Vous êtes sur la page 1sur 28

ÉTUDES TRADITIONNELLES R éd a cte u r en C h e f :

M IC H E L V Â LSAN

67e Année N ovem bre - D écem bre 1966 N° 398

L’ÉPITR E
SU R L’ORIENTATION P A R F A IT E
(Risâlatu-t-Tawajjuhî-l-atamm)

Le traité tra d u it ici est attrib u é, avec q uelq ue v ra ise m ­


b la n c e d ’a p rè s le style, au C heikh Ç ad ru-d -D în Abû-l-Maâlî
M oh am m ad ibn Ish ’aq al-Q û naw î (m . 67 2 /1 2 7 3 ) d iscip le
d ire c t du C h eik h al-A kbar Ibn A rabî (1). Un c e rta in
n o m b re de m a n u s c rits in d iq u e n t c e p e n d a n t ce d e r n ie r
co m m e au teur. De toute faço n il s’agit d ’un é c rit qui
p o rte l’en se ig n e m e n t du C h eik h al-Akbar.
N o tre tra d u c tio n est faite d ’ap rè s d eu x m a n u s c rits qui
so nt in c lu s d a n s d es recu eils de tra ité s du C h eik h al-
A k b ar : B erlin, A h lw a rd t 2995, P m . 15 (pp. 27-36), qui
l’in s c rit sous le titre A l-’Ujâlah fî-t-T a w a jju h i-l-a ta m m =
« L ’E c r it ra p id e su r l’O rien tatio n la p lu s c o m p lè te » , et
In d ia Office 1329 (fol. 102 b-107b), où il p o rte le nom
a r-R isâ la tu -l-M u rch id iyya h = « L ’E p itre de d ire c tio n s p i­
r i t u e l l e ». Sous ce d e r n ie r titre et aussi sous celui d ’Àr-
R isâ latu a t-T a w a jju h iy y a h = « L ’E p itre relative à l’O rie n ­
tation », on tro u v e p lu sie u rs mss. qui in d iq u e n t Al-
Q û n aw î co m m e a u te u r (2) et qui de toute faço n d o iv en t
être ra tta c h é s au x co pies p o r ta n t les au tres d é sig n atio n s
sous lesquelles le p lu s so u v en t cette R isâla est attrib u ée
à Ibn A rabî.
N ous n ’in siste ro n s p a s a u tre m e n t ici, ni s u r le côté
b ib lio g ra p h iq u e de l’écrit, ni s u r la q uestio n de l’a ttrib u tio n
à A l-Q ûnaw î — ou su r la c a rr iè r e de ce m a ître ; q u a n t
au x q u estio n s d o ctrin a le s, en la c irc o n s ta n c e , n ou s nous
ré su m o n s au x notes, assez n o m b re u se s du reste, d o n t nou s
a c c o m p a g n o n s les p assag es les plus difficiles.

(1) Cf. O. Yahya, H istoire et classification de l’œ uvre d ’Ibn


A rabî ; II, p. 507 (n° 772).
(2) Cf. Brockelm ann G.A.L. (voir au nom de Qûnawî).

241

I
É T U D E S T R A D IT IO N N E L L E S

A u n o m d ’A lla h le T o u t-M is é r ic o r d ie u x , le T r è s -
M is é r ic o r d ie u x ! C ’e s t à lu i q u e n o u s d e m a n d o n s
s e c o u r s et c ’e st p a r L u i q u e v ie n t la r é u s s ite .
L o u a n g e à A lla h q u i a c c o r d e a u x p lu s p u r s d e
S e s se r v ite u r s le s u r c r o ît d e s g r â c e s d e l ’é le c tio n ,
q u i le u r d is p e n s e le s f a v e u r s le s p lu s c o n s id é r a b le s
e t les d o n s le s p lu s a b o n d a n t s ! L u i q u i le s f a it s o r ­
tir d e l ’in té r io r ité d e le u r ê tr e d a n s la S c ie n c e d iv in e
e t d e s té n è b r e s d e l’é ta t p o te n tie l, v e r s l ’e x té r io r ité
d e l ’e x is t e n c e p e r s o n n e lle q u i c o n c e n t r e le s lu m iè r e s
et le s é c la ts . L u i q u i le u r f a it tr a v e r se r le s p h a s e s ,
le s c y c le s et le s d e g r é s a lt e r n a t if s et c o m p lé m e n ­
ta ir e s d o n t n o u s f û m e s a v e r tis d a n s la p lu s n o b le
r é v é la t io n p r o p h é t iq u e (1 ). L u i q u i, e n s u ite , le s t r a n s ­
fè r e d e l’e x ig u ït é d e la c o n d it io n h u m a in e e t d e sa
r a m ific a tio n , d e s o b s c u r ité s d e la h o u le m a té r ie lle (2)
et d e sa c o m p o s it io n , su r le s n a v ir e s d e la p r o v id e n c e
et d e la fo i c o n fir m a tiv e (3 ), su r le B û r â q d e l ’œ u v r e
(1) Les références qu’on p ourrait trouver sur ce su jet dans
les textes sacrés sont nom breuses. N ous en citerons à titre in d i­
ca tif ces versets : « C’e s t lu i qui vous développe d ’une âm e
u n iq ue : vou s p assez ain si dans des ph ases altern atives et
co m p lém en taires » (Coran 6, 98). « Il vou s a créés par phases. Ne
v oy ez-v ou s pas com m en t A llah a créé Sept C ieux superposés,
et q u ’il y a m is la Lune com m e lu m ière et le Soleil com m e
flam b ea u ? A llah vous a fa it p ou sser de la Terre com m e des
p lan tes. E n su ite Il vou s y fa it retourner et vou s en fa it sortir
de nouveau. Et A llah a m is la Terre com m e tapis pour vous,
a fin que vou s y parcouriez de m u ltip les voies » (Coran 71 ,
14-20). Les cycles naturels m en tion n és correspondent à des
phases de la réa lisatio n in itiatiq u e.
(2) Cf. le verset : « Il vou s a créé dans les ventres de vos
m ères, création après création, en trois obscurités ». (Cor. 39,
7). Les « obscurités » sont : l ’« ép ine d orsale » (a ç-culb), le
« ven tre » (a l-b a t’n ) et la « m atrice » (a r -r a h im ), réceptacles
des trois degrés successifs de « création » q ui sont resp ective­
m en t : le « liq u id e sperm atiq u e » (a n -n u t’f a h ), le « grum eau
de sang » (a l'a la q a h ) et le « m orceau de chair » (a l- m u d ’ghah ).
(Cf. Cor. 22, 5 et 23, 14-15). P our la n otion de « h ou le obscure
de la m atière » qui rappellera en outre l ’en seign em en t co sm o ­
logiq ue des anciens, on p eu t citer le verset : « Les œ uvres des
in fid èles sont sem b lab les au x ténèbres dans une m er h ou leu se :
une vague v ien t les couvrir, et a u -d essu s de celle-ci, une autre
vague arrive, p u is un nuage : ténèbres, les unes sur les a u ­
tres... » (Coran 2 4, 40).
(3) A propos du « voyage in itia tiq u e » figuré com m e une

242
L ’rêPIT R E sur l ’o r i e n t a t i o n pa r f a it e

p ie u s e e t d e la g r â c e c o n c o r d a n te (4 ), j u s q u ’à ce q u ’ils
a r r iv e n t à le u r s p o r ts (5) e t j e t t e n t le u r s a n c r e s
à la s t a t io n d e la V é r ité d e la C e r titu d e (H a q q u - l -
Y a q î n ) et d u d é v o ile m e n t S u p r ê m e (a l- J a lâ ). L à, e n ­
d u is a n t le u r s r e g a r d s s e n s ib le s et le u r s in t u it io n s s u b ­
tile s d u c o lly r e d e S a L u m iè r e , Il le u r m o n t r e le
se c r e t d e l’id e n tité e n L u i d e S a p r im o r d ia lité a v e c
S o n u ltim ité , d e S o n in té r io r ité a v e c S o n e x té r io r ité ,
e t ils v o ie n t q u ’il e s t la F a c e e t l ’A d o r é en to u te
d iv e r s ité et e n to u te u n a n im it é , et le V is é p a r to u t
a c c o r d et to u te d iv e r g e n c e s u r v e n u s e n tr e le s d e u x
m o n d e s , c e lu i d e s h e u r e u x e t c e lu i d e s m a lh e u ­
r e u x (6 ). A in si, ils s o n t s a u v é s d e s a b îm e s d u d o u te ,
d e la p e r p le x ité et d e la d isp u te , et se tr o u v e n t être
b ie n d ir ig é s « v e r s c e ( m ê m e ) p ar q u o i ils d iv e r g è r e n t
en fa it d e v é r ité a v e c la p e r m is s io n d ’A lla h » (Cor.
2, 2 1 3 ) et s o n t a in s i g u é r is d e to u t e m a la d ie . « C eu x -
là s o n t le G r o u p e d ’A lla h ! O r le g r o u p e d ’A lla h
n ’e s t-il p a s c e lu i d e s ê tr e s p r o s p è r e s ? » (Cor. 58, 2 2 ).
Q u e les G râ ce s u n itiv e s d ’A lla h se s u c c è d e n t su r
le u r C h ef, leu r M o d èle e t leu r D o c te u r p a r e x c e lle n c e ,

n avigation on se rappellera entre autres les voyages d ’U lysse.


N u m én iu s interprétant ces voyages com m e le p assage à tra­
vers la génération, d isait précisém en t que l ’âm e est ain si
reconduite « vers ceux qui son t hors de la h ou le et ignorent
la m er ». (Cf. L ’Odyssée, XI, 122).
(4) Le Burâq est la m onture fab u leu se du P rophète lors du
V oyage Nocturne. In itia tiq u em en t il représente « le bon tra­
vail spiritu el » (a l-’a m a l aç-çâlih ).
(5) Traduction libre pour h arm on iser des im ages disparates.
(6) La diversité des con cep tion s est en q uelque sorte une
conséquence de l ’in fin ité des p ossib ilités p rin cip ielles, a quoi
vien t s’ajouter l ’incap acité d ’une exp ression co m p lète de la
con n aissan ce réalisée, et aussi les am p u ta tion s et les n égations
systém a tiq u es de tou te fo rm u la tion dogm atiq u e. Le h ad ith
d isan t que « la d iversité d ’opin ion entre les Savants est une
m iséricorde pour la co m m u n au té trad itio n n elle » se rapporte
à tous ces aspects de la q u estion : on peut y voir n otam m en t
que toutes les doctrines trad ition n elles, in stitu ées, m algré leur
diversité et leurs d ivergences m êm e, procèdent de grâces spé­
ciales et d ’une « autorisation d ivin e » (n otion qui sera évoquée
du reste dans la phrase su ivan te du traité). Le « m onde des
m a lh eu reu x » est sous ce rapport celu i des conceptions non-
autorisées et n on -assistées d ivin em en t.
La n otion de « visée » (w i j h a h ) d ésigne l’« aspect » ou le
« côté » considéré de la Vérité Totale. Cf. le verset « Pour
chacun il y a un aspect (divin) (w ij h a h ) vers lequel il se
tourne » (Coran 2, 146).

243
É TU D ES T R A D IT IO N N E L L E S
c e lu i q u i e st la Clé d u c a d e n a s d e la c r é a tio n e t le
S cea u d u c y c le d e la so u v e r a in e té et d e la s u p r é m a ­
tie, M u h a m m a d , le S o u v e r a in de la P r o p h é tie , a in si
q u e su r sa F a m ille e t su r les P a r fa its d ’e n tr e ses
fr è r e s et ses h éritiers, les p o r te u r s d u D é p ô t D iv in (7)
et de l’E te n d a r d (8), les g a r d ie n s de to u te s les v o ie s
de la P r o je c tio n et d e la R é c e p tio n (9), et su r les
g e n s d e la R é a lisa tio n et d e la M aîtrise, j u s q u ’a u J o u r
d e la R e n c o n tr e e t d e l ’U n io n !

