Vous êtes sur la page 1sur 43

Arche Hybride

DALLE EC2
Copyright© 2017 GRAITEC France

Toute reproduction personnelle, professionnelle ou commerciale de tout ou partie de cette


documentation sous toute forme ou média et par quelque procédé que ce soit est formellement
interdite.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 2 sur 43
I. SOMMAIRE

I. SOMMAIRE ............................................................................................................................................................. 3
II. INTRODUCTION .................................................................................................................................................. 5
III. SAISIE .................................................................................................................................................................. 6
A. Présentation de l’interface ...................................................................................................................... 6
B. Les fiches de statut des éléments ....................................................................................................... 7
1. Pour la dalle .................................................................................................................................................... 7
2. Pour les appuis ............................................................................................................................................... 7
3. Trémie ............................................................................................................................................................... 8
4. Décaissé ............................................................................................................................................................ 9
5. Renfort .............................................................................................................................................................. 9
IV. HYPOTHESES DE FERRAILLAGE .......................................................................................................... 11
A. Options de Arche Dalle ............................................................................................................................. 11
1. Des dalles ....................................................................................................................................................... 11
2. Des appuis ..................................................................................................................................................... 11
3. En rive ............................................................................................................................................................. 12
4. TS ...................................................................................................................................................................... 14
B. Les autres vérifications ........................................................................................................................... 16
1. Ferraillage minimal (art. 9.3.1.1) ......................................................................................................... 16
2. Ferraillage maximal (art 9.3.1.2) ......................................................................................................... 16
3. Les aciers inférieurs ................................................................................................................................... 16
4. Les aciers sur appuis (art. 9.3.1.2(2)) ............................................................................................... 17
5. Les espacements de barres (art. 9.3.1.1(3)) ................................................................................... 18
6. Les diamètres de barres ........................................................................................................................... 18
7. Le positionnement des barres ................................................................................................................ 18
8. Aciers en bord libre (art. 9.3.1.4(2)) .................................................................................................. 18
V. HYPOTHESES DE CALCUL ............................................................................................................................ 20
A. Résistance au feu ........................................................................................................................................ 20
B. Enrobage .......................................................................................................................................................... 21
C. Rappel sur le calcul des moments ..................................................................................................... 22
1. Méthode de calcul pour les dalles continues..................................................................................... 23
2. Sens de portée ............................................................................................................................................. 23
3. Calcul des moments de dalles portant dans un sens .................................................................... 24
4. Calcul des moments de dalles portant dans deux sens ............................................................... 29
D. Hypothèses de calcul................................................................................................................................. 33
E. Effort tranchant ............................................................................................................................................ 35
VI. EXERCICE 1 : CALCUL D’UNE DALLE INDEPENDANTE ............................................................ 38
A. Données ............................................................................................................................................................ 38

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 3 sur 43
B. Calcul des sollicitations ........................................................................................................................... 38
C. Calcul du ferraillage ................................................................................................................................... 39
D. Vérification de la flèche ........................................................................................................................... 39
VII. EXERCICE 2 : CALCUL D’UNE DALLE CONTINUE PORTANT SUR DEUX APPUIS ET
AVEC LA METHODE FORFAITAIRE ................................................................................................................... 42
A. Données ............................................................................................................................................................ 42
B. Calcul des sollicitations ........................................................................................................................... 42

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 4 sur 43
II. INTRODUCTION

Arche Dalle est conçu pour l’étude traditionnelle d’une dalle, soit par lignes de rupture. On ne
peut donc qu’insérer une charge surfacique sur l’ensemble de cette dalle. On ne peut pas insérer
de charges ponctuelles, ni d’efforts normaux. Pour cela, il faut passer sur Arche Plaque qui lui,
est un logiciel de calcul aux éléments finis.

Comme défini à l’article 5.3.1(4) de l’EC2, la largeur d’une dalle doit être 5 fois plus grande que
son épaisseur.

Les données dans Arche Dalle se composent de deux fichiers :

o Un fichier .sle
o Un fichier .da1

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 5 sur 43
III. SAISIE

A. Présentation de l’interface

Dans le bandeau bleu en haut de la fenêtre figurent la version, le répertoire de travail ainsi que
le nom du fichier. Dessous figurent les menus déroulants, avec notamment le menu noté « ? »,
dans lequel se trouve l’aide en ligne.

La zone graphique représente une zone plane qui est en fait une vue de dessus du plancher.
Tous les composants du plancher sont considérés comme transparents, et sont définis soit par
leurs contours, soit par leurs traits d'axes. Ainsi, il est possible de visualiser une poutre qui se
trouve sous une dalle. Le plancher est repéré dans un système d'axes (Ox, Oy). Il n'y a pas de
limite à la zone de CAO, et il est théoriquement envisageable de construire et de visualiser un
plancher de dimension infinie.

