Vous êtes sur la page 1sur 9

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/313474207

FORMULATION ET SIMULATION DES BETONS COMPACTES AU ROULEAU:


APPLICATION AUX MATERIAUX DE GISEMENTS LOCAUX

Conference Paper · December 2005

CITATION READS

1 1,618

4 authors, including:

Mongi Ben Ouezdou


National Engineering School of Tunis, University of Tunis El Manar
162 PUBLICATIONS   735 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

valorisation de la la baryte tunisienne View project

concrete and structure View project

All content following this page was uploaded by Mongi Ben Ouezdou on 08 February 2017.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Colloque CMEDIMAT 2005, 06 et 07 Décembre2005

FORMULATION ET SIMULATION DES BETONS COMPACTES AU


ROULEAU: APPLICATION AUX MATERIAUX DE GISEMENTS LOCAUX
Mustapha ZDIRI*(1) (2), Mongi BEN OUEZDOU(1) (3) ), Jamel NEJI(1) (3 & Mohamed Ridha EL OUNI(1) (3)
(1)
Laboratoire Génie Civil LGC, Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis, BP37, 1002 Tunis-Le-Belvédère, TUNISIE.
(2)
ISET RADES, (3) INAT – TUNISIE.

Résumé :

Le Béton Compacté au Rouleau se présente comme étant une technologie évolutive pour une grande
diversité d’application: Barrages, routes de transport, rues, aires de stationnement…
Le présent travail traite, pour une application routière, la résolution du problème de formulation
du Béton Compacté au Rouleau (BCR) en utilisant des matériaux de gisements locaux avec la
spécification d’un faible dosage en ciment. L’étude réalisée comporte les étapes suivantes :
- Caractérisation des différents constituants granulaires à base de matériaux de gisements locaux.
- Application des méthodes de formulation sur les différents mélanges de granulats, telle que celles
de Bolomey, Faury, Dreux-Gorisse et la méthode semi-empirique Talbot-Fuller-Thompson.
- Simulation des différents mélanges par le modèle d’empilement granulaire de DeLarrard à
travers le logiciel ″René-LCPC″.
- Détermination des pourcentages des constituants granulaires avec chacune de ces méthodes.
- Réalisation des essais expérimentaux de compression sur des éprouvettes cylindriques
confectionnées suivant la méthode Proctor modifiée.
L’interprétation des résultats montre la validité de la méthode semi-empirique et la fiabilité du
modèle adopté pour la formulation du BCR à faible dosage en ciment.

I- INTRODUCTION:

Le béton compacté au rouleau (BCR) est défini comme étant un mélange raide sans affaissement de
granulats inertes, de ciment et d'eau (avec éventuellement des ajouts cimentaires) qui est mis en
place par compactage à l’aide des engins de travaux publics (rouleau compresseur vibrant, plaques
vibrantes…) [1,2]. Le dosage en ciment varie de 60 à 350 kg/m3 [3,4].
Le BCR s’est développé selon deux axes différents: soit le BCR pour barrages et ouvrages massifs,
ou le BCR pour routes (pavages). La formulation, les méthodes de confection et les méthodes de
mise en œuvre diffèrent en fonction du type de BCR.
Anderson a relié l’utilisation du BCR aux années 1930 [5]. La première construction d’un
revêtement en BCR en Amérique du Nord date depuis 1942 [6]. Alors que la première application
du BCR publiée au Canada a été construite en 1976 [7]. Après ce succès plusieurs projets ont été
réalisés en utilisant le béton compacté au rouleau en pavage en Amérique, Espagne, Chine,
Australie et d’autre pays [6,7].
En Afrique, le béton compacté au rouleau (BCR) reste jusqu'à maintenant une nouvelle technique et
ne s’est développé que pour la construction des barrages et l’utilisation de ce matériau en pavage
n’est pas encore abordée. La répartition et la surabondance des matériaux granulaires naturels roulés
et concassés (sables et graviers), l’implantation presque uniforme des cimenteries sur le territoire,
les difficultés d’approvisionnement en liants hydrocarbonés, le moindre coût et le délai de
réalisation réduit du béton compacté au rouleau sont des facteurs qui nous mène à des réflexions et
à la réalisation des études afin de caractériser ce matériau et l’utiliser en techniques routières.
On s’intéresse dans ce travail à l’étude de la formulation et à la simulation du BCR pour pavage
(application au technique routière) avec une composition à base de granulats de gisements locaux.

