Vous êtes sur la page 1sur 338

L E P .

G RATRY

ŒUVRES POSTHU ES M

S O U VE N IR S

MA J E UNE SSE
8 1 “ I S DFS
3

M
DERNI ERS J O URS E T DU TE S TA E NT S P I R I TUE L

DU P . G R A TR Y

Œ
3
CI N QU DI TI O N

P A RI S
AN C I E N N E MA I S O N CH . DO U N I O L

P . TÉ QU I , su c c e sse ur

29 , RUE DE TO U R N O N , 29
S O U VE N I R S

MA J E UNE SSE
O U VRAG ES DU P . G RATRY

of o f
P rêtre de l O ratoire,

Pr esse u r en S rb onne ,
memb re de l A cadémie

rançai se .

ŒU V R E S P O S TH U MES
S ouve n i rs d e m a is d es Derniers J urs e t
j eun e sse ,
d u T esta m en t spi ri tu e l d u P G ratry 5 éd i ti n 1 b eau v lum e

.
sui v
. o .
o
o
ih 18
v 3 fr »
-

M
. .

é i tat i on s n é d i t es
d i 1 ol um e i n -
.18 4 fr . .

ŒU VR E S P U B L I ÉE S DU V I VA NT DE L A U TE U R

L a Con n ai ssan ce d e Di eu 7 °
éd it 2 vol in . 12 f r . . .

L
L a C n n ai ssa n c e e â ed l
vo m

o 5 °
é d i t 2 v o l i n-
18. 8 fr . . . .

La o gi que 2 l um es ln 8 - °
12 fr D .

— Le m êm e , in -18
.

L
L e s S ourc es 1 .l um e

e t t res s u r l a rel i gi on 1
vo
i h -
18
lum e i n . vo
7 fr 5 0
2 fr 5 0
6 fr
.

L e m êm e , ih - 18 8 fr
M
.

La
v
ora l e e t l a l oi d e l hi st oi re 2 vol i n

12 fr . . .

o
L o m ê me u ra ge , 2 v lu mes ih - 18 o 7 fr 5 0 .

E t u d e su r l a s oph i st i u e c on t e m p ora i n e , ou L ettre à


M qM
.

P G ratry 1
. .

L e m ê me , ln - 18
vo
V ache rot, R é p n se

lum e ih 8
e
°
o V ache rot, e t l a R é plique du
.

5 fr
3 fr
.

L e s 8 0 h i st e s e t l a Cri ti que 1 vol i n 8 — 6 fr


o
°
. . .

L a P h osop h i e d u Cr e d o 1 v lum e i h 5 fr .

— Le m ê me, in-18
.

P eti t M l
a n u e d e c ri i q ue 1 l u m e i n -
18 .
2 fr 5 0
1 fr 5 0 vo .

Matth i eu
.

v
C om m e n t ai re l v a n gi l e s e l on sa i n t

s ur .

M
o
oi s d e
l um e s ih
M
ari e 4 éd i ti n 1 v l i n-18
°
.
8 fr
o
o f
2 fr 5 0
. o :
.

E ti e nn e d u n t, 186 3 1
o
Cri s e d e l a Foi Tr is c n é rences p hil s ph iques à S am t
Mo
.

l ume ih - 18 . vo
1 fr 5 0
oo
.

H e n ri P e rreyv e 1 v olume i n: 18


i n 18 .
. 2 fr 5 0
L e s S ou rc e s d e l a r ege n era ti on s oc i a l e 1 v lu m e
1 fr 5 0
_

. o .

w rocm rum n nu m -
mn o r ET C “
. ME S N I L ( sus e ) .
ΠU VR E S P O S TH U ME S

S O U VE N I R S
MA J EUN ES SE
S UI VI S DES

AIIBNI SPIRIT
DERNIERS JOURS B TIll] TEST UB L Ill] P fill… “

.

P A I! E

R . P . A D O L P H E FE R R A U D
P rêtre d e l O ra tm rc ,
'

a ujourd hui ca rdi nal é vê que d A utun


‘ ‘

wom ù um ÉDI TI O N
o

P A RI S

CI E N N E MA I S O N CH . DO U N I O
P . TÉ QU I , su c c e sse ur

29 , RUE DE TO U R N O N , 29

189 7
PE EE A C E

C E TT E N O U V E L L E É D I TI O N

L es S ou ve n i rs d e m a je u nesse , œ u vre pos


th um e du P . G ratry, ont paru pou r la prem iè re
fo i s au m ois de j
vi er 1874 an .

Ce s pages ont déjà lait d u b i en a b eaucoup


d â m es
'
.

r rendre accessi bl es à un pl us grand


P o u le s .

n om b re nous le s publi ons auj ourd hui sous un


fo r m at pl us m odeste .

N ous les avons fait suiv re du réci t de s der


n ier s j ours d u P G rat ry et d une al locuti on
'

.
,

p r o n on cé e au p re m i e r a nniv ersai re d e sa

m o rt
S i ce volu me n equi vaut pas à une b i ographie

l
( ) P a r le P i d Fe rran d , prê tre d e l 0 ratoi re
.

.
j
a u o ur

v
d h u i é ê q ue d Autun e t Card i nal

com plè te du . tr
P G ra y, on
y t rouv e ra d u m oi ns

l hi stoi re des événements les pl us déci si fs de sa


vi e .

trouvera surtout la pei nture fi dèl e de


On y
son âm e e t le m ei lle ur com m entaire de son
_

œ uvre phi losophique et apol ogéti que .


AVERT SSE ENT DES I M “
ÉDITEURS

ub lion s a u ou rd hu i
j

L e s p a ge s que n ous p
a rti e d un tra va il dem e uré m a lhe ure use

f on t
p
m e n t in a che vé .

Le P G ra try a va i t en tre ri s, en de
.
p
f a i r e su r lu i m êm e
-
une étud e a n a lo
g ue à ce lle

i l de va it do uz e l ta rd ,

q u con sacre r , ans p us a


la m é m oire de l C est l histo ire
’ ’ ’
a bbé P erregve .

in ti m e d âm e bea u co up p l us qu e le réc i t

une

d vi e ra con tée co nform ém e n t à la m é tho de


une

chr o n o logi q ue .

S i i n comp le t que p u i sse étre ce fra gm en t, on


e nsé q u i l con trib uera i t à c on ti n ue r , a rès

a
p p
la m ort du P G ra try, l ap osto la t a uq ue l i l a va it

.

vô u e sa vi e tou t en ti ère , o ur c on q u é ri r les


p
âm es la ,con n a issa n ce de la véri té e t à l

a m o ur

de tr —
N o e S e ign e ur J ésus Christ
-
.

crise terrible q u il de q u in z e

La a tra ve rsée

d ia n e u l
f d i l l

es a n ans,
g e rs q u y a c o u r us,
es

r âc es a dm i ra ble s don t i l a é té l ob e t, l e n e r i e
’ ’

g j g
a ve c la q ue lle i l
p a ces
grâces
a ré onduto ut ce

r é c i t i n tim e n ous a a ru re nferm er des e n se i n e


p g
m e n ts d

un e ha u te va leu r p our la j e un e sse .
VI I I

E lle g app rendra c e que va ut le l


« un i n esti
m a b le de la foi , e t e lle a dm i rera ce

q u u n j e un e
hom m e de d i r -
f
ne u a n s a osé
pa i re
f o ur se ren

dre capa ble de défen dre a rès l a voi r re co n uw,


,
p q
le trésor de ce tte foi q ue c irc on vi e n n e n t tou o urs
j
les m em es sop hism es e t les m êm e s p a ssi on s .

Un cr i ti q ue é m i n e n t, qu i éta i t en m ém e temps
un g ra n d chr étie n , a va i t e u c es
p g a e s e n tre les
m a in s, i l y a six a ns, q ua n d i l a va it re çu le
P G ra try à l A ca dém i e ra n ça ise I l s en servi t
’ ’
.
f .

a ve c u n e discrét ion p le ine de d élica te sse p our


dre à gra n ds tra i ts la je un esse de l an cie n

e in
p
élè ve de l É co le p olytechn i q ue , de ve n u p rêtre de

la i
sa n te É glise ca tho li q ue , et
p our ren dre

com t de double voca ti on hi loso hi q ue et


p e sa
p p
sa ce rdo ta le .

Il ya q ue lq ues m ois fort p eu de ,


te mp s a van t
sa m ort, M . Vi te t vou lu t bien , sur n otre de
m an d e , re l i re a vec le p l us gra n d soin ce m a n us
cri t uc n o us a vi o ns tro uvé da ns les p ap i e rs d u
q
P G ra try, et il n ous e n co ura ea d e la m a n i è re
.
g
la p lus form e lle à différe r la p ub l i c a

n en
p as

ti on .

L ES ÉDITEL RS ‘

P ar is, In 25 d é ce m b re 18 4 3 .
MA J EU NE S S E

P RE MI ! RE P A RT E I

P aris le
. nove m b re 1854 J our de la Toussai n t
. .

DU P ! RE , DU FI L S ET DU SA I N T E S P R I T !
-

Q u est—c c que

cet mon tes —
écrit ? Est cc

t a m ent ? est cc ma con fessmn générale ?


e st cc l histoire de mon âm e ? C est peut
’ ’

ê t r e tout cela ensemble et c est surtout


c e que voudra le guide intérieu r de mon

â m e si j e l écoute

, .

( )
l L m u it i in l g p orte de titre Ce lui
p p zx è
e an scr or a n e
pas .

c i n ou s a aru e x rim e r asse e acte m e nt le -caract re

d e ce t é crit . N
( ote des édi teurs .
)
Mon premier souve nir sérieux remonte
à l â ge de cinq ans

Ce fut une é ner
gique et pro fo nde impression de Dieu J y .

fais al lusion dan s le livre d e la Con n a i s


sa n ce d e Di eu par ces parol e s Je me ,

souviens dans ma première en fance ,

avant l âge qu on appelle de raison


’ ’

d avoir un j our senti cette impressio n


de l Etre dans sa vivacité Un grand



.

e ñ ort contre une masse extérieure dis


tin oto de moi dont l i nfl exi ble ré sis ,


tance m éton nait me fit articuler ces


mots Je suis ! J y pensais pour la pre ’

mière fois L a surprise s eleva bientôt


.

j usqu au plus pro fo nd éton nement et


j us qu à la plus vive admiration Je ré



.

pétais avec transport J e suis ! ! tre !


être ! Tout le fond religieux poétique , ,

intelligent de l âm e était en ce moment ’

éveillé remué en ,
Une lumière
( 1) L e P G ratr. y e st n é àL ille , le 30 m ars 1805 .
( Note

des édi teurs .


)
3

pénétrante que je crois voir encore


, ,

m en veloppait je voyais que l Étre est


’ ’

que 1! tre est beau bienheureux ai


, ,

m able plein de mystère ! Je vois e ncore


, ,

après quarante an nées tous ces faits ,

inté rieurs et les détails physiques qui


m e ntourai e nt ( )

l .

En e ffet j e vois encore clairement le


,

lie u où j ai reçu cette grâce il y a qua



rante cinq ans Je vois encore cette petite
.

co u r tout éclairée par le solei l Je vois la .

p orte que j essayais d ou



vrir et devant ’

laquelle je suis resté immobi le de surprise


et d admiratio n pendan t un temps fort

l ong pour un en fant Je vois le petit es .

calier sur lequel j e m é lançai avec des ’

transports de cœur pour aller embras ser ,

ma mère car depuis ce moment j e Sentis


un redoublement d amour pour elle Dieu

.

ve n ai td e m inonde r de lumière et d amour


’ ’
.

( )
1 C n n i an d D i eu, t II , p 168 ( dan s le cha

p
o a ss ce e . .

itre i ntitulé P rocédé i nfini tésiæ na l) .


4

J avais sent i j e ne sai s quel le certitude


triomphante qui m é le vait et me fortifi ait ’


.

J avais vu avec enthousiasme la beauté de


l Etre et de lavie M o n e sprit plongeai t



.

dans une lumière indé fi nie irré fléchie et , ,

mon cœur débordait .

Ce grand événement intérieur m a fait ’

co m prendre depuis la parole de mon maître



bien aimé L eurs anges voient sa n s
cesse la face du Père qui e st au ciel

Et j ai compris aussi le sens m ystiq ue de


l histoire de Samuel en fant lors qu e le Sei


g n e ur l a ppe la par

so n nom I l me pa

rai t que Dieu n a ppelle pas seulement de ’

sa voix in térieure les prophètes mais qu il


parle a tous les en fants comme d ailleurs ,


à tous les hommes Je sais aujourd hui .


que le plus grand des scandales de la vie


présente et de la fausse éducation que
donne le monde à l homme naiss ant c es t
’ ’

.
,

( ) S
I Mtth VI II 10 .
III
. a .
, ,

( 2) I livre de s Rois, ch

‘- r
. .
_
5 _

qu on lui a pprend directement ou i ndirec


teme n t que Dieu ne parle pas On attache .

aux l ivres l œil de l en fant et son oreil le


’ ’

à la p a role articulée L e s livres assurément .

et la parole articulée sont bons et néces


saire s Mais on oublie de dire à l en fant
.

ce q u e lui disait le grand prêtre Allez ,

et si l on vo us appelle encore dites ceci


Parlez Seigneur parce que votre ser


, ,

vi te ur vous écoute .

A u lieu de cel a on dé fend d ordinaire à


l en fant d écouter On se moque et du


’ ’
.

guide intérieur et de l ange (An gelus qu i ,


loqu e b a tu r i n m e et de toutes les traces


d u ciel que l on découvre dans l en fant
’ ’

car il faut qu il devienne bie n terrestre


bi e n apla ti bien con forme au type com


,

m u n L humanité agit enco re comm e ces



.

tribus sauvages qui aplatissent physique ,

m e nt la tête des nouveau nés -


.

( l ) ! acharie , 13, 14 , 19 ; II ,
3; IV , 1, 4 , 5 ; V, 5,
10 ; V I , 4 .
6

Mn seco nd grand souvenir e t celui d e


o s

ma première commu n ion J e n ai compri s .


que depuis peu tous ses e ffets L es suite s .

en sont gravées d une manière ine ffaçabl e’

dans ma mémoire ; mais j e n y avais ja ’

mais assez réfléchi Aujourd h ui j en s u i s .


’ ’

frappé d admiration Il me semble que je



.

vois mainte nant avec clarté par ces faits ,

d expérience que la communion est la


réception réelle de Dieu J avais été pe u .


préparé à cet acte Me s parents excel lents.


,

d ailleurs n avaie nt aucune habitude reli


,

g i e u se si,
ce n est de religion

naturelle .

Mon père n avait pas fait sa première


communion ; c est moi qui la lui ai fait


faire vingt ans après la mienne M


,
a pré .

p a r a ti on à l église f

ut très courte et bien
insu ffisante mais Dieu pourvut à tout .

Dieu d abord m avait fait arriver à ce


’ ’

grand et saint j our à douze ans ave c , ,

l innocence baptismale la plus entière J e



.

n avais pas menti une seule fois (il est vra i



ai mer la bo nté la vertu et la véracité ,

Mon père m avai t appris à aimer laj ustice


l h onneur la vérité la science Au momen t


, , .

d e m a prem i è re com m union , l un e tl autre


’ ’

ce me semble étaient devenus comme des ,

ministres de l autel Car on le sait les ’


.
, ,

pères et mères sont souvent par état ins , ,

p i ré s de Die u po ur leurs en fants en ce, ,

qui touche la religion et la vertu lors ,

même qu ils sont moins bien inspirés pour


eux mêmes -
.

Ce pendant j e dois d ire ici que quand ,

j e fis ma con fession je ne reconnus pas ,

comme bien graves de ux fautes que j e me '

re proche aujourd hui l une c est que ’ ’

,

j avais à six ou sept ans médité un


, ,

( 1) Dan s un e h om é lie p rê ché e le v e ndre di sai n t à


Pari s, 1866 , le P G ratr y pp e lait c e t autre sou e n ir v
è
. ra

de m re Quan d étais e n ant, m a m è re m e d i j



f
p v
sa

sait e n m e m ontrant d e au r e s m e n d ian ts P e n se ,


m on fi ls, ce que ce se rait, si cette auv re e m m e , p f
c

é tait m oi ; si p au v re f
e n ant, c

était toi E lle
à p x
ce .

m i

appre n ait ain si à m e m e ttre la lace de c eu u

p le ure nt .
( Note des éd i teurs ) .
q
m eurtre ; et il y avait eu un com m ence
m e n t d exécution qui eût pu entraîner la

m o rt M on patriotisme en fantin en était


.

c a u se M a famille était en A llemagne un


.
,

p e u avant la campagne de Russie Une .

A ll e mande dit un j our devant moi que tous


l e s Fr a n ç a is é ta i en td es a n i m a u x i m m an
d es Ri en n égala mon éto nnement et ma
.

d o uleur Jamais j e n avais entendu l in


’ ’
.

j u re sortir d une bouche hu m aine ; j e fus


e m porté par une colère immense qui me ,

p a rut sainte légitime nécessaire


,
Je crus
,
.

re mpl i r un devoir sacré dans lequel je ,

se rais soutenu par la France entière et ,

p a r Dieu mê m e q ui savait que cette femme


a vait outragé la vérité Je résolus la mor t .

d e la blasphématrice m ab an donn an t moi


m ême aux conséquences de mon action .

B ien heureusement le lourd proj ec tile,

q u un’
instant après j e laissai to m ber sur
sa tête de très haut ne fit qu e ffl e ure r ’

son épaule Mon père m apprit par la verge


.

que j e m étais trompé L a victime d ail

.
,

leurs demanda ma grâce Mais il m a


,
.

fall u bien des années pour comprendr e


que j avais fait mal

.

Mon patriotisme du reste ne me réussi t


pas mieux dans une autre occasion Ren .

trant en France après quatre ans d e xil ’

dès le pre m ier relai e n entendant un en


,

fant parl e r français je courus l etn b rasse r


a vec transport Il me reçut par un éclat


.

de rire ce qui fut un des plus douloureu x


,

scandales de ma vie et m e û t fermé le


,

cœur pour toujours s il eût pu l être


,
’ ’
.

L a seconde faute était une désobéissanc e


envers mon père désobéissance que j ai
,

e n bien du m al à réparer A douze ans je .


,

savais l allemand comme un Allemand


mon pè re e mployait toute son autorité


pour me faire parler allemand Sans vou .

loir formellement désobéir j e n ob éissais ,


pas J étais certain de ne j amais oublier ce


.

que j e savais si complètement Au bo ut .


d

un an j e ne s avais plus rien ; et cette
,

l a ngue qui m est devenue si nécessaire


, ,

e t que j e possédais comme ma propre

l a ngue j ai dû la rapprend re à trente a n s


p a r l e dehors (a us w e n d i g) .

Mais je veux revenir aux e ffets de ma


p remière communion Si cet écri t est ja .

m ais l n par quelque âme qui ait perdu la


f o i qu elle soit atte ntive ! Il est certain

q u après

ma première communion et pen ,

d ant plus d un an tout se passa en moi


c omme si Dieu y était ve n u Ni avant ni .


,

a près je n ai rencontré rien de pareil Je


,
.

n e m attendais à rien j e ne cherchais rien


, ,

j e ne savais rien et je ne rapportais nul ,

l ement ces e ffets à la pre m ière commu


nion C est auj ourd hui seulement que j a
.
’ ’ ’

perçois cette liaison .

Et d abord rien ne peut exprimer le


besoin d aimer qui se développa alors dans


mon cœur besoin qui a subs isté qui sub


, ,

siste et qui subsistera .


C est surtout ma mère qui était devenu e

mon trésor et que j e ne me lassais pas ,

d aimer et d admirer Ma is j éprouvais e n


’ ’
.

même temps pour d autres êtres une sorte ’

d amour céleste que j e ne saurais compare r


qu à l amour de sa int Joseph mon patron


’ ’

, ,

pour la sai nte Vi e rge Cet amour est trè s .

i nconnu C est celui qui subsistera au ciel


.

c est le contraire de l amour charnel ;


’ ’

c est le pôle opposé ; c est celui que sain t


’ ’

François de Sales qui le connaissait bien , ,

appelle l a m ou r i n te llectu e l e t c or di a l

.

Cet amour par la vertu du sang de ,

J é sus Christ qui est aussi celui de la sainte


-
,

Vierge unique femme immaculée ce t


, ,

amour dis j e par la vertu du sang virginal


,
-
,

et divi n se liaitétroitem e nt dans mon âme , ,

à un goût à une esti me à une i ntellige n ce


, ,

extraordinaire de la virgm ité Savais je .


-

ce qu était la virginité et son contraire



?

en aucune sorte ; j e n e connaissa is en rien


ni les mots ni les choses mais c était u n ’
tel é tat d ame de cœur et de corps, q u un
, _

j our j e ne sais par q uelle influence ayant


, ,

d eviné entrevu ce que pouvait être le


,

c ontraire de cette ver tu j e fus comme ren ,

versé d horreur de dégoût de douleu r


, ,

l e m onde entier me parut perdre sa beauté ,

l humanité se décolorer se faner et en


, ,

j etant les yeux en esprit sur tous les êtres


les plus aimables et les plus beaux que j e
connusse mon intelligence et mon cœur
,

s é cri è re n t ave c un indicibl e décourage


ment Ce ne sont donc pas des anges ?

Je tombais du ciel sur la terre J usqu alors .


j avais cru vivre au milieu des anges et


’ ‘

dan s un
Pl us tard lo rsque les séductions les plus
,

t erribles e t les pl us inévitables occasions

s o ffrire nt à moi Dieu ti nt mon cœur et


, ,

m a volonté dom m a1t l occasion et la s edu o


tio n L ors que la volonté au contraire


.
, ,

é tait vai ncue car elle l a été plus d une


,
’ ’

fo is Dieu mettait des murailles entre moi


,
14

et le danger L hom m e de l amour en


.
’ ’

gendre par la commu nion n a j amais été ,


d étruit en moi Je vois j usqu à ving t ans



.
,

et au d elà l a m our de ma mère me pro


,

teger et m envelopper comme le manteau


de la sainte Vierge J e vois avec une clarté .

parfaite combien cet amour me purifi ait


et m éloignait du mal Je comprends le

.

cénacle et le passage des Actes des apôtres


, ,

et cette descriptio n de la société du ciel


sur la terre : L es apôtres persévéraient
dans la pri è re et d un seul cœur avec
,

les femme s et Marie mère de Jésus ( I )


, ,
.

L expérience d une vie entière m a ap


’ ’ ’

pris depuis que le sang virginal du Sau


veur et de sa mère immaculée est la force

surnaturelle la gre ffe toute puissante qui
,

dompte l in dom ptable passion qui trans


forme le cœur et l élève de la terre au


ciel .

Je crois en outre que la piété Croissan te


, ,

( 1) Actes d e s a p ôtre s, I ,
14 .
me fut donné En réfléchissant à une .

phrase latine je compris tout à coup l es


,

prit de ce tte langue Je vois maintenant . ,


me dis je aussitôt, ce que c est que le ’

latin .

Et de fait m e s progrès furent singu


,

liers j àppris le latin du dedans au dehors ;


il me sem b le que j e le tirai s du fond de


mon esprit où il était inoculé Pendant
,
.

plusieurs années j ai pensé en latin il ,


m est arrivé de rêver en latin de tenir en


rêve des discours en vers latins dont j e me


souvenais au ré veil et qui étaient corrects .

J expri m ai s en cette langue plus facile


m ent e t b eaucoup plus nettement qu en


français les moindres nuances de mes


,

pe n sées .

Sans doute je ne crois pas que la com


,

m union donne des facul tés q ue l on n avait


’ ’

pas Mais ses e ffets intellectuels n en sont


.

pas moins immenses Elle m et en œuvre .

les facultés qu on a les bénit les déploie


, , ,
l e s gre ffe

les arrose ; elle les échau ffe


'

et ,

l e s éclaire les vivifi e d un sole i l meilleur


, .

E l l e les oriente elle les dirige vers leur


,

v r ai pôle elle leur donne de célestes mou


,

v e m e nts plus étendus plus utiles plus


, , ,

p e rmanents Telle est l influence


. d ont j e ’

c r ois avoir éprouvé quelque chose depuis

m a première communion .

J attribue encore à ma prem 1ere commu


n ion un certain état d âme qui ne f ut ja


m ais aussi fort en moi qu à cette époque



.

C est une con fi a n ce vigoureuse et co ura


g euse dans la force de la j ustice et du bon


d roit Ce sentiment et ce courage s e ffai

.

b lisse nt d ordin aire peu à peu et se per


d ent e n fi h complètement à mesure qu on


avance dans la vie J espère que Dieu m en


’ ’
.

a laissé quelque chose A cette époque l a .


,

vert u de celui qui a vain c u le mo n de par


l a folie de la croix était dans mon cœur .

Je bravais ab solument l i nj ustice soutenue ’

p ar la fo rce '

dans les petites occasions que


18

m

offrait la tyrannie des mauvais suj et s de
collège .


Po urquoi faut il que j e n aie pas gran d i

et vécu sous cette seule i n fluence ; qu i l ne ’

m ait pas été donné de croître en grâce et


en sagesse devant Dieu et devant les hom


mes et que le scandale et l erre ur m aient
,
’ ’

entravé presque dès l e début ?


J a vais failli à l age de dix ans être

, ,

placé comme élève interne au collège


L oui s le Grand M
- - on père avait obtenu .

une b ourse C était ma perte da n s tous les



.

sens d u mot Si j étais entré au collège ’


.
,

j

aur a is commencé le latin trop tôt ; et la
di ffi c ulté et le dégoût m eusse nt empêché ’

de l a pprend re j amais dès lors tout d eve


l opp e ment intellectuel était arrêté .

E n outre j aurais co n nu le mal avant


ma première communion ; j aurais pro


bab le m e nt mal fait cette grande actio n ;


e n tout cas j e n en aurais pas recueilli les

fruits dont j ai parlé


Mais l amour que j avais pour m a mère


’ ’

me sauva L e jour du départ venu il me


.
,
fut enti è re ment impossible de la quitter .

Mon père renonça au béné fi ce de la


b ourse et j eus le bonheur de ne quitter

la maison paternelle qu à seize ans Avant ’


.

ce te m ps je commençai mes études à


,

Tours comme externe d abord dans une


, ,

petite pension puis au collège C est là ,


.

que je fus exposé aux terribles dangers


de la contagion des en fa nts entre e ux .

Je dirai d abord ce qui me sauva et


puis ce qui faillit me perdre en fi n com ,

ment le bien l em porta sur le mal ’


.

Ce qui me sauve ce fut l amour du tra ,


vail et le succès de mes études Me s pa .

rents sans y mettre aucune combinaison


, ,

avaient réalisé pour moi ce que recom


mandait le père de Pascal : Tenir tou
jours l en fant au dessus de son ou

-

vrage ,
— —
c est à dire ne lui jamais

imposer qu une tâche possible selon ses


forces On ne m av ait rien imposé j usqu à


’ ’
.

douze ans ; si ce n est d appre ndre à lire et ’ ’


à écrire ; rien de plus Au ssi lisais je tous
.
-

les livres que j e rencontrais quels qu il s ,


fussent J avais l u d e dix a douze ans avec


,
.

le pl us vi f e ntraînement et p è le m è le -
,

H o m èr e . P lu tar qu e , Don u i ch otte ,


Q G il
B la s , Flor i a net le livre in fâme de Voltaire
sur Jeanne d Arc auquel par une eton

, ,

nante protectio n de Dieu j e ne compris ,

absolument rien ; quoique j e comprisse


fo rt bien les ouvrages que j e lisais .

Quand j e com m encai le latin j e me ,

tro uvai avec des en fants de huit neu f et ,

dix ans qui n avaient encore rien lu et ne


con n ai ssa1e nt pas la valeur des m ots fran

cai s En trois mois je rattrapai ceux qui


.
,

avaient trois ans de latin ; j entrai en ’

sixième c uje fus de beaucoup le premier


, ,

ain si qu en cinqu iè m e Ce succès ve nait



.

en grande partie de ce que mes condis


ci p l e s avaient commencé le latin trop tôt ,

et d e ce qu on l es fa is ait travailler de six


he ures du matin à huit he ures du Soir O n .


leur imposait une tâche impossible Ces .

pauvres en fants faisaient tout au plus


semblant de travailler et prenaient leurs ,

études en horreur Pour moi on ne m e .


,

mettait au travail que de huit heures d u


matin à quatre heures du soir A cause de .

cela même j avan çais beaucoup plus vite


,

que les autres bien moins par supério ,

rité d intelligence , s il y en avait , que


’ ’

parce que mon travail était possible et


réel le le ur impossible et ficti f
,
.

Après de brillants succès obtenus en


quatrième et en troisième au collège de
Tours j e fus placé en seconde à Paris au
, ,

collège H enri IV L à j eus q uelque mal à .


,

gagner la tête de la classe ; m ais en rhé


torique l année suivante j eus le second
’ ’

, ,

prix d hon n eur au concours général Je



.

redoublai ma rhétorique et fus premier en


toutes les facultés m ais sans obtenir de
!

prix au concours général L an née sui .


vante j ob tins au concours général en


,

,
J avai s été élevé sau f l epoq ue de ma

première communion dans le mépris et ,

d ans l horreur des églises et des prêtres



.

Je n oublierai jamais qu à dix ans la vue


,

d un prêtre dans se s habits sacerdotaux


était pour moi l obj et le pl us odieux et le’

plus e ffrayant Cette disposition ne fut pas


.

entièreme nt détrui te par ma première


co m munion et je n e puis rendre l im pres
,

sion que prod uisit sur moi peu de temps ,

après la vue d une procession L es chan


,

.

tres que j e regardais comme des prêtres ;


leur fi gure leur tenue leur ton leur voix
, , , ,

leur chant lourd dénué de tout sens de , ,

to ut cœ ur de tout esprit de toute beauté ;


, ,

l air dévot et hypocrite de plusie urs vi



sa ge s les chapes le serpe nt les bonnets
, , ,

poi ntus tout ce S pectacle faillit en une


, ,


h e ure me faire perdre la foi Est ce là me . .
, ,


di sais je le co stume de la vérité le c ulte de
, ,

D i eu ?
Mais en ce temps j e p ortai s encore ,

D i eu dan s m on cœur par l innocence et ,


p a r la paix ; rien d extérieur ne l en ’


eût ’

a r raché .

Mais survint l epoque du scandale Mon .

i n nocence mon horreur du mal mon zèle


, ,

p our l étude

mes succès plus, q u o rd i

n ai re s mon mépri s des tyrans de collège


, ,

m a vaient fait surnommer l orgu ei lleuæ


’ ’
.



C était à tort en ce temps là du moins
,
.

Ma is de plus il y eut une ligue ou tacite


, ,

o u formelle pour m appre nd re le mal et


m e le faire aimer Avec le temps on par .


,

vint à réaliser la première partie du plan .

Ce que j appri s me parut être précisémen t


l a mort ou la cause de la mort Eton


,
.

nante impression dont je n ai bien com ’


— 26

pri s la pro fonde vérité que fort longtemps


après !
Cependant un j our vint où j eu s ho nte ’

de me con fesser En même temps la ligue


.

taci te continuait pour me faire perdre la


religion .

On me disait L a con fession ! tu as


cent fois trop d esprit pour prendre ces

sottises au sérieux ' D un autre côté ’

on me prouvait que l Évangile ne pouvait ’

être la parole de Dieu parce qu il s y trou ,


’ ’

vait des solécismes comme celui ci Me ,


-

m en to hom o q uia p u lvis es et i n p u tve


r em r ever ter is Or disaie n t les éco
.
,

liers nous savons tous qu il faut dire


,

Mem en to hom o le p u lvere m esse par , ,

la règle du que r etran ché ; ce qui me pa


rai ssait incontestable Et j e ne vérifi a i s pas.

non plus si ce texte était dans l Évan ’

gile O n voit par cet exemple combien

1
( ) C tt p b à
arole attri uée l

Évangile par l ignorance ’

è
e e

d e s j e un e s é colie rs, e st tiré e du liv re de l a G e n se


— 27

nou s avions tous d esprit Cela se passait ’


.

en classe de troisième .

E n seconde nous vi mes venir au com


, ,

m en ce m e nt d e l année un nouveau pro


fesse ur un bel homme de vingt quatre —


,

ans qui avait la croix d honneur ! B utho n


,

siasm e dans toute la classe ! Et l e nthou


siasm e s accrut encore lorsque dans une


énergique profession de foi il nous apprit ,

qu il était ennemi des tyrans ami de la


vertu et supé rieur â toute superstition Il .

se moquait beauco up d H om è re de la ’

Bible d u Pape ; il racontait les faits de la


,

tyran nie et de l inqui sition Sur ce tous



.
,

les é l èves de seconde perdirent la foi On .

lisait les R ui n es de Volney les Cu ltes de ,

Dupuy et la pro fession de foi du Vicaire


savoyard On disait C e st bien démon ’
.