Au centre de l’écran se trouve la zone graphique.


En bas à gauche, on va trouver une palette d’icône définie ci-dessous :

Mode de sélection, Mode d’accrochage, actif


actif si aucun élément si un élément est en
est en cours de cours de création
création

Recadrage

Gestion des
Vues
Rendu
Rafraîchisseme détaillé
nt

On trouve également une ligne d’icônes. Des infos-bulles indiquent la nature de l’icône à son
survol. Ainsi, nous ne rappellerons pas ici la fonction de ces icônes.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 6 sur 43
B. Les fiches de statut des éléments

1. Pour la dalle

La dalle est modélisable à l’aide de l’icône suivante : .

« Sens de portée » : il se fait dans le repère local de la dalle. L’angle est


toujours pris dans le sens principal du repère local et le sens de portée Ox.

« e » indique l’épaisseur de la dalle (chape non comprise).

« h » : altitude à laquelle se trouve la dalle.

« Ferraillage » : ferraillage par défaut de la dalle.

Les quatre icônes de bas de la fenêtre représentent :

- Les charges surfaciques.


- Les prédalles (possible que lorsque la dalle possède deux sens de portée).
- Les dalles de calcul : les dalles réelles sont transformées en des dalles rectangulaires de
calcul (valeurs entre nus) :

- L’épaisseur de la chape

2. Pour les appuis

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 7 sur 43
Les appuis simples constituent les supports des différents panneaux de dalles. Ils sont définis
entre axes par leurs 2 points extrêmes.

Ils peuvent être définis un par un par l’icône ou bien chainés par l’icône .

« l » : largeur de l’appui.

« h » : hauteur de l’appui.

« Voile » ou « poutre » : type d’appui. Du point de vu calcul, le


programme ne fait aucune distinction entre les deux. La nature des
appuis influence le ferraillage des dalles, notamment au niveau des
ancrages.

« Aciers réel » : Possibilité d’imposer des aciers sur appuis lors de la


création.
Les aciers peuvent êtres de type HA (1ère ligne) ou des TS (2ème ligne), et
peuvent êtres situés en nappe inférieure ou supérieure.
Le nombre de HA à prendre en compte est déterminé par le programme
en fonction de l'espacement entre HA (toujours indiqué en cm), et de la
longueur de l'appui.

« Ferraillage » : ferraillage par défaut (TS, HA ou théorique).


« Théorique » signifie que le programme calcule uniquement les sections
d'aciers théoriques, mais ne calcule pas d'aciers réels (utile pour les
panneaux sur mesure).

3. Trémie

Arche permet la réalisation d'ouvertures rectangulaires ou circulaires


dans les panneaux de dalles .

Les trémies sont repérées par rapport à un seul point. Pour les trémies
rectangulaires, le point de référence est le coin inférieur gauche, pour
les trémies circulaires, il s'agit du centre.

Les trémies se comportent comme des objets indépendants lors de la


création, mais sont ensuite intimement liées à la dalle.

Méthode de détermination des renforts de trémie :


- Calcul : le programme calcule les renforts de trémie.
- Forfaitaire : détermination de renforts forfaitaires qui seront
ensuite systématiquement sur les trémies choisies.
- Aucun renfort.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 8 sur 43
4. Décaissé

Profondeur du décaissé : inférieure à l’épaisseur de la dalle.


Le renfort mis en place localement peut être de type HA, TS ou théorique.
Par défaut, le type de ferraillage du renfort correspond à celui de la dalle
sur laquelle il est placé.

Le renfort de décaissé peut être déterminé soit sur la base du contour


réel du décaissé, soit sur son enveloppe.

5. Renfort

L'utilisateur a la possibilité de placer des renforts en acier dans les panneaux de dalles. Ces
renforts peuvent être en HA ou en treillis soudés. Ces renforts sont définis par 2 points, et
possèdent une largeur fixée par l'utilisateur.

Le ferraillage peut se faire avec des HA (1 ère ligne) ou des TS (2ème ligne), en
position haute ou basse.
Il est à noter que le sens principal des TS est placé parallèlement à l'axe du
renfort.
L'espacement (« 0 » par défaut) permet de déterminer le nombre de barres
HA à mettre en place dans la largeur du renfort.