* Correspondance de l’auteur: Tel: +21698270195, Fax: +21671442322; E-mail: zdiri_ms@yahoo.fr


Colloque CMEDIMAT 2005, 06 et 07 Décembre2005

II- IDENTIFICATION DES CONSTITUANTS DU MELANGE DU BCR:

La qualité et le comportement du béton compacté au rouleau (BCR) dépendent essentiellement de la


pâte (ciment Portland, eau et air), du choix et du dosage des granulats convenables (sables, graviers
et graves). Ces derniers représentent les principaux éléments du mélange [8]. Le dosage recherché
consiste à déterminer les différentes proportions massiques ou volumiques nécessaires à l’obtention
d’un béton de meilleure qualité.

II.1/ Dosage en ciment :


Généralement, les mélanges de BCR sont fabriqués avec un ciment hydraulique de teneur totale
comprise entre 12 et 16% de la masse totale des constituants secs [3,9]. Dans notre étude, nous
avons utilisé, pour des raisons économiques, un faible dosage en ciment qui varie entre 5 et 11%.
Le ciment que nous avons utilisé est un ciment hydraulique du type Portland dont il représente
l’élément permanent pour la fabrication du BCR. Aux USA, Canada, Chine, France et dans
beaucoup d’autre pays le ciment est utilisé avec d’autres ajouts tels que les cendres volantes, les
laitiers, les fumées de silice, les pouzzolanes… [3,10,11].
Dans notre travail nous ne pouvons pas utiliser ces ajouts à cause de leur non disponibilité en
Tunisie et nous somme limité à l’utilisation du ciment Portland de Classe C.P.C. II/C.L 32.5, de la
cimenterie Kharrouba (Nord de la Tunisie) et de Masse volumique 3029 kg/m3 .

II.2/ Qualité et dosage des granulats:


Les granulats représentent généralement pour les bétons conventionnels un pourcentage de 75% du
volume total du mélange solide. Pour le BCR, le pourcentage des granulats est approximativement
compris entre 75 et 85% du volume total du mélange solide [1,4,5].
Nous avons utilisé deux types de granulats : roulés pour les sables siliceux et concassés pour les
sables calcaires, les graviers et les graves (tableau 1).

Granulats Type Provenance ρ kg/m3 Ap Los Angeles Micro-Deval


Sable Kh Sable roulé 0/5 Khlidia (1) 2575
Sable JO Sable concassé 0/4 Djebel Ouest (1) 2530
Gravier 4/8 Gravier concassé 4/8 Djebel Ouest (1) 2614 21.23 28,08 11
Gravier 4/16 Gravier concassé 4/16 Djebel El-Ressas (1) 2650 19.37 28,30 18
Gravier 0/20 Grave concassé 0/20 Djebel El-Ressas (1) 2631 25.58 26,5 12
(1) Carrière au Nord de la Tunisie, Ap: Coefficient d’aplatissement et ρ : Masse volumique.
Tableau 1 : Caractéristiques des granulats utilisés

La dimension maximale des granulats grossiers est généralement fixée à 20mm pour résoudre le
problème de ségrégation lors de la confection et de la mise en place du BCR [3,4,12].
La fig.1 représente les différentes courbes granulométriques des 5 granulats utilisés.

