Vous êtes sur la page 1sur 20

Chapitre 2 Etude des déformations

Chapitre 2
Etude des déformations

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 1

Chapitre 2 Etude des déformations

1. Expérience:

Pour mettre en évidence la notion de déformation, on réalise l’estampage (matriçage) d’un bloc de
plasticine (pâte à modeler).

0 t

- Dans l’état initial, le bloc est rectangulaire marqué d’un quadrillage carrée.

- Dans l’état final, l’enfoncement de la matrice à provoqué le refoulement du matériau à la


base et en partie supérieure.

Résultat: le quadrillage est déformé

La notion de déformation d’un système matériel naît de la comparaison entre une configuration dite
‘initiale’ et une configuration qualifiée de ‘finale’.

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 2

1
Chapitre 2 Etude des déformations

2. Gradient de la transformation:

Soit un référentiel R dans lequel on a choisi un repère R constitué d’une origine O et d’une
base orthonormée directe B  e1 , e2 , e3  .

On a : OM 0  X OM t  x
ON 0  Y ON t  y

Avec :
 
x   X , t  t X  

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 3

Chapitre 2 Etude des déformations

2.1. Tenseur gradient:

On exprime le vecteur M t Nt en fonction de M 0 N0 :

On a : M t Nt  M t O  ONt
 yx
   
  Y,t   X ,t

En projection sur la base B , on peut écrire :

yi  xi   i Y1 , Y2 , Y3 , t    i  X 1 , X 2 , X 3 , t  ; i  1, 2,3
En effectuant un développement limité au voisinage du point M0 à t fixé :

i
yi  xi   X 1 , X 2 , X 3 , t  Y j  X j 
X j
1
 Y1  X 1   Y2  X 2   Y3  X 3    i Y1  X 1 , Y2  X 2 , Y3  X 3 , t  ; i, j  1, 2,3
2 2 2 2
 
Où i est une fonction qui tend vers 0 si Yi tend vers Xi (si N0 tend vers M0 ).

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 4

2
Chapitre 2 Etude des déformations

On peut écrire sous forme vectorielle :

  
y  x  F X , t Y  X  Y  X . Y  X , t  

M t Nt  F  M 0 , t  M 0 N0  M 0 N0  M 0 N0 , t 
Avec F le tenseur gradient de la transformation (tenseur deuxième ordre). On écrira :

F  Grad t  Grad x
Les composantes de ce tenseur dans la base B sont :

 x1 x1 x1 


 X X 2 X 3 
 1
i xi  x x2 x2 
Fij   ; i, j  1, 2,3 F  2
X j X j  X 1 X 2 X 3 
 x3 x3 x3 
 
 X 1 X 2 X 3 
La matrice jacobienne

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 5

Chapitre 2 Etude des déformations

Le déterminant de la matrice jacobienne (le jacobien) s’écrit :

x1 x1 x1


X 1 X 2 X 3
Le jacobien est toujours
x x2 x2
J 2 strictement positif en tout
X 1 X 2 X 3 point et à tout instant
x3 x3 x3
X 1 X 2 X 3

Comme J est non nul, le tenseur F est inversible :

1 X j X j
Fij   ; i, j  1, 2,3
 i xi

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 6

3
Chapitre 2 Etude des déformations

2.2. Transformations homogènes:

Définition:
Si le tenseur gradient F ne dépend pas du point M 0 , on dit que la transformation est homogène.

M t Nt  F  t  M 0 N 0  B  t 

Dans ce cas la fonction  est nulle et le vecteur B représente une translation.

2.3. Interprétation mécanique:

M t Nt est l’arc transformé du


segment M 0 N0 .

On a : M t Nt  F  M 0 , t  M 0 N0  M 0 N0  M 0 N0 , t  
Posons : M t Nt  F  M 0 , t  M 0 N 0

Donc: M t Nt  M t Nt  M 0 N0  M 0 N0 , t  
A. Mikdam - ENSAM Casablanca 7

Chapitre 2 Etude des déformations

Si N0 tend vers M0 , alors 


 M 0 N0 , t  tend vers 0 .

