et son positionnement indépendant. réduire le temps de transport entre deux
Opposé à l’interdiction nomie politique. Ayant contracté la tuberculose, le polé- villes, réussirait l’exploit d’aller plus lente-
du droit de grève, Bastiat Alors il voyage, miste ne peut plus siéger à l’Assemblée. Il ment que les diligences traditionnelles !»
déclare à l’Assemblée en en Espagne puis décide d’aller se soigner en Italie, où il es- Les maires des communes françaises qui
1849 : «Deux, trois patrons en Angleterre, où saie d’achever le second tome de ses «Har- réclament à cor et à cri «leur» gare TGV
déjeunent ensemble, font
une coalition, personne il rencontre les monies économiques», mais sera emporté n’ont rien à envier au sieur Simiot…
n’en sait rien. Celle des chefs du mou- par la maladie en 1850, à l’âge de 49 ans. Mais la charge qui fera passer Bastiat à la
ouvriers sera toujours vement libre- postérité reste sans conteste son hilarante
saisie, puisqu’elle se fait échangiste. Il lit SES THÉORIES La grande force de «Pétition des fabricants de chandelles». Cet
au grand jour.» Imparable. beaucoup – Jean- Bastiat, c’est de dresser contre les théories adepte du libre-échange s’y montre parti-
Baptiste Say économiques la plus efficace des armes : culièrement habile à démontrer l’absurdité
devient vite son l’ironie. Premier exemple de ces paraboles du protectionnisme. S’adressant aux dépu-
maître à penser – dans lesquelles il excelle, le «cas du tun- tés, il déclare : «Nous souffrons d’une
puis se lance dans nel». Voyez comme le monde est fou, dit-il : concurrence étrangère intolérable en ce
l’écriture et publie «Au prix d’efforts démesurés, on creuse un qui concerne la production de lumière, qui
ses premiers «So- tunnel […] pour relier deux pays et facili- inonde absolument le marché national à un
phismes écono- ter les échanges. Et aussitôt fait, on s’em- prix fabuleusement bas […]. Ce rival n’est
miques». L’hu- presse d’instaurer aux deux bouts des autre que le soleil.» Il formule alors sa
mour et l’esprit droits de douane, des contrôles et des tarifs demande :«Nous vous prions de faire une
incisif dont il fait qui auront pour effet de freiner les loi qui ordonne la fermeture de toutes
preuve pour dénoncer, selon une analyse échanges ! Qu’y a-t-il de plus inepte que fenêtres, lucarnes, abat-jour, contrevents,
libérale, les raisonnements économiques cette obsession à vouloir empêcher la libre volets, rideaux, vasistas, œils-de-boeuf,
erronés les plus couramment répandus à circulation des biens ?» stores ; en un mot de toutes ouvertures […]
l’époque lui assurent un succès immédiat. Autre cas d’école saisi par Bastiat : «le par lesquelles la lumière du soleil a cou-
Le Bayonnais monte alors à la capitale où chemin de fer négatif». Lors d’une discus- tume de pénétrer dans les maisons. […]
ses articles, publiés dans les journaux éco- sion à l’Assemblée sur la future ligne Paris- Si vous fermez, autant que possible, tout ac-
58 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
LA FRANCE PATINE DANS
LES ÉCHANGES INTERNATIONAUX
CINQUANTE ANS D’OUVERTURE COMMERCIALE
PAYS 1960 1970 1980 1990 2000 2014
France 13,5% 15,6% 22% 21,9% 28,1% 29%
Allemagne – 17,2% 22,7% 24,8% 33,2% 46%
Royaume-Uni – 21,8% 25,9% 23,5% 28,6% 28%
Etats-Unis – 5,6% 10,4% 10,3% 13% 13%
Japon – 10,2% 14,2% 10% 10,3% 22%

C
et indicateur de l’OCDE mesure le poids des biens et des services
importés et exportés, en pourcentage du PIB. Plus ce ratio est
élevé, plus le pays est ouvert commercialement. Les Etats-Unis,
autosuffisants grâce à leur taille, et le Japon, isolé géographiquement,
le sont bien moins que l’Allemagne, qui creuse l’écart avec la France.

Frédéric Bastiat faisait


de la liberté de circulation, par
le rail ou la mer, la condition
sine qua non de la prospérité.

PHOTOS : LYSIANE GAUTHIER / M.B.A DE BORDEAUX - FOTOLIA - RUE DES ARCHIVES


cès à la lumière naturelle, est-ce que tous SON ACTUALITÉ «Minarchiste», à savoir même la subsistance.» Des arguments re-
les industriels français n’en tireront pas bé- partisan d’un Etat minimal, Bastiat a milité pris quasiment mot pour mot par ceux qui
néfice ? […] Si on consomme plus de suif, il pour l’instauration du suffrage universel et ne voient dans l’Etat providence qu’un sys-
faudra plus de bœufs et de moutons ; si on du vote des femmes, au nom de l’égal accès tème redistributif ruineux, juste bon à en-
consomme plus d’huile, il faudra étendre la des différents groupes sociaux à la repré- courager l’assistanat. On ne s’étonnera
culture du pavot et de l’olive. […] Car si sentation nationale. Soucieux du respect de donc pas que ce soit aux Etats-Unis que
vous écartez comme vous le faites le fer, le la séparation des pouvoirs, il a pointé du Bastiat ait rencontré le plus de succès… Le
blé, les machines en provenance de l’étran- doigt l’incompatibilité entre les fonctions journaliste du «Wall Street Journal» Henry
ger à mesure que leur prix tend vers zéro, de ministre et de député. On parlerait Hazlitt a largement contribué à sa redécou-
quelle inconsistance ce serait d’admettre la aujourd’hui de «non cumul des mandats». verte à travers son best-seller «L’Economie
lumière du soleil, dont le prix est à zéro Il a surtout été l’un des premiers à dé- en une leçon», paru en 1946. Peu connue
toute la journée !» A bon entendeur… noncer les dérives possibles des systèmes pour sa francophilie, la droite conserva-
Pour Bastiat, la grande erreur des socia- d’allocations. Avec cent cinquante ans trice américaine ne cesse depuis quelques
listes est de croire que la puissance publique d’avance, il prédisait : «Les abus iront tou- années d’encenser le Landais. Elle a même
peut tout. «L’Etat, c’est la grande fiction à jours croissant et on en recalculera le re- fait de sa théorie de la «spoliation légale»
travers laquelle tout le monde s’efforce de dressement d’année en année, comme c’est – «la loi prend aux uns ce qui leur appar-
vivre aux dépens de tout le monde», écrit- l’usage, jusqu’à ce que vienne le jour d’une tient pour donner aux autres ce qui ne leur
il. Pur produit de l’école libérale, il prône explosion. Mais alors, on s’apercevra qu’on appartient pas» – un argument contre les
une action gouvernementale limitée à l’es- en est réduit à compter avec une popula- réformes sociales (certains disent «socia-
sentiel. Son vœu ? «N’attendre de l’Etat tion qui ne sait plus agir par elle-même, qui listes») de Barack Obama. Un come-back
que deux choses : liberté, sécurité.» attend tout d’un ministre ou d’un préfet, étonnant. Julie Noesser ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 59
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES PENSEURS DE LA MONDIALISATION

«Les économistes
s’intéressent aux
vagues, les historiens
au flux des marées»,
aimait à dire Braudel.

PHOTOS : BRUNO DE MONES / ROGER VIOLLET - MUSEE DE LA POSTE / PARIS

LE CENTRE DE GRAVITÉ
DU MONDE A CHANGÉ CINQ
FOIS EN 600 ANS
6. NEW YORK Parti des
Etats-Unis, le krach boursier se
propage à toutes les économies
européennes. Mais l’Amérique se
redresse rapidement et s’impose.
5. LONDRES Le traité de Pa-
ris, signé avec la France, donne
l’Acadie, le Canada et la Floride à
1929 l’Angleterre, qui s’affirme comme
le premier empire colonial.

60 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


FERNAND BRAUDEL
Il a décrypté l’économie
1902-1985

à l’échelle des millénaires


E N ÉTUDIANT SUR LA LONGUE DURÉE L’ÉVOLUTION
DU COMMERCE ET DU CAPITALISME, CET HISTORIEN
Le jour où
il a dit non à la
Grande Muette
FRANÇAIS A POPULARISÉ UN CONCEPT PROMIS PAR LA Reçu 14e à l’agrégation
d’histoire, Braudel se voit
SUITE À UN BEL AVENIR : LA GLOBALISATION. proposer en 1923 d’aller
enseigner au prytanée de
La Flèche (Sarthe), l’un des
SA VIE Lorsque Fernand Braudel, fraîche- politique et de l’événement. Finis les rois, Braudel construit six lycées du ministère de
ment admis sous la coupole de l’Académie les sacres, les batailles. Derrière «l’histoire en outre un trip- la Défense. Réponse : «Je
française, disparaît en 1985, les superlatifs de surface», ce sont les profondeurs de la tyque autour de n’aime pas les militaires.»
témoignent du respect témoigné au défunt : vie collective, une matière quasi immobile, trois temporali- Il écope… de l’Algérie.
«prince de l’histoire», «pape de l’histoire», que l’historien cherche à faire émerger en tés imbriquées :
«l’homme qui a réinventé l’histoire»… Ni privilégiant la longue durée. le temps long, ce-
les médias ni la profession n’exagèrent : Tout juste agrégé, le jeune Braudel fait lui de la géogra-
fort d’une œuvre intellectuelle exception- ses premiers pas d’enseignant et de cher- phie, le temps
nelle, Braudel a régné pendant plus d’un cheur en Algérie, puis au Brésil où il pas- moyen, celui de
demi-siècle sur l’école historique fran- sera au total près d’une quinzaine d’années l’économie, et le
çaise. Mais quel lien avec l’économie ? avant guerre. Ce poste d’observation n’est temps court,
Braudel n’est pas un spécialiste en la ma- pas anodin : en étudiant l’Europe à dis- celui de la poli-
tière et aurait même sans doute mal pris tance, il montre une capacité immédiate à tique. Inutile de
d’être considéré comme tel. Pourtant, ses «globaliser». Ainsi, alors qu’il entame un préciser que ce
travaux ont plus contribué à rendre intel- travail d’abord axé sur Philippe II et sa po- dernier est celui
ligibles les faits économiques que nombre litique, Braudel change de focale : le per- qui l’intéresse le
de traités ou de modèles. sonnage central de sa thèse, publiée en moins. Avec cette nouvelle échelle d’ob-
Braudel, c’est tout d’abord l’homme des 1946, ne sera plus le monarque, mais la servation, l’historien invente, presque
«Annales», un courant qui domine la dis- Méditerranée au temps de Philippe II. par hasard, un concept nouveau : celui
cipline historique à partir des années 1920 L’histoire braudélienne est donc avant tout d’économie-monde (voir ci-contre).
et remet en cause le primat de l’histoire une histoire inscrite dans l’espace. L’histoire de l’école des «Annales» se
veut totale, construite en lien étroit avec
la géographie, la sociologie, la démogra-
4. AMSTERDAM Le navire phie et, plus encore, l’économie… Dans
de Cornelius de Houtman accoste les années 1930, le marxisme domine la
en Indonésie. Cette nouvelle route sphère intellectuelle et place la question
1763 1596 commerciale va asseoir la domi- du mode de production au cœur de la ré-
nation hollandaise. flexion. Bref, les questions économiques
polarisent tous les débats, y compris ceux
1501 1. VENISE La Sérénissime sort
des historiens. De l’Ecole pratique des
hautes études à l’Ecole des hautes études
victorieuse de sa guerre contre
Gênes et récupère toutes les en sciences sociales, en passant par la Mai-
son des sciences de l’homme, toutes les
1381 places fortes de la lagune. Sa
puissance financière est au zénith. institutions que Braudel crée – et/ou di-
rige – au cours de sa carrière donnent
2. ANVERS Le premier corps à cette interdisciplinarité. A la
bateau portugais chargé 3. GÊNES La banqueroute de
d’épices venues d’Inde appa- 1557 l’Espagne, qui commerçait avec même époque, Georges Duby ou Jacques
Le Goff commencent eux aussi par être
reille dans le port belge, où Anvers, profite à la cité italienne
transite aussi l’argent des et à ses prêteurs, passés maîtres des historiens de l’économie. Joseph
mines du Nouveau Monde. dans l’art du crédit. Schumpeter lui-même n’affirmait-il pas
Suite page 62

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 61


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES PENSEURS DE LA MONDIALISATION

Le capitalisme n’est pas lié à l’industrialisation


Suite de la page 61
qu’il y avait selon lui trois façons d’étudier
l’économie – par l’histoire, par la théorie,
par la statistique –, et qu’il regrettait de ne SHANGHAI, LA NOUVELLE "VILLE-MONDE"

D
pas avoir choisi la première de ces voies ?
’accord, c’est l’Allemagne. Et trois ans Big Apple, cette
SES THÉORIES Braudel n’est pas un un Chinois qui le plus tard, celui du Japon. mégapole dont le nom
historien de l’économie parmi d’autres. dit. Mais quand Si elle conserve un taux signifie «sur la mer»
De la publication de «La Méditerranée et Justin Lin, ex- de croissance entre 7% abrite déjà le premier
le monde méditerranéen à l’époque de économiste en chef de et 8% par an, la Chine, port mondial – devant
Philippe II» (1946) à celle de «Civilisation la Banque mondiale, désormais au deuxième Singapour –, qui traite
matérielle, économie et capitalisme, XVe- annonce que la Chine rang mondial avec un un cinquième des
XVIIIe siècle» (1979), une seule et même pourrait devenir la plus PIB qui a passé le cap des exportations totales de
ambition traverse son œuvre : percer à grande économie de 10 000 milliards de dollars la Chine. En termes de
jour le secret du capitalisme. Selon lui, la planète en 2030, c’est en 2015, pourrait doubler PIB, elle vient de passer
il n’y a pas une économie, mais des éco- qu’il dispose de solides les Etats-Unis dans les devant Hong Kong. Et
nomies. L’histoire économique connaît arguments. Entre 1990 vingt prochaines années. grâce à un régime attractif
ainsi trois étages qu’il convient absolu- et 2011, le pays a affiché Et Shanghai, sa capitale d’incitations fiscales,
ment de distinguer. un taux de croissance économique, remplacer elle attire de plus en plus
Au premier niveau, sous-jacent, souvent annuelle moyen de 10%. New York comme de sièges sociaux de
difficile à percer faute d’une documenta- Record du monde, même nouvelle «ville-monde», grandes firmes, celles
tion suffisante, la zone épaisse de l’écono- si depuis la moyenne selon la définition de notamment dont l’activité
mie primaire : une «infra-économie» faite s’établit autour de 7,5% Braudel.Forte de ne dépend pas des appels
d’autosuffisance et de troc, que Braudel En 2007, le PIB chinois 24 millions d’habitants, d’offres publics (les autres
nomme «civilisation matérielle». Au-des- a dépassé celui de soit trois fois plus que s’installant à Pékin).
sus, celle que l’on décrit de préférence aux
autres c’est l’économie dite de marché,
celles des boutiques, des échoppes, des
ateliers… Au-dessus encore, une autre
zone d’opacité : celle des grands négo-
ciants, autrement dit le capitalisme.
Civilisation matérielle, économie de
marché et capitalisme auraient ainsi
toujours cohabité ; le schéma marque une
rupture explicite avec la vision marxiste
traditionnelle selon laquelle les âges
historiques se sont succédé : esclavage, ser-
vage, révolution industrielle et avènement
du capitalisme. Pour Braudel, le capita-
lisme n’est pas consubstantiel à l’industria-
lisation du monde, il est au contraire intem-
porel et émerge aussitôt qu’existent des
mécanismes financiers un tant soit peu raf- La capitale chinoise
finés et un négoce au long cours, comme du business, qui
déjà dans l’Empire romain ou la Chine an- abrite le premier
cienne. L’historien reconnaît toutefois que port du monde,
le monde de la finance prend un essor par- pourrait détrôner
ticulier dans l’Italie du Nord au XIIIe siècle New York en 2030.
et, déjà, cherche à organiser les choses à
son profit. A l’instar des Bardi qui créèrent
une compagnie bancaire et des comptoirs
commerciaux hors du pays tout en finan-
cant les rois de France et d’Angleterre...
Pas de méprise pour autant : le capita-
lisme n’est pas le niveau supérieur qui
commande aux deux autres. «Je crois l’hu-
manité plus qu’à moitié ensevelie dans le
quotidien», aimait à dire Braudel pour
rappeler le poids du premier étage. Dé-
tournant l’axiome marxiste selon lequel ce
62 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
de l’Europe, il existait déjà chez les Romains
sont les hommes qui font l’histoire, Brau- et financière, qui joue des avantages com-
del affirme que c’est plutôt l’histoire qui paratifs de chaque région du monde. Et de
D’ICI VINGT ANS ? fait les hommes. De son propre aveu, ce
capitalisme, qui ne saurait irriguer l’en-
l’autre, la sphère de la production mar-
chande, d’essence plus locale et conjonctu-
semble de la vie économique, est «un phé- relle. Les deux sont non seulement distincts
PSA, Hermès, Michelin, nomène de minorité». «A chaque fois que mais, selon Braudel, le capitalisme ne serait
L’Oréal ou Auchan j’ai étudié les capitalistes, ajoute-t-il, j’ai pas le prolongement de l’économie de mar-
y ont ainsi implanté leurs été stupéfait de les voir aussi peu nom- ché : il en serait au contraire la négation.
quartiers généraux pour la breux.» Des marchands vénitiens médié- L’opacité du premier s’oppose à la transpa-
zone Asie-Pacifique. Idem vaux aux banquiers de la révolution indus- rence de la seconde. Et Braudel, cédant ici
pour les centres de R & D trielle, c’est une élite très étroite qui tente au jugement de valeur, en vient à louer les
étrangers dont Shanghai de tirer profit des tensions existant entre vertus de la petite production marchande
attire à elle seule les deux les différentes zones économiques. pour vilipender un méchant monde capita-
tiers de tous ceux qui liste, sans règles ni frontières.
s’installent dans le pays. SON ACTUALITÉ Lorsque «Civilisation On comprend aisément qu’un tel plai-
Ces laboratoires ne servent matérielle» de Braudel paraît à la fin des doyer – qui valut à l’académicien d’être
plus seulement à adapter années 1970, la crise qui frappe l’Occident qualifié d’historien «proudhonien», en
les produits au marché semble confirmer une sorte d’impuissance référence à Pierre-Joseph Proudhon («la
national : ils participent humaine face aux mouvements, amples et propriété, c’est le vol») – se retrouve au
aux stratégies globales mystérieux, de la conjoncture. Les explica- menu de certains discours politiques ac-
de nombreux groupes, tions de court terme sonnent creux face à tuels, à droite comme à gauche. L’entrepre-
comme Thales, Rhodia, celles d’un historien qui cherche à mettre neur local serait un agent économique res-
Saint-Gobain ou Suez, en lumière des tendances bien plus pro- pectable menacé par le financier cupide et
avec des projets fondes. Le maître n’aimait-il pas moquer sans attaches. A l’instar des grandes fa-
de recherche dédiés. les économistes, qui s’intéressent aux milles italiennes de la Renaissance, dont
vagues là où les historiens observent le flux les affaires dépassaient les frontières et qui
des marées ? Deux jeunes intellectuels avaient adopté une organisation pas si
s’inscrivent alors dans son sillage pour dé- différente de celle des multinationales ac-
crypter le monde contemporain : Jacques tuelles, les capitalistes, affirme Fernand-
Attali, qui reprend le concept d’économie- Braudel, «se saisissent autour d’eux de tout
monde dans «Les Trois Mondes» (1981) ce qui est bon à prendre, la terre, les im-
afin d’expliquer le basculement en cours du meubles, les rentes», et mènent une danse
centre de gravité de l’éco- au rythme de laquelle les
nomie mondiale vers le princes et les Etats sont
Pacifique ; et Alain Minc, invités à s’adapter, sous
qui dans «L’Après-crise est peine d’être balayés. «Ils
commencé» (1982), ob- possèdent la supériorité
serve le retour à une éco- de l’information, de l’in-
nomie souterraine dans les telligence et de la culture,
pays industrialisés et l’assi- et mille moyens de fausser
mile au premier étage de le jeu en leur faveur», par
la vie matérielle mis en le maniement du crédit ou
lumière par Braudel. de la monnaie.
Pour autant, l’apport Le capitaliste n’est
majeur de l’historien, sur jamais spécialisé, jamais
lequel nombre de discours limité à une seule activité,
se fondent encore aujour- son emprise est aussi large
d’hui, parfois de manière que possible. Trente-cinq
inconsciente, tient à la dis- ans après la publication
tinction nette qu’il opère Le manuel de terminale de ces lignes et alors que
entre économie de marché qu’il n’a pas pu imposer la crise menace désormais
et capitalisme. Si Braudel A la fin des années 1950, Braudel les Etats européens, sou-
reconnaît que les deux participe aux discussions sur les mis à ce que d’aucuns
cheminent souvent en- programmes scolaires et milite nomment le «diktat des
PHOTOS : PHOTONONSTOP - DR

semble – ce qui explique la pour un nouvel enseignement de marchés», refaire le


confusion en général opé- l’histoire, fondé sur une vision voyage à travers les siècles
rée entre eux –, il dissocie globale des civilisations et non un
découpage chronologique. Paru auquel Fernand Braudel
strictement d’un côté un en 1963, ce manuel destiné aux nous convie n’est certes
capitalisme d’essence in- terminales est retiré de la vente en pas sans saveur.
ternationale, commerciale 1970. Trop révolutionnaire. Mathieu Carquain ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 63
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES PENSEURS DE LA MONDIALISATION

Né en 1943
JOSEPH STIGLITZ
Le gourou préféré des
altermondialistes
L ES MILITANTS D’ATTAC OU DU MOUVEMENT
DES INDIGNÉS NE JURENT QUE PAR LUI. MAIS
nettement plus que la moyenne du secteur
(ce qu’on appelle «un salaire d’efficience»),
de manière à s’assurer la fidélité de ses col-
laborateurs. Mais si tous les employeurs
S’IL TIRE EFFECTIVEMENT À BOULETS ROUGES font la même chose, ils seront moins en-
clins à embaucher, car le travail devient
SUR LE CAPITALISME FINANCIER, CET HÉRITIER plus coûteux. Résultat : le chômage aug-
DE KEYNES CHERCHE D’ABORD À CORRIGER mente, sans que les salaires d’efficience ne
baissent en proportion puisque leur raison
LES DÉFAUTS DU MARCHÉ, PAS À LE DÉTRUIRE. d’être ne disparaît pas. Enfin, même s’ils
baissaient beaucoup, les prix suivraient la
même pente, ce qui ne permettrait pas aux
firmes d’embaucher davantage. Cette ab-
SA VIE Elevé dans une famille juive à la de livres – «La Grande Désillusion» (2002), sence de flexibilité des salaires réels, déjà
forte sensibilité démocrate, Stiglitz étudie «Le Triomphe de la cupidité» (2010) – où analysée par Keynes mais sans qu’il en per-
l’économie au Massachusetts Institute of il dénonce l’évolution de la mondialisation çoive l’origine microéconomique, constitue
Technology de Boston (MIT), sous la di- «qu’il faut encadrer, piloter et rendre dé- un frein manifeste au plein-emploi.
rection de Paul Samuelson, Robert Solow mocratique». Il s’en prend aux banquiers, Le crédit souffre lui aussi du même mal.
et Franco Modigliani, trois futurs «Nobel» ; aux Etats et aux institutions internatio- Pour savoir si un emprunteur est capable
puis à Cambridge, en Angleterre, avec une nales, qui prônent la déréglementation de rembourser son prêt, les banques dispo-
disciple de Keynes, Joan Robinson. A commerciale et financière, les privatisa- sent de peu de données : la part du revenu
26 ans, il est nommé professeur au MIT. Il tions… et affirme que «le laisser-faire ne consacré aux échéances et éventuellement
officie ensuite à Yale, Stanford et Princeton. produit rien de bon». Du coup, les alter- le montant de l’apport dans le cas d’un prêt
Au moment où il reçoit le «Nobel», en mondialistes en font leur idole, oubliant un immobilier. Si le dossier ne leur apparaît
2001, Stiglitz est devenu un autre homme. peu vite que Stiglitz, s’il soutient le mouve- pas optimal, elles proposent alors un taux
Ses huit années ment Occupy Wall Street, n’en croit pas un peu plus élevé. Ce qui incite certains
passées aux plus moins aux vertus du marché… emprunteurs potentiels à renoncer à leur
Pour devenir prof, hauts sommets crédit, au détriment de la croissance.
il a arrêté de se du pouvoir, SES THÉORIES Les travaux de Stiglitz Conclusion : faute d’une information
comme conseiller portent sur les asymétries d’information adéquatement partagée, les marchés du
balader pieds nus de Bill Clinton, (l’un des partenaires en sait plus que travail et du crédit ne fonctionnent pas
Lorsque la direction du puis vice-prési- l’autre) qui peuvent perturber un secteur parfaitement (trop peu d’embauches, trop
PHOTO : OLIVIER ROLLER
prestigieux MIT – où dent et écono- et tirer l’économie vers le bas. Exemple : peu de prêts accordés) et alimentent la spi-
il avait passé sa thèse – miste en chef de les vendeurs de voitures d’occasion sont rale récessionniste. Seul l’Etat est en me-
offrit au jeune Stiglitz un la Banque mon- toujours avantagés par rapport aux ache- sure de corriger leurs défauts. Stiglitz, ainsi
poste de professeur, elle diale, l’ont amené teurs (qui ignorent l’état réel des véhi- que ses deux co-lauréats du «prix Nobel»,
lui posa deux conditions :
ne plus dormir au bureau à s’opposer au cules), ce qui influence les prix (à la baisse, George Akerlof et Michael Spence, ont été
et enfiler une paire de FMI et au Trésor car les clients sont méfiants) et la nature du baptisés «nouveaux keynésiens».
chaussures pour se prome- américain qui marché (ceux qui disposent de voitures va-
ner dans les couloirs… protègent selon lables répugnent à s’en séparer à bas prix). SON ACTUALITÉ C’est en critiquant le
lui les intérêts des In fine, les mauvaises occasions chassent FMI et la Banque mondiale, au tournant
financiers et non les bonnes et personne n’y gagne. des années 2000 que Stiglitz a forgé sa
ceux des pays en Le marché du travail fonctionne sur un popularité, bien au-delà des cercles uni-
crise. Redevenu mode analogue, estime Stiglitz. Jusqu’à ce versitaires. A l’en croire, les conditions
simple professeur qu’il les voit à l’œuvre, un employeur fixées par ces institutions pour octroyer un
à Columbia après ignore en effet le talent et l’implication des prêt à un pays demandeur (suppression
la victoire de salariés qu’il embauche. Pour réduire ce des barrières tarifaires, ouverture du
George W. Bush, risque, il peut choisir des surdiplômés (sans marché des capitaux, privatisations…) sont
il publie une série garantie qu’ils soient motivés) ou payer contre-productives : le marché ne peut se
64 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
LES TROIS
INSTITUTIONS QU’IL A A 69 ans, cet
ancien conseiller
DANS LE COLLIMATEUR de Bill Clinton
milite pour une
refonte de l’aide
internationale.