II.3/ Dosage en eau:


La plage de variation de la teneur en eau (pourcentage de la masse de l’eau contenu dans un
mélange par rapport à la masse totale des solides secs) est comprise entre 4,5% et 6% [3,6]. Ce
dosage en eau considéré relativement faible par rapport au béton conventionnel permet d’obtenir un
béton sec à affaissement nul. Le BCR à l’état frais est traité comme un sol humide, et sa teneur en
eau optimale est déterminée par la même méthode Proctor modifiée utilisée pour les sols [4]. Pour
notre cas, nous avons pris un rapport E/C fixe et ceci en tenant compte de l’humidité des granulats.
Et dans la partie expérimentale de notre travail, la qualité d’eau utilisée est une eau potable.

II.4/ Identification des mélanges:


On a considéré dans notre étude huit mélanges granulaires différents dont les constituants sont
résumés dans le tableau. 2
Colloque CMEDIMAT 2005, 06 et 07 Décembre2005

N° Mélange N° Mélange
M1 Sable Kh et Grave 0/20 M5 Sable Kh, Sable JO et Gravier 4/16
M2 Sable Kh, Sable JO et Grave 0/20 M6 Sable Kh et Gravier 4/16
M3 Sable Kh, Sable JO, Gravier 4/8 et Grave 0/20 M7 Sable Kh, Sable JO, gravier 4/8 et Gravier 4/16
M4 Sable JO et Grave 0/20 M8 Sable Kh et Gravier 4/8
Tableau 2 : Constituants des huit mélanges utilisés

III- APPLICATION DES METHODES DE FORMULATION SUR LE BCR:

L'étude de la formulation du béton compacté au rouleau (BCR) consiste à définir les proportions
massiques ou volumiques optimales des mélanges des différents granulats dont on dispose, ainsi
que le dosage en ciment et en eau, pour pouvoir réaliser un béton dont les propriétés soient celles
recherchées pour la construction routière [13,14].
Les méthodes essayées dans ce travail aboutissent à des dosages proportionnels «volumétriques».
Nous avons appliqué ces méthodes sur les huit mélanges granulaires.

III.1 Méthodes de Bolomey, de Faury et de Dreux-Gorisse:


Nous avons commencé par utiliser la méthode de Bolomey[13] dont la courbe granulométrique de
référence est d’équation (1) (fig.2), à la suite, on a appliqué pour les mêmes mélanges, la droite
théorique de J. Faury, appelée aussi courbe granulométrique de référence d’équation (2) (fig. 3) et
puis on a appliqué la méthode dite de Dreux-Gorisse comportant une composition granulaire de
référence 0 A B (fig. 4) définie ainsi suivant deux formules (3) et (4), (voir tableau 3) [13,14].

Méthodes Bolomey Faury Dreux 1 Dreux 2


Formules d Y = A + 17 5 D +
B
Y = 50 −
D Y = 50 − D + K
Y = A + (100 − A) R
D − 0.75 10
D
(1) (2) (3) (4)
Paramètres D= 20mm et A= 8. D= 20mm, B=1 et A=25 D= 20mm et K=+5
Tableau 3 : Equations et paramètres des trois méthodes utilisées

Application de la moyenne de Joisel pour les trois méthodes :


En utilisant la droite moyenne de Joisel, on peut clairement déterminer pour les trois méthodes les
pourcentages des composants [13].
Analyse granulométrique des constituants Courbe granulométrique + courbe de Réf Bolomey
100 100

90 90

80 80

70 70
Tamisât cumulés en (%)

60 60
Tamisât (%)

50 50

40 40

30 30

20 20

10 10

0 0
0,01 0,1 Diamètres 1 10 100 0,01 0,1 1 Diamètre (mm) 10 100
Sable Kh Grave 0/20 Sable JO Gravier 4/8 Garvier 4/16 Sable Kh Gravier (4/16) Sable JO Courbe de référence