Dans ce cas de figure, Nt sera voisin de Nt .

Au voisinage d’un point M0 et à un instant t , on peut approcher le vecteur M t Nt par


le vecteur M t Nt .

Définition:
On appelle vecteur transporté du vecteur M 0 N0 à l’instant t , le vecteur M t Nt tel que:

M t Nt  F  M 0 , t  M 0 N 0

a. Transformation homogène:

Un réseau à mailles carrées dessinées


sur un matériau solide qui subit une
transformation homogène devient, dans la
configuration à l’instant t , un réseau de
parallélogrammes.

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 8

4
Chapitre 2 Etude des déformations

b. Transformation quelconque:

Pour une transformation quelconque, confondre M t Nt avec M t Nt  F  M 0 , t  M 0 N 0 revient


à approcher, au voisinage de M0 , la transformation  par une transformation homogène.

On remplace localement un réseau éventuellement curviligne par un réseau à mailles rectilignes.

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 9

Chapitre 2 Etude des déformations

2.4. Exemples:
a. Extension simple:
On considère la transformation suivante:

 x1  X 1 1   

 x2  X 2  0
x  X
 3 3

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 10

5
Chapitre 2 Etude des déformations

b. Glissement simple:

On considère la transformation suivante:

 
x   X , t  X  2 X 2 e1 ; 0

 x1  X 1  2 X 2

 x2  X 2  0
x  X
 3 3

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 11

Chapitre 2 Etude des déformations

3. Transport d’éléments matériels:


3.1. Transport d’un vecteur élémentaire:

Le vecteur élémentaire dX se transforme au cours du mouvement en un arc de courbe c qu’on


peut approcher par le transporté dx  F dX .

On a : dX  dl0 t0 dx  dl t

Avec : dl0  dX dl  dx

t dl  Ft0 dl0

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 12

6
Chapitre 2 Etude des déformations

3.2. Transport d’une surface élémentaire:

Soit dS0 une surface élémentaire construite à partir de deux vecteurs élémentaires dX et dX  .

La surface dS construite à partir des deux vecteurs dx et dx est dite surface transportée de la
surface élémentaire dS0 .

On a : dx  dx  n dA
Dans la base B : ni dA   ijk dx j dxk   ijk  F jq dX q   Fkr dX r 
Avec le symbole d’antisymétrie défini par :

 ijk  0 si deux indices sont égaux


 ijk  1 si  i, j , k  est une permutation paire de 1, 2,3
 ijk  1 si  i, j, k  est une permutation impaire de 1, 2,3
A. Mikdam - ENSAM Casablanca 13

Chapitre 2 Etude des déformations

On a : ni dA   ijk  Fjq dX q   Fkr dX r 


Fip ni dA   ijk Fip Fjq Fkr dX q dX r Relation :

 ijk Fip Fjq Fkr   pqr det F


Donc : Fip ni dA   pqr J dX q dX r

F T

pi
ni dA  J  pqr dX q dX r

F n dA  J n0 dA0
T

 
n dA  J F
T 1
n0 dA0

n dA  J  F 
1 T
n0 dA0

dA  J  F 
1 T
dA0

Le vecteur air dA n’est pas le transporté du vecteur air élémentaire dA0 .

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 14

7
Chapitre 2 Etude des déformations

3.3. Transport d’un volume élémentaire:

Soit un parallélépipède élémentaire construit à partir


des trois vecteurs élémentaires dX , dX , dX  .

Dans la base B :
dX 1 dX 1 dX 1
dv0   ijk dX i dX j dX k  dX 2 dX 2 dX 2
 
dX 3 dX 3 dX 3
Considérons le parallélépipède construit à partir des trois vecteurs dx, dx, dx .

dx1 dx1 dx1   F11 F12 F13   dX 1 dX 1 dX 1 


 
dv  dx2 dx2 dx2  det   F21 F22 F23  dX 2 dX 2 dX 2   det F dv0
dx3 dx3 dx3  F F F33   dX 3 dX 3 dX 3 
  31 32
Le jacobien J représente la dilatation volumique entre la
configuration initiale et actuelle.
dv  J dv0
Le volume dv0 d’un parallélépipède élémentaire est multiplié par
J au cous du mouvement.

