Vous êtes sur la page 1sur 266

CONTRAT ADR 12-002

ANNEXE I - APPENDICE 5

SPECIFICATIONS TECHNIQUES

NUMÉRO DE DOCUMENT : ADR-TOU-SPE-0040_02

Assurez-vous que vous êtes en possession de la dernière version de ce document en vous référant au système de gestion documentaire
Ce document est la propriété de Sonatrach et GDF SUEZ E&P Touat B.V. Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

SOMMAIRE

1 GLOSSAIRE ..................................................................................................................................... 5
2 REGLEMENTATION, CODES ET NORMES .................................................................................. 5
2.1 Généralités ................................................................................................................................ 5
2.2 Normes ...................................................................................................................................... 5
3 AVERTISSEMENTS......................................................................................................................... 6
4 PRESCRIPTIONS GENERALES DE CHANTIER ........................................................................... 7
5 TRAVAUX DE GROS ŒUVRE ET DE GENIE CIVIL ...................................................................... 8
5.1 Objet .......................................................................................................................................... 8
5.2 Etudes géotechniques .............................................................................................................. 9
5.3 Terrassement .......................................................................................................................... 10
5.4 Travaux de Gros œuvre .......................................................................................................... 15
5.5 Voiries et réseaux divers (VRD) .............................................................................................. 49
6 SECOND ŒUVRE ......................................................................................................................... 73
6.1 Parois verticales extérieures et intérieures légères ................................................................ 73
6.2 Menuiseries ............................................................................................................................. 91
6.3 Ventilation chauffage climatisation ........................................................................................ 106
6.4 Plomberie sanitaire ............................................................................................................... 121
6.5 Aspects de Sureté et de Sécurité ......................................................................................... 136
7 SYSTEME ELECTRIQUE ............................................................................................................ 163
7.1 Domaine dřapplication ........................................................................................................... 163
7.2 Abréviations .......................................................................................................................... 164
7.3 Classification des consommateurs électriques ..................................................................... 164
7.4 Normes et règlements ........................................................................................................... 164
7.5 Prescriptions générales ........................................................................................................ 164
7.6 Documents de Référence ..................................................................................................... 165
7.7 Description et principe de disposition des postes de transformation .................................... 166
7.8 Avertissement sur la tension de distribution ......................................................................... 167
7.9 Alimentation des Ouvrages ................................................................................................... 168
7.10 Alimentation moyenne tension ........................................................................................ 173
7.11 Groupes électrogènes de secours................................................................................... 180
7.12 Distribution basse tension ............................................................................................... 186
7.13 Installation des équipements électriques ........................................................................ 194
7.14 Installation de lřalimentation électrique ............................................................................ 195
7.15 Installation des armoires de commande et protection ..................................................... 195
7.16 Installation des conduites électriques .............................................................................. 195
7.17 Installation de lřéclairage ................................................................................................. 196

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


2 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7.18 Sécurité électrique des installations ................................................................................ 196


7.19 Système dřisolement électrique ....................................................................................... 197
7.20 Réseau de terre et conducteur de protection .................................................................. 198
7.21 Armoires, tableaux et coffrets basse tension .................................................................. 199
7.22 Chemins de câbles et câbles ........................................................................................... 201
7.23 Canalisations enterrées ................................................................................................... 204
7.24 Essais des équipements électriques ............................................................................... 207
7.25 Certificat de conformité .................................................................................................... 210
8 TELECOMMUNICATIONS ........................................................................................................... 210
8.1 Dimensionnement de lřUPS redondant ................................................................................. 210
8.2 Dimensionnement de lřUPS simple....................................................................................... 210
8.3 Prises pour poste de travail personnel.................................................................................. 211
8.4 Spécifications pour RJ45 et câbles Ethernet ........................................................................ 211
9 FINITIONS .................................................................................................................................... 211
9.1 Plafonds et plâtrerie .............................................................................................................. 211
9.2 Revêtement des sols et des murs......................................................................................... 221
9.3 Peinture ................................................................................................................................. 240
9.4 Vitrerie miroiterie-Quincaillerie .............................................................................................. 250
9.5 Etat de finition des locaux ..................................................................................................... 254
10 MOBILIER ET SIGNALETIQUE ................................................................................................... 254
10.1 Normes et réglementations ............................................................................................. 254
10.2 Etudes préalables ............................................................................................................ 256
10.3 Echantillons ..................................................................................................................... 257
10.4 Stockage livraison............................................................................................................ 258
10.5 Garantie ........................................................................................................................... 258
10.6 Spécifications générales du mobilier ............................................................................... 258
10.7 Spécifications particulières par type de mobilier ou équipement .................................... 261

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


3 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Historique des modifications :

révision date rédacteur modification

1 31/10/13 Alignement

Ajout du tableau décrivant lřétat de finition à réaliser pour chacun des


2 05/11/13
types de locaux

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


4 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

1 GLOSSAIRE
CNERIB : Centre National dřEtudes et Recherches Intégrés du Bâtiment
CCTP : Cahier des Clauses Techniques Particulières (résultat des études réalisées par
lřEntrepreneur)
CSTB : Centre Scientifique et Technique du Bâtiment
CTC : Organisme National Algérien de Contrôle Technique de la Construction
DTU : Documents Techniques Unifiés
ERP : Etablissements Recevant du Public (Sécurité Incendie)
ACERMI : Association pour la CERtification des Matériaux Isolants

2 REGLEMENTATION, CODES ET NORMES


2.1 Généralités
Les textes normatifs spécifient les caractéristiques des produits ainsi que les règles de conception et
dřexécution des ouvrages. Ce sont principalement les Documents Techniques Unifiés (DTU), les Avis
Techniques, les Appréciations Techniques dřExpérimentation ainsi que les prescriptions des
fournisseurs et fabricants.

LřEntrepreneur est censé avoir connaissance de l'ensemble de ces documents généraux et


particuliers, bien qu'ils ne soient pas annexés au présent dossier pour des raisons matérielles.

LřEntrepreneur a la responsabilité de se tenir informé des dernières publications normatives et


réglementations applicables au projet au moment de sa réalisation.

Les exigences techniques et fonctionnelles du Maître dřOuvrage ne diminuent en rien la responsabilité


de lřEntrepreneur.

Il est de la responsabilité de lřEntrepreneur de signaler au Maître dřOuvrage toute ambigüité ou


contradiction qui pourrait exister dans les différents documents, spécifications ou dessins remis par le
Maître dřOuvrage.

Dans le cas où des normes ou des réglementations sont contradictoires, lřEntrepreneur appliquera les
plus contraignantes, sauf accord contraire du Maître dřOuvrage.

LřEntrepreneur peut soumettre à lřapprobation du Maître dřOuvrage des modifications aux présentes
spécifications techniques, sous réserve que les performances ne soient pas inférieures à celles
indiquées dans le présent programme. Pour être mise en œuvre, une modification devra être
approuvée par le Maître dřOuvrage.

Les matériaux, éléments ou procédés nouveaux non homologués ne seront admis que sřils ont fait
lřobjet dřun avis technique de la part du Centre National dřEtudes et Recherches Intégrés du Bâtiment
(CNERIB) ou du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), sans aucune réserve ni avis
défavorable ou dřun cahier des charges approuvé par le bureau de contrôle.

2.2 Normes
Les travaux seront exécutés suivant les Règles de l'Art et lřEntrepreneur devra se conformer pour
l'exécution de lřOuvrage aux conditions stipulées dans les lois, décrets, arrêtés, circulaires se
rapportant aux travaux effectués, ainsi quřaux textes de référence suivants :
- Les Normes algériennes applicables
- Les Documents Techniques de Référence algériens
- Les Normes françaises et européennes homologuées ou enregistrées applicables

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


5 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Les Règles de Calcul et Cahiers des Charges (DTU)


- Les Règles professionnelles
- Les Avis Techniques du CNERIB et du CTC
- Les règlements administratifs particuliers
- Les Codes de l'Urbanisme, de la Construction, de l'Habitat et du Travail
- Les Règlements Sanitaires

Notamment les textes suivants seront respectés :


- Loi n° 04-05 du 27 Joumada Ethania 1425 correspondant au 14 août 2004 modifiant et
complétant la loi n° 90-29 du 1er décembre 1990 relative à l'aménagement et l'urbanisme
(rectificatif).
- Loi n° 04-06 du 27 Joumada Ethania 1425 correspondant au 14 août 2004 portant abrogation
de certaines dispositions du décret législatif n° 94-07 du 7 Dhou El Hidja 1414 correspondant
au 18 mai 1994 relatif aux conditions de la production architecturale et à l'exercice de la
profession d'architecte
- Loi n° 01-20 du 27 Ramadhan 1422 correspondant au 12 décembre 2001 relative à
l'aménagement et au développement durable du territoire
- Loi n° 90-29 du 1er décembre 1990 relative à l'aménagement et l'urbanisme.
- Loi n° 83-03 du 5 février 1983, relative a la protection de l'environnement
- Loi n° 82-02 du 6 février 1982 relative au permis de construire et au permis de lotir
- Loi n° 02-09 du 25 Safar 1423 correspondant au 8 mai 2002 relative à la protection et à la
promotion des personnes handicapées
- Décret du 18 mai 1994, relatif aux conditions de la production architecturale et à l'exercice de
la profession d'architecte
- Décret n° 91-175 du 28 mai 1991 définissant les règles générales d'aménagement
d'urbanisme et de construction
- Décret n° 91-176 du 28 mai 1991 fixant les modalités d'instruction et de délivrance du
certificat d'urbanisme, du P.L., du certificat de morcellement, du P.C., du C.C. et du permis de
démolir (et Décret exécutif N° 06-03 modifiant et complétant le Décret n° 91-176)
- Décret exécutif n° 91-05 du 19.01.1991 relatif aux prescriptions générales de protection
applicables en matière d'hygiène et de sécurité en milieu de travail
- Décret exécutif N° 91-53 du 23 02 91 relatif aux conditions d'hygiène lors du processus de la
mise à la consommation des denrées alimentaires et imposant les principes d''hygiène du
Codex
- Décret exécutif 91-04 du 19 janvier 1991 relatif aux matériaux destinés à être mis en contact
avec les denrées alimentaires et les produits de nettoyage de ces matériaux
- Arrêté interministériel du 21 novembre 1999 relatif aux températures et procédés de
conservation par réfrigération congélation ou surgélation des denrées alimentaires
- Arrêté interministériel du Aouel Rabie Ethani 1432 correspondant au 6 mars 2011 relatif aux
normes techniques dřaccessibilité des personnes handicapées à lřenvironnement bâti et aux
équipements ouverts au public
- Décret n° 86-205 du 19 août 1986 portant transformation de l'organisme de contrôle technique
de la construction (C.T.C).
- Code civil
- Code du foncier et urbanisme
- Code du travail

En cas de contradiction entre une norme algérienne et une autre norme, la norme algérienne
prévaudra. Il est entendu que la conformité aux autres normes, lorsquřelles sont citées dans le présent
document, ne peut se faire quřen lřabsence de normes algériennes équivalentes.

3 AVERTISSEMENTS
Les présentes prescriptions techniques sont la base de lřélaboration de lřoffre technique. Elles
pourraient être enrichies, améliorées, ou même modifiées (solutions alternatives), sous réserve de
lřaccord écrit du Maître dřOuvrage.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


6 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Le descriptif des différents lots est donné à titre indicatif et nřest pas limitatif. Il appartient à
lřEntrepreneur de vérifier toutes les données.

LřEntrepreneur est censé avoir une parfaite connaissance des réglementations en vigueur; le présent
document, non exhaustif, constitue donc un simple rappel.

LřEntrepreneur doit respecter toutes les réglementations applicables dans le domaine de la


construction ou dans les domaines qui concernent spécifiquement lřopération, tant lors de la
réalisation des études quřau cours de la réalisation des travaux.

LřEntrepreneur devra se rendre compte par une visite préliminaire au dépôt de son offre, de lřétat des
lieux, des possibilités dřaccès, des difficultés éventuelles dřexécution des travaux et en général des
sujétions locales à prendre en considération.

LřEntrepreneur est réputé connaître la nature du terrain et lřemplacement du chantier, ainsi que les
possibilités dřaccès, les disponibilités en eau, énergie, liaisons téléphoniques et plus généralement,
les conditions locales du site ou seront exécutés les travaux.

LřEntrepreneur doit réaliser lřensemble des travaux suivant les règles fondamentales de lřart de sa
profession, conformément aux réglementations, normes, prescriptions, règles de calculs, cahier des
clauses techniques, cahier des clauses spéciales et documents annexes DTU ou DTR propres à
chaque corps dřétat, en vigueur à la date de remise des offres.

LřEntrepreneur doit utiliser les matériaux et produits de premier choix, dont les caractéristiques,
dimensions, formes, qualités de matériaux employés dans les travaux, sont fixées en fonction des
cahiers des clauses techniques du DTU ou DTR en vigueur de chaque corps dřétat, mis à jour à la
date de remise des offres.

4 PRESCRIPTIONS GENERALES DE CHANTIER


LřEntrepreneur devra prendre les contacts nécessaires pour accéder au chantier et réaliser ses
installations. LřEntrepreneur reste responsable jusqu'à lřachèvement des travaux, du maintien en bon
état des voies, réseaux, clôtures existantes, installations de toutes natures affectées par les travaux et
de tous les ouvrages existants quřils soient enterrés en surface, au droit de lřemprise du chantier ou
extérieurs.

En particulier, lui sont parfaitement connus :


- les Sites et leurs sujétions propres
- les modalités d'accès; les possibilités et difficultés de circulation et de stationnement
- les sujétions des règlements administratifs en vigueur se rapportant à la sécurité sur le
domaine public
- les possibilités locales de traitement des déchets et de valorisation

L'Entrepreneur assurera sous sa responsabilité pleine et entière, la protection et la bonne tenue des
immeubles voisins et des espaces publics, et devra être titulaire d'une assurance spéciale, couvrant
les risques aux existants et aux avoisinants pendant toute la durée du chantier et garantissant le
Maître dřOuvrage contre tous recours.
L'Entrepreneur devra réparer à ses frais, toutes dégradations de son fait, causées aux ouvrages de la
voie publique ainsi qu'aux propriétés voisines, affectées par les travaux.

Les voies de circulation publiques ne devront en aucun cas être encombrées. Les réparations pour
détériorations des voies seront à la charge de lřEntrepreneur. Toutes précautions devront être prises
pour leur maintien en bon état.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


7 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

LřEntrepreneur devra prévoir toutes les mesures qui sřimposent pour ne pas occasionner de
dommages ou motiver de réclamations de quelque nature que ce soit de la part des tiers. Sřil y avait
un préjudice quelconque à leur endroit, la réparation intégrale serait à la charge de lřEntrepreneur. Le
Maître dřOuvrage ne pourrait en aucun cas être tenu pour responsable.

LřEntrepreneur devra respecter et se conformer à la réglementation régissant lřutilisation des


matériels.

II appartient à l'Entrepreneur d'intégrer toute sujétion afin d'assurer les prestations de


décontamination, de démantèlement, de démolition, et de remise en état des emprises foncières.

LřEntrepreneur met en œuvre tout moyen afin d'assurer un chantier à faibles nuisances, notamment:
- évacuation des eaux usées dans le réseau prévu à cet effet
- protections du réseau dřeau potable afin d'éviter l'engouffrement de matériaux (terre, sable,
déchets) et notamment par le traitement des eaux de ruissellement
- aire de lavage des véhicules en sortie de chantier
- limitation des vitesses des véhicules dans l'enceinte chantier afin de prévenir toute dispersion
des poussières
- prévention des risques de pollution par fuite au moyen de bac de rétention des fluides au
moins égale à la capacité du réservoir
- aspersion d'eau par temps sec afin de prévenir toute dispersion des poussières
- définition de méthodologie limitant les nuisances (acoustiques, émissions de poussières, etc.)
- utilisation de matériels de nouvelle génération (pelles, BRH, véhicules, etc.)

Le chantier doit notamment être organisé et équipé de manière à réduire au minimum les bruits
susceptibles de troubler la tranquillité des riverains. Les engins et matériel de chantier devront être
conformes à la réglementation en vigueur et notamment la limitation du niveau sonore des bruits
aériens émis par le ou les moteurs à explosion ou à combustion interne de certains engins de
chantiers, et la limitation du niveau sonore des bruits aériens émis par les groupes
motocompresseurs, et à tous autres textes officiels à paraître. En particulier, les marteaux piqueurs et
compresseurs devront être insonorisés en tenant compte de lřévolution technique de ces matériels.

L'Entrepreneur devra préalablement à toute activité sur son chantier prendre contact avec le centre de
secours incendie principal et solliciter des instructions. Il devra, à ses frais, prendre toutes les
précautions utiles et observer toutes les consignes prescrites par ce service.

5 TRAVAUX DE GROS ŒUVRE ET DE GENIE CIVIL


5.1 Objet
Le présent descriptif a trait aux travaux à exécuter en concordance avec les plans de structure et ne
présente aucun caractère limitatif. LřEntrepreneur devra exécuter, sans exception ni réserve, tous les
travaux indispensables au parfait achèvement de lřOuvrage.

La liste des travaux à réaliser, non limitative, est la suivante :


- Etudes géotechniques
- Travaux de terrassement
- Travaux de gros œuvre
- Travaux de la charpente métallique
- Travaux de réseaux divers y compris dřaménagement paysager

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


8 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.2 Etudes géotechniques

5.2.1 Normes et standards


DTR BE- 1.1 Travaux de sondages et dřessais des sols
BC-2.32 Méthodes de sondages et dřessais des sols
NA 2797 Sols Ŕ Reconnaissance et essais Ŕ Essais en place Ŕ Essai de pénétration statique
NA 5204 Reconnaissance et essais géotechniques Ŕ Essais en place Ŕ Essai de pénétration
dynamique
NA 5206 Sols : Reconnaissance des essais Ŕ Essai pressiométrique Ménard Ŕ Essai sans
cycle et avec un cycle
NA 5229 Sols : Reconnaissance et essais Ŕ Essai de pénétration au carottier (SPT)
NA 5232 Sols Ŕ Reconnaissance et essais Ŕ Analyse granulométrique Ŕ Méthode par tamisage
à sec après lavage.
NA 5262 Sols Ŕ Reconnaissance et essais Ŕ Détermination des références de compactage dřun
matériau Ŕ Essai Proctor normal Ŕ Essai Proctor modifié.
NA 5281 Sols : Reconnaissance et essais Ŕ Coefficient de dégradabilité des matériaux rocheux
NA 16201 Sols Ŕ Reconnaissance et essais Ŕ Description Ŕ Identification Ŕ Dénomination des
sols Ŕ Terminologie Ŕ Eléments de classifications
NA 16213 Sols : Reconnaissances et essais Ŕ Détermination des limites dřATTERBERG Ŕ Limite
de liquidité Ŕ Méthode du cône de pénétration
NA 16229 Qualité du sol Ŕ Prétraitement des échantillons pour analyses physico- chimiques

5.2.2 Généralités
Le Maître dřOuvrage fournira à lřEntrepreneur, le plan du relevé de la campagne géotechnique, ainsi
que le rapport final de la campagne.

Le but de la reconnaissance est dřobtenir le plus possible dřinformations techniques sur le terrain en
phase études afin dřévaluer la capacité portante, la profondeur dřancrage, et le type de fondations à
préconiser.

Le rapport de la campagne géotechnique, élaboré par un organisme indépendant agrée, devra fournir
des résultats dřordre indicatif concernant la nature probable du sol et du type de fondation.

LřEntrepreneur est tenu responsable dřune quelconque mauvaise interprétation du rapport


géotechnique et de signaler au Maître dřOuvrage toute erreur ou omission quřil pourrait constater ou le
rendre attentif à tout changement qui serait éventuellement à opérer.

LřEntrepreneur devra effectuer à ses frais tous les compléments dřétude géotechnique nécessaires.
Le Maitre dřOuvrage pourra, lui aussi, demander un complément dřétude, sřil le juge nécessaire, aux
frais de lřEntrepreneur.

5.2.3 Vérifications
LřEntrepreneur est tenu à vérifier toutes les données du rapport de la campagne géotechnique qui lui
a été remis.
Ces vérifications concernent en premier lieu les normes appliquées pour lřétablissement de ce
rapport, entre autres vérification de lřapplication du DTR BE- 1.1, du BC-2.32 relatifs à la
reconnaissance et essais et d'une façon générale, toutes les normes NA applicables aux études
géotechniques.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


9 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.3 Terrassement

5.3.1 Normes et standards


LřEntrepreneur effectuera toutes les opérations en conformité avec les règles de lřart, les normes et
règlements (dernières éditions), et notamment :
DTR BE- 1.2 Règles dřexécution des travaux de terrassement pour le bâtiment
NA 5277 Renforcement des sols - Généralités et terminologie. (eqv NF P 94-210)
NF EN 1610 Mise en ouvre et essai des branchements et collecteurs d'assainissement
NA 5262 Sols Ŕ Reconnaissance et essais Ŕ Détermination des références de compactage dřun
matériau Ŕ Essai Proctor normal Ŕ Essai Proctor modifié.

5.3.2 Généralités

5.3.2.1 Sous-sol
LřEntrepreneur doit vérifier avant de commencer les travaux quřil nřexiste pas dřobstacles souterrains
tels que conduites dřeaux, câbles électriques, etc. Il devra sřassurer de la nature du sol et de tous les
aspects pouvant affecter les travaux de terrassement avant dřentamer les travaux.
LřEntrepreneur se chargera de recueillir tous les documents graphiques mentionnant ces réseaux et
de les identifier sur le terrain au moyen dřinstruments appropriés (détecteurs de métal et sondage à la
main etc..).
Préalablement à tous travaux, lřEntrepreneur sollicitera toutes les autorisations nécessaires auprès
des autorités compétentes.

5.3.2.1 Nettoyage du terrain


Lřemprise de la surface à terrasser doit faire lřobjet de nettoyage, défrichage, réglage et nivellement,
avant dřentamer les travaux de terrassement. La surface du sol sera nettoyée et exempte de toute
matière étrangère afin de permettre dřentamer les travaux préparatoire dans les meilleures conditions.

5.3.2.2 Implantation
LřEntrepreneur doit sřassurer de la précision des relevés topographiques. Sřil est nécessaire, il devra
effectuer toutes les opérations topographiques complémentaires pour lřimplantation de ses ouvrages.
LřEntrepreneur restera seul responsable des erreurs quřil aurait pu commettre et en supportera les
conséquences quelles que soient lřimportance et lřépoque de leur découverte.
LřEntrepreneur aura à sa charge l'implantation des Ouvrages sur le terrain, tant en planimétrie qu'en
altimétrie et sous le contrôle du Maître dřOuvrage.
Ces implantations seront exécutées à partir d'un repère assez central, très correctement coté,
soigneusement protégé jusqu'à la fin des travaux et auquel devront se référer tous les corps de
métiers intéressés. Ce repère central est à fournir et à implanter par lřEntrepreneur avec l'accord du
Maître dřOuvrage.
LřEntrepreneur sera tenu de fournir, pour l'ensemble des opérations, les appareils nécessaires soit :
niveaux, cercles, jalons, piquets, cordeaux, etc. Les piquets, bornes et chaises d'implantation devront
recevoir un patin de ciment formant scellement avec le sol naturel, pour empêcher tout déplacement.
Les piquets et repères devront être conservés en bon état. En cas de nécessité, ils seront rétablis ou
remplacés par lřEntrepreneur.
Les côtes d'altitude et les numéros seront tamponnés au pochoir sur les piquets, bornes et chaises.
Au fur et à mesure de l'avancement des travaux, lřEntrepreneur devra marquer le niveau (0,00) sur les
ouvrages bruts.

5.3.3 Fouilles
Les excavations pour fouilles sont exécutées selon le DTR BE- 1.2 applicable aux travaux de
terrassement pour bâtiments.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


10 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

En cas de dommages à un réseau, même légers, lřEntrepreneur en informe sans délai lřexploitant
concerné et en rend compte au Maître dřOuvrage, qui décidera des actions à mener. Il reste dans tous
les cas responsable des dégâts quřil aura pu causer et exécutera tous les travaux de réparation
nécessaires à ses frais. Il est rappelé que demeurent à la charge de lřEntrepreneur tous les travaux de
protection, de sauvegarde des ouvrages riverains, publics ou privés, souterrains ou non, susceptibles
dřêtre endommagés par les travaux. De même, sont à sa charge les travaux dřépuisement des eaux
souterraines et de mise hors dřeau du chantier.
LřEntrepreneur organisera son planning des travaux de manière à ce que les fouilles soient exécutées
et remblayées en un minimum de temps. Lorsque les fouilles en tranchées coupent une route,
lřEntrepreneur tâchera dans la mesure du possible dřexécuter tous les travaux avant la fin de journée
de manière à réduire les risques liés à la circulation de nuit. En tout état de cause, une signalisation
adéquate devra être prévue pour ces travaux.

5.3.3.1 Fouilles pour fondations


Les travaux de terrassement nécessaires aux fouilles des massifs de fondations - regards Ŕ
canalisations seront exécutés aux moyens dřoutils manuels ou mécaniques.
Les fonds de fouilles atteindront le bon sol conseillé par lřétude de sol. Cette recommandation nřest
valable que pour fouilles de fondations du bâtiment.

5.3.3.2 Fouilles en excavation


Des travaux de fouille en excavation seront probablement réalisés étant donnée la morphologie du
terrain et la nature du projet. Des mesures de sécurité et de prévention seront prises selon les règles
de lřart en vue dřéviter toutes éventuelles surprises.

5.3.3.3 Dressement des fonds de fouilles


Les fonds des fouilles seront bien dressés à lřhorizontale (en vue de permettre lřassainissement des
fondations, il peut être toutefois prévu une pente longitudinale de 2 à 5%, soit de lřensemble de la
fouille, soit des rigoles de fondation) suivant les plans dřexécutions élaborés par lřEntrepreneur et
approuvés par le CTC, avec une surface suffisante afin dřéviter tout encombrement lors des travaux
de coffrage et de coulage et bien nettoyés de tous corps étrangers (eau, boue, etc..).

5.3.3.4 Parois des fouilles


Pour assurer la stabilité des parois, celles-ci sont étayées ou taillées. Dans ce dernier cas, sřil y a lieu
dřutiliser des remblais pour réaliser la situation et le tracé définitif prévu au projet, les matériaux de
remblai devront satisfaire aux prescriptions du cahier des charges.

5.3.3.5 Finition du fond et des parois


Lorsquřon se trouve en présence dřun terrain sensible à lřaction de lřair ou de lřeau, tels que certaines
marnes, argiles, schistes, etc., la finition des fonds et des parois est exécutée peu de temps avant
lřexécution des fondations.

5.3.3.6 Fouille de tranchée pour canalisations


Le profil en long est déterminé de manière à permettre la pose de canalisation suivant les pentes
inscrites au projet.
Les tranchées sont ouvertes par tronçons de longueurs définies; le fond est dressé de façon régulière.
Elles seront creusées à parois aussi verticale que possible et exécutées suivant les indications
portées sur les plans.
Toutes les parties du sol inconsistantes seront purgées et remplacées par du tout venant. De plus, les
tranchées seront établies pour passer à la distance réglementaire des ouvrages rencontrés (conduites
dřeau, de gaz, etc.…). Des précautions spéciales seront prises aux abords des ouvrages souterrains

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


11 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

susceptibles dřêtre traversés ou longés, conformément aux prescriptions techniques des


concessionnaires de réseaux.

La tranchée doit être suffisamment large pour y permettre un travail aisé des ouvriers, tout en
respectant les valeurs minimales autorisées. Ainsi, pour les canalisations dřadduction dřeau et
dřassainissement, la largeur minimale L de la tranchée en fond de fouille sera égale au diamètre
nominal DN de la canalisation, augmentée de chaque coté dřune valeur l déterminée en fonction de
plusieurs paramètres, conformément à la norme NF EN 1610.
La dimension des fouilles pour regards et boîtes de branchement est égale à la dimension extérieure
de lřouvrage augmentée de 0,50 m de part et dřautre.
LřEntrepreneur informera le Maitre de lřOuvrage de lřexécution de la fouille de tranchée, lequel
lřinspectera avant de donner son accord pour la pose des canalisations.

Il est utile de rappeler que les canalisations et les câbles posés en tranchée ou sous fourreaux
devront être marqués par un repérage obligatoire du parcours, indestructible et conforme aux normes
en vigueur en Algérie (notamment grillage avertisseur est placé à 0,30m pour tous les réseaux, au-
dessus des câbles ou canalisations).

5.3.3.7 Tolérance de niveau

Les sur-profondeurs des divers points des fonds de fouilles par rapport aux niveaux fixés sont
inférieures à 5 cm.
Les sur-profondeurs et sur-largeurs supérieures aux tolérances sont remblayées de manière à ne pas
modifier les conditions dřappuis des fondations. Toutefois, et notamment en cas de sur-profondeur, il
appartiendra au Maître dřOuvrage de décider si cette sur-profondeur doit être remblayée ou comblée
par la maçonnerie de fondation.

5.3.3.8 Limite d’emploi des engins mécaniques

Lorsque la fouille est exécutée par les moyens mécaniques, lřextraction des déblais est arrêtée plus
haut que la cote de fond prévue, et en dedans du tracé prévu pour les parois, de façon à éviter
lřameublissement du fond et des parois par les griffes de lřengin. La finition de la fouille est réalisée,
soit à la main, soit par un procédé ne présentant pas les inconvénients ci Ŕ dessus.

5.3.3.9 Protection des fonds de fouille


Les fonds de fouille doivent rester le moins longtemps possible soumis aux intempéries. Une
inspection quotidienne sera effectué par une personne qualifiée afin de sřassurer que les fouilles nřont
subit aucun désordre.

5.3.3.10 Examen des fonds de fouille


Si à lřexamen le fond de fouille se révèle inapte à recevoir la fondation prévue, LřEntrepreneur doit
mettre en œuvre des travaux dřaménagement complémentaires nécessaires.
La façon de traiter les travaux de fouilles pour fondations doit le cas échéant être envisagée dès la
phase de conception.

5.3.3.11 Conditions particulières d’exécutions


Fouilles en terrain rocheux :
Quel que soit le mode d'abattage, il est procédé à la purge de tous les blocs dont la solidité est
douteuse.
Les parties du fond de fouille devant recevoir des maçonneries (semelles ou radiers) sont dressées de
manière à ne présenter aucune saillie par rapport aux niveaux prescrits. Par contre, il est admis des
sur profondeurs locales de 10 cm au maximum dans le cas des roches.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


12 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

L'emploi d'explosifs est limité par l'obligation de ne pas ébranler le terrain ni les maçonneries voisines.
En fond de fouille, l'action des explosifs ne doit pas disloquer le terrain en dessous du niveau prévu,
La finition du fond et des parois devra être réalisée par d'autres moyens.

Fouille pour radier général :


Tous les éléments rencontrés à fond de fouille et susceptibles de constituer des points durs, tels que
roches, vestiges de fondations, doivent être enlevés. De même, les poches ou lentilles de nature plus
compressible que l'ensemble du fond de fouille doivent être purgées et remplacées par un matériau
de compressibilité analogue à celle du bon sol à la même profondeur.

5.3.3.12 Etaiement et blindages


Etaiement et blindage des fouilles :
Lřétaiement et le blindage des fouilles seront déterminés en fonction de la nature du terrain, du
pendage des couches ainsi que des variations de leur état physique sous lřaction des intempéries ou
de venues dřeau notamment.

Maintien et repliement des étais et blindages :


Les étais et blindages seront retirés au fur et à mesure du comblement des fouilles par les
maçonneries, compte tenu du temps de durcissement des mortiers ou des bétons.

Abandon d’étais et de blindages dans les fouilles :


En cas dřabandon dřétais et de blindages dans les fouilles, lřEntrepreneur doit établir un plan de
situation des pièces abandonnées, et un relevé des quantités et dimensions de ces pièces. Les
abandons dřétais en fouille seront signalés au Maître dřOuvrage et font lřobjet de constatations
contradictoires.

5.3.3.13 Écoulement des eaux


LřEntrepreneur devra, sous sa responsabilité et à ses frais, organiser ses chantiers de manière à se
débarrasser des eaux de toute nature (eaux pluviales, dřinfiltration, eaux de sources ou de nappes).
Il devra notamment protéger les fouilles contre les eaux de surfaces au moyen de rigole, de buse ou
de tout autre dispositif agréé par Maître dřOuvrage.
Lřassainissement des fouilles devra être réalisé de telle façon que tous les ouvrages soient exécutés à
sec.

5.3.4 Terrassement généraux

5.3.4.1 Décapage
Un décapage est prévu suivant profils, il consiste à débarrasser le terrain de toutes terres végétales
qui lřoccupent et à aménager un plan de base pour lřexécution des fouilles. Ces travaux seront
exécutés par des moyens mécaniques pour obtenir les profils et côtes finis indiqués au plan.
Sauf indications contraires, le décapage est prévu sur toute la surface du terrain sur une profondeur
moyenne de 0,20 m. Il consiste à débarrasser le terrain de toutes les terres et à les stocker dans un
endroit où elle peut être gardée proprement dans le but éventuel dřêtre utilisée en fin de chantier pour
lřaménagement des espaces verts.

5.3.4.2 Terrassement grande masse


Tous les mouvements de terre prévus seront exécutés aux profils indiqués sur les plans, et toutes les
terres convenables seront mises en attente pour une éventuelle utilisation pendant lřexécution des
remblais.

Remblais et réglage des terres :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


13 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

LřEntrepreneur devra entreprendre lřexécution de tous les remblais aux profils indiqués, il utilisera
toutes les terres convenables provenant des déblais.
Le terrain à remblayer devra toujours être débarrassé de tout ce qui pourrait provoquer des
tassements ultérieurs. Le cas échéant, des mesures spéciales seront prises pour éviter les
glissements des remblais pouvant résulter de lřinclinaison du terrain dřassise.
Les remblais ne doivent contenir ni mottes, ni gazons, ni souches, ni débris dřautres végétaux de
dimension supérieure à 10 cm. Les plâtras et les gravois hétérogènes (ferrailles, matières organiques)
sont interdits.
Les vases, les terres fluentes et les tourbes sont toujours exclus des remblais. Les terres légères,
graveleuse ou tufeuses extraites des fouilles, ou dřune autre provenance, sont réservées dans la plus
grande mesure possible, pour les couches supérieures et les talus du remblai.
Les déblais de carrière et les blocs rocheux peuvent être utilisés pour la constitution des remblais,
sous réserve que les vides soient remplis par un remblai de bonne nature.
Les remblais sur canalisation ou câbles enterrés, comporteront avant toute opération, un bourrage
soigné de tous les vides existants au-dessus et sur les cotés, de manière à éviter toute détérioration
par suite du damage des remblais supérieurs.
Le lit de pose, lřenrobage et le calage des canalisations dřeau seront exécutés conformément à la
norme NF EN 1610. Le lit de pose doit être réalisé avec des matériaux calibrés, sables, tout venant,
graves de 0,15 etc.
Le remblai directement en contact avec la canalisation, jusquřà une hauteur uniforme de 10 cm au-
dessus de sa génératrice supérieure, doit être constitué du même matériau que celui du lit de pose.
Le remblaiement est alors réalisé jusquřà une hauteur dřau moins 10 cm au-dessus de la génératrice
extérieure supérieure de la conduite. Le compactage doit être réalisé exclusivement sur les parties
latérales de la tranchée, hors de la zone occupée par le tube, afin dřobtenir un calage efficace des
flancs de la canalisation. Le compactage sera réalisé par des outils à main exclusivement. En aucun
cas le remblaiement des tranchées ne pourra être exécuté avant que la position des conduites ait été
relevée, reportée sur des plans soigneusement cotés par LřEntrepreneur et vérifiés par le Maître
dřouvrage.
La face supérieure des remblais sera toujours arasée aux niveaux correspondant à la mise en œuvre
des ouvrages supérieurs demandés par les plans et les coupes du projet. Aucun tassement après
exécution des ouvrages ne sera admis et lřEntrepreneur sera tenu de réparer, à ses frais, les
détériorations constatées, résultant de lřaffaissement des remblais.
La mise en œuvre des remblais sera exécutée en commençant par les points les plus bas. Ils sont
exécutés par couches horizontales, ou présentant une légère inclinaison vers lřextérieur, dont
lřépaisseur est, sauf dispositions contraires du marché, de 20 cm avant compression.
Chaque couche est compactée au moyen de rouleaux compresseurs ou par tout autre engin Le
compactage des matériaux de remblai devra être effectué suivant la méthode PROCTOR.
Avant la mise en place de matériaux de remblais, la surface exposée devra être scarifiée et humidifiée
jusquřà 2 % à 3 % au-dessus de la teneur en eau optimale et compactée jusquřà 95 % de la densité
maximale.
Les pierres de plus de 20cm de diamètre devront être éliminées. Les matériaux de la couche de
fondation devront être répandus en couches de 15cm puis compactées jusquřà 95 % dřO.P.M.
La couche de base devra être placée directement au-dessus de la couche de fondation compactée en
couches de 15cm dřépaisseur maximum, puis compactée à 95 % au minimum de la densité
3
maximum. Tous les 38 m de remblai mis en œuvre, au maximum, un contrôle sera effectué et soumis
à lřapprobation du Maitre de lřOuvrage.
Si des moyens mécaniques appropriés permettent, selon la nature des terres, de compacter des
couches dřépaisseur supérieure à 20 cm, il appartient à lřEntrepreneur de proposer lřemploi de ces
moyens au Maître dřOuvrage.
Aucun matériau ne devra être répandu sur surface boueuse. Chaque couche de remblayage devra
être humidifiée avant le comptage. Lřarrosage devra être uniforme, de façon à ce quřil nřy ait pas de
flaque dřeau durant et après les opérations de compactage. Les matériaux devenus trop humides,
devront être scarifiés et asséchés ou enlevés et remplacés par lřEntrepreneur sans frais
supplémentaires.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


14 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Exécution des déblais :


Les terres déblayées recevront toutes les préparations nécessaires et notamment le décapage de la
terre végétale sur une épaisseur dřau moins 0,20 m et sur toute lřemprise du projet.
La terre végétale provenant des opérations de décapage sera stockée en merlons provisoires ou mise
en cordon (talus exécuté en remblai) dans le but de sa réutilisation en fin de chantier pour
lřaménagement des espaces verts.
Les extractions devront comprendre tous les travaux nécessaires à lřenlèvement de tous les
matériaux présents pour arriver à la côte du nivellement indiquée sur le plan. Les exécutions devront
être menées de manière à empêcher les écoulements des eaux de surfaces et des eaux souterraines
à lřintérieur des fouilles. Lřeau ne devra pas sřaccumuler dans les excavations. Toute eau devra être
retirée des fouilles. Lřépuisement de lřeau devra se poursuivre tant quřil y a danger de pénétration ou
dřaccumulation dřeau dans les excavations. Les eaux retirées des fouilles ainsi que les eaux de pluies,
devront être acheminées jusquřà des zones dřaccumulation ou de ruissellement approuvées par le
Maître dřOuvrage.
Des caniveaux provisoires pour lřévacuation des eaux ou dřautres moyens de dérivation devront être
prévus et aménagés hors du périmètre des excavations. Lřutilisation des tranchées excavées pour les
utilités en tant que rigoles provisoires dřévacuation des eaux, est interdite.

Nivellement :
Toutes les surfaces à lřintérieur des limites du Site, y compris les surfaces excavées et les surfaces
remblayées, ainsi que les surfaces de transition, devront être nivelées de façon uniforme.
La surface finie devra être unie, compactée et dřun niveau ou dřune pente uniforme entre les points où
les côtes de niveau sont indiquées ou existantes.

5.3.4.3 Evacuation des terres en dépôt ou a la décharge publique


Les terres ne pouvant être utilisées sur place, soit en remblais soit au réglage seront évacuées à la
décharge publique par les soins de lřEntrepreneur. Aucun enlèvement de terres excédentaires ne
pourra se faire sans lřautorisation du Maître dřOuvrage.
Les moyens de transport seront choisis de telle sorte que leur circulation sur le chantier, en particulier
au voisinage des fouilles, ne provoque aucun dommage à ces dernières ainsi quřaux ouvrages en
cours et aux constructions existantes.

5.3.4.4 Stockage
En cours de travaux, entre les fouilles et le remblai, les terres seront stockées sur le terrain, aux
endroits désignés par le Maître dřOuvrage.

5.4 Travaux de Gros œuvre


Le présent chapitre s'applique à la construction des ouvrages en béton armé ou non, constituant des
fondations, la superstructure, des ouvrages divers tels que les regards, les bassins, les fosses et les
caniveaux nécessaires au projet.

5.4.1 Normes et standards


Le bâtiment sera calculé conformément aux exigences des règles et normes suivantes dans leur
dernière version :

Générales gros œuvre :


DTR BC 2 48 Règles parasismiques Algériennes RPA 99 (Addenda 2010)
DTR-BC 2.2 Charges permanentes et charges dřexploitation
DTR-BC 2.331 Règles de calcul des fondations superficielles
DTR BC-2.332 Méthodes de calcul des fondations profondes
DTR BC-2.4.10 Conception et dimensionnement des structures mixtes acier-béton

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


15 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

DTR BC-2.41 Règles de conception et de calcul des structures en béton armé CBA93
DTR BC-2.42 Règle de conception et de calcul des parois et murs en béton Banché
DTR BC-2.44 Règle de conception et de calcul des structures en acier CCM 97
DTR BC 2-47 Règlement Neige et Vent Ŕ R.N.V 99 -
DTR BC-2.48 Règles Parasismique Algérienne RPA 99 Version 2003
DTR-BE 1.31 Règles dřexécution des travaux de fondations superficielles
DTR BE- 1.32 Travaux de fondation profonde
DTR-BE 2.1 Règles dřexécution des travaux de construction dřouvrages en béton armé
DTR BE-2.1a Règles dřexécution des chapes et dalles à base de liants hydrauliques
DTR BE-2.1b Règles particulières dřexécution des dalles et volées dřescaliers préfabriqués en
béton armé posées sur appuis horizontaux
DTR E 4.1 Travaux dřétanchéité des toitures Ŕ terrasses et des toitures inclinées
DTR E- 4.2 Travaux dřétanchéité des joints dans les constructions préfabriquées en grands
panneaux

Bétons :
NA 427 Bétons Ŕ Détermination de la résistance à la compression des éprouvettes
NA 428 Bétons Ŕ détermination de la résistance à la flexion des éprouvettes
NA 430 Bétons Ŕ Détermination de la résistance à la traction par fendage des éprouvettes
NA 438 Béton - Classification selon la résistance à la compression
NA 778 Béton. Définition et classification des environnements chimiquement agressifs.
Recommandations pour la formulation des bétons
NA 1966 Eau de gâchage pour bétons - Spécifications d'échantillonnage, d'essais et
d'évaluation de l'aptitude à l'emploi, y compris les eaux de processus de l'industrie du
béton, telle que l'eau de gâchage pour béton
NA 2592 Bétons - Laitier expansé
NA 2593 Bétons de construction - Laitier granulé
NA 2597 Bétons - Mise en place par aiguille vibrante
NA 2606 Bétons - Mise en œuvre des bétons de structure
NA 2610 Bétons - Mise en place par piquage
NA 2791 Analyse chimique du béton durci - Généralités
NA 5092 Essai pour béton frais - Prélèvement
NA 5093 Essai pour béton durci - Confection et conservation des éprouvettes pour essais de
résistance
NA 5102 Essai pour béton frais - Essais d'affaissement
NA 5103 Essai pour béton frais - Essai Vébé.
NA 5577 Béton cellulaire autoclavé - Mode de prélèvement des éprouvettes
NA 5578 Béton cellulaire autoclavé - Détermination de la masse volumique apparente
NA 5579 Béton cellulaire autoclavé - Détermination de la résistance à la compression
NA 5580 Béton cellulaire autoclavé - Détermination de la charge à la rupture et du coefficient
de sécurité des dalles
NA 5581 Béton cellulaire autoclavé - Détermination de la résistance en traction par flexion
NA 5582 Béton cellulaire autoclavé - Détermination de la stabilité dimensionnelle
NA 5583 Béton cellulaire autoclavé - Détermination de l'absorption d'eau par capillarité
NA 16002 Béton - Spécification, performances, production et conformité (eqv. EN 206-1 P 18-
325, EN 206-1)
NA 16217 Règles de calcul- Méthode de prévision par le calcul du comportement au feu des
structures en béton
NA 2596 Bétons - Bétons prêts à l'emploi (eqv. NF P 18-305)

Granulats :
NA 455 Granulats - Essais pour déterminer les caractéristiques géométriques des granulats -
Evaluation des fines - Equivalent de sable
NA 257 Granulats - Détermination de l'homogénéité des granulats (D>_ 4mm)

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


16 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

NA 446 Granulats - Détermination de l'épaisseur moyenne des gravillons


NA 451 Granulats - Essais pour déterminer les caractéristiques mécaniques et physiques des
granulats - Détermination de la teneur en eau par séchage en étuve ventilée
NA 461 Granulats -Essais pour déterminer les propriétés chimiques des granulats - Analyse
chimique
NA 463 Granulats - Détermination de la propreté superficielle
NA 464 Granulats ŔMéthode dřessai de réactivité aux alcalis
NA 593 Granulés crus - Analyse granulométrique par tamisage mécanique
NA 2601 Granulats - Fidélité des méthodes d'essais
NA 2607 Granulats - Essais pour déterminer les caractéristiques géométriques des granulats -
Partie 1: Détermination de la granularité - Analyse granulométrique par tamisage
NA 5043 Granulats - Éléments de définition, conformité et codification (eqv. NF XP 18-540)
NA 5091 Granulats pour mélanges hydrocarbonés et pour enduits superficiels utilisés dans la
construction des chaussées, aérodromes et autres zones de circulation
NA 5114 Granulats pour matériaux traités aux liants hydrauliques et matériaux non traités
utilisés pour les travaux de génie civil et pour la construction des chaussées
NA 5123 Granulats pour mortiers

Liants hydrauliques :
NA 523 Liants hydrauliques - Techniques des essais - Sable normal et mortier normal
NA 5026 Liants hydrauliques - Vérification de la qualité des livraisons - Emballage et marquage
NA 5031 Liants hydrauliques - Ciment prompt naturel
NA 5033 Liants hydrauliques - Ciments pour travaux dans les milieux moyennement agressifs
NA 5039 Liants hydrauliques - Guide d'utilisation des ciments
NA 442 Ciment - Composition, spécifications et critères de conformité des ciments courants
(eqv. NF EN 197-1)
NA 443 Ciment pour travaux dans les milieux fortement agressifs
NA 5040 Ciment - Evaluation de la conformité

Adjuvants :
NA 774 Adjuvants pour bétons, mortier et coulis définition, exigence, conformité
NA 815 Adjuvants pour bétons, mortiers et coulis - Bétons de référence pour adjuvants
NA 818 Adjuvants pour bétons, mortiers et coulis : Détermination de la quantité dŘeau de
gâchage des bétons et mortiers adjuvantés soumis aux essais dřefficacité à
maniabilité constante 1ère éd.
NA 1940 Adjuvants pour bétons, mortiers et coulis - Ciment de référence

Bois de coffrage :
NA 599 à 606 Bois

Normes Européennes :
NF P 15.301 Définition, classification et Spécification des Ciments
NF P 15.306 à 308 Liants hydrauliques
NF P 18.103 Définition et classifications des bétons et des mortiers
NF P 18.301 à 304 Granulats lourds pour bétons et Mortiers ISO 6783
NF P 18.306 à 309 Granulats légers pour Bétons ISO 6783
NF P 18.303 Eaux de Gâchage pour Bétons et Mortiers ISO 6274
NF P 18-451 Bétons Essai d'affaissement
NF P 18.103 Adjuvants pour Bétons et Mortiers
NF A A45 46.012 et 47 Acier pour béton armé, ronds lisses, barres à haut adhérence et treillis
Soudés
NF A A45 46.012 et 47 Armatures pour béton précontraint
NF A A45 46.012 et 47 Profilés Laminés à chaud
NF A A45 46.012 et 47 Profilé à froid

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


17 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

NF A35-015 Aciers pour béton armé - Aciers soudables lisses - Barres et couronnes
NF EN 197-1 Composition, spécifications et critères de conformité des ciments courants
NF EN 13225 Produits préfabriqués en béton - Éléments de structure linéaires
NF DTU 23.3 P3 Travaux de bâtiment Ossatures en éléments industrialisés en béton
NF EN 206-1 Béton - Partie 1 : spécification, performances, production et conformité
NF EN 1008 Eau de gâchage pour bétons - Spécifications d'échantillonnage, d'essais et
d'évaluation de l'aptitude à l'emploi, y compris les eaux des processus de
l'industrie du béton, telle que l'eau de gâchage pour béton

Eurocodes :

Eurocode 0 Ŕ Base de calcul des structures :


NF EN 1990 Eurocodes structuraux - Bases de calcul des structures

Eurocode 1 - Actions sur les structures :


NF EN 1991-1-1 Actions sur les structures - Partie 1-1 : Actions générales Ŕ Poids volumiques,
poids propres, charges d'exploitation des bâtiments
NF EN 1991-1-2 Actions sur les structures - Partie 1-2 : Actions générales Ŕ Actions sur les
structures exposées au feu
NF EN 1991-1-3 Partie 1-3: Actions générales - Charges de neige
NF EN 1991-1-4 Partie 1-4: actions générales - Actions du vent
NF EN 1991-1-5 Actions sur les structures - Partie 1-5 : Actions générales Ŕ Actions thermiques
NF EN 1992-1-1 Partie 1-1: Règles générales et règles pour les bâtiments
NF EN 1992-1-2 Partie 1-2: Règles générales - Calcul du comportement au feu

Eurocode 4 - Calcul des structures mixtes acier-béton :


NF EN 1994-1-1 Partie 1-1: Règles générales et règles pour les bâtiments
NF EN 1994-1-2 Partie 1-2: Règles générales - Calcul du comportement au feu

5.4.1 Généralités
LřEntrepreneur exécutera tous les ouvrages en béton requis avec la garantie que toutes les
stipulations des dessins, spécifications, règlements et documents contractuels divers seront
respectées. Pour ce faire, il prendra au préalable connaissance du relief et de la nature du sol,
fournira tous les matériaux et matériels nécessaires à l'exécution de lřOuvrage, exécutera les
coffrages, entreprendra le mixage et le coulage du béton, procédera au démontage des coffrages et à
l'exécution des reprises que le Maître dřOuvrage pourra exiger. Il nettoiera le Site de tous les débris
que les travaux de bétonnage auront pu accumuler et les évacuera. Les surfaces de béton seront
propres et sans souillures.
LřEntrepreneur communiquera au Maître dřOuvrage tous les plans, notes de calcul, devis descriptifs et
autres documents techniques afin de permettre le bon déroulement de cette mission de contrôle.
En phase dřexécution, lřEntrepreneur communiquera également les méthodes des essais pratiqués
sur les matériaux ainsi que les résultats obtenus.

5.4.2 Spécifications des matériaux

5.4.2.1 Origines
Les matériaux et matériels devront être de la meilleure qualité, conformes aux normes et règlements
cités et approuvés par le Maître dřOuvrage. LřEntrepreneur soumettra par écrit à lřagrément du Maître
dřOuvrage au plus tard trente (30) jours avant le commencement des travaux :
- Les noms, adresses et références de ses fournisseurs en ce qui concerne les fournitures,
matériaux ou matériels à incorporer dans les travaux dont il précisera en outre la spécification
exacte;

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


18 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- La désignation précise lřemplacement des carrières, soit quřil entend exploiter, soit où il désire
sřapprovisionner;
- Les lieux dřemprunt des matériaux ou remblais, les lieus de dépôt ou décharge quřil désire
utiliser.
Lřagrément du Maître dřOuvrage ne diminue en rien la responsabilité de lřEntrepreneur.
LřEntrepreneur devra, avant exécution des travaux recueillir lřagrément du Maître dřOuvrage sur la
provenance des matériaux et lui soumettre tous les procès-verbaux dřessais et tous échantillons
nécessaires.

5.4.2.2 Approvisionnement
Lřapprovisionnement en matériaux doit être assuré convenablement et des stocks doivent être
constitués le long du projet.
Les dispositions suivantes seront prises :
- Les matériaux ne pourront être approvisionnés sur le chantier quřau fur et à mesure des
besoins et/ou quřen cas dřautorisation expresse du Maître dřOuvrage
- Les matériaux refusés devront être enlevés du chantier dans un délai de huit (8) jours. En cas
dřinexécution dans ce délai, le Maître dřOuvrage exigera en urgence à lřEntrepreneur de
procéder immédiatement à cet enlèvement par un tiers à ses frais
- Le stockage des matériaux, fournitures et produits fabriqués sera rationnel pour éviter les
avaries, dégradations, etc.
- Les éléments abîmés seront refusés et immédiatement enlevés du chantier
- Tout matériau ne répondant pas parfaitement à la destination prévue devra être enlevé et
remplacé par lřEntrepreneur à ses frais, même après mise en place

5.4.2.3 Conservation et stockage des matériaux


LřEntrepreneur est responsable de la conservation des matériaux en stock quelle que soit leur nature
et quelle que soit la durée de stockage.
Tous les matériaux utilisés pour les travaux seront livrés, mis en dépôt et manipulés d'une façon qui
empêche les dommages, les détériorations, l'intrusion de matières étrangères, les dégâts dus à l'eau,
la rupture des sacs, etc. Tout matériau qui aura été détérioré où endommagé sera exclu du Site.
Les matériaux manufacturés tels que ciment ou adjuvants, etc., seront livrés et stockés dans leur
emballage d'origine jusqu'à ce qu'ils soient prêts à l'usage. Les matériaux en containers, silos ou
palettes qui sont détériorés ou montrent des traces d'eau ou d'autres évidences de dommages seront
refusés. Les adjuvants liquides seront stockés de manière à éviter leur contamination, leur
évaporation ou leur ségrégation.

Ciment en sacs:
Immédiatement après leur livraison sur leur site d'utilisation, les ciments seront stockés sous une
structure à plancher en bois surélevée au-dessus du sol, sèche, étanche, bien ventilée mais sans
courant d'air et équipée si nécessaire pour absorber l'humidité. On protégera la base des sacs de
ciment de l'humidité. Ils seront stockés proches les uns des autres et d'une manière qui permette
l'accès facile et l'identification du ciment de chaque expédition. Ils seront utilisés dans le même ordre
que celui de leur livraison sur Site.
Pour des périodes inférieures à une semaine le ciment peut être stocké sur des plates-formes en bois
et couvert par des bâches étanches. Ces bâches devront protéger les côtés des plates-formes afin de
les protéger de l'eau de pluie. Le ciment laissé en stockage pour une durée de 90 jours ou plus sera
testé de nouveau. Le ciment qui ne se conformera plus aux exigences de la norme sera refusé et
immédiatement exclu du Site.

Ciment en vrac :
Le ciment en vrac sera stocké dans des silos surélevés, étanches à l'air et à l'eau. Avant leur
stockage en silo, lřEntrepreneur fournira au Maître dřOuvrage la copie certifiant par le fabricant, le type
de ciment fourni et sa concordance aux spécifications et agréments.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


19 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Agrégats :
Pour chaque classe granulaire, la même et unique provenance devra être conservée pour lřexécution
de la totalité de la fourniture afférente à un lot déterminé. Toutefois, des granulats de plusieurs
provenances, pourront être acceptés par le Maître dřOuvrage si des études et essais préalables ont
été effectués sur les granulats de chaque provenance et si lřEntrepreneur les a soumis à lřagrément
du Maître dřOuvrage.
Les granulats dřune même classe granulaire, mais de provenances différentes, seront alors stockés
séparément.
Les agrégats seront mis en dépôt en tas et à des emplacements approuvés par le Maître dřOuvrage
Les agrégats seront déposés sur un béton maigre, des madriers en bois ou des plaques métalliques
ou stockés d'une quelconque autre manière qui empêchera la contamination par des matières
étrangères. Le béton, les madriers ou les plaques métalliques seront conçus avec des pentes vers
l'extérieur pour faciliter le drainage de leur excédent d'eau.
Les agrégats en tas seront protégés contre l'humidité atmosphérique pour maintenir relativement
constante leur propre humidité. Les agrégats seront stockés par types, avec cloisons de séparation.
Par temps chaud, des moyens seront mis en œuvre pour s'assurer que la température du béton coulé
en place n'excède pas une température de + 35 °C. Si nécessaire, les agrégats seront protégés du
rayonnement solaire direct par un bouclier efficace ou arrosé à l'eau dans les cas où l'évaporation est
importante.

Eau de gâchage :
Par temps chaud, la réserve d'eau de gâchage sera maintenue fraîche au moyen de bâche couverte
par un bouclier protecteur. Lřeau sera chimiquement neutre. En présence dřune eau de qualité
douteuse La Maitre de lřOuvrage pourra demander quřelle soit soumise à une analyse aux frais de
lřEntrepreneur.

Armatures :
A la livraison, elles seront déchargées et manutentionnées avec soin.
Les aciers seront stockés au-dessus de la surface du sol sur des plates-formes et protégés le plus
possible des heurts et des conditions produisant la rouille ou les souillures.

5.4.2.4 Contrôle des matériaux


Tous les matériaux utilisés devront correspondre aux spécifications du Contrat. Ils devront être de
première qualité dans lřespèce commandée. LřEntrepreneur sera tenu de mettre en évidence
éventuellement par la présentation de la lettre de commande, de bons de livraison, de factures etc., la
provenance et la spécification des matériaux. LřEntrepreneur devra informer le Maître dřOuvrage de
tout nouvel arrivage de matériaux (granulats, liants, etc.).
En aucune façon, le lieu de provenance des matériaux ne pourra préjuger de leur qualité. Si pour
certains matériaux le Maître dřOuvrage impose une provenance déterminée, lřEntrepreneur devra
obligatoirement sřy conformer.
Le Maître dřOuvrage se réserve le droit de procéder à tous contrôles et essais de la conformité des
fournitures et travaux avec les prescriptions du présent Cahier des charges et avec les normes en
vigueur. A cet effet, lřEntrepreneur devra remettre au laboratoire de contrôle toutes les quantités de
matériaux qui sřavèrent nécessaires pour réaliser ses essais.
Le Maître dřOuvrage se réserve le droit de prélever à tout moment les échantillons de tous les
matériaux destinés à être incorporés dans les travaux afin de procéder aux essais.
LřEntrepreneur respectera les consignes qui seront données soit en vue de contrôle soit à la suite de
ces contrôles.
Dans le cas contraire le Maître dřOuvrage pourra exiger par écrit lřarrêt des travaux qui ne pourront
recommencer quřau reçu dřune autorisation écrite.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


20 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.4.3 Descriptif des matériaux composant le béton

5.4.3.1 Ciment
Le ciment utilisé est généralement un ciment de classe Portland avec ou sans constituants
secondaires. La qualité du ciment doit être définie par lřindication de la résistance à la compression,
obtenue à 28 jours sur un mortier normal.
Le type et la qualité de ciment doivent être choisis en fonction de la nature de lřouvrage à construire,
de ses caractères structurels, sa destination, et des diverses qualités requises, compte tenu
notamment des circonstances climatiques locales temps chaud, temps froid, présence dřeau
agressive, etc. Des ciments de types différents ne seront en aucun cas utilisés conjointement.
Le ciment pour la composition des bétons sera de la classe CPA 325 sauf prescription contraire.
Chaque livraison aura été testée par le fabricant avant livraison. Celui-ci fournira une copie des
certificats des tests. Si les qualités ne sont pas satisfaisantes, le Maître dřOuvrage pourra demander à
lřEntrepreneur de modifier la provenance sans que celui-ci puisse s'en prévaloir pour demander un
supplément de prix.
Les bétons contrôlés provenant de centrales agréées seront conformes à la norme NA 2596 (eqv. NF
P 18-305) et NA 16002 ( eqv. EN 206-1, NF P 18-325)

5.4.3.2 Agrégats
Les agrégats employés devront être conformes à la norme NA 5043 (eqv. NF XP 18-540 et XP 18-
545) et provenant de carrières, de lits de rivières ou d'exploitations agrées. Ils pourront être obtenus
par concassage et désagrégation de roches dures (granit, quartzite, porphyre, calcaire).
Des certificats de conformité seront délivrés par lřEntrepreneur avant chaque livraison. Les agrégats
seront lavés avant emploi si besoin est. Ils ne devront pas contenir d'impuretés, de terre, ni d'éléments
en forme de plaquette ou d'aiguille.
LřEntrepreneur adoptera une granulométrie correspondant aux résistances escomptées et à la
destination des ouvrages. Préalablement à tous les travaux, la composition granulométrique sera
déterminée de manière à obtenir la compacité maximale en fonction des granulats proposés par
LřEntrepreneur et les résistances minimales spécifiées.
Cette composition sera déterminée, pour lřEntrepreneur, par un laboratoire agréé, les procès-verbaux
d'essais seront remis au Maître dřOuvrage. Les résultats des analyses de granulométrie des agrégats
effectuées au laboratoire devront être conformes aux exigences spécifiées dans la norme NA 5043
(eqv. NF XP 18-540 et XP 18-545).
Les agrégats ne devront contenir aucun corps organique, sel ou autres substances nuisibles aux
caractéristiques de prise ou à la résistance définitive du béton.
Un échantillon de chaque type d'agrégat (sable, gravillons, cailloux) sera fourni sur Site suffisamment
tôt à l'avance pour permettre son examen, ses tests, ainsi que la préparation des tests de béton avant
le début des travaux. Si les qualités des agrégats fournis ne sont pas satisfaisantes, le Maître
dřOuvrage pourra demander à lřEntrepreneur d'en modifier la provenance sans que celui-ci puisse
s'en prévaloir pour demander une majoration de prix.
Un temps suffisant de stockage sur site devra s'écouler pour faciliter le drainage des excédents d'eau.
Si pour une raison quelconque, durant lřexécution du Contrat, lřEntrepreneur souhaite changer de
source d'approvisionnement, il devra établir une demande de changement de fournisseur au Maître
dřOuvrage et fournir un échantillon du nouvel agrégat proposé suffisamment tôt à l'avance pour la
préparation des tests décrits auparavant pour la livraison initiale. Tout échantillon non approuvé et
toute livraison non conforme seront immédiatement évacués du site.

5.4.3.3 Adjuvants
Les adjuvants ne seront admis que lorsqu'ils seront spécifiés sur les plans de construction, les
spécifications particulières, suites aux recommandations du laboratoire de contrôle et approuvés par
le Maître dřOuvrage. Le type d'adjuvant employé dépendra de la qualité spécifique qu'on veut donner
au mélange. Le Maître dřOuvrage exigera au préalable que la nature, le pourcentage et les conditions

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


21 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

d'incorporation de lřadjuvant soient définies par un organisme agréé. Le dosage sera déterminé par
des essais de convenance (des essais de compression seront effectués sur un nombre dřéprouvettes
de béton. La comparaison entre les résultats dřécrasement des échantillons de béton sans adjuvant et
avec adjuvant sera faite pour sřassurer que la résistance nřest pas plus faible).
Les adjuvants éventuels seront choisis et mis en œuvre conformément aux prescriptions des textes
en vigueur et normes cités in supra. On suivra strictement les spécifications du fabricant concernant
l'emploi de son produit.

5.4.3.4 Eau de gâchage


L'eau de gâchage devra présenter les caractéristiques physiques prescrites par la norme NA 1966 ou
EN 1008. Elle sera claire, propre et exempte de végétaux, huiles, acides, alcalis, sel, matières
organiques ou autres matières basiques ou délétères en suspension ou en solution. Une analyse
périodique permettra de vérifier sa qualité.
Lorsque l'eau de gâchage contient du sulfate de magnésie, lřEntrepreneur utilisera des ciments
spéciaux tels que le ciment à haute teneur en silice et après approbation du Maître dřOuvrage. L'eau
testée ne sera définitivement acceptée qu'après étude préalable probante d'au moins un béton par
sorte de ciment et d'agrégat utilisés.

5.4.3.5 Armatures
Les armatures, exclusivement à haute adhérence, seront conformes à la norme NF A 35-016 et/ou
aux standards algériens. LřEntrepreneur devra produire les certificats de conformité des aciers à
béton effectués chez le producteur d'acier.
Les armatures devront être propres, débarrassées des écailles de rouille non adhérentes et de toutes
traces de graisse, chaux et boues.
Les surfaces de barres à béton ne devront pas présenter d'aspérités susceptibles de blesser les
ouvriers. Leur mise en forme sera exclusivement exécutée à froid. La mise en forme à chaud ainsi
que le soudage des armatures sont interdits, sauf accord du laboratoire de contrôle et/ou du Maître
dřOuvrage.
La confection et la mise en place des armatures seront exécutées en conformité avec le DTR-BE 2.1
par une main-dřœuvre qualifiée.
Ces armatures seront conformes aux plans d'exécution (qualités, diamètres, dimensions, rayons de
courbure, écartements, enrobage, etc.).
Les armatures seront débarrassées de toute souillure, trace de terre, graisse, peinture, écailles de
rouille. Tout béton qui aura fait prise autour des armatures avant leur mise en place sera enlevé et les
armatures soigneusement brossées. Les armatures seront cintrées à froid à l'aide d'une machine
agréée par le Maître dřOuvrage. Les barres déformées seront éliminées.
Toutes les coupes de barres seront exécutées à froid en utilisant des cisailles manuelles ou
électriques approuvées. Toutes les armatures seront liaisonnées à toutes intersections au moyen de
liens en fil de fer afin de prévenir les déplacements avant ou pendant la phase de coulage et
permettre au béton d'être vibré à la périphérie des aciers et compacté contre le coffrage.
LřEntrepreneur mettra en place tous les fers de montage, clips, cales, etc., pour éviter le déplacement
des armatures pendant le coulage du béton et il prévoira les armatures nécessaires à la liaison pour
les reprises de bétonnage.
Des cubes de ciment seront implantés sur les bétons de propreté en quantités suffisantes, reliés par fil
de fer aux lits inférieurs des aciers horizontaux afin d'assurer l'enrobage requis.
La dépose des armatures sur fond de coffrage ou sur béton de propreté et relevage au moment du
coulage sont strictement interdits.

5.4.3.6 Essais
Au minimum un mois avant de commencer les travaux, lřEntrepreneur sélectionnera les matériaux
qu'il compte utiliser pour la réalisation des bétons.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


22 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Il soumettra, à ses frais, des échantillons de ciment et d'agrégats fins et grossiers à un laboratoire
agréé pour réaliser les essais prévus et fixer les mélanges optimums. Ces mélanges seront ensuite
employés sans modification.
Au cas où lřEntrepreneur utilise des bétons préparés en centrale, les essais d'agrément pourront, avec
l'accord du Maître dřOuvrage, être remplacés par un certificat fourni par le vendeur et établi par un
organisme agréé, approuvé par le Maître dřOuvrage. Ce certificat devra, notamment, indiquer les
caractéristiques minimales des bétons livrés.
L'ouvrabilité du béton frais sélectionné sera notamment mesurée par l'affaissement du cône d'Abrams,
en présence du représentant du Maître dřOuvrage sur chantier. Cet essai sera conduit en appliquant
les instructions de la norme NF P 18-451.
On veillera à obtenir une qualité de béton permettant son serrage par vibration dans les coffrages ou
en fond de fouille. Les limites d'affaissement sont précisées dans les spécifications particulières.
Aucune quantité d'eau additionnelle ne sera ajoutée au mélange pour rendre le béton plus ouvrable,
sauf à la convenance et sous la direction du représentant du Maître dřOuvrage
La résistance sera mesurée par l'écrasement en compression d'éprouvettes cylindriques réalisées
avec le béton considéré au moyen de moules cylindriques de dimensions définies par la norme NA
2600 (eqv NF P 18-400). LřEntrepreneur fera ainsi procéder :
- aux essais d'étude
- aux essais de convenance
- aux essais de contrôle
aux essais d'information
Ces essais seront conduits en laboratoire, en application des instructions des normes NA 427, NA
428, NA 430.
Les spécifications particulières fixeront le nombre de prélèvements de béton à effectuer par partie
d'ouvrage, en vue de contrôler la résistance du béton conformément au DTR BE 2.1.
Des copies de tous les rapports d'essais seront transmises au Maître dřOuvrage pour approbation au
plus tard le troisième jour ouvrable après exécution de l'essai. LřEntrepreneur sera responsable de la
qualité du béton fourni sur le Site.

Conformité de résistance du béton des ouvrages exécutés :


Si les tests conduits sur les éprouvettes des bétons d'ouvrages coulés au chantier ne répondent pas
aux exigences de résistance, les ouvrages concernés seront détruits et reconstruits par les soins et
aux frais de lřEntrepreneur, sans aucun recours de celui-ci et sans aucune prolongation de délai prévu
au planning, sauf accord écrit du Maître dřOuvrage.

5.4.4 Principes globaux de mise en œuvre

5.4.4.1 Travaux préliminaires


LřEntrepreneur aura à sa charge l'implantation des ouvrages sur le terrain, tant en planimétrie qu'en
altimétrie et sous le contrôle du Maître dřOuvrage.
Ces implantations seront exécutées à partir d'un repère assez central, très correctement coté,
soigneusement protégé jusqu'à la fin des travaux et auquel devront se référer tous les corps de
métiers intéressés. Ce repère central est à fournir et à implanter par lřEntrepreneur avec l'accord du
Maître dřOuvrage.
LřEntrepreneur sera tenu de fournir, pour l'ensemble des opérations, les appareils nécessaires,
niveaux, cercles, jalons, piquets, cordeaux, etc. Les piquets, bornes et chaises d'implantation devront
recevoir un patin de ciment formant scellement avec le sol naturel, pour empêcher tout déplacement.
Les piquets et repères devront être conservés en bon état. En cas de nécessité, ils seront rétablis ou
remplacés par lřEntrepreneur.
Les côtes d'altitude et les numéros seront tamponnés au pochoir sur les piquets, bornes et chaises.
Au fur et à mesure de l'avancement des travaux, lřEntrepreneur devra marquer le niveau (0,00) sur les
ouvrages bruts.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


23 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.4.4.2 Nature et conception des coffrages


La conception et la construction de tous les coffrages est de l'entière responsabilité de lřEntrepreneur.
Avant tout commencement d'exécution, les dispositions projetées devront être soumises au Maître
dřOuvrage pour approbation. Son visa n'atténuera en rien la responsabilité de lřEntrepreneur.

Nature des coffrages :


Les coffrages seront en bois ou en métal et suffisamment rigides pour résister, sans tassements ni
déformations nuisibles, aux charges, aux surcharges et efforts de toute nature quřils sont exposés à
subir pendant lřexécution des travaux, et notamment aux efforts engendrés par le serrage et la
vibration du béton. Le type de coffrage sera choisi par lřEntrepreneur compte tenu :
- du temps et de la méthode de coulage des bétons,
- de l'aspect extérieur des parements hors sol devant rester bruts de décoffrage.
Les coffrages destinés à la réutilisation devront rester exempts de tout béton adhérant et les clous
devront être enlevés. Par ailleurs tous les trous qui causeront une perte du béton seront obturés. Le
bois enfoncé devra être retaillé de nouveau.
Si le bois de construction est utilisé pour les coffrages, il sera sain, bien séché et exempt de nœuds et
de flaches. Les caractéristiques physiques et mécaniques des bois sont définies par les normes NA
599 à NA 606 (eqv.NFB51-002 à B51-013).

Exécution :
Les coffrages seront conçus pour supporter sans se déformer les cas de charges auxquels ils seront
soumis pendant les travaux :
- Pression de vent normal suivant le code en vigueur et pour une région et un site définis dans
les données de base du projet,
- Charge du béton frais, des armatures et du mode de mise en œuvre ainsi que des chocs
pouvant intervenir pendant le coulage, vibrage et prise du béton.
Leur conception permettra également un démontage facile sans causer de dommage au béton et
tiendra compte de l'aspect extérieur escompté des parements hors sol qui devront rester bruts de
décoffrage. Ils permettront un nettoyage et une préparation facile avant coulage puis un bon
écoulement du béton au moment de sa mise en œuvre, son vibrage et sa prise.
Les coffrages des faces visibles des ouvrages en béton seront doublés de contreplaqué, qualité
"coffrage", ou seront métalliques.
Les coffrages métalliques ne devront être ni bosselés, ni déchirés et permettront d'obtenir des
parements au moins égaux à ceux obtenus avec du contreplaqué. Les faces internes des coffrages
peuvent être enduites, avant montage des armatures, d'une préparation convenable (telle que huile
minérale) afin d'éviter l'adhérence du béton et à condition que cette préparation ne tache pas la
surface finie du béton. En aucun cas, cette préparation ne devra entrer en contact avec les armatures
ni avec la surface du béton en place aux joints de reprise. Les joints horizontaux et verticaux du
coffrage ne devront pas permettre l'écoulement du lait de ciment. Les coffrages ne seront pas
démontés avant que le béton n'ait atteint une dureté suffisante pour ne pas subir de dommages de ce
fait et posséder une résistance suffisante d'au moins deux fois la contrainte à laquelle le béton peut
être soumis au moment du décoffrage.
Pour les coffrages qui sont prévus réutilisables, on réparera leurs parties endommagées et les dépôts
de béton seront soigneusement enlevés. Ces coffrages seront ensuite huilés à nouveau avant
réutilisation.
Les coffrages seront démontés dans l'ordre suivant: poteaux, puis faces latérales des poutres et
solives, enfin sous faces des dalles, poutres et solives.
En cas d'utilisation de ciment Portland ordinaire, les ouvrages ne seront pas décoffrés avant un délai
au moins égal à:
- 03 jours pour les murs et surfaces verticales,
- 05 jours pour les poteaux,
- 05 jours pour les faces latérales des poutres et solives,
- 21 jours pour les étais des portes,

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


24 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- 21 jours pour les sous faces de plancher.

5.4.4.3 Acier pour béton armé


Aspect des armatures :
Les armatures devront satisfaire aux conditions, formes, dimensions et essais mentionnés dans les
normes et les règles en vigueur, seul lřemploi des aciers de fabrication homologuée est autorisé. Le
Maître dřOuvrage pourra demander à lřEntrepreneur de présenter la fiche dřhomologation, ou tout
autre document, jugé par lui nécessaire
Les aciers devront être exempts de paille, fente, strie, soufflure ou manque de matière. Lors de leur
mise en œuvre, les armatures seront parfaitement propres, non adhérentes, sans rouilles, peinture,
graisse, ciment, terre.

Façonnage des barres :


Les barres devront être coupées à la cisaille. Le cintrage se fera soit manuellement, soit
mécaniquement à froid. Il est recommandé dřeffectuer le cintrage à la machine munie de mandrins à
gorge.
Les tranches sciées et cisaillées devront être nettes unies et sans défaut. Ces armatures devront
également satisfaire à lřessai de plissage à froid effectué conformément aux prescriptions.
L'assemblage des barres se fera par ligature au moyen de fils de fer de résistance suffisante pour
empêcher tout déplacement aux efforts lors de la mise en œuvre et de la vibration du béton. Lřemploi
de soudure est interdit pour la jonction des barres, sauf autorisation par le CTC. Dans ce cas, il sera
interdit d'employer des armatures de nuances différentes dans le même élément.

Les cales :
Toutes les armatures doivent être enrobées dřune épaisseur de béton suffisante comme indiquée sur
plans. En vue de réaliser cet enrobage et dřempêcher tout déplacement des armatures durant la mise
en œuvre et la vibration, des cales spéciales devront êtres disposées entre le coffrage et le ferraillage.

5.4.4.4 Précautions de mise en œuvre des bétons


La fabrication et le coulage des bétons seront effectués en respect des règles de l'art et des normes
algériennes et AFNOR en vigueur. Toutes dispositions devront être prises pour que le béton soit coulé
dans l'heure et demie qui suit le début du malaxage de l'eau, du ciment et des agrégats ou du
mélange du ciment aux agrégats.
Par temps chaud ou dans des conditions qui contribuent à une prise rapide du béton, cette durée sera
réduite.

Fabrication en usine à béton :


Si lřEntrepreneur souhaite utiliser du béton fabriqué en usine et livré par camions-malaxeurs, il devra
au préalable obtenir l'approbation écrite du Maître dřOuvrage. Ce béton préfabriqué devra satisfaire
aux exigences de qualité requises aux normes NA 2596 (eqv. NF P18-305), NA 16002 ( eqv. EN 206-
1, NF P 18-325).

Réalisation au chantier :
Le ciment et les agrégats fins et grossiers seront dosés en poids avec des appareils capables de
contrôler à 1 % près le poids requis. Ces appareils seront vérifiés périodiquement et parfaitement
entretenus. Le ciment en vrac, s'il est employé, et les sacs entamés seront pesés.
Le dosage volumétrique du ciment ne sera autorisé qu'exceptionnellement. Il conviendra dans ce cas
de dosage, de mesurer systématiquement la densité apparente du ciment. Les agrégats pourront être
dosés en volume après détermination de leur densité apparente pour autant que la provenance et la
méthode de dosage des agrégats restent inchangées pendant les travaux.
Ils seront mesurés dans des caisses ou brouettes de dosage, dont la capacité présente un rapport
simple avec le nombre de sacs de ciment mélangé.
Pour le calcul du volume d'eau nécessaire, il sera tenu compte de l'humidité des agrégats.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


25 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les bétonnières devront être d'un modèle récent, en parfait état de marche et munies d'un réservoir
permettant de mesurer la quantité d'eau utilisée à chaque gâchée.
Le malaxeur ne sera pas utilisé au-delà de la capacité figurant sur sa plaque. Il sera propre et
débarrassé de tout matériau avant le début du mixage et sera nettoyé aussitôt que le malaxage sera
terminé. Les lames du malaxeur ne seront pas usées à plus de 10 %.
Les agrégats et le ciment se déverseront dans le malaxeur simultanément dans la proportion requise
pendant la durée de l'écoulement. L'eau s'écoulera en premier et continuera à se déverser pendant
que les matériaux solides pénétreront dans le malaxeur.
Tout le béton sera malaxé dans un malaxeur mécanique approuvé. La fabrication à la main sera
interdite sauf autorisation écrite du Maître dřOuvrage, et ne pourra s'appliquer qu'à des ouvrages peu
importants ; dans ce cas, on ajoutera 10% de ciment complémentaire.
La durée maximum de malaxage sera d'une demi-heure. Cette durée sera mesurée à partir du
moment où tous les matériaux auront été introduits.
La quantité d'eau utilisée pour le malaxage du béton (y compris l'humidité naturelle des agrégats) sera
celle strictement nécessaire pour assurer une mise en œuvre correcte.
Le béton sera malaxé aussi près que possible de son lieu d'utilisation et sera mis en œuvre aussitôt
après sa fabrication. Tout béton dont le malaxage est arrêté depuis plus de 20 minutes par temps
chaud et 40 minutes par temps froid sera également rebuté.

Contrôle :
Le contrôle du béton mise en œuvre se fera avec essai de compression sur éprouvette cylindrique
(Normalisé), avec la même gâchée de béton mise en œuvre.
Si ces essais démontrent que les bétons mis en œuvre ne présentent pas les caractéristiques
mécaniques imposées, le Maître dřOuvrage se réservera le droit de refuser les ouvrages réalisé avec
ces bétons.

