Vous êtes sur la page 1sur 7

Chapitre 2

La Chine et le monde depuis 1949

Dans la première moitié du 20ème siècle, la Chine est dépendante des grandes puissances étrangères. En particulier les
Européens, les Américains et les Japonais. La population chinoise n’a jamais accepter cette dépendance, qui remonte au
19ème siècle. En 1912, la république est proclamée, c’est la fin de l’Empire et le début d’une nouvelle ère. Cette ère prend
réellement naissance le 4 mai 1919. Ce mouvement est très important car il a lieu après la 1ère guerre mondiale et, lors du
traité de Versailles, des territoires chinois (Nord Est, là ou il y’a du charbon) ont été donnés au Japonais. A la suite de ça, le
Parti Communiste chinois est crée en 1921 et les nationalistes arrivent au pouvoir en 1928. Il y’a donc des relations
compliquées entre ces 2 partis et depuis le 4 mai, cela va entrainer petit à petit l’indépendance de la Chine. Face à la déception
du traité de Versailles, qui donne au Japonais une partie du territoire chinois, il va y avoir une volonté du peuple chinois de
s’affranchir des puissances étrangères. Cette volonté se voit dans le mouvement du 4 mai 1919, où plus de 3000 personnnes
manifestent sur la place Tian An Men. Un mouvement nationaliste se met alors en place.

Comment s’est construite et comment à évolué la puissance chinoise depuis 1949?

Comment la Chine est - elle devenue un état moderne et une puissance majeure?

I/ Comment la Chine communiste s’affirme t-elle sur la scène internationale sous


l’ère maoïste ( 1949 - 1976)?

A) La Chine, pôle asiatique du communisme sous l’orbite de l’URSS :


1) → La victoire des communistes
La guerre civile entre nationalistes et communistes débute en 1927 et s’interrompt en 1937 avec une union sacré entre
communistes et nationalistes contre l’envahisseur japonais. En 1946, nationalistes et communistes s’affrontent à nouveau
avec, en 1949, la victoire des communistes de Mao Zedong face au nationalistes de Tchan Kaï Tcheck.

La Grande Bretagne est le seul pays à reconnaitre la République Populaire de Chine tandis que tout les autres pays
occidentaux vont reconnaitre Taïwan. Le Parti Communiste Chinois, fondé en 1921, par des animateurs de la révolte de mai
1919, est dirigé par Mao à partir des années 30. Le parti nationaliste, Guomindang est fondé en 1912 et contrôle le pays de
1928 à 1949, qui durant cette période est dirigé par Tchang Kaï Tcheck. Ce n’est ni plus ni moins qu’une dictature anti -
communiste qui s’inspire du fachisme.

La Chine communiste réafirme sa souverainté par des gains territoriaux. Avec l’arrivé de Mao au pouvoir, la RPC va demander
que certains territoires sont réintégrés. L’URSS va redonner certains territoires à la Chine, qui avaient été annexés par la
Russie tsariste. En 1950, c’est l’occupation du Tibet. La Chine ne peut récupérer Hong Kong, Macao et Taïwan qui appartient
au EU. Petit à petit, la Chine tente d’affirmer sa souverainté et tend à devenir un acteur majeur sur le plan international.
2) →​ ​La Chine : un acteur majeur de la Guerre Froide

Une sous industrialisation et une faible production agricole va conduire Mao à signer en 1950 un traité d’amitié, d’alliance et
d’assistance mutuelle avec l’URSS. L’URSS est la seule grande puissance à reconnaitre la Chine et va fournir une aide
économique et financière à celle ci, qui va adopter le modèle soviétique de collectivisation et de planification par la suite

Planification ​: fait que l’Etat prévoit, sur une période donnée, une production à atteindre. Cette planification touche tous les
domaines de la production

Collectivisation ​: mise en commun des biens de production par la création de coopérative

Cependant, la Chine va tenter de s’affirmer en particulier en Asie en prenant part à la guerre froide avec l’intervention en
Indochine (1946-1954). Pékin soutient les Viet - Minh (ligue pour l’indépendance du Vietnam dominé par les marxistes qui
dirigent la guerre contre le colonisateur français). La Chine va fournir une aide humaine et militaire au Viet - Minh

La Chine va aussi intervenir dans la guerre de Corée (1950 - 1953), une guerre qui oppose la Corée du Sud soutenue par les
EU et la Corée du Nord soutenue par l’URSS et la Chine. La Corée du Nord va tenter d’envahir la Corée du Sud durant l’été
1950. La Chine a fourni des hommes à la Corée du Nord (environ 3000) et cette guerre se terminera en 1953 grâce à un
armistice (celui de Panmunjeon).