Cet écr it h â t if c o n tie n t u n e in s tr u c tio n c o n c e r n a n t


la m o d a lité d e l’O r ie n ta tio n p r e m iè r e la p lu s p a r fa ite
(a t - T a w a j j u h u - l - a t a m m u - l - a w w a l î) p o u r le d ro it du
V rai (a l- H ’a q q ) — q u ’il so it m a g n ifié et e x a lté ! Il

(7) Le Dépôt de Confiance (a l-A m â n a h ) est le m andat divin


au m ilieu de la création. Cf. « Nous avons proposé la A m ânah
aux Cieux, à la Terre et aux Montagnes. L’H om m e s ’en char­
gea... » (Coran 33, 72). Dans notre texte, l’application de ce
fa it fon d am ental qui préside à la fonction cosm ique de l’H om ­
me, est envisagée plus spécialem ent dans le d om aine de la tra­
d ition islam iq u e et se rapporte ain si au m andat dérivant de
la révélation m oham m adienne, essen tiellem en t confié au Chef
Spirituel ésotérique de cette tradition.
(8) Le sym bole de l’Etendard (a l-L iw â ’) est m entionné dans
le h adith suivant : « Adam et aussi ceux qui lu i sont subor­
données se trouvent sous m on Etendard ». Dans les Futûhât
(Cf. 73, quest. 76-77), Muhyu-d-D în Ibn Arabî explique qu’il
s’agit de l’Étendard de la Louange d ivine (L iw â ’u -l-H am d ).
Adam a eu cet attribut devant les Anges en raison de la con­
naissance de « tous les Nom s divin s » qu’il avait reçue m ais
il le détenait n éanm oins com m e lieu tenan t (nâib) du Prophète
M uham m ad qui, considéré dans son aspect universel et pri­
m ordial « était Prophète alors qu’Adam était encore entre
l ’eau et l ’argile », selon les term es d ’un autre hadith, et qui
est le titu laire de cette enseigne in itiatiq u e en raison de sa
connaissance des Paroles Synthétiques qui englobe celle des
Nom s divins. C’est aussi par l ’attribut du Coran, expression
des Paroles Synthétiques, que le Prophète a droit à l ’Éten ­
dard, car le Coran est considéré com m e renferm ant toutes
les Louanges.
(9) Les notions de Rencontre (a t-T a la q q î) et de Projection
(al-Ilqâ ) se trouvent énoncées plus spécialem ent dans le ver­
set suivant : « Allah, l’Élevé des Degrés, le Maître du Trône,
projette l ’Esprit de Son C om m andem ent sur celui qu’il veut
d’entre Ses serviteurs pour q u ’il avertisse du Jour de la R en­
contre » (Coran 40, 75). Cet aspect de la révélation prophétique

244
l ’é p i t r e sur l ’o r i e n t a t i o n p a r fa it e

in d iq u e c o m m e n t o n é p u r e la fe r m e té v o litiv e (a l-’a z î-
m a h ) et c o m m e n t o n se c o n sa c r e a u b u t lo r s q u ’o n se
d ir ig e v e r s le V ra i et q u ’o n L e v ise a v e c la « fa c e
d u c œ u r » (w a j h u - l - q a l b ). Il e x p liq u e la v o ie la p lu s
d ro ite, la p lu s d irecte e t la p lu s co u rte, p ré fé r é e p ar
le V ra i p o u r l’é lite d es p e u p le s, e t a u s u je t d e la q u e lle
Il a a v erti d a n s S a L o i a v e c la q u e lle Il a e n v o y é S on
P r o p h è te M u h a m m a d , le m e ille u r d e s P r o p h è te s
— su r lu i et su r e u x la p rière et le sa lu t ! (10)
J e m o n tr e r a i ici — s ’il p la ît à D ie u — le se c r e t de
l ’in v o c a tio n (a d h - d h i k r ) (11 ), de la « p r é s e n c e » (a l-
h ’u d ’u r ) et du v id a g e d u r é c e p ta c le (d e la c o n sc ie n c e )
( t a f r î g h u - l - m a h a l l ) p o u r p r a tiq u e r le reg a rd c o n tin u
(a l - m u w â j a h a h ) v ers la p r é se n c e du su b lim e et s u ­
p r ê m e V ra i. J ’in d iq u e r a i a in s i c o m m e n t o n p a s se
d u m o d e e x té r ie u r du d h ik r à so n m o d e in térieu r,
c o m m e n t o n r é u n it e n s u ite c e s d e u x m o d e s, c o m m e n t
c e la m è n e à l’é v a c u a tio n s u s -m e n tio n n é e d u cœ u r, a fin
d ’a b o u tir a u d é v o ile m e n t d u V rai c a c h é d a n s le sec ret
d u cœ u r , c h o se q u i n ’a rriv e q u ’a u c œ u r v id é de to u t

peut être « hérité » par des A w liy â , des m aîtres spirituels


(cf. Futûhât, chap. 155), qui ne sont pas pour cela des Pro­
phètes légiférants, cette p ossib ilité étant ferm ée de toutes
façons pour ce cycle traditionnel, depuis le Sceau de la P ro­
phétie législative.
(10) L’auteur attire l’attention sur le fa it que l’en seign e­
m ent qu’il va exposer en cette m anière ém in em m en t in itia ti­
que, est fondé directem ent sur la doctrine révélée. La Loi
(Shar’) en Islam n ’a pas le sens restreint qu’elle a dans la
civilisation chrétienne où elle s’oppose m êm e d ’une façon
spéciale aux idées de Foi et de Grâce ; elle se rapporte, au
contraire à l’institution révélée dans toute sa généralité, car
la Loi islam iq u e est totale et inclut tous les dom aines et tous
les degrés de la vie spirituelle et tem porelle, y com pris les
principes et les m éthodes de la connaissance m étaphysique.
La différence que nous signalons est en rapport avec la q u es­
tions très spéciale et sur laquelle nous ne pouvons pas insister
ici, du mode de constitution de la form e trad ition nelle du
C hristianism e dans laq u elle interviennent, à côté du m essage
originel christique repris par la m ission du Saint-Esprit, l ’élé­
m ent législatif im périal occidental à part l’élém ent doctrinal
des Grecs.
(11) Nous préciserons ici, lim in airem en t, que le terme dhikr
ne peut être rendu par un seul term e et que, m êm e sous le
rapport spécial qui nous intéresse ici, il sign ifie à la fo is :
« souvenir », « pensée », « rappel », « m ention », « récita­
tion », « incantation », « invocation ». Par la suite nous
em ploierons d’ordinaire le term e arabe lui-m êm e.

245
É T U D E S T R A D IT IO N N E L L E S
d e q u i e s t a u tr e q u e le V ra i, et n ’a y a n t d e reg a rd
q u e p o u r lu i.
J e r e m a r q u e r a i q u e c e tte m é th o d e « d ’o r ie n ta tio n »
e st p r o fita b le ta n t a u x c o m m e n ç a n t s q u ’à c e u x q u i
s o n t d é jà a v a n c é s d a n s la c o n n a is s a n c e in itia tiq u e , à
p art les P a r fa its d ’e n tre les se r v ite u r s d ’A lla h . Car
to u t c h e m in e m e n t c o n s titu e u n c a s sp é c ia l, et à to u te
d é m a r c h e u n b ie n p e u t r e s te r c a c h é à q u e lq u e m o ­
m e n t a lo rs q u ’il est p o u r ta n t u rg en t (d e l’a tte in d r e ) ;
ce n ’e st p a s ici to u te fo is l’o c c a s io n d ’e n p a r le r, ou
d e l ’e x p liq u e r et d ’en d é v o ile r le secret. C’e st A lla h
q u i e st le M aître d u B ie n fa it et d e la R é u ssite en v u e
d e la V o ie et d u m e ille u r V o y a g e.

B a s e s u r la q u e lle e s t f o n d é e la m é t h o d e d e l’O r i e n ­
ta tio n S u p r ê m e : é l é m e n t s c o n s t i t u t i f s e t c o n d i ti o n s
n é c e s s a ir e s .
S a c h e — et q u ’A lla h n o u s c o n fir m e n o u s et v o u s
en n o u s a g e n ç a n t su r le fil p e r lie r d e S es s e r v i­
te u r s r a p p r o c h é s — sa c h e d o n c q u e, s a n s a u c u n d o u te
p o u r n o u s to u s, n o u s a v o n s u n su p p o r t q u a n t à n o tr e
e x is te n c e , à sa v o ir n o tr e C ré a teu r et c e lu i d e to u te
c h o se . D e m ê m e , n o u s n e d o u to n s p a s q u ’il so it p lu s
n o b le q u e n o u s, su r to u t en r a is o n d e n o tr e é ta t de
n é c e s s ité e n v e r s L u i : to u t d ’ab o rd , p a r c e q u ’i l n o u s
fa it ex iste r , e n s u ite p a r ce q u ’il n o u s d is p e n s e la s u b ­
s is ta n c e e x is te n tie lle , e n f in p a r c e q u e c ’e st L u i qu i,
d ’u n e p art, d o n n e les m o y e n s d e sa u v e r n o s â m e s
d e l’in fo r tu n e et d ’év ite r ce q u i a ttire c e tte in fo r tu n e ,
d ’a u tr e p art, p r o c u r e les m o y e n s p a r le s q u e ls o n p e u t
g a g n e r la fé lic ité a in si q u e la p r o x im ité d e L u i e t
o n a rriv e à fr a p p e r à la p o r te d e S a p lu s im m é ­
d ia te P r é s e n c e (H a d ’r a t u - H u - z - z u l f â ) d o n t l ’a c c è s c o n ­
fè r e l ’E x tr ê m e B é a titu d e (a s - S a ’â d a t u - l - q u ç w â ). L u i,
d u fa it q u ’il Se s u f f it à Soi, Il se p a s s e d e n o u s e t
d e n o s b e s o in s d e L u i, ta n t s o u s le ra p p o r t d e l ’e s ­
s e n c e q u e so u s c e lu i de l’a ttr ib u t, ca r l ’im p e r fe c tio n ,
l ’é ta t de n é c e s s ité et la p a s s iv ité s o n t n o s a ttr ib u ts,
246
l ’é p i t r e sur l 'o r ie n t a t io n p a r f a it e

to u t c o m m e l ’a c tiv ité , la s u f f is a n c e p ar S oi et la p er­


fe c tio n e s s e n tie lle so n t S es a ttr ib u ts.
A lla h , p a r l ’o r g a n e d e S es m e s s a g e r s , n o u s a in s ­
tru it q u ’il n o u s a c r é é s p o u r L ’a d o rer (1 2 ), et q u ’il
a d é sir é q u e n o u s r é a lisio n s, p o u r n o tr e p ro p r e b ien ,
la S e r v itu d e à S o n ég a rd , a in s i q u e S a C o n n a is s a n ­
ce (1 3 ). Il n o u s a e n jo in t S o n C u lte u n ita ir e (T a w h î d u -
H a ) et II n o u s a d é sir é s e n retr a ite so lita ir e
a v e c L u i (1 4 ), p o u r c h e r c h e r la fé lic ité p ar u n e v is é e
d ir e c te su r L u i et p ar u n e o r ie n ta tio n v e r s L u i,
e x c lu s iv e d e to u te « a s s o c ia tiv ité » (s h i r l t ) c a c h é e ou
se m a n ife s te .
Il n o u s a p r é v e n u s c o n tr e la n é g lig e n c e , l ’o u b li
et l’in a tte n tio n d u s a u x e x ig e n c e s d e « l’Ame q u i
p o u ss e a u m a l » et a u x s u g g e s tio n s d ia b o liq u e s, et
n o u s a r e c o m m a n d é d e n o u s o ffr ir a u x h a le in e s de
Sa g é n é r o sité (1 5 ). Il n o u s a p r o m is Sa r é p o n se si
n o u s n o u s a d r e s s o n s à Lui (1 6 ). Il n o u s a d is p e n s é
le P u r d on rése r v é d a n s le m y s tè r e d e S es T r é ­
so rs (1 7 ). Il e st d o n c n é c e s s a ir e p o u r to u t c r o y a n t

(12) Cf. le verset : « Je n ’ai créé les D jinn s et les H om m es


que pour qu’ils M’adorent » (Coran, 51, 52).
(13) Ceci résulte de l ’acception plus profonde du verset cité
dans la note précédente. Selon l’interprétation qu’e n donne
Ibn Abbas, le cousin et le com pagnon du Prophète, désigné
dans la tradition com m e « l ’interprète du Coran » (T a rju m â n u -
l-Qur ’â n ) les paroles « pour qu’ils M’adorent » (li-y a ’b u d û n i),
sign ifien t « pour qu’ils Me con n aissen t » (li-y a ’r if ûn i) et
ceci concorde en outre avec le hadith qudsî : « J’étais un
Trésor Caché. Je n ’étais pas connu. J’aim ai à être connu : Je
créai donc des créatures, Je Me fis connaître à elles, et elles
Me connurent ».
(14) Cf. le h adith : « Qui Me m en tion n e en soi-m êm e (en son
âm e), Je l’invoque en M oi-m êm e (en Mon âme)... etc.
(15) A llusion aux term es d ’un h adith : « En vérité A llah
a pendant vos journées des H aleines. Soyez exposés aux Ha­
leines de votre Seigneur ! »
(16) Cf. le verset : « Lorsque Mes adorateurs t’interrogent à
Mon sujet, Je suis tou t proche. Je réponds à la dem ande de
celui qui M’invoque, quand il M’invoque. Qu’ils M’adressent
donc leurs dem andes et q u ’ils aient la foi en Moi. Peut-être
seront-ils bien dirigés (Coran, 2, 182).
(17) Il s’agit de la Connaissance Suprême obtenue d ’une façon
directe et im m édiate par « l’épiphanie essen tielle » (a t-ta jâ lli
a d h -d h â tî) en dehors de toute acquisition, de toute science
préalable et de tou t support ou aide. Il en sera qu estion plus
loin.