Transport des bétons :


Tout béton gâché sera mis en place au plus tard dans les 30 minutes qui suivent lřopération de
malaxage. Le béton devra être transporté de manière à ce quřil y ait ni ségrégation des éléments, ni
commencement de prise avant sa mise en place. Toutes les précautions seront prises pour éviter, en
cours de transport, une évaporation excessive ou lřintroduction de matières étrangères.
Les équipements de transport par goulotte pompage ou de transport pneumatique seront de
conception et de dimensions qui assureront un écoulement sensiblement continu du béton jusqu'au
lieu de livraison sans ségrégation. L'usage de convoyeur ou goulottes à fond plat est interdit.
Tous les équipements utilisés pour transporter le béton seront maintenus propres; les containers de
transport seront soigneusement rincés aussitôt que les malaxeurs auront été mis à l'arrêt. Toute
gâchée ou coulée ayant subi une ségrégation sera rebutée.
L'usage de pompes sera soumis à l'approbation du Maître dřOuvrage. Dans le cas favorable, un
équipement de réserve, de capacité au moins égale à celle de l'équipement en fonctionnement sera
prévu et implanté sur le site à proximité des travaux. Ainsi, des interruptions causées par défaillance
d'équipement en fonctionnement ne devront pas excéder 30 minutes avant l'entrée en service des
pompes en réserve. Lorsque le délai de transport excède 30 minutes, il est recommandé, notamment
par temps chaud, de contrôler par des essais de laboratoire que ce délai de transport reste
admissible. Les accouplements de tuyaux seront maintenus parfaitement serrés.

5.4.4.5 Coulage
On procédera au coulage du béton sans précaution particulière seulement dans les conditions
suivantes:
- Température sous abris inférieure ou égale à +30°C en combinaison avec une vitesse
moyenne du vent inférieure ou égale à 4,5 m/s.
- Autres combinaisons de température, de vitesse de vent et d'humidité relative qui ne
provoquent pas un taux d'évaporation excédant 1,22 kg/ (m2.h).
- Température sous abris supérieure ou égale à + 5°C.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


26 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

La mise en place correcte et la rigidité des armatures seront vérifiées et toutes les précautions seront
prises pour empêcher que les armatures ne soient au contact des parois huilées des coffrages. Avant
coulage du béton, la précision et la rigidité des coffrages seront vérifiées. Les coffrages seront
nettoyés et leur fond (ou béton de propreté) sera débarrassé de tous débris (sciure, copeaux,
poussière, fils d'attache, traces d'eau, etc.).
On ne laissera pas tomber le béton en chute libre d'une hauteur supérieure à 1,0m. Pour des hauteurs
de chute supérieures, on utilisera des goulottes cylindriques pour éviter la ségrégation. Si le ferraillage
est dense et surtout si sa hauteur est importante, lřEntrepreneur prévoira des goulottes permettant de
conduire le béton jusqu'au fond du coffrage afin d'éviter la ségrégation.
On déposera le béton le plus possible à la verticale de son emplacement définitif.
On veillera à ce que la plasticité du béton soit suffisante pour lui permettre de couler facilement dans
les espaces entre les armatures et entre celles-ci et le coffrage.
On rejettera tout béton qui a été contaminé par des matières étrangères ou qui a durci partiellement
pendant son transport. On n'emploiera pas non plus de béton retrempé. On ne coulera pas de béton
par temps de pluie à moins qu'il ne soit protégé efficacement. Un béton en place sera protégé de la
pluie jusqu'à ce qu'il ait atteint une dureté suffisante pour lui éviter d'être délayé.
Le coulage dans l'eau pourra être effectué à condition que la température de celle-ci soit supérieure à
+ 7°C; le mode de bétonnage devra permettre d'éviter de délavage du béton. Il sera soumis, ainsi que
la qualité du liant retenu, à l'approbation du Maître dřOuvrage.
LřEntrepreneur mettra en place le matériel et utilisera la main-dřœuvre nécessaire, sous constante
supervision, pour la bonne exécution du compactage du béton, faute de quoi le représentant du
Maître dřOuvrage, sur le Site, pourra interdire toute poursuite des travaux.
Le béton sera entièrement compacté par vibrage, soit superficiel (dalles et semelles), soit par couches
de 15cm d'épaisseur, soit à l'aide de pervibrateurs introduits dans la masse même du béton. Les
appareils utilisés devront être parfaitement adaptés aux ouvrages à vibrer.
La distance entre chaque position de pénétration des aiguilles sera choisie de façon que les zones
d'action se recouvrent sans laisser de volume non traité ; l'aiguille sera plongée assez profondément
pour assurer une liaison parfaite des couches.
Un nombre suffisant d'aiguilles vibrantes sera utilisé de façon à ce que le vibrage agisse
simultanément sur le volume entier de chaque couche déposée.
Il sera obligatoirement prévu une aiguille vibrante en réserve pour intervenir en cas de défaillance d'un
des équipements de vibrage.
Le vibrage sera assuré aussi longtemps qu'il le faudra afin de rendre le béton uniformément plastique
et qu'il remplisse parfaitement le coffrage. Le vibrage sera interrompu dès que de la laitance
apparaîtra à la surface du béton. L'utilisation des aiguilles vibrantes pour répartir le béton dans le
coffrage ne sera pas tolérée.
En aucun cas une aiguille vibrante ne devra entrer en contact avec les armatures ou le coffrage et on
prendra grand soin de ne pas déplacer ou de déformer les armatures et le coffrage durant le coulage
du béton.
Un ouvrier qualifié en ferraillage se tiendra en permanence pendant le coulage à disposition pour
ajuster et corriger la position des armatures qui auraient pu se déplacer.
Lorsque le coulage doit être interrompu par suite de quantité insuffisante débitée par un malaxeur ou
pour toute autre raison, la dernière couche déposée ne devra présenter aucune pente. Elle sera
terminée en formant un plan horizontal jusqu'au coffrage et aux joints de construction.
Pour les parties qui pourront être coulées avec reprise, la surface de reprise sera nettoyée et repiquée
pour faire saillir les graviers et toute trace de laitance sera éliminée. Des aciers de liaison seront
éventuellement disposés perpendiculairement au plan de reprise pour les coulages de grande masse.
Le nettoyage sera achevé à l'air comprimé. L'ancien béton sera mouillé assez longtemps pour qu'il
soit imbibé d'eau avant d'être mis en contact avec le béton frais. Le dosage de la première couche de
béton en contact avec la surface de reprise sera augmenté et le diamètre des gros agrégats utilisés
sera diminué.
Concernant les fondations, lorsqu'il sera prévu des extensions, il y aura lieu de prendre toutes
dispositions pour que les raccordements ultérieurs se fassent dans les meilleures conditions : barres
d'ancrage et de liaison protégées ainsi que les arêtes provisoires.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


27 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Coulage par temps froid :


Si les travaux de bétonnage doivent être effectués lorsque la température ambiante T est inférieure à
+5°C, lřEntrepreneur, avec l'accord du Maître dřOuvrage, prendra les dispositions suivantes pour
assurer la qualité des bétons:
- Si 0°C<T<+5°C:
o s'assurer que les granulats ne sont ni gelés, ni recouverts de neige avant malaxage,
o ne pas employer de ciment trop faiblement exothermique,
o utiliser un accélérateur de prise,
o préchauffer l'eau de gâchage (+ 40°C maximum),
- Pas de coulage si T<0°C.
Toutes dispositions seront prises pour que les surfaces en contact avec le béton au moment du
coulage (armatures, coffrages, béton en place, etc.) soient réchauffées aussi près que possible de la
température du béton.
En général, par temps froid et au moment où il sera coulé dans son coffrage, le béton devra avoir une
température comprise entre +10°C et +21°C.
Des moyens adéquats seront prévus pour maintenir le béton à une température acceptable par des
systèmes devant être au préalable soumis à l'approbation du Maître dřOuvrage.
Tous les ouvrages qui auront été endommagés par l'action du gel seront démolis et reconstruits par
lřEntrepreneur et à ses frais.

Coulage par temps chaud :


Pour des températures supérieures à + 30°C, lřEntrepreneur prendra toutes les dispositions pour :
- assurer la protection des ouvrages contre l'ensoleillement et les vents chauds
- limiter la température des granulats (arrosage)
- maintenir la teneur en eau nécessaire à la bonne prise du ciment
Un excédent d'eau pourra être incorporé dans le mélange avec l'accord du Maître dřOuvrage.
Des retardateurs pourront être incorporés au béton avec l'accord du Maître dřOuvrage.

5.4.4.6 Cure de béton


La cure a pour objet de maintenir le béton dans l'état d'humidification nécessaire à un durcissement
satisfaisant, elle est indispensable par temps sec et chaud.
La cure doit être commencée dès le début de prise du béton car un retard, de quelques heures peut
diminuer sensiblement son efficacité Elle doit être poursuivie pendant une semaine dans les cas
normaux et pendant deux semaines en cas de temps très sec et très chaud. La cure peut être
effectuée, soit par humidification, soit par enduit temporaire imperméable.

Cure par humidification :


Ce procédé consiste à arroser les surfaces libres du béton et les coffrages en bois, deux ou trois fois
par jour selon la température et l'état hygrométrique de l'air.
Il sera utilisé des nattes, paillassons ou autres procédés assurant une humidification permanente.
L'eau utilisée sera propre et exempte de tout élément pouvant tacher ou décolorer le béton. Les
coffrages éventuellement maintenus en place seront également humidifiés.
Les nattes ou paillassons assureront, également, la protection des ouvrages contre les vents de
sable. Des arrosages intermittents des surfaces directement exposées au soleil sont prohibés.

Cure par enduit temporaire :


Ce procédé consiste à pulvériser sur les surfaces de béton à protéger un produit, qui constitue un film
superficiel et empêche par son imperméabilité l'évaporation de l'eau du béton, recommandé et
nécessaire pour les grandes surfaces ; toutefois, il devra être agrée par le Maître dřOuvrage.
Les matériaux nécessaires à la cure du béton devront être en possession de lřEntrepreneur sur
chantier avant le démarrage du processus de mise en œuvre du béton.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


28 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Protections particulières du béton :


Dans des terrains humides présentant une eau agressive, les fondations et ouvrages enterrés seront
protégés contre l'action de l'eau jusqu'à durcissement suffisant du béton ; en particulier, des
épuisements seront maintenus en permanence pendant toute la durée nécessaire à ce durcissement.
Après durcissement, un produit de revêtement imperméable sera éventuellement appliqué,
notamment dans le cas où il y a risque de diffusion d'ions chlorure vers les armatures.

5.4.4.7 Réservations et finitions


Réservations :
Les passages des canalisations de toute nature à travers les ouvrages en béton armé, voiles, dalles,
etc. seront obligatoirement prévus avant le coulage. LřEntrepreneur veillera à ce que toutes les
dispositions pour les passages soient prévues à leur emplacement définitif.
Les emplacements doivent être prévus sur les plans dřexécutions, cotés et conformes aux besoins
des corps dřétat secondaires, tels que plomberie, électricité, menuiserie, etc. que lřEntrepreneur devra
aussi établir en accord avec les études des corps dřétat secondaires avant de commencer les travaux.
En aucun cas, il ne sera admis des percements dans les ouvrages en béton après le coulage.
LřEntrepreneur sera seul responsable et supportera tous les frais des modifications que pourrait
entraîner la non-observation des règles de lřart pour lřexécution et la réservation des passages de ces
canalisations.

Finitions :
Après le décoffrage du béton, tous les trous des tiges de serrage des coffrages et les cavités seront
complètement bouchés au mortier dosé à 400 Kg/m3, afin dřavoir une surface lisse et uniforme. Il sera
apporté un soin particulier à la composition de ce mortier, afin dřobtenir une teinte uniforme des
éléments finis.

5.4.4.8 Confection des joints de reprise


On prendra des dispositions spéciales pour joindre les mises en œuvre successives comme indiqué
sur les plans d'exécution.
Les joints de reprise, dont l'objet unique est de joindre des mises en œuvre successives, et qui ne
sont pas indiqués sur les plans, seront faits et implantés en des endroits tels qu'ils endommagent le
moins la résistance et l'aspect de l'ouvrage. Les joints de reprise seront à éviter dans la mesure du
possible. Lorsquřils sont inévitables, ils seront exécutés suivant la réglementation en vigueur en
Algérie et les règles de lřArt. L'emplacement des joints de reprise sera approuvé par le Maître
dřOuvrage et le CTC avant leur implantation et le coulage du béton.

Emplacement :
Les dimensions maximales d'un bétonnage quelconque seront de 35mètres en tout sens horizontal
sauf spécification contraire sur les plans ou autorisation par le Maître dřOuvrage. Le béton sera coulé
sans interruption pour produire un bétonnage monolithique. Un minimum de 24 heures s'écoulera
avant le coulage des ensembles contigus sauf spécification contraire sur les plans ou instruction du
Maître dřOuvrage.
Les joints de reprise dans les planchers seront placés près du centre des portées des dalles ou
poutres, sauf indication contraire sur les plans. Au point où une poutre entre en intersection avec une
autre poutre, les joints dans les poutres seront décentrés d'une distance égale à deux fois la largeur
de la poutre et une armature supplémentaire sera fournie pour le cisaillement.
Les joints seront verticaux dans toute l'épaisseur de la pièce en béton. Les poteaux qui ne sont pas
coulés en une seule opération, auront des joints à la face inférieure des poutres assemblées à ces
poteaux sauf indication contraire sur les plans. Les aisselles et les chapiteaux des poteaux seront
considérés comme partie du plancher ou du toit et sans joint avec eux. Un minimum de deux heures
passera après le coulage du béton dans les poteaux ou murs avant d'assembler les poutres ou dalles
dessus.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


29 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Des joints autres que ceux indiqués sur les plans ne seront pas exécutés dans les semelles, sauf
approbation du Maître dřOuvrage et du CTC. Les joints de reprise verticaux en construction étanche
ne seront pas admis sauf indication sur les plans ou approbation par le Maître dřOuvrage.
Les fondations en masse seront coulées en couches ne dépassant pas 1,5m de hauteur sauf
indication contraire sur les plans ou approbation par le Maître dřOuvrage.
A l'endroit où un joint doit être réalisé, les surfaces existantes seront rendues rugueuses et
entièrement nettoyées, toutes les matières étrangères et la laitance étant enlevées, avant de couler le
nouveau béton sur ou contre le béton existant. La surface existante sera entièrement mouillée et
enduite d'une couche de coulis de ciment et le nouveau béton sera posé avant que le coulis n'ait
atteint sa prise initiale. Le travail sera exécuté d'une manière qui assure l'adhérence complète entre le
béton existant et le béton venant d'être coulé.
Lorsqu'un joint de reprise horizontal doit résister à la pression de l'eau, des dispositions particulières
seront prises pendant toutes les phases de sa construction pour s'assurer de l'étanchéité requise. La
liaison entre le béton ancien et le béton frais sera obtenue par :
- un repiquage du béton augmentant la rugosité de la surface du béton ancien,
- lřutilisation dřune résine adhésive.

5.4.4.9 Tolérances et réparations


Tolérances d'aspect :
Immédiatement après l'enlèvement des coffrages, les surfaces des ouvrages en béton seront
inspectées et toutes les zones défectueuses seront notées dans un rapport communiqué au Maître
dřOuvrage
En fonction de la gravité des zones défectueuses, le Maître dřOuvrage pourra soit permettre leur
colmatage ou rénovation, soit refuser l'ensemble ou partie de l'ouvrage et demander sa démolition et
remplacement par lřEntrepreneur et à ses frais.
Tout évidement ou trou de diamètre supérieur à 4 cm en surface ou en profondeur, tout défaut de
recouvrement d'armature seront considérés comme des signes révélateurs d'un travail défectueux et
pourront être un motif de non acceptation de la partie d'ouvrage incriminée.
Le représentant du Maître dřOuvrage sur Site peut seul donner la permission de procéder à la
correction des défauts de surface en respect de la procédure décrite ci-dessous. L'autorisation de
procéder à la réparation de tels ouvrages ne sera pas considérée comme un renoncement du droit du
Maître dřOuvrage d'exiger la démolition de l'ouvrage défectueux, si à son avis, la réparation n'est pas
concluante.

Procédure :
Tous les joints défectueux, vides, poches ou autres défauts de surface seront colmatés. Les zones
défectueuses seront creusées par burinage jusqu'à une profondeur minimale de 2,5 cm dans le béton.
Les bords de la zone à reprendre seront dégagés perpendiculairement à la surface de l'ouvrage.
Le trou ainsi obtenu sera rendu rugueux et humidifié à l'eau propre. Un mortier constitué à parts
égales de ciment Portland et de sable, avec suffisamment d'eau pour obtenir une consistance qui
puisse s'étaler à la brosse, sera introduit dans la zone à réparer, suivi immédiatement par le béton de
réparation. Le mortier de ciment et de sable peut être remplacé par une résine époxy adaptée à ce
genre de rénovation.
Le béton de réparation sera constitué des mêmes matériaux et, approximativement, des mêmes
proportions utilisées pour le béton d'ensemble, sauf que les gros agrégats seront omis.
Du ciment Portland blanc se substituera en partie au ciment Portland gris, si nécessaire, pour obtenir
une couleur semblable à celle du béton alentour. Les proportions de ciments blancs et gris seront
déterminées par essai.
La proportion d'eau sera maintenue au minimum nécessaire aux exigences de manipulation et de
mise en œuvre. Le béton ne sera jamais fluidifié par addition d'eau au cours de son utilisation. On
rejettera un béton fabriqué depuis plus d'une heure.
Ce béton sera soigneusement compacté en place jusqu'à obtenir une surface brute légèrement
débordante par rapport à la surface existante. Il sera maintenu en place sans aucune autre

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


30 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

intervention pendant une période de une à deux heures afin de permettre une contraction initiale
avant finition.
Ce béton de réparation sera travaillé de façon à le rendre adhérent aux lèvres du trou précédemment
buriné. La finition sera obtenue en martelant la surface brute jusqu'à l'égaliser avec la surface
existante sur son pourtour.
Tous les colmatages subiront une cure d'une semaine de la même manière que celle précédemment
observée pour l'ensemble de l'ouvrage.

5.4.5 Fondations

5.4.5.1 Critères de conception des fondations


Elles seront conçues au stade de l'esquisse. Une bonne adéquation des structures et de leurs
fondations aux caractéristiques géotechniques des sols d'assises est toujours une solution
économique que lřEntrepreneur devra rechercher. La conception des fondations sera donc étudiée
avec précision.
Les fondations seront dimensionnées et calculées en totale concordance avec les normes en vigueur
en Algérie et devront tenir compte de toutes les recommandations contenues dans le rapport
géotechnique.
Les fondations seront calculées de manière à résister aux charges qui les sollicitent. Elles doivent être
capables de transmettre ces charges au sol de fondation tout en restant dans les limites admissibles
de contraintes et des tassements.
Elles doivent êtres fondées sur un bon sol qui sera déterminé par une étude complète de sol établie
pour chaque bâtiment, laquelle, déterminera la nature du sol, sa capacité portante et toutes les
caractéristiques nécessaires pour le calcul des fondations. La campagne de sondage sera soumise
préalablement à lřapprobation du Maitre de lřOuvrage et sera aux frais de lřEntrepreneur.
Une fois que le système de fondation ait été choisi, les fouilles sont réalisées aux endroits mentionnés
sur les plans de coffrage de fondations relatif aux bâtiments et aussi par le rapport géotechnique du
sol.

5.4.5.2 Types de fondations


Le type des fondations à traiter dans le projet dépendra essentiellement des résultats de lřétude
géotechnique.
Suivant le rapport géotechnique, il est demandé de tenir compte des prescriptions suivantes :
- La résistance aux efforts appliqués suivant la descente des charges
- La résistance aux tassements
- L'étanchéité aux remontées capillaires
- La recherche des solutions optimales

5.4.5.3 Mise en œuvre


Fonds de fouilles :
Les fonds de fouille doivent rester le moins longtemps possible soumis aux actions des intempéries.
Si, à l'examen, le fond de fouille se révèle inapte à recevoir la fondation prévue, l'Entrepreneur doit,
mettre en œuvre les travaux d'aménagement complémentaires nécessaires.
Les fondations ne sont exécutées qu'après assainissement du fond de fouille ; cet assainissement est
réalisé par des moyens appropriés en prenant toutes les précautions qui sřimposent pour éviter de
compromettre la tenue des talus ou des ouvrages voisins. Les dispositions nécessaires doivent être
prises pour éviter les affouillements.
Une fois les fonds de fouille prêts à être examinés, lřEntrepreneur informera le Maitre de lřOuvrage
ainsi que le CTC, lesquels devront donner leur approbation avant la poursuite des travaux.

Béton de propreté :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


31 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

On vérifiera que le fond de fouille a bien été compacté jusqu'à atteindre une compacité dont la valeur
est définie dans les documents ; compacité qui en tout cas ne sera pas inférieure à 95 % de l'optimum
PROCTOR modifié.
Pour tout ouvrage en béton armé, il sera réalisé une forme de béton de propreté dosé à 150 kg avec
un ciment CRS (Ciment Portland Résistant aux Sulfates), ou béton de gravillon dosé à 250 Kg/m3 de
béton, mise en œuvre, débordant de part et dřautre des parties dřouvrages de fondations prévues.
L'épaisseur de la couche de béton de propreté ne doit pas être inférieure à 4cm.
Sous les ouvrages dont les bords latéraux seront coffrés, le béton de propreté débordera de 10 cm
environ. Sous les ouvrages coulés en pleine fouille, il s'arrêtera au bord de la fouille. Le surfaçage de
la couche de propreté sera fait à la taloche.
Le béton de propreté peut, dans certains cas, en fonction des conditions de surface et de nature des
terrains de fondation, être remplacé par une feuille de polyéthylène.

Dosages minimaux :
Les dosages indiqués ci-dessous concernent les ciments courants au moins de classe 32,5 et 32,5 R
conformes à la norme NA 442 (eqv. NF EN 197-1) :
- béton des semelles non armées : pour les semelles en béton non armé, sous murs pleins ou
sous poteaux, le dosage minimal est de 200 kg de ciment par m³ de béton mis en place à sec
et de 300 kg si le béton est mis en place dans l'eau
- béton des semelles filantes comportant uniquement une armature de chaînage : pour les
semelles filantes sous murs comportant uniquement une armature de chaînage, le dosage
minimal est de 250 kg de ciment par m³ de béton mis en œuvre et de 350 kg si le béton est
mis en place dans l'eau. Ces dosages minimaux sont prescrits pour assurer une protection
efficace des armatures contre la corrosion
- béton des semelles armées : pour les semelles en béton armé le dosage minimal est de 300
kg/m³ pour le béton exécuté à sec, et de 400 kg/m³ si le béton est mis en place dans l'eau

Cas des milieux agressifs :


Les prélèvements d'eau et, éventuellement, de sol, et leur analyse doivent être faits en temps utile
pour déterminer l'agressivité du milieu (dans lequel seront établis les ouvrages) et les exigences
constructives en découlant (notamment infiltration des eaux salées). Il convient, en particulier, de
prendre position sur le choix du ciment ; le dosage minimal en ciment et celui des autres constituants
du béton ; les adjuvants éventuels ; les protections rapportées et leur condition de mise en œuvre en
conformité avec les normes en vigueur.

Ferraillage des fondations:


Les aciers utilisés doivent être neufs, exempt de toutes traces de rouille ou autre matière organique
pouvant provoquer leur corrosion. Les fondations seront ferraillées suivant les plans génie civil de
ferraillage. Elles doivent être enrobées suffisamment, aussi, la pose de cales à béton est-elle
obligatoire.

Coffrage en fondation :
Des coffrages métalliques ou en bois doivent être utilisés pour tous les ouvrages en béton armé
(Semelles, longrines, amorce poteaux). Les coffrages doivent être propres et badigeonnés à lřhuile de
décoffrage avant mise en œuvre. Même remarques pour coffrage modulaire métallique.
Pour les fondations préfabriquées, se référer aux spécifications relatives à la préfabrication.

Divers :
Les faces des semelles et amorces des poteaux en contact avec le sol recevront une imprégnation
avec Enduit d'Imperméabilisation à base de Brai de Pétrole type appliquée en deux couches croisées
pour la protection contre lřhumidité et autres attaques chimiques possibles.

Réception des ouvrages :


Les fonds de fouille et les fondations seront soumis au contrôle du CTC.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


32 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.4.5.1 Drainage périphérique


Un drainage périphérique sera prévu tout autour des parois enterrées conformément à la
réglementation en vigueur y compris les conduites dřévacuation des eaux drainées.

5.4.6 Dallages

5.4.6.1 Généralités
Sauf avis contraire, les prescriptions à prendre en compte sont celles précisées dans le DTR BE-2.1a.
Les dallages comportant une couche d'usure doivent respecter les exigences suivantes :
- Le dallage sera dimensionné (épaisseur et armatures) en fonction des charges réellement
appliquées et de la réaction du sol.
- Les bétons armés de planchers seront conformes au DTR BE 2.1
- Les niveaux de plancher brut seront définis par lřEntrepreneur.
- Les renforts de dallage qui ont un rôle structurel doivent être dimensionnés selon les
règlements de calcul du béton armé et :
o Être conforme au DTR BC-2.41, au DTR BE 2.1 et aux spécifications de la norme NF
EN 206-1
o Avoir un dosage minimum en ciment de :
 280 kg/m³ pour les ciments de classe de résistance 52,5
 320 kg/m³ pour les ciments de classe de résistance 42,5
 350 kg/m³ pour les ciments de classe de résistance 32,5
o Avoir un rapport maximal Eau efficace / Liant équivalent d'une valeur variant
linéairement entre 0,6 pour un dosage de 280 kg/m³ et 0,5 pour un dosage de 350
kg/m³
o Etre d'une classe de résistance au moins égale à C25/30
o Avoir une consistance adaptée à la mise en œuvre

Pour tout adjuvant, comme pour toute addition, la traçabilité doit être assurée. Il en est de même pour
le rapport eau efficace / Liant équivalent, qui doit être mentionné sur les bons de commande et de
livraison.
Il en est de même lorsque la nature des actions, les caractéristiques mécaniques du support ou le
mode de construction ne permettent pas de concevoir un dallage non armé.
Sauf indication contraire, dans le cas de dallage sur éléments protecteurs contre lřagressivité, la
composition des différentes couches est la suivante : tout venant ou pierres sèches compactées à
95% du P.M sur une épaisseur de 0.15 m minimum. Le dallage sera en béton dosé à 350 kg /m3 de
CRS, armé en treillis soudés (6x150x150).
Sauf prescription contraire, les dallages seront munis dřun film anti capillaire y compris remontée sur
mur répondant aux sollicitations du local (Au minimum une résistance au poinçonnement 180 Kpa).
Elle sera posée au-dessous de lřisolation thermique de sol (déterminée par les études thermiques
menées par lřEntrepreneur). La mise en œuvre se fera suivant les prescriptions du fabricant.

Présence de canalisations :
Dans le cas de dallages non armés, ces éléments doivent être placés sous le dallage, la distance
entre leur génératrice supérieure et la sous-face du dallage devant être au moins égale à leur
diamètre majoré de 50 mm. Les traversées verticales du dallage sont autorisées avec fourreaux.
Ces éléments peuvent être incorporés dans les dallages armés sous réserve de satisfaire aux
dispositions constructives ci-après :
- leur diamètre ne doit pas excéder 1/5 de l'épaisseur du dallage dans la zone considérée
- leur enrobage en partie supérieure doit être au minimum de 2 fois leur diamètre sans être
inférieur à 50 mm
Dans tous les cas d'incorporation dans le dallage, il y a lieu de se prémunir vis à vis des déformations
de ce dernier sous l'effet du retrait, de variations thermo-hygrométriques, et de charges roulantes ;

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


33 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

une attention particulière étant apportée aux conséquences des déformations verticales différentielles
au droit des joints.

Interfaces :
Lorsque la destination de l'ouvrage impose une interface anticapillaire ou pare vapeur, lřEntrepreneur
précisera les dispositifs spécifiques à mettre en œuvre.
Les films polyéthylène, géotextiles ou géosynthétiques n'assurent pas de rôle anti-capillarité et ne
permettent pas de maîtriser la siccité du béton de dallage.

Isolation thermique :
La déformabilité des isolants doit être prise en compte dans le calcul du dallage.
Lorsque les conditions d'exploitation imposent une limitation de l'ouverture des fissures, ou lorsque le
dallage est destiné à recevoir un revêtement de sol adhérent directement au dallage ou par
l'intermédiaire d'un produit auto nivelant, le dallage est réalisé en béton armé.

Joints :
Les dispositions et les types de joints sont précisés par les plans d'exécution. Les joints dřarrêt de
coulage, de retrait, de dilatation ou d'isolement doivent être réalisés selon les prescriptions du DTU
13.3. Si les joints ne sont pas préconisés, le monolithisme du dallage doit être assuré par des
armatures de couture ou par tout autre dispositif adapté.

Conception de dallages à usage particulier :


Les dallages de locaux particuliers (ex : chambres froides) doivent faire l'objet de dispositions
complémentaires adaptées à leurs conditions d'exploitation.

Tolérances :
Sauf spécifications particulières du CCTP, le niveau du support est celui du dallage fini diminué de
son épaisseur avec une tolérance de ± 10 mm.

5.4.6.2 Mise en œuvre


Les armatures des dallages armés doivent être calées et leur enrobage doit être conforme aux règles
en vigueur.
Le béton doit être vibré au moyen d'une règle vibrante ou d'une poutre vibrante, mécanique ou
hydraulique, ou bien être de consistance fluide (affaissement au cône d'Abrams supérieur ou égal à
160 mm) obtenue par utilisation de superplastifiant et en aucun cas par ajout d'eau

5.4.6.3 Cure
La face supérieure du dallage doit faire l'objet d'une cure par application d'un produit de cure, par
arrosage ou par tout autre moyen de maintien de l'humidité en surface.

5.4.7 Structures

5.4.7.1 Système porteur vertical


Le système structurel et les matériaux doivent être adaptés à lřusage du bâtiment, en termes de
flexibilité, de résistance, et dřentretien. Ils doivent être choisis aussi en fonction des conditions
climatiques, de la réglementation nationale ainsi que dřautres conditions particulières dictées par
lřenvironnement naturel (ex. sismicité, vent, inondation etc.), ou liées aux offres de technologie et aux
matériaux, aux conditions de chantier ainsi quřà lřexpression architecturale recherchée.

Le système structurel devra être économique, facile et rapide à mettre en œuvre, permettant de larges
surfaces sans points dřappui et pouvant accepter des extensions ou des reconfigurations futures. Le

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


34 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

système structurel devra permettre une certaine flexibilité de manière à consentir des changements
dans lřagencement des espaces et permettre des extensions éventuelles.

La structure des bâtiments sera réalisée en béton armé préfabriqué en usine (fixe) ou en atelier forain.
Elle sera livrée finie sur chantier où elle sera montée. Les procédés mettant en œuvre des murs à
coffrage intégré destiné à être rempli de béton sur chantier ou tout autre pré-mur recevant du béton
projeté in situ ne seront pas admis.

La structure pourra être à ossature (poteaux poutres poutrelles et éléments de planchers


préfabriqués) ou en panneaux préfabriqués.

Pour les bâtiments nécessitant des portées particulièrement importantes (exemple : piscine),
lřEntrepreneur pourra proposer des systèmes structurels agréés, répondant aux impératifs de stabilité,
de coût, de résistance aux conditions hygrothermiques intérieures et aux conditions climatiques
extérieures auxquelles ils sont soumis, tels que des éléments structurels préfabriqués précontraints ou
alternativement une ossature métallique. Quels que soient les choix de structure, lřesthétique et la
cohérence globale des architectures devront être parfaitement respectées.

Les abris pourront être réalisés en structure métallique.

Les structures légères de type abris ou pergolas de décoration pourront être construites en bois dřune
essence parfaitement adaptée aux conditions dřexposition, notamment au climat sec et au fort
rayonnement solaire.

En règle générale, les matériaux devront être solides, résistants, lavables, de maintenance aisée. Les
types de matériaux et la structure devront être en harmonie avec le caractère architectural général de
lřOuvrage.

5.4.7.2 Système porteur horizontal


Les planchers d'étage devront présenter les résistances au feu conforme à la réglementation actuelle.
Ils seront éventuellement renforcés pour supporter les surcharges d'utilisation données dans les
exigences et contraintes techniques par pièce (équipements particuliers des locaux, présence de
machines lourdes, etc.).

5.4.7.3 Hauteurs libres


La hauteur sous faux-plafond des locaux devra être adaptée à leurs usages, sans jamais être
inférieure à 2,5m. Dans les ateliers ou les espaces de stockage, la hauteur sous plafond sera adaptée
aux matériels manipulés. Dans les espaces de bureaux et/ou dřhébergement, les dimensions devront
permettre une bonne habitabilité en évitant par exemple lřaspect de couloir (la longueur devra être
inférieure à deux fois la largeur). Les hauteurs libres utiles minimales des locaux sous plafond ou
plafond suspendu imposées sont les suivantes :
Type de locaux Hauteur libre (mètres)
Circulations internes 2,50 m minimum à 3,00 m
Salles diverses, bureaux 2,50 m
Sanitaires 2,50 m
Hall et galeries de circulation 3,00 m minimum à 4m (voire plus selon existant)
Salles de réunion, 3,00 m minimum si plus de 25 m²
Stockage (hors archives) 2,50 m
Stockage mobilier, stockage… 3,00 m
Locaux techniques (hors chaufferie) 2,50 m
Ateliers 3,00 m minimum Selon activité

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


35 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Cette hauteur devra permettre les passages de lřensemble des réseaux nécessaires dans les
plénums de faux-plafonds.

5.4.8 Panneaux de façades


Pour tous les principaux bâtiments (hormis les bâtiments techniques, abris etc..), les facades seront
réalisé en panneaux préfabriqués.
Ils pourront être pleins (en béton de granulats légers, béton courant ou béton cellulaire) , nervurés,
sandwiches à voiles solidaires ou à voiles extérieur librement dilatable à condition d'être agréés par
les organismes de contrôle algériens.
Ils pourront être porteurs, autoporteurs, portés ou suspendus.
Les spécifications techniques sont citées au paragraphe suivant. Une attention particulière sera portée
sur la réduction des ponts thermiques.

5.4.9 Prescriptions relatives aux ossatures et éléments préfabriqués en


béton

5.4.9.1 Qualification des fabricants


Les fabricants d'éléments préfabriqués en béton (ou lřEntrepreneur dans le cas dřun atelier forain)
doivent être certifiés conformément aux modalités de certification des usines de béton préfabriqué. Ils
doivent en outre expressément attester que leurs usines sont dûment certifiées dans la catégorie de
produits appropriées.

Les éléments préfabriqués en béton produits doivent bénéficier dřun avis technique valide.

Lřunité de production des éléments préfabriqués (usine ou atelier forain) doit comporter au minimum :
- Un poste complet de fabrication et de distribution du béton indépendant du reste du chantier.
- Une aire de préfabrication couverte et protégé des intempéries (et de la chaleur excessive)
réservée aux divers moules fixes ou mobiles.
- Le matériel approprié assurant tous les transports, toutes les manutentions des bétons frais et
des éléments démoulés, chariots, portiques roulants, grues, palonniers divers etc.
- Un poste de préfabrication dřarmatures en séries, doté de matériel électrique (cisaille et
cintreuse).
- Lřoutillage, les appareils et les dispositifs divers de mise en place (vibrateurs, aiguilles, règles
vibrantes table vibrante) de finition et traitement du béton (capots dřétuvage, bâches
calorifugées).
- Une aire de stockage dřattente dotée de chevalets et dřappuis appropriés.
- Un équipement électrique et des installations produisant divers fluides : alimentation des
vibrateurs (air comprimé), des canalisations de préchauffage des granulats ou des moules
(eau chaude vapeur) etc.
- Un laboratoire de contrôle continu des bétons.
- Des moules métalliques montés sur vérins.
- Le serrage qui se fera par vibreurs externes à très haute fréquence (La disposition de ces
vibreurs est étudiée lors de la conception des moules).

La préfabrication en « atelier précaire » au pied de lřouvrage, utilisant des moules en bois destinés à
être détruits à la fin de la préfabrication ne sera pas admise.

5.4.9.2 Qualité des éléments


La conception et réalisation des éléments préfabriqués devront répondre notamment aux normes :
- NF EN 14992 « produits préfabriqués en béton : Eléments de mur »,

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


36 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Eurocode 2 (NF EN 1992) ainsi quřau DTU 22.1 Murs extérieurs en panneaux préfabriqués de
grandes dimensions du type plaque pleine ou nervurée en béton ordinaire »
- NF EN 13369 « Règles communes pour les produits préfabriqués en béton »
- et aux recommandations éditées par FIB « Eléments architecturaux en béton fabriqués en
usine ».

Les qualités des éléments préfabriqués suivantes devront être garanties (liste non exhaustive) :
- Résistance de l'ancrage des dispositifs de manutention et d'étayage
- Résistance des éléments eux-mêmes aux sollicitations qu'ils subissent aux divers stades
(démoulage, manutention, transport, mise en œuvre, fonctionnement en service)
- Résistance des accessoires destinés à la fixation au stade du montage et au stade définitif, à
la fixation sur les éléments préfabriqués des ouvrages annexes (menuiseries par exemple)
- Compacité et imperméabilité du béton, aussi bien en partie courante qu'à proximité des rives
et des arrêtes
- Précision dimensionnelle
- Aspect et conservation dans le temps des parements extérieurs, de leur revêtement éventuel
incorporé et des arrêtes qui les délimitent
- Durabilité du béton et des matériaux qui lui sont associés (acier en particulier), des ouvrages
annexes incorporés aux panneaux (menuiserie notamment) et des divers accessoires scellés
ou noyés
- Etanchéité à l'air et à la pluie (rives longitudinales conçues pour assurer une étanchéité
parfaite à l'air et à l'eau)
- Contribution à la satisfaction des exigences acoustiques, thermiques
- Résistance au feu

Les panneaux préfabriqués de façades et les assemblages structurels devront contribuer à satisfaire
les exigences dřisolation acoustique et thermique fixées aux paragraphes 6.1.2.1 et 6.1.2.2
respectivement.
Un programme de contrôle de la qualité est mis en place par lřEntrepreneur pour s'assurer que le
béton fourni est conforme aux critères de performance spécifiés dans le cahier des charges, et
assurer le contrôle de la conformité tout au long du processus de préfabrication, de transport de
stockage et dřinstallation.

5.4.9.3 Exigences de conception


Les éléments préfabriqués sont conçus de manière à résister aux contraintes de manutention. Les
conditions de mise en œuvre doivent être communiquées au bureau d'études chargé du
dimensionnement des produits.
Les éléments préfabriqués, les pièces d'assemblage et de fixation des éléments préfabriqués sont
calculés de manière à résister aux charges spécifiées et en conformité avec les codes qui
s'appliquent. Par ailleurs, ils devront satisfaire à toutes les exigences dřisolation thermique, acoustique
définies dans le présent cahier des charges.

Les dessins d'atelier seront soumis au Maître dřOuvrage et au bureau de contrôle pour approbation.
Les dessins fournis doivent indiquer, montrer ou comprendre ce qui suit :
- Les notes de calcul des éléments conçus par le fabricant
- Les détails des éléments en béton, des armatures et des éléments d'assemblage
- Le calepinage des panneaux
- Les méthodes de manutention et de mise en place : La pose et l'exécution font l'objet de plans
et documents suffisants pour définir entièrement les dispositions constructives à réaliser (la
définition des éléments avec leur repérage et leur implantation; conditions de manutention et
de levage; conditions de stockage; conditions d'étaiement éventuel; conditions à respecter
pour les appuis, ancrages, liaisons et continuités, notamment en ce qui concerne les
armatures, qu'elles sortent en attente ou qu'elles soient à placer en œuvre)

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


37 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

L'Entrepreneur certifie que les éléments préfabriqués sont garantis contre l'épaufrure et contre toute
autre marque apparente de fissuration ou de corrosion des éléments noyés en acier.
Lřensemble des plans, des notes de calculs et avis techniques émis par lřEntrepreneur devront être
approuvés par le CTC et le maître dřouvrage avant tout commencement dřexécution.

5.4.9.4 Réception des supports


Les points suivants doivent être vérifiés par l'Entrepreneur :
- la conformité avec les plans d'exécution
- l'implantation générale
- l'ensemble des tolérances dimensionnelles déclarées par le fournisseur
- l'âge du béton, qui devra être d'au moins 5 jours à la pose
- les dimensions et chanfreins éventuels
- le repère pour la mise en œuvre

5.4.9.5 Manutention et stockage


Le stockage et la manutention ne doivent ni endommager les éléments, ni altérer leurs parements.
Le stockage des éléments sur le chantier doit être fait horizontalement sur une aire aménagée
spécialement, dégagée et facile d'accès.
Le levage doit être réalisé à l'aide d'un matériel de manutention approprié et respecter les
recommandations du fournisseur.
Les éléments livrés au chantier auront une maturité de l'ordre de 28 jours.

5.4.9.6 Mise en œuvre


La mise en œuvre des éléments doit se faire conformément à la documentation technique du
fournisseur.
Chaque élément préfabriqué doit porter la date de coulée et la marque d'identification correspondante
figurant sur les dessins d'atelier et servant à en préciser l'emplacement. Ces marques doivent être
apposées sur une partie de l'élément non apparente, une fois les travaux terminés.
Les éléments préfabriqués sont mis en place en respectant les tolérances admissibles selon les
normes applicables.
La chronologie du montage sera déterminée en tenant compte des délais nécessaires au
durcissement des bétons de clavetage et/ou de scellement au droit des liaisons.
L'Entrepreneur doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la stabilité de l'ouvrage
pendant la construction, en phase provisoire. La stabilité doit être assurée en tenant compte des
imperfections liées à l'exécution (inclinaison sur la verticale, excentricité des réactions d'appuis, …) et
aux tolérances sur les éléments. Les dispositifs de stabilité utilisés pour l'étaiement, le
contreventement, leur fixation aux supports et les supports eux mêmes doivent être adaptés aux
efforts agissant en phases provisoires. Ils doivent ainsi être dimensionnés pour résister, en plus des
charges gravitaires, aux actions à considérer pendant les phases de montage, tels que le vent, les
charges de chantier fixées dans les documents dřétudes ou à défaut les valeurs définies dans les
normes EN 13225, DTR BE 1.2b et NF DTU 23.3, les chocs accidentels (impact d'un véhicule en pied
de poteau, choc d'une poutre en cours de pose), dont les valeurs conventionnelles sont définies les
normes citées ci-dessus.

Liaisons bétonnées :
Des précautions doivent être prises pour que le béton acquière une résistance suffisante au cours des
24 h qui suivent sa mise en place. Des dispositions doivent être prises pour éviter que l'eau du béton
s'évapore trop rapidement ou soit absorbée en proportion excessive par les surfaces coffrant le béton
de liaison. Le volume à bétonner doit être convenablement calfeutré ou coffré. Le bétonnage doit
s'accompagner d'une vibration.

Liaisons boulonnées :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


38 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les écrous et les vis doivent être serrés à l'aide d'une clef dynamométrique jusqu'au couple de
serrage prévu. Les vis et écrous doivent être freinés selon les dispositions prévues.
Les alvéoles éventuels où se trouvent les dispositifs de liaison boulonnée doivent être bouchés avec
du mortier à adhérence améliorée.

Liaisons soudées :
Les dispositions suivantes doivent être prises :
- confier les opérations à un personnel qualifié
- éliminer des platines toutes les impuretés qu'elles comportent, traces de laitance et calamine
notamment, ce qui peut nécessiter un meulage local au droit de la soudure à réaliser
- exécuter le soudage des platines par passes de courte durée, de façon à limiter
l'échauffement des pièces métalliques
- nettoyer les soudures (élimination du laitier)
- procéder à un contrôle visuel de la longueur et de la qualité des cordons de tous les points de
fixation
- Il est rappelé que les cordons de soudure doivent intéresser tout le pourtour apparent des
surfaces communes aux platines
 Lřensemble de la fixation est protégé anticorrosion.
- Le mortier de calfeutrement des alvéoles éventuels doit être à adhérence améliorée
- La peinture antirouille déposée sur les platines et les soudures doit avoir une efficacité au
moins équivalente à celle d'une peinture au minium appliquée en plusieurs

5.4.9.7 Prescriptions relatives aux panneaux préfabriquées de façade


Dans les bâtiments nécessitant une grande flexibilité des espaces, les trames et éléments de façade
devront permettre la souplesse du cloisonnement intérieur. Toutes les solutions techniques éprouvées
pourront être admises, sous réserve de lřagrément du Maître dřOuvrage, dans la limite de lřintégration
esthétique du bâtiment par rapport à lřenvironnement extérieur et des performances requises
(thermique, acoustique, résistance mécanique, sécurité, maintenance, etc..).

Les parois devront présenter une résistance thermique optimale et seront conçues de manière à éviter
tout pont thermique. Par ailleurs elles devront satisfaire les exigences acoustiques requises indiquées
in supra, qui revêtent une importance capitale en raison du programme du projet (principalement
hébergement et détente) et compte tenu des sources de bruits potentiels (trafic routier de poids lourds
à proximité).

Les parois devront satisfaire aux exigences de la réglementation incendie, résister aux chocs
accidentels et aux frottements usuels particulièrement au rez-de-chaussée (notamment pour les
zones de livraison en contact avec les circulations de poids lourds).

Les façades se caractériseront par :


- Des traitements auto-lavables ne nécessitant pas dřentretien courant : durabilité 10 ans sans
entretien.
- Pour les bâtiments le nécessitant, un renforcement des soubassements vis à vis des chocs
accidentels et des frottements usuels, particulièrement au rez-de-chaussée et dans les parties
accessibles aux personnes et dřun traitement anti-salissures des pieds de murs.
- Dřun traitement des écoulements le long des façades de manière à éviter lřapparition des
« coulures ».
- Dřune parfaite étanchéité à lřair, au sable et aux effets de la condensation. Les règles de
conception en fonction des risques dus aux condensations données dans les DTR E -2.4 (ou
DTU 20.1) et DTR E -4.2 (ou DTU 22.1) devront être scrupuleusement respectées.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


39 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.4.10 Prescriptions générales relatives aux structures en béton armé coulé


sur place (si applicable)
Immédiatement avant la mise en place du béton, lřintérieur du coffrage sera nettoyé avec soin de
façon à le débarrasser des poussières et débris de toute nature. Le béton ne devra pas être versé
librement dřune hauteur supérieure à un (01) mètre. Dans le cas de pièce de grande épaisseur ou
hauteur, le bétonnage sera effectué par couche dřune épaisseur maximale de 30 cm. La mise en
place de toutes ces couches ou bandes se réalisera dřassez prés pour quřaucune couche nřaie fait
prise avant dřêtre recouverte par la suivante.

Coffrage ordinaire :
Ils sont constitués par les planches de bois, métal ou des plaques de contre-plaqué ; lřépaisseur des
plaques de contre-plaqué sera en principe de 15 mm.
Dans le cas de bétons destinés à être peints ou enduits, lřEntrepreneur devra sélectionner un produit
de décoffrage adéquat et sans influence sur le traitement de surface envisagé. Tous les coffrages
seront alignés et mis en place avec précision. Ils seront également de nouveau vérifiés au fil à plomb
et étayés pour supporter toutes les charges sans fléchir ni déplacer.
Les joints doivent être suffisamment étanches pour éviter les fuites des laitances et ciment.

Décoffrage :
Les coffrages et les étais ne doivent être enlevés que lorsque le béton aura acquis la résistance
suffisante pour supporter, sans déformation sensible et dans les conditions de sécurité, son poids
propre et toute autres charges nécessaires à la continuation des travaux.
Le décoffrage sera effectué avec soin pour ne pas détériorer le béton frais ; lřenlèvement des supports
de coffrage sera progressif sans efforts brusques ou violents.

Finitions :
Après les décoffrages du béton, tous les trous des tiges de serrage des coffrages et les cavités seront
complètement bouchés au mortier dosé à 400 Kg/m3, afin dřavoir une surface lisse et uniforme. Il sera
apporté un soin particulier à la composition de ce mortier, afin dřobtenir une teinte uniforme des
éléments finis.

Essais de contrôle et de réception :


Les essais seront réalisés conformément aux normes applicables, par le Laboratoire de Contrôle. Les
structures seront soumises au contrôle du CTC.

5.4.10.1 Spécifications particulières


Accessoires à incorporer :
Les accessoires destinés à être noyés dans le béton doivent être d'un matériau durable ou rendu tel.
Les accessoires métalliques non complètement noyés dans le béton des éléments ou dans le béton
qui sera coulé sur le chantier, doivent comporter une protection durable contre la corrosion.

Finitions extérieures :
Lorsque les panneaux comportent un revêtement décoratif, revêtement mince scellé ou granulats
décoratifs notamment, aucune opération autre qu'un nettoyage faisant disparaître les traces de
ciment, mortier et autres salissures n'est normalement nécessaire pour obtenir l'aspect définitif
recherché.
Lorsque le revêtement extérieur est une peinture ou un enduit décoratif, celui-ci doit être réalisé
conformément aux Avis Techniques concernant les procédés de revêtement ou aux documents
normatifs en vigueur.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


40 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.4.11 Prescriptions relatives aux structure en charpente métallique (si


applicable)
Le Maitre de lřOuvrage nřadmettra une ossature métallique que pour des cas exceptionnels pour
lesquels lřEntrepreneur devra justifier sa nécessité (grandes portées par exemple). Dans ce cas, les
règles constructives auxquelles lřEntrepreneur doit souscrire sont rappelées ci-dessous (non
exhaustif).

5.4.11.1 Normes et standards


Les travaux seront effectués en conformité avec les règles définissant les qualités, les caractéristiques
et conditions de mise en œuvre des matériaux utilisés, en particulier les documents techniques
Réglementaires DTR, les documents techniques unifiés DTU instructions et règlements en vigueur un
mois avant la date de lancement de lřappel dřoffres, les prescriptions des fabricants.
Les principaux documents officiels de référence applicable sont notamment (liste non limitative) :

Charpente métallique :

DTR :
DTR-BC 2.44 Règles de conception et de calcul des structures en acier CCM 97
DTR BC 2 48 Règles parasismiques Algériennes RPA 99 (Addenda 2003)
DTR-BC 2.2 Charges permanentes et charges dřexploitation
DTR BC-2.4.10 Conception et dimensionnement des structures mixtes acier-béton
DTR BC 2-47 Règlement Neige et Vent Ŕ R.N.V 99

Normes Algériennes :
NA 856 Revêtements métalliques - Revêtement de galvanisation à chaud sur produits finis en
fer - Spécifications (eq. ISO 1461 NF EN ISO 1461 : Revêtements par galvanisation à
chaud sur produits finis ferreux - Spécifications et méthodes d´essai.)
NA 8477 Descriptif et qualification d'un mode opératoire de soudage pour les matériaux
métalliques - Règles générales pour le soudage par fusion (équivalent EN 288-1)
NA 8478 Descriptif et qualification d'un mode opératoire de soudage pour les matériaux
métalliques - Descriptif d'un mode opératoire de soudage à l'arc (EN 288-2)
NA 8462 Epreuve de qualification des soudures - Soudage par fusion Ŕ Aciers (EN 287-1)
NA 8463 Chalumeaux manuels pour soudage et coupage
NA 8464 Equipements de soudage au gaz de coupage et procédés connexes - Dispositifs de
sécurité pour les gaz combustibles et l'oxygène ou l'air comprimé - Spécifications et
exigences générales et essais
NA 8473 Matériaux utilisés pour les matériels de soudage aux gaz, coupage et techniques
connexes
NA 8500 Descriptif et qualification d'un mode opératoire de soudage pour les matériaux
métalliques - Epreuve de qualification d'un mode opératoire de soudage à l'arc sur
acier
NA 8501 Descriptif et qualification d'un mode opératoire de soudage pour les matériaux
métalliques - Epreuve de qualification d'un mode opératoire de soudage à l'arc sur
l'aluminium et ses alliages
NA 8502 Descriptif et qualification d'un mode opératoire de soudage pour les matériaux
métalliques - Qualification par utilisation de produits consommables de soudage
agrées pour le soudage à l'arc
NA 8503 Descriptif et qualification d'un mode opératoire de soudage pour les matériaux
métalliques - Qualification par référence à l'expérience acquise
NA 8503 Descriptif et qualification d'un mode opératoire de soudage pour les matériaux
métalliques - Qualification par référence à l'expérience acquise

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


41 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

NA 8503 Descriptif et qualification d'un mode opératoire de soudage pour les matériaux
métalliques - Qualification par référence à l'expérience acquise
NA 8503 Descriptif et qualification d'un mode opératoire de soudage pour les matériaux
métalliques - Qualification par référence à l'expérience acquise
NA 8506 Descriptif et qualification d'un mode opératoire de soudage pour les matériaux
métalliques - Epreuve de qualification par exécution d'un assemblage soudé
particulier préalable à la production
NA 861 Produits d'apport pour le soudage manuel - Caractéristiques dimensionnelles
NA 1650 Essai non destructifs - Technique de réplique métallographique pour l'examen des
surfaces
NA 1770 Essais non destructifs - Moyens d'examen visuel - Choix des loupes à faible
grossissement

Eurocode 0 Ŕ Base de calcul des structures :


NF EN 1990 Eurocodes structuraux - Bases de calcul des structures

Eurocode 3 - Calcul des structures en acier :


NF EN 1993-1-1 Partie 1-1: Règles générales et règles pour les bâtiments
NF EN 1993-1-2 Partie 1-2: Règles générales - Calcul du comportement au feu
NF EN 1993-1-3 Partie 1-3: Profilés et plaques formés à froid
NF EN 1993-1-8 Partie 1-8: Calcul des assemblages
NF EN 1993-1-10 Partie 1-10: Choix des qualités d'acier
DTU-P06-002 Règles NV 65 révisées en Avril 2000. Règles définissant les effets de la neige et
du vent sur les constructions

Eurocode 4 - Calcul des structures mixtes acier-béton :


NF EN 1994-1-1 Partie 1-1: Règles générales et règles pour les bâtiments
NF EN 1994-1-2 Partie 1-2: Règles générales - Calcul du comportement au feu

DTU :
DTU 32.1 Construction métallique, charpente en acier
DTU P22.703 Règles de calcul des constructions ou éléments à parois minces en acier

Normes Européennes :
EN 1090-2 Exécution des structures en Acier
NF EN 571-1 Essais non destructifs des tubes en acier - Partie 11 : contrôle par ressuage
NF EN 10210-1 8 Profils creux pour la construction finis à chaud en aciers de construction non
alliés et à grains fins. Partie 1 : conditions techniques de livraison
NF EN 10210-2 Profils creux pour la construction finis à chaud en aciers de construction non
alliés et à grains fins. Partie 2 : tolérances, dimensions et caractéristiques du
profil
NF EN 10025 Produits laminés à chaud en acier de construction A35-501 non alliés Ŕ
conditions techniques de livraison
NF A 04.305 Produits sidérurgiques - Contrôle par réflexion ultrasonore des tôles d'épaisseur
supérieure ou égale à 6 mm - Définition de qualité - Méthode d'essai
NF E 27-500 Articles de Boulonnerie D'usage General - Spécifications Techniques
NF P 25.007 Eléments de fixation - conditions de commande et de livraison
NF P 27.005 Articles de boulonnerie d'usage général spécifications techniques - réceptions
commande Ŕ livraison
NF E 27.701 Boulons à serrage contrôlé destinés à l'exécution des constructions
métalliques; Spécifications techniques - conditions de commande, de contrôle
et de livraison
NF E 27.702 Boulons à serrage contrôlé destinés à l'exécution des constructions
métalliques, Essai d'aptitude à l'emploi des boulons

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


42 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

NF E 74.325 Outillage de manœuvre des vis et des écrous Ŕ clés dynamométriques -


capacités et tolérances
NF E 27.711 Boulons à tête hexagonale - dimensions et tolérances
NF P 22.250 Assemblages de profils creux circulaires avec découpe d'intersection.
Conception et vérification
NF P 22.251 Assemblages de profils creux circulaires avec découpe d'intersection.
Dispositions constructives
NF P 22.252 Assemblages de profils creux circulaires avec découpe d'intersection.
Compléments aux normes NF P 22.250 et 251
NF P 22.255 Assemblages de profils creux sur profils rectangulaires soumis à un
chargement statique
NF P 22.258 Assemblages de profils creux sur profils rectangulaires soumis à un
chargement statique
NF P 22.800 Préparation des pièces en atelier

5.4.11.2 Assemblages et ancrages


Assemblages par soudure :
Les soudures sont conformes aux normes algériennes NA citées in supra et à la norme EN 1090-2.
Les zones affectées par le soudage sont propres, exemptes de graisse, de calamine et de scories.
LřEntrepreneur fournira des protections provisoires aux intempéries et au vent en particulier pour des
soudures exécutées sur chantier.
Lřétendue des contrôles non destructifs des soudures est définie par les normes NA 1650, NA 1770 et
EN 1090-2.
Les soudures devront être acceptées par le Maître dřOuvrage sur le plan esthétique. En particulier,
toutes les soudures visibles doivent être continues et sans cratères.
Les contrôles sont de la responsabilité de lřEntrepreneur, mais ceux cités ci-dessus représentent un
minimum.
Les fiches de contrôle seront communiquées, en trois (3) exemplaires, avec à lřappui lřapprobation du
CTC.
Le Maître dřOuvrage se réserve le droit dřexiger des contrôles approfondis, en particulier dans le cas
dřassemblage de pièces dřinertie thermique très différente.
LřEntrepreneur ne doit effectuer aucune soudure qui ne soit indiquée sur les plans, les soudages de
rattrapage pour réparer des pièces défectueuses doivent être prescrits et identifiés.
LřEntrepreneur doit le calcul et la conception détaillée de toutes les soudures, notamment le profil aux
joints, le type dřélectrodes, le voltage, le débit.

Assemblages par boulons :


Pour les assemblages boulonnés, la résistance et la qualité des boulons, écrous et rondelles, ainsi
que leur combinaison, sont conformes aux indications du fabricant et aux normes suivantes :
Boulonnerie à serrage contrôlé :
Elle doit être conforme aux normes citées au paragraphe 5.4.11.1.
La mise en œuvre est conforme aux recommandations de la norme EN 1090-2 ainsi que le contrôle
de serrage.
Toute la boulonnerie HR sera galvanisée à chaud sur la charpente. Avant la réception des travaux,
LřEntrepreneur devra fournir au Maître dřOuvrage les P.V. dřautocontrôle de couple de serrage des
boulons HR, visés par le CTC, ainsi que le PV de lřétalonnage de la clé dynamométrique utilisée sur le
Site.
Boulonnerie ordinaire :
Sera conforme aux normes NF E 27-005 et EN 1090-2. La mise en œuvre est conforme aux
recommandations de la norme EN 1090-2.
Les boulons sont de diamètre et de qualité suivant lřétude du titulaire.
La longueur du corps cylindrique non fileté des boulons est très légèrement supérieure à lřépaisseur
totale des pièces boulonnées.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


43 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Lřextrémité de chaque boulon doit dépasser de 1 pas complet au minimum et de 3 pas complets au
maximum la face extérieure de lřécrou.
Les assemblages sont tous bloqués, le blocage étant assuré par serrage, collage ou contre-écrous.
Le boulonnage est réalisé comme indiqué sur les plans. En particulier la position relative des têtes de
boulons et écrous est scrupuleusement respectée. Pour un même assemblage, les têtes de boulons
doivent se trouver dřun même côté.

Ancrages et appuis architecturaux :


LřEntrepreneur doit la fourniture des ancrages et des appuis architecturaux métalliques, il est tenu de
vérifier la mise en place de ces éléments avant le clavetage définitif effectué par le maçon.
Aucune réclamation ne pourra être acceptée après le clavetage définitif de ces éléments concernant
des erreurs sur les altitudes et les implantations, lřEntrepreneur devra à ses frais sřadapter à la
situation.

5.4.11.3 Incompatibilité des matériaux


Il faut éviter quřil y ait incompatibilité et risques de couples électrolytiques entre les métaux en contact.
A cet effet, il sera mis en place une coupure électrolytique appropriée à soumettre à lřapprobation du
contrôleur technique. Tous les produits et matériaux utilisés par lřEntrepreneur devront être
rigoureusement compatibles :
- entre eux
- avec le support
- et d'une façon générale avec tous les matériaux avec lesquels ils seront susceptibles d'être en
contact
De même, en cours de travaux, lřEntrepreneur devra veiller à ce qu'aucun matériau mis en œuvre ne
crée des désordres chimiques ou physiques.

5.4.11.4 Protection des ouvrages contre la corrosion


Produits utilisés pour la peinture :
LřEntrepreneur doit, lors de lřétablissement de son offre, vérifier auprès des professionnels, la validité
du système de peinture afin dřassurer une protection efficace et durable des aciers.
Tous les produits proviendront dřun seul fournisseur, sauf spécification contraire. LřEntrepreneur
fournira la provenance des produits au Maître dřOuvrage pour approbation.
Tout produit fera parti dřun seul lot de fabrication dans la mesure du possible. Dans le cas dřusage de
plusieurs lots, lřEntrepreneur ne les mélangera pas et les allouera aux parties ou aux surfaces
différentes du projet. Il fournira un plan de répartition des matériaux divers. Les instructions des
fournisseurs doivent être suivies scrupuleusement. LřEntrepreneur vérifiera que lřusage particulier
(compte tenu de la surface et des conditions dřexposition, etc.) est accepté par les manufacturiers et
que tous les matériaux sont compatibles entre eux.

Protection des charpentes :


Sauf indication contraire, lřensemble de la charpente et serrurerie intérieure seront protégés par 2
couches de peinture primaire antirouille afin dřobtenir une épaisseur de 80 microns au minimum, le
titulaire devra également prévoir toutes les retouches sur le Site.
Pour les ossatures placées à lřextérieur, la solution la plus efficace est la galvanisation à laquelle on
associe un procédé de peinture de finition. Le choix de la solution est soumis à la fréquence
envisagée pour lřentretien du bâtiment.
Des précautions doivent être prises pour faciliter lřapplication de la protection antirouille, à savoir :
- Toutes les surfaces doivent être aisément accessibles
- Les dispositions constructives créant des réceptacles dřeaux ou de poussières sont à éviter
dans la mesure du possible
- Les structures tubulaires ou en caisson doivent être parfaitement obturées
Lřexigence en terme de garantie sur la peinture est au minimum de deux ans sur la tenue et
lřanticorrosion.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


44 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Le décalaminage (nettoyage) mécanique se fera à la qualité prévue dans les normes et suivi dřun
décalaminage chimique. Tous soudages, coupes, perçages et fabrication doivent être effectués avant
la galvanisation.
La surface des pièces galvanisées doit être sèche et propre. Les salissures de graisse, huile,
poussières et sels de zinc doivent être éliminées.
La galvanisation et son revêtement bénéficieront dřune garantie sur lřanticorrosion de 7 ans et une
garantie sur lřaspect de 2 ans.
Le procédé de galvanisation sera conforme à la norme NA 856 (eqv. EN 1461).

5.4.11.5 Manutention et stockage des éléments sur chantier


LřEntrepreneur utilisera tout matériel et toutes les méthodes réduisant le frottement, la fragmentation
et autres dégâts aux composants peints.
Chaque couche aura un délai assez long pour le séchage avant sa manutention.
Les éléments peints seront empilés, dégagés de la terre et séparés par des cales en bois de telle
manière à éviter la formation des flaques dřeau.
Les pièces galvanisées ne seront pas emmagasinées dans des conditions humides ou mal ventilées
pour éviter la « rouille blanche ».

5.4.11.6 Mode d’exécution des travaux


LřEntrepreneur exécutera la charpente conformément aux normes et documents techniques en
vigueur.
Les profilés constituant les poteaux seront meulés à leur extrémité et l'équerrage vérifié avant
soudage de la platine afin d'obtenir une bonne transmission des charges. LřEntrepreneur fournira les
certificats de qualification des soudeurs pour les procédés retenus. Les homologations seront
conformes à la norme en vigueur.
Les divers éléments constituant la charpente devront être repérés par marquage à froid. Seuls les
petits éléments, caillebotis ou petites pièces d'assemblage, feront l'objet d'un étiquetage.
Le Maître dřOuvrage doit être avisé du moment à partir duquel les ouvrages seront prêts pour contrôle
avant réception en atelier, c'est-à-dire terminés entièrement ou par ensembles, mais avant peinture ou
galvanisation. Durant toute la période de construction et de montage, le Constructeur mettra à la
disposition du Maître dřOuvrage le personnel et le matériel nécessaire aux contrôles.
Le constructeur devra apporter le plus grand soin pour le stockage de tous les éléments de sa
fabrication afin d'éviter toute déformation ou autre dommage.
Le transport entre l'atelier et le lieu de stockage devra être effectué sur des plates-formes de
dimensions suffisantes pour que les ensembles soient bien calés à plat et ne subissent aucune
déformation. Les éléments endommagés ne seront en aucun cas rectifiés. Ils seront remplacés
immédiatement.

5.4.11.7 Commande et réception des matériaux


Tous les matériaux sont commandés par lřEntrepreneur. La conformité des matériaux commandés est
établie par des certificats d'usine.
La commande de matériaux établie par lřEntrepreneur contient toutes les informations nécessaires
pour garantir une exécution conforme à la présente spécification. Le Maître dřOuvrage est en droit de
réclamer à lřEntrepreneur une copie des informations techniques transmises aux fournisseurs lors de
la commande des matériaux.
Avant toute commande, lřEntrepreneur doit présenter au Maître dřOuvrage la liste des matériaux, leurs
fiches techniques et leurs spécifications pour vérification et approbation.
Lorsque la construction nécessite l'usage de nuances d'acier ou de qualités différentes lřEntrepreneur
établit un document permettant l'identification du matériau à chaque stade d'avancement des travaux.
Ce document est transmis au Maître dřOuvrage avant approvisionnement avec en appui une
approbation des services spécialisés.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


45 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.4.11.8 Mise en œuvre sur site


Le montage sur place doit être fait en respectant les aplombs, les alignements et les niveaux. Les
manipulations ne doivent pas blesser les pièces. Tous voilements, torsions ou courbures occasionnés
par le transport ou les manutentions seront redressés avant montage soit sur chantier, soit au besoin
en atelier. Ce qui ne peut être redressé, sans nuire à la bonne utilisation de la pièce, doit être rebuté.
Il appartient à lřEntrepreneur dřeffectuer la coordination avec le lot gros œuvre et de réaliser tous
dispositifs d'ancrage à incorporer aux fondations en béton armé et sur poteaux béton. LřEntrepreneur
a à sa charge le levage et le réglage des charpentes. Les scellements seront réalisés par
lřEntrepreneur après réglage et contrôle.
Après pose de ses ouvrages, lřEntrepreneur devra effectuer sur place tous les raccords de peinture
antirouille nécessaires pour assurer la continuité et l'intégralité de cette protection et un aspect
esthétiquement acceptable.

Montage :
- L'étude du montage est à la charge de lřEntrepreneur.
- Les séquences de montage sont à convenir avec le Maître dřOuvrage.
- LřEntrepreneur.est responsable de la stabilité de la structure à chaque stade de la
construction. Il étudie les contreventements provisoires nécessaires à cet effet, les fournit, les
pose et les enlève en fin de travaux.
- LřEntrepreneur fournit également les efforts que les équipements de montage retransmettent
aux ouvrages.
- Lorsque la construction nécessite des boulons ou platines d'ancrage, ceux-ci sont fournis par
lřEntrepreneur. Ils sont clairement identifiés et expédiés à ses frais au chantier. Le scellement
des tiges dřancrages, sera fait au moyen dřun ciment en mortier pré-dosé conformément aux
règles de lřart. La pose des ancrages fournis par lřEntrepreneur. est exécutée par une main
dřœuvre qualifiée chargée de l'exécution des ouvrages en béton armé, et ce sur base des
plans d'ancrages.
- LřEntrepreneur. réceptionne la pose des ancrages avant bétonnage. Les ancrages mal
positionnés doivent être signalés au Maître dřOuvrage et lřEntrepreneur doit procéder aux
actions correctives demandées.
- LřEntrepreneur fournit tous les calages nécessaires servant à la mise à niveau des structures
métalliques.
- Seront communiqués au Maître dřOuvrage, toutes les erreurs de fabrication ou de montage
qui sont décelées en cours d'exécution du montage. Les malfaçons et erreurs mineures
peuvent être corrigées par l'usage modéré d'alésage, de meulage, ou de découpage (sous la
responsabilité de lřEntrepreneur. et appuyé par un rapport justificatif). Si Les erreurs ne
peuvent pas être corrigées par ces moyens, lřEntrepreneur. doit retourner les pièces qui
présentent des erreurs de fabrication, ou refaire les parties qui ont décelées des erreurs
dřexécution et de montage.
- LřEntrepreneur. veille à stocker et manutentionner les structures avec soin et évite un
salissement inutile des charpentes.
- Une aire de stockage appropriée est mise à disposition de lřEntrepreneur. par le Maître
dřOuvrage.
- LřEntrepreneur respecte durant toute la durée du montage les règlements de sécurité contre
les accidents de travail. Les passerelles de sécurité et garde corps provisoires sont à prévoir
pour les besoins de sécurité du personnel de lřEntrepreneur. et sont enlevés dès que les
opérations de montage sont terminées. Les équipements de levage sont en bon état de
marche et régulièrement contrôlés par un organisme officiel. Les recommandations des
normes algériennes, de la Convention Européenne et les documents techniques relatifs à la
Construction Métallique en matière de montage sont à respecter. Le travail simultané sur
échafaudage avec dřautres corps de métier est à éviter. Le cas échéant, lřEntrepreneur
définira les priorités.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


46 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les panneaux sandwichs :


En général, les peaux des panneaux sandwich de bardage sont fabriqués en tôle dřacier galvanisé, de
1m de largeur utile, incluant une couche de polyuréthane de 12cm dřépaisseur. Leurs périphéries
latérales sont en forme de languette de telle sorte que le joint longitudinal de deux éléments de
bardage est effectué par un simple emboîtement lors de montage. Lřétanchéité du joint est assurée
par une bande dřétanchéité recouverte de mousse et comprimable. La fixation des panneaux
sandwich sur la structure est effectuée au moyen de vis en acier spécial.
De manière générale, lřutilisation de panneaux sandwich comme bardage extérieur nécessite le rajout
dřun doublage isolant constitué dřune plaque de plâtre et de polystyrène expansé, (dont lřépaisseur
sera optimisée pour les conditions climatiques locales) en partie intérieure, le tout étant posé sur une
ossature métallique de type « placostyl ».

5.4.11.9 Tolérances de fabrication, d’usinage et d’assemblage


Profils creux ronds, carrés ou rectangulaires :
La tolérance des coupes transversales des membrures est conforme aux normes NF EN 10210-2 et
NF EN 10210-2. La longueur dřun tronçon dřun profil creux est de ± 3 mm de celle précisée.
Les autres profils sont conformes aux tolérances de la norme NF EN 10025. La longueur dřun tronçon
est de ± 3 mm de celle précisée.

5.4.11.10 Essais et contrôles


LřEntrepreneur devra sur demande du Maître dřOuvrage faire procéder à ses frais, par lřOrganisme de
contrôle, à tous les essais ou contrôles jugés utiles.

Qualification des soudeurs et opérateurs :


LřEntrepreneur est responsable de son personnel et de la qualité du travail exécuté par lui. Avant le
commencement des travaux, lřEntrepreneur fournit au Maître dřOuvrage la liste nominative et la
qualification des soudeurs ou opérateurs quřil prévoit dřemployer ainsi que leur affectation particulière
aux opérations de soudage.
Toute soudure ou partie de soudure ne peut être exécutée que par un soudeur ou opérateur titulaire
dřune qualification en cours de validité.

Contrôle des soudures. Dispositions générales - organisation du contrôle :


Dřune manière générale, et conformément aux dispositions prévues par les normes NA cités au
chapitre 5.4.11.1 et la norme EN 1090-2, lřEntrepreneur est responsable de lřorganisation de son
propre contrôle, à tous les stades quřil estime nécessaires à une bonne réalisation des travaux, puis
de lřexécution et de lřinterprétation de ces contrôles.
Il doit mettre en place pour cela un plan type dřAssurance Qualité mentionnant tous les contrôles
prévus, leur mode de réalisation ainsi que les procédures engagées en cas de non conformité.
Il doit informer le Maître dřOuvrage de toutes les opérations prévues.
Dans les cas dřéléments préfabriqués, les contrôles des soudures de rabotage doivent être terminés
et les résultats jugés satisfaisants avant de procéder aux assemblages suivants.
Tous les certificats dřessais ou dřanalyses doivent être sans délai fournis au Maître dřOuvrage et au
Contrôleur Technique de Construction (CTC).

Préparation des joints :


La qualité de la soudure dépend pour une grande part de la qualité des préparations. Le Maître
dřOuvrage se réserve la possibilité dřinterdire lřexécution de soudures dont la préparation nřest pas
satisfaisante (tant en ce qui concerne la forme des chanfreins que lřétat de surfaces des parties à
assembler).
Chaque méthode de contrôle fait lřobjet dřune proposition technique soumise à lřagrément du Maître
dřOuvrage. Ce dernier se réserve la possibilité de faire modifier un mode opératoire et de demander
sřil estime nécessaire le remplacement du personnel proposé par le constructeur pour effectuer le
contrôle.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


47 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Etablissement d’un rapport d’examen ou de contrôle :


LřEntrepreneur établira, pour chaque type de joint, un rapport dřexamen ou de contrôle spécifiant :
- Lřidentification du titulaire ou de son sous-traitant éventuel et de la commande
- Lřidentification de la pièce et de la soudure
- Le stade de lřexamen
- Le mode opératoire du contrôle ou examen
- Les matériels et produits utilisés
- Les résultats de lřinterprétation
- Le nom et la qualification du contrôleur
- La date et le visa du contrôleur
Le contrôle des joints est effectué au plus tard 48 heures après exécution de ceux-ci. Chaque fois
quřun défaut inacceptable est relevé par un contrôle partiel, ou par un examen visuel, il y a lieu
dřétendre le contrôle de part et dřautre du défaut et à intervalles réguliers sur tout le joint pour
déterminer sa longueur exacte et sa fréquence, avant dřentreprendre toute réparation. A la limite, le
Maître dřOuvrage peut demander la généralisation du contrôle.
Les frais engendrés par ces contrôles supplémentaires sont à la charge de lřEntrepreneur. Les
réparations des soudures, ainsi que les modifications par soudage des pièces terminées, doivent avoir
reçu lřapprobation du CTC.

Examen visuel :
Cet examen est applicable à toutes les soudures, tant en ce qui concerne les préparations effectuées
que la forme des cordons, leurs dimensions et défauts de surface.
Contrôle par ressuage :
Ce contrôle est effectué avec des produits de sensibilité suffisante, conformément aux dispositions
prévues par la norme NF EN 571-1.
Contrôle sur le système anticorrosion :
Il concerne lřanalyse de conformité de la peinture. Les contrôles dřexécution visent:
- qualité des préparations de surface
- qualité de décapage
- propreté des supports avant peinture, (vérification de lřabsence de poussières, de rouille ou
souillures diverses)
- application de la peinture (relevés des conditions atmosphériques, respect du délai de
recouvrement du support par la couche primaire, vérification de la conformité du matériel
dřapplication, relevé des durées de séchage)
- examen dřaspect : absence de coulure (pertes) ou de souillures diverses
- conditions atmosphériques et points de rosée
- délais de recouvrement après décapage
- conformité du matériel dřapplication
- durée de séchage
- résultats obtenus au niveau de lřaspect et de lřépaisseur de la couche de peinture

Points à contrôler en particulier :


Les points particuliers qui doivent être considérés comme des étapes obligatoires pour les contrôles
externes sont :
- Contrôle des implantations
- Contrôle du nivellement, de la planimétrie et du dimensionnement
- Contrôle de verticalité
- Contrôle des réservations
- Contrôle des calfeutrements
- Contrôle des états des surfaces
LřEntrepreneur est formellement tenu de vérifier sur place les cotes exactes des ouvrages mis en
œuvre et d'adapter en conséquence les ouvrages en cours de réalisation à ceux déjà réalisés.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


48 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Toutes erreurs, défauts de tolérance, etc., relevés dans les supports en cours dřexécution seront de la
responsabilité de lřEntrepreneur.
Cette liste de contrôle nřest pas limitative, il revient au titulaire de faire tous les contrôles adéquat pour
une bonne réalisation et finition des travaux.

5.4.12 Etanchéité des toitures


Lřétanchéité des toitures doit être conçue en prévoyant toutes les dispositions pour une exécution
conforme aux règlements et normes en vigueur. Elle doit être conçue et exécutée conformément au
document technique algérien DTR E 4.1 « Travaux dřétanchéité des toitures Ŕ terrasses et des
toitures inclinées » et à lřinstruction ministérielle relative à lřétanchéité et à lřisolation des toitures
terrasses en zone saharienne.
Dřautres systèmes dřétanchéité pourront être proposés. Toutefois, lřEntrepreneur devra sřassurer que
le système choisi est parfaitement adapté au contexte saharien, quřil fait lřobjet dřun avis technique
valide délivré par le CNERIB et quřil est approuvé par le CTC. Le Maître dřouvrage se réserve le droit
de rejeter le choix dřun système dřétanchéité qui aurait été mis en œuvre dans dřautres projets et
aurait présenté des désordres prématurément sous des conditions similaires (climat notamment).
Quel que soit le système dřétanchéité choisi, il devra bénéficier dřune garantie décennale.

