Vous êtes sur la page 1sur 142

Université catholique de Louvain

PSP1001- Psychologie Générale


Introduction générale

Nicolas Vermeulen

2017-2018
1
I. La psychologie, c’est quoi?

2
Plan de cette section
(1) L’objet de la psychologie
(2) Le but de la psychologie
(3) Les champs de recherche en psychologie
(4) Les champs d’application de la psychologie
(5) Les niveaux d’intervention du psychologue
(6) Les grandes approches en psychologie

3
1. L’objet de la psychologie
•  Dans l’antiquité déjà les philosophes/
médecins faisaient de la psychologie (e.g.
étude des humeurs et de leurs effets sur
le comportement) ms ce n’était pas une
science distincte

4
Quatre humeurs (et types) de Galien et
Hippocrate

NATURE/
HUMEUR TEMPERAMENT ORGANE ELEMENT
QUALITE

Bile noire Mélancolique Rate Froid et sec Terre

Poumon
Flegme Flegmatique   Froid et humide Eau
(glaire)/pituite

Sang Sanguin Tête/Coeur Chaud et humide Air

Vésicule
Bile jaune Colérique Chaud et sec Feu
biliaire/foie

Vermeulen, UCLouvain, 2017 5


•  Le terme “Psychologie” remonte au
16ème siècle et vient des mots grecs
Psyche & Logos: discours sur l’esprit

•  Jusqu’au 20ème siècle: Psychologie =


Etude de l’esprit et de la vie mentale

•  20ème siècle: L’esprit n’est pas un


véritable objet d’étude scientifique (boîte
noire), seul le comportement peut être
étudié à Psychologie = Etude du
comportement humain 6
•  Aujourd’hui: Psychologie= Etude scientifique
du comportement (ce qu’on fait) et des
processus mentaux (ce qu’on pense, ce
qu’on ressent).
•  ≠ Psychoverbiage populaire (charlatanisme
enrobé de vocabulaire scientifique) –
médias et non spécialistes
•  Littérature populaire confirme croyance et
préjugés du moment => attrayant
•  Touché Thérapeutique = manipulation et
détection /énergie du patient
=> Emily Rosa 9 ans – étude double aveugle7
⇒ Emily Rosa 9 ans – étude double aveugle

Emily Rosa, neuf ans, devint la plus jeune


publiante du Journal of the American Medical
Association (JAMA), en réalisant un protocole
expérimental en double aveugle sur le toucher
thérapeutique qui ne produit aucun élément
en faveur de la méthode.
21 praticiens en TT (1 à 21 ans ancienneté)
44% détections correctes
Rosa L, Rosa E, Sarner L, Barrett S, « A close look at
therapeutic touch », JAMA, vol. 279, no 13,‎ 1998, p. 1005-10.
8
⇒ Hans le malin !
Qui est Hans le malin?

9
⇒ Hans le malin !
Qui est Hans le malin?
Ce cheval semble, en effet, pouvoir répondre à
toutes sortes de questions : En tapant du sabot,
Hans était capable d'additionner, de soustraire,
de multiplier et de diviser. Hans pouvait épeler,
lire, et résoudre des problèmes d’harmonie
musicale

Les gens y voyaient de la tricherie ou la preuve de


l’existence du paranormal (énergie, magnétisme,
télépathie, etc.)
10
La « commission Hans » est composée de treize
personnalités venues d'horizons très différents. On y
retrouve notamment le directeur de l'Institut de
psychologie de Berlin, Carl Stumpf, le zoologiste
Oskar Heinroth, un vétérinaire, plusieurs officiers de
cavalerie, et un certain Paul Busch qui est directeur
de cirque. Chacun d'eux a pour tâche d'évaluer les
compétences de Hans.
commission est obligée d'admettre qu'il n'y a pas
fraude : le cheval répond aussi en l'absence de
son maître

Oskar Pfungst (collègue de C Stumpf) =>


expérimentation (tests) 11
Oskar Pfungst et Carl Stumpf, à l'aide d'une
méthodologie expérimentale rigoureuse, tentent de
découvrir le secret des talents de Hans. Pour cela,
ils soumettent le cheval à une série de tests:

1/ isoler Hans ainsi que celui qui l'interroge de tout


autre spectateur ;
2/ utiliser d'autres personnes que W. von Osten pour
interroger Hans ;
3/ faire en sorte que Hans ne voie pas celui qui le
questionne ;
4/ et enfin, faire en sorte que ni le cheval, ni
l'interrogateur ne connaissent la réponse à la
question posée. (double aveugle)
12
Résultats
=> dans certaines situations le cheval n'est plus du
tout intelligent :

- quand il ne voit pas son interrogateur ;


- quand la distance avec ce dernier augmente ;
-  et enfin, quand le questionneur ne connaît pas
lui-même la réponse à la question.

Pfungst en déduit que le questionneur doit d'une


façon ou d'une autre, dans son comportement,
signaler à Hans quand il doit commencer ou quand il
doit arrêter de taper du sabot.
=> Hans est malin mais pas en math ;-) 13
2. Le but de la psychologie
Le psychologue cherche à décrire, expliquer, prédire
et modifier les comportements et/ou les processus
mentaux
(A) Décrire (= quoi?)
•  Nommer, définir et classer des processus mentaux
ou des comportements
•  Sur base de l’observation rigoureuse
Ex. Décrire les différents types de mémoire, décrire
les comptms agressifs en fct du genre
Emotions exprimées en fct du genre (joie vs colère)
14
(B) Expliquer (= pourquoi?)
•  Trouver la/les raison(s) pour laquelle un processus
mental ou un comportement se produit (et/ou se
dérègle) à découverte et compréhension des
causes
•  La psychologie scientifique évite les simplifications
hâtives (ex. nature vs culture; “pop” psychology) à
notion de causalités multiples, notion d’interaction
entre facteurs de nature différente (culture,
éducation, gènes, hormones, milieu socio-
économique, personnalité, lésion cérébrale,
situation (groupe ou seul), etc…)

15
Exemple d’interaction
12

10
Agressivité

Testostérone faible
4 Testostérone élevée

Compétences Compétences
émotionnelles faibles émotionnelles 16
élevées
(C) Prédire (= quand?)
•  Trouver les conditions dans lesquelles un processus
mental ou un comportement se produit à permet
d’anticiper
•  Si je sais X, quelle est la probabilité qu’Y se produise?
•  Ex. Sachant que l’alcool augmente l’agressivité, quel
sera le pourcentage de bagarres si on vend de l’alcool
à un match de foot
•  Sachant que ses compétences émotionnelles sont
faibles, quelle est la probabilité qu’elle fasse un
burnout ds ce métier?

