Vous êtes sur la page 1sur 44

LES VOLCANS

Réalise par
Abounaim hajar
Charafi nassiba
Khanni hajar
LE PLAN

• Où se trouvent les volcans dans le monde ?


• Pourquoi y a-t-il des volcans ?
• Qu’est-ce qu’un volcan ?
• Que produit un volcan ?
• Les types de volcans
• Les dynamismes volcaniques.
• Les risques liés aux éruptions
• Prévention et surveillance
• Conclusion
OÙ SE TROUVENT LES
VOLCANS DANS LE
MONDE ?

A ce jour, Il y a 1511 volcans actifs sur Terre, dont


une soixantaine fait éruption chaque année. Il en
existe de nombreux autres sous la mer et sous les
océans.

Depuis une vingtaine d'années, le nombre de


volcans actifs est en augmentation et les
éruptions volcaniques sont plus nombreuses.
POURQUOI Y A-T-IL
DES VOLCANS ?

• Nous n’avons pas conscience que 97 % du


volume de notre planète a une température de
plus de 1.000°C !
• Nous vivons en effet sur une mince croûte
solide de quelques dizaines de km d’épaisseur,
une véritable coquille d’œuf en comparaison
avec les 6.370 km du rayon de la Terre.
• En dessous se trouve le magma.
QU’EST-CE QU’UN
VOLCAN ?

• Un volcan est un ensemble géologique terrestre,


sous-marin ou sur terre qui résulte de la
montée d'un magma puis de l’éruption d'une
partie de ce magma.
• Le magma est la roche fondue à partir de laquelle
est produite la lave des volcans.
QU’EST-CE QU’UN
VOLCAN ?

• Un volcan se compose de 3 parties:


• un réservoir de magma
• une cheminée
• un édifice visible en surface: le cône volcanique, qui
se construit / détruit à chaque éruption
QUE PRODUIT UN VOLCAN ?

Lorsque le magma arrive en surface, il se dissocie en donnant naissance


à plusieurs produits, de nature et de dimensions très variables
LA LAVE:

• Du latin laves , qui signifie


« éboulement »

• Matière liquide, d’une température


comprise entre 800 et 1.200°C,
émise par un volcan, et qui se
refroidit pour former une roche.
LES GAZ

• Les volcans vomissent surtout de la vapeur d’eau, du


gaz carbonique, de l’hydrogène et des gaz sulfureux.

• On voit ici une spécialiste mesurer la température des


gaz qui s’échappent du volcan Usu, au Japon.

• Ceux-ci, très riches en soufre, sont toxiques, ce qui


oblige le port du masque.
LES LAPILLI

• Du latin lapillus qui signifie petite pierre.


• Ce sont des fragments de lave de forme
arrondie et de la taille d’une noisette.
• Lorsque les lapilli renferment beaucoup de
bulles de gaz, on parle alors de scories.
LES BOMBES
VOLCANIQUES

• Ce sont des blocs de lave, projetés dans les


airs, et qui se solidifient en partie durant
leur vol.
• De forme arrondie, ou en fuseau, elles
peuvent atteindre plusieurs tonnes !
LES FUMEROLLES

• En période de sommeil, les volcans émettent


moins de gaz.
• Ceux-ci sortent alors par des fissures,
ouvertes dans les cratères, comme autant de
fuites, appelées fumerolles.
LES CENDRES

• Avec les poussières, les cendres constituent les


plus fines projections volcaniques.
• Cela n’empêche pas que les dépôts de cendres
soient d’une épaisseur spectaculaire.
• Mêlées à de l’eau, ces poussières peuvent
provoquer de redoutables coulées de boue.
LES TYPES DE
VOLCANS
CLASSEMENT À PARTIR DES
MATÉRIAUX ÉJECTÉS LORS DES
ÉRUPTIONS

LES VOLCANS EFFUSIFS


Eruptions calmes

- Matériaux éjecté : liquide


- Peu de gaz dissous
- Magma fluide (qui coule bien)
Types de volcans
Effusive :

Volcans de points chauds

• Ils sont formés au dessus de points chauds.


• On ignore encore l’exacte raison de la
présence de ces points
• Le point chaud permet une remontée du
magma à travers la croûte terrestre

Le déplacement de plaques par


rapport au point chaud (fixe)
crée d’autres volcans.
Types de volcans
Effusive :

Volcans de dorsales

Exemple : la dorsale atlantique

- Présent au niveau de failles divergentes(aux frontières


des plaques

- Souvent sous marin


- Lieu de fabrication de nouvelle
croûte terrestre

- Un cas d’étude intéressant : l’Islande


LES TYPES DE
VOLCANS
CLASSEMENT À PARTIR DES
MATÉRIAUX ÉJECTÉS LORS DES
ÉRUPTIONS

LES VOLCANS EXPLOSIFS

- Matériaux éjecté : gaz


- Beaucoup de gaz dissous
- Magma visqueux
Types de volcans
explosifs :

Andésitiques

est situé sur le pourtour de l'océan


Pacifique et aux Antilles au niveau des
fosses océaniques.