5.5 Voiries et réseaux divers (VRD)

5.5.1 Voiries

5.5.1.1 Normes et documents techniques de référence


Les travaux seront effectués en conformité avec les règles définissant les qualités, les caractéristiques
et conditions de mise en œuvre des matériaux utilisés, en particulier les documents techniques
réglementaires DTR et les documents techniques unifiés (DTU) et les prescriptions des fabricants.
Les principaux documents officiels de référence applicables en matière de VRD sont notamment (liste
non limitative) :

DTR Conception et Mise en Œuvre des Travaux des VRD

Normes :
NA 5091 Granulats pour mélanges hydrocarbonés et pour enduits superficiels utilisés dans la
construction des chaussées, aérodromes et autres zones de circulation (eqv. EN
13043)
NA 5364 Enrobés hydrocarbonés -Exécution des corps de chaussées, couches de liaison et
couches de roulement-Constituants-Composition des mélanges -Exécution et contrôle
(eqv. NF P 98-150)
NA 16306 Liants hydrocarbonés - Goudrons purs Ŕ Spécifications T 65-021
NA 16320 Dispositifs de couronnement et de fermeture pour les zones de circulation utilisées par
les piétons et les véhicules - Principes de construction, essais, types, marquage,
contrôle de qualité. (eqv. EN 124 et NF P 98-311)
NA 16319 Chaussées en béton de ciment. Exécution et contrôle (eqv. NF P 98-170)
NA 16318 Enrobés hydrocarbonés -Asphaltes coulés pour trottoirs et pour couches de roulement
de chaussées-Définition-Classification-Caractéristiques-Fabrication- Mise en œuvre
(NF P 98-145)
NA 17303 Mélanges bitumineux - Spécifications des matériaux - Enrobés bitumineux (eqv.EN
13108-1)
NA 17309 Mélanges bitumineux-Méthodes d'essai pour mélange hydrocarboné à chaud-
Détermination de la résistance à la traction indirecte des éprouvettes bitumineuses
(eqv. EN: 12697-23)
NA 16326 Produits de marquage routier-propriété physiques (eqv EN 1871)
NF P 98-303 Pavés en béton

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


49 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les avis techniques :


Guide pour la conception des chaussées, en particulier les Fascicules du CCTG Travaux :
N°2 terrassements généraux
N°3 fourniture de liants hydrauliques
N°24 fourniture de liants hydrocarbonés pour la construction des chaussées
N°25 exécution des corps de chaussée
N°26 exécution des enduits superficiels
N°27 fabrication et mise en œuvre des enrobés
N°29 construction et entretien des chaussées
N°31 bordures et caniveaux en pierre naturelle ou en béton
N°32 construction des trottoirs
N° 81-83bis travaux des VRD

5.5.1.2 Règles générales de conception des voiries et parking


LřEntrepreneur réalisera toutes les voies, drainages des eaux de pluie, parkings couverts, trottoirs,
allées piétonnes couvertes et places.
Les voiries devront être revêtues dřune couche dřenrobé à chaud dřune composition appropriée pour
résister aux fortes chaleurs et aux amplitudes thermiques. Elles devront avoir un profil approprié à
lřécoulement des eaux de pluie.
Les bordures des trottoirs et les rigoles dřécoulement des eaux de pluie devront être en béton.
Le réseau dřévacuation des eaux pluviales devra être de type superficiel (non enterré) et son tracé
devra prendre en considération la topographie du terrain et les risques dřinondation.
Des ralentisseurs et des panneaux avertisseurs devront être disposés le long des voies et indiquer les
directions vers les différentes parties de la base et les différents bâtiments.

Voiries :
Les voiries seront conçues en fonction des véhicules susceptibles de les emprunter. Le
dimensionnement des voies dřaccès aux véhicules des pompiers devra notamment tenir compte des
véhicules utilisés localement. LřEntrepreneur devra sřinformer des dimensions de ces véhicules et de
leur rayon de braquage avant la conception des voiries.
Sans prescription contraire du Maître dřOuvrage, les voies carrossables auront au moins 6m de large.
Il est recommandé dřassurer pour les véhicules entrant et sortant dřun accès une visibilité dřau moins
50-60m lorsque la voie principale est empruntée par des véhicules légers roulant à 20km/h et au
moins 100-110m pour des véhicules roulant à 30km/h et routes à angle droit.
Pour des raisons écologiques (lřinfiltration permet de recharger les aquifères), environnementales
(retient moins la chaleur et réfléchit moins la lumière) et de prévention contre les inondations, les
surfaces imperméables seront réduites au maximum. Les surfaces imperméables seront utilisées
uniquement pour ces espaces dont la fonction est bien définie, notamment comme dessertes aux
véhicules, vélos, chaise roulante etc. ainsi que pour les terrains de sports et les terrasses.
Des ralentisseurs et des panneaux avertisseurs devront être disposés le long des voies et indiquer les
directions vers les différentes parties de lřOuvrage et ses différents bâtiments.

Parkings :
Les parkings devront être fonctionnels et surs. Ils seront ombragés et les protections solaires seront
parfaitement dimensionnés pour assurer un maximum dŘombrage même pour les rayons rasants, en
période dřété.
Les parkings pourront aussi être plantés. Les arbres seront sélectionnés par rapport aux qualités
dřombrage de leur feuillage et pour leur faible maintenance et seront résistant aux environnements
urbains et aux insectes et parasites.
Les entrées aux parkings seront soignées afin de garantir la sécurité et dřoffrir une image positive.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


50 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

La disposition à 90° est la plus recommandée, sauf sřil est prévu une rotation rapide et/ou le terrain
est limité, la configuration à 45° ou 60° peut être utilisé. Eviter les parkings en cul de sac et marquer
les places.
Les places de parking pour les véhicules légers seront de préférence de 5.0x2.8m, et en aucun cas
inférieure à cette valeur. Les places réservées aux bus auront au moins 12x3m, les places
nécessaires aux navettes 7x3m. Quel que soit le type dřorganisation retenu (en bataille, en épi ou en
longitudinal), la largeur des voies devra permettre une circulation optimale :
- en sens unique : minimum 3 mètres de largeur
- en double sens : minimum 6 mètres de largeur pour les deux voies
Prévoir des passages piétons adéquats pour permettre une circulation sure et confortable des piétons.
Dans les courbes, la largeur optimale des voies de circulation sera :
- en sens unique : de 4 mètres de largeur
- en double sens : de 3 mètres à 3,5 mètres (soient de 6 à 7m pour les deux voies)
Le rayon de courbure extérieur dřune voie de parking à sens unique et intérieur dřune voie à double
sens ne devra pas être inférieur à 8,50 mètres.

5.5.1.3 Dispositions vis-à-vis des handicapés


Les aménagements extérieurs seront aménagés de telle sorte à assurer aux personnes handicapées,
quel que soit leur handicap, et aux personnes à mobilité réduite l'accessibilité des voies publiques ou
privées ouvertes à la circulation publique. Quelques recommandations générales sont données pour
rappel :

Cheminements :
Le sol des cheminements créés ou aménagés ne sera pas meuble, le revêtement ne sera pas glissant
et ne comportera pas d'obstacle.
Le profil en long devra présenter la pente la plus faible possible et comporter le minimum de ressauts.
Toute dénivellation importante doit pouvoir être franchie par un plan incliné.
Lorsqu'une pente est nécessaire pour franchir une dénivellation, elle sera inférieure à 5 %. Si elle
dépasse 4 %, un palier de repos sera aménagé en haut et en bas de chaque plan incliné et tous les
10m en cheminement continu. Un garde-corps permettra de prendre appui le long de toute rupture de
niveau de plus de 40cm de hauteur.
En cas d'impossibilité technique, une pente de cheminement supérieure à 5 % pourra être tolérée.
Cette pente pourra aller jusqu'à 8 % sur une longueur inférieure ou égale à 2 mètres et jusqu'à 12 %
sur une longueur inférieure ou égale à 50cm.
Le profil en travers aura une largeur suffisante et dégagée de tout obstacle pour permettre le
cheminement des piétons en sécurité. La largeur minimale du cheminement sera de 1,40m libre de
mobilier ou de tout autre obstacle éventuel. Cette largeur pourra toutefois être réduite à 1,20m en
l'absence de mur ou d'obstacle de part et d'autre du cheminement. Le dévers sera inférieur ou égal à
2 %.

Mobilier, signalétique et obstacles sur le cheminement :


Le mobilier urbain, en particulier les bornes et poteaux, y compris lorsqu'ils sont implantés en porte-à-
faux, devront être aisément détectable par les personnes aveugles ou malvoyantes. Des
cheminements praticables, sans obstacle pour la roue, la canne ou le pied, seront aménagés.
Quelques recommandations utiles peuvent être émises comme suit :
Les trous ou fentes dans le sol résultant de la présence de grilles ou autres équipements auront un
diamètre ou une largeur inférieurs à 2 cm.
Afin de faciliter leur détection par les personnes malvoyantes, les bornes et poteaux et autres
mobiliers extérieurs situés sur les cheminements comporteront une partie contrastée soit avec son
support, soit avec son arrière-plan. S'ils ne peuvent être évités sur le cheminement, les obstacles
répondront aux exigences suivantes :
- s'ils sont en porte-à-faux, ils laissent un passage libre d'au moins 2,20m de hauteur

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


51 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- s'ils sont en saillie latérale de plus de 15cm et laissent un passage libre inférieur à 2,20m de
hauteur, ils seront rappelés par un élément bas installé au maximum à 40cm du sol ou par
une surépaisseur au sol
Si un cheminement pour piétons comporte un dispositif de passage sélectif, ou « chicane », sans
alternative, ce dispositif devra permettre le passage d'un fauteuil roulant d'un gabarit de 0,80m par
1,30m.
Les passages pour piétons seront clairement identifiés par rapport au reste de la voirie au moyen d'un
contraste visuel et d'un repérage, tactile ou autre. Ils seront repérables par les personnes
handicapées, notamment les personnes aveugles ou malvoyantes. La signalétique et les autres
systèmes d'information seront accessibles aux personnes handicapées dans la mesure du possible.

Stationnement :
Lřemplacement réservé ne pourra être d'une largeur inférieure à 3,30m.
Leur agencement devra permettre à toute personne de rejoindre le trottoir ou le cheminement pour
piétons sans danger et sans rencontrer d'obstacle.

Emplacements d'arrêt de véhicules de transport collectif :


Toute création ou tout aménagement d'un emplacement d'arrêt de véhicules de transport collectif sera
conçu pour faciliter l'accès des personnes handicapées à ces véhicules ainsi que leur embarquement.
L'aménagement des points d'arrêt devra permettre l'arrêt des véhicules de transport collectif au plus
près du quai ou du trottoir sur toute leur longueur. L'accès des piétons ne devra pas être entravé par
l'implantation de mobilier urbain.

Escaliers extérieurs :
La largeur minimale d'un escalier sera de 1,20m s'il ne comporte aucun mur de chaque côté, de
1,30m s'il comporte un mur d'un seul côté et de 1,40m s'il est placé entre deux murs.
La hauteur des marches sera limitée à 16 cm. La largeur minimale du giron des marches sera de
28cm. Le nez des première et dernière marches sera bien visible, avec un contraste visuel marqué.
Tout escalier de trois marches ou plus comportera une main courante de chaque côté ou une main
courante intermédiaire permettant de prendre appui de part et d'autre.

5.5.1.4 Spécifications techniques


Caractéristiques des matériaux pour voiries :
Matériaux pour corps de chaussées et trottoirs :
Les remblais dřapport proviendront de carrières agréées. Les remblais dřapport pour constitution de
fondations de chaussée seront de classes normalisées.
Les constituants du corps de chaussé seront caractérisés par un équivalent sable et un « coefficient
L.A. » selon les normes en vigueur. Le lieu de provenance ainsi quřune analyse récente devront être
fournis au Maître dřOuvrage avant commencement des travaux.
Les graves non traitées ne peuvent être mises en œuvre que pour réaliser des trottoirs, accotements
ou des chaussées supportant un trafic faible ou moyen et sont à exclure pour les trafics forts.
Matériaux pour liants :
Sauf prescription contraire du Maître dřOuvrage, le liant hydrocarboné utilisé sera un bitume conforme
aux prescriptions et répondant aux normes. Le bitume employé devra recevoir lřagrément du Maître
dřOuvrage.
LřEntrepreneur devra fournir une fiche technique de caractérisation et dřutilisation du produit quřil
propose dřemployer.
La composition granulométrique, la teneur hydrocarburé, les performances mécaniques et les
conditions de fabrication seront celles définies par la norme NA 17303.
Ouvrages annexes pour voiries :
Les bordures de trottoirs ou caniveaux seront des éléments préfabriqués. Elles devront répondre aux
normes et règlements en vigueur. Les éléments ne devront pas présenter de défectuosité telle que

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


52 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

fissuration, déformation ou arrachement, les faces vues ne doivent pas présenter de bosses ou de
flaches.
Les pavés ou dalles en béton présenteront une épaisseur minimum de 60 mm et seront conformes à
la norme NFP 98.303.
Les pavés ou dalles devront être antidérapants, résistants au sel et au gel, avec une couche anti-
usure. Ils devront provenir dřune fabrique agréée. Lors de la présentation des échantillons,
LřEntrepreneur devra se munir des fiches techniques.

Mode d’exécution des travaux :


Ouvrages existants à conserver :
Lřattention de lřEntrepreneur est attirée sur le fait quřil intervient dans un Site où divers travaux seront
en cours. Il ne devra donc en aucun cas porter atteinte aux installations existantes ou en cours de
réalisation. En cas de doute, il préviendra le Maître dřOuvrage. Tous les frais liés à une maladresse ou
à un manque de vigilance de lřEntrepreneur seront à sa charge (réparations, dommages pour
préjudices…).
Autorisations préalables et coupure des alimentations :
LřEntrepreneur aura à sa charge toutes les démarches nécessaires auprès des services administratifs
et concessionnaires dont dépend le lieu des travaux pour obtenir les coupures dřalimentation ou les
autorisations de raccordement nécessaire à lřexécution des ouvrages.
Toutefois si pour des travaux dont la coupure dřalimentation en eau (si applicable) ou en électricité est
nécessaire, lřEntrepreneur doit avoir au préalable lřautorisation du Maître dřOuvrage.
Protection des arbres existants :
Pendant les travaux, lřEntrepreneur devra la protection des arbres existants, par tout moyen
permettant dřéviter toutes dégradations, en particulier pendant la manœuvre des engins.
LřEntrepreneur doit présenter au Maître dřOuvrage une autorisation dřabatage des arbres se trouvant
en dehors de lřassiette du futur bâtiment.

Mise en œuvre des travaux de voiries :


La voirie sřexécute de telle manière à répondre aux exigences de la circulation au sein du Site.
Elle comporte des pentes longitudinales et transversales et ce, pour faciliter lřécoulement des eaux
pluviales de ruissellement.
La voirie doit résister aux effets de la circulation et des intempéries.
La voirie de circulation, comprend les voies et les aires de stationnement et aires de manœuvre.
Fond de forme :
LřEntrepreneur réalisera le dressage et le compactage des fonds de forme. Des essais de qualification
de ce support seront à sa charge sachant que les voiries ne peuvent être construites que sur un
support réglable et compactable, éventuellement déformable.
Les fonds de forme des emprises des voies, parkings et trottoirs seront compactés au moyen
nécessaire à la bonne exécution, et suivant les prescription des poids de ces engins de façon à
obtenir les résultats définis.
Lřévacuation des eaux de ruissellement au niveau des fonds de forme, sera réalisée soigneusement
par lřEntrepreneur.
Le fond de forme après compactage, doit avoir un profil en long parallèle à celui de la chaussée finie.
Il doit être de même pour le profil en travers. Les fonds de forme seront compactés à 95 % de
lřOptimum Proctor Modifié (O.P.M).
Couche de fondation :
Les matériaux constituant la fondation des voiries seront répartis en plusieurs couches réglées et
compactées. Lřépaisseur de chaque couche après compactage ne devra pas excéder 0,20 m.
Le compactage sera effectué au rouleau à pneus lourds ou par tout autre engin reconnu dřefficacité
satisfaisante, suivant un plan de compactage de façon que soit obtenu en tous points, une densité au
moins égale à 95 % dřO.P.M.
La couche de fondation sera exécutée sur une largeur qui sera définie par les études, de façon à
assurer ultérieurement une assise aux bordures.
Couche de base en gravier concassé :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


53 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

La couche de base dřépaisseur 0,20 m après compactage sera exécutée en gravier concassé. Le
compactage et réglage de la couche de base devront être exécutés jusquřà obtention dřune densité
égale à 95 % dřO.P.M.
Couche dřaccrochage :
Avant mise en œuvre des enrobés, une couche dřaccrochage « imprégnation monocouche » sera
mise en œuvre sur toute la surface de la couche de base.
Bordures de trottoirs et caniveaux :
Les bordures de trottoirs et les caniveaux seront mis en place conformément aux plans du projet. Ils
seront conformes aux normes NF P98-303 et EN 1433, respectivement. Ils seront posés directement
sur une fondation en béton dosé à 250 kg/m3 de ciment avec des contreforts de part et dřautre de la
bordure et sur toute la longueur. Cette fondation sera coulée directement sur lřassise de fondation de
chaussée. Les joints de bordures et caniveaux auront au maximum 1 cm de largeur et seront arrêté
au fil de lřeau de la bordure. Ils seront garnis de mortier à la truelle et brossés.
Les bordures simples et caniveaux de bordurettes, fils dřeau devront être conformes aux dimensions
indiquées aux dessins dřexécutions.
Couche de finition enrobée :
Transport des enrobés :
Le transport des enrobés sera fait par des camions appropriés pour ce genre de transport et pour le
travail qui leur est destiné (à savoir le répandage).
Les camions doivent obligatoirement être équipés en permanence d'une bâche appropriée, capable
de protéger les enrobés et d'éviter leur refroidissement.
Quelles que soient la distance et les conditions de transports, cette bâche doit obligatoirement être
mise en place dès la fin du chargement et doit y demeurer jusquřà la vidange.
Les enrobés ou graves bitume tombés sur la chaussée au cours de toute manœuvre du camion,
seront repris à la pelle et chargés.
Composition des enrobés :
Les résultats des études que lřEntrepreneur est tenu de présenter à lřappui de ses propositions
relatives à la composition des enrobés devront faire apparaître les performances réglementaires
normalisées.
Répandage des enrobés :
La mise en œuvre des enrobés, lorsque la température relevée le matin à sept heures (7h) sous abri
est inférieure à cinq degrés Celsius (5°C), est subordonnée à lřaccord préalable du Maître dřOuvrage.
La mise en œuvre des enrobés sera interrompue lorsque les conditions météorologiques sont
défavorables (Orages, fortes pluies, pluies modérées mais continues, vent de sable. etc..).
LřEntrepreneur doit veiller sur les travaux dřépandage, à savoir la température fixée par les normes en
la matière. Les enrobés qui seraient, soit chargés sur camions, soit répandus à une température
insuffisante seront rebutés. La fourniture, la fabrication, le transport et la mise en œuvre des quantités
de matériaux correspondantes ne seront pas payés à lřEntrepreneur.

Remise à niveau des ouvrages :


LřEntrepreneur sera tenu dřeffectuer à sa charge dans le cadre de son marché la remise à niveau et le
calage des ouvrages et équipements sous chaussées et trottoirs. Tous les tampons, bouches à clés,
chambres de tirage seront calés et réglés au niveau voirie définitive. Les mises à niveau se feront en
deux phases distinctes. Une première mise à niveau au terrain existant et une deuxième phase de
rehausse et de réglage fin sur le niveau fini. Y Compris la fourniture et la pose de rehausses
éventuelles.

Revêtements définitifs :
Avant mise en œuvre des revêtements définitifs, lřEntrepreneur devra procéder au nettoyage général
des emprises.

Tests :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


54 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Des essais de contrôle seront effectués par lřEntrepreneur. Le nombre dřessais sera de 2 par nature
de matériau et par 1 000 m² de surface de remblai ou de fond de forme et de 2 par 100 ml de
tranchée remblayée au pénétrodensitographe parfaitement calibré.
Les modalités dřessais, de contrôle et de réception des ouvrages seront conformes aux normes
algériennes et françaises.

Signalisation :
Les produits de marquage employés ainsi que les panneaux de signalisation routière seront
obligatoirement homologués par le Ministère des Transports algérien. L'Entrepreneur fournira les
fiches homologuées des produits envisagés pour accord.
Les produits de marquage employés ne devront contenir ni solvant ni toluène. La mise en œuvre de
produit non conforme entraînera automatiquement son effacement et la mise en conformité aux frais
de l'Entrepreneur.

Pavage des cheminements piétons :


Sauf prescription contraire, il sera réalisé en pavé béton, dřune épaisseur minimale de 6 cm. La
couleur sera soumise à lřapprobation du Maître dřOuvrage.
Le calepinage, la répartition des couleurs, lřassemblage sera déterminé en accord avec le Maître
dřOuvrage, sur propositions de lřEntrepreneur.

Les pavés seront posés sur lit de sable lavé de 3 cm dřépaisseur moyenne après compactage et
jointoyés au sable argileux. Les pavés de rive seront posés sur mortier et épaulés par du béton (sauf
dans le cas ou la pose est effectuée entre bordures).
La pose inclut toutes découpes au lapidaire pour finition soignée au droit des différents ouvrages :
regards, gargouilles, panneaux, mats dřéclairage, murs, etc.

5.5.2 Assainissement et regards

5.5.2.1 Normes et documents techniques de référence


Les travaux seront effectués en conformité avec les règles définissant les qualités, les caractéristiques
et conditions de mise en œuvre des matériaux utilisés, en particulier les normes algériennes et
françaises, documents techniques réglementaires (DTR), instructions et règlements en vigueur, les
prescriptions des fabricants.
Les principaux documents officiels de référence applicables en matière dřassainissement et de
regards sont notamment (liste non limitative) :
DTR Conception et Mise en Œuvre des Travaux des VRD

Normes :
NA 7672 Tubes en polyéthylène (PE) destinés à l'alimentation en eau - Spécifications (eqv.
ISO 4427)
NA 7671 Tubes et raccords en matières plastiques - Prises de branchement en
polyéthylène(PE)
NA 7635 Robinets en polypropylène (pp) pour tubes avec pression - Dimensions de base -
Série métrique
DTU 64.1 Mise en œuvre des dispositifs dřassainissement autonome
NF EN 1433 Caniveaux de drainage de l'eau de pluie destinés aux zones de circulation
NF EN 752-2 Réseaux d'évacuation et d'assainissement à l'extérieur des bâtiments Partie 2 :
Prescriptions de performances
NF EN 752-3 Réseaux d'évacuation et d'assainissement à l'extérieur des bâtiments Partie 3 :
Établissement de l'avant projet
NF EN 752-4 Réseaux d'évacuation et d'assainissement à l'extérieur des bâtiments Partie 4 :
Conception hydraulique et considérations liées à l'environnement

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


55 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

NF EN 12201 Systèmes de canalisations en plastiques pour lřalimentation en eau et pour les


branchements et les collecteurs dřassainissement avec pression-Polyéthylène (PE)
NF EN 545 Tuyaux, raccords et accessoires en fonte et leurs assemblages
NF EN 13508-2 Conditions des réseaux dřévacuation et dřassainissement à lřextérieur des
bâtiments
NF EN 476 Exigences générales pour les composants utilisés pour les branchements et les
collecteurs d'assainissement
NF EN 13598-2 Systèmes de canalisations en plastiques pour les branchements et les collecteurs
d'assainissements enterrés sans pression - poly(chlorure de vinyle) non plastifié
(PVC-U), polypropylène (PP) et polyéthylène (PE) - Partie 2: Spécifications
relatives aux regards et aux boîtes dřinspection et de branchement dans les zones
de circulation et dans les réseaux enterrés profondément.
NF EN 1916 Tuyaux et pièces complémentaires en béton non armé, béton fibré acier et béton
armé
NF EN 1917 Regards de visite et boîtes de branchement ou d'inspection en béton non armé,
béton fibré acier et béton armé.
NF P 16-346-2 Regards de visite et boîtes de branchement ou d'inspection en béton non armé,
béton fibré acier et béton armé - Partie 2 : complément à NF EN 1917.
NF EN 13101 Échelons pour regards de visite - Exigences, marquage, essais et évaluation de la
conformité.
NF EN 14396 Échelles fixes pour les regards de visite
NF EN 1401 Systèmes de canalisations en plastique pour les branchements et les collecteurs
d'assainissement enterrés sans pression - Polychlorure de vinyle - non plastifié
(PVC-U) - Partie 1 : spécifications pour tubes, raccords et le système
NF EN 124 Dispositifs de couronnement et de fermeture pour les zones de circulation utilisées
par les piétons et les véhicules - Principes de construction, essais types,
marquage, contrôle de qualité
NF EN 1825-1 Séparateurs à graisses - partie 1 : principes pour la conception, les performances
et les essais, le marquage et la maîtrise de la qualité
NF EN 1825-2 Installations de séparation de graisses - partie 2 : choix des tailles nominales,
installation, service et entretien
NF EN 1610 Mise en ouvre et essai des branchements et collecteurs d'assainissement
NF EN 1671 Réseaux sous pression à l'extérieur des bâtiments
NF EN 1295 Calcul de résistance mécanique de canalisations enterrées sous diverses
conditions de charges - partie 1 : Prescriptions générales

Les avis techniques

Les guides en particulier les Fascicules Cahier des Clauses Techniques Générale (CCTG) :
N°71 Fourniture et pose de canalisation et accessoires de branchement
N°70 Ouvrages dřassainissement

5.5.2.2 Principes globaux


La Base, le Camp et le Poste seront autonomes. Les eaux usées du Camp seront traitées par la
station dřassainissement de la Base.

Le traitement des eaux usées devra se conformer aux spécifications de lřAppendice 6 de lřAnnexe I du
contrat (ADR-TOU-REP-0023), notamment le traitement respectera les étapes suivantes:
- Stockage des eaux pluviales
- Ensemble de relevage
- Bassin tampon de stockage des eaux usées
- Bassin de sédimentation

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


56 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Lignes de traitement comprenant chacune 1 traitement biologique par bio-disques + 1


séparateur lamellaire
- Bassin de stockage
- Ensemble de chlorination (pour le recyclage)
- Système de supervision

Avertissements :
- Les hypothèses dimensionnantes (notamment la capacité dřaccueil de la base de vie qui
passe de 200 personnes au moment de la rédaction du document à 660 personnes, incluant
les militaires) contenues dans le document ayant évoluées, elles devront être actualisées
- Il est de la responsabilité de l'Entrepreneur de localiser la station de traitement des eaux
usées au meilleur endroit, de manière à garantir sa facilité d'entretien et l'absence totale de
nuisance aux usagers de la Base, même en cas de panne. Le Maitre d'Ouvrage recommande
toutefois de la maintenir dans l'enceinte de la Base de vie, à une des extrémités, sous le
vent.

Le système devra favoriser au maximum le recyclage de lřeau (notamment pour des usages
dřarrosage).
Il devra tenir compte, par ailleurs du régime de pluie extrêmement variable qui caractérise le climat
dřAdrar.

La conception hydraulique du réseau, lřévaluation du débit des effluents et le dimensionnement des


ouvrages tiendront compte des perspectives dřévolution de la collecte et du degré de protection contre
les inondations. LřEntrepreneur sřappuiera notamment sur les textes suivants : les normes NF EN
752-2, NF EN 752-3, NF EN 752-4.

Enfin, l'installation sera conçue de manière à ce qu'une panne de 48h n'affecte pas le fonctionnement
de la Base, au moyen de bacs tampons de capacité adaptée.

Le poste de garde avancé nřutilisera pas le système de traitement des eaux de la Base de vie, compte
tenu de son éloignement (à peu près 700m). Il disposera dřun assainissement autonome, respectant
les normes environnementales en vigueur.

Les eaux usées de la Résidence seront drainées vers le collecteur urbain.

5.5.2.3 Caractéristiques des matériaux pour réseaux

5.5.2.3.1 Canalisations
Tous les matériaux seront fournis par lřEntrepreneur et leur provenance sera soumise à lřagrément du
Maitre de lřOuvrage. Les canalisations et fourreaux et tous accessoires préfabriqués proviendront
dřusines agréées et porteront leurs marques.

Eaux usées et eaux pluviales:


Les tuyaux et raccords seront conformes aux prescriptions du fascicule 70. Ils porteront la marque de
leur provenance et de leur série.
Les canalisations pour réseau dřeaux usées gravitaires seront en PVC-U conforme à la norme NF EN
1401 ou dřune certification algérienne équivalente ; ou seront titulaires dřune certification CSTBat ou
CNERIB associée à un avis technique favorable.
Lřécoulement des eaux pluviales pourra aussi être réalisé avec des canalisations en béton,
notamment pour les sections importantes, conformes aux normes NF EN 1916 ou dřune certification
algérienne équivalente; ou seront titulaires dřune certification CSTBat ou CNERIB associée à un avis
technique favorable en cours de validité pour les tuyaux nřentrant pas dans le champ de la norme NF
EN 1916.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


57 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Réseau Eau Potable et réseau de défense incendie :


Les tuyaux et raccords pour lřalimentation en eau potable seront conformes aux dernières normes
Algérienne ou françaises approuvées et aux spécifications techniques des fournisseurs. Dřautre part,
ils proviendront dřusines possédant le label de qualité. Ils porteront la marque de leur provenance et
de leur série.
Tous les matériaux en contact avec lřeau dřalimentation auront satisfait aux essais prévus par la
Réglementation algérienne et/ou française (circulaire du Ministère de la Santé DGS/VS 4 n°96/1 55 du
1er mars 1996) relative aux matériaux utilisés dans lřinstallation de distribution dřeau destinée à la
consommation humaine.
Les certificats de conformité aux normes concernant les tuyaux, appareils et accessoire utilisés et les
certificats dřalimentarité délivrés par un laboratoire agréé devront être fournis par lřEntrepreneur sur la
demande du Maitre de lřOuvrage.
Les canalisations seront préférablement réalisées en PEHD minimum 12.5 bars pour les faibles
diamètres, assemblage par raccord électrosoudables uniquement (les assemblages par filetage et les
raccordements par collets battus sont interdits). Ils seront conformes à la norme NF EN 12201 .Les
éléments d'assemblage proviendront obligatoirement du fabricant des conduites ou, sous la garantie
de ce dernier, d'un autre fournisseur.
Les tuyaux en polyéthylène, non rigides, devront répondre aux normes NF EN 12201. Les raccords
nécessaires seront en polyéthylène, laiton ou bronze. Les assemblages se feront par raccords
électrosoudables uniquement.
Lorsque les conditions nécessitent des canalisations en fonte ductile, celles-ci seront obligatoirement
à joint automatique, conforme à la norme NF EN 545 en vigueur et aux normes qui y sont
référencées, de qualité « eau potable » de la série PN16 pour lřalimentation en eau potable. Tous les
raccords seront en fonte ductile, conforme à la norme NF EN 545 et aux normes qui y sont
référencées.
Dans le cas de terrain agressif, et/ou de courants vagabonds, les tuyaux seront revêtus soit dřune
manche polyéthylène, soit dřun revêtement extérieur en polyéthylène extrudé selon la norme NF EN
545.

5.5.2.3.2 Regards de visite


Ils seront certifiés conformes aux normes en vigueur (NF EN 476 et normes produits) ou titulaires dřun
avis technique favorable pour les regards qui nřentrent pas dans le champ des normes en vigueur.
Les regards de visite (fond de regard, éléments droit et tête de regard) seront en béton, titulaires
dřune certification NF de conformité aux normes NF EN 476, EN 13598-1, NF EN 1917 ou dřune
certification algérienne équivalente, ou seront titulaires dřune certification associée à un avis technique
favorable en cours de validité délivrée par le CSTB ou le CNERIB ou dřune certification européenne
équivalente pour les regards qui nřentrent pas dans le champ de la norme NF EN 1917. Ils pourront
alternativement être en polypropylène conforme à lřEN 476 et lřEN 13598-1.
Sauf prescription contraire, les regards seront préfabriqués en usine. Le recours à des regards coulés
en place peut être retenu sous réserve de lřapprobation du Maître dřOuvrage. Les dispositifs de
descente sont constitués dřéchelons protégés contre lřoxydation par galvanisation à chaud de 40
microns minimum.
Les têtes des regards sont constituées de têtes réductrices ou de dalles réductrices de hauteur
minimale 150 mm. Ces ouvrages seront étanches et tout raccordement ou piquage dans les regards
(embase ou rehausse) devra être réalisé par lřintermédiaire de joints souples étanches.
Les cadres et tampons seront en fonte ductile, conforme à EN 124 marqué NF, (diamètre extérieur
850mm, ouverture libre de 600mm) muni dřune charnière et dřun joint en élastomère et dřun tampon
rond articulé non ventilé sauf prescription contraire.
Les regards de visite peuvent également être de type monobloc en polyéthylène avec échelons, mais
devront être conforme au Fascicule 70 du CCTG.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


58 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.5.2.3.3 Boites de branchement


Les boîtes de branchement peuvent être en PVC ou en béton et titulaires dřune certification NF de
conformité à la norme NF EN 13598-2 ou dřune certification algérienne équivalente ; ou seront
titulaires dřune certification CSTBat ou CNERIB associée à un avis technique favorable en cours de
validité ou dřune certification européenne équivalente pour les boîtes de branchement qui nřentrent
pas dans le champ de la norme NF EN 13598-2. Les éléments de fond, les rehausses, les cadres et
tampons devront comporter des joints assurant une parfaite étanchéité de lřensemble.

5.5.2.3.4 Avaloirs
Les avaloirs seront préfabriqués ou coulés sur place sous caniveaux. Ils auront une décantation
minimale de 0.50 ml. Ceux-ci seront équipés d'un panier pour ramassage des déchets, en tôle
galvanisée perforée avec tringle de levage Les grilles et cadre seront en fonte ductile, conforme à la
norme EN 124 et de classe appropriée au lieu dřinstallation (zone piétonne, parking, routes etc.).

5.5.2.3.5 Débourbeur séparateur à graisses et à fécules


Partout où cela est nécessaire, un débourbeur séparateur à graisses animales et végétales et à
fécules seront disposés. Ils seront conformes à la norme NF EN 1835-1, NF EN 1835-2 et adapté au
nombre de repas servis par jour et à la présence ou non dřune laverie, (selon les préconisations du
rapport sur le dispositif dřassainissement autonome n°60.10.1018 de ICSEO du 22 décembre 2010).
Sauf avis contraire, Il s'agira d'un ensemble en tôle dřacier de 4 mm dřépaisseur soudé puis protégé
après sablage par un revêtement époxy polyester polymérisé au four à lřintérieur et à lřextérieur, à
ouverture totale pour faciliter sa vidange et reposant sur un radier en béton de 10 cm minimum coulé
en fond de fouille.
Lřouvrage sera équipé de deux entrées distinctes avec manchettes de répartition de flux, des cloisons
de décantation formant compartiments séparateurs pour boues et fécules, dřun compartiment avec
filtre à panier en inox en sortie commune et dřune prise pour évent à raccorder sur la colonne de
ventilation mise en place, dřune éventuelle rehausse en acier et dřune fermeture amovible et
hermétique en fonte série lourde.
Les tuyaux seront mis en œuvre de façon traditionnelle selon la réglementation en vigueur et les
règles de lřart. Les tranchées qui seront nécessaires pour les canalisations enterrées comprendront,
remblais de terre après mise en place et réglage des tuyaux sur lit de sable, enlèvement des terres en
excédent, profondeur des tranchées à la demande, reconstitution de la chaussée si nécessaire.
Les dispositifs de fermeture et de couronnement seront suivants les cas NF EN 124 de classe
normalisée suivant les normes en vigueur.
Tous les ouvrages seront munis dřun dispositif de verrouillage.
LřEntrepreneur devra présenter au Maître dřOuvrage les modèles de verrouillage pour un choix
définitif.

5.5.2.4 Pose de canalisation d’assainissement


Généralités :
Aucune pose ne pourra être entreprise et aucun lit mis en place avant que le Maître dřOuvrage
dûment appelé par lřEntrepreneur nřait procédé à la vérification du fond de fouille.
Les canalisations seront posées en ligne droite avec une pente uniforme entre le regard et une pente
conforme au projet.
Les buses devront être installées dřaval en avant.
Si plusieurs canalisations doivent être posées dans la même fouille à des niveaux différents, la
canalisation la plus basse devra être posée la première. Lorsque les buses auront été mises à leurs
places définitives, elles seront soigneusement calées latéralement avant la confection des joints qui
ne devront en aucun cas être gênés par la présence de cales.
Lřintérieur des conduites devra être nettoyé des saletés et autres corps étrangers au fur et à mesure
de lřavancement de la pose.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


59 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Un bouchon devra être placé à chaque extrémité des sections non terminées en fin de journée ou lors
de lřarrêt de la pose.
Les débris qui se seront déposés à lřintérieur des buses devront être chassés au moyen dřeau sous
pression.
Il est rappelé quřaucune implantation de réseau ne devra être réalisée à moins de 2 m de distance
des arbres sans protection particulière et à moins de 1 m de distance des végétaux tels qu'arbustes
en massif ou en haie. Aucun passage de réseau ne sera réalisé dans la terre végétale ou dans la
fosse de plantation, ni même sous la fosse de plantation d'un arbre existant.

Pose des tuyaux en béton armé et en PVC :


Les tuyaux seront posés en tranchée. La zone de remblai soignée sera constituée dřun lit de pose en
sable dressé suivant la pente prévue au projet et un matériau dřenrobage conformément au fascicule
70.
Avant leur mise en place, les tuyaux seront examinés à l'intérieur et soigneusement débarrassés de
tous les corps étrangers qui auront pu s'y introduire.
Le calage des tuyaux en béton armé et en PVC au moyen de pierres est rigoureusement interdit.
Les tuyaux seront posés de telle sorte que l'extrémité mâle soit dirigée vers l'aval. Les pièces
assemblées seront nettoyées.
Le cas échéant, et compte tenu de la nature des joints, des niches seront aménagées en fond de
tranchées pour faciliter la confection des assemblages.
Les tuyaux seront posés de l'aval vers l'amont et le remblayage des tranchées ne pourra être
entrepris que lorsque toutes les canalisations auront été entièrement posées entre deux regards
consécutifs.

5.5.2.5 Ouvrages ayant trait au lot assainissement


- Regards de visite prévus à chaque changement de pente, de diamètre et de direction
- Regards avaloir à grille prévus aux points bas des voiries
- Boites de branchement visitables
Tous ces ouvrages seront calculés pour résister à la poussée des terres, aux charges et aux
surcharges.
Pour les regards coulés sur place, ils sont confectionnés avec un béton en ciment C.P.A 325 dosé à
300 kg/m3 avec incorporation dřhydrofuges, ayant une paroi reposant sur radier, celui-ci reposant sur
un béton de propreté.
Les cuvettes recevront un enduit étanche. Cet enduit sera exécuté jusqu'à 0,20m au-dessus de la
génératrice supérieure de la canalisation la plus élevée raccordée au regard. Les parois supérieures
auront une façon de feuillure pour recevoir la fermeture en dallette ou en fonte. Les gorges seront
arrondies à la bouteille dans les angles. Les dimensions et les hauteurs seront mentionnées dans les
plans de détail. Lřépaisseur des parois ne pourra être inférieure à 15 cm pour les regards coulés en
place.
Pour les regards du réseau des eaux usées, la cunette devra être lisse et de section semi-circulaire
égale au diamètre de la conduite dřégout pour assurer la continuité de lřécoulement.
Une échelle constituée de barreaux en fonte devra être prévue pour lřaccès dans les regards et
ouvrages.
Les échelons devront avoir au moins 40 cm de large, 30 mm de diamètre et être espacés de 30 cm au
maximum, ils devront être galvanisés à chaud (40 microns minimum) et scellés dans la paroi et
devront être éloignés de cette paroi dřau moins 20 cm.

5.5.2.6 Tracé des ouvrages


Le piquetage principal de lřaxe des ouvrages dřassainissements EU et E.P et la reconnaissance des
repères, seront faits par les soins de lřEntrepreneur, qui est chargé dřachever les opérations du tracé
en présence du Maître dřOuvrage.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


60 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.5.2.7 Terrassements pour canalisations


LřEntrepreneur devra prendre toutes les dispositions utiles pour éviter les éboulements et assurer la
protection du personnel, conformément au fascicule 70, notamment en confortant, le cas échéant, la
fouille par tous moyens adaptés à la nature du sol (blindage, talutage, étayage).
La tranchée sera ouverte de regard en regard et les ouvrages d'écoulement exécutés de l'aval vers
l'amont.
Le profil des tranchées à ouvrir est laissé au choix de lřEntrepreneur, cependant il devra être suffisant
pour que lřexécution des travaux soit conforme aux prescriptions imposées.
En cas de blindage des fouilles, la largeur entre les blindages au niveau du fond de tranchée ne
pourra être inférieure au diamètre extérieur du tuyau majoré de 0,30 m de part et dřautre. Le fond des
tranchées sera arasé à 0.10 m au moins au-dessous de la cote prévue pour la génératrice inférieure
du tuyau.
Les déblais en excès et ceux dont la mauvaise qualité ne permettrait pas de les réemployer en
remblai, seront transportés à la décharge publique.

Exécution des joints :


Les joints devront être protégés pendant la prise.
Avant remblaiement, il sera procédé à des essais effectués à lřeau sous pression. Les essais seront
opérés en présence du Maître dřOuvrage sur les tronçons de canalisations allant de regard au regard,
notamment au niveau des raccordements entre les regards et les buses. Ils seront à la charge de
lřEntrepreneur.

Enrobage des canalisations :


Dans les traversées de chaussées (pour des recouvrements inférieurs à 0.80 m), aires et parcs de
stationnement, ou sous espaces verts (pour des recouvrements inférieurs à 0.60 m) il sera prévu un
enrobage de gros béton dosé à 350 kg/m³, éventuellement légèrement armé, de 0,15 m dřépaisseur
minimale lorsque la génératrice supérieure dřune conduite sera située à une profondeur de pose
inférieure à 0,80 m du fond de forme.
Il sera prévu des fourreaux en PVC pour lřélectricité, et en tube en fonte ou autre matériau rigide pour
lřeau.
Pour tous les réseaux, un grillage avertisseur sera disposé à 0,30m au dessus des câbles ou
canalisations.

Remblai :
Dés que les épreuves de canalisations auront donné des résultats satisfaisants ou que les ouvrages
auront été reconnus exécutés suivant les règles de lřart, le remblaiement pourra être entrepris.
Les regards de visites auront les mêmes caractéristiques que ceux des eaux pluviales.
Cependant, dans le cas de grande différence dřaltitude entre lřarrivée et la sortie des eaux, on
procédera à une chute guidée. Une échelle continue devra être prévue pour lřaccès dans le regard.
Ce remblayage sera ainsi poursuivi :
- jusqu'au niveau inférieur de la couche de forme quand la canalisation est située sous la
chaussée,
- jusqu'au niveau inférieur de la couche de terre végétale quand la canalisation est située sous
les zones revêtues de terre végétale.
L'épaisseur des couches des remblais sera déterminée conjointement par lřEntrepreneur et le Maître
dřOuvrage en début des travaux, en fonction de la nature des sols rencontrés, du matériel de
compactage utilisé et du nombre de passes du compacteur.

Compactage des tranchées :


Le compactage des tranchées sera exécuté conformément aux dispositions, aux Techniques sur le
compactage des remblais de tranchées et des normes reconnues dans le domaine.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


61 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les moyens de compactage mis en œuvre par lřEntrepreneur feront lřobjet dřun contrôle et dřune
vérification. Les résultats du compactage seront vérifiés et devront atteindre 95 % de lřOptimum
Proctor Normal.
Tous les matériaux extraits des tranchées, excédentaires ou non réutilisables (dans le cadre du
remblayage des tranchées), seront évacués à la décharge de lřEntrepreneur.
Les coffrages ou panneaux seront retirés par couche de remblai avant leur compactage.
LřEntrepreneur sera tenu responsable de tous les désordres résultant d'un compactage insuffisant ou
réalisé dans de mauvaises conditions.

Hydrocurage, nettoyage des réseaux :


A la fin du chantier, lřEntrepreneur réalisera un hydrocurage. Tous les déchets et matériaux présents
dans les canalisations seront enlevés. Lřhydrocurage sera réalisé sur lřensemble des réseaux posés.

5.5.2.8 Essais
Les essais qui seront effectués porteront sur :

Les réseaux d’Eau potable : Essais de pression, de nettoyage et stérilisation du réseau dřeau
potable et transmission du PV de réception au Maitre de lřOuvrage.

Assainissement :
Réseau eaux usées et pluviales : Essais dřétanchéité conformément au "Protocole des épreuves et
essais des réseaux de canalisation à écoulement libre".
Tous les ouvrages, canalisations, regards et raccordements devront être étanches. Ces essais
dřétanchéité par mise en charge de tronçons compris entre 2 regards seront effectués par
remplissage du regard avant le couronnement le plus haut. Les fuites ne devront pas dépasser, en
24heures, le centième du volume de la canalisation et des regards. Les résultats de ces essais seront
à communiquer au Maître dřOuvrage.

Si le Maitre de lřOuvrage le juge nécessaire, les essais suivants seront exécutés :


- Passage de caméra dans les canalisations posées et fourniture dřun rapport et de la cassette
ou DVD au Maître dřOuvrage et essai à lřair.
- Essai de compactage : La qualité de compactage devra être conforme aux normes et
standards. Le contrôle de la qualité de compactage sera réalisé à l'aide d'un pénétromètre.

NOTA : Les essais dřétanchéité, les inspections télévisées ainsi que les essais de compactage sur les
tranchées dřassainissement devront obligatoirement être réalisés par une entreprise agréée autre que
lřEntrepreneur. Elle devra fournir un rapport complet et précis.
Dans le cas où les essais dřétanchéité et/ou le passage caméra ferait apparaître des défauts ou
malfaçons, le Maitre de lřOuvrage pourra exiger un ou plusieurs essais ou passage caméra après
exécution des travaux de reprise et ce à la charge de lřEntrepreneur.
Par ailleurs, au début de lřapprovisionnement et en cours des travaux, le Maître dřOuvrage pourra
prescrire les analyses et les essais de matériaux quřil jugera nécessaire.

5.5.3 Traitement paysager

5.5.3.1 Normes et documents techniques de référence


Les travaux seront effectués en conformité avec les règles définissant les qualités, les caractéristiques
et conditions de mise en œuvre des matériaux utilisés, en particulier les normes algériennes et
françaises, documents techniques réglementaires (DTR), instructions et règlements en vigueur, les
prescriptions des fabricants.
Les principaux documents officiels de référence applicables en matière dřassainissement et de
regards sont notamment (liste non limitative) :

Normes algériennes :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


62 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

NA 559 Matières fertilisantes - Vocabulaire (eqv. ISO 8157)


NA 560 Matières fertilisantes Ŕ Classification (eqv. ISO 7851)
NA 7905 Engrais - Echantillonnage et estimation du lot (eqv. NF U 42-050)
NA 7906 Engrais - Théorie de l'échantillonnage et de l'estimation d'un lot (eqv. NF U 42-051)
NA 7907 Matières fertilisantes solides - Préparation des échantillons pour analyse chimique et
physique (eqv. ISO 8358)
NA 7924 Engrais - Dénominations et spécifications (eqv. NF U 42-001)
NA 7925 Engrais, amendements calciques et magnésiens - Produits solides - Préparation de
l'échantillon pour l'essai (eqv. NF U 42-090)
NA 7954 Matières fertilisantes ayant des caractéristiques mixtes - Amendements calciques
et/ou magnésiens - Engrais - Dénominations et spécifications (eqv. NF U 44-203)
NA 7959 Produits utilisés en agriculture - Engrais - Analyse chimique du sulfate d'ammonium
(eqv. NF U 42-101)
NA 7961 Produits utilisés en agriculture - Engrais azotés - Dosage des divers farines d'azote Ŕ
Présentation d'ensemble (eqv. NF U 42-100)
NA 7966 Amendements calciques et/ou magnésiens - Dénominations et spécifications (eqv. NF
U 44-001)

Normes européennes :
NF U44-551 Supports de culture - Dénominations, spécifications, marquage
ISO 9001:2008 Systèmes de management de la qualité Ŕ Exigences
NF T 54-072 Tubes en polyéthylène « 5 » - Spécifications
NF T 54-043 Plastiques - Tubes en polyéthylène "3" Ŕ Spécifications
NF X 08-003-1 Couleurs de sécurité et signaux visuels de sécurité Ŕ Partie 1 : Principes de
conception.
NA 5343 Signalisation routière horizontale Ŕ Marquages appliqués sur chaussées -
Dénominations
NA 5346 Signalisation routière horizontale Ŕ Marquages appliqués sur chaussées -
performances
NF ISO 6790 Symboles graphiques pour plans de protection contre l'incendie - Spécifications
NF S60-303 Protection contre l'incendie - Plans et consignes affichés
NF X 08-100 Tuyauteries rigides Ŕ Identification des fluides par couleurs conventionnelles

Cahier des Clauses Techniques Générale (CCTG) :


Fascicule N°35 Aménagements paysagers Aires de sports et de loisirs de plein air.
Fascicule N°71 Fourniture et pose de conduites dřadduction et de distribution dřeau.

5.5.3.2 Principes généraux de conception


Une grande importance devra être accordée au paysagisme de la Base non seulement pour valoriser
lřesthétique générale des projets, mais aussi parce que les plantes et les jardins participent
grandement au bien être des occupants des sites.

Par ailleurs, la végétation est bien connue pour ses qualités de confort microclimatiques, notamment
dans le contexte du climat désertique, ainsi que pour son rôle actif dans la lute contre lřérosion. Elle
est aussi indispensable pour organiser autour des bâtiments lřespace de recul nécessaire par rapport
aux circulations, créer des écrans visuels ou des zones tampons, et structurer lřespace. Enfin, elle a
un rôle écologique non négligeable de créer ou de restaurer des habitats pour la faune locale ou les
oiseaux migrateurs.

Chaque lieu a une fonction précise que les plantes et jardins devront affirmer. La fonction de chaque
jardin, de chaque plante, les essences adaptées et esthétiques, leurs dispositions doivent définir une
identité singulière à la Base.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


63 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

LřEntrepreneur devra confier la mission de paysagisme à un architecte-paysagiste qualifié, qui


travaillera de concert avec les autres disciplines du projet pour atteindre le niveau de qualité
escompté. Ce professionnel devra avoir une connaissance fine des espèces végétales locales ainsi
que des espèces dřautres régions désertiques du monde.

Lřarchitecte paysagiste devra notamment analyser les conditions locales et produire un plan
dřaménagement pour lřensemble du Site en anticipant les extensions futures. Il devra concevoir les
réseaux de circulation et de cheminements piétons en collaboration avec les autres disciplines. Il
devra concevoir les espaces communs extérieurs et leur mobilier et travailler avec les autres
disciplines pour garantir le meilleur usage des espaces. Il détaillera le plan de plantation en indiquant
le types de plantation, les variétés d'arbres forestiers et plants ornementaux adaptés aux conditions
climatiques de la région, les réseaux dŘirrigation etc. Il développera les plans de gestion des espaces
plantés, qui décrit au long terme les actions continues pour assurer une bonne maintenance et
management des installations.

Les concepts paysagers globaux devront viser à créer des paysages dřune grande qualité esthétique,
écologiquement viables. Lřaccent sera porté sur la réduction des consommations dřeau et de lřusage
de fertilisants. Ces aménagements devront nécessiter une maintenance réduite sans pour autant
diminuer leurs qualités esthétiques.

Quelques recommandations générales peuvent être énoncées comme suit:

Les paysages du désert comme source d’inspiration. Ces paysages et en particulier les paysages
oasiens, avec leurs variétés de plantes bien adaptées peuvent être une source dřinspiration pour le
projet. La conception devra faire un usage important des plantes de la région.
Le Maître d'Ouvrage souhaite que la végétation soit omniprésente dans tous les espaces de travail et
de vie de manière à renvoyer lřimage dřune oasis de verdure.
Lřétude paysagère devra considérer, en complément de la plantation abondante (mais adaptée au
climat), une mise en scène de lřeau sous différents états (ruisseau, cascade, fontaine, etc.). Toutefois,
toutes les précautions seront prises pour éviter lřévaporation excessive de lřeau.

Recourir au Xeropaysagisme (du grec Xeros qui veut dire « sec ») qui est une façon novatrice de
concevoir des aménagements paysagers attrayants qui demandent moins d'eau et d'entretien en
ayant recours à des végétaux résistants, acclimatés à la sécheresse et qui n'ont pas besoin d'une
grande quantité d'eau.

Le Xeropaysagisme repose sur les cinq principes suivants :

1) Planification et conception appropriées :


Celles-ci procèdent avant tout par une analyse détaillée du sol. Elles suggèrent aussi une sélection de
plantes appropriées (en plus des plantes locales, celles vivant dans dřautres régions désertiques du
monde peuvent être utilisées). Les plantes vivaces qui tolèrent la sécheresse et peuvent croître sous
divers types de paillis sont généralement privilégiées. Les plantes vivaces ont, en effet, besoin de
moins d'eau, d'engrais et de pesticides que les plantes annuelles. L'usage de vivaces respecte
l'environnement et réduit les coûts de main-d'œuvre et d'entretien.
Enfin, la conception devra grouper les plantes en fonction de leur besoins hydriques ce qui permet de
réduire les pertes dřeau

2) Irrigation efficace (zonage des systèmes d’irrigation en fonction des plantes à irriguer) :
Le Xeropaysagisme devra reposer sur un système d'irrigation à faible volume capable de diffuser l'eau
en débits variables sous la forme de brume, de brouillard, de gouttes ou de jets continus. La quantité
d'eau diffusée devra être adaptée aux besoins de chaque partie de l'aménagement paysager. Le jeu
de terrasse devra être utilisé pour permettre à lřeau de pénétrer graduellement dans le sol.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


64 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

3) Le paillage :
Le paillis présente plusieurs bénéfices pour le sol. Il retient lřeau, réduit les températures du sol,
favorise les bactéries essentielles et donne un aspect esthétique au sol.
Les fibres de bois, les agrégats, les cônes de pin et les écorces peuvent être utilisé utilisés seuls ou
mélangés avec le paillis.

4) Zones gazonnées réduites :


Lřusage du gazon devra être limité aux aspects fonctionnels uniquement. Il faudra éviter dřutiliser de
grandes surfaces à des fins esthétiques. Une variété de gazons tolérante à la sécheresse devra être
proposée comme alternative à la pelouse classique.

5) Entretien approprié :
Le paillage et l'irrigation efficace réduisent l'entretien de l'aménagement. En outre, la sélection de
plantes appropriées réduit grandement l'utilisation d'engrais et de pesticides.

Par ailleurs, lřarchitecte paysagiste veillera à :

Intégrer le drainage dans le paysage : Le drainage pluvial devra être intégré à lřaménagement
général du site afin de jouer son rôle tout en ayant lřaspect le plus naturel possible et de manière à
préserver lřécosystème local.

Concevoir des brises vents efficaces tout autour de la Base. Les arbres à feuilles persistantes
constituent dřexcellent brises vent réduisant considérablement sa vitesse en aval surtout lorsque les
arbres sont disposés en plusieurs rangées. Dans le contexte de vent de sable, ils permettent de
réduire les concentrations de sable et améliorent ainsi la qualité de lřair. Une attention particulière sera
portée aux choix des espèces les plus efficaces. Il est à noter que les résineux peuvent présenter des
risques dřincendie lorsque les aiguilles sèches sřaccumulent, en lřabsence dřun entretien régulier.

Ne jamais utiliser des plantes allergisantes ou toxiques.

« Pré verdir » le Site au lancement des travaux de terrassement (dans la mesure du possible) de
manière à pouvoir bénéficier des avantages dřune végétation mature dés les premières années
dřexploitation des Bases. A défaut, planter des arbres et plantes matures.

5.5.3.3 Spécification générales


Tous les matériaux ou produits utilisés seront conformes aux normes algériennes, françaises ou
normes étrangères reconnues équivalentes, notamment celles énumérées au fascicule 35 du
C.C.T.G. (Aménagements paysagers, aires de sports et de loisirs de plein air) ou à défaut feront
l'objet d'un "Avis Technique favorable" ou d'un certificat de qualité attribué par un organisme agréé.

En cas d'absence de normes ou d'avis techniques sur les produits, les propositions de l'Entrepreneur
seront soumises à l'approbation du Maître dřOuvrage. LřEntrepreneur fournira alors les
caractéristiques techniques des matériaux et produits ainsi que les références des utilisations déjà
réalisées. Ces matériaux et ces produits seront utilisés sous lřentière responsabilité de lřEntrepreneur.
Il appartient à l'Entrepreneur qui, en tout état de cause, reste responsable auprès du Maître
dřOuvrage, de s'assurer auprès des fabricants que leur fourniture satisfait aux prescriptions.

L'Entrepreneur devra notamment soumettre au Maître dřOuvrage des échantillons des différents
matériaux (engrais, amendements, paillages, graines, etc.) en joignant les procès verbaux d'essais
justifiant les caractéristiques exigées. Les matériaux devront satisfaire aux prescriptions générales
édictées par les normes algériennes et/ou françaises régulièrement homologuées.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


65 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

L'Entrepreneur soumettra au Maître dřOuvrage les échantillons de matériaux préfabriqués et de


carrière qu'il utilisera. Il fournira également les analyses granulométriques des matériaux ainsi que les
analyses de qualité physique des matériaux.
L'aspect des matériaux (couleur, texture,…) interviendra en outre dans l'acceptation des matériaux.
Un échantillon témoin sera remis au Maître dřOuvrage en début de chantier. Il servira de référence
pour l'acceptation des produits mis en œuvre.

5.5.3.3.1 La terre végétale


La terre végétale sera de première qualité avec des caractéristiques rigoureusement analysées
(indication de lřacidité, composition chimique, teneur en matière organique). En outre, elle doit
contenir au moins 3% de matières organiques et doit être exempte de tout parasite, racines et débris
de toutes sortes. La terre végétale ne doit pas présenter de contamination par des substances
phytotoxiques. LřEntrepreneur fournira, préalablement à l'approvisionnement des terres, les rapports
des analyses des terres végétales qui devront répondre aux seuils réglementaires.

5.5.3.3.2 Les végétaux


Les arbustes sont des végétaux déjà formés se présentant sous la forme d'une touffe ramifiée
comportant au moins 3 à 5 brins. Ils seront conditionnés en conteneur ou en motte.
Les arbres qui seront fournis devront être dřune hauteur dřau moins 2,5m.
Les végétaux devront être indemnes de blessures et de parasites, Les plantes ne devront pas
présenter de chignons racinaires, elles devront être bien ramifiées pourvues d'un épais chevelu qui
sera conservé autant que possible dans son intégralité. On devra pouvoir observer de nombreuses
racines récentes ou en cours de croissance (blanches). Les rameaux ne doivent pas présenter de
parties desséchées ou flétries ou des signes caractéristiques d'un forçage excessif.

Le transport de tous les plants devra être effectué dans les meilleures conditions : véhicule bâché ou
fermé, aménagé de façon à exclure l'écrasement des plants, la destruction des mottes, etc.…Tous les
végétaux devront recevoir lřagrément du Maître dřOuvrage. En cas de non-conformité, le Maître
dřOuvrage se réserve la possibilité de refuser les plants non conformes.
Aussi, il est recommandé à l'Entrepreneur d'effectuer un examen sérieux de ses végétaux avant
livraison sur le chantier. LřEntrepreneur devra prendre les dispositions nécessaires pour le stockage
des végétaux sur le chantier : paillage, jauge, protection contre les intempéries. Toutes les
précautions devront être prises pendant la période de stockage pour éviter meurtrissures,
dessèchement, atteinte par le gel, etc.

Les quantités minimales suivantes seront fournies par lřEntrepreneur :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


66 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Type Espèces Unités Quantités Quantités


Base de vie Résidence
Arbres d’ombrage de Espèces à utilisations multiples, à vitesse de croissance U 800 60
bordure ou d’ornement moyenne et à durée de vie relativement longue
(Exemple :Phoenix dactylifera, Acacia nilotica, , Azadirachta
indica, Khaya senegalensis, Gmelina arborea, Diospyros
mespiliformis, Delonix regia,. Tamarindus indica, Parkia
biglobosa, pinus pinea, gleditsia, Prosopis juliflora, Cordia
sinensis)

Arbres fruitiers :
ceratonia siliqua, prunus, zisiphus jujuba, eriobotrya
japonica, ficus carica, pistacia vera, citrus Morus Alba,etc.

Arbres et Arbustes/( mise en scéne paysagére du desert) :


Agavaceae Columnaris - Yucca brevifol - Fouquieriaceae
Olea laperrini
Brise vents Double rangée d'espèces forestières à croissance rapide U 1200 400
résistantes à la sécheresse et au vent et présentant un bon
pouvoir de filtration du sable
(exemples : casuarina, pinus halepensis,cupressus,
Azadirachta indica, Cassia siamea, Leucaena leucocephala,
Parkinsonia aculeata,Prosopis juliflora, Adansonia digitata,
Acasia senegal, seyal, nilotica, Eucalyptus camaldulensis,
Anacardium occidentale )
Haie/arbustes Plantation : les espèces à croissance rapide U 7000 400
(exemple : Bauhinia rufescens Prosopis juliflora, Acacia,
Lantana, Nerium oleander, Lavandula,
hibiscus,pittosporum, pistacia lentiscus, plumbago,
westringia, Agnus Castus)
Plantes grimpantes pour Exemple : Bougainvillea, jasmium, Lonicera caprifoliu, U 3000 150
toutes les allées Parthenocissus quinquefolia, bignonia, passiflora caerulea,
piétonnières (de chaque
coté)
Plantes grimpantes sur les U 1000 50
façades
Gazon (à limiter) M2 10000 300

Avertissement : Les exemples de plantes cités ci-dessus sont donnés à titre dřinformation.
LřEntrepreneur devra vérifier la pertinence de ce choix, notamment par rapport au milieu physique
(climat et sol) mais aussi la consommation hydrique des espèces qui doit être la plus faible possible.
Par ailleurs, ces orientations ne doivent en rien diminuer lřintérêt de lřétude paysagère prévue dans les
études et servent uniquement de base de travail qui est appelée à évoluer.
Il est rappelé ici que les espaces verts du Camp militaire seront réalisés par les militaires eux-mêmes.
LřEntrepreneur réalisera uniquement lřétude paysagère.

5.5.3.3.3 Les engazonnements


Des amendements et fertilisations seront effectués sur la totalité des surfaces engazonnées. Le choix
et lřemploi des fertilisants et des produits phytosanitaires doivent respecter la législation, la
réglementation en vigueur et répondre aux normes existantes, même sřil ne sřagit que de normes
expérimentales.
La provenance des graines doit être indiquée sur les sacs. Les graines doivent avoir une pureté et
une capacité germinative conformes aux spécifications retenues dans le règlement technique de la
production, du contrôle et de la certification des semences de plantes fourragères homologuées.
Dans tous les cas les graines doivent être entières et bien mûres et exempte de toutes maladies ou
impuretés. Le Maître dřOuvrage se réserve le droit de faire contrôler la qualité des graines aux frais de
lřEntrepreneur. Le mélange dřespèces et de variétés de graminées utilisées pour lřengazonnement
traditionnel devra présenter une grande résistance au piétinement.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


67 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.5.3.3.4 Fertilisants
LřEntrepreneur fournira pour la fertilisation des espaces gazonnés et plantés, au moment de la
préparation des sols, un engrais organique du type retard. Les emballages ou les notices d'utilisation
devront préciser le type d'engrais et l'origine de la matière première, ainsi que les dosages en
éléments fertilisants. La ou les composition(s) et les proportions devront être précisées par le
paysagiste avant le démarrage des travaux.
La livraison des engrais se fera uniquement en sacs fermés et pesés en usine. Les doses de produit
brut à apporter à l'unité de surface seront calculées en fonction des teneurs en éléments fertilisants et
de façon à apporter les amendements indispensables.

5.5.3.3.5 Terreau
Le terreau devra respecter les normes algériennes en vigueur ou à défaut la norme française U
44 551, notamment les points suivants:
- absence dřagents pathogènes (streptocoques fécaux, salmonelles, œufs de nématodes, etc.)
- absence de boues résiduaires de stations dřépuration
- limitation de tout excès de salinité, par limitation de lřajout dřengrais
- absence de tout métal lourd (plomb, cadmium, zinc, mercure, etc.)
- absence de tout produit dřorigine animale susceptible de contenir farines de viande ou poudre
dřos. Son pH devra se situer entre 5,5 et 7,5, le niveau dřacidité du mélange devant
obligatoirement figurer sur les emballages

5.5.3.3.6 Compost
Le compost utilisé sera 100% dřorigine végétale, composté pendant 6 mois minimum de manière à
être bien décomposé, aéré et retourné tous les mois. Il pourra le cas échéant être enrichi en oligo-
éléments. Sauf prescription contraire, il sera apporté au fond du trou de plantation, à raison de 20
litres / arbre. En cas dřutilisation pour des surfaces à planter en massifs, le compost sera incorporé
généralement lors du labour, à raison de 4 à 10 kg/m2. Les fertilisants de la terre végétale pour
plantations, sauf cas particuliers, seront des compositions dřengrais organique enrichi en magnésium.

5.5.3.3.7 Accessoires de plantation


Les tuteurs seront en résineux traités en autoclave de première qualité écorcés et bien secs, diamètre
10 cm, l'extrémité la plus fine destinée à être enfoncée dans le sol étant épointée et carbonylisée.
Les attaches reliant lřarbre aux tuteurs seront de type colliers ou similaire, réglables, en plastique.
Paillage en copeaux de bois : Calibrage, sans éléments broyés ou trop fins exempt de matériaux
impropres à la plantation. Le bois sera non résineux.
Des échantillons seront à soumettre au Maître dřOuvrage ainsi que le descriptif du produit.

5.5.3.3.8 Qualification du personnel d’exécution


Lřattention de lřEntrepreneur est particulièrement attirée sur la nécessité dřavoir sur le chantier un
personnel qualifié. Le Maître dřOuvrage aura tout pouvoir pour réclamer à lřEntrepreneur le retrait du
chantier des personnels ne tenant pas compte des règles de lřart en matière dřaménagements
paysagers ou du personnel non qualifié.
Le paysagiste est tenu dřêtre présent tout au long de lřexécution de ce lot jusquřà la Réception
Définitive.

5.5.3.4 Mise en œuvre

5.5.3.4.1 Tracé et piquetage des plantations


Les plantations seront réalisées par tous moyens à la convenance de l'Entrepreneur.
Le piquetage des arbres et des massifs d'arbustes sera réalisé par l'Entrepreneur en présence du
Maitre de lřOuvrage et du paysagiste.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


68 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

5.5.3.4.2 Nivellement et planimétrie


Les modelés réalisés en déblais devront être compactés et stabilisés avant tout régalage de la terre
végétale, épaisseur 0.15m.
Les fouilles pour les trous ou tranchées de plantation auront les dimensions suivantes :
- gros arbres tiges : 2 x 2 x 1 m
- plants en haies et massifs : 0.60 m de profondeur
Une attention particulière est demandée à lřEntrepreneur concernant la présence de réseaux
éventuels par rapport à la profondeur des fosses demandées. Il doit conduire les travaux de
réalisation des fosses de manière à maintenir dans des conditions convenables les communications
de toute nature traversant le site des travaux. Les réseaux découverts devront être protégés au
moyen de la mise en place du feutre anti-racine sur lřensemble de la fosse, y compris toutes autres
sujétions.
Les fosses de plantation réalisées devront être protégées par tout moyen à suggérer par
lřEntrepreneur et à approuver par le Maître dřOuvrage (plaques de tôles, planches etc..) durant les
autres travaux et dans lřattente de la période de plantation.

5.5.3.4.3 Mise en œuvre de la terre végétale


La terre végétale sera mise en place à lřaide dřengins à faible pression, dont le poids ne risque pas de
détruire la structure physique du sol préalablement ameubli ou préalablement modelé.
Le remblaiement des fosses des plantations sera toujours réalisé par temps sec, le fond de la fosse
ayant été bien décompacté au préalable.
Sur les surfaces déjà revêtues de terre végétale, lřEntrepreneur décompactera les secteurs où celle-ci
aurait pu être tassée par le passage répété des engins de transport ou de mise en place (en
particulier dans les secteurs où il y a eu évacuation dřexcédent ou rechargement).
LřEntrepreneur aura la charge de tous les apports ultérieurs rendus nécessaires à la suite dřéventuels
tassements.
Il est rappelé quřaucun arbre nřest planté à moins de 2m de distance dřun réseau enterré et aucun
arbuste à moins de 1m. Il convient, pour préserver la sécurité et la pérennité des réseaux aériens, de
maintenir dans le temps une distance minimale entre les éléments de réseaux aériens et les
extrémités de la végétation implantée au voisinage, par des travaux dřélagage régulier.
Dans tous les cas, il convient de conserver une zone de ramification des branches de 1 m du côté où
les arbres sont longés par un câble ou un poteau support de câble. Se référer à la norme NF P 98-332
pour plus de détails.

5.5.3.4.4 Décompactage et formation paysagère des sols plantés


Ce travail comporte :
- lřépierrage
- lřenlèvement de tous débris de végétaux et matériaux impropres à la végétation
- un fraisage sur 10 centimètres
- un hersage du sol (le nombre de passages de lřengin devra être tel que la terre soit
parfaitement émiettée, présentant une structure fine et régulière et que tous les éléments
physiques la composant soient intimement mélangés)
- le dressement du terrain à la griffe et au râteau
Pour lřengazonnement et avant lřensemencement, et sauf prescriptions contraires il sera réalisé :
- Premier roulage : avec un rouleau léger (70-80 kg) effectué en croisant les passages
- Griffage : Le griffage dans les deux sens, comprenant le brisement des mottes, l'évacuation
des pierres de Ø supérieur à 2 cm, débris divers, racines de vivaces

Les terres ne doivent pas contenir plus de 5 % dřéléments pierreux ou de corps étrangers sur une
tranche de 0,20 m dřépaisseur.
Dans le cas dřengazonnement de talus, le deuxième griffage, plus appuyé, sera réalisé
perpendiculairement à la pente, pour constituer des sillons.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


69 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Le réglage définitif en légers remblais (nřexcédant pas 0,05 m de hauteur sur les distances inférieures
à 5,00 m) sera réalisé par ratissage superficiel afin d'obtenir un lit de semence suffisamment fin, la
couche travaillée ayant 5 cm d'épaisseur, et l'épierrage des pierres superficielles, les pierres étant
évacuées hors chantier.
Des pentes dřécoulement des eaux seront mises en œuvre. Si entre l'achèvement des travaux de
terrassement et l'époque des enherbements le sol a été raviné localement par la pluie, l'Entrepreneur
devrait réaliser les travaux de préparation correspondants. Dans le cas de l'utilisation d'une machine à
engazonner, le griffage et le premier brisement des mottes seront réalisés à la main alors que la
préparation superficielle, lřensemencement, et le roulage seront exécutés à la machine.
Le cas échéant, ces opérations pourront être réalisées simultanément dans le cas d'une machine
prenant en compte ces opérations.
Deuxième roulage : effectué en diagonale par rapport aux premiers passages, avec le même type de
rouleau.

5.5.3.4.5 Apport et mise en œuvre de terre végétale (fosse de plantation)


Une couche de terre végétale, exempte de pierres ou de matériaux impropres à la végétation et sur
laquelle reposera le système racinaire est mise en place dans la fosse de plantation. Le système
racinaire ne doit être ni comprimé, ni déplacé. Le tassement de la terre doit être effectué avec soin, de
manière à ne pas blesser les racines ni déséquilibrer le plan, qui doit rester droit, ni laisser des poches
dřair.
Apport et mise en œuvre de terre végétale (engazonnements) : une couche de terre végétale,
exempte de pierres ou de matériaux impropres à la végétation sur une épaisseur de 0.25m est mise
en place sur toutes les surfaces engazonnées.
LřEntrepreneur devra tout amendement et engrais susceptibles de constituer des conditions de culture
satisfaisantes, compte tenu des conditions de sol et du type de plantations prévues.
En plus des matériaux ou produits prescrits de façon obligatoire, il pourra proposer au Maître
dřOuvrage tout complément quřil jugera nécessaire. Les produits utilisés devront respecter la
législation et la réglementation en vigueur.

5.5.3.4.6 La plantation proprement dite


Les travaux de plantation devront être conformes aux recommandations du fascicule 35 du C.C.T.G.
Lors de la plantation proprement dite, les végétaux ne devront pas rester sur le sol, les racines à lřair
libre. Ils devront être protégés à lřaide de plastiques, non tissés, humidifiés sur le lieu même de la
plantation. Les plantations seront faites en période dřarrêt de la végétation. Toutefois, les travaux
seront suspendus par temps de très grande chaleur, de gel, lorsque la terre est détrempée par les
pluies ou par période de grand vent desséchant, ainsi quřen cas de montée de sève précoce. Une
taille de formation sera donnée à tous les végétaux (y compris ceux en haies). Une fois planté, le
végétal devra toujours présenter sa meilleure face.
Les végétaux conditionnés en conteneur seront, préalablement à la plantation, copieusement arrosés.
En aucun cas, les racines ne devront rester exposées au soleil ou au vent. Les racines de plants à
racines nues seront rafraîchies en sectionnant les extrémités et en supprimant les parties meurtries ou
desséchées. Les végétaux devront avoir un aspect naturel normal après plantation. LřEntrepreneur
est entièrement responsable du bon démarrage des végétaux quřil a fournis et plantés, et doit, de ce
fait, assurer leur reprise par un entretien soigné conforme aux règles horticoles jusquřau constat de
reprise. Les remplacements des végétaux sřinscrivant dans la garantie ne donnent pas lieu à un
nouveau paiement.

5.5.3.4.7 La protection
Tous les arbres-tiges seront tuteurés. Les tuteurs seront disposés dans les trous de plantations
simultanément à la mise en place du végétal. Les attaches seront réparties sur la hauteur du tronc de
façon à donner une fixation efficace sans occasionner de meurtrissure à lřarbre. Pour le tuteur tripode,

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


70 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

trois tuteurs de 3 m seront enfoncés dans le sol sur 1m de profondeur, fouille comprise et dépassant
de 2.00 m, ils seront reliés entre eux par trois planches dř1 m de long.
Toutes les précautions seront prises pour ne pas traverser ou endommager les mottes.
Le paillage sera mis en place sur toutes les surfaces plantées sur une épaisseur de 10cm.
LřEntrepreneur aura pris soin de maintenir un écart équivalent entre le niveau de terre végétale et le
niveau fini. Lřopération de plantation terminée, il sera effectué un premier arrosage de tous les sujets.

5.5.3.4.8 Arrosage et drainage


L'irrigation des espaces verts sera réalisée avec l'eau assainie avec complément en eau brute.
Sauf prescriptions contraires, à chaque fois que cela sera possible, lřarrosage de type goutte à goutte
(arrosage intégré automatique) sera utilisé en coordination avec la nature des plantations. Le type
d'installation sera déterminé par lřEntrepreneur en fonction de l'espace vert traité, de sa superficie, de
son profil et de la nature des plantations à créer.
Les réseaux seront exécutés en fonction des plans dřirrigation. Sauf prescriptions contraires, les
réseaux seront compartimentés par secteur et réalisés à lřaide de canalisations en PVC ou
polyéthylène PEHD-PEBD. Les centrales dřirrigation au goutte à goutte, seront fournies avec des
dispositifs de régulation et de filtration ainsi quřun système de programmation dřarrosage et
dřélectrovannes de commande pour chaque secteur.
LřEntrepreneur pourra être tenu de justifier la provenance de ces matériaux et matériels par un
certificat dřorigine ou par tout autre document authentique. Il devra être en mesure de justifier les
caractéristiques annoncées pour les appareils tels quřarroseurs, programmateurs et électrovannes. En
particulier, pour ce qui concerne les appareils de programmation, ils devront être conformes aux
normes en vigueur pour la sécurité électrique et la compatibilité électromagnétique. Les appareils
dřarrosage (goutte à goutte, tuyères, arroseurs, etc.) devront être conformes à la norme ISO
9001:2008.
Les canalisations proviendront d'usines agrées par le Maître dřOuvrage.
Les canalisations semi-rigides en polyéthylène haute densité définies, pour leur qualité et dimension,
par la norme NF EN 12201 ou NF T 54-072 sont à choisir parmi celles couvertes par la marque NF
EN attestant leur conformité ou équivalente. Les canalisations en polyéthylène basse densité qualité
PF doivent être conformes, pour leur qualité et dimension, aux spécifications de la norme NF T 54-
043, série correspondant à une pression nominale de service de 10 ou 6 bars minimum pour tous les
diamètres.
Il appartiendra à l'Entrepreneur de s'assurer que les caractéristiques hydrauliques du réseau situé en
amont de l'installation (pression dynamique, statique, débit, qualité) sont compatibles avec les travaux
à effectuer.

5.5.3.4.9 Essais
LřEntrepreneur effectuera à ses frais des essais sur les conduites de distribution sous pression
permanente, avant mise en place des appareils dřarrosage. Les essais seront effectués
conformément aux prescriptions du fascicule 71 du Cahier des Clauses Techniques Générales.
Les essais dřétanchéité du réseau seront effectués avec une pompe spéciale dřépreuve en présence
du Maître dřOuvrage. La pression dřépreuve sera, en règle générale, la pression de service majorée
de 50%. Aucun suintement ou désordre ne devra être constaté, ni aucune baisse sensible de
pression. LřEntrepreneur devra remédier à tout défaut dřétanchéité constaté à lřépreuve en exécutant
immédiatement à ses frais les réparations quelles quřelles soient dont lřépreuve aura fait reconnaître
la nécessité.
Sauf prescription contraire, les vannes manuelles seront en fonte dřaluminium. Les manœuvres
dřouverture et de fermeture devront être progressives et ne produire ni bruit ni vibration. Les clapets
vannes et réducteur de pression seront en bronze. Selon les besoins de lřinstallation, des filtres seront
posés en amont du réseau et au départ des réseaux dřarrosage basse pression, après les réducteurs
de pression. Les modèles employés seront de type filtres à tamis en inox ou de type filtres à tamis
plastique ou métallique à lamelles

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


71 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

LřEntrepreneur devra toutes les mises à niveau, les calages, les purges, les réglages des portées des
arroseurs et des secteurs qui seront nécessaires au bon fonctionnement de chaque appareil.

5.5.3.4.10 L’entretien
LřEntrepreneur est entièrement responsable de lřentretien des espaces verts jusquřà la Réception
Provisoire. Il remettra au Maître dřOuvrage, avant la réception Provisoire et pour approbation, un
manuel dřentretien des espaces verts.
Pendant la période de garantie, les végétaux fournis et plantés par l'Entrepreneur seront garantis de
reprise. L'Entrepreneur ne pourra se prévaloir d'un manque d'entretien, d'une mauvaise qualité des
sols ou d'une inadaptation des végétaux pour dégager sa responsabilité.
Lorsque cela sřavère nécessaire, lřépandage de produits anti-fourmis sera exécuté.

5.5.3.5 Mobilier et signalétique extérieurs

5.5.3.5.1 Mobilier
LřEntrepreneur devra utiliser des matériaux, et fournir des équipements et des mobiliers de premier
choix de haute gamme conformément aux exigences du Maître dřOuvrage.
Tous les équipements devront être de marque d'origine accompagnés de leurs fiches techniques.
LřEntrepreneur présentera au Maître dřOuvrage les modèles et échantillons accompagnés des fiches
techniques pour approbation avant de procéder à lřexécution (achats et travaux …etc.).
Le mobilier extérieur devra être en harmonie avec le style architectural de lřOuvrage.
Il devra viser à produire des espaces extérieurs bien utilisés et mieux organisés.
Prévoir des bancs adaptés à lřextérieur, des poubelles, des cendriers, des poubelles de recyclage,
des pergolas et des fontaines aux abords des bâtiments, etc.
Les bancs et tables extérieurs seront, de préférence construits à base de bois exotique, ou en
maçonnerie, résistants aux conditions climatiques locales (ensoleillement très intense, températures
élevées, écarts de température etc.) et seront fixés au sol.
Le mobilier destiné à un usage épisodique, saisonnier et pour un usage nécessitant un déplacement
fréquent, pourra être amovible. Il sera choisi et/ou conçu de manière à résister aux intempéries, à
occuper un minimum dřespace dans le cas où il devra être stocké. Il sera de préférence léger pour
faciliter la manutention.
Les textiles destinés à lřextérieur devront être résistants aux environnements extérieurs de manière
générale et aux intempéries, aux effets abrasifs des vents de sables et au rayonnement solaire
intense, en particulier. Ils seront teintés dans la masse. Ils devront présenter une excellente tenue des
couleurs dans le temps ainsi quřune excellente résistance à la déchirure et à lřabrasion. Leur entretien
devra être aisé.