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 15

Chapitre 2 Etude des déformations

4. Dilatations:
4.1. Tenseurs des dilatations:

On va commencer par évaluer le produit scalaire


. . dx :
dx

On a : dx . dx  FdX . FdX 


AV .U  V . A U
T


dx . dx  dX . F FdX 
T

 
dx . dx  dX . F F dX 
T  AD V  A DV 

dx . dx  dX . C dX   C dX , dX  
Définition:
CF F
T
On appelle tenseur des dilatations de Cauchy-Green le tenseur du second ordre .

Dans la base B : Cij  Fip Fpj


T

Cij  Fpi Fpj

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 16

8
Chapitre 2 Etude des déformations

Propriétés du tenseur des dilatations de Cauchy-Green :

1     F F   F F  C
T T T
C  F F
T T T T
Tenseur symétrique

det C  det  F F    det F   J


2
 2 T 2

 3  
2
C dX , dX  dx . dx  dx

Le tenseur C est aussi appelé tenseur des dilatations de Cauchy-Green à droite.

On va évaluer maintenant le produit scalaire dX . dX  :

1 1
dX . dX   F dx . F dx

dX . dX   dx .  F   F  dx  
1 T 1
dX . dX   dx . c dx  c dx, dx
 
Définition:
On appelle tenseur des dilatations
BFF
T

 
de Cauchy-Green à gauche le Tenseurs symétriques
1 T 1 1
tenseur du second ordre B : B  F F c
A. Mikdam - ENSAM Casablanca 17

Chapitre 2 Etude des déformations

4.2. Dilatation dans une direction:

 
2
On a : dx  C dX , dX  dX .C dX  C pq dX p dX q

Définition:
On appelle dilatation dans la direction de dX la grandeur :

 
1
C dX , dX 
dx
2

 
 dX 
dX

dX

Introduisons les vecteurs unitaires u0 et u tels que : u0


1 1 u
  2
 dl0 u0 . C dl0 u0  2
dx
dxdl  dX . C dX 
  u0       dX dl
0 dl
dX dl0 dl0 dl0 M0 M
1 1
dX  dl0 u0
  u0   u0 . C u0   C  u0 , u0 
2 2

   
dx  dl u

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 18

9
Chapitre 2 Etude des déformations

Si on connaît le tenseur C au point M 0 , on peut calculer la dilatation dans n’importe


quelle direction autour de M0 .
Remarques:
- Si   u0  est inférieur à 1. la déformation correspond à une contraction.

- Si u0 est le vecteur ei de la base B :

  ei   ???   ei   Cii car C  ei , ei   Cii

4.3. Glissement de deux directions orthogonales:

On a : dx . dx  dx dx cos 

     
1 1
C dX , dX  C dX , dX  2
C dX , dX   2

   

Donc : cos  
 C dX , dX  
C  dX , dX    
1 1
2
C dX , dX   2

   
A. Mikdam - ENSAM Casablanca 19

Chapitre 2 Etude des déformations

Introduisons les vecteurs unitaires u0 et u0 tels que : dX  dl0 u0 dX   dl0 u0

C  u0 , u0 
cos  
  u0    u0 

Supposons que les vecteurs dX et dX  soient orthogonaux:

Définition:
Le glissement des deux directions orthogonales définies
par dX et dX  est l’angle  tel que:



 dX , dX    2


C  u0 , u0 
sin   u0 , u0   
  u0    u0 
C  ei , e j  Cij
u0 , u0 ei , e j B sin   ei , e j   
  ei    e j 
- Si sont les vecteurs de la base :
Cii C jj

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 20

10
Chapitre 2 Etude des déformations

4.4. Exemple: glissement simple

 x1  X 1  2 X 2

 x2  X 2  0
x  X
 3 3

1. Calculer les matrices des tenseurs F et C .

2. Calculer les dilatations dans les directions définies par les vecteurs ei de la base B .
3. Calculer les transportées des vecteurs ei .

