Vous êtes sur la page 1sur 4

07/10/2018 DE LA FISCALITE DE LA REEVALUATION DES IMMOBILISATION CORPORELLE ET INCORPORELLE | CNCC

LES SEPTIÈMES ASSISES DU COMMISSARIAT AUX COMPTE

 

DE LA FISCALITE DE LA REEVALUATION
DES IMMOBILISATION CORPORELLE ET
INCORPORELLE
 On 7 juin 2015

Des discussions que j’ai eues avec certains professionnels de la


comptabilité et en parcourant les forums traitant du SCF en Algérie, il

 ressort que la problématique de la comptabilité et de la scalité de la 


réévaluation des immobilisations amortissables et non amortissables se
pose de façon récurrente. Aussi m’a-t-il paru opportun de livrer mon point
de vue sur l’ensemble de la problématique.

La réévaluation, dans le référentiel SCF, est un acte de gestion. Elle doit


faire néanmoins l’objet d’une approbation par les organes sociaux
conformément à l’article 717 du code de commerce relatif aux
changements de méthodes. Mais elle demeure libre au sens où il n’y a pas
de dispositions législatives spéci ques préalable, comme au temps du
PCN75, à son application.

1 : La réévaluation d’une immobilisation amortissable ou non constitue un


changement de méthodes, pas au sens d’IAS 08, mais au sens d’IAS 16
(immobilisations corporelles) et d’IAS 38 (immobilisations incorporelles).

1-1 Conséquence comptable :

On n’utilise pas le report à nouveau ou les réserves pour constater l’écart


de réévaluation positif ou négatif mais le compte 105, sous réserve que la
réévaluation négative éventuelle vienne en compensation d’une
réévaluation positive antérieure. En effet, lorsque l’écart de réévaluation
antérieur est épuisé, le surplus éventuel de perte de valeur est constaté en
résultat.

https://cn-cncc.dz/de-la-fiscalite-de-la-reevaluation-des-immobilisations-corporelles-et-incorporelles/ 1/4
07/10/2018 DE LA FISCALITE DE LA REEVALUATION DES IMMOBILISATION CORPORELLE ET INCORPORELLE | CNCC

1-2 Conséquence scale

1-2-1 : Immobilisation corporelle ou incorporelle amortissable

L’écart de réévaluation positif est rapporté au résultat au rythme des


amortissements additionnels induits par la réévaluation jusqu’à son
épuisement (cf. article 186 du CIDTA). Il y a un impôt différé passif, IDP, à
comptabiliser (cf. § 2, infra) en contrepartie du compte 105. La charge
constatée lors d’une réévaluation nette négative (excédant l’écart positif
antérieurement constaté) est une perte de valeur non déductible
scalement (seules les pertes de valeurs sur stocks et créances sont
déductibles).

1-2-2 : Immobilisation corporelle ou incorporelle non amortissable

La réévaluation positive n’est pas imposable tant que l’actif est dans le
bilan de l’entité (car le CIDTA est muet sur la question).

Elle le deviendra lors de la cession ultérieure1 de l’actif selon SIC 212 (§ 5)


interprétant la norme comptable internationale IAS 12 « impôts sur le
résultat » qui fonde l’approche du SCF en matière d’impôts différés. Dans
ce cas, on constate un IDP déterminé sur la base du taux de l’IBS applicable
à la clôture et du taux de plus-value à court ou long terme selon le cas, soit
si l’IBS est de 25% et l’immobilisation est à céder dans 4 ans, pour un taux
 de 25%x35% (taux de plus value à long terme)=8,75%. 
 

La réévaluation nette négative est une perte de valeur non déductible.

1-2-3 : Réévaluation d’un immeuble de placement

Un immeuble de placement est une immobilisation corporelle particulière


comptabilisée à la date de clôture selon la méthode (préférentielle) de la
juste valeur. Aucune disposition scale particulière ne traite de cette
problématique. Il est à rappeler que la réévaluation négative ou positive de
l’immeuble de placement impacte le résultat et non les capitaux propres.

En matière scale, les pertes et les produits sur juste valeur d’une telle
immobilisation sont respectivement réintégrés et déduits scalement, à la
clôture. Mais pas d’imposition différée, car la réintégration et la déduction
ont un caractère permanent.

