Vous êtes sur la page 1sur 103

Projet de Fin d’Etudes

2015/2016

Sommaire
Dédicace ............................................................................................................................................... 1
Remerciements ..................................................................................................................................... 3
Résumé ................................................................................................................................................. 4
Abstract ................................................................................................................................................ 5
‫ ملخص‬..................................................................................................................................................... 6
Liste des Abréviations ........................................................................................................................ 10
Liste des Figures ................................................................................................................................ 11
Liste des Tableaux ............................................................................................................................. 13
Introduction générale ......................................................................................................................... 14
Chapitre I............................................................................................................................................ 16
Contexte Général du projet ................................................................................................................ 16
I. Présentation de l’organisme d’accueil .................................................................................... 17
I.1. Vinci Energies ..................................................................................................................... 17
I.2. Présentation d’Omexom ...................................................................................................... 20
II. Présentation du projet .......................................................................................................... 21
II.1. Contexte général du projet KHALLADI ............................................................................ 21
II.2. Problématique ..................................................................................................................... 22
II.2. Objectif de l’étude .............................................................................................................. 22
II.3. Méthodologie du travail ..................................................................................................... 22
Chapitre II .......................................................................................................................................... 24
Etude du parc En régime permanent .................................................................................................. 24
I. Modélisation du réseau étudié................................................................................................. 25
I.1. Présentation de l’outil de simulation ETAP 12.6 ................................................................ 25
I.2. Description de l’installation ................................................................................................. 26
II. Evaluation du transit de puissance (Load Flow) ................................................................. 32
II.1. Méthode de calcul .............................................................................................................. 33
II.2. Analyse des résultats du Load Flow ................................................................................... 33
III. Analyse des courts circuits ....................................................................................................... 36
III.2.1. Types des courts circuits ................................................................................................ 37

7
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

III.2.2. Méthodes de calcul des courants de court-circuit .......................................................... 38


III.2.3. Analyse des résultats de court-circuit ............................................................................ 39
IV. Vérification des sections des câbles......................................................................................... 41
IV.1. Méthodologie .................................................................................................................... 41
IV.2. Vérification de dimensionnement des câbles.................................................................... 42
Chapitre III ......................................................................................................................................... 47
Elaboration du plan de protection ...................................................................................................... 47
I. Généralités .............................................................................................................................. 48
II. Choix des fonctions de protection ....................................................................................... 49
III. Réglage des fonctions de protection .................................................................................... 52
III.1. Protection contre les surcharges et les courts circuits ....................................................... 52
III.2. Protection contre les défauts à la terre .............................................................................. 52
III.3. Protection des transformateurs ......................................................................................... 53
III.4. Protection des jeux de barres ............................................................................................ 57
IV. Etude de sélectivité .............................................................................................................. 58
IV.1. Généralités ........................................................................................................................ 58
IV.2. Etude de sélectivité du parc .............................................................................................. 59
Chapitre IV ......................................................................................................................................... 65
Conformité du parc au code du réseau ............................................................................................... 65
I. Les conditions techniques du raccordement du parc .............................................................. 66
II. Réglage de la tension ........................................................................................................... 68
II.1. Contexte.............................................................................................................................. 68
II.2. Energie réactive des éléments du parc ............................................................................... 69
II.3. Tenue aux variations de tension ......................................................................................... 71
II.4. Compensation de l’énergie réactive ................................................................................... 71
II.5. Dimensionnement des compensateurs................................................................................ 73
III. Analyse des harmoniques du parc ....................................................................................... 76
III.1. Contexte de l’étude ........................................................................................................... 76
III.2. Effet sur le facteur de puissance ....................................................................................... 76
III.3. Evaluation des harmoniques dans le parc ......................................................................... 79
III.4. Analyse des résultats sur logiciel DIgSILENT PowerFactory.......................................... 79
Chapitre V .......................................................................................................................................... 85

8
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Etude dynamique du parc ................................................................................................................... 85


I. Etude des phénomènes perturbateurs ...................................................................................... 86
i. Prévision de la production ................................................................................................... 86
ii. Variation des caractéristiques du réseau .......................................................................... 87
iii. Qualité de l’électricité...................................................................................................... 87
II. Analyse des scénarios .......................................................................................................... 87
i. Scénario 1 : Perte d’une grappe ........................................................................................... 87
ii. Scénario 2 : Baisse de tension au PCC en cas de défaut(LVRT) .................................... 90
Conclusion générale ........................................................................................................................... 96
Bibliographie ...................................................................................................................................... 98
Annexes .............................................................................................................................................. 99
ANNEXE 1 : Les quatre types des éoliennes et leurs caractéristiques ........................................ 100
ANNEXE 2 : Schéma unifilaire du parc sous ETAP .................................................................. 102
ANNEXE 3 : Méthode de calcul du court-circuit ........................................................................ 103
ANNEXE 4 : Vérification des sections........................................................................................ 108
ANNEXE 5 : Calcul du courant capacitif du parc ....................................................................... 114
ANNEXE 6 : Réglage de protection ............................................................................................ 116
ANNEXE 7 : Tableau de compensation de l’énergie réactive.................................................... 127
ANNEXE 8 : Schéma de modélisation sous DIgSILENT ........................................................... 128

9
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Liste des Abréviations

BPN : Bobine du point neutre

CEI : Commission d’Electrotechnique Internationale

CENELEC : Comité Européen de Normalisation en Electronique et en Electrotechnique

ETAP: Electrical Transient and Analysis Program

FACTS: Flexible AC Transmission System

Icc : Courant de de court-circuit

JDB : Jeu de barre

LVRT: Low Voltage Ride Through

ONEE : Office Nationale de l’Eau et d’Electricité

PCC : Point de Connexion Commun

PE : Polyéthylène

PR : Polyéthylène réticulé

PVC : Polychlorure de vinyle

SVC : Static var compensator

TC : Transformateur de courant

TCR : Thyristor Controlled Reactors

THD : Taux de distorsion harmonique

TSC : Thyristor Switched Capacitors

TT : Transformateur de tension

WTG : Wind turbine generator

10
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Liste des Figures

Figure 1:Implantation de VINCI Energies dans le monde ................................................................. 17


Figure 2: Les pôles d'activités du groupe VINCI ............................................................................... 17
Figure 3:Segmentation du chiffre d'affaire de Vinci Energies ........................................................... 18
Figure 4:L’organigramme de l’entreprise .......................................................................................... 19
Figure 5:Localisation et délimitation du site du projet ...................................................................... 21
Figure 6:Planning du projet................................................................................................................ 23
Figure 7:Les éléments d’une éolienne ............................................................................................... 27
Figure 8: Schéma de raccordement de la MADA .............................................................................. 28
Figure 9: WTG reliée au transformateur de raccordement ................................................................ 28
Figure 10 : Schéma du raccordement entre éoliennes........................................................................ 30
Figure 11: schéma unifilaire du poste d’évacuation .......................................................................... 30
Figure 12: schéma représente la circulation du courant dans le cas d’un défaut ............................... 31
Figure 13: schéma de la BPN ............................................................................................................. 32
Figure 14: Court-circuit triphasé ........................................................................................................ 37
Figure 15: Court-circuit biphasé ........................................................................................................ 38
Figure 16: Court-circuit biphasé-terre................................................................................................ 38
Figure 17: Court-circuit monophasé .................................................................................................. 38
Figure 18: Configuration du calcul du courant du court-circuit ........................................................ 40
Figure 19: Logigramme de dimensionnement des câbles HT ............................................................ 42
Figure 20: Chaine de protection ......................................................................................................... 48
Figure 21: Caractéristique de la protection différentielle .................................................................. 54
Figure 22: Caractéristique thermique du transformateur ................................................................... 57
Figure 23: Courbe de sélectivité entre WTGs et Arrivée grappe ....................................................... 60
Figure 24: Extrait du schéma unifilaire montrant les arrivées grappes et le couplage ...................... 61
Figure 25 : Extrait du schéma unifilaire montrant les arrivées grappes et le départ transformateur
33KV .................................................................................................................................................. 61
Figure 26: Schéma du transformateur ................................................................................................ 62
Figure 27: Séquence du déclenchement 1 .......................................................................................... 63
Figure 28: Séquence du déclenchement 2 .......................................................................................... 64
Figure 29: Tenue aux creux de tension .............................................................................................. 68
Figure 30: Convertisseur de fréquence relié au rotor de la génératrice éolienne ............................... 70
Figure 31: Schéma de fonctionnement principal de SVC .................................................................. 75
Figure 32: L’emplacement des compensateurs dans le parc .............................................................. 75
Figure 33: Représentation de l’effet d’un harmonique ...................................................................... 77
Figure 34: Les taux d’harmonique de tension au PCC cas1 .............................................................. 81
Figure 35 :Le spectre d’impédance au PCC cas 1 ............................................................................. 81
Figure 36: Les taux d’harmonique de tension au PCC cas 2 ............................................................. 82

11
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 37:Le spectre d’impédance au PCC cas2 ............................................................................... 82


Figure 38: Les taux d’harmonique de tension au PCC cas 3 ............................................................ 83
Figure 39:Le spectre d’impédance au PCC cas 3 .............................................................................. 83
Figure 40: Les taux d’harmonique de tension au PCC cas 4 ............................................................ 84
Figure 41:Le spectre d’impédance au PCC cas 4 .............................................................................. 84
Figure 42: Tension au JDB MT133 KV en pu-scénario1 .................................................................. 88
Figure 43: Tension au PCC en pu-scénario1 ..................................................................................... 89
Figure 44: Puissance active et réactive au PCC en MW/Mvar-scénario 1 ........................................ 90
Figure 45:Tension au PCC et au niveau de WTG en pu-scénario2 ................................................... 91
Figure 46 : La puissance active et réactive de la WTG en MW/Mvar-scénario 2 ............................. 92
Figure 47: Courant au WTG en pu-scénario 2 ................................................................................... 93
Figure 48: Puissance active au PCC en MW-scénario2 ..................................................................... 94
Figure 49: Tension au PCC en pu-scénario2 ..................................................................................... 95

12
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Liste des Tableaux

Tableau 1: Fiche technique de VINCI Energies Maroc ..................................................................... 20


Tableau 2: Spécification technique du V90-3 MW ........................................................................... 29
Tableau 3: Résultats du Laod Flow dans chaque jeu de barre relié au TR 3,5MVA ......................... 34
Tableau 4 : Résultats du Laod Flow dans les câbles souterrains ...................................................... 35
Tableau 5 : Résultats du Laod Flow pour les transformateurs d’évacuation .................................... 36
Tableau 6: Evaluation des pertes ....................................................................................................... 36
Tableau 7: Résultats des courants caractéristiques de chaque type de court-circuit .......................... 40
Tableau 8: Résultats des courants pour un défaut biphasé................................................................. 41
Tableau 9 : Choix des relais ............................................................................................................... 51
Tableau 10: Valeur de α, β selon le type du TC................................................................................. 54
Tableau 11: CEI 61000-3-6 limites de niveaux de tensions harmoniques ......................................... 67
Tableau 12: Résultats de la puissance réactive et de la tension après compensation ....................... 74
Tableau 13: Etude de cas des harmoniques ....................................................................................... 80

13
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Introduction générale

Le Maroc connaît une croissance soutenue des besoins en énergie électrique. En


effet l’évolution annuelle de la demande en énergie électrique avoisine les 6.9%
annuellement. Cette évolution est due à la réalisation de grands projets structurants et
de chantiers d’infrastructures.
Pour satisfaire la demande en énergie électrique, l’ONEE a élaboré un nouveau plan
d’équipement où l’énergie éolienne occupe une place importante. Cependant
l’intégration de l’éolien dans le réseau soulève de nouvelles problématiques liées à
son exploitation. Les questions de stabilité des réseaux éoliens en est les plus
répandus.

En effet, la grande sensibilité de l’éolien aux perturbations du réseau, tels que les
creux de tension ou les variations de fréquence, entraîne souvent une déconnexion de
la production lors d’incidents sur le réseau. Cette déconnexion peut aggraver un
déséquilibre production-consommation. La tendance actuelle est, dès lors, de
demander à cette production de rester connectée lors d’incidents sur le réseau
dépassant certaines limites déterminées par le gestionnaire de réseau. L’intérêt est
d’étudier la stabilité d’un parc éolien en régime de fonctionnement normal et en
régime de perturbation pour ainsi évaluer sa capacité à rester connecté au réseau
national et vérifier sa conformité avec les modalités de raccordement définies par le
code de réseau.

Ce projet s’articule alors autour de plusieurs axes à savoir la modélisation et la


simulation des réseaux électriques, le réglage des protections et l’étude de stabilité.
Ceci donne lieu à un découpage du travail en cinq chapitres.

Dans le premier chapitre, nous présenterons tout d'abord, le contexte général du


projet à savoir l’entreprise d’accueil ainsi que le projet constituant la base de l’étude
réalisée.

Le second chapitre sera consacré à l’étude du réseau électrique en régime permanent.


Le réseau éolien sera modélisé et des analyses du flux de puissance et du court-circuit
seront ensuite menées.

Les calculs obtenus dans le Chapitre II seront la plateforme du chapitre suivant. Ce


dernier se dédiera entièrement au réglage des protections et à l’étude de sélectivité.

Le quatrième chapitre décortiquera les modalités du code de réseau et mènera une


étude détaillée de la conformité de notre réseau éolien aux exigences dudit code.

14
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Dans le dernier chapitre, on étudiera le comportement dynamique du parc éolien


concerné face aux éventuelles perturbations électriques surtout celles exigées par le
code de réseau. Cette étude permet d’une part de valider les réglages du plan de
protection antérieurement mis en place, et d’évaluer d’autre part la capacité du parc
de rester connecté au réseau en cas d’évènements perturbateurs ou ce qu’on appelle
le « Ride Through Capability».

Lorsque tout ce qui précède aura été exposé, il ne nous restera plus qu'à conclure et à
proposer des perspectives d'études futures permettant de compléter ce travail.

15
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Chapitre I

Contexte Général du projet

16
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Introduction
Dans ce chapitre, on présente l’entreprise dans laquelle notre stage s’est déroulé, puis la
problématique qui a fait l’objet dudit stage, les objectifs fixés pour répondre à cette problématique
s’enchainent ensuite ainsi que la méthodologie de travail suivie et les outils d’étude.

I. Présentation de l’organisme d’accueil


I.1. Vinci Energies

En près de trois siècles, le Groupe VINCI Energies s’est développé dans 51 pays dans le monde
entier. Il est aujourd'hui l’un des acteurs majeurs sur ses domaines d’activités.

Figure 1:Implantation de VINCI Energies dans le monde

Activités du groupe

En fait Vinci Energies n’est qu’un pôle d’activité parmi d’autres au sein du groupe Vinci,
participant à 25% du chiffre d’affaires global.

Figure 2: Les pôles d'activités du groupe VINCI

Ainsi en plus de Vinci Energies, le groupe comporte les pôles suivants d’activités différentes :

17
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

 Vinci Concessions : le premier opérateur européen de concessions d’infrastructures de


transport, ouvrages routiers, parkings, aéroports.
 Vinci Autoroutes : un pôle du groupe Vinci spécialisé dans la concession et l’exploitation
d'infrastructures autoroutières.
 Vinci Construction : numéro un en France et troisième groupe mondial de la construction,
Vinci Construction est le premier contributeur au chiffre d’affaires du Groupe.
Secteurs d’activités

Leader en France, acteur majeur en Europe, VINCI Energies intervient dans quatre domaines
d’activités :

 L’industrie
 Le tertiaire
 Les infrastructures
 Les technologies de l’information et de la communication (ICT)
VINCI Energies a fait le choix de déployer ses offres de service en s’appuyant d’une part sur des
marques locales historiquement ancrées dans leurs territoires respectifs et, d’autre part, sur des
marques de réseau parfaitement bien identifiées par les acteurs du marché et correspondant à ses
différents domaines de compétences.

Vision

VINCI Energies offre une segmentation en phase avec les marchés, ce qui lui permet d’avoir des
parts de marché dans différents secteurs majeurs. Ainsi et comme illustre la figure qui suit, Vinci
Energies réalise son chiffre d’affaires avec une telle segmentation adaptée au marché.

Figure 3:Segmentation du chiffre d'affaire de Vinci Energies

Organisation

La structure organisationnelle de VINCI Energies Maroc est pilotée par l’équipe dirigeante
regroupée autour de son directeur général Ahmed RAHMANI, présentée dans la figure qui suit.

18
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 4:L’organigramme de l’entreprise

19
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Fiche technique

La fiche technique donnée par le tableau 1 regroupe quelques informations pratiques sur
l’organisme :

Eléments de désignation Données correspondantes


Raison sociale VINCI Energies Maroc
Forme juridique Société anonyme
Domaines d’activités Energie et électricité, automatismes,
instrumentation et contrôle, Technologies
d’information et de communication.
Génie climatique, mécanique,
maintenance et services
Chiffre d’affaire (exercice 2014) 130 M€
Total effectif employé 2200
Identification fiscale 01660041
Téléphone 05-22-63-93-93
Fax 05-22-60-39-16
Siège social 62, Boulevard Oqba Ibnou Nafa - Casablanca
E-mail maroc.cegelec@cegelec.com
Site web http://www.vinci-energies.com
logo

Tableau 1: Fiche technique de VINCI Energies Maroc

Le projet qui fait l’objet de notre stage de fin d’études était effectué au sein du bureau d’étude
d’infrastructure Omexom.

