Vous êtes sur la page 1sur 34

HYDROGEOLOGIE DES MILIEUX FISSURES

2 it. JUIN 1983

DETERMINATION
DES CARACTÉRISTIQUES HYDRODYNAMIQUES
DES MILIEUX AQUIFÈRES PEU PERMÉABLES
SLUG TEST ET PULSE TEST

Bureau de Recherches Géologiques et Minières


Service Géologique National
Département E A U

Rapport du B . R . G . M .
82 SGN 943 EAU
HYDRCXIEOLOGIE DES MIUEUX FISSURES

DETERMINATION
DES CARACTÉRISTIQUES HYDRODYNAMIQUES
DES MILIEUX AQUIFÈRES PEU PERMÉABLES
SLUG TEST ET PULSE TEST

par

V. PETIT et P. VAUBOURG

avec la collaboration de G. BROSSIER

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES


SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL
Département EAU
B.P. 6009 - 45060 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.80.01

Rapport (du B.R.G.M.

82 SGN 943 EAU Décembre 1982

Réalisation : Département des Arts Graphiques


RESUME

Le slug test et le pulse test sont deux essais simples et bien


adaptés à l'évaluation des paramètres hydrodynamiques [plus particuliè¬
rement la transmissivité] des milieux aquifères faiblement perméables,

(Dn trouvera dans ce rapport une description de leurs principes


et un exposé des procédures d'interprétation illustrées par des exerci¬
ces pratiques.

Ce rapport s'inscrit dans le cadre des travaux méthodologiques


du département EAU au Bureau de Recherches Géologiques et Minières.

* *
SOMMAIRE

INTRODUCTION 1

1. SLUG TEST OU CHOC HYDRAULIQUE 2

1.1. Principe de l'essai 2


1.2. Interprétation 3
1.3. Indications pour la programmation de l'essai 6

2. PULSE TEST 7
2.1. Principe de l'essai 7
2.2. Interprétation 8
2.3. Dispositifs expérimentaux 10
2.3.1. Changement positif de charge 10
2.3.2. Changement négatif de charge 10
2.3.3. Recommandations concernant les valeurs des
surcharges (H ) 11

3. COMPARAISON ENTRE LE PULSE TEST ET LE SLUG TEST 12

4. CONCLUSION 15

ANNEXE 1 - SLUG TEST OU CHOC HYDRAULIQUE, Exercice pratique 16

ANNEXE 2 - PULSE TEST, Exercice pratique 20

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 24
LISTE DES FI'GURES

SLUG TEST

FIGURE 1 - Schéma de principe du choc hydraulique

FIGURE 2 - Interprétation en coordonnées semi-Logarithmiques

FIGURE 3 - Détermination en coordonnées bi Logarithmiques du niveau


d'eau initiaL H
o

FIGURE 4 - Ordre de grandeur des durées d'essai (H/H = 0,3), en


fonction de La perméabilité

PULSE TEST

FIGURE 5 - Schéma de principe du puise test

FIGURE 6 - Exemples de dispositifs expérimentaux (changement positif


de charge)

FIGURE 7 - Exemple de dispositif expérimental (changement négatif de


charge)

SLUG TEST ET PULSE TEST

FIGURE ó - Comparaison des durées d'observation eratre le slug test


et Le puise test

FIGURE 9 - Comparaison des gammes de perméabilités accessibles par


le slug test et le puise test
LISTE DES PLANCHES

PLANCHE I - Courbes types H/H = F(a,B), en coordonnées semi-


logarithmiques

PLANCHE II - Courbes types H/H = F(a,B), en coordonnées biloga¬


rithmiques

PLANCHE III - Courbes types F(a,6), en fonction du produit a.B


(coordonnées semi -loga ri thmi ques)
INTRODUCTION

Les hydrogéologues ont été amenés, ces dernières années, notam¬


ment â l'occasion de l'étude de sites potentiels de stockage de produits
polluants, s estimer les caractéristiques hydrauliques de milieux géolo¬
giques réputés traditionnellement imperméables [granite, schistes faible¬
ment fracturés, argiles indurées, etc...K

Les méthodes classiques d'évaluation de ces caractéristiques [pom¬

pages d'essai, etc...] se sont révélées peu adaptées et d'autres essais


ont dO être mis en oeuvre.

