Vous êtes sur la page 1sur 15

ISET RADES Département : Génie Mécanique

Chapitre 5
CALCUL D’ARBRE
I. INTRODUCTION
Tout corps se déforme quand il est sollicité par des efforts. L’amplitude de la déformation croît avec
l’intensité des efforts et peut conduire à la rupture.

Calcul à la résistance
σ ≤ Rp
Calcul des arbres RdM
Calcul à la
déformation ∆l ≤ ∆lad
Fatigue

Vibration

Problème :

Ø diamètre imposé ? Nuance


(contraintes dimensionnelle)

Nuance imposée ? Dimensions

Rq : Les calculs des arbres s’articulent principalement sur la résistance des matériaux et sur la
fatigue. En effet, ils sont généralement animés d’un mouvement de rotation continu, qui, à la
présence des efforts, peuvent susciter le phénomène de fatigue. Dans ce cours, on va uniquement
calculer les arbres du point de vue résistance.

1. Hypothèses de Résistance des Matériaux

Un matériau est constitué par des atomes répartis sur un réseau cristallin. Les forces inter atomiques
maintiennent les atomes aux nœuds du réseau. Ces phénomènes provoquent la cohésion des
particules de matière et par conséquent, la résistance aux efforts extérieurs.
Nous supposons que le matériau est un milieu continu, et qu’il possède les propriétés suivantes :

 Homogène : en tout point, le solide possède la même constitution et la même structure.


 Isotropie : en tout point du solide et dans toutes les directions, le matériau possède les
mêmes propriétés mécaniques

Conception Mécanique 29 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

2. Conditions de résistance

Re
 max adm   R pe
s

Pour déterminer  max adm , on se réfère à


l’essai de traction :

Avec
Re : Résistance élastique à
l’extension.
s : Coefficient de sécurité.

Coefficient de Conditions générales de calculs


sécurité (s) (sauf réglementation particulière)
Cas exceptionnels de grande légèreté.
1,5 à 2
Hypothèses de charges surévaluées.
Construction où l'on recherche la légèreté (aviation).Hypothèses de calcul la plus
2à3 défavorable (charpente avec vent ou neige, engrenages avec une seule dent en prise ...).
3à4 Bonne construction, calculs soignés, haubans fixes.
4à5 Construction courante (légers efforts dynamiques non pris en compte. Treuils.)
Calculs sommaires, efforts difficiles à évaluer (cas de chocs, mouvements alternatifs,
5à8 appareils de levage, manutention).
8 à 10 Matériaux non homogènes. Chocs, élingues de levage.
10 à 15 Chocs très importants, très mal connus (presses). Ascenseurs.

3. Equilibre d’une poutre (Arbre), Torseur de cohésion

1 2

Conception Mécanique 30 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

Isolons le tronçon 1 :

 (résultante des moments)


G

R (résultante des efforts)


 coh G   ext G Avec :
N MT 
 
 ext / 1G  Ty M fy 
T M 
 z fz 

4. Rappel sur les sollicitations simples

Chargement Sollicitation Contraintes

N
Traction  
S

T
Cisaillement
 
S

mf
Flexion
f  .v
I gz

mt
Torsion t  .v
I0

Conception Mécanique 31 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

II. DÉMARCHE A SUIVRE POUR CALCULER OU VÉRIFIER LE


DIAMÈTRE D’UN ARBRE

Quelle que soit la méthode de calcul employée, la démarche à suivre pour résoudre un problème est
simplement et sensiblement la même. Les étapes sont :
• Calculer les actions mécaniques, dans les différentes sections droites de la poutre
• Déterminer les torseurs des efforts de cohésion.
• Tracer les diagrammes des efforts de cohésion.
• Déterminer la section critique de la poutre (la plus dangereuse ou la plus sollicitée).
• Déterminer le moment idéal Mi :