Exemples : soufrière de Guadeloupe, de la


Montagne Pelée..
Volcanisme de subduction

• Présent au niveau des failles convergentes


• Enfoncement d’une plaque océanique
sousune plaque continentale(cordillère des
Andes, ceinture de feu)
• Enfoncement d’une plaque océanique
sousUne autre plaque océanique (Caraïbes,
Indonésie, Italie….)
LES TYPES DE
VOLCANS
CLASSEMENT À PARTIR DES
MATÉRIAUX ÉJECTÉS LORS DES
ÉRUPTIONS

LES VOLCANS EXTRUSIFS

- Matériaux éjecté : solide


- Cendres
- Lapilis
- Bombes
- Pierre ponce
OÙ TROUVE-T-ON LES
VOLCANS ?

• Cette croûte est fendue en de nombreux endroits: de


profondes et longues fractures la sillonnent, surtout
sous les océans, là où la croûte terrestre est plus mince:
ce sont les dorsales.
• Par ces ouvertures, les roches fondues peuvent remonter
vers la surface et construire des volcans.
• Sur la carte ci-contre, on voit bien la dorsale médio
atlantique et l’on comprend pourquoi l’Islande est un
pays volcanique.
LES DYNAMISMES
VOLCANIQUES.

Hawaïen.
Strombolien.
Péléen.
Vulcanien.
L’HAWAÏEN
• Éruptions fréquentes mais peu violentes.
• Magma très fluide, donnant des coulées
très étendues.
• Cône volcanique très aplati, aux pentes
douces (4%).
LE STROMBOLIEN
• Explosions fréquentes, régulières mais de
faible puissance: la lave, plutôt pâteuse, a
tendance à obstruer la cheminée.
• Les gaz sous pression brisent la croûte
superficielle et projettent une grande quantité
de bombes, lapilli et cendres.
• Les émissions de lave restent elles, réduites.
• Cône volcanique très pentu , formé des débris
rejetés.
LE PÉLÉEN
• Eruptions explosives au dernier degré.
• Le magma est si visqueux qu’il finit
par former un énorme bouchon: les gaz
sous pression cherchent donc à
s’échapper par des voies latérales.
• Il jaillit alors d’énormes nuages de gaz
ardents qui, mêlés à de la vapeur d’eau
et à des cendres, dévalent ensuite à
grande vitesse les pentes du volcan.
LE VULCANIEN

• Ses éruptions sont de type explosif et très


violentes.
• La lave, acide et très visqueuse , a aussi
tendance à obstruer la cheminée par un
bouchon qui saute sous la pression des gaz.
• Il se distingue néanmoins du type
strombolien par ses éruptions plus
irrégulières.
• Le cône volcanique est élevé et pentu.
LES RISQUES LIÉS AUX
ÉRUPTIONS

• Les risques primaires : directement liés à


l’éruption et aux produits qu’elle génère.
• Les risques secondaires : phénomènes qui suivent
l’éruption.
• Les risques tertiaires : dus à l’occupation et à
l’action humaine.
LES RISQUES PRIMAIRES.
Les téphras

• Ensemble du matériel projeté lors d’une


éruption : bombes, lapilli, cendres.
• Les cendres peuvent former une couche
uniforme autour du globe et retomber à des
milliers de km.
• Risques pour la navigation aérienne, la
végétation et les cultures, la qualité des
eaux.
LES RISQUES PRIMAIRES.
Les coulées pyroclastiques.

• Mélange de gaz chaud (>500 °C) et de


matériaux solides.
• Vitesse de plusieurs centaines de km/h.
• Effet de souffle qui détruit tout sur son
passage!
• Exemple : la Montagne Pelée en
Martinique (plus de 29 000 morts en
1902)
LES RISQUES PRIMAIRES.
Les coulées de lave.

• Vitesse d’écoulement liée a la fluidité de


la lave, à la pente et à la rugosité du
terrain. (centaines de mètres à dizaines
de kilomètres par heure)
• Peu dangereuses pour l’homme mais
elle provoquent de nombreux dégâts
matériels.
• Les zone de culture ou d’élevage restent
stériles pendant des années.
LES RISQUES PRIMAIRES.
Les émanations de gaz.

• Les gaz les plus communs : SO2 et CO2.