247
ÉTU D ES T R A D IT IO N N EL L ES
in te llig e n t q u i c h e r c h e la d é liv r a n c e de so n â m e et
q u i d é sir e la s ta tio n de la P r o x im ité (m a q a m u - l -
Q u r b a h ) p a r m i les h a u ts d e g r é s de sa in te té (h ' a d ’a râ t
q u d s i y a h ) (1 8 ), d e p e n se r e t de se r é so u d r e à « l ’o r ie n ­
ta tio n v ers L u i » (a t - t a w a j j u h u ila y h i) p ar le C œ u r
q u i e st la p a r tie la p lu s n o b le d e l’h o m m e , d u fa it
q u ’il c o o r d o n n e to u t ce q u e l ’être h u m a in r e n fe r m e
c o m m e fo r m e s d u m o n d e et v é r ité s in te lle c tu e lle s , et
d u fa it q u ’il est, a in si q u ’o n n o u s l’a e n se ig n é , « le
R é c e p ta c le d u reg a rd d u V ra i » (1 9 ), « le T r ô n e n u p ­
tial d e S o n d é v o ile m e n t » (2 0 ), « le L ie u de d e s c e n te
de S o n C o m m a n d e m e n t » (21 ) e t « l ’E sc a b e a u d e S es
P ie d s » (2 2 ).
M ais il fa u t sa v o ir q u e le te r m e « c œ u r » (a l- q a lb )
n e d é sig n e p a s ici l’o rg a n e c o r p o r e l à fo r m e de p o m m e
de pin, ca r b ien q u e c e lu i-c i s ’a p p e lle a u s s i « c œ u r »,
ce n o m n e lu i est a p p liq u é q u e d ’u n e fa ç o n a n a lo ­
g iq u e , p o u r a u ta n t q u e la « q u a lité » p e u t être a p p e lé e
d u n o m d u « q u a lifié », et le « s u p p o r t » d u n o m d u
« p o r té ». A p a r t cela , to u t être in te llig e n t sa it q u e le
C œ u r a u s u j e t d u q u e l A lla h a e n s e ig n é p a r S o n P r o ­
p h è te c e c i : « M a T er re e t M on C iel n e p e u v e n t M e
c o n te n ir , m a is le c œ u r de M on se r v ite u r c r o y a n t, p ie u x
et pur, M e c o n tie n t », n e p e u t être c e tte p o m m e de
p in c h a r n e lle , ca r c e lle -c i e st d ’u n e tro p m isé r a b le

(18) On rem arquera que le plus h au t degré est désigné com ­


m e « la Station de la P roxim ité ». C’est la notion qui, pour
des raisons de convenance traditionnelle, sert à « couvrir »
celle d ’id entité Suprême.
(19) Cf. le h ad ith : « Allah ne regarde pas vers vos form es
extérieures m ais vers vos cœurs ».
(20) Le sym b olism e du cœur com m e Trône d ivin (M usta w â
ou A rsh ) dérive d ’un h ad ith qui sera cité un peu plus loin
dans le corps du traité. Pour le sens spécial de Trône Nuptial
(Minaççah) il est u tile de rem arquer qu’il y a là une allu sion
à un sym b olism e de D évoilem ent N u ptial qui revient fréq u em ­
m ent dans les textes doxologiques du Taçaww uf.
(21) Cf. les versets : « C’est un envoi de la part du Seigneur
des Mondes, apporté par l ’Esprit F id èle sur ton cœur, afin
que tu sois d’entre les A vertisseurs » (Coran 26, 192 - 194).
(22) Selon les données d’un h ad ith lorsqu’après la création
des Cieux et de la Terre, A llah s’assit sur Son Trône (al-A rsh ),
« Il reposa Ses Pieds sur l ’Escabeau (a l-K u rsi) ». Dans le sym ­
b olism e de la révélation, les D eux P ieds divins sont le Com­
m andem ent (a l-A m r) de l ’Interdiction (an-N ahy ) de la Loi
divine. Par le sym b olism e de l ’Escabeau, le Cœur est envisagé
donc sous un aspect in férieur au sym b olism e du Trône.

248
l ’é p i t r e sur l ’o r i e n t a t i o n pa r f a it e

c o n d itio n p o u r être le R é c e p ta b le d u S ecr et D iv in ,


e t e n c o r e m o in s le C o n te n a n t d ’A lla h , la S u r fa c e de
S o n R eg a rd S u b lim e , o u S o n T rô n e. L e c œ u r h u m a in
e st u n e d é s ig n a tio n d e la « V ér ité sy n th é tiq u e » (a l-
H ’a q î q a t u - l - J â m i ’a h ) q u i r é u n it d ’u n e p a r t to u s les
a ttr ib u ts et to u te s les fo n c tio n s se ig n e u r ia le s , d ’a u tr e
part, to u s les c a r a c tè r e s et to u s les é ta ts g é n é r é s, ta n t
sp ir itu e ls q u ’in d iv id u e ls .
C ette v é r ité d u C œ u r p ro cèd e, se d é v e lo p p e et se
m a n ife s te d a n s to u te s o n é te n d u e et p ar to u te s ses
fo n c tio n s, c o m m e u n e « fig u r e s y n th é tiq u e » (h a y ’a h
i j t i m â ’î y a h ) q u i se p r o d u it e n tr e le s a ttr ib u ts et les
v é r ité s d iv in e s d ’u n cô té, et les v é r ité s c o s m iq u e s de
l’a u tre , et a u s si e n tr e les c a r a c tè r e s et les a ttr ib u ts
e n g e n d r é s p ar c e s d e u x (o rd res d e r é a lité s) ; to u t
c e la v ie n t a p r ès « e x e r c ic e » (i r t i y a d ’) « tr itu r a tio n »
(t a h ’a n n u k ) et « p u r ific a tio n » (t a z k î ij a h ), e t a p r è s la
c e s s a tio n d es te n d a n c e s d is h a r m o n iq u e s ; ceci im p li­
q u e la p r é d o m in a n c e d e « l ’é q u ilib r e se ig n e u r ia l »
(a l-i’tid û l a r - r a h b ù n i ) q u i ré g it « l’é q u ilib r e sp ir itu e l »
(a l- i’tid â l a r - r û h û n î ) , le « te m p e r a m e n ta l » ( a t- t’a b î ’î),
« é lé m e n ta ir e -s u p é r ie u r a n g é liq u e et c é le ste » (a l- ’u n -
ç u r î- a ç - ç û r i a l-’a la w î a l- m a l a k î a l- f a l a k î ), a u s s i b ien
q u e « l ’é q u ilib r e in f é r ie u r é lé m e n ta ir e » (a l-i’t id û l a s-
s u f l î a l- ’u n ç u r î ) (2 3 ). C’e st a lo rs s e u le m e n t q u e se
m a n ife s te la r é a lité e s s e n tie lle d u cœ u r, d e la m ê m e
fa ç o n q u e l ’e n cr e n o ir e r é s u lte d u m é la n g e d u sel et

(23) « L’équilibre élém entaire inférieur » est constitué par


les quatre élém ents sen sibles (le feu, l’air, l ’eau et la terre)
appelés ’anâçir (sing. ’unçur). Quant à « l ’équilibre élém entaire
form el — supérieur — angélique et céleste », il sem ble être
celui de la m atière (al-h ay û lâ ) et de la form e (ac-çûrah) qui
sont appelées dans le périp atétism e arabe « les deux élém ents
par excellence » (al-’u n çurâni) et qui d éterm inent l ’éther (a l-
athir) cinquièm e des élém ents inférieurs, proprem ent dits :
à ce degré l ’être est envisagé com m e « corps éthéré », alors
qu’au degré des autres quatre élém ents, il est envisage com m e
« corps élém entaire ».
A u-dessus de ces deux équilibres se situe « l ’équilibre te m ­
peram ental » (al-i’tid â l a t-ta b î’î ) — les ta b â i’i (terme qui s’ap­
plique aux qualités sen sibles) étant ici les quatre tem péra­
m ents (le nerveux, le sanguin, le lym p hatiq ue et le b ilieu x).
Quant à « l’équilibre spirituel » (a l-i’tidâ l ar-rûhâni) selon
un sens plus général qui inclut aussi le sens du « subtil p sy ­
chique » il sem ble devoir être considéré com m e com prenant
l’en sem b le des forces psych o-spiritu elles en tan t q u ’elles s’op-

249
ÉTU DES T RADITIONN ELLES
du fer a v ec le c a r th a m e au m o y e n de l’eau , ou de la
fa ç o n d o n t le fe u ja illit du c h o c en tre la p ierre et
le fer. C ette « fo r m e » (ç û r a h ) qui se m a n ife ste a in si
en tre les c h o se s o p p o sé e s q u e n o u s v e n o n s de m e n ­
tio n n er, est la fo r m e de la v érité du C œ ur, q u a lifié e
par les q u a lité s de D ieu (a l- H ’a q q ) et p ar ce lle s du
M onde (a l- A l a m ). L e c œ u r c h a r n e l n ’e st q u ’u n « su p ­
p ort » qui té m o ig n e de l’e x iste n c e de cette fo r m e et
de so n « m ir o ir ». A cet ég ard les h o m m e s o c c u p e n t
d es d eg rés très v a riés. C elui q u i c o n n a ît la to ta lité
de ces d eg rés, c o n n a ît la v érité de l'Is lâ m (la c o n fo r ­
m ité à la L oi d iv in e so u s le ra p p o rt d es a ctes et d es
a b ste n tio n s), de l'I m â n (la F o i), de l'Ih s â n (la P e r fe c ­
tion a d o ra tiv e) (24), de la W a l â y a h (la M aîtrise S a in ­
te) (25), de la N u b u w w a t u - r - R i s â l a h (la P ro p h étie
lég ifé ra n te), de la K h il â f a h (le V ica ria t d iv in ) e t du
K a m â l (la P e r fe c tio n to ta le) (26) ; il c o n n a ît ce q u i
e st c o m m u n à to u s ces d eg rés et ce qui les d iffé ­
ren cie l ’un de l’autre. C o m p ren d s d on c.
E n su ite je d is : L e v o y a g e (a s - s a y r ) ou le c h e m i­
n e m e n t in itia tiq u e (a s - s u l û k ) et les ex ercic es (ar-
r i y â d ’a h ) p r év u s d a n s c h a q u e règle sp iritu elle o n t
pou r b u t la ré a lisa tio n de cette fo r m e sy n th é tiq u e et
h a r m o n iq u e, r é s u lta n t de l’a cco rd entre, d ’u n e part,
les sta tu ts d es c o n n a issa n c e s d o c tr in a le s o r th o d o x e s
et, d ’a u tre part, les a ctes, les m a n iè r e s et les q u a li­
tés, selo n d es p ro p o rtio n s, é ta b lies par d es critèr es
d ’in te llig ib ilité et de lé g a lité sa crée. (C’est su r cette
b a se q u e) se m a n ife ste l ’e n tité c o n stitu é e p a r la « fo r ­
m e du C œ ur », a in si q u e so n a u to rité (27). A lors elle

posent aux degrés corporels et physiologiques constitués par


les autres « équilibres » précités.
« L’équilibre seigneurial » (al-i’tidâl ar-rabbânî) est la
racine supérieure de tous ces quatre équilibres.
(24) Ce sont les principaux degrés constitutifs du Dîn (La
Religion ou la Tradition instituée).
(25) La W alâyah inclut un aspect de prophétie non-légifé-
rante, la Prophétie des Notifications.
(26) Il y a là une indication som m aire de degrés-fonctionnels
qui peuvent être occupés, sous des conditions particulières, par
ceux qui ont atteint la réalisation essentielle suprême.
(27) L’expression rendue par « form e du Cœur » est aynu-ç-
çûrati-l-qalbîyah qui en raison d’une autre signification du
terme ayn peut faire allusion au sym bolism e de l ’Œ il du Cœur
(Aynu-l-Q alb).

250
l ’é p i t r e sur l ’o r i e n t a t i o n p a r fa it e

se m a n ife s te so u s le ra p p o rt d e la q u a lité q u i co r­
resp o n d à la « rec h e r c h e » ( t ’a la b ) e n v isa g é e p ar l’être
o rien té (a l - m u t a w a j j i h ) — é ta t p e n d a n t leq u el l ’a u ­
torité d e cette q u a lité re q u ise p o u r la rec h erch e d o ­
m in e le reste d es q u a lité s q u e co m p o r te l’esse n c e
de l’être — la d é c isio n et la v o lo n té de celu i-ci s ’u n is ­
sen t a v ec le c o m m a n d e m e n t q u i le p o u ss e à la rec h er­
ch e, et, d a n s c et état, l’être s’a p p liq u e à « v id er le
réc ep ta cle (de sa c o n sc ie n c e ) » ( l a f r îg h u - l-m a h ’a ll),
p a s sa n t a in si à u n e a u tre p h a se (de l ’o r ie n ta tio n sp i­
ritu e lle ).
L ’o r ie n ta tio n p r em ière est g lo b a le ; elle d érive d ’u n
a m o u r de n a tu re esse n tie lle , sa n s c a u se ni m o y e n s
co n n u s, sa n s c o n d itio n n e m e n t p réc isé d a n s la c o n s ­
c ie n c e de l ’être « o rien té », au c o m m e n c e m e n t d e sa
ca rrière et de sa r e c h erch e ; c e tte c a r a c té r istiq u e est
le p lu s sû r in d ic e d e l’e x iste n c e d ’u n e « p r é d isp o s i­
tio n p a r fa ite » (a l- is ti’d â d a t- t â m m ) , car les a ffin ité s
de n a tu r e e ss e n tie lle so n t se u le s d ép o u r v u e s d ’u n e
c a u sa lité p a rticu lière. Q u a n t à la d e u x iè m e o r ie n ta ­
tion, elle e st u n e d é sig n a tio n de l’o r ie n ta tio n (c o n s­
c ie n te ) v ers le V rai « se lo n ce q u ’il sa it L u i-
m ê m e » (28), n o n c o n d itio n n é e p ar une n o tio n reçu e
ou c o n ç u e d ’in c o m p a r a b ilité (a t - T a n z î h ) ou de C o m ­
p arab ilité (a t - T a s h b î h ). Il s ’a git d ’u n e o r ie n ta tio n
a b so lu e et sy n th é tiq u e (t a w a j j u h e n m u t ’la q e n j u m -
lie n ) d o u é e de la p la stic ité de la M atière P r e m iè r e
(h a y û l â n î u - l- w a ç f ) et p o u v a n t rec ev o ir to u te fo r m e
et to u t c o m m a n d e m e n t é m a n a n t de la part du
V rai (29 ), et q u i reste en d eh o r s de l’e sp rit p arti-
c u la r iste d es c r o y a n c e s lo u a b le s ou b lâ m a b les, r é s o ­
lue à e n v isa g er la P e r fe c tio n du V rai c o m m e u n e
P e r fe c tio n d ’E sse n c e (K a m â l D h â tî) , c o n te n a n t to u s
les a ttr ib u ts p erc ep tib les par les se n s ou c a c h é s et
d o n t le secret n e p e u t être c o m p r is p ar u n e réflex io n ,
ni par u n e in te llig e n c e , ni par u n e n te n d e m e n t, ni par
u n e e stim a tio n , car te lle q u ’elle fu t e n se ig n é e d ’e n
(28) Sur le sens de cette m ention, qui reviendra d’ailleurs
encore plus loin, cf. « Le Livre des Instruction » (K itâb u -l-
W a çâ y a) d’Ibn Arabî, Etudes Traditionnelles, avril-m ai 1952,
p. 125 avec la note 2 et p. 131 et la note 5).
(29) Ceci évoquera le célèbre vers du Sheikh al-Akbar :
« Mon cœur est devenu capable de recevoir toute form e »
(Çâra qalbi qâbilen kulla çûratin).