I.2. Présentation d’Omexom

Omexom est la marque de VINCI Energies dédiée au monde du Power & Grid, intervient sur la
totalité de la chaîne de valeur de ce marché, depuis la production d’électricité jusqu’au compteur du
consommateur en passant par les réseaux électriques du transport et de la distribution.

L’histoire a débuté en 2001, avec 20 entreprises régionales spécialisées dans les métiers du
transport et de la transformation de l’électricité en France, qui ont adopté la bannière commune
Omexom. Un important tournant s’est opéré depuis 2010 grâce à l’extension du champ d’activité et
à l’internationalisation. Omexom élargit en effet son offre en intégrant les activités pour la
production et la distribution, se positionnant ainsi sur l’ensemble de la chaîne de l’électricité.
Depuis, la marque poursuit son développement et rassemble aujourd’hui 250 entreprises au sein de

20
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

son réseau international.

De ce qui est de la filiale marocaine, Omexom Maroc est d’un chiffre d’affaire de 55 M€ avecun
achèvement de 1100 km de ligne 400 kV sur 5 ans, soit 75% de part de marché, et une réalisation de
45 postes sur 10 ans.

II. Présentation du projet


II.1. Contexte général du projet KHALLADI

Dans le cadre du programme national Energi-pro, UPC renouvelable a signé un accord avec
l’Office Nationale de l’Électricité (ONE) en janvier 2008, lui permettant d’avoir l’exclusivité pour
le développement d’un projet éolien de 120 MW sur le site dit "Sendouq" ou "Khalladi", situé à 50
km environ à l’Est de la ville atlanto-méditerranéenne de Tanger. Ce petit ensemble montagnard
allongé en direction principale Nord-Sud bénéficie d'un potentiel éolien important, en termes de
force et de fréquence des vents.

Le parc éolien Khalladi est une installation d’une puissance de 120 MW composé de 40 éoliennes
connecté au réseau nationale sur une ligne électrique de 225 KV. Omexom intervient dans ce
projet, de construction et de raccordement du parc éolien de Khalladi.

Figure 5:Localisation et délimitation du site du projet

21
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

II.2. Problématique

Le producteur éolien, à l’instar de tout producteur d’électricité, doit fournir une bonne qualité de
service. Il a intérêt à ce que la production éolienne soit exploitée dans les meilleures conditions.

Par ailleurs, l’intégration à grande échelle des parcs éoliens pose aux réseaux d’énergie électrique
de nouvelles contraintes par rapport aux sources d’énergies conventionnelles dont le comportement
est bien maitrisé. La contrainte essentielle de l’intégration des parcs éoliens dans les systèmes
électriques est liée au caractère de variabilité. La puissance électrique produite par les éoliennes est
fluctuante. En effet, les études ont montré que les éoliennes ont une grande sensibilité aux
perturbations du réseau tel que les creux de tension et les variations de fréquence. Ils ont alors
tendance à se déconnecter lors d’un incident dans le réseau. Ceci peut être considéré comme une
perturbation dans le système électrique et peut mettre en danger la stabilité du système.

Le Maroc comme de nombreux pays a imposé dans son code de réseau de nouvelles exigences
relatives au raccordement et au fonctionnement des aérogénérateurs et parcs éoliens .L’objectif de
ce code est de fixer des règles techniques de raccordement au réseau de transport de l’électricité, de
conduite et de fonctionnement du système électrique afin de garantir un niveau adéquat de sécurité
et de fiabilité.

II.2. Objectif de l’étude

Le présent travail a pour objectif d’étudier le parc et décrire son comportement dans les deux
régimes de fonctionnement statique et dynamique. La finalité de l’étude est de préconiser les
solutions nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du parc tout en respectant les exigences de
l’ONEE.

Pour ce faire, nous étions amenés à modéliser le parc, évaluer le transit de puissance et établir le
plan de protection. Par la suite, il était question de vérifier les conditions techniques de
raccordement du parc éolien au réseau et enfin simuler les différents scénarios de défaut dans le but
d’évaluer la stabilité dynamique du parc.

II.3. Méthodologie du travail

i. Planning de l’étude

Afin de mieux structurer notre travail, nous avons planifié en concertation avec nos encadrants un
planning de travail. Ce dernier est établi à l’aide du logiciel Microsoft Project.

22
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 6:Planning du projet

ii. Logiciels utilisés

Pour mener à bien l’étude, l’usage des outils informatiques dédiés aux projets similaires s’imposent
à savoir :

 Modélisation du réseau : ETAP 12.6


 Analyse des harmoniques et étude de stabilité dynamique :DIgSILENT PowerFactory 14.1
 Calcul : Excel
 Planification : MS-Project

23
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Chapitre II

Etude du parc En régime permanent

24
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Introduction
Le fonctionnement correct d'un réseau électrique en exploitation normale stable résulte d’une bonne
conception globale du système. La notion de régime permanent est précisée, relativement aux
normes d’alimentation et d’installation, par :

 la fréquence nominale des signaux électriques, dite fréquence industrielle,


 l’amplitude et la phase des ondes de tension et de courant,
 les puissances transitées active et réactive (fournies, consommées, perdues) et les énergies
correspondantes.

L'étude du comportement du parc en régime permanent a pour but de vérifier le dimensionnement


de base de l’installation et des matériels. Pour ce faire, on tient compte des situations à risque, ayant
pour origine possible des dysfonctionnements de l’installation ou des problèmes propres aux
matériels électriques (usure, vieillissement).

Les phénomènes à analyser sont l’ensemble des échanges normaux d’énergies active et réactive à
fréquence industrielle entre le réseau et le parc au travers des liaisons électriques, dans les
conditions prévisibles d’exploitation du processus alimenté et du système électrique :

 circulation des courants,


 répartition des tensions,
 puissances active et réactive associées,
 Analyse du court-circuit.

I. Modélisation du réseau étudié

L’objectif de la modélisation est de prévoir le comportement du parc afin de vérifier son


dimensionnement, de connaître son fonctionnement et de maîtriser son exploitation. Il s’agit de
représenter chaque élément et toutes les interconnections entre ces éléments, par les équations
traduisant les comportements électrique, magnétique et mécanique.

Modéliser le réseau pour simuler son fonctionnement permet entre autres d’étudier la stabilité du
réseau (suivre l’évolution en cas d’écroulement de la tension, limite de transfert de puissance sur
des lignes…).

I.1. Présentation de l’outil de simulation ETAP 12.6

L'utilisation de logiciels de simulation pour l'analyse, la conception, la compréhension et la maîtrise


des systèmes ou des réseaux électriques devient de plus en plus courante voire standardisée.

25
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Cela permet souvent d'effectuer les choix optimaux en limitant le risque technique et peut se
substituer de manière judicieuse à la réalisation de bancs d'essai et de mesures coûteux.
De sorte à maîtriser l’utilisation des outils de calcul, l’étude doit porter non seulement sur l’outil
mais aussi sur la méthode (choix des paramètres, prise d’hypothèses, analyse des résultats…).
ETAP est le logiciel de simulation adopté pour cette étude, il offre une grande possibilité de calcul
et de simulation des réseaux industriels basé sur des méthodes de calcul performantes.

ETAP (Electrical Transient Analysis program) est la suite logicielle la plus complète pour l’analyse,
la conception, la simulation, l’exploitation et l’automatisation des réseaux électriques industriels, de
distribution et de production. Développée dans le cadre d’un programme d’assurance qualité, ETAP
est une suite logicielle à forte valeur ajoutée utilisée partout dans le monde.
Solution professionnelle entièrement intégrée, ETAP est aussi un système intelligent de gestion de
l’énergie en temps réel pour contrôler, commander, automatiser, simuler et optimiser le
fonctionnement des réseaux électriques.

ETAP comporte plusieurs modules qui permettent l’étude des réseaux électriques industriels à
savoir :

a. Analyse des réseaux électriques


 L’analyse du court-circuit selon plusieurs normes
 L’évaluation du transit de puissance (Load flow)
 L’analyse des harmoniques

b. Dispositifs de protection & sélectivité


 Coordination et sélectivité
 Visualisation graphique de la séquence de fonctionnement des dispositifs de protection

c. Test et simulation de relais


 Test, simulation et étalonnage des relais, compteurs et convertisseurs
 Visualisation du panneau de commande et quantités vectorielles

I.2. Description de l’installation

II.1.1. Présentation des éléments de l’installation

Le réseau étudié est un parc éolien de 120 MW, composé de quarante éoliennes reliées entre elles
par des câbles souterrains débitant sur le réseau de transport national de 225 KV. Ces éoliennes sont
raccordées à deux transformateurs d’évacuation qui permettent d’injecter l’énergie produite par le
parc sur le réseau. Dans cette partie, on présente la spécification détaillée de chaque élément de
l’installation.

i. L’éolienne

Un aérogénérateur, plus couramment appelé éolienne, est un dispositif qui transforme une partie de
l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique disponible sur un arbre de transmission puis en

26
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

énergie électrique par l’intermédiaire d’une génératrice.

Il existe plusieurs configurations possibles d'aérogénérateurs qui peuvent avoir des différences
importantes. Néanmoins, une éolienne "classique" est généralement constituée de trois éléments
principaux:

Figure 7:Les éléments d’une éolienne

 Le mât

Généralement un tube d'acier ou éventuellement un treillis métallique, doit être le plus haut possible
pour éviter les perturbations près du sol. Un compromis consiste généralement à prendre un mât de
taille très légèrement supérieure au diamètre du rotor de l'aérogénérateur.

 La nacelle

Elle regroupe tous les éléments mécaniques permettant de coupler le rotor éolien au générateur
électrique : arbres lent et rapide, roulements, multiplicateur. Le frein à disque, différent du frein
aérodynamique, qui permet d'arrêter le système en cas de surcharge.

 Le rotor

Il est formé de trois pâles assemblées dans leur moyeu, il représente un bon compromis entre le
coût, le comportement vibratoire, la pollution visuelle et le bruit.

 La génératrice

Les éoliennes peuvent être classées par leur mécanique commande de puissance, et divisées par leur
contrôle de vitesse. Au-delà de la régulation de la puissance mécanique, les turbines sont en outre
divisées en vitesse fixe (type 1), variable dans la limite vitesse (type 2), ou à vitesse variable avec
conversion de puissance électronique soit partielle (Type 3) ou complète (type 4).

27
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Les différents types de commande de vitesse sont mises en œuvre par différentes machines
tournantes à courant alternatif et l'utilisation de l'électronique de puissance.
La description des quatre types des éoliennes et leurs caractéristiques est donnée dans l’Annexe 1.

La turbine éolienne choisie est Vestas V90-3MW de type 3 machine asynchrone à double
alimentation et à rotor bobiné et dispose d’un régulateur aérodynamique appelé « le pitch control »,
et un régulateur de tension. Le schéma de principe de l’éolienne est le suivant :

Figure 8: Schéma de raccordement de la MADA

 Le transformateur de raccordement

Chaque turbine éolienne est reliée à un transformateur, qui permet d’élever la tension délivrée par la
génératrice de 1 KV à 33 KV. Le transformateur de raccordement est couplé en Dyn5 de puissance
de 3,5 MVA.

Figure 9: WTG reliée au transformateur de raccordement

Les spécifications techniques de l’éolienne choisie sont regroupées dans le tableau suivant :

28
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Elément Paramètre Valeur


Type MADA
Tension 1KV [0,9-1,1] pu
Fréquence 50 Hz [47-51] Hz
Génératrice
Puissance 3 MW
Limite de facteur de puissance 0,98cap-0,96ind
Diamètre 90 m
Rotor Nombre de pâle 3
Intervalle de fonctionnement 9.9 - 18.4 m/s
Contrôle Pitch control (régulateur aérodynamique)
Tableau 2: Spécification technique du V90-3 MW

ii. Les éléments de raccordement

Les câbles souterrains ont l’avantage d’être à l’abri des intempéries, ce qui augmente leur disponibilité.
Les lignes aériennes ont une disponibilité moins élevée que les câbles souterrains du fait qu’elles soient
exposées aux aléas atmosphériques.
Tenant compte de ce qui précède, la configuration adoptée pour le parc éolien KHALLADI est la
suivante :

 Les câbles souterrains de 33 KV seront installés entre les éoliennes à l’intérieur de chaque
grappe, enfouis en parallèle à la route d’accès sur la crête et à la route d’accès au poste de
KHALLADI. Les tranches seront d’une profondeur de 1,1 m et l’enfouissement du câble
électrique sera en conformité avec les normes internationales de sécurité de l’électricité, et
compris celle de la CEI et de la CENELEC, et des bonnes pratiques de l’industrie. Les
liaisons souterraines entre éoliennes seront constituées par trois câbles unipolaires de tension
assignée à 33kV isolés au polyéthylène réticulé (PR) à conducteur en Aluminium.
 Les lignes aériennes 225 KV transportent l’électricité vers le poste –source de l’ONE, situé à
l’ouest de la ville de Tétouan.

29
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 10 : Schéma du raccordement entre éoliennes

iii. Poste d’évacuation

Le poste d’évacuation 33/225 KV a pour but de connecter le parc éolien au réseau national de transport,
d’une part, et d’autre part, d’élever le niveau de tension 33kV du réseau interne à 225kV.
Il est de type extérieur et composé principalement de :
 2 travées HTB,
 2 jeux de barres HTB sectionné en deux,
 2 transformateurs 33/225 KV de 80MVA chacun,
 Un local MT regroupant les 6 arrivées de production plus deux arrivées secours et deux
transformateurs des services auxiliaires.

Le choix d’évacuer toute l’énergie du parc via un seul transformateur, est la solution la plus avantageuse
en terme économique. Cette solution présente l’inconvénient d’être obligé d’arrêter tout le parc en cas
de défaut sur ce transformateur.
La solution qui a été retenue pour le parc éolien KHALLADI est d’évacuer l’énergie électrique du parc
via deux transformateurs de puissance unitaire 80 MVA.

Figure 11: schéma unifilaire du poste d’évacuation

30
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

iv. Schéma unifilaire du parc

Le schéma unifilaire est donné dans L’ANNEXE 2.

II.1.2 Mise à la terre du point neutre

i. Rôle de la mise à la terre du point neutre

La définition du régime du neutre est une phase primordiale dans la conception des installations
électriques. Lors d'un défaut d'isolement, ou de la mise accidentelle d'une phase à la terre, les
valeurs prises par les courants de défaut, les tensions de contact et les surtensions sont étroitement
liées au mode de raccordement du neutre à la terre.
Dans toute installation, la continuité de service en présence d'un défaut d'isolement est également
liée au régime du neutre. Un neutre isolé permet la continuité de service, tout en respectant la
réglementation en vigueur sur la protection des personnes. Un neutre mis directement à la terre, ou
faiblement impédant, impose au contraire un déclenchement dès l'apparition du premier défaut
d'isolement.

Le régime du neutre dépend à la fois de la nature de l'installation et de celle du réseau électrique, il


est également influencé par la continuité de service et la limitation du niveau de perturbation
imposé aux équipements sensibles.

Le type de la mise à la terre du point neutre joue un rôle important en régime de défaut. En effet,
lors d’un défaut monophasé, la tension aux bornes de l’impédance de mise à la terre peut atteindre
la tension simple. Ainsi, le courant de défaut à la terre égale à la somme du courant circulant dans
l’impédance du neutre et du courant capacitif qui présente une forte valeur dans le cas des câbles
souterrains qui est exactement le type du câble choisi pour le raccordement du parc étudié.

Figure 12: schéma représente la circulation du courant dans le cas d’un défaut

Les différents modes de raccordement du point neutre à la terre sont les suivants :

31
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

- le neutre directement mis à la terre ;


- le neutre isolé, ou fortement impédant ;
- le neutre mis à la terre par l'intermédiaire d'une résistance ;
- le neutre mis à la terre par l'intermédiaire d'une réactance ;
- le neutre mis à la terre par l'intermédiaire d'une réactance accordée (bobine de Petersen).

Le régime adopté pour le parc est la mise à la terre par réactance.

ii. La mise à la terre du neutre dans le parc

La mise à la terre du point neutre dans le parc est réalisée par l’intermédiaire d’une réactance qui
assure un bon compromis entre la limitation de surtension et de surintensité.

Les transformateurs dans les mâts des éoliennes (1/33 KV) et les transformateurs d’évacuation de
l’énergie (33/225 KV) sont couplés respectivement en Dyn5 et Ynd11, donc puisque le neutre n’est
pas accessible, un régime de neutre impédant ou solide à la terre ne peut pas être mis en œuvre.
Dans ce cas, on réalise un point neutre artificiel par une bobine de point neutre(BPN) raccordée sur
le jeu de barres, elle est réalisée par une bobine zig-zag avec neutre sorti comme le montre le
schéma suivant :

Figure 13: schéma de la BPN

Les caractéristiques de la bobine du point neutre utilisée sont les suivantes :

 Le courant de limitation : I=1000 A


 L’impédance : Z=57 Ω
 Temps d’élimination =10 s

II. Evaluation du transit de puissance (Load Flow)

L'étude de l'écoulement de puissance d’un réseau électrique consiste à évaluer l’état du réseau en
fonction des charges connectées et la répartition de la consommation sur l’ensemble des nœuds.

32
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Autrement dit, il s’agit de déterminer dans les lignes, dans les transformateurs et dans les jeux de
barres les courants, les transits de puissance active et réactive, les pertes actives et réactives ainsi
que la chute de tension en chaque nœud. Le calcul suppose que le réseau est en régime de
fonctionnement normal et que les génératrices éoliennes délivrent des tensions triphasées
équilibrées.
Les études de l'écoulement de puissance permettent de planifier la construction et l'extension des
réseaux électriques.

