Vous êtes sur la page 1sur 67

Université Mohammed V Rabat

Ecole Supérieure de Technologie Salé

Département Génie Urbain et Environnement


Filière : Génie CIVIL

Rapport du Projet de Fin d’Etudes

Sous le thème :

Pathologie des bâtiments


Réalisé par :
Ait Si Youssef Siham
Karab Chayma
Encadré par :
Pr. M. Lamrani

Soutenu, le 29 Mars 2019, devant le Jury composé de :


Mr. M.Lamrani
Mme .W. Cheikhi
Mme. K.Baba
Année universitaire : 2018/2019
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

1
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Remerciement

Toute notre gratitude, grâce et remerciement vont à Dieu le tout puissant qui nous a
donné la force, la patience, le courage et la volonté pour élaborer ce travail.

On tient à adresser nos vifs remerciements et notre sincère gratitude à toutes les
personnes qui ont participé de près ou de loin à la réussite et au bon déroulement de ce travail.
On tient tout d’abord à remercier Monsieur Lamrani pour nous avoir encadré, fournie
de précieux conseils et recommandations et pour la sollicitude avec laquelle il a suivi et guidé
ce travail.

Toutes nos gratitudes vont à tous nos enseignants qui nous ont préparés théoriquement et
pratiquement pendant ces deux années de notre formation à l’Ecole Supérieure de la Technologie de
Salé.

Nos sincères remerciements à tous le corps administratif de l’Ecole Supérieure de la Technologie


de Salé pour leurs soutiens et leurs aides.

2
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Dédicace
On dédie notre travail à nos familles avec tous nos sentiments de respect, d’amour, de gratitude et
de reconnaissance pour tous les sacrifices déployés pour nous élever dignement et assurer notre
éducation dans les meilleures conditions.

3
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Table des matières


Table des matières ........................................................................................................ 4
Introduction .................................................................................................................. 7
CHAPITRE 1 :DEFINITION ET GENERALITES SUR LA PATHOLOGIE DES
BATIMENTS ............................................................................................................... 9
1. DEFINITIONS ET GENERALITES .................................................................... 9
2. LES TYPES DE PATHOLOGIES: ....................................................................... 9
3. PATHOLOGIE DES MATERIAUX .................................................................. 10
3.1. Béton armé ....................................................................................................... 10
3.1.1. Dégradations mécaniques .............................................................................. 10
3.1.2. Dégradations Chimiques ............................................................................... 11
3.1.2.1. Réactions Alcalis-Granulats (RAG) ........................................................... 11
3.1.2.2. Attaques Sulfatiques ................................................................................... 12
3.1.2.3. Attaques Acides.......................................................................................... 12
3.1.2.4. Lixiviation .................................................................................................. 13
3.1.2.5. La carbonatation ......................................................................................... 13
3.1.2.6. Attaque des ions de chlorures..................................................................... 14
3.1.3. Dégradations Physiques ................................................................................ 14
3.1.3.1. Cycles de gel-dégel .................................................................................... 14
3.1.3.2. Sels de déverglaçage .................................................................................. 14
3.1.3.3. Ressuage ..................................................................................................... 15
3.1.3.4. Retrait ......................................................................................................... 16
3.1.4. Dégradation physico-chimique ....................................................................... 17
3.1.4.1. La corrosion................................................................................................ 17
3.1.5. Les pathologies à risque élevé......................................................................... 18
3.1.5.1. Fissure ........................................................................................................ 18
3.1.5.2. Lézardes ..................................................................................................... 20
3.1.5.3. Epaufrure .................................................................................................... 20
3.1.6. Pathologies à risque moyen ............................................................................. 21
3.1.6.1. Faïençage .................................................................................................... 21
3.1.6.2. Lichen ......................................................................................................... 21
3.2. Acier ou fer ....................................................................................................... 22
3.2.1. La corrosion .................................................................................................... 22

4
PFE : Pathologie des bâtiments 2019
3.3. Bois................................................................................................................... 23

CHAPITRE 2: PATHOLOGIE STRUCTURALE (GROS ŒUVRE) ...................... 25


1. PATHOLOGIE LIEE AU SOL ........................................................................... 25
1.1. Fondations ....................................................................................................... 25
1.1.1. Mouvement du sol/Tassement ....................................................................... 25
1.1.2. Mouvement du sol/gonflement et retrait du sol............................................. 26
1.1.3. Portance des sols ........................................................................................... 28
1.1.4. Humidité ........................................................................................................ 28
1.2. Dallage ............................................................................................................ 29
1.2.1. Soulèvements ................................................................................................ 29
2. PATHOLOGIE DE LA SUPERSTRUCTURE .................................................. 30
2.1. Défauts mécaniques d’ordre structurel ............................................................ 30
3. PATHOLOGIE LIE A L’ETANCHEITE ........................................................... 31
3.1. Points faibles de la protection lourde en toitures-terrasses accessibles ............ 31
CHAPITRE 3: PATHOLOGIES DES FINITIONS .................................................. 34
1. REVETEMENT .................................................................................................. 34
1.1. Désordres des enduits monocouches ................................................................ 34
1.2. Désordres des carrelages ................................................................................. 35
1.2.1. Le fluage du plancher .................................................................................... 35
1.2.2. Descellement ................................................................................................. 36
1.2.3. La fissuration ................................................................................................. 36
2. MENUISERIE ..................................................................................................... 37
2.1. Infiltrations par les liaisons menuiserie extérieure ........................................... 37
3. PLOMBERIE ...................................................................................................... 38
3.1. Pathologies des canalisations eaux vannes-eaux usées et interfaces avec le
VRD 38
4. PEINTURE .......................................................................................................... 41
4.1. Décollement de peinture sur plafonds neufs en béton..................................... 41
5. ELECTRICITE .................................................................................................... 41
5.1. Installation vétuste........................................................................................... 41
PARTIE 2 ................................................................................................................... 44
ETUDE DE CAS ....................................................................................................... 44
DIAGNOSTIC PATHOLOGIQUE DE L’ECOLE SUPERIEURE DE
TECHNOLOGIE DE SALE ...................................................................................... 44

5
PFE : Pathologie des bâtiments 2019
1. INTRODUCTION ............................................................................................... 45

2. SITUATION GEOGRAPHIQUE DE L’EST ..................................................... 45


3. REALISATION DU DIAGNOSTIC .................................................................. 45
3.1. Etat des lieux (l’EST) ...................................................................................... 46
3.2. Le relevé visuel ............................................................................................... 46
3.2.1. Le farinage..................................................................................................... 46
3.2.2. L'encrassement .............................................................................................. 47
3.2.3. Les efflorescences ......................................................................................... 47
3.2.4. Le nuançage................................................................................................... 48
3.2.5. Moisissures, Mousses, Algues ...................................................................... 49
3.2.6. L’humidité ..................................................................................................... 49
3.2.7. Les fissures .................................................................................................... 50
3.2.8. La corrosion................................................................................................... 53
3.2.9. Le décollement de la peinture ....................................................................... 54
3.2.10. L’infiltration par points singuliers de couverture ........................................ 54
3.2.11. Le tassement du dallage .............................................................................. 55
3.2.12. Problèmes liés aux traitements des bois ...................................................... 56
3.2.13. Épaufrures ................................................................................................... 57
3.3. Tableau des anomalies et les solutions correctives possibles ......................... 57
CONCLUSION .......................................................................................................... 64
BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................... 65

6
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Introduction :

Dans le cadre de la politique actuelle, s’inscrivant dans le développement durable, la réparation des
ouvrages existants prend tout son sens. Il est nécessaire que les structures en béton armé soient
capables de reprendre les efforts qui leur sont appliqués tout au long de leur vie. Cependant les
ouvrages subissent les altérations dues au temps qui passe mais aussi à l’environnement auquel ils
sont exposés. Afin de réhabiliter un ouvrage en béton armé, il est important d’effectuer un
diagnostic.
Cette étape permet d’identifier les différentes pathologies présentes, leur ampleur ainsi que leur
cause. Grace à cela, il est possible de proposer une méthode de réparation adéquate ainsi qu’une
protection contre les attaques futures. Un suivi de l’ouvrage peut être réalisé afin de déterminer
l’évolution des différentes pathologies.

7
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

PARTIE 1 :
PATHOLOGIE ET REMEDES

8
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

CHAPITRE 1 : DEFINITION ET GENERALITES SUR LA PATHOLOGIE


DES BATIMENTS

1. DEFINITIONS ET GENERALITES
Pathologie:
Etude des désordres affectant un bâtiment ou un matériau en œuvre; une étude pathologique
comprend:
 L'observation et l'analyse des symptômes et de leur processus de formation, ainsi que des
conditions de mise en œuvre.
 L'établissement d'un diagnostic sur les causes probables et sur les risques d'évolution du
désordre.
 La recherche de remèdes ou traitements curatifs à envisager.
Le classement des causes principales de désordres pour les ouvrages en béton armé correspond au
classement type basé sur la division des responsabilités entre les concepteurs (y compris les calculs)
et les réalisateurs (exécution sur chantier).
Une étude des pathologies d’un ouvrage se décompose en plusieurs phases. Celle-ci commence par
une visite de l’ouvrage accompagné d’un relevé détaillé des différentes pathologies présentent sur
les ouvrages. Ensuite, on procède à un diagnostic afin de connaître l’origine des pathologies pour
préconiser d’une part le classement de l’état de l’ouvrage et d’autre part les travaux à réaliser.
Désordre
Anomalie de fonctionnement, d’aspect, de solidité, etc. d'un équipement ou d'un ouvrage, du fait
d'un défaut de conception, du fait d'une erreur de mise en œuvre, ou du fait d'un composant
inadapté.

2. LES TYPES DE PATHOLOGIES:


Les pathologies peuvent être classées en plusieurs familles :
 les dégradations superficielles;
 les déformations;
 les fissurations;
 les dégradations d’ordre structurel.
Cependant, il est nécessaire de distinguer les pathologies existantes à l’origine, tels que le bullage et
les nids de cailloux, et celles apparaissant dans le temps comme les fissures.

9
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3. PATHOLOGIE DES MATERIAUX


Dans ce chapitre, on s’intéressera aux principales pathologies apparaissant dans les matériaux
composants d’un bâtiment on va s’intéresser principalement au béton armé, acier ou fer et bois

3.1. Béton armé


On va s’intéressé aux pathologies du béton armé durci. Ces pathologies ont des causes et
conséquences variables. Elles sont décrites dans ce qui suit : dégradations mécaniques, chimiques,
est physiques.
Anomalies dans le
béton

Mécaniques Chimiques Physiques

R.A.G
Chocs Attaques sulfatiques -Cycle gel-dégel
Surcharges -Attaques des acides Déverglaçage
Explosion Carbonation Ressuage
Fluage Attaque par ions de Retrait
chlorure
Lixiviation

Schéma 1 : Anomalies du béton

3.1.1. Dégradations mécaniques


Ces désordres se manifestent fréquemment par l’apparition de fissures, éventuellement aggravées
par une déformation inacceptable de la structure. Lorsque des contraintes brusques, comme un
impact ou une explosion, provoquent une dislocation plus ou moins importante du béton, le lien
entre les dégâts et leur cause est généralement évident.
Avant de procéder à des réparations, on s’assurera toutefois que d’autres mécanismes de
dégradation actifs ne doivent pas être traités au cours des travaux.
Des désordres résultant d’une faible surcharge permanente ou d’un tassement des appuis sont en
effet plus lents à se manifester, notamment en raison du fluage du béton. Outre une inspection in
situ, une étude de stabilité sera nécessaire afin d’évaluer l’action d’une surcharge éventuelle. [1]

10
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3.1.2. Dégradations Chimiques

3.1.2.1. Réactions Alcalis-Granulats (RAG)


La réaction alcalis-granulats (RAG) est le résultat des réactions internes au béton, les alcalins
solubles dans la solution interstitielle (oxydes de sodium Na2O et oxyde de potassium K2O)
réagissent avec de la silice généralement présente dans les granulats.
Les ouvrages les plus exposées à l’humidité sont souvent victime de l’alcali-réaction. La formation
d’un gel gonflant provoque, à l’intérieur du béton, des déformations et de microfissures. Les
contraintes de ce gonflement engendrent un décollement entre la pâte et les granulats et donc de
microfissures, si elles dépassent la résistance en traction du béton, ce qui se traduit en surface par
des fissurations suivant la direction des armatures.