BANQUE
OMC FMI MONDIALE

L’ORGANISATION MONDIALE LE FONDS MONÉTAIRE LA BANQUE MONDIALE ?


DU COMMERCE ? PARTIALE ! INTERNATIONAL ? VENDU ! INFÉODÉE AU G 20 !

S elon lui, «les règles du commerce


international ont été conçues pour
maximiser les profits des pays riches».
Idelquecritique la libéralisation financière
le FMI impose aux pays en voie
développement. Cette dérégula-
S tiglitz accuse la Banque mondiale,
dont il a démissionné en 2000, de
brider les Etats du Sud dans leur lutte
Les subventions versées aux produc- tion des marchés de capitaux n’aurait contre la pauvreté. Il reconnaît malgré
teurs américains de coton, qui lèsent qu’un but : servir «les intérêts de tout que son action est moins idéolo-
les paysans africains, le scandalisent. Wall Street et de Goldman Sachs». gique et dogmatique que celle du FMI.

substituer aux administrations en un cla- Portugal. Il brocarde les gouvernements manque de transparence dans la restructu-
quement de doigts, et les ventes massives qui devraient, selon lui, doper la croissance ration de la dette grecque. D’aucuns s’éton-
d’entreprises publiques provoquent l’émer- par des dépenses publiques fortes au lieu nent de son obsession à défendre l’inter-
gence d’oligarques corrompus qui n’ont de redresser leurs déficits par l’austérité ventionnisme des Etats, alors qu’il ne cesse
aucun intérêt – c’est le cas en Russie –, à budgétaire, qu’il compare à «la pratique de de condamner leurs initiatives… Mais
promouvoir un Etat de droit. la saignée dans la médecine médiévale». Il «Joe» Stiglitz devrait rester pour un mo-
Aujourd’hui, «L’homme le plus incom- fustige le pouvoir des lobbies (pharmaceu- ment encore – tant que la crise durera –
pris d’Amérique», comme le titrait en 2009 tique, pétrolier…), «qui défendent des l’oracle qu’on consulte. A moins que Paul
l’hebdomadaire «Newsweek», a des avis intérêts industriels et non pas ceux de Krugman, un autre «Nobel»américain
sur tout. Il juge préférable que l’Allemagne l’humanité». Récemment, enfin, il a taclé de la même école, ne lui vole la vedette…
sorte de l’euro, plutôt que la Grèce ou le la Banque centrale européenne pour son Il y travaille. Patrice Piquard◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 65
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES PENSEURS DE LA MONDIALISATION

PAUL KRUGMAN Il a
Né en 1953 théorie du commerce
C E MATHÉMATICIEN
SURDOUÉ EST PLUS CONNU
POUR SES CHRONIQUES
SOUTENANT HILLARY
CLINTON OU CRITIQUANT
GEORGE W. BUSH QUE
POUR SES RECHERCHES
SUR LE COMMERCE
INTERNATIONAL. Après avoir donné
des cours au MIT,
à Yale et à Stanford,
SA VIE Né en 1953 à Long Island, dans la ce professeur de
63 ans enseigne au-
banlieue de New York, d’un père qui tra- jourd’hui à Princeton.
vaillait dans une compagnie d’assurances
et d’une mère au foyer, Paul Krugman est
passé par l’université de Yale, où il a étu-
dié l’histoire et l’économie avant de soute-
nir son doctorat d’économie au MIT en
1977. A 28 ans, il est nommé professeur
associé au MIT ; deux ans plus tard, il re-
joint la Maison Blanche et l’administration
Reagan comme conseiller sur l’économie
internationale. Mais il ne reste qu’un an à
Washington et repart enseigner dans le top
des universités américaines, au MIT
d’abord, puis à Stanford, Yale et Princeton,
où il donne un cours encore aujourd’hui.
Ce néokeynésien, qui croit aux vertus du
marché, reçoit le «Nobel» en 2008 pour son
travail sur le commerce international. Mais
il était l’un des économistes les plus in-
fluents du pays bien avant de décrocher
cette distinction. Motif ? Ce prof est aussi
un auteur prolifique, capable d’exprimer l’administration Bush. Pourfendeur de la SES THÉORIES Au MIT, Krugman avait
ses idées dans un style clair et sans jargon, dérégulation, Krugman a notamment cri- rédigé sa thèse sur les taux de change,
bref, d’expliquer l’économie au plus grand tiqué la réduction des impôts en faveur des mais c’est un autre cours, sur le commerce
nombre. D’où le succès de la trentaine riches, qui, selon lui, a mené à des déficits international, qui l’inspira réellement. Au
d’ouvrages qu’il a publiés, parmi lesquels budgétaires. Il a dénoncé la «guerre menée point qu’il finit par renouveler la théorie
«Pourquoi les crises reviennent toujours» contre les pauvres» et le développement dominante du commerce international,
et «La mondialisation n’est pas coupable», des inégalités dans son pays. Il a aussi ré- dont les fondements avaient été posés par
mais aussi des centaines de tribunes parues clamé le retour de l’Etat dans les affaires l’Anglais David Ricardo deux cents ans
dans la «Harvard Business Review», «For- économiques. «C’est à la fois le plus admiré plus tôt, à savoir l’exploitation des «avan-
tune» et surtout dans le «New York Times», et le plus haï des chroniqueurs américains», tages comparatifs» : chaque pays a intérêt
où on peut lire ses chroniques deux fois par a dit de lui un journaliste du «Financial à exporter les biens qu’il peut produire le
semaine depuis 1999. Ce redoutable po- Times». A suivre en temps réel sur son blog moins cher en raison d’un avantage donné
lémiste y a éreinté des années durant la (Krugman.blogs.nytimes.com), intitulé – bas coût du travail, climat, expertise tech-
politique économique et internationale de «The Conscience of a liberal». nologique. Il en résulte que les pays les
66 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
formulé la nouvelle
De la
science-fiction
au "Nobel"
C’est parce

international
qu’il est fan
de science-
fiction que
Krugman
est devenu
économiste.
première, produit Dans
«Fondation» d’Asimov,
un bien en grande le héros est un «psycho-
quantité, voit ses historien» qui, en analy-
LA DEMANDE DE coûts unitaires di- sant les mécanismes de
minuer, ce qui la la société, est capable d’en
DIVERSITÉ FRANCO- rend très difficile prévoir les conséquences
ALLEMANDE 2015 à rattraper par les à long terme. Krugman
raconte s’être donc inscrit
autres et aboutit à
FRANCE en histoire à Yale, avant
l’apparition de de réaliser que cette
monopoles et à la matière n’apportait pas de
disparition de ses réponses à ses questions et
concurrents na- de basculer en économie.
tionaux. Le com-
merce international est alors le moyen de
satisfaire la demande de diversité des
144 000 consommateurs. Krugman souligne égale-
130 000 VOLKSWAGEN
DONT
ment que le commerce est façonné par les
RENAULT
35 000 GOLF
grandes entreprises et non par les pays,
DONT comme le soutenait David Ricardo. Ces
31 000 MÉGANE travaux ont mené le New-Yorkais vers une
analyse des politiques industrielles d’Etat
(créant des champions nationaux) et sur le
chemin du «Nobel».

SON ACTUALITÉ Krugman est sur tous


les fronts. Dans son dernier livre, «Sortez-
ALLEMAGNE nous de cette crise… maintenant !» publié
en 2012, il tonne contre l’austérité imposée
P ourquoi 31 000 Allemands qui
pourraient s’offrir des Golf ont-ils
choisi d’acheter des Mégane ?
par les gouvernements incapables d’appor-
ter des réponses efficaces à la crise qui
Et 35 000 Français des Golf ?… C’est
secoue le monde depuis 2008. «C’est en
l’effet de la «demande de diversité», phase d’expansion, pas de ralentissement,
PHOTO : BEN BAKER / REDUX- REA

analyse Krugman, qui explique ainsi le qu’il faut appliquer l’austérité», rappelle-
développement du commerce entre t-il en citant Keynes. Il explique que les
des pays de même niveau économique principales économies sont engluées dans
qui échangent des produits similaires. la trappe à liquidités, comme ce fut le cas
du Japon durant les années 1990. «Au-
jourd’hui, l’Etat doit dépenser plus, pas
moins, jusqu’à ce que le secteur privé soit
en mesure de reprendre son rôle moteur.»
plus susceptibles de commercer entre eux exporte des avions en France, qui expédie Il faut, selon lui, taxer les plus hauts re-
sont les plus complémentaires : un pays en des Airbus aux Etats-Unis ; Renault et Peu- venus, réduire les inégalités, lutter contre
développement exportant ses matières geot vendent des voitures en Allemagne, le chômage. Bref, renouer avec une straté-
premières vers un pays développé, celui-ci qui exporte des Volkswagen en France. gie keynésienne. Durant l’été 2015, il a ta-
expédiant en retour des produits manu- Le constat était fait, mais personne clé l’Europe et le FMI pour la politique
facturés sophistiqués. n’avait conçu la théorie qui l’exposerait d’austérité infligée à la Grèce. Evidem-
Problème, depuis la fin de la Seconde rigoureusement. Paul Krugman s’y colle : il ment, cet intellectuel engagé ne pouvait
Guerre mondiale, les économistes ont ob- explique les flux observés par la concur- pas ne pas prendre parti dans la campagne
servé que cette théorie échoue à expliquer rence imparfaite. Il recourt à des modèles pour la présidentielle américaine de 2016.
la majeure partie des flux du commerce mathématiques pour montrer l’importance Il soutient Hillary Clinton contre Bernie
international. Et notamment l’explosion de deux facteurs, les économies d’échelle Sanders à l’occasion des primaires démo-
des échanges entre pays dotés d’économies (qui font émerger des quasi-monopoles) crates alors qu’en 1992, lorsque Bill avait
de même niveau, qui se vendent des pro- et la demande de diversité de la part des remporté les élections, il n’avait obtenu
duits aux technologies similaires : Boeing consommateurs. L’entreprise qui, la aucun poste important. Patrick Chabert◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 67
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE

SOMMAIRE
P. 70 MAX WEBER
P. 74 GUNNAR MYRDAL
PHOTO : NICOLAS TAVERNIER / REA

P. 76 ALFRED SAUVY
P. 78 JOHN KENNETH GALBRAITH
P. 82 GARY BECKER

Gary Becker, les étudiants qui


souscrivent un prêt lui donnent raison
Selon ce prof à Chicago, l’homme est pareil à une
entreprise : il dispose d’un stock de ressources intel-
lectuelles dans lequel il peut investir – en finançant
ses études à crédit, par exemple – pour augmenter
sa productivité future et donc sa rémunération.
Mais il doit pour cela comparer le coût de ce sacrifice
au gain espéré. Pas toujours facile à prédire.

68 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


LES OBSERVATEURS
DE LA SOCIÉTÉ
Leur conviction ? L’économie se passe aussi et surtout au
coin de la rue. Pour en saisir toute la dimension humaine,
ils puisent dans d’autres sciences de nouveaux outils.

C
e ne sont pas des économistes nomie en 1992, il avait tout d’abord envisagé
pur jus. Ou, s’ils le sont, ils em- d’étudier la sociologie, mais trouvait la matière
pruntent à différentes disci- «trop difficile». Il n’a pourtant fait que cela, à
plines des concepts qui leur travers sa théorie du «capital humain». Ses tra-
permettent d’apporter un re- vaux ont pris un nouvel écho quand est sorti en
gard nouveau sur des ques- 2005 «Freakonomics», le best-seller de Steven
tions en apparence sans lien Levitt, un prof à Chicago qui se réclame de sa
avec l’économie. En appa- vision, proche du terrain. L’auteur y explique
rence seulement. Car, après Max Weber, qui notamment pourquoi, aux Etats-Unis, les ven-
peut dire que la religion n’a pas d’influence sur deurs de drogue vivent très souvent chez leur
le développement d’un pays ? Ou que la démo- maman. Réponse : parce que seuls les caïds ont
graphie, spécialité d’Alfred Sauvy, n’est pas une de quoi se payer un appartement, les dealers,
clé utile pour étudier l’évolution du PIB ? qui attendent de gravir l’échelle, se contentant
L’Américain Gary Becker se singularise dans d’un revenu inférieur à celui qu’ils pourraient
cette galaxie de penseurs. «Prix Nobel» d’éco- espérer comme serveurs chez McDo…
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 69
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES OBSERVATEURS DE LA SOCIÉTÉ

1864-1920
MAX WEBER
Les croyances des hommes
influent sur la production
P
LUS SOCIOLOGUE QU’ÉCONOMISTE,
CET UNIVERSITAIRE ALLEMAND A MONTRÉ LE
LIEN TÉNU QUI EXISTAIT ENTRE LA PRATIQUE
RIGOUREUSE DU PROTESTANTISME ET
LA MONTÉE EN PUISSANCE DU CAPITALISME
MARCHAND DANS LES PAYS RHÉNANS.

SA VIE Le parcours de Max Weber, consi- oncle progressiste. Les huit années sui-
déré comme le père de la sociologie mo- vantes, il les passe sur sa thèse d’histoire du
derne, est celui d’un pur intellectuel du droit. En parallèle, il s’intéresse aux ques-
XIXe siècle. Né en 1864 à Erfurt, dans une tions sociales de son temps et rejoint un
famille de la bonne bourgeoisie protes- groupe d’économistes travaillant sur les
tante, il est incontestablement un enfant problématiques qui se posent alors au tout
précoce. Kant, Cicéron, Machiavel consti- jeune Etat allemand. Weber est un natio-
tuent les premières lectures du jeune Max, naliste convaincu qui soutient haut et fort
qui préfère la compagnie des livres à celle la politique impérialiste de l’Allemagne
PHOTOS : ROGER VIOLLET - THE GRANGER COLL / RUE DES ARCHIVES

des enfants de son âge. Son bac en poche, enfin unifiée. En 1893, à l’âge de 29 ans, il
il s’inscrit à la faculté d’Heidelberg et y suit est nommé professeur à l’université de
des cours de droit, d’histoire, d’économie Berlin et épouse Marianne Schnittger, une
politique, de théologie et de philosophie. fervente partisane de la cause féministe,
En 1883, alors qu’il a tout juste 19 ans, il qui l’épaulera fidèlement dans ses travaux
part faire son jusqu’à sa mort. Un mariage bâti sur une
service militaire grande complicité intellectuelle, mais qui
Le duel, à Strasbourg restera selon toute vraisemblance non
une passion de (qui appartient consommé. Peut-être une des raisons à
jeunesse à l’empire alle- l’origine de la grave dépression nerveuse A l’opposé des thèses de Marx,
mand) où il est qui le touche à partir de 1897. Cures de re- Weber affirmait que les valeurs
Membre d’une corporation d’un individu modifient son
d’étudiants à l’université logé chez son pos, voyages, mise entre parenthèses des comportement économique.
d’Heidelberg, Max Weber oncle, un histo- activités de recherche et d’enseignement…
ne rechignait jamais à se rien libéral hos- le passage à vide durera cinq ans. Finale-
battre à l’épée pour laver tile à Bismarck ment, le professeur reprend goût au travail
un affront. Il était interdit qui offre à Weber en s’orientant vers la sociologie. En 1904, il la défaite et appelé à la résistance, Weber
de frapper d’estoc (avec une ouverture publie «L’Ethique protestante et l’esprit du fait partie de la délégation allemande en-
la pointe) afin de limiter politique à l’op- capitalisme», fonde la Société allemande voyée à Versailles pour y signer l’humiliant
les blessures mortelles.
posé de la vision de sociologie et dirige, avec Werner Som- traité imposé par la France. Prenant claire-
paternelle, très bart, la principale revue du genre. ment position pour l’établissement d’une
conservatrice. Quand la guerre éclate en 1914, alors démocratie en Allemagne, il collabore aussi
Un an plus tard, qu’il a déjà 50 ans, il se porte volontaire à la rédaction de la nouvelle Constitution
Weber rentre à pour être officier de réserve. La mission établissant la république de Weimar et s’en-
Berlin sous la qu’on lui confie (la gestion d’hôpitaux de gage dans le nouveau Parti démocrate alle-
pression de sa fa- campagne) lui laisse le temps de rédiger mand. Son intérêt pour la politique et sa
mille, qui voit une ambitieuse sociologie comparée des réflexion sur le rôle de l’Etat (qu’il définit
d’un mauvais œil religions mondiales. En 1918, après avoir comme l’organisme qui détient le mono-
l’influence de cet dans un premier temps refusé d’admettre pole de la violence physique légitime)
70 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
Le mouvement des
Primitifs flamands
témoigne de l’émer­
gence de la finance au
xvie siècle en Europe
du Nord. Comme sur
ce tableau de Quentin
Metsys, «Le Prêteur
et sa femme».

L’ESSOR DE LA MARINE HOLLANDAISE LIÉ AU PROTESTANTISME ?


LE CALVINISME Née vers
1536 à Genève, cette doctrine
568 0
00 Lprotestante
a thèse de Weber dé-
taillée dans «L’Ethique
et l’esprit
calvinisme. L’exemple
des Pays-Bas, appelés
à l’époque «Provinces-
protestante se répand du capitalisme» postule Unies», semble accrédi-
rapidement aux Pays-Bas. Charge utile
des flottes qu’il existe une corrélation ter cette démonstration
marchandes, entre l’émergence d’un tant leur supériorité com-
232 0 en tonnes.
marché structuré dans merciale est flagrante à
00
certains pays d’Europe l’époque. Mais certains
60 00 80 00 80 00 au xvie siècle et la diffu- historiens ont montré par
N.d. 0 0
0 sion dans ces mêmes la suite que la Belgique,
Pays- Franc Pays- Franc Pays- Franc pays du protestantisme, pourtant catholique, s’en
Bas e Bas e Bas e
et plus spécialement du tirait très bien elle aussi.
1470 1570 1670

l’accaparent jusqu’à sa mort prématurée. de l’Occident moderne, porté par la bour- mine leur conscience», Weber fait valoir
Décédé à 56 ans des suites d’une pneumo- geoisie, a trouvé son impulsion originelle que «si l’on consulte les statistiques profes-
nie mal soignée, il laisse quantité de manus- dans cette religion. Plus largement, il es- sionnelles d’un pays où coexistent plusieurs
crits qui viendront grossir son œuvre. time que ce sont les croyances et les valeurs confessions religieuses, les chefs d’entre-
qui influencent les comportements écono- prise et les détenteurs de capitaux […] sont
SES THÉORIES Au cœur de la produc- miques, et non l’inverse. «Le problème en grande majorité protestants». Poursui-
tion foisonnante de Max Weber, «L’Ethique majeur de l’expansion du capitalisme mo- vant son propos, il affirme même que dans
protestante et l’esprit du capitalisme» a derne n’est pas celui de l’origine du capi- l’Allemagne du début du xxe siècle, les pro-
indubitablement marqué l’histoire de tal, c’est celui du développement de l’esprit testants sont significativement plus riches
l’économie. L’auteur y démontre que le du capitalisme», écrit-il. que les catholiques et qu’ils ont davantage
protestantisme a favorisé la révolution A l’opposé des thèses de Karl Marx, qui tendance, dans leurs études, à s’orienter
industrielle. Si cette dernière a eu lieu en affirmait dans «Le Capital» que «c’est vers des filières professionnelles plutôt que
Europe, c’est parce que le rationalisme l’existence sociale des hommes qui déter- Suite page 72
avril-mai 2016 HORS-SÉRIE CAPITAL 71
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES OBSERVATEURS DE LA SOCIÉTÉ

La réussite est un témoignage du statut d’élu


Suite de la page 71 touche à l’argent relève du tabou. Le retrait Le profit, l’enrichissement, l’accumulation
vers les humanités (littérature, philo- hors du monde et le refus de la réussite ma- de biens – mais sans ostentation aucune –
sophie, langues anciennes), où vont de pré- térielle sont d’ailleurs fortement valorisés permettent au protestant de se rassurer.
férence les catholiques. Il y aurait donc dans la recherche du salut éternel. Chez les La réussite apparaît comme le témoignage
en quelque sorte des «affinités électives» protestants, en revanche, le métier est une de son statut d’élu. «Si pareil frein de la
entre les valeurs protestantes et le goût tâche que Dieu a donnée à accomplir aux consommation s’unit à pareille poursuite
pour les affaires, une éthique protestante hommes. La profession devient une voca- débridée du gain, le résultat va de soi, dit
du travail qui expliquerait pourquoi la tion. Le travail a une valeur intrinsèque. Weber. Le capital se forme par l’épargne
révolution industrielle a commencé en Dans les textes fondateurs, Calvin va forcée ascétique.»
Angleterre et aux Pays-Bas. même encore plus loin que Luther avec
A quoi tient cette corrélation entre pro- son dogme de la prédestination : Dieu des- SON ACTUALITÉ La thèse de Weber a
testantisme et capitalisme ? Le premier est tine dès le départ certains hommes au pa- donné lieu à des débats passionnés,
austère et s’oppose a priori à l’idée d’amas- radis et en condamne d’autres à l’enfer. l’influence juive étant notamment préférée
ser des richesses. Mais c’est paradoxale- Ignorant s’il fait ou non partie des heu- par certains spécialistes comme explication
ment dans cette austérité, voire cet ascé- reux gagnants, le fidèle est habité par l’an- à l’émergence du capitalisme. Il n’em-
tisme, affirme Weber, qu’il faut chercher la goisse et va chercher toute sa vie des signes pêche : cette analyse de l’économie par la
clé. Chez les catholiques, l’activité écono- lui permettant de s’en libérer. L’un de ces religion a offert une grille de lecture essen-
mique n’a pas de valeur positive, tout ce qui signes est justement la réussite matérielle. tielle pour comprendre le déclenchement
de l’industrialisation. L’essor fulgurant de
l’économie américaine au XXe siècle a
LES AVANTAGES D’UNE BONNE BUREAUCRATIE plutôt conforté la thèse protestante. Patrie
du puritanisme par excellence, les Etats-

S
i le capitalisme par une seule personne, remplies, la bureaucra- Unis ont toujours adoré les entrepreneurs
consiste, pour à la compétence recon- tie, assure Weber, est le partis de rien et parvenus au sommet, ces
Weber, en une nue. A chaque fonction système humain le plus self-made-men qui, de John Rockefeller à
forme d’organisation sont attachées des efficace. Une rationalité Bill Gates, ont incarné le rêve américain.
méthodique et ration- tâches précises et imper- dont Michel Crozier, Au-delà de son aspect religieux, la
nelle de la production, sonnelles. Les salaires un sociologue français, démonstration de Weber vaut aussi par
son pendant social est sont connus à l’avance montrera les limites la place qu’elle donne à l’usage technique
incontestablement la et varient selon l’éche- dans les années 1960 en du savoir dans la modernisation de l’éco-
bureaucratie. Elle est lon hiérarchique. Les pointant les effets per- nomie. Le capitalisme n’a pas inventé les
indispensable, selon lui, promotions sont défi- vers de la «machine» : mathématiques, note-t-il, mais il a su les
au fonctionnement des nies et validées par les routine, rétention d’in- utiliser pour mettre au point la comptabi-
ensembles complexes : supérieurs. Enfin, il formations, absence de lité. Ou les «subprimes», mais c’est une
Etat, Eglise, armée… existe une coopération remise en cause, règne autre histoire… Julie Noesser ◆
Plusieurs facteurs la permanente entre les des «petits chefs»…
caractérisent. Chaque employés. Dès lors que Le bureaucrate, ami ou
poste doit être occupé ces conditions sont ennemi du citoyen ?