Fig. 1 Analyses granulométriques des 5 granulats Fig. 2 –Courbes granulométriques +Courbe de


référence Bolomey.
Colloque CMEDIMAT 2005, 06 et 07 Décembre2005

Courbes granulométriques + courbe de Réf Faury Courbes granulométriques + courbe de Réf Dreux-Gorisse

100
B
90 100
90
Tamisât cumulés en (%)

80

Tamisât cumulés en (%)


70 80
60 70
60
50 Courbe de Ref
50 A
40 Faury
40 Courbe 2
30
30
20 Courbe 1
20
10
10
0
0
0,01 0,1 1 10 100
0,01 0,1 1 10 100
Diamètre (mm) Diamètre (mm)

Sable Kh Gravier (4/16) Sable JO


Sable Kh Gravier (4/16) Sable JO

Fig. 3 - Courbes granulométriques +Courbe Fig. 4 - Courbes granulométriques +Courbes


de référence Faury. de référence Dreux-Gorisse.

Les proportions des composants sont résumées dans le tableau 4:


Formule de Bolomey Formule de Faury Dreux 1 Dreux 2
Sable Kh: 21% Sable Kh: 32% Sable Kh: 25% Sable Kh: 27%
Sable JO: 36% Sable JO: 20% Sable JO: 18% Sable JO: 19%
Gravier 4/16: 43% Gravier 4/16: 48% Gravier 4/16: 57% Gravier 4/16: 54%
Tableau 4: Pourcentages des composants pour les 3 Méthodes

IV- CHOIX DE LA METHODE DE FORMULATION SEMI-EMPIRIQUE :

La méthode de formulation adoptée consiste à déterminer les proportions des différentes classes
granulaires en vue de créer un squelette granulaire avec le minimum de vide après serrage. On tente
avec les courbes de références de type Talbot-Fuller-Thompson (T-F-T) à obtenir une compacité
maximale [3,14]. La courbe proposée a pour équation générale : n
⎛d⎞
p = ⎜ ⎟ x100 (5)
⎝D⎠
Où D est le diamètre maximal pris dans notre cas égal à 20mm, d est la grosseur des tamis (mm), p
est le pourcentage passant (%) des particules selon le tamis de grosseur d et n est un paramètre
variable et compris entre 0,25 et 0,45 [14].
Les courbes tracées représentent une approximation de la courbe granulométrique idéale.
Sur la fig. 5, nous avons déterminé n=0,45 qui correspond à la courbe retenue appartenant au fuseau
granulométrique du béton compacté au rouleau (BCR) (Venant et Papadakis) [14].
0 , 45
⎛d⎞
p=⎜ ⎟ x100 (6)
⎝D⎠
Courbes de Ref Talbot-fuller-Thompson pour divers n avec Fuseau Courbes granulométriques + de Réf. Talbot-Fuller-Thompson
100
90
80 100
70 90
Tamisât cumulés en (%)

80
Tamisât (%)

60
Limite Sup 70
50 60
50
40
40
30 30
20
20
10
10
Limite Inf
0
0 0,01 0,1 1 10 100
0,0 0,1 Diamètre (mm) 1,0 10,0 100,0 Diamètre (mm)
Talbot n=0.25 Talbot n=0.30 Talbot n=0.35 Talbot n=0.40 Sable Kh Gravier 4/16 Sable JO Courbe de référence
Talbot n=0.45 limit sup limit inf

Fig. 5 -Courbes de références T-F-T pour n∈[0.25, Fig. 6 – Exemple de Courbe de référence T-F-T pour
0.45] avec Fuseau du BCR (Tiré de Réf [14]) n=0.45 appliquée au mélange M5.
Colloque CMEDIMAT 2005, 06 et 07 Décembre2005