4. Calculer le glissement des deux directions orthogonales définies par e1 et e2 .


5. Calculer et dessiner les transformées de e1 et e2 .

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 21

Chapitre 2 Etude des déformations

5. Déformations:
5.1. Tenseurs des déformations:

Pour définir le tenseur des déformations, on calcul la variation


des deux produits scalaires dx . dx et dX . dX  :

On a : dx . dx  dX . dX   dX .C dX   dX . dX 

On introduit le tenseur identité : I dX   dX 

dx . dx  dX . dX   dX .C dX   dX . I dX 

Définition:

dx . dx  dX . dX   dX . C  I dX   C  I     dX , dX 
On appelle tenseur des déformations de Green-Lagrange le tenseur du second ordre :

E
1
2

CI 
On a donc : dx . dx  dX . dX   2 dX . E dX   2 E dX , dX   
A. Mikdam - ENSAM Casablanca 22

11
Chapitre 2 Etude des déformations

On peut exprimer le tenseur E à l’aide du tenseur F :


1 T
2

E  F F I 
1  x p x p 
Dans la base B : Eij     ij 
2  X i X j 

dX . dX   dx . c dx
On a aussi : dx . dx  dX . dX   dx . dx  dx. c dx c B
1

B  FF
T
On introduit le tenseur identité :

dx . dx  dX . dX   dx . I dx  dx. c dx

 
dx . dx  dX . dX   dx . I  c dx  I  c dx, dx   
Définition:
On appelle tenseur des déformations d’Euler-Almansi le tenseur du second ordre :

e
1
2

I c 
On a donc : dx . dx  dX . dX   2dx . e dx  2 e dx, dx  
A. Mikdam - ENSAM Casablanca 23

Chapitre 2 Etude des déformations

Relation entre E et e :

On a : 2dX . E dX   2dx . e dx


dx  F dX ; dx  F dX 
dX . E dX   F dX . e F dX 
A V .U  V . A U
T

dX . E dX   dX . F e F dX 
T

Donc : 
E dX , dX   F e F dX , dX   T
 
5.2. Déformation dans une direction:

On a : dx . dx  dX . dX   2 dX . E dX 
2 2
dX  dX  u0
dx  dX  2 dX . E dX
u
dl  dl0  2 dl0 u0 . E dl0 u0
2 2
dx
dX dl
dl  dl0
2 2 0 dl
Donc : 2 E  u0 , u0   2
M0 M
dl0
Le scalaire E  u0 , u0  est appelé déformation dans la direction de u0 .

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 24

12
Chapitre 2 Etude des déformations

Relation entre E et  :

dl  dl0
2 2 2
dl
  u0    C  u0 , u0  2 E  u0 , u0  
2
On a : et
2 2
dl0 dl0
1

  u0   1  2 E  u0 , u0 
2
Donc :
 

5.3. Allongement unitaire dans une direction:

Définition:
On appelle allongement unitaire dans la direction de dX la quantité adimensionnelle :

dx  dX
 
 dX 
dX

dl  dl0
  u0  
dl0

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 25

Chapitre 2 Etude des déformations

Relation entre  , et E :

dl dl  dl0
On a :   u0   et   u0  
dl0 dl0

Donc :   u0     u0   1

  u0   1  2 E  u0 , u0 
2

 
On a aussi :

  u0     u0   1  1  2 E  u0 , u0   1
2

 
Donc :

Allongement unitaire Dilatation Déformation

  ei     ei   1  Cii  1  1  2 Eii   1
1
u0  ei
2
Si on prend :

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 26

13
Chapitre 2 Etude des déformations

5.4. Glissement de deux directions orthogonales:

C  u0 , u0 
On a : sin   u0 , u0    u0  u0
  u0    u0 
On a aussi : u .u  C  u0 , u0 

u .u  u0 .u0  2E  u0 , u0  u0 .u0  0

Donc : C  u0 , u0   2E  u0 , u0 

2 E  u0 , u0 
D’où : sin   u0 , u0   
  u0    u0 
2 E  u0 , u0 
sin   u0 , u0    1 1
1  2 E  u0 , u0   1  2 E  u0 , u0  
2 2