II.1. Méthode de calcul

Plusieurs méthodes numériques sont développées pour le calcul du Load Flow, ETAP en propose
Newton-Raphson, Fast Decoupled, Gauss-Seidel et Newton-Raphson adaptative. Dans notre étude
on opte pour la méthode de Newton-Raphson.

On considère que le réseau fonctionne en régime permanent et comporte 43 jeux de barres. Nous
définissons quatre variables en chaque jeu de barre K : le module UK et l'argument θK de la tension,
ainsi que la puissance triphasée active PK et réactive QK consommée ou produite en chaque
nœud.UK est la tension simple de la première phase multipliée par √3.
La topologie et les paramètres du réseau (caractéristiques des lignes, des transformateurs) sont
connus. Les données du problème sont les productions de puissances active et réactive en certains
jeux de barres et un certain nombre de tensions avec leurs arguments. Il s'agit de calculer quelles
doivent être les autres tensions (en module et argument) et les autres puissances actives et réactives
pour satisfaire ces données.
Ceci calculé, on peut déterminer la circulation des puissances dans les lignes et les transformateurs,
ainsi que d'autres variables: courants aux jeux de barre, tension, chute de tension.

II.2. Analyse des résultats du Load Flow

ETAP fournit les résultats du Load Flow à savoir les tensions, les puissances, les courants et les
chutes de tension dans chaque nœud et branche du parc. Ceci permet de valider le
dimensionnement de l’installation et le bon fonctionnement des éléments du réseau.

i. Les résultats de calcul

Les résultats fournis par ETAP12.6 sont donnés dans les tableaux suivants :

33
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Nomina Voltage
Bus ID MW Loading MvarLoading AmpLoading
l kV (%)
JDB MT1 33 98,84 56,02 6,136 997,5
JDB MT2 33 98,93 62,109 5,144 1102
JDB1 33 100,03 2,976 0,469 52,69
JdB2 33 100,02 5,951 0,933 105,4
JDB3 33 99,84 8,915 1,327 157,9
JDB4 33 99,81 14,862 2,073 263,1
JDB5 33 99,82 2,976 0,374 52,57
JDB6 33 99,47 17,779 2,351 315,4
JDB7 33 99,73 11,895 1,452 210,2
JDB8 33 99,79 8,926 1,113 157,7
JDB9 33 99,81 5,951 0,751 105,1
JDB10 33 99,83 2,976 0,378 52,57
JDB11 33 99,5 2,976 0,235 52,49
JDB12 33 99,61 14,856 1,747 262,7
JDB13 33 99,48 20,784 2,23 367,6
JDB14 33 99,46 2,976 0,217 52,49
JDB15 33 99,44 5,951 0,426 105
JDB16 33 99,41 8,925 0,624 157,5
JDB17 33 99,37 11,897 0,804 209,9
JDB18 33 99,31 14,865 0,961 262,4
JDB19 33 99,26 17,834 1,098 314,9
JDB20 33 99,23 2,976 0,117 52,51
JDB21 33 99,22 5,951 0,228 105
JDB22 33 99,19 20,811 0,987 367,5
JDB23 33 99,28 11,898 0,651 210
JDB24 33 99,33 8,926 0,508 157,5
JDB25 33 99,35 5,951 0,347 105
JDB26 33 99,37 2,976 0,176 52,49
JDB27 33 99,29 20,799 1,482 367,4
JDB28 33 99,35 17,834 1,327 314,9
JDB29 33 99,44 14,872 1,144 262,4
JDB30 33 99,46 2,976 0,218 52,49
JDB31 33 99,49 8,926 0,715 157,5
JDB32 33 99,51 5,952 0,486 105
JDB33 33 99,53 2,976 0,245 52,49
JDB34 33 99,56 20,797 2,313 367,7
JDB35 33 99,62 17,832 2,038 315,2
JDB36 33 99,68 14,867 1,745 262,7
JDB37 33 99,73 11,897 1,427 210,2
JDB38 33 99,77 8,925 1,09 157,7
JDB39 33 99,8 5,951 0,736 105,1
JDB40 33 99,81 2,976 0,372 52,57
Tableau 3: Résultats du Laod Flow dans chaque jeu de barre relié au TR 3,5MVA

34
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Les tensions au niveau du secondaire du transformateur de raccordement des éoliennes sont bien
respectées.

ID MW Flow Mvar Flow Amp Flow % Voltage Drop


C1-2 2,976 -0,469 52,69 0,01
C3-2 5,951 -0,933 105,4 0,18
C4-3 8,915 -1,327 157,9 0,03
C4-5 2,976 -0,374 52,57 0,01
C6-4 14,862 -2,073 263,1 0,34
C7-8 8,926 -1,113 157,7 0,06
C8-9 5,951 -0,751 105,1 0,02
C9-10 2,976 -0,378 52,57 0,01
C12-7 11,895 -1,452 210,2 0,11
C13-11 2,976 -0,235 52,49 0,02
C13-12 14,856 -1,747 262,7 0,13
C15-14 2,976 -0,217 52,49 0,02
C16-15 5,951 -0,426 105 0,03
C17-16 8,925 -0,624 157,5 0,04
C18-17 11,897 -0,804 209,9 0,06
C19-18 14,865 -0,961 262,4 0,05
C21-20 2,976 -0,117 52,51 0,01
C22-21 5,951 -0,228 105 0,03
C22-23 11,898 -0,651 210 0,1
C23-24 8,926 -0,508 157,5 0,04
C24-25 5,951 -0,347 105 0,03
C25-26 2,976 -0,176 52,49 0,01
C27-28 17,834 -1,327 314,9 0,06
C28-29 14,872 -1,144 262,4 0,08
C29-30 2,976 -0,218 52,49 0,03
C29-31 8,926 -0,715 157,5 0,05
C31-32 5,952 -0,486 105 0,03
C32-33 2,976 -0,245 52,49 0,01
C34-35 17,832 -2,038 315,2 0,05
C35-36 14,867 -1,745 262,7 0,06
C36-37 11,897 -1,427 210,2 0,05
C37-38 8,925 -1,09 157,7 0,04
C38-39 5,951 -0,736 105,1 0,03
C39-40 2,976 -0,372 52,57 0,02
Depart-TR1-33 KV 56,02 -6,136 997,5 0,01
Depart-TR2 33 KV 62,109 -5,144 1102 0,01
PT6 17,779 -2,351 315,4 0,63
PT13 20,784 -2,23 367,6 0,64
PT19 17,834 -1,098 314,9 0,42
PT22 20,811 -0,987 367,5 0,26
PT27 20,799 -1,482 367,4 0,36
PT34 20,797 -2,313 367,7 0,63
Tableau 4 : Résultats du Laod Flow dans les câbles souterrains

35
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

On détermine les puissances actives et réactives et le courant qui transite dans chaque câble. Ces
résultats seront exploitables dans la vérification des sections de câbles.

MW Mvar Amp % % Voltage


ID Tension puissance
Flow Flow Flow Loading Drop
TR1 225 / 33 kV 80 MVA 55,77 17,203 1116 92,9 2,64
TR2 225 / 33 kV 80 MVA 61,87 19,247 1235 81 2,89
Tableau 5 : Résultats du Laod Flow pour les transformateurs d’évacuation

D’après les résultats du tableau, le chargement des transformateurs ne dépassent pas leur puissance
nominale, ils fonctionnent alors proches de leur limite de saturation magnétique. Donc, les
transformateurs sont bien dimensionnés.

ii. Les pertes dans le parc

Dans un fonctionnement normal, le parc doit fournir une puissance nominale de 120 MW pour un
taux de génération de 100 % des éoliennes, cependant les transformateurs connectés aux éoliennes
et les transformateurs d’évacuation ainsi que les arrivées grappes (elles présentent de grandes
longueurs par rapport aux câbles de connexions entre les éoliennes), entraînent des pertes. La
contribution de chaque élément du parc dans les pertes est donnée par le tableau suivant :

Contribution dans les pertes en


Elément
puissance %
TR1 80 KVA 0,21
TR2 80 KVA 0,25
Arrivée grappe (1,2,3) 0,67
Arrivée grappe (4,5,6) 0,48
Total % 1,78
Tableau 6: Evaluation des pertes

On remarque que le total des pertes dans le parc estnégligé dans le régime normal. En effet, les
pertes que ce soit dans les transformateurs d’évacuation ou bien dans les câbles souterrains sont
faibles.

III. Analyse des courts circuits

La connaissance des intensités des courants de court-circuit aux différents points d’une installation
est indispensable pour la conception du réseau (pouvoir de coupure des protections, tenue des
câbles aux surintensités, sélectivité…).

36
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

On peut définir les courts circuits d’après trois caractéristiques principales :

 Leur origine :

- Elle peut être mécanique : rupture de conducteurs, liaison électrique accidentelle entre deux
conducteurs par un corps étranger tel qu’outils ou animaux.
- Elle peut être électrique : suite à la dégradation de l’isolement entre phases, ou entre phase et
masse ou terre, ou suite à des surtensions d’origine interne (manœuvre) ou atmosphérique (coup de
foudre).
- Elle peut provenir d’une fausse manœuvre : mise à la terre d’une phase, couplage entre deux
sources de tensions différentes ou des phases différentes, fermeture par erreur d’un appareil de
coupure.

 Leur localisation :

- Le court-circuit peut être interne à un matériel (câble, moteur, transformateur, tableau…), il


entraîne généralement des détériorations.
- Il peut être externe à un matériel, les conséquences sont limitées à des perturbations pouvant
entraîner à plus ou moins longue échéance des détériorations dans le matériel considéré et conduire
à un défaut interne.

 Leur durée :

- Auto-extincteurs : le défaut disparaît de lui-même.


- Fugitifs : le défaut disparaît sous l’action des protections et ne réapparaît pas lors de la remise en
service (le défaut est brûlé après le ré-enclenchement).
- Permanents : ils nécessitent la mise hors tension d’un câble, d’une machine… et l’intervention du
personnel d’exploitation ou de maintenance.

III.2.1. Types des courts circuits

Dans les installations électriques, différents courts circuits peuvent se produire.

 Défaut triphasé : les trois phases sont réunies ensemble (5% des cas) ;

Figure 14: Court-circuit triphasé

37
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

 Défaut biphasé : deux phases sont raccordées ensemble (15% des cas). On distingue entre
défaut biphasé/terre et biphasé isolé. Les défauts biphasés isolés sont fréquemment causés
par un vent violent qui provoque un contact entre deux conducteurs de 2 phases ;

Figure 15: Court-circuit biphasé Figure 16: Court-circuit biphasé-terre

 Défaut monophasé : une phase est reliée au neutre ou à la terre (80% des cas). Sur une ligne
à haute tension, ce type de défaut est fréquemment causé par la foudre qui initie un court-
circuit entre une phase et la terre ;

Figure 17: Court-circuit monophasé

III.2.2. Méthodes de calcul des courants de court-circuit

Plusieurs méthodes sont proposées par les normes. La norme CEI 60909 s’applique à tous les
réseaux, radiaux et maillés, jusqu’à 550 kV. Basée sur le théorème de Thevenin, elle consiste à
calculer une source de tension équivalente au point de court-circuit pour ensuite déterminer le
courant en ce même point. Toutes les alimentations du réseau et les machines asynchrones sont
remplacées par leurs impédances (directe, inverse et homopolaire). Avec cette méthode, toutes les
capacités de ligne et les admittances en parallèle des charges non tournantes, sauf celles du système
homopolaire, sont négligées.

Le calcul à l’aide des composantes symétriques est particulièrement utile lorsqu’un réseau triphasé
est déséquilibré car les impédances classiques R et X dites « cycliques » ne sont alors plus
normalement utilisables du fait, par exemple, de phénomènes magnétiques. Aussi, ce calcul est

38
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

nécessaire quand :
 un système de tensions et courants est non symétrique (vecteurs de Fresnel de modules
différents et de déphasages différents de 120°).
C’est le cas lors d’un court-circuit monophasé (phase-terre), biphasé, ou biphasé-terre ;
 le réseau comporte des machines tournantes, c’est le cas du réseau étudié.

 Procédure de calcul selon la norme CEI 60909

Le calcul du courant de court-circuit doit tenir compte de celui généré par le réseau dans le point de
raccordement au parc ainsi que la contribution des éoliennes, puisqu’elles s’agissent des machines
asynchrones productrices de l’énergie.

1- Calcul de la tension équivalente au point de défaut égale à : c*Un / 3.

Avec c un facteur de tension dont l’introduction dans les calculs est nécessaire pour tenir compte :
 des variations de tension dans l’espace et dans le temps,
 des changements éventuels de prise des transformateurs,
 du comportement subtransitoire des génératrices éoliennes.

Selon les calculs à effectuer et les niveaux de tension considérés, les valeurs normatives de ce
facteur de tension sont indiquées dans le tableau 1 de L’ANNEXE 3.

2- Détermination et sommation des impédances équivalentes directe, inverse, et homopolaire amont


au point de défaut.
3- Calcul du courant de court-circuit initial, à l’aide des composantes symétriques. En pratique,
selon le type de défaut, les formules à retenir pour le calcul des Icc sont indiquées dans le tableau 2
de L’ANNEXE 3.
4- A partir du calcul de la valeur efficace du courant de court-circuit initial (I"k), sont déterminées
les autres grandeurs caractéristiques :

 ip, la valeur de crête,


 Ib, la valeur efficace du courant de court-circuit symétrique coupé,
 Ik, la valeur efficace du courant de court-circuit permanent.

Le calcul des différents courants de court-circuit est donné en détail dans L’ANNEXE 3.

III.2.3. Analyse des résultats de court-circuit

ETAP fournit un module dédié au calcul du courant de court-circuit.

La configuration utilisée dans notre cas est la suivante :

39
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 18: Configuration du calcul du courant du court-circuit

 Le calcul est basé sur la norme CEI 60909,


 Le facteur C est pris égal à 1,1 étant donné que la tension est de 33 KV,
 Le facteur Cmax : c’est le facteur de tension maximal utilisé dans le calcul des facteurs de
corrections des impédances, lesquels facteurs ont été introduits dans la CEI 60909 pour
répondre aux exigences de précision technique et de simplicité lors du calcul des courants de
court-circuit,

 Résultats de calcul des courants de court-circuit sur le JDB principal 225KV.

Le tableau suivant donne les différents courants caractéristiques de chaque type de court-circuit :

Tableau 7: Résultats des courants caractéristiques de chaque type de court-circuit

40
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

On donne les tensions et les courants de phases ainsi que les composantes symétriques des courants
(directe, inverse et homopolaire):

Tableau 8: Résultats des courants pour un défaut biphasé

Les résultats de calcul du court-circuit en chaque point du réseau générés par ETAP sont regroupés
dans le tableau 3 de L’ANNEXE 3.

Ces résultats servent essentiellement à :

 Vérifier les pouvoirs de coupure des appareils ainsi que la tenue thermique des câbles ;
 Calculer les réglages des relais de protection, afin d’assurer une bonne sélectivité dans le
réseau électrique.

IV. Vérification des sections des câbles


IV.1. Méthodologie

La méthode de détermination de la section des conducteurs en moyenne tension consiste à :

 déterminer le courant maximal d'emploi Ib qui parcourt chaque câble;


 déterminer la section S1 satisfaisant l'échauffement de l'âme du câble en régime de
fonctionnement normal, qui peut être permanent ou discontinu. Cette étape nécessite la
connaissance :
- des conditions d'installation réelles de la canalisation, par conséquent du facteur de
correction global f ;
- des valeurs des courants admissibles des différents types de câble dans les conditions
standards d'installation.
 déterminer la section S2 nécessaire à la tenue thermique du câble en cas de court-circuit
triphasé ;
 déterminer la section S3 nécessaire à la tenue thermique de l'écran du câble en cas de court-
circuit à la terre ;
 vérifier éventuellement la chute de tension dans la canalisation pour la section S retenue.
La section technique S à retenir est la valeur maximale parmi les sections S1, S2 et S3.

41
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Ainsi, les étapes de dimensionnement des sections des câbles en conformité avec les
recommandations de la norme NF C 13-200, sont illustrées par le logigramme ci-dessous :

Figure 19: Logigramme de dimensionnement des câbles HT

IV.2. Vérification de dimensionnement des câbles

En tenant compte de toutes les sources éoliennes, on détermine les puissances qui transitent dans les
canalisations en le régime permanent. Egalement, les valeurs maximales de court-circuit à
l’intérieur de l’installation sont utilisées pour vérifier la tenue thermique des câbles.

a. Détermination de la section S1

Le courant maximal d'emploi Ib est déterminé sur la base de la somme des puissances qui transitent
dans le câble. Dans notre cas, il est calculé à partir de la somme des puissances produite par les
éoliennes débitantes sur le câble.

√3

U est la tension de sortie aux bornes de chaque transformateur de raccordement et égale à 33 KV.

On détermine le courant admissible qui transite dans chaque câble. C'est le courant maximal qui
peut véhiculer en permanence sans préjudice pour sa durée de vie. Pour déterminer le courant
admissible par une canalisation dans les conditions réelles d'installation, il faut calculer le facteur de

42
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

correction qui en fonction des conditions d’installation des câbles.