M i  M f2  M 2t

• Calculer le diamètre nécessaire de la section critique pour résister à ces efforts, ou vérifier
la sécurité à cette section critique (si son diamètre est connu).
Le calcul de la contrainte nominale se fait avec la formule suivante :

y Mi y
  M 2f  M 2t   max adm
I GZ I GZ

où : σmax adm : contrainte maximale admissible à la traction


IGZ : moment quadratique de la section de l’arbre.
Mf : moment de flexion maxi
Mt : moment de torsion maxi.
y : distance du point considéré % à la fibre neutre.
d  d4
Pour un arbre de section circulaire : y = , I GZ 
2 64

32
Donc  M 2f  M 2t   max adm
d 3

On peut alors déduire la relation donnant le diamètre d d'un arbre plein :

32
d3 M f2  M 2t
 mad

Conception Mécanique 32 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

III. VÉRIFICATION DE L'ARBRE À LA SOLLICITATION DYNAMIQUES


En partant du diamètre minimum (prédéterminé précédemment) on construit (arbre avec ses
différentes dispositions (rainures de clavettes, cannelures, épaulements, gorges,...). Pour la
vérification de sa tenue en fatigue, les concentrateurs de contraintes sont prises en compte par
l'affectation des facteurs de concentration Kto en torsion et Ktf en flexion. Le critère de résistance
devient :

eq  K tf 2  3K to 2  D

• Les valeurs des facteurs de concentration des contraintes sont données en annexe.
• Valeurs approximatives des limites d'endurance : σD
- Aciers σD ≈ 0,5 σr pour σr ≤ 1400 Mpa
σD ≈ 700 Mpa pour > 1400 Mpa
- Fontes et Aciers coulés : σD ≈ 0,4 σr
- Alliages d'aluminium et de Magnésium
σD ≈ 0,4 σr forgé, laminé
σD ≈ 0,3 σr coulé
1- Critère de Von Mises
Pour les arbres de transmission, on ne tient compte que des effets des moments de flexion et de
torsion. Les effets de concentration des contraintes ne sont pas aussi considérés, mais on doit
vérifier ces arbres aux sollicitations dynamiques. La relation suivante est très utilisée pour une
prédétermination du diamètre de l'arbre :

 eq   2  3 2   max adm

Où: σ est la contrainte normale effective σ

Mt
τ est la contrainte tangentielle effective  .y
I0

σ max. adm= contrainte maximale admissible du matériau en traction

4N 32Mf 2 16Mt 2
Ou bien  eq  (K tt  K )  3(K )   max ad
d 2 d 3 d 3
tf to

2- Critère de Treska

 eq   2  4 2   max adm

4N 32Mf 2 16Mt 2
Ou bien  eq  (K tt  K tf )  4(Kto )   max ad
d 2
d 3
d 3

Conception Mécanique 33 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

IV. VÉRIFICATION DE L'ARBRE À LA DÉFORMATION


En plus de transmettre la puissance, les arbres servent à maintenir les positions relatives des divers
éléments de machines. La déformation latérale est plus critique lorsque des engrenages sont montés
sur un arbre ou lorsque ce dernier est supporté par des paliers. La déformation en torsion peut
affecter le synchronisme ou le déphasage des machines entraînées. Dans de tels cas, on détermine
en général la dimension de (arbre en tenant compte d'abord de sa rigidité et en vérifiant en suite sa
résistance.

1- Cas de flexion
La déformation en flexion s’exprime par :
Mf Gz Mf Gz 64
y '' 
EI Gz
y '' 
d 4
d4
Eylim
 Mf GZ dy
E
64
avec : MfGz : moment de flexion dans une section de l’arbre
IGz : moment quadratique de la section de l’arbre
E : module d’élasticité longitudinale du matériau
y’’ : dérivée seconde de l’équation de la déformée
Pour déterminer la flèche y il faut intégré deux fois l’équation précédente.
Avec y  y lim
2- Cas de torsion
La déformation en torsion s’exprime par :