Les causes :
Pour qu’une réaction alcalis-granulats se produise, les conditions suivantes doivent être réunies :
1- présence de granulats potentiellement réactifs.
La réaction se produit seulement si la teneur en réactifs se situe à l’intérieur d’un domaine critique
dont les limites dépendent de la composition minéralogique des constituants.
2-humidification permanente ou régulière de la structure teneur élevée du béton en alcalis.
Dans un béton non armé, la RAG se manifeste par un faciès de fissuration plutôt aléatoire.
Dans un béton armé ou précontraint, les armatures empêchent la libre dilatation du béton dans le
sens des barres d’acier, de sorte que le tracé des fissures épouse celui des armatures sous-jacentes.
En l’absence d’examen complémentaire, le risque est grand d’attribuer la dégradation, à tort, à un
phénomène de corrosion. Dans certains cas, le béton prend une teinte ocre et l’on constate la
disparition de lichens et de mousses présents au préalable le long des fissures. [2]

Figure 1: réactions alcalis-granulats

11
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3.1.2.2. Attaques Sulfatiques :


Les sulfates en provenance de l’environnement (terres, milieu aqueux) peuvent réagir avec le béton
pour former de l’ettringite (sel de Candlot). Cette cristallisation s’accompagne d’une expansion très
importante et peut se produire aussi bien durant la phase plastique du durcissement
(Ettringite primaire) qu’après le durcissement (ettringite secondaire).
Seule l’ettringite secondaire est préjudiciable au béton, les contraintes internes causées par
l’expansion entraînant la fissuration et la ruine de la structure. Toutefois, même en l’absence de
source extérieure de sulfates, un échauffement excessif du béton en cours de durcissement peut
également donner lieu à la formation d’ettringite, notamment lors d’un traitement thermique
(destiné à accélérer le développement de la résistance du béton) ou lors du dégagement de la chaleur
d’hydratation dans le béton de masse. C’est la raison pour laquelle la température maximale est
généralement limitée à quelque 65 °C durant la phase de durcissement.
En décalcifiant les composés primaires de la prise présents dans le ciment durci, les sulfates peuvent
aussi altérer la résistance mécanique du béton et donc affecter la stabilité de l’ouvrage. [3]

Figure 2 : attaques sulfatiques

3.1.2.3. Attaques Acides :


Le béton présente un caractère basique élevé induit par les composés hydratés de la pâte de ciment
(la phase interstitielle contenue dans le béton a un pH très élevé).
Il peut donc présenter une certaine réactivité vis-à-vis des solutions acides telles que les pluies
acides, les eaux naturelles chargées en dioxyde de carbone, les eaux résiduaires, les eaux des
industries agroalimentaires ou industrielles contenant des acides organiques, les eaux chargées en
acides minéraux, mais aussi les eaux pures. [4]

Figure 3: Attaques acides

12
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3.1.2.4. Lixiviation :
Dans une structure en béton exposée à l’air ambiant, l’eau ne s’évapore que sur une épaisseur
limitée à quelques centimètres.
Les pores sont saturés lorsque le béton est en contact de manière prolongée avec l’eau. Des ions en
provenance du milieu extérieur peuvent alors transiter, dans la phase liquide interstitielle du béton.
En fonction de la nature des éléments chimiques qui pénètrent dans le matériau, il peut en résulter
des réactions chimiques de dissolution/précipitation et donc une lixiviation progressive des
hydrates. Les eaux pures ou très peu chargées ont un grand pouvoir de dissolution, elles peuvent
dissoudre les constituants calciques du béton (la portlandite notamment).
Remède :
Malgré la complexité des réactions chimiques générées par les eaux agressives, l’application de
quelques principes de prévention élémentaires respectés au niveau de la formulation du béton
(formulation adaptée, dosage en ciment adéquat, faible E/C, béton compact et peu perméable), de la
conception de l’ouvrage et lors de sa réalisation (vibration, cure) permettent d’obtenir des bétons
résistants durablement dans les milieux agressifs. [5]

3.1.2.5. La carbonatation :
Ce phénomène correspond à une réaction chimique induite par la pénétration du dioxyde de carbone
CO2 de l’air dans le béton. La réaction chimique établit comprend comme réactifs le CO2 présent
dans l'atmosphère en faible proportion, qui se dissout dans l'eau et forme l'acide H2CO3. L’acide
réagit avec la portlandite (hydroxydes de Calcium) pour former des carbonates de calcium et de
l’eau, selon la formule suivante :
CO2+ Ca(OH) 2 CaCO3+ H2O
La portlandite est essentielle pour maintenir un PH élevé, ce qui protège les armatures du béton
armé et empêche la formation de micro-organismes. Et lorsqu’elle n’est plus suffisamment
accessible pour réguler le PH, le milieu s’acidifie, permettant ainsi la corrosion des armatures.

Figure 4 : phénomène de la carbonatation

Les causes de la carbonatation :


Le CO2 présent dans l’atmosphère peut être à l’origine d’une carbonatation des matrices
cimentaires. Il se diffuse alors sous forme gazeuse dans la porosité du béton ou du mortier et se

13
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

dissout en formant des acides au contact de la solution interstitielle contenue dans la pâte de ciment
(avec une prédominance de H2CO3, HCO3- ou CO3) [6]

3.1.2.6. Attaque des ions de chlorures :


Les ions chlorures peuvent provenir des constituants du béton: sable, ciment, eau de gâchage.
Cependant, l’origine des chlorures est le plus souvent extérieure: l’eau de mer, des sels de
déverglaçage. Dans ce cas-là, les ions chlorures pénètrent dans le béton par diffusion ou par
absorption capillaire.
De très faibles concentrations en chlorures forment le composé FeO2H sur la couche passive, puis
les ions instables de FeCl3- consomment les ions hydroxyles présents ce qui conduit à une
diminution du PH.
La circulation des électrons libérés par la réaction d'oxydation vers les sites cathodiques engendre
des piles électrochimiques sur l'armature conduisant à la décomposition de l’acier dans les zones
anodiques. Donc au niveau du béton rien n’est visible, et on ne voit au bout d’un certain temps que
les conséquences : corrosion des armatures. [7]

3.1.3. Dégradations Physiques


3.1.3.1. Cycles de gel-dégel :
En l’absence de mesures appropriées, le bétonnage en période hivernale peut donner lieu à des
dégâts de gel. La formation de glace conduit en effet à la dilatation de l’eau présente dans le béton
frais.
Dans un béton encore plastique, ce gonflement s’opère librement; une fois durci, le béton ne
présentera aucun dégât apparent, mais sera de mauvaise qualité. Dans un béton jeune déjà durci, le
gonflement est entravé et des tensions internes apparaissent. Si le matériau n’a pas développé de
résistance suffisante, les dégâts se manifesteront par un écaillage de la surface (le plus souvent en
plusieurs couches). On considère généralement que le béton est apte à résister à ces tensions
internes dès que sa résistance en compression dépasse 5 N/mm². Cette résistance devrait être
atteinte si l’on maintient une température ambiante supérieure à 5 °C pendant les 72 premières
heures qui suivent la mise en œuvre.
Un béton durci peut, lui aussi, être endommagé par le gel : en se dilatant sous l’action du gel, l’eau
présente dans les pores et les fissures crée des tensions susceptibles de provoquer ou d’aggraver des
fissures. La sensibilité au gel du béton durci dépend dans une large mesure de sa structure poreuse
et des dimensions des fissures. Le risque de dégâts de gel est plus important sur des dalles ou des
plans horizontaux que sur des surfaces verticales, les pores étant davantage saturés en eau. [8]

3.1.3.2. Sels de déverglaçage :


Les sels de déverglaçage employés pour faire fondre la glace induisent une réaction endothermique,
c.-à-d. une réaction au cours de laquelle le milieu environnant cède une partie de sa chaleur. En
l’occurrence, la chaleur est prélevée dans la couche superficielle du béton qui, en raison de la chute
brutale de température, subit un choc thermique et s’expose ainsi à un risque d’écaillage. Le risque
de dégradation par le gel est encore accru lorsque des précipitations neigeuses prolongées alternent
avec des épandages de sels répétés et que la couche superficielle du béton peut se trouver saturée en

14
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

eau. La nature des sels de déneigement peut également avoir une incidence sur le processus de
dégradation observé
Par ailleurs, les ions chlore des sels de déverglaçage peuvent engendrer un risque de corrosion pour
les armatures... [9]

3.1.3.3. Ressuage :
Le ressuage est un phénomène de remontée d’une partie de l’eau de gâchage à la surface du béton
frais. Cette remontée peut provoquer la formation de veines sableuses au niveau du parement,
comme on peut le voir sur les photos ci-dessous.

Figure 5 : ressuage du béton sur voile.


Les causes principales du ressuage :
 Teneur en eau élevée dans le béton.
 Faible teneur en fine.
 Choix d’un ciment lent et peu fin.
 Granulométrie trop discontinue.
 Un manque de rigidité du coffrage facilite la remontée de l’eau.
 Une hauteur de chute excessive lors du coulage du béton.
Une vibration excessive produit un ressuage, Parce qu’elle peut provoquer la formation d’un réseau
de canaux facilitant la remontée de l’eau à la surface, aussi la mise en vibration des armatures crée
des zones très fluides autour de celles-ci. Ces zones constituent des chemins de remontée
privilégiés.

Remède :
La limitation des effets liés au ressuage peut être obtenue en optimisant la formulation des bétons,
en terme de dosage en ciment, de dosage en éléments fins et dimension maximal des granulats, ainsi
qu’en maîtrisant la quantité d’eau de gâchage.

15
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3.1.3.4. Retrait :
Contraction d'un matériau provoquée par l'élimination de l'eau de gâchage excédentaire (bétons,
enduits).Les tensions internes provoquées par les retraits ont pour effet soit de réduire les
dimensions extérieures des matériaux, soit de les déformer, soit de provoquer leur rupture:
Faïençage des enduits, microfissuration du béton.
Le retrait des bétons et mortiers de ciment commence par un retrait plastique (légère contraction par
évaporation, dès la mise en place); puis intervient le retrait hydraulique, élimination d'eau de
gâchage excédentaire, qui se poursuit de façon décroissante pendant longtemps.
De façon générale, un béton ou un mortier a d'autant plus de retrait que sa concentration en ciment
est importante.
Le retrait correspond à des variations dimensionnelles mettant en jeu des phénomènes physiques
avant, pendant ou après la prise des bétons. Lorsqu’elles ne sont pas maitrisées par le ferraillage ou
la présence de joints, ces variations dimensionnelles donnent lieu à l’apparition de fissurations
précoces, d’ouverture conséquente. Les fissurations liées au retrait doivent être différencies des
phénomènes de fissuration fonctionnelle des ouvrages, ces derniers étant généralement maitrisés par
les règles de calcul, et restent compatibles avec la bonne tenue des ouvrages dans le temps,
notamment en raison des faibles ouvertures des fissures.

3.1.3.4.1. Types de retrait :


Quatre types de retrait peuvent être à l’origine de l’apparition de fissures sur la surface des
parements : retrait plastique, retrait de dessiccation, le retrait thermique et le retrait d’auto
dessiccation.
a- Le retrait de plastiquées :
En relation avec des déformations par tassement général du béton frais, déformations qui peuvent
être gênées et créer une fissuration de surface au droit d’obstacles tels que des armatures. Ce retrait
est limité à la période précédant la prise du béton, lorsque ce dernier reste suffisamment déformable
pour subir des tassements.
b - Le retrait de dessiccation :
Est lié au séchage qui se manifeste avant, pendant et après la prise du béton. Dans des conditions
courantes, il est de l’ordre de 1 mm/m. La fissuration qui en résulte est due à la dépression capillaire
qui se produit lorsque des ménisques d’eau se forment dans les pores capillaires du béton frais. Ce
retrait, qui est donc consécutif à l’évaporation de l’eau, peut se manifester quelques minutes après
la mise en Ouvre du béton, et se poursuivre quelques semaines après. Il est piloté par la cinétique de
dessiccation.
c -Le retrait thermique :
Est lie au retour à température ambiante des pièces en béton ayant au préalable subi une élévation
de température due aux réactions exothermiques déshydratation du ciment. Ce retour ˆa la
température ambiante est accompagné par une contraction qui génère des déformations empêchées
susceptibles de conduire à l’apparition de phénomènes de fissuration. Ce type de retrait, qui ne
concerne que des pièces d’épaisseur supérieur à 60 à 80 cm, se manifeste de quelques dizaines
d’heures après la mise en œuvre, Jusqu’à quelques semaines, sa durée étant dépendante de la nature

16
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

des éléments en béton considérés (plus une pièce est massive, et plus la contraction thermique sera
lente).

3.1.3.4.2. Conséquences :
Dans tous les cas, la conséquence essentielle du retrait est l’apparition de phénomènes de fissuration
pouvant diminuer la durabilité des structures en béton armé ou limiter leur capacité portante.

