Vous êtes sur la page 1sur 58

LES TRAVAUX DE L’OCDE

OECD LE
DANS WORK ON
DOMAINE
TAXATION
FISCAL

2018-19
LES TRAVAUX DE L’OCDE
DANS LE DOMAINE FISCAL
2 À propos de l’OCDE 36 Promouvoir la mobilisation des ressources
intérieures
3 Préface du Secrétaire général de l’OCDE
38 Coup de projecteur sur… l’initiative Inspecteurs
5 Introduction par Pascal Saint-Amans des impôts sans frontières

8 L’OCDE et le G20 41 Analyse des politiques fiscales

11 Réformer les règles fiscales internationales – 44 Coup de projecteur sur… la fiscalité


Le projet BEPS environnementale

17 Coup de projecteur sur… les principaux 46 Impôts sur la consommation


instruments de l’OCDE dans le domaine fiscal
48 Qui nous sommes et ce que nous faisons
19 Accroître la transparence fiscale
54 Instruments juridiques et publications phares
27 La délinquance fiscale et financière dans le domaine fiscal

29 Coup de projecteur sur… les flux financiers illicites 55 Liens rapides

31 Renforcer l’administration fiscale 56 Plus d’informations sur les travaux de l’OCDE liés
à la fiscalité
33 Coup de projecteur sur… les conséquences
fiscales des technologies blockchain
2

L’Organisation de coopération et de
développement économiques (OCDE)
L a mission de l’OCDE est de promouvoir des politiques qui amélioreront le bien-être économique et social partout dans le
monde. L’OCDE offre aux gouvernements un forum où ils peuvent travailler ensemble, partager leurs expériences et chercher
des solutions à des problèmes communs, en s’appuyant sur notre expertise pour comprendre les moteurs du changement
économique, social et environnemental et pour favoriser une croissance durable et équilibrée. À l’OCDE, les représentants des
pays se réunissent pour comparer et confronter leur expérience de l’action publique, identifier les bonnes pratiques et adopter
des décisions et de recommandations. Le dialogue, le consensus et l’examen par les pairs sont au cœur des méthodes de travail
de l’Organisation.

La palette de nos travaux est très large. Nous mesurons la productivité et les flux mondiaux d’échanges et d’investissement, et
analysons et comparons des données afin de prédire les tendances à venir. Nous établissons des normes internationales dans
un grand nombre de domaines, de l’agriculture à la fiscalité en passant par la sécurité des produits chimiques. Nous examinons
également des questions qui affectent directement la vie des gens, comme le coût des impôts et de la sécurité sociale ou le temps
libre dont ils disposent. Nous comparons la façon dont les systèmes éducatifs préparent les jeunes à la vie moderne et la façon
dont les systèmes de retraite protégeront les citoyens plus âgés. En nous appuyant sur les faits et l’expérience concrète, nous
recommandons des politiques dont le but est d’améliorer la vie de tous.

L’OCDE continue de croître : elle compte aujourd’hui 36 pays membres, la Lituanie étant le dernier pays à avoir adhéré à
l’Organisation. La Colombie, qui a été invitée à adhérer, est en train de finaliser les procédures internes nécessaires à cette fin. Des
discussions sont également en cours avec le Costa Rica en vue de son adhésion. En outre, nous collaborons de façon intensive avec
des Partenaires clés tels que l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l’Inde et l’Indonésie, avons établi des programmes dédiés avec le
Maroc, le Pérou et le Kazakhstan, et mis en place des programmes de travail régionaux avec l’Asie du Sud-Est, l’Amérique latine
et les Caraïbes. Le G20, le G7 et l’APEC font régulièrement appel à notre expertise ; nous nouons fréquemment des partenariats
avec d’autres organisations régionales et internationales, et nous sollicitons régulièrement le point de vue des entreprises et de la
société civile pour éclairer nos travaux.
© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 3

Préface du Secrétaire général de l’OCDE


La fiscalité est au cœur de nos sociétés. Un système fiscal qui fonctionne bien constitue le socle de la
relation entre l’État et le citoyen, en tissant entre eux des liens solides fondés sur la responsabilité
et la reddition de comptes. Il joue également un rôle essentiel pour la croissance inclusive et le
développement durable, en procurant aux pouvoirs publics les ressources dont ils ont besoin pour
investir dans les infrastructures, l’éducation et la santé, et pour préserver les systèmes de protection
sociale.

La fiscalité joue un rôle clé pour relever l’ensemble des défis auxquels les pouvoirs publics sont
aujourd’hui confrontés, qu’il s’agisse de mobiliser les ressources nécessaires au financement des
Angel Gurría infrastructures de la société, ou d’agir pour relayer les positions et les choix arrêtés dans des
Secrétaire général de l’OCDE
domaines aussi divers que le changement climatique, l’égalité homme-femme, l’éducation ou la
santé.

L’OCDE et le Centre de politique et d’administration fiscales travaillent sans relâche pour avancer sur ces questions et servent de
point de convergence pour un dialogue inclusif qui aboutit à des normes de haut niveau et à leur mise en œuvre efficace, en tenant
systématiquement compte de tout l’éventail des situations et des contraintes que les pays rencontrent. Nos efforts pour combattre
la fraude fiscale dans le cadre du Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales (qui compte
plus de 150 membres) sont couronnés de succès, puisqu’à l’échelle de la planète, les mécanismes de régularisation volontaire et les
enquêtes réalisées à l’étranger ont permis selon les estimations de dégager un surcroît de recettes de 93 milliards EUR (sous forme
d’impôts, d’intérêts ou de pénalités) entre 2009 et juin 2018.

© OCDE 2018
4

Le projet de l’OCDE et du G20 de lutte contre l’érosion de la Ces avancées devront toutefois être consolidées, et de nouveaux
base d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS) rassemble défis se font jour, qui exigent de mettre encore plus l’accent
aujourd’hui plus de 115 membres au sein du Cadre inclusif, sur l’environnement collaboratif que nous nous attachons à
qui unissent leurs efforts pour faire en sorte que les impôts promouvoir, qu’il s’agisse de faire face à la transformation
soient acquittés dans le pays où la valeur est créée. Néanmoins, numérique de l’économie, d’encourager la mobilisation des
face à ce bouleversement du paysage fiscal international, les ressources intérieures dans les pays en développement ou
contribuables comme les pouvoirs publics s’interrogent sur le encore de recourir à la politique fiscale pour progresser dans la
manque de certitude fiscale qui pèse sur les entreprises et les réalisation de plusieurs objectifs sociaux et environnementaux,
administrations fiscales. Répondant à l’appel des dirigeants comme la lutte contre le changement climatique, la promotion
du G20, l’OCDE et le FMI ont publié un rapport qui recense les de l’égalité entre les sexes ou l’amélioration de la santé
sources d’incertitude dans ce domaine. L’OCDE œuvre aux des populations. Je ne doute pas que nos travaux fiscaux
côtés des États pour développer des outils à même de renforcer continueront de produire des résultats tangibles, et que
la sécurité juridique en matière fiscale et, partant, créer un la coopération avec d’autres organisations régionales et
environnement stable propice à la croissance économique. internationales aidera les États à créer l’environnement durable,
stable et résilient nécessaire à une croissance plus inclusive.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 5

Introduction par Pascal Saint-Amans


« Jamais la portée et l’importance des travaux de l’OCDE dans le domaine fiscal n’ont
été aussi grandes : de l’élaboration de normes et d’instruments juridiques multilatéraux
à la production de statistiques exhaustives qui constituent un outil indispensable pour
les responsables de la politique fiscale du monde entier, jusqu’aux efforts engagés
aux côtés des pays en développement afin de s’assurer qu’ils disposent des ressources
nécessaires pour adapter leurs systèmes fiscaux à leurs propres besoins, il est gratifiant
de constater à quel point nos travaux sont précieux pour nos membres et nos partenaires
Pascal Saint-Amans partout dans le monde. »
Directeur du CTPA

Le Centre de politique et d’administration fiscales (CTPA), Nos travaux couvrent des questions de portée nationale et
en tant que Secrétariat pivot des travaux de l’OCDE dans le internationale, dans le domaine des impôts directs et indirects.
domaine fiscal, apporte son soutien technique au Comité des Ils s’appuient sur des relations solides avec les membres de
affaires fiscales et à ses organes subsidiaires. Des politiques l’OCDE et sur la participation de nombreux pays non membres,
fiscales judicieuses sont essentielles à l’efficacité des économies pays du G20 et pays en développement et bénéficient de
et à la promotion des échanges et des investissements l’éclairage de représentants des entreprises et de la société
internationaux. Les travaux entrepris dans le cadre du Modèle civile. Grâce à cette approche inclusive, les solutions élaborées
de Convention fiscale de l’OCDE pour éliminer la double sont en phase avec une économie moderne, mondialisée et
imposition constituent l’un des piliers de l’architecture fiscale numérique.
mondiale depuis plus de 50 ans. Nos analyses approfondies
On peut citer, à titre d’exemple, nos travaux sur la transparence
de l’incidence des systèmes fiscaux sur l’emploi, l’innovation,
fiscale, qui visent à éviter que le secret bancaire et l’opacité
les problématiques environnementales et la croissance
financière en général n’entravent l’application de la législation
économique s’inscrivent à l’appui des efforts déployés dans le
fiscale, quel que soit le lieu où les contribuables décident de
monde entier pour promouvoir des approches économiques
placer leurs actifs. Et parce qu’une approche inclusive était
qui favorisent la croissance tout en encourageant l’équité et
nécessaire face à cet enjeu universel, nous avons mis sur
l’inclusivité.
© OCDE 2018
6

pied le Forum mondial sur la transparence et l’échange de de collaboration sur les questions fiscales créée en 2016. Pour
renseignements à des fins fiscales (Forum mondial). Fort de sa part, l’initiative OCDE/PNUD Inspecteurs des impôts sans
plus de 150 membres qui œuvrent tous sur un pied d’égalité, ce frontières est un programme dynamique qui aborde sous un
forum est l’illustration même du multilatéralisme. angle nouveau l’assistance aux pays en développement : des
experts apportent un soutien concret aux administrations des
De la même façon, le Cadre inclusif du projet de l’OCDE et
pays bénéficiaires sur des dossiers de vérification d’entreprises
du G20 sur l’érosion de la base d’imposition et le transfert de
multinationales, assurant un transfert de compétences. À ce
bénéfices (BEPS), qui a vu le jour en 2016, réunit plus de 115
jour, cette initiative a permis de recouvrer 414 millions USD
juridictions qui travaillent ensemble, d’égal à égal, pour faire
de recettes supplémentaires moyennant un coût inférieur
en sorte que les pays mettent en œuvre les mesures arrêtées
dans le cadre de ce projet et que l’impôt soit prélevé là où a lieu à 4 millions USD.
la création de valeur. La priorité aujourd’hui est de relever les La base de données mondiale des Statistiques des recettes
défis posés par la transformation numérique de l’économie, et publiques constitue la plus grande source publique disponible
c’est l’un des domaines où l’approche collaborative adoptée par à ce jour de statistiques fiscales comparables, produites en
le Cadre inclusif peut être le mieux mise à profit pour trouver partenariat avec les pays et organisations régionales. Elle
une solution pérenne et fondée sur le consensus. contient pour chaque pays des indicateurs fiables et accessibles
Cette coopération sans précédent en matière fiscale ouvre de sur les niveaux et structures d’imposition, accompagne les
nouvelles perspectives de renforcement de la participation des efforts déployés dans le monde entier pour mobiliser les recettes
pays en développement aux débats sur les politiques fiscales intérieures à l’appui du développement durable, et contribue
internationales et aux institutions qui les animent, mais la directement à ce titre aux Objectifs de développement durable
pleine réalisation de ces possibilités s’accompagne aussi de et au programme d’action d’Addis-Abeba. Ce faisant, elle
nouveaux défis. Pour que les pays puissent mobiliser leurs renforcera la capacité des pouvoirs publics et des responsables
propres ressources, ils doivent impérativement être associés des politiques fiscales à élaborer et à mettre en œuvre des
à cet important dialogue et posséder les compétences et les réformes à même d’accroître les recettes intérieures pour
moyens nécessaires pour utiliser ces nouveaux outils. financer la fourniture de biens et services publics essentiels.