   
2 Eij
Si on prend u0  ei et u0  e j : sin   ei , e j   
1  2 Eii 1  2 E jj

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 27

Chapitre 2 Etude des déformations

5.5. Exemple: glissement simple

 x1  X 1  2 X 2

 x2  X 2  0
x  X
 3 3

1. Calculer la matrice du tenseur des déformations de Green-Lagrange.

2. Calculer les dilatations et les allongement unitaires dans les directions définies par les
vecteurs ei de la base B .

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 28

14
Chapitre 2 Etude des déformations

6. Déplacements:
6.1. Tenseur gradient du déplacement:

Définition:
On appelle déplacement du point matériel M0 à l’instant t le vecteur :

 
U X , t  M 0 M  OM  OM 0  x X , t  X  
Définition:
On appelle tenseur gradient de déplacement le tenseur du second ordre :

Ui xi X i
H  Grad U Hij    H  F I
X j X j X j

Comme tout tenseur de second ordre, H peut se décomposer de façon unique en la somme de sa
partie symétrique et de sa partie antisymétrique :
 1  U i U j 
 1
  H  2 H  H
S T
   ij  

 
2  X j X i 
H    Avec :  
  H a  1 H  H T
 2
   1  U i U j 
ij  2  X  X 
  j i 

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 29

Chapitre 2 Etude des déformations

Expressions des tenseurs C et H à l’aide du tenseur E :

CF F
T
On a :
H  F I

C  I H
T
 I  H 
C I H H H H
T T


1
2

H H
T

C  I  2  H H
T
Donc :

On a aussi : E
1
2

CI 
E
1
2
2  H H
T

1 T
Donc : E   H H
2

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 30

15
Chapitre 2 Etude des déformations

6.2. Exemple: glissement simple

 x1  X 1  2 X 2

 x2  X 2  0
x  X
 3 3

1. Calculer le vecteur déplacement U.


2. Calculer les matrices des tenseurs  et  .

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 31

Chapitre 2 Etude des déformations

7. Décomposition du déplacement:
7.1. Base principale de la déformation / Dilatations principales:

- Le tenseur des dilatations C est symétrique. D’après l’algèbre linéaire, il existe une base
orthonormée formée par les vecteurs propres de C , cette base qu’on note B , B , B 
1 2 3
est dite
base principale de la déformation.

- Les vecteurs unitaires  B  définissent les directions principales de la déformation.


i
i 1,2,3

- Les dilatations   B  sont appelées dilatations principales de la déformation qu’on notera


i i .

- Si on note  1 , 2 , 3  les valeurs propres du tenseur des dilatations C associées


respectivement aux vecteurs propres B , B , B  .
1 2 3
i  i ; i  1, 2,3
2
Ces valeurs propres sont les carrés des dilatations principales :

- Propriété mécanique : une base principale reste orthogonale après transformation (pas
nécessairement orthonormée).

 1  12 0 0 
 
C 0 2   0 
2
2
 2
 0 0 3  3 

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 32

16
Chapitre 2 Etude des déformations

7.2. Déformations principales / Allongements unitaires principaux:

- On appelle déformations principales  Ei i1,2,3 les valeurs propres de E .

 1 2

 E1  2 1  1  0 0


 
Ei 
2

1 2 1
2

i  1   i  1 E

0 E2 
2

1 2
2  1  0 

 


0 0
2

1 2

E3  3  1 


- On appelle allongement unitaire principal i    Bi  un allongement unitaire dans une direction


principale.

 i  i  1  i  1  1  2 Ei  1

Allongement Dilatation Valeur propre Déformation


unitaire principal principale de C . principale

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 33

Chapitre 2 Etude des déformations

7.3. Déformations pures et rotation:

Choisissons la base principale B 


i
i 1,2,3
de la déformation au point M0 .

bi  F Bi ; i   Bi  bi   ; i  1, 2,3

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 34

17
Chapitre 2 Etude des déformations

- R : tenseur qui transforme une base orthonormée Bi en une base également orthonormée
. bi . C’est donc une rotation d’où le nom de tenseur rotation.

