Vous êtes sur la page 1sur 55

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/287995132

Projet de ferme intégrée, Agriculture - élevage : Étude technique et financière


; Exemple d'un cas à Joal (Sénégal), 1999.

Technical Report · January 1999


DOI: 10.13140/RG.2.2.35133.31205

CITATIONS READS

0 39,924

2 authors, including:

Ndiaye Saliou
ENSA, Université de Thiès
86 PUBLICATIONS   201 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Dr Diankha O DAMPC Senegal View project

GCO Environment Project View project

All content following this page was uploaded by Ndiaye Saliou on 24 December 2015.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


REPUBLIQUE DU SENEGAL

REGION DE THIES

COMMUNE DE………………….

Réalisée par:

Dr Saliou NDIAYE, chef de Département Productions Végétales - Zoologie, ENSA

M. Sidy Guèye NIANG, Elève-Ingénieur, 5ème année Economie et Sociologie Rurales, ENSA

Novembre 1999
SOMMAIRE

1RESUME DU PROJET ......................................................................................................................... 1

2ETUDE DE MARCHE........................................................................................................................... 4

2.1.AGRICULTURE ....................................................................................................................................... 4
2.1.1.Grandes cultures........................................................................................................................... 4
2.1.2.Maraîchage ................................................................................................................................... 4
2.2.AVICULTURE ......................................................................................................................................... 4
2.3.LE MARCHE ........................................................................................................................................... 4
2.3.1Les marchés des intrants ............................................................................................................... 4
2.3.1.1.Agriculture .............................................................................................................................................5
2.3.1.1.1Semences ........................................................................................................................................5
2.3.1.1.2Engrais ............................................................................................................................................5
2.3.1.1.3.Pesticides : .....................................................................................................................................5
2.3.1.2.Aviculture ..............................................................................................................................................6
2.3.2Les marché des extrants................................................................................................................. 7
2.3.2.1Le niveau des prix ...................................................................................................................................7
2.3.2.1.1Le maraîchage ................................................................................................................................7

3.BASES TECHNIQUES DE LA PRODUCTION ............................................................................... 8

3.1AGRICULTURE ........................................................................................................................................ 8
3.1.1.Grandes cultures........................................................................................................................... 8
3.1.2.maraîchage ................................................................................................................................... 8
3.1.2.1.Exigences édapho-climatiques : .............................................................................................................8
3.1.2.1.1.Le sol .............................................................................................................................................8
3.1.2.1.2.Le climat ........................................................................................................................................9
3.1.2.2.Itinéraire technique ................................................................................................................................9
3.1.2.2.1.Choix des espèces à cultiver ..........................................................................................................9
3.1.2.3.Calendrier de production .....................................................................................................................11
3.1.2.3.1.Semis ...........................................................................................................................................11
3.1.2.3.2 Le repiquage : ..............................................................................................................................11
3.1.2.3.3 L’entretien : .................................................................................................................................12
3.1.2.3.4.La protection phytosanitaire ........................................................................................................13
3.1.2.3.5.Rendements des cultures maraîchères .........................................................................................14
3.1.3 Arboriculture fruitière ................................................................................................................ 15
3.1.3.1 Exigence édapho-climatique ................................................................................................................15
3.1.3.2 Itinéraire technique ..............................................................................................................................15
3.1.3.2.1 Le repiquage ................................................................................................................................15
3.1.3.2.2 Plantation .....................................................................................................................................16
3.1.3.2.3.choix des espèces .........................................................................................................................16
3.1.3.3 irrigation ..............................................................................................................................................17
3.1.3.4. Plan de fumure arboricole ...................................................................................................................18
3.1.3.5. Densité et rendement par pied.............................................................................................................19
3.2 AVICULTURE ....................................................................................................................................... 20
3.2.1 Le poulailler ............................................................................................................................... 20
3.2.1.1 Choix des souches ................................................................................................................................20
3.2.2. Normes techniques de production ............................................................................................. 21
3.2.2.1.Matériel d’alimentation et d’abreuvement ...........................................................................................21
3.2.2.2. Calendrier sanitaire .............................................................................................................................21
3.3.EMBOUCHE.......................................................................................................................................... 22
3.3.1.Embouche bovine ........................................................................................................................ 22
3.3.1.1.Programme de production ....................................................................................................................22
3.3.1.2.Conception des bâtiments d’élevage ....................................................................................................22
3.3.1.3. Matériel d’abreuvement et d’alimentation: .........................................................................................23
3.3.1.4 Choix des animaux à emboucher .........................................................................................................23
3.3.1.5. Le mode d’exploitation .......................................................................................................................24
3.3.1.6.La ration alimentaire ............................................................................................................................24
3.3.1.7.Prophylaxie ..........................................................................................................................................24

4.DOSSIER TECHNIQUE ET FINANCIER ...................................................................................... 25

4.1.INVESTISSEMENTS COMMUNS .............................................................................................................. 25


4.1.1.Bâtiments d’exploitation ............................................................................................................. 25
4.1.1.1.Clôture du domaine ..............................................................................................................................25
4.1.1.2.Bâtiments d’élevage .............................................................................................................................25
4.1.1.2.1.Le poulailler ................................................................................................................................25
4.1.1.3.Equipements agricoles .........................................................................................................................27
4.1.1.3.1.Petit matériel pour grandes cultures: ...........................................................................................27
4.1.1.3.2.Equipements maraîchers ..............................................................................................................28
4.1.1.3.3.Equipements arboricoles..............................................................................................................29
4.1.1.4.Equipements avicoles ..........................................................................................................................29
4.1.1.5.Frais d’exploitation ..............................................................................................................................30
4.1.1.5.1.Main d’œuvre ..............................................................................................................................30
4.1.1.5.2.Besoins en intrants et recettes escomptées...................................................................................31
4.1.1.5.2.1.Grandes cultures ..................................................................................................................31
4.1.1.5.2.2.Maraîchage ..........................................................................................................................32
4.1.1.5.2.3.Poulets de chair : .................................................................................................................35
4.1.1.5.3.Amortissement technique ............................................................................................................36
4.1.1.5.4.Entretien et utilisation..................................................................................................................37

5.ANALYSE ECONOMIQUE ET FINANCIERE .............................................................................. 38

5.1.LES INVESTISSEMENTS ET RENOUVELLEMENTS ................................................................................... 38


5.2.FONCTIONNEMENT ET RECETTES ......................................................................................................... 38
5.3.LE CALCUL DU CASH-FLOW ................................................................................................................. 44
5.4.REPARTITION DES DEPENSES ............................................................................................................... 44
5.5.CALCUL DU TRI ET TESTS DE SENSIBILITE ........................................................................................... 46
5.6.ESTIMATION DU FONDS DE ROULEMENT .............................................................................................. 47
5.7.BESOINS EN FINANCEMENT .................................................................................................................. 47
LISTE DES TABLEAUX

TABLEAU 1 : QUELQUES EXEMPLES DE PRIX DU KG DE SEMENCES ............................................................................ 5


TABLEAU 2 : PRIX DES PESTICIDES COURAMMENT UTILISES EN HORTICULTURE ....................................................... 6
TABLEAU 3: PRIX AU PRODUCTEUR DE QUELQUES SPECULATIONS MARAICHERES .................................................... 7
TABLEAU 4 : ROTATION CULTURALE DES GRANDES CULTURES ................................................................................. 8
TABLEAU 5: CALENDRIER DE PRODUCTION MARAICHER ......................................................................................... 11
TABLEAU 6: PLAN DE FUMURE DES SPECULATIONS RETENUES ................................................................................ 13
TABLEAU 7: NORMES D’IRRIGATION ARBORICOLE POUR LES AGRUMES ET LE MANGUIER ....................................... 17
TABLEAU 8 : NORMES D’IRRIGATION ARBORICOLE ................................................................................................. 17
TABLEAU 9: PLAN DE FUMURE DES AGRUMES ........................................................................................................ 18

TABLEAU 10: PLAN DE FUMURE DES MANGUIERS ................................................................................................... 18

TABLEAU 11 : NORMES D’ELEVAGE DE L’ELEVAGE DE POULETS DE CHAIR ............................................................. 21