B) Durant les années 1960, la rupture sino - soviétique favorise l’isolement de la RPC :
1) → Une dégradation des relations à la mort de Staline (1953)
Ethique de la déstalinisation​ : politique mené en URSS entre 1953 et 1964 qui va mettre fin à la terreur stalinienne, au culte de
la personnalité et qui dénonce les crimes commis par Staline sans remettre en cause le régime communiste

La RPC n’est pas daccord avec la coéxistence pacifique adopté par Khroutchev

Coexistence pacifique​: doctrine politique qui veut établir des relations + sereines avec le bloc occidentale.

Pour Mao, c’est un renoncement à propager la révolution communiste à travers le monde. Il instaure la politique du Grand Bon
en Avant en 1958 en industrialisant massivement les campagnes. Cette politique va durer jusqu’en 1961 et repose sur la
mobilisation des masses paysannes au sein des communes populaires pour réaliser de grands travaux et augmenter la
production industrielle et agricole. Cette politique a causé la mort de 30 millions de personnes pour un décollage économique
qui peut être remis en cause. Mao revendique l’héritage de Staline et prétend être le leader du monde communiste. Moscou va
suspendre son aide avec la Chine en 1960. C’est la rupture sino - soviétique. La Chine accuse l’URSS de trahison en
particulier lorsque les missiles de l’URSS sont retirés de Cuba. En 1964, la Chine se dote de la bombe atomique, ce qui
inquiète l’URSS et en 1969, il y’a des affrontements à la frontière entre l’URSS et la Chine

La Chine va ensuite se présenter comme le leader du Tiers - Monde et va trouver un intérêt dans ce mouvement

2) → La RPC tente de se poser en leader du Tiers - Monde


Elle propose un modèle communiste concurrent et différent de l’URSS. La Chine participe à la conférence de Bandung en
1955, conférence rassemblant tout les pays non - alignés. La Chine, invité, affiche sa solidarité avec les pays du Tiers - Monde
et s’oppose au colonialisme et à l’impérialisme. La Chine essaye de séduire les pays du Tiers - Monde et de s’imposer en
tant que leader. A partir de 1960, il vont proposer leur modèle et s’opposer au modèle soviétique. Les dirigeants chinois vont se
rendre en Afrique dans les années 60 (Somalie, Guinée, Tanzanie, Zambie). L’idée est de proposer une aide économique et
une aide technologique. Seul la Tanzanie a adopté le modèle chinois. En Europe, la Chine a une influence assez marginale :
seul l’Albanie adopte son modèle. Cependant, le Maosime a une influence sur les intellectuels en France, en particulier lors des
évènements de mai 68. En Asie, le Cambodge adopte le modèle de Mao lorsque les Khmers Rouges (dirigés par Polpote)
prennent le pouvoir entre 1975 et 1979 grâce aux Chinois.

Au bout du compte, la Chine reste un pays relativement isolé sur la scène internationale. Il y aura une révolution culturelle qui
va durer de 1966 jusqu’à la mort de Mao en 1976, qui a été un frein pour l’expansion du modèle chinois sur la scène
internationale. L’idée principale de cette révolution est une sorte de purge contre les adversaires de Mao. Officiellement, c’est
brisé les dérives bourgeoises mais dans les faits, c’est avoir la main mise sur le Parti Communiste Chinois.
C) Comment la République Populaire de Chine rompt t - elle son isolement international au
debut des années 1970 ?
1) → Le rapprochement de la République Populaire de Chine avec les Etats - Unis :
La Chine cherche à sortir de son isolement diplomatique avec la rupture de l’URSS dans les années 1960. Elle se tourne alors
vers le monde capitaliste et cette politique va permettre à la RPC d’être reconnue par de nombreux pays. En 1964, la France
reconnaît la Chine et un dialogue va alors s’installer entre les Etats - Unis et la Chine, du fait d’intérêt commun. Les EU veulent
se désangager de la Guerre du Vietnam et les Chinois veulent peser sur les négociations et éviter que l’URSS soit trop
présente au Vietnam. On va avoir un rapprochement des EU qui prend une réalité avec la visite, durant l’été 1971, d’Henry
Kissinger, conseiller diplomatique du Président des EU (Nixon à ce moment là). Cette visite a pour but la venue du Président
en Chine.

Les EU veulent jouer sur la division du monde communiste et régler le conflit vietnamien. Les Chinois, de leur coté, veulent
rompre leur isolement diplomatique et veulent lever l’opposition des EU à leur entrée à l’ONU. Fin 1971, la Chine rentre à
l’ONU = réussite dipomatique de la Chine. En 1973, les accords de pays de Paris mettent fin à la présence militaire des
américains au Vietnam avec un Vietnam du Nord communiste et un Vietnam du Sud capitaliste. En 1975, le Vietnam du Nord
envahit le Vietnam du Sud et ainsi créer un vietnam communiste. Depuis octobre 71 elle fait partie de l’ONU

L’influence chinoise reste faible en Asie. Le régime cambodgien des Khmers rouges, soutenus par la Chine, est renversé en
1979. La Chine est affaibli par le bilan économique et humain de la révolution culturelle.