Un appui fictif est un appui du panneau de dalle, qui n'existe pas matériellement, mais existe
uniquement par son ferraillage. On peut, pour une bonne compréhension, les assimiler à des
poutres noyées dans la dalle.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 9 sur 43
Les aciers des appuis fictifs doivent êtres placés pour reprendre le moment de flexion de la
dalle.
Il est important de souligner que les renforts faisant office d'appuis fictifs, et les renforts simples
ont des comportements très différents. En particulier, le programme signalera tout appui fictif
qui n'est pas sur un contour de panneau, ce qui n'est évidemment pas le cas des renforts
simples, et de nombreuses fonctions telles que le découpage automatique des dalles ou la
génération d'appuis automatiques considèrent différemment les deux types de renforts.

Voici un cas pratique, où l'emploi d'un appui fictif est particulièrement judicieux.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 10 sur 43
IV. HYPOTHESES DE FERRAILLAGE

A. Options de Arche Dalle

1. Des dalles

Mise en place en tiroir : possibilité de


ferrailler les TS en tiroir. Dans ce cas, il est
possible de saisir une portée minimale, en-
dessous de laquelle le programme n'utilisera
pas de tiroir.

Coefficient de réduction : Fraction de la


portée dans laquelle se produit le moment
maximum, sur laquelle le programme:
- ne positionnera qu’une seule nappe (cas
où il y en a 2) en TS
- réglera la distance à partir du nu, à laquelle
on arrête une barre HA sur deux.

Si vous n'êtes pas dans un cas de charges


d'exploitation modérées, il faut régler le
coefficient à 0, afin de prolonger toutes les
nappes de TS jusqu'à l'appui.

Méthode d’optimisation de la détermination des TS : - Une optimisation des sections d'aciers


visera à réduire la quantité globale d'acier en travée (somme des sections d'aciers dans les 2
directions).
- Une optimisation du nombre de recouvrement visera à réduire le nombre de recouvrements
totaux de tous les panneaux de la travée, dans les 2 directions.

2. Des appuis
Réduction de longueur sur appui : autorise
ou non à réduire sur appui une nappe sur
2.

Recouvrement des panneaux : autorise ou


non le recouvrement des panneaux sur
appuis. En général, ce n'est pas le cas car
l'appui ne travaille pas dans le sens de sa
longueur.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 11 sur 43
2 nappes de TS : Cette option force le programme à systématiquement placer 2 nappes sur
appuis. Elle peut être utile dans un souci d'économie d'acier. Le fait de placer 2 nappes permet
de réduire les dimensions de la nappe supérieure, d'où un gain d'acier par rapport à la même
quantité d'acier qui serait placée sur un seul lit. Par contre, l'inconvénient est un sur-ferraillage
des appuis qui demandent un faible ferraillage.

TS parallèle à l’appui : TS perpendiculaire à l’appui :

Sens principal des panneaux de treillis Sens principal des panneaux de treillis
parallèle à l'appui. Dans ces conditions, perpendiculaire à l'appui. Dans ces
seuls les aciers secondaires travaillent. conditions, seuls les aciers principaux
travaillent, ce qui est plus optimal.

Possibilité d'indiquer au programme s'il peut


réduire un chapeau sur 2.

3. En rive

« 0.15 M0 en rive » indique au programme s'il doit placer 0,15*M 0 en rive pour tenir compte du
moment dans les porteurs. Si ce n'est pas le cas, les moments sur appuis seront nuls.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 12 sur 43
« 0.15 M0 » est évalué dans le cas des dalles appuyées sur 4 côtés en se basant sur le moment
maximum, alors que dans les autres cas, une combinaison des moments dans les 2 directions
est effectuée.
Le coefficient 0.15 est paramétrable dans la fenêtre d'hypothèse de calcul.

« Redistribués » n'a de sens que dans le cas où le programme place 0,15*M 0 en rive. Cette
option a des conséquences très importantes, et il est fondamental de bien mesurer ses effets
avant de l'activer.
En général, la valeur de 0.15M0 est souvent assez faible. Par conséquent, même en ferraillant
au minimum, (gamme minimum des TS, ou HA6 + espacement maximum), la quantité d'acier
est souvent très supérieure à ce qui est nécessaire.
Cette option permet d'ajuster le moment sur appui, en faisant en sorte que le nouveau moment
induise exactement les aciers mis en place. La conséquence de redistribution de ce moment en
travée peut conduire à des résultats très surprenants en travées (travées soulevées).
En effet, il faut bien comprendre que, notamment dans le cas d'un ferraillage en TS, le moment
sur appui peut facilement être multiplié par un facteur 3 ou 4 sur un cas ordinaire.

Sur cet exemple simple, le moment a été multiplié par plus de 6 sur appuis, d'où de graves
perturbations en travée. Par contre, les aciers mis en places sont utilisés au maximum.