Le mode de pose est enterré 62, donc les facteurs à considérer sont K12, K13, K14 et K15.
Les valeurs de ces facteurs sont données dans L’ANNEXE 4.

Le facteur de correction global est calculé à partir du produit des facteurs suivants :

 Influence de la température du sol

La température considérée dans le sol ou sont installés les câbles souterrains reliant les éoliennes est
25°. D’après le tableau 52K12 de la norme 13-200, le facteur f1 pour l’isolateur de polyéthylène
réticulé (PR) égale à 0.96.

K12=0.96

 Influence de la résistivité thermique du sol

Le terrain d’installation est très sec pour une résistivité de 1 K.m/W, le type de câble choisi est
unipolaire ce qui donne un facteur de 0.9 d’après le tableau 52K13.

K13=1

 Influence de la profondeur de pose

Les câbles seront installé à 1,1 m de profondeur, d’après le tableau 52K14 :

K14=0.962

 Influence du nombre de circuit enterrés

Dans le plan de masse, on trouve trois cas de chemin des circuits : soit un chemin pour un seul
circuit, soit pour deux circuits soit pour trois circuits. Le coefficient est choisi en fonction des
conditions les plus défavorables sur la longueur totale de la liaison. D’après le tableau 52K15, pour
une distance de 0.25 m entre câble on détermine le facteur f4 correspondant.

𝑓 𝐾12 𝐾13 𝐾14 𝐾15

Après avoir déterminé le courant admissible, on se réfère au tableau 52J de la norme de NFC 13-
200 pour déterminer la section correspondante en fonction de la tension assignée, le type de
l’isolation choisi(PR) et la nature du conducteur (Aluminium).

b. Vérification de la contrainte thermique et détermination de la section S2

La contrainte thermique des conducteurs doit être vérifiée par rapport au courant de court-circuit

43
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

maximal, qui correspond au courant de court-circuit triphasé. Ces valeurs sont données par le
logiciel ETAP basé sur la méthode des composantes symétriques appliquée sur l'ensemble des
éléments du réseau : WTG, Transformateur et câble.

La section minimale qui vérifie la contrainte thermique est calculée à partir de la relation suivante :

2 √

Icc: courant de court-circuit maximal


t : durée du court-circuit
K : coefficient dont la valeur est donnée dans le tableau1 de L’ANNEXE 4.

Dans notre cas K=94.

c. détermination de S3 : Courants de courte durée admissible dans les écrans de câbles

En cas de défaut phase-terre, l’écran doit permettre l’écoulement d’une partie ou de la totalité de
courant de court-circuit des installations. Sur les réseaux MT ou HT dont le neutre est relié à la terre
directement ou par une faible impédance, le courant de défaut peut prendre une valeur élevée
dépendant de la puissance de la source, des caractéristiques de l’installation, du point de défaut et
du réglage des dispositifs de protection. Il faut alors s’assurer que, sous l’effet de cette intensité,
l’écran ne risque en aucun point d’être portée à une température supérieur à celle permise par lui-
même et par les autres éléments du câble et, en particulier, par l’enveloppe isolante.

Pour les câbles MT et HT, la température limite est, dans la plupart des cas, identique à celle admise
en court-circuit pour l’échauffement de l’âme, soit, pour une durée ne dépasse pas 5 seconde :

- 150°C pour le polyéthylène et le papier imprégné (PE) ;


- 160°C pour le polychlorure de vinyle(PVC) ;
- 250°C pour le polyéthylène réticulé (PR) ou éthylène propylène (EPR).

Cependant, en peut être amené, dans certains cas, à réduire ces valeurs de température afin de tenir
compte des limites thermiques des éléments constituants l’écran (gaine en plomb ou écran collé à la
gaine extérieure des câbles à isolant PR, par exemple).

En raison de la complexité des phénomènes mises en jeu, n’est pas possible d’indiquer ici une
méthode de calcul simple et de portée générale. Toutefois, les valeurs maximales des courants de
court-circuit que peuvent supporter les écrans des câbles sont indiquées par les constructeurs de
câbles.

d. Vérification de la chute de tension

Après avoir déterminé les trois sections, on choisit la plus grande et on vérifie la chute de tension
par la relation suivante :

44
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

ρ1 : résistivité du conducteur en service normal, soit 1,25 fois celle à 20 °C


ρ1 = 0,0225W mm / m pour le cuivre ; ρ1 = 0,036W mm / m pour l'aluminium
L : longueur de la canalisation, en mètre
S : section des conducteurs, en mm²
cos(φ): facteur de puissance, on prend 0.95
IB : courant maximal d'emploi en A
λ : réactance linéique de la canalisation, en W / m.

0,15*10-3 W/ m pour les câbles unipolaires

On admet une chute de tension de 5%.

Les résultats de vérifications des câbles souterrains sont donnés dans le tableau 2 de L’ANNEXE 4.

En analysant les résultats de calcul on confirme le choix des sections retenues qui respectent les
conditions d’installation et la chute de tension tolérée et vérifient les contraintes thermiques.

 Exemple de calcul

Soit le câble C1-2 reliant les éoliennes 1 et 2, La section à vérifier est 185 mm2.

- Vérification de S1

Le constructeur précise que le courant admissible 372 A dans les conditions standards d’installation
précisé dans la fiche technique du câble. Dons le cas de l’installation étudiée, et en appliquant le
facteur de correction (f= 0,78), le courant admissible sera 372*0,78=219,6 A.

Le courant qui transite réellement dans ce câble est :


2 88 1
5 38
√3 √3 33

5 38
64 59 219 6
78

- Vérification de S2

La valeur du courant de court-circuit maximal au niveau du câble donnée par ETAP égale à 9,28KA

Pour une durée de court-circuit d’une seconde


98 72 185

45
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

- Vérification de la chute de tension :

En se basant sur les impédances caractéristiques du câble, la chute de tension au niveau du câble est
évaluée à 0,02%.

Donc on peut conclure que le câble est bien dimensionné. Idem pour l’ensemble des câbles de
l’installation.

Conclusion
L’étude du parc en régime permanent a permis de s’assurer du bon dimensionnement des différents
éléments du parc. Cette étude a pu être menée grâce aux calculs de Load Flow et de court-circuit
déjà établis. Lesdits calculs seront également exploitables dans le chapitre suivant, ils servent de
base pour le réglage des protections.

46
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Chapitre III

Elaboration du plan de protection

47
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Introduction
Toute installation, même exécutée dans les règles de l'art avec des matériaux de choix, peut être
affectée par des dérangements de causes et d'effets divers.
Toute perturbation influe sur les diverses grandeurs électriques caractérisant le fonctionnement
normal de l’installation. Dés l 'hors il est nécessaire de mettre en exergue des appareils de protection
susceptibles de détecter et annihiler rapidement les types de fautes pouvant survenir dans une
installation électrique. Le classement suivant la grandeur électrique la plus affectée donne
respectivement les surintensités, les manques de tensions et les surtensions.

La protection des réseaux électriques nécessite la mise en œuvre de nombreuses et différentes


techniques dont l’organisation, ou plan de protection. En effet, ce travail impose de connaître les
règlements et les normes, mais aussi de concilier des aspects technico-économiques qui parfois
s’opposent. Le plan de protection doit satisfaire le besoin de l’exploitant en termes de sécurité et de
disponibilité de l’énergie électrique.
L’atteinte de cet objectif de sûreté dépend, pour une très grande part, de la sélectivité entre les
dispositifs de protection. Dans ce chapitre, on élaborera le plan de protection adéquat pour notre
réseau, puis on abordera le réglage des relais de protection pour parviendra enfin à une étude de
sélectivité.

L’étude des protections d’un réseau se décompose en 2 étapes distinctes :

 la définition du système de protection, encore appelée plan de protection,


 la détermination des réglages de chaque unité de protection, encore appelé
coordination des protections ou sélectivité.

I. Généralités

La mise en œuvre d’un plan protection est le choix des éléments de protection et de la structure
globale de l’ensemble, de façon cohérente et adaptée au réseau. Le système de protection se
compose d’une chaîne constituée des éléments suivants :

Figure 20: Chaine de protection

48
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

 capteurs de mesure – courant et tension – fournissant les informations de mesure


nécessaires à la détection des défauts,
 relais de protection, chargés de la surveillance permanente de l’état électrique du réseau,
jusqu’à l’élaboration des ordres d’élimination des parties défectueuses, et leur
commande par le circuit de déclenchement,
 organes de coupure dans leur fonction d’élimination de défaut : dans notre cas on utilise
des disjoncteurs.
Le plan de protection définit les dispositifs de protection contre les principaux défauts affectant
les réseaux: les courts circuits entre phases et phase-terre, les surcharges et les défauts propres
aux éléments de l’installation.

Pour établir un plan de protection, les paramètres suivants sont à prendre en compte :

 l’architecture et la taille du réseau et ses différents modes d’exploitation,


 les schémas de liaison à la terre,
 les caractéristiques des sources et leurs contributions en cas de défaut,
 le besoin en continuité de service.

II. Choix des fonctions de protection

Les principales fonctions de protection utilisées sont indiquées dans le tableau 1 de L’ANNEXE 6,
en précisant leur code selon la norme ANSI C37.2 ainsi qu’une brève définition.

II.1. Protection des arrivées grappes

Le réseau est exploité en boucle ouverte et la protection est assurée aux extrémités de la boucle,
équipées de disjoncteurs. Les défauts provoquent des coupures d’alimentation.

Une protection à maximum de courant phase de surcharge et court-circuit respectivement ANSI 51


et 50 équipe le disjoncteur de chaque arrivée.
Comme il s’agit des câbles souterrains on a intérêt à activer la fonction maximum de courant de
terre directionnelle 67N au lieu de la fonction 50N.

La fonction de protection à minimum de fréquence (ANSI 81L), cette fonction est utilisée
lorsqu’une baisse anormale de fréquence est produite suite à un déficit de la puissance disponible
par rapport à la puissance demandée par le réseau.

II.2. Protection des transformateurs d’évacuation

Les principaux défauts qui peuvent affecter un transformateur sont :


- la surcharge,
- le court-circuit,
- le défaut à la masse.
Nous analysons les protections qu’il faut assurer pour chaque défaut :

49
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

a. Surcharge

La surintensité de longue durée peut être détectée par une protection à maximum de courant de
phase temporisée à temps indépendant ou à temps inverse (ANSI 51), sélective avec les protections
coté secondaire.
On utilise une protection à image thermique (ANSI 49RMS) pour surveiller, avec une meilleure
sensibilité, l’élévation de température : l’échauffement est déterminé par simulation du dégagement
de chaleur en fonction du courant et de l’inertie thermique du transformateur.

b. Court-circuit

Plusieurs protections peuvent être mises en œuvre.

 relais Buchholz pour les transformateurs HT/HT de type respirant :

Les arcs qui prennent naissance à l’intérieur de la cuve d’un transformateur décomposent certaine
quantité d’huile et provoquent un dégagement gazeux. Les gaz produits montent vers la partie
supérieure de la cuve du transformateur et de là vers le conservateur à travers un relais mécanique
appelé relais Buchholz.

Ce relais est sensible à tout mouvement de gaz ou d’huile. Si ce mouvement est faible, il ferme un
contact de signalisation (alarme Buchholz). Par ailleurs, un ordre de déclenchement est émis au
moyen d’un autre contact qui se ferme en cas de mouvement important. Les gaz restent enfermés à
la partie supérieure du relais, d’où ils peuvent être prélevés, et leur examen permet dans une
certaine mesure de faire des hypothèses sur la nature du défaut.

 Si le gaz n’est pas inflammable on peut dire que c’est l’air qui provient soit d’une poche
d’air ou de fuite d’huile.
 Si les gaz s’enflamment, il y a eu destruction des matières isolantes donc le transformateur
doit être mis hors service.

 La protection différentielle du transformateur (ANSI 87T)

Elle assure une protection rapide contre les défauts entre phases. On l’utilise pour les
transformateurs vitaux de forte puissance pour éviter le déclenchement intempestif dans le cas de la
magnétisation du transformateur ou le surfluxage.

 Une protection à maximum de courant phase instantanée (ANSI 50)

Elle est associée au disjoncteur situé au primaire du transformateur et assure la protection contre les
courts circuits violents au primaire. Le seuil de courant est réglé à une valeur supérieure au courant
dû à un court-circuit au secondaire.

c. Défaut à la masse

La solution consiste à assurer la protection contre les défauts à la terre :

 par la protection de terre (ANSI 51N et 50N) située sur le réseau amont pour le
défaut masse affectant le primaire du transformateur,

50
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

 par la fonction de terre restreinte ANSI 64, activée pour la protection contre les
défauts à la terre d’enroulements triphasés.
.

II.3. Protection des jeux de barre

a. Défaillance du disjoncteur

La fonction de défaillance disjoncteur (ANSI 50BF) permet de pallier à la non-ouverture d’un


disjoncteur défaillant dont le déclenchement a cependant été commandé : on déclenche les
disjoncteurs adjacents des arrivées.

b. Couplage :

La fonction de contrôle de synchronisme, synchro-check (ANSI 25), permet de vérifier que les deux
demi-jeux de barres à coupler ont entre eux des écarts de tension en amplitude, phase et fréquence,
acceptables dans les limites prévues pour autoriser la fermeture du disjoncteur de couplage.

c. Contrôle de tension

La protection de contrôle d’une tension trop élevée ou suffisante est assurée par la fonction ANSI
59, et pour la protection contre une baisse de tension on active la fonction ANSI 27.
Les relais choisis figurent sur le tableau suivant :

Relais Fonction

P444/2 27-59-59N-79-25
P141 51BF
P444/1-D60 21-49-32N-85
Départ transfo.225 KV
C264 25
P444 21-49-32N-85
P141 51BF
P643 87T
TR 80 MVA 33/225 KV P141/1 50-51-50N-51N
P143 49-59-64
Départ transfo.33 KV F650 50-51-25
Couplage F650 50-51-25
Arrivée grappe F650 50-51-25-67N-64-81

Tableau 9 : Choix des relais

51
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

III. Réglage des fonctions de protection

Le réglage des fonctions de protection est réalisé sur la base des seuils déterminés dans le cahier de
spécification techniques général de l’ONEE.

Le réglage des différentes fonctions de protection activées dans le parc est définit dans ce qui suit.

III.1. Protection contre les surcharges et les courts circuits

La fonction de protection à maximum de courant temporisé AINSI 50 est réglé à 1,2 fois l’intensité
nominale et pour une temporisation de ta+200ms avec ta est la temporisation de la partie aval.

𝐼𝑟 1 2 𝐼𝑛

L'intensité de réglage Ir de la fonction 51 doit être inférieure à l'intensité du courant de court-circuit


biphasé qui est la valeur de court-circuit la plus faible apparaissant au point du départ pour lequel
l'impédance de court-circuit est la plus grande, Elle doit être toute fois choisie supérieure à
l'intensité du courant admissible dans le départ pour protéger les canalisations.

1 2 𝐼𝑛 𝐼𝑟é𝑔𝑙𝑎𝑔𝑒 8 𝐼𝑐𝑐𝑏𝑖𝑝ℎ𝑎𝑠é 𝐼𝑎𝑑𝑚𝑖𝑠𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒 𝑑𝑢 𝑐𝑎𝑏𝑙𝑒

Dans le réglage des fonctions 50 et 51 des transformateurs, il faut tenir compte de la magnétisation
des transformateurs pour éviter le déclenchement intempestif des relais pendant l’enclenchement
des transformateurs.

III.2. Protection contre les défauts à la terre

Lorsqu'un départ est le siège d'un défaut monophasé, son relais homopolaire est traversé par un
courant Io qui varie en fonction de la résistance de défaut, de l'impédance de mise à la terre du
neutre HTA, de la tension HTA et de la capacité homopolaire du réseau.
L'intensité de réglage Ior du relais homopolaire doit être la plus faible possible afin de détecter des
défauts dont la résistance est la plus grande possible.
Le réglage Ior doit être supérieur à la valeur du courant résiduel 3 Io du départ lorsqu'un défaut
franc apparaît sur un autre départ.

Le courant de réglage à prendre en compte sera : 𝐼𝑜𝑟 𝐾 3 𝐼𝑜 et 𝐼𝑜𝑟 6% 𝐼𝑛𝑇𝐶

On prend la valeur la plus grande.

Avec: k coefficient de sécurité (k=1,2).

On définit le capacitif homopolaire comme étant, lors d’un court-circuit avec la terre, le courant
dérivé par les réactances capacitives des lignes et des câbles.

52
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Le réseau du parc présente un ensemble de charge capacitive comme les câbles de raccordement des
éoliennes sont de type souterrain, d’où l’obligation de prendre en compte le courant capacitif du
réseau pour déterminer le courant de fuite lors d’un défaut. Ce courant se calcule à partir de la
relation suivante :

𝐼𝑐 3 𝐼𝑜 3 𝑉 𝐶 2 𝜋 𝑓

Avec :
V : Tension simple du réseau
C : Capacité du câble/ligne
f : Fréquence du réseau

Le courant capacitif est calculé pour les câbles souterrains reliant les éoliennes et les câbles des
départ transformateur 33 KV.
Pour la détermination de la capacité des câbles, on se réfère à la norme NFC 13 200, le tableau est
donné dans L’ANNEXE 5.

Les résultats du calcul du courant capacitif sont donnés dans le tableau 1 de L’ANNEXE 5.