TABLEAU 12 : CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE L’EMBOUCHE BOVINE EN FONCTION DE L’AGE ........................ 23
TABLEAU 13: EQUIPEMENTS AGRICOLES POUR LE VOLET MARAICHER ................................................................... 28
TABLEAU 14: EQUIPEMENTS AGRICOLES POUR LE VOLET ARBORICOLE .................................................................. 29
TABLEAU 15 : BESOINS EN PETIT MATERIEL D'ELEVAGE POUR POULETS DE CHAIR .................................................. 29
TABLEAU 16 : QUANTITE DE SEMENCES NECESSAIRE POUR UN HECTARE ................................................................ 31
TABLEAU 17: ECHEANCIER DES DEPENSES EN INTRANTS MARAICHERS ................................................................... 33
TABLEAU 18: RECETTES ESCOMPTEES POUR LE VOLET MARAICHAGE...................................................................... 34
TABLEAU 19: AMORTISSEMENT DES INVESTISSEMENTS........................................................................................... 36
TABLEAU 20: FRAIS D'ENTRETIEN DES INVESTISSEMENTS ....................................................................................... 37
TABLEAU 21 : ECHEANCIER DES INVESTISSEMENTS ET RENOUVELLEMENTS EN NATURE ........................................ 39
TABLEAU 22 : ECHEANCIER DES INVESTISSEMENTS ET RENOUVELLEMENTS EN MILLIERS DE F CFA ...................... 40
TABLEAU 23: DEPENSES ET RECETTES D’EXPLOITATION EN MILLIERS DE F CFA .................................................... 42
TABLEAU 24: BESOINS EN FONDS DE ROULEMENT PAR ACTIVITE ............................................................................ 47
LISTE DES FIGURES

FIGURE 1: SCHEMA D'ENSEMBLE (VUE DE PROFIL) D'UN POULAILLER DE STRUCTURE LEGERE (CHAIR) ................... 26
FIGURE 2: SCHEMA D'ENSEMBLE (VUE DE FACE) D'UN POULAILLER DE STRUCTURE LEGERE (CHAIR) ...................... 26
FIGURE 3: CASH FLOW DU PROJET .......................................................................................................................... 44
FIGURE 4: REPARTITION DES DEPENSES DU PROJET ................................................................................................. 45
1

1. RESUME DU PROJET

Ce présent projet est initié par Mr .

Le site est situé dans la région de Thiès, comune de sur une étendue de 40
hectares (30 ha de sols lourd et 10 ha de sols dior).

Les composantes sont: grandes cultures; maraîchage et arboriculture sur le sol lourd;
aviculture et embouche bovine.

Les grandes cultures (cultures hivernales) s’effectueront sur 10 hectares. Cette


composante concernera le mil, le maïs, le sorgho et l’arachide.

Le maraîchage se fera sur le sol deck dior sur une superficie de 15 hectares avec les
spéculations telles que la pomme de terre, l’oignon, l’aubergine, le gombo, le chou, le jaxatu,
la tomate et l’arachide de contre saison. Le nombre de cycle par année est arrêté à 3.

Au plan arboricole, il sera implanté un verger de 10 hectares composées des espèces


suivantes: agrumes (citronnier, orangers, mandariniers), manguiers et bananiers.

L’aviculture aura les spécifications suivantes: bande de 3 000 sujets (poulets de chair),
nombre de rotations par an: 3.

L’activité d’embouche, avec un effectif de départ de 20 sujets, connaîtra une évolution


annuelle de 10 % jusqu’en cinquième année où le nombre atteindra finalement 50.

Les investissements du projet d’un montant global (sur les 10 ans: durée de vie du
projet) de 97 388 000 F CFA représentent 10 % de l’ensemble des dépenses et concernent:

* l’acquisition, les travaux de nivellement et la clôture du terrain;

* les bâtiments d’exploitation (poulaillers, parcs d’embouche, pièces


d’habitation, magasins de stockage);

* les équipements agricoles ( forage, moulin, batteuse, petit équipement


agricoles, fourgonnette, etc.);
2

Les frais de fonctionnement absorbent plus de la moitié des dépenses (67 %). Ce poste
regroupe les frais de personnel et les fournitures (ou dépenses en intrants). Le projet utilisera
30 ouvriers agricoles permanents, un ingénieur de travaux (chef d’exploitation) et des
ouvriers temporaires en période de pointe mais aussi pour les grandes cultures. Un consultant
extérieur sera également sollicité périodiquement ou en cas d’urgence (frais d’études et de
suivi technique).

L’entretien et l’utilisation des matériels et bâtiments d’exploitation occupe 5 % des


dépenses du projet.

Les recettes connaîtront une progression liée d’une part à l’évolution des activités
comme l’embouche et d’autre part à la règle de la prudence appliquée aux calculs de celles-ci
(seules 50 % des recettes escomptées sont comptabilisées en année 0 et un taux
d’accroîssement de 10 % par y est appliquée pour les années qui suivent.). Le chiffre d’affaire
global du projet est de 1 237 378 000 F CFA.

Les flux financiers du projet montrent que le Cash Flow devient positif à partir de la
troisième année. Ce Cash Flow connaîtra une légère baisse en année six, année de
renouvellement de plusieurs équipements agricoles.

Sur la base des normes techniques et compte tenu du niveau des prix aussi bien des
intrants que des extrants, le calcul du Taux de Rentabilité Interne (TRI) donne une valeur de
22 %. Les tests de sensibilité effectués montrent que la variation simultanée de l’ensemble des
dépenses et recettes de +/- 10 % n’a pas d’effet sur la rentabilité du projet. Par contre, une
hausse des dépenses en intrants de 10 % donne une valeur du TRI égale à 15 % tandis qu’une
baisse le porte à 28 %. Beaucoup d’autres hypothèses ont été testées et ont vu les TRI varié
entre 1 % (hausse de l’ensemble des dépenses de 10 %) et 32 % (hausse de l’ensemble des
recettes de 10 %).

Les besoins en fonds de roulement du projet ont été estimés à 18 672 083 F CFA sur la
base des dépenses devant couvrir une année de grandes cultures, trois mois (durée du premier
cycle) des activités maraîchères, trois mois de frais de personnel, des frais de fonctionnement
pour 60 jours concernant les poulets de chair (première bande), les intrants arboricoles durant
les trois premières années et une opération d’embouche bovine.
3

Les besoins en investissements regroupent le montant des investissements en première


année et le solde négatif des flux financiers en deuxième année. Ils s’élèvent à 100 603 000 F
CFA.

Compte tenu de ce qui suit, les besoins totaux en financement s’élèvent à


(équipements et besoins en fonds de roulement) s’élèvent à 44.904.000 F CFA (voir
Tableau page 49).

Le montant des fonds propres (réalisations) est de 42.490.000 F CFA, soit un


pourcentage global de 48,62 % des besoins en financement.
4

ETUDE DE MARCHE

1.1. Agriculture

1.1.1. Grandes cultures

La production nationale céréalière était de 840052 tonnes en 1992 / 1993. Cette


quantité ne permettait pas de couvrir l’ensemble des besoins nationaux. Ceux-ci, estimés sur
la base de la consommation annuelle per capita (185 Kg) préconisée par l’Organisation
Mondiale de la Santé (OMS), sont actuellement de 1480000 tonnes. La tendance de la
demande est à la hausse du fait de la poussée démographique. Le présent projet permettra, à
court terme, de ramener le déficit céréalier national à la baisse ; ce qui se traduira par une
diminution des importations et par la même, une amélioration de la balance commerciale.

La production arachidière est à la baisse du fait de la régression des superficies


emblavées. Toute augmentation de la production serait la bienvenue sur le marché.

1.1.2. Maraîchage

La demande solvable nationale dépasse les 175000 tonnes par an et augmente d’année
en année avec l’urbanisation et la croissance démographique. La consommation moyenne per
capita est de 23 Kg.

1.2. Aviculture

La production de chair a beaucoup progressé ces dernières années. Néanmoins, un


déficit national, comblé par les exportations, persiste.

La consommation moyenne per capita est actuellement de 3 Kg par an. Sur cette base
la demande de la région de Dakar serait de 900 tonnes annuellement.

1.3. Le marché

1.3.1. Les marchés des intrants

Au niveau intrants, les prix seront certainement revus à la baisse avec les nouvelles
mesures prises par l'état consistant à réduire les taxes à l'entrée (le premier ministre lors de
son allocution le jeudi 13 août 1998 à l'assemblée nationale).
5

1.3.1.1. Agriculture

Les principaux intrants sont : les semences, les engrais et les pesticides.

1.3.1.1.1. Semences

Il existe plusieurs firmes de production de semences notamment le Centre pour le


Développement de l’Horticulture (CDH), le TROPICASEM, le Centre National de
Recherches Agricoles (CNRA) de Bambey, etc. A cela, s’ajoute les importateurs, etc.

Le prix des semences varient en fonction de la spéculation. Le tableau suivant donne le


prix du kilogramme de semences pour diverses espèces retenues.

Tableau 1 : quelques exemples de prix du Kg de semences

spéculation Prix semences (F CFA / Kg)


Mil 200
Maïs 500
Arachide 450
Niébé 300
Oignon 30000
Tomate 220000
Gombo 7500
Chou 140000
Pomme de terre 450
Jaxatu 7500

1.3.1.1.2. Engrais

Les principaux fournisseurs de semences sont le SENCHIM et la SPIA. L’engrais type


maraîcher est le 10 – 10 – 20. Le kilogramme est commercialisé à 150 F CFA.