5.5.3.5.2 Signalétique
La signalétique devra être soigneusement réalisée. Elle devra couvrir toutes les situations pour
lesquelles il est nécessaire dřinformer, de prévenir de dangers, de donner toutes les indications
relatives à la sécurité ou la santé, dřorienter et guider le personnel dans la Base. Elle comprend, parmi
dřautres, les enseignes TouatGaz et des sociétés partenaires, la signalisation routière, les marquages
au sol du parking, marquages au sol et signalisations des sigles handicapé, marquage au sol
indiquant la présence dřun danger, la signalétique directionnelle, les panneaux de consignes
dřévacuation, de consignes de sécurité, de fiche dřinstruction sécurité, le balisage des cheminements,
les bandes dřaide à lřorientation, les bandes dřéveil à la vigilance le codage couleurs des tuyauteries
et autres réseaux, lřindentification des locaux, les divers panneaux dřinformation etc.
LřEntrepreneur soumettra à lřapprobation du Maître dřOuvrage les échantillons, modèles et spécimens
de tous les matériaux et finitions devant être utilisés avant commande, fabrication et mise en œuvre.
Si ces modèles nřétaient pas satisfaisants, le Maître dřOuvrage se réserve le droit dřen demander le
remplacement. L'Entrepreneur devra fournir également tous renseignements et échantillons justifiant
la provenance des produits.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


72 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les panneaux sont constitués d'un matériau résistant le mieux possible aux chocs, aux intempéries et
aux agressions dues au milieu ambiant (.notamment au rayonnement UV, et aux effets abrasifs des
vents de sable). Les dimensions ainsi que les caractéristiques colorimétriques et photométriques des
panneaux doivent garantir une bonne visibilité et compréhension de ceux-ci, ainsi quřune excellente
tenue des couleurs dans le temps.
Les dimensions, le nombre et lřemplacement de cette signalisation devront garantir une bonne
efficacité des dispositifs. Elles devront notamment tenir compte des dimensions de l'obstacle ou
endroit dangereux signalé, ainsi que de l'importance des risques ou dangers ou de la zone à couvrir
dans le cas dřune signalisation relative à la sécurité ou la santé (se référer aux normes NF X 08-003-
1 NF X 08-100 à NF X 08-107). La signalétique relative à la sécurité incendie sera conforme aux
normes NF ISO 6790 et NF S60-303, notamment.
En cas de mauvaises conditions d'éclairage naturel, des couleurs phosphorescentes, des matériaux
réfléchissants ou un éclairage artificiel devront être, selon le cas, utilisé Un contraste lumineux
approprié à son environnement devra être assuré.
Les panneaux seront conformes à la norme NF X 08-003, aux normes citées au paragraphe 5.5.3.1
ou à toute autre norme en vigueur en Algérie. Les pictogrammes relatifs à la sécurité ou la santé
devront être réglementaires.
Tous les textes seront obligatoirement rédigés dans les trois langues, arabe, français et anglais.
LřEntrepreneur sřattachera à une finition propre des éléments graphiques, sans coulures, rayures ou
trace de colle. Les ouvrages comportant un revêtement définitif seront protégés par tous les moyens
appropriés afin dřéviter tout choc, épaufrure, rayure, etc.
Tous les ouvrages achevés qui seraient détériorés (dont taches, épaufrures, rayures, etc.) seront
refusés par le Maître dřOuvrage et repris par lřEntrepreneur.
L'Entrepreneur garantira la parfaite tenue des produits employés pour une période minimale de 5 ans
à dater de la réception pour les travaux extérieurs.

6 SECOND ŒUVRE
6.1 Parois verticales extérieures et intérieures légères

6.1.1 Normes et standards


Les travaux faisant lřobjet du présent chapitre seront régis par les Normes, Décrets, DTU et autres
textes réglementaires en vigueur et plus particulièrement :

Lois et décrets :
Loi du 03-10 du 19 Juillet 2003 relative à la protection de lřenvironnement (articles 72 à 75 relatifs aux
nuisances sonores),
Décret exécutif n°93-184 du 27 Juillet 1993 réglementant lřémission des bruits.

DTR :
DTR C- 2.45 Règle de conception et de calcul des maçonneries
DTR C-3.1.1 Isolation acoustique des parois aux bruits aériens- Règles de calcul
DTR C-3.2 Règles de calcul des déperditions calorifiques : Fascicule 1
DTR C-3.31 Ventilation naturelles - locaux à usage d'habitation
DTR C-3.4 Règles de calcul des apports calorifiques des bâtiments
DTR BE- 2.3 Règles générales pour la fabrication, le transport et la mise en œuvre des murs
extérieurs en panneaux préfabriqués
DTR E- 2.4 Travaux de maçonnerie de petits éléments
DTR E- 4.1 Travaux dřétanchéité des toitures terrasses et toitures inclinées
DTR E- 4.2 Travaux dřétanchéité des joints dans les constructions préfabriquées en grands
panneaux
DTR E-4.4 Travaux dřisolation thermique et dřétanchéité des toitures en tôles dřaciers nervurés

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


73 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

DTR E-6.6 Travaux de peinture pour bâtiment


DTR E- 6.2.1 Travaux dřenduits intérieur en plâtre
DTR E- 6.1 Travaux dřenduits pour bâtiments
DTR E 6.6 Travaux de peinture pour bâtiment

Normes algériennes :
NA 239 Briques de terre cuite : dilatation conventionnelle à lřhumidité
NA 240 Briques de terre cuite : Efflorescence
NA 445 Briques de terre cuite : Contrôle de la planéité des faces de la rectitude des arrêtes et
de la forme
NA 447 Briques de terre cuite : Détermination des dimensions
NA 449 Briques de terre cuite : Caractéristiques dřaspect
NA 1707 Briques de terre cuite : Spécifications
NA 238 Briques de terre cuite : Détermination de la résistance à lřécrasement
NA 2373 Briques de terre cuite destinées à rester apparentes- Détermination de la résistance à
lřécrasement
NA 448 Briques de terre cuite : Vocabulaire- Classification
NA 1957 Briques de terre cuite : Détermination à lřabsorption dřeau
NA 5586 Briques de terre cuite destinées à rester apparentes Ŕ Efflorescence (Eqv NF P 13 -
304)
NA 5587 Briques de terre cuite destinées à rester apparentes Ŕ Détermination de la dilatation
dřeau (Eqv. NF P 13 -304)
NA 5588 Briques de terre cuite : Détermination des éclatements (Eqv. NF P 13 -301)
NA 5073 Plâtres et enduits à base de plâtre pour le bâtiment - Méthodes d'essai
NA 527 Plâtres - Détermination de la finesse de monture de produit en poudre
NA 525 Plâtres - Détermination de la masse volumique du produit en poudre
NA 526 Plâtres - Détermination des caractéristiques mécaniques
NA 1966 Eau de gâchage pour bétons - Spécifications d'échantillonnage, d'essais et
d'évaluation de l'aptitude à l'emploi, y compris les eaux de processus de l'industrie du
béton, telle que l'eau de gâchage pour béton

Normes européennes :
DTU 20.1 Ouvrages en maçonnerie de petits éléments Ŕ parois et murs
DTU 22.1 Murs extérieurs en panneaux préfabriqués de grandes dimensions du type plaque
pleine ou nervurée en béton ordinaire
DTU 25.23 Exécution des ouvrages d'enduits armés en plâtre
DTU 25.1 Enduits intérieurs en plâtre
DTU 25-31 (Juin 85) Ouvrages verticaux de plâtrerie ne nécessitant pas lřapplication dřun
enduit au plâtre (cloisons en carreaux de plâtre à parements lisses)
DTU 26.1 P1-2 Travaux d'enduits de mortiers minéraux
DTU 25-41 Ouvrages en plaques de parements en plâtre (plaques à faces cartonnées) (NF P
72.203.1)
DTU 25-42 (Mai 93) Ouvrages de doublages (NFP 72.204.1)
DTU 35.1 Cloisons amovibles et démontables
DTU 36.5 Mise en œuvre des fenêtres et portes extérieures
NF EN 1008 Eau de gâchage pour bétons - Spécifications d'échantillonnage, d'essais et
d'évaluation de l'aptitude à l'emploi, y compris les eaux des processus de l'industrie
du béton, telle que l'eau de gâchage pour béton
NF B 12-401 Plâtres - techniques des essais
NF B 12-402 Plâtres - temps d'emploi et fin de prise
NF B 12-300 Gypse et plâtres - Plâtres - Généralités - Clauses et conditions générales
NF EN 520 Plaques de plâtre (Définition)
NF EN 12859 Carreaux de plâtre - Définitions, spécifications et méthodes d'essai

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


74 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

NF P 72-321 Eléments en plâtre et produits de mise en oeuvre - Liants-colles et colles de


blocage à base de plâtre-Définition, spécifications, essais.
NF P 74-201 Peinturage (Référence DTU 59.1)
NF P 75-101 Isolants thermiques destinés au bâtiment Ŕ Définition
NF EN 13172 Produits isolants thermiques Ŕ Evaluation de la conformité
NF EN 14195 Éléments d'ossature métalliques pour systèmes en plaques de plâtre - Définitions,
exigences et méthodes d'essai
NF EN 10327 Bandes et tôles en acier doux revêtues en continu par immersion à chaud pour
formage à froid
NF EN 12859 Carreaux de plâtre : Définitions, spécifications et méthodes d'essai (anciennement
NF P 72-301)
NF EN ISO 717-1 Acoustique - Évaluation de l'isolement acoustique des immeubles et des éléments
de construction - Partie 1 : isolement aux bruits aériens
NF EN 26927 Construction immobilière - Produits pour joints - Mastics - Vocabulaire (indice de
classement
NF P 84-303 Chapes souples de bitume armé
NF P 13-301 Céramique - Briques creuses de terre cuite
NF P 13-304 Briques de terre cuite destinées à rester apparentes
NF P 14-102 Agglomérés : Blocs en béton destinés à rester apparents Ŕ Définition Ŕ
spécifications Ŕ Méthodes dřessai Ŕ Conditions de réception
NF EN 771-2 Spécifications pour éléments de maçonnerie - Partie 2 : éléments de maçonnerie
en silico-calcaire
NF EN 771-3 Spécifications pour éléments de maçonnerie - Partie 3 : éléments de maçonnerie
en béton de granulats (granulats courants et légers)
NF EN 771-4 Spécifications pour éléments de maçonnerie - Partie 4 : éléments de maçonnerie
en béton cellulaire autoclavé
NFP 13-301 Briques creuses et terre cuite
NFP 13-304 Briques de terre cuite destinées à rester apparentes
NFP 72-301 Carreaux en plâtre dřorigine naturelle à parements lisses pour cloison de
distribution ou doublage
NFP 72-302 Plaques de parement en plâtre. Définitions spécifications et essais
NFP 75-101 Isolants thermiques destinés au bâtiment. Définition
NFP 75-102 Isolants thermiques destinés au bâtiment. Vocabulaire relatif à lřhumidité
NFB 20-109 Produits isolants à base de fibres minérales, feutres, matelas de panneaux en
laine minérale. - Conditions générales dřemploi et de contrôle des éléments
préfabriqués de hauteur dřétage en plâtre parements lisses pour cloisons de
distribution et de doublages et conditions générales dřemploi et de mise en œuvre
des complexes et sandwichs dřisolation thermique intérieure plaque de plâtre
isolant faisant lřobjet dřun Avis Techniques
NF EN 13167 Produits isolants thermiques pour le bâtiment Ŕ Produits manufacturés en verre
cellulaire (CG) Ŕ Spécification.
NF EN 13172 Produits isolants thermiques Ŕ Evaluation de la conformité

Cahier du CSTB n° 2928 : Certification ACERMI exemples dřusages des propriétés certifiées
Arrêté français du 30 Juin 1999 relatif aux caractéristiques acoustiques des bâtiments dřhabitation, et
du 25 avril 2003

6.1.2 Généralités
Quels que soient les matériaux choisis, les parois verticales devront répondre aux conditions dřusage
du bâtiment, en termes de résistance, de facilité dřentretien mais aussi de flexibilité de manière à
consentir des changements dans lřagencement des espaces et permettre des extensions éventuelles.
Elles devront, par ailleurs être adaptées aux conditions climatiques locales. Elles seront conformes à
la réglementation en vigueur et appropriées à lřexpression architecturale recherchée.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


75 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

En règle générale, les matériaux utilisés devront être solides, résistants, de maintenance aisée et en
harmonie avec le caractère général de lřOuvrage. LřEntrepreneur portera une attention particulière
aux aspects suivants.

6.1.2.1 Exigences de limitation du bruit


Les parois devront impérativement répondre aux exigences de limitation de bruit fixées par la
réglementation en vigueur française et son équivalent algérien (A noter que la loi algérienne du 03-10
du 19 Juillet 2003 relative à la protection de lřenvironnement (notamment les articles 72 à 75 sur les
nuisances sonores), ainsi que le décret exécutif n°93-184 du 27 Juillet 1993 réglementant lřémission
des bruits définissent les seuils dřémission et non pas lřisolement. En lřabsence dřun règlement sur
lřisolement des parois, la réglementation française est prise comme guide.). Celles-ci sont résumées
dans les tableaux ci-après :

Tableau 1 : isolement acoustique des parois dans les locaux dřhébergement (les studios des bases
de vie) (Inspiré de lřarrêté français du 30 Juin 1999 relatif aux caractéristiques acoustiques des
bâtiments dřhabitation, et du 25 avril 2003)
Isolement acoustique standardisé pondéré Local de réception : pièce dřun autre logement
DnT,A (en décibels) Pièce principale Salle de bain
Local dřémission 53 50
Lorsque le local
dřémission et le local
de réception ne sont
Local dřémission : séparés que par une
40 37
circulation commune porte palière ou par
intérieure au bâtiment une porte palière et
une porte de
distribution
Dans les autres cas 53 50
Local dřémission Local dřactivités 58 55
Bruits dřespace extérieurs _ DnT,A,tr 30

Tableau 2 : isolement acoustique des parois dans les autres locaux


Local de
Local dřémission
réception
Local
médical,
Atelier peu
Circulatio
bruyant, Salle
Local n Atelie
cuisine, local Cage polyvalen Salle de
dřenseignem horizontal r
de dřescali te, salle restaurati
ent, e, bruya
rassemblem er de sport, on
Bureaux etc. vestiaire nt
ent fermé, foyer
fermé
salle de
réunions,
sanitaires
Local
dřenseignem
ent, bureaux,
salle de 43 (1) 50 43 30 53 53
réunions,
atelier peu
bruyant etc..
Local
médical, 43 (1) 50 43 40 53 53 55
infirmerie
Salle
40 50 43 30 50 50 50
polyvalente
Salle de 40 50 (2) 43 30 50 55

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


76 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

restauration
(1) Un isolement de 40dB est admis en présence dřune ou plusieurs portes de communication
(2) A lřexception dřune cuisine communiquant avec la salle de restauration

L'isolement acoustique standardisé pondéré au bruit aérien DnT,A entre deux locaux et l'isolement
acoustique standardisé pondéré, DnT,A,tr, contre les bruits de l'espace extérieur sont évalués selon la
norme NF EN ISO 717-1. Le niveau de pression pondéré du bruit de choc standardisé, L'nT,w, est
évalué selon la norme NF EN ISO 717-2.

Les parois des locaux bruyants doivent souscrire aux exigences de protection du voisinage vis-à-vis
des bruits émis (dispositions du décret exécutif n°93-184 du 27 Juillet 1993 réglementant lřémission
des bruits).

Par ailleurs,
- La norme NF P 90207 pourra être utilisée dans lřattente de la publication dřun arrêté relatif à la
limitation de bruit dans les locaux de loisirs et de sports.
- L'isolement acoustique standardisé pondéré contre les bruits de l'espace extérieur, DnT,A,tr,
des locaux d'hébergement et de soins médical vis-à-vis des bruits extérieurs ne doit pas être
inférieur à 30 dB.
- Les articles 3 des arrêtés du 25 avril 2003 stipulent que « la constitution des parois
horizontales, y compris les revêtements de sol, et des parois verticales, doit être telle que le
niveau de pression pondéré du bruit de choc standardisé, L'nT,w, du bruit perçu dans un local
autre qu'une circulation, un local technique, une cuisine, un sanitaire ou une buanderie ne
dépasse pas 60 dB lorsque des chocs sont produits sur le sol des locaux extérieurs à ce local,
à l'exception des locaux techniques, par la machine à chocs normalisée » (inspiré des articles
3 des arrêtés français du 25 avril 2003).
- Si les chocs sont produits dans un atelier bruyant ou une salle de sports, les valeurs de niveau
de pression pondéré du bruit de choc standardisé, L'nT,w, doivent être inférieures à 45 dB
dans les locaux de réception visés au tableau 2.

6.1.2.2 Exigences d’isolation thermique


Lřattention de lřEntrepreneur est attirée sur le souhait du Maitre de lřOuvrage dřobtenir une
performance énergétique élevée pour ce projet notamment en raison des contraintes liées à la
production dřélectricité par lřusine de traitement de gaz, à ce titre :
- Les niveaux de performance thermique demandés pour les parois et indiqués dans le tableau
ci-dessous sont des minima, et ce, même si la vérification réglementaire du DTR C 3-2,
paragraphe 3.1 suggère des valeurs dřisolation des parois plus faibles.
- Les jonctions et calfeutrements devront être totalement réalisés pour une parfaite étanchéité à
lřair.
- Les continuités de pare-vapeur devront être parfaitement mises en œuvre.
2
- Chaque paroi dřun local chauffé ou climatisé, dont la surface est supérieure ou égale à 0,5m ,
donnant sur lřextérieur, sur un volume non chauffé ou non climatisé ou en contact avec le sol,
doit avoir un coefficient de transmission thermique U, exprimé en W/(m2.K), inférieur ou égal à
la valeur maximale donnée dans le tableau suivant.

Tableau 3 : coefficients thermiques maximaux par type de paroi


Elément de la construction Coefficients U [W/m2.k]
Toiture 0.27

Mur 0,36

Dalle en terre plein 0.36

Menuiserie avec parois vitrées (coefficient de 2,6

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


77 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

transmission thermique global de menuiserie y


compris coffre volet roulant lorsqu’applicable)
Porte non vitrée 1.5

Le coefficient de transmission thermique linéique moyen (ψ) du pont thermique ne devra pas excéder
ψ = 0,50 W/m.K.

A la demande du Maitre de lřOuvrage, il pourra être procédé à une analyse des matériaux employés
et plus particulièrement à des essais sur les panneaux isolants et des cloisons sèches, et phoniques.
Ces essais seront effectués par un laboratoire agréé, les frais étant à la charge de l'Entrepreneur.
Par ailleurs, lřinfiltration des bâtiments devra être parfaitement contrôlée. Aussi, le Maitre de lřOuvrage
se réserve třil le droit dřexiger des essais dřinfiltrométrie effectué in-situ, à lřachèvement des travaux
pour vérifier la conformité aux valeurs dřinfiltration théoriques.

Le choix du type dřisolation se fera sur la base des recommandations citées au paragraphe 6.1.8
« isolants ».

6.1.2.3 Cloisonnement intérieur


Les cloisons intérieures devront :
- satisfaire aux exigences de sécurité
- être adaptées à lřusage des locaux et aux exigences éventuelles de modification de lřespace
- ne pas être dégradables aux chocs usuels, ni aux frottements et grattages
- permettre l'isolation phonique requise
- participer à l'inertie thermique des locaux
- présenter une très bonne résistance mécanique afin de supporter des équipements (étagères,
tableaux, panneaux d'affichage, appareillages, lisses ou rails de distribution de courants forts
et faibles)
- éviter les angles vifs (les arêtes et coins des murs seront protégés contre les chocs éventuels,
et les murs pourront êtres protégés par des cimaises)
- absorber d'éventuelles déformations de gros œuvre sans présenter des fissures ou de fêlures
- supporter des plinthes ou des lisses de protection efficaces, le cas échéant (dans la plupart
des cas, les plinthes auront une hauteur suffisante et permettront le passage du câblage
courants forts / courants faibles)
- être insensibles à l'humidité en partie basse, en particulier dans les locaux avec arrivée d'eau

Par ailleurs :
- Les cloisons, contre cloisons et gaines techniques doivent être dimensionnées de manière à
assurer la stabilité et la résistance aux chocs
- Les cloisons ne prendront appui que sur des éléments du gros-œuvre et jamais sur des
éléments légers, à lřexception des tympans au-dessus des huisseries, bâtis, etc... pour
lesquels lřEntrepreneur devra prendre toutes les dispositions pour éviter un fléchissement des
huisseries
- La conception et la réalisation des ouvrages, y compris des traversées diverses, doivent
permettre d'assurer simultanément la satisfaction des fonctions acoustique, thermique, feu et
de stabilité de l'ouvrage. De manière générale, pour remplir son rôle, la cloison doit conserver
des performances et ne présenter aucun désordre apparent sous un choc mou de 20 Nm. Il
ne doit pas y avoir par ailleurs de traversée ou chute dangereuse pour l'occupant avec un
choc de 240 Nm.
- Les matériaux mis en œuvre devront respecter les degrés coupe-feu demandés et devront
être conformes aux exigences des règlements de sécurité contre lřincendie. LřEntrepreneur
devra fournir les PV de classement au feu des matériaux utilisés au Maître dřOuvrage.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


78 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Lorsquřil nřy a pas dřexigence particulière vis-à-vis de la protection incendie ou de lřisolement


acoustique, les murs pourront être finis à approximativement 1m au dessus des faux plafonds.
Dans les pièces où il nřy a pas de faux plafonds, les murs seront de pleine hauteur.
- Les joints seront parfaitement exécutés aux exigences requises pour la protection incendie et
de lřisolement acoustique.
- Les cloisons auront au minimum 10cm dřépaisseur, incluant lřisolation (densité minimum de 32
kg/m3) de manière à répondre aux exigences dřisolement acoustique.
- Lorsque cela est nécessaire, les murs seront protégés par des cimaises.
- La pose des cloisons sera coordonnée avec lřinstallation des prises électriques, éclairage et
prises IT.
- Elle sera coordonné aussi avec le lot « menuiseries intérieures » pour localiser les
équipements spécifiques incorporés dans les huisseries afin dřéviter toutes détériorations
dues aux fixations des cloisons sur ses huisseries.
- Toutes les dispositions doivent être prises pour que la qualité de l'isolation phonique des
cloisons ne soit pas affectée par l'accrochage en partie haute, dans le cas où sont prévus des
faux plafonds d'une part, par les réservations de passage des canalisations de fluides et d'eau
chaude / chauffage, en partie basse entre les locaux, d'autre part.
- Dans les locaux techniques, les emplacements des cloisons devront être choisis de façon à
permettre lřimplantation ou le remplacement des équipements techniques sans entraîner la
destruction même partielle de certaines cloisons. Lřemplacement des cloisons devra
également permettre une bonne circulation autour des équipements techniques afin de
pouvoir effectuer la maintenance.
- Les parois des salles de jeu devront résister aux risques dřimpacts possibles des balles de jeu
et autres objets. Les murs (et revêtements muraux) des salles de musculation seront
sélectionnés pour résister aux chocs.
- Les murs, les enduits et les panneaux du court de squash devront être capables de résister
aux agressions dans les conditions normales de jeu (impacts de balles, coups de raquette,
chocs du joueur). Les murs doivent être suffisamment résistants et notamment le mur
transparent (si applicable) pour s'opposer à une masse humaine de 100 kg lancée à 4,5
mètres/seconde sur une surface de 0,25 m² et à une hauteur du centre de l'impact de 1,47 m
(+ ou - 50 mm). Par ailleurs, les parois devront être lisses et planes pour permettre un rebond
franc et droit de la balle.

Les cloisons seront, dans la plupart des cas, hormis dans les locaux techniques et ceux soumis à des
chocs, de type « cloison sèches » en plaques de plâtre sur ossature métallique, toutefois
lřEntrepreneur pourra suggérer tous produits techniquement équivalent et esthétiquement similaires
notamment en termes de sécurité, de confort acoustique et thermique, de qualité de finition,
dřesthétique et dřharmonie avec lřarchitecture générale (telle que maçonnerie en bloc de plâtre ou de
briques).
Dans les espaces de bureaux, dans le bâtiment administratif ainsi que les espaces de formation et
partout où il sera recommandé, le cloisonnement sera de type « amovible » de manière à pouvoir
répondre aisément aux besoins de flexibilité et dřévolutivité.
Tous les espaces susceptibles dřêtre soumis à des chocs et frottements importants seront réalisés en
maçonnerie de briques.

6.1.3 Prescriptions techniques relatives aux cloisons en plaques de plâtre


sur ossature métallique

6.1.3.1 Matériaux et conception


Les plaques de plâtre et les matériaux seront choisis parmi ceux répondant aux critères donnés dans
la norme NF DTU 25.41 P1-2. Le type de plaques de plâtre sera choisi en fonction des exigences de
résistance au feu, de lřisolation acoustique requise et de lřambiance hygrométrique du local.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


79 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Par ailleurs, elles devront avoir une résistance aux chocs suffisante (lřimpact dřune boîte pleine de
500g, avec une énergie de 2,5 joules, laissera une empreinte ne dépassant pas 20 mm) ainsi quřune
bonne stabilité aux chocs (résistance au choc dřun corps mou de 30 kg avec 120 joules dřénergie
dřimpact).

Sauf prescription contraire, les cloisons constituées de plaques de plâtre vissées sur une ossature
métallique seront composées de la façon suivante :
- Une ossature en acier galvanisé, en rails et montants, répondant à la norme NF EN 14195.
Les profiles doivent être protégés contre la corrosion par galvanisation a chaud,
conformément à la norme NF EN 10327.
- L'étanchéité à l'air entre le rail bas et le sol sera assurée par interposition d'un ruban mousse
à cellules fermées
- Les montants intermédiaires seront doublés dos à dos, disposés tous les 0.60 ou 0.40 suivant
hauteur
- Panneau semi-rigide de laine de roche, dřépaisseur suffisante pour assurer lřisolement
acoustique requis, disposé entre montants alternés
- Deux plaques de plâtre à faces cartonnées BA 13 ou BA 18 constitue chaque parement, elles
sont posées à joints croisés. Elles seront conformes à la norme NF EN 520.

Le type de plaques de plâtre devra être choisi en fonction des exigences de résistance au feu (degré
Coupe Feu), des impératifs acoustiques (affaiblissement acoustique) et de la nature de lřactivité des
locaux. Sauf prescription contraire, Elles auront au moins les caractéristiques suivantes:
- Haute dureté
- Résistance au feu : CF 1 heure
- plaque hydrofuge y compris dispositions réglementaires dans les locaux humides

Les prescriptions correspondantes relatives aux dispositifs de suspension et/ou dřossature pour
ouvrages verticaux ainsi que les systèmes de fixations et/ou le mortier adhésif sont indiquées dans la
norme NF DTU 25.41 P1-2.

6.1.3.2 Mise en œuvre


La mise en œuvre doit être exécutée selon les prescriptions définies dans les normes NF DTU 25.41
P1-1 et P1-2 et par du personnel qualifié.
Les travaux ne doivent être entrepris que dans des locaux dont l'état d'avancement met les ouvrages
en plaques à l'abri des intempéries et notamment du risque d'humidification par apport accidentel
d'eau liquide.
L'étanchéité au sol sera assurée par un joint au mastic acrylique sous la dernière plaque de chaque
parement.
Les joints seront traités suivant la technique et avec des produits préconisés par le fabricant.
Lřisolation acoustique et la résistance au feu suivront les exigences du Maître dřOuvrage.
Il sera réalisé un traitement acoustique de la jonction entre les cloisons et les menuiseries filante.
Les joints devront être parfaitement traités, après collage de la bande de calicot, le lissage du joint se
fera par au moins deux couches successives, pour aspect fini prêt à peindre, avec utilisation dřenduit
spécial feu selon la contrainte CF. Les joints seront exécutés selon les prescriptions du DTU 25.41
P1-1. Au droit des raccordements avec des parois d'autre nature, la jonction devra être assuré soit par
un joint mastic acrylique ou élastomère soit par un couvre joints soit par un profilé d'habillage.
Le traitement des angles sera effectué selon les recommandations du DTU 25.41 P1-1.

Les fourreaux électriques seront incorporés au montage des cloisons par lřélectricien. Lřossature
galvanisée sera à raccorder sur le réseau de terre.

LřEntrepreneur devra prévoir les renforts incorporés constitués de montants, dřune ou deux lisses,
entretoises ou plaques bois ou profilés métalliques ou chevêtres indépendants pour les fixations de :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


80 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Appareils sanitaires suspendus


- Toute serrurerie, telle que barre dřappui pour handicapés, lisses, etc.
- Corps de chauffe de tous types, clapets coupe feu et accessoires du lot chauffage
climatisation, ventilation
- Supports dřappareils de tous types
- Buttoir de porte
- Mains courantes et cimaises de protection murale
- Châssis vitrés, portes de tout type

Pour les portes lourdes, il sera nécessaire de prévoir le renforcement des montants au droit du bâti
dřhuisserie.
La protection de tous les angles saillants sera assurée par des bandes de rives armées suivies de
joints de finition soignés et prêt à peindre ou de profilés dřangle métalliques.
Les plafonds seront posés après cloisons.
La pose des cloisons de distribution se fera avant les revêtements de sol.

Locaux humides :
Les parois intérieures doivent rester insensibles à lřhumidité et aux agents chimiques dřentretien dans
la partie basse des locaux sanitaires, de tous les locaux humides. Dans ce type de local, seules sont
admises les plaques à parement hydrofugé de type H1. Sur le sol brut ou sur sol fini, deux cordons de
joints latéraux ou un joint central en bande de mousse imprégnée doivent être incorporés entre la lisse
et le sol. Un film polyéthylène dépassant d'au moins 3 cm le sol fini après relevé assurera dans le cas
de pose sur sol brut une protection complémentaire.

Sujétions particulières concernant l’acoustique :


A chaque fois que cela est nécessaire pour assurer lřisolement acoustique requis, les cloisons devront
répondre aux exigences suivantes :
- Toutes les ossatures et parement des cloisons de distribution et de doublage iront de dalle à
dalle.
- Toutes les liaisons seront soignées afin de ne pas engendrer de ponts acoustiques.
- Les cloisons devront présenter une interruption au droit de chaque cloison séparatrice, seule
la plaque du côté circulation pourra être filante.
- Les enduits et les bandes de joint devront être prolongés jusquřen haut des cloisons. En
aucun cas ils ne devront sřarrêter entre le faux plafond et le plafond.
- Les plaques de plâtre seront découpées à la côte juste et le bourrage complet des interstices
avec de la laine minérale est impératif afin dřobtenir une bonne qualité d'isolation phonique.
- Lřétanchéité à l'air périphérique sera assurée par traitement du joint sur la dernière plaque
selon les prescriptions du fabricant. Lřétanchéité à l'air au niveau du sol sera réalisée par mise
en place d'un joint mastic entre béton et plaques.

Joints de fractionnement :
Dans le cas de réalisation de cloison de grande dimension, l'ouvrage doit être interrompu par un joint
de fractionnement. La surface maximale entre ces joints est limitée à 300 m², la plus grande
dimension ne devant pas excéder 25 m.
Par ailleurs, un joint de fractionnement doit être systématiquement ménagé au droit des joints du gros
œuvre. Un couvre-joint à libre mouvement, fixé sur un côté après traitement coupe-feu suivant les cas
sera réalisé. Au droit des joints de dilatation, il sera mis en place 2 profils métalliques dřabout de
cloison dřépaisseur appropriée, tournés dos à dos en maintenant un vide de 20 mm pour le joint de
dilatation.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


81 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.1.3.3 Caractéristiques des ouvrages finis


Ils doivent répondre aux prescriptions de la norme DTU 25.41 P1-1. L'état de surface du parement
doit être tel qu'il permette l'application des revêtements de finition sans autres travaux préparatoires
que ceux normalement admis pour le type de finition considéré.
La planéité générale contrôlée à lřaide dřune règle de 2 m appliquée à la sous-face de l'ouvrage ne
doit pas faire apparaître entre le point le plus saillant et le point le plus en retrait un écart supérieur à 5
mm.
La planéité locale contrôlée à lřaide dřune règle de 0,20 m appliquée à la sous-face de l'ouvrage ne
doit pas faire apparaître entre le point le plus saillant et le point le plus en retrait ni écart supérieur à 1
mm, ni manque ni changement de plan brutal entre plaques.
Le faux aplomb mesuré sur une hauteur d'étage courante (de l'ordre de 2,50 m) ne doit pas excéder 5
mm.

6.1.4 Prescriptions techniques relatives aux cloisons en carreaux de plâtre


(si applicable)

6.1.4.1 Généralités
Les cloisons en carreaux de plâtre pourront être réalisées à chaque fois que leur usage est
recommandé, notamment pour la réalisation des soffites et des gaines.
Les carreaux utilisés pour les cloisons en carreaux de plâtre doivent répondre aux spécifications de la
norme NF EN 12859 et, pour les carreaux hydrofugés avoir fait l'objet d'un Avis Technique.
Le liant colle de liaison des carreaux entre eux doit être conforme aux spécifications de la norme NF P
72-321.Les couvre-joints peuvent être constitués soit par une bande de papier collée sur le joint soit
par un « couvre-joint souple » (enduit qui présente, après un séchage, une élasticité lui permettant
d'accepter des déformations de faible amplitude sans affecter l'aspect de la cloison). Les éléments
métalliques de liaison ou de renfort, pattes à scellement, feuillards, etc., au contact de la cloison
doivent être protégés contre la corrosion par galvanisation ou une protection équivalente.

Pour la réalisation des soffites, des gaines et autres ouvrages en plâtrerie, les cloisons en carreaux et
plâtre auront les caractéristiques suivantes :
- Epaisseur de 5 à 7 cm
- Pose au liant colle spéciale suivant prescriptions du fabricant
- Interposition de U plastique en pied dans les pièces humides
- Cornières de renfort pour protection des angles
- Réaction au feu : A1 (M0)
- Résistance au feu : EI 120 (CF 2h)
- Protection des angles saillants par renforts, compris jonction par élément souple en tête de
cloison
- Finition de parements lisses prêts à peindre
- Carreaux hydrofugés pour les locaux humides, dont l'aptitude à cet usage a été sanctionnée
par un Avis Technique

La mise en œuvre devra être strictement conforme à l'Avis Technique du produit.

Dřautres ouvrages en plâtrerie pourront être prévus. Dans ce cas, il y a lieu de rappeler :
- Dans le cas de cloison de doublage sans isolant intermédiaire, il convient de ne pas lier la
cloison au mur à doubler et éviter qu'au moment de la pose un contact entre la cloison et le
mur ne se trouve réalisé accidentellement.
- Lorsque le gros œuvre n'a pas été réalisé de manière à assurer le rejet vers l'extérieur des
eaux d'infiltration ou de condensation éventuelles dans le mur, et dans tous les cas, en
cuisines et salles d'eau, le raccord avec le sol doit être exécuté avec des carreaux
hydrofuges.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


82 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Dans les cuisines et salles d'eau on doit réaliser de préférence toute la cloison à l'aide de
carreaux hydrofugés, dont l'aptitude à cet usage a été sanctionnée par un Avis Technique; ou
au minima le premier rang.
- Les dispositifs de protection des angles doivent être prévus.

6.1.4.2 Caractéristiques des ouvrages finis


L'état de surface de la cloison après achèvement du montage doit être tel qu'il permette l'application
des revêtements de finition sans autres travaux préparatoires que ceux normalement admis pour le
type de finition considéré, et notamment défini le DTR E-6.6 ou par la norme NF P 74-201 (Référence
DTU 59.1).
La planitude locale, contrôlée, par une règle de 0,20 m appliquée sur le parement de la cloison au
droit des joints ne doit pas faire apparaître, entre le point le plus saillant et le point le plus en retrait, ni
écart supérieur à 0,5 mm, ni manque, ni changement de plan brutal entre carreaux.
La planitude générale, contrôlée par une règle de 2 m appliquée sur le parement de la cloison et
promenée en tous sens ne doit pas faire apparaître, entre le point le plus saillant et le point le plus en
retrait, un écart supérieur à 5 mm.

6.1.5 Prescriptions techniques relatives aux cloisons amovibles et


démontables
On entend par cloisons amovibles les cloisons constituées d'éléments interchangeables.
Lřinterchangeabilité se fait sans démontage des éléments adjacents et permet facilement le réemploi
des éléments.
Les cloisons des bureaux, ainsi que des espaces de formation et partout ailleurs où cela est
recommandé, seront de type « amovible ».
Les cloisons seront choisies et exécutés selon les prescriptions du DTU 35.1.
Elles devront satisfaire, par ailleurs, toutes les préconisations du CERFF ou équivalent, relatives à
lřamovibilité, la résistance aux chocs, la rigidité, stabilité et durabilité ainsi que lřisolation acoustique.
Les certificats et Avis techniques seront remis au Maître dřOuvrage.
Elles seront, par ailleurs, d'un entretien aisé, offriront notamment la possibilité de nettoyage par voie
humide et supporteront des désinfectants.

Les cloisons doivent assurer lřintégrité de lřisolation acoustique requise par la réglementation en
vigueur et par la certification CERFF (ou équivalent). Les cloisons permettront une isolation phonique
dřau moins 39dB (A) en version plein toute hauteur.
La caractérisation de résistance au feu des cloisons devra se faire selon les textes réglementaires en
vigueur.
Les éléments de réception (plafonds, ossature des plafonds suspendus, planchers, doublages, murs,
etc.) doivent pouvoir supporter des efforts compatibles avec ceux requis sur la cloison, par ailleurs,
leurs tolérances doivent être compatibles.
Les cloisons amovibles doivent pouvoir absorber toutefois des inégalités de surface, ne dépassant
pas 5 mm sur règle de 2 m.
La fixation des cloisons sur ses supports s'effectue par des moyens mécaniques tels que vis, clips,
clameaux, cames, goujons, vérins, etc. Les documents particuliers du marché doivent préciser les
modes de fixation à utiliser.

Les cloisons doivent satisfaire aux exigences de stabilité mécanique et dimensionnelle définies par le
DTU 35.1 comme suit :

6.1.5.1 Stabilité mécanique


Stabilité au choc mou :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


83 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Sous le choc dřun corps mou dřune énergie de 250 J, appliqué à lřaide dřun sac de 50 daN, tombant
en mouvement pendulaire, sans vitesse initiale, dřune hauteur de 0,50 m, la cloison ne doit pas
accuser de déformation permanente ni dřaltération de structure.

Résistance à la poussée horizontale :


Sous lřaction dřune poussée horizontale de 50 daN appliquée à 1,50 m du sol sur le joint entre deux
panneaux, la cloison ne doit pas accuser de déformation permanente ni dřaltération de structure.

6.1.5.2 Stabilité dimensionnelle


Les éléments constitutifs de la cloison doivent conserver dans le temps leurs dimensions et ce, en
tenant compte des conditions hygrométriques normales auxquelles ces éléments peuvent être soumis
in situ. Il appartient à lřEntrepreneur dřobtenir des constructeurs de cloisons toutes les garanties
nécessaires relatives à cette stabilité dimensionnelle quant à leur tenue dans le temps.
Sauf prescription contraire, les cloisons seront à ossature aluminium tubulaire laquée ou anodisée
brossée à joint creux de préférence ou en parclose. Lřassemblage se fera par système de ressorts
excentriques.

Les parcloses seront en aluminium ou alternativement en PVC.


Le remplissage sera en panneaux de plâtre ou en panneaux de particules bois (densité 650 kg/m3)
avec une isolation interne en laine de roche haute densité. Le revêtement sera en mélaminé, ou
stratifié ou tissu enduit PVC.
Leur pose et leur dépose devront être possibles dans un minimum de temps et sans apporter ni
modifications ni retouches aux éléments adjacents, tout en préservant la stabilité mécanique conforme
au certificat CERFF.
La fixation sera réalisée par chevilles au sol et au mur avec interposition dřune semelle dřétanchéité.
Les lisses de répartition permettront de rattraper les hors niveaux et faux aplombs (+/- 12,5 mm). Les
éléments de réglage devront permettre sans difficulté la réadaptation dřune ligne de cloisonnement.
Les portes seront inscrites dans des modules de conception et de largeur identiques aux autres
modules afin de faciliter lřinterchangeabilité. Elles seront en aluminium avec joint isophonique à la
périphérie, ossature aluminium, de teinte identique (ou différente selon les orientations de lřarchitecte
dřintérieur) avec remplissage identique à la cloison ou avec vitrage.
Sur les portes aluminium, les ferrages permettront une ouverture droite ou gauche. Leur retournement
ainsi que le changement de remplissage devra se faire facilement sans outillage spécial.

Le vitrage sera simple ou double, selon les exigences acoustiques requises. Aux endroits où cela
sřavère nécessaire (pour des raisons dřintimité professionnelle, isolement nécessaire dans les salles
de classes etc..), le double vitrage sera muni de stores en lames aluminium horizontales de 25 mm,
manœuvrables par bouton.
La filerie devra pouvoir circuler dans lřâme de la cloison horizontalement et verticalement. La
constitution des cloisons devra permettre l'incorporation de boîtiers de prise de connexion à encastrer.
Toute la structure, même en partie cachée, devra faire lřobjet dřun traitement anticorrosion. La finition
offerte devra garantir, outre une excellente tenue dans le temps, des conditions dřentretien facile.
Le réapprovisionnement pourra se faire à lřidentique.

6.1.6 Prescriptions techniques relatives aux maçonneries

6.1.6.1 Matériaux
Matériaux principaux :
Les matériaux doivent être conformes aux normes les concernant (liste non exhaustive):
- blocs pleins ou creux en béton de granulats courants NF EN 771-3
- blocs pleins ou creux en béton de granulats légers NF EN 771-3
- blocs en béton cellulaire autoclavé NF EN 771-4
- briques creuses NF P 13-301 ou NA 447, NA 5588, NA 1957, NA 248

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


84 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- briques pleines ou perforées et blocs perforés à enduire NF P 13-305 ou NA 5587, NA


2642, NA 5586, NA 2373
- briques pleines ou perforées destinées à rester apparentes NF P 13-304 ou NA2373 NA
5586, NA 5587
- blocs en béton destinés à rester apparents NF EN 771-3 et NF P 14-102

Les éléments utilisés dans la même partie d'un ouvrage doivent être homogènes ; en particulier ils
doivent être de structure et catégorie de résistance identique. En règle générale, les éléments
présentant des cassures ou épaufrures importantes ne doivent pas être mis en œuvre tels quels. Il est
toutefois admis d'utiliser, après découpe, les parties exemptes de défauts.
Lors du stockage sur le chantier, les produits doivent être protégés des souillures et, notamment, ils
ne doivent pas être mis en contact avec les sols humides et polluants (herbe, humus, scories, détritus,
etc.). Ils doivent être protégés des chocs consécutifs à l'activité du chantier.

Mortiers et colles :
Les mortiers utilisés sont des mortiers de ciment, des mortiers de chaux ou des mortiers (ciment et
chaux) préparés sur le chantier ou pré mélangés en usine.
Les choix et dosages en fonction du matériau principal associé sont ceux indiqués dans le DTU 20.1.
Les mortiers de joints à base de granulats légers ainsi que les mortiers-colles destinés aux joints
minces doivent être pré mélangés en usine et avoir fait l'objet d'un Avis Technique, assorti d'un
certificat propre à chaque usine, sanctionnant leur aptitude à cet emploi.

Barrière remontés capillaires :


Les matériaux pour barrière contre les remontées capillaires sont un feutre bitumé typé 36S PY VV
conforme à la norme NF P 84-320 ou chape (type 40 TV), conforme à la norme NF P 84-303 ou un
film de polyéthylène basse densité d'épaisseur minimale 200 μm ou de résistance équivalente
(poinçonnement, déchirement).

Armatures de l'enduit :
Le grillage métallique devra répondre aux spécifications définies dans le DTU 26.1 P1-2.
La toile de verre devra être traitée de façon durable contre les alcalis et avoir des mailles de
dimensions compatibles avec l'application du mortier de l'enduit.

Mastic de calfeutrement :
Les produits utilisés seront choisis parmi les mastics plastiques ou élastomères conformes à la norme
NF EN 26927 (eqv. NF P 85-102).

6.1.6.2 Règles générales d'exécution


Protection contre les remontées d'humidité du sol :
Lorsque les murs de soubassement sont en maçonnerie de petits éléments, les maçonneries en
élévation doivent être protégées des remontées d'eau du sol à lřaide dřun chaînage en béton armé
disposé au niveau du plancher bas du rez-de-chaussée au minimum à 5 cm au-dessus du sol
extérieur fini. En l'absence des dispositions précédentes, on doit prévoir une coupure de capillarité
(exécutée soit à l'aide d'une bande de feutre bitumé ou chape bitume armé ou d'une feuille de
polyéthylène soit à l'aide d'une chape de mortier de ciment de 2 cm d'épaisseur richement dosé
disposée à 0,15 m au moins au-dessus du niveau le plus haut du sol définitif extérieur).

Protection en cours de travaux par temps sec et chaud et par temps froid :
Par temps sec et chaud, le mortier doit être protégé de la dessiccation au moyens de procédés
adaptés au chantier et à la sécheresse, tels que : arrosages légers et fréquents, paillassons ou
bâches maintenus humides, etc. Par temps froid (température inférieure à 5 °C), des précautions
doivent être prises pour se prémunir contre le gel.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


85 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Maçonneries extérieures destinées à rester apparentes :


Les joints horizontaux et verticaux doivent être exécutés de façon à ce qu'il n'existe pas de
discontinuité entre le mortier des joints horizontaux et verticaux. Quels que soient le type du mur et la
nature de la maçonnerie, le profil des joints des maçonneries extérieures apparentes ne doit pas
s'opposer à l'écoulement des eaux de ruissellement.
La section des armatures des chaînages horizontaux en béton armé, obligatoires au niveau de
chaque plancher, doit respecter les dispositions des règles de calcul du DTR C-2.45 ou du DTU 20.1.
Il est rappelé que la section de béton de ces chainages doit être aussi faible que possible, afin de
limiter les effets de leurs variations dimensionnelles. Les chainages verticaux doivent être réalisés en
utilisant de préférence des blocs spéciaux, dits blocs d'angle. Leur section doit permettre la mise en
place correcte de béton.

Chainages et linteaux :
Lřhabillage extérieur des chaînages et linteaux en béton armé doit être réalisé avec un matériau de
maçonnerie de même nature que la maçonnerie courante. Les linteaux sont exécutés en béton armé
coulé sur place ou préfabriqué. La longueur d'appui sur la maçonnerie est déterminée en appliquant
les règles de calcul DTR C-2.45 ou DTU 20.1.
Les appuis de baie en béton, en mortier ou en éléments préfabriqués (béton, pierre), les trumeaux
porteurs et retours d'angles, les tableaux de baie seront exécutés selon prescriptions du DTR C-2.45,
du DTR E- 2.4 ou du DTU 20.1.

Joints de coupure verticaux :


Les joints de coupure verticaux, tels que les joint de dilatation prévus sur les plans, doivent être
respectés. Les dispositions doivent être prises afin d'éviter au cours du montage tout contact
accidentel rigide entre les faces de maçonneries de part et d'autre du joint (mortier de montage,
gravois,...). Le matériau souple, le cas échéant, utilisé comme écran, ne doit pas être susceptible de
combustion lente ni être hydrophile. Un couvre-joint est disposé côté extérieur.

Murs doubles :
La liaison entre paroi externe et paroi interne est assurée soit par des attaches en acier galvanisé, soit
à lřaide de treillis en acier protégé contre la corrosion présentant des garanties équivalentes.
Le nombre d'attaches, si nécessaire, disposées entre les deux parois du mur double, doit satisfaire les
prescriptions du DTR C-2.45 ou du DTU 20.1:
Dans le cas où il n'est pas prévu d'isolation thermique entre les deux parois, une lame d'air de 3 cm
est ménagée.
Dans le cas où une isolation thermique par panneaux isolants est prévue, les panneaux isolants
utilisés doivent être des panneaux rigides ou semi-rigides d'un isolant non hydrophile. Ces panneaux
doivent être posés de façon à ménager, entre leur face externe et la face interne de la paroi
extérieure, une lame d'air d'au moins 2 cm, à l'aide de cales ou plots imputrescibles.

Murs composites :
Il convient d'éviter d'associer, dans l'épaisseur d'une même paroi, des matériaux de maçonnerie ayant
des comportements mécaniques et thermo hygrométriques très différents.

Maçonneries de remplissage :
Dans le cas de constructions à structures verticales fortement sollicitées (au-delà de R+1), des
précautions doivent être prises pour éviter que la maçonnerie de remplissage ne soit notablement
mise en charge par l'ossature en évitant dřutiliser la partie supérieure des murs de remplissage
montés comme coffrage des poutres porteuses et en assurant un certain décalage avec la structure
lors du montage.

Maçonneries enterrées :
Les murs doivent obligatoirement être enduits sur les faces en contact avec le sol sauf prescription
contraire. L'enduit de dressage est exécuté conformément au DTU 26.1, article 8.2.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


86 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les dispositifs de drainage et de protection répondant aux prescriptions des règles de calcul en
fonction de la catégorie de maçonnerie considérée, doivent être mis en place. Les membranes à base
de produits hydrocarburés doivent être protégées des actions mécaniques dues au remblaiement de
fouilles.

Maçonneries de blocs en béton cellulaire autoclavé :


Les blocs utilisés doivent être conformes à la norme NF EN 771-4. Les éléments en béton cellulaire
autoclavé sont montés à joints de mortier-colle ayant fait lřobjet dřun Avis Technique.
Le clouage sur ce type de bloc doit être effectué à l'aide de clous spéciaux adaptés au matériau, à
l'exclusion des clous ordinaires, de même, les chevilles doivent être adaptées. Les fixations par
pistoscellement ne doivent pas être employées. Les parois et murs de béton cellulaire ne doivent pas
être solidarisés de façon rigide avec des parois et murs en maçonnerie de natures différentes.

Fixation :
La fixation par pistoscellement est interdite dans les matériaux creux. Le choix du dispositif de fixation
est à déterminer en fonction des efforts à supporter et du nombre de points de fixation.

Saignées, scellements et découpes :


Les saignées, scellements ou encastrements pour passage de canalisations (chauffage, plomberie,
électricité) doivent être exécutés en respectant les prescriptions des DTR ou DTU relatifs aux travaux
correspondants.

Pose des menuiseries :


La pose des menuiseries doit être effectuée selon les indications du DTU 36.5 (qui remplace DTU
36.1 et DTU 37.1) ou alternativement, DTR E-5.1 et DTR E-5.2.

6.1.6.3 Tolérances
Les tolérances sont celles définies dans le DTU 20.1, dont on rappelle les grands principes:
- Les écarts sur les distances entre une partie d'ouvrage et une autre partie voisine (telle la
distance entre deux murs) ne doivent pas être supérieurs à 2 cm en plus ou en moins.
- Les écarts sur les cotes de dimensionnement d'un ouvrage (telle que l'épaisseur d'un mur)
doivent être inférieurs à 1 cm en plus ou en moins.
- Les écarts sur la verticalité d'un parement (verticalité d'une face de mur) doivent être
inférieurs à 1,5 cm sur une hauteur d'étage (maçonnerie à enduire et maçonnerie destinée à
rester apparente).
- Planéité d'ensemble rapportée au cordeau de 10,00 m : 2 cm.
- Alignement des lignes de joints horizontaux (sur 10,00 m) : 1 cm.

6.1.7 Prescriptions relatives aux travaux d’enduits intérieurs en plâtre

6.1.7.1 Qualité des matériaux


Le plâtre utilisé doit répondre aux conditions générales de la norme NF B 12-300. Il ne sera ni chaud,
ni éventé, il sera stocké à l'abri des intempéries et de l'humidité.
Les méthodes d'essai des plâtres sont définies par les normes NA 525 à 527, NF B 12-401 et NF B
12-402.
Les caractéristiques de l'eau de gâchage doivent répondre aux spécifications de la norme NA 1966 ou
NF EN 1008.
Les prescriptions concernant les matériaux des lattis, grillages et treillis ainsi que la fixation et la mise
en œuvre de ces derniers sont définies dans le DTU 25.23 « Exécution des ouvrages d'enduits armés
en plâtre ».
Les angles métalliques seront en matière plastique ou en métal traité contre la corrosion
conformément aux prescriptions du DTR E 6.2.1 ou DTU 25.1 à lřexclusion de protection par peinture.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


87 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.1.7.2 Mode d’exécution


Lřexécution sera faite en conformité avec la norme DTR E 6.2.1 ou NF P 71-201-1 (DTU 25.1).

Préparation des supports :


Avant tout commencement de travaux, lřEntrepreneur devra vérifier lřétat des supports devant recevoir
un enduit en plâtre afin de sřassurer quřils présentent toutes les conditions requises pour permettre
une bonne adhérence des enduits.
Dans le cas où certains supports ne seraient pas aptes à recevoir les travaux prévus notamment en
ce qui concerne lřétat de surface, la rugosité, la planitude, les aplombs et équerrages, la position des
bâtis et huisseries, la saillie des canalisations électriques, etc., lřEntrepreneur exécutera à ses frais les
travaux préparatoires nécessaires pour remédier à cet état de choses.
Sur tous les supports en béton tant horizontaux que verticaux, lřEntrepreneur aura à prendre toutes
dispositions pour garantir une parfaite adhérence de lřenduit plâtre sur le béton.
Ces dispositions pourront être :
- soit celles définies en 3.4.2 du DT 25.1,
- soit lřapplication dřun produit dřadhérence spécifique sur le support, mis en œuvre
conformément aux prescriptions du fabricant, après brossage énergique du béton.
Les supports seront secs, propres, exempts de suie, bistre, efflorescences, poussière, huile de
démoulage et débarrassés de toute partie adhérant mal.
Les supports seront plans, rugueux, de façon à obtenir un bon accrochage; ils présenteront une fixité
et une indéformabilité suffisantes, notamment lorsqu'il s'agira de plafond.
Les parements de béton lisses seront piqués ou bouchardés pour favoriser l'adhérence et les joints ou
balèvres trop saillants seront arasés.
Les dégrossis et surcharges locales seront exécutés au mortier bâtard dosé à 350kg de mélange 2/1
par m3 de sable sec.
Le dégrossi peut être éventuellement armé au moyen de grillage céramique, métal déployé ou grillage
métallique.
S'il est exécuté au plâtre ou au mortier de plâtre, le métal déployé et le grillage céramique doivent
recevoir après pose, une barbotine de ciment. Les grillages nécessaires seront mis en œuvre dans les
conditions précisées dans le DTU 25.1 ou DTR E 6.2.1.
Les parties métalliques en contact avec le plâtre seront protégées contre la corrosion, soit par un
traitement de métal, soit par une peinture compatible avec le plâtre, la mise en œuvre de ce dernier
ne pouvant sřeffectuer avant que la peinture ne soit parfaitement sèche, après un délai minimum de
15 jours.
La protection par barbotine de ciment est interdite.

Exécution des enduits en plâtre :


L'exécution des enduits ne pourra s'effectuer lorsqu'il y aura menace de gelée. L'emploi de produits
retardateurs de prise est prohibé et tous les plâtres ne présentant pas, après un séchage normal, la
dureté voulue seront piochés et refaits aux frais de l'Entrepreneur.
La surface des cloisons plâtrées sera régulière, plane, sans trace de reprise. L'enduit ne devra
présenter aucune pulvérulence superficielle, craquelure, fissure, etc. Les cloisons plâtrées devront
être livrées prêtes à être revêtues. L'enduit affleurera le nu des huisseries et bâtis incorporés dans la
cloison au moins d'un des côtés. Les arêtes saillantes et les cueillies devront être rectilignes et
dûment protégées.
Sauf prescription contraire du fabricant, les enduits plâtre seront réalisés en deux couches : une
première couche en plâtre gros gâché avec 6 à 7 litres d'eau pour 10 kg de plâtre sur 10 mm
d'épaisseur, une couche de finition au plâtre fin gâché avec 7 à 7,5 litres d'eau pour 10 kg de plâtre.
Il est rappelé que le plâtre est proscrit en raccord de parois de pièces humides sous carrelage. De
même, la pratique de rebattre des plâtres ayant fait prise avec ou sans apport de plâtre frais est
interdite.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


88 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.1.7.3 Aspect des surfaces finies


L'enduit après équerrage et dépoussiérage, ne présentera aucune pulvérulence artificielle, gerçure,
craquelure, etc. Sa surface sera régulière et plane, sans traces de reprise.
La planéité générale sera telle qu'une règle de 2 m promenée en tout sens ne puisse faire apparaître
un écart supérieur à 10 mm. Lřépaisseur sera comprise entre 8 et 12mm. L'épaisseur moyenne de
recouvrement des grillages pour les enduits qui en comportent doit être au moins égale à 6 mm.
Le Maitre dřOuvrage exigera les tests de planéité et de respect des épaisseurs conformément au
chapitre « Modalités des vérifications d'épaisseur » du DTU 25.1. En cas de non-conformité,
lřEntrepreneur exécutera à ses frais les travaux correctifs.
La finition devra permettre l'application de la peinture conformément aux tableaux du DTU 59.1 ou
exigence du DTR E 6.6.

6.1.8 Isolants

6.1.8.1 Généralités
Les isolants mis en œuvre répondront à la norme NF P 75-101 et NF EN 13172 Isolants thermiques
destinés aux bâtiments. Ils devront faire lřobjet dřun certificat de qualification ACERMI , Keymark, CE
ou équivalent garantissant la conformité à la norme NF P 75-101 qui certifie la Résistance thermique,
ainsi que lřaptitude dřun isolant à un usage donné (propriétés mécaniques, comportement aux
mouvements différentiels, comportement à lřeau, perméance à la vapeur dřeau etc..).
Ils ne doivent présenter aucun risque pour la santé.
Les matériaux isolant en toiture et leur mise en œuvre devront par ailleurs répondre aux exigences
fixées par la réglementation algérienne en matière de système dřétanchéité.
Lřépaisseur devra être suffisante pour l'obtenir un coefficient thermique ou acoustique conforme à
l'étude thermique ou acoustique.
Les emballages ne seront ouverts que lors de la mise en œuvre. Le stockage des panneaux doit les
mettre à lřabri de toute dégradation.
Les panneaux d'isolants thermiques seront soigneusement triés avant la pose. Toutes les plaques
endommagées, épaufrées, cassées, fendues ou chargées d'humidité seront à éliminer.
La pose de lřisolant doit se faire sur une surface propre.

6.1.8.2 Isolation thermique des toitures


Dans la plupart des cas et sauf prescription contraire, les toitures seront de type « toiture chaude » en
terrasse (accessible ou non).
Eu égard aux performances énergétiques élevées que le Maitre de lřOuvrage veut atteindre et aux
caractéristiques climatiques de la région dřAdrar (hautes températures en été, basses en hiver, fort
rayonnement solaire, hauteur du soleil élevée etc.) LřEntrepreneur portera une attention très
particulière à lřisolation de la toiture.
Celle-ci pourra être assurée par des panneaux isolants en mousse polyuréthane sans CFC ou en
laine de roche, dřune épaisseur déterminée par les études thermiques (mais qui ne saurait être
inférieure à 80mm) collés avec la dernière couche du pare-vapeur sous étanchéité.
Le complexe, isolant/étanchéité devra être conforme à la réglementation algérienne en vigueur
relative à lřétanchéité en zone saharienne et bénéficier dřun avis technique qui sera soumis à
lřapprobation du bureau de contrôle CTC.
Sur les terrasses accessibles, lřisolant devra être incompressible.
Les panneaux isolant seront protégés de lřhumidité pendant tous les travaux. Il ne sera admis aucune
trace dřhumidité sous le complexe dřétanchéité.
Les panneaux présentant des épaufrures seront refusés par le Maitre de lřOuvrage.

En sus de lřisolant, des écrans solaires seront avantageusement utilisés pour réduire lřintensité du
rayonnement incident sur les parois.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


89 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.1.8.3 Isolation thermique sous dallage béton sur terre plein


Le sol étant une source de déperdition significative, les dallages sur terre plein seront isolés sauf
prescription contraire.
Elle sera réalisée à lřaide dřisolant incompressible, type panneaux rigides en polystyrène extrudé à
bords droits de haute résistance mécanique. Le certificat de qualification délivré par lřACERMI (ou
équivalent) ou encore lřAvis Technique garantira leur aptitude à lřemploi.

6.1.8.4 Isolation thermique verticale


Lřisolation thermique optimale des parois que lřEntrepreneur devra déterminer à lřissue dřune étude
thermique (et dont les performances ne sauraient être inférieures aux valeurs du tableau fourni dans
le chapitre sur les « Exigences dřisolation thermique ») nécessitera inévitablement lřisolation des
parois verticales.
Eu égard aux spécificités climatiques locales et aux recommandations idoines qui préconisent
généralement une forte inertie thermique interne des bâtiments, lřisolation par lřextérieur devra être
une option que lřEntrepreneur devra considérer avec beaucoup dřintérêt. Cette technique présente de
surcroit lřavantage dřéliminer efficacement les ponts thermiques.
Toutefois, ce système dřisolation ne devra en rien affecter les caractéristiques mécaniques et physico
chimique requises des parois extérieures et devra être parfaitement adapté au caractère
architecturale des constructions et participer à son intégration dans le cadre local (caractérisé,
rappelons le par une architecture néo soudanaise). En outre, le procédé devra avoir fait ses preuves
dans des régions aux conditions climatiques similaires. En tout état de cause il devra être soumis à
lřapprobation du Maitre de lřOuvrage.

Il pourra être éventuellement envisagé la réalisation dřun système d'isolation thermique par l'extérieur
de type "Enduit mince" sur isolant fixé mécaniquement au support par profilés. Le système est
constitué d'un enduit mince obtenu à partir d'une pâte prête à l'emploi, armé d'un treillis en fibres de
verre traitée contre l'action des alcalis et appliqué directement sur les plaques de polystyrène expansé
fixées mécaniquement sur les murs de façades. La finition est assurée par un Revêtement Plastique
Epais (RPE). Ce procédé devra toutefois répondre à toutes les exigences citées plus haut.
L'Entrepreneur devra prévoir l'ensemble des ouvrages et dispositifs permettant une stabilité parfaite
des ensembles.
Il devra, lors du dimensionnement des ouvrages, prendre en compte la dilatation des ouvrages et
définir avec précision le mode de fixation de chaque élément. Les notes de calculs, schémas de
principe et études techniques seront remis au Maitre de lřOuvrage pour approbation, et ce avant le
début des travaux.

LřEntrepreneur pourra aussi choisir, à lřissue des études thermiques, dřadopter le doublage des parois
par lřintérieur. En tout état de cause Le traitement des ponts thermiques et des jointures
(particulièrement sur les façades exposées au vent) devra être particulièrement soigné.
Sauf avis contraire, lřisolation thermique sera, dans ce cas, réalisée en panneaux semi-rigides de
laine minérale ou en polystyrène extrudé avec éventuellement un pare-vapeur. Lřépaisseur sera
déterminée par lřétude thermique en phase projet, selon les contraintes thermiques.
La fixation pourra être réalisée par collage à lřaide de plots de mortier adhésif sur les parois. Le
mortier adhésif sera choisi parmi ceux reconnus aptes à cet emploi et devra avoir un agrément.
Les dispositifs d'écartement des doublages ou panneaux isolants doivent être imputrescibles et non
corrodables.
Lorsque nécessaire, les barrières de vapeur seront insérées. Sauf avis contraire, elles sont
constituées par des feuilles de polyéthylène basse densité d'épaisseur minimale 100 μm ou film
souple de résistance et perméabilité équivalentes.
Lřhabillage sera réalisé en plaques de plâtre type BA 13. Elles seront de haute dureté au niveau des
circulations, des stockages et partout où des risques de chocs sont possibles. Dans les locaux
humides, le parement sera en plaques de plâtre hydrofugées avec des semelles PVC en pieds de
cloison. Les semelles, arêtes, joints et cueillies seront traités suivant les prescriptions du fabricant.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


90 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Le traitement des joints et raccordement se fera par bandes armées enduites et poncées, le
traitement des angles par cornières galvanisées, renforcées et enduites. La mise en œuvre sera
conforme au DTU 25.41, aux avis techniques des matériaux et aux recommandations du fabricant.

Le doublage pourra aussi être préconisé pour le traitement acoustique mural, notamment dans les
salles de réunions, de formation et partout où cela sřavère nécessaire. Il pourra être réalisé à lřaide de
panneaux fixés sur une ossature en acier galvanisé et revêtu de plaques de plâtres perforées
acoustiques. La mise en œuvre sera conforme aux recommandations du fabricant.

6.2 Menuiseries

6.2.1 Normes et standards


Pour la réalisation des menuiseries, les textes suivants seront particulièrement respectés :

Normes Algériennes :
DTR E- 5.2 Travaux de menuiserie métallique
NA 5201 Construction immobilière - Produits pour joints -Mastics Ŕ Vocabulaire

Normes Françaises :
DTU 36.5 Mise en œuvre des fenêtres et portes extérieures
DTU 59.1 Travaux de peinture des bâtiments
DTU 39.4 Travaux de miroiterie et de vitrerie en verre épais
DTU 36.1 Menuiserie en bois
DTU 37.1 Travaux de bâtiment - Menuiseries métalliques (NF P24-203-1)
NF P 01-012 Dimensions des garde-corps - Règles de sécurité relatives aux dimensions des
garde-corps et rampes d'escalier
NF EN 1026 Fenêtres et portes Ŕ Perméabilité à lřair Ŕ Méthode dřessai
NF EN 12207 Fenêtres et portes - Perméabilité à l'air - Classification
EN 12208 Fenêtres et portes -Perméabilité à lřeau Ŕ Classification
EN 12210 Fenêtres et portes - Résistance au vent - Classification
NF EN 13829 Détermination de la perméabilité à lřair des bâtiments
NF A 50-411 Aluminium, alliages d'aluminium produits filés et filés étirés d'usage courant
NFA 50 - 452 Aluminium et alliage dřaluminium produits prélaqués Ŕ caractéristiques
NFA 91- 450 Anodisation de lřaluminium et de ses alliages
NF A 50-701 Aluminium et alliage dřaluminium Ŕ Produits filés et fils étirés Ŕ Répartition en
groupes selon composition
NF A 50-710 Aluminium et alliage dřaluminium Ŕ Profiles de section quelconque filésŔ
Tolérances sur dimensions
NF P 34-601 Bandes et tôles d'aluminium prélaquées en continu - Spécifications.
NF P 34-602 Bandes et tôles dřaluminium prélaquées en continu - Techniques dřessais.
NF P 20-551 Méthodes d'essai de résistance à l'effraction par des moyens destructifs des blocs-
portes munis de leurs accessoires
NF P 24-301 Spécifications techniques des fenêtres, portes-fenêtres et châssis fixes métalliques
NF P 20-311 Spécifications techniques de résistance à l'effraction par des moyens destructifs
des blocs-portes munis de leurs accessoires
NF P 26-303 Crémones - Caractéristiques et essais
NF P 26-306 Paumelles à lames pour menuiserie en bois
NA 1936 Crémones - Caractéristiques et essais (Eqv. NF P 26-303)
NF P 23-300 Dimensions des vantaux des portes intérieures
NF EN 14221 Bois et matériaux à base de bois dans les fenêtres intérieures, les vantaux et
dormants de portes intérieures Ŕ Exigences et spécifications
NF EN 1522 Fenêtres, portes, fermetures et stores - Résistance aux balles - Prescriptions et
classification

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


91 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

NF EN 60335-1 Appareils électrodomestiques et analogues - Sécurité


NF EN 60204-1 Sécurité des machines - Équipement électrique des machines- Partie 1:règles
générales
NF P 24-351 Menuiserie métallique - Fenêtres, façades rideaux, semi-rideaux, panneaux à
ossature métallique - Protection contre la corrosion et préservation des états de
surface
NF B 50-001 Bois nomenclature
NF EN 335-1 Durabilité du bois et des matériaux dérivés du bois, partie 1 : généralités
NF EN 335-2 Durabilité du bois et des matériaux dérivés du bois, partie 2 : application au bois
massif
NF B 50-004 Contreplaqué Ŕ Vocabulaire
NF B 54-150 Contreplaqué - Classification -
NF EN 335-3 Durabilité du bois et des matériaux dérivés du bois, partie 3 : application aux
panneaux à base de bois
NF EN 636 Contreplaqué Ŕ exigences (NF B 54-161)
NF B 54-154 Contreplaqué à plis - Type de collage - Définition - Essais Ŕ. Qualification
NF P 78-331 Mastics à l'huile de lin
NF P 23-302 Menuiseries en bois - Portes planes intérieures en bois Ŕ Caractéristiques
générales
NF P 23-303 Portes planes intérieures de communication en bois - Spécifications
NF P 23-304 Portes planes intérieures palières en bois Ŕ Spécifications
EN 14600 Blocs-portes et fenêtres ouvrantes résistant au feu et/ou pare-fumées
NF ENISO14713-1 Revêtements de zinc - Lignes directrices et recommandations pour la protection
contre la corrosion du fer et de l'acier dans les constructions - Partie 1 : principes
généraux de conception et de résistance à la corrosion
EN ISO 1461 Revêtements par galvanisation à chaud sur produits finis ferreux
NF P 24-301 Spécifications techniques des fenêtres, portes-fenêtres et chassis fixes métalliques

Cahiers du CSTB n° 173 et 120 et aux prescriptions techniques générales, applicables aux travaux de
menuiseries

6.2.2 Descriptions des ouvrages et spécifications générales

6.2.2.1 Etudes préalables


LřEntrepreneur devra effectuer toutes les études nécessaires. Les plans et dessins devront faire
apparaître tous les détails de l'exécution, notamment :
- les formes et profils des éléments constitutifs, y compris ceux intégrant des bouches
d'entrée d'air et autres grilles
- les détails des dispositifs d'étanchéité et de récolte et d'évacuation des eaux de buées
- l'emplacement, le nombre et la référence des articles de quincaillerie
- les détails d'assemblage des feuillures, parcloses, etc.
- les dimensions des feuillures et autres à réserver pour la pose
- les principes et détails de fixation
- le mode de calfeutrement
- les détails des habillages et couvre-joints
- et tous autres renseignements utiles en fonction des particularités des ouvrages
L'Entrepreneur devra fournir toutes les notes de calcul et justificatifs des procédés et matériaux mis en
œuvre, local par local, tant en ce qui concerne l'affaiblissement acoustique que la correction de
réverbération.

6.2.2.2 Eléments modèles


Dans les délais précisés au planning dřexécution, lřEntrepreneur sera tenu de soumettre à
lřapprobation du Maître dřOuvrage un élément type de chaque nature dřouvrage prévu au marché.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


92 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Ces éléments seront équipés de leur quincaillerie et des garnitures proposées. La fabrication en série
de menuiserie ne pourra commencer quřaprès lřacceptation définitive et sans observations du Maître
dřOuvrage.
Tous les éléments réalisés devront être rigoureusement conformes aux prototypes acceptés par le
Maître dřOuvrage faute de quoi ils seront refusés.

6.2.2.3 Essais
A tout moment, le Maître dřOuvrage peut exiger que les performances des fenêtres soient attestées
par des procès-verbaux d'essais. Ces essais doivent avoir été, ou être effectués sur des modèles
représentatifs de la conception des fenêtres destinées à l'Ouvrage. Pour pouvoir être pris en
considération, les essais doivent avoir été effectués par des laboratoires officiels, ou par des
laboratoires privés agréés dont le banc d'essai a été dûment étalonné.
Des essais de qualité, particulièrement pour préciser le taux dřhumidité, lřétanchéité à lřair et à lřeau
des ouvrages pourraient être demandés par le Maître dřOuvrage et seront aux frais de lřEntrepreneur.
Notamment, des essais dřinfiltrométrie effectué in-situ, pourraient être demandé à lřachèvement des
travaux pour vérifier la conformité aux valeurs dřinfiltration théoriques.
Les tests de pressurisation sur les bâtiments seront menés conformément à la norme EN 13829. Lors
des tests, lřEntrepreneur devra être présent et devra apporter, si nécessaire, les modifications sur ses
ouvrages pour atteindre la valeur minimum dřétanchéité à lřair. En cas de résultats défavorables,
lřEntrepreneur s'engagera à reprendre, sans surcoût, les ouvrages présentant des défauts de
réalisation.

6.2.2.4 Documentation et fiches techniques des matériaux


LřEntrepreneur devra fournir au Maître dřOuvrage tous les documentations, fiches techniques, avis
techniques, comptes rendus dřessais, labels et certifications de qualité et autres, des matériaux mis
en œuvre.

6.2.2.5 Spécifications générales


Les dimensions des portes doivent respecter la largeur de passage utile :
- Porte simple : 900 x 2100 mm
- Porte double : 1800 x 2100 mm
- Toilettes et douches 600 x 2100 mm
- Portes coulissantes/ rideaux etc. susceptible de laisser passer des véhicules
(Atelier/stockage) : 4000 x 4500 mm
- Locaux de stockage : 2500 x 2500 mm sauf spécification contraire contenu dans le Cahier
des Clauses Techniques Particulières

La largeur de passage est mesurée selon la norme NF P 23-300.


Dans tous les locaux susceptibles dřaccueillir un handicapé, un passage libre dřau moins 90 cm doit
être maintenu, conformément aux normes dřaccessibilité.

Les entrées fréquemment utilisées seront munies de sas. Ces derniers seront aussi disposés dans
toutes les entrées nécessitant un contrôle de la qualité de lřair (entre les salles de batteries et les
autres locaux, à lřentrée de la salle de télécommunication etc.).
Il est rappelé que les portes coulissantes, à tambour ou s'ouvrant vers le haut, ne peuvent constituer
des portes de secours.
Les portes seront dimensionnées en tenant compte de lřexigence de passage dřéquipements, même
occasionnel.
Les menuiseries dřun même type devront provenir dřun même fournisseur. Par ailleurs, le nombre de
fournisseur sera réduit au maximum.
A chaque fois que cela sřavèrera nécessaire, les portes seront munies de ferme porte type
hydrauliques, réglables sur crémaillère.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


93 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Dans les locaux humides les portes doivent être conçues pour résister à lřhumidité.
Les menuiseries extérieures seront conçues et fabriquées de manière à répondre aux critères de
perméabilité à l'air, d'étanchéité à l'eau et à la résistance aux effets du vent compte tenu de
l'exposition des façades.
Les parties mobiles des menuiseries devront pouvoir se mouvoir sans difficultés et se joindre entre
elles ou avec les parties dormantes avec le minimum de jeu nécessaire.

Etanchéité à l’air :
LřEntrepreneur devra veiller à la parfaite étanchéité à l'air du bâtiment. Elle devra veiller à assurer
cette étanchéité lors du montage et de la pose des matériels.
La perméabilité à lřair sous 4 Pa de lřenveloppe extérieure des bâtiments rapportée à la surface de
lřenveloppe doit cibler les valeurs suivantes (performances minimales) :
- 0,8 m3/(h.m2) pour les logements
- 1,2 m3/(h.m2) pour les autres locaux, bureaux, restauration etc.
- 2,5 m3/(h.m2) pour les ateliers
La perméabilité à l'air des portes et des fenêtres est déterminée selon la norme NF EN 1026.
Afin dřatteindre les performances dřétanchéité à lřair des enveloppes indiquées ci-dessus, la
perméabilité à l'air des menuiseries posées devra être dřau plus de 3 m3/h/m2 sous 100Pa selon la
norme EN 12207.

Aspects de sécurité :
LřEntrepreneur est tenu de respecter toutes les dispositions du Code du Travail dans la conception
des menuiseries. Il est notamment rappelé :
- Lorsque la visibilité est nécessaire, les portes seront munies dřoculus.
- Les portes et portails en va-et-vient sont transparents ou possèdent des panneaux
transparents.
- Les parties transparentes sont constituées de matériaux de sécurité ou protégées contre
l'enfoncement de sorte que le personnel ne puisse être blessé en cas de bris de ces
surfaces.
- Les portes et portails coulissants sont munis d'un système de sécurité les empêchant de
sortir de leur rail et de tomber.
- Les portes et portails s'ouvrant vers le haut sont munis d'un système de sécurité les
empêchant de retomber.
- Les portes et portails automatiques fonctionnent sans risque d'accident pour le personnel. Ils
doivent comportent un système de sécurité interrompant immédiatement tout mouvement
d'ouverture ou de fermeture lorsque ce mouvement peut causer un dommage à une
personne.
- Les portes et portails automatiques sont conçus de manière à pouvoir être ouverts
manuellement, sauf s'ils s'ouvrent automatiquement en cas de panne d'énergie.
- Les ouvrants en élévation ou en toiture sont conçus de manière à ne pas constituer, en
position d'ouverture, un danger pour le personnel.
- Les parois transparentes ou translucides sont signalées par un marquage à hauteur de vue.
Elles sont constituées de matériaux de sécurité ou sont disposées de telle sorte que le
personnel ne puisse pas être blessé si ces parois volent en éclats.
- Les portes extérieures de secours seront munies de barre anti panique horizontale, fixée sur
la face intérieure. Sauf indication contraire, elles pourront être ouvertes de lřextérieur par une
clé. Les deux systèmes de fermeture devront être compatibles.
- En ce qui concerne la protection contre les chutes (garde-corps, barre d'appui), les fenêtres
doivent être conformes aux dispositions de la norme NF P 01-012 « Règles de sécurité
relatives aux dimensions des garde-corps et rampes ».

Occultations et protections :
Selon la fonction des locaux et leur exposition, il sera prévu une simple protection des rayons directs
du soleil par le biais de brise-soleils efficaces, un filtrage de ces rayons (rideaux) ou une occultation

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


94 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

réglable jusqu'à l'obscurité complète. A chaque fois que cela est possible, la première solution sera
préconisée en raison de son efficacité et pourra être complétée par une protection solaire intérieure.
Dans les unités dřhébergement et partout ou cela est nécessaire, les fenêtres disposeront de volets
roulants permettant une occultation totale.
Pour les locaux de travail les fenêtres seront munies de systèmes de stores intérieurs à enroulement
ou à bandes orientables (en polyester) en complément aux dispositifs de protection solaire fixes.
Des moustiquaires (à enroulement) seront intégrées aux dispositifs des fenêtres partout où cela
sřavère nécessaire et obligatoirement dans tous les hébergements.
Une protection antieffraction et/ou antibalistique sera installée, partout où les conditions de sureté
lřexigent.
Toutes les protections seront choisies suivant des critères dřefficacité, de robustesse, de maniabilité et
de facilité dřentretien, en prenant en compte les différents usages.