- U : tenseur qui transforme chaque vecteur unitaire Bi en un vecteur colinéaire à lui-même et


dont la norme est égale à celle de bi . Les directions propres de U sont donc les directions
principales de la déformation. On dit que U est associé à une déformation pure.

- V : tenseur qui représente également une déformation pure, mais ses directions propres ne sont
plus les directions principales. Ce sont les directions définies par les vecteurs bi  F Bi .

- U et V ont les mêmes valeurs propres, à savoir les dilatations principales i  bi  i .

1 0 0  1 0 0 
U   0 2 0  V   0 2 0 
 0 0 3  B  0 0 3  b
i i

- F : le gradient de la transformation correspond alors à la composition de deux applications :

F  V R  RU
A. Mikdam - ENSAM Casablanca 35

Chapitre 2 Etude des déformations

Définition:
2
On défini le tenseur U par :

Uij  Uip U pj
2
U  UU
2

 1  12 0 0 
 
U  0 2   0  U C
2 2 2
2
 2
 0 0 3  3 
 Bi

8. Mouvement rigidifiant:

Un mouvement rigidifiant est un mouvement dans lequel les longueurs et les angles sont conservés.
Plus précisément l’application  est de la forme :

 
x   X , t  R t  X  K t  Mécanique des solides
indéformables
Tenseur Vecteur
rotation translation

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 36

18
Chapitre 2 Etude des déformations

9. Hypothèse des petites perturbations (HPP):


9.1. Petites transformations, petites déformations, petits déplacements:

Définition:
On travaille dans l’hypothèse des petites transformations si on considère comme infiniment petit la
norme du tenseur H  Grad U . 1
 3 2
2

H    H ij 
 i , j 1 
Si les composantes de H sont petites, on va pouvoir négliger, dans les expressions de C et E les
T
termes liés au produit H H.
Définition:
On travaille dans l’hypothèse des petites déformations si on considère comme infiniment petit la
norme du tenseur E .

Définition:
On travaille dans l’hypothèse des petite déplacements, si, après avoir choisi une longueur L ,
caractéristique du système matériel étudié, comme longueur de référence, on prend comme
infiniment petit la norme du vecteur U L .

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 37

Chapitre 2 Etude des déformations

L’HPP regroupe ces trois hypothèses est implique : la configuration finale est très proche de la
configuration initiale.

9.2. Tenseur des dilatations et des déformations:

On a : C  I  2  H H
T
E
1
2
2  H H
T

Dans l’HPP : C  I  2 E 

Le tenseur  est appelé tenseur des déformations dans l’HPP

9.3. Dilatation et allongement unitaire dans une direction:


1

  u0   1    u0   1  2 E  u0 , u0   1  2   u0 , u0 
2 1
2

 

  u0   1    u0 , u0 

  u0     u0 , u0 

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 38

19
Chapitre 2 Etude des déformations

9.4. Glissement de deux directions orthogonales:

2 E  u0 , u0 
sin   u0 , u0   
  u0    u0  E 
  u0   1    u0 , u0 
2  u0 , u0 
sin   u0 , u0   
1    u0 , u0   1    u0 , u0  
sin      ;  petit
2  u0 , u0 
  u0 , u0  
1    u0 , u0   1    u0 , u0  

  u0 , u0   2  u0 , u0 

Si on prend u0  ei et u0  e j :   ei , e j   2  ei , e j   2 ij

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 39

Chapitre 2 Etude des déformations

Bibliographie :

Mécanique des milieux continus – Tome 1 : Concepts généraux – Jean Salençon – Editions de
l’Ecole Polytechnique – Juin 2012.

Mécanique des milieux continus – Georges Duvaut – DUNOD – Mai 1998.

Mécanique des milieux déformables : Equations générales, solides élastiques, fluides, turbomachines
– Mostafa Fourar & Claude Chèze – Ellipses – 2002.

A. Mikdam - ENSAM Casablanca 40

20