L'objet de ce rapport est de présenter deux d'entre eux :

- le slug test ou choc hydraulique,


- le puise test.
1. SLUG TEST OU CHOC HYDRAULIQUE

1.1. Principe de 1 'essai

Le slug test consiste à suivre, dans un forage, l'évolution du


niveau d'eau H en fonction du temps t, après une variation brusque H du
niveau [figure 1]. La solution proposée par H. COOPER, I.D. BREDEHOEFT et
l.S. PAPADOPOULOS [1] et [3], pour un forage de diamètre fini est de la
forme :

t4- = F (6, a]

P
avec
r2
c

Tt
71

r rayon du forage au niveau du plan d'eau libre [m],


T transmissivité de l'aquifère (m2/s),
t temps écoulé depuis le changement de charge ou de
niveau d'eau [s],
S coefficient d'emmagasinement de l'aquifère [sans dimension]
r rayon du forage au niveau de la couche aquifére lm]

niveou d'eau immédiatement après l'injectiond'eou


niveou d'eou ou temps t

niveoud'eou
initio!

FIGURE 1 - Schéma de principe du- choc hydraulique


Les hypothèses d'application du choc hydraulique sont les mêmes
que pour le modèle de Theis.

1.2. Interprétation

L'interprétation se fait par ajustement, en coordonnées semi-


logarithmiques de la courbe expérimentale H/H = f [t] sur une des courbes
type H/H = F [6, a] tracée sur du papier de même module (figure 2 et plan¬
che I].

Etant donné la forme et la disposition très rapprochée des


courbes-types pour les faibles valeurs de a [valeurs inférieures à 10"^],
l'expérience de 1 'interprétateur joue un rOle important.

Pour mener à bien lAinterprétation, on doit faire une estimation


a priori de la valeur de a qui est égale à S, si r = r . On remarquera
c p
toutefois que l'ordre de grandeur des valeurs de T est respecté pour dif¬
férentes valeurs de a.

Au point 6=1 sur l'axe des abscisses de la courbe-type, on lit


la valeur correspondante t sur l'axe des abscisses de la courbe observée,
d'où :

r2 (m2]
T [mZ/s] =
t [s]

On estime généralement qu'il faut atteindre H/H = 0,3, pour pou¬


voir procéder à une bonne interprétation.

Remarque. Quand le milieu est relativement perméable, il est parfois déli¬


cat de connaître avec précision la valeur exacte de H . On peut s'affran¬
chir de cette difficulté, le niveau statique étant connu, soit par un arti¬
fice expérimental, soit par une interprétation en coordonnées bilogarithmi¬
ques :

- l'artifice expérimental consiste à immerger une masse dont le volume est


parfaitement connu. Une fois le niveau d'eau revenu s l'équilibre (H J,
la masse est retirée et on peut alors suivre la remontée du niveau d'eau.
Deux séries de mesures sont ainsi disponibles.
fig. 2 - Interprétotion en coordonne'es semi - logo ri thnnique s
>
t.
a>
1.10 -1 1 I I I I 1 1 I I 1 I I r-r- -T 1 1 I I r-r -t I I r-r-
m
o
D) 1.00 S = 10"®
Xl
L- T = 4.9 X 10"'' m2/s
o
O 0.90
avec rc = Tp: 70 mm
<D
a. 0.80 po nts expérimen taux
>-
+-

a>
O.TO
u.
rj
o
o o.eo
o
X
0.30

0.40

0.30

0.20

0.10

0.

10 10 fi-- 1 10 'courbe type Béta = ^jl- 10

10 102 10-^ t = 10'* lO^courbe observée Temps ( s ) 10®

paramètre <- r^ S / r^
se
l'interprétation en coordonnées bi-logarithmiques consiste à reporter
H observé, en fonction du temps, sur un papier de mêmes modules que les
courbes-types [planche II] j on cherche le meilleur ajustement de la
courbe observée sur une des courbes-type ,- le point d'intersection de
l'axe des ordonnées H observé de la courbe expérimentale avec la droite
horizontale d'ordonnée H/H = 1 de la courbe-type donne la valeur H

recherchée [figure 3]

0,2 0,3 0,5

O : points expérimentoux
-^ï courbe type

f i ç. 3 - Oe'^terminotion en coordonnées bilogarithmiques du niveou d'eou ini tiol Ho

Le lecteur trouvera à l'Annexe 1 une illustration pratique de la


méthode d'interprétation décrite dans ce paragraphe.
1.3. Indications pour la programmation de l'essai

Dans les milieux très faiblement perméables, le temps nécessaire


pour atteindre H/H^ =0,3 peut Être extrêmement long.