III.3. Protection des transformateurs

i. Protection différentielle 87T

Le réglage doit tenir compte de la stabilité de la protection différentielle qui est sa capacité à rester
insensible s'il n'y a pas de défaut interne à la zone protégée même si un courant différentiel est
détecté :
 courant magnétisant de transformateur,
 courant capacitif de ligne,
 courant d'erreur dû à la saturation des capteurs de courant.

L’enclenchement du transformateur (à vide ou en charge) va provoquer un appel de courant très


important et incompatible avec les seuils différentiels espérés. La particularité du courant
d’enclenchement est de contenir une proportion très importante d’harmonique 2. Le taux minimum
mesuré (donc expérimental) est supérieur à 50%, la protection devra tenir compte de cette
harmonique 2 pour «retenir» le déclenchement. Aussi, lors d’une augmentation du rapport V/Hz
d’origine externe au transformateur, le matériau magnétique du transformateur sature. L’expérience
montre que le courant magnétisant du cette saturation possède un taux d’harmonique de rang 5 est
au moins de 30%. Ces deux harmoniques définissent les seuils caractéristiques de la fonction de
protection.

53
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 21: Caractéristique de la protection différentielle

La caractéristique à pourcentage est composée de plusieurs segments définis par :

 Un seuil bas Ids


 2 droites de pentes réglables Id/It et Id/It2
 un point de changement de pente réglable
 un seuil haut Idmax

a. Réglage du Seuil Ids

Le seuil bas est défini comme le courant différentiel maximum existant en fonctionnement normal
du transformateur. Les causes de ce courant différentiel sont :
 Les erreurs de mesure des transformateurs de courant
 Les variations de courant dues à l’utilisation d’un régleur en charge
 La présence d’un bobinage auxiliaire

Le seuil bas doit être le reflet des erreurs introduites par les différents éléments du transformateur :

 Les TC et le régleur en charge

Cette valeur correspond à la valeur maximale du courant différentiel créé par les erreurs de mesure
des TC et la présence d’un régleur en charge.

Avec : α : erreur de mesure sur les courants primaires du transformateur.


Β: erreur de mesure sur les courants phases au secondaire du transformateur.
b : l’étendue des prises du régleur en charge du transformateur.

Type de TC 5P 10P

α, β 5% 10%

Tableau 10: Valeur de α, β selon le type du TC

54
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

 Le bobinage auxiliaire
Idaux, courant différentiel induit par l’utilisation d’un enroulement auxiliaire sur le transformateur.
y% =Idaux où y est le pourcentage d’enroulement secondaire que représente le bobinage auxiliaire

 Le courant différentiel induit par le relais


Idrelais :1% =Idrelais, typiquement

 Le courant magnétisant
Le courant magnétisant du noyau du transformateur crée un courant différentiel, Idm.
Idm=3% typiquement

 On prend également une marge de sécurité


Typiquement, égale à 5%

Finalement le seuil Ids est exprimé en pourcentage de Inprimaire et est obtenu par la formule
suivante :

Application Numérique :

Le transformateur utilisé est équipé de TC de type 5P20 au primaire et au secondaire, d’un régleur
en charge avec une étendue de prise de 10% et d’un enroulement auxiliaire représentant 10% de
l’enroulement secondaire.
TC de type 5P au primaire et au secondaire du transformateur, donc α, β =5%.

1 5
(1 5) 1 1 3 5 37 6 %
1 1

b. Pourcentage Id/It1

Le réglage doit être suffisant pour pallier aux erreurs de mesure sous des courants d’amplitude
faible mais signifiante.
La valeur de la pente Id/It à paramétrer correspond à la valeur maximale de Id/It. Ceci revient à
maximiser Id et minimiser It. Dans le paragraphe précédent nous avons établi :

qui correspond au courant différentiel maximum mesuré en fonctionnement normal.


On montre que la valeur minimale du courant traversant

On aboutit ainsi à la valeur maximale de la pente:

55
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Application Numérique :

1 5 1 5
((1 5) 1 1 3 5) ( ) 43 57 %
1 1 1 1

Ce changement de pente varie jusqu’à 2,5In.

c. Pourcentage Id/It2

La courbe doit être réglée suffisamment haut pour palier le pire des cas, où seul les TC d’un côté
satureraient et pas les autres. Typiquement cette pente est réglée entre 60 et 70% jusqu’à la valeur
du seuil haut.

d. Principe et réglage du seuil haut

Le seuil haut permet de détecter un défaut interne à la zone protégée par élévation du courant
différentiel (ce défaut peut par exemple être un défaut aux bornes primaires du transformateur). Si
le courant différentiel dépasse une valeur seuil, fixée préalablement (Idmax), la protection
déclenche en un temps plus court qu’une protection à maximum d’intensité.

Un défaut interne à la zone produit des courants différentiels et traversant importants, on se situe
donc dans la partie supérieure droite de la caractéristique à pourcentage.

Lorsqu’il est actif, le seuil haut est réglé au-dessus du courant d’enclenchement avec une marge de
40% typiquement pour que la protection ne déclenche pas à l’enclenchement du transformateur.
𝐼𝑒
𝐼𝑑𝑚𝑎𝑥 14
𝐼𝑛

Avec :
Ie est le courant d’enclenchement crête ;
In est le courant nominal crête du transformateur.
Ce seuil est réglé à 12 *In.

ii. Protection Buchholz

Cette protection est sensible à tous les défauts internes qui provoquent un arc électrique tels que :
 Claquage ;
 Détérioration des circuits magnétiques ;
 Echauffements anormaux provoquant la décomposition de l’huile.

Elle ne peut donc être utilisée qu’en secours. Le flotteur peut actionner une alarme et conduire à des

56
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

actions préventives.

iii. Surcharge thermique 49


La caractéristiques thermique du transformateur est définie par la relation suivante :

𝜃 𝜃𝑚(1 𝑒 −𝑡 𝑇𝑒
)

 
= température à l’instant t
m = température maximale nominale (lorsque I = In en permanence)
t = temps de calcul
Te = constante de temps thermique à l’échauffement

𝑇𝑒 417 𝐺 𝜃𝑚 𝑃

Avec :
G : poids de la pièce en Kg
P : puissance dépensée en W
θι=0,632*θm

Figure 22: Caractéristique thermique du transformateur

iv. Protection de terre restreint 64REF

Il s’agit d’une protection différentielle qui détecte la différence des courants résiduels mesurés sur
la mise à la terre du neutre d’une part et sur la sortie triphasée du transformateur d’autre part. Cette
fonction est réglée pour un seuil de 10% In et n’admet pas de temporisation.

Les résultats de protection du transformateur sont donnés dans L’ANNEXE 6.

III.4. Protection des jeux de barres

i. Protection de tension 59/27

C’est la protection de contrôle d’une tension trop élevée ou trop basse, elle est réglée à +10/-7 % de
la valeur de la tension assignée selon les exigences du l’ONEE.

ii. Protection du synchronisme 25

57
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

La fonction de contrôle de synchronisme est réglée dans une marge de ± 0,1 Hz de fréquence, de 10
% de l’amplitude et de 5° seuil d’écart du déphasage.

iii. Protection de défaillance disjoncteur 50BF

La protection de défaillance du disjoncteur est plus rapide que l’action par la sélectivité
chronométrique on prend une valeur de 100 ms pour les demi jeux de barres 33 KV et une valeur de
1s pour le jeu de barre 225 KV.

Les résultats obtenus pour la protection des jeux de barres sont donnés dans L’ANNEXE 6.

IV. Etude de sélectivité


IV.1. Généralités

La sélectivité est une capacité d’un ensemble de protections à faire la distinction entre les
conditions pour lesquelles une protection doit fonctionner de celles où elle ne doit pas fonctionner.
La sélectivité vise à isoler le plus rapidement possible la partie du réseau affectée par un défaut, et
uniquement cette partie, en laissant sous tension toutes les parties saines de ce réseau.
Les différents moyens qui peuvent être mis en œuvre pour assurer une bonne sélectivité dans la
protection d’un réseau électrique, les plus importants sont les trois types suivants:
 Sélectivité ampérométrique par les courants,
 Sélectivité chronométrique par le temps,
 Sélectivité par échange d’informations, dite sélectivité logique.
Le critère adopté pour le réseau étudié pour assurer la sélectivité est le critère ampéro-
chronométrique.
Ce système de sélectivité présente l'avantage d'assurer son propre secours. En effet, si à la suite
d'une défaillance d'un relais ou d'un disjoncteur, l'ouvrage en défaut n'est pas normalement
éliminée, la protection placée immédiatement en amont intervient à son tour et élimine, en secours,
l'ouvrage défaillant. La différence des temps de fonctionnement entre deux protections successives
est l'intervalle de sélectivité.
Cet intervalle de sélectivité doit être suffisant et doit tenir compte :
 du temps d'élimination du défaut par les disjoncteurs;
 des tolérances des temporisations;
 du temps de retour au repos des relais.
Ces trois contraintes amènent à une tolérance minimum de 200 ms, appelée intervalle de sélectivité
définit par la norme NFC 13 100.

- Sélectivité ampérométrique:

Cette sélectivité est basée sur le fait que dans un réseau, le courant de défaut est d’autant plus faible
que le défaut est plus éloigné de la source. Une protection ampérométrique est disposée au départ de
chaque tronçon. Son seuil est réglé à une valeur inférieure à la valeur d’Icc minimal provoqué par
un défaut sur la section surveillée, et supérieure à la valeur maximale du courant provoqué par un
défaut situé en aval (au-delà de la zone surveillée). Ainsi réglée, chaque protection ne fonctionne
que pour les défauts situés immédiatement en aval de sa position (à l’intérieur de la zone
surveillée), et est insensible aux défauts apparaissant au-delà.

58
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

- Sélectivité chronométrique :

Cette technique permet d’obtenir une sélectivité au-delà du courant de réglage magnétique du
disjoncteur amont. Le principe est de laisser le temps au disjoncteur aval de déclencher en premier
en retardant l’action du disjoncteur amont, ce qui impose quelques contraintes.
L'appareil amont doit être temporisable et être capable de supporter le courant de court-circuit et ses
effets pendant toute la durée de temporisation. De même, le dimensionnement des conducteurs doit
permettre de supporter les contraintes thermiques résultantes.

IV.2. Etude de sélectivité du parc

L’étude de sélectivité diffère suivant le type de défaut, nous distinguons entre la sélectivité contre
les surcharges et la sélectivité entre les courts circuits.
Dans cette partie on utilise le module Star du logiciel ETAP afin de vérifier la sélectivité.
La sélectivité est assurée si le temps de non-déclenchement du disjoncteur amont est supérieur au
temps maximal de coupure du disjoncteur.
Cette condition est réalisée en pratique si:

 Surcharge : Iramont(I>) /Iraval(I>)> 1,6


 Court-circuit : Ipdcamont > 2*Iraval(I>>)

On détermine :

 Ir(Départ transfo.225 KV): seuil de réglage du relais du départ transformateur 225 KV 80


MVA,
 Ir(Départ transfo.33 KV): seuil de réglage du relais en amont du transformateur33 KV 80
MVA,
 Ir (Arrivée grappe): seuil de réglage du relais des arrivées grappe,
 Ir(WTG) : seuil de réglage du relais des transformateurs 3,5 MVA.

i. Vérification de la sélectivité

a. Sélectivité entre les WTGs et les arrivées grappes

 Lors d’une surcharge :


Notons :
Le rapport Ir(WTG) / Ir(Arrivée grappe)=440/100=4,4 > 1,6 donc le déclenchement est sélectif.

 Le courant de court-circuit :

Le pouvoir de coupure des disjoncteurs des arrivées grappes est de 25 KA et les courants de réglage
de court-circuit des WTGs sont pour expression :

Ir(WTG)=0,8*Iccb(WTG)=0,8*13,32=26,64 KA

13,32 KA correspond à la valeur le plus grande des courts circuits biphasés sur les arrivées grappes.
On trouve que 25 KA < 26,64 KA donc la sélectivité ampérométrique n’est pas vérifiée. Donc, la

59
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

sélectivité chronométrique s’impose.

La temporisation de la protection du court-circuit des WTGS est réglée à 0ms et du surcharge à 600 ms
tout en respectant la courbe de magnétisation du transformateur 3,5 MVA.

La temporisation de la protection du court-circuit des arrivées grappes est réglée à 200ms pour être
sélective avec la protection de la WTG et celle du court-circuit est réglée à 800 ms.

Figure 23: Courbe de sélectivité entre WTGs et Arrivée grappe

La sélectivité dans le cas de surcharge et de court-circuit est vérifiée pour les quarante éoliennes par
rapport aux six arrivées grappes tout en respectant la protection des câbles.

b. Sélectivité entre les arrivées grappe et le couplage

On fait le réglage du coulage de telle manière à isoler les arrivées saines dans le cas d’un défaut, il
sera la première protection à déclencher dans le cas d’un défaut aux jeux de barre suivi par le
départ transfo.33 KV de la partie affectée.

60
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 24: Extrait du schéma unifilaire montrant les arrivées grappes et le couplage

On règle le point du couplage à double seuil, Le seuil haut I>>> à temps défini est réglé pour
protéger le primaire 33kV du transformateur, la liaison transformateur/ jeu de barres 33kV et les
défauts jeux de barres. La temporisation est réglée à 400ms pour être sélective avec le seuil haut de
la protection arrivée grappe réglée à 200ms.

Le deuxième seuil à temps défini I>> est réglé pour éliminer en secours les défauts jeux de barres
33kV, La temporisation est réglée à 600ms.

c. Sélectivité entre les arrivées grappes et départ transformateurs

L’étude de sélectivité à ce niveau permet d’assurer le déclenchement des disjoncteurs des arrivées
grappes avant celui du départ transformateur lors d’un défaut survenant au niveau des câbles
souterrains.

Figure 25 : Extrait du schéma unifilaire montrant les arrivées grappes et le départ transformateur 33KV

 Lors d’une surcharge :

Le rapport Ir(Départ transfo.33 KV) / Ir(Arrivée grappe)=1650/440=3,75 > 1,6donc le


déclenchement est sélectif.

 Le courant de court-circuit :

61
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Ir(Arrivée grappe)=0,8*Iccb(Arrivée grappe)=0,8*14,75 KA =11,8 KA

Nous remarquons que 25 KA >23,6 donc la sélectivité ampérométrique est assurée.

La sélectivité dans le cas de surcharge et de court-circuit est vérifiée pour les six arrivées grappes
par rapport aux deux départs transformateurs.

La courbe de sélectivité est donnée dans l’annexe.

d. Sélectivité entre amont et aval du transformateur 33/225 KV

L’étude de sélectivité à ce niveau nous permettra de coordonner entre les disjoncteurs en aval et
amont des transformateurs 80 MVA 33/225 KV.

Figure 26: Schéma du transformateur

 Lors d’une surcharge :


Le rapport Ir(Départ transfo.225 KV) / Ir(Départ transfo.33 KV) = 264*(225/33)/1650= 1,09< 1,6
La sélectivité ampérométrique n’est pas assurée totalement. Elle est partielle.
Pour assurer une sélectivité totale, nous avons introduit une temporisation permettant de donner au
relais du disjoncteur amont un certain temps avant de s’ouvrir en cas de non ouverture de celui aval.

 Lors d’un court-circuit triphasé :


Nous remarquons que les courants de court-circuit mesurés que ce soit par le TC en amont et en
aval du des transformateurs sont presque les mêmes. Ainsi, pour assurer la sélectivité entre les deux
relais des disjoncteurs, nous avons introduit une temporisation adéquate.

L’intervalle de sélectivité chronométrique choisi (pour les deux cas : surcharge et court-circuit) est
estimée à une valeur de 200ms.

Ainsi, la sélectivité est vérifiée pour les deux transformateurs 33/225 KV.
Les courbes de sélectivités et le tableau de réglage final sont donnés dans L’ANNEXE 6.

62
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Remarque :

ETAP permet l’ajustement des courbes de sélectivité en fonction du réglage ampérométrique des
relais ainsi que la temporisation entre les différents étages du réseau. Ceci est réalisé tout en
respectant la courbe de protection des câbles, autrement dit les courants parcourant les câbles lors
d’un défaut doivent être supportés par ces derniers. De plus, les protections liées aux
transformateurs ne doivent pas déclencher pendant leur magnétisation.

ii. Simulation de sélectivité

Le module Star de ETAP permet la vérification de sélectivité en simulant un ensemble des défauts
(entre phase, défaut terre) sur différents points de l’installation.

 Défaut triphasé sur arrivée grappe

Figure 27: Séquence du déclenchement 1

63
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

 Défaut triphasé sur le câble reliant les éoliennes 14 et 15 dans le cas du couplage fermé

Figure 28: Séquence du déclenchement 2

Conclusion
Dans ce chapitre, on a défini le plan de protection du parc qui permet d’assurer le maintien en toute
sécurité de tous ses éléments dans le cas d’un défaut. Ceci est fait sur la base du réglage des
fonctions de protection activées pour chaque élément, accompagné d’une étude de sélectivité.

64
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Chapitre IV

Conformité du parc au code du réseau

65
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Introduction
L'intégration des parcs éoliens pose, au réseau national d’énergie électrique, de nouvelles
contraintes par rapport aux sources d’énergies conventionnelles dont le comportement est bien
maitrisé. Afin de relever le défi de coordination d’une production d'électricité basée sur
l'exploitation de l’énergie éolienne avec le reste du système électrique, le Maroc impose dans son
code de réseau de nouvelles exigences relatives au raccordement et au fonctionnement des parcs
éoliens. Il s’agit d’élaborer des exigences de raccordement et de fonctionnement des parcs éoliens
afin de garder au maximum les éoliennes connectées au réseau. Le système électrique doit résister
aux différentes perturbations et avoir la capacité de contribuer à la stabilité et à la sécurité du
réseau.