Sur les fonds comportant les courbes granulométriques des huit mélanges choisis, nous avons tracé
les courbes de références Talbot-Fuller-Thompson afin de déterminer les pourcentages
correspondants en utilisant la droite moyenne de Joisel.
Un exemple type des résultats des différentes proportions volumiques et massiques est représenté
sur la fig. 6 et les tableaux 5 et 6:
Dosage cime Volume cim Volu Général Vol Sable kh Vol Sabl JO Vol Gr 4/16
50,000 16,129 813,871 138,358 325,548 349,965
75,000 24,194 805,806 136,987 322,323 346,497
Tableau 5: Exemples de 100,000 32,258 797,742 135,616 319,097 343,029
volumes des composants 125,000 40,323 789,677 134,245 315,871 339,561
150,000 48,387 781,613 132,874 312,645 336,094
d’après la méthode de
175,000 56,452 773,548 131,503 309,419 332,626
Talbot-Fuller-Thompson 200,000 64,516 765,484 130,132 306,194 329,158
pour le mélange M5 225,000 72,581 757,419 128,761 302,968 325,690
250,000 80,645 749,355 127,390 299,742 322,223
275,000 88,710 741,290 126,019 296,516 318,755
300,000 96,774 733,226 124,648 293,290 315,287
325,000 104,839 725,161 123,277 290,065 311,819
350,000 112,903 717,097 121,906 286,839 308,352

Dosage cime Poids Sable Kh Pds Sabl JO Pds Gr 4/16 Poids Total %Ciment % Sable Kh % Sable JO %Grav 4/16
50,000 364,02 856,19 933,01 2203,22 2,27 16,52 38,86 42,35
75,000 360,41 847,71 923,76 2206,88 3,40 16,33 38,41 41,86
100,000 356,81 839,22 914,52 2210,55 4,52 16,14 37,96 41,37
125,000 353,20 830,74 905,27 2214,21 5,65 15,95 37,52 40,88
150,000 349,59 822,26 896,03 2217,87 6,76 15,76 37,07 40,40
175,000 345,98 813,77 886,78 2221,54 7,88 15,57 36,63 39,92
200,000 342,38 805,29 877,54 2225,20 8,99 15,39 36,19 39,44
225,000 338,77 796,81 868,29 2228,87 10,09 15,20 35,75 38,96
250,000 335,16 788,32 859,05 2232,53 11,20 15,01 35,31 38,48
275,000 331,56 779,84 849,80 2236,19 12,30 14,83 34,87 38,00
300,000 327,95 771,35 840,56 2239,86 13,39 14,64 34,44 37,53
325,000 324,34 762,87 831,31 2243,52 14,49 14,46 34,00 37,05
350,000 320,74 754,39 822,07 2247,19 15,58 14,27 33,57 36,58
Tableau 6: Exemple de poids et de pourcentages des composants suivant la méthode de Talbot-Fuller-Thompson
pour le mélange M5 et pour 1m3 de BCR.
Le tableau.7 regroupe les résultats obtenus par les différentes méthodes de formulation.
Méthode Bolomey Faury Dreux 1 Dreux 2 Talbot-Fuller
Thompson
Constituants
Sable Kh 21% 32% 25% 27% 17%
Sable JO 36% 20% 18% 19% 40%
Gravier 4/16 43% 48% 57% 54 43%
Tableau 7: Pourcentages des constituants donnés par les méthodes de formulation
Nous remarquons que les valeurs données par les méthodes de Dreux et Faury diffèrent de celles
données par les méthodes de Bolomey et Talbot-Fuller-Thompson.
Cette différence est due essentiellement à la prise en compte pour Dreux et Faury de l’effet de
parement qui représente l’effet du coffrage dans le cas des bétons conventionnels. L’effet de
parement n’a pas d’importance dans le cas du béton compacté au rouleau ce qui nous permet de ne
pas le prendre en considération. Les résultats proches obtenus par les méthodes de Bolomey et
Talbot-Fuller-Thompson confirment la négligence de cet effet.