Pour être efficace, l’administration


doit être impersonnelle, disait Weber.
PHOTO : SIPA

Il aurait adoré la CAF de Paris…

72 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


Dans Capital ce mois-ci

EN FRANCE,
EST-ON À
PLAINDRE�?
Capital mène l’enquête et passe
au crible les droits sociaux
des Français en les comparant
à ceux de nos voisins européens :
montant des allocations
chômage, aide pour parents
isolés, remboursement de santé
ou encore dispositifs pour
la garde d’enfants...
Découvrez notre dossier spécial !

CAPITAL LE PLAISIR DE COMPRENDRE L’ÉCONOMIE


CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX ET SUR TABLETTE
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES OBSERVATEURS DE LA SOCIÉTÉ

THÉORICIEN SOCIAL-
DÉMOCRATE, CE SUÉDOIS A
1898-1987 GUNNAR
que les inégalités
ÉTUDIÉ LES ORIGINES DE LA
PAUVRETÉ, DU CHÔMAGE ET
DU SOUS-DÉVELOPPEMENT
EN S’AFFRANCHISSANT
DE L’APPROCHE PUREMENT
MICROÉCONOMIQUE.
VERDICT ? LE MARCHÉ SEUL
NE PEUT PAS CORRIGER LES
GRANDS DÉSÉQUILIBRES.

SA VIE Peu avant le décès de ses parents,


tous deux «nobélisés» – l’économie pour
lui, la paix pour elle –, l’écrivain suédois Jan
Myrdal racontait dans «Enfance» la dou-
leur d’avoir été ignoré par ce couple de
brillants intellectuels, si préoccupés par
l’avenir du monde qu’ils en avaient oublié
d’aimer leur rejeton. Le livre est encensé à
sa sortie, en 1982, mais la classe politique
s’indigne : Gunnar Myrdal, le papa honni,
a le statut d’icône nationale. Né alors que
son pays était l’un des plus pauvres d’Eu-
PHOTOS : CAMERA PRESS / GAMMA - RAPHO - DR

rope, il meurt au moment où le «modèle


suédois», cette version ultra-efficace de
l’Etat-providence qu’il a contribué à inven-
ter, suscite l’admiration du monde entier.
Diplômé en droit
puis en économie,
Quand le jury et favorable – bien
du Nobel coupait avant Keynes – à
l’intervention de
la poire en deux l’Etat dans l’éco-
En 1974, le prix de la nomie, c’est l’un
Banque centrale de Suède des rares théori- vorisant l’adoption de règles négociées par de l’épargne sur l’investissement) et les réa-
en économie (l’équivalent ciens à s’être en- les entreprises, les syndicats et les pouvoirs lisations, qui en diffèrent presque toujours.
du Nobel) est décerné
conjointement à Gunnar gagé dans l’action publics. Toute sa vie, Myrdal s’interroge Ce décalage l’amène à explorer le concept
Myrdal, chantre de l’Etat- politique. aussi sur la manière de réduire les de «causalité cumulative». Dans la pensée
providence, et à Friedrich Conseiller du inégalités. Approché par la Fondation économique classique, en effet, une modi-
Hayek, son plus farouche ministre des Carnegie en 1938 alors qu’il enseigne à fication de la variable A provoque celle de
opposant ! L’art du compro- Finances social- Harvard, il met à jour les origines du pro- B, et le système atteint un nouveau point
mis à la scandinave… démocrate dès blème racial aux Etats-Unis à l’aide d’un d’équilibre. Myrdal affirme que la modifi-
1932, il devient concept de son cru, «la causalité cumula- cation de B affecte en retour A, ce qui
ensuite sénateur, tive», qu’il résume d’une formule : «La dis- influe de nouveau sur B, etc. Si A et B aug-
président de la crimination engendre la discrimination.» mentent, le feed-back positif se nourrit de
Commission du Après la guerre, il applique cette grille lui-même (cercle vertueux). Si au contraire
Plan et ministre d’analyse à l’étude de la pauvreté, notam- A et B diminuent, un cercle vicieux s’ins-
du Commerce et ment en Asie, où il séjourne, tandis que sa talle. Dans les deux cas, le point d’équilibre
de l’Industrie femme, Alva, est ambassadrice en Inde. de la théorie classique disparaît. L’origina-
après 1945. A ces lité de Myrdal consiste à faire fonctionner
postes, il promeut SES THÉORIES Dès son premier livre, cette «causalité cumulative» (ou «circu-
une planification «L’Equilibre monétaire» (1931), Myrdal laire») en utilisant des variables écono-
exempte de bu- pose la distinction entre les anticipations miques, mais aussi sociologiques. Ainsi,
reaucratie, en fa- (par exemple l’effet attendu d’une hausse dans le cercle vicieux de la pauvreté, le taux
74 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
MYRDAL Il a démontré
ont des causes multiples
LA MISÈRE FAIT LE LIT DU RACISME ET VICE VERSA
SO CE
US CU EXC N A
-R LT LU QUA E L LE
EP UR S N D
T LI A
RÉ EL ION LI EN I
SE LE DÉ E M FAM
PO NTA T E
LA UL
LIT TIO ÉC ELL
IQ N
MAR UE C
G ES
PRO I N ALIS AIR ES
FESS A
IONN TION SAL DIOCR
ELLE LE CERCLE LE CERCLE MÉ
VICIEUX DU VICIEUX DE LEVÉ
TAUX ÉÔMAGE
DISCRIMINATION RACISME LA PAUVRETÉ DE C H

N
IO FAIBL
G AT ES
É QUALIF
GR S
PE UX
ICATIO
NS
SÉ Y
OT CIA

DI CO
RÉ RA

S
FF LA
É
ST

IC IR
UL ES

S
Laméricain»
’analyse par Myrdal du racisme et
de la pauvreté dans «Un dilemme
(1944) met en lumière l’in-
tion, l’éclatement des familles) qui se
renforcent les unes les autres. Cette
«causalité cumulative», ou «circulaire»,
rant plusieurs de ces variables – et
d’autant plus efficace qu’elle est né-
gociée et non imposée – peut briser.
teraction de variables économiques se transforme en un cercle vicieux Selon lui, le marché tend en effet à
(le taux de chômage, les bas salaires) que seule une politique étatique de générer des inégalités croissantes
et sociologiques (le niveau d’éduca- redistribution des richesses amélio- entre les différents groupes sociaux.

de délinquance et les lacunes de l’éduca- l’habitat, la sécurité de l’emploi… Quant nements qu’à la privatisation des grands
tion influencent le niveau des salaires et ce- aux dirigeants du tiers-monde, ils doivent groupes publics, à la dérégulation des
lui du chômage (et réciproquement). Il en améliorer les infrastructures sanitaires et mouvements de capitaux ou à la création
va de même dans l’analyse du cercle vi- lutter contre la corruption pour favoriser de marchés du travail «sauvages». Quant
cieux du racisme aux Etats-Unis, qui prend le développement économique. Contrai- aux pronostics pessimistes émis par Myr-
en compte aussi bien la marginalisation rement à beaucoup d’experts de l’époque dal dans «Le Drame de l’Asie» (1968), ils
culturelle que le faible niveau de vie de la qui voyaient dans les inégalités un levier ont été pour la plupart infirmés par le
minorité noire. «Les problèmes concrets de croissance (elles favorisent l’accumula- boom économique de ce continent.
ne sont jamais uniquement économiques, tion de capital par les plus riches et l’exis- La crise financière actuelle redonne
sociaux, psychologiques ou politiques», tence d’un marché du travail à bas prix), pourtant du souffle au message de cet éco-
affirme Myrdal. Conclusion ? Le marché Myrdal les considéraient d’abord comme nomiste à visage humain. Tout le monde
n’est pas autorégulateur. un frein, les plus pauvres ne pouvant ex- s’accorde ainsi à dire que les forces du mar-
La pauvreté engendrant la pauvreté (et ploiter leurs talents et les bas salaires en- ché doivent être mieux contrôlées, même
la richesse appelant la richesse), le laisser- travant l’expansion de la demande. si les solutions proposées divergent. Quant
faire accroît nécessairement les inégalités, au «modèle suédois» dont Myrdal a des-
au sein des nations comme entre les pays. SON ACTUALITÉ La mondialisation a siné les contours (libéralisme entrepreneu-
Seuls des mécanismes redistributifs peu- battu en brèche certaines de ses thèses. rial, forte redistribution, investissements
vent inverser la tendance. Pour combattre Les décollages de la Chine, de l’Inde ou du publics), il a, certes, connu des aléas. Mais
le racisme aux Etats-Unis, préconisait Brésil doivent moins à un cercle vertueux il reste une solide référence dans une
Myrdal en 1944, il faut agir sur l’éducation, enclenché par la planification des gouver- Europe mal en point. Patrice Piquard ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 75
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES OBSERVATEURS DE LA SOCIÉTÉ

1898-1990 ALFRED SAUVY


créateur d’emplois
CE DÉMOGRAPHE JUGEAIT INÉLUCTABLE
LA FERMETURE DES USINES, SIGNE SELON LUI
D’UNE RÉORIENTATION DE L’ACTIVITÉ VERS
LES SERVICES. DANS LA FRANCE DES ANNÉES 1970
QUI PLEURAIT LA MORT DE SA SIDÉRURGIE, LE
PROPOS ÉTAIT ICONOCLASTE. IL L’EST TOUJOURS.
«La souplesse
SA VIE Statisticien, économiste, sociolo- où paraît son premier ouvrage, «Essai sur est une condition
gue, démographe, professeur, journaliste, la conjoncture et la prévision écono- vitale du plein-
conseiller politique, Alfred Sauvy fut tout mique», il est appelé par Reynaud, ministre emploi», disait
cela à la fois. Mais aussi et surtout un esprit des Finances du gouvernement Daladier Alfred Sauvy.
indépendant et engagé, passionné par qui succède au Front populaire. Dévalua-
l’action publique. Issu d’une famille de tion du franc, hausse des impôts, coupes
vignerons du Roussillon, il est né en 1898, a budgétaires drastiques, retour à une durée LES EMBAUCHES
fait ses études à Perpignan, puis à Paris, de travail hebdomadaire de 41,5 heures…
avant que la Grande Guerre n’interrompe Le redressement économique du pays se SE DÉVERSENT D’UN
son parcours d’élève brillant. En 1917, tout fait dans la douleur. Sauvy, à son poste de SECTEUR À L’AUTRE
juste majeur, il s’engage et part au front. Il conseiller, pilote ces mesures qu’il juge né-
en reviendra vivant mais les yeux gazés à
l’ypérite. Démobilisé, il passe le concours de
cessaires. Il est ainsi convaincu que la se-
maine de 40 heures instaurée par Blum en
A lfred Sauvy a détaillé sa théorie
du déversement dans «La Machine
et le chômage» (1980). Il montre que
l’Ecole polytechnique où il est reçu en 1920. 1936 est une énorme erreur. On imagine ce le progrès technique, par les gains de
A la sortie de l’X, un peu par hasard, il qu’il aurait pensé des 35 heures… productivité qu’il génère, entraîne un
s’oriente vers la statistique. Ce simple Durant la Seconde Guerre mondiale, transfert des emplois de l’agricuture
gagne-pain va vite devenir une passion : Sauvy publie «Richesse et population», vers l’industrie, puis vers les services.
«C’est la planète plaidoyer pour une politique nataliste et Sur le moment, la machine remplace
entière qui s’ani- contre toute forme de protectionnisme l’homme. Mais, à long terme, le solde
PHOTOS : SIPA - ROGER VIOLLET

Une marotte me ou se fixe, syndical ou corporatiste. En 1945, il fonde d’emplois créés est positif, assure-t-il.
qui mettait du beurre dans les chiffres, l’Ined (Institut national d’études démogra-
Agriculture Répartition de la
dans les épinards c’est l’histoire qui phiques), dont il restera le directeur population active
Industrie et construction
se lit et s’écrit», jusqu’en 1962. Professeur au Collège de française par
En marge de son travail Tertiaire secteurs (Insee).
s’enthousiasme le France et à Sciences po, membre du
à la Statistique générale de jeune chercheur. Conseil économique et social, représen-
France, l’ancêtre de Résolument apo- tant de la France à l’ONU pour les ques-
l’Insee, Sauvy arrondissait
ses fins de mois en vendant litique, Sauvy tions démographiques, Sauvy est aussi un
des grilles de jeux et de s’intéresse toute- écrivain prolixe. Que ce soit dans ses arti- transfert (ou déversement) de la popula-
mots croisés aux journaux. fois à l’action cles publiés dans «L’Express», «L’Expan- tion active du secteur primaire, l’agricul-
Tarif : 500 francs Poincaré gouvernementale sion», «Le Monde», ou dans ses nombreux ture, vers le secteur secondaire, l’industrie,
la page, soit 275 euros. de Paul Reynaud, ouvrages, parmi lesquels «De Malthus à puis vers le secteur tertiaire, les services.
à droite, et de Mao Tsé-Toung» (1958), «La Révolte des Sous l’effet des gains de productivité déga-
Pierre Mendès- jeunes» (1970), ou «Croissance zéro ?» gés par le progrès technique (par exemple,
France, à gauche, (1973), aucune évolution majeure de la la mécanisation agricole ou la diffusion du
qui partagent à société française n’échappe à son analyse fordisme dans l’industrie), les volumes
ses yeux un vrai durant près d’un demi-siècle. produits augmentent, les prix baissent, la
sens de l’écono- demande croît, ce qui permet de créer de
mie et une vo- SES THÉORIES Que retenir dans l’œuvre nouveaux emplois. Dans les faits, ce méca-
lonté de com- pléthorique d’Alfred Sauvy ? En économie, nisme correspond bien à ce qu’a connu la
prendre et d’agir. certainement sa «théorie du déverse- France depuis le début de la révolution
En 1938, l’année ment». Que dit-elle ? Qu’il existe un industrielle : la «fin des paysans», avec le
76 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
A long terme, le progrès est
capitaliste et le monde socialiste de la
52,9 % 61,1 % 68,4 % 73,1 % 74,9 % 76,2 % guerre froide. La référence à l’abbé Sieyès
qui, à la veille de 1789, décrivait la position
du tiers état, en opposition à la noblesse
et au clergé, est explicite. «Ce tiers-monde
ignoré, exploité, méprisé comme le tiers
état, veut lui aussi être quelque chose»,
écrit Alfred Sauvy.
Au-delà de l’expression (qu’il désavouera
à la fin de sa vie en reconnaissant qu’«elle
fait oublier la diversité croissante» des pays
en développement et qu’«englober dans le
même terme les pays d’Afrique noire et les
“quatre dragons” ne peut mener bien
loin»), Sauvy ouvre le débat sur la question
de l’explosion démographique dans les
pays du Sud. Une explosion qui, à l’époque,
suscite l’inquiétude, alors que s’enchaînent
les décolonisations en Asie et en Afrique.
Comment endiguer la vague ? Comment
lutter contre cette «prolifération des
37 % pauvres» que l’on n’arrivera pas à nourrir ?
Sauvy, à l’encontre du malthusianisme
ambiant, affirme qu’il ne faut pas craindre
31,6 % la natalité en tant que telle, qu’une crois-
sance de la population globale signifie aussi
une croissance de la population active et
26,7 % des forces vives. Mais il plaide dans le
même temps pour une aide au dévelop-
23,3 % 21,9 % pement accrue de la part des pays riches et
20,8 % pour des investissements massifs permet-
tant de canaliser cette énergie.

SON ACTUALITÉ Sauvy voyait dans la


tertiarisation de l’économie un phénomène
10,1 % naturel et plutôt salutaire, du fait de l’amé-
7,3 % lioration des conditions de travail, réputées
4,9 % 3,6 % moins pénibles dans les services que dans
3,2 % 3% l’industrie. Depuis quinze ans, cette thèse
1975 1984 1993 2002 2007 2013 fait moins consensus. Des entreprises dites
tertiaires, comme les centres d’appel, res-
semblent peu ou prou à des usines. Quant
à la «désindustrialisation» de la France, il
départ des ouvriers agricoles vers l’in- d’un même secteur. Tertio, la classification ne se passe pas une journée sans qu’un
dustrie via un exode massif (50 % d’actifs même des actifs en trois branches (propo- dirigeant politique, casque de chantier sur
dans l’agriculture en 1900, contre 3 % au- sée par l’Anglais Colin Clark il y a plus de la tête, ne la déplore devant les caméras et
jourd’hui), puis le déversement des em- soixante-dix ans) n’a plus grand sens au promette d’y remédier, à grand renfort de
plois industriels vers les services à partir XXIe siècle, puisque les trois quarts d’entre de crédit impôt recherche. Mais nombre
du milieu des années 1970, quand s’affirme eux se retrouvent dans le tertiaire. d’économistes tempèrent l’ampleur du phé-
la tertiarisation de l’économie. Autre sujet de prédilection du démo- nomène, arguant que la baisse des effectifs
Plusieurs points sont pourtant contes- graphe : le lien entre population et déve- dans l’industrie est surtout liée à l’externa-
tables. Primo, le transfert des emplois d’un loppement. Si le nom de Sauvy est passé à lisation de certains métiers – maintenance,
secteur à l’autre n’est ni immédiat ni systé- la postérité, c’est avant tout grâce à son paye, gestion du parc informatique – à des
matique. Difficile pour un chaudronnier célèbre article publié par «L’Observateur» sociétés de services qui, de leur côté, em-
de se recycler dans l’informatique en en août 1952 sous le titre «Trois mondes, bauchent massivement. Les pro et anti-
quelques mois. Secundo, les emplois dé- une planète». Il y définit un «tiers-monde» Sauvy n’ont pas fini de s’écharper.
truits et créés le sont parfois à l’intérieur (les pays du Sud), coincé entre le monde Julie Noesser ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 77
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES OBSERVATEURS DE LA SOCIÉTÉ

JOHN KENNETH
1908-2006
GALBRAITH
Il a dénoncé l’excès
de pouvoir des managers
A UTEUR PROLIXE ET INFATIGABLE PÉDAGOGUE, CET AMI
ET CONSEILLER DE JOHN FITZGERALD KENNEDY A CROISÉ
LE FER PENDANT DES DÉCENNIES AVEC LES REPRÉSENTANTS
DE L’ESTABLISHMENT INDUSTRIEL ET FINANCIER.

SA VIE Original, élégant, courtois, culti- il rejoint Harvard en 1949, après avoir oc- de la justice sociale n’est pas seulement
vant les bonnes manières bostoniennes, cupé différentes fonctions dans l’adminis- juste, elle remplit une vraie fonction éco-
John Kenneth Galbraith est avant tout un tration fédérale sous Roosevelt entre 1940 nomique». Il meurt en avril 2006 à l’âge de
économiste critique de l’économie de mar- et 1946. Farouchement démocrate, il est 97 ans. Son contemporain, l’économiste
ché, proche des démocrates américains l’un des principaux conseillers à la Maison Paul Samuelson, rendra hommage en ces
comme des sociaux-démocrates européens, Blanche de John Fitzgerald Kennedy – les termes à son sens inné de la pédagogie :
et tenté par certaines options socialistes ou deux hommes se sont connus à Harvard –, «On se rappellera et on lira Galbraith
étatistes. Fils d’un fermier de l’Ontario, il puis de Lyndon B. Johnson, avec lequel il lorsque la majeure partie d’entre nous, lau-
naît au Canada en 1908. Après des études rompt à cause de la guerre du Vietnam. réats du Nobel, seront enterrés dans les
à Toronto, il part à Berkeley pour passer un Dans les années 1970, il enseigne dans notes de bas de page de rayons de biblio-
doctorat en économie agricole. Professeur diverses universités européennes. thèques poussiéreux.»
adjoint à l’université de Princeton en 1934, Galbraith prend alors un malin plaisir à
brocarder ses collègues, qui vivent des im- SES THÉORIES En bon keynésien,
pôts en publiant des articles abscons, tout «JKG» pourfend les thèses néoclassiques
Géant par la taille, moins en flattant les politiques. Auteur de nom- sur la souveraineté de l’«homo œconomi-
par l’œuvre, disent ses ennemis breux livres – une trentaine –, articles et cus» et l’autorégulation du marché. «Ce
interviews, il se fait connaître par «La sont les entreprises qui imposent les pro-
Un brin vachard, Crise économique de 1929» (1955) et plus duits aux consommateurs, dit-il, et non
George Stigler, «prix
Nobel» d’économie en encore par «L’Ere de l’opulence» (1958) et l’inverse.» Il en tire une théorie dite «de la
1982, a dit un jour : «Le Nouvel Etat industriel» (1967), où il filière inversée» : «Parce qu’elles ont un
«Tous les économistes se pose en héritier de John Maynard poids économique, politique et médiatique
importants sont grands. Keynes et des institutionnalistes comme énorme, les plus grandes entreprises peu-
A deux exceptions Thorstein Veblen, un critique féroce des vent imposer l’achat de certains produits
près : John Kenneth classes dirigeantes américaines. aux consommateurs par le biais de la pu-
Galbraith et Milton Dans ses derniers ouvrages, «La Répu- blicité et de certaines politiques de prix.»
Friedman.» Le premier
PHOTOS : DR - MICKEY ADAIR / GETTY

dépassait le second de blique des satisfaits» (1992) ou «Pour une Au cœur des Trente Glorieuses, alors que
presque un demi-mètre. société meilleure» (1996), il fustige l’école la croissance semble sans limites, il dé-
monétariste qui, dans le sillage de Milton nonce le poids de la «technostructure»
J.K. Galbraith (2,03 m)
Friedman, a glorifié la politique monétaire dans l’économie américaine. Les hommes
au côté de Milton de Ronald Reagan et l’inégale répartition qui prennent les décisions dans les firmes
Friedman (1,62 m). des revenus à laquelle, selon lui, elle a ne sont plus les propriétaires, les créateurs
donné lieu. Car, pour Galbraith, «la cause Suite page 80

78 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


LES DÉTENTEURS
DU CAPITAL NE TIRENT
PLUS LES FICELLES

Actionnaires (famille,
fonds d’investissement…)

Direction générale

Middle management

Ouvriers et employés

L«technostructure»
’apport majeur de Galbraith à l’économie
réside dans son étude originale de la
(les patrons ainsi que leurs
collaborateurs directs) qui, selon lui, a pris
les rênes dans les firmes au détriment des
actionnaires. Valable dans les années 1960,
cette analyse a été démentie par la suite.