3.1.3.4.3. Remède :
Lorsqu’une fissuration de retrait est arrivée sur un ouvrage, il est essentiel de vérifier que le
phénomène est stabilisé, sous peine de réaliser des réparations peu durables.

La réparation des désordres liés au retrait, lorsqu’elle est possible, correspond à un colmatage des
fissures à l’aide de produits spécifiques dont certains peuvent présenter une élasticité permettant de
reprendre, dans une certaine mesure, les déformations liées à la poursuite du phénomène s’il n’est
pas complètement stabilisé.

3.1.4. Dégradation physico-chimique :


3.1.4.1. La corrosion :
3.1.4.1.1. Aspect physico-chimique de la corrosion :
Avant d'être placée dans le coffrage, une armature en acier est rouillée, parce qu'elle a d'abord été
exposée à l'atmosphère. Lorsque le béton frais est mis en place autour de cet acier, l'eau de gâchage
pénètre à travers les pores de la rouille et réagit avec l'acier et forme sur celui-ci une couche fine
d'hydroxydes de fer Fe(OH) 2 et de calcium Ca(OH) 2.
Tous ces produits au voisinage de l'acier donnent à la solution interstitielle du béton un ph élevé, de
l'ordre de 13 qui permet d’assurer la protection de l’acier par passivation. Une telle protection
disparaît si la teneur en chlorure dépasse un certain seuil ou si la profondeur de carbonatation
dépasse l’enrobage.
3.1.4.1.2. Les causes de la corrosion :
On distingue principalement deux facteurs favorisant l'apparition de la corrosion dans le béton
armé.
 Tout d'abord, il y a la carbonatation du béton, lorsque le pH du béton descend en dessous de
9 les armatures ne sont plus passivées. Ce phénomène est occasionné par la réaction entre
les hydrates de la pâte de ciment et le CO2 atmosphérique.
 L'autre facteur étant les chlorures, la dépassivation s'opère lorsque la teneur en chlorures au
niveau des armatures dépasse un certain seuil. Il est admis que ce seuil correspond à une
teneur de 0,4% par rapport à la masse du ciment. [11]

17
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 6 : phases de dégradation du béton armé :

Dans ce qui suit nous allons voir d’autres types de pathologies que nous avons classées en deux
grandes catégories à savoir Les pathologies à risque élevé et à risque moyen :

3.1.5. Les pathologies à risque élevé


3.1.5.1. Fissure :
La fissure est une fente visible affectant la surface d'une maçonnerie, d'un dallage, d'une poutre, etc.
Par convention, la fissure a entre 0.2 et 2mm de largeur; au-dessous il s'agit d'un faïençage ou d'un
simple fil; au-dessus, la fissure est une lézarde.
Dans leur majorité, les fissures n'ont qu'un inconvénient esthétique: fissure de retrait, ou de
mouvement différentiel à la jonction de deux matériaux.
Les fissures sont graves si elles portent atteinte à l'imperméabilité des parois (fissures
Pénétrantes laissant passer l'eau de pluie à travers un mur exposé); plus graves encore sont les
fissures traduisant un affaissement des fondations, ou des mouvements du sol.il est important avant

18
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

tout de souligner qu'il est impossible aujourd'hui d'éviter la fissuration du béton armé, que ce soit
lors de la mise en œuvre, due par exemple au retrait de dessiccation ou sur le béton durci, dû au
vieillissement du matériau.
3.1.5.1.1. Les causes de la fissuration
Les causes de la fissuration sont multiples, mais peuvent être répertoriées en quatre catégories :
 Les causes dues aux propriétés des matériaux, avec par exemple le retrait suite à
l'évaporation de l'eau de gâchage, le gonflement engendré par la réaction exothermique du
liant ou encore à la résistance mécanique de la cohésion du liant.
 Les causes directes externes, avec notamment les déformations excessives sous l'action des
charges ou encore des déformations sous l'action des variations de température ou sous
l'action de l'humidité.
 Les causes externes indirectes, à savoir les répercussions sur certaines structures d'actions
provenant d'autres éléments tels que les tassements différentiels des fondations.
 Les causes dues à un phénomène de corrosion des armatures, les armatures corrodées ayant
un volume plus important que les aciers en bon état, l'état de contrainte du béton au droit
d'une armature corrodée est plus important et la fissuration s'enclenche.
Parmi les différents types de fissures, on distingue principalement trois catégories :
 Le faïençage, c'est un réseau caractéristique de microfissures qui affecte principalement la
couche superficielle du béton.
 Les microfissures, ce sont des fissures très fines dont la largeur est inférieure à 0,2 mm.
 Les fissures, ce sont des ouvertures linéaires au tracé plus ou moins régulier dont la largeur
est d'au moins 0,2 mm.
Il est important lors du processus de réhabilitation d'un ouvrage, de s'intéresser à l'évolution de la
largeur d'une fissure. Il est possible de classer les fissures en deux catégories selon leur évolution :
Les fissures passives ou mortes, pour les fissures dont les ouvertures ne varient plus dans le
temps, quelles que soient les conditions de température, d'hygrométrie ou de sollicitation de
l'ouvrage. Cependant, elles sont rares, car les matériaux alentour à la fissure varient selon la
température, c'est le phénomène de dilatation thermique.
Les fissures stabilisées, lorsque leur ouverture varie dans le temps en fonction de la
température. [12]

Figure 7 : fissure sur mur intérieur en maçonnerie


19
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3.1.5.2. Lézardes
Les lézardes dans les briques et dans les joints de mortier sont causées par le tassement du sol sous
une construction. Le sol peut être un “terrain rempli” où les vides ont été obturés sans qu’on laisse
le remblayage se fouler convenablement. La glaise sous la fondation a pu sécher et rétrécir ou, peut-
être, s’est déplacée sous l’effet d’une inondation. Le drainage ou l’imperméabilisation font peut-être
défaut, ou la fondation a été érigée au-dessus de la ligne de gel.
Le sol sous les maisons construites sur une colline se déplace quelquefois vers le bas de la pente. Le
pourrissement et le séchage du bois peuvent occasionner des déplacements de terrain et les racines
de gros arbres déplacer ou éventrer une fondation. Peu importe la cause, les lézardes causées par
affaissement et qui ne sont réparées à temps se détériorent rapidement.
Des lézardes continues sur les murs extérieurs indiquent des problèmes d’affaissement : elles sont
plus apparentes là où une rallonge a été construite. Elles se forment également dans le haut des
portes, aux seuils et aux cadres des fenêtres. Déterminez d’abord si le déplacement et la progression
des lézardes sont terminés. Le déplacement dans une maison neuve peut ne jamais plus se
reproduire, une fois la maison placée.
Vérifiez la lézarde d’un mur extérieur ; pour savoir si le déplacement est terminé en suivant les
deux méthodes que voici : faites un pont sur la lézarde avec un morceau de verre. Collez le verre à
l’époxy de chaque côté de la lézarde. Le moindre changement dans le mur ou la fondation brisera le
verre. [13]

Figure 8 : lézarde sur murs extérieurs

3.1.5.3. Epaufrure :
Défaut de surface dû à un choc ou à des intempéries sur le parement ou l’arête d’un élément de
béton durci ou d’un bloc de pierre, dans une construction. [15]

Remède :
 Préparation des surfaces par sablage, meulage : projection d'eau sous pression.
 Remplissage par mortier ou béton (ragréage).

20
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 10 : Epaufrure du béton

3.1.6. Pathologies à risque moyen

3.1.6.1. Faïençage :
Le phénomène de faïençage se manifeste à la surface du béton et affecte son apparence. Il est
reconnaissable à la formation sur la dalle de fissures très minces, dont la dimension moyenne varie
de 10 mm à 40 mm Ces fissures se présentent en réseaux plus ou moins hexagonaux. Elles se
développent rapidement, pouvant atteindre une profondeur de 3 mm, et apparaissent dans les jours
suivant la finition du béton. Souvent, le faïençage est seulement visible lorsque la surface est
mouillée et commence à sécher. Problème d’ordre esthétique, le faïençage affecte rarement la
durabilité de la surface ou la résistance de la dalle de béton. [14]

Figure 9 : Faïençage

3.1.6.2. Lichen :
Lichen est un champignon qui grandit avec les algues et se propage sur la roche, des arbres, béton et
autres surfaces solides pour créer une substance de la croûte comme. Lichen est plus fréquent dans
les climats humides et à proximité des plans d’eau, comme les lacs, les rivières, les ruisseaux ou des
étangs. Nettoyage lichen hors du béton peut être un défi, mais il est possible de supprimer certains
articles de la quincaillerie jumelé avec un nettoyage agressif. [16]

21
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 11 : moisissure sur façade

3.2. Acier ou fer


3.2.1. La corrosion :
Le fer et l’acier sont parmi les éléments fondamentaux dans une construction généralement utilisé
dans la menuiserie ferronnière que ce soit des portes des fenêtres des grilles de protections ils sont
indispensable vue leur résistance mécanique.

La dégradation qui peut affecter ce matériau est la corrosion (causé par la dégradation de la peinture
qui le protège).
3.2.1.1. Les mécanismes de corrosion en milieu aéré :
La corrosion du fer est due à des réactions d’oxydoréduction. On peut considérer deux réactions
électrochimiques. La première est appelée réaction anodique et traduit les processus de dégradation
du métal qui perd des électrons en se corrodant :
Fe Fe2+ + 2e-
La seconde, la réaction cathodique, traduit la réduction d’une espèce qui «capte» les électrons du
métal. Dans un milieu aéré qui est celui des monuments historiques, celle-ci met en jeu
principalement l’eau et l’oxygène gazeux dissous dans cette eau:
H2O + ½O2 + 2e-  2OH-
L’eau est un solvant qui contient de nombreuses espèces ioniques dissoutes. Les charges se
déplacent par diffusion sous l’effet de gradients (concentrations des espèces, températures,
potentiel, pH…)

22
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 12: corrosion d’une porte métallique.


3.2.1.2. Remède :
Pour remédier à ce phénomène il faut suivre les instructions suivant selon le degré de la
dégradation :
En cas de corrosion de faible évolution :
 Préparer et nettoyage de la surface à traiter par élimination de la corrosion et de tout ce qui
couvre le métal.
 Appliquer une peinture antirouille qui permet d’isoler le fer de l’air et l’humidité.
En cas de corrosion à grave dégradation :
 On peut soit remplacer seulement la partie détruite par la corrosion en utilisant le soudage :
 Eliminer la partie détruite par la corrosion et nettoyer la surface.
 Remplacer la partie éliminée par une autre neuve par soudage.
 Nettoyer toute la pièce puis appliquer une peinture antirouille sur l’ensemble.
 On peut remplacer tout la pièce si sa réparation semble impossible.

3.3. Bois :
Deux principaux agents biologiques sont à l'origine des dégradations observées sur les bois en
œuvre mal préservés :
Il s'agit de champignons et d'insectes xylophages,
 En ce qui concerne les insectes, la présence en surface du bois de trous d'envol et de sciure
dans les galeries est un témoignage flagrant de leur présence récente. Encore faut-il ne pas
oublier l'attaque plus sournoise des termites qui tentent de circuler dans le bois sans
manifester leur présence à l'extérieur.
 La présence des champignons est quant à elle le plus souvent mise en évidence visuellement
par une dégradation de l'aspect du revêtement du bois (coloration plus brune du bois,
fissuration des feuilles de peinture...).

23
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 13 : bois dégradé par les insectes

Remède :
Pour remédier à ce problème :
 Il faut éviter le risque de développement de champignons ce qui consiste avant tout à
supprimer tout risque d'exposition prolongée à l’eau, si l'on ne peut se prémunir de l'arrivée
des insectes « volants », un traitement en surface du bois permet de tuer leurs larves dès
qu'elles commencent à se nourrir et ainsi de protéger le bois.
 Protéger le bois par des produits (peinture imperméable) qui permettent de l’isoler et de le
protégé contre les insectes et les intempéries telle la pluie qui favorise l’apparition des
champignons.
 Utiliser l’étanchéité en cas de toiture en bois.

24
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

CHAPITRE 2: PATHOLOGIE STRUCTURALE (GROS ŒUVRE)

1. PATHOLOGIE LIEE AU SOL


1.1. Fondations :
En général, les désordres dus à des problèmes de fondation entraînent des frais importants. Ils sont
très variés et d’origines diverses. Leurs effets peuvent aller de la fissuration de la structure du
bâtiment jusqu’à son effondrement.