1.3.1.1.3. Pesticides :

Les fournisseurs de pesticides demeurent les mêmes que pour l’engrais. toutefois, on
notera que le marché est également envahi par les importateurs.
6

Le prix varie en fonction du produit chimique. Le tableau suivant donne quelques


exemples.

Tableau 2 : Prix des pesticides couramment utilisés en horticulture

spéculation Prix semences (F CFA / litre)


Décis 6900 F CFA / litre
Diméthoate 5800 F CFA / litre
Tamaron 17000 F CFA / litre
Dicofol 6000 F CFA / litre
Malathion 4500 F CFA / litre
Lannate 240 F Cfa CFA / Kg

1.3.1.2. Aviculture

Concernant l'aviculture, il existe une multitude de souches (importées ou produites


localement) dans le marché. Les principaux fournisseurs sont le Complexe Avicole de Mbao,
le SEDIMA, le PRAVISEN et la couveuse de Sangalkam.

Le prix des poussins est assez variable :

• De 320 à 375 F CFA pour les poussins de chair ;

• De 500 à 675 F CFA pour les poussins de ponte.

Les sujets peuvent être également acquis à partir 21 jours d’âge à 1000 F Cfa CFA
l’unité. Des tarifs dégressifs sont généralement octroyés pour les commandes importantes.

Diverses entreprises sont également branchées dans l'alimentation de poulets de chair


et de poules pondeuses: le Complexe Avicole de Mbao, les MOULINS SENTENAC, etc..

Des produits vétérinaires sont également disponibles sur le marché national via la
SPELA et le VETAGROPHARMA INRENATIONAL.
7

1.3.2. Les marché des extrants

1.3.2.1. Le niveau des prix

Pour l'ensemble des produits du projet, le prix de vente est libre au Sénégal. L'Etat
n'intervient pas en influençant ou en fixant des limites au prix. C'est plutôt l'offre et la
demande en produits qui déterminent le prix sur le marché. Néanmoins, des tendances
peuvent de dégager à travers les données chronologiques.

1.3.2.1.1. Le maraîchage

Le prix des spéculations maraîchères varient en fonction de la période de vente. Le


tableau qui suit renseigne sur le niveau des prix pour chaque spéculation en fonction de la
période. Il a été confectionné sur la base de la moyenne des prix minima pendant les deux
dernières années et ceci selon la période probable de commercialisation.

Tableau 3: Prix au producteur de quelques spéculations maraîchères

Prix en demi-gros
spéculation Période de vente Prix en gros (F CFA / Kg)
(F CFA / Kg)
Tomate Fin janvier 75 150
Oignon Fin janvier 97 192
Chou Fin mai 88 176
Gombo Fin mai 90 205
Pomme de terre Fin janvier 150 212.2
jaxatu Fin mai 100 230

Source CDH, 1998

Les éléments déterminants du prix sont:

la politique de vente des producteurs;

la période de vente;

le niveau de vie.

Dans la suite du document, la moyenne entre les deux types de prix serviront e base à
l’évaluation des recettes.
8

2. BASES TECHNIQUES DE LA PRODUCTION

2.1. Agriculture

2.1.1. Grandes cultures

Etant donné la grande expérience des ouvriers agricoles de la zone sur la conduite de
ces spéculations, la partie phytotechnie de ces cultures ne sera pas abordée dans le document.
L’attention sera portée sur l’assolement et la production escomptée

Le calendrier de production adopté figure sur le tableau suivant. La superficie sera


divisée en trois parcelles, chacune faisant l’objet de la rotation suivante: arachide, mil / niébé,
maÏs.

Tableau 4 : rotation culturale des grandes cultures

Année 0 et 2 Année 1 et 3 Année 4 et 6 Année 5 et 7 Année 8 et 9


parcelle 1 arachide mil / niébé maÏs Arachide mil / niébé
parcelle 2 Mil / niébé maÏs arachide Mil / niébé Maïs
parcelle 3 Maïs arachide Mil / niébé Maïs Arachide

Il est à préciser à ce niveau que le niébé est cultivé en dérobée. Cette forme de culture
sera retenue aussi pour la pastèque dans les parcelles d’arachide.

Dans le choix des variétés, l’attention portera sur celles productives, moins exigeantes
en eau et résistantes aux maladies et ennemis des cultures.

2.1.2. maraîchage

2.1.2.1. Exigences édapho-climatiques :

2.1.2.1.1. Le sol

Le sol maraîcher type est sableux avec 20% à 35 % d’argile, riche en matières
organiques, drainant. Le pH doit approcher la neutralité.
9

Cet état de fait plaide en faveur de correctifs du facteur édaphique qui est
essentiellement de type brut minéral.

La mise en place effective du système de production végétale va exiger certains


préalables de la part du promoteur, pour assurer une plus grande réussite:

• un labour profond qui ramènera en surface certains éléments dissous et fins du sol
drainés ou lessivés en profondeur (les argiles dont en manque surtout ces sols); et un
plannage si besoin.

• un apport massif de fumure organique (fumier) à hauteur de 12 à 15 tonnes par hectare,


et qui devra être bien enfoui;

• un amendement calcique (300 kg de chaux vive par hectare) pour relever le pH


(l'acidité) de ces sols très lessivés.

2.1.2.1.2. Le climat

On peut classer les plantes maraîchères sur la base climatique en deux groupes :

• les plantes maraîchères de type africain : climat tropical. Dans cette catégorie, on
peut citer le gombo, l’aubergine douce, le jaxatu, le piment ;
• les plantes maraîchères type européen : climat tempéré. C’est le cas de la pomme
de terre, de l’oignon, de la tomate, du chou.

Les résultats récents de la recherche ont permis de cultiver certaines espèces


européennes en climat tropical toute l’année.

2.1.2.2. Itinéraire technique

2.1.2.2.1. Choix des espèces à cultiver

Le choix doit tenir compte de la rotation culturale. Celle-ci est la pratique qui consiste
à ne pas cultiver des espèces appartenant à la même famille successivement sur la même
parcelle. Ceci pour plusieurs raisons :

• nutritionnelles : les plantes appartenant à la même famille ont tendance à explorer


la même partie du sol et les mêmes éléments minéraux. La rotation évite la dégradation rapide
du sol ;
10

• phytosanitaires : les plantes de la même famille sont également attaquées par les
mêmes parasites. La rotation évite la propagation des maladies et ennemis qui risquent
d’envahir une culture si elle est répétée sur une même parcelle.

Il existe aussi des plantes dites plantes pièges qui ont la particularité de briser le cycle
de certains parasites. L’arachide est l’exemple type ; il permet de lutter efficacement contre
les nématodes.

Enfin, la rotation permet à certaines plantes de profiter de l’azote fixé par d’autres
plantes (légumineuses). C’est le cas de l’arachide et du haricot qui enrichissent le sol en azote
par le biais de la fixation symbiotique de l’azote atmosphérique grâce au Rhyzobium (bactérie
symbiotique fixatrice d’azote). Cette caractéristique fait que l’arachide et le haricot sont
cultivés tous les deux ans.

Au-delà des critères agronomiques, l’aspect économique est tout aussi important. Les
espèces cultivées doivent être productives et être vendues à un bon prix. Il va de soi que
l’époque de vente est déterminante.

Les spéculations retenues sont : la tomate, le gombo, le jaxatu et la pomme de terre.


Annuellement, chaque site fera l’objet de deux cultures maraîchères : une première
spéculation de type européen pendant la saison froide (novembre à février) et une deuxième
de type africain de mars à mai.
11

2.1.2.3.Calendrier de production

Compte tenu de tout ce qui suit, le programme de production suivant sera adopté.

Tableau 5: Calendrier de production maraîcher

année 0 et 5 année 1 et 6 année 2 et 7 année 3 et 8 année 4 et 9

saison séche froide tomate p de terre oignon tomate p de terre


parcelle I saison séche chaude gombo arachide gombo arachide gombo
hivernage chou jaxatu aubergine chou jaxatu
saison séche froide p de terre oignon tomate p de terre tomate
parcelle II saison séche chaude arachide gombo arachide gombo gombo
hivernage jaxatu aubergine chou jaxatu chou
saison séche froide oignon tomate p de terre tomate p de terre
parcelle III saison séche chaude gombo arachide gombo gombo arachide
hivernage aubergine chou jaxatu chou jaxatu

2.1.2.3.1.Semis

L’époque des semis est déterminante car elle est fortement liée avec l’évolution des
prix de vente sur le marché. Cependant ,on distingue deux types de semis :

• Les semis en place : On ne sème en place que les plantes qui supportent mal la
transplantation . les graines sont semées directement sur la planche. Cette pratique concerne
les plantes maraîchères telles que le Gombo, l’arachide le melon et le haricot.
• Les semis en pépinière : les graines sont semées en pépinière avant d’être enlevées
et repiquées définitivement en place dans les planches préalablement préparées. La quantité
de semences nécessaire pour un hectare varie selon la spéculation. Le tableau 10 donne des
ordres de grandeur pour les spéculations retenues.