« Mise en place d'aciers forfaitaires » indique au programme de ne pas ferrailler les appuis de
rives avec les aciers calculés par le programme, mais d'utiliser les aciers forfaitairement définis
par l'utilisateur. Il est impératif, lorsque cette option est activée, de désactiver la
redistribution. Il est en effet faux de baser le calcul des aciers en travée par rapport à des
aciers sur appui, qui ne seront pas mis en place réellement.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 13 sur 43
Les appuis décalés de niveaux sont des
appuis qui supportent 2 dalles d'altitudes
différentes. Dans ce cas, il n'est pas prévu de
continuité pour le ferraillage sur appuis. Les 2
panneaux sont donc calculés comme si l'appui
décalé était un appui de rive pour chacun
d'eux.
Et donc, comme dans le cas des appuis de
rives, l'utilisateur peut décider de placer des
aciers forfaitaires sur cet appui ou pas. Ce
choix est réalisé en cochant la case « Mise en
place d'aciers forfaitaires ».

4. TS

Le programme est capable de gérer les chutes de treillis soudé. Il sait réutiliser toutes les chutes
lors du ferraillage du plancher. Ainsi, avant de mettre en place chaque TS, le programme
regarde si le TS peut être récupéré dans une chute, avant d'entamer une découpe dans un
panneau vierge.

La réutilisation des chutes est très puissante, mais nécessite d'être configurée, car très
gourmande en temps d'exécution. C'est l'objet des fonctions de ce cadre.

Réutilisation des chutes :

Activation ou non de la réutilisation des


chutes. Si l'option est désactivée, chaque TS
est découpé dans un panneau neuf.

Configuration respectivement de la surface


et de la dimension en-dessous de laquelle
une chute est considérée comme non
réutilisable. Plus aucun TS ne sera alors
découpé dans de telles chutes.

L’option « Fusion » permet d'indiquer en-dessous de quelles dimensions il ne faut plus dessiner
les TS.

NB : La dimension d'un treillis est la plus grande dimension du rectangle enveloppe du treillis :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 14 sur 43
Pour comprendre ce paramètre, il faut avoir un aperçu de la façon dont fonctionne le
programme. Le programme va dans un premier temps faire un calcul de mise en place
mathématique des treillis, découpant les treillis sans considérations sur leurs dimensions. La
fonction présente permet de filtrer les treillis à mettre en place et d'ignorer ceux de petites
dimensions.

Représentation respectivement de la surface


et de la dimension que les treillis doivent
avoir pour être pris en compte dans le dessin.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 15 sur 43
B. Les autres vérifications

1. Ferraillage minimal (art. 9.3.1.1)

Dans la direction principale, Arche vérifie : As,x ≤ Amin

Amin est donné par l’article 9.2.1.1 de l’EC2 :


 f ctm
0,26 * *1 * d
Amin  max  f yk
 0,0013 * 1 * d

Dans la direction secondaire, Arche vérifie :


AT , y  0.2  AT , x

Aucun acier supplémentaire n’est nécessaire sur appuis dans la direction secondaire :

2. Ferraillage maximal (art 9.3.1.2)

Pour une direction donnée, il faut vérifier que les aciers hauts + bas n’excèdent pas :

Amax  0,04 . Ac

3. Les aciers inférieurs

Selon l’article 9.3.1.2 (1), 50% des aciers inférieurs doivent être ancrés sur appuis :

Les règles professionnelles précisent que : la moitié des armatures inférieures nécessaires en
travée est prolongée jusqu’aux appuis et l’autre moitié peut être arrêtée à une distance des
appuis au plus égale à 1/10 de la portée entre nus.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 16 sur 43
4. Les aciers sur appuis (art. 9.3.1.2(2))

a) Sur appuis intermédiaires

Sur appuis intermédiaires, il faut vérifier:


Aappui int ermédiaire  25 % * Atravée adjacente

b) Sur appuis de rive

Sur appuis de rive, il faut vérifier:


Aappui derive  15 % * Atravée adjacente

c) Longueurs de barre (art 9.3.1.2)

Les barres supérieures doivent être :


- Proprement ancrées sur les appuis de rive
- Continues sur les appuis intermédiaires
- Plus longues que Lx/5 (pour les appuis de rive) ou Lx/4 (pour les appuis
intermédiaires). NB : Cette dernière condition vient en fait des règles
professionnelles.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 17 sur 43
5. Les espacements de barres (art. 9.3.1.1(3))

Les espacements maxi de barres sont donnés par :

 3h
- Dans la direction principale :smax  max 
400 mm
 3,5h
- Dans la direction secondaire : smax  max 
450 mm

6. Les diamètres de barres

h0
Aucune recommandation n’est spécifiée, mais il est usuel d’avoir :   avec h0 épaisseur de
10
la dalle.

