Vous êtes sur la page 1sur 45

Bases du traitement sismique

1
IPG – Décembre 2018
Cahier de charge

Différence entre signal utile et signal inutile

Le traitement sismique

Besoin humain et matériel dans le traitement sismique

La séquence de traitement sismique


2
Objectifs

Développer des compétences en sismique notamment en:


-acquisition,
-traitement et
-interprétation des données de sismique.

1-Connaissance des fondamentaux de la sismique

2-Connaissance des différents types de sismiques et

3-Les objectifs des méthodes sismiques en Géoscience et Exploration pétrolière

3
Analogie optique et sismique

4
IPG – Décembre 2018
1. Les ultrasons dans le domaine médicale

Les ultrasons sont des techniques d’imagerie médicale, non invasives, qui utilisent les ondes de
hautes fréquences et leurs échos

1- la machine transmet des ondes ultrasons hautes fréquences (1 à 5 méga hertz) à l’intérieur du corps

Acquisition 2- les ondes traversent le corps et réflechissent sur les tissus.

3-les ondes refléchies reviennent à l’appareil

4-la machine traite les données reçues pour créer une image
Traitement
5-l’appareil expose les distances et les intensités sur l’écran pour former une image 2D identique à celle
observée sur l’image.

Interprétation 6- le docteur interprète les résultats.


5
2. Définition de la sismique

Sismique = étude des ondes sismiques provoquées par des ébranlements


artificiels, laissant de côté les sources naturelles ( tremblements de terre).

Sismique = acoustique dans un milieu solide, hétérogène et semi infini,


s’appuyant sur les lois de l’acoustique et tirant parti de l’impédance acoustique
(densité X vitesse) des roches.

La sismique constitue un vaste domaine allant des projets scientifiques aux applications pétrolières.

Parmi les méthodes géophysiques utilisées en prospection pétrolières, les méthodes sismiques interviennent pour 80%.
Cette technique de prospection représente le domaine où les investissements de la prospection pétrolière sont les plus élevés.
6
Objectifs de la méthode sismique

Recherche et développement des gisements de pétrole, de gaz voire de minerais par l’enregistrement, le traitement et
l’interprétation des ondes artificiels se propageant sur la surface et sub-surface.

7
En effet, avant le 19e siècle, les réservoirs pétroliers étaient découverts à partir des indices de surface

-En 1859, en Pennsylvanie (USA), E. DRAKE réalise des forages de 23 m de profondeur, l’huile en sort des puits très peu

profonds, c’est le début de l’exploration –production des HC.

Au début du 19e siècle, seulement 4% des forages étaient un succès quand bien même la révolution industrielle nécessitait un
besoin accru en HC

Au 20e siècle, à peu près 50% des puits explorés étaient un succès avec une demande en HC toujours accrue.

Grâce à l’amélioration des techniques d’exploration qui ont atteint un état de grande sophistication, les résultats positifs sont de

plus en plus probant.

Les décennies 80 – 90 ont été marquées par l’exécution de profils de reconnaissance sismique « profonde » dont la

méthodologie a été mise au point à partir des technologies pétrolières de sismique réflexion, réfraction et grand angle.

A une échelle locale, la sismique apporte une aide à l’interprétation sédimentologique

Ex: campagne sedimanche alliant bathymétrie, sismique peu profonde (2 à 3s) et sparker (300 ms) 8
3. L’onde sismique et référence à l’acoustique et l’optique.

Une pierre jetée dans un bassin permet de voir les différentes SURFACES d’onde se propageant ;

Un miroir captant la lumière du soleil permet de renvoyer un RAYON dans une autre direction

SURFACE D’ONDE et RAYONS sont les 2 manifestations associées d’un même phénomène concernant la propagation des
ondes.

Il est rare de pouvoir matérialiser ou observer à la fois surfaces d’onde et rayons ; Par contre il est fréquent de pouvoir matérialiser
ou observer les unes ou les autres.

D’où une présentation des méthodes sismiques plus faciles à faire à partir des rayons que des surfaces d’onde. 9
Types d’onde
Physique Méthode Mesure
Types d’ondes de propagation Réflexion sismique Réflexion sismique

Onde longitudinale P

Onde de cisaillement S

Onde de surface:Love
Onde de surface: Rayleigh
Seules les ondes P sont utilisées en sismique 10
Onde de stonelly etc
Arrivée des ondes

Décomposition d’une ondes P et P et S

Onde de compression P

Onde de cisaillement S Onde transmis P initial

11
Rappels sur les lois de l’optique géométrique.
Soit 2 milieux homogènes 1 et 2 de vitesses différentes V 1 et V2 et les impédances Z1 et Z2.
Leur surface de séparation constitue un DIOPTRE.
Soumis à un rayon INCIDENT,
ce modèle donne lieu à un rayon REFLECHI et à un rayon REFRACTE,
Rayon incident
Rayon réflechi

Dioptre

Rayon réfracté

Ces différentes ondes (INCIDENTE, REFLECHIE et REFRACTEE) obéissent


aux lois formulées par SNELL DESCARTES

12
-les angles des rayons dans les 1e et 2e milieux sont liés par les relations SNELL-DESCARTES
sin i1/ sin i2 = V1/V2 (1)
d’où sin i1 /V1 = sin i2 /V2 = …….= sin in/Vn (2).