2.1.2.3.2.Le repiquage :

Il doit avoir lieu le soir ou le matin très tôt afin d’éviter la forte transpiration des
plantes qui compromet toute chance de reprise. Les plantes doivent être triées avant
12

l’opération de repiquage. Le choix doit porter sur les plantes les plus vigoureuses, plus
pourvues en feuilles.

2.1.2.3.3.L’entretien :

L’entretien comprend :
• le sarclo-binage : le sarclage consiste à enlever les adventices. Le binage quant à
lui, permet un ameublissement du sol et lutte contre l’évaporation en rompant les capillarités
au niveau du sol. Le sarclo-binage doit être régulier surtout en début de culture.
• l’arrosage : il est journalier. Les besoins en eau sont de 3,5 mm au stade jeune plantule, 5
mm en pleine croissance et 8 mm pendant le développement maximum.

Rappelons qu’un millimètre équivaut à 1 litre / m² ou 10 m3 / ha.

La fumure : l’engrais maraîcher type est le 10 –10 20. Il est composé d’azote, de phosphore et
de potassium dans les proportions 10-10-20 ; le reste étant un support contenant des
micro-éléments (fer, cobalt, magnésium, etc.). Il existe deux types de fumures :
• La fumure de fond : elle se fait avant l’implantation de la culture.
• La fumure d’entretien : c’est la pratique qui consiste à faire des apports dosés et
répétés à des intervalles de temps définis.

Le plan de fumure varie selon la spéculation et la variété. La fumure organique en


provenance des parcs d’embouche et du poulailler sera le plus utilisée dans le cadre du projet.
Le tableau 10 donne des indications sur le plan de fumure des spéculations retenues. L’unité
est, sauf pour les rendements, le kilogramme par hectare.

Pour l’ensemble des parcelles, les pépinières seront mises en place par un ouvrier
agricole sous la supervision du chef d’exploitation. ceci permettra de raccourcir le temps
d’occupation de terrain et éventuellement d’avoir des récoltes précoces.

Concernant la fumure, le produit de référence est le 10 – 10 – 20. On tachera d’ajuster


les quantités en cas de substitution avec de la matière organique.
13

Tableau 6: plan de fumure des spéculations retenues

Fumure D’entretien
Fumure Cycle de Rendement
spéculation Semence
De fond production (T / ha)
période Quantité

R + 15 150
R + 30 150
Tomate 0.25 400 120 20 à 30
R + 50 150
R + 80 150
R + 40 250
Aubergine 0.30 500 R + 60 250 150 25 à 50
R + 80 250
Gombo 5 à 10 500 110 8 à 20
P + 15 250
P. de terre 2800 200 90 30 à 40
P +35 250
Oignon 4à5 250 R + 30 150 90 20 à 40
R + 10
R + 20
jaxatu 0.50 200 200 120 20 à 30
R + 40
R + 60

R : repiquage P : plantation

2.1.2.3.4. La protection phytosanitaire

La sensibilité aux parasites et ennemis des cultures varient selon la spéculation.


L’achat des semences se fera en tenant compte de la résistance des variétés aux nématodes, à
la fusariose et aux virus.

Les principaux ennemis des cultures sont les chenilles, les jassides, les acariens, les
mouches, les thrips, les nématodes, les champignons, les bactéries et les virus dans une
moindre mesure.

Le Tamaron (matière active : Métamidophos) est un pesticide qui permet de lutter


contre les chenilles, les mouches blanches, les pucerons, les thrips et les acariens. Mais, pour
14

ce produit, le délai à respecter avant la récolte est de 21 jours. Il n’est pas recommandé 21
jours avant la récolte. Pendant cette période, l’utilisation du deltaméthrine (Décis) dont le
délai de carence est d’un jour (dose : 10 mm / 10 l) peut être utilisé. Ces deux produits
peuvent être retenus par le projet. Pour les champignons, le Zinèbe peut convenir. En effet, il
permet de lutter contre les maladies fongiques les plus fréquentes à savoir : le mildiou,
l’alternariose, la cladosporiose, la rouille, la septorise.

Toutefois, l’accent sera focalisé sur les produits naturels comme le BIOBIT, les
produits à base d’azadiractine (substance contenue dans le margouzier), etc.. l'alternance des
produits phytosanitaires sera de règle pour éviter l'accoutumance source de résistance des
agents combattus.

2.1.2.3.5. Rendements des cultures maraîchères

(voir tableau 7)
15

2.1.3. Arboriculture fruitière

Le verger sera composé de:

* manguiers sur 2 ha;

* d’agrumes : mandariniers, limettiers et citronniers et d’orangers sur 6 hectares;

* et de bananiers sur 2 ha.

2.1.3.1. Exigence édapho-climatique

(cf maraîchage)

2.1.3.2.Itinéraire technique

2.1.3.2.1. Le repiquage

- Méthodologie

1- matérialiser un côté de la parcelle avec piquets et cordeaux en se basant sur un


alignement particulier (limite de parcelle)

2- avec la méthode Pythagore 3-4-5, matérialiser les 2 cotés de la parcelle. on procède


au piquetage des 3 lignes obtenus a, b, c.

3- piqueter de part et d’autre les départs des rangées en prenant soit d’ajuster sur un
seul côté s’il le faut

Les dimensions des trous recommandés sont pour les arbres pérennes 80 cm * 80 cm.
On attache une corde de 40 cm sur le piquet puis on matérialise un cercle de 80cm de
diamètre.

Après avoir fait le trou, on ajoute une brouette de fumier mélangée au sol ressorti en
prenant soin de laisser un petit rebord au niveau de la paroi. Ensuite, on ajoute comme fumure
de fond 10-10-20 ou 18-46-0: 1kg / trou mais au préalable, on confectionne une cuvette. On
ajoute une quantité m = 1kg de chaux magnésienne; ce tout est incorporé dans les premiers 25
16

cm du trou. On fait un épandage de nématicide - insecticide tel que le MOCAP à raison de 45


g par trou (l’équivalent d’une cuillère e à soupe). On remet le piquet au centre du trou et on
arrose abondamment 40 l / trou.

Précisons qu’en cas d’utilisation de fumier non décomposé, on l’irrigue pendant un


mois pour favoriser la décomposition du fumier et au moment de la plantation répéter le
traitement nématicide (exemple: 15g de MOCAP, 1 cuillerée à café à ras)

2.1.3.2.2. Plantation

* Epoque: la période de plantation recommandée est 4 à 5 mois avant


l’hivernage pour les agrumes. Pour le manguier la plantation se fait pendant l’hivernage (juin
juillet). En effet cette espèce est sensible à la sécheresse. Concernant le bananier, la plantation
peut se faire durant toute l’année; les seules exigences sont d’ordre nutritionnel et consistent à
apporter une brouette de fumier ou son équivalent en engrais chimique (10-10-20) et 1 Kg de
0-46-0 ainsi qu’un Kg de chaux en cas de sol sableux. il est également recommander
d’appliquer un nématicide.

* Mode de plantation: on fait un petit trou au niveau de l’emplacement du piquet


du centre pouvant contenir la motte au plant et réajuster le petit trou de sorte que le niveau du
collet corresponde au niveau du sol. On enlève le sachet en prenant soin de couper les 5 cm de
fond: ce qui permet d’éviter la formation de racines en forme de table. On remet la motte dans
le trou et on tasse très bien, tout en tenant l’arbre bien verticalement. Ensuite, on arrose
aussitôt avec 20 litres d’eau. Il faut prendre le soin de ramasser tous les sachets et piquets et
les brûler ou enfouir quelque part.

Le système à la double cuvette est fortement recommandé pour les plantes sensibles au
maladies du sol. C’est pour cette raison qu’il sera choisi pour les agrumes (limettier, oranger,
mandarinier; pamplemoussier).

Pour le manguier , une seule cuvette peut suffire.

