Vous êtes sur la page 1sur 8

La sécurité au travail dans L’entreprise

1/ Introduction
On sait que seul le travail peut assurer à la personne la satisfaction de ses besoins. Or il ne peut constituer une source
de prospérité que si la personne conserve sa santé et sa vie. La santé consiste donc pour elle sa capacité de travail et de
production.

La sécurité de travail est la conséquence d’un ensemble d’activités organisées par un responsable compétent et
enthousiaste pour la cause de la sécurité de la personne.

2/ La sécurité au sein d’entreprise


La sécurité au sein des entreprises concerne trois principaux volets qui sont la sécurité des personnes, la sécurité de
l’environnement et la sécurité des biens.

2-1/ La sécurité des personnes


La sécurité a pour objet la protection des personnes contre toutes les menaces risquant d’atteindre leur vie et leur
santé, elle vise à ce qu’elles ne soient pas victimes d’accidents ou de maladies.
La prévention est le moyen qui permet d’assurer la sécurité des personnes.

2-2/ La sécurité de l’environnement


Une entreprise constitue toujours au moins une gêne pour son environnement (circulation des personnes, de
véhicules,…) et dans certains cas, elle peut représenter une véritable danger dont il importe de limiter les
conséquences.

2-3/ Le sécurité des biens


Pour assurer la sécurité des biens immatériel qui sont constitués d’une part de certains investissement (permis
d’exploitation, licence,…) et d’autre part de secrets de natures diverses, et qui peuvent être l’objet d’attaque ; il faut
que le service de sécurité et la direction sont soumissent à une surveillance générale et permanente de l’intérieur aussi
bien que de l’extérieur.
Pour assurer la sécurité des biens matériels qui sont généralement exposés à des risques dont le résultat se traduit par
des pertes, la solution la plus utilisée est l’assurance a fin de réduire de l’effet de cette perte.

3/ Accidents du travail, et maladies professionnelles


3-1/ Accidents du travail
Est considéré comme accidents du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du
travail à toute personne salariée ou travaillant, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs
employeurs ou chefs d’entreprise.
L’accident est caractérisé par l’action violente et soudaine d’une cause extérieure provoquant au cours du travail une
lésion de l’organisme humain ou la mort.
Est également considéré comme accident du travail, l’accident survenu à travailleur pendant le trajet aller retour entre
le domicile et le lieu de travail, le lieu habituel de repas.
3-2/ Différents types d’accidents de travail
 Les accidents de trajet
La législation prévoit la protection du personnel dans le cas des accidents survenu au cours des trajets habituelles
pour venir au lieu de travail et retourner au domicile.
Les accidents sont d’autant plus fréquent et graves que le nombre des véhicules utilisées et important et que les
déplacements ont lieux partout les temps, en général aux heures de pointe.

Sécurité industrielle Page 1


 Accidents sans arrêt de travail
 Accidents avec arrêt de travail >=24 heures ; Seuls ces dernier sont pris en compte dans les statistiques du
bureau international de travail qui a donné une définition internationale du taux de fréquence (TF) et du taux
de gravité (TG) des accidents
Nombre d' accidents avec arrêt * 1000000
TF 
Nombre d' heures travaillées

Nombre d' accidents avec arrêt * 1000


TF 
Nombre de salariés

Nombre de jours d' arrêt * 1000


TG 
Nombre d' heures travaillées

 Accidents graves
Sont appelés graves, les accidents entraînant une invalidité permanente partielle (IPP) ou totale (IPT)
Plus de 10% des accidents avec arrêt s’avèrent graves. On calcule l’indice de gravité (IG) des incapacités permanentes
comme égal à :
Somme des taux d' invalidité permanente* 1000000
IG 
Nombre d' heures travaillées

3-3/ Maladies professionnelles


Une maladie est « professionnelle » si elle est conséquence directe de l’exposition d’un travailleur à un risque
physique, chimique, biologique ou, résulte des conditions dans lesquelles il exerce son activité professionnelle.
4/ Les activités d’un service de sécurité
Elles peuvent être groupées en deux catégories. La première concerne les mesures préventives qui visent à éliminer ou
réduire les causes d’accident. La seconde concerne les mesures correctives qui visent à rétablir par des moyens
médicaux la santé de la personne accidentée.