L’OCDE continue d’aider les pays en développement à renforcer Tous nos travaux dans le domaine fiscal s’appuient sur les
leurs capacités au travers de multiples activités, et joint ses vastes compétences réunies au sein du CTPA pour offrir aux
efforts à ceux du FMI, des Nations Unies et du Groupe de la pouvoirs publics des orientations inspirées des meilleures
Banque mondiale afin de mieux coordonner le soutien et les pratiques mondiales, des normes solides et les outils dont ils
services offerts à ces pays par l’intermédiaire de la Plateforme ont besoin pour les appliquer avec efficacité.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 7

Les travaux fiscaux de l’OCDE en chiffres


Allemagne Lettonie +150 membres du Forum mondial sur la transparence et l’échange
Australie de renseignements à des fins fiscales.
Lituanie
36 PAYS MEMBRES*

Autriche Luxembourg
Belgique
Mexique +115 pays et juridictions participent au Cadre inclusif sur le BEPS
Canada (érosion de la base d’imposition et transfert de bénéfices).
Norvège
Chili
Corée Nouvelle-Zélande
Danemark Pays-Bas +120 pays et juridictions adhèrent à la Convention multilatérale
Espagne Pologne concernant l’assistance administrative mutuelle en matière fiscale.
Estonie Portugal
États-Unis
Finlande
République +80 pays et juridictions, représentant plus de 1 360 conventions
slovaque fiscales bilatérales, ont signé la Convention multilatérale pour la mise
France République en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir
Grèce tchèque
Hongrie l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices.
Royaume-Uni
Irlande
Slovénie
Islande
Suède
+100 pays et juridictions ont mis en œuvre l’échange automatique de
Israël renseignements sur les comptes financiers entre septembre 2017 et 2018.
Italie Suisse
Japon Turquie
+155 agents du Secrétariat issus de plus de 40 pays.

* La Colombie, qui a été invitée à adhérer, est en train de finaliser les procédures internes nécessaires à cette fin.

© OCDE 2018
8

L’OCDE et le G20 : notre partenariat dans le


domaine fiscal
Au cours de la dernière décennie, forts de notre longue Grâce à une approche fondée sur le consensus, le Forum mondial
expérience et de notre large gamme de compétences sur les compte aujourd’hui plus de 150 juridictions qui se sont toutes
questions clés en matière de fiscalité internationale, nous engagées à appliquer la norme d’échange de renseignements
nous sommes associés au G20 pour réaliser des avancées sans sur demande. Un processus rigoureux d’examen par les pairs
précédent, et notamment refondre entièrement l’architecture évalue les progrès de ces pays dans la mise en œuvre de leurs
fiscale internationale et créer un nouvel environnement basé engagements à appliquer la norme de transparence fiscale,
sur la transparence fiscale. formule des recommandations et attribue une notation globale
quant au respect de la norme.
Notre partenariat avec le G20 en matière fiscale s’articule
autour de quatre piliers : accroître la transparence fiscale ; En 2013, en réponse à un appel du G20 pour aller plus loin
contrer l’évasion fiscale ; promouvoir des politiques fiscales au dans la transparence fiscale, l’OCDE a élaboré une Norme
service d’une croissance solide, durable et inclusive ; et enfin, commune de déclaration (NCD), unique et mondiale, pour
faire de l’outil fiscal un vecteur de développement. l’échange automatique de renseignements relatifs aux comptes
financiers. Approuvée par les dirigeants des pays du G20 en
1. Accroître la transparence fiscale novembre 2014, la norme de l’OCDE sur l’échange automatique
Avec le soutien du G20 qui a annoncé la « fin du secret établit de nouvelles règles du jeu en matière de détection et
bancaire » en avril 2009, l’OCDE a mis sur pied le Forum de dissuasion de la fraude fiscale, en permettant aux États
mondial sur la transparence et l’échange de renseignements de repérer les fonds transférés à l’étranger qui jusqu’alors
à des fins fiscales (le Forum mondial), chargé de suivre la mise échappaient à tout contrôle.
en œuvre de la norme de transparence fiscale pour l’échange
de renseignements sur demande.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 9

Plus d’une centaine de pays se sont engagés à mettre en œuvre unilatérales non coordonnées, et cette même approche
l’échange automatique de renseignement d’ici à 2018, et les continuera d’orienter les travaux sur la fiscalité internationale
pays en développement s’acheminent vers cette norme à un pendant de nombreuses années encore.
rythme compatible avec leurs capacités. Dans le prolongement
des premiers échanges intervenus à ce titre en 2017 et 2018, La phase actuelle du projet BEPS, qui est centrée sur la mise
le Forum mondial procède au suivi et à l’évaluation de la mise en œuvre efficace et cohérente de l’ensemble des mesures
en œuvre de la norme. Les travaux de l’OCDE et du Forum sont adoptées, passe par un processus rigoureux d’examen par les
décrits plus en détail page 16. pairs. Les quelque 115 membres du Cadre inclusif sur le BEPS
créé en 2016 participent sur un pied d’égalité, non seulement
2. Contrer l’évasion fiscale à la conduite de ces examens par les pairs, mais également
Avec la transformation rapide de l’économie mondiale et à l’élaboration de normes importantes, notamment pour
les nouvelles pratiques des entreprises, l’OCDE a admis que répondre aux défis fiscaux soulevés par la transformation
les règles fiscales internationales, basées sur des concepts numérique de l’économie, thème qui a fait l’objet d’un rapport
élaborés il y a un siècle, devaient être profondément remaniées intérimaire publié en 2018.
pour empêcher que les bénéfices d’entreprises multinationales
puissent être transférés hors de la juridiction où ont lieu les 3. Promouvoir des politiques fiscales au service
activités économiques et la création de valeur. d’une croissance solide, durable et inclusive
La politique fiscale peut être un puissant moteur structurel
Le projet de l’OCDE et du G20 sur l’érosion de la base à l’appui d’une croissance forte, durable et inclusive. En tant
d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS) a été lancé par qu’instrument d’action, elle peut apporter des réponses à
le G20 en 2013, et l’ensemble des 15 rapports adoptés pour certains des défis les plus impérieux de notre époque, y compris
combattre les pratiques de BEPS ont été présentés en octobre l’atonie de la croissance mondiale, le ralentissement des gains
2015, et approuvés par le Conseil de l’OCDE et par les ministres de productivité, le creusement des inégalités, le vieillissement
des Finances et dirigeants des pays du G20. Ce projet constitue démographique et la nécessité d’assurer la viabilité écologique.
une avancée significative en ce sens qu’il aborde les règles
fiscales internationales selon une approche qui reste fondée Consciente de ce potentiel, la Présidence du G20 réfléchit avec
sur le consensus, et évite ainsi la multiplication de mesures les experts de l’OCDE aux moyens de mobiliser la politique

© OCDE 2018
10

fiscale au service de l’innovation et de la croissance inclusive, travaux de l’OCDE et du G20 en matière fiscale consiste à
et de garantir la certitude nécessaire à l’investissement et aux faire en sorte que les besoins des pays à tous les stades du
échanges. développement soient pris en compte.

4. Faire de l’outil fiscal un vecteur de développement En 2016, le FMI, l’OCDE, les Nations unies et le Groupe de la
L’importance cruciale de disposer de systèmes fiscaux efficaces Banque mondiale ont créé la Plateforme pour la collaboration
pour mobiliser les ressources intérieures est de plus en plus sur les questions fiscales, afin de mieux coordonner leurs
reconnue par le G20 et dans les débats sur le financement du actions de soutien au renforcement des capacités en faveur des
développement, dans le cadre de l’engagement mondial en pays en développement et de traiter les questions prioritaires
faveur des Objectifs de développement durable (ODD) pour identifiées dans le cadre de nombreuses consultations
l’après-2015. Dans ce contexte, l’un des principaux axes des régionales.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 11

Réformer les règles fiscales internationales –


Le projet BEPS
Depuis que les règles fiscales internationales ont été conçues  améliorer la cohérence des règles fiscales internationales
dans les années 1920, le paysage mondial a radicalement  renforcer les exigences de substance, et
changé : apparition de nouvelles opportunités économiques et  accroître la transparence et la sécurité juridique en
de nouveaux défis induits par la mondialisation, transformation matière fiscale
des modèles d’activité et bouleversements géopolitiques. Il
était par conséquent nécessaire de mettre à jour bon nombre Le phénomène d’érosion de la base d’imposition et de transfert
de ces règles afin de remédier aux failles et aux décalages qui de bénéfices est à l’origine d’une perte de recettes fiscales de
débouchent sur des cas de double imposition et de double non 100 à 240 milliards USD par an à travers le monde, selon des
imposition. estimations prudentes. Les enjeux sont donc considérables
pour les gouvernements du monde entier.
Ces évolutions ont conduit l’OCDE à lancer le projet sur l’érosion
de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS), en En deux ans seulement,
100 à
partenariat avec le G20. L’objectif fondamental est de faire les pays de l’OCDE et du 240 milliards
USD par an
en sorte que les règles fiscales internationales ne facilitent G20, avec la contribution
pas le transfert des bénéfices d’entreprises hors du pays où de plus d’une centaine de
les activités économiques réelles se déroulent et où a lieu la pays supplémentaires, Total des recettes de l’IS
Estimation du manque à gagner
création de valeur. ont élaboré un ensemble
complet d’instruments Les pratiques de BEPS induisent des pertes de
En septembre 2013, les dirigeants du G20 ont entériné le Plan d’action qui permettent recettes pour les États qui, selon des hypothèses
prudentes, sont comprises entre 4 % et 10 % du total
d’action ambitieux et exhaustif élaboré par l’OCDE. Décliné en aux pouvoirs publics de des recettes de l’impôt sur les sociétés au niveau
mondial
15 points, ce Plan d’action BEPS vise à : combler les brèches dans le Source : OCDE, 2015

© OCDE 2018
12

 Action 4 : Limiter l’érosion de la base d’imposition faisant


système fiscal international. Le FMI, la Banque mondiale, les
intervenir les déductions d’intérêts et d’autres frais
Nations Unies ainsi que des organisations fiscales régionales
financiers
comme l’ATAF (Forum sur l’administration fiscale africaine) et
le CIAT (Centre interaméricain d’administrateurs fiscaux) ont  Action 5 : Lutter plus efficacement contre les pratiques
fiscales dommageables, en prenant en compte la
également participé au projet.
transparence et la substance

Les rapports du projet BEPS  Action 6 : Empêcher l’utilisation abusive des conventions
L’ensemble des rapports issus du projet BEPS, présentés en fiscales lorsque les circonstances ne s’y prêtent pas
octobre 2015, couvrent les 15 domaines identifiés dans le Plan  Action 7 : Empêcher les mesures visant à éviter
d’action de 2013. Ils englobent quatre nouveaux standards artificiellement le statut d’établissement stable
minimums, la mise à jour des standards existants, des
 Actions 8-10 : Aligner les prix de transfert calculés sur la
approches communes et des orientations qui s’inspirent
création de valeur
des meilleures pratiques. Ces rapports appréhendent dans
leur globalité les défis fiscaux soulevés par la numérisation  Action 11 : Mesure et mise en œuvre du BEPS
croissante de l’économie, et jettent les bases de la négociation  Action 12 : Règles de communication obligatoire
de l’Instrument multilatéral, qui a été finalisé en 2016 et permet d’informations
aux pays d’aligner rapidement leur réseau de conventions
 Action 13 : Documentation des prix de transfert et
fiscales bilatérales sur les mesures du projet BEPS.
déclaration pays par pays

 Action 1 : Relever les défis fiscaux posés par l’économie  Action 14 : Accroître l’efficacité des mécanismes de
numérique règlement des différents

 Action 2 : Neutraliser les effets des dispositifs hybrides  Action 15 : Élaboration d’un instrument multilatéral pour
modifier les conventions fiscales bilatérales
 Action 3 : Concevoir des règles efficaces concernant les
sociétés étrangères contrôlées

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 13

Les quatre standards minimums Suivi et soutien de la mise en œuvre des mesures
du projet BEPS BEPS
Le projet BEPS est désormais centré sur le soutien aux efforts
Quatre des domaines couverts par le projet BEPS ont déployés par les pays pour mettre en œuvre les mesures issues
débouché sur des standards minimums, en vertu desquels de ce projet, en veillant à la bonne application des standards
les pays s’engagent à agir dans les cas où l’inaction de minimums du BEPS, et sur la finalisation des travaux restants
certains pays entraînerait des conséquences négatives. d’établissement de normes, notamment en ce qui concerne
Ces standards portent sur les aspects suivants : les prix de transfert et les défis fiscaux soulevés par la
transformation numérique de l’économie. L’ensemble de ces
1. 
Lutter contre les pratiques fiscales dommageables,
travaux sont menés par le Cadre inclusif sur le BEPS.
ce qui englobe les règles applicables aux régimes
préférentiels et la transparence des décisions des
administrations fiscales.
Le Cadre inclusif G20/OCDE sur le BEPS
En réponse à l’appel lancé
« Les pertes de recettes pour
2.  E
 mpêcher le chalandage fiscal en clarifiant l’objet des par les dirigeants du G20 en les pays en développement
conventions fiscales. novembre 2015, les membres dû aux pratiques d’évasion
de l’OCDE et du G20 ont mis fiscale représentent environ
3. 
Mettre en place une déclaration pays par pays des en place un cadre inclusif qui 100 milliards USD par an. »
informations essentielles relatives aux activités des Source : CNUCED, 2015
permet aux pays et juridictions
entreprises multinationales afin de permettre aux intéressés de participer sur un
administrations fiscales de mieux appréhender les pied d’égalité avec les membres de l’OCDE et du G20 à la phase
risques.
suivante du projet BEPS.