251
É TU D ES T R A D IT IO N N EL L ES
h a u t, té m o ig n é e et c o n n u e , c e tte P e r fe c tio n se m a n i­
feste à q u i elle v e u t et c o m m e e lle v e u t (3 0 ). Si elle
v eu t, elle se m a n ife s te so u s n ’im p o r te q u e lle fo r m e ;
si elle n e v e u t p as, on n e p e u t lu i a ttr ib u er a u c u n e
fo rm e, n i n o m , ni tra ce. Si e lle v e u t, e lle v a lid e à
so n s u je t to u te a ssig n a tio n , se fa it a p p e le r de to u t
n o m et a c c e p te q u ’o n lu i r a tta c h e to u te q u a lité , m a is
en m ê m e te m p s elle r e ste en e lle -m ê m e S a in te a u -
d e s s u s d e to u t é ta t et de to u t ce q u i n e c o n v ie n t
p a s à S a M a jesté, ja m a is d é p o u r v u e d e ce q u i lu i
est p ro p r e p ar e sse n c e , to u jo u r s in a ffe c té e p ar u n e
c o n d itio n ou p a r d es c o n d itio n s, ou m ê m e p ar l’a b ­
se n c e d e c o n d itio n s (31 ).
L o r sq u e tu se r a s d ’u n e telle d isp o sitio n d ’esp rit, et
lo r sq u e c e tte c o n v ic tio n ser a é ta b lie f e r m e m e n t en
to n â m e, lo r sq u e la m u ltip lic ité de tes d iv e r se s p r o ­
p riétés sera e ffa c é e d a n s l ’u n ité d e to n o r ie n ta tio n ,
sa n s e m p r e in te , n i d é sir d ’u n e a u tre ch o se , sa n s d é ­
to u r n e m e n t v e r s u n e a u tr e a ffa ire, c ’e st a lo r s q u e
sera c o n fir m é e l ’a ffin ité o u l’a n a lo g ie (a l - m u n â s a b a h )
en tre toi et la D ig n ité S a in te (H ’a d ’r a t u - l - Q u d s ) (32).
C’est e n c e tte c o n d itio n q u e tu a u r a s a c q u is la fo r m e
(30) On pourrait remarquer à l’occasion que le prem ier ta-
w a jju h est seu lem en t « naturel » alors que le deu xièm e est
en m êm e tem ps « technique ». Sous le rapport de la causalité
le prem ier se rapporte à la V olonté productrice divine (a l-
M ashîah) appelée, selon une expression d’Abû Tàleb al-Mekkî,
« le Trône de l’Essence Une » (M ustaw â D â ti-l-A h a d îy a h )
dont les décrets sont exécutoires en dehors de la volonté et
de la conscience des créatures ; par contre le deu xièm e ta w a jju h
qui suppose néanm oins le prem ier et l ’inclut, participe en
m êm e tem ps à la Volonté norm ative divine, plus précisém ent
à Son C om m andem ent légal (a l-A m r ash-shara’î) qui exige
l’application consciente et volontaire à l’Orientation. C’est
cette « jonction » des deux m odes de la Volonté d ivine dans
l’être spirituel, m ettant d ’ailleurs en cause les n otions de
déterm inism e et liberté, qui était énoncée à propos du « pas­
sage vers une autre phase de l’O rientation spirituelle ».
(31) Cf. F utûhât, ch. 143 : « L’Absoluité est un Condition­
nem ent (a l- l t’lâq ta q y îd ) pour autant qu’elle se distingue du
Conditionnem ent... Le plus qu’on peut dire de Lui c’est qu’il
est Inconnu et Inconnaissable, or cela ne sort pas de la notion
de « conditionné » car l’Inconnu s’oppose au Connu. »
(32) Sur la portée théologique et m étaphysique de la notion
de m unâsabah voir aussi « Le Livre de la Prem ière Connais­
sance » (K itâbu-l-M a’rifa ti-l-U lâ ) du Sheikh al-Akbar. — La
notion d’« analogie » est fondée légalem ent sur le h adith :
« Allah a créé Adam selon Sa form e ».

252
l ’é p i t r e sue l ’o r i e n t a t i o n pa r fa it e

p r o p ic e à la r é v é la tio n d u V rai ( ta ja llî- l- H ’a q q ) (33 ),


et c ’e st a lo rs q u e tu ser a s E sc a b e a u de S es P ie d s
et T rô n e N u p tia l d e Son D é v o ile m e n t ! C o m p ren d s
b ien cela.

S a c h e a u s s i q u e la so u r c e d es fa c u lté s in d iv id u e lle s
et c o m p le x io n n e lle s d e l ’h o m m e , la ra c in e d e to u te s
se s q u a lité s, d e to u s se s ca r a c tè r e s et d e to u te s ses
a c tiv ité s, e st so n C œ ur, q u i d ’a u tr e p a r t e st le M iroir
d e l ’E sp r it d iv in . Ce Cœur r é u n it d o n c les c a r a c tè r e s
sp ir itu e ls et c e u x in d iv id u e ls en r a iso n d u m y stè r e
e x p r im é p ar le h a d ith : « L e C œ u r d e M on se r v iteu r
c r o y a n t M e c o n tie n t. » C elui q u i le d iv ise et le d is ­
p e r se d a n s la p o u r s u ite d es b u ts de ce m o n d e , le r e n ­
d a n t a in s i p ro p re à to u te r e c h e r c h e p a r tic u lièr e, le
c œ u r de c e lu i-c i sera a ffa ib li s o u s le ra p p o rt in te l­
le ctu el, c o m m e un c o r p s q u i, e x c e s s iv e m e n t d éb ilité,
n e p e u t p lu s se réta b lir, ou c o m m e l ’ea u d ’un g ra n d
fle u v e q u a n d ce lu i-c i se d iv ise en p lu s ie u r s b ra s. U n
tel h o m m e se v erra a lo rs a m e n é à c h e r c h e r d e s fo r ­
c e s e t d u r é c o n fo r t p ar d es c h o s e s e x té r ie u r e s q u ’il
v o u d r a in tr o d u ir e en lui e t in té g r e r à soi, c o m m e
o n fa it a v e c les a lim e n ts d a n s la n u tr itio n o r d in a ir e ;
or cela e st u n e c h o s e q u e la v érité p r o fo n d e r e fu se
en to u te lo g iq u e , ca r u n tel c a s e st en réa lité c o m ­
p ara b le à c e lu i d e l ’h o m m e q u i a u r a it l ’e s to m a c fa ib le
et les fo r c e s très d im in u é e s et q u i d é sir e r a it se ré ta ­
b lir a u m o y e n d ’u n e n o u rr itu re , a lo rs q u ’il n e p o u r ­
ra it en tirer n u l p ro fit, sa c o n d itio n o r g a n iq u e n e le
lu i p e r m e tta n t p as. Ce q u i d a n s le d o m a in e d es r é a ­
lité s e s s e n tie lle s (a l- h ’a q â iq ) c o r r e sp o n d à la d is p o ­
s itio n o r g a n iq u e ( t ’a b î ’a h ) d u d o m a in e co rp o rel, c ’est
la « q u a lific a tio n » o u la « p r é d is p o s itio n s p ir itu e l­
le » (a l- is ti’d â d ). T a n t q u ’il n ’y a p a s d e p r é d is p o s i­
tio n , l ’e ffo r t n e se r t à rien .

(33) Selon « Le Livre des term es conventionnels des Soufis »


(K itâbu Içtilâh ’â ti-ç-Ç u ffiyah ) d ’Ibn Arabî : « Le taja lli (l’épi-
phanie) est ce qui se découvre aux cœurs en fait de lum ières
des m ystères ». — Quant au taja lli-l-H ’aqq de notre texte il
est proprement « la Théophanie », car c’est un taja lli ilâhi.

253
É TU D ES TRA D IT IO N N EL L ES
Si, à ses d éb u ts, l ’h o m m e se r e str e in t à ce q u e
c o m p o r te s o n e s s e n c e p e r so n n e lle et à ce q u ’a d é p o sé
en lu i le V rai, et s’il p r ése rv e so n « c œ u r » et so n
« se c r e t u n iv e r se l » (a s -s ir r a l - k u l l î) (34) d e to u te d i­
v isio n , d isp e r sio n et r a m ific a tio n r é s u lta n t de l’a tta ­
c h e m e n t à d es o b je c tifs p a r tic u lie r s de l ’é ta t créé,
se s fo r c e s et ses c a p a c ité s o r g a n iq u e s, sp ir itu e lle s et
e n s u ite d iv in e s, a in si q u e le u r s fru its, se r o n t p lu s
a b o n d a n ts et p lu s p a r fa its q u ’ils ne p o u r r a ie n t l ’être
en s ’a p p u y a n t su r la v e r tu d e s m o y e n s ex té r ie u r s.
Ig n o re sa p e r fe c tio n e s s e n tie lle p ro p re ce lu i q u i cro it
b ien fa ir e en e n tr e p r e n a n t de la c h e r c h e r et de l ’a tt e in ­
dre a u -d e h o r s. Si ce lu i-c i é ta it g u id é d a n s la v o ie
d ro ite, il sa u r a it q u e la q u ê te fo n d a m e n ta le (a t - t ’a la b
a l-a ç lî) e n tr a în e n é c e s s a ir e m e n t la m ise en d é ta il d es
r é a lité s s y n th é tiq u e s et la m a n ife s ta tio n d es c h o se s
c a c h é e s, p ar u n p a s sa g e de la p u is s a n c e à l ’acte, m a is
q u e d ’a u tre p a r t to u te s se s fa c u lté s et ses fo r c e s qui
o n t p o u s s é en se r a m ifia n t, en se m u ltip lia n t e t en
se d iv e r s ifia n t d a n s la d ish a r m o n ie , d o iv e n t r e to u r ­
n er p ar u n e u n ific a tio n p r o g re ssiv e , to u t d ’abord d a n s
c h a c u n d e s q u a tr e « é q u ilib r e s » p r é c ité s (3 5 ), e n su ite
d a n s la r a cin e u n iq u e et u n iv e r s e lle q u i r é u n it le tou t,
to u t r a m e a u r e v e n a n t à la b r a n c h e d o n t il p ro cèd e,
et to u te b r a n c h e à la ra cin e, to u te s les p a r tie s s ’in t é ­
g ra n t d a n s le T o u t. M ais c et être fu t v o ilé à l’ég ard
de c e tte (p e r fe c tio n fo n d a m e n ta le in h é r e n te à l ’être
e ss e n tie l), p ar la s é p a r a tio n en les D e u x P o ig n é e s
(a l- Q a b d ’a t â n ) et p a r l ’a c c o m p lis s e m e n t d es D e u x
P a r o le s (a l- K a l i m a t â n ), et « p a rce q u ’A lla h a p r o n o n c é
u n d écr et e x is te n tie l qui d ev a it se r é a lise r tel
q u el » (36 ).

(34) D’après une défin ition de Jurjânî (Ta’r îfâ t), le sirr est
un élém ent très fin (la tîfa h ) déposé dans le cœur, com m e l’e s ­
prit l’est dans le corps, et qui est l’« organe » de la contem ­
plation (al-m uchâhadah). Voir « Une instruction sur les fo n ­
dem ents de l ’Islam » (K itâ bu-l-I’lâm f î-m â buniya alay -h i-l-
Islâ m ) d’Ibn Arabî (Etudes Traditionnelles), Janvier-février
1962, p. 27, note 4).
(35) Voir supra note 24.
(36) Selon le hadith, Allah en prenant dans chaque m ain
une poignée de la descendance d’Adam, les destina par deux
sentences d éfin itives à leur sort : « Ceux-ci sont pour le
Paradis, et Je ne M’en soucie pas, et ceux-là sont pour l’Enfer,
et Je ne M’en soucie pas ».