7. Le positionnement des barres

Les barres inférieures dans la direction principale seront placées le plus bas possible.
Les barres inférieures dans la seconde direction seront placées juste au dessus.

8. Aciers en bord libre (art. 9.3.1.4(2))

Sur les bords libres, Arche doit mettre des barres en U, avec une longueur droite supérieure à
2h :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 18 sur 43
Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 19 sur 43
V. HYPOTHESES DE CALCUL

Les hypothèses béton armé EC2 et de calcul de flèche EC2 sont les mêmes que dans Arche
Poutre.

A. Résistance au feu

Arche Dalle vérifie l’épaisseur minimale de la dalle ainsi que la distance de l’axe des armatures à
la sous-face de la dalle, conformément au tableau 5.8 de l’EC2 :

Pour les dalles continues, Arche Dalle vérifie la condition d’épaisseur de dalle, conformément à
la clause 5.7.3(2) de l’annexe française de l’EC2.

Dans le cas où cette condition d’épaisseur est vérifiée, Arche Dalle s’assure que le ferraillage sur
appui est suffisant pour éviter un calcul précis en situation d’incendie, conformément à la règle
n°1 :

Dans le cas où la condition d’épaisseur n’est pas vérifiée, Arche Dalle s’assure que le ferraillage
en travée est quant à lui suffisant, comme indiqué en règle n°2:

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 20 sur 43
B. Enrobage

Arche dalle vérifie l’enrobage minimal réglementaire conformément à l’EC2.

NB : Attention pour la valeur Cmin,dur. Le tableau 4.3N précise qu’il faut minorer d’une classe la
classe structurale :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 21 sur 43
Donc au lieu de considérerla classe structurale S4 comme par défaut, il faut considérer la classe
S3 :

C. Rappel sur le calcul des moments

Dans le cas de dalles continues, les moments en travée peuvent être calculés par différentes
méthodes, issues de l’EC ou des règles professionnelles.

Ces moments dépendent du sens de portée : une ou deux directions :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 22 sur 43
1. Méthode de calcul pour les dalles continues

Les moments de flexion des dalles continues peuvent être calculés selon trois méthodes :

- La méthode de « redistribution limitée » (art. 5.5 de l’EC2) qui n’est pas encore
implémentée.
- La méthode forfaitaire, qui existait déjà au BAEL91 et qui est mentionnée dans les
règles professionnelles.
- La méthode de Caquot, qui existait déjà au BAEL 91, et qui est également mentionnée
dans les règles professionnelles.

En théorie, les portées de calcul sont à prendre entre axes pour la méthode de redistribution
limitée et entre nus pour les deux autres. Mais d’après les règles professionnelles, il semble
qu’on puisse utiliser les portées entre nus dans tous les cas :

2. Sens de portée

lx
Le sens de portée dépend du rapport 
ly

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 23 sur 43
lx : largeur de la dalle, axe à axe.
ly : longueur de la dalle, axe à axe.
Et : lx  ly

lx
Si   0,5 => alors la dalle ne porte que dans un sens.
ly
lx
Si   0,5 => alors la dalle porte dans les deux sens.
ly

3. Calcul des moments de dalles portant dans un sens

a) Dalle indépendante

Dans ce cas, la dalle est calculée comme une poutre en considérant :

- lx : largeur de la dalle, axe à axe.


- h0*1m = section : on considère une bande d’1m

Les moments en travée sont alors égaux à:

p.l 2x
M x 
8
My  0

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 24 sur 43
Puis on peut alors utiliser les formules classiques de l’EC2 :

M 0x
- cu 
bo d 2 f cd
-  u  1,25 .(1  1  cu )
- zc  d .(1  0,4 u )
M 0x
- A
f
zc  yk
s

Les moments sur appuis sont égaux à : M A  0.15 M 0 x


Ce 0,15*M0x sur appui n’est pas à prendre en compte en cas de maçonnerie, mais de toutes
façons, l’utilisateur a la main sur cette valeur depuis le menu Hypothèses / Calcul.

Dans le cas d’un balcon, on considère : M A  M balcony

b) Dalles continues

Dans ce cas, les dalles peuvent être calculées comme une poutre continue :

Pour chaque travée, le moment suivant y est nul : M yi  0

En ce qui concerne le moment suivant x, pour le moment seules les méthodes forfaitaires et de
Caquot sont implémentées dans Arche Dalle. La méthode de redistribution limitée le sera dans
une prochaine version.