• Apparaissent de manière continue avec
des débits de quelques dizaines à plusieurs
centaines de tonnes/jours.
• Généralement dilués dans la haute
atmosphère, mais les rejets de moindre
importance sont pus néfastes.
• Ex : vers le la Noys au Cameroun en 1986.
LES RISQUES SECONDAIRES.
Les ahars (coulées de boue).

• Dus à l’arrivée d’eau dans un matériel


volcanique instable. (ex : pluie tropicale
sur des dépôts de cendres non consolidés)
• Se répandent à des dizaines de kilomètres
du volcan.
• Puissance de destruction très importante
à cause de la vitesse.
• Ex : Nevado Del Ruiz en Colombie, 25
000 morts en 1985.
LES RISQUES SECONDAIRES.
Les glissement de terrain.

• Dus aux mouvements de matériaux non


consolidés qui se sont accumulés sur les
pentes d’un volcan.
• Mouvements provoqués par la
déformation d’un flanc du volcan (ex :
par injection de magma).
• Risque présent à la Soufrière de
Guadeloupe.
LES RISQUES SECONDAIRES.
Les tsunamis

• Vague de plusieurs dizaines de mètres se


propageant en onde à la surface des
océans.
• Cause : mise en mouvement de l’eau par
le déplacement brusque de masses
importantes.
• Puissance destructrice énorme.
• Ex : 36 000 mort sur l’île de Java en
1883. (naissance de la vague à Krakota à
40 km)
LES RISQUES TERTIAIRES.
Les famines.

• Ex : couverture de cendres rendant les


pâturages et les cultures impropres à la
consommation.
• Forte teneur en fluor créant des
empoisonnement du bétail.
• Ex : 80 000 morts par famine sur les 92
000 victimes au Tambora en 1815.
LES RISQUES TERTIAIRES.
Les maladies.

• Brûlures de la peau et des muqueuses.


• Infections de blessures.
• Oedèmes.
• Obstruction des voies respiratoires et
digestives.
• Risque d’épidémies.
ERUPTIONS LES PLUS MEURTRIÈRES
ERUPTION VOLCAN PAYS PERIODE NOMBRE DE MORTS

Eruption du Vésuve
Vésuve Italie 24 août 79 33 000
en 79

Eruption du Kelud en
Kélud Indonésie 1586 10 000
1586

Eruption du Lakien en 08 juin 1783


Laki Islande 9 336
1783 au 07 février 1784

Eruption du Mont Unzen 19 février au 22 juillet


Mont Unzen Japon 15 000
en 1792 1792

Eruption du Tambora en
Tambora Indonésie 05 avril 1815 92 000
1815

Eruption du Krakatoa en
Krakatoa Indonésie 26 et 27 août 1883 36 437
1883

Eruption de la Montagne France – Ile de la


Montagne Pelée 26 au 31 octobre 1902 29 333
Pelée en 1902 Réunion

Eruption du Santa Maria


Santa Maria Guatemala 08 mai 1902 6 000
en 1902
PRÉVENTION ET
SURVEILLANCE

Prévision d’activité évaluée selon 2 échelles de temps:

• Le long terme : étude du comportement d’un volcan


durant une longue période (plusieurs dizaines ou
centaines de milliers d’années). Élaboration d’une
carte des risques volcaniques.
• Le court terme : grâce à la surveillance visuelle et
instrumentale.
EXEMPLE DE MÉTHODE DE SURVEILLANCE

• Sismologie.
• Déformations du volcan.
• Variations du champ magnétique.
• Variations du champ de pesanteur.
• Suivi de la composition chimique des gaz fumerolliens et des sources thermo-minérales.
• Reconstitution de l’histoire géologique du volcan.
• Variations des courants géoélectriques dans la sous-sol.
CONCLUSION
Après la présentation de notre dossier sur le volcanisme nous
pouvons conclure que l’ Homme ne peut rien contre les volcans, il
peut juste prévoir quelquefois les éruptions… En revanche l’
Homme a su tirer profit des avantages que les volcans possèdent,
comme l’exploitation de terres fertilisées par les cendres volcaniques
à proximité des volcans et permettent également l’exploitation
minière de métaux rares qui sont très utilisés dans l’industrie
comme le cuivre ou le soufre.Beaucoup de gens ne connaissent que
les aspects négatifs des volcans. Par exemple, il est connu comme le
responsable des nuées ardentes ou des coulées de lave
destructrices… Mais les volcans sont également bénéfiques pour la
terre et pour les Hommes…500 personnes meurent chaque année à
cause des volcans mais plusieurs millions vivent grâce à ceux-ci et à
leurs effets.

Vous aimerez peut-être aussi