254
l ’é p i t r e sur l ’o r i e n t a t i o n pa r fa it e

C o m p ren d s et c o n n a is ce q u ’il te fa u t c h e r c h e r et
a tte in d r e d a n s ta c r o issa n c e et ta fr u c tific a tio n , ce
q u ’il te fa u t év iter, et ce d o n t tu d o is te d é p o u ille r
p a r le tra v a il d e p u r ific a tio n et d e sa n c tific a tio n .
A in si l’a ffa ir e sera p lu s à ta p o r té e et la v o ie sera
p lu s c o u r te a v ec l’a id e d ’A lla h e t p ar S a V o lo n té.

L a t r a n s la tio n d a n s les d e g r é s d u d h i k r et se s
c o n d itio n s n é c e s s a ir e s .
L e p rem ier d eg ré e st c elu i de l ’é lim in a tio n d es p e n ­
sé e s im p o r tu n e s p ar le m o y e n d e la c o n tin u ité du
« d h ik r e x té r ie u r » (a d h - d h i k r a z ’- z ’â h i r ) p ra tiq u é
a v ec e ffo r t (j i d d ) e t c o n c e n tr a tio n (j a m ’ia h ), sa n s
a rrêt m a is sa n s e x c é d e r la c o m p le x io n n a tu relle, et
to u jo u r s a v ec « p r é s e n c e » ( h ’u d ’û r ) d u V rai (a l-
H ’a q q ) et sa « sc r u ta tio n in in te r r o m p u e » ( m u r û q a b a h )
« se lo n ce q u ’il sa it L u i-m ê m e à so n p ro p re su je t» ,
a in si q u ’il a été d it p r é c é d e m m e n t (37).
A u d eg ré su iv a n t, les p e n s é e s im p o r tu n e s a y a n t été
c h a s s é e s et n ’a p p a r a iss a n t p lus, c ’e s t le c œ u r q u i
p r o n o n c e le d h ik r ; so it le d h ik r a u q u e l tu te tr o u v a is
a p p liq u é , so it u n a u tr e q u i t ’e st d é te r m in é p ar u n éta t
in sp ir é p ar le V rai ; ce d ern ier c a s p e u t se p r o d u ir e
d u fa it q u ’A lla h (d o n t la g lo ire d o it être p r o c la m é e
a u -d e s s u s de to u t) sa it q u e la c o n d itio n de c e t a u tr e
d h ik r te sera p lu s p r o fita b le . Q u el q u ’en so it le cas,
r é a lise la « p r é se n c e » au m o y e n d e ce d h ik r en
a b a n d o n n a n t la fo r m e e x té r ie u r e d e l’in c a n ta tio n .
Il en ser a a in si j u s q u ’à ce q u e tu s e n te s q u e tu
p e u x v id er to n in té r ie u r du d h ik r rép été. Si tu d é sir e s
c e la et si tu te re n d s c o m p te q u e tu e n es ca p a b le,
e ffo r c e -to i a lo rs d e v id e r to n in té r ie u r d u d h ik r in té ­
rieu r lu i-m ê m e . A in si tu e n g a g e r a s to n â m e à se p a s ­
ser en m ê m e tem p s d u d h ik r e x té r ie u r et d u d h ik r
in té r ie u r . T u t ’en tr o u v e r a s c a p a b le p e n d a n t u n e
h eu re, m a is p a s to u jo u r s, ou p e n d a n t d e u x h e u r e s,
e n su ite les p e n sé e s t’a ssa ille r o n t ; si tu p e u x les re ­
p o u ss e r par ta fe r m e té , et si tu p e u x te ten ir à l’éc a r t
(37) Voir note 28.
255
ÉTU D ES T R A D IT IO N N E L L E S
d ’e lle s e t de ce q u i les p r o v o q u e , d é fe n d s -to i d e c ette
fa ç o n ; m a is si tu n ’y a r r iv e s p a s, r e v ie n s a u d h ik r
fa it a v e c le c œ u r (a d h - d h i k r b i-l-q a lb ), a v e c in te lle c -
tio n ( ta ’a q q u l ) d es le ttr e s (d u N o m ) e t p a s a v ec leu r
r e p r é se n ta tio n (t a k h a y y u l ) tel q u e ton â m e te p o u s ­
se r a it à le d é sir e r (3 8 ).
A u c a s où, e n fa is a n t a in si, les p e n sé e s o n t n é a n ­
m o in s a sse z de fo r c e p o u r te c o n tr a rie r, p r a tiq u e
s im u lt a n é m e n t le d h ik r e x té r ie u r et la « p r é se n c e »
in térieu re, s a n s ce sse , o u la p lu p a r t d u te m p s .
T a n t q u e tu p e r sé v é r e r a s d a n s la m é th o d e q u e je
v ie n s d e t ’e x p o se r, ta lib é r a tio n d e s p e n s é e s sera
a c c r u e et se d év elo p p era , d e so rte q u e tu p o u rr a s
r e n v e r se r les p e n s é e s im p o r tu n e s et le s c h a sse r
F a is d o n c tr a v a ille r c o n tin u e lle m e n t to n â m e e t to n
c œ u r d e la fa ç o n q u e je v ie n s d e te dire.
Si tu es o c c u p é à q u e lq u e b e so g n e , à p a r t le te m p s
de tes e n tr e tie n s a v e c les h o m m e s , et si a lo rs il
t ’a p p a r a ît n é c e ssa ir e d ’e n tr e p r e n d r e q u e lq u e a u tre
tra v a il o u de t ’a p p liq u e r à q u e lq u ’a u tre b e so g n e , d is :
« A u n o m d ’A lla h ! a v e c « p r é se n c e » et « o r ie n ta ­
tio n », a u m o m e n t de c o m m e n c e r ; e n s u ite p r o c è d e à
ce q u e tu a s à faire, so it c o n v e r sa tio n , s o it tra v a il
m e n ta l, so it a u tr e a ctio n , en d is a n t :
« A lla h u m m a , so is m a v is é e en to u te v isée, m o n b u t
en to u t b u t, m o n a b o u tis s e m e n t en to u te c o u r se , m o n
abri e t m o n r e fu g e en to u te d iffic u lté et to u t to u r ­
m e n t, a in si q u e m o n g é r a n t en to u te a ffa ir e . A c c o m ­
p a g n e -m o i a v e c a m o u r e t se c o u r s, en to u t éta t. »
A p r è s q u oi, a p p liq u e -to i à ce q u ’il te fu t d e stin é de
faire (39 ).
V ise a u ssi, d a n s les in te r v a lle s de te s é ta ts o r d in a i­
res, la v e ille in c a n ta to ir e , e t le r eto u r v e r s le V rai,

(38) Cf. « Le Livre des Instructions » d’Ibn Arabi déjà rap­


pelé, E.T., avril-m ai 1952, p. 131.
(39) Les diverses « visées » et « activités » sont envisagées
com m e des « orientations » vers des aspects n ou veau x de la
m êm e Vérité. Le « but » de ces orientations est ain si utilisé
com m e une source d’énergie qu’il s’agit alors d’atteindre et
posséder com m e l’Energie Unique et Absolue, de sorte que
l’être orienté retrouve intégralem ent sa Visée Unique. Cette
conception fait que toute orientation et toute activité p arti­
culière convoque la totalité de l’être spirituel qui reste ainsi
d ’une façon constante sur sa tendance prim ordiale et capitale.

256
l 'é p it r e sur l 'o r ie n t a t io n p a r fa it e

a u m o y e n de ce q u i t ’a tta c h e à L u i (4 0 ), a in si q u e
l ’a e n se ig n é A lla h d a n s Sa P a r o le a d r e ssé e à S on
P r o p h è te B ie n -A im é : « In v o q u e (w a - d h k u r ) to n S e i­
g n e u r en to n â m e, a v e c h u m ilité et c r a in te , à v o ix
b a sse, le m a tin et le soir, et n e so is p a s d ’e n tre les
n é g lig e n ts ! » (C oran, 7, 2 0 5 ). L es d e r n ie r s m o ts v e u ­
le n t d ire : « N e so is p a s n é g lig e n t en te s u f f is a n t de
l ’in c a n ta tio n a u m a tin e t a u soir, n e te lim ite p a s à
c e s d e u x m o m e n t s e x té r ie u r s, q u i so n t le c o m m e n c e ­
m e n t et la fin (de la jo u r n é e o r d in a ir e ), q u o iq u e cela
so it u tile et s u f f is a n t p o u r u n a u tr e q u e toi ! » Or, à
ce p ro p o s, ra p p e lle -to i q u ’A lla h a d it a u s s i : « D a n s
l ’E n v o y é d ’A lla h il y a p o u r v o u s u n e x e m p le e x c e l­
le n t » (C oran 33, 2 1 ). C o n fo r m e -to i d o n c à l’e x e m p le
d u P r o p h è te sa n s r e c o u rir à d es in n o v a tio n s (4 1 ).
Si tu fa is d e c e la ton h a b itu d e , la « p r é se n c e »
s ’a c c r o ît en toi, le p o u v o ir d e to n d h ik r est ren fo rcé,
et l ’e n fa n ç o n de ton c œ u r a p p a r a ît h o r s de l’e n v e ­
lo p p e fœ ta le de ta n a tu r e bru te. T e s a ttr ib u ts et tes
v e r tu s so n t p u r ifié s, ton â m e est s a n c tifié e ; le m ir o ir
de to n c œ u r e st é te n d u , sa s u r fa c e e st a p la n ie par
l’u n ific a tio n d e sa m u ltip lic ité , et p ar la v a lid ité de
de sa fo r m e et de so n a sp e c t. D é p o u r v u d e to u te ir r é ­
g u la r ité et de to u te b r isu r e le m ir o ir de to n c œ u r c o r ­
r e s p o n d a lo rs à la d ig n ité d e so n S e ig n e u r p a r l ’u n ic ité
et l’a m p lititu d e , p a r l ’a b so lu ité et la s a n c tific a tio n , et
tu es s u b lim é h o r s d e s tr o u b le s r é s u lta n t de la m u lt i­
tu d e d e s a tta c h e s s e n tim e n ta le s a u x c h o se s du m o n d e
et h o r s d e to u te so u illu r e .
Si tu t’éta b lis fe r m e m e n t d a n s l’a ttitu d e q u e je
v ie n s de te p ro p o ser , te sera o u v e r te u n e a u tre p orte
e n tre toi et to n S eig n e u r , sa n s im m ix io n d ’in t e r m é ­
d ia ir e à S on S u jet, ni p ar in te r fé r e n c e d u d e h o r s ni
p ar p r o c e ssio n de L u i-m ê in e (4 2 ). L à tu sa u r a s toi-
m ê m e ce q u ’il en est d e L ui, ce q u i le co n c e r n e ,
ce q u ’œ u v r e n t e n s e m b le le C réa teu r et la c r é a tu re, et
ce q u i y m è n e .
L ’« o r ie n ta tio n » (a t - t a w a j j u h ) q u i v ie n t d ’être in ­
d iq u ée , d ev ra être to n état, c h a q u e fo is q u e tu te

(40) C’est-à-dire au m oyen de ton dhikr habituel.


(41) Ce rappel assez fréquent de la règle prophétique so u li­
gne que le T a ç a w w u f a sa source dans l’enseignem ent révélé.
(42) Par exem ple un ange.

2S7

2
ÉTU DES TR A D ITIO N N ELLES
d irig er a s v ers ton S e ig n eu r : d a n s les œ u v r e s sp iri­
tu e lle s de to u s gen re, d a n s les d e m a n d e s q u e tu Lui
a d r esses, d a n s la rec h e r c h e d u r e fu g e a u p rè s de L ui,
et d a n s to u te s les c h o se s qui fo n t l’o b jet de tes p ré o c ­
c u p a tio n s ta n t d ’ord re g én éra l q u e p a r tic u lier (43).
« E t c ’est A lla h qui d it la v érité et qui co n d u it
su r la ro u te ! » (Cor. 33, 4).
*
* *