4. 
Améliorer l’efficacité du règlement des différents entre
Au-delà du Comité des affaires fiscales de l’OCDE qui en
administrations fiscales de plusieurs pays.
constitue le noyau, le Cadre inclusif a vocation à accueillir
tous les pays et juridictions intéressés qui s’engagent à
adopter l’ensemble des mesures issues du projet BEPS et à les

© OCDE 2018
14

mettre en œuvre de façon cohérente. Ces pays et juridictions


Convention multilatérale pour la mise en œuvre
participent à l’instance plénière de décision, ainsi qu’à tous les des mesures relatives aux conventions fiscales
groupes de travail techniques. Les organisations régionales pour prévenir le BEPS
et internationales concernées sont également associées,
y compris lors de réunions régionales et de séminaires de L’Instrument multilatéral sur le BEPS permet aux pays
renforcement des capacités, ou en qualité d’observateurs d’aligner rapidement leurs conventions fiscales sur les
auprès du Cadre inclusif. En août 2018, le Cadre inclusif sur le mesures relatives à ces conventions adoptées dans le
BEPS comptait 117 membres. cadre du projet BEPS OCDE/G20. Plus de 80 juridictions
l’ont déjà signé, ce qui signifie que 1400 conventions
fiscales bilatérales seront modifiées Entré en vigueur le
Le mandat du Cadre inclusif est le suivant :
1 juillet 2018 suite à sa ratification par plusieurs
juridictions, l’Instrument multilatéral modifie déjà
 
Achever les travaux restants d’établissement de normes
l’application de centaines de conventions fiscales.
requis par le Plan d’action sur le BEPS.

 
Évaluer la mise en œuvre des quatre standards minimums
au moyen d’un processus d’examen par les pairs.

 
Suivre les évolutions en lien avec les autres mesures
adoptées par le projet BEPS et en mesurer l’impact.

 
A ider les juridictions à déployer les mesures BEPS, et
élaborer avec elles des orientations supplémentaires et des
manuels pratiques qui ciblent les problématiques de BEPS
prioritaires identifiées par les pays en développement à
faibles capacités.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 15

Défis fiscaux soulevés par la transformation numérique Au delà des problématiques de BEPS, le rapport sur l’Action 1
Le monde s’est radicalement transformé au cours des dernières de 2015 concluait aussi que la transformation numérique
décennies. Outre la mondialisation, de nouvelles technologies engendrait des défis fiscaux plus larges, y compris en ce qui
ont favorisé l’émergence de nouveaux modèles d’affaires qui concerne la question du lien, du rôle des données et de la
mettent à rude épreuve les règles fiscales internationales qualification des revenus. Si rester à l’affût des dernières
existantes. Le projet BEPS OCDE/G20 a révélé que certaines évolutions constitue toujours un défi pour les responsables
pratiques fiscales problématiques ont été exacerbées par le de l’action publique, cela vaut tout particulièrement dans le
développement rapide et continu des technologies numériques contexte de la transformation numérique.
– la transition numérique. Dans le cadre des travaux menés au
titre de l’Action 1 du projet BEPS, il a été admis qu’en raison de Les membres du Cadre inclusif de l’OCDE et du G20 sur le BEPS
l’omniprésence de la transformation numérique, il est difficile, sont convenus de poursuivre leurs travaux sur la fiscalité de
voire impossible, d’isoler l’économie numérique du reste de l’économie numérique dans le but de produire un rapport final
l’économie.

© OCDE 2018
16

en 2020. En mars 2017, le G20 a invité le l’OCDE à présenter un bénéfices, en vue de parvenir à un tel consensus d’ici à 2020,
rapport intérimaire en 2018. après avoir fait un point d’étape en 2019.

Intitulé Les défis fiscaux soulevés par la numérisation de l’économie Il a également été admis que, dans l’intervalle, la technologie
– rapport intérimaire 2018, ce rapport a été présenté au G20 en était tout autant porteuse d’opportunités que de défis
mars 2018. Il fait apparaître des divergences d’opinion entre en matière de lutte contre les problématiques de BEPS,
les pays sur les solutions à apporter aux défis soulevés par la ainsi que pour la politique et les administrations fiscales.
transformation numérique de l’économie et ouvre la voie aux Les technologies blockchain, par exemple, permet le
travaux à mener pour trouver une solution d’ensemble fondée développement de nouvelles méthodes sécurisées de tenue de
sur un consensus. Tous les membres du Cadre inclusif ont registres, mais favorise également les cryptomonnaies, ce qui
convenus d’examiner les concepts du lien et de l’attribution des risque de remettre en cause les avancées constatées en matière
de transparence fiscale au cours des dix dernières années. Des
travaux sont d’ores et déjà en cours afin de mieux comprendre
ces tendances et de mieux y répondre, en ce qui concerne
notamment le traitement fiscal des cryptomonnaies, aux fins
de l’impôt sur les bénéfices et de la TVA/TPS, et la conduite
d’enquêtes sur les délits à caractère fiscal faisant intervenir de
telles monnaies.

Le défi le plus pressant pour le Cadre inclusif – et pour la


communauté fiscale internationale en général – consiste
à rapprocher les différents points de vue afin de préserver
la cohérence du système fiscal international. Un rapport
intérimaire sur ces développements, élaboré par le Secrétariat,
sera présenté au G20 en juin 2019 et nous avons bon espoir
de pouvoir proposer dans le rapport de 2020 une approche
commune pour répondre à ces enjeux sur le long terme.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 17

Coup de projecteur sur les principaux instruments Modèle de Convention fiscale de l’OCDE
de l’OCDE dans le domaine fiscal Le Modèle de Convention fiscale de
Les travaux d’établissement de normes menés par l’OCDE l’OCDE est la référence internationale
dans le domaine de la fiscalité internationale s’appuient sur pour la négociation, l’interprétation
deux textes fondamentaux : le Modèle de Convention fiscale et l’application des conventions
de l’OCDE concernant le revenu et la fortune et les Principes de fiscales depuis qu’il a été publié pour
l’OCDE applicables en matière de prix de transfert à l’intention la première fois en 1963. Il forme
des entreprises multinationales et des administrations fiscales. aujourd’hui le socle d’un réseau
Ces deux textes sont régulièrement mis à jour afin de rester en d’environ 3 000 conventions fiscales
phase avec les évolutions nouvelles, y compris dans le cadre dans le monde, dont l’objectif est
du projet BEPS. de réduire les obstacles fiscaux
aux échanges et à l’investissement
transfrontaliers et de contribuer à
prévenir la fraude et l’évasion fiscales.

En procédant à la mise à jour régulière de la Convention, l’OCDE


offre aux pays une base solide pour négocier et appliquer des
accords visant à minimiser la double imposition sur ces flux
transfrontières, sans créer de possibilités de non-imposition
involontaire. Les pays se réunissent régulièrement à l’OCDE
pour réfléchir à des mises à jour des articles et des commentaires
du Modèle de Convention afin de tenir compte des évolutions
nouvelles, de traiter les questions d’interprétation et de combler
les brèches qui peuvent apparaître. Dans une économie de plus
en plus mondialisée, où la politique fiscale et l’administration
de l’impôt continuent d’être décidées à un échelon national
alors que l’économie mondiale se joue des frontières, le
Modèle de Convention fiscale représente un outil précieux

© OCDE 2018
18

pour permettre aux pays de créer durablement les conditions efficace et cohérente de la valorisation des prix de transfert
favorables à la croissance et à l’investissement. Plus de 65 pays peut limiter les risques de double imposition économique ou
ont exposé leur position sur les dispositions du Modèle, ce qui de différends fiscaux entre deux pays dans lesquels ils exercent
facilite considérablement les négociations bilatérales. des activités.

Principes de l’OCDE applicables en matière de prix de


transfert Publications clés
Les Principes de l’OCDE • Cadre inclusif sur le BEPS de l’OCDE et du G20: rapport d’étape (2018)
applicables en matière de prix • Cadre inclusif sur le BEPS de l’OCDE et du G20 : examens par les
de transfert à l’intention des pairs (en cours)
entreprises multinationales et • Les défis fiscaux soulevés par la numérisation de l’économie –
des administrations fiscales rapport intérimaire 2018
fournissent des lignes directrices o Rapports finaux 2015 sur les 15 actions du projet BEPS
sur la valorisation des transactions • Plan d’action sur l’érosion de la base d’imposition et le transfert
internationales entre entreprises de bénéfices (2013)
associées. Basés sur le « principe de www.oecd.org/fr/fiscalite/beps/
pleine concurrence », ces Principes
constituent un point de repère pour • Modèle de Convention fiscale de l’OCDE (2017)
les entreprises comme pour les • Principes de l’OCDE applicables en matière de prix de transfert (2017)
administrations fiscales confrontées à une économie où, selon www.oecd.org/fr/fiscalite/fiscalite-internationale/
certaines estimations, les échanges intragroupes représentent www.oecd.org/fr/fiscalite/prix-de-transfert/
près de 50 % des transactions mondiales.
BEPS MEASURES ARE BEING IMPLEMENTED AROUND THE WORLD . 47

Cadre inclusif sur


Dans ce contexte, les États doivent pouvoir s’appuyer sur des le BEPS de l’OCDE
et du G20
règles solides d’établissement des prix de transfert pour faire
Rapport d’étape juillet 2017 – juin 2018

en sorte que les bénéfices et les revenus associés ne soient


pas artificiellement transférés hors de la juridiction où a lieu
la création de valeur. Pour les contribuables, une approche

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 19

Accroître la transparence fiscale


Depuis plus de vingt ans, l’OCDE est le fer de lance de la lutte ainsi que les renseignements comptables et bancaires. Tous les
mondiale contre la fraude fiscale grâce à l’amélioration de la membres du Forum mondial sur la transparence et l’échange
transparence fiscale. Son approche à plusieurs volets s’appuie de renseignements à des fins fiscales (Forum mondial) se
sur l’élaboration de normes solides de transparence fiscale, la sont engagés à mettre en application la norme d’échange sur
promotion de l’adhésion à ces normes de manière à garantir des demande. Le Forum mondial suit ces engagements au moyen
règles du jeu équitables pour tous, l’aide à la mise en œuvre et d’un processus rigoureux d’examen par les pairs.
le suivi des progrès pour s’assurer du respect des engagements
pris par les juridictions. L’échange automatique repose sur une norme mondiale unique
commune (la Norme commune de déclaration) qui impose aux
Les normes internationales de transparence fiscale institutions financières de partager des renseignements sur les
Les normes internationales élaborées par l’OCDE en matière comptes financiers avec les autorités fiscales, qui échangent
de transparence fiscale prévoient l’échange de renseignements tous les ans ces renseignements avec leurs homologues
sur demande et l’échange automatique de renseignements étrangères selon des modalités convenues. Cette norme
relatifs aux comptes financiers. mondiale, élaborée par l’OCDE en 2014, change les règles du jeu
pour les administrations fiscales, en leur permettant de tracer
La norme d’échange sur demande dispose que les des fonds à l’étranger qui jusqu’alors étaient non détectés et
renseignements « vraisemblablement pertinents » à des fins indétectables. Près de 50 juridictions ont débuté les échanges
fiscales doivent être disponibles et accessibles aux autorités au titre de la norme automatique en 2017, et 50 autres l’ont
fiscales, afin de leur permettre de les échanger avec leurs fait en septembre 2018. Le Forum mondial suit et examine la
homologues dans d’autres pays, sur la base d’un accord mise en œuvre des échanges et des engagements pris par ces
juridique. Cette norme couvre des renseignements tels que juridictions, et apporte son soutien aux autres juridictions, et
l’identité des bénéficiaires légaux ou effectifs de sociétés de notamment aux pays en développement, afin de leur permettre
capitaux et d’autres personnes morales et des dispositifs de prendre également part aux échanges et de ne plus laisser
juridiques tels que les sociétés de personnes et les fiducies, de refuge aux fraudeurs.

© OCDE 2018
20

Établir les mécanismes juridiques nécessaires à les vérifications conjointes et l’assistance au recouvrement
l’échange de renseignements fiscaux des créances fiscales étrangères. À l’heure actuelle, plus de
Tous les renseignements fiscaux échangés sont soumis à des 120 juridictions participent à la Convention, ce qui permet aux
règles strictes de confidentialité et de protection des données, et juridictions de disposer d’un mécanisme extrêmement efficace
l’OCDE a mis au point des mécanismes juridiques dans le cadre pour rapidement mettre en place un vaste réseau de partenaires
desquels ces échanges peuvent se dérouler. aux fins de l’échange de renseignements fiscaux.