( m, L e memento homo été j


a outé la litur ie g
p
a p ar

de l Eglise qui e m loie ce tte orm ule d an s la c é ré m o



f

p
nie de l im ositi on d e s c e n d re s aux fi d le s
( No te des è .
tré ; tout est faux Mais ya t i l un Dieu
— .
? -

L e s uns disaient oui les autres non Je ne


,
.

fus j amais dans la n égation ; m ais le doute


me tenta un instant .

L e pro fesseur de seconde devint l ido le


de ses élèves ; le proviseur qui était un ,

prêtre s en dé fi ait : quelques maîtres d é


,
’ ’

tude soutenaient le proviseur Un j our j e .

cherchai querelle à l un d eux pour ce ’ ’

moti f et me battis avec lui j usqu au sang


,

.

Eh bien ! ce pro fesseur pour lequel o n se


battait qui gouvernai t les consciences en
,

maître absolu qui décidait ce qu on ferait


,

de Dieu et du christianisme ce pro fesse ur ,

était un pur et simple menteur Il no us .

racontait ainsi qu à nos familles de pro


,

d igie ux hauts faits maritimes dont il se


disait le héros le tou t était absolument
faux sa n s aucune trace de fondement
, ,

comme on l a su lorsqu il eut q uitté le


’ ’

collège .

Or cette ridicule et pitoyable histoire de


,
29

q uelques polissons est à mes yeux d une


, ,

tort grande gravité ; car c est ainsi qu en


’ ’

France depuis cinquante ans la plupart


, ,

d e s hommes de la haute classe et de la


classe moyenne perdent la foi pendant
leurs années de col lège .

J e xce pte une circonstance les predi


cate urs d i rré li gi on sont loin d être tous


’ ’

des me nteurs Un grand nombre sont très


.

si n cères je le sais par ma propre expé


,

ri cuce Dès cette époque en e ffet j e fus


.
, ,

saisi d un grand zèle de propagande irre


ligie use .

En outre com m e presq ue tous lesjeunes


gens de cette époque nous maudissions la
,

Charte et les B ourbons nous ad m irions les ,

carbonari et les sociétés secrètes ; l É lise


g
n était à nos yeux qu une o ffi cine de men
’ ’

songe se li guant avec la tyrannie des prin


ces pour abru tir les peuples N ous étions .

fous .

Je n oublierai j amais cet homme consi


'
— 30

dérab le , homme d esprit et de cœur e n


voyé à Paris de ma province pour o ffrir


, ,

une couronne d or à Manuel Je me rap



. .

pelle encore corhm ent il admirait enco n ,

rageait ma précoce vertu mon énergie ,

civique et comment dans une promenade


, ,

o ù nos cœurs s ouvraie nt me montrant le


palais et le beau jardin du L uxembourg


sous un étincelant soleil il s écriait avec ,

,

l accent d une irrésistible douleur Belle


’ ’

cité ! beau ciel ! belle nature ! faut il que -

cette admirable splendeur soit flétrie et ,

les travaux des hommes dévorés et ce ,

soleil terni par l atmosphère de la ser ’

vitud e !

Ces discours npus électrisaient N ous .

frémissions nous bondissions nous ne


, ,

méditi ons plus que soulèvements et révo


lutions .


Oui nous étions fous J avais dix sept ou ’

, .

dix huit ans ; sans étude sans ré fl exio n


-
, ,

sans connaissance de cause mais d accord ,



32

Mais Dieu a soin des âmes . 0 c u stos ho


m in u m dit la Sagesse Je ne crois pas
que Dieu permette j amais que notre âme
boive du poison pur ; il ne l a pas permis ’

pour moi .

Cet homme qui mentait chose que je ,

n ai jamais comprise ; cet homme qui nous


faisait perdre la foi n ous fit d un autre


côté peut être beaucoup de bien Il avait


-
.

de l élan de la ver ve il n é tait pas inca


, ,

pahle de conviction ; je lui ai tout par


donné depuis longtemps .

De fait il nous prêchait avec ardeur


,

certaines vertus la contin ence la tempe ,

( 1) Ce tte p arole e st du livre de J ob ( ,


VI I N
( ote
des édi teurs .
)
rance la force le courage le désinté res
, , ,

sement le dévoueme nt la ,
Il ,

voulait qu on fû t chaste et sobre que l on


,

fû t avide de lumière et de force que l on


osât tout pour dé fendre la vérité ; que l on


sacri fi ât tout pour ses frères ; que l on s ai


’ ’

mât les uns les autres Du moins c était .


,

ainsi que nos cœurs naïfs entendaient sa


d octrine On j ura de tout p artager dans la
.

vie de vivre et de travailler e n semble pour


,

le bien ; la grâce de Dieu aidant ces ,

idées et ces sentiments en rayaient le m al


sur la pente et prép araient un avenir
meilleur .

De plus comme j e l ai dit je travaill ais


,

touj ours avec ardeur et un très grand


succès Je ne dois pas oublier ici quelle
.

fu t l une des causes de ce succès Un jour



.
,

un vieux prêtre chargé d i n specte r le


collège ce do n t le collège se m oquait


,

fort s approchant de m oi me dema n da si


, ,

j avais compris m a version Je lui dis



.
qu elle étai t di fficile sur quoi il me do nna

ce conseil Mon en fant quand vous ,

aurez quelque di fficulté dans votre tra


vai l élevez votre esprit vers Dieu et priez
,

le de vous aider et Dieu vous aidera


,
.

Je méditai pendant quelq ue temps cette


parole qui m é ton nait fort Je faillis la
,

.

rej eter d abord comme une superstitieuse


.
,

absurdité Dieu me disais je se mêle t il ,
-

de mes version s ? A la fin il me parut ,

qu en e ffet Dieu pouvait se mêler de tout


et de fait je mis le co n seil en pratique .

Cette pratique m est devenue de plu s en


plus habituelle et il est très certain que


,

m e s succès de collège lui sont dus en très


grande partie et qu en tout genre de tra
,

vaux et de di fficultés dans toute ma vie , ,

cette pratique a été ma force et à peu près


mon unique méthode L ors même que .

j eus perdu toute foi et dans les quelques


années ou j e croyais à peine en Dieu je .


,

pe rsévérais d un e certaine man ière la



35

prière était moins formelle moins exp li ,

cite m ais c était un ardent désir qui s a


,
’ ’

dressait indirectem e nt à Dieu et invoquait


implicitement son seco urs L e ffet ce me .

semble n é tait pas n ul


,

.

Je travaill ai s donc avec ardeur et succès ,

surtout lorsque l on m eut envoyé à Paris


’ ’
. .

En seconde je m attachai exclusivement à


,

la poésie et a Virgile accumulant toute ,

m onardeur sur ce seul point et ne faisant ,

que des vers latins Cet exercice dont on .


,

se moque beaucoup aujourd hui a eu pour ’

moi cet avantage de m appren dre profon


,

dément lê latin de m i nitier à l art d é


,
’ ’ ’

crire en commençant à me rendre maître


,

des mots j usque dans le nombre et le poids


des syllabes et de développer en m oi la
,

faculté poétique L année suivante en


,
.

rhétorique j e m attachai uniquement à


,


Tite L ive à Tacite et au discours latin
. .
,

J écri vai s en latin avec bonheur Je pen



.

sais en latin Comme j e l ai dit cel a me


.

,
36

rapportait tous les succès que l on peut ’

avoir au collège Mais cela me rapporta .

plus encore .

E n e ffet c est ce travail qui m a sauvé


’ ’

,
.

L e travail ardent est une prière de l intel


lige nce Cette prière implicite presque


.

continuelle me tenait attaché à Dieu d une ’

certaine manière pendan t que j avais hor ,


re ur de toute religion pendant que j e fai ,

saistous mes e fforts pour rendre incrédule s

to us ceux que j e p ouvais atteindre ne ,

cessant d exprimer mon mépris mon dé


goût mon horreur po ur tout ce qui tenait


,

à la religion .

Une autre cause encore m a préservé ’

c est mon amour extrême pour mes pa


rents pour ma mère surtout J étais au


,
.

collège à Paris loin d eux A travers ma


, ,

.

bonne humeur et ma j oie leur absence ,

m é tait toujours sensible au cœur par fois


j usqu aux larmes et tenait mon âme en


é veil .
37

C est alors qu arriva le plus grand des


’ ’

événements de m a vie 0 mon Dieu je


.
,

vous remercie encore une fois de ce grand


don de votre paternelle pro vidence ! accor
dez moi la grâce aujourdhui après plus
-
,

de trente ans d en faire le récit avec vérité


,

et utilité
.
Jetais alors âgé de dix sept ans et demi
-
.

Je j ouissais de tout le bonheur qu un en ’

fant peut avoir Je venais de remporter le


.

deuxième prix d honneur ce qui me cou


vr a i t d e gloi r e aux yeux de mes condisci

ples J adorais mes parents qui étaient


.

heureux et glorieux de mes petits succès .

J avais de très chers amis du collège ; je


j ouissai s de la santé laplusbrillante etd une ’

débordante plénitude de facultés ; j étais ’

plein de confiance et de j oi e .

C était un soir d automne Nous venio n s


’ ’
.

de rentrer au collège après les vacances .

L e s élèves étaie n t au dortoir et chacun ,

ve nait d e se retirer dans sa cellule Au lieu .

de me déshabiller je m étais assis sur mon


,

40

Pourquoi pas ? Je le vois déjà les hom


mes travaillent peu ; très peu d hommes ’

ont de la volonté de la persévérance et ,

de l énergie C est une mollesse et une



.

atomic générales Donc j e l e m po rte rai si



.

j e le veux bien a force d ardeur de tra


,

vail et de ténacité .

J apprendrai à parler et à écri re Je



. .

pa lerai et j écrirai aussi bien que ceux


r

qui parlent ou écrivent le mieux Je serai .

avocat très bon avocat Je n e mentirai


,
.

jamais ; car c est absurde impossible et


dégoûtant Quandj e défen drai une cause


.
,

on saura qu elle estj uste ; quand j e dirai


quoi que ce soit on sera certain que je ,

le pen se J acquerrai une belle position


.

et une grande fortune .

Mais un métier ne su ffit pas Il faut .

quelque chose de mieux et de plus grand .

Il faut faire quelque chose de b eau J é .


cri rai quelque ouvrage Ah ! mais à ue]


q .

rang littéraire cet ouvrage pou rra t il— -


me —
placer ? Arriverai je à l Acadé m ie ’

française ? sans do ute M ais encore à quel .

niveau de gloire ?sera cc comme L aharpe


ou Casimir Delav igne ? ce serait


m ais peut être que ce n est pas

-


Serait cc comme Vol taire Rousseau Ra , ,

cine Corneille Pascal ? Oh ! ceci est


, ,

peut être trop ambitieux Enfin on ne


- .
,

peut pas savoir .

Touj ours est il que voilà devant moi


-

u n bel ave nir Q uel bonheur ! Courage !


.

courage !
Mon père m a mère et ma sœur seront
,

heureux J aurai bien des amis J achète


.

.

rai une maison de campagne assez près


de Paris Je me marierai O h quel choix !
. .

et quel amour !
Telle fut la prem 1ere p artie de mon dis
cours intérieur qui s arrêta i ci pour faire
,

place à une espèce de contempla ti on d u


bonheur de ma vie En ce moment Dieu .
,

me donna une imagination étonnante de


42

lucidité de fécondité de m ouvement e t


, ,

de beauté Je voyais se dérouler ma vi e


.

d année en année dans un bonheur crois


s ant ; je vo yais les personnes les choses , ,

les événements les lieux Je voyais mon


,
.

château mes amis ma famille ; la belle


, , ,

l adm irab le compagne de m a vie ; mes en


fauts les joies les fêtes l e b on h e ur i ntî m e


, , , ,

le bonheur partagé .

Je ne sais combien de temps dura cette


contemplation ; c était magnifique et sai

si ssant Tout le bonheur possible de la


.

terre était concentré là . .

Mais cette contemplation avait son pro


grè s Tout allait touj ours de mieux en
mieux et j e disais touj ours Encore ! en
core ! après ! après !

Aussi ne pouvais je m empêcher de voir ’

q u à telle

époque de mon bonheur j aurais ’

tel âge et je com m encai à penser qu alors


,

mon père seraitbien vieux et que peut être ,


-

il mourrait en ce temps là ma mère lui -


.
43

survivrait mais ,

peut être
pas plus de dix
ans Et si ma sœur mourait avant moi ! ! si
.

tel et tel mourait ! Si je venais à perdre ma


fe m m e'
On a vu des hommes survivre
à to u s leurs amis a toute leur famille, ,

mê m e à leurs Oh ! que ce doit


être
L é tin ce lant soleil qui un i n sta nt avant

, ,

dorait mon imagination commençait à ,

donner une tout autre lumière Un large .

e t n oi r nuage passait devan t l e soleil Tout .

pâlissait et il fut inévitab le de dire Après


,

tout cela moi aussi j e mourrai !


,

Il viendra un moment où je serai couché


sur un lit etj e m y débattrai pour mourir
,

et j e m ourrai et tout sera fi ni .

Dieu donnait touj ours à mon imagina


ti on la même force Il me fit voir et sentir
.

et go û ter la mort comme il venait de me


,

faire voir se n tir et goûter la vi e Il est


,
.

impossible d exprimer avec quelle vérité j e


vis la mort j e la sentis tout entière Elle


,
.
me futm ontrée donnée dévoilée A l heure
, ,
.

réelle de la mor t j e ne la verrai,


pas plus

clairement ; peut être la verrai je et la—
sentirai je avec incomparablement moi ns
-

de force et de lucidité .


Tout est donc fini ! me disais je ; plus de
père plus de mère pl us d amis ; la bien
, ,

aimée de mon cœur n est plus j e ne suis ’

plus de soleil plus d hommes plus ,


de mo nde ! plus rien !


J ai passé en un instant ! Je vois encore

d ici mes années d en fance je les vois de


’ ’

mon lit de mort Il n y a pas loin de l en


.
’ ’

fan ce a la mort ; c est un jour qui finit ’

bien vite c est un rêve !


,

Voilà donc la vie !tous les hommes nais


sent e t meurent ainsi ! Depuis le oommen
cement d u monde jus qu à la fin il en sera ’

ainsi les génératio n s se succèdent et pas


,

sent vite ; chacune vit un instant et dispa


rai t ; m ais c est affreux !

Alors j e voyais ces génératio n s passer et


45

disparaître comme des troupeaux qui vont


,

à la boucherie sans y penser ; comme le s ,

flots d une rivière qui approche d une ca


’ '

taracte où ils descendent tous à leur tour


, ,

mais pour rester sous terre et ne plus re ,

trouv er le soleil .

Je voyais de petits flots dans ce fleuve , ,

surgir et jaillir un instant et pendant la , ,

d urée d un clin d œil répercu ter un rayon


’ ’

de soleil puis s e n foncer Ce fl ot c est moi ;


,

.
,

ceux qui ont lui tout a côté sont les êtres


q ue j ai aimés

mais tout est déj à replong e
d ans le gou ffre
A cette vue j etais immobile et co m m e
,

c loué par l étonne m e nt et la terreur



.

Mais qu es t cc que tout cela veut dire ?



-

— —
m é criai je Pourquoi ne cherche t on pas

.

d abord l explication dé toutcela ?P ersonne


’ ’

ne s en inquiète on passe san s s in for m er


,

de rien ! on vit comme des m oucherons


qui dansent et bourdonnent dans un rayon
de soleil ! à quoi servent donc ces appari
3 .
tions d un instant au milieu de ce fleuve

——
qui passe ? Pourquoi pa sse t on ? Pourquoi
est on venu A quoi bon ? J étais déses
- ?

p ere Je regardais touj ours avec terreur


.

l ab om in ab le et insoluble énigme

.

L e désespoir alors me port a â rasse m


bler mes forces et à chercher quelque part
,

quelque ressource Se peut il que ce soit là


.
-


tout ? Se peut il que tout soit absurde inu ,

tile et dénué de sens ? L e s choses ont


,


elles un sens et q uel est il ? Si ce n est pas ’

là tou t où est le reste et à quoi sert ce que


, .

je vois ?
Je ne voyais aucune réponse à ces ques
tions m ais je commençais à penser à Dieu
, . .


0 m on Dieu ! Y a t i l donc un Dieu ?
-

Et touj ours plus désespéré j e fi s un ,

n ouvel e ffort tout mon être éprouva


co m me une énergique concentration de
toutes ses forces vers le centre Je ren .

trai dans mon âme et pénétrai en un ins


,

tant âdes profon doursque je n avaisj amais ’


48

religion mais cela me paraissait fade et


,

n arrê tait pas d aille u rs mon attention


’ ’
.

Seulement j étais sorti du désespoir j e


,

sentais que la vérité existai t que j e la


,

connaîtrais que j y co n sacrerais ma vie


,

entière.
Il semble que cette grande leçon de
Dieu a urait dû trans former ma vie dè s ce
moment Il n en fut rien H élas ! j e sais ce
.

.

qu on appelle ne pas répondre à la grâce


de Die u Je ne tirai presque aucune co use


.

q ue n ce immédiate n i en pratique
,
ni en
théorie de ce que j avais vu Je conti
,

.

n uais à bien travailler ma rhé torique en ,

quoi j étais dans le bon chemi n ; mais je


ne m occupais pas de réfléchir sur la


grande lumière qui m avait péné tré et je’

n étais pas beaucoup plus fort qu aupara


’ ’

vant contre le mal Mon bonheur était tou


.

jours d avoir de bonnes places et de faire


un bon discours latin et d aller presque


tous les dimanches avec mon père dîner


50

chez un ami oû l on chantait au dessert les


chansons de Béranger Mon bon h e u r était .

de porte r toujours sur moi une rose arti


fi cie lle fr agment d une parure de bal qui

m avait été donnée Cette rose que j e re



.
,

gardais de temps en temps m i nspirait ,


l amour du travail l amour de la vertu le


,

besoin de la pureté le désir d e la gloire ,


.

L a donatrice se trouvait d ailleurs presque


tous les di m anches chez cet ami où l on ’

chantait les ch anso ns de Béran ger Pen .

dant deux ans je l adm irais et l aimais ar


’ ’

d e m m e nt mais je ne lui parlais presque


,

poi nt j e lisais la N ouvelle H éloïse et mon


.

cœur se fondait d a m our et jedisais au ssi


Nos années s écoulent com m e de


et j e ne suis point avec toi .

Je ne m e faisais point le moi n dre scru


pule de lire les plus mauvais livres ; et en ,

ce se n s nous é tions bien placés Nos m ai


, .

tres nous en donnaient L un d eux avait .


’ ’

d ans ses matelas un recueil d e gravures


51

o bscènes l l avaitperm i s aux gr a nds d ont


.
,

j étais d entrer dan s sa ch ambre un à un


,

pendan t son a bsence pour les regarder a


,

l aise ; ce maître était aimé et co n si déré


des élèves ; surtout parce qu il passait pour


être de m oitié dan s la façon d un vaude ’

ville fort sale qui av ait du succès Un autre .

empruntait les montres des élèves et n e


le s rendait pas Je co nn ais tous ces faits
.

avec certitude De tous les maîtres de cette


.

p e n sion dont j aie gardé souvenir un seul


était un hon n ête homme Quant au che f .

de l institutio n il me prit un j our à part


et me dit Mon cher j e n e suis pas pl us,

bigot que vous et je ne crois pas plus


,

que vous à tout cela cependant je vous


demande de communier à Pâques cela
est à propos dans cetemps ci L abbé -
.

de Fraissynous était alors ministre de l ins ’

tructi on publique A q uoi j e répon d is


.

Je ne dis pas que j e ne crois pas ; je dis


seulement que je ne communierai pas .
C est dans ce cloaque que nous vi

vions .

Mais en l année dont il s agit après la


’ ’

n uit lumineuse dont j ai parlé j é tais pl us


’ ’

sérieux Bien des choses se passaient en


.

moi s ans moi L impression de Dieu sub


,
.

si stait d autant plus pro fonde que j e ne la


voyais pas ; j e co m prends auj ourd hu i ’

qu il se passait en moi ce que dit l É van


’ ’

gile L orsqu un germe a semé ce germe ’

cro it et se développe soit que l hom m e ,


veille soitqu il dorm e ( l ) Je dormais


,

.
,

et le germe croissait Voici la preuve de .

cette croissance c est qu à dix huit ans ’ ’


-
,

j étais aussi pro fondément péné tré de la


vanité de toutes choses que je le suis au


j ou rd h ui Un

jour ( on m avait
. alors donné ’

une chambre par ticulière à un étage fort


élevé ) je regardais à ma fenêtre et voyant
, , ,

1
( ) Ce tte p e n sé e trouv e d an s l

Evangile de sai n t

à g
se

Ma c chapitre IV ve r et s 26 28 ( v i é ale m e nt saint

III
r , s o r
,

M athie u, X 24 et ( Note des éditeurs ) .


— 53

cette hauteur j e m e disais à moi même


,
-

avec une grande conviction Je ne me


jetterai certainement pas par cette fe
n è tre ; mais si quelq u un ve n ait m y
’ ’

jeter par surprise il me rendrait un ,

grand service Je n avais d ailleurs


.
’ ’

aucun suj et de tristesse m ais la vie me ,

semblait inutile et dénuée de sens Quel .

ques mois au paravant dans m on rêve ,

d avenir j e désirais tout Maintenant j e ne


,
.

désirais plus rien En ce moment même .

où je pensais a la mort com m e à un bien ,

je me souviens que faisant ens uite le tour


,

de ma ch am bre livré à ces réflexions je


, ,

me disais Q u e faire en e ffet ? où y a t il - -

du bonheur L argent ! allons donc !


?

L e s honneurs ? c est ridicule ! L e s plai


sirs ? L ambition ? hélas non ! Quand j e


serais géné ral m in istre empereur et


'

, ,

roi que s ensuivrait i l pour mon bo n


,

b e ur? L a vie est vide c est c ertain tout


, ,

est ennuyeux .
— 54

En même te m ps je commençais à j uger ,

les hommes et mon siècle Je considérais .

l e s hommes co m me un vil troupeau et ,

mes camarades sau f un ou deux comme , ,

des imbéciles Ce cloaq ue de stupides .

gamins comme j e parlais alors et de


, ,

m aî tre s ignoble s m i n spi rait le plus pro


fond dégoût et le pl us pro fond mépri s Je .

com m e nc ai s à j uger les hommes du jour ,

et voyant des célébri tés qui avaient prêté


,

serme nt à l empire puis à L ouis XVII I ’

,
.

puis à l empire puis encore à L ouis XVIII


, ,

je m e disais —
Qu est ce que tous ces ’

farceurs là ? sont cc l a des hommes ?


— -

Puis considérant la violence et le vide ou


, ,

l i n i nte llige nce des discours et des menées


politiques j en vins à pouvoir comprendre


,

.

ce mot d un camarade plus âgé déjà sorti


d u col lège et qui avait été carbonaro


,

Mon cher ni ultra ni libéral ! il n y a de


,

sagesse d auc un d es deux côtés ’


Ce .

mot ve n u à propos me fi t un prodigieux


, ,
56

cette idol e avec tran sport ; je me sentis


li b re li b re de ce j oug ou plutôt de ce bât
, ,

honteux et ridicule que por tait la fo ule


imbécile Quand je voyais ces i d iots adorer
.

l i ndigne polisson commej e parlais alors


, ,

q u i av a it sali la France en voulant d é sh o

norer Jeanne d Arc mon cœ ur bondissait


d i ndignatio n mon sang éta it en flammes


, ,

et j e commençais à concevoir quelque sé


rieux amour de la sagesse En ce m ême .

temps j e lisais les oraisons funèbres de


,

Bossuet que nous devions apprendre par


,

cœur et j e m e consolais a vec Bossuet du


,

pro fond ennui que m in spi rai t Massillon ’


.

Je trouvais dans Bossue t de l énergie ’

chose q ue j e commençais à aimer pas


sio n né m e nt en vo an t artout son absence
y p , .

Q uand je lisais dans Bossuet Vanité des


vanités ettout estvanité je com pre nais
, ,

ce la j e crois autan t que Salomon Et


, , .

q uand il ajout a it To u t est vanité sau f ,

l aveu de sa vanité et ser vir Dieu j e


, ,
tressaillais à l espoir de q uelq ue sublime

e xception à l un ive rse lle vani té mais j e ne


comprenais en rien ce que voulai t dire


Servir Die u Ce m ot pour moi n avait
.

point de sens En ce même temps j e me


.
,

mis à lire les Mém oir es d e S a i n te H élèn e ; -

j

a d m i ra i s d ans le grand ho m me la force
d abord puis l originalité de son génie

,


i n d é pe n dan tde la platitude du dix huitième
siècle Je le voyais ave c plaisir aimer H O
.

m ère et la Bib le (Jamais je n avais vu



.

u n e Bible Je trio m phais en l e nte ndant ’

p arler avec mépris de Voltaire des i dé o l o ,

g ues et des avocats ; j étais ra vi d e joie en ’

le voyant jeter par terre la stupide tragédie


de M ahomet et s écrie r Cet homme ne ’

connaissait ni les hommes ni les choses .

N apoléon du reste n était pas mort Je le


, ,
.

voyais de loin sur son rocher de Sainte


H é lè ne Je me d emandais s i l ne ser ai t

.

s possible de l aller délivrer et de l aider


’ ’

p a

à relever l Eur0 pe de son aplatissement



. .
58

E n ce temps je pris goût à la solitude ; j e


,

passais des j ournées entières seul dans , ,

ma chambre ou bien j allai s marcher pen


,

d ant six ou huit heures avec la pl us extrême


rapidité a travers champs hors des ro utes
, ,

e t des sentiers .

Au milieu de tou t cela aux yeux de la ,

foi et selon que j e vois les choses aujo ur


,

d h ui j étais depuis cinq ans en état de


’ '

péché mortel Or vers cette même époque


.
,

un rêve lucide envoyé de Dieu sans nul ,

d oute me fi t une grande impression Je


,
.

me voyais étendu sur mon lit dans ma ,

chambre ; et m oi qui alors aimais tant ,

l énergie la force physique et morale je


, ,

voyais mon corps tout ramolli et mes

chairs cuites en quelqué sorte par je ne


, ,

sais quel fe u mauvais Une voix intérieure .

me disait que c était le feu du péché M ’


es .

mains touj ours dans ce rêve se portèrent


, ,

ca et là sur mon corps et tout fléch i ssait


°

j
'

e n l e va i s des morceaux de chair sans ,


d o uleur ! j e découvrais les os touj ours
,

sa n s douleur ! cette absence de d ouleur

é ta it quelque chose d effroyab le ! Je me


r é veillai d horreur ; j e m e retrouvai vi


v a n t entier se n sible mais je compri s la


, , ,

v é rité du rêve et j en conservai une pro


fo n d e et salutaire impressio n .
J etais donc dans ces dispositions ab so
l um ent seul sur la terre ! Seul en ce sens ,

que mes parents bien aimés ne pouvaient


-

avoir aucune connaissance de tout ce qui


se passait en moi Je n en pouvais parler
.

à person n e Je trouvais trop nuls trop in


.
,

te llige nts tous ceux que je rencontrais .

J étais assommé de la niaiserie et de la


fadeur des conversations J avais des n a u



.

sées en entendant les banalités vides de


sens les absurdes préj ugés que quelques
,

gens répétaient to uj o urs dans les mêmes


term es et du même ton Je ne rencontrais
.

personne qui aimât la vérité ni qui e û t de ,

l élan Je dois dire que je vivais dans un



.

tel milieu que depuis cinq ans je n avais


, ,

pas j e croi s parlé une seule fois a un pré
, ,

tre O u à un chrétien Tous les prêtres .

co n tinuaient à m i nspire r le plus pro fond


.

m é p ris et le langage dévot ordinaire le


,

dé go û t le plus insurmontable Ja m ais j e .

ne m ettais le pied dans une église ; et un


j o u r comme premier de la rhétorique
, ,

ay a nt dû adresser un compliment très ,

m o déré d ailleurs en vers latins à M de


, ,

Q u é l e n a rchevêque
,
de Paris qui visitait ,

le collège H enri IV j e m en repentis en ,


s u ite comme d une lâcheté Au reste cette ’


.
,

s e c onde année de rhétorique fut mon


a n née d orgueil Chacun comp tait sur

.

m oi pour le prix d honneur du concours


g é néral Je l espé rais fort et aussi tous


.

le s a utres prix J avais fait de très bonnes



.

co m po sitions dans toutes les parties et ,

l o n ne doutait pas du succès M o n maître



.

d e pension m an nonç a après la correction


, ,

q u e l on était

certain au moins du prix
d honneur et du prix de discours fran

62

ç ai s Je n e us pas même un accessi t On


.

.

attribua cet échec invraisemblable à ce

que toutes mes compositions avaient été


déchirées par ordre supérieur vu l éne r ,

gie i ndécente de l e S prit révolutionnaire


q u elles exhalaient C était bien probable



.

ment faux mais la vérité est que Dieu


,

d aigna pun i r ainsi mon orgueil qui avait ,

réellement levé la tête L es cinq premiers .

prix remportés au collège mais sans prix ,

de concours général me parurent un ,

honteux échec .

Mon orgueil dis je avait levé la tête



, ,

mais néanmoins pas très m alignem en t Il .

y avait certainement quelque chose de sa


lutai re et de légitime dans l indignation

superbe avec laquelle je m é levais au des ’


-

sus du cloaque o ù j avais été jeté Et il y



.

avait certainement b eaucoup de vrai dans


mes j ugements sur l état intellectuel des ’

hommes Aujourd hui encore trente ans


.

après et n ayant qu à me lo uer de tout le


,
’ ’
Ce n etait pas sans valeur a mes yeux .

D ailleurs le nouveau venu était de mon


âge Dès la p remière visite ce jeune


.
,

homme me parut remarquable parce que , ,

pendant toute la conversation il ne dit pas ,

une seu le sottise et ne pro féra pas une seule


phrase banale Je l e ngageai à revenir
.

pour causer de philos0 ph ie Il revint quel .

ques jours après sans empressement et , ,

j e ne fus pas moins satis fait de sa conver


sation L orsqu il s en allait je lui dis
.
’ ’


A quoi donc vous destinez vous ? Il ne . »

répondit pas J insistai Il me dit : Vous


.

.

compren drez que je ne reste pas ici ;


j attends une réponse d u ministère de la

marine je veux vivre sur mer pen d ant


,

quelques années Et pourquoi faire ?


.

Je vous expliquerai cela un autre j our ,


me dit il ; il faut que j aille à l étude ’ ’
.

Auj ourd hui un seul mot j e veux ex


poser ma vie en face de Dieu et vivre ,

en sa présence pendant la tempête au ,


65

milieu d u désert de l océan Au reste ’


.
,

j ai consacré ma vie au service de J ésus


Christ Et il me q uitta
. .

Pro fond étonnement ! i m pression d ail ’

le urs favorable et agréable Voilà un .

homme m écriai je C était la première


,

-
.

fois de m a vie que j e n te n d ais prononcer


avec foi avec intelligence et avec fer


,

m e té le nom de Notre Seigneur Jésus


Christ mon maître bien aimé qui m était


,
-

alors inconnu ! Ce nom j usqu alors n avai t ’ ’

été gravé ni dans mon intelligence ni sur



mon cœur Que veut il dire ? me deman
.


dais je Et comme ce singulier jeun e
.

homme ne revenait ni le lende m ain ni le


s urlendemain j allai le chercher le soir
,

d u j our suivant et l e m m enai dans ma ’

chambre où heureuse m e nt il pouvait


, , ,

m e consacrer plusieurs heures Je l ui de .

m andai ce qu il voulait dire par ces mots


Consacrer sa vie au service de Jésus


Christ
66

Alors il prit la parole et parla seul pe n


dant deux heures Je n avais ce me sem.

ble jamais entendu l accent d une convi o


,
’ ’

tion forte en aucun genre ni su rtout l ac ,


cent et l esprit de la foi vive Je fus saisi



.
,

charm é dilaté entraîné Depuis un an


, ,
.
,

j atten dais ce qu il m appofl ait Seulement


’ ’ ’
.
,

comme il appelait cela le catholi cism e ,

je n y comprenais rien d abord



Mai s ’


enfin mon cher ami l ui d isais je I ab ru ’

, , ,

ti sse m e nt de la superstition l é te igno ir


sur toutes les lumières le fer et le fe u ,

contre tous les esprits élevés l alliance ,


avec tous les despotismes l i nsupporta ,


ble laideur d un culte décrépit l ignoble


,

hypocrisie des faux dévots ce n est pas ,


là sans doute ce que vous m apportez ? ’

L ui En aucune sorte et j e déteste


.
,

cela autant que vous ou plus que vous .