6.2.2.6 Fournitures et matériaux


La totalité des matériels, matériaux et autres composants devront satisfaire aux normes françaises ou
aux normes algériennes équivalentes et être conformes aux prescriptions des DTR ou DTU en
vigueur.
Dans les autres cas, l'utilisation de ces éléments doit être subordonnée à un Avis Technique ou une
attestation d'assurance particulière (produit et applicateur).
Tous matériaux, matériels et fournitures utilisés pour l'exécution des travaux ainsi que les
caractéristiques ou usines de production proposées par l'Entrepreneur, devront être soumis au Maître
dřOuvrage pour acceptation avant l'emploi.
Il est rappelé ici que lřEntrepreneur fournira toutes les portes y compris celles destinées à être dotées
dřun système de contrôle dřaccès (lřattributaire du contrat de réalisation de lřusine modifiera les portes
pour y intégrer le contrôle dřaccès).

6.2.3 Menuiseries extérieures


Prescriptions techniques :
Dans la plupart des cas et sauf pour les locaux techniques, les menuiseries extérieures seront en
aluminium laqué et de type double rupture thermique avec étanchéité améliorée. Elles seront
réalisées à partir de profils en alliage dřaluminium extrudé, à caractéristiques physiques, mécaniques
et chimiques conformes aux dispositions des normes NF A 50.411, NFA 50 Ŕ 452, NFA 91- 450, NF A
50.701 et NF A 50.710. Leur classement au feu est M0.
Les profilés utilisés permettront aux menuiseries de résister, sans déformations, aux essais
mécaniques.
La transmission thermique linéique des profilés devra être parmi les plus faibles possible.
La section des profilés dormants ou ouvrants sera déterminée par l'Entrepreneur en fonction des
dimensions des menuiseries de leurs expositions et de leurs situations, ainsi que du type de vitrage
prévu, mais ne sera pas inférieure à 45 mm.
Les profils sont assemblés en coupes d'onglets au moyen d'équerres en alliage d'aluminium épousant
la forme des tubulures. La fixation invisible est réalisée par goupillage et sertissage après collage et
étanchéité des angles. Des renforts métalliques nécessaires sont incorporés.
Les assemblages ne devront pas permettre les infiltrations d'eau entre les profilés assemblés.
Les drainages des dormants, vantaux et meneaux se feront par une chambre séparée des armatures.
Les orifices extérieurs des trous de buée seront munis d'un dispositif empêchant les refoulements de
l'eau sous l'action du vent.
Les percements nécessaires aux assemblages seront bouchés par des bouchons clipsables en PVC,
Tous les abouts de profilés devront être soigneusement rebouchés par capotage aluminium et joints
élastomères ou tout autre procédé équivalent.
Les profils en alliage dřaluminium sont laqués selon les prescriptions des normes NF P 34-601 et 34-
602 et répondent au label de qualité européen QUALICOAT (label de qualité pour le thermolaquage
de lřaluminium destiné à lřarchitecture) ou équivalent. Les profilés subissent avant laquage une
préparation de surface en 3 phases, un dégraissage, un dérochage et une chromatation. Après

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


95 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

séchage, un revêtement de poudre de polyester de 60 à 80 microns dřépaisseur est appliqué puis


polymérisé.
Les coloris seront soumis à lřapprobation du Maitre de lřOuvrage. Les accessoires visibles en
aluminium tels que poignées, paumelles, etc., seront de coloris assortis aux profilés, en accord avec
le Maître dřOuvrage.
Les vitrages de type simple ou multi vitrage seront posés par parclose en usine, sauf spécifications
contraires.
Les précadres sont en tôle d'acier galvanisé, de 20/10° d'épaisseur minimum. Les précadres sont
habillés par des couvre-joints en aluminium de formes adaptables sur le cadre dormant.
Toute la visserie sera en inox.
Les feuillures des menuiseries seront prévues pour recevoir un double vitrage.
Les produits verriers seront posés en usine lors de la conception des éléments menuisés. Ces
produits verriers seront maintenus par des parcloses à clips assurant un montage sous pression. Les
parcloses seront spécialement étudiées en vue de faciliter leur mise en place et leur dépose. Elles
seront toujours en matériau de même nature et présentation que les menuiseries sur lesquelles elles
seront à poser.
Des joints en néoprène réaliseront l'étanchéité entre les ouvrants et le vitrage. Des angles vulcanisés
compléteront l'étanchéité par la continuité des joints. Les feuillures seront du type « Feuillures
sèches». Les vérifications nécessaires au bon fonctionnement devront être effectuées après la mise
en place du vitrage avant livraison sur le chantier.
Les menuiseries en acier (obligatoirement galvanisé) seront recommandées pour les locaux
techniques et pour les portes extérieures les plus sollicitées.
Elles seront constitués de parements en deux tôles dřacier galvanisé 15/10 mm, soudés sur trois
traverses de renfort.
L'acier employé dans les menuiseries métalliques est au moins de nuance E 24. L'Entrepreneur
pourra recourir à une nuance supérieure en respectant les conditions de flexibilité de l'ouvrage et
celles de soudage liées à la nuance considérée. Les notes de calcul devront faire apparaître
clairement les nuances retenues. Les aciers recevront une peinture laquée au four.
Des épreuves pourraient être demandées à l'initiative du Maître dřOuvrage. Elles seront conformes
aux dispositions du DTU.
Les profilés doivent supporter parfaitement les charges. Les efforts de cisaillement qui en résultent
entre les parties intérieures et extérieures doivent être transmis avec fiabilité par le profilé.
L'aération ainsi que l'évacuation des eaux du fond de feuillure et de la chambre extérieure doivent
permettre à l'humidité de s'échapper librement vers l'extérieur.
Les différents gabarits de portes et autres ouvertures extérieures seront impérativement adaptés à la
destination des locaux ainsi quřaux contraintes techniques et de sécurité.
L'Entrepreneur devra inclure dans son offre, tous les éléments nécessaires à la parfaite réalisation
des ouvrages décrits.
Les menuiseries extérieures devront, dans tous les cas, assurer l'étanchéité à l'eau et à l'air (voir
performance définies in supra), abstraction faite des entrées d'air des grilles de prise d'air.
L'Entrepreneur devra donc prévoir et réaliser ses ouvrages en tenant compte de ces impératifs
d'étanchéité, notamment aux vents violents, chasse sable etc. Dans le cas où des infiltrations seraient
constatées, l'Entrepreneur devra tous travaux nécessaires, tels que, fournitures et mise en place de
joints complémentaires en matière plastique ou caoutchouc, joints métalliques à ressort,
calfeutrements en produits pâteux, etc., nécessaires pour obtenir une étanchéité absolue.

Panneaux de remplissage pleins :


Les panneaux de remplissage dans des menuiseries composées devront être des panneaux isolants
de fabrication industrielle, et en aucun cas des panneaux fabriqués par l'Entrepreneur en son atelier.
Ils seront de type sandwich constitués par une face extérieure à parement fini, un matériau isolant, et
une face intérieure à parement fini.

Portes extérieures antieffraction :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


96 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Une protection antieffraction sera installée, partout où les conditions de sureté lřexigent. Au minimum,
les portes extérieures dřaccès à lřarmurerie et à la poudrerie situés dans le Camp en seront dotées.
La norme NF P 20-551 définit les « Méthodes d'essai de résistance à l'effraction par des moyens
destructifs des blocs-portes munis de leurs accessoires ».
Les blocs-portes antieffraction sont conformes à la norme NF P 20-311. Les documents particuliers du
marché définissent le niveau de résistance exigé des portes antieffraction.
Les études devront définir les performances que doivent atteindre ces portes et les conditions de leur
mise en œuvre.
Les systèmes (vitrage et châssis) antieffraction bénéficieront obligatoirement dřun Avis technique
valide. Par ailleurs, lřEntrepreneur apportera tous les justificatifs nécessaires pour le choix de la classe
de résistance de ces produits.

Menuiserie balistique
Des menuiseries balistiques pourront être exigées pour les bâtiments exposés à des risques de tirs à
arme à feu. Elles seront obligatoires pour les postes de gardes et les guérites. Elles devront avoir la
classe de résistance balistique requise par la norme EN 1522 en fonction du risque encouru
(vraisemblablement niveau FB6).
Les systèmes (vitrage et châssis) balistique bénéficieront obligatoirement dřun Avis technique valide.
Par ailleurs, lřEntrepreneur apportera tous les justificatifs nécessaires pour le choix de la classe de
résistance de ces produits.

Portes et portails motorisées :


Les exigences de fonctionnalité peuvent imposer lřinstallation de motorisation et éventuellement
dřautomatismes pour certaines portes, portails ou barrières. LřEntrepreneur devra étudier tous les cas
pour lesquels elles sřimposent. Au minimum, les portails des entrées principales de la Base, du Camp
et de la Résidence seront motorisés, ainsi que le sas dřentrée aux urgences de lřinfirmerie.
Les systèmes devront être robustes, fiables et surs. Les portes seront protégées contre les risques
d'écrasement, de cisaillement et d'entraînement, au moyens de protecteurs de manœuvre de porte à
pression maintenue; limiteurs de force ou autres dispositifs de protection sensibles. Les points
dangereux soient protégés sur une hauteur de 2,50 m par rapport au niveau du sol, de manière à ce
qu'aucune zone ne demeure sans protection.
Les motorisations électriques devront satisfaire aux prescriptions de l'EN 60335-1 et l'équipement
électrique devra être conçu et réalisé en référence à l'EN 60204-1.
Lorsqu'un fonctionnement manuel est possible sur une porte motorisée, celle-ci doit être conçue de
sorte que le fonctionnement manuel puisse être exécuté sans risque.

Fixations, ferrures, quincaillerie :


Les ferrures utilisées seront celles du fabricant de profilés. Dans le cas où seraient prévues certaines
ferrures n'appartenant pas au système, elles devront être choisies en observant les normes
correspondantes.
De manière générale et sauf prescription contraire, la quincaillerie sera en aluminium anodisé ou
laqué, pour les accessoires devant offrir un état de surface soigné et une esthétique soulignée.
La quincaillerie sera en acier zingué, pour les accessoires subissant des efforts importants et
généralement situés en feuillure. La visserie sera en acier inoxydable.
La protection contre la corrosion des fixations et de leurs liaisons doit être exécutée conformément à
la norme NF P 24-351. Des spécifications plus détaillées sont indiquées dans le paragraphe
« quincaillerie ».

6.2.4 Menuiseries intérieures


Sauf prescription contraire, les menuiseries intérieures, incluant les portes intérieures, les façades de
gaines techniques et de baignoires, les trappes de combles éventuelles; seront en bois, à lřexception
des menuiseries faisant partie des cloisons amovibles définies au chapitre correspondant des
présentes spécifications techniques.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


97 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Elles seront conformes aux spécifications des normes NF ou équivalentes.


Elles devront répondre au degré d'isolement au feu requis par le bureau de contrôle. Les procès-
verbaux d'isolement au feu devront être fournis par l'Entrepreneur ainsi que les attestations de pose
correspondant.
Elles seront conformes aux exigences dřisolement acoustique requises par la réglementation en
vigueur.
Elles devront répondre aux exigences de l'isolation phonique adaptées à leur usage et au degré
d'isolement au feu prévu.
Les menuiseries bois seront proposées avec les traitements et les peintures garantissant une grande
durabilité sans entretien courant. Elles recevront un traitement de finition en usine.

Les spécifications relatives aux matériaux sont comme suit.

6.2.4.1 Matériaux
Bois massif :
Les essences, les choix d'aspect, les qualités technologiques, physiques et mécaniques des bois et
matériaux dérivés du bois doivent répondre aux spécifications prévues par les normes NF EN 14221
et NF B 50-001.
Les bois massifs utilisés pour la fabrication des menuiseries, doivent répondre aux spécifications de la
norme NF B 53-510 et NF EN 335-1. Les bois utilisés seront soumis à un traitement de préservation à
lřaide dřun produit présentant une efficacité fongicide et insecticide de longue durée. Le produit utilisé
sera transparent et laissera parfaitement apparaître la fibre du bois sauf spécification contraire. La
protection devra être compatible avec la peinture définitive. Le produit employé devra être agréé par le
un organisme certifié.
LřEntrepreneur sera le seul responsable du traitement et, de ce fait, devra apporter la garantie que les
bois employés par lui sont exempts dřattaches de champignons lignicoles et dřinsectes xylophages,
pendant une durée de dix années après la Réception Définitive des Ouvrages.
Tous les bois destinés à rester apparents seront soigneusement rabotés.
Aucune dissimulation de défaut par emploi de "pâte" à bois ne sera admise.

Panneaux de particules :
Les panneaux de particules destinés aux emplois à l'abri de l'eau et de l'humidité doivent satisfaire
aux spécifications exigées par la marque de qualité « CTB-S ». Les panneaux de particules qui sont
susceptibles d'être ré humidifiés temporairement, soit par suite de leur mise en œuvre, soit du fait des
conditions d'entretien, doivent satisfaire aux prescriptions de la marque de qualité « CTB-H ».
Les panneaux de particules ne peuvent pas être utilisés en milieu humide confiné ou en exposition
directe aux intempéries.
- Ils devront présenter une bonne aptitude au placage.
- Les panneaux mélaminés seront de première qualité et choisis dans une gamme possédant
des bandes de placage de chant et des stratifiés coordonnés qui sera soumise à
l'approbation du Maître dřOuvrage.
- Les stratifiés seront de première qualité et devront rester protégés jusqu'au nettoyage final
avant réception. Tout panneau de particules recevant un placage le sera sur ces deux faces.
- Les panneaux médium devront bénéficier d'un label NF CTBX.

Panneaux contreplaqués :
Les panneaux contreplaqués sont désignés et classés selon les normes NF B 50-004 et NF B 54-150.
Les qualités des contreplaqués sont appréciées en fonction de la norme EN 636.
Les contreplaqués utilisés en extérieur ou en milieu humide confiné doivent satisfaire aux
spécifications techniques de la norme EN 636. La marque NF EXTERIEUR CTB-X apposée sur
chaque panneau ou chaque dalle certifie la conformité à la norme. S'il n'y a pas apposition de cette
marque de qualité, il faut justifier des performances du lot livré.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


98 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Il est à noter que les colles phénoliques, généralement alcalines, sont susceptibles de réagir au
contact des peintures usuelles (voir NF P 74-201 Référence DTU 59.1). Les contreplaqués utilisés
dans des milieux extérieurs abrités doivent avoir un collage au moins de type 3 (NF B 54-154).

Panneaux ignifugés :
Les panneaux de contreplaqués, de particules ou de fibres peuvent être ignifugés. Les classements
M.1, M.2 ou M.3, lorsque ce dernier classement n'est pas obtenu par nature, doivent être conformes à
ceux définis par le fascicule de documentation P 92-507. La marque NF M.1, M.2 ou M.3 apposée sur
chaque panneau ou chaque dalle certifie la conformité. S'il n'y a pas apposition de cette marque, il
faut justifier des performances du lot livré. Il convient de s'informer auprès du fabricant de leur
compatibilité avec les colles, peintures et vernis habituellement utilisés pour les travaux de
menuiserie.

Colle :
Tous les types courants de colles de menuiserie peuvent être utilisés pour les ouvrages dont les bois
ne risquent pas d'être portés à une humidité supérieure à 15 %. Les autres ouvrages, notamment les
ouvrages intérieurs en milieu humide et les ouvrages extérieurs, nécessitent l'emploi de colles
destinées aux usages extérieurs.

Mastics :
Peuvent être utilisés pour masquer les petits défauts du bois des menuiseries intérieures des mastics
répondant aux spécifications suivantes :
- mastics à l'huile de lin : norme NF P 78-331.
- mastics oléoplastiques : annexe 1 du Cahier des charges, DTU 39.4
Sur les menuiseries extérieures, sont employés aussi des produits spéciaux à base de résine époxy,
polyester, polyuréthannes, de formulation adaptée.
Le calfeutrement entre le gros œuvre et le dormant ou le précadre des fenêtres peut être réalisé à
l'aide de mastics à base d'élastomères ou de mastics du type plastique dont les qualités sont
appréciées sur la base des normes d'essais NF P 85-501 à 506 et NF P 85-511 à 515.
L'adhérence et la compatibilité avec le support doivent être justifiées.

Autres matériaux :
Lorsque d'autres matériaux sont utilisés pour la fabrication ou la mise en œuvre des menuiseries, ils
doivent répondre aux spécifications des normes qui les concernent. A défaut, ils doivent être agréés
par le Maître dřOuvrage sur la présentation de leurs caractéristiques, sanctionnées si nécessaire par
des essais spécifiques. Les éléments métalliques associés à ces ouvrages doivent, avant leur mise en
place, recevoir une protection contre la corrosion conforme aux exigences des normes NF P 24-301,
et NF P 24-351, NF P 26-303 (ou NA 1936) et NF P 26-306. Pour les éléments en acier, cette
protection doit être au moins équivalente à celle apportée par une couche de minium de plomb.
L'emploi de minium de fer est interdit. Ces prescriptions ne s'appliquent pas aux articles de cuivre et
de laitonnerie apparents.
Les ensembles fabriqués, portes, huisseries, bâtis, façades de gaines techniques doivent répondre
aux spécifications suivantes.

6.2.4.2 Spécifications techniques relatives aux portes intérieures


Sauf indication contraire, les portes intérieures courantes seront de type isoplane à âme pleine ou
alvéolaire ou encore avec panneau de remplissage en panneau de particules postformé, avec ou sans
oculus/ou hublot ou vitré selon les cas.
Elles seront toutes dotées dřun joint acoustique périphérique et seront équipées de butées de butoirs
à bague caoutchouc fixée au sol.
Elles répondront aux exigences des Arrêtés et Décrets relatifs à la Sécurité contre l'incendie, suivant
destination.
La finition sera assurée par un parement lisse laqué en usine.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


99 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Lřhuisserie sera réalisée en bois exotique rouge brut à peindre avec joint en caoutchouc en feuillure
ou alternativement métallique avec joint acoustique.
Les ouvrants seront équipés, lorsque cela est nécessaire pour atteindre les performances
dřaffaiblissement acoustique requis et/ou dřétanchéité à lřair et/ou de résistance au feu, de joints à
lèvres implantés dans une rainure en partie basse. Dans les autres cas, un espace suffisant sera
ménagé sous les ouvrants pour permettre la ventilation des pièces.
Toutes les portes intérieures devront présenter un indice dřaffaiblissement acoustique supérieur à 25
dBA. La justification de cet indice d'affaiblissement acoustique doit être apportée par un procès-verbal
d'essai effectué par un laboratoire qualifié.
Les blocs portes seront munis de chambranles respectant lřesthétique de lřarchitecture générale.
Les dimensions des portes à vantaux battants, sont fixées par la norme NF P 23-300. Les exigences
dřaccessibilité pour handicapés devront être prises en compte par lřEntrepreneur.
Pour tous les types de porte largement sollicitées, il sera prévu au niveau des poignées, des plaques
de propreté de grandes dimensions et en partie basse, des plinthes coup de pieds en inox dřune
hauteur de 0.25 cm environ, ainsi que des butoirs.
Lorsque cela est nécessaire, on munira les portes de hublot ou dřoculus afin dřéviter les collisions.
Les portes planes intérieures sont conformes aux normes NF P 23-302, NF P 23-303, NF P 23-304.
Les assemblages mécaniques doivent résister aux efforts normalement supportés en service par les
ouvrages. Les chevilles en bois sont en bois durs, au minimum arasées sur les parements, les
chevilles métalliques sont chassées. Les colles sont préparées en suivant les spécifications des
fabricants.
L'emploi de mastics n'est toléré sur les menuiseries à peindre que pour masquer les petits défauts du
bois, ce qui exclut le masticage de malfaçons.
L'utilisation de portes planes de type intérieur ouvrant directement sur la façade extérieure de la
construction est interdite.
Sur les portes à deux vantaux, le battement rapporté en bois a une épaisseur minimale de 9 mm.

A chaque fois que cela est nécessaire et selon lřusage du local, les portes intérieures devront
présenter une bonne étanchéité à lřair. Ce sera notamment le cas pour les locaux où lřactivité est
susceptible dřémettre des odeurs (cuisines, toilettes etc..). Dans ce cas, et sauf indication contraire,
les portes seront munies de système de fermeture automatique.
Une attention particulière sera portée aux portes dřaccès aux différents espaces de stockage. Les
dimensions et les caractéristiques des portes devront être précisées en fonction des espaces quřelles
desservent.
Les portes et ouvertures entre le restaurant et la cuisine ou la plonge, devront intégrer des écrans
acoustiques lorsque cela est possible, pour minimiser lřimpact du bruit.
Les portes de recoupement à va et vient et dřencloisonnement seront à vantaux indépendants,
équipées de systèmes de retour automatique en position fermée ou ouverte, asservies à lřalarme
incendie, ainsi que de dispositifs de sécurité à battement caoutchouc. Des hublots seront disposés sur
chaque vantail lorsque ces portes sont situées dans le champ des circulations.
Les portes de la cuisine principale de la Base situées dans le passage de chariot seront de préférence
automatiques. Dans le cas contraire, elles devront comporter une protection ou un profilé « en aile
dřavion » permettant une bonne protection et facilitant lřouverture. Leur conception devra porter une
attention particulière à leur nettoyabilité.
Les huisseries et vitrages, dans les salles de sport, devront être adaptés à lřactivité, résister aux chocs
et présenter toutes les garanties de sécurité.
Une attention particulière sera portée au court de squash. La porte d'accès au court devra être située,
de préférence, au milieu de la paroi arrière du court et s'ouvrir vers l'intérieur du court sans aucune
saillie des charnières ou de la serrure. Fermée, la paroi arrière devra être plane. Par ailleurs, la porte
devra avoir la même couleur, la même texture et les mêmes caractéristiques de rebond que la paroi
arrière, la porte transparente requérant les mêmes obligations. La taille de la porte ne devra pas
excéder 90 cm de large et 213 cm de hauteur conformément aux normes relatives aux courts de
squash.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


100 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Portes coupe-feu :
Le degré coupe-feu ou pare flamme d'une porte s'applique à l'ensemble vantail, dormant, huisserie ou
bâti, les garnitures de joints éventuels et les articles de quincaillerie.
Les conditions pour la mise en œuvre de portes coupe-feu ou pare flamme de degré 1/4 d'h ou 1/2 h
figurent au DTU 36.1 et EN 14600.
LřEntrepreneur devra, pour la fourniture des blocs portes Pare Flammes et Coupe Feu présenter le
certificat dřun organisme agrée, homologuant le type de blocs portes quřil doit fournir. Elle devra par
conséquent se fournir chez un fabricant de marque réputée et reconnue.

Portes séparant des locaux chauffés et non chauffés :


La stabilité des vantaux est telle que les conditions hygrothermiques différentes des ambiances
qu'elles séparent ne doivent pas entraîner de déformations dépassant les tolérances de planéité
généralement admises. Les portes donnant sur des locaux chauffés ou climatisés doivent avoir des
caractéristiques améliorées par des garnitures souples d'étanchéité. Leurs éventuelles
caractéristiques d'étanchéité à l'air devront être définies lors des études.

Portes intérieures antieffraction :


Les recommandations sont les mêmes que celles pour les portes extérieures antieffraction indiquées
au paragraphe 6.2.3. Une protection antieffraction sera installée, partout où les conditions de sureté
lřexigent. Au minimum, les menuiseries intérieures des accès à la salle de crise, la salle dřarchives et
le local IT dans le bâtiment administratif de la Base en seront dotées ; de même que celles de la salle
de vidéosurveillance et du bureau du responsable dans le poste de garde principal.
Dans le poste de garde avancé, et le poste de garde de la résidence, les portes intérieures dřaccès à
la salle de vidéosurveillance et au bureau du responsable seront-elles aussi antieffraction.

Huisseries et bâtis :
La largeur finie des montants et traverses d'huisseries en bois, indépendamment de leur épaisseur,
doit être supérieure ou au moins égale à 55 mm sur la face la plus large. Les huisseries doivent
comporter un listel d'épaisseur minimale de 10 mm.
Les huisseries sont munies des éléments de fixation aux cloisons adaptées à celles-ci.

Portes de placards :
Les portes de placards peuvent être fabriquées en panneaux contreplaqué, en panneaux de particules
ou encore, selon la technique des portes planes.
La largeur des portes coulissantes non suspendues ne doit pas être inférieure aux 2/5 de leur hauteur.
Les portes excédant une hauteur de 1,50 m doivent être munies de dispositif à roulement et
comporter, sur la rive opposée, un dispositif de guidage.

Façades de gaines techniques et coffres de volets roulants :


Les façades de gaines enfermant des canalisations rigides doivent permettre leur mise en place et
leur remplacement éventuel.
Les degrés de résistance au feu des façades de gaines techniques sont fixés par des textes
réglementaires. Les façades de baignoire doivent résister à une atmosphère humide confinée.
Une face au moins des coffres de volets roulants doit être démontable sans autre dégradation que
celle des peintures. Le coffre intérieur et sa liaison avec le gros œuvre doivent être étanches à l'air.
Les parois extérieures et lambrequins des coffres de volets roulants doivent être en matériaux
résistants aux intempéries. Les études doivent préciser les dispositions à prendre pour assurer
l'étanchéité entre volume du coffre et doublages isolants ainsi que les caractéristiques d'isolation
thermique ou phonique des coffres.

Ouvrages divers :
Cimaises : Les murs exposés à un trafic intense de chariots dans les circulations, zones d'accès et
aires de stockage et partout où cela est nécessaire, des cimaises de protection murale seront

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


101 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

réalisées. Celles-ci pourront être réalisées en bois exotique parfaitement raboté ou en PVC. Elles
devront combiner résistance aux chocs et esthétique.

6.2.4.3 Fixations et joints de calfeutrement des portes


Fixations :
Les dimensions et la force des articles de ferrage et de quincaillerie devront toujours être adaptées
aux dimensions et poids des ouvrages considérés, ainsi qu'à leur usage. Les fixations de la fenêtre
doivent être conçues pour transmettre au gros œuvre les efforts appliqués à la fenêtre et résultant des
actions du vent, de la manœuvre, ou des sollicitations à caractère abusif et cela, sans altération du
joint entre fenêtre et gros œuvre ou des ouvrages adjacents. De façon générale, les fixations doivent
sřopposer à des déformations de la menuiserie qui pourraient nuire à son fonctionnement ou à son
étanchéité. Les fixations, y compris leurs accessoires, doivent être en matériau durable. La protection
contre la corrosion des organes de liaison et de fixation doit être conforme à la norme NF P 24-351.
Les vis utilisées devront être en acier inoxydable ou protégées contre la corrosion.
L'efficacité des fixations et des liaisons ne doit pas pouvoir être altérée sous l'effet des vibrations. En
conséquence, tous les systèmes doivent être indesserrables.
La répartition des fixations pour les montants et pour les traverses doit être effectuée avec un
minimum de trois fixations par châssis. En tout état de cause, les principes de fixation envisagés par
l'Entrepreneur devront être soumis au Maître dřOuvrage pour approbation, et ce dernier pourra
demander à l'Entrepreneur toutes modifications qu'il jugera nécessaires.
Dans le cas des baies mises en œuvre dans des murs devant recevoir des cloisons de doublage
intérieures, les fixations de la fenêtre doivent être réalisées entièrement sur le mur, indépendamment
de la cloison de doublage.

Joints de calfeutrements :
Les matériaux employés pour ces calfeutrements devront répondre aux normes qui les concernent et
avoir fait l'objet d'un label de qualité reconnu (SNJF par exemple). Les types et modèles de joints
seront judicieusement choisis en fonction du type et de la nature des supports.
Leurs caractéristiques élastiques devront satisfaire aux exigences pour les températures auxquelles
ils sont susceptibles d'être exposés.
L'adhérence et la plasticité des mastics aux éléments de construction devront rester parfaites dans le
temps, compte tenu des données constructives, des écarts de température et des mouvements
admissibles de dilatation des éléments de construction.
Les matériaux utilisés pour calfeutrer les joints ne devront pas brider les matériaux verriers. Par
ailleurs, ils devront assurer l'étanchéité des feuillures à l'eau et à l'air.

6.2.4.4 Vitrages
Toutes les spécifications relatives aux vitrages sont indiquées dans le chapitre « Vitrerie, miroiterie,
quincaillerie ».

6.2.4.5 Accessoires
Les spécifications techniques de la quincaillerie sont définies chapitre « Vitrerie, miroiterie,
quincaillerie ».
L'ensemble des accessoires de montage, d'étanchéité, ou de fonctionnement seront choisis dans la
gamme définie par le système retenu. De même les joints d'étanchéité et de prises des glaces seront
conformes aux spécifications du fabricant des profilés.
Tous les ouvrages accessoires en métal ferreux seront traités contre la corrosion par :
- peinture : antirouille en résines époxy plus poudre de zinc épaisseur 40 microns après
décapage ; degré de soin : 2,5
- Traitement par galvanisation à chaud ou métallisation après fabrication, selon les normes
EN ISO 1461 ou NF EN ISO 14713 (épaisseur de protection 70 microns minimum). Les
certifications de galvanisation sont à remettre au Maître dřOuvrage

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


102 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

A chaque fois que cela est nécessaire des entrées dřair seront ménagées en partie haute sur les
ouvrants, avec grille anti-moustiques, à poser en usine.
Des menuiseries seront munies de moustiquaire en cas de nécessité.

Coffres de volets roulants :


Les coffres de volets roulants devront répondre aux conditions suivantes :
- Ils doivent être d'une conception et présenter des performances telles qu'ils n'entraînent pas
la détérioration des caractéristiques d'étanchéité à l'air de la menuiserie et par conséquent,
son isolation phonique et thermique.
- Ils seront revêtus sur leurs parois intérieures d'un matériau absorbant et isolant thermique.
- Les caissons de devront être de marque connue et de fabrication titulaire d'une certification
dřun laboratoire agrée.
- Les caissons préfabriqués devront être titulaires d'un Avis Technique.

6.2.4.6 Règles générales de mise en œuvre


Transport, manutention, stockage et protection
Toutes dispositions devront être prises pour assurer le maintien, le calage et la protection des
menuiseries lors du chargement, pendant le transport et lors du déchargement. Des cales de maintien
entre dormants et ouvrants seront obligatoirement mises en place. Pour les ensembles menuisés
montés dans l'usine du fabricant, l'Entrepreneur prendra toutes précautions pour éviter toutes
déformations.
Les ouvrages de menuiserie sont réceptionnés dès leur livraison ou, au plus tard, avant leur mise en
œuvre. Lors de cette réception, sont contrôlées, entre autres :
 la conformité aux études,
 la qualité,
 l'humidité des bois,
 les dimensions.
 Lřabsence de chocs ou détérioration.
Il sera procédé par sondage à des mesures de l'humidité des bois. Les mesures ne doivent pas
laisser de trace en parement des ouvrages.
L'humidité des bois pour les menuiseries intérieures dépend de lřétat hygrométrique des locaux en
service (Voir DTU 36.1). Le cas de locaux où il est prévisible que l'état hygrométrique sera maintenu à
des taux inférieurs à 45% nécessite une étude spéciale des menuiseries et de leur mise en œuvre.

Le stockage transitoire ou prolongé doit être effectué sur des dispositifs appropriés permettant la
ventilation des menuiseries, évitant le contact avec le sol et à l'abri des intempéries ainsi que des
projections de ciment, plâtre, peinture, etc. Le stockage sera effectué sur chant par lot dřenviron 10
menuiseries.
Les modifications et les changements de lieux de stockage sur chantier sont à éviter.
Si ces menuiseries intérieures sont appelées à rester en stock plus d'un mois dans un local, les
conditions hygrothermiques de celui-ci doivent être aussi proches que possible de celles prévisibles
des locaux en service.
Les ouvrages devront être protégés pendant toute la durée du chantier contre les dégradations et
salissures éventuelles et ce jusqu'à la réception des travaux. Toutes les faces vues des menuiseries
seront protégées par un film adhésif ou par tout autre moyen assurant une bonne protection aux
projections de ciment, de plâtre ou de peinture.
Il est précisé que les dégradations même partielles, d'une menuiserie posée (chocs, déformation,
rayures, etc.) entraineront le remplacement complet de celle-ci par l'Entrepreneur, à ses frais.

Conditions préalables requises pour la pose :


État du gros-œuvre et de la maçonnerie :
Les travaux de gros-œuvre doivent être suffisamment avancés pour qu'il n'y ait pas, par la suite,
risque de détérioration ou de déplacement des menuiseries et pour permettre à l'Entrepreneur une

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


103 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

continuité de travail. Les locaux et les baies sont dégagés et nettoyés, les appuis et seuils en
maçonnerie sont exécutés arase finie permettant le calage.
En particulier, la pose des menuiseries intérieures ne peut être entreprise que lorsque les locaux sont
à leur ambiance d'utilisation et protégés contre toute réhumidification ; les fenêtres sont vitrées ; les
plâtres et enduits ou raccords à base de liants hydrauliques sont terminés et secs, les parois et les
sols des locaux sont nettoyés, etc.
Les feuillures et trous ainsi que les engravures pour pièces d'appui sont nettoyés de toute salissure.
Dans tous les cas où des remises en état, raccords, ragréage, dressage etc., sont nécessaires, ils
sont exécutés avant la pose des menuiseries.
Les tolérances d'exécution du gros œuvre pour les baies devant recevoir les menuiseries sont définies
dans l'annexe commune des DTU 36.1 (norme NF P 23-201) ainsi que DTU 36.5
Tracés :
Les tracés, doivent avoir été exécutés et leur matérialisation doit être maintenue jusqu'à l'achèvement
des travaux de pose des fenêtres.

Mise en œuvre des portes et blocs-portes coupe-feu ou pare flammes de degré 1/4 h et 1/2 h :
Les huisseries et bâtis des portes coupe-feu ou pare flammes de degré 1/4 h et 1/2 h doivent avoir fait
l'objet d'un essai de résistance au feu dans un laboratoire agréé.
Aucun vide ne doit subsister entre les murs ou cloisons et les huisseries.
Les joints en matériau de catégorie M.O (isolant fibreux et comprimé ou joint en matière
intumescente) sont utilisés.

Fixation des coffres de volets roulants :


Les liaisons entre gros œuvre et coffres de volets roulants doivent être étanches à l'air. Ils doivent être
démontables en tout ou partie, sans conduire à des travaux importants de réfection des peintures ou
revêtements pour permettre l'accès aux organes de fonctionnement des volets. La nécessité de
procéder à de légères retouches des peintures ou revêtements est admise.

Pose et fixation des menuiseries :


La pose des menuiseries devra toujours être effectuée par des ouvriers menuisiers qualifiés et
l'Entrepreneur devra pouvoir en apporter la preuve à tout moment.
Les ouvrages seront posés avec la plus grande précision à leur emplacement exact. La fixation au
gros œuvre sera conforme aux règles professionnelles et aux spécifications de mise en œuvre.
Toutes les précautions nécessaires à la pose et au calage des différents éléments seront à prendre
par l'Entrepreneur pour leur assurer un aplomb, un alignement et un niveau corrects. Lřemploi de
plâtre est exclu.
La pose des portes Coupe-feu et Pare-Flammes se fera conformément aux prescriptions du fabricant
et aux normes en vigueur.
Les vantaux de portes de communication sont posés sur sol fini.
Les vantaux de portes doivent ouvrir librement, avec le jeu strictement nécessaire, compte tenu des
finitions, les bois étant stabilisés. En position fermée, le jeu maximal sous la rive basse est de 7 mm.
Les documents particuliers du marché définissent, si besoin est, des jeux différents, notamment pour
les besoins de la ventilation ou de l'isolation.
Les jeux apparents des vantaux qui ne sont pas à recouvrement, entre dormant et ouvrant et entre
ouvrants, ne doivent pas excéder 3 mm après finition.
Le désalignement, au niveau de leur jonction, des rives hautes et basses des vantaux des portes à
deux vantaux ne doit pas excéder 3 mm lorsque ces portes sont fermées. Les blocs-portes sont posés
sans dégondage des vantaux et sur sols finis. Les blocs-portes livrés finis sont posés sur pré-cadres.
Un talon est réservé en pied d'huisserie de façon que les montants soient engravés dans le plancher
brut.
Les fixations mécaniques des menuiseries au gros œuvre seront réalisées par pattes métalliques
chevillées au gros œuvre, espacées de 50 cm environ. Au sujet de ces fixations, il est précisé que :
- Dans le cas de parements de gros œuvre restant apparents sans enduit, aucune patte de
fixation ou autre visible ne pourra être admise pour ces parements.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


104 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Sauf justifications particulières, les fixations doivent être disposées au voisinage de chacun
des organes de rotation et des points de condamnation des ouvrants sur le dormant ;
l'espacement entre deux fixations successives ne doit pas être supérieur à 0,80 m.
- Les fixations qui ne se trouveraient pas enrobées dans le mortier de scellement doivent être
protégées contre la corrosion et munies de dispositifs évitant leur desserrage.
- Les fixations principales doivent être disposées sur le dormant, au voisinage des organes de
rotation et des points de condamnation des ouvrants, des cales de vitrage dans le cas de
châssis fixe et au voisinage des meneaux et traverses. Pour les portes-fenêtres coulissantes,
la fixation au droit des points de fermeture doit être réalisée de façon à ce que le dormant ne
subisse pas de déformation locale ou ponctuelle de nature à entraîner une détérioration des
habillages ou enduits intérieurs. Pour les fenêtres composées et dans le cas de concentration
d'efforts dus au vent, les fixations doivent être renforcées si nécessaire.
- Dans le cas des baies incorporées dans les murs devant recevoir des cloisons de doublage
intérieures, les fixations de la fenêtre doivent être réalisées entièrement sur le mur,
indépendamment de la cloison de doublage.
- Les dormants verticaux seront fixés sur les précadres, ceux-ci seront réglés parfaitement
d'aplomb avec interposition de joints étanchés.
- Les menuiseries sur doublages seront posées avec précadres en acier galvanisé ou
aluminium, adaptés aux épaisseurs des doublages.
- L'Entrepreneur devra toutes les sujétions de couvre joints, joints d'étanchéité, pièces d'appuis,
fourrures pour le rattrapage de l'isolant mural, ajustement et calfeutrement des menuiseries.
Pièces d'appui :
Toutes les menuiseries extérieures, exception faite pour les portes de passage courant, comportent
sur toute leur largeur des pièces d'appui pour la récupération des eaux d'infiltration et de
condensation. Ces eaux doivent être rejetées à l'extérieur par des orifices judicieusement disposés.
Les orifices doivent pouvoir être commodément débouchés.
Les pièces d'appui doivent rejeter les eaux de ruissellement hors de la partie horizontale du rejingot
de l'appui du gros œuvre. Les orifices extérieurs des trous de buée sont munis d'un dispositif
empêchant les refoulements de l'eau sous l'action du vent. Tous les joints d'allure horizontale dans
lesquels l'eau pourrait s'infiltrer par gravité comporteront obligatoirement des jets d'eau saillants.
Les pièces d'appui doivent respecter les dispositions du DTU 37.1 ou DTU 36.5 ; elles peuvent être
saillantes ou non. La sous-face de la pièce d'appui doit répondre aux exigences de l'article 4.5.1 de la
norme NF P 24-301. Les seuils maçonnés sont conçus pour assurer la liaison avec la pièce d'appui de
la menuiserie pour que les eaux puissent s'écouler vers l'extérieur. Lorsqu'un revêtement d'étanchéité
extérieure est prévu, leur forme géométrique est réalisée conformément aux DTU correspondants.
Les pièces d'appui et seuils doivent être fixés obligatoirement à partir de 0,90 m de longueur. Les
fixations doivent être munies d'un dispositif empêchant le passage de l'eau entre l'appui et la
maçonnerie.
Des fourrures ou encadrements spéciaux en profilés dřaluminium ou en acier galvanisé compensant
les épaisseurs des isolants ou meneaux pour recevoir des cloisons devront être mis en place. Aucune
partie de ces fourrures, encadrements ou meneaux ne devra être visible après fixation des ouvrages
en aluminium.
Seuils :
Sauf prescription contraire contenu dans le CCTP, les portes devront obligatoirement comporter un
profilé de seuil en acier inoxydable, avec ressaut maximum de 20 mm chanfreiné ou arrondi.
Calfeutrement :
LřEntrepreneur devra tous les habillages, toutes retouches et protection de ces fourrures,
encadrements, meneaux, dormants ainsi que tous les ouvrages dřétanchéité nécessaire.
Une attention particulière devra être apportée à l'étanchéité sous la pièce d'appui et à la jonction du
joint horizontal à ses extrémités avec les joints verticaux.
Lorsque des garnitures d'étanchéité sont utilisées pour le calfeutrement, les fixations ne doivent pas
traverser ces garnitures.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


105 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Tous les joints d'étanchéité devront être appliqués de manière à ce qu'ils puissent être changés et
qu'ils répondent en permanence aux exigences du groupe de sollicitation demandé, pour les
constructions de fenêtres.
Pour les fenêtres à la française, oscillo-battantes, il sera obligatoire de monter un joint d'étanchéité
central.
Les ouvrages seront complétés par des fournitures et accessoires garantissant une finition et un
fonctionnement parfait, jet d'eau, capotage, bavette, encadrements, meneaux extérieurs, couvre
joints, etc.
Recouvrements d'appuis :
Dans le cas où des bavettes sont prévues, elles seront de type rigide, en matériau de mêmes nature
et finition que les menuiseries, toujours démontables pour permettre le contrôle du joint d'étanchéité.
Les vitrages des portes et châssis doivent être rendus visibles pendant la phase de chantier. Après
leur pose, tous les vitrages devront être nettoyés. De même, après pose des menuiseries, il est
nécessaire de prévoir tous les moyens de protection, notamment pour toutes les arêtes susceptibles
d'être détériorées.

Tolérances sur les menuiseries posées :


Pour les mises en œuvre traditionnelles (fixées dans la maçonnerie), les tolérances seront conformes
au DTU 36.1 et 37.1. Les tolérances sur les menuiseries posées sont les suivantes :
Défaut de verticalité :
 Dans le plan perpendiculaire à la fenêtre (faux aplomb) : 2 mm/m ;
 Dans le plan de la fenêtre : 2 mm/m.
Défaut d'horizontalité (faux niveau) :
2 mm pour les largeurs inférieures ou égales à 1,50 m ; 3 mm au-delà.
Le jeu entre ouvrants et dormants ne doit pas s'écarter de plus de 2 mm par rapport à sa cote
nominale (référence cadre ouvrant).
Axe des menuiseries par rapport à l'axe des baies : ± 5 mm par rapport à l'axe de la baie.
En tout état de cause, les écarts de pose ne doivent pas constituer un obstacle au bon
fonctionnement de la menuiserie et à son aspect (alignement des traverses pour les menuiseries à 2
vantaux).

Retouches de finition sur menuiseries peintes ou vernies en usine :


Dans le cas de retouches sur le chantier après acceptation par le Maître dřOuvrage, le procédé de
retouche devra faire l'objet d'une procédure de réparation validée par le fabricant, et compatible avec
les process de traitement initial.
Les retouches doivent être faites comme il est dit ci-avant, en utilisant la même peinture ou le même
vernis que celle ou celui de protection initiale ou, à défaut, une peinture ou un vernis compatible
assurant une protection équivalente.

6.2.4.7 Réception des ouvrages finis


L'Entrepreneur effectuera le nettoyage, la vérification et la mise en fonctionnement des ouvrages
avant la réception, ainsi que le remplacement des pièces défectueuses.

6.3 Ventilation chauffage climatisation

6.3.1 Normes et guides


Normes Algériennes :
DTR C3-2 Réglementation thermique des bâtiments dřhabitation Ŕ Règle de calcul des
déperditions calorifiques, Fascicule 1
DTR C3-4 Règles de calcul des apports calorifiques des bâtiments, Climatisation
DTR C 3.1.1 Isolation acoustique des parois aux bruits aériens, Règles de calcul
DTR C 3-31 Ventilation Naturelle, Locaux à usage d'habitation

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


106 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Arrêté ministériel N°43/SPM du 14/02/1988 portant modification des zones dřapplication des règles
techniques pour la conception et la réalisation dřisolation et dřétanchéité des toitures en zone
saharienne.

Autres :
EN 378 Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur - Exigences de sécurité et
d'environnement
DTU 68.1 (P50-410) Installations de ventilation mécanique contrôlée (VMC)
DTU 68.2 (P50-411) Exécution des installations de ventilation mécanique
EN 779 Classification des pré filtres et filtres fins
NF P 90-208 Salles sportives - thermique Ŕ spécifications
ASHRAE Handbook dernière édition
IEC 60034 Machines électriques tournantes, Données nominales et caractéristiques de
fonctionnement
IEC 61310-1 Sécurité des machines - Indication, marquage et manœuvre. Exigences pour
les signaux visuels, auditifs et tactiles
ASHRAE Handbook HVAC Applications - Sound and Vibration Control

6.3.2 Philosophie des systèmes de climatisation

6.3.2.1 Principes généraux


Tous les bâtiments, excepté certains locaux techniques et de stockage (ne nécessitant pas un
environnement thermique contrôlé), disposeront de la climatisation (chaud et froid) pour maintenir la
température intérieure, lřhumidité relative, la qualité de lřair et si nécessaire, la pression de lřair, dans
des limites définies. Ceci afin dřassurer des conditions de confort satisfaisantes et/ou un bon
fonctionnement des équipements électroniques.
Tous les systèmes devront être conformes à la réglementation en vigueur et aux standards
internationaux.

La conception et le choix des systèmes seront basés sur les critères suivants :

Longévité, fiabilité et maintenance aisée :


- Les équipements devront présenter une excellente fiabilité notamment sous les conditions
climatiques extrêmes du désert.
- Ils seront conçus pour assurer un fonctionnement en continu à plein régime.
- Ils devront émettre peu de bruit.
- La maintenance devra être aisée et peu fréquente. Elle ne devra occasionner aucun arrêt des
activités.
- Lřaccessibilité des équipements à des fins de maintenance devra être facilitée. Cet aspect
devra être soigneusement étudié.
- La maintenance devra tenir compte du contexte dřimplantation du projet, en lřoccurrence les
conditions climatiques contraignantes (vent de sable fréquents), lřéloignement des zones
urbaines, une main dřœuvre qualifiée peu disponible, etc.
- La durée de vie des installations sera de 25 années au minimum.
- Les équipements devront conserver leur efficacité durant toute leur durée de vie.

Sécurité :
- Les systèmes devront répondre aux exigences les plus strictes en matière de sécurité
notamment incendie.
En outre, les systèmes devront intégrer dans leur conception les objectifs HSE suivants :
- La prévention, à travers la pressurisation, des risques dřinfiltration des fumées, des gaz
inflammables ou toxiques, des odeurs, du sable, etc.
- La garantie dřun environnement de travail et de vie sain et confortable.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


107 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Le maintien de la ventilation des équipements de secours en cas de panne électrique.


- Le compartimentage des bâtiments, imposé par les risques dřincendie, ne doit pas être
compromis par les dispositifs de ventilation (notamment les passages de conduits et de
câbles à travers des cloisons coupe-feu). Les volets dřaération et les conduits devront être
conçus pour assurer la meilleure sécurité. Les entrées dřair seront équipées de détecteurs de
fumée et de chaleur.
- Les systèmes devront éviter les phénomènes de stratification pour permettre une détection
rapide de la chaleur et des fumées en cas dřincendie.
- Dans les locaux qui lřimposent, les systèmes devront être dupliqués de manière à garantir un
fonctionnement permanent à 100% des capacités (sur le principe « opération/veille »). La
défaillance ou la maintenance dřun élément du système devra toujours permettre un
fonctionnement normal de lřinstallation. Les conduits, volets dřaération et « splitters » ne
seront pas redondants sauf en cas de nécessité.
- La qualité de lřair devra être irréprochable, notamment dans le contexte climatique local
dominé par des vents de sables et des phénomènes de chasse-sable. Les filtres les mieux
adaptés devront être choisis.
- Les débits dřair minimum requis devront être assurés en tenant compte de toutes les pertes
de charges associées aux filtres et aux dispositifs anti poussière, etc.
- Les systèmes devront fonctionner de manière satisfaisante quelles que soient les conditions
de vent.
- Les entrées et sorties dřair seront éloignées au maximum de manière à éviter des risques de
déviation du cheminement de lřair. La distance de séparation entre les entrées et sorties dřair
sera au minimum de 5.m, telle que recommandée par les standards en vigueur.
- Les entrées dřair seront localisées loin des sources potentielles de polluants (telles que les
sorties de gaz dřéchappement de moteurs, etc..). Les entrés dřair seront toutes pourvues de
filtres performants. Elles seront, par ailleurs, protégées contre la pénétration de la pluie ou du
sable.
- Aucun matériau combustible ou toxique ne sera admis. Par ailleurs, aucun matériau ne devra
émettre de fumées toxiques en cas dřéchauffement.
- Le matériel sera choisi dans une gamme d'équipement utilisant un fluide frigorigène de
substitution, non inflammable, sans chlore et donc préservant mieux la couche d'ozone, type
HFC R134a ou R407c.
- Compte tenu des modes d'occupation normalement admissible dans chaque local, le bruit
engendré par l'ensemble des équipements ne devra pas dépasser les limites acoustiques
réglementaires (voir paragraphe « Exigences de limitation du bruit »)

Performance et efficacité énergétique :


- Les systèmes devront être performants, quelles que soient les conditions météorologiques. Ils
seront conçus pour fonctionner de manière continue et pour atteindre rapidement les
températures désirées.
- Ils devront présenter une très bonne efficacité énergétique. Lřensemble devra présenter un
coût global minimum sur son cycle de vie. Une estimation des coûts dřutilisation devra être
réalisée afin de fixer le choix des équipements. Elle fera partie de la note de calcul des
installations.
- Dans le souci de maîtrise des consommations dřélectricité les équipements seront choisis
parmi ceux qui sont les moins énergivores et une attention particulière sera portée à la gestion
des auxiliaires (pompes, ventilateur).
- LřEntrepreneur établira un zoning spatial tenant compte des caractéristiques fonctionnelles et
des plannings dřoccupation de manière à ce que la température puisse être modulée selon les
activités.
- Tous les moyens dřéconomie dřénergie et dřutilisation des énergies renouvelables pourront
être envisagés, y compris la domotique, à condition que ceux-ci puissent être
économiquement viables et fiables sur le long terme.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


108 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Flexibilité :
- Les systèmes seront étudiés de manière à accepter une certaine flexibilité à long terme
(rénovations et ajouts).

Principes de redondance :
- Le principe général de redondance pour les machines centralisées sera le 3x50% : deux
machines en fonctionnement assurant la capacité nominale et une machine en stand-by prête
à reprendre le service en cas de panne. Possibilité dřintervention sur une machine en panne
pendant que les deux autres assurent la capacité nominale.
- Dans les autres cas (split systems) un équipement supplémentaire assurera la redondance
(N+1) sauf pour les studios dřhébergement

Contrôle commande :
- Dans les bâtiments climatisés par un système centralisé, chaque local sera équipé dřun
contrôle commande mural permettant notamment de régler :
o Le mode (chauffage ou climatisation)
o La température de consigne (plage 18°C Ŕ 25°C)
o La plage horaire de fonctionnement intra journalière
o La puissance de ventilation (automatique et trois niveaux de réglage imposés)

Emissions sonores :
Les systèmes ne devront pas émettre de bruit au-delà des niveaux indiqués au paragraphe
« Exigences de limitation du bruit ».

6.3.2.2 Choix des systèmes de climatisation


Les systèmes de climatisation :
Toutes les recommandations citées in supra devront guider le choix des systèmes de climatisation.
Eu égard aux conditions climatiques locales, caractérisées par des écarts de températures intra
journalières et saisonnières importants, ainsi que des intensités de rayonnement différentes selon les
orientations des façades, le système devra impérativement être flexible et adapté à différentes
demandes.
Par conséquent, quel que soit le système de climatisation choisi, celui-ci devra comporter des unités
de conditionnement disposant dřun contrôle individuel pour chaque local.
LřEntrepreneur devra sélectionner les systèmes qui répondent le mieux au contexte du projet (grande
fiabilité, performance, adapté au désert, confortable, faible maintenance, grande efficacité
énergétique) et aux attentes du Maître dřOuvrage, toutefois, il apparait logique de considérer, à priori,
les options suivantes :
- Des systèmes de climatisation centralisée alimentés par des groupes dřeau glacée pour les
bâtiments importants, tels que lřadministration, le restaurant et annexes, le centre sportif,
lřhébergement VIP, etc.
- Split-system à expansion directe (chaud et froid) en PAC (Pompe A Chaleur). pour les
bâtiments de taille réduite, compte tenu des limites associées aux puissances des
condenseurs et aux distances réduites des circuits frigorigènes. Lřavantage principal dřun
split-system est quřil bénéficie dřune installation aisée et dřune maintenance éprouvée. Ce
système est particulièrement adapté aux unités dřhébergement de par sa flexibilité et les
volumes à climatiser. La puissance sera calculée en fonction de la superficie des espaces à
climatiser et des conditions climatiques du Site. Les split systèmes seront particulièrement
appropriés pour le poste de garde, lřintendance, le foyer (si conçu comme un bâtiment à part),
les studios dřhébergement etc.

Les centrales de climatisation seront dimensionnées en fonction des espaces à climatiser (chaud et
froid), de la vocation et de la spécificité de chaque bâtiment en tenant compte des conditions
climatiques locales.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


109 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Plusieurs groupes dřeau glacée devront être prévus. Lřoption dřune seule unité de production pour
lřensemble dřun Site nřest pas admise.
Les centrales de climatisation seront munies dřUnités de Traitement dřAir (UTA).
Le soufflage de lřair sera réalisé à travers des diffuseurs plafonniers raccordés à des réseaux de
gaines, reliés aux UTA.
La distribution de lřair conditionné se fera au moyen de ventilo-convecteurs.
Pour chaque bâtiment important, un local technique regroupera les UTA et éventuellement les
équipements de production dřeau glacée, dřeau chaude (ou dřair). Ces derniers seront disposés au sol
à proximité des bâtiments.
Les locaux devront présenter des dimensions suffisantes pour accueillir les équipements avec tous
leurs accessoires ainsi que les conduits et tuyaux tout en permettant une maintenance aisée.
Les systèmes proposés devront répondre aux principaux critères énoncés dans les spécifications et
tenir compte notamment des températures maximales dřété, des amplitudes journalières ainsi que des
faibles températures dřhiver.

Le tableau fourni en 6.3.6 précise le type de climatisation par bâtiment.

Les UTA :
Le renouvellement de lřair est indispensable pour:
- Lřapport des débits minimums dřair frais en fonction de lřusage des locaux (par unité de
volume et de temps).
- Le maintien de surpressions (si nécessaire).
Les spécifications minimales requises concernant la ventilation et le renouvellement dřair sont les
suivantes:
- Les entrées dřair seront localisées dans des zones non contaminées et ne présentant aucun
risque pour la santé.
- Lorsque cela sřavère nécessaire, les locaux seront légèrement en surpression de manière à
éviter lřinfiltration de poussières, de gaz inflammables ou toxiques. Les valeurs moyennes
sont comprises entre 20 et 50Pa. Les taux dřinfiltration à travers les joints de portes devront
3
être en dessous de 35m /h/mètre linéaire, soumis à un différentiel de pression de 30Pa. Pour
3
les murs et cloisons, ce taux, devra être inférieur à 5-10m /m2 de mur.
- La ventilation sera conçue selon une répartition en zones homogènes dřactivité, regroupant
les locaux ayant des modes dřutilisation analogues et offrant la possibilité dřune mise en
température dissociée des locaux au moyen de commandes programmées.
- La ventilation mécanique sera obligatoire pour les sanitaires et les vestiaires/douches.
- Lřinstallation sera conçue de manière à ne pas générer dřinconfort associé à la vitesse de lřair,
la température, lřhumidité, le bruit ou les vibrations.
- Les parties internes du système ne devront contenir aucun matériau susceptible de se
désagréger en particules qui peuvent être dangereuses pour la santé.
- Lřefficacité énergétique des systèmes devra bénéficier dřune attention particulière de la part
du concepteur.

L’humidification :
Les humidificateurs ne seront utilisés que lorsque les conditions dřusage du local nécessitent des
humidités supérieures. De même les déshumidificateurs ne seront utilisés que lorsque des humidités
réduites sont requises.

La recirculation de l’air :
Afin de réduire les sollicitations des équipements, le recyclage de lřair pourra être utilisé. Toutefois, il
ne sera pas permis lorsque lřair est pris depuis un local où le risque de contamination est élevé, tels
que les locaux de batteries, toilettes, vestiaires, cuisine, clinique, etc. La ventilation de ces locaux
devra être canalisée à travers des conduits différents, lorsquřun recyclage de lřair est prévu. Par
ailleurs, des filtres adéquats devront être installés.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


110 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les systèmes de recirculation devront être conçus en adéquation avec les principes de sécurité
incendie de manière à éviter la propagation des fumées en cas dřincendie.
La quantité dřair recyclée devra être en adéquation avec lřusage du local et les exigences de
renouvellement dřair.
La circulation de lřair recyclé sera contrôlée par des volets dřaération à lřentrée, à la sortie et dans le
conduit. En cas dřurgence, les volets pourront être aussi contrôlés par les systèmes de sécurité
incendie.

La pressurisation :
Dans le cas où la pressurisation sřavère nécessaire, le réseau de ventilation sera conçu de manière à
produire une pression relative négative dans les locaux à risques ou contaminés tandis que les autres
locaux seront soumis à une pression positive. Les valeurs maximales devront être limitées de manière
à réduire le différentiel de pression qui peut affecter lřouverture et la fermeture des portes.
Les calculs devront tenir compte des infiltrations/exfiltrations dues aux défauts dřétanchéité des
constructions.
Les sas qui équipent les entrées principales des bâtiments seront soumis à une légère surpression de
manière à éviter la pénétration du sable dans les locaux.

Les bruits et vibrations :


Les équipements ne devront pas émettre de bruit au-delà des limites fixées au paragraphe
« Exigences de limitation du bruit ».
Par conséquent tous les éléments ou appareils susceptibles de devenir une source de gène sonore
seront sélectionnés parmi les plus silencieux dans les conditions réelles de fonctionnement que ce
soit les compresseurs, les ventilateurs ou les autres matériels.
Le bruit pourra être limité en utilisant les mesures suivantes :
- Silencieux fixés aux conduits dřair
- Isolation sonore des conduits
- Equipement à faible émission sonore
Il est très important dřisoler les équipements rotatifs de la structure du bâtiment par le biais :
- De conduits flexibles,
- De connecteurs dřair dans les conduits,
- Dřisolants anti-vibrations assurant une efficacité dřau moins 98% contre les vibrations.
Se référer à ASHRAE Handbook : HVAC Applications : Sound and Vibration Control pour plus
dřindications.

Redondance :
Pour tous les bâtiments, les systèmes de production de froid (que ce soit eau glacée ou expansion
directe) seront redondants (3x50%) de manière à assurer un fonctionnement continu et à faciliter la
maintenance. Toutefois, dans les studios dřhébergement, les split systèmes individuels, ne seront pas
doublés.
Les UTA, ne devraient pas être redondants hormis pour les bâtiments abritant des locaux dont
lřactivité est permanente et/ou qui ne doit en aucun cas être interrompue à cause dřun arrêt de la
climatisation (le cas du Poste de garde et de la salle de crise du bâtiment administratif par exemple),
ou encore les locaux abritant un équipement sensible tel que le local IT.
Il peut être aussi envisagé, pour ces locaux dits « sensibles », une climatisation de secours
indépendante de la climatisation générale du bâtiment qui les abrite.
La production de froid des chambres froides sera impérativement doublée.
Les équipements de ventilation du local batterie seront doublés.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


111 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.3.3 Bases de calcul

6.3.3.1 Ambiance thermique


Une attention particulière sera portée aux conditions climatiques de chaque saison. La température de
lřair, les différences de température, les vents de sable, lřhumidité, le rayonnement solaire etc.,
devront être bien pris en compte dans la conception des installations de manière à offrir des
conditions optimales de confort pour le personnel et de fonctionnement pour les équipements.

Les conditions de base peuvent être considérées comme suit:

Site :
Latitude : 27°53ř N
Longitude : 0° 17řW
Altitude : 320m

Maximum:
Température sèche : 51°C
Humidité relative : 12%
Variation intra journalière : 18°C
Les condenseurs devront être conçus pour fonctionner au moins 4°C au dessus de la température
extérieure (soit à 55°C)
Il est à noter que la température des surfaces exposées au soleil peut atteindre 82°C .

Minimum:
Température sèche : -5°C
Humidité relative : 89%

Tableau 4 : conditions hygrothermiques et taux de renouvellement dřair recommandés par type


dřespace
Débit minimal
d’air neuf en
Local Températures d’été Températures d’hiver Humidité m3/heure
(espace non
fumeur)

Conception Min/Max Conception Min/Max Max

Toilettes groupées 26 23/29 21 19/23 N/A 30+15N

Douches/vestiaires 30+15N
groupés

Lavabos groupés 10+5N

Hébergement 24 23/29 21 19/23 <65% 25 par occupant

Bureaux 24 23/29 21 19/23 <65% 25 par occupant


administratifs

Centre médical 24 23/29 21 19/23 <65% 25 par occupant

Blanchisserie 26 23/29 21 19/23 <65%

Sous-station 26 23/29 21 19/23 <65%


électrique

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


112 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Salle de prière 24 23/29 21 19/23 <65% 25 par occupant

Magasins/Atelier 26 23/29 21 19/23 <65% 45 à 60 par


occupant

Centre de sports 24 23/29 21 19/23 <65% 60 par occupant

Salle de batteries 26 23/29 21 19/23 <65%

Cuisines 26 23/29 21 19/23 <65%

Restaurant/foyer 26 23/29 21 19/23 <65% 30 par occupant

Local 26 23/29 21 19/23 <65%


Télécommunication

*N : Nombre dřéquipements situés dans le local

Par ailleurs :
- La température sera uniforme dans chaque espace (la différence de température entre le
niveau de la tête et celui du sol ne devra pas dépasser 2° C).
- La vitesse de lřair dans les locaux occupés ne devra pas excéder 0.20m/s, sauf accord du
Maître dřOuvrage. Les systèmes devront lutter efficacement contre la stratification thermique
notamment dans les locaux ayant une grande hauteur sous plafond.
- La différence de température entre les locaux dřun même usage où le personnel circule
librement ne devra pas excéder 5°C. La différence de température de surface entre deux
locaux devra être inferieure à 10°C.
- Les gains internes (issus des équipements et éclairage artificiel) ne devront pas être pris en
compte pour la détermination des puissances de chauffage mais ils le seront pour la
détermination des puissances de rafraîchissement.
- Les conditions hygrothermiques listées au tableau ci-dessus sont données à titre indicatif.
LřEntrepreneur devra, notamment pour les locaux particuliers (Archives, Locaux IT, etc.)
vérifier les conditions exigées en fonction de lřactivité (assurer un bon état de conservation
des documents ou un bon fonctionnement des équipements).

6.3.3.2 Gains internes


Générés par lřéclairage :
- Dans les locaux techniques : 12 W/m2
- Dans les bureaux : 20 W/m2

Générés par les personnes :


- Locaux techniques : 100W/personne
- Bureaux : 70 W/personne
- Chaleur latente : 70W/personne

Générés par les équipements : (à déterminer local par local en fonction des équipements utilisés).
Estimation grossière:
- Bureaux 10 W/m2
- Locaux techniques : 150W/m2

6.3.3.3 Isolation thermique


Les parois (murs et toitures) extérieures des bâtiments nécessitant de la climatisation seront bien
isolées et de préférence protégées du rayonnement solaire par des dispositifs appropriés. Lorsquřun
local peut être sujet à un changement dřusage, il sera isolé thermiquement.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


113 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les valeurs maximales admissibles des coefficients thermiques des parois sont indiquées au
paragraphe 6.1.2.2.
Les prescriptions techniques relatives aux isolants sont données dans le paragraphe 6.1.8.

6.3.3.4 Niveaux de bruit


Le bruit généré par les systèmes de climatisation ne devra pas excéder les limites suivantes :

Tableau 5 : Limites de bruit par local


Local Limites de bruit en dB(A)
Salle de batteries 70
Local instruments (avec occupation permanente) 45
Local technique (sans occupation permanente) 70
Hall / Espace dřattente 45
Bureaux 40
Salle de réunion 40
Circulation 45
Cuisines 50
Clinique 35
Hébergement 30-35

Le bruit généré par les condenseurs et les unités de production dřeau glacée disposées à lřextérieur
ne devra jamais dépasser 65 dB(a) au niveau des façades des bâtiments.

6.3.3.5 Performance des filtres


Les entrées et sorties dřair seront munies de systèmes de filtration du sable présentant les niveaux
dřefficacité minimums suivants :

Dimension des particules de Efficacité de filtration (avec


sable (µ) vitesse = 1m/s)
350-700 90%
75-700 60%

Les Unités de Traitement dřAir (UTA) seront équipés de deux filtres :

Filtration Efficacité de filtration


Première filtration 98% gravimétrique (F5)
Filtration finale 95% opacimétrique (F9)

Lřair recyclé à travers les systèmes split ou les UTA sera filtré par un filtre présentant une efficacité
dřau moins 90% (gravimétrique).

6.3.3.6 Recommandations pour les locaux particuliers


Salle de sports :
Une bonne ventilation pour les salles de sport est essentielle. Il sřagira dřassurer un renouvellement
dřair de lřordre de 25 m3/h/personne au minimum. Toutefois, la vitesse de lřair ne devra pas être trop
élevée afin ne pas contrarier le bon déroulement des activités sportives.
Les installations de climatisation devront, par ailleurs, résister aux chocs éventuels occasionnés par
les activités sportives et ne présenter aucun risque aux sportifs et au matériel. Elles seront disposées
à une hauteur de 2.5m au minimum et ne devront présenter aucune protubérance.
Une bonne ventilation du court de squash est indispensable et la norme minimale requise est dřun
changement d'air total par heure (extracteur ou autre système) quand le court est utilisé.

Piscine :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


114 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

La climatisation devra maintenir une température de lřair ambiant à 2°C au dessus de la température
de lřeau qui doit être comprise entre 25°C et 30°C.
Lřhumidité relative devra être maintenue entre 50% et 60% et une ventilation dřau moins 22 m3/h par
personne et 4 changements dřair par heure durant une forte occupation devra être assurée.
La détérioration du matériel en raison de la forte humidité et des vapeurs de chlore devra être
anticipée et minimisée par une bonne conception. La vitesse de lřair au niveau de la piscine devra être
réduite au minimum.

Vestiaires et douches :
Dans les vestiaires, il faudra prévoir une ventilation mécanique pour réduire lřhumidité excessive et
évacuer les odeurs.
Dans les douches et cabinets dřaisance groupés, prévoir au minimum un renouvellement dřair de
3
30+15N m /h (N étant le nombre dřéquipements localisés dans le local).

Restaurant et annexes :
Une unité de climatisation centralisée (chaud/froid) avec air conditionné pourvoira aux besoins de
lřensemble des espaces (hors chambres froides, qui disposeront de leur propre système de
réfrigération).
Le système de climatisation devra être dimensionné pour prendre en compte les gains internes très
importants, notamment ceux des cuisines et des boulangeries. Les possibilités de récupération des
calories des cuisines et/ou des frigories des espaces de froid devront être étudiées avec soin.
3
Le renouvellement dřair dans le restaurant sera maintenu à au moins 30m /h/personne.
Pour les stockages et réserves, la température de lřair devra être maintenue entre 14°C et 16°C, sauf
indication contraire. Le système de ventilation et extraction d'air devra être dimensionné en fonction
3
des besoins pour les zones de cuisson. Il devra assurer au moins 15m /plat préparé et une vitesse
dřair mesurée au droit de lřouverture de la hotte comprise entre 0.25m/s et 0.5m/s (ces valeurs devant
être confirmées auprès de cuisinistes professionnels).
La hotte devra être convenablement dimensionnée en cohérence avec le système de climatisation de
manière à éviter que la chaleur, les fumées et les odeurs ne sřéchappent des cuisines. Dans tous les
cas, éviter tout flux dřair pulsé dřune zone viciée vers une zone propre (par exemple, ne pas envoyer
de lřair provenant de la cuisine dans la salle de restauration).
Les sorties dřair froid ne devront jamais être disposées au dessus des zones chaudes. On assurera
une bonne ventilation dans la zone de plonge.
Les conduits dřextraction devront être accessibles et faciles à nettoyer.
Les conduits de climatisation et la plomberie devront être impérativement encastrés dans les faux
plafonds.
Les équipements, les conduits et joints devront être montés sur des supports isolants anti-vibrations.
Les extracteurs des sanitaires devront être mis en fonction indépendamment de l'éclairage.
Dřune manière générale, et sauf prescription contraire, le fonctionnement de la ventilation mécanique
dépendra du rythme dřoccupation des locaux. Il sera diminué ou interrompu pendant les heures
dřinoccupation à chaque fois que cela sera possible.
Pour des questions dřhygiène et de salubrité, le local poubelle attenant à la cuisine sera équipé dřun
système de rafraichissement (Split system individuel).

Salles des batteries :


Les salles des batteries seront ventilées directement vers lřextérieur à lřaide dřextracteurs
mécaniques. Le recyclage de lřair nřest pas autorisé.
Le système de batterie devra être étudié de manière à évaluer le risque de production de gaz nocif et
inflammable. Les niveaux de ventilation seront basés sur les taux de dilution requis et/ou dřextraction
de chaleur plutôt que sur des valeurs arbitraires. Les orientations du fabricant de batteries devront
être utilisées pour déterminer les débits de ventilation requis.
Lorsque les risques de contamination de lřair sont négligeables et ne menacent pas les personnes ou
les biens, un système de climatisation central ou local peut être utilisé pour la ventilation, à condition

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


115 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

que lřair ne soit pas recyclé. Alternativement, lřair peut être puisé dřun local adjacent, ne présentant lui
non plus aucun risque.
Lorsque les niveaux de contamination peuvent être dangereux, un système dřextraction dédié sera
installé avec une extraction en hauteur au-dessus des batteries.
Lřapport dřair sera maintenu de manière à garder la pression en dessous de celles des locaux
adjacents (à condition que ces derniers ne présentent pas de risques).
Lřentrée dřair sera située en partie basse du local.
Un détecteur dřhydrogène ainsi quřune alarme seront installés dans le local.
Les températures seront maintenues dans les limites recommandées par le fabricant des batteries.

Sous-station électrique et local IT :


Les températures seront contrôlées dans les limites fixées par le fabricant des équipements
électriques. Afin dřéviter des charges de chauffage et de rafraichissement inutilement élevées, la
recirculation de lřair sera employée autant que possible, à condition que lřair ne soit pas vicié.
Dans le local IT les températures seront parfaitement contrôlées dans les limites fixées par le fabricant
des équipements.

6.3.4 Description des systèmes de climatisation et de ventilation

6.3.4.1 Principaux éléments des systèmes


On choisira des systèmes fiables et consommant peu dřénergie. On optera pour des systèmes
électroniques à capteurs qui permettent de moduler et dřajuster le flux dřair et la température ambiante
en fonction de lřusage et de la fréquentation.
Les systèmes seront conçus avec une surcapacité pour tenir compte des besoins de flexibilité des
espaces.
Ils devront être adaptés aux températures et aux conditions environnementales définies plus haut.
Les équipements devront être installés de manière à pouvoir être désolidarisé des conduits.
Les conduits ne devront pas être localisés en-dessous, au dessus ou autour des équipements de
climatisation, de manière à ce que ce dernier puisse être retiré sans pour autant démonter les
conduits. Tous les joints, mastics etc., devront être non toxiques et présenter des propriétés de
retardateur de flamme. Tous les équipements devront être testés chez les fournisseurs en conformité
avec les fiches techniques.

6.3.4.2 Unités de traitement d’air


Elles comporteront le caisson dřentrée dřair neuf, le caisson filtre, la batterie de préchauffage, le
caisson de mélange air neuf / air extrait batterie de chauffage, le caisson dřhumidification, la batterie
froide, la batterie de chauffage final, le caisson de ventilation, etc.
Les unités seront isolées dans des caissons à double peau munis de panneaux amovibles dřaccès.
Tous les joints seront retardateurs de feu et devront permettre une étanchéité parfaite à lřair.
Les ventilateurs et moteurs seront montés sur des supports antivibratoires. Ils seront facilement
accessibles de manière à faciliter le retrait dřun moteur ou lřajustement dřune courroie.
Des joints isolants adaptés seront utilisés à chaque fois que des métaux différents sont en contacts.
Les panneaux et structures seront fabriqués en métal inoxydable.
Les unités seront assemblées et testées chez le fournisseur avant lřinstallation sur Site.

6.3.4.3 Ventilateurs
De manière générale, les ventilateurs seront de type centrifuge à aubes recourbées vers l'arrière.
Lorsque lřespace est limité, le type à flux mixte ou axial pourra être considéré.
Ils devront répondre à la spécification de non-surcharge et seront sélectionnés pour fonctionner dans
de hautes performances de pression/volumes de manière à assurer les fluctuations les plus faibles
dans des conditions de vent défavorables.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


116 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Ils seront entrainés de manière indirecte et les équipements (ventilateurs, moteurs) seront
sélectionnés de façon à permettre des modifications ultérieures aux systèmes.
Tous les ventilateurs et moteurs seront munis de supports antivibratoires. Chaque système de
ventilation sera muni aussi de joint à brides flexibles à ses deux extrémités, lorsquřil est connecté
directement au conduit.
Ils seront munis de dispositif de contrôle du déportement. Ils seront munis de dispositifs permettant de
détecter les dysfonctionnements et dřopérer automatiquement la commutation et mise en « standby ».
Des volets pneumatiques seront installés à la sortie des ventilateurs de manière à faciliter la
commutation du matériel en service vers le « standby » et vice-versa. Des volets dřisolation,
commandés manuellement seront installés dans les entrées des systèmes de ventilation.
Tous les moteurs seront aux normes des moteurs asynchrones de basse tension.
Ils seront en acier galvanisé ou en acier inoxydable. Une porte dřaccès sera prévue pour chaque
caisson de ventilation. Les pales seront en carbone ou en acier inoxydable.
Les extracteurs (en principe en toiture), devront être facilement visitables, et isolés pour éviter toute
transmission sonore par les structures.

6.3.4.4 Filtres et grilles


Les prises d'air devront offrir une bonne protection contre le sable et empêcher que des feuilles ou
des oiseaux ne les bloquent. Elles seront munies de grilles très efficientes pour pallier les conditions
météorologiques défavorables. Une attention particulière sera portée au risque dřinfiltration du sable
dans les installations.

6.3.4.5 Batteries de refroidissement


Le fluide réfrigérant devra être en conformité avec les exigences du Protocole de Copenhague et de
Montréal tel que le type HFC R134a ou R407c. Les HCFC hydro chloro- fluro carbones seront
proscrits.
Les machines ainsi que les compresseurs, les moteurs et les unités de condenseurs, les conduites et
les systèmes de contrôle, seront conçus pour une utilisation intensive.
Toute lřinstallation sera montée sur des supports antivibratoires et des caissons acoustiques à chaque
fois que cela sera nécessaire.

6.3.4.6 Batteries de chauffage


Elles seront dřusage intensif, avec recirculation dřair utilisant des systèmes de chauffage électriques.
Elles devront être très robustes.

6.3.4.7 Humidificateurs
Si lřhumidification est nécessaire, les humidificateurs seront connectés au réseau dřeau potable. La
qualité de lřeau devra être conforme aux spécifications des humidificateurs.
Toutes les pièces dans lesquelles circulent lřeau, la vapeur ou lřair seront en acier inoxydable.
Les équipements devront pouvoir contrôler précisément lřhygrométrie de lřair de soufflage.

6.3.4.8 Conduits
La distribution de lřair se fera par le moyen de conduits à faible vitesse équipés de grilles aux
extrémités. Lorsque cela est possible, lřair sera extrait juste au-dessus des principales sources de
chaleur.
Les conduits véhiculant lřair conditionné seront isolés, excepté dans les locaux quřils desservent.
Lřisolation sera complétée par des barrières pare-vapeur lorsque la température de lřair soufflé est
susceptible de descendre en dessous du point de rosée.
Les conduits dřextraction ne seront pas isolés, sauf sřils peuvent être soumis à des excès ou des
pertes excessives de chaleur en traversant des locaux.
Les matériaux isolants seront incombustibles et ne devront dégager aucune fumée ou vapeur toxique
en cas dřéchauffement. Des fibres minérales associées à des revêtements appropriés seront utilisés.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


117 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les parois internes des circuits dřarrivée dřair ne doivent pas comporter de matériaux pouvant se
désagréger en émettant des particules dangereuses pour la santé.
Des volets seront installés dans les conduits en réponse aux exigences de prévention incendie.
Des atténuateurs de bruit seront installés à chaque fois que cela est nécessaire pour réduire les
niveaux sonores aux limites fixées.

6.3.4.9 Unités de climatisation en Split Air


Les split systèmes seront de type réversible équipés de pompes à chaleur présentant de hautes
performances énergétiques et répondant à la norme EN 378 (Systèmes de réfrigération et pompes à
chaleur) ou équivalente.
Ils devront présenter, par ailleurs, une fiabilité et une efficacité éprouvées et seront choisis parmi des
marques renommées.
Les unités pourront être montées au sol, sur le mur ou au plafond, selon le cas, pour permettre de
fonctionner le plus efficacement possible en fonction de la configuration des espaces quřils
climatisent. Lřinstallation ne devra pas compromettre lřintégrité du compartimentage exigé par la
réglementation incendie.
Ils seront équipés des contrôles permettant de maintenir les conditions requises de température.
Les locaux occupés de manière permanente, tels que les bureaux, les chambres etc., seront
climatisés par le biais de split-systèmes réversibles (chaud/froid).

6.3.4.10 Systèmes de contrôle


Les systèmes de climatisation seront généralement surveillés et contrôlés localement. Ils partageront
toutefois une interface avec les systèmes de prévention incendie. Les systèmes de contrôle et de
sécurité seront conformes à la classification des locaux quřils desservent.

6.3.4.11 Ventilateurs
Les ventilateurs seront équipés de transferts («changeover») automatiques qui gérera les phases de
fonctionnement / veille («run / standby»). Ils seront équipés aussi dřun contrôle manuel.
Lřouverture des volets sera couplée avec les ventilateurs. Un système dřarrêt dřurgence sera prévu
pour chaque ventilateur.

6.3.4.12 Température de contrôle


Les batteries de chauffage électrique seront contrôlées automatiquement grâce à des capteurs de
température (« Temperature transmitters »).
La batterie de chauffage sera fournie avec tous ses accessoires, tels quřun système intégré de
coupure en cas dřélévation anormale de la température avec un redémarrage manuel.
La batterie de refroidissement sera contrôlée automatiquement via un capteur de température.
Pour les systèmes qui intègrent à la fois une batterie de chauffage et une de refroidissement, chaque
batterie sera contrôlée en séquence à lřaide dřun capteur de température commun.
Lřapport dřair extérieur et éventuellement de recyclage sera contrôlé automatiquement grâce à des
sondes de température ambiante extérieures.

6.3.4.13 Contrôle d’humidité


Les humidificateurs seront contrôlés par le moyen de détecteurs localisés dans le conduit dřextraction
et des détecteurs de limite haute dřhumidité dans les conduits dřamené dřair.