Bref, l’objectif du code de réseau est de fixer des règles techniques de raccordement au réseau de
transport de l’électricité, de conduite et de fonctionnement du système électrique afin de garantir un
niveau adéquat de sécurité et de fiabilité.

Dans ce chapitre, on s’intéresse à la vérification du niveau de conformité du parc éolien Khalladi


aux conditions techniques du code de réseau. Dans le cas où les limites ne sont pas respectées, des
solutions seront proposées.

I. Les conditions techniques du raccordement du parc

Les conditions techniques de raccordement du parc éolien au réseau national contiennent


fondamentalement les dispositions constructives et organisationnelles ainsi que les règles
techniques que doivent respecter l’installation de production d'énergie électrique en vue de leur
raccordement au réseau électrique.
L’installation doit satisfaire certaines exigences afin d’assurer la sécurité et la sûreté du
fonctionnement du système selon le code du réseau de l’ONEE.

Ces exigences sont détaillées dans ce qui suit.

i. Perturbation générée au point de raccordement commun

 Flicker :

Le flicker, ou papillotement de tension est une fluctuation de tension électrique causée par des
perturbations électromagnétiques ou par des variations de puissance sur le réseau porteur de cette
tension.
Les valeurs limites pour le flicker en conformité avec le rapport technique CEI 61000-3-7 dans les
réseaux HT et THT sont :
Pst = 0.8 & Plt = 0.6
Pst : Flicker à court terme quantifié sur 10 min

66
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Plt : Flicker à long terme quantifié sur 120 min

 Harmoniques :

Les limites des niveaux des tensions harmoniques en HT et THT sont données conformément à la
norme CEI 61000-3-6 :

Tableau 11: CEI 61000-3-6 limites de niveaux de tensions harmoniques

 Déséquilibre de la tension :

Le taux de déséquilibre de la tension est le rapport entre la composante inverse de la tension et sa


composante directe.
En se référant à la norme CEI 1000-2-2, la valeur limite de ce rapport en THT est de 1%.

ii. Fourniture et absorption du réactif / mode de réglage :

Le parc doit assurer le réglage de la tension au niveau du JDB de la tension la plus haute du poste
d’évacuation du parc moyennant des boucles de régulation avec consigne tension, puissance réactive ou
cos (𝜑).
Il doit pouvoir fournir ou absorber le réactif dans les limites suivantes :
Absorption : entre 0 et 0.3 𝑃n
Fourniture : entre 0 et 0.4 𝑃n
𝑃 étant la puissance nominale du parc éolien.

iii. Tenue aux variations de fréquence :


La marge de variation de fréquence tolérable en situation normale est de 50 ± 0.1 Hz.
En situation dégradée, la tolérance augmente jusqu’à 50 +1 Hz/ -2,5Hz.

iv. Tenue aux variations de la tension

Pour le réseau 60kV : 60 kV ±10%

67
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Pour le réseau 225 kV : 225 kV +10% / -7%


Pour le réseau 400 kV : 400 kV ±5%

v. Tenue aux creux de tension :


Le parc doit supporter des creux de tension allant jusqu’à 80% de la tension nominale pendant 600
ms.

Figure 29: Tenue aux creux de tension

vi. Limites de tension et de surcharge tolérables dans le réseau de transport :

Les dépassements suivants sont tolérés :

 Une surcharge de ligne de 120% pendant 20 minutes ;


 Une variation de tension de ± 5% pour le niveau de tension 400 kV en situation dégradée ;
 Une surtension de ±10%pour les niveaux de tensions 225 kV et 60 kV en situation
dégradée.

II. Réglage de la tension


II.1. Contexte

Il est possible de générer de la puissance réactive avec les génératrices éoliennes pilotées par des
convertisseurs d’électronique de puissance, cependant la puissance réactive échangée avec le réseau
n’est pas simplement la somme des puissances réactives de chacune des éoliennes. Le bilan de la
puissance réactive du réseau interne du parc introduit une différence significative. Par ailleurs, les
échanges de puissance réactive de chacune des éoliennes avec le réseau vont modifier le plan de
tension du parc.
L’objectif de cette partie est de déterminer la puissance réactive globale que peut fournir ou
absorber un parc éolien tout en restant dans les limites de tension acceptables dans le parc.
Cela définira les marges admissibles de participation au réglage du réactif du parc face à la consigne
de puissance réactive déterminée par L’ONEE.

Le parc raccordé sur le réseau doit participer au contrôle de la tension de manière continue,
dynamique et rapide. Les éoliennes doivent être munies d’un système automatique de régulation de
la tension et être en mesure de fournir ou d’absorber, en régime permanent, la puissance réactive
nécessaire au maintien de la tension dans les limites admissibles de fonctionnement du réseau de

68
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

transport.

La régulation de la tension dans le parc peut être réalisée par l’unité de production éolienne elle-
même ou au moyen d’autres équipements ajoutés au parc (SVC, STATCOM, etc..). Dans tous les
cas, la performance du réglage de tension fournie par le parc doit être similaire à celle d’une
centrale de même puissance munie d’alternateurs synchrones classiques.

Le réglage de la tension est étroitement lié au contrôle de l’énergie réactive au niveau du parc,
l’explication mathématique est donnée par la relation suivante :

R. P X. Q
∆U
𝑈

En haute tension, la résistance des lignes R est négligeable vis-à-vis l'impédance X,


En outre S

Donc l'équation devient :


∆U Q
𝑈 S

Donc, c'est la variation de la puissance réactive Q qui est prépondérante et doit être bien contrôlée.
En effet, dans le cas d’une chute de tension dans le réseau, c’est l’augmentation de la puissance réactive
qui permet de diminuer cette chute pour ramener la tension à sa valeur initiale. Dans l’autre cas quand il
s’agit d’une surtension, on a intérêt à diminuer la puissance réactive.

II.2. Energie réactive des éléments du parc

 Les lignes et les câbles

Les caractéristiques L et C des lignes et des câbles sont telles que ces éléments sont consommateurs
ou producteurs d'énergie réactive selon leur charge.

Pour une liaison triphasée :


Q 3 CwV2Lw I2 
C : capacité de la liaison
L : inductance de la liaison
V : tension simple
I : courant véhiculé par la liaison

 Les transformateurs

Un transformateur consomme une puissance réactive qui peut être déterminée approximativement

69
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

en ajoutant :

- une partie fixe qui dépend du courant magnétisant à vide I0 :

Q0 = 3Un I0

- une partie approximativement proportionnelle au carré de la puissance apparente qui transite :

U
S
Ucc: tension de court-circuit du transformateur en p.u
S : puissance apparente transitée par le transformateur
Sn : puissance apparente nominale du transformateur
Un : tension composée nominale

La puissance réactive totale consommée par le transformateur est :

Qt=Q0+Q

 Les génératrices éoliennes

En raison de l’inductance magnétisante des machines asynchrones, le convertisseur relié au réseau


peut être commandé de manière à minimiser la puissance réactive pendant l’amorçage de la
génératrice (auto-excitation).

Les deux convertisseurs ont la capacité de générer ou absorber de la puissance réactive, ils peuvent
ainsi contrôler le niveau de la puissance réactive. La puissance réactive fournie au réseau peut-être
contrôlée par la puissance réactive générée ou absorbée par le convertisseur relié au rotor. La
puissance réactive est échangée entre ce convertisseur et le réseau, à travers le générateur car celui-
ci absorbe de la puissance réactive pour compenser les inductances mutuelles et les inductances de
fuites.

Figure 30: Convertisseur de fréquence relié au rotor de la génératrice éolienne

70
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Remarque :
La puissance réactive des transformateurs et des câbles n’est pas contrôlable vu qu’elle dépend de
leurs éléments intrinsèques et de la puissance qui y transite, alors que les génératrices contribuent à
la régulation de l’énergie réactive.
Ainsi, on évalue l’énergie réactive pour les cas limites de fonctionnement du parc en fonction de la
plage de tensions fixées par le code du réseau de l’ONEE, et les limites de tension admissibles de la
génératrice ainsi que son domaine d’absorption et de fourniture en énergie réactive.

II.3. Tenue aux variations de tension

La fiche technique du constructeur de la turbine éolienne VESTAS V90 .3MW indique la plage de
tension dans laquelle cette dernière est opérationnelle, elle est de 0,9 pu à 1,1pu. Le constructeur
assure le fonctionnement normal dans ladite plage par le bais de la protection à minimum et à
maximum de tension.

Pour le code de réseau, il demande à ce que le parc doit tenir aux variations de tension 225KV
+10%/-7 %.au PCC. Autrement, le parc doit rester connecté au réseau pour des valeurs de la tension
du réseau se situant entre 0 .93pu et 1.1 pu.

Afin de vérifier cette tenue, en utilisant le logiciel DIgSILENT PowerFactory, les simulations
suivantes ont été réalisées :

 Surtension de 10 % au niveau du réseau (225KV+10 %)


Les résultats de la simulation montrent que la tension au niveau des WTGs est bien maintenue dans
les plages admissibles. En outre aucun déclenchement contre les surintensités n’avait lieu ce que
prouve la tenue du parc à la surtension produite.

 Chute de tension de 7% au niveau du réseau (225KV-7%)


Idem les tensions au niveau des WTGs sont bien dans l’intervalle de fonctionnement normal. Aussi
aucun déclenchement contre les surintensités n’avait lieu ce que prouve la tenue du parc à la baisse
de tension produite.

 On peut alors conclure que le parc répond bien à l’exigence du code de réseau en terme de
tenue aux variations de tension.

II.4. Compensation de l’énergie réactive

Des recherches antérieures et des expériences pratiques ont montré que les perturbations électriques
telles que la perte d'une paire de lignes de transmission et les courts circuits, engendrent des chutes
de tension considérables au PCC. Ces variations de tension sont en partie induites par les transits de
puissance réactive. C'est pourquoi, il est demandé aux éoliennes actuellement connectées au réseau

71
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

de transport de participer au réglage de la tension via un réglage de la puissance réactive. Ce réglage


est possible avec les éoliennes connectées au réseau via de l'électronique de puissance et, si
nécessaire, par l'ajout des compensateurs.

La compensation de la puissance réactive se fait par plusieurs méthodes traditionnelles et modernes.


Dans notre cas, il s'agit de fournir au réseau la puissance réactive nécessaire pour le maintien de la
tension au PCC au-dessus d'une certaine valeur permettant à l'éolienne de rester connectée au réseau
malgré un défaut. La compensation de puissance réactive est définie comme la gestion de la
puissance réactive pour améliorer le rendement du système électrique. L'utilisation d'un
compensateur statique (SVC), permet de réguler cette tension et de maintenir les éoliennes
connectées au réseau même sous certaines conditions de perturbation.

a. Les WTGs absorbent leur maximum d’énergie réactive

L’absorption maximale des WTGs est de 0,609 MVAR qui correspond à un cos ϕ =0,98 capacitif.
Dans ce cas, on évalue la puissance réactive au point du raccordement au réseau pour les cas limites
de fonctionnement à savoir à la tension 225 KV et 247,5 KV (225+10%) au PCC. Ainsi, on
détermine les niveaux de tension dans les deux demi jeux de barre 33KV .Lesquels tensions
reflètent les tensions des différents points du parc.

La limite d’absorption fixée par le code du réseau est de 30 % de la puissance nominale du parc soit
36 Mvar qui correspond à cos(φ)=0,96(i).

 U=225 KV

Puissance des turbines : 3/-0,875 (Mw/Mvar)

Puissance réactive au PCC : 58,32 Mvar


cos(φ)= 0,9 (i)

Tension au JDB MT133 KV (pu) : 0,96


Tension au JDB MT233 KV (pu) : 0,96

Besoin en énergie réactive pour atteindre cos(φ)= 0,96 (i) : 22,32 Mvar

 U=247,5 KV (225+10% KV)

Puissance des turbines : 3/-0,875 (Mw/Mvar)

Puissance réactive au PCC : 52,71 Mvar


cos(φ)= 0,91 (i)

Tension au JDB MT133 KV (pu) : 1,07


Tension au JDB MT233 KV (pu) : 1,07

72
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Besoin en énergie réactive pour atteindre cos(φ)= 0,96 (i) : 16,71Mvar

D’après les résultats de calcul du load flow, on remarque que les niveaux de tension au niveau des
éoliennes sont bien dans la plage admissible 1KV (±10 %) pour les différents variations de tension
au PCC ( 1pu et 1,1 pu ) dans le cas où les éoliennes absorbent de la puissance réactive.

b. Les WTGs fournissent leur maximum d’énergie réactive

Dans ce cas, on suppose que les éoliennes fournissent leur valeur maximale d’énergie réactive qui
est de 0,609 Mvar correspondant à cos ϕ =0,96 inductif. On évalue l’énergie réactive et les tensions
dans les cas limites de fonctionnement, à la tension 225 KV et 209,25 KV (225-7%) au PCC.

La limite de fourniture fixée par le code du réseau est de 40 % de la puissance nominale du parc soit
-48 Mvar qui correspond à cos(φ)=0,92(c).

 U=225 KV

Puissance des turbines : 3/ 0,609 (Mw/Mvar)

Puissance réactive au PCC : -6,33 Mvar


cos(φ)= 1 (c)

Tension au JDB MT133 KV (pu) : 1,01


Tension au JDB MT233 KV (pu) : 1,01

Besoin en énergie réactive pour atteindre cos(φ)= 0,92 (c) : -41,67 Mvar

 U=209,25 KV (225-7% KV)

Puissance des turbines : 3/0,609 (Mw/Mvar)

Puissance réactive au PCC : -2,91Mvar


cos(φ)= 1 (c)

Tension au JDB MT133 KV (pu) : 0,94


Tension au JDB MT233 KV (pu) : 0,94

Besoin en énergie réactive pour atteindre cos(φ)= 0,92 (c) : -45,09 Mvar

L’ensemble des résultats de calcul dans les quatre points de fonctionnement est donné dans
L’ANNEXE 7.

II.5. Dimensionnement des compensateurs

Dans une application éolienne, afin de respecter les contraintes d’interconnexion des parcs éoliens,
les compensateurs doivent d’un côté protéger le parc éolien des défauts provenant du réseau

73
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

principal et contribuer d’un autre côté au contrôle du facteur de puissance au point de connexion du
parc éolien en régime normal d’opération.
Dans les deux cas, on détermine le dimensionnement minimal pour assurer le fonctionnement
correct du parc en régime normal et en régime de défaut.

D’après les quatre cas de fonctionnements limites du parc, on détermine le besoin en énergie
réactive pour répondre aux exigences du raccordement du parc en terme de respect des seuils
d’absorption et de fourniture de l’énergie réactive, ainsi que les limites de tensions admissibles
fixées par le code du réseau.

La solution proposée est de prévoir 4 capacités de 12 MVAR chacune et 2 réactances de 4 MVAR.

Le tableau suivant résume les résultats obtenus après l’insertion des capacités et des réactances dans
le réseau pour les 4 cas :

Après compensation
WTG fournit le maximum de
WTG absorbe le maximum de Q
Q
Limite
48/0,92 36/0,96
Q(MVAR)/cos(φ)
U au PCC (pu) 0,93 1 1 1,1
4*12(capacité)
4*12 2*12(capacité)
Compensation + 2*12(capacité)
(capacité) +2* (réactance)
2*4 (réactance)
Q au PCC (MVAR) -47,63 -48,83 32,85 6,2
cos(φ) 0,93 0,92 0,96 0,96
U au JDBMT1 (pu) 0,98 ,04 0,98 1,08

U au JDBMT2 (pu) 0,98 1,04 0,978 1,08

Tableau 12: Résultats de la puissance réactive et de la tension après compensation

D’après les résultats de calcul, on voit la nécessité d’installer des compensateurs variables, vu que
chaque point de fonctionnement présente un besoin en énergie réactive bien déterminé. Pour
répondre à cette exigence on choisit le compensateur statique de puissance réactive.
En effet, le SVC (Static Var Compensator) est un équipement de compensation parallèle à base
d'électronique de puissance (Thyristor) capable de réagir en quelques cycles aux modifications du
réseau.

Les SVC sont dérivés de la combinaison d’éléments inductifs et capacitifs qui permettent le
contrôle global de la puissance réactive échangée selon les nécessités de compensation. La
configuration la plus commune est TCR + TSC.

74
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 31: Schéma de fonctionnement principal de SVC

Un TCR (Thyristor Controlled Reactors) est un gradateur sur une charge purement inductive qui se
comporte comme une inductance dont la valeur de l’impédance à la fréquence du fondamental peut
être contrôlée de façon continue sur une plage donnée.
Un TSC (Thyristor Switched Capacitors) est un banc de condensateurs commutables qui se
comporte comme un condensateur dont la valeur peut prendre un nombre fini de valeurs.

L'installation d'un compensateur statique de puissance réactive en un point spécifique du réseau


peut atténuer les oscillations de puissance réactive et permet une réduction du Flicker de 25% à
50%.

Concernant l’emplacement des compensateurs, on opte pour une compensation partielle dans les
deux demi jeux de barre 33 KV.