2.1.3.2.3. choix des espèces

Manguier: les choix de variété peut porter sur celle hâtive, pour faciliter la
commercialisation et éventuellement avoir des prix intéressants (loi de l’offre te de la
demande). A ce titre la variété Kent pourrait convenir.
17

2.1.3.3. irrigation

Tableau 7: normes d’irrigation arboricole pour les agrumes et le manguier

agrume manguier
0-2ans 30l/3fois/semaine/pieds 30l/3fois/semaine/pieds::
3-5ans 60l/3fois/semaine/pieds 60l/3fois/semaine/pieds
...semence 47,5l/m2/semaine jan février

Tableau 8 : Normes d’irrigation arboricole

âge de la plante dose et fréquence d’irrigation


0 - 2 mois 20 l / 3 fois / semaine
3 - 5 mois 30 l / 3 fois / semaine
6 - 4 ans 50 l / 3 fois / semaine
18

2.1.3.4. Plan de fumure arboricole

Tableau 9: Plan de fumure des agrumes

âge période urée 10-10-20 poptamag fumier


janvier 100g 100g -
2 seaux de 10 1
mars 100g 100g -
0-2ans 2 seaux de 10 l
juillet 100g 100g 100g
octobre 100g 100g 100g
jan 200g 100g 100g seaux
3-5ans mars 200g 100g - -
juillet 200g 100g 200g 3seaux
jan - 500g 300g 4seaux
semence mars 200g 200g - -
juillet 300g 500g 300g 4seaux

Tableau 10: Plan de fumure des manguiers

âge période urée 10-10-20 potamag fumier


jan 100 100 -
mars 100 - -
0-2ans cf agrume
juillet 100 100 -
octobre 100 100 -
jan 200 200
3-6ans
juillet 250 -
jan - 1500 500
semence
juillet - 1500 -

Pour ce qui est du bananier, la fertilisation commence à partir du deuxième mois selon
une quantité de 100 g par pied; ce qui nous donne 6 épandages par cycle.
19

2.1.3.5. Densité et rendement par pied

Espèces Rendement / pied

manguier:10x10m 300 Kg

oranger:7 x 8m 300 kg

limettier: 7 x 8m 250 kg

mandarinier: 6 x 6m 250 kg

bananier: 2 x 2 m ou 2 x 2.5 m 13 à 40 Kg
20

2.2. Aviculture

2.2.1. Le poulailler

L’implantation d’un poulailler doit être une opération bien réfléchie. On veillera aux
recommandations suivantes :

• Eviter les terrains humides et les zones inondables car elles sont propices aux
développement des maladies ;

• L’endroit choisi doit être d’accès facile pour l’approvisionnement en intrants et


l’écoulement des produits ;

• L’axe des bâtiments doit être parallèle à la direction des vents dominants en hivernage ;

• L’orientation est-ouest des poulaillers évitent que les rayons du soleil pénètrent
directement dans les bâtiments ;

• Les abords du poulailler doivent être dégagés. Une distance minimale de 30 m entre les
poulaillers est nécessaire ;

• L’ensemble des bâtiments doivent être protégés par un mur ou une clôture d’enceinte.

2.2.1.1. Choix des souches

L’attention sera portée à ce niveau sur les souches qui ont déjà fait leurs preuves au
niveau de la zone, et ceci compte tenu de leur disponibilité et de leur prix.

Les souches les plus communément utilisées au Sénégal sont :

• Jupiter blanc ;

• Coob 500 ;

• Ross.
21

Les paramètres zootechniques moyens de ces souches sont :

Poids moyen à 42 jours : 1.85 Kg

Indice de consommation : 2

2.2.2. Normes techniques de production

2.2.2.1. Matériel d’alimentation et d’abreuvement

Tableau 11 : normes d’élevage de l’élevage de poulets de chair

Densité Mangeoires Abreuvement Alimentation


Période d’élevage
(sujets / m²) (m lin / 100 sujets) (l/jour / 100 sujets) (type d’aliment)
0 – 15 jours 30 3 10 Al. démarrage
15* – 21jours 10 4 30 Al. démarrage
22 - abattage 10 4 30 provende

• début substitution abreuvoir pour adultes avec abreuvoir pour poussins


2.2.2.2.Calendrier sanitaire

1er jour : HB1 par trempage du bec (ou goutte dans l’œil)

9ème jour : Gumboro dans l’eau de boisson

21ème jour : rappel HB1 dans l’eau de boisson

22ème – 24ème jour : anti-infectieux et / ou anti-coccidien si nécessaire dans l’eau de boisson

40ème jour : Lasota contre la pseudo-peste aviaire


22

2.3. Embouche

2.3.1. Embouche bovine

Une embouche de type traditionnel c’est à dire portant sur les races locales sera mené.

Dans la suite du projet, il sera procédé à l’achat d’une paire de bœufs pakistanais pour
l’amélioration de nos sujets locaux qui seront par la suite engraisser et mis sur le marché.
Cinq vaches de races locales seront choisies comme reproductrices et donnerons des sujets de
croisement qui seront élevés et vendus sur le marché après une courte période d’embouche
(environ 3 mois). Il est à noter que les femelles issues de ces croisements ne seront pas
vendues; elles serviront de reproductrices et ainsi de suite.

Ce programme d’amélioration de nos races locales sera tenu hors comptabilité car
entrant en vigueur si tout se passe bien au niveau de cette filière.

2.3.1.1. Programme de production

Les rotations d’embouche :

• nombre de bovins par lot: 25 à 50


• nombre de lots par an: 3
• durée d’embouche d’un lot: 3 mois
Prenant en compte les problèmes de débouché, nous appliquerons la règle de la
prudence en commençant par des lots de 20 puis, l’effectif augmentera de 5 sujets chaque
année. Le nombre 50 sera finalement atteint en cinquième année.
Dans une deuxième phase ou suite à une réussite des opérations d’embouche, on
peut acquérir des bovins pakistanais en vue d’améliorer nos races locales et tirer un meilleur
profit de l’activité d’embouche.

2.3.1.2. Conception des bâtiments d’élevage

La densité minimale d’occupation étant de 8 m2, la surface nécessaire est alors de 400
m2 pour un effectif total de 50. Le schéma d’investissement suivra la croissance de l’activité.
Ainsi, nous passerons de 200 m² à 400 m² en année de croisière.
23

Quant à la conception proprement dite, une structure légère sera adoptée afin
d’amoindrir les coûts. Pour cette raison, le choix des matériaux de construction portera autant
que faire se peut sur ceux locaux.

2.3.1.3. Matériel d’abreuvement et d’alimentation:

La capacité de l’abreuvoir devra être suffisante pour que tous les bovins puissent boire
à volonté après avoir mangé. On prévoira un réservoir capable de stocker le double de la
consommation journalière de tous les animaux (coefficient de sécurité). La quantité d’eau
consommée par jour et par animal est fort variable (alimentation, âge, etc.). Toutefois, la
valeur de celle-ci n’excède pas 30 litres.

Pour le choix du matériel, les seuls impératifs sont le respect des règles d’hygiène, la
facilitation du nettoyage et les coûts. A ce propos, le choix pourrait porter sur des fûts
métalliques faisant office de mangeoires lorsque coupés longitudinalement en deux parties
égales ; et d’abreuvoirs quand la section se fait à mi-hauteur. Celle technologie vulgarisée par
le Fonds Européen pour le Développement (FED) a l’avantage de convenir aux budgets des
paysans. Le coût unitaire (mangeoires et abreuvoirs confondus) est de 5000 F CFA.

2.3.1.4. Choix des animaux à emboucher

Tableau 12 : caractéristiques techniques de l’embouche bovine en fonction de l’âge

catégories âges durée d’embouche avantages inconvénients


entretien coûteux
males adultes > 3 mois 2 - 4 mois rapidité
fortes sommes
taurillons 0.5 - 2 ans 6 mois meilleur I.C
vaches réformées > 8 ans 3 - 4 mois

Sur la base des caractéristiques techniques ci-dessus, notre choix portera sur les mâles
adultes dont la carcasse est complètement formée.

En supposant un poids des animaux au départ (à l’achat) de 250 - 270 kg et un poids à


l’arrivée de 330 – 350 Kg, (après opération d’embouche), le gain de poids serait de 70 Kg.
Rapporté au nombre de jours (environ 100), le Gain Quotidien Moyen (GMQ) serait de 700g.
24

2.3.1.5. Le mode d’exploitation

Compte tenu du nombre assez consistant des animaux par lot qui peut aller jusqu’à 50,
le mode d’exploitation en stabulation libre sera adopté. Toutefois, les animaux seront amenés
en pâturage sur les parcelles sujettes aux grandes cultures (maïs, mil, sorgho et arachide).

2.3.1.6. La ration alimentaire

Elle demeure la clé de voûte de toute opération d’embouche. La ration doit comporter
suffisamment d’énergie, de matières azotées digestibles (MAD) et de minéraux afin de
couvrir les besoins d’entretien et permettre en même temps un croit désiré.

En supposant une intra consommation de la fane d’arachide, on peut définir une ration
à base de fane d’arachide, de mélasse et d’aliment Grand Moulin (tourteau) en
complémentation. Cette ration a permis, dans les stations de recherches de réaliser des GMQ
allant jusqu’à 1080 g (Momento de l’agronome, page 1135). Mais dans le cadre du présent
projet, nous ne retiendrons que 700 g. Cette grande réserve tient du fait qu’au delà des
performances de stations jamais égalables, la paille de brousse remplacera éventuellement la
fane d’arachide.