6.3.4.14 Contrôle des volets en cas d’incendie


Le contrôle pourra être actionné :
- Soit par déclenchement manuel ou automatique à distance du système Incendie
- Soit par déclenchement automatique par un système de sécurité ou à fusible
Ces systèmes feront lřobjet dřune étude approfondie.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


118 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.3.4.15 Alarmes
Les alarmes suivantes seront fournies :
- Dysfonctionnement des ventilateurs
- Dysfonctionnement du chauffage
- Filtres obstrués
- Températures en dehors des limites
- Humidité excessive ou trop basse
- Perte de pression (dans les installations sensibles), etc.

6.3.5 Tests et inspections


LřEntrepreneur sera responsable de lřinspection et du test de tous les équipements et composants.
LřEntrepreneur devra remettre les procédures de test des équipements sur Site.
LřEntrepreneur effectuera les ajustements nécessaires au bon fonctionnement des installations.
Tous les certificats et tests de conformité de lřensemble des installations et des équipements seront
produits avant la Réception Provisoire de lřOuvrage.
La pression et lřétanchéité de tous les circuits contenant les frigorigènes seront testées selon les
exigences des standards.
Les tests dřétanchéité seront effectués avant dřappliquer les peintures finales et/ou lřisolation. Ces
tests seront effectués selon les procédures décrites dans ASHARE ou équivalentes.
LřEntrepreneur vérifiera que les isolants thermiques et acoustiques sont correctement installés et que
les conduits seront correctement installés et soutenus et ne présenteront aucun défaut dřétanchéité.
La distribution de lřair sera équilibrée et les débits dřair requis seront bien fournis pour toutes les
pièces.
Les tests des systèmes de contrôle seront effectués en simulant tous les cas de figure possibles.
Les moteurs et accessoires seront testés. Les niveaux sonores et des vibrations seront contrôlés et
devront être conformes aux normes.
Les documents « as built » seront produits par lřEntrepreneur.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


119 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.3.6 Synthèse des systèmes par bâtiment

6.3.6.1 Pour la Base


La BASE
Type Local Redondance Fonctionnement Extraction d'air Commentaire
Split System avec pompe à chaleur
Poste de garde N+1 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Réception intendance N+1 12/12 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Studios d'hébergement 1+0 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Salle de prière N+1 12/12 VMC
(technologie inverter)
Split system avec pompe à chaleur
Espace commun VIP N+1 16/8 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Sous-stations électriques N+1 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Atelier de maintenance N+1 12/12 VMC
(technologie inverter)
Pompe à chaleur air/eau avec ventilos- Avec un échangeur de
convecteurs à cassette, unité de incluse (VMC en chaleur air/air entre air
Infirmerie 3x50% H24
traitement d'air primaire et système sanitaires) extrait et air primaire et
d'extraction d'air freecooling.
Pompe à chaleur air/eau avec ventilos- Avec un échangeur de
convecteurs à cassette, unité de incluse (VMC en chaleur air/air entre air
Centre de formation 3x50% 12/12
traitement d'air primaire et système sanitaires) extrait et air primaire et
d'extraction d'air freecooling.
Pompe à chaleur air/eau avec ventilos- Avec un échangeur de
convecteurs à cassette, unité de Bâtiment administratif incluse (VMC en chaleur air/air entre air
3x50% 12/12
traitement d'air primaire et système (hors salle IT) sanitaires) extrait et air primaire et
d'extraction d'air freecooling.
Pompe à chaleur air/eau avec ventilos- Régulation de
convecteurs à cassette, unité de incluse (VMC en l'extraction d'air en
Foyer-cafétéria 3x50% 16/8
traitement d'air primaire à recirculation sanitaires) fonction du niveau de
partielle et système d'extraction d'air CO2
Pompe à chaleur air/eau avec ventilos-
convecteurs à cassette, unité de incluse (VMC en
Blanchisserie 3x50% H24
traitement d'air primaire à recirculation sanitaires)
partielle et système d'extraction d'air
Pompe à chaleur air/eau avec ventilos-
convecteurs à cassette, unité de
Régulation de
traitement d'air primaire à recirculation
l'extraction d'air en
partielle (zone salles de gymnastique et incluse (VMC en
Installations sportives 3x50% 12/12 fonction du niveau de
squash), pour la zone piscine unité de sanitaires)
CO2 (salles gymnastique
traitement d'air primaire à recirculation
et squash)
partielle dédiée et système d'extraction
d'air
Pompe à chaleur air/eau avec ventilos-
convecteurs à cassette, unité de
traitement d'air primaire à recirculation
Régulation de
partielle (zones salles de restaurant),
Restaurant, cuisines et incluse (VMC en l'extraction d'air en
unité de traitement d'air à tout air 3x50% 16/8 réduit
dépendances sanitaires) fonction du niveau de
extérieur (zones cuisines), split-system
CO2 (salles restaurant)
avec pompe à chaleur (zones bureaux et
poubelles) et systèmes d'extraction d'air
et hottes aspirantes
Climatisation de précision avec système
redondant combinant un refroidissement
par expansion directe et par eau glacée. La
climatisation primaire est assurée par
Salle IT (bâtiment
l’eau glacée du système centralisé du 3x50% H24 incluse
administratif)
bâtiment administratif. Dans le cas de
dysfonctionnement ou panne, le système
bascule automatiquement sur le circuit à
expansion direct.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


120 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.3.6.2 Pour le Camp et le Poste

Le CAMP
Type Local Redondance Fonctionnement Extraction d'air Commentaire
Split System avec pompe à chaleur
Chambres simples 1+0 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Dortoirs N+1 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Restaurants N+1 16/8 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Foyer-cafétéria N+1 16/8 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Bureaux N+1 12/12 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Blanchisserie N+1 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Armurerie N+1 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Salle de soins N+1 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Poste de garde N+1 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Salle de prière N+1 H25 VMC
(technologie inverter)
Le POSTE
Split System avec pompe à chaleur
Poste de garde N+1 H24 VMC
(technologie inverter)

6.3.6.3 Pour la résidence

La RESIDENCE
Type Local Redondance Fonctionnement Extraction d'air Commentaire
Split System avec pompe à chaleur
Studios d'hébergement 1+0 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Bureaux N+1 12/12 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Salle de réunion N+1 12/12 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Poste de garde N+1 H24 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Salle de prière N+1 12/12 VMC
(technologie inverter)
Split System avec pompe à chaleur
Blanchisserie N+1 12/12 VMC
(technologie inverter)

6.4 Plomberie sanitaire

6.4.1 Normes
Normes algériennes :
NA 7700 Systèmes de canalisations en plastique - Tubes et raccords en polyéthylène (PE)
destinés à l'alimentation en eau - (eqv ISO 4427 ou EN 1220)

Normes européennes :
DTU 65.10 Travaux de bâtiment - Canalisations dřeau chaude ou froide sous pression et
canalisations dřévacuation des eaux usées et des eaux pluviales à lřintérieur des
bâtiments - Règles générales de mise en œuvre - Partie 1 : Cahier des clauses
techniques + Amendement A1.
DTU 60.5 P1-1 Travaux de bâtiment - Canalisations en cuivre - Distribution dřeau froide et chaude
sanitaire, évacuation dřeaux usées, dřeaux pluviales, installations de génie
climatique - Partie 1-1 : Cahier des clauses techniques

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


121 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

DTU 60.5 P1-2 Travaux de bâtiment - Canalisations en cuivre - Distribution dřeau froide et chaude
sanitaire, évacuation dřeaux usées, dřeaux pluviales, installations de génie
climatique - Partie 1-2 : Critères généraux de choix des matériaux
DTU 60.2 Canalisation en fonte, évacuations d'eaux usées, d'eaux pluviales et d'eaux
vannes.
DTU 60.31 Canalisations en chlorure de polychlorure de vinyle non plastifié : eau froide avec
pression.
DTU 60.32 Canalisations en polychlorure de vinyle non plastifié : évacuation des eaux
pluviales.
DTU 60.33 Canalisations en polychlorure de vinyle non plastifié : évacuation d'eaux usées et
d'eaux vannes.
DTU 60.4 Canalisations d'évacuation en fonte.
DTU 60.41 Canalisations en P.V.C.
DTU 60.5 Canalisations en cuivre .Distribution d'eau froide et eau chaude sanitaire.
DTU 65.10 Canalisations d'eau chaude ou froide sous pression et canalisations des eaux
usées et des eaux pluviales à l'intérieur des bâtiments.
NF P 40-202 Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire et des installations
dřévacuation des eaux pluviales
NF EN 1717 Protection contre la pollution de lřeau potable dans les réseaux intérieurs et
exigences générales des dispositifs de protection contre la pollution par retour
EN ISO 3822-1 Acoustique - Mesurage en laboratoire du bruit émis par les robinetteries et les
équipements hydrauliques utilisés dans les installations de distribution d'eau -
Partie 1 : méthode de mesurage.
NF EN 1057 Cuivre et alliages de cuivre - Tubes ronds sans soudure en cuivre pour l'eau et le
gaz dans les applications sanitaires et de chauffage
EN ISO 15875 Systèmes de canalisations en plastique pour les installations d'eau chaude et
froide - Polyéthylène réticulé (PE-X)
NF EN 1401 Systèmes de canalisation en plastique pour les branchements et les collecteurs
d'assainissement enterrés sous pression
DTU 60.33 Travaux de bâtiment - Canalisations en polychlorure de vinyle non plastifié-
Evacuation dřeaux usées et dřeaux de vanne
NF D 10-101 Eviers : caractéristiques générales
NF D 11-101 Lavabo en céramique
NF D 11-102 Eviers en céramique
NF D 11-105 Cuvette de W.-C. en céramique : (Siphon caché)
NF D 11-106 Cuvette W.-C. en céramique : (Siphon apparent)
DTU n° 60.1 Plomberie sanitaire pour bâtiments à usage d'habitation
NF EN 1561 Fonderie. Fonte à graphite lamellaire (eqv. NF A 32-101)
EN 997 Cuvettes de WC et cuvettes à réservoir attenant à siphon intégré
ANSI Z358.1-2004 Douches oculaires et douches d'urgence. Portée et application
NF EN 1055 Systèmes de canalisations en plastique ŕ Systèmes de canalisations
thermoplastiques pour l'évacuation des eaux vannes et des eaux usées à l'intérieur
des bâtiments ŕ Méthode d'essai de résistance à des cycles à température élevée
NF D 18-201 Robinetterie sanitaire - Caractéristiques acoustiques
NF D 18-202 Mitigeurs mécaniques
NF E 29-064 Robinetterie générale
NF P 43-006 Réducteurs de pression
NF S 62-201 Robinets d'incendie armés - règles d'installation et de maintenance.
NF P 41-201 à 202 Code des conditions minimales d'exécution de plomberie modifiées
NF C 15-100 Installations électriques à basse tension.
NF P 91-201 Handicapés physiques.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


122 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.4.2 Spécifications générale et consistance des travaux


La Base sera alimentée en eau à partir dřun puits foré par le Maitre de lřOuvrage, constituant la limite
batterie de ce lot de travaux. Le Camp et le Poste seront alimentés depuis les unités de traitement
situés dans la Base.

Des données préliminaires sur la qualité des eaux ont été recueillies et sont mentionnées dans le
document joint en Appendice 6 de lřAnnexe 1 du Contrat. LřEntrepreneur devra prendre toutes les
mesures nécessaires pour vérifier leur validité avant dřentamer lřingénierie des systèmes de
traitement dřeau.

La production dřeau potable devra se conformer aux spécifications de lřAppendice 6 de lřAnnexe I du


contrat (ADR-TOU-REP-0023), notamment la ligne de production dřeau potable respectera :
- Bassin de stockage avec cloison siphoïde
- Tour dřoxydation du fer avec système de lavage par recirculation et dosage dřacide
- Coagulation-floculation
- Décantation
- Filtration sur sable
- Stockage de rupture
- Filtration sur membrane dřOsmose inverse
- Stockage de rupture
- Chlorination

Avertissement :
- Tous les paramètres mentionnées dans les WHO guidelines et conditionnant la filière de
production dřeau potable devront être analysés par un laboratoire. La ligne de production
pourrait par conséquent être revue en fonction des résultats dřanalyse de lřeau.
- Il est rappelé que le concentrât dřosmose doit être envoyé dans un bassin dřévaporation dédié
et/ou en tout ou partie mélangé aux boues issues du traitement des eaux usées pour
déshydratation dans les lits de séchage.
- Les hypothèses dimensionnantes (notamment la capacité dřaccueil de la base de vie qui
passe de 200 personnes au moment de la rédaction du document à 660 personnes, incluant
les militaires) contenues dans le document ayant évoluées, elles devront être actualisées.
- Enfin, l'installation sera conçue de manière à ce qu'une panne de 48h n'affecte pas le
fonctionnement de la Base, au moyen de bacs tampons de capacité adaptée.

6.4.2.1 Consistance générale des travaux


L'Entrepreneur doit les études de traitement (potabilisation et assainissement), de distribution et
dřévacuation des eaux ainsi que de tous les fluides utilisés. Il devra fournir tous les équipements
nécessaires et effectuera leur pose selon la réglementation en vigueur et les règles de lřart.
LřEntrepreneur fournira une installation en parfait état de fonctionnement, essais et réglages compris.
Ces travaux devront respecter les règlements d'hygiène en vigueur.

6.4.2.2 Conception des réseaux


La distribution ainsi que de l'évacuation doit faire lřobjet dřune étude attentive afin de déterminer les
passages les plus favorables au bon fonctionnement, de déceler les répercussions sur ces travaux
des autres corps d'état et éviter notamment tous encombrements et croisements indésirables.
L'Entrepreneur doit fournir les notes de calculs, les caractéristiques du matériel et les plans, coupes et
schémas nécessaires à l'exécution des travaux, notamment le parcours des canalisations en plan et
en élévation à chaque niveau, avec indication des regards, vannes d'arrêt, clapets de retenue,
soupapes dispositifs anti-béliers etc. Les calculs dřexécution sont réalisés selon la norme NF P 40-
202.
A titre de rappel et sauf prescription contraire, la pression dynamique ne doit pas être supérieure à 4,5
bars à tous les points de puisage. La pression résiduelle ne sera pas inférieure à 3 bars. Les pentes

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


123 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

ne devront pas être inférieures à 1,5 cm/m pour les réseaux aériens et 1cm/m pour les réseaux
enterrés.
Cette étude menée en coordination avec celles des autres corps de métiers, doit conduire à une
utilisation rationnelle des passages possibles et permettre l'installation dans de bonnes conditions des
différentes canalisations. Compte-tenu de ce qui précède, le tracé des canalisations devra être
effectué avec le plus grand soin, sachant que la présentation des différentes vannes ou robinets à
placer selon un ordre fonctionnel normal et en réservant une accessibilité aisée, est de première
importance.
La conception des réseaux dřalimentation et dřassainissement doit permettre une maintenance aisée.
Lorsque des interventions sont nécessaires, celles-ci ne doivent pas affecter le bon déroulement des
activités des locaux dans la mesure du possible. Le concepteur s'assurera que l'eau ne présente pas
de caractéristiques préjudiciables à la tenue dans le temps des canalisations.

Hygiène et Sécurité :
La conception des réseaux devra respecter scrupuleusement les règlements d'hygiène en vigueur.
L'intercommunication entre le réseau d'eau potable et le réseau d'eau usée doit être impossible. La
conception et la mise en œuvre des composants (exemple : robinets sanitaires avec tuyaux flexibles
et appareils de distribution d'eau froide) doivent être conformes aux exigences relatives à la protection
contre les retours, énoncées dans le EN 1717 (exemple : distributeurs automatiques).
La sécurité et la santé des personnes doit faire lřobjet dřune attention particulière. Dans les
installations de production et de distribution dřeau chaude, toutes les mesures de précautions doivent
être prises à lřégard des risques de prolifération de légionelles.
Il est rappelé que la température de lřeau chaude sanitaire ne doit pas dépasser 60° C au point de
puisage. Le cas échéant, un moyen de réglage doit être mis à la disposition de lřutilisateur à cet effet.
Aux points d'eau nécessitant une attention accrue pour le réglage des températures, des mélangeurs
thermostatiques équipés de régulateurs de température maximale doivent être installés.
Lorsque les réglementations locales ou nationales exigent des isolants électriques pour les
canalisations métalliques enterrées en service, un raccord isolant doit être installé près de la vanne
d'arrêt de service du bâtiment, en prenant soin de s'assurer qu'il ne puisse pas être court-circuité
accidentellement.
Les installations devront en outre comporter les appareils de mesure et de sécurité nécessaires au
contrôle de leur fonctionnement, en particulier :
- Manomètres avec robinets de contrôle et d'isolement
- Thermomètres sur départs et retours d'eau chaude sanitaire
- Soupapes de sûreté sur ballons d'eau chaude ou réservoirs en pression, etc.

Economie d’eau :
Lřéconomie dřeau, le recyclage et lřéconomie dřénergie doivent être des éléments essentiels de la
conception des réseaux dřeau et des choix des équipements sanitaires.
Le recyclage de lřeau (utilisation à de fins dřarrosage notamment) est un impératif et devra être
optimisé.
Tous les équipements seront munis dřéconomiseurs dřeau sauf lorsque ceux-ci sont incompatibles
avec leur usage.
Par ailleurs, la qualité du matériel et des installations devra garantir lřabsence de fuite pour un usage
normal et avec une maintenance régulière.

Lutte contre la propagation des bruits :


L'installation de plomberie sanitaire ne doit être la cause, ni de la production, ni de la propagation de
bruits dans le bâtiment.
A l'exception des installations de lutte contre l'incendie, les réseaux doivent être conçus en veillant à
réduire à son minimum l'émission de bruit et en respectant les réglementations locales ou nationales.
Les canalisations doivent être installées de sorte que le bruit généré à l'intérieur de celles-ci engendre
le minimum acceptable de nuisances. Les canalisations doivent être supportées de manière adéquate
afin qu'elles ne soient pas en contact direct avec la structure.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


124 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Notamment :
- Pas de changement brusque de diamètre
- Robinetterie et accessoires de tuyauteries de qualité et à passage intégral
- Clapet silencieux
- Anti-bélier type hydropneumatique
- Les supports et les fourreaux de toute tuyauterie doivent comporter une bague en matériau
résilient, placée entre la tuyauterie et le support.
- Tous les contacts d'appareils avec la structure de bâtiment ou leur support, doivent être
assurés par des matériaux résiliants. Les bords des appareils sont désolidarisés des murs et
cloisons, l'étanchéité étant assurée par un cordon plastique extrudé. Les pieds ou supports
d'appareils seront posés sur semelles résiliantes à base d'élastomère disposées entre
semelles métalliques de répartition.
- Les scellements dans les parois traités phoniquement ou susceptibles de l'être sont interdits.
- Les canalisations ne doivent pas être fixées de manière rigide à des panneaux légers.
- Utilisation de clips ou des colliers flexibles anti-vibratoires
Dans les réseaux de distribution d'eau chaude, le bruit dû aux dilatations des canalisations peut être
réduit en utilisant des colliers de fixation élastiques ou des tampons élastiques entre les canalisations
et les colliers de fixation. Les lyres de dilatation ou toute autre solution adéquate doivent être utilisées
pour les longueurs droites de grande dimension afin de ne pas entraver le mouvement des
canalisations.
Le bruit et les vibrations transmis par les pompes et tout autre équipement doivent être réduits à un
niveau acceptable. Les méthodes d'essai en laboratoire sur les émissions de bruit des appareils et de
l'équipement sont décrites dans l'EN ISO 3822-1 à 4.
La mise en place des canalisations sera exécutée en tenant compte de la limitation de la pression, de
la limitation de la vitesse de circulation et de la désolidarisation de la structure et des parois.

Economie d’énergie :
Tous les réseaux d'eau chaude maintenus en circulation ou non doivent être calorifugés.

6.4.1 Choix et échantillons


En début de chantier, lřEntrepreneur devra fournir des échantillons des matériaux, appareils et
accessoires sanitaires et fournitures quřil se propose dřinstaller et obtenir lřapprobation du Maître
dřOuvrage. Une fois acceptés, les échantillons, appareils et accessoires sanitaires seront conservés
dans les bureaux de chantier du Maître dřOuvrage et serviront de référence au cours des travaux et
lors de la réception des Ouvrages.
Les matériels qui, bien que reçus, seraient reconnus défectueux sur le chantier, seront refusés et
remplacés par l'Entrepreneur à ses frais. Les appareils sanitaires devront être protégés contre les
risques de casse, de fêlures, de rayures ou d'oxydation, par tous les moyens laissés à l'initiative de
l'Entrepreneur et ce, jusqu'à la réception définitive. Les étiquettes indiquant la marque et le choix
devront rester apparents sur les appareils jusqu'à la réception de l'installation complète.

6.4.2 Matériaux et équipements

6.4.2.1 Canalisations
Le choix des matériaux et produits constituant les canalisations ainsi que des techniques
d'assemblage doit être guidé par les conditions propres à chaque installation, en particulier en fonction
de la nature du fluide à véhiculer et de ses conditions physiques (pressions, températures, etc. ...).

Tubes et raccords pour l’alimentation :


La tuyauterie dřalimentation en eau froide et chaude sera en cuivre lorsque les canalisations sont
apparentes et en polyéthylène réticulé haute densité (PEX : appellation internationale) certifié «eau
potable» pour les canalisations encastrées. Dřautres matériaux parmi les matériaux admissibles listés
en Annexe A du DTU 65.10 peuvent être utilisés dans le cas ou leur usage est pleinement justifié.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


125 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

En tout état de cause, les canalisations d'eau sanitaire froide et chaude doivent être compatibles avec
l'exécution d'une désinfection des réseaux, notamment au permanganate de potassium ou à
l'hypochlorite de sodium. Les matériels ou produits non traditionnels susceptibles d'être choisis
comme composants de canalisations pour le chauffage, la distribution d'eau sanitaire ou lřévacuation
relèvent de la procédure de l'Avis Technique.
Les canalisations en cuivre doivent être conformes aux normes NF EN 1057 ou équivalentes. Elles
doivent être parfaitement cylindriques et d'épaisseur uniforme. Leurs surfaces extérieures et
intérieures doivent être lisses, exemptes de fentes, rayures, pailles, soufflures, criques, cendrures,
piqûres, doublures et autres défauts.
La brasure employée pour les travaux sur tube en cuivre est à base d'argent ou d'un alliage de
métaux d'apport dont le point de fusion (environ 800°) est inférieur à celui du cuivre.
Les tuyaux en polyéthylène réticulé haute densité doivent être conforme aux normes EN ISO 15875,
ISO 4427 ou NA 7700 ainsi que NA 15356.

Canalisation d’évacuation des eaux usées :


Sauf indication contraire, les canalisations de réseaux usée et eaux vannes seront en PVC-U série
EU/EV conforme à la norme NF EN 1401, assemblées par collage conformément aux dispositions du
DTU 60.33.
En aucun cas, les températures d'eaux à évacuer ne doivent être supérieures à 60°C pour des
canalisations en PVC.
Les canalisations des réseaux graisse des cuisines seront réalisées en fonte, sauf spécification
contraire.

6.4.2.2 Appareils sanitaires et robinetteries


Tous les appareils sanitaires devront comporter un marquage " NF - Appareils sanitaires " comportant
tous les critères de qualité de l'appareil.
Ils doivent satisfaire aux exigences suivantes :
- Eviers : caractéristiques générales, NF D 10-101 ou équivalent.
- Lavabo en céramique : NF D 11-101 ou équivalent.
- Eviers en céramique : NF D 11-102 ou équivalent.
- Cuvette de W.-C. en céramique : NF D 11-105 et 106 ou équivalent.

Les appareils équipant les unités dřhébergement et les sanitaires communs sont en porcelaine vitrifiée
de couleur blanche de préférence. La céramique doit satisfaire aux essais de résistance aux
variations de température, de dureté de l'émail, de continuité de la couche d'émail. Les défauts tels
que lřécaillage, le filage, les fêlures provoquées par à la pose ou en service, les coulures d'émail,
moutonnage, etc. ne sont pas admis. La résistance à l'abrasion de l'émail sera au minimum celle
recommandée pour le domaine d'utilisation, « privatif intense ou collectif léger » - groupe d'usure : 2 -
3 pour lřhébergement et « collectif intense »- groupe d'usure : 3 pour les sanitaires collectifs etc.

Des lavabos-plan moulés (type Lavabos auge) en matériaux de synthèse pourront être proposé
alternativement aux lavabos en porcelaine dans les espaces collectifs. Ils doivent faire l'objet d'un Avis
Technique ou porter la marque « NF - Plaques en matière acrylique ». LřEntrepreneur devra toujours
justifier des avis techniques.

Des appareils sanitaires en fonte ou en acier émaillé, répondant aux conditions du DTU n° 60.1,
pourront être choisis (notamment les baignoires des chambres « Manager » et VIP). La fonte doit être
de la qualité Ft 14 de la norme NF A 32-101 et avoir les caractéristiques mécaniques et physiques
définies par cette norme. Les parties non émaillées doivent être recouvertes d'une couche de masse
ou d'une peinture antirouille venant d'usine. L'émail doit recouvrir toutes les surfaces susceptibles
d'être mouillées. Il doit être lisse, brillant, opaque de couleur régulière, sans soufflures et sans éclats.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


126 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Pour les éviers et bacs à laver, la couche dřémail couverte doit pouvoir résister à l'attaque des acides
et des alcalis et aux produits d'entretien.
Les appareils en acier inoxydable sont utilisés dans les cuisines, laveries etc. Les nuances d'acier
inoxydable admises sont soit des aciers ferritiques à 17 % de chrome ; soit des aciers austénitiques
du type chrome-nickel 18/8. Les appareils sont livrés polis (satinés ou brillants) sans traces de cordon
de soudure ni de griffures provoquées par l'outillage de conformation. Ils doivent avoir subi en usine
après formage un traitement de déferrisation et de passivation. Les paillasses et les égouttoirs
indépendants ou incorporés doivent être insonorisés.

Des sanitaires pour handicapés avec accessoires (barre de relèvement etc.) seront prévus. Se référer
à la norme P 91-201 pour les critères dřaccessibilité aux personnes handicapées.
Les supports des appareils seront protégés contre l'action de l'eau par des revêtements efficaces
(peintures laquées ou émaillage).

Robinetterie et accessoires :
Les robinetteries seront de qualité industrielle et de modèle « usage collectif » dans la plupart des
locaux. Elles seront conformes, robustes, simples et faciles d'entretien. Elles feront lřobjet dřune
garantie minimale de bon fonctionnement de deux ans.
Elles doivent répondre au label acoustique ainsi qu'aux normes en vigueur. A titre informatif, le DS
devra être > à 25 dB (A) groupe acoustique 1 sous une pression de trois bars (P.M. Le Ds est égal à
la différence entre le niveau de bruit dřun générateur étalon et celui du robinet testé. Plus la différence
est grande, plus la robinetterie est silencieuse).

Toutes les robinetteries sanitaires devront être conformes aux normes françaises (La marque " NF -
Robinetterie sanitaire " attestant cette conformité) ou européennes ou algériennes équivalentes.
La robinetterie doit satisfaire à l'essai d'étanchéité sous 20 kg/cm². Elle doit satisfaire aux prescriptions
suivantes ou équivalentes :
- Mélangeurs : NF EN 200, NF E03-005 NF E29-003
- Robinets dřablution : NF EN 200, NF E03-005 NF E29-003
- Mitigeurs : NF D 18-202, NA 3591- NF EN 817 - NF EN 1286
- Mitigeurs thermostatiques : NF EN 1111
- Têtes de robinets à soupape d'arrêt et de puisage : NF E 29-141
- Robinets d'arrêt à tête droite à 2 manchons taraudés : NF E 29-144
- Robinets d'arrêt à tête droite à 2 raccords « Union » NF E 29-145
- Robinets de puisage, corps : NF E 29-146
- Robinets de puisage, ensemble : NF E 29-147
- Robinets à nez d'arrosage, corps : NF E 29-148
- Robinets à nez d'arrosage, ensemble : NF E 29-149
- Réducteurs de pression : NF P 43-006
- Dispositif de raccordement et de fixation de la robinetterie dřalimentation : NF D 18-210
- Soupape de chasse : NF R 076
- Robinets flotteur: NF P 43-003

La manœuvre de ces robinets doit être facile à l'ouverture ou à la fermeture. Les robinets mélangeurs
doivent être conçus pour assurer un mélange d'eau chaude satisfaisant pour des pressions pouvant
différer jusqu'à 2 kg/cm². En outre, il doit être vérifié que pour une pression de service comprise entre
3,5 kg et 4,5 kg/cm², le fonctionnement ne donne lieu à aucun bruit gênant ni aucune vibration, et pour
des vitesses d'écoulement inférieures à 2 m/s.
Lorsque le mélangeur est muni d'un inverseur pour l'alimentation d'une pomme de douche, les
positions de la manette doivent être indiquées d'une façon claire et explicite, la manœuvre de la
manette doit se faire à frottement doux.
Tous les robinets seront munis dřéconomiseurs dřeau (aérateurs) sauf lorsque ceux-ci sont
incompatibles avec leur usage.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


127 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Dans les locaux communs, les robinetteries seront des organes économes en eau du type à débit
contrôlé avec poussoir pour les lavabos.
Tous les WC seront munis dřéconomiseur dřeau 3 / 6 litres.
Les réservoirs de chasse et accessoires doivent être conforme à la norme 6 litres EN 997 et la norme
EN 38 et NF 076. Pour éviter tout phénomène d'aspiration et de pollution grave, seul l'emploi de
robinets à flotteur pour réservoir de chasse de cuvette de W.-C. conformes à la norme NF P 43-003
sera admis.
Conformément à la norme NF P 41-201, tous les siphons doivent présenter une garde d'eau d'au
moins 50 mm. Les parois intérieures doivent être lisses, la section de la veine liquide doit être
sensiblement constante et voisine de la forme circulaire pour éviter les dépôts savonneux.

Douches oculaires et douches d’urgence :


Dans les locaux où du personnel est exposé à des matières corrosives, des équipements permettant
un rinçage rapide pour les yeux et pour le corps doivent être disponible, comme dans les locaux des
batteries.
Les douches osculaires ou corporelles doivent être conformes à la norme ANSI Z358.1-2004 ou
équivalente.
Ce matériel doit être installé dans des endroits accessibles, situé au même niveau que la zone
dangereuse. Il doit être possible de lřatteindre en dix secondes maximum.
Tous les dispositifs de lavage des yeux et du visage ainsi que les douches doivent débiter une eau à
une température stable comprise entre 15°C et 37°C (de préférence comprise entre 20°C et 30°C)
ainsi que du liquide de rinçage tiède. Les douches oculaires doivent permettre de rincer les deux yeux
simultanément et fournir au moins 11,4 litres/minute (3,0 gallons/minute) pendant 15 minutes.
Ils doivent, être construits avec des matériaux qui ne corrodent pas en présence du liquide de rinçage.
La sélection des équipements sera soumise à lřapprobation du Maitre de lřOuvrage.
Lřinstallation sera réalisée par un plombier ayant les qualifications requises, en raison des conditions
de débit et de température requises.
Il est important de permettre un drainage adéquat des eaux contaminées, qui doivent être disposés
selon la règlementation en vigueur.
Toutes les douches dřurgence et les douches oculaires doivent être clairement identifiées. La
signalisation doit être très visible, uniforme et bien éclairée. Les pictogrammes choisis doivent être
conformes aux critères de signalisation de sécurité.

6.4.2.1 Production d’eau chaude sanitaire


Les besoins en eau chaude sanitaire seront assurés par des chauffe-eau solaires avec appoint par
résistance électrique pour les bâtiments suivants :
- Dans la Base :
- Restaurant
- Blanchisserie
- Centre sportif
- Infirmerie
- Dans le Camp :
- Dortoir pour Soldats
- Chambres Sous Officiers

Les systèmes seront du type à circulation forcée et composés de:


- Capteurs solaires plans positionnés sur la couverture des bâtiments à alimenter
- Ballons solaires/électriques pour le stockage de lřeau chaude produite par le système solaire
installés a lřintérieur du local technique des bâtiments à alimenter
- Groupe de pompage et unité centrale de řřgestionřř du système solaire/électrique

Dans les autres cas, les besoins en eau chaude sanitaire seront assurés par des chauffes eau
électriques.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


128 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.4.2.1.1 Prescriptions générales


La marque des équipements devra être reconnue notamment pour la fiabilité et la longévité de ses
produits.
Les matériels et équipements devront répondre aux normes qui les concernent, et l'installation devra
être conforme aux prescriptions de la norme C 15-100.
Les ballons de stockage ECS seront en tôle dřacier avec revêtement extérieur antirouille, revêtement
intérieur alimentaire résistant à une température de 95°C en continu et bénéficieront dřune garantie de
5 ans minimum.
Ils seront équipés de tous les piquages nécessaires à leur bon fonctionnement en favorisant au
maximum la stratification.
Sauf avis contraire, le piquage dřentrée eau froide sera muni dřune canne plongeante jusquřau fond du
ballon pour éviter la zone «morte» propice au développement des bactéries et en particulier des
légionelles. Les ballons ainsi que toutes les canalisations du réseau ECS seront calorifugés ; le
revêtement calorifuge sera adapté aux risques dřincendie présenté par les locaux traversés.

Les installations de production de chaleur seront dimensionnées pour lřensemble des locaux utilisés
en même temps.

6.4.2.1.2 Prescriptions relatives aux chauffe-eau solaires


a) Normes :
- NF EN 12975-1 (P 50-530-1) Installations solaires thermiques et leurs composants - Capteurs
solaires. Partie 1 : Exigences générales
- NF EN 12976 (P 50-531) NF EN 12976-1 Installations solaires thermiques et leurs
composants Ŕ Installations préfabriquées en usine Partie 1 : Exigences générales
- NF EN 12976-2 Partie 2 : Méthodes d'essais
- XP ENV 12977 (P 50-532) Installations solaires thermiques et leurs composants Installations
assemblées à façon :Partie 1 : Exigences générales
- XP ENV 12977-2 Partie 2 : Méthodes d'essais
- XP ENV 12977-3 Partie 3 : Caractérisation des performances des dispositifs de stockage pour
des installations de chauffage solaire
- NF P 50-301 Énergie solaire - Ballons solaires - Mesure des performances thermiques HOM
- NF P 50-501 Capteurs solaires à circulation de liquide Mesure des performances thermiques
HOM
- NF P 50-502 Capteurs solaires à circulation de liquide Caractéristiques mécaniques -
Définitions Ŕ Essais HOM
- NF P 50-521 Énergie solaire - Chauffe-eau solaires individuels Détermination des
performances thermiques conventionnelles

b) Nature et qualité des matériaux, matériels et produits essentiels


Ils doivent être certifies (CSTB ou Solar Keymark ou toute autre certification équivalente (reposant sur
des standards équivalents aux normes NT EN 12975 ou NF 12976)).
L'Entrepreneur devra toujours s'assurer que les matériels et produits qu'il propose répondent bien au
code voulu en fonction des types d'installations et du milieu dans lequel ils seront installés.
Pour tous les matériaux et produits qui relèvent de la procédure de l'Avis technique, il ne pourra être
mis en œuvre que des matériaux et produits ayant fait l'objet d'un Avis technique. L'Entrepreneur
devra toujours fournir l'Avis technique en cours de validité pour les matériaux et produits concernés.
Les matériaux, matériels et produits essentiels devant être mis en œuvre devront impérativement
répondre aux spécifications et prescriptions suivantes.

Capteurs solaires à eau :


Le coffre sera en tôle et profilés en acier inox.
Les absorbeurs seront en tube en cuivre soudés sur une plaque ou montés en grille sur tube
collecteur.
Le revêtement sélectif sera propre à chaque fabricant.
Pour répondre à la directive européenne qui déconseille l'utilisation du chrome, le revêtement sélectif
ne devra pas contenir du chrome dans la mesure du possible.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


129 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

L'isolation pourra être en laine de verre, laine minérale, mousse de polyuréthanne ou autre, ou
association de deux isolants, selon les fabricants.
La couverture transparente sera en verre trempé à haut coefficient de transmission (91 ou 92 %) ou
autre verre de même résistance à la grêle à haut pouvoir de transmission.
L'étanchéité sera réalisée par joints EPDM résistants aux UV et aux hautes températures.
Les capteurs solaires à eau devront répondre à la réglementation « Sécurité incendie » compte tenu
de leur surface et de leur implantation.
Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi des capteurs doivent être conformes à la norme NF P 50-
511 « Capteurs solaires à circulation de liquide. Aptitude à l'emploi ». Ils doivent, par ailleurs, être
accompagnés d'une fiche technique conforme à la norme NF P 50-111.
Tous les capteurs devant être mis en œuvre devront être titulaires d'un Avis technique en cours de
validité.

Capteurs solaires sous vide :


Ils devront être titulaires d'un Avis technique en cours de validité.

Liquide colporteur :
Le liquide caloporteur utilisé devra être compatible, en ce qui concerne la corrosion, avec les capteurs
et les différents constituants du circuit hydraulique.
Il doit répondre aux dispositions sanitaires réglementaires.

Tubes en matériau de synthèse :


Les tubes en matériau de synthèse devront bénéficier d'un Avis technique favorable.
Le tube devra avoir fait l'objet, en usine, d'un contrôle de qualité permanent par un organisme qualifié.

Tubes en cuivre :
Les tubes en cuivre livrés en couronne devront répondre aux normes NF A 51-121 et NF EN 1057.

Raccordements hydrauliques :
Les raccords souples utilisés pour le raccordement hydraulique entre les capteurs et sur les
collecteurs doivent être normalisés ou faire l'objet d'un Avis technique favorable à l'emploi.
Les raccords hydrauliques doivent permettre la libre dilatation des absorbeurs et des collecteurs.

Matériels et équipements du circuit hydraulique :


Les différents matériels et équipements du circuit hydraulique, dont notamment :
- les vannes et robinets d'arrêt, robinets d'équilibrage, etc.,
- les soupapes de sûreté,
- les groupes de sécurité et autres éléments de sécurité,
- le vase d'expansion, le cas échéant,
- l'échangeur, le cas échéant,
- les pompes, circulateurs,
- les manomètres et thermomètres,
devront selon le cas répondre aux normes qui les concernent ou bénéficier d'un Avis technique, d'une
certification ou autre.

Isolation des canalisations extérieures :


L'isolation des tuyauteries extérieures devra être réalisée en matériaux répondant aux impératifs
suivants :
- calorifuger les canalisations
- résister aux intempéries
- résister au rayonnement ultraviolet
- résister aux attaques aviaires

Supports et accessoires de pose et de fixation des capteurs :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


130 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Ces éléments seront toujours préfabriqués par le fabricant, adaptés au type de capteur et au type de
couverture « toiture-terrasse ».
Ces éléments pourront également être en acier, protégés contre la corrosion par galvanisation à
chaud, masse de revêtement zinc qualité Z 600 minimum ; et finition par couche de peinture inhibitrice
de corrosion et deux couches de laque aux résines alkydes.

Ballons d'eau chaude :


Les ballons devront répondre aux normes qui les concernent. La cuve devra être en inox.
Le ou les ballons devront être livrés avec tous leurs accessoires, robinetteries et équipements de
sécurité.
En fonction de leur contenance, ils devront être livrés avec leur support mural ou leur tabouret.

Équipements et installations électriques :


Les matériels et équipements devront répondre aux normes qui les concernent, et l'installation devra
être conforme aux prescriptions de la norme C 15-100. Ils doivent pouvoir être équipé dřun appoint
électrique intégré commandé par un thermostat (dont la consigne est réglable entre 40°C et 60°C).
Cet appoint est composé dřun thermoplongeur conforme aux exigences de la norme EN 60 335-1 et 2,
de puissance adaptée au volume du ballon de stockage et à son mode de gestion.
Les matériels et produits devront être adaptés aux milieux dans lesquels ils devront fonctionner.
Cette adaptation est définie par les indices de protection sous forme de codes « IP » et « IK ».

Équipements de régulation automatique :


Les appareils et équipements de régulation devront répondre aux conditions suivantes :
- permettre une gestion optimale du chauffe-eau solaire
- offrir une transparence du fonctionnement
- être souples et conviviaux
- présenter une lecture facile
- être facile à utiliser et ergonomiques

c) échantillons
Avant toute commande, l'Entrepreneur devra fournir les échantillons de tous les produits et matériels
qu'il envisage de mettre en œuvre.
Pour les éléments de grandes dimensions, l'Entrepreneur devra présenter les documentations
techniques des fournisseurs.

d) Mise en œuvre des capteurs

Implantation des capteurs :


Lřinclinaison des capteurs doit être réglée à l'angle voulu.
La résistance à la pression et la résistance à l'arrachement devront répondre à la réglementation
compte tenu de la situation géographique du projet (Site très venté).
Le raccordement des capteurs à une installation de protection contre la foudre ne devra être réalisé
que par du personnel qualifié et en respectant les prescriptions locales en vigueur.
La pose et la fixation des capteurs devront impérativement être réalisées d'une manière absolument
conforme aux instructions de la « notice de pose » du fabricant.
La pose et la fixation des capteurs devront se faire avec l'emploi uniquement des supports et
dispositifs de fixation livrés par le fabricant, spécifiques au type de capteurs et à la nature du support.
Des pièces fabriquées par l'Entrepreneur ne seront admises que dans des cas particuliers qui le
justifient.
Les canalisations de l'installation devront comporter une liaison équipotentielle et une mise à la terre.
L'Entrepreneur devra prendre toutes les dispositions nécessaires pour garantir le fonctionnement des
installations dans les limites de bruit fixées par la réglementation

e) Essais Ŕ Mise en service

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


131 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Durant la mise en œuvre et jusqu'au remplissage en liquide caloporteur, une occultation éventuelle
des capteurs doit être prévue conformément aux prescriptions figurant dans la notice technique du
fabricant.
En cas d'installation en toiture, il y a lieu d'éviter le contact d'un liquide incompatible avec les éléments
de la toiture.
Avant la mise en service, lřEntrepreneur effectuera un nettoyage et un rinçage de l'installation
consistant en un remplissage complet à l'eau et une vidange complète.
Dans le cas d'un traitement d'eau, l'eau de remplissage initial devra être de l'eau traitée.
Les essais d'étanchéité et de tenue à la pression seront réalisés conformément aux dispositions de
l'article 5.1 du DTU 65.12.
Le remplissage du circuit hydraulique devra être effectué dans les conditions précisées à l'article 5.2
de ce DTU.
Ces essais seront à réaliser par les soins de l'Entrepreneur et sous sa responsabilité, et il aura à sa
charge tous les frais de contrôles et d'essais, la mise à disposition de tous les matériels et
appareillages nécessaires ainsi que la mise à disposition du personnel qualifié.

6.4.3 Prescriptions techniques concernant le mode d'exécution des travaux

6.4.3.1 Prescriptions générales


Il est rappelé que la mise en œuvre des canalisations, de leurs accessoires et des appareils qui y sont
raccordés doit être réalisée dans le respect des dispositions de la réglementation en vigueur, en
particulier la réglementation sanitaire. Les travaux de plomberie et d'installation sanitaire doivent être
exécutés conformément aux normes DTU 60.1 et NF P 41-201 à NF P 44-204, formant les codes des
conditions minima d'exécution des travaux de plomberie et dřinstallation sanitaire.
Les canalisations de toutes natures, souterraines, noyées ou encastrées dans les parois,
bénéficieront de garantie décennale.
Pour éviter tous problèmes de tenue dans le temps, des systèmes de protection passive ou active
devront être mis en œuvre en fonction des caractéristiques physiques et chimiques des différents
supports.

6.4.3.2 Distribution d’eau sanitaire


Les canalisations dřalimentation et de distribution doivent pouvoir être isolées et vidangées. Elles
doivent être bien alignées dans les parties droites et correctement façonnées pour éviter les flexions
ou torsions à la pose. Les diverses canalisations doivent être disposées de telle sorte qu'elles se
trouvent distantes les unes des autres de 0,05m au minimum, en tous points de leurs parcours.
Par ailleurs, les croisements entre canalisations seront soigneusement évités. En cas d'impossibilité,
toutes dispositions utiles doivent prises pour que le démontage éventuel d'une canalisation ne soit pas
gêné par la présence d'une autre.
Les tracés des canalisations doivent comporter les lyres ou soufflets destinés à absorber la dilatation.
Sauf indication contraire, les canalisations sont en tube cuivre ou en PVC haute pression de diamètre
approprié. Les canalisations en cuivre sont constituées de raccords en cuivre à souder, de raccords
en laiton à joints vissés ou à collet battu. Les fonctionnements seront réalisés par emboiture façonnée
et brasure capillaire à lřargent (la soudure dřétain est proscrite). Le piquage sera façonné selon les
règles de lřArt ou exécutés à lřaide de raccords préfaçonnés du commerce. Les assemblages vissés
sont faits par filetage conique, coupé à lřéquerre et nettoyé soigneusement ébarbé avant montage.
Lřétanchéité sřeffectuera à lřaide de tresse de filasse avec pâte ou de rubans Téflon.
Les joints filetés doivent être facilement accessibles. Les canalisations seront éprouvées
hydrauliquement à 1,5 fois la pression de service de lřinstallation.
Les canalisations noyées ou encastrées seront exemptes de tout assemblage et seront revêtues de
gaines protectrices continues.
Toutes les jonctions devront être visibles et placées dans des zones facilement accessibles,
exécutées par brasures à lřargent par raccord de commerce ou par emboitures. Les raccordements
sur tuyaux de fer se feront par lřintermédiaire de raccords laiton mixtes démontables.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


132 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les raccordements sur robinet sanitaire se feront par collet battu, il ne sera pas admis de jonction par
joint rapide, joint américain et joint à bague.
Il est interdit de mettre en place une canalisation en acier galvanisé à l'aval d'une canalisation en
cuivre.
Pour les tuyauteries en PVC haute pression, les assemblages se feront par collage et emboiture
conique. Les raccordements sur les accessoires se feront par assemblages vissés. Lřétanchéité
sřeffectuera à lřaide de tresse de fillasse avec pate ou de rubans Téflon.
Durant les travaux, les tuyauteries en cours de montage auront leurs extrémités bouchées afin dřéviter
lřentré de débris. Les canalisations ne devront jamais être posées dans les conduits de fumée ou de
ventilation.
Les tuyaux et les raccords extérieurs ne devront jamais être exposés directement aux rayons du
soleil. Par ailleurs, tous les moyens devront être mis pour éviter un réchauffement de lřeau dans le
réseau de distribution.
La robinetterie sera montée de telle manière quřelle ne subisse aucune contrainte due à son propre
poids ou à la dilatation des tuyauteries. Toute la robinetterie devra être aisément manœuvrable et
dřaccès facile. Les joints devront tous résister à un PH pouvant aller jusquřà 10. Les différents circuits
comporteront les organes de réglage nécessaires pour assurer le parfait équilibrage ainsi que la
robinetterie de sectionnement nécessaire à lřentretien.
Tous les réseaux de distribution dřeau froide sous pression seront prémunis contre les chocs
hydrauliques (coups de bélier) aux points critiques de chaque réseau. Les anti béliers seront de type
accumulateur hydropneumatique à vessie caoutchouc prégonflés à lřazote ou à lřair sec et éprouvés
en fonction des pressions engendrées par lřénergie à absorber.
Les réseaux seront munis de tous les détendeurs, disconnecteurs, filtres clapets purges dřair et
vannes nécessaires. Les raccords flexibles, la robinetterie, les réducteurs de pression, les clapets, les
disconnecteurs, les filtres, les manchons souples et compensateurs devront être accessibles (par
exemple, trappes de visite, panneaux amovibles).

Repérage des circuits et des locaux techniques :


Les circuits seront identifiés à lřaide de couleurs de fond, de bandes anneaux et dřétiquettes
autocollantes conformes aux normes en vigueur, avec indication du fluide et de la direction de
lřécoulement. Dans chaque local technique, il est disposé un schéma synoptique sous protection
plexiglas comportant les indications concernant les matériels installés. Tous les appareils portent une
étiquète vissée comportant leur repère. Les repères ou numéros sont reportés sur les schémas et
plans définitifs mis à jour à la réception.

Calorifugeage :
Dans les volumes non chauffés, les canalisations véhiculant de l'eau chaude doivent être calorifugées
par un isolant flexible en élastomère expansé (classés MO ou M1 au feu et ne doit pas se sublimer ni
dégager de gaz toxiques lors de sa combustion).
Pour les canalisations d'évacuation, il n'y a généralement pas lieu de prévoir de calorifugeage.
Les saignées dans les éléments porteurs (dalles, poteaux, voiles porteurs, ...) sont interdites.

Revêtement anti-condensation :
Il est destiné aux colonnes montantes dřeau froide à lřintérieur des gaines techniques et des cloisons,
ainsi quřau réseau principal en caniveau. Il est constitué par un matériau isolant élastométrique à
structure cellulaire fermée.
De même, toutes les canalisations d'évacuation placées dans des conditions telles qu'elles sont l'objet
de condensation, doivent être calorifugées.

Traversée de murs et planchers :


Les traversées de murs et planchers sřeffectuent par des fourreaux scellés de diamètre suffisant pour
permettre la libre dilatation. Un bourrage par laine de verre est réalisé entre fourreau et canalisation
pour assurer une bonne étanchéité à lřair. Leurs dimensions seront telles que, dans tous les cas leurs
diamètres seront supérieurs dřau moins 5mm à celui de la tuyauterie.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


133 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les percements et les scellements ne doivent pas nuire à la résistance des éléments porteurs.
La nature des scellements ou bouchements doit être appropriée aux ouvrages qui les subissent.

Les supports :
Ils sont à même de supporter les tubes et leur contenu, de prévenir les vibrations et les mouvements
latéraux et dřassurer la libre dilatation et la contraction. Les fixations doivent être compatibles avec la
nature des parois. Les tuyauteries sont supportées indépendamment des équipements de façon à
éviter quřelles nřimposent des contraintes sur ces derniers par leur poids ou leur dilatation. Les
supports sont en tôle dřacier galvanisé. Les notes de calculs sont soumises à lřapprobation du Maître
dřOuvrage.
La boulonnerie sera réalisée en acier zingué, les accessoires en acier galvanisé à chaud.

6.4.3.3 Evacuation des eaux


Les canalisations des réseaux dřeaux usées et des eaux vannes sont équipées de joint de dilations et
de tampons de visite au changement de direction ainsi que tous les 20 mètres. La sortie des réseaux
se fait dans un regard visitable en béton fourni par le lot VRD à 1m du bâtiment. Les réseaux sont
ventilés en bout des collecteurs par des ventilations primaires débouchant en toiture.
Les canalisations en EU/EV cuisine sont réalisées en fonte pour le réseau graisse et en PVC pour le
réseau des fécules. Il sera prévu un séparateur de graisse et un séparateur à fécules. Ils seront
installés à lřextérieur du bâtiment dans la zone de service.
Le tracé du réseau dřévacuation en PVC doit être tel que les éléments soient à une distance suffisante
des sources de chaleur (au delà de 50°C) pour qu'ils n'aient pas à souffrir d'une élévation de
température nuisible à leur tenue.
Tous les drains doivent suivre une pente suffisante pour permettre l'écoulement des eaux usées.
Les façonnages et formages des éléments en PVC, même ceux faisant intervenir un procédé de
chauffage par immersion dans un liquide chaud, où à l'aide d'un chalumeau à flamme molle, par
exemple, sont interdits, aussi bien sur chantier qu'en atelier de chantier.
Toute pièce ou partie de pièce portant des marques de dégradation (rayures et entailles profondes,
les fissures, les traces de chocs ou de carbonisation) doit être éliminée, sur la longueur de la zone
dégradée, augmentée d'au moins 0,10m de part et d'autre de cette zone.
La réalisation d'un assemblage par collage nécessite la propreté des éléments à assembler incluant
dégraissage et dépolissage, ainsi que le respect des limites de température ambiante indiquées dans
l'avis technique relatif à l'adhésif.
L'assemblage d'un tube ou d'un raccord en PVC non plastifié et d'un tube ou d'un raccord constitué
d'une autre matière est réalisé de préférence à l'aide d'un joint d'étanchéité solidaire de l'emboîture de
ce tube ou de ce raccord.
Les assemblages destinés à être démontés doivent être réalisés par bride et collet ou union trois
pièces.
Tout enrobage ou encastrement d'une partie de réseau comportant un ou plusieurs assemblages
inaccessibles, à l'exception des assemblages réalisés par collage, est interdit. Seuls les assemblages
par collage réalisés conformément au présent DTU 60.33 et les assemblages par bague de joint
satisfaisant les spécifications de la norme NF EN 1055, peuvent être réalisés dans les parties
enterrées.
Le fond des tranchées est dressé ou corrigé à l'aide de terre fine damée, de façon à ce que les
canalisations reposent sur le sol sur toute leur longueur Le remblayage de la fouille doit être exécuté
en éléments fins et homogènes jusqu'à 0,20 m au-dessus de la tuyauterie.
Le parcours du réseau peut être signalé par un dispositif tel que bande de grillage placé à environ
0,20 m au-dessus de la génératrice supérieure des tubes.

6.4.4 Prescriptions générales pour la pose des appareils sanitaires


Les appareils sanitaires sont toujours posés de niveau. Ils sont fixés soit au mur, soit au sol. Les
chevilles de fixation sont toujours en matière imputrescible.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


134 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les scellements dans le béton et le béton armé sont exécutés au mortier de ciment. Les têtes de vis
ou les écrous sont isolés de la céramique par des rondelles en caoutchouc. Les consoles doivent être
munies d'un dispositif immobilisant l'appareil.
Lorsqu'un appareil est fixé au sol, cette fixation est réalisée par des vis en métal inoxydable fixées sur
des chevilles imputrescibles. Lorsque l'appareil est accolé à une paroi verticale, il doit être fixé à celle-
ci pour éviter les décollements.
Lorsque la forme de l'appareil exige l'encastrement, celui-ci doit assurer le ruissellement des eaux de
la paroi verticale sur le bord de l'appareil pour qu'il y ait écoulement dans la cuve.
Dans le cas dřadossement à une paroi un joint plastique doit assurer l'étanchéité entre l'appareil et la
paroi. Il doit résister sans déformation à une température de 150° dans les cuisines et 100° dans les
salles d'eau et ne pas être détérioré par les produits d'entretien courant.

6.4.5 Nettoyage et désinfection


Après avoir été façonnées et mises en place et avant leur raccordement aux appareils, toutes les
canalisations sans exception, seront nettoyées intérieurement par soufflage à l'air comprimé ou tout
autre moyen.
Avant mise en service de ses installations, l'Entrepreneur devra effectuer la désinfection intérieure de
toutes ses canalisations d'alimentation d'eau, le nettoyage des appareils sanitaires, et la remise en
état des locaux après son passage. Après désinfection, une analyse devra être effectuée et
lřEntrepreneur fournira un certificat délivré par le laboratoire ayant analysé lřeau, indiquant que lřeau
contenue dans les installations au moment du remplissage est potable (les frais dřanalyse étant à la
charge de lřEntrepreneur).

6.4.6 Contrôles et essais


A la fin des travaux, il sera procédé aux essais sous la seule responsabilité de lřEntrepreneur qui doit
dans tous les cas, les frais dřessais, la fourniture de tout le matériel nécessaire aux essais qui lui
seront demandés, vacuomètre, manomètres, débitmètres, appareils enregistreurs etc.
LřEntrepreneur devra procéder à ces essais en présence du Maître dřOuvrage et du Bureau de
Contrôle. Auparavant, il devra sřêtre assuré du bon fonctionnement des installations et avoir procédé
à lřéquilibrage des différents réseaux hydrauliques.

Canalisation eau froide et chaude :


Les essais de fonctionnement porteront sur les réseaux de distribution EF et ECS. Ils comprendront
des essais dřétanchéité et des essais de fonctionnement.
En ce qui concerne les parties de canalisations des réseaux de distributions comportant au moins un
assemblage et destinées à être rendues inaccessibles, les contrôles et essais dřétanchéité devront
être effectués avant quřelles ne soient inobservables, à 10 bars ou 1,5 fois la pression de service.

Canalisation de vidange des appareils :


Toutes les canalisations devant être encastrées seront au préalable essayées à la pompe hydraulique
à 1 bar de pression sans toutefois dépasser la pression propre aux matériaux et aux appareils utilisés.
Les canalisations apparentes seront essayées en service pour déceler les fuites éventuelles et ce,
avant peinture.

Canalisations d’évacuation EU EV :
Les chutes, descentes et collecteurs seront essayés en simulant leur mise en service.

Fonctionnement des appareils et robinetterie :


Chaque appareil ou robinetterie sera essayé pour sřassurer du bon fonctionnement.
Pour sřassurer du bon fonctionnement, en toute sécurité, des douches oculaires ou dřurgence,
LřEntrepreneur devra notamment vérifier :
- Lřabsence de fuites et le bon écoulement des eaux contaminées.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


135 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- La bonne dispersion du jet d'eau des douches oculaires à l'aide d'un gabarit. Il est important
de s'assurer que le jet d'eau soit bien équilibré et bien orienté pour rincer efficacement les
yeux.
- Le bon fonctionnement des valves thermostatiques.
- Le débit d'eau en mesurant le nombre de litre par seconde.
- La température de lřeau et ses conditions de stabilité.

Essai de salubrité :
Il a pour but de vérifier que lřeau contenue dans un appareil ne peut remonter dans la canalisation qui
lřalimente, dans le cas où celle-ci serait en dépression. Il consiste aussi à vérifier que la vidange dřun
appareil, ou celle de plusieurs appareils, se produisant simultanément dans les conditions de la norme
NF 410.201, ne provoque pas lřentrainement de la garde dřeau du siphon dřun autre appareil.

Essais relatifs aux bruits et à l’acoustique :


Ils ont pour but de contrôler lřabsence de bruits irréguliers, de déterminer les éventuels défauts et dřy
remédier. Ils consistent aussi à contrôler que les niveaux de bruits sont respectés. Les essais portent
sur la robinetterie, bondes et siphons, pièces tournantes, clapets etc.

Essais de débits pression d’eau et température :


Ils ont pour objet de contrôler, au niveau des appareils les plus éloignés de la source dřeau, que le
débit est normal aux pression et températures prévues.

Essais des pompes :


Ces appareils devront subir un essai de fonctionnement destiné à vérifier qualitativement leur
fonctionnement Lřasservissement entre les différents appareils sera vérifié par la mise en route en
cascade, la mise en route automatique des appareils de remplacement ou le fonctionnement
simultané des différents appareils.

Pour le lot Plomberie, le Maitre dřOuvrage se réserve le droit de demander tous les tests
complémentaires nécessaires à la vérification des valeurs théoriques de calcul déterminées par les
études ainsi que la qualité des installations.

A lřachèvement des travaux, les fournitures manquantes devront être mises en place, les fournitures
reconnues insuffisantes et défectueuses remplacées et les défauts de montage rectifiés.
Avant la réception des ouvrages, lřEntrepreneur présentera une notice de conduite et dřentretien des
installations.
LřEntrepreneur sera tenu de laisser à la disposition du Maître dřOuvrage et ce, pendant le temps
nécessaire, un technicien qualifié afin de mettre au courant du fonctionnement de lřinstallation le
personnel chargé de lřentretien.

6.4.7 Réception des installations


La réception des installations sera subordonnée au parfait équilibrage hydraulique de lřinstallation,
précédé des essais dřétanchéité.

6.5 Aspects de Sureté et de Sécurité

6.5.1 Principes de sureté

6.5.1.1 Normes et standards


LřEntrepreneur utilisera les normes internationales, notamment européennes. Toutefois, une
recommandation internationale qui serait en conflit avec une réglementation algérienne ne pourra pas
être adoptée. Dans ce cas, cette dernière prévaudra.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


136 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Décrets et normes algériennes :


- Note Ministérielle N˚03/DPP/CAB/2004 Ŕ Access Control Systems
- La loi n° 2000-03 du 5 Août 2000, fixant les règles générales relatives à la poste et aux
télécommunications
- La loi n° 75-89 du 30 Décembre 1975, portant code des postes et télécommunications, en sa
partie réglementaire
- Décret exécutif n° 03-37 du 13 Janvier 2003, fixant le montant de la redevance annuelle
dřautorisation
- Décret exécutif n°04-158 du 31 Mai 2004, fixant le montant des redevances dřassignation
des fréquences radioélectriques
- LřArrêté Interministériel du 9 Juillet 2003, fixant les conditions et les modalités dřimportation,
dřacquisition, de détention, dřexploitation, dřexploitation, de cession et de transport des
équipements sensibles
- LřArrêté Interministériel du 7 Octobre 2000, JO n°05 modifiant et complétant lřArrêté
Interministériel du 18 Juin 1996, J.O. n° 64, fixant les conditions et modalités dřimportation,
dřacquisition, de détention, dřexploitation, de circulation et de transport des équipements
sensibles)

Normes Européennes :
EN ISO 50132-7 CCTV surveillance systems for use in security applications
ASTM F2656 - 07 Standard Test Method for Vehicle Crash Testing of Perimeter Barriers
EN 50133-7 Access control systems for use in security applications
EN 50131-1 Alarm Systems
BS EN 1722-14 Specification for open mesh steel panel fences
ISO 12100:2007 Safety of Machinery
CIE S 015_E_2005 CIE Lighting Level Standards
S 016_E_2005 CIE Lighting for Safety and Security (CIE: Commission Internationale de
l'Eclairage)

Guides :
Sonatrach Instruction: No127/SH/AMT/SIE/ Coord Ŕ Adrar/ 2010 Renforcement de la Sécurité.
AFH10-222V3 Expeditionary Camps
AFH10-222V14 Civil Engineer Guide to Fighting Positions
AFH10-2401 Vehicle Bomb Mitigation Guide
CPNI Guide to Security Lighting
CPNI Operational Requirements for Security Measures
FEMA 453 Design Guidance for Shelters and Safe Rooms
HOSDB 28-09 CCTV Operational Requirements Manual
MIL-HDBK-1013/12 Security Glazing Ŕ Ballistic, Blast and Forced Entry
TSA Security Checkpoint Layout Design / Reconfiguration Guide
UFC 04-141-04 Emergency Operations Centre Planning and Design
UFC 04-022-01 Entry Control Facilities/Access Control Points
UFC 04-022-02 Vehicle Barriers
UFC 04-022-03 Fences Gates and Guard Facilities
UFC 04-023-07 Design to resist Direct Fire Weapons Effects

6.5.1.2 Principe globaux


Les protections passives et actives devront être conçues en tenant compte des impératifs de flexibilité
de manière à sřadapter à des conditions sécuritaires changeantes, mais aussi à des évolutions
éventuelles dans lřaménagement des espaces au sein des bases de vie (changement dřaffectation
des locaux, extensions, modifications du bâti, etc..).

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


137 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

La conception des protections passives devra être particulièrement bien réfléchie de manière à offrir,
à elles seules, un niveau de sécurité satisfaisant et limiter par conséquent le recours aux systèmes
actifs.
Les activités au sein de la Base et de la Résidence et les rotations journalières de la Base vers lřusine
devront être parfaitement analysées de manière à concevoir un dispositif parfaitement intégré, sans
contrainte pour le bon déroulement des activités et sans recours excessif aux systèmes actifs de
sécurité.
Les exigences de sécurité imposées par les autorités algériennes, notamment vis-à-vis du personnel
expatrié devront être scrupuleusement suivies.
Les mesures sécuritaires présentées ci-dessous sont adaptées aux risques suivants :
- Engins explosifs improvisés
- Voiture piégées
- Attaque armée
- Bombes
- Kidnapping
- Vol
- Émeute

6.5.2 Protection du périmètre des bases de vie


Lřobjectif de sécurisation du périmètre des bases de vie est dřéviter à tout prix quřune personne non
autorisée puisse accéder aux sites. Cette protection consiste en :
- Enceinte
- Miradors
- Barrages routiers (en amont de la Base, pour information)
- Barrières pour véhicules au niveau des entrées
- Barrière pour piétons au niveau des entrées

6.5.2.1 Enceinte de la Base


Lřenceinte de la Base comportera, depuis lřextérieur vers lřintérieur :
- Sur le pourtour extérieur de lřenceinte, un espace libre de 15m avec une tranchée et un
merlon, le merlon étant constitué par la terre excavée de la tranchée, merlon et tranchées
seront conçus de manière à bloquer un véhicule suicide (largeur et hauteur à déterminer par
étude à réaliser par lřEntrepreneur avec lřaccord du Maître dřOuvrage). Le dispositif
tranchée/merlon pourra aussi être remplacé par des rochers esthétiques remplissant le même
rôle.
- Un mur en béton armé de 3m de hauteur avec concertina ou équivalent plus esthétique. Les
caractéristiques mécaniques en seront déterminées par une étude à réaliser par
lřEntrepreneur avec lřaccord du Maître dřOuvrage.
- Un chemin de ronde de 6m de largeur (pour permettre les manœuvres des véhicules de
patrouille).
- Une clôture métallique de 3m de hauteur

Le traitement de lřenceinte doit être cohérent avec le caractère résidentiel du lieu.

La protection offerte par lřenceinte doit être complétée par un système de détection anti-intrusion
périmétrique au moyen de câbles enterrés ou des dispositifs fixés à la clôture. Des caméras doivent
assurer une surveillance vidéo efficace de tout le périmètre, quelles que soient les conditions
dřéclairage.

Aux endroits où les véhicules peuvent se rapprocher du mur de clôture, (route dřaccès, parking etc.),
la construction de la partie inférieure des murs doit offrir une résistance suffisante pour résister à des
tentatives dřintrusion par voitures béliers.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


138 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Une attention particulière sera portée aux matériaux, à la hauteur des murs et lřintégration des
systèmes de protection, notamment des fils babelés dans le paysage.

Les spécifications des clôtures métalliques sont détaillées plus loin.

6.5.2.2 Miradors de surveillance


Des miradors seront construits tout le long du mur dřenceinte. Ce sont des constructions destinées à
permettre à des agents de surveillance de surplomber la clôture dans leur champ de surveillance.
Ils ont généralement une hauteur dřune dizaine de mètres et sont disposés à intervalle régulier tous
les 300 à 400 m afin dřassurer une bonne surveillance visuelle. Ils sont équipés de projecteurs de
surveillance pour détecter et/ou dissuader des intrus. Ils doivent offrir une protection balistique
suffisante et être munis de meurtrières pour riposter à des attaques à lřarme à feu en cas de besoin.

Pour la Base, il est préférable de réaliser sur la façade principale deux miradors en forme de tours,
telles que présentes sur le croquis ci-dessous mais dřune hauteur dřenviron 6m, et deux plus petits, en
porte- à- faux, sur la façade arrière.
Chaque mirador sera équipé dřun projecteur longue portée qui sera monté sur la dalle de la
couverture sauf indication contraire.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


139 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.5.2.3 Barrières pour véhicules au niveau des entrées


Les voies dřaccès aux bases de vie doivent être munies de dispositifs contraignant les véhicules à
ralentir, notamment à lřapproche des entrées. Les chicanes et les rétrécissements de voies sont
efficaces et doivent être préférés aux ralentisseurs.
Ces dispositifs doivent permettre, si nécessaire, le passage de véhicules de grands gabarits. Cřest
pourquoi les barrières et/ou les bornes doivent être amovibles manuellement.

Portails et barrières :
Les points dřaccès des véhicules doivent être obligatoirement contrôlés. Cřest pourquoi ils doivent être
équipés de portails. Quels que soit leurs types (coulissant ou battant), ils doivent impérativement
présenter la même résistance que la clôture principale contre les intrusions par véhicule bélier.
Leur vitesse dřouverture et de fermeture doit être étudiée en fonction du trafic routier.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


140 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Chaque point dřaccès doit être muni dřau moins deux barrières de sécurité fonctionnant sur le principe
dřun sas (une barrière est toujours fermée lorsque lřautre est ouverte). Elles sont fermées en temps
normal.
La distance entre deux barrières doit être suffisante pour permettre lřaccès à un véhicule de grand
gabarit. Les barrières sont, de préférence, actionnées à distance depuis un poste de garde/salle de
contrôle.
Un accès secondaire pour véhicules doit être prévu du coté opposé à lřentrée principale. Fermé
habituellement, cet accès est utilisé en cas dřurgence uniquement.
Les barrières et postes de gardes doivent êtres conçus selon les recommandations ASTM F2656-07,
BS EN 1722 -14 et doivent présenter les niveaux de protection recommandés par PAS 68 et PAS 69.
En fonction de la dangerosité du site et en complément à ces dispositifs, une combinaison des
systèmes suivants peut être utilisée pour renforcer la sécurité aux points dřaccès des véhicules.

Systèmes de contrôle des vitesses :


Les accès peuvent être équipés dřobstacles forçant les véhicules à ralentir, de manière à limiter les
effets dřun véhicule qui tenterait de forcer lřaccès. Ces systèmes sont conçus pour réduire à moins de
30km/h la vitesse des véhicules à lřapproche de lřaccès. Ces obstacles, quřils soient hydrauliques ou
électromécaniques, doivent être escamotables.

Contrôle des accès des véhicules :


Chaque accès de véhicule doit inclure un poste de garde qui enregistre les mouvements du personnel
et des visiteurs. Les dispositions nécessaires pour permettre la fouille des personnes et des véhicules
doivent être prises.

6.5.2.4 Accès des piétons


Les accès du personnel et des visiteurs piétons doivent être équipés de barrières offrant le même
niveau de sécurité et de résistance à lřintrusion que la clôture principale. Une attention particulière est
portée à sa conception qui ne doit présenter aucune forme dřappui permettant dřescalader la clôture
ou une faiblesse permettant de la traverser.
Toutes les personnes et les biens qui entrent dans le site doivent être minutieusement contrôlés de
manière à éviter le passage dřobjets et de matières prohibés.
Les accès doivent inclure :
- Tourniquet pleine hauteur
- Poste de garde
- Sas
- Scanner
- Pièce pour la fouille

6.5.3 Spécifications des clôtures

6.5.3.1 Normes et standards


BS EN 1722-14 Specification for open mesh steel panel fences
NF EN ISO 1461 Revêtements par galvanisation à chaud sur produits finis ferreux Ŕ
Spécifications et méthodes d'essais

6.5.3.2 Domaine d'application


Cette spécification concerne les clôtures en treillis métallique et les portails qui seront installés afin
d'assurer la protection des bases de vie. Elle concerne également les éventuelles clôtures de
séparation situées dans le périmètre de ces installations.
Ces spécifications sont données comme référence uniquement. Il doit être entendu que lřEntrepreneur
devra étudier dans le détail tous les aspects de sureté des bases incluant les systèmes passifs, dont
les clôtures, ainsi que les systèmes actifs.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


141 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.5.3.3 Etude préalable


Les dessins dřatelier décriront clairement les panneaux de clôture, les poteaux, les attaches, les
composantes, les barrières, les dimensions et les ancrages.
Les instructions et les procédures dřinstallation du manufacturier, incluant tous les détails sur
lřinstallation type dřune clôture et des barrières seront fournies ainsi que les notes de calcul (tenant
compte notamment des risques dřexplosion) et les descriptifs.
LřEntrepreneur dimensionnera les poteaux, entretoises et les fondations en prenant en compte les
surcharges (particulièrement celles dues au vent) ainsi que les forces auxquels les structures peuvent
être soumises en cas dřattaque terroriste.

6.5.3.4 Matériaux
Les matériaux seront neufs, produits par un fabricant réputé. Les matériaux usagés, reconditionnés et
regalvanisés sont proscrits. Les matériaux seront galvanisés à chaud, avec un minimum de
revêtement de 275 g/m² selon norme NF EN ISO 1461.
Les poteaux et panneaux seront galvanisés et couvert dřune plastification en polyester standard. Le
polyester devra être exempt de plomb et de cadmium.

6.5.3.4.1 Grillage
Le grillage sera en maille de chaîne de fil métallique galvanisé de 3,5mm soudés à chaque
intersection.
Le grillage sera galvanisé ou recevra un revêtement aluminium. La galvanisation sera de 0.61kg/m²
en accord avec ASTM A 392, Class 2. Le revêtement aluminium sera de 0.12kg/m² conformément à
lřASTM A 491.
La maille devra être spécialement étudiée pour optimiser la visibilité, (particulièrement important pour
les caméras de surveillance et pour identifier les intrus). De même une parfaite compatibilité avec les
systèmes électroniques d'alarme et de détection devra être assurée.
Les dimensions des mailles ne devraient pas excéder 50mm x 50mm. Une tolérance dřau plus 3 mm
est accepté sur la dimension de la maille mesurée perpendiculairement au dégagement laissé entre
les mailles.

6.5.3.4.2 Poteaux
Lřacier sera conforme à la norme européenne EN 10326. Les poteaux seront fabriqués en tôle dřacier
galvanisé en continu par immersion à chaud suivant la norme européenne EN 10147 (à lřintérieur et à
l´extérieur -épaisseur de couche minimale 275 g/m2 - 2 faces combinées). Il sera revêtu ensuite dřune
couche d´adhésion et enfin dřune couche de polyester (épaisseur min. 60 microns).
Les poteaux seront à section tubulaires ou rectangulaire. Les poteaux devront comporter un capuchon
en polypropylène résistant aux rayons ultraviolets, alternativement en fonte d'aluminium ou d'acier
galvanisé à chaud. Le conduit ou tube à joint ouvert sera proscrit.
Des entretoises devront être installées à mi-hauteur entre la traverse supérieure et le bas du grillage
pour relier les poteaux terminaux aux poteaux intermédiaires. Les poteaux de bouts et de barrières
devront inclure une entretoise tandis que les poteaux de coin et d'angle devront en inclure deux.
Les poteaux seront équipés de bavolets inclinés à 45° ou 60° vers lřextérieur dont la protection
anticorrosion devra être identique à celles des poteaux. Fixés solidement sur les poteaux à lřaide de
vis auto taraudeuses ils soutiendront les 3 ou 4 rangs de concertina de lřenceinte. Les poteaux
tendeurs, les poteaux intermédiaires et les jambages, en acier devront être solidement ancrés dans le
béton.
Les poteaux, les cadrages des portes, les barrières et la quincaillerie devront être fabriqués par des
manufacturiers qualifiés ayant plus de cinq années dřexpérience dans la fabrication des composantes
de clôtures.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


142 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.5.3.4.3 Portails/Barrières
De type coulissant (sur rail ou autoportant) ou battant/pivotant (à simple ou double battants), les
portails ou barrières seront réalisées en acier de construction normal revêtu de zinc (poids minimal du
zinc 275g/m2) et revêtus dřune couche de polyester de minimum 60µm.
Tous les joints de cadre devront être soudés à l'arc et recouvert de 2 couches de peinture enrichie de
zinc.
Les ferrures seront réglables et faites en acier galvanisé à chaud en vue dřune bonne résistance à la
corrosion. Toutes les parties métalliques du système de fermeture seront en acier inoxydable ou en
acier revêtu dřune couche de protection afin dřassurer une bonne résistance à la corrosion.
Sauf indication contraire, le portail devra avoir une hauteur de 2 m minimum plus des bavolets et
devra autoriser un passage de 4m. Les bavolets seront inclinés à 45° ou 60° vers lřextérieur de
lřenceinte, et porteront 3 à 4 rangs de concertina. Lřespacement des barreaux devra être réduit pour
empêcher dřéventuelles intrusions ou le passage dřanimaux. Par ailleurs, les mailles ou le
barreaudage ne devront pas favoriser lřescalade.
Les poteaux des portails seront munis de 3 charnières au minimum. Sauf prescription contraire, les
portails seront munis d'un boulon prisonnier permettant leur verrouillage au sol. Chaque portail ou
portail à deux battants sera muni d'un verrou à pêne rond et d'un maneton ou d'une targette
permettant de fermer le portail à l'aide d'un cadenas. Les serrures et les boulons équipant les portails
de sécurité ne seront accessibles que de l'intérieur.

6.5.3.4.4 Fils barbelé


Sauf indication contraire, le fil barbelé sera formé de 2 fils de 2mm de diamètre en acier galvanisé
conforme à la norme ASTM A 121-81 avec 4 pointes à tous les 102mm. Dřautres types pourront être
proposés à lřapprobation du Maître dřOuvrage.

6.5.3.4.5 Fils tendeurs et attaches


Les fils tendeur seront de 3.5mm, galvanisés (0.61kg/m² conformément à lřASTM A 392, Class 2) sauf
indication contraire. Des ligatures de fil d'acier galvanisé simple serviront à lier le fil tendeur au
grillage. Des fils d'aluminium calibre 3,5mm seront utilisés pour attacher le grillage aux poteaux
intermédiaires, à la traverse et aux entretoises.

6.5.3.4.6 Accessoires
Les accessoires pour les clôtures devront être galvanisés, de marque reconnue et de dimensions
adéquats.
Les chapeaux, bavolets pour fils barbelés de poteaux intermédiaires et de poteaux terminaux,
réceptacle seront en acier galvanisé à chaud ou en fonte d'aluminium. Les chapeaux (qui pourront
aussi être en polypropylène résistant aux rayons ultraviolets) se fixeront solidement aux poteaux et
seront conçus pour assurer l'étanchéité à l'eau.
Les écrous, les boulons et autres accessoires fournis pour l'exécution des travaux par l'Entrepreneur
seront de qualité rencontrant les règles de l'art.
LřEntrepreneur devra fournir les P. V. délivrés par des organismes agréés pour le contrôle des
matériaux utilisés et la conformité au site des revêtements et protections
LřEntrepreneur devra, dès la période de préparation, présenter à lřagrément les échantillons et
modèles des matériels prévus au CCTP.
Après acceptation du Maître dřOuvrage, lřEntrepreneur est tenu à l'identité avec les choix retenus.
Le Maître dřOuvrage aura la possibilité de prélever à tout moment des échantillons afin de les
soumettre à des essais, lesquels seront à la charge de lřEntrepreneur.

6.5.3.5 Prescriptions relatives à la mise en œuvre


Lřimplantation sera effectuée de manière à respecter et conserver les plantations existantes pendant
et après le chantier Les terrassements seront exécutés dans les règles de lřart. Le sol devra être bien
nivelé pour assurer à la clôture une régularité dřaspect satisfaisante.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


143 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

La pose des clôtures se fera de façon soignée en sřadaptant au relief du terrain pour respecter la
verticalité des poteaux et des panneaux.
Tous les éléments de la clôture, incluant les panneaux, poteaux, barrières, barbelés etc., seront
installés selon les recommandations du manufacturier.
La pose sera réalisée par des ouvriers qualifiés et expérimentés dans la réalisation de ce type
dřouvrage.

Béton
Sauf indication contraire, les massifs de scellement en pied de poteaux seront réalisés à lřaide de dés
de béton dosé à 350 kg. Les massifs de fondation béton seront descendus au sol porteur.
Les composants du béton devront être mélangés avec soin. Le béton sera placé puis compacté
correctement, aussitôt que possible après le mélange. Avant la prise du béton, l'Entrepreneur
s'assurera de la position verticale parfaite des poteaux et que l'installation de ces derniers donne
entière satisfaction au Maître dřOuvrage.
La clôture principale sera construite et posée sur une longrine tout au long, une moitié de cette
dernière sera enterrée et lřautre apparente afin d'éviter l'intrusion par le bas conformément aux
instructions HSE.