C o m p l é m e n t c o m p o r t a n t a u s s i d e s p r é c is io n s s u r
ce q u i a é té f o r m u l é p r é c é d e m m e n t d e fa ç o n s y n t h é ­
tiq u e .
S a c h e q u e la ra iso n p r o fo n d e de la p r o c e ssio n par
o rd re g ra d u el d a n s la p r a tiq u e d u d h ik r, d e l’ « o r ie n ­
ta tio n » (a t - t a w a j j u h ) e t d e l’ « a sc e n sio n » (a t- ta r a q -
q î) e st la r e v iv ific a tio n de la v érité p r o fo n d e c o n s ­
titu é e p ar l’a n a lo g ie (a l - m u n â s a b a h ) (44) p rim o rd ia le
en tre D ieu (a l- H ’a q q ) et S on ser v iteu r (a l- a b d ). Cette
v érité est a c tu e lle m e n t p erd u e et se tro u v e v o ilé e par
les c o n d itio n s de l’éta t de cré a tu re e t p ar les c a r a c ­
tères p a r tic u lie r s e t les a ttr ib u ts v a riés de l’éta t c o n ­
tin g e n t. A u ssi, elle n e sa u r a it être rec o n q u ise , ré fo r ­
m é e et d éliv rée q u e p ar la ru p tu re d es lien s e x té ­
rieu rs et in térieu rs, et en v id a n t le c œ u r de to u tes
les a ffe c tio n s e n g e n d r é e s p ar l’a tta c h e m e n t de l’h o m ­
m e à to u te s ch o ses, c o n n u e s de lu i o u n on . E n su ite
le c œ u r d o it r e c o n stitu e r sa fo r m e en ta n t q u ’u n ité
d ’e n se m b le ; en e ffe t sa « c o n stitu tio n » (a l- h a y ’
a h ) (45) (n a tu relle) e st u n a g ré g a t d ’a ttr ib u ts, de v er­
tu s, d e c o n n a issa n c e s, de c ro y a n ces, de ten d a n ce s,
d ’im p u ls io n s e t d ’o r ie n ta tio n s su sc ité s p ar la c o n jo n c ­
tio n de l’â m e h u m a in e a vec le co rp s é lé m e n ta ir e ;
il en r é su lte en m ê m e te m p s u n m é la n g e en tre d es
fa c u lté s co rréla tiv es (m a is s p é c ifiq u e m e n t d iffé r e n ­
tes) c e r ta in e s l’e m p o r ta n t su r d ’a u tre s so u s le rap-
(43) Ce rappel d’ensem ble correspond aux diverses m odali­
tés données plus haut dans la form ule du taw ajjuh.
(44) Voir supra note 31.
(45) Pour les notions de tahaijiju’ et h ay'ah voir encore
« Le Livre des Instructions » d’Ibn Arabî (E.T., avril-m ai 1952,
p. 128 et note 3).
238
l ’é p i t r e sur l ’o r i e n t a t i o n pa r fa it e

p ort de l ’a ctiv ité et de la p a ssiv ité. C ette r e c o n sti­


tu tio n se fa it à l’a id e de fo r tific a tio n s et co m b a ts sp i­
ritu els, elle c o m p o r te la r éfo rm e d es c a ra ctères n a ­
tu rels au m o y e n d es ex e r c ic e s a p p ro p riés, e t la s u p ­
p re ssio n d es p e n c h a n ts p ro d u its p ar le c o n ta ct en tre
les fa c u lté s o r g a n iq u e s et les a ttr ib u ts (ç i f â t ) p s y c h i­
q u es. Car il est c er ta in q u e le b u t n e sa u ra it être
a tte in t q u ’a près l ’e n lè v e m e n t d es s o u illu r e s et la ré p a ­
ra tio n d es d é fa u ts a ffe c ta n t ces a ttr ib u ts d a n s le s ­
q u e ls se r e n c o n tr e n t d es ca ra ctères o p p o sé s c o m m e
c e u x de la n a tu r e in férieu re d ’u n e p a r t et c e u x de
l ’E sp r it d ’a u tre part. L ’a tte in te d u b u t ex ig e a u ssi
q u e ces a ttr ib u ts so ie n t tr a n sfé r é s h o r s de leu rs d é ­
p e n d a n c e s et d e leu rs fo n c tio n s o rd in a ires, so u str a its
a u x p e n c h a n ts qui les o n t d é sé q u ilib r é s et a c h e m in é s
à n o u v e a u v ers le p o in t ce n tr a l d u cer cle de p e r fe c ­
tion qui leu r est propre. P ar c ela ils retr o u v e n t la
fe r m e té de la d isp o sitio n h a r m o n iq u e (a t- t a s w î y a h )
et l’éq u ilib re (a t- t a ’d î l ) (46), et c ’est a in si q u ’on se
p rép a re p o u r la « D e u x iè m e In s u ffla tio n » (a n -N a f-
k h a h a th - t h â n i y a h ) . Car de m ê m e q u e p ar la d isp o ­
sitio n h a r m o n iq u e (in itia le) et le « p rem ier é q u ili­
bré » o n a été prép a ré p o u r l ’« in s u ffla tio n de l’e s ­
p rit » (n a f k h u - r - r u h ) (47), de m ê m e p ar c e tte a u tre
d isp o sitio n h a r m o n iq u e et par ce « d e u x iè m e é q u ili­
bre » in te r v e n a n t d a n s la c o m p le x io n in te llig ib le (a l-
m i z â j u - l - m a ’n a w i) (48), ce q u i c o n c e r n e alo rs les p r o ­
p riétés de l ’â m e r a tio n n e lle (a n - n a fs a n - n â t ’i q a h ) et
ce lle s du co rp s é lé m e n ta ir e (a l-b a d a n a l- u n ç u r i ), d ési-

(46) Les notions de ta s w îy a h et i’tidâl sont coraniques. Cf.


« Celui qui t’a crée (khalaqa-ka) t’a disposé harm onieusem ent
(sa w w â -k a ) et t ’a équilibré (adala-ka) » (Coran 82, 7).
(47) Pour les notions de tas w i yah et de nafkhu-r-rûh à pro­
pos de la création d’A d a m , cf. « Et lorsque Je l’ai disposé h ar­
m onieusem ent (s a w w a y tu -h u ) et que J’ai in sufflé (nafakh tu )
en lui de Mon Esprit » (Coran, 15, 29 et 38, 72). Ces premières
disposition et in sufflation sont celles de l ’état naturel et pri­
mordial de l’hom m e, alors que les deuxièm es sont tout d ’abord
selon la grâce générale que comportent les rites sacrés et les
disciplines traditionnelles, ensuite selon la grâce du don divin
reçu en acte. La « deuxièm e in sufflation » est donc celle de la
nouvelle génération effective de l’être selon la réalisation
initiatique.
(48) Notion qui s’oppose à la com plexion physiologique et
sensible (a l-m izâj a t-tab i’i al-hissi).

259
ÉTU D ES T R A D IT IO N N E L L E S
g n é e s p a r les te r m e s d e « c a r a c tè r e s » (a k h l â q ), « a t ­
tr ib u ts » (ç i f à t ), « c o n n a is s a n c e s » (’u lû m ) , « c r o y a n ­
c e s » (’a q â id ), « im p u ls io n s » (b a w â i t h ) e t « o r ie n ­
ta tio n s » ( t a w a j j u h â t ), a in si q u e p ar ta n t d ’a u tr e s
e x p r e s s io n s sp é c ia le s, o n se p rép a re d o n c p o u r « la
d e u x iè m e in s u ffla tio n ». P a r c e tte p r é p a r a tio n ( i s t i ’
d â d ) e t c e tte « r é d is p o s it ion » (t a h a y y u ’) d e l’être p a r ­
tic u lie r , e st o c c a s io n n é e la m a n ife s ta tio n d u « sec r e t »
(sirr) de la « p r é p a r a tio n u n iv e r s e lle » (a l- is ti’d â d al-
k u l l î ) q u e l’in itié (a s - s â l i k ) a r eç u p r im o r d ia le m e n t
d e la p art d e so n E x is te n c ia te u r . Q u a n d c e la e st p a r­
f a ite m e n t a c c o m p li, se réa lise la D e u x iè m e I n s u f f la ­
tio n d e la p art d u V rai, v é h ic u la n t un « d e u x iè m e
sec r e t » (sir r t h â n î) , a p p e lé c h ez c e r ta in s « la c o n fir ­
m a tio n sa in te » (a t- tu ’îd a l - q u d s i ) (49 ), c h e z c e r ta in s

(49) On rem arquera l’analogie de cette doctrine avec celle du


sacrem ent de la confirm ation chrétienne, entendu dans son
sens prim ordial et initiatique. Le nom de « sacrem ent » est
d’ailleurs exprim é chez les Arabes chrétiens par le term e sirr
qui se trouve dans notre texte et qui en est aussi l’éq uivalent
étym ologique. La notion de ta ’yid bi-r-Rûh est coranique : elle
est em p loyée n otam m ent 3 fois au sujet de Jésus : « Nous
l’avons fortifié par l ’Esprit de Sainteté (A y y a d n â -hu bi-Rûhi-l-
Q udùs) » (Coran 2, 87 et 253) ; « Lorsque je t’ai fortifié par
l ’Esprit de Sainteté » (Coran 5, 109); et com m e on le sait le
sacrem ent de confirm ation est rattaché, m êm e théologiquem ent,
plus spécialem ent à la m ission ( = risâlah ) du Saint-Esprit.
Une autre fo is elle est em p loyée au sujet des Croyants :
« Dans leurs cœurs II a inscrit la foi et les a fortifiés par un
Esprit de Lui (wa a y y d n â -h u m bi-R ûhin m in-H u) (Coran 58,
22), ce qui perm ettrait certaines constatations très intéressan­
tes, m ais qui sortent pourtant de notre propos.
A propos de l ’analogie que nous signalons, il fau t dire aussi
que dans notre texte on a la description d’un processus in i­
tiatique com plet où la tran sm ission de l ’Esprit est effective
com m e résultat d’une « réalisation » et non pas seulem ent
virtuelle com m e dans l’accom plissem ent d’un « rite de tran s­
m ission ». Ceci dit sans avoir à insister ici sur la d istinction
de nature existan t entre des rites d’ordre religieux com m e les
sacrem ents ordinaires de l’Eglise et les rites proprem ent in i­
tiatiques de tran sm ission qui, dans le cas du Christianism e
m êm e, constituent au fond le prototype in itiatiq u e des sacre­
m ents ordinaires.
Dans le m êm e ordre de considérations, rem arquons aussi
que le « Secret de la Préparation universelle » dont la m a n i­
festation procède d’une purification préalable et précède la
véhiculation du « deuxièm e secret », pourrait correspondre,
dans la m êm e perspective de sim ple sym b olism e sacrem entaire,

260
l ’é p i t r e sur l ’o r i e n t a t i o n p a r fa it e

a u tr e s « les d e s c e n te s a n g é liq u e s » (a t- t a n a z z u lâ t a l-
m a l a k i y a h ) o u les « c o n d e s c e n d a n c e s (c é le s te s) » (a l-
m u n â z a l â t ) , et c h e z d ’a u tr e s « les é p ip h a n ie s d es
N o m s et d es A ttr ib u ts » (t a j a l li y â t u - l - A s m â i w a -ç -
C if â t ). A jo u to n s q u e c ’e st a p r ès to u t c e la q u e se situ e
« l’E p ip h a n ie E s s e n tie lle » (a t- T a ja l l î a d h - D h â t î ) e x i­
g ée p ar ce q u i e st in e ffa b le et ce d o n t le se c r e t
n ’est c o n n u q u e p ar les P a r fa its en d e h o r s de to u t
e n s e ig n e m e n t (i l m ), d e to u t a s s is ta n t (m u ’î n ) et de
to u t é ta t d é te r m in é (h â l ) (5 0 ).
M a in te n a n t q u e tu a s a p p r is cela , sa c h e a u s si q u e
les c œ u r s de la p lu p a r t d e s h o m m e s se tr o u v e n t
c o u v e r ts d e té n è b r e s et de ro u ille p a r u n e ffe t d es
a tta c h e s d e la c o n c u p is c e n c e et d e s lo is d e la c o n tin ­
g en ce. L ’a n a lo g ie (a l - m u n â s a b a h ) e n tre e lle s et le V rai
(a l- H ’a q q ) s ’en tr o u v e a ffa ib lie , et c ’est c ela q u i im ­
p o se q u e les être s s ’a r r a c h e n t à leu r c o n d itio n o r d i­
n aire et g a g n e n t l ’éta t (a l- h ’â l a h ) et la q u a lité (a ç -ç i-
f a h ) a p te s à o r ie n te r v ers la d ig n ité d iv in e, e t par
le s q u e lle s sera c o n fir m é e l’a n a lo g ie p r im o r d ia le et
r e v iv ifié e so n a u to r ité , su r to u t q u a n d o n v e u t q u e cela
se p r o d u it « d ’un se u l c o u p » (d a f ’a t e n - w â h ’i d a h ).
Car le p r e m ie r é ta t (celu i d e n a tu r e ) est c a r a c té r isé
par le « tr o u b le », l ’« o b s c u r ité », l’« im p e r fe c tio n » et
la « d isp e r sio n », a lo rs q u e ce q u i e st p ro p re à la
d ig n ité d u V ra i — q u ’il so it g lo r ifié — , ce so n t les
c o n tr a ir e s de c e s q u a tr e éta ts, à sa v o ir la « p u reté »,
la « cla r té », la « p e r fe c tio n » et l’« u n ic ité ».

et sous un certain rapport, au sacrem ent de baptêm e qui pré­


cède le sacrem ent de confirm ation et le conditionne.
Ces deux « secrets » sont les m oyens de la « régénération
initiatique effective ». On trouvera plus loin une référence
précise du texte à cette doctrine par le term e m êm e de w ilâ dah
thâniyah, « deu xièm e naissance ». Il fau t rem arquer seulem ent
que la perspective in itiatiq u e de notre traité exigera de rap­
porter cette notion non pas à la réalisation de la sim ple régé­
nération psychique, m ais à la « naissance de l’H om m e U niver­
sel » même.
(50) Au sujet de cette notion de ta ja llî dh â tî voir aussi « le
Livre des Instructions » d ’Ibn Arabî (E.T., avril-m ai 1952,
pp. 130-131 et les notes) où il est dit que la « Science de
l’Essence » est obtenue sous un rapport particulier à chaque
être (min w a jh in khûççin) et en dehors du ressort de l’Intellect
Premier. C’est par ce taj a l l î dhâ tî qu’est réalisé l ’aspect suprêm e
de l ’H om m e U niversel car il se rapporte à l ’Identité Suprême
pleinem ent réalisée.