En s’intéressant particulièrement aux angles i1 et i2, la relation (1) nous montre que:

- si i1 augmente, i2 augmente aussi.


- si V2 > V1, i2 > i1,
- si V2 < V1, i2 < i1. 13
Lorsque le plus grand des 2 angles a pour valeur 90°, l’autre a une certaine valeur λ appelé ANGLE LIMITE.
Sa valeur est fixée par la valeur des 2 vitesses (2).
-Si V2 > V1, angle limite=angle de REFLEXION TOTALE
-Si V2 < V1, angle limite=angle de REFRACTION LIMITE

(angle limite) sin λ =V1 / V2 = Vmin / Vmax


14
D’une manière générale V2 > V1, la vitesse croît avec la profondeur.
Pour un modèle donné, pour V1 et V2 donnés, donc pour λ donné, la valeur de l’angle d’incidence permet d’envisager 4 cas :

i < λ : on a un rayon réfléchi (en vert) et un rayon réfracté (en bleu):


domaine de la sismique réflexion

i= λ : on a seulement un rayon réfléchi et un rayon réfracté:


domaine de la sismique réfraction

i> λ : on a seulement un rayon réfléchi, on est en réflexion totale.

i= 90°: le rayon se propage sur la surface. C’est l’onde d’arrivée directe


15
Réflecteurs (interfaces=miroir= discontinuité géologique)
= surface sur laquelle une partie importante de l’énergie sismique incidente est réfléchie
= horizon limite de séparation de 2 couches géologiques, lieu d'une discontinuité des vitesses sismiques et d'autres paramètres
physiques.

Cela nécessite un contraste de propriétés physiques ou contraste d’impédance acoustique entre les 2 côtés de la surface. 16
4. Géométrie des rais et vitesses sismique: cas d'un simple réflecteur horizontal
Cas d'un simple réflecteur horizontal

Dans le cas d'un réflecteur horizontal à la profondeur h, sous un milieu homogène où la vitesse des ondes P est V.
Une source E émet des ondes qui sont enregistrées par un capteur R situé à une distance x

Source ou Capteur ou
émetteur E récepteur R

Distance E-R = X (offset) Point milieu


M: point milieu situé à une distance X/2
Temps EE’E=temps double =T0
17
Temps EMR= temps trajet = Tx
L’onde suit différents trajets.
- un trajet direct (mode direct)
- un trajet réfléchi (mode réfléchi)

- un trajet réfracté (mode réfracté)


- Trajet réfracté critique ou « conique »

18
19
Les courbes (dans le plan X,T) reliant le temps de trajet E-R en fonction de l’abscisse X du récepteur ou courbes dromochroniques

la dromochronique de l’onde directe « sol » : le trajet se fait directement de E à R à la vitesse du sol.

La dromochronique pour le trajet réfléchi. Pour aller de E à R, il y a


toujours un trajet possible E-M-R de sorte que, quelle que soit sa
position, un R captera une arrivée réfléchie sur le dioptre.

La dromochronique concerne le chemin réfracté. Pour aller de E à R, il n’y a pas toujours un trajet possible du type E-M-R.

20
5. Amplitude des ondes
Contrôlée par plusieurs facteurs :
Attenuation géométrique
Front d’onde sphérique :
On peut montrer que l’énergie est proportionnelle au carré de l’amplitude du signal : E ≈ A2
La surface sur laquelle se répartie l’énergie est proportionnelle au carré de la distance : E ≈ 1/A2
Du fait de la divergence sphérique, l’amplitude diminue comme l’inverse de la distance parcourue r: A ≈ 1/r

Attenuation physique
C’est une perte d’énergie due aux défauts de l’élasticité :
il y a conversion de l’énergie élastique en chaleur
On peut montrer aussi que l’amplitude diminue comme l’inverse de la distance.
21
Attenuation physique + géométrique : A ≈ 1/r
Les coefficients de transmission et de réflexion

Si Ai, Ar et At sont respectivement les amplitudes des ondes incidentes, réfléchie et transmise,

Ai Ar
-on appelle coefficient de réflexion CR = Ar / At

- on appelle coefficient de transmission CT = At / Ai .