17
(D) Modifier (= cmt puis-je le changer?)
•  Mettre en pratique les connaissances issues de la
psychologie afin d’empêcher l’occurence de
symptômes et/ou de comportements indésirables;
d’atteindre un objectif souhaité
EX réduction déchets (smileys ou comparaison voisins)
•  Objectif le plus souvent positif (phobies) du point de
vue du chercheur MAIS
–  pas tjs souhaitable dans les faits (ex. tentatives de
“guérir” de l’homosexualité)
–  Connaissances peuvent être utilisées à des fins
manipulatoires (- burnout => + pr entreprise)
Marketing: couleur, visages, personnalité sportive
18
3. Les grands champs de
recherche en psychologie
•  La psychologie du développement
•  La psychologie de l’apprentissage
•  La psychologie de la personnalité
•  La psychologie sociale
•  La psychologie du travail
•  La psychologie cognitive
•  La neuropsychologie
•  La psychologie des émotions
•  La psychologie clinique
•  La psychologie de la santé
19
•  La psychophysiologie ou psychologie biologique
•  La psychologie du développement
Cmt se fait le dvt psychologique de l’être humain aux
différentes stades de la vie (ex. À quel âge
commence-t-on à reconnaître les visages? A
savoir gérer ses émotions?)
Cmt les grands défis et crises qui caractérisent les
différentes étapes de la vie nous influencent? (ex.
Les adolescents prennent-ils plus de risque? Pq?
En quoi le passage à la retraite modifie-t-il nos
priorités?)
Nouvelle sous-discipline: psychologie génétique
(impact de nos gènes sur processus mentaux et
comportements) 20
21
•  La psychologie de l’apprentissage
Cmt l’enfant/l’adulte apprend-il? (ex. Comment un
enfant apprent-il à faire des fractions? Quelle est
l’influence de la motivation sur l’apprentissage?
Quelles sont les méthodes pédagogiques les plus
efficaces?)
Cmt expliquer et remédier aux problèmes
d’apprentissage (dyslexie, disorthographie,…)

Frontière tenue avec les sciences de l’éducation et la


logopédie, Sciences cognitive et Psy
Developpement
22
23
•  La psychologie de la personnalité
Cherche à classer les individus selon leur manière de
penser, ressentir et agir? à Création de typologies
catégorielles ou dimensionnelles pour “classer” les
individus
Vise à prédire cmt réagira telle type de personne
confrontée à tel type de situation? (ex. Une
personne extravertie acceptera-t-elle plus
volontiers de faire du benji qu’une personne
introvertie?)
Vise à comprendre quelle est l’influence de la
personnalité dans les grands domaines de la vie?
(ex. Choix de carrière; santé…) 24
25
Stabilité entre enfance et âges adulte

•  Mischel et al. (1988), retarder gratification (enfants 5 ans):


2 guimauves si attendait le retour de l’expériementateur (15 minutes)
Autrement une seule guimauve
Score = temps de d’attente (patience)

M= 9 minutes (quelques secondes à 15 minutes)

-  A 11 et 15 ans évaluation personnalité par parents


+ retarder gratification = + compétents académiquement,
socialement, + performants en langue ou pour gérer stress et frustration, +
Attentif, enjoués, rationnels (.20< r <.40)

Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 26


2017
•  La psychologie sociale
Etudie cmt le contexte social influence notre manière
de penser, de ressentir et d’agir
ex. Relations intergroupes: flamands/
francophones, blancs/noirs, SSEfaible/SSE élevé,
…) Mon comportement change en fct de la
catégorie d’appartenance rendue saillante
ex. Rôles (cft “Stanford Experiment)
ex. Persuasion par les pairs, par l’autorité (ex.
Milgram; délinquance)

Kitty Genovese: effet témoin ou dilution de


27
responsabilité / 1964 (38 témoins)
28
•  La psychologie du travail
Cmt l’homme agit au travail et comment le travail agit sur
l’homme
- Psychologie organisationnelle: vise à comprendre
par ex. cmt différents facteurs de l’entreprise (ex.
Justice distributive, soutien du supérieur) influencent
les pensées (envie de quitter), les émotions (bien-être,
burnout) et les comportements (cmpts pro- et anti-
sociaux) des travailleurs
- Psychologie industrielle: vise à comprendre les
conditions optimales d’adaptation du travailleur à son
lieu de travail -> conception des équipements (où
placer tel bouton? Tel cadran) et du cadre physique de
29
travail (nbre de lux?)
30
Psychologie Cognitive: en quelle matière est ce verre?

31
32
•  La psychologie cognitive
Etudie les processus mentaux utilisés pour recueillir,
organiser, traiter et emmagasiner l’information
Les grands domaines d’étude des psychologues
cognitifs sont les sensations, les perceptions,
l’apprentissage, l’attention, le language, le
raisonnement et la résolution de problème, et enfin
la mémoire.
Ex. Comment expliquer les illusions d’optique?
Comment reconnait-on un visage? D’où vient le
phénomène du mot sur le bout de la langue? Les
impressions de “déjà vu”?
Ou des interférences visuo-auditives? 33
Effet McGurk

34
•  La neuropsychologie
Etudie les relations entre notre cerveau et notre
manière de penser, ressentir et agir
Trois grandes méthodes:
-  Faire faire une tâche à l’individu et voir “quelles
zones s’allument” dans le cerveau (ex. Via fMRI)
-  Stimuler de manière transcranienne une partie du
cerveau et voir quel effet cela a sur la pensée, les
émotions et le comportement (ex. Hilarité)
-  Etudier l’effet de lésions cérébrales définies sur la
pensée, les émotions et le comportement
35
36
•  La psychologie des émotions
Etudie les causes et les conséquences de nos
émotions, ainsi que la manière de les modifier
Ex. Quels sont les conditions nécessaires et
suffisantes pour ressentir de la colère?
Ex. Pourquoi certaines personnes ne parviennent-
elles pas à identifier ce qu’elles ressentent?
Ex. Quelles sont les stratégies fonctionnelles/
dysfonctionnelles pour gérer le stress?