1.1.1. Mouvement du sol/Tassement


1.1.1.1. Définition :
Un tassement est une déformation verticale qui se produit lorsqu'on sollicite un sol par des
surcharges. Cette déformation dépend de plusieurs paramètres, dont on peut citer :
 Les charges appliquées.
 La nature du sol.
 Les dimensions et la forme des fondations.
 Le temps.
 La nature des fondations et de la structure.
Si ces déformations sont uniformes, on ne devait pas avoir de désordre au niveau de la structure.
Mais, ce sont les tassements différentiels qui causent les désordres.
1.1.1.2. Origines et causes du tassement du sol :
Parmi les causes donnant naissance à des tassements différentiels, on peut citer :
 Hétérogénéité naturelle du sol.
 Approche des calculs de tassement qui donnent une valeur approchée de la valeur réelle.
 Fondations hétérogènes faites sans précautions spéciales (tassements différentiels amenant
des basculements d'ouvrages ou des ruptures partiels). [17]

Figure 14: Remblais instables (insuffisamment tassé)

25
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

1.1.1.3. Les remèdes :


Pour remédier à ce problème, il faut :
 Réaliser une étude géotechnique spécifique à l'ouvrage la plus complète possible, une fois
l'étude est faite, le bureau d'étude se concerte avec le géotechnicien pour donner un avis sur le
mode de fondations adaptées tout en respectant les recommandations données.
 En cas de sol affaissable, on peut prendre les dispositions constructives suivantes :
 Étancher les alentours de la construction pour éviter les infiltrations localisées d'eau.
 Eviter de faire circuler les canalisations sous la construction.
 Adopter un faible taux de travail pour le sol de fondation.
 Adopter une structure souple dans l'ensemble et rigide par blocs avec des joints traversant les
fondations.
 Traiter le terrain par recompactage pour qu'il soit moins affaissable. [18]

1.1.2. Mouvement du sol/gonflement et retrait du sol :


Quand on parle de sol argileux, c'est en général un sol qui contient plus de 50 % des fines inférieurs
à 80µm, mais la proportion des argiles au sens géotechnique est le pourcentage des inférieurs à
2pm. Ce pourcentage ainsi que la nature des minéraux (activité) sont déterminants pour le
gonflement.
Le gonflement évolue dans le temps et peut durer plusieurs années, mais il n'y a de désordre que s'il
y a gonflement différentiel excessif entre appuis.
1.1.2.1. Causes et origines :
Le gonflement est dû toujours à une variation de la teneur en eau du sol, et en particulier à une
absorption d'eau plus ou moins importante selon la nature de l'argile. C'est cette variation de la
teneur en eau, qui cause les gonflements différentiels.
1.1.2.2. Conséquences :
Lorsque le seuil du mouvement différentiel est dépassé, on assiste à des fissures caractéristiques en
V. Les désordres induits sont en général de plusieurs types selon chaque cas particulier, en fonction
de la structure et des fondations.
1.1.2.3. Remèdes :
En cas de sol gonflant, il faut prendre les dispositions suivantes :
 Etancher les alentours de la construction.
 Adopter des couches tampons de sol stable.
 Eviter de faire circuler les canalisations sous la construction.
 Adopter une structure souple dans son ensemble et rigide par blocs avec des joints qui ne
dépassant pas 15 m.
 Éviter les variations localisées d’humidité :

26
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 15 : drainage des eaux de ruissellement


 Éloigner les eaux de ruissellement des bâtiments (caniveau) et privilégier le rejet des eaux
pluviales et usées dans le réseau lorsque c’est possible (sinon prévoir une distance minimale
de 15 m entre les points de rejet et les bâtiments).
 Éviter les drains à moins de 2 m d’un bâtiment :
Le drain est constitué par des sols ayant une granulométrie ascendante du haut (sable) vers
le bas (cailloux).
 Éloigner les plantations d’arbres :
Ne pas planter d’arbre à une distance de la maison inférieure à au moins la hauteur de
l’arbre adulte (ou 1,5 fois cette hauteur en cas de haie).
À défaut, mettre en place des écrans anti-racine d’une profondeur minimale de 2 m.
 Attendre le retour à l’équilibre hydrique avant de construire sur un terrain récemment
défriché. [19]

Figure 16 : les instructions à respecter pour construire à la proximité des arbres

27
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

1.1.3. Portance des sols :


Les désordres dus à la portance du sol sont très rares au Maroc, grâce à la nature consistante des
sols.
Pour les ouvrages où la descente de charge est importante, il y'a en général une étude géotechnique,
ce qui nous permet de ne pas aller a des charges excessives.
Une portance insuffisante du sol peut causer l’effondrement de la structure.
1.1.3.1. Remèdes :
En cas de sol mou, il faut traiter le terrain par :
 Colonnes en gros béton dans le but d'apporter une résistance mécanique supplémentaire au
sol de fondation
 Prechargement avec éventuellement des drains pour accélérer les tassements.

1.1.4. Humidité :
Les infiltrations se manifestent sous diverses formes, depuis de simples traces d'humidité
ponctuelles sur la face intérieure des murs périphériques ou à la jonction entre murs périphériques et
dallage, jusqu'à l'inondation totale du sous-sol.
Ce type de désordre concerne essentiellement les sous-sols réalisés en maçonnerie de petits
éléments, et principalement les maisons individuelles. Mais des sous-sols réalisés en béton banché
sont aussi susceptibles d'être concernés. [18]
1.1.4.1. Cause :
 Absence d’étanchéité sur murs extérieurs
 Mauvais choix ou mise en œuvre des enduits extérieure
 Absence de l’arase étanche sous les chainages ce qui favorise les remontées capillaires.
1.1.4.2. Les bonnes pratiques :
 Réaliser impérativement une étude de sol préalable approfondie pour prévenir de toute
accumulation d'eau contre les sous-sols.
 Déterminer s'il faut un drainage périphérique, un revêtement imperméable ou étanche.
 Éviter d'aménager ultérieurement en lieu de vie ou d'habitation un local en sous-sol non
conçu initialement pour cet usage.
 Mise en place d’un système de drainage d’eau constitué par un sol drainant qui permet le
drainage des eaux vers une canalisation et éviter l’infiltration des eux suite à leurs
stagnation. (19)
 Prévoir l’arase étanche sous les chainages pour stopper les remontées capillaires.

28
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 17 : solution du drainage pour éviter l’humidité.


1.2. Dallage
1.2.1. Soulèvements
Il arrive que des panneaux entiers de dallages en béton armé ou non, coulés dans des conditions en
apparence satisfaisantes, se fissurent puis se soulèvent peu de temps après leur réalisation. En
s'étendant à l'ensemble du dallage, le phénomène prend ensuite des proportions inquiétantes avec
des lézardes atteignant plusieurs centimètres d'ouverture.
Plusieurs sinistres graves ont été recensés avant que ne soit établie l'origine chimique de l'expansion
de la forme.
1.2.1.1. Cause :
Le soulèvement du dallage correspond à des réactions chimiques expansives au sein de la couche de
forme réalisée par apport de matériaux ou traitement du sol en place. Il peut être également dû à des
gonflements des argiles ou des schistes cartons.
1.2.1.2. Remède :
Les réparations sont lourdes et onéreuses, car il n'existe qu'une solution confortative : refaire le
dallage, après enlèvement de la couche gonflante et substitution par des matériaux inertes.
Et pour éviter que ce phénomène il faut mettre en place un vide sanitaire Il s’agit tout simplement
de la surélévation du plancher du rez-de-chaussée du bâtiment, par opposition à la maison sur terre-
plein. De plus en plus utilisé pour les constructions neuves, le vide sanitaire laisse un volume d’air
entre le sol et la construction ce qui permet d’éviter le soulèvement du dallage. [20]

29
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 18 : maison avec vide sanitaire.

2. PATHOLOGIE DE LA SUPERSTRUCTURE :

2.1.Défauts mécaniques d’ordre structurel :


On rencontre deux types principaux de fissurations d’origine mécanique :

Les fissures verticales sont liées à un ferraillage insuffisant dans les zones les plus sollicitées :
-En partie inférieure à mi- portée,
-En partie supérieure (« chapeaux ») aux appuis.
Les fissures à 45° (fissures d’effort tranchant) sont causées par un nombre insuffisant de cadres aux
extrémités.
Cause :
L’origine de ces désordres peut être liée à une erreur de dimensionnement, à un défaut d’exécution
(erreur dans le ferraillage, décoffrage prématuré) ou à une utilisation anormale (surcharge
d’exploitation). [21]

30
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Remarque : même en cas d’absence de la rupture, les fissures formées peuvent favoriser d’autres
pathologies dans la structure telle la corrosion des armatures.

Remède :
Il faut poursuivre l’évolution des fissures ;
 En cas de fissure stable il suffit de réaliser un colmatage de la fente.
 En cas de fissure en évolution il faut démolir l’élément de structure et renforcer les
armatures puis reconstituer le béton.
3. PATHOLOGIE LIE A L’ETANCHEITE

3.1. Points faibles de la protection lourde en toitures-terrasses accessibles


Sur les toitures-terrasses accessibles, la protection lourde assume à la fois la viabilité et la protection
du revêtement d'étanchéité contre les agressions climatiques et mécaniques.
Qu'il s'agisse d'une protection lourde par dalle béton ou dalles sur plots, il existe des risques
d'infiltration d'eau.
La conception, la réalisation et/ou l'entretien peuvent être à l'origine de ce problème.
Des infiltrations se produisent lorsque les ouvrages censés protéger le revêtement d'étanchéité le
blessent. Ces blessures affectent la partie courante ou les relevés.
Dans le cas d'une protection par dallage en béton armé :
Sous l'effet des variations hygrothermiques, la masse que constitue le dallage en mortier ou en
béton se dilate ou se rétracte. La répercussion de ces mouvements s'avère néfaste pour le revêtement
d'étanchéité car il résiste mal aux mouvements alternés.
Résultat : il se décolle, se plisse ou se déchire.
Les deux principales causes sont : une surface de dalle trop importante (surface délimitée par les
joints de fractionnement supérieure à 10 m2) ; la solidarisation du dallage armé avec le revêtement
(non-interposition d'un matériau de désolidarisation lors de la mise en œuvre).
Dans le cas des dalles sur plots :
Les dalles ou les plots peuvent avoir une action mécanique directe sur le revêtement ou les relevés
en les blessant en surface : lorsqu'elles sont positionnées trop près d'un relevé mal protégé, les arêtes
des dalles entaillent le revêtement ; lorsqu'ils sont posés sur une surface mal nettoyée ou non

31
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

débarrassée des résidus de chantier, les plots peuvent recouvrir des corps coupants (clous,
graviers…) qui, sous le poids des dalles et les sollicitations de fonctionnement, perforent
progressivement le revêtement ; lorsque des équipements lourds (mobiliers, jardinières) sont
installés ultérieurement sur les dalles, sans que le revêtement d'étanchéité (et/ou l'isolant support)
soit renforcé, les plots poinçonnent le revêtement qui se déchire.
L'absence ou l'insuffisance d'entretien de la terrasse, en favorisant l'accumulation de végétation ou
de feuilles mortes, provoque l'encrassement des vides des joints entre dalles et par suite le
débordement en empêchant l'évacuation normale de l'eau sous les dalles.

Les bonnes pratiques


En ce qui concerne la protection par dallage en béton :
 Respecter le NF DTU 43.1 qui fixe les règles minimales de dimensionnement des dalles
utilisées en protection lourde, et préconise notamment :
 Le fractionnement en bordure des reliefs et émergences (joints de 0,02 m) ; Le
fractionnement tous les 4 m maximum ou par surfaces maximales de 10 m 2 (joints de 0,01 à
0,02 m) (voir croquis);
 La désolidarisation entre le revêtement et la protection par un lit de granulats (ou un film
dans le cas de surfaces inférieures à 30 m2) sur non-tissé.

Figure 19 : protection en béton.


En ce qui concerne les dalles sur plots :
 Respecter les prescriptions du NF DTU 43.1 qui détermine les hauteurs minimales des
relevés (toujours supérieures à 0,10 m) suivant la position relative des dalles, la nature de la
protection des relevés et la dimension recommandée pour les joints (0,002 à 0,005 m entre
dalles et 0,003 à 0,010 m entre dalles et émergences).dalles et émergences).
 Avant la pose des plots et des dalles, veiller à avoir une surface de revêtement propre et
exempte de tout corps susceptible de blesser la surface. Il faut poser, si possible, les dalles
avant le passage des autres corps d'état sur la terrasse étanchée. [22]

32
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 20: protection en dalle sur plots.