V- SIMULATION PAR LE MODELE D'EMPILEMENT COMPRESSIBLE : LOGICIEL


″RENE-LCPC″

La méthode théorique adoptée dans notre travail consiste à maximiser la compacité du squelette
granulaire de mélange de BCR en optimisant les proportions des différentes classes granulaires
(ciment, sables, graviers, graves, …) [8,15-17]. Cette méthode théorique a l'avantage de prendre en
considération l'influence de plusieurs paramètres sur le BCR à l'état frais et durci. Nous avons
Colloque CMEDIMAT 2005, 06 et 07 Décembre2005

appliqué par conséquent le modèle d’empilement compressible développé au Laboratoire Central


des Ponts et Chaussées en France (LCPC) et qui s'applique particulièrement bien à la formulation de
mélanges de béton de ciment à compacité granulaire optimale [8]. Ce modèle a été utilisé pour la
formulation de mélange de béton compacté au rouleau. Et pour réaliser les simulations nous avons
utilisé le logiciel de formulation ″René LCPC″ dont la configuration nous permet l’introduction et
la correction rapide des proportions des constituants (ciment, granulats) de chaque mélange [17,18].
Nous avons déterminé la compacité réelle de chaque classe granulaire par des mesures
expérimentales. On a appliqué le même principe décrit dans la procédure de DeLarrard et Sedran
pour la détermination des compacités aussi bien pour les matériaux granulaires que pour le ciment
[8,17-19]. Les essais sont faites dans des moules cylindriques 16x32, sous une pression de 10 kPa,
et vibré pendant 1 minute à la table vibrante de fréquence 50Hz.
Les résultats des mesures expérimentales sont résumés sur le tableau 8:

Mesure de compacité suivant la méthode René-LCPC


Sable Kh Sable JO Gravier 4/8 Gravier 4/16 Grave 0/20
Masse de l'échantillon (kg) 3 3 7,5 7,5 7,5
Section de l'Eprouvette 0,020 0,020 0,020 0,020 0,020
Volume final V(m 3 ) 0,002 0,002 0,005 0,005 0,004
Densité d(kg/m 3 ) 2575 2530 2614 2650 2631
Compacité C 0,648 0,645 0,544 0,564 0,741
Tableau -8: Mesure de compacité suivant la méthode René-LCPC
Le logiciel ″René LCPC″ nous permet de produire des mélanges secs à compacité optimale pour
une maniabilité donnée c. à. d pour un indice de serrage représentant le phénomène de compactage
par un cylindre compacteur [17-19]. Un exemple de résultats de simulation par le logiciel est
présenté sur la fig.7.
0,45
0,4
0,35
0,3
Fig. 7 -Courbes des
0,25
Porosité

variations de la porosité en
0,2
fonction des dosages des
0,15
constituants suivant le
0,1
modèle ‘’René LCPC’’.
0,05
0

0 20 40 60 80 100
Pourcentage des constituants
Sable Kh Sable JO Gravier 4/16

100
90
80
70
Pourcentages (%)

60
50
40
30
Fig. 8 – Histogramme des 20
variations des pourcentages 10
des constituants pour les 0
huit mélanges déterminés
Sable Kh

Grave 0/20

Sable Kh

Grave 0/20

Sable Kh

Gravier 4/8
Grave 0/20

Grave 0/20

Sable Kh

Gravier 4/16
Sable Kh

Gravier 4/16
Sable Kh

Gravier 4/8

Gravier 4/16
Sable Kh

Gravier 4/8
Sable JO

Sable JO

Sable JO

Sable JO

Sable JO

par la méthode Talbot-


Fuller-Thompson et le
logiciel ″René LCPC″
M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8
Mélanges et constituants
M8 Gravier
Par la méthode4/8
Talbot-Fuller-Thompson M8
Par le Logiciel René LCPC
Colloque CMEDIMAT 2005, 06 et 07 Décembre2005

