Vous êtes sur la page 1sur 8

TP: Essai de consistance d’une pate liante

(Norme NF EN 196-3)

I. But de l’essai :
La consistance de la pâte de ciment est sa plus ou moins grande fluidité.
La consistance dite "consistance normalisée" peut être déterminée par l'essai en utilisant un
appareil qui s'appelle "Vicat"
L’objectif de cet essai est de définir une telle consistance dite «consistance normalisée».

II. Principe de l’essai :


La consistance est évaluée ici en mesurant l’enfoncement dans la pâte, d’une tige
cylindrique sous l’effet d’une charge (masse) constante. L’enfoncement est d’autant plus
important que la consistance est plus fluide. La consistance évaluée de cette manière sera
appelée «Consistance Vicat».

Pour cet essai on veut déterminer la consistance d’une pâte normale, c’est-à-dire qu’en
opérant avec l’appareil de Vicat (figure 1) la lecture donnant l’épaisseur de la pâte restant
entre l’extrémité inférieure de la sonde et le fond du moule quand l’enfoncement de celle-ci
sous son poids, est de 6mm±1mm.

III. Etude expérimentale :


1. Matériels :
 Appareil de Vicat : L’appareil est composé d’un moule tronconique de 40 mm de
hauteur et d’une tige coulissante équipée à son extrémité d’une sonde cylindrique de
10 mm de diamètre.
 fond de moule
 main écope
 spatule
 Balance
 Bac + truelle

1
Figure 1: Appareil de Vicat muni de la sonde de consistance

2. Mode opératoire :
2.1.Réaliser un échantillon de pâte de ciment

Il s’agit de préparer une pâte de ciment pour trois valeurs de E/C (0,25 – 0,255 – 0,26) en
procédant de la manière suivante :

- Ajouter la quantité de ciment : C=500g dans la cuve du malaxeur


- Introduire la quantité d’eau (la fin de l’ajout de l’eau sera le temps zéro)
-Mettre le malaxeur a petite vitesse(PV) pendant 90s
- Arrêter pendant 15s et racler les parois avec la spatule
- Remettre en marche durant 90s à PV
Ces opérations de malaxage sont récapitulées dans le tableau 1.

Tableau 1 : Opérations de malaxage de la pate.

2
2.2.Préparation du moule tronconique :

Avec la pâte préparée remplir immédiatement la moule tronconique posée sur une plaque de
verre. Il faut araser la surface en enlevant l’excès de pâte par un mouvement de va-et-
vient effectué avec une truelle maintenue perpendiculairement à la surface supérieure
du moule. Puis l’ensemble est placé sur la platine de l’appareil de Vicat.

2.3.Détermination de la consistance

 L’appareil de Vicat aura été préparé de telle sorte que la sonde de consistance soit mise
en place, le zéro de la graduation en place et la masse mobile soit sans masse
additionnelle.
 Placer le moule et son support sur la platine de l’appareil.
 Immobiliser la sonde au contact de la pâte
 Lâcher cette sonde sans vitesse initiale. Elle s’enfoncera plus ou moins profondément
dans la pâte : noter l’indication de l’index lors de l’arrêt.

Remarque :
- La pâte sera à consistance normale si l’épaisseur ainsi mesurée est de 6mm±1mm
(index entre 5 et 7mm).
- Si l’épaisseur est supérieure à 7mm : il y’a pas assez d’eau.
- Si l’épaisseur est inférieure à 5mm : il y’a trop d’eau.
Dans les deux cas, jeter la pâte, nettoyer et sécher le matériel et recommencer une nouvelle
quantité d’eau.

3
TP: Essai du début et de fin de prise
(NF EN 196-3)

I. But de l’essai :
Il est nécessaire de connaître le début et la fin de prise des pâtes de ciment (des liants
hydrauliques en général) afin de pouvoir évaluer le temps disponible pour la mise en place
correcte des mortiers et des bétons qui seront ensuite confectionnés.

II. Principe de l’essai :


L’essai consiste à suivre l’évolution de la consistance d’une pâte de consistance
normalisée ; l’appareil utilisé est appareil de Vicat équipé d’une aiguille de 1,13 mm de
diamètre. Quand sous l’effet d’une charge de 300 g l’aiguille s’arrête à une distance d du
fond du moule telle que d= 4mm ± 1 mm on dit que le début de prise est atteint. Ce moment,
mesuré à partir du début du malaxage, est appelé «temps de début de prise». Le « temps de fin
de prise» est celui au bout duquel l’aiguille ne s’enfonce plus que de 0,5 mm.