33
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

CHAPITRE 3: PATHOLOGIES DES FINITIONS

1. REVETEMENT :
1.1. Désordres des enduits monocouches :
Les maçonneries extérieures sont très souvent recouvertes d'un enduit monocouche à base de liants
hydrauliques. Ces enduits, qui relèvent du DTU 26.1, sont exécutés avec des mortiers prêts à
l'emploi. Ils sont appliqués généralement en une ou deux passes « frais sur frais » avec le même
mortier.
Leur fonction première est l'imperméabilisation ; ils ont accessoirement vocation à parer les parois.
La plupart des dommages rencontrés sont liés à l'aspect et n'ont pas d'incidence sur la qualité et la
durabilité de l'enduit. D'autres, par contre, affectent l'imperméabilité de la paroi.

1.1.1. Les désordres affectant l'aspect :


 Le nuançage désigne des variations de couleur ou d'aspect de l'enduit. Il résulte de
l'irrégularité de la préparation de l'enduit (dosage et malaxage) ou de l'application (reprises,
épaisseur, uniformité du talochage…).
 Les spectres peuvent être permanents ou visibles seulement lorsque l'enduit est mouillé. Ils
résultent du différentiel existant dans la prise ou la vitesse de prise de l'enduit entre les joints
des maçonneries et la surface courante. Ce phénomène, lié à la nature des joints (porosité,
largeur, arasement…), est réduit par l'application de l'enduit en deux passes et le respect des
épaisseurs.
 Le faïençage est particulièrement inesthétique : c'est une microfissuration en forme de résille
qui affecte la surface de l'enduit. Affecte la surface de l'enduit. Les finitions talochées et
talochées éponge sont particulièrement sensibles à ce désordre. Sauf composition particulière
de quelques enduits monocouches sous Avis Techniques spécifiques à ces finitions, le DTU
et les certificats réservent ces aspects talochés aux petites surfaces (bandeaux, entourage de
baies…).
 Les mousses et salissures sont dues au développement de micro-organismes sur des zones
humides ou à des dépôts de salissures urbaines.
1.1.2. Les désordres affectant la durabilité
 La fissuration est due au comportement du support (angles de baies, au droit des planchers,
joints mal bourrés ou trop épais…) mais également au retrait de l'enduit lié aux conditions
d'application (excès d'eau, humidification insuffisante du support, temps sec, venté, chaud,
variations d'épaisseur…).
 Les pénétrations d'eau par porosité sont rares en l'absence de fissures. Elles sont dues à des
épaisseurs insuffisantes d'enduit.
 Le décollement est consécutif à une mauvaise préparation du support (support farineux ou
trop lisse, présence de poussières, humidification insuffisante, support gorgé d'eau, absence
de couche d'accrochage…).
 Le brûlage (ou grillage) est dû à une dessiccation prématurée de l'enduit par absorption d'eau
par le support ou du fait des conditions atmosphériques (temps chaud, vent sec).

34
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

 Le cisaillement du support se rencontre sur les supports à faibles caractéristiques mécaniques


(béton cellulaire). Il est dû à l'application d'un enduit inadapté à ce type de support.

1.1.3. Les bonnes pratiques


 Respecter les conditions de préparation du support et d'application du produit
 Choisir un produit adapté au support.
 Bien préparer le support.
 Utiliser une couche d'accrochage.
 Respecter les conditions d'application
 Respecter la quantité d'eau de gâchage.
 Respecter le temps de malaxage.
 Toujours gâcher le produit dans les mêmes conditions sur une même façade.
 Respecter les épaisseurs recommandées par le fabricant (minimum 10 mm).
 Incorporer des renforts d'armatures dans l'enduit à la jonction de deux matériaux support
différents.
 Privilégier l'application en deux passes.
 Protéger l'enduit par bâchage après application en cas de temps chaud, de vent sec ou de
pluie.
 Choisir l'enduit adapté au support.
 N'entreprendre les travaux que dans les conditions climatiques appropriées. [23]

1.2. Désordres des carrelages


1.2.1. Le fluage du plancher
Il est d’usage d’attribuer le soulèvement d’un carrelage collé sur un plancher en béton à son
fléchissement excessif. L’explication correspondante est séduisante. Le carrelage subit les effets de
cette compression. Il flambe et se soulève.
Cause :
La cause principale est une mise en compression du revêtement due :
 Au retrait du support si le carrelage est posé prématurément.
 Aux variations dimensionnelles thermo-hygrométriques.
 À l'absence de joints périphériques et de fractionnement (facteur le plus souvent aggravant).
 À la flexion des planchers.

35
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 21: soulèvement d’un carrelage collé

Figure 22: exemple de fléchissement et de soulèvement du support.

1.2.2. Descellement
Le descellement ou le décollement des carreaux a pour causes principales :
 Une mauvaise préparation du mortier de pose ou une mise en œuvre (simple ou double
encollage, simple ou double barbotinage) qui n’optimise pas l’adhérence, surtout si le
carrelage est eu poreux ou relativement lisse en sous-face ;
 Une préparation insuffisante du support (traces de plâtre ou présence de poussière, défaut de
planimétrie entrainant des surépaisseurs de colle…) ;
 Une mise en œuvre de la colle ne respectant pas les prescriptions du fabricant (temps
d’ouverture, simple ou double encollage…) ;
 Une décohésion du plan de collage sous les effets de l’humidité (remontées d’humidité dans
le cadre des chapes fluides anhydrites, sulfate de calcium) ;

1.2.3. La fissuration
La fissuration se développe linéairement dans diverses directions, notamment aux
emplacements les plus sensibles (angles rentrants ou saillants, passage de porte, charge concentrée,

36
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

devant les baies vitrées…). Elle traduit une déformation des couches constituant le support du
carrelage due à :
 La souplesse du plancher porteur (flexion excessive du plancher bois entre solives, flexion
anormale d'un plancher béton et traction au droit des appuis).
 Un fléchissement localisé du support dû à une charge concentrée sans renfort.
 Le tassement différentiel de l'isolant thermique ou phonique (présence de points durs,
inadaptation ou défaut de mise en œuvre du matériau isolant).
 Le franchissement d'un joint de gros œuvre sans précaution (non-prise en compte des joints
de construction, de dilatation, de rupture ou des changements de matériaux).
 L'absence de joint de fractionnement ou de joints périphériques.
 Le retrait de la chape ou du mortier de pose (pose prématurée sur un support récent, dosage
en ciment trop riche ou eau en excès, finesse et composition du ciment, respect et
remplissage des joints de carreaux, défaut d'armature de la chape, mise en chauffe des
planchers chauffants après la pose du carrelage, non-respect des conditions d'application des
chapes liquides). [24]

2. MENUISERIE
2.1. Infiltrations par les liaisons menuiserie extérieure
Les infiltrations d'eau provoquent un gonflement des enduits, plaques de plâtre, isolant et plinthes,
l'éclatement des peintures, la dégradation des papiers peints et l'apparition des moisissures.
Des désordres peuvent aussi apparaître sur tous les ouvrages sensibles à l'eau proches des fenêtres,
comme les prises électriques, isolant acoustique sous parquet, etc.
Cette pathologie peut toucher tous les types de menuiseries en bois, en métal ou en PVC.
Elle est largement influencée par les conditions climatiques du site et l'exposition du bâtiment (la
façade reçoit plus ou moins d'eau accompagnée de vent), ainsi que par la hauteur de la baie au-
dessus du sol (le vent soufflant plus fort quand on s'élève).

2.1.1. Cause :
2.1.1.1. Fixation de la menuiserie
Un défaut de fixation des éléments de menuiserie, notamment dans les parpaings creux, peut être à
l'origine de pénétration d'eau et d'air. En effet, l'instabilité de la menuiserie entraîne la rupture ou le
décollement des joints en mastic élastomère, la décompression, voire le déplacement des cordons en
mousse imprégnée.
Montage irrégulier de la maçonnerie de baie :
 Les dimensions de la baie ne respectent pas les tolérances usuelles vis-à-vis des cotes de
plans.
 Le tableau se présente avec du «faux aplomb » ou un défaut de parallélisme.
 L'appui de fenêtre et son rejingot ne sont pas bien plans et horizontaux, ou sont discontinus
en raccordement aux tableaux.

2.1.1.2. Malfaçons lors de la pose :


37
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

La section du cordon est inadaptée à la taille de l'interstice à calfeutrer.


Le mastic sélectionné n'est pas adapté à la taille de l'interstice à calfeutrer (l'épaisseur du mastic doit
se tenir entre un minimum et un maximum).
Les infiltrations d'eau se manifestent souvent en partie basse de la fenêtre, mais les parties
supérieures ne sont pas exemptes de désordres.
L'apparition d'humidité en partie basse de la fenêtre peut provenir d'une malfaçon du calfeutrement
en partie haute. En cas d'infiltration, l'examen complet du calfeutrement de la fenêtre doit être
effectué. [25]

3. PLOMBERIE
3.1. Pathologies des canalisations eaux vannes-eaux usées et interfaces avec le
VRD
Les difficultés permanentes d'écoulement d'un réseau extérieur ont fini par provoquer une
obstruction complète du système d'évacuation avec débordement dans les parties habitables. De
nombreuses causes peuvent provoquer ces difficultés d'écoulement (défaut de pente, ovalisation,
défaut d'entretien, …). L'absence d'un plan de réseau et de dispositifs visitables d'accès aux
conduites sont des facteurs aggravants qui empêchent un entretien correct et une investigation sur
ces réseaux de manière efficace.

3.1.1. Cause :
Les causes principales qui peuvent générer des désordres sont les suivantes :
3.1.1.1. Les défauts de pente et les ovalisations de conduite sont
les problèmes les plus fréquents
Ces défauts de pente prennent d'autant plus d'importance que la pente moyenne est faible. Les
défauts de pente provoquent une réduction de la
vitesse d'écoulement avec parfois des stagnations et une sédimentation des effluents. Les
ovalisations provoquent une réduction de la section de passage dans les tuyaux et leur fissuration,
voir même leur rupture. L'incorporation des réseaux dans la forme d'un dallage mal réalisé peut être
à l'origine de contre-pentes dommageables.
3.1.1.2. Les connections entre conduites tout comme le fond des
regards, peuvent présenter des défauts de profilage
hydraulique
Les pertes de charge singulières d'un réseau ne sont pas toujours optimisées. Les fonds de regard ne
sont pas toujours équipés de cunettes profilées et les connexions de conduites ne sont pas toujours
réalisées avec des pièces de raccordement.
3.1.1.3. La classe résistance des tuyaux est souvent mal adap tée à
la situation des ouvrages

38
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

La classe de résistance des tuyaux et la qualité du remblaiement des tranchées conditionnent la


tenue mécanique des ouvrages dans le sol comme la tenue des ouvrages de surface. Ouvrages de
surface.
3.1.1.4. Le dimensionnement des conduites n'est pas toujours
adapté aux besoins
La capacité d'évacuation d'une conduite dépend d'une combinaison de son diamètre et de sa pente.
L'estimation des débits d'eau pluviale est extrêmement variable d'une zone géographique à l'autre.
L'installateur n'a pas toujours la possibilité d'évaluer ces différents paramètres qui peuvent être
difficiles à apprécier. En cas de doute, l'absence d'un bureau d'étude spécialisé pour dimensionner le
réseau peut être préjudiciable.
3.1.1.5. Des réseaux parfois difficiles voire impossibles à
entretenir
Ils ne sont pas toujours équipés d'un nombre suffisant de dispositifs visitables afin que l'entretien
soit possible. En outre, la traçabilité devrait inciter l'installateur à remettre impérativement un plan
du réseau à son client et en garder une copie dans son dossier avec l'archivage des pièces
contractuelles de l'opération.
Cette procédure n'est pas toujours suivie, ce qui rend les actions ultérieures sur le réseau plus
délicates.
3.1.1.6. Des retours d'effluents provenant du réseau public.
Tout retour d'effluent du réseau public vers la partie privative doit être rendu impossible par un
dispositif anti-retour. Ces dispositifs anti-retours peuvent être préconisés par la règlementation telle
que le règlement sanitaire départemental ou le règlement des gestionnaires de réseaux publics. Il
revient des gestionnaires de réseaux publics. Il revient à l'entrepreneur d'en conseiller l'installation
en fonction des risques et de la situation de chaque ouvrage. L'entrepreneur omet souvent d'avertir
le maître d'ouvrage, par écrit, sur la nécessité de l'entretien régulier de ces dispositifs.
3.1.1.7. Des remontées d'odeurs.
Ce problème peut provenir du réseau extérieur si les couvercles des regards sont inadaptés ou si
l'étanchéité des conduites est défaillante... Des remontées d'odeur sont possibles à l'intérieur en cas
de défauts sur les siphons des appareils sanitaires ou de défaut de ventilation des colonnes de chute.
Un système d'évacuation est composé d'un ensemble d'ouvrages qui sont dépendants les uns des
autres, entre l'amont et l'aval. L'installateur oublie souvent son devoir de conseil au maître d'ouvrage
et les préconisations d'usage sur les éventuelles mises en conformité requises. Après une longue
période d’utilisation les siphons peuvent se désamorcer par évaporation de l'eau qu'ils contiennent.