La Convention multilatérale concernant l’assistance adminis- L’échange de renseignements fiscaux peut aussi être régi par
trative mutuelle en matière fiscale est l’instrument le plus des accords bilatéraux, comme les conventions fiscales basées
complet dont disposent les autorités fiscales pour organiser la sur le Modèle de Convention fiscale de l’OCDE (article 26) ou
coopération internationale en vue de lutter contre la fraude et sur le Modèle d’accord d’échange de renseignements fiscaux de
l’évasion fiscales. Elle prévoit de multiples formes d’assistance en l’OCDE, qui a vu le jour en 2002.
matière fiscale, y compris l’échange de renseignements fiscaux,

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 21

Outre la mise en place d’une base juridique, les juridictions


Allégements prévus par les conventions
qui s’engagent dans l’échange automatique de renseignements fiscales et renforcement de la discipline fiscale
doivent également se doter de mécanismes institutionnels (TRACE)
pour encadrer cet échange. À cette fin, l’OCDE a élaboré l’Accord
multilatéral entre autorités compétentes concernant la NCD, qui Le projet TRACE vise à standardiser les procédures de
a été signé par plus de 100 juridictions. demande d’allégements sur les retenues à la source au
titre de placements en portefeuilles, grâce à un ensemble
Soutenir la mise en œuvre des normes intégré d’accords et de formulaires mis à la disposition
Le Forum mondial travaille en étroite collaboration avec les des pays désireux de mettre en place le système
d’Intermédiaire autorisé. Cette initiative permet de lever
juridictions afin de garantir une application cohérente et
les obstacles administratifs qui restreignent actuellement
harmonisée des normes de transparence fiscale à l’échelle
la capacité des investisseurs en portefeuilles, notamment
mondiale. Pour ce faire, elle organise des séminaires régionaux
ceux faisant appel aux structures de placement collectif, à
de formation et des programmes bilatéraux d’assistance, bénéficier des taux réduits de retenue à la source auxquels
et elle met également au point les outils techniques dont les ils peuvent prétendre au titre de conventions fiscales ou de
juridictions ont besoin pour assurer une mise en œuvre efficace la législation interne du pays d’accueil de l’investissement.
et efficiente.
De plus, ce projet permet d’alléger les coûts administratifs
Système commun de transmission pour l’échange supportés par l’ensemble des parties prenantes, et
automatique de renseignements améliore la capacité du pays de la source comme du pays
Le Système commun de transmission (SCT) est une initiative de de résidence à assurer comme il se doit le respect des
obligations fiscales.
l’OCDE visant à établir une connexion unique et sécurisée entre
les administrations fiscales pour l’échange de renseignements.
Initialement destiné à aider les juridictions à se conformer à
leur engagement d’appliquer la norme d’échange automatique
de renseignements relatifs aux comptes financiers, le SCT
permet aussi d’échanger d’autres informations fiscales
pertinentes en tant que de besoin.

© OCDE 2018
22

En orchestrant une approche commune unique, l’OCDE aide Publications clés


les pays à réduire sensiblement les coûts de développement • Manuel de mise en œuvre de la Norme commune de déclaration
et d’exploitation induits par la conception de systèmes (2018)
individuels, tout en évitant les problèmes posés par des • Norme d’échange automatique de renseignements relatifs aux
interfaces multiples. comptes financiers en matière fiscale, 2ème édition (2017)
• Rapport 2017 sur la mise en œuvre de l’échange automatique de
Favoriser la mise en conformité renseignements (2017)
L’OCDE a toujours suivi une approche en deux volets, associant • Plan d’action du Forum mondial pour la participation des pays
le renforcement de la coopération fiscale à la sensibilisation en développement à l’échange automatique de renseignements
des contribuables pour qu’ils se conforment à leurs (2017)
obligations fiscales. Ainsi, l’OCDE apporte son concours aux • Convention multilatérale concernant l’assistance administrative
administrations fiscales qui souhaitent lancer des initiatives mutuelle en matière fiscale (2011)
de régularisation volontaire. À condition d’être bien conçus, • Update on Voluntary Disclosure Programmes (2015)
ces programmes sont profitables à tous – contribuables www.oecd.org/fr/ctp/echange-de-renseignements-fiscaux/
qui choisissent de régulariser leur situation, contribuables
respectueux de la législation et administration. Selon les
estimations, les mécanismes de régularisation volontaire et
les enquêtes réalisées à l’étranger ont permis, depuis 2009,
de dégager à l’échelle mondiale un surcroît de recettes de Forum mondial sur la transparence et
l’échange de renseignements à des fins fiscales

93 milliards EUR (sous forme d’impôts, d’intérêts ou de


pénalités). Les travaux les plus récents de l’OCDE dans ce
domaine reflètent la richesse des expériences pratiques
acquises par de nombreux pays en lien avec les programmes de
régularisation volontaire, et nous continuons de travailler avec
l’ensemble d’entre eux pour trouver le juste équilibre lorsqu’ils Plan d’action du Forum mondial
pour la participation des
mettent en place des programmes temporaires ou permanents. pays en développement
à l’échange automatique
de renseignements
Novembre 2017

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 23

Forum mondial sur la transparence et l’essentiel des travaux du Forum mondial. Ce processus
l’échange de renseignements à des fins d’examen évalue en deux temps le respect par les juridictions

fiscales de la norme sur l’échange de renseignements sur demande, à


savoir :
Le Forum mondial a été
créé en 2009. Il veille à la  le cadre juridique et réglementaire (Phase 1) ;
mise en application effec-  la mise en œuvre de ce cadre dans la pratique (Phase 2).
tive des normes interna-
tionales de transparence À l’issue de cette évaluation, la juridiction examinée reçoit l’une
fiscale. À ce jour, plus de des quatre notations globales possibles portant sur les deux
150 juridictions prennent phases : conforme, conforme pour l’essentiel, partiellement
part à ses travaux sur un conforme ou non conforme.
pied d’égalité.
Le Forum mondial a finalisé le premier cycle d’examens
Le Forum mondial, qui concernant l’échange de renseignements sur demande
mène un processus courant 2016, et a attribué des notations globales à quelque
rigoureux d’examen par 120 juridictions. Il a lancé cette même année un deuxième cycle
les pairs pour évaluer le respect de ces normes, assiste d’examens, qui associent en un seul examen les composantes
également les juridictions dans leurs actions de renforcement des évaluations de phase 1 et 2, et sont conduits selon les
des capacités, en misant sur les formations, l’apprentissage nouveaux Termes de référence renforcés. Ces examens
par les pairs et des programmes bilatéraux pour permettre à prévoient l’obligation, pour toutes les personnes morales et
chacune d’entre elles de tirer profit du nouvel environnement entités juridiques, d’obtenir les informations relatives aux
de transparence fiscale accrue. bénéficiaires effectifs – selon la définition du Groupe d’action
financière (GAFI) – et de permettre aux autorités fiscales d’y
Échange de renseignements sur demande – avoir accès.
Processus d’examen par les pairs
Depuis 2009, les examens par les pairs relatifs à la norme En garantissant la disponibilité des informations sur la
sur l’échange de renseignements sur demande ont constitué propriété effective, cette nouvelle obligation décourage le

© OCDE 2018
24

recours aux sociétés écrans et autres dispositifs juridiques Échange automatique de renseignements –
opaques qui visent à dissimuler l’identité des propriétaires Processus d’examen par les pairs
réels. Elle rend également plus efficace la lutte contre d’autres Dès l’approbation, en 2014, de la norme relative à l’échange
infractions passibles de poursuites pénales telles que le automatique de renseignements, le Forum mondial a été
blanchiment d’argent ou la corruption. chargé d’assurer le suivi de sa mise en œuvre. Toutes les
juridictions, en dehors des pays en développement qui ne
Les examens par les pairs menés par le Forum mondial ont sont pas des centres financiers, ont été invitées à s’engager à
fortement contribué à la mise en application des normes appliquer cette norme et à procéder aux premiers échanges
de transparence fiscale à travers le monde et ont renforcé la courant 2017 ou 2018. Près de 50 d’entre elles ont débuté avec
capacité des pouvoirs publics à combattre la fraude fiscale. succès les échanges en 2017 et plus de 50 autres ont emboîté le
Un examen par les pairs constitue une occasion unique pour pas en septembre 2018.
une juridiction d’évaluer son cadre juridique et réglementaire
ainsi que ses pratiques et d’envisager les améliorations qu’elle Le processus de suivi et d’examen au titre de la Norme d’échange
pourrait y apporter afin de faire mieux respecter leur droit fiscal automatique de renseignements a été engagé et est centré pour
interne. À titre d’exemple, suite au premier cycle d’examens l’heure sur les domaines qui peuvent être évalués avant le
par les pairs au titre de la Norme automatique d’échange de début des échanges. Il s’agit notamment de vérifier la capacité
renseignements, les pays du Forum mondial ont quasiment des juridictions à garantir la confidentialité des données et la
tous abandonné le secret bancaire strict en matière fiscale, non qualité du cadre législatif interne. Le processus sera poursuivi
seulement à l’échelle de leur droit interne, mais aussi à l’échelle dans l’optique de procéder à des examens complets par les
qu’internationale, aux fins des échanges de renseignements. pairs du respect de la norme par les juridictions.
Par ailleurs, suite à l’évaluation par les pairs dont ils ont fait
l’objet, de nombreux pays ont adopté des mesures visant à Aider les membres à respecter les normes de
supprimer entièrement les actions au porteur ou à s’assurer la transparence fiscale
possibilité d’en identifier précisément les détenteurs et ont mis Les juridictions qui deviennent membres du Forum mondial
en place de vastes réseaux d’accords internationaux à travers peuvent bénéficier de ses actions de renforcement des capacités
le monde. et des conseils techniques fournis par son Secrétariat, lequel
dispose, entre autres ressources, d’une équipe d’experts dédiée

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 25

à l’accompagnement des membres et d’un service d’assistance des vérificateurs, le développement des systèmes d’échange
en ligne. Les membres ont ainsi accès à une assistance qui de renseignements, et la formation des évaluateurs qui
couvre tant l’échange de renseignements sur demande que conduiront les examens par les pairs ;
l’échange automatique de renseignements.  l’élaboration d’outils et la mise en place de programmes
d’initiation destinés aux nouveaux membres pour faciliter
Les actions de soutien comprennent : la bonne mise en application des normes internationales.

 des initiatives bilatérales de renforcement des capacités, Les pays en développement représentent plus de la moitié des
centrées sur les besoins spécifiques de chaque juridiction, membres du Forum mondial, qui leur destine une grande partie
souvent en lien avec l’examen par les pairs dont elle fait de ses initiatives d’assistance technique et de renforcement
l’objet ; des capacités, tout en veillant à accompagner l’ensemble de
 des actions d’apprentissage par les pairs entre membres, qui ses membres dans le déploiement de la norme sur l’échange
mettent l’accent sur des questions comme la sensibilisation automatique de renseignements.

© OCDE 2018
26

Publications clés
Initiative africaine
• Rapport de progrès 2017 du Forum mondial
L’Initiative africaine est un programme initialement lancé • Échange de renseignements à la demande – Manuel pour les
pour une période de trois ans (2015-2017). Elle s’appuie examens par les pairs 2016-2020
sur ses pays membres africains, ainsi que sur l’ATAF, • Examens par les pairs – Rapports par pays
le Cercle de Réflexion et d’Échange des Dirigeants des • Plan d’action du Forum mondial pour la participation des pays
Administrations Fiscales (CREDAF), l’OCDE, le Groupe en développement à l’échange automatique de renseignements
de la Banque mondiale, le ministre français des Affaires (2017)
étrangères et le ministère britannique du Développement www.oecd.org/tax/transparency/
international, pour promouvoir la transparence fiscale et
l’échange de renseignements en Afrique pour lutter contre
la fraude fiscale et l’ensemble des flux financiers illicites.
Son mandat a été renouvelé pour trois ans (2018-2020) à
l’occasion de la réunion du Forum mondial organisée à
Yaoundé en novembre 2017 pour lui permettre de définir
de nouvelles étapes et de nouveaux objectifs concrets
dans la mise en œuvre des normes internationales de
transparence, et de mettre en place des programmes
d’assistance technique centrés sur le renforcement
des capacités, en coordination avec les principales
organisations africaines. La déclaration ministérielle de
Yaoundé, signée à ce jour par 21 pays africains, est un
appel à l’action lancé aux pays africains pour les inviter
à s’associer au mouvement de coopération internationale
renforcée engagé dans le cadre des actions du Forum
mondial et à en bénéficier.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 27

La délinquance fiscale et financière Au travers du Groupe d’action sur les délits à caractère fiscal
La délinquance fiscale, le blanchiment de capitaux et les autres et autres délits (TFTC), le Dialogue d’Oslo recense les bonnes
infractions financières menacent les intérêts stratégiques, pratiques pour la coopération entre les autorités compétentes
politiques et économiques des pays développés comme de (la 3e édition du rapport Effective inter-agency co-operation
ceux en développement. Ils sapent également la confiance des in fighting tax crimes and other financial crimes a été publié en
citoyens dans leurs dirigeants et érodent le civisme fiscal (le 2017), propose des analyses sur les types de délinquance
consentement des contribuables à acquitter l’impôt) et peuvent fiscale relevés dans différents secteurs économiques, fournit
priver les États de recettes nécessaires au développement des orientations pratiques pour sensibiliser les autorités
durable. répressives aux différentes formes d’activités financières
illicites et aux marqueurs permettant de les détecter. Il propose
Le Dialogue d’Oslo, engagé par l’OCDE en 2011, promeut une aussi des sessions de formation intensive. En novembre
approche globale des pouvoirs publics pour lutter contre la 2017, le TFTC a publié le rapport Fighting Tax Crime: the Ten
délinquance financière, en améliorant la coopération entre les Global Principles. Cette étude, la première du genre, définit les
administrations et entre les pays. Il s’appuie à ce titre sur la grands principes juridiques, institutionnels, administratifs et
Recommandation du Conseil de l’OCDE sur les mesures fiscales opérationnels à mettre en œuvre pour combattre efficacement
visant à renforcer la lutte contre la corruption d’agents publics les délits à caractère fiscal.
étrangers dans les transactions commerciales internationales
(2009) et sur les Recommandations du Conseil visant à faciliter
la coopération entre les autorités fiscales et les autorités
répressives dans la lutte contre les délits graves (2010).