Pour les huit mélanges granulaires, nous avons reporté les résultats des proportions déterminés par
la méthode semi-empirique de Talbot-Fuller-Thompson et par le logiciel ″René LCPC″ dans un
histogramme (fig.8). Dans ce graphique la différence entre les deux méthodes est très petite et il y
seulement deux mélanges (M4 et M8) dans lesquels apparaît une différence significative.
En procédant au tracé des courbes granulaires de références, nous constatons que dans les cas de
méthodes de Bolomey, Faury, Dreux et Talbot-Fuller-Thompson, ces courbes sont faites pour les
granulats seuls (sans le ciment). Cette constatation montre que le dosage en ciment est pris en
compte uniquement pour la résistance.
Ce raisonnement n’est pas le même pour l’analyse avec le modèle d’empilement compressible qui
considère que l’effet des grains de ciment participe à la compacité du mélange.

VI- ESSAIS EXPERIMENTAUX:

Pour compacter le BCR au laboratoire nous avons utilisé le procédé Proctor modifié qui correspond
à une énergie de compactage assimilable à l’énergie donnée par un rouleau compacteur.
On a choisi le moule CBR pour le béton compacté au rouleau qui ressemble aux sols grossiers dont
les diamètres des grains ne dépassent pas 20 mm [3,8].

Courbe densite en fonctionde la teneur en eau

2410
Densité sèche en

2360
(Kg/m3)

2310

2260

2210
0 2 4 Optimum
6 8
Teneur en eau % Proctor

Densite kg/cm3

Photo 1 –Compactage Fig. 9 -Courbe de la variation de la densité sèche en fonction de


du béton compacté au rouleau (BCR) la teneur en eau : courbe Proctor Modifié
selon le procédé Proctor Modifié

En admettant ainsi les proportions définies à partir des méthodes de formulation, soit par le logiciel
″René LCPC″ ou par la méthode de Talbot-Fuller-Thompson, nous avons alors réalisé divers essais
d'études comportant, en particulier, la confection de quelques éprouvettes de contrôle de résistance
qui nous permet de juger les propriétés du mélange. Les éprouvettes sont essayées à l’écrasement
par compression centrée et certains mélanges ont donnés des bonnes résistances arrivant à 20 MPa.
Les résultats sont présentés sur la Fig. 10
Résistance à la compression en fonction de l'âge
25
Résistance à la compression (MPa)

20

Fig. 10 -Courbes de 15
variation de la résistance
en fonction de l’age pour 10
les huit mélanges du BCR
5

0
0 7 14 21 28
Age
M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8
Colloque CMEDIMAT 2005, 06 et 07 Décembre2005

VII- CONCLUSION

L’utilisation de la méthode de Talbot-Fuller-Thompson pour la formulation des bétons compactés


au rouleau à faible dosage en ciment est applicable, mais elle nécessite la réalisation d’un nombre
important d’essais pour corriger et finaliser les proportions.
L’utilisation du logiciel ″René LCPC″ nous a facilité la détermination de la formulation et nous a
permis de réduire énormément le nombre d’essai de façon à réaliser qu’un nombre limité de gâché
correspondant à la valeur de la compacité optimale.
Les essais réalisés au laboratoire, dans le but de fixer définitivement, confirmer ou corriger la
composition du béton, sont exécutés avec les mêmes constituants qui sont utilisés sur le chantier.
Le modèle d’empilement compressible est une méthode fiable pour la formulation de mélange
optimal de BCR à base de matériaux de gisements locaux avec un faible dosage en ciment.
Le fait de réduire le dosage en ciment dans la fabrication du béton compacté au rouleau de la marge
(12%-16%) à la marge (5%-11%), encourage les décideurs à choisir cette variante pour la
construction des chaussées rigides surtout lorsqu’il s’agit des moyens économiques réduits.
D’autres résultats peuvent être obtenus mais qui ne sont pas évalués dans ce travail tel que la
variation de la compacité du BCR en fonction du dosage en ciment, de la granulométrie, de leur
forme et l’utilisation des ajouts et des adjuvants.