MtL MtL 32
   lim   lim d4 MtL
IG G d 4
 lim G
G
32
avec : Mt :couple ou moment de torsion
IG : moment quadratique polaire de la section de l’arbre
G : module d’élasticité transversale du matériau
L : Longueur du tronçon d’arbre sollicité à la traction

FACTEURS DE CONCENTRATION DE CONTRAINTE :


Ktt dans le cas de traction
Arbre avec épaulement

Conception Mécanique 34 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

Arbre avec gorge

Kto dans le cas de torsion


Arbre avec épaulement

Arbre avec gorge

Arbre avec troue de goupille

Conception Mécanique 35 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

Ktf dans le cas de flexion


Arbre avec épaulement

Arbre avec gorge

Arbre avec troue

Conception Mécanique 36 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

V. APPLICATION
ARBRE D'ENTRÉE D'UN BROYEUR

Le dessin d’ensemble ci – dessous représente un arbre d'entrée d'un broyeur à cailloux de grande
capacité. Sa modélisation avec ses caractéristiques géométriques sont données sur le schéma
simplifié ci- après.
Les caractéristiques mécaniques sont les suivantes :
Matériau : 55 Si 7.
Re = 600 Mpa ; Rr = 800 Mpa
L'étude qui suit a pour but de calculer le diamètre de cet arbre à partir des méthodes évoquées dans
le cours.

Arbre d'entrée d'un broyeur

Modélisation de l'arbre d'entrée d'un broyeur

N =750 tr/min d = 250 2R = 800


f
sin 
P = 200 KW c = 920 e  3.4
 = 21.8° b =640
 = 10° 2r=300

Les liaisons entre l’arbre et le bâti en A et B sont réalisées par l'intermédiaire de bagues lisses, avec
jeu. Leur longueur autorise un léger rotulage. On modélisera la liaison pivot de manière isostatique
par l'association d’une rotule et d’une linéaire annulaire.

Conception Mécanique 37 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

Le calcul statique donne :


DR/P = 18 091 N. XB = 0
AI = - XA = 2 298 N YB = 14 835 N
R1 = -5 745 N ZB = -5 050 N
Tl = -17 000 N XA = - 2 298 N
YA = 2 417 N
ZA = 23 157 N

La recherche des efforts de cohésion :


Pour 0  x  d
En appliquant le principe fondamental en G

A1 + N = 0 N = -A1 = -2298 N
R1 + Ty = 0 Ty = - R1 = + 5 745 N
Tl + Tz = 0 Tz = -Tl = +17 000 N
r Tl + Mt = 0 Mt = rT1 = +2 550 N.m
x T1 + Mfy = 0 Mfy = -xT1= +17 000x N.m
- (x R1 + r A1) + Mfz = 0 Mfz = -5 745x + 344,7 Nm

T Ty2  Tz2 = 17945N


Mf  Mf y2  Mf z2 = [(17 000 x)2 + (5 745 x - 344,7)2]1/2

En appliquant le principe fondamental en G


A1 + N = 0 N = -A1 = -2298 N
R1 + Ty = 0 Ty = - R1 = + 5 745 N
Tl + Tz = 0 Tz = -Tl = +17 000 N
r Tl + Mt = 0 Mt = rT1 = +2 550 N.m
x T1 + Mfy = 0 Mfy = -xT1= +17 000x N.m
- (x R1 + r A1) + Mfz = 0 Mfz = -5 745x + 344,7 Nm
T  Ty2  Tz2 = 17945N

Mf  Mf y2  Mf z2 = [(17 000 x)2 + (5 745 x - 344,7)2]1/2

Conception Mécanique 38 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

Pour d  x  d+b
En appliquant le principe fondamental en G
2298 + A1 +N =0 N = 0N
-5745 + R1 + Ty =0 Ty = 3320N
-17000 + Tl + Tz =0 Tz = -6157N
-2550 + rTl + Mt =0 Mt = 2 550 N.m
-17000x + xTl + Mfy = 0 Mfy = - 6 157 x + 5 790 N.m
5745x - 344,7 - (xRl + rAl) + Mfz = 0 Mfz = - 3 328 x - 259,6 N.m