Ce fils de fermier,
qui avait fait de
brillantes études,
détestait la caste
des «satisfaits»,
qu’il ne cessa de
critiquer.

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 79


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES OBSERVATEURS DE LA SOCIÉTÉ

"Une chose est sûre, les imbéciles seront tôt


Suite de la page 78
QUAND LES ACTIONNAIRES PRENNENT ou les actionnaires, mais les gestionnaires
et les managers, formés aux méthodes
LEUR REVANCHE SUR LES PATRONS TOUT-PUISSANTS scientifiques de gestion dans les business
schools, et recrutés pour organiser la pro-

D
ans «Le Nouvel dans la stratégie et se tration. Les raisons duction en imposant leurs choix aux
Etat industriel», contentent d’empocher de ce retour en force clients. Ce groupe, bien plus large que le
paru en 1967, leurs bénéfices. Cette des actionnaires ? simple comité de direction, s’arrange pour
John Kenneth thèse, qui décrivait bien La déréglementation échapper au contrôle de l’Etat et aux lois
Galbraith développe l’Amérique managériale des marchés financiers, antitrust, «admirablement inoffensives».
longuement l’idée selon des années 1950-1970, la mobilité accrue des Une bureaucratie privée, en somme, qui
laquelle la croissance n’a pas résisté aux faits. capitaux et l’arrivée des achète la passivité de ses actionnaires en
forte des économies En 1978, Lee Iacocca, fonds de pension ont leur servant chaque année leur ration de
capitalistes de l’après- le patron mythique de mis les patrons sous dividendes. Car cette «technostructure»
guerre est liée à la Ford, se fait limoger par pression. Mais ceux-là ne vise pas le profit en tant que tel. Elle
montée en puissance Henry Ford II, petit-fils payent également n’agit et ne pense qu’en fonction de ses
dans les grandes firmes du fondateur. Jean-Paul la hausse délirante de intérêts : salaires élevés, stocks options,
de la «technostructure» : Parayre en 1984, puis leurs rémunérations. avantages de toutes sortes. Bref, son but
les dirigeants bâtisseurs Christian Streiff en 2009, Quand Michael Eisner ultime est de «persévérer dans l’être».
et les cadres experts qui connaissent le même s’est fait débarquer de Galbraith y voit plusieurs dangers de
planifient la production. sort chez Peugeot. Idem chez Disney en 2004, sa fracture. Avec les petites entreprises, qui
Bien qu’ils détiennent le pour Jean-Marie Mes- fortune, constituée de n’ont pas la taille suffisante pour imposer
capital, les actionnaires, sier, poussé à la porte stock options et actions leurs prix et peser sur la demande. Avec les
souvent familiaux, n’ont de Vivendi en 2002 par Mickey, flirtait avec salariés, qui n’ont pas les diplômes ou le
plus leur mot à dire son conseil d’adminis- le milliard de dollars… réseau nécessaires pour entrer dans ces
organisations. Avec la société tout entière,
enfin, que l’on matraque de spots télé sur
le dernier frigo high-tech alors qu’une par-
tie de la population peine à remplir le sien.
L’auteur de «l’Ere de l’opulence» préco-
nise donc une intervention de l’Etat pour
favoriser l’emploi et la consommation des
classes défavorisées. Il ne voit aucun incon-
vénient à creuser le déficit. Ni à augmenter
les impôts, car l’autre option possible, la
réduction des dépenses publiques, péna-
lise toujours les plus pauvres, constate-t-il.
De la Grande Crise de 1929, Galbraith
conserve le souvenir d’un système instable
et la conviction qu’il faut absolument se
méfier des emballements boursiers. Dans
sa «Brève histoire de l’euphorie finan-
cière» (1990), il analyse les ressorts psycho-
logiques des bulles. Voici in extenso ce
morceau d’anthologie : «Les facteurs qui
induisent les égarements répétés dans la
démence financière n’ont pas changé, pour
l’essentiel, depuis la tulipomanie de 1636-
1637. Individus et institutions sont piégés
PHOTOS : PASCAL LE SEGRETAIN / GETTY - WIREIMAGE

par la merveilleuse satisfaction qu’on


trouve à voir grandir sa fortune. Elle leur
Désavoué par donne en même temps l’illusion de la puis-
les administrateurs sance intellectuelle, elle-même protégée
de Vivendi, Jean- par le préjugé collectif notoire qui veut
Marie Messier a dû que l’intelligence – la sienne et celle des
lâcher son trône de
«maître du monde» autres – soit proportionnelle à l’argent
qu’on possède. La conviction ainsi ancrée
produit l’action : on surenchérit, on fait
monter les prix – dans le foncier ou à la
80 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
ou tard séparés de leur argent" IL N’EST PAS
PLUS ÉVIDENTE
Bourse, ou encore,
comme tout récem-
SOLUTION À LA
ment, dans l’art. La SE TROMPER LOURDEMENT PAUVRETÉ QU’UN
dynamique de la
hausse conforte l’in- EST UNE EXPÉRIENCE SALUTAIRE. REVENU.
téressé dans son choix,
elle lui prouve sa
NUL ÉCONOMISTE NE DEVRAIT S’EN
«Voyage dans le temps
propre sagesse et celle PRIVER. ET PEU S’EN PRIVENT. économique» (1994)
du groupe. Et cela
continue, jusqu’au «Une vie dans son siècle. Mémoires» (1981)
jour de la désillusion
générale et du krach.
[…] La chute périodique
dans la démence n’est pas un trait mer-
veilleusement séduisant du capitalisme.
Son coût humain n’est pas négligeable, ses LE CAPITALISME LE SOCIALISME À
effets économiques et sociaux non plus. EXIGE UNE CLASSE NOTRE ÉPOQUE EST LE
[…] Quand viendra le prochain grand épi-
sode spéculatif ? Et sur quoi portera-t-il INFÉRIEURE. RÉSULTAT D’UN GOÛT
– l’immobilier, les titres, les objets d’art, les
voitures de collection ? Eh bien, il n’y a pas «La République des satisfaits» (1992)
MALADIF POUR LES
de réponse. Personne n’en sait rien, et ce- SPORTS D’ÉQUIPE.
lui qui prétend savoir ne sait pas qu’il ne
sait pas. Mais une chose est certaine : il y «Chroniques d’un libéral
aura un autre épisode, et d’autres encore impénitent» (1979)
après lui. Oui, comme on le dit de longue
date, les imbéciles sont tôt ou tard séparés
de leur argent. Le sont aussi, hélas, ceux
qui, répondant à un climat général d’opti-
misme, se laissent prendre au sentiment de industriel et commercial qui maintient le
leur propre flair financier. Il en est ainsi tiers-monde dans la dépendance. «Nous
depuis des siècles. Et il en sera ainsi pour sommes partis des seules possibilités d’ac-
longtemps.» La messe est dite… tion qui se présentaient pour en déduire la
cause supposée, écrit-il, à savoir le manque
SON ACTUALITÉ Prêcheur de la régula- de capitaux, de technique et d’instruction.»
tion par l’Etat pour le bien des pauvres, Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix
«le grand Ken», comme le surnommaient en 2006 et promoteur du microcrédit dans
ses amis, n’a cessé d’être attaqué. Par ses les pays pauvres, reprendra à son compte
confrères, qui le considéraient comme un la plupart des intuitions galbraithiennes.
vulgarisateur partial, et par les républicains ont perdu peu à peu de leur pertinence à A commencer par cette maxime forte :
américains, qui voyaient en lui un horrible mesure que les grands dirigeants salariés «De tous les maux de l’homme, la pauvreté
socialiste. Dans «Contre Galbraith» se sont fait débarquer par leurs action- est le plus puissant et le plus massif.»
(1977), Milton Friedman, le maître à pen- naires familiaux historiques (ou d’arrivée En ces temps de yoyo permanent sur les
ser du libéralisme reaganien, écrit à son plus récente, comme les fonds d’investisse- places boursières, on ne peut enfin que
propos : «L’un de [ses] grands talents, c’est ment et les fonds de pension). souscrire à ses mises en garde sur les folies
sa capacité à forger des mots clés et à les Il n’empêche : sa remise en cause de la spéculatives. «Toutes les formes de dérive
vendre. C’est un génie de la publicité.» Il théorie néoclassique selon laquelle le financière conduisent inéluctablement à
faut dire que Galbraith n’y allait pas non «consommateur roi» dicte ses desiderata des difficultés économiques», professe-t-il
plus de main morte contre le monétarisme aux firmes n’a rien perdu de sa pertinence. dans «Pour une société meilleure». Et
incarné par son collègue : «L’étude de la Ses réflexions sur le sous-développement de poursuivre : «On doit bien constater
monnaie est, par excellence, le domaine de et les réactions qu’il engendre dans les pays que l’économie moderne a beaucoup plus
l’économie dans lequel la complexité est riches, présentées dans «La Pauvreté de souffert des excès ou des erreurs de ce que
utilisée pour déguiser ou éluder la vérité et masse» (1979), restent elles aussi d’actua- l’on nomme aujourd’hui la communauté
non pour la révéler.» («L’Argent», 1975.) lité. Galbraith y préconise d’aider d’abord financière que de toute autre forme de
Très marqué par la crise de 1929 et par les populations qui cherchent à sortir de la désordre.» Galbraith a eu peu d’héritiers.
les Trente Glorieuses, le corpus intellectuel misère par le travail et la création de C’est son fils James, passé lui aussi par
de cet expert en formules choc peut sem- microentreprises, pour entraîner un effet Harvard, qui a repris le flambeau. La
bler dépassé au XXIe siècle. Quant à ses de levier, plutôt que de distribuer à fonds révolte, une affaire de gènes ?
analyses sur le pouvoir des managers, elles perdus des milliards, via un assistanat Patrick Eveno ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 81
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES OBSERVATEURS DE LA SOCIÉTÉ

1930-2014
GARY BECKER
Son analyse coût-bénéfice
est devenue un classique
L ES HOMMES NE PENSENT-ILS QU’À LEUR INTÉRÊT ? OUI, RÉPOND
CET ÉCONOMISTE AMÉRICAIN. MAIS AVANT DE POSTULER À UN JOB,
DE SE MARIER OU DE FAIRE DES ENFANTS, ILS SE LIVRENT
À DE SAVANTS CALCULS POUR MAXIMISER LEUR INVESTISSEMENT.

SA VIE C’est un gosse de Brooklyn dont le gens décident «d’investir sur eux-mêmes», SES THÉORIES Becker trouve réducteur
père, un immigrant canadien qui n’a pas pour accroître leur niveau d’éducation, d’étudier des problèmes sociaux com-
fait d’études, possède un petit business. leur savoir-faire, leur mobilité… et amélio- plexes avec pour seule arme l’hypothèse
Son unique passion : le sport. A 16 ans, rer ainsi leur position sur le marché du tra- d’une rationalité économique des com-
pourtant, entre l’équipe de handball du vail. Becker établit alors une série d’équa- portements humains. Pour lui, cette der-
lycée et l’algèbre, Becker, bien plus fort tions qui mettent en balance le coût d’une nière ne se limite pas à l’intérêt égoïste
balle en main qu’au tableau noir, choisit les telle démarche face aux gains espérés. En dont parlait Adam Smith, mais recouvre
maths. Elles le mènent à Princeton où il est 1968, durant la révolte étudiante, il dé- «la maximisation du bien-être des indivi-
séduit par les calculs statistiques des cours laisse Columbia et retourne à Chicago. Là, dus tel qu’ils le conçoivent, qu’ils soient
d’économie. Il passe son doctorat à il applique les hypothèses de comporte- égoïstes, altruistes, honnêtes, déloyaux ou
Chicago sous la houlette du célè bre ments rationnels des économistes à des masochistes». Cela précisé, examinons
monétariste Milton Friedman et réalise champs nouveaux : la décision d’avoir des l’exemple de la criminalité. Becker sup-
que «l’économie n’est pas un jeu pour uni- enfants, de se marier, de sombrer dans la pose qu’elle n’a pas pour origine l’oppres-
versitaires, mais criminalité ou de se droguer. Selon lui, le sion sociale ou les désordres mentaux,
un puissant outil choix d’enfanter est concurrent de l’achat mais un calcul de type coût-bénéfice. Les
Fumer de pour analyser le d’une voiture. Car il a aussi un coût (loge- renforcements des effectifs policiers et des
l’herbe ? Le fruit monde réel». Sa ment, éducation, jouets…) et des avan- sanctions pénales, qui font augmenter le
d’un raisonnement thèse étudie les tages (joie d’élever ses rejetons, probabilité «coût» des activités criminelles, devraient

PHOTO : AP /SIPA
effets du racisme d’être pris en charge sur ses vieux jours…). donc provoquer leur diminution, de même
Becker considère le drogué sur les salaires, Ce raisonnement inédit booste sa noto- qu’une forte hausse du nombre de jobs
comme un consommateur l’emploi et les riété. En 1984, l’hebdomadaire «Business légaux et bien payés. Cette approche est
rationnel : il sait que c’est
dangereux, combien ça professions des Week» demande à Becker de rédiger un utilisée par l’économiste pour examiner le
coûte, quel plaisir ça lui minorités. Il en édito par mois. Comme ses travaux univer- respect par les firmes des lois fiscales, so-
procure… Et il arbitre en tire un livre, sitaires, truffés de calculs, sont inacces- ciales et environnementales. Selon lui,
fonction de ces paramètres, «L’Economie de sibles au commun des mortels, il accepte. l’honnêteté dépend de la probabilité pour
à mille lieues du «junkie» la discrimina- Dix-neuf ans durant, il commente l’actua- les tricheurs d’être découverts et de la du-
perdu dans ses délires. tion», qui ren- lité économique, révélant son fonds ultra- reté des sanctions qui les frappent. Les
Mais quid de l’addiction ? contre un beau libéral : selon lui, les incitations du marché études empiriques faites pour vérifier
succès. – fiscales, monétaires… – produisent de cette proposition lui donnent raison.
Devenu ensei- meilleurs résultats que les réglementations Autre exemple : le taux de fécondité, qui
gnant à Chicago, étatiques, qu’il s’agisse de la croissance en diminue si le coût de l’éducation aug-
puis à l’université Inde, de la scolarisation en Afrique, de la mente, si les revenus des femmes s’élèvent
Columbia, à New lutte contre le réchauffement climatique (car elles ont alors plus à perdre à rester à
York, il oriente ou de la sortie de crise de l’Europe. Becker la maison) ou si la protection sociale des
ses recherches se prononce aussi pour la libéralisation de personnes âgées s’améliore (ce qui sup-
vers le «capital la marijuana et le suicide assisté. Pendant prime le besoin d’être pris en charge par
humain», se de- des années, c’est sur son blog que l’on a pu ses enfants). Le mariage ? Becker assimile
mandant notam- suivre les commentaires à chaud de cet la recherche d’un conjoint «utile» à celle
ment à quelles esprit original, qui a été honoré du «prix d’un très bon collaborateur par une entre-
conditions les Nobel» de l’économie en 1992. prise. Une embauche bâclée en quelques
82 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
SUIVRE DES ÉTUDES, UN CHOIX
RENTABLE À LONG TERME

Au fil de sa carrière,
son salaire progresse
Salarié non diplômé plus vite, jusqu’à
Salarié diplômé
atteindre un plateau.
Un jeune qui se
forme renonce
dans un premier
temps au revenu Mais son diplôme lui
que pourrait lui permet de compenser,
procurer un job sur son premier
non qualifié. salaire, son manque
d’expérience.

NOMBRE SALAIRE
D’ANNÉES MENSUEL
D’ÉTUDES MOYEN EN €

D
10 1 200 ’après Gary Becker,
les différences de
11 1 310
salaire proviennent
12 (bac) 1 350 des écarts de productivité
13 1 430 entre salariés, elles-mêmes
14 1 510 étant liées à une détention
Source : Insee, Enquête emploi 2005.

inégale de «capital humain»,


15 1 630 autrement dit un niveau
16 1 750 d’études. Les statistiques
17 1 920 de l’Insee montrent effective-
ment que plus on passe du
18 2 010
temps à se former, plus son
19 1 960 revenu futur augmente. Mais
20 2 050 jusqu’à un certain seuil : à
21 1 950 partir de bac + 6, l’investis-
sement perd de son intérêt.
22 et plus 1 930

mois sera moins réussie que si la sélection ses clients préfèrent ne pas faire face à un Plus largement, sa théorie des choix ra-
dure dix ans. En conséquence, ceux qui se vendeur noir, ou que ses employés mâles tionnels appliqués à des décisions aupara-
marient à 20 ans divorcent plus que ceux répugnent à travailler avec des femmes. vant considérées comme «personnelles» a
qui convolent à 30, ce que confirment les Mais ce choix a un prix : le salaire d’un inspiré les sociologues et spécialistes des
statistiques de nuptialité. homme blanc est plus élevé que celui payé sciences politiques. «The Economist», pre-
Son analyse des inégalités de revenus à une femme ou à un Noir. En consé- mier magazine économique mondial, a
entre Blancs et Noirs ou hommes et quence, les firmes qui ne pratiquent pas la donné un large écho à ses thèses, y com-
femmes est encore plus provocante. Pour discrimination auront des frais de fonc- pris sur la libéralisation des drogues. Ses
lui, ces différences ne résultent pas forcé- tionnement plus légers. critiques relatives à la taxe sur le patri-
ment d’une discrimination. Elles sont en moine envisagée par Barack Obama ont
partie issues de facteurs tels que l’éduca- SON ACTUALITÉ Becker a permis de voir aussi été remarquées. Selon lui, elle dé-
tion, la compétence et l’expérience, c’est- sous un jour nouveau la boutade de George couragerait l’épargne et pourrait repré-
à-dire du moindre investissement des in- Bernard Shaw : «L’économie est l’art de ti- senter plus de 100% des revenus de cer-
dividus de certains groupes sociaux dans rer le meilleur parti de la vie.» Et sa notion tains contribuables. Un casse-tête mondial
leur «capital humain». Si discrimination il de «capital humain», perçue à l’échelle de comme l’a montré la valse-hésitation sur
y a, c’est un facteur résiduel. Selon lui, un l’individu, a été reprise par de nombreux le «bouclier fiscal» en France.
employeur est rationnel lorsqu’il juge que économistes et théoriciens de l’entreprise. Patrice Piquard ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 83
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE

LES INCLASSABLES
Ils creusent leur sillon sans se soucier des écoles, des chapelles
ou des maîtres à penser. La récolte est plus ou moins bonne. Mais leur
approche originale de l’économie donne de l’air à toute la discipline.

D
ans son «Histoire vi- l’ont glorifié ? Il se moquait comme
vante de la pensée d’une guigne des classes populaires. Les
économique», Jean- partisans d’un Etat fort et intervention-
Marc Daniel , profes- niste se sont réclamés de lui ? Il n’a cessé
seur associé à l’ESCP de marteler qu’il était libéral. Ses collè-
Europe, rappelle que gues ont étudié son œuvre sous toutes
chaque époque pré- les coutures ? Il leur voyait moins d’uti-
sente, sur le plan éco- lité sociale qu’aux dentistes… «Nous de-
nomique, «un cadre conceptuel domi- vons inventer une nouvelle sagesse pour
nant et un cadre dans lequel s’inscrit la un nouvel âge, proclamait en 1925 ce
contestation, contestation qui conduit grand bourgeois anglais. En même
les tenants du cadre dominant à revoir temps, nous devons, si nous voulons ap-
leur théorie». Dans le cinéma, on parle- porter quelque chose de neuf, apparaître
rait de champ-contrechamp. Et puis il y iconoclastes, dangereux, dérangeants,
a ceux, parmi les économistes, qui se désobéissants envers ceux qui nous ont
placent hors champ. John Maynard engendrés.» Joseph Schumpeter qui
Keynes est le plus connu. Le plus insai- souffrait d’être éclipsé par lui dira un
sissable aussi. Les sociaux-démocrates jour, amer : «Keynes est Allah»…

John Maynard Keynes,


la relance par les grands
travaux était son idée
Financée à hauteur de 1,6 milliard
de dollars par le gouvernement améri-
cain, la construction en Californie
de la ferme solaire Ivanpah – l’une des
plus importantes du monde – a été
l’un des chantiers phares du président
Barack Obama. En bonne logique
keynésienne, cette dépense publique
a boosté l’économie.

84 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


SOMMAIRE

P. 86 THOMAS MALTHUS
P. 90 VILFREDO PARETO
P. 92 THORSTEIN VEBLEN
P. 94 JOHN MAYNARD KEYNES
P. 100 JOSEPH SCHUMPETER
P. 104 NIKOLAÏ KONDRATIEV
P. 106 JOHN VON NEUMANN
P. 108 JEAN TIROLE

PHOTO : JIM WEST /REPORT DIGITAL -REA


PHOTO : BRIGHTSOURCE ENERGY

avril-mai 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 85


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

THOMAS MALTHUS
1766-1834 contre l’explosion
À L’ÉVOCATION DE SON
NOM, ON PENSE TOUT DE
COMBIEN DE "TERRE"
L’HUMANITÉ
SUITE «STÉRILISATION CONSOMME-T-ELLE ?
FORCÉE» ET «CONTRÔLE 2015
160%
DES NAISSANCES». MÊME SI
ELLES ÉTAIENT EMPREINTES 2001
D’UNE MORALE ANGLICANE 130 %
1991
PESANTE, LES PROPHÉTIES 120%
DE CE PASTEUR SUR LA 1981
105%
HAUSSE DE LA POPULATION 1971
FONT TOUJOURS CAUSER. 90%

SA VIE Thomas Robert Malthus naît en


1766 à Rookery, en Angleterre, dans une 1961
famille aisée. Son père, ami du philosophe 65%
britannique David Hume et lecteur de
Jean-Jacques Rousseau, lui fait donner
une éducation libérale. En 1784, il entre au
Jesus College de Cambridge où il étudie
une grande variété de matières. Après ses
études, en 1793, il obtient une chaire à
Cambridge et devient pasteur anglican.
Cinq ans plus tard, il publie anonymement
son «Essai sur le principe de population
en tant qu’il influe sur le progrès futur de
PHOTOS : DE AGOSTINI / GETTY IMAGES - DR - THE GRANGER COLLECTION NYC / RUE DES ARCHIVES

la société, avec des remarques sur les théo- Source : WWF, Global Footprint Network
ries de M. Godwin, de M. Condorcet et
d’autres auteurs», qui connaît un fort suc-
cès et déclenche des polémiques. En 1803,
Ld’une’empreinte écologique mesure la surface de terre
et d’eau nécessaire pour absorber les besoins
population. Les 7 milliards d’êtres humains
il fait paraître, sous son vrai nom cette fois, «consomment» aujourd’hui l’équivalent de plus
une version très augmentée. d'une planète et demie. Sommes-nous trop nom-
L’année suivante, le pasteur se marie et breux, comme s’en inquiétait Malthus ?
devient professeur d’économie politique au
collège de la Compagnie anglaise des Indes
orientales, à Haileybury, au nord de
Londres. Il occupera ce poste durant trente
ans, jusqu’à son décès. En 1821, il entre au
Political Economy Club où il rejoint son
ami David Ricardo. Dans ses «Principes
d’économie politique considérés sous le
rapport de leur application pratique»
– Malthus aime les titres à rallonge… –, il
recommande de réaliser des grands travaux
et des palais pour les aristocrates afin de
soutenir l’activité. Stigmatisant l’épargne
86 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
Il a mis en garde «Au grand
banquet de la
nature, il n’y a
pas de couvert»

démographique
pour les plus
pauvres, disait
Malthus.