L’efficacité de ces actions nécessite plus de transparence,


des efforts supplémentaires pour réunir des renseignements
stratégiques et les analyser, et une amélioration de la
coopération et de l’échange d’informations pour prévenir et
détecter ces agissements, poursuivre en justice les criminels et
recouvrer le produit de leurs activités illicites.

© OCDE 2018
28

Académie internationale de l’OCDE pour les enquêtes en matière de délinquance fiscale

L’un des principes clés du Dialogue d’Oslo est le renforcement pilote d’Académie africaine a été lancé au Kenya en 2017, et
des compétences des personnels chargés des enquêtes de le centre ouvrira officiellement ses portes à Nairobi fin 2018.
fraude fiscale, en particulier dans les pays en développement, Le projet d’Académie latino-américaine, dont le centre sera
pour lutter contre les flux financiers illicites. L’Académie établi à Buenos Aires, en Argentine, a vu le jour en juillet
internationale de l’OCDE pour les enquêtes en matière 2018. À la fin du mois de juillet 2018, plus de 550 enquêteurs
de délinquance fiscale s’inscrit pleinement dans cette venus de quelque 80 pays avaient bénéficié des formations
démarche. Le programme améliore sensiblement la capacité dispensées par l’Académie.
des pays en développement de déceler les délits à caractère
fiscal et autres délits financiers, d’enquêter sur ces actes, d’en Les pays qui ont participé aux programmes proposés par
poursuivre les auteurs et de recouvrer les sommes générées l’Académie ont fait état d’apports significatifs, comme
par ces activités illicites, en développant les compétences des l’adoption de modifications législatives destinées à
enquêteurs en matière de délinquance fiscale et financière combattre la fraude fiscale et le blanchiment de capitaux,
grâce à des sessions intensives de formation. une collaboration interinstitutionnelle et internationale
Le premier centre de l’Académie a été créé à Ostie, en Italie, renforcées, et une plus grande capacité à lutter contre les flux
en 2013, en partenariat avec la Guardia di Finanza. Un projet financiers illégaux.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 29

Coup de projecteur sur les flux financiers illicites


Les mouvements internationaux de capitaux, de nature illégale
ou illicite, sont une source de préoccupation générale qui touche
tous les pays. Les flux financiers illicites peuvent avoir diverses
origines et transiter par différents canaux : pots-de-vin, fraude
fiscale, revenus d’activités criminelles, contrebande d’argent,
sociétés écrans, systèmes informels de transfert de fonds,
blanchiment de capitaux liés à des activités commerciales et
déclarations en douane frauduleuses. Parce qu’ils dissimulent
certains revenus aux yeux des administrations fiscales
et autres autorités répressives, les flux financiers illicites
empêchent la mobilisation efficace des ressources intérieures.
L’engagement de pays du monde entier à combattre ces flux au
titre de l’Objectif de développement durable (ODD) 16.4 (« D’ici à
2030, réduire nettement les flux financiers illicites et le trafic d’armes,
renforcer les activités de récupération et de restitution des biens volés
et lutter contre toutes les formes de criminalité organisée ») témoigne
de l’inquiétude générale que de tels flux suscitent en raison
de leurs retombées. La lutte contre les flux financiers illicites
revêt une importance particulièrement vive en Afrique, où
l’ancien Président sud-africain Thabo Mbeki, en sa qualité de
chef du Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites
en provenance de l’Afrique, s’attache à piloter les réponses
apportées par les pouvoirs publics dans ce domaine.

La fraude fiscale est à l’origine d’une grande part des flux


financiers illicites, et les pouvoirs publics utilisent souvent le

© OCDE 2018
30

système fiscal comme point d’entrée pour combattre les autres Publications clés
sources de flux financiers illicites et les circuits par lesquels • Fighting Tax Crime: The Ten Global Principles (2017)
ils transitent, comme par exemple le blanchiment de capitaux • Effective Inter-Agency Co-Operation in Fighting Tax Crimes and
et la corruption. Une grande partie des travaux menés par Other Financial Crimes (Lutter contre les délits à caractère fiscal
l’OCDE dans le domaine de la fiscalité contribuent directement et autres délits financiers par une coopération interinstitutionnelle
ou indirectement à soutenir les efforts déployés au niveau efficace) (2017)
mondial et au niveau des pays pour lutter contre ces flux. • Improving Co-operation between Tax and Anti-Money Laundering
Authorities (Améliorer la coopération entre les autorités fiscales et
La transparence fiscale et l’échange de renseignements sont les autorités de lutte contre le blanchiment d’argent) (2015)
les leviers d’action universels les plus efficaces pour lutter • Manuel de sensibilisation au paiement de pots-de-vin et à la
contre les flux financiers illicites, parce qu’ils permettent corruption à l’intention de vérificateurs fiscaux (2013)
d’identifier les bénéficiaires légaux et effectifs des sociétés de • À travers les mailles du filet : les délits à caractère fiscal dans le
capitaux et autres personnes morales et dispositifs juridiques secteur de la pêche (2016)
établis à l’étranger, souvent utilisés pour mener des activités • Suppression électronique des ventes : une menace pour les
illégales générant des flux financiers illicites. Une plus grande recettes fiscales (2013)
coopération interinstitutionnelle, telle qu’encouragée par le www.oecd.org/fr/fiscalite/delits/
Dialogue d’Oslo de l’OCDE, et le renforcement des capacités
sont également essentiels pour endiguer les flux financiers
illicites, de même que la mise en œuvre des principes généraux
définis par l’OCDE pour lutter contre la délinquance fiscale
(10 Global Principles for fighting tax crimes). Dans la mesure où
la fraude fiscale est considérée comme faisant partie des flux
financiers illicites, l’ensemble de 15 mesures issues du projet
BEPS offre des solutions solides et l’Initiative « Inspecteurs des
impôts sans frontières » une assistance libérale adaptée.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 31

Renforcer l’administration fiscale


Forum sur l’administration fiscale  Mettre au point et diffuser des outils de référence et des
Le Forum sur l’administration fiscale (FTA), créé en 2002, pratiques exemplaires en faveur d’une mise en application
rassemble des responsables des services fiscaux issus de efficace, efficiente et équitable du droit fiscal ;
51 pays membres ou non membres de l’OCDE.  Ouvrir le dialogue avec les principales parties prenantes
(notamment les entreprises, les responsables des politiques
Vision stratégique publiques et de la réglementation en matière fiscale et
La vocation du FTA est de réunir des responsables des financière) et promouvoir en parallèle le dialogue à l’échelle
administrations fiscales des différents pays pour recenser les des pays ;
enjeux de la fiscalité et ses grandes évolutions, et leur permettre  Promouvoir la coopération entre les pays et coopérer
d’en débattre et de les infléchir en définissant de nouvelles avec d’autres forums de l’OCDE et d’autres organisations
actions visant à améliorer l’administration de l’impôt à l’échelle régionales et internationales.
mondiale. Le Forum atteint son objectif en mobilisant les pays
participants autour des engagements suivants : Programme de travail
Programmes permanents : menés par des réseaux déjà
 
Animer un forum unique en son genre grâce auquel les existants qui s’emploient à superviser des travaux thématiques
responsables des administrations fiscales et leurs équipes et opérationnels, y compris :
mettent en commun leur expertise et les expériences • le Forum sur les procédures amiables (FPA) du FTA, qui
acquises ; réalise les examens par les pairs au titre de l’Action 14
 
Fédérer les capacités d’intervention des administrations du BEPS depuis fin 2016 ;
participantes et, chaque fois que nécessaire, s’exprimer • le Programme à l’intention des grandes entreprises
d’une même voix et définir des actions communes (Large Business and International Programme ou LBIP), qui
concernant les grands enjeux de la fiscalité internationale ; s’attache à faire progresser la mise en œuvre effective
des mesures BEPS, tout en veillant au développement

© OCDE 2018
32

d’options de discipline collaborative, de manière à Mesures de soutien : ces mesures s’inscrivent à l’appui et en
accroître la sécurité juridique en matière fiscale pour les complément du reste du programme de travail.
contribuables et les administrations ;
• 
le Réseau sur la gestion de la dette fiscale (Tax Debt • La publication Tax Administration, qui a pour principal
Management Network), qui facilite le partage de objectif de procurer des informations pour éclairer
renseignements et les actions collectives dans le but le dialogue sur la conception et l’administration des
d’améliorer le processus de recouvrement des créances systèmes fiscaux.
fiscales, et ; • Travaux exploratoires sur les modèles de maturité, qui
• 
le Réseau pour le renforcement des capacités, qui sont des outils destinés à évaluer de manière objective
reste centré sur l’application des recommandations du la maturité relative des administrations fiscales à l’aune
Rapport de 2016 intitulé Tax Administrations and Capacity de critères pertinents et clairement définis.
Building: A Collective Challenge. • Projet pilote de conseils entre pairs, destiné à faciliter les
échanges entre les administrations fiscales désireuses
Projets ponctuels : centrés sur des objectifs définis et de durée d’obtenir gracieusement des conseils informels et ciblés
limitée. Les dix projets actuellement en cours sont axés sur sur des activités ou des fonctions spécifiques et les
des réalisations concrètes, et notamment sur la production membres du FTA dotés d’une expérience particulière
de manuels pratiques, de notes sur les bonnes pratiques ou de dans un domaine précis de l’administration et disposés
notes de réflexion, et sur le renforcement de la collaboration au à les aider.
sein du FTA. • Développement d’un Réseau en faveur de la parité,
visant à améliorer l’équilibre hommes-femmes au sein
Communautés d’intérêt : cinq communautés d’intérêt offrent du FTA en s’inspirant des efforts de promotion des
aux administrations fiscales des plateformes de rencontre femmes déployés dans certaines administrations, et
physique et virtuelle, afin d’échanger sur les pratiques en identifiant des mesures efficaces pour encourager la
exemplaires, d’examiner les problématiques émergentes et parité, ainsi que des moyens de développer le tutorat et
d’envisager des programmes d’action concertée. l’apprentissage par les pairs.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 33

Groupe de travail international pour le partage Coup de projecteur sur les conséquences fiscales
des renseignements et la collaboration (JITSIC) des technologies de blockchain
Le Groupe de réflexion sur l’économie numérique du Cadre
Le JITSIC regroupe des administrations fiscales qui se inclusif sur le BEPS évalue actuellement la technologie
sont engagées à prendre des mesures plus efficaces pour des registres distribués (blockchain), point de départ de
lutter contre l’évasion fiscale. Il offre une plateforme de l’émergence de modèles d’affaires radicalement nouveaux et
collaboration active entre ses membres, fondée sur les vecteur de création et de stockage de valeur. Ces travaux, qui
instruments juridiques existants, tels que les conventions visent notamment à analyser l’incidence de cette technologie
bilatérales ou multilatérales et les accords d’échange tant sur les plans de la politique fiscale que de l’administration
automatique de renseignements à des fins fiscales, et sous
de l’impôt, sont menés en liaison avec d’autres organes
la forme d’une mise en commun des expériences, des
subsidiaires du Comité des affaires fiscales.
ressources et des expertises autour des enjeux auxquels
tous ses pays sont confrontés.
Les problématiques soulevées vont du traitement fiscal des
Le JITSIC élabore également des pratiques exemplaires actifs financiers numériques comme le Bitcoin jusqu’aux
pour que les différentes administrations fiscales s’engagent changements qu’impliquerait, pour l’administration de
à améliorer leurs relations mutuelles, de sorte qu’il soit l’impôt, l’adoption généralisée de la technologie de la
de moins en moins nécessaire de négocier un cadre blockchain par les entreprises. Il s’agit également d’évaluer
d’engagement au cas par cas pour chaque collaboration les incidences de la décentralisation des réseaux sur les
entre une administration nationale et une ou plusieurs de règles fiscales internationales, et les possibilités offertes
ses homologues à l’étranger. par la blockchain d’améliorer l’efficacité de certains
mécanismes d’administration de l’impôt. Il est essentiel de
se prémunir contre les risques éventuels, notamment ceux
portés par les cryptomonnaies basées sur cette technologie
de compromettent les récentes avancées obtenues dans le
domaine de la transparence fiscale concernant les comptes
financiers grâce à l’adoption généralisée de la NCD. S’assurer
que les enquêteurs disposent d’outils adaptés pour déceler –
malgré leur caractère fortement mobile et anonyme – les délits