3.1.2. Les bonnes pratiques :

Le NF DTU 60.11 est le document normatif traitant des installations de plomberie sanitaire et
d'eaux pluviales.
Ce document traite des collecteurs enterrés et donne les directives de dimensionnement des réseaux.
39
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3.1.2.1. Le DTU 60.11 fixe une pente minimale de 1 cm par mètre


pour les collecteurs enterrés d'eaux usées.
Attention toutefois à vérifier également les exigences particulières des gestionnaires de réseaux
publics qui peuvent préconiser une pente supérieure pour garantir un meilleur auto-curage.
3.1.2.2. Le diamètre des conduites enterrées ne sera jamais
inférieur à 100 mm.
Les gestionnaires de réseaux publics peuvent préconiser des diamètres supérieurs afin de faciliter
l'entretien. Le diamètre des conduites et leur pente doivent également répondre à des exigences de
dimensionnement après avoir évaluer les débits à évacuer. On se réfèrera au DTU 60.11 qui donne
les directives de dimensionnement des réseaux d'eaux usées et des réseaux d'eaux pluviales.
3.1.2.3. Prévoir des regards de visite en nombre suffisant
Afin de pouvoir garantir une bonne efficacité d'entretien du réseau, il convient d'aménager un
regard de visite à chaque changement de direction et en cas de grande longueur (Longueur
supérieure à 30 m environ). Des tampons conformes à la NF EN 124 de classe supérieure ou égale à
C250 sont indispensables classe supérieure ou égale à C250 sont indispensables pour fermer les
regards situés sous voirie ou chemin circulé. Pour prévenir tout problème d'odeur il est préférable
d'utiliser des éléments qui assurent une fermeture relativement étanche des regards.
3.1.2.4. Soigner le profilage hydraulique des ouvrages :
Par exemple il est préférable d'utiliser 2 coudes à 45° séparés par un bout droit au lieu d'un coude à
90°. Le regroupement des branches de réseau doit être réalisé de préférence dans des regards, avec
des Y. Les connexions en T sont à proscrire. Il est recommandé d'augmenter légèrement la pente du
réseau avant les coudes ou les regards pour accélérer la vitesse des effluents au droit d'une
singularité géométrique (qui provoque toujours une perte de charge).
3.1.2.5. Clapet anti-retour :
Si un risque de refoulement du réseau public est à craindre, il est indispensable de prévoir la mise
en place d'un clapet anti-retour. Il convient de vérifier les exigences des règlements locaux sur ce
point. Ces dispositifs imposent un entretien régulier et le maître d'ouvrage doit impérativement en
être averti par un écrit incluant la remise de la notice de l'appareil (En outre la consigne d'entretien
et la référence à la notice peuvent judicieusement être mentionnées sur la facture de l'appareil).
3.1.2.6. Intervention d'un bureau d'étude spécialisé :
il peut aider l'entrepreneur au dimensionnement en fonction du débit, de la zone géographique, du
sol et des charges débit, de la zone géographique, du sol et des charges appliquées sur les conduites,
du type d'ouvrage, de la longueur du réseau ou de sa complexité…
3.1.2.7. Le remblaiement des tranchées reste toujours un point
délicat.
Ce remblaiement est souvent réalisé à l'économie dans les parties privatives. Il est fortement
conseillé de réaliser un lit de sable et un remblaiement en sable au moins jusqu'à mi-hauteur du

40
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

tuyau environ pour les tuyaux rigides (fonte, grès, béton…) et jusqu'au haut du tuyau pour les
tuyaux flexibles (PVC, PE…), afin de pouvoir procurer une bonne assise aux reins de la
canalisation. Ensuite, pour les zones non circulées uniquement, il est possible de remblayer avec les
déblais, à condition d'en expurger les matériaux de gros diamètres ou blessants. [26]

4. PEINTURE
4.1. Décollement de peinture sur plafonds neufs en béton
Les systèmes de peinture appliqués en sous-face des planchers neufs réalisés en dalles pleines ou à
base de prédalles en béton armé peuvent être le siège de désordres généralisés et évolutifs. Ces
défauts se manifestent par des marbrures, des fissurations, des écaillages et au stade ultime par des
décollements.

4.1.1. Cause :
Une reconnaissance insuffisante des supports, un choix inapproprié des produits, le non-respect des
temps de séchage, et des conditions de chantier mal maîtrisées sont à l'origine de ce type de
pathologies caractéristiques.
La présence d'humidité résiduelle de gâchage des dalles est donc la principale cause de désordre,
avec des défauts dont la chronologie.

4.1.2. Bonnes pratiques :


 Respecter impérativement un temps de séchage important pour le support.
 Vérifier le taux d'humidité résiduel.
 Utiliser une peinture de faible traction (liant en phase aqueuse). [27]

5. ELECTRICITE
5.1. Installation vétuste :
Il est dangereux et risqué de vivre dans une maison équipée d'une installation vétuste. En effet, les
vieux équipements électriques ne respectent pas les règles de sécurité les plus élémentaires.

5.1.1. Pourquoi rénover son installation électrique ?


S'il n'est pas obligatoire de rénover le réseau électrique d'une habitation (sauf danger immédiat),
cela reste des travaux indispensables.

5.1.2. Les normes électriques


En France, les installations électriques neuves sont régies par la norme électrique NF C15-100.
Effective depuis 1956, mais régulièrement mise à jour, cette norme impose différentes règles de
sécurité :
 Équipement électrique minimum pour chaque pièce.
 Présence d'une protection différentielle pour chaque départ de circuit.
 Présence de disjoncteurs pour chaque circuit.
 Obligations spécifiques pour les pièces à risque (salle de bain, cuisine).
 Présence d'une prise de terre.

41
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Lorsqu'on construit en neuf, il est obligatoire de suivre la NF C15-100. Malheureusement, le


propriétaire d'un logement ancien n'a pas l'obligation de mettre son installation aux normes lorsque
celle-ci est vétuste.

5.1.3. L'importance de suivre les normes


Loin d'être un détail administratif, la norme électrique française vise à protéger les installations et
les personnes. Ainsi, un réseau électrique qui n'est pas aux normes sera bien plus dangereux qu'un
réseau qui suit les obligations imposées par la NF C15-100.
En appliquant les normes :
 On diminue les risques d'incendies et de dégâts matériels.
 On diminue les risques d'électrocution et d'accidents électriques.
 On diminue d'une installation plus économe et plus sûre.
 On garantit une protection complète en cas d'incident.
5.1.4. Etapes d’une rénovation électrique
5.1.4.1. Le diagnostic de l'installation :
Le meilleur moyen de préparer une rénovation sera de débuter par un diagnostic. Effectué par un
professionnel, le diagnostic électrique permet d'avoir une idée précise de l'état actuel de
l'installation.
Un diagnostic de qualité va souligner les points suivants :
 L'état général de l'installation et de ses composants.
 Les risques et dangers de l'installation.
 Les suggestions de mise aux normes et de rénovation.
5.1.4.2. La préparation des plans d'installation :
Une rénovation électrique ne s'improvise pas ! Après avoir listé l'étendue des défauts, le mieux est
de travailler sur un plan pour dessiner la nouvelle installation électrique.
Une mise aux normes peut nécessiter différents travaux :
 Changement des câbles et des fils électriques
 Changement des équipements électriques (tableau, protections, etc.)
 Ajouts d'éléments obligatoires (interrupteurs, points d'éclairages, etc.)
L'idéal est donc de préparer l'ensemble de ces modifications sur un plan, qui permettra de visualiser
l'état final après rénovation.
5.1.4.3. Démontage de la précédente installation :
Avant de poser du neuf, il faut déjà enlever l'ancien.
Lors de la rénovation de l'électricité d'une maison, le démantèlement de l'ancienne installation
électrique est parfois plus complexe que la rénovation en elle-même !
Pour ôter les équipements qui ne sont plus aux normes, il faut commencer par couper le courant. Le
diagnostic électrique peut vous permettre de savoir quels éléments ôter et quels éléments conserver.
Dans le pire des cas, il faudra démonter les câbles et les fils électriques, ce qui prend le plus de
temps.

42
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

5.1.4.4. La rénovation :
Une fois l'ancien matériel enlevé et débarrassé du chantier, vous pouvez vous atteler à la pose d'un
matériel électrique plus récent. Le plan dessiné plus tôt vous sera d'une grande utilité pour mettre
votre électricité aux normes.
Il faudra attentivement :
 Repérer et marquer les différents éléments de l'installation.
 Insérer les gaines.
 Glisser les fils électriques dans les gaines.
 Installer les équipements et les relier entre eux.
 Changer le tableau électrique et vérifier son fonctionnement.
 Relier l'installation à la prise terre.
Une rénovation nécessite bien entendu des travaux d'électricité, mais aussi de maçonnerie, voire de
décoration. Une fois l'installation en place et fonctionnelles, vous aurez peut-être à passer de
l'enduit ou un coup de peinture pour effacer toute trace des travaux. [28]

43
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

PARTIE 2 :

ETUDE DE CAS :

DIAGNOSTIC PATHOLOGIQUE DE L’ECOLE SUPERIEURE DE


TECHNOLOGIE DE SALE

44
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

1. INTRODUCTION :
Les bâtiments sont souvent affaiblis par les pathologies qui les affectent durant
Leur durée de vie, ceci est dû à l’environnement qui n’a pas été pris en considération. Les
pathologies qui affectent le bâtiment, et surtout, ceux qui sont classées dangereuses seront la cause
de son effondrement si elles sont ignorées.
Pour ne pas arriver à ce stade on doit freiner sa progression ou la neutraliser le plus vite possible en
prenant les mesures nécessaires qui s’imposent.
Après avoir fait connaissance des différentes anomalies qui peuvent attaquer une telle construction
il est important d’effectuer une étude de cas qui comprend un diagnostic qui s’intéresse à
l’ensemble des défauts présents dans l’Ecole Supérieure de technologie.

2. SITUATION GEOGRAPHIQUE DE L’EST :


L’école supérieure de technologie est située à Salé, Avenue Salah Eddine El Ayoubi, sur la route
nationale numéro 1, qui mène vers Kenitra.

Figure 23 : situation géographique de l’EST.

3. REALISATION DU DIAGNOSTIC :
Le diagnostic d’un ouvrage est une étape importante dans le processus de sa réhabilitation. Il permet
avant tout de se prononcer son état de santé et de voir quelles sont les éventuelles pathologies ainsi
que leur ampleur. Généralement lorsque l’on effectue un diagnostic, c’est quand un client a
découvert quelque chose qui n’allait pas dans le fonctionnement de l’ouvrage ou bien l’apparition
de Désordres.
Ce diagnostic est une approche par laquelle sera résumée notre analyse. Pour répondre à l’objectif
de notre PFE, il est nécessaire de comprendre le plus précisément possible les besoins et les
caractéristiques de l'ouvrage à diagnostiquer. Pour cela, on a effectué une visite sur site cette phase
est primordiale pour préparer au mieux le futur diagnostic. Il s'agit de :
 Connaître le type d'ouvrage sur lequel on va réaliser le diagnostic et l'environnement dans
lequel il se trouve ;
 Noter les principaux types de désordres.

45
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Afin de satisfaire notre étude, notre démarche sera décrite de la manière suivante :
Etat des lieux
Relevés visuels
Conclusion (solutions)
3.1. Etat des lieux (l’EST) :
Le bâtiment de l’EST est constitué de différents ouvrages et d'équipements diversifiés qui sont en
interaction mutuelle et qui font appel à plusieurs disciplines. En effet, on y rencontre la structure
porteuse, les éléments de séparation, l'étanchéité, la menuiserie, la plomberie... Toute défaillance de
l'un de ces constituants peut affecter les autres parties.
D'autres facteurs agissent sur le fonctionnement du bâtiment et le rendent plus complexe, tel que :
 L'environnement qui comporte le sol de fondation et les conditions climatiques
(Humidité en particulier).
 La conception du bâtiment qui conditionne la nature et le mode du bâtiment
(maçonnerie/béton armé...).
 Le mode d'exécution qui conditionne la nature des matériaux et leur mise en œuvre.
 Les modalités de conservation du bâtiment qui conditionnent l'entretien et la maintenance
des différents éléments qui le constituent.
L'intérêt donc de notre étude pathologique est de permettre de présenter les différents cas de
désordres et d'essayer d'analyser et de comprendre les origines qui les ont amenées, tout cela dans le
but de pouvoir améliorer les règles de l'art de construction que ce soit en gros œuvre ou en second
œuvre.
Pour pouvoir comprendre les désordres les plus courants ; nous avons pris le soin de présenter les
différents types de bâtiments rencontrés à l’EST et les différents anomalies présentes.