Principe de conservation de l’énergie CT – CR = 1


At

Les proportions relatives d'énergie transmise et réfléchie sont déterminées par le contraste de l'impédance acoustique Z à travers
l'interface.
Cette impédance acoustique d'une roche est égale au produit de la vitesse de l'onde sismique ( l'onde de compression P) et de la
masse volumique du milieu (analogie avec l'impédance électrique d'un milieu)
Z = ρV. 22
On peut exprimer les coefficients définis plus haut en fonction de ces paramètres :

Coefficient de réflexion CR = Ar / At
= (ρ2v2 – ρ1v1) / (ρ2v2 + ρ1v1)
= (Z2 – Z1) / (Z2 + Z1)

généralement - 0,3< CR< + 0,3 cad l'énergie réfléchie est une faible partie de l'énergie émise.
sauf en sismique marine où l'interface eau-air à la surface de la mer a un CR très fort, voisin de 1. Ce phénomène entraîne en
surface une réflexion vers le bas des rais émergents ou ghost.

Coefficient de transmission CT = At / Ai
= 2 ρ1v1 / (ρ2v2 + ρ1v1 )
= 2Z1 / (Z2 + Z1)

Z étant l'impédance du milieu, il n'y aura donc réflexion que s'il y a variation d'impédance.
23
Souvent on considère une densité constante :

Coefficient de réflexion CR = V2 – V1 / V2 + V1

Coefficient de transmission CT = 2V1/ V2 + V1

Souvent V2 ≈ V1
exemple : V1 = 2200 m/s et V2 = 2400 m/s
CR = 0,04 peu d’énergie réfléchie (5%),
CT = 0,95 beaucoup d’énergie transmise (95%),
Les ondes peuvent pénétrer profondément

Quelques valeurs particulièrement :


– Fond de mer : CR=1/3
– Surface de la mer : CR= -1 : génant en sismique marine
24
– Forte réflexion normale : CR=1/5
l'interface de 2 ensembles géologiques d'âge et de nature différents, mais d'impédance voisine, ne donnera pas de
réflexion appréciable,

En revanche, l'apparition d'un banc de faciès particulier dans un ensemble synchrone pourra donner une réflexion
importante

25
le signal réfléchi n'a donc pas de valeur géologique absolue.
le numérateur du coefficient de réflexion a un signe : suivant les valeurs relatives des impédances situées de part et
d'autre de l'interface, la réflexion sera positive ou négative.

La trace sismique Profil sismique


Trace sismique =
0 Ensemble des traces

Pic négatif

Amplitude

Pic positif

26
Bancs épais/ bancs minces

Lorsque 2 interfaces se rapprochent, les réflexions correspondantes se juxtaposent


(Banc Z2) ou se chevauchent (Banc Z4), cad que les signaux issus d'interfaces voisines
s'ajoutent. La longueur d'onde du signal étant de l'ordre de 50 à 100 mètres, la section
sismique constituera donc généralement un «système d'interférences»

27
Image sismique 2D à terre

Onde direct

Onde réfléchie

Onde réfractée

Bruit

28
Image sismique marine

Onde directe

réfraction

réflexion

Bruit (ground roll)

29
6. Signal utile vs signal non utile

Signal utile = onde refléchie


Signal non utile = bruits, multiples

Bruit = tout ce qui ne correspond pas au signal sismique et à ses réflexions sur différents miroirs. Ils sont causes
d’erreurs dans l’interprétation sismique.

A terre
-Les bruits naturels et industriels. Ils apparaissent sur les enregistrements même en l'absence de tirs.
Ils sont soit organisés, soit désorganisés (vent, microséismes) .
-Les bruits provoqués. Ils sont engendrés par la source sismique
De même les arrivées réfractées peuvent être considérées comme du bruit en sismique réflexion, ainsi que l'onde
sonore qui s'est propagée dans l'air.
ex: les diffractions engendrées par des discontinuités du sous-sol.

En mer
-les bruits incohérents (les ondes de surface qui se propagent directement de la source aux détecteurs)
30
-les bruits cohérents (organisés)
Les multiples = double cheminement des rais dans une couche ou réflexions se superposant aux réflexions réelles

31
On distingue

- les multiples = double trajet ou 2 réflexions présentant un trajet


triple

- les multiples internes = multiples dans un couche stratifiées.

32
Exemple: Modèle d’ondes émises et réflexions en sismique
C’est un même évènement sismique observé plusieurs fois

33
Les multiples renforcent mais surtout détruisent les réflexions réelles
Exercices
Exercices

1- Analyser les différentes images simiques en identifiant:


-les ondes directes
-les ondes reflechies
-les ondes réfractées critiques
-les bruits ambiants, groundroll etc
2-caractériser l’environnement d’enregistrement
Image sismique 2D à terre

Onde directe

Onde réflechie
Image sismique 2D à terre

Bruit ambiant

réfraction
réflexion

Bruit (ground roll)


Décrire les images sismiques ci-dessous
Image sismique à terre

Offset lointain Offset proche


Image sismique

Vous aimerez peut-être aussi