37
Utilisation des émotions…. (induire et mesurer)

38
Utilisation des émotions….(les mesurer)

39
•  La psychologie clinique
Etudie les causes et les conséquences des troubles
mentaux, ainsi que la manière de les prévenir et/ou
traiter
Ex. Pourquoi devient-on accro au jeu?
Ex. Pourquoi les personnes alcooliques ont-elles plus
de problèmes interpersonnels?
Ex. Quelles sont les meilleurs moyens de traiter la
dépression? De diminuer les ruminations?
OU le PTSD?

40
TETRIS & PTSD

https://www.youtube.com/watch?v=Q58G8ZL960Q 41
•  La psychologie de la santé
Etudie les conséquences somatiques de difficultés
psychiques ainsi que les conséquences
psychiques des troubles somatiques, ainsi que la
manière de les prévenir et/ou traiter
Ex. Le stress augmente-t-il les crises d’eczéma ou de
migraines?
Ex. Quels sont les besoins psychologiques d’une
personne qui a le cancer?
Ex. Comment le psychologue peut-il contribuer à
diminuer le risque de rechute suite à un infarctus?
=> Health Literacy
42
•  La psychophysiologie/ la psychologie
biologique
Etudie les relations bidirectionnelles entre le corps et
l’esprit
à  comment nos pensées et nos émotions
influencent-elles le fonctionnement de notre
organisme (ex. Pourquoi j’ai plus de chance
d’attraper un rhume si je suis stressé)
à  comment le fonctionnement de notre organisme
influence nos cognitions, émotions et
comportements (ex. Influence de la testostérone
sur l’aggressivité; influence de l’ocytocine sur la
confiance, du cortisol sur la mémoire) 43
Le visage comme interface

44
Le visage comme interface

45
Embodied emotions (Emotions incarnées)

Niedenthal, Winkielman, Mondillon, & Vermeulen (2009) Journal of Personality and Social Psychology

0,0007

0,0005

0,0003

Corrugator
0,0001 Levator
Orbicularis
-0,0001 Zygomaticus

-0,0003

-0,0005
Happiness Anger Disgust
Left amygdala !26 (!26) !3 (!3) !12 (!12) 9.77 (6.36) (vs. baseline) as mentioned above and 2) in contrast to anger
Right amygdala 28 (28) !3 (!3) !12 (!12) 9.62 (5.64) imitation, we found no between-group differences in amygdala
Control--BTX — — — —
BTX--Control — — — —
activation during anger observation (vs. baseline).
Both, imitation and observation of sad expressions yielded
Note: Results are given for imitation versus baseline and imitation versus observation (values in no between-group differences with respect to amygdala
brackets). No2) Botox-treated vs Control participants
amygdala activations were found for observation of facial expressions (relative to in imitation
activation. of facial
During imitation expressions
of sad expressions (vs. baseline),
baseline) in both within- and between-group comparisons. Coordinates (in mm) refer to peak
activation in(Hennenlotter
Talairach space. All activations areet al.,at P2009, Cerebral Cortex).
significant \ 0.05 corrected for multiple
however, attenuation of neural activity was present at an
comparisons within the amygdala ROI. uncorrected statistical threshold of P < 0.005 in several other

Figure 1. Effects of BTX treatment on frown muscle actions. Example of a BTX-naive (upper row) and BTX-treated subject (bottom row) mimicking an angry (left column) and
a sad expression (right column) of a face model (middle row, left and right column). The middle column shows both subjects with neutral expression. Note that unlike the BTX-
naı̈ve subject, the BTX-treated subject is unable to lower her eyebrows during imitation of both angry and sad expressions. Although whole-face expressions were mimicked, only
the upper part of the faces is depicted where BTX treatment of the corrugator muscle was applied.
1) Reduced imitation in Botox treated correlated with reduction in Amygdala activation

2) In Controls, Amygdala activation correlated with Brow Lowering intensity


nterior insular cortex (Carr et al. 2003), our finding of
ficant insular activations during imitation of angry as well
d expressions in the whole-brain analysis (Supplementary
and Tables 1 and 2 online) and the lack of a significant
of BTX onto neural activation within this region further
ort this notion. In addition, feedback from other facial
les, for example, from the lower face, may have
ibuted to amygdala activation during imitation in all
Figure 2.
ding the BTX-treated subjects Effects BTX
where of BTX injections have activation and coupling with the dorsal brain stem. (a) Reduction of left amygdala activation (!16, !8, !13; t 5 4.16, P \
treatment on amygdala
0.05 SVC corrected) in BTX-treated subjects during imitation versus observation of angry expressions, plotted on parasagittal and coronal (upper right corner) sections of the
been applied to the corrugator
averaged Tmuscle.
1 anatomical image of the 38 participants. (b) Individual parameter estimates (arbitrary units) of left amygdala response as a function of BTX treatment. (c) Decrease in
X-induced attenuation of the coupling
functional amygdala between response was and dorsal brain stem (6, !34, !20; t 5 4.40, P \ 0.05 SVC corrected) in BTX-treated subjects. (d) Individual parameter
the left amygdala
ent only during imitationestimates
of anger(arbitrary
whereunits) brow-lowering
of amygdala--brain stem coupling as a function of BTX treatment. Here, the parameter estimates denote the ‘‘strength’’ of the connection between the
left amygdala and dorsal brain stem. Note that paralysis-related effects were not influenced by structural alterations following BTX treatment as revealed by an additional
ns were found to be significantly
structural imagingstronger
study usingthan during
voxel-based morphometry (see Supplementary Methods and Results online).
ion of sadness. This finding indicates that the effect of
n muscle paralysis on amygdala activation is limited to the
ion of those emotion regions
patternsincluding
where the brow-lowering
left lateral orbitofrontal cortex (Supple- Discussion
ns are sufficiently strong. mentary
Such a link between
Table 5). limbic brain
Our data on intentional imitation of angry facial expressions
ty and the strength of corrugator muscle contraction is
Figure 3. Correlation demonstrate
BTXbetween amygdala activationthat a reduction
and brow lowering inofBTX-naive
feedback from face muscles
rlined by the significant Modulation
covariation of Functional
between Connectivity
activation following
Denervation subjects. Significant correlation (r 5
and skin
0.58, due
P \ to BTX-induced
0.05) of left frown
amygdala muscle paralysis attenuates
activation
e left amygdala and individual intensities of brow lowering (parameter estimates), elicited activation
during imitation
of theversus observationand
left amygdala of its
angry
functional coupling with
We were also interested in whether attenuation of the left
4. Les grands champs
d’application de la psychologie
LE DOMAINE DE L’INTERVENTION EN SANTE
•  Le psychologue clinicien (psychologie clinique &
counselling)
Travaille en général en cabinet privé et/ou en centre de
santé mentale et/ou en hôpital psychiatrique
•  Le psychologue de la santé
Travaille en général dans les hôpitaux généraux (cardio,
onco, tabaco, diabéto, alcoologie, soins palliatifs)
•  Le neuropsychologue
Travaille en neurologie à la rééducation des patients
cérébrolésés 49
LE DOMAINE DE LA PREVENTION EN SANTE
•  Le psychologue de l’environnement
Travaille pour l’état ou des associations afin de concevoir
les campagnes de sensibilisation et/ou les actions à
mettre en place en vue de diminuer la pollution sonore,
liée aux déchets etc
•  Le psychologue expert en santé publique
Travaille pour l’état ou des associations afin de concevoir
les campagnes de sensibilisation et/ou les actions à
mettre en place en vue de diminuer l’obséité, la
violence conjugale, le tabagisme, les accidents de la
route, …