improductive des rentiers, il voit dans la démunis devront s’imposer l’abstinence. Il


dépense publique le seul levier efficace n’est plus ici question de lois économiques,
pour contrebalancer les faiblesses de mais bien d’un discours puritain à destina-
l’investissement privé. Un siècle plus tard, tion des classes populaires. Les lois chari-
Keynes, qui le réhabilitera, dira grosso tables sur les pauvres, qui prévoyaient de
modo la même chose. les recenser et de les employer dans les pa-
roisses, n’étaient pas du goût de Malthus
SES THÉORIES Ce que l’histoire a retenu qui n’en voyait que les mauvais côtés :
de Malthus, c’est sa conception, originale «Un homme qui est né dans un monde déjà
pour l’époque, de la démographie. Dans occupé, s’il ne peut obtenir de ses parents
son «Essai sur le principe de population», il la subsistance, et si la société n’a pas besoin
s’intéresse à la corrélation entre l’évolution de son travail, n’a
de la production agricole et l’accroissement aucun droit de
de la population en posant deux postulats : réclamer la plus Le documentaire
«Premièrement, que la nourriture est né- petite portion de posthume
cessaire à l’existence de l’homme ; deuxiè- nourriture, et en qui rafle les prix
mement, que l’attirance entre les sexes est fait il est de trop. Produit par une société
nécessaire et qu’elle restera à peu près dans Au grand ban- suisse, «Le Dernier Repas
l’état où nous la voyons présentement.» Les quet de la nature, de Malthus» revient,
terres agricoles, poursuit-il, ne sont pas il n’y a pas de en 52 minutes, sur la crise
extensibles à l’infini : «Les moyens de sub- couvert mis pour alimentaire qui a frappé
sistance, dans les circonstances les plus lui. Elle lui les pays pauvres en 2008.
favorables, ne peuvent jamais augmenter à commande de Une évocation de l’écono-
un rythme plus rapide sur celui qui résulte s’en aller, et elle miste anglais distinguée
à plusieurs reprises dans
d’une progression arithmétique.» Il pro- mettra elle- les festivals indépendants.
gresse de façon linéaire (ou arithmétique) : même prompte-
1, 2, 3, 4, 5, etc. Par contre, l’augmentation ment ses ordres à
de la population évolue, elle, à un rythme exécution s’il ne
exponentiel : 1, 2, 4, 8, 16, etc. «Lorsque la peut recourir à
population n’est arrêtée par aucun obstacle, la compassion
elle double tous les vingt-cinq ans, note de quelques-uns
Malthus, et croît ainsi de période en pé- des convives du
riode selon une progression géométrique.» banquet. Si ces
L’expansion démographique, en se heurtant convives se ser-
à la limite des ressources alimentaires rent et lui font
disponibles, se traduit forcément, conclut-il, place, d’autres
par de la pauvreté. intrus se présentent immédiatement, de-
Les solutions ? Il n’en voit que deux : mandant la même faveur. Le bruit qu’il
«l’obstacle destructif» représenté par les fa- existe des aliments pour tous ceux qui arri-
mines, les guerres et les épidémies qui ré- vent remplit la salle de nombreux récla-
duisent régulièrement la population par mants.» Conclusion sans nuances : il faut
surmortalité, et «l’obstacle préventif», imposer aux pauvres de ne plus se repro-
résultant de la contrainte morale, qui duire et refuser de les assister s’ils passent
impose par exemple le mariage tardif et la outre. Dans la deuxième édition de son
chasteté. Malthus ne saurait envisager un essai, Malthus nuance quelque peu son
quelconque contrôle des naissances a pos- propos en suggérant que l’éducation et
La déforestation au teriori, par la mise à mort des nouveau-nés. l’épargne peuvent aider les classes popu-
Brésil atteint un niveau Une pratique contraire aux lois divines et laires à limiter leur descendance, tandis
critique. La demande naturelles, qu’on qualifiait au XVIIIe siècle que l’importation de grains peut pallier en
mondiale d’aliments de «funestes secrets». Mais cela n’empêche partie les insuffisances de la production
pour bétail pousse les pas la morale malthusienne de rester une nationale. Profondément pessimiste quant
fermiers à planter du soja. morale de classes : les riches pourront à l’évolution des sociétés humaines, sa
continuer de procréer, tandis que les plus Suite page 88

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 87


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

"Malthusien" : L’INDE COINCÉE DANS UNE SPIRALE INFERNALE


l’adjectif désigne
aujourd’hui
L
e démographe contraceptives n’ont- n’a pas décru. C’est
américain Kingsley elles servi à rien ? En «l’inertie démogra-
Davis prédisait réalité, si. La natalité phique». Un casse-tête
les combats en 1951 que la
population indienne se
a bien baissé dans les
années 1970 et 1980,
pour le gouvernement :
offrir un meilleur niveau
d’arrière-garde stabiliserait un siècle
plus tard à 700 millions
mais la mortalité aussi.
Les deux étant paral-
de vie permet de dimi-
nuer les naissances. Mais
d’habitants. D’après un lèles, le taux de crois- du coup, les Indiens
Suite de la page 87 rapport récent de l’Insti- sance de la population vivent plus vieux…
thèse sera heureusement battue en brèche tut national d’études
LA POPULATI
par l’histoire. Au XIXe siècle, la machinisa- démographiques (Ined),
DE
tion de l’agriculture permettra en effet ce sera plus du double. ON
d’augmenter notoirement les rendements
ON
Avec 1,7 milliard 1950 I
et de nourrir toute la population anglaise. d’habitants en 2050, 371

N
TI
En outre, l’enrichissement des classes les l’Inde dépassera même millions

DI
LU
plus pauvres les conduira à limiter leur la Chine (1,3 milliard).

EN
progéniture. Au lieu de s’équilibrer vers le

ÉVO
Le pays a pourtant mis
bas par la famine, population et ressources

NE
en place une stratégie
agricoles s’équilibreront par le haut. Certes, malthusienne de régula- 2000
les deux phénomènes étaient difficilement tion des naissances, et 1 milliard
prévisibles au tournant du XVIIIe siècle, mais ce, il y a plus de soixante
la France s’était déjà engagée, à l’époque, ans. Pourquoi un tel
dans la maîtrise de la fécondité, tandis que échec ? Les politiques
l’Angleterre préparait activement le terrain de planning familial et la
de sa révolution agraire. diffusion des méthodes
2050
SON ACTUALITÉ Avec le substantif «mal- 1,7 milliard
thusianisme» et l’adjectif «malthusien», la
postérité de Malthus est assurée à jamais.
Plus qu’à une politique coercitive en ma-
tière démographique, qui ne prendra réel-
lement corps qu’en Inde et en Chine, ces
deux mots renvoient surtout aujourd’hui
aux comportements défensifs des groupes
sociaux, corporations ou lobbies qui cher-
chent à freiner ou à éradiquer tout mouve-
ment économique et social qui menacerait
leurs intérêts.
Exemple : à la fin du XIXe siècle, les agri-
culteurs français obtiennent les tarifs Ces dernières
PHOTO : XINHUA / ZEMA / REA

Méline, qui imposent de lourdes taxes à décennies, la


l’importation des produits agricoles, afin natalité a baissé
de préserver les petites exploitations pay- en Inde. Mais la
sannes. La IIIe République, qui avait alors mortalité aussi.
besoin des voix des campagnes, préféra Effet nul, donc.
satisfaire son électorat plutôt que pousser
à la modernisation agricole. Ce qui en-
traîna un retard certain de la France, par pervers, car elles détournent les flux finan- mais à court terme seulement. Pour une
rapport à l’Angleterre notamment. Plus ciers vers des activités déjà obsolètes ou action à plus long terme, mieux vaut, estime
près de nous, on voit bien les tentatives des en passe de le devenir. le WWF, «réduire et au final inverser la
industries culturelles traditionnelles Plus étonnant est le retour en force de croissance démographique». Malthus,
(presse, télévision, livre, cinéma, mu- Malthus dans le discours écolo. Dans son l’homme qui murmure à l’oreille des pan-
sique), pour tenter de contenir l’expansion rapport «Living Planet 2008», le WWF das ? Suite à la polémique suscitée par ce
du numérique. Le malthusianisme est détaillait les pistes qui permettraient de compagnonnage, le directeur général de
ainsi devenu le symbole des combats d’ar- réduire l’empreinte écologique – les sur- WWF International pèse ses mots dans la
rière-garde, qui ne peuvent que retarder faces naturelles nécessaires pour subvenir version 2010 de ce rapport : il se contente
les évolutions sans pouvoir les interdire. à la consommation de l’humanité et assimi- d’indiquer que «satisfaire aux besoins de la
Ces pratiques, qui passent souvent par des ler ses déchets. L’ONG en voit trois. Edu- population mondiale croissante n’est pas le
lobbyings discrets auprès des pouvoirs pu- quer les individus et promouvoir les tech- moindre» des défis. C’est plus soft.
blics, engendrent des effets économiques nologies vertes donnent de bons résultats, Patrick Eveno ◆
88 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
ne manquez pas le début
Incipit (n. masc.) : Premiers mots d’un texte.
De grands écrivains redonnent vie à une première fois historique
et en font un objet littéraire personnel.
© Dessin de couverture : Loustal

© Dessin de couverture : Catel

Gonzague Saint Bris François Bégaudeau


raconte le 1 Festival de Cannes er raconte la 1ère femme à l’Académie française

Les deux premiers livres de la collection


en vente en librairies et rayons livres

Et bientôt les récits inédits de :


MAI JUIN
Philippe Jaenada sur les 1ers Jeux olympiques Eliette Abécassis sur le 1er bikini
Philippe Besson sur le 1er malade du SIDA Nicolas Rey sur les 1ers congés payés

Incipit
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

VILFREDO PARETO
1848-1923 les entreprises ont
M USSOLINI A FAIT
SIENNES SES CRITIQUES
SUR LES DÉMOCRATIES DE
L’ENTRE-DEUX-GUERRES.
MAIS CET ARISTOCRATE
VAUT MIEUX QUE CETTE
FUNESTE RÉCUPÉRATION :
SES TRAVAUX ONT
TRANSFORMÉ LA GESTION
DES PRIORITÉS DANS
LES GRANDES FIRMES.
Les milliardaires
SA VIE Ingénieur de formation, Vilfredo du XXIe siècle
Federico Samoso Pareto naît en France en ont de quoi être
1848. Il est le fils unique du marquis de rassurés : d’après
Pareto, expulsé de Gênes pour activisme le Franco-Italien,
républicain, et de Marie Métenier, une l’histoire montre
PHOTOS : S.CHIRLKOV / CORBIS / EPA -BRIDGEMAN

Française issue d’une famille de vignerons. qu’il y a toujours


des très riches.
Vilfredo fait ses études primaires à Paris et
poursuit sa scolarité à Gênes après la réha-
bilitation de son père. Diplômé de l’insti-
tut Polytechnique de Turin, il travaille au
sein de la compagnie générale des chemins
de fer puis comme ingénieur des forges.
Une belle carrière qui le conduit jusqu’à la
direction des usines métallurgiques de San
Giovanni Valdarno, près de Florence.
Fervent libéral, il anime les campagnes
libre-échangistes de Cavour et participe en vaux théoriques en macro-économie l’amè- situation dans laquelle le marché réalise
1874 à la fondation de la société florentine nent en 1893 à succéder à Léon Walras à une distribution optimale des ressources :
d’économie politique, la Società Adamo la prestigieuse chaire d’économie politique dans ce cas, il n’est plus possible d’amélio-
Smith. Réputé pour ses conférences et ses de Lausanne. C’est en Suisse qu’il vivra rer le sort d’un individu sans dégrader celui
articles aux positions provocatrices, il es- désormais, avec son épouse Alessandra d’un autre. Mais une situation optimale sur
suie deux échecs comme candidat libéral Bakounine, puis, à partir de 1902, aux côtés le plan économique n’est pas forcément
à la Chambre des députés, en 1880 et1882. d’une jeune Française, Jeanne Régis. juste socialement. C’est le cas par exemple
Nourri d’une culture pluridisciplinaire, lorsque quelqu’un possède toutes les terres
influencé par ses lectures d’Edgeworth, SES THÉORIES Publié en 1906, le d’un pays : s’il en donne une partie, sa for-
de Cournot ou de Schumpeter, Pareto «Manuel d’économie politique» rassemble tune se détériore et l’optimum s’effondre.
embrasse tardivement, mais avec brio, une les apports majeurs de Pareto à la pensée L’économie de marché doit pourtant tendre
carrière universitaire et devient, en 1886, libérale néoclassique, avec notamment vers ce point idéal, estime Pareto, car le
maître de conférences à l’université de l’optimum qui porte son nom (dit aussi reste – la redistribution – relève, selon lui,
Florence. En 1889, ses cours sont suspen- maximum «d’ophélimité»). A la recherche de choix politiques qui n’ont rien à voir
dus, car jugés trop critiques envers la poli- du meilleur état possible pour l’économie avec le travail de l’économiste.
tique protectionniste et le militarisme du – l’équilibre général cher à Walras –, Pareto Son autre contribution majeure à la
gouvernement de Francesco Crispi. Ses tra- montre que cet équilibre peut naître d’une discipline réside dans la loi qui porte elle
90 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
Grâce à sa loi des 80/20,
appris à doser leurs efforts
leurs peuples après la Première Guerre
mondiale. Au lendemain de sa mort en
1923 dans le comté de Genève, les fascistes
En observant italiens se réclameront de lui, en mettant
à la fin du XIXe en avant sa théorie sur les élites pour jus-
siècle la fiscalité tifier leurs violences politiques.
de plusieurs
pays européens,
Pareto en tire un
SON ACTUALITÉ La loi de répartition de
même verdict : Pareto a connu quantité de prolongements,
1/5 des habitants car elle permet de faire le tri entre les
possède les 4/5 questions stratégiques et celles, plus secon-
du patrimoine daires, qui ne nécessitent pas de réponse
national. immédiate. L’Américain d’origine rou-
maine Joseph Juran, considéré comme l’un
des pères du contrôle qualité dans les
entreprises, en a ainsi fait le fondement de
ses travaux. Lesquels ont débouché sur

20% 80%
quelques théories
de gestion, aussi
célèbres que le Le champion
«Six Sigma» incontesté du
– l’amélioration gros pavé
DE LA POPULATION DES continue des pro- Publié en 1968 par les
DÉTIENT… RICHESSES cess – ou le «Lean éditions Droz avec une
management» à préface de Raymond Aron,
la sauce Toyota le «Traité de sociologie
– la réduction des générale», de Vilfredo
MAIS AUSSI… gaspillages. L’idée Pareto, paru initialement
20% DES PRODUITS REPRÉSENTENT 80% DU CHIFFRE D’AFFAIRES de Juran (passée en 1916, concourt dans
la catégorie poids lourds :
20% DU PERSONNEL SUBIT 80% DES ACCIDENTS DU TRAVAIL depuis dans le lan- il compte plus de 1 800
20% DES CLIENTS EXPRIMENT 80% DES RÉCLAMATIONS gage courant) ? pages. A lire à tête reposée.
20% DE L’EFFECTIF REPRÉSENTE 80% DE LA MASSE SALARIALE 20% des causes
20% DES FOURNISSEURS ABSORBENT 80% DES ACHATS… entraînent 80%
des conséquen-
ces. Ou, appliqué
spécifiquement 1 818
aussi son nom, ou loi des 80/20. Etudiant Des mouvements assez étendus agitent au monde de pages
la vieille Russie agraire, le jeune royaume donc l’intérieur de l’organisme social, qui l’entreprise, 20%
d’Italie ou encore la solide Angleterre ressemble en cela à un organisme vivant.» des produits re-
industrielle, Pareto constate partout une Comme rien ne saurait infléchir une loi présentent 80%
répartition des richesses similaire : 20% de mathématique, partager les richesses, du chiffre d’af-
la population en détient grosso modo 80%. estime-t-il, serait une entreprise vaine, qui faires, 20% des
Pour Pareto, cette structure est pérenne : ne modifierait en rien l’organisation de la clients expriment 80% des réclamations,
«Si l’on suppose les hommes classés par société. D’où les sarcasmes dirigés contre 20% du stock représente 80% de sa valeur,
couches selon leur richesse, la figure obte- ses contemporains, qui se laissent bercer etc. Ensuite, tout est question d’arbitrage :
nue [une pyramide] représente la forme par la morale chrétienne ou les thèses vaut-il mieux consacrer son temps et son
extérieure de l’organisme social. Cette marxistes. Aucun modèle politique ne énergie aux 20% de clients qui génèrent le
forme ne change guère ; elle peut être sup- trouve grâce aux yeux de Pareto, qui s’éver- gros de ses ventes ? Ou prospecter les 80%
posée à peu près constante, en moyenne et tue à détruire toutes les idéologies. restants en partant du principe que les
pour un temps assez court. Mais les molé- Infatigable pourfendeur du socialisme, autres sont déjà acquis ? Un dilemme au-
cules dont se compose l’agrégat social ne il se montre aussi très critique à l’égard des quel Vilfredo Pareto n’a jamais répondu,
demeurent pas en repos ; des individus «ploutocraties», ces démocraties libérales mais qui hante les nuits de tous les com-
s’enrichissent, d’autres s’appauvrissent. incapables d’affronter les difficultés de merciaux du monde. Eric Godeau ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 91
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

THORSTEIN VEBLEN
1857-1929 Il a fustigé l’avènement
de la classe bling bling
T EL UN ANTHROPOLOGUE, CET ÉCONOMISTE
S’EST PENCHÉ SUR LES HABITUDES D’ACHAT DE
Conséquence : si le comportement d’un
acheteur dépend de celui des autres
consommateurs et de la publicité, l’analyse
traditionnelle selon laquelle l’«homo
LA BOURGEOISIE AMÉRICAINE DES ANNÉES 1900. œconomicus» agit rationnellement dans
SON CONSTAT : ELLE DÉPENSE BEAUCOUP son seul intérêt s’effondre. La fameuse
«élasticité-prix» (plus c’est cher, moins il y
POUR ÉPATER LE VOISIN. CENT ANS PLUS TARD, a de clients) est d’ailleurs battue en brèche
par «l’effet Veblen», qui montre que la
LES RAY-BAN SONT TOUJOURS DE SORTIE. hausse du prix de certains biens de luxe
provoque une augmentation de la de-
mande. A l’en croire, la «classe de loisir»
SA VIE Penseur iconoclaste, Veblen mérite pensent pouvoir supplanter la classe des contemporaine, celle des hommes d’af-
mieux que l’étiquette de «doux dingue» qui affairistes contrôlant l’industrie. Las ! Ce faires qui manifestent leur réussite en éta-
lui colle à la peau. Dans les années 1870, groupe d’experts cesse ses travaux au bout lant et gaspillant leurs richesses, ressemble
ses parents, des émigrés norvégiens qui d’un an. Peu de temps avant sa mort, en à s’y méprendre à la minorité oisive (chefs,
tiennent une ferme dans le Middle West, le 1929, Veblen refusera la présidence de la prêtres, guerriers…) qui, dans les sociétés
poussent à faire des études. Elles sont étin- prestigieuse American Economic Associa- primitives, s’appropriait indûment le sur-
celantes. Il s’initie à l’économie avec la fu- tion pour se retirer… dans une cabane en plus de la production agricole.
ture star de la discipline John Bates Clark, Californie. Théoricien caustique de la Veblen élargit ensuite son analyse.
puis enchaîne sur un doctorat de philoso- «consommation ostentatoire», cet anti- L’Amérique du début du XXe siècle est
phie à la Johns Hopkins University. conformiste aura mené une existence en marquée par l’essor du machinisme, la
Ses origines et son athéisme l’empê- plein accord avec son œuvre. puissance de la spéculation, l’émergence
chant de trouver un poste d’enseignant en de monopoles géants et l’aggravation des
philo, il se retire pendant sept ans dans SES THÉORIES Veblen n’a cessé d’étu- cycles conjoncturels. Mais, alors que les
l’exploitation familiale pour se plonger dier l’évolution réelle de la société, au autres théoriciens sont toujours à la
dans un océan de livres. Il reprend ensuite contraire des économistes classiques et recherche d’un «équilibre économique»,
des études d’économie à Cornell et à «néoclassiques» (un mot qu’il forge pour lui, affirme que l’instabilité et l’oscillation
Chicago, où il est enfin embauché, à 34 ans. qualifier l’école marginaliste, dont les entre croissance et récession sont inévi-
Malgré le succès de ses ouvrages, dont le calculs de prix ou de production sont sous- tables tant que les capitalistes seront aux
plus connu est la «Théorie de la classe de tendus par l’hypothèse de maximisation de commandes. En empruntant de l’argent
loisir» (1899), il ne dépassera jamais le l’utilité). A une époque où l’économie, dans l’espoir de faire des profits, ils font
grade de professeur assistant. Hirsute, mal abstraite et déductive, reste fermée aux en effet bondir l’activité et les prix, ce qui
attifé, marmonnant ses cours et les truffant autres disciplines, il puise dans les ensei- les conduit à espérer des profits encore
de digressions, Veblen brille par son absen- gnements de l’histoire et de la sociologie. plus importants, et donc à réemprunter.
téisme en amphi et son mépris pour les Première observation : les comportements Jusqu’au jour où un doute sur la réalité
autres économistes. Il donne à tous ses étu- des consommateurs ne sont pas rationnels. des bénéfices futurs conduit les banquiers
diants la même note : 10 sur 20. Sa critique Ce n’est pas la «satisfaction des besoins» à fermer le robinet à crédit. Les PME, à la
au vitriol des businessmen, héros d’une qui les détermine, mais les habitudes men- trésorerie plus fragile, font alors faillite et
Amérique en passe de devenir la première tales, les conventions, l’envie d’impression- la récession survient, jusqu’à ce qu’un
puissance mondiale, n’arrange rien. Cou- ner les autres. L’émulation qui pousse un nouveau cycle se réamorce.
reur de jupons, il doit changer d’université individu à acheter une voiture plus chère Pour Veblen, les financiers et les chefs
à plusieurs reprises suite à d’éphémères que celle du voisin peut ainsi l’amener à d’industrie sont des prédateurs dont le but
liaisons avec des étudiantes ou des épouses s’endetter au-delà du raisonnable. La n’est pas de fabriquer des produits amélio-
de collègues. En 1920, il participe à la créa- «consommation ostentatoire» (vêtements rant le bien-être de la société, mais de faire
tion de l’Alliance technique, un rassemble- chics, fêtes somptueuses, loisirs rares) n’a de l’argent. Peu séduit par le marxisme (les
ment de scientifiques et d’ingénieurs qui donc aucune utilité économique. théories de la valeur travail et de la plus-
92 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
value perdent de leur pertinence à l’ère du
machinisme), il note que les profits dépen-
dent souvent de la baisse de la qualité, du
Ce fils d’émigrés
gaspillage des ressources et des hausses de
norvégiens fut le prix décidés par les monopoles. A la classe
premier à dévoiler parasite des affairistes, il oppose celle plus
les ressorts cachés noble des ingénieurs et des techniciens qui
du marketing sont, eux, concernés par l’utilité, l’effica-
et de la publicité. cité, la durabilité et la productivité. Selon
lui, c’est en leur redonnant le pouvoir que
l’on pourra mettre un terme à la consom-
mation ostentatoire, planifier utilement la
production, résorber le chômage et en finir
avec les récessions. Une vraie gageure,
comme s’en rendra compte un Veblen de-
venu très pessimiste à la fin de sa vie.