Mais dites moi trouvez vous que toute


- — ,

cette masse qui nous ento ure est dans le


vrai ?
— 67

Mi o Non El le est dans le faux


. .

pleinement .

L ui .

Pen sez vous que ce soit là
Vi e ?

Non c est un sommeil un


,

un abrutissement .

Bien Vous voulez donc autre


.

Oui certainement ! ,

L ui Eh bien ! mon cher il faut


.
,

devenir un apôtre de la j ustice et de la


vérité .

Moi C est précisément ce que je


.

demande .

L ui Il faut tout sacrifier envoyer


.
,

prome n er le barreau la tribune le , ,

comptoir et le reste et vivre comme un ,

ho m me en face de Dieu seul et pour le


bien de l humanité ’
.

Moi Ceci est évidem m ent beau


. .

L ui Il faut montrer aux hommes


.

la vérité et les rendre meilleurs .


68

Mio . Ah ? oui ! mais la vérité où la ,

prendre ?
L ui . En N —
otre Seigneur Jésus
Christ .

Oui c est un no b le nom un


,

beau nom ; m ais la foi j e n en ai pas ,


trace.

L ui . Vous en avez plus que vous


ne pensez ; allez en avant le reste vous ,

viendra .

Moi . Non je ne puis rien que par


,

la vérité et la co nviction Impossible de .

faire un seul pas sans y voir Je vis de .

lumière ou du moins j en veux vivre


,

et ne puis aller a u hasard .

L ui . Vous vo ulez la lumière ? par



Ions e n Ces masses qui chargent la
.

terre ces fourmilières d hommes qui


,

vivent sans savoir pourquoi sont elles ,


-

dans les ténèbres ou dan s la l u m ière ?


Moi Dans les ténèbres les plus pro
.

fondes .
69

L ui Et si vo us vous S éparez d eu x
.

pour vivre en face de Dieu pour cher ,

c her la vérité se ule et pour leur faire du

b ien serez vous dans les ténèbres ou


,
-

dans la l umière ?
Moi Dans la lum i ere assurément
. .

L ui .

Aimer Dieu par dessus toutes
chose set tous les ho m mes comme soi
même pour l amo ur de Dieu consacrer

sa vie à cela seul est ce aller au has ard


,

et sui vre une religion douteuse ?


Moi .Non certes ; c est entrer d ans
,

la religion in faillible nécessaire m ent et ,

absolument in failli b le aussi certaine ,

que la géomé trie .

L ui .C est cela Eh bien ! Jésus



.


C hrist e st il oui ou n on le c he f le
, , ,

maître et le m odèle des hommes q ui


ont vécu ou qui vivront ainsi ? A t il — —

vécu a t il parlé est il mort oui ou
- -
, , ,

non pour ouvrir aux hom m es ce che


,

min ?
70

Mi
o Il est le maître et le modèle
.
,

c est évident

.

L ui Alors si vous vous attachez à


.
,

sa suite en marchant com m e vous le


, ,

reco n naissez dans la lumière même , ,

cette lumière générale par la b énédic ,

tion cro i ssante de Dieu par vos prières , ,

vos travaux les e nseignem ents de ceux


°

qui vous auront précédé dans cette route ,

par les inspiratio n s intérieures de Dieu ,

cette lumière générale ne se déploiem


t elle pas nécessairement en détails in

finis en magn i fi ques applications ?


,

Moi J avoue bien que je n en puis


.
’ ’

douter mais où y a t il trace de cette


,
— —

lumière ?
L ui Comment ! mais dans la Bible
.

d ab o rd L Évangi le en est le foyer



.

.

Moi Je ne dis pas non


. .

L ui Et les Pères de l Église


.

hommes prodigieux dont on ne se


doute pas ?
72

vous verrez o ù sont les sage s Vou s


verrez quels crimes e t quelles erreurs
ont contribué â fon de r le protestantisme .

D ailleurs je vous défie de dire ce q ue


croit et enseigne le protestantisme Ce .

n e st ni une Église n i une doctrine


, ,

mais une déroute une tour de Babel , ,

une décompos ition L existence prolon .


g ee du protestantisme e n Europe est


une des grandes preuves de l in i ntelli ’

gence et de l inatte ntion publiques L e



.

protestantisme n a j amais eu la p rofon


de ur de la scie n ce jamais de théologi e


,

n i de philosophie —
Permettez moi de.

n en plus parler Vous j ugerez cel a



vous même en prenan t où vous vou
, ,

d re z connaissance des faits histo riques


, .

L e s faits crèvent les yeux .

Mais enfi n lui dis je venon s ,


-
,

. .

à la pratique Que puis je faire que ,

dois je faire ?
-

L ui Il faut avant toute chose vo us


.
73

p uri fi er L a lum i è re et l amour n habi


.
’ ’

tent q ue dans un cœ ur pur B ienh e u .

reux ceux qui ont le cœur pur dit le ,

maître des hommes car ils verront ,

Dieu Et il dit ailleurs dans la Bible


.

L a sagesse n h ab ite ra point dans un


corps corrompu par le péché ( l ) .

Moi Cel a me paraît vrai beau


.
, ,

très fo ndé .

L ui Il faut donc vous purifier ; il


.

faut vous co nfesser .

Moi Excellent ! lui dis je en son


.
-

riant je n en suis pas là du tout j e ne


,

crois à rien je vous dis que j e n ai pas ,


la foi démontrez
,

L ui Un moment ! il me faudrait
.

trois j ours pour vous faire une démons


tration laquelle serait bo nne ou mau
,

vaise et puis ensuite serait ou ne serait


,

pas comprise par vous Puis surtout il .


,

faut re connaître qu avec ou sans dé


1
( ) Sg
a e sse , I ,
4 .
— 74

monstration ; la foi est positivement un



don de Dieu Est cc que vous ne cro yez
.

pas que Dieu peut vous pousse r inté


ri e ure m e nt vous parler vous éclaire r
, ,

implicitement Eh bien ! moi j e vous d is


?

au nom de l Église catholique : Rentre z


en vous même ; rougissez de vos iniqui


-

tés et de toutes vos hontes intérieures .

Soul agez votre cœur en exhalant par la


parole par des larmes si vous pouvez
,

et à genoux d evant un ministre de Dieu ,

bon ou mauvais le fardea u qui vou s ,

opprime Par cet acte de vigueur et de


.

vérité devenez un autre homme ; trans


,

formez vous Voilà ce que j e vous dis


-
. .

Demandez à Dieu votre Père si cela est , ,

bie n s il le faut faire Quand j aura i


,

.

quitté votre chambre mettez vous à ge ,


-

noux ici à cette même place Elevez


,
.

réellement vers lui tout votre cœur e t


tout votre esprit ; demandez lui arde m -

m e nt la lumière la vérité ; demandez ,


l ui la foi ou du moins ce qu il faut de
,

foi pour faire un premier pas dans la


pratique et dan s la vie du christianisme .

Allez ! a llez le premier pas se vérifi era


d ai lleurs de plus en plus par les con sé

q u e n c e s Vous aimez la science


. et la l n

m ière Dieu vous les donnera vous en


.
,
»

c o mblera si vou s lui êtes fi dèle


,
.

Ai n si fut fait .

L o rsqu il m eut quitté je me mis à ge


’ ’

n o ux à cette même place qu on m avait


’ ’

m o n trée .

Je criai vers mon Père C etait comme .

u n écho d u grand cri de l année prece


dente Je press e ntais la liaison de ces deux


.

priè res de ces deux soirées et de ces deux


, ,

voix l une intérieure qui m avait préparé


,
’ ’

et qui m avait laissé un germe dans le


sei n l autre extérieure qui venait appeler


,

le germe à la lumière .

Dieu parle Il parle toujours Et quand . .

on prie sincèrement et ardemment il faut ,


76

être athée ou absurde p ou r penser qu il ’

ne répond pas Il ne vous dit pas des m ots


.
,

m ais il e ffectue en vous ce qu il veut



.

Ap rès ma prière je m e mis au lit et je


, ,

m e nd orm is sans savoir ce qu en serait


’ ’

l e ffet ; mais le lendemain sans la pl us


petite hésitation mon p remier acte fut de


,

sortir pour chercher une église et un


prêtre .
Je n e m em b arrassai nullement de choi

sir un con fesseur Ne sachant pas où


.

étaien t les églises sau f la plus proche où


, ,

je n e voulais pas aller j e pri s une rue


,

quelc o nque ; j e n trai dans la première


églis e venue et me mis au p remier con


,

fessi o n n al o ù je vis un prê tre L à j e re


,
.
,

passai ma vie d ans le côté qui n était pas ’

prop re à nourrir l orgueil l l plut à Dieu



.

de m e faire rencontrer un vieillard sévère ,

austè re et q ui m était indispensa ble en ce


,

m o m ent Il eut l heureuse inspiration de



.

m e faire attendre pendant plusieurs mois


l ab sol uti on et la grâce de la com m union

Depuis cette dernière prière et ma pre ,

mière con fession il s était fait dans mon


,
esprit et dans mon âme un notable chan
gement J avais compris l i n suffi sance de
.
’ ’

la logique pure J avais cessé de croire .


que la vérité que la religion fût u ne suite


,

de mots un discours une théorie J entre


, ,
.

vo yais que la religion était en outre une


force ; que la vérité est un être une subs ,

tance qui est Dieu le Dieu vivant J avai s



.
,

écrit sur mon petit journal ces mots


homme littéraire dangereux et vain ! ,

Je comprenais d avance le sens pro fon d ’

d une parole de la sainte Écriture que j e


ne rencontrai que bien des années plus


tard Parce que j e sors de la vanité lit
té raire j e ntre rai dans les pro fondeurs

de Die u Je commençai à bien


comprendre la distinction fon d amentale
entre les idées claires de la région logique
et la substance pro fonde des vérités im pli
cites m ystérieuses substantiellement ino
, ,

culées de Dieu à l âme L a grâce de Dieu .



.

1
( ) P S .
,
L xx, 15 .
— 80

avaient soi f de Dieu . Cor m e u m et c a r o

m ea eæ u lta ver u n l i n Deu m vivu m Je


concevais et j attendais les e ffets sub stan

tiels des sacrements surtout de la comm u ,

nion Mon esprit ma foi sous l in fl uen c e


.
, ,

de Dieu et au m ilieu de grands et heure u x


,

e fforts intellectuels et moraux terme n ,

taie nt et se développaient rapi d e m ent Qu i .

m e nseigna it la religion ? Qui me fais ait


croire queje recevrais dans la communio n


le corps et le sang du maître des hom m e s ,

du Dieu incarné ? C était Die u surtout e t ’

cela par une multitude de moti fs de rai ,

sons et de sentiments plus clairs et plus


forts que ceux qui guident ordinaire m ent
les hommes J aspirais donc à communier
.

et à recevoir dans mon âme dans mon ,

sang l âme le corps le sang et la divinité


,

, ,

de Notre Sei gneur Jésus Christ


- -
.

Mais ce désir était retardé Une n uit .

donc où je l éprouvais plus vivement j e


,

1
( ) P XXX II
S 3. L I, .
— 81

me levai Je pris du pain et adressant à


.
, ,

D ieu un e prière pleine de foi j e bénis ce ,

p a in
,
et demandai à Dieu de d onner à ma
b é nédiction toute l e ffi cacité q u elle pouvait
’ ’

c o mporter Puis je mangeai ce pain en


.
,

m émoire du Sauveur et dans le désir de la


c o mmunion J ai su longtemps après que

.
, ,

j avais fait en ce moment une comm union


s pirituelle ; c o m m union qui n est pas sans


v aleur puisque saint L iguori comparant


, ,

la co m munion S pirituelle à la communion


sacramentelle appelle cette dernière u n
,

vase d or et la première u n vase d a r gen t


’ ’

, .

Mais toujours convaincu de la réalité


des operations de D ieu du Die u créateur ,

et vivifi cate ur de l âme et d u corps je dé


si rai s toujours avec ardeur la co m munion

sacramentelle .

L e moment arriva En fi n j e reçus l ab



.

solution de tout le mal que j avais commis ’

depuis m a première communion 11 en .

résul ta un e ffet presque physiq ue auque l


5 .
82

je ne m attendais nullement la nuit qui


suivit j e dormis tout d un trait comme à


,

mon ordinaire mais le réveil fut di fférent


,
.

Au réveil j e me trou vai dans un état que


,

j avais complètement oublié et auq uel


certes je n aurais j amais pu penser si j e


n y avais été replacé Il fallait que j eusse



.

reçu un nouvel être pour connaître de


nouveau ce dont j e n avais plus aucune ’

i dée Cette idée ce sentiment nouveau


.
, ,

mais dontj e retro a vai aussitôt la mémoire ,

c était la douceur et la paix de l état d in


’ ’ ’

nocence Mon cœ ur mon âme m On s ang


.
, , ,

mon corps et mon esprit le tout ensemble ,

sentait de même et tressaillait de j oie Je .

retrouvais ma douce et pure en fance .

Je m em pressai d aller à l église et j e


’ ’ ’

rec a s la comm union d u corps et du sang


de Notre Seigneur Jésus Christ -
.

Je ne po uvais non plus m attendre en ’

rien à ce qui en résulta J atten dais tout


. .

autre chose Et d abord aucun des effets


.

,
— 83

q ue prévoyait l i m agi nation n eut lieu ’ ’


.

Mais après un silence et comme un calme


, ,

p lat d une heure



environ rentré chez moi , ,

j e sentis s élever dans ’


mon âme l a plus
f urieuse tempête et le plus terrible com b at ,

e nt re la foi pleine et l i n cré d ulité radicale


e ntre la lumière pure et les ténèbres ah

sol n es Ce fut si fort que ce devint presque


.
,

un e vision Je vois encore dans le co i n de


.

m a chambre que regardaient mes yeux ,

u n e sorte de colonn e double l umière ecla ,

tante d un côté ténèbres épaisses de l autre


,

et dans le premi er moment nul am o ur de


, ,

la l umière n ulle horreur des ténèbres


, ,

mais pleine indi fférence Je fus tenu en .

équilibre par fait pendant un quart de mi


n ute Ce fut peut être le mom e nt le plu s
.
-

solennel de ma vie ! je dus choisir par ma


liberté seule Je sentis le moment où j al
.

lais pencher du côté de l ab sol ue in créd u ’

lité Je serais retombé bien au dessous d u


.
-

mo m ent o ù j e criais à Dieu Seigneur !


84

la vérité pour que je m y dévoue ! J al ’ ’

lais deven i r un énergique ennemi de toute


religion un i mpie à j amais infl exib l e
,
.

H eureusement un très faible mais trè s


,

d i fficile m ouvement de m a volonté libre


qu aucune grâce aucune force ne semblait

appu yer que Dieu semblait avoir aban


,

donnée â son néant un imperceptibl e ,

mouvement dis j e mouvement tout libre


,
-
, ,

d esprit et de cœur m i nclina légèrement


,

de l autre côté et de là je m élançai ave c


,
.

transport dans la lumière tendant les bras ,

à Dieu et lui disant : C est vous que je ’

veux !

Depuis cet in stant je ne puis pas dire


,

avoirj amais en de sérieuse ten tation contr e


la foi .
Ceci se passait pendant mon année de
p hilosophie Or
. ces révolutions
, d e mon

âm e étaient singulièrement favorables à .

m o n intelligence Je ne puis assez d ire


.

q ue l le séri euse et f éconde année de phi


l osophi e me procura ce retour à Dieu Oh ! .

je saurai to uj ours si la foi détruit la raison ,

o u si elle la redresse et l élève Je m h a bi


’ ’
.

tuais a voir à comprendre à j uger les


, ,

opinions les grands hommes et leurs sys


,

tè m e s autrement que dans la suite de s


,

mots et la s urface du texte Je cherchais .

à voir en moi m è m e les idées d autrui Je



-
.

m orien tais par le texte pris en gros Je



.
,

tâchai s d apercevoir intérieurement l idée


’ ’

qui avait produit le texte pui s j expl iqnais


,

86

le détail du texte par l idée Je devins moins ’


.

contempteur des grands génies des an ,

cien s des idées et des questions trad i tion


,

nelles qui passent de siècle en siècle Je .

m éton nai s d entendre parler avec le plus


’ ’

pro fond mépris d Ari stote de Platon de ’

, ,

L eibnitz de M alebranche des Pères de


, ,

l Eglise des scolastiq ues et cité r leur doc


, ,

trine comme absolument ridic ule et dénuée


de sens 11me parut que la philosophie ne
.

pouvait pas n avoir été découverte que


vers la fin d u dix huitième siècle L a seule


-
.

faute intellectuelle que j aie à me repro


cher cette année là c est d avoi r pris Con


-
,
’ ’

dillac en considération lui qui croyait ,

précisément avoir tout découvert à partir


de rien J e n suis honteux et humilié au
.

j ou rd h

ui encore Cela me prouve . mon
extrême insu ffi sance et mon inconséquence
i ntellectuelle .

Mais ma faiblesse commençait à s ap ’

p yu e r sur des secours nouveaux Je lisais .


88

Ms idées en même temps prenaient une


e

autre forme et si j e puis m exprimer


, ,

ainsi elles deven aient stella i r es j e veux


, ,

dire qu elles se concentraie nt en des unités


simples en des centres vivants d où jail


, ,

lissaient des rayons en tout sens Quand .

une question de phi losophie m était pro ’

posée je cherchais son étoile et quand


, ,

l étoile était trouvée je n avais que l em


,
’ ’

barras du choix des rayons et des d evelop


p e m e n ts qui étaient
,
d ordinaire
: j ugés so ’

lides et originaux Je me rappelle que .

mon rival en philosophie garcon plein ,

d esprit et de cœur sans nulle envie ni


j alo usie m adm irai t hautement et s é criait


,
’ ’

avec enthousi asme : Où va t il chercher - -

tout cela ? Souvent cette étoile vraie ,

source de la question était Un texte de la ,

sainte Écriture ou de l I m i la ti on que je ’

ne citais pas ma is dont j e faisais la tra


,

com m e un e sorte de sac re m e nt ui


q , tout à la fi
o s,

c ache e t m ani fe ste Die u ( Note des édi teurs )


. .
d uction philosophique et littéraire Tels .

sont les secours qui suppléaient à ma fai .

blesse .

Mais surto ut je priais avec ardeur U n .

jo u r m o n père me surprit li san t ] l m i ta l i o n



.

S a colère fut égale à son étonnement .

Ah ça Monsie ur qu est ce que cette


, , ,
— ’

capucinade ? Vous allez donner votre


tem ps a ces sottises ! Déj à l année der

n i è re point de prix au concours ! Voulez

vous finir vos études par une chute ?


L orsque mon père eut quitté ma cham
bre je me m i s â gen oux et j e priai Dieu
,

ardemment et instamment de ne point


permettre que cette année marquée par
mon re tour â la religion fût une année ,

stérile pour mes études ; je le priai de


m accorder un grand succès pour répondre

à mon père !
.

C est ce qui eut lieu J eus a la fin de



.

l année au concours général ce qu on


, ,

appelle aujourd h ui le prix d honneur de


’ ’
philosophie et le second prix de latin
, ,

au collège le second prix de français et


,

premie r prix de latin qui était alors


,

prix d honneur

.
i m esurer l bien des savants
orguei l d e

ç a s à
incrédules De plus j eus le bonheur de
.
,

lire à cette époque les S oirées de S a i n t P é -

tersb ou rg d u comte de M
, aistre Cet é ner .

gique esp rit plein d éclairs de génie m al


,

gré ses p aradoxes et ses erreurs me fit ,

compre ndre l union possible e t nécessaire


d e la science et de la religion Un mot sur .

tout d e ce s S oi rées exerç a une grande in


fl ue nce sur ma vie L e voici : .Atten
dez que l affi nité naturelle de la science

et de la religi o n les ait réunies l une et ’

l autre dans la tête d un homme de gé


’ ’

nie Celui là sera fameux et mettra fi n


-

a u d ix h uitième siècle u i d u e encore


q r
-
.
,

Je vis dan s ces paroles l an nonce pr0 phé ’

tique d u ne ère nouvelle à laquel le j e n ai


,

d ep uis j a m ais cessé de croire Je ne me .

rappelle point avoir jamais pensé dans ,

a ucu n m om ent d org ue11j uvénile ni alors


, ,

n i surto ut depuis que je a s se de venir cet


p ,

homme fameux ; m aisje sentis une grande


93

ardeur pour entrer dans cette voie et pour ,

contribuer acette trans formation i ntellec


tuell e de l E urope

.

P o Ur cela je ne pouvais me dissimuler


,

q u il

ne manquait plus de la moitié du né
ce ssai re ayan t sans doute quelque com
,

m en cem e n t par les lettres et le goût de la


philosophie mais n ayant aucune teinture
,

d aucune science Je commençais à remar



.

quer que le s lettrés n ont aucune science ’

et les savants aucune philosophie Je ré .

solus d apprendre les sciences J entrerai



.


dans cette citadelle me disais je et nous , ,

verrons si on a droit de n y pas croire en ’

Dieu et de se moquer du catholicisme .

Mais l entreprise étai t très di fficile ; et


sans une résolution d une extraordinaire '

ténacité sans l enthousi asme reli gieux j e


,

ne l aurais pas mise à fin Et d abord



.

comment obtenir de mes parents fort peu ,

riches la permission d étudier encore pen


dant trois ans après ma philosophie ?Puis


,
supposant que ce temps me fû t donné où ,

serai e nt mes maîtres ? Chez qui comment ,


travaillerai s je ?
Je compris aussitôt que sorti du collège , ,

libre et seul sans règle ni organisation


, ,

j e ne travaillerais pas les sciences et qu il ’

n y avait pour aller â m on but qu un seul


moyen c était d entrer à l Ecole polytech


’ ’ ’

nique M ais je ne savais pas faire une mul


.

tipli cation j e ne savais pas la tabl e de


,

Pythagore je n avais jamais assisté à au


,

cune leçon de mathématiques Or j avais .


,

d i x n eu f ans et demi et l on n entre pas à


’ ’
-
,

l École après vingt ans et il faut d ord in aire


’ ’

pour y être reçu trois ans d études ’


.

Je résolus cependant d y e ntrer ; car ’

regardant de près les règlements je vis ,

d abord q ue j avais encore un an po ur me


’ ’

préparer etj e savais que quand on veut


, , ,

on peut beaucoup en un an Mais pour .

arriver à l École il faut sui vre deux cours


préparatoires : l un par lequel On com ,


96

e fforts surhumains po ur les d eviner L es


.

hommes sont paresseux ( me disais je ) ;


-

ayons un peu d én ergie et d ailleurs ap


,

p yu o n
-
s no u s sur Dieu,
et nous ferons ce
qui Semble impossible .
Mais quand il en fallut ve ni
,
rà l exécu

tio n les di fficultés se dressèrent D abord


,
.

on me traita de fou Amis et camarades


.

m e représentèrent q ue c était u ne entre


prise impossible et une année perdue pour


,

arriver au bout à un échec Je tins bon.


,

mais voici qui faillit me faire lâcher pris é .

J avais un amour passionné de la philo


S O ph i e de la vraie poésie de l él oquen ce


, ,

de la vérité mani festée par la beauté mâle


d une parole forte : de plus j e croyais sen

tir en moi la sève du talent fermenter avec


une puissance toute nouvelle D i nc roya

.

bles éloges m avaient été donnés par un


homme célèbre pour mes compositions au


concours général et pour mon style : mais ,

6
à par t même toute vanité j étais attaché
,

par ma vie et comme par mes entrailles


, ,

à ce travail fécond de la pensée philoso


.

h
p q i u e et littéraire et,
à mille ge rmes prêts
â éclore avec la plus facile culture c ulture ,

qui faisait du reste mon grand bonheur .

Or il fallait rompre absolu m ent avec tou te


cette vie dont j étai s plein ! L aisser cette

sève et ses beautés et tout usage de ces


,

b elles facultés de l esprit déjà si animées


si fi è re s de leurs forces naissantes si con ,

fi antes dans les riantes promesses et dans


l é ti n celante lumière de leur printemps !

Quitter tout cela y renoncer absolument


,

pendant trois ans ! laisser perdre cette etin


celle ! laisser mourir ce fe u ! ne plus re
garder ce soleil ! entrer da ns une froide
caverne pâle demeure de l algèbre pour
,

y v i vre de craie et de figures g eom etri


q ues !
Je failli s reculer Mais reprenant tou t
.
,

mon courage et me rappelant qu il s agis


,
’ ’
cent Beethoven que pour sa part cette , ,

petite école s efforç ait d introduire san s’ ’

s e ffraye r de la clameur publique L à j e



.
,

devins tout à coup musicie n d esprit et de ’

cœur J appris à transposer en musique ce


.

q ue je sava i s en littérature
_
et en p h i l o so

phie Je vis et sentis les concordances de


.

l a musique Je compris l identité de la cri



.

tique littéraire et de la critique m usicale .

L a musique dès cette époque est devenue , ,

pour moi une compagne une admirabl e ,

et ravissante amie dont l absence trop pro ,


l ongée nui t d ordinaire à mon travail à ’

mes facultés et même à ma santé Une


de mes grandes consolations dans les mo
ments de tristesse et de mélancolie car ,

j étais sorti de la grosse bonne humeur


continue c était de prendre mon violon


,

et bien en fermé de me laisser aller pen


, ,

l) V oi r d an s l e liv re d e s S ources, au ch ap itre inti


tulé le S oi r e t le Rep os, u le P G ratr y é c rit p lu s
q
ce q e . a

tard sur la m usi ue .


( No te d es édi teurs ) .
10 1

dant pl usieurs heures à tous mes senti .

m ents Il m était impossible de choisir le



.

ton ni le mouvement cela é tait imp erie n ,

sement donné du dedans par le cœur .

C est à quoi il fallait encore renoncer



.

Mais cela était peu de chose Voici le plus .

di fficile J avais toujours cette fleur qui



.

m avait été donnée et je vivais principale


ment d a mour d un amour d a utant plus


’ ’ ’

immense eni vrant pénétrant qu il était


, , ,

absolu m ent pur Un bel et céleste idéal .

planait devant moi dans la l umière ; et


sans oser y ré fl échir j e supposais i m plici ,

tement q ue c était là la compagne de ma ’

vie quoique ce fût sous tous les rapports


, , ,

d une absol ue impossibilité Ce sentiment


'

s était m aintenu à travers les révolutions


successives qui s étaient opérées dans mes ’

idées et dans mon âme Dieu m avait fait .


p ro fondément sentir et voir la vani té de


toutes choses ! mais j aimais ! ’

Aprè s avoir promi s de consacrer toute


6 .
102

ma vie au service de Di e u après avoir ,

m ê m e pratî que m e nt commencé par le d on


loure ux sacrifice de mes anciennes étude s ,

j avais encore cette chaîne que rien n a


,

vait j amais essayé d entamer L e maître ’


.

q ui me conduisait l ange qui traçait


,

m a

route n avait j amais encore osé si j e pui s


,

le dire toucher a cela !


,

Mais peu de jo urs après le premier sa


,

crifi ce étant dans cette même chambre


,

solitaire où j avais sangloté en rompan t


,

avec ma vie l ittéraire passée j e fus inté ,

rie ure m e nt appelé à une vive attention J e .

pensais à consacrer en e ffet m a vie entiè re


à Dieu bravement généreusement à vai n
, , ,

cre pour cela toutes les di fficulté s et à rom


pre tout lien qui voudrait m arrêter Vivre ’
.

libre pour Dieu indépendant des hom


mes dépendant de Dieu
,
To ut à
coup j aperç us po ur la première fois je

, ,

crois que m on amour était un lien et u n


,

obstacle A cette vue j e fus consterné e t


.
, ,
104

grandissant Je voyais les immenses con


.

séquences de cette volonté libre de ce sa ,

cri fi ce qu on ne m i m posait pas mais q u on


’ ’ ’

me conseillait avec d ad m i rab les promes ’

e t la merveilleuse con versation se

po ursuivait ai nsi to ujours avec la même ,

demande et la même réponse D abord j e .


ne voulais pas vouloir Quelque temps .

après je voulais bien vouloir mais s ans


, ,

vouloir encore Il y avait toujours im pos


.

sib i lité M ais sous l insistan ce croissante ’


.

de la voix sous l émotion de la douce ha


,

leine qui me remplissait la poitrine et me



gagnait le cœur j en vins â dire Je ne ’

puis mais j e ne m y oppose pas faites


,

vous même prenez coupez E talors


-
.

comme si on m avait mis dans la main un


fer tra n chant et comme si on m avait


poussé le bras et pressé la main j e coupai ,

l artère principale de mon cœur Je croi s



.

encore sentir le froid de cette coupure C é .


tait fi n i .
Dan s toutes ces scènes intérieures je ,

n i m a gi nai s rien ; j e ne demandai s nulle


ment aux anges et au ciel de me faire en


tendre aucune voix c étaient de saisis ’

san te s e ttrè s énergiques ré alités auxquelles

je ne m attendais n ullem ent et que j e ne



'

préparais assurément par aucun ressort .

C est auj ourd hui seulement en écrivant


’ ’

ces lignes trente ans après qu il me sem ,



ble que cette voix était peut être celle de la
Sainte Vierge Oserai je dire pour ceux
.
-
,

q u i liront peut être cet écrit


-
après ma
m ort q ue j ai encore le souvenir d u son

de cette voix qui d ailleurs n avait rien de


,
’ ’

physi que ? C était une incom parable voix


de femme d une beauté d une noblesse


,

,

d une douceur d une tendresse d une in


,

,

te lli ge n ce ! … sans aucune trace d i m per ’

fe cti o n en aucun genre .


Le lendemain de ce j our j entrai dan s’

u n e église l église de l Assom ption et je


’ ’

, ,

fis vœu de pratiquer les conseils évan géli


ques Je fis vœu de ne point me marier de
.
,

n e prendre auc un état ; de ne j amais de

venir riche ; de ne point m occuper de m on


avenir en ce monde de chercher unique


,

ment le royaume de Dieu et saj ustice ; de


rester libre à l égard de toutes choses hors

la volonté de Dieu sa j ustice et sa vérité


,
.

Je fis vœu de travailler toute ma vie pou r


connaître et faire co nnaître la vérité e t ,

pour tirer de leurs ténèbres le plus gran d


nombre d hommes qu il me serait pos
’ ’

sible .

Depuis trente ans je n ai j am ais regretté



108

mière Mai s je les croyais très rares trè s


.
, ,

in connus très cachés


,

Un j our ce j eune homme qui avait été


,

mon apôtre et qui depuis était entré au


,

sé m inaire de S aint Sulpi ce me conduisit


-
,

mystérieusemen t et après m avoir fait at


,

tendre cette fave ur pendant des semaines ,

d ans une petite maison d un faubourg où


résidait un s age L ui e t moi nous avons


.

cru longtemps en e ffet que c était un s age ’

et un ho mme inspiré de Dieu C était en .


tout cas un homme d une irrésistible elo ’

q u e n ce Il nous
. parlait de scienc e de phi ,

l osoph i e et de religion Il nous répétait .

souvent avec fermeté : Quoi qu il arrive ’

ne vous détachez j amais de l Église ’

catholique Ce mot me donna con


.

fi an ce Il nous parl ait de prodigieuses dé


.

couvertes scientifiques qu il avait faites et ’

d un e gran de in fl uen ce qu il espérait exe r


’ ’

cer tôt ou tard pour le bien du genre h u

main .
109

Cet homme nous charma pendant long


temps nous excita au bien au travail
, , ,

au dé vouement pour la j ustice et la vérité .

J étais bien s ou ven t obligé d e tempérer


ses assertions par le correcti f d u bon


sens de la saine raison de la foi ortho
, ,

doxe .Mais il exerçait sur nous une


influence pro fonde jusq u aujour où nous
,

déco u vrîmes dan s la pl us irrésisti b le evi


,

dence que cet homme était un menteur


, ,

en même temps un fou et un hérétiquc .

C epe n d ant j e dois dire ici q u à sa mort ’

il a rétracté tout ce qu il avait pu jamais ’

di re o u écrire d e contrai re â la foi et qu il



a de m andé et reçu les sacrements de ,

l É gli se catholique Cet homme avait reç u



.

de Dieu d étonnantes facultés d intelli


’ ’

genc e et de volonté Il avait les germes


.

du gé n ie et de la s ainteté Par quel pro .

dige s est il réduit au rôle d un admirable



-

charlatan ?
J a i aujourd hui encore l humiliation
’ ’ ’
110

d avoir été lo n gte mp s séduit par son


entraînante éloquence Souvent il e st .