50
LE DOMAINE DE L’ENTREPRISE
•  Le psychologue du travail
Travaille en entreprise (DRH, sélection, formation, …)
•  L’ergonome
Travaille dans l’industrie ou pour un CPPT (Comité pour
la Protection et la Prévention au Travail)
LE DOMAINE DE L’ECOLE
•  Le psychologue scolaire
Travaille en général en centre PMS (orientation-conseil)
•  Le psychopédagogue
Travaille pour le ministère à la conception et à
l’ajustement des programmes scolaires
51
LE DOMAINE DE LA JUSTICE
•  Le psychologue expert psycho-légal
Travaille mandaté par la justice pour expertiser des
individus en vue d’éclairer les juges
•  Le psychologue médiateur
Cherche à réconcilier les parties afin d’éviter un procès
LE DOMAINE DU SPORT
•  Le psychologue du sport
Travaille à la préparation mentale et au suivi
psychologique des athlètes avant et après compétition

52
LE DOMAINE DE LA PUBLICITE
•  Le psychologue publicitaire
Evalue les besoins et les attentes des consommateurs
(crée des besoins le cas échant) et conçoit les actions
promotionnelles
LE DOMAINE DE LA RECHERCHE
•  Le psychologue chercheur
Effectue des recherches à l’université ou pour des
organismes privées (ex. Sociétés d’études de marché)
ou publics (ex. Institut National de Statistiques)

53
5. Les niveaux d’intervention du
psychologue
Individuel Groupe Société

Prévention Ex. Coaching, Ex. Formation Conseil ou gestion


interventions de préventive dans les des campagnes de
prévention du écoles, les santé publique
stress post- entreprises (prévenir la
traumatique, dépression, le
prévention de la burnout, la grippe,
dépression chez le HIV, les
patients accidents de la
hospitalisés route, …)
Remédiation Ex. Thérapie Ex. Formation de Conseil au niveau
individuelle, remédiation au des campagnes de
soutien stress dans les santé publique
psychologique, entreprises; Dans (Diminuer la
accompagnement une classe après violence conjugale;
des personnes un accident… réduire la consom.
malades de fast-food, prom.
sport)
6. Les grandes approches en
psychologie
•  L’Approche psychanalytique
•  L’approche comportementale Résumé slide
suivante.
•  L’approche humaniste Voir cours d’histoire
de la psychologie
•  L’approche cognitive pour plus de détails
+ le module sur les
•  L’approche biologique traitements de ce
•  L’approche évolutionniste cours-ci

•  L’approche socioculturelle

55
Source:
Huffman,
2007.
De
Boeck,
pp 41
II. La psychologie comme
science

57
Plan de cette section
(0) Introduction
(1) L’identification d’une question pertinente
(2) La formulation d’une hypothèse vérifiable
(3) Le choix d’une méthode de recherche et la
collecte des données
(4) L’analyse et l’interprétation des données en
regard des hypothèses
(5) Le retour à la théorie
(6) Ethique et déontologie de la recherche
58
(0) Introduction
Psychologie = Science
à  Connaissances issues de la recherche
à  Et NON du sens commun ou de l’intuition
Deux types de recherche:
La recherche fondamentale: ne doit pas forcément
avoir d’application immédiate (ex. L’alcool
augmente-t-il l’agressivité? L’ocytocine
augmente-t-elle les compétences sociales?)
La recherche appliquée: est immédiatement
applicable (ex. Effet d’un traitement visant à
traiter l’alcoolisme; effet d’un traitement à
59
l’ocytocine chez les enfants autistes)
La recherche, ca se fait comment?

A l’instar des biologistes, chimistes et autres


scientifiques, les psychologues suivent un
protocole de recherche

Ce qu’on
sait déjà

Demande Question Hypothèse Test (mise à hyp vérifiée Théorie


de la pertinente l’épreuve) ou faslifiée
société
Intuition du
chercheur

60
(1) Identification d’une question
pertinente
•  La question de recherche peut naître de trois sources
–  Un trou dans les connaissances scientifiques (ex.
Comparaison des bénéfices de down-régul
émotions– et up-régul émotions +)
–  Une demande de la société (L’argent fait-il le
bonheur?) ou des pouvoirs publics (ex. Le statut
socio-économique influence-t-il la réussite
académique)
–  Une intuition du/des chercheur(s) (ex. La
testostérone n’augmente pas toujours l’agressivité)
61
•  Une fois la question posée, la première étape
consiste à examiner ce qu’on sait déjà à
consulter les articles scientifiques relatifs à
cette question et établir un état des lieux de ce
qu’on sait
•  Exemple 1. On ne sait rien sur le lien entre SSE et
réussite académique (en vrai, on sait…)
•  Exemple 2: On sait que quand on administre de la
testostérone à des animaux, cela augmente leur
agressivité; On sait que le taux de testostérone est
plus élevée chez les prisonniers; il n’y a pas toujours
de lien entre testostérone et agressivité dans la
population générale 62
•  Si la recherche n’a pas pour vocation d’être
exploratoire ou descriptive, cette étape est
suivie de la formulation d’une hypothèse c-à-d
une proposition qui constitue une réponse
provisoire au problème

63
(2) Formulation d’une hypothèse vérifiable
Lorsque l’on sait ce que l’on veut étudier, on va le formaliser sous
forme d’hypothèse comprenant a minima une variable
indépendante et une variable dépendante
On cherche à investiguer l’effet de X sur Y (ex. du statut socio-
économique sur la réussite académique)