SON ACTUALITÉ Fondateur de l’insti-


tutionnalisme – une école de pensée qui
s’intéresse à l’évolution des «institutions»
(firmes, Etats, in-
dividus, normes
sociales) dont les Pour cet esprit
interactions com- libre, ménage rimait
plexes définissent avec esclavage
«le marché» –
Veblen n’avait rien d’une
Veblen a long- fée du logis. Chez lui, des
temps été oublié, boîtes en carton servaient
sauf par les publi- de meubles, le lit n’était
citaires. Réétu- jamais fait et la vaisselle
diée depuis les sale s’entassait dans
années 1970, sa l’évier. Il vécut même un
«Théorie de la temps dans la cave d’un
classe de loisir» collègue, à laquelle il
accédait par un soupirail.
a influencé les
sociologues Jean
PLUS LE VIN EST CHER, PLUS Baudrillard (pour
IL EST PERÇU COMME "BON" qui les objets de
consommation

P ubliée en 2008
par l’Académie des
sciences américaine,
sont des «si-
gnes») et Pierre
Bourdieu (qui a
une étude a montré relevé la «dis-
qu’une piquette à tinction» liée aux
5 dollars est bien mieux pratiques cultu-
notée par le même relles). Autres voies ouvertes par Veblen :
groupe de cobayes
quand elle affiche un
le conflit entre les détenteurs du capital
3,8 5,8 prix de… 45 dollars ! et la technostructure, analysé par John
Kenneth Galbraith, et les pratiques de
Plus étonnant : une
10 10 zone du cortex orbito- prédation de l’Etat et des entreprises, dis-
séquées par son fils James Galbraith.
frontal liée au plaisir
s’anime davantage Plus largement, la transdisciplinarité que
quand on boit le vin revendiquait cet électron libre a inspiré des
censé être le plus cher. générations de chercheurs. Comme le note
PHOTOS : RUE DES ARCHIVES - FOTOLIA

Moralité : le prix brouille l’historien de l’économie Mark Blaug : «Les


5 $ à la fois le jugement analyses en termes de cybernétique [...], les
45 $ et les sens. C’est nouvelles théories des organisations et
«l’effet Veblen», ou l’analyse des systèmes doivent sans doute
«effet de snobisme». quelque chose aux attaques répétées de
Veblen et de Commons (NDLR : son dis-
ciple) contre le champ trop étroit de l’éco-
nomie traditionnelle.» Patrice Piquard ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 93
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

JOHN MAYNARD
KEYNES
1883-1946

Ce dandy a révolutionné
le rôle de l’Etat
L A SITUATION DEVIENT SÉRIEUSE LORSQUE
L’ENTREPRISE N’EST PLUS QU’UNE BULLE D’AIR
DANS LE TOURBILLON SPÉCULATIF», S’INQUIÉTAIT
CET ADVERSAIRE DU LAISSER-FAIRE. POUR
Y REMÉDIER, IL NE VOYAIT QU’UNE SOLUTION :
UNE ACTION GOUVERNEMENTALE FORTE.

SA VIE John Maynard Keynes naît en 1883 artistique qui se compose de romanciers
à Cambridge, où son père enseigne l’écono- (dont Virginia Woolf), de peintres et de cri-
mie, tandis que sa mère, une des premières tiques littéraires et artistiques, presque tous
diplômées de l’université, milite pour la issus de Cambridge (pour les hommes) et
cause féministe. Le jeune Maynard reçoit liés par des liens fraternels ou amoureux.
une éducation soignée mais non-confor- «L’objectif majeur de la vie était l’amour, la
miste. De 1897 à 1902, il poursuit ses études création et la jouissance de l’expérience
à Eton, la célèbre Public School, haut lieu esthétique, et la poursuite de la connais-
de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie sance. De tous ceux-ci, l’amour venait de
britanniques, où il se distingue particuliè- loin en premier», dira Keynes en 1938.
rement en mathématiques. Les quatre an- Journaliste, esthète, professeur d’univer-
nées suivantes, c’est au King’s College de sité, Maynard revient ensuite au service de
Cambridge qu’il planche. Il fréquente alors la Couronne. Inspecteur royal des Finances,
la mouvance du Parti libéral. En sep- il participe jusqu’en 1914 à la commission
tembre 1906, il est reçu au concours natio- sur la monnaie et les finances indiennes.
nal de l’Administration. Affecté au bureau Durant la Première Guerre mondiale, il
des affaires indiennes, où le travail n’est pas est haut fonctionnaire du Trésor. A ce titre,
très prenant, il passe une bonne partie de après avoir géré les soubresauts de la livre
son temps à rédiger une thèse sur les pro- au moment de la suspension de l’étalon-or,
babilités. Membre de la Royal Economic il participe à la préparation du traité de Ver- Libéral mais
favorable à
Society, il démissionne des affaires in- sailles en tant qu’expert de la commission l’intervention
diennes en 1908 et devient enseignant au d’approvisionnement et suit de près la de la puissance
King’s College ; il soutient sa thèse en 1909 question des réparations que les vainqueurs publique, John
et décroche une chaire en 1913. veulent demander à l’Allemagne. Il cherche Maynard Keynes
Parallèlement, Keynes entame une car- alors à démontrer au Premier ministre détonnait dans
rière journalistique et devient en 1911 britannique Lloyd George que contraire- les années 1930.
éditeur et rédacteur en chef de «The Eco- ment à ce que souhaitent les Français, il ne
nomic Journal». Il se met en ménage faut pas asphyxier les vaincus par des in-
avec le peintre Duncan Grant dans le quar- demnités de guerre et des réparations trop
tier de Bloomsbury et fréquente un groupe Suite page 96

94 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


LES PILIERS
DE LA RELANCE
KEYNESIENNE
LES DÉPENSES
PUBLIQUES
Les «grands travaux» financés par
l’Etat créent de l’activité dans plusieurs
secteurs, au premier rang desquels
le BTP. D’après le «multiplicateur
keynésien», un euro de dépense
publique rapporte beaucoup plus
en termes de richesse nationale.
LES RISQUES La dette de l’Etat
s’accroît dans des proportions
trop importantes qui annulent
l’effet du «multiplicateur».

LES BAISSES
D’IMPÔTS
En réduisant les prélèvements,
l’Etat transfère du pouvoir d’achat
aux ménages, qui achètent plus de
produits nationaux. L’emploi généré
par ce regain de consommation
accroît le montant des cotisations
salariales récupérées par l’Etat.
LES RISQUES Le pouvoir
d’achat dégagé est dépensé
dans des produits d’exportation
et ne profite pas au pays.

LA HAUSSE DES
MINIMA SOCIAUX
La logique est identique à celle des
baisses d’impôts : soutenir la demande
et la consommation. Mais la population
visée est ici constituée des ménages
les plus modestes, dont on attend
qu’ils dépensent davantage grâce à la
revalorisation de leurs allocations.
LES RISQUES L’accroissement
du revenu peut également filer
dans l’épargne si les ménages
n’ont pas confiance en l’avenir.

LA BAISSE DES
TAUX DIRECTEURS
La Banque centrale rend l’argent moins
cher, ce qui a pour conséquence de
baisser le coût du crédit et d’inciter les
individus et les entreprises à emprunter
pour financer des achats importants
PHOTO : TIME LIFE / GETTY IMAGES

ou des investissements créateurs


d’emplois et d’activité.
LES RISQUES Un taux d’intérêt
bas, fût-il à 0%, n’incite pas for-
cément les ménages modestes
à acheter un logement.

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 95


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

Pour lui, c’est la demande qui crée l’offre,


Suite de la page 94
élevées, qui les mettront à genoux et seront LEONARD CLIVE BELL JOHN MAYNARD LYDIA
SYDNEY WOOLF Critique d’art KEYNES LOPOKOVA
le ferment de nouvelles tensions en Europe.
Romancier, Economiste L’épouse
Face à l’hostilité de Clemenceau, il ne par- éditeur et mari de de Keynes
vient pas à faire entendre ses arguments. Virginia Woolf
De guerre lasse, il démissionne un mois
avant la signature du traité et publie en dé-
cembre 1919 «Les Conséquences écono-
miques de la paix». Ce livre prémonitoire,
qui annonce une guerre future, devient ra-
pidement un best-seller international et ap-
porte à Keynes la célébrité et de juteux
droits d’auteur. Chroniqueur de luxe
au «Manchester
Guardian», il se
Le blé qu’il lance alors dans
voulait stocker au la spéculation,
pied de l’autel sur le marché des
changes puis en
Boursicoteur avisé sur Bourse. Malgré
le marché des matières
PHOTOS : FOTOLIA - ESTATE OF VANESA BELL, COURTESY OF HENRIETTA GARNETT / NATIONAL PORTRAIT GALLERY

premières, Keynes avait


quelques ratés, il
songé à louer la chapelle acquiert ainsi une
du King’s College, où il connaissance pra-
enseignait, pour entrepo- tique de la finance
ser les tonnes de blé qu’il et amasse un pac-
s’apprêtait à acheter. La tole suffisant pour
qualité ne lui plaisant pas, enrichir sa collec-
il renonça à ce projet fou. tion de tableaux et
subventionner de
jeunes artistes.
Dans les an-
nées 1920, il est
nommé président
de la National
Mutual Life Insu-
rance Company
et siège au conseil
d’administration de plusieurs sociétés
d’assurances et d’investissements. Sa
fortune étant assurée, Keynes achète VANESSA BELL MARY
l’hebdomadaire «The Nation», qui de- DUNCAN GRANT Peintre et sœur DAVID GARNETT MACCARTHY
vient le moyen d’expression du groupe de Artiste de Virginia Woolf Romancier Romancière
Bloomsbury et, en 1925, il se marie avec
la ballerine et actrice Lydia Lopokova.
Au début de la Grande Dépression, de Keynes. Epaulé par Richard Kahn, un mique et financière. En 1940, il est nommé
Keynes s’inscrit encore dans la tradition de ses proches collaborateurs, il démontre membre du conseil consultatif du Chance-
économique classique, mais saisit parfai- «l’effet multiplicateur» des dépenses lier de l’Echiquier chargé d’organiser le fi-
tement la nouveauté et la gravité de cette publiques sur l’emploi. nancement de la guerre et, l’année sui-
crise. En 1931, il exhorte les ménagères Toutefois, c’est en 1936 que Keynes vante, devient l’un des directeurs de la
«patriotes» à dépenser plus pour relancer frappe un grand coup avec la publication Banque d’Angleterre ; Anobli par le roi
la demande et applaudit à la dévaluation de la «Théorie générale de l’emploi, de George VI sous le titre de baron Keynes
de la livre. Enthousiasmé par l’élection de l’intérêt et de la monnaie», qui connaît de of Tilton, il siège à la Chambre des lords
Franklin D. Roosevelt et les perspectives multiples éditions, traductions et com- avec les libéraux. En 1944, il mène la dé-
du New Deal, il se rend aux Etats-Unis mentaires, souvent hostiles. Mais cette légation britannique à la conférence de
pour rencontrer le président, mais ne somme fait de lui l’économiste britan- Bretton Woods, qu’il a préparée avec le
réussit pas à le convaincre de se lancer nique le plus influent. Avec la Seconde secrétaire américain au Trésor, Harry
dans une véritable politique de grands Guerre mondiale, Keynes s’affirme White. Il veut à tout prix débarrasser le
travaux et d’investissements. Ces deux comme le principal conseiller du gouver- monde de l’étalon-or, cette «relique bar-
thèmes sont en effet devenus les marottes nement de Sa Majesté en matière écono- bare», mais son plan prévoyant la stabilité
96 HORS-SÉRIE CAPITAL AVRIL-MAI 2016
c’est donc la demande qu’il faut susciter
des taux de change grâce à la création tout homme mis au chômage, de cette ma-
DESMOND QUENTIN BELL d’une monnaie mondiale, appelée Bancor, nière ou pour toute autre raison, verra
MACCARTHY Artiste et écrivain est rejeté au profit d’une parité or-dollar. s’amenuiser son pouvoir d’achat et provo-
Romancier
et critique Il obtient toutefois la création de la quera, à son tour, un chômage accru parmi
Banque internationale pour la reconstruc- les travailleurs qui auraient produit ce qu’il
tion et le développement, qui deviendra n’a plus les moyens d’acheter. Et c’est ainsi
plus tard la Banque mondiale. En recon- que la situation ne cesse d’empirer en un
naissance des services rendus, Keynes est cercle vicieux.» C’est donc la demande qui
nommé gouverneur du FMI et de la Bird, crée l’offre et non l’inverse ; et c’est elle
mais ces deux institutions sont placées qu’il faut susciter pour remédier à la dé-
symboliquement sous la tutelle des Etats- pression.
Unis. Au cours de l’année 1945, il négocie Keynes remet ensuite en cause la neutra-
l’assistance et les prêts américains au lité de la monnaie et la théorie des taux
Royaume-Uni. L’année suivante, il est d’intérêt. Le taux d’intérêt, considéré par
reçu docteur honoris causa en Sorbonne les classiques comme le prix ou le loyer de
et organise la réouverture de Covent l’argent, est plutôt pour Keynes une prime
Garden. Son décès en 1946, d’une crise offerte aux épargnants pour qu’ils accep-
cardiaque, coïncide paradoxalement avec tent d’investir leurs réserves monétaires et
le triomphe de sa pensée. de se priver ainsi de liquidités. Le maintien
des taux d’intérêt à un faible niveau a plu-
SES THÉORIES En janvier 1935, dans une sieurs avantages en période de dépression :
lettre à Virginia Woolf, Keynes annonce en il n’incite pas à l’épargne, donc favorise la
toute modestie qu’il va «révolutionner la consommation, le faible coût des emprunts
pensée économique». Et il a raison. La incitant les entreprises à investir,
«Théorie générale de l’emploi, de et il pénalise les rentiers, que
l’intérêt et de la monnaie» attaque Keynes veut tout bonne-
de front les économistes clas-
siques. Ces derniers pensaient
Il a vu juste ment «euthanasier» pour
le bien de l’économie. Il
les mécanismes économiques IL A MILITÉ POUR jette enfin une dernière
UN ENCADREMENT
à partir des comportements DES MARCHÉS pierre dans le jardin de
individuels (consommation, FINANCIERS Smith et Say en soute-
épargne) ou de ceux des entre- nant que la monnaie n’est
prises (investissements, orga- pas neutre. Selon lui, la
nisation du travail), alors création monétaire en pé-
que l’analyse macro- riode de récession permet
économique de Keynes d’accroître les liquidités et,
EDWARD
MORGAN FOSTER considère le système Il s’est trompé conjuguée à un faible taux d’in-
Romancier dans son ensemble, IL A SOUS-ESTIMÉ térêt, d’inciter à la consomma-
comme le fruit de mul- LE RISQUE tion et à l’investissement.
tiples interactions entre D’INFLATION À Mais c’est par la remise en
SON CERCLE TRÈS PRIVÉ les agrégats monétaires, LONG TERME cause de la théorie classique du
DE RICHES AMIS fiscaux, sociaux, etc. Keynes chômage que Keynes apparaît
conteste la loi des débouchés comme l’économiste le plus sou-

P
eint en 1943 par Vanessa de Jean-Baptiste Say, qui vou- cieux des maux de son temps. Chez
Bell, «The Memoir Club» drait que l’offre crée la demande. Il révèle Ricardo, le travail est une marchandise
rassemble les membres l’inadéquation entre les revenus distribués comme les autres, dont le coût (les sa-
du groupe de Bloomsbury, une et la dépense de ces revenus : pour lui, laires) varie en fonction de l’offre des tra-
coterie d’artistes, écrivains l’épargne, qui est un renoncement à la vailleurs et de la demande des entreprises.
et intellectuels que Keynes avait consommation, remet en cause la loi de La libre concurrence entre travailleurs
rejointe au début du XXe siècle. Say. En clair, surtout en période de sous- permet de faire baisser le prix du travail
Issus de Cambridge, les hommes emploi, l’épargne contribue à stériliser l’ac- quand l’offre est excédentaire, ce qui fait
partageaient les mêmes opinions tivité, les consommateurs réduisant d’au- remonter les profits et conduit à l’investis-
libérales ou socialistes. Grâce au tant leurs dépenses et les industriels leurs sement, donc à la relance. Pour Keynes, au
statut d’objecteur de conscience, investissements. Puis ils licencient, ce qui contraire, la baisse des rémunérations ne
aucun d’eux ne participa à la entraîne un recul de la consommation. «Si peut qu’augmenter le chômage, car les
Première Guerre mondiale. Leur un surplus important de chômeurs est déjà prix des produits sont moins élastiques que
image dans l’opinion anglaise disponible, épargner aura pour seule consé- les salaires, ce qui engendre une perte de
en pâtit lourdement. quence d’ajouter à ce surplus et donc d’ac- pouvoir d’achat, et donc une aggravation
croître le nombre de chômeurs. En outre, Suite page 98

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 97


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

Dévaluation, faibles taux d’intérêt, grands travaux…


Suite de la page 97
du chômage à cause de la chute de la
consommation. Keynes s’insurge en outre
contre l’idée des classiques selon laquelle
le chômage serait lié au refus des salariés
de travailler à un prix donné. «Il n’est pas
plausible d’affirmer, écrit-il, que le chô-
mage aux Etats-Unis en 1932 ait été dû
soit à la résistance opiniâtre de la main-
PHOTO : FRED MARVAUX / REA, 2012 ULRICH BAUMGARTEN VIA GETTY IMAGES, JÉRÔME FAVRE/BLOOMBERG VIA GETTY IMAGES

d’œuvre à la baisse des salaires nominaux,


soit à la volonté irréductible d’obtenir un
salaire réel supérieur à celui que le rende-
ment de la machine économique pouvait
lui procurer.» Libéral et dandy, Keynes
s’intéresse aux travailleurs parcar il consi-
dère que le capitalisme court à sa perte s’il
continue de laisser la libre concurrence et
les marchés régir l’économie. S’il s’éloigne
des classiques qui stigmatisaient la pau-
vreté au motif qu’elle serait de la respon-
sabilité des pauvres, il n’adopte pas non
plus le point de vue marxiste qui veut sub-
vertir l’ordre capitaliste. Keynes est un
bourgeois libéral, il veut juste donner plus
d’efficacité au système. Son cri de rallie-
ment pourrait ressembler à : «Capitalistes, L’un des nombreux
enrichissez-vous en prenant en compte les chantiers financés
problèmes des pauvres et en acceptant par l’Etat en 2009 :
l’intervention de l’Etat.» la rénovation du
Pour Keynes, c’est la demande effective château de Luné-
et le volume de consommation qui détermi- ville, en Meurthe-
nent le niveau d’investissement des entre- et-Moselle.
prises. Et lorsque la consommation et l’in-
vestissement sont défaillants, il faut relancer
la demande par une vigoureuse action gou-
vernementale : «En ce qui concerne la pro-
pension à consommer, l’Etat sera conduit à investissements d’avenir, telles sont les réglementaire partagé par tous. Le risque
exercer sur elle une influence directrice par médecines du bon docteur Keynes. est alors de voir resurgir une concurrence
sa politique fiscale, par la détermination des Ses recettes ont permis de mettre l’Eu- sauvage, facteur structurel de crises ma-
taux d’intérêt, et peut-être aussi par d’autres rope, l’Amérique et le Japon sur l’orbite jeures. La dérégulation mondiale entamée
moyens. Aussi pensons-nous qu’une assez des Trente Glorieuses. Cependant, elles dans les années 1980 sous Reagan et That-
large socialisation de l’investissement s’avé- ont trop souvent été réduites à la relance cher a certes permis d’en finir avec l’URSS,
rera le seul moyen d’assurer approxima- de la consommation par le déficit budgé- mais elle a plongé le monde dans une «éco-
tivement le plein-emploi.» L’Etat ne taire, au financement par l’Etat de secteurs nomie casino» dont les manifestations ne
doit pas craindre d’intervenir à contre- déficitaires, à l’embauche de fonctionnaires se sont fait sentir qu’à partir de 2007.
cycle. Et tant pis si sa politique fiscale ou à la création d’emplois aidés. Or Keynes La «Théorie générale» de Keynes ren-
et ses dépenses gé- insistait sur deux contra en son temps une violente opposi-
néreuses creusent «UN PAYS NE PEUT PAS points : le diagnos- tion de la part des marxistes et plus encore
le déficit budgé- RELANCER, SEUL, SON tic qu’il posait va- des conservateurs. Les marxistes considè-
taire : c’est le prix ÉCONOMIE. IL FAUT METTRE lait pour la Grande rent en effet que les crises, les krachs et les
à payer. Keynes KEYNES À BRUXELLES !» Dépression et pour dépressions justifient la condamnation du
préconise ainsi, éviter le retour système capitaliste ; ils ne peuvent accepter
outre une politique Daniel Cohn-Bendit d’une semblable une argumentation qui vise à mettre fin à
de grands travaux, tragédie aux consé- cette instabilité sans remettre en cause le
l’accroissement des budgets de l’éducation quences désastreuses, ces mesures devaient système lui-même. Car le but de Keynes
et de la santé. Avec lui, le Welfare State, éla- s’accompagner d’un effort de régulation, n’est pas de renverser la machine capita-
boré par William Beveridge en 1942, trouve aux niveaux national et international. La re- liste mais de la faire fonctionner mieux, si
son grand architecte. Dévaluation, faibles lance par le déficit ne peut qu’être contre- possible sans à-coups. Contrairement à ce
taux d’intérêt, dépenses d’infrastructures, productive, disait-il, en l’absence d’un cadre que prétendent certains jugements rapides
98 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
telles sont les médecines du lord anglais

LE BILAN MITIGÉ DU PLAN KEYNÉSIEN "À LA FRANÇAISE"

P
résenté le 4 décembre 2008 LES RÉUSSITES LES ÉCHECS
à Douai par Nicolas Sarkozy,
le plan de relance de l’éco- LES MESURES FISCALES L’IMPACT SUR LA CROISSANCE
nomie française, de nature POUR LES ENTREPRISES Crédit Le plan Sarkozy aurait entraîné
foncièrement keynésienne, visait d’impôt recherche, remboursement 0,5% de PIB supplémentaire en 2009
à stimuler la croissance et l’activité. mensuel des crédits de TVA… Ces et 2010, alors que son coût pour
Son montant global de quelque dispositions ont évité bien des faillites. les finances publiques a été de 1,4%.
26 milliards d’euros se répartissait LA PRIME À LA CASSE Prorogée L’AIDE À L’EMBAUCHE DANS
comme suit : 11,6 milliards de en 2010, après son carton en 2009, LES TPE Cette exonération de
cadeaux fiscaux aux entreprises, elle a tiré à la hausse la consommation charges patronales sur les bas salaires
10,5 milliards d’investissements des ménages et permis aux construc- n’a profité qu’à 1 million de petits
publics à la charge de l’Etat, des teurs de maintenir de bonnes ventes. employeurs, sur les 3 escomptés.
grandes entreprises publiques et des
collectivités territoriales, 2 milliards L’IMPLICATION DE LA CAISSE LE SOUTIEN DES COLLECTIVI-
de crédits de soutien au logement et DES DÉPÔTS La CDC a assuré TÉS LOCALES L’Etat s’était engagé
en 2009 la construction de 19 000 à leur verser avec un an d’avance près
au secteur automobile, et 2 milliards nouveaux logements sociaux, de 4 milliards d’euros. Qui ont surtout
d’aides à l’emploi et aux ménages contre 11 000 l’année précédente. servi à améliorer leur trésorerie…
les plus modestes. En juillet 2010,
la Cour des comptes a fait le bilan LES PRÊTS OSEO L’établissement L’EFFORT DES ENTREPRISES
de ce grand effort national. Elle public s’est porté garant sur 23 500 PUBLIQUES La Poste, la SNCF, la
a d’abord réévalué la note finale à prêts accordés aux PME en difficulté, RATP, EDF et GDF-Suez devaient en-
34 milliards sur deux ans. Puis, pour un montant total de près de gager 4 milliards d’euros d’investisse-
6 milliards d’euros. ments exceptionnels. Bilan : 1 milliard.
mi-chèvre, mi-chou, elle a pris acte
d’une «gestion efficace» de la mis- LE PILOTAGE Le ministère chargé LES MESURES POUR L’EMPLOI
sion et d’une «exécution globalement spécifiquement du plan de relance Le gouvernement pensait créer ou
correcte des crédits» tout en recon- s’est plutôt bien acquitté de sa tâche sauvegarder 400 000 postes sur 2009
naissant que «certaines entorses» alors qu’il ne disposait pas de services et 2010. La Cour des comptes tablait
avaient été faites au schéma initial. administratifs dédiés. seulement entre 18 000 et 72 000.