L’essai est effectué sur un moule maintenue immergée dans de l’eau potable à 20±1°C.

III. Etude expérimentale :


1. Matériels :
 Appareil de Vicat : L’appareil est composé d’un moule tronconique de 40 mm de
hauteur et d’une tige coulissante équipée à son extrémité d’une aiguille de 1,13 mm de
diamètre.
 fond de moule (plaque de verre) + récipient
 main écope
 spatule
 chronomètre
 Balance
 Bac+ truelle

4
Figure 2: Appareil de Vicat muni de l’aiguille amovible

2. Mode opératoire :
2.1.Réaliser un échantillon de pâte de ciment
Il s’agit de confectionner une pâte de consistance normalisée (Le rapport E/C trouvé donnant une
consistance normalisée) en procédant de la manière suivante :

- Ajouter la quantité de ciment : C=500g dans la cuve du malaxeur


- Introduire la quantité d’eau (la fin de l’ajout de l’eau sera le temps zéro)
-Mettre le malaxeur a petite vitesse(PV) pendant 90s
- Arrêter pendant 15s et racler les parois avec la spatule
- Remettre en marche durant 90s à PV

Ces opérations de malaxage sont récapitulées dans le tableau 1.

Tableau 2 : Opérations de malaxage de la pate

5
2.2.Préparation du moule tronconique :

Avec la pâte normalisée préparée pour l’essai de consistance remplir immédiatement la moule
tronconique posée sur une plaque de verre, sans tassement ni vibration excessifs. Il faut
araser la surface en enlevant l’excès de pâte par un mouvement de va-et-vient effectué
avec une truelle maintenue perpendiculairement à la surface supérieure du moule. Puis
l’ensemble est placé sur la platine de l’appareil de Vicat.

2.3.Détermination du début de prise

L’aiguille est amenée à la surface de l’échantillon et relâchée sans élan (sans vitesse).
L’aiguille alors s’enfonce dans la pâte. Lorsqu’elle est immobilisée (ou après 30s d’attente),
relever la distance d séparant l’extrémité de l’aiguille de la plaque de base.
Recommencer l’opération à des intervalles de temps espacés de 10 à 15 minutes prés
jusqu’à ce que d= 4mm ± 1mm.

Cet instant mesuré à 5 min près est le temps de début de prise pour le ciment concerné.

3. Détermination de fin de prise

Recommencer l’opération à des intervalles de temps convenablement espacés (5 minutes)


jusqu’à ce que d= 0.5mm.

Cet instant mesuré est le temps de fin de prise pour le ciment concerné.

6
TP: Essai de confection des moules 4×4×16
en mortier normal
(NFEN 196-1)

I. But de l’essai :
Le but de cet essai est de préparer un mortier normalisé pour la confection des moules
prismatiques 4×4×16 afin de déterminer la résistance à la flexion d’un mortier.

II. Appareillage :
- Les moules prismatiques (4x4x16).
- Table à chocs.
- Spatule.
- Bac + Truelle.
III. Préparation du mortier normal
1. Mélange:
C=450g ± 2g de ciment
Mortier normal S=1350 g ± 5g de sable

=0.5  225 g ± 1g d’eau

2. Malaxage:
- Introduire l’eau en premier dans la cuve du malaxeur ; y verser ensuite le ciment et
mettre le malaxeur en marche à vitesse lente.
- Après 30 s de malaxage introduire régulièrement le sable pendant les 30s suivantes.
Mettre alors le malaxeur à sa vitesse rapide et continuer le malaxage pendant 30s
supplémentaires.
- Arrêter le malaxeur pendant 1min 30 s. Pendant les 15 premières secondes enlever au
moyen d’une spatule tout le mortier adhérent aux parois et au fond du récipient en le
repoussant vers le milieu de celui-ci.
- Reprendre ensuite le malaxage à grande vitesse pendant 60 s.
Ces opérations de malaxage sont récapitulées dans le tableau 2.

7
Tableau 3 : Opérations de malaxage du mortier normal

IV. Préparation des moules


Le mortier prêt, le verser dans des moules prismatiques 4x4x16 cm.
La mise en place se fait en introduisant le mortier en deux fois et en appliquant au moule 60
chocs à chaque fois.
Après quoi le moule est arasé, entreposé dans une salle ou une armoire humide.

Entre 20 h et 24h après le début de malaxage, ces éprouvettes sont démoulés et entreposé dans
de l’eau à 20°C ±1°C jusqu’au moment de l’essai de rupture.