Avec la méthode forfaitaire

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 25 sur 43
Tout d’abord, il nous faut calculer les moments de flexion en considérant les dalles comme
indépendantes :

p  l x2
M 0 xi 
8

Puis les moments sont donnés par l’expression :

M Wxi  M Ex i (1  0,3 )M 0xi



M T,x i   MAX
2 
1,05M0xi
Avec :

Qb
α
G  Qb

MW et ME : moments dans les travées à gauche et à droite.

En résumé :

Avec la méthode de Caquot

La méthode de Caquot est un calcul simplifié de poutres continues.

 Calcul du moment Mmax sur appui :

Au lieu de considérer l’élément entier, on ne prend en compte la poutre continue que sur deux
travées.
Par exemple, une poutre avec 4 travées sera gérée en plusieurs poutres de deux travées
chacune :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 26 sur 43
Pour les appuis de rive, on aura des moments nuls.

Le moment maximum sur appuis intermédiaires des poutres à deux travées est calculé en
considérant à la fois les travées complètement chargées (1,35.G + 1,5.Q) et en appliquant :

pw .l '3w  pe .l '3e
Mi  
8,5(l 'w l 'e )

Les portées l’w et l’e sont les longueurs des travées à gauche et à droite de l’appui
intermédiaire, considérées au nu des appuis.

Attention : si la travée est en fait une travée intermédiaire de la poutre continue initiale, on ne
considérera que 80% de sa portée (entre nus).

Dans cet exemple, les travées B-C comme les travées C-D sont des portées intermédiaires.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 27 sur 43
On considérera des portées de 0,8*L plutôt que L entier (aux nus d’appuis) :

 Calcul du moment en travée

Pour les moments en travée, on utilise le processus de travées chargées – déchargées.


Cela signifie qu’on considère trois possibilités :

Le moment en travée est donnée par :


Mw  Me
M ( x)  M 0 ( x)  M w  x
l

Avec : M0(x) est le moment pour une dalle indépendante :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 28 sur 43
plx px 2
M 0 ( x)  
2 2

Donc :
plx px 2 M  Me
M ( x)    Mw  w x
2 2 l

NB : Mw et Me sont nuls (pour les appuis de rive) ou peuvent être calculés avec la formule :
p w .l'3w  p e .l'3e
Mi  
8,5(l' w  l'e )

Eventuellement, la valeur maximale pour M(x) est obtenue par :


l Mw  Me
x 
2 pl

NB2 : En découle la force de cisaillement / l’effort tranchant, puisque V(x) = dM(x) / dx

pl M  Me
V ( x)   px  w
2 l

4. Calcul des moments de dalles portant dans deux sens

a) Dalle indépendante

Dans ce cas, la méthode est similaire à celle donnée dans l’annexe E.3 du BAEL.
Par conséquent, on considère les portées entre nus d’appuis.
Dans chaque direction, sous considérerons une bande de 1m.

Les moments de flexion M0x et M0y, suivant respectivement lx et ly, sont calculés comme ci-
dessous :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 29 sur 43
M 0x  μ x .p.l 2x et M 0y  μ y .M 0x

Dans l’annexe E.3 du BAEL, μ x et μ y étaient calculés par les formules :

1 1
x  et μ y  α 3.(1,9  0,9 ) 
8(1  2,4 3 ) 4

A l’EC2, les valeurs des coefficients μ x et μ y doivent être extraits des tableaux suivants :

NB : La première partie du tableau (  0 ) est donnée pour le calcul des contraintes et des
armatures, et la deuxième partie du tableau (  0,2 ) pour les déformations.

Les formules du BAEL donnent les mêmes valeurs pour μ x mais pas μ y .

En fonction du ratio Lx/Ly, il est possible d’interpoler les valeurs dans ce tableau.

Chaque bande est calculée comme une section de poutre : h0*1m.

NB : on doit vérifier que µy ≥ µx.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 30 sur 43
b) Dalles continues

Tout d’abord, on calcule les moments M0xi et M0yi, dans chaque direction, en considérant
chaque dalle indépendamment les unes des autres :

A partir de ces moments, on calcule les moments en travée :

- MT = 0,85.M0, pour les travées de rive


- MT = 0,75.M0, pour les travées intermédiaires

Les moments sur appuis sont aussi fonction sur les M0 des travées autour.