261
É TU D ES TRA D IT IO N N EL L ES
L e se c r e t du V rai (s îr r u - l- H ’a q q ), q u o iq u e r e n fe r m é
(m u s t a j i n ) en c h a c u n — et m ê m e en to u te c h o se —
to u t en l ’a c c o m p a g n a n t e t l’e n v e lo p p a n t d ’a u tre part,
e st c e p e n d a n t v o ilé par le sd ite s c o n d itio n s de la c o n ­
tin g e n c e e t de l ’o b scu rité et p ar le u r s a ttr ib u ts e x is ­
ten tiels. C elui q u i se n t en so n â m e le b e so in du V rai
e t de ce q u i se tro u v e c h ez L u i, n e L e c h e r c h e et
n e s ’év e ille à L u i q u ’en r a iso n d e ce q u ’il r e n fe r m e
de L u i e n so i-m ê m e . E n effe t, se lo n n o u s, il est
im p o ssib le q u e le V ra i so it ch e r c h é et a im é p ar a u tre
q u e L u i-m ê m e , ou q u e p u is se p a r v en ir (ou s ’u n ir ) à
L u i q u e lq u e c h o se q u i n e se r a it p a s de L u i-m ê m e .
T e lle e st d ’a ille u r s la loi en to u te rec h e r c h e et d a n s
to u t c h e r c h e u r . L e sec ret de la « R e c h e r c h e du V rai »
( t ’a la b u - l- H ’a q q ) c h ez c e u x q u i L e c h e r c h e n t c o n siste
d a n s le fa it q u ’en réa lité, c e lle-c i e st l’œ u v r e du « V rai
c o n d itio n n é » (a l- H ’a q q a l—m u q a y y a d ) e n fe r m é d a n s le
c h e r c h e u r — et q u i e st tel m a lg r é la p e r fe c tio n é le ­
v é e q u ’il c o n se r v e e n S oi ; elle su r v ie n t lo r sq u e l’u n
d es v o ile s est d éch iré o u a m in c i de fa ç o n p ro p ice, et
a lo rs le « V ra i c o n d itio n n é » ten d à r e jo in d r e le « V rai
A b so lu » (a l- H ’a q q a l- M u t ’la q ) et Sa P e r fe c tio n V ér i­
table, de la m ê m e fa ç o n q u e la b r a n c h e se r a tta c h e
à la ra cin e, et p o u r q u e le n o m d u T o u t so it m a n i­
fe sté au to u t. L a sé p a r a tio n en tre « les d e u x V ra is »,
n ’e st r é su lté e q u e p ar la su r v e n a n c e a c c id e n te lle d ’un e
d istin c tiv ité rela tive, so u s u n c e r ta in ra p p o rt.

L ’a n a lo g ie en tre l’in térieu r d es h o m m e s et la d ig n i­


té d u V rai é ta n t d e v e n u e lo in ta in e , a in si q u e n o u s
v e n o n s de le dire, lo r sq u e l’h o m m e tro u v e d a n s so n
c œ u r u n e im p u ls io n v ers ce d o n t la ra iso n e t les
c o n d itio n s o n t été ex p o sé es, et éta n t d o n n é q u e l’a c h e ­
m in e m e n t n e p e u t être e n v is a g é q u e d a n s u n ce r ta in
o rd re g ra d u el, il d o it p ro céd er à p a r tir de l’é ta t où
il se tro u v e, e t to u t d ’abord il d o it se sép a rer de sa
c o n d itio n m u ltip le , p ar l’is o le m e n t et la ru p tu re a v ec
le m o n d e, re c o u v r a n t a in si u n d es a sp e c ts d e l ’a n a lo ­
g ie en tre se r v ite u r et S eig n e u r . E n su ite , s ’a id a n t d es
m o y e n s m e n tio n n é s, il s ’a p p liq u e r a à a n é a n tir ses
fo r c e s m u ltip lia n te s et d isp e r sa n te s, ta n t d ’o rd re s e n ­
262
l ’É P IT R E S U R L *0R 1E N T A T I0N P A R F A IT E
sib le q u e d ’o rd re im a g in a tif, q u e p o s sè d e l ’être a n i­
m a l, ta n t c e lle s a c q u ise s d ’une fa ç o n e ffe c tiv e , q u e
c e lle s in te r v e n a n t e n m o d e o cc id e n ta l, p ar in tr u sio n
p sy c h iq u e (k h a w â t i r ). Il y m e ttr a to u te l ’én e r g ie d o n t
il sera ca p a b le p o u r c o n c e n tr e r son a sp ir a tio n (j a m ’u -
l - h a m m ) (51) et c o n so lid e r sa d é c isio n (ta h ’q îq u - l
a z m ) . A lors il en tr e p r e n d r a so n r e to u r n e m e n t v ers le
V ra i p a r le m o y e n de l’a tta c h e m e n t au d h ik r, q u ’il
s ’a g isse d ’u n d h ik r p réc isé p ar so n g u id e (a l - m u r s h i d )
ou d ’un d h ik r in sp ir é p ar un « é ta t sp ir itu e l » (h ’â l )
ou p a r sa « p r é d isp o s itio n p e r so n n e lle » (a l- is ti’d â d ).
L e d h ik r est so u s u n c er ta in ra p p o rt « c h o se créa-
tu relle » (k a w n î ), so u s u n a u tre il e st « c h o se s e i­
g n e u r ia le » (r a b b â n î) : q u a n t à sa fo r m u le v erb a le et
à sa p r o n o n c ia tio n , il est c h o se créée, q u a n t à ce
q u ’il d é sig n e , il est « D ieu » (H ’a q q ) : le d h ik r est
d o n c c o m m e un « is th m e » (a l- b a r z a k h ) e n tre le V rai
et la c ré a tu re (52 ). D e cela d é c o u le un a u tre a sp e c t
de l’a n a lo g ie d o n t il e st q u e stio n , p lu s c o m p le t q u e
le p réc éd en t. Q u a n d le se r v iteu r d e v ie n t un in tim e
d u d h ik h r, il e st c o m m e m o rt au m o n d e à b e a u ­
c o u p d ’ég ard s, m a is d ’u n a u tre cô té, il est un v iv ifi-
c a teu r de la réa lité sec rète de l ’a n a lo g ie, en r a iso n
de la d o m in a tio n q u ’ex erce alo rs le sta tu t de l ’U n i­
cité d iv in e su r la m u ltip lic ité e x iste n tie lle .
(51) Cette expression signifie aussi « concentration de la
préoccupation ou du souci ». Cf. le hadith : « Celui qui rend
ses soucis (a l-h u m û m ) un seul souci (ham m en w âhiden), le
souci du Retour (h am m u -l-M a’â d ), Allah lui suffira pour pour
le souci de ce m onde, et celui que les soucis divisent, les sou­
cis de ce bas monde, Allah ne fait pas attention dans quel gué
de ce inonde il se perd ». Egalem ent cet autre h adith : « Débar­
rassez-vous des soucis de ce bas m onde autant que vous le
pourrez, car à celui dont le souci m ajeur est le bas monde,
Allah augm entera les dilapidations et lui mettra sa pauvreté
devant les yeux, et à celui dont le souci m ajeur est la vie
future, Allah concentrera les affaires et lui mettra sa richesse
dans son cœur ! Un serviteur ne se dirigera pas avec son cœur
vers Allah (qu’il soit glorifié et m agn ifié !) sans qu’Allah
fasse que les cœurs des croyants affluent vers lui avec amour
et miséricorde, et Allah sera lui-m êm e le plus rapide à y
venir avec tout bien ».
(52) Le terme barzakh exprim e donc par lui-m êm e une idée
de « lim ite com m une » de deux choses, m ais il ne faut pas
oublier que ce qui sépare les choses sous un rapport les ratta­
che sous un autre et c’est surtout ce sens qui est à envisager
ici.

263
ÉTU DES TR A D ITIO N N ELLES
P lu s loin , q u a n d l ’h o m m e p a sse d u d h ik r e x térieu r
v ers le d h ik r in térieu r, et q u e le c œ u r le p r o n o n c e
sa n s p ein e — ce q u i a rrive su r to u t d a n s le c a s où le
c œ u r p r o n o n c e de lu i-m ê m e un a u tre d h ik r q u e celu i
a u q u e l il éta it a p p liq u é r é g u liè r e m e n t so n é lo i­
g n e m e n t d es fo r m e s d u m o n d e et de ses m o d a lité s
m u ltip le s et d iv er ses s ’accro ît, et sa p r o x im ité du
V rai a in si q u e sa r e la tio n a n a lo g iq u e a v ec L u i d e v ie n ­
n e n t p lu s c o m p lè te s. P lu s se ren fo r c e sa d é c isio n
(a l’a z î m a h ) et s ’a ccro ît so n d é sir de l ’in tim ité e n g e -n
d rée par l ’iso le m e n t et p ar to u t ce q u e n o u s a v o n s
m e n tio n n é , a vec c o n c e n tr a tio n de l’a sp ir a tio n (j a m ’u -
l - h a m m ) q u i c o n s titu e la b a se la p lu s c o m p lè te
(n l-a çl a l- a t a m m ) , et p lu s se r e n fo r c e le p o u v o ir du
« V rai e n fe r m é » d a n s l’h o m m e et fa ib lisse n t en lui
les c a n o n s de la p lu r a lité et de la c o n tin g e n c e . A lors
le c œ u r du ser v iteu r est illu m in é , poli et p u r ifié d a n s
to u s se s a ttr ib u ts ; il r e c o u v re sa n a tu re d e su b sta n c e
sim p le ( t a j a w h a r a ) et s ’é g a lise p o u r a tte in d r e la pla-
n éité d e so n m ir o ir et l’u n ific a tio n de sa p lu r a lité,
c o m m e d a n s le ca s du m ir o ir se n sib le , c et ob jet
q u ’A lla h a e x iste n c ié c o m m e u n sy m b o le , à c e r ­
ta in s ég ard s, du m ir o ir du c œ u r h u m a in e t d e sa
v érité. Il est c er ta in q u e la cla rté et le p o li d u c œ u r
so n t ré a lisé s p ar la p a r fa ite é g a lisa tio n d es d iffé r e n ­
tes p a r tie s de sa su rfa ce, p ar l’e x c lu sio n de to u te
d isc o n tin u ité , de to u te in é g a lité de n iv ea u , de to u te
ir r é g u la rité ou b risu re, to u s a c c id e n ts q u i p r o v o q u e n t
l ’a lté r a tio n de l ’im a g e reflété e p o u r le sp ecta teu r, car,
en p areil cas, celle-c i n ’e st p lu s ce q u ’elle e st h ors
d u m ir o ir ; c e tte c h o se a rrive su r to u t q u a n d la fo r m e
du m ir o ir e st en d ésa cco rd a v ec la fo r m e de la fig u re ;
en effet, le m ir o ir e st p a r fa it q u a n d , en m ê m e te m p s
q u e p oli et p la n , il est ron d, p a r ce q u e la fo r m e c ir ­
c u la ire e st la p lu s e x c e lle n te , a y a n t s y m b o liq u e m e n t
u n e rela tio n p lu s sû re a vec l’a b so lu ité , et de ce fa it
é ta n t le p lu s a p te à r e fléte r l ’in té g r a lité d e la fig u re
et de so n co n to u r. C’e st p o u r la m ê m e ra iso n q u e
les sp h è r e s c é le ste s et les fo r m e s q u ’e lle s r e n fe r m e n t
so n t to u te s fo n d é e s su r l’id ée circ u la ire, car elles
o n t a in si la r ela tio n la p lu s d irecte et sa n s sé p a r a ­
tion , a v ec les esp rits c é le ste s d o n t elles d ép en d en t,
et p ar l’in te r m é d ia ir e d e sq u e ls e lle s p r o c è d e n t de
D ie u en ta n t q u e c o rp s p rem ier. C o m p ren d s cela .