3.2. Le relevé visuel :


3.2.1. Le farinage :

Figure 24: faïençage sur mur extérieur.

46
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Il s’agit d’une usure de peinture sous la forme d'une substance poudreuse blanche abondante.
3.2.1.1. Analyse du désordre :
Cette anomalie est due à l’utilisation d'une peinture dont la durabilité n'est pas suffisante pour une
application à l’extérieur et elle peut aussi être une conséquence normale du vieillissement de la
peinture.
3.2.1.2. Remèdes possibles:
Il est proposé de supprimer l'excès de résidus poudreux par nettoyage mécanique, Rincer la surface,
et appliquer par la suite une peinture ou une primaire adhérant sur le fond farinant.
3.2.2. L'encrassement :

Figure 25 : salissure sur peinture.


Cette image représente l’accrochage de salissure et de particules de poussière sur la peinture.
3.2.2.1. Analyse du désordre :
C’est une conséquence de pollution ou de la poussière en suspension et même le ruissellement et/ou
l’infiltration des eaux de pluie peuvent causer cette anomalie.
3.2.2.2. Remèdes possibles :
Pour remédier à ce problème on fait lessiver les salissures à l'aide d'un produit adapté puis rincer
abondamment puis il faut bien laisser sécher le support et finalement appliquer une peinture moins
sensible à l’écrassement.
3.2.3. Les efflorescences :

Figure 26 : efflorescence sur mur intérieur.

47
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Il s’agit de la formation d'un dépôt cristallin blanchâtre sur la surface du film de peinture. Elles sont
entrainées par l'humidité vers la surface des murs où elles cristallisent lorsque l'eau s'évapore.
3.2.3.1. Analyse du désordre :
Causé par des excès d'humidité ou bien des efflorescences précédentes non éliminées.
3.2.3.2. Remèdes possibles :
Il faut d’abord Trouver la source d'humidité et la supprimer puis Eliminer les efflorescences par
brossage humide puis rincer puis Appliquer une sous-couche et finalement Appliquer une peinture
et il est préférable qu’elle soit résistante aux efflorescences.

3.2.4. Le nuançage :

Figure 27 : nuançage de teint.

C’est une altération caractérisée par une modification de teinte.


3.2.4.1. Analyse du désordre:
Cette anomalie est une conséquence de l’exposition importante et localisée de la façade au rayon
UV ou une quantité de revêtement insuffisante ou un vieillissement de la peinture.
3.2.4.2. Remèdes possibles:
Il faut au premier lieu nettoyer le support et appliquer deux couches de peinture.

48
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3.2.5. Moisissures, Mousses, Algues :

Figure 28: moisissures sur le mur intérieur du vestiaire.


Substances organiques qui se développent à la surface de la peinture en présence d'humidité.
3.2.5.1. Analyse du désordre :
Le problème est dû à la présence importante et continuelle d'humidité et à l’infiltration d’eau.
3.2.5.2. Remèdes possibles :
D’abord il faut laver la surface contaminée à l'aide d'une solution algicide / fongicide ou une
solution diluée d'eau de javel, l'application de cette solution peut se faire à la brosse, au rouleau ou
au pulvérisateur puis rincer et attendre que le support soit totalement sec avant la remise en
peinture finalement appliquer au moins deux couches de peinture.

3.2.6. L’humidité :

Figure 29 : humidité sur mur de clôture.

49
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 30: humidité sur mur dans le vestiaire des jardiniers.


Plusieurs causes peuvent expliquer le problème d'humidité :
· La condensation
· Les remontées capillaires
· La façade poreuse
· Les joints de maçonnerie dégradés
3.2.6.1. Analyse du désordre :
Au vu des désordres, on relève l'absence ou le mauvais fonctionnement des dispositifs de
protection, cuvelage non prévu,drainage manquant autour du bâtiment ,la défaillance de la paroi
verticale ,présence de fissures traversant la paroi ,défaut d'aménagement des abords ,dallages dont
la pente ramène l'eau vers le bâtiment et non l'inverse .
3.2.6.2. Remèdes possibles :
 Réaliser impérativement et préalablement une étude de sol approfondie.
 Réaliser les ouvrages dans le strict respect des normes - DTU, des Avis Techniques et des
Cahiers des charges concernés.
 Veiller tout particulièrement à la réalisation des points singuliers et au traitement des abords.

3.2.7. Les fissures :

Figure 31: fissures sur les murs extérieurs du bloque pédagogique 2.


La fissure désigne de façon générale toutes fentes, ouvertures linéaires (horizontales,
verticales, ou obliques), ou traces plus ou moins régulières donc la largeur est comprise

50
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

entre 0.200mm à 2mm, affectant la surface d'un enduit, d'un dallage ou d'un appareil
sanitaire etc.
Ces fissures n'ont qu'un inconvénient bénin bien qu'elles demandent un traitement, et
peuvent vite être stabilisées :
Fissures de retrait de matériaux lors du séchage (enduit, ragréage, plâtre...) ou peut être un
tassement différentiel.

Figure 32: fissures sur les murs intérieurs dans le laboratoire de génie civil.

Fissures de mouvement différentiel à la jonction de deux matériaux de natures différentes


(bois, brique …) ; ces fissures ne concernent pas la structure du bâtiment.

Figue 33: fissure à la jonction (dallage-carrelage).


D'autres fissures peuvent en revanche, être le résultat d'un désordre affectant la structure du
bâtiment ou de sol. Elles deviennent sérieuses lorsqu'elles portent atteinte à l'étanchéité à
l'eau, ou à l'air des murs
Fissures pénétrantes laissant passer l'eau de pluie à travers un mur extérieur.

51
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Figure 34: pénétrations des eaux de pluies par les fissures.


Plus graves encore sont les fissures qui traduisent un affaissement des fondations, ou des
mouvements du sol ;
Fissures causées par le tassement différentiel.

Figure 35: fissure dans le dallage.


Les lézardes ce sont des ouvertures dont la largeur dépasse 2 mm et qui affectent le support
dans toute son épaisseur

Figure 36: lézarde sur mur extérieure du bloque pédagogique 2.

52
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3.2.8. La corrosion :

Figure 38: corrosion dans la charpente métallique de la buvette et celle qui est devant le laboratoire
de génie civil.

Figure 39: porte corroder devant le laboratoire de génie civil.

Les portes, les fenêtres, et les charpentes métalliques sont affectées par la corrosion du au contact
direct avec l’atmosphère.
3.2.8.1. Analyse du désordre :
Plusieurs causes peuvent expliquer le problème de la corrosion :
 Une couche de protection d’une faible épaisseur (peinture) : permet le contact du fer avec
l’atmosphère.
 L’infiltration des eaux des pluies.
3.2.8.2. Remèdes possibles :
 Pour remédier à ce problème il faut d’abord décaper la rouille de la pièce
 Et par la suite appliquer une peinture de protection durable

53
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3.2.9. Le décollement de la peinture :

Figure 40: décollement de peinture.


Il s’agit d’une usure de peinture se manifeste sous forme d’un décollement des couches de peinture
3.2.9.1. Analyse du désordre :
Cette anomalie est causée par :
 Une mauvaise préparation du support.
 Vieillissement de la peinture.
 Une épaisseur insuffisante.
3.2.9.2. Remèdes possibles :
Pour remédier à ce problème il faut au premier lieu nettoyer le support et appliquer la couche de
peinture d’une manière correcte et dont la durabilité est suffisante.

3.2.10. L’infiltration par points singuliers de couverture :

Figure 41: charpente métallique situé devant le laboratoire G.C.

La plupart (75%) des infiltrations de couvertures de notre bâtiment se produisent au


niveau des points singuliers :

54
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

 Liaisons entre versants (faîtages, arêtiers).


 Liaisons entre versants et murs (solins) et bordures de versant (rives latérales).
3.2.10.1. Analyse du désordre :
Les désordres constatés trouvent leur origine.
 Dans un défaut de conception :
· Mauvaise exposition du faîtage aux vents de pluies dominantes.
· Défaut de dimensionnement des chéneaux.
 Dans un défaut d'exécution
3.2.10.2. Remèdes possibles :
· La couverture doit être avant tout conçue de manière à faciliter l'écoulement de l'eau, en y
opposant le moins d'obstacles possibles
· Sa conception doit tenir compte des exigences du site
· Son exécution doit être confiée à un personnel qualifié

3.2.11. Le tassement du dallage :

Figure 42: affaissement du dallage du bloque pédagogique 2.


Les dallages subissent des affaissements en pieds de murs périphériques.
Ils se traduisent par l'apparition d'un vide entre le revêtement de sol et le début du mur. Des fissures
dans les cloisons et les revêtements de sol l'accompagnent.

3.2.11.1. Analyse du désordre :


Les principales causes d'affaissement de dallages sur terre-plein sont :
Des terrains inaptes à recevoir un dallage sur terre-plein, parmi les sols inadaptés, on trouve en
particulier :
Les Sols meubles.
Les Sols de nature hétérogène pouvant entraîner des tassements différentiels de la forme et
donc du dallage.
3.2.11.2. Remèdes possibles :
Il faut bien se renseigner sur la nature du terrain et le niveau de la nappe phréatique et
utiliser des matériaux adéquats pour la constitution de la forme aussi il faut compacter

55
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

soigneusement la forme par couches de 20 cm maximum, en ne négligeant pas la périphérie contre


murs de façade.

3.2.12. Problèmes liés aux traitements des bois :

Figure 43: dégradations de bois en toiture des W.C.


Un agent biologique est à l'origine des dégradations observées sur les bois en œuvre mal
préservés :
Il s'agit de champignons : La présence des champignons est quant à elle le plus souvent mise en
évidence visuellement par une dégradation de l'aspect du revêtement du bois (coloration plus brune
du bois).
3.2.12.1. Analyse du désordre :
Attaque par les champignons :
Le développement de champignons dans le bois est la conséquence du maintien d'une humidité > 20
% dans tout ou partie d'éléments de construction. Les champignons se développent alors dans les
vaisseaux du bois afin de trouver leur nourriture, pour ne laisser derrière eux que ce que l'on appelle
communément la pourriture.
3.2.12.2. Remèdes possibles :
Pour remédier à ce problème il faut éviter le risque de développement de champignons consiste
avant tout à supprimer tout risque d'exposition prolongée à l’eau, si l'on ne peut se prémunir de
l'arrivée des insectes « volants », un traitement en surface du bois permet de tuer leurs larves dès
qu'elles commencent à se nourrir et ainsi de protéger le bois.

56
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

3.2.13.Épaufrures

Figure 37: épaufrure sur mur de clôture.

Les épaufrures sont des fragments détachés de la masse de béton. Dégât mécanique à la surface d'un
élément sous forme d'éclat, et qui se situe souvent le long du tracé d'armature ou sur les arrêts.

Apres analyse des résultats du diagnostic de la majorité des anomalies rencontrées lors de
l’étude du relevé visuel, nous allons citer d’autres anomalies qui peuvent intervenir dans d’autres
cas et d’autres bâtiments.

3.3. Tableau des anomalies et les solutions correctives possibles :

NOM DU DEFINITION INDICE DE MODES DE


DEFAUT CAUSES GRAVITE REPARATION
PROBABLES POSSIBLE
ACIERS Armatures apparente Défauts qui indiquent Préparation des surfaces
DENUDES le début d'évolution. par sablage ou meulage :
Causes probables : projection d'eau sous
Défauts qui indiquent pression plus soufflage.
Disparition ou une évolution
enrobage insuffisant avancée pour des Ajout ou remplacement
du béton ouvrages, qui ne sont d’armature interne ou
pas en contact avec externe.
Chocs mécaniques. des liquides.
Reconstitution du béton.
Cloquage ou éclat de Défauts qui
l'enduit et/ou de traduisent de façon
l'enrobage avec très nette une
gonflement. modification du
comportement de la
Plusieurs armatures structure et qui
apparentes sur une mettent en cause la

57
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

faible longueur durée de vie de


l'ouvrage.
Plusieurs armatures
apparentes à un ou
plusieurs lits et
apparaissant sur au
moins quelques
dizaines de
centimètres de
longueur.

