Vous êtes sur la page 1sur 2

L’automédication. Est-elle bonne ?

Avancé 5. Samedi
Ricardo Jaimes
Yuri Karolina Martínez Domínguez
Luis Ángel Rojo Chávez

D’abord, l’automédication est si courante qu’elle est devenue un problème aujourd’hui laissé sans
soins, sans restriction et sans interdiction. Il est devenu si facile d’obtenir des médicaments sans avoir
à consulter un médecin ; soit sur l’avis d’un membre de la famille ou d’un ami, pour consulter un avis
sur Internet ou pour se rendre à une pharmacie et demander au pharmacien, en fonction des
symptômes décrits, un médicament qui, dans l’ensemble, puisse corriger un défaut physique ou mettre
fin à une maladie ou atteinte corporelle. Toute ça due à la négligence ou la paresse de ne pas consulter
un professionnel avant de se soigner.
Donc c’est ici que nous sommes confrontés au problème de l’automédication : nous prenons
presque tous des médicaments sans demander l’avis du médecin.
Ainsi, à partir d’une analyse englobant les différents facteurs directement ou indirectement liés
à l’automédication, nous énumérons quelques arguments qui nous permettront d’arriver plus
précisément au développement complet du sujet en question.
1. Les déterminants
Une personne a beaucoup de variables à prendre en compte pour consommer des médicaments sans
voir un médecin, comme la publicité, les informations sur internet et l’économie d’argent et du temps.
En effet, près de 85% des personnes juste en France recourent aux médicaments à cause de la grande
facilité d’obtenir médicaments en vente libre surtout pour la surexposition d’information et les
produits à bas coûts ; très accessibles.
Ainsi, particulièrement, on a déjà la faite, dans le cas de mal à la tête ou le rhume, il y a de
nombreux produits à la vente non-dangereux mais il montre une première vue de l’habitude de
s’automédiquer.
2. Trafic et législation médical
Il n’y a pas de législation pour gérer la vente de médicaments sur internet et ça entraîne une
augmentation de l’automédication. En plus, les ventes libres ont causé une dépendance aux
médicaments générales, dopants et presque comme la drogue. D’une part, vous pouvez accéder à
quelque produit sur l’Internet, au supermarché et lieux non-régularisées par la loi mais sans se moquer
de la loi et, de l’autre, un marché noir trop illégal, un trafic qui a causé plus de 700 000 morts en 2017
à travers le monde.
Pour donner un exemple, au Mexique il y a beaucoup de marchés (similaires aux « marchés de
puces ») qui offrent facilement des médicaments sans date de péremption ou information précisée du
produit.
3. Le monopole des pharmacies
Les entreprises pharmaceutiques paient de la publicité pour augmenter leurs ventes de médicaments
qui ne sont pas forts, ça motive aux gens pour les acheter, car leur vente ne demande pas une
prescription médicale. Seulement, cinq entreprises pharmaceutiques contrôlent presque le 90% du
marché européen et globale aussi, donc, ils s’intéressent plus pour l’argent et les profits plutôt que
pour la santé du consommateur. Autre exemple sont les brevets médicales qui font les médicaments
a prescription très chères, ce qui montre la méchanceté de ceux-ci.
4. La manque de connaissances médicales
Si on n’a pas des connaissances suffisantes, on peut ingérer un médicament qui pourrait ne pas être
le correct. En conséquence, environ 40 personnes meurent par jour au Mexique en raison de
l’automédication. Pour donner un exemple, nous connaissent cas où quelqu’un a mort a cause d’une
overdose pour ne pas savoir les doses, le temps et la posologie en général.
5. Effets secondaires
Comme l’immunité aux allergies à cause d’une mauvaise posologie, ce qui donne des conséquences
plus graves pour la santé. Également, recherches scientifiques ont montré que a cause de
l’automédication et une malle posologie, les bactéries plus fortes ont développé une immunité aux
antibiotiques les plus fortes .Pour donner un cas plus commun, notre expérience c’est quand tu as mal
à quelque chose comme l’estomac et puis de faire l’automédication (parce que tu as cru qui ça n’était
pas grave), tu dois consulter le médecin d’urgence pour utiliser un médicament incorrect ou contre-
indiqué.
Nous remarquons clairement des éléments-clé qui prennent part à ce phénomène en question :
la publicité, l’ignorance, la manque d’information provenant d’un expert, les ventes non régularisés
et d’autres qui rendent la situation alarmante.
Au regard de ce qui précède, nous estimons que la pratique de s’automédiquer est un problème
dans la société, puisque c’est plus propice à l’aggravation d’une maladie ou d’une blessure qu’on
cherche à soigner. Les risques sont forts et on ne gaspille pas du temps et d’argent en s’instruire bien
à propos de notre santé.
Il faudrait donc se mettre à travailler en tant que la société pour essayer de prendre conscience
et d’éviter une culture de négligence dans les thèmes de santé. Il faut réfléchir que tout ce concernant
à notre santé est une priorité.