264
l ’É P IT R E SU R l ’ORIE N T A T IO N P A R F A IT E
M a in te n a n t n o u s d iro n s en c o r e ceci : L ’h o m m e ne
c e s s e de p asser, a in si q u e n o u s l’a v o n s dit, de la
« fo r m e » (ç û r a h ) d u d h ik h r à so n « se n s » (m a ’n â )
et à so n « in té r ie u r » (b â t ’i n ), et de so n a r tic u la tio n
v erb a le à sa p ro n o n c ia tio n fa ite a v ec le cœ u r, q u ’il
s ’a g isse d ’u n e m ê m e fo r m u le de d h ik r ou d ’u n e autre.
L ’ « in té r ie u r » du d h ik r e st a u tre c h o se q u e le « se n s »
du d h ik r : ce q u ’on d é sig n e p ar l ’« in té r ie u r c ’est
l’« o r ie n ta tio n » v ers l’in v o q u é en ta n t q u ’« In v o q u é »
(M a d h k û r ) et « B u t de l’O r ie n ta tio n » (m u t a w a j j a h
I l a y h i ) (5 3 ). Ce p a s sa g e s ’e ffe c tu e p ar u n e a sc e n sio n
g r a d u e lle : à c h a q u e d eg ré to m b e (y a s q u t ’) u n e n s e m ­
ble de c o n d itio n s (a h ’k â m ) m u ltip lic a tr ic e s et d ’a ttr i­
b u ts (ç i f â t ) de c o n tin g e n c e d e l’être, et en m ê m e
te m p s e st r e n fo r c é e l ’a u to rité d e l ’U n ité et de P o u ­
v oir de so n S eig n eu r. P a r « c h u te » (s u q û t ’) d es « a t­
trib u ts » (ç ifà t) et d es « fa c u lté s » (q u w e n ), en ce cas,
il fa u t e n te n d r e (leu r d e str u c tio n ) à l’in v erse de leu r
« p erte » d a n s la situ a tio n a n té r ie u r e q u ’a v a it l’être
c o m m e to u s les h o m m e s o r d in a ir e s. L o r sq u e les
« a ttr ib u ts » et l’ « o r ie n ta tio n » d e v ie n n e n t a in si p ar­
fa its, et q u e les c a u se s d e la m u ltip lic ité et de la c o n ­
tin g e n c e se so n t év a n o u ie s, l’a n a lo g ie en tre la d ig n ité
du V rai et le c œ u r e st c o n fir m é e . A lo rs se p r o d u it
« l’é p ip h a n ie » (a t- t a j a llî) de « C elui q u i est e n fe r m é
d a n s le se r v iteu r » — rien n ’y fa isa n t p lu s o b sta c le —
et ce d é v o ile m e n t (de se n s a sc e n d a n t) se c o n ju g u e
a v ec le d é v o ile m e n t de se n s d e s c e n d a n t d u V rai et
a v ec S on C o m m a n d e m e n t (a l - A m r ). L es fa c u lté s ta n t
in té r ie u r e s q u ’e x té r ie u r e s de l ’être s u b isse n t u n e tr a n s­
fo r m a tio n in te llig ib le (i s t i h ’â la h m a ’n a w î y a h ) : sa
« terre » et ses « c ie u x » so n t c h a n g é s en a u tre T erre

(53) Cette distinction revient à ceci : le « sens » du dhikr


est le contenu intellectuel du nom ou de la form ule d ’incanta­
tion, avec ses possibilités théoriquem ent indéfinies ou illim i­
tées, restant dans une certaine indéterm ination et im p révisi­
b ilité quant à l’actualisation, alors que l’« intérieur » du dhikr
est l’actualisation m êm e à laquelle le cœur accède sur le mode
in tu itif et qui im plique une relation plus im m édiate et plus
« intérieure » avec l’invoqué. Cette dernière situation est
illustrée de façon spéciale par le cas où le cœur « entre » dans
un autre dhikr que celui in itial : ce nouveau dhikr a naturel­
lem ent lui-m êm e une « form e » et se rapporte à un « sens »
de l ’invoqué, m ais étant reçu de l ’intérieur de l’invocation il
représente une relation plus directe avec l ’invoqué.

265
É TU D ES T R A D IT IO N N EL L ES
et a u tr e s C ieu x, et il en e st d e m ê m e d e to u t ce
q u ’ils o n t c o n te n u , ca r sa R é s u r r e c tio n e st a rriv ée et
sa sta tu r e est r ed r essée . A lo rs, en c o n fo r m ité a v ec la
p a r o le d iv in e d is a n t : « A b a n d o n n e z ta n t le d e h o r s
du p é c h é q u e so n in té r ie u r » (C oran, 6, 120), l’être
q u a lifié p ar la p a r tie in itia le d u v e r se t q u i d it « la
terre sera c h a n g é e en a u tr e T erre, et les C ieu x
a u s s i » (et q u i e s t p rise ici d a n s so n a p p lic a tio n
m ic r o c o s m iq u e et in itia tiq u e ), l ’e st é g a le m e n t p ar sa
p a r tie fin a le : « E t ils p a r a îtr o n t d e v a n t A lla h , l ’U n i-
q u e, le R é d u c te u r ! » (C oran, 14, 4 8 ). A lo rs se s c o n ­
v ic tio n s (i ’t i q â d ) a u s u je t de to u te c h o se c h a n g e n t
en r a iso n du c h a n g e m e n t subi par ses m o d e s d e p er­
ce p tio n , et ceci est c o n fo r m e à c e tte a u tr e p a r o le
d ’A lla h : « A lors, il leu r a p p a ra îtra ce a v ec q u o i ils
n e c o m p ta ie n t p a s ! » (C oran, 39, 4 8 ). Ce q u i s ’e n s u it
a lo r s o n n e p eu t le m e n tio n n e r et en c o r e m o in s l'e x ­
p liq u er, ca r il fa u t au co n tr a ir e le taire et le ca ch er.
« E t to u te c h o se e st fa c ilité en v u e de q u o i elle fu t
créée... » (54 ).

D e ce q u e n o u s a v o n s e x p o sé d a n s c et écr it h â tif,
m a lg r é so n c a r a c tè r e s o m m a ir e , c h a c u n p o u rr a p r e n ­
d re ce q u i lu i c o r r e sp o n d et ce q u e fa v o r ise son
« in s ta n t sp ir itu e l » (w a q t ) et so n « éta t » (h ’â l ), car
« ce q u ’A lla h o u v r e a u x h o m m e s c o m m e m isé r ic o r d e ,
n u l n e p e u t le rete n ir , et ce q u ’il retien t, n u l ne
p e u t l ’a c c o r d e r a p r è s L u i ; c ’e st L u i q u i est le F o rt
et le S ag e » (C oran, 35, 2 ). C elu i qui d é sir e r a tirer
p r o fit de l ’in té g r a lité d e c e t e n s e ig n e m e n t, r a tta c h e r a
c e tte n o te c o m p lé m e n ta ir e à ce q u e n o u s a v o n s m e n ­
tio n n é s en p r e m ie r lieu , ca r s ’il sa isit le s e n s q u e
n o u s a v o n s in c lu s d a n s c e s p a r o les, il c o n n a îtr a le
se c r e t du Vrai d é p o s é d a n s la c r é a tu r e : il c o m p r e n ­
dra c o m m e n t « la m isé r ic o r d e et la c o lè r e d iv in e s
so n t les s o u r c e s d e to u t é q u ilib r e (i ’t i d â l ) et d e to u t
d é sé q u ilib r e (i n h ’irâ f ) q u i a ffe c te n t la s itu a tio n d es
r éa lités in te llig ib le s (a l - m a ’â n i ) et d es e sp r its (a l-
a r w â h ’) ; il sa u r a ce q u ’e st le « d o m a in e d e s s im i­
litu d e s » (â l a m u - l - m i t h â l ) d a n s le q u e l les e sp r its s ’en -
(54) Hadith.

266
l ’é p i t r e sur l ’o r i e n t a t i o n p a r f a it e

v e lo p p e n t de fo r m e s su b tile s, e t d a n s le q u e l les r é a ­
lité s in te llig ib le s se c o n d e n s e n t p o u r p ren d re d e s a p p a ­
ren c e s c o r p o r e lle s ; il v erra a u s si en q u o i c o n s is te
l’é q u ilib r e d u m o n d e s e n sib le (â la m u - l - h ’i s s ) ; il c o n ­
n a îtra e n fin le se c r e t de la « d e u x iè m e n a is s a n c e »
(a l- w ilâ d a h a t h - t h â n i y a h ) d o n t p a r le n t les g r a n d s
in itié s, les P r o p h è te s et les S a in ts, e t d o n t il a été
q u e s tio n p lu s h a u t (5 5 ). Il c o n n a îtr a d o n c le se c r e t
de l’o c c u lta tio n du V rai d a n s les êtr e s cré és, to u t
en les e n v e lo p p a n t, et en le u r te n a n t c o m p a g n ie du
fa it q u ’ « Il e st a v ec e u x où q u ’ils se tr o u v e n t » (C oran
58, 7), sa n s m é la n g e , ni c o n fu s io n , n i lo c a lisa tio n . Il
sa u r a de q u e lle fa ç o n les fa c u lté s s p ir itu e lle s n a is ­
se n t d a n s les e n v e lo p p e s d e s m a tiè r e s g r o ss iè r e s et
q u e l e s t l’o rd re s u c c e s s if d e s p h a se s e n c e la ; a u s si
c o m m e n t c e s fa c u lté s a r r iv e n t à être d é g a g é e s de leu r
m é s a llia n c e p ar u n p r o c e s s u s a n a lo g u e à c e lu i p r é ­
c é d e m m e n t m e n tio n n é d u p a s sa g e de la m u ltip lic ité
à l ’U n ité d iv in e et d e la r é d u c tio n d e la p lu r a lité
so u s le p o u v o ir d e l’U n ité . Or, il y a là u n e « a s c e n ­
sio n lib é r a tr ic e » (m i ’r â j u - t - t a h ’lîl) : c e lu i q u i ne l’a
p a s « g o û té e » et c o n s ta té e c o m m e u n e m o n té e p e n d a n t
la q u e lle o n se d ég a g e p r o g r e ssiv e m e n t, à c h a q u e d eg ré
et d a n s c h a q u e m o n d e , d es c o n d itio n s lim ita tiv e s c o r ­
r e s p o n d a n te s, c e lu i-là ig n o r e ce q u ’e st l’« A sc e n s io n »
(a l-M i’r a j) et n ’a ja m a is p é n é tr é d a n s a u c u n d e s p la n s
d e la d ig n ité du V rai, m ê m e s ’il fa is a it fig u r e d e
s a v a n t é m érite. Q u ’o n se r a p p e lle ici le s y m b o lis m e
d e l’e a u de r o se à la q u e lle n o u s a v o n s a s s im ilé le s e ­
c r e t d u V rai q u i se p ro p a g e d a n s to u s les d eg rés
e x is t e n t ie ls p o u r r e to u r n e r e n su ite à so n o r ig in e p a r
u n e s u c c e s s io n d ’é ta ts a p p e lé e « v o y a g e in itia tiq u e »
(s u l û k ) (5 6 ). Il c o n n a îtr a é g a le m e n t le se c r e t d e l’e x ­
tin c tio n (a l- f a n â ’) et de la p e r m a n e n c e (a l-b a q â ) le
se c r e t d u v o y a g e in itia tiq u e , où ce v o y a g e c o m m e n c e
et ce q u ’il e x ig e : à sa v o ir q u e l’h o m m e a été « e s s e n c e
p u re » (a y n ) (57 ), q u ’e n su ite il est d e v e n u « q u a lité »

(55) Cf. supra note 49.


(56) C’est certainem ent dans un autre de ses écrits que l ’au ­
teur a dû form uler ce sym b olism e ; et pourtant la phrase qui
le rappelle pourrait faire croire q u ’il en a été question dans
notre traité même.
(57) C’est-à-dire ayn thâbitah « essence imm uable en soi »,

267
ÉTU DES TRA D IT IO N N EL L ES
(w a ç f ) (58 ), p u is « c r é a tu r e » (k h a l q ), et f u t a rra n g é
(s a w w â ) (59) p ou r q u e le sec ret d u V rai d é p o sé en
lui se q u a lifiâ t par les a ttr ib u ts d e la c r é a tu r e et se
n o m m â t de so n n o m ; q u ’en se n s in v er se, ce secret
c h e r c h e à se d ég a in er p ar u n e retr a ite h o r s d es é lé ­
m e n ts e m p r u n té s à c h a q u e p la n d ’e x iste n c e et q u i
a v a ie n t serv i à c o n stitu e r ses e n v e lo p p e s (lo r s d u p r o ­
c e s s u s d e sc e n d a n t) (6 0 ). Il c o n n a îtr a en o u tre c o m ­
m e n t A lla h e st « m a îtr e de S o n C o m m a n d e m e n t »
d a n s les ra p p o rts e n tre les é lé m e n ts sp ir itu e ls (a l-
a r w â h ’) et les é lé m e n ts o r g a n iq u e s (a t- t ’a b â ’i ), a in si
q u e d a n s le d o m a in e d e s c a r a ctères (a k h l â q ) et d es
a ttr ib u ts (ç i f â t ) ta n t lo u a b le s q u e b lâ m a b le s ; a u s si
c o m m e n t les E sp r its h a u ts et sa in ts so n t d o m in é s
p ar l ’a u to r ité d e s N o m s et d es A ttrib u ts d iv in s ; il
c o n n a îtr a en fin la s o lu tio n fin a le de to u t l ’u n iv e r s
so u s le p o u v o ir ré d u c te u r de l’E sse n tia lité d iv in e. Il
c o n n a îtr a en co re d ’a u tr e s sc ie n c e s c o m p r ise s so u s c e s
n o tio n s, o u tre ce lle s m e n tio n n é e s ici, et d o n t o n n ’a rri­
verait p a s à fa ire la s im p le é n u m é r a tio n , en co re
m o in s à en d o n n e r la d é fin itio n et l’e x p lic a tio n . E ffo r ­
ce-to i de c o m p r e n d r e la p o rtée de n o s p a ro les.
«E t c ’e st A lla h q u i d it la V érité et q u i c o n d u it
su r la ro u te ». C’est A lla h q u i sa it m ie u x ce q u i est
ju ste, et c ’e st v ers L u i le v o y a g e du reto u r et du
r é ta b lis se m e n t fin a l : L o u a n g e à A lla h S eu l !
L ’ép îtr e e st d é fin ie par la g râ ce d ’A lla h , par S on
a s s is ta n c e et S o n m e ille u r c o n c o u r s. E n to u t é ta t de
ca u se, la lo u a n g e est à A lla h !

T r a d u it de l’arab e et a n n o té par
M. V a l s a n .

au degré de la Science Divine, identique au shay, « la chose »,


dans son état non -m an ifesté avec le Kun existentiateur.
(58) C’est la « qualité existentielle » que le shay reçoit en
m ode contingent du Kun, tout en restant sous un autre rapport
dans son « état im m uable ».
(59) Pour les notions de khalq et tasw îyah, voir supra notes
46 et 47.
(60) Ceci rappellera l ’enseignem ent de la cosm ologie du monde
antique sur les enveloppes successives et les facultés que l ’âme
em prunte aux sphères planétaires dans son processus descen­
dant et qu’elle abandonne pendant son ascension.
268

Vous aimerez peut-être aussi