© OCDE 2018
34

à caractère fiscal qui s’appuient sur cette technologie, enquêter


Publications clés
sur ces actes et en poursuivre les auteurs, constitue un défi et • Tax administration 2017
nécessite une approche internationale et interinstitutionnelle. • The Changing Tax Compliance Environment and the Role of Audit
(2017)
Les travaux de l’OCDE relatifs à la blockchain et à d’autres • Shining Light on the Shadow Economy: Opportunities and Threats
(2017)
technologies émergentes sont présentés au chapitre 7 du
• Déclaration pays par pays : Manuel pratique de mise en œuvre
Rapport intermédiaire de 2018 intitulé Les défis fiscaux soulevés (BEPS Action 13) (2017)
par la numérisation de l’économie, et un bilan complet des progrès • Déclaration pays par pays : Manuel pratique d’évaluation des
réalisés sera dressé d’ici à 2020, afin de doter les responsables risques fiscaux (BEPS Action 13) (2017)
des politiques fiscales de tous les atouts pour faire face aux www.oecd.org/tax/forum-on-tax-administration/
dernières évolutions technologiques.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 35

Réseau sur le fédéralisme budgétaire Le Réseau, dont le comité directeur regroupe des représentants
Le Réseau de l’OCDE sur les relations budgétaires entre les de 15 pays, a constitué une base de données complète
différents niveaux d’administration a été créé en 2004 autour consacrée à la décentralisation budgétaire, qui décrit les
de deux grands objectifs : relations budgétaires et financières entre les différents acteurs
de l’administration au niveau central, régional et local.
 Fournir aux pays les données analytiques et statistiques
pour étayer leurs décisions sur l’organisation des relations
financières entre les différents acteurs de l’administration Publications clés
au niveau central, régional et local ; • Fiscal Decentralisation and Inclusive Growth (2018)
 Organiser des séminaires et des réunions d’experts afin de • Fiscal Federalism: Making Decentralisation Work (2016)
faciliter les échanges sur les pratiques exemplaires et les Documents de travail sur le fédéralisme budgétaire
tendances qui se font jour. • Insolvency Framework for Sub-national Governments (2018)
• Improving the Performance of Sub-national Government through
Ce réseau est le fruit de la collaboration, au sein de Benchmarking and Performance Reporting (2018)
l’OCDE, entre le Centre de politique et d’administration • Decentralisation in a Globalised World (2018)
fiscales (CTPA), le Département des Affaires économiques • Autonomie fiscale des autorités infranationales (2015)
(ECO), la Direction de la gouvernance publique et du www.oecd.org/fr/fiscalite/federalisme/
développement territorial (GOV), et le Centre pour
l’entrepreneuriat, les PME, les régions et les villes (CFE).
L’approche pluridisciplinaire adoptée permet d’envisager
la réforme des politiques publiques selon une vision
globale et multidimensionnelle.

Travaux du Réseau sur le fédéralisme budgétaire


Les travaux concernent trois grands domaines : (i)
fiscalité infranationale ; (ii) décentralisation des dépenses
publiques et transferts inter-administrations ; (iii) gestion
macroéconomique, règles budgétaires et assainissement des
finances publiques.
© OCDE 2018
36

Promouvoir la mobilisation des ressources


intérieures
La contribution décisive qu’un système fiscal efficace peut point de manuels pratiques qui traitent des grands défis liés
apporter à la mobilisation des ressources intérieures est à l’érosion de la base d’imposition et au transfert de bénéfices
désormais de plus en plus mise en avant, tant par le G20 qu’à (BEPS) recensés par les pays en développement. Depuis 2015,
l’occasion des débats sur le financement du développement l’OCDE a de plus détaché l’un de ses experts auprès du Forum
tenus dans le cadre de l’engagement mondial au titre de l’Agenda sur l’Administration Fiscale Africaine (ATAF), à la demande de
2030 pour le développement durable, et plus précisément de celui-ci, pour soutenir dans cette région les efforts consacrés
l’Objectif 17 de cet agenda. au renforcement des capacités en matière de fiscalité
internationale.
Soutien aux pays en développement
L’OCDE fait en sorte que les besoins des pays en développement Le Programme sur la fiscalité et le développement de l’OCDE
soient pleinement pris en compte dans l’ensemble de ses englobe des activités de recherche dans différents domaines,
travaux consacrés à la fiscalité. À cette fin, un important comme le rôle décisif des systèmes fiscaux dans l’institution de
programme bilatéral a été mis en place pour accompagner les l’État ; la fiscalité des industries extractives ; ou l’efficacité des
pays sur des enjeux fiscaux internationaux prioritaires, tels mesures d’incitation fiscale pour attirer les investissements.
que les prix de transfert. Les pays participant au programme Nous fournissons aux agences de coopération pour le
acquièrent ainsi des connaissances directes et concrètes des développement des orientations sur les approches à privilégier
enjeux, à leur tour intégrées par l’OCDE lors de l’élaboration pour accompagner plus efficacement les pays dans leurs efforts
d’outils et de standards. de mobilisation des ressources intérieures. Nous avons ainsi
publié récemment une étude relative aux outils d’éducation
En outre, le renforcement des capacités est appuyé par une des contribuables utilisés dans plus de 40 pays, une évaluation
assistance multilatérale, au travers notamment de la mise au des facteurs déterminants du civisme fiscal (c’est-à-dire, la

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 37

mesure dans laquelle les contribuables consentent à acquitter un organe multipartite sans précédent qui rassemble des
l’impôt, en dehors de l’obligation légale qui s’impose à eux). représentants des administrations, des entreprises, de la
société civile et d’organisations internationales et régionales.
Dans ce domaine, les travaux de l’OCDE sont appuyés par Ce groupe de réflexion est actuellement coprésidé par l’Afrique
le Groupe de réflexion sur la fiscalité et le développement, du Sud et les Pays-Bas.

La Plateforme pour la collaboration fiscale

En 2016, en réponse à la demande croissante pour une transfert, a été diffusé en 2017. Ils seront complétés par six
coordination accrue en matière fiscale, le Fonds monétaire autres manuels au cours des deux prochaines années. Ces
international, le Groupe de la Banque mondiale, les Nations manuels pratiques peuvent contribuer au renforcement des
Unies et l’OCDE ont créé la Plateforme pour la collaboration capacités fiscales et, partant, étayer la sécurité juridique en
fiscale. Cette plateforme offre un cadre officiel aux échanges matière fiscale en proposant aux pays en développement des
réguliers entre ces quatre organisations internationales solutions claires et conformes aux standards internationaux.
afin de leur permettre de mieux coordonner leurs efforts Un manuel portant sur la mise en œuvre de régimes efficaces
de soutien au renforcement des capacités. La première en matière de documentation des prix de transfert devrait
conférence mondiale de la Plateforme, placée sous le thème être publié en 2018.
de la fiscalité et des objectifs de développement durable, a
été organisée en février 2018. L’année 2018 a été marquée par la tenue d’une conférence
destinée à fournir aux pays et autres parties prenantes
Deux manuels pratiques ont déjà été publiés : le premier, qui des orientations pour les aider à mieux cibler leurs
offre des solutions pour une utilisation efficiente et efficace mesures fiscales pour atteindre des objectifs plus vastes de
des incitations fiscales à l’investissement, est paru en 2015 ; le développement. Une déclaration publiée à l’issue de cette
deuxième, qui vise à aider les pays à faire face aux difficultés conférence donne des axes de travail futur dans le domaine
liées au manque de comparables dans les analyses de prix de de politique fiscale et de l’administration de l’impôt.

© OCDE 2018
38

Coup de projecteur sur l’initiative Inspecteurs des Les programmes entrant dans la cadre de l’IISF contribuent
impôts sans frontières à améliorer la qualité et la cohérence des vérifications et
L’initiative OCDE/PNUD Inspecteurs des impôts sans frontières des transferts de connaissances vers les administrations
(IISF) facilite le détachement d’experts qui interviennent, au d’accueil (administrations sollicitant une assistance). Outre
sein des administrations fiscales de pays en développement, un surcroît de recettes – ils ont contribué au recouvrement de
aux côtés des vérificateurs locaux pour conduire des procédures 414 millions USD de recettes fiscales supplémentaires dans les
de contrôle complexes revêtant une dimension internationale, pays concernés – ces programmes ont des retombées à plus
et traiter avec eux les différents problèmes qui caractérisent long terme, comme une certitude juridique accrue pour les
de telles procédures. Le transfert de connaissances et de contribuables et une discipline fiscale renforcée. L’initiative
compétences est assuré par une approche d’« apprentissage IISF offre une excellente rentabilité, puisque, en moyenne,
par la pratique » en temps réel, qui fait de cette initiative un chaque dollar dépensé en frais de fonctionnement permet de
dispositif sans précédent pour une aide ciblée au renforcement dégager un surcroît de recettes de 100 USD. Trente programmes
des capacités. Ce programme a d’ores et déjà rencontré sont actuellement en cours à travers le monde au titre de cette
un succès considérable, suscitant l’intérêt de nombreux initiative et 23 autres seront prochainement lancés.
organismes donneurs, tant publics que privés.
Le Comité directeur de l’Initiative IISF est co-présidé par
Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE, et Achim Steiner,
Administrateur du PNUD. Les autres membres du Comité sont :

 
Sigrid Kaag (ministre du Commerce extérieur et de la
coopération au développement des Pays-Bas)
 Mauricio Cárdenas Santa María (ministre des Finances et
du Crédit public de Colombie)
 Bob Hamilton (Commissaire de l’Agence du revenu du
Canada)
 Ngozi Okonjo-Iweala (ancien Ministre des Finances du
Nigéria)

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 39

 Paul Collier (Professeur d’économie et de politiques qui centralisent les échanges entre les pays de l’OCDE et des
publiques à l’Université d’Oxford) pays partenaires sur les grands enjeux fiscaux. L’objectif
 John Christensen (Président et cofondateur du Réseau sur la est de créer une communauté mondiale au sein de laquelle
justice fiscale (Tax Justice Network) des agents des autorités fiscales échangent leurs pratiques
et leurs expériences, améliorent leur compréhension des
Relations internationales et développement systèmes fiscaux internationaux et de leur fonctionnement,
La Division des relations mondiales et du développement et conçoivent des solutions communes pour remédier à des
du CTPA facilite le dialogue sur les politiques publiques et le problèmes communs. Le lancement en 2016 de la Plateforme
renforcement des capacités à partir du partage d’expériences. de partage des connaissances (Knowledge Sharing Platform, KSP)
Il organise chaque année une soixantaine d’événements a représenté une avancée décisive en ce sens : cet outil en
multilatéraux et bilatéraux sur plus de 20 sites à travers le ligne, accessible uniquement aux agents des administrations
monde, auxquels participent quelque 2000 agents issus fiscales, permet une mise en commun efficace des expertises,
de plus de 100 pays. Ces activités sont centrées sur les tout en facilitant l’organisation des différents événements. En
dernières évolutions des normes fiscales et des lignes 2018, l’OCDE a lancé un nouveau projet d’apprentissage mixte.
directrices mondiales, ainsi que des pratiques exemplaires Des cours sont dispensés sur différentes actions relevant
d’administration et de politique fiscales, notamment les du projet BEPS et leur mise en œuvre. Les formations en
mesures correctives issues du projet BEPS, ce qui contribue à ligne (supports de cours, présentations, vidéos, tests d’auto-
améliorer la mobilisation des ressources intérieures. évaluation et tutorat par courriel) viennent compléter les
ateliers traditionnels en présentiel qui sont pilotés par un
Les activités de soutien au renforcement des capacités du CTPA responsable d’événement et des experts en provenance des six
s’appuient sur un réseau de six centres fiscaux multilatéraux Centres fiscaux multilatéraux de l’OCDE.