1-3 Conséquences comptables

https://cn-cncc.dz/de-la-fiscalite-de-la-reevaluation-des-immobilisations-corporelles-et-incorporelles/ 2/4
07/10/2018 DE LA FISCALITE DE LA REEVALUATION DES IMMOBILISATION CORPORELLE ET INCORPORELLE | CNCC

La différence entre les amortissements sur la valeur d’origine et ceux


induits par la valeur réévaluée peuvent être virés directement aux
capitaux propres (report à nouveau ou écart d’évaluation) sur la durée
d’utilité résiduelle par le débit du compte 105 sans transiter par le résultat
(cf. IAS 16, § 41). Le SCF est muet sur la question. Le compte 105 peut aussi
dans sa totalité être viré aux comptes 106 ou 11, in ne, lors de la sortie du
bien de l’actif.

2 : Traitement comptable de la scalité différée

Le SCF n’aborde pas la scalité différée d’un changement de méthode ou


de la correction d’erreur ou d’omission3. Un « avis » du CNC, publié en
2014, traite bien de la scalité différée liée à un écart de réévaluation mais
de façon très limitative car se réduisant au traitement de l’écart hérité du
PCN75 dont il étend le dispositif aux écarts nouveaux (cf. titre II, § 2). Une
normalisation plus complète est donc attendue de la part du normalisateur
of ciel.

2-1 : Pour une immobilisation amortissable

– Lors de la constatation de la réévaluation positive : débit du compte 105


 à crédit du compte 134 calculé selon le taux d’IBS applicable à la clôture.

– Lors de la reprise annuelle des amortissements additionnels : débit du
134 par le crédit du compte 693 (charges d’impôts différés : ici, charges
bien sûr négatives).

2-2 : Pour une immobilisation non amortissable

– Lors de la constatation d’une réévaluation positive : même écriture


initiale que ci-dessus : compte 105 à 134.

– Lors de la cession (et non à la clôture) : 134 à 693 (au taux de 8,75% dans
l’hypothèse de la xité des taux initiaux d’IBS et de la plus value long terme
et d’une cession dépassant l’horizon de 3 ans).

Observations : on me reproche depuis longtemps de recourir aux IFRS


alors que les entités algériennes appliquent le SCF. Ma réponse a toujours
été qu’on applique le SCF lorsque l’opération à traiter est résolue par notre
référentiel national. Dans le cas contraire, on doit recourir aux IAS-IFRS up
to date pour trouver la solution, car le SCF n’est qu’un succédané non
abouti du référentiel international. D’ailleurs, je pense que l’on ne peut
comprendre le SCF sans une appropriation préalable des IASIFRS.

https://cn-cncc.dz/de-la-fiscalite-de-la-reevaluation-des-immobilisations-corporelles-et-incorporelles/ 3/4
07/10/2018 DE LA FISCALITE DE LA REEVALUATION DES IMMOBILISATION CORPORELLE ET INCORPORELLE | CNCC

Ma position est confortée par la règlementation récente4 qui oblige le


CNC à aller vers les référentiels internationaux de comptabilité et d’audit.

Alger, le 05 Mars 2015

Djelloul BOUBIR

Commissaire aux comptes

Enseignant en normes IFRS agréé par le CNAM-INTEC (Paris)

Contactez nous

Cité des 498 logements Bt 8 n°1 Hai El Djorf – Bab Ezzouar


Alger 16311 Algérie
E-mail: contact@cn-cncc.dz
Téléphone: 021 24 76 65 - 021 24 89 99 - 021 24 16 92

 
Actualités

APPEL A COTISATIONS RAPPEL


12 septembre 2018

COMMUNIQUE N° 5/2014 : FORMATION AU PROFIT DES


MEMBRES DE LA CHAMBRE NATIONALE DES
COMIMSSAIRES AUX COMPTES, CANDIDATS A L’EXAMEN
D’EXPERTISE COMPTABLE DU 15 NOVEMBRE 2014
7 juin 2015

COMMUNIQUE N° 04/2014 : APPEL A COTISATIONS


7 juin 2015

Liens

Accueil

Qui sommes-nous?

Communiqués CNCC

https://cn-cncc.dz/de-la-fiscalite-de-la-reevaluation-des-immobilisations-corporelles-et-incorporelles/ 4/4