,

vrai j avai s des doutes sur ce que pouvait


,

ê tre cet homme Je me demandais Ne .

suis j e pas dupe mais dupe de q uoi ?Quel


-
,

mal peuvent me faire ses paroles ? Tan t


qu il me dira de belles et bonnes choses

je m en réjouirai et même j en profi te rai


, ,

Y a t il au fond du venin ? mon intentio n


- -

est droite Dieu m en préservera


,
Ceu x ’
.

q ui croiront dit l Évangile s ils boivent


,

,

quelque breuvage mortel le poison ne ,

pourra le ur nuire ( l ) C est ce qui e st .


arrivé Je m aperçois pas le m al que me fit


.

cette fréquentation J en retirai au con .


traire b eaucoup de bons fruits Ce fut une .

grande grâce de Dieu ; car cet homme


eût pu me faire d i rréparab le s tor ts ’
.

D ailleurs si je l avais écouté sur plusieurs


,

c onseils personnels qu il me donna et par ’

( 1) S aint M arc , X VI , 18 .
etai s dans cette erre ur que condam ne
J
l Évangi le

Moi j e viens au nom d e ,

m on Père et vous ne me recevez point .

Si quelqu un vient en son propre n om


vous le recevez Je voulais le géni e


qui découvre la vérité e t non l homm e ’

simple qui la transmet Je ne croyais pas .

assez en détail à l Église catholique J e .



.

croyais à ses articles de foi a ses sacre ,

ments aux livres saints dont elle est la


,

déposi taire ; mais je ne connaissais pas


assez le détai l de son enseignement ni ,

son m in istè re quotidie n J e ne soupçonnai s .

n ullement la g randeur et la pro fonde ur


d e la théologie catholique ni l importan ce

des choses que répètent de m é moire si ,

l on veut les pauvres prêtres sans le s


comprendre .

Il y avait évidemment de l orguei l dan s ’

cette disposition ; mais Dieu daigna m e

( 1) S ain t J ean , v ,
43 .
c on d uire de man i è re à combattre et à
d é t ru ire en moi autant que possible la
,

h i d e u se et désastreuse racine d orguei l



.
Je me préparai à l École polytechnique ’
.

J e travaillai cette année là énormément -


.

Encore perdis je bea ucoup de temps à


-

chercher la philosophie des m athém ati


ques Cc n était pas le moment Arrivé au
.

.

j our de l examen avant de m y rendre


,

je me m is à ge noux en disant S ci

gn e ur mon ,
Dieu ! c est pour vo u s ’

que j ai travaillé cette année ; j e livre le


reste a votre Providence ; si c est votre ’

volonté que j entre à cette École vous


me ferez recevo i r Sinon vous m e ferez


.

re fuser Je fus rec u


. .

Mais à pei ne entré à l École j e fus


,
.

épro uvé d une manière terrible D abord



.

le régime était dur On travaillait depuis


.
116

descendre j usqu au fond des cœurs j y’

,

aurais tro uvé des amis ; m ais les cœurs


sont cachés le s s urfaces sont so uvent
,

impénétrables .

Ce n est pas que je n e usse aucun goût


’ ’

po ur les mathématiq ues ni aucun zèle ,

p our parler de religion et de vérité à mes


camarades Au contraire . .

Quant aux mathématiques j y entre ,


voyais de belles choses et l expérience ’

suivante donnera une idée de la facilité


q ue j y avais

je suivis les ye ux fermés ,

sans voir le tableau ni p rendre aucune ,

note une leçon d algèbre de M Ampère


,

.
,

qui dura près de cinq q uarts d he ure ’


.

M Ampère couvrit deux ou trois fois de


.

calculs l imme n se tableau A la fin de la



.

leço n j avai s retenu l ordre et la suite des


,
’ ’

raiso nnements et des calculs J écrivis le .


tout .

Pou r cê qui est de mes camarades je ,

leur parlais de choses sérieuses en toute


117

occa sio n Si q uelqu un semblait me regar


.

der d e travers à cause de ma religion hau


tement mani festée je lui demandais ,


aussitôt un rendez vous et je lui repro ,

chais de vivre sans connaître et sans


ch e rcher la vérité Malgré cela peu de
.
,

jo u rs a près mon entrée à l É col e je fus


pri s d e la tentation d en sortir Je résistai



.

à ce tte tentation Dieu même j e n e n puis


.
,

do ute r m éprouvait en ce moment afin de


,

me p u rifier de mes fautes et de mon


orgu e il Ce que j e sou ffris ne saurait
.

s exp rimer et ne peut être compris que de


ceux qui auraient sou ffert les mêmes


cho se s C etait une tristesse mortelle ou
.
,

plutôt c était une mort J avais rompu



.

avec tout ce que j aimais et voici même


que c er tains liens se brisaient entre mon


âme et celle de mes parents Je sortais .

d u n monde où ils voulaient rester



.

De plus j e rompais avec mon s1ecle


,

dan s toute la force du mot L e siè cle dont .

7 .
le s passions les pré jugés les illusions
, ,

l e s enthousiasmes m avaient bercé porté


, , ,

enivré m était maintenant contraire


,

comme je lui étais O pposé To ut était lutte .


,

rupture brisement contrad iction Pen


, ,
.

dan t un an j avais lutté avec une allé


,

gresse triomph ante ; Dieu remplissait


mon cœur de j oie et d espérance Mainte ’
.

n ant ,
Dieu sem b lait me livrer à moi
même me laisser seul nu dans les
, , ,

té nèbres et sous le froid Je vis et j e sentis .

avec terreur mon isolement ma fai b lesse , ,

et j e fus privé de t oute espérance Tout .

était fi ni pour moi sur la terre Jamais je .

n y aurais une demeure une famille un


, ,

foyer Et d ailleurs qu i m portait cette terre


’ ’
.

d un jour ? tout cet uni vers toute notre


terre ne me paraissait plus qu un amas de ’

pou ssière et de boue et mon corps une ,

plante fanée jetée sur cette poussière ou


,

cette boue Je ne voyais pl us de vant moi


.

que la mort .
a bandonné ? Je me croyais en e ffet , ,

repoussé de Dieu perdu damné , ,


'

J éprouvais que lq ue chose des sou ffrances


de l en fer Je me dis ais Nul en fant de



.

Dieu n a jamais éprouvé cela C est le



.

signe malheureusement certain ou plutôt ,

c est le commencement réel de la repro


'

b ation .

Avant cela je ne pensais pas même à ,

l en fer ; mon esprit ne s était jamais porté


’ ’

d e ce côté ; j amais discours ni réflexions ne


m avaient frappé en ce sens Je ne tenais

.

as compte de l en fer M ainten ant et tout


p .
,

à coup j e sou ffrais en quelque sorte ce


,

qu on y sou ffre

.

Mais ce qui é tait encore plus affreux



peut être c est que to ute idée du Ciel
,

m était ôtée j e n en pouvais rien conce


’ ’

voir L e ciel ne me paraissait pas valoir la


.

peine qu on y allât ; c était comme un lieu


’ ’

vide ; un Elysée m ythologique un séjo u r ,

d ombres moins réel que la terre ; je n y


,

co n ce v ai s aucune j oie aucun bonheur , .

B on h e ur joie lu m ière per fe ction et


, , ,

a m o u r tous ces mo ts étaient maintenant


,

vid e s d e sens Sans doute j aurais pu


.
,

parler encore sur ces choses mais j étais ,


dev e n u incapable d en rien sentir d en ’

,

ri e n comprendre d en rien espérer d en


,

,

ri e n croire L à était la grande et in och


.

s o l able d ouleur !
U n ciel abstrait sur un rocher nu ; voilà
d on c ma demeure éternelle et ma demeure
présen te !
Je n ape rcevais plus et ne concevais

plus en rien l existence du bonheur ou


de la per fection .

Un j our j eus un moment de consola


tion parce que j e rencontr ai que lque


,

chose qui me parut accompli C était un .


pauvre tam b our qui ba ttait la retraite


d ans les rues de Paris je le suivais en
rentrant à l école le soir d un j our de sor

,

tie Cette caisse battait la retraite de telle


.
ma m ere du moins en ce momen t que si
, , ,

di fficile et chagrin que j e fusse il n y ,


avait absolume nt rien à reprendre O n . .

n e û t pu concevoir plus de n e rf plu s


d é lan plus de mesure et de netteté plus


, ,

de richesse dans le roule m ent ; le désir


idéal n allait pas au delà J en fus surpri s

.

et consolé L a perfection dans cette misère


.

m e fit du bien ; j e le suivis longtemps .

L e bien est donc possible me disais je ,


-
,

et l idéal parfois peut prendre corps !


L a possibilité de réalise r le bien en


tout sens le bien pur la per fection la
, , ,

félicité pleine c était là pour moi la


question M o n désespoir venait de n y


.

plus croire .

Cet état se prolongeait Il me parais .

sait i m possible d en sortir j a m ais J étais



.

consumé de tristesse ; j e maigrissais et


pâlissais Après avoir vécu depuis mon
.
,

retour à Dieu dans une i m mense joie


, ,

dans une espèce de p lénitude et d en ’


12 4

do nne l annea u son épreuve est manquée


, ,

il est rejeté du temple S il tient bon il .


triom phe et devient le héros d une seconde


,
'

fête pl us belle que la première .

Pour moi l anneau c était la foi et la


,
’ ’

pratique des commande m en ts de Dieu .

Je m y cramponnai avec force au milieu


de terreurs morales que je ne saurais


exprimer Presque sans voir et sans vou
.

loir je croyais avec ténacité J étais comme


,
.

attaché à Dieu par je ne sais quel acte ou


état de l âme ou racine de l âme plus

,

pro fond que l intelligence et que la vo


lonte .

Je communiais tous les di m anches pour


trouver quelque force dans le corps et le
sa ng du Sauveur crucifi é De plus j avais .
,

une soi f et une fai m conti nuelles de cet


autre corps du Christ qui est l Écriture ’

sainte et l Évangile L a vig ueur di vine



.

d u texte inspiré me rani m ait un peu .

D un autre côté j e serais mort s il m a


’ ’ ’

,
125

vait fallu vivre d algèbre seule Je pris ’


.

d o n c la résolution hardie et di fficile de


p a rtager contre tout règlemen t et même
,

to ute possibilité apparente maj ournée en ,

d e ux parties l une pour les études de


:

l É c ole polytechnique et l autre pour me


’ ’

re c ueillir pour rentrer dans mon âme


, ,

m occuper de Dieu lire l Évangile et mé


’ ’

diter en écrivant Depuis le matin j usqu à


.

deux heures et demie je travaillais la ,

science et le reste d u temps j usqu au soir


,

j e ne m occupais plus que de religion et


d e ph i los0 ph ie Je lisais avec avidité


.

l É cri ture sainte et j écri vai s le j ournal


’ ’

de mon âme L à j e retrouvais mes an


.

cie n n e s pensées et je continuais ma vie


,

intérieure J écrivais en lati n un peu


.

contre les indiscrets un peu par goût Je ,


.

regrette bien d avo ir brûlé ce j ournal



.

Je continuai cet emploi du temps pen


dant toute l année et n en passai pas

,

moins mes examens d une manière suf



fi sante pour monter en prem 1ere divi sion .

J avais une telle avidité pour l Écriture


’ ’

sainte que le lendemain d u j our o ù com


,

m e ncè re n t les vacances de la première


an née privé que j étais de solit ude depui s
,

un an j e m e nferm ai pendant toute la


,

journée dans la cha m bre d un hôtel garni ’

pour être seul avec m on Evangile et le lire


à mon aise Ce j our me parut comme une
.

heure Ce fut un bonheur vrai pro fond


.
, ,

une fête .

Mais je reviens à la terrible épreuve


Dieu ce semble voulait visiter mon or
, ,

gu ci l et l étei ndre dans la so uffrance Je



.

l affi rm e rien ne me faisai t alors plus de


m al que le souvenir d une parole ou d une


’ ’

action entachée d orgue il Si quelque ’

pensée de vanité m arrivait par surprise ’

c était comme u ne douleur aigu ë dans


tout mon être et dans mon corps Oui .


,

dans mon corps et je suppliais Dieu de ,

me délivrer de ce surcroît de sou ffrance !


128

pureté au milie u de m on orgueil et de


,

mon indignité il avait à sou ffrir en moi


,
. .

Je ne savais pas que j e ressen tais ses


sou ffrances auxquelles j étais uni et qui
,

ne m étaient tolérables que parce q u à son


’ ’

tour il les supportait avec moi .

Je répétais touj ours Jamais saint ja ,

mais j uste jamais en fant de Dieu n a pu


,

sou ffrir cela ; et je cherchais si quelque


r0
p p h è te si David
,
par exemple n avait , ,

rien sou ffer t d analogue ’


.

Enfin j e trouvai deux textes qui me


,

furent une consolation du moins pour ma ,

raison ; car l impression de la douleur de


m e urait invinci b le .

Dans un psaume je trouvai ces paroles


q ui exprimaient ab solume n t mon état
L e s douleurs de la m ortm onte nve10 ppé

les torrents de l i niquité m ont désolé’ ’


.

L es d ou le urs d e l enfer m
’ ’
on t cer n é

les filets de la m ort m ont s aisi ( l ) ’

( 1) PS . XV III , 5 .
129

Ce vigoureux texte décrivait mon état


puremen t et simple m ent C é tait cela De .

.

sorte que le prophète avait sou ffert les


mêmes douleurs que moi .

Mais qu ajoutai le texte sacré


t

?

Dans ma douleur j ai invoqué m on ,


Dieu j ai crié vers m on Dieu ! Et Dieu


,

de son sanctuaire a écou té ma voix , .

L a parole de Dieu était donc pour moi .

Je pouvais espérer j e pouvais et devais .

prier Et j e priai s avec une force extraor


.

dinai re mais presque sans espoir :


, Sei
g n e ur ! si c est encore possible ’
écoutez ,

nnoi ! »

j e n étais pas fou ; j e n étais pas


Non ,
’ ’

fou ni m alade M ais je n en puis douter ’


.
,

je sou ffrais quelque chose des douleurs de


l en fer selon le texte du psaume Je sou f

,
.

frais quelque chose de ce que les âmes


sou ffriront en purgatoire Quiconque n a .

point éprouvé cela ne peut s en faire une ’

idée .
130

0 m on Dieu ! dans votre miséricorde


paternelle dans votre prédil ection pour
,

mon âme vous avez daigné m envoyer


,

cette épreuve et ce fe u puri fi cateur Com .

ment se fait il que cette épreuve ne m ait


-

pas entièrement purifi é Comment se fait


?

il que j aie péché depuis


'
?

E nfin j e trouvai dans les lamentations


de Jérémie la description détaillée de mon
état pas un seul mot qui ne répondi t aux
détails des saisissantes réalités intérieures
qui m écrasaie nt Voici ces strophes ter

.

ribles et ces plaintes contre Dieu ( 1)

suis un homme qui voit sa misère


Je
sous la verge de son indignation .

Il m a guidé et m a fait arriver aux


’ ’

ténèbres et non à la lumière


,
.

Il a tourné et retourné sa main sur


moi pendant le jour entier .

l) L am e ntation s de J érém ie , c hap III


. .
Il a percé m es reins des fl èches de so n
carquois .

Je suis devenu pour la foule un objet d e


dérision .

Il m a rempli d am ertum e il m a e n i
’ ’ ’

d ab si n the

vré .

Il a brisé mes dents ; il m a nourri d e ’

cendres .

Mon âm e a été repoussée de tou te


paix ; j ai oublié l existence de tout bie n
’ ’
.

J ai dit : M

on avenir est d é truit ; m o n

espérance en Dieu perdue .

Vous avez opposé un nuage pour e m


pêcher ma prière de passer .

Ma vie est tombée d ans un gou ffre ,

un rocher a été mis sur moi !


L es eaux ont e nve10 ppé m a tête ; j a i

dit : Je suis perdu !

Telles étaient les paroles terribles do n t


aucune n était perdue pour moi Toute s

.
,

sans exception décrivaient avec la plu s ,


133

é ton n ante précision comme avec la plus ,

sa isiss an te énergie les détails de m a sou f ,


.

f rance ; détails que je voyais et se ntais en


m oi pendant que j e les retrouvais dans
,

J é ré m ie L es hom m es ne connaissent pas


.

c e s choses L E sprit saint peut seul les



.

d é c rire .

Mais j attendais la fin et je trouvai


ce ci

Seigneur ! regardez enfin ma m isère ,

cette expulsion ce fi el et cette absinthe !


,

Je ne conçois plus que des dou leurs et ,

m on âme se consume en moi .

Mais en les recueillant dans mon


cœur j y trouverai m on espérance
,

.

C est sa bon té qui fait que je ne suis


pas encore cons umé Sa bonté n a pas .


dé failli .

Je commence à le voi r il faut se con


fi e r â l ui .

Mon partage c est Di u avait dit mon ’


e ,

8
âm e , c e st pour

c ela que j atte n d ra i

Dieu .

Dieu est bon pour celu i qui espè re e n


lui et pour l âme qui le ch erche
,

.

Il est bon d attendre en silen ce le sal u t


qui vient de Dieu .

Il est bon à l hom m e de porter le j o u g


de Dieu dès sa j eunesse .

Il se tiendra assis et solitaire et e n ,

silence pendant qu il grandit en l ui


,

même .

Il collera sa bouche dans la poussœ œ ,

il demand e ra s il faut espérer ! ’

Il pré sentera la face aux coups et se ,

rassasiera d O pprob res ’


.

C est pourquoi Dieu ne le repousse ra


p as cruellement .

S il m a rejeté sa bonté sans born e s


’ ’

me reprendra .

Ce n est pas pour son bon plaisir q u i l


’ ’

humilie et qu il rejette les en fants des ’

homm es .
136

t i nvoque ,

et tu me dis Ne crain s
pas .

Tu vas j uger ma cause la c ause de ,

mon âme ô Seigneur Rédempteur de


, ,

ma vie !
Ces prodigieuses paroles me saisi re nt
d étonn e ment J y vis tout mon état et toute
’ ’
.

mon espérance Il me parut certain que


.

l on pouvait sortir de l ét at a ffreux où


’ ’

j étais Et vers ce temps , le retour de la



.

vie et de la lumière se fit sentir Mais ce .

n e furent point même ces textes qui m e

guérirent ce ne pouvait être qu une ope ’

ration intérieure et réelle de Dieu C es t .


Die u qui me rendait la vie .

L a vie donc revenait peu à peu aprè s ,

quatre ou cinq mois de mortelles sou f


frances .

Mais comment sous quelle forme avec


,

quels sentiments et quelles i dées la Vi e re



venait elle ?
0 mon Die u ! faites moi bien retrouver
-

l e détai l de vos grâces ! faites m en re



-

t rouve r l I mpression Aujourd hui et plus


d un quart de siècle après je viens de tra


verser une nouvelle épreuve qui a res


semblé e n quelque chose à la première et ,

la vie me revient encore sous les mêmes


traits Faites ô mon Dieu si mes iniquités
, ,

n ont pas été tro p excessives que la vi e


me pén ètre e n entier ! faites ô mon Dieu


, ,

que j en p uisse verser quelque chose dans


q uelques âmes ! faites


, ô mon Dieu que la ,

vie se répande sur la terre !


,

L a vie donc ô mon Dieu bien aimé la ,

vie me revenait sous forme d amour et


elle me revenait sous forme d amour d u’

s
.
138

prochain L a vie ne me revenait pas sou s


.

forme d amo ur mystique et solitaire d u n


’ ’

Die u caché régnant au loin d ans le ciel


,

invisible Mais elle me revenait sous form e


.

d amour de mes frères présents et visible s


sur terre Vous cherchiez ame mettre dan s


.

le cœur ô Jésus m on maître adoré m on


, , ,

frère visible mon divin am 1 vous qu i


, ,

depuis deux ans m aviez nourri plus de ’

cent fois de votre chair et de votre sang


vous cherchiez à me mettre au cœur votre
loi votre loi dis je telle qu elle est dé
,
-
,

claree dans l Evangile l ) ; loi d après la ’

quelle seule on sera rejeté ou sauvé ; loi


d ans laq uelle vous nous enseignez que le s
hommes les pauvres et les malades les
, ,


capti fs et les affamés sontvou s m ëm e sont ,
,

vos propres membres sont comme le sa ,

crè ment de votre adorable présence ; que


celui qui les néglige vous néglige ; et que

1
( ) S ai nt M atthi e u, xxv, 34—
46 .
produisent encore sur moi On n a pas v u .

cette ville Moi j e l ai vue .


,

Dieu d amour ! Dieu d amour vrai réel


’ ’

, ,

présent actuel substantiel éternel ! vou s


, , ,

avez voulu me laisser entrevoir quelqu e


chose d e cette Cité où vous régnez Pe n .

dant trois mois je voyais je sentais je , , ,

portais dans mon cœur et dans ma poi


trine dans mon intelligence et dans m on
,

imagination avec toute la lumière et toute


la force de poésie que vous savez donner ,

quel que chose des beau tés et des félicité s


de cet te admira b le patrie .

Mais Seigneur cette cité Il etait pas le


, ,

ciel même Oh ! non je n ai po int vu le


.
,

ciel J ai seulement entrevu sur la terre


.

une plus grande réalisation qu on ne l a ’ ’

v ue e ncore de votre divine prière Q u e

votre règne arri ve ; que votre volonté


soit faite en la terre comme au ciel .

J ai entrevu ce qui pourrait se passer sur


la terre si l on pratiquait l Évangile selo n


’ ’

,
14 1

ce q u e

n ssaint Augustin lorsque
e i gn e ,

d ans sa Cité de Dieu il s écrie



E t ter r as
vi taep ræ sen tis or n a r e tsu a eli c i ta te r es f
p u b li c a , et c u lm en v i tæ æ ter n æ b e a tis
si m e r egn a tu r a c on sce n d er et ( )
l . La
s ociété humaine dan s la vie présente , ,

deviendrait l ornem e nt de cette terre par


sa félicité et s élè ve rait vers le ciel pour


y gr é n e r éternel l eme n t Oui Seigneur ! .


,

si da n s une ville toutes les âmes pouvaient

avoir l amour q ue vous me donniez alors


i l en serait ainsi Cette ville embellirait la.

terre et s élèverait vers le ciel pour y ré


,

g n e r toujours .

Je vivai s dans cette ville avec une in


croyable fél icité J en voyais les maisons.

les rues les habitants Il n y avait pas là


,
.

u n seul menteur pas un seul traître ; tous


,

se fi aient à tous ; tous se soutenaient se ,

dé fen d aient avec ardeur ; la moin d re sou f

( ) De
1 ci v . Dci , 1 . Il , c . 19 .
142

france , la moindre peine accumulait vers


celui qui sou ffrait toute l énergie de tous ’

les cœurs Tout était n oble tout était


.
,

digne généreux courageux ; tout était


, ,

plein d une lumineuse sérénité L a mort



.

régnait encore puisqu on était sur terre


,

mais avec quel espoir et au milieu de ,

quel amour de quelles tendresses de


, ,

quels hym nes et de quels adieux s en ’

allaient les mourants ! L a mort arrachait


au mourant et aux vivants une larme et
un sourire et l on relevait aussitôt la tête
,

avec confiance pour repren dre la mar


che sacrée le travail saint vers Dieu
,
.

Dans cette céleste ville où tous les ha ,

b itants s aim aie nt tous se rencontraient


avec joie conn us ou inconnus et tous


, ,

voyaient en tous des frères des sœurs , ,

de même cœur de même âme de mêm e , ,

sang .

Mon âme entrait dans le détail et ren


contrait les hommes dans les rues ou les
cendre du Ciel et envoyée de Dieu Et cet .

hymne de l Église ’

Cœ le stis ur s bJ e rusale m ,

B e ata p ac i s visio l) .

Jérusalem ! Cité céleste ! O bienhe u


reuse vision de paix ! Oui ce que Dieu
me donnait c était une bienheureuse vi
,

sion de paix C était l intelligence et


.
’ ’

comme la vue des biens que l Eglise de ’

Dieu la nouvelle Jérusalem descendue d u


,

ciel sur la terre pourrait répandre sur le


,

monde si les peuples lui obéissaient Mon


,
.

cœur et ma raison mon âme mon imagi , ,

nation je dirai presque mes yeux voyaient


, ,

sentaient aimaient comprenaient ce spec


, ,

tacle Cette ville était devant moi comme


.

vivante pendant des mois entiers L i m


, .

pression en fut encore très forte et très


fréquente pendant bien des années ; et d u

1) Of f
fi ce de la ê te d e la Dé dicace .
14 5

r este elle n a cessé de faire comme le fond


,

de m a vie de mes i dées et de mes senti


,

m ents J élève toujours mes regards vers



.

cette bienheureuse ville pour comprendre ,

l a vie la mort le monde l histoire


, , , ,

l Égli se l avenir
’ ’
.
,

Cette vision m a rempli d une joie in ’ ’

do m ptable et d une espérance in flexi bl e ’

m algré le s plus cruelles épreuves cette ,

j oie cette espérance n ont pas été vain


,

cues j usqu aujourd h ui 0 mon Dieu ! faites


’ ’
.

q u e j e les conserve j usqu à ma d ernière ’

heure et qu alors il me soit donné de voir


,

co m bien cette j oie et cette espérance


éta ient vraies .
Mon Dieu ! il faut que j e m

entreti en n e

encore un peu devant vous de cette gran d e


grâce que vous m avez fai te Son princi pa l

.

e ffet fut l amour L a joie et l espéran ce



.

n étaient que les compagnes et les suites


de ce don p rincipal Je regardais le mon d e


.

et le genre humai n d un œil nouvea u ’


.

Depuis mon en fance et surtout a l époq ue


,

d e la première communion j avais cru


vivre dans une espèce de paradis terres tre ,

et au m ilieu des anges L es hom mes m e .

semblaient des anges Quand j ai compris


.

ce qu était le péché mes yeux se sont ou


verts ; le ciel et les anges ont disparu A .

dix huit ans j avais le plus pro fond mépris


-
,

pour tout le genre humain ; le monde e n


tier me paraissait une pitoyable vanité e t ,
le devoir de l homme sur la terre J ai com ’
.

pris le mot de saint Chrysostome Vo u s


n avez pas seulement a vous occuper d e

votre propre salut mais vous avez à ,

rendre compte du monde entier (N o n .

de vestr a ta n tu m sa lu te , sed de u n i vers o

or b e vob i s r a ti o r ed d en d a est) ai c o m ( )
l J

pris le Sauveur regard ant la moisson te r


re stre et disant Il y a peu d ouvriers (2 ) ’

J e n ai cessé et ne cesse de gémir d e ce qu e


, ,

dans l état actuel d u monde un si pe t i t


nombre d hommes comprennent ces ch o ’

ses et s y dévouent On se trompe sur la vi e


,

.
,

on se trompe sur le bonheur L a vie e st .

donnée à chaque homme pour qu il pui s se ’

dire à la fin avec notre maître Jésus Mo n ,

Père j ai accompl i l œuvre dont v o u s


’ ’

m avez chargé’
Op us con su m m a v i .

q u ad d e d i sti m i hi u t fa c i a m Ceci e s t

1
( ) D S d 1 VI
SM
e ac e r .
,
. .

2
( ) atthie u , IX 37
( ) S J II
. .
,

3 . e an , X V ,
4 .
— 149

le devoir Mais c est en même temps le bon


.

heur l unique bonheur possible et le plus


,

grand des bonheurs con cevables e u des ,


-

sou s de la félicité d u ciel .

L orsque dans la sainte Écriture Salo


, ,

mon crie Vanité des vanités et tout est


va nité ( l ) i l étonne par la m anière
,

dont il semble tout rejeter même la ,

science même la sagesse pour nous ap


, ,

pren d re à ne chercher que la joie et le


b o n heur Eh bien ! cela est sublime et tout
.

di vin c est l éternelle et absolue vérité


,
’ ’
.

C est la vie telle qu elle me fut montrée


’ ’

alors C est la vie telle que je la comprends


.

plu s que jamais un quart de siècle après ,

ce premier enseignement J ai enfin re .


connu ( dit le sage) qu il n y a rien de ’ ’

mieux que la j oie et l œuvre de la vie ,


J ai compris q u i l n y a rien de m ieux


’ ’ ’

pour l homme que de puiser le bonheur


1 E
( ) cclé siaste , I ,
2 .
15 0

dans son œuvre Voi là son partage .

Cette œuvre est celle dont nous de vons


tous dire avec notre modèle Mon père .
,

j ai achevé l œ uvre dont vous m avez


’ ’ ’

ch argé Voilà la vie ! voilà le bonheur !


.

0 mon Dieu ! ne pas comprendre que


votre terre est cultivable ! que vos âmes
sont des germes ! ne pas comprendre que
l humanité est le champ de Dieu ! (Dei

a gr i c u ltu r a esti s) (2 ) que Dieu le Père estl e

laboureur (P a ter m eus agr ic ola est) (3) et


que nous sommes ses serviteurs ses a mi s , ,

ses ouvriers dans ce travail ! Dei adju


tor es s um u s N e pas voir les immenses
progrès implici tes moraux in tellectu els , ,

et sociaux qu a déposés le christianis me ’

dans le monde ! N e pas voir tou tes les


grandes choses possibles dans toutes les

1
( ) E l 12 ; III 22
III
cc e s .
, ,
.

2
( ) 1 C 9
SJ
or .
, ,
.

3
( ) . oann .
, X V, l .

( 4 ) 1 Co r .
,
III 9 .
15 2

homm s je ne demande pas que beaucou p


e ,

d hommes dès auj ourd hui comprennent


,

ces évidences plus visibles pourtant que le


j our ! N on ce serait trop Mais j e demande
, .
,

ô Dieu ! qu un plus grand nombre d hom


’ ’

mes que les meilleurs que ce ux qui son t


, ,

d éj à sur le chemin de la lumière ouvren t ,

les yeux et voient enfin où est la vie la


, ,

j oie l a m our le chemin le devoir le


,

, , ,

bonheur .

Et quant a l espérance de voir sur ’

terre le s hommes meilleurs et pl us heu


,

reux ; d y voir quelq ue rayon du ciel ; de


voir la répu blique terrestre par sa félicité , ,

faire l orne m e nt de ce beau monde que


Dieu nou s a donné à cultiver et oommen ,

cer â mo ntrer quelques traits de la divine


cité ; pourquoi cette espérance n e m plit ’

elle pas le cœur et ne le fait e lle pas -

bondir ?

0 mon Dieu ! au moment où j écris ceci


voici le monde bien accablé ; la


15 3

terre enti è re est enveloppée par le fl éau d u


choléra ; la famine nous désole ; une guerre
cruelle soulève l Occide nt contre l Orient ;
’ ’

to utes les nations sont divisées la guerre ,

soi cal e est toujours prête à éclater touj ours .


,

de plus en plus terrible L a haine contre .

l É gli se devient en beaucou p d hom m es


’ ’

acharnée in flexible i nvétérée Eh bien !


, ,
.

c e st en ce moment même que le vicaire



d e Jésus Christ loin de désespérer du
,

m onde élève l a voix et ose en face de


, ,

l u nivers entier demander ceci



De
m ettre fi n aux guerres dans le monde
entier d apaiser toutes les divisionsentre
,

les puissances chrétiennes de donner ,

aux peuples lapa 1x la concorde le re, ,

pos de donner aux p uissants le zèle


,

pour propager la foi source de tout ,

bonheur pour les hommes de délivrer ,

enfin les peuples de tous les m aux


qui les accablent et de verser partout
,

la j oie et la prospérité et to us les ,


9 .
15 4

dons du ciel pour ramener à Dieu les


cœurs ( l ) .

O divin cri d espérance sorti de la ’

bouche du chef s pirit uel du monde !


N est cc pas Dieu n est cê pas Jésu s

- — ,

Christ qui parle par cette bouche ? q ui


osera dire encore L e monde e st fini
la terre est perdue flétrie ruinée san s , , ,

ressource il n y aura plus d ordre plus


’ ’

de paix plus de foi ;


,
couvrons notre
tête d un lince ul et gémissons sur les

ruines du globe en attendant la dernière


,

heure ? Qui osera encore parler ai n si ?

1
( ) D um et o b d e sistim us ut au
b q
e orare se crare n on

terat e l la us ue ad fi n e m te rræ .
15 6

douleur ! Mais il faut le dire et le con fesser


pour l utilité d a utres âmes que Dieu pour
’ ’

rait conduire par la même voie Je le dé .

clare donc j ai perdu une partie de ces ’


dons partie peut être immense parce que
, ,

j e s uis demeu ré p é cheur et ne suis pas ,

d evenu saint .

Qu est cê qu un saint ? C est un homme



-
’ ’

à qui Dieu fait des grâces analogues à .

celles que j ai rapportées et qui y corres


pond Cet homme alors devient un instru


.

m ent de Dieu pour le salut des hommes il ,

influe sur son siècle et sur le monde .