© OCDE 2018
40

Publications clés
• Rapport annuel Inspecteurs des impôts sans frontières (2018)
• Boîte à outils pour faire face aux difficultés liées au manque de
comparables dans les analyses de prix de transfert (2017)
• Édifier une culture fiscale, du civisme et de citoyenneté : un
document de référence global de l’éducation des contribuables
(2015)
• Options pour une utilisation efficace et efficiente des incitations
fiscales à l’investissement dans les pays à faible revenu (2015)
• Tax and Development: Aid Modalities for Strengthening Tax
Systems (2013)
• What Drives Tax Morale (2013)
www.oecd.org/fr/fiscalite/fiscalite-internationale/la-fiscalite-et-le-
developpement.htm
www.tiwb.org/fr/

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 41

Analyse des politique fiscales


Conduire des analyses et apporter des conseils en appropriées, mais aussi pendant les phases de mise en œuvre
matière de fiscalité et de suivi de l’efficacité des mesures correspondantes.
La politique fiscale doit offrir un juste équilibre entre la
protection du niveau de recettes nécessaire à l’administration Certaines de nos activités consistent en outre à travailler
pour financer ses programmes économiques et sociaux, et en coopération étroite, selon un principe de réciprocité,
l’impératif de définir un système fiscal favorable à l’innovation, avec d’autres directions de l’OCDE, notamment dans le
à la productivité et à une croissance économique inclusive. cadre d’études économiques (Département des affaires
économiques), d’examens multidimensionnels par pays (Centre
La Division des politiques fiscales et des statistiques de l’OCDE de développement de l’OCDE), ou d’examens des performances
réunit une équipe pluridisciplinaire d’économistes, de juristes, environnementales (Direction de l’environnement), entre
de statisticiens et d’analystes experts des politiques fiscales. autres publications.
Nos travaux reposent sur l’association entre des théories
économiques et des données empiriques afin d’évaluer les Promouvoir la qualité des données
conséquences des différentes décisions possibles en matière Pour étayer nos analyses, nous accompagnons les pays
de politique fiscale. Ces politiques sont analysées au regard dans l’obtention de données sur les recettes publiques qui
de leurs retombées en termes d’efficacité économique, de soient fiables, ce qui permet aux responsables des politiques
croissance, de distribution des revenus, de recettes publiques publiques de prendre des décisions éclairées en matière
et d’autres paramètres des politiques publiques, comme la fiscale, mais aussi de procéder à des évaluations comparatives
durabilité environnementale ou la promotion de l’innovation. entre différents pays comme au fil des ans. Cette activité est
fondamentale pour la production de certaines des grandes
Nous travaillons de plus en étroite collaboration avec un grand publications annuelles du CTPA, comme les Statistiques des
nombre de pays membres et non membres de l’OCDE sur un recettes publiques, les Impôts sur les salaires et les Tendances
vaste ensemble de problématiques touchant à la fiscalité des impôts sur la consommation. Notre série de « Notes par
directe et indirecte, afin d’apporter aux pays des conseils pays » fournit aux pays membres de l’OCDE, pour chacune de
ciblés et adaptés aux enjeux locaux. Nous accompagnons ces questions, une vue synthétique des données marquantes.
ainsi les pays durant la conception des politiques publiques
© OCDE 2018
42

Statistiques des recettes publiques Les impôts sur les salaires


Le programme des Statistiques des recettes publiques de l’OCDE La publication annuelle de l’OCDE intitulée Impôts sur les salaires
a connu une expansion rapide ces dernières années afin de couvre les impôts sur le revenu et les cotisations salariales de
répondre à la demande des pays, et porte aujourd’hui sur plus sécurité sociale payés par les salariés, les cotisations de sécurité
de 80 pays. Il sera encore étendu pour couvrir plus de 90 pays sociale et taxes sur les salaires versées par leurs employeurs,
d’ici à la fin de l’année 2018, en mettant l’accent sur les pays de ainsi que les transferts en espèces perçus par les ménages qui
l’OCDE, ou des régions telles que l’Afrique, l’Amérique latine et exercent un emploi. L’objectif est de montrer comment ces
les Caraïbes, et l’Asie et le Pacifique. Notre expertise, fondée taxes et prestations sont calculées dans chaque pays membre
sur l’expérience acquise en élaborant depuis plus de 50 ans les et d’examiner leur impact sur le revenu des ménages et sur les
statistiques des recettes publiques des pays membres de l’OCDE, coûts de la main-d’œuvre pour les employeurs. Les résultats
nous permet de travailler en étroite collaboration avec les pays permettent en outre d’établir des comparaisons quantitatives
participants et les organisations régionales pour produire un internationales des coûts de main-d’œuvre et de la situation
ensemble sans précédent de données sur les recettes publiques, d’ensemble, vis-à-vis du système de prélèvements et de
remarquables par leur degré de détail et de comparabilité transferts, des célibataires et des familles avec ou sans enfants
internationale, et disponibles sous un format unique. pour différents niveaux de revenus.

Recettes fiscales au sein de l'OCDE Impôts sur les salaires, 2017


% du PIB, 2016 Coin fiscal moyen pour les ménages percevant un revenu moyen

Célibataires
Danemark 45,9 Couples mariés ayant deux enfants et disposant d’un seul salaire
Allemagne 37,6 Allemagne
OCDE 34,3 Danemark
Royaume-Uni 33,2 OCDE
Nouvelle-Zélande 32,1 États-Unis
Canada 31,7 Canada
Royaume-Uni
Corée 26,3
Corée
États-Unis 26,0 Mexique
Mexique 17,2 Nouvelle-Zélande
0 10 20 30 40 50 0 10 20 30 40 50 60
Source: Statisques des recettes publiques OCDE 2017 Source : Les impôts sur les salaires 2018

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 43

Publications clés
Base de données mondiale des statistiques des
recettes publiques de l’OCDE • Les impôts sur les salaires
• Taxation of Household Savings (2018)
La nouvelle Base de données mondiale des statistiques • The Role and Design of Net Wealth Taxes in the OECD (2018)
des recettes publiques contient des données fiscales • Statistiques des recettes publiques (publiées depuis 1965 pour
comparables et fiables sur un grand nombre de pays de les pays membres de l’OCDE)
toutes les régions du monde et constitue en ce sens une • Statistiques des recettes publiques en Amérique latin et les
avancée majeure. Elle réunit des informations détaillées Caraïbes
remontant jusqu’à 1990 sur les recettes fiscales de • Statistiques des recettes publiques en Asie et le Pacifique
80 pays. Les données sont non seulement établies au
• Statistiques des recettes publiques en Afrique
niveau des administrations publiques, mais aussi aux
• Réformes des politiques fiscales
niveaux infranational et des caisses de sécurité sociale.
• Taxation and Skills (2017)

http://oe.cd/base-de-donnees-mondiale-des-statistiques-
des-recettes-publiques Conseils stratégiques individualisés – Exemples récents :
• Analyses de politiques fiscales : Costa Rica (2017) ; Slovénie
(2018)
• Statutory tax rates on dividends, interest and capital gains,
Documents de travail de l’OCDE sur la fiscalité, n°34 (2018)
• The environmental tax and subsidy reform in Mexico, Documents
de travail de l’OCDE sur la fiscalité, n°31 (2017)
• The Impact of Tax and Benefit Systems on the Workforce
Participation Incentives of Women, Documents de travail de
l’OCDE sur la fiscalité, n°29 (2016)
• Atteindre l’émergence : les défis fiscaux de la Côte d’Ivoire,
Documents de travail de l’OCDE sur la fiscalité, n°25 (2016)
www.oecd.org/fr/fiscalite/politiques-fiscales/

© OCDE 2018
44

Coup de projecteur sur la fiscalité environnementale négociables, exprimés en euros. Les conclusions de nos rapports
La sensibilisation des citoyens aux effets du changement sur les Taux effectifs sur le carbone sont marquantes : 80 % des
climatique progresse à travers le monde, et la lutte contre émissions de carbone ont un prix inférieur à une estimation
la pollution est désormais l’une des priorités d’action des très prudente de leur coût climatique (à savoir, 30 EUR/tonne).
pays. Dans ce contexte, les travaux de l’OCDE visant à définir Le rapport Taxer la consommation d’énergie 2018 fournit des
des politiques fiscales qui tiennent compte des enjeux informations plus détaillées sur la fiscalité de l’énergie, et fait
environnementaux constituent une référence internationale. état de taux d’imposition particulièrement faibles sur certains
Nos recherches et publications aident les pays à mieux combustibles, y compris le charbon. Ces analyses s’appuient
comprendre les options qui s’offrent à eux et les retombées sur la base de données Taxing Energy Use de l’OCDE. Cette série
prévisibles lorsqu’ils souhaitent faire de la fiscalité un de données sans équivalent permet de comparer la portée
levier de leur politique environnementale. Une fiscalité
environnementale efficace permet d’assurer un traitement En dehors du secteur routier la plupart des émissions échappent
à toute imposition
fiscal équilibré de l’énergie et des autres facteurs de pollution,
en fonction des effets sur l’environnement, tout en ouvrant
la voie à d’importants changements de comportement. Parce
qu’elles permettent de mobiliser des recettes, les taxes liées à
l’environnement peuvent également contribuer à l’instauration
d’une politique fiscale au service de la croissance.

Nos travaux sur la tarification du carbone enrichissent le


débat mondial sur la réduction des émissions de carbone, et
notamment les débats annuels de la COP. Ils fournissent aux
responsables politiques les données les plus exhaustives et
systématiques sur les taux effectifs d’imposition du carbone
au regard des émissions de CO2 issues de la consommation
d’énergie. Ces « taux effectifs sur le carbone » correspondent
à la somme des taxes sur le carbone, des droits d’accise sur la
Source : OECD Taxing Energy Use 2018
consommation d’énergie et de la valeur des permis d’émission

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 45

et l’importance des taxes spécifiques sur la consommation Publications clés


d’énergie appliquées dans 42 économies de l’OCDE et du G20, • Taux effectifs sur le carbone 2018 (Effective Carbon Rates)
qui, considérés dans leur ensemble, représentent 80 % de la • Taxer la consommation d’énergie 2018 (Taxing Energy Use)
consommation énergétique mondiale et des émissions de CO2 • Unintended technology-bias in corporate income taxation (2018)
qui y sont associées. • Permit allocation rules and investment incentives in emissions
trading systems (2017)
Nos travaux relatifs aux effets redistributifs et à l’incidence sur • The environmental tax and subsidy reform in Mexico
le coût de l’énergie d’un relèvement de la fiscalité de l’énergie • Environmental Fiscal Reform: Progress, Prospects and Pitfalls (2017)
ont montré de façon empirique que les retombées négatives • The impact of energy taxes on the affordability of domestic energy
sont plus limitées que ce qui est généralement admis, et (2017)
peuvent être compensées par des transferts qui nécessitent de • The Diesel Differential: Differences in the Tax Treatment of Gasoline
mobiliser seulement une partie des recettes ainsi recouvrées. and Diesel for Road Use, OECD, Documents de travail de l’OCDE
En moyenne, l’augmentation des prix de l’énergie découlant sur la fiscalité, n° 21 (2014)
de la tarification du carbone n’ont, à ce jour, pas eu d’impact www.oecd.org/fr/fiscalite/tax-and-environment.htm
mesurable sur la compétitivité en général.

La fiscalité dans son ensemble n’est pas toujours en phase


avec les objectifs environnementaux. Des analyses ont
ainsi été récemment menées pour comprendre dans quelles
circonstances les régimes d’imposition des bénéfices des
sociétés encouragent ou découragent l’adoption de technologies
de production d’électricité bas carbone.

© OCDE 2018
46

Impôts sur la consommation


Les travaux de l’OCDE en matière de fiscalité sur la la transformation numérique de l’économie. Nos travaux
consommation sont utilisés par les pays membres et non englobent également la production de données exhaustives et
membres de l’OCDE pour concevoir et appliquer les régimes comparables, ainsi que la fourniture de conseils individualisés
de taxes sur la valeur ajoutée, de taxes sur les produits et aux pays concernant la conception et l’application des impôts
services (TVA/TPS), ainsi que les droits d’accise. En 2016, nous sur la consommation.
avons publié les Principes directeurs internationaux pour la
TVA/TPS, qui présentent un ensemble internationalement Principes directeurs internationaux pour la TVA/TPS
reconnu de normes pour l’application de la TVA/TPS dans le Les Principes directeurs internationaux de l’OCDE pour la
contexte du commerce international, en portant une attention TVA/TPS ont été élaborés autour d’un triple objectif :
particulière aux échanges de services et de biens incorporels.
Nous élaborons actuellement des manuels de mise en œuvre • 
soutenir la neutralité de la TVA/TPS et garantir des
conditions égales pour les entreprises nationales et
afin de soutenir, par des orientations pratiques, la mise en
étrangères dans le commerce international ;
œuvre efficace et cohérente de ces Principes directeurs,
dans l’optique notamment de relever les défis soulevés par
• traiter les risques de double imposition et de non-imposition
non intentionnelle résultant de l’application non coordonnée
de la TVA/TPS au commerce international ;

• 
assurer la perception effective de la TVA/TPS sur le
commerce transfrontalier de services et d’actifs incorporels,
y compris sur les ventes transfrontalières de commerce
électronique aux consommateurs privés (B2C), dans la
juridiction où les produits sont consommés.

Le manuel de mise en œuvre intitulé Mécanismes pour la


collecte effective de la TVA/TPS a été publié en 2017, pour

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 47

faciliter la mise en œuvre de régimes efficaces pour la collecte


Publications clés
de la TVA/TPS en particulier sur les opérations de vente en
• Tendances des impôts sur la consommation (2018, à paraître)
ligne effectuées par des fournisseurs étrangers.
• Simplified registration and collection mechanisms for taxpayers
Forum mondial sur la TVA that are not located in the jurisdiction of taxation: A review and
Le Forum mondial de l’OCDE sur la TVA, créé en 2012, assessment (2018)
représente une plateforme unique pour la tenue d’un dialogue • Mécanismes pour la collecte effective de la TVA/TPS (2017)
mondial sur la conception et le fonctionnement des régimes • Principes directeurs internationaux pour la TVA/TPS (2017)
de TVA/TPS. En avril 2017, lors de la quatrième réunion du • The Distributional Effects of Consumption Taxes in OECD
Forum, des participants venus du monde entier, y compris de Countries, Études de politique fiscale de l’OCDE, n° 22 (2014)
nombreux pays en développement, ont mis en commun leur www.oecd.org/fr/fiscalite/consommation/
point de vue et leur expérience sur différents aspects de la
conception et de l’application de la TVA, notamment dans le
contexte de la transition numérique de l’économie mondiale.
Ils ont également examiné les approches de bonne pratique à
suivre aux fins de la mise en application effective des principes
de collecte de la TVA sur les ventes en ligne recommandés dans Mécanismes pour la collecte
effective de la TVA/TPS
les Principes directeurs. La prochaine réunion du Forum se LORSQUE LE FOURNISSEUR N’EST PAS

tiendra à Melbourne, en Australie, en mars 2019. SITUÉ DANS LA JURIDICTION


D’IMPOSTION

Tendances des impôts sur la consommation


Cette publication biennale est une source d’informations
sans égal sur les régimes et taux de TVA, de TPS et sur les
droits d’accise en vigueur dans les pays membres de l’OCDE.
Elle présente également une estimation du ratio des recettes
de TVA (RRT) dans les pays de l’OCDE, qui permet d’évaluer
la part des recettes fiscales non recouvrées par chaque pays
sous l’effet conjoint des exonérations, des taux réduits et des
pratiques de fraude.