Variable Variable
indépendante (VI) dépendante (VD)<

Mon hypothèse est que le SSE influence positivement la réussite


académique: plus le SSE est élevé, plus le taux de réussite sera
élevé

Note: Variable = qui peut varier (tant la VI que la VD peuvent varier: le SSE
peut varier et la réussite académique aussi)
Hypothèse simple

= Une variable indépendante et une variable dépendante

Exemple 1.
Influence positivement
X (statut socio-économique) Y (réussite académique)

Hyp: Plus le SSE est élevé, plus le taux de réussite sera élevé

Exemple 2.
Influence positivement
X (taux de testostérone) Y (agressivité)

Hyp: Plus la testostérone est élevée, plus l’agressivité sera élevée

Note: Influence positive: quand une variable augmente, l’autre augmente


Influence négative: quand une variable augmente, l’autre diminue
A Vous!
•  D’autres exemples de recherches avec
une VI et une VD

66
Hypothèses complexes: la médiation

(1) Une variable indépendante, une variable dépendante et un


médiateur

X (statut socio-économique) influence Y (réussite académique) via M (qualité


de l’enseignement reçu en secondaire)

Hyp: Le SSE influence le taux de réussite académique VIA la qualité de


l’enseignement secondaire

SSE Qualité ens. Réussite à


secondaire l’université

VI Médiateur VD
Hypothèses complexes: la modération

(2) Une variable indépendante, une variable dépendante et un


modérateur

X (testostérone) influence Y (agressivité) seulement si Z (compétences


émotionnelles faibles)

Hyp: La testostérone n’augmente l’agressivité que chez les individus qui ont
des compétences émotionnelles faibles

Niveau de
comp. émot.

Testostérone agressivité

VI Modérateur VD
A Vous!
•  D’autres exemples de médiations…
•  D’autres exemples de modération

69
Les variables peuvent être de différentes natures:

Nominales = simple étiquette, pas de métrique possible


(sexe, nationalité, …)
VI nominale: effet du sexe sur l’empathie
VD nominale: effet des chromosomes sur le sexe

Ordinales: rangement possible mais intervalles pas


forcément constants entre les niveaux (ex. Niveau
d’éducation: primaire, humanité inférieur, humanité
supérieur, BAC, master, Ph.D)
VI ordinale: Effet du niveau d’éducation sur la santé
VD ordinale: Effet du niveau socio-économique des parents
sur le niveau d’éducation de l’enfant

70
Continues à intervalles: intervalles constants mais zéro
pas “vrai” (ex. Température)
VI continue à intervalle: Effet de la température moyenne
extérieure sur le risque d’infarctus
VD continue à intervalle: Effet de la saison sur la
température moyenne extérieure

Continues à proportion: intervalles constants ET zéro


vrai (ex. Taille, poids, vitesse, % de réponses correctes,
taux de secrétion d’une hormone)
VI continue à proportion: Effet du taux de testostérone
sur l’empathie
VD continue à proportion: Effet de l’âge sur le taux de
testostérone.
71
Test de l’hypothèse

A. Les designs en ψ
Une fois la question de recherche posée
et les hypothèses formulées, il va falloir
choisir la méthode de recherche la plus
appropriée; c’est ce qu’on appelle le
choix du “design” (plan) de recherche

72
Le design va être défini par les options retenues au sein de
chacune des cinq dimensions suivantes:

Conditions
Mode Types de Taille Durée de
environnem
d’acquisition mesures d’échantillon l’étude
entales
Mode Type de Taille de Durée de
Conditions
d’acquisition mesures l’échantillon l’étude

Milieu Auto/
naturel hétéro- Cas unique Transversale
Observation
rapportées

Laboratoire comportem Longitudinal


Expérimen- entales Echantillon e
tation représentatif

Physio/
biologiques

Cognitives

74
Mode Type de Taille de Durée de
Conditions
d’acquisition mesures l’échantillon l’étude

Milieu Auto/
naturel hétéro- Cas unique Transversale
Observation
rapportées

Laboratoire comportem Longitudinal


Expérimen- entales Echantillon e
tation représentatif

Physio/
Comparaison d’un groupe
biologiques
“expérimental” avec un groupe
“contrôle” (! Les participants
doivent être assignés
aléatoirement à l’une ou l’autre Cognitives
condition; Ni le sujet ni
l’expérimentateur ne peuvent
être au courant des conditions 75
= double aveugle)
Mode Type de Taille de Durée de
Conditions
d’acquisition mesures l’échantillon l’étude

Milieu Auto/
naturel hétéro- Cas unique Transversale
Observation
rapportées

Laboratoire comportem Longitudinal


Expérimen- entales Echantillon e
tation représentatif

Physio/
biologiques
Transversale: tt les mesures
sont prises le même jour
Cognitives Longitudinale: on suit le sujet
sur plusieurs jours/semaines/
mois/années
76
Exemple
Effet du SSE sur la réussite académique
Mode Type de Taille de Durée de
Conditions
d’acquisition mesures l’échantillon l’étude

Milieu Auto/
naturel hétéro- Cas unique Transversale
Observation
rapportées

Laboratoire comportem Longitudinal


Expérimen- entales Echantillon e
tation représentatif

Physio/
biologiques

Cognitives 77
Exemple
Effet de la testostérone sur l’agressivité
Mode Type de Taille de Durée de
Conditions
d’acquisition mesures l’échantillon l’étude

Milieu Auto/
naturel hétéro- Cas unique Transversale
Observation
rapportées

Laboratoire comportem Longitudinal


Expérimen- entales Echantillon e
tation représentatif

Physio/
biologiques
Comparaison d’un groupe
expérimental (administration de
testéstérone) avec un groupe
contrôle (administration d’un Cognitives 78
placebo)
B. Les mesures en Ψ:
Mesures explicites ou implicites de réponses
implicites ou explicites

Réponses Conscience du sujet de sa réponse


Réponses
implicites minimale versus maximale explicites

Mesures Conscience du sujet de la mesure


Mesures
implicites minimale versus maximale explicites
Exemple 1: Très explicite
Les questionnaires
•  Réponse explicite (volontaire/consciente)
•  Mesure explicite (consciente)