( D a b o e i p o lesl a te m sup er gen les) Et


moi ô Dieu ! j ai paralysé la plus grande
,

partie de ces grâces etj ai été p aralysé par ’

mes péchés dans presque tout le bien que


j

e us se pu faire .

Si q uelq u un lit ces lignes après ma


mort ou même avant qu il ait pitié de moi


, ,

et prie pour moi ! Mais il faut dire


1 A
( ) p ocal .
,
II , 26 .
15 7

aussi que les hommes sont souvent para


lysés par a utrui et que le travail même ,

des ouvriers dans le champ de Dieu est , ,

détr u it et enlevé aussitôt par les méchants


( Qu i a b stu ler u n t la b or es e or um !]
l Pe ut
être beaucoup de mes e fforts ont ils été ainsi -

neutralisés Si donc je n ai jamais rien fait


.

de bon d utile en apparence du moins j e


,

n e veux pas pour cela perdre courage

- —
peut être ai je contribué parfois par cer ,

tains e fforts de prière et de bonne volonté ,

à la résistance générale de l Égli se contre


le mal et a son travail secret dans les


,

fondements de la société Peut être a urai .


-

je été ce soldat qui n a rien fait mais qui


s est tenu à son poste qui a o ffert et exposé


sa vi e et qui en cela a pu contribuer au


, , ,

succès d une bataille Dieu le veuille !



.

(l) Sg a e sse , v , 1
.
Après l heureuse is sue de la terribl e

épreuve et le retour de la paix et du bon


heur je terminai ma première année pui s
, ,

ma seconde année d étud e s â l École poly ’ ’

technique etj e fus admis dans les service s


publics M. ais j e donnai ma démission san s
consulter personne ; et malgré ma fam ill e
et mes amis et les instances du gouver
,

ne ur de l École j e persistai dans cette dé


mission Je n étais plus d u monde je ne


.

pouvais absolument suivre aucune de ses


carrières .

L à i l me fut cruellement doulo ure ux


d avoir à contrister presque à désespérer

, ,

mon père ma mère et ma sœur Me s pa


, .

ren ts sa ns aucune fortune s étaient épui


, ,

emploi fatigant ; et ma sœur presque en ,

m ême temps se maria d une manière très


h eureuse a un homme de bien qui lui ap


portait pl us de fortune que mes parents
n en espéraien t

.

D ailleurs j avais prévu ces déchire


,

ments de cœur c était une des causes ,


d e ma mortelle tristesse de l année prece


dente Je s upportai la douleur présente


.

avec courage Je dis à mon père que j e ne


.

l ui demanderais pl us d argent ; qu en con s


’ ’

ci e n ce j e n en voulais plus re cevoir ; et


j

e n tra i dans ma carrière inconnue sans
rien possè der que quelques livres et mes
vêtements sans aucun but déterminé si
, ,

non de ne travailler que pour Dieu .

Plein de joie de retrou ver la solitude


l É criture sainte la méditation libre j e

, ,

m e nfe rm ai dans une petite chambre d un


’ ’

hôtel garni d où je ne sortais que pour


,

aller voir quelque s amis afi n de les rame


n e r à Dieu J attendais d ailleurs et cher

.
,
16 1

chais à quoi il plairait à Dieu de m em ’

ployer J atte ndis ainsi pendant six mois


.

priant beaucoup Dieu de m éclairer Je ’


.

passai surtout la semaine sainte dans ma


chambre à prier dans une retraite sévère
, ,

ne mangeant que du riz cuit à l eau sans ’

autre assaisonnement que du se ] sans ,

pain sans autre boisson que de l eau C est


,

.

pendant ce temps o ù très peu après que , ,

la Providence par ut m indiquer la voie



.

Un vénérable prêtre vint me voir et me


raconta avec chaleur qu il y avait à Stras ,

bourg n u gro upe composé de quelques


j eunes hommes de mon âge qui vivaient ,

en commun et avaient précisément les


,

m êmes dismsitions les mêmes désirs q ue ,

moi D après tout ce qu il me dit je crus


.
’ ’

entrevoir qu il y avait là comm e un oasis



.

où l on cherchai t à ré aliser quelque chose


de la ville sainte que j avai s rêvée et dont ’

la vue m avait rendu la vie J y courus et



.

c est là que je trouvai ces j eunes gens au


,
nombre de cinq ainsi qu une ad mirabl e ,

et sainte personne que j appellerai simpl e ’

ment Marie et qui était alors âgée d e ,

soixante ans Elle avait au p l us haut degré .

l habitude d u recueillement une surpre


nante intelligence le goût de la science , ,

et ce qui me plut et me frappa surtout un


, ,

grand espoir dans l avenir du monde et d e ’

l Église

.

Voici en peu de mots son histoire


( l ) La p e rsonn e d on t i l e st q u e stion i ci e st M 110
Hu
m an n , de l an c i e n m in i stre d e s fi n an c e s,

sœ ur sou s

L ouis Phi li pp Ce fut e lle qui , par se s e ntre tie n s, e u t


b p
-
e .

le on h e u r de ram e n e r à la foi c h ré tie n n e Ad ol h e M


B p f p p
.

autain , alors ro e sse ur de hiloso hi e à la f ac ulté de s


lettre s d e S b g v p
tras our bb De e nu rê tre , l

é B e autai n

p g p j
. a

fut le c he f de e tit rou de e un e s hom m e s aux

q p
ce e

u e ls s ad oign it É
Al hon se G ratr de l cole
'

j

e n sorta n t

p y ol tech n i ue q v g q
y
Dan s pb un de s ou ra
,

u

il u lié s
p v
. es a

u d e te m ( an t sa m ort la Chréti enn e de n osyours,

M bb B g
pe s a

le ttre l

v é autai n , ic aire é n é ral d e Pari s,
p
. a

d on n é le s M
lus touch an ts d é tai ls sur …
H um an n et

b q x
a

fait c on n a ître l infl u e n ce



é ni e u e ll e e

erç ait sur les
âm e s L a m é m oire d e p c e tte sai n te e rson n e e st re sté e

S b g M bb
.

v é n é ration v d an s l a i lle d e tras our l



é
J p
en . . a

Carl , an ci e n d ire cte ur d e ui l ly, et m ort rê tre de


l O ratoire , é tait

so n n e v e u ( Note
. des édi teurs .
)
164

p hie fort éloigné de la religion et que ,

toute la ville admirait L e pro fesseur com .

m e nç a à exposer éloq uemment le tissu


d erreurs d ignorance s de malentendus

,

, ,

et de raison nements abstraits q ui forment ,

le fond or d inaire de l esprit antireligieux



.

L a sainte se m i t à pleurer ne répondit ,

rien et pria bien ardemment pour le pau


,

vre jeune homme Mais peu de temps .


,

après elle le soigna dans une cruelle m a


,
-

ladie puis peu â peu lui révéla une science


,

supérie ure de l hom m e et de l âme le sou


’ ’

mit â l Évangi le et l ad0 pta devant Dieu


’ ’

, ,

comme son fils Celui ci entièrement .


-
,

changé vo ulut se cons acrer à Dieu tout


,

entier et ne tar da pas dans son ardent


, ,

prosélytisme â entraîner dans la même,

voie plusieurs j eunes hommes âmes no ,

bles et forte s qui avaient été ses élèves .

Ceu x ci m ont dit depuis qu ils avaient été


-
’ ’

entraînés beaucoup moins par le profè s


se ur que par la sainte C est ce qui m ar
’ ’
.
165

rive aussi Je n avais pas com m e on l a


.

,

v u à être attiré au service de Dieu mais


, ,

j avais a chercher où je le servirais Dès



.

m on arrivée ces messieurs m avouè re nt


leur projet déjà concerté ave c l évêque ’

d entrer dans l état ecclésiastique de vivre


’ ’

en commun de consacrer leur vie à l étude ,


chrétienne des lettres et des scie nces et à ,

l éduc atio n L e premier poi nt était preci



.

s ement mon but J adm is l autre comme .


’ ’

excellent Au même instant je vis que rien


.
,

ne s opposait à mon entrée dans la même


vie et j e pris aussitôt ma résolution


, .

Rien n était pl us distingué que cette réu


nion Ces jeu nes hommes avaient tous re


.

n oncé à un bel avenir ; plusieurs étaient

riches ce qui comme je l ai remarqué


, ,

depuis est un obstacle presque absolu au


,

dévouemen t complet de toute la vie et de ,

toutes les forces Mais eux avaient vaincu .

m ême la richesse ce que j ai peu retrouvé


depuis Tou s étaient remplis d esprit et


.

166

d instr uction ; et j amais je n ai rencontré


’ ’

ailleurs tant d arde ur ni pareille géné ro


sité .

On s était donné sans réserve j usq u a la


m ort et j usqu au sang pour la vérité pour


Dieu J étais peu digne en bien des


.

chose s d être comparé à ces belles âmes


,

mais j e ne restai point en arrière de dé


v oue m e nt et j e me donnai tout entier
, ,

avec un indicible enthousiasme a cette ,

œuvre naissante o ù j e voyais une immense


portée pour le bien De fait c était un .
,

germe q ue la main de Dieu je le crois en ,

core avait planté et arrosait de ses b en e


, ,

dictio n s Impossible de dire ici tout ce que


.

ce petit groupe ren fermait d amour d es ’

,

p é rance de ressources
, en tout genre ce ,

qu il y avait d arde ur ce qu il y avait d é


’ ’

,
’ ’

lan et q uelle atmosphère du ciel envelop


,

pait et couvait cette moisso n .

Mon cœur débordait de j oie Me voici .

donc en e ffet dans le ciel et au milieu des


, ,
pour lui plaire et pas assez simplement
,

pour Dieu ; et elle employai t divers moyens


pour éprouver la force d âm e de ses fils ’

et voir s ils é taie nt capables de vi vre d a


,

gir de mourir pour Die u seul Voici un


,
.

j our le moyen qu elle employa à mon


égard .

Je sais me dit elle votre extrême af


,
-
,

fection pour vos frères et pour moi ; mais


je crains que notre union ne soit pour
vo us un but plutôt qu un moyen Je ne’
.

sais si vraiment vous aimez Dieu par


dessus toutes choses et si vous avez la
,

force de vivre et de tra vailler pour l ui


seul sans tendresses humaines comme
, ,

aussi sans gloire hum ai ne .

Ici vo tre cœur est heureux et par vos ,

travaux vous pouvez espérer q uelque


répu tation parmi les hommes Auriez .

vous la force de s acrifier tout cela si ,

c était la volonté de Dieu Or j e pense



?
,

par fois que votre vocation est de mener


169

une vie très humble très cachée en pré ,

sence de Dieu seul Peut être êtes vous .


- -

appelé à vivre d une vie tout intérieure ’

à ne j amais rie n écrire à sacrifier toute ,

votre science et tous vos goûts philoso ,

h
p qi u e s â n e j amais
,
parler de Dieu qu à ’

de pa uvres gen s de la campagne Par .

exemple vous avez vu à l entrée des


,
.

Vosges le pauvre couvent du Bischen


berg ( l ) Aimez vous assez Dieu pour
.
-

vivre e t mourir là si Dieu le v e ut ? Je ,

vous demande d y pens e r Je crois que ’


.

cette vie serait bonne que le sacrifice ,

serait grand et agréable à Dieu ; et je '

pense qu il fau t essayer Ne vous en



.

gagez pas cepend ant ; faites un noviciat ,

et éprouvez votre vocation L année ré .


vo lue vous vous déciderez après m en


, ,

( ) C é tait un
1

v
c ou e n t d e Réd e m toriste sp ( con grega

tion d e sa int p
Al hon se de L ig uori ) Les re li g ie ux
p g
.

vi e n n e n t d ê tre dis e rsé s d ou e rn e m e nt


v

du
p p ar or re

russie n .
( Note d es éd i teurs ) .
170

avoir parlé Mais d abord prenez vin gt


.

quatre heures de réflexion pour me di re


si vous voulez ou non essayer ce novi
ciat Et il ne faut l essayer que si vo us

.

é tes décidé à rester dans le cas où Dieu


,

le voudrait .

Eh bien ! Dieu en e ffet m avait fait l a


, ,

grâce de l aim er ; du moins en ce te mps


par dessus to ute chose Provoqué au nom


-
.

de l amour de Dieu seul je me recueillis


pro fondément ; et la nuit suivante qui fut


,

à peu près san s sommeil j e discutai la ter ,


rible question Puis je oui ou non pour
.
, ,

l amour de Dieu m en terre r pour toute


,

ma vie dans cette solitude ? C était pour ’

m oi la même chose que de consentir à


mourir le lendemain Soit ! la question
.

e st donc celle ci -
puis j e donner ma vie -

pour Dieu ?P uis je la donner demain ?J eus


-

le bonheur de répondre ou i Dès ce mo .

ment sans aucune arr1ere pensée je di


,
-
,

rigeai mon cœur et mon esprit dans ce


n uye ux, stérile en apparence ; m ais je vi
vais d une vie intérie ure véritable J étai s

.

en société intime avec mes amis et peut ,

être avec des âmes i ncon n ue s ; j étais plei n


de joie surtout le vendredi j our de grand e


, ,

solitude et de grand silence J étais mêm e .


gai et rieur comme un en fant .

Une fois dans un rêve il me sembl a


, ,

qu un ange me disait d une voix pénétran te


’ ’

ces mots Renoncement complet !


Et cette voix dont j e me rappelle encore
l e ffet répétait ce mot ; et dans son ton e t

son accent était exprimée to ute la profon


,

deur du sens mystiq ue de ces mots re


n once m e nt complet ! c était un sens terri

ble ! c était la pleine acceptation de la mort ;


mais d une mort il est vrai pleine de pro


, ,

messes et d avenir d une mort qui est la


,

mort de la mort et le com m encem e nt d un e


,

vie pleine Je fus mis en demeure d ac


.

cepter cette mort Je l acceptai Et tou .



.
,

j ours dans le rê ve je m étendis sur la ,



17 3

t e rre pour mourir et la mort passa ,


su r

m oi .

C est aussi dans ce tte maison qu un ma


’ ’

tin ayant une faim des plus vives j e roons


, ,

c o mme un ordre intérieur de j eûner Cela .

m e parut presque impossible ; maisj obéis



.

A lors je pris l Écri ture sainte et je lus pen


d ant tou te la matinée Je voulus relire une .

b onne fois l é pî tre de saint Paul aux H é


b reux qui était pour moi un scandale ;


,

c ar elle me paraissai t dénuée de sens Je .

p ris le texte grec et à côté la Vulgate Je .

r e i ns d un bou t à l a utre l é pî tre L i n i nte l


’ ’ ’ ’
. .

l igible épître était devenue un fl e uve de


l umière Cette lecture a déposé pour tou
.

j ours une idée mère dans ma vie l idée du ’

temps comparé à l éternité et de la vie


présente comparée à la vie à venir .

0 mon Dieu ! j e me souviens trop bien ,

e t j e consigne ici le souv e nir des rares

époques de ma vie où j ai été pour un mo ’

m ent fi d è le à vos grâces et a vos inspira


10 .
174

tions Et j e ne parle pas de cette perp é


.

tue lle indocilité de cette habituelle lâc h eté


,

qui fait que j e n ai presque rien com p ris


de ce que vous avez voulu me dire et p res ,

que rien réalisé de tout ce que vous vou


liez de moi 0 mon Dieu ! faites que m ain
.

tenant pendant les j ours qui me reste n t à


,

vi vre j e sois moins indocil e et moins lâch e


,
.

Faites que les longues époques d un con ’

p ab le sommeil ne r e viennent plus ! faites


surtout que j a m a is le péché ne vi e nne rom
pre e t briser ma vie ! Pardonnez m ol Sei-
,

g ueur mes péchés et mes crimes ! Répa


,

rez s il se peut tout le mal que j e me sui s


,

fait et que j ai fait à votre cause


, .
176

Mais je me hâte de reprendre le récit de


l histoire intérieure de mon âme

.

L a vie intérie ure est plus réelle que la


vie extérieure L a vie a la sur face est
.
, ,

moins vraie moins pleine qu au centre


,

.

Répandu dans tou tes les choses d u monde


par son corps et ses sens on n aime pas ,

on ne sent pas ; on dort on végète on ne , ,

vit pas Rec ueilli dans son âme séparé d e


.
,

toutes choses en apparence mais rapproché


de Dieu on sent on aime ; on aim e Dieu
, , ,

les idées les hommes le s â m es les choses


, , , ,

la nat ure la vie Pourquoi les hommes n e


,
.

cherchent ils pas davantage à vivre ainsi !


-
.

Pourquoi se trompe t on touj ours si gros -

siè re m e nt sur le bonheur ? O n en poursuit

l ombre on en perd la substance Cela est


,
.

connu mais néanmoins on va touj ours on


, ,

reste dans les traditionnelles stupi dité s de


la rou ti ne de ce monde ; on ne travaille
point à rel ever le monde la famille la , ,

cité le genre humain entier vers une vie


,
177

plus vraie ve rs celle qu apporte l Evangile ’ ’

et dont on ne ve ut pas .

Mai s c était là par la grâce de Dieu de


puis pl usieurs années tout mon désir tout , ,

mon espoir J avais donné à cette cause a


.

ce travail de l Église sur le monde mon


esprit mon cœ ur et ma vie O r dans cette


, .

vie mystique dont je viens de parler je ne ,

déviais pas j étais en pleine activité pour


,

ce but j agissais je sou ffrais je priais j e


,

, , ,

pensais et j aimais selon mes forces pour


,

l éd i fi c a tion d e la vi lle sa in te L e s e fforts


intérieurs des volontés la pri è re des é s ,

p ri ts
,
le cri des cœurs tout cela n estj a
,
m ais ’

perd u ; ce sont là au contraire les sources


, ,

vive s des forces qui peuvent soulever le


monde vers une vie pl us élevée L état d u ne .
’ ’

âme et son mouvement intérieur se répand


jusqu aux extrémités de la terre et entre

, ,

comme forcecomposante grande ou petite , ,

dans tous les mouvements de l univers ’


.

Donc nos ardents désirs et n os ardentes


pr1ere s, _
à cette époque n ont sans do ute ,

pas été perdus .

Je disais et j e me suis toujours dit : Il


,

doit sortir de l Évangile une science et ’

une société Et là au milieu de ces bell e s


.
,

âmes et de ces belles intelligences j e m at ,


tachais avec ardeur avec espoir avec la , ,

plus incroyable ténacité a la solution de ,


ce problè me les hom m es p eu ven t i ls s en ’


te n d r e e t s a i m er L e s hommes peuvent ils

s aimer et n avoir qu un cœur ? Peuvent


’ ’ ’

ils s entendre e t n avoir qu u n es prit ? Peu


’ ’ ’


vent ils en arrivant à l unité d esprit et de
,
’ ’

cœur fonder la divine cité que j ai vue


,

fonder cette science et cette société qui doi


vent sortir de l Évangile ? Et j en te n dais’ ’

tout cela sans trop d ut0 pie et j entre ’

,

voyais des possibilités que j e ntre voi s en ’

core aujourd hui et auxquelles j e crois


a ujourd hui plus que jamais



.

No us nous aimions ; et si l union seule ’

ment â ce degré était plus répandu e sur ,


180

de fatigue n est pas croya b le Quand j e’


.

commençai à pro fesser la rhétorique j é ,


tais convaincu que la parole ne fatigue


pas Je pouvais parler avec chaleur pen
.

dant u ne j ournée entière J e n abusai Je .



.

faisais quatre heures de classe par jour ;


j e tenais l étude j e surveilla is la récréa

tion je conduisais les élèves à la prome


,

nade E n promenade e n récréation j e


.
, ,

causais continuelleme nt avec eux j e fai ,

sais la prière du soir qui durait un quart


d heure je disais mon b réviaire à haute

voix Aussi à la fi n de la première année


.
, ,

j avais les organes de la voix blessés et


u lcérés L e repos eût pu me g uérir Mais


. .

le che f qui s ous ce rappor t s est d ord i


,
’ ’

naire cruelle m ent trompé n ayant j a m ais ,


conn u par lui mê m e la fatigue m en gage a


-
,

au nom du dévouement à continuer Et .

moi vovant mon dévouement m is e n ques


,

tion et s acha nt bien d ailleurs que j étai s


,
’ ’

blessé que les organes de la voix étaient


,
181

u lcérés j usqu au sa ng et que chaque


mot et chaque syllabe me coûtait un don


loure ux et dangereux e ffort que ma bril ,

l ante santé é tait perdue si j e conti nuais ,

et e n fin que ma vie é tait e n danger je ,

continuai pourtant Un j our sentant que


.
,


le fardea u me tuait je dis en moi même
,

Pourq uoi pas Si j étais o fficier d artillerie


’ ’
?
,

j e devrais mourir sur mes pièces sa uf ,

contre o rdre C est ce que j e dois faire ici


-
.

.

— U n soir après m être raidi pendant tout


le j our con tre une fatigue extrême j e ,

tombai san s connaissance par ép uisem e nt .

J e fi s une petite maladie et repris mes


fonction s.
A trave rs m e s quatreannées de labeurs
classiques au petit séminaire j avais de
,

mon mieux poursuivi la recherche inté


rie ure du vrai Mais déchargé de ce far
.

deau et fort peu employé au pensio nn at


, ,

je commençai a travailler seul à écrire à


, ,

méditer de la manière la plus féconde .

Dieu daigna bé nir six a nnées de travail


théologique philosophique et scie nti fi que
,

qui commencèrent alors Je travaillais la


.

théologie et la philosophie réunies la ,

scolastique et la mystique prises ensemble ,

et le tout comparé a toutes les sciences que


je ne pouvais connaître o u que j apprenais
,

pour combler les lac unes Je travaillais


.

avec prières avec larmes Je s uppliais


, .
184

Ce qui est ad m irable ô Seigne ur c es t,


'

,

qu à travers ces douze années où j étai s


’ ’

surchargé de travail extérieur vous ,

n avez pas laissé tarir le cour s vivant de


ce trav ail in térieur de mon i ntelligen ce


vers vou s Vo us m a vez fait la grâce de
.

fournir en même temps deux carrières de ,

vivre de deux vies l u ne au dehors ,


l autre au dedans Surtout penda nt les six



.

dernières années surtout pe nda nt les


,

deux dernières le cours d eau vi ve que


,

votre bonté me do n nait était deve n u un


torrent L e besoi n d u travail de la prière
.
,

e t de la méditation ; le besoi n de voir de

plus près et d écrire ce que j aperce vais


’ ’

était deve n u irrésis ti ble ; l e mo uvement d u


travail i ntérieur durait toujours ; très sou
vent il durait la nuit pendant le som m eil .

Et le jour au milieu des en fants j e le s


, ,

regardais de mes ye ux mais en mêm e ,

temps je continuais a voir le b eau spe c

ta cle intelligible q ui me suivait par to ut .


185

J avais peu d heures libres chaque jour


’ ’
.

Ce pe n d a ntj avais le matin trois heures de


s u ite de sept à dix Je n oublierai j amais ’


.
,

a v ec q uelle i m patience j attendais celui


q u i ,a sept h e ures me rendait la liberté ,

l a pro fonde douleur que j é prouvais lors


q u

il tardait de trois minutes ; et ma recon
n aissance lo rsqu il venait deux minutes

trop tôt J e remontais dans m a chambre


.

avec la plus agile impétuosité je d eje n


n ais j e crois e n moins de deux minutes
, , ,

e t e n m ême temps j e prenais la plume

p our écrire les choses dont j ét ais plei n



.

C est alors que j é crivis environ quinze


’ ’

o u vingt grands cahiers i n fol i o sans -


,

rat u re et comme sous la dictée on les


tro uvera dans m e s papiers ; c était pour

m oi seul ; ce n étaient par fois que de sim


ples études sur des questions douteuses


j e m éditais en cherchant non en dogma ,

ti sant Dans ces pages il y a des contra


.
,

dictions Souvent j arrivais à l inverse de


.
’ ’
186

ce que j avais d abord supposé Mai s j é


’ ’
.

crivais toujours dans un ardent a m o u r d e


la vé rité avec prières presqu e continuel l e s
, ,

avec soupirs et aVec larme s Dès que l a


lumière pâlis sait ou se m blait disparaître
je tombais à genoux et disais avec un a r
dent désir et une foi vive Venez Se i ,

gueur ! sans vous j e ne pui s rien faire .

Je ne puis douter que dans ces priè re s


Dieu ne m ait plus d u ne fois bé ni e t n e
’ ’

m ait montré la l umière



.

L ai je bien vue ? N y ai j e rien m êlé ?


’ ’
- -

C est ce dont je ne suis pas j uge



.

P lus ta r d , da n s le s d ern ze r e s a n n ée s de sa vi e ,

le P G ra try e n tr ep r i t d a c he ve r cé tra va i l, e t p a r

.

ti c u lt è r em ent d e c la ss er d m a n iè r e m é tho d i q ue


un e

l
( ) A ce tte é pq ue d e la vi e d u P G ratr y( 1830
pp
o .

1842) artie n n e n t le s Médi tati on i né di tes, q u e n o u s


pb p p
a s

u lieron s aussitôt a rè s le ré se n t v olum e ( E lles on t


.

été pu bliées .
)
LE P GRATRY .

S E S DER NIER S J O U RS
M
SON TESTA ENT S PI RI TUEL

PAR LE

P . A D O L P H E P E B E A U D

o o o
Prêtre d e l Orato ire e t Pr fe sse ur e n S rb nn e

(i ) .

( 1) Auj our

q
d hui é vê ue d Autun

e t cardi nal
192

que sa mort a été con n ue on s est adre ssé ,


à moi ; on m a supplié de recueillir mes


souvenirs et de ne pas garder pour moi


seul les trésors dont m avait enrichi un si’

lo ng e t si intime co m merce avec cette


grande âm e En outre j étais a peine ar
.
,

ri vé de Montreux que M l archevêque de


,
“ ’

Paris qui a m on départ pour la Suisse


, , ,

m avait chargé de ses plu s affectueuses


recommandations pour l illustre malade ’

m i nvitait à écrire le récit de cette mort


dont il m a vait été donné d être le témoin


’ ’
.

Commen tne pas obéir sans retard au désir


eX prim é par notre vénérable archev ê que ?

Co m ment ne pas répon d re à l attente ’

anxieuse de tant d amis qui n ayant pu


,

faire leur s adieux au P Gra try é taie nt .


,

d autant plus impatients de connaître des


détails sur lesquels la mort a m i s une sorte


de consécration ?
C est donc la douce et paternelle auto

rité de notre premier pasteur ce sont les ,


193

légitimes exigences de l am it1e qui me ’


.

mettent la plume à la mai n et vont me dic


ter ces p ages .

Moi même d ailleurs je veux demander


-
,

a ce travail une consolation et u n adou


cisse m e n t a ma douleur Si les souve nirs .

q ue j e vais évoquer me font mieu x me


surer l étendue de notre perte ils me don

neron t aussi par un con tact plus intime


,

avec ce grand cœur la force de soutenir ,

san s d é faillance la dure épreuve de la sé

p arat i o n A p rès.sa mort comme pendant ,

sa vie pl u s encore peut être le P Gratry


,
-
,
.

sera touj o urs l apôtre de l es pérance En


’ ’
.

con versant encore une fois avec lui par ces


pieuses réminiscences j e compte recevoir ,

pour moi et je voudrais partager avec


,

d autres ces élans de courage que le Père


savait si bien communiquer à tous ceux


qui l e ntouraie nt et qui faisaient de son

commerce un perpétuel sursum cor d a


Bien entend u i l ne peut s agir ici de
,

194

raco nter la vie du P Gratry ni de se .


,

livrer a une étude de critiq ue philosophique


et littéraire pour analyser ses ouvrages et
,

marquer la place qu ils tie ndront dans le


mouvement in te llectuel de ce siècle Ces .

travaux viendront à leur heure et ils de ,

manderont autre chose que ces pages h ati


ves écrites au len d emain des funérailles
,
.

Je viens seuleme nt auj ourd hui payer ’

un tribut de reconnaissance et d affection ’

filiale au prêtre vénéré que Dieu mit sur


mon chemin dans les jours de m a jeu
nesse po ur me co nduire à l a grâce ines
,

timable d u sacerdo ce Je veux recueillir


.

quelques souvenirs qui aidero nt à le mieux


connaître ; et m i nspiran t d une des plu s
,
’ ’

constantes préoc c upations de celui que

n ous pleurons j e voudrais a vec la grâce


, ,

de Die u faire tourner au bien a la conso


, ,

lation e u solide progrès des âmes qu il a


,

tant aimées ce que j e vais essayer de dire


,

de la sienne .
196

M l archevêque rendait naguère l hom


" ’ ’

mage le plus autorisé et le plus touchant ,

ce sera faire l éloge du P Gratry de dire


que son prédécesseur dans la direction du


collège Stanislas devenu vicaire généra l
,

de Paris puis évêque était resté po u r lui


, ,

l ami d ont la fidélité inébranlable suivan t


la parole des L ivres saints fut pour le ,

Père une protection ne co n solation et


!

u ,

une force Personne n avait été plu s à ’

même que M Buquet pendant son long


!!
,

passage aux affaires d apprécier les ines


,

tim ab le s services rendus à la religion et

aux âmes par cet apolog iste dont les ,

ardentes convictions s all iaient a une cha


rité p lus ardente e ncore ; q ui n em ploya ’

j amais d autre violence pour attirer les


hommes a sa foi que de leur faire sentir


qu il les aimait ; q ui sut to uj o urs montrer

1
( )
Am i e n s fid e l i s, p rote cti o orti s f
am ie ns fi de li s ,

m e d icam e ntum vitæ e t im m ortalitatî s ( Ecc li , VI , 14 , . .


197

dan s la doctrine de Jésus Christ non seu


-
,

lement la vérité éternelle m ais aussi et ,

surtout la loi de l éternel amour



.

Il n y a pas encore six semaines je


rendais visite au vénérable prélat dan s son


modeste appartement de la rue F ero n l l .

sentait déjà un malaise précurseur de la


maladie qui devait nous l e nlever si rapi

dement Je me rappelle dans quels termes


.

affectueux il me dem anda des nouvelles


du pauvre malade de Montreux et avec ,

q uel cordial abandon il m exprim a son ’

estime et sa sollicitude pour lui L évêque .


de Parium est mort le mercredi 17 j an


vier ; le P Gra try est mort le mercredi
.

7 fé vrier Je pui s le répéter l un des


deux amis semble n avoir précédé l autre


’ ’

que po ur lui préparer une place a uprès


d e l ui dans le royaume de la lumière
e t de la paix Va d o p a r a r e vob is loc um .

Quan d j e comme nçai à connaître le


P Gratry à l École normale en 1847
.

, ,
198

j avais dix neu f ans il en avait quarante



-
,

deux Chose étrange dan s un siècle si


.

fécond en précocités intellectue lle s qui ,

pour avoir e n trop grande hâte de se pro


d uire ne produisent rien de durabl e et de
,

bon et n ab outissent la plupart d u temps


,

q u à de’
pitoyables avortements chose p l us
étrange encore pour un homme déjà
préparé à la di fficile mission d écrivain le ’

P Gratry n avait encore rien publié J us


.

.

q u a lo

rs sa vie s était to
,
u t entière écoul ée ’

dans la paisi ble obscurité des établisse


ments d éducation ’
.

Élève très brill ant des col lèges de Tours


et de Pa ris lauréat des concours généraux
,

de 1823 et de 1824 élève de l École ’

( l ) E n 1 823 i d h u d h é t i u x ’
q 1824 ,
px p p p p
, p
r onn e r e r or e ; en

se c ond ri d hon n e ur d e h iloso hie , lus le re m i e r


px
ri d e di sse rtation f ran ç aise v
O n trou d an s le s
x
. e ra

A nna les des concours g énéra uæ l e s d e u d i sse rta ti o n s

c ouronn é e s . Le suj e t d e la re m iè re é tait


p D e a u c to r i
ta te sensus i nti mi e t ra ti ona l zs evi denti æ le j de la

su e t

sec on d e : De l associ a ti on de

nos i dées et de son i nfluence
sur nos ha b i tudes i n te llectue lles et mora les .
d evaient
j aillir un jour avec une si gran d e
abon dance et désaltérer tant d âmes ’

Toute fois sans avoir encore rien écrit ,

pour le public l abbé Gratry j ouissait ’

d une grande autorité sur le personn e l de


l École norma le

Maîtres et élèves to u s ,

sentaient en lui un homme supérie u r ad


m irab le m e n t préparé à remplir le mini s


tè re délic at que lui avait con fi é M Affre gr
.