© OCDE 2018
48

Qui nous sommes et ce que nous faisons


Le Comité des affaires fiscales (CAF) a dans un premier temps assuré l’élaboration du Modèle de convention fiscale de l’OCDE,
avant d’étendre progressivement la portée de ses travaux, pour analyser les enjeux de la fiscalité internationale et les lignes
d’évolution des politiques fiscales, ou répertorier les pratiques exemplaires au sein des administrations fiscales. Ces travaux sont
conduits par différents groupes de travail techniques, forums et groupes de réflexion du CAF, et couvrent un vaste ensemble de
problématiques fiscales nationales et internationales, en matière d’imposition directe ou indirecte, et conduisent à la publication
de normes, de principes directeurs et de recueils de pratiques exemplaires mis en œuvre à travers le monde entier.

Les travaux du CAF sont structurés autour des huit grands principes suivants :

 
Éliminer la double imposition internationale des revenus et des capitaux sans créer de possibilités de non-imposition en
appliquant les principes fondamentaux exposés dans le Modèle de Convention fiscale de l’OCDE ;

 
Recueillir les données appropriées pour établir les publications périodiques du CAF sur les statistiques et les politiques fiscales
et contribuer activement à l’analyse des politiques fiscales en évaluant leurs effets sur la performance économique et le bien-
être social ;

 
Éliminer la double imposition en assurant la primauté du principe de pleine concurrence, tel qu’énoncé dans les Principes de
l’OCDE applicables en matière de prix de transfert à l’intention des entreprises multinationales et des administrations fiscales,
lors de la fixation des prix de transfert entre entreprises associées ;

 Lutter contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS) conformément au paquet BEPS et aux travaux
conduits par le Cadre inclusif de l’OCDE et du G20 sur le BEPS.

 
Proposer une assistance administrative en matière fiscale, notamment au travers de l’échange de renseignements,
conformément aux normes internationales sur l’échange de renseignements et sur l’échange automatique de renseignements
relatifs aux comptes financiers en matière fiscale.

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 49

 
Réduire l’incertitude et les risques de double imposition et de non-imposition involontaire lors d l’application de la taxe sur
la valeur ajoutée/taxe sur les produits et services dans un contexte international en s’appuyant sur les Recommandations du
Conseil de 2016, qui énonce les Principes directeurs internationaux pour l’application de la TVA/TPS, pour la conception et
l’application de ces taxes.

 
Lutter contre la délinquance fiscale et les autres infractions financières, conformément à la Recommandation du Conseil de
2009, la Recommandation du Conseil de 2010 et les dix principes applicables en matière de lutte contre la délinquance fiscale
(Ten Global Principles in Fighting Tax Crime).

 
S’engager à fournir des données nécessaires dans le cadre de l’enquête internationale sur les administrations fiscales aux fins
de la publication Tax Administration - Comparative Information on OECD and Other Advanced and Emerging Economies.

© OCDE 2018
50

Organisation du Comité des affaires fiscales


Les quelque 115 membres du Cadre inclusif pour la mise en œuvre du projet BEPS participent sur un pied d’égalité aux travaux
du Comité des affaires fiscales et de ses organes subsidiaires consacrés à la lutte contre l’érosion des bases d’imposition et les
transferts de bénéfices. Ces membres regroupent la totalité des pays de l’OCDE et du G20, ainsi qu’un nombre croissant d’autres
pays et juridictions. Par ailleurs, plusieurs pays non membres de l’OCDE prennent part à d’autres travaux du CAF ou de ses organes
subsidiaires qui ne sont pas liés au projet BEPS, en qualité de pays associés, participants ou invités. Vous pouvez retrouver toutes
ces informations en ligne en consultant le Livre des organes de l’OCDE : http://webnet.oecd.org/oecdgroups/

COMITÉ DES AFFAIRES FISCALES DE L’OCDE

Bureau du CAF Groupe de pilotage du Cadre inclusif sur le BEPS

GT1 sur les GT2 sur GT10 sur


GT6 sur GT11 sur la Forum sur Groupe de Groupe d’action
Forum sur conventions l’analyse des GT9 sur les l’échange de
l’imposition planification les pratiques réflexion sur sur les délits à
l’administration fiscales et politiques et impôts sur la renseignements
des entreprises fiscale fiscales dom- l’économie caractère fiscal
fiscale les questions les statistiques consommation et la discipline
multinationales agressive mageables numérique et autres délits
connexes fiscales fiscale

Forum sur les procédures Groupe


Session conjointe Sous-groupe
amiables technique
des experts sur expert sur
consultatif sur
la fiscalité et l’assistance
les Principes
l’environnement administrative
directeurs
(avec le Comité de mutuelle en
Groupe de internationaux
Groupes de l’environnement) matière fiscale
direction sur TVA/TPS
travail du
la révision du
Forum sur
modèle de
l’administration
Convention
fiscale
fiscale

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 51

Forum mondial sur la transparence et


Forum sur l’administration
Comité des affaires fiscales l’échange de renseignements à des fins
fiscale
fiscales

Programmes permanents
Organes subsidiaires
du CAF Groupe de pilotage
Programme
Réseau pour le (voir page précédente)
à l’intention
renforcement
des grandes
des capacités
entreprises Groupe de travail
Comité d’examen sur l’échange
Réseau sur la Autres programmes par les pairs automatique de
gestion de la renseignements
JITSIC Réseau OCDE sur les
dette fiscale
relations budgétaires
Dialogue d’OSLO de
entre les
l’OCDE
Projets ponctuels différents niveaux
d’administration
Communautés d’intérêt
Organe de coordination
Mesures de soutien Groupe de travail de la Convention
sur la fiscalité et le concernant l’assistance
développement administrative mutuelle
en matière fiscale

Forum mondial
sur la TVA

© OCDE 2018
52

Centre de politique et d’administration fiscales


Le Centre de politique et d’administration fiscales (CTPA) regroupe quelque 155 fonctionnaires internationaux au sein d’une équipe
de travail multiculturelle et pluridisciplinaire, comptant des économistes, des experts en droit fiscal, des analystes politiques, des
statisticiens ainsi que des personnels administratifs.

L’équipe de direction du CTPA est composée comme suit :

Bureau du Directeur

Pascal Saint-Amans Grace Perez-Navarro


Directeur Directrice adjointe
pascal.saint-amans@oecd.org grace.perez-navarro@oecd.org
+33 1 45 24 91 08 +33 1 45 24 18 80

Coopération internationale et administration fiscale Politiques fiscales et statistiques

Achim Pross David Bradbury


Chef de division Chef de division
achim.pross@oecd.org david.bradbury@oecd.org
+33 1 45 24 98 92 +33 1 45 24 15 97

© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 53

C
 onventions fiscales, prix de transfert et Relations internationales et développement
transactions financières
Ben Dickinson
Jeffrey Van Hove Chef de division
Conseiller principal ben.dickinson@oecd.org
jeffrey.vanhove@oecd.org +33 1 45 24 15 29
+33 1 85 55 49 71

 orum mondial sur la transparence et l’échange


F
de renseignements à des fins fiscales

Monica Bhatia
Chef du secrétariat
monica.bhatia@oecd.org
+33 1 45 24 97 46

© OCDE 2018
54

Instruments juridiques et publications phares

 Modèle de Convention fiscale de l’OCDE  Taxer la consommation d’énergie


 
Principes de l’OCDE applicables en matière de prix de  Réformes des politiques fiscales
transfert  Les 10 principes applicables en matière de lutte contre la
 
Forum mondial sur la transparence et l’échange de délinquance fiscale
renseignements à des fins fiscales : Rapport d’examens par  
Convention concernant l’assistance administrative
les pairs mutuelle en matière fiscale
 Projet OCDE/G20 sur l’érosion de la base d’imposition et le  
Convention multilatérale pour la mise en œuvre des
transfert de bénéfices : Rapports d’examen par les pairs mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir
 Norme d’échange automatique de renseignements relatifs l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices
aux comptes financiers en matière fiscale
 
Principes directeurs internationaux de l’OCDE pour Documents de travail sur la fiscalité
la TVA/TPS Cette série a vocation à diffuser auprès d’un public plus
 Statistiques des recettes publiques dans les pays de l’OCDE, large une sélection d’études consacrées à différentes
questions relatives aux politiques fiscales (principalement
en Amérique latine et Caraïbes, en Asie et le Pacifique, et
disponible en anglais).
en Afrique
 Tax Administration http://oe.cd/tax-working-papers
 Taux effectifs sur le carbone
© OCDE 2018
LES TRAVAUX DE L’OCDE DANS LE DOMAINE Fiscal 55

Liens rapides
 Échange automatique de renseignements : www.oecd.org/tax/automatic-exchange/
 Érosion de la base d’imposition et transfert de bénéfices : www.oecd.org/fr/fiscalite/beps/
 Impôts sur la consommation : www.oecd.org/fr/fiscalite/consommation/
 Forum sur l’administration fiscale : www.oecd.org/tax/forum-on-tax-administration/
 Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales : www.oecd.org/tax/transparency/
 Réseau sur le fédéralisme financier : www.oecd.org/fr/fiscalite/federalisme/
 Fiscalité et délinquance : www.oecd.org/fr/fiscalite/delits/
 Fiscalité et développement : www.oecd.org/fr/fiscalite/fiscalite-internationale/la-fiscalite-et-le-developpement.htm
 Fiscalité et environnement : www.oecd.org/fr/fiscalite/tax-and-environment.htm
 Analyses des politiques fiscales et statistiques : www.oecd.org/fr/fiscalite/politiques-fiscales/
 Base de données fiscales : www.oecd.org/fr/fiscalite/politiques-fiscales/tax-database.htm
 Conventions fiscales : www.oecd.org/fr/fiscalite/conventions/
 Prix de transfert : www.oecd.org/fr/fiscalite/prix-de-transfert/
 Inspecteurs des impôts sans frontières : www.tiwb.org/fr/
 Instruments juridiques de l’OCDE : http://webnet.oecd.org/oecdacts/

… et bien plus d’informations encore sur : www.oecd.org/fr/fiscalite/

© OCDE 2018
56

Plus d’informations sur les travaux de l’OCDE liés à la fiscalité

Contact Suivez-nous sur Twitter


Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDE @OECDtax
2, rue André Pascal
75775 Paris Cedex 16 Découvrez nos publications en ligne
FRANCE www.oecd-ilibrary.org/fr/fiscalite/livres
ctp.contact@oecd.org
Téléchargez nos documents de travail
Notre site internet http://oe.cd/tax-working-papers
www.oecd.org/fr/fiscalite/ http://oe.cd/fiscal-federalism-working-papers

Abonnez-vous à notre newsletter Commandez nos publications


www.oecd.org/fr/ctp/actualites-fiscales.htm Librairie de l’OCDE en ligne :
www.oecdbookshop.org/fr/

Nous offrons des opportunités valorisantes et enrichissantes aux personnes issues d’horizons professionnels divers, et notamment
aux économistes, juristes et spécialistes de la fiscalité. Consultez nos offres d’emploi à l’adresse www.oecd.org/fr/carrieres/

Ce document et toute carte qu’il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières
et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région.

Crédits photo : © OCDE, sauf : couverture © hxdyl/Shutterstock.com, p.4 © Artens/Shutterstock.com, p.10 © shalaku/Shutterstock.com,
p.14 © archerix/Shutterstock.com, p.15 © SFIO CRACHO/Shutterstock.com, p.16 © alfee0/Shutterstock.com, p.17 © exopixel/Shutterstock.com,
p.20 © Luis Louro/Shutterstock.com, p.25 © Syda Productions/Shutterstock.com, p.27 © everything possible/Shutterstock.com, p.28 © WHYFRAME/Shutterstock.com,
p.29 © Romolo Tavani/Shutterstock.com, p.33 © Enculescu Marian Vladut/Shutterstock.com, p.34 © Andrey Suslov/Shutterstock.com,
p.39 © alekleks/Shutterstock.com, p.40 © Antonov Roman/Shutterstock.com, p.43 © Verticalarray/Shutterstock.com, p.45 © Love Silhouette/Shutterstock.com,
p.46 © GokGak/Shutterstock.com, p.49 © bestfoto77/Shutterstock.com, p.55 © Action Sports Photography/Shutterstock.com.

© OCDE 2018
CENTRE DE POLITIQUE ET D’ADMINISTRATION FISCALES

www.oecd.org/fr/fiscalite/

@oecdtax

ctp.contact@oecd.org

Vous aimerez peut-être aussi