Le diagramme de la figure n''4 permet


première évaluation de une
la durée de l'essai, en faisant des hypothèses sur l'ordre de grandeur
attendu de la perméabilité.

fj = rp = 115 mm r^ = rp :76mm (NO)

10 10' 10' 10* lilO^ lOjiO^


tamps t pour ottaindra H/Ho>7D% (Mcond*)

fig.4 . Ordre de grondeur des durées d'essoi pour otteindre


^ = 0,3 en fonction de lo perméobilité .
Ho
2. PULSE TEST

2.1. Principe de 1 'essai

Le pulse test consiste à suivre dans un forage l'évolution de la


charge dans la formation essayée, en fonction du temps, après application
d'un changement de charge (H ] instantané.

Il est important de souligner qu'il n'est absolument pas néces¬


saire de connaître, avant l'essai, le niveau d'eau d'équilibre initial
dans la formation. Il suffit de remplir le forage d'eau avant d'appliquer
la variation de charge H [figure n° 5].

Les hypothèses de base pour


pompe
l'analyse de la variation de charge monomètre (

en fonction du temps, sont compara¬


SaEBS
bles à celles retenues pour l'inter¬
prétation du choc hydraulique. Mais niveau deau
d equilibre-*'
on suppose également que : initial .; .-,

foroge-
- la variation du niveau d'eau, rempli d eou

après remplissage du forage et


a
avant le changement de charge,
intervolle teste'sL^-î t^t T"
est négligeable,
t-l
l=C
- la variation de charge est la
-\m
même dans le forage et dans la
fig.S.Schémo de principe du puise. test
formation essayée.

le changement de charge ne modir


fie pas les caractéristiques hydrauliques naturelles de la formation.

les changements volumétriques des divers composants du dispositif d'essai


[obturateurs notamment] sont négligeables.
La solution proposée par J.D. BREDEHOEFT et J.S. PAPADOPOULOS [5]
est de la forme :

H
F (B,a]
H
0

TT r-?
avec ot = S

TT Tt
et
VC^pg

avec r rayon du tubage du forage [m] ,

r rayon du forage au niveau de la couche aquifére [m],


T transmissivité de l'aquifère [m^/s],
t temps écoulé depuis le changement de charge (s],
S coefficient d'emmagasinement [sans dimension],
V volume d'eau remplissant le forage Im^],
C coefficient de compressibilité de l'eau [m^/N],
[pour l'eau C e = 4,6 x 10"^° m /IM]
p densité de l'eau [Kg/m'^],
g accélétation de la pesenteur [m/s^]

On remarquera -que le terme r^ intervenant dans la définition de


a et de g pour le choc hydraulique devient : V C p g / ir dans le puise
test.

2.2. Interprétation

La procédure d'interprétation est différente selon que la valeur


a est supérieure ou inférieure à 0,1 :

ex < 0,1

L'interprétation se fait par ajustement en coordonnées semi-


logarithmiques de la courbe expérimentale H/H = f[t] sur une des courbes-
types H/H = f(3,a] [planche I], tracée sur un papier de même module.

Au point 3=1 sur l'axe des abscisses de la courbe-type, on lit


la valeur correspondante t sur l'axe des abcisses de la courbe observée.
d'où : w r,
V . C^ . p . g
e
T =
TT

avec p 'V 1 000 Kg/m^


g ^z 10 m/s^
C 'V' 4,6 X 10~^° IM/m^
e

a > 0_,1

Pour a > 0,1 [voir planche I], les courbes-types sont de forme
très semblables, assez espacées et presque parallèles entre elles.

Dans la pratique, plusieurs courbes types peuvent donc pennettre


un ajustement satisfaisant, ce qui correspond à plusieurs couples de va¬
leurs de a et de T possibles. On doit donc avoir recours à une autre pro¬
cédure d'interprétation.

Cette dernière consiste à rechercher le meilleur ajustement, en


coordonnées semi-logarithmiques, de la courbe expérimentale H/H = f[t],
avec une des courbes types F[a,B] en fonction du produit a. 6 [planche III]
tracées sur un papier de même module.