Gestion
Homophobie Altruisme
colère
•  Gérez-vous bien •  Etes-vous •  Etes-vous
votre colère? homophobe? altruiste?
•  Arrivez-vous à •  Seriez-vous •  Lorsque qqn est
rester zen qd vs heureux que dans le besoin,
êtes traités votre enfant ait proposez-vous
injustement? une relation spontanément
avec qqn du votre aide?
même sexe?
80
Exemple 2. Moyennement explicite:
Le comportement observable

•  Réponse explicite (volontaire-consciente)


•  Mesure implicite (le sujet n’est pas forcément
conscient qu’on observe son comportement)

Gestion colère Homophobie Altruisme

•  Nombre •  Proximité •  Comportement


d’insultes physique avec d’aide dans
•  Vengeance (XP personne homo situations où
jus) •  Engagement celle-ci est
personne homo coûteuse (XP
séminaristes)
81
Exemple 3. Relativement implicite
La réaction physiologique

•  Réponse implicite (involontaire-inconsciente)


•  Mesure explicite (le sujet est conscient qu’on mesure
ses paramètres physiologiques)

Homophobie
Gestion colère Altruisme

•  Conductance •  Pléthysmograp •  /
cutanée hie pénienne
•  Rythme dvt stimuli
cardiaque érotiques
•  électromyograp hétéro/
hie homosexuels
82
Mesures physiologiques

83
Conductance cutanée
= Mesure de transpiration (= augmente en cas d’émotion)
Comment ça marche?
Mesure la conductance
électrique entre deux points
de la peau
On envoie un micro-courant
électrique en un point A
(électrode 1) et on calcule le
temps qu’il met pour arriver
à B (électrode 2)
Plus le sujet transpire, plus
le courant passe vite
(puisque l’eau est 84
condutrice d’électricité)
Rythme cardiaque
= Mesure de la vitesse des battements de coeur (=
augmente en cas d’émotion)

85
Electromyographie
Électromyographie: électrographie des mouvements
musculaires (myo) impliqués. Permet de détecter des
émotions “réprimées” (ex. Colère ou dégoût que l’on essaye
de cacher en raison de contraintes sociales)

86
Pléthysmographie pénienne
= Mesure l’apport de sang dans le pénis (= augmente en
cas d’érection)

87
Exemple 3. Très implicite
Effets de facilitation/inhibition cognitive

•  Réponse implicite (involontaire-inconsciente)


•  Mesure implicite (le sujet n’a pas conscience de ce
qu’on mesure)

Gestion
Homophobie Altruisme
colère
•  Complétion de •  IAT (Implicit •  /
mot/phrase association
(V_ _ _ _ _ _ E; test)
_ _CH_ _T; _A_)
•  Stroop
emotionnel
88
Test de stroop
Processus intacts?

Vert Rouge Bleu Jaune Bleu Jaune

è Interférence - facilitation
Vert Rouge Bleu Jaune Bleu Rouge

Vert Rouge Bleu Jaune Bleu Rouge

è Flexibilité
Vert Rouge Bleu Jaune Bleu Rouge

89
Test de stroop

90
Le principe de l’effet “stroop”
L’effet stroop provient d’une interférences entre deux
processus cognitifs automatiques (ici: identifier la couleur du
mot et lire le mot)
à  Effets de facilitation quand la couleur du mot est la même
que celle à lire (ROUGE) à lecture plus rapide en cas de
congruence du nom et de la couleur
à  Effets d’interférence quand la couleur du mot est
différente de celle à lire (BLEU) à lecture moins rapide en
cas d’incongruence du nom et de la couleur

91
! Ces effets de facilitation et d’interférence
(accélération et ralentissement de la
denomination en fonction de la congruence ou de
l’incongruence du mot et de la couleur) ne
s’observent que lorsque les deux processus
automatiques sont préservés (à pas chez qqn
qui ne différencie plus les couleurs et pas non
plus chez un enfant qui ne sait pas (plus) lire)

92
Stroop émotionnel
Variante du test de stroop qui se base aussi sur l’interférence
entre lecture et identification de la couleur (mais cette fois les
mots sont chargés émotionnellement).
Le principe est que si le mot “touche” le sujet, d’une manière
ou d’une autre, ce dernier sera plus lent à dénommer la
couleur
Stroop Arachnophobie
Nommez la couleur de chaque mot de cette liste le plus
vite possible
VIOL POUBELLE TABLE COEUR ARAIGNEE MORT
FLEUVE AMOUR PUANTEUR DVD CHAT MYGALE
INTERNET SERPENT NAISSANCE DECHET…
à Ralentissement de la lecture quand les mots sont en lien
avec l’objet phobogène (araignée chez les phobiques 93
d’araignée)
Application colère: remplacement des mots liés aux
araignées par des mots liés à la situation ayant généré la
colère (expérimentateur, tâche, frustration, paiement…)
BERCEAU POUBELLE TABLE COEUR
MENSONGE
MORT FLEUVE AMOUR PUANTEUR
DVD CHAT HUMILIATION INTERNET
SERPENT NAISSANCE DECHET…

94
IAT (Implicit Association Test)
Etape 1: Demande au sujet de classer des mots (gay –
hétéro), des images (représentant des couples homo-
ou hétérosexuels) ou des symboles (représentant des
couples homo- ou hétérosexuels) dans deux
catégories distinctes

Homosexuel Hétérosexuel

Taper E si Taper I si le
le symbole symbole
renvoie à la renvoie à la
catégorie catégorie
de gauche de doite
IAT (suite)
Etape 2: Demande au sujet de classer des mots (joie –
humiliation), des images (représentant choses
chouettes ou non) dans deux catégories distinctes: bon
vs mauvais

Bon Mauvais

JOIE

Taper E si Taper I si le
l e m o t mot renvoie
renvoie à la à la
catégorie catégorie de
de gauche doite
IAT (suite)
Etape 3: Demande au sujet de classer des mots, des
images ou des symboles liés soit à l’homo-
hétéorsexualité soit à bon-mauvais dans la bonne
catégorie (située à gauche ou à droite)

Homosexuel Hétérosexuel
Bon Mauvais

JOIE

Taper E si Taper I si le
l e m o t mot renvoie
renvoie à la à la
catégorie catégorie de
de gauche doite
IAT (suite)

Homosexuel Hétérosexuel
Bon Mauvais

Taper E si Taper I si le
l e m o t mot renvoie
renvoie à la à la
catégorie catégorie de
de gauche doite
IAT (suite)
Etape 4: Demande au sujet de classer des mots, des
images ou des symboles liées soit à l’homo-
hétéorsexualité soit à bon-mauvais dans la bonne
catégorie (située à gauche ou à droite)