4-1/ Identification et analyse des causes


Pour la sécurité au travail, l’enquête, la statistique sont une sorte de diagnostic. Elles sont nécessaires à la
détermination des causes exactes dont la connaissance permet de chercher un remède efficace et découvrir les
événements qui provoquent des accidents ou des maladies professionnelles.

4-2/ Mesures de protection


On peut estimer, sans risque de se tromper, que plus de 80% des accidents de travail sont attribuables à une cause
humaine. Environ 60% surviennent dans des travaux manuels. C’est l’inattention ou l’imprudence de la personne qui
provoque la majorité des accidents.
4-3/ Communication
Elle peut se fait par plusieurs moyens :

- Enseignement à l’aide des projections, conférences, manuels, revues,…


- Publicité par des affiches, des compagnes de sécurité,…
4-4/ Evaluation de l’efficacité des mesures de sécurité
Cette évaluation est nécessaire en raison du progrès et l’amélioration. A cet effet, il faut répondre aux questions
suivantes : que faut-il évaluer et comment le faire ? La réponse à la première question peut être : le nombre
d’accidents par période par atelier, le nombre d’heures improductives par période, le coût des accidents, celui de la
prévention,… Pour répondre à la deuxième question, il faut comparer actuelle à :
 La situation antérieure
 La situation projetée
 Les autres entreprises du même secteur

Sécurité industrielle Page 2


Mesures préventives Mesures correctives
²
 Procédés de Identification et analyse Accidenté
production des causes d’accident
 Procédure de Procurer les 1ére soins
travail
 Statistiques des
accidents du Elaborer des mesures
secteur Enregistrer l’accident
protectrices et des
d’activité
procédures de contrôle

Conduire l’accidenté à
l’urgence
Diffusion des mesures de
 protection

Estimer les coûts

Evaluer l’efficacité des


mesures de sécurité

Principaux risques
Chute de
plain pied
Manutention Mécanique
manuelle
20%

Chutes de
hauteur
Activité physique

LES PRINCIPALES
FAMILLES DE Ambiances chimiques

PHENOMENES
DANGEREUX
Circulation
hors trajet Biologique

Incendie
explosion

Organisation du
travail Ambiances physiques Electrique

(Co-activité, (Bruit, chaleur, éclairage,


horaires…) vibrations, rayonnements)

Sécurité industrielle Page 3


Les principales familles de phénomènes dangereux
et les accidents du travail

1/ Risque de chute de plain-pied


C’est un risque de blessure causé par la chute de plain-pied d’une personne. La blessure peut résulter
de la chute elle- même ou du heurt d’un objet, d’une partie de machine ou de mobilier.

A titre d’exemple :

 Sol glissant : produits répandus (eau, huile, gazole…), conditions climatiques (feuilles, neige,
verglas…)…
 Sol inégal, petit marche, estrade, rupture de pente…
 Sol défectueux : revêtements dégradé, aspérité, trou, …
 Passage étroit ou longeant des zones dangereuses : partie
saillante…
 Passage encombré par l’entreposage d’objets divers : tuyau
flexible, rallonge électrique, cartons.
2/ Risque de chute de Hauteur
C’est un risque de blessure causé par la chute d’une personne avec
différence de niveau. La blessure peut résulter de la chute elle-même ou du heurt d’une partie de
machine, d’installation. Elle est d’autant plus grave que la hauteur de la chute est grande.

A titre d’exemple :

 Zone présentant des parties en contrebas : escalier, passerelle, quai, fosse, cuve, trappe de
descente…
 Accès à des parties hautes : armoire, étagère, élément élevé
de machine, éclairage, toiture, bâche et dôme de camion…
 Utilisation de dispositifs mobiles : échelle, escabeau,
échafaudage…
 Utilisation de dispositifs mobiles : carton, empilement
d’objets divers, rack de stockage…
3/ Risque lié à la manutention manuelle
C’est un risque de blessure et, dans certaines conditions, de maladies professionnelles, consécutives à
des efforts physiques, des écrasements, des chocs, des gestes répétitifs, de mauvaises postures…

A titre d’exemple :

 Manutention de charge de masse unitaire élevée :


 Manutention effectuée de façon répétitive et à cadence
élevée :
 Charge difficile à manutentionner : grande dimension,
température élevée ou basse, arêtes vives…
 Mauvaises postures imposées, ou prises par le personnel :
dos courbé, charge éloignée du corps…
4/ Risque lié à la manutention mécanique
C’est un risque de blessure qui peut être lié à la circulation des engins mobiles (collision, dérapage,
écrasement), à la charge manutentionnée (chute, heurt, renversement), au moyen de manutention
(rupture, défaillance).