TT^ r2 T S t
a6 = P
[C . Cg . p . g]'

Au point 0.6 = 1 sur l'axe des abscisses de la courbe-type, on


lit la valeur correspondante t sur l'axe des abscisses de la courbe ob¬

servée. On alors la valeur du produit T. S :

[V . C^ . p . g]2
T.S - - ^
TT^ . r^

La procédure d'interprétation décrite ci-dessus est illustrée à


l'annexe 2 par un exercice pratique.
10

2.3. Dispositifs expérimentaux

2.3.1. 9'^ÊD2®!5?[!î_B2^1îif _^Ë_9!2ÈC9ê

Le changement de charge est provoqué après remplissage de l'ouvrage


avec de l'eau. Deux types de dispositifs expérimentaux sont présentés è la
figure n" 6. Les prises de pressions peuvent Être installées soit en surfa¬
ce, soit dans la cavité d'essai.

vonne vanne

-,-,-T pompe '-"^A pompe


manomètre 0- monomètre O-

niveau d'eou
d'équilibre
niveou d'eou
d'équilibre
p ;M=^o bturoteur-

intervolTi'tesIé

fig.6- Exemples de dispositifs expérimentaux


(chongement positif de chorge)

2.3.2. Çhangement^négati f _^de _çharge

Le dispositif expérimental de la figure n" 7 permet des changements


négatifs de charge. La vanne étant fermée, l'eau de la ligne 1 est évacuée
par injection d'air [ligne 2]. On ouvre ensuite la vanne pendant quelques
secondes et on la referme. L'évolution de la charge est suivie par un cap¬
teur placé dans la cavité d'essai. Ce dispositif offre l'avantage de ne pas

injecter d'eau dans le forage.


11

ligne d eau
(1) ligne d'oir

cavité d'essai bturoteurs

fig.7- Exemple de dispositif experimentol


(chongement négatif de chorge)

2.3.3. Reçommandations_concernant_l_es valeurs des surcharges


(changement positif de charge H ).

Il est indispensable de perturber le moins possible les forma¬


tions à essayer. On ne connaît que très rarement la valeur de la contrain¬
te principale minimale au droit du niveau à essayer. Aussi faut-il éviter
d'appliquer des surcharges trop élevées.

Il est recommandé de ne pas utiliser des surcharges [H ] supé


rieures à 10 m d'eau.
12

3. COMPARAISON ENTRE LE PULSE TEST ET LE SLUG TEST

Pour des valeurs de T et de S données, la durée de l'essai qu'il


soit du type puise ou du type slug est fonction de la quantité d'eau li¬
bérée vers la formation par unité de charge.

Ce volume est :

- pour le puise test égal à V.C .p.g,


- et pour le slug test à ir.r^

En supposant que la géométrie du dispositif expérimental mis en


place pour un slug test est telle que :

. 1/2
V . Cg . p .. g ^''^
r

l-a durée du siug test sera égale à celle du puise test.

L'avantage majeur du pul*se test sur le slug test, est, pour un même
T et un même S et le même dispositif expérimental, que la durée d'observa¬
tion nécessaire est généralement beaucoup plus courte. Une illustration en
est fournie à la figure n° 8. Cet exemple montre que H/H = 50 % est atteint
au bout de 25 mn, avec un puise test et qu'il faut attendre 416 jours avec
le slug test.

La figure n° 9 permet de comparer les gammes de perméabilité acces¬


sibles par le slug test et le puise test.
Données de mesure du calcul
n.-io -I 1 1 1 I 1 T- I lllll -1 1 1 I -I 1 llll r- I I I I r-

i-oo

0o90

0.80

0.10

0.60
o
I O^
0.50

0.40

0.30

0.20

0.10

0.

10
ii = 0,024 Jb =* 0,9
tpuise =; I-500S (25mn) t slug Oí 3,6 X 10^8 (416 ¡ours)

' J
fig. 8 - Cooiparoison des durées d observation
»
entre le slug test et le puple test _
14

hvpothèses de colcul
IOOO' slug test
.section tubage =5cm^
a> IOO' .section foroge s46cm2
.décroissonce min- 75%
10-
.décroissonce max.99^75%
.d u rée 7 j < t < mn I
c
o

pulse test

.décroissonce mrn. 10%


.décroissonce max. 90%
.du rée 7j<t < imn

perméabilité (m /s)

fig.9- Comporoison des gammes de perméabilités occessibles par le slug test et le puise test (&)
15

4. CONCLUSION

Le slug test et le pulse test, par leur mise en oeuvre simple, se


révèlent à l'expérience extrêmement pratiques pour évaluer la trans¬
missivité [T] des milieux faiblement perméables. Leur intérêt est, par
contre, beaucoup plus limité, en ce qui concerne la détermination du coef¬
ficient d'emmagasinement [S].