Homosexuel Hétérosexuel
Mauvais Bon

JOIE

Taper E si Taper I si le
l e m o t mot renvoie
renvoie à la à la
catégorie catégorie de
de gauche doite
IAT (suite)

Homosexuel Hétérosexuel
Bon Mauvais

Taper E si Taper I si le
l e m o t mot renvoie
renvoie à la à la
catégorie catégorie de
de gauche doite
IAT: comment calcule-t-on les associations implicites de l’hétéro/
homosexualité avec des bonnes ou de mauvaises chose?
Attitudes négatives vis-à-vis de Attitudes positives vis-à-vis de
l’homosexualité l’homosexualité
Ralentissement du TR lorsqu’il s’agit de Accélération du TR lorsqu’il s’agit de
classer des mots positifs dans la classer des mots positifs dans la
catégorie “bon”si celle-ci est du même catégorie “bon” si celle-ci est du même
côté que celle “homosexualité (étape3). côté que celle “homosexualité (étape3).
Ralentissement du TR lorsqu’il s’agit de Accélération du TR lorsqu’il s’agit de
classer des mots négatifs dans la classer des mots négatifs dans la
catégorie “mauvais” si celle-ci est du catégorie “mauvais” si celle-ci est du
même côté que celle “hétérosexualité” (3). même côté que celle “hétérosexualité” (3).

accélération du TR lorsqu’il s’agit de Ralentissement du TR lorsqu’il s’agit de


classer des mots positifs dans la classer des mots positifs dans la
catégorie “bon” si celle-ci est du même catégorie “bon” si celle-ci est du même
côté que celle “hétérosexualité”. (étape 4) côté que celle “hétérosexualité”. (étape 4)

accélération du TR lorsqu’il s’agit de Ralentissemnt du TR lorsqu’il s’agit de


classer des mots négatifs dans la classer des mots négatifs dans la
catégorie “mauvais” si celle-ci est du catégorie “mauvais” si celle-ci est du
101
même côté que celle “homosexualité. même côté que celle “homosexualité.
Conclusion sur les mesures

•  Diversité des méthodes de mesure des variables


d’intérêt en psychologie…
•  Des plus faciles à mettre en oeuvre aux plus
complexes.
•  ! À ne pas tomber dans un extrême qui consisterait à
croire que les mesures implicites sont toujours les
meilleures. Cela dépend de ce que l’on cherche.
•  Utile de combiner les différentes méthodes. Parfois,
c’est le degré de discordance entre les résultats de
différentes mesures qui est la plus prédictive (ex.
Répression – santé)

102
(4) Analyse et interprétation des données
Une fois les données récolées, il va falloir analyser
ce matériau brut en vue de déterminer si les
données confirment ou infirment l’hypothèse (le
taux de réussite est-il vraiment plus élevé chez les
personnes de SSE élevé? Les personnes à qui on
a administré de la testostérone se sont-ils vraiment
montré plus aggressifs que les personnes à qui on
a administré un placebo?).
Pour ce faire, les psychologues recourent à des
techniques mathématiques, appelées statistiques
(voir cours de stats)
103
A quoi servent les statistiques?
- A éviter de tirer des conclusions abusives à partir
d’un cas unique
-  A éviter de devoir consulter/observer TOUTE la
population pour avoir une réponse à sa question.
à Outil très puissant qui permet de déduire des
mécanismes/principes généraux à partir de l’étude
d’un échantillon de la population
à Représentativité (ex Taille)-> auditoire 1 er rang?
Fumeur Non Fumeur Non
fumeur fumeur
Cancer à 6 2 Cancer à 600 200
55 ans 55 ans
Pas de 2 6 Pas de 200 600
cancer cancer
104
Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 105
2017
1.2. Mesurer les variations de caractéristiques ou traits
Centrer et Réduire comme solution (scores standards-Z)-comparer

Centrer = Score individuel – score moyen (dessus vs dessous la


moyenne)
Mais réduire (tient compte de la variabilité - dispersion)
Score centré divisé par l’écart-type (indicateur de la dispersion)

Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 106


2017
Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 107
2017
Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 108
2017
Centrer et Réduire comme solution (scores standards-Z)-comparer

Centrer = Score individuel – score moyen (dessus vs dessous la moyenne)

Mais réduire (tient compte de la variabilité - dispersion)


Score centré divisé par l’écart-type (indicateur de la dispersion)

BUT pouvoir exprimer les scores des gens sur une certaine caractéristique
de manière universelle, standardisée, et indépendante de la distribution
initiale des scores sur cette caractéristique

Importance de bien maitriser ces notions stat de base

=>ET vs Ecart semi-inter-quartile è clinique rééducation aussi

Scores Z : Moyenne et écart-type (0/1)

Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 109


2017
Corrélations
De -1 à +1.
-.20 à +.20 Faible / Jusqu’à -.40 et +.40 Modérée / au delà élevée ou grande
Doll et al. 1994

Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 110


2017
Corrélations: Exemples

1/ Etude développement intellectuel de l’enfant: r élevée entre capacités cognitives et


pointure
Les enfants aux grands pieds… plus intelligents!
Relation (coR-) n’est pas causalité ! Le problème des 3ème (et 4ème etc) variables (AGE?)

2/ Chocolat-Nobel

Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 111


2017
Chocolate Consumption, Cognitive Function, and Nobel Laureates
Franz H. Messerli, The New England Journal of Medicine 367(16) (2012), p.
1562-1564

%C3%A9at_pas_de_chocolat_m%C3%A9fiez-
http://www.vulgarisation-scientifique.com/wiki/
Flavonoïdes?

vous_des_statistiques
Pages/Pas_de_laur
Aaron Levenstein:
« Les statistiques, c'est comme le bikini. Ce qu'elles révèlent est
suggestif, ce qu'elles dissimulent est essentiel ! »
Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 112
2017
Hasard et biais de sélection?