L’emplacement est donné dans la figure suivante :

Figure 32: L’emplacement des compensateurs dans le parc

75
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

III. Analyse des harmoniques du parc


III.1. Contexte de l’étude

L'énergie électrique, principalement produite et distribuée sous forme de tensions triphasées


sinusoïdales, permet de fournir la puissance électrique nécessaire aux différentes charges sur le
réseau électrique. Les paramètres caractéristiques de ce réseau sont la fréquence, l’amplitude, la
symétrie du système triphasé et la forme d’onde de la tension. Cette dernière doit être sinusoïdale.
Cependant, lorsque la forme d'onde de la tension n'est plus sinusoïdale, on rencontre des
perturbations qui peuvent affecter le bon fonctionnement de nombreux équipements et de charges
raccordées sur le réseau électrique.
La présence des harmoniques de courant ou de tension conduit à des effets néfastes sur le réseau,
comme par exemple :

 L’échauffement des conducteurs, des câbles, des condensateurs et des machines dû aux
pertes Cuivre et fer supplémentaires ;
 L’interférence avec les réseaux de télécommunication, causée par le couplage
électromagnétique entre les réseaux électriques et les réseaux de télécommunication qui peut
induire dans ces derniers des bruits importants ;
 Le dysfonctionnement de certains équipements électriques comme les dispositifs de
commande et de régulation. En présence d’harmoniques, le courant et la tension peuvent
changer plusieurs fois de signe au cours d’une demi-période. Par conséquent, les
équipements sensibles au passage par zéro de ces grandeurs électriques sont perturbés ;
 Des phénomènes de résonance. Les fréquences de résonance des circuits formées par les
inductances du transformateur et les capacités des câbles sont normalement assez élevées,
mais celles-ci peuvent coïncider avec la fréquence d’un harmonique. Dans ce cas, il y aura
une amplification importante qui peut détruire les équipements raccordés au réseau ;
 La dégradation de la précision des appareils de mesure ;
 Des perturbations induites sur les lignes de communication, rayonnement électromagnétique
notamment.

Ainsi, l’un des effets les plus néfastes est celui de la circulation des courants harmoniques de rang 3
et multiples de 3 dans le conducteur de neutre. Il peut être bien supérieur au courant circulant dans
les phases.

III.2. Effet sur le facteur de puissance

On peut déterminer le courant permanent circulant dans le neutre à partir de l’analyse des
harmoniques dans l’ensemble du réseau. Plusieurs critères existent pour mesurer les perturbations
harmoniques mais c’est le Taux de Distorsion Harmonique (THD) qui est le plus couramment
utilisé.

En présence d’harmoniques, le courant circulant dans le réseau s’écrit sous la forme suivante :

76
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Avec :
I1 : Valeur efficace du courant du fondamental;
Ih :Valeur efficace du courant harmonique de rang h ;
φ1 : Déphasage du courant fondamental ;
φh Déphasage de l’harmonique de rang h.

Figure 33: Représentation de l’effet d’un harmonique

Le THD étant défini comme le rapport entre la résultante de toutes les composantes harmoniques
et le fondamental du courant peut être exprimé en pourcentage et calculé comme suit :

I : Valeur efficace de i(t).


IH : Résultante des composantes harmoniques.

En régime périodique, les expressions instantanées de tension et du courant sont données par :

Le facteur de puissance est défini, dans le cas général, comme étant le rapport de la puissance active
sur la puissance apparente.

77
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Dans le cas où la tension du réseau est alternative, on obtient :

Où :
I1 : Valeur efficace du fondamental du courant ;
φ: est le déphasage entre la tension et le fondamental du courant.
Les puissances active et réactive définies pour la fréquence fondamentale étant respectivement :

On définit la puissance déformante D permettant de tenir compte des harmoniques par l’expression:

L’expression du facteur de puissance peut alors se mettre sous la forme suivante :

Ainsi, les harmoniques de courant créent une puissance dite déformante qui dégrade le facteur de
puissance. On remarque qu’en régime sinusoïdal la puissance déformante est nulle, et le facteur de
puissance s’exprime simplement par :

Les distributeurs d’énergie fixent un taux admissible aux points de raccordement de leurs réseaux.
Ces limites sont définies dans le code de réseau de l’ONEE donné dans la première partie. Au-delà
de ces valeurs, il est nécessaire d’installer des dispositifs de filtrage.

78
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Pour déterminer le besoin en filtre, on fait une analyse des harmoniques du parc afin d’évaluer le
taux d’harmonique généré par l’ensemble des éléments du parc et le comparer avec les limites
imposé par l’ONEE.

III.3. Evaluation des harmoniques dans le parc

Pour réaliser une étude d’harmonique du parc et évaluer le taux d’harmonique au point du
raccordement au réseau, il faut inclure la contribution de tous les éléments de l’installation, à savoir
les génératrices éoliennes, les câbles souterrains, les transformateurs, la bobine du point neutre, et
les condensateurs de compensations. Et ceci pour différentes valeurs de tension admissible au PCC.

 Les génératrices éoliennes

La génératrice utilisée est une machine asynchrone à double alimentation dont le rotor est connecté
au réseau par le biais des convertisseurs de fréquence, ainsi la génératrice éolienne elle-même est
une source d’harmoniques vu qu’elle s’agit d’un équipement non linéaire. Ceci prouve sa force
contribution à la pollution harmonique dans le parc.
En effet, Ces convertisseurs sont des sources polluantes qui absorbent des courants non sinusoïdaux
et consomment de la puissance réactive. Ces courants harmoniques circulant à travers les
impédances du réseau, peuvent créer des tensions harmoniques et ainsi perturber le fonctionnement
des autres équipements branchés au PCC.

Les harmoniques générés par l’éolienne utilisée sont donnés par le constructeur Vestas90.3 MW.

 Les transformateurs

Les transformateurs sont généralement conçus pour fonctionner proche de leur limite de saturation.
Cette condition peut générer des harmoniques vu la relation non linéaire entre la tension et le
courant, en particulier lorsque le transformateur fonctionne dans un état de surtension.

 Les câbles et les compensateurs

Ces éléments introduisent des phénomènes de résonance dans le parc à cause des inductances du
transformateur et des capacités des câbles et ceux des compensateurs qui sont normalement assez
élevées, ces élements peuvent coïncider avec la fréquence d’un harmonique. Dans ce cas, il y aura
une amplification importante qui peut détruire les équipements raccordés au réseau.

 La Bobine du Point Neutre

La BPN empêche la propagation des courants harmoniques de rang 3 et leurs multiples

III.4. Analyse des résultats sur logiciel DIgSILENT PowerFactory

i. Présentation du logiciel

DIgSILENT définit les standards et les tendances pour la simulation, l'analyse et la modélisation
des réseaux électriques. Les avantages du logiciel PowerFactory sont l'intégration fonctionnelle, la

79
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

performance de la modélisation des réseaux industriels et les capacités d'analyse de l'interaction


entre les réseaux.

PowerFactory offre une suite complète de fonctions pour l’étude de grands réseaux d’énergie
électrique interconnectés intégrant de nouvelles technologies pour la production et le transport
d’énergie comme la production d’énergie éolienne, les centrales électriques virtuelles et les FACTS.

Les fonctions généralement requises incluent :

 Ecoulement de puissance/Analyse des contingences / Transit de puissance optimisé ;


 Analyse des courts circuits (CEI 60909, ANSI C37, analyse de défauts multiples) ;
 Analyse des harmoniques ;
 Analyse de la stabilité en petits signaux et pour les très grands réseaux ;
 Coordination et simulation de la protection des systèmes de transport ;
 Interfaces avec SCADA/systèmes de gestion d’énergie.

Dans cette partie, on exploite l’analyse des harmoniques fournie par le logiciel qui consiste à faire :

- Ecoulement de puissance harmonique ;


- Indices de tension et courant harmonique ;
- Sources de tension et courant harmoniques.

On a refait la modélisation du réseau éolien sous DIgSILENT, le schéma de modélisation est donné
dans L’ANNEXE 8.

ii. Evaluation du taux d’harmoniques

Dans cette partie, on étudie les harmoniques pour les tensions limites de fonctionnement du parc en
tenant compte de la compensation utilisée dans chaque cas :

Q(Mvar) Compensation utilisée Mvar


U(pu)au PCC
WTG Capacité Réactance

cas 1 0,609 0,93 4*12 -

cas2 0,609 1 4*12


2*4

cas3 -0,875 1 2*12 -

cas4 -0,875 1,1 2*12 2*4


Tableau 13: Etude de cas des harmoniques

80
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

 Etude de cas1

Dans ce cas, on considère que les génératrices éoliennes consomment la valeur maximale de
l’énergie réactive pour une tension de 0,93 pu au PCC. La compensation utilisée est de 4*12 Mvar
qui sera intégrée dans le calcul.

Les résultats fournis par DIgSILENT sont donnés les figures suivantes :

Figure 34: Les taux d’harmonique de tension au PCC cas1 Figure 35 :Le spectre d’impédance au PCC cas 1

La valeur du taux de distorsion d’harmonique est THD(%)= 0,66 %.

 Etude de cas2

Dans ce cas, on considère que les génératrices éoliennes consomment la valeur maximale de
l’énergie réactive pour une tension de 1 pu au PCC. La compensation utilisée est de 4*12 Mvar et
de 4*2 de réactance qui sera intégrée dans le calcul.

81
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Les résultats fournis par DIgSILENT sont donnés les figures suivantes :

Figure 36: Les taux d’harmonique de tension au PCC cas 2 Figure 37:Le spectre d’impédance au PCC cas2

La valeur du taux de distorsion d’harmonique total est THD(%)=0,59

 Etude de cas3

Dans ce cas, on considère que les génératrices éoliennes consomment la valeur maximale de
l’énergie réactive pour une tension de 1.1 pu au PCC. La compensation utilisée est de 2*12 Mvar
qui sera intégrée dans le calcul.

Les résultats fournis par DIgSILENT sont donnés dans les figures suivantes :

82
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 38: Les taux d’harmonique de tension au PCC cas 3 Figure 39:Le spectre d’impédance au PCC cas 3

La valeur du taux de distorsion d’harmonique total est THD(%)=1,43

 Etude de cas 4

Dans ce cas, on considère que les génératrices éoliennes fournissent la valeur maximale de l’énergie
réactive pour une tension de de 1,1 pu au PCC. La compensation utilisée est de 4*12 Mvar +2*4
Mvar qui sera intégrée dans le calcul.

Les résultats fournis par DIgSILENT sont donnés les figures suivantes :

83
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 40: Les taux d’harmonique de tension au PCC cas 4 Figure 41:Le spectre d’impédance au PCC cas 4

La valeur du taux de distorsion d’harmonique total est THD(%)=1,19

Constat :
Pour l’ensemble des cas étudiés, on remarque que les taux d’harmonique pour les différents rangs
de fréquence sont bien inférieurs aux limites, cependant il y a apparition de la résonance au tour de
la fréquence 5 pour tous les cas, ceci se justifie par une injection maximale du 5 ème harmonique du
courant par les génératrices éoliennes.

Ainsi, on prévoit l’installation d’un filtre pour pallier au problème de la résonance. On choisit un
filtre passif vu que le parc ne présente pas de multiples fréquences de résonance.

Conclusion
Dans ce chapitre les exigences techniques de raccordement auxquelles doit satisfaire le parc éolien
ont été examinées de façon à garantir le fonctionnement sûr du système électrique. Les exigences
vérifiées visent essentiellement le fonctionnement efficient du système électrique et reposent sur la
fiabilité et la stabilité du réseau électrique, le maintien de la qualité du service pour les clients
raccordés au réseau et la protection des équipements.

84
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Annexes

99
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

ANNEXE 1 : Les quatre types des éoliennes et leurs caractéristiques

Type Caractéristiques Schéma


WTG est mis en œuvre avec une cage
d'écureuil générateur à induction (IgSC) et
est relié directement à un transformateur
Type1 : élévateur t. La vitesse de la turbine est
Conventionn fixe (fixe ou à peu près) à la fréquence du
al Induction réseau électrique, et génère la puissance
Generator réelle (P) lorsque l'arbre de turbine tourne
plus vite que la fréquence du réseau
électrique créant un effet négatif
glissement (glissement positive et la
puissance est la convention de
l'automobile).

Machine asynchrone à rotor bobinée est


relié directement à un transformateur
élévateur dans un aérogénérateur de façon
similaire au Type 1 en ce qui concerne le
stator, et comprend une résistance variable
dans le rotor. Ceci peut être accompli avec
un ensemble de résistances et de
l'électronique de puissance externes au
rotor avec
Type 2 : courants circulant entre les résistances et le
Variable Slip rotor par des bagues collectrices. En
Induction variante, les résistances et l'électronique
Generator peuvent être monté sur le rotor, ce qui
élimine les bagues collectrices, tel est la
conception Weier. Les résistances
variables sont connectées au circuit de
rotor doucement et peut commander les
courants de rotor tout à fait rapidement de
manière à maintenir une puissance
constante même pendant les conditions du
rafale, et peuvent influencer la réponse
dynamique de la machine lors de
perturbations du réseau.

100
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

communément connu comme machine


asynchrone à double alimentation
(MADA) , prend la conception de type 2,,
en ajoutant une fréquence variable en
courant alternatif d'excitation (au lieu
simplement de la résistance) au circuit du
Type 3 : rotor. L’excitation additionnelle du rotor
Doubly Fed est alimenté par des bagues collectrices par
Induction un courant régulé,
Generator convertisseur tension-source, ce qui permet
de régler l'amplitude et la phase du
courant rotorique presque instantanément.
Ce
convertisseur côté rotor est relié dos-à-dos
avec une grille convertisseur latéral, qui
échange directement avec la puissance du
réseau.

offre beaucoup de flexibilité dans la


conception et le fonctionnement comme la
sortie de la machine tournante est envoyé
au réseau par le biais du convertisseur de
fréquence. La turbine est autorisée à
tourner à sa vitesse aérodynamique
optimale, ce qui entraîne une sortie de très
grande valeur du courant alternatif. En
outre, la boîte de vitesses peut être éliminé,
de telle sorte que la machine tourne à une
vitesse réduite et génère une fréquence
Type 4 : Full électrique bien inférieur à celui du réseau.
Scale Power Aucun problème pour une turbine de type
Converter 4, comme les onduleurs convertissent la
puissance, et offrent la possibilité
d'alimentation du réseau par l’énergie
réactive. Les machines tournantes de ce
type ont été réalisé sous la forme de
machines synchrones à rotor bobiné,
semblable aux générateurs classiques
trouvés dans les centrales hydroélectriques
avec le contrôle du courant et un nombre
de pôle élevé, comme la machine
synchrone à aimant permanent, ou la
machine asynchrone à cage d’écureuil.
Toutefois, compte tenu de la capacité du
convertisseur côté machine, pour contrôler
le flux d’énergie active et réactive, tout
type de machine pourrait être utilisée.

101
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

ANNEXE 2 : Schéma unifilaire du parc sous ETAP

Figure 1 : Schéma unifilaire du parc

102
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

ANNEXE 3 : Méthode de calcul du court-circuit

Tableau 1 : Valeurs du facteur de tension c (cf. CEI 60909)

Tableau 2 : Valeurs des courants de court-circuit en fonction des impédances du réseau (cf. CEI 60909)

 Calcul des différents courants

-Courant de court-circuit initial (I"k)

Le calcul des différents courants de court-circuit initiaux I"k est effectué en appliquant les formules

103
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

du tableau 2.

-Courant de court-circuit de crête ip

La valeur de crête ip du courant de court-circuit, dans les réseaux non maillés, peut être calculée,
quel que soit la nature du défaut, à partir de la formule suivante :

Où :

I"k= courant de court-circuit initial,

= facteur fonction des rapports R / X, calculé par la formule approchée suivante:

-Courant de court-circuit coupé Ib

Le calcul du courant de court-circuit coupé Ib n’est nécessaire que dans le cas de défaut proche des
alternateurs et lorsque la protection est assurée par des disjoncteurs retardés.

Rappelons que ce courant sert à déterminer le PdC de ces disjoncteurs.

Ce courant peut être calculé avec une bonne approximation, à l’aide de la formule suivante :

Dans laquelle :

= facteur fonction du temps mort minimal tmin et du rapport I"k/ Ir qui traduit l’influence des
réactances subtransitoire et transitoire, avec Ir = courant assigné de la machine.

Le facteurpour le calcul du courant de court-circuit coupé Ib est donné par le norme CEI
60909 selon les courbes suivantes :

104
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 1 : Le facteur  pour le calcul du courant de court-circuit coupé Ib

-Courant de court-circuit permanent Ik

L’amplitude du courant de court-circuit permanent Ik, étant dépendant de l’état de saturation du fer
des alternateurs, son calcul est moins précis que celui du courant symétrique initial I"k.

Les méthodes de calcul proposées peuvent être considérées comme procurant une estimation
suffisamment précise des valeurs supérieure et inférieure pour le cas où le court-circuit est alimenté
par un alternateur ou une machine synchrone. Ainsi :

 le courant de court-circuit permanent maximal, sous la plus forte excitation du générateur


synchrone, est donné par :

 le courant de court-circuit permanent minimal est obtenu pour une excitation constante
(minimale) à vide de la machine synchrone. Il est donné par :

Avec :

λ= facteur dépendant de la réactance synchrone saturée Xdsat.