A titre d’exemple :

 Utilisation d’un moyen de manutention inadapté à la tâche à effectuer ou dans des conditions
non prévues.

Sécurité industrielle Page 4


 Conduite sans visibilité suffisante dans des allées ou des zones de
manœuvre exigues, à une vitesse excessive…
 Instabilité du moyen de manutention : mauvais état du sol, charge mal
répartie ou de masse trop élevée…
 Instabilité de la charge : arrimage absent ou insuffisant, rupture du
système de maintien en hauteur…
5/ Risque lié aux circulations et aux déplacements
C’est un risque de blessure résultant du heurt d’une personne par un véhicule (motocyclette, voiture,
camion), de la collision de véhicules ou contre un obstacle, au sein de l’entreprise mais aussi, et
principalement, à l’extérieur.

A titre d’exemple :

 Existence de zones de circulation commune aux piétons et aux véhicules : croisement…


 Voie de circulation dangereuse : étroite, en pente,
encombrée, en mauvais état…
 Contraintes imposées (délai, trajet…) empéchant le
respect de certaines régles du code de la route
 Zone de manœuvre (chargement, demi-tour…)
dangereuse (manque de visibilité…)
 Mauvais état des véhicules : freins, pneumatiques,
direction, feux de signalisation…
6/ Risque lié à l’éclairage
C’est un risque de fatigue et de gêne si l’éclairage est inadapté. C’est aussi un facteur relativement
fréquent de risque d’accident (chute, heurt…) ou d’erreur.

A titre d’exemple :

 Poste de travail insuffisamment éclairé pour l’activité exercée :


plus le travail est précis, plus l’éclairage doit être puissant.
 Eclairage inadapté au travail nécessitant la perception des
formes, des mouvements, des couleurs.
 Poste de travail présentant des zones éblouissantes : lampe nue,
rayonnement du soleil, réflexion…
 zone de passage (allée, escalier…) peu ou pas éclairée.
7/ Risque et nuisance liés au bruit
Le bruit est une source d’inconfort : il entrave la communication orale, gêne l’exécution des tâches
délicates. Dans le cas d’exposition sur une longue période, il peut provoquer une surdité irréversible.

A titre d’exemple :

 Bruit émis de façon continue par des machines, des


compresseurs, des outils, des moteurs, des haut-parleurs.
 Bruit impulsionnel et répétitif causé par des machines et des
outils travaillant par chocs, échappements d’air comprimé, des
signaux sonores…
8/ Risque lié aux ambiances climatiques
C’est un risque d’inconfort qui peut, dans certains cas, être une source supplémentaire de fatigue, voir
provoquer des atteintes susceptibles d’affecter la santé (malaises par exemple).

A titre d’exemple :

Sécurité industrielle Page 5


 Température inadaptée : un travail de bureau nécessite une température plus élevée qu’un
travail à activité physique intense.
 Poste de travail exposé aux intempéries, à des courants
d’air…
 Ambiance chaude : proximité de matériau à température
élevée, de vitres exposées au soleil…
 Ambiance froide : chambre frigorifique, activité liée au
travail de la viande…
9/ Risque lié à l’électricité
C’est un risque de brûlure ou d’électrocution consécutive a un contact avec conducteur électrique ou
une partie métallique sous tension (le retour se faisant par le sol ou par un éléments relié au sol) ou
avec potentiels différents.