T  Ty2  Tz2 = 6 999 N

Mf  Mf y2  Mf z2 = [(- 6 157 x + 5 790)2 + (- 3 328 x - 259,6)2]1/2


Pour d+b  x  c+d = l
En appliquant le principe fondamental en G
N = 0N
Ty = -11 507 N
Tz = -1 107 N T Ty2  Tz2 = 11 560 N
Mt = 2 550 N.m Mf  Mf y2  Mf z2 = {[- 1 107 (1,17 -x)]2 + [- 11 507 (x- 1,17)]2}1/2
Mfy = - 1 107 (1,17 -x)N.m
Mfz = - 11 507 (x- 1,17) N.m

Les diagrammes représentatifs de l'évolution des différentes sollicitations sont donnés ci –


dessous :

Conception Mécanique 39 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

D’après les diagrammes représentatifs des différents sollicitations, on remarque que la section la
plus sollicitée est celle d’abscisse x = d ;où :

Mfmax = 4388 N.m = 4388 103 N.mm

Mtmax = 2550 N.m = 2550 103 N.mm

Soit : s = 5.
Re = 600 Mpa
Le matériau est 55 Si 7
Rr = 800 MPa

 max adm = Rpe = Re / s = 600 / 5 = 120 Mpa

D = 0.5 Rr = 0.5 x 800 = 400 Mpa


Calcul du diamètre « d » :

32
d3 M f2  M 2t
 mad
AN.
32
d3 (4.388.106 ) 2  (2.55.106 ) 2
 x 120

d  75.52 mm
Soit
d  76 mm
Calcul de «  » :
32
 M f2  M 2t
 d3
AN.

32
 (4.388106 ) 2  (2.55106 ) 2
 x 763

  117.76 MPa
Soit
  118 MPa

Conception Mécanique 40 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

Calcul de «  » :
Mt M t d 16 M t
 y 
I0  d 2  d3
4

32
AN.

16 x 4.388106

 763
  50.9 MPa
Soit
  51 MPa
Vérification de l’arbre sous sollicitation dynamiques:

eq  K tf 2  3 K to 2  D


D’après les annexes :
Ktf = 1.1 (épaulement)
Kto = 1.1 (épaulement)
Kto = 2 (clavette)

AN.

eq  1.1 x 1182  3 1.1 x 2 x 512  233.7 MPa


Soit

 eq  234 MPa  400 MPa

Conception Mécanique 41 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

VI. EVALUATION

On considère le réducteur représenté sur le dessin d’ensemble suivant, la poulie d’entrée montée
sur l’arbre (20) n’est pas représentée

Conception Mécanique 42 Niveau 3CFM


ISET RADES Département : Génie Mécanique

On se propose d’étudier l’arbre de transmission (20) schématisé ci- dessous :

y T

Poulie d’entrée (31) Roue dentée (8)


I

t
A B
x
O O
J 1
K

z 45 45 25

Données:

- Moteur de puissance Pm = 7.5 KW et de vitesse en charge Nm = 1450 trs/mn

- Transmission poulie courroie: rapport i = 1 , T = t ef , f = 0,3 4


 Poulie (31) = 80 mm , rendement  = 0,75

- Roue dentée (8) : denture droite , d'angle de pression  = 20° ,


Diamètre primitif Dp= 60 mm

- Arbre de transmission: matériaux 38 Cr 2


Guidage en rotation assuré par deux roulements à billes

Travail demandé :

1). Calculer les tensions des courroies.


2). Étudier l'équilibre de l'ensemble (poulie- arbre- roue) et calculer, à l'équilibre, les
actions en A, en B et en K.
3). Représenter les diagrammes des efforts sollicitant cet arbre.
4). Calculer son diamètre mini .
5). On se propose de choisir un autre matériau pour cet arbre tenant compte de
L’encombrement qui exige un diamètre max = 15mm.

Conception Mécanique 43 Niveau 3CFM

Vous aimerez peut-être aussi