2) → Le rôle international de la Chine :


Le modèle chinois ne va pas forcément convaincre en Afrique et ne s’implante donc pas. La Chine va essayer de soutenir des
guerillas indépendantistes au Mozambique, en Angola...

II/ Depuis 1976, la spectaculaire ascension d’une puissance émergente

Dans quelle mesure la Chine est t - elle devenue une grande puissance?

Quels sont les aspects, les limites de la puissance chinoise aujourd’hui?

A) A partir de 1976, la Chine donne la priorité à l’essor économique en faisant le choix de la


modernisation et de l’ouverture sur le monde :
1) → Le tournant de 1976 à 1978 :
A la mort de Mao en 1976, la Chine est un pays du Tiers - Monde : c’est un pays rural et sous industrialisé. Un tiers de la
population chinoise est en dessous du seuil de pauvreté. Vers la fin de 1978, Deng Xiaoping, le chef de file des réformateurs,
prend le pouvoir. Il instaure alors la politique des quatres modernisations :

modernisation de la ​culture​, de la ​recherche​, de la ​défense ​et modernisation ​industrielle

L’idée est de combler le retard est faire de la Chine une véritable puissance. Xiaoping fait rentrer la Chine dans la voie du
libéralisme. Toute les personnes ayant été écarté durant la révolution culturelle ont été libérés.

Une petite dose de privatisation va se mettre en place

2) → Le socialisme de marché :

Expression qui désigne le nouveau modèle économique chinois issu des réformes de Xiaoping qui associe la libéralisation et
l’ouverture de l’économie au maintien du régime politique communiste autoritaire et libéraliste

Deng Xiaoping va donner la priorité à la libéralisation économique, l’industrie légère et l’agriculture. Les terres vont être
décollectiviser. Le paysan reçoit le libre usage de sa terre mais n’en obtient pas la propriété. Les sociétés de l’Etat deviennent
autonome et les entreprises privés sont petit à petit autorisés.
La Chine, à partir de 1980, va s’ouvrir aux investissements étrangers et va mettre en place une politique pour attirer les
étrangers. Elle va alors mettre en place des ZES (Zones Economiques Spéciales), qui sont des zones franches avec des
avantages spéciaux : - baisse du droit de douane

​- libre rapatriement des

- baisse des impôts pour


Les 4 premières ZES sont : Shenzen ;

L’objectif de la Chine est alors d’atttirer des industries à volonté exportatrices pour avoir une grande puissance commerciale,
elle va alors faire le grand écart entre le socialisme et le capitalisme, qui est un écart difficile mais qui tient cependant. Il y’a
ainsi une plus grande disparité des régions car c’est les régions littorales qui profitent le plus de cette croissance (phénomène
d’exode rurale qui apparait).

Une crainte va alors apparaître, notamment dans les pays européens, d’un impérialisme chinois et ainsi d’une domination.
Cette crainte est notamment renforcée par celle d’un développement au mépris des règles éthiques : (pollution,
travail des enfants...)

Cette politique va alors relancer la croissance et favoriser l’arrivée des capitaux étrangers. Cependant, la Chine devient le
principaux pays ateliers mais à la réussite impressionante avec un taux de croissance du PIB de 10% par an. L’évolution de la
diplomatie chinoise durant les années 80 va être importante car la Chine privilégie l’économie au dépend de l’idéologie (elle ne
cherche plus à propager le communisme à travers le monde)

En 1980, elle intègre le FMI (Fond Monétaire Interne) et la Banque Mondiale. Cela permet alors de multiplier les accords
commerciaux avec les pays occidentaux et cela permet aussi plus de coopération scientifique et culturelle : les jeunes étudiants
sont envoyés à l’étranger

Néanmoins, la Chine ne respecte pas toujours les droits de l’Homme car elle est réprimée pour sa repression nationaliste
tibétaine mais cela ne remet pas en cause les relations avec l’Occident

B) La crise des années 1989 - 1992 :


1) → La modernisation crée des inégalités de développement sociaux et régionaux :

Grâce aux réformes, le niveau de vie augmente mais les inégalités se creusent. Le littoral s’enrichi et la campagne vit dans la
misère. Il y’a donc beaucoup de migrations vers le littoral pour trouver du travail et cela apporte beaucoup de problèmes :
moins d’inflation, de liberté, + de corruption... et cet ensemble de problèmes va ainsi causer des tensions, qui prennent
naissance en 1989