  0,5.M 0i
M Ai  max
 0,5.M 0i 1

En résumé :

- Suivant x :

- Suivant y :

NB : Bien sûr, pour un appui donné, les moments sont identiques dans les deux directions.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 31 sur 43
 MW  ME
M T  2
 1,25M 0
NB2 : Pour chaque travée, il nous faut vérifier : 
M  M Tx
 Ty 4

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 32 sur 43
D. Hypothèses de calcul

Possibilité de calculer le plancher en considérant toutes les


dalles comme isostatiques, ou au contraire, de demander au
programme de rechercher toutes les continuités sur appuis.

Ce cadre permet de configurer le mode de re-calcul lors des


modifications interactives en page de sollicitations et de
ferraillage.

« En direct » déclenche un re-calcul du plancher après chaque modification. « En différé » ne


relance pas le calcul après chaque modification. Il faut le faire en appuyant expressément sur le
bouton de lancement des calculs.
Lors des modifications interactives, le re-calcul du plan peut être long. Il peut alors être
intéressant d'activer le calcul en différé.

« Re-calcul du métré » permet d'indiquer s’il faut lors de chaque calcul lancer le calcul du métré
des aciers.

Ce cadre permet de saisir différents coefficients intervenant


dans la détermination forfaitaire de moments sur appuis.

Le moment en « Rive » correspond au moment ajouté forfaitairement à tous les appuis libres.
Par défaut, on place 0,15 M0 en rive. « Forfaitaire » désigne la proportion du moment
isostatique à mettre en travée dans le cadre de la méthode forfaitaire, appliquée pour les dalles
sur 4 appuis avec 2 sens de portée.

Permet de choisir la méthode appliquée pour résoudre les


continuités sur appuis.

« Moyenne » affecte sur chaque appui la moyenne des moments sur appuis déterminés de part
et d'autre de l'appui, « Maximum » affecte la plus grande des 2 valeurs.

Cette option est fondamentale. L'optimisation sur appui


consiste à changer le moment sur appui de façon à ce qu'il
corresponde exactement au ferraillage mis en place. Le
moment est alors redistribué en travée.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 33 sur 43
Le processus est le suivant :
Moment -> ferraillage réel -> ajustement du moment pour que ferraillage réel = ferraillage
théorique -> redistribution de ce moment sur les travées concernées.

Cette option est très utile dans le cas des treillis soudés. Le ferraillage théorique ne peut que
rarement être atteint, et la plupart du temps, la discontinuité entre sections ferraillées avec des
TS conduit à mettre un surplus d'acier sur appuis, ce que le programme fait pour aller dans le
sens de la sécurité.

Il peut alors être intéressant d'utiliser ce surplus sur appuis pour alléger le ferraillage en travée.
C'est le but de l'optimisation sur appui.

L'optimisation configurée ici ne s'applique pas aux appuis de rives.

« Oui » permet de fusionner lorsque le cas se présente, les


aciers de la nappe supérieure en travée avec les chapeaux.
Cette option évite des recouvrements mal placés. Elle peut
conduire toutefois à un léger excès dans le ferraillage.

Il est possible de calculer précisément l’ouverture de fissures


des dalles selon l’article 7.3.4 de l’EC2.

L’article 7.3.3 de l’EC2 précise qu’il n’est pas utile d’effectuer cette vérification pour les dalles
d’épaisseur inférieure à 20cm :

Il est possible de désactiver la prise en compte du % mini en


travée et sur appui.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 34 sur 43
E. Effort tranchant

Effort tranchant (VEd)

On considère une bande de 1m dans chaque direction.

NB : Cela vient en fait du BAEL.

Vérification de la bielle de béton

On doit s’assurer que VEd < VRd,max :

VRd , max   . f cd .zu .bw


cot  cot 
1  cot 2
Avec :

- zu = 0,9.d
 f 
- v  0,61  ck 
 250 

f yk
NB : Si la contrainte limite d’acier est de 0,80.fyk au lieu de , alors :
s
- v  0,60 pour f ck  60 MPa
f ck
- v  0,9   0,50 pour f ck  60 MPa
200

NB2 : En cas d’aciers d’effort tranchant verticaux (cas courants), cot   0 , et donc :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 35 sur 43
v. f cd .zu .bw
VRd ,max 
tg  cot

NB3 : Pour les dalles sans aciers d’effort tranchant, on considère cot   0 et   45  , et
donc :

VRd ,max  0.5v. f cd .zu .bw

Résistance d’effort tranchant du béton (VRd,c)

Selon l’article 6.2.1 (3) de l’EC2, il n’y a pas besoin d’aciers d’effort tranchant si :

VEd  VRd ,c

Avec :

CRd ,c .k .bwd .(100. L . f ck )1 / 3


- VRd ,c  max
 vmin .bwd
- bw = 1m
- kl = 0,15 (selon l’annexe nationale française)
200
- k  1  2,0 avec d donné en mm
d
AsL
- L   0,02 avec AsL : aciers longitudinaux à une distance d du point de calcul.
bw .d