à son propos, l’Anglais n’est pas un apôtre marchés autorégulateurs, et qui légitime de coordination supranationale ont d’un
de la redistribution et du partage. Il consi- l’intervention de l’Etat dans l’économie. Ils coup retrouvé des couleurs. Bien avant
dère seulement que ce sont des instru- n’auront de cesse de le vilipender. Tobin, Keynes avait proposé de taxer les
ments utiles dans l’objectif de stabilisation transactions spéculatives : «La création
macroéconomique, pour prévenir ou anti- SON ACTUALITÉ «L’idée de la toute- d’une taxe d’Etat frappant toutes les tran-
ciper les crises. C’en est déjà trop aux yeux puissance du marché qui ne devait être sactions se révélerait peut-être la plus sa-
des partis conservateurs et des économistes contrariée par aucune règle, par aucune in- lutaire des mesures permettant d’atténuer
libéraux, qui concentreront sur lui les atta- tervention politique, […] était une idée la prédominance de la spéculation sur
ques les plus violentes. Les premiers, folle. L’idée que les marchés ont toujours l’entreprise.» Le hic, et ce n’est pas tant la
porte-parole d’une Angleterre et d’une raison est une folie», proclame Nicolas faute de Keynes que celle de certains de
Amérique bien- Sarkozy le 25 sep- ses héritiers, c’est d’avoir fait croire que
pensantes, s’atta- «KEYNES PRÉTENDAIT QU’À tembre 2008 à l’augmentation de la dépense publique
quent à l’homme, LONG TERME ON EST TOUS MORTS, Toulon. Les key- suffit à elle seule aujourd’hui à relancer la
artiste, dandy, ho- MAIS ON PEUT ÉGALEMENT nésiens n’en re- croissance. La gestion calamiteuse de la
mosexuel et mem- MOURIR À COURT TERME.» viennent pas, mais crise grecque par l’Allemagne montre
bre d’un groupe ils sont en passe de bien que l’Europe ne peut faire l’écono-
d’intellectuels anti- Nouriel Roubini prendre leur re- mie de la création de monnaie, voire de la
conformistes. Les vanche. Depuis le dévalorisation de l’euro, le problème
seconds, au rang desquels on compte no- début de la crise financière, les proposi- actuel n’étant pas de créer de l’inflation
tamment Joseph Schumpeter et Friedrich tions keynésiennes sur la perversion des – la faille majeure de la théorie de
Hayek, voient en John Maynard Keynes marchés financiers enfermés dans leur Keynes – mais d’entrer dans une spirale
celui qui fait s’écrouler les théories du lais- bulle spéculative, sur la régulation néces- déflationniste. Angela Merkel n’est certes
ser-faire, de la libre concurrence et des saire des marchés, sur le besoin d’Etat et pas keynésienne. Patrick Eveno ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 99
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

F AIRE UNE RÉUSSITE


D’UNE SAUCISSE OU D’UNE
1883-1950
JOSEPH
dans l’innovation
BROSSE À DENTS : TEL ÉTAIT
LE DÉFI QU’ASSIGNAIT AU
CRÉATEUR D’ENTREPRISE
CE PROVOCATEUR-NÉ.
POUR Y PARVENIR, UNE
SEULE SOLUTION, DISAIT-IL :
DE L’AUDACE, DE L’AUDACE,
TOUJOURS DE L’AUDACE !
LE WEB L’AURAIT EMBALLÉ.
Prof en Ukraine
dans les années
SA VIE Etre «un grand amant, un grand ca- 1910, Joseph
Schumpeter
valier et un grand économiste», tels étaient
se plaisait à
les trois grands vœux de Schumpeter. Mais débarquer en
il ajoutait, modeste sur son influence intel- réunion en tenue
lectuelle, que «la vie, hélas, n’en avait de cavalier.
exaucé que deux.» Joseph Aloïs Schumpe-
ter est né à Triesch, ville austro-hongroise
de Moravie, en 1883, l’année de la mort de
Marx et de la naissance de Keynes. Alors
qu’il n’a que 4 ans, son père, un industriel
du textile, meurt. Il est donc élevé par un
beau-père militaire, qui l’envoie dans une
prestigieuse école de Vienne fréquentée
par la noblesse autrichienne où, outre une
solide formation littéraire classique, il s’im-
prègne définitivement des manières et des
goûts aristocratiques de ses camarades.
En 1901, il entre à la faculté de droit de
Vienne. Il y découvre, enthousiaste, la so-
ciologie puis l’économie. C’est un étudiant
brillant, une célébrité au sein de l’univer-
sité, qui n’hésite pas à s’opposer violem-
ment à ses professeurs de l’école néoclas-
sique autrichienne. En 1906, il en sort
docteur en droit. Il séjourne en Angleterre,
où il se marie. Mais, en à peine quelques
mois, le couple se déchire. Il quitte l’An-
gleterre et part s’installer au Caire comme
avocat. Dès 1908, il écrit son premier ou-
vrage d’économie, «Nature et essence de
l’économie théorique», et obtient un poste
à l’université de Czernowitz (Ukraine). En
1911, dans «Théorie de l’évolution écono-
mique», il développe ses idées sur la «des-
truction créatrice», s’assurant une certaine
renommée. Mais il est aussi connu pour
son goût de la provocation, exaspérant ses
collègues en débarquant aux réunions de
PHOTO : BETTMANN / CORBIS

l’université en tenue de saut d’obstacles…


Après la Première Guerre mondiale,
il abandonne provisoirement l’enseigne-
ment et entame une carrière politique.
Il participe à une commission sur la
100 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
SCHUMPETER Il a vu
le moteur du business
sairement, mais il innove. En exploitant de
UN EXEMPLE DE "DESTRUCTION nouvelles sources de matières premières.
En testant de nouveaux produits – comme
CRÉATRICE
CRÉATRICE" : LE MARCHÉ DE LA VIDÉO Gottlieb Daimler, qui crée le premier
moteur à explosion grâce aux principes de
O n ne peut faire du neuf qu’en détrui-
sant le vieux, explique Schumpeter,
qui voit dans ce processus la dynamique
la thermodynamique de Carnot. Ou enfin
en élaborant une nouvelle organisation
même du capitalisme. L’histoire du format de la production – comme Ford, qui
VOD Betamax en est la preuve : c’est en l’aban- associe dans ses usines les idées de Taylor
donnant que Sony a permis à la VHS de et la chaîne des abattoirs de Chicago pour
devenir le standard unique de la vidéo. produire sa Ford T. Le profit n’est pas
Tout le marché en a profité. Mais le japo- le moteur, mais la récompense de «l’inno-
nais aussi, car il a pu investir ailleurs. vateur dynamique». De plus, affirme
Schumpeter, les innovations ont un effet
DVD d’entraînement. En témoignent les
LOCATION VIDÉO applications civiles de l’informatique
militaire, dans les entreprises, mais aussi
dans les foyers, qui ont, à leur tour,
Les profits réalisés par la cassette
VHS VHS ont fait émerger de nouveaux chamboulé nos organisations du travail
acteurs : les loueurs. et nos modes de
consommation.
Pour Schumpe- Son bilan ?
VIDÉOCASSETTE
WALKMAN ter, c’est «par Trois mariages et
grappes» que les un enterrement
innovations ap- Pas gâté, Schumpeter s’est
Après avoir lâché le Betamax, Sony s’est paraissent. Or,
concentré sur le baladeur. Un carton. fait plaquer par sa pre-
Betamax (Sony) VHS (JVC) devant la nou- mière femme – qu’il trom-
veauté, les ancien- pait –, a perdu la deuxième
nes méthodes et en couches – il l’avait
les anciens pro- épousée sans divorcer de
nationalisation de l’industrie du gouverne- «Capitalisme, socialisme et démocratie» duits sont rapide- la précédente – avant
ment socialiste autrichien. Puis il devient qui lui assure définitivement une réputa- ment dépassés de trouver enfin chaussure
à son pied… à 54 ans.
ministre des Finances du gouvernement de tion d’«hérétique». Il meurt en 1950. Son et disparaissent.
coalition d’Otto Bauer. Mais l’effondre- «Histoire de l’analyse économique» et Ce sont alors des
ment de l’empire austro-hongrois le rat- «L’Essence de la monnaie» sont édités, à branches entières
trape. Comme il irrite les socialistes et leurs titre posthume, par sa dernière épouse. qui subissent des
alliés démocrates-chrétiens, il est contraint reconversions, et
à la démission avant de pouvoir appliquer SES THÉORIES «Le rôle de l’entrepre- parfois brutales.
son plan de stabilisation monétaire. Ten- neur consiste à faire une réussite d’une Pour ne pas avoir
tant de rebondir dans les affaires, il dirige saucisse ou d’une brosse à dents», affirme compris que le
pendant quatre ans une banque privée de Schumpeter. Contrairement à «l’homme numérique allait
Vienne, jusqu’à sa faillite. Il mettra dix ans aux écus», le bourgeois motivé par le pro- révolutionner la
à rembourser ses créanciers. fit de Karl Marx, ou au manager rationnel photographie, la
Après ces échecs, Schumpeter retourne et mesuré de Keynes, l’entrepreneur de société cente-
définitivement à l’université. En 1925, il se Schumpeter est un «révolutionnaire», un naire Kodak, naguère fleuron de l’argen-
remarie avec une jeune femme de 20 ans. marginal animé par ses intuitions, un ins- tique, a dû demander la protection de la loi
Hélas, elle meurt en couches l’année sui- tinctif qui va «contre le courant». Pour sur les faillites… C’est la fameuse «dest-
vante. Recruté comme prof à Harvard en Schumpeter, imprégné par la sociologie et ruction créatrice» de Schumpeter, qu’il
1927, il s’installe alors aux Etats-Unis, se le rôle des ingénieurs dans le capitalisme considère être à la base de la dynamique
marie une troisième fois, avec une écono- rhénan, l’entrepreneur bouleverse «la rou- du capitalisme. Ce processus, dit-il, est,
miste, et rédige plusieurs ouvrages impor- tine de production». C’est un chef de par nature, discontinu. Dans une première
tants dont «Les Cycles des affaires» où il bande, un meneur entraînant des fidèles phase, l’accès au crédit est facile, les
développe une analyse de la croissance et dans une aventure. Il n’invente pas néces- Suite page 102

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 101


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

L’appareil de production
doit se rajeunir régulièrement
Suite de la page 101
investissements augmentent et les profits
aussi. L’innovation est donc facteur de
croissance et d’emplois. Mais l’entrepre-
neur est très vite copié par de nouveaux
concurrents, qui, de fait, mettent fin à
son monopole. On entre alors dans STEVE JOBS, L’INCARNATION DE
une seconde phase, dans laquelle
l’accès au crédit se réduit et les
L’ENTREPRENEUR SCHUMPETERIEN
profits diminuent. Surviennent Il lance de nouveaux généré 18,5 milliards de
les premières fermetures d’usi- produits sur la base dollars de revenus en
nes, le chômage… d’idées qui ne sont pas 2014, sur lesquels Apple
Schumpteter repère trois forcément les siennes. prélève 30%.
cycles qui se superposent : le L’iPod est sorti en Il introduit de
long, ou cycle Kondratiev, de 2001, trois ans après les nouvelles méthodes
cinquante ans ; l’intermédiaire, premiers baladeurs de production.
cycle de Juglar, de dix ans numériques à disque dur
commercialisés par les A partir de 2004, la firme à
environ ; et enfin le court, ou rivaux d’Apple : Archos, la pomme a massivement
cycle Kitchin, d’une durée de Creative et Philips. délocalisé sa production
quarante mois. Ces trois vagues en Chine. Pas uniquement
imbriquées expliqueraient les Il impose de nouvelles pour les bas salaires, mais
irrégularités de la croissance formes d’organisation à surtout pour la flexibilité
ainsi que l’alternance des phases toute une industrie. des usines qui permet
d’expansion et de récession. Lancé en 2001, le système d’ajuster la production au
iTunes – un accès facile plus près de la demande.
C’est surtout le cycle long (cycle
de Kondratiev), divisé en deux et payant à la musique – Il s’ouvre de
en a révolutionné la nouvelles sources
phases de vingt-cinq ans, qui inté- consommation, menacée
resse Schumpeter. Il y voit la valida- à l’époque par le piratage. d’approvisionnement.
tion de sa théorie : la première phase En 2005, Apple s’allie
– qui associe croissance de la produc- Il conquiert de avec succès au fabricant
tion et des prix – serait due à l’apparition nouveaux marchés. de puces Intel, fournis-
de nouveaux produits ou méthodes boule- L’iPhone puis l’iPad ont seur officiel de l’ennemi
versant le système. La seconde – baisse des fait décoller un business de toujours : Microsoft.
PHOTO : CORBIS

inédit : les applications. Une alliance contre-


ventes et des prix – résulterait de l’appari- On en compte aujourd’hui nature qui a pris de
tion de plagiaires qui balaieraient l’avan- plus de 1,2 million qui ont court le roi du PC.
tage initialement acquis par l’entrepreneur.
Ainsi, à l’opposé des néoclassiques, ob-
nubilés par la recherche de l’équilibre,
Schumpeter considère que le déséquilibre
introduit par l’innovation est un processus
normal de «rajeunissement récurrent de
l’appareil de production» dans un monde ne permettent pas de créer suffisamment brevets. Ou la lutte contre les ententes
capitaliste sans cesse en mouvement. de postes et seraient, au contraire, très illicites entre grandes firmes qui freinent
«dévoratrices» en termes d’emplois. Le l’émergence de nouveaux acteurs.
SON ACTUALITÉ «Messieurs, vous vous Français Philippe Aghion, professeur à Au vu, enfin, des pratiques du monde
faites du souci à cause de la dépression, Harvard, est plus optimiste. En formalisant financier, il n’est pas inutile de relire les
vous ne devriez pas. Car pour le capita- mathématiquement l’intuition de Schum- réflexions de Schumpeter sur le sujet. Si
lisme, la dépression est une bonne douche peter, il est parvenu à mettre en lumière le la finance et l’entrepreneur doivent entre-
froide», déclare Schumpeter en pleine double apport majeur de l’innovation : son tenir, dit-il, une relation «symbiotique»,
crise des années 1930 à un amphithéâtre côté cumulatif – le progrès s’incorpore pro- la première, indispensable par les fonds
d’Harvard stupéfait. Avec l’éclatement de gressivement dans les différentes généra- qu’elle avance à l’essor de l’innovation, est
la bulle de la «nouvelle économie» et les tions – et redistributif – le consommateur- tenue de se laisser dominer par le second.
faillites spectaculaires de start-up des an- salarié en touche une partie des fruits Une conception qui renvoie davantage au
nées 2000, le concept de «destruction créa- grâce à la baisse globale des prix. Mais partenariat intelligent, de long terme, entre
trice» est revenu au cœur des débats. Pour Aghion n’en oublie pas la place centrale de «business angel» et créateur qu’à la straté-
l’économiste américain Jeremy Rifkin, la l’Etat dans ce processus, à travers notam- gie de certains fonds d’investissement,
destruction l’emporte de plus en plus sur ment l’instauration de lois et de règlements obsédés par la rapidité de leur retour sur
la création, car les nouvelles technologies protégeant la propriété industrielle et les investissement. Guillaume Denizo ◆
102 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
DÉCOUVREZ VITE LA GAMME

Près de

45
de réduction
%*

+
Le magazine Les Hors-Séries
1 an - 12 numéros 1 an - 6 numéros

PROFITEZ DE VOS AVANTAGES ABONNÉS


L’abonnement,
Vous bénéficiez d’un tarif préférentiel Vous ne payez rien aujourd’hui, c’est aussi sur
et vous réalisez une économie de près de 45%* vous paierez à réception de votre facture. www.prismashop.capital.fr
Vous recevez Capital et ses Hors-Séries Vous pouvez gérer votre abonnement Si vous lisez
chez vous et vous ne ratez aucun numéro. en ligne en créant votre compte sur la version numérique
www.prismashop.fr de Capital Hors-Série,
cliquez ici !

Retournez ce bon d’abonnement dans une enveloppe


BON D’ABONNEMENT À non affranchie à : Capital – Service abonnement Libre réponse
80002 – 62069 Arras Cedex 9

1 - Je choisis mon offre d’abonnement 2- Mes coordonnées CAPHS36P


CAPDS07P

OFFRE PREMIUM ■ Mme ■ Mlle ■ M.


Près de

45%
*

 

Oui, je m’abonne 1 an (12 nos + 6 hors-séries) de réduction
Nom _____________________________________________________________
pour 54€90 au lieu de 97€80*.
Prénom ___________________________________________________________
OFFRE HORS-SERIES
Soit

25% Adresse ___________________________________________________________


*

  
Je préfère m’abonner à Capital Hors-Série SEUL de réduction

_________________________________________________________________
(1 an - 6 nos) pour 29€ au lieu de 39€*.
Code Postal ■■ ■■■ Ville ______________________________________
0€ aujourd’hui Merci de m’informer de la date de début Tél. :     
Je renvoie mon bon d’abonnement SANS AFFRANCHIR et et de la date de fin de mon abonnement :
SANS RÈGLEMENT, je paierai à réception de facture.
E-mail : _______________________________________
■ Je souhaite être informé(e) des offres commerciales du groupe Prisma Media.
Je peux aussi m’abonner au 0826 963 964 (0,15€/min.) ■ Je souhaite être informé(e) des offres commerciales des partenaires du groupe Prisma Media.

*Prix de vente au numéro. Offre réservée aux nouveaux abonnés de France Métropolitaine. Les informations ci-dessus sont indispensables au traitement par Prisma Media de votre abonnement. A défaut, votre abonnement ne pourra être mis en place. Ces informations sont communiquées à des soustraitants
pour la gestion de votre abonnement. Par notre intermédiaire, vous pouvez être amenés à recevoir des propositions des partenaires commerciaux du groupe Prisma Media. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification
et d’opposition aux informations vous concernant auprès du groupe Prisma Media. Si vous acceptez que ces informations soient transmises à des partenaires du groupe Prisma Media, ceux-ci peuvent être situés hors de France.
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

1892-1938 NIKOLAÏ
le capitalisme renaît
S
Ce théoricien
russe a payé de
sa vie sa vision ON ANALYSE PIONNIÈRE DES CYCLES DE
objective des
économies CROISSANCE ET DE RÉCESSION CONTREDISAIT
occidentales.
LA LIGNE OFFICIELLE DU PARTI. FUSILLÉ PAR
SA VIE Né à 300 kilomètres de Moscou, LES COMMUNISTES, IL A MONTRÉ QUE LE LONG
Kondratiev est le fils de paysans prospères. TERME EST UNE DONNÉE ESSENTIELLE.
Il étudie l’économie à Saint-Pétersbourg
avec Mikhail Tugan-Baranovsky, auteur
d’une «Théorie et histoire des crises en An-
gleterre». Sous son influence, le jeune comprenant stagnation, chômage et défla- lourde, et que sa thèse sur les cycles suppose
Nikolaï adhère au Parti social-révolution- tion). Ce travail rencontre aussi peu d’écho que le capitalisme se régénère après chaque
naire (S-R), proche du monde agricole et en URSS qu’à l’étranger : il ne sera com- crise ! Pas très compatible avec la doxa léni-
opposé au parti bolchevique de Lénine. menté qu’en 1926 en Allemagne, puis en niste de l’époque… Chassé de l’Institut des
Après la chute du tsar, il devient ministre 1935 dans l’une des revues de Harvard. conjonctures en 1928, il est arrêté en 1930
du Ravitaillement dans l’un des gouverne- Favorable à une – relative – libéralisation et «jugé», avec d’autres technocrates non
ments Kerenski (mai-septembre 1917). de l’économie russe durant la Nouvelle po- communistes, à l’issue d’un des premiers
Ecarté du pouvoir à l’issue de la révolution litique économique (NEP, 1921-1929), Kon- faux procès organisés par Staline. Interné
d’Octobre, il enseigne à l’Académie d’agri- dratiev intervient dans la «Crise des ci- au goulag, il poursuit ses réflexions écono-
culture avant de créer l’Institut des conjonc- seaux» pour essayer de réduire l’écart entre miques jusqu’à la Grande Purge de 1938,
tures de Moscou en 1921. la forte inflation des prix industriels et la qui le conduit au peloton d’exécution.
C’est l’année suivante que Kondratiev faible progression des prix agricoles qui ap-
publie «L’Economie mondiale et ses pauvrit les paysans. Il contribue aussi à éta- SES THÉORIES Pour étayer sa démons-
conjonctures», qui expose sa vision des blir le plan quinquennal pour l’agriculture. tration sur les cycles, Kondratiev a compilé
cycles longs du capitalisme (cinquante ans La fin de la NEP et la collectivisation des des centaines de données : prix, balance
chacun environ, avec une phase ascen- terres, à laquelle il s’oppose, entraînent sa commerciale, taux d’intérêt, production de
dante de croissance, plein emploi et infla- disgrâce. D’autant qu’il est partisan de dé- charbon et de fonte en Angleterre, en
tion modérée, et une phase de déclin velopper la paysannerie avant l’industrie Allemagne, en France et aux Etats-Unis.

1er CYCLE 2e CYCLE 3e CYCLE


16 % 1790 - 1845 1845 - 1895 1895 - 1945
Arrivée de la machine Les cycles de Développement Apparition de
14 % à vapeur, mécanisation Kondratiev du chemin de fer l’électrotechnique
des usines de textile et de la chimie
12 %

10 %

8%

6% Evolution de l’indice
boursier S&P 500*
4%

2%

0%

– 2%

– 4%
Paniqu Longue Cris
e de 18 dé mondiae économiqu
– 6%
(1837-1 37 (1873-1pression le (192 e
843) 879) 9-1939
)
1819 1829 1839 1849 1859 1869 1879 1889 1899 1909 1919 1929 1939
*Indice basé sur les 500 plus grosses entreprises cotées sur les Bourses américaines (avant 1920 : estimations).
104 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
KONDRATIEV Pour lui,
toujours de ses cendres
Il en conclut que le premier cycle a dé- à l’exploitation de découvertes scientifiques (souvent centrés sur le rôle de la monnaie
marré vers 1790 et s’est achevé vers 1845, et la phase de déclin à l’épuisement de leur et du crédit dans la formation des cycles)
la phase de déclin ayant commencé vers potentiel, ce qui fait stagner la productivité. entre 1970 et 1980, et elle connaît depuis
1815. Le deuxième a duré de 1845 à 1895 Le premier cycle a démarré grâce à la quelques années une nouvelle jeunesse.
(avec un déclin à partir de 1875). Et le troi- machine à vapeur et à la mécanisation de Ainsi, en 2001, les théoriciens des systèmes
sième est encore en phase ascendante en l’industrie textile, le deuxième avec l’appa- Jim Corredine et
1922 lorsqu’il publie son article. Le Russe rition des chemins de fer, le troisième avec Tessaleno Devezas
a deux intuitions géniales. D’abord, il ob- celles de la chimie et de l’électricité. ont proposé une Le goulag
serve que «chaque cycle émerge dans des Depuis la mort de Kondratiev, deux explication des où il fut interné : un
circonstances historiques particulières qui nouveaux cycles ont émergé : le quatrième, cycles fondée sur pur chef-d’œuvre
engendrent un nouveau développement au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la dynamique des
Situé à 200 kilomètres
des forces productives, et n’est donc pas la avec la production de biens de consomma- processus d’ap- au nord-est de Moscou, ce
simple réitération du précédent». Mieux, tion et d’automobiles (la fin de sa phase as- prentissage et de monastère du XIV e siècle
il remarque que «durant la phase de déclin cendante survenant lors du premier choc leur diffusion, qui faisait déjà office de prison
de chaque cycle, il survient un nombre im- pétrolier). Le cinquième, à la fin des an- comprend une d’Etat sous Catherine II.
portant d’inventions dans les techniques de nées 1980, avec la révolution Internet. phase d’acquisi- Kondratiev, accusé par
production et de communication, qui sont Nous serions actuellement dans sa phase tion des nouveaux Staline de conspiration-
utilisées à large échelle au début de la de déclin. Certains économistes annoncent savoirs, puis une nisme, y a passé les six
phase ascendante du cycle suivant». déjà le début d’un nouveau cycle vers 2020, phase de consoli- dernières années de sa vie.
C’est cette piste que creuse avec profit grâce aux bio- et nanotechnologies. dation. Si variées
Joseph Schumpeter, en 1939, lorsqu’il écha- qu’elles soient,
faude une analyse des «cycles K» (K pour SON ACTUALITÉ A la fin des années ces réinterpréta-
Kondratiev). Contrairement au Russe, 1980, Stanislav Menshikov, un prévisionniste tions ont toutes
l’économiste autrichien ne lie pas les hauts de l’ONU, remarque que la théorie des pour vertu de
et les bas du capitalisme à l’évolution des cycles de Kondratiev suscitait périodique- nous rappeler
prix mais à celle des techniques. Selon lui, ment de l’intérêt dans les milieux savants, l’importance du
le début de chaque cycle est associé à une mais uniquement… pendant les phases de long terme en
«grappe d’innovations» réalisées dans cer- déclin. Après l’épisode Schumpeter en économie. Utile.
tains secteurs. La phase d’expansion est due 1939, elle a en effet inspiré plusieurs travaux Patrice Piquard ◆

