Vous êtes sur la page 1sur 8

Aller au contenu principal

CÁLCUL CIVIL
CALCUL DES STRUCTURES

 EURO CO DE - 2
 CO NT ACT
PARTAGER
 Calculer
 Base

EC2: Calcul de la résistance à flexion


6.1 Flexion simple et flexion composée

(1)P La présente section s'applique aux régions sans discontinuité des poutres,
dalles et autres éléments analogues dont les sections demeurent approximativement
planes avant et après le chargement. Le dimensionnement et le choix des
dispositions constructives des régions de discontinuité des poutres et autres
éléments, dans lesquelles les sections planes ne restent pas planes, peuvent être
effectués conformément à 6.5.

(2)P La détermination du moment résistant ultime de sections droites de béton armé


ou de béton précontraint s'appuie sur les hypothèses suivantes :

 les sections planes restent planes


 les armatures adhérentes (armatures de béton armé ou armatures de
précontrainte), qu'elles soient tendues ou comprimées, subissent les mêmes
déformations relatives que le béton adjacent
 la résistance en traction du béton est négligée
 les contraintes dans le béton comprimé se déduisent du diagramme
contrainte-déformation de calcul donné en 3.1.7
 les contraintes dans les armatures de béton armé ou dans les armatures de
précontrainte se déduisent des diagrammes de calcul donnés en 3.2 (Figure
3.8) et en 3.3 (Figure 3.10)
 l'évaluation des contraintes dans les armatures de précontrainte tient compte
de leur déformation relative initiale.

(3)P La déformation en compression du béton doit être limitée à ε cu2, ou εcu3, selon le
diagramme contrainte-déformation utilisé — voir 3.1.7 et Tableau 3.1. Les
déformations des armatures de béton armé et des armatures de précontrainte
doivent être limitées à εud si cette limite existe; voir 3.2.7 (2) et 3.3.6 (7)
respectivement.

(4) Dans le cas de sections droites avec un ferraillage symétrique, soumises à un


effort de compression, il convient d'adopter une excentricité minimale e o = h/30, ou
20 mm si cette valeur est supérieure, h étant la hauteur de la section.

5) Dans les parties des sections qui sont soumises à une charge approximativement
centrée (ed/h ≤ 0,1), telles que les membrures comprimées des poutres-caissons, il
convient de limiter la déformation moyenne en compression dans cette partie de la
section à εc2 (ou εc3 si l'on utilise la relation bilinéaire de la Figure 3.4).

(6) La Figure 6.1 montre les valeurs limites des déformations relatives admissibles.

(7) Pour des éléments précontraints, avec des armatures de précontrainte non-
adhérentes de manière permanente, voir 5.10.8.

(8) Dans le cas des armatures de précontrainte extérieures, on admet que la


déformation de l'armature entre deux points de contact consécutifs (ancrages ou
selles de déviation) est constante. La déformation de l'armature est alors égale à la
déformation relative initiale, obtenue immédiatement après l'achèvement de la mise
en tension, majorée de la déformation résultant des déformations de la structure
entre les zones de contact considérées. Voir également 5.10.
A - Limite de déformation relative en traction des armatures de béton armé
B - Limite de déformation relative du béton en compression
C - Limite de déformation relative du béton en compression pure

Figure 6.1 : Diagramme des déformations relatives admissibles à l'état-limite


ultime

3.1 Béton
3.1.7 Relations contrainte-déformation pour le calcul des sections

(2) D'autres relations contrainte-déformation simplifiées sont admises, à condition


qu'elles soient équivalentes, voire plus conservatrices, que celle définie en (1) —
diagramme bilinéaire de la Figure 3.4, par exemple (contrainte de compression et
raccourcissement représentés en valeur absolue), avec les valeurs de εc3 y εcu3 telles
qu'indiquées dans le Tableau 3.1.

εc3(0/00) = 1.75 pour fck ≤ 50 MPa


εc3(0/00) = 1,75 + 0,55[(fck - 50)/40] pour 50 < fck ≤ 90 MPa

et

εcu3(0/00) = 3.50 pour fck ≤ 50 MPa


εcu3(0/00) = 2.6 + 35[(90 - fck)/100]4 pour 50 < fck ≤ 90 MPa

Figure 3.4 : Diagramme bilinéaire


(3) On peut admettre un diagramme rectangulaire de compression dans le béton (tel
que représenté sur la Figure 3.5). Le coefficient λ, définissant la hauteur utile de la
zone comprimée, et le coefficient η, définissant la résistance effective, valent :

λ = 0.8 pour fck ≤ 50 MPa


(3.19)

λ = 0.8 - (fck-50)/400 pour 50 < fck ≤ 90 MPa


(3.20)
et

η = 1.0 pour fck ≤ 50 MPa


(3.21)

η = 1.0 - (fck-50)/200 pour 50 < fck ≤ 90 MPa


(3.22)
NOTE Si la largeur de la zone comprimée diminue dans la direction de la fibre
extrême la plus comprimée, il convient de réduire η·f cd de 10%.