Enfin, il faut signaler que le volume de terrain influencé par ces


essais est limité. Les résultats obtenus sont donc représentatifs des con¬
ditions existantes au voisinage du forage.
16

ANNEXE 1

SLUG TEST OU CHOC HYDRAULIQUE

Exercice pratique
17

Un forage de diamètre r = 100 imi a été réalisé dans un granite


dans le but de préciser les caractéristiques hydrodynamiques d'un niveau
plus ou moins fracturé situé entre 41,50 m et 108,30 m (longueur de l'in¬
tervalle essayé : 66,8 m] de profondeur.

Le niveau a été isolé entre deux packers, et il a été procédé à

un slug test.

Les données expérimentales sont rassemblées dans le tableau ci-


dessous

t (mn] . H..(m]. t [mn] H [m]

1 4. 84 60 3.2?
3 4.B 70 3.08
6 4.69 80 2.93
10 4.56 90 2.76
13 4.46 115 2.41
16 4.35 130 2.22
20 4.24 140 2.11
23 4.13 150 2.02
26 4.05 173 1.78
30 3.94 213 1.4
33 3.87 230 1.31

36 3.79 260 1.16-


40 3.7 300 0.99
45 3.59 400 0.75
50 3.47 520 0.60
55 3.36

* Ouestions : a/ Evaluer H

b/ Calculer T

On suppose r = r .
c p

* Réponses : a/ H = 4,90 m [voir figure 1.1]


o ,

b/ Pour 6=1, t=65mn=oT=B,4x lO"^ m2/s


[voir figure 1 .2]
13

SLUG TEST OU CHQC HYDRAULIQUE


fig. 1.1. I nterpre'totion en coordonnées bilogori thmiques - E voluotion de Ho

H(m)
10-
9-
8-
7-

6- H : Ho =4,90 m

5-

4-

3-

courbe type (ploncheC)


2- ^ = 10^

9-
e-

7-

6-

5-

4-

"T I I 1 I I I I I -1 1 I I I II I -1 1 1 I IMI
2 3 4567B9I0 3 4 5 6 78 910^ 3 4 5 6 7 e9IO*tlmn)
SLUG TEST OU CHOC HYDRAULIQUE

fig. í-2. Interprétotion en coordonnées semi - logorithm iques

»tHo

0.9-
%. "fc^.
0.8- V
°^ Courbe type ( plonche 1) c<^ = 10"

0.7-

0.6- o

\
Q5- \
\
0.4- \ \
0.3-
\
\
\
0.2- \
X
0.1-
\

"1 1 T lllll "' ' r~ril III, T 1 T llll


3 4 5 6789 10 3 4 5 67789 10^ 2 3 456789 10' 2
t (mn)
fh= i t = 65 mn
20

ANNEXE 2

PULSE TEST

Exercice pratique
21

Un forage de diamètre r = 96 mm a t 0,90m


P
été réalisé dans du granite, pour reconnaî¬ 0 .f>.-f,- ÏKW.
tre la variation de la perméabilité en fonc¬
tion de la profondeur.
r, = 17 5 mm

Le niveau situé entre 43,04 m et


46,05 m de profondeur s'est révélé très peu
- pacKer
Û
perméable, et bien adapté pour un puise 4 3,04 m-

rn = 48 mm
test.

46.05 m
pocker
Les caractéristiques du dispositif
d'essai sont présentées à la figure ci-contre
et les mesures sont rassemblées dans le ta¬
bleau ci-dessous :

'%-Üs) '- " '\i:7{jî\) Mt (s] H [m]

5 0.67 220 0.23


10 0.62 240 0.22
20 0.55 260 0.205
30 0.50 280 0.2
40 0.46 300 0.19
50 0.43 350 0.17
60 0.40 400 0.16
70 0.38 450 0.14
80 0.36 500 0.13
90 0.35 550 0.12
100 0.33 600 0.11
120 0.31 650 0.10
140 0.29 700 0.09
160 0.27 750 0.08
180 0.26 800 0.075
200 0.24

La variation de charge H à l'origine est de 0;87 m.

* Ouestions : calculer T et S

* Réponses :

1. L'interprétation en coordonnées semi-logarithmiques montre que a est


22

supérieure à 0,1 et que plusieurs courbes-types [a = 1, 2 et 5] permet¬


tent un ajustement satisfaisant avec le courbe observée [figure 2.1].