Montage :
La clôture sera montée de façon à suivre fidèlement le tracé et les niveaux indiqués sur les dessins.
Le sommet de la clôture suivra sensiblement le profil du terrain. Les bas de panneaux de clôture ne
devront pas présenter dřécart supérieur à 10 cm avec le terrain naturel. Dans le cas inverse, soit, les
clôtures seront intégrées dans le sol existant, soit le terrain naturel sera relevé (à définir avec le Maître
dřOuvrage).

Des poteaux tendeurs seront placés à toutes les extrémités, coins, changements de direction ou à
tous les endroits présentant de brusques changements de niveau ainsi qu'à intervalles réduits
(déterminé par lřEntrepreneur) dans les parties en ligne droite de la clôture. Les poteaux tendeurs des
clôtures de sécurité seront enfoncés dans le sol à une profondeur dřau moins 0,80m et ceux des
clôtures de séparation à une profondeur dřau moins 0,60m.
Des jambages seront installés sur tous les poteaux tendeurs dans la direction de chaque ligne de
clôture fixée à ces derniers. La partie inférieure de tous les jambages, mesurée à partir du centre du
jambage, ne s'enfoncera pas à moins de 0,50m au-dessous du niveau du sol. Les trous, à parois
verticales, destinés à ces jambages ne seront pas de dimensions inférieures à 0,30m de large et
0,50m de long, vus en plans. Après la mise en place du poteau, le trou sera comblé de la manière
décrite ci-dessus.
Des poteaux intermédiaires seront placés à des intervalles ne dépassant pas 3m. Sauf indication
contraire, le fil de ligne supérieur sera fixé à 25mm en dessous du sommet des poteaux. Le fil inférieur
sera fixé près du sol à une distance raisonnable. Le fil intermédiaire des clôtures de sécurité sera fixé
environ à mi-distance entre le fil supérieur et le fil inférieur. Chaque fil sera fermement tendu à chaque
poteau tendeur à l'aide de raidisseurs à cran. A chaque poteau intermédiaire le fil passera par un trou
pratiqué dans le poteau ou y sera fixé par un crampon semi-circulaire à extrémités repliées, qui
passera par un trou percé dans le poteau.
La clôture en treillis métallique sera tendue entre chaque paire de poteaux tendeurs et fixée à chaque
extrémité à lřaide d'une barre de tension. La clôture sera ensuite attachée aux fils de soutien à l'aide
d'attaches en fil de fer ou d'anneaux galvanisés de dimensions appropriées, placés à des intervalles
de 15 cm sur le fil supérieur et de 50 cm sur les fils intermédiaires et inférieurs. Le fil de soutien pourra
aussi être enfilé dans la rangée de mailles voisine, en prenant soin de passer le fil dans chaque
maille, sauf aux endroits des poteaux tendeurs où il est nécessaire d'effectuer une déviation. On ne
devra pas utiliser cette méthode aux endroits où les fils de soutien sont enfilés à travers des poteaux
en acier.
Le treillis métallique utilisé pour les portails sera tendu entre les montants et fixé à l'aide d'une barre
de tension ou par soudure par point. Il sera ensuite attaché aux barres supérieures et inférieures du
portail et fixé à l'aide d'une barre de tension ou par soudure par point. Il sera ensuite attaché aux

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


144 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

barres diagonales du portail au moyen d'attaches en fil de fer à des intervalles ne dépassant pas
250mm sauf prescription contraire.
Les clôtures de sécurité porteront 3 à 4 rangs (à identifier par lřEntrepreneur en fonction des risques)
de fil barbelé fixés aux rallonges. Chaque rang de fil sera tendu à l'aide de tendeurs attachés aux
rallonges des poteaux tendeurs et fixé aux rallonges des poteaux intermédiaires par des attaches en
fil de fer.
Les portails des clôtures de sécurité comporteront aussi 3 à 4 rangs de fil barbelé fixés aux rallonges
de la manière décrite ci-dessus.
La mise à la terre électrique des clôtures et les barrières devra être conforme aux normes en vigueur.
Les matériaux utilisés, la main dřœuvre et le montage des clôtures devront répondre pleinement aux
exigences du Maître dřOuvrage.

6.5.3.6 Contrôle et réception


Les critères retenus pour lřacceptation lors de la réception se porteront principalement :
- La qualité des matériaux, notamment de la galvanisation
- La solidité de lřouvrage
- La conformité de la hauteur des clôtures et du matériel utilisés
- Lřensemble des essais et contrôles qui seraient demandés par la Maîtrise dřouvrage (à la
charge de lřEntrepreneur)
Après achèvement des travaux et avant leur réception, lřEntrepreneur nettoiera le chantier de tous les
matériaux excédentaires. Il assurera également la remise en état des lieux de dépôt et des voiries
détériorées par la circulation des engins.

6.5.4 Recommandations relatives au plan de masse des Bases de vie

6.5.4.1 Distance de sécurité


Les points vulnérables à lřintérieur du site doivent être localisés à une distance suffisante des espaces
publiques incontrôlés afin de réduire les risques liés à des attaques à armes à feu et explosifs. En tout
état de cause, lors de la conception de lřaménagement spatial des bases de vie, les effets dřune
explosion devront être estimés afin de déterminer les distances adéquates entre la clôture et les
différents bâtiments (hébergement, équipements etc.). Une distance minimale de 30m sera respectée
entre les enceintes externes de la Base, de la Résidence et du Camp et tout bâtiment à occupation
humaine.

6.5.4.2 Aire de service


Afin dřéviter tout risque lié à des véhicules piégés, lřaccès aux véhicules de services (pour la fourniture
de biens ou lřévacuation des déchets) doit être limitée. Cřest pourquoi, une aire de service doit être
conçue à lřextérieur du périmètre du site, Cette aire sera délimitée par les façades arrière des cuisines
et des différents services qui lui feront face, comme indiqué sur le schéma ci-dessous. Un poste de
garde devra contrôler les véhicules en amont de cette aire de service.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


145 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.5.4.3 Parkings
Des parkings pour le personnel sont prévus à la Base. Les parkings doivent être maintenus à
lřextérieur de lřenceinte principal de la Base comme quřindiqué dans le schéma ci-dessus.
Les parkings peuvent être conçus pour être utilisés exceptionnellement comme aire dřatterrissage
dřhélicoptères dans les cas dřurgence.

6.5.4.4 Mesures actives


Les spécifications des mesures actives sont données dans les documents relatifs aux installations des
technologies de lřInformation IT.
Un système de surveillance vidéo « CCTV system » sera installé. Les caméras seront disposées de
soit au niveau du mur dřenceinte, soit fixés sur des mâts de 3m. Elles seront fixes et localisées de
manière à nřoffrir aucun angle mort (espacement moyen de 50 m).
Des caméras fixes pourront être disposées au niveau de point dřaccès (véhicule et piétons).
Les caméras mobiles ou dômes seront utilisées uniquement pour la surveillance de larges surfaces
(parking par exemple). Toutes les caméras devront disposer de systèmes dřenregistrement dřune
capacité dřau moins 7 jours.

Important : Lřéquipement de télésurveillance sera fourni et installé par lřattributaire du contrat de


lřUsine. Néanmoins, lřEntrepreneur réalisera, en coordination avec ce dernier les travaux liés au
cheminement des câbles et autres travaux accessoires (se référer à lřAnnexe XXI du Contrat
« Interfaces »).

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


146 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

6.5.5 Sécurité incendie

6.5.5.1 Normes et standards


Réglementation Algérienne :
 Code du Travail Algérien.
 Décret exécutif n° 91-05 du 19 Janvier 1991 relatif aux prescriptions générales de protection
applicables en matière dřhygiène et de sécurité en milieu de travail. Titre III : Mesures
particulières de prévention des risques dřincendie Art 45 à 60. JORA n° 4 / 1991.
 Réglementation relative à la protection incendie dans les ERP

Normes européennes :
NF P 92-507 Sécurité contre lřincendie - Bâtiment Ŕ Matériaux d'aménagement - Classement
selon leur réaction au feu.
NF D 62-041 Mobilier de bureau - Meubles de rangement - Caractéristiques générales -
Essais Ŕ Spécifications.
NF S 61-934 Systèmes de Sécurité Incendie (S.S.I.)- Centralisateurs de Mise en Sécurité
Incendie (C.M.S.I.)
NF S 61-937 Systèmes de Sécurité Incendie (S.S.I.) - Dispositifs Actionnés de Sécurité
(D.A.S.)
NF S 61-213 Matériel de lutte contre l'incendie et de secours - Poteaux d'incendie
incongelables de 100 et 2 x 100 - Spécifications.
NF S 61-936 Systèmes de sécurité incendie (S.S.I.) - Équipements d'alarme (E.A.)
NF S 61-939 Systèmes de Sécurité Incendie (S.S.I.) - Alimentations Pneumatiques de
Sécurité (A.P.S.) - Règles de conception
NF S 61-940 Systèmes de Sécurité Incendie (S.S.I.) - Alimentations Électriques de Sécurité
(A.E.S.) - Règles de conception
NF S 32-001 Signal sonore d'évacuation d'urgence
NF C 71-800 Blocs autonomes d'éclairage de sécurité d'évacuation
NF C 71-801 Blocs autonomes d'éclairage de sécurité pour bâtiments d'habitation soumis à
réglementation
NF S 61-970 Règle d'installation des Systèmes de Détections Incendie (S.D.I.)
NF X 08-003 Symboles graphiques et pictogrammes. Couleurs de sécurité et signaux visuels
de sécurité
ISO 3864 Symboles graphiques - Couleurs de sécurité et signaux de sécurité - Partie 3 :
principes de conception pour les symboles graphiques utilisés dans les signaux
de sécurité
NF EN 54-2 et 54-4 Matériel, instructions techniques 246 et 247 relatives au désenfumage

Règles APSAD (Protection incendie active) :


- R3 : extinction automatique à CO2
- R4 : extincteurs mobiles
- R5 : robinets d'incendie armés
- R6 : service de sécurité incendie
- R7 : détection automatique incendie
- R13 : extinction automatique à gaz
- R15 : ouvrages séparatifs coupe feu
- R16 : portes coupe feu
- R17 : exutoires de fumées et de chaleur ; Protection incendie passive
- R18 : installations électriques

Autres référentiels :
- Résistance au feu des éléments de construction (Documents Techniques Unifiés)
- Réaction au feu des matériaux de construction au feu (normes AFNOR)

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


147 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Autres Guides :
- Conception des lieux de travail : Brochure ED 773, I.N.R.S
- Incendie et lieux de travail : Brochure ED 789, I.N.R.S
- Les extincteurs mobiles d'incendie portatifs et mobiles : Brochure ED 802, I.N.R.S
- Le risque incendie : Brochure ED 2411, I.N.R.S

6.5.5.2 Objet
Sřagissant dřun « Etablissement Recevant des Travailleurs » ERT, la Base est normalement assujettie
aux dispositions du Code du travail Algérien en matière de prévention incendie. Toutefois, étant donné
la grande diversité dřactivités contenues dans son programme, en lřoccurrence, des bureaux mais
aussi des locaux réservés au sommeil, des restaurants, des espaces de stockage etc., les
dispositions plus contraignantes prévues pour les établissements recevant du public, ERP, du code de
la construction et de l'habitation ou pour les bâtiments d'habitation devraient prévaloir, en fonction des
risques encourus.
En tout état de cause, lřEntrepreneur devra effectuer une analyse des risques afin de déterminer les
mesures de prévention et de protection idoines.
Il convient de souligner que la réglementation introduite par les directives européennes relatives aux
lieux de travail contribue au rapprochement des deux réglementations ERP et ERT.
Dans cette section, les principales exigences en matière de protection incendie des ERT et quelques
dispositions pertinentes dřautres règles sont rappelées. Ces recommandations sont à la fois issues de
1
la réglementation Algérienne, Française et des règles et référentiels APSAD (Assemblée Plénière
des Sociétés d'Assurances Dommage) qui sont utilisés ici comme guide.

6.5.5.3 Etudes préalables


LřEntrepreneur devra effectuer toutes les études nécessaires afin de garantir la sauvegarde des
personnes et face aux risques dřincendies.
Il aura notamment à garantir la conformité des plans aux exigences réglementaires et étudiera
soigneusement les protections passives telles que compartimentage, dégagement, évacuation,
désenfumage etc.
Il assumera toutes les tâches de coordination des systèmes de sécurité Incendie. Conformément à la
norme NFS 61931 et NFS 61932, il réalisera notamment, en liaison avec les autorités compétentes:
- lřélaboration du dossier dřidentité du SSI,
- La définition de mise en sécurité (ZA, ZC, ZF, ZD)
- lřélaboration dřun Cahier des Charges dřordre fonctionnel du SSI définissant :
1. la catégorie de SSI,
2. Lřorganisation des zones (zones de détection : ZD et Zone de mise en sécurité : ZS)
3. La corrélation entre les ZD. et les ZS.
4. Le positionnement des matériels centraux et déportés éventuels ainsi que les modalités
de lřexploitation de lřalarme (restreinte et/ou générale sélective) ;
5. les alimentations de sécurité (Alimentations Electriques de Sécurité, Alimentations
Pneumatiques de Sécurité) et leurs conditions dřimplantation,
6. les constituantes du SSI, en indiquant leurs modes de fonctionnement et leurs options de
sécurité
7. Le principe et la nature des liaisons
8. la procédure de réception technique du SSI.

1
Les règles A.P.S.A.D. sont des référentiels techniques élaborés au sein des instances de la direction des assurances des
biens et de responsabilité de la Fédération Française des Sociétés d'Assurances. Elles sont rédigées en concertation avec les
utilisateurs, les professionnels de la sécurité, et les organismes compétents. Certaines sont issues de documents européens ou
internationaux. Ces recommandations et spécifications techniques auxquelles se réfère la profession de l'assurance, précisent
les conditions d'installation et d'utilisation des matériels d'incendie. Ces règles sont prises ici comme guide car elles préconisent
les niveaux de sécurité attendus par le Maitre dřOuvrage.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


148 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Il établira toutes les études associées aux moyens dřextinction en fonction des risques et des usages
des locaux et/ou bâtiments.
Il soumettra les différents plans dřaménagement avec le descriptif du compartimentage et des
systèmes de sécurité incendie à lřapprobation des services de la Protection Civile, conformément à la
réglementation en vigueur.

LřEntrepreneur fournira, par ailleurs, tous les certificats d'associativité du matériel et les PV
réglementaires (essais de résistance, matériel du SSI etc..). Il fournira les instructions de manœuvre
et d'exploitation, la documentation du matériel ainsi que les plans de recollement d'implantation et la
mise à jour du dossier d'identité du SSI.
Il réalisera conformément aux études, à la réglementation en vigueur et aux règles de lřArt, tous les
travaux nécessaires et effectuera, à la fin du chantier, tous les essais fonctionnels du SSI.

6.5.5.4 Protection passive

6.5.5.4.1 Conception des édifices


Les bâtiments et les locaux doivent être conçus et réalisés de manière à permettre en cas de sinistre :
1. Lřévacuation rapide de la totalité des occupants dans des conditions de sécurité maximale
2. Lřaccès de lřextérieur et lřintervention des services de secours et de lutte contre lřincendie
3. La limitation de la propagation de lřincendie à lřintérieur et à lřextérieur des bâtiments

Implantation :
Lřimplantation doit permettre lřévacuation rapide des personnes, en cas dřincendie. De plus, elle doit
faciliter lřaccès des équipes de premiers secours et des secours extérieurs.
Dans l'implantation des bâtiments, des intervalles de 8 m sont à prévoir pour éviter la propagation d'un
sinistre d'un bâtiment à l'autre et faciliter les évolutions des engins des sapeurs-pompiers via les voies
engins et les voies échelles. Les voies destinées aux véhicules doivent être larges dřau moins 4 m et
libres sur une hauteur dřau moins 3.5 m. De plus, lorsque le risque dřincendie est élevé, les quatre
façades du bâtiment doivent être accessibles.
Le Code du travail stipule que le stockage de matières dangereuses (substances ou préparations
explosives, comburantes, inflammables) devront être installés dans des bâtiments isolés ou dans des
cellules prévus et construits à cet effet. Ces installations ne doivent pas contenir de source d'ignition
telle que des flammes ou des appareils pouvant produire des étincelles.
Leur implantation devra également prendre en compte :
- l'accès pour l'attaque du feu
- les dispositions pour l'évacuation du personnel
- la direction des vents dominants
- les trajets probables des gaz et fumées générés par l'incendie
Les postes de travail doivent être aménagés de telle façon que les travailleurs puissent les quitter
rapidement en cas de danger et puissent être rapidement secourus, si nécessaire. Lřaccessibilité des
bâtiments aux personnes handicapés doit être bien étudiée conjointement avec lřexigence dřune
évacuation rapide en cas dřincendie.

Compartimentage :
Les bâtiments sont conçus et réalisés de manière à permettre, en cas de sinistre, la limitation de la
propagation de lřincendie. Par conséquent, ils doivent être fractionnés en unités distinctes avec des
murs séparatifs. De plus, ils doivent être isolés des locaux occupés par des tiers dans les conditions
fixées par la réglementation et isolés de dépôts, magasins ou ateliers qui contiennent des matières
dangereuses.
Il est utile de rappeler que toute circulation horizontale encloisonnée de grande longueur (> 50 m) doit
être recoupée tous les 25 à 30 m par des portes pare-flammes et munies de ferme-portes.

Dégagements :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


149 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les établissements comportent des dégagements tels que portes, couloirs, circulations, escaliers,
rampes, répartis de manière à permettre une évacuation rapide de tous les occupants dans des
conditions de sécurité maximale.
Ces dégagements sont disposés de manière à éviter les culs-de-sac et sont toujours libres. Aucun
objet, marchandise ou matériel ne doit faire obstacle à la circulation des personnes ou réduire la
largeur des dégagements au-dessous des minima fixés comme suit :

Nombre de Nombre total Largeur de Largeur totale


dégagements d'unité de l'unité de cumulée
passage passage
Moins de 20 personnes 1 1 0,90 m 0,90 m
De 20 à 50 personnes 1+1* 2 0,70m 1,20 m
De 51 à 100 personnes 2 ou 1+1** 2 0,60 m 1,20 m
De 101 à 200 personnes 2 3 0,60 m 1,80 m
De 201 à 300 personnes 2 4 0,60 m 2,40 m
De 301 à 400 personnes 2 5 0,60 m 3,00 m
De 401 à 500 personnes 2 6 0,60 m 3,60 m
*1up + 1 dégagement accessoire; ce dernier peut-être constitué par une sortie, une coursive, une
passerelle, un passage souterrain ou un chemin de circulation, rapide et sûr, d'une largeur minimale de
0,60 m. Cette solution est acceptée si le parcours pour gagner l'extérieur n'est pas supérieur à 25 m et
si les locaux desservis ne sont pas en sous-sol.
** même notion de dégagement accessoire mais peu importe si le parcours pour gagner l'extérieur est
supérieur à 25m et si les locaux desservis sont en sous-sol.
Si l'effectif est supérieur à 500 alors : le nombre de dégagements doit être augmenté d'une unité par
500 personnes (ou fraction de 500 personnes) ; la largeur totale cumulée des dégagements est
calculée à raison d'1up pour 100 personnes ou fraction de 100 personnes.

Il est rappelé par ailleurs :


- Un bâtiment à plusieurs niveaux ne peut comporter moins de deux escaliers lorsque ceux-ci
doivent donner passage à plus de 100 personnes à évacuer.
- Les locaux de travail situés dans les étages et sous- sol doivent être desservis par des
escaliers.
- Seuls les locaux dont la nature technique des activités le justifie peuvent être situés à plus de
6 m en dessous du niveau moyen des seuils d'évacuation.
- La distance maximale à parcourir pour gagner un escalier en étage ou en sous-sol n'est
jamais supérieure à 40 m.
- Le débouché au niveau du rez-de-chaussée d'un escalier s'effectue à moins de 20 m d'une
sortie sur l'extérieur.
- Les itinéraires de dégagements ne comportent pas de cul-de-sac supérieur à 10 m.
Escaliers :
Les escaliers doivent obéir aux caractéristiques suivantes :
- Ils sont munis de rampe ou de main-courante. Ceux d'une largeur au moins égale à 1,5 m en
sont munis de chaque côté.
- Les escaliers desservant les étages sont dissociés, au niveau de l'évacuation sur l'extérieur,
de ceux desservant les sous-sols.
Les marches obéissent aux caractéristiques suivantes :
- Elles ne sont pas glissantes ;
- S'il n'y a pas de contremarche, les marches successives se recouvrent de 5 cm;
- Il est interdit de placer une ou deux marches isolées dans les circulations principales;
- Les dimensions des marches des escaliers sont conformes aux règles de l'art;
- Les volées ne comptent pas plus de 25 marches;
- Les paliers ont une largeur égale à celle des escaliers et, en cas de volées non contrariées,
leur longueur est supérieure à 1 m;
- Les escaliers tournants sont à balancement continu sans autre palier que ceux desservant les
étages ;

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


150 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Les dimensions des marches sur la ligne de foulée à 0,60 m du noyau ou du vide central sont
conformes aux règles de l'art ;
- Le giron extérieur des marches est inférieur à 0,42 m.
Portes :
Les portes doivent obéir aux caractéristiques suivantes :
- Les portes susceptibles d'être utilisées pour l'évacuation de plus de 50 personnes s'ouvrent
dans le sens de la sortie ;
- Les portes entrant dans les dégagements réglementaires, doivent pouvoir s'ouvrir de
l'intérieur par une manœuvre simple et sans clé; cela inclus un seul dispositif par vantail, tel
que bec-de-cane, poignée tournante, crémone à poignée ou à levier, barre anti-panique ou
tout autre dispositif approuvé par les services de la Protection Civil.
- Les portes coulissantes à tambour ou s'ouvrant vers le haut, ne sont pas assimilées à des
portes de secours et donc ne sont pas des dégagements réglementaires sauf celles qui, par
effacement, libèrent la totalité de la largeur de la baie.
- Toutes les portes, quel que soit l'effectif des occupants du local desservi, doivent être
disposées de manière à ne former aucune saillie dans le dégagement, à l'exception des
portes pouvant se développer jusqu'à la paroi.
- Les portes de recoupement des circulations horizontales utilisées dans les deux sens pour
gagner une sortie vers l'extérieur doivent obligatoirement s'ouvrir en va-et-vient.
- Les portes des locaux en cul-de-sac risquant d'être confondues avec des issues d'évacuation
doivent s'ouvrir en débattant vers l'extérieur de ces locaux et être signalées par une inscription
« sans issue », non lumineuse et pour laquelle la couleur verte est interdite.
Atriums :
Eu égard aux risques quřils présentent, les atriums doivent faire lřobjet dřune attention particulière. Il
faut veiller notamment à respecter une dimension minimale dans sa plus petite largeur « l », selon la
formule𝑙 ≥ √7ℎ, « h » étant la hauteur de lřatrium. Si les dimensions de l sont respectées, on peut dire
que les façades donnant sur un atrium couvert seront traitées comme sřil sřagissait de façades à lřair
libre.

Désenfumage :
Il est rappelé que le désenfumage peut être rendu obligatoire dans les ERT sous certaines conditions.
2
Tous les locaux de plus de 300 m situés en rez-de-chaussée et en étage, les locaux de plus de 100
2
m aveugles et ceux situés en sous-sol ainsi que tous les escaliers doivent comporter un dispositif de
désenfumage naturel ou mécanique.
Par ailleurs, la nécessité du désenfumage sřapplique à :
- Toute circulation horizontale encloisonnée de plus de 30 m ne débouchant ni sur lřextérieur, ni
sur un escalier protégé, ou desservie par des escaliers mis en surpression, ou desservant des
locaux réservés au sommeil, ou située en sous-sol.
- Le désenfumage se fait toujours par niveau, voire fraction de niveau, et peut être traité pour
un local particulier.

La réglementation précise que la surface totale des sections d'évacuation des fumées doit être
2
supérieure au 1/100éme de la superficie du local desservi avec un minimum de 1m ; il en est de
même pour celle des amenées d'air. Chaque dispositif d'ouverture doit être aisément manœuvrable à
partir du plancher.
Le désenfumage sřapplique aussi aux atriums. La réglementation prévoit un niveau de désenfumage
différent, suivant que lřatrium possède ou non, à son niveau bas, un potentiel calorifique élevé. Si le
potentiel calorifique des éléments mobiliers est faible ou nul, le désenfumage doit être réalisé par des
ouvertures représentant 1/20éme de la section de base de lřatrium. Dans le cas contraire, la valeur est
portée à 1/15éme de la section de base.
Sont concernés aussi par le désenfumage, les locaux présentant un risque particulier, telles que les
2
archives, les grands espaces, tels que les espaces de culte comportant des surface de salles > 300m
situées en sous-sol, ou dont la hauteur sous plafond est inférieure à 4 m, les bureaux à usages
multiples, si le volume des locaux est supérieur à 1000 m3, les locaux à risques moyens (les
magasins de réserves) etc.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


151 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Dans les locaux réservés au sommeil, le désenfumage des circulations doit être asservi à la détection
automatique dřincendie. Toutefois, la réglementation précise quřaucun désenfumage des circulations
horizontales des étages comportant des locaux réservés au sommeil nřest exigé dans lřun des cas
suivants :
- La distance à parcourir, depuis la porte dřune chambre (ou dřun appartement) pour rejoindre
un escalier désenfumé ou mis à lřabri des fumées, ne dépasse pas 10 m ;
- Chaque local du niveau est désenfumé mécaniquement ; le désenfumage est asservi à la
détection automatique dřincendie des circulations horizontales communes ; de plus, une
commande manuelle de mise en marche doit être installée à proximité de lřaccès à lřescalier ;
- Les locaux réservés au sommeil sont situés dans des bâtiments à un étage sur rez-de-
chaussée au plus et sont pourvus dřun ouvrant en façade.

LřEntrepreneur, à travers la conception judicieuse des espaces, privilégiera le désenfumage naturel


au désenfumage mécanique, tout en garantissant des niveaux de sécurité équivalents ou supérieurs.

Résistance au feu :
Les principales exigences réglementaires pertinentes pour la conception de la Base sont rappelées ci-
dessous :
- Bâtiments de bureaux : Les exigences en matière de stabilité au feu de la structure pour les
immeubles de bureaux sont définies par le Code du travail. Pour les bâtiments dont la hauteur
du plancher est inférieure ou égale à 8m, aucune exigence nřest requise. Pour les autres, la
structure devra être SF 1h et les plancher CF 1h (une dispense est possible pour les
structures en acier après analyse du risque réel). Ils sont, par ailleurs isolés de tout bâtiment
ou local occupé par des tiers, au minimum par des parois CF 1h.
- Bâtiments de stockage/ Maintenance: Ce type de bâtiment à rez-de-chaussée ne fait pas
lřobjet dřexigences quant au degré de stabilité au feu de la structure, compte tenu de la facilité
dřévacuation des locaux.
- Logements/locaux de sommeil : Le code de la construction et de lřhabitation indique que pour
un habitat collectif, lřexigence de résistance au feu est SF 1/2h pour les structures et CF 1h
pour les planchers. Les murs séparant les logements sont CF 1/2h et un recoupement CF 1h
½ doit être prévu tous les 45 m.

La réglementation concernant le feu extérieur précise :


- Si la distance avec le bâtiment voisin est inférieure à 12 mètres, les toitures auront une
résistance au feu M0 (tuiles, bacs acier, etc.) ou bien une résistance M1 à M3 posé sur
support continu en matériau M0.

Il est utile de rappeler par ailleurs le classement au feu des éléments de construction suivants:

Les escaliers protégés (à l'abri des flammes et de la fumée.) :


- Catégorie M1, (B-s1, d0) pour les plafonds, les parois verticales et les rampants ;
- Catégorie M3, (CFL-s1) pour les paliers de repos et les marches.

Circulations horizontales :
- Catégorie M1, (B-s2, d0) pour les plafonds, pour les circulations non protégées et les locaux, il
est admis que 25 % de la superficie totale de ces plafonds soient réalisés en produits ou
éléments classés C-s3, d0 ou de catégorie M2
- Catégorie M2 pour les parois verticales (C-s3, d0);
- Catégorie M4 pour les sols (DFL-s2).

Les suspentes et les fixations des plafonds suspendus doivent être conçues pour éviter les
risques de chute de ce plafond. Sont réputées satisfaire à cet objectif les suspentes classées A1.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


152 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les produits d'isolation acoustique, thermique ou autre, simples ou composites, dont l'épaisseur
d'isolant est supérieure à 5 mm (10 mm en sol), doivent être de catégorie M0, (au moins A2-s2, d0 en
paroi verticale, en plafond ou en toiture et A2fl-s1 en plancher, au sol).

Les canalisations: Afin de limiter une éventuelle propagation du feu dans les circuits, tous les
conduits de distribution et de reprise dřair, à lřexception des joints, doivent être en matériau classé M0.
Quel que soit leur diamètre, les conduits aérauliques doivent toujours présenter un degré coupe-feu
de traversée équivalent au degré coupe feu des parois franchies lorsquřils traversent un mur.

Les éléments de décoration (si applicable): Les éléments de décoration en relief fixés sur les
parois verticales des locaux ou dégagements protégés ou non sont classés de catégorie M2, (C-s3,
d0), lorsque la surface globale de tous ces éléments est supérieure à 20 % de la superficie totale de
ces parois.
Les éléments de décoration ou d'habillage flottants, tels que panneaux publicitaires flottants de
surface supérieure à 0,50 m2, guirlandes, objets légers de décoration, etc., situés à l'intérieur des
locaux dont la superficie au sol est supérieure à 50 m2 et des dégagements doivent être en matériaux
de catégorie M1.
L'emploi des vélums est en principe interdit. Toutefois, lorsqu'ils sont autorisés par la réglementation
ou après avis de la commission de sécurité compétente, ils doivent «être en matériaux de catégorie
M1» pourvus de systèmes d'accrochage suffisamment nombreux ou d'armatures de sécurité
suffisamment résistantes pour empêcher leur chute éventuelle pendant l'évacuation du personnel.

Les tentures et rideaux : Les tentures, portières, rideaux, voilages doivent répondre, suivant leur
emplacement, aux exigences suivantes:
- Dans les escaliers encloisonnés, ils doivent être en matériaux de catégorie M1.
2
- Dans les autres dégagements et les locaux de superficie au sol supérieure à 50 m , ils doivent
être en matériaux de catégorie M2.
- Les rideaux de scènes et d'estrades, quelle que soit la surface de ces scènes et estrades,
doivent être en matériaux de catégorie M1.
L'emploi de tentures, portières, rideaux, voilages est interdit en travers des dégagements.

Les cloisons coulissantes ou repliables sont en matériaux de catégorie M3.

Le gros mobilier: Le gros mobilier (comptoir, vestiaires etc.), l'agencement principal (écrans
séparatifs, rayonnages, bibliothèque etc.), les stands et les aménagements de planchers légers en
superstructures, situés dans les locaux et les dégagements, doivent être en matériaux de catégorie
M3.
Les mobiliers ne doivent occuper des emplacements tels qu'ils ne puissent gêner ou rétrécir les
chemins de circulation.
Ils doivent être éventuellement fixés au sol ou aux parois de façon suffisamment rigide pour qu'une
poussée de la foule ne puisse les déplacer en cas dřévacuation.
Les rangées de sièges fixés au sol, lorsqu'elles sont imposées par les dispositions particulières,
doivent être en matériaux de catégorie M3 pour la structure, leur rembourrage M4, leur enveloppe M2,
selon la norme NF P 92-507.
Les mobiliers courants, notamment les sièges rembourrés, doivent résister au test de non-allumabilité
à la cigarette définit par la recommandation du D2-2000 du Groupe Permanent dřEtude des Marchés
GPEM/CP sur lřévaluation du comportement au feu des sièges rembourrés et objets assimilables
destinés aux collectivités du secteur public. Celle-ci définit 3 catégories de comportement au feu :
- EC = ne passe pas cigarette
- C = passe cigarette
- CF = passe cigarette + allumette
Le classement C au minimum est requis par la prescription NF Bureau Sécurité Confortique
Les sièges coquilles en plastique doivent répondre aux exigences de la Recommandation GPEM/CP
D3/1989 qui définit 3 catégories de comportement au feu :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


153 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- A1 ne sřest pas enflammé au radiateur électrique


- B1 sřest enflammé au radiateur, mais ne sřest pas enflammé au bec bunsen
- C1 sřest enflammé au bec bunsen
Les classes B1 ou A1 sont retenues pour la certification des sièges coquilles en plastique.

Locaux à risques :

Locaux de stockage de matières inflammables (si applicable): Les locaux dans lesquels sont
entreposées des substances ou préparations classées facilement inflammable doivent être isolés.
Lřisolation des dits locaux et postes de travail doit avoir lieu, selon le cas, soit par installation dans des
bâtiments distincts, soit par séparation ou protection résultant de la construction.
- Ces locaux disposent d'une ventilation permanente appropriée.
- Ces locaux sont conçus et réalisés de telle sorte que:
- Aucun poste habituel de travail ne puisse se trouver à plus de 10 m d'une issue donnant sur
l'extérieur ou sur un local donnant lui-même sur l'extérieur;
- Les portes de ces locaux s'ouvrent vers l'extérieur (sens de la sortie);
- Si les fenêtres de ces locaux sont munies de grilles ou grillages, ceux-ci s'ouvrent très
facilement de l'intérieur.
Selon le risque, ces locaux ne peuvent être éclairés que par des lampes électriques munies dřune
double enveloppe étanche ou par des lampes extérieures sous verre dormant. Dans les locaux
présentant des risques dřexplosion, les installations électriques doivent être :
- réduites aux seuls éléments nécessaires aux besoins de lřexploitation; tout appareil, machine
ou canalisation devant être placés en dehors de ces zones;
- conçues et réalisées de façon à ne comporter aucune source possible dřétincelle ou
dřéchauffement entraînant lřinflammation des atmosphères ou matières explosives.

6.5.5.5 Protection active


Les moyens de prévention constituent la protection active de la lutte contre l'incendie. Ils servent,
lorsque l'incendie s'est déclaré, à limiter l'étendue des dommages corporels et matériels.
Suivant la norme NF S 61-930 les équipements techniques sont ceux qui interviennent pour assurer
les fonctions de mise en sécurité suivantes :
- Evacuation des personnes
- Diffusion du signal dřévacuation
- Gestion des issues de secours
- Eclairage
- Désenfumage
- Extinction automatique
Lřinstallation des systèmes de protection active doit être réalisée par des entreprises spécialisées et
dument qualifiées.

LřEntrepreneur privilégiera, parmi les différents choix conceptuels de protection active, lřoption dřun
système de sécurité Incendie (SSI) et dřune détection très performante.

6.5.5.5.1 Le Système de Sécurité Incendie (SSI)


Le système de sécurité incendie est constitué de l'ensemble des matériels servant à collecter toutes
les informations ou ordres, liés à la seule sécurité incendie, à les traiter et à effectuer les fonctions
nécessaires à la mise en sécurité active d'un bâtiment ou d'un établissement.
Elle sera de catégorie A pour lřensemble des bâtiments de la Base.
Le SSI doit être indépendant de tous autres systèmes tels que la Gestion Technique de Bâtiment
(G.T.B.), la Gestion Technique Centralisée (G.T.C.), etc. Par ailleurs, la compatibilité fonctionnelle
entre les différents éléments du SSI doit être assurée et attesté par un laboratoire dřessai.

Il doit être entendu que :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


154 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Lřinstallation de chaque appareil ou dispositif doit être effectuée en respectant les indications
données par le fabricant concernant la mise en œuvre et fournies avec le matériel.
- Le matériel doit posséder marques types et indications exigées par leur norme.
- Les matériels constitutifs doivent être soumis aux essais de fonctionnement et
d'environnement.
- Les critères de fonctionnement étant à considérer au regard de la fonction à assurer et de la
non détérioration des caractéristiques électriques et mécaniques du matériel
- Sauf prescription contraire, l'installation doit respecter la règle A.P.S.A.D. R7

6.5.5.5.2 Le zonage
Le Système de Sécurité Incendie est conçu sur la base dřun zonage du bâtiment. LřEntrepreneur
devra identifier clairement les volumes et des aires géographiques, au sein du bâtiment à protéger,
correspondant aux différentes fonctions dřun SSI, notamment:
- Zone de détection (ZD): aire surveillée par un ensemble de détecteurs automatiques (les
zones de détection automatiques (ZDA)) ou détection manuelles (ZDM). Elles doivent
présenter une superficie et une configuration compatible avec une exploitation aisée du
système. Il doit être entendu quřune zone ne peut englober quřun niveau dřun bâtiment au
maximum (sauf si la zone est constituée par une cage dřescalier, un atrium, dřune gaine
dřascenseur ou structure similaire sous conditions). La surface au plancher dřune zone de
détection ne doit pas excéder 1600 m².
- Zone de Mise en Sécurité (ZS): aire dans laquelle seront mis en œuvre des organes de mise
en sécurité, tels quřune porte coupe-feu avec des volets de désenfumage; comprenant:
o La zone d’Alarme (ZA): aire dans laquelle sera audible le son dřalarme dřévacuation.
o La zone de Compartimentage (ZC): aire dans laquelle seront actionnés les portes et
clapets coupe-feu à fermeture automatique. Cette fermeture a lieu globalement pour
lřensemble dřun bâtiment.
o La zone de Désenfumage (ZF): aire dans laquelle seront actionnés des organes de
désenfumage tels que les volets ou exutoires.

6.5.5.5.3 Système de Détection Incendie (S.D.I.)


Le S.D.I. a pour objectif de déceler et signaler tout départ de feu. Il est composé de détecteurs
automatiques, de déclencheurs manuels et d'un tableau de signalisation incendie.
En fonction du risque que présente le bâtiment, le niveau de surveillance peut être total, partielle ou
locale. Dřune manière générale, il est nécessaire de respecter les prescriptions du constructeur du
S.D.I. et de ses différents composants (E.C.S., détecteurs, etc.), les exigences réglementaires
notamment la norme NF S 61-970 et les règles de lřart.

Détecteurs :
Tous les bâtiments seront couverts par le système de détection automatique de départ dřincendie.
L'implantation des détecteurs incendie revêt une importance capitale et doit être réalisée par, ou sous
le contrôle, d'un installateur agréé. Pour chaque local faisant partie de la zone surveillée, au moins un
détecteur doit être installé, exception faite de locaux tels que :
- Les sanitaires et ou les douches sous conditions,
- Les gaines et chambres de tirage dřune section inférieure à 2 m² sous conditions,
- Les coursives extérieures,
- Les locaux protégés par un système dřextinction automatique (local informatique, ou
électrique), sous conditions
- Les espaces dits « cachés » dřune hauteur inférieure ou égale à 0,8 m ou supérieure à 0,8 m
sous conditions.
Afin de choisir judicieusement le(s) type(s) de détecteurs et leur quantité, il conviendra :
- d'effectuer une analyse des causes du feu et des scénarios de développement les plus
probables,
- de respecter les règles de l'art quant à leur positionnement.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


155 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Par ailleurs, le choix des détecteurs doit être guidé par le souci dřefficacité (aptitude à détecter), la
fiabilité (probabilité d'occurrence de défaillance faible), la stabilité (taux de « fausse alarme »
minimum) et la maintenabilité (facilité d'entretien). La sélection de classe et du modèle de détecteur à
installer dans un local devront tenir compte, en outre, des critères suivants :
- Dimensions du local et notamment sa hauteur
- Formes géométriques et occupation du local
- Conditions générales dřenvironnement (température, taux dřhumidité ambiant,
empoussièrage, ventilation etc.)
- Causes possibles de perturbations susceptibles de provoquer des alarmes non justifiées,
- Nature du combustible etc.
- Les conditions dřutilisation notamment, température ambiante, vibration, humidité doivent être
vérifiée avant dřopter pour un équipement.
- Les détecteurs appropriés aux activités du local: les fumées, la poussière les aérosols et
certains phénomènes similaires, consécutifs à lřactivité exercée dans un local surveillé par
des détecteurs de fumée, peuvent être cause dřalarmes non justifiées. Dans ce cas, il est
nécessaire de choisir des détecteurs qui, de par leurs principes, sont moins sensibles aux
phénomènes parasites en cause.
Pour les bureaux, les chambres salles informatiques etc., le détecteur optique de fumée est dans la
plupart des cas le plus approprié. Dans les circulations, ces détecteurs sont installés selon un
intervalle de 10 m maximum et à 5 m maximum de chaque extrémité.
Pour les cuisines, locaux batteries, ateliers etc., les détecteurs de chaleur thermovélocimétrique sont
recommandés. Pour les locaux groupes électrogènes, le choix est généralement porté sur les
détecteurs de chaleur thermostatique.
Il est utile de rappeler que les détecteurs de chaleur sont limités aux locaux de faible hauteur (< 4m,
pour les thermostatiques et <7m pour les thermovélocimétriques) et que le bon fonctionnement dřun
détecteur de chaleur thermovélocimétrique est entravé par des éléments perturbant tels que, une
température ambiante supérieure à 90°C, une chambre frigorifique, des locaux en partie ouverts etc.
2
Les détecteurs thermovélocimétriques sont généralement disposés tous les 30 m de surface.

Dřautres types de détecteurs automatiques peuvent être utilisés pour assurer la surveillance des
bâtiments:
Le détecteur linéaire de fumée dont lřintérêt réside dans la couverture de grandes distances évitant
ainsi lřemploi de plusieurs détecteurs de fumée ponctuels tels que les halls, entrepôts etc. Comme
pour le détecteur optique de fumée, il doit être utilisé dans les locaux où il nřy a pas de fumée en
mode de fonctionnement normal.
Le détecteur de flamme est à utiliser lorsque le paramètre à détecter est la présence de flammes
émises par la combustion de solides, liquides ou gaz carbonés. Il est très adapté à la détection de
feux ouverts et peut sřutiliser en remplacement des détecteurs de fumée lorsque les conditions
dřenvironnement empêchent lřutilisation de ces derniers. Il est rappelé que ce détecteur est sensible
aux phénomènes perturbants suivants :
- rayonnement direct du soleil, éclairage artificiel intense ou vacillant
- réflexion de lumière sur des plans dřeau, vitrages, parties mobiles de machines...
- vibration du point de fixation du détecteur
- tout mouvement produisant une modulation de la lumière captée par le détecteur
Quel que soit le type de détecteurs, toutes les dispositions doivent être prises pour éliminer les
fausses alarmes sans nuire à lřefficacité de lřinstallation. Les détecteurs seront répartis de préférence
en « boucles de détection ». Si lřinstallation est reliée à des asservissements, on implantera de
préférence un système de « double détection » afin dřéviter toute mise en service intempestive.

Détecteurs automatiques :
Il est particulièrement conseillé d'en implanter dans les locaux inoccupés (la nuit notamment), au
niveau des points névralgiques, des installations ou des stockages dangereux.

Déclencheurs manuels :
Les déclencheurs manuels doivent être mis en place :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


156 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- A tous les niveaux, avant le franchissement dřune paroi qui délimite une zone de diffusion
dřalarme (ZA)
- A tous les niveaux, à proximité des portes donnant directement sur lřextérieur qui permettent
dřévacuer du bâtiment
- A chaque niveau autre que le niveau de référence, dans les circulations, à proximité
immédiate de chaque escalier
- Au rez-de-chaussée, dans les circulations, à proximité des sorties
Par ailleurs :
- Ils sont placés à une hauteur d'environ 1,30 mètre (axe de lřélément à manipuler à 1,30 m au
maximum) au-dessus du niveau du sol et ne sont pas dissimulés par le vantail d'une porte
lorsque celui-ci est maintenu ouvert
- Ils seront de préférence de type à membrane déformable
- Ils seront muni dřun capot de protection plombé (les plombages utilisés devront être fait pour
cet usage spécifique ; en particulier, ils seront facilement cassables)

Indicateurs dřaction déportés :


Tous les détecteurs dřincendie non visibles directement depuis les circulations principales doivent être
équipés dřindicateurs dřaction déportés placés dans ces circulations. Un étiquetage explicite et lisible
depuis le sol doit être mis en place à côté de tous les indicateurs dřaction déportés dont le
positionnement ne permet pas de déterminer sans ambiguïté les détecteurs dřincendie auxquels ils
sont associés.

Le tableau de signalisation incendie (T.S.I.) :


Il permet de localiser le début de l'incendie et ainsi d'activer le système de mise en sécurité incendie
(S.M.S.I.). Il sera implanté hors des zones à surveiller afin de rester accessible aux secours, dans un
local répondant aux conditions suivantes :
- Etre à proximité de lřaccès principal ou du local qui est normalement utilisé par les services de
secours (si possible au rez-de-chaussée) et demeurant facilement accessible au personnel
concerné (non accessible aux personnes non autorisées),
- Convenablement protégé contre les risques inhérents à lřactivité (vibrations, fumées,
poussières, dégagements de gaz ou de vapeurs, etc. ...),
- Avoir des conditions dřenvironnement, température et taux dřhumidité, compatibles avec les
caractéristiques techniques des matériels installés,
- Surveillé par des détecteurs automatiques,
- Sous surveillance humaine quand les locaux sont occupés.
De plus, il est nécessaire que ce matériel soit installé à une hauteur du sol du local le rendant
accessible et que les consignes dřexploitation en cas dřalarme incendie ou de dérangement soient à
coté de ce matériel.

6.5.5.5.4 Le système de mise en sécurité incendie (S.M.S.I.)


Le système de mise en sécurité incendie comporte l'ensemble des équipements qui assurent les
fonctions nécessaires à la mise en sécurité active du bâtiment ou d'un établissement en cas
d'incendie.

Le centralisateur de mise en sécurité incendie (C.M.S.I.) :


Le C.M.S.I. permet d'actionner les asservissements (Dispositifs actionnés de sécurité). Il doit répondre
aux dispositions de la norme NF S 61-934.
Lřensemble des matériels centraux des C.M.S.I. doivent être regroupés dans un emplacement unique
réservé au personnel chargé de la sécurité incendie. Il sera positionné de façon à ce que ses
signalisations et ses commandes soient placées à une hauteur comprise entre 0,70 et 1,80m.
Le poste de sécurité doit notamment recevoir les alarmes restreintes transmises par postes
téléphoniques, avertisseurs manuels, installations de détection et/ou dřextinction automatique. De
plus, des commandes manuelles des dispositifs dřalarme, de désenfumage mécanique (si applicable),
de conditionnement etc. doivent être installées à lřintérieur de celui-ci. Le poste de sécurité et ses
accès doivent être convenablement protégés contre le feu survenant dans lřétablissement.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


157 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Dispositifs Actionnés de Sécurité (D.A.S.) :


Ce sont les équipements qui permettent:
- le compartimentage (clapets, portes coupe-feu...),
- le désenfumage (exutoire, ventilateurs...),
- la mise à l'arrêt de certaines installations techniques,
- l'évacuation des personnes (éclairage de sécurité, diffusion du signal d'évacuation, gestion
des issues de secours...),
- l'extinction automatique (dans le cas des locaux informatiques).
- la gestion des issues de secours.
Ils doivent répondre aux dispositions de la norme NF S 61-937.

Diffuseurs Sonores ou équipements d'alarme :


L'équipement d'alarme est l'une des composantes majeures du système de sécurité incendie. Les
référentiels réglementaires et normatifs (norme NFS 61-936) définissent quatre types d'équipements
d'alarme (de I à IV). Le type d'alarme est déterminé selon l'effectif de l'établissement (en intégrant le
risque majeur d'évacuation lorsque l'effectif est important, présence de personnes handicapées,
locaux à sommeil, etc.), et la présence ou non de matières inflammables.
L'alarme de type I est asservie aux détecteurs automatiques d'incendie. Ce type d'alarme permet ainsi
d'améliorer grandement le temps entre le début de la combustion et la découverte du foyer et donc de
faire évacuer dès le début de l'incendie. Ce type sera obligatoirement choisi pour les locaux à sommeil
et privilégié dans la plupart des cas.
Les alarmes de type II à IV sont asservies à l'action de l'homme, soit au moment où quelqu'un
découvre l'incendie. Le temps qui se déroulera entre le démarrage du feu et sa découverte reste
aléatoire. Il dépendra d'une série de facteurs : présence ou non de rondes, réaction de la personne
face au sinistre. LřEntrepreneur devra établir un choix motivé pour ces types dřalarme en fonction de
lřactivité du bâtiment et/ou des locaux.
Il est rappelé que le système d'alarme générale doit être distinct des autres signalisations sonores
utilisées dans l'établissement. Il doit s'entendre de n'importe quel point du bâtiment pendant la durée
de l'évacuation et disposer d'une autonomie d'au moins cinq minutes. Il doit répondre aux dispositions
de la norme NF S 61-936. Les classes de puissance et les tonalités sont conformes à la norme NFS-
32-001.
Sauf avis contraire, chaque bâtiment de la Base aura sa propre zone dřalarme.

L’éclairage de sécurité
Les établissements recevant des travailleurs doivent disposer d'un éclairage de sécurité permettant
d'assurer l'évacuation des personnes en cas d'interruption accidentelle de l'éclairage normal. Il doit
permettre en toute efficacité de :
- assurer une circulation facile
- faciliter lřévacuation du personnel
- en cas de besoin, effectuer les manœuvres intéressant la sécurité
Sauf indication contraire, lřéclairage de sécurité est assuré par des Blocs Autonomes dřEclairage de
Sécurité (BAES).

Lřéclairage dřévacuation : Un système assurant lřéclairage des cheminements, des sorties, des
obstacles, des changements de direction et des indications de balisage doit être prévu :
- à chaque étage
- tous les 15 m dans les cheminements
- à chaque sortie et issue de secours
- à chaque changement de direction
- à chaque obstacle
- à chaque changement de niveau
- aux sorties des salles et locaux
- tous les cheminements (couloirs, escaliers, halls)
- aux sorties des salles et locaux, si :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


158 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

o L'effectif est au moins de 20 personnes


o La distance depuis tout point du local à une issue de dégagement commun est au moins
de 30 m
o Le local ne débouche pas directement, de plain-pied, sur un dégagement commun équipé
d'un éclairage d'évacuation

Lřéclairage dřambiance ou anti-panique: Il permet de maintenir un éclairage uniforme pour garantir la


visibilité et éviter tout risque de panique. Il est obligatoire dans:
- Les salles et halls si l'effectif est au moins de 100 personnes avec une densité supérieure à 1
2
personne / 10 m
2
- Les dégagements communs d'une superficie supérieure à 50 m desservant un ou plusieurs
locaux pouvant recevoir au total un effectif supérieur à 100 personnes
- Dans tous les cas, il faut :
2
o Un flux lumineux de 5 lumens/m de surface au sol
o Au moins 2 blocs d'éclairage d'ambiance par salle ou par hall
o Une distance maximum entre 2 blocs correspondant à 4 fois leur hauteur au-dessus du
sol
- Dans les cas où les blocs peuvent être soumis à des chocs (Sport ou Jeu de balle par
exemple), ils doivent être protégés par des grilles.

Blocs autonomes dřéclairage de sécurité (BAES): La conformité aux normes est attestée par la
marque NF C 71-800 (BAES dřéclairage dřévacuation) et NF C 71-801 (BAES dřéclairage dřambiance
ou anti-panique). Le flux lumineux des BAES dřévacuation doit être au minima de 45 lumens avec une
autonomie de 1 heure.
Les BAES doivent être implantés conformément aux exigences réglementaires afin d'assurer une
signalisation et un niveau d'éclairage de sécurité suffisants pour permettre l'évacuation des personnes
en cas de besoin. Pour garantir la sécurité de lřétablissement, les BAES doivent être mis à lřétat de
repos lorsque lřinstallation dřéclairage normal est mise intentionnellement hors tension, pendant les
périodes de fermeture. Dans le cas où le bâtiment doit abriter une activité ne tolérant pas de période
de fermeture, seule les BAES SATI (équipé dřun Système Automatique de Test Intégré) permettent
dřassurer la sécurité tout au long de lřexploitation.

Les alimentations électriques de sécurité


Tous les sous-ensembles d'un S.S.I. doivent pouvoir assurer leurs fonctions à tout moment. Ceci
nécessite, dans la plupart des cas, la mise en œuvre d'une (ou plusieurs) alimentation(s) de sécurité
telle(s) que définie(s) dans les normes NF S 61-939 et NF S 61-940.
Elles comprennent :
- Toutes les installations du système de sécurité incendie
- Les secours en eau (suppresseurs dřincendie, pompes de réalimentation en eau etc.)
- Les pompes dřexhaure
- Dřautres équipements de sécurité spécifiques de lřétablissement considéré à condition quřils
concourent à la sécurité contre les risques dřincendie et de panique
- Les moyens de communication destinés à donner lřalerte interne et externe.
Sauf indication contraire, les AES doivent être installées dans un local de service électrique. Ce local
doit être réservé à lřinstallation de batteries dřaccumulateurs. Les AES nřalimentant quřun matériel du
SSI peuvent être installées dans le même local.

Dispositifs de coupure d’urgence


Un dispositif de coupure dřurgence doit être facile dřaccès pour permettre de couper rapidement
lřalimentation dřun circuit électrique. Il doit être aisément reconnaissable et disposé de manière à être
facilement accessible.
Dans les cuisines, un dispositif dřarrêt dřurgence de lřalimentation des appareils de cuisson doit être
installé près de lřaccès à la cuisine.
Les ventilateurs seront dotés dřune commande dřarrêt dřurgence clairement identifiée, située dans le
poste de sécurité ou dans un endroit facilement et directement accessible de lřextérieur.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


159 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

La signalisation de sécurité
Lorsque lřimportance des bâtiments ou la disposition des locaux lřexige, des indications bien visibles
de jour et de nuit doivent indiquer le chemin vers la sortie la plus proche et/ou l'espace d'attente
sécurisé le plus proche lorsque celui-ci existe. Dans ce dernier cas, cheminement vers lřespace
sécurisé doit être identifié par une autre signalisation (Code du Travail).
La signalisation de sécurité doit être visible en tout point du bâtiment et doit baliser les cheminements
et issues de secours empruntés par le personnel. Les étiquettes de balisage doivent être éclairées par
lřéclairage dřévacuation. La dimension des étiquettes de balisage et les pictogrammes réglementaires
sont normalisés et répondre aux normes NF X 08-003 et ISO 3864.
Les dégagements qui ne servent pas habituellement de passage pendant la période de travail sont
signalés par la mention « sortie de secours ».
Les installations d'extinction font l'objet d'une signalisation durable aux endroits appropriés.
Les moyens de lutte contre lřincendie non apparents (signalisation extincteur et RIA) doivent être
signalés par un panneau conforme à la norme NF X 08-003.
Par ailleurs, lřinterdiction de fumer dans les lieux collectifs doit faire lřobjet d'une signalisation
conforme à la réglementation en vigueur.

Lřaffichage très apparent dřune consigne de sécurité incendie sera présent au minimum :
- Dans chaque local pour les locaux dont l'effectif est supérieur à cinq personnes et pour les
locaux dans lesquels sont entreposées ou manipulées des substances ou préparations
classées facilement inflammables
- Dans chaque local ou dans chaque dégagement desservant un groupe de locaux dans les
autres cas
La consigne de sécurité incendie doit indiquer au moins :
- Le matériel d'extinction et de secours qui se trouve dans le local ou à ses abords
- Les personnes chargées de mettre ce matériel en action
- Pour chaque local, les personnes chargées de diriger l'évacuation des travailleurs et
éventuellement du public
- Les mesures spécifiques liées à la présence de personnes handicapées, et notamment le
nombre et la localisation des espaces d'attentes sécurisés ou des espaces équivalents
- Les moyens d'alerte
- Les personnes chargées d'aviser les sapeurs-pompiers dès le début d'un incendie
- L'adresse et le numéro d'appel téléphonique du service de secours de premier appel, en
caractères apparents

6.5.5.6 Les systèmes d’extinction

6.5.5.6.1 Systèmes d’extinction manuels


Extincteurs mobiles :
C'est le matériel de première intervention le plus couramment utilisé dans l'attente de moyens
d'intervention plus puissants. Il faut prévoir des extincteurs en nombre suffisant pour les premier
secours contre l'incendie. Les extincteurs doivent respecter 2 réglementations :
- la réglementation des appareils à pression entraînant l'apposition du marquage CE attestant
de leur conformité
- la réglementation garantissant leur aptitude à l'emploi et leur performance d'extinction
entraînant l'apposition du marquage NF
L'A.P.S.A.D. (règle R4 : règle d'installation des extincteurs mobiles) et le code du travail ont adopté
des règles quant au nombre d'extincteurs dont on doit disposer : au moins un par niveau et au moins
un extincteur à eau pulvérisée (+ additif) de 6 litres minimum pour 200 m2 de plancher. Pour certaines
activités, les règles peuvent être plus contraignantes.
Ils doivent être répartis de manière uniforme dans chaque zone accessible, visibles et signalés. Ils
seront de préférence installés dans les dégagements, voies d'accès et chemins de replis. La distance

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


160 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

à parcourir pour atteindre un extincteur doit être inférieure à 15 m et inférieure à 5 m dans le cas des
protections complémentaires et particulières. Les extincteurs mobiles sur roues (grande capacité : 50,
100, 200 litres), devront être placés à proximité directe d'un passage.

La détermination du nombre d'extincteur se fait niveau par niveau et est indépendante (pour la
protection générale) des autres moyens d'extinction éventuellement en place.
Les extincteurs sont implantés en fonction de la protection à apporter aux locaux (Protection générale
ou complémentaire) et des risques spécifiques (exemple, armoires électriques, stockages intérieurs
aériens de liquides ou de gaz inflammables, stockages extérieurs divers, chambres froides etc.).

La nature du produit extincteur doit être appropriée au risque. La mousse est particulièrement adaptés
aux foyers de classe A et B. La règle A.P.S.A.D. R 12 décrit la conception, la mise en œuvre et
lřentretien des installations dřextinction à mousse.
Les extincteurs à CO2 sont recommandés dans les locaux contenant des équipements informatiques.
Lřemploi de tétrachlorure de carbone et de bromure de méthyle est interdit ainsi que de tout autre
produit reconnu dangereux pour cet usage.

Robinets d’incendie armés (R.I.A)


Les R.I.A. sont recommandés dans tout bâtiment ayant une façade dřune longueur égale ou supérieur
à 40m. Ils pourront être recommandés pour le bâtiment administratif de la Base et éventuellement les
restaurants et ses annexes. Ils devront se référer aux prescriptions de lřA.P.S.A.D. R5.

6.5.5.6.2 Les installations fixes d’extinction automatique


Extinction automatique à eau : les sprinklers
Compte tenu du programme de réalisation de la Base, lřusage de spinklers ne peut être justifié.

Extinction automatique à gaz


L'extinction automatique à gaz consiste à noyer totalement les bâtiments et volume clos pour assurer
leur protection. Ce mode d'extinction est efficace contre les feux de surface dont l'énergie est
principalement contenue dans les flammes (liquides inflammables, installations électriques et
électroniques, gaz combustibles). Il est particulièrement adapté locaux présentant des risques
d'incendie importants, renfermant du matériel de grande valeur ou dans lesquels l'eau ne peut être
utilisée. Ce système sera adopté pour les locaux informatiques, les sous stations électriques ainsi que
la salle des archives.

Les agents extincteurs gazeux retenus par la règle sont actuellement les suivants :
Agent extincteur Dénomination Appellation
chimique commerciale
Gaz inhibiteurs HFC 227 ea Heptafluoropropane FM 200
HFC 23 Trifluorométhane FE 13
FC 3-1-10 Perfluorobutane CEA 410
Gaz inertes IG 55 Azote (50%) Argon (50%) Argonite
Gaz inertes IG 541 Azote (52%) Inergen
Argon (40%)
Dioxyde de carbone
(8%)
IG 01 Argon Argotec
IG 100 Azote Cerexen

Lřinstallation devra être réalisée par un installateur agrée conformément aux règles de lř A.P.S.A.D.
avec lřétablissement dřun certificat de conformité. Dans le cas du FM200 et du F13 la règle A.P.S.A.D.
à appliquer est la règle R13. Pour les autres agents dřextincteurs gazeux, en lřabsence dřune règle
spécifique, la règle A.P.S.A.D. à appliquer est la règle R3.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


161 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Toute installation d'extinction automatique par gaz peut être autonome ou combinée à d'autres
mesures d'extinction pour assurer la protection.
Toutes les mesures de sécurité vis-à-vis des occupants du local doivent être respectées, en
particulier, l'évacuation de la zone durant le délai d'alarme, l'interdiction d'accès après l'émission du
gaz et la mise en œuvre de moyens de secours rapides du personnel. En effet, la diminution de la
concentration en oxygène et les concentrations d'agent extincteur peuvent mettre en danger la santé
des personnes.
Le personnel travaillant dans les locaux protégés par ces équipements, les équipes de sécurité
incendie, doivent être informés de la présence du dispositif d'extinction automatique, de ses
caractéristiques, des recommandations d'emploi, de l'éventuel effet dangereux lorsqu'il s'agit d'un gaz
ainsi que de la conduite à tenir en cas de déclenchement.
Il faut particulièrement s'assurer que :
- La zone protégée présente des caractéristiques d'étanchéité suffisantes pour le maintien de la
concentration de gaz efficace pendant le temps requis.
- Les portes doivent être à fermeture automatique ouvrant uniquement vers l'extérieur et
pouvant être ouvertes facilement de l'intérieur.
- La totalité de l'enceinte doit résister à l'augmentation de pression apparaissant pendant
l'émission de gaz.
- Lorsque les pièces contiguës au local protégé sont équipées d'une installation de détection,
les parois séparatrices de ce local doivent être au moins PF 1/4h.
- le temps d'émission nécessaire pour obtenir 95% de la concentration nominale d'extinction ne
doit pas excéder 10 secondes dans le cas de lřutilisation dřun gaz inhibiteur (bloque la
réaction chimique de combustion) et 60 secondes dans le cas dřun gaz inerte (diminue la
concentration en oxygène dans le local).
- Dans les salles comportant de larges baies vitrées notamment, il faudra prendre garde au
phénomène de surpression occasionné par la libération du gaz en mettant en place des
orifices de décompression (trappes de régulation) placés en partie haute du local.

Les bouches et poteaux incendie


Installés à l'extérieur des locaux, les bouches et poteaux incendie peuvent être utilisés par le
personnel (équipiers de seconde intervention), et surtout par les sapeurs-pompiers qui y raccordent
leur matériel.
Ils doivent être incongelables, visibles et accessibles en toutes circonstances. Les modèles doivent
être agréé par le Maitre dřOuvrage et conforme à la norme NF S 61-213.
Ils doivent avoir une protection mécanique dans un rayon de 50 cm (murs, barrières).
Lřemplacement des bouches doit être signalé par une plaque.

6.5.6 Autres considérations de sécurité


LřEntrepreneur prendra soin de signaler toutes les sources de danger notamment :
- Les zones de danger, lorsqu'il n'est pas possible de les éviter, comportant notamment des
risques de chute de personnes ou des risques de chute d'objets seront signalées de manière
visible. Elles seront également matérialisées par des dispositifs destinés à éviter que les
travailleurs non autorisés pénètrent dans ces zones.
- Lorsque le contenu transporté par les tuyauteries présente un danger, ces tuyauteries feront
l'objet d'une signalisation permettant de déterminer la nature du contenu transporté.
- Un marquage sera apposé à hauteur de vue sur les portes transparentes.

Par ailleurs, LřEntrepreneur devra fournir tous les moyens de sécurité exigés par le Code du Travail,
notamment un matériel de premiers secours adapté à la nature des risques et facilement accessible.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


162 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7 SYSTEME ELECTRIQUE
7.1 Domaine d’application
Le présent chapitre présente la conception globale de l'installation électrique, l'harmonisation des
systèmes de distribution et de protection, les équipements et le matériel pour les installations de
puissance, d'éclairage, de mise à la terre et de protection contre la foudre.

Ce chapitre est à lire en conjonction avec les expressions des besoins des Appendices 1 à 4 de
lřAnnexe I du Contrat, lřAnnexe XXI, « Interfaces » et lřAnnexe II, « Etendue et limites des
Prestations ».

Il sera tenu compte, dans la conception du système dřalimentation électrique, de lřindisponibilité du


réseau permanant venant de lřusine de traitement de gaz ou de la SONELGAZ lors de la mise en
service des installations électriques et de lřutilisation des groupes électrogènes comme source
permanente (régime S1) durant les premiers mois dřexploitation des installations électriques. Les tests
et la mise en service des tableaux HTA seront coordonnés avec la mise en service et la disponibilité
des lignes HTA.

Le Camp sera intégré à la Base pour éviter une alimentation spécifique du Camp depuis la ligne 11
kV. Ce principe dřalimentation du Camp aura lřavantage de permettre de concentrer tous les
équipements électriques alimentant le Camp dans la Base et dřéviter des interventions de
maintenance ou dřexploitation dans le Camp.

Lřoptimisation énergétique, lřutilisation dřéquipements électriques à basse consommation et à


rendement élevé et la généralisation de lřéclairage intérieur à économie dřénergie seront les priorités
du projet pour réduire les puissances appelées sur le réseau électrique. Lřentrepreneur devra tenir
compte de ce principe et éviter tout surdimensionnement des équipements.

Pour assurer une meilleure optimisation des installations durant la phase exploitation, un système
complet de gestion de lřénergie électrique (éteindre la lumière en sortant dřune pièce, baisser dřun
degré le chauffage du lieu de vie, des outils de gestion dřautomatismes, etc.) sera intégré pour
assurer la supervision et la gestion du réseau électrique.

Par ailleurs, la puissance appelée sur le réseau 11kV par la Base et le Camp ne devra en aucun cas
dépasser une certaine valeur maximale (se référer au chapitre 7.9.1.2 pour la valeur fixée par le
projet). Toute action corrective pour limiter la puissance à cette valeur est incluse dans les Prestations
du Contrat.

Les bases de conception et d'ingénierie électrique ont été examinées et vérifiées par lřEntrepreneur et
les conséquences de toute erreur ou omission éventuelle seront à la charge de lřEntrepreneur.

La prise de terre générale de l'installation sera réalisée par un réseau maillé en cuivre nu de 95 mm².
La valeur de la prise de terre ainsi constituée devra être inferieure ou égale à un (01) Ohm. A défaut,
lřentrepreneur réalisera des puits additionnels jusquřà lřobtention de la mesure de la résistance
imposée.

En absence de plans dřaménagement des sous-stations, les dimensions des sous-stations seront
établies durant les études dřexécution sur la base des dimensions des équipements. Les bâtiments
des sous-stations seront au minimum constitués dřun local MT/BT, dřune salle batterie, de deux
locaux transformateurs et dřun local télécom.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


163 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7.2 Abréviations
UPS : Alimentation Sans Interruption
BT : Basse Tension
CA : Courant Alternatif
CC : Courant Continu
DGPT : Détection Gaz Pression Température 2 seuils
GE : Groupe Electrogène
HTA : Moyenne Tension (MT) (Haute Tension de catégorie A)
IACM : Interrupteur Aérien à Commande Mécanique
LV 01 : Tableau Basse Tension non secouru
MALT : Mise à la Terre
PNM : Protection Numérique Multifonctions
SONELGAZ : Société Nationale de Distribution de Gaz et Electricité
STA : Système de Transfert Automatique
TC : Transformateur de Courant
TGBT : Tableau Général Basse Tension
TT : Transformateur de Tension

7.3 Classification des consommateurs électriques


Les consommateurs sont répartis en trois catégories suivant leur sensibilité aux coupures :
Normal consommateur qui peut accepter une interruption d'alimentation électrique.
Essentiel : consommateur qui peut accepter une interruption électrique mais nécessite le
rétablissement de son alimentation dans un court délai.
Vital : consommateur qui ne peut accepter une interruption de son alimentation
électrique.

7.4 Normes et règlements


Tous les équipements électriques doivent être fabriqués et installés selon les normes algériennes en
vigueur quand elles existent et CEI et AFNOR dans le cas contraire, en tenant compte des conditions
climatiques des zones dřinstallation.

Les installations électriques doivent être conçues pour fonctionner dans les conditions climatiques
décrites dans le document FACAS001-FAC-MUL-OVL-DTS-0001_F1 et réalisées selon les normes et
la réglementation relative à la protection des travailleurs dans les établissements qui mettent en
œuvre des courants électriques.

L'Entrepreneur prendra en compte l'approbation des dossiers entrant dans le cadre du projet et
soumis à l'approbation de l'ARH à savoir les appareils à pression de Gaz et de vapeur (APG et APV)
définis dans le Décret 90 - 245 et 246 du 18 Août 1990. Sont soumis aux contrôles et essais
réglementaires :
- Les équipements électriques dont la tension est supérieure ou égale à 5,5 kV (Décret 90-411
du 22 décembre 1990 et circulaire DPP nº 02 du 21 Juillet 1993)
- Les équipements de sécurité
- Les canalisations et accessoires (Décret No.88-35 du 16 février 1988 et les règlements
annexés à lřarrêté interministériel du 12 décembre 1992)

7.5 Prescriptions générales


En général, toutes les installations électriques dans les locaux techniques doivent être exécutées au
minimum en IP 41. Les équipements extérieurs possèdent un degré de protection minimum IP 56.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


164 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Un soin particulier doit être apporté à la protection contre la corrosion en cas dřinstallation des
équipements électriques dans des zones humides (traitement des eaux) ou dřutilisation de produits
chimiques.

Lřappareillage électrique sera calibré pour permettre une réserve dřau moins 20% par rapport aux
caractéristiques de fonctionnement. Le matériel sera conçu pour pouvoir supporter sans dommages
les efforts électrodynamiques dus aux courants de court‐circuit, dans les conditions les plus
défavorables.

Conformément aux normes, la tension d'isolement sera suffisante pour éviter tout risque d'amorçage à
la masse ou de court-circuit, dans les conditions les plus défavorables.

La sécurité de fonctionnement sera totalement assurée dans les limites de variation des tensions des
auxiliaires alternatif et continu, les limites extrêmes pouvant être supportées en permanence sans
échauffement nuisible.

La sécurité de fonctionnement devra également être assurée à toutes les températures ambiantes
susceptibles d'intervenir, et l'Entrepreneur devra prendre toutes dispositions utiles à cet effet.

L'Entrepreneur prendra toutes les précautions et dispositions nécessaires pour éviter les
condensations et rentrées d'eau et de poussières dans les armoires et coffrets électriques, les
appareils et leurs accessoires.

Tous les équipements électriques seront protégés efficacement contre les surtensions et les courts
circuits.

7.6 Documents de Référence


Cette spécification couvre les exigences générales pour la conception du système électrique pour les
infrastructures (Résidence, Base, Camp et Poste) du projet TouatGaz mais ce n'est pas le but de ce
document de spécifier complètement les détails de conception, la documentation électrique et les
équipements et travaux associés.

Toutes les données de conception, normes de conception, spécifications et les autres informations
fournies ci-après sont données pour endossement par lřEntrepreneur.

LřEntrepreneur est seul responsable de la conception complète du système électrique aux niveaux de
lřAPD et de lřingénierie de détails, de son approvisionnement, de son installation et de sa mise en
service.

LřEntrepreneur doit examiner et vérifier la base de conception et d'ingénierie électrique contenue dans
ce document, qu'elles sont adéquates et répondent aux objectifs du Contrat.

Tout service supplémentaire éventuellement nécessaire pour atteindre les objectifs souhaités doivent
être effectués dans le cadre du présent Contrat.

Ces critères de conception doivent être lus en conjonction avec les documents du dossier dřappel
dřoffre.

Le Maître dřOuvrage ne garantit pas que le document est complet. LřEntrepreneur doit vérifier de
manière indépendante toutes les informations techniques fournies ici par le Maître dřOuvrage et doit
établir une documentation complète et un rapport sur toutes les données utilisées.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


165 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

LřEntrepreneur doit produire toutes les spécifications et livrables nécessaires à la réalisation des
Prestations.

7.7 Description et principe de disposition des postes de


transformation
La Base sera devisée en trois zones électriquement indépendantes. Chaque zone sera alimentée en
énergie électrique depuis une sous-station :
- Sous-station principale
- Sous-station 1 (S/S1)
- Sous-station 2 (S/S2)

Le bâtiment de chaque sous-station (poste de transformation) de la Base sera conçu pour recevoir, si
applicable, le tableau moyenne tension, les tableaux basse tension, le chargeur, les onduleurs, le
tableau de commande, la salle batterie (séparée), les protections, les tableaux de commande et de
contrôle des générateurs de secours et les auxiliaires du bâtiment.

Se référer aux documents dřarchitecture pour les éventuels autres locaux techniques implantés dans
le poste.

Le poste de transformation de la Résidence sera de type SONELGAZ et un bâtiment basse tension


séparé du poste de transformation sera nécessaire. Ce bâtiment intégrera les locaux techniques (local
BT et autres locaux techniques) et la salle batterie.

Lřentrée des câbles se fera par le plancher.

a) Conditions Climatiques :
Température ºC - 5 (min ) , + 55 ( max)
Humidité Maximale % 9 (min ) , 89 ( max)
Altitude Maximale m 320
Vent Maximal m/s 50
Radiations Solaires W/Sqm 1000
Facteurs Sismiques Zone 0

b) Conditions Electriques :
Fréquence nominale Hz 50
Tension nominale du réseau kV 11 ou 30
Tension Assignée kV 17.5 ou 36
Régime de neutre coté MT A définir par les études
AC auxiliaire disponible V 230
DC auxiliaire disponible V Selon Sonelgaz

c) Détails de construction :
Trois portes dřaccès seront prévues au minimum (1 porte pour lřaccès des équipements, 2 portes pour
accès du personnel, ces deux dernières portes seront anti-panique).

d) Surpression :
Le système de surpression du bâtiment comprend 2 ventilateurs de surpression. Un ventilateur seul
suffit à assurer la surpression du bâtiment. Le ventilateur prioritaire est sélectionné, le 2ème
ventilateur servant de secours.

La valeur de la surpression sera déterminée par lřEntrepreneur et soumise à lřapprobation du Maître


dřOuvrage.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


166 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Le ventilateur sélectionné en secours est mis en service lorsque le ventilateur prioritaire est en défaut.
En cas de détection incendie, le ventilateur en fonctionnement sera arrêté automatiquement.
Compte tenue de la présence de fréquents vents de sable, les ventilateurs seront équipés de filtre à
sable.

e) Détection incendie :
Il est prévu une centrale de détection incendie qui regroupe au minimum les fonctions suivantes :
- Module de détection
- Module dřextinction automatique
- Module dřalarme
- Module dřarrêt de la climatisation et de la surpression
- Module de surveillance des boucles
- Module dřalimentation avec batterie de secours

La détection se fait automatiquement par détecteur raccordés à 2 boucles au minimum et


manuellement par bouton « bris de glace » raccordés à 1 boucle.
- Détecteurs de fumée ionique placés dans le volume
- Détecteurs de fumée optique avec capteur de température placés dans le volume
- Bouton « bris de glace » placé à chaque porte
Il est prévu une sirène dřalarme.

Installation d’extinction automatique à gaz :


- Lřagent extincteur sera adapté à lřextinction de feux impliquant les installations électriques.
Son rôle est dřéteindre immédiatement lřincendie le plus grave pouvant survenir.
- Il sera prévu un système dřextinction automatique par gaz, commandé par le module
dřextinction de la détection incendie. Ce système est composé de diffuseurs à lřintérieur du
bâtiment et dřun stockage du gaz à lřintérieur ou sous abri à lřextérieur du bâtiment.
- Lřagent extincteur sera stocké en phase liquide sous pression dans des bouteilles ou cylindre.
Lřouverture de ces bouteilles sera pilotée par une vanne commandée par deux systèmes de
déclenchements.
- Une pesée permanente de ces bouteilles/cylindres sera nécessaire. Le stockage sera
redondant (2x100%).
- Il est également prévu des extincteurs manuels.
- Pour permettre aux personnes de quitter la zone de noyade, lřémission du gaz doit être
retardée par une temporisation suffisante pendant laquelle lřalarme évacuation est activée
(alarme sonores et lumineuses).
- La concentration uniforme du gaz est obtenue par une implantation judicieuse des diffuseurs.
- An cas de lřutilisation de CO2, un système de bypass de la détection incendie sera nécessaire
durant les interventions de maintenance dans les sous-stations.
- Un dispositif de protection incendie sera prévu pour les transformateurs et les groupes
électrogènes.

f) Salle Batterie :
Les équipements électriques de la salle batteries seront antidéflagrants.

7.8 Avertissement sur la tension de distribution


La norme IEC 60038 impose une distribution en 230/400V plutôt quřen 220/380V.

Le Maître dřOuvrage a donc fait ce choix qui concerne notamment la Base, le Camp et le Poste
avancé.

Par contre, pour la Résidence, il est très vraisemblable que lřon doive se conformer au standard
SONELGAZ à savoir le 220/380V.

LřEntrepreneur devra en tenir compte pour les calculs de section de câbles et les réglages des
moteurs notamment.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


167 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7.9 Alimentation des Ouvrages

7.9.1 Alimentation normale

7.9.1.1 La Résidence
La Résidence sera alimentée en énergie électrique à partir du réseau SONELGAZ.

LřEntrepreneur réalisera les démarches et formalités nécessaires pour le raccordement sur le réseau
SONELGAZ, avec lřéventuelle extension de la ligne existante, lřimplantation du poste de
transformation et le placement du compteur électrique. Les coûts associés à toutes ces prestations de
raccordement au réseau SONELGAZ seront pris en charge par lřEntrepreneur.

Les schémas et caractéristiques du matériel du poste seront soumis à lřapprobation de SONELGAZ


qui jugera de la compatibilité avec son réseau et son matériel.

Lřemplacement du poste sera choisi en accord avec SONELGAZ pour permettre un raccordement
aisé à la ligne.

LřEntrepreneur associera SONELGAZ à la conception du raccordement et du poste.

La demande de raccordement comprendra principalement la date souhaitée de livraison et la


puissance maximale appelée.

Les appareillages de comptage seront conformes aux spécifications SONELGAZ.

LřEntrepreneur prendra la responsabilité de la conformité avec les recommandations et les exigences


de SONELGAZ.

7.9.1.2 La Base
La Base sera alimentée en énergie électrique depuis lřun des poteaux de la ligne 11 kV.

Une liaison aéro-souterraine par câble 11kV reliera un poteau de la ligne 11kV à la sous-station
principale de la Base.

Le raccordement sur la ligne, la liaison aéro-souterraine, les interfaces avec la ligne et les sous-
stations seront réalisés par lřEntrepreneur.

La ligne 11 kV alimentera un tableau 11 kV, situé dans la sous-station principale. Ce tableau


alimentera en 11 kV les deux autres sous-stations S/S1 et S/S2 et transformera en basse tension, par
lřintermédiaire des installations de distribution, lřénergie électrique nécessaire aux consommateurs
localisés dans la proximité de la sous-station principale.

Les deux autres sous-stations S/S1 et S/S2 seront aussi dédiées aux consommateurs qui se
trouveront dans leurs voisinages respectifs.

Cette répartition des charges entre trois sous-stations permettra lřexploitation de la Base en trois
zones électriquement indépendantes.