0.18
- CRd ,c  (selon l’annexe nationale française)
c

-  min est donné dans le tableau ci-dessous :

Sens de portée  min

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 36 sur 43
0,34
vmin  . f ck1 / 2
c
0,053
vmin  .k 3 / 2 . f ck1 / 2
c
(dalles fonctionnant comme des
poutres)

NB : Arche Dalle ne mettra jamais d’aciers d’effort tranchant. Dans le cas où V Ed  V Rd ,c , alors
Arche renverra un message.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 37 sur 43
VI. EXERCICE 1 : CALCUL D’UNE DALLE INDEPENDANTE

A. Données

Longueur : 10m
Largeur entre nus : 3,5m
Epaisseur : 0,21m

Sens de portée : sur deux côtés

Appuis : voiles de 20cm sur tous les côtés

Chargement :
- G = 0,15T/m²
- Q = 0,35T/m²

B. Calcul des sollicitations

Charge à prendre en compte sur la dalle :

Pu = (1,35*0,21*2,5) + (1,35*0,15) + (1,5*0,35) = 0,709 + 3,203 + 0,525 = 1,436T/ml

Le moment en travée est calculé comme une poutre sur deux appuis, pour une bande de 1m :

p.l 2x 1,436 * 3,3 2


Mx    1,95T.m
8 8

Le moment sur appui est de :

Mappui = 0,15 * Mx = 0,15 * 2,20 = 0,29T.m

Arche affiche :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 38 sur 43
C. Calcul du ferraillage

Dans la direction principale, on a :

M 0x 0,0195
 cu    0,033
bo d f cd 1 * (0,9 * 0,21) 2 *16,67
2

 
 u  1,25.(1  1   cu )  1,25 * 1  1  0,033  0,0208

z c  d .(1  0,4 u )  0,9 * 0,21 * (1  0,4.0,0208 )  0,187

M 0x 0,0195
A   2,40cm²
f yk 0,187 * 435
zc *
s

Dans l’autre direction, on a :


0,2 * 2,40 = 0,48cm².

Sur appuis, on a :
0,15*2,40cm² = 0,36cm²

Arche affiche :

D. Vérification de la flèche

Arche affiche :

En effet :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 39 sur 43
- L/d = 3,50 / 0,189 = 18,51
- Calcul de la valeur limite :

0  f ck *10 3  0,005  0,5%

As sec tion armatures tendues 0,000283


    0,00135  0,135%
Ac sec tion béton total (0,21 *1)

l    0  2 
3

 K .11  1,5. f ck 0
 3,2. f ck   1  si    0
d      

Soit :

l  0,5  0,5  2
3

 1,2 * 11  1,5. 25  3,2. 25   1   132


d  0,135  0,135  
 

E. Plan interactif d’ARCHE DALLE

Aciers inférieurs :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 40 sur 43
Chapeaux :

Les chapeaux ont une longueur de 1,02m.


Ils doivent être égaux à au moins 0,2 * 3,30m = 0,66m.
En ajoutant la longueur de l’appui, on obtient 0,66 + 0,20 = 0,86m.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 41 sur 43
VII. EXERCICE 2 : CALCUL D’UNE DALLE CONTINUE PORTANT
SUR DEUX APPUIS ET AVEC LA METHODE FORFAITAIRE

A. Données

Longueur : 10m
Largeur entre nus : 3,5m
Epaisseur : 0,21m

Sens de portée : sur deux côtés

Appuis : voiles de 20cm sur tous les côtés

Chargement :
- G = 0,15T/m²
- Q = 0,35T/m²

B. Calcul des sollicitations

Tout d’abord, il faut calculer les moments de flexion en considérant les dalles comme
indépendantes.
On obtient 1,95T.m, d’après l’exercice précédent.

On a :
Qb 0,35
   0,7
G  Qb 0,15  0,35

Puis :
1,2  0,3. 1,2  0,3 * 0,7
M t , x1  .M 0 x1  *1,95  1,38T .m
2 2
1,2  0,3. 1,2  0,3 * 0,7
M t,x2  .M 0 x 2  *1,95  1,38T .m
2 2

Sur appui de rive, on a :


Mappui rive = 0,15 * Mx = 0,15 * 1,95 = 0,29T.m

Sur appui intermédiaire, on a :


M appui int ermediaire  0,6. max M 0 x1 , M 0 x 2   0,6 *1,95  1,17T .m

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 42 sur 43
Arche affiche :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Page 43 sur 43