2.3.1.7. Prophylaxie

Elle consistera à :

• un nettoyage quotidien des abreuvoirs et mangeoires;


• une prescription de déparasitants aux animaux nouvellement acquis;

un suivi rapproché des animaux permettant de détecter tout symptôme apparent et de


prendre le plus rapidement possible des mesures curatives.
25

3. DOSSIER TECHNIQUE ET FINANCIER

3.1. Investissements communs

3.1.1. Bâtiments d’exploitation

3.1.1.1. Clôture du domaine

Elle concerne les trente hectares devant abriter le verger, les cultures maraîchères et
l’ensemble des bâtiments d’exploitation que sont l’étable pour embouche bovine, la porcherie,
le poulailler, les magasins de stockage (outils de travail, intrants et récoltes) ainsi que les
pièces d’habitation.

Montant estimé : 24 000 000 F CFA

3.1.1.2. Bâtiments d’élevage

Indépendamment des facteurs liés à la construction elle-même, les bâtiments doivent


répondre à plusieurs impératifs concernant le maintien d’un excellent niveau d’hygiène, la
ventilation naturelle des salles d’élevage, la protection contre les prédateurs et la densité
d’occupation au sol.

3.1.1.2.1. Le poulailler

L’élevage en claustration au sol reste le mode d’élevage intensif dans les conditions
climatiques sénégalaises. Notre choix a porté sur le modèle suivant qui cadre parfaitement
avec les impératifs cités précédemment. schéma à la page suivante

Pour une capacité de 3000 sujets, une densité minimale de 6 sujets / m², la surface
nécessaire est environ de 500 m².
26

1.8 m

1.2 m

1.2 m 1.2 m

Figure 1: Schéma d'ensemble (vue de profil) d'un poulailler de structure légère (chair)

Fenêtre grillagée Fenêtre grillagée


avec volets extérieurs avec volets extérieurs
3m 3m

Figure 2: Schéma d'ensemble (vue de face) d'un poulailler de structure légère (chair)
27

Pour un meilleur suivi, le poulailler sera composé de deux compartiments chacun


d’une capacité de 1500 sujets. Sur la base des normes techniques précitées, les dimensions
requises pour un tel effectif doivent couvrir une surface de 500 m². Ce qui signifie que chaque
bâtiment occupera une surface de 250 m² .

Concernant la construction proprement dite, il sera prévu:

* une toiture en matériaux isolant;

* un mur sur une hauteur de 1 mètre;

* un grillage sur une hauteur de 1 mètre;

* et un mur de fond sur une hauteur de 1 mètre.

montant estimé à: 3.000.000 F CFA

3.1.1.3. Equipements agricoles

Dans cette rubrique, il ne sera pas question d’une étude approfondie des normes des
équipements agricoles qui seront choisis ou éventuellement des raisons fondées de leur choix
vis à vis de la technologie. Par soucis d’efficacité, le choix portera sur les équipements qui ont
déjà fait leurs preuves sur le terrain tout en ne perdant pas de vue l’aspect financier.

La liste des équipements nécessaires à l’exploitation efficiente des différentes


composantes du projet sera le principal élément de cette rubrique.

• Forage et équipements: 15 000 000 F CFA


• Tracteur 70 Cv: 7 000 000 F CFA
• fourgonnette: 3 000 000 F CFA
• Batteuse: 500 000 F CFA
• Moulin à mil: 300 000 F CFA
• Pompe électrique: 300 000 F CFA

3.1.1.3.1. Petit matériel pour grandes cultures:

Il comprend:
28

3 semoirs: 55 000 x 3 = 165 000 F CFA

3 houes sine : 65 000 x 3 = 195 000 F CFA

3 chevaux : 120 000 x 3 = 360 000 F CFA

iler: 150 000 F CFA (forfait)

3.1.1.3.2. Equipements maraîchers

Tableau 13: Equipements agricoles pour le volet maraîcher

intitulés quantité prix uintaire total


asperseur 100 10000 1000000
pulvérisateur à dos 10 25000 250000
balance suspendue 1 40000 40000
pelle cintrée ronde 10 5000 50000
rateau maraîcher 10 5000 50000
binette 10 3500 35000
brouette 10 22000 220000
iler 10 2000 20000
cageot légumier 60 300 18000
total 1683000

Les calculs ont été faits sur la base de la superficie totale emblavée pour ce volet.
29

3.1.1.3.3. Equipements arboricoles

Tableau 14: Equipements agricoles pour le volet arboricole

intitulé quantité prix unitaire total


râteau 5 5000 25000
binette 5 3000 15000
sécateur à main 5 5000 25000
sécateur de force 1 30000 30000
brouette 5 22000 110000
bassin cimenté 40 35000 1400000
balance suspendue 1 40000 40000
cageot 40 300 12000

total 1657000

3.1.1.4. Equipements avicoles

L’équipement avicole comprend l’ensemble du petit matériel à savoir les abreuvoirs et


mangeoires, deux râteaux par bâtiment, des pelles, une brouette par bâtiment, une petite
balance pour peser les aliments avicoles, etc.

Pour 3000 sujets, et par rapport aux normes d’élevage précitées, le besoin en
mangeoires et en abreuvoirs sont consignés dans le tableau suivant. On retiendra une capacité
d’abreuvement de 600 litres par jour et par bâtiment compte tenu de la possibilité de
réapprovisionnement en eau par la main d’œuvre.

Tableau 15 : besoins en petit matériel d'élevage pour poulets de chair

matériel spécificité quantité prix unitaire total


abreuvoirs 5 litres 90 4000 360000
mangeoires 1,5 m 60 2500 150000
2m 45 2750 123750

total 633750
30

3.1.1.5. Frais d’exploitation

3.1.1.5.1. Main d’œuvre

Le projet utilisera en tant plein 20 ouvriers qui seront payés à 30.000 F / mois. Cette
main d’œuvre sera répartie comme suit:

• maraîchage: 15
• arboriculture: 10
• aviculture: 2
• embouche bovine: 1
• travaux divers: 2

Deux gardiens de nuit seront également engagés à concurrence de 30.000 F CFA le


mois.

Concernant les grandes cultures qui seront entreprises sur les 10 ha de sol dior, un
forfait de 800 000 F CFA a été retenu. Dans ce montant, est également inclus la main d’œuvre
de pointe au niveau du maraîchage et du verger.

A la tête de ce personnel, se trouve un chef d’exploitation de préférence ingénieur des


travaux. Son salaire mensuel est arrêté à 150 000 F CFA. Au delà de la programmation et de
la mise en œuvre des activités du projet (gestion technique), il s’occupera de la gestion
financière et de la comptabilité.

Le suivi technique et les études éventuelles sont fixés à 1 500 000 F CFA par an.
31

3.1.1.5.2. Besoins en intrants et recettes escomptées

3.1.1.5.2.1. Grandes cultures

L’achat de semences, sauf pour l’arachide, s’effectue sur une périodicité de trois ans
pour toutes les spéculations retenues à l’exception du maïs qui sera renouvelé chaque année
de culture.

Tableau 16 : quantité de semences nécessaire pour un hectare

Spéculation Semences (kilogramme / hectare) Coût total (F CFA)


Mil 4 5000
Maïs 15 10.000
Arachide 70 55.000
Niébé 15 5.000

Concernant les recettes escomptées, sur la base des rendements obtenus dans la zone
durant les cinq dernières années et les cours des spéculations (grandes cultures envisagées),
nous espérons tirer un chiffre d’affaire minimum de 450 000 F CFA par hectare; ce qui nous
fait un montant annuel de 4 500 000 F CFA pour l’ensemble de la superficie emblavée (10
hectares) et par an.
32

3.1.1.5.2.2. Maraîchage

Le tableau 17 résume les besoins en intrants pour les différentes spéculations


maraîchères envisagées. Les normes techniques et les prix unitaires figurent respectivement
aux chapitres 2 et 3.