105
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Les valeurs de λmax et λmin sont données par les figures suivantes :

Figure 2 :facteurs λmax et λmin selon la norme CEI 60909


La première figure pour les turbo-alternateurs et la deuxième pour les alternateurs

106
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Tableau 3 : Résultats de calcul

107
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

ANNEXE 4 : Vérification des sections

108
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

109
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Tableau 1 : Valeur de facteur de contrainte thermique K

110
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Caractéristique du cable Facteurs de correction


U
S Iz’ S1 DU DU Icc S2 S
(KV P(KW) S(KVA) FP In R X Ib (A) K
mm L (m) K12 k13 K14 K15 (A) (mm²) (%) (%) (KA) (mm²) (mm²)
) (A) Ω/km Ω/km
²
C1-2 33 3000 3125 0,96 185 372 0,211 0,115 241 54,7 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,02 9,28 98,7 185
C2-3 33 6000 6250 0,96 185 372 0,211 0,115 1900 109,3 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,26 10,60 112,8 185
GRAPPE N°1

C3-4 33 9000 9375 0,96 185 372 0,211 0,115 213 164,0 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,04 10,79 114,8 185
C4-5 33 3000 3125 0,96 185 372 0,211 0,115 220 54,7 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,01 10,79 114,8 185
C4-6 33 15000 15625 0,96 240 434 0,161 0,110 1862 273,4 0,96 1 0,962 0,74 0,68 297 240 0,50 12,05 128,2 240
PT6 33 18000 18750 0,96 400 560 0,101 0,100 4940 328,0 0,96 1 0,962 0,74 0,68 383 400 1,07 15,82 168,3 400
1,89
C10-
33 3000 3125 0,96 185 372 0,211 0,115 249 54,7 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,02 10,99 116,9 185
9
C9-8 33 6000 6250 0,96 185 372 0,211 0,115 232 109,3 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,03 11,23 119,5 185
C8-7 33 9000 9375 0,96 185 372 0,211 0,115 404 164,0 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,08 11,60 123,4 185
GRAPPE N°2

C7-
33 12000 12500 0,96 185 372 0,211 0,115 564 218,7 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,15 12,06 128,3 185
12
C12-
33 15000 15625 0,96 185 372 0,211 0,115 1118 273,4 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,38 12,64 134,4 185
13
C11-
33 3000 3125 0,96 185 372 0,211 0,115 428 54,7 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,03 12,64 134,4 185
13
PT1
33 21000 21875 0,96 400 560 0,101 0,100 4136 382,7 0,96 1 0,962 0,74 0,68 383 400 1,04 15,82 168,3 400
3
1,73
C14-
33 3000 3125 0,96 185 372 0,211 0,115 362 54,7 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,02 12,52 133,2 185
15
C15-
33 6000 6250 0,96 185 372 0,211 0,115 246 109,3 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,03 12,83 136,5 185
16
GRAPPE N°3

C16-
33 9000 9375 0,96 185 372 0,211 0,115 249 164,0 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,05 13,14 139,7 185
17
C17-
33 12000 12500 0,96 240 434 0,161 0,110 278 218,7 0,96 1 0,962 0,74 0,68 297 240 0,06 13,46 143,2 240
18
C18-
33 15000 15625 0,96 300 490 0,129 0,110 216 273,4 0,96 1 0,962 0,74 0,68 335 300 0,05 13,70 145,7 300
19
PT1
33 18000 18750 0,96 400 560 0,101 0,100 2252 328,0 0,96 1 0,962 0,74 0,68 383 400 0,49 15,82 168,3 400
9
0,70

111
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

C20-
33 3000 3125 0,96 185 372 0,211 0,115 219 54,7 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,01 14,68 156,2 185
21
C21-
33 6000 6250 0,96 185 372 0,211 0,115 268 109,3 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,04 15,10 160,6 185
22
C22-
33 12000 12500 0,96 185 372 0,211 0,115 442 218,7 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,12 15,10 160,6 185
GRAPPE N°4

23
C23-
33 9000 9375 0,96 185 372 0,211 0,115 259 164,0 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,05 14,45 153,7 185
24
C24-
33 6000 6250 0,96 185 372 0,211 0,115 223 109,3 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,03 14,10 150,0 185
25
C25-
33 3000 3125 0,96 185 372 0,211 0,115 244 54,7 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,02 13,78 146,6 185
26
PT2
33 21000 21875 0,96 400 560 0,101 0,100 1499 382,7 0,96 1 0,962 0,74 0,68 383 400 0,38 16,45 175,0 400
2
0,65
C33-
33 3000 3125 0,96 185 372 0,211 0,115 225 54,7 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,02 13,04 138,8 185
32
C32-
33 6000 6250 0,96 185 372 0,211 0,115 227 109,3 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,03 13,35 142,0 185
31
C31-
33 9000 9375 0,96 185 372 0,211 0,115 309 164,0 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,06 13,68 145,6 185
GRAPPE N°5

29
C29-
33 3000 3125 0,96 185 372 0,211 0,115 518 54,7 0,96 1 0,962 0,74 0,68 254 185 0,03 13,68 145,6 185
30
C29-
33 15000 15625 0,96 240 434 0,161 0,110 540 273,4 0,96 1 0,962 0,74 0,68 297 240 0,14 14,16 150,7 240
28
C28-
33 18000 18750 0,96 240 434 0,161 0,110 220 328,0 0,96 1 0,962 0,84 0,78 337 240 0,07 14,42 153,4 240
27
PT2
33 21000 21875 0,96 400 560 0,101 0,100 2203 382,7 0,96 1 0,962 0,74 0,68 383 400 0,55 16,45 175,0 400
7
0,91
C40-
33 3000 3125 0,96 185 372 0,211 0,115 329 54,7 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,02 11,49 122,3 185
39
GRAPPE N°6

C39-
33 6000 6250 0,96 185 372 0,211 0,115 249 109,3 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,03 11,75 125,0 185
38
C38-
33 9000 9375 0,96 185 372 0,211 0,115 457 164,0 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,09 12,19 129,7 185
37
C37-
33 12000 12500 0,96 185 372 0,211 0,115 231 218,7 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,06 12,46 132,6 185
36

112
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

C36-
33 15000 15625 0,96 185 372 0,211 0,115 226 273,4 0,96 1 0,962 0,84 0,78 289 185 0,08 12,73 135,4 185
35
C35-
33 18000 18750 0,96 300 490 0,129 0,110 286 328,0 0,96 1 0,962 0,74 0,68 335 300 0,08 12,99 138,2 300
34
PT3
33 21000 21875 0,96 400 560 0,101 0,100 4098 382,7 0,96 1 0,962 0,74 0,68 383 400 1,03 16,45 175,0 400
4
1,37
Cell
ule 4x 288 183
Liaison MT/TR

33 76800 80000 0,96 0,063 0,100 110 1 400 0,96 1 0,962 0,69 0,64 4*630 0,07 0,07 15,82 168,3 2520
MT1 630 0 5
/TP1
Cell
ule 4x 288 183
33 76800 80000 0,96 0,063 0,100 140 1 400 0,96 1 0,962 0,69 0,64 4*630 0,09 0,09 16,45 175,0 2520
MT2 630 0 5
/TP2
K1 K2 K3 K7
Cell
ule
MT1 33 192 200 0,96 185 372 0,211 0,115 30 3,5 0,91 1 0,85 1 0,77 288 185 0,00 0,00 15,82 168,3 185
Liaison MT/TSA

/TS
A1
Cell
ule
MT2 33 192 200 0,96 185 372 0,211 0,115 40 3,5 0,91 1 0,85 1 0,77 288 185 0,00 0,00 16,45 175,0 185
/TS
A2

Tableau 2 : Résultats de vérification de section

113
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

ANNEXE 5 : Calcul du courant capacitif du parc

Cable Section C(µF/Km) L(m) Icapacitif(A) Total Ic(A)


C2-1 185 0,24 271 1,17
GRAPPE N° 1

C3-2 185 0,24 1930 8,31


C4-3 185 0,24 243 1,05
C4-5 185 0,24 250 1,08
C6-4 240 0,26 1892 8,83
PT6 400 0,32 4970 28,54
48,98
C9-10 185 0,24 279 1,20
C8-9 185 0,24 252 1,09
GRAPPE N° 2

C7-8 185 0,24 434 1,87


C12-7 185 0,24 594 2,56
C13-12 240 0,26 727 3,39
C13-11 185 0,24 458 1,97
PT13 400 0,32 4166 23,93

114
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

36,01
C15-14 185 0,24 392 1,69

GRAPPE N° 3
C16-15 185 0,24 276 1,19
C17-16 185 0,24 280 1,21
C18-17 185 0,24 308 1,33
C19-18 240 0,26 246 1,15
PT19 400 0,32 2282 13,11
19,66
C21-20 185 0,24 249 1,07
C22-21 185 0,24 298 1,28
GRAPPE N° 4

C23-22 185 0,24 472 2,03


C24-23 185 0,24 289 1,24
C25-24 185 0,24 253 1,09
C26-25 185 0,24 274 1,18
PT22 400 0,32 1529 8,78
16,69
C32-33 185 0,24 255 1,10
C31-32 185 0,24 257 1,11
GRAPPE N° 5

C29-31 185 0,24 339 1,46


C30-29 185 0,24 549 2,36
C28-29 240 0,26 442 2,06
C27-28 240 0,26 250 1,17
PT27 400 0,32 2233 12,82
22,08
C39-40 185 0,24 359 1,55
C38-39 185 0,24 279 1,20
GRAPPE N° 6

C37-38 185 0,24 487 2,10


C36-37 185 0,24 261 1,12
C35-36 185 0,24 256 1,10
C34-35 300 0,28 316 1,59
PT34 400 0,32 4128 23,71
Départ
TR1 33 KV 630 0,35 110 2,76
Départ
TR2 33 KV 630 0,35 140 3,52
32,37
Icapacitif total de l'installation= 182,07
Tableau 1 : Résultats de calcul du courant capacitif

115
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

ANNEXE 6 : Réglage de protection

Code Libellé de la fonction Définition


ANSI
12 Survitesse Détection de survitesse des machines tournantes
14 Sous-vitesse Détection de sous-vitesse des machines tournantes
21 Protection de distance Détection de mesure d’impédance
21B Minimum d’impédance Protection de secours des générateurs contre les courts-
circuits entre phases
24 Contrôle de flux Contrôle de surfluxage
25 Contrôle de synchronisme Contrôle d’autorisation de couplage de deux parties de
réseau
26 Thermostat Protection contre les surcharges
27 Minimum de tension Protection pour contrôle d’une baisse de tension
27D Minimum de tension directe Protection des moteurs contre un fonctionnement à
tension insuffisante
27R Minimum de tension Contrôle de disparition de la tension entretenue par les
rémanente machines tournantes après déconnexion de
l’alimentation
27TN Minimum de tension Détection de défaut d’isolement à la terre
résiduelle harmonique 3 d’enroulements statoriques (neutre impédant)
32P Maximum de puissance active Protection de contrôle de transfert maximal de puissance
directionnelle active
32Q Maximum de puissance Protection de contrôle de transfert maximal de puissance
réactive directionnelle réactive
37 Minimum de courant phase Protection triphasée contre les minima de courant
37P Minimum de puissance active Protection de contrôle de transfert minimal de puissance
directionnelle active
37Q Minimum de puissance Protection de contrôle de transfert minimal de puissance
réactive directionnelle réactive
38 Surveillance de température Protection contre les échauffements anormaux des
de paliers paliers des machines tournantes
40 Perte d’excitation Protection des machines synchrones contre défaut ou
perte d’excitation
46 Maximum de composante Protection contre les déséquilibres des courants des
inverse phases
47 Maximum de tension inverse Protection de tension inverse et détection du sens de
rotation inverse de machine tournante
48 - Démarrage trop long et Protection des moteurs contre le démarrage en surcharge
51LR blocage rotor ou sous tension réduite, et pour charge pouvant se
bloquer
49 Image thermique Protection contre les surcharges
49T Sonde de température Protection contre les échauffements anormaux des
enroulements des machines

116
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

50 Maximum de courant phase Protection triphasée contre les courts-circuits entre


instantanée phases
50BF Défaillance disjoncteur Protection de contrôle de la non-ouverture du disjoncteur
après ordre de déclenchement
50N Maximum de courant terre Protection contre les défauts à la terre :
ou instantanée 50N : courant résiduel calculé ou mesuré par 3 TC
50G 50G : courant résiduel mesuré directement par un seul
capteur (TC ou tore)
50V Maximum de courant phase à Protection triphasée contre les courts-circuits entre
retenue de tension phases, à seuil dépendant de la tension
instantanée
50/2 Mise sous tension Détection de mise sous tension accidentelle de
7 accidentelle générateur générateur
51 Maximum de courant phase Protection triphasée contre les surcharges et les courts-
temporisée circuits entre phases
51N Maximum de courant terre Protection contre les défauts à la terre :
ou temporisée 51N : courant résiduel calculé ou mesuré par 3 TC
51G 51G : courant résiduel mesuré directement par un seul
capteur (TC ou tore)
51V Maximum de courant phase à Protection triphasée contre les courts-circuits entre
retenue de tension phases, à seuil dépendant de la tension
temporisée
59 Maximum de tension Protection de contrôle d’une tension trop élevée ou
suffisante
59N Maximum de tension Protection de détection de défaut d’isolement
résiduelle
63 Pression Détection de défaut interne transformateur (gaz,
pression)
64RE Différentielle de terre Protection contre les défauts à la terre d’enroulements
F restreinte triphasés couplés en étoile avec neutre relié à la terre
64G 100 % stator générateur Détection de défauts d’isolement à la terre des
enroulements statoriques (réseau à neutre impédant)
66 Limitation du nombre de Protection contrôlant le nombre de démarrages des
démarrages moteurs
67 Maximum de courant phase Protection triphasée contre les courts-circuits selon le
directionnelle sens d’écoulement du courant
67N/ Maximum de courant terre Protection contre les défauts à la terre selon le sens
67NC directionnelle d’écoulement du courant (NC : Neutre Compensé)
78 Saut de vecteur Protection de découplage à saut de vecteur
78PS Perte de synchronisme (pole Détection de perte de synchronisme des machines
slip) synchrones en réseau
79 Réenclencheur Automatisme de refermeture de disjoncteur après
déclenchement sur défaut fugitif de ligne
81H Maximum de fréquence Protection contre une fréquence anormalement élevée
81L Minimum de fréquence Protection contre une fréquence anormalement basse

117
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

81R Dérivée de fréquence (rocof) Protection de découplage rapide entre deux parties de
réseau
87B Différentielle jeu de barres Protection triphasée contre les défauts internes de jeu de
barres
87G Différentielle générateur Protection triphasée contre les défauts internes
d’alternateurs
87L Différentielle ligne Protection triphasée contre les défauts internes de ligne
87M Différentielle moteur Protection triphasée contre les défauts internes de
moteur
87T Différentielle transformateur Protection triphasée contre les défauts internes de
transformateur
Tableau 1 : Code ANSI

Protection différentielle (87T)

Seuil de réglage
Coté primaire Coté secondaire
Seuil de
Inprimaire I TCprimaire Insecondaire ITCseconadaire Seuil Seuil
K1 changement de K2
(A) (A) (A) (A) d'amorçage max
pente
1399,64 1500 205,28 300 0,35 44% 5,60 65% 11,20
Tableau 2 : Réglage de la protection différentielle du transformateur 87T

Protection différentielle de terre restreinte(64REF) Protection 59 Protection 27


Tension(V) Réglage Seuil Temps(s) Seuil Temps(s)
In(A) Iprimaire(A) Seuil de réglage
1399,64 1500 0,093 225 10% 247,5 10 209,25 10

Tableau 3 : Réglage de la protection de terre Tableau 4 : Réglage de la protection à max /min de tension
restreinte du transformateur du JDB 225KV

Protection de synchronisme 25 Surcharge thermique(49)


Fréquence Amlitude Phase In(A) I Tcprimaire(A) Seuil Temps(ms)
±0,1 HZ 10/-7 % 5° 1399,64 1500 1,39964 500
Tableau 5 : Réglage de la protection de synchronisme Tableau 6 : Réglage de la protection de surcharge thermique
du JDB 225KV

118
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Protection image thermique (49 RMS)


Seuil
S(MVA) Seuilde déclenchement (°C)
d'alarme(°C)
80 100 120
Tableau 7 : Réglage de la protection Image thermique
du transformateur

Protection directionnelle terre (67N)

Icapacitif (A) Iprimaire TC tore seuil(A) angle caractéristique

Arrivee grappe N° 1 48,98 50 1,17552 90°


Arrivee grappe N° 2 36,01 50 0,86424 90°
Arrivee grappe N° 3 19,66 50 0,47184 90°
Arrivee grappe N° 4 16,69 50 0,40056 90°
Arrivee grappe N° 5 22,08 50 0,52992 90°
Arrivee grappe N° 6 32,37 50 0,77688 90°
Tableau 8 : Réglage de la protection directionnelle terre

119
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 1 :Courbe de sélectivité phase sous 33KV entre l’arrivée grappe le départ transfo 33KV et le transformateur de
puissance TR1 80 MVA

120
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 2 : Courbes de sélectivité phase sous 225 KV entre l’arrivée JDB 33KV et le départ transfo 225KV le
transformateur de puissance TR1 80 MVA

121
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 3 : Courbes de sélectivité phase sous 33KV entre l’arrivée grappe et le couplage JDB

122
Projet de Fin d’Etudes
2015/2016

Figure 4 : Courbes de sélectivité terre entre l’arrivée JDB 33KV et le départ transfo 225KV

123

Vous aimerez peut-être aussi