A ua q p f
ro un da e x ore v iri et torre n s re d un dan s

fous III
sapie n tiæ ( P v
,

p pb
. ro .
,
XV ,

( ) 2 v
S on re m ie r o u rage , u lié 1848 , lui fut in s
g g
en

p iré par l a sanj j lante tra é die de s ourn é e s de ui n e t

M
la m ort d e “ Affre Il é tait i n titulé Ca téchi sme soci a l ,

p pp b
.

é tait de s le ttre s d ation d e trois é vé



et ré c é d é

q b
a ro

ue s, m em M d e l Asse m b lé e

c on stituante “ Le
v q p M v q
re s

G rave re n d , é ê Q de u im gr Pari sis, é ê u e


v q p
ue er ;

de L M an gre s, e t gr Paye t, é ê ue d O rlé an s Ce



e ti t

p p q p p
.

v o lum e re s ue in a e rç u Il é té ré im rim é
è
assa . a

l

ann ée d e rn i le titre de les S ources d e la régé

y
re sou s

n éra ti on soci a le
( ) Paris, G irard , 30 , rue Casse tte On
p p
.

trou e e n ge rm e la lu art d e s gran d e s idé e s


v m orale s
qu e l eè v p
P re d e ait v pp p
re re n d re e t d é e lo er lus tard
d an s v se s autre s li
p M b (
re s .

( ) L 3

v é cole a ait alors dire cte ur Du oi s de
p p
our .

la L I f oire - n
) é rie ure ,
an c ie n dé uté , et —
our son s d ire c

te ur de s é tud e s litté raire s, M . Vache rot .


20 1

En e ffet si exigeant q u on pût être en fait


,

d érud ition scientifique il fall ait compter


avec cet ancien élève de l École polytech ’

nique auquel étaient fami liers les plus


,

hauts problèmes des mathématiques et de


l astronomie et qui all ait souve nt s en

,

e ntretenir avec ses il lustres amis Ampère


et Cauchy Si versé qu o n fû t dans les let
.

tres e t dans la philos0 phie ancie nnes on ,

s apercevai t bien vite que l a um ôn ier d e


’ ’

l École co n n aissait Aristote et Platon aussi


bien que s aint Augustin et saint Thomas ,

et les classiques de la Grèce et de Rome à .

l égal de nos grand s auteurs du dix sep



-

ti eme siècle Par dessus tout i l avait le


.
-
,

don de parler à un auditoire d i fficile le


langage le plus propre à concilier aux
idées chrétie n nes le respect et l estime de ’

ceux mêmes qui n av aient pas encore le


bonheur de les partager .

Ce son t ces con férences du P Gratry .

a la chapelle de l École nor m ale q u1


,
202

en me révélant son âme m attirè rent a ,


l ui Sa parole Simple forte vi b rante , , , ,

toute no urrie de la substance de l Évangile ’

pleine a la fois de science et de poésie ,

d enthousiasme et de raison éloquente


sans phrase s belle de forme comme l an ,


tique concili ait admirablement avec les


,

dogmes immuables ces idées et ces a spi


ration qui s appr0 prient aux besoins de ’

chaque siècle et qui ont rendu l Église ’

apte à in struire à guérir et à sauver tous ,

les temps C était bien l apôtre qui suivant


.
’ ’

la parabole évangélique savait faire sortir ,

de son âm e pour enrichir les autres âmes , ,

les trésors an ciens et les trésors no n


( 1) Q d f i il
ue ité lig d J n ous a

b b pè
e o s c ce s ne s e on

Il de Die u, e t Die u ,

e rt n e au u
q y p b y

a q e a r s ce

il

de lus e st l âm e , e t l âm e la
’ ’ ’
u a e au ,

p pè p p p
c a r s

e n sé e , e t a la e n sé e la arole O r don c , l us
b b p p
r s .

un e âm e e st se m la le à Die u , lus un e e n sé e e st

b b
se m p
la le à une âm e, et lus un e p arole e st se m b b la le
à p
un e p e n sé e , lus tout c e la e st be au ( P é d
II p g
. e ns es e

J oubert, v J e trou d an s li la d é fi n i
x p g p p
, . e ce s ne s

tion trè s e acte e t co


m m e la hoto hie de la arole

y
ra

d u P G ratr . .
2 04

conte m ple r de plus près et de posséde r ,

plus intimement cel ui qui est a la fois la


souveraine vérité la beauté idéale et le ,

souverain bien .

Quand on l avait entendu on voyait le


ch ri sti am sm e sous un j our tout nouveau ;

on apercevait les harmonies de la doctrine


révélée avec to ut ce q u il y a de plus grand ’

dans la raison on se se ntait invinci b le


,

ment attiré par le dé sir de deve nir meil


leur e t plus pur afi n de pouvoir pénétrer ,

pl us avant dans l intelligence de cette d i ’

vi n e philosophie .

J ai dit ailleurs

et j e demanderai la

permission de rappeler ici en peu de mots ,

d a ns quelle situation religieuse le mouve


ment de 1848 qui s uivit de quelques ,

mois mes premières relations avec l ab b é ’

Gratry avait mis l École normale


,

.

1
( ) D l n otic e n é crologi q ue u ai c on sacré e à
bb b
an s a q e j
la m é m oire d e l a é G am ie r , m ort Ch in e , m o n

p p
en

l E c ole

c o n disc i le à n orm ale , e t lus tard m on c on

r re à l O ratoire

.
20 5

C etait le temps de ces universelles et


interminab les dis cussions aux quelles on
aurait pu donner pour titre comme a cer
tai n e s thè ses fa m e use s d u moyen âge De
om n i r e sci b i li E n e ffet je ne sache as u ne
.
p ,

questio n de littérature de morale de poli , ,

tique de philosophie de religion d eco


, , ,

nomie sociale qui ne fû t agitée dans ce tte


réunion de cent et quelques j eunes gens
arrivés tous à l âge o ù les gran ds hori

zons de la pe n sée et de la vie se dévoilent


presque tout d un coup à l homme de

.

vin gt ans lui inspirent le désir de tout


,

savoir et mettent l in tellige nce dans cette


,

s o rte d ivresse où l on pe ut dire que tour


’ ’

à tour et tout à la fois elle aime à do uter ,

d e tout et ne sait douter de rien .

On pense bien que les mys tères du chris


ti anism e son histoire ses institutions ses
, , ,

pratiques ne trouvaien t pas plus grâce


,

que le reste devant cette arde ur de cri ti


que et cette liberté de d iscussion qui pou
12
-
206

vaie nt changer d objet mai s ne cha n


g e aie n t pas de méthode N avions no n s p as


.

-

alors un maître de con féren ces qui em


ployait plus de ving t leçons d une audi ,

tion un peu pénible à nous démontrer la


,

non authenticité des œuvres d H om è re et


-

la non existence du personnage co n nu


-

sous ce nom ? L e procédé qu une critique ’

plus ennuyeuse que dangereuse appliqu ai t


à ces vieux problèmes d érudition classi ’

que d autres s en emp araient et s en fai


,
’ ’ ’

saie n t des machines de guerre contre le

caractère révélé du christianisme et contre


la di vine mission de son fondate ur Mais .
,

si l É vangile avai t des contradicteurs et


d e s adversaires passionnés il comptait ,

aussi des soldats et des dé fenseurs résolus .

De là un travail incessant de pol émiqu e


,

auque l on apportait de part et d au tre ’

toute la franchise et tou tes les audace s


d un âge qui n a pas encore appris à se
’ ’

ménager par i ntérêt qui a en horre ur le s


,
208

ardeur on étudiait ces questions ! Quelle


j oie quand un de n ous avai t trouvé dan s
,

l Écriture et dans les Pères quelque ré


p on se victorieuse a la di fficulté so u l evée


la veille ! Archimède n aurait pas dit avec ’

un enthousiasme plus sincère son fameux

e Üpnx quand nous avions mis la main sur


a
,

ce texte décisi f dont on nous avait con


testé l existence et no tre cher aumônier

n était le dernier ni a être in form é de nos


d écouvertes ni à nous apprendre le secret


,

d en tirer parti

.

C est alors et grâce â cette fermentation


intellectuelle que plusieurs d entre nous


,

entrevire nt ce qu il y aurait de fé cond ’

pour l apologétique et pour le développe


ment de la science chrétien ne dans une ,

association libre d homme s habitués aux ’

recherches de l érudition fécondée par la ’

prière qui se réuniraient pour travailler


,

en commu n tous ces problèmes re ligie ux


et moraux si violemment co ntroversés de
209

nos j ours et qui forts de la bénédiction


, ,

promise par le Sauve ur à ces deux ou


trois rassemblés en son nom for
m e rai e n t un groupe d ouvriers é van géli

ques un iquement voués â la mission de


,

dé fendre et de propager la foi par la pa


role et par la plu m e .

Cette i dée ne fut d abord qu un germe la ’ ’

tent dont la forme définitive n apparaissait ’

clairem ent à personne pas même à cel ui ,

q ui nous encourageait le plus a la garder


fidèlement dan s nos cœurs C est cepen .

dant cette idée qui fécondée par la grâce ,

d e Dieu devait décider de la destinée et


,

de la vocation de pl usieurs d entre nous ’


.

J ai déjà dit ces choses lorsque il y a


six ans j ai écrit quelques pages sur un


,

témoin et un acteur de ces événement s ,

notre camarade Gambier sorti de l École ,


normale en 185 1 et mort quinze ans après


en Chine où il avait été comme missio n
, ,

1
( ) Matth .
, VX III , 20
.
2 10

naire apostolique porter la l um i ere de


,

l Évan gile

.

Mais j y dois revenir auj ourd h ui pour


’ ’

essayer de faire comprendre ce que notre


vénéré maître était pour nous quelle in ,

fl ue n ce son ca ractère sa foi ses convic , ,

tions exercèrent sur plusieurs des âmes


con fi ées à ses soins ; j usqu à que l point il ’

fut dans cette aumônerie de l É cole nor


male un apôtre tout dévoré d e zèle pour


,

la vérité chrétienne et sou fflant de son ,

cœur dans d autres cœurs la flamme dont


il était consumé lui même Ign em ven i -

m i tter e i n ter r a m , et qu id vo lo n is i u t a c

cen d a tu r XII , 49 ) .

Oui vraiment c étai t en paro les de fe u


, ,

qu il nous exhortait a porter nos pensée s


et nos désirs au delà des fragiles esp e


rances de cette vie nous apprenait au prix
,

de quels co mbats et de quels déchirements


intérie urs il avait passé d e l incréd ulité à ’
.

la foi et de la simple pro fession de cette


,
ch ée , qui s exerce non plus par le dis

cours public destiné à tous mais par ,

l e xhortation individuelle allant directe


ment aux besoins de chaque conscience ,

et créant ce commerce in time des âm es


sur lequel le christian i sme a mis une au
reole toute divine e t dont il a fait une ,

des pl us grande s forces qui soutiennent


le monde moral ?
C est alors que l abbé Gratry commença
’ ’

d être pour plusieurs d entre n ous ce qu il


’ ’ ’

demeurera to ujours même a travers ,

l ab i me de la mort et de la tombe un père


, ,

un vrai père ; c est à dire non seulement ’


- -
,

le conseiller le plus sûr e t le plus compa


tissant l ami le plus ferme et le plus ten
,

dre mais l ho m me à la parole féconde qui


,

forme e t développe Jésus Christ d ans les -

âmes pour les cond uire à la virilité de la


,

vie chrétienne .

Monter monter plus haut mon ter e n


, ,

core monter toujours ;


,
2 13

Aller de l e g0 1sm e au sacri fice de la vie ,

naturelle à la vie tran sfi gurée du bien au ,

mieux ;
Cre user dans son âme par le recueil
le m ent et par un e attention plus fidèle
à la grâce divine de nouvelles profon
de ars ;
Se renoncer touj ours davan tage pour
e n trer davantage d ans la vie universel le
de la charité
Nou rrir sa pe nsée de la substance de la
pensée divine en faisant chaque j our à la
,

lecture des saintes Ecritures et particu ,

l i è rem e nt de l Evan gi le une place privi


l é giée au milieu même de l a vie la plus


l a borieuse ;
Trouver d ans la prière dans la pureté,

d e la vie dans des relations plus fréq ue n


,

te s avec J ésus Christ vraiment présent


-

d an s l E uch arî stie le moye n in faillible de


c onnaître mieux la vérité et de devenir plus

c apable de la communiquer aux âmes ;


Avoir pour ces âm e s rachetées du s a ng
d un Dieu un amour géné reux te ndre

, , ,

dévoué ;
Ne rester étranger à aucune des so uf
frances de l h umanité et se pénétrer a

leur égar d des sentiments de celui q ui


avait compassion des foules Miser e or
sup er tu r b a m !
Telle était bien la di rection que l aum ô ’

nier de l École normal e imprimait a ces


j eunes catholiques de vingt à vingt cinq -

ans qui ven aient étudier avec lui le sec ret


,

de leur vocation et auxquels il rappelait


,

so uvent tout cet ensemble d idées par ce ’

mot de l Évan gile



Mon ami montez ,

plus haut ! A m ice ascen d e sup er i us


,

O maître et père bien aimé il y a peu de


-
,

te m p s elle m est reven ue au cœur cette


,

parole que vous nous répétiez aux jo urs


déjà lointains de notre jeunesse ! C était ’

l avant veille de votre mort ! Déjà vou s



-

étiez entré dans le grand silence J étais .



Quelques a nnées après cette idée de
!

travail en commun au service de la science


,

chrétienne n était p lus seulement une va


,

gue idée et une généreuse aspiration de


quelques j eunes gens e ncore indécis sur
,

leur vocation définitive Dieu nous donnait .

de la voir réalisée dans cet Oratoire à la


fondatio n duquel le P Gratry prit une si
.

grande part en 185 1 et 185 2 .

Ici il vaut mieux que j e le laisse parler


,

lui même Dans le beau livre qu il a consa


-
.

cré a la mémoire d H e nri Perreyve il a


raconté m ieux que j e ne saurais le faire


, ,

ce q ue furent les commencements de cette


entreprise :
Il se trouva q u un j our a vec une em o

,
tion pro fonde e t une j oie q ui ne peut se
décrire ce groupe d amis unis en Dieu

prit possession de sa terre promise laquelle ,

étai t un humble toit capable d ab rite r sep t


p ersonnes L e rêve était réalisé


. en s o n ,

g erme d u moi n,
s C est là qu i ls allaie n t .
’ ’

vivre en semble prier ense m ble et travai l ,

ler ens e mble .

Alo rs se déroulère nt dans l e ntho usias ,


me d u n e vie naissante q uelques années


de vrai bonheur de vie intime et frater


nelle d amitié sainte de véritable fécon


,

dité d e spri t et d âme


’ ’
.

L à les intelligences sentaient qu elles


étaient bien pour étudier ensem b le la vraie


philosophie à la fo is t héorique et pratique ,

et pour en trer dans la théologie à la fois


p a r le cœur et par l esprit ( )
l

.

Certes c e ux qui ont connu intimement


,

co m me moi H e n ri P e rreyve et le P G ra,


.

try peuvent se faire une i dée d u réel


1
( ) L e P G ratr . y , H en ri P erreyve, p . 10 6 .
2 18

b onheur de cette vie d on t ces belles â m es


étaient comme le foyer lumineu x et ar
d e nt Non i l est impossible de se rapp e ler
.
,

sans une émotion pro fonde ces ravissants


souvenirs cette bienheureuse vision de
,

paix bea ta p acis visi o cette cité i ntellec


, ,

tu e lle et cordiale où tous se comprenaient


et s ai m aie nt o ù tous avaient la ferme

volonté de devenir d hum b le s servite urs ’

de la vérité chrétie nne en attendant que ,

les p lus jeunes pa sse nt à l exemple de ,


leurs aînés e n devenir les apôtres


,
.

De plus en plus d ans ce commerce in ,

time des esprits et des cœurs notre m ai ,

tre devenait un père pour nous un vrai ,

père qui no us fais ait vivre de la vie de


,

son intel ligence et nous associait a ses


,

trav aux non comme ses ouvriers et se s


,

serviteurs mais comme ses enfants


,
.

Il achevait alors d écrire sa Con n a is ’

sa n c e d e Di e u Il y a tel chapi tre de ce li


.

vre dont la rédaction n a été défini tiveme n t



Sous une autre for m e ses homélies à la
,

chapelle de l O ratoire étaient un e heureuse


provocation au travail en com m un sur


les grandes idées de la foi M ais alors le.

petit cén acle s élargissait Nous les en


.
,

fa n ts
,
e mployés aux cérémonies du saint
sacrifice ou cachés derrière l autel nous
,

b uvions avidement ces paroles qui reno n


vel aie nt chaque dimanche d ans nos cœurs

le s mei lleurs souvenirs et les plus géné


re ux enthousiasmes du premier appel .

L e s fi dèles aussi recevaient leur part d u


travail et de la méditatio n en commun L e .

Père recommandai t instam ment à ses au


di te urs qu ils eussent gra n d soin de lire

d a vance pendant la semaine et d é tudier


,

pour leur compte la page de l Evangile


,

qui devait être commentée dans l hom élie ’

d u d i m anche suivant Il voulait par la


.

établir entre son auditoire e t lui une véri


table communio n de pe n sées et de senti
ments et rendre plus e fficace l action de
,

22 1

la parole apostolique en la faisant prece


der e t préparer dans chaque âme par ce
travail de recherche et de prière s person
nelles Cel a revenait to ujours au procédé
.

fon da m en tal de n os gran d s mys tiques


ramener les âmes du dehors au de dan s ,

po u r les é l eve r e n sui te d e degré en degré à , ,


.

des hauteurs nouvelles a b ex ter i or i b u s a d ,

i nter i or a , ab i n ter i or i b u s a d sup er i or a .

L esho m élies de la chapelle de l O ra ’

toire on t été faites plusieurs années de


suite ( 1) Dire qu on s y écrasait est à peine
’ ’

une m étaphore Partout où une ch aise .

pouvait être pla cée et souvent j usq ue sur ,

les degrés de l autel on introduisait un an


diteur de plus M Guizot fut vu plus d u n e



. .

fois dans cet te hu m b le chapelle o ù se

( 1) J

ai re cue illi de s n ote s tr è s com pè l te s c e ll e s

p
p ar

ui f f
ure n t aite s de ui s le re m ie r d im an ch e d e l Ave n t

q
1853 j us u q ’
au
p
j our d e la Pe nte côte 1854 J e tarde rai
pb q
. ne

d oute p à don n er au u lic v ingt cin ho


p
san s as . ce s -

m élie s, q ui m e araisse n t d e sti n é e s à f


ai re e n core

be aucou p bde ie n .
22 2

pressait 1elite intellectuelle et politique de


la société parisienne Mde Montale mbert . .

était un des plus assid us a venir en tendre


cette parole si vivante dont le grand ora ,

teur politique et l ami du P L acordaire



.

faisait tant d estime L e 4 décembre 1853



.

deuxième dimanche de l Ave nt le P G ra ’

,
.

try ava1t commenté le chapitre de l Évan ’

gile de saint Matthieu o ù N otre Seigneur -

— —
Jésus Christ appelle saint Jean Baptiste
plus que pr0 phète L hom élie achevée ’

et le Père rentré dans sa chambre e n lui ,

remit une carte ; c était celle de M de ’


.

Montalembert L illnstre comte y avait


.

écrit ces paroles expression si délicate de


,

son admiration émue P lu s qu a m pr0


p h e ta m !
Plus tard le 12 mars 185 4 second di
, ,

manche de Carême on venait d appre ndre


,

la mort sinistre de l infortuné Mde La ’


.

mennais et tout Paris était consterné Le


,
.

P Gratry expliqua l évangile de la Trans


.

pa uvre mal ade et chassé le démo n pe ut
è tre alors il sera redevenu li b re e t il aura
, ,

bie n choi si !
Dans les accents de cette foi si vi ve et de
cette inco m parable charité on a tout en
tiè re l â m e du P Gratry

. .

Une autre fois le Père s adress ait spé


,

ciale m e nt aux jeunes ge n s mêlés dans


l auditoire les conj urait de dédaigner les

faux b iens et les fausses j oies de ce monde ,

d e poursuivre av ant tout l avènemen t d u


ro yaume de Dieu d avoir fai m e t soi f de


,

j ustice et de vérité Et a ceux qui venai e nt


.

lui promettre de faire en ce se n s un e ffort


sérieux à q uelque temps de là il rem e t
, ,

tait en souvenir de leur engagement u ne


, ,

petite croix d argen t sur laquelle il avait


fait gr aver ce mot d u Sau veur d a ns


l É van gi le E su r i vi

J ai e n faim ,

.

Chère petite croix j e n e doute pas q u e lle


,

ne soit e ncore fidèlement portée sur plus


d un noble cœ ur Si ces l igne s to m bent

.
sous le s yeux de ceux qui recure nt alors
des m ains d u Père ce symbole d une croi

sade tou te d e lumière et d e charité prê ,

ché e pour vaincre les ténèbres et le mal ,

que ceux là en souvenir du bien aimé


- —
,

Père renouvellent devant sa mort et de


,

vant sa tombe le serment d a voir touj ours ’

faim de bonté de beauté de vérité pour , , ,

eux pour leurs frères pour le monde tout


, ,

entier !
H élas ! qu est deve n u ce printemps de

no tre vie sacerdotale ? Qu e st deven ului ’

même ce groupe d intelligen ce s et de ’

cœurs si fortement liés ensemble par des

ami tiés toutes d ivines ( l ) et où l unique ’

passion ét a it d établir le règne de Jésus ’

Christ dans le monde ? Avec la marche du


temps que de déceptions que de dé sil lu
, ,

sion s amères que de douloureuses sépa ,

1
( ) O ui

c e st b i e n là que s appliquait

b e au m ot
B p
,
ce

de ossue t L ’
am itié e st un com m e rce our s aid e r

à m ie u xj ouir d e Di e u .
rations ! H enri Perreyve est mort il y a ,

sept ans dans toute la fraîcheur de la vie


, ,

et déjà dans tout l éclat du talent L e P ’


. .

G ambier est mort en Chine un an aprè s , ,

en annonçant l Evan gile aux i nfi dè le s ’


.

D autres qui s étaient j oints au groupe


’ ’

primiti f attirés par la communauté d es


,

idées et la sympathie des sentiments nous ,

ont été enlevés et parmi eux cet i ntelli


,

gent Anatole de la Bastie qui nous pro


mettait un esprit si ferme si apte à l étude ,

des gr andes questions de la théologie si ,

âpre au travail si décidé à se donner tout


,

entier aux idées qui avaient ravi n otre


j eunesse .

D ailleurs il n y a pas que la mort q ui


,

sépare et qui disperse L a vie n a t elle pas .



- -

aussi ses duretés ses contentions ses , ,

chocs douloureux ses terribles m alente n ,

l
( ) V i l t è i té t ti l P L t ue

pb p p
o r a r s n
q re ssa n e no
g ce e . ar e n

a u lié e sur c e j e un e rê tre , m ort d e la oitrin e à


Pau , e n 1866 , âgé se ule m e nt de v ingt ne uf ans ( Pari s
z
-
.
,

c he Douniol ) .
228

m en t de rr1e rele dôme des Invalides rede ,

vint com m e un nouve au cénacle où se


continuaient entre l ui et les plus fidèles
,

de ses anciens disciples les entretiens de


,

l École normale et de l O ratoi re


’ ’
.

A trave rs tous les incidents et toutes les


d i ffi cultés de la vie le Père travaillant
, ,

sans relâche ajoutait chaque année au


,

n o m bre de ces p age s qui faisaient rayon

ner au loin la lumière et multipli aient


,

souvent a son insu le n ombre des chré


tiens Après la Con n a issan ce d e Dieu
. ,

publiée en 185 3 étaient venues su ccessi


,

vem e nt la Con n a issa nce d e l âm e la L0 ’

i u
gq , e Mi
o sde M
ar i e d e l

I m m acu lée Con -

pieux et pro fond livre desti né a


c ep ti on ,

expli quer et aglorifi er le privilège décerné


à la sain te Vierge en 1854 ; puis la P aix où ,

le P Gratry avait plai dé par des accents


.

si émus la cause de ces nations oppri mées ,

d ont les douleurs lui arrachaient des lar


mes et qui fi rent de lui le plus constant ami
,
2 29

et le plus courageux dé fenseur de l Irlan de ’

e t de la Pologne de cette dernière surtout


, ,

a u suj et de laquelle il a dit cette parole su

b li m e L E urope est en état de péché


m ortel depuis qu elle a laissé accomplir


l e partage de la Pologne ; la P hi losop h i e


d u Cr ed o dont le manuscrit envoyé en
, ,

B elgique avait beaucoup aidé à la conver


sion d u vaillant et si regre tté général de
L amorici ere ; enfin dans les dernières ,

années les S op histes et la cr iti qu e les


, ,

L e ttr es sur la r eligi on le Com m en ta i r e ,

de l É va n gi le selon sa i n t M a tthi eu la

B i ogr a p hi e d H

en r i P er r eyve , la M 0

ra le e t la loi d e l histoi r e

.

Ainsi philosophie pure philosophie


, ,

applicable à la morale morale appliquée ,

à la politique et à l his toire polémique


contre le m atérialisme et l athéism e ’

pieu ses efi usions d une âme recueillie


' ’

devant les beautés virginales de la Mère


de Dieu ou devant les inco m parables
,
230

splendeurs de l Évangile tout cela se


succédait sous cette pl ume qui n évita it ,



peut être pas assez les redites mais q ui ,

demeurait touj ours originale et avait au ,

plus haut degré le soin d exprimer simple ’

ment les grandes ch oses .

Cette langue si pure de si bon aloi si


, ,

diñ é re nte de ce style surmené à l aide



.
,

duquel on essaye souvent de dissimu ler


aux autres et à soi même le vide absolu de
-

la pensée classera le P Gratry parmi les


, .

premiers écrivains de ce siècle et mar ,

quera son élection à l Acad— é m ie française


comme un des choix qui auront le pl us


honoré l illustre compagnie

.

Mais ce à quoi le Père tenait davantage ,

ce dont il avait le droit de se réjouir de


vant Dieu e t dans le cercle de l intimité ’

c est que les petits et les simp les compre


naie n t ses livres les goûtaient et se lais


, ,

saie n t ravi r eux aussi à l amour e nth o u


, ,

si aste de ces grandes pensées exprimées


232

conn aissance personnelle Mais que d au .


tres faits semblables dont Dieu seul aura


été le témoin et le con fi dent ! Que d âmes ’

touchées éclairées par cette admirabl e


,

méthode d apologétique où la charité’

tient une aussi grande place que la

science et où le cœur s unit à la raison


,

pour triompher de l esprit et pour gagner ’

les âmes à la cause de Dieu l ) ! H eureuses


vic toires q ui ne font couler que les larmes
d un pieux repentir et de la rec onnais

sance ! E t quel bonhe ur pour nous de


penser que ces pages demeurent pour tra
vai lle r encore à la conversion des âmes et ,

pour continuer malgré la mort l aposto , ,


lat si fécond du P Gratry ! .

D ailleurs si quelque chose soutenait le


l
( ) L P G t y a e u sou e nt v la j oie de v oir v e n ir à
pè g p
e ra r.

l ui , v in t ou tre nte de sé aration ,

p p y q
a r s an s se s c on

d isci le s de l

École ol te ch n i ue , ram e n é s, p ar la
le cture de ou v rage s au d é sir d e re trou e rv l a foi ,
p
se s ,

s age n ouillant aux ie ds d e le ur an c ie n cam arad e



et

p our se re le v er chrétie n s .
233

P ère dans l de sa missio n


accom plisse m e nt

d écrivain au service de l Évan gile c étai t


’ ’ ’

l e continuel désir d arriver aux âmes de


les persuader de les trans fo rm er de les


, ,

tran sfi gure r Il n avait j amais eu d autre


’ ’
.

pensée ; mais plus il avanç ait dans le tra


v ail et dans la vie plus il se désintéressait
,

de s questio n s de spéculation pure pour ,

s attacher par dessus tout aux questio n s



-

vivantes et pratiques à celles qui se ré ,

solvent en certi tudes pour l esprit en con


solatio n s et en ve rtus pour le cœur L e .

temps me ma nque pour retrouver dans un


de ses ouvrages le passage où il expri m e en
termes émus ce besoin d aller droit aux vê ’

rité s qui peuvent seules rendre les hommes

meilleurs s était rencontré là comme en


.

.
,

bien d autres points avec ce grand méta


physicien chrétien du dix se ptième siècle -


,

avec ce Malebranche dont son génie et sa,

vocation l avaient deux fois rendu frère



.

Mon u nique maître disait l il lustre ,



oratorien d autre fois je ne veux plus vou s

,

consulter que sur les vérités qui me son t


nécessaires pour conduire à la possession
des v rais biens L e temps est court la mort
.
,

appro che et je dois entrer dans l éternité


,

tel que j e l aurai mérité L a pensée de la



.

mort change toute s mes vues et rom pt


tous mes d essein s Tout disparaît ou .

change de face lorsque je pense a l éte r ’

n ité Sciences abstraites quelque écla


.
,

tantes et sublimes que vous soyez vous ,

n êtes que vanité Je vous abandonne Je



. .

veux étudier la religion et la morale Je .

veux travailler à ma per fec tion et à mon

bonheur
Oui à mesure que son génie se dé
,

ployait et que la maturité de l âge ajoutait


,

à son ardent amour pour Dieu et pour les


ho m m es telles étaient les dispositions les
,

plus sincères du P Gratry . .

C est alors que s ouvrit la période si


’ ’

( l) M l b h
a e 9 M édi t h ét
ran c e, °
. c r .
2 36

sanglante blessure N ul dou te qu e lles


.

n aient abrégé sa vie



.

Certes i l a pu se tromper en soutenant


,

sur tel e t tel point d histoire ecclésiastique


ou de droit canon des opinions que la déci


sion solen nelle du concile n a pas ratifi ées ’
.

Il se trompa du moins en prêtre qui au ,

d essus d e toutes les questions et contro


verses particulières n avait pas cessé un
,

seul instant de placer le dévouem ent l e


plus fi lial à l Égli se et la plus sincère

obéissance a sa divine hiérarchie .

L à o ù j affi rm e qu il ne s est pas trompé


’ ’ ’

c est lorsqu il a supporté avec la plus an


’ ’

é
g q li ue patience les inj ures atroces dont
il fut accablé sans relâche tous les j ours , ,

pen dant six mois .

Il ne se trompa point non plus lorsque ,

fi dèle qua n d même aux const antes ma


xi m e s d e mansuétude et de charité qui

avaient i nspiré toute sa vie il ne fi t ja ,

mais entendre une parole am ère contre


ceux qui le m é nageaient si peu et pre ,

n aie nt un pl aisir si chrétien à jeter sur .

lui du fi el et de la boue .

Il ne se trompa point sur tout lorsque


guidé par les sûrs instincts de l hum ilite ’

et de la foi il écrivit au vénérable arche ,

vê q ue d e Paris cette lettre si courte e t si

pleine qui disait tant de choses en si peu


,

de mots et qui révélait j usqu au fon d de ’

son âm e dan s l ad m irab le sim plici té de


,

l obéissance sacerdotale ( l )

.

l
( ) Q u l u t m q é iv t à p pè un de
fè q q p
e e e s a r s ,
c r a n se s c on

r re s d e l Acadé m i e , au suj e t d e ue l arole s re



ue s

tt b l i i t v é té p ron on cé e s à son occasio n


pb xp
gre a e s q u a a e n

d a n s un d isc ours u lic , il rim ait av e c u n e ad m i

b
e

le n e tte té le s m oti f de son adh é si on aux dé cre ts d u


p
ra s

c o n c ile J

ai re trou vé la ie de ce tte le ttre dan s
pp
. co se s

ie rs , et j
e c roi s d e voir la c ite r, à cause de im
p x p
a so n

ortan c e e ce ti on n e lle

M b on è ie n ch e r e t tr s h on oré c o n r re , fè
L

e stim e e t pp b l

ation de m fè dan s
pbq p
a ro e s c on r re s

ma vi e u v li ue d é c ri

ai n e st e t se ra tou j ours our

m oi du p px
lus haut ri

q è p q
.

L ors ue l

de la olé m i ue é tait ou v e rte d an s
b
re

l Église j

ai c om attu se lon ma c on sc ie n c e et m on
v z pp v x
,

d roit v m étais he ure u


j

: ous a e a rou é et en .
238

Si le Père avai t été surpris lorsq ue au ,

milieu des ardeurs de la polémique il ,

avait entendu mettre en doute sa foi cette ,

foi pour laquelle il avait déjà tant travaillé


et tant sou ffert je dirai et ce trait achèvera , ,

de le peindre au naturel qu il ne le fut ,


guère moins lorsqu il apprit qu il avait ’ ’

donné une si grande é difi cation à l Église ’


.