Les dépenses en produits phytosanitaires ont également été calculées sur la base d’un
forfait et en fonction de la sensibilité de l’espèce.
Tableau 17: Echéancier des dépenses en intrants maraîchers

année 0 année 1 année 2 année 3 année 4 année 5 année 6 année 7 année 8 année 9

saison sèche froide 1125000 6775000 1025000 1125000 6775000 1125000 6775000 1025000 1125000 6775000
Parcelle I saison sèche chaude 875000 330000 875000 330000 875000 875000 330000 875000 330000 875000
hivernage 665000 925000 1687500 665000 925000 665000 925000 1687500 665000 925000
saison sèche froide 6775000 1025000 1125000 6775000 1125000 6775000 1025000 1125000 6775000 1125000
Parcelle II saison sèche chaude 330000 875000 330000 875000 875000 330000 875000 330000 875000 875000
hivernage 925000 1687500 665000 925000 665000 925000 1687500 665000 925000 665000
saison sèche froide 1025000 1125000 6775000 1125000 6775000 1025000 1125000 6775000 1125000 6775000
Parcelle III saison sèche chaude 875000 330000 665000 875000 330000 875000 330000 665000 875000 330000
hivernage 1687500 665000 925000 665000 925000 1687500 665000 925000 665000 925000

Total 14282500 13737500 14072500 13360000 19270000 14282500 13737500 14072500 13360000 19270000

33
Tableau 18: recettes escomptées pour le volet maraîchage

année 0 année 1 année 2 année 3 année 4 année 5 année 6 année 7 année 8 année 9
saison sèche froide 25700 25700 25700 26550 30150 25700 25700 26550 30150 25700
saison sèche chaude 16000 13625 16000 16000 16000 16000 13625 16000 16000 16000
hivernage 23250 23250 23250 23250 24750 23250 23250 23250 24750 23250
total 32475 37545 45465 52640 63810 58455 62575 65800 70900 64950

Les calculs ont été effectués sur la base des rendements (voir tableau 10) et des prix de vente des différentes spéculations (voir tableau 5).

Compte tenu des problèmes multiples qui peuvent subvenir en début de projet (non maîtrise technique, problèmes de débouches, etc.),
nous avons comptabilisé la moitié des recettes escomptées. Par la suite, ces recettes escomptées subiront une croissance de 10 % par an.

34
3.1.1.5.2.3. Poulets de chair :

Aliment démarrage : 3 000 x 0.075 Kg x 16 j = 3 600 Kg par bande soit 14,4 tonnes
annuellement. Ce qui donne : 288 sacs de 50 Kg.

provende : 3 000 x 0.075 Kg x 25 j = 5 625 Kg par bande soit 22 500 Kg (6 750 x 4


cycles de production) ou 450 sacs de 50 Kg annuellement.

Vaccins : sur la base des factures proforma reçues, le projet retiendra une couverture
médicale de 68 F CFA par sujet. Le montant annuel des frais médicaux est alors : 68 F x 3000
sujets x 4 (rotations) : 816 000 F CFA.

Désinfectant (voir facture proforma) : 20 F / sujet soit 10.000 F CFA / an

Au total, les intrants avicoles s’élèvent à 13 599 000 F CFA par an. Pour des raisons de
sécurité, nous avons pris en compte l’inflation dans l’analyse financière. un taux de 1 % a été
appliqué annuellement.

Compte tenu des performances attendues, la production de chair sera la suivante:

Poulets de chair: 3000 sujets x 1,85 Kg (poids moyen à 42 j) x 90 % (taux de mortalité


admise: 5 % mais nous retenons 10 % pour plus de sécurité dans nos estimations) = 20 tonnes
environ par an, soit. 22 000 000 F CFA (8787.5 x 1100 F).

Ici également, nous avons choisi de ne comptabiliser que la moitié des recettes
escomptées durant la première année et d’appliquer un taux de 10 % les années qui suivent.

35
3.1.1.5.3. Amortissement technique

L'amortissement technique est fonction de la durée de vie de l'équipement considéré.

Tableau 19: amortissement des investissements

dotation annuelle (en milliers de F


Durée de vie (en année)
CFA)
clôture du domaine 20 ans 1 200 000
pièces d'habitation 25 ans 60 000
magasin de stockage 25 ans 120 000
poulailler 20 ans 150 000
étable 10 ans 75 000
forage 25 ans 600 000
bassin cimenté 10 ans 140 000
tracteur 10 ans 100 000
matériel tracté 10 ans 400 000
fourgonnette 5 ans 600 000
groupe électrogène 5 ans 60 000
équipement pour G. cultures 5 ans 102 000
équipement avicole 5 ans 126 750
équipement maraîcher 5 ans 333 600
équipement arboricole 5 ans 337 000
équipement d’embouche 5 ans 30 000
total 4 374 350

36
3.1.1.5.4. Entretien et utilisation

Il représente un pourcentage du bien d'acquisition. Ce pourcentage est variable selon le


bien considéré. Seuls les magasins de stockage et les bassins cimentés peuvent faire office
d'entretien. En effet, leur durée de vie (10 ans) justifie amplement la création de ce poste pour
ces deux investissements.

Tableau 20: frais d'entretien des investissements

rubrique % du montant d’acquisition dotation annuelle ( F CFA)


clôture du domaine 2% 480 000
bâtiments d'exploitation 2% 180 000
bassin cimenté 2% 28 000
forage 10 % 1 500 000
engins agricoles 20 % 1 400 000
fourgonnette 10 % 300 000

Il est également prévu un poste réparation diverse pour faire face à tous les imprévus
qui peuvent surgir. Le montant alloué à ce poste est variable suivant l’âge du matériel.

37
4. ANALYSE ECONOMIQUE ET FINANCIERE

Dans ce présent chapitre, nous allons établir des tableaux de synthèse afin de
déterminants. Il s’agit des tableaux :

• Investissement et renouvellements ;
• Fonctionnement et recettes.

Par la suite, ces tableaux serviront à la détermination des Flux financiers, des besoins
en financement, du TRI, cash-flow, et enfin des besoins en fonds de roulement.

4.1. Les investissements et renouvellements

Les tableau 21 et 22 fournissent les éléments permettant de procéder à l'analyse


financière du projet

4.2. Fonctionnement et recettes

(voir tableau 23)

38
Tableau 21 : Echéancier des investissements et renouvellements en nature

Désignation unité durée de vie année 0 année 1 année 2 année 3 année 4 année 5 année 6 année 7 année 8 année 9
Immobilisations
terrain ha 40
remblais et déblais 1
clôture du domaine 20 ans 1
pièces d'habitation nbre 25 ans 3
magasin de stockage nbre 25 ans 2
poulailler nbre 20 ans 1
étable nbre 10 ans 1
porcherie nbre 10 ans 1
forage nbre 25 ans 1
bassin cimenté nbre 10 ans 40
tracteur nbre 10 ans 1
matériel tracté lot 10 ans 1
véhicule nbre 5 ans 1 1
matériel d'exploitation
groupe électrogène 5 ans 1 1
équipement avicole lot 5 ans 1 1
équipement maraîcher lot 5 ans 1 1
équipement arboricole lot 5 ans 1 1
équipement d'élevage lot 5 ans 1 1

39
Tableau 22 : Echéancier des investissements et renouvellements en milliers de F CFA

Désignation unité val. unitaire durée de vie année 0 année 1 année 2 année 3 année 4 année 5 année 6 année 7 année 8 année 9
Immobilisations
terrain ha 450 18000
remblais et déblais 500 500
clôture du domaine ha 800 20 ans 24000
pièces d'habitation nbre 500 25 ans 1500
magasin de stockage nbre 1000 25 ans 3000
poulailler nbre 1500 20 ans 3000
étable nbre 1500 10 ans 600 150 150 150 150 300
forage nbre 15000 25 ans 15000
bassin cimenté nbre 35 10 ans 1400
tracteur nbre 7000 10 ans 7000
matériel tracté lot 4000 10 ans 4000
Moulin nbre 300 5 ans 300
fourgonnette nbre 3000 5 ans 3000 3000
sous total 81300 150 150 150 150 3300 0 0 0 0
matériel d'exploitation
groupe électrogène nbre 5 ans 300 300
pompe électrique nbre 300 5 ans 300 300
Batteuse nbre 500 5 ans 500 500
équipement grandes cultures lot 870 5 ans 870 870

40
équipement avicole lot 634 5 ans 634 634
équipement maraîcher lot 1683 5 ans 1683 1683
équipement arboricole lot 1657 5 ans 1657 1657
équipement d'élevage lot 150 5 ans 150 150
sous total 6094 0 0 0 0 6094 0 0 0 0
total 87394 150 150 150 150 9394 0 0 0 0

41
Tableau 23: Dépenses et recettes d’exploitation en milliers de F CFA

Désignation année 0 année 1 année 2 année 3 année 4 année 5 année 6 année 7 année 8 année 9
Personnel
chef d'exploitation 1800 1800 1800 1800 1800 1800 1800 1800 1800 1800
ouvriers permanents 12600 12600 12600 12600 12600 12600 12600 12600 12600 12600
gardiens de nuit 840 840 840 840 840 840 840 840 840 840
main d'œuvre temporaires 800 800 800 800 800 800 800 800 800 800
études et suivi techniques 1500 1500 1500 1500 1500 1500 1500 1500 1500 1500
comptabilité et gestion financière 0 0 0 0 0 0 0 0 0
sous total 17540 17540 17540 17540 17540 17540 17540 17540 17540 17540
Entretien et utilisation
clôture du domaine 0 480 480 480 480 480 480 480 480 480
bâtiments d'exploitation 0 180 180 180 180 180 180 180 180 180
bassin cimenté 0 28 28 28 28 28 28 28 28 28
forage 0 1500 1500 1500 1500 1500 1500 1500 1500 1500
engins agricoles 0 1400 1400 1400 1400 1400 1400 1400 1400 1400
fourgonnette 0 300 300 300 300 300 300 300 300 300
réparations diverses 500 2000 2500 2500 2500 750 1000 2500 2500 2500
sous total 500 5888 6388 6388 6388 4638 4888 6388 6388 6388
Fourniture
intrants grandes cultures 2500 2625 2750 2875 3000 3125 3250 3375 3500 3625
intrants maraîchers 14283 13738 14073 13360 19270 14283 13738 14073 13360 19270
intrants arboricoles 1018 518 578 542 542 542 542 560 560 560