REFERENCES:
[1]- Projet National BaCaRa 1988-1995. Le béton compacté au rouleau. Presse ENPC, 1996, 200 pages
[2]- ACI Committee 207, Roller-Compacted Mass Concrete, ACI 207.5R-99, ACI Committee 207 Report, American
Concrete Institute, Farmington Hills, Michigan, 1999, 46 pages.
[3]- Association Béton Québec (ABQ), Document: Conception et réalisation de revêtements en béton compacté au
rouleau au Québec, 2004, 129 pages.
[4]- Hisham Y. Qasrawi, Ibrahim M. Asi, H.I. Al-Abdul Wahhab, Proportioning RCCP mixes under hot weather
conditions for a specified tensile strength, 2004, 10 pages.
[5]- R. Anderson, Roller Compacted pavements- Physical Properties, CBI report No. Ra 3:86, Swedish Cement and
Concrete Research Institute, Sweden 1986.
[6]- ACI 325.10R-95, State-of-the-art report on roller-compacted concrete pavements, ACI manual of concrete Practice,
ACI, USA, 2000, 32 pages.
[7]- R. Piggot, Roller compacted concrete for heavy-duty pavement : Past performance, Recent Projects and
Recommended Construction Methods, TRR 1062, National Research council, Washington, DC, 1986, pp 7-12
[8]- N. Pouliot, T. Sedran, F. De Larrard, J. Marchand, Prédiction de la compacité des bétons compactés au rouleau à
l’aide d’un modèle d’empilement granulaire, 2001, 14 pages.
[9]- P. Gauthier, J. Marchand, L. Boisvert, E. Ouellet , M. PIGEON, Conception, formulation, production et mise en
oeuvre de revêtement en béton compacté au rouleau, formation continue GCI-A2455, Centre de recherche
interuniversitaire sur le béton, Département de génie civil, Université Laval, 2000.
[10]- E. Holderbaum Rodney, G. Schweiger Paul, Guide for Developing RCC Specifications and Commentary, EB214,
Portland Cement Association, 2000, 80 pages.
[11]- Portland Cement Association. Structural design of roller-compacted concrete for industrial pavements: Concrete
information, 1987.
[12]- E. Ouellet, Formulation et étude du comportement mécanique des bétons compactés au rouleau, Mémoire de
maîtrise, Département de génie civil, Université Laval, 1998, 200 pages.
[13]- G. Dreux, J. Festa, Nouveau guide du béton et de ses constituants 8eme édition, 1998, 400 pages.
[14]- M. Venuat, M. Papadakis Contrôle et essais des ciments, mortiers, bétons Eyrolles, 1961, pp 282-311.
[15]- T. Sedran, F. De Larrard, D. Angot, Prévision de la compacité de mélanges granulaires par le modèle de
suspension solide -Partie 1: Fondements théoriques et étalonnage du modèle, Bulletin de liaison des laboratoires des
ponts et chaussées, 1994, vol. 194, pp. 59-70.
[16]- T. Sedran, F. De Larrard, D. Angot, Prévision de la compacité de mélanges granulaires par le modèle de
suspension solide -Partie 2: Validation -Cas des mélanges confinés, Bulletin de liaison des laboratoires des ponts et
chaussées, 1994, vol. 194, pp. 71-86.
[17]- T. Sedran, F. De Larrard, Manuel d’utilisation de René-LCPC V6.1d: logiciel d’optimisation granulaire, 20pages.
[18]- F. De Larrard, Concrete mixture proportioning -A scientific approach, E & FN SPON Editors, 1999
[19]- J. Marchand, R. Gagne, E. Ouellet, S. Lepage, Mixture proportioning of roller compacted concrete -a Review,
Concrete Technology Special Publication SP-17l-22, 1997, pp. 457-487.

View publication stats