C est qu en e ffet pour cet esprit si net si


’ ’

, ,

M i t t q l dé i i
a n e n an t i t v v
ue m p n e r e n ue , ous

p z
a c s on e s a

v d e m y soum e ttre , j e n sui s ce rtain


’ ’
rou e

S
.

Q f ue e rai e nt auj ourd hui saint Fran ç oi s de ale s ,


sain t V i nc e nt d e Paul, Fé n e lon et B bssue t ? V ou s le


v z n ous le v tous ; auc un d

eu x n au rait u n

p p
sa e ,
sa on s

i n stant la e n sé e de se sé de l

Église
p b
are r .

Ce tte v ous ête s ie n assuré que je n e l ai


e n sé e ,

s ; e t si e l av ai s v ous m arrê te rie z dan s son e xé c u


j
’ ’

è x p
p a ,

tio n v ous e t tous m e s c on fr re s san s e ce tion v oi là


x
, ,

d on t je sui s he ure u
S q
ce .

v ous e n traî n e r sur le te rrain thé ol ogi ue

p z
an s ,

e rm e tte —
m oi d e v ous livre r in ci de m m e nt e t com m e

j
su e t de v e rsation un e re m ar ue q ’
c e st
,

u j

ai

b
c on , q e

c om l i nfaillib ilité i nsp i rée ; le d é cre t d u c on ci le



attu

p ou sse l infaillib ilité in s i ré e J



p ’
ai com b attu l i n failli

b p
re .

ilitep ersonne lle le d é c re t l i nfai lli b ilité ci e lle


ffi
x
ose o .

De s é criv ain s de l é c ole que je crois e ce ssive n e vou



p
laie nt lus d e l in faillib i lité ex ca thedra , c om m e é tan t
u ne li m ite tro p étroite ; le d é cret ose l infailli b ilité

ex
Depuis plusieurs années le P Grat ry
.

observait avec i nquié tude les symptômes


d e décadence et de dépé risse m ent que la
France i m périale essayai t vainement de
dissimuler sous les panégyriques de ses
orateurs o ffi ciels Après avoir abdiqué sa
.

liberté en 185 1 par peur d u spectre ro uge


, ,

le p ays se laissait conduire vers d autres ’

abîmes par des chemins se m és de fleurs .

L e scepticisme politique qui avait fait bon


marché des libertés nécessaires avait bie n
,

vi te attiré après lui d autres scepticismes


plus d angereux encore et une corruption


,

e ffrénée s étendan t de proche en proche


,

gagnait rapidement toutes les parties d u


corps social .
Que de fois dans ses dern1e res années
, ,

le P G ratry épanchan t son âm e avec ses


.
,

plu s intimes amis gémissait de voir la


,

Fran c e descendre ces pentes déshonorées ,

et se préparer par sa faute des ma lheurs



p eu t ê tre irréparabl es ! Avec quelle é ner
gie d e langage il flétri ssait ces sophis tes
de l a politique scribes ou orateurs qui
, ,

entr e tenaien t le souverain dans ses illu


si o n s par leurs fl atteries et le pays dans
,

sa lé thargie par leurs mensonges !


L e P Gratry n était ni moins attristé

.
,

ni m oins e ffrayé d u progrès de ces doc


trines brutales qui transportées de la mo
,

rale et de la métaphysi que dans le domaine


des questions pratiques niaien t résolu ,

ment tou t principe faisaient l abstraction


,

de tout devoir et prêch aient avec un cynis


,

me menaçant les thèses les plus radicales


du socialisme révolutionnaire et athée !
Que po uvait l h um b le et paisi b le pen

se ur pour combattre ces mortelles e u


14
24 2

n em i e s de la grandeur nationale la cor ,

ruption des satisfaits et la barbari e des


mécontents ? Par q uel effort un homme
étranger à la politique et aux affaires pou

vait i l arrête r ce torrent d i niquité s et d ab
’ ’

surdités dont le fl ot grossissant m e nacait


la France des suprêmes écroulements?
Il pouvait du moins avertir le pays Il .

le fi t par ce beau livre de la Mor a le et de la


loi d e l h istoi r e qui aurait produit pl us

d e ffet s il avait été plus court et qui était


’ ’

a la fois un cri d alarm e et un cri de ral


li e m e n t .

H élas !
il était presque trop tar d pour
avertir les uns et pour changer les autres!
S il n y a pas de fatalité dans les choses
’ ’

humaines il y a encore b ie n moins de ha


,

sard : les révolutions de l histoire c omme


les vicissitudes de la vie individuelle obéis


sent malgré les inconséquences d es hom
,

mes à des principes dont la logique fait


,

tôt ou t ard la rigoureuse applicatio n On .


pé ram e nt autant que par disposition
morale le P Gratry avai t eu toute sa vi e
,
.

une horreur particulière de la viole n c e .

L a vue d u sang l ui faisait physiqu e m e n t


mal Que ne dut il donc pas sou ffrir pe n
.
-


dant cette demi année où le sang co u la
véritablement à flots le sang de ces h o m
,

mes auxquels il avait tant de fois prê c hé


la fraternité et q u il avait si souvent a u
,

nom de l Evangile de Jésus Christ i nvi



-
,

tés à ne faire tous qu un cœur et qu u ne ’ ’

âm e po ur établir sur la terre le règne de


,

la j ustice !
Mais aussi par quels accents il savait re
le ver les courages abattus ! Avec quelle
miséricordieuse tendresse il compatissait
aux douleurs de tant d êtres que les fureurs

des batailles venaient chaque jour attein


dre dans leurs plus chères affections ! J en ’

trou ve le touchan t témoignage dans une


lettre qu il adressait en février 187 1 à l a

,
.

jeune fi lle dont Paris a connu et partagé


24 5

le deuil en apprenant que son fiancé cet


, ,

artiste sur le front duquel brillait déjà un


rayon de gloire avait été frappé d une ,

balle sous les murs de Paris dans la né ,

faste j ournée de M on tretout

Mon en fant ma bien chère en fant , ,

qu ai je a vous demander ? J ai à vous de



-

m ander l immense héroï sme de ne pas fl é


chi r j usqu au désespoir Maintenez vous



.
-

dans la vie et bientôt dans l activité


,

.

Soyez un des instruments de cette cause


pour laquelle il est mort .

Mourir pour une cause sacrée ne sau


rait être néant et vanité Cela est grand et .

a une suite Un pareil acte un pareil don


.
,

de soi est une réalité qui subsiste


,
.

Rien de petit ne se perd ; à plus forte


raison rien de grand Tout martyr a
, .

sa vie éternelle en pleine et solide vê,

rité .

Mon en fant élevez votre âme très ,

haut Ce monde n est pas un j eu cruel ni


.

,
14 .
246

une apparence vaine L e trio m phe de toute


.

j ustice et de tout bien est assuré le triom ,

phe de la vie sur la mort est certain Lors .

q ue deux êtres se sont donné la m ai n et

ont d i t pour toujours ils se retrou veront ,

quoi qu il arrive

.L orsque deux d entre

vous dit le Christ sont d accord sur la


, ,

te rre quoi qu ils dem an de nt ils l ob


,

,
,

tiendront Si vous avez deman dé le


.

bonheur éternel et l amour éternel vous ’

l ob tie ndrez Notre Père est un père et il



.
,


est tout puissant .

Il n est pas possible que de telles pa


roles n aient rend u courage confiance


, ,

espoir à la pauvre en fant dont le cœur


,

avait été si pro fon dément meurtri ! Vues


dans cette splen dide l um ière de la foi et de
l espérance chrétienne les plus gran des

douleurs se transfi gure nt et l âme la pl us ,



brisée devient par le don d elle mê me à ’

toutes les sou ffrances de ce m onde l âme


'

la plus capable de verser sur les maux in


à V ersaill e s pu i s en Belgique j usqu a u
, ,

moment où l hér0 1sm e de notre arm ée eut


rendu libre l entrée de la capitale il


passa par une véri table agonie morale


lorsqu il apprit les sinistres événe m ents

d e s derniers jours de mai l assassinat des


otages les incendies de Paris et la France


, ,

déshonoré e par la plus inepte des barba


ries devant ses ennemis triomphants .

Il re vint cependant à Paris e t même ,

reprit courageusement ses leçons à la Sor


bonne pendant le mo i s de j uin .

Ce fut au commencement de septembre


q u

app ar ure n t les premiers symptômes du

mal qui de vait nous l enlever si rapi de ’

ment après lui avoir infligé les pl us


,

cruelles tortures Une petite grosse ur


.

s était formée sous laj oue gauche et sem


blait au comm e ncement n être que le gon ’

fl e m e nt anormal d une des glandes m axil


laires ( l ) .

I
( ) Il é crivait le 4 se p b
te m re J e suis trè s souffrant
24 9

On lui conseilla alors d aller passer ’

quelques semaines à Montreu x sur le s ,

bords du lac de Genève Il y devait faire .

p en dant l automne une cure de ra i



sin à ,

l aide de laquelle on espérait arr êter le mal


dans son pri ncipe Il n en fut rien L a ’


.

tume ur grossit en quelques semai nes avec


de ce tte tum e ur au c ou Je n e sais c om m e nt j e sortirai

z p
.

de tout c e ci Si v ous v ie toute s m e s c om lic ation s


p p
. sa

e in e s , v ous m é c ririe z v e nt me c on sole r



et sou our

p p p
.

oi n t d e v ie nt lus sim le dan s m on ê tre



Un se u l c e st

la ré so lution du b ie n c om p le t, d e l é van ile



g e n ti e r , la
su b stan c e surn ature lle d e l am our div in ,

re m è de à tous
z J
_

le s m aux du ge nre hum ain Li tou j ours sain t e an ,

p I
. se

c ha itre VI X
b
.

1
( ) Il arri va à M ontre ux le 8 octo L e 12 , il é cri
à g
re .

va it c e tte le ttre la fi
o s si ori in ale e t si touc han te

Arriv é e lie u de ui s p q uatre j ours Pluie et

b p p
en ce .

fro i d Au e rge s e t e n sion s re m lie s Che rté odi e use

xp
. .
;
loitation radica le d e l étran ge r L e m al local

e . aug

m e nte touj ours, e t l on n ape rç oit pas d issue


’ ’ ’


.

M
ai s je m e fforc e p ar la ri re d e surm on te r tout

ce la , e t de re ste r dan s la p atie n ce e t la sé ré n ité

p x p
.

Je e n se à ce u u i t lus m alad e s que m oi ,


p
q son

i m i m orc e au d e ain , pas un



u n n t u u
b p
q o p a s n a , p as n

ri , e t u i ll i it t u i v in ce rtain , le ur
p
a q so c e n , a e c n e s o r

e ntré e d an s un hô ita l .

Courage , m on f
e n an t ! S ursum cord a !
— 2 50

une rapidité e ffrayante Dès le mois de .

novembre e lle formait une masse com


,

pacte et dure qui devait bientôt s étendre


,

j usqu à l épaule peser d un poids très


’ ’

,

lourd sur la mâchoire in férieure et le


larynx et bientôt déterminer de graves
,

accidents L a di fficulté de la mastication


.

et de la déglutitî on des aliments solides


fut bientôt telle qu on d ut se borner à le

soutenir par des aliments liqui des ; et


encore fallut il e n diminuer de jo ur en
,
-

j our la quantité pour ne pas l exposer à


,

de périlleuses su ffocations Si quel que .

accident pl us terrible ne survenait pas ,

le P Gratry était condamné à mo urir


.

d i nan ition

.

Providence lui fit rencontrer â M


La on

treux une famille d Alsace qu il avait ’ ’

beaucoup connue autrefois à Strasbourg ,

et qui se consacra tout entière à le soigner


jour et nuit avec le plu s touchant et le
,
'

plus in fatigable dévouement L es nom .


elle rendait la parole di ffi cile à cau s e ,

du déplacement de la mâchoi re i n fé
rie ure .

Plus heure ux que m oi m on frè re Charle s


,

avai t pu partir de Pari s dès le 16 j anvier .

J e ne le rej oignis que le 29 11 nous a été .

ainsi donné d être les témoins des dernie r s


j ours du P Gratry . .

Il ne me reste pl us maintenant q u a
trans crire simplement les so uvenirs q ue
no us avons gardés de ces jours suprê m es .

Nous avons noté aussi fi dèlement q ue


possible ce que le Père a dit et fait da n s
les derniers moments de sa vie terrestre .

On no us sa ura gré je pense de repro , ,

d ui re ces n ovissi m a ver b a et peut être y ,


-


aura t il à recueillir là non seulement d e
-

pieuses émotions mais de salutaire s


,

exemples Car si la plus précieuse d e


.
,

t outes les sciences est la science de bi e n


mourir quiconque nous apprend à quitte r
,

la vie avec courage avec foi avec amo u r


, , ,
25 3

n ous rend le plus signalé des services L e


.

P Gratry a eu l honneur de couronner les



.

e n seignements de sa vie par les enseigne

ments plus décisi fs de sa mort.


Pendant son sej our à Montreux l e ,

P Gratry n avait pas cessé de travaille r


.

a utant que le lui permettait l affaiblisse ’

ment progressi f de ses force s L été précé .


dent au milieu de toutes les agitations d e


,

ses voyages il avait commencé à écri re


,

un commentaire de l Evangi le de saint ’

Marc Il le continua mais sans po uvoir


.
,

mener j usq u au bo ut ce labeur dont il


aurait bien pu dire avec saint Augus ,

tin qu il en sentait plus le bonheur que


,

la fatigue Qu u m a m a tur n on la b or a ,

tur , a u t si la b or a tu r , la b or a m a tu r .

L esamis du P Gratry se rappellent cet


.

Evangile gr ec latin qu on trouvaittoujou rs


-

ouvert sur sa table quand on l allait vo i r ’


.
256

que les siennes propres Te l est selon m oi.


, ,

le secret de la puissance extraordinaire


exercée sur les âmes par ses paroles et par
ses écrits .

Mais dans les derniers j ours de sa vie


, ,

ce fut moins encore la vérité divine de


l Evangile que son infinie charité dont cette

belle âm e fit rayonn er autour d elle la ’

douce et vivifi ante splendeur A mesure .

qu il approchait du term e de son pèleri


nage terrestre à mesure que le progrès


,

d u mal lui rendait la parole plus di fficil e


et le faisait entrer da vantage dans le
silence la vie de la charité se mblait
,

affl ue r da vantage au cœur Ses lettres .

étaient plus que j amais empreintes de ce


sentiment d amour surnaturel pour Dieu

et pour les âmes Ses gestes eux mêmes


.
-

exprimaient surtout la suavité et la dou


ce ur intérieures où son âme s é tab lissait

de plu s en plus Comme l apôtre de


.

l amour il en arrivait à ne presqu e pl us


,
25 7

dire q u une seule chose



Mes en fants

aimons nous soyons vraiment frères ;
,

Fi li oli , d i li gi te a lter u tr u m .

A l égard de ceux qui l avaient tant fai t


’ ’

sou ffrir pas une parole de récrimination


, ,

pas un sou venir amer Dans les derniers .

jours de décembre il reçut à l occasion de ,


son adhésion aux décrets du concile ( l ) ,

une lettre rempli e des reproches les plus


durs et pourj oindre la dérision al i njure
, ,

l auteur envoyait avec sa lettre une im age


sur l aquelle il avait écrit Votr e am i .

Voici la réponse du Père telle que me ,

la donne un brouillon trouvé dans ses pa


piers
Monsieur bénédiction pour m alédic
,

tion .

Sur l image que vous m envoye z j e


’ ’

lis ce mot de votre main Un ami .

Eh bien ! Monsieur j accepte Je ne ,



.

1
( ) Ce tte le ttre lu i fut adre ssé e de G e n èv e . Le si g na

taire s i n titulait ci toyen Vaudois et p rêtre chréti en



.
25 8

vois que ce seul mot dans votre lettre et ,

j e m y ti ens

.

J e vou s tends ma mai n fraternell e ,

prenez la Si vous le faites comme je l es


-
.
,

père si vo us sen te z la charité de Jésus


,

Christ commej e la se ns voici ce qui arri ,

vera .

Vous prendrez connaissa nce en une ,

heure de mon présen t et de m on passé et


, ,

vous au rez laj oie de reconnaître que je suis ,

depuis mon en fance jusqu aujourd hui ’ ’

malgré mes misères e t mes fautes le ser ,

vi te ur e t l adorate ur de la vérité seule



.

Puisse cet élan de charité parti du cœur ,

d un mourant avoir touché le pauvre


homme qui l avait si in dignement injurié !


Quand j ai su qu il avait grossièrement in


’ ’

sulté no tre malade j ai été tenté de lui en


vouloir ; mais il y a mie ux à faire c est ,


d im iter les sentimen ts de ce cœur si b on et


si fidèle imitateur de la bonté de Notre


Seigneur P a ter d i m i tle i llis , .
260

à la réunion annue ll e d es ancie ns élèves


de l École norm ale e t il m avait demandé

,

avec un a ffectueux intérêt des no uvelle s de


notre malade .

Dès mon premier entretien avec le Père ,

je tins à lui répéter les cordiale s paroles


que m avait di te s à son sujet l ancien dire c
’ ’

teur de l École Cher en fant me répondit



.
,

il quand vous retournerez a Paris portez


, ,

lui de ma par t le baiser de paix Je le lui .


aurais porté moi même si j av ais pu 11 y ’
.

a quelque temps j e voulais l ui écrire


, ,

pour lui dire combien j étais touché de ’

l attitude si noble si loyale qu il a prise


, ,

à l Assem b lée I l aj outa ensuite Oh ! la



.

charité la science de ré unir les hommes !


,

Depuis trois mois com m e j ai pensé à cette


,

science ! Et il me semble que je l ai trou


Vé G !»
Et il j oignit ses mains en levant les
yeux au ciel Ce geste si expressi f si bea u
..
, ,

revenait à chaque instant dans les entre


tiens de ses derniers j ours L e Père le .

renouvela encore lorsque après lui avoir


,

n ommé quelque s personnes qui priaient

t o ut p articulièrement pour lui j ajoutai ,


q u un de nos con frères de l Oratoire


’ ’

d isait la messe tous les j ours à son


in ten tion dep uis six semaines Oh ! voilà
qui est bon ,

me dit il tandis que l ex
,

pression d un pieux attendrisseme nt se


peign ait sur son visage .

Je tins à lui répéter aussi dans ce ,

premier entretien les paroles de pater


,

nelle tendresse dont M l arche vêque de


gr

Pari s m avait expressément ch argé pour


lui et j ajoutai que le vénérable prélat


,

m avait donné sa bé nédiction pour la lui


apporter L e Père se montra très recon


.

naissant de cette marque d affectue use ’

estime que son évêque l ui envoyait po ur


le consoler au milieu de ses douleurs .

Du reste dès son arrivée en Suisse il


, ,

avai t été accueilli par le clergé avec la


15 .
262

plus grande bienveillance et tant qu 11 , ,

avait eu la force de di re la m esse M Ma ,


rilley évêque de L ausanne et de Genève


, ,

lui avait perm is de la dire dans un ora


toire privé atte nant à son appartement ( 1)
,

Cette grande consolation du reste lui , ,

était refusée depuis plusieurs semaine s 11 .

eût été impos sible au Père à cause de son ,

état de faiblesse de se tenir debout pen ,

dant une demi heure -


.

Mais privations souffrances accable


, , ,

ments angoisses (et il en eut de très


,

grandes pendant la période de formation


de la tumeur quand il croyait à chaque ,

instant s urtout pen dant la nuit qu il


, ,

allait étou ffer) le P Gratry supportait .

1
( ) Quatre j ours avant sa m ort l 3 é v if M “ lé

B bb S q
,
e r e r ,

vê que de e thlée m , l

é de aint — M
aurice et uatre
V xp
a ,

curé s du can ton de aud , v inre nt e rè s à M ontre ux


p our e x mi m e u P G t l u di l m y y p athi e s.

p q
r a ra r e rs c.or a e s s

J e tie n s à n ote r au ssi la v isite que lui fi t, re s ue dan s


è
le s d e rn i re s he ure s, M . E rn e st Navi lle , d e Cc
né é v v a ec qui le Pè re v
a ait fait intim e con n aissan c e

p pb B
,

de ui s la u li cation d e s P ensées de M aine de iran .


— 264

mon frère portez lui cette pièce de d ix


,
-

sou s di tes lui qu un grand musicien l é


,
-
’ ’


coute et demandez lui ou de ce sser d e
, ,

j ouer cet air ou de le j ouer plus vite L e


, .

Savoyard ne se le fit pas dire deux fois L a .

me sure fut accélérée et le Père dit Bie n ,

bien c est cela maintenant


,

.

L e mercredi 3 1 j anvier j us te une se ,

maine avant sa mort il eut avec mon frère ,

Charles une assez longue conversation qui


fut rédigée presque aussitôt après Il atte n .

dait alors son beau frère M le docteur



,
.

L ustre m an d ans l espérance qu une ln


’ ’

cisi on pourrait être faite dans la tumeur ,

et que ce serait peut être pour lui un ache -

m ine m e nt vers la guérison .


Si vous saviez dit il dans son langage ,

touj ours si original et si saisissant si vous ,

saviez ce que c est que de sentir qu on


’ ’

descend continuellement continuelle ,

ment ! Je sens cela tous les jours depuis six


m ois J étais d a b ord en h aut de l a maison
’ ’
.
,
265

au grenier Je sui s descendu dans l appar


.

tement de maître puis descendu encore et , ,

m aintenant me voici à la au son ,

au oui au cachot , ,

au au caveau au tom b eau !


Dans les premiers temps de ma mala
die lorsque j ai commencé a voir la mort
,

probable j ai dit à Dieu ,


Je remets tout

entre vos mains j e ne m inquièterai de ,


rien M ais voici que depuis que le dan


.
,

ger s est rapproché



depuis que j e vois
la mort de plus en plus probable j e tiens ,

davantage à la vie j e sens un grand goût ,

pour la vie ! C est que depuis quel que ’

temps j ai des idées des idées si grandes


,

, ,

si pratiques j ai tant d e spérances ! ,


’ ’

Espérances générales lui demanda ,

mon frère ou espérances pour vous? ,

Pour le genre humain répondit il Oui ,


-
.
,

1
( ) J

ai ou b
lié d e dire que , ue l ue s j ours aupara q q
vant de lu i— è
m ê m e , le P re av ait de m an dé l e xtrê m e

on ction , q u

il v
a ait re c ue dan s son f aute uil .
dep uis q uelque temp s je me suis fortifié ,

à un tel degré dans mes convicti on s et d an s


mes e spérances ! Si j avais seulement ’

encore la force d écrire ces choses ! Mais


cela ne fait pas qu on guéri sse aj outa’


t i l de lui même .

A près quelques instants d i nterruption


il reprit S urtout pas d i nhnm ation ,


précipitée Je vous demande mon cher


.
,

e n fant —
ainsi qu à m on beau frère d y
’ ’

, ,

veiller L es inhumati on s précip itées c est


'

.
,

inj uste c est affreux


,

.

Puis après c ette parenthèse signifi ca


,

tive revenant â ses premières idées il


, ,

ajouta

E t les vertus chrétiennes ! Je vois tant


de choses ! L a chasteté par exemple com , ,

bien elle est nécessaire ! Je vois le type du


vrai prêtre de trente à cinquan te ans le
, ,

sel de la terre (ici quelque s mo ts que mon


frère ne put saisir car le pauvre Père ,

parl ait for t di fficilement) C est à partir .



268

espérance qui serait devenue une décep


tion .

Où ce la mon Père lui dis je faire


, ,
-
,

une trouée ?
Mais reprit il vivement dans so n
,
-
,

capi tal afin de hâte r la marche de cette


,

souscription car il faut q u elle réussiss e



.
,

Je fus ému j usqu aux larmes Ce gran d ’


.

citoyen ce noble cœur oubliait entière


,

ment son horrible martyre pour ne pe ns e r


qu à la mutilation de la patrie et aux

m oyens de la relever !
Amis nous nous souviendrons n est c ê

-
,

pas de cette parole du Père mourant ? e t


,

si l e ffort actu el ne donne pas du premi e r


coup un rés ultat su ffisant s il faut que l ,


que sacrifice plus décisi f pour délivrer la


France de l odie use présence de l e nne m i
’ ’

nous n hésiterons pas à obéir au m ot


d ordre que ce vaillant cœur nous a laiss é


N ous f
eron s u n e tr ou ée .

Quelques jours après mon retour aPari s ,


269

on m

la copie de la lettre
e n voyait —
ci jointe
écrite par le P Gratry en ce m ême 3 1 j an
.
,

vier à une personne qui avai t sollicité ses


,

prières pour le succès de l œuvre ’

Mon en fant bénédiction mille fois ,


.

Je suis dans l enthousiasme de la souscrip


tion nationale Ceci est de première gran .

deur C est d une grandeur qui pe ut nous


.
’ ’



rendre l estime de nous mêmes et l estime

d u monde entier Ce j our là on pourra .


-

s e m b rasse r

.

Cette lettre tracée au crayon ent1ere


, ,

ment de la main du Père est la dernière ,

qu il ait écrite

.

Que tous les organes de la presse qui pa ,

tron ne n t la souscription natio n ale repro ,

d ui se nt cette lettre Qu ils fassent entendre



.

à tout le pays cette voix d outre tombe et ’


-
,

l appel du P Gratry vaudra des millions !



.

L e jeudi 1 février ,
le Père se leva a cinq
"

he ures du mati n pritd u papier un crayon , , ,


270
'

et écrivit quelques lignes sur un grand


cahier Il fut préoccupé toute cette j o u r
.

née d une q uestion de politique sacré e


car nous ayant fait monter auprè s de l ui


,

Charles et moi il nous fit chercher dan s la


,

Bible l histoire de J érob oam qui scindant


en deux le peuple de Die u s était emparé ,


du pouvoir sans consulter la nation ava it ,

installé o ffi ciellement à Dan et à Bethel le


culte des veaux d or empêchant ainsi l e s ’

tribus d Israël de se rendre à Jérus alem e t


de retrouver par l unité religieuse le


,

chemin de l unité politique Il écouta fort



.

attentivement la lecture de ce passage que


je l ui lus dans le texte latin L a lecture .

achevée il nous recommanda d y réfl é


,

chir pour lui en dire nos pensé es le fende


main .

L e lendemain en e ffet malgré un e , ,

nuit très agitée et dans laquelle il y avai t


,

e n un commencement de délire il revi nt ,

sur cette question et se fit faire une seconde


peut mourir pour un peuple et le dernier ,

des mystères de la vie éternelle c est qu un ’ ’

Dieu peut m ourir pour un Dieu .

Cette dictée achevée il indiqua par un ,

mot deux versets de l Evangile de saint ’

Jean qu il me fit écrire à la suite des


,

phrases précédentes

P r 0 p ter ea m e d i ligi tP a ter , qu i a ego p o


n o a n im am m ea m , u til er u m su m am eam .

N em o ta l li t ca m ap me; se d on o eam a

m e ip so , et p otesta tem ha b eo i ter um su

m en d i ca m H . oc m a n d a tu m accep i a Pa
tr e m ea .
(Joan x .
, ,
17 ,

Ce 2 février était la fê te de la P urifica


tion de la sainte Vierge Nous aurions bien .

désiré pou voir à cette occasion apporter


, ,

encore une fois la sai nt e communion à


notre cher m alade Je l ui en dis quel ques
.

mots ; m ais il craignit ne pouvoir aval er


la sainte hostie et par respect pour le
, ,
2 73

sa crem ent il dut se priver de cette grande


,

consolati on .

D h e n re en h eure la faiblesse a ugm e n


t ait et avec elle la presque impos si b ilité


, ,

d avaler même quelques cuillerées de li


q uide . Nous marchions rapideme nt ve rs


la fi n .

Tout le reste de ce j our (2 février) il ,

fut très agité se l e vant se couchant se


, , ,

relevant par foisvoulantôterses vêtements


, ,

e t répétant à plusieur s repri ses cette parole

qui est si sou vent un symptôme de m ort


proch aine Je veux m en aller ’
.

Dans la crainte que cette agitation


n augm e n tât pendant la nuit on fi t le soir

dans la tumeur une injection de m orphine ,

et le malade fut pris d un sommeil très ’

lourd qui dura toute la nuit .

Néanmoins le samedi 3 toujours fidèle


, ,

à ses habitudes de travail il se leva à six ,

heure s prit son grand cahier essaya d é


, ,

crire : mais il put a peine tracer quelques


274

mots presque illi sibles et ce fut sa s œ u r ,

qui devinant une pensée qu il n avait p l u s


,
’ ’

la force d expri m er écrivit sur ce cahie r


le m ot qui la complétait .

Il nous fi t cependant monter près d e


lui Charles et moi A peine nous en t i l
,
.
-

vus et quand nous l e û m es e m brassé


,


Vite au travail nous dit il Je l ui ré
,
.

pondis Oui mon bon père au trava il


, , ,

p our que le règne de Notre Seigneur ar -

ri ve e t pour que les h omm es devienn e nt


meilleurs .Un doux sourire illumin a
son visage .

Nous nous demandio ns si cette préo c


cupation de travail n était pas une simple

agitation fébrile on si elle allait se rat


,

tacher aux pens ées qu il avait dictées la


veille .

Il demanda qu on lui relût les phr ases


précédemment citées Après quoi il me .


,

dit Ajoutez E t Dieu peut m ourir


pour ce qu il ai m e’
.
276

bli qu 11n exprim a pas ce désir d une O pe


’ ’

ration dont il avait paru préoccupé les


j ours précédents .

Q uand j arrivai près de lui le lundi ma


tin 5 voyant qu il ne pouvait plus p arler


, ,

et que le dénoû m e nt ne pouvait être très


éloigné je lui proposai de réciter quel ques
,

prières tout h aut de pron oncer en son ,

nom l acte d e c ontrition de l ui donner


l ab solntion enfin de l ui appliquer l indul


’ ’

gence plénière en lui faisant baiser un ,

crucifix que j avais porté avec moi dans


la campagne de s Ardennes et qui avait ,

déjà été la consolation de tant de mou


rants 11 me témoigna par signes q u il
.

adhérait à tout et baisa pieusement la ,

croix Ses yeux étaient ferm és Après q uel


. .

que tempsje vis qu il cherchait en tendant ’

les mains à savoir s il y avait quelq u un


,
’ ’

près de lui Mon père lui dis je alors


.
,
-
,

vous savez bien que vos en fants sont au


tour de vous Je vis qu il m avait com
.
’ ’
27 7

pri s car de sa main d roite il me caressa


,

te n d rement la figure J ajontai alors .


Mon cher père c est vous qui m avez ,


’ ’

ap p el é au service de Dieu ; c est à vous ’

ap rè s lui que je doi s ma vocation Vous


. .


so uve nez vous lorsqu i l y a vingt cinq ’
-
,

an s à l École no rmale vous me répétiez


, ,

si so uvent la parole d u Sau veur dans


l É va n gile A m i ce, ascen d e sup e r i u s 11

me se rra la main pour m e montrer qu il ,


e n te n dait et comprenait Alors je m age .


n ou i llai et lui dis : Mon bon père b é ,

n i sse z moi et Charles aussi


-
Et il posa
, .

sa m ain sur m a tête


J a i partagé en esprit cette précieuse

bén é diction avec tou s ceux de ses en fants


spirituels et de ses amis qui devaient
m e n vier le bonheur de l avoir reçue Pour
’ ’
.

moi elle étai t comme la divine conclusion


,

de la mission que ce bien aimé père avait -

remplie depuis longtemps à mon égard .

C est lui dont la parole ardente avait son


16
278


levé mon âme au dessus des étroits h ori
zo ns de la vie présente pour la jeter d a n s ,

le dévoueme nt absolu de la consécra tio n


sacerdo tale C ette m ain qui ven ait de m e
.
,

bénir en cette he ure solennelle était cel l e ,

sur l aq uelle ma jeunesse s était appuyé e ; ’

e t en retour ma main consacrée s éta it ’

, ,

levée sur lui pour l ui pardonner encore


,

une fois au nom de Dieu vivant et e nri ,

chir son âme de tous les trésors de l infi n i e ’


m iséricorde Puis je oublier que il y a
.
,
.

sept ans quelques jours avant la m ort


,

d H e nri Pe rreyve nous nous étions é ga


lement bénis l un l autre et promis d e


’ ’

ne pas cesser de travailler ensem b le pour


Die u et pour l Eglise ?

D epuis l aprè s midi d u l undi j usq u a u



-

mercredi ce fut l agonie m ais sans so u f


,

frances apparen tes ; la respiration deve


nait de plus en plus embarrassé e mais le ,

visage ne cessa pas d être très cal m e ’


.