A titre d’exemple :

 Conducteur nu accessible au personnel : armoire électrique non


fermée à clé, ligne électrique aérienne…
 Matériel défectueux : coupure de la liaison avec la terre, câble
d’alimentation d’appareil portatif ou rallonge détériorée…
 Non consignation d’une installation électrique lors d’une
intervention : réparation, maintenance, modification…
10/ Risque lié aux effondrements et aux chutes d’objets
C’est un risque de blessure qui résulte de la chute d’objets provenant de stockage, d’un étage
supérieur…ou de l’effondrement de matériau.

A titre d’exemple :

 Objets stockés en hauteur : racks de stockage, étagère, dessus


d’armoire…
 Objets empilés sur de grandes hauteurs.
 Travaux effectués simultanément à des hauteurs ou à des étages
différents : échafaudage, toiture…

11/ Risque lié aux machines et aux outils


C’est un risque de blessure par l’action mécanique (coupure, perforation, écrasement, entraînement…)
d’une machine, d’un outil portatif ou a mains.

A titre d’exemple :

 Partie mobile (organe de transmission, pièce, outil…) accessible


au personnel
 Fluide (liquide sous pression, gaz…) matière (copeaux,
poussières…) pouvant être projetés.
 Utilisation d’outils tranchants : couteaux, hachoirs, cutters,
scies…
 Non-consignation d’une machine lors de sa réparation ou de sa
maintenance
12/ Risque d’incendie, d’explosion
C’est le risque de brûlure ou de blessure de personnes consécutives à un incendie ou à une explosion.
Ils peuvent entraîner des dégâts matériels très importants.

A titre d’exemple :

 Utilisation de produits dont l’étiquetage figure ci contre et de


produits inflammables (gaz de ville, bois, papier…)
 Création d’atmosphère explosive avec l’air : gaz de
fermentation, produit volatil (solvant, bombe aérosol…),
poussières (bois, farine…)
 Mélange de produits incompatibles ou stockage dans leur
proximité.
13/ Risque lié à l’utilisation d’écran
C’est un risque de fatigue visuelle et de stress. Ce dernier est susceptible
par ailleurs de provoquer des erreurs. Dans certaines configurations de
poste de travail, il peut y avoir un risque lié aux postures.

A titre d’exemple :

 Rayon lumineux arrivant sur l’écran provenant de l’éclairage


naturel, de lampes, de réflexions sur des parties brillantes…
 Mobilier ne permettant pas l’adaptation à la morphologie du personnel et l’agencement des
éléments de travail
 Impossibilité de régler certains paramètres : couleur d’écran, taille de caractères…

14/ Risque lié au manque d’hygiène


C’est un risque d’atteinte à la santé pour certaines activités (restauration, agroalimentaire…), c’est en
plus un risque de contamination des produits mis en œuvre.

A titre d’exemple :

 Absence de moyens nécessaires pour permettre l’hygiène corporelle


du personnel.
 Absence de moyens et de personnel pour les premiers soins et
notamment les blessures bénignes.
 Non prise en compte des règles d’hygiène pour la mise en œuvre des
produits alimentaires.
15/ Risque lié à l’intervention d’une entreprise extérieure
C’est un risque d’accidents qui peut être liées à la co-activité de deux entreprises, mais aussi à la
méconnaissance, par chacune des entreprises, des risques que peut induire l’activité de l’autre
entreprise

A titre d’exemple :

 Utilisation de services d’une entreprise extérieure pour l’entretien, le


gardiennage, le nettoyage des locaux ou des travaux…
 Méconnaissance des risques liés à la co-activité : deux équipes
appartenant à des entreprises différentes travaillent en un même lieu à
un même moment…
 Méconnaissance pour l’une des entreprises des risques de l’autre
entreprise.
16/ Risque lié au manque de formation
C’est un facteur de risque d’accidents ou de maladies professionnelles, consécutif à la méconnaissance
des bonnes pratiques de travail, des consignes de sécurité ou des règles de prévention.

A titre d’exemple :

 Formation de base du personnel insuffisante pour la compréhension


des instructions données, de la signalisation et des consignes de
sécurité
 Formation incomplète du personnel au poste de travail pour
effectuer les opérations correctement et dans de bonnes conditions
de sécurité.
 En cas d’accident, pas de personnel formé pour porter les premier
secours à un blessé

[Tapez un texte] Page 8