Figure 3.5 : Diagramme rectangulaire

3.2 Acier de béton armé


3.2.7 Hypothèses de calcul

(2) Pour un calcul courant, l'une ou l'autre des hypothèses suivantes peut être faite
(voir Figure 3.8) :

 a) branche supérieure inclinée, avec une limite de déformation égale à ε ud et


une contrainte maximale k·fyk/γs pour εuk, avec k= (ft/fy)k;

NOTE 1 La valeur de εud à utiliser en France est :

 εud = 0.90·εuk
NOTE 2 La valeur de (ft/fy)k est donnée dans le Tableau C.1 (Annexe C):

Tableau C.1 : Propriétés des armatures

Barres et fils redressés

Classe A B C

Limite caractéristique d'élasticité fyk ou f0,2k (MPa) 400 à 600

Valeur minimale de k = (ft/fy)k ≥ 1,05 ≥ 1,08 ≥ 1,15

Valeur caractéristique de la déformation relative sous charge maximale, εuk (%) ≥ 2,5 ≥ 5,0 ≥ 7,5

A- Diagramme simplifié; B- Diagramme de calcul


Figure 3.8 : Diagramme contrainte-déformation simplifié et diagramme de
calcul pour les aciers de béton armé (tendus ou comprimés)

(3) La valeur moyenne de la masse volumique peut être supposée égale à 7850
kg/m3.

(4) La valeur de calcul du module d'élasticité Es peut être supposée égale à 200
GPa.

Diagrammes des déformations ou des 3 pivots

Les déformations limites des sections, définis à partir des "3 pivots" A, B et C,
permettent reconnaître les domaines suivants :
 Domaine 1: Traction pure ou composée où toute la section est en traction. Les
lignes de déformation tournent autour du point A correspondant à
l'allongement maximal de l'armature plus tendue εud.
 Domaine 2: Flexion simple ou composée où le béton ne atteint pas la
déformation maximale en flexion εcu3. Les lignes de déformation tournent
autour du point A.
 Domaine 3: Flexion simple ou composée où les lignes de déformation tournent
autour du point B correspondant a la déformation maximale en flexion de le
béton εcu3 définie en 3.1.7. L'allongement de l'armature plus tendue est compris
entre εud et εy, où εy est l'allongement correspondant au limite d'élasticité de
l'acier.
 Domaine 4: Flexion simple ou composée où les lignes de déformation tournent
autour du point B. L'allongement de l'armature plus tendue est compris entre
εy et 0.
 Domaine 4a: Flexion composée où toutes les armatures sont compressées et
il y a une petite zone de béton en traction. Les lignes de déformation tournent
autour du point B.
 Domaine 5: Compression pure ou composée en où les deux matériaux
travaillent en compression. Les lignes de déformation tournent autour du point
C correspondant à la déformation maximale du béton en compression, ε c3,
définie en 3.1.7.

Il est appelé l'axe neutre d'une section à la ligne de déformation nulle. Sa distance a
la fibre plus compressée est désigné par "x".

La variation de l'axe neutre de - ∞ a + ∞ , détermine toutes les combinaisons


possibles de moment de flexion et force axiale ultimes de la section.

Vérification des sections rectangulaires


Les équations d'équilibre qui déterminent le moment de flexion et la force axiale
ultimes de la section (Mu et Nu) sont les suivantes :
(Diagramme d'interaction)

Domaine 1:

-∞<x≤0

 Nu(x) = - As2·σs2[εs2] - As1·k·fyd


 Mu (x)= - As2·σs2[εs2]·(h/2-d') - As1·k·fyd·(h/2-d)
 εs2(x) = εud·(d'-x)/(d-x)

Domaine 2:

0 < x ≤ d · εcu/(εcu+εud)

 Nu(x) = η·fcd·λ·x·b + As2·σs2[εs2] - As1·k·fyd


 Mu(x)= η·fcd·λ·x·b·(h/2-λ·x/2) + As2·σs2[εs2]·(h/2-d') - As1·k·fyd·(h/2-d)
 εs2(x) = εud·(x-d')/(d-x)

Domaine 3:

d · εcu/(εcu+εud) < x ≤ xlim

 Nu(x) = η·fcd·λ·x·b + As2·σs2[εs2] - As1·σs1[εs1]


 Mu(x) = η·fcd·λ·x·b·(h/2-λ·x/2) + As2·σs2[εs2]·(h/2-d') - As1·σs1[εs1]·(h/2-d)
 εs2(x) = εcu·(x-d')/x
 εs1(x) = εcu·(d-x)/x

Domaine 4:

xlim< x ≤ d
 Nu(x) = η·fcd·λ·x·b + As2·σs2[εs2] - As1·σs1[εs1]
 Mu(x) = η·fcd·λ·x·b·(h/2-λ·x/2) + As2·σs2[εs2]·(h/2-d') - As1·σs1[εs1]·(h/2-d)
 εs2(x) = εcu·(x-d')/x
 εs1(x) = εcu·(d-x)/x

Domaine 4a:

d<x≤h

 Nu(x) = η·fcd·λ·x·b + As2·σs2[εs2] + As1·σs1[εs1]


 Mu/x) = η·fcd·λ·x·b·(h/2-λ·x/2) + As2·σs2[εs2]·(h/2-d') + As1·σs1[εs1]·(h/2-d)
 εs2(x) = εcu·(x-d')/x
 εs1(x) = εcu·(x-d)/x

Domaine 5:

h<x<∞

 Nu(x) = η·fcd·[1- (1-λ)·h/x]·h·b + As2·σs2[εs2] + As1·σs1[εs1]


 Mu(x) = η·fcd·[1- (1-λ)·h/x]·h·b·[h/2-[1- (1-λ)·h/x]·h/2] + As2·σs2[εs2]·(h/2-d') +
As1·σs1[εs1]·(h/2-d)
 εs2(x) = εc3·(x-d')/(x-h/2)
 εs1(x) = εc3·(x-d)/(x-h/2)

 CONNECTEZ-VOUS ou INSCRIVEZ-VOUS pour publier un commentaire


 À propos
 Confidentialité
 Conditions
 Contact

Vous aimerez peut-être aussi