Vous êtes sur la page 1sur 4

GREM 2011 TS Lieux géométriques et nombres complexes avec Geoplan

D’après un sujet de Bac


Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal direct (O ; u , v ) On considère les points A, B et C
3 3
d’affixes z A   i , zB  z A et zC = –3
2 2
Partie A
1. Écrire les nombres complexes zA et zB sous forme trigonométrique.
2. Placer les points A, B et C.et démontrer que le triangle ABC est équilatéral.
Partie B
1
Soit f l’application qui, à tout point M d’affixe z du plan, associe le point M’ d’affixe z '  iz 2 .
3
On note O’, A’, B’ et C’ les points respectivement associés par f aux points O, A, B et C.
1. a. Déterminer la forme trigonométrique des affixes des points A’, B’ et C’.
b. Placer les points A’, B’ et C’.
c. Démontrer l’alignement des points O, A et B’ ainsi que celui des points O, B et A’.
1 3
2. Démontrer que si M appartient à la droite (AB) alors M’’ appartient à la parabole d’équation y   x 2  et
3 4
tracer cette parabole.
ACTIVITÉ

A
B' A'
C
o

1) En utilisant Geoplan ( mode complexe), créer les points A, B et C d’affixes respectives :


3 3
zA    i , zB  z A et zC = –3.
2 2

F.SUCCAR 1 GREM 2011


Nommer les affixes de A, B et C respectivement en utilisant créer , affixe d’un point dans
le plan complexe

Quelle semble être la nature du triangle ABC ?


Démontrer cette conjecture.

2) Soit f l’application qui, à tout point M d’affixe z du plan, associe le point M’ d’affixe
1
z '  iz 2 .en utilisant le mode complexe, créer f fonction de dans
3

3) Placer A’, B’ et C’ images respectives de A, B et C par f

Quelle conjecture peut-on formuler concernant les points O, A et B’ d’une part


ainsi que les points O, B et A’ d’autre part ? Démontrer cette conjecture

4) Soit M d’affixe z un point de la droite (AB) M’’ d’affixe z’=f(z)


Quel semble être le lieu de M ?
1 3
Tracer la parabole d’équation y   x 2  et démontrer votre conjecture
3 4

F.SUCCAR 1 GREM 2011


CORRECTION
3 3
On considère les points A, B et C d’affixes respectives : z A    i , zB  z A et zC = –3.
2 2
Partie A
1.
3 3 3 3
zA    i  zA    i  3 soit  un argument de z A , on a alors
2 2 2 2
3 1 5
cos    et sin  donc  =  2  d'autre part zB  z A  zB  z A = 3 et
2 2 6
5   5   5     5   5  
arg  zB    arg  z A    donc z A  3  cos    isin    et zB  3  cos    isin  
6   6   6    6   6 
2. C est un point de l’axe des réels, A et B sont symétriques par rapport à cet axe car
zB  z A , on a alors CA=CB d’autre part AB   xA  xB    yA  yB   3
2 2

2
3  3
2
12
AC   x A  xc    y A  yc          3 Par conséquent CA=CB=AB et le
2 2

2  2  4
triangle ABC est donc équilatéral.
Partie B
1
Soit f l’application qui, à tout point M d’affixe z du plan, associe le point M’ d’affixe z '  iz 2 .
3
On note O’, A’, B’ et C’ les points respectivement associés par f aux points O, A, B et C.
 ' 1 2  '
 z A '  3 iz A  z 
1
i  z 2

1
3
1  A ' A
a. z 'A '  iz A2    3 3
1. 3  arg z '  arg  1 iz 2   2   arg z '  arg  i   2 arg  z   2 
   
 A'  A   A' A
3 
 z 'A'  1  z 'A'  1  z 'A'  1
  
donc   10  13   de même
 arg  z A'     2   arg  z A'    2   arg  z 'A'    2 
' '

 2 6  6  6
 zB '  1
'
 zB '  1
'
 zB '  1
'

  
  10  7  5
 arg  zB '     2   arg  zB '    2   arg  zB' '    2 
' '

 2 6  6  6
 '  ' 1
z 
1
 9  3  zc '   9  3
1  c' 3  3
De plus zC' '  izC2   
3  arg  zC' '   arg  i   2 arg  zC   2   arg  z '   arg  i     2 
  C'
2
   '  5   5  '     
D’où z 'A'  cos    i sin   ; zB '  cos    i sin   ; zC '  3  cos    i sin   
 6
  6  6   6    2  2 
5 5
 
c. On a arg z B' ' 
6
 
 arg  z A  et   arg z 'A ' 
6
 arg  zB  d’où l’alignement des points

O, A et B’ ainsi que celui des points O, B et A’.

F.SUCCAR 1 GREM 2011


2. si M appartient à la droite (AB)
  y2 3 
2
3 1  3  1 9 
alors zM '    iy  zM '  i    iy   i   3iy  y 2   y  i   
2 3  2  3 4   3 4
 y2 3  xM '2 3
 xM '  y et yM '    yM '   alors M’appartient à la parabole d’équation
3 4 3 4
1 3
y   x2 
3 4

F.SUCCAR 1 GREM 2011