M le docteur L ustrem an et mon frère l e


.
— 280

mort que le maître avait si j usteme nt ap


,

p e lée l e proc é dé principal de la vi e

apportant les données nou velles étant ,

l O pé ration qui si elle n est pas m iséra


’ ’

b le m e nt faite à contre sens transporte en -


,

Die u et réalise cette é tonnante parole sor


tir de soi pour entrer dans l infini de ’

Die u
Quand par un beau soir d été sur le
,

b ord de la m er on voit le soleil descendre


lentement à l horizon il vient un moment

où le glo b e de fe u s en fo nce dans les flots ’

et sem ble s y éteindre Il n y a là cepen



.

dant qu une a pparence L e soleil n e s éteint



.

pas ; il continue sa course radieu se et va


éclairer d autres mondes ’
.

C est sous cette im age que bien des fois


'

, ,

pendant ces derniè re s heures m apparais ,


sait cette lente et douce agonie Cette âme .


,

toute faite de lumière e t de paix

l
( ) C d l â me , t

II É p g ilo ue

xq
on n e . .
,
.

2
( ) Ce m ot e u is e st de M . L é 0 pol d d e G aillard .
281

il mblai t qu elle allai t s éteindre po ur


se
’ ’

n o u s ; e t toute fois elle allait devenir plu s

l u m ineuse et entrer dans le monde de s


clar tés immortelles Ceux qui enseignen t .

la j u stice à plusieurs dit le prophète Da ,

nie ] brilleront comme des étoiles pendan t


,

des éternités sans fin Qu i a d j u sti tia m .

er u d i u n t p lu r i m os, qu asi ste llæ i n p erp e


tu as æ ( Dan
ter n i ta tes
x 11 Dans co m .
, ,

bien d âmes d ici bas le P Gratry n a t ill


’ ’
-
.

- -

pas a l lumé l amour de la j ustice ! Ce son t


com m e autant d é bloui ssante slnm iè res qui


formeront sa co uronne pour l éternité



Vers dix heures et demie du matin le ,


.

7 n o u s é tions tous dans sa chambre La


, .

moment solennel approchai t Sa sœ ur


l
( ) U u v t m m t l i l à l m i , j
Bb
xè p
n e a an c e o e n a e a n
p , a e

lisais le d e u i m e livre d e s achab é e s O n e n se ave c M


q
.

ue lle é m otion , f de c et te agon ie , se sont soul i

p x x
en ac e

g és
u our m oi ce s deu te te s E ra t magni sacerdotie
i n agon e consti tuti eæ sp ecta ti o m
( , H i c est fra tr um

ama tor , e t p op u li I sraël H i c . est qui multum orat p ro

p op ulo e t un i versa sanc ta ci vi ta te ( ,


vx
O h ! ou i , ce lui là -
a b ie n aim é se s fè
r re s e t l un ive r

16 .
282

était tout près de l ui L es respiration s de .

venaient pl us saccadées et plus courtes .

Tout d un coup une g rande pâleur en


va hit le visage du mourant Je me glissai .

dans la ruelle du lit ; un e dernière fois je ,

lui donnai l ab sol uti on au nom de ce Jésus


qu il avait tant aimé au nom de cette


Église qu il avait si vaillamment servie et


a laquelle il laissait comme dernier gage ,

de fidélité l édification de la plus tendre


,

et de la plus fi liale obéissance .

Il était onze heures et quar t d u matin ,

lorsqn au milieu des l armes de tous les


siens et d une voi x entrecoupée p ar les


,

sanglots j e récitai la belle prière S ubue


,

n i te suivie du De p r ofu n d is
, .

L e P Gratry était aux pieds du San


.

veur Jésus ; il venait de naître à la vie

éternelle .

Il y a quatre ans le jour de Pâques , ,

se lle c ité du g e n re hum ain ! Et



c e st p our e lle q
u il pr1e

m ainte n ant .
284

là Et nous aussi avant d aller dormir


.
,

il nous faut emb rasser tous le s hommes


par un acte de charité ! Ce sera une nuit
bénie !
Mon père c est ce que vous avez fait !
,

Comme l en fant dans la splendeur de sa


naï ve innocence vous avez rayonn e par ,

la charité vers le monde tout entier !


Avant de m ourir vous a vez embrassé tous ,

les hommes ! Oh ! votre s ommeil sera


béni !
L aissez do nc un des aînés parmi ces eu
fa uts que vou s avez si particulièrement
aimés laissez le au nom de tous les au
,
-
,

tres vous dire en se servant de vos pro


, ,

pres paroles
Meurs ô notre bien aimé ! meurs pour
,

notre salut et pour le tien pour obéir à ,

Dieu pour accomplir l éternel mouvement


,

de vie pour déli vrer ton âme des filets de


,

la nature fausse pour rentrer dans le sei n


,

de Dieu !
285

Meurs notre bien aimé nous te sni


,
6 -
,

v r o u s bientôt ; nous ne verrons plus ton

v is age pendant un temps mais ton cœur ,

v i vra dans les nôtres et nous l y sentirons ’

q uelque fois tressaillir comme nous ,


le sen
t ions ici bas et m ieux encore !
-
,

Soyons unis dans la mort comme nous


l avons été dans la vie !

Que ton âme en se recueillant em


, ,

porte un rayon de notre âme et les pré


mices de notre esprit vers l éternel rê ’

pos !
Qu un lien nous lie à toi âme retirée

du monde et que ce lien nous dispose à


,

mourir !
Qu un lien te rattache à nous à nous

qui sommes dans le monde et que ce lien ,

maintienne avec mystère quelque chose


de ton être dans la demeure des vivants
j usqu au jour du réveil

.


Dors 6 notre bien aimé comme la
, ,

semence dort so ns l écorce d une plante


’ ’
fanée ; un j our tu fl euriras encore comm e
sous le soleil d un nouve au printemps ( 1)
'

A ces p aroles de rendez vous et d esp e -


rance je j oindrai comme une bé né dic


, ,

tion que j e n ai pas le droit de garder pour


m oi seul les ligne s su ivantes trouvée s


, ,

d ans les papiers du Père avec l exmession ’

de ses dernières volontés et qu à cause de ,


cela j ai le droit d appeler son Testam en t


’ ’

sp i r i tu el

Je laisse à tout être h u m ain que j ai ’

j amais salué ou bén i et à qui j ai jam ais ’

adressé quelques paroles d estime d affec ’

,

tion on d amour l assurance que j e l aime


,
’ ’

et bénis deux ou trois fois plus que j e ne


l avais dit

.

Je lui demande de prier pour moi


pour que j arrive au royaume de l amour
’ ’

où je l attirerai auss i par l infi n ie bonté de


’ ’

notre Père .

( 1) J e détache c e tte pg in com p b le d un



cahie r de
y p è
a e ara

Médi t a ti ons i n édi tes, é crite s il a l ongte m s par le P re :


AL L O CU TI ON
P R O N O N CÉ E A U

saun asFUN! B RECÉLÉB RÉ POUR LE REPOS DE L A E


P . G R A TR Y
DA NS L A

CH APELLE DES RE LIG IEUS ES DE L A RETRAI TE

I
L E V E N DRE DI 14 FÉ VR ER 187 3

PA R L E
.

P . A DOL P H E P E RRA UD
r nfir L onxrom n,

rnn DE r nornssnvn S O RB O N N E
'
EN
29 2

voq uer dans leur chapelle les amis les



plus intimes du bien aimé Père de les
réunir ici pour prier ensemble et au ssi,

pour nous entretenir quelques instants


devant Dieu simplement et fraternelle
,

ment de celui que nous pleurons


,
.

Cet appel vous a été adressé ; vous ête s


venus ; et j i nterrom ps la solennelle litur

gie du sacrifice pour me rec ueillir avec


vous devant le souvenir de l ami absent

.

C est dans cette chapelle qu il y a vingt


’ ’

ans pendant l hi ver de 1853 185 4 le


,

-
,

P Gratry venait dire la sainte messe Je


. .

me préparais alo rs au sacerdoce et j avais


,

sou vent le bonheur de la l ui servir .


2 93

P l nstard surtout dans ces dernières


,

a n nées il aimait à y venir expl iquer


,

l Évan gile Tout lui convenait ici cette



.

h ospitalité religie use si intelligente si , ,

cordiale si dévouée à tout ce qui touche


,

a ux intérêts d e la gloire de Dieu ; ce ré

c ue i llem e nt q u on respire pour ainsi dire


, ,

dès qu on a dépassé le se uil de cette mai


son e t qui prédispose l âme à mieux eu


,

.

tendre le langage de la vérité ; enfin ,

j usqu aux proportions de cette chapelle o ù


il pouvait parler sans efforts sans conten ,

tion s ab andonnant simplement quelque


,

fois de la façon la plus naï ve aux pensées ,

dont il était préoccupé et qu il oommen ,


tait à ses auditeurs sans plus d apprè t ’

q u

u n ami qui converse avec des amis ,

qu un père qui s entretetient avec ses en


’ ’

fa uts .

Et toute fois vous vous en souvenez , ,

quelle élévation dans cette simplicité !


quelle chaleur co m municative et b ienfai
294

sante dan s ce t abandon ! quel don i nc o m


p arable de pénétrer victorie usement jus
q u au fond des âme s et de les ravir p re s
'

que à le ur i nsu aux pl us hautes pensé e s , ,

aux entho usiasm es les plus génére ux !


Un texte de l Evangile un fait co n t e m ’

p ora i n u n e comparaison
,
ti ré e des sc i e n

ces un gracieux dé tail empru nté a ux


,

scènes de la nature tout cela se mêl a i t , ,

se fondait de la façon la plus ori gin a l e ,

la plus saisissante dans cet enseignem e nt ,

auquel je puis bien appliquer ce mot d e


L eibniz que le Père aimait à citer : Il y
a de l harmonie de la géomé trie de la

, ,

métaphysique et pour parler ai nsi d e , ,


,

la morale partout ( l ) .

Cet autre mot de J onb ert lui était ega


lement familier
Il n y a de b eau que Die u et aprè s

, ,

Di e u ce qu il y a de plus beau c e st
’ ’

( )
l L b z
ei ni ,
L ettre à B ossuet, 18 avril 1692 .
2 96

resse m blait à l am e et cette âme c o ns , ,

tamment nourrie de l Évangile a vait ’

quelque chose de l ineffab le ten dress e e t



de la compassion de Jésus Christ .

D autres diront en temps et lieu q u i l


, ,
'

fut un métaphysicien un pro fond p e n ,

s c ur un écrivain original
,
C était u n .

homme de génie me disait de lui n o tre


,

vénérable arch evêque en le comparan t à ,

Malebranche .

Mais ici j aime mieu x me rappeler q u i l


,
’ ’

fut bon non d une vulgaire et banal e


bonté ; non de cette bonté purement h u


maine que les siècles sans foi appellent d e
la philanthropie ; mais de cette bonté à la
fois naturelle et surnaturelle qui était chez
l ui comme le reflet de la charité de J é sus
Christ .

Ah ! sans doute Dieu seul est bon ,


et
les meilleurs des hommes ont leur s dé

1
( ) L U C ,
xvnr,
19 .
fauts , leurs faiblesses leurs lacunes leurs
, ,

défaillances Ce ne serait guère honorer la


.

mémoire d un homme qui a toujours en un


respect absolu pour la vérité que de le

draper ici dans les plis factices d une per '

fe cti on de fantaisie D ailleurs je ne viens



.
,

pas faire un panégyrique j e parle sim


plement Je ne veux ni ne puis oublier
.
,

surtout au milieu de nos augustes mys


teres que n ous ne devons pas nous lasser
,

de recommander à l i nfi nie miséricorde


ceux mêmes qui nous ont paru les meil


leurs et les plus grands Ce serait bien .

m al leur exprimer notre reconnaiss a n ce


'

si par de té m éraires éloges nous les pri


, ,

vons d une seule de ces prières que fait


j aillir de toute âme chrétienne la redo nta


ble incertitude où nous sommes toujours ,

d ans la vie présente à l égard des juge


ments de Dieu !
Mais j e puis répéter sans craindre de,

manquer à la vérité que l ea ise bonté


,

17 .
298

d ame du P Gratry était due à son c o m


.

merce continuel avec l eS prit et ave c le ’

cœur de Notre Seigneur Jésus Christ - -


.

Ce sentimen t inexprimable qu avait un ’

j our éprouvé le Sauveur en se voyant


suivi par une foule affamée et défaill a nte
Miser eor sup er tur bam était chez le
P Gratry à l état d habitude C était sa
.
’ ’
.

préoccupation dominante sa constante ,

inspiration et comme le ressort intérieur


,

qui le poussait à parler et à écrire .

Il avait pitié des hommes de leurs ,

ignorances de leurs folies de leurs vices


, , ,

de leurs c h agrins de leur vie traversée ,

par tant d é preuves de leur mort pré m a


tnré e !
Il avait pitié de ces foules enco re non ,

chrétiennes qui s achem inent comm e des


,

troupeaux vers la mort et vers l éter n ité ’

sans savoir qui les mène ni où elles vont .

l
( ) M ARC, v… ,
2 .
300

laq uelle il méditait priait travaillait pré


, , ,

parait ses discours et ses livres c était la ,


mappemonde terre stre surmontée du cru


,

ci fi x ; la croix toucha n t le globe et le pé

n é trant ; le sang de Jés a s Chri st ruisselant


-

de toute s ses plaies et de son cœur en


tr ouve rt pour inonder le monde éclairer

, , ,

guérir ressu sciter les âmes !


,

Cette toute divine compassion du cœur


du maître pour tous ceux qui sou ffrent et
sont opprimés le P Gratry cherchait à
,
.

l i n spi re r a tous ceux qui l approc haient


’ ’
.

Cela ne l ui était pas di fficile ; car c é tait ’

bien chez lui que la bouche parlait de


l abondance du cœur Non pas que ses

.

sentiments intimes se répandissent en


beaucoup de mots il avait le don exquis
de savoir contenir sa parole et par l a , , ,

de la rendre plus substantielle et plus vi


vante .

Mais ce qu il disait était si pro fond e


ment senti ! Il me ttait alors son âme dans


30 1

l ame de ses auditeurs et en quelques , ,

instants tous ces cœurs vibraient a l n


,

n isson To us avaient compassion des fo u


.

les ! To us avai ent faim et soi f de se dé


vouer pour faire un pe u de bien p our ,

tarir quel ques larmes pour s 0 pposer au ,


flot d injustice qui dévaste et désole le


monde .

Malheur à la connaissance stérile qui ,

ne se tourne pas à aimer ! Ce mot


de Bossuet souvent rappelé par le Père
,

explique son gen re d action d apos ’ ’

tolat.

L e s émotions que sa parole laissait après


elle dans les âmes n étaient pas de ces sen

ti m e nts factices passagers qu un instan t


, ,

prod uit et qu un instant fait disparaître


pluies d orage qui battent la terre et ne


'

savent ni la pénétrer ni la féconder ,


.

Non c était comme ces douces et chau


,

des ondées de printemps qui tombent ,

sans brui t et sans tempête m ais qui vont ,


302

atteindre bien avant dans la terre les ger


mes des plantes pour les décider à croître ,

à se montrer à donner leurs fleurs et leu rs


,

fruits !
Oui ce métaphysicien don t la pensée
,

hardie semblait se complaire aux plus


haute s spéculation s de la philosophie ou
de la géométrie qui passait aisément
,

d Ari stote à ! epler et de Descartes à


L eibniz et dont on a urait dit par fois que


,

le regard se perdait dans des régions


inaccessibles aux esprits moyens avait ,

plus encore que la passion de la science ,

la passion toute divine de rendre comme ,

il le disait les hommes moins méchants


,

pour les rendre moins malheureu x de ,

lutter contre l ignorance pour tarir les


sources du vice et de réprimer le règne


,

du mal pour diminuer autant que possi


,

ble celui de la douleur !


L a vue des sou ffrances de la pauvreté
l attristait pro fondément et quand on

, ,
304

qui lui enlevait quelque fois tout repos da


rant des semaines Pendant ce temps il
.
,

n avait pas d autre idée pas d autre suj et


’ ’

,

de conve rsation Ainsi à l époque des


.
,

massacres de Syrie en 1860 il avait tou


, ,

j ours devant les ye ux ces milliers de fa


m illes égorgées comme au te m ps d H érode

et des saints Innocents par le fanatisme ,

musulman .

L année suivan te ce furent les drames


sublimes de Varsovie qui re m plirent son ,

âme à la fois d horreur e t d enthousiasme ;


’ ’

d enthousiasme pour ce peuple qui se fai


sait tuer en chan tant des cantiques ; d hor ’

re n r pour la politique sans principes et

sans entrailles qui pesait co m me un


,

déshonneur sur les peuples co m plices ou


témoins du partage de la Pologne ce ,

crime que dans son langage saisissant il


appelait le p éché m or tel de l E nr0 pe con ’

tem porai ne !

Pauvre Père ! ah ! qu il a sonffert qu and ’

,
il a vu un edouble barbarie celle de la
,

g u e rre
,
contre laque l le il s

était élevé si
souve nt et celle de la révolution en délire
,

couvrir de nouveau de sang et de ruines


notre France tant aimée ! Ces désastres ir
réparables le plongèrent d ans une sorte
de stupe ur Il se sentait atteintj usq ue dans
.

les dernières pro fondeurs de son âme Il .

mêlait ses larmes à celles de toute s ces


pauvres femmes qui pleuraient leurs fi ls ,

leurs maris le urs fi ancés !


,

I l son ffrit plus encore lorsq u il appri t


la terrible mutilation infligée à la France


vainc ue par le droit impitoyable du plus
fort ! Et ce ne fut pas seulement comme
Français qu il pleura avec nous les deux

provinces dont nous portons le deuil mais ,

Strasbourg et l Alsace lui rappe laient les


souvenirs les plus sacrés de sa j eunesse .



Strasbourg en e ffet qu au sorti r
C e st à , ,

de l École polytechnique un appel m ysté


rieux de la Providence l avait conduit ! ’

C est là q u il avait trouvé un groupe


’ ’

d âmes au milieu desquelles allait éclore


sa vocation au sacerdoce !
L à près de cesj eunes hommes ardents
, ,

comme lui et comme lui uniq uement dé


,

sire ux de se consacrer tout entiers à J é sus

Christ il connut cette femme admirable


,

cette sainte qui fut alors pour lui comme


,

la mère de son âme !


Elle touchait déj à à la viei llesse lors
.
,

que le j eune polytechnicien arri vant à ,

S trasbo urg quittait résolument l épée


,

pour la soutane Elle avait grandi au mi


.

lie u des orages de la révol ution Elle en .


308

Ce lle ci avai t alors


- —
dix neu f
ou vin gt
ans L e d i gne prêtre lui avait confié l a
.

g arde d u très—Sai n t —Sacrement Jour et .

n uit elle portait sur son cœur ren fermée s


, ,

dans une custode d argent les sainte s


H osties destinées à la communion d e s


m alades M unie de ce divin farde au la
.
,

jeune fille se rendait dans les maison s


qui lui avaient é té désignées ; et comm e ,

dans la prim itive Église c était de ses ,


m ains virginales qu elle déposait su l es



r

lèvres des mourants le corps de J ésus


Christ .


O mon Dieu ! nous avez vous trouvés
indignes de garder la province qui a
produit de te ls prodiges de foi de courage ,

et de pureté ? Oh ! à cause de ces âmes ,

sinon à cause de nous et auss 1 a ca use de


,

nous qui avons tant besoin de populations


,

chrétiennes rendez nous cette terre de


,
-

sainte Odile et cette L orraine voisine du


, ,

berceau de notre Jeanne d Arc ! ’


309

Après la révolution bien que possédant


,

u ne fortune considérable M H umann ,


“°

a vaitre fusé de se marier EntreJ é sus Ch rist


.
-

e t ce cœur de vingt ans qui lui avait servi

d e tab ernacle une mystérieuse et i nd isso


,

l uble alliance s était formée Cette âme



.

n apparte n ait pl usà la te rre E lle ydemeura


cependant encore assez pour que quelques ,

an nées avant de la quitter il l ui fût donné


,

d exercer une influence bén ie sur le j eune


lévite qui devait être plus tard le P Gra .

try .

Unseul trait vous dira ce qu etaient les


relations de ces de ux âmes .

Déj à bien que plongé dans l obscurité


,

d une vie de séminaire et voué aux p l us


rudes fonctions de l enseignement secon


daire A lphonse Gratry laissait assez pres


,

sentir ce qu il pourrait devenir un j our



.

Ce goût très vif pour la philosophie et pour


les lettres qui lui avait valu les plus l egi
times et le s plus brill ants s uccès du con
cours général ; la connaissance approfo n
d ie des sciences exactes et naturelle s q u i l

avait emportée de son séjour à l Ec o le ’

polytechnique ; par dessus tout la nat u re


-

méditative de son esprit et les riches res


so urces de son cœur et de son imaginati o n ,

to ut montrait en lui un des hommes le s


m ieux p réparés à exercer une grand e
action sur son s1ecle par sa parole et p ar

se s écrits .

Un jour cependan t la m èr e l appe la


,

C était le nom que ces jeunes hommes


donnaient à la fe m me vénérée qui termi


nait sa noble carrière en inspirant enco n
,

rageant et bénissant les e fforts de ce


groupe d ouvriers évangéliques

.

L a mère lui dit donc Alphonse si ,

Dieu voulait que vous fi ssiez le sacri fi ce


absolu de tous vos pro jets de travail s il ,

voulait que votre vie tout entière s é ’

coulât dan s une obscurité pro fonde


dans l h umilité et dans la priè re vous

,
3 12

d a ccepter pour Jésus Christ de mo u ri r



-

à mes espérance s et à mes goûts !


Et il accepta .

L e lendemain il était au B ische n b e rg


, ,

et il y vécut de la vie la plus rude d e s


novices de l ordre priant jeûnant m é d i

, , ,

tant les sai ntes Écritures résol u si Die u , ,

le voulait à passer l a toute sa vie


,
.

Mais Die u ne le voulut pas ; il avait


voulu seulement par l i nte rm édiaire de la
,

sainte dégager et purifier cette âme de


,

toute pensée de vaine gloire lui donner le ,

courage de mourir à el le même dans les -

pro fondeurs de la v olonté pour la rendre ,

capable de faire ruisseler plus tard sur ,

d autres âmes la l umière et la vie !


L a révolution de 1830 éc lata L e monas .

tè re du B i sche n b erg dut être évacué par

les religieux ; et Alphonse Gratry retourna


à Strasbourg où il re trouva la mère et le
,

groupe des amis et il se prépara à recevoir


,

le sacerdoce .
Si le grain de blé a dit le Sauveur ,

n e tombe en terre et ne meurt il ,

demeure se ul ; mais s il tombe en terre ’

et s il meurt il porte beaucoup de


fruit ( l ) !
L inspiration si évidem m ent surnatu

rel le de M H umann et les quelques mois


""

de séj our au B i sche nb erg dans une mort ,

acceptée sans réserve ont probablement , ,

dans le plan de Dieu préparé l adm irab le ,


fécondité sace rdotale de cette vie ! L e grain


de blé avait été mis en terre et il y était ,

mort ; il allait produire trente soixante , ,

cent po ur un
Ceux d entre vous qui ont le plus conn u

l
( ) J O ANN .
,
x11, 24 .
3 14

et pratiqué le P G ratry se sont ils de .


,
-

mandé quelque fois pourquoi i l avait creu sé


avec tan t de pro fondeur analysé a vec tant ,

de j ustesse expliqué avec une éloquence


,

si émue la grande loi d u sacrifi ce co mme


,

condition essentielle de la vraie vie de


l âm e

" Ah ! c est qu il avait expéri menté
' ’

lui même cette loi il en était la démons


-
,

tration ! C est parce qu un j our il avait


’ ’

résolum en t renoncé à toute activité exté


rie ure à tonte parole a tout éclat à tou te
, , ,
.

action sur les hommes pour demeurer

enseveli avec Jésus Christ seul derrière -


, ,

l e s murailles d un m onastère inconn u que


Die u lui donna une paro le puissa nte une ,

action à la fois étendue et p ro fonde le don ,

d éclairer les âmes le don meilleur de les


trans former en leur faisant accepter


,
:
g

leur to ur les plu s douloureux renonce


ments en vue du royaume d e Dieu !
Dans le second volume de la Con n ais
sa n ce d e l Am e vo us relirez ces page s si

3 16

grande philosophie et comme la note domi


nante de cet enseignement si apostoli que .

Grand esprit et grand cœ ur qui depui s ,

sa conversion à Dieu au collège a dix h nit ,


-

an s après une période d i ncré d ul ité ab so


lue j usqu à sa mort c est à dire pendant


,

,

- -

tout un demi siècle n a pensé écrit prié


-
,

, , ,

parlé que pour travailler à cette tran sfigu


,
.

ration des âmes et d u monde dans la con ,

n aissa n ce et dans l a mour de J é sus Chri st !



-

Gran d cœur en qui la d ivine compas ,

sion d u Sauveur pour toutes les misères


de l huma nité a été croissant j usqu à la
’ ’

dernière heure ! qui dans la simplicité et ,

l énergie de sa foi a trouvé le secret de ne


p a s désespérer de ne pas renoncer à,


u n

progrès de lumière et de j ustice et , au ,

milieu même des heures les plus somb res ,

sous l accab le m e nt des plus poignantes


épreuves d être comme il nous le dis ai t


,

trois jours avant sa mort r emp li d espé ,


r a n ce .
Ah j ai besoin de me rappeler ce gra nd

e xe m ple pour accepter sans murmure et


, ,

s ans dé faill a nce que Dieu nous l ait repris


à l heure où la moisson de ses magni fi ques


i nspirations allait devenir plus riche


encore ; lorsque lui m è m e ayant déjà un -
,

pied dans la tombe nous disait qu il ,


n avait jamais e n plus d idées que depuis


’ ’

qu il avait atteint l âge de soix ante ans


’ ’

et où malgré les horribles désastres de


,

ce temps i l regardait avec espoir et s aluait


.
.

avec enthousiasme un avenir meilleur


pour l humanité! ’

O ui au milieu de ces ruines qui nous


,

enviro nnent quand le présent est si ,

incertain l avenir si menaçant quand on


,

voit chez les hommes tant d i nintel lige nce ’

tant d i nepte s et de da ngereuses passions


qu il eût été bon de se serrer autour de


cet apôtre au gran d cœur à l âme si ,


serei ne a la parole si persuasive ! Qu il


,

eût été salutaire a son contact d apprendre , ,


18
.
a ne pas se décourager et à lutter quand
même pour le triomphe du b ien !
L ui aussi bri sé et renou velé dans sa
,

vieillesse par le sacrifice puri fi cateur de


l obéiss ance et de la coura ge use hu mi lité

plus grand dans la pratique de cette abue


g ati on intellectuelle inspirée par so n

ten d re amour pour l Eglise qu il ne


’ ’

l avait été aux j o urs de ses pl us beaux


triomphes littéraires lui aussi aurait


, ,

trouvé de nouveaux accents pour no us


encourager à l e ffort à la lutte à la com

, ,

passion évangélique au dévouement sans


,

réserve à la foi vivante a la prière qui


, ,

transporte les montagnes à cette entière ,

pureté de cœur qui ne fait pas seulement


voir Dieu mais qu i le donne et avec lui
, , ,

le secret des vrais progrès !


Mais quoi ! est ce qu il n est plus avec
— ’ '

n ous ? est ce q ue tout est fi ni ? N e peut il


- —

plus se faire entendre de nous et nous


redire un vigoureu x sursu m cord a ?
320

dans cette chaire a dit cette gracieu se e t


,

consolante parole où so n âme se peint to u t


entière
Si nous avio n s une foi plus vi go u
re nse la mort ne serait plus q u u n
,


voile semi transparent sous lequel n ou s ,

sentirions p our ainsi dire les chère s


, ,

âmes que nou s avons perdues com m e ,

un petit en fant qui j ouant avec sa mè r e


,

ou sa sœur cachée sou s un tapis l a ,

touche s il ne la voit plus



.

Ah ! mon père et mon maître bien aim é ! -

de puis un an j e ne vous vois plus Ma is .

mon âme a bien souvent senti la vôtre ,

et la vôtre j e l espère a p l us d une fois


,

,

touché la mienne .

Et en ce moment il me semble que


, ,

vous êtes si près de nous si près de ces ,

âmes qui vous aiment et qui sont venues


prier pour vous ! si près de cet autel o ù
votre main sacerdotale a plus d une fois ’

o ffert la grande victime !


32 1

0 mon père que ma fai ble voix ne soit


q u’
un écho de la vôtre !
Et moi aussi en votre nom je veux
, ,

exhorter ces âmes !


Je veux leur rappeler ce mot qui passant ,


du cœur de Jésus Christ dans votre cœur ,

et de votre cœur dans le mien m a fait ,


prêtre pour annoncer aux hommes l Évan ’

gile de la divine lumière et de la divine


compassion A m i ce asce n d e sup er ius ( l )
.
,

Mes amis mes frères voulez vous


,

,

ho n orer vraiment la mémoire du Père que


n ous pleurons ?

Eh bien j e vous demande de monter


,

plus ha ut .

Vous âmes consacrées à Jésus Christ


,
-
,

qui avez embrassé la vie parfaite et fou lé ,

aux pieds le monde pour vous ensevelir


dans le sépulcre fécond de la mort volon
taire montez plus haut encore allez a des
, ,

vertus plus complètes à des audaces plus ,

1) L uc , x1v, 10 .
322

décisives pour entreprendre par la pr1ere


,

et par le z èle la conversation de l h um a


,

n ité !

Vous que vos devoirs retiennent dan s l e


,

,

mo n de vivez y davantage de l esprit d e ’


l Évangile ; dégagez vous de tant de ser

vitude s qui oppr i ment et étou ffent en vou s

les meille ures inspirations de la grâce !


Soyez le sel de cette terre affadie ave c
laquelle vous êtes en con tact quotidie n ;
soyez par vos œuvres la lumière de cette
,

société si souvent ténébreuse et oblige z


,

la a glori fi er votre Père céleste !


Vo us qui êtes riches faites de votre o r
, ,

un emploi plus évangélique au lieu de l e


,

jeter en proie à ces passions et aces sottise s


que notre am i com paraît éloque m ment
aux faux dieux du paganisme an tique .

Vous femmes chrétiennes multipliez


, ,

par le dévouement ces admirables res


sources de cœur que Dieu vous a données ;
allez essuyer les yeux qui pleurent con ,
au monde pratique des e fforts personnels
et des série uses vertus ! Éco utez en cet
instant la voix de notre invisible ami qui
vous crie de monter plus ha ut ! Am ice as ,

cen d e sup er i us

Puis à tous à vo us comme à moi j e


, ,

ve ux redire ces paroles que j e tro uve à la


fi n du livre sur H enri P e rreyve

O amis ! e fforçons n ouspar la pr1e re


-
,

par le recueillement par la vraie vie du


,

fon d de l âm e d apprendre à vivre avec


’ ’

ceux qui sont dans le ciel dans ce ,

monde où l on est ensemble !


Et encore
Devenons grands dans notre humi
lité en prenant le gran d cœur les
, ,

grandes pensée s des glorieux aînés qui


sont morts ou pour mieux dire pre
, , ,

n ous le cœur de Dieu et les pensées de

Dieu qui seul est tout en tous !


.
325

Et maintenant j e vais achever le mys


,

té rie ux sacrifice de nos a utel s !

Dans quelques instants N otre Seigneur ,


-

J ésus Christ présent e t c aché sera d e s


-
, ,

c e n d u dans l hostie du salut !


L 8 prêtre embrassera dans une pr1ere


sublime toutes les parties de l Égli se ’

u niverselle de la grande assem blée des


,

âmes unies ent re elles et avec Die u et ,

c e lle qui combat encore sur la terre et ,

c elle qui sou ffre dans le lie u des expia tions ,

e t celle qui jo uit de la lumière e t de la

p aix ; pu i s il redira les paroles dictées par


le Sauve ur lui même a ses apôtres
-

Que votre règne arrive que vot re ,

volonté soit faite en la terre comme au


ciel !
O chré tiens ! ô mes frères bien aimés ! -

vous direz cette prière avec moi ; vous la


d irez avec lui Oui avec lui car en vérité
.
, , , ,

son âm e nous touche et n est séparée de ’

nous que par un voile semi transparent -

19
326


Peut être alors dan s cette union de n os
,

prières avec la sien ne (et ici j e me tai s pour


le l aisser p arler sentirons nous son-

cœ ur tressaillir dans le nôtre comm e ,


nous le sentions ici bas mieux encore
,
'

et nous a ttirer par l infi nie b onté d u


,

Père à ce royaume de l amour ! où


,

vous vous le rappelez il nous a donné l e


.

dé fi niti f l éternel rendez vous !


,

Ainsi —
soit il