2. On cherche alors le meilleur ajustement sur une des courbes-type


F(a, 6] en fonction du produit a. 6, La superposition la plus satisfai¬
sante est obtenue avec la courbe a = 1 [figure 2.2.]. La valeur du
produit T. S est donnée par la formule :

(V.C^.p.g]^
TS = ^
^2.r2.t

avec V = 6,4 x 10"^ m3


C
e
= 4,i X 10"^° N/m2
p = 1000 Kg/m3
g 'V 10 m/s2

t 'V 450 s
au. point .aB' " 1

£l*où T. S = 8,7 X 10"^5 prj2/s


En revenant aux courbes-types F(a,B] en fonction de 6 [planche I], on
peut calculer T, puis déduire la valeure de S du produit T. S estimé ci-
dessus. La superposition avec la courbe-type a = 1 permet le calcul de

"^ ' V . Cg . P . g

Tr . t
au point e = 1, t = 450 s =* T '^ 2 x 10"^"^ m2/s,

^'°^ = 6,7 X 10-15


S 1, = 0,4 X IO"**
2 X 10"1°
Annexe 2
fig. 2-í

1.10 -1 1 1 1 I I I I |- -1 1 r I 1 I I r -I 1 1 i 1 I r 1 p -1 1 1 1 1 I I i [- -I 1 1 1 I I r

1.00

0.90

0.80

0.10

0.60
ro
o
X
0.50

0.40

0.30

0.20

0.10

-I I I 1- -I I I L J I I I i I 1-

10 10 10 10 10

TEnPS REDUIT, BETA= V- ^^ g 9


rr.t
Annexe2 _ fig 2.2

H/Ho
-T 1 1 I rr -T 1 1 r

courbe type «C = I ro

(planches I et E)

t (s)
-1 ' r-r -I r
~4^5
1 1

6 7 8 10 3 4 5 6 7
^Jb--\ t = 4,5-8
25

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[1] COOPER (H. H.), BREDEHOEFT (J.D.), PAPADOPOULOS (l.S.) .- Response of


a finite diameter well to an instantaneous charge of water .-
Water Reso-urces Researo'h^ vol. Z^ n° 1, 196?^ p. 263-269

[2] BERKALOFF (E.) .- Diagramme de la dépression résiduelle dans un puits


après un prélèvement d'eau brusque .- Département Hydrogéologie
N 278^ 1968

[3] COOPER (H.H.), BREDEHOEFT (J.D.), PAPADOPOULOS (l.S.) .- On the ana¬


lysis of "slug test" data .- Water Resources Research^ vol. 9^

n^ 4, 1973^ p. 1087-1089

[Í+] DEGALLIER (R.), DE MARSILY (G.) .- Détermination des paramètres


hydrodynamiques par interprétation de variations brusques de ni¬
veau dans des puits .- Rapport BRGM 78 SGN 028 Eld, 1976

[5] BREDEHOEFT (J.D.), PAPADOPOULOS (l.S.) .-A method of determining


the hydraulic properties of tight formations .- Water Resources
Research^ vol. 16^ 1980^ p. 233-238

[6] WILSON (C.R.), DOE (T.W.), LONG (J.C.S.), WITHERSTPON (P. A.) .-
Caractérisation de la perméabilité de masses rocheuses imperméa¬
bles pour servir d'emplacement pour le stocKage de déchets nu¬
cléaires .- Lawrence Berkeley Laboratory ^ University of California,
1980, 19 p.

[7] HOLMES (D.C.) .- Hydraulic testing of deep boreholes at ALTIMABREAC -


Development of the testing system and initial results .- Institute
of Geological Sciences, Natural Environment Research Council -
ENPU 81-4, 1981
o
X

TEHPS REDUIT, BETA= T./.| (= -.-"


test)
B ETA= V.Ce.e.g/TÎ-^ ^P"'"'

mi logorithmiques
u/Ho = F« /3)en coordonnées se
I _ courbes type H/Ho
Plonche
o 10
X

10 _i I I I I I I- ' ' ' _i I i_

-9
10 10 1 10
TEHPS REDUIT, BETA= Tt /r^ (slug test)
BETA= V. Ce.p. g. /TT.t (pulse test)

Planchen- Courbes types H/Ho = F(«<,jB) en coordonnées bilogarithmiques


1.00 -I 1 1 1 1 I I r 1 1 1 11 I [- -i 1 r -I I r -1 1 1 I I 1-

0.90

0.80

0.10

0.60

0.50
X

^ 0.40

0.30

0.20

0.10

0. j I I I I L ^-i_<_-i_

10 10 10 10 10 10

tt2. r§. T.S.t


ALPHA X BETA
(V.Ce.p. g)2

Planche UL - COURBES TYPES F( ALPHA , BETA ) EN FONCTION DU PRODUIT ALPHAoBETA