42
acquisition poussins 1050 1061 1052 1071 1076 1082 1087 1092 1097 1103
aliments avicoles 13599 13735 13872,34 14011 14151 14293 14436 14580 14726 14873
prophylaxie avicole 204 206,04 208 210 212 214 217 219 221 223
acquisition bovins 7800 9375 11250 13125 15000 18750 18750 18750 18750 18750
fourrage 4500 5625 6750 7875 9000 11250 4500 4500 4500 4500
concentré 3000 3750 4500 5250 6000 7500 7500 7500 7500 7500
pierre à lécher 70 87,5 105 122,5 140 175 175 175 175 175
prophylaxie bovine 75 94 113 131 150 188 188 188 188 188
fourniture de bureau 300 300 300 300 300 300 300 300 300 300
carburant et lubrifiant 5000 5000 5000 5000 5000 5000 5000 5000 5000 5000
sous total 53399 56113 60550 63873 73842 76701 69681 70311 69876 76066
Total dépenses 158832 79691 84628 87951 97920 108272 92109 94239 93804 99994
Recettes
maraîchage 32475 37545 45465 52640 63810 58455 62575 65800 70900 64950
grandes cultures 4500 4500 4500 4500 4500 4500 4500 4500 4500 4500
arboriculture 0 0 18750 20900 23050 25200 27350 23050 20900 18750
aviculture 10989 13187 15385 17582 19780 21978 21978 21978 21978 21978
embouche bovine 7500 11250 15750 23625 27000 33750 35625 37500 37500 37500
Total recettes 55464 66482 99850 119247 138140 143883 152028 152828 155778 147678
flux net -103368 -13209 15222 31296 40220 35611 59919 58589 61974 47684

43
4.3. Le calcul du cash-flow

Le Graphique 1 retrace l'évolution du cash-flow. On constate que le solde devient


positif à partir de la troisième année. Ce tracé en dents de scies pourrait être corrigé par un
étalement plus systématique de certains équipements. La forte baisse en sixième année est liée
au renouvellement prévus lors de cette année. En effet, la durée de vie du petit matériel est de
5 ans.

80000

60000

40000
Flux financiers (en milliers de F cfa)

20000

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
-20000
année
-40000

-60000

-80000

-100000

-120000

Figure 3: Cash Flow du projet

4.4. Répartition des dépenses

La figure 4 donne les proportions pour les différents postes de dépenses. Ces
proportions ont été calculées sur la base de la somme globale (sur les 10 ans d’existence du
projet) au niveau de chaque poste.

Cette figure montre des dépenses en investissements égales en proportion de 10 %.


Ceci atteste du choix judicieux de la technologie et qui s’est manifesté à travers le choix des
modèles à construire au niveau des poulaillers, des parcs d’embouche, des bassins cimentés
qui sont de structures légères dont la construction fera appel autant que possible à l’utilisation
des matériaux locaux. Egalement, les équipements agricoles ne sont pas lourds.

44
investissements
Entretien 10%
5%
Salaires
18%

fonctionnement
67%

Figure 4: Répartition des dépenses du projet

Les frais de fonctionnement (rémunération du travail non compris) occupent une place
relativement importante par rapport aux frais liés aux investissements. Ceci montre que plus
de trois quart des dépenses sont allouées au poste de fonctionnement, seul poste qui est en
rapport direct avec la création de valeur ajoutée. Le pourcentage relativement élevé (67 %),
s’explique par l’utilisation de variétés à haut rendement (hybrides) et le respect scrupuleux de
l’ensemble des recommandations de la recherche (dose d’engrais, quantité de semences à
l’hectare, lutte préventive contre les ennemis des cultures, etc.).

La rémunération du travail occupe le troisième rang avec 18 %. Cette proportion est


inférieure au seuil à ne pas dépasser. Aussi, il n’est pas trop bas; ce qui atteste de la
régénération d’emploi occasionnée par le projet. Le montant global sur les 10 ans de vie,
permettra la distribution de revenus de 175 400 000 F CFA; ce qui n’est pas négligeable.

Les frais d’entretien (environ 5 %) sont en conformité avec les normes.

45
4.5. Calcul du TRI et tests de sensibilité

Sur la base des productions attendues et des prix de vente unitaires, le TRI est de 22
%.

La variation de certains paramètres sont significatifs vis à vis de la valeur du TRI. Il


s’agit notamment du prix de vente des différents produits du projet, du prix des
consommations intermédiaires, des performances de production, etc. Plusieurs hypothèses ont
été posées dans ce sens pour voir le comportement du TRI face à ces variations.

* Hypothèse I: une variation des dépenses en fournitures de 10 %.

L’hypothèse de la baisse, certes pas dans la même proportion est très probable si on en
croit à la déclaration du premier ministre devant l’assemblée nationale du Sénégal. En effet, il
prédisait une diminution des taxes à l’entrée de l’ensemble des intrants et matières premières
entrant dans la fabrication de ceux-ci; ce qui devrait se traduire par une baisse des intrants
agricoles, principal but visé. Le nouveau TRI est de 28 %.

Une augmentation de l’ensemble des fournitures de 10 %: cette hypothèse est peut


probable, vu ce qui a été dit précédemment. Néanmoins, on peut l’expérimenter. Le nouveau
TRI est de 15 %.

* Hypothèse II: une variation des dépenses en investissements de 10 %. Une


augmentation donne un TRI de 20 %. Une baisse quant à elle ramène le TRI à 24 %.

* Hypothèse III: une variation simultanée des dépenses et recettes globales de


+/- 10 %. Aussi bien la hausse que la baisse n’a pas d’effet sur la valeur du TRI qui reste
égale à 22 %.

* Hypothèse IV: une hausse des dépenses totales 10 %: le nouveau TRI calculé
donne 1 %.

* Hypothèse V: une hausse des recettes de 10 %: TRI = 32 %.

46
4.6. Estimation du fonds de roulement

Il servira à financer les activités avant l’entrée de recettes. On l’estimera égale aux
frais de fonctionnement pour une année de grandes cultures, trois mois (durée du premier
cycle) des activités maraîchères, trois mois de frais de personnel, des frais de fonctionnement
pour 60 jours concernant les poulets de chair (première bande), les intrants arboricoles durant
les trois premières années et une opération d’embouche bovine. Le montant global est de 18
672 083 F CFA.

Tableau 24: Besoins en fonds de roulement par activité

Activités Besoins en fonds de roulement


grandes cultures 2500000
maraîchage 1125000
arboriculture 2114000
aviculture 3399750
embouche bovine 5148333
frais de personnel 4385000
Besoins en fonds de roulement totaux 18672083

4.7. Besoins en financement

Les besoins totaux en investissements servent à financer les investissements en


première année et le solde négatif en deuxième. Le montant total est de 100 603 000 F CFA.

Les besoins en financement (investissements et fonds de roulement) s’élèvent à


44.904.000 F CFA, compte tenu des réalisations d’autofinancement.

47
Besoins en investissements

Tableau 25 : Détermination des besoins en investissements (en milliers de F CFA)

Désignation coûts réalisations besoins


Immobilisations
terrain 18000 13000 5000
remblais et déblais 500 300 200
clôture du domaine 24000 8000 16000
pièces d'habitation 1500 1200 300
magasin de stockage 3000 3000 0
poulailler 3000 0 3000
étable 600 600 0
porcherie 15000 12000 3000
forage 1400 0 1400
bassin cimenté 7000 3000 4000
tracteur 4000 0 4000
matériel tracté 300 300 0
véhicule 3000 0 3000
sous total 81300 46.400 34.900
matériel d'exploitation
groupe électrogène 300 0 300
pompe électrique 300 0 300
Batteuse 500 0 500
équipement grandes cultures 870 0 870
équipement avicole 634 0 634
équipement maraîcher 1683 483 1200
équipement arboricole 1657 457 1200
équipement d'élevage 150 150 0
sous total 6094 1.090 5.004
total 87394 42.490 44.904

Les besoins totaux en investissements (équipements et besoins en fonds de roulement)


s’élèvent à 44.904.000 F CFA.

Le montant des fonds propres (réalisations) est de 42.490.000 F CFA, soit un


pourcentage global de 48,62 % des besoins en financement.

48

View publication stats