Perte de matière et
diminution de section

Nappes d'armatures
visibles avec
diminution de section
Fissure ou éclatement Défauts qui Préparation des surfaces
important traversant traduisent de façon par sablage ou meulage :
de part en part de très nette une projection d'eau sous
béton modification du pression plus soufflage.
comportement de la
Elle est souvent structure et qui +
accompagnée mettent en cause la
CASSURE
d'épaufrures et / ou de durée de vie de Fissures profondes
déformations l'ouvrage. par injection

Sur éléments non Idem Idem


porteurs

Sur éléments porteurs


Désintégration des Défauts qui indiquent Remplacement d’éléments
armatures par le début d'évolution
électrolyse ou attaque +
chimique ; Défauts qui indiquent
Nouveau béton coffré.
une évolution
S'observe sur les avancée pour des
CORROSION
aciers dénudés ou sur ouvrages, qui ne sont
ACIER
le béton d'après la pas en contact avec
couleur des des liquides.
efflorescences.
Défauts qui
Causes probables traduisent de façon
très nette une

58
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

Prise en compte ou modification du


évaluation insuffisante comportement de la
de la notion de structure et qui
fissuration ; mettent en cause la
durée de vie de
Acier dénudé, l'ouvrage.
mauvaise étanchéité,
enrobage insuffisant,
erreurs de calculs.

Conséquences :

Fissures dues à la
redistribution des
efforts, épaufrures, et
déformations des
poutres, dalles,
instabilité et rupture.

En béton armé
quelques armatures
corrodées sur
plusieurs dizaines de
centimètres.
Modification du Défauts qui indiquent Préparation des surfaces
béton, s'observe par une évolution par sablage ou meulage :
gonflement, pelade du avancée pour des projection d'eau sous
béton, désagrégation ouvrages, qui ne sont pression plus soufflage.
des composants du pas en contact avec
béton (granulats, des liquides. Création d'un joint.
ciments etc.)
Défauts qui
Causes probables traduisent de façon
CORROSION très nette une
BETON Action de l'eau ou modification du
d'ambiance agressive, comportement de la
effet du gel. structure et qui
mettent en cause la
Conséquences : durée de vie de
l'ouvrage.
Perte de résistance,
risque de corrosion
des aciers.

59
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

On notera la
profondeur visible de
l'attaque et son
étendue :

- En surface

- En profondeur
Tache blanche en Défauts existants dès Préparation des surfaces
surface du béton. la naissance de par sablage ou meulage :
l'ouvrage et sans projection d'eau sous
Causes probables : conséquences pression, plus soufflage et
importantes, autres séchage par aérotherme ou
EFFLORESC- Mauvaise étanchéité qu'esthétiques. autres.
ENCE de l'ouvrage

La formation d'une
pellicule
d'efflorescence qui
risque d'être évolutive
Fragment détaché de Défauts qui indiquent Préparation des surfaces
la masse de béton. le début d'évolution par sablage, meulage :
projection d'eau sous
Causes probables : pression.

Choc, l'action du +
climat, la pression ou
l'expansion à Remplissage par mortier ou
l'intérieur de la masse. béton (ragréage).

Se situe suivant le lot


du tracé d'armatures
EPAUFRURE
(gonflement par la
rouille ou sur les
arrêtés).

Isolé sur un élément


porteur.

En surface importante
(plusieurs armatures
sur quelques dizaines
de centimètres) sur un
élément non porteur.
FISSURES DANS Ouverture linéaire ou Défauts qui indiquent Fissures profondes par
60
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

LA MASSE tracé plus ou moins que l'évolution risque injection


régulier dont la de se faire
largeur est comprise anormalement. +
entre 0.20mm et 2mm
Passivation des aciers.
Causes probables :
Remise en place
Apparaissent en d'armatures.
général sur des
surfaces soumises à
une dessiccation
excessive avant la fin
de la prise du béton
Fissure non parallèle Défauts qui indiquent Colmatage superficiel des
aux axes principaux une évolution fissures.
de l'ouvrage. avancée pour des
ouvrages, en contact
FISSURE Dans le cas du béton, avec des liquides.
OBLIQUE fissure qui existait à la
construction, et qui a
évolué, ou fissure qui
est apparue dans le
temps.
Fissure parallèle à Défauts qui Ajout d'armatures passives
l'axe neutre de traduisent de façon par collage d'armatures
l'ouvrage. très nette une métalliques
modification du
Dans le cas du béton comportement de la Nécessite un diagnostic
armé, fissure dont structure et qui global de la structure et des
l'ouverture a évolué de mettent en cause la fondations
plus de 2mm durée de vie de
FISSURE
l'ouvrage.
LONGITUDINALE Fissure dont
l'emplacement et Défauts indiquant la
évolution proximité d'un état
compromettent la limite et nécessitant
stabilité de l'ouvrage soit une restriction
d'utilisation, soit la
mise hors service de
l'ouvrage.
Fissure dans un plan Défauts qui Fissures profondes
FISSURE perpendiculaire à traduisent de façon par injection.
TRANSVERS-ALE l'effort principal très nette une
modification du

61
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

considéré. comportement de la +
structure et qui
Dans le cas du béton mettent en cause la Ajout d'armatures passives
armé, fissure qui a durée de vie de par collage d'armatures
évolué de plus de l'ouvrage. métalliques
1mm d'ouverture.
Défauts indiquant la Idem
Fissure dont proximité d'un état
l'emplacement et limite et nécessitant
évolution soit une restriction
compromettent la d'utilisation, soit la
stabilité de l'ouvrage. mise hors service de
l'ouvrage.
Augmentation du Défauts qui indiquent Réfection des joints.
volume du béton qui que l'évolution risque
s'accompagne de de se faire
fissures, écaillage, anormalement.
désintégration.
GONFLEMENT
Causes probables :

Gel, attaque chimique,


phénomène d'alcali
réaction.
Défauts de couleur Défauts révélateurs Problème d'esthétique
indépendant du d'une évolution de nécessite le nettoyage
SALISSURES béton : affiches, dégradation d'un régulier.
inscription, dépôt de ouvrage.
poussières.
Manque de compacité Défauts qui indiquent Réparation des surfaces par
et d'homogénéité dans un début d'évolution sablage, par meulage :
la masse du béton qui projet d'eau sous pression.
peut s'observer d'après Défauts qui indiquent
l'aspect du parement. une évolution revêtements
avancée pour des d'imperméabilisations à
C'est un cas important
ouvrages qui ne sont base de liants hydrauliques.
de défaut de qualité du
POROSITE pas en contact avec
béton.
des liquides.
Conséquences :
Des efflorescences, Défauts indiquant la
corrosion du béton, proximité d'un état
corrosion d'acier, limite et nécessitant
gonflements, fissures. soit une restriction
d'utilisation, soit la

62
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

- Porosité localisée mise hors service de


- Porosité généralisée l'ouvrage.
Détérioration de la Défauts qui indiquent Reconstitution du béton.
structure ou de un début d'évolution.
l'enduit par abrasion, Réparation des structures et
érosion, cavitation, ou Défauts qui indiquent mise en œuvre d’un
agression chimique une évolution revêtement étanche et
mais aussi par avancée pour des imperméable sur la surface
matériels ouvrages, en contact qui est en contact avec
USURE
d'exploitation. avec des liquides. l’eau.

Elle peut être :


- Sur une faible
surface
- Sur une surface
importante

63
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

CONCLUSION

Les recherches qu’on a effectuées nous ont permis de comprendre et d'approfondir nos
connaissances sur les problèmes que pourrait engendrer un ouvrage après sa construction et de
connaitre désormais quelques méthodes préventives favorables pour sa bonne durée de vie.

L'achèvement de ce travail représente pour nous un élément énormément positif et enrichissant qui
prend sa réelle dimension dans un contexte universitaire.

D'une part, l'étude presque complète des connaissances sur les pathologies des ouvrages de Génie
Civil qu’on ignorait. En plus ce document représente pour nous le premier qui possède un caractère
quasi professionnel.

D'autre part, on a beaucoup enrichis notre aspect relationnel à travers le travail en groupe.

Enfin, le dernier point qui nous parait fondamental réside au niveau rédactionnel. La complicité
d'une masse de document et son traitement engendre un travail méthodique qui reste la phase la plus
laborieuse de ce rapport.

On ce qui concerne les désordres qu’on a constaté pendant l’étude de cas qu’on a effectué sur
l’Ecole Supérieure de Technologie il faut faire des préventions le plus rapide possible pour
empêcher l’aggravation de ces désordres.

64
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

BIBLIOGRAPHIE

[1] : (Réparation et protection des ouvrages en béton (bâtiment et génie civil))


Note d’information technique 231(CSTC) [W. De Caluwé (FEREB), M. Le Begge (CFE)]
Septembre 2007.
[2] : (réparation et protection des ouvrages en béton (bâtiment et génie civil))
Note d’information technique 231(CSTC) [W. De Caluwé (FEREB), M. Le Begge (CFE)]
Septembre 2007.

[3] : (réparation et protection des ouvrages en béton (bâtiment et génie civil))


Note d’information technique 231(CSTC) [W. De Caluwé (FEREB), M. Le Begge (CFE)]
Septembre 2007.
[4] et [5] et [6] : pathologie de structures en béton armé ITMAIZEH Ehab
https://www.scribd.com/doc/295169554/CT-G12-8-31-pdf

[7] : pathologie de structures en béton armé ITMAIZEH Ehab


[8] : (réparation et protection des ouvrages en béton (bâtiment et génie civil))
Note d’information technique 231(CSTC) [W. De Caluwé (FEREB), M. Le Begge (CFE)]
Septembre 2007.
[9] : (réparation et protection des ouvrages en béton (bâtiment et génie civil))
Note d’information technique 231(CSTC) [W. De Caluwé (FEREB), M. Le Begge (CFE)]
Septembre 2007.
[10] : MATIERE (Le retrait des bétons) [Christophe Carde, directeur technique du LERM]
Septembre/Octobre 2006
http://doc.lerm.fr/wp-content/uploads/2013/08/retrait-carde.pdf
[11] : La corrosion Ŕ C. CARDE Ŕ Béton[s] magazine

[12] : Réhabilitation des ouvrages en béton armé

http://www.memoireonline.com/07/12/6023/m_Rehabilitation-des-ouvrages-en-betonarme1.html

[13] : Par micha4125 dans Maçonnerie et carrelage le 20 Février 2012 à 12:38


http://bien-bricoler.maison.com/maconnerie-bien-reparer-les-lezardes-d-un-mur-qui-s-
affaissea121371746

[14] : TECHNOBÉTON3 LE FAÏENÇAGE (2014)


https://www.google.dz/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0ahUKEwiS6uHj
1OLMAhVE0RQKHXbjD2YQFggaMAA&url=http%3A%2F%2Fwww.betonabq.org%2Fimage
s%2Ffichiers_documents%2Ftbnumero3_2014_v0(1).pdf&usg=AFQjCNEm_ldiwHS4JCG7wJ
wDFGezL-z6Kw&sig2=-E9aQF2WtLpD0TuBnBuS3g&bvm=bv.122129774,d.d24&cad=rja

[15] : Epaufrure
http://www.le-coin-des-bricoleurs.com/le-wiki-dubricoleur/
Epaufrure,_%C3%A9caillage,_d%C3%A9faut_de_surface

65
PFE : Pathologie des bâtiments 2019

[16] : Comment nettoyer Lichen sur béton


http://www.aac-mo.com/comment-nettoyer-lichen-sur-beton.html

[17] : GUIDE DE PATHOLOGIE EN BATIMENT-PARTIE 1 : GROS ŒUVRE SECTION 1 :


GROS ŒUVRE (LPEE)
[18] : règles de construction dans les sols argileux
[19] : Fiche pathologie bâtiment - Humidité en sous-sol des bâtiments Fiche numéro B2
[20] : Fiche pathologie bâtiment - Désordres de dallages à usage industriel : soulèvements Fiche
numéro B6
[21] : GENGER, CERTP Pathologie du béton
[22] : Fiche pathologie bâtiment - Points faibles de la protection lourde en toitures-terrasses
accessibles Fiche numéro C8
[23] : Fiche pathologie bâtiment - Désordres des enduits monocouches Fiche numéro D1
[24] : Pathologie des carrelages et chapes associés
[25] : Fiche pathologie bâtiment - Infiltrations par les liaisons menuiserie extérieure/gros œuvre
Fiche numéro D2
[26] : Fiche pathologie bâtiment - Pathologies des canalisations eaux vannes-eaux usées et
interfaces avec le VRD Fiche numéro A9
[27] : Fiche pathologie bâtiment - Décollement de peinture sur plafonds neufs en béton Fiche
numéro F10
[28] :www.Travauxavenue.com (rénovation d’une installation électrique)

66