2) → Les massacres du 4 juin 1989 :


Encouragés par la politique de Gorbatchev en URSS (restructuration, liberté, positionnement neutre) et par le bicentenaire de
la Révolution Française (1989), les jeunes se révoltent en souhaitant une libéralisation du régime. A Pékin, les autorités
dispersent les manifestants en tuant + de 2000 personnes.
Les évènements de la place Tien Am Men vont être condamnés par les occidentaux mais avec l’effondrement du bloc de l’Est,
ces évènements vont être oubliés par l’opinion publique

3) → Des sanctions de courte durée :

Les pays occidentaux vont alors geler leur relation avec la Chine et celle ci va être condamnés par l’ONU . Cependant, la Chine
va se rapprocher de l’URSS et va s’ouvrir au pays en voie de développement. Mais les multinationales occidentales restent
attirés par la Chine car leur cours financier et en baisse et que le marché chinois est important donc, en 1992, l’occident
renoue avec la Chine.

C) Forces et faiblesses d’une puissance émergente :


Dès 2000, la Chine influence l’économie majeure. Elle est au 2ème rang de l’économie mondiale (PIB) depuis 2010. Son taux
de croissance est aux alentours de 10% par an (légère chute cependant). La Chine est l’atelier du monde ( 75% des montres ;
85% des jouets ; ...) et c’est le premier exportateur mondial ainsi que le 2ème importateur mondial. La Chine est alors appellé :
“le créancier du Monde”

Cela donne à la Chine une nouvelle place sur la scène mondiale, la Chine a ainsi remplacé le Japon. En 2001, elle prend sa
place dans l’Organisation Mondiale du Commerce et en 2008 elle intègre le G20.

La Chine a de plus en plus de poids : elle organise les JO en 2008 à Pékin et en 2010, elle organise l’exposition universelle à
Shangaï et investit de plus en plus à l’étranger : en Afrique et en Amérique du Sud. Ils font ainsi reculer l’influence des Etats -
Unis et de l’Europe

1) → La Chine, une puissance géopolitique en devenir?

La Chine est un pays au fort patriotisme. Ce fort patriotisme renforce le régime politique chinois. Les traités inégaux du 19ème
siècle où la Chine était sous l’emprise des puissances étrangères restent gravés dans les mémoires. La Chine ne veut plus
d’ingérance dans leur affaire.

Premier exemple : la Chine n’accepte pas qu’on lui fasse des reproches à propos du Tibet, à propos des droits de l’Homme, et
par rapport à la pression grandissante de la Chine sur Hong Kong. La Chine ne rivalise encore pas, d’un point de vue militaire
et géopolitique, avec les USA car les Chinois n’ont pas de base dans le monde.

La Chine reste tout de même un pays en retrait même si elle reste la deuxième puissance militaire mondiale. C’est une
puissance qui arrive à lancer des programmes spaciaux. Si la Chine à un certain retard technologique, aujourd’hui, ce retard
est de + en + minime. La Chine apparait dans beaucoup de pays asiatiques comme une puissance menaçante et certains pays
se méfient même de la Chine. Elle est au prise avec des conflits frontaliers entre l’Inde et le Vietnam. Son aide apporté au
régime de la Corée du Nord est un handicap car, en aidant la Corée du Nord, elle va se mettre à dos certains pays (au niveau
diplomatique). En Asie, l’image de la Chine est négative

Néanmoins, la Chine essaye de combattre sa mauvaise image en essayant d’exister sur le plan culturel, notamment avec
l’institut Confucius. La principale limite de la puissance chinoise reste l’absence de démocratie politique. La Chine communiste
reste une dictature communiste avec un parti unique

La croissance chinoise profite d’abord au dirigeant politique et économique du régime. La libéralisation politique demandé en
1989 par les étudiants est inexistante. A ceci s’ajoute la pression exercé par Pékin sur certains états. Emprisonnement
d’opposants politiques et maintien en prison d’un prix Nobel de la Paix en 2010

En 1949, les communistes dirigés par Mao prennent le pouvoir dans une Chine encore rurale et pauvre. Ils fondent un régime
qui tente de moderniser le pays et d’en faire une grande puissance mais les progès sont insuffisants. Après la mort de Mao,
ses successeurs décident donc d’ouvrir la Chine aux investissement étrangers. La croissance s’accèlère et le pays devient en
2010 la deuxième puissance économique mondiale. De ce fait, elle commence peu à peu à avoir un poids dans les relations
internationales mais la Chine reste un pays dont on se méfie, qui a des difficultés à se projeter militairement et
géopolitiquement. La Chine est donc une puissance incomplète en devenir, qui doit encore faire face à des défis internes et qui
n’a donc pas tout les attributs d’une puissance