Does Chocolate Consumption


Really Boost Nobel Award
Chances? The Peril of Over-
Interpreting Correlations in Health
Studies

Pierre Maurage, Alexandre


Heeren et Mauro Pesenti, The
Journal of Nutrition 143(6)
(2013), p. 931-933

Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 113


2017
Nicolas Vermeulen, UCLouvain, 114
2017
Attention à l’interprétation des statistiques
•  Se souvenir que les statistiques sont des
généralités qui s’appliquent dans une majorité
de cas (forcément) mais pas spécialement pour
tout le monde
•  Regarder tous les paramètres (ex. la
dispersion), pas seulement la moyenne
•  Vérifier que l’échantillon est représentatif de
la population
•  Vérifier qu’il n’y a pas de biais majeurs dans
l’étude (ex. Si tous les fumeurs de l’éch
viennnent d’une région polluée par ailleurs)
•  Ne pas conclure trop vite d’une corrélation qu’il
y a une relation causale entre deux variables
(possibilité de simple co-variation en raison 115
d’une tièrce variable)
(5) Retour à la théorie…
•  Une fois l’étude terminée, il est important de confronter les
résultats à la théorie. Si l’étude est méthodologiquement
irréprochable et que les résultats ne confirment pas la
théorie, alors la théorie DOIT être modifiée/complexifiée
Ex. Ocytocine = love hormone, puis social salience
•  Une théorie n’est jamais vraie une fois pour toutes. Elle ne
tient que jusqu’à ce qu’elle soit falsifiée
Que faire en cas de résultats contradictoires pour éclairer la
théorie?
•  Effectuer une méta-analyse! M-A = technique statistique
permettant de regrouper les résultats de plusieurs études en
donnant plus de poids à celles qui ont un plus grand
échantillon. Permet d’estimer la taille de l’effet et
d’investiguer la présence de modérateurs. 116
(4) Déontologie de la recherche
•  Déontologie = ensemble de principes et règles éthiques
qui gèrent et dictent une activité professionnelle
•  En psycho: inspirée de la déclaration des droits de
l’homme
•  En recherche: très délicat. Pas toujours évident de savoir
jusqu’où on peut mettre un individu dans l’inconfort au
nom du bien universel. Exemples de recherches
délicates:
–  Etude sur les émotions négatives
–  Etudes sur le stress
–  Etude sur la douleur
–  Etudes impliquant une dissimulation partielle des infos
–  Etudes impliquant listes d’attente
117
–  …
Plusieurs principes déterminent jusqu’où on peut aller “pour
l’avancement de la science”:
-  Ne pas faire courir de riques démesurés aux sujets
-  Ne conduire une recherche délicate que si elle accroît
les connaissances
-  Ne pas faire subir au sujet une émotion, un stress, une
douleur plus importante que ce qu’il serait susceptible
de rencontrer dans sa vie quotidienne
-  Faire en sorte d’éliminer les effets négatifs à la fin de
l’étude
-  Obtenir le consentement libre et informé du sujet
-  Informer les sujets qu’ils ont le droit d’interrompre leur
participation à tout moment sans devoir se justifier (et
respecter ce principe)

118
Note Culturelle

119
Fondements…:
Notes culturelles
Réalité(s)

N Vermeulen
LPSP 1001, UCL, 2017-2018
Psychologie de la personnalité
11. Notes culturelles

N Vermeulen
LPSP 1004, UCL, 2017
•  La réalité…!
L’ancrage comme biais de
départ
Cours:

6/02
13/02
20/02
27/02
06/03
13/03
20/03
27/03

Pâques

24/04
08/05

15/05
N Vermeulen, UCLouvain, 2017 122
•  La réalité…!
L’ancrage comme biais de départ

•  Intelligence
•  WEIRD
•  Psycho Bouddhiste-méditation

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 123


•  La réalité…!
L’ancrage comme biais de départ

•  Intelligence (BEL RTL)=> justification économie


Lynn et Vanhanen, 2006

OUPS!
http://42mag.fr/2014/05/classement-mondial-qi-
moyen-pays/

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 124


•  La réalité…!
L’ancrage comme biais de
départ
Cours:

6/02
13/02
20/02 ????
27/02
06/03
13/03
20/03
27/03

Pâques

24/04
08/05

15/05
N Vermeulen, UCLouvain, 2017 125
WEIRD=
Bizarre?

•  Henrich et al. (2010) Data base 2003-2007 => est étroite


WEIRD: Western, Educated, Industrialized, Rich, and
Democratic (WEIRD)

Behavioral science research=> déséquilibre:

-  Participants: 68 % des sujets from USA et 96% des pays


industrialisés de l’Ouest (Amérique du nord, Europe, Australie
et Israel)

-  Auteurs: 73% des premiers auteurs viennent des Unif


Américaines et 99% des pays de l’Ouest
-  Wooclap: Müller-Lyer
N Vermeulen, UCLouvain, 2017 126
WEIRD

-  Donc 96% des participants viennent de pays qui ne


représentent que 12% de la population mondiale

-  Représentatif? NON

En + 67 à 80% sont des étudiants universitaires.

Quel trait est le plus long?

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 127


WEIRD

Kalahari pas
d’illusion USA
20% de plus

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 128


Occient vs
Orient?

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 129


Occient vs
Orient?

-  Psychologie Bouddhiste=> pas de personnalité/self (soi)

-  Le self est: une illusion conditionnée par l’esprit non entrainé à


une attention non jugeante et consciente de chaque instant
=> mindfulness

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 130


Définition
•  Une manière particulière d’être en relation avec soi-même (par
exemple, ses émotions) et les autres
•  Délibérément,
•  Dans le moment présent,
•  Sans jugement (Kabat-Zinn, 2003)

Exercice 5 minutes: ne pas


faire si traumatisme
psychologique non résolu
(traité)

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 131


N Vermeulen, UCLouvain, 2017 132
Occient vs
Orient?

-  Psychologie Bouddhiste=> pas de personnalité/self (soi)


-  Le self est: une illusion conditionnée par l’esprit non entrainé à
une attention non jugeante et consciente de chaque instant
=> mindfulness

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 133


Grossman, 2010
Des processus particuliers
Attitudes

Conscience Pleine Processus


corporelle conscience attentionnels

Décentration
cognitive

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 134


Corrélats neurofonctionnels

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 135


Des processus particuliers

Attitudes

Conscience Pleine Processus


corporelle conscience attentionnels

Décentration
cognitive

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 136


Corrélats neurofonctionnels

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 137


Des processus particuliers
Attitudes

Conscience Pleine Processus


corporelle conscience attentionnels

Décentration
cognitive

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 138


Corrélats neurofonctionnels

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 139


Des processus particuliers

Attitudes

Conscience Pleine Processus


corporelle conscience attentionnels

Décentration
cognitive

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 140


Corrélats neurofonctionnels

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 141


inspirations

N Vermeulen, UCLouvain, 2017 142