Chaque zone (ou sous-station) aura sa propre puissance de secours et sera équipée de deux groupes
électrogènes 2x800 kVA en configuration 2x50 % reprenant la totalité de la charge de la zone
concernée en cas de défaillance de lřalimentation principale. Toutefois des interconnections
permettront dřalimenter partiellement nřimporte quelle zone par nřimporte quel groupe électrogène.

Le dimensionnement final des groupes (800 kVA ou autres valeurs) sera finalisé durant les études
dřexécution en tentant compte des démarrages des gros moteurs. LřEntrepreneur sera appelé durant

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


168 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

la phase dřexécution à intégrer des démarreurs (autotransformateur, démarreur électronique ou VFD)


pour assurer le démarrage des gros moteurs et éviter de sur dimensionner les groupes pour maintenir
la gamme de 800 kVA ou moins.

Le Camp militaire sera électriquement intégré à lřune de ces trois zones et sera alimenté en basse
tension depuis cette zone par deux artères (câbles souterrains). Chaque artère assure la totalité de la
charge nécessaire au bon fonctionnement du Camp.

Pour assurer le principe dřinterchangeabilité, de standardisation des équipements et de disponibilité,


la charge sera repartie dřune façon équitable entre les trois zones.

Les équipements d’alimentation de la sous-station S/S principale seront constitués de :

1. Un tableau 11 kV. Les différentes cellules composant le tableau 11 kV seront équipées comme suit:

a) 1 cellule Ŗarrivée câble 11 kV


b) 1 cellule Ŗdépart câble 11 kV
c) 1 cellule Ŗprotection générale par disjoncteur ŗ
d) 1 cellule Ŗtransformateur de potentiel ŗ
e) 1 cellule Ŗprotection transformateur 11kV/0.4kV par disjoncteur ŗ «Zone 1»
f) 1 cellule Ŗprotection transformateur 11kV/0.4kV par disjoncteur ŗ « Zone 2»
g) 1 cellule Ŗprotection transformateur 11kV/0.4kV par disjoncteur ŗ « Zone 3»
h) 2 cellules ŖRéserve équipée Ŕ disjoncteur-ŗ
i) 1 cellule ŖRéserve non équipéeŗ

2. Un Transformateur 11/0.4kV 1600 kVA alimentant la zone 1

3. Un Tableau TGBT et tous les auxiliaires nécessaires pour le fonctionnement du poste de la zone 1
(AC UPS, DC UPS)

4. Deux groupes électrogènes fonctionnant en 2x50% et reprenant la totalité de la charge de la zone 1


en cas de défaillance de la ligne 11 kV.

Les S/S 1 et 2 sont constituées, principalement, chacune de :

1. Un Transformateur 11/0.4kV 1600 kVA alimentant la zone 2 (ou 3)

2. Un Tableau TGBT et tous les auxiliaires nécessaires pour le fonctionnement du poste de la zone 2
(ou 3) (AC UPS, DC UPS…)

3. Deux groupes électrogènes fonctionnant en 2x50% et reprenant la totalité de la charge de la zone


(2 ou 3) en cas de défaillance de la ligne 11 kV.

Note : Une alimentation en boucle ouverte en intégrant des cellules arrivée et départ au niveau des
sous-stations SS1 et SS2 serait acceptable sous réserve de lřapprobation de Maître dřOuvrage.

LřEntrepreneur devra communiquer au Maître dřOuvrage la puissance électrique appelée par la Base
et le Camp au plus tard quatre semaines après la signature du contrat. La puissance maximale
autorisée est de 2 MW. Cette puissance est différente de la puissance dimensionnant des
transformateurs ; elle caractérise la puissance maximale appelée sur le réseau 11kV par la Base et le
Camp (puissance maximale à ne pas dépasser durant la phase exécution du projet).

7.9.1.3 Le Camp
Le Camp sera alimenté en basse tension depuis la Base.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


169 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Le Camp sera intégré à lřune de ces trois zones et sera alimenté en basse tension depuis la sous-
station de cette zone par deux artères (câbles souterraines). Chaque artère assure la totalité de la
charge nécessaire au bon fonctionnement du Camp.

7.9.1.4 Le Poste Avancé


L'énergie électrique sera fournie au Poste Avancé sous une tension de 400 V par deux artères (câbles
souterrains). à partir de la Base.

Les prestations à réaliser sont principalement :


- la liaison entre la Base et le Poste Avancé
et toutes les prestations nécessaires pour lřéclairage et la force motrice du Poste Avancé :
- La fourniture et la pose dřun disjoncteur général raccordé sur le tableau prioritaire de la Base
(secouru par le groupe électrogène), calibré à la puissance du Poste Avancé, y compris les
accessoires de pose, de raccordement et de repérage.
- La fourniture et la pose dřun coffret de comptage, dřune boite de coupure, y compris les
accessoires de pose, de raccordement et de repérage.
- La liaison basse tension par câble entre le coffret de comptage et le tableau basse tension de
protection, contrôle commande implanté dans le local technique du Poste Avancé.
- Lřéclairage et la force du bâtiment du Poste Avancé.
- Lřéclairage extérieur.
- Lřalimentation UPS depuis lřUPS de la Base.
- Le réseau de terre.
- Toutes les interfaces avec la discipline télécom, CCTV, le Système de Contrôle dřAccès et de
Sécurité.
- Lřinterconnexion de la mise à la terre avec le réseau de terre de la Base.
- Toute la signalisation nécessaire.
- Toutes les fournitures et les prestations accessoires nécessaires: réalisation tranchées,
fourniture et pose conduit PVC ou métallique sous chaussée, signalisation par grillage
avertisseur, tout accessoires et toutes suggestions.

7.9.2 Alimentation de secours


Trois types dřalimentation secourue seront mis en place dans le but de réalimenter les charges à
secourir en cas de perte du réseau normal :
- Alimentation par deux générateurs de secours en fonctionnement 2x50% :
o pour la Base et le Camp : 3 fois 2x50% 400 V Ŕ 3ph Ŕ 50 Hz
o pour la Résidence : 1 fois 2x50% 380 V Ŕ 3ph Ŕ 50 Hz
o Dimensionnement des groupes électrogènes : 50% de la charge à 55°C + 20% de
réserve
- Alimentation Sans Interruption Ŕsystème UPS : 230 V 1ph Ŕ 50 Hz,
- Alimentation en courant continu par chargeur batterie : 48V ou 110 V CC (selon le choix des
équipements alimentés par lřEntrepreneur).

7.9.2.1 Alimentation par générateur de secours


Les deux groupes électrogènes sont conçus pour fonctionner en parallèle entre eux et en parallèle
avec lřalimentation principale.

Les deux groupes électrogènes sont dřabord synchronisés entre eux avant dřentre synchronisés sur
lřalimentation principale.

Les trois sources débitent sur un même jeu de barres du TGBT.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


170 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

En situation normale dřalimentation, la charge est alimentée par la source principale. Les groupes
électrogènes sont en standby. Toutefois les groupes électrogènes seront dimensionnés pour un
régime de fonctionnement en permanence (régime S1).

Toutes les autres configurations de fonctionnement sont possibles :


- Deux groupes électrogènes en standby, Source principale en fonctionnement
- Deux groupes électrogènes en parallèle, Source principale en standby
- Un groupe électrogène et la source principale en parallèle, un groupe électrogène en standby
- Un groupe électrogène en fonctionnement, un groupe électrogène et la source principale en
standby (délestage des circuits non essentiels (1) et délestage des circuits non prioritaires (2))
pour limiter la charge à la capacité du groupe dans les conditions de température du groupe
électrogène en service

(1) Circuits non essentiels: 70% de lřéclairage, aire de recréation


(2) Circuits non prioritaires : se référer aux expressions des besoins jointes en Appendice 1 à 4
de lřAnnexe I du Contrat

En cas de perte de la source dřalimentation principale, les GE démarrent automatiquement, le


disjoncteur dřarrivée de la source principale connecté sur le TGBT est ouvert, puis le courant est
rétabli sur le TGBT par la fermeture du disjoncteur dřarrivée connecté sur les générateurs de secours
déjà synchronisés sur leur propre jeu de barres.

Lorsque lřalimentation normale est rétablie les générateurs de secours sont synchronisés avec la
source normale, le relais de contrôle de synchronisme donne autorisation au STA dřeffectuer le
transfert secours/normal. Une fois lřopération effectuée, les groupent sont automatiquement arrêtés
(après temporisation).

7.9.2.2 Alimentation Sans Interruption Ŕ UPS


UPS redondant :
Les charges vitales comme les systèmes de télécommunication et de télésurveillance, les
équipements de sécurité et autres charges critiques sont alimentées par un système UPS double
chargeurs batteries, onduleurs alimentés depuis le TGBT.
En fonctionnement normal, le TGBT alimente les deux chargeurs batteries, ceux-ci transforment le
courant alternatif (CA) en courant continu (CC) pour alimenter les onduleurs tout en chargeant les
batteries en « floating mode ». Lřonduleur convertit CC en CA pour alimenter les charges vitales.
En cas de perte de tension sur le TGBT, l'UPS avec ses propres batteries maintient l'alimentation des
onduleurs donc des charges vitales sans interruption.
En cas de défaut dřonduleur ou de batterie déchargée, un transformateur by-pass directement
connecté sur le TGBT fournit la puissance aux équipements par lřintermédiaire du commutateur
statique (transfert sans coupure).Un by-pass manuel pour des interventions de maintenance et des
transformateurs dřisolement intégrés au package UPS sont aussi nécessaires.

UPS simple :
Les postes de travail seront alimentés par un système UPS simple chargeur batteries, onduleur
alimenté depuis le TGBT.

Se référer à lřannexe XXI pour le détail de lřinterface entre lřEntrepreneur et lřattributaire du contrat de
réalisation de lřusine.

7.9.2.3 Alimentation en courant continu par chargeur batterie


Les circuits de contrôle des tableaux HTA et BT sont alimentés par un système électrique chargeur
batterie à courant continu (C.C.). Ce système est connecté au TGBT.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


171 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

En fonctionnement normal, le TGBT alimente les deux chargeurs batteries, ceux-ci transforment le
courant alternatif (CA) en courant continu (CC) pour alimenter les charges vitales, en chargeant
simultanément les batteries.

En cas de perte du réseau de secours ou du chargeur batterie, les batteries maintiennent


l'alimentation des consommateurs en courant continu sans interruption.

7.9.3 Variation de Tension & Fréquence

7.9.3.1 Variations de tension et de fréquence en exploitation normale


En exploitation normale et dans des conditions de régime stable, la variation de la tension est la
suivante :
- Jeux de barres HTA :  5%
- Jeux de barres BT :  5%
En exploitation normale et dans les conditions de régime stable :
- Variation de fréquence : 50 Hz  2%

7.9.3.2 Chutes de tension


En régime stable, la chute de tension des câbles BT ne doit pas dépasser les valeurs ci-dessous :
- circuits moteurs : 5%
- circuits dřalimentation : 3%
- circuits d'éclairage : 3% maximum entre le panneau d'éclairage et les
installations électriques secondaires
Pendant le démarrage d'un moteur BT, la chute de tension dans le câble sera limitée à 12%.

7.9.4 Système d’éclairage


Le système d'éclairage intérieur et extérieur est divisé en trois sous-systèmes :
- Eclairage normal
- Eclairage secours
- Eclairage de sécurité

7.9.4.1 Eclairage normal


L'éclairage normal est maintenu à 100% de l'éclairage (en lumens) de chaque pièce, couloir ou zone.
Environ 70% de lřéclairage normal est alimenté par un tableau de distribution non secouru et 30% par
un autre tableau de distribution secouru.

7.9.4.2 Eclairage secours


L'éclairage secours est maintenu à un niveau d'au moins 30% de l'éclairage normal (exprimé en
lumens) dans chaque pièce, couloir ou zone. Il est alimenté par un tableau d'éclairage secouru par le
groupe diesel générateur de secours en service.

En complément de lřéclairage secours, lřéclairage par blocks autonomes est prévu dans les endroits
stratégiques selon un plan dřévacuation dřurgence. Il est composé d'appareils maintenant un éclairage
pendant 1h à l'aide de batteries incorporées. Il est alimenté par le tableau d'éclairage de secours et
installé près des portes, des escaliers, le long des couloirs et partout où cela est nécessaire pour des
raisons de sécurité.

7.9.4.3 Eclairage de sûreté


Lřétude, la fourniture et la pose de lřéclairage de sûreté, qui dépend de la disposition et du type de
cameras de vidéosurveillance et des systèmes de contrôle dřaccès et dřanti-intrusion, sont à la charge
de lřattributaire du contrat de réalisation de lřusine de traitement de gaz.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


172 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Le système de vidéosurveillance et de contrôle dřaccès et dřanti-intrusion sera alimenté en basse


tension depuis un 2x100% UPS fourni par lřEntrepreneur. Le tableau principal de distribution UPS,
sera fourni, installé et mis en service par lřEntrepreneur et constituera la limite de batterie entre en ce
qui concerne lřalimentation électrique depuis le double UPS nonobstant le paragraphe suivant.

LřEntrepreneur se chargera de toutes les réservations dans le génie civil, les tranchées, les caniveaux
et les chemins de câbles nécessaires aux cheminements de lřensemble des câbles puissance et
signal des usages vidéo surveillance, contrôle dřaccès, anti-intrusion et éclairage de sûreté sur la
base des plans guides établis par lřattributaire du contrat de réalisation de lřusine de traitement de
gaz.

Se référer à lřannexe XXI pour le détail de lřinterface entre lřEntrepreneur et lřattributaire du contrat de
réalisation de lřusine.

7.10 Alimentation moyenne tension


Comme indiqué ci-avant, la Résidence et la Base seront alimentés à partir dřun piquage sur une ligne
MT (une ligne SONELGAZ pour la Résidence et une ligne du Maître dřOuvrage pour la Base).

7.10.1 Equipement type pour poste de transformation maçonné


La Résidence et la Base seront alimentées par un poste de transformation MT/BT maçonné.

Les cellules moyenne tension (MT) seront de dimensions normalisées par le constructeur et agrées
par la SONELGAZ, elles seront du type à coupure dans le gaz (SF6) (ou à coupure dans le vide si
lřEntrepreneur prouve que cette technique a fait ses preuves dans des installations similaires au
moins depuis cinq ans et sous réserve de lřapprobation de Sonelgaz) et équipées de jeux de barres
de calibre approprié.

Les tableaux moyenne tension seront composés de cellules préfabriquées sous enveloppes
métalliques, de type blindé. Elles seront équipées dřappareillage fixe, non-débrochable et de
protections numériques multifonctions.

7.10.1.1 Cellule d’arrivée


Il sera installé une cellule interrupteur MT équipée de:
- Un interrupteur MT
- Un sectionneur de mise à la terre
- Trois contacts auxiliaires de signalisation
- Résistances chauffantes
- Un verrouillage mécanique entre le sectionneur de terre de la cellule arrivée et lřIACM
- Trois témoins capacitifs (présence de tension des 3 phases MT)
- Tous les accessoires nécessaires à la pose et au raccordement de la cellule

7.10.1.2 Cellule de départ


Il y a lieu de prévoir une deuxième cellule interrupteur de conception identique à la cellule d'arrivée
avec système de verrouillage par serrure type croisée conforme aux exigences du distributeur.

Ceci est une obligation imposée par SONELGAZ pour favoriser le développement futur (pour
raccorder un nouveau client MT, il suffit alors de tirer un câble depuis la cellule départ dřun poste
existant plutôt que de se piquer sur une ligne).

Quand à la Base, cette cellule départ sera éventuellement dédiée à lřalimentation en 11 kV de


lřaérodrome de TouatGaz. Le Maître dřOuvrage se réserve la possibilité de demander à lřEntrepreneur

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


173 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

de prévoir les réservations dans le génie-civil pour lřacheminement du câble 11 kV dans le poste de
transformation et dans lřenceinte de la Base jusquřà la clôture. La fourniture, la pose et le
raccordement du câble 11 kV seront à la charge de lřattributaire du contrat de réalisation de lřusine de
traitement de gaz.

7.10.1.3 Cellule de Protection du Transformateur


Selon la puissance concernée et les recommandations SONELGAZ, la protection du transformateur
sera réalisée soit par interrupteur fusible, soit par disjoncteur.

7.10.1.3.1 Cellule de protection du transformateur par interrupteur fusible


Dans le cas dřune protection du transformateur assurée par cellule interrupteur ‐ fusible combinés à
déclenchement triphasé par fusion fusible, cette protection sera équipée de :
- Un interrupteurŔsectionneur MT
- Sectionneurs de mise à la terre
- Résistances chauffantes
- Trois fusibles à percuteur calibrés suivant la puissance du Transformateur
- Un verrouillage à 3 éléments (MT, BT et Transformateur)
- Un jeu de trois boites d'extrémité et câble MT de liaison entre la cellule et le Transformateur
par câble électrique
- Une bobine de déclenchement de la cellule sur action des protections DGPT du
transformateur
- Quatre contacts auxiliaires de signalisation
- Un jeu de boite d'extrémité embrochable sur bornes MT du Transformateur y compris toutes
sujétions de pose, de raccordement, et de mise à la terre
- Tous les accessoires nécessaires à la pose et au raccordement de la cellule
- Un jeu de rechange de trois fusibles MT à percuteurs installés au mur sur leurs supports

7.10.1.3.2 Cellule de Protection du Transformateur par disjoncteur


Dans le cas dřune protection du transformateur assurée par disjoncteur, la cellule sera équipée de :
- Un disjoncteur
- Sectionneurs de mise à la terre
- Résistances chauffantes.
- Un verrouillage à 3 éléments (MT, BT et Transformateur)
- Un jeu de trois boites d'extrémité et câble MT de liaison entre la cellule et le Transformateur
par câble
- Une bobine de déclenchement de la cellule sur action des protections DGPT des
transformateurs
- Quatre contacts auxiliaires de signalisation
- Un jeu de boite d'extrémité embrochable sur bornes MT du Transformateur y compris toutes
sujétions de pose, de raccordement, et de mise à la terre
- Tous les accessoires nécessaires à la pose et au raccordement de la cellule

7.10.1.4 Verrouillages
Les verrouillages mentionnés ci‐avant dans la description des cellules ont pour but dřinterdire:
- Lřouverture des portes de cellules tant que les appareils et conducteurs qui y sont installés ne
sont pas mis « hors tension » et à la terre.
- Lřouverture des sectionneurs en charge.
- La fermeture des sectionneurs de terre tant que les appareils amont sont encore fermés.

Dřautres verrouillages peuvent être nécessaires à lřexploitation (seront définis par les études).

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


174 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Ces verrouillage seront réalisés, selon leur emplacement, par cadenas, ou par serrure, ou
mécaniquement et devront être conformes aux prescriptions et choix du distributeur dřénergie.

7.10.1.5 Transformateur de puissance type intérieur


Le transformateur de puissance des postes MT/BT sera de type intérieur à isolement dans lřhuile et à
remplissage intégral.
Sa puissance sera déterminée par lřEntrepreneur et approuvée par le Maître dřOuvrage.
Lřhuile remplissant le transformateur doit être minérale, compatible avec la Borak 22 (huile minérale
fabriquée localement) et conforme à la norme CEI 296.
Tous les joints utilisés doivent résister à lřaction de lřhuile et à la température de fonctionnement.
Lřutilisation de joints constitués soit de matière pâteuse non polymérisable, soit dřamiante, est
interdite.
La tension primaire sera de 10 ou 30 kV pour la Résidence et de 11 kV pour la Base et le Camp. Un
commutateur de prise MT, cadenassable, manœuvré hors tension permettant un réglage à ±5% ou à
±10% sera prévu pour palier les chutes de tension en bout de ligne.
La tension secondaire sera de 220/380 V pour la Résidence et de 230/400 V pour la Base et le Camp.
Le régime du neutre doit être choisi parmi les régimes exigés par le règlement Algérien, les exigences
de SONELGAZ, la Norme Française NF C13‐100 ou autres exigences particulières du Distributeur.

Le transformateur sera équipé :


- dřune protection DGBT2
- d'un capot de protection des bornes BT
- de bornes MT du type embrochables normalisées
- dřune fosse à huile

A noter que les Transformateurs ELECTRO INDUSTRIES fabriqués à Azazga, Algérie, sont
acceptables bien quřils soient à conservateur et protégés par des relais Buchlolz au lieu des relais
DGBT2.

7.10.1.6 Compensation de l’énergie réactive en charge


LřEntrepreneur prendra toutes les dispositions nécessaires pour assurer au point de fonctionnement
normal de lřensemble des installations, une valeur du facteur de puissance au moins égale à 0,90
(sans tolérance) ; des batteries de condensateurs seront dimensionnées, fournies et installées par
lřEntrepreneur pour atteindre cette valeur de 0,90.

7.10.1.7 Régime du Neutre


Le choix du type de régime de mise à la terre du neutre doit répondre aux besoins explicites et
implicites dřutilisation de lřinstallation électriques et le régime du neutre doit être réalisé conformément
aux exigences du règlement Algérien ou de la norme NF C 13‐100.

7.10.1.8 Protection contre la foudre


Selon la pratique de SONELGAZ dans la région, il y aura lieu ou non dřassurer une protection contre
les surtensions d'origine atmosphérique.

7.10.1.8.1 Cellule parafoudre MT


Pour la Résidence et la Base, la protection contre les surtensions d'origine atmosphérique pourra être
réalisée par une cellule MT type parafoudre, reliée à une prise de terre spéciale inferieure ou égale à
3 Ohms.

Cette cellule a les caractéristiques suivantes :


- Equipée de 3 parafoudres à oxyde de zinc à résistance variable
- Fréquence assignée : 50 HZ

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


175 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- 1 résistance de chauffage de la cellule


- Verrouillage nécessaire à lřexploitation et à la sécurité des personnes

7.10.1.8.2 Parafoudre MT de type extérieur


Pour le Camp la protection contre les surtensions d'origine atmosphérique pourra être réalisée par un
jeu de trois parafoudres du type extérieur installés sur le dernier support de la ligne MT.
Les parafoudres doivent être conformes à la norme NF EN 60 099‐1 à 5.

Caractéristiques techniques des parafoudres :


- Marque : Agréée par le distributeur
- Technologie : Varistance à Oxyde de Zinc
- Montage : Sur support galvanisé
- Mise à la terre : Par câble R02V de section minimale de 1 x 70 mm2.
- Barrette de mesure de résistance de la terre < 3 Ohms, et séparée par rapport à la terre des
masses.

7.10.1.9 Protection générale basse tension du poste MT/BT


La protection générale basse tension du poste MT/BT sera assurée par un disjoncteur 4 pôles à trois
déclencheurs, magnétothermique réglable, à pouvoir de coupure compatible avec lřIcc du
transformateur, débrochable, monté en armoire.

Ce disjoncteur sera équipé de :


- Un verrouillage par serrure en position ouvert et débroché,
- Un bloc de contacts sec pour états, alarmes et télécommande de déclenchement.

Le disjoncteur sera installé dans une armoire, de dimensions appropriées pour recevoir le
raccordement des câbles et de TC de mesure.

7.10.1.10 Armoire des auxiliaires alternatifs et continus du poste


MT/BT
Il sera fourni et installé accolé avec l'armoire BT de puissance du poste, un autre module d'armoire où
seront installées toutes les protections des courants alternatifs et continus concernant les
alimentations des auxiliaires du poste à savoir :
- Les disjoncteurs différentiels pour l'éclairage et PC 230 et 400 V.
- Les protections, résistances chauffantes des cellules.
- La climatisation et la ventilation du poste,
- Alimentation chargeur batterie 48 ou 110 VCC.
Les protections de courant continu amont et aval seront par disjoncteur bipolaires modulaires.

7.10.1.11 Alimentation courant continu du poste MT/BT


Cette alimentation sera constituée par un ensemble double chargeur de batterie, équipé pour assurer
un autocontrôle de tous les défauts internes du chargeur et ceux de la batterie. Les batteries auront
une autonomie de service à pleine charge conforme aux exigences SONELGAZ.

7.10.1.12 Réseau de terre


Mise à la terre des masses :
Réalisée par câble cuivre nu de section appropriée posé en fond de fouille et reliant le quadrillage
métallique du radier et toutes les parties métalliques accessibles du poste (la tôle des cellules et
armoires, la cuve du transformateur et les chemins de câbles). Le circuit de terre doit aboutir sur une
barrette de mesure non sectionnable dite terre des masses et désignée par une plaque.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


176 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Mise à la terre du neutre :


La terre du neutre doit être réalisée conformément au choix du régime adopté avec un câble de
section appropriée. Les valeurs des résistances des prises de terre doivent être inférieures aux
valeurs maximales spécifiées par la norme NF C 13‐100.
Les deux prises de terre seront reliées au réseau de terre général décrit dans le chapitre «Réseau de
terre et conducteur de protection».

7.10.1.13 Accessoires de sécurité du poste MT/BT


Il sera fourni et posé un ensemble d'accessoires de sécurité à savoir :
- Une perche à corps réglementaire isolée
- Une perche à néon télescopique isolée
- Un tabouret en bois de chêne isolé
- Une torche portable à batterie rechargeable sur réseau 230 V
- Une paire de gants isolés placée dans un étui métallique approprié et installé au mur à
lřintérieur du poste
- Un extincteur à poudre 10 kg
- Un schéma unifilaire du poste, représentant le plan de verrouillage, sera vitré et accolé au mur
à lřintérieur du poste
- Tous autres accessoires exigés par le distributeur

7.10.1.14 Eclairage et prises de courant du poste MT/BT


Lřéclairage et les prises de courant dans le poste comprennent principalement :
- Les réglettes étanches à lampe tube néon à économie dřénergie (montage mural pour assurer
la maintenance avec sécurité)
- Les blocs de secours muraux autonomie 2 heure
- Deux prises apparentes étanches 230 V + T
- Une prise apparente étanche 400 V + T
- Les interrupteurs apparents du type va et vient
- Un ensemble de protection des différents circuits éclairage et PC par disjoncteurs, coupes ‐
circuits, borniers, etc., notamment :
- Un disjoncteur de tête
- Un disjoncteur différentiel de sensibilité 300 mA pour le circuit dřéclairage
- Un disjoncteur différentiel de sensibilité 30 mA pour le circuit des prises de courant
- Des disjoncteurs unipolaires pour les circuits dřéclairage et prises de courant
- Barrettes de terre

Il est à noter que les travaux seront exécutés conformément au plan du poste agrée par Sonelgaz.

7.10.2 Equipement type du transformateur sur poteau H61


Si applicable, lřalimentation par un transformateur MT/BT sur poteau sera constituée comme suit :

7.10.2.1 Constitution et raccordement moyenne tension


Lřinstallation comprend :
- Un interrupteur sectionneur à commande manuelle (IACM), placé en amont du poste sur un
support de la ligne aérienne alimentant le poste, et dont le but est de permettre lřisolement du
transformateur afin de faciliter lřentretien et le sectionnement de lřinstallation, il est exclu
dřinstaller sur lřalimentation MT des fusibles car la protection est assurée en amont par les
installations de lřusine.
- Un transformateur, relié directement en simple dérivation à la ligne 11 kV sans appareil de
coupure sur le poteau ; ce transformateur est protégé contre les surtensions par des éclateurs
ou parafoudres installés à la partie supérieure du support et contre les surintensités par un

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


177 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

disjoncteur en basse tension type haut de poteau fixé à une hauteur minimale de 3,50 m
au‐dessus du sol.

Le coffret de comptage BT et le disjoncteur général basse tension de lřinstallation seront placés dans
un local ou une armoire, à lřintérieur du Camp.

7.10.2.2 Conditions d’accessibilité et d’intervention


Toute lřinstallation et en particulier la commande de lřinterrupteur MT aérien et du disjoncteur haut de
poteau ainsi que le comptage et le disjoncteur général basse tension, doivent être accessibles en tout
temps aux agents de maintenance et dřintervention.

Pour assurer la protection contre les contacts indirects, la liaison entre le disjoncteur haut de poteau et
le disjoncteur général basse tension doit être réalisée en classe II.

7.10.2.3 Transformateur sur poteau type H61


LřEntrepreneur précisera la puissance du transformateur.

Il doit être conforme aux normes NF C 52‐112 ainsi quřaux spécifications du distributeur dřénergie.
Lřhuile remplissant le transformateur doit être conforme à la norme NFC27. Elle doit être minérale
conforme à la norme CEI 296.

Les matériaux composants le transformateur tels que : isolants, vernis, peinture, etc., doivent être
également exempts de polychlorobiphényles (PCB), polychloroterphényles (PCT) et
polychlorobenzyltoluène (PCBT).

Tous les joints utilisés doivent résister à lřaction de lřhuile à la température de fonctionnement.
Lřutilisation de joints constitués soit de matière pâteuse non polymérisable, soit dřamiante, est
interdite.

La tension d'isolement sera suivant IEC et exigences de SONELGAZ. Un commutateur de prise MT,
cadenassable, manœuvré hors tension permettant un réglage à ±5% ou à ±10% sera prévu pour
palier au réseau présentant des chutes de tension en bout de ligne.
La tension secondaire sera de 230/400V pour la Base et le Camp et de 220/380V pour la Résidence.
Le régime du neutre doit être choisi parmi les régimes exigés par la Norme, le règlement Algérien, les
exigences de SONELGAZ, la Norme Française NF C13‐100 ou autres exigences particulières du
Distributeur.
Le Transformateur sera équipé d'un capot de protection des bornes BT.
Les bornes MT du transformateur seront du type embrochables normalisées.

7.10.2.4 Disjoncteur Basse Tension Haut de Poteau


Le Disjoncteur basse tension Haut de Poteau devra être agrée par distributeur, il doit assurer une
protection à temps inverse, compatible avec les possibilités de surcharge du transformateur, tout en
assurant la sélectivité avec la protection coté 11kV.

Le disjoncteur haut de poteau doit être placé dans un coffret réalisé en matériau plastique, de degré
de protection au moins égal à IP 56. Lřentrée des câbles sřeffectue de bas en haut à la partie
supérieure de la face arrière du coffret, la sortie à la partie inférieure.

Le dispositif de manœuvre du disjoncteur est constitué par une poignée isolée et, éventuellement, une
commande par tube agissant directement sur le disjoncteur. Le bloc support de la poignée de
commande nřest pas relié par une liaison directe au conducteur de terre des masses. La poignée de
manœuvre doit pouvoir être condamnée par cadenas dans les deux positions « ouvert » et « fermé ».

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


178 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7.10.2.5 Liaison transformateur ‐ disjoncteur haut de poteau


Les règles applicables sont celles de la norme NF C 15‐100. Si la liaison est aérienne, elle doit être
réalisée en câbles à faisceau torsadé conformes aux normes NF C 33‐ 209. Les conditions de pose
sont indiquées dans la norme NF C 11‐200.

7.10.2.6 Support
Les caractéristiques mécaniques du support doivent être déterminées en fonction des efforts
appliqués. Le support sera métallique type SONELGAZ. La hauteur du support doit être dřau moins 12
m hors sol.

La tenue mécanique de la structure des pylônes métalliques doivent être justifié par calculs. Une
plate‐forme de manœuvre du disjoncteur doit être disposée au pied du support au droit de la poignée
de commande. Elle peut être réalisée :
- Soit par un caillebotis métalliques relié à la prise de terre des masses
- Soit en béton armé au moyen dřun quadrillage en fers ronds, relié à la prise de terre des
masses
Cette solution doit être approuvée par SONELGAZ.

7.10.2.7 Equipements annexes


- Plate‐forme de manœuvre, au pied du support, au droit de la poignée de commande
- Pancartes de sécurités :
o danger de mort, à environ 2 m du sol
o PR 30 (consignés avant toute ascension), à environ 2 m du sol
o nom du poste
- Dispositif anti escalade placé au‐dessus des pancartes
Aucun autre appareil (tableau de comptage, coffret, fusibles…) ne doit être installé sur le support.

7.10.2.8 Disjoncteur Général Basse Tension


La commande du disjoncteur général basse tension du transformateur est cadenassée ou plombée
par les utilisateurs. Un autre moyen de coupure et de protection installé immédiatement en aval du
comptage doit être disposé. Ce dispositif est constitué par un disjoncteur.

7.10.2.9 Réseau de terre


Mise à la terre des masses :
Le schéma de liaison à la terre adopté doit être conforme à la norme NF C13‐100. Les valeurs des
résistances des prises de terre doivent être inférieures aux valeurs maximales spécifiées par la norme
NF C13‐100. La valeur mesurée de la résistance de la prise de terre des masses doit être inférieur à 3
Ohms (sauf indication de SONELGAZ).
La prise de terre des masses du poste H61 est assurée par un câble en cuivre de section appropriée,
posé à fond de fouille du poteau.
Lorsque la valeur de la résistance de la prise de terre ainsi réalisée est supérieure à la valeur prescrite
par la norme NF C13‐100 suivant le schéma, la prise de terre doit être complétée par dřautres
électrodes telles que piquets de terre verticaux, ou par conducteurs enfouis horizontalement, etc.
Le conducteur de terre reliant les conducteurs de protection à la prise de terre doit être protégé
mécaniquement :
- Sur une hauteur de 2 m au‐dessus du niveau du sol
- Jusquřà 0,50 m au‐dessous du niveau du sol

Mise à la terre du neutre :


Le raccordement du neutre à la prise de terre du neutre doit être effectué en amont du disjoncteur
général basse tension et en aval du disjoncteur haut de poteau. La prise de terre du neutre doit être à

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


179 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

une distance dřau moins 8 m des prises de terre des masses du poste et des masses de lřinstallation
du Camp. La valeur mesurée de la résistance de la prise de terre du neutre doit être inférieur à 5
Ohms.

Eléments à relier à la prise de terre des masses du poste :


Doivent être reliées à la prise de terre des masses du poste H61 par un conducteur de terre :
- Les masses de tous les matériels à hautes ou à basse tension
- Les bornes de terre des parafoudres et les éclateurs
- Les ferrures des isolateurs HTA et BT
- La plate‐forme de manœuvre ou son quadrillage métallique si elle est en béton
- La cuve du transformateur
- Les ferrures dřancrage de la ligne haute tension
- Eventuellement les éclateurs, dans le cas dřutilisation

7.11 Groupes électrogènes de secours

7.11.1 Normes et règlements


Dans la réalisation des installations envisagées, l'Entrepreneur devra se conformer à tous les textes
légaux et réglementaires en vigueur au moment de l'exécution des travaux et notamment aux textes
suivants :
- Normes et réglementations Algériennes
- Norme U.T.E. C 15.401, installation des groupes moteurs thermiques, générateurs
- Décret du 14 novembre 1988 relatif à la protection des travailleurs dans les établissements
qui mettent en œuvre des courants électriques
- Règles de l'Art spécifiées par l'Union Technique de l'Electricité, en particulier les dispositions
de la Norme NFC 15100 et tous ses additifs (dernière édition parue à jour)
- Arrêté du 25 juillet 1997 modifié relatif aux installations classées pour la protection de
lřenvironnement soumises à déclaration sous la rubrique n° 2910 combustion, applicable aux
installations de combustion dont la puissance thermique maximale est supérieure à 2 MW et
inférieure à 20 MW
- Documents Techniques Unifiés D.T.U.

7.11.2 Description de la fonction de secours


En situation normale dřalimentation, les installations seront alimentées par des lignes aériennes MT.

Les postes de transformation, qui ont pour but de transformer en basse tension lřénergie fournie en
moyenne tension par les lignes, par lřintermédiaire des installations de distribution, fourniront lřénergie
électrique nécessaire à lřensemble des consommateurs.

En cas de perte du réseau principal, des groupes électrogènes de secours doivent pallier la perte du
réseau et permettre ainsi le maintien en fonctionnement des installations en lřattente dřun retour à la
situation normale.

Pour la base et le Camp, lřEntrepreneur basera sa conception sur une alimentation provisoire par les
groupes électrogènes durant les premiers mois dřexploitation.

Les puissances nominales minimales respectives requises pour les groupes électrogènes seront
définies par lřEntrepreneur en tenant du bilan de puissance dans les cas les plus défavorables de
fonctionnement et en tenant compte dřune réserve de 20%.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


180 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7.11.3 Démarrage du GE de secours suite à la disparition du réseau normal


En cas de disparition de tension sur lřalimentation normale, le moteur du groupe devra démarrer
automatiquement :
- dans un temps ne dépassant pas 10 secondes,
- avec une temporisation réglable entre 3 à 5 secondes pour éviter des démarrages
intempestifs.
Lorsque le moteur aura atteint son régime et que les conditions de sécurité du groupe
(synchronisation, pression dřhuile, survitesse, température, etc.) seront normales, la mise en position
Řřsecoursřř de lřinverseur normal/secours devra être exécutée. Le GE doit pouvoir produire sa pleine
puissance dans un temps ne dépassant pas 20 secondes à partir de la coupure du réseau.

7.11.4 Démarrage et arrêt manuels pour essai périodique


Il doit être possible de démarrer manuellement le groupe électrogène, de le maintenir en
fonctionnement à vide sans faire basculer lřinverseur normal/secours. Le groupe pourra être
également arrêté manuellement. Un bouton poussoir et une clé de démarrage doivent être prévus
pour le démarrage manuel.

7.11.5 Basculement manuel de l’inverseur de source


Lorsque le groupe aura été démarré manuellement, il sera possible de procéder également à la
synchronisation manuelle et au basculement de source.
Ce basculement ne pourra être possible que si la tension du groupe est correcte.

7.11.6 Batteries
Durant lřarrêt du groupe, la batterie sera maintenue en charge par lřintermédiaire du chargeur alimenté
par le secteur.

7.11.7 Caractéristiques électriques


La tension délivrée par le Groupe Electrogène sera de :
- A la Résidence :
o 380 Volts entre phases
o 220 Volts entre phase et neutre
- A la Base et au Camp :
o 400 Volts entre phases
o 230 Volts entre phase et neutre

7.11.8 Etendue des travaux


Les travaux comprennent au minimum :
- Réalisation dřabris pour les groupes
- Mise en place dřune semelle isolante sous châssis des groupes
- Transport, levage, manutention et mise en place des groupes équipés de bacs de rétention
intégrés au châssis
- Mise à la terre des neutres des alternateurs
- Les échappements avec silencieux primaire et silencieux secondaire
- Le silencieux d'échappement à haute efficacité
- Le conduit dřéchappement extérieur à lřabri
- Le tableau de contrôle et de télécommande
- L'armoire électrique de démarrage
- Lřarmoire de synchronisation
- Le système de démarrage électrique et sa batterie
- Le système de préchauffage
- La jauge électrique

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


181 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Les câbles des circuits puissance, auxiliaires, télécommande et automatismes


- Les contrôles, télé contrôles, signalisations, télésignalisations, commandes, télécommandes,
ainsi que tous leurs raccordements "amont et aval"
- Les réseaux de terre et connexions équipotentielles
- Les amortisseurs de vibration
- Les caniveaux et fourreaux basse tension
- Fourreaux et tuyaux d'échappement
- Peinture aux teintes conventionnelles
- Schémas électriques des installations générales sous tableau plastifié
- Lřéclairage
- La mise en place dřun éclairage par bloc autonome et bloc portable
- La mise en place de toute la signalisation nécessaire
- Les essais et la mise en service
- Tous les matériels et consommables nécessaires aux essais, y compris le fuel, supports,
colliers pour les canalisations, etc.

7.11.9 Présentation du matériel


Tout le matériel sera défini et proposé à lřapprobation du Maître dřOuvrage avant commande et
approvisionnement sur les Sites.
Le Maître dřOuvrage pourra refuser tout matériel ou appareillage qui ne lui paraîtrait pas correspondre
aux besoins de l'installation ou aux prescriptions du Contrat (sans que cette décision puisse motiver
une modification des conditions du marché, de leurs applications ou provoquer l'établissement d'un
additif).
L'Entrepreneur sera tenu pour responsable des délais supplémentaires qui pourraient découler du fait
de la présentation du matériel ou appareillage qui ne serait pas accepté par le Maître dřOuvrage. Il
devra en effet, proposer le matériel à l'acceptation suffisamment à l'avance pour éviter tout retard en
ce sens.

7.11.10Résistance de charge
Une résistance de charge adaptée sera prévue pour compléter les charges, quand la demande est
insuffisante (25% de puissance du groupe diesel générateur).
La résistance de charge est utilisée pour tests périodiques.

7.11.11Documentation Technique
Les documents suivants seront remis par lřEntrepreneur au Maître dřOuvrage :
- les plans dřimplantation et dřexécution à fournir pour approbation
- les schémas des armoires électriques mis à jour sous pochette dans les armoires
correspondantes.

7.11.12Description détaillée des Prestations

7.11.12.1 Aménagement de l’abri des groupes


Les travaux dřaménagement des locaux des Groupes Electrogènes, comprennent essentiellement :
- Le massif qui sera séparé du sol par une couche anti-vibration sous la semelle du massif et
dont la partie supérieure sera remplie d'une matière imputrescible et légèrement élastique
(joints bitumineux)
- les différentes réservations et les caniveaux en sol, avant la mise en œuvre du groupe
électrogène dans le local

7.11.12.2 Extincteur
Il sera prévu dans le local basse tension et à proximité de lřabri des groupes, la fourniture et
lřinstallation dŘextincteurs CO2 (poids conforme à la puissance du GE, au minimum de 10 kg).

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


182 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7.11.12.3 Groupes Electrogènes


L'Entrepreneur devra la fourniture et la mise en œuvre des groupes électrogènes insonorisés, avec
cuve de 72 heures dřautonomie, armoire de puissance et armoire de commande intégrée, et ayant les
caractéristiques suivantes :

Caractéristiques techniques générales :


- Le fonctionnement doit être sous charge variable et possible pour toute surcharge de 10 %
- Il doit être équipé dřun réservoir de 72 heures dřautonomie et dřune pompe à gasoil (et une
pompe de réserve)
- Il doit fournir la puissance nominale exigée par le dimensionnement pour un fonctionnement
permanent.

Dispositif de sécurité :
Afin d'éviter des détériorations importantes en cas d'incident de fonctionnement sans surveillance, un
dispositif de sécurité sera prévu mettant automatiquement les groupes à l'arrêt dans les cas suivants :
- baisse de pression d'huile
- élévation anormale de température d'eau
- survitesse
- baisse de niveau d'huile
- vibrations excessives
Ce dispositif de sécurité commande simultanément :
- le délestage alternateur
- l'arrêt du moteur
- l'affichage du défaut sur voyant

Dispositif de réchauffage du moteur diesel :


Les groupes étant à démarrage automatique et afin de maintenir une température convenable leur
permettant une prise en charge instantanée, les moteurs seront équipés d'un dispositif de
préchauffage d'eau par résistances électriques alimentées par le secteur avec protection par
discontacteur et régulation par thermostat.
Ce préchauffage sera automatiquement mis hors service pendant la mise en route des groupes.

Démarrage :
Le démarreur électrique doit être alimenté par une batterie de démarrage de 24 Volts, qui sera
maintenue en charge par lřintermédiaire du chargeur alimenté par le secteur.
Cette batterie sera dřune capacité suffisante pour pouvoir supporter jusquřà six (06) tentatives de
démarrage consécutives.
La batterie de démarrage doit être installée le plus près possible du groupe électrogène, de façon à
minimiser la chute de tension dans les câbles de raccordement.
Une dynamo doit être prévue pour la charge de la batterie de démarrage.

Régulateur de vitesse :
Le régulateur devra faire en sorte que :
- Pour toute charge constante comprise entre la marche à vide et la pleine charge, les
variations de la vitesse du moteur ne doivent pas dépasser 3%
- Au passage brusque de la pleine charge à la marche à vide, la vitesse du moteur ne doit pas
dépasser 105% de la vitesse à pleine charge

Système d'arrêt d'urgence :


Les groupes électrogènes seront livrés avec un système déporté dřarrêt dřurgence, de telle manière
quřil ne soit pas nécessaire de sřapprocher des groupes en cas dřurgence.
Le bouton dřarrêt sera installé à lřextérieur, à côté du local groupes électrogènes.
Le système dřarrêt dřurgence comprendra :

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


183 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Un bouton dřarrêt d'urgence « coup-de-poing » sous cloche en verre, posé, avec dispositif de
bris de glace suspendu par chaînette
- Le tubage et le câblage nécessaires
- La signalisation à distance sur lřarmoire de commande de l'arrêt des groupes par arrêt coup-
de-poing

Caractéristiques minimales de l’armoire de Synchronisation :


En face avant de lřarmoire :
- 3 Ampèremètres adéquatement gradués
- 1 Voltmètre gradué de 0 à 500 V
- 1 Commutateur à 7 positions pour voltmètre
- 1 Ampèremètre débit chargeur de batterie
- 1 Voltmètre tension chargeur batterie
- 1 fréquencemètre gradué de 46 à 54 Hz
- 1 Compteur horaire
- 1 Voyant de débit du groupe
- 1 Voyant de débit secteur
- 1 Voyant chargeur batterie
- Des indicateurs: pression dřhuile, température dřhuile, et niveaux gasoil (réservoir et citerne)
- Les voyants de défauts: pression dřhuile, température dřhuile, manque gasoil, défaut batterie,
défaut démarrage, défaut survitesse… etc.
- 1 Commutateur à trois positions (Manuel Ŕ Arrêt Ŕ Automatique)
- 1 Bouton essai lampes
- 1 Arrêt d'urgence à coup‐de‐poing
- L'alarme sonore globale avec mise à disposition d'un contact pour le report d'alarme globale à
distance
A lřintérieur de lřarmoire :
- 1 Module dřautomatisme
- 1 Synchro-check
- 1 Inverseur Normal/secours à 4 pôles équipé de verrouillages électrique et mécanique
- 1 Disjoncteur de protection sortie du groupe à 4 pôles de calibre adéquat
- 1 Ensemble de départs protégés chacun par disjoncteur à 4 pôles de calibre adéquat
- 1 Chargeur automatique des batteries
- 1 Relais de contrôle des phases
- 1 bornier pour le renvoi des alarmes du groupe électrogène
- Les TC ampèremètres
- Les circuits de commande et de signalisation
- Une pochette porte plan rigide, fixée sur la face intérieure de la porte, y compris un jeu
complet de plans et schémas
- Le câblage, le repérage et les accessoires de pose, de fixation, de raccordement et toutes
sujétions

 Liaison armoire de synchronisation / disjoncteurs général TGBT :


Fourniture pose et raccordement de :
- Alimentation, réalisée en câble posé sur chemin de câble ou sous gaine, aboutissant sur les
disjoncteurs
- Alimentation, réalisée en câble posé sur chemin de câble ou sous gaine, aboutissant sur les
borniers de commande
- Accessoire de pose et de raccordement

 Liaison armoire de synchronisation / Groupe électrogène :


Fourniture pose et raccordement de :
- Alimentation, réalisée en câble posé sur chemin de câble ou sous gaine, aboutissant sur les
disjoncteurs

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


184 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Alimentation, réalisée en câble posé sur chemin de câble ou sous gaine, aboutissant sur les
borniers de commande
- Accessoire de pose et de raccordement

 Liaison armoire de synchronisation / jeu de barre TGBT :


Fourniture pose et raccordement de :
- Alimentation, réalisée en câble posé sur chemin de câble, aboutissant sur les disjoncteurs et
jeu de barres
- Accessoire de pose et de raccordement

 Auxiliaire groupe électrogène :


Fourniture pose et raccordement de :
- Alimentation, réalisée en câble posé sur chemin de câble, aboutissant sur les bornes du
groupe électrogène
- Alimentation, réalisée en câble posé sur chemin de câble, aboutissant sur les bornes du
groupe électrogène
- Accessoire de pose et de raccordement

 Liaison armoire de synchronisation / Info Local gardien :


Fourniture pose et raccordement de :
- Alimentation, réalisée en câble posé sur chemin de câble, aboutissant sur les borniers de
commande
- Reprise de lřinformation sur un coffret signalétique
- Accessoire de pose et de raccordement

Alarme et asservissement :
LřEntrepreneur aura à sa charge le câblage des alarmes et des asservissements, y compris les tests
de bon fonctionnement en présence du Maître dřOuvrage.

Frais de Contrôle :
Les frais de contrôle dřun organisme agrée désigné par le Maître dřOuvrage sont à la charge de
lřEntrepreneur.

Essais sur site (ce chapitre est à lire en association avec le chapitre « essais des équipements
électriques ci-dessous) :
Les essais sur le site sont à la charge de lřEntrepreneur et comprennent notamment un contrôle de
toutes les performances dans les cas suivants :
- fonctionnement sur le réseau principal
- fonctionnement sur le réseau secours (groupe électrogène)
- fonctionnement sur batterie
- passage réseau-batterie et vice-versa
- variations de charges équilibrées et déséquilibrées
- contrôle des surcharges demandées
La fourniture et le raccordement des charges nécessaires à ces essais sont à la charge de
lřEntrepreneur (il n'est pas autorisé d'utiliser comme charges des équipements installés sur le site).
A l'issue de ces essais sur charges non réelles et après contrôle de toutes les conformités,
l'Entrepreneur sera autorisé à effectuer les essais sur charges réelles.
Au cours des essais sur charges réelles, il sera en particulier vérifié les possibilités de démarrage de
certains équipements sur groupe électrogène déjà en charge.
L'Entrepreneur doit fournir tous les appareils de mesures et d'enregistrement (tension, courant,
fréquence) nécessaires à ces essais.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


185 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Dans le cas où les essais et contrôles de conformité révéleraient un élément non conforme, ou
l'impossibilité d'obtenir toutes les caractéristiques exigées, l'Entrepreneur doit assurer à ses frais le
remplacement des pièces nécessaires jusqu'au respect complet du Contrat.
En cas de difficultés, le Maître dřOuvrage se réserve le droit, après un délai de préavis, de rebuter le
matériel qui serait défaillant.
Il appartient à l'Entrepreneur de réclamer tous les renseignements ou documents non mentionnés ou
non joints au présent appel d'offres, et qui sont nécessaires à la définition de ses prestations.

Documentation :
L'Entrepreneur devra fournir avec les groupes la notice de conduite et d'entretien.

Pièces de rechange :
Les pièces de rechange proposées par le constructeur seront fournies par lřEntrepreneur au Maître
dřOuvrage.

7.12 Distribution basse tension

7.12.1 Tableaux basse tension


Les tableaux électriques doivent être fabriqués suivant la norme CEI 439 forme 4.

Ils seront constitués par lřassemblage dřarmoires électriques en tôle forte galvanisée à chaud avec
minimum deux couches de peinture époxy polyester, épaisseur minimale de 2 mm, avec des portes
frontales de classe IP 41, avec les châssis galvanisés à chaud, les accessoires (serrures à clef 455,
poignées, etc.) en acier chromé, une pochette à plan, un châssis en rail DIN, un éclairage intérieur par
réglette avec contact de porte.

Ils doivent être munis de persiennes dřentrée dřair en bas de lřarmoire et de sortie dřair en haut de
lřarmoire, dřun système de ventilation forcée par ventilateur thermostaté et de résistance de
chauffage.
Les dimensions de chaque tableau devront être justifiées par lřEntrepreneur, chaque tableau devra
comporter une réserve de place de 25% environ.

Les tableaux devront être mis à la terre des masses. Les accès des câbles seront soit par presse-
étoupe, soit par plaque obturable pour respecter lřétanchéité.

Tous les tableaux sont dimensionnés avec 20 % de réserves équipées et 25 % de réserves non-
équipées.

7.12.2 Départs d’alimentation des équipements


Selon la puissance et le type des équipements électriques à alimenter, les départs dřalimentations
seront équipés comme suit :
- Un disjoncteur de tête adéquatement calibré et assurant les protections, sélectivités, etc.,
nécessaires.
- Un départ de démarrage direct pour moteur de puissance inférieur à 5 kW, comprenant
contacteur, disjoncteur moteur équipé de relais de protection thermique adéquatement calibré.
- Un départ de démarrage à base de démarreur Ŕ ralentisseur électronique pour les moteurs de
puissance supérieur ou égale à 5 kW.

Les déclencheurs thermiques pour tous les moteurs électriques doivent être ajustables en fonction
des moteurs installés et doivent être coordonnés avec le fournisseur des équipements.
Tous les interrupteurs de commandes et toutes les lampes de contrôle seront encastrés dans les
portes des tableaux de commande et doivent être marqués clairement.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


186 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7.12.3 Alimentation courant continu


Pour la technique de mesure et de commande une alimentation courant continu (selon indication de
SONELGAZ) sera prévue pour les installations comprenant notamment :
- Deux Redresseurs, avec ampèremètre et voltmètre
- Relais de surveillance de tension
- Deux Batteries de secours pour une autonomie conforme aux exigences Sonelgaz
- Départs protégés par disjoncteurs, séparés pour chaque équipement

7.12.4 Onduleurs 230 V


Deux types dřalimentation UPS sont distingués :
- Une alimentation UPS pour les installations IT centralisées
- Une alimentation UPS pour les postes de travail personnels

Nota : même si la Résidence est alimentée en 380/220V, les équipements seront tous en 400/230V, y
compris les UPS.

7.12.4.1 Alimentation UPS pour les installations IT centralisées


Il sřagit des installations suivantes :
- Résidence et Base :
o Serveurs informatiques (salle IT)
o Système de vidéo surveillance (Caméras sur le pourtour du mur dřenceinte et
retransmission en salle de contrôle du poste de garde)
o Système anti-intrusion (Capteurs sur le pourtour du mur dřenceinte et retransmission
en salle de contrôle du poste de garde)
o Système de contrôle des accès
- Poste avancé :
o Système de vidéo surveillance (Caméras sur le pourtour du mur dřenceinte et
retransmission en salle de contrôle du poste de garde)
o Système anti-intrusion (Capteurs sur le pourtour du mur dřenceinte et retransmission
en salle de contrôle du poste de garde)
o Système de contrôle des accès (Poste de garde)

Les installations concernées seront alimentés en 230 V courant alternatif par un ensemble double
chargeur-batterie-onduleur installé dans le local BT. En cas de défaillance dřun onduleur, un
basculage automatique sur lřautre onduleur permettra de réalimenter en secours la totalité des circuits
alimentés normalement par lřonduleur défaillant.
Un commutateur manuel de by-pass permettra dřalimenter directement la charge par le réseau
secours. Cette opération sřeffectue sans coupure. Elle est utilisée pour la maintenance et le
dépannage. Le chargeur est alors isolé du réseau.
Les batteries, dřune autonomie de 2x2 heures, seront installées dans une salle des batteries séparée
du local BT.

Constitution :
Le groupe d'alimentation sans interruption à courant alternatif sera du type statique redondant et
constitué de :
- Deux (02) redresseurs/chargeurs de batteries,
- Deux (02) bancs de batteries,
- Deux (02) onduleurs,
- Deux (02) commutateurs statiques (mutateurs, organe de basculement automatique sur le
circuit de by-pass transformateur),
- Un (01) transformateur de by-pass,
- Des by-pass manuels,

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


187 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Le tableau de distribution.

Caractéristiques
Puissance : 50 kVA
Tension dřentrée : 380 V ou 400 V
Tension de sortie : 220 V +/- 2% (1ph+N) (ou 230 V)
Fréquence : 50 Hz +/- 1%
Forme d'onde : distorsion globale max 5%
Batterie (en 2 bancs) : type étanches nickel-cadmium
Autonomie : 2x4 heures
Tableau de distribution : fixe

Le neutre en sortie de l'onduleur est raccordé à la terre.

7.12.4.2 Alimentation UPS pour les postes de travail personnels


Un simple UPS, non redondant, avec un jeu de batteries dřune autonomie de 30 mn sera prévu pour
les postes de travail.

7.12.5 Câblage
LřEntrepreneur prévoira, pour tous les tableaux électriques, les câblages nécessaires et les reportera
sur les schémas et plans correspondants. Il prévoira également les installations de mise à la terre.

7.12.6 Electricité domestique


Chaque local sera équipé de panneau (coffret divisionnaire) pour la distribution électrique
(alimentation de lřéclairage et des prises de courant) équipé de disjoncteurs et de protection
différentielles adéquatement calibrés.

7.12.7 Protection contre la foudre et les surtensions


Les installations électriques seront protégées contre la foudre (paratonnerres) et les surtensions selon
les règles de lřArt. En particulier, tous les câbles électriques ou de commande passant à lřextérieur
des locaux seront équipés de protection contre les surtensions à leurs deux extrémités.
Les prestations pour assurer les protections contre les perturbations atmosphériques sont
principalement la fourniture, le transport, lŘinstallation et la mise en œuvre, y compris tous les
accessoires de pose, de raccordement, etc., pour :
- Un ceinturage en fond de fouille de chaque bâtiment en câble nu de section appropriée, avec
une réserve de 5 mètres aux deux extrémités.
- Une prise de terre interconnectée avec réseau de terre général.
- Un conducteur principal de terre à installer dans chaque bâtiment technique. A ce conducteur
seront reliés par lřintermédiaire de conducteurs de terre secondaires, tous les équipements
qui doivent être reliés à la terre. Ce conducteur sera en câble cuivre nu de section nécessaire.
- Des conducteurs de terre secondaires, qui dériveront à partir du conducteur de terre principal
et qui seront reliés aux équipements. Le raccordement des conducteurs secondaires sera
effectué sans coupure du conducteur principal. Ce conducteur sera en câble cuivre nu de
section nécessaire.
- Une protection paratonnerre par pointe ionisante, équipé de descente par un méplat en cuivre
de 60 mm2 minimum de section pour la liaison à la prise de terre, de barrette de coupure pour
lřisolement pour les mesures de la prise de terre, dřun compteur de coup de foudre et de
toutes les autres protections nécessaires: parafoudres, etc.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


188 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7.12.8 Equipements Electriques

7.12.8.1 Moteurs électriques


Tous les moteurs électriques seront des moteurs triphasés à cage dřécureuil avec les caractéristiques
générales suivantes :
- Tension nominale : 3 x 400 V ou 3 x 380 V
- Variation de tension : ±10 %
- Fréquence nominale : 50 Hz
- Température ambiante : 50 °C
- Mode de refroidissement : Carcasse ventilée
- Classe dřisolation : F
- Indice du service pour moteur autre que celui des pompes : S1
- Indice de protection des moteurs à lřintérieur des bâtiments : IP 54
- Indice de protection des moteurs à lřextérieur des bâtiments : IP 65
- Indice de protection des moteurs immergés : IP 68
- Vitesse de rotation : 1 500 tr/min

Les moteurs seront à un seul sens de rotation, celui-ci sera indiqué par une flèche métallique fixée sur
la carcasse.
La puissance nominale des moteurs électriques devra être au minimum de 110 % de la puissance
mécanique absorbée par chacun des appareils entraînés dans les conditions dřemploi indiquées par
lřEntrepreneur. LřEntrepreneur adoptera une majoration supérieure pour certains appareils en raison
du mode de fonctionnement prévu et des exigences de protection des installations en aval.

7.12.8.2 Sécurité des moteurs électriques


Chaque moteur électrique, indépendamment de son asservissement, doit être muni localement de
bouton poussoir Marche/Arrêt permettant dřenclencher et de déclencher le moteur lors des travaux de
montage et dřentretien ou en cas de danger immédiat.
Les moteurs à enclenchement télécommandé seront munis de plaquette jaune ŘřDanger,
enclenchement télécommandéřř.

7.12.9 Protection des équipements basse tension

7.12.9.1 Critère d’emploi et de dimensionnement des protections


Chaque ensemble constitué par la canalisation et sa protection doit répondre simultanément à
plusieurs conditions qui assurent la sûreté de lřinstallation :
- Véhiculer le courant dřemploi permanent et ses pointes transitoires normales
- Ne pas générer de chutes de tension susceptibles de nuire au fonctionnement de certains
récepteurs, comme par exemple les moteurs en période de démarrage, et amenant des
pertes en lignes onéreuses.
En outre le disjoncteur doit :
- Protéger la canalisation pour toutes les surintensités jusquřau courant de court-circuit
- Assurer la protection des personnes contre les contacts indirects.
Lřétude dřune installation électrique doit se faire méthodiquement en respectant les étapes suivantes :
- Détermination des calibres IN des déclencheurs des disjoncteurs
- Détermination des sections de câbles
- Détermination de la chute de tension
- Détermination des courants de court-circuit
- Choix des dispositifs de protection
- Sélectivité des protections
- Mise en œuvre de la technique de filiation
- Optimisation de la sélectivité des protections

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


189 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

- Vérification de la protection des personnes

7.12.9.2 Protections minimales des moteurs


Pour un départ moteur non équipé dřun démarreur électronique, les protections moteurs minimales à
assurer sont :
- Protection contre les surcharges thermiques avec classe de surcharge adaptée au moteur
- Protection contre les défaillances de phases et asymétrie
- Protection minimum de puissance (pour les pompes)
- Protection à sonde thermique si le moteur est équipé de sondes

Pour un départ moteur équipé dřun démarreur électronique et dřun relais numérique multifonction, les
protections moteurs minimales à assurer sont :
- Surcharge thermique par simulation numérique de lřétat thermique du moteur (échauffement
dans lřenroulement statorique et dans la masse de fer) avec mémoire thermique indépendante
de la tension dřalimentation
- Blocage rotor
- Démarrage trop long
- Marche à vide (Sous charge ou minimum de puissance)
- Défaut dřisolement avec tore homopolaire
- Limitation du nombre de démarrages
- Absence de phase
- Déséquilibre de courants
- Sens de rotation
- Minimum de tension
- Surtension
- Entrées pour sondes PTC/PT100 si les moteurs ou pompes sont équipés de sondes

Chaque type de défaut doit être signalé sur la face avant de lřarmoire avec bouton de réarmement.

7.12.9.3 Interrupteurs-sectionneurs
Les normes dřinstallation définissent les conditions à satisfaire pour quřun appareil remplisse la
fonction sectionnement. Les critères minimaux de choix sont :
- Tension nominale : tension nominale du réseau
- Fréquence : fréquence du réseau (50 HZ)
- Intensité nominale: courant assigné de valeur immédiatement supérieure au courant de la
charge aval

LřEntrepreneur doit préciser les spécifications techniques suivantes :


- Le nombre de pôles
- Courant thermique conventionnel (A) Ith à 55°C
- Tension assignée dřisolement (V) Ui
- Tension assignée de tenue aux chocs (KV crête) Uimp
- Tension assignée dřemploi (V) Ue -CA -50 HZ
- Courant assigné dřemploi (A) Ie
- Pouvoir de fermeture Icm (KA crête)
- Courant de court-circuit admissible Icw (KAeff) pendant 1 s
- Aptitude au sectionnement
- Endurance (cycles FO) : mécanique et électrique
- Auxiliaires de commande, mesure et signalisation, protection différentielle,…

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


190 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7.12.9.4 Contacteurs
Les contacteurs doivent répondre aux prescriptions définies par les normes CEI 947-1-4, dont
notamment :
- Catégorie AC-3 pour les moteurs à cage dont la coupure sřeffectue moteur lancé
- A la fermeture, le contacteur établit le courant de démarrage qui est de 5 à 7 fois le courant
nominal du moteur
- A lřouverture, le contacteur coupe le courant nominal absorbé par le moteur, à cet instant, la
tension aux bornes de ses pôles est de lřordre de 20% de la tension du réseau

LřEntrepreneur doit préciser les spécifications techniques suivantes :


- Altitude
- Température ambiante
- Courant assigné dřemploi (Ie)
- Courant thermique conventionnel (Ith)
- Courant temporaire admissible
- Tension assignée dřemploi (Ue)
- Tension assignée du circuit de commande (Uc)
- Tension assignée dřisolement (Ui)
- Tension assignée de tenue aux chocs (Uimp)
- Puissance assignée dřemploi
- Pouvoir assigné de coupure
- Pouvoir assigné de fermeture
- Facteur de marche
- Impédance des pôles
- Endurance électrique
- Endurance mécanique

7.12.9.5 Disjoncteurs BT
Le calibre du disjoncteur sera choisi en fonction de la section des canalisations quřil protège. Ces
canalisations sont définies à partir du courant dřemploi des récepteurs.

7.12.9.6 Démarreur électronique


Le démarreur électronique doit pouvoir assurer des démarrages et arrêts en douceur avec un
algorithme type pompe sans retour tachymétrique, en limitant le courant de démarrage à 2 à 3 fois le
courant nominal du moteur.

7.12.9.7 Appareils d’éclairage

7.12.9.7.1 Pour l’éclairage intérieur


Les luminaires à tubes fluorescents seront équipés de capots translucides et de tubes fluorescents
type à économie dřénergie.

Les hublots seront étanches et équipés de lampes fluo-compact à économie dřénergie. La puissance
des lampes et des tubes fluorescents sera définie en fonction de lřintensité lumineuse à atteindre dans
le local considéré.

Pour les locaux à forte teneur en humidité, des luminaires spéciaux pour Řřlocaux mouillésřř avec indice
de protection IP54 sont à prévoir.

Tous les appareils dřéclairage intérieurs sans distinction, seront munis dřune connexion à la terre.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


191 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

7.12.9.7.2 Pour l’éclairage extérieur


Lřéclairage extérieur sera réalisé le long de la clôture extérieure (de part et dřautre du mur dřenceinte),
des routes, des zones piétonnes, des aires de sport et des parkings et sera géré par des tableaux
électriques automatiques situés à lřintérieur des locaux techniques.
Lřéclairage extérieur sera commandé par des cellules photoélectriques. Les luminaires extérieurs et
les organes de commande doivent être certifiés pour les conditions ambiantes spécifiées. Ils doivent
aussi avoir une protection contre lřexposition directe au soleil.

 Eclairage Périphérique :
Lřéclairage de route consistera en des poteaux dřéclairage équipés de doubles crosses en acier
galvanisés à chaud de 10m de longueur et dont les câbles enterrés accéderont par dessous le poteau
via des tubes en acier galvanisé enrobés dans le béton de fondation du poteau. Les luminaires seront
pour lampe à vapeur de sodium de 250-400W. Les poteaux doivent être fournis avec boulonnerie et
accessoires de montage en acier galvanisé à chaud, les poteaux seront fixés avec les boulons
dřancrages fournis avec les poteaux. Chaque poteau doit être connecté à la boucle de terre par câble
nu de 25mm2 accédant à celui ci par dessous via les tubes en acier galvanisés.

 Eclairage des zones de circulation routières et piétonnes :


Il sera assuré par des luminaires montés sur candélabres. La source lumineuse sera une lampe à
vapeur de sodium haute pression de 150-250 W.
Les candélabres seront dřune hauteur de 4-6m en adéquation avec les études de détails
dřarchitecture et seront fixés sur des massifs en béton.
Deux types sont à prévoir :
- 1 appareille type industriel purement fonctionnel
- 1 appareil de type décoratif et fonctionnel pour les zones dřaccès et piétonnes

 Eclairage localisé :
En plus de lřéclairage précédemment défini, des emplacements particuliers, qui seront définis durant
les études APD, seront éclairés par des projecteurs installés sur des lampadaires de hauteurs
spécifiques. Les projecteurs seront de type extérieur avec un indice de protection IP 65, équipés de
lampes de puissance adéquate.

Les hublots seront en PVC, étanches, IP 56 et équipés de lampes fluo-compact à économie dřénergie.

Le système dřéclairage doit être conçu de façon à fournir un niveau dřéclairement sřapprochant de ce
qui suit à 1 m au dessus du sol. Un facteur de maintenance approprié sera introduit pour la conception
du système dřéclairage pour chaque type de zone.

Zone Lux
Chambre 100
Salle de bain 200
Restaurant 200
Séjour 200
Cuisine 200
Buanderie 300
Bureau 300
Couloir, Escalier, dégagement 150
Salle de réunion 300
Extérieur 50

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


192 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Atelier, magasins 300


Poste de garde/Contrôle 300/500
Salle de prière 300
Parking 30
Salle de soin 500
Piéton 20
Périphérique 50
Bâtiment technique 300

7.12.9.8 Appareillages électriques domestiques


Les interrupteurs et les prises de courant seront en matériaux isolants, de même marque et de même
type.

Le bâtiment administratif, les hébergements et les autres locaux équipés de postes de travail
disposeront dřun certain nombre de prises de courant électrique 230V / 16A / 2P+T alimentées par le
réseau UPS. Chaque armoire ou groupe dřarmoires recevra en outre une prise 400V / 20A / 3P+T.
Des prises de courant supplémentaires seront prévues partout où cela sera judicieux ou sur indication
du Maître dřOuvrage. Pour les détails sur les prises des postes de travail, voir la section IT du présent
document.

Toutes les prises de courant doivent être pourvues dřun contact de terre. Les interrupteurs doivent
être disposés à 1,40 m au-dessus du plancher. Les prises de courant doivent être disposées à 0,20 m
au dessus du plancher dans les locaux normaux et à 1,40 m dans les locaux humides et à lřextérieur.

Dans les locaux normaux, les interrupteurs et les prises de courant doivent être encastrés. Dans les
locaux humides ils doivent être en saillie avec IP56.

A lřextérieur, les prises de courant doivent être en saillie et montées à lřabri de la pluie.

Les interrupteurs doivent satisfaire aux prescriptions suivantes :


- Interrupteurs pour locaux normaux :
o Interrupteurs : à bascule pour montage encastré
o Tension : 230 V
o Courant : 10 A
o Fréquence : 50 Hz
- Interrupteurs pour locaux humides :
o Interrupteurs : à bascule en modèle protégé étanche IP 56, pour montage encastré
o Tension : 230 V
o Courant : 10 A
o Fréquence : 50 Hz

Les boîtes de raccordement doivent être montées, autant que possible, derrière les foyers lumineux,
prises de courant et interrupteurs.

7.12.9.9 Nature et section des conducteurs

7.12.9.9.1 Généralités
Tous les conducteurs seront en cuivre. Leur section sera largement calculée afin d'éviter tout
échauffement anormal et toute chute de tension nuisible au fonctionnement correct des appareils
alimentés.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


193 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Les conducteurs à utiliser se composent des éléments suivants :


- Âme : cuivre
- Enveloppe isolante : polyéthylène réticulé ou polychlorure de vinyle
- Gaine isolante : caoutchouc ou équivalent
- Gaine extérieure : polychlorure de vinyle, polychloroprène ou équivalent
- Classe dřisolation : 1 kV

7.12.9.9.2 Filerie
La filerie et les connexions seront exécutées avec un soin particulier afin d'éviter tout risque d'incident
pouvant provenir de ruptures de fils, blessures de l'isolant, mauvaises connexions, etc. Le fil utilisé
sera de type H07-VU ou équivalent.
La section ne sera jamais inférieure à 1,5 mm2 pour les circuits tensions et 2,5 mm2 pour les circuits
intensité.
Tous les accessoires de raccordement devront être d'un modèle très robuste afin d'assurer un contact
parfait avec les conducteurs et pratiquement indésserrables.
En particulier, les bornes de raccordement seront d'un modèle agréé par le Maître dřOuvrage. Elles
devront permettre en toute sécurité le raccordement ou la jonction de conducteurs, de sections et de
natures éventuellement différentes.
En l'absence de dispositions spéciales à cet égard, il sera obligatoirement prévu des rondelles
éventail.

7.12.9.9.3 Câblage
En règle générale, ils seront à isolation thermoplastique, sans feuillard pour ceux installés à l'intérieur,
avec feuillard protégé par une gaine thermoplastique pour ceux enterrés ou placés à l'extérieur.

Pour tous circuits de commande et de signalisation, de protection et de sécurité, la section des


conducteurs ne sera pas inférieure à 1,5 mm².
Les plans de caniveaux avec leurs couvertures et les trémies de passage seront réalisés par
l'Entrepreneur et approuvés par le Maître dřOuvrage.
La disposition des câbles dans les caniveaux ou sur les chemins de câbles sera étudiée de manière à
éviter les croisements et chevauchements, et à obtenir une répartition claire et cohérente.
Les tablettes devront permettre un accès facile à tous les câbles et les soutenir suffisamment pour
éviter leur festoiement.
Les câbles de liaison des capteurs et instruments de mesures seront séparés des autres câbles. Les
coffrets de répartition nécessaires seront prévus, toutefois, le nombre sera aussi limité que possible.

7.12.9.9.4 Repérage
L'ensemble de l'installation (appareils, relais câbles, filerie) sera intégralement repéré suivant un
système de repérage défini par les normes CEI.
Tous les conducteurs seront repérés, à chaque extrémité, au moyen d'étiquettes indélébiles.
Les câbles seront munis, à chaque extrémité, d'une étiquette métallique ou plastique, et leurs
conducteurs aboutiront à des réglettes de bornes, ou éventuellement à des boîtes à bornes d'essai,
portant elles-mêmes des repères gravés sur métal ou en matière plastique ininflammable.

7.13 Installation des équipements électriques


Les installations électriques seront conformes aux normes en vigueur et à la réglementation relative à
la protection des travailleurs dans les établissements qui mettent en œuvre des courants électriques.
Les appareils électriques et les armoires de commande seront placés dans des locaux bien ventilés, à
lřécart des sources de gaz corrosifs ou à défaut, seront spécialement protégés contre les agressions
de ces gaz. LřEntrepreneur veillera notamment à prévenir la diffusion des gaz et de lřhumidité entre

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


194 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

les ouvrages de traitement et les armoires ou coffrets de commande par lřintermédiaire de gaines
électriques.

7.14 Installation de l’alimentation électrique

7.14.1 Raccordement au réseau SONELGAZ


La demande sera effectuée par lřEntrepreneur auprès de SONELGAZ.
Le raccordement au réseau sera effectué selon les exigences du distributeur de lřénergie électrique,
complétées du présent document.

7.14.2 Caractéristiques de l’installation et des équipements


Si le point origine des travaux est situé à lřamont du point de livraison de lřénergie par le distributeur,
les ouvrages situés à lřamont de ce dernier point doivent satisfaire aux spécifications de SONELGAZ
et être réceptionnés par le distributeur dřénergie électrique.
Le poste de transformation est de type agréé par SONELGAZ.
Les tableaux de répartition, les coffrets, câbles, prises de terre et en général tout lřappareillage
électrique tiennent compte des caractéristiques du lieu où ils sont installés et des risques auxquels
peuvent être soumis les équipements. Lřalimentation des différents matériels est répartie sur plusieurs
circuits de manière à assurer un équilibre des charges sur les phases.
Si nécessaire des batteries de condensateurs destinés à améliorer le facteur de puissance, soit de
certains appareils (compensation locale), soit de lřensemble de lřinstallation électrique (compensation
globale), sont prévues, et ceci en conformité avec les valeurs limites imposées par SONELGAZ.
La résistance de la prise de terre des masses doit être inférieure à 3 ohms.
La résistance de la prise de terre du neutre doit être inférieure à 5 ohms.

7.14.3 Comptage
La Résidence, la Base, le Camp et le Poste Avancé seront équipés de comptage dřénergie électrique.
Les instruments dřindication et compteurs seront encastrés dans la façade du tableau électrique. Les
ampèremètres seront à lecture aisée, même pour les faibles valeurs, les compteurs d'énergie active
seront conçus pour la mesure en triphasé avec commutateur de voltmètre pour tension principale et
tension de phase.
Les compteurs électriques et accessoires seront conformes aux spécifications SONELGAZ pour les
installations alimentées depuis le réseau SONELGAZ (La Résidence).

7.15 Installation des armoires de commande et protection


Pour tous les coffrets et armoires électriques, tous les appareils de commande manuelle
(boutons-poussoirs, commutateurs, etc.) doivent être manœuvrables de lřextérieur sans nécessité
dřouverture de lřarmoire ou du coffret. En façade, des plaques signalétiques indiquent nettement la
fonction. Il en est de même des appareils ou voyants de contrôle ou de signalisation, des indicateurs,
des enregistreurs, etc., qui sont lisibles de lřextérieur. Les appareils électriques sont protégés
individuellement contre les surintensités et les courts-circuits; de plus les moteurs électriques sont
protégés contre les inversions de phase et la rupture de phase. Les automates programmables et les
ordinateurs sont protégés contre les micro-coupures et les variations excessives de tension.
Un dispositif dřarrêt dřurgence est placé en évidence à proximité immédiate des appareils susceptibles
de présenter des risques. Il doit assurer lřarrêt immédiat de lřappareil concerné.

7.16 Installation des conduites électriques

7.16.1 Canalisation BT aux abords des locaux


Les câbles d'alimentation électrique, aux abords des locaux, seront posés en caniveaux.

Ce document est la propriété du Groupement TouatGaz.


195 / 266
Il ne doit pas être stocké, reproduit ou montré à des tiers sans autorisation écrite.
ADR 12-002 Ŕ Annexe I Ŕ Appendice 5
ADR->TOU-SPE-0040 rév : 2 statut :APP
Spécifications techniques

Ces caniveaux seront en béton classe B3 coulés en place. Ils seront couverts en dallettes de béton
armé amovibles et pourront ne pas être étanches, à condition toutefois d'assurer par drainage ou tout
autre moyen l'évacuation des eaux qui pourraient s'y infiltrer.
En traversée de chaussée, les caniveaux doivent être remplacés par des fourreaux circulaires.
Un regard de vidange sera prévu de part et d'autre de la chaussée.

7.16.2 Canalisation à l'extérieur de l’enceinte des ouvrages


Les câbles BT éventuellement placés à l'extérieur de l'enceinte des ouvrages seront enterrés dans
des tranchées spéciales de 0,80 m minimum de profondeur et 0,60 m minimum de largeur.
Ils seront posés dans du sable fin tamisé de 0,10 m en-dessous et en-dessus, soit une épaisseur
totale de sable de 0,20 m.
Le remblaiement du reste de la tranchée sera réalisé par du tout-venant ordinaire ou par tout autre
matériau accepté par le Maître dřOuvrage. Un grillage ou dispositif de signalisation conforme aux
normes est placé dans la tranchée à environ 20 cm au-dessus de la conduite.
Les câbles dřalimentation seront déroulés sans efforts de traction, les rayons de cintrage aux
changements de direction seront déterminés en fonction de la nature et de la section des câbles.

7.17 Installation de l’éclairage

7.17.1 Eclairage intérieur


Le dispositif dřéclairage intérieur doit assurer les niveaux dřéclairement minima définis dans ce
document, en fonction desquels sont calculés les câbles et disposés les points lumineux.
Ceux-ci doivent être adaptés aux caractéristiques du lieu à éclairer.
Toutes les parties métalliques des luminaires, hublots, projecteurs et de manière générale de tous
autres équipements électriques, doivent être mises à la terre des masses.

7.17.2 Eclairage extérieur


Lřéclairage extérieur est réalisé par des candélabres ou lampadaires.
Les socles de lampadaires seront coulés à pleine fouille ; les boulons d'ancrage seront mis en place
au bétonnage à l'aide d'un gabarit.
Toutes les parties métalliques des luminaires, hublots, projecteurs, ainsi que les socles de
lampadaires doivent être mises à la terre des masses.
Lřéclairage extérieur doit être coordonné avec lřéclairage de sûreté fourni et posé par lřattributaire du
contrat de réalisation de lřusine dans le cadre de la mise en œuvre des installations de surveillance et
de sécurité.

7.18 Sécurité électrique des installations


Les installations seront conçues avec un régime de neutre basse tension à définir dans les études
APD. LřEntrepreneur veillera :
- à la mise hors de portée des conducteurs lors de la réalisation de lřinstallation, notamment par
lřinstallation dřécrans de protection
- à la signalisation par plaque indicatric