4e CYCLE 5e CYCLE 6e CYCLE


1945 - 1985 1985 - 2020 2020 - 20??
Boom de
l’automobile et des
Révolution
Internet
Essor des bio- et
nanotechnologies
LES "VAGUES"
biens ménagers DE PROSPÉRITÉ
RACCOURCISSENT

D
ans une étude publiée en février
2010, les experts d’Allianz Global
Investors ont montré une corréla-
tion évidente entre les évolutions du
S&P 500, l’indice boursier américain de
référence, et les cycles de Kondratiev.
Autre enseignement de ce graphique :
les «vagues» de croissance sont à la
fois de plus en plus hautes et de plus
en plus courtes. Hautes, car les Etats
et les firmes investissent comme jamais
Crise p Crise fi dans la R & D. Courtes, car les bulles
étroliè nanciè
(1974-1 re (2007-2 re éclatent aussi vite qu’elles se forment.
980) 009)
PHOTOS : DR

1949 1959 1969 1979 1989 1999 2009 2019

AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 105


LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

ÀL’ÉGAL D’ALBERT
EINSTEIN AVEC LEQUEL
1903-1957
JOHN VON
des jeux a changé
IL TRAVAILLA, CE GÉNIE
DES MATHÉMATIQUES
D’ORIGINE HONGROISE EST
L’UN DES PLUS GRANDS
CERVEAUX DU XXe SIÈCLE.
SON DILEMME
SES MATRICES ONT ÉCLAIRÉ DU PRISONNIER
D’UN JOUR NOUVEAU LES DÉFIE LA LOGIQUE
CHOIX STRATÉGIQUES DES HYPOTHÈSE 1
PHOTO : ALAN RICHARDS PHOTOGRAPHER. FROM THE SHELBY WHITE AND LEON LEVY ARCHIVES CENTER, INSTITUTE FOR ADVANCED STUDY, PRINCETON , NJ, USA

INDIVIDUS ET DES FIRMES. Je ne


dénonce
Je ne
dénonce
pas mon pas mon
complice complice
SA VIE János Neumann de Margitta –  son 6 MOIS DE PRISON 6 MOIS DE PRISON
vrai nom – est né en 1903 à Budapest dans
une famille de grands bourgeois hongrois. HYPOTHÈSE 2
Il montre très tôt des qualités intellec- Je Je ne
dénonce dénonce
tuelles exceptionnelles. Doté d’une mé- mon pas mon
moire absolue, le jeune prodige est capable complice complice
de réciter des livres entiers et fait preuve LIBÉRÉ 10 ANS DE PRISON
de capacités de calcul mental hors norme.
Ses études brillantes le conduisent à un HYPOTHÈSE 3
doctorat de mathématiques, obtenu alors Je ne Je
dénonce dénonce
qu’il a à peine 23 ans et mené de front avec pas mon mon
un diplôme en génie chimique de l’Ecole complice complice
polytechnique de Zurich. Major des deux 10 ANS DE PRISON LIBÉRÉ
promotions, Neumann enseigne ensuite
dans différentes universités d’Europe, à HYPOTHÈSE 4
Berlin où il côtoie Einstein, à Hambourg Je Je
et à Göttingen où il travaille aux côtés de dénonce dénonce
mon mon
l’un des plus grands mathématiciens du complice complice
XXe siècle, David Hilbert. Influencé par ce
8 ANS DE PRISON 8 ANS DE PRISON
dernier, Neumann publie en 1932 le très

D
remarqué «Fondements mathématiques eux hommes, complices du même
de la mécanique quantique». délit, sont détenus dans des cellules
Fuyant le nazisme, il s’installe aux Etats- séparées. La police a besoin de leurs
Unis où il anglicise son patronyme. Devenu aveux, faute de quoi le dossier s’étiole et
John von Neumann, il entre à Princeton la peine sera minime (6 mois de prison).
en 1933 comme professeur de mathémati- Logiquement, ils devraient se taire. Mais
ques au sein de l’Institute for Advanced pour éviter la sanction maximale (10 ans),
Study, où il retrouve d’autres scientifiques ils ont intérêt à se dénoncer. Redoutable.
en exil comme Albert Einstein et Kurt
Gödel. Von Neumann est un bon vivant qui
aime boire, plaisanter et… regarder les l’armée américaine devine déjà l’extraor- Manhattan, chargé de fabriquer la bombe
jambes des femmes. A tel point que ses dinaire potentiel. Etudiant la manière atomique. L’opération nécessite un nombre
collaboratrices doivent mettre un carton dont les organismes biologiques assimilent considérable d’équations ayant trait à la
protecteur devant leur bureau. En 1937, il et traitent les informations et désireux de physique nucléaire et à la dynamique des
obtient la nationalité américaine. transposer ces modèles à des machines ar- fluides. Neumann est nommé conseiller de
Sa carrière prend un tournant décisif tificielles, John von Neumann a aussi ap- Robert Oppenheimer, le directeur du labo-
quand éclate la Seconde Guerre mon- porté des contributions fondamentales à ratoire scientifique de Los Alamos. Il cal-
diale. En collaboration avec l’US Army, il la fabrication des automates («Théorie gé- cule notamment la hauteur «idéale» à
oriente ses recherches vers les mathéma- nérale et logique des automates», 1966). laquelle la bombe doit exploser pour faire
tiques appliquées. Précurseur de l’intelli- Ses travaux sur ces «machines intelli- le plus de dégâts possible. Après la victoire
gence artificielle, il crée les premiers ordi- gentes» le mènent au cœur du complexe des Alliés, il planche sur l’élaboration de la
nateurs et met au point la programmation militaro-industriel américain. En 1943, bombe H et des missiles stratégiques, et de-
hiérarchique et codée, inventions dont il participe au très confidentiel projet vient l’un des cerveaux de la guerre froide.
106 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
NEUMANN Sa théorie
les règles de la négociation
l’économiste Oskar Morgenstern, une cher mais sont appréciés, il a de bonnes
«Théorie des jeux et comportements éco- chances que ce dernier accepte le prix en
nomiques». Devenu un classique, cet ou- question. C’est le fameux gagnant-gagnant
vrage étudie les situations courantes du bu- enseigné à toutes les forces de vente de
siness (concurrence, entente, négociation, France et de Navarre.
marchandage…) sous le prisme original
des jeux, où les gains des joueurs dépen- SON ACTUALITÉ La théorie des jeux a
dent autant de leurs propres actions que de connu un développement considérable dans
celles de leurs adversaires. Dans la vie de le sillage de Neumann. Avec John Forbes
Les travaux
tous les jours, les décisions des consomma- Nash, Reinhard
de John von teurs ont rarement un impact les unes sur Selten et John
Neumann ont les autres : le fait que j’achète un téléviseur Harsanyi, tous les La bombe
révolutionné n’influe pas sur la demande globale. Mais trois couronnés atomique qu’il
l’analyse des au niveau des firmes, les interactions sont par le «prix No- destinait à Kyoto
comportements beaucoup plus nombreuses. Les profits de bel» d’économie
rationnels en Membre actif du projet
Samsung, par exemple, ne sont pas seule- en 1994. Puis Manhattan en 1943, John
économie. ment liés à ses coûts de production ou à sa a v e c Ro b e r t von Neumann voulait
politique de prix : ils dépendent aussi des Schelling et Tho- frapper le centre de Kyoto,
prix pratiqués par LG ou Panasonic. La mas Aumann, la capitale culturelle du
théorie des jeux développée par Neumann eux aussi «nobéli- Japon. Roosevelt, qui avait
recense donc les différentes configurations sés» en 2005. Ces été émerveillé par la beauté
dans lesquelles deux ou plusieurs acteurs économistes ont de la ville avant-guerre,
sont en compétition, mais ignorent ce que raffiné les hypo- s’y opposa. Et c’est ainsi
qu’Hiroshima et Nagasaki
les autres vont faire. L’exemple le plus cé- thèses en intro- furent prises pour cible.
lèbre est celui du dilemme du prisonnier, duisant de nou-
un jeu à somme non nulle où certains choix veaux facteurs,
sont globalement plus profitables ou plus comme le bluff, la
dommageables à l’ensemble des joueurs menace ou la ré-
(lire encadré). La leçon qui en découle ? Il compense. Les
est plus rationnel de choisir une stratégie champs d’appli-
offensive (dans le cas présent, dénoncer cation se sont eux
son complice) qu’attentiste (se taire, en es- aussi élargis : de
pérant que l’autre en fera autant). En gros, la biologie à la so-
dit Neumann, mieux vaut la guerre que la ciologie en pas-
paix. Le cinéaste Stanley Kubrick s’inspi- sant par la science politique, la théorie des
rera de lui pour camper en 1964 son «Doc- jeux a essaimé dans de nombreuses disci-
teur Folamour», un scientifique psycho- plines. L’historien Philippe Mongin s’est
pathe au fort accent d’Europe de l’Est… même appuyé sur elle pour expliquer la dé-
Les matrices de ce mathématicien génial faite de Napoléon à Waterloo. Dans le ma-
ne permettent pas aux économistes de pré- nagement, enfin, on ne compte plus les
Viscéralement anticommuniste, il prend en dire l’avenir – on ne peut pas savoir à livres et formations qui s’en réclament.
1955 la direction de la Commission améri- l’avance ce que vont décider les prison- Un bémol, cependant : ces règles ne col-
caine à l’énergie atomique et s’éteint à niers –, mais elles sont précieuses pour ana- lent pas toujours à la réalité des faits. En té-
Washington deux ans plus tard, d’un cancer lyser les différentes options qui s’offrent aux moigne l’expérience suivante, menée en
certainement provoqué par les fortes radia- protagonistes, dans un contexte donné. Les 1982. On donne 100 euros à A, qu’il doit
tions auxquelles ses recherches sur l’atome bons joueurs de poker sont ceux qui par- partager à sa guise avec B. Si B refuse la
l’ont exposé au fil des années. viennent à rentrer dans la tête de leurs ad- part qui lui est proposée, A perd les 100 eu-
versaires. Les bons commerciaux aussi. ros. D’après la théorie des jeux, B est prêt
SES THÉORIES Neumann a ouvert un Dans une négociation, là aussi un jeu à à se contenter d’un euro, puisqu’il part de
champ de recherche fécond en économie somme non nulle, le vendeur est sûr de zéro. Mais avec de vrais cobayes, il ressort
par son analyse des comportements perdre son client s’il se braque sur un prix. que les B n’acceptent jamais moins de
humains sous forme de jeux stratégiques. En revanche, s’il lui propose des services 40 euros. La nature humaine résiste parfois
En 1944, il publie, en collaboration avec complémentaires, qui ne coûtent pas trop aux mathématiques… Eric Godeau ◆
AVRIL-MAI 2016HORS-SÉRIE CAPITAL 107
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE LES INCLASSABLES

Né en 1953
JEAN TIROLE
Il a imaginé des outils
pour réguler les oligopoles
C
’EST ENTRE BOSTON ET TOULOUSE QUE CE CHERCHEUR
FRANÇAIS A MIS AU POINT DES TECHNIQUES POINTUES DE RÉGULATION
INDUSTRIELLE, SECTEUR PAR SECTEUR, QUI SONT UTILISÉES PAR DE
NOMBREUX PAYS AUJOURD’HUI. LA RECHERCHE POUR CHANGER LA VIE.

SA VIE Né en 1953 à Troyes, d’un père Jacques Laffont, il contribuera à créer la régulation des entreprises en situation de
médecin et d’une mère professeur de Toulouse School of Economics (TSE), un monopole ou d’oligopole n’ont cessé
lettres, le jeune Jean Tirole ne s’imaginait pôle mondial d’excellence de la discipline d’inspirer les autorités mises en place
pas du tout devenir chercheur. Mais son dont il est président depuis 2007. dans la foulée des privatisations. C’est en
goût pour l’abstraction le conduit vers les Touche-à-tout prolifique, Jean Tirole a effet à partir des années 1980, quand dans
maths en prépa à Nancy, puis à l’Ecole publié d’innombrables articles et livres sur de nombreux pays les gouvernements se
polytechnique. C’est là, à 21 ans, qu’au dé- des domaines variés, de la théorie des jeux sont mis à privatiser leurs champions
tour d’un cours il découvre l’économie. Il au marché du travail, en passant par les industriels dans les télécoms ou l’électri-
est aussitôt fasciné par cette discipline, qui banques, la crise financière et la régulation cité, en instaurant parallèlement des au-
combine la résolution de problèmes théo- des industries de réseaux, comme les télé- torités de régulation afin de limiter les
riques exigeants et des recommandations coms et l’électricité. Ce sont notamment abus potentiels des anciens monopoles,
concrètes de politique économique. En ses travaux sur la façon de comprendre et que ce sujet a pris de l’importance.
1976, il intègre le corps des ingénieurs de réguler les secteurs d’activité dominés Jean Tirole s’est donc appuyé sur la
d e s Po n t s e t par un petit nombre d’entreprises (oligo- théorie des jeux pour répondre à la ques-
Chaussées, avant poles) qui lui ont valu de devenir, en 2014, tion suivante : comment éviter que les en-
de s’envoler vers le troisième «Nobel» français d’économie treprises abusent de leur situation de mo-
Les sénateurs Boston et le MIT après Gérard Debreu et Maurice Allais. nopole et piègent les clients avec des prix
sont-ils si forts en deux ans plus tard Beaucoup moins médiatique que les élevés ou des services médiocres, malgré
économie ? pour faire sa «Nobel» Paul Krugman et Joseph Stiglitz, la surveillance du régulateur. Ce dernier,
thèse. Celle-ci moins engagé politiquement que son com- en raison d’asymétries dans l’information,
Douze : c’est le nombre de porte notamment patriote Thomas Piketty, ce chercheur ne peut pas connaître en effet avec préci-
membres de la commission
des Affaires économiques sur les conditions n’est pas pour autant déconnecté de la vie sion les techniques de production et les
du Sénat qui ont daigné de formation des publique. Membre du Conseil d’analyse coûts réels des entreprises qu’il est chargé
assister à l’intervention de bulles financières. économique, il a notamment fait des de surveiller. Pour contourner ce pro-
Jean Tirole, fraîchement Le jeune Français propositions pour réformer le système blème, Tirole et son ami Jean-Jacques Laf-
«nobelisé», lequel avait été s’épanouit dans d’assurance chômage en s’inspirant du font (décédé en 2004) préconisent d’avoir
invité à plancher devant le bouillonne- principe pollueur-payeur et en l’appli- recours à des contrats incitatifs, spéci-
eux en novembre 2014. ment intellectuel quant au licenciement. fiques à chaque secteur. Quel que soit son
Soit un tiers à peine
et la proximité type, un producteur choisirait le contrat
SES THÉORIES A la différence d’autres

12
de l’effectif de ladite
commission. Consternant. entre professeurs qui lui semble le meilleur en fonction de
et étudiants qui économistes, Tirole est vraiment très ses intérêts propres. Exemple ? Un pro-
le marquent pro- éclectique. Il a travaillé sur la propriété ducteur dont les coûts sont importants et
fondément. Il en- intellectuelle (les brevets), les normes et difficilement compressibles choisirait un
seignera sept ans leur influence sur le marché, les logiciels contrat avec une rétribution élevée com-
au MIT avant de libres, la prise en compte des aspects parativement à ses coûts et aurait donc peu
rejoin dre l’uni- psychologiques en économie, la théorie d’intérêt à diminuer ces derniers. A l’in-
versité de Tou- des jeux, jetant les bases d’une nouvelle verse, un producteur pouvant réduire ses
louse 1, où, aux économie industrielle qui s’intéresse au- coûts avec plus de facilité choisirait un
côtés de son ami tant à la stratégie des entreprises qu’à la contrat avec une rétribution relativement
et mentor Jean- concurrence. Ses travaux concernant la faible comparativement à ses coûts, mais
108 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016
Au contraire
de Gérard Debreu,
autre «Nobel»
français surdoué en
mathématiques, Jean
Tirole est obsédé
par la résolution
de problèmes de la
vie courante.

CDD CDI CONTRAT UNIQUE

A
utre sujet d’étude : le
AVANTAGES La AVANTAGES Attractivité AVANTAGES Un seul marché du travail. Et le
souplesse que permet ce d’un poste pérenne ; impli- et même contrat pour contrat unique, que Jean
contrat, qui prend fin à cation durable du salarié ;

+ =
tous ; un assouplissement Tirole a proposé il y a treize ans
la date convenue. Il peut évolution de carrière ; des procédures de déjà, avec Olivier Blanchard,
déboucher sur un CDI.
PHOTO : LYDIE LECARPENTIER / REA

accès à la formation. licenciement qui rassure alors professeur au MIT, afin de


INCONVÉNIENTS Il INCONVÉNIENTS Coût les employeurs et des mettre fin à la dualité du marché
coûte plus cher (prime de de la rupture du contrat : droits qui progressent à du travail et favoriser l’emploi
précarité de 10%). Les en cas de conflit, le l’ancienneté pour protéger des jeunes. Le Premier ministre
salariés, moins formés, salarié peut obtenir des les salariés. Ce contrat Jean-Pierre Raffarin l’avait
sont moins motivés. indemnités importantes devrait notamment faciliter enterré. On en reparle à nouveau.
Le turnover est important. aux prud’hommes. l’intégration des jeunes.

opterait pour un prix plus élevé pour les l’idée d’un contrat unique. Tout sauf une nous connaissons aujourd’hui. Une piste
services qu’il fournit ; il serait donc forte- nouveauté. C’est Jean Tirole qui, à peine de réforme que Jean Tirole et son confrère
ment incité à réduire ses coûts. «nobelisé» (l’année précédente), avait re- Olivier Blanchard, futur chef économiste
Loin de se contenter de construire des lancé ce pavé dans la mare. «Depuis qua- du FMI, avaient déjà présentée treize ans
modèles mathématiques abstraits, Jean rante ans, il y a du chômage, et on ne pro- plus tôt dans un rapport du Conseil d’ana-
Tirole a analysé par secteur (la banque, pose aux jeunes que des CDD parce que lyse économique adressé au Premier mi-
les télécoms) et de façon concrète les ap- les entreprises ont trop peur de leur signer nistre d’alors, Jean-Pierre Raffarin, lequel
plications de la régulation industrielle. Et des CDI. On se retrouve donc dans une si- s’était empressé de l’enterrer. «Il faut du
il n’a pas cessé de rappeler tout au long de tuation complètement absurde où, à force temps pour que les idées neuves imprè-
ses travaux que toute politique de régu- de vouloir trop protéger les salariés, on ne gnent la société», philosophe Jean Tirole,
lation doit être spécifique à l’industrie à les protège plus du tout. Il faut un contrat qui s’y connaît. Dans les années 1990, il
laquelle elle s’applique. unique», lance-t-il lors de sa première avait proposé de fixer un prix au carbone
conférence de presse. Ce contrat unique, et de créer des droits d’émission négo-
SON ACTUALITÉ Au début de l’année dans lequel la protection et les indemnités ciables. Des mesures partiellement adop-
2015, le Premier ministre Manuel Valls puis de licenciement augmentent avec l’ancien- tées en… 2005, pour les gaz à effet de
le président de la République François neté, se substituerait aux CDD et CDI serre, dans le cadre du protocole de Kyoto.
Hollande testent dans le débat public pour casser le marché à deux vitesses que Patrick Chabert◆
AVRIL-MAI 2016  HORS-SÉRIE CAPITAL 109
LES PLUS GRANDS GÉNIES DE L’ÉCONOMIE

Notre sélection d’ouvrages


pour aller plus loin
L
’économie est plus que jamais au cœur
de nos vies. Le débat public lui-même
est saturé d’informations économiques et
les Français, qu’on dit rétifs à la matière,
cherchent des réponses aux questions
soulevées par la crise, qui dure et abolit
nos certitudes. Problème, les réponses
sont souvent plus nombreuses et plus diverses que les
questions. Edgar Fiedler, un ancien haut fonctionnaire
du Trésor américain cité dans «Histoire impertinente
de la pensée économique» (lire ci-dessous), remarquait
avec une ironie mordante que si «l’on pose une
question à cinq économistes, on obtient cinq réponses
différentes, voire six si l’un d’entre eux est allé à
Harvard» ! Hormis le brillant «Le monde est clos et
le désir infini» de Daniel Cohen, les livres que nous Le monde est clos et Déchiffrer les grands
vous présentons ici, et qui nous ont aidés à bâtir ce le désir infini Un livre clair auteurs… Le créateur de
hors-série de Capital, ne sont pas des essais d’actualité qui montre qu’il est urgent la revue «Alternatives
mais des ouvrages de fond pour saisir l’évolution de sortir du fantasme de économiques» balaie avec
des théories économiques. Ils permettent de mieux la croissance perpétuelle, intelligence et pédagogie
comprendre le travail des économistes. Et pourquoi «cette religion du monde trois siècles d’économie en
moderne». Puisqu’elle deux tomes. Tout y est : les
le procès qui leur est fait de se tromper tout le risque de ne pas revenir, il extraits clés des œuvres, leur
temps et de s’affronter sur les diagnostics comme faut repenser le progrès et mise en perspective et les
sur les remèdes est un peu réducteur. réinventer l’Etat providence. anecdotes sur leurs auteurs.
Daniel Cohen. Denis Clerc.
Editions Albin Michel, 2015. Editions Syros, 2000.
PHOTOS : DR

Fifty Major Economists Histoire vivante de Dictionnaire des grands Histoire impertinente
Professeur à l’université la pensée économique économistes Allemands, de la pensée économique
de Monmouth (New Jersey), Un manuel qui se lit comme Anglais, Américains, Néo- Trois mille ans d’histoire de
Steven Pressman livre, de un roman tant Jean-Marc Zélandais, Mexicains… la pensée économique dans
Locke à Stiglitz, sa sélection Daniel, professeur à l’ESCP, Tous ceux qui, de l’Antiquité un style accessible qui privi-
des stars de la discipline et a pris le soin de replacer les à nos jours, ont apporté légie le récit et la pédagogie.
de leurs contributions ma- différentes écoles dans leur leur pierre à l’économie sont L’auteur resitue les théories
jeures. Un palmarès plutôt contexte historique. Parce dans ce dictionnaire. Les des grands économistes
américain. Mais l’ouvrage, qu’en économie «il y a ce notices vont à l’essentiel et dans leur époque et décrit
en anglais, est accessible qui se voit et ce qui ne se s’intéressent davantage l’évolution de la discipline
et bien écrit. Un classique. voit pas» (Frédéric Bastiat). à l’œuvre qu’aux hommes. d’Aristote à Jean Tirole.
Steven Pressman. Jean-Marc Daniel. Frédéric Teulon. Alexis Karklins-Marchay.
Editions Routledge, 2006. Editions Pearson, 2010. Editions PUF, 2009. Editions Ellipses, 2016.

110 HORS-SÉRIE CAPITALAVRIL-MAI 2016


NOUVEAU

LES NOUVELLES FAÇONS DE VOYAGER

O NDI AL LE 24 MARS
M EN
ENT KIO
EM
NC SQ
LA UE
Expériences
inédites
Bonnes a
dresses
des habita
nts
Destinations
les
incontournab
Récits
en immersion

Photos
s
spectaculaire

Top des blogs

DANS CE NUMÉRO
GAGNEZ UN TOUR
GAGN
DU MONDE
et devenez reporter
orter
pour !

VOYAGES, EXPÉRIENCES & RÉCITS


Futur leader
ou leader du futur ?

Bousculez Écoutez Restez


les évidences vos émotions connecté

Tête. Cœur. Mains. Restez humain, devenez un leader, boostez votre “humanship” !
Leadership ? #Humanship !
Le leadership est en chacun de nous. C’est un potentiel qui ne demande qu’à être
développé. NEOMA Business School vous apprend à révéler vos propres compétences
en matière de leadership. Osez les point s de vue dif férent s et réinventez les
modèles établis. Prenez en compte vos émotions et cultivez l ’empathie. Restez
connecté et mobilisez les talents, avec la performance collective en ligne de mire.
Head. Heart. Hands. Stay human, become a great leader, boost your humanship !

Rejoignez-nous sur neoma-bs.fr